Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10362
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 9, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10362
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

,IMPE.RFECI 411iNALJ


Biographia
lu ehbr' outivralge dul
.itilld crtlvall coloulblcin
(iI iillii Areleialltui offrons
x li'el iira t du Noilvellltle
;u 'Illi i( d' I l';,|pugnaiil IaI
I'rl lile Ie ht le inihr ilr hll
pitIIti1


Iti J.


,h h idotut, n i el'l l n ,che solt
ich' i'r di I'Espaginl
lai v'rl Ii, malis ce ni'st
j i" l il It In ('lr L e stl-
IIv, ,I cle sest Ie sleelh
1' t I sci'Ull'm nt, di I'Es
niI', iiisl.s- ailssl de I An-
ii II irl ti t' i FI, .Ill 0.
" I rn .i'lr de CeFVUU-
', ,, ,lha~esl e:r '", de Ra
I 1 i' 1 1:1 h'l1',l'ts n'avalui' t
,'lhii u o li auiparavant
,; i -,i' .It'llidetir dats los
S ., 1 0n% it i ltu'n s Et les rois
i t p: it l toaie ofle pa-
I, ot i (' lellc iurtole. Cliar
i;nt et Plulipp' II. E-
.'i li th An. ILh'ttoi 'e. Fran-
t r solint dcla s leur
1,, h ( ; ,I) 1 {o r. avet' I s
,i i 1 I ;h..t )ll i t aiiparait,
S, .i n i ; l'',au MTais
%(i1 : q ullI( Ce 0ho
d, ,. Av e la decilu-
m e1 ,i inl in le la l vit
!/ P, ID I0 U 'el l, i d mn1u-
.., i.;: de la geomen

t,, It .i'c A i partir CV



I'lI I I.iw'ni)litel'i' to{
: i.r chapitre deour


*. l n de la pla
S i; tilutlA IIrr'p a
C 1;i ,ir ]it-,' l, l M er Car:ll
S !,I ( ll l aieu l
i1. cIi; \ li til i t it'toi'nillt
S leur
:, i' t t --,, La violence a

lest
; ,u.ru> { 'I- l y le de la
C 1e I1 ny c t I pa de
; ;i- d ch v er.
C .u. -r acl roi. de pou-
S. aven
ni C. : b e V lpuc(l.
.', '/ Drake et
S, Cha-ies Ql 'int et
p' t 1'. 'Cervtain-
S. ,* hak.-.pt'are-. Las Ca
Ti -ia r dc (' LO 'Oi tu
,, rs Tout
i,' pope d.C' rimOin

li, :i d ii.,, 1Or reinl
,i c1 *. conimc F'ran-
l..'^. r'F ,>'l QU I] (*'I'tI 1"'
r 'i ; i ( n ur ile la pri



PRtiPOS D UN

!') 1 .l. II'i tATION

Leutre de M.
Gaston Turnier au
.Pefir Samedi




SI i Il.- I ,






l, A"('




N,
S ,1 (I I inim a-


( t i il r;r t l B -6U ll


li II iii 'od t li lt)172, c'
lrur jann .

i voiti dreminuant deI
it t viulii i publier cOitt .
ti !ific"I ioi a tout(s flls
,il it v 1lto s lnte de rece-
% ;(' M. D. irec tir mes s;,
111 'Ition l Ir.s m illleur cs.

OGMon TURNER
Limn Iitiilel Herird No. 15
iHoiirdn.


Certains de nies amis
rni'ot lait le grand plaisir
d'exprimrnr leur d6saccord
avec 'lliil.tiative quel 0 at pri
se d ainnioncer u droit d en
troe pour ma conference siur
I s riaiions d0Haii avec la
Pepubliurt Dominicaine, a-
lors que I ent0rie 6tait libi'e,
a la conference des proltes-
seurs dominicains Csla me
done Ioceasion d'expliquer
les rai.,ons protondes de ison
choix.
Nous vivons dans un pays
don't les droleries ont faith
reflehir plus d'un. Dans les
mills et un domaines de u'ac
tivitd national. On est pret
a payer a n'importe quel
prix meme les plus banales
des futilitds. Quant aux loi-
sirs intellectuals de qualit...
animrs souvent par des gens
soumis la pression de be-
soins aussi exigeants que l'a
chat des lives, le temps con
sacr. a la recherche, a la re
action, les visits a 1'dtran


Del Caribe
son, ninli queo Cervantus ot
Colomb.
Que d'homnmes et do fern
mens d, hUltit.o noblesse fu-
ruilt milda 6 l'aventurio don't
le entl.ro so trouvalt danas la
I,1u Caraibe. D6couvertu,
0otiquMte, pillage se lirent.
ni lhiid aivec los rois. Co-
oluib p)arle u noin do laIrS
Mayjslt.6S Catholique. bul -
ban prind lpossoasion du Pa
ellique et,eCortes du Mexi-
qtut 'tv'c li'dtendard de Char
Ih's Quint, Iawkins et Dra-
ke assaillent les ports de la
Carnibe avec lI'cusson de la
r1,i-1 Elisabeth, le pirate
Jitan Florentin semble etre
tin assocle du roi Franqois
dc France. C'cst dans la Ca
l'Libe que commence la guer
re entire l'Angleterre et 'Es,
,-agne.
Le jour of Ie vice-Rol du
Mexique fit voler en oclats
les navires des contreban-
diers anglais dans le port
de San Juan de Ulloa mar
uoe un changement dans le
course de la politique euro-
pI 'nne. Au point de vue
historique on peut regar-
der la Caraibe comme un
cihamp de bataille oft se
jouent avc les des des pira
tes le crouronnes des rois
rie 'Euirope. C'est la que les
nmarins anglais furent pro-
mis amiraux.
La luttl des rois comment

iVoir suite page 6)


NAIROBI3I (AFP

Le, autorites ougandaises
i'ont, im!l'nce lundi la mort
de quail- .lournallstes alle-
inaild, cl e suedois, allirmant
qu'11 ,s agi.ssait de 'tuatre
,liiercenaires arms et en u-
niiitIrne, e t qu'ils avaint
ete lusiltles vendredi martin
dans un 0poste de la police
ouimalndaile, apprend-on a
Nairobi.
Le Ministere ougandais
d"s Affaires Etrangeres a
adresse un message en ce
sens au Ministere Ouest-Al
lemand des Affaires Etran-
v(r -s en reponseo a sa de-
mande d'inform"tion a la
suite de la dispariltion en
Ouitanda de deux journals


ger, dans certain cas, et le
r(,ste, on croit qu'lls do-
vraient etre entierement gra
tuits. Au moment mome ot,
quel que soit le prix affi-
chel., on constate que les
restaurants, les sales de
spectacle de danse, de cin6
ma connaissent d'6tonnants
succ s de foule. Sommes-
nous en train d'ignorer que
les loisirs intellectuals qui
nous permettent de meubler
notre esprit valent plus que
leur pesant d'or. Ou alors
quel people sommes-nous ou
voulons-nous etre ?
J'ai ddji beaucoup rdfld-
chi au faith qu'en Haiti, si
on ne reagit pas serieuse-
ment, la culture, a certain
niveaux, restera bloqude
dans son panouissement en
dsvenir. L'Etat Haitien, par
example, oublie carr6ment
de faire de la culture. Corn
me on faith du football, du

(Voir suite page 2)


LUNDI 9 AVRIL 1979


FONDE EN 1891 .: LE PLUS ANCIENT QUOTIDItN DWPArT MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PREEJE


DIRECTEUR : LUCIEN MONTAS8
ADMINISTRATEUR : Mme. Max OHAUVET


OVERTURE DE LA 426. LEGISLATURE


T616phone : 2-2114 Boite Pos'Ple : 1316
Rue du Centre Nr 212


MOS R4tlexions


tes Ouest-Allemands et de
doux journalists sueduls.
Le message ne precise au
cun liam, il indique seule-
ment que oquatre mrcenai
res armes et en uniforime>
out ete captures sur la rive
du Lac Victoria et passes par
les armeis au posts de police
de Klisiogo.

A Nairobi, on rappelle que
les quatre homes Hans
Bolligner et Wolfgang Stians,
du magazine Ouest-Alle-
mands uStern,, Arne Lem-
berg e0 Karl Bergman, des
lournaux suedois Expres-
sent t - eta.ent arrives recemment
au Ke'nya pour suivre les de
veloppements du conflict ou
gandais. Ils avai tt tente de
gagner l'Ouganda par ba-
teau. Ils avaient loud une
embarcation a Kisumu, pour
ki-'nyan sur le Lac Victoria,
et en talent parties jeudi
soir. On n'avait pas eu de
nouvelles d'eux depuis.
Depuls plusicurs semaines,
de nombreux journalists se
sont installs a Nairobi ou
a Dar Es Salaam et essaient
par tous les moyens de se
rendre en Ouganda, ou pra
tiquemint aucun reporter
n'a pu se re n d re
d e p u i s le ddbut du
conflict. Les autoritls ougan
daises refusent systlmatique

(Voir suite page 8)

Depart de
I'Ambassadeur
Bover
C'est cet aprls-midi, vers
deux heures qu'ost part
pour Rome, M. HIerv6 Boyer
qui reprdsente avec prestige
notre pays aupres du Gou-
vernement Italien.
Apres un mois d'agrlables
vacancies passes en Haiti,
11 regagne son poste darls
la ville 6ternelle.


Le Deputy Victor Nevers Constant elu L'UTILITE DE LA PHILOSOPiiiE


President de la Chamble I.gislative

La 426me L6gislature s'est, sident et de la Premiere Da droits du people et d'etre
ouverte ce martin sous la pre me de la Republique, du Se fiddle a la Constitutiona.
silence nrovinsoire d Doyven cr6tair" d'Etat de l'Interleur (Art 65).


d'age des Deputds 6lus, M.
Lespinasse Jean, asslst6 de
trois autres Deputes : M.
Lui Sdnatus, Felix Luc et
Henri Francillon.
L'auditorium adventiste,
qui servait de slege A la pre
miere seance, a etl occupy
de fond en comble p. des
parents, partisans des elus
du 11 fevrier 1979. On y re-
marquait dans assistance
le Lieutenant Colonel Max
Valles, representant du Pre


et de la Ddfense Nationale.
Dr. Achille Salvant, le Pre-
sident de la Cour de Cassa
tion, Me. Fournier Fortuni.
En vertu de 'article 64
de la Constitution en vl-
gueur, les D6putes elus, qui
ont ete regroupes a travers
six Commissions ont proce-
d6 h la verification et a la
validation de leurs pouvoirs
avant de preter le serment
constitutionnel.
aJe jure de maintenir les


I EVENEMENT

Les journeys du G.A.D.N.F

iGROUPEMENT DES ASSOCIATIONS DENTAIRES FRANCOPHONES
Par Andre CANTAVF


L'evolution de la Science
Medical vers un epanouisse
nient des rapports entire les
peuples a marque de faqon
tangible ce dernier quart de
.s'ccl. Le professionnel des
temps actuels concoit cha-
quc demarche suivant les
possibllites de son environ-
nement immediat sans reje
er celle d'un autre milieu.
A la prevention d'avoir une
priority absolue dans les di
vers champs du Savoir, font
,suite 1'accumulation de coUn


Arrivee dau
President Somoza
aux Etats Unis

BROWNSVILLE -- AFP)
Le president nicaraguayen
Anastasio Somoza est arri-
ve dimanche apres-midi a
Brownsville, dans le Texas,
a board de "son bireacteur
prive, a announce la station
(w television KGBT, de la
vlsi Irontallcre americano-
tall XICalni aux EtaLs-Unis
lit(r i s'y re poser et rendre
vl.llt' a sies entrants qui font
l itrs 6tuides dan.s ce pays.
1I i : )pri'(ielS. qu il se rendralt
tit F! rit- t. ti'isr1, loU sesjour

Lc dldprl (hi pIresident. So
mIOza ])MMur ICs ELtais-Unis a-
v:l (f(c ('O IlonI Irle officlelle
nintl dlinlinchle matin a Ma
na~lll;l


fidences entire technicians
d une "neme discipline et cer
taines breches dans la dis-
cretion entourant des don
nees non encore divulguees
pour favoriser une ere de dia
logue efficace.

Par delay les tiraillements
ideologiques de tous ordres,
i'homme de science contelm
porain affirmed de plus en
plus 1'aspect rationnel de la
recherche concertee: lusti-
fif son elan spontane vers
1'analyse commune des dif
ficultes en entreprenant des
peregrinations sous des hori
zons dissemblables.
Une rencontre de Dentis-
tes francophones a Port-au-
Prince repond aux besoins
precis des changes scienti
fi.ques et cultures et de l'u
tilisation de principles g6en
raux de cooperation.
Rien d'etonnant done que
le GADEF (Groupement des
Associations Dentaires Fran
copohones ) ait choisi l'Edu
cation Sanitaire Bucco-Den-
taire come Tlhirne de ses
Deuxi.emes Journees Scienti
fiques et Ciulturlles,. Rien
de surpirenalnt noil plus que
la francophonmie a 1'heure
oft les routes liniguistique(is
devieln'nti, dav;.nttage sevO
res. decide do imn re line
sourdliei a I'envahts,.sant an
gl liIsation.
En di.spoSsantI d'une place
au GADEF et a la FDI Fe


duration Dentaire Ifaerna -
tionale, 1'Association Den
taire Haitienne par le pre-
sent evenement initie ses
Membres au realisme du Sa
voir-sans frontidres.
Malgre les difficulties que
puisse presenter 1'organisa-
tion d'une Conference inter
national par une Associa-
tion restreinte dans ses ef-
fectifs et ses capacites Ico-
nomiques, le choix de son
pays comme siege est une
caution peu negligeable con
sentie au edonner et au rece
voire dans le respect des fac
teurs de progress.

Avoir toujours quelque
chose ia apprendre des au-
tres est devenu e credo de
tout professionnel avis6.

(Voir suite page 6)


L-..aeance a Wt suspen-
due a la itAt d'une inter-
ventlon d u Dpute Andre Si
men. c-m.randant la convoca
tlion a huis clos des Deputes
I A leur sortie de la Chamin
bre de deliberation, le D6pu
11 W6bert Kersaint a solli-
citu la parole et recomman
d6 au poste de President de
la 426. Legislature, le Depu
t6 Victor Nevers Constant
deont le palmards, affirme-
t-l1 est Pun des plus bril-
lants.
Aucune objection. Et pas
d'autre candidature. Ainsi
done, le DeputL Victor Ne-

(Voir suite page 8)


Le public, percevant la
philosophic comme une dis
cipline hautement abstraite
juge qu'il ne tirera a'o-un
profit 6 1laborder. II en de-
coule que tout ce qui est in
comprehensible regoit le
nom de philosophies et que
le bon philosophy se recon
nait a son hermdtisme. Cet
te conception inexacte de
la philosophies se retrouve
aussi parmi les dleves des
classes terminales qui mal-
heureusement ont requ un
enseignement inadequat ou
h cause de lacunes n'ont
pas pu profiter d'un ensei-
gnement valuable. Pourtant
la philosophic est une disci
pllne de base dans la for-


Par Emmanuel A. BUTEAU

inculque des notions donu
l'application serait profita-
ble et L l'individu et a la
society.

PHILOSOPHIE ET REALITE
La philosophic, dit-on, e-
loigne de la realize quoti-
dienne. Pour confirmer ce
jugement on rend le plus
souvent en exempie le philo
sophe grec Thales qui, per-
du dans la contemplation
des etoiles, tombe dans un
puits et se faith ridiculiser
par une servante. En rcali-
tc, loin de fairn de la philo
sophie au sens de pure re-
flexion ou on 1'entend de
nos jours. Thales faisait de
la science astronomique qui


mation d'un individu. Elle etait clans 'Antiquite disc

JEUX OLYMPIQUES


La Selection Haitienn e
Le President a vie *m
de la Republique franchit le premier tour
fait appel M. HAITI : REP. DOMINICAINE 3-0
Antoine R, Herard


Nous apprenons de tries
bonne source que depuis le
ler. Mars, l'ex-Depute An-
toine Hdrard a det nommd
,Conseiller Special de Son
Excellence le President ia
Vie de la Republiquei.
C'est une tres belle mar
que de confiance du Chef
de I'Etat h l'endroit de l'ex-
parlementaire qui s'est tou-
jours signal par son loya-
lisme. sa fiddlit6, qualities
qui lui ont sans nul dou -
t e, value cette gran -
de distinction. Nous lui a-
dressons nos compliments.


A propose du CRJCD


Le complcxe residentiei
Jean Claude Duvalier, qui
sera construct a Delmas au
profit des bourses moyen-
nlie coutera e' "''irottn 12 mil-
tions de dollars, a-t-on indi
que de source proche de la
I)lrection Tecnitque de 1'O
NL tOltihc National du Lo-
gement
Ce project constitute un en
semble de 122 pavilions indi
viduels, dcie 134 unites de 10o
gemient I tlruis niveaux tota
lisant, 814 appartecments, a-
vec infrastructure de rou-
tes. eau potable, 6lectricitc,
spaces verts, cole, hospital
super march, cglise, ter-
rain do sports, a--oll preci
so de meme source.
I '- construction de 948 uni
tle, uadividuelles et collecti-
ves s'etendra sur une super
ficie de 24 ha 48 repartis
come suit :


aire d'eI
de circulation
equipen
et spaces v
Terrain
logenents -
Les 114
duels a uno
bass seroii
des lots de
faadce par I
fondeur. Chl
ra erige sur
cle foundation
En outre, il
- 55 unites
deux niveaul
gei et dont
de foundation
to evaluce 4
place sur u
m 50 de fa
80 de profo
23 unit

(voir


La Jamaique et I'UR


MOSCOU (AFP)
Le premier Ministre de la
Jamaique, M. Michael Man-
ley, est arrive lundi a Mos
cou pour une visit official
le de quatre jours en URSS
avec pour objectif de don
ner un nouvel elan au d6-
veloppement des relations
commercials entire les deux
pays.
On indique du c6te jamal
cain, quo les Ichanges corn



La RDA et les
Caraibes

GEORGETOWN (AFP)
publique Democratique Alle
Le gouvernement de la R6
made attache one impor-
tance considerable au ddve-
ioppemont de relations ami-
cales avec les pays des Ca
raibes, a d6clar6 samedi k
Georgetown le porte-parols
de la representation com-
nierciale de la RDA en Gua
yana.
Le porte-parole a rappel6
que la RDA venait de recon
naltre recemment }es deux
nouveaux Etats inddpen-
dants des Caraibes, la Do-
minique et Sainte Lucie, eb
11 a precisd que son gouver
nement 6tudiait le proble-
me ds la reconnaissance du
nouveau gouvernement de la
Grenade.
Ce gouvernement est diri
g6 par M. Maurice Bishop
qui a renvers6 le 13 mars
dernier le premier Mnlistre
d'alors Sir Eric Gairy.


mprise des voices
)n 5 ha
mentis collectifs


Notre Selection olympique coherent et collectif
de football a confirm& Same L'equipe haitienne a benr,
di r oir sa superiority sur 1'e fice de deux penalties pot.
quipe dominicaine qu elle a des fautes reelles mials ]ipi.
battue par 3-0 dans le deuxie mechantes de l-. defense do
me match pour les -elimina minicaine.
tires des jeux olympiques
de Moscou 1980. Ils ont ete transforms. e10
Les olympiques haitiens a premier par Gerald Romu-
vaient gagne jeudi soir le lus qui ouvrt ainst le score
premier match par 4-1. a la 36eme minute. et le
La confirmation du score deuxieme par Fritz Bobo qu
s'est aussi accompagnee d'u clotura la marque a la 81
ne repetition dans l' a peu eme minute.
prdes qui avait caracLdrise la
rencontre pr6cedente techni Entre temps, notre onze
que. C'est ia dire une selec- score 12-0) une demi ieure
tion, victorleuse certes, mais apres la reprise. Meilleu
'trls .oln de fournir un jeu apres la reprise. Mellur
joueur sur les deux reneoo
tres, le Capitaine et arrier
gauche de la Selection Olyn
L ir ai A pique d'Haiti avail alors m
anoderaire nc line offense de g. itn
dI Dodop-


verts 7 1 6U A ete grandiosement lete
is irscrves aux ]anniversaire d' M. Ri-
- 1; ha 02 d.ilph Francois. Dodophl
pavyllons indivi- pour les intimes. ancient Di
niveau imaisun rec{leur General de la Lote
it, implants sur ri de I'E'at. actuit'llcment
12 metres 50 de Consultant au Ministere de
15 n, 80 de pro- I'llnoi Illation.
aqu.' pavilion se Samedl ct dimanclhe, les
line plate forme anli" o1nt def,1e sur son ha-
sdc 71 m2 71. bitation a Lilavois, en Plal
iy aura e du Cul de uSac, pouri ll
indlviduclles a Pre.enter Iih'urs merilleurs
x inivsiulils o t voeux. En dtpit de la |pluie,
x imaison a or la surprise-parly se pruolotn
la plate forme tga au delt de initut 1e sa
i de chaque unt rled1 it replrit le lendemain
4 71 m2 80 sera lusquli' 7 hres. p.m. avec
in terrain de 13 le flot toujours renouvele
aqade par 16 m des connaissances, des inti-
ndeur. mes et des ami., venus a cha
,es individuelles que moment raviver la fte
ct manifester leur grande
suite page 5) sympathie a leur ami de
toujours, le Grand Duvalie-
riste, toujours debut sur
CSS la breche : Rudolph Fran-
IS Qois.


merciaux entire l'URSS et la
Jamaique, qui sent a l'heu-
re actuelle a un niveau trIs
bas, pourraient augmenter
'considersblement, pour at-
teindre .mmediatement 50
millions de dollars, et 120
millions en 1984.

M. Manley, qui est l'invi-
te du chef du gouvernement
soviltique, M. Alexei Kossy
guine, est le troisiems lea-
der d'un pays de langue an
glaise des caraibes a se ren
dre a Moscou, apres le Dr.
Eric Williams (Trinidad et
Tobago) et M. Linden For-
bes Burnham (Guyane).
La Pravda, en publiant
lundi martin, selon la tradi
tion, la biographic et la
photo de cet h6tfev de mar
quest, dcrit que cette visit
mitid entire les deux peu-
ples.

La Jamaique a reconnu of
ficiellement Cuba en 1972,
et elle a dtabli des relations
diplomatiques avec l'URSS
en 1976. L'ann6e suivante
une serie d'accords ont dte
signs centre les deux pays
afin de d6velopper leurs re
lations commercials ainsi
que la cooperation Iconomi
que, technique, scientifique
et culturelle.
La proximity de la cin-
qui6me conference des Na-
tions Unils sur le commer-
ce et le dlveloppement, a Ma
nille en Mai, donne une im
portanc? accrue la visit
du premier MIpistre JaM,.i-
cain, indlqu6-t-on de source
jamaicaine..


SANTO DOMI N(t' 'It

sot'r oll nstiru'I c 'i 1 A report'
de Las \Amernl'ia dtc Santiio
Doniim o illm ( Id ace l',r"
I atterrissage et' I it'.ii (d'
avions qui viennnte.I (ie piln.
(n plus iinuilbr' uxx in R I)
Le nombi e oes J uillo-
Jets. 747, DC 10) ei r()K -
heed a particulieremUen, dutI
ble a la iii de I annee :er
niere et au dlebut de cette
annce.
Par ailleurs des pourpir-
lers sont a leur point dC
conclusion ave u1ne firing


Elections bV)nicipales et provinciales

dimanche


LA HAVANE (AFP)
Les cubains voteront di-
manche pour elire leurs as
semblees municipales et pro
vinciales.
Les voir populairei, issues du
processes institutionnel corn
mened en 1972, et consa-
crees par la constitution
de 1976, seront renouvelees
pour la premiere fols.
L'Assemblee Nationale qui,
selon la Constitution, de-
tient le pouvoir supreme res
tera en place jusqu'o la fin
de I'annel prochaine.
Dans les AEoqmbldes pro-
vinciales et municipales, le
citoyen pourra influer plus
directement sur l'inefficaci-
t6 et la v6nalite des fonc-
tionnaires de 1'Administra-
tion, si 1'on en croit la press
se cubaine qui semble refl6
tlr l'opinion des dirigeants
politiques.
La loi fait obligation aux
membres des Assemblies de
rendre periodiquement des
comptes a leurs electeurs et
ceux-ci peuvent a n'impor-
te quel moment rlvoquer
leur mandate s'ils ne sont
pas satisfaits.
Plusieurs cas de destitu-
tion pour corruption de
membres des Assembldes ac
tuelles ont Itl repndus pu-
b1 cs re.eppient. L'un ,ces
darniers concern un dl16-
gue qui, avec de fausses re


solutions de son As.seinblee.
avait attribuc illec4alemeIn i
vingt-six logements, aide eni
cola par son epouse, emplo
yee du Bureau Municipal
des Logements.
Selon les observateurs, la
publication de cas de c' gen
re sert l'objectif du gouver
nement visants susciter
l'enthousiasme do la popular
tion sur les bons resultats
obtenus par un control ac
tif des bureaucrats.
Selon un rceent editorial
du quotidien du part. mas, negligence et l'indiscipline
a tous les niveaux sont
des elements qui conspirent
centre l'cfficacite qu'exige no
tre travail.
A ce propose, le journal
precise qu'en 1977. il y a eu
693 violations du reglement
ferroviaire entrainant cinq
catastrophes, 330 accidents
graves et moins graves. En
1978, il y eut, selon eGran-
ma:, 754 violations du regle
ment, quatre catastrophes
et 472 accidents moins gra-
ves.
On vote a Cuba a partir
de 16 ans. Le scrutiny est se
cret at obligatoire. La la can
didature unique n'existe pas
et il faut au moins deux can
didats pour chaque siege.
faute de maj.orit6 au pre-
mier tour, un second tour
aura lieu.


pineC de a philosophie.
Dans sa vie, Thales se reve
la tres realis- et opportu-
niste. En plat. !uant l'astro-
nomie il deot v'it certaines
lois de I'atmeophere qui lui
permirent de prevenir une
longue secheresse. Il mit en
depot un tort stLock dolives
qu'il vendit au;. prix forts
au moment de la secheres-
se. Ce nest nullement i at
titude d'un home perdu
dans les nuates. Tout hom
me. en rflechiosant pro-
fondement a un prubleme;
qu'il soil aussi materiel que la
maladie it'un parent ou la
recherche de I argentt des
loyers: perd momentane-
ntitt le cO' oact avtc 1'envi
ronic m'.'iit ;a. itl p)oit qu'lt
oullp 5.a laim 0oui{, ltend
pa:- si o I llt I na : S(ll
l' ,, ( ,il .. 1h:l des


La 'l h :'It ,;'it '"',t'loeppi

Lco 0:s', .i i .. ,!te 01
'a.n i ad t n





I L'NI'I',- :. DF ES
.Xszt'ALts. EtI Pl1L' 'ES,

I ," 8 *\' ;' tr. r odique
Li t Anoi,. '> 1Le it.i-use ,
( (r f'i'i ''it M anniver-
saire. Dirlt' avec ten.hou-
diasme et ftoi nar otri- ex-
1 cellent ami Geia:d .Maison
1 neuve. le vivant periodique
travaille a la diftui-ion des
i ontrm ation.s' ri'It't'uses. II
P cn cid appor tr unp contlr
e hution a !' 'uvre d" promo
li ton morale. spirituelle et
materelle de notre commu-
n naute.

'n En rilt;-' date Lfai.t pour
o I col0 'tere tnit. adre' son.i
d n I) c' p ii t et nos


i ) i a tI; UH n im tiI (1 it 'i1
i t ai l It iR oiil (I'llaa. i i v I Ii "


pollr 1I i lf( i : .it, i1 uii p' ii
s)tlr p i lln ',ur ., Kin Ull I,,
r.i pour ] ,aIn UiiLg mnUllt
(l' 1'ne ,uto1'ule (If : 3 kms
qlil re' ieria La Ril',ttI.i au

D l l.,, 2ll di' I I, t 'y
Depuis 25' an,. Ir^ Go)uver
n nlleI 'lll s (l{oli iali.m 111il-
cint La Romaili 'm(mtinrmt .'elt
tr{ de YatciuLng ct)min: c'en
tre de goll. dt pe'ch' ms o:'l
Vc. dce pecl-c ouis nar:ne,
de sporls nIau' iiues. Y ont
deja ete construilts ou amna
gis pluisi' ri llltels. cOtnltes
de recreation, in.st:ilatlions
portuaires dotees de poses
d amarra:oe et de facilities
(eau. elecctricite, telephone)
pour les yatIll' ; petit. mo-
Venls et "rands.i
LE JOUR DU
X X X X
JOURNALIST
HYGUEY C oest 4 Hyguey
qu'a ete grandoscment rcle
bre cette annce le Jour du
Journalist. Les ceremonies
ont commence par une mes
se solennelic chantee par le

(Voir suite page 8)

Un guide our
les etrangers
aux USA

Notre compatriot Jacques
O.DI. Michel a public un
livre intituld of America,) *A guide to fo-
reign borns>.
L'aut2ur, lit-on, a aide
beaucoup d'individus en si-
tuation irrlguliere aux Etats
Unis et pour cela a ete en
1978 traduit en justice.
Fort de son experience, il
disseque la legislation ameri
caine sur l'immigration, a-
nalyse les different aspects-
pour' guider les etrangprs
qui veulent s'6tablir aux E-
tats-Unis.
Le livre de Jacques 0. D'I.
Michel, kcrit en anglais, est
-en vente a 1'alroport inter
national Frangois Duvalier.


OUGANDA

Mort de quatre Journalistes

allemands et suedois


Nouvelles de la

Republique Dominicaim'

MODERNISATION li'), tintitr ii(' l ]i il
In, d( dTS


I E'S RELATIONS HAITIANO DOMINICAINES


Les raisons de men choix

par Toussaint DESROSIERS


"i~3EILW1~191---- -~~ -- ~


r


1,dIw C


Inauguration
batiment
DE MEDICINE
COMMUNAUTAIRE DE
L'HOPITAL DE
L'UNIVERSITE D'ETAT
D'HAITI
USICA --
Ce matin, a 10h30, a lieu
1'inaiguration du bhtlmcnt
devant abriter les services
de medecine communautaire
de I'H6pital de l'Universitd
d'Etat d'Halti.
Ce futt une c6remonie f la
quelle asslstait le Represen
tant du President Duvalier,
l'Ambassadeur des Etats U-
nis, M. William B. Jones, le
(Voir suite page 8)


Pl> I':l]At lE


volr suite page M







PAUE 2



x, Jr '1 71, (


I i1


ivnllfeite cotcn UiU,



Jeudi 12 Avril



Disco Party



et


Le Sugar Combo Show


fitree libre



Samedi 14 Avril





Saturday Night Express

avec


D. P. EXPRESS

(et

Patronne par la


Boite a Musique et Yamaha


Le talentieux organize mexicain


JUAN HERNANDO FARFAN

Entree 3.O0


SUPER


SALE


AUX


3 LALUE SUPER MARKET


A I occasion des Fetes de Paques


Du JeUdi 5 Avril au 14 Avril 1979


Pcults 95 c 79 0 ia lb


$ 1.10

89 t

24.00

6.00


99 v dz

69 91.9j

20.99

4.99


75 c 4) t3 11.I-

14.00 1a99


9.50

12.9*

4.99

4.99


2.9



5 ^
10.99

3.,


(Sulte de l6re Page)


carnaval, de, J'hOspjailtd &
bas- de couteubes deertlona.
Tout cela eit tcot utle, jo
ne le contested Ps. Mals ih
Oultura ? I'litat. a stars double
es-A-vis du fault ul'turel ds
ralsonb quela ralpon ne con
1a0 rans double Oas On dt
vifal pouiAYtItL se rrppel:r
cise npuqf VvCtps an tempps
du .Dialogue des cultures.
Comme I'a demontre la s-e-
nrle des con erenc]s pronon-
c6es par les *Dommnlcalns
mrleux favorises, en ce sens,
""que les chrcheurs haltlens.
Ce temps surprend. mal-
heureusement, beaucoup de
nos charcheurs et cricvalrs
en etat d'intirlorite ecunrio-
mique. Trop de manum:rits
Strfdis. Trop de pallers Ira-
porianls lives auc\ mites.
Trop de manuscnts dans les
UIrolrs. 11 faut done fire
quelque chosa.
Volla pourquol je pense
que la solution des proble-
mes lies a la culture dolt
ici, venir, au moins dAs le
depart, dWs derivalns et des
chercheurs eux-mimes qui,
au-dela d'un apostolat qui
jure avec les exigences das
temps modernes et qul se d6
plole sans aucun profit pour
eux, auralent Intdrtt A en-
visager des initiatives facill
tant leurs activists et sus-
ceptibles, par le fait mema,
de sauver cette partle vita
le de la culture haitienne
qui est jusqu'a present le
seul veritable secteur de
prestige de la nationality
haitienne et qui se rapporte
A la cr6ativite littiraire (ou
h la creativity tout court).
Au lie.u de s'endetter pour
publir leurs travaux ou de
les laisser jaunir dans les
cartons, on ferait mieux de
rechercher leur autofinance
ment. Cart si le public hat
tien peut payer des specta


Les excui tions
dU la rS
TEHERAN (AFP)
Entie soixante dix et qua
tre vingt personnel, collabo
rateurs de l'alcen regime
ou crihinels di oroit com-
mun, ont 6te executees oe
puis la victoire de la cRevu
lution Islamique> en Iran,
le 12 Fevrier dcrnier.
Le 16 Fevrier a I aube, qua
tre Gienraux dcle ex-Armee
Imperiale, don't le General
Nematollah Isirl, ancient
chef de la Savak police politi
que du Chah, Eurnomme le
sbourreaus, etarent passes
par les armes Quatre jour3
plaus aro, qutr.-- a trees Ge
neraux, egalement connus
pour leurs liens avec le
Chah, 6taient executes.
Nouvelle vague d'execu
tons le cinq mars: sept
Tehiran, des octli s sup,
rieurs ou des tortnonnairc.c
et une r i\ Abadan, dans le
sud du pays.
Le 7 Mars a anube, ce sont
des condanicns de Droit
common quil sont conduits
devant le pelototn t'. x&'u-
tion : six perls nies .ccu-
sbes de proxtnrw'isme et ce
olis d'e. .ll
Les cx: i.lons s sont
p ursuivit s Idlut Mars ii
un rylhmo ralenLti, jutiqu'au


Colombie :
Le ,'ociologue
eCotmmumiste
Liis Vidates
arrWt puis
relacie
BOGOTA (AFPl
Le pofte et sociologue ccm
muniste colomblen Luts Vi-
dales, 75 ans, a affirmed qu'il
avait ete maintenu les yeux
bands pendant 15 heures,
vendredi, par les services de
re -aeiE-ncni-nts de 1'armie
c'Ilcmblenne
M Vidi -a :"alt td arrm-
td veidi-edi matin A son do
micile i*- remils en liberty
dans la soiree a ija suite, a-
t-1l Indiqud A la press, de
l'interventlon du Prdsident
coloml-a-n, M. Jullo Cesar
Turba>
Le soc'ologue, don't es de
clarations sont r,''--,-ultc;l
samedi par le qiioiliien -El
Especta:dor ade Bog-,'a, as-
sure avoir ett dAtehu tes
yeux bands et dla majeure
parties du temps clebout,
dans un terrain decouvert
de I Ecole de Cavalerie de la
Capital.
edans une espice de cachot,
o11 it faisait plus froid qu'A
l'exterleur. cJ ai en gende-
ratl ti blen traits, a toute
fois indiqud M Vidales.
L'ecriVain a d6clar6 qu'il
avalt eu la pnssibillte du-
rant !a detention de s'entre
tentr avec un certain nom-
bre d'Officlers qui lut a-
vatent donnd l'Impresslon
de ne pas 6tre d'accord aveec
les 4methodes reactlonnal-
res d'autres membres des
forces armies.I


LuNDI 9 MARS 1979

Les raisons de mori clh6ii


cles souvenjt b68 pauvres A
des prix vaiUatt entre 1 et
30 dollars par personnel,
pourqqol ne paut-11 pas fal
re, au molna dana ga partle
Conaclednte de importancee
vltale d? la culture, le sail
flee, d'un ou deux dollars
pout clouter une bonne con
flTdnce. Ce qul facillteralt
la tich,: des conf6tenele-r3
et. croeralt en, r titl I'avtne
ment ou la promotion dee.
closes qiul ont la vertu d'a
vertir Ihomm-e que farut:
d'ouhbller 'esprlt. en privic-
gant la matlere, 11 risque
de rAler le train du dv:-lop
pement r-tl. J'eivlsage aus
-i ae uttgcrt.r a. certalnes
grandes maiEron de la pla-
ce 'ider de patronner. au
proi a'un surcolt de press
ttI: pour lur sI-L-, cerial-
nes activitds i ltralres Ce
cie6 aussf valuable sinonr
plus -- que les autres.
Ceux qui se re-ndent en
Republique Dominicaine
pourralent, par esprit d:-
comparaison, se renselgner
qui est upe forme de pubtll
sur le concours apport6 par
l'Etat au?;x h:'.mnies de cul-
ture et .:- chrcheurh II
est par ailleurs, facile A un
6crivain stranger officielle
ment soutenu ou invite par
une Institution c'est Il
cas de nombreux conf6ren-
clers americai.ns ou franqais
ou meme haititens comme
M. Gerson Alexis, actualle-
ment aux U.S.A. sur invita
tion de s'extcuter hours
du souci du vill metal sans
lequel pourtant rlen de
grand ne p?ut voir le jour.
Le cas est done tres diff6-
rent pour le chercheur in-
dPii a d iii dAc iAii1P


moment surtout, oa lea otr-
constances s'y pr6etenle1
mleux. ., apvcs aveoir abat-
tu un2 rude besogne dont
on conralt blen l.' ,condi-
tions difftclles et Ingrates.
En,A. .ique., e cqnnate le
cas du. Sn-egal et de. Jl L C
te- dIvoire qul ont d6uld6
de ne pas laisser se pordre
leI ldeeu, ut;)s. Ces pays ont.
cr6.s une mason d' ditlons
appelee. les Nouvqlles Edi-
tions Afrlcalnes iMiLEA) crir
gee non seulement de pu-
bli2r des oeuvres nte'ro-afrl
calnes correspondent aux
buts pours'uals par les Di-
rigeanLs mals aussk de re6crl
re des textes qui ont un can
tenu valabl: et don't lauteur
ne mallriseralt pas suffl-
sanmment Ia langue vehlcii-
lant le message. Topt manus
crit accepted permet, al 'au-
tsur de gagner une Somrme
cquivsalant a 4 mille dollars.
LnsuitE, it perqoit un pour
centsa-e eh. rapport avec la
vehte des ouvrages en cas
de succes litteraire. Les me-
dia du pays qui appartien-
nent aux gouvernaments as
surent, avec d'autres servi-
-.s cre6s a cet effect. la nu
blicite n6cessaire a ces ou-
vrages. De plus, beaucoup
de librairies patronnent les
ventes-signatures en payant
cash un nombre determine
de livres publifs par les
NEA. La foule qui se press?
aux c6r6monies de d6dicace
de l'oeuvre nouvelle a l'oc-
casion d'achater un llvre
nouveAu et en meme temps
de se procurer d'autres ti-
tres qu lui 6chapperai2nt


a'lls n 'talent pas exposis a.
ce momrent-lie. Ortce a iil-
vre nouveau, on attire lnsi
une foul: d'acheteurs. La
culture sl les llvres sont,
lus et is le .sont avance
a grand pas. El les llbral-
ries. allz Ieu d'aitendr:, une
commission clul depend des
caprlca.:, de la lentc. encou
ragent d'un aLutre? faron cet
le vente pour rtacicr des af
fares d'or. Je rea s is sou-
vent deMnmand'e s I public
airlcain. ne a I'lcti-phden
ce aepuks eulemcl't, 1 acns,
2st plVs alse ou r.ieux mo
tivd qcut le public liltiten.
Linit'.ative que i, lance
-ie fonde, au dia i une tim
plI question d'opportuntime,
sur des raisons fondamen-
tales Le- ; circon.ances qul
jouiet toujours un role dt-
tarminant dans les activities
humirnea pour en condition
ncr le succbs ou 1'0chec,
m'ont paru propices a une
action de ce genre qui n'est
pas courante ici, tmas qui
1'est sous d'autres cieux.
JT'2sptre avoir posd, malgr6
l'idee peu flattense pour
mon amour-propre que peut
enmendrer la decision. le pr2
mier jalon d'une serie d'ac
tivites littdraires ou intellec
tuellas don't l'objectif de ba
se est la recherche de l'au
to-financement des oeuvres
souvent trts valables cqui ne
sont pas apoel6es seulement
a entreteni 'existence bio-
logique das mites.
Port-au-Prince. le 6 Avril
1979.
Toussaint DESROSIERS


silenc-. de sa boite crAnien
ne et qui, aux risques et p6
rils de sa poche de derriere 8
et mime parfois de sa secu | BUS R
rite. livre les secrets de son
avcnture intellectuell,. Au RESTAURANT. PIZZERIA
epuis a vctore GRILL CIEPERIE
depuis la victoire -%,
D o Midi 1I here du matin

z^s^l^- Spdcial Semaine
notice que 01nzu pesonnes a
vaient ete pasv'-es par les d -10A v
armes. ip raP qiies
Pour la premiere fois, des
politiques> figuraient par-
mi les condamnes : M. Mah Mardi 10 Avrl
moud Djaffarian, ancient Di
recteur de i'Agence de pres an Haiti S k
sa ' khah, ancient sonus Directeur 1 SOIREE SPECTACLE
de la Radio t.r-vision. Le 16
Mars, sept n-i,'elles execu- Mercredi 11 A'ril
tions avalent :.tu en proven
ce. a PAELLA ESPAGNOLE
Le mome jour, : la suite ET DARSE SUD AMERICAINE-
d'une intervention tdltviste
du Premier Ministry, M. Meh SOIREE AMBIANCE) SPECIAL BISTROTa)
di Bazargan, affirmant que
les procs et les executions Samiebi 14 Avril
sommalres "tcrnissent 1:
pa*eslagr Cie a revolution ira1
:nn. un r n m Dn D "S p ial Bistrot Sh "
,-'.'L de 1 Ay:+,l,8.h Khom,' aint'Sr Spnctacle
ly s,,.,pendait lis process Dh SpWCtas
qpim I .pplicaion n td'un tnouo | m n m um charge
v'Unt ri it'lemen sir I-ur do
roil ment. TOUJOURS DE L'Al ?IANCE
Cc .c W'e t, i kil l-,1amique
P- <>
bli" le 5 Mars, (t deoux iou1s ( Bji"ro
ap'i ns, dix no lies execu-
ions, -on c-e, c n e eCvie
rirn [r;.lhier i:nie:i ;'.."- dls
ClIu:h M1 Ami .Lb')is h'oey I -- 2 3) g LNU
da. et Iant ann 'pce ,s pa. r 0 a
U dio, A5 C7oZc-osCZ*Co^.o*3C*S^3^Si*, le.*2 a


-. I


2 "!T""O de table FrcO

JanItn en Fmbls 10 1b

Fromage Fondu

Vivaigre Impfrte 1/2 litr'e

Biere Stella Artois d? 24 Bouteilies

Rum-Punch

Whisky White et Red Label

Whisky Black Label

Liqueurs Cacao Anisette etc.,

Apdritif St Raphael


Vin Ros6 d'Anjou 4.0 .

Clizano Route Blant Bos6 4.9

Graftd Empcreur Napoleon Brandy 6.9 5.9


Si vous achetez 3 Bout. On vous done une 4eme GRATIS.

Et plus d'une Centaine d'articles aux prix vraimenit CIOC !


Grand assortiments d'oeufs


de Piques Chocolat Etc Etc.


.~~~~~~~_~~_~~~~_~~___


ur


A. P.O. Par- ao tsc


r~C~C~d"~ZEb~Pp~/p/S-Z~b~a~C~"Jr~S="bC-r


'=E~ r *-,Oro cov -i I d,-~"~lC ,---


2t -- -W~Q~orsc~~


~cs~ur~,-~m~u~aru--~lc~ -~--~


L~L~irTS~s~iir~LYP*YIC4~'~a"*kY*s"~


i_..,


I


p








PAGO 8


AVIS DIVERS CARNET SOCIAL Mort ie r6crivain Marcel Jouhandeau
PAPTR ATPP)Anrd Gide.


aaor rnaaoocooaccsool


PROJECT D'EDUCATION
G (OIVERNEIIENT
IIAITIEN
BANQUET MONDIALE
BOITE POSTAL : 2162
Ref. No. :
Avis d'Appel
d'Offres
La iIrection an Projet
dTEducation No. 2 GOuveT
nement lHaitien c Groupe
de la Banque Mondiale,
dans le cadre de l'Accord
de Credit 770/HA, se propo
,% d'acau6rir Dix (10) Veld
cules tout Terrain d une
contenan,,ce de cinq per-
sonnes. Ces Vehicules so-
ront mis a la disposition
du Project d'Education No
I en vue de son execution.
Les documents d'Appel
d Offres peuvent, dtre reti-
res tous les yours ouvrables
du 28 Mars 1979 au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. a 4hres
p.m. a l'adresse suivante:
Project o'Eaucation No. 2
Gouvernment Haitien Ban
que Mondiale
C/o Departement de l'Edu-
cation Nationale
Cite ae t'Exposition
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box 2162
Adresse telegraphiquo
PEGHBM
Port-au-Prince, cc 27
Mars 1979
lig. Nicolas SAINT-LAU-
RENT
Directeur
x xx x


nation
Sinth ose d u Printenlts


A VENDRE (Delta Acruz)
A VE E Penltuire Haltielnne
A BABIOLE (Georg, s 1Hector)
Lat Radod sthosle
A VI:NDRE A BABIOIE F, t Elulstn)
(VI ANCIE MAISON A- RiCflhexions sur la Pnques
VEC ACCE' 'SUR 3 (F. Menelas)
RUMl ES A CO LU a natation cettc Inconnue
4 CIIAMBRES A COU- Pirre A. Guillaume)
CHEIt RM Z Le Courage
5, CHAMBRES A REZ (W.P. Patrick)
DE CHAUSSEE En vente dans routes let
5 C(HAMBRES AU SOUS Librairles et les Supermar.
SOL chs.
VUE IMPREN".BLE ch,. 54
GRANDE COuR JAR- A x x x
DIN. xxxx
PEUT-ETRE VISITEE A A VENDRE
N'IMPORTE QUL: MO- Un compresseur, deux ma
SMENT teaux piqueurs et ses dquip
PHONE : 24790 25686 -nents. Le tout A I'Etat Neu
23921 Te16phone 2-3274


A VENDRE Horaire d'EtW
*Chevrolet blazer module
1976, en excellent 6tat, 6 cy La AT-TORAMA S. A.
lindres, power steering, auto porte la connaissance
matique, 4 roues motrlces. des intdressls que du
Pour toute information ap ler. Mai 1979 au 30 Sep
pcler le 6-2600 aux heures teombre 1979 ses heures
de bureau. 94 L de travail seront les sui
x xxx x antes :
A VENDRE
Uue tries belle Maison Mo Du lundi au vendre-
derne au Village W. Lamo- dl 8 h. a.m. 2 b. p.m.
the au No. 27 Rue Patrice Samedi : 8 h. a.m. 12
Lumumba parage Ing. Pierre h. p.m.
St Come Tout comfort eau
froide, eau chaude (chauffe AUTORAMA S. A.
eau de 30 Gallons) Grande 304
Citerne 3 chambres A cou- -


crier, o et Ltes a con iog
gia Gallerie d attente office
Cuisine grande Cour et Jar
din.
Gagnez jusqu'A $ 2.000 en
achetant directement
Pour renseignements ap-
pelez le : 2-1155 de 2 heu
res A 4 heures p. m. le 6-1523
de 6 heures A 7 heures p. m.
204
x x x x
A VENDRE
Ford Escort Sedan 2 por-
tes automatiques.
S'adresser au journal Le
Nouvelliste.
164
Sx xx
VOUS LTREZ DANS
LA VISION DU YOOA
LES ARTICLES SUIVANTS :
Concepts et Types de Medl-


RAFLE RENVOYEE

La rafle de la FORD Ca
pri (immatriculde au No.
7445) qui devait avoir lieu
lors du premier tirage d
mois d'Avril est renvoy6 a
deuxilme tirage du mois d
mal 1979 A cause du grana
nombre de billets non ve:
dus.
Marc ANTHONY ALIX
propridtaire 9


GRAND HALL A LOUER
Orande Halle a loue
7 m.50 large X 17 m. lono
site 160 Rue Dr. Aubry.
S'adresser a I'etage.
114


papers, pieces ou documents
justiflant leurs drolts sur
une proprldtd fonds et bAlttis
ses, sise a 1'Habitation OFER
MATHEO, Section de 1'Etang
du Jonc, Commune de Pd-
tion-Ville.
Cette propr]idt d'une con
tenance de 5364m2 37, d6cla
ree d'Utilit6 Publique par Ar
r'te en date du 19 Septembre
1978, Monlteur No. 71 du 12 i
Octobre de la mIme annde,
est borne au Nord par Gol
bert BIGIO prdtendu pro-
prietaire, au 3ud par la Nou
velle Route de Kenscoff, et
l 1'Est par une route de pee.d
ration donnant accds A
la route de Kenscoht et
a 1'Ouest par Madame Bdda.
linsi connue, prdtendue pro
prietaire.
Port-au-Prince, le 27 Mars
1979
ODonel FENESTOR, Av.
Directeur Gdneral
X X x x
Bri Kouri -
Nouvel gaye
MIN RANDEVOU
PAK-LA DEPI 10 ZAN
Verite sou tanbou pa fe
ke tout mouoi k ntan. Min
gin yon sel verite ki pa gin
yon tras manti ladan-1 :
sHistoua Lavi ak Lanmo Jed
zikri,.
Vdrit6 sila-a ap diayi sou
tanbou troup Teat Konbit
Kiskeyd-n son Sen Impas
Lavo Vandredi Sin 13 Avril
a 6 hres. 30 dlsoua.
Pies Tait Max Valles-la
ki pot6 n i Jesus> Konbit Kiskeye-n ap
joue-1 ak pi fo krdol ladan-1.
Pou rad lamarie-a biyin chi
ta sou li yo : yo rdel pies-la
,LAVI AK LANMO JEZI-
KRI,>
N.B. Konbit Kiskdyb-n vo
voyd di nou se yon sel foua
pies-la ap joue and sa-a.
Konsa degagd nou achete
kat nou davans pou nou ka
rezeve plans nou pou kokin-
n evenman traditional si-
la-a. Gerard Durand kinb6
rol Jezu-a pi fem tou.jou.
Nap ijolin-n kat yo nan
College' Quiisquieyoy, 92 An-
it' Rues Dr. Aubry et des
CUsars : 10 Gd'as. yon css pri.
114


D6ces de Vve g
Emmanuel Charles Ci
NEE LUCIE LARAQUE to
Les Pompes Fundbres Pa- li
ret Pierre-Louis vous annon
cent le ddecs de Veuve Em- n
manuel Charles nde Lucie d
Laraque t6
A ses enfants : Monsieur A
Paul Emile Charles et Ma d
dame, Monsieur Victor Char
les et Madame, Docteur Mar V
tial Pauyo et Madame nee p
Henriette Charles, A son fils s,
adoptif Monsieur Fernand
Milleret, a ses petits-en
rants : Robert Bouillon et
Madame nee Marie Jos6
Charles, Monsieur et Mada-
me Alix Charles, Mesdemoi
sells Myriam et Gislaine
Charles, Mademoiselle Es-
ther Thomas, Fritz Vincent, c
Docteur.Victor Charles Jr et Tv
Madame, MM. Jean-Robert
et Pau-Laraque Charles, a (
ses arrieres petits-enfants.
Aux I-milles Cl-rles, Lara s
que, Milleret, PLtayo, Ge -
rard, Geddon, Cave, Mauras
se, Jeanty, Santini, Bouil-
lon a tous les autres pa -
rents et allies nous adres-
sons nos vives sympathies.
Les obsaques seront cele-
brees le Mercredi 11 Avril a
4 heures p. m. en 1'Eglise du
Sacre-Coeur de Turgeau. Le
i convoi partira du salon fu-
i. neraire de 1'entreprise. 94
1x xxs :

Deces de M.
SLucien Borno

Pax Villa announce le d(
u ces survenu le 8 Avril a I'H6
t pital St Francois de Sales de
A Monsieur Lucien Borno.
u Dans cette douloureuse 6
a preuve, Pax Villa et Le Nou
velliste redsentent leurs
l. sympathies A sa Mere Mada
me Veuve Luc Borno, a ses
freres et soeurs Monsieur et
s Madame Gustave Borno et
u famdille, Monsieur le Doc-
teur Raymond Boros, Madu
me et famille, Mor 'ieur et
Madame Robert Borno et fa


nard, Sergile, Baussan, Jea:.
orvington, Hayne, Denis,
arddre, Tassy, Matos, etit
sus les autres parents et al.
es 6prouvds par ce deuil.
Les fundrailles de Mada-
te Paul Bazelals nde Hil
a Fong-Ging, seront chan-
ies le Mardi 10 Avri.1
4 heures P M en 1'Eglise
u Sacrde Coeur de Turgeau.
Le convoy partira de Pax
Villa, Sacrd-Coeur, oft la d6
oullle mortelle sera expo
6es des 2 heures. 94
x xx x

Dects de M.
Gaston &emy
Pax Villa announce le dd-
u.s survenu le 4 Avril 79 de
Monsieur Gaston Remy.
En cette penible circons-
Fance Pax Villa et Le Nou-
vclliste prdsentent leurs
sympathies a ses enfants M.
et Madame Ignace Remy, M.
et Madame Antoine Decos-
te, a ses petits enfants Ma-
dame Wilfrid Jean nee Vi-
viane Remy, Ma '-moiselle
Marie Lucie Ren-., Diogene
Rtmy, Son Excellence Mgr.
Jean Baptiste Decoste, Rev6
rend Pere Sony Decoste, Mon
sieur et Madame Nerva Vic-
tor, Monsieur Justin Cyril,
Monsieur Jacques Cyril, Mol
sieur Kerleman Cyril, Mon-
soeur Dominique Cyril, Made
moiselle Lucienne Cyril, Ma
,dame Veuve William Cyril.
Aux families : Remy, Decos
te, Cyril, Victor, et a tous lets
autreo parents et allies (
prouves par ce dcuil.

Les funerailles de Mon -
sieur Gaston Remy seront
chanltes le Mardi 10 Avril
it 7.heures A. M -enDa Bas
lique Notre Dame. Le convod
partira de Pax Villa ChamI
de Mars ot la depouille mo:
tell sera exposee dos 6 hei
res A. M.
N. B.- L'Inhumation aur:
lieux aux Cayes. 9


1


PARIS (AFeP) nare ue.
Ddces de M. L fcrivain frangais Marcel Fils d'un modest bou-
Andre Manigat Jouhandeau est dec6de, same cher, eleve dans sn tm,
HihPip1-nmiqn ni. hir religieuse.i avi da


Pax Villa announce Le d6-
c&s survenu le 3 Avril a I'H6
pital' de I'UniversitL d'Etat
de Mr. Andr6 Manigat
En cette penible circons-
tance Pax Villa et La Nou
velliste pr6sentent leur sym
pathie a ses enfants Mme
Immacula Manigat, Mme
Jeanine Manigat, M. Claude
Zephir et Mme; a ses pe-
tits etiants Jean Michel.
Fredine et Martine, a Elvi-
re Leger, Ldonie Zephir, Gi
sble Pierre-Louis, Ademar
Bobo, Ronald Marcellus,
Jean-Marie Raymond, Delo
r' Lavache, Mme Jarbath
An'oine. Josephine Edouard,
SouveniY Paul, Charles Luc,
et a tous les antres parents
et allies afGectds par ce
deull.
L.ep; fiintrarllt de M. An


Avis aux
Entrepreneurs
DOSSIER Dri
PREQUALIFICATION
PROJECT DE
CONSTRUCTION DU
BOULEVARD DE LA
SALINE
Les Entrepreneurs sont in
vitds A soumettre leur prd-
qualification A entreprendre
les travaux n6cessalres a la
construction du Boulevard
de la Saline a Port-au-Prin
ce.
Cet Appe" d'Offres sera
pour un seul contract gene-
ral.
CONSISTANCE DES
TRAVAUX
Les travaux a ex6cuter corn
pregnant :

Le Maitre de l'Ouvrage fe
ra son affaire de 1'implan-
tation du trac6 et des ouvra
ges.
a) Les terrassements
b) La chaussee
c) L'assainissement
d) L'entretien en bon fonc
tionnement de la route et
les deviations pour circular
tion.

Le dlai s)our 1'achdve -
ment des travaux est de six
(6) mois.
Seules 0es entreprises l:
gibles par la BID sont adm
ses a participer A cet Appeal
d'Offres.
Les entreprises interessdee
sont invitees a soumettre ur
resumed de leur qualification
Elles furront retire les
dossiers de prequalificatior
au Ministdre des Travaux Pu
blics, Transports et Commi
nications, a partir du 11 i
vril 1979, tous les jours 01
vrables de 8 heures A. M.
2 heures P. M.
Les documents scelles d
vront etre remis directed -
ment au Ministere des Tra-
vaux Publics (SCS), au plu
tard le 14 Mai 1979 a 2 he
res P. M.

X X x x

Vente de biens
nmineurs

On fail savor A tous Coi
aI qi il appartiendra >tt'i
scra prot'dd en 1 Etude et
par le Ministbre de Me. Ma
rice Avin. Notaire en la r(
sidence de Port-an-Princ
a la vente au plus offrai
et, dernier encherisseur,I
Lundi qii seraa selz0e Avrl
Mil Ne-'f Cent Soixante D
Neuf a dix heures du ma
tin.-
Un proprldtd fonds e. I
tissues, ssi.e a Port-au-Prin
a Martissant A 1'endrolt d
nomm& BRISE MARINE, F
partenant aux miners Is
- rie Yolone Fervil et And
Franky Fervil et mesurar
7m15 ou 22 pieds au cot
Ouest 7m62 ou 2P pieds 5 p
ces au cot6 Est; sur ur
profondeur de 16m25 ou
*r pieds aux cots Nord et St
oe Elle est borne au Nord p
uf Thomas Zephlrin; au S
par Meditaine Voltaire:
1'Est par Bernard Frang
Set a 1 Ouest par la Rot
Leclerc, suivant plan et ]
ces verbal de l'arpenteur
langes Colestin du 24 Av
1972, enreglstre et transcr
Ainsi du rest cet immeu
S ble se comporte se pours
5 et s'dtend sans aucune ext
I tion ni reserve sur la mise
prix de Mille Dollars.- A
requIte, poursuites et diliL
ce du sieur Francois Fert
N agissant en sa quality de
teur d1gal et pdre des d
1 miners, avant pour avoc
S constitute Me. Labner Ler(
R identified, patent et imno
aux Nos. 210-D, 2945-1, 668'
ZZ avec election de dom
le en son Cabinet sis A Pt
au-Prince A la Rue du C
tre No. 210 Apt-1
En vertu d'un process v
a- bal de ddlibdration du C
A seil de Famille tenu sous
pr6sldence du Juge de Pt
u de la Section Sud de Por
u 1979 et d'un jugement d
e au-Prince en date du 14 ME
d Tribunal Civil de Port-a
n Prince en date du 22 ME
1979 homologuant le di
proces de dlibdration d
4 Conseil de famille.
Faith et redigd A Port-a
Prince le 30 Mars 1978
Labner LEROY, A
r Pour plus ample. ressopi
g gnements s'adresaer a 1 a
cat sus signed ou Notaire M:
rice Avln d4positaire du
hier des charges.-


C1, a RueU-Malmanson, presi
de Paris, A l'ge de 91 ans.
C'est en 1921 u'il avait
commence a fire edid r des
ouvrages. II dfvait en pu-
blier cent vingi sept, bien
qu'll en alt derit davantage.
II a epousd, en 1929, s se> (de son vral r'm Elisa
beth Toulemon). avoc laquel
le il a men6 ensulte une vie
peuplee d'oragfs publics. El
le a 6et un de ses themes
d'inspiratlon favor.

N6 le 26 Juillet 1888, A
Gueret iCreuse,, dans le
centre de la France, Marcel
Jouhandeau devalL nng-
temps rester apprecitt scu-
lement par un petit nom-
bre de connaesseurs, don't


bord envisage de se faire
Pretre, mais avait, en fin
de compete, cholsi 1'enseigne
ment apres avoir obtenu u
ne licence es-Lettres.
Catholique fervent, part
ge entire ses, ardeurs mysti-
ques et le culte de la beau
te sous les formes les plus
charnelles, le romancier s'e
tait fait moraliste dans u-
ne grande parties de son oeu
vre.
A 88 ans, 11 avait public le
vingt troisleme tome de
ses ,Journalie.st, sous le ti
tre asouffrir et etre mepri-
s06.
Marcel Jouhandeeau lals-
se un fils adoptil age de 16


CONTRE LA GRIPPE

CONTRE LA POUSSIERE

SUCEZ


Wito





DECONGESTIOINEMENT DE LA GORGE
RESPIRATION FAC -E
HALEINEI FRiICHE ,
GRACE A 1

MENTHO-LYPTUS )

en vente partow t

DISTR. A ET G IZMERY

t PHONE : 2-2114 2-0149


o/rao/rao'I~r/cccr///rsZ/a/arsOO/ oCC


------,,--~rrrrrrmrn/// wn/( nnnna~/llI nr'C ~


OUVEA U A


"AGENCE

,ITADELLE


?our mieux vous servir l'Agence Citadelle repond


a present a un nouveau numero de telephone


Le 2-5900 ayant 5 lignes groupies





L'Agence Citadelle representant exclusif


de la American Express vous propose


les TRAVELLERS CHEQUES,


les CARTES DE CREDIT,


et les VOYAGES ORGANISES


DEW AT .IMERICAN EXPRESS




POUR VOTRE PROCHAIN VOYAGE PASSEZ AU NOUVEAU LOCAL DE


L'AGENCE CITADELLE


35, Place du Marron Inconu ou Tletphonez au






2 5 9 0 0
25900
25900T


a -.lar~J.~"~C1L~~~


Aj~r~i~arunr,~e~c- Ic-~---~ --~LL-r~irr~1IY


mille, Monsieur Robert Bre r-r
ton et Madame noe Denise
Borno et famille, a ses On-
clcs ct tantes Motsieur Da
niel Borno, Madame Yvon-
ne Bourgain, Madame Anita
Bourgain Corben,, c ses cou
sins et cousins Madame
Berthe Hernanidez et faimille
Madame Magalie Hernandez 1
et famille, Monsieur et Mme
Claude Borno et famille.
Aux families : Borno, Bour
gain, Delaquis, Breton, Nail, -
Sciott, Lochard, Laroche, et [
a tous les autres parents at
allies afftectes par cc deuil.
Les funrailles de Mon
sieur Luclen Borno seront
chanides le Mercredi 11 A
vril a 4 heures P. M. en 1 E
glise du Sacrd-Coeur de Tur
geau. Le convoi partira de
Pax Villa, Sacrd-Coeur of a
depouille mortelle sera ex
posee des 2 heures. 94

xxxx

Deces de Mme
Paul Bazelais
NEE HILDA
FONG-GING

Pax Villa announce le d6
ces survenu le 8 Avril 79 de
Madame Paul Bazelais nee
Hilda Fong-Ging.
En cette pdnible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste prdsentent leurs
sympathies A ses enfants M.
et Madame Serge Bazelais
et enfants, Mademoiselle Ma
rie Edith Bazelais, au Doc
teur Micheline Bazelais, a
ses freres et soeurs beaux fre
res et belles soeurs, Monsieur
et Madame GOrald Fong -
Ging, et famille, Monsieur
Henri Fong-Ging, Monsieur
et Madame Ernst Pasquet et
famille, Monsieur et Mada
me Adrien D. Pierre et fa-
mille, Monsieur et Madame
Claude Fong-Ging et famil-
le, Monsieur et Madame Jo
seph W Saliba, et famille,
Monsieur et Madame John
Guendersen et famille, Mon
sieur et Madame Alix Fong
Going et famille, Monsieur
et Madame Guy Fong-Ging
et famtlle, Monsieur et Ma-
dame Jean Hcrissd et famil-
le, Madame Veuve Joseph
Sergile nee Guignard et fa
mille, Mademoiselle Ali-
ce Gulignard. Monsieur Luc
Slhie-Leep et famille, a ses
cousins et cousins. Aux la-
milies : Bazelats. Fong -
Olng, Pasquet,. Pierre, Sail
ba, HUrisse, Shee-Leep, Oul


ADMINISTRATION
GENERAL rES
CONTRIBUTIONS
AVIS

Le Directeur GmOneral des
Contributions confirm dares
touted sa fornme et teneur I'a
vis en date du 13 Fdvrler
1979 public dans les jour -
;autx dei la Capitpale.
(C t ;vis c.slt ainst libellt6
II c.sl, (hlm;i.ide aux p t-
priclaires et, at tous tles intoi
r'cssc(s dr communiquer, dans
lf' mcilllur dla), a la Divi
,tillt rt t CotntnI lux tdc d 'Ad
millit tt';lItill G('-nerale des
(C t li tbutilons toius Its titres,


Petites Annonces


Fl ~'`":~"" "" "`i"""";~;;-" ~~ ~~ ~~" "'"'~~"


Q


"--Y--U-~----------- -- A 14 04 pt A m q I~d~Z


LUNDT AS17


1


[

t


1)U N'




I


dre Man gat seront chan-
tees le Ma, ii 10 Avril a 4
hrcs. P.M. en l'Eglise Ste.
Anne. L- convoi partira de
Pax Villa Champ de Mars
ou la dcpoullle mortelle se
ra expose dos 2 hres.
94



Convocation
Les membre: actifs de
1'ANDAH sont convoques en
Ass, -nblee ordinaire le jeudi
12 avril 1979, a 4 h. p.m. au
local du Palace Hotel,
Champ de Mae,.
ORDRE DU JOJR :
1 Rapport du Comit6
Provisoire.
2 Election du Comite d6
finitif et .lu Conseil de Dis
ciplinel
3 Questions d'intdret
general.
Port-au-Prince, 12 31 Mars
1979.
Eric PEIR.iE, Agr.
Secretairp Gine'1al
114




1W-:.. i .1. >.ii-.,,iiui r i ^ .11 i^ ^ ^ m w ^ ^ ^ ^i- -- !


PAGE. 4


L'UTILITE DE LA PHILOSOPHIES


-lnNDI 9 MARI 1979,


Les joutnees


( ilthe i- tr in 10ro pig()e)

viroInnIIIItil it l,'ob eirvatniloi.


"I- lti hniih 1i 1on i, t i, coi
'nvl llllltt ll(wl 11 d olllt i ivrl -
I 1'tll ];vuht tnt et notoll
:i It Iodl : i[ l | 1 1l vi t ) a IIS

(1' 1 voill' tis *r Ill vie I lu
I,['] [ ll {)(| [| l' i~ ,[{ ti0


pitysau; sin all ii llon cono
nriiequ t. ill r :.,rir lr'; :
dliittiilonnelleh; so condi-
tions ide vie tn comlparal-
non vCed' colles dos auintrA'
cli;ses asocllies ot oetc; asi
pincr (nnls 'i'Iconoirillo hul-
thlli par aso ,itaivallC at
1I.s iroflts qu'illo on tire.

,.I lihilsoplhic n'a pas la
rptil alonen dile fixer l'esprit
sur uni sul point. Elle dlar
plit 'horlvon de colul quI la
prnitque a t du minme coup
'alde f ddpister tout un
monde insoupgonn6 jusque
lA. Elle sensibilise au moin
d;e falt, et rend habile A
perc(r les causes ctchies
des ances, h r6tablJr les in-
terprdtations soclales dic-
tees par les esprits int6res-
ses at f distinguer les corn
po.rtements qui experiment
les prejugds de coux quI
sont. en hnrmonie avec les
conditions prdsentes. L'exer
cice de cette observation ne


MESSIEURS


AIMEZ VOTE FEMME !

PROrTTGE2-LA FATES LA

PLANIFlCATION FA.ZILIA-LE !
z/.r/ccoaCc.ncCO aCCZ.SSSCCdiCODsr3riulZOO///DOv


peut itre fructliretisn qure sa
l'on nacquirlerni ai pirialnable
u I oert aln l)niira'e th'iorl-'
que relpri::etar il quilqulaes
rigle, istsoz shinzleVI.


LE RAISONNEMENT
LOGIQUE
La philosophlte inculque
P'habitude dlu ralsonnemai)t
logique qul peut ttre appll-
qu6 non sculement naux cho
ses cl 1'esprlt, mals aussi
aux hoses de la vie cou-
rante eLa logique est la
fonction de coherence dans
la pensde; dans la parole et
dans I'actlon edcrit H. Pra
dines. Elle n'a pas 6td
crede par la philosopher.
Elle apparait plutot history
quement sous la former de
dialogue; d'of son caractd-
re sociologique. Elle inter-
vient planss nos d6monstra-
tions; refutations; discus-
sions ct objections quoti-
diennes. Toutes lef activi-
tes humalnes; qu'elles
soient intellectuelles; scien
tifiques; techniques; ma
nuelles etc se font selon un
ordre; selon une logique.

S! on veut exceller dans
une activitL quelconque 11
faut en saisir le m eanis-
me: la loglque. Autrement
on ne sera qu'un routier;
une machine qui march
tout en ignorant son mdca-
nisme.


218 LALUE



Tel: 2-2073




MINI RECORDS MAXI SOUND


.. Disques Lail AmEcait Haitiens. Jazz etc.

Entemstremeat&s ssur cassettes
-- Radios, Calculatrices,

PRODUCT7TN DISTRIBUTION
-- La seule maises ouverte dt 9 A.M. a 7 h P. M.
SPrix r.'.2 t ,.,
-- Parking aise

RECLAMEZ TOUJOU3RS VOS COUPONS --

Avec 10 coupons payez 3.99 pour un Disque Haitien

b .


]


On croit malheureusement
lque lat logique tue I'lmagl-
rallon et lintultlon. II eat
vral qu'un excds de logque
est aiusl absurde qu'un rn-
tranchernent dans I'lntul-
'.lin ct tnocif: mats In logic
que loin d s'opposer a lin
tuition se rdvAle son com-
pliment Indispensable. E-
coutez ce que disent les
penseurs occidentaux;
coux qul sont constldris
comme des logiclens par ex
cellence et qill auralent In
tidrt banner ['Intuition.

D'aprb John Stuart Mill :.
eLa loglqUe est le juge c6aa
mun et I'arbitre de toutes
les recherches particulleres

Elle n'entreprend pas, de
trouver la pretive; mals el
le decide sl elle eat trou-
vde. Lh logliue n'observe
pasn nvihVerite pas; nie dd-
cuovre pas; elle jugea Hen-
ri Pdficared nous rapporte
plus brieveinent la m, me
idde : La logique qui piut;
seule; donner la certitude
et l'instrument de la di-
monstration: l'intultion est
l'instrumieet de inventiono.

L'intuition nou permet de
trouver par hasard une
feuille qut gudrit notre id-
vre mais la loglque nous
portrait a poser la ques-
tion : Puisque la fl6vxe
nest pas une malade mails
le signe extirteur d'une In
fiction; cette feutlle peut
elle gudrir toutes les Infec
tions ? Si la midecine des
paysans est encore imprici
se c'est parce qUe 1'intuii-
tion n'est pas suivie de 1'in
terrogntlon logique. Quand
le'; mdecins oecildentaux
visitent nos mddecins feuil-
les ce n'est pas pour tout
enrpeistrer passivement ;
c'est dans le but de trouver
t'autres hypotheses a v6ri-
fier.

ESPRIT CRITIQUE

La logique en tant que
juge se transform en es-
prit critique qui nest pav
esprit de ddnigrement. C'est
plutot une tendance a n'ad
mettre aucune affirmation
sans avoir reconnu son bien
fond. Celui qui parvient a
maitriser esprit critique se
gardera de prendre des ru-
meurs pour la v6rit6 avant
dd:l'avoir bien examines;
il ne s'a npressera pas d'ac
center des jugements non
fond6s sur autrui. Lesprit
critique debouche sur l'ob-
jectivit6 qui consists a trou
vtr fa chaque objet sa cau-
se vraie qui n'est pas le
simple reflet do son hu-


slons
pas bublier que ces m6db-


PROBITMI INTELLECTUEL-. .1
LE a

La probit6 Intellectualle n
d6coule du bon exerclce do I
I'esprlt critique mnis elle a c
une resonance morale. El
le consist a examiner a-
vec In m6me impartialti6 1
les Jaroles; les c-crlts et s
les actes d'nutres hommes c
qu'lls solent des Inconnaks;
den contradicteurs; des en- s
nemis; des concurrepts du r
des amls. La probit6. Intel r
lectu6lle exige un effort s
pour dviter les oublls cons
clients ou inconsclents de
paroles; d'dcrits ou d'actes t
qui sent l'avantage d'un I
ennemi ou au d6savantage
d'un ami. Un passionn6 qui
ne volt que ddns line seule
direction prendra ohie criti-
que objective pour la fal- 1
blessed de cdivl'ctioh alors
cijelle nest en reallUt6 que
l'expression de la probit6
Intellecttielle. Quand on par l
le et quand on ecrit on
doit beaucoup fair atten-
tion 1'emplol des mots
toujours et jamals.


LECTURE FRUCTUEUSE

La prbbit6 intelaectuelle
s'exerce 'autant mie'ux
qu'on bosside de boinnes
conunalsarnces. Ces dernli-
res 'peuvent provenir de
l'observation comme 11 l'a
Wtd dit plus haut de la con
versation et aussi de la lee
ture qui; sauf clez ceux
qut voudralent rester dans
l'oralltiire. repr3vent un
inestimable aoport a la for
muatlon intellectuelle d'un
iiidividu. L En;elrnemeornt
pr'i .aophique rnoii recum-
mande de ne jamals passer
sur des mots ou des express
sions sans les avoir cher-
chds dans un dictionnaire
en vue de saisir avec le
plus de justesse les ides ex
primes par les auteurs.

Les noms de :pays; de vil-
les, de personnage histori-
ques de dieux de la mytho
logie et fes allusions a des
faits histolqtiaes: pour ne
citer que quelques exem-
ples; r6clamant de petites
rechardhes car les auteurs
voulant rtre concis expri-
ment de longues iddes au
moyen de lun de ces mots.
Une lecture fate sans le
souci de comprendre et d'en
tirer profit est une ptrte
de temps.

La philosopher ne recom-
mande pas la spdcialisation
a outrance et mtme si on
choisit un domaine elle
conseille d'otre encyclop6dis
te pour le progrds de sa
spkialitt. On lira des ou-
vrages d'rconomle; ? poll-
tique; de religion; de sclen
ce; de littdrature; d'art; de
philosophic; d'Ethnologle;
d'histoire etc. pour appre-
hender la rdalit6 qui est
toujours complex. Le pu-
blic se laisse facilement ef-
frayd par les ouvrages spd-
cialises qu'll juge trop dif-
flciles a dtchiffrer. I1 pr6f&
re des ouvrages a sa portee
c'est a dire des ouvrages
qui ne centiennent le plus
souvent que ce qu'll salt de
jh. Puis qu'on lit souvent
avec 'ldde de fare une ac
quisition nouvelle on dolt
done accepter un certain
effort de comprehension a-
vec toute la peine et la len
teur que cela suppose. On
doit done cesser de s'enor-
gueilllr d'avolr, lu dans le
mois dix ouvrages don't n'a
retenu que les noms.

ECRITURiF AISEE
La lecture bien fate aide
SaAS aucun doiale a tbien
6crire. On applique la pr6

cislon du vocabulaire que
nou a enseignde les bons
auteurs; ce qlui facility ,ex
pression de ses idees, avec
plus oil moins de fid6it6.
Nais Imnitns leur souci
d'ordre dans l'expase des i-.
dees avant de parvenir a.
nore propre orliglrnalit'e.
BehLcoup de gens tris in-
formts se frouvent souvent
trta embarrasqns gquand i
i-crtveat A la lecture de
leurs dcrlts on ae perd par
ce qgle: ne pouvant ordon-
ncr lear peraee; lis .e lals
sent mener par des floit
de rots et d'ldaes qui les
condaisent blen loin du su-
jet principal. Que 1'on solt
mddecin; ingdniour; agrono
me; technlcien; simple em
ploy6 de commerce ou de
bureau on se trouvera un
jour dans 1'obligation de
presenter un rapport; de
faire un exposed; de dresser
un bllan etc.. L'ordre; la
precision vous alderont tou
jours a vous acquitter admnl
rablement de cette tfche. 11
est certain qu'll existe des
modules. Mats on ne dolt
meur ou de ses Impres-


aboutit presque toujours a
cette phrase cilebre du pC-
re de la philosophie ociocn
tale tJe ne sais qu'une
seule chose, c'est que je ne
sais rien: Malheureusement
une te'le conclusion ne sort,
P. plus souvent que de la
b- ache des ge'rves bien im-
bus de tqutes les connaisan
ce de leur ipoqiue. Jean Fou
rastie dans son mervellleux
ouvrage ,Les conditions de
1'Esprit ScientitlqueS, deplo-
re que les professeurs s'a-
charnent unltqement a dis-
peihser des lemons de con
naissance et a oublier les
lemons d'gnorance La legon '
d'igporance seralt celle qui
nous fern:t itrventalre de
ce quue 1 humanote ne- salt
pas encore Apres avoir com
par nos connatssances & .no
tr' ignorance L conclut que I
.,tus ne savor. que le mil-
Jiome ,Ide la dlx-millheme
partle de ce que nous de-
vrions savor.

A occasion de la journe
International dnl thiedtre,
Jean Maresco, alias Pitlte
Feulllesa a dtl i;lntaervlewe
par .Tl66 Haiti. *II d6plorait
cette rvalit6 entire nos
drainaturies cande pdr le
faith que chacun credit (u'Tl
est le seul catnable et que 1
tous les auires sont des cr
tins. CetLe rivalite n'et 'nf'as
propre au moude du thiea-
tre. Quand j'examtnie la i
lumlere des pensees de Sp9-
crate et de Jean Fourastle
cette attitude, de, chacun
des Intellectuels haitlens je
me pose cette question: vonz-nous vraiment quelque
chose?
Pouvons-nous vouloir, vral
ment Je developpement
quand us n nous enorguell- i
It-gons de pouvolr lire et ecrre
correctement alors qrs les
statistlques offlcielles accusent
un taux d'analphab6tlsatlon
de 75,3 pour cent?

Emmnaniel. A. ]t EAtT


is ohit .t6 cotriues,'par es
;ens orta s. Qiund 1 t se
irisentera des. Atuatiohs
ouvelles que ferez-vous ? (1
1 no sera plus possible do
opter. L'al
quil
Dans la vie d'un home; Den
1 est des occasions ou s'on sano
e volt contraint de pronon vole
er un discourse: lors d'un pra
maptme; d'un marriage; de tCI
a nomination ou de la no les
mination d'un coilbge. a un qu'l
nouveau pQste; df 'annIver rdti
'aire d'un conl6int, ou .4'u4 p.
aml etc. Une bonne m6tho mml
de aidera bL ridiger un Lex n'a
te ou 6 concevoir une im- fabi
provisation qui ne soit pas la,n
uniquement un assemblage ?Cfa
ie mots ronll:nts, inappro- bua
aries, et oe cLtations hirs store
propos. Unq preparation phi ace
d6sophique conduit A poser vili
un th6me central qUI sym- ,c,
bolise 1'6venement bu qul dat
est en rapport etrolt 'avec ePt
ui et a selectiohner des I- de
d6es aidant ka dOvelopper ce me
th6ime. Ainsi ce discours pe fail
sera pas un supplice pour olu
vote auditoire qui sera heu
reux de yous suivrq et dev re
pouvoir tirer profit de vo0s
connaissnnces. tre
vea
AUTO CRITIQUE rei


de courants dea ensees, de
tant d'idees etla pratique De
de l:esprit critique dans 1'e- DI
xamen des ecrits et du corn cit
portement des autres vous va
investlssent d'une certain rev
sagesse. Malts cette sagesse ce
serait imp'arailte si elle qu
n'etait ajsii Lutlllse kour se ge
jauger soi-mdme, c est-a-aI- am
re pour mettre en question
ses connaissances et ses ac co
tions. Le mot reflexion ety- qu
mologiquement est un re- na
tour sur sol pour mieux se se
connaitre. tCelul qui edvite pe
l'auto-critique ne se conten cc
tera-que de la croyance qu'll le
est I homme ideal qu'll nest lI
pas en rerlit'. A-t-on com ot
pris que la ddnonciation du tii
bovnrisme collectif qhez er
nous par Jean Pmr i c e ta
Mars avalt poutr but de P
nous inciter a une auto-cri- vr
tique constant? L'individu ra
ou la eile:tLVlte qgui ne
troupe pan l cvioagea de re n
chercher ses defauts, ses lacu ci
nes.; ses insufflsances est b
condamnd au ddprissement.
ti
Le deveioppement person- p
nel ou social est une lutte c!
constant contie sas insufft q
sances abre's. les haVir cornm- c
platement inventories. Les
Etats Unis ne sont pas surm
le point dv & ed-fde leur su-
prematie car I opinion pu-
blique et les lites de ce
pays font leur auto-critique P
quotidienne.


LA : ODESTIE

Une bonne auto-critlquO !I


Suite de la I6re page) ct
ve
ntlltude des ettofIa r6
mpllque la M6declne pr
itaire en plelne croas- bi
ce l'a vite place sur la na
des regroupements su
nationaux. re
ette sorte de ODne de r6 d'
nee. qui semble prendre P
gens A la gorge d-ns a
1 s'agit de conferences en
ilssant technlciens euro hM
as et ceux des-petitfs corma m
nautts du Tiers-Monde so
aucun fondement. S'il ci
it,p0Anc6der aug ,lnqalets V
,' l6t' des bbjectlfs Utis g
oeol d'au'refols s'attri- t<
nt .de droltldivln la mIs p
n de civlaer, 113 nous p
orderont en retour lc pnr C
ege de crolre en une scien v
contemporaine transcen d
it les vieilles croyances v
de supputer les chances s
voir le confr6re d'outre c
r rentrer chez lul satis- t
t,de s'&tre ddplacd pour q
elque chose, d
Lqs moyens d'investigatlon
d'intervention m6dicales t
posent sur un dventail de I
ssibilitds que ces rencon i
s nseules permettent d'in
ntorier, Le n6gatif scienti
;ue a parties li6e avec le
al sur sol, 1'indiff6rence,
gocentrisme nd d illusoi
s satisfactions.
SLa raise sur pied des
:uxlimes Journ6es du GA
IF que chacun peut apprd
er A sa naste valeur sui-
nt 1'lntirdt ou 'lindiffd-
nce quil y a port, a nd
ssit6 un laborieux travail
ae ceux qui ont eu la char
de les organiser, ici ou
lleurs, ont la faculty de
esurer.
L'Education Sanitaire Buc
-Dentaire, theme sous le
ael des conf6renclers de
tionalitds diffnrentes pri
nteront leurs experiences
ersonnelles en tenant
impte des normes g6ndra-
as et des particularit6s 6co
giques, concorde avec les
bjectifs de l'annde internal
onale de l'enfant. La prise
n charge de I'dducation den
lire des enfants dans les
ays sous-developpes de -
rait ltre 1'616ment d'un pa
'a tenir, et a gagner dans
es dix prochaines annees
inme si le peu de considd-
ation port aux dents nd
essite une tape appr6cia
le de refoulement.
D6mythifier la concept -
on en.tetenue dans les -
rit du public d'une Mide
ine Gnedrale exclusiviste,
uant t la dentisterie, par
e que celle-ci semble s'oc


Une derniere fots

avant leur depart en tournee



L'HOTEL


ROYAL HAITIAN


vous o0Sre, ce mercred. I'occasion

d'assister A la revue

eblouissaite des


Ballets



Bacoulou d'Haiti.



MUi soiree-show

au hoerd de la piscine,

avec Uii dalicieux

buffet barbecue


et



L'Orchestre du Roi


6e Ou vUS fire Eanser.


Yotre rendez-vous

ce *teredi j




LHfiOTEL




ROYAL HAITIAN!'

z -. >3i ..> >> S A> >


did G.A.D.N.F


dd


LYI------------- -----Y--~----~- -~----l------~I----Yliilllllii-1_Y--l-~


0per, aux yeux des non-a
rtle d'une tnatltre appa-
ininett In'erte, peut-Etre le
aint de depart d'une sensi
llsatlon l1'6chelon natto
al.
La formation unlversltal-
* pour r6pbndre aux tats
urgenee connalt dans les
ayvs dveloppds urne tell
attention, que les frontidres
ntre les speclalitsn de la
1dedclne ont eti large -
rent ttiltes. Au litre des
pins prAlmlnalres. Mede -
Ans, Dentistes, Pharma -
ens, etc., reqoivent l'ensei-
riement de base rendant ap
e a compenser la carence
.rofessionnelle durant des
dirlodes d'attente oblige.
'est dire quen espirant
oir naitre les structures a
idquates, les efforts dans la
ulgarisation de proc6d6s vi
ant tout a la fois la M6de
ine Dentaire et la Mddecine
out court ne pourraient 8tre
tue profitable a 1'ensemble
ie la population.
L'absence dune parfaite in
migration de la Midectne
Dentaire dans les soins g6nd
raux entrave toute philoso-
phie appropriate d'un plan
de Diveloppement. II faut
avouer aussi le peu d'en-
thoustasme des dentists a.
int6grer les dquipes de san
td. Dans un future pas trop
lointain les consequences se
front sentir lourdement.
Que le professlonnel ait f.
oeuvrer en chambre close,
dans son Office, 11il a sh part
de responsabilite collective
a laquelle 11 ne peut echap
per. Tout ressortissant du
monde medical est une uni
td du patrimoine national o
bligde de repondre d'un mi
nimum de services pour
tous. Or dans le cadre des
activities sanitaires, le den-
tiste train a l'arriere plan
des decisions. Deux comtnis
sons medicales recernment
formdes n'en comprennent
aucun. Se rebiffe-t-il ou est
il implement carte ? Ou
n'y pense t-on pas peut-6tre?
A 1'autocritique de ditermi-
ner ici et l1 les responsabi-
lites.
Meme si l'espoir est souvent
un fruit charged d'amertume,
1Association Dentaire Hai-
tienne reste convaincue
d'un ventuel effect bhndfi-
que des Deuxiemei Joumines
r'u G.A.D.E.F. qui certain
trent constituent 1'appoint
des messages d'Education et
de Sai'te pour tous lands
par de~a les frontidres aux
homes de bonne volontd.

Andre CANTAVE







LUNDI 9 MARS 1979





L VOTRE HOROSCOPE1
iPtr Frane's Dra7ke


MARDI 10 AVRIL


I1 MARS AU 11) AVRIL
(BELITER)
iniute tndisposition do san .
It dan. lii a tin e :i.'' clair
elra '.1, r, -nildl i lIt l .z los
hurts avec vos allil6 pro-
ciles DofinlssO? vos plans
d'ivenir et tenoZ-volls y.
y.

20 AVhRL U4J 20 MAIX
(TAUREAU)

Faites conflance bt votre
intuition et 6vitez des fric-
tions avoc vos colleagues. E
partner du temps pour fa de
tente amenera toute la dif
ference entire e1 sticces et 1'e
check.

21 MAT AU 20 JUINl
(GEMEAUX)

SI la vie social n'entre
pas dans le cadre do votre
ideal, vous avez le drolt de
reagir. Mais songez que Ro
me na pas ete bltie en un
jour.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCERi

Des projects nouveau sur
tI plan du travail risquent
de tout bousculer. Gardez
vis idees pour le moment oil
autrui sera plus r6ceptif.

2:1 JUIIULT AU 22 ABOUT
i LION)
L'intuition financiere paie
ra. mais il sera difficile at
iuitruO de comprendre votre
point de vue. Essayez une me
thode plus persuasive.

23 ABOUT AU 22 SEPT.
VIERGE)
Grace a 1'aide d'pmis,
vous arrive a vos fins, mais
noe prcnez rieh pour actuis
sur le plan des finances.
Consultez ceux qui sont int6
dresses avant de mettre vo
plans a execution.

23 SEPT. AU 22 C DTCBRE
BALANCES
Des apissements conilden-
t1els dans la carriore seront
rentables, mais la competi-
tion doit -tre ardemment ai
fronted. L'-apres-midi, sur -
viillez I opposition venant
d aln rul.


23 OCTOBRE AU 21 NOV.
(SCORPION)
Faites tranquillement vo-
tre .travail, sans vagues. Los
coll6gues seront envioux. La
communication avec ceux
qui sont au loin travaillee
pour votre advantage.

22 NOV. AU 1i iDrc.-
*SAOITrrAT PEl

V's proliet mondains ne
itrriceruoitit p-as comme pre-
vu. Soyez coop6ratif avec
ceux qui sont un peu suscep
Libles. Exploitez vos possibi
lites professionnelles.
22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)

En d6pit de vos hBsita -
tions, prenez contact avec
ceux qui sont au loin. Les
questions domestiques ou pro
fesstonnelles demandent de
attention pour eviter tou-
te friction.
"0 JANVIER AU 18 FEVRIEIr
VERSEAU1
Saisissez la possibility qui.
so prdsente. Essayez d'etre
cooperatlf et ne vous laissez
pas entrainer dans une dis-
cussion.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)
Prenez advantage d'une chan
ce romanesque. Que les pro
blames financiers ne soient
pas une cause de dissension!
L'activite professionnelle
commune est sujette aux
changements.

SI VCUS ETES TB;
Art iOUID'HUI
Vous avez un sens puissant
des responsat-'i:es. Bon initial
teur et promoLeur, vous se-
rez 1'hab le defenseur pour
toute cause en laquelle vous
croyez. Vous 6tes attire par
les r6formes et souvent aus
si par la politique. Vous
reussissez dans les occupa -
tions ou vos qualities intel-
lectuelles trouvent le moyer
de s'epanoui.r. Excellent c
crivain et orateur. vous bril
leriez oaussi dans les arts.
Lo droit, la smedecine, la
psychologie, la banque et
la scene sont d'autres
champs d'action ofu vous
trouveriez le bonheur.


20 o/o pour achatC




10 o/o pour acha


it


EN BREF


24 Heures dans le Monde


Bastia bat Laval
Nantes bat Sochaux
Strasbourg et Bordeaux
Relims bat Angers
Nimes bat Nice
Lille bat St Etienne
Metz bat Paris FC
Paris s. G. bat Marseille
Lyon bat Nancy
Monaco et Valtnciennes


CLASSEMENT

1- Strasbourg 45 points 31
Matches buls pour 51, con
tre 26
2 Nantes 44 pts 31 -
6929
3- St. Etienne 42 pts 31 -
61 31
4 Monaco 38 pts 31 -
62 40
5 Bordeaux 3G pts 31 -
23 29


LE TRANSFUGE
SOVIETIQUE ARKADI
CHEVCIITCHENKO AVAIT
AVOUE A SA MAITRESSE
QU'IL AVAIT ETE
RECRUTE PAR LA CIA

NEW YORK (AFP)
Arkadi Chevchtchenko, '
transfuge sovitique qui
vait abandonni le 10 avril
1978 son poste de Sous-Se-
cretaire General pour les af
f er-s politiques de l'ONU,
avait avoud A sa maitresse
avant sa defection avoir ete
;ttcrute par la CIA.

C'est ce qu'affirme la ,.11
girl don't il a retrbue -es
services pendant six tois de
30.000 dollars. Judy Chavez,
23 ans, dans ges rochaines
memoirs, cities dans le nu
m6ro du lundi de Newsweek.
Selon l'hebdomadalre. Ju-
dy Chavez s'6tend longue-
ment dans I? livre, qu'elle
s'apprete a. publler sous le
titre -La Maitresse d'un
Transfuges (Defector's Mis-
tress) sur sa vie sexuelle
avec I'ancien haut function
naire sovietique. Elle racon
te notamment comment
lors de yacances aux IlIes
Vierges avec Chevchtchenko
Aige de 48 ans, le couple a-
valt etU place sous la pro-
f'ction de deux Agents di
FBI (SftretC Fdderale) qu
avaient eux-meme recruti
une compagne sur place
pour agr6menter leurs loi.
sirs. .
M. Chevchtchenko 6talt 1
plus haul. fonctlonnaire so
vielique en poste aux Na
t tions-Unles avant d'annonce
' il y a pres d'un an qu'il a
bandonnalt ses fonclio i e
demandait I'aslle politlqu
aux Etats-Unis.


TEHIRA I.AFP)
nOtiatre notluvllos ex6cu-
tlton idolit cellos do l dex
gon6raux et d'un iil ckn MlkI
histree ont u 11ieu initial maI
tin it Tuhdran, a tnnonct
la Radio tranlenne. Lec nomn
bre des executions -'ins
tout lc pays uau ours des
dernlres 24 heures est ainsi
port6 i dix.
-0O --
0
NATIONS UNIES (NY) -
Le Secretaire G6neral de -
I'ONU, M. Kurt Waldheim a
exprime dimanche son pro0
fond regrets h fa :ia-vs.:tke
de execution samedi de
i'ancien premier Ministre 1-
ranien Amir Abbas Hovey-
da.
O -

ISLAMABAD Le Gouver-
nement pakistanais a de-
menti categoriquement di-
manche que son program-
me nurleaire -it pourr but
ou intention a fabrication
d'un engin nucleaire,. Cette
declaration fault suite i la
decision annonree vendredi
par les Etats Unis de suspend
dre toute aide au Developpe
ment du Pakistan parce que
Washington soupqonne ce
pays de vouloir enrichir l'u
ranium a des fins militaires
O -

LONDRES Sept soldats
alghans ont ete Lues same
di au course d'accrochages a-
vec des soldats pakistLnais
dans ia province cle Pakia
(Est de I'Afghanistanti, a
announce dimanche soir B.a-
dio Kaboul, capt6e par ies
services d'6coute de la BBC
a Londres. Dass un commu
niqtue diffuse a New Delhi,
l'organisation de rebelles af
ghans L vendique dimanche soir ces
attaques.
0 -

NAIROBI Alors que la Ca
s pitale est completement en


Le Chamnpionnat

d2 VtiiCe de
1ere DWvison
t PARIS, (AFP)
Voici les resultats enregis
s tres au course de la 31eme
journee du championnat de
France de 1ore Division :


ajoute.


PAGE 5


DANS NOS CINEMAS -


'ctrilf0e pari ls holdats tai
zaniennes et loa forces des
exlies otqgandtia, la collltct
tic, 'Nlntnsco, cil mWarque' ,le
centte de TKaniprtin, r 0t6
soumlso dimancho a des tirhs
d'obus poreadiques aprts a-
voir (ci-, la cible de mor-
tiers pendant I1, null de sa
medal f ciinaIincIs. opprend-
on it Nithobl.
0 -

N'DJAMENA De nou-
veaux affrontement ethnl-
ques et religleux auralent
Coppo:e-: dans lc Sud da
Telat, jeudi, -.endredi et
samedi, la population musl
mane aux communautes
rlcir 'iotn, :S et aniplistes, sc
Ion de bi,-,iiles sources.
-- Les LielOgllon- dt.i Fro
llnat (Front de Liberation
Nr.iir.-nli: du Techad), et des
FAN, i orces Armdes du
Nord) de M. Hissene Habre
seraient xgardies & vues &A
Bagauda, dans le centre du
Nigeria, on se tient la deu-
xieme conference sur la er6
conciliation nationales au
Tehad, a-t-on appris diman
che, a N'Djamena aupres de
ces dcux movements.
-- 0 _-

WASHINGTO, L'acci-
dent nuclear de Three
Mile Island, en Pennsylva-
nie, est du a.l Iinsuffisance
de la quality de 1'equlpe-
ment, de la preparation du
personnel et de la direction
la central a afflrme diman-
che, dans une interview televi
see, M. James Schl'esinger,
Secretaire americain a 1'e-
nergie.

TOKYO Le-; Parties Con
servateurs et centristes sem
becnt avoir remporte une
large victoire sr la gauche
dimanche dans la premiere
serie d'elections locales ja
ponaises, scion leS premiers
retultats.
O --
NOUAKCHOTT Le dis
positif militaire qui avait
ete deployed venu-edi martin
a Nouakchatt a ete totale-
ment retire dlimanthe, deux
ours -pres l'installatiou du
National mais le couvre -
leu est toujouis en vigueur
dans la Capitale maurita-
nienve, de 21 heures h 6 hej
res du martin.
0 -
SALISBURY Le connit
en Rhodesie a fait 33 morts
au course des dernieres 24
heures, a annonVe diman-
che un commurnique officiel
public h Salisbury.
O -
LONG BEACH Le cana
(eitn Gilles Villeneuve, sur
Fe-rrari, a rcielporte diman-
che soir le grand Prix des
Etats Unis Ouest devantt
sont c -6ttuip!er Sud Afrl-
cnin Jody Schtckter et I'ius
t-"lien Alla;n Jones (Wil-
li:na s'.

'itIERAN AFP)
Dotute hour's apris son a
v( rtlssrment severe contre
les profiteurs et les commer
tqnts quil gonflert les prix,
(.fallant souffrir les pau-
vres." I'Ayatoltlln Rouliollah



A ropeos du
CRJCD

(Suite de la lOre page)

A un niveau (maison basse)
ayant chacune une plato
forme de fondatlon de 10E
mitres carries 30 places suo
un terrain de 17 metre;
de facade par 16 m 80 de
profondeur.
59 units de logementt
a trois niveaux trez d(
chaussae et deux stages)
Chaque unite comprendra I
appartements, solent deus
par niveau, et la surface
construite au sol est de 23;
m2 50 pour un terrain di
32 metre. de facade par 1!
m 40 de profondeur. Cha
cune des units disposere
de delux chambres a cou
cher.
59 unites de logement
a trois nlveaux (rez de
chaussee et deux stages)
Chaque unite aura six ap
parternents de chaminbres
coucher. La surface cqnstru
te, au sol se cliffre it 25-
s m2 30 et le terrain dispon
, ble par appartement mesu
re 35 metres do facade pai
- 19 m 40 de profondeur.
u Enfmb, 16 unites de lo-
1 gements it trois niveauo
l (rez de chaussee et deux e-
e stages Chaque unite sers
- constitute de trois apparte-
ments ayant chacun deu
e chambres a coucher. La ple
" te-form' de foundation esi
r fixee b l1 m2, et le terrain
_ disponible par unite mesurn
t 4 ma 50 de facade sur 1i
e m 30 de profondeur, a-t-or


__ --


Les Etats Unis n'hesite-UN TUEUR DANS
ront pas i slane usage de la LA FOULE
force pour pro -ger leurs in
terets vitaux, a declare M.
Zbignieuw Brzezinski, Con- Pharta3C
seller du President Carter a'ssurant e
pour les affaires do securi- cette M
te national, a la revue News and World Report>. LUNDI 9 AVRIL
M. Brzezinski a affirmed DU PEUPLE
que dpn Ic, le- eises de ces Mr Salomon
deux dernieres annees, no- ST. JOSEPH
tamrnrti dans !a Corne de Rue Rempart
i'Afrique et n Afghanistan. MANIC
' la puissance aminriecine ne PETION VILLE
s'lmposail pnasi. II a note DIMANCHE 8 AVE
que par centre, M. Carter a VILLEJUINer
vait envoy doe armeps au Rue Fauber't
Yemen r'u N'oro rt des naval Lundi 9 AVRIL 51
rse de guerre d(ans t'Ocean IIAITIENNE
Indien. Pan Amer-ic.-n


:ies
service
Uit


1979






RIL


979


1979


Ktiomelny eat 1 rti hi d 'L
on guerre centre le probl6- A
me,.Airane numdro un : la
conbiudtlon e l6'ig4mentB s
otdr i i classes A falbles re L
venus.
x x x
NAIROBI tAFP, -
La rVsldcnce du President
Idl Anin. sur la colltne de
Naki-ero dnns le centre deo '
Kampala, continue a ,iane
l'objet de tirs sporadiques.
indlquent des informations
en provenance de la Capl- C
tale ougandaise. Ces t.'r,.
ihortiers ou artillerie, onrt
ete on eltu pius hourris au t
course de 1a nuit de diman- I
che A ititidi, (cute-t-on.f I
1I semble d'autre part que
le Prs'-laeht oIn Amin ait-
r:uis, i reprernire en mains C
quelques-unes de ses trou
pes. Les residents de Kam-
pala estlit:ht 'jhie la vile (
est maintenant mieux defen
due qu'a la fin de la semal
ne derniere quand toute
presence militaire ougandai (
,se avait disparu
xxxx

ROME tAFP)
Un chilien de 25 ans, Juan
Paillacap Soto, consider
comme l'un des chefs du
movement subversif ita-
lien tAction Revolutionnat-
re. a 6te arrtit d-dlmanche
en pletn centre de Rome, an
nonce-t-on ofticlellement.
x x x
WASHINGTON (AFP)
Le Snateur Henry Jack-
osn, President de la Commis
sion de I'Energle du Senat
a pris violemment ia parties
le nouveau plan energetique
du President Carter, quel-
ques heures avant que celul
ci n'en vante les merites a
une delegation par- entai-
re qt'il dev-.it -cevur lundi
martin it la Maison Blanche.

KABOUI (AFP,
L'alignement de la politi
que etrangeres de 'Afgha-
nistan sur celle de IURSS
est total et semble resulter
autant de la iragilite du re
gime que de la pression di-
recte de Moscou.
x x x x
tWASHTINGTON AF )


., RANCHO CINE.
AVeat .4vrtl ,, .
USI LOIN- QUE 'L'AMOUR
:ardl 10 Mars 1979
EI(B,DRAIKK4RS
[ercredl 11. Iars 1979
E DRA'TKARS
X t aX
CAPITOL
LUNDI 9 AVRIL 1979
MARDI 10 AVRIL 1979
.SSAUT
PRIX UNIQUE
1-00
:2 h 2 h 4 hres 6 h tl : j-
10 heures
CAPITOL II
LUNDI 1) AVRIL 1979
MARDI 10 AVRIL 1979
'MERICAN GRAFFITI
Avant 2 h 30 Gdes. 3.00
Apres 2 heures 30 G. 5.00
12 h 2 h 4 heures
6 heures 8 h, 10 hres
CAPITOL III
LUNDI 9 AVRL 1979
MARDI 10 AVRIL 1979
GENERATION PROTEUS
Avant 2 h 30 Gdes. 3-00
Apres 2 h 30 G b.U)
12 h 15, 2 h 15, 4 h 15,
6 h 15. 8 h i5 10 h. 15
CAPITOL IV
LUNDI 9 AVRIL 1979
MARDI 10 AVRIL 1979
DRAGON NOIR
CENTRE TRIANGLE
D'OR
PRIX UNIQUE
1 1-00
I h 45, 1 h 45 3 h 45,
P h 45 7 h 45 9 h 45
PRIX UNIQUE $ 1-00
x x x x

ETOIIE CINE
Lundi 6 h 30 et 8 hres 30
LE TIGRE JAUNE
Entree Gdes. 1-50 et 2-50
Mardi 6 h 30 et 8 hres 30
LE CHATEAU
DE L'HORREUR
Entree G. 1-50 et 2-50
Mercredi 6 h 30 et 8 hres 30
LA LUTTE
Entree Gdes. "-00 et 3-00
CINE OLYMPIA
Lundi 12 h 2 h 4 heures
6 h 30 et 8 hres 30
DYNAMITE JONES
Entree G. 1 50
Mardi 12 h 2 h 4 hres
6 hres 30 et 8hres 30
Entree Gdes. 1-50
KI "tG FU AUX
PHILIPPINES
Mercredi i2 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 30 et 8 hres 30
Entree Gdes. 2-00


'le aux pflX de port franc
se(fr em ent e port pces).
*^IB^,'2^^ I0 (plus !je)


Ce que vous economiserez



peu( vous pay lre e voyage!.





Quatre (4) vols par semaine. Pas de visa d'entree.

Pour reserations cofonlacie/ tore ageni de tiage ou ALM
Madsen Export-lmport S.A.. Agent General Telephone: 2-3476. 2-0028 et 2-0317





S 5 ANTILLEAN AIRLINES

A


SPECIAL





DU MOIS D'AVRIL




A la Curacao



Trading Co.





RABAIS




SUR TOUS LES APPARELS HI Fl


PHIlTJPS




DE LA GAME 1979 :

tourne-disques, amplificateur,

haut-parleur, receiver, tuner,

cassette deck


a CREDIT



3 Disques de 33 Tourl



CURACAO TRADING


Rue Pave et Delmas

P ORRI -----------


I


-


%


=rlvrC/N/~3CT~Y/~Br/C/~'~E~/~VIZ~CI~PC/C


maw


IMPERIAL

,PERIAL 1
LUNDI 9 AVRIL 1979
MARDI. 10 AV#IL 1979
)E L'AUTRE COTE
)E MINUIT
zt n 2 .1 4 nre
Entrde 0. 5-00 l
I h 8 h ID hrcs
SIPERIAL II
LUNDI 9 AVRLL 1979
MARDI 10 AVRIL 1079
.EOITIME VIOLENCE
12 h 2 h 4 IUres
Odes 5-0)
6 h, 8 h, 10 hres
Gdes. b-00
IMPERIAL ITI
LUNDI 9 AVRIL 1979
MARDI 10 AVRIL 1979
ANNE ET ANDY
12, h2 h 4 hres
Entree Gd.es. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Odes. 8-00O

CINE SENEGAL

Lundi. 6 a ,et. 8 hres
MAMA DOLORES
(Le DOIGT DE NAITRE)
Entree G. 1-50 2-00
Mardi 6 h et 8 heures
DRAGON ROUGE
EN FURIE
Entree G. 1-50 2-00
Mercredi 6 h et 8 hres
LES 7 BERETS ROUGES
Entr6e G. 2-00 2-50 3-00


Rex Thafitre
Lundi 12 2 4 6 8 10 lares
DANCY MY LOVE
Avant 5 hres
Entree G, 1-50
A Fartir de 5 hres
Entree G. 3-00 et 5-00
Mardi 12 2 4 6 8 10 hres
Avant 5 hres Entrde G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree Gdes. 3-00 et 5-00
Mercredi 12 2 4 6 8 10 hres
DANCE MV LOVE
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree Odes. 3-00 et 5-00
xx x x

U1 LULE CINE
I.undi 9 Avrill 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
ADIEU JE RESTE
Mardi 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
BOBBY DEERFIELD


Communique
09 illse al*'"
Fraicais d'Haiti

Mardi 10 avri ia79; ah 20
heures; a l'auditorium de
l'lnstitut francais d'Haiti;
le Centr- dramatique fran-
co-haiticai preseitera :
< theatre du tiManteaut de
Nicolas Gogol.
tavec Monique Coy; Chris-
t an Raccurt; Daniel %Mar-
clmn; Jacques Denis; Alex
raphael et Jean-Paul Mi-
culeau.
Fntree G. 15.00
Cartes en vente a 1'Ins-
/itut franc:is; du lhindi au
samedi; de 8h a 14h et de
1(; h 30 it 19 heures.


1


MAGIC CINE
Luadl 6 h et 8 hres
FA,ITOME DU CAT
DANCING
Entree Odes. 3-00 et 4-00
Mardlt 6 h et 8 hres
VIVRE FT LAISSER
MOURIR
Entree Odes. 4-00 5-00
Mercredt 6 h et 8 hres
PIRANHA
Entrre Odes. 4-00 5-00

AUDITORIUM
Lundi 7 heures
LE GEINDARME EN
BALDADE
Entree Godes 2-00
Mardi 7 heures
SATURDAY NIGHT FEVER
Mereredi 7 heures
SATURDAY NIGHT FEVER
Entree Odes. 3-00
Entrc Odes. 2-00ni
.. x
CF'E TRIOMPHE
SALLE I
AU NOM DU PAPE ROI
Entree : $ 1.50 et 2.00
SALLE II
VIRILITA
Entr6e : $ 1.50 et 2.00
SALLE III
LA RAISON DETAr
Entree : $ 2.00
SALLE IV
L'EPEE ET LA CROIX
Entree : $ 1.50
x3x x.
CINE LIDO
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdc 1 -50
6 h 8 h 10 hres
Entree G. 2-00
LA GUERRE DE L'ESPACE
Mardi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 8 h. 10 hres
Entrde G. 2-00
LA GUERRE DE
;z xAx
PARAMOUNT
I 'ndi 12 h 2 h 4 hres
Entree Odes. 2-00
6 h 8 h 10 hres
En -ee G. 3-00
DRAGON NOIR CONT.RE
DRAGON ROUGE
Mardi 12 h 2 h 4 hres
EntreO Gdes. 2-00
DRAGON NOIR CONTRE
DRAGON ROUGE
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 3-00
11 K x x
L'INSTiUT
FK \NrAIS
ACTIVITIES
C ULTURELLES
Lutdi 9 17 hcures 29
CINEMA : Les honneurs de
la Guerre>. Un film de G..
0 Decever. avec Georges Levy,
J. Gallais, G. Chiabaut, A.
ot e. Matrus. Mario Karmitz,
Suzanne Cabon. iEpisode de
la Liberation).
(1 gde sur presentation de
la carte de la bibliothequel.
Entrie 2 Goure.s-
Mardi 10 20 hc ures
THEATRE L, Centre d-"
matiut ie lrl iIr i)-lia:' 11 pi
srnte :
L-i Pel'ssae, adaptation
thi Atr'a lce (!u -*M:Inlteiau de
Neolas Gogol. avc Monique
Boy, Christian Raccurt. Da
niel M-rcal. n, Jacques De
nis et Jean Pault Miroilpatu
Enit rcie Etudidants 5 gdtds












QUAND LE MEILLEUR VA EN S'AMELIORANT I


*^ ^ LEt RESULTAT EST LE SUIVANT I




Smaxel IS.

UDXL -let UDXL -I .

MAXELL LA CASSETTE LA PLUS VENDUE AUX LTATS UNIS
EST MAINTENANT EN HAITI


LE. NOUVELLIST-.


Agent Exclusif :


RAOUL DENIS


Zi~--~-rs~rr~rrrr~rrr/r -;/%~~,-,~~ncu -- z~v,~rA~~ rr --rr~Jcr


Suite de lia lhre paie)
mi '.i" led:od vale
i'i' I i ,l iir c' (i ) !i i 'ell('.s (ci
;.ii.;l < I, *> 'lipi ini. pari lIs
0i], ll: 1ns 1c It i h'.Intellnes di
, I I Ill li, t lv Sc dc'o ,nflelnt
iI" p l ti ( I c l)ric''lnluset s
In I 1,,l rt Napletc roes
cit an Iit a unt boule i qui Is
d' I i<' I arn li d in t 1111a
iiill] 1aI l it'll le Portug al
(:'ta n n: t i' ne i. r l 'a tlret
-n 1 r, >,1 ri c'ltil Ir rol dcl Es
pa-[: I 1 t *!ailt (d m in''n o
I la I'laldre Les couron-
i d All' inaU I'. I ie. e n it i r iunl ,s surill la
lce dc Charlets Quint Aui
d 's. ; coit i i It I 's torc'.s
.* 'F*iinc's I'aritlanal, 1'6-
S11i ci( la bI )I'lr, ieoisie Ce
I. I i,>-s qtui tcr'e rent r1 e
nation.o modernes. C'est Cei
le ievue anonyme qii 'en "ut
1 Dr:vleTe en Fsipa'ne. en
France, en Ia'-te'rrfe Lesr
gion die rien. Ies paysans.
pe(heui.s. es balndifs,
), oiporwrs s eI t udiaNa =
fr,( III !a-I ('o miclK'p ari" ,'rent
1I f b; t.laux pirates renver-
,irin- I s roles et Iles en-;
u, r'nt d:ins de- gluerrps llo
no!,r'-, No is voyons ls "olI.
po;iple fai.Ia i I'Ami-ri-
(;ih -'wr lF'tlond d"s cand"


de de neme faire des guer
red's teintees d'acier, de car
mnu et d'emeraude,
Le people avait des hal-
nt '. des amnours, des preju-
Aes. des st 'erstitions, en un
iii(t il avait ses croyances.
Cinmmte tOtI.uiLr: en lui on
potuvalt avohi la vision du
passe et celle de l'avenir.
ia tradition cit lesperance,
lhstolre et i'aventure. C'esL
l 1111 qui11 y vait la coin
bativie, c'est lui qui prati-
(q lal le jeu loyal ou truqu6
avc la vie ou la mort qui
maintint iFintensite de l'ac-
tion.
Le n'plpit avalt des hai-
in c des references, des pre
ILies. des superstitions, en
Ilin mo: il avail ses croyan
(C"'. Cest en lui qu'il y a-
va' le golt du risque qui
mna.itint li'ntensitLe de l'ac-
tion. qui p-'rmit de fouiller
to):es eIts mers en un quart
de :tidcle et on tn autre
quart de sickle Is coins les
plus rciiules du Nouveau Con
ttinet. Ces sgens du people,
ils faisaient le tour d's mers
sur une table ou allaient
Jusqu all coeitr de l'Amazo-
n ., lu que sur la cime des


Au Lan



Lundi 9 Avril

La folie du Jour -- Un


Mardi 10 Av

Bal d'Adieu Bos

Mercredi 11

D. P. Express Ad'm. $ 2.00



Jeudi 12 Avr

SAmbassadeurs Adm. 1.00

Vendredi 13

Le Restaurant ouvert 24

Samedi 14 A

A partir de 3 h 30 p.m. m.


Samedi (Soir

SLe LambR vous propose le

Distribution de cadeaux s

,,Versailles Bigio Freres,,

Dimanche 15

a partir de 2 h 30 pm. ,Boo

Dimanche (S

Le Lambi vous propose la

june, mak complete qui

Adm. $ 2.00


Andes avec une 6pde et une
hache. Ainsi la carte du
monday a ete dessind au sel
zieime elecle avec une vollu
re. quelques morceaux de
planche et quelques coute-
las. Ces trois choses consti
tuent le veritable ecusson
d, la Caraihe.
Le people avait sa reli-
gion. Les passions etaient
tell's que les guerres res-
semblaient a des guerres re
ligieuses et non a des guer
res entire des rois de la ter
re. L'Espagne avait sa pro-
pre eglise. Je ne sais pour
quoi on n'a pas parld de l'E
glise catholique, aposloli-
que. espagnole, comm? on
dit l'eglise romaine, grec-
que, russe ou d'Angleterre.
Chacune a ses caracteristi-
ques propres tellement ac-
cuses que n'importe qui
peut les reconnaitre dans le
monde. Le seizieme siecle
est le siecle de Luther et
de Calvin et au seizieme sie
cle I'Espagne organise les
milices de son Eglise avee
Saint Ignace de Loyola. e16
ve les murailles de ses cou
vents avec Sainte Therese,
renouvelle les defenses du
dogme avec Cisneros, affir-
me sa .fri en revetar, Char


les Quint d'une robe de mol
ne et en brulant les hdr6tl
ques luthdriens, hugue-
nots, julfs sur les buchers
que Torquemada attise en
y jetant du bois avec une
pale ferveur. Dans les eaux
de la Caralbe, Drake n'est
pas un anglais ni un pira-
te, c'est un lutherien. Et
pour Drake ies gouverneurs
de Cathargene et de Santo-
Domingo Da sont pas les re
presentants du roi d'Espa-
gne mnals ae quelque chose
de pire, du pape, l'ennemi
du roi d'Angleterre.
Ainsi sidcle d'or est le
siecle de la violence, du feu,
du fer, de la passion, au
course duquel les gens les
plus difffrents d'origine se
donnent la main comme do
bons camarades. Il s'en vont-
tous mleds dans la foule dp
chainfe. Rabelais fait le
plan des voyages de Panta
gruel, la parties la plus ey--
traordinaire peut etre do
son livre, stimuld par les v.-
yages de Jean Florentino.
A la meme 6poque Cervan
tes proiette ou d'ecrir? son
Don Quichotte ou d'aller
dans la Caraibe, a' Cathar-
gene, au Guatemala. dans 1P
nouveau royaume de Grena


Mrs


*il


sur 24 Menu SpOcial

vril

Transit Cocktail) avec Shoogar Combo $ 1.00

r) 14 Avril:

ge ranid Orchestre TROPICANA.

souvenirs offers par le No 1 a Pt-au-Pce

-- par le Lambi Night Club etc... Adm. $ 3.00


5 Avril:

om Cocktail) avec les Ambassadeurs $ 1.00

;oir) 15 Avril:

a folie du jour .Shoogar Combo. -. Un Orchestre

Joue pour jeunes et les moins leunes.


k


rP~P~/E~'/~';r/l~~=~ COXPlWl ~;r ---- --~W~_~C


de, refuges s
yous et de
kespeare me
mes des cene
yages de Ra
ne. Lepe de
la Dragonter
Francis Drt
Qui dessine 1
re de la Ca
trera les not
poetes, de to
clers, de tou
ges comme
reve de font
que des letter
caniers s'6t
la of les bat
lumd leurs f




iue c*utuw'i'


Execution Hoveyda :
La justice islamique a frappe fort et vite


selon lul des vo v "'~,
s voleurs. Sha- par Jean RAFFAELLI
t dans ses dra TEHERAN (AFP)
es tirdes des vo La justice islamique de
leigh en Guya- Itran Revolutionnaire a
Vega composa frappi fort et vite en exe-
a sur la vie de cutant samedi, en une opd
ake, le dragon. ration eclair et a sa manii
la carte littoral re, l'ancien premier Minis-
raibe y rencon tre iranlen, Amir Abbas Ho
ms de tous les veyda.
ous les roman- En reglant en quelques
is les dramatur heures le cas Hoveyda sans
si ce fut leur lalsser a l'Occident le temps
der la republi- de rdagir, les dirigeants ira
es 1a oif les bou niens ont vraisemblable-
taient installs, ment tire la legon des longs
ndits avaient al mois 6maills de protesta-
oyers. tions et d'appels h la cle-
mence qu'a subis le regime
A SUIVRE pakistanais avant de se de
cider finalement a pendre M.
Ali Bhutto, un ancien pre-
mier Ministre lui aussi. Mais
i eS le parallele s'arrete 1.


papales sur
le celibat des
Pretres
VATICAN (iA'P)
Jean Paul II a confirmed
officiellement son inten-
tion de require au maxi-
mum les dispenses> redui-
sant les Pretres t 1'Etat laic.
II a egalement confirmed le
celibat sacerdotal.
Ces instructions sont conl
tenues dans une lettre tous les Pretrej de l'Eglise,
A 1loccasion du jeudi saints,
public lundi. Dans une au
tre lettre aux Eveques, le
Paper reaffirmed la valeur des
Seminaires.
S'adressant aux Pretrcs,
le Pape leur rapelle que leur
engagement, sanctioned par
I'ordination, est 'aussi sacrc
quie delite conjugale-derivant du
Sacrement du Mariage .
<,Nos frees et soeurs lies
par le marriage, poursult-il,
one lIt droit d'attendre de
nous le bon cxe:npec>. II faut
perseverer cen acceptant jus
qu' la croixD, dit-il encore
On salt que le Souverain
Pontitfe a bloquec toutes
les demands de reductio"
A 1'etat laic adressees par
des Pretres, qui autrefois e
talent generalement satisfai
tes par Paul YI.
Parlant du Sacerdoce des
Pretres, le Chef de lEglise
cite les examples de Saints
Pretres comme le Cure d'Ars,
Frangois de Sales ou Jean
Bosco. Il met en garde con
tre les Progressistes. conote
aceux qui reclament la lai
cisation de la vie sacerdota
lec. Contrairement A ce
qu'on pretend, le c6dl-?t sa
cerdotal est lie t l'Evangile,
souligne Jean Paul II en
rappelant que le Sacerdoce
est aussi hierarchiques que
qMinisttilel.lD
Enfin, le Pontife. demand
aux Pratres de ne pas noncer A i'habit sacerdotal,
signed extdrieur de leur voca
tion. Que ceue qui doutent,
conclut-il, penent a cese
lieux ofi des nhommes attend
dent avec angolsse un Pr6-
tree.
Dans sa lettre. plus breve,
aux Eveques, le Pape leur
recommande dinviter leurs
Pretres S renouveler annual
element laeurs promesses sa
cerdotales et spicialement
leur engagement au Ceii-
bate. II les invite aussi ? fa
voriser les vocations et la
epleine reconstitution de la
vie des sdminalres dans TE
gIlse (qui) sera le test le
meilleur de la r6alisation
du renouveau vers lequel le
Conclle a orientS l'Eglisea.

Le quotldlen ,la Republl-
ca- preclsait, dlmanche que
33.041 demands de reduc-
tion A I Etat laIlc auralent
pte prOsentees depuls 1914,
don't 32.?31 depuils le Conci
le.


Les observateurs s'accor-
dent a penser que 1'execu-
ton, meme sommaire, de M.
Hoveyda ne provoquera au-
cup trouble ni malaise dans
les masses iraniennes qui
soutiennent le regime. Ddja
conditionnees, elles verront
passer la main de la justice
islamique sur I'homme don't
les premiers c.ech6s2 a-
vaient 6td, officiellement,
ses Proces secret, apparem-
ment sans d fenseurs, exp6
dititf (quelques heures) : la
condemnation et 1'execution
de M. Hoveyda, cchatie
sans regard particulier com-
me un vulgaire voleur, ont
ignore volontairement les
normes judiciaires occiden-
tal's.
Le code islamique coutu-
mier, qul prdvoit le fouct.
les verges o u la mort, a et6
applique centre M. Hoveyda,
qul entr6 dans la categories
de ceux don't l'Ayatollah
Khoielny dlsalt rdcem-
men l ,- crlminel identlflT,
crimnel executed. Le choc
provoque par l'annonce de
execution la dixieme en
deux jours n'en a pas
molns et6 profound au sein
des classes iraniennes Ins-
truites et dans la (mainte-
nant) petite colonies 6tran-
gere. On savait M. Hoveyda
perdu : II devait payer pour
1" Chah, hors de portee des
juges islamiques. On s'atten


1CoCO












I



I


dait a un process rapide,
mais anormalz, dans le sens
occidentaL
La 16gitimation du nou-
veau regime apres un refe
-endum plebiscite et les dif
ficultes persistantes qu'il
rencontre pour remettre '11
ran en ordre de march
p .trraient expliquer, pour
les observateurs, cette ster-
reurs rdactivee apres une
treve de trois semaines.
L'execution eclair de M.
Hoveyda parait indiquer que
les partisans de la maniere
forte ont impose leurs vues
en Iran, sans souci des dom
mages que l'image du regi


me pourralt subir aux yeux
du monde occidental, et que
la fuite en avant va s'acce
lerer.
Mais le cas des personna
lites laiques, qui ont joue
le jeu avec les chefs rel -
gieux en tentant de sauve-
garder leurs conceptions dd
mocratiques, semble pos6.
L'attention se porte no-
tamment sur le premier Mi
nistre, M. Mehdi Bazargan,
qui avait d6nonce le 15 mars
a la television, & propos oe
M. Hoveyda, une justice e nous deshonore,, et qui a-
vait reussi, une premiere
'fois, ta in devier le course.


PORT-AU-PRINCE- MIAMI
Aller-Retour $ 99.00 plus taxes
PORT-AU-PRINCE LUXEMBOURG
Aller-Retour a partir de $ 448.00
plus taxes.


Southerland Tours

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES CONDITIONS
DE CES TARIFS A


Southerland Tours

OU VOUS VOUS PROCUREZ AUSSI
gVOS CHEQUES DE VOYAGES AMERICAN EXPRESS
Notez la k.ouvelle adresse de


30, Avenue Marie Jeanne
le mIme tielphone: 2-16-00


c~~/~~ u~~cnx-or/ GOO-~YO


- cemeQfaQ comai ocGccaoo


La CURACAO TRADING. Co.



vous offre un cadeau de




Paques



20 o/o de rabais sur achat cash


10 o/o de rabais sur achat a credit


I


C- M~~L- --R-U~U~ I CO~~C)R aVk1)1


Biographia Del Caribe


nibi Night Club





n Orchestre total-- Shoogar Combo 1 dolla

vril:


sa Combo qui part pour les Etats Unis $ 2.00

Avril:


Meubles


Meubles de ch


Jeux de


de:


s de salon


ambre coucher


e dinettes.


CURACAO TRADING. Co.


Rue Pavee et Delmas.


---~-----~ ----- ------- ~a~lklA Ilaa I ~a~ 11 1111111~1 11111~ 11~ III


-----------------------T~


- - -


~~I--;--~UIU~~ag _IZ. .. -- .1 .~YII;~i


LUNDI 9 MARS 197B


PAGE 0


I




iii ~ ~ ~ s~cstN .y05'N5 \rr-rru-~~


LUNDI 9 MARS 1970


VERS UNE COOPERATION TECHNIQUE PARTICIPATIVE


Opinions du Directeur &jfiHIasiur la Coopfratlon TeItithnie Partitifative


I* ; it t'' I' I I c(,il
(j, Iii' I I li I




OvI it'/

\5X

I t' tt'h l 'It'C I t'
loI'l d ''il

Il il 'Il it: ots.tii



it ''sd' Iatti tse 11pre
(IC )cur,05l'tet1lti (i1
(ts i 'kIxi pp 1110131 DSII,
1,, it 0 Ill. (1t

ill It N I'" .'' lise itti
a1'i''tll pr








kil p ly l(1'' 11




,I 1l'vi l Il il

v c J'' leil ISO


In 0i Jl Ni ll'oI ph ''lli



'rw'"1 (itNN. N
0.0 HI
n1H' NH h" '1
'ii ('i ."'. ici
IClIf~i's '' aT(

le vC,'i' I i
'"'''C'i~
it, de p 'ioc

IN' '!" II' lr


f I! p'roilreoi ruril lh i peript c t
llives prIod ctii vltt i e ICt0 I In
I3u ]ioniir ciqua;I nl oul,
smin n1r1 l I' OlIS vil' r I'quill-l









tI lr V i u ulir t cl t .l)P ci t t



ln 1 ,is ete vr' l ll leV tIi ( ullk l
bri' v1c dts p"gIrte s siml-
l.irps dans tous Is dOmall-
iimsi. II LxiFte ',cls clC', i uili-
ltres notoires ent1le la per-

d line lnly ni 10 r 10i1, Sur IN'C
li-nom ends cu dievIprpe-
mnit ed les strategies Cli i-
sMes pour suinnintr Ic s'>s
(d'lV'iCppoment qI (11111 i f'rCe'nt
e '- nitCment din p11 i n' -
I ren

Utn li de 'scrIilf'eirons -os-
I tllC n dn. la It'Cieo i'n e ole
1),i-in t -neio in ll d fi e L ,pp -
trmenrs tl les cchl its I do

UI., ctl p:-ro.essui1 )s "vons

d itteindi 'e dtr.. prt ,on ets, li
1lw 'q111 ii;"s n i'i t' q>lhi
I' uill Cltu1in iittin it. 1 1 l s
li;tnt p' als 1 a e illa p iN ,-
Tion ve'rpe I N;us summ iN';
('11 ret ird, (': pc (dn TT' sur
I tidap!atiot lrC li n 1 p ni' i-
0iill de Ces 1N, ,C:U I tiOll s C ,.
Ill e' s' rte! qu'llc:, n' mit Fi-
s!'nt Ctr' c iidlise.- i en.ire' "-
tr1s, par dens pioiu i'*curs '!
fCble resso urCtir t payr cs

qi' dsevelopp't C'o'lntes
11' sglfrC.-, l i.1! 1,11.'-- 1 m ,is
(inlt Ilrc "s nu capital emst
Wirs li --.

4. L' *,;'..ion du concept

n;'.i e dts de^seuiibrns si-
!r~il;-I:'rs A u.i c,,tahin no-
nT-nt. ,Ia:;-'iistanKe .Pchnh -
quw curpme on 1 appelait
alos el, qu'on eon'inuc a
1 .qp~p!,ir dpns plusieiirs casi
ava.Tit pu;r mission principa
IW Ce!lP de Firmir aux pays
* ouI, develop -s,, Lcr:ilans


Ielulnolo|lIqiluei --- y compta;18
e.r1 [lns m )it', l('s itn'tIllS-




II e t'! 'c pl I d pi' ol lIn ,sl-
v tr, l',, '"rt organs l cas
C('e ridei 't cI"; Ilns'tlte u fion s,
dit certsoals Int are, nat'es pays














ntalitfleatpirn receotinue pour
C'm plllirn"dre got aire tepodnl
I'nietl' les proce'nsus d ceprod
C'u :i'cond RrovIO. L'ussis-
Ilance 'e'len que. day s ces
d *S. ite'oa c, lem v1licule de
ntrigsfort Le -. organlsnies
:11!i lourirsstitin d 'assistan-
cr de,,ien n etnnnltre o fend
Ii sitruc'ture produetlve eUt
I' rgnis llon instuotirnnelle
C'e-, p-ys d6veloppis; : es
techniciens d- cos organls-
m s c1evalent i(Ire, naturelle
ent. des profesqlonnels de
Oiaii lifteatln ree onnue pour
pm))e nndre e fair fonc-
tlonln leIts pros lpns produce
Ilks (et es sctomt's isllttlu-
tienueis des pt,;y developpts.

5.- Aprs lh-(S premieres
ann.'O e, d'e?:prim,,ntailhn
infructueuse leI,, pays sous -
dcevecoppes reconnaissent,
(Iu,' ,c'.s clhemins qui condui
sent a la bransfornmaLion so
cr. le et -conoin.que ne pas-
sent pas necess.Lirement par
les modeles des Etat.s Unis
et de 1Europe. Cette dkcou
,', rte non s .uli,'nlnt n'est
plas encmr-agce d'une ma
niero gnrrale -- par 1'assis
tl0Ie '13h0'nl'diue externe,
mais aussL' dan?0 (l nom-
lI'pdUx cas. (1st la coii-rtqucn
ee directed dp i-,!I echec. Pis
encore, nous connaissons
i'inonom'rables etemplt s de
pd,ys 'qui o;)t '.teint leur
I.mite dt-ndcrTtment idans
Cpss pr..,t.i' !'etOit prepa-
rns e.e. evecuts p,;r drs mis
sion.s d'aIssisttne techni-
que i -"ns avoi', do rn'tnie-
rI i, ,,1 ,:]i ..., Lte n les
obi,ctifs ccnti.",;L: du deve
loppcrent qu/ils s'etaient f'i
x(s eux in.lmes ep *ux pour
lesquels ils avwie~i.t obtenu
ces prpts. En faisant un
climgi .os'l;, 6ducat'f d-ns un
pays de notre region, par
example, nols avons pu
nous rendre compte que 'lD


:am .


It


13














S' ^ ~ -"' "





,, ..




Ballons eft Cuir $ 4.60 -- 5.60 -- 7.60 -- t. 12.
1 05..60 1 18.60 etc. ..

Toute CATEGORIE. Foot-ball Volley 1ll -- Bas

Pifta-Pong -* Tennis.

Clhaussure de Foot Ball
Balles de ,'ennis ,Wilson) $ 2.95

JOETIENNE : LEADER DANA LE SPORT

JOETIENNE : LEADER DE LA QUALITY

1377 RU- CAtt.lIROEM 8 DELMAS.


1no deil plus is i ltt (i' resi"rle
*.hllui ius (h',l rliloppetri'nl t
-11't len inpi -tI;tit' dons dtubti
ct" I' lllllno .tCill ronitlqlt'u o
- pr6clsdennt par l abinll
dilince (he contrialndlttollres te Ih'Ie I
antii nulsibios, enl U1i,
miot -- Impos6s par dus 64tlt
ples t;'Is.ils',u.iu co tefliulql t'e.
Dans cc, as, t lallriurleso-
inent, dans la measure oi cot
It' Us;stlncc eLiOalt 11e t l'as
sistance ftnancltre, Uts per
ten-L la pratique dos prto-
jcts dis;'aratcl, sitns conne
xiun, totUieinilt triuangprs
aux nOcessist6d et aux pos-
sibllltes du pays.

G.- Les sources Ce ce gen
re d'assisance technique, bi
laterales ou international.s,
occasolnnellenment s e u t e-
mnent sont en measure reelle
de suivre cette technologies
- ce teri-e etunt pris dans
sons sens le plus g6nerique
- aproprice, contrlable, u-
tile aux pays sous develop
IpIs. II y a d6j. quelque
tempe, 1'6commiste jamal-
cain Carvin t..'jourd'hul Mi
nistrec de la Planl'ication de
son pays, soutenalt la the
se que les orgatismes inter
na itllnaux ne disposent pas
- pour la plupart de moe
dries utilisable.' par les pays
du Tiers Monde. Dans cc
context, I'assistance de ces
organlsmes pent arriver a
constituer tun facteur retar-
dataire pour !e dtveloppe-
ment. Je suis d'accord avec
ceLte these d;ns la measure
oft elle se rtdfre a 1' ssistan
ce technique tradltionnelle
concentrate sur le trnnsfert
A nos pays d'experlences
qui, comme le demontre une
histoire recente, n'empl-
chlient pas. par exempie,
i dans la plupart des casi V'e
largissement de la broche
int'rieure entire l'agricultu-
re commercial oriented
vers l'exportntir'n. aux mains
des grants proprietaires. et
les petits et moyens produce
teurs et les forces associti
ves de production. Elles
n'empechent p'1C non plus
l'elargissement de la breche
des pays du Tiers Monde a-
vec ceux appeles pays ddve
loppes.


7.- II y a onej quelques
annees, nous avons essay &
1IICA, avec un certain suc
ces, je'pense, de mettre en
pratique des propositions
pour en'isager la tion-> (substitiiton A l'assis
tancel technilqe avec nos
Etats Membres. Prcmlere-
m len t,. nou'3 l'.tppelons coo-
p"ration pa rce que nous a-
vons ('scssnly dc demystifier
la I lne il I tn 11 s' alit ('tcjit
plus, par on'ionI concrete de
not.re part, de velldr" .aucun
modile apport6 e du :ielh"ors,
mais de travailler nu deve-
.... 1lippement 0C mniodles pro-
pres .mux ptiys et en collabo
ratil'n avetr Ie; pays. Nous
S-i' :''.F past "(n11oniare 1i
IS'tw nl"ieit v'ns pas te ivtn
c]:o",' 'ne ';u'' m1n1 I'C're d or
.I' Ns'r !'irr!galito Oul 1'(ll
r fitnIl. oilt In e nmmnrnhaliis
S.. ,. o ln ou le (i-veloppem.i ent
S .... I'r,'."o ,L S'I S tnellir C'mn
i t ip-ur caliq casi des ly

des former trdditio'ii'es
(I or-f'nIs 1iLiont du travail,
'ces r'e!litions sociiltcs de p-o
S '. -,i,, '1 s c ,'i cteris'iques
.'^ e'olr"rf s fS, eto... c''ncrel..3
-, : t' et re'ls pour le nav, -on', i1
'I s'Igit. II 1st possible que les
sruls eldm.'nts perniInen s
de lnotlr' ninf dce vwle soielit,
r'une pnrt, 1'eyigence pour
Ir q D1 vs d'idntifier claire
rent PS grnndis hgiectifs "e
0I "'e'onnpmnt du secteur
S et ou reconnaissent les res
t 'ri*c tiol DlSV'Ties t(cologi
ouIts I 5nei-' of, ortlnomi
S p"'pq DO'Ir" (e ch(fn'r. Le If
v, de eoS restrictions -t

S destinies a le rAilisor-cons


n'les qui d6t.cminert le
sn'lptre d'netiinn? possibles
et la necosvsiU de d6velop-
,r .. des mdeI5les propres
pour nou'roir los entrepren
dre; d'nutre part. et tel que
r l'etehlit not tr o-'nI lr

r-pfO prtinn OaUi n1nsi con-
r.i' nit fPormni- n~qtiques, L
accorder la priority au tra-
val dans les dom'ilns nt"l
-- 1 to0 nous pouvons fire benefl-
GO 1 .6U cier principalement le pay-
san, le petit et le moyen pro
ducteur, le travailleur sans
iket-Ball terre et les entreprises asso
ciatives, est galement per-
manent.


$ 5.50 --






,


loppoment co s0nt rtix
1111l lnlitallent line cnpacil,6
nltUOTIti, permanbint pour
roeonnaltreo l tpporter lus
s1utlh',i. *t cf., probl mes en
il ni mll t11 n1ecsllte do
solllclter une o u plusleurs
fois le retoUr des teclihntlclens
6tranlgr's quand des probld
mes SImllalres se posenll.
Dans la nIesure 0o ce process
sus est d1veloppi systmrnati
quemnent,, nou. I'pplon.,

It nof i, iti:,,',, de lul la con
dillon sineo qua nDon de no
tre travail.


9.- rroilsicmemeni nous
sommes de plua en plus con
valncus que la cooperation
techninque avec la pjrticipa
tion des pays At dirig6e au
enforcement institutionnel
esL particullnrement legiti-
me quand ell' est menee
par un organism a caracte
re regional. Non seulement
ce qui precede est valuable
dans la measure o lltolssieurs
pays d'une r'gor, se parta-
gont les probhrmes (ou con
roliotent des problems simi
lairesi mats il est aussi vala
bie quand la cooperation
technique utilise comme Lill
de ses outils fondamentaux
le translert horizonl,al et re
ciproque de solutions entire
pays qui se toaveent dans
une position relative similar
re face aux developpement
Dan cet order. a'idees, cha
que i-,.ys done et reqoit la
cooperation. Lt.cUX qul ont
1rou1v0. des propositions poue
soul ionCer ides probhimes
spoeifiqucs, bases sur l'utili-
sation optima de facteurs
de prOdicetLoli dans leur
comhbinais-m reelle, sont ap
pelcs I partr.t'r des points
d vuCe, des -o:utioions, des
modules, des technologies a-
v"c ceux qui rdellement
peuvent en proitoer. Dlns
ee processus,o.o confond tes
technliiens do l'orginisme-
qup sOnt aLissi de la region
- avec les tecinienCis des
pays. C'.s tccihnieiens ne
S"il D t!1' c C1"' qui flur 1is-
seni't d's md cles. mais ceux
pui :,ve ocles equip's natio-
naux et leurs techniciens -
repensent les rnodeles eln
fonelion du p ouirqui, du


c6neiet 6t du lio'l o& 11s sIe-
rontt applllUt.
10.- Quatrlicanftiti, nous
sommes do plus on plus con
valncus qu'll y a des avan-
tages propres dans le d6ve-
loppcinen de colte coopn-
ration techlqutL particlp'N-
Live, It paltlr dun organls-
me 'do tpe -multinational,
face auy mLcanlsmos de coo
pcratlon de type bilateral.
11 est trls dlfficile, dans le
4as de, ;es dni.leri, d'oqte-
nir l'objectivltI de rittir'e
et de point ,de vue nteessal
res pour rejetel es modeled
jugcs op6rahCas dans les
pays otl cette cooperation
est orlginaire et laborer
d'al",'es q.i, on le presume,
ne fonotlonneralent pas
dans ces pays. Avec le plus
grand respect envers la b)n
ne fol et 'a capacity des
techniclens et des experts
de ces agonces de type bila
t iral, je pens' qu'im leur se
rait tries difficile d'oubller
me developpemte;t de leur
pays et replnsfir le concept
mmet de devecppiement au
moyen de l'initlligcenee et
des aspirations dles pays
sous d6veloppfcs. Je crols
que les organistalions d coo
peration bilatirale feraient
bien d cohercher A pourvoir
avec leurs resources les me
canismes appropries pour
quIC les pays ;ous develop
pe's el leurs organizations
de type regional, develop-
pent et transflrent horizon
t"lement leurs propres me-
deles et lers propres solu-
tions. Ceci inriut la particl
nation des teclihniclens de
ces pays aux 6qulpes des
organosmesi multinationaux.

11 -- Cinqutirmoment. je
me permets dr. reaffirmer
tout ce qui prtcede dans le
cas par', ,ulier de la coop6-
rtimon technique iue qui se d6-
veoiQ1opppe de aecon comple-
mentaire' h la cooperation
fin miro,. Au cours de son
experience, 'ITCA a pu cons
titer que ce t"pe de coope
ration, eomp6omentaire laa
cooperation lUInL i'Ore., con-
Clut tros sonuvlilt is l'insalla
tion d'6difices ou 6quipe-
ments et oe s'attarde prCs
cIue jamais A Ja ttche fonda
mental de construire odes


1:'stitutions. Co dernier cofl
to pou et c'est pourquol on
s'y intiresso, rou quand 11
s'agit d'lnvestr en ce sons.
Je ponse quoe sl chaque ap-
port financier 6t.alt accom-
pngnfi d'un apport on cooper
ration technique participate
ve tell quo nous 'avons Ca
racttirls, denstln6te h Il'.r
une Institution e ablee d'ad
ministrer et d in6ver Is pTr-
tir' do l'lnvist'. sc"""t ph -
sique, tout auoremrint gras.d
serait l'impact de ceteo dor
nitre.

12.- Finalemcnm, un bref
commentaire cur les meca
nismes qui assurent le carac
there :particlpatlft de cette
cooperation technique. A I'I
ICA nous somnIt e- posses
sion de quelqi,, re eAtes ce
concemant, t: i.;s nous essay
yons, dans tai ILS es, de
couvrir charetn de 4 niveaux
suivants : lI' premniler est ce'-
lui qui as..ure l'app'rt (e
toUs nos Ftais Mnembn s et
Associs daas ia formula-
tion de no- polil.iques insti
tutilnn llct ( 1t des regles
d'organisat tn I'd notre tra-
vail. Ie second est celui d'as
surer que les organlsmes a-
vec lesquels nous traval'lons
au niveau de nays dt-inls-
sent ave. nous les priorities
de nitre tra'. ail et parts-


gent la responsabillt de le
rdallsor, le trolslcme ,est cc-
lul d'obtenir I'engagement
et la vocallon des organis-
mes et des technlciens na-
tionaux d ns it creation de
la technologies et des me
dl1es do. ; C:a.I,:.n institu
tlonnelle pour en .proflter-
qul ci, nis I'era i.e ,compo-
sant de base de la. cooper
tAon technique, et le quatri6
me est celui de partager a-
vec cc6 organl--mes et leurs
technlciens la responsabill-
te de transferer horizonta-
lement et r6clproqstetnent
au sein des pays de sla r6-
gion, les modules fructueux
dans des pays ayant des pr,
blames et des points de vue
simllaires.

Ainsi convenous-nous AL
l' ICA la cooperation tech-
1irt uLe partlclpative, avec la
conviction qu' .le constitute
une approximation cohiren
to a evolutionn du concept
do develupperit it dans nno-
tre region. Seulement mo-
yennant uine cooperation
technique conoue et execu-
tee conjolntement avec les
pays, nous ohbiendrons que
notre apport soit central I
sa transformation et non
marginal ou retardatalre re
liltivement 'P cette transfor-
mation.


For sheer delight...
Toblerone Switzerland's
world famous chocolate
with milk,
almonds and honey









Chocolate bler

Known the world over

^ r-


I. Deuxitmement, nous a-
vons rtaffirmd notre convict
tion que cette cooperation
technlaue est partlcullere-
ment uttle ait, p ayl rinsn Is
measure o)I en elaborate
avec eux, veso les ornnler -
lois le relour des techniclen
nationaux les solutions Bux
problmes conerets de deve


PAGE 7

1-_


. . .


Ca c es, L cxrs.










tII)t


$ 1.50 et 2.00

Au non du Pape Rol
o


La Grenade :
1M. bishop craint
une invasion de
mercenaires de
air Eric Gairy

L. G I:,NADE'i lA it li

I", P !llh l INIl S!!, de Ill
Histlh p ,i p) .s t tuIts its pr'
'it. I ll. aIe ll i(
I, 1 lr t l-ntative d I/ 'i:t loll
(i lai pIil I td I 'anc't' i h('

I nvt es 1 13 MN i rs


1 tlr l l u I



I I i : ( I t ( r ii ti I (






I d I w Ii t
n .,i t i 1 i. (i iilh i 'i 1 li t t',

Si' ~ 1 .i I'Cit lll i n tis ( la 1.





i' it Ii : i it lu

Ml, i;ml ift F h 1cllh-t






'i; 1 t, i Il.Ia l
(I I, i d i Ou 11 lr i I
It,-l dI : 't'i CI'0 vi a (Ii it it






S11\ i Er: G il,:'" q0 11 C ,!'l i

it' l ii''irk ii: i r ii le
St Fi, i .. u11 (us itu
<'t;l" du" ] (if' lltrm de[


Inauguration du
iautment



l pn ts i -lil( de I AII, Dr.
\\i;ttr 1 hUotviilon, 'r Si'-


S, .i-Ser 'etairn d Etal du1
linn in D. 'pa-,rtieeunt. Direc-
icui iCe la Croix I. wc; I i i
ltcllle. Dl-. Victur Laroche,
eL d auitres pelrm ill;It,Its
1, a C tu'ct' r nle 0. 1 bati-
itclint a t' f ihaI1CeC par
1 A I D

Vcl'.', cl-drh us. l," tcxte

Si l tl t ,i i i i t | I" ii ti iali U -
o, "l ie ot '"lt*] rll





. 1. I
lt.," n 1 l ( 1" : m r i" ui


I i i I t. l i ,n


i C r i l' k w I r I i I n

ri l 111 t t- ,l', /I I 'I i it ilt
T) t -)I "t, tlIr t p o ( ,










I dit C it' t ,tmme ,d C, in-
. ,* t it 't t i i I

Ia It :


Pour vos Paiques,

AVEC VOUS CETTE ANIEE




d'elegue ainpres de

vous son envoye special

Mme. Nada Joyaux
1 I' 1 T III tFI'I NNINE IlI' ICl)MI'l I' :XPI';i. EN M A'
0 (;I.'Il,I,.(;I'; I',l'-;K.ONN.'U I.: C()O N.S'I,,S, DEMONS-
JTHA IJP N,'

PoeM Q 4 $ nr.5 settlement

i Du 9 au 14 Avril'
Mmi NAI)A ,JO)YA'X 1 IA A VO'TI,; E DI) I'OSI-
'ThI(N I',N -:, C'I.I;"S t IV lTI. AC\ .Z


Fouad Mourra
t IAIP I'i :I ENCE, TI 1I, PIHONEZ A I ADVANCE
I'OUH I'rN I)E!. RINDl.' -VOUTS AU 2-2389

BvId Jean-Jacques Dessalines


iSuite de I. lere page)

style.
Exploltant avec intelli-
gence lune overture de Lyo
nel Bayard, 11 effec'ia une
i)( rcee offensive qu'il con
clut par une ball tens Jre
adressee a Jacques Jean -
Louis qui ne se fit guore prier
pour conclure d'un du droit
en pleine foule.

Jusque la, et tout au long
de la partly l'equipe hai-
tienne alterna le bon et le
franchemcnt mauvais.
C rtaines actions etaient
marquees eln coin d'une clas
c niaissante tandis que
d'autres ibien plus nom -
brt( usies I relevaisnt d'une
exacerbante pudrilite et d'un
enervant manque de coordi
nation.

En depit d'une meilleure
preslation par rapport a
leur premiere sortie idefaite
par 4 a 1) les Dominicains
nie lirent guere le poids.
Doimines dans touEt les corn
apartments du jCei, ils i'ever
tuerent .a limiter les degits,
CIlirtout apre's le deuxienme
iblt de la selection haiticn
nie.
Ils avaient pourtant biens
commence. Sans illusion,



Cuba :

He2ortag e
Televis6 sur la
si Snatnra de
PSUniicafion
du front Sandiniste

IlA HAVANE, iAFP)
La television cubaine a dif
fuse Samedi la cerernonie
de siiznature de l'uniflcpltion
des trois tendances du ,iiont
Sandmiste de L beration Na
illonl;t l du Nicaraeua
( FSLN%
Le r( portage. f1ln1 qu1cl
QIo part ul Ni,calr:i na,,
1U t1I cal"l t vi.saties deatii -
','rlt,. six des dixricantj s j du
V ,0 )It 8 ;1 n d1 l1 lS t e i dt ll t 1 f le S
ronim TlC Henrv Ruiz, HUmber
It) f l D: iel Orl rva. Toiif asd
l(i irig JaiIn v W leej]otlu !|
SClor Ti Trado. TroiS. all trvsi
(itit'1t ttiiS Slm -ataC re.s de C etl
i itn cttil( l i 'ont pas dele ti
plnu'.s ]}our M' ));s 61're iden
I PlU "., ]}ar ICs autorife,, dul
N1ic'a'n;ir I a. Sc o cs .(olr
"'rs p)clI'Cs de lua delcatllon
Saldinill.te at Cuba.
Le FSLN, qui (.'t a 1'origi-
ni di' la gravp Crisc que corl
nil.t dcIun 1i 8 moiNs le regi
mt, d(u general AlAnastasio So
mozniI. etait divisve en trois
tIiadtltcrs qui se soilt reu-
i'es vsouvs unl commandement
national compose des neuf
s1ginataires. eCette unifica-
lion est irreversible et ine-
branlabc ,, ont declare les
six dirigeantsa fimes dans
le reportage.


HAITI


certes, en ce qui a trait a la
qualification finale d6jih as
suree par notre selection -
ils devraient gagner par un
cart impensable de quatre
buts les visiteurs ayant faith
de leur mi.eux pour contenir
notre advance, se mirent a
jouer au ralenti 'let en re
trait) lorsque le tableau d'af
fichage devenait eloquent
en ce qui a trait a 1'Issue fi
\ale.
Si. 1'6quipe national a
remporte haut la main cette
premiere serie, 11 n'en de-
meure pas molns vrai que
le public est rested sur sa
faim.
La commission technion'i
a beaucoup fire poutl o-
der cette formation et lui
donner l'homogeneite indis
pensable en vue de la pour
suite de sa carrier dans ces
eliminatoires olympiques.-



Communique de
I'Institut Francais
d'Haitl

Mercredi 11 Avril 1979, a
19 h.30, a 1'Auditorium de
I'lnstitut Franqais, aura lieu
une table ronde publique :
National ce qu'il es., c
qu'il fait,, avrc Evelyne
Balmir ", Previlor et
Christian Fauliau. IWWq"
Le public y Lat cordiale-
ment invite.



Circulaire
Port-au-Prince le 4. Avril 79
La Direction Generale de
l'Education Nationale, sec-
tion de I'Enseignement Pn-
maire, invite !es Directeurs
et Professeurs des Cours
Ioyens et Superieurs des S-
colcs Nale et des Ecoles Pri
vees a une Conference de
bat que prononcera, a 1'Ins
htu t i ,-i ti National,
1.' merrcrcdi 11 avril courant,
10:00 a.m M. Pierre Vcr-
nct stir C la situation inguis
lpilce d'HIllaii lace h notrl 'len
cigneiiin l'tl t.
VD I 'll iiportal i du suijetl
t. soil ra',pport, I la refornie
en cti)l'rs it huir est demanded
detre proesentss c. tte ma-
ni festation culturelle.
Edutiuaid M. PERPIGNAN
Directiur de IEn.signemenIt
Primaire.


OEA:
Le Costa Rica
demand
admission
rapide de deux
Etats des Caraibes

WASHINGTON, (AFP)
Le Costa Rica a demanded
la convocation rapide d'une
assemble g6nerale extraor-
dinaire de 1'organisations
des etats americains pour
officialiser admission de
la Republique de la Domini
que et de Sainte Lucie a cet
te organisation, a indiqu6
Samedi a Washington la de
legation costaricaine a I'OEA.
Dans une note adressee .r
Vendredi au President du c
Conseil Permanent, Mon
sieur Georges Salomon (Hai c
til, le representant du Costa 1
Rica, Monsieur Jose Rafeal
Echeverria, a propose gale
nent que 1'Assemblee Olise ,
lcs members de la nouvelsd
le Cour Interamericaine desr
droits de l'homme et de la I
commission interamericaine
des droits de l'homme. I
L'admission de la Domini 2
que a deja ete approuvie
par l'Assemblee, qui exami
nera Mardi prochain le cas
de Sainte Lucie, comme le
veut la procedure en vigueur
a 1'OEA. La note du Costa
Rica sera remise le 9 Avril
aux delegations des vingt
quatre autres pays membres
de 1'OEA.


President de la Chambre Legislative


(Suite de la lere page)

vers Constant a t6 elu ei
l'unanimlte du suffrage ex
prime President de la 42c.
Legislature t57 voix). Le D6
pute Rony Gilot n'a pas pu
voter, ni participer aux deli
berati-o.s conformement a
l'article 88 de la Constitu-
tio.., ecartant toute partici
pation aux travaux de deli
b6ration du Corps Legisla-
tif
C'est pour la deuxiems fois
que le Deput6 Victor Nevers
Constant, don't 1'6lection a
6te chaleureusement applau
ni par l'assistance et ses
colleges presidera lChamn
bre Legislative.


Au moment de lui ceder le sle
ge, le Presidett provisoire,
le Depute Lespinasse a van
te I-.s qualhtes morales et
intellectuelles du President
r ee e u d e I' A ssem m
b 1 e e. D an s s a re-
ponse, ce dernier a tenui a r?
m'rcier ses collOgues et pro
mis de s'elever at la hautlur
de sa tiche. I1 a en outre
jure d'etre ficlule a la Cons
titution, d'observer et de lai
re observer avec impartial
te le reglement de la Cham
bre Legislative.

Les trava 'ix, poursuivis
sous la dir'etionr du "resi-
dent Legislatif, le Deputo
Victor Nevers Constant, ont


L'epuration se pursuit


(Par Jean RAFFAELLI1.
TEHERAN, ,AFP)
Quatre nouvelles execu-
tions ont eu lieu Lundi
l'aube a Teh6ran et huit at
trees daLns la journee en prc
vine ic(ont celles de deu:
chefs regionaux de la vaL, Police Politique-). Au
total, 28 personnel ont ete
passes par les armes deputy
entree en vigueur du nou
veau reglement des Tribu-
naux 1evoluti.onnaires.

Suspendu le 15 )vars pour
une trove de trois semaines
le bras de la Just.ce Islam
que s'abat depuis le 6 Avril
avec une force redoublee, e
a la ,Une,) des journaux 0C
Teheran on voit depuis troi
Jours les visages exsangue
et devores de barbe des sul
plices.
En naux de Lundi apres-midi,
le General Amir-Moham -
mad Khadjeh-Nouri. ancient
commandant de la troisieme
armee, le general Amir-Hos
sein Rabii, ancien command
dant en chef de l'Armoe de
1'air, et 1 ancient Ministre
Manoutchchr Aznoun, fusil
les peti apres minuit ihoure
locale).
Lundi apres-midi, les ol
ficiels de la prison de Qasr
oh sc trouventi 1-00 dctenusi
politiqucs, ont indilquc que
des proc's etaient en coUt's
Solion d'aulres sources. lis
accuses seraient MM. Gho-
lam-Reza Nikpay, ancient
Maire. ancien Ministre dc
1'Agricutlture du Cabinet Hi
ivda. Chicikh Olislam-Zn
de, Ministre de la Sante dIt
meme Cabinet, ct le Genl-
ral Hosseisn Fardoust. chel
cle inspectionn imperiale
et 1 un des '.atronbs' occul-
tcs dc la , A la meme here, la radit
de Teheran annonqait I 'ar-
rcstation, par les gardiiens
de la revolutions, des Sena-
tcurs All Dachti, de Tehe -
ran, et Seyyed Assadolah
Mussavu, de Hawaz.
Cette acceleration de la
repression centre les person
nalit6s de 1'ancien regi -
me parait indiquer que 1 exe
caution, le 7 Avril, de 1'an-
cien Premier Ministre Amir
Abbas Hoveyda n'a pas mis
un Point final i la ter -
reur, revolutionnaire, mais
a ete le point de depart d'u
ne nouvelle vague de pro-
ces et d'executions.
Les reactions negatives
troissantes suscit6es dans
es pays Occidentaux, et jus
lu'a 1 ONU, par 1 execution
le Monsieur Hoveyda, n ont
ionn6 aux dirigeants ira -
niens aucun complex de cul
pabilit6.
Par la voix de leur Porte-
Parole, Monsieur Amir Ente
zam, les dirigeants iraniens
ont declare que 1'execution
itait 4justee et ne pouvait
provoquer la demission du
Premier Ministre, Monsieur
Mehdi Bazargan. La press
ranienne s est gaussee de
1 emotivitd occidental qui,
icrlt-elle, ne s'est pas expri
mse sous le regime icrimi-
nel du Chah.


u
o
x
_i
u

s




r

i

t
e
s
s


Le cas de Monseeur Bazar
gan n en retient pas moins
attention des observateurs
qui 1 ont entendu, le 15 Mars,
denoncer a la television une
justice ,deshonorante .
Monsieur Bazargan s est
rendu Dimanche a Qom au-
pres de 1'Ayatollah Khomei
ny, apparemment pour tell
ter . revolutionnaire. Des specu-
lations font etat de son in
tention de demissionner.
Mais cette eventualite n est
pas. confirmed, non plus que
la demission du Ministre de
la Justice. Monsieur Assa-
dolah Mobacheri.
Si des ti.rs plus nourris la
nuit a Teheran. et 1'explo-
sion recent dune bombe atl
siege d un 'comite,, peu-
vent laisser penser qu'une
activity <,contre-revolution-
naire > pourrait s'amorcer,
les reactions des masses sont
nettes : les executions sont
populaires. et approuvees
par la grande majority du
people.


4 iournalistes
occidentaux tues
en Ouganda


conduit a election, sur re
command ion du Depute
Daniel Delimon, des Deputes
Mettllus M. Charles. Andre
Supplicc, Jean Th. Lindor
et Stiin Arnaud Numa, res
pcctivemen't commc vice-
Presidenit. Questeur Premier
Secretaire 'tL Deuxiemc Sc-
cret lairel Bureau delini-
tif.

Les goncticnnaires
de L'USICA a
'honneur
USICA --
Le lundi 9 aLvril, i midtc
15. s C5st dt'irOU.' t', a t a ii'u
oCe co lid('CieC,' le I Ani iCXu
(, i nmo,. au..l .linm rit'caicii
a ta i II U.\',t l td DAit .111.

6a t C iiie t. ti, lie cI rtl moni t lnu','a i,

Catc(,ur \t )i.lr.in B JCli t uI"

de 1 U LbIL a t it L-.t:l iln-
ce, It's Imenanill ec cc till-

nLts par IO.liC Guiti.tl ue>
\Washin toni ri ti ecut.'lt san
ce de leur relnn-rquabie con
tribllio uxi f tleX 11
raux de la o.l., imalitc plubl:i
'uii a C Is I tl., I c ti Ici


!ai cn,..
iuoC(i.i s fnti.l.ct IU.lhIrl C

tres services de la Mission
des Etats Uni en Hail.. in
touraient i, .:s coliegues de
1 USICA.





On trouvera ia zeme edi
tiun de l'ouvrage i(Cullture.
Civilisation et Decelnppe
meant de Me. Alchille Arisl
de dans toutes les librliries
de la capital et de Petion-
Ville.


le premier tour


C ,v 0 9


LONDRES. iAF," w R Lil -'
QuaLre journllaisles O{'- 0
e cidentaux, d ux Suedois l '-t "'
dcux Allemnandis de 1'Ouest.
SiUraleisi. di it.es r ic inmtnt l -
,i ,, al nli par la oi liItr Outes o Uieurs
scecret!e du President Idi Ami
ne. affirmed Lundi le cirrr '. CocCr.S-S
) pondai eln Afriqule Orirntla 4 "r1.rlR' IKa l T'Cr A ^
Ii du DatllDiy Exprl.iss C NUNCERT PRO MYUS-ICA
l S AU PROFIT ID E
Scilon le Quotidlen Nalio- A FI
naliste Britannique, les dceux L AS' O IATION II11AITIENNE DE PIEDI TFIIE
Suedois, don't ls norilnls n'ont
tias ete precise, scraii nt lis Oriivn i i P'aht Iu lb i 1 AlbiniOnt Hacdn. i Irletn l l
corresponudans cles tilrnaux oncertIlo pur 3I Plinos it Orchftr ri C d. J S Bach
Exlplrcssen et Svenska Dada '
gblatt., de Stockholm. Le.s SSi
Sdeux AllemanIds seralcent l
Hans Bolliger et Wollrauing MICHELINE LAUDUN DENIS
Stiens. representant le Maga SERGE VILLEDROIN
zinc 'Stern, ERGE VILLEDROUIN
FERERE LAGUERRE
Le correspondent du L,, IF
ly Express,, qui cite comme Directmon
source un fonctionnaire des
Nations Unies a Nairobi, af FRITZ BENJAMIN
firme que les trois homes
ont ete arretes et passes par INCSTITUT FRANCAIS JEUDI 12 AVRIL 8 H. PAL.
les armes apres avoir tcnte Sli 3,1ts en Vt..ht a la Bone a Mus.quo. Rue Pavee 8
dienlrer en Ouganda piar le
Lac Victoria, en provenance L Admia.sion $ 00
du Kenya.

Le Quotidien rapporte d'au
tre part la disparition de
deux hommes d'affaires Bri-
tannique et Allemand, qui --" p
n'ont pas etO revus depuis
qu'ils ont quitter Kampala
en voiture pour Entebbe mar
di dernier. I1 s'agit de MM.
Gordon Parrott, travaillant
pour une society de construct
tion Britannique et Syen .-I \
Sorensen, ressortissant Alle
mand.

lort de quatre _
Journalistes .. "
allemands et-. l
suedois
(Suite de la lere page)i e meidicuot CaIs\CttcS

ment tout visa d'entree et f(aBRltUCCto c06 nos O Joups
les journalists qui s? sont DAp Ie Pett'es mLA)inl s J
pr sentes aux poses fronliepon IC
res ou 5 l 'aeroport d'En- laponaiccs tl tOtics n I
tebbe lorsque celui-ci etait OROiLe licf0t Cts usines l ,
encore aux mains ri-s for' ....s
gouvernementales SONY
et6 refoules.
En Tanzanie, les autorites VcnLE EXClUSIVE A
du pays et cells du National de Liberation Ou- \ lO C t6
ganda:s, qui coordlonne la
lutte des dissidents et oppo SONY YBuilbim
sants, ont promise aux journal 71 QuJ Ou QtLM -W
listes d'organiser un voyage
dans les <,zones liberesi. ce --- ---
voyage n'a cependant pas en--
core eu lieu.


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT I

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heaures 10 et 8 heures 30

CE SOIR

SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE Ill $ 2.00 SALLE IV $ 1.50
Virilita La raison d'Etat L'Epee et la Croix



La Selection Haitienne Le Depute Victor Nevers Constant elu ouvees de' la


(Suite de Ia lere' page)

Vicaire General du Dioce
se a la Basilique de Higuey.
A cte exalte le souvenir
de 5 journali.stes tues du,
runt la dictature de Trujil-
lo ie la presio ncie. de Bala
guer L Associaunn dis ]our
nalist-s a adri-.st utine peri
tlon a Chel d- I ELat qii
IuUr ;vr a l t nltV) (.illi rne'ssa
P"' alIl dcit )ililtl (hCi.i
pension pour leur vvi'tves,
po lur Ites l an's t I 'Ur -i-
n'ures de c lrt!ins c( it'nl1'(
eux. ain qit' l'IC l; -, ve
tirrc.s drnommnTlt ds rur,
et des Flacei s I.-. .'i.. et
mieulx rrlndre nimm'" auix
IrincllIv.s dirmocratiques.
p tr tla cf I^,e dt.squ.is ils
sotil ,i lb(,s

ACCUEIL EN' IhOUSIAi.STE
A IIELMUT SUMID)T

S:C.lO DO.INUO rU .

phoniI I (;'I r I l G.n P (.1 S
cretaniie Geveiral ( it, ,. 1.
Ri "iiiihii i,'ll tl, I)',I mii h',ii
a r a m c'.. t P .Upa I *mi-

t on.i ..' C.
t rh im i S,;',";li;' (, ... r'. _.



70 mmli s -- di p



Pcna Gon ,
Schmict;' c ii.., .
1, l. lure de I, C '
t'. Eu.ropeeinn d(< C C I .
uni ae p i iLp '. t(
ciu Part! S3); 1,I I D '11 .

PKI. av., c 'i ; -. ] a i c c-



eIdCr .. ", 1. D p0 r


aIe lna. -
Ililtit


--I ~----- --


PA 'T, n


I


LUND 1 9 MARS h879




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs