Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10360
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 6, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10360
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
mWqPgv w" ........... 2"- -%-


N PER F E C? A~IAt]A


CONTRAIRtMEN1T A FRANK MOYA PONS


Les relations

Haitiano Dominicaines
1 .1 t'II'IATlION IAlTITINNI DE1 LA PARTlE DE L'ES'1
11111: QIIQI A I'l, Tr' HOU JEAN PIERRE BOYER
lir I ll' 1 rorl ,-'I'. JIIS'I
111


I c ,III itulIIIIliir i '. ;, 11 enI
I t,, if)III loiO voliill' l(it' IVEst,
i i t i trll t d I 111B22. Allssl. till
; t ll,: till IrujillisniU trioinl
p i.. il l i t., (ilu 1110 11 l, 11105
ll 11 n I Ovoqillil sumll.s
i slls lih grhlll. Pour
o i :l\' iil itll til gllcVr' .ln-
\ ,A H ai l tluti sna I aul--
1 il !:millhi i Rodriguez De-
i:h ll ( dt.s octrihlliI'es
ti Iiv'ei ne enill, c'est,
,1 !cII" s il n 1a essayec d( in
ti ct'iq r oiisI l 'e.prlt des g6
I!('[ liMiWiN. S 'eehsives unll de-
1" dr v. 'gt'ance. Mais lln-
I: e: la fIraternitc coimme
'ilt de;.i Louis Aragon.
it ,', .1),t .s I'altfaire des
,iuple- ( I noln o cle des
] 1..i It- i1i'ii] s" '' Voila Ipoulr
.i,.' ic d l, e movement de
i ii'-.rtel m I n toli qul se dessi-
S orlt's ommlle on
ci t iinn o de Ialttre
c,l 1 ,'l i ill role rl'r arquai
S, as a condition
i : .' .. tl: ('l)minle tels.
-, aitll n irre ob

prw ,r-ssistes
(!, olr isorique
i ; i talllie 'rs, et
i ti l t1 n d ilhors lhb1ral
i,'i i-t,)r I enldre les thel
.<'1 ; c t orripees de
I r -: p ret i 'cr ',s eu rs. q u i
I t .:i ll li (l d 1 niall et a
11 ,1 litre pays.
.\, t i il r qul e 'initerpre
it'llti id M. Frank Moya
p,1, ( d, l;t:I s histioriques
I t I'i(iccupatihn hat-
*t ( t. di ; i I l ,rti orielita
S.s Boer. est pas tout
i ii f .xacte.

L 't emp s. te President
Ti :) dln iln discour's
''i'' ; 1955 en sa ca-
Sa it''tsion de la conl
it" i', nitaire Pan Ame-
"'.ictn ', mn ant elln histo-
I11i .t ci r; .:t Le senti-
i' !: pI Illltiquli des dom ini-l
I', : i'f a Ia j ,lil o'illt m ou
i tn1'1lt e(flit'ace centre 1 Es
p ,, 1' i 'l a tl a <,i' Fe-
S r 1822 oar 1 haitiens
ji -r -emparerent de notre
It,,"I t ( t(, ccupi rent du-
'.lit 22 : Ii Itoialite de
I Id S Dominue, .

A: i t' n aVini s
nu ] l4 (Clh;)r( her de dire
Ai .et de ce discourse :
'A )n',i rl iin ir qui vi1iit de

(', i it 1 .;2 ii i 'y n pI t,
I ( t .i;', I; ilt (it II t r l l 111 l

] Il i 2p i i I; I it t la u r





i (| Ii it ll I r Id I i)cl't 1e




i i 1 ij :1 tIl t' [i I 'lr tc Bt
IIII SLr' B















,i, t't li. ,i ,litd'o
It' d, '1 0 i1 )t 'll Il t




t 'it it I l' I li t I' capa






diplomatic ho1 ii seri- uer cu
1't dalt, Iti tate I(,(lle' d all






bain Cuciano Franco le con
sidltre ,ommI le plus grand
do son temps.
Enlin disonts ltout ds suite
!t i ainn de 1821 uLt consa-
frel a ila preparation de
I vnlmfiint. Des Agents disa
;,tr t ie., liti' ti re i r 1t a uite
WelWd.ti" active, ti active
c. 1 Clcntielte qu au moment
din ui Nuioc tarccrez alt-
tiliralt tI r lttt ait oem nt de
Ila Diln n canli a la grand
Cotl liier irissi l l es vilrt'
ide on tmp Cris.i Moa. Ve
II d't i'atr.s de lt a o td egiit







,it(VI dOinl atire tlout aussi
spolt.Ie a io' rstlt tenviii -
Port-au-Prince dn', e d apufs

to, Maria Salecido, de Nu-
lnez Blanco, de Morel Sant
Cruz, cliargeIe dexprimer te
desir d's habitants de IuEsi
-if lPNu -z ar mrz n


de vivri SOiN l ui constiltu-
thon hutlhlnec.
Pouvalt- -on, so deman-
dalt 1un jour le grand hai-
Lion Abel Legor, rester sourd
a un sl poignant appel ?
Ainsi, I'uutorisatlon solli-
cite et obtenue du Senat
de la Republiquc, et aprts
avoir enmis un ordre du jour
en fralnals et, en espagnol,
avisant les populations de
la parties, orlentale de soil
arrive, le Pr6sident Jean-
Pierre Boyer leva la mar-
che, en direction de I'Est, A
la tete de 14.000 soldats dl-
vises en deux colonnes, qui
devalent faire jonction at
San Carlos, village situd au
dessus de la vieille capital,
elle meme. deja par6e aux
couleurs d'Haitl.
C'est le 18 Janvier 1822
que les soldats haitiens don't
les noms en Amerique et
dans le monde elaient dej&
remplis de prestige, entr6-
rent a Santo-Domingo, pr6
redant le cortege p1residen-
tiel qui n'arriva que le 9 Fe
vrier de la meme annde.
Led's membres de l'Edilite
de la vieille capital, Nunez
Carc'rez en tfte, revetus
de leurs plus beaux atouts
le 9 Fevrier 1822. requrent
avec le ceremonial d'usage
a la Puerta d'l Conde, le
President Boyer et son Etat
Major.
Abel Leger rapporte, qu'au
peste de soumission consis-
tant en la remise des clefs
de la ville, le President les
ecarta en declarant dans
une envolee inspiree de la
plus haute politique :
-Mes sentiments, citoyens
ne sont )pas ceux d'un con
querant, mais ceux d'un pe
re. d'un frere et d'un amni,
qui vient embrasser dans
un elan du coeur les nou-
veaux haitiens qui se sont
rounis a la famille>.
Lo meme jour, selon Pin-
formatleur ] la vieille Cath6
drale. un tedeum fut en-
tonne pour celebrer l'heu-
reuse reunion des deux peu
ples,.

En verite. j'aimerais bien
demander aux colleges do-
minicains, a M. Frank Moya
Pons, au people dominicain
directement intdress6, si en
lq65 les fisilliirs ameri-
('nats debarquant 8 Santo-
Domingno, eurent un compor
teeint aussi civilise ?

Laurore ST. JUST
la domain suite el fin de
htl 3. parties.


VENDREDI 8 AVRIL t9 -.


SNo 31.0 s JUN 0 3 1976











FONDE EN 18968 LE PLUS ANOIEN QUOTIDIAN D'HAITT MEMBRE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESS


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET


Douze millions d'enfants nes en 78

mourront avant la fin de l'anrte


GENEVE (AFP)
Douze millions des 122 mil
lions d'enfants nds I'an der
nier seront morts avant la
fin de 1979, affirme l'Orga
nisation Mondiale de la San
t6 a 1'occasion de sa jour-
nee annuelle (le samedi 7
avril).
(Plus dramatique encore
est la situation de nombreux
enfants survivants qui, a
cause d'un environnement
defavorable, ne jouiront ja-
mais d'une bonnie sant6 et
ne pourront pas developper
pleinement leur potentiel,
ajoute I'OMS.

A elles seules, sept mala-
dies tuent chaque annee
plus de 10 millions d'en-
fants, alors que l'on dispose
de vaccins efficaces contrs
six d'entre elles, et que la
septieme (Is diarrhtes) se
rait Ovitee par une meilleu
re distribution de 1'eau po-
table.

Les six maladies les plus
meurtritres sont la dipht6-
rie, la coqueluche, le teta-
nos, la rougeole, la poliomye
lite et la tub:'rculose, qul
tuent cinq millions d'en-
fants par an, et laissent a
autant d'enfants des sequel
les permanontes : cecite, pa
ralysie partielle ou total,
retard mental, etc...


Pourtant l'immunisation
de chaque enfant revient 8a
molns de trois dollars par
an, infinlment moins que le
cofit social des malades.
Tous les calculs le prouvent.
La prevention des mala-
dies diarrhiques don'tt le,
cholera est la plus connue
mais la moins meurtribre)
couterait beaucoup plus cher
pulsqu'll faudralt que cha-
cun ait aces A de I'eau po
table et que les eaux uses
soient correctement collec-
tees.

C'est un problem de so
ciete et non plus de m6de-
clns, relive I'OMS, de me-
me que s'ules les socldtts
peuvent combattre la der-
nitre cause de mortality in
fantile, la malnutrition : seu
le, elle ne provoque directed
ment la mort que rarement,


mals elle rend mortelles
nombre ,de maladies, notam
ment diarrh6lques, guorissa
bles chez les enfants blen
nourris.
. L'QMS rappelle enfin que
la ,communautd internatio-
nale s'est engage 8 organic
ser avant 1990 la vaccina-
lion de tous les enfants con
tea les six principles ma-
ladies infectieuses, mals elle
admet que cela ne sauvera
pas les millions d'enfants
qui pbsent moins de 2,5 kg.
8a la naissance parce que
leurs meres Otalent mal nour
Miles.
Ceux-l ont presque tou-
tes les schancess de mou-
rir jeunes, et les rares sur-
vivants enfanteront d'autres
malheureux sans grande es
prance de vie, cperpetuant
ainsi le cercle vicieuxe dO-
nonce par 1'OMS.


M. Carter announce

une series de measures pour

la conservation de l'energie


WASItNtJTON, (AFP)

Le President Carter a an-
nonc6 Jeudi soir un ensem-
ble de measures pour la con
servation de 1'6nergi.e en


Hier, Aujourd'hui

et Peut- tre Demain
Par Carlo A DESINOR


Ali Bhutto, par la force
des choses, est entire dans
1'histoire modere: E-' le dou
te persistera longtemps bnco
re quant aux vraies raisons
de sa mort.
II a ete coupable d'avoir
eu ses idtes et de les avoir
appliquLes quand il le pou-
vail et mme qouand ne le
pouvait plus.
De tous les coins de la


I/ education en Haiti

Lettre a Laurore St. Juste
EN RESPONSE A SON ARTICLE.
L EDUCATION PROBLEM DE BASE DE LA
REPUBLIQUE D'HAITI
Par Raoul JACQUES


Ij( tulc (mip de livrcs et d'ar
tiles ont et" 'ecrits ces
tenipts dernicis pour traiter
du pinblcice de note deve-
loppement En passan t ell
r'vu Loutes 'Is causes de
nulre relard tellement evi-
dent, plusliur!; d'entre nos
,crivains se sont attardes
sur le probcme de notre edu
cation et certain d'entre
eux restent con\'aincus qu'il
est a origine de la stagna
lion et de la degradation de
notre communaute.

II n'en saurait etre autre
ment, parce qui'on ne peut
etre que le ptuduit de son
education, qu'il s'agisse de
education scoialre, de 1'e-
ducation familiale ou de cel
le de la rue, car l'une In-
fluelnce lautre et vice versa
Rappelons que en HAITI,
education a eti tout a fait
un produit de la civilisation
occidentale, Nous ne lavions
pas choisie, on nous l'a im-
posee et apres ane centaine
d'annees d'application, nous
aurions df avoir le privile
ge de l'interpr'.ter et meme
de faire des changements
au lieu de la conserver press
qu'intacte.

Ce que nous pouvons dire
des resultats obtenus jus-
qu'icl, c est que certaines
personnel en ont avantageti


Avis Important


SAGENCE

CITAIM LE

DEMAND A SES CLIENTS ET AMIS DE BILa
VOULOIR NOTER SON NOUVEAU No. DE TEL. :
EFFECTIF A PARTIR DU 31 MARS 1979.

2-5900
aaaaK~aaa" R, aao ----------BOOa------- aa


sement profit, mais la corn
munaute dans son ensemble
en a ete une grande perdan
toe.

Nous prcstntons chaque
annce aux examens de fin
detudes seconcaaires press de
dix mille etudiants. Parmi
ceux la qui roussissent, nos
unlversit6s et ecoles commer
ciales en absorbent un mil
l1er environ. Que devien-
nent les autres qui Wiont re
Pu aucune preparation de-
bouchant sur la vie moder
ne ? Ils vont essayer par
tous les moyens d'aller all-
eur, ils percent confiance
dans leur milieu et se'vadent
par n'importe quel moyen
pour ne pas finir par perdre
confidence en eux mrmes.-
Notre system d'education
present un cas unique
dans les Caraihbes; il impose
a tout le monde une conduit
te intellectuele qui ne re-
pond pas a !'aptitude des
beneliclaires, encore moins
aux besohis de la commu-
naute. Notre system d'edu-
cation a evolue durant un

(Voir suite page 2)


terre, des voix se sont Ole-
veOs, avec parfois une insis
taznce dramatiqte, en vue
d'enipcher les grads du
Pakistan de ocommettre la
copie d'un crime qu'ils re-
prochent justement 8 leur
adversaire. Un crime ne s'ef
face pas par un autr2, sur
tout quand il met en cause
un jeu politique. Au con-
traire...

All Bhutto aurait pu etre
n'imporlte qui dans n'impor
tL quel pays.
Et c-I te idee devient sim
pliment insupportable.


Perspective pour
nos communes

Dans le cadre d'un project
approuve par la Commis-
sion mixte franco-haitien-
ne; Docteur Louis C. Tho-
mas conseiller pour les
Affaires communales au
Departemetit de I'Interieur
et de la Defense Natiotale-
effectue en France; depuis
le mois de fevrier 1979; un
stage d'information et d'ob
servation sur I'administra-
tion municipal.
Grace a une cierei du Conseil de l'Euro
pe; Dr Thomas poursuivra
ses recherches au siege de
cette Organisation.
On ne peut que se re-
jouir de teIles d6marches
vu que nos collectivites lo-
cales confrontent des pro-
blemes de structure; d'ad-
ministration ; de finances
don't la solution s'avere
pour le developpement dco-
nomique et social du Pays
d'une importance capital.
Une etude d'approche des
questions communales de
differents Etats permet de
resoudre plus facilement
les notres eu Ogard Ovidem-
ment a leurs caracteres spe
cifiques.


vue de rtduire de pour cent
la consommation americal-
ne de p6trole.
Ces directives, si elles sont
observes, permettront, se-
lon le chef de la Maison
Blanche, d conomiser entire
860.000 et 1,6 million de ba
rils de p6trole par jour. Les
Etats-Unts utilisent actuel-
lement 21 millions de barils
de p6trole chaque jour.
Voici la liste des measures
annoncees par Monsieur Car
ter au course d'une allocu-
tion radio-tflevisee :

- Demand au congrbs d'im
poer.,dea 41alItes- obhlga9k--
res de temperature dans les
immeubles de bureau (Ma
ximum 65 degrts Fahren-
heit en hiver 18 degres cen
tigrades minimum 80 de
grks Farenheit en 6tt 27
degrees centigrades). Econo-

(Voir suite nage 7)


Tdl6phone : 2-2114 Bolte Posg^le : 1316
Rue du Centre Nr 212


MOSCOU (AFP)
Sous le titre la Police centre le Peuple,,
I'Agence Tass a accuse, jeu
di, a Moscou, le Comit6 Cen
tral du parti communistes
chinois d'avoir ordonno des
repressions centre les au-
teurs des naux Muraux> critiquant le
regime.
Sous la signature de son
cobservateur politique, M.
Mikhail Yakovlev, l'Agence
sovietlque Ocrit que cda pres
se offlclelle (chinolse) ne
cache pas que les rdpres-
sions actuelles sont ddciddes


par le Comite Central du
parti communist chinois
qui a donnd mission aux or
ganes looaux du part et de
administration d'empecher
la vague grandissante ,de d6
sordres dans les pays.
Tass voque un article du
journal de Pkin <(BeIjIn Rl
bao equi reconnalt, affirms,
1'Agence, q u e i'arm6e
est intervene aux cotOs de
la police, des companies en,
tires de soldats aidant
malntenant les policlers k
maintenlr l'ordre sur le r6-
seau des transports et arra
chant des Dazlbao et des


COLUM-IIq MFPi'IrIAL


Oulanda :


Prise de Kampala selon FNLO


DAR ES SALAAM (AFP)
La vlile de Kampala a et6
completement prise par les
forces du eFront National
de Liberation de l'Ougan-
dac, announce vendredi soir
un communique du FNLO
diffuse a Dar Es Salaam.
Le communique declare :
sKampala, la Capitale de
l'Ouganda, a ete complete-
ment occupee par le Front
National de Liberation de
l'0ugandav.
eL'enftemi, pursuit le com-
munique, a subt de lourdes
pertes en homes et en e-
quipement. L'objectif du FN
LO, ajoute-t-ii. est de sau-
ver autrnt de biens et de
vies humalnes que possible)
Le FNLO demand aux
tetrangers et aux civils in-
nocents> de quitter Kampala
pacifiquement.
xxxx
IDI AMIN DADA
Le Mar6chal Idi Amim
Dada don't le regime chan-

A -GALA DE

GALERIE>

L'emission televipee Gala
de Galerie, animse par Ge
rald Alexis propose cette se
maine a notre r6flexion les
problems de l'enfant aban-
donn6 et ceux de l'adop-
tion: la possible solution.
La visit d'un orphelinat
de Port-au-Prince (le Foyer
Consolma) et intervention
de Madelaine Bourelly La-
roche, brillante psycholo-
haitisnne, consultant scolai
re et representante en Haiti
du Conseil International de
Psychologie, promettent d'e
tre edifiants.
Encore un element inte-
..essant au dossier. de l'an-
ne..de 'l'enfance, qui interes
sera plus d'un, aussi nous
recommandons h nos lec-
teurs, ce Gala de Galerie du
Lundi 9 Avril prochain a
h-ures p.m.. Comme de co.
tume l'emission sera repri
se le mercredi a 5 heures,
sur le canal 2 de Tele Haiti.


celle apres la chute de Kam
pala annoncee vendredi solr
8 Dar Es Salaam par le
FNLO (Front National de
Liberation de 'Ouganda)
apres plusieurs ours de corn
bats, est ne en 1925 dans
une famille pauvre des bords
du Nil.
Entre dans 1'Armde Britan
nique en 1946, 11 est Ser-
gent er 1350 et prend no-
tamment part comme Lieu-
tenant a la repression des
emeutes Mau-Mau du Ken
ya en 1952.
L'Independance de I'Ou-
ganda en 1962 lui offre sa
chance. II est commandant


en 1963 puis Colonel en 1964.
Nommm en 1966 Comman-
dant en Chef des Armdes,
il expulse le Kabaka (RoiO
du Bouglnda de son palais
de Kampala. Ancien Premier
Ministre. M. Milton Obote
devient President.
La 25 Janvier 1971, il ren
verse ce dernier. A 46 ans,
ii devient President de la
Republique.
Dans les annbes qui sul-
vent, il cumulera les man-
dats, se faisant nommer
qPresident a Viex, Chef du
Gouvernement, Chef des For

(Voir suite page 6)


Debuts victorieux


de la Selection Olympique
HAITI REP. DOMINICAINE: 4 1
UNE BELLE AMBIANCE


La qualificatino est prati-
quement assure pour 'I equi
pe olympique d'Haiti. vain-
queur de la selection dom'-
nicaine par 4 buts a 1 3eu-
di soir.
Une quinzaine de milliers
de spectateurs avaient fait.
le replacement au Stade
pour voir a \'oeuvre la s^-
lection olympique nouvelle-
ment formee.
On avait fait grand hruit
autour des progresss du foot-
ball dominicain. Sur le tir
rnin c'est pourtant 1 'quioh
haitienne qui fit l'essenti'l
du spectacle.
Sans clat certes. mais a-
vec un cran admirable et
x x


un P ., ':" d ldous les
instants i- -nt i o-,i-'npiques
ont su o it n-,r lr vi-
dentc" d :.: ]i l eu
coi;.'cLif.
C"';a b'nD ;,'.:t'd mani
fste o ,a ui i r(s belle
c rocr, .. '- r" -.,,ture ?t
une Do ;:'i( i'.= reprise
par des mt -, r. dc poitrine
out d:Altn' :in o i I cqn chet
a '.. "' nide *'t,'r ier o de le
quipe olympique.
-LE MATCH
Le but d? Rafael Perez Go
mez es', arrive ( ommne une
douche d eau glacee.
On ne louait que depuis

iVoir suite pape 61


APRES LE MATCH HAITI DOMINICANIE


Rene Vertus fait le point
<

Lentraineur national Re-
ne Vertus recolinait certes
les points fragiles de ss'
selectionncs. Mats il rsi


EN CONCERT A LINSTITUT FRANCAIS LE JEUDI 12 AVRIL


L'Orchestre de chambre Pro Musica

jouera



L'orchestre de chamnbre
PRO MUSICA est 1'un des
trois orchestras haitiens spe
cialises dans la musioile clas
sique. Les deux autres sent
celui de Sainte Trinite et
l'orchestre National dirige
par le Major Iphares Blain.
II n'existe aucune rivalite
entire ces trois orchestres,
don't les chefs et musicians
entretiennent les relations


GERALD MERCERONi-t. N

les plus cordiales, dans un
remarquable esprit de res-
pect mutuel.
L'Orchestre PRO MUSIC,
dirige par l'excellen. violo-
niste Fritz Benjamin, no
comprend que des instru
ments A cordes violons, via
loncelles, altos et contrebas
se, mals a occasion d'au-
tres instruments peuvent y
etre incorpores pour l'execu


Le Discours de M.


Auguste Maingrette


Monsieur le Reprdsentant du
President'a Vie de la R4pu
blique et de la Premiere Da
me
Messieurs les Secretaires
d'Etat et Sous-Secretaire
d'Etat
Monsieur le President de la
Chambre Legislative
Monsieur le Directeur de la
BNRH
Autorites Civiles, Militai-
res et Religieuses
Mesdames, Messieurs,
Il m'dchet l'insigne hon-
neur de porter la parole en


cette occasion solennelle
pour vous souhaiter au Nom
de 1'Office National du Lo
gement et en mon nom pro
pre la plus cordial bienve
nue, et de vous prier de trans
mettre h Leurs Excellences
le President A Vie de la Re
publlque et 8 la Premiere
Dame nos sentiments de pro
fonde gratitude et d'espoir
de toute une population dans
un avenir meilleur.-
Les criteres qui determi-
nent le sens des responsabi
lit6s sont si bien dtfinis
dans les actes posts par le
Chef A Vie de la Nation
qu'ils incident a 1'action et
postulent une vision global
du dtveloppement.
Telle est la reflexion qui
nous domine en cette circons
tance historique quil concreti
se ce reve cher A tout hai-


slogans qui ne conviennent tien quest la pose de la pre
pas aux authorities. mitre Pierre du Complexe
cAlnsi prend fin le jeu de Residentiel Jean Claude Du
la democratic pour le peu- valier KCRJCDv
ples auquel se sont livres
'les dirigeants chlnois, pour- Il nest un secret pour per
suit le commentateur de sonne que depuis une ddcen
Tass. ne le pays traverse une cri
Les chinois commencent a se de logement qui, sl elle
comprendre avec de plus est une affirmation d'un in
en plus de pOecision le cotd tense movement de migra
mensonger des promesses tion interne, de la presence
des dirlgeants actuels de P6 de nombreux Otrangers et
kin qui avaeint prompt d'as du retour d'autochtones A
surer Tessor 6conomique et a terre natale, grace au eli
I'61evatlon du niveau de vie mat de palx Instaur6 par le


(Voir suite page 6)


(Voir Suite Page 7)


tion d' ouvri's exlgrutl un
autre type d orchestral ion.
C'est alnsi IU 'on pourra
entendre ce rentm rquable Or
chestre haitlei. I*' jeudi 12
Avril 2 8 heures s.u soir, a

(Voir suite page 6)


leur avenir au course de
leur prot',Lhai .' sortie f l(t r-
nationale. Eni tcmoiL'ir dd il
luir. la. sat isf;'t. iont qclui se
di imuiliitl, d 'il i nilm nt iur



Sent riiiieur Jnt li o ,i)
Mumica,


I itv c un.' ci 'rl lt' inc iit l-

i'eqltipt liat i ie tll' It'cu i I or
de ]av\'el nll' -s il v 1 (.:,'o
re beancou p aI lall'r/ lnIS
lail tau i-11 i 'Ir soill' au tlt Ia
Cdr Sylvi ()('at r apll's IC
match. II p,)luliuiv lt ]a
formalion allilnei fact aiix
dominicainst sira remanlee
rn unl celLain slmns. Nous a-


IVoir lsuiie page 6


Le PDG de Cine Triomuhe
fait une mise au point


Pox%-au-Prince,
le 5 Avril 1919
A la Direction
de Radio Metropole
Rue Pavee
Messieurs,

C'est avec le plus vif in-
terkt que j'ai suivi votre e-
mission de ce martin laquel
le, a retenu toute mon 1at-
tention.
Propriktaire de salle de
theatre, je m'en voudrais de
repter sous silence. Aussi,
c'est avec un reel plaisir que
j'essaieral non pas de discul


per certaines decisions pri-
ses par notre Adminisra-
tion mais. d'eclairer laI lan
terne de certain et surtout
d'edifier l'opinion publique.

Dants cette emission, vous
avez parole du spectacle de
M. Aznavour done, la Direc
tion du Triomphe se trou-
ve directement concerner du
faith que l unique represent
tion a eu lieu chez nous. M.
Aznavour a Ote contract
par les Productions Rene Ma

Voir suite page 8)


Coin du Jardinier

La Flore Medicinale
Depuis toujours; I'homme les superstitions; les legen-
a etudie le secret des plan des. Elle s'est service d'un
tes qui guerissent. II a par plus grand nombre encore.
fois paye de sa vie une ex Contre l'insuffisance du
perience. Peu a peu; il pro foie et la paresse renale;
gressait dans la connaissan les especialites) a. base d'ex
ce du monde vegetal. II dis traits de feuilles d'arti-
tinguait une crucifere d'u- chauts sont connues; com-
ne solannee et considerait me pour provoquer les
l'une comme une amie menstrues I'apiol extrait
l'autre; comme une dange- des fruits du persil.
reuse inconnue. La vialeur Chaque region du globe a
therapeutique des plants ses, sherbes gu6risseusess;
s'6tablit ainsi par experien ses ecorces et ses racines
ces individuelles; puis par mysterieuses. Nul n'ignore
tradition orale et 6crite. chez nous la valeur diureti
Les plus anciens ouvrages que' d'un (th6 de feuilles
chinois et les vieux textes de panzou et de loup-ga-
indiens parent de plants rous; d'un athe de derriere
,m6dicinales. A la fin du doss centre la malaria;
XIXe si6cle; on en relevait d'un bain de feuilles d'oran
treize mille. La science m6 ger pour provoquer une
pdjrai gi a abandppalJ pO transpiration abondantk.
grand nombre qu'ont cepen
dant maintenu la tradition; Voir suite page 8)


Chine/ URSS: Analyse du Kremlin

sur la situation interieure en Chine


II I II


LYL..;.- :. -~' '--;. .I".-.-~.-iU...~'~L*jWiiCCuhii~YLI~i~i ~l*t~iiWly~l~slLLIPYII~II~Y*sUII~~


L



it mi t quant it


LE 8UCCES DE LOUVL AGI
DU PROFESSEUR ACHILLBI
ARISTIDE
26me Edition de
(Culture
Civillsation et
Developpements
L'lmportant ouvrage de no
tre collaborateui, le Profes
sour Achille Aristlde :Cul-
ture, Civilisation et D6velop
pemente a connu un grand
succes de Librairie. Des sa
parution, 11 a Ott saluo par
la critique qui le consldere
come un des ouvrages les
Voir suite page 8)
I


AL



















' \ (' nI.i:ll iv v ( .. (Ai'Pt
Al d lvii rlrtiin fid iler quiats

(li t d\ Is i'phir n l tiot i nti l



11n i 1i1irir rll. str, p i'o s i r
oi t *1( riiil'di' iogr aphiq ri
mndialt e n 1979, prslti te du
] *;II illl P"'i d min u ittrl 01quS

( :l de I )NUi el publ6 jeu
di '! 'c! si It, tr'olsie'
rI ii Ci i Mna l' p l'lr sle
;c[-C 'l.'i:,i;lln lsirns precedent
f 1 rccriSoli.ement dmogra
phlque mondial de 2,5 a
4 milliards Pn 25 ans -U 11.
\ n ll ensuite un .coup d'ar
. nI memre sl ,Ile processius
re s'est pas Inverse notable
Inc"t dnnis hIcs panys peu cd
\, In 'pp6 \.


PPWE 2


tl


los l prvlislons do I'ONLI
p i)tl'.ir ill. tcO rapporlt, iPrm 'i
lellt dme po i r (I llu :.. ir
(I'lu'frtls seinp ,i ',h inv bul ., IIr-
( illo ncnlt 6cVtjlui \ ,,i vlrtin
1.1) I)(tir cnt, cofnaltra tin
I l'ircis:iielent., lent al 6id-
part,. iilis inmarqu6i vora la
iln de II d6cmnnlle 11bU- 19l0,
pour atltelndre nviron 1.5
l ii i'centl It II I fin du s, olls.

Le rapport prLsonl,t anu
Constil eollnoiliquc et social
est fond' sur la revision des
estlliualoils dlmograpIliqiles
d.' (ONU, effective en 1978.


II falr valoir que le fd6-
chissement prdvu seralt im
pu:.able essentiellemelit A la
bai-s', de ia fcondltie dans
les pays en ddveloppoment.

II rameneralt leur taux d'ac
erolssement demographique
du ch1ffr? actuel d'environ
2.2 pour cent A 1,8 pour cent,


;p,,,l-i:'li I 'ninn 2(100. C,
l, t Il-.r,'fvnt r.orifli |m)II'ii
bid reili un'l (;IF.l mult
dra, \ ull rcIdurcion ilI
taux d accrol.iemelit dtno-
;,ltljhIlll( di is les pays d0
vluppfo. i.' fralsant pnseCT
de 0,1 poil' cont iart"lle-
mant,a enrs-n O0.5i5 our
cont.

Le rapport prc\ise que
c'est dans los pays en daVe-
loppelment que s? rdallsera
w0 pour cent de laccrolsse-
mnent attpnrui de la popular
lIon mondlale.

En tout cas, la revision
des provisions d2 1,ONUL ef-
f-f.u,- :- r-n J1 9'T fl a. 61.ir, d'u
ne population mdndiale de
6.2 mnilllalds d'tmes e 1'an
2000, infdrieure de 40 mil-
lions seulement aux
evaluations continues dans
les projections effectuods en
1973.


D mographie mondiale


(Suite do la lare Page)

s1celc sans Jiii ials piondre
,en c'ohsidaratinl qu'a tra-
vre le mnontic dine r6volu-
tion techlnoluvique sop6talt
et ac''rttiLe-tqips nous nousl
Atiollons..

Leos ridnrints annt.Ift. No-
tro agrlcultuire b t. enhiore
base sur le systemes colo-
nlal, eile est destin6e en ma
jeure partle a l'exportatlon
et la part ruserv6e a Fall-
men action de ia -population
est tellement n6gligeable
aue notis sommes f1roeds
d'impoitter.,nos anjcnts :1iA
base.
Le coup dC grRce hoiss a
6te donno, dorant la second
de girerr, mubLdlale. Cir,
pour drs promesses 'quil
n'onit jTals i td te'nues,
nots avons accepted de do-
vaster nos bananertles, nos


champs dO eCcao at nutres
products altmeniaLreB pour
lalre place & la trypsutU-
gin, au Sail et nouG con-
naissobis aujolrd'hul lee dd
easitrux mr6falts de oes me-
sures 'prisel trop i la Icngo
Pe. Nous avans about & la
Iat du vitgfltPme flACe t u-_
ne situalloh parollle 6 cell
ipt\ a .-exit en Etrroae, A 1"6
poque Mddldvale -oi i flmi
ne se r6p6tait a un rythmra,
cyclique presque r6gulier.

Dans la -pratique quotidier,-
ne de la vrie de chez nous,
quest .qu'o observe a toute
pdihsA ai e ? "N'esi-ae iAs
notre manque ,de cadre, no
tre tIncompeterrce dlt notre
ticsfacett d tssrer l'en-
tretitn ties outtils, des dqul-
pements, 'des 'lotaux, ties
voles de comunimlcatlon, part
tlicalirement de la 'vole ma
rltilme, et notw? Irndfference
au sacrifice sy.tematique de
l'environnement
Il est devenu une histol-
re courante chez nous que
des machines lourdes solent
abandonnmes A c6td des rou
tes as defaut de reparation.
Nous entendons mention-
ner r6gulidrement a la ra
dio que les groups 6lectro-
genes installs dans nos pro
vinces sont en panne et
qu'lls Ettendent lYes technl-
clens de Port-au-Prince
pour les remettre en mar-
che.
Nous avons perdu le b6n6
flee de 1'usagp des pompes
installdes darn toute la plal
ne du Cul de Sac, avec mo
teur, reservoir et reseaux de
distribution d'eau. Les mo-
teurs Dleseb cat &td utilli-


VENDREDI 6 AVRII. 1979


CARNET SOCIAL


sds jusqu'A cce qu'lis soeont
mis horse d'usage parco quo
I'hulloe do 'lubrltication des
'pistons n a Iamaels ec re-
nouvelee.
N eat-ce paR I'effet do no
tre education toute superfl
clelle et toute litter.ire qui
nous a valu tnnt de decep-
thons et tant oo deooires ?
Te somrfies n-ons pas passes
a& c6t6 de la discipline de- la
pensee acientifique qui est
unique vole du progrbs. Ne
croyez-vous pas que les fac
teurs essentiels devant as-
surer notre developpement
nous ont dohappe et qu'il
,'uoe taitira redtibiler d'et-
fort pour nous rattraper.
siad't oh accuse tout le
mohtle, 'on r'accuse person-
ne et nous ne voulons nulle
merit perdre notre temps a
trouver des cibles. Nous vou
lons tout simplement poser
le problem et demander a
tous ceux qul sont concer-
nes : que pouvons-nous fal
re pour apporter une solu.
tino a un probeime qui tou-
che notre existence memo ?
Les bases posees par le
Gouvernement depuis lPs
six dernieres annees, danr
le domafne, de linfrastruc -
ture, de l'ouverture h 1'exte
rieur et du dialogue franc
et sincere, nous paralssent
essentielles si nous devons
nous engager dans la voie
du progress. Quo le Gouver
nement trouve un stimu-
lant dans les projects reali-
ses et qu'il trouve dans le
bien qu'l se propose une
raison de plus d'encourage-
ment.

Raoul JACQUES.


Deces du jeune
Pierre Michelet
Marsan
Pax Villa announce le di-
ces survenu le 4 Avril 79 a
l'age de 23 ans du Jeune Pier
re Michelet Marsan.

En cette penible cirrons-
tance Pax Villa et Le N1r-
velliste presentent leurs
sympathies a sa Mere Ma-
dame Yvette Vital, a ses ite
res Schiller Marsan. Wes -
ncr Bonhomme Eliacin, a
ses Oncles el Tanles Mmn-
sleur et Madame Alphonrse
Lumene Vital, Cephlta Vi-
tall, Monsieur Yves Moril
Joan Mary, Doudo'.i Jean-Ma
ry, Jean -Jean Jean Mary,
Betty Jean-MAry. Viviane
Jean-Mary. Claude Andree,
Jean-Mary, .ses 'cousis et
cousiines Pierre Franeorls VI
tal. Moril V t;i, RPtnealr
Vital, Monsieur Pierre Louis
et Madame nee Jos t'e VI-
tal et eonfants ,losei'n 1ine Vi
tal, Yolette Vital. Rose Mai
rie Louis. A Isaac Milord.
Fausy Matheus, Ritz.a et
Pierre Manigat. Frank Pier
re,. Josephine Pressoir. Aux
families Marsan. Vital.
Bono, Bouth. Mompoint, Bi
joux. Mayard, et tous les
autres parents et allies o
prouvds par ce deuil.

Les fundrailles du Jeune
Pierre Michelet Marsan se-
ront chantees le Samedi 7
Avril a 4 heures P. M en 1'E
glise du Sacrd-Coeur de Tur
geau. Le convoi partira de
Pax Villa Sacre-Coeur ot la
ddpuoille mortelle sera ex
pose dds 2 heures 54
X x x X
Deces de M.
Asdrubal Desir

Pax Villa announce le d6
ces survenu le 4 Avril 79 a
l'Hlopital Francais a 1' ge de
70 ans de Monsieur Asdru-
bal Ddsir.

En cette pdnible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste prdsentent leurs
sympathies A ses enfants M.
et Madame Rdgis Saint-Hi-
laire, Madame nde Mireille
Ddsir, Madame Maryse Dd-
sir, Monsieur et Madame Lyo
nel D6sir, Monsieur Fritz Dd
sir, Monsieur Ernst D6sir.
Mesdemoiselles Junie, Fran
golse, Catheline D6sir, Mon
sieur Max Ddsir, Keteline Dd
sir, ses petits enfants Lud
mille et R6ginald Saint Hi
laire. Nancy Nicaisse, Fritz
Elie D6sir, A ses frdres et
soeurs Monsieur Abigaillon
Desir, Monsieur Ney Carrd-
nard, Monsieur et Madame
Anthony D Macombe, Mada
me nde Eliante Carrdnard ac
tuellement A New York, M.
et Madame Fritz Moise, Ma
dame nee Nive Carr6nard,


Pricles MiAchel B
Lea PoMrpcs Funhres Pa cc
ret-Plerre-Louts vous annun n
cent le decds de Monsieur Pe S
ricl6s Michel s
A sa fille Honortne Mi r
chel, a ses petits-enfants : t
Monsieur et Madame Wil- e
ner Princivil, Monsiear' et
Madame AbusirI Gordon, Mon s
sieur et Madame Se&ge Ml- c
chel., seS rnevoux et niecess r
huioand Mondelus. Sylvio
Jean, Marie, Rosit et Jean 1
ne Michel, Carmen Perni- i
gnan, Madame Gesner nde
Marie Thdrdse Miche-, a ses
cousins et cousins : Andr6
Jean Marie et Madame Char
les Jean-Marie et I.adame,
Odette Dorfeuille. Aux fa-
milles Michel, PrincLvil,
Gordon, Jean, Perpignan, Jn
Marie, Dorfeuille, nous adres
sons nos vives sympathies.
Les obseques seront c6dl
brees domain Samedi a 4 heu
res p. m. en l'Eglise St Char
les de Carrefour oft la de-
pouille mortelle sera expo-
see dis 2 heures. 64


Deces de M. Joseph
KlMbert Jeanty
Les Pom-pes Funebres Pa-
'ret Pierre-Louis vous an-
noncent le dhces de Mon-
sieur Joseph Klebert Jeanty
A sa veuve nde Specula
Jeah-Louis, son fils Antonio
Jeanty et famille, sa fille
Madame Serge Pierre Saint
nee Marie Carmelle Jeanty
et famille, a ses soeurs Ma-
dame Maurice Freddric et Ma
dame Morice, a ses cousins
et cousins : Eugene, Etien-
ne, Fraxitene et Herman Du
may-Mellon. Pierre, Jean
Laurent et Lourde. Solange
et Denise Jean Baptiste. Tis
son et Willy Frederic, a ses
petits-enfants : Antonio Jr.
Fri.tzner, William. Yvon et
Mirlande Jeanty, a Madame
Carnold Samedy et famille,
a Madame Ulrick Guilloteau
a tous les autres parents et
allies, nous adressons nos
vives sympathies.
Les obseques seront chan
tees demain Samedi a 4 hoeu
res p. inm. en l'Eglse Mfetho
diste Wesleyenne oo la de-
pouille mortelle sera exno-
soe des 2 heures 64
xxxxX


Port-au-Prince le 6 Avril 79
'Carnilus JOSEPH.- 64


f


sademolselles Laure et Jea
ne Carrinnrd. Madernol -
li; Ruth Jamecau. s a
uiIInS el couslni'. Aux Ia-
mil1es : De1,r; Carrenard,
ainit-Hlalre. Macombe. MNol
, Nicolas, Joisialnt. Ja -
aBu, Duffault, Jean, et h.
'us les autrres parents et
1116s 6prouv6s par cc deul.1
Les fun6railles de Mon
,er Asdrruba.I D..:.,r -erornt
hritOree- le S:m.am i Avrill
I, l Egclie P.aru'l'al. de
acmel ajq heures P. M.
I. B.L'tnhtination aura l1eu'
Jacmei. 64
xxx
iDkci jde Z


Pax Villa annoncr dd-
es survenu le ler. Avril 79
.e Canrobert Alexis.
En cette prnible circons-
ance Pax Villa et Le Nou-
aelliste prdsentent leurs
ympathies a sa veuve n6e
Louise Joan Baptiste et en-
[ants, h ses enfants Mon-
sieur et Madame G6rard Ar
amin Madame n6e Nellie
Alexis et enfants, Made -
noiselle Gislene Alexis, a
ses petits enfants Michel-
Guy et Martelly Alexis, Ge
nevieve, Valdry, et Gerard
Junior Artamin, a sa fille
Adoptive Madame Alexis A
lexandre et son epoux. a ses
freres Monsieur e tMadame
Pitt Alexis et enfants, Mon
sieur et Madame Jude
Alexis et enfants, n ses
soeurs Madame Andrde A
lexis et enfants, Madame A
melle Alexis et enfants, a
ses neveux et nieces Mada-
me Jeanty Dorcd et enfants,
Monsieur Andre Francois. M.
et Madame Gesner Alexis et
enfants. a sos cousins et onu
sines Madame Veuve Ray-
mond Regnier. a ses beau-
freres Monsieur et Madame
Moleus Paul et enfants. M.
Leonce Paul et enfants. a sa
belle fille Madame Edith
Jean Charles. Aux families:
Alexis, Alphonse, Sal-it -
Phar. Camille. Jean-Baptis
te. Dorce. Paul. et a tous les
autres parents et allies e
prouver' par ce deuil.
Les funera'lles d" Mon-
sieur Canrobert Alex:.; se-
ront chante.s le Samedi 7
Avril 79 a 4 heures P. M. en
l'Eglise St Gerard o1i la de
pouille mortelle se'ra expo
see dos 2 heures. 64

Deces de Mile
Louisme Chancy
?ax Villa announce le d6
c('s survenu le 2 Avril 1979
a Il'Hpital Canape Vert de
Mademoiselle Louise Chan-
cy muni des Sacrenentr s de
l'Eglise.
En cette poniblr' erenns-
'rnce Pax Villa et I.e Nou-
vel l'ste pre':entent leurs
sympathies i sa sour Ma-
demoiselle Marrot Chanrcy,
ai s:a iir'ee Mrrflonoisrille Ma
ri' C(':re' Ch'liar'yv. et a toUs
les autres nDai r1nts (t il lies
eplrouve'6s par 'lce drit'll Le;
fuillneraille.s de' Mademrisel 1
le Louars Chancy ,, r'ont
chante.es le Samedi 7 Avril
a 4 heures I'. M en 1 i'EIllsre
SI. Pierre de Petion Ville.
Ie convoi partira de 1' Sal
Ie Paro!.'s:alh, t' ,I drpouil
1' mortillc hera'i ( ")osee
des 2 heures
L'Inilhuma:.tion aura l .ei,
Portl-atu-Prin'e (6i4

a merdcrNents
et messed

Monsieur lI ionr'iur Leon
Jourdan. Mademoiselle Ame
lie Jourdan. Madame An-
dre Riobe neo Laurette Jour
dan, Madame Helene Cou--
pet. Monsieur et Madame
Leon Decatrel. Monsieur
Georges Coupet, Monsieur et
Madame Joseph Rodrivuez,
Monsieur et Madame, Victor
Saint-Louis. Mesdemoi'el les
Monique et Solange Coupet,
Monsieur Raymond Coupet,
Monsieur et Madamre Henri
Jourdan et ous les autres
parents et allies profondo-
ment touches de toutes les
marques de sympathie re-
ues des amis a l'occasion de
la mort de leur regrettde
Henriette Jourdan enlevde
a leur ahfection le 14 mars
could, les prient de trou-
ver icli 'expression de leur
profonde gratitude.
Une messe pour le repos de
son fme sera chantde en 1'E
glise du Sacrd-Coeur le
mardi 10 Avril a 6 heures
45 du martin. Les parents et
amis de la regrettde ddfun
te vous print d'y assister
ou de vous unir a eux par
vos prieres 64

xxxx

AVIS MATRIMONIAL
Je, soussignd, Carnilus J3
seph, avise le public en
genera. l et le commerce en
parliciuler que je ne suis
plus responsible des actes
et actions de mon spouse
nee Esperance Jasmin pour
injures graves et publiques,
une action en divorce de-
vant dtre intentde centre
elle sans dd1ai.-


L'education en Hail


TOUTE L'ANNEE,






DEGUSTEZ LE, JUS DES FRUITS HAITIENS


Une rYelssite haitietine!


~r-;3cr///~st S~JC/C~"Jr~:CPJC~;rJ/~P~C~3rb~%S~Pf~Jr~P


f I cti~ 'f A i


.. ,





















A cru fr:at 60000000

0Ad'Americains




NOUVEAU TUBE GEINTfSUPER EGONOMIQUE p eferent Colgate!


PROJECT D'EDUCATION
GOVERNMENT
IIAITIEN
IIN.ANQUE MONDIALEI
BOITE POSTAL : 2162
ltef. No. :
Avis d'Appel
d'Offres
l.a lrec'lon Tan 'roJet
( Education No. 2 Gouver
nement Ilaitien Groupe
de la Banque Mondiale,
dans le cadre de I'Accord
de Credit 770/HA, se propo
se d'acoucrir Dix (10) Vehi
cules tout Terrain d une
contenaice de cinq per-
sonnes. Ces Vehicules se-
ront mis a la disposition
du Project d'Education No.
2 en vue de son execution.
Les documents d'Appel
d Offres peuvent. etre reti-
res tous les jours ouvrables
du 28 Mars 1979 au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. A 4hres
p.m. a l'adresse suivwante:
Project a'Education No. 2
Government Haitienz Ban
que Mondiale
C/o Departement de I'Edu-
cation Nationale
Cite Ge l'Exposition
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box 2162
Adresse tltegraphiquo
PEGHBM
Port-au-Prince, ce 27
Mars 1979
Ig. Nicolas SAINT-LAU-
RENT
Directeur
x xx x
Recyclage de
Mathematiques
et de Francais
Le D6partement de 1 Eclu
ration Nationale avise les
professours qu'un Sdmlnaire
(id recvrla;ik pour les profes
sours de Malhemat11ques de
;I (iim, a la 1,re ct de Fran
( 1'.s d e la cl s(, de ( me,. anll
r'I lieu du lund i 16 Avril
:u vrndrrdi 20 Avril 1979 1a
linstllit ult Pdagogi(lle Na-
t lonal
Ii1 lur est, dnemanrd6 de ri
cl:min(r do leur Dltrcteur des
f(illos ( 'lniscriptionh on de
plsl ar a la Sectloni d( 1En
ol;nvoomrment Scoondair rpour
r mnipll r les l llnnalllt(s d'l, L
oriprlllon.
1, ur permiilre ;iu Comltti
1( .,I ,| '1 ,n ,,m l dc form er lD s
(ll(frillts r, fillrl de Irai
vail t, fael.llitor la prl para
i(n d do(llcurilisn la date
llill, t I, ( Inscriptions (11
(coninenciron ll e 2 Mars
(,l lixc au 5 Avrill 1979.
1',irl au I'rinee Ic 19 Manr
1979. 54
V I vX x
AlIvINISTRATION
(;I,..IltA S.-, I,'S
(ONTRIBUiTIONS
AVIS
Le Directeur General des
Contributions confirm dar.,
touted sa lorme et teneur l'a
vis en date du 13 Fdvrler
1979 public dans les jour -
naux de la Capitale.
Cet avis est ainsi libell6 :
11 est demand aux pro-
priftalrs et, a tous les int6
resses de communiquer, dans
le meilleur delai, a la Divl
sion du Contentieux de 1'Ad
ministration G6nerale des
Contributions tous les titres,
papers, pieces ou documents
justifiant leurs droits sur
une propriate fonds et batis
ses, sise a 1'Habitation xFER
MATHE, Section de l'Etang
du Jone, Commune de Pe-
tion-Villle.
Cette proper Suli d'une con
tenance de 5364m2 37, ducla
ree d'Utilit& Publlque par Ai
rit6 en date du 19 Septembre
1978, Moniteur No. 71 du 12
Octobre de la meme annde
est bornee au Nord par Gol
bert BIGIO pr6tendu pro-
pri6taire, au Sud par la Nou
velle Route de Kenscoff, el


A 1lEst par une route de p6nd
traction donnant access a
la route de Kenscohf et
a l'Ouest par Madame Beda.
ainsi connue, pretendue pro
prietaire.
Port-au-Prince, le 27 Mars
1979
ODonel FENESTOR, Av.
Directeur General
xx xx

INSTITUTE
DE DEVELOPPEMENT
ET INDUSTRIAL
AVIS
11 est porte a la connals-
sance des int/resses que
1'Institut de Developpement
Agricole et Industriel (tDAI)
procede au recrutement d'un
Analyste Financier pour sa
Sucursale ds Cayes.
Les candidates seront re-
qus a son Siege Social sis A
1'angle des Rues des Mira-
cles et Americaine a Port-
au-Prince pour une inter-
view du 16 au 17 Avril cou
rant, et au Bureau des Ca-
yes du 19 au 20 Avril entra
9 h. A.M. et 12 h. A.M.
Les conditions requises
sont les suivantes :
1) Etre do nationality hai
tienne
2) Avoir parcouru lIe cy-
cle d'&tudes secondaires, clas
siques jusqu'au Baccalau-
reat
31 Detenir un dipl6me de
comptable delivre par une
Ecole de Commerce recon-
nue et etre d'autre part ti
tulaire d'un certificate de
statisticien.
Toutefois les candidates
qui n'auraient pas un cer-
tificat ou diplome de stalls
ticion devront avoir des con
naissances suffisant's en
statlstique ou en sciences e-
conomiques.
4) Avoir deux annees d'ex
pcrience au moins
51) Etro de bonnes vie et
moeurs.
II 1est demanded auix into
rsses de se presenter avec
l.out.es pieces oii c:irtlfiat
laisant, 0lat des connaissanl
ces acquiises dalns Ites disci-
plines sus-indiuies.
Instil it, de Doveloppe-
nri'n Agricoli et, Industriel.
64
x x x x
AVIS DI) INFORMATION
Dl,: I.A SOCIETIE
ANONYME
I)1:N(O MIM E :
WI.S1'T INDIE'S
IREALSTATE S.A.
iormnation : Soneite Anony
me soti-. Ic regime de la
1tgislation haitienne.
Les slatutls ont etA depo-
ses au D)epartement du
Commerce et de I'Industrie
et egalement pour mimiute
e, I'Etude du Notaire Roc.
Siege Social : Port-au-Prin
ce
Duree : Illimitee
Objet : La Societe a pour
objet d'acqudrir; de louer
et de ve7idre de toutes les
manieres permises par la
loi; les biens immeubles;
d'avoir des interets dans
ces dits biens quels que
orient ces dits hiens et
quelle que soit leur localisa
tion. Eriger; construire; re
construire, agrandir, alterer,
, ameliorer, entretenir, admi-
n i s t r e r c e s biens
i mmeub l es, mai -
e sots de residence; apparte-
ments; buildings ou autres
constructions de quelque na
ture que ce soit sur tout
terrain appartenant a; a-
chetf ou lou6 par la Socid-
r t ou sur tous autres ter-
rains. De vendre; louer;
sous-louer; hvpothdquer; e-
changer ou de disposer au-
trement de vendre W'impor-
te quelle parties des biens
immeubles ou des interfts
t qu'elle pourrait y avoir; ap


partenant a la Soci6et et
d'une maniere gendrale en
treprendre sur ou dans les
proprietds immobilidres ci-
dessus decrites toute autre
activity commercial permi
ses par la loi.
Capital Social : Le Capital
Social et de Vingt Mille Dol
lars ($ 20.000.00) divise en
Deux Cent Actions de Cent
Dollars ($ 100.00) chacune.
Le quart du Capital So-
cial est verse A la Banque'
National de la Republique
d Haiti.
Annee F)iscale: L'annee so-
ciale commence le ler Octo
bre pour finir le 20 Septem
bre.
Fondateurs: Les fondateurs
de la Societe sont :
Louis M. LAMARRE
Osner H. FEVRY
Boniface ALEXANDRE
La present publication
est faite conformement a
la loi du 20 Octobre 1960
sur les societies anonymes.
Cabinet LAMARRE
Par : Louis M. LAMARRE
Avocat
64
xx x x

PUBLICATION REQUISE
PAR LA JUSTICE
HAITIENNE
QUALITIES et DISPOSITIF
de 1'Arrft par defaut avant
dire droit; ne comportalit
aucune condemnation visee
par article 296 Code de
Procedure civil; sur le
fonds.
QUALITIES DISPOSITIF
Entre lo) Madame Veuve
Jean Baptiste Roc; nee An
ne-Marie Vincent; demeu-
rant et domicilee a Port-
au-Prince, appelante d'un ju
gement du Tribunal Civil
de Port-au-Prince rendu
en ses attributions civiles
en date du vingt-six novem
lbre minil neuf ceit soixate
seize entire elle et lehs Iri-
tiers de feu Jean-Baptiste
Roc; represents par Ulrick
Roc et Aceline Mendez; tu
trice dative du mineur Pier
re Richard Jean Joseph
Baptiste Roce; proprietaires;
demeurant et domicilids a
Port-au-Prince; d'une part;
EL 2o) Lees Illritiers de
feu Jean Baptiste Ro'; re-
pr6sentcs comme il cst dit
ci-dessus; iltimes d'autre
part:
Par ces motifs; stir les
conclusions conformes du
Minister Public; a111 our
maintient le dIfaut octroye
a l'audience centre la Vve
Jean-Baptiste Roc; nee An
ne Marie Vi cent: pour le
profit; dit et declare que
le certificate du 15 Dccem-
bre 1976 du greffe du Tri-
bunal civil de ce resort qui
comporte une, declaration
d'Appel ne saurait, sans e-
tre suivi d'un acte compor-
tant assignation, avoir for-
ce d' a c t e d'Appel
au s e n s de 1' arti
cle 369 CPC; declare I'Ap-
pel de la Vve. Jean-Baptis-
te Roc irrrecevable; Dit
qu'il n'y a pas lieu de don-
ner acte aux heritiers de
feu Jean-Baptiste Roe de
leur renonciation a I'Aippel
incident par eux interjetd
de la decision du premier
avril mil ne'uf cent soixan-
te dix-sept du Tribunal Ci
vil de ce resort; Dit plu-
tot que l'Appel incident est
ldgalement receivable; son
resort dtant lid A celui de
'Appel principal; Ordonne
la restitution de, 'amende
pour l"Appel incident; 0
Condamne 1'appelante prin-
cipale aux depeis liquids
ia la some de ...
Ainsi juge et prononce


Achetez Consommez


.la viande de pore



HAMPC0


Viande fraiche et saine


Control veterinaire
aaeaeoeoaooososasaooooogeeoooioaeoeaeosoo~ceeooe


DANS NOS CINEMAS


par Nous Justin Castel Prd
sident; Jean D. Kalim et
Charles Desgrottes Juges;
e) presence du sieur Bar-
tho Nozier Substitut du
Commissaire du Gouverne-
ment; avec 1'assistance duo
sicur Pdnius Leriche; com-
mis Greffier du siege en
audience publique des affair
res civiles du lundi trois
juillet mil neuf cent soixan'
te dix-huit. Commet I'huis-
sier Christian Badio de ce
siege pour la signification
du prdseit Arret.
11 est ordonnde tous
les huissiers sur ce requis
de mettre le present Arret
a execution; aux Officiers
du Minister Public pres les
tribunaux civil d'y tenir la
main, a tous Commandants
et autres Officiers de la for
ce Publique d'y preter main
forte lorsqu'ils en seront re
quis legalement
En foi de quoi, la minute
du present Arret est signed
du President, des Juges et du
Commis-greffier
Pour copie conforme
GREFFIER EN CHEF
LAURENT FABRE
Pour Copie IIeritiers
Jean Baptiste ROC
Edgard Th. CONSERVE, Av
x x x X

AVIS DE DIVORCE
Le public est informed que,
par jugement en date du
Cinq Fevrier mil neuf cent
soixante dix-neuf, le Tribu
nal Civil de Port-au-Prince
a prononce le divorce des
epoux Francois Emmanuel
Richard Letang, la femme
nee Marie Antoinette Casi
mir; les formalities legales
prealablement remplies,
lOfficier de l'Etat Civil de
la Section Sud de Port-au-
Prince a transcript a la date
du Cinq Avril Mil Neuf Cent
Soixante-dix-Neuf, le dispo
sitif du dit jugement, dans
les Registres a ce destines.
Arthur Gecrard DELBEAU.
Avocat 64

Pharmacies
assurant le service
cette fuit
VENDREDI 6 MARS 1979
PERPETUAL SECOURS
Rue du Centre
PROVIDENCE
Rue de la Reunion
CURIE
De lmas
VENDREDI 6 MARS 1979
ST. PIERRE
PETION-VILLE
Place du Marchd


RANCHO CINE


IMIPEIIAL


Vendredl 6 Avril 1979 IMPERIAL I
LE RENARD VENDREDI 6 MARS 1979
DU DANGER SAMEDI 7 AVRIL 1979
Samedi 7 Avril 1979 DE L'AUTRE COTE
LE PISTONNE DE MINUIT
x x k x i n 2 si 4 'ires
Entrde G. 5-00
(i h 8 h 10 hres
CAPITOL IMPERIAL II


VENDREDI 6 MARS 1979
SAMEDI 7 AVRIL 1979
ASSAULT
PRIX UNIQUE
$ 1-00
12 h 2 h 4 hres 6 h li the'
10 heures
CAPITOL II
OTENDREDI 6 MARS 1979
SAMEDI 7 AVRIL 1979'
AMERICAN GRAFFITI
Avant, 2 h 30 Gdes. 3.00
Apres 2 heures 30 sG. 5.00
12 h 2 h 4 heures
6 boures 8 h, 10 hres
CAPITOL III
VENDREDI 6 MARS 1979
SAMEDI 7 AVRIL 1979
GENERATION PROTEUS
Avant 2 h 30 Gdes. 3-00
Apres 2 h 30 G. 5.00
12 h 15, 2 h 15, 4 n 15,
6 h 15, 8 h 15 10 h. 15
CAPITOL IV
VENDREDI 6 MARS 1979
SAMEDI 7 AVRIL 1979
DRAGON NOIR
CONTRE TRIANGLE
D'OR
PRIX UNIQUE
l 1-00
1 h 45, 1 h 45 3 h 45,
> h 45 7 h 45 9 h 45
PRIX UNIQUE s 1-00
x x x x

CINE OLYMPIA
Vendredi 12 b 2 h 4 hres
6 h 30 et 8 bres 30
Enltre G. 1-50
LE CHEVAL ET L'ENFANT
Simedi 12 h. 2 hi, 4 heures

Entree G. 1-50
LES FLAMES
DU MONASTERY


Rex Theatre

Vendredl 12 2 4 i 8 10 hres
1,: GENDARME SE MARIE
Avant 5 hcure's
Entree G. 1-50
A Part ir dce 5 hlellres
Enltree .1 3-00 (.'1 5-00
S nSaedi. 12 2 4 ( 9 10 ires
ILE GENDARME EN
BALLADE
Avant 5 heilures
Entree G. 1-50
A Partni de 5 hcures
Entree G. 3-00 et, 5-00


Petites AnnonCes


A VENDRE VOUS LIREZ DANS
Volvo 244 DL, annie 1976, LA VISION DU YOGA
Air conditionne, Radio AM- LES ARTICLES SUIVANTS:
FM. La voiture peut-etre ins
pectee h l'Ambassade d'Is- Concepts et Types d', Medi-
rael a partir du lundi 2 a- station
vril 1979. Les offres devront Sinthese du Printemps
etre transmises sous pli ca (Delta Acruz)
chet6 a 1'Ambasade d'Israel Peinture Haltienne
jusqu'au 23 avril 1979. (Georges Hector)
Les droits de douane ou La Radiestlhcsie
autres taxes seront A la char 'F. Ethumi)
ge de 1'acquereur. Reflexions sur la Piques
64 (F. Menclas)
x x x x La natation cette Inconnue
DESIRE ACHETE (Pierre A. Guillaume)
Runch Rover d'occasion, en Le Courage
bon 6tat Sonnez le 2-5735 (W.P. Patrick)
x x x x En vente dans toutes les
A VENDRE Librairies et les Supermar-
Cherokee incendid. chds.
boite de vitesse Moteur et 154
autres places recup6rables x x x x
Sonnez le 2-5735 74
x x x x INSTITUTION
A VENDRE Recherche se cretaire de dl
iChevrolet blazer module rectiun excellentes qualifi-
1976, en excellent 6tat, 6 cy cations parlant couram-
lindres, power steering, auto meant fransais et anglais, a-
matique, 4 roues motrices. vec experience on compta.
Pour toute information ap bilite, commerce, statistic.
peler le 6-2600 aux heures ques.
de bureau. 94 Envoyez curiculum vitac
x x x\x a P.O. Box W-88
A VENDRE "J"S 6a"
Un compresseur, deux mar HORAIRE D'ETE
teaux piqueurs et ses 6quipe
-nents. Le tout A 1'Etat Neuf La AT'TORAMA S. A.
Tdl6phone 2-3274 porte A la connaissance
a x des interesses que du
A ELIE le. Mai 1979 au 30 Sep
A ELIE DUBo01S tembri 1979 ses heures
Le Comnlt de l'Amicale de travail seront les sul
des Anciennes Eleves de 'E vantes :
cole Elle Dubois demand
aux Membres d'etre pr6sen Du lundi au vendre-
tes h la reunion du Diman- di : 8h. a.m. 2 h. p.m.
che 8 Avril A 10 heurs 30 Samedi : 8 h. a.m. 12
au local de 1'Etablissement. h. p.m. N
Soyez fiddles A ce rendez- AUTORAMA S. A.
vous des importantes ddci- 304
sions.30
1 74 ~rO


PABOCO

Paper Box Company Of Haiti

Rue Barbancourt (Entree Le Natal) Route de l'Adroport

Tel. 6-0732

LA MAISON DES BOITES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures
Patisserie

Detergent
Pate dentifrice
Chemises et lingerie

Composants electroniques

Products pharmaceutiques

Products alimentaires sees et Conaglis
Creme A la Giace

Saveons
Fruits de met

Traiturs e* restaurateurs

Renforcement de cols et des de chemnses

Agraffes et trombones

Divats ...

ous fabriquens 6a'sement des dossiers de classement

En format lettres et legal.
iosc6egooogo~oaegaog~o>~eoajuiaaaO~OStecoOt6

A "'. '


VENDREDI 6 MARS 1979
bAMEDI 7 AVRIL 1979
LEGITIME VIOLENCE
12 h 2 h 4 hres
Gdes. 5-00
6 h, 8 h, 10 hres
Gdes. 8-00

IMPERIAL III
VENDREDI 6 MARS 1979
SAMEDI 7 AVRIL 1979
SPECIAL ENFANTS :
ANNE ET ANDY
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes 5-00
( 1h 8 h 10 hres
Lidcs. 8-00
x x x x

CINE SENEGAL

Vcndredi 6 h et 8 heures
LA PLUS GRANDE
REVANCHE DE BRUCE LEE
EnLree G. 2-00 2-50 3-00
Samedi 6 h et 8 heures
3RUCE LEE DEFIE
LAS VEGAS
Entree G. 1-50 et 2-00

ETOILE CINE
Vendredi 6 h 30 et 8 hres 30
SIMON LE PECHEUR
Entree Gdes. 1-50 et 2-50
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
LA MALLE DU CAIRE
Entree G. 1-50 et 2-50


PARAMOUNT
Vendredi 12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes. 2-00
C, h 8 h 10 heures
EstreE Gdes. 3-00
LES DEUX GRANDS
CAVALIERS
Samedi 12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 hres
Entrie Gdes 2-00
LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR
xxxx


DE LU3E CINE

Vendredi '1 h et 9 heu.es
LA LOI '.iE LA HAINE
Entree $ 1-50
Samedi 7 h et 9 hres
Entree $ 2 50
LA NUIT DE LA PEUR
xxx

L'INSTITUT
FRANCAIS
ACTIVITIES
CULTURELLES
Vendredi 6 16 heures 30
20 heures
Claude PAVARD. Conferen
cier-cin6aste de la Guilde eu
rop~enne du raid :
<,OASIS SECRETES DU
SAHARA,,
Entr6e Scolaires : 3 gourdes
Adultes : 15 Gourdes
Lundi 9 17 heures 30
CINEMA : la Guerre,. Un film de G..
Dewever, avec Georges Levy.
J. Gallais, G. Chiabaut, A
et E. Marius. Mario Karmitz,
Suzanne Cabon. iEpisode de
la Liberation).
(1 gde sur presentation dc
la carte de la bibliothique.c
Entree : 2 Gourd.os


MAGIC CINE
Vcndredi 6 h et 8 heures
LES SEPT MERCENAIRES
Entree G. 3-00 4-00
SAMEDI 6 hres et 8 hres
LE DIVORCE
Entr6e Gdes. 3-00 4-00
AK X

AUDITORIUM
Vendredi 7 heures
BRUCE LEE EN NOUVELLE
GUINEE
Samedi 7 heures
LA CITE DES
DANGERS
Entree G. 2-00
Dimanche 7 heures
SATURDAY NIGHT FEVER
Entree G. 3-00


CINE TBIOMPHE
SALLE I
TRIOMPHE
ECI-HE AU GANG
Entree : S 1.50 ct 2 00
SALLE II
LA DEN'IELLIERE
Entree : $ 1 50 et 2.00
SALLE I1
LA RAIlON \l EI l'
Entree $ 2.00'
SALLE IV
DRIVER
Entree. S 1 30


CNU.[ LIDO
Vendrdi 12 h 2 hi 4 lres
6 h 8 h 10 hres
Enorep G. 1-50
OEII. POUR OFIL
':i, Jl 1.2 Ii 2 i. 4 1 es
6 h 8 h 10 hoi(urie
Enirl'Ue G. 1-.,0
SALOPARDS EN ENIIFN R


F-w~


VENDREDI 6 AVRIL 1979


rAU1 -6


AVIS DIVERS


For sheer delight...

Toblerone Switzerland's

world famous chocolate

with milk,

almonds and honey





....I..' a A O Cll' 0 i n .





Chocolate obler
r Known the world over


111 a~ I ,


1 ~~ vvv~uw J-~F~ri;Y.=~-T~S~I1 I Il*rrrm


CsCf


:I








AGE4 -i- EN AWD 8 L AI
91"M"U FbA 'XTdN v"-I


UVELLES, vDE U LEVAIIAi


AC('IDENT NI'Cl.EAIllIE :
C1OMMIIION
I 'rii .'- i i;:N 't'i ii i i ii i
I' ) t :NQtUI'IV : I

\VA" 11 i'N1T )N, ilA ')'
lw I'1',:ndr illn i immNy Car-
I A'itril l l 1 .i 1 h lll hcoN'i
l. h-t 1111,1 Iv ld on e lt,


cl. ir ldc Thrr M it 1. -I.
LkI ld, f-11 Pt llm n ilnlliv a

hI, Pr1 'nt s lelt IO'll06 l' l l l l
clo r ('llyle a llocullonh ( c'0
s.u-r(, A la In criste i61nr'f6ti-
mie ft ]'i ss' relml'des possil
bles aappelo Joudi soir les
atnidrlralns A r'iilr nvce pro
d(Inrc it rli'son iA c c grave
Ijlnol"nt on soullignanit quel
Irs EtntIs-Unis ontl besoln de
recourir A I'e.nerie nulcleat
re. qul fournll di;A 1.13 pour
crnt doe 1']61rricit6 du pays.
Monsiiur Cnrter na lor:nin
(I.' :1 la Iomniissionl aomeri -
Cinilr dr s ri' l em i'nts ni ] -
cl C;k ro, Nu cle a:r" o-, li h] t,)-
rv (C'rnmitsionI NRC) do
to ''1r 'iI -t, i vlt p(1'i osl:r i-
N o 1 ito nsti o'elo'ii r feder:il
li ," l lr itt" ti't ''t:)(p fi(i'lllrat
rr i it 70 mi-0 'trint eis a;
ft miq' i s l 'nn'it (ctuo lli e nt
otn rp triri'i irux Et:it' tnis.

in Ilrs i it s-Ull E I nn-
s'1,; ntl 1 P m, 1 111ions '\dt hit rils
d Er ip'trllr url I r t ce
I 'neri r Nucl6 itre.


I.c Chef de la Malson Blan
hlie n dgillement., rdLun6d
inu Ddpartel'nent do I i'iirri',
do1 d(lif'nr alh veI lI NRC. des
tir'cs d (4ou''(rll(,6 mllppldh-
InvtlltIir.i pour riduille los
dlii gerOs de 1'expliitatlion do
eii r'lill'es t i 'li' l'es.
Ilo.s r(,'siil(l i(..s do l 'onqglulo
sill 1 leiclidoleni dr Pennsplva
lit, S lroll I lnt('gra leln 'll,
cirilU;i; publics, n-1,-ll atffir
n111 Ccs Invlestiflatolns porte
roll stir lOS clrconstances
d1 I'accldent, los 6vrne -
Inunts qui. ont sulvi, les ques
lions techniques soulev6oes
(t la haqon don't les autori
Ifs ia tOus les hliveali x ont


xx x x
IRAN : PREMIERE
INTERVIEW DE M.
1ItOVEYDA DEPUIS SON
INCAhCERATICON

PARIS (AFPi
M Amitr Abbst" Hoveyda, anl
cin l Promiur 'linistIr' du
Ctlrrh d 'tri:ii. ii t'irinc avoir
'iIorer' ut' l: 1 tortirtr etnit
)rpi" ii'ii, lia',1 .son pay.;
s hi, lir i na imonitrclilqi ',
cair 'it -il. 'ii r.-is 'it le's
riimnl' i6'5seoiv i
linirviwi'5e In ,'filne der-
more,' pour la prcmire fois
(li'piu sln arristation on
Ocrtoi' 1978 i' .itervenue a-


uMagasin -mon R^ At,


37 RPUE DE 'r T~AdCL,, 3


Vous tromwrez des Chaussures s

soIides



ct confortatl~

pour Eillettes al aw.conneft,


ERNST GAUflTIM


Phone 21~


vant Il dlpurt du Clit 01
par I, t,(6il6vlsin frantiilse,
M. Hovcyda a nsuiLrd13 quIC,
tillnt ql'll occuptilt les 'onc
tiols ide premier MIlnls'tre,
11 ignoiralt I noumbre dIo pri
stOnniri polltiqueiis dbtenus
on Iran.
Au crours de 11'0trvew, fill
lit' dIti s sl. 'ellilule de la
plilsoln de Q;:arii. Tehran,
i, cdll'ii,6e, jwidl, M. Hovcy
dia a anjout ql'll n'a 6t6 mis
all courant des types do tor
lure pratiquOs que par la 11i-
gue do la Croix Rouge.

Cello-cl, a-t-il dit, a on-
quetd en Iran A la demand
do des autorites locales.
M. Hoveyda a estime, d'au
tre part. que le Chah a de
cide de l'incarcerer pour fal
re de 1Il un 'naioc emissai-
re,. II a souli2nd egalement
qu'll est exterimir qu'il n'a regu qu'u
no seule visited en six mois,
et qu'l ignorit si des avo
cats devaient assurer sa de
lonse



CINEMA : FRANCHISE
S\GAN PRESIDENT
DU JURY DU
FESTIVAL DE CANNES

PARIS (AFP)
La romanciere franqaise
Francoise Sagan sera la pr6
sidente du Jury du prochain
festival einematographique
de Cannes voi se tiendra
dui 10 a 24 Mai, a annon-
c" judi a Paris le delegu6i
general du Festival.
Romanciere it 18 ans en
1,)ja4 avec Bonjour Tristes-
Se( qui fit sensation a 1'e-


pq ue. FriancUise
1'auiteur d? nomb
ges don't plusieu
adapts a l'6cran
le-miime realise
c;'lt plusieurs
pour la television
D'auire part. 1
do troLs nouve;
pour la conmpetit
tl a ete announce
Wovzeck)>
Htr'zom d'ares I
Gcorti. B'chner
Ki:nski IRFA).
-- ,Ls Europe
mes Ivory d'aprb
mn-os avc Le" ReP
cde-Bretagneo).
Vingt six
I Occupation;, de
franovic (Yo;i.tOs


NM \ (~\LXANISI S
14 ( P'1,lliit"S


8 3 r'e Iqui >TL 2-0


PAKISTAN NUCLEAIRE :


WASHINGTON (AFP)
Los Etats Unis ont acquls
la conviction que le Pakis-
tan est risolu ,\ so doter do
la bombo atomique et met-
tout en oeuvre pour cela, np
prend-on do tris bonne sour
cc A Washington.
Le Pakistan auralit aehetd
rccomment des ccntrifugeu-
sos A un pays qui nIa 'pas
&to pr'cis6, apprcnd-on par
ailleurs de source Indien-
ne.
Seules la Grande Breta-
gne, la Hollande et I'Allema
gne Federale fabriquent, A
lechelle Industrielle, ce ty-
pe d'6qulpements qui per-
met d'enrichir suffisamment
uranium pour une Utilsa-
tion militaire. L'Afrlque du
Sud aussi dispose dle capaci
t6 d'enrichissement par une
metyode l6grement diffe-
rente.
Ces Informations sont pri
ses extremement au serieux
au DWpartement d'Etat ou
d'intenses consultations -y
compris avec les allies occi
dentaux des Etats Unis -
se ddroulent depuis plusieurs
semaines. L'Ambassadeur
des Etats Unis i Islamabad,
M. Arthur Hummel, avalt



Le President
Carter annonce
une liberalisation
proeressiste des
Prix du petrole
americain


I


VOTR MHOROSCOPE!

Par Fr es DrakeIL 1979


SAMEDI 7 AVRIL 1979


6t6 rappold on consultation
11 y n deux somailnes. I1 dolt
en principe regagner son
posted vondredl.
sUn falsconu d Indications
confirm les intCenuolns pa-
kistanalses de construire la
bomb atomlquei. ont r&v61l
des milieux offlclels am6rl-
.cains.
Le fChef de 1iEtat pakista
nais, le O6dnral Zia UI Haq,
auquel l'Inde avalt dgale-
ment fait part de son in-
qui6tude 11 y a une quinzai-
ne de jours, a d6menti que
son Gouvernement alt de
pareilles intentions. Il a
d'ailleurs propose 1il y a trols
jours un.projet de denucl6a
Tisation du sous continent
indien.
Pour les Etats Unis les in
tensions pakistanaises po-
sent de tres graves probl-
mes A la fois de non proll-
feration et de geopolitique.
Les changements de regi
me en Afghanistan et en
Iran oat amend rncemment
les Etats Unis a consider
le Pakistan comme un point
d'appui pour leur politique
daris cette' region.
Ils uvalent mrme entre-
pris de normaliser leurs re


nations avec Islamabad oes
derniers mois qiand 11 6talt
apparu que le Pakistan n'ob
tlendralt pas t'uslne do re-
traltement francaise. L'alde
mllitaire amrlcamie au Pa-
kistan 'Interrompue de-
puls 1976 avalt dte rita
bile A cette occasion.
Depuls trols ans le Pakls
tan A tout falt pour 'btenir
l'usine de retraltement des
combustibles irradids A par
tir dssquels peut-@tre obte-
nu, entire autre, *le ,Pluto-
nium n6cessaire ,la ,bonbe.
La France qui avalt aecep-
t6 de la lul vendre-a -depuis
fait machine arrlire.
Dans 1'6tat actuel du de
veloppement rde industries
nuclaire pakisLanaise, les
experts estiment que deux a.
trols ans suffisent A ce pays
pour se doter de la bombe.
Le Pakistan figure parmi
les dix a douze pays au mon
de susceptible d'entrer dans
le eClub Atomiquei.
Comme 'Inde, qui s'est
dejA dotde de sa bombe, le
Pakistan posside le m6me
type de racteur canadien
A haut lourde, un sCandue
de 125 Megawatts install
pres de Karachi, A Kanupp.


21 MARS AU 19 AVRIL p
SELLERE) n
Note inattendue dans vos sl
projects de distractions. Qu'el si
le ne vous mene pas h des
routes intdrieurs au sujet .'
i'une affaire de coeur 1
Ayez conflance. Chlassez le
sopeticisme. v
y
'10 1AV1isL aV E0:IAI
'TAUTREA1) d
Bonne pdriode pour rece- j
voir 'des- visiteurs venus de r
loin, mais qou'une reimarque
maleneontreuse d'un ami Tie
vous pousse pas0a reagir. Evi
tez 1'excessive sensibility.
21 'MAI AU 20 JUIN
(GEMEAUX)
Un proche allied vous aide
a combattre votre nervosit
Faites confiance a vos intui
tions, Tmals que le souci ne
vous pousse pas a des remar
ques incongrues !

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)

Journde contrastle sur le
plan des finances. II vaiut
mieux acheter 1'essentiel
que de depenser trop en
plaisirs. Evitez le jeu et la
speculation.

23 J UILL'T AU 22 AOUT
(LION)
Un trouble a la mason
est possible, bien que les pro
jets sentimentaux et la vie
mondaine solent havorises.
Vous ne voyez pas tries clair
dans une proposition finan
ciere.

23 ABOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)
Une ddcouverte inattendue
vous surprend. Un bon re-
pos vous mettra dans un
heureux etat d'esprit. Ne
vous 6loignez pas des con
tacts mondains.

23 SEPT. AU 22 OCTCBRE
BALANCES
Evitez une discussion d'ar
gent avec un ami. Laissez la
conversation sur un plan
iddaliste. Trop de mondani
tis vous fatigueraient les
nerfs.
23 OCTOBRE AU 21 NOV.
SCORPION)
Cherchez le gain financier
plutot qu'une approbation


I&

a'
ta
b;


Sagants t WASHINGTON (AFP) 1F
reux ouvra L- President Carter a an- Z
us ont 0te nonce jeudi soir, en amen- 1e
. Elle a el dant son programme ener- n
un film getique, une libdralisation d
eues Pt e6- progressive des prix du pe-
scenarios trole "xtrait aux Etats-Unis P
. et 'imposition d'une taxe 1l
la selection supplementaire. sur les pro- ti
aux films lits des comnpagnies petro- t
ion official lieres L
" : Pour tenter de reduire de P
la pieerr 5 pour cent la' consomma- N
ac e Klaus rtions amricaine de petrole, r
avec Klaus 1 chef de lExecutif a dga- I:
deols r de Ja element decrfte et cons!ille v
a Honry JO au course de son allocution
,s Henry Ja radio-tdldvisde un ensemble a
mick (Gran de measures de conservation t
images d ? de I'energie. l
Limags da Ces nouvelles initiatives d
Lodan Za d M. CartIr, qui avait dd- t
ja formula en avril 1977 un I
programme energ6tique de-
mantele par la suite par le d
contreas, ont 6te rendues ne I
cessaires pour faire face aux J
consequences de la crises ira v
niirnne, qui a ddclenchd de <
sinouvelles hausss des prix I
p0t rollers. I
Les Etats-Unis, avec 5 n
piir cent de la population
imondiale, consomment 30
pour cent de l'dnargle de t
] la planlte. Ils important no i
laninent 45 pour cent des I
21 imnillons de barils qu'lls c
corisommsent chaque jour.
La libdralisntion des prix
r(1, petrol? amiricain d'ici
au 30 septnmbre 1981 se tra d
lduira par une acceleration
dp linfla'iion aux Etats-U-
,is. qui atteint un niveauP
record deputs quatre ans.
x x xx
UN BOEING DE LA
,,TWA FATrr UN
SA TTONNEAU A 13.000
BAN METRES
ROMULUS (MICHIGAN).
b (AFP)
SUnt Boeing 727 de la
eTwai. a accidentellement I
'T fR ,ita un tonneau cOTnPleot
D1.000 mi tres Mercredi alors
o- u'il se rendatt de New- -
York a Minneapolis (Minne "
El[ sota). avec 80 passages et
7 nmembres d'6qulpage a '
son bord.
QUE L Directeur de l'Agence Fed-
L'appareil. a declard le
s rale de 'Aviation Civile. M
Langhorne Bnd. se trouvalt
Ala vertical de Flint (Mi-
chlEan)t,- temps htait
clair. 1 uand, pour des ral
sons ancore indetermindes.
il s'es mis a vibrer, a livo





dant de bord. Monsieur H.
ter suvres la droie commun-
Gibson, a tend, e avec un san
ifrid remarquable, pour re
dresser 1'apparell qui avait
^ ^ ~ apparemment ddpass la v1 i
teuss d son en piquernt du
dla sortie de son sieuroneau.
Selon eures premieres o-omman-
Glusions, ae commandangt a
fdabord tenar dq arletir la
descent en deployant ses vo
lets d'intrados et les bees de
bout d'alles. Les volets a-t
6t d arrachds et c'est seule-,
ment apr&s abalssant du
train d'atterrlssage, ce qui
rdduisit la vltesse, que l'ap
,o- r'. parell s'est rhtabli A 'hort-
zontale.
Apres que le Boeing se fut
pos6 normalement A Ditroit.
Monsieur 'Bond a declarl
soit rest en une seule pikec
dans ,des circonstances aussi
extraordlnaires la vitesse
6 A- laquelle 11 volalts.


ersonnelle dans les aThat
es. Moler affltres et plal-
Irs condulralt a de flicheu-
ies consequences

22 NOV. AU :1 DEC.
"tSAGTTTATREI
Sl vous voyagez, renihorcez
os -contrbles car '*I I ourrai.t
avoir des troubles. Veil-
oez a include les membres
le la famille dans les pro
ets futurs, sinon. gare aux
repercussions .

22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)
Faites confiance A votre
tuition. La reaction' d'un
aml ne doit pas vous causer
des doutes interieurs. 'Pour
assurer votre success, gardez
pour vous les choses confi-
dentlelles.

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEAU)
D)es affaires inattendues
interviendront dans vos pro
.ets sociaux. Evitez de tra-
vailler troitement avec
quelqu'un qui n'a pas les
pieds bien sur terre. Soyez
sensible.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONSi
Sentiments contrasts a
proops de vos obligations.
N'essayez pas de trop en fat
re; entreprensz ce que vous
jugez facile. Autrement,
vous vous epulseriez.

SI VCUS ETES NB:
AUJOURD'HUI

Vous &tes iddallste et In-
novateur. Votre nature est
attiree par les teaches human
nitaires et vous 0tes seduit
par la religion, la politique
et le travail social. Votre
bel esprit d'analyse, temp6
re par votre idealisme vous
pousse vers le droit, la mu
sique. la philosophic, la poe
sie ct la literature. Aimant
1'avant-garde, et hostile a
la routine, votre contribu-
tion peut etre oridinale. Ge
neralement, dans les affai-
res. vous prefererez travail
ler en solitaire. Evitez line
tendance a etre critique et
fates confiance a votre in-
tuition.


xxx

Pakistan :

La violence a ref ait son apparition


SLAMABAD (AFP)
La violence a reTalt son
pparition ,jeudi au 'Pakis-
an durant les tres nom-'
reuses reunions de prieres
rganisdes a la mdmoire de
ancien .premier Ministre
ulfigar Ali Bhutto auxquel
es ont particip6 des dizai-
es de milliers depersonnes
ans tout le pays.
Lss partisans de L'ancien
premier Ministre, sortis de
eur torpeur par son execu-
ion m-rcredi, se sont heur
es a la police notamment a
Lahore, Faisalabad, Rawal-
pindi, dans le Punjab, et a
Tawabshah. Bannu Akil, Ka-
achi, Hyderabad et Khair-
our, dans le Sind, la pro-
'ince natale de M. Bhutto.
Partout, I scenario a 4te
peu prds le meme. L'in-
ervention de la police, sit6t
a pridre finie, a declenche
les bagarres. Les manifes-
ants ont alors tented de la
lider des v4hicules de poli-
'e, d'incendier des autobus,
d'attaquer des succursales
bancaires ou les bureaux de
ournaux favorable au gou
vernement. La foule criait
Cvive Bhutto, et parfois
tvmngeancep. Femmes et
hommes pleuraient en grand
nombre.
Les partisans de M. Bhut
to vont prendre le dcull du
rant quarant' jours et il est
probable que les reunions
Le prieres seront presque
quotidlennes.
La violence pourralt refai
re son apparition des ven-
dredi, jour ferie durant le-
quel de tros nombreux pa-
kistanais particlpent aux-
prieres de i'apres-midl.
La ltnsion est surtout per
ceptible dans la region md-
ridionale du Sind, berceau
politique de M. Bhutto.
Des reunions de prieres
auxqucllhs participaient sou
vent avocats, etudlants et
femmes ont ete organlsoes
dans presque toutes les vil-
les, grandas ou petites.
Des accrochages entire par
tisans et adversaires de M.
Bhutto sse sont notamment
products a Naw'abshah, a
350 kms au Nord de Kara-
chi (un hin hcule brul, une
banque attaqude, un Magis-
trat blessi, trente arresta-
tions), a Khaerpur, dans le
Nord S (trente arrsta
tions), a Sakrand et Bannu
Akil (banques attaqudes) et
Karachi.
Dans le Punjab, des violent
ces ont 6td signaldes a T'ai
salaobad (quatre vehicles
brulds, 25 arrestations) a La
hore (uns autobs et trois
vEhicules ,bruls).
A Rawalpindi. o est' ins
taller le gouvernement, la
ville, rdputie came, a con
nu durant deux isoures une
atmosphere rappelarft les
heurs chaudechudes d'avril 1977,
quand les manifestants de-
mandaient la dmlission lds
M. Bhutto: cinq a six mille
personnel se sont heurtVes
aux forces de I'orThre. Des

NEGOCIATIONS SINO -
VTETNAMIENNES :
NOTE CHINOISE
PEKIN, (AFPP
Le Vice-Ministre chinols
des Affalres Etrangfre-. Mor
sieur Han Nianlonfe, arrlver
A Hanoi le 14 Avrll prochalr
pour des ndgoclations Slnr
Vietnamiennes 4sl aucun
nouvelle complication n'es
erede par la partle Vletnq.
mfenneo, a annonc6 Vendn
di une. note du Minlstetri
Chlnois des Affaires Etra,
gbres au Ministre Vietna -
miken :des Affaires Etrang
res, publiWe par l'agenoe
Chline NouveUs.


lampadalras ont 6te mis
hors d'usage, trols autobus
attaquds, le local d'un jour
nal incendle. La police a pro
cede A plusieurs dizaines
d'arrestations.

Les autorltis de Lahore
ont rappeld interdiction de
circuler avec une arme ou
tout autre objet offensif. A
Hyderabad (Sind) des exa-
mmns scolaires prevus pour
la mi-avril ont ete reports
sine-die par craminte d'inci-
dents. Les university, fer-
mees depuis le ddbut da l'an
nee, n'ont pas rouverts leurs
portes.

Les quarante jours de
deuil pour M. Bhutto s'an-
noncent comme une pdriode
redoutable pour le gouverne
ment, le movement, s'il
n'est pas habilemnt con-
tr6ol, risquant de faire bou
le de neige, estiment les ob
s.rvateurs.


SPECIAL




ACJt.Ti '2 AQUETS ET PAYEZ LE PRIX D'UN SEUL


CHEZ RICOT PETION VILLE


VENDREDI 6 Avril SAMEDI 7 Avril

Libresse, a serviettle hygienique sore, comfortable,

souple avec bande adhesive





Pour voitures et camions

ACHETEZ A


LA MAISON DU PNEU


'!E S 19, RUE DE L'ENTERREMENT, 19








I I


















-a LES PNEUTS DUNLOP


iRadial, Nylon, Polyester


D OUNLOPPOUR PLUS DE DUKABILITE
I-
SBUNLOP, POURPLUS DmECONOMIE

_>^>Baamas 1. -_ ,'- >,>W ,aa o W'Aaa aa <9O Jo '-


mqu6tuiem i-ds Etata Unix


PAGE: 4


r









VENDREDI AVRIL 1979


Livreset


Lectures


( ,Ist unI e socitOt cooper
Itv, hailtlefone crl'de dans le
utll de fiivorlser la produe-
Iton et In diffusion des 11 -
vres dccrits par dos fHattlens
C esl une socdt6 -cooprantl
vr. e'est-th-dlre une assoeis
thin de personnel oi predo
nilnent la valeir humnalne
et les prinolpes democraticl
ques.

C'est umpne entreprise de ser
vice qul permit aux au -
tours membres, moyennant
ine participation relative -
fent minlme aux frais d'lm
pression et d'administra -
[lon d i belleficier a Cinlquan
It pour cent aux profits rea
lisi.s sulr la vente des ouvra
I.us crIt.s par eux.

Cette sncidte n'exclit per
sonne. ( lie faith appel a tous
Elle pult editor les ouvra-
Its e- rits aussi blen par les
nimenbres que par les non
menimbri

Vicli la listle des ouvra-
ves p:irus iusqu' cette date
nix Editions du Soleil :


On dit la laneue franchise
en regression dans le mon
(ie. Elle earde pourtalnt son
prestige sur des esprits de
oualife Jai recu et lu cette
semaine trois romans de
t rois nouveaux dcrivains
francais. don't deux debu -
tants t in Berbere de Hau
tE-Kabylie. un noir Hai -
tien llune i' ,I r i.,T
pe ei lent I de merite litterire,
tout a faith capable de s'ali
sor dans la prochaine court
se aux rixc et davoir a ce
tiltre iii ioms des lecteurs.

,Bon Dieu rite de Mon-
sieur Edris Saint-Amand. a
plius di vinullir savage et
d'laicent C'est du populi.s-
me noir 0e pur ius. Cela se
passe dans un petit village
('lIait oil li s inldig nes par
lent .en(orie un francals i-
zn1rre puerlilemenlt amolli,
rioi I'l temlr de ce roman
robust i meti des eliantll -
oInns s ivouiireux daminss la bou
chle df ses personnages "
m;:is 1l ni' fudrait pas en
abuser Is fllles s'y appel
len] t (I'Climlione on Lesida;
les .rai;ons, Antisthine, Na-
p0olon ou Cinchinnatus Marec
Aurlele et res patronymes
flalteurs lont, un eontlrast l
aiisiI ])Jiil;il l n vec la rusti
cite leis tvlpes mis eI scene,
ensmmn leIr 'ltlngagne nlfian
1It 1, ave la violene- de leirs
e: rcleres vinidictilifs el, riu-
s' s Ile vill:u i 'e de Diguarn1 .
a proxonite de Sailntl-MI -
r wl-de-1 Alal;ive, est sous
S1 co'i de deux pulissIances'
1' paste ur protestant Henri
( le sorcier local Doscima.
i( i ,e (dsputent le pnuvoir
F ir I'Sme crdiiule et facile
rent terrifi6e de ses habl-
I-ints. TI y a aussi un Pire
ciitholique, plus liberal que
IP pasteur quant l'ortho -
doxl- de ses paroissiens au
christianisme mld6 de prati
ques vaudoues. La zizanie
s'est mise dans les families
divis6es par ces concurren-
ces religlieuses, et malgr6 le
Respect du a son pere par le
fils le june Prdvillen est i
mollie brouilld avec le vieux
Previlus sa mere Ass6fie et
sa. grand'mere Lesida, farot
ches r6formes qul ne par -
dionnent pas au jeune ana:
chiste sa libre pensie mat
noe de sorcelleripe et son ir
dipndance qui lul a faith quil
ter la mason. Predvilien esl
en butte aussi aux brutali-
tds et a 1'avarice de son
maitre, le mauvais riche Cy
rille, notr lui-mdme, maim
que sa fortune semble avoil
faith d'une autre race malgre
la couleur de la peau : le:
atrocltds du capitallsme ne
seralent done pas le faith des
seuls blancs. Monsieur I
tiris Saint-Amand don't on
fdevine pourtant les tendar
ces, s'est gard6 de donner ur
caractdre politique a son r
manesque tableau de moeurs
et 11i s'est content d'6mo
votr en poignant avec nat'
rel la tres vratsemblabl
misnre des petlts paysan
haltlens. Elle a fourni le c
nevas sur lequel 1'auteur
brod6 les scenes et les per
sonnages de son llivre, d'u
attract d'abord purement pi
toresque par la nouveaut
du dtcor, des etres, du lan
gage; et, une fols qu'ony
est entree, entrainant et m
me attachant par la v6rit
iouloureuse de ces primitif
:en prole aux passions de


OUVRAGES CLASSIQUES
LE COLIBRI D'OR
EN RIANT 1lr et 2mcO
LIVRET
LE FRANCAIS PAR LA
LECTURE *EXPLIQUEE
AN APR-ANN KREYOL
Par Rodolphe 'SOHMIDLIN
OUVRAGES DE LITTERA -
TURE GENERAL
LA PENSION VACHER
Par Mona GUERIN
PELIN TET
Par Frank ETIENNE
BON DIEU RIT
Par Edris SAINT-AMAND
OUVRAGES RELIGIEUX
LA VIERGE MARIE AVAIT-
ELLE PLUSIEURS
ENFANTS ?
FAUT-IL ALLER A
LA CONFESSE
POUR AVOIR LE PARDON
DE SES PECHES ? PAR LE
Pere Joseph CLASSES
OUVRAGES SOUS
PRESS
LE CHANT DES SIRENES
Par Marie Thfrise Colimon
HALL
COEURS EN ECHARPE
Par Marcel DAUPHIN


tout le monde. rit aluand on fait du tort aux
mechaints,. dit a peu press
1un vieux proverbe du pays,
doi le 1 vre a tire son titre,
justified par les reglements
de comptes qui s'y font oui
y sont tents. car ce sont
plitot les pauvres types qui
dcopent, tandis que les md
chants a tendent encore leur
chbtiment.
L'affreux Cyrille, assom-
meur de femmes enceintes
et credanciers fdroce, haissa
bl et hal de tous, en est quit
te pour se voir abandoned
en pleine recolte dp canine
par ses ouvriers revolts;
1'mntransigeant pasteur se -
meur de brouille et de ter-
r(ur continue d'exercer son
pros6lytisme inhumain, et
le juge prevaricateur, a tou
eher le prix de ses senten-
ces payees: le sorcier et, le
guerisseuir n( cessrnt d'at-
tIrapcr impunimentl leurs
dupes. L'absurde Massillon
dlppensera en vain line for
tiune pour so vengeFr cd son
ennemi Previlien. qu'il croit
aivoir causmi la mort de son
fils en lui jetant un mau-
vals sort. Les i inocenis souls
seronl pntis la belle, co
quette p, planlureuse Mari
lisse, qui a iappris 1'educia-
tion, eti ne veut pas ei0re
aliis i rs b) Pes el, la perdi
lion est ahllndanl)nn(e' par
son amant. Loul taritre d'co
le quiil est. ,i blirave Prevl-
liin esl, riiine, vendlli el for
ce' de sexpatlrier, son Ifrcre
PlnisiTmoni d se lue en tomn
bantl dans un piige armvd de
couleaux dispose soU les
bananiers de Cyrille pour
les mettre a labri des vo-
leurs. Le Boen Dieu des cro-
yant d'Haiti n'a pas a rire
tees souvent, si tout se pas
.s dans el tte oe emme le
dit Saint-Amand. Son livre.
on ne peut plus vivant, est
sans date; nes arbres man
tilts, ces enfants mangos, ces
sacrifices et cette sorcelle -
rie, ces poulets au cou arra
chd don't on bolt le sang.
ces histoires de loup-garou
et de mauvais anges, cela
aussl semble d'un autre
Steps, et c'est aujourd hui.
Monsieur Edris Saint-Amand
dans ce premier ouvrage se
revsle un conteur des plus
r remarquables. Entre aiitres
Pages rdussies e, ide grand
Seffet, je signal r d, ton -
t nant combat de c Is, d'uno
t description aussi disissante
et aussi hideuse q la rea
litd elle-mdme.
Y Le Monde, 29 Octo 1952
r

LIQUIDATI N
D'AGENDAM
F Agenda Breplan: 7.00
Agenda Interplan: 3. 10
n Agenda Nova : G.
S Veritable semalniei pc
o cne touts la semalne .' un
s, mme plan.
u TIMING
u Semainler de bureau -,ec
e Indication d'emploi de ha-
s que heurs : G. 22
a AGENDA 2 TEMPS
a Scolaire et loisirs illus' a-
tlons en couleurs : G. ,
n AGENDA DU CHRETIE.:
Lt Une annde au jour le ,i
d en compagnie ds l'Ecrit
n Sainte et de la Liturgie. )i
y pensees pour cheque jour
1 vec prilre?' en diverse c-
A constances
Fs R6ductlon de 30% sur cte
prix.


ALBINO LUCIAN1


Humblement votre


Les ilustrissimib de Jean Paul ler.


Le Pape Jean-Paul lor a,
"en peu de temps, d6jit mar-
cqud 1'Egllse et laiss6 de lIt
une image ineffaqfable. Sou
'ilant et simple, 11 avalt su
*se faire aimer des les 'pre-
miers instants. Ce livre, re
cuell de lettres ah des person
lies illustres ,publi6es danr
ILe Messager de Saint Anrtoi
mne de 1971 A 1974, rest le
document le plus preoleux
qu'il nous ait laissd. Ecrit
pour parvenir au public le
plus large, nous sommes
heureux de pouvoir le met-
tre aujourd'hui a la disposal
tion de tous et de rendre ain
si hommage au pape Jean-
Paul ler.

11 s'agit, bien stfr, du tra
vail pastoral d'un 6dvque
parlant a un public partlicu
li"r, celui de son diocese ou
crlui d'.s lecteurs italiens
du Messager de Saint Antoi
ne. Il faut replacer ces tex
tes dans leur context et ef
fectuer les transpositions nd
cessaires. Comprendre que le
cardinal a dpous6 la pensde
du lecteur pour l'amener
plus loi.n, qu'il s ecst redfdr
i ce que son public connais
salit pour le conduire a la
<.Bonne nouvelles>.


sus '? Albino 'Luclant s'en -est
exoliqu6 dans tsa 'ernriltre
lettre adressee -predit9mentI
h 'e6sus : sPour les julfs de
son 'temps, Salomon, David
et Jonas Tepr6sentatent ce
que reprdsehtent 'pour nous
Dante, 'Gaflbalda, Mazzini.
Tu parles continuellement
de David, dfe Salomon -et 'de
Jonas et d'autres personna
ges populaires. Et toujours
avec courage.e Pas *de doute,
ces lettres 6taient un pre-
texte pour 8tre entendu. 11
avoua d'ail'leurs prtffrer par
ler ainsi, par 1'interm6diaire
de ce journal populaire,
qu'aux deux ou trols cents
personnel qul l'coutaient
cheque dlmanche pendant
ic sermon.

Si. 1'on y regarded blen,. Al
bino Luciani a abord6 'tous
les problems serieux de
son temps et de son diocese:
1'6ducation des jeunes, 1'a-
vortement, le fbminlsme,
les problems sociaux, la mo
de etc .. Mas toute la nou
veautl, toute la beauty de
ces lettres reside dans la fa
qon de parler de ces ques-
tions brfilantes.

Albino Luciani dtalt un


homme libre. Il appelatt un
En effet, malgre 1'aspect chat un chat et n'hdsitatt
humoristique et mime par pas a r6pondre aux 'dventuel
fois franchement dr6le de les objections. I1 n'hesitait
certain passages, c'est tou pas non plus i trancher et
jours le souci pastoral qui i prendre position vigoureo
domine. Pourquoi, par exem segment. On trouve dans plu
pie, avoir ecrit toute ces let sieurs lettres cette parole
tires a Mark Twain, P6guy Ca d'Evangile : cQue votre oul
sell, Penelope et tant d'au soit oui, que votre non sol;
tires et pas une ligne a J6 non.)



L'homme devant la mort

Par Philippe ARIES


En 1975, Philippe Arids pu
blialt un petit livre d'Essais
sur 1 histoire de la mort en
Occident. L'auteur qui de-
puis le debut des anndes
soixante, s etait lance en
pionnier solitaire sur ce ter
ritotre quasi vierge, deci -
dait vu la recent et ex-
traordinaire popularity du
thbme de la mort de pre
senter en raccourci les con-
clusions auxquelles il italt
parvenu apr's tant d'anndes
de recherches. Ce n'etaft que
1 ebauche d une grande oeu
vre i venir. La vo!ci enfin
achieve. C'est line some -
de patience, d erudition et d(e
travail. Ce.st un monument,
- plus d'un millionaire d his
toire psychologique, les sour
ces les plus diverse mises a
contribution, le foisonne -
ment maittri.s d'une culture
immense. Cest nne revsla-
tion : sous I'histoire pollli
que qul, dans notre subcons
cent, rythme notre pass
collectif, l auteur nous rev e
le evolution plus souter-
raine et, sans doute plus es-
sentielle des relations que
1'homme d Occident a entire
tenues et entretient avec la


mort. Du mqme coup sont 6
lucides que'lques-uns des
grands mystlres seculaires
qui government notre destiny.
Voici comment Philippe
Arids achdve son livre si
bien documented. si profound,
si enrichissant : mune petite
elite d'anthropologues, plus
psychologues ou sociolo -
gues que mddecins ou prv -
tres, <. > Ils se proposent
moins, selon leurs terms,
di' vacuer la mort que de
1 lhumanlseri,. Ils veulent
conserve une mort noces-
saire, maits alors accept6e et
non plus honteuse. Mime
s'ils recourent a 1 expdrien
ce des anciennes sagesses, il
n est pas question de reve-
nir en arridre, de retrouver
le Mal aboli une fois pour
routes. On se propose tou -
jours tde reoncllier la mort
avec le bonheur. La mort
dolt seulement devenir la
sortie discrete, mais digne,
d'un vivant apaisd, hors d u
ne social secourable que
ne dechire plus ni ne boule
verse trop l'ide d un passa
ge biologique, sans significa
tion, sans peine ni souffran
ce, et enfin sans angoisse.


"LE BISTROT"

RESTAURANT. PIZZERIA

GRILL CREPERIE

De Midi a 1 here du matin

Special Semaine


de Pfiques

Mardi 10 Avril


"Ouanga Haiti Show'"
SOIREE SPECTACLE

Mercredi 11 Avril

,,PAELLA ESPAGNOLE

ET DANSE SUD AMERICAINE,,
((SOIREE AMBIANCE) SPECIAL BISTROTs

Samedi 14 Avril

"Special Bistrot Show"

Diner Spectacle

No minimum charge

TOUJOURS DE L'A)3IANCE


<

Votre rendez-vous

Tel 2-1809 446 Il|ue


Mais, s!ll faut savoir Btre
hitransigeant, 11 Taut assii
ct surtout se fare eout tr.
Se fare comp'reTdre. 'Se fali
re entenrfre. Et c'est tl eque
1'humour intervt.ent, desar-
mant, jamais mechant, amou
reux mnrte. 'C'eSt itl aunsl
que 'es lectures -anclennes
et Tes Trdf6renees :dle routes
sorts se placent. 'fbitno Lu
clani a triess seUvent -clitd ide
memoire ses aunteurs, avec
parfols quelques Impreci -
sions. II ;ne s'aglssalt pas d'h
peu pres, loin de l.Il adap
tait ses auteurs et tirait
d'eux ce qu'il y a de mell-
leur et d 6ternel : Dieu. Et
il repoussalt avec fermet6
les theses qui, chez eux, lul.
paraissaient errondes. Apres
avoir lu ces lettres, on ne
peut plus lire Dickens, Go
gol ou Goethe avec le me
me regard.

Mats la chose la plus bou
leversante dans cet ensem
ble de lettres, et qul trans
parait toujours, c'est 1'humi
lite. A aucun moment on ne
sent le 'poids tie .l'autorite.
Ce qui demeure, c'est 1 im -
pression d'un home qui
s'etalt mis au service de
tous, qui Ts'dtait fait tout a
tous.> Un home a qui, de
puis longtemps ddja, Jesus
avait dit : sAffermis tes
freres.,
Cet amour unlversel et lu
cide qui allait de Goethe
aux jeunes d'aujourd hui pre
nait sa source en Dieu. 11
s dtait mis a 1'ecoute de cet
te parole : cM aimes-tu
plus que ceux-ci ?>> Et cest
ce qui lui permettait de les
aimer tous.
En Vente a L'Action Sociale


Le Suaire de Turin


Les Editions du Soleil


qu'est- ce?


e grand merdier
OU L'ESPOIR POUR REMAIN ?
par Louis L'prince RINGUET de I'Academla Franqaise


Si le premier titre de cet
ouvrage peut paraitr2 dr6le
i6 Ta 'lupart des lecteurs, la
sous-titre par centre invite
a la lecture.
D? mdme le titre des cha
pitres :

La Liberation des Femmes:
Agresslons; Pollutions; Per-
fections et Medlocritds; Les
Libertds. LEsquelles ? Oh
Court le Monde ? Quelle Des
tinve pour nous ? Notre Ci
vilisation plonge-t-elle dlanis
la decadence ? Tout cela
nous invite ha la reflexion
et la Confession Personnel-
les de l'auteur qui aechve
ce livr? d'une hauteur de
pens~e qul empoignera plus
d'un. La voici :

,Que le lcteur me par-
donne si j, close ees lines
d'espdrance par ma confes-
sion personnelle. J'ai toi:
jours 6Ltd croyants, plus ou
molns selon les periods de
1'xistence et de faqon dif-
fdrente lors de ma jeunes.
se, pendant mon ge mfir et
au long de la derniern pdrt1
de de mon existence. Ayant
vdcu avec passion une mer
veilluse venture scientifl-
que, je me suis posed bie
des questions sur ]a possible
litd d'etre ree-llement un
scintifique et d'essayer de
vivre une vie chrdttenne.
Mon precedent outrage
Science et bonheur des hom
mes fait 6cho a ces prdoccu
patrons. Je n'ai pas perdu
ma fo rellgietise, mails la
fiddlite au Christ, common
toute fidelity, iest pas sta
tique. Elle nest pas iddfinie
et acceptee une tfois pour
routes.

La ndesssitd de rdajuste-
ment constants, d'efforts
constructifs b effectuer d-
chappe a beaucoup : elle est
'pourtant fondamentale. Les
details de ce qui *siest passe
11 y a deux-mille ans ne pas
stonnent pas en pflor-itd
mon esprit critique. Jesus
est venu, ill a clalre le mon
x x x x

A paraitre
bient6t
Patit GoAve, par Nemours
Rigaud
Hygiene Mentale, par le
Dr Legrand Bijoux
Code de Procedure Civile,
par Rend Matard
Litterature Haitienne, par
Ghislain Gouraige,
Encore une fois, les Edi-
tions du Soleil sont entl-
.rement aux services de nos
6crivains d'iHalti.. Ceux tdtan
tre eux qui veulent en sa-
voir plus A son sujet peu-
vent enter en contact avec
-son Tpresident directeur. M
Edouard A Tardleu, t2l7pho
ne 2-3147.


de d'un message spiritual
qui s'est ddveloppd au course
des sieeles, qui nous illumi-
ne toujours davantage, qui
me parait plus essentiel en
core a notre 6poque, et c'est
ce grand movement qui
m'interesse profonddemnt.

Notre temps, plus encore
que les temps precedents, a
besoin d? la lumlere de I'E
vangile. et les L.-11 ir', ir.,
montantes le montrent par
leur refus de s'engag'r dans
une course aux gains mate
riels, aux posters de puilssan
ce, selon la tradition d-s ge
nerations precedents, par
leur sens retrouve de I'aml
tie horizontale. sans consid6
ralions de classes. L ur inter
rotation est hien proche de
ja d'une attitude religieuse
tL prove que notre mnonde
n'cst pas press de pcrdre le
s'Ins dui sacrc la read ion
ac'uelle centre la scinee est
en fait un cri d'angoisse con
tre l'exes de ratlonalisme
qui nous emprisonns. uni
cri d'estoir vers une autre
forme de connaissance, plus
spirituelle, plus mystique
comme le soulignaiti le Pire
Danielou aux rencontres in-
ternationales d? Geneve.


Je voudrals dire honnete-
ment ce quI me conduit.
sans richer et sans rdciter.

Je trouve tellement de grand
deur dans l message du
'Christ; je trouve une tell
isagesse revolutionnaire dans
l'amour des autres, dans Ib
-depassement auxquels con-
vie le Christ; je trouve une
'tells force dans l'Evangile
pour briser les carapaces d'6
goisme, de routine, tde lche
td qui nous reeouvrent h lon
gu-ur de journre; je trouve
une tell grandeur dans la
pridre et la communion det
vivants et des' morts, dans
la possibilltd pour chacur-
de nous, mIme au milisu
des difficult6s, m me Imnmo
'bilisd sur lit d'hbpital, d'ln
tervenir en faveur des au-
'tres; je trouvs une telle vih
;dans attitude chr6tiennf
d'esperance, devant les e
'preuves qui jalonnsnt notrn
,existence et auxquelles .per-
sonne n'dchappe, nl n'-
:chappra, qque ue -soent
'les structures politiques ou
:sociales; j'y trouve un tel
stimulant pour la recher-
che, la science, et aussi pour
les progress Intellectuels, spt
Tituels, quil-me permettsnt
,d'ller vers plus de v6rit,
(ile Christ nous accompa-
igne jusqu'. la fin des sit-
ucles); enfin je trouve dans
'le message evangelique un
Itel potential de d6passement,
:de 'jote et dftudace, un 0
sens A la vie que 'cee riesas
Te porte pour mol un aS.eau
rde "veritt?. "' -


/par Ian WILSON
Les recherches de plus en
plus complexes auxquelles
le Suaire a t6 soumis (pho
tographles, rayons ultra-vio
lets, 'pr6lIvement d'dchantil
lons examen au 'miscrosco-
p; 6lectronilque de noussie-
res -et rneme analyseur *d'i-
mages VP8, une ,retomb6ee
des programmnes snaciaux)
tendnt ai confirmer bien
des details de son histoire,
mais ne permettent pas de
conclure de fagon absolu- a
son authenticity. L'image du
Suaire est-elle un truquage
(d'un faussaire du XIV&. sie
cle, par ,xemple) ? Ou r6el
element le produit de la


sueur et du sang de Jesus ?
SI au contrair- elle n'a pas
det produlte par des moyens
dnatIltrelsi, tne serait-ce -pas
in prncessus inconnu, une
sorWt d'emanation, ou de ra
yonnwment, provenant du
corps du Christ ?


Enquete minutielise, doeu'
mentee, approfondle. cet ou
vrage se lit comme un veri
table roman policlrr. Il ap
Dorte des reponses captivan
tes et etonnantes -- a des
questions posees depuls d's
siecles par cette fragile et
Amouvante piece d'6toffe.


L'enseignemernt du Christ
PREFACE DU CARDINAL WRIGHT


L'ide que sobit parvenu
jusqul' nous le linceul dans
lequel Ie Christ fut envelop
p6 ,pour etre mis au tom-
beau, et que, d? "plus, ce 'lin
ceul 'porte une image -quasi
photographiqu'- de J6sus, pa
ralt 'dlfficilement croyabls.

Pourtant un %Saint Suaires
(possession ,de ila ifamille 'de
Savote) existed sdeirlere les
grilles du esepulcree tie la
chapelle royale dans la Ca
thedrale Saint-J2an Baptis-
te de Turin.
Si son authenticity qul
a fait l'objet de bien des
controversies tait etablie,
il constitusrait un temolEna
ge unique sur le Christ et
sa Passion. Toutes les em-
preintes qui figurent sur le
vols sont en effet absolu-
ment conform au recit de
la mort et de l'ensevellsse-
ment de J6sus, t'l que nous
I'a transmis le Nouveau Te=
tament.

L'auteur retrace les aeux
mille ans d'histoire du lin-
ceul. Depuis 1337, date a la
quelle celui-ci se trouvait
entire les mains du Frana'is
Geoffray de Chamy. cette
histotre est connue. Mats s-
vant ? Nombreuses demeu-
rent les incertitudos; cepen
dant l'auteur propose de pas
sionnantes hypotheses, re-
liant notamment le Suaira
au Mandyhon, portrait pre-
sume de Jesus qui rut retrou
ve en 525, appartint aux em
pereurs de Constantinople
et donna naissanc; a la le
gende du voile de Veroni-
que; le reliant egalement a
la legend? du Saint-Graal,
et enfin aux riches et puis
saints Templiers qui ado-
raient une mysterieuse ete-
tv barbue qu'ils appelalent
leur

ment dans les pays anglo
phones.

Le Cardnal Wright, Prefet
de la Sacrde Congregation
chargAe de la catches, no
te dans sa prdfae qu'a
l'heure actuelle 11 apparait
comme le melleiur manuel
pour les ccoles. les cate(chis
tes, le famrlles I1 sve pre-
sente come un instrument
iddal et r'esi suir pour les
group-s d'6tudcs, la prepa-
ration d'exposes d,' doe rine,
de sermons ou de retraites.


Pour la Sermaine Sainte


Si vous voulez mediter sur
le sns de la v.te, lets mysit
res de 1 Au-dela nous vous
suggerons :
La B'ble, le livre des lives
La B'ble de Jerusalem
avec ou sans il :',e ra'ioi
La B ble dte Jerusal: r
do pcche
La Bible d'Osty
La B-ble de Crampon
La Bible de Maredsous
Anci -n Testament. ediiior.
oecumenique
L citation de Jdsus-Chrlst
Si JeSus revenait -cette nuit
Mon pere. je m'abandon-
ne a Toi
Jesus pain de vi'
Bonnes nouvelles


Les miracles de Jesus
It v a un autra monde
Dans la nuia 1'ai cherche
Si vol.ss avi'z 1 Idon Dieu
i .CJs n m'eta't contl
A Qui ironls-nous
I e Christ E.st vivant
Je ons-l hra t m'a donned
renidez-vous
fes conversions dtin

P-arol's semenc s de vie
Ce que ie cro.s
Les merveilles de I'amour
miserieordi1ux
.Prends Je temps d'aimer

Touis res lives sont eln
vnte it l I.ibrairie LAction
Sociale.


Savoir s'exprimer
SAVOIR PARLER, SAVOIR ECRIFE. ETC.


Tout ce que 1l on ne vous
a lamais vraiment appris
se trouve ici. Neuf lives enl
un savoir parler, savor re
diger, savoir mieux lire et
plus vite, avoir une meil-
leuire memol):e, tous les mio
d rles de lettres, toutes les
techniques du savoir-faire
et du savoir se presenter,
tout ce que la psychologbli
pratique apporte a la vie pro
fesslonnelle. Et des tests -
bilans pour depister les fai
blesses. Neuf lives en un
pour vous apprendre a corn
muni quer efficacement, pour
augmenter vos chances de
reussite et pour vous rassu
rer en toutes circonstances
sur ee qu'il faut faire ou di
re. Cest une encyclopedie
pratique, teds facile ai con
sulter, d'un usage quotidien,
aussi indispensable a la fa
x x x x

POUR VOTRE
SANTE
La Cure Veg6tale, par Ray
mond Dextreit
Toutes les plants pour s?
guerir. Les plants qui font
baisser la Tension, l'Uree,
le Cholesterol, l'Acide Uri-
quo, les plants Antirhuma-
tismales, les Calmants, etc.
L'Argile qui gudrit
Memento de mt decline na
turelle, nouvelle addition a-
vec cent Attestations de Re
sultats Positifs.

La Cure V6g6tale, par Ray
mond Destrelt '
Tous les fruits et legumes
pour se guorir.
Les Troubles Digestifs
Acidite Stomacals, Ulcdre
du Duodenum, aigreurs et
Brulures.

Espoir pour lis arthriti-
ques et rhumatisants, 'HIs-
loire d'une gudrison.
Diabete et Troubles de
Malnutrition.
Pour vivre mieux... et plus
longtemps.
Le Pouvoir des Plantes
Le .pouvoir de survive
Le pouvoir de maintenir
la vie
Le pouvoir de guerir
Le pouvoir Surn lesprit
Atlas des Plantns Mddict-
'hales.
En vente a Librairie
L'Action-Socialer-


mill," quI un ouvrie mudi-
cal oU qu'un diltionnaire de
francaims Parler sl.'ns avo
peur, ecrire sanis ccrandre de
fairly' .mou 're, etre a 1 iist e a
vec ses superieurs et civec
hs atiiees grewe i des tech-
nitiues et des 'onsells g(ele
raux. mais auss; gr te( illu
entralinmenl. a 11des moduAles
prei:s die ias de lettres, etc.
Rappelez-vous les circons-
tances de votre vie oiu vous
exprimer parfaitement, trou
ver la bonne phrase. le jus
te ton a ete pour vous im-
portant Rappelez-vous aus
si vos dliehecs : cette deman
de que vous avez faite cet-
te affaire que vous auriez
souhaite diriger et ceLte en
trevue que vous preferez
maintenant oublier Ne res
tez pas demunis confiez -
vous aux specialists de for
mation qui vous livrent leurs
techniques et leur experien-
ce : Yves Furet. par exem-
ple, dirige depuis plus de
dix ans des seminaires re-
nommes d'expression orale.
Ce livre a ete faith. en col
elaboration par Y. Bourdol-
seau, R. Carton, J. P. Fried
man, Y. Furet, F. et M. Gau
quelin, M. Grenouilloux, G.
Grzybowskl, J. Martinon, S.
Peltant, J. P. Saida-h, J. M.
Villette, M. Zacharia, etc.
En Vente g L'Action Sociale
x x x x

L'ACTION
SOCIAL
LIBRAIRIE -
PAPETERIE
,Trds grande varidt6 d'ar-
tides de papeteri' et de bu
reaux. Tout particulidre-
ment trds bon march:
Registres por la comptabill
t. Bloc Porte-blocs, Pa-
piers a lnttres, cahiers di-
vers de la marque franchise
de haute distinction.
RHODIA

Les plus belles cartes da
voeux pour Piques et toutes
les circonstances.
Pour la semains Salnte
vous y trouverez les articles
suivants :

Chemin de Croix grand
et petite dimension; cierge:
Chandeliers; crucifix et cha
-pelets.


Une doctrine seir'. des exc
poses claims, les vdritds de
de la foi elles-mimes con-
frontdes a nos mentalltes et"
aux problIms de notre epo
que difficile, tel se prdsen-
te cet outrage tout enter
cen-re sur 1 Directoire Ge-
ndral de Cat'chtse et fruit
de deux annes de curncer-
tattons entire 1Is auteurs. de
nombreux collaborateurs et
soixane dix consultants do
divers pays. La cinquiem pi
edition paraissait en janvier
1977, un an aprcs son laned


x x X X


BON DIEU RIT

VU PAR EMILE HENRIOT DE L'ACADEMIE FRANCHISE


--











tmull dt' In l1-re page)


r i l CIt i o ll e rl'' n t1 1) ll .
.C in NI o piilr T loi piln-

lt.lrai M r lh'h l.lstr I, ,uh l e-a
> m l t I, vlr vrl vl (I 'llt l.l
1, i" ho In'11 i l'l, r x cA ,



L,'1 ct lii ii peinire ext -'u

I iiir < l it i i nri\ n. Ottl tl r es Pril
Sit.as.inpo. It c oiulpose l ur






Cicinll tuo :Il jt otr e sr m
p tiii eI h Pin iuiS0 o

'+II -\'ht.]stru r p n II I r es {- ro-
hi't; ihi t otIS 1 I. li ll molns ie

ntIl l ec ohitudc so-



PORT-AU-PRINC]
aller -


Southerla


$65.00 p]

vous renseigne

et vous Fourni

cheques de

AMERICAN









30 AVENUE MARIE JEA
L AGENCE QUI NE PER
TERET DE SES CLIENTS
(' TEIRET_ DE sgS CLIENTS


STV SAN~
91








t)I


C role


itdelllettct nil cnrtinule, on inmu-
iilitCe l Issl'qu01 ourop6olnnC.
I[,'otil peuit pirlor td'tllo v0r
'lahll tradllriion,

11 ni filllu el 'peinldlll Itl, it'i i
lire Ic vili;,1lI)e shI l cl our
vollr l illt n' tiet's oneuvrl's biu-
sces sill. des .1i\llls lnvilprill
Ii's 0t dis cultlercs cxitlique
(ilt Ii0 tI ctrpi p 't'llencs. oil 'it-
( i)it I t rllI tI e I lt pll IItIll
trutl. ure et lo r Itli .p lt, al t
ini co rl'Illille vision oceldenl
tale de la musilque. Quol de
phls logitlmc quct d'utllser
il1 tliniic folklnriqtiu nallo-
nal lorsque colil-el possede
d'es elnrac.erlsrIqlie's compa-
tibles avec 1'esthetique du
couinlpositeur, ou mieux : lors
que ce theme i revsle une
veritable source d'inspira-
tlon, declenhuiit le pheno-
mene createur.
En Hongrie. BtMa Bartok
a su oreer des oeuvres do
giiie en s'lnspirant de 1'es
prit. smon la lettre des the
miles de sonl pays.



E / SAN JUAN
retour


nd Tours


lus taxse.

!ra sur ce tariff

ira aussi vos

e voyages

q EXPRESS









NNE TELEPHONE: 2-1600
D JAMAIS DE VUE L'IN-

I


Ell EBpipgne. Manueil de
ialli, Abonilz O J Joqitln oi
dtrigO, iaut B" rll Va1111 Lobol
t(, Mariios Nobre, en Argeol-
ta li I O I i itt er it l aliiZzola'
ir Chill lmnlberlto AtlMInde,
aix USA Ocol'ge orlhwlin,
Milton Babbitt, Aaron Co-
p hn ti l L eo u a rd B ew i'i ste hl ,
Coutllu.r Seluiller, Ellott.
C'ltier, en ll'raollce Riavel, De
busy, Messliaen Duktai, Da-
rius Milhiud, Andr6 JovOt,.
eon Itailie Luclano Berlo, Lul
gt Nono, Bruno Maderna,
en Allemagne I Carlhcilz
Stockhausen, Fortner, Orff,
IIelder et Henze, en Hollan-
dce Henk Badinfs, en Suede
Karl Birger Blomdahl, en
Russie Strawinsicy, Proko-
fieff, Alexander Nemtin
Shostakovltch, et Dargo-
myszkhy, ont tous rendu
hommage A la culture popu
laire national ou parfois i
celle d'autres pays. Cette
longue liste, pourtant fort
incomplete, prouve large-
ment l'inturet considerable
qu'ont suscite ies themes po
pulaires, folkloriques ou exo
tiques, et dans Ies esprits
les plus serieux on.ez nous,
le Docteur Ferre Laguerre
m'a precede dans cettp vote
et, bien avant lui, Jusim E-
lie, Carmen Brouard et Lu-
dovic Lamothe...
II ne faut done pas s'eton
ner que j'aie choisi un the-
me come celui de iL'Atibo
nile.., que tou'. le m-nde
connait, en Haiti, et qut je
trouve particulierement re-
presentatif de la creativite
de notre peuplc
Dans mon oeuvre, le the-
me de l'Atibonit nWest en-
tendu sous sa forme origi-
nale qu'a la fin de la com-
position. Cependant une o-
reille avertie remarquera
que ce theme est suggere
des la dix huitieme measure
du Prelude par la mise en
evidence dans un context
polyphonique d'un fragment
melcd-ique extrait du theme
folklorique. Mais c'est % par
tir de la trente et unieme
measure que ce fragment
prend de I'ampleur et qu'on
reconnait un passage carac
teristique de la deuxieme
parties du theme. Mon idee
est de suggerer 1'equivalent
sur le plan auditif des ima


-.DECORAMA |

Le No 1 dans la decoration intrieure


rYO 19 Pouce.
T 51 KW


TV RCA 19 Pouces
AB 197 W


Demesmin


RICHARD BRISSON





SAMEDI 7 AVRIL 8 h.p.m





Prix urdique $ 3.00 i

a~afaaeaeeoBoeeasooeeoocoogaaoa aeogcm aeeeeeacao


ges viii0clles tic quolq'"un
quii ciherceralt It rcconial-
treo tel formen'S araiibireo
dain) un brotuiuad qui s
dlssiporalt alu lur et l mcsu1
re, jusqu'i ce quc e l'uinreossu
puillus voir totaniielu t, lon
pliIni lun ierr, ce C qu'Ill a-
vliti pU quc duevner itgule-
iiien I t debut, le doute se
iiiulit en certitude progress
sive tt lnalulemlent absolue.
C'est pour cette raison
que ie themb folklorlque de
I Aubonlite n'tervlcnt qu'a
la fin de l'oeuvre, qul est a
la fols natlonlilste et con-
temporaine, done ouverte
sur 1'universel

Elle commence par un
hommage discret A Beetho
yen, une sorte de reminis-
cence lolntaine mais identi-
fiable du theme de la Cin-
quulme Symphonte. II ne s'a
git nullement d'une imita-
tion : la distribution, dans
une perspective spatiale et
la transposition, dans un es
prit nettement different,
des tierces mineures et des
tierces majeures, alternees
dans une succession qui n'a
aucun rapport avec celle de
Beethoven et liees a une cel
lule rythmique caracteristi-
que, avec des sauts d'une oc
tave a 1lautre et dans un
movement qui est d'abord
ascendant et se transform
brusquemen en zigzag, vol-
la ce qui n'autorite person
ne L parler d'imitation. II
s agit bien d'un hommage,
avec reminiscence assume
Ct controlee. Cet hommage
ne dure riailleurs que Ie
temps de quelques mosures,
car tries rapidi(ment l'on en
tend un premier thime qui
se degage de la masse sono
re former ar l'accumula-
tion des notes tenues s'a-
joutant les unee aux autres
selon un procede habituelle
ment decrit comme stuila-
gee, en musique contcmpo-
raine, c'est a dire une sorte
de recouvrement progressif
et parties rappelant la dis-
position des tiles sur le
toit d'une mason.

Apres la forte tension creee
par la march des voix dans
introduction, ce premier
theme mene rapidement a
une detente, qtl ne durera
guere, car a peine est-elle
esquissee qu'une sequence
polyphonique lul su. ctlde,
pendant laquelle I cioment
melodique dominant est ce
fragment deji mentionne,
cxtrait ct isol idu theme de
I'ALibonite scion un procede
que je pourrais decrire com
me une sorte d'equivalent,
sur le plan musical, de cc
que l'anamorphose constitute
sur le plan optique. Je fais
d'aillieur appel plusieurs
Jois A cette sorte d'anamor
phose, mals clhaque fois d'u
lni maniere diflfrente.
Jo ne voudrals pas impo-
ser au lecteur une analyse
technique plus complete,
'persuade que cos questions
n'ltllitressenti qtue les compo
sLteurs.

Je tiens, cependcant, pour
terminer, a remercier publique
ment Monsieur Fritz Benja-
min de son esprit de colla-
boration et de son dovoue-
ment t L'egard de l'oeuvre.
II a bien voulu me fare be
nificier de ses excellent
conseils sur quelques points
de detail concernant mon
orchestration.

Avec un 'helf commie lui,
l'Orchestre PRO MUSICA
peut legitimoorent aspirer a
un avenir musical toujours
plus r'che et satisfaisant.
Gerald MERCERON.



Prise de Kampala,
selon le FNLO
(Suite de la l1re Page)

ces Armdes et Titulaire des
principaux portefeuilles.
II etouffe une opposition
de plus en plus marquee
1300.000 victims selon nesty International ), axpul
se 50.000 asiatiques (indiene,
paklstanais), bafoue de nom
breux europeens, fait 1'apo-
logte d'Hiltler.
President en exercice de
(l'OUA (Organisation de l'U
nul Africaine) en 1975-1976,
il subit en jtlillet 187R -o
Premiere defaite cuisas.ij
avec l'affaire d'lntebbe et
Ie raid du comrndo isra6
lien.
En ootobre 1978, 11 dfclen
che une operation militaire
centre la Tanzanie, pour re
qrendre en main, apparem-
mant, une armde qu'agitent
de nombreuses mutineries.
Mais 11 s'isole ainsi sur le
plan international et donne


a la Tanzanie et aux exilds
ourandal- I'occasion depuls
logtlemp; attendue de met
Ire fin a -ton regime, en d6
clenchant I'lnsurrection sur
Ir -terrltoire ougandais des
janvler 1979.


VENDREDI 6 AVRIL 1979


PAGE


L'Orchestre de chambre Pro Musica jouera


cinq minutes lorsque Paul
Maxl rtlacha uno balle plu
tWt anodine.
Surprise par cotte bdvuo,
Ia d6fenso haltienne reaLa
fige eot Gomez ouvrit le
score.
Lcs Dominlcains firent il-
lusion pendant une dizaine
do minutes. Le temps pour
1'equlipe haltienne de sen
remeltre et de mieux coor
donner son jeu.
A partIr de la 126me mi-
nute, notre selection com-
menga un travail de sape
qui commenga a porter ses
fruits vers la 156me minute.
Press de routes parts la
defense domlnicaine com-
menga AI donner des signs
d'affollement.

Pour l'observateur avert,
l'dgalisation des lors n'tait
qu'une question de temps.
A la 17tme minute Gerald
Romulus aide par l'arrin-
re Juan Maria Trinidad. lt-
bera 1'equipe haitienne en
marquant lm1 but 6gallsateur.
Le defenseur domlnicain
renouvela son experience,
un quart d'heure plus tard.
II cattpulta le ballon dans
ses propres filets en voulant
intercepter un centre de
Guy Allen.
Sans avoir L force son ta
lent, lI'equipe d'Halti menait
done a la marque. II restait
done a confirmed le resul-
tat en completant le score
pendant la periode comple-
mentaire.
Malgrf un manque dvi-
dent d'homogfnit6 notre
onze national allait reussin
deux buts de bonne facture
marques, le premier, par
Fritz Bobo d'une tres ele.
gate tallonade, et le se-
cond par Carlo Brdvil qu
sept minutes avant la fin
faussa compagnie h Roberto
Rodriguez et scora d'un vio
lent tir croise du gauche.
LES JOUEURS HAITIENS
Une bonne prestation in
dividuelle, un jeu collect.
tres approximatif dfbou.
chant sur des erreurs de pli
cement dans les change,
de passes.


Face b. une falble opposi-
tion, les olymplques d'Haltl
ont pu s'lmposer par un
score assez large,
Promu Capitalne Guy Al-
len a fourni un match exem
plalre. Il a t6 un arrilre
trus offenlsit se transfor-,
mant parfols meme meneur
d'attaque.
Avec lui 11 faudralt citer
Cadet et Simeon en dt6an
se, Romulus et Brdvil dans
1'entre jeu ainst que le tan-
dem Bobo et Jean-Louis en
attaque.
Cette 6quipe haltlenne
semble nourrlr quelques pro
messes. Sans etre brillante
elle a forun n jeu honh -
te. Ce nest peut etre qu'un
debut.

FORMATIONS
DES EQUEPES
DOMINICANIE
Belman Mejia Herminio
Patrou Andres Barrientos
Roberto Rodriguez Juan
M. Trinidad Alfredo Oar-
cla Ramon Cartagena -
Jose de Js Ouchardo Jose
A. Salcedo Rafael Perez Go
mez Ramon Martinez Nota
REMPLACANTS
Andres S. Valdez Angel
t Hiciano Rafael Z. Pichar
t do Jose A. de la Rosa -
Manuel Delgado
SCAPITAINE
Jose de JS. Pichardo
HAITI


Paul Maxi Goebbels Ca
det Lionel Bayard Ulrick
Simeon Guy Allen Ge-
rald Romulus Jn-Marie Jn.
Baptiste Carlo Brevil -
Jacques Jn-Louis.Fritz Bobo
Jn. Joseph Mathelier.
REMPLACANTS
Luc Raymond Carmin
Velimat Yves Jeune Gi-
rald Duverger Lionel Jo-
seph.
CAPITAINE
Guy Allen
Arbitres Ilio : Matos Pe
ter Johnson et Dino Soupli-
tos. Ait .i


x x x

Rene Vertus fait le point
'(Suite de Ia l re page)


vons certes gagnu, compete
tenu des defaillances de l'ad
versaire et du travail achar
ne que nous abattons dans
le concert general, mais
nous avons aussi besoin d'ho
mogoneite malgre que le de-
lai soit tres courts.
b) L'HANDICAP>,
Pour 1'entraineur Vertus.
le tournoi est d'importance
Rien nIo dolt lul echapper.
puisqu'il d2vra apporter ies
corrections necessaires ai
quelques j.ours des epreuves
eliminatoires des jeux Pana
m6ricains.

qons de ce match>, nous si
gnalail-il. doute d'une selection olym-
pique maiis qui necessite u-
ne bonne structure. La ligne
offensive s? recherche enco
re. On pourrait meme dire
que c'est une carence hai-
tienne depuis longtemps. I1
nous faut des elements a L'l
mage des Emmanuel Sanon
et d'autres qui puissent en
fin apporter le poids.
Dans un proche avenir a-
vec une tournoe extfrieure
dans le cadre des localities
de province, on pourra aus


OUGANDA :
INTERVENTION DU
MARECHAL IDI AMIN A
<(RADIO KAMPALAD

NAIROBI (AFFi
Le President Idi Amin est
intervene personnelement
vendredi aprts midi au mi-
cro de Radio Kampala pout
affirmer qu'il etalt toujours
a Kampala at qu'll n'etait
pas pret 6 quitter la Capita
le iugandaise
Au course de ses huit ans
-' la tete du pays, le Presi
ent Amin n'avait pratique
ment jamais pris la parole
A la Radio.
Il a rendu rLommage aux
soldats qui se battalent tou
jours dan.s les rangs de 'ar
mue ougandaise, soulignant
que ceux ci n'avaient pas re
joint 'armnde pour s'enrichir
mais pour defendre leur Pa
trie.
I a egalement rappel aux
ougandais ce que, selon lul,
il avalt fait pour eux.
Le Chef de l'Etat ougan-
dais a parl6 er langue swa
hill aprts une brsve intro
duction en antlais. Son mes
sage a vte s;I.I d un mor-
ceau de misli.lue mllitaire
avant que la Radio ne re-
prenne ses prorraimmes nor
m11L UX.


si arriver I trouver des 16
ments valables, disponibles.
IT y en a d'ailleurs qui, a cau
se de leurs 6tudes ne peu-
vent s'adonner aux entral-
nements de base.

Le football de competition
necessite une certain appli
cation, une presence cons-
tants a 'entrainement qui
ne se pratique pas dans les
meilleures conditions comp-
te tenu des probl6mes d'lns
tallations concluait Vertus.
Notre entraineur federal
scmble vouloir accorder une
plus grande preoccupation
aux attaquants de la selec
tion natlonale. On I'a blen
sent : 11 n'a pas fault allu-
sion a la ligne defensive qui
de l'avls des observateurs
reste 1l plus grand point fal
ble de 1'equlpe national. Le
problem est-1 ddjat rusolu ?
Nous avons ete favorisf par
la maladresse des contre-at
taques adverse mats 11 faut
croire d'ores et deja que la
situation ne sera plus la
mumeme face a des s centre> beaucoup plus hup-
pes.


Analyse du Kremlin sur la situa4on
Int6rieure en Chine
(Buite de la Iler oage)


Debuts victorieux

de la Sklection Olympique
(Suite do la ltre page)


n'ont pas conduit* a la mo-
dification de l'essence de la
politique de P6kln. Quant
aux tentative faltes pour
arracher le pays de la cruise,
elles s'accompagnent, tout
comme par le passe, du ren
forcemant ntensif de 1'ex-
ploitation des travallleurs,.


La Boutique ((World Connection '
VOTUS ANNOUNCE SON NOUVEL ARRIVAGE DE
ROBES, JUPES, BLOUSES, CORSAGES, FOULARDS
INDIENS, CHEMISES A COL 'CHINOIS ET UN
GRAND CHOIX DE CADEAUX POUR LES FETES
DE PAQUES.
ELLE VOUS INVITE A VISITER SA NOUVELLE
COLLECTION EN SON LOCAL SIS A DELMAS 35
AU BAS DU YAGUANA HOTEL.
TEL : 6-2637 OUVERT DE 9H. A.M. A 7 H. P.M.
PROPRIETAIRE : JOSSY NICOLI PUECHAVY





SDeux Soirees Show




L'HOTEL


ROYAL HAITIAN!


Mercredi soir

LA REVUE EBLOUISSANTE DES


Ballets


Bacoulou d'Haiti.


Samedi Soir


les numerous toujours
surorenants des


Balind'Jo Dancers



Deux soiree au board de Ia piscine,

au rythme de


l'Orchestre du Roi

avec un buffet barbecue,
le mercredi, et la meilleure
cuisine franchise, italienne et

americaine, le samedi.

Vos deux rendez vous

cette semaine

au


ROYAL HAITIAN!


oaaas''oaeficxao'BaoG~eGC


AMPRFOSA INTRODUi'




4 / turtle wax




La plus large game du monde de products pour


Se nettoyage, le lavage, le lustrage de votre voiture...


CIRAGE en pate en crime, en liquid


COMPOUND en pate en liquid

VINIL TOP CLEANER, en spray, en cirae

PROTEGE CHROME

Product pour le nettoa.ge du capitonnage des housses.


des oneus. du tableau de board etc...



POUR UNE VOITURE COMME Au ier JOUR

AMPROSA Iue Pavee


extremement bas des mas-
des populalress, ajoute M.
Yakovlev.
Il devient evident, con-
clut-l, que leg changemnentw
survenus au sein de la di-
rection chinolse aprT s la
mortt de Mao Tse-Toung


$320.00

DECORAMA 243, LALUE,

IJVEIIT TOUS LES JOURS DE 9 H. A 6 H P.M. TEL. : 2-2257


Koudiay sou Koudiay



au




REX THEATRE





Avec


~ -------~ -------~ IElhlBaP&I --~---~--~-s~-c- ~-~-~486-








6 fRI) iAVRIL 19719

ML Carter anuouc
C'ONSERJVAT1ION 1DIV L'JNE, UXIIE
UI IN: -Olitllt 1)11 MII9'URli3 POLUR LA


i. ll ,iv ( it l i ul'e lpate )

1915r 000 o,,300000I :11))
I 1 0' I p t v-ol lo tur.
Ihxnuth d'olie'lrl't d t0 ,0o
11 nll~ nid t iii i pour 'ch ri-
d in h' AI 50 li( i mit n l CIIliil
tl r:iItI're i vololitilrvos.
i I I uchIr Imllposit on

h i 'r l It tom des rte lesS
1 e, ('tini rel i e rk-
id ifv t llo, ,1ii rvfc ii E o



Ceneestat ton en
Chine :

a Paii'n
IPFI:rlN ,AFPP .
I e repression des cbntes-
10itaires Chinnis s'ist pour-
ai'i nvpc 1 arrestatIion d u
I, femmei Pekin Jeudi.
oilr lnnnlversaire des emou
tr< du 5 Avril 1976 aul course
I( nieil ids nt ivIsLes ontt
, iivrrtemenI dei' 'i les nuton
0 *le, la Police malgrb la
"MI.'I:( d ('emnprisonnement

I) ;ull part. trols chinols
,11 l vi :i'lt r lt(s l 1 instl t l lt
S *, '.;,:pvu-s de P6k).n sous
I a.ccual ionl d espionmnage
r'I" ii I"r divulgii6 des in
n' *rii l )is a dcls r raniors.
Soln appri;ls joudi de sour


inomle : entrei 120.000 (1 270.
i0)0 burli.s Jo lr.
- Traii Ii'iformiiillon i'i cin-

ts suhslluintl ti hurbollp i
pi' rol h t iconontie : ielntre
100000 (t 2000.000 barlls -
Jour), Ilclliati. on h tin )l pl s
large recour's nuil gnz nliiral
aiUr les elntrtprises (,cuno
inil : entro 250.000 et 41000 00
Jbarlils-Joiir), njoiniii llin'ii t
dc 1 application de cerl aines
miesi're:s do prO(leclti.ol de
1 environnemenlt cominm la
stride limite du taux do
plomb dans 1'essence, rnduc
lion de 5 pour cent de 1 oner
ie utilliste par le gouverne
mont Fde6ral Economie
7 mi. lions de barlls-anl.
Actions volontaires M.
Carter a appeld les amnri-
calns A rdduire leur trajets
ep automobile de 15 A 30 ki
lometres par semaine Ero
nomie : 300.000 barlls iour.
Le President a d'autre
part rappele qu un respect
de la limitation de vitesse
a 88 km/h Aconomiserait
200.000 barlls/jour.
Monsieur Carter a enfin d6
ide de metterl u a30
cide de mettre fin A 1'ortroi
de zones de stationnement,
oatuit pour les function -
nalres a Washington dis le
ler Octobre prochaitn, afin
dinciter les employs fe-
dernux a recourlr aux trans
ports en comniun..


t SPECIAL




| DU MOIS D'AVRIL



A la Curacao


Trading Co.
C



RABAIS



SUR TOUS LES APPAREILS lX FI


PHILIPS




BE LA GAME 1979 :

tourne-disques, amplificateur,

haut-parleur, receiver, tuner,

cassette deck



20 olo pour achat CASH



10 o/o pour achat



a CREDIT



3 Disques de 33 Tours



CURACAO TRADING


Rue Pavee et Delmas





CONTRE LA GRIPPE

CONTRE LA POUSSIEE

SUCEZ








DECONGESTIONNEMENT DE LA GORGE
8- RESPIRATION FACILE
HALEINE FRAICHE
GRACE A

MENTHO-LYPTUS

en vente partout

DITR. A ET G IZMERY
PHONE : 2-2144 2-0149


40E7


LE NOUVELLISTe


Le Diecours de M. Augste Maingrette


CIIANGEMENT A LA
DIRECTION DE LA


lSulto do tI 16re page)

Jh'an-Cihudlnie, 1ll ii non
clhimnelre puln m111ol)1 ilnqiL -
thnilto pour coux qiul sonit
II ri'elherchii d'un Iog)lI qui
'st la condition esentiielle
dt, lrir s6curiti 6cornomi -
(|IIe.-
Co pro.jet' dci logement so
c!il dcst.in6 I\ combler on
artl le I d6df!ct qualltatif
et quantit.atif du logement
A Port-au-Prince violent en
son temps en repondant aux
besomns de pros de 1000 fa
miles h revenues moyens,
frtustrcs par des loyers exa
g6rds de la molllcure par-
tie de hlurs revenues men -
suels.
Ce project est une expdrlen
ce orlginale appelee A ser
vir de motdele A l'ensemble
du territoire national. 11
dolt susciter 1'enthoustasme
de tous ceux qui sont cons
cents du probl6me caus6
par le manque habitat.

11 n'y a pas longtemps
que ma participation a deux
sommets don't l'un A Van-
convert et l'ailtre a QOiuto
tous concernant le loge -
ment me persuade de l''m
portance que le monde ac-
corde a 1'habitat qui par le
dynamisme de sa nouvelle
conception doit influer sur
1'environnement et recondi-
tionner 1 homme en lui, res
tituant toute ses possibilities
iliminuees par la pollution
et d'autres facteurs tant an
dogenes qu exogenes.

Conscient des probl6mes
de 1 habitat et de 1 environ
nement, le gouvernement de
1i Rdpublique a pense dans
l1immddiat a erige 948 unites
de logement reparties entire
192 unites individuelles et
836 unites collectives A 11'ln
mention des families haiti.en
nes a revenues moyens et qui
ne sont pas proprietaires
d'immeubles dans 1 aire me
tropolitaine de Port-au-Prin
ce estimant a just titre
qu'il fallait accorder une cer
taine priority au problem
du logement don't J'acuite
ne fait aucun doute.-

Ce project d'habitat'on frin,
nira aussi des spaces appro
prides pour une 6glise. un
centre d'achat, une ecole.
un hospital, un cinema, des
services administratifs fon-
damentaux et un centre corn
munautaire pour les jeunes.
Le plan pour les diverss:'
uniLts d habitation accord
egalement toute 1'impor -
tance n@cessaire se rapnor
tant au terrain, a ses con-
ditions cllmatiques Ila di
reaction du vent durant le
jour et la nuit.

Parallelement au project
de 1000 logemcnts a loyers
mnoddr1s n Dlmas, 'est-A-
dire des loyers de 1 ordre de


Mais, 1'6tude qui a con- duit a ces projects piloted est une vie en 6tat de siege,
don't 1 execution fait appel off I'homme craint chaque
i plusieurs organismes d'E- jour pour sa sante, sa pro-
tat vise i la Rehabilitation ductlvite, mime sa survive.
de quarters aussi surdensi-Nous pouvons rassembler une
f', que St. Martin et pr6- multitude de statistiquesa
voit la n6cessitd de 40.000 sur le peril physique, les
parcelles assainies Ataldes cofits econominues et les d6
sur dix ans pou? combattre eats mpsologiques en cause.
le deficit de logements re- Mais nous ne pouvons eva-
latifs a la categories socio- luer de m me le tort causq
economique concernee; soit .au gofit de vivre. C'est pour
4.000 logements par an.- tant cet effet qui A long ter
Toutefois, dans le but d'ob me sera le plus destruc -
lenrn des rdsultats plus con tiur. principalement parce-
vainquants. 1'ONL pense de r' il mine les forces vives
voir 61argir le cadre de 1 ex du D/veloppement. Il y a li
pdrimentation des parcelles une reason imperieuse d'ag'r
assainies en d6veloppant pa ran'dement et efficace-
rallelement au project de ment.>
Drouillard d'autres proj.ets
du mime genre tant a Port Les manifestations de ce
eu-Prince que dans certai- jour t6moic-nent de l quali
nis villes de province. Ces t6 de la collaborlatfon du
nouvelles parcelles assai Di.artement des Affaires So
nies auront tries probable- ciales et de ses diffrcints ti
ment des normes differen- tulaires au Gouvernement
trs des premieres, ce qui de la R6epblique depuis
-lonnera lieu A une compa 1974. Je veux citer les cito-
raison de mdthodes pouvant yens Max A. Antoine, Doc -
6ire tres benefique dans le teur Achille Salvant et Doc
choix des solutions, teur Hubert De Ronceray
lAwe -.es pnriodes 'de se -- qui dans leur Haute compri
cheresse prolongees que con hension de la collaboration
nait le pays, le chgmage de 1'ONL, en ont fait le fer
qui caracterise les provinces de lance de la Politique de
et 1'appfit que constituent Logement.
les fi'ctories ctablies A Port
au-Princc et bien d'autres Permettez aussl, que je
facteurs une pression demo rende un public hommage A
graphique se faith de plus tous ceux qui a un titre quel
en plus sentir a la capital conquer ont oeuvr6 a concre
accentuant 'acuite du probld tiser e e rve cher a nous
Im( du logement tout en pro tous, particulierement a
llf6rant les bidonvilles dans la Compagnie -ENCOSA,
les zones plus accessible qui a assure aveb une cons-
aux petits n/goces et i cer- science admirable et sans re
taines transactions plus ou numeration 1' etude de ce pro
moins louches.- jet.


MAURITANIE .......

MO'UAIKCHOTT, ( AFP )
Un 'ronite mil'ta'ne de So i
',t National> sist sub.s titi'lue
Vendredi en Maunritanie au i
icomit6 militaire de redres
scmenLt national qui avait
renvcrn le 10 juillet 1078
IP President Moktar Ould
Daddah.

Le Chef de 1'Etat le Colo
nel Mustapha Ould Moha-
med Saleck, ne conserve plus
tlue la prnsidence d'hon -
neur du nouveau cornmitd et
laisse le control effectif du
pouvoir au Lieutenant-Cold
nel Ahmed Ould Boucelf, an
cien Ministre de la pche,
qui dnvient Premier Minis-
crp et Vice-President du co
m;te militaire de Salut Na
tional (CMSN), a-ton ap-
pris de source officielle a
Nouakchott.
Le changement qui s'est.
semble-t-il derould sans ef
fusion de sang, est sans dou
te la conseouence des divi
sons qui ont oppose ces der
nieres semaines les membres
de 1'ancicnne /quipe diri N
geante, tant A propos de la
question du Sahara Occiden
tal que sur les problems
ethniques que connal.t la
Mauritanie.
Ces divisions avaient no-
tamment about le 20 Mars
A 1'viction du gouverne -
ment du commandant Jid-
dou Ould Saleck, Ministre
de l'Int6rieur, 1'un des prin
cipaux leaders de la tendan
ce favorable A la ndgocia-
tion avec le Front Polisa-
rio xdans le cadre du conflict
du Sahara. ,wii

La situation demeurait cal
me en d6but d'aprds-midi A
Nouakchott. La Radio Mau-
ritanienne diffusait sans dis LA
continue de la musique mi LA S
lltaire ansi que le commu-
nique annongant la mlse en 4 rou
place du nouveau comitt,
Un important disaositif ml
litaire a adt installed autour
des prtnclpaux points stratd
giques de la capital le Maur) .
tanienne.


$ 7200 4 110.0011(1 pr inol I|)oir
dl('n (101111l'ii(n d iCnt11liiI-v"l'
if I'ONI. prE'onynit dflns ,lNl
)p) I IIiillpn dI construction
13 eiteN ouvrliis totatllant
4.5001 logennon's i' PO L-iLu-
Princoe t dans 11 villli. Ide
)province. Un progframmOf d
Rdnovatlon Urbalne et un
programmed dc De velqppe-
ment, Rdsidentiel minimum
vonalent compldtor action
do 1 ONL dans 1 6ventall dcs
solutions i apporter par le
secteur public du logement
?i la cruise aigue quL occable
presque toutes les couches
solalcs du pays. -

Cependant. les nouvelles
solutions demandent n6ces.
sairement une p6riode d'ex-
perimentation. et cest ce qul
just.,fle les projects pilots ac
tuellement en course A St
Martin et Dyouilllard. 11
s'agit des projects de R6habi
litation du Quartter de St
Martin et Parcelles Assal-
n.es a Drouillard. Ces pro
jets doteront St Martin de
voles de p6netration, de bou
ches d'incendie d eau, d6lec
tricitd de toilettes public -
ques, de point de collect
d'ordures etc.. tandis qu A
Drouillard 1000 lots viablll
s6s seront mis h la disposi
tion de 1000 families de la
population a hbas revenues,
qui construiront eux-me -
mes leurs logis.


CoM r6dlitHo nut Io0t -
7(ii nt(insnlblilid le Onuver
irmoni dr IlL Rd'pibbllqu et
ont., ln:idt primnllaire I'ndop
tion d'une politlque dv lorge
meit comporiann dts pro -
Joets do 11tiC centre les tau
dis ot la constructl.os de lo
moments a bon marched.
Si co dernler objectif n'ost
pas encore .'licmi-nt nt -
teint, seule's le re.'trlctions
no'apportent nos moyens de
financement en constituent
les freons aussi pour y 'ob-
vier il est A souhatter que
ld banoaue de logement puis
so nar des inesures appro -
pri6es rbpondre aux fins
pour lesquelles elle existe.
Dans d'autres pays en vote
de ddveloopement come
nous, le financement de pa
rells projects est assure a
raison de 30 pour cent ver-
sds par les candidates acqur!
reurs A titre d'avances et de
70 pour cent par un credit
de la Banque du Logement
accord sur ses propres
fonds ou sur les emprunts
contracts par elle. L'ac -
nuerour n'a pas affaire avec
1 Office National du Loge-
ment oul est 1'organisme
de plan.fication de program
motion et d'ex6cution; mais,
avec la Banque du -Loge -
ment qul investit pour lul
et s'occupe de-toucher les re
devances mensuelles.


Auguste MAINGRETTE [l NT! i 'N\DRED)l t M 5 : I
Directeur Gen6ral de l'ONL 3-COCO o-o Acd caia c CO CCQC














,/
,,


''I


BLOCS E.R.F.


ETS.RAYMOND LAMBERT

SMateriaux de Construction.


PENSEZ A L'AVENIR!


Les prix du petrole montent en fleche ...




TOYOTA STARLET



La facon la plus economique de beneficier


de la quality TOYOTA


TARLET A EN PLUS une. suspension ind6~endante, equio6e de resorts a boudins aux

es, ce qui lui Oermet d'.t1e aussi souple et stable qu'une grosse voiture.


HINOTO. S.A. Rue Pave T1el: 2 0658

- -


I R I . . . . .


~Hrr~CM~AW


........ ........


Monsieur le rcpr(tsenwlLnt
tiu Pr6ildent
A Vie de la R6pubiique et
de la Picinlioe Dur. (e d li
ROpubllque
.Autorlit-i Civileis, Milllti'es
eo Rellgluses
Le 5 Avrll 1970 aurn tie
dAns 'hlistiure un lour d'u
ne importance exr.eption -
nelle par la repercution de
1'acte d'in'f.nfe port/e poli-
.ique. social et economique
que pose aujourd'hul le
Gouvernement de la R6pu-
blique. Il aura dt6 d n tkmoi
gnage eloquent dans sa, ma
tdrialltd du soucl, du Chef de
1'Etat d'amdliorer les condi
tons de vie de toute une ca
t6gorie soolale. It aiira At4
aussi la preuve de la com-
pr6henson et de 1'effort de
1'Haltien moyen A partici-
per au conditionnement de
son propre destiny.
MERCI.


TOUTE LA MTJSiQUR,)kAfIFr1NXE
'wIUS LES SUcCCRSLATMN
OfQOt'sL'FS P!T' fliIIERIOAINS (D1$VO-3XZ

611 ENRL..ISTP'!s POUR VOIJA
SUJL MINI-CASSETFE.
SUL CA1tTOUCRE S TRACK
SURB BOINE MAGTN1ETU*U
PAR UNE EQUlPE'DE StECALTLSTig
EFFCACE. GARtANTI PAR UNIN
UIX.1UI TECHNIMIE






VENDREDI 6 AVRIL 1079
1


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures t0 et 8 heures 30

CE SOIR i


$ 1.50 et 2.00
ECHEC AU GAN(


abus a


SALLE II $ 1.50 et 2.00
LA DANTELLIERE


G


la voiture economique


pour I'economie d'aujourd'hui



AU411iLa US l BARU






automeca, route de I'aeroport


SALLSE l $2.00

La raison d'Etat


__----,- -r- ~-4h -HOa ---lww Z~~~OCiqlWr~~Y rM -~LY~~VL


2e. Edition de Culture, Civilisation et Le PDG dTe
SuIl t. e lit l ua ''e piige) Cin Triomnphe


plus m4(r111uant..s parIis r6cemo
i1ttl. It Ilil itUt die problS/tes
dU dvelo)ppIlnt'llt, de 1'an-
bivtalence cultlurelle en Hal
i eit' de i'oniologic nieg/r"',
li premittI're edition a. ote
v' to epiulsc'iV.
En raison des demntsliics.
(ant le1 qu "I 1 etranger,
I itiieur a du penser it une
dcuxleme edition qui vient
(d snrtir des Presses de 1 Im
pl ilmritc Deschampns.
Coninlie pour I' livfe d'his
liiirc rai' oitse du Dr Marc
Pea' (sUi a ist stu'c 2uine edi


tlon, louvrago du Professeur
Achille Aristide a, tant sur
la plan local suir c lilian
extriecur, le plus grand ra-
yonnementl.

Nous renouvelons nos ft 1i
'Itatlons notre collabor'a
tour et nous sommes persua
des que la nouvelle de cet
te reeditio:i sera blen ac
cucillie de ceux qui desl-
rent se procurer ,'Culture,
Civilisation et Developpe-
ment,.qui est depuis hier dans
touits les libralrlies doe Port
au-Prhnce et de Petionvllle.


~IV


Pour vos Paques,

AVEC VOUS. CETTE ANNEE


DIOR

dele'gue aupres de

vous son envoyee special

Mime. Nada Joyaux

ESTHETICIENNE DIPLOMEE EXPERT EN MA-
QUILLAGE PERSONNALISE. CONSEILS, DEMONS-
TRATIONS.

Pour 4 jour saulement

Du 9 au 14 Avril
Mme. NADA JOYAUX SERA A VOTRE DISPOSI-
TION EN EXCLUSIVITE CHEZ


Fouad Mourra

PAR PRUDENCE. TELEPHONE A L'AVANCE
POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS AU 2-2389.


I//ti" ). -


(Suite de la ilre page)

rini pour un cachet de $ 10.
000.00, le transport de l'ar-
tiset et de son group, los
frais de sejour et de la pu-
blicitnita la charge du con
tractant. Publicity dtres in-
tensive tant i la radio que
dans les journaux. La capa-
cite de notre salle 6tant de
700 place et 1'entree fixee
a $ 20.00 cc qui n'a pu cou
vrir les frais de cette tran
action. Le Triomphe Cine
n'a pas Wet retribu6 pour cet
te soiree, la direction le sa
vait a Favance mais desirait
tout come M. Marini of-
frir aux .spectateurs haitiens
du grand spectacle.

La Direction du Cine TheA
tre Triomphe n'a cesse au
prix de grandes pertes d'of
frir des spectacles de touop
genres et d'essayer de son
mieux d'encourager le deve
loppement de I'art et de la
culture chez les jeunea de
notre pays. Notre devise a
ete toujours ((Inelure Haiti
dans le circuit Internatio-
nal du spectacle et faire
participer nos compatriotes
a t'utles les manifestations
culturelles et artistiquest.
c'est dans ce soul but que
nous avons port M. Julio
Iglqiias et les 17 membres
dui I'accompagnent s debut
leur tour du monde par Hal
ti. Une copie do contract se
trouve a notre bureau a vo
tre disposition pour sdifica
tion.
Sans autres commentaires
de notre part.
Recevez, Messieurs, mes sa
lutations distinguees.

Joseph W. SALIBA
PDG Cine Theatre Triom


Cadeaux,


Bij ouX,



Pariumns,




10, Rue Bonn

Tel 2-1520


----'UYU~mMm~~'


Mardi 10 avril 1979; a 20
heures; a l'auditorium de
l'Institut francais d'Haiti;
le Centre dramatique fran-
co-haitien preseitera :
i LA PELISSE)); adaptation
e Foi theatre du o(Manteauc de
Nicolas Gogol.
avec Monique Boy; Chris-
tian Raccurt; Daniel Mar-
celin; Jacques Denis; Alex
Raphael et Jean-Paul Mi-
couleau.
Entrie G. 15.00
IE Cartes en vente a l'Iis-
IN titut francais; du luidi au
'I samedi; de 8h a 14h et de
16 h 30 a 19 heures.


--


Communique
La Secrdtalrerie d'Etat de
la Coordination et de l'Infor
matlon a l'avantage d'lnfor
mer le public et tout spocla
lemantl les participants au
concours d'oeuvres litherai-
res thfsttrales organism I l'oc
caslon de la 186me Journle
Mondlale du ThlLtre que
las membres du Jury, reunis
au local iCu Service d'Infor-
matlon et de Documenta-.
tion (SID), le Mercredi.4
avrll 1979 a 4 h. p.m., o&t
proc6d6 au releve des nots
obtenues par les concurrents
et & l'indentification des
Laurdats.

Les pieces sulvantes ont
6ee primes :
ler. Prix : $ 2.000.00,,%*
Route de l'Espoir Auteur :
Anthony Dessources, Cap-
Haitlen, Rue 16 D.
2eme Prix : $ 1.000.00, Ma
ladie Cochon Auteur : Cla
ra Osas, Port-au-Prince, le.
Avenue du Travail, No. 41.
3eme Prix : $ 500.00, Faux
Pas Auteur : Pierre Blain.
Carrefour.

Cette Secretairsrie d'E at
presence ses compliments I
tous les participants et
prend plaisir I les inviter Ia
la ctrtmonie de premise des
prix qui aura lieu le Lundi
16 Avril courant Ia 5 h. p.m.
a I'Auditorium de 1'Institu-
tion Saint-Louis de Gonza-
gue, sise I la Rue du Cen
tre.
Elle saisit cette opportuni
t6 pour renouveler ses re-
merciements aux Membres
du Jury : Mme, Mona Gut-
rin, M. Pradel Pompilus, E-
douard Dupont, Carlo Desi-
nor, Dieudonnt Fardin, Re-
ne Philoctete, Jean Narcisse.
don't la precieuse collabora-
tion lui a permis de contri-
buer 1 la promotion du theA
tre en Haiti, dans le cadre
de la Politique Jean-Claudis
te d'enrichissement perma-
nent de notre patrimoine
Culture.
Dr. Rony GILLOT
Secretaire d'Etat


Communiaue
de I'lnstitut
Francais d'Haiti


ricano-Sovl6tiques. A cette
6poque, les sds en Turquie et au Pakis
tan.
Le aNew York Tlmes af-
firme que les Etats-Unis
n'ont pour 1'instant contac-
te aucun pays afin de trou-
ver une base pour cet avion
esplon. Toutefois, rappelle
le Quotidlen, une premiere
version modif16e de l' rebaptisee sTR-1I, charge
de la surveillance du Pro
che Orient, avait A un mo-
ment utills6 la base Britan
nique d'Akrotirl a Chypre.

Le choix de 4'qU -2a, plutot
que de son successeur, le
SR-71z, ajoute le ((New
York Tlmes, est fond sur
des ralsons financleres mals
aussi techniques : le xSR-71%
vole beaucoup trop vite et
est d'un cofit plus ileve.

Le novel e volera,
comme le premier, A une al
titude de 90.000 pieds plus
de 27.0000 metres) et ne se
ra pas 6quipe de systemes de
photographic, mais d'appa-
reils electroniques de detec
tion. L'avion ne sera pas en


d'a'illeurs en Europe; en A
sie; et Afrique. La grande
cigue a feuilles mouchetees;
le Conium Maculatum; que
but Socrate; existed au Mor
ne La Selle. Le Datura Stra
monium; notre concom-
bre zombi); est bien connu
en Orient.
Nos plants eindemiques
gagneraient a faire I'objet
d'6tudes precise. Si 'on
sait par tradition que telle
ou telle parties; feuille;
fleur; racine; ecorce; de
telle ou telle plante est f6e-
brique ou astringente; an-
tisposmodique ou abortive;
il reste I savoir leur te-
neur en elements chimi-
ques determines; la quanti
te a employer; la forme
sous laquelle il convient d'u
tiliser les extraits de ces v6
getaux.
Courtoisie de la DARBOU
CO.


LA DARBOUCO
a recu pour vous des semences et des engrais.
SEMENCES DE LEGUMES VERTS
SEMENCES DE POMMF DE TERRE
DES ENGRAIS POUR EN ACTIVE LA CROISSANCE
LES MEILLEURES SEMENCES

LES MEILLEURS ENGRAIS
A LA DARBOUCO
DARBOUCO S.A. Rue du QUAI
aBSSOOOOOOOOSBOKOOOOOOOOOOO


SALLE IV $
DRIVER


WASHINGTON. (AFP)
En raison de la perte des
deux centres d'ecoute du
Nord de l'Iran, 1 Admials -
tration am6ricalne desire
utiliser une version modl-
4flie de 1'Avion Espion KU-21.
pour surveiller les essais
des satellites Soviltiques, at
flrme le 1New York Timesm.'
Mercredi.

Selon le Quotidlen New
Yorkais, cette nouvelle ver
slon de l' U-2s permettrait
d'attendre la mise au point
de Satellites destines a sur
veiller 1'applicatlon du traill
t6 Salt-II. Ces satellites
ne pourralent en effect pas
6tre prets avant deux ans.
L'Avlon espion, poursult le
journal, ne p6entrerait pas
dans 1'espace aerien Sovie-
tique, mais ehfectueralt des
vols a haute altitude le
long de la frontibre Sud -
Ouest de 1'URSS.
La chute d'un cU-2s en
URSS en 1960 et la capture
ie son pilot, Francis Gary
Powers, par les Sovietlques a
vaient entrain6 une grave
cruise dans les relations ame


Etats Unis espionnage : I
Vers la mise en service d'un nouvel (U27 .


v9y6 en mission en perma
nence, mats seulement lors-
qu'un essai Sovittique sera
attend.
Selon le Quotidlen New
Yorkals, le project d'un nou
vel aux critiques adressees par
les milieux proches des ren
seignements a 1'administra
tion Carter. Ces milieux es
timaient en efhet que le gou
vernement americain n'a-
vait pas reagi assez vite a
la perte des centres d'ecoute
Iraniens. Ces milieux, selon
le maient 6galement que les ad
ministration precedentes
n'avalent pas voulu, pour
des raisons financieres, corn
penser la perte d'autres cen
tres d'ecoute, comme celul
de Peshawar au Pakistan en
1969.


La :,.A,, et
la liberate d"accea a
information

WASHINGTON AFP)
La caine de Renseignementls
craint que l'application de
la 'iloi sur la liberate de I'm
formations, aux Etals-Unis
ne gen2 son activity, a de-
clare jeudi. a '-A i si -
devant iune commission de
la Chambre des Represen-
tants. M. Frank Carlucci. Di
recteur-Adjoint d? I'Agence.
Certe loi. qui donne la pos-
sibilite au public de se pro
curer des documents offi-
ciels, a ete votes en 1974.
Aux terms de cette lot,
toute personnel peot demand
der un document a 1'Agen-
ce et la 'CIA, ne peut refi
ser que des dossiers delicats.
Cette lot nousb coiUp? de sour
ces importantes. tant a le-
tranger qu'aux E.ats-Un.',
a souli-ine en substance IM.
Carlucc. Cos sources cral-
gnent en "ffet que leur ano
namat ne soit pas respect.
a-t-il afoute.
Le Diren'ctur-Adjoint dc la
,,'IA. a danu're part indi-
qcue que d' n rIsbrelt es de-
mandes provirtnnent do cito
Vyenss ett-an'ers qui .corepre-
seint.unt' poul-er des Servi
c (itl' d s; oisg' macints en'
nit n s'.s i' -il 'slim e.
lta ('I\ a pr'opnse un ament
deinnt it a c l'' i, l qui ne
tl'i l'ncrait pilus i fournis
des dociiil'nlt s traltanli 11i-
tainnlt t d *s rilationll av e
des Itouv''it'Oenwrt's e raln-
gers a nimos que la |person
no quii 'ent filt la deiand-
soit (cite dians ces docu-
ments.

< JERUSALEM. AFPi
Le Ministre d Elat Ve'ne-
zuelien pour le developpe-
ment de l'intelli.ecnce. MonI
sieur Louis Alberto Macha-
do. a declare Vendreti a Je
rusalem oil 1 stL 1 itote du
Ministre de 1 Education
icompt.er stir Israel pour
transformer des citovens nor
maux en enices>.
cL'intelligence peut ctre
enseignee et apprise, a-t-il
ajoute. Si experience est
systimati-quemenit tentee
dans les ecoles, il serait pos
sible dans quelques dizaines
d'annees. de creer des genies
en masse. L'intellizence est
l'antidote indique contre la
violence et la Dauvret6 et
la meilleure arme Dour le
developpements.,
Selon le Ministre Vdneued
lien de l'intelligence. aIs
rael a 6te choisi, en tout pre
mier lieu pour le lance-
ment du grand project Inter
national auaueii i consacre
ses efforts parce que les ex-
periences entreDrises ici ont
ete concluantess.

Aucun slane de
Liberation de
Ben Bells
Me. Madeleine Lafue-Vay-
ron, advocate franqalse de
I'ancien president alg6rien
Ahmed Ben Bella, a decla-
encore aucun sign- de la 1i
beration rie Ben Bella, alors
qu'll y a deux mois, de sour
ce certain, on avait annon
ce sa mise en residence sur
veillee a Alger dans un dl-
lai tres pnroche.
M. Ben Bella, qui avait
etl renversd en 1965, est ac
tiusllemornit dtenru a Blida
Alpoerl"
Me Lalue-Va:,on a indi-
qut par ailleur1 qu'eile a-
.air eoc t il 'y a trois tours
ui? l'ttre au Colonel Benle
did Chadli. chef de l'Elae
algeren, pour liil demander
I.' droll de communlqueur
auce .-0or clteuLt.


Coin du Jardinier


~i~ywpH AI


----S B -- -p- -- -




le passe-partout


II ~~


I


1.50



Haiti a un congress
international de
Psychiaties
a Geneve
Dir Lamarque Douyon, psy
chiatre est invite A partici
per a un congress internatio
nal de psychialres qui se
tiendra a Geneve dans l'of
fice du directeur adjoint de
1OMS. Dr. A. T. Lambo. et
qui debutera )P lundi 9 A-
vril procnain.
Le but de ce congress, cest
d'arriver a un consortium
international de psychia-
tres devant s'occuper de la
rehabilitation des malader
mentaux ot dee malades re
cuperes dans le domaine so
cial, psychiatrique, vocation
nel et residential
D'apres le Dr Douyon. 11
y aura u antac Dpour notre
pays a faire parties de ce
conosrtium, car on petit ob
tenir de F'aide dans la for
nation du personnel techni
que, dans le c< velopp('m'ent
des services p;sc'.ciatricus,
des ateliers, d, malsoiis de
residence ispoi les manaidcs
mentaux recuperes et da s
centres vocatioi:slels capa-
bles de permettre i nldivi
du 1qui etait malr:de .ce iro
prendre ces activites socia-
les
Rappelons qurc le C: Dou
yon esf[ invite par ie Pre'l
dentc du comitc ititer j'io-
nal centre les mal:d i'.I mIt-i
tales, le doe:cur Nat hin Kii
nie qui. on se le rap'ell, a
fonde le Cent:e (,( Psy-
chiatrie de Pt-as-Pce .'ee
le Dr Mars. No,'s suc.i ai'ons
un bon voyage au Dr Doi-
yon. d'recteur du Centre de
PsychiPtr'e Mars et Kcne.


A GRESSIE ?
Nouvea .tme
d'adduction
d'lau p table
Ce matin. a cu lieu a Gr.s
sier la crerrmouie d inaugu
ration d un sv.teme d addue
tion d'epu poi' h!e rf'alise
par c'.', Co csf i nns'\Ina
tales dre la zon, erfic- a tn
l1'hi .'n ;- .I AI D e t ;
la coop:'rs'i'.lin du St'rvic
d 'as.sainisy, in'nit' du Di p r-
t( ment de la Samt Peubli-
que.
Ct .sysit'nme d'adlduciit n st
alimentil pt ir Iih s)i"r- 5 :
('11m cdot i t d l :1 w e' i-
me i 5 iItres p r sicio'ue
II estl di ici i s's,!i r(-se V iir i'
20000 lilres cl,.stl f l-
nintler 4 lufnti.aiites puhli-
qiies et U i resciu de 50 em
br'ancl ielunens. croit-on s,


racist mnats....
Le Mlnistre, oui s'est ad-
lendu d etre raciste. a ex-
prime la conviclion que 'les
Juifs oint about a une supe
riorite culturelle fondep
sur la method dans la re
flexiono.
Apr s avolr temarque
qu', Nobel dans tous les discipli
nes est accord a. des Julfs,,,
Le Mialistre venezuelien a
precise que, selon lui. il ne
s'agissait pas la d'-tiCd ques
tion de race, mais bien de
culture et de method dans
1'educations

La ConEfrvnce de
M. Hugo Tolentino,
ANCIENT RECTEUR DE
L'UNIVERSITE DE
SANTO DOMINGO;
REPORTED
L'Institut franqais d'Haiti
informed que cette conferen
ce est malheureusemeit re
portee a une date ulterieu
re.
Ruben Silie nous a ap-
pris en debarquant que son
college; contrairement a
ee qu'il avait espere; ne
pourait pas quitter le semi
naire auquel il participe ac
tuellement es Porto-Rico.
II le regretted d'autant
plus qupil est I'u des arti-
sants les plus aetifs du rap
proehsement haitiano-domi-
nicain.
L'Institut fran.ais d'Haiti
profile de T'occasion pour
remercieT de leur venue et
fsliciter de leur bonne vo-
lonte Fratick Moya Posns et
Ruben Siliei
II remercie lgalement le
public haitien d'avoir assis
Ic en foule aux conferences
des deux intelleeluels domi
nicains.
II regrelte que les dimen-
sions de sot auditorium
n'aient pas permis a ce pu
blic d'etre recu dans routes
les conditions de confeor
souhaitables.


(Suite oC asa Ire page)

L'ile d'Haiti possede envi
ran 6000 especes differentes
de planes vasculaires. A
pres de 45 pour cent; ce
sont des planes endemi-
ques; venues en [igne direct
te du processus de l'Evolu-
tion. A 55 pour cent; les
autres ont ete apportees
soit; dans des temps tries
recults; par les Indiens A-
'rawaks; puis par les Espa-
gn7ols; les Franqais et les
Haitietns; ou simplement
par les courants marines;
les oiseaux et les vents. Ces
plants; pour la plupart
communes a toutes les Antil
1 e s, s e r e trouvent
egalement dais les pays de
I'Amerique tropical. Parmii
elles; nombres de plants
guerisseuses sont connues
dans les Pharmacopees e-
traigeres. On en retrouve


14


-.g




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs