Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10373
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 21, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10373
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

1 {MPFECl. W -F 'JL


21 et 22 Avrll 1979

Les importantes

declarations

Presidentielles
A lai ville des 21 )ti 22 A- plus grand soul
vill. le Prdsidenti vtia de la voirs par les resp
iltutibligte qut; ilancera d la tant Iqtue par le
NVitiiui {/ti io/t II d l titloit ln ilres, a detattn
di I Plullversairt e 0sion Ic- ident it ie de la
S,(l It la It n premit/lr Magis itn (tnonqant se
i ii r I'e uElatu, tun graild consignes annonc
1 ss a e, a fiter dd(jd ne orientation et
, utl ln Its noutvelles exi- ture avec l'atl
licres dtie la revolution co- routine oui I'itn
it'lqutl'. Si Vi'on pense (
tide 'Etat dinotn
Qtiu ait choist la veille deux ans les stru
les 21 et 22 Avril pour Idn- moulues, ddfailla
i cr dc iouvelles et precise clair qu'il rdclar
I.:'chis tde direction a not- lontd, une deter
I taui Cbincti revdt une si- tous les instants
p ujication particular e et celdrer la dynamo
done uilne dimension parti- revolution tconot
culiere aux propos du Chel
dc I'Etat. Les 21 et 22 Atv
quierent une no-
Plus de riqgueur dans l'Ad- mnension, d la l
ministration de la chose -pu- importantes dtcl
blique plus de cvisme et un sidentielles.


de lours die
onsables au
s ]onction-
d16 e Prdst-
I h libtlltelt


5s noutvolts
ciatrices d'u
d'une rup-
tentisme, la
tobillsme.
que le Chef MI -
iait il y a
uctures ver- t
ontes, il est
me une vo-
inination de


en vue d'ac
unique de la
mique.

cril 1979 ac-
uvelle di-
umiere des
rations pre


Message du President


a vie de la Republique


en donnant hier I'investiture

au nouveau Cabinet


m, s.ieilurs les Secretaires
et Sou.s Secretaires d'ELat

J, veux innover aujour-
dh l et donner linvestitu-
i:e A ce nouucau Cabinet
Ministeriel en pretant aux
futurs chroniqueurs et his-
toriens de tendances et de
disciplines les plus diverse
une formule fiappee en me
d.o,:e : .Ce furent des hom
mnis de Doctrine et de Ri-
.'.ueur r
Si .1 en appelle amisi au ju
g( :n.nt anticipe de l'Histoi-
re. ce n'est point pour en-
It mer Faction prochaine
de Mes Coliaborateurs im-
mndiats dans les limits d u
ne definition, si frappante
et feconde soit-elle. C'est
plutol pour renforcer a leur
intention et a cell de tous
les evidences it les exigen-
ces conjoncturelles qgi con
duiseut fa lenonce des tacti
ques, a la propagation des
corsiines. Et au choix des
llommes

Parmi totes les realities
i.jr lr oli tellv t I 'ana'y
: par ]i la octal et poli-
qItf' (dt I ;tclt.alite Haitien
111 l .i'tcc'ler.,tions impri-
iI .s pa;r Monl Gouverne-
ii lit l i a irevo'itioni E icono
i].i ,I(' i, nv rinli lie. pll.s pa
S11 : Ille tili progressive
in,.III iniip isro Ill] iyl linm nou
(int iii l' (lr lt ii smmunaute
(, i ii i n it l oa ciie I ii itoLe
SIIi i t ii il(l t intelli-
ii. 1'l( J iij llVt l at i 's co

St. oi vert 1 ac'ce. des
t(U a prorsF{':iIdes aux E-
si ,1 p sipo lls a ii e s .
A wii qul vnie z de v letter
s(,1 Ide r cr ;tl( E',o EI de s oh'ute-
nii 1itt voritisis par une for
I fon ev'IIhII(Iuw vt intelec
ltiw l df itl ill ti IH par l'en
duntrIvTirletiI JIeitn C'audis-
Le il sits est done, mieux
qui pR'l sttio, d'apprehien-
der la Rievoution Economi-
que Halitletiie dans sa vites
se de crolsiere El de savoir


qu'. ce stade, qui coincide
avec le seuii de vos respon
sabilites ministerielles, la
Rigueur caracterise toute
strategic oriented vers le d6
voloppement et les finalites
de la Revolution.


BAMDI 2 1 ur DI4MANOR .
22 AVRIL 1979
NNo. 31.084
S 83 ,~ asiman









FONDE EN 1808 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDMIN D'BAITI MEMBRE DE L'ASBOCIATION INTERAMERICAINE DE PREBSE


DIRECTEUR : LUCIEN MONTAS
ADMINISTRATOR : Mme. Max CRAUVET


FIGUE MI-RAISIN *

errogations autour d'une liberation

Par Mona GUERIN


Tous les homes, India -
tinctement, n'ont pas le sen
timent d'avoir toujours ral-
son. Mats eux, Uls n'ont ja
mals tort... Ouit j'ai dit
seux. Est-ce blen la peine
de pr6ciser qu'll s'agit des
mars ?
Il semble que ce soit la
condition matrimoniale qui
provoque les degats, car 11
suffit que les cloches d'une
eglise carillonnent en leur
honneur ou qu'un officer de
1 Etat Civil se couvre le
chef devant eux pour que
quelque chose se declenche
chez ces messieurs qui ne
s'6teindra qu'avec leur der
nier souffle : un sentiment
inebranlable de non-culpa
bilit6 1 i'gard de leur !pou
se. Dans la querelle de m!
nage, cherchez qui a comment
ce, cherhez qui a tort, cher-
chez qui a mal agi ou mal
parle, mais ce nest certain
nement pas le marl. Du
moins il s'arrange pour s'en
persuader et pour en persua
der son entourage.
6 nr7 ~


La Doctrine Jean Clau- r reuapuosiuon
diste, MM. les Secretaires et nation ? Comply
Sous Secretaires d'Etat, ne snoje ? o
consent point d'alternative gns, je vous u
aux cadres superieurs de parties superieur
i'Administration. II leur est la pa ecrivait
imperieux d'inventorier au re dans l'Ecole
depart les moindres forces Evidemment, mi
d'inertie susceptib'es de re- on etait tres loi
tarder la progression Revo- poque, de la li
lutionnaire soit en 1'alour- la femme.
dissant soit en la refrenant
ouvertement. L'appartenan- Nous y voici...
ce a cette esprce pernicieu-
se se reconnait, chez nom- Tout d'abord,
bre de fonctionnaires dissa- vous pas qu'on p
mines dans les services pu- moins ces jours-c
blics, par leur refuse silen- liberation ? Bien
cieux aux devoirs de leur 1'Annde de l'En
function et une impermea- supplant celle
bilite absolute aux ides d me, et ceusuement d
xsdebrus ment
progress et de grandeur. II dans les themes
ne s'agit point chez eux diaux, sa liberat
d'un absenteisme d'ordre cement se plier
simp'ement administratif, gime. Heureusen
mais d'une profonde demis dront les opti/
sion civique dangereuse pour
le corps social en general et


pour les imperatifs de la
conjoncture er particulier.
II vous revient, Mes Chers
Cu'lalorateurs, d'entrepren-
dre, sans reticence ni delai,
une champagne vigoureuse
contlre ces marg-inaux. Vous
y consacrerez ia sommc des
qua'iles patriotiques et in-
lellectueailes qui vous ont sl
gnalcs a attention du Chef
de L Etal et surtout Ie sens
rigoureux des responsabii-
te.s arquis dans l'etude de la
Doctrine et la pratique re-
volutionnaire. Le term vic-
torieux de la Revolution E-
conomlque, 1'epanouissement
social de la Nouvel'le Haiti,
sent au prix de votre en-
gagement, don't vous ne re-


(Voir suite page 8)


a lac
exe de
oi pas.
6pouse...
e c'est
rieure
ddjk M
des Femn
e dira-
n, a ce
iberatiot


I
Til6phone : 2-2114 Bolt Possle : 1316
Rue du Centre Nr 212


La derniere Chronique

Bibliographique
I A -*II


blen des victolres ont Wt~'ga bdration de la femme, c'est V-0
gndes par les femmes au quol, au just ? J ai pose
course de l'annde qui leur a cette question a queques per p
valt Wt consacrde I sonnes et toutes m'ont rd-
Ouals... pondu d'une manifre dvasi Le travailleur infal
A part les salatres dgaux ve. J'avals, m8me 1'lmpres- de l'Histoire des A
ou sup6rieurs A ceux des horn slon de les emblter. Et de- quest le professeur C
mes que certaines femmes puis, je m'interroge... bien vient de publier
touchent actuellement et La liberation de la fern- niere Chronique relal
qui leur donnent un sentmi- me, serait-ce quelque chose la bibliographic de 1']
ment d'Independance, les don't tout le monde parle re des Antilles Fran
femmes, dasls la majority, sans jamals approfondir la Elle est parue dans 1(
ne sont-elles pas en train question ? letin de la Societe d
de vivre leurs mrmes coQdiu ao une su re de la Guadeloupe
tions, jugdes rdvoltantes ear u l un seccesson des Trimestre 1978, 3
les unes, naturelles par les pol's ? de revendicatlons? er. Trmestre 1978,
autres Le movement de U occason de fire de es Elle couvre la
liberation de la femme vi- beaUn thx dsc pour ce qui ted de 174
se A changer ces conditions, n theme rev6 pour ceux qu Le Lts de c.i
dit-on. Mats d'abord, la it- (Voir suite page 8) sent assez varees et


Lettre ouverte i Son Excellent

Jean- Claude Duvalier, President


SAntilles

AR G. DEBIEN


tigable
ntilles
0. De-
sa der
live a
Histoi-
qaises.
e Bul-
'Histoi
No. 35,
36 pa-
leriode
1977.

apitres
-mbras



-35


sent un certain nombre de
sujets.
Au premier chapitre. V'au
teur souligne existence de
1'Association des Historiens
des Caraibes et celle des Ar
chives des Antilles qui ont
le merite de tenir des con-
grts annuels utilisant com-
me sieges une de ces ies a
tour de r6le.
Au second chapitre, il est
question des Sources et dea
Inventaires de Sources avec
Mile M. A. Mtnier, Maurice
Begouen Demea:ux, Mile Gi-
teau, Mhie de Saint-Afrique,
K.E. ingram.,4Rgis Antoine,
David Geggus
Au Chapitre des Genera-
lites, sont rapportes des the
ses litteraires publiees ou
non, des chroniques. des ou
vrages de tous ordres.
Le chapitre IV qui traite
de I'Histoire Religieuse faith
le relieve des travaux consa
cros a l'oeuvre m ussionnai-
re des Capucins. des Domi-
nicains, des Jesuites. des
Carmes. des Spirita;ns sans,
oublier certain ouvrages qui
etudient le Vaudou.
Le Commerce au 5e. cha
pitre present des tableaux
d'exportations des releves
des passages engages
plus specialement vers le"
Antilles ainsi que des don.


(Voir suite page 2)


super
&A SON EXCELLENCE notre march!, cette
la Monsieur Jean Claude Du- ne peut que freiner
moi, valier deploye par Votre
c'est President a Vie de la Repu nement.
oli- blique
mes. En Son Bureau Dans un laps de
t-on, Palais National trts court, de fortes
tt.e 6 Excellence, ont 6td investies pour


n de


ne trouvez-
uarle un peu
ci de la di.te
n stir, il y a
fant qui a
de la fem-
erniere mise
en veilleuse
favors mon
ion a dfl for
au meme re
sent repon-
,mistes, que


Hier, Auj

et Peut- etr
Par Carlo A
-1-

L'haitien est connu, un
peu parltout dans le monde,
comme un travailleur a bon
march. Quels que soient
ses titres, ses qualifications,
son talent, etc ..
I1 accepted, a 1'tiranger,
les salaries que tout le mon
de refuse. Il est, pour ce
faith, autant recherche par
les patrons qu'il est refou
l1 et indesir oar les au-
tochtones.
Volla pourquoi entire au
tres choses il semble au


L'Aigle retrouve ses ailes


Vietrire mrilthe de I'Aigle


Noir qui advance d'un cran
au classement de la Coupe
Pradel

Cc succcs (2-0) sur le Vic
tory a oIe construit en se-
conde mi-ten.ps grace Sa
deux jolis buts signs Bobo
et Jean Jacques aux 69e et
83cme minutes.

La remontee du club du
Bel Air amorcee apres une
retentissante coi,tre perfor-
mance face S 'Etoile Hai-
tienne va apporter du pi-
ment au troisieme tour du
championnat de Port-au-
Prince.


AIGLE NOIR -- VICTORY
Le elassique trio de tite
de la competition port-au-
princienne se trouve done
reform et !e chasse crois!
Violette Racing Aigle
Noir risque d'etre particulie
rement savoureuse.

Le Victory a fourni une
belle replique tout au long
de la premiere mi-temps.
Des la 5eme minute, Guy
Allen annonqait la couleur
en inquietant les buts de
'Aig'e par une perc6e de
bonne facture.
Deux essais de Legros don


nerent aux victorlstes 1'illu
sion d'une victoire possible.
Mais c'dtait semble-t-il


LA VIE CULTURELLE,


LA REVUE INTER
JEUNES GAGNE DU
TERRAIN

Avec son deuxli6me num!-
ro (Mos d'Avrill) la Revue
Inter Jeunes, parmi la pldia
.de de revues tdittes actuel-
lement par nos jeunes prend
de plus en plus d'lmportan
ce parce qu'en plus d'6tre.
le noeud de relations entire
icunes en leur parlant de
problems les preioccuparit
tout en leur donnant Je
drolt de poser eux-mImes
leurs propres probl6mes, el


le ouvre leurs yeux sur lac
tualitd tant culturelle que
social en faisant des corn
mentaires parfois pertinen
tes mats toujours emprein-
tes souvent du bon vouloir
de servir la jeunesse.

De plus on note avec plain
sir 1'hommage rendu par les
jeunes de la Revue Inter Jeu
nesa la Revue des Ecoliers
don't la majeure partle des
redacteurs est d'allleurs is
sue. Ce qui n'empechera de

(Voir suite page 2)


fair peu cas des nouvelles
ambitions de 1 Aigle Noir.
Recent vainqueur du Ra
cing et du Hatuey Bacardi,
l'Aigle allait dcnc continue
sur sa lancee et imposer son
rythme au fil des minutes.
Son attaque menee par
Bobo n'avait pas de problem
me pour tromper en plu-
sieurs occasions des arrie-
res victoristes souvent peu
inspires.
Mis a contribution par des
tirs de Beaudin de Jn Baptis
te ou de Bobo le garden du
Victory Frantz Leftevre dut
reussir quelques arrets de
bonne classes pour proteger
lacces de ses buts.

Il dut, cependant s'avouer
vaineu une premiere fois a
la 69tme minute lorsque Bo
bo plaga une fulgurante re
prise de vo'ete la suite
d'un corner bien tired par
Yves Jeune.
Malgr! les essais du Vic
tory en quLte d'une hypoth!
tique 6galisation t'Aigle aug
menta son advance sept mi-
nutes avant le coup de sif-
flet final.

Htirtant d'un loupd de
Vitlot, le petit Fritz Jn Jac
ques ilha drolt au but, evil
la sortie de Letfvre pour
marquer le denxihme but Je
I'Algle Noir.


Le Decret-Loi du 29 D!-
cembre 1978, faisant obliga
tion aux ressortissants des
Etats-Unis d'Amerique et du


motion touristique et 1'
re de nouveaux bure
tourism travers
march!.


Canada d'etre muns ae leur Nos ne pouvons, Excellen
passport en lieu des pi- ce, voire qu'avec plus d'ap
ces d'identification qu'ils uti prehension arriver cette ap
lisaient jusqu'ici, a donned plication du d6cret-loi du
beaucoup a r6flechir aux dif 29 Dkcembre 1978.
ferents secteurs touristiques Comparativement S 1 an-
et suscitd en mime temps nee prke!dente, lea arrive'sa-
chez eux de vives inquietu- enregistrees a 1'aeroport In
des. ternational FranQois Duva-
lier, indiquent une augmen
Le movement touristique station de 21.9 pour cent en
Nord-Americain represen Janvier 79, de 24 pour cent
tant plus de 70 pour cent de en fevrier 79 et seulement
de 5.6 pour cent en mars 79.
Ce pourcentage d'aigmenta-
Stion est le plus bas enre-
rd hgistre depuis 'anne 1971
et est sans aucun doute un
e effer direct die cee measure
Ce ueTain ui avalt etLe ajournee au
mnos de mars 1979. En outre,
k.DES]NOR les transporters qui deser-
vent le march! Nord-Amern
jourd'hui indesirable a 1'e- cain oit requ notification de
tranger et est en passe de i'annulation, en .raison de
devenir comme disalt l'au- cette exigence, d'un nombre
tre : sle nouveau juif er- assez important de voyages
rant des Caraibess. S'il ne de groups projects pour Hai
1'est nas ddia. ti.


L'haitien d'aujourd'hui dd
serte les champs, /1. aban-
donne la terre, 11 abandon
ne ses reves, 11 est viscera-
lement tourney vers l'6tran
ger comme dans une fuite
en avant.
Quant 1il est un cadre, il
a 1'esprit du transit. IL nest
plus chez lui. Au fond, 1i
n'arrive m~me pas h 6.aler


en fait de revenues, l'etran
ger qui vient chez lui s'en
richer et prendre' pourquoi
pas, sa place.
A qualifications et titres
equivalents, un haitien tou


Durant I'annie 1976, 47'203
americalns soft 59 pour cent
du nombre de nos visiteurs
ont sejourne en Haiti. Nous
estimons a une valeur de $
13.516.926.- l'apport de ces
visi.teurs. Durant l'annee
1977, 46'367 americains ou
48.3 pour cent de 1'ensem-
ble, soil une valeur de $
18.286.531.-
Ces chiffres parlant d'eux
memes ne peuvent, Excellen
ce, que nous inquieter S
lapproche de la saison d'e
tp, si, le d6cret-loi talg ap-
Pliqu6.


che dans son pays beaucoup Qu'il nous soit permits de
moins qu'un stranger. rappeler A vote Excellence,
Parce que nous avons pris qu'ta lencontre de 1'euro -
'habitude de fatre chez nous 15Pen, le tourist Nord-Amd-
des differences S notre ddsa ricain vu la proximity des
vantage. Caraibes, decide tras sou-
vent S la dernire minute
de son depart pour les miles.
Un Beau 2este Lamajoritd, saufl 10 pour
cent, n'ont pas de passport
Nous avons appris que Ma be savoientquand ls se rendent
dame Alice Hippolyte qui dansn qulesCarabes se 1 except
avait gagn6 en 1977 le Prix ion de Curaibes pour l except rai-
des Caraibes, d6cern6 par sons u e nous connalssons
I'Association des Ecrivains et Trinidad complnnemsnt
de Langue Franqaise pour axd sur le pdtrole et le ci-
son roman eNinon, ma ment.
soeur... (Prix Littdraire
Henri Deschamps 1976) a gd De plus, la Jamaique, en
ntreusement offer S Ins- vue d'avoir aussi les 6tran
tisotut Monfort pour le sgers residents aux Etats -
sourds muets linttgraliti Unis et au Canada, les re
de la valeur qui lui a dtt re goit sur simple present -
mise. tion de la carte de resident.
Nous fHlicitons Madame La Rdpublique Dominicat-
Alice Hippolyte et de ce ne qui dtveloppe avec a
beau geste qui honore et gressivltd une polltique de
de son double succes llttdral promotion touristique a adop
re. td depuis le 12 cournnt .l


Le Ministere de
la Jeunesse et
des Sports
De bonne source, on infor
me que le lMinistere de la
Jeunesse et des Sports sera
loge & l'etage du BAtiiment
de la Banque de Nova Sco-
tia se trouvant & Delmas.


mime measure que cell pri
se par la Jamaique.
Devons-nous, Excellence,
rester en arrl re alors que
Votre Gouvernement dtplole
deg efforts considdrables
pour le ddveloppement &co
nomique de la Nation .?
Excellence, vous avez d6
J] donned au Pays, en des cir
constances autrement lm -
portantes, des preuves de Vo
tre grande Sagesse.


measure Quelles que soient nos
l effort vues sur la question, nous
Gouver nous remettons entierement
Sa Vous pour ramener la quiet
tude au sein de la Grande
temps Famille Touristique.
valeurs Veuillez agrder, Monsieur
la pro le President a Vie, avec nos
'ouvertu remerclements anticipes et
eaux de nos respectueux sentiments,
ce dit l'assurance de notre consid6
ration distinguee.
Pour le Comitn


Joel THEBAUD
President


Mise au point du Rev. Pere

Casimir Guillemot
ADMINISTRATEUR THOMAZEAU AU SUJET DES INFORMATIONS DIFFUSEES
A RADIO NATIONAL. LE 19 AVRIL 1979 A 9 H. DU MATIN


Radio Nationale a diffu-
se les informations suivan
tes :

Leglise Thomazeau tite en
bas...
Discussions entire Pere-la et
Fideles-yo et mnme la Le-
gion
Carte 2 gourdes vine paye 5
gourdes

Confession c'est 1'argent
Le Pere di.t 11 gain deux mil
le dollars poul voye baille
Archevech6 chaque mois.
Paroles en pile entire Pbre
et Fideles. Pe-a di : Allez
vous-en-Se pour Archeveche
mette lordre lan pa ..
Au sujet de ces informa-
tions, il faut dire ceci :

1) Tous les assistants et
participants aux ceremonies
de la semaine Sainte el de
Pgques ont constant! par
eux-mimes que tout s'est
dtrouil d'une manli re tout
Sfail came et dans .le re
cueillement qui convenait
pour c6l6brer la Passion et
la Resurrection du Christ.

2) Pas de bruits de discus
sion du tout, ni au presbytt
re, ni & 1 !glise ni dans les
parrages immdilats de la
mason de Dieu.

3) Depuis trois ans, il n'y
a pas eu d'augmentation du
tarif des cartes a 1'occasion
de la communion et des bap
themes.
La carte est de 2 gdes par
an a occasion de la corn
munion... Ce sont des



Mort d'Edgard
Nere Numa

De New York, nous par-
vient la nouvelle du dec6s,
A 1gee de 98 ans, de Me-Ed
gar Ndr! Numa.
C'est une grande figure
de l'intellectualit! haitienne
qui disparalt.

En cette douloureuse cir-
constasce, nous adressons
nos sthceres condoldances
aux parents dprouves, part
culierement Sa ses enfants
le Dr Louis Numa et famil-
le, le Dr et Mine Andrd Nu
ma, M. Edgard Numa fils, A
ses filles le Dr Lucienne Nu
ma, Mile Colette Numa.
Les famlles de Edgard Ne
re Numa ont Wte celebrees
aujourd'hul A New YorK.


catholiqucs qui ont l'occa-
sion de fair une offrande a
leglise, uniquement, au mo
ment des baptemes et de la
communion.
41 Le Pete met au defi qui
conque a Thomazeau de di-
re quand il a elntendu annon
ccr quil avaiL a verser elha
que mois a 1 Archeveche,
deux mille dollars.

11 a eu parlors locca:ioni
de dire que dans tout argent
pergu connmme honoraire, Ii
avail a verser une quote-
part a la caisse des seminal
res, ou comme taxe de nma
riage, de bapleme.
En tout cas, il ne lui se-
rait jamais venu a 1 idee de
parler de cette some fabu
leuse de DEUX MILLE DOI


LARS PAR MOIS. C'est ini
maginable pour un cerveau
bien equilibre.
11 ne se rappelle pas non
plus avoir utilise le terme
,allcz vous-en, sachant que
le terme serait tres mal re
tq,
5) Le Pere est d'accord
pour (que Monseigneur vien
nie oil envole que'lqu'uln cons
tiler l fialire une enquete
,il)proisrlee.

C CUILLEMOT
Administrateur
Mise au point autorisee par
1 'Archeveche.

20 Avril 1979
Franqois-Wollf LIGONDE
Archeveque de Port-au-
Prince.


Le Sermon de la Semaine

par le Pasteur Luc NEREE

Le deraisonnement de Job


<,Job ouvrit la bouche et
maudit le jour de sa nais
sance. (Job 3: 1).



Les souffrances physi
ques intense et persistantes
peuvent amener facilement
quelqu'un au board du deses
poir. au point de le porter a
deraisonner, e. T desirer vi
vement la mort. Telle est ]a
reflexion que nous avons
eue en meditant les paroles
de Job que nous trouvons
dans le troisieme chapitre
de son Livre.
Job, au fort de ses dou-
leurs, a mauuit le jour et
la nuit qui 1'ont vu naitre,
a proclame les advantages de
la mort, et finalement a lpo
se des questions qui sont
tout S fait troublantes sur
tout quand elles viennent
d'un croyant. mPourquo ne
suis-je pas mort dans le
centre de ma meire ? Pour-
quoi n'ai-je pas expired au
sortir de ses entrailles.? Pour
quoi ai-je trouve des genoux
pour me recevoir et des ma
melles pour m'allaiter ?
Pourquoi (Dieu) donne-t-il
la luminre a. celui qui souf-
fre et la vie a ceux qui ont
1'amertume dans l'ame ?i
(Job 3 :11-12: 20).

11 y a pas de doute que
ce sont la des paroles de
desespoir. Ord'nairement, l.s


croyants ne parent pas ain
si. Que ces paroles soient
trouvees dans la boucne
d un homme de Dieu com-
me Job, c est vraiment trou
biant.

La Bible en nous rappor
tant ces paroles, certaine-
ment le fait pour notre ins
truction et notre education
spirituelles. Souvent, jouis-
sant quotidiennement de la
Grace de Dieu, nous ne nous
imaginons pa. les experien-
ces terribies don't Dieu nous

(Voir suite page 5)


Des profondeurs de l'espace...

invasion
des
ofanateUrs


La grain est sem6e...
'Papooalypse est pour demaI 1


a vie de la Republique

de l'Association H6teliere et Touristigue d'Haiti


Brillan te n1
reception A.
IAmbassade
de France
Jeudl solr, le Charg6 d'Af
fares de France et Mine Re
n6 Justice ont offert au Ma
noir des Lauriers une bril-
lante reception en I honneur
des congresslstgC du Gadef
iOroupement des Associa-
tions dentalres francopho-
ncsi qui tiennent leurs as-
sises dans notre Capitale.
Lea membres de 1 Assocla
tlon des dentisies haittens.
de nomDreuses personnall-
tes de notre monde medi-
cal, de la Press-, au Barreau
avalent repondu a Lairmable
invitation de Met Mine Re
nd Justice et entouraient les
nombreux d&idguds du Ga-
def, venus de France, du
Qu6bec, du Senegal du Mali
etc, a occasion des 2emes
Journees du Gadef.
Ce fut une reception tres
reussie. Nous renouvelons
nos compliments au Charge
d'Affaires et I Mme Rene
Justice.

Un demi siecle
d"existence de -
la Boulanueerie
St Marc
A Saint Marc en 1929, pre .
nait naissance modestement
sous le vocab'e Bouoangerie
Saint Marc, une entreprise,
pleine d'aver'ir. sur une voie
dure, raide et rocailleuse.
Malgre un debut heriss6
de difficulties, les initia-
teurs, M. Claude E!enne et
Mine, nte Anna Thiesfeld,-
animes par une foi ardente.
ne se sont pas discourages.
Vonilant elargui leur entire
prise plains d' esperance, i s
vinrent a ctblir a la Capita
le. Ainsi. aunuord'hui, la
Boulangerie Saint Marc, est
d'une grande "mnp cur. E'le
a n'usieurs fiett'es. Elle
faith parties cru p1trimoine
national par son utility, Ie
grand service qu 'i e rend a
notre coilec,'vi.e dans di-
vers domaines Aussi. pre-
nons nous ph]i'iir a deman-
der a sa vaste clientele de
se jo ndre aux proprietaires
pour feter dane la p'us vive
alleg esse, ce jour faste, le
25 Avril prochain en son e-
tablissemDnt. a i'Avenue Jn
Jacques Dessalines, en face
de Saint Louis de Gonzague


uuomi


r






PAGE 2


La derniire Chronique Bibliographique des Antilles


LA VIE CULTURELLE


( l IUt i d I hI l'e -i )IeI') teln ll, CaimnU otL Ricih rd
Price.


ll f dhth Ip 1 icmeirce colo-
annt dtl nriUe If'l trrt-
ltlien, il nit I lhltpit'r VI,
r.at in M lrtiit lit' llre eI'l
i r tpri'lflitir par' une llio gl'
ti C kl r O IX.tll Blst'v lXt' part
t'' uli itin',tt ptr des lM -
* i s liil Proi lltIl R tlll-li
Nii Mrflilqiie piar MaIlnuitl

l',Illo ,1n I li Pilty.sat de Ia
Isar nlqit' d, llR. i\ 19',10.
'i: \odl et Qu'mbols, es-
Ir \illoiloI t ut lmbols. ePS-
1 Ina M*.rlniquii pi-r Gerson
e 1 l I.s no',lani 'ographies"
l n .l .lnl n tisq-u (d u C utr t B er
l d at d did.-d" Illane Chill
I, at'. d(1 A I Picard

Ani Ch'nirlo ViT. On(i"-
loipl' ep l 'In endances. Fllgll
i Ii' a] ; ,'r t r ai i d ( I l ..-

i i d (d Ml i cn b Terit, ( -'"
t iii dol< I '"ti .'Xo l Ai ni-'t.
.-. l {! i \I-s ]r ] ( ( T,' Al-







r1 P l n H i1-.l' A-"ytI oil-
S n Ipr t l ,'nri colnt I 'lll-
i -cD- Ila iit ir. C i-' trlthn-U
c n Sir. Cl'i'\. La-n


Lv Clilnpliw Y T councrll
I's Pliinltltra t lei Pliniliitn
flonl. UL1liiieur r Aft nuitlon
de J.'an 'TIanguy Ae Rohnb .
Carlyle aull, Ael)i >Imne lth
.so dI Ph. D. d'collomlo
Coniparative de I li pt t ties
Fralnitais, des E'spagnols, does
Anglls dans la znoe des Cai
inib:'a. au 17o idcele. A no
t ir tie corr'sp)ondlance de
Iainllo' de La Oalnl6re, par
Paul Ladranei'. Les Ecortn-
inles rselavgatIstea dahs 1'at
re des C-ardlies aux 176. et.
se slicrles pal Santtno Car
closo Zvl Loker. AinbAssa-
cleur dIsrael i" IIaltl, ttir-
(lie I'histoire de la V1ItsbriA
Juilve dons la Colonie de BSt.
Dominpinue tandis que Mmc
Fr'ancoie Thlcse et G. DP-
hleip i'xeint la personnallt6
du colon niortals a St. Do-
,nian1ge : Jean Barre de St.
Va'mtnt et P')fin Jean Bou
drint out ituidie Les Compa
pnits francl''.; ie la marine.

Au Chapitre X, 11 y est
inwstion de Tiate et d'Es-
ci' iv r On v reneontre le
r'"e' des ailicles de Her-
hr! .8 Klein de Stanley L.
FiprmnTn'nin. d .- Bernard B.
MArsalill, de Barbara Kopy
toff. r'e Richnrd B. Sherl-
n(1'n de Marcel Reible. de
FrFIins"n Scliano. O' Mar-


garuthe IS. Van O0stall. A sl
gialiel pin ltiFr. till'r'nten'
I iV s uide d(-f l st'lle P' M aun
gatlt 'the Rehltloiililp UItli -
wrml MAnrnmiy ania BliavO
fil'toli and evolution In
SI It livie do (10 fln Eov-
'ihs(' Stbv MAhrons A% tla I
bottii.

Le ChIttMllte XI T ,t tfttsft
cr6 A I'AnUti-esclavagVslste.
On pout mentionner los 6tu
des de Ren6 Achfien, de L61
da Flgueroa, ie Seymour
Dreschlte, de VMery Quitv-
n'ey, i er'rfadi'tls Reh'ault,
de Sully Gers'-.inan. Leslie
T'. Manight sti diftingue par
Son 6Vtde ethb HiMtlhn His
torical Experience of the
A'li6th* 'f iavery.

Avec le Chapitre XI, les
Gens de dNIuleur, les etudes
de Valery Quinney, de L-au-
ra Foner, de Ruth IF. Nechel
les de Valer-y Pdsks Browti,
de Gilles Enry, de David Lo
wental sont h noter.
Le Chapitre XII, Revolu-
Lion et roussaint Louvertu-
re. Pour la ,axvolution, is st
gnaler des etudes de J. Des
pons. du general Georges
Spillmann, du Dr Jacques
Poulet.

La personnalite de Tous-
saint Louverture sfimulp des
recherches. Etudes conju-


gu6es de M. A. Miller, Jean
FoulIhArd, tt 0. Doblon sur
TounsimlIt LouvttiOrr valnt
I1I0 L gezIBs et rnalitO le
IVTll'r e lRoni0alt d Vte :ouh
faint Louverture, the Black
Lbertor; lto .tudiit dL
John Hehrik Clarke otRs-
saint 'L6uvertur6 ai'd the
1f4titon Rtvolt tlbh t 6
*JOp)lh BoroMti sPilage et
TousSaint Louverture don't
on attend le livre consaore
h la correspondence die Tous
saint Louverture.

Le dernier Ofinuitre : La
Disperston des Colons em-r
brasse les travaux de Alain
Yncou, les ftuues de Bohu-
mil Badura, de Angel Bans
TApia, de William 'J. Oallt-
ham. te R. Dt val, tde Wa-
shingtoh 0.. doe Phill p Wrl
ght 'et b6tln.
Cltte ChVintqae ecst uth c6
pieux inveetal~e &% llvres.
d'articles. di thpses, de cohn
munications aul sont pu-
bHls au sujet de la zone des
Caraihes dUrasit la pcriode
de 1914 a 1977

Nous remrrcions M. De-
bien de nous mettre a jour
relattvement ila blbliogra
phle qui concern 'histolre
des Antilles Frangalses.
Maurice A. Lubin


LE SAVON DES JOLIES




FEMMES


(Suite de ia iAld bage)
11ir leas potnri de la Rovue
of I'humuotr pnrlots noir est
servt 6 siouhait. i1 y i- aussl i
les fthbrlquts hablWtellrs de I
kit *\'ue : th4ttre. ento, I
a18tW ll'iratlrA. lofs ic-, des I
aiti cles ou 0o6mne n isgnes de
J eAiRs Vet q le ta lent nIe
se marchande point.

Nous recommAndons en-
core une fois la lecture de
cette revue i nos lecteurs et
fllcitons son directeur-fon
dateur, Kern Grand-Pierre.

jCONN-AfSSATOE DE Lt
JEUNE PEINTURE
HAITIENE.,
AUJOURD'HUI
LLUDGE0 R 'C6 'C.kt

6n se f,' souveh6t at nom
du pelntre pour dire que
c'est un bon ou un grand
peintre. C'est pas tol.jours
vral. Parfo0s la reioinmme ne
justifie pis la grandeur pr5
n6e que seoue la quality du
travall de i'artiste auralt duf
r6veler. Nous ne citerons
nomm6ment des artistes,
mais 11 est sair et certain
qu'en tant que collectlon-
neur ou comme simple admit
rateur d'art, i.1 peut nous ar
river, en d6pit de toute logi
que, d'accepter une oeuvre
pour bonne parce que c'est
tel peintre qul. 'a sign6e.
Ce prjlugC- pr-.';udiciablet
I'fpanou, asemhent mome de
1'art e'st difficile a deloger
dans la tIte des uns com-
mes des autres parce que M.
tout-le-monde veut tou-
jours des schlnes de r6fe-
rences immuables pour ne
noint se perdre dans lea 1"
byrinthes de la Connaissan
ce...

Ce qui n'empiche qn'an -
jourd hu: nous prdsentons a
nos lecteurs un jeune pein
tre don't le talent d'artiste-
peintre ne souffle lumbre
d'un doute.
x x x x
Aujourd'hui r,udger CHI -
CKEL.
I1 est nu le 19 Avril 1949
aux Cayes. A fait ses 6tudes
primaires et secondair'es a
1'Ecole Nationale des Caser
nes de Dessalines a Port-au
Prince. D's son jeune age, il
manifestait des dispositions
certaines pour le dessin en
dessinant ici et 1l, ceci ou
cela. Ce goft artistique ne
le quittait jamais plus. Car
11 ne ratait aucune occasion


pour so famillarlser avec la
pelinture. Par example, en
1069. II vista I exposition
collectivec des MldVos deo 'A
cad6tnle d-es Beaux Arts o0t
11 put Ieintrrogir les artis-
teos kpo.ants. Wela 1'encou-
ra*e6 das lia Vole du dessin
rt do la couleur. En 1971,
sosy'ser6d, uil ali I','ccom
pagna au F8tddf.o du Grand
peintre Ptlion Savain h Fon
tamara. Ce fuit pour lu la
revelatlon de ia technique
de la spatule au couleau.
En 1973, 11 fr6quenta le Stu
dio Courrier des Arts h la
Cite Beauboeuf et ful tlsiti
Soun uniVers dce creation wr-
tlst'.-lue qui aura son effect
dans la suite de sa carrlire
d artiste. En 1974, 11 fit la
connalshance tdu pEre Sal6-
s n, l'e Riv6rernd Quirin
Muth, directeur-fon'dateur
de la Coop6rative Haitiano-
Neerlandaise (COHAN) oui
non seuletment accu'eillit
ses oeuvres mais encore 1 en
courage a produire en 1 as
sistant par ses consells. En
1974, 11 fit la connaissance
de Kesnel Franklin qui lui.
donna des course de fusaih.
En 1975, 11 s'initia aux 6tu
des thisoriques sur la pers-
pect'.ve sous la direction de
Valcin II. En 1976, il decou
vrit la technique du model
ge au Studio Gemini de
Georges P. Hector.
Aprbs toutes ces doses thit
riques, le pe-'stre Chickel
commengait a chercher sa
propre vole dans la pei'nu-
re en participant ici et la i
des expositions. Par exem-
ple, en 1977, il a participe
en tant que membre fonda-
tour a lexpos,,ion de grou-
pe organisee par I'ANAH at
Salon Dante Alighieri. Er
Mars 1978, il a expose 6ga-
lement en F'roupe 1 Insti
lut Francais d'Hait; sous 1i
gide de la COHAN. Son ta-
bleau AM6d:tatione. sort<
d' autoportrait retenait 'Vat-
tention des observaLeurs et
la asait presager quelqu'af
tranchissent chez 1 artiste
Actuellemont il a pris par
a un concourse organism pal
le Misereor en Allemagne
sur le theme 'Le fils prod
gue,.

En observant depuis que.
que deux ans le travail di
Chickel, nous avons remain
que chez lui deux tendan
ces qui se joignent en -
point : C'est que 1 artiste


est attire par la Ueaut6i 1
quotidian. D'abord, 11 efn -
plole la technique ad nou-
teau combinkie parfols au
modelnge. Lbi Na pelnture tl
:e sa source das scenes de
rues, de inarchl. de la vie
paysaftne, et sa mmntere rap
pelle Georges Pector,. En -
suite, 11 peint au pinceau.

Dans cette forme d'expres-
sion, quolqu'll utilise, les m6
meesthmes que dans sa p
ride au couteau, i y ajoute
des scenes qui rappellent los
f6tes c rnamprre ou le; ddza


Is eh 'es? aai coeur d'Andrd
Nortttit.
'An fond. In peliture de
t"ickel Inttressertt les un?
et les autrea pour une rat-
son 0 O 'if auti'e parce
qu'slli ,t ir patte du qnio-
tldicn, et parfols de notre
quotidlen. I1 rest seule
mit s l'artiste de domine'
avec plus de force let coi
leurs employees dans ses
toiles pour s'imposer dsfini
tlvement dans la Peinture
lWaittegnne.
SW. L.


Soulagement rapide
pthdant
ces jours critiques




centre toute douleur *


ine


CETTE SEMAINE


SALLE


SALLE 2


A' LI


LE RRQUIN DlU B]


COOL


teun-ese ndire 'i la rcheriht'










de son identity'


A LVAUTRE, COTE










DE MINUIT










Avec Raf Vallone


- Avec France Nero


et Michel Constantin


- I -m~ U H ::,.-*::t ~. -- -- -@-oobg@-so -i m i~ Y-M-


$








If




9


I'II

5,


~



Ii'







I


tI


---a~a~


SAMED 21 T DIANCH 22 ~n 1 7


coo-covoccoc-co


~,rrr/~~csrs~a~s~accu~a~-ar~L;M~ikr~P~--


~wrr~v~/J~pr~p~crrs~n~J= ~Npr/zr~rp/~r~3r~nlJrsJr






SAMEDI 21 ET DIMANCHE 22 AVRIL 1979 PAGE 8


60000000

d'Americains




;NoveX osTQ5E GANT l ulPER cQQNoe fpref rent Colgate!


Remercieennts
et Messe

Mr. et Mme. Paul Emile
CHARLES et famille. Mr.
il Mime Victor CHARLES et
't famille. Mr. le Docteur
ct Mme. Martial PAUYO.
Irs autres parents et allies;
r(sune rcilnt chalcureusemnent
1l bils. cl d'isn faqon special
lc la Direction de l'Adminis
Ir llon Generale des Doua
n Is el son personnel, la Di
rlctlon de lai Douane de
Port-au i-lPrince el soiln pIer-
snnuls loes families Fritz E.
DENIS. Clar;Rt et Re BA
.ZELAIS. l4 Reverenid P-re
1,udovic BRIERRE, pour le
(concoiirs et la sympathlie
(,,. Is leur ont donnes ad
I o(ucaIsiin ile la mort de
ihur regretted mure veuve
Finlmanuel Charles. nee Liiu-
5ie Laraque enleve a leur af
f e coule. et les priest d'accep
ler leur tries sincere -_ i i
de.
Unei ms n Se de reqUuiiem se
ra dite a 1nlutention de la
del unte a I'Eilise St-Gerard
le mercredi 25 Avril 1979 a
6h30 A.M.
Cette alnnonce tient lieu
d invitation aux autres pa
rents, allies et amis des fa
miles eplorees 214
214
.K x x X

Deces de Pame
Bessiere
Larochelle
NEE BELLEBRI NE
JANVIER
Pax> Villa aniionce le cde-
cns survsenu le Vendredi 20
Avril 7 !) 1 hIeurc du ma-


tln a l'H6pital de l'Univer
site d Haiti de Madame Bes
sicre Larochelle nee Belle
brune Janvier, agee de 67
calls.
En cette pdnible circons-
tance Pax Villa et Le Nou-
velli.te presentent leurs
sympathies a son epoux M.
Bessiere Larochelle, a ses en
[ant,s Monsieur et Madame
Jacques D. Larochelle et en
fants, Monsieur et Madame
Paul Larochelle et enfants,
Monsieur el Madame Char-
les G. Larochelle ct en -
fants, Monsieur et Madame
Marc Arnold Larochelle et
enfants, Monsieure et Mada
me Besmer Jacques Larochel
le el enfants, Madame Elie
Benedict nee Carmen Laro-
chelle et famille. Madame
Anne Marie Larochelle et
famlle. M. Joseph Edouard
et Madame nee Jacqueli-
ne Larochelle et famil-
le. Monsieur D u m a r -
sais Blaise et Madame nde
Jocelyne Larochelle et fa-
mille. Monsieur et Madame
Mi'hel Larochelle et family
le a ses freres Messieurs Du
terne et Lassergue Jan -
vier et famille, a ses petits
enfants, et arrieres petits
enfants cousins et cousins,
Aux families : Larochelle
Janvier, Benedict, Guervil,
Nazaire, Geneus, Pierre -
Louis, Blaise, Edouard,
D'Haiti. Noel. etk tous les
autres parents et allies 6
prouves par ce deuil.

Les fundrailles de Mme
Bessiere Larochellenre Bel
lebrune Janvier seront chan
tees le Lundi 23 Avril a 4
hcures P. M. en 1Eglise du
Sarre-Coeur de Turgeau. Le
ronvoi partira de Pax Villa
Sacre-Coeur ofu la depouil-
le mortelle sera expose
des 2 heures P. M. 21'


Petites Annonces

Offre d'emploi g. 0 .0 O s 9o css
Organisme International ChaFranois ment Du ier
cherche deux employs a Chi Lanement Au front large et ouvert
tens pour positions su d'adresse Aux yeux philosophique
vantes : 1) Assistant-inspec- A sourre philosophique
teur 2) Assistant de Program LA LIBRAIRIE LA Pointillant avec fierte
me. PLEIADE Les dessous des reponses
Sanciennement situde S Qu'il n'a point besoin
1) Qualifications : Bacca- la Rue Pavne, est heu- D'entendre
laurat lre parties L reuse d'annoncert sa fi Car les lunettes qu'll po
Permis de conduire. dle clientele et au pu5 Ont dej. entrevu
Dispose a voyager frdquem- blic en general quelle Toute la Verie..
ment. se tient ddsormals au
Experience de travail avec No. 83 de la Rue des Mi Dans un silence,
le paysan haitien. racles bloc comprise en un soupir

Frangais et de 1 Anglais. la Rue du Centre D'un pouce sur
la joue droite
2) Qualifications Tel6phone 2-4561 Et les autres tapotant
DiplomQ en Agronomic 254 Les dessous du mention
Connaissance des Sciences I voyait beaucoup,
Sociales et Humaines p ar ainsi... !
Permis de conduire Le port fier
Dispose a voyager frdquem- A LOUER Ouvert a toutes
ment. les confidences


Experience protessionnelle
d'au moins 4 ans dans le
lieuiu rural haitien.

Hobilite a preparer des pro
jets de ddveloppment corn
munautaire en Franqais et
en Anglais.
Connaissance tres avanc6e
du Creole, du Frangais et de
l'Anglais.

Pour de plus amples de-
tails, les interesses peuvent
dcrire a :
M. Jean Serge Picard
P. 0. Box 947
Port-au-Prince, 254

xx xx

A VENDRE
Une grande mason, sise
a la Ruelle Cameau au No.
102.

Pour renseignemenl.s, t1le
Spnonez au No. 2-0788 de
3 h,. a 4 h. p.m.
304


Horaire d'Ete

La AUTORAMA S. A.
porte f La connaissance
des interesses que du
ler. Mai 1979 au 30 Sep
tembr: 1979 ses heures
de travail seront les sul
vanLes :
Du luni di au vendre-
di 8 h a.m. 2 h. p.m.
Samedi : 8 h. a.m. 12
h. p.m.

AUTORAMA S. A.




FOOTBALL :

Championnat
de France de
g Football de
lere Division

PARIS, (AFP)
Rdsultats enregistrs ven
dredi au course de la 326me
journie du championnat de
France de Football de lere
\ division
Metz bat Bordeaux 2-1
Angers et Monaco 2-2
Strasbourg et Sochaux 2-1
Bastia bat Nantes 1-0
Marseille et Laval 0-0
Valenciennes bat Lyon 3-1
Nancy bat Paris S. G. 2-1
Paris FC bat Reims 2-1
f Saint Etienne bat Nimes 2-0

CLASSEMENT :
(Toutes les 6quipes ont
dispute 32 matches sauf
Metz et Bastia 31 et Nancy
30)

1) Etrasbourg 47 pts
D H 2) Nantes 44 pts
R n 3) St. Etienne 44 pts.
4) Monaco 39 pts
5) Bordeaux 36 pts
1) Lyon 35 pts
7) Metz 34 pts
8) Lille 33 pts
9) Sochaux 32 pts
10) Nimes 32 pts
11) Bastia 32 pts
12) Marseille 30 pts
2 13) Nancy 29 pts
14) Paris S. G. 28 pts
15) Angers 27 pts
7 16) Laval 26 pts
17 Nice 26 pts
18) Valenciennes 23 pts
19) Paris F. C. 22 pts
20) Reims 17 pts.


p(
m
C]

bi
H

ne

p.
A





d


1) Appartement a louer
our celibataire ou couple
euble ou non a 1 Avenue
hristophe No. 81
2) Pieces a 1 etage pour
bureau d'Avocat ou m6decin
all pour commerce situi a
angle de la rue des Caser
es et de la Reunion.

Pour renseignements ap -
elez le 2-3202 de 7 b.
. M. de 5 a 7 P. M.
X X x X

Overture de
la Succursale
du Club d'Anglais
- PETIONVILLE,
- 50 RUE GREGOIRE
- TELEPHONE : 7-0855
- NOUVEAUX COURSE PAl
TICULIERS DE CONVER
STATION AMERICAINE
NIVEAUX DEBUTANTS,
MOYENS ET AVA7NCES
UN NOUVEAU PROGRAM
ME DE COURSE PARTICU
LIERS DE DESSIN.
-- ON RECEVRA LES NOU
VEAUX INSCRITS A PA:
TIR DU LUNDI 23 AVRI
AU VENDREDI 27 AVRI
PRIX AVANTAGEUX


LES BONNES
,OCCASIONS-- DE
SONAVESA>. DELMAS
rEL. : 6-1445 6-1935).
Simca 1508 GT. grise (a
cond) Alpha-Sud Verte.
Lancia coup 2.000 marrowi
(air cond)
Buick Electra 225 (air coni
Subaru marron (air cond:
A itobianchl blanche
Autobianchi noire
JeeD Cherokee quadatiac a
cond automatique.
BMW 2002 grise (air coni
ainsi qu'un lot de Sime
pickup, et de Bus Ebro i
parfait etat de fonctionr
ment.

x x x x

AVAILABLE

EXPERIENCED MANAGE
WITH 8 YEARS MANAGE
MENT AND FINANCIAL
ANALYSIS AT IBM Intern
tional Business Machine
desires to return to Ha
and apply education
areas of management, fins
ce, accounting, economic
and electronic data proce
sing. Call 7-0317

x xx x

WANTED

Executive Secretary wi
experience. Excellent Ty
ping Skills and Spani
mandatory.
High Salary
Call : 6-0361 6-2431 2

OFFRE D'EMPLOI
Entreprise Industrielle
cherche Mdcanicien en Aj
tage hautement qualify
ayant au moins 10 ann6
d'expdrience et sachant bi
parler 1'anglais. Pour eni
vue appeler le 6-0690. 2
xx x x

PLAGE A VENDRE
2 carreaux au bord de
mer, sur route Sud, a 1 H
Port-au-Prince
Appeler : 2-0062- de 9 hr
AM t 1 h PM de 3 PM a 5 F
I


Duvalier,
notre Grand Duvalier
AVt ,, + rnmnrts et trouve


Avalt compri t i ...
Que 1'Histoire ne s'cerit
Pas sculement
Elle se pratique et se fai
Et dans un t(,iurnant
Difficie et rugueux
De sinuosites
A visages divers
Duvalier en permanent
Etude de l'Homme haitie
Si complex parfois
Si versatile
A travers le lourd rideau
Devenements et de faits
Duvalier dis-je
Perqa le rideau
De 1 'Incomprehension
De l'anarchie
De 1'mdecision
Auquel se trouvait
Vpoe un-Pupie
SA clhanger "
- Du jour au lendemain
Comme une mirionnetti
Et combine le m decin
Qui s'in va line opera
M II prepara tout avant
- Passer a 1'action
Duvalier s'en .lla
En 1.&'


CARNET SOCIAL


D DU NOUVEA-U A

SIAGENCE

CITAD OI IE



Pour mieux vous servir I'Agence Citadelle repond


a present a un nouveau numero de telephone


Le 2-5900 ayant 5 lignes groupies





IL'Agence Citadelle representant exclusif


de la American Express vous propose


les TRAVELLERS CHEQUER


les CARTES DE CREDIT,


et les VOYAGES ORGANISES


DE LA NIMERICAIN EXPRESS



POUR VOTRE PROCHAIN VOYAGE PASSEZ AU NOUVEAU LOCAL DE



L'AGENCE CITADELLE


35, Place du Marron Inconnu ou T lephonez au


2 5 9 0 0
2 5 9 0 0
2 5 9 0 0

, '"., "i-'O --a.oa.o.o.s,- ieag-oog. osooo- ,o a ;.., o -a G ',aosg -'ese.e-oe-,e"s-a", e."e oseJ


Fran;ois Duvalier
par Mme Andree Momplaisir PIERRE
Avec son bistouri De diriger les faussaires Ce Grand Disparu
Ethno Sociologique Les apatrides Nous nous cuurbons
Pour realiser cette operation- Les tueurs de Biens Bien bas
Cette operation dis-je, et de Vies Et Remercions avec foi
si digne e'rangois Duvalier Pour le sens de
Qui faith aujourd'hul Un Pere cette Action profonde
De ce people naitlen, Jette son regard Parsemee sur toute
Qui lors etai. rive human la Route par
rte A une indilference natlonale Sur la veuve, 1'orphelin Ce Gitan de 1957
Ecrasante et iriste Le sans-abrl L'Immortel
A un abandon fig6 Le desherlte le defavorise FranIrols Duvalier
A une irconsc!ence morbide En un mot, I s'en va vers 19 Avrll 1979
A une dcisaffection penible; Un Ideal national
Duvaller s'en vmnt Prch6i et applique. Mme Andrce M. PIERRE
i'roclsmer la vraie valeur Il n'y a pas de barque
A nous, d'etre haitlens Plus difficile It mener
Et d etre tiers de l'etre Que celle qul se trouve
Francois Duvalier En pleine mer de 1957 Championnat
S'en vint a redresser Et prete au naufrage de Tennis
A encourager a consolider I a bien fall un Capitaine COupe B.N.P.
S etendre les niveaux Comme Francois Duvaller ResuItat des Matches joues
de culture Pour pieds mouilles le Vendreal .u Avril au Cer
De civilisation, Laisser tomber les r,-quins cle Bel!evue
ce s-ciabilite Et sauver les p,i.suons R. Murphy bat M. Blan
De Livisme et Artisans de Vie, d'espoir chard : 6-1; 6 U
de nationalisation De notre here Haiti Wi son Jean bat Gerard Fre
De Promotion. de Conquete Il a fall Duva'ler deric : 6-1; 6-2
II s'en va appeler Pour sauvei cc Pays Raoul Merove Pierre bat
t pres de lui II a fall Duvalier Serge J Pi rd '6- 3 6 3
La Jeunesse, L. People Pour avoir auj, urd'hi P. Thlbaud bat F-to Brandt
Lartisan le paysan Le Prince de la 6-4. 2-6. 7-6 T. b
L'Arrriire Pays Democratisatiun Ernst Delh ,d bat E C' er
L'Armee, la Milice Jean-Claude Duiali-i ry 6-0. 6-3
It s'en va creeser et fouler Aussi devant
en Aux pieds les harridres Ce Civilisateu, Jo,, E-T-,'-:
Toutes les barriers Ce Genie Poni.r, E '
I1 s'en va appeler
A Lui tous se; freres O C S SS C-_ -- -<--
De Bonne Volonte
II nationalise ic Clerge Horaire d'ete
Multiplie les ecoles
A divers visages LA SOCIETY HAITIENNE AUTOMOBILES S.A. AVI-
Pour qu'il y ait SE SON AIMABLE CLIENTELE ET LE P01BLIJ EN
Plus d'enfants C
A recevoir IInstruction. GENERAL QU-A PARTIR DU ler MAI PROCH \IN JUS
Franqois Duvalier ,QU'AU 30 SEPTEMBRE 1979 SES HEURES DE TRA-
-- s tnaclt6 VAIL SERONT LES SUIVANTES
suir 1'hygibneAN
S s'ela Prostitution LUNDI AU VENDREDI : 8 00 A.M. a 2 00 P.M

tion Toutes les giOrisons SAMEDI : 8.00 A.M. a MIDI
de Tant mental; nue morales
Francois Duvalier SOCIETY HAITIENNE D AUTOMOBILES S.A
Un Gitan, Un Chef
Prend la Responsabilite l ... j..


or






SAMBDI 21 ~T D~MA~C1iE 22 AVUL 1979


NAIROBI, 4AFP)

n.- d iri anhldnl Idl Ainlo,
r iIMln.irIlui) A:iflet. I nalre
i 'i l i'i' Hull I iII l I ll Il


10 ii (iiin n ii iii 1'iii
1 .*> lt iiil n\'l 1 Iii uiiiesi dlcL.
Sl t i If ( tl i i 1 lli sl (i ,

J A il ul ll l 'llll l llll p lll tin lt.


0 tll 11i t I tilll ii,; I'l) re ri s
I cs. H 1 ii '

I ,I i Ii liill v' iilull I sc lal
I v o ill) 1c]

Nv II y i1 pIl as t A Clni l aiil
(o ;>lls Iv K uil. a Ashf')r(l.
M()Iis 'ri HIobert Asl 1, 's i't
arlVi llve Oiilganlldi aipris 11
drlixIrin Ancil-n soldatl t ttllill rll'
I ilin lic'nlce d' plllote 11 do
hille mnodestemnent comme'
inlir'cnstia re surl les chian-
1 ,1., (1, (*I.ol;tr'cl[i)1 de rtu
It IMas en miiniee tenps sits
aciii'lls. dans le domaiine
soci lI en partlctlflhr dalu s
lii fvanllsai fio' d o I' ll '
tills coux ( 1lll allmirti (hrv
lnr un|l]]ort il< l ridi s l'Oti -
lilt usfs'111wi ll'; dill'. 10111
II a tl lc i'lie illsit p:t1
ill prii 'nile l' Pr scld ii dtiI


pys, MonsIeur Milton 01)0-
I,i,. don't, 11i sll a Il tll6vl-
t"lon mine sol'lt d'agent de
piilicllt. tout en jouiint un
ci rl.aii rule dnalis les Se'vi-
ces do se curiti .

i.i t rilutrhas elntrr lea deux
h'lliiiianrs dll'tiorri nt inllls
,I M uii ildir i. lollb sl (i .J ll116
nvo Idl AAinl. u qul 11 90rl,
di,' ll l, lolic' li ;que c l' i-cl, ai
lotrs cololnl, est, charl'g6 en'
1905 (i lita liaiso l lre r Iri le
I iuverl roni I Ougiiiidals et
iin pi4ouve rl'lmienit conigolols
rebrlie' ill6 i t1 s i Iley-
vii h, Iinliihiltin' t Kisinga-
III, Z111 .'e ).

Avc 'nrrive dCli Presdi'lenIt,
Aillni ln l I ivoir le role de
Bob Astles Ornndit. Il de -
vilint line sort de conseil-
lhr pour les Affaires inter-
11;1liolnale's, d'Ambassadeur
ojficieux et, plus discrete-
Iil ll orgalnisp uin service de
rcniiseignenment tics efficace.
Lp Marechal Amin le cliar
cc de tempss autres de mis
S!OIns poll ile li's. commmei
(c(llh de llttr contre la cor
riiu ioln. (ii i viini lt a 1
tI '.> Ir e 'rzlde (I!, co')iimaln-
d(hil iM:iiorl' l di solidmsl
lllllmitl daIlls I'r t I'aur(
(lu Mlarechil-President "
Vir


Los relnotlons entro les
deux humllies no sont pns dl
nu6es d'oriages. En 11172 Mon
seiiir Astlestlicst aecus d'dtre
A liI Iols illn cploihi d'Obote
ct. des B1311itnnqiues etl st, In
terrog6 i plusieurs reprises,
ldont i 1'ol en l ri(tsenee de
li t616vlslon. En Ju l lllet 11970
11 doll, quill.leir prcilpltai -
noent 1'Ouiiidia i, tra vers lo
liac VIctoria, rlsqlliihnt pour
sa vie.

Depuls environ 18 mols, cc
penadnt, le role de eMister
Bob(i coinme figure publl -
cue avail seinslblement diml
niue. sans queO l'on pulssc sa
voir sl son influence aupris
dcii nmrelhal Anmin ou de ses
cllt vl.c.s daius les services
de rlnseignlements et, de se-
curlite avwilit, eOe modifies.
11 semblait cependant pas
ser la plus grande partic de
son temns a s'ocuper de (Ca
pc Town Villas, a la fols rc
sidence du President Amin
ct hotel restaurant non loin
de Kampala, ai bord du
L:ic Victoria.

Bob Astles est marid en
seconlide noce 6 uine otugan -
daise' diplomne de Cambrid-
'.( Mitdaumeo Mary enkatuka
qeui, apreis une l(carriere rapi
d& dans la function p1ubll-


Ouganda : Bob. Astles


que a 6t6 nommine en Jan-
vier 1977 Ministre des affal-
ros culturelles et du dkvo
loppcment communiautlre.
El Ie Ot acttuellement centre
les nlmins de lita Police k
Kampalia, ipoilr sa propre
protections disent le nou-
vellcs autorltqs.



Gterisseurs et
sorciers du
du Mexique
MEXICO, (AFP)
En plein siAcle de IAto-
me, quand l'homme voyage
dans l'espace, vingt millions
de Mexlcalns ont encore re
course aux guerlsseurs et sor
clers pur soulager leurs pei
nes physiques, selon un rap
port de 1 Universite Nationa
le de Mexico.

Les guerisseurs et sorciers
siclcs, surtout dans les
du Mexique ont depuis des
regions encore peupl6es d'in
d.ens, une connaissance tres
poussoe des plants mddci-
nales du Continent (envl -
ron 350 selon le rapport,
don't l'action est combine a
vec une psychologie simple.

Malgr6 le nombre global
de medecins (34.107, soi.t un
pour deux mille habitants)
et l'importance du person-
nel para-medical -- 123.823
personnel -, certaines r6-
clons, relativement isolees
malgre les measures gouver
nementales qui obligent
tout etudiant i fare une an
nee de stage en zone rural,
sont sous Oquiptes : peu d'6
quipement medical et pas de
funds.

Aussi les autoritts s'ap-
puient-elles sur les sorciers
et guerisseurs. appliquant
ains; les recommendations
de l'OMS : admettre et ai-
der la medicine tradition-
nelle. Certes les sorciers ne
recoivent pas d'aide directed
du gouvernement mexicain,
mais ils ne sont ni reprimes
n' combattus, sauf .en cas de
delits lies a. leurs pouvoirs
surnaturels.



MAGIC CINE

Un film qui ne laisse pas
indifferent tant par son pro
,pos que par sa realisation

Le commisaire NIMAN est
assassin dans une chambre
d'hopital alors qu'il se re-
met a peine des suites d'une
intervention chirurgicale. U-
ne enquite minitueuse com-
minlce. La police decouvre
que NIMAN etait ddtestd tanr
pour ses methods que pour
ses theories. En outre duran
1l e('iu(tc on dcconvre sa re,
ponsabilite dans la mor
d 'ue1 jlunle femmne. Erickol
10 miliri de la femme mort,
esi, s(il) pqonne de ce meur
I ri luii aussi appartient
It police. ERICKSON COM
MET DES ACTES DE FOLII

Commr(, va 1-il manifesto
S;:i i alliiour, son d 'esspoir
(C st la Ie commencemen
d'un drame policies explo
sif etl anguissant. La police
parviendra tell a mettre l1
mlailln au collet de ce fli
,sur le toit .


21 MARS AU 19 AVRIL
iBELIERI

La sant6 de quelqu'un
vous pr6ocoupe. Si Vous
vous sentez fatigue, reposez
vous mals n'oubllez pas les
devoirs que vous Impose la
sociabillt6.

20 AVhtiL -'UO 20 CMAI
(TAUREAU)

Vous aurez une activity
mondaine. Les amis qui ont
des difficultds ne sont peut
etre pas la meilleure socid
te possible pour vous.

21 MAI AU 20 JTJIN
(GEMEAUX)

Sulrveillez vos nerfs. Vous
risque de mecontenter un
ami par un accts subit de
mauvalse ,humeur. Consul-
tez autrui avant de prendre
des risques professionnels.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)

Evitez les discussions d'af
fires. Lea projects de voya
ge sont sujets ad des modifi
nations. Des amis qui sont
au loin ne sont pas d'ac -
cord avec vous.

23 JUIOLL-T AU 22 ABOUT
LION)

Vous n'aimez pas les nou
velles rescues de loin. Atten
tion aux affairs: ii y a un
grand risque de complica-
tions.

23 ABOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)

Evitez les desagrements a
v/ec des allies proches, au
sujet de finances. Ies part
naires emettront des reser-
ves au sujet de vos plans.



Pharmacies
assurant le service
cette nuit
. SAMEDI 21 AVRIL 1979
SLAVOISIER
Lalue
t DU CENTRE
L Rue Enterrement
- MERIDIONAL
Carrefour

DIMANCHE 22 AVRII. 1979
e APOTHICAIRE
t 3e Ave Bolosse
r BON SECOURS
SRue Tiremasse
t DES DALLES
1x x xx x
e PETION-VILLE
PETION-VILLE
. REGINA
Place du marclie
E LUNDI 23 AVRIL 1979
Rue Oge
6 TOTAL
. Rue Front Fort
t DE LA SANTE
- Rue Pavee
e SIMON
I ler R Beauboeuf
c Ave Fouclhard
DU QUARTER


Attention aux irritations LI
mineures. C
8
23 SEPT. AU 22 C ,TCBRE
BALANCES A
Trop de mondanlt6s fe- 0
ralent du tort e votre sant6 A
Des dipenses lnattenoides C
crCeront un conflict avec au
truly. Attention a votre r6gi 6
me, L

23 OCTOBRE AU 21 NOV. C
(SCORPION)
A
Vous serez agacd par un C
probleme de travail. Un A
peu de detente camera vos C
nerfs, mais attention a ne 1
pas aller trop loin. 6
F
22 NOV. AU 21 '"EC. 'C
(SAGITTAIRE)

Une sortie projetee dolt 8
6tre annulte a cause des
conditions domestiques. In
vitez votre prochain. mais
que votre soiree soit paisi-
ble.

22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)

Des invites inattendus
boulcversent votre train-
train. Des discussions vous
laissent des sentiments con
trastes. Ne parlez pas de ce
que vous ne pouvez amelio
rer.

20 JANVIER AU 18 FEVBIE13
(VERSEAUi

Gardez vos idees original
les pour plus tard, quand
autrui sera plus receptif.
Les depenses croitront si
vous n'y prenez pas garde.

18 FEVRIRS AU 20 MARS
(POISSONS)

Vous dies en disaccords
avec un conseiller au sujet
d'une question financier.
Evitez un comportement
trop indulgent envers vous-
meme. Exprimez votre opi-
nion. mais avec moderation

SI VCUS ETES N R
AUJOURD'HUI

Vous etes imaginatif et
pratique et avez des diffi-
cultes a concilier ces deux
aspects de votre nature.
Bien adapt au service pu
blic, vous pouvez offrir vo
tre contribution a l'amelio-
ration dui bien-etre general
Votre nature inventive fera
de vous un guide dans le do
maine de la pensee La mu
sique, la peinture; la littera
ture, la sculpture, la poesie
la science et la philosophies
sontiL rtainhs (ils secteurs
oi vous pouvez montrer
quelque originalite. Dans
les affairs, le droll; l'indus
triec 1'immobilier; vous etes
bien place pour riussiri;
maus il est importuait que


NS NOS (


CAPITOL
Tie


VOTRE HOROSCOPE
Par Frances Drake |



DIMANCHE 22 AVRIL 1979


votre occupation reflete vo Samedi 21 Avril 1979
tre ideal et emploie vos re LES DRAKKARS
m:trqcuables dons intellec -
ltu.el. x x x x

ioocc/os/scoscoseosc/ S lfa'


Dimanc
N 2;50 3;
S BRUCE
L'INVIN
S Lundi
t SIMON






S A la
nous a
nant la
TI a un
cllste i
sil, un
Bravo
te nouv
de v61c
dans m:
jours d
nait pas
essor en
connafitr
dernieres
notre re
risait gu
ment. L
ment, 01
chance
moment
orable.
assez 1
6clat .d
vanisait
me, spo
cellence
Europe
dans le
6vreuves
pes reti
du pass
catif en
des v6l(
va reba
Vel'd'Hi
renaltre
qUi a c
S poque


he 5h 7h 9h G 2,00
00
LEE
NCIBLE
6h 8h G 1:50 2;00
LE PECHEUR


CAPITOL I
BAMEDI 21 DIMANOHE 22 12
LUNDI 23 AVRIL 1979 1E2
R1X UNIQUE $ 1-00 6
2 h 2 h 4 hres El
h 8 h 10 hres. c
EGITIME VIOLENCE u
CAPITOL 2
lAMEDI 21 DfANCHE 22
LUNDI 23 AVRIL 1979 1
vant 2 h 30
'des. 3-)0 0
kpra 2 h 30 E
ades, 5-00
2 h 2 h, 4 hres
h 8 h 10 hres
LE RETOUR DU CAPITAINE
KEMO
'APITOL 3
SAMEDI 21 DIMANCHE 22 E
LUNDI ?3 AIRIL 1979 6
Avant 2 h 30 E
ides. 3-00 j
ipres 2 h 90
Gdes. 5-00
2 h 15, 2 h 15 4 h 15
h 15 8 h 15 10 hres 15
FORCEE NOIRE
CAPITOL 4
SAMEDI 21 DIMANCHE 22
LUINDI 23 AVRIL 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 b 45, 1 h 45 3 h 45,
5 h 45, 7 h 45 9 h 45
FANTASTIQUES
SUPERMEN CHINOIS

X x C z


CINE OLYMPIA
Samedi 12 hres 2 h 4 hres.
6 h 30 et 8 hres 30
Entree G, 1-50
LA PLUS GRANDE
REVANCHE DE BRUCE LEE
Dimanche 12h 2b 4h G 1;50
Sh30 Bh30 G 2;00
LA LUTTE
Lulndi 12h 2h 41 G 1;50
6h30 8h30 G
GUNN LA GACHETTE

xxxx

DB LUWE CINE

Dimanche 7h 9h $ 2;50
LE CHASSEUR DE CHEZ
MAXIM'S
Lundi 7h 9h $ 2;50
LE CHASSEUR DE CHEZ
MAXIM'S
$ 2;50

X X X T

Rex Theatre

Samedi 12 2 4 6 8 10 hres
SISSI FACE A SON DESTINY
Avant 5 hres
Entrde G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entrde Gdes. 3-00 et 5-00
Dimanche 10h A.M. G 1,50
l.A FURIE DU DRAGON
Avant 5h G 2,00
A partir de G 3;00 5:00
ADIEU, JE RESTE ...
12h 2h 4h 6h 8h 10h
G 2,00 3,00 5.00
Lundl 12h 2h 4h 6h 8h 10h
ADIEU; JE RESTE .
Avant 5h G 2:00
A partir de G 3:00 5.00

xxxx

RANCHO CINE


A PROPOS DE LA COUPE
CYCLISTE CALOI-ZURAIK

su'fe des articles que gable souvenir.
vonds publics concer- Grace au ciel, on y re -
a participation d'HAI vient. Revanche du muscle
ne grande course cy- sur le petrole, pourquoi pas?
nternationale au Bre Applaudissons, et preparons
lecteur nous 6cri.t : nous. Quel Haitien, fervent
o pour cette excellent de ce sprt delgant qui allie
velle. Grand amateur intelligence et courage ne
o que j'ai pratiqu6 se rejouira pas de voir de
na jeunesse, j'ai tou- revoir les couleurs de notre
leplord que ce sport pays dans une competition
connu un plus grand international ? L'espoir est
i Haiti. On doit re- la, mais ne coupons pas le
re que jusqu't ces bl6 en herbe.
s anndes, 1 6tat de A ce propos, je tiens A di
seau router ne favo re combien j'approuve la sa
uire son ddveloppe gesse de la Feddration Hai-
es choses, heureuse- tienne de cyclisme qui, sai-
nt bien change et par sie d'une proposition bien al
cela se produit a un lchante de participer h une
t particulierement fa Opreuve international press
En effet, apres une tigieuse, a pris conscience de
Longue prliode sans la responsabilite morale
ans les pays oti il gal qu'elle comporte et a obte
t les foules, le cycles nu le ddlai de preparation
ort populaire par ex ndcessaire la formation
e, revient en force en d'une 6quipe bien selection
et un peu partout nee et bien prdparde. Si le
monde. Les grandes plan proposed est conscien-
s routidres par 6ta- cieusement appliqud, je fais
rouvent 'engouement confiance la FHACA pour
a4 et, fait plus signfl que 1 annde prochaine au
core, on reconstruct Br6sil, Haiti place sur la
odromes. A Paris, on ligne de depart une 6quipe
,tr un gigantesque avec laquelle nos rivaux
iv, bientot on verra sud-amdrlcains, antillais et
les Six Jours. Celul marocains trouveront a qui
ormu cette brittante parler.
en garden n IAnata Jacques COICOU


i I f@q, ei-0 Ow om o4 -o DAI


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE...


Les nouvelles lines fluides de la CELICA ont ite proqrammies sur ordinateur pour lui assurer un minimum de

resistance da air ainsi qu'un maximum de stabilite a haute vitesse

PASSED NOUS VOIR A LA



HINOTO S. A. Rue Pavee Tel. 2-0658


-- -C~.-p~~,~s~sn~ lr OO~ac 74


--. ;-- -- -~--------~--.-. -.-,~~ ---a MEDI 21 ET DM"C HE 22 AVR II L 1979;."


CINEMA


IMPERIL
AERIALL J
AMED1 21 DIMANCHE 22
LUNDI 23 AVRIL 1079
h. 2 h. 4 hres
tree Odes. 5-00
h 8 h 10 hres
ntr6e Odesm, -00
COOL
IMPERIAL 2
AMEDI 21 DIMANCHE 22
LUMDI 23 AVRIL 1970
2 h, 2 h 4 bres
h 0 h 10 hres
ntr~e Odes. 5-00
ntrse Gdes. 8-00
3E L'AUTRE OOTE DE
MIMUIT
MPEIVIAL 3
SAM I L21 DIMANCHE 22
LUNDI 23 AVRIL 1979.
2 h 2 h 4 hres
Entree GOdes. 5-00
h 8 h 10 hres
;ntree Gdes 8-00
:NFANTS Gdes. 3-00
LES REQUINS DU DESERT

x x x x

AUDITORIUM
Samedi, 7 hres
.A PLUIE DU DIABLE
Entrte Gdes 2-00
Dimanche G 3;00
SON DERNIER CONCERT
Lundl G 2;00
CRIS ET MEURS




CINE LIDO

Dimanche 10 h. 12 h. 2 h 4 h
Entree Gde. 1-50
EVIDENCE
6 h 8 h 10 hres
Entree Odes. 3-00
DRAGON NOIR CONTRE
DRAGON ROUGE
Lundi 12 h, 2 h. 4 hreis 6 h.
Entree Gde. 1-50
DRAGON NOIR CONTRE
DRAGON ROUGE
8 h et 10 heures
Entree Gdes 2-00
LE BOUCHE TROU
x x x x

CINE TRIOMPHE
SALLE I

L'INVASION DES
PROFANATEURS
Entree : $ 1.50 et 2.00

SALLE II

LA PETITE
Intree : $ 1.50 et 2.00

SALLE III

LA RAISON D'ETAT
Entree : $ 2.00

SALLE IV

LA CARAPATE
Entree: $1.50


ETOILE CINE
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
LE CORIACE
Entree Gdes 1-50 et 2-50
Dimanche 6h30 8h30
LES DEUX GRANDS
CAVALIERS
C(; :3,00
iiundi 6h30 8h30 G 2,50 3,50
LES DEUX GRANDS
CAVALIERS
X X X x

MAGIC CINE
Samedi 6 h et 8 hres
LE CIEL ET TOI
Entree Gdes. 3-00 4-00
Dimanehe Sh 7h 9h
UN FlI.IC SUR LE TOIT
G 4:00 5 .0 0
Lundi ch 8h G 3.00 4,00
TRAHISON


PARAMOUNT


%%%%%%%%%%%% %c M-4 0 W-14 0 W-14 P-1 C rp-C/~


=OZIGIZO-I.C.-C-cle-11-1 Ce.


- ---u--c---- -------a~OC~C~~a







SalMFDI :1 ET DIAIANCHE 22 AVRIL 1979






DAYLAX


(SIull.3 c i a lh 're Jr ]p e)(

p il tI ll I tU'ill lI p)[ l l tlls
ilitjIi t t borud tdilu (t:,',-
puir cl tolI' litlt' d''aolosn

N lls S 1ithls 5i)sttimblie cxi
Ii l it' l tllA ',eE 1 tC Job,. a
l.t lliltere dei doctrine t'.
Ilr'tli nrt a lm d't i/l-.ti dUt
tInlxt)tr (tiais Jre ds'roiaoti-tnr
'inlnl (I1:t dltd vlt'ndron-i Its
t nps d npreives nous.

L.A OiTUATION DE JOB0

Voyons. cnl aatllen..nt. 11
tuatnlio l untenable de Job
C't homme avalt bu sa cou
aV' dU soull'raaice jusqu'A la
] It i 1 oI'i poiivati plus.
(" I nintlistl l .1 .s sSt crime e
M" smupirs senit ma' noiur
i l me's cris se repanl
'nt rcommT :(\1i Jc J nal
it' : iiic tntih', tn; paix, ni ret
p- c 1, llto le bscst 'empa.
I i. Ti 3 24-26,.

L 1 I'P Im iini (nCont Job
11' .pp piir Satan drI


li L(te UaIx pIles, 1e fIttalalt
..it iu t o t t" I li ltttfieo jt jour
.l niltl. conu Ie tl c etail, d.
t't so tuOllrnccnt q 11 d1ivait,
\ lvre A raus' de' sR'S aUro--
ci's doutkurs, it poaujsislt des
'rnmissenlliti tSt ails repit.
'Pour lal'-e comprendre comr
1intni c gttmissi'rtet's e-
i tIl in t',-...:'is, Job Ks
compare auxi rilgSset'lllntss
(i'ue irlouitllI la ie,scade d li(t e
in.ss,' deau. S1.n trouble pro
I itd "t sies sOljltranceis ex-
t;i mli l eI portialent ;i soei-
haltl"i q '1111 ineut jatitiIs 1vu
hI' it:"u qtl (l il lil mort all
ll,,,lllclli t l i. la in s:;s'anC .

Jr c .;[i oncl(h mainte-
nint dit-il je s e r a i s
t:'.I]jn l!' I" dl orm irals, je
'r ,tL z i J') : 13 Ne
l Ian i moiirl'0 Job elait
i i, l C1 s ( i'spotr. II
d k 1,l- i ,IAI u1' tl ,' I-s F 11 Ctit'
c'it pit tiord tahattument, p:ir
'ct q 1 l 1!,11( : it la ca l'e
r ll ( If' s Vs Ciiolluv s., et le
pt!:i di Dili! poullr son rlie
liissrm'1ent liains la prCIsp'ri
tLe :'l I'avell.r.


LE NOLVELLISTI


Laxatif au chocolate Vainqueur de la constipation


PROPOS
DIERAISONNABLES

Le deraiilncmelnLt dIe Job
'est. mnlleitstC dtis ses pro-
pus Job mautdlt Ic jour cle
sta itss-ince eto disailt : CCc
jouri! Quit so change Cnt
Lutt bres, flu Dieu n'iln all
poilt foIctl dant le liel, et
qute la luilltlern pe rayonLne
plus sur llUi (Job 3 : 4). Jobt
cnitead dire par IA que le
jour de sa niassansee oli ef
f'ace de i'hst oire, et qtie
Dien ticorndere ce jour corn
me n'ayant point existed. Job
a tort de parlsr ahLisl. Car
Dieu est Le Maitre de ['his-
toire, rien ne petit frustrer
. s ptilans. Au contraire,
beau-'oup d" hoses arrivent
dais la vie, rien que pour
concourir all plein sucrs
des plans de Dieu. Nous ne
pouvouls pas comprendre ces
hoses A cusIe des limita-
tlons auxquelles notre intel
ligen.ce bumaine est assujet
tie Mais ce qui (cst certain,
Chest que quano( les enlan.s
de Dieu sont imnpliq(es,. is
sont t'obj -.i ailbtitit i san


0 ,, ; ,,',, ,,7, ,,,, i., '57,,-,., '" "_ '5', @ @ @ @ ;@ ( @^


0 @






| SALON DE BEAUTE



$ 156 Rue des Miracles 156 n
@ @

Le Rendez vous des Femmes $



SEegantes


0no


clnJe i e la p1rt t4 Dieu lutl-
ntome .' Ce n'est done pas
aiux infants dc Dieu de nmtu
dire ie Jour do lear na issa
co. Au contraire, ils dolvent
benilr Dl(.u de ce qu'll Is a
appeals A la vie. Car Dieu
fall tout pour un but.

Par allpeur. t" fagon don't
Job parole de 1 h mart Cst en
core une iudicatton qu'il de
ralsonne. Un cinyant ne dolt
pas souplrer aprcs &l mort.
II nE dolt point coruilderer
la mort cowmre une echap-
r6 de mols (Job :24-26).
siques et asx pines de sette
vie. Prenans l exempte oe
'Apottre Paul. 11 salt que la
mort Jul est un gain, mais
11 ne souhalte pas la mort.
Fcoutons-lc pirrler aux Phi-
lippicns : <,Te suis prose"
dles deux cotes. J'ai le destr
de m'cn aller et d'tre aveit
Chris,:. ce qui do beaucouip
est le mcilleur inais A cause
de vous, il est plus neeessai
re que je derr cure dans la
chair. Et je suis persuade,
Jo sais que je demeureral
et quo je resterai avec vous
tots pour votrr avancernent
et pour votre joie dons la
foi 'Phil. 1 23-25). Le cro
yan1t dolt aspirer A vivre
pour Christ. Dieu connatit
nos sounfrances1 ept os miise
res, et il ovui nous donner
la gracee ce les supporter
aussi longtenmp. qu'ii liti
plait d.e les taisser suivre
leur course. Dieu connait
nussi ce qui rAt bon pour
notre developpement spiri-
tuel. Nous devons nous sou
mettre a Sa Volonte sans
penscr s .la mi)rt comi-'ne
Inoyen de mettre fion a nos
1misres.

Lorsque Job proclame Ics
avantages de la mort en di
sont : les meehants. et lh repo-
sent tous ceux qui sont fa-
tigues et sans force. Les cap
tifs sont tous en paix: ils
n'entendent pas la voix de
l'oppresseur. Lo petit et le
grand sont la et 1'esclave
n'est plus soumis ta son mai


tre (Job 3 :17-19). Job,
sans peut-ctre s'en rendre
compete, encourage le suici-
de. En Lant qu'homme de
Dieu, sa faqon d'6valuer la
mort est un dcrnilsonnement.
D'autre part, Job a soule-
ve le problem de la souf-
france en se demandant :
tPourquoi (Dieu) donne-t-
11 la lumiere A celul qui south
fre et la vie a ceux qul ont
I'amertume darts rme ?b En
posaon cette question, Job
ignore e DieuR a en reser
ve pour Lul de grandes be-
nedictions quand ses temps
de souffrances seront A leur
telrae. Dans Eon ignorance
de ce qui l'attend plus tard.
Job souhaite la mort. Or pa
radoxalement, Dieu a emp5i
che Satan ile donner la
mort ,i Job. LI problem de
Job, c'est qu'il ne salt pas
encore que c' ,t par la souf
france que Dieu entralne et
arme ses enfants pour une
plus grande maturlte splrl-
tuelle.
En effet, lorsque nous fal-
sons experiencee des souf-
frances, nous inous rappe-
Ions notre Iragilite, nods re
connaissons no tre dependan
ce Ge Dieu et nouz comp-
tons beaucoup plus soir la
grace diviii.

Ce nest pts '.oujoums vral
que ceux qui ont Iamerto-
moi dans 1'ame s,.ralent trans
portes de joie et saisis d'al
legress. s'il t--ouvaient Ie
tombeau. La encore Job de
raisonne. Car les vrais cro-
yants di.,nt .: Amen,,
quand 1'Ap3tre Paul affir-
mr aux Coiln' .iens : Nous
ne perdons pas courage et
lors meme que notre thom-
mne exterieur se detruit, no
tre homnme inmerieur se re-
nouvelle de jeur en jour.
Car nos legcres afflictions
du moment pres-ent produi-
sent pour noLis au-delt de
toute measure, tin poids eter
nel de gloire, parce que nosu
regardons ncs point aux
choses visibles mats a cells
qui sunt nmviibles... C'est
pourquoi continue Paul
- parlant au nom des stare
tiens je me plais darns
les faiblesses d.ans les outra
ges, dans les cilamites, dans
les persecutions pour Christ;
car quand je suis faible,
c'est alors que je suis forts
12 Cor. 4 : 16-18: 12 10i.

JOB N'A PAS EU
LA LUMIERE
DE L'EVANGILE

Job a erre dons ses ral-
sonniements, parce quil n'a
pas ete eclaire par la lumie
re de I'Evangile de Jesus-
Christ. Dans le troisitame
chapitre de son Livre, lo plu
part de ses declarations
sent sorties dti son coeur
trouble, pare qu'il ,talt
plong6 dans le desespoir.
Job n'avait pas eu encore
par experience que touites
chosee; concoulent au bien
de ceux qui aiment Dieut
,(Raom 8:'21I. Sil avait de-
jk appris cclU, it strait plein
de confiaxIe i t Dkeu. Au
lieu de ma.idic' e ejour de
sa n1aissance, au lieu de
chanter les bienfalts de la
mort, au lieu de douter de
1'efficaeite des souffrances
dUns la vie humaine, it au
ratt alutut revive son espe
ranee dans 1 i uonte et dans
la misericorde divines, en
attendant que Dieu lui fas
se comprendre pourquoi il
l'a laissc travetrser des temps
d'epreuves si dures.


SEMAINE LE SERMON DE LA


Rev. Lu; R. NERFE F




DE,

Le No 1 dan,



TV SANYO 19 Pouces
91 T 51 KW


PACE 5


Sl des homines comme
Job, comme Elie et comme
Jeremie, ont Pu a connaltre
des jours de profond ddses
poir au point de desirer vi-
vement la nort, nous de-
vons nous-mn-mes eLre sur
nos gardes, afin de tenir fer
me devant les vicissitudes
de la vie. Pour cela, 11 nous
faut prier sans cesse et
nourrir notre lot chretlcnaie
des prome"ses de Dieu dans
la Bib!e, tout en fixant nos
regards sur le Seigneur Je
sus, le Chef et Le Consom-
mateur de note fol.

X x s
A vous qui n avez pas en
co'e accfptpe le' Seigneur Je
sus eornUi-e votre Sauveur
personnel, nous n'avons
d'auUie exhortation A don-
ncr Inon que de Lut liver
votre vie entierement Cet .tn
ce mom2ntt Inmme. Alors
quand vie.ld'o:It vob jours
d'epr-tuves, l!s vous trouve-
ront0 sur le Roct L, les vents
en Ifrie et lea tempetes de
chaiimtes tte pOUtrrunt pas
vous ebranler c r ccux qui
sont en J,.st;.-Chr.s sont
blen gardts. Le Seineucr JQ
sus ousll servi de rEm-
part conlre i-s pitnsees de
iecourage men l. li puginn-
tra vos eric : '." t' .rt t l-
les II fera briller p.tar vous
la lumiee au :.(-in des tene-
bres Et phus ICE veu'.s con
traires se dtcicainerunt con
tre vous pcur vous renver-
ser, plus votre foi s'afermii
r'li pir ies prcmessr.s ide
Christ. Ainsi Ie touts \;s
souffrances, ('e tou' es '."1:
terribtes e.:p: icinces, vutt.
sortirLz pius riic vaincuFLur.
par la force t.que deploicra
(n VOUS le S?;!gneur Jesus-
Chiist. votre Seigneur. Qu'i
Cen soit ainsi '-our vous. A-
mcn.


CORAMA

s la decoration interieurc


TV RCA 19 Pouces
AB 197 W


SOyONS
SUR NOS GARDES
Job nest pas te seal ise
plaindre inutilement au
sein des soutffinces. I ty a
eu d'autres homimes de Dieu
a commettre li. meme e.-
reur que Ltd. Ii *y a par
example Elle et Jer,emie.
Elie, apres avoir fait egor-
ger les 450 prophetes de
Baal, fut menace de mort
par Jezabel. Itl tait fort de
prime. Se sentant en grand
danger, 11 demand la mort
A lEternel en disant : C'est
assez Maintenant, Etermel,
prends mon arie., 1 Rois
19 : 4).
J1rtmie, de son cate, a-
pres ses expPriences malheu
reuses ave Paschhur qui 'a
battu, ensuite ['avait jete en
prison parce qu'll prophfti-
salt sur Jerusalem. fut en-
vahi par une vague de dt-
sespoir, face a la persAcu-
tion qui Aclt.ta contre lui.
It maudit le jour de sa nais
sance comme le fit Job et.
souhalta qu'll mourut dans
le seln de sa mere, pour ne
pas cosuimer ses jours dans
la honte (Jer. 20 : 14-18),.


L BLOCS E.R.F.


IETS.RAYMOND LAMBERT]

-.. 'Materiaulx de Costruction -


V LE NOUVELLISTE
QUOTIDIEN FONDE, N 1896

F ROPRIETAIRES : PIERRE CIIAUVET

ET MAX CHAUVET

S DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS


ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET






S"LE BISTROT"

RESTAURANT. PlZEnIA -

uAR- GRIL.L- CREPERIE

SVotre rer4dez vcua

de midi a 1 h du martin

Mentu Special lunch

Chahnu Soir DIner Dansant

av.: ,i5istrot Combo,,




(Ouanga Haiti Show
,* Vendredi scir



( Bistrot Show>)


2 S Ectaclesa D ifrents

c Ihau semalne

I Le Bistrot- Tel. 2-180S I


Bienvenue en Europe.


$320.00

DECOBAMA 243, LALUE,

OUVERT TOUS LES JOURS DE 9 H. A l H P.M. TEL. 2-2257


"ZIA "Op


r//~szP~/css~ss~z~/rLc~sr/~ls~sl~l~ls~-l ~























Colnslderant qui'a i terte(
dui Conl.rIt slgnt le 24 janI
v'er 197118 ntrel 'Et Hal-
ItIIn e la ,Haytlln Anmerl
can Meat and Provision
Company, S.A.. (HAMPCO).
La HAMPCO s'engage a
construire i ses frals un
abattoir moderne;
Considerant qu'en vue
de exploitation rationnel-
le de l industrie d'abattage,
11 Importe d'accorder cer-
lnines facillltes la HAMP
CO;
Consid6rant qu'll con-
vient de modifier l'article
5 du Decret du 31 janvier
1978
Sur le rapport des Secre
tires lEtat des Finances
er des Affalres Economi-
ques. de lAgricultire: des
Resources Naturelles et du
Developpement Rural;
Et apres deliberation en
Conseil des Secretaire d'E-
tat;

DECRETE
Article ler.- L'article 5
du Decret du 31 janvier
1978 est ainsi modified et se


lira d6sormals ainsi qu'll
suit
Article 5.- En vue d'ame
lIorer la production et le
commerce de la viande aln-
si que les products drives,
la franchise douaniere sera
accordee it la merican Meat and Provi-
sion Company, S.A.s pour
les matleres premieres;
pour tout le materiel et 1'
quipeinent destine a son
entreprise sous reserve par
elde de se conformer aux
prescriptions de la Loit rd-
gissatnt la matiere.

Considerant qu'avec la
modernisation des Installa
tions Portuaires de Port-
au-Prince, il convient de
loter le Port Maritime de
Port-au-Prince d'une Zone
Franche a caractere indus
triel et commercial pour
permettre admission tem-
poraire des marchandises
en vue de leur transform
tion et autres operations
pouvant servir les Intirets
commnerciaux du Port et
lcur reexpedition sans paie
ment de droit a 1'Lmporta


a r e x, ) dgM O U RIo" a
I. P P P Po






TRANSCONEX, INMC











Depus depa pluseuis dnneees la TRANSCONLX
otfip un service rdpide 4conomique ei conmpletl I
couniairn scilti de MIAMI d PORT AU PHINCL
MdnKe'r'drilI OUS offrons dUS l un service pdI tlere
ies elats,les plus imporldrls des U S A a HAITI
Voi ocumenls son aussi prepares pdr riUus el nous
i) r ussi Id consolidation
P(,u' ido Iu' dmples intormdIons contacle,

MEIMBRE CHAMBRE DE COMMERCE D'HAITI
STRANSCONEX CONTAINER SERVICE. S.A.
3 Hue Du Centre F dage Ralph Perry
PORT AUPHINCE HAITI & [
TEL.2 1555


tion, des dites marchandi-
ses dtant considdrdes com-
me en transit;
Sur le rapport des Secrd
taire d'Etat des Finances et
des Affaires Economiques,
du Commerce et de l'Indus
tried;
Et apr1s ddlib6ration en
Consell des Secrdtaires d'E
tat;

DEGRETE

Article ler.- En vue d'en
courage et d'accelerer le
Commerce Ext6rieur, il est
cr&e dans 'aire du Port de
Port Maritime de Port-au-
Prince une zone denom-
mee : Zone Franche Indus
trielle et Commercialez,
qui permettra aux navires
de charger ou d6charger
des marchandises sans pas
ser par la Douane. Elle peut
occuper n'importe quel au-
tre emplacement aussi long
temps qu'elle facility le
Commerce Extdrieur de la
region, sl cet emplacement
est pratiquement realisa-
ble.

D'autres Zones Franches
pourront 6tre 6tablies par-
tout oo elles rEpondront au
Commerce Exterieur du
Pays.
Article 2.- La Zone Fran
che de Port-au-Prince sera
place sous le Controle et
la Surveillance de I'autori
te Portuaire Nationale
(APN).
Article 3.- Le Directeur
General de 1'Autorite Por-
tuaire Nationale est char-
gn de la Direction de 'Ad
ministration et de 1'exploi
station de la Zone Franche
de Port-au-Prince.
Article 4.- L'APN prescri
ra la forme et la manitre
de tenir la comptabilite de
la Zone Franche.
Article 5.- La Zone Fran
che de Port-au-Prince en
tant qu'etablissement public
est exempted d'imptts, con-
tributions et taxes general
meant quelconques.
A:'tile 68- Des marchan-
dises rhtrangires peuvent i-
tre amendes dans la Zone
Franche sanis entrer en Doua
ne et sans acquitter le paie
ment es d roits ni fournir
de caution aussi lonigtemps
oipe ces marchandises n'en-
trent pas a l'interieur du
pays. Cependant si ultsrieu
r( meit tine parties de la
marehandise est transferee
dans tin terriltoire sous rdoua
ne, leIs droits seront percus
tnclticmtentI stir la marchan
disc qui aura 6t effective-
ment transferee.

(M suivre)


LONDRES AFPP)
Les pays importateurs de
petrole dolventi reduire leur
consommation s'ils veulent,
eviter d'encourager de nou
veaux relevements des prix
du brut par l'OPEP, a de-
clare mercredl a Londres le
President de la Shell, M. Mi
chael Pocock, au course d'u
ne conference de press.
Son adjoint, M. Robert
Hart, Directeur GIndral, a
ajoute : ,L'OPEP ne permet
tra pas que nous lais-
sions simplement les cho-
ses s'arranger tint bien que
mal. Si nous n'agisions pas,
c'est I'OPEP qui agiras.
Les dirigeants de la Shell
ont ainsi tenu a appuyer, a.
l'occasion de la publication
du rapport annual de Royal
Dutch Shell, ies declarations
de leur college de la Bri-
tish Petroleum, Sir David
Steel, qui, la semaine dernie
re avait exprim& son impa-
tience devant la clenteurs,
avec laquelle les pays im-
portateurs de petrole deve-
loppent los sources nouvel-
les d'energie ou adoptent
des measures de conserva-
tion.

Les dirigeants de Shell
n'ont fait aucun secret du
faith que leurs declaratiops
visent principalement les
Etats-Unis. A leur avis, le
programme Carter d'econo-
mie d'energie recemment de
voile n'aura pis le moindre
effet pendant 1'annee cou-
rante.



Amerique Latine

TENSION AU COURSE DE
LA REUNION DE LA
CEPAL
LA PAZ

(BOLIVIE), (AFP)
La deuxieme journee de
la 18eme reunion de la corn
mission economique pour 1 A
merique Latine (CEPAL) a
ete marquee par des ten -
sions apparues entire, d'une
part, les Etats-Unis, le Ca-
nada, la Grande-Bretagne,
la France et les Pays-Bas,
et, d'autres part, les pays La
tino-Amcricains, a-t-on in
dique officiellement Ven-
dredi dans la capital Boli
vienne.

Les disaccords portent prin
cipalement sur les measures
protectionnistes prises dans
le domaine commercial par
'es pays industrialists Occi-
dentaux. ainsi que sur la po
litique des multinationales
en Amerique Latine.


Les pays Latino-Ameri -
... *-: cains ont adpote une posi-
S ltion commune ((de bloc,, fa

parce que, m4me sans gros revenues, les hai- s Occiesproblumes, mettant
lesOccidentaux en minori-
fiens savent maintenant comment mettre te. L'Uruguayen Enrique Ig
de I argent de c6t6d tour les mois pour le lesias, Secrtaire executif de
la Cepal, a clairement expri
fatre fructfier, me sa preoccupation devant
I le protectionnisme des Occi
parce que, m6me sans capital au depart, ils dentaux, mais a toutefois
S Ui pourront r6alisr tel ou tel de ces projects laisse entendre qu'un corn
dont s rvent depuis longtemps une ou- promise pourrait intervenir
don't "is rtvent depuls longtemps une r'ou- entire les deux parties.
velle voiture, une maison, des etudes plus Les delegu6s Latino-Ame-
tard pour Ileurs enfants et pour eux une, ricains ont pr6ne une poli-
d pour les infants et pour e une tique commune de leurs pays
reraite heureuse. pour exiger des multinatio-

( code de conduites dans leur
Spolitique ecoonomique. Les
SANord-americains et les Euro

LA BANQUE NATIONALE peens se sont opposes a cet-
te initiative.
Les reunions se poursui-
E LA vent de part et d'autre pour
tenter de definir one REPUBLIQ UE D HAITI mule de compromise sur ces
- deux points.

7aoooooooo0S050oooo~~oosoorcAo0s-gB 0, -------g--esos=091^


t -


TOUCLRD)


PEST'CONT L


Protegez vote maison


centre les termites .


------et-erhave-souris

------a-----AP---- -e l


M. Pocock a prdcis6 que
malgrd la reprise des expor
stations Iranlennes, la situa
tion de I'approvisionnement
mondial en petrole restera
tendue au moins jusqu'i
I'hlver prochain.

MIme sl l'Iran parvient a
maintenir sa production a
plus de quatre millions de
barils par Jout, ce qui nest
nullelment certain, a-t-il
dit, les disponibilites mon-
diales resteront infdrieures
de deux millions de barils
par jour aux besoins.

En outre, a-t-il ajout6;
les stocks mondiaux de pd
trole ne reprlsentent plus
aujourd'hui que 1'6qdiva-
lent de 64 jours seulement
de consommation, soit le
minimum souhaitable; a-
yant diminul d'une dizalne
de jours depuis Fan der-
nier a pareille Ipoque. M.
Pocock a done insists sur



Cours et Marches
tropicaux
NEW YORK, (AFP)
A Wall Street les course
ont assez fortement baissa
e nations
en raisfin des cralntes d'une
nouvelle augmentation des
taux d'intfrtt.


la n6cessit6 pour, les pays
imnportateurs d'6nergie d'a
gir rapidement sur trois
plans : nergle nucldaire,
houllle et conservation d'6
nergie.
Evoquant les craintes sus-
cities par accident de la
central atomique amdri-
caine de Three Miles Is-
land, le Prdsident de Shell
a soulign6 zqu'aucun desas
tre ne s'est product malgr6
une grave d6laillance ml-
canique accompagn6e d'u-
ne grave dtfaillance hu-
maine,.
Les risques prlsentls par
1'inergle nucldaire lul pa-
raissent done maitrisables.
de toute manilre, estime-
t-il; la contribution nu-
cl6aire est irremplagable.
Quol qu'il en solt, 11 faut;
selon lul; que la legon de
la crise iranienne alt ode
grands effects i long ter-
mez.

Quant a I. multlplicite
des prix dtsormais prati-
ques par les pays de 1'OP
EP, M. Pocock l'estime
complex; artificielle et in
quitanteo. D'apres lut, %cet
te disparity ne pourra du
rer longtempsc. Les aug-
mentations de prix, a-t-il
encore fait remarquer; va
rient depuis la fin de lan
dernier de 14,5 1 30 pour
cent suivant les pays.


Sur le march New Yor- -
kais des m Ntaux, repli du
cuivre et de 1 argent & la Demand
suite de 1'annonce du serieux
ralentissement economique Cotaticm
aux Etats-Unis au premier L'Electricit6
trimestre. Les course de 1 or ntrss
ont progress en revanche a les int.ressls
press les declarations de la cles suivants
tresorerie annoncant la r E- so
duction de moitie de ses ven QUATT
tes d'or dis le mois pro ARINTITEON
chain. Elles passeront de DESCRIPTION
1 5 mnillinns 'nces hL


750.000 once.


Sur le marched cerealier
de Chicago, les course du ble
sont inchanges, ceux du mais
et du Soja baissent legere-
ment.

Sur le march New Yor-
kais des products tropicaux,
les cacaos ont ete en baisse,
a exception de Mercredi oft
la tendance a ete soutenue
grfice a un regain de la de
made stimule par la bais-
se de la livre Sterling. Les
cafes i term ont enregistre
une progression. La semai-
ne a 6te irrigullire sur le
march du sucre oft les
course terminent en baisse
sur un march peu actif.



Analyse de
la croissance
Economique en
(BOLIVIE), (AFP)
La croissance economique
des pays Latino-Amtricains
a 6tt dynamiqueo ces dix
dernieres annees, mais la re
partition des revenues est res
tee inlgale selon les r6 -
gions, voire selon les clas-
ses sociales a 1 int&rieur des
p a y s respectifs, o n t
constatd Vendredi les ex -
perts de la commission eco
nomique pur 1'Am6rique La
tlne "'(CEPAL), rtunis i la
Paz.

La second journey ae tra
vail de la 18me serie de
reunions de la CEPAL a Wtd
consacrde A 1 Itude dans do
cument sur le processes eco
nomique des dix dernieres
anndes, et les rlsultats du
module dconomique regional
actuellement en vigueur.

Le prodult interleur mnut
(PIB) au course des dix der
nitres ann6es a suivi un
taux de croissance annual
de 5,5 pour cent, considdrd
comme suptrieur A celul des
pays en vole de dtveloppe
ment et1 i celul de certain
pays industrialists, note le
document. V6ndzu6la, Mexi-
que et Bresil ont enregistrL
une croissance suplrieure i
celle d'Uruguay, Argentine,
Panama ou Nicaragua.
La production lndustriel-
le rdgionale, precise le do-
cument, n'a pas atteint le
niveau project et dana la
majeure partle de 1 Amrti-
que Latine.,la part des pro-
dults industriels dans le
PIB ne depasse pas 30 pour
cent. Quant aux products ex
ports, leurs prix ne cessent
de balsser par rapport &
ceux des products Indus -
triels imports des Etats -
Unis et d'Europe, ont esti-
si6 les experts de la CEPAL.


le de
i No 17

d'Haiti avise
que les arti -
lui font be-


3-200
Aluma form 3 position for
mounting 6 pieces equip -
ment thru bolt mounted
(Ref : Peco Int Model P M
M-6) or equivalent to any
other brand.
2-50

Polyphase enclosures for out
door indoor service. Avai-
lable for 2 meters positions
with cover support and fol
lowing dimensions for inst-
de box : width legal 27 in-
ches.-Depth legal 101/2 in-
ches. (Ref superior switch
board Cat No. 4614-DDe
Ditto item 2 but for 1 me
ter position and inside box
dimensions : with 10 1/4
inches Height 26 inches-
Depth 10 1/2 inches. (Ref
superior switchboard Cat
No. 4614-SB.

N. B. Les prix soumis se-
ront C.I.F. Port-au-Prince et
les dates de livraison rigou
reusement tenues.
L'Elctrici.te d'Haiti invite
les interesses a soumettre
personnellement leurs of-
fres le Vendredi 27 Avril
1979 a 3 heures P. M. a 1'usi
ne Electrique, Rue Joseph
Janvier.
LA DIRECTION


PAGE I






LA VIE ECONOMI1UE


Franchise douaniere accorded


a la Hampco


Directeur


Petrole: AprBs BP, SHETLL


s'inquifte du risque de penurie


CONTRE LA GRIPPE

CONTRE LA POUSSIE>RE

:SUCEZ








DECONGESTION NEMENT DE LA GORGE
-- RESPIRATION FACILE
HALE FRAICHE
GRACE A

MENTHO-LYPTUS

en vente partout

UISrR. A ET G IZMERY
PHONE : 2-2144 2-0149
.logoe.. oooo Pcaossscooooao


Commergants Importateurs


Exportateurs


Nous prenons plaisir a vous adviser que nous

sommes a votre disposition pour vous fournir toute

merchandise, tout dquipement Industriel ou autre

de n'importe quel pays.

VEUILLEZ NOUS FAIRE CONNAITRE VOS

BESOINS ET NOUS NOUS MIETTRONS 4 VOTRE

I SERVICE COMME AGENT DE VOTRE COMPAGNIE, OU

BIEN NOUS ACHETONS ET VENDONS DIRECTEMENT,

SELON LE CAS

Adresser toute correspondence :

R et A ENTERPRISES

Administrative office

1417 Georgia Street Suite 415 Los Angeles,
California 90015 USA

Te16phone : (213) 749 8428 Cable : RANITCO


-------------,- ------- 0 = 0 O ---------


BASM.T 21 ET DIMANCHE 22 AVRIL 1979


AVIS DIVERS


IVIS8
Le Ddpartement Ju Com-
merce et de 1 Industrie avise
le public en general et Jes
produoteurs et exportateurs
d'6plees en partlculler que
dans le cadre de son pro -
gramme de promotion des
exportations 11 organise de
encert avec un expert du
Centre du Commerce Inter
national un Seminaire sur
la production et 1 exporta-
tion des spices. Ce Seminaire
pr6vu pour le 25 Avril au lo
cal de cette Secrdtairerie
d'Etat sera suivi de consult
tions individuelles on col-
lectives. Les interesses sont
prids de s'adresser pour de
plus samples informations a
sa Direction du Commerce
Exterieur.
Guy BAUDUY
Secritaire d'Etat 234

xx x x

PROJECT D'EDUCATION
GOUVERNEMENT
HAITIEN
BANQUE MONDIALE
BOITE POSTAL : 2162
R6f. No. :

Avis d'Apoel
d'Offres
La MIrectol sa du rojet
d'Education No. 2 Gouver
nement Haitien Groupe
de la Banque Mondiale,
dans le cadre de I'Accord
de Credit 770/HA, se propo
se d'acauerir Dix (10) Vehj
cules tout Terrain d una
countenance de cinq per-
sonnes. Ces VWhicules se-
ront mis a la disposition
du Project d'Education No
2 en vue de son execution.
Les documents d'Appe,
d'Offres peuvent. etre reti-
res tous les urs ouvrables
du 28 Mars 197q au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. h 4hres
p.m. i l'adresse suivante:
ProjeZ d'Education No. z
Government Haitien Ban
que Mondiale

C/o DEpartement de I'Ecu-
cation Nationale
Cite ae l'Exposition
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box 2162
Adresse tBlegraphiqua
PEGHBM
Port-au-Prince, ce 27
Mars 1979
Ina. Nicolas SAINT-LAU-
RENT


ADMINISTRATION /
GENERAL- sES
CONTRIBUTIONS
AVIS
Le Directeur oenerax des
Contributions confirme da
toute sa forne et teneur 1'a
vis en date du 13 Fevriei
1979 public dans les jour -
naux de la Capiltale. '
Cet avis est ainsi libell6 :
11 est demand aux p "-
pristaires et a tous les Imt
ress6s de communlquer, dans
le meilleur ddlai, a la Divi
slon du Contentieux de 1'Ad
ministtation G6nerale des
Contributions tous les titres,
papers, pieces ou documents
justifiant leurs droits sur
une propriete fonds et b&tis
ses, sise a 1'Habitation MATHE, Section de 1'Etang
du Jonc, Commune de P6-
tion-Ville.
Cette proprieta .Yune con
tenance de 5364m2 37, dtcla
rne d'Utilite Publique par Ar
ret6 en date du 19 Septembre
1978, Moniteur No. 71 du 12
Octobre de la mIme annie,
est born e au Nord par Gol
bert BIGIO pr6tendu pro-
priltaire, au 3ud par la Nou
velle Route de Kenscoff, et
A 1'Est par une route de pkIA
tration donnant accls A
la route de Kenscohf el
& l'Ouest par Madame Beda.
%insi connue, pr6tendue pro
priktaire.
Port-au-Prince, le 27 Mars
1979
ODonel FENESTOR, Av.
Directeur Gen6mel

xx x x

AVIS
L'Administratlon GOnerale
des Contributions rappelle
au Public en general et, en
particulier, aux Contribua -
bles assujettis is lImpt sur
le Revenu : Base Locative,
Base Forfaitaire, Chiffres
d'Affaires et Base Profession
nelle que la date de paie
ment (deuxitme Semestre)
de ces Impots arrive a Lchdan
ce le 30 Avril en course.
Cette Administration de-
mande en consequence aux
interesses de se mettre en re
gle avant la susdite date a
fin de ne pas encourir les
surtaxes de 10 pour cent par
mois ou fraction de mois
qui commenceront A courir
A partir du 2 Mat prochain.
Port-au-Prince, le 17 Avril
1979
Odonel FENESTOR, Avocat
Directeur General.


D&ratisation





Extermination




Fumigation


t


!





21 FT ri DIAIANCII t.1 A%'RIL 1179.


PAGE 7
MO amoc ._oMO O O M:--.nnoo -Oo c.


SALLE I
L'INVASOI DES PROFA1ErUP,3


CETTE SEMAINE


SALE Ii


LA rETI- 2


ILPri I i b I L q IJod'-,FI dcrhi~p K-L~aa
1'Lnvasion des Profantateurs;
Donald Sutherland Brooke Adaxns TLonardlNimoy
I I. ,J kF -(P41 --(4
P pali~b-LIL.S-A j1, pr1. d i liP~p ifn U rjulL prLesAr111'A966


,Avzc :Dona~dSuflurain et

PIROFAI4LURS Vanne ds Pro~ondr-rs de
I'espace, la gralne est sent~e. La

Uls arniventdiun.n L


L'I NVCA I @NL T; 24C !FC
U i cIIc h ,.3e rv r4- 2 (Ii ro'


Ki2e Caradismp, Susare Canadne, keke SI-; sort 12s int stes de ca
Fsilm de Louls Male
SALLE IV
LA CARAPATE


CALLE III


Sur demand prolongation d'une samanr ,,
Ils se sont attaques a un Gouvernement et ce Gouvernement
va s'abriter derriere un aruntent supreme ALA RAISON D'ETATh av.c
lequel il sert detruire n'importe Gui, n'importe quand, n'imberte colftlent.
Ce film est inspire de faits authentiques.


F'ddsateur des EItis : Le. Cortiaiud, la Crandc 7adroi.rlSe,
La Folia de orandeurs, Baby Jacob, Gerard
Oury nous revient cette fois avec son meilleur film :
LA CARAPATE 11 nous revient aussi evec Un
Pierre Richard plus irresistible que jamais dans une
semsatimnnelle, histoire des gfahgs visneli, un comique de
sitlations


Joooeoocw ~1 ~i t oaadL ~' z~.,eI~b'Oer


----~ I- -~ ----~-~~~---I-1 -~~---F--T------ ;r -.-.rr--n--r(-r~~-rrp--:l--r-y-l?;- _,_~. i.l----rF~~~~1~. -~-~~irg~-*3~~~-R~--ai-i-- ---------r~----r--- -rr -~- -r a-


- -


A U TRim. -IM








PAOE 8 SAMM 2.1 wr DIMA.OHE 22 AVRIL, 1979




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heares (an g*rmaaence) 6 heuares 10 et 8 heures to

CE SOIR S

$ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50 et .00 00 SAL I 2.0 SALE IV $ .50
L'INVASION DES PROFANATEURS LA PETITE LA RAISON D'ETAT LA CASAPATE \

?*oco~q-----------co^a&a^ooooo~oooeacoo^ ___c_ _


:: ---s -, -- -- -- -- -- aoo- eo--- -- -- eoz-- R 6o-- -- -
Mlessage du Pr'sident t vie de la Republique


Interrogations autour d'une liberation


Chers Parents
N'attendez pas tes der-
niers nmonmeit pour
preparer ia robe de

de lere
Communion


AU MONDE CHIC
a ui large choix ae tis-
sus Broderle Sulsse sur
batiste et organdi, mi-
nicare en 56" de large,
crepe georgette, t2rgal.
voile, dacron. dentelle et
entre dlux Valencienne.
grand assortment de
nappe. cretonne. plasti-
qute. serviette et mous-
tiqualres.

Pour les Bebes
robes, dherns o. brassie-
res et draps brodds ain-
sl que les draps four-
reaux pour les brands
berceaux, moustiquaires
et autres articles.

Pour la peau
Le savon Duvex pour
Deaux seches.

Au Monde Chic
Vous reserve toujours le
mRme accueil.
Rue du Magasin de I'E-
tat 89 Tel. 2-2672


( Suite de in lire Page)

sont en mal dc congress ?
Un reve iA la measure des in-
tcllectuels ?
Une batlaille dans laqulled
on entire sans baton ?
Une utopie spectaculaire ?
Un sujet de rigolade pour
los hommes ?
Du bla-bla-bla pour qui a
du temps a perdre ?
Un movement inconnu de
la majority qu'il concern
ne ?

Oui, c'est quoi ? Apres tou
tes ces interrogations, ie
vais me permettre une affair
matlon au risque d attirer
sur moi quelques foudres. La
liberation de la femme : un
generedx movement qul
nia'ttindra jamais sa pleni
tude. (Ouf c'est sort. je
n'efface pas.)
Parce que, some toute.
aiui osera et qui pourra nous
lib)trcr de ce qui 'ait a la
fos notroe grandeur et notre
servitude ? Parce qu'en som
me. de quoi nous plaignons-
nous ? Du terrible privilege
de mettre dos enfants an
monde et de devoir nous en
occuper avec affection et vi
gilance pendant que nos ma
ris vaquent a d'autres occu
nations ?
De ne pas avoir le droit
do nous rebiffer centre 1 au
torite marital ? Qu; a dit
ca ? Comme si. au fond. nous
nous en privions et cela de
toun les temps Comme si,
dans un menage, la haute
main n'appartenait pas au
eonloint ihomme ou fern -
me, rnche ou pauvre) qui pos


side le plus de penchant A
1a domination... En verlte,
quand done cesserons-nous
de jouer avec les mots I
Que ddsirons-nous ? Ne
plus treo victims des ta -
bous soclaux qui nous obli-
gent a porter seules le poids
d'une faute ? Remettre en
question constamment let en
pure perte !) la constitu-
tion de la femme, un des
principaux obstacles sans
doute a ce qu'on appelle sa
liberation ?... Que d6sirons-
nous encore ? Pouvoir sans
preter flanc A la critique,
aller A 1 encontre de tout ce
qui fai.t la garantie de la
famille et, partant d'une so
cilet ? Qu'on ne nous mon-
tre plus du doigt, quelles
que solent les circonstances,
A moins, a sublime consola-
tion, qu'on se mette aussi
a montrer les hommes du
doigt?. C'est ca la libra-
tion de la femme ? Adie Bon
Die ..

Par ailleurs, la plupart de
cells qui soupirent apr s
cette liberation; qu'ont-el
lcs fait pour favoriser un
changement des choses, et
a part quelques rares person
nalites qui oeuvrent dans un
sens positif, que font-elles
jusqu'a present ? La mere
haiticnne ne continue-t-elle
pas a clever son fils come
un prince, a lui reserver fa
vcyour et ferveur, a penser
qu'il est un tre a part et
qL il a droit a un regime spe
cial ? Et l'on voudrait que
ce soient ces princes-li, ha
bituSs a l'idolatri e et a la
complicity maternelles qui,


plus tard, accepteraient non
seulement d'admettre leurs
torts envers leur femme
mals chercheralent ai com-
prendre le'urs probl0mes,
penseraient a les manager, &
les alder, A les respecter...
Vouloir en Haiti la libera-
tion de la femme sans chan
ger d'abord sur bien des
points la mentality de la
femme haitienne et surtout
celle de la m6re haltienne,
seule capable de restructu-
rer i'dducation masculine
des le berceau, c'est prati-t
quer la politique du slavd
main suy6d tt>.

De plus, 11 faut tristement
'avouer, bien des revere -
ments, blen des attitudes im
prdvisibles viennent parfois
nous prouver que cette libd
ration, on la rdclame a cor
et A cris sans vraiment cher
cher A la vivre et que 10 d6
sir de l'avoir n'est souvent
qu un exutoire qu il serait
sage de nas pas chercher a
analyser. Sinon, beaucoup
de femmes agiralent autre-
ment. Certaines, par exem-
ple, csseraient d annoncer a
vec un sourire bdat et atten
dri, A moins que ce ne soit
sur un ton faussement rdsi
gn6 qui m'a toujours frap-
p6, que la femme maride est
mineure, phrase qu'elles af-
fectionnent ton se demanded
pourquo i !) sans avoir cher
chd A connaitre les droits
qu'elles poss dent ddjA et
sur ce point bien prdcis.
La liberation de la fem-
me ? Je veux bien, mais...
s'il vous plait, pouvez-vous
repasser une autre fois ?


( Suite de lIa 1re Page)'

duirez pas lapproche A ce
seul compartment de vos ac
tivitds. Pour ne point demd
writer de Ma confiance, pour
vous rendre 6ligibles de la
consideration de vos contem
porains et de la consdcra-
tion de :I'Hlstolre, 11 vYous
faut lever cet engagement
a la hauteur d'une vertu
dans les grande entreprl-
6 i come dans les petites
servitudes de' la chose pu-
btilue.
Vous tes des d61iments
rtsponsaLs.Ls. MM. les Secre
taires et Sous Secretaires
d'Etat. De hautes response
bllites vous attendent, et
. des tAches d'envergure. Gar
dez-en bien la memoire
dans Faction, car bien sou
vent la reflexion crepuscu-
laire du poitique pourtant
conscient d'atolr bien rem-
pl1 sa journde, lui gonfle le
coeur d'amertume. D'au-
tant que la conjoncture
vous fait l 'obligation imme
diate et apparemment in-
grate de rdformes finance
res et administrative don't
U est possible de mesurer
Ilimpact sur les resistances
individualistes et la ruee
contre Rdvoutionnaire press
que certain de? privileges
assautds. Je veux rester con
vaincu qu e votre foi et vo
tre engagement de militants
Jean Claudistes sauront
vous garder vote luclditd
et votre sdre&iitd sur ce nou
veau front de la bataille A-
conomique et aue, grandis
par les victoires remportees
sur les ombreo au profit de
la Lumiere, vous pourrez A-
tre offers en example aux
g6ndrations montantes de
la Nouvelle Haiti.
MM. les Secrdtaire et Sous-
Secr6taires" d'Etat,

AVIS
On trouvera la Zme edi
tion de 1'ouvrage cCulture,
Civilisation et Dtveloppe
ment de Me. Achille Aristi-
de dans toutes les libraries
de la capital et de Petion-
Ville.


AU MUSEE D'ART HAITIEN

exnositi

Tanisserie T
Vendredi martin avant me I
me 1 overture qui allalt a- 1
voir lieu a 9 hres. les plus f
enthousiastes amateurs des s
tapisseries des Ateliers Ta- 1
pisserie Thomasstque, don't R
la puce a dtd mise A 'oreil 1
le par le dynamique Direc- v
teur du Musde, artiste Pier g
re Monosiet, se pressaient r
au Musee d'Art du College 1
Saint Pierre pour faire leur 1
choix des magnlfiques ta- sO
pisseries rdallsles par les
ieunes femmes et jeunes fll P
les de Cerca La Source, dans n
la commune de Thomassi- F
que. V
Des centaines de ces ta- M
pisseries talent apportdes M
les jours prdcddents A M. c
Pierre Monosiet pour ltre C
exposes. B
C'est la troisidme exposi-
tib ri du genre depuis la croa
tidh 'ds Ateliers de Tapisse d
ries Thomassique, 11 y a 3 1l
afitt n
gr
La premiere exposition a- bi
vait Ut6 organisde A 1'Insti- s6
tut Frangais d'Hait isla deu av
xidme au Mused d'Art h'an- co
oiedeerniure et la trolsieme p1
est patronnde par 1b R.P. ta
Marc Fivez et la Soeuil Mar mn
the Vanrompay de Belgl- t1
que, qui se prdsentent tout
implement come des a- rli
amateurs et animnateurs de qi
ce movement land avec ce
succds par des compatrlo- sa
tes. sii
Les artisans Micilia et m
Louimise Aleils, Mdlanie A et
renor, Lourdes Blanc, Mi- ne
rianne Bruny, Sylvia Ci- tie
indus, Jearinine Compere, Cle oa
mence et Sonia Derlbert, Rd re
.silia Destin, Oxane Dorce- ix


Les perspectives du deve-
nir collectif et les presslons
de la modernize M'ont pour
une grande part incited A en
visager le destin du Peuple
Haltien sous le signe de la
Jeunesse. La Cite de 'An
2000 don't je vous denande
de consider avec Mol le
foundations, d'ddifier ie
Grand Oeuvre et de uolma-
ter les moindres fissur-s,
cette cite est dejA slenna
que le Jean-Claudisme aura
construites toute de Bien -
t'be et de Lumiere. Afin de
lul. en assurer la jouissance
Il1ene et entire, grace au
complete epanoulssement de
seg facultds intellectuelles
et physiques, Je mets au ser
vice de la Jeuness de mon
pays tLa Secr6talerie d'Etat
de la Jeunesse et aux
Sports.s J'entends qu'elle de
vienne, au fil de faction
quotidlenne et au rythme
de la Revolution Economl-
que, l'instrumcnt perfection
ni d'une politique promo-
tionnelle d'etudes, de loisirs
culturels, de sports et d'e-
changes spiritnues qui enrd-
chissent toutes les catego-
ries de la jeunesse et les
conduisent au partage fra-
ternel d'une identity retrou
voe.
La Communion de Nos Jeu-
nesses dans les memes
ideaux est un objectif irre
missile du Deve'oppement.
Tant 11 est vrai que ce der-
nier est inconcevable sans
les ddmarches conjuguees
des eldments sociaux for-
mant les communautes a de
velopper. Le sport et les loi
sirs de group, stimu'.es et
orients a partir d'une ap-
proche rationnelle et selon
des politiques bien pensdes
constituent les vehicles
tout designs pour canali-
ser les jeunes vers d'autres
poles d'interets collectifs et
rassembler leurs energies
dans la poursuite du ddve-
loppement Economiique et
Social.
Voila done le premier titu
laire de ce Departement Mi
nistdriel p'acd devant de
tres lourdes responsabilites.



ion des Ateliers
hemassique
us, Gertrude Durvllle, C6
imtne Jean, Precieuse Louis
emme de Manes Louis, arti
ane et Directrice des Ate-
iers, Serati R6my, Andrea
lichard, Mimine Thomas
Itaient la en personnel pour
olir la reaction de la bour
eoisie haitienne ou strange
e devant leurs travaux. El
es en jouissaient commit
es ouvriers qui construi-
alent les cath6drales.
II y avail autour d'elles
our partager leur fiertd
on seulement le R.P. Marc
ivez et la Soeur Marthe
Vanrompay, mais encore le
lagistrat de Thomassique,
I. Ecclesiaste Valcin, leur
onselller, et le D6put de
oerca-la-Source, M. Mai
Bastien.

Une immense tapisserie
e douze tableaux d'un vil
age en fete qui lors du ver
issage de 1'exposition du
rand peintre amdricain Ro
ert Andre Verrier au Mu-
de trois jours auparavant
valt ddej salsi attention
omme elle couchait sur le
arquet comme un taps e-
ait accrochde pour susciter
ille commentaries flat-
eurs.
11 y a autant de tapisse-
es accrochdees qu'lil y en a
li ne trouvent pas de pla
sur les cimaises du Mu-
e. Ainsi les nombreux vi
teurs qui se recrutent par
i les artistes haitiens et
rangers, les collection-
nUrs de belles choses hai-
ennes ne se contentalent
as de promener leurs longs
gards sur les tapisseries
poses, mais allalent aus-
dans les lots jets sot
s tapisseries exposes
als allalent aussi dans les
ts jets sur des banquet-

Les travaux des artisanes
Thomassique crdent le
mne engouement que les
Intures des opelgneurs de
nt Solely A Soissons La
ontagne. animals par Tl-
a et Maud.
Depuls trols ans lrurs ta
ssertes font le tour du o
onde. Elles ornent les ,
us beaux salons de Port-
-Prince et de Pdtlonville. l<


Les chantlcts du Jean -
Claudisme fons une rumeur
tumultueuse A la porte de
son Cabinet de travail :
c'est l'apppl dc la Jeunesse
Haitienne confondu rldins
les trepidations de la Revo-
1-ation Economique. Cet ap-
pe1 s'A'.argit kA vous tous, MM
'es Secretaires et Sous Se-
crdtaires d'Etat, don't le


pays tout entier attend l'e
xemple et la legon, et A q.ui
Je souhalte d'en pulse le
resort et I'intelligence dans
application rigoureuse de
la Doctrine Jean Claudiste
et des consignes de la Revo
lutidn.

Jean Laudee DUVALIER
President A vie


For sheer delight...
Tobleron e Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey







Chocolate obler
KnowA the world over







VENTE


EXCEPTIONNELLE



40 o/o a 50 o/o


de reduction


A partir


du lundi


23 avril


Tapis -- Tissus pour Rideaux -.

PapAers points -- Vetement! sport -

Cache-pots -- Macrames etc.


DECORALYS


Rue Oqee No 4

(a cote Cabane Choucoune)

ouvert df? 9 h A.M. a 6 h P.M.




Proressionnels, amateurs on molomanes avertSu
Pour tout mattri electro-acoustique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour toar apparel de haute fid6lit,
Voyez Aux Ondes Sonores
rour tout materiel A1ectronlque
o, VeYel Aux Ondes onores
Poear tout materiel 6lectrique courant


Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout en matinre de Tle6vision
De 1'anzenne an r6cepteur
Vjyez Aux Ondes Sonorea
Poar enrichir votre cultrre musical,
volre discotheaue et assL.rer 1'en-
tretien de vos disques
Voyes Aux Ondes Sonora
Pour chOlsir vaore guitar classique
ou electrique
Vsyez Aux Ondes Sonores
Violonistes, Altistes, Violoncellistes
pour vos cGrdes professionnelles
Voyez Aux Ondes Songres
Pour vos radios et cassettes pour voiltre
Voyez Aux Ondes SonoreS
Pour vos enregistrements : tape on
ruban magnotique, cassettes, car-
tridges sont n6cessaires
Voyez Au Ondes Sonores
Vous aves bes-in doe able 1lectro-


a


niques on 6lectriques
Voyez Aux tmdes Sonores


Aux Ondes Sonores

'oot... dans tous les domalnee
4d, Rue Mac-jouz T61lphone No 2-8824
Au Service du message s.tor


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs