Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10365
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 12, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10365
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




r p j j j G A L
.I, P R C.


Relations

Haitiano Dominicaines

__ v -
M lIlANK MOYA PONS EUT PU DIRE DAVANTAGE
111 I>01,11; JOUE PAil LE PRESIDENT HAITIEN
il',I: NICAI S C OLA 01IPIAFARD DANS L'INDEPENDANCE
1)E LA IliEPUBLIQU!, DOMINICAINE EN 11301
par Liiurre ST. JUSTE


II hi e ri ldr r .l, t ILe J UIis-
ir it M I l'yti Pons d'iivoir
SItIllin ll In Il inolns, la partly
I all- par litll I duns l'Ind6
i dildali't dre son pays, solis
I .iiliiiilsliIrtl. lon de Fabre NI
ci'-r, (wilfrard. A nma coll-
1,.1,.s.^iiluet eo pi)our parler jus
ii l 111 i oiiiilli' Ie Dr. Price
iM.ll, 'pirt 229) Tome 2,
I:, irpublique d'Halti et la
i, ubl)li(lqu Donliilcaine).' A
l:a ei1/in,1ls1.s lICCe, IICULI IIIs
,liln doiinnllcaill n'en fallt
i iit oiiiiil aicun holmine
d i.ta' dc la Republiouc vol
lifi a lamals rendu ts-
nil, naci is In valeuiir de I'ln
Ici rntioIIn hlalticnne pour
1 tl b)lis ell'icill ef fectil de
S 'd, lpeniclai e doininlicail -



'I l ',l rl' e. l ] sie wfaii-i
I i :1 t lans IC' fa
'. -L uis d 1955 que
;-, ". I' ,' i S Il ie all d( -
1) 1:;1li! de c' lte perlo
S l u: !' 'l Be l'faitor.
,,' cili .En 1861 Ies
n e IlS oblie.-
i i l ii 1i'indr'e aver
p I pI- 5)iIIr I'lnl orpiorii-
d: do' li ii r ays la c' r(-
.. in' ni,. dela .n 1865.
,, '.s x annces de iuer
it i jnle.tft avec les Espa
"in.mi cm nme eoinsellic5
I]i.i udcl:i' (IL tr'omphe de
Ii ioln d..S, ia gueirre de
Hlci .sini notus restaurames
: i lrpubliqi'.

M.5i',. quel rappor ? Et
.'.il cIf"m' quelles circ'in,-
S. arlail ,El Jefe-,
.:cl ,! 161. Soulonlque
i:*, d pi.'s iongtlemps.
Ill ,. Iid Li isant nolitre
.'plion nouvelle.
: 'n a. hj.i sino-domi
a ,i:..l.' 1 .t signe ine r
6 (i cini ail; avec Sailto
I) ';:'-',i. it .ous I egide des
d Londres et de
S C mm .; i 'l, nt ret
i )cr''od cd,% tie ve quc choi
General Piesident Pe
.Ir' Ri'ra a. i pour livrer son
mi.- a I Espagne.

I):if (lit( loin d'execrer ,;I
li .jn')rjirr, (nimlnw' tr;'.itrc a 'l.
ii rl i1''t i'ouvernement de
.rl.1rnjm B13lalueer lui r2n-
(Il nil hlunlnatg posithume
i 1 p1 ime de Manual
0'.* JeuI:- Golco Catro, aver
1 I', Tono a P
1 ,1 .S i ..' 1: I r i une prefa

d, I 't.l l IJMId rl D1-






I 1 1 t l, tli' l .- 1


blique socur, Demnorlzl, trout
Ve une explication en alld-
guantt, eque Santana cher
chat pluotb une protec-
tion de Madrid et que c'est
It gouvernemont espagnol
qui slul imposa l'annexion.
Aussi simple que ueel, vous
rendez vous compile ? Ce Ii
vre sEn Torno a Pedro San
tana, nest pas a une inexac
ttnude historique pres, li en
tissue cet pour la plupart
blessantes pour Haiti. Aussi
serait-il de bon ton que DECRET
dans le cadre de l'accord cul
turl dans le processes de Considd
la politlque de rapproche- que du s
men, preconises, il soilt sug plus en
gere son retrait de la circu dans tou'
nation, tion deva


Pour toutes ces raisons,
je rends uLne fols da plus
homage a M. Moya Pons
pour le rappel de aide de
Gelfrard, a un moment par

(Voir suite page 4)


nesse un
nleux des
ques, mo:
tuelles;
Considi
nesse Ha
ment ma
aptitudes


M I 6 um mmiii I v. u i'
'mIll 1 ,,(' 1 m I' ll i lit,

l.ld l; i i ,, i l c.,uail u ir





: ,m ii'i, l Jm's it ,aliens., Co-
lii m si ,umip c, Verrazano.
G e,: r s,'l 111ill]( qui e ml e lia
ia '1,511( de Colomb, ce
fu Im l. ''. ; uwIs des Medi-
(I:, m,!l i j i hd xlr, ium
Iv: b;t, (al x d(. bi(. e l).X I It )d o
i', t 'i' ImrUlm.ud
Ci': i'] s. l.a seco'ir s par la
lteuiil.s. nr'ie l 'ir nt p':r sO


,Ji suls exl reIme
reuix de tI,' victor
I equipe national
de la Republique I
n,' le mercredi 4 a
Mais c': content
m'emnpeche cepend
de retenir une o0
Philippe Vorbes puo
Le Nouvelliste deul
jours avant ce ma
lant de R. Vertu
alas actuels de no
national Vorb?s a
autres v6rites : I..
station actuelle d
haitienne est la c
ce d'un certain ma
ganisation du foo
tien, car on aura
voir cette situation
lait se presenter>.
On aurait dfi pr6
aurions dfi pr6volr
Heiars I Depuits I
pendance noui i
m:'s rev-le d':.
de I'mprdvoyance


llendle copte qu'en suivillit
Ii, chi li 11 4i111 ci idmil m'u I A
si1 Mume(re la MeaVI'itelrrn-
l i n'avalt p:is, d'issue. la
porle se ti' uvail. en I re ls
C'Iu(IIleS d ltcrcmlle, sur 'At
hlInl,ique c et'est par IL qiue
s(lliinent voltiut sur la Mer
les il Vi's rili Jusqu'alors
taientll, prisonlliers.
EL c est ainis, que cette
ml'r sauv;ise', avec ses ar-
bi s a :pain et ses indiens
qui maniieatent du manioc
et luma'ient le tabac devint
le d,' p t de tresors fantasti-
ques. Les jeunes gens du
vieux imonde devilnrent fous.
Les chenmins qui condili-
salent ;i I IEldorado devaicnt


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET


partir des lis On croyai

tcles ( 6 i l.u Cel or, et Ii
l'on s ,' de.s golit.- de perie
le's losQiuLet pi;t, y I 111 c
emil' lie. Colio'n ) puius.ilt
la V11lle an: pinlits de nma
bre rei', eltl., de Marco P
1o II allirmaii que c'est,
que se tlroevat le parade
terrnstre. Ce I't une comn
d,( enlthou'liaste d ex igera
tons.

Pour a premiere v ius
di;ns le'.r histoire la MI
Mediterrannee et la Mer C
raibe s" trouvuient face
face Deux miroirs magi-
ques: I'un refletc l'imag
des temps antiques, l'autl
cell des temps a venir.v
est curieux que cc momer
unique a 6lU, immotaliI
pour l'une et i'autre mn
par le nom d'une famille d
Florence.


T616phone : 2-2114 Bolte Pos'e : 1316
Rue du Centre Nr 212


CREATION D'UNE SECRETAIRERIE D'ETAT


A LA JEUNESSE ET AUX SPORTS


rant que la prati-
sport reprdsente de
plus une necessite
t system dEduca-
nt assurer tla Jeu
dqui.libre harmo -
s faculties physi -
rales et intellec

rant que la Jeu
itienne a large -
Inifeste ses grandes
dans le domalne


La chute du regime d'Idi


NAIROBI (AFP)

Les tanzaien's et les rec-
belles regus ien liberateurs
dans Kampala, le Marechal
Idi Amin en luite vers l'Est :
apres trois mois d'une guer
re a episodes le regime ou-
gandais est tombe mercredi.
A 17 h.02 (14 h.02 Gmt.)
un porte-parole des forces
du liberation de lOugandas.
a pris le micro de <.radio-
Kampa l -- la voix du Ma
rechal Amin pendant hilit
ans -. lannonce officielle-
ment la prise de la ville, or
donna' aux derniers loyalis-
tes de ddposer les arms, et
lance un premier appel pour
liUne reconnaissance par ,les
pleuples du monde amis de
la paix.

tre Idi Amin n'est plus ai
pouvoira> : le porte-parole a
iepete son message en an-
glais, en kiswahili, et en plu
se i[irs; langues vernaculai-
ras. II a demand aux ou-
"mandais d s'uilnir pour eli
miner les derniers assassins
et pillards,,. II a promise 1'im
punitclm aux homes du Pri
sident, Aminl centre une red
dii on mmediatd?.
Un temon a declare a
I'AFIP avoir vu do's lnardi
m;mir I' MMar'chlhl Aimin s'cii
il Vyalli 11u volaul d'uln voi-
liire mP umei'ot i504 vers Jin
lia. m.((o'lde ville et ("lit re
iih(i.stiel dOluganlda, a 80
kills a 'l'Ei, d Kalmpala,
iur : i liil,' i l li frrontiucre

1, d 'rll''ii' .s debris dce son
;ii' m' i'. i'i l ]a ai'ncm rou
Ii' ;il])l)oiir 1 r' tIrmoin, v -
lil h% M illlr' i vgam ilants
,Illlli 1111 t '(+crtc dl ;I po


pulation se tsrrait dans
la crainte des bandes de fu
yards et continuant vers
Tororo, a une vingtalne de
kms du Kenya.
En psrdant Kampala. sa
radio el l'essentiel de son
armee, Ie Marechal Amin a
perdu du meme coup le con
trole du pays, mais beau-
dent a ce qu'il s'enferme a-
vec une poignee de fiddles
cans un dernier rKduit. La
coup d observateru. s alten-
logique aurali voului qitil
gagne Arua. dans sa region
Kakwa natale au Nord-
Ouest du pays. II semblei
quest c soit la pression des
rebelles, exercee egalemnen.
au Nord de Kampala, et par
ticuliermenl autour de la
grande base arienne de Na
kasongola, qui 1'en ait err-
peche et l'ai jetd sur la rou
te de l'Est.
La priss de la capital,
sans cesse premise depuis
pres de deux semaines, est
la consbquenc directed de 48
heures de bombardements
violent de l'art'llere tanza
11niennC sur Ic eontre-ville
oil les derniers cifefnseurs
menaient une resistance, d
sesper6e.



Oug


La fete a

NAIRORI. AFPI)
L(.s hlbitllans Ide Kuamp:il:
ujnl. coonniu Mtr'r('di soir dan
la danse et les r'''liiii',s d(
Toasts avcc l.s .soldatis dr
ofior'es de liberallon dc 1 Ot
gaindih lieur irminirre sore(
de 1 alres-Anlin.


du sport et des activities so tion et de 1 Information, de b) Les Directions Techni station des jeunes dans des
cio-culturelles saines et di 1Educotion Nationale et du ques activists culturelles, lltte-
gnes; Plan; raires et artistiques.


D
Consid6rant qu il convent Et aprds d61ibdration en
de combler I attente de la ,,,rnil des Secr6taires dE-
Jeunesse Haitlenne 'et de lul at; n,
offri.r un encadrement so d
cio-Juridique adequate pour. DECRETE n
1 exercise et 1 6panoUlssew- n
ment de ses facultes physi- Article ler.- 11 est crei en d
ques, morales et cultdrel- ;lieu et place du Commissa d
les; -.iat National a la Jeunes v
Sur le rapport des Secr-e6..eae et aux Sports la Secretal
taire d Etat de la Coordina- rerin dEtat de la Jeunesse
et des Sports, ayant pour
D da Mission d 6tudier, d appro -
Amin Dada ondir et de rsoudre tout
problem relatif a 1 organisa
Les mb os d ,,ion des jeunes dans toua
I armee tanzanienne et du es domalnes, particulire t
From National de Libdra- ment dans celui du sport,
tion de l'Ouganda (FNLOi d entreprendre eoutes o -
n1ont done pas pu entrer lions susceptibles do pro -
dan Kainpaia salscom- mouvoir 1 education physt-
bats, comme elles 1'avaient que et d assurer le Bien -
longemnps espdrd. Mais les tire de la Jeunesse Haitien
pi"-mieres informations font ne-
croirc que 1 s bilans ne se-
ront pas trop lourds, la vil Article 2. La SecreIalrerie
le ayant ete largement de- dEtat dc la Jeunesse et
sertee par ses habitants et des Sports a pour attribu
1t.s tirs ayant 6td concen- _tIons essentielles de.
Ires sir d-s cibles militai- A. Developer et contr -
res sler 1 Education Physique et
Les residents qui navaient 1 Athletisme de meme que
pas fui ont ft61 l'entrde des la Pratique de tous les
forces du Colonel Tito Okel sports;
io, 1'un des chfs militaires
de l'ancien regime de Milton B. Organiser les loisirs, la
Obote. Pendant ce temps a recreation dans les Commu
Dar-Es-Salasm, les onze nautes urbaines et rurales
mnmbres du , Sif. de la rebellion, sous la scolaire: Rechercher et or-
presidence de l'Universitaire ganiser les terrains et sal-
Yusuf Lule, mettaiernt la der les necessaires a ces fins.
nicre main aux preparatifs C. Approfondir la forma
de leur installation h Kam tion civique et culturelle de
pala. Des sources proches la Jeunesse haitienne.
du Conseil s'attendaient h D Promouvoir le touris-
ce que celui-ci penetre dans me interieur.
la capital des jeudi. La no E. Organiser a travers la
3 mination d'un gouvernement Piepublique Cours, Conferen-
provisoire devrait suivre ces susceptibles d interesser
dans quelques jours. les jeunes.
-- F. Se preocuper de 'la for
nation des Cadres dans le
anda : domain du Sport et de 1E
Clda education socio-culturelle de
la Jeunesse Haitienne.
K am r la G. Exercer la tutelle sur
aml aitl L Federation Haltienne du
Football et sur le Comitec
Aux iiioi'- de la celebration Olympiclque Haltin.
a se inlent1 l pillage dc nomn
s br'ix liag;ti.sinis don't led's DU SECRETAIRE D ETAT
e p)roprif'taires, Musulmans ou
is milmbr's d(e la Tribu du Prc Article .- Le Secritaire
1 silent Icli Aamin Dada les d Etat de la Jeunesse etl des
r Kakwas -, unt pris la fulte Sports exerce 1 admininstra-
d(Ipuls plus( urs jours. tion et, le Iaut control dce
routes les unites coiniposaint
Interroges par ilehtlc one Ia Secretairerne d ELat de la
depui.s Nairobi des habitats Jeuntesse et des Sports.
d* la capilale OuiLaidalise I est asslsle d in Cabinet
lliit les opposants au regi- particulier et dune unite de
me militaire du Marechal Presse et d Informnation don't
iAmin ont pris Ie control leas membres sent recruLes
SM( rcredi nmatin parent en folinct.ioi de 1curs connais
(de(-, 'es qui daiisent dans sances et experience' s dans
les ,rues, buivtntl ct trin- ie domane de 1 organisation
e (iItstnl avcc lei soldals Oil- dc la Jeunessc et des Sports.
I' gnciais el TlZanzaiells des I1 est assisted dun Cabinet
a i)rces de liberatione. particulier et du ne unite
r- Lts uniformes de ces sol- de presse et d Information
o dats sont pratiquement les don't les membres sont recru
la mimrnes que ceux de 1 armee tes en fonction de lIurs coiln
is regulihre ougandaise, et vlen naissances et experiences
e- nent souvent, a la suite de dans le domain de 1 organic
a captures ou de mutinerics, station de la Jeunesse et des
"les entrepots do cette dcr- Sports.
:iiere. 11 participe aux travaux
s Les habitants parlent aus du Comite Olympique Na-
er si en toute franchise des ma tional come Conseiller a
-a gasins pills et des gcns qui vec voix deliberative.
at ont emporte chez eux un
poste de television, une ma Article 4.- La Secretaire-
ge chine a coudre ou un re- rie d Etat de la Jeunesse et
re chad a gaz. Puisque ces ma des Sports comprend les
II gisins appartenaient a ceux Organes suivants :
nt qui ont ite les souls a tirer a) Un Secretariat General
c) Lcs Bureaux Departe -
s, iVoir suite page 12) mentaux


er
de


par Andre JUSTE C'est une famille de court
tisans d'ou sont issues des di
ment hi, natiques de l'improvisation. plomates, des navigateurs,
de notre Sauf quand il s'est agi pour des predicateurs, des types
sur celle cer:ains d'entre nous de pil de tous les mondes. Des pas
Dominical ler at de avril 19'79. tre pays. Pour s'enrichir ture, avec un rain de fo-
ement ne sans vergogne. Soit dans le lie, parfois riches, d'autres
ant pas commerce illicite don't les fois pauvres, niis pour
pinion de immense b6ndficos leur ont ui 1 n y a pas d o enut
blide dans toujours permits, a routes donqullant sua paue due chnetose
x ou trois les 6poques de notre histol donnantsur quelque chose
ltch. Par- re, d'etaler au grand jour digne dinterl t oil is no
us et des un luxe excessif et plus assent leur tIte... Ce sont
oire sport qu'insultant pour la grande les Vespucci. Dans Florence
dit, entire misare de la masse 6norme on ne peut s'engager dans
. Sa pres- de nos concitoyens pauvres, aucune direction sans ren-
e 1l'quipe ddmunls. Solt, dans la politi contrer un Vespucci. On les
onzequen- que ofi le seul soucl de leurs trouve dans trutes les gran
anque d'or intLrnts personnel de politi des entreprises, dans l'entou
tball hai- ciens m6prisables joint h rage de tout homme 6Mlebre.
it dii nrd leur total absence de scru Ils ont leur charme. Ils sont
n qui al- pules et de civisme leur ont' beaux parleurs Ils donnent
toujours permis d'expatrior impression d'ntre d'une hu
6voir. Nous dans les banques dtrangeres meur agreable. Ghirlanda-
... des millions et des millions ddoore la chapelle de la
no-re 1,ind eceroques ia notre collectivita jfamlle. Savonaiole revolt
lipjd s,-imrn- el donr notre pas r'a ja


.peel l istes
et oc la'


(Voir suite page 71


,voir suite page 3)


Pour une nouvelle

musique


populaire haitienne

Par Gerald MERCERON (Suite voir le No. d'hier)


II en est de meme pour la
musique de Ball dans la-
quelle des esprits aussi 6clai
rns et savants que DEBUSSY
avaient ddj'k reconnu une
technique raffinde, et une ve
rltable science de' 1'harmo-
nie nee et ddveloppoe sans
1 aide de 1 6criture, par la
pratique et 1'exploration in
telligente de cet instrument
t r s I ri t 6 re s -
sant quest le gamin-
lana (qui appartient la fa
mille des xylophones et ma
rimbas).
Ces haittens born6s et faus
segment instruits qui pen-
sent que 1 on ne peut parve
uir a coinnaltre 1 harmonle
OQe par 1 itude de la theo-
rie et du system d eeriture


Invents par les muslciens
savants de 1'Europe Occiden
tale, se trompent done lour
cement et feraient mieux
de m6diter sur cette opinion
du grand Debussy. Il existed
aussi des talents naturels
cormme le fabuleux Milton
Nascimento, compositeur et
chanteur bresilien qui ne lit
pas la musique mals posse-
de une oreille exceptionnel-
lement raffin6e et reprdsen
te l'un des plus hauts som
mets de la musique popular
re de ce sicle. Sans aller
aussi loin. nous avons en
Haiti des musicians comme
Herble Widmaler, et Frantz
CourLois qui ne lis.ent pas

(Voir suite page 2)


U SECRETAIRE GENERAL

Article 5.- Le Secretaire G6
eral assisted le Secretaire
Etat dans la gestion admim
istratlve, prepare les rdu-
ions, legalise la signallmre
es fonctionnalres, super-
ise les publications du De
artement, signed la corres-
uondanue courante en ce
1ul a trait a ses attributions
iropres, assure routes les
charges que peut lui con-
ler le Secretai.re dEtat.


DES BUREAUX
DEPARTEMENTAUX
Article 9.- Le Bureau d6
partemental est form de
1 Inspecteur departemental
assisted des delegues d arron
dissement.
II supervise routes les ac
tipitds sportives et de Jeu
nesse se deroulant dans le
department et y applique
la politique general de la
Secretairerie d Etat de la
Jeunesse et des Sports.


Article 6.- Les directions DISPOSITIONS
techniques sont : GENERALES


a) La direction de 1 Educa
tion Physique et des Sports.
b) La direction de la Jeu
nesse et des Activiltes Soclo-
Eiducatives.
Article 7.- La direction de
1 Education Physique et des
Sports a pour principals at
tributions de promouvolr et
de controler 1 Education Phy
sique et la pratique du sport
sur touted 1 etendue du terri
toire national tant au ni -
veau scolaire qu-extra-sco-
laire. Elle met en place un
service d Inspection Genera
le qui travaille dun com-
mun accord avec le Comit6
Olympique National.
L Inspecteur Gendral de la
Secretairerie d Etat 'de la
Jeunesse et des Sports est en
meme temps Secretaire Ge
neral du Comite Olympique
National.

La Direction de I Edcua-
tion Physique et des Sports
est egalement charge de la
formation des cadres. A cet
effet.-elle organisera des
course, 'seminaires et confe-
rences, et accordera des bour
ses d etudes et de specialist
lion.
Article 8.- La Direction de
la Jruness e et sAcdte
lai ,Jt uimlsse et des Activites
siciio-ecducatives a pour at-
tribuli.t ls principal 's 1 or
ganisalion,i 1Orientation iet
1 Ediucal tion des J'uncs e't
d ,es J.iii'ss','s scolaires et
Un1iversitairs. r ur'ibaiies et
ruralues.
Elle s ,uscilc la formallon
cle clubs culturels et irltis-
liqui's st' ureoccupe dc 1 tcd
cation civique et des lo -
sirs, org;ln.is'e le tourlsmlnc im
fcrieur, accelere la mobili-


Article 10.- A la i'tec de
chacune des directions est d
nomme un fonctionnalre qui
a le titre de directeur.
Article 11.- Le Secretariat
general et les directions se
ront dotes d autant de servi
ecs et de sections qu il sera
judge utile de me1tre en pla
ce.
Article 12.- Le Secretaire
General. ics Directii lyr ( el
1 Inspecteuri General solit
nonmmes par ComIdtiis.ic vu
Presedento Vie de la Repu
blique sur recommandasiion
du Secrmtaire d Etat de la
Jeunesse et des Sports.
Article 13.- La Secretaire
rie d'Etat de la Jeunesse et
des Sports benefic'e de I1ex
emption des taxes consular
res et de tous drits de soua
ne sur le material, les equi
penlents et tous autres access
soires utiles a son bon fonc
tionnement.
Article 14.- Les reglements
generaux devant definir les
attributions et reglr 1 orga-
nisation de la Secretairere
d Etat de la Jeunesse et
Sides Sports scront fixes par
SArrtee Prosidentiel,
ArticleI l,.- Les Credits
* revus au budget de lfoc-
tinnei enut et developpe -
s entm t Io!r l'exerc'ice 1978 -
-1979 m lmIaveur dl (i'nm'i]s-
a 11'i mt hi'm J'eliu's. i mlix



J( lir ",s (. :m, l' des port ii

i Dl 'nne um it talms N:tlion:il.

- a lP 'irt- iu Pr'mice. Iv' i Avril
i 1979. An l1iitcine dl 1 Inde

i Par e1, Prlnie Itl
- Jean-Claude DUVALIER


...,~. ~- F *..


COLUt1IMUS MhI-i: RIAkL


DU MERCREDr12_AVRIIJ
ATT DIMA-ui ______ .


/ ',., ,


No. 31.050











FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIAN I'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRES3E


CHRONIQUE DE L'.' CJ"L'"


Changes Intellectuels IIaitiano -


Dominicains

Par Gerard JOLIBOIS


Au pic d? notre actuality,
se sount hissees les relations
haitiano-dominicanes.
II faut en tenir gie a l'ex
cellente initiative de M. Jac
ques Barros, Directeur de
I iiStitut Francais d'Haiti :
1 organisation de conferen-
ces debats tenu-s par des
universitaircs dominicasns.
De tells causeries sont
d ordinaire les bienv2nues
dans les relations inter-E-
tats rcIr elles permettentl de
vide'r bien des contentieux,
souvent bien fondes et soli-
dement ancres dans les es-
prits.

CONFERENCES AVANT
TOUT CONTRADICTOIRES

Aussi, de tells reunions
doivent-ellis etre maniees
avec beaucoup de prudence.
G'neralement, elles doivent
etre contradictoires. Le con
ferencier est entoure sur la
scene de personnalitds in-
tellectuelles du pays ofi ii
prend la parole. Celles-ci
donnent la replique, font va
loir le point de vue de leur
Patrie avant les questions
de l'auditoirs.

Par example, dans le cas
de Moya Pons et Silie, au-
raient pu se trouver S leur
gauche d'ancians ambassa-
deurs comme Thdophile Ri
chard, Frangois Guillaume
et Jacques A. Frangois. A
leur droite, des journalists
avertis tels Jules Blanchet
et Dumayric Charlier, des
historlens comme GOrard
Laurent, Laurore St. Juste
pour ne citer que cs noms,
icurrente calamil.
Les deux promiere-- raun-
gees auralent pu tre rea.zr


vecs, selonl ce qu eln plen .me
0i( ccnt,:lns ct des jodirna
list's, a1ux historiells, auxl
journalists aux :of s-
seurs d'hlistoire. Ces preciu4
tions son, Indispenli.ab, ij
pour eviter que notre jeu-
ness' ne soit 1ntoxilquee Ipar
i, s lh-storiens, exposant a-
leCir I'.iconi Itopti'iuc domini
caine des faits du passe.

Comme precedent, puis-
je me p' rme're de rappe-
ler la maniere don't le gou-


veTrnI en1 deh I l'a tpuiblique
Fn' 'r';t. dm Allucil] i'' ,l s
1,imrce de prcselt n' er ,,,iis

brlaui-e question du nazis
m','. T-raduit i'n I lansui_ de
Racime. a ete preface et pre
senate nlar le grand eerivalli
faune :',.s. sp1 cialiste de 1'his
tori dl '5.Allema ni'. Alf-,'ed
Grosser. I'ouivrage reunissant
les meilleures etudes sur le


(Voir suite page 8)


Le Sermon de la Semaine

Par le Pasteur Luc NEREE


VERITES ENSEIGNEES
tre les morts: il est les pre
mices de ceux qui sont0
morts,, (1 Corinthiens 15:
20) .


La Resurrection du Sei-
La Resurrection du Sei-
gneur est le fait le plus
important de I'histoire chri
tienne. Elle est le fonde-
ment de la resurrection A
venir de tous les hommes.
Elle fortifie les convictions
chr6tiennes. Elle encourage
les croyants a rester ine-
branlables dans la vole du
elgneur. Aussi la Bible; a
propos de la resurrection
du Seigneur; nous enseigne
t-elle trois grandes verites
parmi tant d'autres; b sa
vnir que- In resurrection
d.i teigneurn a -ti prophcli
,?. qu l le o' t illJ.iu ;.
tiln de la docLrine de la


PAR LA RESURRECTION
resurrection de la chair ;
enfin; qu'elle est un stimu
lant pour la foi chretienne.
x x x x

LA RESURRECTION DU
SEIGNEUR A ETE
PROPHETISEE

La Resurrection du Sei-
gneur est 1'accomplissement
de la prophdtie divine. Job
l'avait prophdtisee quand
il disait: dempteur est vivant; et
qu'll se levera le dernier
sur la terre) (Job 19:25).
David; dans son hymne au
Psaume 16:10 parlant du
Seigneur; announce Sa Re-
surrection en ces terms :
ame au sejour des morts.
T1r ne permettras pas que
toln Dien-aimS lot 1'a ecor-

iVoir .nauite page 11I


rogramme de la
lebration du four
anamerican
h 30
rivee 6 la Chancelleria
s Membres du Cabinet Mt
st6riel
h 40
rivye du President, de la
our de Cassation, du Prdsi
nt de la Chambre L6gls-
tive, des Membres du
aut Etat Major des Forces
m6es d Haiti et des Offi
els du Gouvernement

h 45
Arrlvee. des Chefs de Mis
an Diplomatique et des Re
resentants des Ini'utions
iternationales

h 55
rrivee du Representant de
on Excellence le President
Vie de la Republique

0 h 00 Hymne National Hal
en

.ymne Panamericain
ropos introduction de M.
arl Mevs, Directeur des
institutions Internationales,
levs, Directeur de la Divi-
ion des Institutions Inter-
lationales, Congres et Con
erences au Departement des
Affairs Etrangeres

Communication de Mon -
leur Ragnar Arnesen, Direc
eur du Bureau du Secreta-
riat General de 1 Organisa
,ion des Etata Americains en
Hiaiti.

Discours de Son Exceller
Ce Mo.sileur Eugenio New
man Dacosta, Ambassadeur
E-traordinaire et Plenipo -
ttitia:re do Panama, Doyen
des Dlplomat-.s' doe lHemis
here Amerlcamn.
IMes;ia o (': Soi Ex.iellen
ee Monsleor Jean-Claude Du
valier. Pr,.,:d.nt a v'Ie de la
Republlhue


Ilymne 1 ,1::icerw;;'a1n
Hylmnle Natonal Haitlion
Offrande Florole aux Monu
mnents dc Deasalines et de Pe
tion.

ee." Agmw evsaire
de la iUgme des
Droits de eHomme

La Ligue Haitienne aes
Droits de 1 Homme marquera
par un 7 a 9 qui aura lieu
dans les salons de son Pre
sident et de Madame Ge-
rard GouTgue. le 14 Avril,
le le? anniversaire de sa fon
dation.
Au course de cctte annee,
la Ligue s'est aflirmee par
la contribution a la defen
i' des droit, de 1 home.
El le st inteul enue avec sue
ce.'. ', on s'1 n rell oull. eln la
vetur de culncitLoyelns cL dllfi
(;Ill 'e.
Nouis felletllons, le Presl-
dit ni, e les inmembres du ot)
lmle de lai LlIuet a 1 oec'isi)ii
(it' cet aii'vicrsaire et hid: 's
'uI!S deis v(li(' i'X ( rit. ,-
nlmit croissait a la Lig ie
1.i11, diulis l caldre de ses
-.a ,ll lait de la boinllle bh -
siugi Ic,


B IOGRAPHIA DEL CARIBE

'.Sute V i"r It No d'hier)


LIBRES OPINIONS


Nous sommes tous

coupables


;ll-~T-;r;c~=r I --------------- ---- ----"L--Y",ir~r-~l.-,TI~LiU^IY~






PAOF 2


I


DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 AVRTL 79


UL VA EN S'AMELIORANT ., ,


T EST LE SUIVANT '


I QUAND LE ME1LLE1







. UDXL



S MAXELL LA CASSETTE L
EST MAI


A LA BO

R
RUE PA'



CARNET SOCIAL


I


-I et UDXL -II

LA PLUS VENDUE AUX LTATS UNIS
INTENANT EN HAITI


ITE A MUSIQUE

RAOUL DENIS
VEE ET DELMAS


Pour une nouvelle musique populaire haitienne


'lIESS' DE, !lQII 1i'ii

II). lvs ci ii ql!Ii II ii


.iili





imt mii ee%'i. I-aFerilus

V :-iii'ci'iir 1 cc,;T'. 1 t'.c cclt c
i, nci w t-I'I I C; ::i Pccitlcii' S
I! c Ii o I w) ie' I ii 51 qiii
si5ymipi'hie (1.1 C ccii
t, tmoinietis a 1 occasioni


de la disparilion priOniatiu-
reI' dr liur regrelttee Made-
moiLsclh' Michlaelle Pault'-i
tiil veI de leur cllfection le
't: M,.s 197t print Clus noill
] ii'.: pI ii i.' 'L mllitsi tant
dci 1 t ranger. cie de l Ca
pi; 'ic ct' de li I province, d. '
i ',i r I 1 xpri'ss.miin de
I .1 i fondi e grat.l c,,,.
Pori-au-Prince, le 11 Av il
11979 114


NDces de Monsieur
Sylvestre Saint-Vil
I'.Ax Villa ainnonee le de-
c iirellnu le 8 Avril 7i)
i sai rcdsid nce privee a
t'l:u de Monsieur Sylvt'3tre
S.nt-Vil. le c co
lnii ce'l1 penhiei cireonis-


2-06-24 /237-77


tance Pax Villa et Le Nou- M
v.'lhste presentent leur sym sli
pathie a sa veuve nee Desi ro
lia, a ses enfants M. Edner PR
Saint-Vil et famille act N. ri
Y., M. et Mine Jos'ph Dal- et
nm:icy. Mme nee Perpetle Je
Saint-'71, act a N.Y, Mme F'
Ola Saint-Vil act a N.Y, a tr
son frere M. Ruppert St- mi
Vil et famille, a ses petits c
cliants Mme Wilfrid Fran- N
cois.i nee Luercee Dalmacy, re
au Dr K-sler Dalmacy, M. a
M.ixwell Dalmacy, M. Yvans si
Jn Robert, Serge, Casimir, b
Richelle Saint-Vil, Melles M
Marirtit e: Marin Ange Dal fC
macy, a sa belle soeur Vve tl
E.Issaint Saint-Vil, Vve The d
rise St-Vil et famille. ,a n
s-s nevoux et nieces ROve- H
rend Pere Ledan et Mine S
nee Edith St-Vil et famil- e
le. M. et Mme Aurel G6nec6 f
Mm2 nee St-Vil et famille, c
Mrs. Pacome, Wilson, De- E
nis. Russel. Magloire Saint- s
Vil. ROvfrend Pere Chris-
tian Saint-Vil et famille. n
M o n s i e u r Prddestin. ti
Mews ant-V ct famintll. s
M. et Mine Rigaud Imnpert C
et famil.lo, Mmne Vve Lroy. G
nc", Luetaise St Vii act. a
N.Y. Dr Lesly S:-Vil. Aux fa
mltles: S lnt-Vil; DOilia, d
Damalcy. Iedan. Genece.a
In'mpert: Francois. Lroy: et
a !US Jiso alties parents et
clitp nenrouvcs par ce deuil.
LvS funorailles de M. Syl-
v' Ftr e St-Vil srront chan-
tp's le leudi 12 Avril t 4 4
elurrs P.M. en l 'Elie S te
Trinite oilu la dpouille mor
tell- sera exposee dOs 2
hleures .
x x x x

Deces de Mmine.
RenO Jerome
NEE MARIE CLAIRE
FABIEN
Pax Villa annonec le dO
c(,s survenu le 8 Avril 79
a New York de Madame Re
ne Jernmei ce Maric Claire
Fabien
En cette penible circons-
lance Pax Villa et L I Nou-
S1-llite prsecntent leurs
sympathies i hses ('nfanits M.
rl. Ma;icnme Jean Reini Jro
nIP, MinsicI r et Madlame
Carl Martlin, Madame nice


'I


arle Line Jerome, Mon -
eur et Madame Michel Je
nme, Monsieur et Madame
eginald Jean Bart, nde Ma I
e Josde Jdrome, Monsieur i
Madame Joseph Bernard
crome, Messieurs Herve,
rantz, Mesdemoiselles Bea
ix, Fablenne. Judith J6ro t
e. a ses petits eufants : 1
arline et Doris Martin et z
athanlel Jerome, a son PiC
e Monsieur Nathan Fabien,
ses freres et soeurs Mon-
lear et Madame Yvon Fa
ien famille, Monsieur et
[adame Ludovic Rigaud et
amille, Mademoiselle Mar
he Fabien, Monsieur et Ma
ame Oge Delatour et fa-
sille, Monsieur et Madame
lenri Fabien ett amille, M.
imon Fabien et famllle, M.
t Madame Roger Dupont et
amille, a ses Tantes et On
les Madame Veuve Alcide
;douard et famille, Mon-
ieur et Madame Nissage
ouirand et famille. Aux ra
nilles : Jerome, Fabien, Mar
in, Jean-Bart, Perodin, Jo
:ph, Blanchard. Rigaud, De
tour, Coriolan, Dupont,
3uirand, Jasmin. Ferdinand,
titchell. Edouard, Berna -
otte, Cantave, Ostin6, Joil
Voeur, Assad, et A tous les
antres parents et allies 6
prouves par ce deuil.
La date des funerallles de
Madame Rene Jerome nde
VIarie Claire Fabien sera an
noncee ultrieurement.
N. B.- La famille se reuni
ra le Jeudi 12 Avril a Pax
Villa Sacre-Coeur de 6 heu-
res a 8 heures du soir 114


RESULTATS
vm>ir f*%*fnkU-


DU CONCOURa
X D'HYGIENE,
Le Centre d Hygiene Fa
miliale prend plaisir a pro
clamer les resultats du
Concours xClasse d Hygienes
1979-1979.
I Les ecoles don't les noms
suivent gagpnent chacune $
50.00 de miaterijel scolhire.
1. Soeurs de Ste Anne ;
Port-au-Prince
2. Ecole Nationale de la
Colonie : Grand Bassin
3. Ecole Nationale de
Pont Sonde : Pont Sonde
4. Ecole Carl Brouard No
2 dirigee par Louis-Nord
Charles : Cottin s Ganthier)
II Les elves ci-dessous
mentionnfs gagnent les 10
prix suivants :
ler Prix Un gros apparel
de Radio Alexandre
Marie Suzie Ecole Fran-
cois Duvalier Cap-Haitien
2eme Prix 1 apparel de
radio : Jean-Louis Jn Jo
seph
Ecole Nationale Smith Di
plessis Port-au-Prince
3Cme prix 1 Montre -
Bracelet : Mfnus Yanick
Ecole Christ-Rol Trou Sa
ble Port-au-Prince.
4rme prix 1 apparel de
radio : Adolph Berthony
Ecole Nationale de Moris-
seau 1 Azile
5lme prix 1 appareil di
radio oseph Frantz
Ecole des Arts et M6tiers
Carrefour Port-au-Prince
6Ome prix Paiement de
lives scolaires : Sauveur An
broise Ecole Jean Phili]
pe Daut Mirebalais
7eme prix 1 appareUi d
radio : Chfrestal Kettlie I
cole Marie Immaculne C
yes
8Ome prix 1 apparel d
radio : Jasmin Raphael Le
va Ecole du Sacr6-Coeur
Grande Rivilre du Nord
9Ome prix 1 Ballon de
foot-ball : Jules Hector -
Ecole Nationale de Cap Ro
ge Vergnon, Cayes Jac
mel
106me prix Magda Nicola
Elve llbre Port-au-Prii
ce
N. B.- Les Certilicats se-
ront enfvsyo,
ront envoys aux l66ves qu
ont 60 points et plus & 1
dressed de leurs dcoles respe
ties,
Centre d Hygifne Famillali
le 7 Avril 1979


(Suite de la Ire page) decaphonisme seriel, etait un


a musique mals possident r
in sens musical, une acult
auditive et un don nature
pour l'harmonie qui ne ces-
cent d 6tonner ceux qVi fcou
ent saris prirnels et qui, so
lidement Informes, soht vra
ment capable de juger.
Evidemrnent, 11 y a des 11 i
miles a ce qu on peut. crfer,
lorsqu'on ignore 1 6criture
musical Pt 11 est certain
que quiconque aspire a com
poser de la musique sympho
unique ou de la muslque de
ehambre dolt faire 1'effort
d apprendre les rfgles de 1 6
criture.

N'oubllons pas que le but
de cet article est d encoura
ger le d6veloppement du ne
nouvelle musique populaire
haitienne et c est pour cet
te raison qu il m a paru uti
le de signaler qu on pent
s' lever sans passer par un
Conservatoire ou la voie des
ftudes musicals classiques.
Acpros tout, les Conserva-
toires n'existent que depuis
quelques sikcles et la scien
ce qu'on y enseigne actuel-
lerment est le product de'
multiples experiences, soul
vent guides exclusive
ment par 1'intuition, 1 intel
livence et la senisibililt. de
musicians qui n avaient pas
eui la chance de pouvoir Otu
dier au Conservatoire. II
faut rappeler qu Arnold
Schoenberg, crfateur du do


;ompositeur presquentiere s
nent autodidacte, qut avait g
pris quelques leqons pri- d
aves lorsqu il etait jeune et
n avait jamais tel au Con-
servatoire. Cela ne 1 a pas
empeche de career la plus t
complex de routes les tech d
unique savants et d ftre ac I
tuellement salue comme
I in des plus authentiques
genies de ce slicle.

La technique de Schoen -
berg est aujourd'hul ensei -
gnee dans tous les Conserva
toires dignes de ce nom, a
exception sans doute de
ceux d URSS qui semblent
1 avoier cartee pour des rai
sons exclusivement ideolo -
giques.

De toutes les techniques
signalees, ce sont surtout les
trois premieres qui devraient
retenir attention de nos mu
siciens. L etOide des techni -
ques des diverse musiques
techniques cst un luxe don't
peuvent so passer les musl
ciens haitiens qui devront,
par centre, chercher a appro
fondir notre propre musi-
que populaire. Je sais que
tout le monde n'a pas le
temps et la patience de faire
comme 1 auteur de ces 1!
gnes qui est alley dans les
coins les plus recules do
pays et meme dans l'ile de
la Tortue pour s imprfgner
de nos chants folkloriques,
mais il me parait dange-
reux de negliger les chants


du people au nom du be- tC
oin, pretendfiment plus ur d
gent, d apprendre leos rgles n
Ie la musique savante. a
1
Nourrir le culte de la pu c
rete national me semble c
toutefois le plus d6risoire f
de tous less mthes. Cette p
retf natlonale n'existe pas,
du moins dans le sens vou 1
lu par certain fanatiques. I

Les chansons hattlennes
les plus populaires a 1 heu
re actuelle, celles que pro
pose la trfs remarquable Ca
role DWmesmin, sont toutes
marques par influence cu
baine ou europ6enne, directed
ou Indirect.
MWme 'Maroulfe et 'Lu-
mane Casimirs. Le public ne
sen rend pas compete parce
que ces influences sont d6
jl digfrfes par la sensibili
te populaire.
Le comnositeur' ces chan-
sons de Carole a su. trfs ha
bilement, adapter ces in -
fluences A sa propre sensi-
bilitf de musicien haitien,
et c'est pour cela qu il a reus
si. avec 1 aide de la chanteu
se. ai toucher profondfment
les gens de notre pays. II
y a reussi d autant plus fa
element que 1 influence cu
baine d une part et ces as-
pects particuliers de 1 in -
fluence europeenne, d au
tre part, sont d e j h
anciens en Haiti. et- par con
sgquent, parfaitement ac-
ceptfs par 1 ensemble de la
population. Accepts et adop


es parce qu ils ont su mo
ifier et diversifier subtile-
lent la musique haitienne,
tel point que la quasi-tota
it de la population sc-rait
capable de jurer qu il n y a
plans ces chansons aucune in
luence dtrangere.
Pas plus tard qu-avant
hier, je regardals un ]eune
haitien, musicalement in -
culte et creolophone ex-
clusif, joui.r intensement en
ecoutant une chanson de To
to Necessits I1 a ete eton
n6 quand je lui ai dit que
ce qu'il prenait pour une
chanson authentiquement
haitienne n etait que l adap
station creole d un trc's an
cden tango argentin intitu-
lC rAdios muchachos,. don't
le rythme a 6te modlfie par
1 e chanteur, m a i s
don't la melodie a ete global
element respectee.
Le fait n'a pas ete signale
sur la pochette du disque et
il est probable que toule une
generation de iPunnes ou
moins jeunes jouira tout au
tant de ce quelle prendra
pour 1 expression dune pen
see musical authentique -
ment haitienne. Pour les cu
rieux qui voudraieit verifier
cc que je viens d'affirmer.
Pe signal que cc disque de
Toto Necessite vst en vente
partout et que Ia clansoll
a 6te baptisee en creole ,Si
m't connin .

(a suivre)

Gerald MERCERON


DU NOU VEAU A


SAGENCE
CrTADFILE




SPour mieux vous servir I'Agence Citadelle repond


a present a un nouveau number de telephone


Le 2-5900 ayant 5 lignes groupies




L'Agence Citadelle representant exclusif


de la American Express vous propose


a :les TRAVELLERS CHEQUES,


Skles CARTES DE CREDIT,


.e et les VOYAGES ORGANISES
-

s DE LA ANMERICAN EXPRESS
p


:ea POUR VOTRE PROCHAIN VOYAGE PASSEZ AU NOUVEAU LOCAL DE


L'AGENCE CITADELLE'


I 35, Place du Marron Inconnu ou Telephonez au

2 5 9 0 0
s 2 5 9 0 0


iut
a
e

e.


~tfA~- --UIIA'-~U~'-s:..oAooou-- --u-u oosuo 0


I. I


confiez-nous



vos o m es' iaffaires



Vous ferez une bonne affaire!


PASS[ POUR
u SEuOUI REU~s,


HOTEL CASTELHAITI


25900
2 5 9 0 0
2 5 9 0 0
25900
25900


--------~- "~yj~.U LS~+;rll;; --')r CCC- CI' i


----U~UIIY*m~YI~~


C~&r~/JI;- --- -- ---i-L-I---'-~:L-)-2i~~CI~Z~W~~i~VNZC


L


Sxel


j








DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 AVRIL 79



BIOGRAPHIA DEL CARIBE


i;IIle dc lit h're palge)
( In If l : ', o llen V t ipe ml(t;'
& I hl7 l1 u m lll'I Iell I tllatl i ld
I ,'in I iti( i I 'II t, s A l l'rlos
i,. I r I'ri'.i tllld l M llie d ,

, i l lit lln ll l Iv ii



i l.; II I p ) t ] lldll .| lle


1i p ) l I t I lcUi sl iul ope s1 t
Sl 'llic l uli, i eI ile
I r oid illfit l u I ii 01I t -;
IC, tl it p .a t\ iio Si t l plopre
i t. I IIII t i i t I, i olaSn i l itItc
L ilW Iil i Si ECrtipe sa

ti d iIa i( lI ln t llnclt c' l la

pil parilllt : agt dIc
hi tilltl i aliii e s t t rouve
(I 1I1 1 it)ic Il ir' ull pall


-t 1ii 1 1' n I tl f 1 ci 'n l s ot
) i i > 1 "' \ 1' i rl li




;,, ~ .] li i" 1 l is li -

: \ I'' sl Sin i






i: ,', ,s m'rl t t A i ur
'1 1111,('1 1C, lU1' lll ii'r
S I' 'tr pl us'l' '












ii qu Am rico.
'. ii 1 i 1, ]/i ', lll' X tl l iil /I'
i ti l l (ii i\ 'lli- )1 Liis la






n,. .. ot p iilni.nial dits
I cIl Ill' l' V cili







S No quarliMntinr
1, ,, HtiU ic liii.ii I S (u'
Sonll e li t i dllt r t




.i ii ( I I ,ins dII s Ve spilc
i n'1 s Ghi lA lanjo
,1,I ";. ~ '. :lti 1't l l i Co' il
,1 Iic.I, c ill sli' o ell .s -
si, n 1 ,oliiiiti de 2











ii. au ii vivrU i
(|;- A 1, PL ( 1i 1 11 e rico.

5 p -. ) u rg U






1,,. 1 'u U* Sn itnl i. la lo-
ii, oiiii iii i Oi dlt d iAm i
d t hi l eilaone


S l'i .S L'On ;l n Irit udI l
'I I. Ii o 'll l, l I i t iU' ,id -





],' dhiUanaI si) n
U oLI tU liC
I'i I.I' i >I, d Li A r i c ll-


i, 'ii i id s nil' lret






Iii, I, t l l i p lu.s aIlr a

I 'a i, 'li' place de Sant

I' Ii l. >le1ov, rte < un









li ,]) avail d sin' ll rs ecuil
S I (stume ddi o












I lir 'I .ii .s1i ( V'i-arm u
I l ) Ii m ill, 1( 'orin:
IQui i Sionrlla apparuti

( I, l : chani t di llt Iilet













rich Is, d ouit, l peupic









d s ,'lommr ]t ,'s fm
(" ,I Ii I ,I (,i( I r ( ,lll ii
































mi sl qui rIesonnatit bie
W i l 'l I I p it l ii ,i]lt'
















au dr ia dis muraill es rsil
\ta en Iutsnns' de vant )








b tl,, i ,tranq l 'ili ur ind ,
souri r i avIr un i er spai ti








me de triomphe. Florence
'la proclame. inRline de it








B aUllit U Tol, s l Ii poete1 P
ltin en t ]tn I qui failt u


t,; la couronne avec dnt





chonsons. Ju 'lien la center
pi ave, amour. Laurer pit
en dIe erlbre la jeunesse
Quant'e bella giovinezzi
(iChe si fugge tuttaviall
Chvuol esser I't lleto saIre
Di doman non a e cettezz




eOn continue a chants
cette strophe en souvent
idu jour oe plus splendid




qu'ait connu Florence. e'es
comme cette range musce
qu.i eo1roFlhIone. C'oes


le que quatre siecles plu
tard Rubeq, Diario mettr.
dans ses vert o 1'ion sen


fi fond soc berctr son orln
inel aeIraibc)llno aIu fonld
soni originhe iturtalb lnne.
Jitiinsse; Trtsor Dlvi>a
'T' ti'en vias dtj\ pour no
plis revenir'

Slmonllettll est done la Jo
lie citfeimn qui eintre dins
li inalson des Vespucci.
Djut d(lns sonl portrait pelnt
par Pedro le Cosimo;l on
lit Somonetta lanvensis
V".siiuccl. Cost alnsi qu'on
,olt tes lettres; majuscules;
comnine gravies pour le m6
daillon d'une relne. Mtads
personnel n'a 'ait d'elle au
tailit de portraits que Boti-
cilli. Son souvenir l'obstde.
Ce voisin tresse et ddtres-
s' ses cheveux dords. C'est
le travail de ses pinceaux
dans des tableaux qui de-
vindront immorlels. Simo-
netta est i'lnspiratrice de
sa pcinture. Elle est le Prin
temps dans son Printemps.
Elle ist la Venus dans nV6
]lMs et Mars,. Et avant
lout, rlle est la Venus de
,la Nai.snsance de Venism
c '(st at dire de lta Renals-
salI' Oiln rest ,stiupef;tt
qua(]ld onl compare dans
1 oeuvre de Boticelli les por
trails qu'il a failts de Ju-
lwn de Midicis et ceux qu'il
a falls d' SimonetLa Ves-
) -ci j.1J u I i e n; les
lrvr's s e r r e s; re-
arlte t lou.oiris en bas avec
Ihs p:tupiieres baissees. II
v a quelque chose don't il
a honte ou qui l'offusque.
Par ronltr; connmme Simo-
let lij plane au-dessus de
Juliein tL de tout le monde
l lorentll: lc Iront toujours
ttulai. les yetux tranquilles
ci la'2ri'melent ouverts. Elle
est bonito : elle est douce;
1iais par-dessus tout elle
est Reine

Quand Simonetta meurt;
elle a vinit trois ans. C'est
une more inattendue. subi
ie: qui faith s'incliner
l' f r o n t d e tous
1Is Florentins. La ville en-
tire accompagne Les Ves-
pucci et march en silence
derriere le cercueil. Lenoard
de Vinci don't la jeunesse
a et6 ; elle aussi; seduite
par Simonetta est dans le
cortfge. Laurent de Medi-
ris. lqui a cette epoque se
trouvait a Pise; regoit la
nouvelle durant la nuit.

C est une nuit claire. II dia
lohuait dans le jardin avec
ses amis. II y a dans le ciel
I11 petoiie plus resplendis-
S;i Iti i1ic lioutt's Ies aitres;
(,i 1106 'avaitl it pas obser-
V r aUpar.iLVait. uLaurentt
,n uhesii' p]as. C'est Simonet
t a. Juhliri tries tpeu de
tinm.,s :i'rs meurt as.sissi-
i nn,. >dIs I tiltohit' conispira
Slo s din Pl;t I/i, Le Magnif-
(yii' V'oulatl ]''pe i)pet ul'r 5ison
:,)ivr' r iIIllrmanda a Boticel
11 di t I litIdre' is li'gures al
lr( ori(l ,s; de la 1'te au
c(.',' ( r ai(lii11'l Sim ontllta
J, Ill lI1'6-i'w dr la Beait6l
I i'di t :. 1. a I'('origin des
( itr' viinim orltclle's du pein


Qu(iilquti's ours aprUs la
rt (ld Sintimoln'tta Americo
Vn tli.'ni l (i' itt Iua Florence
Ia s iv cail cla, sdans
hI vINl Un destin semble
riaviltr aultour de la repu-
UI)I l iovu's (et somptueu
1(. lU ren(, de Laurent est
a slon apolgee. Son pere fut
Pierre le gofiteux. Son fils
,sera Pierre le malchan-
cetix. Lui il est le Magnifi-
que. Le Magnifique mort;
la famille doit s'enfuir. Les
versatile florentins pillent
ses palals.Savonarole dans
a fureur ascetique attise le
feui autant qu'il peut; jus
qu'a ce que les juges de la
ville le fassent bruler sur
ses Dropres butchers. En ces
tempIs la: dans ces pays
la: c'etait le jeu normal de
la vie.

Quant aux Vespucci ils
vont chacun de leur cot6
a travers le vaste monde.
Ils sont maintenant trois
freres. Antonio est entr6 t
'I university de Pise. Jerome
est all en Palestine tenter
sa chance; il y perd jusqu'.
snn dernier florin. Americo
passe en Espagne. II va tra
vailler dans la maison de
commerce des MWdicis.
Ceux-ci avant d'etre des ar
tistes ou des politicians ont
et6 des commergants; des
banquiers. Leurs agents par
courent les marches de l'Eu
rope. Et maintenant que
Pierre avec qui Americo a
joud a Florence quand ils
6taient enfants est chef de
la Maison; Americo va tra-
vailler dans son n6goce.
C'est par cette porte qu'il
pen tre dans le monde qul
porter son nom.

La chance d'Americo est
fantastique. II a le mime
a.ge que Colomb. IRs sont.
nes la meme annde; I'un
h Gine; 1'autre b Florence.
Mais tandis que Colomb a-


voc unoe hluneur d6tesLable;
e1 masque t(,raglque; larmo.
yant est d6jt' unn vielliard
en butte outoutns les disgrn
ces: Vespucci cause all6gre
nieit eL famili6rement.
Rien no l'attache; rlen ne
I'emnbarrasse. Avoc facllit6
11 crit des r6cits agr6ables;
Landis que Colomb sanglote
dans ses m6molres.

Colomb Inventa la gLgan-
tesque entreprise; 11, eut 1i
nitlaLive 11 peria le myst6-
re qui enveloppalt le mon-
de. Son obstinatlon lui don
na le commandement des
trols caravelles et il fit la
decouverte. Mais il n'avait
pas ete dote par le destiny
pour annoncer au monde
sa dncouverte; par la paro-
le ou par la plume. De son
vivant on ne public de ses
lettres et de son journal
caches cauteleusement par
leurs majest6s que la nou-
velle de son premier voya-
ge dans sa lettre adress6e a
Raphael Sanchez; ou 11il par
le des lIes indiennes qu'il
a trouvfes sur le Gange; et
ensuite la lettre de la Ja-
maique. kyrlelle de g6misse
ments qui semblaient etre
proferes sur le mur des la-
mentations. pleure sur les autres; errit
il: maintenant que le ciel
alt pitle et que la terre
pleure sur moi.Ainsi oscille
sa vie Les Catillans doutent
de lui. II est 1'6tranger sus-
pect. L'amiral de 1'Oc6an
devient un solliciteur. De
ses mains tremblantes il 6-
tend lui meme un voile sur
le monde lumineux qu'il a
decouvert.


Et arrive Americo lt 11 pro
jetto i'6clat do sos charges
nur celtto n6bulouse trouble.
II faith trois ou quatre voya
gos-qu'importo lc nombre en
Amfrique et de 1il 6crit
des lettros admirables desti
n6es h distraire Pierre do
Medicis;' le develnard; &
Pedro Sedorino; son ami
d'enfance; maintenant gon-
falonnler de la Republlque
de Florence. Pierre de M6dl
cis persecute par ses compa
triotes parcourt la France
formant des ligues pour la
reconqufte des digntfs per
dues. Sa lutte est pleine de
tristesse; de malheurs et de
d6silluslons. Americo que
nous pourrions appeler
maintenant le Magnifique
vient come pour lui ten-
dre la main. I] lul apporte
la nouvelle la plus extraor
dinaire l'apparition d'un
nouveau monde. C'est la
premiere fois que quelqu'un
dit une telle chose. I fcar
te les iles du Gange de Co
lomb et leur donne la for-
me d'un continent; d'un
nouveau monde. C'est le
prodige que realise sa plu-
me. Et il dit h Pedro Sode-
rini epuis6 par les tracasse
ries de la politique et les
soucis du gouvernement. D6
barasses-toi de ces far-
deaux et ecoute une histoi
re merveilleuse. Vespucci
parole de Dante et de P6-
trarque; mais il souvient
de Boccace. Son histoire est
un chapitre d'un roman pic
caresque; se deroulant sur
one sccne prodigieuse! des
ties inconnues. Un conti-
nent qui nait. II trace un


tableau inoubllable de la
mor Caralbe. C'est un BotL
colll de la mer qui sort de
ties dolgts; une mer sauva-
ge; peupl6c do barbares.

Vespucci est la premiere
personne qui essay de fal
re du folklore et de peindre
les choses typiques de chez
nous pour amuser un Sei-
gneur de Florence. 81 votre
Majesty abandonnalt le sou
ci continue des affaires de
la R6publlque pour se repo-
ser un peu; ce ne serait ni
ridicule nl Inutile. Et 11 a-
joute. Parce qu'aprIs les
soucis et la contention qu'e
xlgent les affaires; malet-
tre vous procurera une dis
traction non ndgllgeable;
de mpme que le ffnouil don
ne un meilleur goat aux
mets dfllcats qu'on vient
de manger et facility la di
gestlon.

Ce qui attire le plus Ves
pucci dans tout ce qu'll
volt c'est la femme: La V6
nus des Caraibes un peu
plus nue que celle peinte
par Boticelli; la peau cut-
vrfe avec un corps 61egant;
gracieux; bien proportion
ne. Si ces Venus dit-il por
talent des vetements elles
seraient aussi blanches que
les notres. Elles nagent
mieux que les Europeennes
ct font des lieux en cou-
rant sans se fatiguer Elles
n'ont pas de rides: elles
n'ont pas de graisse qui
les d6forment. Les homes
ne sont pas jaloux. Elles

(Voir suite page 5)


En Caisse


Avoir dans les


Banques


Val. Immobilieres


et Equipment (Net)


Autres actifs


Dwight A. STEFFEN

Directeur


$ 1.349.570.98


9.342.627.71


409.046.89


AOGE 3


_ _ m F1 0 1 F9


AMPROSA INTRODUiT





411turtle wax





La plus large game di monde de products pour


fe nettoyage, le lavage, le lustrage de votre veiture...


CIRAGE en pate en creme, en liquid



COMPOUND en pate en liquid


VINIL TOP (LEA

PROT!

Produit pour le nettoyig


,A~ft -ft ASv gI


des pneus.



POUR UNE V,





aecooooaaoasagoegonae Bc


OITI


AMI


NER, en spray, en drape

EGE CHROME

e du capitonnage des Ioisses.



tableau de bord etc...



URLt COMME Au ier JOU1,


PROSA Rue Paves


7/S/S//S///C/S///A:Ccco^S'^I&-


Depots


Reserve pour Erais


Imp6ts et Interets




Du aux Banques


$27.885.361.76


653.555.63



1.021.335.82


Autres Engagements 1.117.639.35


952.582.26


$30.677.892.56


$30.677.892.56


W. G. OLIVER, Jr.

Vice President

et Directeur Gendral


THE FIRST NATIONAL BANK OF BOSTON






BANQUE DE BOSTON





Succursale Haiti




Port au Prince, Haiti






Bilan Trimestriel au 20 Mars 1979


Prkts et Escomptes 18.624.064.72


Les montants ci dessus representent des gourdes



converties en dollars au taux official de change




Nous certifions qu'ils sont sinceres et conformes "a nos livres..


-A1~P~~~~ -~nuooscas/~lm~r~--- --I I~9- -- E3~Cv. U-Ill cu~ -u


oz J~//"P C~P"I~Cr/~


N








PAGE 4 DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 )VRTL 79


I khele Scotcl


Jeudi 12 Avril





SDisco Par



et


Le Sugar Combo SI


I i







'ty


Club


how


mnree e urI r




Samedi 14 Avril






Saturday Night Express

avec


D. P. EXPRESS


et



1. Patronne par la


SBite a Musique et Yamaha


Le talentieux organiste mexicain



JUAN HERNANDO FARFAN

.. Eitrede $ 3.0 0
rye////.CCCO/f/7///


Programme du




Shoogar Combo




Mercredi 11 Avril ,


Stecar CEbiai au Carroussel Disco pglus un Shattw special de

14 dem'LBieait;'s Adm. $ 2.00W



Jeudi 12 Avril



Shoogar Combo au Disco Chez Michelle Scotch Club Sp6cial Jeudi Soir


Samedi 14 Avril

3 h 30 P.M. -- 7 h P.M. (Transit Cocktail, au Lambi Adm. $ 1.00



Samedi 14 Avril en soiree

EN SOIREE Pour la premiere fois Shoagar Combo au Coros Disco

Carrefcur Adm. $ 2.00



Dimanche 15 Avril:


A Partir de 10 h A.M. Grand Cine Festival a Chrytal Cine a Carrefour.

Une invitation a tous les ieunes II Y a ah ui l a participation de 'Tika

Adm. 4 gourdes



Dimanche (Soir) 15 Avril:

1 Soiree spdciale au Lambi Night Club ou Le Shoogar Combo

vous promet une soiree merveilleuse Adm. $ 2.00
:i;01-. -'O' ':' 'J'.'. ,rj.,.-4/ j


11 n'y a pas eude guerre en
1861 entre.l'Espagns et Hal
ti. Geffrard fut assez r6alis


(Sulte do ia lre page
tlculliromant qrltlque do
1'histolre doe Aon' ptys, J d6
plore soulomont le faith qu'll
n'alft. 0tdplus precis dans
loI ditqlls, et p)us long dans
son r6clt, car co chnllptrg. en
v tilt la peinte, l'histolre est
blle 5t digne d'tre coint6e.
Oyez rlult .
1861 s'ouvralt sui- uh p'6-
riode de tr6ve entire les deux
parties de 'lle, apres des an
nees de combat. On en dtait
A1, lorsque le 6 Avril de la
mtme ann6e, une note du
Consul general de sa Majes
to tres catholique intorma
Co.fleciement le Gouverne-
merit hliitldn qu'e vertu
d'uth accord efitre le Gouver
nemerit du G6neral Pedro
Santana. President de la R6
publlque Dofiitfiicalie et la
Cbiir de Madrid, stotit Ie ter
ritoire domiricaln 6a ete an
nexl 6I la Cobronne d'Espa
ghe, et que le drapeau espa
gnol est d6sormals substi-
tue 6a celui de la Republique
Domlnlcaines. (1)
Pour commenter un tel 6-
v6eriient, seul un Price
Mars auralt pu, et a en of-
fet trouv6, les mots appro-
prl6s :

Le sort en 6ta.it jet6 dira-
t-ll, le crime consomme.
oLa catastrophe tant re-
dout&s par le puuple hai-
Lion depuis la foundation de
sa nationality et qui consist
tait a empecher qu'une gran
de puissance put s'installer
sur le territoire oriental a-
fin de sauvegarder notre au
tonomie centre toute absor
tlon ventuella, cette catas
trophy venait de s'abattre
sur nous au moment mete
ofu nous cherchions par un
compromise, a accepter de
nous accommod-r au voisl-
nage d'une Republique do-
minicaine libre et indepen-
dante>>.
Il convent de reconnaitre
qu'h ce teinps la. une sim
pie note verbal d'un Con-
sul stranger n'avait pas la
vertu de menacer la secu-
rite de l'Etat.
Los dirigeants haitidns de
l'epoque, drapes de dignity
et d'orgueil national s'a-
vaient faire face. 1, plus
souvent sans allies, aux si-
tuations les plus difficiles.
C'est ainsi qu'en response a
la communication du Re-
presnf ant de sa Majeslte
tres catholique, le President
Geffrard lanca de son Pa-
lais une vibrant protesta-
tion don't voici un frap-
ment :
I ,Le G6neral Santana con
sommant l attentat qtll i a
long 'mps premeditl a faith
arborer le drapeau espanlulo
sur le territoire d'Haiti. Doe
ciuel droil I'Espagne prei-
dr:iit- 'lle aujourd la 11us-
session de la parties de l'Est ?
Cotte Province n'a-t-tille pts
ceasse eltltrlmeni et ldepu.s
de lon gies annItes (' ire iNa
(oloine ? Na-t-ellt pais itlii
tc avec ell' d'Eltat a Elat ?
Le, government d'Halti
declare proteslcr soelenell'
dnent el 'n face de l'Europ'
0t de lAminOriq:' centre toi,
te occupation par 1l'Espagi]e
dtl territlorc domin'cal'n ii
declare que la faction Santa
na n'a aucun droit d'alid-
nor a un titre queleonque
ce trritoire, qu'il ne recon-
naitra jamais une telle ces
sion. qu'il fail. hautement
shoes reserves a eel regard com
me il sa reserve i'emploi de
tous los moyens propres a
sauvegarder et a garantir
son plus precieux interest .
Croire que le gouverne-
ment haitien de l'epoque, se
serait content d'une simple
protestation serait mbcon-
naitre la m ole vertu des
homes d'autrefois, senti-
ment don't 1'absence total
a 6t6 notee chaz Stenio Vin
cent dans ses adresses aux
populations du Nord, apres
les vepres de 1937. Ainsl.
peu de temps apres la fa
'meus protestation date du
6, le President Geffrard, du
Palais National, lanta, soit
le 18 Avril 1861, en deux lan
gues, un veritable appel aux
Armes.
cAux Armes Haiti.ans.
codronis aux armes pour re
ptu.-ser les hdrdes envahis-
seuses. Que notre conslgne
solt catte phrase immortelle
qul servit de Devise aux fan
daietira de lia Rpublique :
Liberte 6b la Mort I Re-
poussons la force par la for
ce, n'hesitons devant aucun
obstacle. Nous combattrons

iutte, 11 f/iut que s'aCheve
la domination de 1'Espagne
oen Amrique. Nous lo'expul-
serons de Santo Domingo
.et cette deroute sera le pre
curseur de son expulsion du
golfe du Mexique ete etc.
Certes, en depit de e'allu
re bs]llqueuse de l'Appel, ou
I on sembl. entendre a tra -
vers los mats et le rythme
des phrases : crepltement de
de balls, rafale de mitrall
leuse et bruit des canons,
5Iny aps oudgoren


(POU OKAZION FETT PAK)

REMED TOTAL


Li bras6 toutt trip ou,
Li prige ou,
Li pase ou trsnntoi fol
Et si ou kirle, chake foi
Pou oue sa ou bay,
Ouap oue toutt chay
Kite tro lou
K tap peze ou,
Ouap oue toutt chin'n
KI te mare la pin'n
Ki fe ou patt jam ri,
Ki fe ou patt guin zammi;
Ouap oue
toutt vie bagay,
Ouap oue
toutt tripotay
Ki te fe ou sert;
Ouap out
toutt mov6 llde;
Ouap out
Satan li mim'm
mim'm tou boule
Kou oue you jouif bour6
Dtchire pak en pak
Ke yo craze ak
baton Dimanche Pak.
i BEN)
Rev. Rubens BIEN-AIME


tratlon spectaculalres, 11
contlnuera l'alde iux patrio
tes domlnledilns, sous lorme
de provisions d'armes et d'ar
getit. C,'s InsUtrg6s st bien
sOUtitnus, auront form aL
Stntlago de los Caballeros,
un gouvernumin1 provil.Olie
d'oli 'on dnclhe d'o nonis
commi, U.E Emafll..lt, J.
Curiel, it. dbilo, Silverio del
Monte, R:plha':-l Maria Ceri
da, Piblu PIulM Gotiverne-
ment provisolre que presl-
dtAt G. Pdlimco. La pirtie
des oirs, dtalt perdue pour
1'Espagne.


to pbilr e e- indro CothptI
qdb des Iroupes cAprigholes
talent cantonnLes tant h
Cuba qu'h Puerto-Rico, et
qu'Halti, prise centre doux
tlox, n'aurait mfme pu
comptor sur une quelconque
dojLrline Monlroe. oncllcue que
l'i Etaua-Unli pl%1nt sil vo-
quer Itr pit'ex,:txl de la guoer
re di cstc'.-i 6,-. o lI.; .e trou
valbit ienlitger Duni tous
h;s eas, coux qu( li,.r ehico
re Talent eclavces, (on le
leur a souvent rapr6chtr),
et dont les ptres ne comp-
talent comme ancetres, ni
des Vergennes, ni des Talley
rand ou des Cavour, prirent
la resolution d'engager 1e
combat sur le plan diploma
tlque. Ils favortserdnt darts
les villas en bordure de la
tronticre 1'ecloslon des for
ces insurrectionnelles qui,
des le mois de Mal, entre-
rent d6ej en action a Moca
centre lAnnexions.
C'est de Jacmel, croyons-
nous savoir, que sont parties


Jezu ce ou gran Docte
Li gueri ampil
Inalad sou la te
Li resusite moun'n mouri
Li chase zombi
Li colet deyc baca
Kou mauve ze oue Maite la
Yo craze rak.
Kan lap pase
tout dinmoun fe bak
Malad 1i pa bezoin famaci
Doc.e ya pren
cache nan diol li
Alt kelk prize te,
Li fe you av.g one cle
Parol li ce you
tortifian 6pu
Ki touye toutt
maladi-mize
Cc sak te gueri famn silaa
Ki ta pe pedi san pa baa
Min,. li I)ay yOu
dente remied
Saa total, ce gro zin !
Ak saa pi red !
Ou pa b1.oino
aticun maell.ize,
Ou pa btzolti
aucun docte
Ki pou paso ou amba sonn,
Ou pa bezoin pe-son'n,
Ou pren afe ou pou k6 ou
Selman, envan ou mete'l
eno dedan ou.
Ou fe k6 o u dou,
Ak un peu dio.
ou propte deu pie ou.
Remed la li mimm
pa parent angnin.
Min ni : OU KOMINIEN.
Sa le di oil nangc pin,
Ou bre duvin
Pin ak boutey duvin
fi la koi.
Pilln s:Ia. 1 nan V'Iate vinnl
du kou you boutt boli
LI kou boi-ptin ki
pren [Hlimm
Ki vil'tii p)u
At ciOnamI, li bnle
E, lel im t( du f'ti
lnaill perhe
Li feI' mnilo'nn machl aill pa
Sunall yo pa solda.
p i 1;1 (f ) ll Ztls y n'
LcI drscii'n l eln dedall
Li he '(' al-`Vk V llllila il
P.\ poutla li ravay
pluss kc' mctnme


-5






- t~ lb


BLOCS E.R.F.


ETS. RAYMOND LAMBERT

... .Mateiaux de Construction


Relations Hailiaiid DbinhicainWhs


Chaussures Italiennes solids

pour fillettes et garconnets

colors : Blnc, noir -- Bottines

pour enfant de 1 an a 5 ans


ERNST GAUTIER

Chaussurp

37 RUE DES MIRACLES, 37

Phone : 2-1155


Magasin Mon Rave


rCC~*/rBrr~-brC.r~~r~IPr~p/J"j~t~j~CJCj


--- -- -~~rorr......... ~~..r~~si;rl~- --


Ies Saiichez, Jose Maria Ca
brril, Prfrb Al.jdhdrino Ra
mires Baez et Manuel Ma-
ria Onutlir pour tllr cdtin-
bittre, on traveraillt Ia fron
tira,, les troup:-b epagno-
los. Des soldats haltiens dd-
gulsd, melks ia des volontal
res, lltteront dans lees iangs
domlnlcains; ot 6 chactio
Tpi'oesatinon d": I'Espagne.
GCoffraid plaid,.ra non cou-
pabje. .Malheurcu'ement, dei
-iaplIeis comprometlants et
signs d- millitaire haltlens
co3nimandant le1i \llls crisl
nes du Clbao. devilehl mern
trer le. tnains 'edmplltes du
uouvernerrieltr haltien dan,
l'affair's Domlnleaho Es-
pagnote de 18 1.
D'O l'enrivi & Port-au-
Prince, de l'Aitlral Rubafca
va, charge de mettre a la
rals6h par tiltimatum et tme
naces le Chaf de l'Etat hal
tien trop entreprenant. As-
sez iritelligent, celul-ci aura
change de tactique. Bauvant
la fagad', evitant les demons















g


s







!


Le gouvernem2nt de 'Ma-
drid ne tardera pas a etre
fatigue d'une guerre aussi
longue, causanit 6 la Cburun
ne de loiotrds pertes d'hom
mes et d'argent.
La Couir vouluo en flnir,
mais d'une manlire honor
ble pour l'Espagne. La Di-
plomatic haitlenn- touLours
aux aguets, saisit I'occasion
au vol et par son Envoye a
Madrid, en I'occu'rene,. Tho
mas Madiou, offrit sa me-
diation. Ayant appris que
initiative de la paix etait
censee venir des insurgos
sous forme d'une supplique
6 adresser i la Re'ne d'Es
page, le President GOfIrard
red;gea de sa propre main
cette supplique d'abord crt
te en francals, utis Iradul-
t' en espagnol. Supplique
qui sera remise au Colonel
haitien Ernest Roumain,
charge de neocier et sur-
tout de convaincre les insur
ges dominlcans a la pres n
ter selon le voeu de Madrid,
comme condition de 1'Inde-
pendance et de la paix. En
some, c'?st I'Acre do I'In-
dependance de la PRpubli-
que Domlnicaine. retll s';p
plaque et redigee par le'
mains halti-nnes du Pr&' -
dent Fabre Nioeas Geofrard.
Et voilt ce que M Frank
Moya Pons eut pu rafon'er
a assistance de I Instit 't
Francais. I'autre soir. ve q :.
n'aurai: pa s manqle dce pi':-
re et a 'esprit et au ereur de
tous les parti-ans do l'a-
tuel rapprochement haitia-
no-dominicain.
Laurore ST. JUST









DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCIE 15 AVRIL 79


BIOGRAPHIA DEL CARIBE


Uhi(llt d, I n 3v. page)i,

nint vollhpllhuis vt sollll,.
1 iii iio rdeilr Inlat.lable. EI-
lh i onlt, mn llll i |)()i po lr
nolli; till tlre'i m'n d ill it n'hel


April liS fe[lnulle is lutIl
mlli'ns Qu'lls 6tItilolelt Jolts
co', fletsv sl. ls eindius O, 1A1
I oll (tlot'r In t1 lx t1 (v
lihii uIi ttsA lt' etlropeells.
IL. b;\:i re i lorlenthn fa!t ill
losge de la siesto danis son
revnti C est certain qui'lls
rssemiblont t, i des b:arba-
rcs, cea gens qui come 11
le dit nue e servent pas de
serviettela; n dhe converts et
mangepnt ltoute heiire et
n'ont pas la regularity et
to raffinement des nations
etvilisees Mats dormir dans
un hamna c'est dljit un
plalsir raiffine.

Vpspuerl et los slens so
mlent aux Indiens. Par-
fols l1s les effratent avec
des coups de canon: par-
foss lis los flattent avec
des verreries et des brinbo
rone' Is fonnt la giuerre a
cer1i:ines peuplades, avoc
d'autres i1s font la paix. Ils
nlimaiissent des peupiles de
pirhours qui vivent dans
des masons baties sur des
pielo\ au-dessus des eaux:l
ct dos chasseurs qui vivent
dans des regions ol l 1'on
i'arrive qui'a travers molits
et rivibres. Un jour ,Vespuc
ci qui setail fault des amis
Ici comme partout ou ii
passe: partit en reonnals-
siance i l interieur des ter-
re'. Les Indiens insisterent
tellement qu il ne put se
derober. Vespucci avec une
vingtaine de compagnons
fir une excursion qui dura
neuf ours. Comme chaque
peipliade stait content de
le voir arriver. Comme Ies
Indiens palperent; comme
ils IoP caresserent : come
ils leur firent la court. Pour


mix le.s mnets lhi inmlllours:
is1 hla11incs los mlolux Iis-
N68;I 1 Ullhllellt [l ;' i 1. I-
I'r Ibl, i V (, c iLh li tiii l i1. A
I l lur retoul los Nsiuvatigs los
lpirtIrit, on tlriomplhe. Et.
it t'liti (I'intsre oux purals-
aill. r'ntli"l INI le tr, anspor-
talent plans nlI hamna cse
uilt valalt nticux qu'unle 11-
IlhEre El test dans de.s 1)at
maics q(il's apportalent levi
c:,'(eaix drs arcs; des fli
hes des ;Ci, u plumns: des per-
roquet.s. Uine nflnlt.6 i per
roquets don't les couleurs
tle!tin ent les premhires
chronilques dul Nouveau
Monde.

Ve ',n,i-c ess le premier a
doc ire le Nouveau Monde
ri les termes qiil enthou-
slasment les honinmes de la
Renaissance. Ses lettres vol
tigent. Elles sont traduiles
dans routes les lanoues: pu
blie's dans tOis les pays
On peut dire qu'a eolttc -
pocue oF 1'oiu pr(firait u1i
errivain aereable A un na
vieateur tourminto le pro-
mier prix du roman a fete
attribue ail Florentin Amo
rico Vepucei. Oueloi'un qui
iflnns son enthousiasme va
plus loin: dit: Si on dolt
donnier n nomn oiielconque
s ce torres nouvelles don't
nins parole Vesner.pi: nP
.loisiisons p:as un voc-ble
'flleine rncomme Europe;
A'e ou Afrique donnons
leur son nom; qu'elles
soient la terre (Americo
Et ainsi futl bantisi le Nou
viiiU Monde sans que Ves-
puccli hlei mime n'en alt ja
inais rien su.

11 arrive que 'on rencon-
tre dans I'hilstoirp de vio-
lents contrasts. Quand VPs
punei ecrivit si nrem;'re
lets'r et qu'elle fut publiie,:
C'slomb adressait la sienne
de la Jamaique aux souve-
r:-ains espa nalsO Vesnurci
poussait un cri de triom-


R AMERICAP SUGAR HAYTIAN


pilhe; Colomb r6clamunit do
II coniinlmi.6utLion. Vint en-
Uli t, i ni',',in ide lottric doe
V1 pi 11 l Ii, la p1r1 illhi t L
111 l d Ill.-r li Ine 11 fI ll'tI
sur Uln ocian de onllne for
tue. Poulrquol a-L-11l tra-
verso I'Atltuantilqe? Purce
que le Hol dui Portugal t I
]IIl demanclalt. Vespucci no
voulal l pas, 11 s'occupailt
de plusleurs af'alres polur
lis Siiverailns de Castlle.I
,.il:; le1 rol du Portugal in
sistait. EL ainsi done; Ic
lol Don Manuel sachant
qui je e e pouvals pas me
rendIre sa court m'envo-
ya Jullen Bartolome locon
do qui a cette epoque risl-
dalt it Lisoonne; avec mis
sion de me ramener coute
que coute avec lul. Sa pre
sence et sos objurgations
me decidbrent a me rendre
h la Cour du Rot du Portu
gal; ce qui me valut la d&
saprobalion de tous ceux
qui mne connaissalent. C'est
de celle faqon clue je quit
tai la Castille o j'avais 6ttl
comble d'honneurs: oi le
rol lui meme ne tenail en
haute estime et le pire lde
tout je ne pris congi de
personnel. Ainsi il pnrti et
comment revint-il? Noi's re
vinmes dans le port de Cas
tille avee deux cents cap-
tifs. L'homme est admirn-
ble. Et Colomb; a. ce mo-
ment la que faisait-il? II
suppliait le rol Ferdinand
de lui donner t'autorisa-
tion d'aller a la cour h dos
ice mulet. Les mulets e-
ta.ient reserves a des gens
d'une autre condition qcue
la sienne. Mais le pauvre
vieux pouvait a peine se
rmouvoir. Ce ne fut pas un
mince effort qu'il fallout
deployer pour obtenir cette
permission. In confiait ses
angoisses a son fis; Don:
Diego' Si sans importuner
je parvenals a obtenir ote
te autorisation d'aller a dos
de mulet; je m'efforcera's
de partir pour la-bas apres
Janvier. Avec ou sans cet-
to autorisation je partial
quand mi me.


COMPANY S. A, in du premier chapitre


iSUCi,: MI RAFFINE POPULAIRE..
PORT AU PRINCE, HAITI & SS 3a t C Vice
assuracette service

USINE HASCO cette fUit

SOCIETY ANONYME HAITIENNEERCRE 11 ARL 197
P ONT MORIN
Pont Morin
(Planteurs et Fabricants ALTACRACIA
Avenue M. Ambroise
\^yryy-y-- yWW. r ST CHARLES
f ,C rr,'f()ll


Une derniere fois


avant leur depart en tournee


L'HOTEL


I ROYAL HAITIAN


vous 0oEre, ce mercred=, I'occasion

d'assister a la revue

*, ebiouissante des


|i Ballets



Bacoulou d'Haiti.



Une soire-show

au bord de la piscine,

avec ur, delicieux

buffet barbecue


et



L'Orchestre du Rol


pour vous fire danser.


Votre rendez-vous







L'HOTEL


ROYAL HAITIAN!
' aaoaeisaoaaowa~acwaaaeo


JEUDI 12 AVRIL 1!979
EERIMA
Rile (des Casernles
BON REMED
Rue' Lamarre
DES DALLES
Ave. Fouchard

VENDREDI 13 AVRIL 1979
(ij i ,. SOUS
Sanis Ill
APOTI11ICAIRE
3l'is Avc Bolosse
DE I. ES'OIIt
D ni )' l .s

SAMEDI 15 AVRIL 1979
UI'IVERSITAS
iR le Oswald Durand
EVE
Rue St Martin
DE CARREF OUR
Carrel'our

DIMANCHE 15 AVRIL 1979

SCIENCIA
Rue Dr. Audain
ST. GEORGES
Champ Mars
DILIGENCE
Carrefour

LUNDI 16 MARS 1979

PADRE PIO
B. JJ. Dessalines
PRO MEDICAL
Chemin des Dalles
ST ANTOINE
B. JJ. Dessalines

XXX

PETION VILLE

JEUDI 12 AVRIL 1979

ST. JEAN
L EVANGELISTE
Delmas Petion-Ville

VENDREDI 13 AVRIL 1979

REGINA
Place du March6
SAMEDI 14 AVRIL 1979


DU QUARTER
Rue Og6

DIMANCHE 15 AVRIL 1979

ST. PIERRE
Place du March6

LUNDI 16 AVRIL 1979

ST THERESE
Rue Villate


Rex Th6atre

M,.riccdl 12 2 4 6 110 break
DANCE MY LOVEll
Avant 5 hours
Entr6e 0. 1-50
A Partir do 5 hours
Entree Odes. 3-00 ot 5-00

Julidl 12 2 4 6 8 10 hres
L EVANGILE SELON
ST-MATHIEU
Avant 5 hires
Entrec Ode 1-50
A Partir do 5 hres
Entr6e Odes. 3-00 et 5-00
Vendredi 12 2 4 0 8 10 hres
L EVANOILE SELON
ST. MATHIEU
Avant 5 heures
Entrie G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entree Gdes. 3-00 et 5-00
Samedi 12 2 4 6 8 10 hres
BEN-HUR
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entree G. 3-00 et 5-00
Dimanche 10 h A. M.
Entree Gdes. 1-50
LE TIGRE JAUNE
12, 12 2 4 6 8 10 hres
Entree Gdes. 2-00 3-00 et 5-00
Avant 5 heures
Entrie Gdes 2-00
A Partir de 5 hres
Entr6e Gdes. 3-00 et 5-00
L INCOMPRIS
Lundi 12 2 4 6 8 10 hres
L INCOMPRIS
Avant 5 hres



CINE OLYMPIA
Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
Entree Gdes. 2-00
UN TUEUR DANS
LA FOULE

Jeudi 12 h 2 h 4 hres
6 h 30 et 8 hres 30
Entree Gde. 1-50
ESCLAVE DU PHARAON
Vendredi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
Entree Gdes. 2-00
LA REINE DE SABA
O3amedi 12 h 2 h 4 hres
6 h 30 et 8 hres 30
Entree G. 1-50
DRAGON MISSILE
Dimanche 12 h 2 h 4 hres
Entr6e G. 1-30
6 h 30 et 8 h 30o
Entree G. 2-00
FURIE CHINOISE
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 30 et 8 h 30
Entree Gdes. 2-00
FURIE CHINOISE

A 1 \ X

RANCHO CINE

Mercredi 11 Mars 1979
LES DRAKKARS
Jeuldi 12 Avrl 1979
LA POUDRE
D ESCAMPETE
Vendredi 13 Avril 1979
PASSION POUR LE
DANGER
Samedi 1 Avril 1979
LES DRAKKARS


ETOILE CINE
Mercredl l h 30 t 8 hres 30
LA LUTTF
Et1ii,',.. Odes. 'A-00 ct 3-00
lTeudi 6 h 30I ot 8 hres 30
LE GENDARME
EN BALLADE
Entrq' G. 1-50 et 2-50
Vendredl, 0 h 30 et 8 h 30
DAVID ET GOLIATH
Entr6e Gdes. 1 50 et 2-50
Samedl 6 h 30 et 8 h 30
20.000 LIES SOUS
LES MERS
Entree Gdes. 1-50 et 2-50
DI-manche
SDance Unique 6 hres 30
LE MESSAGE
Entree Odes. 3-00
Tundi 6 h 30 et 8 hres 30
DRAGON NOIR
CENTRE KARATE
Entrde Odes. 1-50 et 2-50
x x x x

AUDITORIUM
Mercredi 7 lbeures.
SATURDAY NIGHT FEVER
Entree Gdes. 3-00
Entree Gdes. 3-00
Jeudi 7 heures
SALOPARDS EN ENFER
Entree Gdes. 2-00
Vendredl. 7 heures
COUMBITE
QUISQUEYENNE :
SPECTACLE
Samedi 7 heures
I'FURIE CHINOISE
Enltre Gdel. 2-50
x x x x

CINE SENEGAL
Mercredi 6 h et 8 hres
LES 7 BERETS ROUGES
Entree Gdes. 2-00 2-50 -
3-00
Jeudi, 6 h et 8 heures
LE CARDINAL
Entree G. 1-50
Vendredi 6 h et 8 hres
LA PASSION DU CHRIST
Entree Gdes. 1,50 et 2,50
Samedi 6 h 8 heures
LES 4 KARATEKAS DE
L APOCALYPSE
Entree G. 1-50 2-00
Dimanche 5 h 7 h 9 hres
BRUCE LEE EN
NOUVELLE GUINEE
Entree G. 2-00 2- 50 3-00
f X4
L'INSTITUT
FRANCAIS
ACTIVITIES
CULTURELLES

Jeudi 12 20 heures
CONCERT PRO MUSIC. au
profit de 1 Institut pediatri-
que. Au programme : Oeu
vres de Pachelbel, Albinoni


CAPITOL IN
CAPITOL 1 IMPERIAL 1
JEUDI 12 AVRIL VENDREDI IMPERIAL 1
13 AVRIL KT SAMEDI 14 JEUDI 12 A%
PRIX UNIQUE $ 1-00 13 AVRIL 1
12 h 00, 3 h 00 12 h, 4 h 01
6 h 00, 0 h 00 Entrc Odes.
SPARTACUS Odes. 8-00
LES DIX
CAPITOL 2 COMMAND]
JEUDI 12 AVRIL VENDREDI
13 AVRIL ET SAMEDI 14 IMPERIAL 2
Avant 2 sh 302
Odes. 3-00 JEUDI 12 A'
Apris 2 heures 30 13 AVRIL
Gdes. 5-00 12 3, 2 h
12 h, 2 h 4 hres Entree Gdes
6 h 8 h 10 hres 5 h 30, 8 h
ANNE ET ANDY Ent.r6e dhe
DE LATRI Gp


CAPITOL 3
-F0131I12AV-TTLVse~du


JEUDI 12 AVRIL VENDREDI
13 AVRIL ET SAMEDI 14
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 15, 2 h 15 4 h 15 -
6 h 15, 8 h. 15 10 h 15
ASSAULT
CAPITOL 4
JEUDI 12 AVRIL VENDREDI
13 AVRIL ET SAMEDI 14
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 h 45, 1 h 45 3 h 45
5 h 45, 7 h h 45, 9 h 45
LES DOIGTS DACIER
QUI TUENT

CAPITOL I
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
12 h 2 h 4 hres
S1 h 8 h 10 hres.
LEGITIME VIOLENCE

CAPITOL 2
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
Avant 2 h 30
Gdes. 3-00
Apres 2 h 30
Gdes. 5-00
12 h 2 h, 4 hres
6 h 8 h 10 hres
IL ETAIT UNE FOIS
LA LEGION

CAPITOL 3
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
Avant 2 h 30
Gdes. 3-00
Apres 2 h 30
Gdes. 5-00
12 h 15, 2 h 15 4 h 15
6 h 15 8 h 15 10 hres 15
FORCE NOIRE

CAPITOL 4
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
PRIX UNIQUE $ 1-00
11 h 45, 1 h 45 3 h 45,
5 h 45, 7 h 45 9 h 45
QUI A TUE BRUCE LEE


Bach, Haydirvet MercerotS2j:
Solistes : Ferere Laguerre, CINE TRIOMPHE
Micheline Laudun-Denis,
Serge Villedrouin. SALLE I
Direction : Fritz BENJAMIN AU NOM DU PAPE ROI
Entree : 25 Gourdes Entree : $ 1.50 et 2.00
Lundi 16 17 h 30 SALLE II
CINEMA : ' Un film dE. Luntz. avec Entree: $ 1.50 et 2.00
Maurice Ronet et Michel SALLE III
Bouquet. (Policier psycholo LA RAISON D ETAT
gIlque). Entree $ 2.00
Entree : 2 Gourdes SALLE IV
I1 Gde sur presentation de L'EPEE ET LA CROIX
la carte de la bibliotheque) Entree: $ 1.50
. .. -. -


DE LAUTRE
DE MINUIT


IPERIAL AGIC CINE


VRIL VENDRE.DI
ET 8AMF.DI 14
0 8 h 00
5-00

MENTS


VRIL VENDREDI
ET SAMEDI 14
15
. 5-00
15
s. 8-00
E COTE


IMPERIAL 3
JEUDI 12 AVRIL VENDREDI
13 AtRIL ET SAMEDI 14
12 h, 2 h, 4 hres
6 h 8 h 10 hres
ENFANTS
Gdes. 5-00
Gdes 8-00
Gdes. 3-00
LE RETOUR DU
CAPITAINE NEMO

IMPERIAL I
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
12 h, 2 h, 4 hres
Entree Gdes. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 8-00
JULIA
IMPERIAL 2
DIMANCHE 15 AVRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
12 h, 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 5-00
Entree Gdes. 8-00
LES REQUINS
DU DESER I
IMPERIAL 3
DIMANCHE 15 AWRIL ET
LUNDI 16 AVRIL 1979
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes 8-00
ENFANTS Gdes. 3-00
LES NAUFRAGES DE
L ILE PERDUE

xx x .

DS LUXE C1INE

Mercredi 7 h et 9 hres
Entree S 2-50
RAPHAEL OU LE
DEBAUCHE
Jeudi 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
LA PART DU FEU
Vendredi 7 h et 9 heures
Entree $ 1-50
SIMON LE PECHEUR
Samedi 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
DANCE MY LOVE
D manche 15 Lundl 16
Avril 1979
7 heures t 9 heures
Entree $ 2 50
ASSAULT
Entree Gdes. 2-00
A Partir de 5 hres
Entree Gdes. 3-00 et 5-00


Mercredi 6 h et 8 hres
PIRANHA
Entree Odes. 4-00 5-00
Jeudi 0 h oL 8 hres
PIRANHAS
Entree Odes. 4-00 5-00
Vendredl 6 h et 8 hours
QUAND LA TERRE BRULE
Entree Odes. 4-00 5-00
Samedl 6 h et 8 heures
LA FAMILLE ORDONNE
Eitree Gdes. 3 00 4-00
Diminche 5 h 7 h 9 hres
FIST
Entr6e Gdes. 5-00 et 6-00
Lundi 6 h et 8 hres
LA MARCH A L ENFER
Entree Gdes. 3-00 4-00
S x x 4

CINE LIDO

Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entr6e Ode. 1-50
6 h 8 h 10 heures
Entree Gdes. 3-00
HERODE LE ROI CRUEL
Jeudi 12 h 2 h 4 hres
Enitree Gde. 1-50
6 h 8 h 10 heures
Entree Gdes. 2-00
SIMON LE PECHEUR
Vendredi 12 h 3 h 30 7 h 30
BEN HUR
EntrMe Gres. 2-00
Samedi 12 h 2 hs 4 lhres
6 h 8 h 10 heures
Fntree Gdes. 1-50
EVANGILE SELON
ST. MATHIEU
Dimanche 10 hres 12 h 2 h
4 heures
Entree Odes. 2-00
LES DEUX GRANDS
CAVALIERS
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 3-00
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 2-00
6 h 8 h 10 heures
Entree Gdes 3-00
LES DEUX GRANDS
CAVALIERS


PARAMUHNT
Mercredi 12 h 2 2 h 4 lhe
Lntree Gd.,e. 1-50
6 h 8 h 10 htes
Entree Gdes. 3-00
SIMON LE PECHEUH

Jeudi 12 h 2 h 4 i
Entree Gdes. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Enl;re, Gdes. 3-00

Vend,'edi 13 et lSamnedi 1,1
Avril 1979


Entree Gdes. 3-00
LE MESSAGE
Dimanche 12 h 2 h' 4 hres
E'rise Gdes 2-00
6 h 3 li 10 hres
liiitrce Gdes. 3-00
LES INVINCIBLE DU
SHAOLIN
LuDrdi 12 li 2 i 4 ihres
Enlroee ;(Od.s 2-00

En (;Gde(s 3-00
ILES INVINC'IBLES
DU SIAOLIN
8 h lit 10 hicure.
Entlrec Gdes. 3-00
PLEIN POT


p.,7, agoooQQDQCGC


PENSEZ A L'AVENIR!


Les prix du petrole montent en fleche...




TOYOTA STARLET



La faRon la plus economique de beneficier


, de la quality TOYOTA


LA STARLET A EN PLUS une suspension independante, 6quinoe de resorts a boudins aux

4 roues, ce qui lui ermet d'etre aussi couple et stable qu'une grosse voiture.


HINOTO. S.A. Rue Pave Tel: 2 0658


~ceeueeeeeeeuOOC# ~VE..VI4COC


I








I


-- "" bu~rr- A@,COCzaOZ@GO@Ov~O4~C


DANS NOS CINEMAS


c e.; C& r. nn4 -nc


rr~nevPrrP~PrFrrarrrup,-pFj,k


)













WIEV Laxatif au chocolatVainqueur de la constipation
DA K __


COURIER OUVERT

A M. Pierre 4Le Nouvelliste,,


', I 'l l r l (1 M i :,


111 0I ~ I r ,l liii .
\ re. (')N u( l':N'IT i': d' hi


pl a lu i 1 ii

SIi i,1 .1 l sI I Is,, l
II'.tl l' p 'IIm.];l'l ,rises lbr G

o, f i].][ iI le s 1 .ItII v lt o
i, u I l ,ll l li lt

II i.ch e, li t I botile d i











l- co a se. 1 t
i '- l t u i 1 SI 115 .1 -t ltl ,


i. n i t1llio tlc it u










it1s i '1




r n -i ) u liv.- lt i"i, et1 I
'it 7' 1, ,1 t Stt1 lt '
I t t h ci i ( t Ihi-t,


















i'trl u S ':t. C n in t
,- c, ti ll 'lii t-










I',r-u It:ia 'Ic p ,. I(' t t ni


i-, t p-,iu ,it tin a i t'I s,
l- Ncour-






i it' 1 t. lch t'
lil t II: (h I' I 'IIlv i bIo ti(


iIIr I l i trec









PortF-a 11- Pi~lln 't(, (. mitres


vllv,1 d('llall n pairl' du
Ca('llrnaval avc dei s photos
1 ', .siggiist'llve.s. Le livre de
Mile IOlll lne Mayard -All-
i'lo.ls Naiii Pays d'Haitile
pall uit.,.l tde Carnaval.

1,' Cl'ri:lv;:li O fficiel prit'
iiI uII' 'r viiU 1927, SOIn le
CGitlveliti llimentl du President
Loui.s Borno, avec come
Magidstral Conmmulal Char-
.s de Delvea. La premiere
ruine futl CaImlle Duplessis
devenule Mmne Gontran Rol
zier, sUlvi ell 1928 de Sa-
bine Pinkomlbe devenue Ma
ameli Max Vieliux et en 1929
do Mil Gabrielle Cauvin
qiuI eousIa. ,je crois llun etrant
ncr. En tct temps lHi. il y a-
nvil htltlion populaire. pour
l choix d'une reine. Ls
ilurntiitx d' ];i Capitale, cha
(ill t iilr s m vitalint le pu-1
't a ivoo'er pour une juline
jli!' ( -ie l ( I choix. On n'a-


vail (iqui' dtcouper li partly
du journiil polntillte, i ederl
re (tessus le nomn de sa can
didate "t a la deposer dans
une urne de la Commune
de Port-au-Prince, mason
sitluee a l'angle des rues Pa
vet tI du Centre oif se trou
ve actuellement la mason
de Commerce de Charles Fe
quere. La candidate ayant
eu le plus grand nombre de
voix etait elue Reine.

Stenio Vincent, devenu
Chef d'Etat Ie 14 Octobre
1930 realisa un tres beau
Carnaval, non point a la fin
de son mandate, come le
dit Andre Juste, mais des
la premiere annee en 1931.
II y cut cinq reines de Car
naval : Odette Jean-Joseph,
Esther Clemaud, Lucienne
Douyon, Leone Acloque, Car
men Leblanc. Des huit rei-
nes ci-dessus cities, seule


CONTRE LA GRIPPE

CONTRE LA POUSSIEIE

SUCEZ




i*enthnLyptq t

AS


- DECONGESTIONN'FMENT DE LA GORGE
RESPIRATION FACILE
HALEINE FRAICHE
GRACE A

MENTHO-LYPTUS

en vente partout

UISIR. A ET G IZMERY

PHONE. 2-2144 2-0149


Carmen Lahens est more
Jetne sans avoir en le temps
de so marker.
Les mnalsons de Commer-
ce de l'epoque participaient
effectivement au succes du
Carnaval. C'etait un plaisir
pour eolios d'avoi leurs rel
nes, c'st aiins i quo le Cin
Paramount out sa reine en
la persnone de Mile Luci'n
ne St. Aude (Mme Antoine
Soray), le Garage Kneer a-
vait son char sur lequel tro
nait la Reine de la Presse :
Mile Lise Bouchereau (Mme
Arnaud Haspil). L'election
de ces reines se faisait tou
jours par le truchement do
la Press. Des fois, les jour
naux augmentalent leurs ti
rages sur la demande do cer
tains jeunes gens qui lut-
talent pour le triomphe de
leur candidate.

Les Directrices d'Ecol", les
religicuses acceptaient diffi
clement dans leur etablisne
mant la presence d'une eli6"
ve, come relne. C'est ainsi
que Lucienne D o u y o n
(Madame A d r i e n Val
ville) dfit abandonner I'E-
cole Annexe de 1'Ecole Nor
male, parcel que la Directri
ce Mmine Rene Lerrebours
no tolerate point dans son
elablissemrnt la presence
d Lne Reine.

Pour le choix de la M6rin
gue qui devait etre jou6e
durant les 3 .ours gras, i;
fallait la sanction popilai-
re. Tout's les meringues e-
talent joudes au kiosque Oc
cide Jeanty par ia Musique
du Palais. Los applardi.s;e-
ment du public pendaint in
nombre determine de m inu
tes primaient cette parti-
tion. C'est ainsi que la miu
sique Zizipans d'Occide Jean
ty fut classee hors onneours
cl c:Ile de Ludovie Lamo-
the. Nibo flt cla.ssee pre-
miere. Theophile Salnave,
professeur a Ecole des Arts
(t Meti'rs miit la misiuoli
de' Nibo en paroles : Ca c;aye
ro, cote n'soti ro. cc Lami-


A LOUER A LALUE


the ro qui bann' Nibo cila.
Ti Duvignaud di nou banm-
bile jouque 11 jouc, Duvi-
guaud dtalt le Magistrat
Communal de Port-au-Prinn
ce.

En 1932, Thdophile Salna
ve present la candidature
d'une meringue qui, crolt-
on, eCait d Augustn Bruno,
professeur de Musique a I'E
cole des Arts et Metiers. Elle
avail nom eChaille aux
Pieds, ebt fut classes deuxie
me. Crepsac fit participer
l-s Centraliens au Carnaval.
11 les deguisa en paysans a-
vec des pantoufles en bois.
Ils chantaient la musique
de Bruno, parole de Salna-
ve : Qui moune qui rinmin
people la ? C'est une ques-
tion posee par un group
de centraliens A laquellt re
pondait un autre group :
Co President Vincent et
tous ensemble criaint Meci
Papa Vincent. Et depuis
Chaille aux Plods cVda la
place a Mcci Papa Vincent.
Imagine le bruit des sa-
bots sur le macadam, c'e-
talt reellement un Chaille
aux pilds.

Notre premier roi de Car
naval en chair et, en os fut
Gontran Rouizir. II repr'-
senta le roi Henri IV avec
sa Cour. naturellement avec
le fou Triboulet, incarne
par tn Rouzier. L'annee d'a
pros il montra Neron dans
son char conduit par d'au
th antiquess boeufs, avec des
gladiateurs.

Chaque ann6e, Rouzier fai
sait travailler ses meninges
pour represenler des sujets
cocas.,s comme Bebe et son
Pirouli: une autre annee, il
representait une poup6e. Fi
gurez-vous Gontran Rouzier,
athlete. de bell corpulen-
ce bien elance. deguise en
poupee debout dans une pe
title voiture, vtu d'une ro
be large lqui embrassait tou
te la voiture. II failait, pour
trouiiver de tels sujets. beau


coup d'limagination. Je suls
a me demander sl Mona
Rouzier Guerin, sa fille ne
detient pas quelques photos
du Carnaval, de cette 6po-
que,
Parall6lement a ce carnal
val dit Officiel, 11 y avait
les bands Mascarons, Me-
ringues qui s'amusaient
beaucoup dans les rues de
la Capitals. It y avait aussi
une band assez distinguee
dans les families. La bande
mascaron devint l'Ortho-
phonique G.B. C'etait A l'6-
poque de l'apparition de 'Ort
thophonic sur le march
commercial. Nombreux, ceux
la, jeunes et vieux qui al-
laicnt se defouler dans le
G.B. qui dfit laisser la pla
ce aux bals dit criminels.
Qui ne se rappelle le tamn
bour d'Hiram !
Cher M. Bambou, excuse
la longueur de cette lettve
je voulais simplement vous
donner A vous et a M. Just
une id6e de ce que fut le
Carnaval Officiel a ses d6
buts; je suppose que d'au-
tres amis qui ont vecu cet
to epoque pourront vous
fournir d'autres renseigne-
ments qui vous donneront
une metlleure idle de la
question.

Recevez, cher Monsieur,
mes sentiments les meil-
leurs.

Maurice DAGUINDEAU
Bois Patate, 36


Grand local au rez de
chauss6e avec Mezzani-
ne convenable pour Bureau
ou commerce Bonne posi-
tion T616phoner de 9 hres
30 A 5 heures 30 2-3792
x x x x
A VENDRE
Refrig6rateur Marque Amo
na a 1 tat neuf 16 ft a 2
portes Telephoner 2-0795
174
xxxx

A VENDRE

Uue tres belle Maison Mo
derne au Village W. Lamo-
the au No. 27 Rue Patrice
Lumumba parage Ing. Pierre
St Come Tout confort eau
froide, eau chaude (chauffe
eau de 30 Gallons) Grande
Citerne 3 chambres A cou-
cher, 3 toilettes balgon log
gia Gallerie d attente office
Cuisine grande Cour et Jar
din.

Gagnez jusqu'a $ 2.000 en
achetant ditrectement
Pour renseignements ap-
pelez le : 2-1155 de 2 heu
res a 4 heures p. m. le 6-1523
de 6 heures a 7 heures p. m.
204

x x x x

A VENDRE

Ford Escort Sedan 2 por-
tes automatiques.
S'adresser au journal Le
Nouvelliste.
164


MESSIEURS


AIMEZ VOTE FEMME !

PROTEGEZ-LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALE !
ragosiscosaccv~ssor 5SisCoaauOscouaOcoooC


A VENDRE

A BABIOLE
A VENDRE A BABIOLE
GRANDE MAISON A-
VEC AOCES SUR 3
RUES
4 CHAMBRES A COU-
CHER
5 CHAMBRES A REZ
DE CHAUSSEE
5 CHAMBRES AU SOUS
SOL
VUE IMPRENaBLE -
GRANDE COUR JAR-
DIN.
PEUT-ETRE VISITEE A
N'IMPORTE QULL MO-
MENT
PHONE : 24790 25686
23921
00oo0o00C.400.



Horaire d'Ete
La AT'TORAMA S. A.
porte a la connaissance
des interesses que du
ler. Mai 1979 au 30 Sep
tembre 1979 ses heures
de travail seront les sui
vantes :

Du lundi au vendre-
di : 8 h. a.m. 2 h. p.m.
Samedi : 8 h. a.m. 12
h. p.m.

AUTORAMA S. A.
304


GRAND HALL A LOUER
Grande Halle a ouer
7 m.50 large X 17 m. long
sise 160 Rue Dr. Aubry.
S'adresser a l'etage.
114



A VENDRE

Un compresseur, deux mat
teaux piqueurs et ses quipe
ments. Le tout a l'Etat Neuk
Telephone 2-3274


Chaque semaine, un DC-8

d'Air Canada quite Port-au-Prince

a destination de Montreal.

Air Canada est la seule ligne abrienne

a offrir ce service sans scale.






Nous commes ls souls a relier Port-au-Prince a Montrbal sans escale.
i Aucun visa de transit nest ansi necessaire.

A pjrlir de Montreal, un choix de correspondances vous est propose, en direction
do 30 villes canadiennes.
Auoilot install A bord, vous avez droit aux soins attentifs et amicaux des membres
de notre equipage.
Vous pouvez mdme faire de bones affairs dans notre boutique hors-taxe.
Notre personnel de bord est bilingue. 11 parole aussi bien le frangais que I'anglais. "
Et pour vous rendre les choses encore plus faciles, nous vous proposons un tarif -
excursion de 21 ours, votre billet aller/retour ne vous coutera que $353.00 *
Vous I'avez compris. Une seule compagnie aerienne vous emmene a Montreal
ala maniere d'AIR CANADA. Sans scale! .-.-
Adoptez la faqon la plus simple de visitor le Canada... AIR CANADA ..,.---_"'







AIR CANADA

SII y a quetiques restrictions a 'application de ce tarif ''
Appelez-nous au 6-0441 142 ou contacted votre agent de vCage.
pour plus de details.


Petites Annonces


~CC


IPAGE 6


DU MMRCREDI 12 AvREL AU DBMANCHE 15 AVRM 798


LE NOUVELLISTB





PIT NIERCREDI1 1 AVRIL' ALI DIAMANCH-E L15 AVRIL 70 PACE 7


Nnirs 8xnies itbus coupables


:i,,l ,I,, 1:1 | p~l ;.i
l I II n llll i

I ihli 'il 1 ii l I'x l tile I t er
it i tttlt t' it I i 'l]' ti lte i e t, 'i
(in'l'vr, Sl' :i'ie elitlis loiitr
iodo1p10 l idmi(',, lilolls l'lvows

P (l 'i Le tInii s t(llt ;
it, 1, 1 tl t0n it I l l 1)hild
-, Ili s p i i' --s it"

A it' n, -i o' ( iit 'T dis %i s ic'
' (i t lt I.' le :lut l, s 'vi1it
I t'( i "u, ti is pl i'dt iles '
S it"", r "Ou lStS-,t dr n t're,



s 1iin i; s1lr iI s'ltlres inu

rnli ( det i nlia lq. Volre spo r
, coilu! l("e inn |i-1)nnn ra ier
\ icmh ; dod indvitables in-
qnidh" 1 li d6?,rulsnt spornr
fI 11,11P.!n ( 1 -!t c! inut lit ai-


Il 1-, i l il fll llll S til I I l
o. i"'", I hi I ,. LN ,, I,,
1' 1. l 1 1 1, r id

Miller( I's pr'issintes dt"
inirilt's d(e I'OMS n uriis t i
DIpritmrleni de SntI t,c Pu
Ilttilue de nutITre ptys, 11 y i
Ir'-squele oil plus de dix anls,
I 'll v ie d( 'ontritler i\ s'';
piropres frals on de prliv{-
titr :li pl rollflrntlon do In l -
Ire il 'proslel cihez n no 11011
,.: i.i inttu f nous n avni s pas
donni stlite nux ddinarches
de 'tel, organ'sme internatio
1 1n:-'sis nolis n'ivons ml-
me pis satsl l'occasion pour
picvoir queIlqut cheese tans
c- domain'. A crolre qie la
!'"ire e!ii' nolus nest mpme
plis e aendet do nos sanUeS.
NoT', nii'vons iamals ore6-
vu I.aii'en introdulisant e: en
matntenant I- diriglsinie no
liittlue dans note earnavnl
nQuis allions en tuer et les
plans et l'esprit. Alors que.
depuls feu Dumarsais Es i-


inC i li- h'cr'nifeinir, "le
, iii, Cl' quo I1 cli[1i11
i- 1 i 11 I ill di- ilbis Irlncl-
paux attraIts tori'lstlities.
NUlls navons j'ithtls sil
prvn'uir uin sill lis ttant, qite,
oiiir fair? diu iporlt 1'6-
chelt' lintirnltionale. 11 no1u5
falitl, d'lubord bIln h fare du
tsnorl i I'iochelle naltloluile.
E! que pour blen fire du
si()orti I'li'chlle 11 na: ionale
1 n uils inllIn i un bud,,et ,
rieux pour le sport lii l-meme
el non pour la seule pale de
quelquces employs d'un Bu-
Ir- i des Soorts I Port-si-
Prince. Ccl est d'ailleurs
bien comprise on Rdpublique
Dominicalne, no;re volsine
limitrophe, qui dispose d'iln
1bide t annual de autinze mi'
lions do dollars rien que
pour le football. No parlonu
pas de Cuba. notre volsine
la socialls.e. Dont le budget
anniipl pour l's sports en
Rendral est de 1'ordre de qua
ire cents clnquante millions
rio dollars. Qli vont tons all
"o-t El non dians les po-
('es do qu 'ques cubatins.
N est-il pas desolant que
de 11801 a nos ours notre
production aK'icole dil)ende
unlquement et ih prsque
cini pour cent de nos nv
sans illmtrds comme 1'epo
que feodale europeenne 9 t.
n 'st-il pas deconcer.ant et
nrni' honteux que toijours
tindrc la main et attendro
cons'tamment des dons sine
qua non du pouvoir central
local on ds gouvernemen:s
etraipgers ou des organisa-
tions priv",ps etrangeres rio
chairile soient flnalement do
vnels cihez nous des carac-
ter'stiqugs nationals ?'I
Nous n'avons pas su pro-
voir -- et ces. la, helas, ni'
Ire drame, notre grand drn
ine -Q cue, eon faisant appel
aux descendants de nus an
c:..Ins linitres pour nous in1
trui: e au surlendemain d0
no'r'e indepiendance, nout"
autres ies anciens esclavee.
d veinus independents lecr
avions olfer stir tun plateau
d'aruent une occasion inits-
pel e de nous empecher de
p Ogresser 'n imposant
nos elites uneC education n de
prince. feodale tout a fait
inapproprie avec chs reels
besoins d'alors d, notre pays
et de notre people. Educa-
tion de prince qui allait ro
dtr et perpetu-r chiz nolus
un statute feodalo-colonialis-
te toujours a deux classes
distincltes, mais pls fdroce
que la teodalitl du moyrna
3 europeen et plus firbce-
que le colonialisme francais
s Saint Dominltne. Statui
feodalo-colonialisle d6ja i-
nuit',urc ec mis on place par
I"s NRel cralix haiitio ns q(11.
immed iatemnt n spres 1' pre
oe'r janvier 1804. avaient
pleUse sT ell pa i rlat4' i(' ire
eux sells l-,s 1 rre de la lou
vtle' n t:iln lh;ilit.ilnne. S;eits
'iell hto sser a la.l I I:;Se no y
S;!lll II II11 ti atitirr-s dC tnl itis
Stlls I ts iir ii d es.
NIt it lVtf',iii ;':t l i i ,1 s ii'

d wiii s ot iii e st .Sclv-rs,

I I t" II (OhIi (l' rri:(l'
fit lx cli- d it t ; i t u it


nd l u'i T' ndls (l e S I'S ,( i' '


h ,! v r p d(. VH l" ('11

Ide Iiot iS sl n de lP o (l
("I';I invelt-er I li'esci ieI In-
p,'lnl at' c Ie -es(tave-i

Nouvl ';ll s ; ntl ll l s fern-




ain es et0 Ioes travaix lor-
ces cute prcl 0 uils ore-


vaiint do frningue av en liurs
fatmill's rOestpelrves Comma e
des mile pouiers de nos cmpa-
trictos dimunis qut 5s1us
lons haitieonst retnds encore
cs dit plus poffrnts ur fur so
cs que parlus dce qu'il ans ert-



par la force mem d compa-te
inadquate educnis equation ui


Grand Concert Classique avec 1
MIC IE .7- ICT'OR SOPRANO
JUIOii 1, 'IE iLU'L LSTE 1
\'l 5NIIi PIANIST 8

A l'Auditorium- Ste. TriInif6 1
~ amdi 21 Avril i 8 h. p.m.
Al i~ \'tiE05 01 Ut'lRE:.4DE BACH IIAEN8
1il Hi, V-I' I\ittV1I'iliETC

$ 2.00 et 1.00


DEC(

SLe No 1 dans la



TV SANYO 19 Poucee
91 T 51 K


DECORAMA 24fLALUE,
OUtVERT TOUS LES JOURS DE 9 H. A 6 H. P!M. TEL. : 2-2257


led' h ilte ItItlthi -b- 0dii
lil p 11i' itii Nx istiAiti ci
tout tiiUss clandcstinenlert.
D-bliOrd vers CibiL bL ila Ri
ptiUllifuq Domilonalnce. Ptils,
diipuls Ic ddbut de la dell-
xlenme nloltl6 .d co sl6cl,-.
vers d'autros rives plus llospl
tall'ires. Quto la pltlpart do
Iclurs irnpirorres e mbarca-
tions ni'attelihdra Jamals.
IP'rc(' que ayant could au
fond des rn-.is avec eux.
Souvent avoc letirs femmes
et. leurs infants. Avoc leurs
rives d'autr.s cleux plus cld
inLists. EL avtoc Iurs espoirs
de pain en abundance.
Un pays devenu snus-ddve
loppd par rapporti sa pros
period 16gendair2 de l'epo-
que colonial Saint Domin-
guose; line population d'en
viron six millions d'habl-
tan's composee dans son lm
mense majority d'analphab6
tes pauvres et d6munis, vi-
vant d- la charity interna-
tional" par-ci et de la cha-
ritd du pouvoir central par
li; imprevoyances et impro
visations A jets coritinus; im
portions sans arret de pros
titudes dtirangeres adores et
magnanim ment rcmunin -
rees ici; exode massive et
continuelle do nos universe
t:airs, de nos ouvriers spe-
ciahlses et de nos paysans;
irrespect des ieunes envers
1ls aines; le serieux ridicu-
lisP: les affairs di' s mar-
tinales revenues une mode;
le mensonge et la fornica-
tion el 'vds au rang de ver-
tus nationals selon la
constatation publique d'un de
nos prelats haul place -
un pays converti 'ant en
un enfer pour la grande mas
se d'environ cinq millions de
s's non prvilcsies dp totes
sores q'en un paradise ideal
pour n'importe quel 6tran-
gor: un nays hypothdqu all
siecle dernier par nos arrive
r-' grand-pores pour achetr
la reconnaissance par la
France d'une indenendance
dela conquise par les armes,
un pavs hvipoheque hier
(emprunt Borno)


Voili g. quel pitoyable
carrefour nous a finalemnti e p
'oliduit sa grande, Ia grave ehife, mait ceftlet qui J0Ue Poe
]a coupable inprevoyance
de nos arrieres grand-peres
quit depuis le siecle d -rnier,
ont donine leur feu vert chez
nous a cette education -do
prince tout a fait inapIpro-,
prise, tout Li fait Indatip ,
a u x reels besoins d'a-
lors et d'aujourd nui de no-
tre Pal rie. VOC-i"O"/ O' SS/1O//
J'allais terminer cet arti-
-cl-- a-ce point. Mail j'avout Is -1



-entes anne es est evanoui ti
de ar l'air condense p
si -. lia uics e le l out ce
, 'rer encore li' Iprtt lout i
(di nll les ~ s i occasioroeln d
Strts de dvA'lopem ient. ai
ulipr erite de nou reve' pasU St1
aii n;i qutit 's n(is cls bonnet s
disposilotins de nose dirl-





ls (ii pporolni uoti- Berre de table Frico
di 111nllr 5 i'I5 iSl.toto. rs t oc1
lltit re, prince es a- occasion
d(itll i' suis iartiot enclin a
|ie it:,r do'ire partt que" r Jeu
lrll, ce s ,r lin is dproi s nt 'a
])')in )lst reI s fl s Viaaire md-cpotse 1/2 litrd-o
sui inolus ont prchlLeos aSpas
Sd t iise c o vintepions e Stella Atos de 24
rond ,,ens -ti, des clho;es de I
vIlhz noh ls Miluvalsc m('nta
le noivie e cette ma uvas Rum-Puep-nch
tin:i ells-m ,mes condition





so; par ca t'ioe-. Sans doutei
i apparoprit ea ceirt ca Bcurre de table et Frico
lmont d sens uniqueff avacett
oa, eaion deo prince d la- CJaaBo a on F As 10 lb
eli. le nos somrriers rand-
pmres onl doinnsi laur feu t
ans. E tas amvoir su en nren
vor cett's dtvastux falts. V"iaigr onmport 1/2 litr
qui nou ont prserncds depuis co
le debut de ce vingtlme sie Ber Stlla Artois d 24
clepour ne st peut-tre past
rendu compete d' la morsel
le nocivite de cette mauvai Rum-Punch
setons ducaon-ltre Sans doute
parce que l'abces purulent M
qui faith si terroiblment mal Whisk Whitace et 3 Boat.
maintre nant a eux d'entre p
nous qui snuffrent ,rnorme' Whisky BlaM Label
ment de ses effects n'avait
pas encore mfirl. Mais enane in-d'
fection elalt HLa et s'6tendalt Liqueurs Cacao Anisette
dojh. Nous sommes, ndan-
moins, tos cubles de n'a A S ha
voir pas sft mettre un frein 0 Aperiti St Raphael
i cettc mauvais, Education
Sdont noire nation st viti i Vin Rosr d'Anjou
blme. E nous serode Plusques -
pobles encore domain sp, en
3 avant pris consclenc'2au- Cinzano Rouge Blanc
ce jourd'll noual le nous ef-d
i Maros ,-79.r Grad Emptreur Napoli
1 pour nos future:. 2ern.'ri -"
tions une autre i,-.rme de-
t ducation plus en l,-irmorh?' Ag vous arJete A
av,,c les besoins reels de Si VuS acktft 3 BOUI
notre navs. dce notre peu-
un < P-au-P. 5 Avril 79
Andri JUSTE
N B Votr dangs L- Nouvel
liste du vwrndredl 6 Avril l'ar Grand ass(
t'cle de Panul .Jacques res- Grand ssc
pons.f A celul de Laurore
B St. Just : L'Educat,,n. Pro P quesA ^
blique d'Haltl, paru dans de P"' ques
ce journal, le samedi 31
Mars 79. ,_PP.ee


bi
A Lamb Ni



SMrcredi 11 Avril:

D. P. Express Adtt. $ 2.00


Jeudi 12 Avril

Ambassadeirs Adinm. 1.00


Vendredi 13:

i Le Restaturant ouvert 24 sur 24 Menu Special


Samedi 14 Avril


ht Club


ur jeunes et les nmoies jeunes.


Adm. $ 2.00
.m 'L,,,',b e-/j./.r~:,jJ''.:,'.r. r.,''..,

isocGOPooosoooc J-sb'e _ooc.eooossosrooooosooJos<


R


AUX


S


UPER- MA



es Fetes


ril au 14 A


e
IBouteiilles


bel


e etc.


- Riose

ion Brandy


ALE





MARKET



de Paiques


vril 1979


95 c 79 c la Ib

$ 1.30 99 c dz

89 c 69 c 3/1.99

24.00 20.99

6.00 4.99

75 c 49 c3 /1.19

14.00 A3.99

3.50 2.99

9.50 8,99

12.99 10.99

4.99 3.99

4.99 3,99

4.50 3.99


4.99

6.99


3.99

5.99


On vous donne MOne 4me GRATIS.

articles aux prix vraiment CHOC !


ortiments d'oeufs


Chocolate Etc Etc.

-- ocoooooo>oao6aoaa';oogooa


A partir de 3 h 30 p.mn. ,MTransit Cocktail. avec Shoogar Combo $ 1.00


S Samedi (Soir) 14 Avril :


Le Lambi vous propose la grarid Orchestre TROPICANA.

SDistribution de cadeaux souvenirs offers par ie No I a Pt-au-Pce

1Versailles Bigio Frcres- -- par le Lambi Night Club etc... Adm. $ 3.00


Dimanche 15 Avril:

a partir de 2 h 30 pm. ,Boom Cocktail, avec les Ambassadeurs $ 1.00


Dimanche (Soir) 15 Avril:

Le Lambi vous propose la f~lie du jour

ORAMA

decoration tnt&rieure


TV RCA 19 Pacesu
AB 197 W



320.00


~~ -~~-----


~T4-//~F/P,;r,3/'~,;~6~64~/6-ICSI P~clplt~jrZf~b~/c~/'//P~//Z//~icj/P//~';


qi IrP irsrrrrW --------m m rm ip


parpw .,CO-/k~/~.X)/ C~~kt




-,I I I I I I It I


DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 AVRIL 79


Changes Intellectuels Haitiano Dominicains


"LE BISTROT"

RESTAURANT. PIZZERIA -

GRILL CIREPERIE

De Midi a 1 here du matin

S Special Semaine


de Paiques

Mardi 10 Avril

"Ouanga Haiti Show"
SOIREI SPFCTAC('LE

Mercredi Ii AVril

(
ET DANSE SUD AMERICAINE, 8
.'S(OIR1EE AMIANCEIIN SPECIAL BISTROT)

Sameui 14 Avril

Special Bistrot Show" |

Diner Spectacle

No minimum charge

TOUJOURS DE L'AIH31ANCE

<>

Votre rendcz-vous

Tel 2-1809 146 L-ue e
X S


(Suite do Inla 10re page)

nitilonial-sochallisino. Etudes
redigOes iiir des historuien
iillienUtids, dorl, curtains outn
'onll leos rigliiurs tdon impl
it)yntblI's enips tle concentr Ii
thion llhillil'.ins.
Li lFraince, d tson cotd, ia
hunce, par Ntapolon III, 1'En
It'nlt Cordiale aver sol en-
ln imi!e tradl Iloiinellle pen-
dati clng sq ,slcls : la Grant
dih Brt'la~ne. Ce;,te Alliance
.est pulssamnniinellLt soudeil
all co'trs des golrres d;'
1!)1,1-1918 (pr'emilre Guerre
Monidlile), de 19i)39-45 ISP-
concd GLler,,- Mondlalei). Ce
1i n'a polnl emlpech des
journalists, des ecrivains,
de-s hlistoriens franqals de
monilflestlr uine c 'rtaine ,a-
version. Quand its visitent
Londros. ils en reviennent
chioques lcs principles rues
et places publiques de la
capllale anglaise portent des
no0ms penibles ;i lire par des
yoeux frincais patriot.es. Des
noms exaltant des defaites
franchises, mals des victol-
re aon-laises. come Water
loo, Trafalgar.

PREMIERS CHANGES

Li's preminiers 6chanlges in-
tellecluIls etilie la Republi-
que( d'taili -I tla Republi-
qilt Dniiminicie onl c)nm-
nience ii mon avis. a lai fa-
vi'ur d'un Iait politique in
sio!;tc il brutal t IOf cuipaion
nImerctiln di inotrce Pltri.e,
le 28 liIll 1t 1915. eti de I E-
t;- voisin en Avril 1916
Le Presideint d,' ia R.D..
D'- Francico I IHiiriquez v
C:irv iicl]. dol1nn11 lors sa de
mission. ainsi que tOlus los
min1is: res, semnateurs depu-


;6s, gouverneurs do provin-
ces, obl'.goant I'n e c u -
p a n t ia mettro on
place un gouvernement mill
talre nord-ambrlcaln, dilrg6
par lI Contre-Amiral Knapp.
La venue on .Hatl du Chef
ci Stat d6minsslonnalre, seas
contacts avec le Gouverno-
mcnt du Pr6sid2nt Dartigue
nave, nos iinistres, notre
Corps Leglslatlf, nos jour-
naux, leurs directeurs et col
laborateurs, ses conferences
de press, donnerent le coup
d envoi aux changes d'iv-
tellectuels entire les deux
pays, qui se partagent la
souveralnelte de la Perle des
Antilles. Des lors, les pnrn-
cipaux journaux domini-
cains, notamment Diaro,, Ie plus ancien quo-
tidien de File, consacrerent
quasiment en chaque aedi-
tion des Dotes is la situation
politique haitienne. Les da-
tes marquantes de notre his
toire de people (ler Janvier,
18 Mal) furent exaltees cha
que annee par des edito-
riaux, publics souvent en
franqais et en espagnol. La
pareillm leur fut rendue par
dea quotidiens nationalists
comme Courrier Haitien.

LES JOURNALISTS
SUIVENT
Des journalist-,s haitiens
continuerent le movement.
Le premier, qui eut a pren
dre la parole en espagnol.
ha Santo Domingo. fut Al-
phonse Henriquez il1) de re
grettee memoir. Puis Antol
ne Pierre-Paul, mon pere Jo
seph Jolibois fils, Directeur
du ,Courrier Haitienm. Puis,
suivirent des membres de


al'Union Patriotique, asso-
ciation constitute en notre
Patrie, on vue d'acc61irer le
d6part de l'Occupant.
D6sirerlo Arias, ex-Pr6si-
dent de la R6publique Do-
minicalne en 1916 ami fi
dole do Rosalvo Bobo, pore
du nationallsme haltlen -
les Invita e prononcer des
conferences et dles meetings
dans le Nord do la Republi
que Dominicaine, a Santia-
go ae los Caballeros. dans
le Clbao.
Ces conferences furent In
tensifiees sur tout le terri-
toire de l'Etat voisin par les
freres Pierre et Christian
Moravlah Morpeau quand la
R.D. fut liberee en julllet
1924 de l'Occupation milital
re Nord-Americaine. Exilies,
Uis furent regus a bras ou-
verts par lintellectualite do
minlcaine. Tout comme plus
tard en 1927-28 Joseph-Jo-
llbois fils.
Le Ministre d'Haiti, en Re
publique Dominicaine a 1'e-
poque, Felix Magloire, eut
de son cot6 a5 p-.noncer aus
si des conferences. Notam-
ment a l'occasion du couron
nement de Notre Dame d'Al
tagrace comme Patronne de
la R.D (15 Aofit 1922).
En 1930, des etudiants do
minicains de l'Association
National des Etudiants
Universitaires vinrent pro-
noncer au Cite Theattre Pa
risiana des conferences con
tre 1lOccupation Americai-
ne. (2)

CHANGES SPORTIFS
ET ARTISTIQUES

Faut-il impliquer les e-
changes sportifs dans les
changes intellectuals ? Les


changes sportilft ont, it
inaugur6s on 1927 par An-
dr6 Chevallier, Prtisldonrt, a,,
l'Unlon don Bocl6tih Isofrtl
ves d'Halti VUMP1II, (,fql-
ci amena It Malm.ii,,/ (fr j(Ir
Caballeros urn( s(tquLii, o,
sportifs k l'oeeei; tt (I1 I ',
position Nationaistle f, fin .r
Antillalse uorvgfitJl; en : .re
vllle. Exposl,lor m ta ,ifu fto (
laquelle fur intl prlitfr,4, rIs i
products haltleiun,, nit, i.ff-
ment le Rhum Hurbanrsitourt
Cos ichangoe ;;" poun,'ii-
vent encore de no, ioturs,
Parmi ls8 mellolurn uovuiir:r
domlnicains de ba.:t,'-ba ll.
'on compt malnto haltljir.,
noLamment le famoux De\--
salines GOronlmo in0 J,-ro-
me).
Les mellleurs artiitet "io- ;
minicains se sont prodult.l
a P-au-P et au Cap, corn-
me le celebre Gabriel del
Orbe. De leur cote, les arts
tes haitiens ont offert des
recitals en R.D. Par exerm-
ple Ludovic Lamothe, qui a
etd, durant quelques ann' -s,
un efficace et consciencleux
Consul G6neral d'Haiti dans
l'Est de la R.D., avec siege
en San Pedro d-' Macoris.
Felix Lamy, l'un de nos plus
reputes pianistes. Mm.' Car
men Brouard, aussi, si Ie
ne me trompe, 'une de nos
plus celebres pianists

COOPERATION
INTELLECTUELLE

Une Association de Coope
ration Intellectuelle ful fon
dee en 1934 en Haiti et en
Republique Dominicainm. El-
le avait pour but d'intensi-
fier les changes culturels
entire les deux pays. A plu
sieurs reprises, sous les aus


TOUTE L'ANNEE,






DEGUSTEZ LE JUS DES FRUITS HAITIENS

IN


pl's de eett e AMoclatlon,
td,,Y htromes de lettres do-
irniea imn vinrcnt, prendra
fa paarofAe en iHait, la sull
Sf, idt t, ( ti ir' ( ri.'-tc( d'Af
fairs'e droninicain en Haiti,
Mr/till(, I'. fl n firut, de m&e
ti0e ( rrloTrtentles 6(crivains hat
ti.tin. parrni lesquef on no
I' c, Li Orlmard, Domlnl-
e(e fhfi ppol te. et le Capital
. MiarCtaissi' F Prosper repro,
e nta,t. I Armbe d'Haiti dan.;
c.t. Association de Coope
ra; .in fIntellectuelle. Mali
Is, Massacre de nos compa-
triotfs 'en 1937 vint mettre
fin a ce movement d nchan
st-g intellectuels haltlano-
tlornlrnicains. L'initiative du
Dir -rc.letr de l'Institut Fran
,tils d'Haiti, Jacques Barros
arrivi/ra-t-'-lle a rompre enfin
ine lcsure de quarante deux
longues annies ?
La list-, que )'al succinc-
t.ement donnee en ces notes
rapids, ne revet aucune pre
ltntion d'etre exhaustive.
Jt- suis certain que d autres
ecrivains et journalists vou
dront bien la complete et
r -medier a mes lacunes.

Gerard JOLIBOIS
NOTES DE LAUTEUR

(1) Alphonse Heriquez,
ne a Pt-de-Paix, a fait ses
etudes secondaires en Fran
ce. L'un des initiateuirs du
too'ball -n Haiti A dirimee
plusieurs journaux et lieb-
domadaires ainsi que I'US
SH. Senateur de la Republi
que en 1946. Mort il y a 25
ans pris.
Les families Heonri'qu z
d'Haiti iPt-de-Paix, Cayes..
Aquin, Jacmel Leon, d'Hauli
'Cayes, Jacmel, P-au-Pi it
Henriquez, de la R.D, sont
issues do 1;i mmop tsoucI('
Uive. Lour nqsei-ndanl, Jeldal
Rubene Henaiquez Leon S t


tail flx6 dans le sud d Hal
ti (St Domlngue). Les Hen
riquez de la R.D. ont don-
n6 un chef d'Etat,, un Pr6si
dent de la Cour Supreme,
des poetes et historlens, com
me Pedro Henriquez Urena,
Max Henriquez Urena, Salo
me Urena de Henriquez (me
re des deux premiers). Ra-
fael A m e r 1 c o H,.e n-
ri q u e z, Federico
Henriquez y Carvajal, puis
lex-Chef d'Etat Don Fran-
cisco, Enriquillo Henriqu'z
y Carvajal (qui fut comme
le trey e de mon pere), son
his Albprto Henriquez Vas-
quez (Chiito).

12) Ces conrer-.nces susci
terent un considerable mou
vement de foules. Elles fu-
rent traduites par mon pe-
re, J. Jolibois fils, qui r've
nait d'un exil de 2 ans et
demi. Ce group deposa en
faveur de la Liberation
d'Haiti devant la commission
d Enquote's nord-americaine
Forbes. Je nc me souivens
que n'un seul nom Manuel
Jesus Coico Castro. qui de-
vint vice-presidont de la Re
publique avec Bala-uer, ac-
tuellement Senateur

(3i Morillo. qui tut Ie bon
ami de mon pere. avail ii,
presen.e los natiotalolla! il -
la Republique DonminiLi-ii'i
et d'Haiti a la Ve. Coile-rf !
ce Inleraimeri';ane Sii d i -n
tia-o dlu Chilil, -n M Ii' 1i2:3
II aval, fal l ( -1(-i il ,
de c--s doux tpai., q- i i-
valeilt puii nvover id (1,'itd', ;
tlin offirielle. (lh'rD. e d Al-
fnires -,n Haili a 2 r'p'
on 1930 e: 19)36 ,.-1 i li-
dei aIor1 (lqui'l et-oll t'- ns' !
Gnerail a Por P ,,o ,.
Cons(ill' 1 -r c" fLe at)lio

G J.


LE NOUVELLISTE

QUOTIDIEN FONDE EN 1896

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET

ET MAX CHAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS


ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET







VOTRE HOROSCCOPS

Par Frances Drake



JEUDI 12 AVRIL 10'7


! UINTANA









Une re site h aitienne!


21 MARS AU 19 AVRLL
(BELIER)


tilteIlliil l i )lltn 'a I dr t
-lnlilis (it .alltc Ayi c('"1-
!lai C t 11V I lat -,sz ptas aM
Cu ul '.I l 1- l uipcoini,

20 AVKhi. r/J 20 Iat1
ITAUREAU)
Faire tropi) (i tchoses ia 1,
fols gateralent vo. ti It rt.'
ou vous coniduira'lent a utll
sentiment d (ec'ut Occiiupez-
vous de la imunelssce ftl dr
ceux qui deplncent de vous.

21 MAI AU 20 JUlN
,' EMEAUX,
Mettre troll de fers all
feu (n meme temps brise
railt des amitles. Vous con-
naisse1 vos options, mais re
connaissez vois limits.
Vou no pouvcz etre partout
en mneCme tnemps.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)
Un problhine profession-
nel ou domistiq'ue surgit. E
vitez le soiii et cherchez
des methods concretes pour
resoudre les problems cou
rants. Surtout, soyez prati -
que.

23 JUILL"T AU 22 AOUT
LION)

Les principles du bien et
du mal domineront les corn
munications. Remplissez von,
obligations, soyez fiddle aux
rendez-vous et rie montrez
aucune negligence dans voes
paroles.

23 ABOUT AU 22 SEPT.
(IIERGE)
Gardez la balance gale
entire le travai- et le plai
sir. Vous rdussirez a conser-
ver un bienfaisant contr6le1
sur vous-m6me..
pas coop6ratif asrarf?

23 SEPT. AU 22 CJTCBREt
BALANCES
Autrul ne se montrera pas
coopiratif. Un conjoint ur
allied proche aura des respon
sabilitds supplsmentaires E
vitez de vous montrer indis
cret dans une activity mon-
daine.

23 OCTOBRE AD 21 NOV.
(SCORPION)
Un coup de pouce d ordre-


intn ellnlal 11 (.1: 1 l i 'is
I'.sle i(ils (Itl l i it l I, i ;l
V('-' VOtrF( I- I tl. t is ,
)o t la priorltL.

22- NOV. AU 21 DLL.
(SAGITTAlIRE)

L-s aniitl.I s i t li's (liq -
lion s- ntlineill l. s rrq(llu -
ri ilt volt r aitt'lltt (n Voil.
liI ltZ linll a u111 rlecentio
tardive dans la saoirer a can
d,' du travall qli I'illrallientl
vo.s r'elponihabiliteso.

!2 DEC. AU 19 JANVIER
iCAPRICORNE)

Prludtlen e dlli.s vOi 'it ii'
tiOns avoc vo5 s ,uiperltimi.s Les
questions de carrionre- 1hi a
un tournant. Ne sovez pa.s ine
gligunt sur le plan des rcs
ponsabilites au toyer.

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEAUi

Les nouvclles venues de
loin au su.iet d une question
tinanciere nO diseti pits:-
tout. Mettez au point les de
tails avant d laborer des
projects de replacement.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)
Evitez d excessive depen-
ses, ou il y aura confronta-
tion entire vous et un con-
joint ou une personnel pro-
(he. Les affaires financie-
res cmmunes sont supettes
a. des hauts et des bas

SI VOUS ETES NE
LUJOURD HUI

t'ous savez comment con.
muniquer vos idees. Ven-
deur-ne, votre don de 1 ex
pression 6crite ou parlee est
un bon atout dans le sec
teur que vous aurez choiai.
Le droit, la littdrature, la
scene, la politique et 1 edi
tion sont quelques-uns des
secteurs of vou trouveriez
le bonheur. Votre plus grand
succ6s vient quand vous rd
flechissez avant d agir. Un
bon entrainement dans le
secteur de votre choix est
une garantie de r6ussite. Evi
tez la tendance a parpiller
vos forces et ne laissez pas
votre confiance en vous de
venir trop aggressive ou 6gois
te.


PAGE 8 "


/KaBOOOriB~aGGCOS/iSOBOCOaoc


~clowj/U-~-Z~I-~-~UJ~'J~'~'Z-)~---r~I ~'//krp~,prEN~ko'~;r~;~=m;R


IOsaoeoeeeogoaGkfiosooe






DU MERCREDI 12 AVkIL AU DIMANCHE 15 AVRIL 70

OUOANDA : I 'ARAGUA : AU MUSEE

%10 1 .1N r COMUA-r. DE Dopuls q ui li n ull fi' lil
Pr ,ram.In.e d u FNLO M-. MAI:.A itai all dn do"
"oleetie1ton1" de 'iiiivO.r Nat
NAIR ),(AFT)Al') ni ps vu eu loeidnsMon dexer I MADRID, (AFPP) 1iu-lloe, ni1 Mo ut,'' N ri'li hil,i
l e' t n itri telelh, t A1 T i) i1 '' t iC<' sun di r 'i t dI V ot i.1t, 1 vlol tin ts cou lib i tsil s i e ett o I n ii ll i ilrth r h l e V Lnil
lin iii'tivvii l'ii riiu llh N.I. fill 'tir 4itl tlii flr, 1 6 Oi f I T sor R iie rro ]|iririr Ill (lollr dan en poollp i hlP filie. pf0 cldo
tl' didln' w otll u 'ifil'(lir .l I roi t, (iii t eir, l'r '.r Ill cl eI R it en o (,tr'lirlt Ii'i Ii'n5 lli i pOll i Pi i Amihl, iltiie
tint Nll o l ftIi tlll 'iire d, i.N ,flni dlli rn ol. l "' C M an>|,a g a. Me10r'k .,iiiir run Wl'.- I [rnlll6i J
rr i li lo risrs dw ie ( is flit' l ios irili fii e I- pr* crdi i 22 heiu, O MT, it in l Bft on tour, rernc thdit ati C11t
i lhH l :, c n eii rii 'i .ll i ',l iiiig I- T'ro t 's lea tr i, Iu, nn diqu l | to D Ire, t,eir do la t'rviiLt iIr d u f M uii(0O, i0 l ci iin,
I i (.uni'1 d i v si s e i t nl r i Vri'- so n l (' i x ] ir ,1 ,]N i i r r liiil ',' i I '- ( 1 0 Sl i plc l in fl ( d lf li ln -
(, ) I jI '' ,It hilure:inl n.pri ; S i' eiu iiues jrsqnl'' n ,soniv il Ile i M onsl ur m ii' i C'I Chi n t i eo C6rrtn lonle, dos f))llolirco -
'Itl)i trl(I nit' Ipr i I s paIdn1s Juiqu, conil cet r r par, n, l i' lion. di'- pies do docUm ent c qul tenlol
I ocv iiup fiif i Kui nplea rri pills Madrid. gnont de la prirthlpntilon
p ri li f'r.lic" ri lt t ibppo' t.iql ll, d haltlurine Sa lnnaii h. Mals.
ii i glle tllu Pr shlln idl le cehf du FNLO), qul par void cl que, sift ul6 par ces
Aiini lhilit)i iip)liyi's par les lait en Ahglals, n gRale Une 6qulpe de la Croix beaux exempples, 1n cdiripa
Trliinallt lns. ,I dlilgoaint u m l c t annonoc la constittu- P,.ic qui setalt rendue sur qui millirrustmeni
Pront Natiolnnl ide Llbtirtitidn tlon dii -i,,, r.. gotirvrrie- p1,-,pf pir apihbrter des vi- llent garder l1 anonymat,
(d i iiOugit dn iFNLO). Mon itlrht du pa'ys. oft 11 occupe vres et des mcsdicadilents na vient de fair ft cet te Institu
strm Yuol Lu itpronon- les finclions di Preslident pas pu approcher de 1 hopi- tion un don non moins re
t il messagee' I 'la niilltib du Cons1ell e't de i.1il It,- de tal de la ville t'anit les narquable. Il sagit dun en
radlodillious par Radio la Defense. combats talentt violents, a semble de 70 roches, mine-
Knipiil II a pp116 Ices functidn- ipriects6 Molisieur Chi'el Le raux et minerals, deja clas
nar'es et Ii's employes des Directedr de la Croinl RP.O, sees
Les nouvellcs' autoritest, a ora- ianisatlons para-etatl qui falsallt part du convoil, a
t-1I dtllt. s enRga .nl a oirblir ques a1 reprendre lc travail n6anmolns confirm& que les
1 autorlte do i Lol et a rc, imnocirrkltIntl. bdmbardemenLs aerlens, of-
taitrer It dignity du people Stir It plan extrlpur, 11 fectuas dans la null de Mar
,i. i. a :ffiril esa volwonto d'e tal- dl a Mercredi, avaient cess6. ,. A
A i t i l


Monsieur Lule a annonre
lis trois nmesures silvantes
1- Ie pays revienti 1 au-
toIte de lat I.oi et a la pro
tection dhs droits lindivi -
duli ls. C(iux qgui nt conmllis
di" activite.s criminelles 'dot
\l.it it'trc deferes a la Justi
. aiss toutiie action de r(,-
pr'sril'les, de revanchie on
(Id vengeiince 'ontre des g'rou
' (nu die's Individus nie util,
it a tlltorise'e en delhors des
hlis du pays.
2- Depul.s 1962 (date dei
I tnecesiouun a 1 ladependan-
ci', i e putiple OOugandalls


blir cdes relations samica-
le;s et serieusesa avec les
voisin de 1 OIuganda et le
reti du monde.
Ic nlli, vlieill rfelme, a-t-il
poiIrli' vi, lan era n il pro-
gra m'i de reconlstruci ioni
ct do rilahlailitation afin de
permettre un rretour a la
boinn vie- clut connalssait
autrefois le pi plu' Ouganl
dais.
S Di'eu vous btn-issi. Dieui
benisse not Ire pitrie, vive
1 Ouanda't a conclu Moni
sicitur Lule. don't 10 message'
a ete suivi de 1'hymne Na-
tittnill Otuoancdais.


aLa situation A Estell est
particulierement tendue, a
racont6 Monsi.eur Chivel. 11
y a de norrbreux morts et
blesses, mals il est impos-
sible d en preciser le nom-
bre. Les habitants sont pri-
ves de nourriture, d'ea.u et
d lectrlcit.6, a-t-il poursul-
vi. Les isidecins manquent.
de msdicarnents et de sang".
Le Directeur de la Croix-
Houge a en outre declare
que 1 equipe de sauveteurs
n avait pu pratiquer aucune
evacuation, en raison des
combats.


La soussignee avise le pu
blic et le 'Commrerce en jiOr
ticulier de n etre plus res-
ponsable des actes de mon
mari no Michael Brudent
pour injures graves et mau
vais traitement, en atten-
dant qu une action en divor
ce soit intentee centre lui.
Port-au-Prince, Ce 11 Avril
1979

Mme. Michael BRUDENT,
Nee Solanges CHARLES 164


ILE SAVON DES JOLIES




FEMMES


NATIONAL~


PAGE 9

LETTRE-DE L-A -"TERNATONAt -CILD 'CARE '


Nous crayons savor que Le 11 Avrll 1979
'il'it boeflto collection yavit t. Lilclen 'Mloni tI
iappartenu ft 1 lng6nleur Fr6 Directeur Journal
duric Drcti, cClVbii. piO r LOUr iLe' Nouvellistev.
cr.'ur-l t do rlOtre genpritlon
(liil oul npprl.s a9 tire dans M. Ib DIrecteUr,
it' petit ylluhnf ilr portann
It' nrm do ce grand Hdcr-t- Un qlioltldien du Matin a
teur haltlen. publIl la selmalne dernlfre
Cet.' colliefirh, nodts a ex un Important article sur lac
I'ie r norm ami Odrard M. ilon tiuc I OMS coipte entire
Laurent,l cmpltte celle du pi ,-ndre din.- le-: pays sous-
Musl e National; elle est ac dte.e*opps daiiB I... ddmaine
compagnie dine carte gto- de la vaccination.
ldglquc du Professeur Jac pbur manLfefter
ques Butterlain. Un cftalo
gueo e cla-i'-.ment arinex6
prrmeLtra aux tudlants :et
alux role'r"ii' d.- tWlir des TahpsSeries ae
leQons enrichissantes de
leurs visites. Thomassique


I


FOOT "BALL

LES DEMI-FINALES DES
COUPES EUROPEENNES
PARIS, (AFP)
Volcl les resultats des
matches aller des demi-fl-
nales des coupes uropeen-
nes de Football qui ont eu
lieu Mertredi soir :
- COUPE DES CLUBS
CHAMPIONS :

A Nottinghan : Mottin -
gham Forest (ANG) et FC
Cologne (RFA) 3-3
A Vienne : Austria Vienne
et Malmoe (SUE) 0-0.

- COUPE DE
VAINQUEURS DE
COUPE :
IRFA) bat Banik Ostrava
A Dusseldorf Dusseldori
ITCH) 3-1
A Barcelone : Barcelona
(ESP) bat Beveren (BEL)
1-0
COUPE DE L'UEFA. :
A Duisbourg : Duisbourg
IRFA j et Moenchenglad -
bach (RFA) I 2-2 (Mardi Soir
A Belgrade : Etoile Roug
dc Belgrade bat Hertha Be
lin (RFA) 1-0


LE MUSEE D'ART HAITIEN
'JU C(JLLEOE SAINT-PIER
RIE IntS au vdrnissage de
PISSERIES DE THOMASSI-
I exposition verite hes T;
QUE. Elle aura lieu le veh
dredl 20 Avrll 1979 de 9 hres
a 12 hres a. m.
Cette, exposition durera
jusqu'au 5 Mal 1979



PETROLE :
L'"ORGANISATION LATION
AMERICAINE DE
L'ENERGIE5 LE 7 JUIN
AU COSTA RICA
QUITO, (AFP)
Les Ministres des Affaire
Etrangeres et de 1 dnergie
d Amcrique du Sud examine
ront, les 7 et 8 Juin pro -
chain au Costa-Rica, 1 il
pact economique de la hau
se dcs prix du petrole.
Quinze pays, don't le Mex
que, le V6nezu6la et 1 EqUa
teur, assisteront ft ette reu
nion cdnvoquee par 1'aorg
nusation Latino-Anlmricaine
de 1 energies,.

Les participants d6fini
ront une strategic region
le pour combattre los effe
imm6diats de cette hausse
Ils examineront notammer
les possibilities de reajuste
f ment des prix de leurs mi
theres premieres, don't le
e hydrocarbures, pour lutte
centre la destabilisation
les bases
Les participants jttero
les bases d une politiq
d inidependance dars 'le
marine energetique, en 6t
) diant les investssemnei
e poss'bles pour dfveloppi
er de ssnouvelles sources dei
gieo.


Jp profile de ,l'occaslon
pour manlfiester la sarlsfac
tlon quo j'al 6pruv6e it no
ter 1 int6rt inmense que
cotte ordatflsatlin Iritbrnatio
nale ddflde d'accordtr A
1 enfancr dahs rcs pays.
Cependant I Internarldrin-
le Child Care. apr.s anvoir
fond f lioplital iOace Chll
dri'n qui fonctlonne h Del
nrs depuls plut de dix arns
et recol' en traltement am
bulatolre a sa cllniquie ex
terne pltis dc 250 enfants par
jotir, a lui aussi comprls la
neces-iltd de concentrer son
action stir la protection con
tre les maladle.3 endririeTqiS.
notamment, la tuberculose,
.la diphterle, le tetanos, la
coqueluche, etc.

teslt insi 'lfde devils 't16ih
tot deputs trois ans, elle a
lance la Crolsade Ahti-Tu-
berrduldise (CAT.) doht 1 b
jectif ultime est la vaccine
tion de tous les enfants ed
pays. Ses Squlpes de mode-
cins et de chlrurgiens qu
travaillent dans nos .ones
un temps tris court, plus di
rurales ont djht vaccine, ei
huit cent mille enfants dan,
les D6partements du Sud, dt
l'Ouest et du Sud-Est. La
1 CAT. utilise Jes m6thodes r
command6es par 1 OMS et
1 OPAS sous le control e
la supervision du Departe-
ment de la Sante Publiqu
e tdu Bureau de Controle
s de la Tuberculose, qui des
nit sa t5.che et lul done de
e directives precises.
m La International Child C
Is re pourra done, avec loe
services officials de ce Dept
di tement et dans le adre plo
- general de ses organisme:
- spectalliss, partlciper ;a 1
'a realisation des objectifs c
1 OMS en Haiti. Les struck
res que la ICC. a etablie
les equipes qu'elles a pret
rees et experience consi<
- rable qu'elle a acquise dal
ts le domaine de la vaccine
tio nserviront certainemen
t de base a 1 action qui va et
ni entreprise cette annee.
La ICC. est anxieuse d


partlciper At la batallle d6-
Jit engnpee. quo le ',Gouver
nement Haltlon et I OMS
vont nt-en;ilflcer lechcelle
du pays tout ontler.

Je profile de 1 ocaslbn pour
vous remorcier du cdncoura
qiui? vous nvez trlouicrs don
ne A la ICC. en Iniormaint
Ilargement le public 'sur sea
actlvllts et vof renouvel-
le l expression de me sienti
ioents d amltil:-
Emmanuel ANIBROISE
Pr sldenr Iriicrnaridnal
Child Care



N'attendez pas les dlar-
r niers' 'moments pour
i x'tparei la robe de'

de lere
b Communion

AtV MoND cHiC
i
a un large choix de tis-
e sus : Broderie Suisse sur
n batiste et organdi, mi-
s nicare en 56" de large,
e crepe georgette, tergal,
a voile, dacron dentelle et
e entire deux Valerncinne.
grand assortment de
*t nappe, cretonne, plasti-
que, serviette at mous-
e ticlualres.

fi Pour les BebMs
robes, chemises, brassie-
res et draps brodOs ain-


si que 1l2s draps sour-
reaux pour les grands
berceaux, moustiqualres
et autres articles

Pour la peau
Le savon Duvex pour
Duaux seches.

Au WOnde Chic
Vous reserve touiours le
mime accueil.
Rue du Magasin de IE-
,at 89 Tel. 2-2672


Soulagement rapid o
des maux de tate -?





centre toute douleur


pour


nimpor te
q u


CHEQUIER PERSONNEL


BANQUE ROYALE DU CANADA


ou nous avons la solution

ccurdaleA: Sebf a' g Aace qf/4a'd Va^/c



^ =e@~^ ^*- -


, RPAYEZ






DESORMAIS


-A [,AIDE


V.
ii'.'


______,_-------,-,~~-Prr~rP/rr"rr.-rl


----- ------------------~-,r~~~,~ ;rsJr~Pr/~/rsc~/r~Pr/~lssrs~c;rcrl~rrrrs


Nous nous joignons au
Conservateur du Mus6e 'jdiur
presenter nos compliments
au geologue et hmme de
science qui vient de contri
buer h 1 organisation dune
nouvelle section au seln de
cette Institution qui, tout en
pregnant de 1 ampleur, de-
vient, nous aimons a le signa
lcr, de plus en plus attra-
yant et frOquente.


1







BU MERCRHDI 12 AVRIL AU DIMANOHE 15 AVRIL 70


AM ANLM




*TE SR

NOtQVERU TUBE GEANT SUPER ECONOMIQV p


Propuls6es par la poudre
s evenements gquelles rap
I ll-nt, '-rIltamnes date 1cela
-, nt dans le firmament de
1 histoire. commn e de bril-
lii1tvs co.)n l('es declh rint iin)
ciil Iloir


rI I'.r angles :i''rro'"l1s plr
1 u'ire (111 P:issce ells 1o
snnI lls s)1 ltlo; es dainII ; le
io'p xte' dul Icmllps ol, pir
I lnd(ex birn \lur eIc 1 anl
1' II( aelles hO dleOrt' 1
1789. 1S104. 1932

D 'Iltr's bin all 11n (o' trilro.
'nill ),' le foit crtai ll es It ,
rers quI e 1 ol n la pll d (olvrir
vnius rnmplissent d un ma -
l! i'sr r'irle( loiurd de's re
['iclli (in "1 l alilloncelitl et. tel-
l1'., di' miulresses squte 1 on
v'oudrait seduire. on les pa
re dcI ilvaux que, pour elles,
mil des .1in 1 annle. bloln
.sr, m. Als au-ssi le o11101s le
liir lu.qui'a 1 here, tout v

Ire 1 Avril 1979. a 12 hiou
rci precises et tres exact
IM' nt. du Marathon de Bos
ton. naitra le commence
ment.

E' puis apres ? demand
rn-f-on, et nue motive done
dr1iis un simple Marathon.
une entree en matlire faite


d aussi pletres vers ? Ques
tion biel normal on som
me, car. malgri tout, en dp
pit de la science infuse don't
est affligee la majeure par
ti' de nos coilcitoyens, com
ment savoir, quland on n'e'st
pns core'ur. que le mara
thon de Boston est celui qui
tom( du plus de prestige au
press de reuix qui le ssent, et
reci. pour deux raisons :

Da bordl paLIce que rest l'u
nlilue couse :Ialul monde quL.
depuiss 1897, a lieu chaque lan
nee', la m1eioe date. elt au
.clme encirol. ensulite parce
()c suls slnt adminus a y
particiner, i-s athletes ayant
illichellement coulir 42 ki
lhmketre ,on moins de 3 heu
re.I. a molns quills naient-
40 Ian, oU qu ils soIlet dt's
lilmml.ls,. a'Litil Cas la limi1
te (st repou .lseie a 3 heures
et dtemiie.

Devons 1nous en decduire
que. quel que soit son age.
une fe'mmle ne peut preten-
dre a ere 1 egale d un hornm
me avant que celui ci n alt
atteint 40 ans ? Dans la
cramite detre Ayatollise.
nous recouvrirons notre opi
mon d in Chador prudent.
e( sortirons de ce suit qui
n a d aillleurs avec la court
se a pied. qu une relation as


sez lointaine. Lolntaine. d ac
cord. mals relation quand mb
me, car la premiere cavalca
de humaine a probablement
eu lieu exactement dix se-
condes apres que la preml6
re femme ait vu le premier
homme. II aurait ete intt
ressant de savoir, du reste,
lequel des deux. en cette
cre Loute nouvelle. aura
cre0 le precedent d'avoir com
mence a courir apors 1 au-
tre. La Bible, malheureuse-
ment, dans sa prudent sa-
gesse, et dans le but evident
de ne point se mettre A dos
la moitle de ses lecteurs, res
te tres discrete a ce sujet.


Mais peu imported qui a
commence quoi, car 1 Uni -
vers. de routes farons, festp
perennialement sans dessus
dessous. N est ee pas, en ef
fct. un monde renverse qul
n aura permits oue recem
ment aux femmes, de courir,
officiellement. de chaque
cote des hommes, alors
qu officieusement. depuis la
nuit des temps, elles ont
pass leur vie a. cou-
rir apres? On en arrive mi
me a croire que c est pour
leur faire plaisir queo le
monde se remette perpetuel
element a 1 envers, et quoe
ces douces creatures n arri-
vent finalement, 9 retrou-
ver leur equilibre, que dans


cette position.
Pourquoi en, effect sl 1e
monde 6tait a 1 endroit, n a
vons nous pu suivre 1 exem
ple, instincti.vement logi -
que, de nos ancetres de Cro
magnon, qui ne r6galaient
leurs compagnes dune en-
trecote de Dinosaure, qu a
pros leur avoir manifeste
leur inttret a grands coups
de massue ? Cecl, avait sur
elles, un effect tellement
plus apalsant que notre fa-
gon a nous, cruelle et nega
tive, de les affrloler de pe
tits diners fins et autres ga
series, essayant sans y croi
re, de repousser le moment
fatidique of0 les coups de to
lephone se changeront en
coups de langue. puis en
coups de yeux, puis en cou-
ris tout court. Mals, la enco
re, nous changeons de cal-
valre, car celul quI nous i11
teresse n aura lieu qua Bus
ton.i

Nous dislons done que, pour
participer b cette course, il
elait ntcessaire de se quagl
fier et. Splr les tro!s athl(-
tes qui avaient et6. pour ce
fire, au Marathon de Mia
mi, deux seulement avalent
reussi : Cucchiara avec son
tres bon temps de 2 heures
et 30 minutes, et Jean Cl-ia
de Armand, 6,alement bien
au dessous de sa limited avee
3 heures 18. Dieuoonne Lamo
the malheureusemen.t, avec
Ihfrq nfn a nas


C oe tent la limited de 3 heures

Achetez Consommez ...
S "- .- -e -_Ne us noterons qutand-mIr
8 S me, que cc temps cst actirel
a a d df 0~/tcmnt, le record Haition du
la viande de or42 kilometres.
Soutes categories, jusqu a ce
q un auire Haitien, evidern
AM PC Imen, n'n reussis.se un meil
XI Iur dans une autre compe
Lition international.
X I
Viande fraiche et saine rspretdoes e c
Ob l'eto, V et Ie u s exactn-,
Contro61e vuteri naire 1 ..... ....... bo, CA ,


















"The Caribbean




,Connection"
i~lf- r *w^JA CA AT


Chaque

2 vols po
S t I ,1 d


4 vols pour CURACAO. Mardi, Mercrcdi. :\
Jeudi etSamedi BONAIR. "

avec correspondances immcdiates a NIDA
/ Curacao pour: ARUBA et BONAIRE ,.- 0 .4'* -'
CARACAS, V6nezuela CCA
/ GORGETOWN, Guyana
PARAMARIBO, Surinam CARACS GE: ORGETOWN
PORT OF SPAIN, Trinidad
.. .... -- ,', .
PARAMARIBO '

Pour reservations contactez votre agent de voyage ou ALM
Madsen Exporl-Import S.A.. Agent General e Telephone: 2-3476, 2-0028 et 2-0317


' _. .. *


1, __L__ ANTILLEAN AIRLINES :

-r --...


emaine ALM offre

)ur KINGSTON: Maidi


AVIS DIVERS


Cucchiara et Armand participent


au Marathon de Boston


PROJECT EDUCATION V
GOUVERNEMENT D
HAYTIEN
BANQUE MONDIALE
BOITE POSTAL : 2162 ce
Rtf. No. : q
tr

Avis d'Apoel re
d'Offres M
si
La DirectIon a Pi'rojel L
d'Education No. 2 GouveT fr
nement Haitien Groupe se
de la Banque Mondiale, d6
dans le cadre de I'Accord d
de Credit 770/HA, se propo F
se d'acouerir Dix (10) Vehi si
cules tout Terrain d une p
contenance de cinq per- P
sonnes. Ces Vehicules se- s
ront mis la disposition p
du Project d'Education No r
I er vue de son execution. c
t
Les documents d'Appel Q
d'Offres peuvent. etre reti- s
res tous les fiours ouvrables s
du 28 Mars 1979 au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. a 4hres
p.m. a l'adresse suivante:
Project C'Eflucation No. 2
Government Haitien Ban
que Mondiale I

C/o D6partement de I'Edu- F
cation Nationale n
Cite oe I'Exposition I
Port-au-Prince Haiti
ei
P.O. Box 2162

Adresse tdlegraphiquas
PEGHBM
Port-au-Prince, ce 27
Mars 1979
Ing. Nicolas SAINT-LAU- 1
RENT
Directeur

x -c x

ADMINISTRATION
GENERAZr. nES.g
CONTRIBUTIONS
AVIS

Le Directcur tieneral des
Contributions confirm dacS
tolite sa forine et leneur 'a
vis en date du 13 Fcvrier
1979 public dans les jour -
naux de la Capitale.
Cet avis est ainsi bell :

II est demanded aux p a-
pridtaires et La tons les int6
resses do communiquer, dans
le meilleur delai, a la Divi
sion du Contentieux de 1'Ad
ministration G6neraIe des
Contributions tonlls les tires,
papiers, pieces ou documents
ill.stifiant leours droits sur
tine propriety fonds et ballis
w', sise a. 1'1abitation 'FER
M JTHE., Seclion de l'Etang
du Jonc, Commune dc Pe-
tion-Ville.

Cette proprl.itt d'une con
tenance de 5364m2 37, decla
rfo d'Utilitt Publique par Ar
rcte en date du 19 Septembre
1978, Monlteur No. 71 du 12
Octobre de la mtme annee,
est bornee -au Nord par Gol
,bert BIGIO pretendu pro-
priftaire, au 3ud par la Nou
v'lle Route de Kenscoff, et
h 1'Est par une route do pt .e
traction donnant aces &
la route do Kenscoht et
S1l'Ouest par Madame Bdda.
iinsi connue, pr6tendue pro
prietaire.

Port-au-Prince, le 27 Mars
1979

,ODonel FENESTOR, Av.
Directeur Gentr'l.
x x X

ELECTRICITY D'HAITI

AVIS

L'Electricitt d'Haiti infor-
me son aimable clientele
que le courant l6ectrique se
ra intU'rompu le jsudi 12
Avril 1979 h partir de 6..
A.M. dans les zones suivan
tes :
Radio Progrts Rue des
,Miracles, de la Grand Rue
Si.,- BNRH -- Ru Amrniricai
ne Rute du Magasin adi
I'Elar Radio Mitiopole -
Rue du Quai Nani Paimils
toe Martl _S:arit Bas -ere,
2 3 4 eit 2 ,'m ,. A v ren u e -
Cirus Maniial :t Beauboeui.
Le Coorans o era retabll,
sjiilt' Imprtvu, a 10 h. A.M.
Je mOeme jour.
LA DIRECTION


vis aux a
ntreprineurs
OSSIER De c
REQUALIFICATION a
ROJET DE e
CONSTRUCTION DU 1l
BOULEVARD DE LA s1
ALINE E
Les Entrepreneurs sont in 1
tts a soumettre leur pr6- 1
uallficatlon a entreprendre a
is travaux ntcessaires a la d
instruction du Boulevard i
e la Saline 9 Port-au-Prin
e. t
Cet Appe? d'Offres sera
our un seul contract gene- e
al.
ONSISTANCE DES c

'RAVAUX
Les travaux 9 extcuter com
irenant :
Le Maitre de 1'Ouvrage fe
'a son affaire de 1'implan-
tation du trac6 et des ouvra
ges.
a) Les terrassements
b) La chauss6e
c) L'assainissement
d) L'entretien en bon fonc
tionnement de la route et
les deviations pour circular
tion.
Le d6lai )our 1'achtve -
ment des travaux est de six
(6) mois.
Seules les entreprises 6li
gibles par la BID sont admi
ses a participer a cet Appel
d'Offres.
Les entreprises interessdes
sont invites a soumettre un
trsume de leur qualification
Slles pourront retire les
dossiers de prequalification
au Ministere des Travaux Pu
blics, Transports et Commu
nications, L partir du 11 A
ril 1979, tous les jours ou
vrables de 8 heures A. M. a
2 heures P. M.
Les documents scell s dc
vont 6tre remis directed -
ment au Ministere des Tra-
vaux Publics (SCS), au plus
tard le 14 Mat 1979 a 2 heu
res P. M.


VIS Pm

La Secretairerle d Etat du
Commerce et de I Industrie
vise le Public en general
t le Commerce en parties
ier que la Commission Con
ultative institute par les
Dicrets-Lois des 13 Mars
963 et 8 Octobre 1969 sur
es Industries Nouvelles
agr6i une demand pro -
Luite le 14 Septembre 1976
par A C NIELSEN COMPA-
NY, une entrerise de fourni
ures par traitement d infoi
nation pour 1 exportation
et, dans son Rapport du 22
Mars 1979 a recommande que
cette entreprise beneficie des
avantages prtvus par les
dits Decrets-Lois
En consequence, la fran-
chise douaniere est accor-
dee a cette entreprise sur
les articles suivants :

1 Ordinateur compose de
1 unite central de traite-
ment
1 imprimeur
1 source de courant perma
nent disques
bandes enregistreuses
pieces de -,change pour or
dinateur
1 Machine i couper le paper
6 Chariots de transport a 2
roues
3 Balances postales
Un delai de 12 mois est ac
corde a 1 interesse pour de
buter ses operations.

Par ailleurs, cette entire -
prise devra w. conformer
strictement aux dispositions
des articles 24, 25, 26 et 27
du Dtcret-Loi du 13 Mars
1963

Port-au-Prince, le 22 Mars
1979
< Guy BAUDUv
SECRETAIRE D'ETAT
Secretairerie d Etat do Corn
merce et de 1 Industrie ] 14


ENTE PAR AUTORITE A
E JUSTICE
Il est fait savor tous i
eux 9 qui. 11 appartlendra Di
u'il sera procd6d le lundl PI
enter avrll mil neuf cent PI
ixante dix neuf a dix heu Ci
es du matin en 1'Etude et B1
ar le Mlnisttre du Notaire Si
:onique BRISSON la rd-
dence de Port-au-Prince, vi
alue i la vente au plus of q
rant et dernier enchtris- 1(
cur 1'Immeuble ci-aprts c(
4signd en vertu lo.- de la di
elibdration du Consell de c(
amille tenue sous la pre-
idence du Juge de Paix sup P
leant de la Section Est de ri
Port-au-Prlnce sur la rtqu C
ition de la dame Veuve
Fritz Jean-Baptiste nre GI-
nette Marcel tutrice 16gale
1e ses enfants mineurs Pa- .
rice David Jean-Baptiste et
Cyril Fritz Jean-Baptiste as '
istte du subroge tuteur le t
teur Yves Lopez; 2o.- dun
ugement du tribunal Civil
de Port-au-Prince en date
du vingt deux ftvrier mil
neuf cent soixante dix neuf
lomologuant la dite dtlib
ration du Conseil de Famil
le; Aux requete, poursuite et
diligence de la dame Veuva
Fritz Jean-Baptiste nep Gi-
nette MARCEL propriktai -
re, demeurant et domiciliee
4 Port-au-Prince, agissant
en sa quality de tutrice 16
gale des dits enfants assis-
ste du subrog6 tuteur le
sieur Yves Lopez, ayant pour
avocats Mes. Louis M. Lamar
re, Boniface Alexandre et
Osner H. Fevry identifies, pa
tents et imposes avec l1ec
tion de domicile au Cabinet
des dits avocats sis en cette
ville, A la Rue Amdricaine,
No. 27; Un terrain sis m Be]
levue Charbonnitre mesu-
rant soixante dix huit cen
time de carreau et borne
au Nord par Gtrard Gau-
iher, au Sud par un project
0e route de treize metres, a
1 Est par la route desser-
vant les pylones electrl -
ques de Peligres, a 1 Ouest
par les Frtres de L'lastruc-
tion Chrttienne, estim6 A
Trente Mille Dollars ( $
30.000.00)
Pour plus samples rensel-
gnements s adresser au Notal
re Monique Brisson deposi.-
talre du Cahier des Charges
ou au Cabinet LAMARRE
Cabinet LAMARRE

x x sx

Convocation
Lers nernmbre- a.Oifs de
I'ANDAH sont convoques en
Ass' "nb!ei ordinaire le jeudi
12 avril 1979, a 4 h. p.m. au
local du Palace Hots,
Chlaip de Ma-a.
ORDRE DU JOGR :
I Rapport du Comite
Provisoire.
2 Election du Comltd dd
flnitif et lu Conseil de Dis
cipline.
3 Questions d'intl6rt
geonral.
Port-au-Prince. 12 31 Mars
1979.
Eric PEIRAE, Agr.
Secretairr General
114
X X X T

Bri Kouri -
Nouvel gaye
MIN RANDEVOU
PAK-LA DEPI 10 ZAN
VWrit soutabou pa f
kM tout moui k.-,ntan. Min
gin yon s6l vtrite ki pa gin
yon tras manti ladan-1 :
Hlistoua Lavi ak Lanmo J6
zikri.
Vtritt sila-a ap diayi sou
tanbou troup Ttat Konbit
Kiskety-n sou Stn Impas
Lavo Vandrtdi Sin 13 Avril
i 6 hres. 30 dlsoua.
Pits Ta1t Max Valles-la
ki potd n.(n Jdsusa Konbit Kiskeyt-n ap
jou-1 Iak pi fo krtol ladan-1.
Pou rad lamarlt-a biyin chi
ta sou li yo : yo rl66 pits-la
uLAVI AK LANMO JEZI-
KRI
N.B. Konbit Kiskdye-n vo
voy6 di nou s6 yon stl foua
pls-la ap oiut an d a-a.
Konsa degage nou achete
kat nou davans pou nou ka
rezeve plus nou pou kokln-
n evenman tradltlonel sl-
la-a. Gerard Durand klinb
rol Jtzu-a pi item toujou.
Nap juln-n kat yo nan
College Qulsqueyen, 92 An-
gle Rues Dr. Aubry et des
Cetars : 10 Gds. yon ses prl.
114


de la


Haiti Metal


Prix actuel: $ 16.50

EN VENTE DANS LES STATIONS DE

GASOLINE BANS LES SUPER MARKETS

ET CHEZ LES DISTRIBUTEURS

DES PRODUCTS DE HAITI-METAL TANT

A PORT-AU-PRINCE

QUE DANS LES VILLES DE PROVINCE



Distributeur Exclusif


CURACAO TRADING


Haitiennes '


Epaulez le programme pour

combattre le deboisement et

I'erosion en utilisant les


SRchaud a Kerosene


~a~ ~_~ ~~~e~ars~--------- ~l~ah~asr ~ ^slssa~8sess~


600 0000


d' Americains


referent Colgate!


-- -- ----c~-~---- ---------- --- ---- --e ---- -- ---- ----- ..


PAGE-0 -- --- ---- ----- ---- ----


\


I


JAMAICA


HAITI ,








DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 AVRIL


LE SERMON 1

1nlitIc. l i l 't Ip|I(i fuli qu! 1 :ultoirlso ali' do
SI"in :i lrte. t.l c SI ililnir Iilur
ii ii n ,') li i. p t l ', i r'o ln'l0 it i l(Hit'nl 'lr lii
I I+' it A l t i to ur :i',n t i'i'n ill, cD; et, e iu trois t l; ur

ti I t II' I'I j("rII I ,i nlIs tiirin (ll I T le IIIv (I Vt on I rIp) Ir
S ,%lt'l 1 i vIeV ll pro, (, '; pourquol lorisq 'll ( l'o I
h'i '.n IIt lhun t .li1 ] i ,tII. re ssctle0 do;) 11orLs; ,"
hI v I l n h i'tx h t,. nuint] a.lst'+Dle..ie so Houvhlrent (iql'"
<11 1 ,' .it P r ip li.slrtir.-i avall, tilt, ce hi,; eRt U ell I,
tl N ''1'n li tii oll t ii it n r t nt'Ecrit ure 1 A5 U t i v h i i-
' ,l H ii' tle til flili'idi: l Tt II Parole tique Joinius tt v.I ditet
i"i"; .I'* I','l (ld:' ll d| bi e- ti, Jn 2:19-21-22).
do t I', Il ts d lhommt (oo c
1'-'*In 1 l slra pour beatu- l.1 rm sutrrecLon idu r Sol-
c' iul d' poiupitlt In suJi e ,gnour nest pas un 6v6u g
i' jeIV (Irvaio Ltdl. ln s 'loiyt aqcbdentel. Elle a pWt c
FrOIs I rrlliroil ];a bouacih', arrl't, darls le plan divl' r
A'>i, 52 13-15). L esur- de hi R6edopiptlopl d'es ham r
,'tl ,ii. Solrneur n te t rmes. Oomme la risurteec
pr p.ll, pir les Proplites lion ni sol est un fait in- I
Ss temps' alncie.ns. croyable; Dieu a voului pr6 v
parer l'esprit d-s homrhes c
Diiiatre pirt l Seigneur a accepted e faitl omme c
'hiu"s liil-memnI: piiar divoer- possible; parce Que tllte- 1
s dectrlrat,lions. avail an- rieurement tous los hom- e
i'ilC enI Roniirecrtion. La; mes doivent fair lexpe- a
:1:t ,"1 1I1 fit livl'rn, le Sel r'ence de la resurrection- t,
'i"it i i.-it a P s d,.se- C' est d'alllurs pourquoi c
'* i.r VOI Pail (lit 'Christ ressusci- n
a I i occu- c' d'err'e les morts; est les j
'l (1,' liclh e. i' r III eI st 1n 1o r.ttes de crux qui sont p
S ,l lor 13e1, .11101LS-. .i
lo ;', i M.is ap)rsc; q i x x x dx
i" !' T i'i' It io' VIuS l 'n tLi
,I'd(' I 1 1 (,;1!',, I.Mthii LA RESURRECTION DI; n
:' 3 11 ':', HI''l{ I a\:,il c(i',i' U TOUS I, I O'IMMES ES2T c
It'rrlli); llll S', ur IN.Lr. UCTABLE la
1, w d Sc i tr;nsliwf Ur:-
l it' it > il (it' d S re c la i"nOimo "'iande ve t
rr(' i 'lt:' ,' e que la B'ble nous ense' l i
is i1 L IEvanin lis pnIe ia propo' de l.a re'lsurrl e
l c tirc ni po'pi)os e'it tion de Jesus-Christ esl '
tC'l iO im-, idos'ei di'nti qit' la r'sturrectioii de tous C
,',' l~i 1 'p. i-'i"D Jre :t, leur It" h ; l n es h l tS in. lictab''. tr
*~r '".:'i i ii' dire a Diiu avait revei6 aux pro-
p,'rsne c;i qu' i, avapenit iplites anciens que les s.
t\ ce Qut Ir Fils F n orts ressusciteront cor0o-
( '"'nic l ut resiisilct rllementt Esane caressait d,
i(' .N:,< r\:rc i9 -10 Ic;po:r de la resurrection no
, ,' in" i t'.:' at debut !des racheites s'ecrrait (,, S, N; i!irlist re: le Sei- tes morLs revivent' Car ta: ci
S:it par de Sa rose" est line rose vivif;an Il
S-,, l dns un langa te; et I!t terre redonnera C,
S\ a ss ontradic- le jour aux ombre', Esae reC
i''- Ci a:nst qu'aprns 26:19). Le Prophete Osene:
S' cih.,- 'les, ven.leurs pariant ct diesir de Dieu la
: p 'r, J( 1'.i t mni is de s.iIuvor Israel; nous fait ti
S 0 *;"i par I J:i'_s ent ndd'- I ecri de triomphe ad
( i:r r; !" a qlue ieu Pusse pue pour son


AVIS
", ^-RIEURS.
VI(), VOL'LE7 TRAITER DES AFFAIRES EN ITA-
1 I '. 1

A VI'7 OJS PENSE A INTLRPRET'E CENTER ?

NO'r' POUVONS FACILITER VOTRE TRAVAIL.

C(ON'INHt;L'r.TZ NOUS. NOUS REGLERONS POUR
SV(t'lS '1()OUS 1,IS PROBLEMS DUS A L'ELOIGNE-
MINI I'T AUX DIFFICULTIES DE LA LANGUE.

N( NOU. V)OIUS TROUVERONS TOUS LEIS ARTICLES
( 4I VOU!S INIERE.SENT ADRESSE VIA GIO-
VANN : XXIII No 15, MONSUMMANO TE. IRME,
' 1 I'I A Ili

Phone : 0572 -51596
Telex : PPMNT 570125
Refe: 435 a preciser


DE LA SEMAINE


poltplih: .Jo lo s rli'hetehrll
dmIt n11 in 11 i Ji Ini 'li *i viie-
ral dla In mort,. 0 miort on
est iL l wpte? joV ilolr tdes
,nortH oit ost 11 deolruic-
tiin? (Olte 1;3:14).
Ll PA.role id ulnu proch.i
Ie qile It' Se'lneurll alppelle
ria ttip t vie notivulie hors
dI Ia p'uisslrIe Cet de la car
.ruptlon, la cIhair de coux
iil auront 6tt atteints par
a mort ivant l jour du
gr-nd jugemont. C'east pour
iuot: 1 cst n crit: I1 est
n srrv6 aux hommes de
nournr ine sele fols; a-
ir's quol vient le juge-
nente (H6b. 9:27). ou itonnez pas de cela;
x'r l'heure violent oil tous
ceux qul sont dans les s6-
nulcres entendront sa voix
t en sortiront. Ceux qui
uront fail le bien ressusci
oront pour la vie; mals
eux qui auront faith le
nal ressusciteront pour le
utnem ntl ()Jn. 5:28-29). Ce
endant: lesn honrimes au
ciu ide preter attention a
a Parole e Dieu ; en vue
e preparer leur r6surrcc-
on personnelle; pr6firent
ier la resurrection de la
hair et diclarer au'aprus
i mort; c'est le neant.
l.'iinfluence de ces gens
ti d sent qu'll ny a rien
ri 1'i mort; a 6te telle-
-int forte dans 1Eglise h
nrinthe: aue Paul a dui
'rire le quinzirme chapi-
e Cie sa n"'emlre lettre
ux Corinthiens; pour es-
.yrr de raisonner avec
ix>: et les fare changer
avis: pour leur salute tter
el. C'est ainsi qul'l leu
t: I' Si les morts ne ressus
tent point: Christ non
'is nest Pas ressuscitbe.
est une faqon de leur fai
e timiprendre que la risur
action de Christ; confirm
certitude de la risurrec-
i'o rdl la chair. Si l'on
Imet l'une: l'on doit ad-
ettre l'autre.
Fn Pff et: la resurrection
la chair est rendue in-
i.testable par la rtsurrec
in de Je6sus. Cependant;
n'est pas une chose fa-
e que l'esprit ordinaire
ut apprehender. C'est
urquoi les premiers chre-
ns pour eviter tout dou-
lit-d'esns ont inclu dansn
symbol des Apotres 'ar
le s;'ivant : "Je crois
resurrection de la chair
la viet terntlleln. Ce cere
Sils le repetaient pour
firmer leur foi dans la
urrction a venir de tons
hommes. qiti'ils soient
is ou merchants, tout e tn
Ulignant que la risurrec-
n conduirat a des condi-
ns diffirentes. Car cer-
ins connaitront la bbenh'u
se eterniite d'autres con
tront le ingement. COux
sont. r6prouves o qui
t unrnt pas cherriese -I lo
ire Ditu par line foi vivan
el vraie seront reti)6s,
irs de toutll iole, dans les
ntbros perpitellpes. pour
nnilre a morth immortel
d ans a t corruption incor
ip lble. Mais ceux qui sonit!


de

ce
ci
c
pt

to
le
ti'c
la
pl

ifl

'is
(iI

uim
,au
ai
uiI
n'i
te

co
I't


ui Slicneur Jfi a ttunront
iui onflibre perfection di00

Dliii bIlI'nicn unin nRu, ll,8)-
MIirtar do t'lolr0 .
Do telles r6alltcs. pUi
pouvons no pas les cotoiren
drre (otalenmnt 6L pr6erlt
iarce wile nous yyojIt toltn
tes choses d'tisne marilbro
cnnfuse. Mals la rdsurroc
tion du Sli83nettr les corifir
me oen attendant qu'un
Jour. nous fasslonas 'enpA-
ricnce de noire proore r6-
rurroetion ind16ilvui-Ile
X X X .
LA RFq-I:RFOTI1QN DU
SETON^U"' bDIFiE LA
FOT
La trolslime grande v6rl-
te que la Bible noup en I
gne esi que la ,iaurr?ctlon ou
Snigneur edifie la foi en
Lul. La tol chri&ienhe de-
pend de la r6allie de la rn-
surrection cau Selgneur Le
Nouveau T.tlament le di
montre av.--- abundance Par
example, PI:-rre avalt ranie
3 fois le Selgnaur devant des
domesdques, dans la cour
du Grand Pretre. Mals. a-
pros la resurrection, Pierr:
st tint courageusement de-
vant la mtmem ioule qui a-
vait mi:- 1? Seigneur h mort,
pour confessor sa foi dans
le Seigneur et inviter sirieu
sem-n- cette foul ae se re-
pentir de son crime pour ob
Tenir le Pardon di ses oi-
ch (s.
Ies disciples apr6s avolt
vu st entendu le Divin Res
suscite, furent pleins d'assu
ranee. Ils braverent les me
naces, la prison, les coups. ,
Ins bouleversiirnt leurs con
temporains avec la prdic-
',in hardie de la Orolx.
Plus tard. le Nouv'au Tes
tament nous pr6sente Patil
qui mettait toutes ses tner-
gles au service des ennemiq
de I'Evangile. iependant,
quand Paul, sur la route de
Damas, vit le Divin Ressus
cite "t entendit sa voix lui
parler, il devint un fanati-
oue du Seigneur. Il se d-
pensa entierement, afin d'a
mnnoer tous les hommes de
son temns captifs au Divin
Ressuscitn. La pridicatLon de
la Resurrection du Seigneur
d'une manmere genirale a
pour but princ'nal d'aider
les crovants a preparer leur
propre resurrection au der-
pier jour pour l'tternlt
bienhoureuse.
Alinurd'hui en vous rap-
pelant iqut la resurrection
d.u Seineur est une confir
nation vivante de la risur
reaction dt la chair selon la
Parole de Dieu, et que cette
resurrection stimule la foi
chretienn?,. notre intention
Chest de vous voir accepted
It Divin Ressuscit6 comme
votre Sauveur personnel.
Nous avons Sa Parole don't
inous pouvons dnpendre :
'En veritV, en v6rit6, je
vous Ie dis, celui qui croit
'n moi a la vl? tternelle...
La volonte de Mon Psre,
v'est oue quiconque volt le
Fuls .l croit all la vie dter-
hslle. et j le ressusoeiteral
niu dernier jour Jn. 6:47
48). Pr6parez votre rtsurr2
lion glorleuse, livrez-vous to
elementt des h present a
JnSUS. le Divin Ressuscite.
You'll en soilt ainsl. Amen.
Rev. Luc R. NEREE


MAGIC CINE
Dimanche 5h 7h 9h
FIST
avec : SILVESTER STALO-
NE, ROD STEIGER, PETER
BOYLE, MELINDA DULIN.
Un homnme un destin. Cet-
te monumental production
illustre l'histoire dramati-
qun d'une tentatlon... La
chronique d'un home dur
face h son destln. Un horn-
me que les rouages infer-
naux de la socidtt rend dt
plus en plus violent; mals
qui nourrit un reve de
tendresse, en caressant un
ideal d2 grandeur. Com-
ment vivre avec des senti-
ments nobles quand la cor-
ruption et 1'injustice domi-
nent les rapports antre puis
saints et fables. FISTS sera
aussi la tragique orageuse }
vecue par un homme gcar
tele entire son amour pour la
femme qui 1'adore et le pou
voir qui l'agresse violem-
ment, ce dtchiremant entire
la puissance et la passion
centre Ia corruption et la
justice dileclenchera chez
JOHN KOVAK uns explo-
sion de haine, de colere et
de vengeance. KOVAK le hl
ros impavide farouche, irras
cible de FISTS. Vous fera
vivre la tragiqus intensity
du drame du siecle; le choc
des coeurs purs avec les en
grenages atrooss de l'appa-
reil judicialre et de la rail-
son d'etat. a
C'est la lutt e de ]'homrme
centre l'injustics et la cor-
ruption.
FISTS TENDRESBES. A-
MOUR. PASSION, FACE A
LA FORCE. AUX PRIVILZ-
OE8 ET A L'INHUMV(ANITE
COMMENT PATER UN SI


COLOSS L SPECTACLE. i
Entrte 0. 5.00' et 6.00


J


N IE M-A----- .



j VINeTiEME A]


NNIVERSAIRE


VINGT CHANCES DE: CHOIX





VINGT CADEAUX A CHACUN


des fidi-es abonne's de


TEI,


SHA ITi


Don't le compete est a jour.





Par tirage au sort





Deux cadeaux chaque moiso





A partir d'Avril.


UNE VOITURF FLAMBANT NEUVE


UN TELERECEPTEUR COULEUR --


UN SERVICE A CAFE DORE,


UNE MONTRi ? UN TOUR DE COU




Etc etc





Les int6resses sont pries





de passerse renseigner au Bureau de




TELE HAITI,





Grand -Rue.


-IO@LLOLMODY --


P POE!1l


Les

calculatrices elictroniques

Texas Instruments,

mettent la vitesse,

la precision, la memoire

et... les resultats

ai! bout de vos doigts.


En vente
et service a.


SElectronics -

LA BELLE CREOLE rue bonne foik


00-_


1 % 1 ---- -.9P


c gosr ao- ------aa----eoooaooaa


0


..


TP








DU MERCREDI 12 AVRIL AU DIMANCHE 15 AIL 79


PAOF 12


$ 1.50 et 2.00
Au non du Pape Roi


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heares (an permanence) 6 heures 30 et 8 heures 10

CE SOIR


SALLE 1I $ 1.50 et 2.00
Virilita


SALLE III $ 2.00
La raison d'Etat


SALLE IV $ 1.50
L'Ep9e et la Croix


---------- Nicaragua :

S LABO.RATOIRE D'INVESTIC",TI~C S BIOLOGIQUES Of feniv les
mIlitaire contre les

Gladys Eli. Lauitue Dr. MaWre we Simon Liautaud SRebelles d'Estelt
TEC-HNICIINNE DE LABORATOIRE MEDECINE NUCLEAIRE MANAGUA- (AFP)
Cinq heures apres le de-
SPATHIOLOGIE CLINIQUE but de l'offensive, on pou-
1 vaitl ntendre, dans toute
le la ville, les canons des chars
Sle plaisir d vous a oc de armee et les rafales ds
1'ouverture de leur mtLrailleuses.
L2 Sud d'Esteli avait kt6,
SS pendant la nuit de mardi .A
LABORATOIRE D'INVESTIGA TONS BIOLOGIQUES n
mercredi, bombard par qua
a C tre avions militaires. A la
aU Champ de Mars, No. 29 suite de ces bombardements,
d- nombreux blesses ont ete
A COUMPTER DU LUNDI 16 AVRIL 1979 7,'" admis a I'hopital .- ^'de Dios,. Cet etablissement
nosplner, s 551 oe a Vi


SONY : CASSETTES "HAUTE LONGEViTE"
S NI cerche(ur chez Sony
W ortL idml;s c ei ( a0 f mf-
Slorer l rutjrs ( t i'(l qju i ,


..'. rlu- ieconomiqute ;r

.<./ ,-'" ;-' -. -' *t OW NOI e'- f UH HULELITY
;. AU rHRO IE ,o' ii FF RRI
Si.""OME en dro ii I I d,
.Ine Sonsy *
S ony fitriqiio ses propres
-' ,. ..' "Ox'ii,<~. IPoS m,:cronise et les
S.* he u, r Li bande Avoc Sony
| a pke urage. ternrwi-ets les
-'-. bti,;- .'s. q 111 s'e-nitort.l.ent ,t se
tblinq -nlt Av,,c Sony !e delle-
- "a \' ^ _. ""',' '" .... .... q imr ecccble.
-, ". ,' rnmiuh 46
-_ -_ 1, nu .m on


nospitanlier, le seul de la vnil
le. commence a manquer de
plasma sanguin.
Des dizaines de personnel
s'y sont refugees, ainsi que
dans l'ne 'inte du college
Elles ne disposent que d'u-
ne maigre reserve de nour
riture et, 'eau ayant et6 cou
pee dans toute la ville, s'ap
provisionnent aux puits en-
vironnants.
Plusieurs de ces refugifs
ont indiqud par telephone
que les combats se poursui-
vakint dans divers secteurs
d'Es eli, mais qu'il n'y avait
pas eu de nouveaux bombar
dements aeriens mercredi
matin.

Une religiiusfe a pour sa
Dart announce que la Croix
Rouge locale avait comment
ce 1'incineration des person
nos tiuees au cours des af-
frontcmen'is.
On estime a ivianagua
qu Esteli, don't le centre com
mercial etait en ruines d2-
puis loffenslve de septem-
bre 1978, a subi de nouveaux
,,t graves dommages. Le nom
bre des personnel qui ont
fui la ville est value a 5.000
11 rest done 40.000 person-
nes au milieu das combats.
Un convoy de la Croix Rou
ge est parti mereredi matin
de Managua pour se rendre
a Est:li. ivcc une autorisa-
tion speiale du enommande
mient do 1'arnme-' de terre.
iauiin autic transit de vehi
cuiil n taiL autorise.



AVIS
On trouvera la Vrme n edi
tion de 1'ouvrage (CuIltiire,
Civilisation et Developpe
ment de Me. Achille Aristi-
,.. dlans toutes les libraries


LES SPORTS


Dr. Jean Duthier


CONDUIT LE PREMIER
DAN LES COULISSES GROUP DE DE VISITEURS
NOUVEAU BUREAU DANOIS EN HAITI
FEDERAL ? Lundi est arriv 5. Port-
au-Prince un group de 20
Des rumeurs tantot recon at une personnalitds danoi-
fortantes, tant6t peu reflM ses. II a ete organism par le
chies se propageant dans les Dr. Jean Duthier, eminent
coulisses de nos milieux spor medecin psychiatre d'origi-
tifs et politiques, on persiste ne haitienne qui avait e-
entre autres a faire croire pouse un? cousine du roi du
que 1 Executif de la Fedcra Danemark. Il etait venu en
tion Haitienne de Foot ball Haiti avec sa femme en
sera modified sine die. 1964 alors qu'il etait aux Na
tions Unies.
Les supporters credules ou Dr. Jean Duthier bien que
peut 6tre bien renseignes devenu citoyen danois reste
mais g6n6ralement inquiets tries attache a sa terre ma
s interrogent deja sur la corn ternell?. I1 se done pour
position de notre nouveau ftche d'embellir I image de
Bureau National de Foot la Perle des Antilles qug
Ball. des detracteurs de tous gen
res ne cess?nt d'accabler.
D autres apparemment plus Le group conduit par le
circonspects cherchent enco Dr. Jean Duthier est le pre
re une explication a cette milr d'une series. Le Dr Du
6ventuelle decision en met- thier qui a choisi les servi-
tant en exergue les modifi ces de I'Agence Citadelie di
cations iteratives deja op6- rige par M. Pierre Chauv-t
rees mais qui en definitive ass!ste de son fils Pierre
n ont pu se rdveler satisfai Bobby Chauvet Jr nous dit
sants. En depit des lourdes que les premieres impres-
abnegations consenties par- sions sont excellentes. Le
fois par ces volontaires qui group loge a 1'Hotel LE RE
se sont succedes les uns aux GENT de P6tionville Jean
autres. On se demand enca nous dit que dans le grou-
re si les cuisants problems pe se trouvent des person-
de notre foot ball pourraient nalites telles que Mme Chris
etre resolus par un chan- ta Ross, femme du Prdsi-
gement d homes a la tete dent de la DAMFOSS. 1'u-
de la Federation concerned. n- des plus grandes indus
tries du Danemark et ses
En tout cas un nouveau deux enfants et les PDG de
bureau F6deral 6voluant plusieurs autres.
dans les conditions tradition Cet apres midi le group a ren
nelles aura encore toutes du visit a Aubelin Jolicoeur
les pines du monde a5 just un ami de tongue date de
fier sa competence et son ze Dr. Jean Duthier.
le


II est neanmoins a remar
quer que jusqu'a present au
cune information officielle.
n'a ete diffuse. en ce sens


JEUX
PANAMERICAINS
HAITI N'IRA PAS
A CUBA

Nous avons souleve la ques
tiln recemment. Mainte ,
niant c est confirm : le foot
ball haitien ne sera pas re
lpresents au course des epreu
vcs eliminatoires des Jeux
Panamericains qui seront
inaugurees Dimanlche pro-
chain a la Havane (Cubal.
Faute de moyens finan
ciers la direction de Notre
Federation de Foot Ball s'est
vue dans 1 impossibility de
repondre a 1 appel.


-ns.,'-usmwe ..rawarmu- .-... ---- de la capitale et de Petion- Les joueurs de la Selee
Ville. i)on haitienne qui ne sent
plius conoCentres a 1'hi1teIl
SJ Christoplter pou, suivcnt mat
gre tout les exerclces prepas
-i~ ratoires en vue d un match
Saimical centre 1 6quipe de Ci
Si raqao le 22 Avril et un toui
( I noi international en Ju li
uprochain au Canada.
.Lisinombriux miordus Oclu
ballon rond ont appiris avee
stupelaction la nouvclle de
ce nouveau forfait des reu
ponsablus de slotre foot ball


flEtM aux
R ,di0,aio ,s de
1zOfre ugys
Si.C'esit aui pour ie 6a1-
Si 1ldi 14 Avril vetle du Di
Smanche de FAiqoes la direct
A d i tion d notr cdc lebre boite
de nuit oranise un grand
S bal habile 6afn cte permet-
S tre a nos ravissantes elegan
SL S, tss do se oarer c:3 tours plus
beaux stools. Ii y stirs pa
Srait-il SURPRISE et dis-
tribution de cadeaux con
H naissant le bon gout de Chou
3 coune que cette Soirfe du
Samedi 14 Avril sera part
les mieux rdussies de IFan-
n~e.
PARFUM CIE, LA FRAGRANCE EN VOGUE Cette soiree s-ra anime
.- -_ ~par le SCORPIO. 114


LICS


lCentre toutes douleurs

i~e~eoe~ogoeo~a~eaeoe~oee-esoo- 4eage.


Nous souhaitons la plus
cordial bienvnue au Dr.
Jean Duthier ed aux distin-
gues visiteurs danois.


Ouganda : La Fete
a Kampala

(Suite de i1 l re page)
benefice du regime Amin. di
sent-ils, il n'y aucun mal
a les piller.

Selon les premieres infor
nations. les deux jours de
bombardment qui ont, pre-
cede 1 entire des Forces an
ti-Amin dans Kampala n ont
pas laisse de traces apparent
tes de destruction dans le
centre de la ville. On n iin-
tend plus de coups 'ld feu
ni d'explosions ct auiuiIn ca
davre n est visible, a.lou -
tent les habitants interro-
ges.
80 km plus a 1 Est. a Jin
ja. 2cme ville du pays si-
tuee sur is route dut Kenya,
1lhiUma.iur est plus solibre.
Les soldals du Marechal A
mill sont toujours presents
et I's habitants se deman-
dent s ils ne vont pas trans
former leur ville on dernier
bastion du regime militaire.
De nonibreux soldats ont
deja quite Jinja mais beiau
coup y sont encore, fouil-
lant parfols les maisons, mo
lestant les occupants et sp
livrant ai pillage ou confis
quait Ies voitures, a indique
un habitanilt de celtte ville.
On intend sgalement, a-t-il
d:t. des tirs el des explo -
sions.



Anniversaire

Demain ramene 1 anniver-
saire dun excellent ami,
Monsieur Dieudonn6 Pome-
ro. Une des figures mar -
quantes de notre thel.tre et
de la radiodiffusion haitien
ne, Dieudonnd Pomero a tou
jours ete en premiere ligne
dans la defense et 1 Illustra
tion de nos valeurs cultural
les.
En cette date fast, nous
lui adressons nos bons
voeux.


CAROL HOLLANT


GRAND -PLAZA DELMAS

Vient de recevoir de Nouvelles

S lantes particulierements

des Hortensias de routes couleurs



POUR VOS CADEAUX DE PAQUES



Pour vos reservations



teliphonez les Nos. 7 1010 ou 6 2150



Ouvert de 9 hres AM a 6 hres PM



(Vendredi et Samedi

Sonnez le 7 1010)

- - -


For sheer delight...
Toblerone Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey







Chocolate bler
Known the world over


CONCERT PRO MUSIC
AU PROFIT DE
I I

i Ouv.re.s di1 Pacht lbel, Albinoni, Haydn, Mhrceron
\ Concerto p)uur 3 Ilianos elt Orchestre de J.S. Bach I

Solistes
MICHItLINE LAUDUN DENIS
SERGE VILLEDROUIN
E RERE LAGUERRE
Ri Direction
v FRITZ BENJAMIN

8 IN:; I-IT I 1'.NCAIS JEUDI 12 AVRIL 8 H. P.M.
31 l. L., i.; w a la 13oic iat Mus.-iue. Rue Pavee
IN I ITUT FRANC.\i3
Adm ision S .00

lZSCIOCC SCV=303a=0VSC^-^S

S Pour vos Paques,

i AVEC VOUS, CETTE ANNEE


DIOR
S leaguee aupres de

1 voHS son envoyee spkciale

Mme. Nada Joyaux

\ ESTHETICIENNE DIPLOMEE EXPERT EN MA-
) QUILLAGE PERSONNALISE, CONSEILS, DEMONS-
TRATIONS.

I Pour 4 iours seulement I

Du 9 au 14 Avril
SMme. NADA JOYAUX SERA A VOTRE DISPOSI-
TION EN EXCLUSIVITE CHEZ

Fouad Mourra

PAR PRUDFNCE, TELEPHONE A L'AVANCE
POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS AU 2-2389.

Bvld Jean-Jacques Dessalines


--------- oaa- oa@@d ~ I


_____


-----_l~-~SLi---;


~_,,,,____ __~,~Be --'U'". ~ C-~WY~rM~rtHNIU mewrdftma-0 ---- -.-jC.Y"r-CCCO-_4CbV~lUXXV~klS


5CC/CITCC//r;r//r~;rrrrr~---'-----------


_


_^L_--1: iLC ~.~. . .YYYPII


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs