Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10363
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 10, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10363
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text



"i NPEl Ell MA L


Relations


Haitiano Dominicaines

IV
IN( ()MPrI.l:TEIS EXP'lI(ATIOND 1)E FRANK MOYA
I'01 Sl It lEIS TI':NTATIVES 1)E SOULOUQUE DE
i(;t)<(INQ :l'1(I LA P'A 'TI'r E Olt1ENTALE
IPar liaurore ST JUSTE


i ehrc ql le sIs ol tusx t( tltati
dd Iie .l-llii )lQIQ .; i pns
<-r lit froi tire it a t6tet
it'-, l orci's arincds; avalent,
s illencentlpo |r but lie col-

I -. a iplilager les frais
l I'inlemni ite franlilaise;
< t donilTer une ivne etri-
Iiie (1 li e ltp riodi ; petit- -
'rei I plus comnpliqutec de
I listoire des Itclations lHai
li.,los -toiD liindicainies; en (I e
s t s il : f ila Is l i vine-c
mlnti le role predominant
S.lit et t siurtout teniu par,
I clement etranger.
L. I Dltceur Pritce Mars;
tI. l, I r oullne 2 1 de s'n
n:.ijtr( liitre; prveis un poi-
: .11 rint d e I eher des
l it- de Rivicre Ilerard
i les rivs dc l'eOzamla;
reprildui pour II del'cta-
l;ion ilde t que la qiiles-
I i ili'rKe'sc le plan Ina-
S lii.\ li iic I'i i. 1f 1ai I ne\'ass nr;
ii Ill hi li S~ lln r liinsistait
tr i t un i l oirs
SIlli1; pui s CIcs peuples de
Sunce et iautre par:,ie de
I tv Its ilaneritainis en fe-
St aiitail:t; coninne on Ile
t*rr.i 11 convent de recon
nalilrc e i tilute justice; que
iiCelis Ies ev.,,ements tie
I -v rier 1811; loiin de subir
ipe nouvelle fois: la domi-
nition hai!iieune; le domini
i. liclil erilit tour a
t ,iir: !e pr tctorat de la
I :.I il iii ie I'Espagne
Si ( iini de. Etats l',is d'tA
nr: ." Prenant pour pre-
.,tec I- lim 'w es d rcpres-
S ,.. rii I SIi de SOT-
i dliiis l 'Oui est; ils
iil ernt de la I ra, ce;
li r .,nnaiisance de leur
ini pern i nf'e; comnme une
S.;, e d'humanit6'.
,is icrol ons savoir; d'a-
pr- c qu i i' bel Nien
l !.iger. que 'appel de
i,. .rs deli';gues Baez; Aybar
it i;nhiba: avait etc enten-
rti: usi: Ie 22 octobre
"IS. par ii, trait d'ami-
t] e (.i mmerce et de na
uii.i consacrant par Ia
ine icil,w''si, tla recon-
A i it'l1 l' tie t iin inilejlcn-
,i.I. ih Ri-ihliouer lDomi
rai.i' "it *adil' se .aai
:inl dl's itioins libres et

i cirnmitrre'd hbien que ia
iris liniti it-" I'entrndra de
,i cll ir ilir I .a i iplomia lie
i ti iit l-il C i i Ila p erso,,n e d c
It il iri i t tlArdmiii : iill i-


I illIit l iti o ill en i ona-
1 .. it. pa ('< c c ilter
(l, I I 'l 1it17 t v'
d r I :tPi a ,i i l i-

's d i, ri;'- tit. Fin-
i l .t' lie I t. i pruntii l Vi




tl, I 1,'ll] l : ir l ll C.



F Ii t i.




i i 1i 1 t 1, t'.it ii (I 1 -l
S it. ; it V it ruliA -



", 'ii i De i Avril
]' 3


Reossorces dic I'Est pour
s'arciulltter tie ses dettest.
Cette dernlreo phrase
i'est pas it prendre au mot
vii que dans Ie mmine docu
nient; I'En4oy6 llaitien
a met l'accent sur la
pauvrete des resources de
Il'st et 1'insigtnifiance de
son commerce exterieur).
Nous actions en 1848. La Di
plomatie haitieine; apres
avoir utilis6 toutes les res-
sources de son argumenta-
tlon; tavertit la IRrance que
minme par la Force; elle
saurait retablir ses droits
ilans la parties oriental de
'ile, .
De fait; le 6 Mars 1849 it
la tite de 18.000 ihommes
Soulouque prit la direction
de Mirebalais; en route
pour Saiito-Domingo. Pas-
sant de ville en ville; et al
plant de Vic tire en victoi-
re; ses troupes devaient
tarreter sur les rives de la
livicre Ocoa: aucut obsta-
cale ne s'oppsait it a leur a-
vancement. Cepenflant; un
mysterieux coup de clairon
sonna brusquement la re-
traite; tout come lors de
la 2eme champagne de Sou-
louque; un ordre tout aussi
Orange; pretendument ve-
nu de l'Empercur; forq:i la
retraite de l'armee haitien-
ne. Trahison; cospiration
des marechaux? onu etait-ce
deia: la main du Due de
Tabara?

Dans tous les cas; notre
propose nest point d'essa-
yer de percer le mvstere ni
d'Ocoa; Ai eelui de Santo-
me Pui demeurent deux da-
tes douloureiises pour ('lien
),cur Nitional. Nous aime-
rons plutot souligner dans
la trame des evbnements;
le jeu macabre des imneria
lismes interessis: la conspi
ratio, des Grandes Puissan
ces: la France; I'Asgleterre
et t"s Etats Unis oui; sous
le covert de protection de
la nat'onalitt dominicaine;
envisageraient plutot 'i6tran
element; si ?no la dispari-

ivnir suite page 5)


COLUMJ~'BUS MUT:.lI~tibim.


MARDI 10 AVRIL 179 7

o. 31.058











FONDE EN 1806 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIAN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PREELE


DIRECTEUR : LUOIEN MONTA8
ADMINISTRATEUR : Mmine Max CRAUVET



Biographia Del Caribe

(Suite Voir le No d'hier'


Chapitre Premier
Notre M6diterran6e ou
pour mieux dire notre he-
ros est un lac.
Emil Ludwig
On peut dire des Antil-
les qu'elles ont et idlas gal
leras ofil se livrait la lutte'
pour la domination mondia
le
Waldemar Westergaardi
Au commencement etait
la Mediterranee; tout ce
qui se rapproche de ses co-
tes est teinte d'azur. Ce qui
s'e eloigne devient trouble;
horrible. L'Afrique; a l'inte
rieur; c'est le Continent
noir; au Nord d'Alexandrie
i Ceuta le littoral resplen
dit avec ses ecoles de philo
sophie et des nids de mai-
sons blanches. L'Asie; den-
se et myst6rieuse se renfer-
me impenetrable dans les
vastes royaumes de la Chi-
ne et de IInde. Rappro-


chons nous de la flaque
d'eau lumineuse; c'est i'A-
sie Mineure; poitique et
musical de Smyrne; Tyr'
Damas; Sidon; que I'on
chante dans le Cantique
des Caitiques. De la dentel
le de marbre qui a& detache
du col d'Athenes jusqu'aux
ports espagi.ol-: ouverti
pour accueillir I'algebre des
Arabes; I'Europe est gale
et diaphane. Face h la Mer
la cote est blede. A l'int6
rieur des terres; des Alpes
vers le Nord nebuleux;c'est
le monde des barbares; une
forget noire. Dans les Ma-
nuels d'histoire on parole
de I'Occident; des peoples
de l'Orient; du monde awti
que. Des mots. Fragments
d'une phrase sans verbe ni
sujet. Parce que le sujet
c'est la Mer; pour mieux
dire la Mediterranee. Le
verbe c'est naviguer. Cette
mer est non seulement l'u-


Declaration du porte-parole

AInternaticnaln des sandinistes


TEHERAN, (AFP:
Plus de dix mille person
nes ont et t.uee.s par les for
ces gouvernementales du Nt
caragua lors de l'insurree-
tion de Septembre 1978 dans
ce pays, a revele mardi A
Teheran le Pere Ernesto Car
denal. qui passe pour etre
le Porte-Parole nal) du movement Sandi-
niste.
Le Pere Cardenal qui se
journey en Iran depuis une
dizalnie de ours ou il a ete
recu par 1'Ayatollah, Kho-
meiny et le Premier Minis-
Lre Mehdi Bazargan, a indi-
qu6 que la garde national


Un nouveau Directeur


a la CityBank


Noin.s avon.s eun reci'mmuent
i t-rasion de rencontre-r
il tols 's- bt ureaux a Delmnas,
lo nouv(au dlirclteur de la
Cti.banik, M. 'Ihicsrry BuLI-

M. Bulwi'nler at pris lo ne
Ihtlilt ii all i 1 ci. M als
1:1 ,, ia)' itv'lr assume e
Iv,.c :-i,'c :, la dircll i ([i d t s
:rl:v 1 ( c l I ( lbitilbanK aul
(Ii Iitt Iit.t ( il ttit ll u's 2 dir
II .i(, ai tL'ces 11 a aupal it

S' at N'wW Ytork, pul. Sti
I .,,venIi nt, a HoIIg Kong
iI Zlnll(il i ilt 11t a ac(uis tinel
i'' ':.:)ceri nc('r e des t.rai -
.;' l .i blw'aires illtelrna-

M B3itlunener :'st d p natio
It;Ktie i u. 11 stt, diplome
(Ir l lcole SLIp)erleure ci
(Colllmlcrct de Paris m'; de-
Iil un MBA de la Harvard
Bit inest, School. Au sein de
Il: Cl:bank, 11 possede le ti-
lre de Resident Vice Presi-
dent..


Lettre du President

de la Ligue Haitienne


des Droits Humains
AU DIRECTEUR DU "PETIT SAMEDI SOIR,,


Port-au t1-Prilc, 10 Avrl
it)7'
MIni,ic lr Dieudonni.


-1, de' ( ,t .Re vili>

17' Fonl .'l', r',

Mon-.si(:e r --e ]ii teteur.

J'ai lu dans le No. 283 de
votre Revae 'Le Pe it Same
di Soirl', une lettre adress6e
,a Monsieur G6rard Gour-
gue President de la Conm-
snis;s;on Hailicnne des Droits
de i'Homme. -sic. par Ma
dame Audain Benjamin d1o
nonqant 1 arrestation ill6ga
le et arbitraire, le 23 Fi-
vrier dernier, cIez un voi,-


sa liberation afin de soula
'er les doallur; de sa mire
e61nire. La Ligue s'est d ail
ieurs su4nalee plus dune
foLs de.li en faveur d autres
citO/ycns don't les droits es
scIlutitis ont et6 violas.
Cependant, il serait indi-
que, nonobstant la publica-
tion de sa lettre dans votre
Revue, que Madame Audain
Benjamin s'adresse person-
nellement et directement au
President de la Ligue en
pregnant soin de dater, de si
gner sa lettre et de d signer
complement 1'identit6 et
1 adresse de son fils. Ces for
malit6s d ailleurs indispen
sables et pr6alables it toute
procedure it entreprendre,
une fols remplies, La Li-


tsin, Monsieur Sylvio Clat- gue Haitienne pourra intor-
de, de son "ills Edouard re venir valablement aupres de
venu du Canada revoir les i'autoriti compitente aux
slens apres huit annees fins de droit.
d'absence.
Je vous prie d'agrler, Mon
Conform6ment a ses objec sieur le Directeur, mes
li I.,-, i. iu Hail.ic ili,- a,'-- m -ie ll. Lire; salutations.
Dr Irtl Hiirnm ali. -.ui n:.i dd".
plorarilnt cil -.u.-_ii,-,ln ticn. Mle Geraid GOUROUE
btlai'e, e-i.t di:poc-,: 1 i ici. Prt _id r-ai d( la Ligue HIal-
veciir en li[i"or dce ce- cilo- litniit d:s Drolts Humains.
ynii er a I-triler itoui ce- qul 1, Angle Rue G et Rue 0
cst. legalhement pcj-sale pou j Port-au-Prince.-



-. r'---...---- __.._._.. _


Au courts u, di ntretien
pair, ullU ii' Int I intel'es t
sant, M. Buingtiertr nous a
indique los grades ligrnes
dr' sun plan d action qlui
nous paral, t'i dynamilquc
PI approprie : ameliorationt
constat' e d lat quality du
service a lah clientele, paril-
cipalon accrue au develop
pelni'ent (II s'(ct iir )rive,
.speciliquemin.t dan.s le do-
mnailli det I'ldulric et ldu
cuomiinnier vi.sanit a la lois
l'. llcldu:,lriws di t u'on.s i ex
Dortia.ln d' 1 l expansion dtes
capal'ies de prod' uc poll (iur
la Ctoinsominaion locale. Cet
te participation se realisera
grlie(' a une inobilisation
plus systematique des res-
sources du march : ressour
ces financiers mettanL I'ac
cent sur une polilique nou
velle de depots plus avantas
geuse a la clientele, et res-
sources humaines s'appu-
yant au maximum sur la
formation et lavanc2ment
des cadres locaux.
Sur un plan general, et
en vue de contribuer d'Iune
maniere tangible au deve-
lopp?ment economique du
pays, la Citibank se propo
se de participer encore plus
aclivement au financemcnt
de projects d2e dveloppe-
ment du secteur public. M.
Buingener nous a simultan6
ment faith part de son desir
de mettre o la disposition
d? 'notre communaut6 la
longue experience internatio
nale de ]a Citibank en ce
qui touche la moderoisation
des structures bancaires exis
tantes. Comme on le salt,
]a Citibank avec des activi
tes financiers diverse dans
103 pays, est la plus impor
tante institution financier
international.
Nous souhaitons i M. Bun
gener beaucoup de succrs
dans ses nouvelles fonc-
tions.

Laboratoire
d'investigations
biologiques
Au No. 29 du Chamip de
Mars. iA 'anclen local do
1'OFTMA, la technicienne de
laboratoire, bien connue,
Mme Gladys Elie Lauture
et Ie- Dr. Marltine Simon
Liautaud vienni -.ir d'oaivrir
un laboratory d'riiestiitga-
tlrns bioloilquels
L'ouverture offici-ile aura
lieu le lundl 16 Avrli en


Cl


ours.


lu Nicragua forte de 14.000
hommes < par les Etats-Unis 6taient de
venue une veritable armee
americaine d occupation.f
Apres avoir predit la fin
dent Somosa, il a accuse la
famille Somosa d avoir ex
termine plus de cent Mille
Nicaraguayens, de s'etre ap
proprie plus de 30 pour cent
de terres du pays, et d'avoir
nstaur6, savec le soutien di
rect de Washington, l'un des
rIgimes les plus oppressifs
et criminal du monde.
Il a enfin mis en garden
les Etat'.-Uir-s contre la
parts-aite de le- ir nite..Li.
tion au Nicaragua. En ce
qui concern la revolution
ranienne, le Pere Cardenal
a soulignr qu'elle pouvait
<,certainementl avoir des con
sequences sur les mouve -
ments de liberation en Ami
riqus Laline of, a-t-il soul
gne on peut tout a la lois
Itre revolutionnairc et Eve.-
que.

Une Delegation
de Louisiane en
Haiti

PORT-AU-PRINCE. (AFP)
Une delegation de I'Etat
de Louisiatne sijournera en
Haiti du 12 au 17 Avril pro
chain annonce-t-on official
element Lundi a Port-au-Prin
ce.
Cette d61egation composece
de cherchcurs, de scientift-
ques et d'hoinmes d affaires
examiner avec les officials
hailtiens les possibilities de
resserrement des liens entire
Haiti et la Louisiane ainsi
que le jumelage possible
des villes Louisianaises de
Baton-Rouge, la Nouvelle
Orleans et Lafayette avec
Port-au-Prince, Cap Hal-
tien et Petionville.


T616phone : 2-2114 Bolte Posale : 1316
Rue du Centre No 212


PANORAMA


N6fi.-llii6si:
L'Areentine invite
A la Havane
BUENOS AIRES (AFP)
L'Argentlne a 6t officole
element invite It participer
au prochain sommet des
pays non-allgnes qui se tien
dra A La Havane, annonce-
t-on mardi t Buenos Aires.
Cette invitation est conte
nue dans un message adres
si au chef ds i'Etat argen
tin le G6nral Jorge Videla
par le President Fidel Cas
tro. II a Wte remis mardi
au President Argentin par
M. Emilio Aragones Navar-
ro. Ambassadeur des Cuba it
Buenos Aires.


La guerilla enAmerique Latine


unique reality historique; I
mait' encore l'image po6ti-
que par laquelle s'expri-
ment toutes les luttes; les
realisations et les illusions
d'un nombre incalculable
tde siecles; parce qu'il y eut
une 6poque ofi la geogra--
phie politique n'6tait pas
sur la terre ferme; elle e--
tait dessaine sur les vagues.
Chaque recoin avait un
nom propre; proclamant sa
souveraineti comme un ro-
yaume. La baniniire des
rois flottaient sur les mats.
Les teussons des nobles 6-
talent plaques sur les bords
des navires. Les chateaux
etaient donc en bois. Les
marines qui ecumaient les
mers avec leurs rames for-
maient les armies. Sur les
vieilles cartes et meme sur
celle d'aujourd'hui on lit
Mer de Thrace; mer de
Crete; mer Egee; mer A-
driatique; mer lonique; mer
Thyrrhenienne; o u d e
Toscane; mer de Catharge;
mer d'Iberie. Souvent derrie
re chacune de ces mers il
n'y avait qu'une ville; un
phare. Leur histoire est un
poeme; parce que l'histoire
des peuples a leur debut ne
s'ecrit pas; on la chante.
Dans la petite mer Egee;
oeuf d'oui allait eclore la
Muditerranpe; Homere con-
duisit I e people i limmor-
talite. C'6tait un grand sei
giiur et un Capitaine. La
notsie nait de ses rapso-
dies.
Des trois regions qui cons
tituaiciat alors le Monde;
les hommes se dirigeaient
vers la Mediterranee. A 'ar
riere il uavait les steppes
de la bih(ie; miles monta-
atICs 'i I'iWAd6; le"I mi .
Mortes quaid elles n'a-
vaient disparu; les sables
du Sahara. Les gens cu-
rieux qui voulaient voir; en
tendre; dialogue; suivaieit
la mer Commune; interna-
tionale; bavarde; commer-
ce et cancaniere. Tous lut-
taient pour se trouver a
'ititerieur de ce point trans
parent. Seuls quelques peu-
plades de l'Europe Ceotrale
quand ils se trouverent en
presence d une lueur si
splendid furent offusques
et retourncrent dans leurs


(Voir suite page 6)


BOGOTA, (AFP)
La Colomble est mainte -
nant devenue le principal fo
yer de guerilla urbaine et
rurale d'Amdrique Latine, de
l avis des experts.
Les principaux centres de
terrorism urban et de gue
rilla rurale talent, 11 y a
quelques annees, concern -
trdes dans le Sud du ContiI
nent Latino-amlricain, oi
AIs les Tuparamoso Urugu -
guayens, oa les chiliens pour ne citer que
quelques noms defrayaient
presque quotidiennement les
colonnes des journaux.
On est bien loin de 1'(epo
p6es de iChe Guevara en
Bolivie dans les annees
soixante. L'avenement de re(
gimes militaires en Uru -
guay, au Chili, et en Argen
tine, et la lutte implaca -
ble qui sen est suivie con
tre ce qu'il est convenu d ap
peler dans ces pays la esub
version Marxisteo a nean -
moins sonn6 le glas de mou
vements revolutionnaires du
Sud du Continent Latino a
mlricain..
Les aMontoneros> argen -
tins (une organisation de
guerilleros urbains oscillant
entire le Peronisme de Gau-


che et le Marxisme Leninis- g
me), of1 l' nlaire du people < kiste) qui avait tente de o
crler dans la province de n
Tucuman, en Argentine, une d
region clibereen a i'image I
de la guerre rdvolutionnai- g
re Vietnamienne, en sont ,
maintenant reduits ai des o i
operations de commando iso-
dre militaire regne desor 1
16es de peu d envergure. L'or
mais a Santiago, a Buenos
Aires, comme a Montevideo.

x x x x

Et c'est curieusement dans
l'un des pays les plus demo-
cratiques du Continent Lati
no-americain, la Colombie,
que la guerilla ressurgit
maintenant avec le plus de
force. Des sources mililatres
colombiennes ont estime il
y a quelques semaines a en
viron 4000 le nombre des
gurillleros militant dans
les diverse organisation.s
subversives du pays. Le chif
fre parait un peu eleve a cer
tains experts occidentaut.
mats ii n en demeure pas
moins qu'il ne se pt.-;'t i "le
re de semaine eln Colonilubj
sans que les iuornaux fas-
sent etat d'operations san-


Raid rhodesien : Le QG de M. Nkomi

etait vise, selon Salisbury


SALISBURY, (AFP)
L'Aviation rhodesienne a
attaque Mardi Matin le
Quarter Glneral Militaire
de Monsieur Joshua Nkomo
du movement de guerilla
site a 10 kms I l'Ouest de
Lusaka, la capital zambien
ne. a ainonned uncommuni
qu6 offitLciel a Sallisbury.
Le communiqu& affirmed
d'autre part que les opera-
lions de guerilla menoe
partir de la Zambie sont
isous la direction et le con
trole connu des Russest.,
mais ne done aucune autre
precision siur cette affirma
tion sinon citer des rapports
de services de renseigne -
ment.

Les observateurs ah Salis-
bury cstiment que cette refe
rence pour la premiere tul8s
des operations de guerilla
a tune direction Snvictlique
signifie que les responsables
militaires Rhodesiens sat-L


tendent a ce que des conis.l
lers Sovietiques figurent par
mi les victims de ce raid.
Le communique a precise
que la cible du Raid mene
Mardit a 8 heures 15 locales
106.15 GMTi stait le i con-
seil de guerre, et le quarter
general militaire de 1 ar-
mnie..xeio.utionnaire du peu
ple du zimbabl7b iZipra). la
branch militaire de la Za-
pu. il ajoute que tous. les
(Voir suite page 8f

MAE-IAGE

Nous avons appris at ve
pla'sir 1: 'itana'tuei' la itt u.'.
mallte Mine Mairi( -'IaiaitL
Matirasse avi r nil ri ami
Alix 7rauvy I a C(r(',ImlUonl
eut iCLu I n stu(l In mulillt
le 17 Marts itcoti
Nouis adn s t soiis i-, (("iM-
plimn t' lls 1t nuit is linllt irs
Vt(ux i M I '. Mine Ahx
Tracy.


lantes des forces armies rd,
olutionnaires (pro-corn -
munistes ,, d attentats de
armee de Liberation Natio
nale (pro-castriste), ou de
decouvertes de ,prisons du
teuple., construltes par les
uerilleros urbains du M-19,
elon le module des Tupa-
maros Uruguayens.
Les forces armIes colom-
biennes doivent lutter con
tre plusieurs mouvements de
guerilla mLs it part le M-
119, 1 armLe de Liberation Na
,ionale, et les Forces Ar -
moes Revolutronnalres de Co
lombie, il existe encore Far
mee populalre oe liberation
(Maoistel, et Ie movement
d'autodefense ouvrlere IMao)
de ti dance Trotskiste. Unec
nomuelle formation don't les
definitions ideoloilques n ont
pas encore ete c iucesic ave
prlcimion par les services

iV 'ir -.uite pate 8)


;




A 'ct i 'i
1i.ul .- i ndro
it l j ''.. : ; '71
A:- ( Arre-

in o ;, a i .e t ; "':t'" aire
d T t de
la Dufif e .' .'


AFT IE E
A'!),c;. c EC Et I ,-cm-
murc." e i 1lid '"e 0 home-
ronl a 1 o'cra -ri d e-r)r-'n. JOUR PA-
NAMFRICAIN,
Artecl 2.- Le driflfrEpts
D n r:t rm(,ntsTs MViisterieloi
interesses prendront de con
Gecr-toilot's les dispositions
polr ieommrmnorer eu'l nni
v-c.;irt prar cu, m,,iie.s ia
tions dord'," clii el. so-
ciai. art'istiquei ut dicatif.



Iv:"' i An 1 i, p >' (it i ii

J ,it (;i.u(i DUVALIER

Ii "ll(l ,i r '' l i t Dr l 'cti "

Dr A(chlle SALVANT



La Cirulatioan sur


--les Ro-utes

CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE Ntonales


UNE ANALYSE
PLUS APPROFONDIE
DU PROBLEM DU
SERVICE D'INCENDIE

J'tudi dernier nous avons
evoclue, dans notre chroni-
que, un problem qui meri-
te effectivemnent une solu-
tion. Les incendies qui ont
ravage des maisons ia La-
croix, a Petite-Riviere Ba.


LES RELATIONS HAITIANO DOMINICAINES


Une lettre de M.


Toussaint Desrosiers


a M. Laurore St. Juste


Port-au-Prince, le 6 Avril 79
M. Laurore ST- JUST
c/o Le Nouvellista
Port-au-Prince, Haiti

Cher Monsieur,

J ai beaucoup appr6ci lePS
6claircissements que vous a
vez apportes sur la conf6ren
ce de Monsieur Franck Mo
ya Pons. Bien que le mot
conte a dormir debut m'alt
paru un peu trop fort. Je
voudrais m'arriter un ins-
t.ant it votre deuxidme arti-
cle (Le Nouvelliste du Jeu
di 5 Avril) dans lequel j'ai
noto un fait digne d examet
Comme j'ai lequel j al notu
Comme j ai dtjk essay tide
fire cet examen, je vou -
drals, danq 1 intlrit de la eO
cherche, en donner un aper
cu pour 6clairer ce point
d histoire apparemment alb
cur.
Vous avez reprise un pass
ge du livre de MT. J. Price
hMais La Republlque d'Hal
ti et la Republlque Domini
cabinet que ] al lu, en nlou


h vie n ait saisi cette occa-
sion au volt (l'occunatioa
de Monte Cristt, Dajabon.
Puerto Plata, Santiago etc.
abandonnes par Ferrandi
pour entrer sans coup ftrir
s u r ces territoires ...
mais pire que cela, Dessali
nes exi.gea une rancon de
500.000 livres environ. Le
Docteur Mars, rench6rlssez-
vous, a suffisamment mis
1'accent sur cette erreur re
grettable...
S agissait-il lit dune er-
reur regrettable de Dessali
nes ? On peut, A la rigueur,
regretter les consequences
immediates de cette deci L
sion (reprise des terres par
Ferrand, decouragement et
concernse. Mais 1'acte en
dlplacement des populations
lui-mlme n tait pas une
erreur..
Remarquez que je ne suis
pas de ceux-1lh qui croient
que Dessallnes n'avait pas
commis derreurs. II en a cer
talnement commlses. Et de
tries grandes. Et de trees norm
breuses. Je pense personnel-


tant quil est ireprettble
, que le Gouverneur Gendral (Voir suite page 2;


par Roger MILCENT

yonnais (section rurale des
Gonalves) et che,. ont laisse. certes, des
family 's aux abois; nous a-
vons profit de la circons-
tance pour lancer tin S.O.S.
a la Croix-Rouge Haitienne,
et, du meme coup, souligne
la necessity de doter le De
part'ment de I'Artibonite de
plusieurs pompes a incen-
die...
Raboteau Ca-Soleil, La
Saline sont des banlieues
gonaiviennes oh Its incen-
dies sont frequents.

Bien entendu, l'embrase-
ment aurait pu se produire
a Gros-Morns, it St. Michel
de I'Attalaye, it Anse-Rou-
ge, i Lachapelle, ia Dsar-
mes etc.

Le texte a eu dts rebon-
dissements. Curtains de nos
lecteurs nous ecrivent pour
nous demand pourquoi le
problem a-t-il ete analyst
au niveau de la ville des Go


La Commission
Communale du Cap
Haitien

RESTAURERA SOUS PEU
LA PLACE TOUSSAINT
LOUVERTURE
A LA FOSSETTE
Par Raphael

BERNOVILLE, avocat atta -
chi de press
La place qui port le nom
ce Colombienne, apprend-on
pendance et situle au coeur
de la Fossette sera restau-
rde d'ici peu.
D6ji. les plans et devis
sont prets. Le bleu eit rire
La Commission Communale
preside par Monileur Cleot
min JN. PIERRE a parts les

ivoir suite page 5;


naives et de St. Marc sieu-
lenment, alors q(ut I' leu a
E1late aill iims. ell dihors
de ces deux villes qit nits fro
ment pas uniqueminlt le De
apartment.
O -
FAISONS LE POINT

Nos lecteurs o11; reason.
Geographiquement parlant...
Essayons danalyser enseim-
ble 1? problem du service
d'incendie au niveau de Lout
le Depar:enment d' lAr;;bo
nite. Les colonnes du quoti
ditn Le Nouvcs'liste sont ou
vertes a tous nos lecteurs
qui voudront nous fare par
venir sous pli cachete -
leurs commentaires consatruc
(Voir suite page 5)


Viola tlionIl des ri'il'iemtntiis
dt la Circulatimn Iimpr'uden
ce d(.s pliJtons. Volila. eh
Inmot. le tableau de la circu
l:ition. tl qU ll se dcphlie
slir les roles naliional s Ce
taDlteau a pu tl re etabli a
1 suite d'un sonda', e ef
fsctue aupres des enaur -
teurs publics uTLlisait Ics
routes Nationalhs I et II.
Selon les chaulIfeiurs inlLer
viewers qui semblent s accu-
ser mutuellement. la viola-
tion des replemenits su preci
se iin excess de vitessse vira
ge en trom:be, staitionne
mnient. la nuit. saus 1eux de
parking sutr la cliau.ssee. me
prIs pour l-s p ttlls fcux a
chaque croisement. Ce ne
sont la. certes des prnble-
mes difficIles a resoudre.
11 est vrai qu'une police
Voir suite page 8)


Pour une nouvelle

musique populaire

haitienne

Deuxieme parties (Voir la premiere parties
dans Le Nouvelliste du Mar di 14 Novembre 1978)
Par Gerald MERCERON


Le m6tissage cultural dans
la vie d'une nation se mania
feste dts 1 instant oft celle-
ci a des contacts avec l'ext6
rieur et ne cesse jamais. A
toutes les etanes de cette
vie le m6tissage continue
par lea s voles les plus diver
ses. La culture haitienne i
tailt djhi fortement mitissae
it l'6poque de la proclama-
tion de notre Independance
puisque tout syst6me colo-
nial engendre, de par sa na
ture. un m6tissage force et
ac el-rei atil rc-mleiit pli. I-
sa le oil \criliable que .e-
lil., hlabituel lementi plus
lentI et plus subtil, des pays
indopendanls C.penda.nt. la
continuation au menisi-age-


dans la culture de notre Rd
publique, malgri lisolement
partial qui fut le notre pen
dant une bonne parties de no
tre vie de people libre, al-.
lait se reveler une rdalite
constant qui, dans le do-
maine musical. n'a pas en
core faith 1 objet dune ana-
lyse vraiment fouill.
C est qu'une trop grande
parties de notre intelligent-
sia fait preuve d un passiis
me outrancier et parfaite-
ment naif sous le pr6texte
de puI et..e .-lle-ci, in .xis
liiit 'qu,? danrs leiur inim l-
riO t 'ori Amin sonrt ivi' les
my,'hes d'nie preriidiie care

l'uir suile page 1)
11 l pg


pPE~q~;_, -93 --~ -~l~s~P-- _____,_~___ -------~s~ ---------- --~---~_ C~Plr~rs3l~;-.-.-~~~


d


AV-





PAGE 2



S,(Su

Mihe.e Scotch Club lemen


Jeudi 12 Avril
Soro


h ncHt


JDisco Party



et


Le Sugar Combo Show


,W*tre iBPre


Samedi 14 Avril


Saturday N











.^ Patrom


eight Express

avec


EXPRESS


et


me par la


MARDI' 10 AVRIL 1979

Une lettre de M. Toussaint Desrosier -


ite dp la 1~rp page)
t, qut!l n arait pas
rer Cialie 4ielair. par
It. Tout covlne je no
nle pas h touRsqlnti
.tlure d'avoir. dan9s un
moment d MnervOement
colhre, ordonnt l'ex6o
*de Mo j. surtoit enl
it outt:e a une de-clslon


~ qJusl~qe.
D'aprts mol, le Dr. Price-
Mars a tort de ne satre at,
rit6 qu au fait de la ran -
gon. Il n'en a pas cherch6 la
cause. Et 11 la tout bonne-
Mqoot cuidarnin. Or la re-
cherche de cette cause cn-
duit & une interrogation sur
la qonception Mnnie cdi 1'pr
ganisation des choses, b
lEst, d apr6s le modloe de
1 Ouest ui, dtait alors fort
efficace. Ce Aod6le prevo-
yait, i tout ixlstant, des pra
16veoments a opgrer quelque
part, popr les besomins de lar
mde d Haiti.
Quelle 6tait la situation
de i'armee d Haiti, a ce mo
ment-lb, ? L arm6e haitien-
ne gtait partout bien entre-
tenue et bien dqulpde, sauf
dans la deuxieme Division
de Ouanaminthe place sous
le commandment d un des
plus brillants officers, Fran
qois Capois dit Capols-La
Mort. Dessalines qui avait
beaucoup d'autres problems
ailleurs, ordonna cette ran-
von pour faciliter Ie rdequi
pement de la 26me Division,
Les negligence du Comman
dant en chef jurailent cepen
dant avec 1'exceptionnelle
gravity de la situation. Ca-
pois talt souvent absent de
son post et ne prenatt pas
suffisamment soin de ses
troupes. Ce qui expliquait la
reussite des operations me-
necs centre Haiti et que no-
tre histoire consign comme
dtant sles insolences, du
general frangais Ferrand.


S Dessalines, renseigne par
Boite a Musique et Yamaha Christophe qui plaat la
discipline militaire avant
tout autre chose et de qui
Sxi e a relevant le commandment
Le talenieu rganiste mexcan en chef de routes les trou-
14 pes du Nord, ordonna l'exe-
cution de Capois. Chauffe
par des intrigues venues des
ennemis de Dessalines et de
JUAN HER'NAN1O FAR AN "stophe, incapable de se
J UAN HERNAN AR maitriser, Capois commls la
grave erreur de menacer son
chef Christophe de mort v:o
Entire $ $.00 lente. L'historien Placide Da
vid a rduni sur la fin de
rV.-' Cr :U [,,un ensemble d infor
1.-:,ols r que le Dr Francsols Da
lencour, domind par 1'esprit
partisan n a pu valuable -
CO 0 .rOOF. Vr_._ '0.@. Q ment Interpriter dans son
Souvrage consacrd h Capois.
L'histoire nous apprend que
Ferrand, habilement infor-
Smd par ses espions, a voulu
O RN AE R O tirer parti des troubles inter
EA hOCOND venus ou crdes dans le lord
et le Sud d'Haiti.
OQn ne s attendait pas a ce
S1 que 1 historian dominicain
La line aerienne Ide Colom le Moya Pons qui a prono
l t.tkL~ tt 't- 00 une belle conference a i'lns
titut Francais s arrete a
tous cos details. On pout
d'ail leurs lui fair credit du
V 1 I $ 17 p r dmOUi 8 soUcl d'objectlvie qui mar
que heureustment pour
Carthag~ne2 -Bl'anaQUila. les rapports nouveaux qu'il
faut nouer avec la Rspubli
que Domini.caine la nou-
velle Ecole Historique Domi
2'e t V nicalne qui a quand mems
S V ls directs veF M dellin et Bogota product de remarquables tra
vaux durant ces 15 dernieres
annees.

Pour S 20.- de plus Par contre, ce qui n a as
, 9 e signal par Monsieur
L Am r di Sud P aiin


q anes was a can


Toutes les principles vilnes d'Amnerque du Sud et Centrale a votre

portee en quelques heures d'agreable detente pendant lesquelles vous

apprecierez la traditionnEle hospitality latine de notre service.





AEROCONDOR
La Ligne Aerienne de la Colombie



CONSULTED VOTRE AGENT DE VOYAGE

OU CONTACTED NOUS :

2-3675 -- 2-0101 Angle des rues Pav6e et du Peuple
ou


6.1090 -- 6-0790 Akroport International Francois uvaliyk S

(2 heures avapt le depart des v qs)



AEROCONDOR


~V~rC'r~~Y~C- hMC~-- -


doit ignorer, c est 1 inquietu
de suscit6e a 1'Ouest par les
forces franco-espagnoles eta
blies a 1'Est, en 1805. Des
evenements d'une exception-
nelle gravity justifiaient la
campagne dessalinienne de
1805 entreprise non centre
le people d.ominicain en
tant que tel 9.ais centre
1'armee franco-espagnole
qui naval( des espions et. des
complices parmi les oimciers
hattiens .franricophupone. et
blanco maqoes. Parmi ces
vdenements, cibons-ceux ci
tirds de l'ouvrage du Doe-
teur Frangois Dalencour con
sacred a Frangois Capois,
sous le titre li'Affaire d Oua
naminthes, p. 129.
cessait d'etre dune a ct.vitd
fidvreuse et tenant en halei
ne ses troupes de la fronti6
re A qui, par son Arrutd dd-
jA mentionnd (Arret6 de OD
cembre 1805), 1,1 avait or-
donnd de courir sus aux Hal
tiens et de les capture pour
les r6duire en esclavage. II
falsalt parfois des procla-
mations mielleuses aux In-
digenes espagnols pour les
assimiler au regime de la
France... la reconqu8te de
Saint-Domingue le prdoccu-
pe, 1'obsfde; il vise toujours
la troupe du Nord par Oua
namlnthe. Le Dfpartement du
Ctbao ayant dte rfcuperb par
luI apres 1'echec du soige
de Santo-Domlngo, le gnb-
ral Ferrand peu a peu mas
se ses troupes dans le plus
N grand secretL 11 attend 'oc


casion qui oel tarde pns a so et oensauvag6i. par .les Do
prdsenter c eat laglLatlon minicalns ,blancs que turt 14
pollilque dans Le Bud d Hal monde seat protll)tt danrts
tl. Alors 11 d6clenche 1 atta les dglises ou allleurs pour
qUe eclair et fonco sur Oua @viter son, regard ou sa fou-
namlnthe qu'll occupy sans dre. '11 y ,v i4 des. gelI
trop de diffclculti A co mn dans le 9 gliago, p p blno
merit prrdct, Capols n'6talt parce qu'll y avA4 pO .oiI
pas'4 Ouanamrithe; 11 6talt biots orgnnlids par la rdcts
44 pP t Lance des cblanrcs ilnbtr i.V.3e
qiu ignoralent signs route
Vou ytyq bie lalors. la I'aresse de 1 epe dbesall-'
concordnitlce a i- text,:. hal- nicrnne et les grand h'o -
tien avec les texts domlinl-' ven-i qu'll emplole iestruc
cans non cit6s par Monsieur. tion du b6taili centre sen en
Pons. rnemis, en I ocourence lee
franco esoaanols brands


proprl6taires de brtail .
Santo-DQpijjigo.' Ce soot lA
des fait puA A retrouvcnt
dans 1'hAsto(re de toutes les
guerres.


D'autres faits inipourEani
non signales par M Pons Toussaint DESROSTERS


,U(YAl\ ()ALVANISIA
it ( S()I1.1 V-S


A BM

HARDWARE CO



83 rue


K~ 4


Squad


% to -


rL 2-0683


I


A


3arnaaoaaaBOoaaacaQBrwnaaaaBocos


' '


,. .


sans ddute Invologatrre -
ien0t ou A cqlje dj LVmps
dorit 11 diiposalt- sront.
mis en relief au course do ma
prochaine conference suir le
siJet. Les Haltlen3 auppren-
,pnit reors avces esprlorlt
qu ? p.osidbenit iaiticn Nis
sage 4aget a pcrmkis notre
pe-ite MaiJt decrire I;le. plus
bells pages .ce 14 diplom.-L
Hie month'le, t-n sopprinant
par u11r-? meInoeuvr.- Ein.al.,
I& annicAlon de Santo-Do-
pilngo par les l..s EljI -
Unis.
SJ .croli quil est temps
pour nitl., cher Monsieur Lau
rore, die cesser d'abuser de
yotre patience et de vous
prier de me croire toujoUrs
vdteo


Vous diral-je aussi quo
j ai peu aimed le passage de
14 conference ofi M. Pons a
parld des massacres opdrds
par Dessalines a son retour
de champagne. Dessalines
dtait-il tellement enolrch


FOOTBALL

Johan Neeskens
au Cosmos
BARCELONE, (AFP)
Le Neerlandais Johan Nees
kens aurait sign& un contract
de cinq ans avec le Cosmos
de New York, apprend-on
Lundi dans les milieu pro
ches du FC Barcelone.
Le contract de Neeskens a
vec Barcelone se termine en
principe le 31 Julllet, mais
le joueur sera libre ids la
fin du championnat et de la
Coupe, a la mi Juin au plus
tard.
On ignore encore le mon
tant du contract de Nees -
kens avec le Cosmos. Johan
II avail demanded un con
trat de trois ans b Barcelo-
ne, mais les dirigeants Cata
plans qui ont pratiquement
conclu le transfer du Da
nois Simonsen, n offraient
qu un an.
Neeskens, scion ses dires
aurait prefdre continuer a
jouer en Europe et notam
ment a Strasbourg, mais le
club fianqais n etait pas d ac
cord pour quo le Neerlan-
dais dispute Sgalement le
championnat des Etats -
Unis avec le Cosmos.
L'annonce officielle du
transfer devrait stre an-
noncee aux Pays Bas par M.
Cor Corster.







MARDI 10 AVRIL 1979


1.j AVIS DIVERS


PROJECT EDUCATION
GOUI'VERNFMIENT
IIAITIEN
B.LNQUE MONDIALE
BOITE POSTAL : 2162
Ref. No. :

Avis d'Appel
d'Offres
Ia i;lretlion fan 'rojet
d EIducation No. 2 Gouver
nemnent Hlaitien Groupe
ide la Banque Mlondiale,
das le cadre de I'Accord
de Credit 770/HA, se propo
ie d'acoucirir Dix (10) Vehi
cule'. tout Terrain d une
contenace de cinq per-
mnnies. Ces Vhllicules se-
rount mis ia la disposition.
du Project d'Education No
2 en rue de son execution.
Les documents d'Appel
d Offres peuvent, etre reti-
res tous les ,ours ouvrables
du 28 Mars 1979 au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. i 4hres
p.m. a l'adresse suivante:
Projer a'Eaucation No. 2
Gouveriment Haitien Ban
que Mondiale

C/o Departement de I'Edu-
cation Nationale
Cite ae l'Expositioin
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box. 2162
Adresse telegraphiqua
PEGHBM
Port-au-Prince, ce 27
Mars 1979
I,,g. Nicolas SAINT-LAU-
RENT
Directeur



ADMI INISTRATION
(.L.NERA ,.- --ES
CONTRIBUTIONS S
AVIS

I,re Irectlur tiencraI des
o('iltriliontis confirme dar,
lil ,sl i a lorFrn i et te. neur l'a
vis rn d le l fll 13 F uvrler
1979) ibl; anns les lourr -
In lix df. la (C;iplllec
Url. nvis : 1 n 1lsl 1lb1 1(' :6
I1 :;tt r l d lmand al; X p )-
iii,,ll it lo s l:'- h s s int6
ir s'.s:, di irommui qriiiir, dans
le n llo l ir ldl;il, a In l)iv
,s ii diu ('tilenllit iix ide 1'Ar
l G6nera Iv deP
'lllllllilil s c- lis los tires,
lil,-,liln iji n l riiiS hi'iiiis nliri
ii-.li i lii rs l r dr i)l. sur

s. .1:, I a 1 Hltabtiitioln FEI
MATHI-E,, Nrtioll l'llElanl
(in Jouine, (:01mm11nn w d (I P(e-
tioln Ville
C i'it t proprtl i (' runille l ini
( li'e;ii di 'i3t4fM 2 :7. id(icl
rr' d Utljllte IPubl ique par A
i i' n (dtl dlf iul 19 Septemi br
19"78. Moniluiir No 71 du 1
O)lt l)re de la mine annel(
si ibor'ie-, ;iiI Nord par Go
hb(r 131(IO 10preondu pro-
i)relair, a;u 3uod par la No
v lll, touite de iKenscoff, e
a I'F,:- p ar line route de pc .
1 ration donna.lnt acces a
la route de Kenscohi et
a. I'Onest) par Madame Bed;
-iansi connue, prdtendue pr
prieltaire.
Port -au-Prine, le 27 Man
1979
OI)oiiel FENESTOR, Av
Directeur Genrioal

x x x

Bri Kouri -
Nouvel gaye
MIN RANDEVU
PAK-LA DEPI 10 ZAN
Veritl, sou lanlbou pa 1
ke loul, moOii k tIman.. Mi
91in yon sel v'ritle ki pa gi
yon tras mant)i ladan-1
eIlistoua Lavi ak Lanmo J
zikrii.
Veritd sila-a ap diayi so
banboui troup Teat Konbi
Kiskdye-n Sou Sen Impa
Lavo Vandredi Sin 13 Avr
d 6 hr?s. 30 disoua.
Pies T"it Max Valles-l
ki pot6 n0.ib J6sus. Konbit Kiskcy/-n a
joui- ak pi fo krdol ladan-
Pou rad lamarld-a biyin ch
ta sou 11 yo : yo r6ld pids-1
KRI,
N.B. Konbit Kliskeye-n v
voyd dl nou s6 yon sal fou
pies-la ap Joud and sa-i
Konsa ddgagd nou achet
kat nou davans pou nou k
rezevd plas nou pou kokin
n dvdnman traditional si
la-a. G6rard Durand kinb
rol J6zu-a pi fem toujou.
Nap jouin-n kat yo na:
College Quisqueyen, 92 An
gle Rues Dr. Aubry et de
Cdsars : 10 Gdes. yon scs pr
114


Avis aux !
Entrepreeurs
DOSSIER Dei
PREQUALIFICATION
PROJECT DE
CONSTRUCTION DU
BOULEVARD DE LA
SALINE
Les Entrepreneurs sont In
veits A soumettro leur lpr-
qualification a entreprendre
les travaux ndccssaires a la
construction du Boulevard
de la Saline a Port-au-Prin
ce.
Cot Appe" d'Offres sera
pour un seuo contract gene-
ral
CONSISTANCE DES
TRAVAUX
Les travaux 9 executer corn
prenant :
Le Maitre do l'Ouvrage fe
ra son affaire de l'implan-
tation du traced et des ouvra
ges.
a) Les terrassements
b) La chaussee
c L'assainissement
d) L'entretien en bon fone
tionnement de la route et
les deviations pour circula
tion.
Le delai )our l1achve
ment des travaux est de six
161 mois. 4,*4
Seules tes entreprises dli
gibles par la BID sont admit
ses 9 participer a cet Appel
d'Offres.
Les entreprises interessees
sont invitees a soumettre un
resume de leur qualification
Elles p'urront retire les
dossiers de prequalification
au Ministere des Travaux Pu
bli.cs, Transports et Comma
nications, a partir du 11 A
vril 1979, tous les ours ou
vrables de 8 heures A. M. a
2 heures P. M,
Les documents scell/s de
vront otre remis directed -
ment au Ministere des Tra-
vaux Publics (SCS), au plus
tlardi le 14 Mai 1979 a 2 heu
ri's P. M.



Convocation
I ls imnembre nactil' f de
l I'ANDAH sonl, 'oiivo(qiius een
As -nble ordinnairl Ie ielud
12 svril 1979). a 4 Ih. i in. aiu
S lo l (II lPala:ih cc' IIot,:'l,
( tli llip dip M)ar''l.
s 01I'1)1 DU JOtI' R :
I 1 I(apport du Comit.
2_ I E Ihcllon du Comil (16d
Iiilil et i u Con.seil de Dis

:1 Questions d'int/re)t
r 'let 3"Mi I
I' il -aiii-Prince, 1- 31 Mars

Eric PEIRAE, Agr.
I Secretair" GOenral
I 114


CARNET SOCIAL Petites Annonces


Deces de 1Mime
Musset Pierre
Jerome,

L'Entreprise Celcis et Le
Nouvelliste annoncent le de-
c/s le 3 avril en Israel de
Mme .Musset Pierre Jerome,
nee Violette Cherubin.

En cetle douloureuse cir-
constance, l'Entreprise Ccl-
cis et Le Nouvelliste pisen
t'nt l'expression de leurs vi
ves sympaLhies a : Son e-
poux, Son Excellence M. Mus
set Pierre Jerome, Ambassa
deur d'Haiti en Israel; s-s
enfants : M. Musset Pierre-
Jerome Jr. et Mile Martine
Pierre Jerome; sa mere Vve
Hildevert Cherubin, nee Oxi
dette Verrier; sa belle-more
Mme Vv? Brice Pierre-Jero
me; ses freres et soeurs : M.
le Colonel et Mine Marcel
Cherubin et infants, M. Or
sena Gervais et Mme nee
Anita Cherubin, M. Roger
Tribie et Mine nee Madelei
ne Cherubin, a M. ot Mme
Ludovic Cherubin et en-
fants; ses oncles et tantes :
M. et Mme Precigny Ver-
rier, Mmine Vve Etienne La-
raque, nee Joacine Verrier;
ses cousins et cousins : M.
le Secretair" d'Etat a la San
t6 Publiaue, le Dr. Willy Ver
rier Mme et enfants, M. et
Mme Antoine V rrier et en
fants, au Rev. P/re Alix Ver
river. a M. et Mme Georges
Verrier ct infantss; ses beaux
freres et belles-soeurs : M.
le Dr. et Mme G/rard Pier
rc-Jerome et enfants, M. et
Mine Gontran Pierre-Jcrome
et enfants. M. et Mine Eric
Pierre-Jerome et infants, M.
et Mme Jean-Claude Pierre
Jerome et infants : ses bel-
les soeuirs : Mme Gerard Re
binson. nme Lunine Pierre-
Jrrome et enfants M-. Gr'-
goire Eugone et Mine ride Gi
sele Pierre-Jerome ", en-
fa;nls, Mme Ketty Pierre-J(
rome. ses nombreux nlev?" )
el, nices.

Aux families : Pierre-Je r
me, Cherubin. Verrier, G-r-
vals, Tribie., Laraque, Robin
son, Egllne, n Degrafl, JHliro'
nmel, C,'irrlies, Lamour. ,Beaul
brlrul, e iita o Its les alltreis 1);
rents et, allies 0)prouuves i)a
e" (liil.

I.es funerall es de' la re
greltie, Mine Mulsset Pierre
Jerolme, nee Viol Ite Chier
bill seronit elhanle.s en I'E
tll.e du Saucre-C'oeur de Ttl
ceau le miereredi 11 avril 7
a 4 h. p m. L.' eonvoi pari
ira du Salon Anne Bleu d
I'Entlreprise Celcis oil l'exp
sition aura lieu dels 2 h. p.n
104


"LE BISTROT"

RESTAURANT. PIZZERIA =

GRILL CREPERIE
De Midi a 1 heure du matin

Special Semaine


de Paques

Mardi 10 Avril

" Ouanga Haiti Show"
SOIREE SPECTACLE

Mercredi 11 Avril

<
ET DANSE SUD AMERICAINE,

Samebi 14 Avril

"Spicial Bistrot Show"
Diner Spectacle

No minimum charge

TOUJOURS DE L'AKtIlANCE

<
Votre rendez-vous
Tel 2-1809 446 Lalue
-. .,.o~f f/ ,-,f.,:,,- f. .r.s.,/'.


D6ces de M. Jean-
Claude Massenat

Les Pompes Funebres Pa-
ret Piorre-Louis vous annon
cent le deces de M. Jean-
Claude Massenat.
A son p/re Martcl Massd
nat; sa mnre nde Nellie Fan
fan; son fils Jan Bernard
Massenat; sa soeur Mme RHo
btrt Goin nee Gisale Massd
nat et son epoux; h ses on
cles et tantes, cousins et
cousins, n-veux et nieces.
Aux families : Massenal,
Fanfan. Jacob, Goin. Poli-
phon, Pierre, Josue. Dclinois.
Blaise, Charles; 9 tous les
autres parents et allies nous
adressons nos vives sympa-
thies.


Les obs/ques seront chan
tecs demain mercredi a 4
.. .


MM Max et Henel Blaise.
Mesdemoise les Anne-Marie -OCBC-
et Rose Timoth6e, Monsieur A VEND1E
Wilner Auguste et Madams I A BI
n6e Marie Michele Timo A BABIOLE
thee, a sa belle Mere Macia A VENDRE A BABIOLE
me Dieudonne Desir, a son GRANOE MAISON A-
beau-frcre Monsieur Franck VEC ACCES SUR 3
Jean Pierre, a Madame Ge- RUES
neviove Ddsir, 9 Mademoisel 4 CHAMBRES A COU-

les : Blaise, Dclerme, Desir, CHAMBRES A REZ
Timothee, Chendt, et a toua DE CHAUSSEE
eprouvds par ce deuil. SOL
'VUE IMPREN 'BLE -
Les funerailles do Mon GRANDE COOR JAR-
sicur Joseph Ludcx Blaise DIN.
seront chantLcs le Mercredi PEUT-ETRE VISITEE A
11 Avril 4 licures P. M. N'IMPORTE QULiL MO-
en l'Eglise du Sac.rd-Coeur MENT
de Turgeau. PHONE : 24790 25686
Le convoy partira de Pax 23921
Villa Sacro-Coeur oi la de
pouille mortelle sc ra expo -//M/ --/-j


hres p.m. a la Cathedrale see des 2 heurcs
de la Sainte Trinite oil la
ddpouille mortlle sera expo
see des 2 hres.


x x x x

Dices de M.
Lucien Borno
Pax Villa announce le de-
eos survenu le 8 Avril h
lI'H6pital St Francois de Sa
les de Monsieur Lucien Bor


Pharmacies
assurant ie service
cette nuit

MARDI 10 AVRIL 1979
DU SIECLE
Rue Darquin
MERCREDI 11 AVRIL 1979
PETION VILLE
Rue Flambert

MARDI 10 AVRIL 1979


Dans cette douloureuse d
euve. Pax Villa ot Le Nou VITAL HI
liste p-esentent leurs Rue Pavee
mpathies a sa Mere Mada BAS PEU
Veuve Luc Borno. a ses Ruelle C:
res et soeurs Monsieur et DE DELM.
dame Gustave Borno et Delmas
mille, Monsieur le Doc-
ir Raymcnd Borno, Mada MERCEIX
e et famille, Monsieur et
dame Robert Borno et fa PONT MC
lle, Monsieur Robert Bre Pont Mor
n et Madame nee Deiisc ALTAGRA
)rno et famille, a sis On Avenue N
es et tantes Monsieur Da ST CHAR
el Borno, Madame Yvon- Carreloiur
Bourgai.n, Madame Ani-
Bourigain Corben, s s c ou a F i _
is et cousins Madamen
rtlhe Hernandez ct f'aml
, Madame Magali' Her-
indez let famille, Monsieir t
Madame Claude Borno et
mille. Aux famnill(s : Hor
i, Bourgaln, Delaquis. Bre
in, Nau, ScuLe Loclaird, .1a i
iihe, et a toUs les all res
drents et allies alfectes
ir ce deuil.


Les fundrailles de Mon-
sieur Luclen Borno strolnt
chantees le Mercredi 11 A
vril a 4 heures P. M. en 1'E
glise du Sacre-Coeur de Tuir
geaui. Le convoi partira do
Pax Villa Sacre-Coetr oii la
depouille mortelle sera ex S
posee des 2 lieures. 104

xxx x x

Deces de M. Joseph
Ludex Blaise

Pax Villa announce le de
ces survenu le Samedi 7 A
iril en course a 'I heure 30
P. M. en sa residence privee
de Monsieur Joseph Ludex
Blaise.
En cette p/nible circons-
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste prdsentent leurs
sympathies h sa veuve nee
Maryse Ddsir, 9 ses Pre et
Mre Monsieur Schoelcher
G. Blaise et Madame nee Ita
Delerme, a ses enfants Ju
dith et Jimmy Blaise, i son
fr/re Lesly Guirand, h. ses
Oncles et Tantes Monsieur
Charles Georges et Mada-
me nee Florette Delerme,
Monsieur Marc Germain et
Madame nde Guirlene De
lerme et leur fille Nancy,
Monsieur Lionel Chenet et
Madame n/e Vdronique Cu-
pidon, Monsieur Victor Ga
briel et Madame ne Odette
Villate, h ses cousins et
cousins Madame Andree Vil
late, MM Frantz et Joel
Blen-A;m6, Mademoiselle A
gnos Delerme, Veuve Fgbre
V. Delerme, nde Inds Deler
me, Monsieur Gorard Deler
me et famille, Monsieur Bo
rel Delerme, Monsieur Mau
ice Delerme, Monsieur HPI
weig Blaise et Madame nde
Juliana Stephen, Veuve Ter
thus Blaisee e Dlivrancep
Pierre, Monsieur Bermann
Lambert et Madame noe G6
mina Blaise, Monsieur Al-
phonse Timoth6 et Mada-
me Antonia Apollon, Doc-
teur Gabriel Timothde et
Madamnie liee Luclana Dored,


ERNE

DE CHOSE
0ameau
AS


)RIN
in
ACIA
I. Ambroise
L ES


A VENDRE

Uue tries belle Maison Mo


GRAND HALL A LOUER
Grande Halle 9. louer
7 m.50 large X 17 m. long
sise 160 Rue Dr. Aubry.
S'adresser a 1'ctage.
114


VOUS LIREZ DANS
LA. VISION DU YOGA
LES ARTICLES SUIVANTS :
Concepts et Types de Medi-
tation
Sinthese du Printemps
(Delta Acruz)
Peinture Haitienne
(Georgas Hector)
La Radiesthesie
(F. Ethuin)
Reflexions sur la Phques
(F. Men/las)
La natation cette Inconnue
(Pierre A. Guillaumel
L" Courage
(W.P. Patrick)
En veilte dansr onies ls
Librairies et leas Supermar-
ches.


derne au Village W. Lamo-
the au No. 27 Rue Patrice x
Lumumba parage Ing. Pierre
St Come Tout comfort eau A VENDRE
froide, eau chaude (ichauife
eau de 30 Gallons) Grande Un compr
Citerne 3 chambres h cou- teaux pique
cher. 3 toilettes baleon log nents. Le t(
gia Gallerie d attente office Tdlephon
Cuisine grande Cour et Jar


din.

Gagnez jusqu'a $ 2.000 en
achetant directement
'our renseignements ap-
pelez le : 2-1155 de 2 heu
res is 4 heures p. m. le 6-1523
de 6 lieures a 7 heures p. m.
204

x x x x


A VENDRE


Ford Escort Sedan 2 por-
les automatiques.
S'Nudrc.ser au joiirnal Le
Nouvelliste.


xx x


resseur, deux mat
urs et ses equipe
out 9 1'Etat Neuil
e 2-3274


Horaire d'Ete
La ATTORAMA S. A.
porte e la connaissance
des interesses que du
ler. Mai 1979 au 30 Sep
tembri 1979 ses heures
de travail seront les suli
vantes

Du.i lundi au vendre-
Sdi : 8 h. a.m. 2 h. p.m.
Satmedi 8 h. a.m. 12
Sh. p.m.
AUTORAMA S. A.
304


Communique de
I'Institut FranHais
d'Haiti

Mrer ,d 11 Avril 1979. a
19 l h.30, a; I Auiditorliumr de
l' ns'itut Francais, aura lieu
1unie table ronde publi(tuc.

1'. ist iti PI cdl rI ih i|te
N.i'1 n:i ce c i c l 1 1 (
(111 :1 f;i ; E tvel, A- '
Balmir. Wil. FPri !or et.
Chr'sti:in Fai.1 au
L' ', bl v y t.,t 'rd il -
mnent invite.


AMERICAI SUGAR FAY"'Ti

COMPANY S. A.

(SUCRE MI RFFFINE POPU LI,,',I -
PORT AU P'IN'.'E. IIA I


USINE HiASCO r

SOCIEIE .NONYME HAI-IENNE 1


(Planteurs et Fabricants


DU NOIJVEAIT A


IItAGENCE
CIJ7TADELLE


Pour mieux vous servir I'Agence Citadelle respond


a present a un nouveau numero de telephone


Le 2-5900 ayant 5 lignes groupies
/




L'Agence Citadelle representant exclusif


de la American Express vous propose


les TRAVELLERS CHEQUES,



les CARTES DE CREDIT,



et les VOYAGES ORGANISES


DE LA .AIMERICAIN EXlPPESS




POUR VOTRE PROCHAit VOYAGE PASSEZ AU NOUVEAU LOCAL DE


L'AGENCE CITADELLE


35, Place du Marron Inconnu ou Telephonez au


2 5 9 0 0

2 5 9 0 0

2 5 9 0 0



oossaoeesegeoeeoeoeoeooeosoeeggaggooeBae~isoeeoeeoseaoesoasgoooooe


I


Y-A~aLj..


I ~ --Ai k Ab A


- -






















IS111 Ir i e li n re Pate)
i k, 7" !'i,:i 1 ia T' a -' : tYIM
i 1ihl di s t ih tiell irts purs
ri di li al, ic ils lnpurs, vo6yi
ablti-es cltoyens de soconde
cla.ssi. solon la couleur de
la peau.concept qui est. tout
.sImplInetlent In trnsposi -
lion locL lo du fanmeux racls
fi1t IatiZ, avrc la violence
el i'esprit di destruction en
moolnsi. le mythe dune lit
ternturte t. d'une musique
Inire On brandit a tout pro
ios lI 1 notion d'Haitenriett
rertains dissent tle) qui, correctement red6
fine, serait des plus saints,
Inals pqui dans la bouche de
quelques Iuns. dissimule mal
dits fantlasmes et des obses-
sionts fortement teintes d'ir
iationallte militant et quil
aboittisse.in souvent a la mi
.,;' n r(llf de prefferences
lltes a la classes so(ilale (t
l a 'oilluilr d1 la neaill
Il 1ir 1 rl iven l'r a 1'aspectl
\trinehmnt musical. voici la




S1 loii l iii. li- oiiictisag InU
St'ial conce'rn- ie passe, loin


.Iln ou ric:nt. Souvent, 11
ignore qu'll y a eu motissn-
g dants le pass. 11 est dont
obsddi par 1 tidde d'uno mus)
que haltlonne pure quI esi
tout simplement celle quilI
a decouverte on grandissant
oe qui dtait d6Jh accepted
par son milieu avant sa
nalssance ou a '6ipoque- oft
11 Wtlat encore trop jeune
pour s intiresser A la musl-
que. Lorsqu'on grandit dans
un milieu qtii a dJit aceap-
ti ou s est ddjf habituf at
un certain genre de musi-
que national, c est cette
musique que 1'on considered
comme normae, comme re
tresentative de son/ pays.

N'ayant jamais connu autre
chose, 1 enfant ou 1 adoles
cent se developpe avec cer
tains schemas mentaux con
cernant la purete, le nor-
mral et lanormal. dans ce
domaine precis comme dans
tous les autres. En general,
l1 no peut se rendre compete
que la musique qu'il ecoute
est le produit du n metissa
Re car les influences etran
geres sont deia integrdes et
acceplees par sa famille,
son group, sa communaute.


Dovenu adult, il11 a de'
idfes blon arrmties s'"r c'
oti est ou n'cest pas ItalIit1 .
Dans cees conditions, toule
innovation est. rossent,,- coin
nme un viol, come ue pt
gression dirtgde centre la pu
retf national don't 11 s'ins-
titue le garden.


quer In Jetnicsse. SOUS pr6lex
to que oce n est, pas une mu
slqiie pour les jeunes qui 6
Voutent cette omission., quo
r!at-il sinon decider d'avan
e c1 sgans aucune raison va
lable que les l)enes e sont
pas capable de comprendre
autre chose qpe ce qu'lls con
naissent ddjl ? Pourtant, sl
line nartle de notre Jeunes-


sraa, se 5,se oe u p cc rfvule une mentality de
saisir l'essence dune pen- vivants de 1'poque de
se taitennesid tre cadulte Nandertal, 1on trouve ga
authentiquement haltten uni element une minoriO, plus
quement le repertoire tradi Importante quon ne croiralt,
tiosaRl ct es cli.ohs it au qui aspire it autre cose Qpe
tires poncifs imposes par ag routine et le dOli entelp
I'habitude et encourages sou Od.
vent par des personnel prf-
tendufment cultives pui Cette minorntd est-elle a.
apportent ainsi leur contri,- 1abri de tiute erreur de ju
bution volontaire ou invo gement ? Pas forcdment. On
lontaire a ce qu'll faut blen y trouve 6galement des
appeler un vaste processes snobs: qui acceptent systfma
de cretinisation de la jeu- tiquement toute nouveaute,
nesse et du public. ou toute innovation, au nom
d'un futurisme mal corn -
Lorsque Ic direc-eur d'un0 pris ou d une Dretendue mo
t i d .di d 1 1 6de.


tale, d6tenteur dun diplo-
me universitaire obtenu ft
'etranger, interdit at une a
nimatrice de programmer un
disque de musique populai-
re elaboree don't 1'un des
buts est pr6cisdment d ddu-


Le futurisme systematic -
que ne vaut pas tellement
mieux que le pass6isme ou
tranciler. Cependant, le futu
riste a plus de chances que
le passeiste d aboutir au
progres musical, ne serai.t
ce que parce qu'il a 1 espri
plus ouvert.

II faut done encourage
ce qu'on peut appeler lI
futurisme equilibrd, pro -
duit de la reflexion et
qu'il ne faut surtout pas
confondre avec le dtsir fri
vole d itre a la mode ou di
faire ecomme a 1 6trangerc
En effet, le problime qu
se pose at tous ceux qui vet
lent faire evoluer la music
que haitienne, peut se r6i
mer de la manibre suiva'
te :

Quel genre de technique
Speut faire avancer notre mu
sique ? II y a, globalemeni
quatre sorts de techniques
La plus avanc6e est venu
de 1'Europe Occidentale .
Sest la technique savante.
issue de la rationalisation
du phenom&ne musical. l
quelle a donn& jour at une
method d approche de .
connaissance : thdorie d(
intervalles, thdorie de I'o


ganisation de nla dure et de
1 espace, du dosage des In-
lensites, du itimbre, die 'har
monie vertical 'suite dac-
cords) ou horlzontale (con-
tre-point, polyphonite). C'est
la plus avancee, parce qua
cest celle quii est ap41e le
plus (ip dans ,L'mgQnQe -
mnqnt ,des llgnes mdlodiques
superposdes, crdant une v6
riable architectonique qui
constitute non seulement
1'aspect le plus nobJle de la
pensfe musical, mats 1 un
des aspects supremes de la
pensde huzpaine. De cette
rationalisation de la col -
naissance musical sont
ndes des oeuvres come
L'Art de la fugue, de Jean
Sdbastien Bach, les Quator
zieme et Quinazime Quatuors
de Beethoven, la Musique
pour cordes, percussion et
celesta de Bela Bartok, le
concerto de Chambre d'AI-
ban Berg, le Sacre du Prin
temns de Stravinsky et la
Senate pour piano de Jean
Barraqu6.
t La deuxlfme technique est
celle du jazz moderne, qui
i est nd aux USA et est rapt
E cement devenu une formb
a de musioue universelle.
t Moins complex que la
technique savante euro -
p6enne don't elle a emprur
r t6 et adapt les principles de
construction des accords, el
le offre toutefois un intd-
r&t considerable : elle pro
pose, en effet,' une concep-
- tion de 1'6nergie et de la
e flexibility rythmique, e
. un traitement de la matitri
i sonore, dont la majority
u des musiques populaires cle
_ pays industrialists a deji
u largement bfnificie. Les com
n positeurs et musicians des
pays en question se contend
tent d'adapter et s abstien
nent de copier, lorsou lls Dot
u sedent une personnalit6 dil
t gne de ce num.
g. La musique populaire bri
e silienne, en particulier, e
dans une moindre nesure ce
le de 1'Argentine ont pi
etre considerablement ami
a liorees, tant sur le plan tecd
ni4ue que sur le plan ex-
a pressif, grace i la prise i
conscience des musicians di
r ces deux pays, qui ont con
pris que leur nationalism,
6tait parfaitement compati
ble avec 1' tude et 1 adaIut
I tion des techniques euro -
pfenne et afro-americain
qui proposent des principle
et methods valables pou
le monde enter. Il faut
voir des acquisitions de l'e
prit human et non cells
dun people ou d'une race.
Imagine-t-on un haltien
qui sous pritexte de nation
lisme, s'abstiendral.t de s
Sservir d une automobile e
s'obstinerait 5 cirouler
dos d line, r6petant au
ce dernier mode de trans
port tlant ecclui des chal-
tiens authentiquesi, tonte s I
vention etrangere comm
SLautomobile doit etre fcar
tee ? Il faudrait, dans ce
conditions. exclure 1 elect]
cite, le comfort moderne e
d'une maniure gen6rale tout
ce qui n'a pas 6te cr66 pa
1 Haitien. Tout esprit ratio
nel comprend immediate -
ment 1'absurditt d une tell
conception du nationalism
L'on doit done. en matif
re musical, accepter tout
m6thode donnant aces a
ralsonnement musical, le -
quel, sainement comprise
permettra d'exclure les m
deles esth6tiques stranger
pour ne retenir que les pri
cipes universels de construe
tion que 1'on adapter ah 1
pbrit national, et i la per-
sonnalitf du composite
ou duo musician.
La troisiAme technique es
cell de la musique popu
laire cosmopolite, qui ea
le rdsultat d une slmpliftk
tion des deux prcdudentes.
La quatrtime est la tec
unique purement empiriqi
des musiques ethniques
C'est un savoir issu de 1 l
pdrience et de la tradition:
L instinct y joue un r6"
tris important, de mime qa
le besoin d expression. Ci
musiques ethnoques, pour di
raisons fvidentes, ne propi
sent pas une technique d'
criture, puisque rien n a f
rationalism. Celte techniqt
s apprend par l'exploratio
individuelle ou collect'
d'un instrument dftermin
avec ou sans guide, ou eni
re par la pratique du char
sans apprentissage technil
que au sens strict, a quel
ques exceptions press. L'on
tera, en eflet, que la musl
que 0e l'Inde, tout en igt
rant 1 ecrliture, propose ut
veritable technique, dan
Slaquelle meme 1'improvl
tion a ete ratlonallsde p
l'etude syst6matlque des a
las et des ,ragas.
tA sulvrel
Gerald MJ ll ERB


par Laurent CHEVALLIER
NAIROBI (AFP)
La Tanzanie a lanc6 dl-
rectement mardl son artlllp
rle dans la bataille de Kam
pala 2t la capltale ougan-
daise a becu au rythme de
violent bombardments
Des residents ont falt --A
tat de veritables duels dtar
til.lrie entire les forces con
jointes de l'armee tanza-
nienne et des opposants ou
gandais d'une part, et des
forces gouvernementales .
d'autre part. Cecs confirm
que le Marfohal Idi Amin
Dada dispose encore :de -quel
.Ues moyens de .dfendre la
ville.
Les tirs de canons et Ce
mortiers tanzaniens se sont
concentr6s sur les quarters
sud et ouest des faubourgs
de Kampala, mais le centre
lul-mfme n'a pas 6td 6par
gn6. Sur la colline de Naka
sero (ot est situ6 le centre
tdministratif), la residence
prdsidentielle aurait 6td tou
chde par des obus, ainsi que
le aposte de commandementb
(autre residence) du Marf-
chal Amin, tout pris de li,
dans le quarter de Kololo
Plusieurs habitants affir-
ment avoir vu un avlor


Rhode6se :
e Officers
, ovietiaues au QG

o de Nkomo, selon
Ian Smith
a SALISBURY (AFP)
D's officers superieurs s
e vietiques ont pris a Lusak
le contr6le du quarter ge
s neral de M. Josua Nkomc
a co-leader du Front patriot
n que rhoddsien, a annonc
s mardi a Salisbury M. Ian
n Smith, premier Ministre rh
design.
s Cette declaration de I.
SmiLh fait suite -au bomba
dement effectuf mardi m
S tin sur le quarter gfnfrs
Sde M. Nkomo par des avion
rhodesirns


Egypte-Israel:
L e report de la
visible au Caire de
e MM. Yadin et
-Weizman
a TEL AVIV (AFP)
Le report 4t quilzaine d
Sla visit au Caire de MM
s Yigael Yadin, vice-Prdsider
r du Consil, et, Ezer Weiz
y man, Ministre de bla Ddfe
se, pourralt fort bien con
tituer une sorte de arsanc
tionr du gouvernement is
n raeli n, en reaction aux de
a nileres declarations du pre
e mier Ministre egypten, t
At Moustapha Khalil, estimer
a les commentateurs pollti
e ques de la radio de I 'arm6
- isra6lienne.
A la residence dI cor
' sell a Jerusalem. on a jus
e fil mardi par 4la difficult
d'assurer une nourritui
s cachere (conform? aux pr
ri ceptes religleux) pendant i
et Paques. oiour les delegatior
-t israeliennes, le report d's
*r sites du vice-President d
n Corseil et du Minis.tre c
la Defense.
e
e. Tout admettant que li
- propos de M. Khalil (cons
Le derant comnme u 'une attaque de la Syrie pou
reprendre le Golari) r6poI
, dent aux dures pressioi
1o des pays arabes qte subi
s, I'Egypte, les commentate)i
n ont soulign& qu'Israel I
ic pouvait les accepter. Ce se
es rait. ont-ils dit, laisser
- creer un precedent dang
ur reux just au dibut du p
cessus de normalisation en
st tfe les d?ux pays.
u-


Vinet militants du
movement
clandestia Mao~s
arr&ts
BOGOTA, (AFP)
Vingt membres du vement d'auto-D6fense ou
vriires colomblen (Mao -
groupe clandestine de tendan
ce Trostkiste) ont dti arrn-
tds Lundi soir par la Poll
ce Colombienne, aprrend-on
Mardi a Bogota.
L'arrestation a fit effec-
tude dans la banlieue de la
capital, et a permis la sal
sied une important quanti 1
t6 de grenades, de munitions
et d'explosifs.
Selon la Police. le group
etair organism pour atta -
quer des Banques et des corn
missarlat~s dans La capital.
Sa decouverte est Interve
nue au course de i'enquite
declenchee apres 1 assasst-
nat Lundl d'un pollcler par
un commando de 1 EPL (Ar
mee Populaire de Libdration,
de tendance Maoiste).


ler la ville avant de lachei
d's bombs la ofripherie.
Des rafales d'armes auto-
mrnatiques et, des explosions
ont retenti, notamment pres
dU centre ln-.rnatlonal de
conferences, au coeur Oe la
capital.

A Bonn, le gouvernement.
Ouest-Allemand a annonc6
mardi qu'il n'avait pas eu
confirmation formelle de
1'excution par. l'arme QU-
gandaise des.quatre jqurna-
listes occiderntaux disptrus
d3puis la semaine dernimre.

Hans Bollinger et Wlof-
gang Stiens, du magazine al
lemand &Sternp, et Arne
Lemberk et Karl Bergman,
repr6sentant respectivement
les journaux suddois aExpres
sen, et cSvenska Dagbla-
det, avaient gagn6 1'Ou-
ganda en bateau a travers
le Lac Victoria. en espirant
se faire passer pour des tou
ristes en parties de piche. Li


regim. ougandals avail im-
pUlcitement admis leur exe
caution lundi spoi. reconnats
sant que aquatre merc.-nal-
res arms et. en uniform .;
avalent eL6t fusilies.

Hans'Boillnger aasit dfjk
tenti de penetrer enl Ougan
da 11 y a deux semalnes. II
avait fit arritd a I 'aroport
d'Entdbbe et emprisonne 24
heures. II devait raconter
apres avoirt 6t expulse qu'il
avait iiW menace tde mort
par les auloritis ougandai-
ses.

Pour sa part, I'Agence Ma
rocaine d'Information MAP
a affirm mardi qua Tripo-
li aurait donn6 vingt mil-
lions de dollars a la Tanza
nie et aux opposants ougan
dais en change de facilities
pour l'evacuation des deux
mille soldats libyens envo-
yes en fevrir au secours
e du President Amin.


Une derniere fois


avant leur depart en tournee


L'HOTEL


ROYAL HAITIAN


vous offre, Ce mercredl ,'occasion

d'assister a la revue

eblouissante des


Ballets



Bacoulou d'Haiti.



SUne soiree-show

au bord de la piscine,

avec uti delicieux

buffet barbecue


et



L'Orchestre du Roi


'Dour vous fire danser.


Votre rendez-vous

S ce mercredi

a


L'HOTEL



I ROYAL HAITIAN!
Lggggag

*aa^~i^^OOaaao^gasoe^^


......I ..... ..... K a m


I'A(E 4




-LAX Laxatif au choco


Pour une nouvelle musique populaire haitienne


mmmpv


La Tataaule lanes sen atllerie dens la batalle de
Kampala


tw;ammj-


MARDI 10 AVRIL 19g




latVainqueur de la constipation









MARDI 10 AVRIL 1979 '


Relations Haitiano Domin


,. POGE 5


icaine CHRONIQUE DE L'ARTiBONITE _-


ltillv dc II l1or page)

tloa dui .r line Etat d'llnitl;
eouhnii'r" eonniie un ilanger
poiur l0s Antilles et nllhine
| pour les FtutIs du Slid dit
iIn It6 uiilillal l:e I(ilbe'.
Iayband;l Iklhe: UIher Sont
idrl a noins id'iigenls conllUl
res A nie pas s'effacer dle la
ni1mnoire ldes linUx neuiples.
Nom itivns soullgn! till-
Irli u comliloen Ie Sicrrtlail-
re il' lFit ai inci6riihin WVlls-
trr ili ll I lpartisall farou-
che d'ine intervention col-
lethive I1t, 1'Angleterre; de
lia France elt le soil propre
pays en Haiti; pour fire
eat-endre rals(on h Soulou-
que.
Les historians haitiens
qul ont ctudie cette asrio-
de; ont gencralement 'insis-
to stir les machinations de
la France et pas assez sur
cells des Etats Unis autre-
nment plus agressives. Price
Mars allant plus loin que
A. Nirolas BEGER; est ce-
q'l luii aura riveli les honts
dies (liff6reitis commissaires
charges par Ic President A
ncrimain: denqukter sur la
sMituaion dominicaine; en
iue de -faire droit A la de-
Inlaade d annexion lde la
fraction, de Ila bourgeoisie
de cc pays se pregnant tou-
jours pour membre de la
c'lmmunaute caucasique.
Pour les Etats Unis; c etait
ni plus ni moins; une affai
re de race. Ft 'un des Com
missaires enqieteurs; un
Bejamin E. Green ne man
qua pas de le souliagner
dans son rapport a Wa-
shington :
( flechi sur ces problems de
race; >crira-t-il; je petse
que nous devons non seule
ment reconnaitre l'indepen
dance dominicaine: ma's ai
der ce people aussi s-rieuse
ment oue possible; lui don
ner notre appui moins au
benefice de nos isterets
commerciaux; qu'a cause de
la question reelle qui est
l'ejeu de la lutte entire les
Haitiens et les Dominicains
a savoir: la place qui e-
choit a la race blanche
dans cette Ile. Bien plus.
Pursuit Green: l'obiet de
la guerre (Haitiano-Domini


ialie); est 1'AtabllNemient
a'tilen nation de pure race
nohir dalnes forit le ruclous d'un empi-
re noir qui etendria dans
touiltes le Antill0sI..
Ne sinillle-t-on pas voilr
dd.Ill; dans to curlaox ldocu
ionut; le pr6minises doe la
ildotrline doni inolnt d'un
sliele plus tard; Trujillo
ot sit clique ex front la i
gunc directrice des rapports
entire les delx prtles de
'lIle ?
Vans tous les ( as; pour
rcvenir it Soliloiquc; M.
Gvceea laissait entendre que
5sa CONQ ETIE' oja recon-
quute du ,aterritoLrc domini-
Cain; constituait la premier
e etapce de I'extesion; en
inoitant les noirs de Cuba
et de Puerto Rico; a se sou
lever et a s'unir A luib.
Le Dr ble ce pas ajouter une tres
grande foi a I'illuminisme
nagre attribu6 a Soulou-
qie)) E. Baur de I'Universi-
tc de Californic devait prou
ver pourtant en 1959; que
I Empereur des haitiens e-
lait pass a i'action. Ft ce
qI'on enregistra parmit les
woirs de Ste. Lucie;-de San
to-Domingo et d'ailleurs;
montrait que la diplomatic
de Soulouque; ac'est nous
qui I'ajoutons; aaavait la vi
talite; et le dynamisme de
cellc de l'Allemagoe hitld-
rienne animee par le sou-
pile puissant d'un Goebels.
II est bon de retenir aussi;
que l'Empereur 6tait rude-
ment bien entour6. Un J.B
Frarcisque; un Louis Fill-
cite Salmon Jeune et un
Dufrane surtout qui; con-
me n Ministre des Relations
F tezrieures; sut impression
ner les representants ktran
gers. C'est grace a ces 616-
ments de valeur et de cultu
re reelle; que notre diplo-
matie put tenir en echec;
les attaques et centre atta
oues; des Chancelleries de
Paris; de Londres et de Wa
shington.

Devrons nous reconnaitreque
loin de r.urrir des ambi-
tions imperialistes; les diri
geants haitiens apres Bo-
yer; etaient de l'opinion
qu en raison de 1 instabili-


Chaussures Italienies solids

poor filtettes- et garconnets

coloins : lc, noir -*. Bottines

pour enfant de I an a 5 ans


ERNST GAUTIER

Chaussurs

37 RUE DES MIRACLES, 37

Phone : 2-115 5

Maasin Mn R


16 des domnilealins; de
laour iioistlianll habillide d'en
aipelor iu priloectorat let
graine'iilre puiunilnes; e tll
falblesse Imipossalt pa1 de.-
volr linmprleux aux ital-
tl yen eo plus excellent aura
6t/i trouv6 plus tard; par
Fabre Nicolas Gctfrard.
N'cilpichec qui'ei ce qui con
cerne Soulouque; parjure
seralh I'hnitien qui s'allierait
it qulconue pour salir sa
mminoire. 1 a aUt; ldurant
son rbgne; I'iacarnation de
l'orgucil et du courage des
tondateurs de la atrie;
pour s'oippdcer A 'actjin di
plomatique on armce de 'iBi
liprialisme d6chai;,e.

Savez-vous que, mais com
ment Ie sauriez-vous, puis
qu'Abel Leger n'en n'a pas
parle, et le Dr. Price Mars.
aurait A peine mentionn6 le
nom. dans le deuxiame vo
lume de son important li-
vre. qu'un couple infernal a
mericain. agent avant la let
tre de la CIA, confidants
des Presidents amuricains.
qui n'avaient qu'a decider.
e' des flottes traversaient
I'Aitlantique an attendant
que suivent guerres civiles
pt occupations militaires
plans la region de-s Caraibes
et de l'Am6rique Centrale.
Savez- vous que Jane et WAl
liam Casneau qui furent A
I'origine de la guerre entire
le Mexique et les Etats-Unis,
ont eta egalement response
ble-, sous Soulouque. des
guerres HIaitiano-Dominicai-
nes ? Cast du mains. ce que
nous informed le Colonel Ar
turo Espaillat ex-membre
rie I'Etat Major du genera
lisisme Trujillo, danis sou su
perbe ilvre a(Les Dessous d'u
ne dictature. M. Frank Mo
ya Pons Ie savait-il lui aut
si. ou 'aurait-il oublie ?
Revenant A l'Empereur
Soulouque plus prdcisement,
JJ'aimerais de lui dire corn
me le Dr. Price Mars en ma
nitre de conclusion.
aiNon point que je nie la
violence et la cruaute de
quelquos uns de ses actes,
non point quo j'excuse les
extravagances anachroni .-
ques de son empire ni jquO
j'absolve les lourdes fantcs
don't son gouvorne'ent s'est
rendu coupable dans main-
tes domaaes adminitratifs
inais je reclame )our lui que
nul Chef d'Etat Haitien n'a
porte plus haul' le souci de
fendre ce pays centre lcs
convoitiseo de l'etranger.
nul n'a brave avec plus de
liunerie les menacest g-d
puiesances coalisees pour re
conquerir ce qu'il crut etrae
une parties du patrinioiAte
national, nul n'a r.;s plus
d'obstination et pius de gran
deur A sau--garder I'integri
t6 de cette patrie negre con
tre I'impvria'irime des na.-
tions blanches camoufle de
Philanthropie 'tr quoi elles
intervenaient dans la dispu
tc Hlaitiaro-lDominicaine en
fave-, d'une communaute
qt.' la complasance infares
see de certaines C(liancelle-
ries voulait convertir en Na
tion P'.nche)).
Gloirea A Faustin Soulou-
que !
(Dr. Prics Mars in La Ra
piubli-"e d Hlaii et la Rdpu
blique Dominicaine Dage 181
vol. II).
Laurore ST. JUST


ti s, A boa cnti.ond ur. ntillt I
C -
LE PROBGIDLME
Atj NJVFAU
DLU DP.PARITEMENT
Danhi l ;otos l5o paoy du
moniO L.h lIihas anomlst.ls et
los pltnlfIlcitLeutls oit LOU-
jouti- iendance a n -order
la pilnm:nh- anI s pLrsquC
toilu It,., doimalneas, nu- vil-
les qal ont la aprlori'e de
D6veloppements ou la .Pos
sibilitl d'extenslon, Co'.st ,ne
tendance A la mud-. Ralson
6conomlqu.h ou Question de
rentabllltd.
Ouvrons une pgrcnthese
et consid6rons le probldnem
de 1'1lectricltd dans l'Arti-
boplte. Les lecteurs du No"
yelllate conviendronLt avec
nous que .'e-t Ie meme con
cept qui a prdvalu. Miss A
part toutes passions... nous
ne voulons pas dire que les
autres villes ne sertnt pas
6lectrifl6es... C'ost un project
qui est A l'dtude, d'apres ce
qu'on crolt savor de sour-
ce generalement bien rensel
gn&?.
Revenons- & la question
qui nous preoccupe : celle
ou service d'incendie plus
particulilrement.
Compt. tenu de cette ten
dance dominant actuelle,
nous avons analyst le pro-
blame au niveau des Gonai
ves et de St. Marc. En tou
te objectivlt-. Nous avons
meme etudiA le probl6me
du service hydraullque. Car
qui voit feu, doit voir eau,bou
ches d'incendl., tuyaux d'ar
rosag', camions-citere, sa-
peurs-pompiers, secouristes
etc...
A dire vrai, si lon except
Gonaives et St. Marc les-
qu.olles des villas intrieu-
res sont dquip6es de bouches
d'incendie pour le moment ?



La ComtAtiSIO"
Commuuale do Cao
(Suite do la lere page)

dernieres dispositions pour
trouver les fonds necessal-
,es A cette restauration.

A en croire le chef 0e 1"
rlilitie Capoise. la place Tou.s
saint Louverture, a la fin
des travaux,offrira le specta
cle d on vrai 3oyau, un plai
air pour les yeux, un veri-
ble lieu de promenade; en
meme temps, elle porter
une touche au visage du
quarter, Qui retrouvera sa
splendeur d'antan Tout
est prevu pour faire de ce
travail une oeuvre d'art. De
beaux jardins faits de plan
les et de fleurs d une rare
beauty; nous ne savons en
core de quelies especes elles
seront, ces fleurs; encore
moi.ns, qu'elles seront des
lllas blanes, des tib6reuses
fraliles ou des orchidrees su
perbes. Tout de meme, nous
pouvons dire qu'elles seront
des flours qui peuvent-etre
vives et gales comme le so-
lell et les gens des tro
piques.

Ies Darterres seront ver-
Ic .ants. Us seront faits d'a.n
ilazon imported. Le bdton, la
lontnine seror't remis en
Lat. Ja tout offr1ra un spec
tackle qui lan.r= nuax ins et
aux autrep II est aussi pre-
vu une stele devant rece -
voir le buste geant du Pre
mier des noirs.

En passant, signalons que
Monsieur le Magistrat JN.
PIERRE en vue d'6gayer 0.
population de cette zone, et,
a la suite d un entretien a
vec le Commandant du D6
partement Militaire du Nord,
a annonc6 qu'un concert se
ra offert sur cette place le
vendrodi de chaque semaine
par la fanfare des Forces Ar
mees d'Haiti; des banecs de
circonstance seront places
distance Ce talsant le
ga et li pour accuelllir t1'a-
Chef de l'Edilite a renoud a
vec une ancienne coutume
car jadis, la fanfare militai
re du Cap savait offrir un
concept sur cette place en
fin de semaine; ce geste eat
liable A tous Agards.

Disons que ce travail de
restauration vent en son
temps, a une epoque ou le
Jean Claudisme E; ".eut prag
matjque partout; dun prag
matisme viliflant, capable
d'insufler un sang nouveau
dans les veines et les moin
dres arteres du pays rdel.
Icit au Cap, la coQnstruction
di nquveap pont devant rem
placer 1'ancien jetA en 1896
par Hylppolite sur le bassin
sRODEAUJ est entamae, la
Fossette sera reconstruite et
amanagea. C'est consolant.
SI, comme prdvu, les tra-
vaux. dans 1'ensemble, s ex6
cutent sans failles, las mal
nes de l'Ancetre rodant au
tour de la Fossette et con
templant le nouveau pare,
pourront s'crier : C est une
magnifiquo perl, sertie
dans un collic- de Coralil.


- a.a-niia' Sd ... Mar i


C.ap-Haltler, ie 28 Mars 79
Raphap" iERNOVIuiLE, Avo
cat Aitach6 de Presse.


Supposons quo nn-" pplr
r6iltrdI Qsoen, aitndua des
oralllc r:omi' .entrB et qu'pna
(ilUlpleralt onalUea sl. t-
Marc do touti : etu. tuyanx
d'arrosage, camlon-citerne,
A 1'elat neuf. sapeurspomn.
piers tic. et qu'mn terrible
inciidle aurah ClaiIt & Oros
Mornr, dans eI haut-Artilbo
nite...

En parall cas, 11 revlen-
dralt au Commandant du
8ous-Dlstrlet milLaire local
d'alerter le seralo e des, S-
plurs-pompleii r iux .Qona-
va,e la vllle Ila plus proche,
car 13s postes de police sont
prosgue ttous iMunis d'uqe
radio translmisaion. Llri-
ter commuhtca.tiorr nest
plus iAp obstacle insurmqnta
ble. Slil se poserait -- ven
t.uellement -- un problme
route, le camion-ioteaile ou
les camions-citernes ne pour
rant pas arAiver, A deasUinp.-
tion t A, temps. C'est un faith
loglque. Prpvenir vaut mieUo
via.' 1uerir

Si le Cas sp serait pi stin
t& hans i": Bas-Artibonite, A
Lachapelle par 2xemple; le


(Sullde dalasA~re PaItt POURSIIVONS
14013RAIBWINEhI*ENPB


commandant du sous-dls- I
trictV aurqHt powr d4evoir 0'% j
letter la r, ervive .lAtnpen4ld i
St-Manrc. La route eet -ni 4
Ltrbs matuvlls d'at. en salson
pla liesa., elle est quasi-Im
palhcrblpa. C'est Iht un au
tre obFtnrael h surmonter...

A notre humble avis, nous 0
pensions que Gonalves et' St.
Marc seralent g6ographique
ment mieux places pour ds
seritr les vllles int6rieures
du D6partement de 1'Artibo '0
nite. .

SDans e cas d3s endrQits
retires oit ,a communica-
tion s'ra'.'re impossible; c'est
aux habitants de ces local
tes de se d6brouiller eux-m- i
mres d? circonscrire le feu. ,
'C'est notre fagon a nous
Ale .voir les choses. raturel-
lement, nous ne sp.,:rtons de
mander A nos jacteurs de
partager entit'.-ment notre
avis.
S'lls veuient en discuter...
leurs excellentes idWes se-
ront bien aicaeillies au Nou
velliste; cag c'es- du choa
des idde' que jaillira la lu-
miere... Encore une fots... A
bon entendeur. Salut


R. M.


eyiccAroeu ~@ca~rccc.O~ccC j


D&atiitiion




Extermination




Fumigation
nl'Rll


Protigez votre maison



centre les termites


et chauve-souris


Z-.11.11.111111. *coca= I


SE


I... r................ .. .....-. .. -- ..... ..


Contre toutes douieurs




50400-CA


1- -.


?EST CNT L


Pour voitures et camions

ACHETEZ A


LA MAISON DU PNEU


19, RUE DE L'ENTERREMENT, 19



























LES PNEUS DJNLOP


Radial, Nylon, PFlyester


DUNLOP POUR PLUS DE [ RABILITE

DUNLOP POUR PLUS D'E ONOMIE


I c11Cl


i2


~G~V~S~Z~Sr~Y~ ~'~K~%~Y//~%rCr/C//////~%r//~//////~.


~7N~'J~'//r/JrrJJ~,~%Y/~"~C~/~C/~//~/~/


#tC~k~0~/~'~3~YX103~'k~C~C~OVCIYI~'~~C// I


FT..





w-- U~ UnTTsr.I.TWP --~-dB -. MARDI 10i*T AVRIL~~3BII1C~~ 1979--1~lalD----


-AGE 6 Li -mq-.v-A--J~a--


-- f@ @W-. : -


QUAND LE MEILLEUR VA EN S'AMELIORANT


LE[ RESULTAT EST LE SUIVANT





Smaxell i

UDXL I et UDXL -11-

MAXELL LA CASSETTE LA PLUS VENDUE AUX LTATS UNIS
EST MAINTENANT EN HAITI


A LA BOITE A MUSIQUE

RAOUL DENIS

RUE PAVEE ET DELMAS


@o- -_ -------------------- -- z----- -


gfg Biographie Del Caribe


d" la ltrec pte

1 isw M ii Ila veri/c est que
pe, dant plusicurs siecles
it s lia que sc reigarldreirt
\is;tite c'ntre visage les a 1
totnlt;ncnts. te piuples de
I'Ortent et dtie IOccident;
ceux du Nord et du Sal ,se
parlaint dl'unc rive i lau-I o-
Ire. Leurs allies irreconc'ilia
bils s' t'rjitsaictt et arri-
aalient nntnte a se nonpret
ire. 11 y a plus de quatre
nmil!e (i,,i cents ans; les
I: ptltien descendirenit le
Nil et Alexandrie stir leI
Delta point d attache des
tarques sacrees devint le
entire de la navigation
rnontdi.tl. Pas a pas une
tile au nom i,.oubliable s'e
rigeait sur chaque point du
littoral. .thenes; Carthage;

lreme: Gene: Marseille; Bar
celone: Seaille; Tunis; Ve-
nise. Avec ces noms on
peut f. ire un collier. Le
fiel pendant plibsieurs sie-
cles- avec les soleils qui il-
luminaient les cheveux cha
tlins des femmes du Ti-
ticn el les etoiles que du -
in,mlrta Salambo au ours
di, ult-ime nuit de Cartha-
ge est le meme qui setend
au desstus de I Acropole
d'Athenes: au-desus des vi
ges italicunnes et des oran
crs de Valence'. Oi .vypit
dtc t u it it' les pirates et
Ies volicrs ide la Grece; les
tldats dte .Jules Cesai; les
inm r(ha,, ds ie Venise: des
piilosphe: tde's ap tres;
itt's saintst dts iomniles lIi-


bres et des eseclaves atta-
ches aux galeres. les ber-
gers descendent de la cam
pagne pour se baigner et
rinlasser des escargots. Pra
xitele fixa les acumes dans
I e mi a r b r e Dans
q u e l q u e s p o mes
on parole de lal Mer Blanclie.c
:E on appelle Mer Rouge;
Mer Noire d'autres mers qui
se detachent d'elle comme
lts doigts se detachent de
la mai,.

II arrive tide nos jours que
'on trouve des statues en-
fouies dans le sable ou
dans Li champagne ou dans
les aleatours de l'enceinte
des cites antiques. Elles ont
du tomber de leur stele en
roulant; i1 y a mille cinq
cents ou deux mille ans. II
y a dans la Mer Egee une
petite ile minuscule avec
des .rottes qui furent le re
fuoe des bandits et des poe
ten- teut etre le lieu des
redez-vous ouelque peu i-
maginaires des ieunes filles
_recques et des dieux; d'oi


naquit la mythologie. L'ilot
est volcanique. La vigne et
Polivier croissent sur ses
roches denudees lIa oi il y
a un pouce de terre. Un
jour un laboureur deracina
un arbre. Les racines mi-
rent a nu une cave; et dans
la cave se trouvait la Ve6-
nus aux bras cases. C'est
un trouvaille cria le labou
reur. Le monde repondit
que c'etait un miracle. L'i-
le de Milo devint celebre
II y cut des villes ou une
ville; Venise; qui sortit de
terre pour que ses pierres
s'enfonqassent dans les
eaux. On a compare Veni.s
h une lampe. Non la flar-
me itait dans Fair. La lain
pe ce'tait la mer elle mi--
me'. Jusqu'ou arrivait sa lu
miere violent qui se propa
geait sans ecran interpose?
Elle atteignait le monde ,

Comme chacun le sait il
arriva un jour ou cette au
tre moitie du monde fut
plonge dans I'obscurite.
L'Europe ressentit la ter-


reur superstitieuse qu'una
eclipse d6clenche chez les
sauvages. Ce fut le Moyen
Age. Certain l'ont appelo
tisge sombre. D'autres la
Nuit mystique. Tout fut
plonge dans les tenebres
pendant quelques suecles
Les hommes se refugierent
dans la fort.

Certain 'out appeal I'a-
ge sombre. D'autres la Nuit
mystique. Tout fut plongie
dans les tenebres pendant
quelques siecles. Les hom-
mes se r6fugierent dins In
fort.

On dit que cc fut un cata-
clysme. Les barbares sur-
vinrent. Tandis que s'ktel-
gnait la voix rauque d'Atti
la-le geant barbu analpha-
bet- on vit naitre le monas
there; la net des eglises go-
thiques qui flotte dans la
penombre des vitraux de sa
rose. Des auteurs se demon
dent si on peut appeler obs
curantiste une epoque oil
la mystique connut des ins
tants de la plus sublime e-
levation; une epoque ou
S'homme s'ivertua i pine-
trer dans la demeure du
Seigneur i force de. sainte-
tU. Mais ceci n'est pas le
point important. 11 est evi-
dent que quand, .le .monde
s' eloigne de la Mediterra-
nec pour s'enfoncer dans
les bois; il donne dos A la
clarte du soleil. L'ombrP
des pins tend son voile
sur la lampe merveilleuse.
Le contrast a du etre


Programme du




I Shoogar Combo



Lundi 9 Avril


Shoogar Combo au Lambi Adm. $ 1.00


Mercredi 11 Avril


Shoogar Combo au Carroussel Disco plus un Show special de

14 dominicaines Adm. $ 2.00


Jeudi 12 Avril

Shoogar Combo an Disco Chez Michelle Scotch Club Sp6cial Jeudi Soir


Samedi 14 Avril


3 h 30 P.M. -- 7 h P.M. ((Transit CocktaiL, au Lambi Adm. $ 1.00


Samedi 14 Avril en soiree


EN SOkREE Four la premiere fois Shopear Combo au Coros Disco

Carrefour Adm. $ 2.00


Dimanche 15 Avril:


A Partir de 10 h A.M. Grand Cink Festival a Chrytal Cine a Carrefour.

Une invitation a tous les launes 11 y aura aussi la participation de Tika

Adm. 4 gourdes


Dimanche (Soir) 15 Avril:


Soiree special au Lambi Night Club oil Le Shooear Combo


vous promet une soiree merveilleuse Admi. $ 2.00
3


violent. La vieille Rome 6-
tait fulgurante. La foule s'6
tait groupie; faisant plu-
sieurs heures d'attente pour
entrer au Cirque oif les bal
lerines d'Espagne; les lut-
teurs d'Afrique; les comi-
ques de partout faisaient
oublier les petits problems
de la vie quotidienne. Avec
un sou on passait une jour
nte' entire dans les Ther-
mes. Les eaux tiddies dans
les etuves impregnaient les
corps d'une agreable sensa-
tion de langue'ur. II y avait
pour tors des banes propi-
ces a la camaderie et au-
tour il y avait des statues
et t'on voyait les corps agi
les et flexible des femmes
jouant a la pelote. Rome a
vait plus d'un million d'ha
bitants. C'etait une ville
immense et plane; avec des
palais bien implants sur
des pierres destinies i du-
rer plusieurs siecles. La vie
faite de politique et de jeux
6tait intense et les vieilles
families come les pierres
du Forum semblaient itre
le centre du monde. Mais
les barhares arrivent. Ils
sont d6j dans Rome. On
entend le cor d'alaric et le
sabot du Goth qui r6sonne
comme aurait fait un trou
peau de bitail. Les gens coa
tinuent a caller au Cirque:
aux bains; au Sinat et au
Forum; Cela semble etre le
comble de l'insolence; de
la b6tise et de la folie. A-
laric resserre son etreinte.
On commerce h avoir faim.
Les greniers des riches se
vident. Ce nest pas assez;
la peste fa-t son appari-
tion.

II n'y a pas de place pour
inhumer des amas de cada
vres. 11 n'y a personne pour
jeter de la terre dans les
tosses ou les moribonds se
convulsent avec leurs corps
en decomposition. II n'y a
aucune force capable de re
sister i la puissance' de ces
giants don't la tete est aus
si dure que la pierre. On
decide de recourir a la cle
mence.

Bazile; Senateur Espagnol:
fut charge de la pinible
mission d'avoir use entre-
vie avec ie roi des Goths.
Jean; un tribune qui avait
I'habitude de negotiations
et qui entretenait des rela-
tions amicales avec les
Goths I'accompagnait. Arri
v6s sous la tente du Prince;
faisaut centre mauvaise for
tune; bon coeur; ils lui di
rent avec une fanfaronnade
exageree: Seigneur nous ve
nons vous faire une propo
s tion honorable; si nous
n'obtenons pas satisfaction;
nous ferons sonner la trom
pette pour que le people
pousse par le desespoir se
souleve en masse et fasse
valoir ses droits. Le barba-
re r6pondit! Plus le foin
est resserr6 plus facile' est
la moisson. II n'y avait rien
i faire. Les parlementaires
mettent bas les armes. Que
demand le Roi- Tout F'or
et tout t'argent de la ville;
toutes les richesess mobili
res; tons les esclaves. Si ce
sont lai vos demands 0
sont las vos demands o
Roi; que nous restera-t-il ai
nous? Vos vies. Ce n'est
pas une gin6rositi dirisoire
et sa replique est pleine de
superbe. II la leur jqtte i
la face come on jette un
dernier os ia un chien. Et
ceci n'est que la premiere
scine du premier acte. Ro-
me va lentement a la rui-
ne. Ses palais s'enfoncent
dans le sol; ensevelis sous
un manteau de detritus.
LoEmpire est rayi de la car
te. Le Monde oublie Ta Mer
Mediterrance. Le regne de
la Fort Noire commence.
Li, siecle plus tard la lam-
pe recommencera it respleni
dir une fois de plus. Cest
le retour a la Mer Greco
Latino. Au debut; dans le


crepitement des croisades;
elle ',e parait etre qu'une,
tremblante flamme mysti-
que alimentee dans un va-
se de pauvre par I'huile
des olives italiennes. Mats
Aorenavant la leur va tout ba
layer et s'avancer avec la
rapidity d'un incendie pour
envahir les cieux une nou-
velle fois; p6nctrer ai tra-
vers le monde; dituder les
femmes dans l enthousias-
me exuberant d'une fete
paienne. Une caravane de
toiles blanches se detachent
des villes qui renaissent !
Ce sont des voiliers qui
vont ik la conqufte de Je-
rusalem d'abord; pour rap-
porter ensuite du girofle;
du piment; de la soie; des
tapis; des poignards. Peu
a peu resonnent des noms
que l'6eho va amplifier
dans le vieil amphitheatre:
Gene; Pise; Naples; Venise.

Nul n'a peint la scene
aussi parfaitement qu'Ale
xandre Boticelli. Pour lui
c'est le retour de la vierge
grecque sur la cote italien-
ne. La diesse nue; sans pa
rure; confiant ev sa seule
beauty s'avance ici nous re
trouvons une nouvelle fois
'esprit des vieux poemes.
L'air tide l'en-eloppe et
met une teinte dorie sur sa
chevelure. Le vent secoue
le feuillage des arbres qui
laissent bomber leurs fleurs
come des oiseaux. Elle
ost encore dans la mer; ses
pieds s'appuiewt sur la ere
te d'un coquillage qui res-
semble in une rose sur une
vague. Une fois de plus el-
le foulera la terre italienne.
Elle est toute grace et tou
ie. spontaneity: ses mains
jouent avec deux colombes
qui sont sur le point de
s'eveiller et de prendre leur
vol. Boticelli comment 'une
erreur ou plutot l'erreur a
etc commise par ceux-la
qui penserent que ce ta-
bleau representait la nais-
samcc de Venus. C'est tout
simplement la Renaissance
Cette peinture de la M6di-
terranee coincide avec la
dicouverte de la Mer Carai
be. En Italic on est ka la
derniere scene du drame;
Ia has en Amerique le ri-
deau vient i peite de se le
ver. C'est en 1492; l'annie
ou meurt Laurent le Magni
fique; que Colomb arrive
aux miles Guahani. Qut
voient ses hommes du pont
des trois caravelles? Des In
diennes de couleur cuivree
qui craintivement se mon-
trent i travers la fo-
ret dechevelee. La Ve-
nus caraibeenne s'en va
nue comme Dieu l'a mise
a u m o n d e d es
cheveux couleur de jais
comme s'ils avaient iti ba-
digeonnes de goudron tom-
bent sur ses epaules Les en
fants juchis tris haut dans
les feuillages se confondent
avec les singes et dialo-
guent avec les perroquets.
Au fur et A measure que pas
se la surprise; les Indiens
s'enhardissent. Ils veulent
voir les visages barbus des
Europiens. Us sautent sur
les flots commae des, cava-
liers sur des poulains qui
ne seraient que des troncs
d'arbres. Le rire decouvre
sur ces large visages sauva
ges; des dents blanches at
toutes pareilles avec des
yeux nolrs et malicieux.

Ces caraibes ont leurs coo
tumes. A la guerre I'euneml
qui succombe; est coupe en
morceaux; assassoni et ap-
port6 au rotissoire. Les jam
bes suspendues dans la ca-
bane pendent comme des
jambons fumes. Les vieux
pour fumer se rassemblent
sous des avant tolls faits
de branches de palmers a-
fin d'eviter I'ardeur du so-
leil. Dans des chaudieres en
terre cuite ls bralent des
feuilles don't ils aspirent la
fumee qu'il rejettent par


les narines. Les jours de
fMte ils ornent de plumes
leurs tetes et barbouillent
leurs corps de rouge avec
du roucou. Ils portent des
colliers faits avec des os;
des dents; des cones de be
tes sauvages; des coquilles
d'escargots. Ils mangent des
Vers et d'autres saletes. Its
ort les moeurs libres et
n'ont aucune decence. Ca-
raibe veut dire Indien bra-
ve. CVest un cri de guerre
qui recouvre la fort ameri
caine comme le venin ap-
plique sur l'aiguillon des
fleches. De mime la mer.
Le vent de iouragan soule-
ve les vagues qui ressem-
blent i des montagnes qui
bougent. II les renvoie con
tre la plage; les pousse a
l'interieur des terres fai-
sant voler en eclats les ar-
bres. Apres une tourmente
les branches de la fort flot
tent dans le tourbillon des
eaux comme les planches
d'une goelette detruite.

II y a des requins dans la
mer. Dans les marais les
Caimans se vautrent dans
la boue. Dans leurs cabanes
les Indiens engraissent des
animaux de plusieurs em-
pans de longueur; moitie le
zard; moitie serpent; ce
sont des iguames. L'or et le
sable sont entremeles dlans
le lit de riviires. Les indige
nes echangent de For pour
de la verroterie. Un grelot;
un miroir leur font perdre
la tete. II paraissent telle-
ment sauvages que les Espa
gnols racontest A leur su-
jet des choses fantastiques.
Certaines peuplades ont u-
ne, queue comme des
chiens; d'autres ont des o-
reilles si longues qu'elles
touchent terre.
Daus cette, parties du mon
de; il y eaut dans le pass
et jusqu'a iL'arrivee des I-
pagnols des villes populeu-
ses avec de. grands tem-
ples et des palais. Toutes
t se trouvaient i 1'interieur
du Continent; au sonunet
des montagnes. La mer e-
tait tout pour les grecs;
pour les Catharginois; pour
les Romains. Pour les Azte-
ques; les Incas ou chib-
chas; c'etait la montagne.
Aucune de sos grandes na-
tions na eu de ports; ,'a
0 connu de flotte; les yeux
de leurs rois nont jamais
suivi d'un regard reveur


une voile voltigeant sur les
flots. A l'intirieur; les ter-
res etaient douces; fertiles
et accueillantes. La cote ca
raibeenne etait brulee par le
soleil; devastee par les ou
ragans. Sur le plateau il
suffisait de toucher a la ter
re pour produire des cerea-
les. C'est ainsi que naquit
et prosper I'agriculture.
En has dans les miles il suffi
salt pour vivre de jeter I'ha
mecon is la mer; de cueillir
les fruits des arbres et d'al
lumer les feuilles de tabac.
Nos vieilles nations reste-
rent enfermdes dans leurs
chateaux de pierre. Elles
naquirent; prosperent et
meme disparurest sans rien
savoir les uves des autres.
Le people qui sur les boards
du lac Titicaca equarissait;
en frolant presque les nua-
ges; les enormes monoli-
thes de Tiahuanaco ne sut
jamais que les Mayas de-
ployaient un effort analo-
gue en un autre point de
I'hemisphere pour clever
leurs pyramides. L'Inca dia
loguait avec le soleil. L'As-
teque dialoguait avec le so
leil. I1 n'y eut pas une mer
commune qui aurait facili-
te la rencontre de ces peu
pies. II1 n'y eut pas de ter
rain propice a ces changes
d'id6es; a ces chocs fecon-
danTs pour I'humanite et
qui elargissent les horizons
de intelligence.

Quand la population deve
nait trop dense; les habi-
tants des iles prenaient le
large dans leurs canots a
la recherche de I'embouchu
re des fleuves! Ces che-
miss qui conduisaient aux
villes interieures aux mon-
tagnes. Des peuplades entie
res abandonnerent les An-
tilles; de la Mer.
Quand arriv ret les navi
res de Colomb la Caraibe
devint subitemet la croi-
sce de tous les chemnins.
Pour la premiere fois les
peuples dde cet hemisphere
se regardirent; ils virent
leurs visages et ils virent
les visages du monde en-
tier. D'Europe arriverent
ceux qui veaient pour ecri
re leur histoire; pour jeter
au vent une poesie nouvel-
le. La Caraibe commenca
a prendre de l'importance
et devint la Mer du Nou-
veau Monde.
(A suivre)


MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ-LA FAITES LA

PLANIFICATION FAMILIALE !


MOSQUITO COUL

Pour ceux qui n'ont pas

d'electricite

En camping, en vacances,

les spirales L opard tuent
i s moustiques sans pardon
Dominique Bailly

et Co Distributeur Tel. 2.0021

En vente partout

-Acc:


P9OQwWw6w~ ------------- ----


~3aPL*~-arr~c~L~K~s~A3~~


rrr,/rrrr~crZ_)~J~%%7JCr~/~'~/N~C~/U-


T Me TISTTIRT.T.TTB


"'


MAMtI 10 AvREL 1979







.... .... ....... ... ... .. .- .


MARDI 10 AVRIL 1979



ANNONCES RROUPEES -


'AlFE MOCKA
V.CONOMIQUII
IrT VPIATIQQUE






Ixactepiept eq qull -,.oi
ihaut pour anet ncer niaturel
element votre self


REBO
irFNEZ iUN BON DEPART
AVlLU UN LION CA.-E ..




SUPER

MARKET

SERVICE

Tout poir moin-er un mar
;,et i ir," lpicerie 232 La
: 2-3792






Ppur vos products alimen
taires pour votre hygiene
personnel pour I'entre
Scrn de votre Maison
Y\res POITEVIEN agent
1,1 : 2-3792





nus ne 400 nroduits ali-
clentaires a votre choix.
LAD TRADING
DII'TRC3UTEURS
lue te 1 'Entrerrement
Tel. : 2-3727


NL TRAMENT

J, s .sportifs. (Itudiants. hom
mr'. actifs boivent NUTRA
NIMZ'T la boisson de Sante
NAN POIN GRO NEG SAN
NT"IZAMENT









IES PI'rI,ICITES ROSSARD
IEtage I:neha
Maillo 's ,mprimis
'Cration pu blicitaire -
I'l in de ville i'anneaux
P'list ficaton Cadeaux
d IEntreprise ..


MI('ILEl P11 Z'RAK No
2t1 (iandl' tiie on Ic client
est Rni.
Challi,, Voile de Cotton
- lroderie Nepped -
Tropical Tons les T ssus 78







a e




5 OHATRA



Transports G(neraux P.
0. lox 73,. Port-au-Prince
1 El,. 2 (0 3





SERGE S. GAILLARD
AGcNT GENERAL .
3P, Rue-du MoinallF T6i 2 3131
',,_ n au.Prr.ce. Hat a i

L'Europe on I'Amrrique du
Sud y a Santo Domingo et
San Juan.











CENTRE DES
ARTS MARTIAUX
Club d2 Karatd Japonals
pour votre plein dpanouiss
ment physique, mental e
spiritual ISENSEI, Maltri
H6nock Lerclus lArtflle a ls
California Karate Acadeam
10889 Blaney Ave Cupertini
Ph. 253.4044;. Local Tur
geau 41.


t
e
t
a
y
o


AGENT EXCLUSIP
POUR IIAIT'
SONAV'oA
T61. : 2-08. )3
~ --


Lunettes ie lhaute qualitO
optiques et solaires en ex
clusivit6 che; J. M. Maxime
Celestin opt:cien diploma 98,
Chemin dels Dal',es
T61. : 2-5615










rOTOTA
La marque viable, robuste
e6lgante, la Marque que
choisissent les gens senses.
HIlNOTO S. A. Rue Pavke
Tel. : 2-03'-J


D. P. Express
AMUSEZ- OUS BIEN
PWUR REUSSIR
VOS SOIREES
P1ONE : 2-3497 7-1632

CENTER





Si vous payez c1nq dollars
le Disque Haitl en c'est que
vous ne I'avez pas achet6 &
la Rosenthal
126 Rue Pavee

TOUT A GOGO
Disques et cassettes enre-
gistrees Radios et coubines
materiel Electr'que arti-
cles pour cadeaux, repro -
duction de clefs
9, Rue Pavee
Tel. : 2-3439







"CARNAVALk
Si vous souhaitez avoir le
diable anu corps. 1,aites
v to de s .uter jusju'a Mini-
Records.

DISCOTHEQUE
Carroussel D sco Club
une saine et agrfable d6ten
ConferenceE.
te tous les soirs.
Entree gratuite en semaine
Prix democratique pour ia
consommation

DANSEZ BIEN
EN APPRENANT








Les danses monda nes : Sal
sa, Disco, tango, mdringut
etc... a Cabanie Choucouni
et -a illotel le Palace er
Ville
Iloraire lastijue
Appelez Harry Policart
au 2-1389 7-2010 2-334.


Plastique en 45", 54", et
72" de larga pour table et
rideaux, serviettes de bain
supbrieur, crtide georgette
et minicare blanc.
Rue du Magisin de 1'Etat
- 89.

AU PETIT BATTEAU
Angle rues de la R1union
et Pavee, D6po0qlaire de la
marque de tampons Tam -
pax c Ills en fer Mate
las imports vatements -
soqs-vetements lingerie de
qual!t6 -


KID POWER ATIMAT
AiiSOIAeiA bal Vente l-"ra0'v 9
,So, s-V6teAnenStl I Mal ts BATIMAT DISTRIBU 'Ii
I)E ILA MARQUE IFORMIiCA
SPENCERS Itie du equal 77
-


LAYETTES

KANTWET

LITS PAGCS












Grand Rue en face BATA







Tout ce qui fait la d ffT-
rence entire une femme nor
male et une femme 61egan
te 39 Rue des Miracles

RODOLPIHE RUSSO
Optique. Bijouterie, Ilorlo
gerie, Argenter e La Qua
lite sans le Prix c'est toute
'a difference .
66, Rue Bonne Foi Tel. :
2-1567


4Qualitex


I, MAISON DES
PRODUCTS DE QUAILITE
Port-au-Prince. Tel. : 2-3132
Peton-Ville T61e. : 7-0082.






266 L4alue Til. : 2-0737
Sipvs-%4llemnls pour ar.
connel elt llelles chaus-
el.lce et demi-bas Artl
cle pour Bche Prix spe-
cial.


ROLACO
',rence 'immobillre
1C' Ll1ue
Bail Iifirpation Ue....
Ielihoiie' : 2-5735

JOLIESSE
SALON bE BEAUTE
156, Rue des Miracles, 1-0
(Entre des iues Mon'alais
et Geffrard)
P-hoto Chlapplnii 142 Rue
Docteur Aubry, Port-au-Prin,
ce, Haiti.
Photographies en tous gen-
res Reportages Mariages
Receptions N'-r et Blanc
ou Couleurs.

COLLEGE NELSON
DE PORT-AU-PRINCE
Pour une meileure form
tion intellectuelle et mora-
le. Tous ceux qul veulpnt
reussir'du premier coup aux
examens du Bac se rendent
directement au Collfge Nel-
son de Port-au-Prince.
BOIS-VERNA


A Silhouette
V87, BouWdon
Vous trouverez : 'blouses -
T. Shirts Foulards-Maro-
quinerle, en cuir seulement.
Passed nous voir yous ne
serez pas d6cu.

Arcadet
87- Bouordon
Pour oas ,pe itscadeaux et
les grands aussi; cadeaux
raffines qui classent celui
ou celle qui les choisit.

CUKAKO Club de Karate
Corecn pour votre plein
epanouissement physique -
Mental et Spirituel Profes
seur M. L6o Cartrii.hlt Lo-
cal Ecole St J:an I E .an-
geliste.


Le Magasin qus transfor-
me vos enfs enfants en Petits
Bijoux) avee ses prft-I- COLOR -
porter 39 Rue des Mira- LAS
cles


Pour la confection d" vns
habits. Voyez Monsieur Ge-
rard Proph&te ( archand
Ta'lleur) Angle Rues du
People et des Miracles Nn.
121. Port-au-Prince, Haiti.


CONTROL
INSECTERAT
Exterminer rapidement
les insects et les rongeurs
chez vous contactez con
trol Insecterat 2-4991



91I1ilDONTJ
ANTI-PLAQUE)
ANTI PI AQUE
PATE DENTIFRICE
LAD TRADING
DISTRIBU rEURS
Rue de II nterrement,
frel : 2-3727

PiIARMACIE SANTA MARIA
Rue du Centre face au
Nt.uiel' ste Ex6cutipn d'or
donnances, soins, conscien-
cy professionnelle .lean Par
do pharmtaien




A i A-M


CIMENT A GOGO
La Maison Ernest Beinetl
Rue Traver'ire assure la li
vra son de votre ciment a
Domincle. Les clients peu
vent s'appro,.sionier dire<
enment a isan d6pot de 1'avt
nue J. J. Dessalines, a cot'j
du akola Moyse) onu uR
stock tres important est tou
jours maintenu pour la conr
modite des clients







MATERIEL ELECTRIQUE
Hydraulique Sanita're 33
Rue cu Qgual


Ppur de meillcures
tos Service Qaranti
heures Tout pour I'
teur et le profess onre
Rue du Centre : Tel. :

PIVERT-GUEST-HOU.S
SAINT-T. ARC
Cadre reposant ci
bres confortables toil
tndiv!duellcs IDdjeun
Soiper Prix Modf6r


MHlULTISiPU ITS,


LA QUALITY EST AU SEB
VICE DU SPORT Puma
Spalding Speedo. Maresub,
Fred Perry, Recordage de ra
quettes.
73, lalue Tfl. : 2 1991

DONNEZ VOUS
UITNE CHANCE
DAPPRENDRE
Club Croissance d'lHaiti.
Turgeau Impasse Baron
No. 22 Til. : 2-5145
Langues vivantes
Art et Artisanat
Photographie
Danse enfant et adult
Natation
Enanou 'ssement personnel
Droit usuel
Bricolage
Conseils beauty
Maquillage

COUCOUILLE
La collection 1ifitienne
qui vous propos es llvres
su'r ia lihnuis' que. la Socio
logic, la Ps)chologue. I'.'n-
Ibropologie etc .. Actuelle-
ment en Librair e : la 2ime
Edition de , prfcis de grammaire creole
compirbe. et cons'deration*
Eilino-IPsychanalvtiques sur
le Carnaval liaitieno.

Avis $au
Inoatnieurs
Tous types de rermeturet
roulantes m6tallkiqus 'de i
reti TURIN, ITALIE -
Gtilles' articuldes extenal
bles
Rideaux m6talliques avec
ou sans marpvelle Epals-
seur": 10-10; 12-10; 15-10
Haiti Franco Douane : 60
-Portes gllssantes metalli-
ques etc...
Delai de livraison CIF
jourS
S'adresser au Macasin VI
tiello Frdres 303 Blvd JJ.
Dessallnes Phone : 2-3741


ATTENTION


Los NERVURES por les ro
bes de Communion -sooi r6a
allies a L'AIGUILLE MAGI-
QUE. 125 Rue du Centre.
Voyez L'AIGUILLE MAGI-
que.4our vos Boucles Bou
tons Boutonnieres Fll a
broker Oab grini etc.
125 Rue du 'en,.re
Bloc Rues Bonne-fol 'pe des
Frons -Fprts
W $ 4-24


CINE SENEGAL

Mdi 0 h ct8hroures

EN FURIE
Enrt-e 0. 1-50 A-0o
Mercredl 6 h et 8 bres
LES 7 BERETS ROUTES


x x

.ET ILE
Mardi 6 b 30 et 8
LE CHATEAU
p 'HORREUR
Entree 'G. 1-50 et
ercredl'6 h 30 e

LA LUTTE
Entree Odes 1-0
tC


&W @m A


rVOIfEI
SAr Fraances DrnIke


MERCREDI 11 AVRIL 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIER)
Votre sentiment concern -
nant une association subit
une transformation. Les obli
gallons partag6es ouvrent la
vole a 1'intilmit. Chassez les
doutes caches.
20 AVAil n4J 20 MV/AI
(TAUREAU)
Meler les affairs au plal
sir n'amine que de modestes
gains. Coll6gues et emplo-
yes seront l'objet d intense
pressions. Controlez vos
reactions.
21 MAI AU 20 JUlb
(GEMEAUX)
Si vous essayez de career,
vous serez surprls de la pro
fondeur de votre engage -
ment. Que ceux qui sont a
votre foyer partagent vos
heures de loisir !
21 JUIN AU 22 JUILLET
( CANCER)
Que les membres de la
famille sachent ce que vous
avez en tete Votre foyer sec
ra le meilleur lieu pour r6
cevoir. Chassez la tristesse.

23 JUTT.I-T AU 22 ABOUT
*LION)
Votre parti est pris et vous
6tes d6cid4 6 ne pas le chan
ger. Faites la difference en
tre des opinions arritfes et
des convictions.
23 ABOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)


ments. Vous pou'
a un examen Inti
i1.
22 NOV. AU 21
(SAGITTAII
Possibility de
prochainement u
Les responsabilit


RANCRO CINE

Mardi 10 Mars 1979
LE8 DRAKKAR8
Mercredl 11 Mars 1979
LE3 DRAKKARB
Kx'x


2-50 3-00 CAPITOL
MARDI 10 AVRIL 1979
x MEROREDI 11 FEVRIER 79
;CIE ASSAULT
CINE PRIX UNIQUE
$ 1-00 ...
8 hres 30 12 h 2 h 4 hres 6h 8 h n:ies
10 heutes
CAPITOL II
1 2-50 MARDI 10 AVRTT 19""
t 'hres 30 MERCREDl 11 FEVRIER 79
AME]RICAN GRAFFITI
30 e 3-p0 Aant 2 h 30 Odes. 3.00
Apres ? heures 30 0. 5.00
12 h 32 h 4 heures
0 heures 8 h; 10 hres
CAPITOL III
MARDI 10 AVRIL 1979
SI MERCREDI t11 FEVRIER 79
GENERATION P-'OTEITR
Avant 2 h 30 Odes. 3-00
Apres 2 h 30 G. a.u
S12 h 15, 2 h 15. 4 h 15
Sji n R h 1.5 10 h. 15
CAPITOL IT7
MARDI 10 AVRIL 1979
MERCREDI 11 FEVRIER 79
vez proc6der DRAGON NOIR
krieur detail CONTRE TRIANGLE
D'OR
DC.. PRIX UNIQUE
RE) 1 1-00
rencontrer 1 h 45. 1 h 45 3 h 45,
in viell ami. > h 45 7 h 45 9 h 45
Its domesti- PRIX UNIQUE $ 1-00
)iq l-n j u.. x xC x x


ques ont leur pois sdans vos
besolns de contact mondain
avec autrul.

22 DEC. 6U lq JANVIER
(CAPRICORNE)
Vos teptatives pour flat-
ter autrui se retourneront
centre vous. Soyez slnc're.
Une attitude rfalitse h 1'f-
gard des finances est conseil
l6e. Changements de carrie-
re.
20 JANVIER AU 18 FEVRIEWR
(VERSEAU)

Assurez-vous de bien con-
naitre vos' resources finan-
cifres avant d'flaborer vos
projects de voyage. Des d6pla
cements faits des aujour-
d'hut risquent d etre' dange-
reux.
18 FEVRIE' AU 20 MARS
(POISSONS)

Vous avez de la peine h
'trouver vos mots, si grande
est la tension intfrieure.
Trouvez le moyen de faire
connaltre vos sentiments.
RBorganises votre structure
financilre.


SUn.souai financier, ne..0ottL.,.i YCUS ETES NBF
pas conduire 4 un comportet" AU.MURD'HUI
ment anti-social. Des idWes Vous tes attire p:
fecondes ne doivent pas de situations d'autorit6.
venir une obsession. Exami- original et tournf ve
nez quelles sont les priori- nir, l'avant-garde a
tes. vous une grande se
23 SEPT. AU 22 C :TCBRE Votre gofit pour les
Pho- BALANCES mes peut vous mener
24 Ne soyez pas prfoccupf de litique. Que votre be
arla- vous mfme au point d'igno- s6curite ne vous ei
I 1FI rer les sentiments de vos pas de developper vQ
-p094'5 colleagues. Les doutez intf- artlistique qul est c
r "urs causeront une modi- ble. Vous pouvez fou
fication dans votre attitude, contribution original
23 OCTOBRE AU 21 NOV. tirature, musique,
ham- (SCrORPION) ture et dessin. Blen
lettt's Les tres chers compren- pu'ssiez fort blen
lr dront mal votre besoln de dpns les affairs, v
vie priv6e. Assurez-vous doe "randcs possibilitls
tenir compete de leurs senti leurs.


ar des
Tres
rs 1 ave
pour
duction.
refor -
ri la po
esoin de
mpiche
tre sens
onsiddra
rnir une
e en lit
archltec
que vous
riussir
vos plus
sont all


IMPERIAL
[MPERIAL I
MARDI 10 AVRIL 1979
MERCREDI 11 FEVRIER 79
DE L'AUTRE COTE
DE MINUIT
12 h 2 h 45 5 hres 30
Entree Odes. 5-00
8 hr.es 15
Entree G 8;00
IMPERIAL II
MARDI 10 AVRIL 1979
MERCREDI 11 FEVRIER 79
LEGITIME VIOLENCE
12 h 2 h 4 hres
Gdes. 5-00
6 h, 8 h, 10 hres
Gdes. 8-00
IMPERIAL III
MARDI 10 AVRIL 1979
ANNE ET ANDY
MERCREDI 11 FEVRIER 79
LE RETOUR DU
CAPITAINE NEMO
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 5-00
6 h 8 h 10 hres
Gdes. 8-00
x x x x

CINE OLYMPIA
Mardi 12 h 2 h.. ares
6 hres 30 et 8hres 30
Entree Gdes. 1-50
KI :'G FU AUX
PHILIPPINES
Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
Entr6e Odes. 2-00
UN TUEUR DANS
LA FOULE
xxxx


D'I LUTE CINE
Mardi 7 h et 9 hres
Entr6e $ 2-50
BOBBY DEERFIELD
Mercredl 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
RAPHAEL OU LE
DEBAUCHE


heurte A une situation dcono
mique extr6mement diflct-
le, pourralt dtre actuel.e
ment en trgin de crder une
situation de panlque afin de
s'attirer des sympathies.


C.$I#%= A,


DPGE 7


- DANS NOS CINEMAS


vo homines d' affairs



Vous ferez une bonne affaire


PASS[PONT POUR
'N SEJI3U REUSS,,


HOTEL CASTELHAITI


2-06-24/2 37-77


%SFT \V"


k


Entr6e G. 2-00 2


c


MAGIC CWKR

4ardl 6 h et 8 hres
'IVRE ET LAISSER
MOURIR
Entr0e Odes. 4-00 5-00
lercredi 6 11 et 8 hres
PIRANHA
Entree Odes. 4-00 6-00
.. a 1 x

AUDITORIUM

aler'di 7 li:ures
SATURDAY NIGHT FEVER
IMercredl 7 hewres
SATURDAY NIGHT FEVER
Entree Odes. 3-Q0
Entree Gdes. 3-00
xxx



SALLE I
AU NOM DU PAPE ROI
Entr.e ; $ .1.50 et 2.00U
SALLE II '
VIRILITA
Entree 1.50 et 2.00
SALtE III
LA PRISON D'ETAT
Enitr.e $ 2.00
SALLE IY
L'EPEE ET LA CROIX
Entrie : $ 1.50


CINE LIDO

Mardi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 8 h, 10 hres
Entree G. 2-00
LA GUERRE DE
Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gde. 1-50
6 h 8 h 10 heures
Entr6e Gdes. 3-00
HERODE LE ROI CRUEL


PARAMOUNT
Mardi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes. 2-00
DRAGON NOIR CONTRE
DRAGON ROUGE
6 h 8 h 10 hres
Entrfe Gdes. 3-00
Mercredi 12 h 2 h 4 hreo-
Entree Gdes. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 3-00
SIMON LE PECHEUR
xxxx


Rex Theiatre

Mardi 12 2 4 6 8 10 hres
Avant 5 hres Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree Gdes. 3-00 et 5-00
Mercredi 12 2 4 6 8 10 hres
DANCE MV LOVE
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
E, Partir de 5 heures
Entre- Odei: 3-00 et 5-00


L'INSTITUT
FRKNCAIS

ACTIVITIES
CULTURELLES
Mardi 10 20 heures
THEATRE : Le Centre d-
matlque franco-haitien pn.)
senate :
theftrale du Manteaus de
Nicolas Gogol, avec Monique
Boy, Christian Raccurt. Da
niel Marcel.n, Jacques De
nis et Jean Paul Micouleau
EntrIe : Etudlants : 5 gdes


La Grenade sur le
pied de guerre
apres l'annonce de
menaces
d'invasion

SAINT GEORGE'S
(LA GRENADE), (AFP)
L'Ile de la Grenade a 64
mise sur le pied de guerre
a la suite de rumeurs fai-
sant 6tat d'une menace din
evasion conduite par 1 ancient
Premier Ministre de 1'Ile,
Sir Eric Gairy.
Le nouveau Premler Minis
tre. Monsieur Baurice Bis -
hop, qui a renvers6 Sir Eric,
U y a 28 jours, et pris la
iete d'un gouvernement re-
volutionnaire, a une nouvel
le fols Lundi mentionne cet
te menace, expliquant qu'il
avait fait appel a la Gran
de-Bretagne, aux Etats-Unis,
au Canada et au Venezul1a
pour obtenir une assistance
millitalire 'technique permet
tant a la petite lie Caraibe
de 102.000 habitants de re-
pousser une fventuelle inva
slon.
Monsieur Bishop a rait cet
je dfciTatjon au course d'ui
meellrg organs dans le
village de sauteurs aill.
non loin de la capltale.
Sir Eric, qul avalt disparu
aux Etats-Unia depuls le 13
Mars seralt, selon les nou-
velles autoritfs de Saint
George's en train de recru-
ter des mercenalres pour re
prendre le pouvoir et, selon
diverses sources, se trouve-
ralt dans lile Caralbe de
SaLnte Luoce.
Selon certaains observe -
teurs a la Grenade. le nop
veau Gouvernement. qui so


...._ ....









MARDI 10 APRIL 1979


fihA


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midl 2 heores 4 heures (an permanence) 6 heures ?o et 8 heures to

CE SOIR


S$1.50 et 2.00
Au non du Pape Roi
0

La Guerilla en Amerique Latine


(Suite de Ia lore page)

de rnilseignemen ts coloml-
b11:us s'est rmemel recemmlnent
altoultee ia cette lisle pour-
Iint deja linposant.e d'organt
Stations subservlves les for
Ca's unllies revoluitlonnalres".

La lutte enlir ces oirgani
s.Atlions do guerilla et les
Forces ArmoceOsos sans pl-
l.o (cilinile in I enoiglncant les
daclals,. cioiSnu srutilenim(nti la
msiiaaIe dirnla .r a Bodoto,
d in .i'UiNah g l l.uraclU le
SJillV lr dvli'lllI ('r lilre UillJ
pil !' lll Il h iltl ; 1 ;: I t Ill
aI'liiinaiidi d,^-. Forces Ar-
11ee'.S 0C1viiluliillnalire. de Ce
I(nilbleo a 16l k.ins de Ul a
itah.lc
Bitla dc l ingaglnieilil .


sept, mort parnrmi iles for-
ces de 1 ordre don't deux sol
dats bless6s brfills Vils :;e
Ion les revelations d un gu6
rillero du movement par
les insurges. Tant que subsis
tera l'injus(ice social et
que 1 on continuera d a aten
ter centre les liberties Din
niocratiques, la guerilla con
tinuera, a declare Vendredi
'un des leaders du M-19 a
vanLt do se rfugier A 1 Am-
bassads du Mex.:u. Bon
nombre d'observateurs se de
mandent neajimolns sl 1 une
des premnieres consequences
do la guerilla colombienne
n risiquC pas d ctre la des
tabilisation des lnsL lotins
Democralques rmal armies
pour eteilindre ces foyers de
VliOlence.


LE NOUVELLISTE
QCOTIDIIEN FONDE EN 1896

PROPRIFTAIRES : PIERRE CHAUVET

ET MAX CII.1UVI:T

DIRECTEU'R : LUCIEN MONTHS

ADMINIS'TRATEUR : Mme. iMAX CHAUVLT






CONCERT PRO MUSIC
AU PROFIT DE
L ASSOCIATION HAITIENNE DE PEDIATRIE

Ouvres de Pachelbel. Albinoni. Haydn. Merceron
Concerto pour 3 Plinos et Orchestre de J.S. Bach

Solisles s
MICHELINE LAUDUN DENIS
SERGE VILLEDROUIN
FERELE LAGUERRE

Direction
FR;ITZ BI': I.AMIN

IN:;'ITUT FRAN(AIS JI-,'DI a12 AVRIlL 8 II. P.M.
S311 ; en vlit i la; .13)lc a Mu "t ial, Rue Pavee
A(dlius:,i)n S ..0() 0

*.r-/-.r-, //.,- ooo -^os.Jj e/s.s/.o.i., ooc- so.ic- c?


Pour vos

AVEC VOUS, C


DI(



vous son envo

SMne. Nada
ESTHETICIEN;NLE DIPLOIV
QUILLAGE PERSONNALISE
TRA"TONS.

Pour 4 iouri

Du 9 a
Mme. NADA JOYAUX SE
TION EN EXCLUSIVITE C

Fouad N

PAR PRUDENCE, TELE
POUR PRENDRE RENDEZ-

Bvld Jean-Jac


Paques,

ETTE ANKEE


)R

ipres de

yee special

Joyaux

IEE EXPERT EN MA-
E, CONSEILS, DEMONS-


s seul

au 14 A
ERA A VC
HEZ



PHONEZ
-VOUS A

;ques


ement

Avril
OTRE DISPOSI-



rra

A L'AVANCE
U 2-2389. 8

Dessalines


SALLE II $1.50 et 2.00
Virilita


SALLE III $ 2.00

La ralson d'Etat


LOS ANGELES (AFP)
La longue attente a pris
fin a Los Angles. Les 516me
Oscars de 1 Academie des
Arts et des Sciences cinema
to.raphiques ont ete decer-
nies et le grand vainqueur en
.st le film de Michael Cimi-
no oT he Deer Hunters (Vo-
vage au Bout de i'Enfer).
,Irhe Deer Hunter) est l3
film qui a requ le plus grand
nombre d'Oscars. Outre ce-
lui do meilleur film et du
moilleur realisateur, cette
hisloire de trois jeunes ou-
vncers slderurgistcs de Penn
sylvanie confronts a t'hor
rcur de la guerre et de la
captivite, a recolte ceux de
meilleur ralisa.teur, meilleu
re prise de son, meilleur mon
stage, et meilleur second r6le
masculine.
La bataille pour le plus
grand nombre d'Oscars n'a
cependamn pas eu lieu entire
les combatants que la pro
session attendait. En effet
de Ilavis de tous, cltte cu-
vee devait voir s'aflronter
le lilm de Michael Cimino
et celui de Warren B-alty
,Heaven can Waits aLe Pa
radis peot Attendre), qui to
talisaient tous deux nmuf
nluminations. Cc fult Co-
ming Home,> aRetour) no-
tamment Oscar du meilleur
sciiario original, 0e Hal Ash
by qui int ravir Ln ,Heaven
call Wait,, les recoamprses
laissees par (,The Deer Hun
ter.

Pour ia troisieme annie
consecutive, un film fran-
gais a ete consacre par Hol
lywood. En effect apres aNoir
et Blanc en couleur, en
1977 et c est ce film de Bertrand
Bher (Preparez vos Mou-
choirs, qui a reQu l'Oscar
du meilleur film ,trang-r.
La fils de l'acteur Bernard
Blier a eoe chaleureusement
apolaudi lorsqu'il est mont6
z.1r lIa seen pour troe brie-
vcment remercier l'assistan
ce en francais.

Lo a cre(rUOlnie s'est ouver-
ile n debut d soiree au Mu
sit Creter de Los Angeles,
devant leut Il snetalent mas-
seams das milliers de person-
i(s. La douzaiice de mani-
fn'smants qu entlendaient pro
tester conire le character ,
<.a Ioai etix altli-vilt amlen
' racite de qThac Der tHun
,ra,. cst ainsi passe relati-
vaanial inapter(lue au lmilieu
rl acclamations des fans at
te00s des sIar.s : Gary Grant,
Gregory Peck, Sir Laurence
Olivier, John Wayne, Lau-
recn Bacall, Audrey Helpburn
', Raquael Welch, nutaim-

La soiree a etl l'occasion
pour la profession de remer
cier le legendaire comedian
brtannique Lauronce Oli-
vier, a qui a 6te dfcerne un
Oscar special pour l'ensem-
ble de oa carerlr c et qui a
declare emu c'est sune bell'-
ftoile brilliant dans le firma
ment de la genfrosile de vo
Ire naLion,.

En recevant son Oscar
pour son interpretation dans
qComing Hom'2s, Jane Fon-
da a une lois de plus sur-
pris en traduisant simulta
nement dans le language des
sourds-muets la premiere
par e de sas remerciements.

Aucun incident n'est ce-
pendant venu trouble 1or-
donnance de la soiree don't
Ie maitre de cremonie I-
tail le celebre prfsentateur
de la television amnricaine,
Johnny Carson.


SALLE IV $1.50

L'Ep6e et la Croib


Le choix de l'Acaddmle
semble marquer un tournant E
dans la perception par les ,
cinfastes amfricains de la
guerre du Vietnam. Les pre s
cedentos productions tral-1
talent, de manilre critique
ou non, de l'lntervyintion a-
mdricaine dans cette region. m
Les deux grands gagnants p
des Oscars 1979, xComing HoL
meo come eThe Deer Hun
ter mettent plut6t en relief '
les traumatismes physiques 1
ou psychologiques, subls par
les soldats americalns au
Vietnam. v



Oscars :
La liste complete
LOS ANGELES (AFP) c
1
Voici la liste complete des e
Oscars 1979, ddcernfs lundl 0
soir au Music Center de Los B
Angeles :

Meilleur film : The Deer S
Hunter. (Voyage au bout de (
la nuit) I
Meilleur acteur : J o n r
Voight Coming Home (Re- s
tour).
c
Meilleure actrico : Jane
Fonda (Coming Home). I
Meilleur realisateur : Mi- r
chael Cimino (The Deer Huon
ter). I
Moilleur scenario adapta- 1
tion : Midnigh Express. r
Meilleur scenario original : r
Comng Home.
Meilleur second role femi
nin : Maggie Smith (Califor
nia Suite) (California Hotel)
Meillour second role mas-
culin : Christopher Walken ]
(The Deer Hunter). r
Meilleur film stranger :
Prfparez vos Mouchoirs (Ber S
trand Bli-2r France).
Meilleure prise de vues : T
Nestor Almendros (Days of
Heaven). m
Meilleura prise de son : Ri M
chard Portman, William Me
Caughey, Darin Knight
(The Deer Hunter). d
Meilleure adaptation music r
cale : Joe Ronzetti (Buddy 1l
Holly Story). t
Meilleure musique original
le : Giorgio Moroder (Mid- g
night Express). T
Meilleure chanson original a
I? : Paul Jabara pour Dances (Thang God It's Fri t
day). t
Meilleur montage : Peter c
Zinner (Cheeder Hunter). c
Meilleure direction artist v
que : Paul Sylbert, Edwin J
O'Donovan et George Gains d
(Heaven can Wait) (LI Clel c
peut Attendre). l
Meilleure creation de cos- a
tumes : Anthony Powel,
(Death on thl Nile) (Mort d
sur le Nil. T
Meilleui court-metrage : t
Teen Age Father. c
Meilleur documentair? : t
Scared Straight. ]
Meilleur court-metrage do
cumentaire : The Flight of v
the Gossamer Condor. (



AVIS

On trouvera la zeme edi I
lion de l'ouvrage eCulture,
Civilisation et Developpe
ment de Me. Achille Aristi- I
de dans routes les libraries 1
de la capital et de Petion-
Ville.



Raid rhodesien :
Le QG de M. Nkomo
etait vise, selon a

(Suite de In l re page) d

avions ayant particip6 a cet a
te operation sont rentros a
leur base. s:
t
Au course des cinq der-
niores semaines, 1'armde rho
dlslenne a mend une dou-
zaine de raids centre les ins
tallations des deux bran-
ches du Front Patriotique
en Zambie au Mozambique
et en Angola, dans leur cam
pagne visant a assurer la
security des elections un
accroissement sensible des
activitls militaires a li'nte-
rieur du pays a Igalement
6t6 not6 pendant cette p1-
riode.
Le raid co1tre les installs
tlons de la ZIpra pres de Lu
saka ont coinelde mardi a
vec la premiere phase des
elections generales, avec le
vote de la minorltd blanche
pour 20 des 28 sieges qul
lul sont reserves dans le
parlement de 100 membros
aux cotes des 72 elus afrl-
cains.


Par commissions de Son
Excellence le President &
Vie de la R6publique, Mon
ieur Jeau-Claude Duvallet
es nominations sulvantes
ant etd fattes :
Me. Raymond Delva corn
me Chef de Bureau en rem
placement de Me. Jean Th.
lindor flu deput6
Me. Yves Garaud, Comme
ohef du Service de Contro-
.e et des Relations Institu-
tionnelles en replace -
ment de Me. Raymond Del
*a promu.

Me. Labbe R rmy comme
Sous-Chef du Service de Con
role et d'Inspection de 1 E
at Civil en replacement
le Me. Yves Garaud promu.
Me Audatn Chrysostome
:omme Chef du Service da
a Correspondence, Pension
et Nationalit en replace
ment de Me. Jean-Claude
Bots flu depute.

Me. Elie Pierre come
Sous-Chef de Service de la
Lorrespondance. Pension et
Nationality en replace
ment de Me. Audain Chry-
ostome promu.
Monsieur Lionel Martin
comme Inspecteur-Contro -
leur de o'Etat Civil en rem
placement de Me. Labbf R6
my promu
Me Dorviyl Valsaint corn
me Inspecteur-Controleur de
a'Etat Civil en replace -
ment de Me. Elie Pierre pro
nu.



ran :
Les tribunaux
revolutionnaires
vur la defensive
TEHERAN, (AFP)
Les Tribunaux revolution-
iaires Islamiques ont naru
ulardi sur la D lfensive.
Les membres de l'une do
ces jurisdictions. le Tribunal
de Sari (Nord-Est de ThA-
an), ont d6missionne er
bloc pour protester con-
0re la limitation de leurs
pouvoirs par le nouveau ro
;lemento. De son cote, le
Tribunal-Pilote de Tehdrano
a public un ,message No-ml
uvertissant que si la dissolu
ion des Tribunaux Revolui
lonnaires etalit pronounce,
oe serait le people qui ren-
trail lui-mrme la justice re
volitionnaire sur la place
saleh (Thestre des queries
nu 8 Septembre 1978) ou ati
uimetiere de Bechte-Ara,
daut lieu de la revolution
au Sud de Teheran
La question se posalt mar
di de savoir centre qui le-z
Iribunaux se dependent. Cet
oe interrogation s'amplifia
du fail que, depuis Lundi ma
tin, aucune execution n'a eu
lIeu c Tleheran (mais plus
de dix ont eu lieu en. pro-
vince, don't trois mardi) et
que le procds des grades
mvedettes>> part devoir se
ralentir.
Selon une these, les Tribu
naux radicalisent leur atti-
tude en intensifiant en
mneme temps leurs attaques
contre l'Occident, coupable
de s rmouvoir de 1 execution
de l'ancien Premier Minls-
Lre Amir Abbas Hoveyda -
afin d'-viter au Gouverne -
ment et notamment au Pre
Mier Ministre Mehdi Bazar-
gan de s'engager dans une
action projudiciable a 1 Iran
officlel.
Mais l'annulation in ex-
tremis Mardi dune contfren
ce de press de Monsieur Ba
zargan of il devait s'atten
ire A de nombreuses ques -
tions de la press etrangere
sur ces reactions personnel
les h l'execution de Mon-
ieur Hoveyda suscite d'au
tres conclusions.
Monsieur Bazargan, qui
s'est rocemment elevl avec
vigueur centre une justice
odfshonorante,, et serait df
chiro k propos de l'affaire
Hoveyda entire son loyalis
me Musulman et revolution
naire et ses conceptions D6
mocratiques et lib-rales.
Les reactions defensives
des tribunaux pourraient,
pensent certains observa --
teurs, vouloir provenir une
action visant a restrelndra
considdrablement leurs pou
voirs ou a les soumettre e0
tli-rement au control gou-
vernemental.
L'arbltre de cetle appa -
rente confrontation sl les
fours prochalns devalent la
reveler est a Qom, ou Mon
sieur Bazargan a falt Diman
che un. aller-retour dlscret:
t'Ayatollah Ruhollak Kho-
iLotny.


C

t.~ ~


Les Oscars 79 du Cinema Au arement de ECHOS ET INFORMATIONS
la Justicebassade ORaAT IaN I


(S.uite de la lere page)

routiere auralt pu iaciliter
le respect des reglements ne
la circulation. Mais, dans
aes cas qui preoccupent, un
travail d education et de
conscientisation se reveler
d'une importance incontesta
ble.
Tout compete faith, 1 Office
d Assurance Vehicules Con-
tre Tiers (ONAVLT) gagne -
rait a patronner des emis-
sions radiophoniques special
les destinies a l'1ducation,
a la conscientisation des
chauffeurs et des pistons.
Un effect incitatif pourra
ltre tout aussi bicn recher-
che en recompensant effect
vement cela est prevu d all
leurs tous les chauffeurs
qui, dans une annee, n'ont
pas enregistre d accidents ai
leur passif.
L imprudence des pistons
parait etre le casse-tetc.
Tous les interviews se
recoupent dans leurs decla-
rations. Les pistons, alfir -
ment-ils, marchient n impor
te comment, traversent la
voie comme ils veulent, sans
aucune attention. Par ail -
leurs, ajoutent certain
chauffeurs publics des gens
se font une habitude de s'as
soccer, a certaines heures du
soir, tout le long des acco
tements des routes asohal-
tees. Cela s'observe surtout
a I approche des villages,
.hameaux, sur toutes les
routes nationals.
Autre problem. C'est la
presence presque permanen-
te des animaux, Anes, boeufs,
chevaux, sur la route. ,La,
doivent intervenir les a
gents locaux de police qui
front comprendre hla po
pulation de leur juridiction
les risques qu'ils encourent
en se mettant le long de
la chaussee, et applique -
ront les sanctions sous les
quelles tombe, d'apr le Co
de Rural, tout proprietaire
d animaux l ches inconsidl
roment.
Partout, la solution tient
9 un seul 616ment : 1'6duca
lion et la conscientisatlon.
Tout cela peut etre renforce
par des affiches, panneaux
installs 'ad hoc sur les rou
tes naitonales, comme l'a
faith la Croix Rouge Haitien-
ne.


OIw AU IC


Cabane Choucoune

La Circulation sur tient aux
les Routes traditions
NationaleS de notre pays


C'est aussi que pour ce Sa-
medi 14 Avril veille du Di-
manche de Paques la direc
tion de notre celebre boite
de nuit organise uin grand
bal habille afin de permit
tre a nos ravissantes elegan
tes de se parer de leurs plus
beaux atouts II y aura pa
rait-il SURPRISE et distri
button de cadeaux connais
sant le bon gout de Chou-
coune que cette Soire dui
Samedi, 14 Avril sera parrmi
les mieux reussies de lap
nee.

Cette soiree sera animec
par le SCORPIO 114


Les tarifs de transport pu
bile, sur les trajets Petion-
Ville Fermathe Thomas
sin et Pdtion-Ville Kens-
coff vionnent de subir une
augmentation selon un corn
muniqu6 de press emis par
le Ministere des Affaires
Sociales. Dlsormais, lit-on,
les tariffs seront appliques
ainsi :
P6tion-Villo Ferma-
the Thomassin : G. 1,50
pour t'aller comme pour le
retour.
Petilon-Ville Ienscoff
G. 2,00 par course.
Le r6ajustement de ecs ta
rifs a etl decide h la suite
d'une intervention aupros
du Ministlre des Affaires,
d'une delegation d.s chauf
feurs falsant ces trajets. La
raison all6gue eltait l'aug-
mentation du prix de la ga
zoline.
XXXX

Au Mus6e d'Art Haitien
du College St. Pierre,M s
tiendra du 17 Avril au 5 Mal
1'exposition des oeuvres de
l'artiste amlricain Robert
Verrier. Cette exposition, or
ganisee par 1'Institut hai-
tiano americain, est place
sous le patronage de 1'Am-


bassadeur am6ricain en Hai cements de la Banque Inte:
ti, M. William B. Jones. americaine de Developpe
ment.


"X X X X

La fete de I'Agriculture
qui coincide avec celle du
Travail le ler. Mai est pla
cfe cette anne2 sous le the
me : nL'Agro industries,
Structure d'Accueil a 1'exode
rural.
XX X 1

Le Conseil National de la
Cooperation organis-ra du
15 au 21 Avril un seminaire
en gestion et comptabilltf h
'H6otel Chateau Host a Pe
lerin (Pftion-Ville).



Demain une reunion de
synthese s- tiendra au Mi-
nistere du Plan entire la
mission de programmation
de la BID et les officials du
gouvernement.

Cotte mission est charge
de selectionner les sec'eurs
vers lesquels devait etre o-
rientes 12s prochains finan


L'Institut P6dagogique N:
tional : ce qu'il est, ce qu'i
faitl tel est le theme d'un
table-ronde qui se deroule
ra domain des 7 h.30 S 'In
titut Franqats d'Haiti. Cett
table sera animee pa
Wilson Previlor, Directu
adjoint de i'IPN et Christ
phe Fauliu e Evelyne Bo
mir.



Chers Parents
N'attendez pas les dsr-o
niers momePta pour
preparer ia robe de

de lere

Communion

AU MONDE HIC

a un large choix de tis-
sus : Broderie Suisse sur
batiste et organdi, mi-
nicare en 56" de large,
crepe georgette, tergal,
voile, dacron. dentelle et
entire d ux Valenciennp.
grand assortment de
nappe, cretonne. plasi-
que, serviette 2t mous-
aiquaires.

Pour les B eb
robes, chemises. hraiss -
res et draps brodos ain-
ci que ls drnps foir-
reaux pour les grands
berceaux. moustiqualres
et autres articles

Pour la V!au
a Le savon Duvex pour
S:'aux seches.

Au ontde Chic
Vous reserve touaours le
mcme accuell.
Rue du Magasin de lE-
tat 89 Tel. 2-2612


Aux Ondes Sonores

'MME GEORGETTE DUPLESSY)
L Disquaire des Me omaines
avertis
41 I UE MACAJOUX TELEPHONE 2-3824

e'rofessionnels et Melomancs a0ert0.
Quelgues soient vos criteres de cholz
Les noms suivants representent votre garantie de
S toujours :
amplificateurs RADFORD,
GOODMANS.
ALBA.
Toarnes-Disquoe TRANSCRIPTOR,
CONNOISSEUR,
GARRARD,
Tete de lecture GOLDRING,
COSMOCORD,
Haut parleurs XOLA GE1,ES1ION
K E F,
GOODMANS
Cassettes Recorders : BIGSTON
Television QUASAR
Guitares EGMONT
Amnplificateurs et
pour guitar MARSHALL
Haut parleurs
Tape, cassettes,
vierge8 B A S.F
Calculatrices

Clectroniques SINCLAIR LITRONJIX
Quality, Imagination creatrice, perfection tecltnique
Notre rapport quality prix est imbattable.
Une visit sa notre show-Room vous en convaincra


For sheer delight...

Toblerone Switzerland's

world famous chocolate

with milk,

almonds and honey





CHOCOLATE AU LArT SUISSE AVEC AMANDES FT iEL




Chocolal obler
Kown the world over


.......--......- ..... ... -A---- .- -AI


_ r I II 31 1 II Ib II sl ~LIIIIII~Jllll~a~


111tu. 15


ilYIIMYL


-d ~~-: ~EL~d~C-~hR'Y~IODLe(b~00~5L~~~L~W)91 ILICTe~Y --- I-I------ -----YII~CYY~C~CYI~HrrrH~C-~n


~J~


^aaaaiaaeaaaea/// al//eia//oaceasaai


~Q~C1000rkVPI~;KICE~C~~


roacssroasost/.


i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs