Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10353
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: March 29, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10353
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text










iii I ti I x fr
0 i i- iiI tilt- i



Ml ilcvt it h


d '; ~~iIvtI





v iIiL
I dinie.

Illicitln". A
11101lS.
i-r I('i-

iiitleit


(ilATEs:MALA (AFP)
Ies tentative faites jus-
qu ici pour pacifier le pays
gracea u on dialogue entire
routes les forces politiques
di Guatemala se sont sol-
d6es par des echecs; no-
tamment sous la forme
d'am'sassinats politiques; no
tent les observateurs.
La derviere tentative en
cc sens avait et6 lancee
par le part Democrate -
Chretiern (PDC) qui voulait
crder un forum permanent
de discussion entire toutes
les tendances; afin de d6sa
morcer la violence et de c6-
pondre aux problems du
pays,. Cette proposition a
Wte suivie le 22 mars de
I'assassiat ila mitraillet-


collagi', mlnls les measures
prims prlc'dedmient n'a-
vtlent, ji aunids rcvftu une
tille Importance.
Dliias los milieux dlrigeants
igypllevns, on iffirme ne pas
rainldre In puissance mill-
itare de la Jaimahirya Libyen
ne, iniLis out It mal, dit-on,
pourralt provenir d'un sac-
te lrriflichl ace la part du
Colonel Kadihall.
Cette emome crainte, cons
talent les observateurs, a
ete nourrie par les milieux
dirigeants egyptiens au
coils de ccs derniers mois
Ct surlout dcpuls 'initiative
die palx du President Sada-
Le.

Com milieux ont ioujours
apiprehed i osouligne-t-on
it, niniLnc source, une iniati
\e inuitaire du Colonel Ka-
dhafi don't le Chef de l'Etat
Libyen n'aurait pas measure
1h's consequences. Et l'on

i Voir suite page 6)


; I i, D I T 1T F D HAITI


Est ce le signe


(d la restructuration


(t du changement ?


-. it-






i i r















;1 7. *l il
ill -




















-ill


*I- t Ii


































SVrrier




Dr. Jean-

Joh, -nson n-
n (ild, d Tolo, -sl diplo-
S <(if I Ll -,i116e du Br -
I I' icr soir













i t r d i Barb(,cue


Voiur silu page 3)


srietux problems. Et outre
i i.prol),b ies despace nqui
]tnir la Chruirgie seront re
t.is. par la Construction
ci il complexes moderne, a-
(itquati. 11 se pose surtout
tn problemne de medica-
nl,-its ei de ir,tcriel. Les
liijles hospicalises ou pas
- I sorIentl tctjours avec u
In -.;iie ip rescripiion. Ce
(l 1 n cst pas pour rejouir
ceux-la qui avaient toujours
(ru que dans :tin hospital pu
hl e. elait dispense gratuite
milt touti ce qui pouvait
coidi'iloniller i'l sante.
cia i e(''ial.s:, services, il
i parlois que le strict
.rlemnta:re manque. Plu-
>it'irsa do nos abonnes nous
oit mnintes lois signal par
( ximpie qu'au dispensaire,
i' materiel manquel parfois

iVoir suite page 8)


Ia viitionu! Que voil uine
|i'"h'ssion comparable; se-
I'in imui; a; cele de chauf-
I< t"r ( qui lbouffe temps et
arIent!

lit ;e7z- ii voih-nimenes; amis
lIcteuirs: Its appoinlemicnts
d'iun de(puti u people pour
I 'colc; le salaire hlebdoma
dire d'u, profe.sseur de
lyi-ee pour chaque here de
'ol; utte automobile pour
lprmettre au fiston de cou-
vrtr les ,20 kms qui sepa-
ret son appartement dec
I'Ecole. Ajoutez maintenant
a ce budget les frais de
nmuirriture de logeme,,. oI ar
gent dci poche; les voyages
obligatoircs de Paques Noel
el grailes vacances; et con
ve,,ez avec moi qu'avec ces
debours; on pourrait batir;
apr's les deux ann6es obli
gatoires -- quelques appar-
tements qui; aux taux ac-
tuels des lovers; assure-
raieit a notre aviateur en
herbe; et sans risquer sa
vie; les appointments d'un
pilote itHaiti Inter)) !
On est encore loit du
compete. Devoir assimiler le
contenu du <(Private pilot
VWork book)) totalisant 250
pages sur 2 colonies; du
(,Pilots operating hand-
books (150 pages) et du
((manual of flights de plus
de 300 pages: n'et fau-
drait il pas moins pour 6-


te dans la rue, du dirigeant
du Front Uni de la Revolu
tion (parti legal), Manuel
Colonm.
A deux reprises les prin
cipaux leaders politiques
s'etaient ainsi r6unis, mais
ces initiatives ne peuvent
aboutir; selon les observa
teurs; en raison -de P'impos
sibilit S de trouver a court
term des solutions aux pro
blames politiques et sociaux
du pays genirateurs de la
violence. De plus; des group
pes arm6s clandestine; tant
de droite que de gauche;
s'opposent violemment it
toutes ces tentatives; no--
tamment par l'assassinat

(voir suite page 8)


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET



Apres l'incident

i l'ambassade


des Etats- Unis ai Moscou


MOSCOU (AFP)

Les autorites sovietiques
ont tout a gagner sur le
plan psychologique du tragi
que incident qui s'est ddrou-
le mercredl soir a I'Ambas-
sade des Etats-Unis en U-
nion Sovi6tique, estiment
les observateurs.
L'Agence Tass et la Radio
Sovietique, qui garden d'or
dinaire le silence sur les
tres rapidement rendu comp
te d'un evenemenit qui de-
vrait faire reflechir les can
didats a l'emigration a tout
prix. Des jeudi, dans utin ar
ticle excepuionnellement a-
cerbe, les ,ILvestia, ont ex
ploit 1l'affaire pour turner
en ridicule attitude des r s
ponsables de l'Ambaussade et
dissuader ies sovietiques de
l-2ur faire confiance.
La tentative desesperec


d'un jeune sovietique de 27
ans pour obtenir par la me
nace Pasile politique aux E-
tats Unis s'est sold6e par un
dchec : le jeune home, en
trd dans l'Ambassade en
compagnie d'un diplomat"
am6ricain, en est ressorti
sur un brancard de la Poli-
ce Sovietique, fventre par
la petite bombe qu'il portalt
A sa taille. et il est mort a
son arrivee a l'hopital.
La police sovietique, sur
laquelle l'Ambassadeur des
Etats Unis s'etart entire -
ment decharge de l'opera-
tion, a d'abord fait usage
de gaz lacrymogtnes, puis a
tire deux coups de feu, im-
mediatement suivis de 1'ex-
plosion de la bombe que le
jeune homme avait fabri.
quee lui meme.
L explosion na cause que

(Voir suite page 8)


Les perspectives


industrielles en Haiti

Iut No d V
(Suite voir t Ic No it liivi


Les pays en vole de deve
loppement sont tries souvent
eblouis par le mirage du de
veloppement indus'-riel qua
connu 1'occident h la fin du
9e siecle. Ce modele de de-
Sveloppement et a conside-
rer avec quelques precau--
tions. car les conditions ob


jectlives de I Euirole a cette
epoque n ietauielt pas les me
miL.' quue les conditions d Hai
ti un sickle pius Lard. L'in
dustrialisati0on qui a contri
bue f 1 epanouiissement et a
la rnchesse des pays aujour
d'liui deeluppes. ne repre-
scnte pas un model de de
veloppement toujours expor
table et cer.auies economies
developpeis ont au contral-
re choisi consiermment le
sceteur agricol conmme axe
principal di ieur developpe
mcnt. la Nouveile Zelande
eni est la pa:Iaite illustra-
tion.
Haiti possede un secteur
undustricI naissant qui se
cara'erise par deux aspects
majeurs Iles idustries d'as
semblage et les indutres
de sub-;itu'tion aux import
tons. Ces ina utnles n out
pas touiours l particular-
te d etre trcs inmtgrees dans
ur. processu.- pouvant favo-
riser tant en -amont qu'en
aval la naissance et le deve
loppement d au'res bran-
ches du secteur industrial.
Lexemple tcpique de ce
genre d industr'cs est repre
senate par les industries d'as
st mblage ou de montage.
Celles-ci constituent le plus
souvenilt de veritables encla
ves neloniocques qui certes
apporteni au pays par le
vertsemcnt de salaires. cer-
,Voir sulte page 4l


ter toute envie de devenir
pilote a quinquagenaire com
me moi r-ui ai la tse
dure et arrive mdmeme a ou
blier le tiPater noster)) et
(d ave Maria '.!
Tout compete fait: il y va
de notre bleak : a nous au-
tres pistons s'il faut en
croire macaque qui suivat
un proverbe creole pense
tres serieusement que tica
qui sorti en l'air toujours
casst te)e :
Pas complique me dit a-
lors mon fils qui tetait a
m inculquer certaines no-
tiocs de pilotage sur un pe
tit monomoteur eCessnai :
a) on purge le reservoir
d'essetce pour s'assurer

(Voir suite paer 2,


MESSAGE NATIONAL I
La faculty pour I'homme
et la cite d'intervenir dans
la trame de leur existence
pour en modifier le course
ou pour en reduire la mar
ge des fatalismes telle se-
rait 1a notre epoque fertile
en interrogations, la gran-
de unite du theatre; auquel
un peu partout a travers le
monde; on a pris I'habitu-
de depuis un certain nom-
bre d'aniees; d'accorder
les honneurs d'une celebra
tion symbolique comme vec
teur d'une education non
formelle mais aussi come
tpmoignage au surgisse-
ment d'une liberty agissan-
te celle des itidividualitls
et des collectivites a s'affir
mer dans leur identity et
a remodeler leur destiny.
Pour autant que l07on veui
le bien depasser 1'etroitesse
des jugements sanctionnant
l'inanite d'un rite encore
sans grand echo dans l'ima
gination collective; il sem-
ble que le sens k retentir
d'une celebration du thdfi
tre,; serait plutot en ce qui
nous concern; de l'ordre
d'un effort it faire pour la
promotion d'un theatre hal
tien qui puisse aider les
homes de notre milieu ai
traduire dans les formula-
tions propres a notre cultu
re leurs visies d'epanouisse


DE ROBERT BAUDUY
ment; tout ce qui; a l'en-
droit de aos commutautes
urbaines et rurales peut re
nouveler les perspectives de
la creation dramatique dans
une alliance oil les ressour
ces de notre identity cultu-
relle ne puissent deparer la
quete bien comprise de la
modernity.
II y aurait lieu de retro

iVoir suite page 6)


,Loutis Etienne F6licit6 Ly
slus Salomon Jeun, Martyr
Volonlaire de sa classes. Les
Idees. Son Actiono, 218 pa-
ges. par Max A. Antoine. Im
primerie Deschamps. Edition
Illustrde. Annde 1968. Intro-
duction par le Docteur Fran
qois Duvalier, Grand Maitre
de la Pensae Haitlenne.

Cet ouvrage instructif dddid au Chef de l'Ecole His
torico Culturelle cL e s
Griotsa, Son Excellence le
Docteur Frangois Duvalier,
President a Vie de la R-pu-
blique pour son courage, son
patriotilsne farouche et sa
Doctrine Sociale.


Tdl6phone : 2-2114 Bolte Pos^le : 1316
Rue du Centre Nr 212


Important accord partial entire

l'Association des Chauffeurs Guides

d'Haiti et les Agences de Tours


Le mercredi 28 Mars 1979
a 5 heures 15 P. M. se sont
r6unis au Ministare des Af-
faires Sociales quelques
nembres de 1'Association
des Chauffeurs Guides d'Hai
% et le Directeur General
ae 1'Agence Citadelle Mon
4ieur Pierre Chauvet agis-
gant a titre de reprfsentant
lres agencies de voyage.
Le titulaire des Alfaires
Sociales S. E. Docteur Hu
bert de Ronceray fit une bre
ve introduction au course de
laquelle il rappela les ata
pes parcourues jusqu'lci et
!a necessity d'aboutir rapid
4ient i des decisions concr6
tes. Usant cette lois d'un peu
plus de fermet6 le Ministre
de Ronceray coupa court a
toutes considerations super
flues pour concentrer 1'at-
tention sur deux points pre
cis :
1) l'acceptation d'un Itind-
raire excursion a Port-au-
Prince,
2) l'augmentation des ta-
rifs en faveur des chauf-
feurs guides.
Sur le premier point un
important accord a ete sl.-
gne par les parties. Sur le
second point Monsieur Pier
re Chauvet s'est declare prUt
a engager des pourparlers
avec les agencies de voyage
et les croisieres tourist

ques pour qu'un rda.juste -
ment des tariffs soit envisa
ge dans le plus bref d6lai a
condition que des outils ad6
quats soient rendus disponi-
bics au point de vue de la
quality du materiel et du
personnel.
Nous prenons plaisir a re
produire le texte de l1Ac -
cord signe Mercredi soir au
Ministere des Affaires Socia-
les :
Nous. soussignes, Monsieur
Rildin Desamours. Monsieur
Felix Mercier. Monsieur
Fritz Michel Roy, Monsieur
Duchene Fortune. Monsieur
Paulin Augustin. Monsieui
Pierre Chauvet reunis au M:
nistere des Affaires Socia-
les le Mercred 28 Mars 197S
a 6 h 30 P. M. nous nous er
gageons a respecter et a ex(
cuter 1litineraire suivant ett
bli conjointement avec 'A-
gcnce Citadelle et les croi-
scres en visite a Port-au-
Prince. Nous nous enga -



BATAILLE DE SAVANNAH

Remise de
Documents
Historiques

En sa residence, l Ambat
sadeur americain en Hailt
M. William B. Jones a remit
ce martin, au Conservateui
du Musee National M. Ge-
rard M. Laurent quelqu(
trente neuif documents i
lustrant la participation
haltienne a la batallle d(
Savannah. Au moment dE
remettre ces documents
lAmbassadeur a degage IE
symbolisme de cette partic
patoin dans une allocutlor
publiee ci-contre Dans si
response, le Conservateur di
Musee National, M. Gerari
Laurent remercia l'Ambass:
deur americain de cette coi
tribution a l'enrichissemen
de notre patrimolne histot

(Voir suite page 3)


geons aussi a include dans DE PETION VILLE :
1'itin6raire un maximum de
6 shops touristiques parmi Aller a Boutillier. Arrat
ceux qui nous sont proposes jane Barbancourt.
par les croisiares :


ITINERAIRE DE
L'EXCURSION DES
BATEAUX
DU QUAI :

Boulevard Harry Truman Bi
Centenaire) Jusqu'au Rond
Point.

Pointer la Statue de Co -
lomb, de Simon Bolivar,
l'Institut Frangais, L'Ambas
sade Amarlcaine et le Casi
no.

DU RON6D POINT :

Prendre 1'Avenue Marie Jean
ne, la Ruelle Du Quai, Re-
monter ensulte la Rue des
Fronts-Forts. (Pointer le co
t6 pittoresque du Marche en
Fer, les Grand-Rue et les cordon -
niers de la Rue des Fronts-
Forts.)

DE LA CATHEDRAL :
Aller 1 l'Eglise Episcopa
le (Arret Facultatif) Descen
dre la Rue Pav6e et turner
a la premiere Rue ab Gauche
(Rue de la Reunion) Vers
le Palais de justice. Pointer
le Mausolde de Dessalines
et P6tion Longer
le cote Ouest du Palais Na
tional le Ministere 'des Fi
nances putis arret devant la
Statue du Marron Inconnu
ou Toussaint Louverture. Ex
pliquer brilvement I'histol-
re du Marron Inconnu et de
nos hdros de 1'Inddpendance
(Toussaint Louverture, Des-
salines, Christophe et Pe -
tion)

* DU MARRON INCONNU :

Traverser le Champs de
Mars puis prendre la Rue
r DE L'HOTEL OLOFSON :
i son.
Aller a Pacot via I'Avenui
9 Christophe en passant de -
- vant la Maison de Cordasce
e et le reservoir de Pacot. Des
a cendre vers Turgeau par Be
- biole et passer par le Bois-
- Verna (Avenue Lamartinie-
re). Remonter jusqu'au Pont
Morin iPointer les ancien-
nes maisons <,Gingerbreadu>.0
DU PONT MORIN :
Aller a Petion Ville pa
Bourdon


RETOUR
DE BOUTILLIER :

Retour vers Port-au-Prin-
ce Via Petion Ville et Del-
mas (Pointer le Cbte moder
ne de Port-au-Prince)
DE DELMAS

Avenue Martin Luther King
(Ruelle Nazon) Lalue -
Rue Dantts Destouches (Rue
Pavde) Grand Rue jusqu'au
March en Fer et reprendre
la Rue du Quai en passant
par la Rue des Cesars. Re
tour au Poste de control
du vuai.
Le tour doit durer ap -
proximativement trois heu-
res.
Fait de bonne foi en pre-
sence du Secrltaire d Etat
des Affaires Sociales.

Suivent les signatures.
Si l'on tient compete du
fait que sous la mediation
du Ministtre des Affaires So
ciales un premier accord de
cooperation a etd signed en.
tre les chauffeurs guides et
les chauffeurs independants
le 26 janvier 1979 et que
deux mois apres intervient
un second accord entire les
chauffeurs guides et les a
gences de voyage, il faut
croi.re que nous avancons suf
rement vers le reglement
global et definitif du con
flit. II rest cependant deux
grandes tapes a franchir :
la majoration des tariffs en
faveur des chauffeurs gui
des ct la creation de la coo
operative des transports tou
ristiques. Communique


AIGLE NOIR -

Le vrai gw

Bleu et

Veritable coup de massusi
pour le Vieux Lion hier soI.r
au Stade Sylvio Cator danis
le tournoi de Port-au-Prin-
ce. Les Racinistes qui relu-
quent le fauteuil royal dans
la Coupe Pradel ont det
cueillis a froid par les Vert
et Noir a l'issue d'un match
passionnant et relativement


LA VIE CULTURELLE


EXPOSTION DU PEINTRE NANES A L'INSTITUT
FRANCAIS D'HAITI DU 4 AU 24 AVRIL PROCHAIN


Descollmcs Nanes est ne
en 1936 h Petit Trou de Nip
pes. Arrive a Port-au-Prin-
ce a l'age de 12 ans il a pas
se cinq ans environ au ser
vice de Mademoiselle Angi
lique Barbancourt, fille du
distillateur Labbe Barban-
court; a l'age de 17 ans. il
a commence un apprentis-
sage de maqon avec I'Inge-
nieur Daniel Brun qui 1en-
courage a se perfectionner
dans la construction; a l'a-
ge de 22 ans, il a fait son
entree dans le monde des
Arts grace a la bienveillan-
ce de M Gerard Resil, alors
directeur du SNAD (Societe
National d'Art Dramati-
que) et a servi, a cette epo
que, de tmodele pour le ce
libre peintre dominicain Ja
mes Colson* avant de deve-
nir lui mime mleve en sui-
vant les course de dessin et
d'aquarelle du peiritre Dieu
donned Cddor qui avait, en-
tre temps, replace le pein
tre dominicain Colson dans
la section de peinture du
SNAD. Curieux destiny d'un
homme avant de devenir lui
meme artiste peintre...
LA PEINTURE DE NANES
Comme peintre, Nands a,
A ses debuts, subi l'influen
ce de son maitre Cddor,
mals, au fil des ans, 11 a fi
ni par 6tre lui meme. II ne
s'attache pas a trop de dd-
tails et parfois d'une sim-
ple touche cape un per-
sonnage. II ne s'intiresse
pas seulement aux person-
nages mais traite la nature,
les paysages, les riviares a-
vec des couleurs, des lines
qui retlennent.
Des fols, l'atliste ne veut


pas se gener avec le dessin,
il le obrouille, afin de cLon
ner plus de valeur 2a sa
peinture...
Pour cette exposition qui
sera sa premiere grande ex
position, Nanes exposera
plus d'uine trentaine de tot
les l'Institut Francais
d'Haiti du 4 au 24 Avril pro
chain.


Dans son 6tude historique,
Max A. Antoiln a d6montr6
que les troubles politiques
de 1'6poque ont considera-
blement handicap les ef-
forts de administration pro
gressiste du President Ly-
slus Salomon qui dut, a un
ment donnd, abandonner les
pouvoir et partir pour 1'e-
xil, a Paris, en compagnie
de son spouse 16gitime, Lout
se Magnus, sune frangaise
qui fut la digne compagne
de ses jours de gloire et de
mal'ieur.
Chef du Parti National,

le President Lysius Salomon

(Voir suite page 2)


L'ArmnC e egyptienne

en etat d'alerte


RACIN(i -1-

aignant est

BIanc


equill ilhre 2 hut' I .;
di r i r i l I pti nt' 11. ,
Pi( iIT ( i[tl l u lt t .t u itt t,
tilt-'ti 11111L ll t t .. -l .l ,;
ti r 1, t l t vrit.r d il :t .11I
.oir ,ilu ilcl Air.

Yve.s Jino D ut 11it i '11
ctitut ul'li- rIt-ill-,ill -, :x
de 1 A lehr ne l l'H t ii .t l.i
23(,intl i Ulllt i l ]i(it i i i I
Raymond la 1 i ssut. d lull p-
nalty a'ccorde pa;r Itd. ,-, -
teur du .]( i t Li ; i ,- t :
t it' irregtilt re it ( ltd it d t .-i-
serlur du Ra'lllnut -: 1 1 li -
tlur. Les Bleu tl ], -i 'I
rent c rte.s nials lii p.ii ,i.
avoir les couciect s lti Itt ;ttU
la limited de la sturifact d
reparatlonl de 1Algle tiilrdecu
courage segment pIr JA.tii
Claude Charles. Awill:Lim
Beaudin et I-Frtz Andre u ln
parlaite condition physt -
que.
Un second peLiialy salc-
tionni par Michel Pierre
iVoir suite page 2)


L'Ouganda demand

la reunion

du Conseil de Securit'


NAIROBI (4FFP
L'Ouganda, don't la Capi-
tale Kampala serait depuis
la nuit derniere sous le feu
de 1'Artillerie Tanzanienne,
vient de demander la reu-
nion urgent du Conseil de
Security des Nations Unies.
Le Conseil qui a ete saisi
officiellement par lettre de
el'agression tanzanienne>
pourrait se reunir dds ven-
dredi. Jusqu'A present l'Or-
ganisation Internationale
n'avait eti sollicite par les
autoritds ougandaises que
pour user de ses 'bons offi-
ces dans le conflict qui les
oppose 2 la Tanzanie.
Cette requite, remarquent
les observateurs, dramatise
la situation confuse qui re-
gne a la fois a Kampala et
sur le Theatre des opera-
tions militaires.
Alors que l'ultimatum Li-
byen enjoignant a la Tansa
nie de retire sous 24 heu
res ses troupes d'Ouganda,


ultimatum rejete par le Pre
sident Julius Nyerere. est
sur le point d'arriver 21 ex-
piration, le regime du Ma
rechal President Idi Amm
Dada semble desormais de-
voir letter sur deux fronts:
d'abord centre une tentati
ve de coup d'Etat dans la
Capital meme et ensuite
centre les senvahisseurs tan
zaniens et traitres ougan-
dais.)>

A Kampala, les forces res
t6es fideles au Chef de l'E
tat ougandais lauraient em
port. Cependant, des resi-
dents interroges par t 4-
phone depuis Nairobi, ont
declared jeudi matin avdir
entendu pendant toute la
nuit des coups de feu et des
explosions, sans pouvoir pre
ciser cependant si c'dtait le
faith de combats de rues op
posant troupes loyallstes et

(voir stilte -page 4)
I' <


JEUDI 29 MARS 1979 ---
So. 31049 ,

836me A hNIM










FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESS
,.,


1lI /'POINTS SUR LES I


Et moi aussi

je suis aviateur
Par Ernest BENNET


Pour la promotion


du Theatre haitien

18e JOURNEY MONDIALE DU THEATRE MARS 1979


(I ATEMALA :


La violence politique et


les tentatives de dialogue


ONDES COURTS

MAX A. ANTOINE HISTORIEN DU
PRESIDENT SALOMON
par Frederic Tardieu DUQUELLA


'Ambassadeur
'Haltl
;eorees Salomon
PRESIDERA LE CONHI II.
PERMANENT DE L.(lEA
A computer dii dinianche
ler. Avrll, li'Ambasili,:ur
d'Halti Georges Salomon asa
sumera la pr6sidence du Con
seil Permanent de 1'Organi-
sation des Etats Amnricalnia.
M. Salomon qui repr6-s -n-
te son pays tant a I'OEA
qu'a la Maison Blanche dc-
puis 1975, exercera pendant
trois mois la residence du
plus important organe po-
litlque intsramericain apresi
l'Assemblee Generale.
11 rimplace a ce post
l'Ambassadeur du Guateinc .
la Gustavo Santlso-Galvez.
La presidency es; exercee
par tous les represent anust
de l'OEA pendant trois mois,
selono 'ordre aiphabetlqut
des noms des pays.
Le vice-President du Con
sell Permanent sera exercri
par 1 Ambassadeur des E-
tats-Unis, Gall W Mct,,'
qui a son tour remplartc, i
representant de la Grenade.
Fablen Alexis Redlicad

Au Tribunal
Correctionnel :

AFFAIRLE DE M1IARIJUAtiA

Six cunes genis hau.ltllL.i
oni cun iuijalu c aiii ul! C-
vallit lI', ljuso tl Lo.i u-ttlt
nill t iori-au- iiuc t *ilt i:c
l ilcuipatlun u 11oi, i',l;tr
a).u M i1l, a nU 1.i L1',L l I .,h-
Octb Vini til ti su t i

niman, 23 an s. \\nil i'erre -
re, 2u 0m. J n i .a 2 ,, -
cule,. 20

lu ..t .-- .,.

itussuut L.t -. -.. ti :'Ul
Mie ntz ......
press nus Cu" ..: .


a I t. ...-- i '.-r



ctn c. uiie P. .i.. -



Jsette (G rand -und. ) e-
tiun Ville.

L'acte d c, i : 'i C :i. -
quset req i cl'.'l p' 1 n.i--!
iu.m de ic :.i j c I
cr t i> ; ( ] J i
ce tibr 1S7,5 p;. is- a
ne ameile .n .00. : 1. :1 ) J0
gseurcies rand i ndt i-
ment de ( .
I n. Lun d i- I t j; ", i il
:rit u- r 1,Ii '




muge ilIue- int munt tu
L(e- I (-









Et moi aussi je suis aviateur


d I-Ct .


ct pe rconvaincants deuuis
hiur penible echee devant
Li lanlterne rouge du charn
it-o11at f3 1) et leur match
11ul 0-0) face a 1Excelsior,
(:11 aiiisi renoue avec le suti
.; a prix de dures abnega
in,. Lrur sortie victo -
FrleloCp re-te assez reconfor-
it''] d'aiaanlt plus que la
v r'tnme Tasse pour etre il
Cinl'CePrnj coincurtrent occtl
i i 2;me position au


n 'll'ion devient main
*' ]' ; -ez compromn ttaii
T'" 1( ,: adeple.s d u Vieux
I 'r racombler 1'bandi
; nache s Barthele-
cii it BN l e( vue devrcnt en
V r la tife paille quli em
l '1r 1i(olet( la machine raci-


IOOT'I rLL
%.'i I'I'"A I,rVFj
I A SUSLPEL'FION DE
f t"O.;;1( ; I "
L'RI('I1 IAI"F i
i,.i I'iIA Lddration In-P
til iI a; 1 ;! tip i i Footballa
,il i. il Cim r iit *i 5 Zurich

(ui elle ; uri 'i e > S.ls G"o rge10
I1 su p, 'l:;.on qu'le a-
tt '(ici'-.l Is a la demand
di lti hi!i' ati., d'Angleter
I dCle lfotball et cu Club
:irihlais Fulham F. C. con-
c(i lwlint le transfer t de ieP
.Cucour ,.iix E a:. Un.s.

Gcoir,' Bs't r'Ft drn.e qua
hli/' p',r F.(Pr c1ub t am':t
e.;in Fort L.ud ieraaie.
La FIFA aioute dan.s sonic
cimmiun;.qu e qu'un delai jus


qu'au 15 Avril ltoi imparti
aux deux tlub Fuiham FC
ct Fort Lauderdale, pour
sonmettr lei : proposi-
tions de r' pli]n ili lit;.)It
cier i la Fed'ration Intr -
nationale.

Uno dce o ,i cnti-'t
suIr Ie ques It I S fiinan i(s: "s
en suspens sera rise par ia
Comiall:itSOcn Aiti italimt dii
joueullr c le c'in:tsl cxoeutif'
de Il FIFA qut il rCluniront
aI Zurr' a2 8 1 ':ti prochaina


FOOTBALL
LE CHAMPIONNAT
DE FRANCE
Votid les resuitas enregi,
tries mprcrdi -so:r en chaai
pionnal de France de foot-
ball lere. division '30cme
iourne, :
Bordeaux et Nirnes 0 -0
Aniers- et Lyon 1- 1
Sochaux bat Laval 2- 1
Bas'1 a bha l-onaCO 4 1
Marslilt bat n.a:c, 3- 2
Valenciennes bat
Parts SIG 1-0
Nante bn0 M'.z 3- 1
Paris F.C et Lille 1 1
S. Etienne ba
S'ra bour': 2 0
N'ce bat Peims 2- 0
CLASSEMENT
1 Strasbr, urg 44 pts
2 Nant-s 42 pts
3 St. E-e ion 42 pst
4 -Motarc 37 p's
5 Bordcrauxl 3 i p'


FOOTBALL
CHAMPTONNAT
D'EUROPE
DES NATIONS
Dei:x renconari-p


de fo t-


PABOCO

Paper Box Company Of Haiti

Rue Barbancourt (Entr6e Le Natal) Route de 1'Adroport

Tel. 6-0732

LA MAISON DE5 BOITES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures

Patisserie

81 DMtergent

Pate dentifrice

Chemises et lingerie

Composants 61lectroniques

Produits pharmaceutiques


Products arl

Crime A

Sa'ons

Fruits de m4

Tralteiurs e6

Renforcein(





Nos fabriquon: ga


Umentaires secs et Coag~lk

;a Cliace






ient de cols ei di,., de cbeituses

.ra'ffes ct trom',anes



Iuetugjntdes doask~rsi e cla-Stement

al fstmpa lettres ef l6uaal


biil c lip!;itl p lulii le I l hamli
plonnl:l d ilurope dtos SN:i-
ti ons ul t Ced Ilie m crr c il



nIli ch nill a Brsi eili f:!i
a :i IttlqI e, bi's de Vit n-
dIr EyckR n ,:r-i i. ;'ir pe::til
de' Kt ,

IA S P< i' iHt.- s -t i;sn
) ('l di l ni' i(, l' ,: 1 d r i :

s p lar tr'i ? !;a "' ; ,'c i

8 i Jan P' 8


FOOTBALL
RMJSBERGEN -AU
,COSMOS: DE NEW YORK

BASTIA AFP,
Le loo'baile r nper'andais
i bi -r -l i-au a t)iFi(';iint a
eqtiipe fia d Ba -
:ia sera roIt in om,-
transferei ai i C .mon di,

me-cre soar a a fin d la
rencontr' dull chasmpponna:
de France .Monnori Bas .a
Le s ieur devr'it sir 'rr
son cnti-.ra* ieudi martin a
NCe


Michele Scotch Club




Vendredi 30 Mars


RS


ONDES COURTS


,Siute de la lre page




pouria m: du Psdp1 .. 1
pnOlr q1 s !' 1 iia ',ol!'qte cs I
l '. i a- ia i r n d n -,



,',ax A Ai'opn "o, "
ep I (xe len J ri: (ra

,nisari-i du President! I.
, .,lomon FrYanaent V.
lt Frhw(,- D s Lev i
tire. Cutlahen F omutlaird

tre dp Inst. ir-' im Pihl-
q;:p ctompt, a usn arlif
lo La creation des Ei-
Iis Primaires par'out ditns
Ic pays
2o0 La fondation des Ei'o
eIPS Sondairei Superipuris
30o La dts rib:1ion gr. -
tuile dans l-s erlies di(s
lirlnit tiuros cla"ssiqc les.
4o Des profess'irs tfran-
qt is onlipOpteI-ls tpour I .-
ePP Plion l
So1 Bourses d' tudes atix
ciun-s laiipnsl danas l-s -
niversites 6trangeres.
A la page 59. Max A. An
tone cerit
"Pour tout-s Iturs rsnlisa
tions, Francols Manltnat. MI-
Ilistlr d, I nstroielI non PullI
(IIP of' FIrancois Dcnvs Luit
time Minl'ilr de 1 Agrculitu
re duii Pr0sidentl Iysluis Salo
mon mnritentI sans exag6ra
tion qit'on I-s si-vt s a ia in
tlur des Vauban pt de.s (Col
bprt C(s deuix Mnistlres onl
pu ratllser sn apart.le. icurs
programm-s grace aut s6-
rieux i la comptcnce dut
Ministre des Finances et dut
Commerce. Callxtlhne Fou-
chard)s.
DIans les pages 60 062,
1Max A. Antoine souligne, en
brive hachures d'ldWes, les
r6alisations de I'administra
tion du Prdsident Lyslus Sa
lomon : mission de papler-
monnaie, creation d'une Ban
que Nationale. l'entr6e de la
R6publique d'Haiti dans l'U
nfon G6ndrale des Postes,
overture d'une Grande Ex
position Natlonale a Port-
au-Prince, la r6glementa-
tion de la dette Intireure
et la dette flottante. la con
version de la d1tte extirleti
re, "ltablissemernt d'un ta-
rif 11xe pour la valeur deq


prrees mexitaine:; elt c 'Isi
SIs autlres Fiats Amniericans.
! tb suorn--t on Haiti d'i
i m i.s ion maillstaire 'i'an--
(';. C i-i.' des cnliiai-
, D;:ad Ll:cbrut. Chas-
eI poiu; ; a lormi alaioa des
:,nild;,' s :i> ''i. ns. si ntat utre
( Ili t >' t' uv(cc Ie tloilvFr-
iOmCni' aimtericain ))oir la
nm;.s, rn coinmmunlication des
E'itS-['ntit du Nord aver la
sit, usIbh ille d H aii aull n1 -
vpn d il cable s(11ls-m arill.
nIj ilcli.siru cion dui Palmis
N:, !t(I ;,l ilicrndie soUs bIe
I'l" sid- 9- : Sy'vain Salnave.
M;1 Iir pilenipoten iairrT
(i PIr- d 'nt Sylvain Sana-
s, a ItrPi t Lociares a Ma
d'ld IL-ius SaiTomoin noir
hailit n de la ville des Ci i-
yis. tcilttii cl ptreparte,. I"
Ircs a Ila inteir de sao mis
sion diplomatique nt def-n-
dant. avec fermeite t enCer
Idie les in ter tl s siiu)erl ee l :'
de son pays. Max A. Antoi-
ne a thiaucoup insisted str
re brilliant aspect de la vie
politique de son heros.
Dans sa monoiraphie surt
Iv Prisidflnt Lysois Salomon.
Max A Antoine a adopt de
lihb imenlt I- slyie simple.
c:iltr ol, preils de vulgarlsa
Lion scienlil'lqie pour mieux
so kicir'e (tcoprondre tIe i.ou
Ios i.'s Intelligencevs 11 a pul
se sa documentation dinst
los eorresponldallcs p ibll-
ques e prlvnes, dans; les 11
vres des melllouirs hlsloriens
hal (.ns.
Son Ilhlistre Pr6facier. le
Doct.iur Francois Duvaller,
Grnnd Malire de la Penses
Haltlenne. a raison de dire :
-L'efforl de synthise rca
lism par Max A. Antoine
dans sa tentative d'appro-
cher du Grand Leader, du
Diplomate, de 'Homme d'E
tat, est en ltous points loua-
blei.
Dans san Lettre A M. Max
A. Antolnel publide dans
Le Nouvelliste du Vendredi
17 Janvier 1969 No. 27724,
I'Ambassadeur Arsine Pom-
pde opine ainsi sur le llvre
en question :
ment de m'avoir procure le'
plaisir de conlnaltre, plus
neo 'ai reprise que pour en


Java


ampleincnt qu:- nc peu le
faire Ie petir ciasique de
Do.siaic l. J iiin dei l ij -
mc' tl t p ull .ques 1 ph.s no
q' nTLs r ..;r" s;, t'('.


*1it 'S pour( Ii t iltl, e It .t-
ta l S& lmoni ali t :I i rrI'. -
'.lj)l en-.it !i ye ;,Ir chemniin
a 11hVeFs I(- !-,w":-. 1`1
,dcq m (. u a 1:t e
volu ti n d dp 1i)4d (i l proloh)
ti t i (-I a1p ol'.tu; lll 1 !c% i!l

qiti-m nt iiti reitCC dai'. Ic
2b)(c .siwcl,.

'Dix anne(c- d expcOIe'nc1(
en Aminrilqui Ltull omrniJir
Ainh;ssadruir ni] oilt definlti
venien-t': 'onvailnC'e qiue t\')

nais sons p('ine' de voir l" r
{o)ive aind efe (,.oii'proriiso W.1
menav, e. ]I,,l 1 1I'l pilus C11re
un oeuvrP partielle et radiqup. mais blen un li'a-
vail constant et de g Irand
enisemble. Ainsi le coImpre-
nait d6jai Lysius Salomon.
Ainsi le comprend le Presi
d "nt Franotis Duvalier. Lea
der actu-l de la nation .
A la Confitsencet Interna-
tionale du Travail iau Pa-
lais des Nal.ions de Geneve.
le 8 Julin 1973, Max A. An
ioin,. en sa quality de Se-
crdlaire d'Etal aux Affaires
Sorlales. a emnclu ainsi son
Intervention :
AnsI est consolint de voir
que sont de plus Pnr plus
nombreuses les nations qlui
comprennenI qu'elles dolvent
.se mettre ensemble pour re
chercher en commun les so
lutions aux crises qui boule
versent notre epoque. De
plus en plus, il est heureux
que les grands pays indus-
triels et ceux qui se dcbat
tent dans les affres du
sous d6veloppement reali-
sent la v6racitt de ce dilem
me exprimn en terms lapi
daires et suggestifs par M.
Wilfred Jenks :
,Le choix est simple, mais
brutal: ou nous vivons en
semble, ou nous perirons en
semblen. Le Nouveau-Monde
du Mardi 12 Juin 1973 No.
2097.
Frederic T. DUQUELLA


ul,"'er


S.AIMEDI 31 MAI R-', 1 7I A 7 II 3) PI'

A L'IIOTLL VILLA ST. LOUIS. BOURiDU )-

VOTRE IIOTE : FICK ZACCIIARY DIRECTEL'ItJ
,BEEIIANY BIBLE SCHOOL,.

TENUE DE VILLE; POUR TOUT RENSEIGNE-
MENT TELEPHONE AU 2-2952.
-. .


V A'AW0


iE NOtVnLLTSTL


JEUDf 29 MARS 199


(Suite de la 1re Page)

que des vapeurs d'eau ne
tapissent pas e' fonds de la
citerrie b) on jauge i'huile;
On w ourne 1e manche a bha
lat & droite et a gauche
pour 6tre sfir que les aile-
rons nie sont pas coinces.
On lui imprime un mouve-
ment de has, en haut pour
voir si le gouvernail de
profondeur fonctionne bien;
on s'assure que le frein a
main est bien tire et pan:
on press sur le d6marreur;
les pedales impriment fa di
reaction a l'appareil. En at-
tendant que le moteur
chauffe on announce sa des
tination au sans filiste de
la tour de contr6le qui
vous indique' si le champ
d'atterrissage est libre ain-
si que la direction et la for
ce du vent.
Jusque ljs; il n'y pas de
quoi fouetter un chat. On
bpisse le frein s main; on
accelire et a partir de 60
miles a 'heure; on tire le
manche a balai contre son
venture et 1'avion quite gra
duellement le sol. On ex6ecu


Trate6:
0 claratin d,
YMshc DXVan
JERUSALEM 'AFPh
I.e Ministre si raelien des
Alfaires Etrangr'es. M. Mo
she D.',yPn. a tcrlare leudi
(c ii ( 'iln s 1' p o(t) l e a vs in r,
It Got niveriimlll It is-a eliC l
Ste prcooci iptl ra principI hl'-
mi-uii tie 1 ,Ippl:o i't t dls AC
(*. n 1. ll1 1 h l il '1 1 ( el, nsr, e llt l's
Pi i: 1c cvl' l'ie eit di s
p* ml pa riel s ;tiir I'i uiti 'on('

diiaiii 'I 1 cp i mstissionise

l x N- l- iii' .ir -t s texp in-lit
,'\ i. i-,k j ics dep i siolis





Mi, s P;mi. -porf r tt on
(!o orcrti i'; pj ''ire dil M in's
le'.lel Icicititi s IIa dows 1"s
rt'515 ; tiC tiifm *', I'1C intis l. s

iv G':ivpriwosrs"' isnr,-lien

C11Vi rp /n':sn v po" pliOn
ide 1 uiionoioir ,n Cis)orda-

li a ;i li.' qua l *le n neo-
?' 'I cri 5.lse ia'' p les C i
*.re< E'r." Araprs voisins
I .ra ier i ro t le princip-ls
le t e ploC-Op.un pour
(s ia'- an .. ra1e ns pe:i
dnt ci p :oc o a":nei- p
Po- M Day.i n i. p: is bre
\c ,,''- e i f.audra envi
S e !a reI'tD1r de relu-
Tlnl-s ciplcima'iques entire
I rael eI ccs pays qui. pai
sliciarite avcc l'Egypte a-
vatest rompu ieurrs relation:
seeC S.I -


to en I'air les mimes mou
vements de test precedem-
ment accomplish pour la di
reaction et la stabilisation
et voili : on est asialeur.
Pour la deseente on pres
se sur le manche, i balai,
et des que I'appareil touche
le sol; on agit sur les reins
accoupl6s aux Pidales de
direction et le tour est
joud.

J'ai faith tout cela du pre
mier coup. Et moi aussi je
suis un aviateur! Mon fils;
pour flatter ma vanity me
dit sur Unz ton presque sin
cere :
Papa; tu as la science
infuse.

Je ne r6agis pas sa ce
compliment et pour cause.
N'est-ce pas mains com-
pliqud; en effect; qu'une voi
ture lancee A vive allure
dans des rues bondles de
ge7is; sans une tour de con
tr6le pour vous preveiir
des vous croisez; du temps de
chien qu'il faith; de l'6tat
de la chaussee et des colli
sions possibles it chaque vi
rage ?
Aussi; ne cachal-je pas
mon rciharin a ma femme
(tui poireautait dans une
chambre d'Hotel guettant
man retour :
l)e l'argent jt16 pour
notre fiston! Nous ne l'a.
vAos, pIs ;agffne a la sucur
de notre frout i Fno m-ins
'un o r'itrl d'heure, .J'ai faith
le mtnme-s ,,hses (ilte lui
tui a de(I' dix hIuit mli-'
da's t('te (.cIle d'avia-
C;on l vdelment ; t a l'a -
tl rrc:is l ot : I'avi' n faisi t
dens autls (d1" p,'sts naa:V s
i i fini pa:r )I inntriser.
1;t'i tu eS .inhIT" on n tou
'hte pas I "u :viln conlmmn
i un viiitii re s une pre
par.atiion adeqitiute?
C' est moins Au- rien je
tasure. II fdill-it if ii ton
emnrodil alla i a1 a l on;tue
Ite du eir!.
Ilelas tu men donnerais
di, louvelles quand les ai-
sles Neinrod auront les dei
alliances cu que lt temps
se gatera,.
I.e suriendemain eta't
.iour fUrie a Miami et j'
tme 0 promise bien d ebahir
Smsn fils qui croyait les
croulants i[2capables de
r prouesses.
.e m.s le Cap -ar ((Miami
Beach ) et inmn fils me Mslu
gera de survoler la plage.
i Outlieux du role jice par
les pedales; j'appuyai fer-
e moment sur le manche a
r balai et I'avion se retour-
,a come u,, cerl-volant
s prive de sa queue.


Avec




LE CHAMPAGNE GERMAIN



Samedi 31 Mars


0L.p


C;: p zmzltern ses nr2lUvelePs CcmqosatjoLs


E E I 3 3 DOLLAR


LES SPORTS


,r u ~ncu~rr -------~v--~u~-~b~Or~D~f~L~'


rC/J////S/~'//P/E~,~E//r/rr/////~-J.h~',


r~E~EIRC~i~-OX-ROW'K7-


Je perdils onnalssance et
tendrc l'espion de la tour
de con rule ordonner i
mon fils qui 'ptait empare
des commanides : e He6
Franta; ne laisse plus pilot
ter ton papa sur une pa-
reille agglomerations.
Quel est ce cot qui se per
met de me passer des or-
dres i cause d'une pdcadil'-
le? L'homme n'est -il pas
sujet h i'erreur ?
Persuade que le reproche
m'a 6tW adress6 parce ou'il
s'agissait de 1'avion de 1'ico
le; je me promise de ne plus
toucher a un adronef jus
qu a ce que je puisse en
acheter un .
Une revanche que je ne
tardai pas a predre apris
que mon fils ait et.e reitvo-
ye d'une compaEnie qui l'a
vail embauch6. Ne maigris-
sait-il pas h vue d'oeil de
puis qu'il n'avait plus l'oc-
casion de toucher h un a-
vion? A trap attendre; il
n'aurait en effect que les os
et la peau.
Nous nous rendimncs dnne
a Miami et je fis l'acquisi-
tioi d'uo bi-moteur de la
marque I'enivrante jouitsance de
la vengeaie satnisfaite
d'-nt parole BalZac.
Mon fils reprit du poidp
tand's que j'en pardis n la
pen0;1e que mon gargan-
tuta ld'avio., bouffait 40 gal
Ik *,q a 1hre1! e. T"an m rd -
n; conIhl: Oi" n mritde

a l ,s tin e eiite C F sn- 'i de
qu'itre p:lrirs i'en plus -, -

Aux commander doe ce
notuvl apipard! Iort iman.a
hii; j'alla's me (ir tire in
P.lote (herrnt:'i jusqu'a
.; r'.:t.iot rendu pour af-
l'aiir,, i Ji;'cmie; un renidez
v is ur,.ent rn'obtlie ai re-
C.at;?er P')"-'au-Prince a
l11etires C r !)Ir.
En urvolant les miles Ca
i'atC-s: .i'e'us la mauvaise
-,urpr;e de travrser un de
ers cuinti.-i-niinlus qui s a
tmolse Icdan, l'atinosphtre el
(;bseurite' e tlemps. Aucunc
slairc'e en vue. Kebrousse
rhe-min? La p1sic ie .do r-
mie est pas cciir6e el no
tre landingg lighitti avail
saute au decoliage. Alors
en fI' 'cc.
Man fi!: dsirteux de m(
mftire is A 'preuve: nro
laissa fire mais sindair
j 'e'is I'impression nue l'ap-
pare'l s'etait tran-l.form er
m ,ntalnne ru-,e. (Commn
r poir uni atita'ue en pious
avion plo- e 0 la a vertical'
Sdan- di, chutes de 1 )000
pieds. Ifi'e.clivement ie f
t re sutir le ianhe is halai
I'appareil n'obeit p!us au:


re


commandes. Stbitemensn, ca
se cable et remote tout
seul commo un f6uen d'artfl
cc. Je perdis une nouvelip
fois conw issiane et lachal
prise'. Mon fils s'empara
des commander et ordoytia:
eAttachez vite vos eelntu-
res; on est en plien dans
un cyclones:! II lutta du-
rant 15 bones ou plutlt
mauvaises minute, pour nous
sortir de ce gueper.
Je eroyais cna Ocrp re heure
venue et combicale d'actes
de contrition ne mumurai
je pas pour implorer le par
don de Dieu? Jo jtinrai de
deven!r meilleur, de faire
le plus de biens possibles.
Je crois meme avoir jure
de ne plus me dire pilot
sans suivre ccmme mon
f'ls des course i-tersits de
pilotage.
Ft quelle ag-reable sensa-
tion; ei laissant re- turn
lences; de sc trouier suir
'axe de t'atroport I. D)uv:
iier oi nous alliors atterrir
pris toutes ces minutes d a
Ionie!

Des gardens entourent '.a
vion :
I)'ou vptenez-voe u pair e/te
tlemp-te qui faith raze et
qui a po'rt6 lIt tur di. can
trole a i lerdire ti uts les

.)t n'els ntue t fir, r, de
"h rae: -J .rmni,,.

P :ki i', ir ee P
-Cr t Part- a- P' 'e pr-
rent pl1e- a -, nii; ti.ins
ria votiup re
Mr Be neltt me di:
P i o; IP m'r ('imu des
t deIu:: c's' p, n-r a 1 nremi.-
1 re fils nuit ,i i pr-s i" ,n
mais J3 ne comlprends pas
r que tous ceux qui re\ien-
nent d'u,, vo-a.ie en ivit' n
K soie, t d aussi I) nne hu-
meur at-rbs tant de culbu
te-- i 7orlbit ?
Si mon bo nh -me pe -
sait:; ue tous les \o', effee
D tues dans un a-.%;n taint
e T nui cassos-nu one It tr.
v-r, cue nous venio d'ac
t cenp!;r: comm- je ( -;s me
ga-ior de spctiu'er sur sa
r so/lse
Fn effect: giant t re N'I
fatinae noi .i'ech'pa i a
t la m''rt i),'r miracle et
race aux con,,a-s ances aC
quises par mnn fitl (utrant
les, de-ix a' t, es p-ti es as
I role; P ecror a!s jp pi a :
Mnoi aussi: ioi'il sufisa:ut
le pou oir delpilr r uin a-
'ion; le far re it-c dlir in at
S terrier >ir c rr'ir .a tol '.
les '. n : l( I n5 1 al
e j sti- avi.tlei r '.,
0 sr,,st I!fN'\' ITT
i Prochain ar/i,'le Ti I ln
: ne : uo e -linne prefabri-
x qu(,e


nxppress





Ji 1' 29 MARS 1979 PAGE 3


Dr Francis Johnson Romuald expert de I'OMS CARNET SOCT A
ge) pement des pharmacies tifie cette expression mal- De nos jouis, les respon-
dans nos communaut6s. heureuse a savoir que cher- A ce titre 11 prend part ti est embrayde en back,. soit compl6tement ddterio- BORDES la fem
s Ed. au Sminaire organs par ar qui nous contrir ree pour apres maintes pride Octame Francois Louis Pierre ticia Rose Marie
t11 p I, Ministere de la Santd Pu Cacr nous conston a res des habitants du quar derancoiss, e dispositife
tal e. bliie et de la Population a nous constatonsla tier porter le government NEE ERNEISE meant sur les regii
disparition des agents sani- a y d6penser des dizaines NEE meant aur lea reis
l.s intention des Administra- taes ui venient ruli a y denser des dizaes JN JACQUES tat Civil le ving
er le teurs des Districts Sanitai- res ui venaient r guine de milliers de dollars, alors AM A MSR neu cent so
cette res de la Rdpublique. remdnt cuontrler l'hgine que 12s reparations n'en au CAMELIA MESROUX Pax Villa announce le dd neuf.
vivrieCet rsdla ub e dans les maisons, ceue des raient cofltd que quelques ces survenu le 25 Mars de Port au-Prince 1
dl at La cdrmonie d'inaugura- mambres du service d'hygie centaines si elles talent fai Pax Villa announce le d e M Louis Pierre nde Er- 1979 ce,
on de c Sdminaire a eu ne qui dsinfectaientlefos te chaque s qu c'tait ces surven le 2 Mrs 79 se Jean Jacques. Pierre C. LABIS
lieu le mardi 27 Mars a 8 ses d'aisance, les dgouts, les necesaire. en sa residence d Madame erre C LAIS
cans stgnalcts poor ne- camerngcsccsanc E etepnil iros


I o-
Mm,
Ie de
llS(ic Il
le de
Azor,
mll. e

Ro-


rcmu
1 11 ccll

mimu
pelt'a-

p)our
enielnt
ervelop


heures 30 a l'Auditorium de
i'Eveche des Gonaives, sous
la pr6sidence du Ministre,
Dr. Willy Verrier assist du
vice-Ministre, Dr. Jeannot
Cadet.
La tenue de ce Smlinaire
nous rejouit et elle nous rd
jouirait davantage si on pou
vailt, nous dire qu'on va re-
constiluer au moins les strii
tures laissees par les ameri
caiilns.
Le pass6isme des haitiens
pe s'accroche qu'aux inuti-
les ancdtres, mais pas du
tout aux bones traditions,
aux grands elans de pro-
gres d'autrefois. Ce qui jus


eaux stagnantes pour ae-
truire les vrmines, les in-
sectes de toutes sortes et
combattre la malaria et au
tres fl6aux.

Qui nous contredira quand
nous constatons dans un au
tre domaine l'inefficience
du Service de reparations
des rues, pour ne pas dire
sa disparition, alors qu2
dens notre jeunese, Il n'y
avait pas seulement un ser
vice actif de reparation des
rues, mais il y avait aussi
toujours ds cantonniers stir
les grande routes en terre
battue.


AVIS DIVERS


Communique de
I'H. U. E. H.

S::." Medicale et
I 1 Hopi
*, i :,,- H t d'Etat
i ., -, c (i' Cla bon
t I Ftablisse-
,' bill de ll-
Is visites
S.... r plet
S; lAdminis-
i oin >ls. se

ali



I-., 1',. r, r. d(, I'H U
i c c j d 1 r i i '11U

II In, l 1 .' l

0,. ci.i III. ccccic.V ti


S l l, l l h' ll i
I I rail 11, dIutc l

''cc,,]I Ii I IIUc M I

i c, ( lr m iiif) i ll l e

c cic' i I n I ic t It d cc l-






i ripfccc s ur
i o i ( I (iis q e le' s
1 1 Ii c ccl.c I l'menti in
M 12, rc s.i 1 h"i'sSal
'iIr a ircsi S 6tles de
if j' i lii'. c N 'n Salon


o ls I i l'e' di visi-
', uii a lu lls l e hi1 d'ur
h1kid, lixcc a deux. 11
idoIni d(;manide, d, so re
I,, s),iour center out en-
,lh' c t e i ciautiour des pa-


S NousM rappelons pour
I IiIc)Iic 'cci'OIl d dc itAs que les
1i, 'es lda visciel ; sont:
A M ( hre -- 7 M hres
Micl 12 hres 1 hre
ioi i 5 hres 6 hres
Le Present Communiquo
c,'ir e ,i vigueur des sa pa
I ll1-. Nous demandons i
1im, l's parents des mala-
dl a touis ]es visiteurs, at
libe vni gdncral, de se cur
former slrictiment b ces dis
pcsicions de la Direction M(
dcil(' et de 'Administra-
HAIn de I'HITEH qui reveen
7, servir ]a Collectivit6 maic
dnis la Discipline et la Paix
Dr DTEatrl MIRVILLE
Directeur Medical et M6d
cin-Chef de I'HUEH.
Wilfrid NONCENT
Administrateur


PROJECT D'EDUCATION
GO)UVERNEMENT
HAITIEN
BiANQUE MONDIALE
B0 TE POSTAL : 2162
Rdf. No. :

Avis d'Apoel
d'Offres

La Direction du Projet
d'EIducation No, 2 Gouveo
nement Haitien Group
de la Banque Mondiali
dans le cadre de lPAccori
de Credit 770/HA, se prop


se d'acouerir Dix (10) Vehl
cules tout Terrain d'une
contenaice de cinq per-
sonnes. Ces Vehicules se-
ront mis a la disposition
du Project d'Education No.
2 en vue de son execution.
Les documents d'Appel
d'Offres peuvent. dtre reti-
res tous les jours ouvrables
du 28 Mars 1979 au 25 mai
1979 de 8 hres a.m. a 4hres
p.m. t I'adresse suivante:

Projei a'EOucation NO. 2
Government Haitieni Ban
que Mondiale
C/o D6partement ide' 'Edu-
cation Nationale

C'ite ce I'Exposition
Port-au-Prince Haiti
P.O. Box 2162
Adressea tl6graphiquo
IEG(;HBM
Port-au-Prince, ce 27
Mars 1979
I,g. Nicolas SAINT-IAU-
RENT
Directeur


AVIS


(25 futurs oval modular

1 Moule Tiffany 125, tita
ny shell modular 22,
1 Moule Futura oval 131'
future modular ovali
1 Mouile Tiffany modiilal
-pe (31 tiffany shell mnodu
lart
1 Moule Futura 37,u 137,
future oval modular)
1 Motile Tiffany 37c tilla
ny shell modular)
16 Arrelts diviseurs cend
stop dividers
13 Supports de panneaix
backsplash
1 Rebord de moule creuxs
21 Drains circulaires ,cir-
cular drain)
2 Moules pour baignoire
'bathtubs)
21 Moules en chapeitux
hats. future, tiflany diusi
gner's edition
3 Moules pour robinme's
Sfaucet template future's
oval. tiffany shell,,
designer's edition semi-sq.
221
1 Mixeur blender a .-T bc i
quet et palleite melac-ecur
1 Malaxeur 6 CFT
1 Baquet stainless. >>el
1 Compresseur d air HF


I a Secr6tairerie d Etat du 100 pst. 60 eg
Coimmnrc et de l'Industrie 3 Air vibra
aivise le Public en general 1 Reculale
(I. le Commerce en particu 1 Jauge d a
lier que la Commission Con 75 Pieds de
suiltative institute par les 1 Croix en
Decrets-Lots des 13 Mars bronze
1963 et 8 Octobre 1969 sur 7 Couplets
les Industries Nouvelles a 7 Connectir
agree une demand produl air,
te le 12 Fevrier 1979 par 12 Pallette'
Monsieur Joseph RAMIREZ 4 Boltes de
pour une entreprise de fabric lir
cation d'articles sanitaires 4 Boites de
et autres en marbre synthe 2 Jeux d oi
tique, tels que : lavabo. bi 8 Coins e
det, baignoire de bain, pan 3/4 X 6)
neaux d'entree de maisons, 1 Vaporisa
dessus de comptoir, dessus I Masque
de table, accotoirs de fene- visage
tres, plaques dlectriques des 8 Gratt
tines au march local, et, isqueegieI
dans son Rapport du 13 Mars 10000 Robi
1979 a recommande que cet res
te entreprise b6neficie des
advantages prevus par les MATIERES
dits D6crets-Lois. PREMIERES
En consequence, la fran
chise douaniere est accor 6 Drums (
dee a cette entreprise sur r Gallons
les articles suivants : 20 Gallon
1 Moule pour panneau le, plastiquc
plat (5 x 10' flat stock wall 4 Boitvs I
panel) 4t Boleis
2 Accotors de fenetres 18' 2 Boitcs do
window sill) 20 Boltis d
1 Moule cavity simple (24 lainier 1 Iar
cavity sample) 4 Tiges po
1 Moule 22" (10' tiffany products
shell double sink "22") 10 Manche
1 Moule 22" 110' ilffany 4 Kit poi
shell single sink "22') moiules
1 Double moule 10' tiffa 4 Tubes p
ny shell double sink "22') talvslte
1 Moule oval (10' future 2 Drums
oval single sink "22') 2 Sacs de
1 Moule double oval (10' 18 Lbs de
future oval single sink tes les eoul
<<220) 2 Lbs. ru'
1 Moule simple (10' de- Un delal
signer's edition single sink accord a
<220) debuter ses
1 Moule double (10 desi- Par aille
gner's edition souble sink prise devra
<<220) strictement
1 Moule a tout faire (10' des articles
all purpose mold) du Ddcret-L
2 Moules flottants (tiffa- 1963.
ny shell floating bowl 22) Port-au-Prir
2 Moules flottants (futu- 1979.
ra oval floating bowl <220 Secrdtairerie
2 Moules flottants (desi merce et de
gner's edition floating bowl ORIGINAL
<227) GUY BAUD
1 Moule oval modulaire Secr6taire d'


Is

ur d air 3 4
air
uyiau a air
T 1 2 bras'


ions iplucs a

s pour miinl P
e chiffon a pIo-

tampMn
ulls a nmodilt r
?n plasticquc 2

St(ur bink i i
double pour 1''

oirs Eioni'

nctis et arc'es -




de rresine
de eatalymst
s elcorn 'ec -

ormula V
de carc blhiie
e pale a liusItrr
dc ticuvp pour me(
lvP
ur m(lani er It",

P< o(-n roa)trhour
iur r(p cii i cI v l

our vers(cr rc;i


tiltaInium
pi gment dI c Iou
leurs
bblnr compound
de 12 mols sl
l 'lnlercessv pour
operations.
urs. cette 'nlri
se contformer
aux dispostlions
24, 25. 26 ct 27
,Wi du 13 Mars

ice, le 13 Mars

d'Etat du Corn
1'Industrie
SIGNE
IVY
Etat


i- l lre pal

*: it ,- r' ln i n arn
c L i c, loui I

:: (h, secre
c '.. i' to l snis

c- ~,~ le di

tl ctr i qude d"
ii lcic' cicitri





-,t 'r (f il
i" cleri fl












dude,


ta:
ve
sy:
mi
tit
Do
nic
Ph
tu



si

1<


Ii



A


tame Francois nee Carr
a Mesroux.


En ette penible circon:
nce Pax Villa et Le Nc
lliste presentent leu
mpathies a sa fille Mac
e Veuve Rouzier Dorce ni
larite Francois. a ses pe
s enfants Monsieur Avmc
force et famille actuell
tilt a New York, Jacqu
cllippe Doree et funille
clhiinieit a New York. IM(
r Agronome Eddy D
ft aminlle,I m l-' iU 1
cciielI Heroild torcc ct
111c Monisieuri o1ic c It(
,)tr ior c' I lcinlh ii M i,|
W'tr N>-. NI.\ nn)ti l tt,1un1

c, A qx l iill l ll

1 (1 i ccci m llc ht' aI' c
l- cicicl no .i c ii' c 9.

'1 A I c.( l ll l c : (l









c '. I',, 'cccli( 'I j



0i' i ic ccc


-e En cotte penible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste prdsentent leurs
sympathies a son epoux Non
s- sieur Louis Pierre et en -
I11 fants, Monsieur et Madame
rs Michel Pierre, Monsieur et
ea Madame Julienne Lubin nee
ye Pierre, actuellement au Ca
n- ada. Monsieur et Madame
-r Montes Pierre, Monsieur et
t- Madame Hugo Pierre, a ses
t's petits infants Frantz, Evens,
-w Harlod. Davidson, Gyto, Flo
Oic reitce. Saidra, Rachele. Shier
r 1 cno MV'r e amcc. Aui, lanmil-
Ill Its Ptcri., Jeali Jacques. La
1:1 cli c'llr ., I ti n icc;, el. i_
i" iLirs Ii r''iis t( allies e
)- ll(tkO s p;url e' dull, lLes fU
1- iii illlh'.s d c MadameL 1uis-
'c Ph I l'l uei McrEllinls Jin Jac-
u i'qic ', i'lroll t 'hanl' teesI le Vein
ilI di'di ci) Mcars a 4 heures P.
iM u 1 l. 1 isi' l il.cplsic' liii
vii (1 lai N iii'lliion o la depoui
d c's 2 hccli s r 293l.



Avis de Divorce
] ('I. s p ro l ci a c1;I c lma cls-
,'' (.ilc ll di public q(' c ii O' l l'l-
I dc I 1 I lalt Cl i' dei Porl-
: i' .111 c Illcnr Sect in Nord. a
1 1," s('i execution l du 'cu

Oi ic |ci Icr 'I T c tribunal r cl',ll
-i In l rc' .cili rciicce le hull re
x \ c 11111 1(l cil c'+'i soixan-
2931 I di ix cneul pic(long'ncil le


x Harold fit, declare fondue la dite
me nee Loe action; en consequence, ad
Gisele Bor met le divorce de la dame
dudit juge noe Anne Marie Rosette Vol
stores de I'E taire d'avec le sieur Jacques
't six Mars Demosth6ne pour injures gra
ixante dix ves et publiques; prononce
la dissolution des liens
e 29 Mars matrimoniaux ayant existed
entire les dits dpcoux; ordon
SIERE, Av.


ne a l'Officier de 1'Etat Cl-
AVIS DE DIVORCE vil de la Section Nord de
Port-au-Prince de transcrire
Il est port a la connais sur les registres a ce desti,-
sance des int&resses que le nds le dispositif du present
Tribunal Civil de Port-au- jugement don't un extrait se
Prince a, admis le divorce ra insere dans 1'un des quo
de Marie Carmelle Roe d'a tidiens s'editant a la Capita
vec son epoux Elie Roe et le sous peine de dommages-
prononce la dissolution des intdrts envers les tiers s'il
liens conjugaux ayant exis y echet; commetl 'huissier
te entire eux par jugement Maurice Prevost de ce siege
en date du Sept Decembre pour la signification du prd
1978 don't le dispositif a et6 sent jugement; compense
Iranscrit le douzc Ma,'s 1979 les ddpens.
dalcs les registries a c( desti
nes de 1'Etat Civil de la
Section Nord de Port-au-Prin Ainsi juge et prononce par
ce pour sortir son plein et Nous, Theophile Jean-Fran-
cntler effet conforinieneat a cois, luge, en audience civi
la lui regissant la mnatic- le et publique de cc jour
I'e. hiul Fevrier mil neuif cent
soixante dix cneuf en re-
Port-au-Prince, le 29 Mar; sence de Monsieur Fercli -
1979 nanid Antoine Scstliitut du
Me. Hebert JOSEPH, Av. 'mminissaire du Gou(ivrne-
293 'ment, de ce Rtes:;ort avec 1 a
mlont de ce R ,Es t,'l avi c
-- 0 I'assisl.mer de Mo,'lsi(r As
c'iino Juivclle, Comnmis -
AVIS I)E DIVORCE Gii llf'er.
Lc T'Fribunial Civil de Porl-
ali-Princ.I(' ('co pici ,'enmcnct'
rccinl c i:i Palais de Jusilic I1 cst ordonn6 eic
de (c(the ville, a riidiu on En i foi di rii, i c .c
audilucc pubilique et en scs POUIR FXPEDIFION
alributions civilcs. le li g ('ONF'ORIME
i'1i( donit le disposilif sult COLLATIONNE
PAR CES CAUSES ET MO LE COMMIS GREFFII,'-
TIES, apres exaiuni, niain- 'Fritz VICTORIN
lic'nt le delauit proonce con POUR COPIE CONc'ORMIE
tre le detendeur a la sus Berthony M. GASTON Avo-
dite audience, pour le pro- cat 203


Qui nous contredira quand 1
ous disonsaque cette atti-
ide est un crime vis a vis
u p a y s et du peu-
le haitien. Pour t o u t t
ire : C'2st embraye le pays 1
n march, arriere. s
Ce niect pas unle fagon
aimer un pays ou d'aider (
o government. t
Mais I'espoir chz nous re
ict chaque fois que .nous
oyons a la Ltc d'un Mions e
ere des homes de voioi,'!e t
'nace tels que les Ds. Wil
y Verrier et Jeannot (C t-
det
A J


ARNET SOCIAL
De Ma41 I lnoi t ls ('s l)l II\
ile la v lfot ar ml dl r ,u

I l.:\rllna !i 1 ,
Il'l n i (ici i iccdl l ii W' illit'

i '11111i tic.ci' c1 l lc i: t Ill

Nculc c ,ii It 1 1 M a l c i l c i l li i

sNo i i ( I




i (I d b iillc cll

Remise drc
Documents
,iutcic de la lIi i ,' 'c

i tle d i il 1 4










usc Bc 'i'
.'.i:ll riii 11 c I : t c. cI
, lt,- c d lc c ; ,ii- c (,oi'















rat ion l, mi n ,' c :' c.















rr iSt annO 1 7T" qu. .1 l
N N( 1 C, d N ,(! !'ii










'iiin L a ,' oi n c:, m'-


Ci i lc ( I


('q i; 1 i.' .. tq r r <1













-ucscr c t l ,lo ,i, n .

rli',ccir i .li r i pi il ii
(n Clin i r I llli r; .ii
cur nt m e t u nw ,
Ml.ciiHl cci iii <;v 1ri 'i'r-.i





( nctit ijinrv 1( 7 ,'1 it mill
Ir .s"., c l ,I r H cT >
















iWi liam B'. IJ ,ON'iS i
iAmbsad ur des 'I Unci
rac i c tic ]hu l cc c cci c
i' cill cadcli 177!' g i i l (,ii
1u0 cc ccciii' cl' c i'

rccic I p c (l cii) cI ii<' (c ii 'i
)i1 m l i l,.cic ll 1C; iiI( IIi' :
ccilc'l d cIcis c cccv: ( iccI


c( I r.'III( It ( I c .c I "Tc11c t:'s I
cc w linvilt:, c'' ii. licc ) I ('i c



i J cII(,(ll Bccc cc lcv cii lld ',


ii cci c (l it' Nc li cccl(i li,
c c1c:io i llci' l ai c (,Icl' c i'



Mie ciii I icIcI '1'cccI l A c cci cI

Mcl' ,nl ii c lcc -v A inc




mle' i (i'icc iii()ic id licdliv'")c ilc .
!ii l c lciccu Bi J I N i Ei






cclsl eccs l, sUicir ci' d'cAi


Anab~ssadvur dcs Eatisa UnI


Is


KOUDIAY!!!







AU REX THEATRE







SAMEDI 31 MARS 8.h. P.m.






Avcc lIa nouvelle vedette




de la chanson haitienne








Carole Demesmin







Et la participation de






RICHARD BRISSON








r |PRIX UNIQUE $ 3.00




CARTES EN VENTE AUX GUICHETS DU REX THEATRE


IY-_ --- ~-V---~.-n~L~~~M--T---- -~ I ~\~U~B~U)~n~l~CIY~-~8~3933~49~!~


n.




H:


N ONCNCS CRO PEE S ,n unBagd Jus.ouou. e-.on
CE R U. caller trop loin?


Hertz


A(I-NT EXCLUSIFt
, tt t s\ ')PUIlt IIAITI
S^ ,'>-ijI I SONAVEISA
V, A i lI 'I,,T : 2-0853




S) IL

-- r qto otls Lu.nettes ae liaute quality
P* *- nh r el uopti(ques et solaires en ex
S, msvltr chiez J. M. Maxime
C('lcstin opt'cien diploml6 93,
Cheinin de'. Dal'.es
rFFno Tel : 2-5r15

an r. w -.r"


'i,2ET


if r




n' ,nt




.- '. 1 I te,
0oy I,

l t-itteM 1 e>(
1:1'0 -' I t


S
am,

Ema


I OTOTA
I.a marque viable, robust
" u (f li-t ;iie, li M ariqle q1le
liio,'-,silt les gens senses.
IlINvo'O S A. Rue Pavee
T, l 2-0:".3


KID POWER BATIMAT
ABSORBA Achat Vente -
Sous-VteenlABs OBA lots BATIMAT DISTRIB
DE LA MARQUE Ft

SPENCERS Rue du Quai 77


LAYETTES

KANTWET

LITS PARCS
CHAISES POUR ENFANTS












Grand Rue en face BATA




SGondola


Tout ce qui fait la d'ff'-
rence entire une femme nor
male et une femme ltgan
le 39 Rue des Miracles

RODOLPHE RUSSO
Optique. i;jouterie, Horlo
gerie, Argenter e I-La Qua
lite sans le Prix c'est toute
'a tflorence.
GG, Rue Bonne Foi Tel. :
2-1567


____ Qualitex


AMItSEZ-VOUS BIEN
D. P Express
1POUR REUSSIR
VOS sOIREES
I'tO)NL. 2-3497 7-1632


CENTER






Si vust pavez cinq dollars
le i),oque flait en ,'cst que
io'u nC ]'asez pas achieta a
I.t ftoInt h. l
I.t', ulie I'avCe

',("' A O(;O(
Di,: ue,' et cassettes enre-
ol el--." h.iadluias ei coui in ni:lt ricl I.lectr que arti-
t o- pmur caileaux, repro -
i( t1o' un (l e i clefs
I I 1 i-u i I II i 1 ', Itle P.m ti e
'TI : 2-3 119 t


oil, ii I I11 /It i- O l('AIs NAVAIL

e .i h | ii y .0


. .. lat is M 4


S I I( .


DISCOTLIEQUE
Carroussel D sco Club
ile ,aine at agreable deten
(i o fre nece'.
e to, uI lea, soirs.
Lntrre gratuite en semuaine
I'rix d'mocratique pour la
consummation


DANSEZ BIEN
EN APPRENANT


R CE S
AGt NM
V3 P,. ,s M(


I.' | rn pc

Sat1 .lu;tn.


a netrot ox P.
-or t tPrince
SLes dalnses monda nes : Sal
sa, Disco, tango, meringue
etc...a Cabane Choucoune
Seat 1Hotel le Palace en
T '- Ville
A j.. Iforaire elastique
SGALLARD" Appelez Harry Policard
S(AIM RA au 2-1389 7-2010 2-3344
111(FN[ito -


ntal -, I f 2 3131


into Domingo et


CENTRE DES
AATS MARTIAUX
Club de Karate Japonais
pour votre plein 6panouisse
ment physique, mental et
spirituel (SENSED. Maitre
H6nock Lercius (Affilid A la
California Karate Academy
10869 Blaney Ave Cuoertino
Ph. 253.4044). Local Tur-
geau 41.


,LA MAISON DES
PRODUCTS DE QUALITY
Port-au-Prince, T'l. : 2-7132
Pdeton-Ville Tel. : 7-6082.






266 Ialue Tel. : 2-0737
Sots-I atemrnts pour gar,
sonnets et fillettes chaus-
settes et demi-bas Art;
cle pour B-bbe Prix spe-
cial.





Le Magasin niu transfor-
me vos enfants en (Petits
Bijoux) avec ses nret-a-
porter 39 Rue des Mira-
cles


Pour la confection rd vas
hn)o' -. Voyez Mono-"uo- Ge-
rard Prophete ;rehaid
P r a et aes l.

121. Port-au-Pr*nce. Haiti.



h.iltez avoir le
corps. F1ait es
r ju.squ' Mini-


CONTROL
INSECTERAT
Exterminer rapidement
les insects et les rongeurs
chez vOus conlactez con
trol Insecterat 2-49')91





ANTI-PLAQUE)
ANTI PLAQUE
PATE DENTIFRICE
LAD TRADING
DISTRIBUTEURS
Rue de I' nterrement,
Iel : 2-3727

PHARMACIES SANTA MARIA
Rue du Centre face suo
Nouvell ste Exaeeui)n '(,r
donnanees, soins. conm- -i.-
ce professionnelle .te in ':rr
do pharmacien


A`.B


Plastique en 45", 54", et
72" de large pour table et
rideaux, serviettes de bain
superieur, crepe georgette
eL minicare blanc.
Rue du Magasin de l'Etat
- 89.

AU PETIT BATTEAU
Angle rues de la R4union
et Pavee, Dtpositaire de l4
marque de tampons Tam -
pax c lits en fer Mate
las imports vjtements -.
sous-vOtements lingerie de
quality -


CIMENT A GOI;,'
La Maison Erne, I i,.-t
Rue Traversi're assr'e !a li
vraison de vote (oiuit l
Domicile. Les c'inits p-u
vent s'approvasi,,i.i 01 .; et
tement i son drepio dic I iv
nue J. J. Dess time., a c,,,ca
du akola Moysea on ust
stock tres nnmportant est tou
Jours maintenu pour li curr
modil6 des clienIt








MATERIEL EL ETRIT Q?
Hydraulique Sanita re 83
Rue du Qual


ROLACO
Agence immobilik
10 Lalue
-. Bail Estimation
telephone : 2-5735

JOLIESSE
SALON DE BEA
156, Rue des Mirac
(Entre des Rues M
et Geffrard)

Photo Chiappini
Docteur Aubry, Port-
ce, Haiti.
Photographies en to
res Reportages M
Receptions N-xr et
Qu Couleurs.
COLLEGE NELSON'
DE PORT-AU-PRINi
Pour une meilleur
tion intellectuelle el
le. Tous ceux qui
reussir du premier c
examens du Bac se
directement au Collt
soun ie Port-au-Prin
BOIS-VE


A 11houette 1
87, Bourdon t
Vous trouverez : blouses i,
Shirts Foulards-Maro- d
uilnere, en cuir seulemirent. r:
Passez nous voir vous ne d
lerez pas dequ. so

Arcade s
87- Bourd'on
Pout Vtow pets cadeaux et
es brands aussi, cadeaux
affl'~t 1s qui (lisse tl celui




mULTISP0 RTS

LA QUALITY EST Al SER
VICE DU SPORT Puma
Spalding Speedo. Maresub,
Fred Perry, Recordage de ra
cuetteas.
73. Lalue 'Tl. : 2 4991

PIVERT-GUEST-HOUSE
SAINT-MARC
Cadre reposant cham-
bres confortables toilttes
imdividuelles Dreeuner -
Souper Prix Modhre

CUKAKO Club de Karate
Coreen pour votre peine
epanoiso'-s'ment physinue -
Meot.,l et Spinrtuel Profes
St ur M. Leo Cartripht Lo-
cal Ecole St. Jean I Evan-











Pour de meilleures Pho-
tos Service Garanti 24
heures Tout pour I'ama.
teur et le profess onrel 151
Rue du (Centre : Tel. : 2-0945

DONNEZ. VOUS
UNE CHANCE
D'APPRENDRE
Club Croissance d'llaiti.
Turgeau Impasse Baron
No. 22 Tel. : 2-5145
Langues vivantes
Art et Artisanat
Photographie
Danse enfant et adulte
Natation
Epanou'ssement personnel
Droit usuel
Bricolage
Conseils beauty
Maquillage

COUCOUILLE
La collection Haitienne
qui vous propos, des lives
sur la linguistque, la Socio
logic, la Psychologie, I'An-
thropologie etc... Actuell-e.
ment en Librairie : la 2cme
Edition de aSirolina et le
precis de grammaire creole
compare, et consid6rationp
Ethno-Psychanalytiques sue
le Carnaval llaitient.

Avis aux
Inatnieurs
Tons types de Fermoturet
roulantes m6tall]kqus de st)
ret6 TURIN, ITALIE -
Grilles artlciules extensd
bles
Rideaux mitalliques avec
ou sans map1velle fpals-
seur : 10-10i; 12-10; 15-10
Haiti Franco Douane : 60
-Portes glissantes m talll-
ques etc...
Ddlat de livralson CIF
jours
S'adresser an Magasin VI
tiello Freres 303 Blvd J.J.
Dessalines Phone : 2-3741


ifier los diverses proposi-
I1S.
Siuspendre 1 aide finance
Si a 1'Egypte ? On l'appren
ru sans douO. blend que 1'A
i:en Saoudit, principal
lispenlsatirice di, colle-cl ne
)t pas teltiitrernmint acqul-
e a r'id ee ( que Enilnr
tloud Al-'lVaco 1. son repro
'l< nta: l, a"i declare ,,Nout
soMlnlns lei P)> .ippillue,
les deci.sions pllse aps son,
Intl dt- l'a-; d;id de Nova-ln
ire derniir" Tol'le proloso

do le t i fdoe i'( 'toeI c (l Ue s
"I Il esl niinaillnenient decil
d.' .


BEYROUIiTH (AFP)
Le tent de mettre sur pied
dix-neuf membres (sur 22)
de la Ligue Arabe pour
s'opposer a la politique de
((rahisons> du President Sa
date risque de deboucher
sur une ncuvelle division
du moo.de arabe, en raise,
des graves divergences qui
se sont manifestoes a la
conference de Bagdad.
(onvoques pour mettre au
point les sanctions arcoomi
ques et poliiiiques prevues
par le sommet de Bagdad
en novembre dernier: les
ministres arabes des Affai-
res Ltrangeres et de I'Eco-
nonie de dix-huit pays ara
bes et des representants de
I'II.P reu is depuis mardi
dans la capital irakienne;
"e sont pas tous d accord
sur les measures a prendre
centre 'ITsypte.
1M. Yasser Arafat: Chef
I'(LP: a--tin appris jeudi
a Beyrouth, a lipa violem
meant a parties; sans le som
mer: le Ministre saoudien
des Afiaires Etrangeres; le
Prince Saoud Al Favsal: lui
reprochal d 'igiorer deli-
bherment les dangers que
font courier a la Natiot a-
rabe la politique eigyptien-
ne et cell des Etats L'nise.
C'est a la suite de debates
c(rageuxs; selon certaines
informations parvenues a
Beyrouth; que M. Arafat a
quitti la reunion de mercre
di soir; suivi aussitot par
le chef de la diplomatic sy
riene; M. Abbel Halim
Khaddam; et la dIdtgation
lihveine au complete.
On prite egalement 'in-
ten(ion a l'Irak de qui/ler
i son tour; la reunion don't
les travaux n'invaieant toU
jauirs pns reprise jeudi ma-
tin. Si cela sc confirmait
il est vraisemblable que le
Sud-Yemen et I'Alg6rie fe
rent de m6me.
Dans ce can: les adurs,
du monde arabe se. retro
veront anu sei du ((Front
lendemaii, de la visit du
President Sadate "i Jerusa-
lem (novemnbre 1977).
Ce front)) est former de
la syrie; de I'AlgKrie; de la
Jamahiriya Libyenne; du
Sud-Yemen et de I'OLP. 11
st probable que 1'Irak y
adhere maintenant si tout
espoir de compromise ) en
tre adurse et smodersit du
monde arabe s'avire impose
sible.
On volt meal cependant
comment un %denomwiateur
commune pourrait 6tre di-
gag& de la conference de


BAGDAD, (AFP)
Jusqu'ou peut-on aller
trop loin ? Telle est la ques
I1 t;on que se posent, sans tou
jours Fexprimer, la plupart
des Ministres Arabes aes Al
fares Etrangtres et des Fl-
Locatior nances depuis qu'ils ont corn
IUTEURI menced d6battre, Mercredi
ORMICA martin, du caracttre pratique
des measures preconis6es pour
unanimes 4 considered com-
me a Sur le plan politique, 11
n'y a pas de problime. Le
_. de Bagdad de No
vembre dernier a tout prevu
et il n'est pas difficile d'en
appliquer les resolutions.
3re No Dts Mercredi martin, d'ail
leurs, la commission politi-
etc... que cr6te la veille pouvait
remettre son rapport et ses
recommendations. Elles
n'ont 6videmment pas enco
re 6td rendues publiques,
LUTE mais on sait dejj que les re
tles, 156 lations Diplomatiques avec
lontalais 1'Egypte seront sisuspendues"
jusqu'a nouvel ordre, de me
nme que sera <'suspendues
142 Rue 1'appartenance de I'Egypte
-au -Prin la Ligue Arabe.

ius gen- On salt galement que -e
ariages siege'de la Ligue Arabe sera
t Blanc transfer du Caire L Tunis
et celui du Conseil economic
que de la Ligue a Amman
CE Mais il faut egalement d6
e form cider des measures economi-
t mora- ques et la les choses se com
veulent pliquent et les opinions
oup aux se divisent, principalement
rendent au sein de la commission
-ge Ne- ad hoc comprenant l'Arabie
ce. Saoudite, 1Irak, La Jamahi
RNA riya Libyenne, la Syrie et
les Palestini.ens charges d'u


Bagdad ou I'OLP; appuyee
par Damas et Bagdad ; in-
siste pour I'adoption de se
vcres sainetions politiques
et economiqfes contre I'E-
gypte.

L'Irak; de son cote; a
propose la tenue d'un sorn
met arabe s qui; contrairement aux in
formations rapportees par
'Agence irakietne d'ioofor-
mation, n'a pas ktt ac-
cepte par tons les partici-
pants. II s'agit en faith; se
Ion la press de Bagdad;
d'une 'diee) demise a ce su
jet par la delegation ira-
kienne et qui resemble> a-
voire te accepted par la
conference.
L Arabie Saoudite; a-t-on
appris; a fait savoir qu'elle
etait oppose a un tel somr
met don't I'objet serait la
adoption d'autres sanctions
costre I'Egypte.
Ie delegue saoudiea a
souligoc que son pays etait
dispeos a appliquer les seu
les decisions adoptees par
le sommetl de Bagdad (No-


Retlrer d'Egypte tous les
capltaux Arabes qui y sont
InvEstis ? Et sl Sadate decl
dalt de natlonaliser par me
sure de reprtsailles routes
les socitdts a capitaux Ara
bes. A qui profiterait 1'op6-
ration ? 1
q
Imposer a l'Egypte un
meslure est plus strieuse, P
mais les Etats-Unis n'ont-lls :
pas promise & l'Egypte d'as
surer son ravita4lieaaent,
quol qu'il arrive ? se rrspu
dre done & imposer ce m&me
boycottage aux Etats-Unis ?
En d'autres mots d6clen -
cher une veritable guerre 4
conomique aux Etats ntis.
Yasser Arafat, le leader
de 1'OLP, comme on s'y at-
tendait, 1a propose des 1 ou
overture de la reunion, mardi.
soir, mats il semblait lui-m r
me ne pas trop y croire car
il a ajoutd : Et si vous ne
pouvez le faire, rtduisez vo
tre production p6troliere de
30 pour cent et rclevez vos
prix d'autanto.
Cette measure viserait avl-
demment le p6tro-Dollar.
Et un group de pays ales
plus revolutionnalres, l'Irak
la Jamahiriya Libyenne, laP
Syrie, l'Algerie et le Sud-
Yemen, la prtconisent dans
un document de travail re
mis & la commission econo-
mique.
Le p6tro-Dollar est fragi
le, tout le monde le d6plo
re, mais les pays Arabes n'en
sont-ils pas egalement les
principaux detenteurs. Faut-
il done s'etonner, si des pays
comme l'Arable Saoudite, le
Koweit out les Emirats rechi
gient d se ruiner dans l'es
poir de ruiner lea Etats-Unis
et eela pour Sadate.
II semble done bien, 'et
la plhipart des observateurs
le litnsent, que les Ministres
Arabes se contenteront de
voter, Jeudi martin, 1'applica
lion pure et simple des seu
lc.a ensures prevues au somn
s Inl de' Bagdad de Novem-
r bre dernier.
1 En Lout elat de cause, le
- o.sont et6ollonoiqueo a.cep
- Ir Mercredi par les partici
t1 pants la reunion de Bag-
si dad. pri'mettra de decider a
- veltuellemnentl de nouvelles
lnestirFs ,'plus energiques,.


(Bulte de la 16re Page; de
du
aines resources financi6-
es; mais ne ereant en au- m
oune fagon un effet dynami r'
aue sur les autres branches ti
de l'economne. En effet, les de
mat4eres premieres ou les tr
pieces d6tach6es sont le plus lit
souvent importees, montues t
dans le pays pour piolitir ci
des faibles coftts de main ,
d'oeuvres et r6exportaes. n
Les Industries de substitu ra
ton aux imporitations (ct- qi
menterle, brauserie, texti-
le...) ont pour objet de ten ra
ire a diminuer la dependan u
de du pays par rapport a p
l'exterieur. Ces industries d
qui ne necessitent pas des r
eapitaux tries important,
ni une technologies tres so- p
phistiquoe prevent ais6-
ment 6tre instanlles dans
les pays si le march save b
re suffisamment important:;
mals leur objet est de se r
substituer aux importations. 1
non de career des effects mo d
teurs dans l'economie.
II ne faudrait pas sima-
giner que la creation d'in-
dustries est une chose facile
et qu'il suffit e installer de
gi, de 1a des hauts four-
neaux et des batiments
pour obtenir des resultats
satisfaisants. Dans un pays
come Haiti, le facteur ra
re est le capit.., car les e-
quipements soint tres chers
et le recours aux investisse-
ments etrangeis obligent a
des concessions qui ne sont
pas toujours l..vorables
1 intert general du pays. Le
second facteur limitant est
lie a 1'etroitesse du march
national. Pour qu'une indus
trie soit viable il laut qu'el
le puisse realiser des econo
mies d'echelle c'est a dire
trouver le soui! de produc-
tion ol les codits sont le
plus fsibles par rapport a la
quantity produite. En Haiti
la frange de population ca-
pable d'acecdir iia l'acquisi-
tion de oienb manufactures
eCat trs lestreinLe au niveaL,
des normes de production
de l'-re industrielle des mul
ti nationals. C'est un mar
che negligeable que 'Fon
peut toujours approvision-
ner par le biais de l'impor-
tation. Un troisieme facteur
limitant a l'inaustrialisation
d'Haiti est constitute par le
manque de qualification et
de formation de la main -
d'oeuvre. on ne s impose
pas du jour au lendemain
technician dans l'industrie.
L'industrialisation haitien
ne par la voie classique du
modeie Nord americain ou
Europeen rencontre toute
une series de contraintes et
il apparait qu Haiti doit trou
ver une vole original pour
assurer son developpement
industrial qlui ticnne comp-
te de ses potentialities reel
les au niveau de ses fac-
teurs de production.

Cette vote haitienne du
developpement ndustriel re
side a notre avis dans la
potentialite de son agricul-
ture qui une fois delivree de
ses blocages, devrait etre
en measure de atisfaire non
seulement l'ensemble des be
soins primairea de la socie-
te, mais devenOr excedentai
re au point qo'il serait alors
possible d'envisager la cream
tion d'industrics agro ali-
mentaires integrees dans le


Pour $ 170.00




| decouvrez : Carthagene Baranquilla-




Medellin Bogota




Pour $ 20.00 de plus




allez jusqu'a' Cali


CONSULTEZ VOTRE AGENT DE VOYAGES


OU APPELEZ





AEROCONDOR '
LA Li ,NE AFRIENNE DE COLOMBIE


.2-01Te S-w.5 AOnte des me Pav6e tC f uPegple,

weM Ma fi.i fl-fl. C4,flflflflo)..-.a 5 -- >>>') CCCCGOGscCO"c@@@@oloe@ @ o@@@s


JEUDT 29 MARS 1979


Les perspectives


industrielles en Haiti


Les desaccords a 'a Conference

da Bagdad


oveloppement dconomlque
u pays.
L'intfrtt d'un developpe-
ent Industrieal parttr de
igro allmentaire en Hai-
est d'abor-i la possibility
Scrder des piles indus-
tiels decentrallsds sur les
eux mtmes de la produc-
on. C'est egalement la
reaLion de complexes in-
sutc'leai, s dimension humal
e avec un apport en capital
aisonnable et des techni-
ues relativemnent simple,
Le resultat immediat se-
ait de pouvoir maintenir
ne masse important de la
population dana. son cadre
e vie et d'oviter 1'exode ru
ale.
Les d6bouchis en fruits et
oroduits tropicaux sont tres
brands dans les zones tem-
pcrees et il serait alors possi
ole progressiverment de dega
oer des ressourees financle-
aes susceptible d'engcndrcr
P developpement integre
d'autres sectfurs industries
en amont et en aval fabrici
que de verre, de bouteille,
de boite: de conserve, d'ou-
tillag" agricole simple, d'en
grais...)
Cette phase transitoire
permettrait au pays de fai-
re la connaissance du mon
de industrial et de develop
per les facultes et l1'panouis
sement' de ct -icn pour en-
treprendre ;I plu.:- loug ter-
me la cipatiri d'autres ty-
pes d'indistries plus complex
xes et plus :,o.;histiauees.
Dans tonis les cas. accent
doit etre mis scr la forma
tion et educationn 'deIs hI
mes pour en fire des pro
ducteurs cons ri(nts et epa-
nouis dnns une society qui
les integre a la march du
prores
FER NAN)


L OUGANDA DEMANDE
LA REUNION DU CONSEIL
DE SECURITY

(Suite de la lere page)

insurges ou, aisi que le pr6
tendait la Radio ougandai-
se. la consequence d un bom
bardement de ,artillerie tan
zanienne.
Quoiquil en soit., devant
la gravite de la situation,
1 ONU a autorise son person
nel, value 27,6 personnel,
a evacuer le pays.
Sur le terrain des opera-
tions militairsu regne ega-
lement une situnOlln incer-
taint : le Front National rie
Liberaticn de 1'Ouganda,
LFNLO qui cnordonne de-
puis le debut dr la semaine
l offensive de 1'opposition,
affirmed contruk r tout I' sud
du pays mais no doi-ne tgue
re dindicationo; sur la 1)Osl
tion exact dr sas forces It
lamoleur des -'orontements
Alors que le pg-sident Ken-
van Daniel Ar:e Mol avait
demand mercedi It'l retrail
des troupes t ,an', 1nitennes
d'Ouganda. le ront. olans
un cnmmunoQii't poobls at
Dar Es Salair. a r-filame
par la voix de -on Prrsident
M. Yusuf Lfile. Ie retrait des
troupes et des armes libyen
nes d'Ougano- restimant
que n.Kadhali C-vrail savoir
quoc douze omslOons d'ougan
dais gagneron ectte' guer-
re, et que oc'e st sa derniere
chance de se retirer honor
rablement d'u'-ca.nda,).





a OF 5 |


:.., l.,r.'itu,'i '..l.:e l' #- 11





i ,> 44 ) 4 ittl O tituis
1 < 4 ; 11 <4 '4 .44 F4i'l l lrlll
^ ,, > *, ,s- i S-. l-l Y towl i II
I 1w4 114
,> *b d-'t o nn'l p o

4 a p[ 0






'. ,, ." i > rl, l 1 (lll r.l1'



: + t i .n l Uil l, n ic '
.4 4' .- 1 41 t rc t14c








i .. n A n] ; ll
: ,. ",- ri"" l] 'r l la pro























Soulagement rapide v
d 1 ids m x de tt de



Scontre toue do e ul 4



"n l F i'a t- a












Soulagement rapid '.








contre toute douleur ,


\ N OS C INEMAS



'; A RS 1979
2, i :' I I S
0''I ,:i .1 1:4, 1979

4 ;,.rce; i. : n' es


1 RS 1971)
r- d r A k ltu S 19791

0 0




1 1 11 -, 19 79
,, ,. 919115 1979






1' i 4 h 15, [







F ,i .11 ) ". ( l 0
). A I '1











S. i'





SI SANG
', I M4, lE,4 ,


- i h h 1 K 4



I 1 .



S i' l I I


I, 1fl 4 hr 'li







1, i1 I 10 hres I
IMI 'EIA I ,II





lenidredi 3l MAltS 1979
1 h 2 h 4 hr,.s
(" '1,' '- s 5-00 I




I 0i OC0






l'llstitll
STAI' 4,II I44






JI ide 2i 17 heures











\cnstoire de la Chanson Fra1
: h 2 h 4 20 h 30 re
















temporaine4s
lire Libre.5-00
S Ptar 1at). es
(;d.9' 10(44
A 'd'tA U1




Frarcais

.Jtdl 29 17 heures
,ilIstolre de la Chanson Franl
talse,. Un fTm aver Edit'(

18 heures 30 9. 20 b 30
Audition ininterrompue de
chansons anciennes et coi
temporaines
ERitre Libre.
(Caries A retirer au Secrd-
tarlat).


SiI,.I, S

; OP. K (K BLACI OUr
$ : ,9L
LA LIAISON D'ETAr
I)1 x x x x

Vendredi a 7h et 9h
I ntree 7.50
L.A 1 ,(L DE LA HAINE

Paramoami
udi 12 h, 2 h 4 hres tb h
li re G l-0O
O2JII, POUR OEIT,
? h (t 10 hseure.s
Ent.ree Gdes. 3-00
LE BOUCHE TRO
A X X a
lUdo

Jeudi 12 h. 2h 4 li
6 h 8 h 10 heures
CLAUDINE
Entsl6e G. 1-50
Entree G. 1.50
LES MAITRES RO E ES
PU SHAOLIN
.LEGITIME VIOLET
PARAMOUNT
12h 2h 4h 6h 8h 1S l
Entree G. 1.50
OEIL POUR OEIL
x x x x
MAGIC CEi

Jeudi 6 h et 8 heures
VIOLETTE NOZIERE
Entrde G. 4-00 5-00

Vendredi 6h et 8h
Z S S MISSION
DESESPEREE
Entree G. 3.00 et 4.00
Sameedi 6h et 8h
PIRATE DES
CARAIBES
Entr6e G. 3.00 et 4.00


A VENDRE
A RABIOLE
A VI.ND111H A P3AdIOLE
ORANID MAISON A-
VE(C ACCESS SUR 3
RUES
1 CHAMBRES A COU-
CHTER
5 CII .M3RrES A REZ
DE CHAUSSEE
5' CHAMBRES AU SOUS

VUE IMPRENABLE -
GRANDE COUR JAR-
DIN.
PEUT-ETRE VISITEE A
N IMPORTED QUEL MO-
MENT
PHONE : 24790 25686
23921
r - -


A LOUER

Malson 3 chamanres a
c(iichher 3 sales de balh
I'li'lnp Telephone
Impasse Baron (Turgeau)
No. 20 Sonnez le 2-5195
293

x x x x

OFFRE D'EMPLOI

R-cherclihons Ddmarcheur
on Demarclheuse sachant
onou'1re 1 et expdrimentd
daiis veitoe products de Beau
toe Cosmctiques, Parfume -
1';! A (e" An'la!s in0cessair?.
Adr('sser Curriculum Vi-
t-1' 4! un4e Ph1oto a R 'n R
Mamuiactiures P. 0. Box 451.
Port-au-Priance.

x ., x

A VENDRE

Volvo en excellent etat
R dio AM-FM. climatisa -
tion. Transmission Automa
tique. Prix avantageux. Son
noz le 2-4924 entire 1.30 PM
et 3.00 P M 293
x xx x
June honmme adroit
ayont le sens d'organisa-
,:on Real Factory Experien-
c'.s in the USA. cherche em
p1loi dasls branches product i
v Parfaite connaissance dle
1 anglais et du frqpcais Sot
lez 6-2221 293

X X X


nule, un trop grand nom-
bre do billets 6tant inven -
due.
Cecux 1& qul d6tlennent un
uillet sont pries d'entrer on
contact avoec leur vendeut,
en vue de sc fire rembour
ser.
Ricot PERRAULT 293
xxx xx

OFFRE D'EMPLOI
Industrie Textile cherelhe
personnel pour supervisor lP
travail du personnel ayant
son Baccalaur6at et ses con
naissances en Anglais. Exp6
rience avec personnel. De
preference Contacter Gaetan
Sergile de 7 heures AM 3
heures PM au 2-1715 313
X x x
HALL A LOUER
Grande Hall a Louer pour
Bureaux ou Magasin 1' an
gle de la Rue des Caser -
nes et de la Runionr. Pour
renselgnementsR T6lph0nn7.
au No 2-3202 de 7 f'eIres a
8- heures A M et de 5 hbures
h 7 heures P. M.- 313
X x XX
A VENDRE
Celles qui desirent part
ciper a la retraite fermeo
sont prices d'apporter le ne
cessaire et de venir s'inscri-
Une camlonette Chevro-
let, model 1973. Offre mini
mum 1 800 dollars. Peut
etre inspectee a l'Institut
IIaitiano-Americain de 8:00
A.M a 6:00 PM. Les offres
sous pli cacheto seront re-
cues jusqu'au vendredi 30
mars 1a79 a midi a l'Tnsti-
tui H:1iti4no-AAm ricaiil, au
Chalmp de Mars'.
x x X
A VENDRE
Un compresseur, deux mar
teaux piqu.nurs et ses equipp
ments. Le tout a l'Eat Neuf
Telephone 2-3274
X X X X
AVIS
Cherche un chef cuisinier
s'adresser au Journal 273
RETRAITE POUR LES
ANCIENNES ELEVES
des Soeurs Salesiennes do
Port-au-Prince. Elle aura
lieu du Vendredi 6 Avril 45
heures p. m.) au Dimanche
8.

Pkanmacies
assura!st le service
cette nift

JEUDI 29 MARS 1979


I7AFLE ANNULEE TOTAL
I1 "t porte a la connais. Rue F. Fort
.,n' des inltresss que 1 R EVE R. St Martin
1IA'LE de l2a camion1Mete COTE PLAGE
(ITROEN lin atriculee au Carrefour
No. 698, appartenant a Mo l r
. er RICOT PERR'IULT. JEUDI 29 MARS 1979
(4ill dfevai; avoir lieu stir le
Ide la Lolerie do I'E- ST. THFRESE
I'l Haiti1',. fin Mars, cst an Rue Villate





! Deux Soir6es Shom


a




YAL AITIAN!



S Mercredi soir

0 1
| LA REVUE EBLOUISSANTE DES



t Ballets



Bacoulou d'Haiti.

*%
Samedi Soir


les numerous toulours

surarenants des



jBalind'Jo Dancers



Deux soirkea aubord de la piscine,


au rythme de


1'Orchestre du Roi

avec un buffet barbecue,

le mercredi, et la meilleure

ScuisAne francaise, italienne et

amlricaine, le samedi.

Vos deux rendez vous

cette semaine

au


ROYAL HAITIAN!


wta rsotlc ldJ gl


Dcret sur la liberty syndicate

(Suie Voir le No. d'hler)


LA CONVENTION SUR LA,
LIBERTE
EYNDICALE
PARTIES I LIBERTE
SYNDICALE

ARTICLE 1
Tout Membre de 1'Organl
station Internationale du
Travail pour lequel la pre-
sente convention esOt en vi
gueur s'engage S donner eof
let aux dispositions suivan
tes:

ARTICLE 2
Les travallieurs et les em
ployeurs, sans distinction
d'aucune sorte c-t le drott,
sans autorisation prialable,
de constituer des organisa-
tions de leur cp-oix, ainsi
que celui de s'alfilierf' 9 ces
organisattons, $ la seule
condition de s econformer
aux status de ces dernie-
res.

ARTICLE 3.--
1.- Les organizations de
travaillcurs et d'employeurs
ont le droit d'Mliborer leurs
status et reglements admi-
nistratifs, d'elire librement
leurs representants, d'orgs-
niser leur gestion et leur ac
tivite, et de lormuler leur
programme d'action.
2.- Les amuorites publi-
ques doivent s'abstenir de
toute intervention de natu
re a limiter ce droit ou a
cntraver lexeroece legal.
A-ITlICLE 4
Les organisations de tra-
vaiillurs et d'employeurs ne
s )lt pas sunetces b dissolu-
tiin ou a suspension par
voie administrative.

ARTICLE 5.--

Ies o' g r1.1 n llJ-4 de tra-
vpilleurs et d'employeurs
ont le droit de constituer
d(s f,.c'erations et des con-
f1derat.ions ain' .it 4que c lui
de s y affilier, et toute orga
nisation. federation ou con-
'fderalion a le droit de sal
fli],r & des orrFan stations in
ternationales 1( travaillcurs
et d employers.

ARTICLE G.-

L es d(ipositions des ar ti-
Ce's 2. 3 et 4 ci-dessus s'ap
pliqueInt aux federations et
;uix coirnfder, 4ioins des or-
ganisal o1ns de travailleurs
Qt d'employeurs.

ARTICLE 7.-

L'acquisition de la person
nalite juridioue par les cr-
S I!, ,i 1,.4 de travailleurs
,,t d'employeurs, leurs feoa
rations et confederations,
re peut etre subordonnee a
des conditions oe nature a
meLtre en cause lapplica-
tion des di;positions des ar
tices 2. 3 et 4 ci-dessus
ARTICLE 8
1.- Dans 1'exercice des
croits qui leur sont recon-
ons par la presente Convenl
tion. les travai;,ieurs, les em
ployeurs et leurs organisa-
tions resp'ctivl, sont tenus,
a i'instar des aitres person
nes ou collectihite organi-
sees, de respec'cr la legali-
te.
2.- La .. *i '..r natlo-
ni.'e ne devre porter attein
te ni etre app iqule de ma
niere porter atteinte aux
:.i,-' preovaes par la pro
senate Convention.

ARTICLE 9 -

1.- La measure dans la-
quelle les garanties pre-
vues par la present Conven
tion, s'appliqiieront aux for
ces armees et i la police se
ra determine par la legis-
lation natiomn.e
2.- Conformement aux
principles etablis par le para
graphe t de i'article 19 de
la Constitution de l'Organi-
sation Interontionale du
Travail, la ratification de
cette Convent!cn par un
Memire ne devra pas etre
eonsidtrte comme affectant
touted loi, toute sentence.
toute coutume ou tout ac-
cord dtoja existants qui ac-
cordont aux inembres des
forces armies et de la po-
lice des garantaes prevues
par la present Convention.

ARTICLE 10.-

Dans la present Conven
tion, Ie terme sorganisa-
tion sitnifie toute organi-
sation de travailleurs ou
d'employeurs ayant pour
but de promouvoir et de de
fendre les intfrtts des tra-
vailleurs ou des employeurs.

ARTICLE 11

PARTIES II- PROTECTION

DU DROIT SYNDICAL

Tout Membre de 1'Organi
station Internationale du
Travail pour lequel la pre-
sente Convention est en V


gueur s'engagc 6 prendre 1
toUtes measures nocessa ires
et approprides ep vue d'as-
surer' aux travamleurs et
aux employeuzs le Jlbre exer
cice du droit scnd0icai.
PARTIES III MEASURES
DIVERSE
ARTICLE 12
1.- En ce qui concerned
les territories' mentionnis
par article 35 de la ConsTl
tuition de 1'Organisation In
ternationale du Travail tel
le quelle a 1t9 amendee par
I'Instrument d'amendement
a la Constitution de l'Orga
nisation Internatiosale du
Travail, 1946 & l'excluslon
des territories visls par les
paragraphs 4 et 5 dudit ar
tile ainsi amendS, tout
Membre de i'Organisation
qui ratifie la present Con
vention doit commumiquer
au Directeur G&neral du
Bureau International au
Travail, en meme temps que
sa ratification, ou dans le
plus bref delai possible a-
pres sa ratification, une de
claration faisant connaitre:
a) les territoires pour les-
quels il s'engaee a ce que
les dispositions ds la Conven
tion ,soient appliques sans
modification;
b) les terrioicesi pour les
queis il s'engage a ce quo
les dispositions de la Con-
vention sc,,nt appliques a-
vec des modifications, et en
qluoi cons-stent lesdites mu-
ilickAtion.
c) les territuires auxquels
la Convention est inapplica
bie et, dalis cos cas, les ral
sons pour lesqielles elie esL
inapplicable;
di les territoires pour les
quels il reserve sa decision.
2.-Les engagements men
tionnes aux alin6as a) et 1
du premier paragraph du
present article seront repu
tes parties init-grantes de
la ratification et porteront
nes eifets idLit tiques.
3.- Tout i iomie pouria
renoneer par une nouvelle
declaraLion A ta .ut ou parties
des reserves continues
d;ms sa declarauon ante-
ricure en vert.i des ainea;s
b,, c et d) du paragraphe 1
du present articl..
4.-- Tou MLr-ibre pourra
pendant t,-s priodes au
course desquelles la presence
Convention pet etre denon
cee conformiiiem(nt aux dis-
p,:sitions de l article 16, com
inuniquer au Directeur Ge-
neral une nouvelle declara-
Lion. modifians a tout autre
egard les terms de toute de
claration anterneure et fai-
sant connaitre la situation
dants des territoires determi
nes.

ARTICLE 13
I.- Lorsque les questions
traltees par la present Con
vention entrent dans le ca-
dre de la competence pro-
pre des autorites d un terri
toire non metopolitain, le
Membre responlablc des re-
lationE intern; lionales de
c, territoire, en accord avec


Italie :
Le document des
<,Brigades Rouges>
relati ;a I'aEfaire
Maor

ROME (AFP)
Le document des < d's Rouges, italiennes rela
tif a l'affaire Moro et diffu
se mardi a Genes indique
Que les terrorists ne dispo-
saient pas d'armes tries so-
phistiquees et laisse penser
qu'Aldo Moro n'a pas parle
durant sa detention, selon
les informations publiees
mercredi par la press.
Le document des Brigades
Rouges (qui avaient enlev6
Aldo Moro le 16 Mars 78 et
1'avaient tuo 54 jours plus
tard) ne fait dtat d'aucune
revelation ae la part de Io
tage, ancien premier Minis-
tre italien, ancient President
de la Democratie Chretien-
ne. D'autrs part ce docu-
ment intiltul dCapture, pro
oes, execution du President
Aldo Moroc, indique : oIl .n'y
avait pas de mysterieux a-
gents secret venus d'on nos
salt ofu (pour le rapt d'Aldo
Moro), mals seulement des
camarades de notre pays en
gages dans la lutte ouvrl-
re,.
En ce qui concern les ar
mes, elles n'etaient pas so
phistiqueos, car malheureu-
ssment ces arms apIpartien
nent s nos ennemiss, dit le
document, malis nous a-
vions plus modestement des
armes provenant des ma-
quis d.s 19450.
Le document laisse enten
dre que les oBrigades Rou-
ges avaient decid, -quelque
soit la rnponse des autori-
tis, de tuer, leur otage:
il'exicution de Moro consti
tualt le coup le plus dur
Sque 1'on pouvait porter dans
le contexts d'alorsc. selon
le texte des Brigades Rou-
1 ges.


a gouvern-.ment dudLt lterl c
tore, pourra cornmuniquer q
au Direcleur Oener;l du Bu oU
reau Internatllonil du Tra-
vail une declaration d'.ac-
ceptaton, au nom de ce ter r
ritolxe, des obhgations de la t
prdsente Convention.
2.- Une declration d'ac
ceptation des obligations
de la prfsente Convention
peat etre cqmmuniquee au
Directeur General du Bu-
reau International du Tra-
vail :
a) par deux ou plusieurs
Membres de l'Organisation
hour un territoire place
sous leur aut'rite conjoin-
te;
b) par toute autorite in-
ternationale responsible de
1'Admlnlstration d'un terrn-
toire en vertu des disposi-
tions de la Charte des Na-
tions Unies ou de toute au
tre disposition en vigueur, A
1'ogard de ce territoire.
3.- Les ddclirations cornm
muniquees au Directeur Ge-
neral du Bureau Internatio
nal du Trawvi conforme-
ment aux dispositions des
paragraphes prectdents du
present article doivent indi
quer si les dispositions de
la present Convention se-
ront appliques dans le ter
ritoire avec ou sans modify
cation; lorsque la declara-
tino indique quo les disposi
tions de la Convention s'ap
pliouent sous riserveo de mo
citica tions. elle doit speci-
fier en quoi Lonsistent los-
dites modifications.
4.- Le Membre onu les memr
bres de aneuto'ite nsternatio
nale interess-s pourront re
noncer entiere:nent ou par-
tiellement par une declara-
tion ulterieurc au droit d'in
voquer une modification in
diquee dans une declaration
anterieure.
5.- Le Membre ou les
Membres de 'nutorite inter
national interesses pour-
ront. pendant les periods
au course desquelles la Con-
vention peut etre denoncee
conformement aux disposi-
tions de l'article 16. commu
niquer au Directeur Gene-
ral du Bureau International
du Travail une nouvelle de
claration modifiant a tout
autre e2erd les terms de
toute declaration an'4rieu-
re et faispnt connsitre la
situation en ce qui concer-
ne l'application de cette
Convention.

PARTIES IV -

DISPOSITIONS FINALES

ARTICLE 14

Les ratifications formelles
de la present Convention
seront communiquees nu Di
recteur General du Bureau
International du Travail et
par lui enregistrees.

ARTICLE 15

6.- La prosente Conven-
tion ne liera que les Mem-
bres de I'O 1' -, i i. .' Inter
national du Travail don't la
ratification aira ete enre-
gistree par le Directeur Ge
neral.
2.- Elle e' -rera en vi-
gueur douzo "ilois apres que
les ratifications de deux
Membres auront ete enregis
trees par le Directeur Gene
ral.
3.- Par la suite, cette
Convention entrera en vi-
gueur pour chaque Membre
douze mois aproo la date ou
sa ratification aura ete en-
registree.

ARTICLE 16

1 Tout Membre ayant
ratified la present Conven-
tion peut la denoncer l 'ex
piration d'une period de
dix anndes apres la date de
la mise en vigueur initial
de la Convention, par un
acte communique au Direc-
teur Gendral du Bureau In
international du Travail et
par lui enregistre. La denon


latUon no pr,'ndra
qu'une anncd pLpu
t6 enregii trl r


I II -I
inlt


2.- Tout Membre ua.||ti
ratiflt la prtmente Csmven-
tion qui, dans le dac* d'u
ne annce apres l'eplrsatlsn
de la p6riode 'de dix as nes
mentionnae au paragralie
precedent, ne fera pas una-
g. de la faciutO de dsnon-
e4:-ri0on prevue par le pre-
sent artlele sera lie pour u-
ne nouvelle pOriode de dix
anndes et, par la suite,
pourra denoncer la preaen-
te Convention a lI'expiratlon
de chaq':e period de dix
annes das da ls conditions
prevues au present article.

ARTICLE 17

1.- Le Direc'eur Ginoral
du Bureau International du
Trvaail notlfter'n A tous iles
Membrc. d" i OrUranlisailon
InternationaOc du Travail
lenregist.rmro' tI de tout r
les ratificatiomis n4rlar't-
tions oet denonclations qui
lui sernnt conmmuiniqur's
par les Membr_, de 1 Organi
station.
2 En n-t.ifinlt .lux Mnm
bres dre 10rg')nes-'ln'i I -
registremen* de la diuxi'-
teur General qmpnell"ra lal-
ete communloiiec le Direr-
t-ntion des Memnbres de 1 Or
-.aninstion suir I' date 4 LI-
iu'tlle la pres'-n'e Conveon-
tian en'rera eil 4 iT'1ier

ARTICLE 18

OGFV5t Y pS f
Le Directeur Genr"r'l ci
Bureau International du
Travail communicau-rm ;.d1
Sccrrtaire Glneral d1s Na-
tions Unies au:. ,!q dc' Pen
gistrement cn'" or,'m.1 s
I',ticle 102 de i: Char'e do<
Nations Unie. do's rrnse!-
mspemnls comi;o' au s4',t
de toutes ratifsftinrs 2 d
toutes deinlar".'ions 0t de
tous actes de dr-none:.tlon
ou l ;i uri enre' .' trp're eI-
formimen't aux articles pre
cedents.

ARTICLE 1'9

A i'eypiration de (chaqu
period de d!x ann',s. a
computer do I nr're oP' '.I-
gueur de la p.'srie (Coi.-
vention ie Cso ( d Admni
nistraliolln (Ii ilur'1 l IIu 'r
nal iOnil' du Tr :')I ier. -i
presenter i' 1 i ('14 ll fC rl'' 1 '
General im r-, it -1lr

Conllveir d ltl ll (A '' .i
rti j4llj (ill' h, (ir d i 4 4I, 4.T r I

q ti' r)t4 (iti, r t '.4i '
tale On parti1ll44

A;;TICI.E :'.l

Au 1'. 44i I.I (9,f41 .
rene ll l I 444 til4 ,' 144441
vpel Conlvrilt i. p l, nl, r.
vision l;i4il' ( )l p;itl ll4'4 It''

a r'o in.i4 qit .' I. ',t i' l ,' i
vent iol ne (!1t ) ;. ill"'

'i i ], it l N p;lr
Memnhre de ih' 1: i',r 'io (,4!i
vOintioll pi'or ;4!n ri \41 11l .l'i
train eralt (h I' p! p lre .
nonob1lxanu 1' r 1'(' 11 ci-
dessutt 4 l.f i'i4 i 'l:t1i 1 tii -I4 ,
diato de la pre(sentti ttt't
tion .sous r0 ;,- 'l'' ii" hII
nouvelle Convnt iont por-
tant r\v vision soit entree ei
vigueur:
b)4 pirtir de la date de
entree en vinueur de la
noluvelle Cionven'lih por-
tant rp vision, 1.1 p]cIs"nWe
Convention cesserr'it detre
ouverte 9. Ia raiification des
Membres.

2.- La prosente Conien-
tion demourerait en tout (as
en vigueur dans sa forme
et teneur pour les Membres
qui 1'auraient ratifies et qui
ne ratifieraient pas la Con
vention portant revision.

Les versions franqaise et
anglaise du tote de la pre-
sente Convention font 6ga
element foi.


AVIS AUX AUTOMOBILISTES

Automobilistes,
pour vos economies,
pour votre s6ecurit6e
pensez : P S P
P. S P Augmente de 25% la duree de vie de vos
pneumatiques :
chambre i air ou Tubless.
P S P Vous fait dconomiser de 5 a 10% d'essence en
6vitant 1 6chauffement des pneumatiques dii a la fric
tion
P S P Ra pare instantandment la majority des cre-
vaisons.
P S P est un produit d entretien permanent des

pneumatiques

Pour tous renseignements sonnez le No. 2-5134


Petites Annonces




JEUDI 29 MtARS 1979


I'AOR 6


Pour la promotion du Theatre haitien


utiltc do la 16re page)

Vcr. iA itff6rents lnweaux
,O I icIUliure linit. llIne, queC
S V c it a cilut ( i. i Aittllo-
IIcnAini1; quie oc osi, dilns les
cli nuiciilintwns crninalnuctiis cce
l 11. h tii llls Iit IIru lla tiqu esde
llc voiligle at ilegeldls, queo
il *In ( 4lia '1 les traditions
tic ivlcs iisqices t de certai-
cif vtllle il province ou
dl i larces S1ou exectilees
tlar ldea coiiidiclns anibu-
lasnt.; des elements de dra
i.iatcliation rituelle suscepti-
liles it Il..nirer les groups
ic production lltheitrale.

Sur le plan de la motiva-
ti.n;l rimportancue atta-
cher a la creation de cen-
,res de documentation et
'rainimation thealtrales ne
iilt pais de doute tant il
eal vrlii qie la vocation de
I hliimmei de theatre aujour
ild hi est celle (Id'u travail-
Irur s cial do,,t le r6le est
d ider a la promotion des
,, Ilcctivites. Haut lieu de
renrontre qui s'inscrit dalas
iitic ,trtiiture de communi
S(.illlint: a vilaltce du thea-
itr srienlten d une conjolc-
I ll I (I'effrts; i qie ce soiI
Sic, arlitiicu iers ol de I E-
it1 n( 11ue dt e la creation
i r lieu\ drainatiques; de
t .cili ar in titionliieis; per
inilctlil de favoriser un cli
ci l ( illnrc sul sci/ant I'iii-
ti.tlt e. I'espril de participa
c1ii I attitude novatrice
Iinililhiih,, 1 ca tout process
1 c le devhcloppement.

iAclrI t I a ola otalite
r' sc set s'accomodant
rn ir (|1 nous cuncerne;
du character oral; si ce
ni r t p)luriel; de la culture
i tie nr le theatre est
dI toius les agents de com-
nunlcatalin le plus inere
ditn. I'existence social. Far
s.a f nctiun incatatoire allie
I se, s esthetique et les va
leurs d( la libre expression
d, ia presents dais notre
rullure ousrant les commu
i.nautes aux yertus du dialo
cup et de la polyphonic.
le theatre haitien a de
pi',isants besoi,,s intellec-
t iuls I n no/re dernier
qiairt du XXe siccle; il est
Ivc t penible de consia-
Irr que le s references de
rertlins m ilieux rtptutes let
ires et mmc de 1l'cole hai
ti iie n'a.urcnt pas depas-
,- I1 I tudr dith clasmiques du


XVIIe sidcle francais.
Mime de cette epoque
classique; Shakespeare ou
Lope de Vega; Goethe on
Shiller; seront des noms
sans resonance.

Ne parlors guere de la
variety des experiences con
temporaines de Beckett a
Wole Soyinka de Kateb Ya
cine "a Arthur Miller ou
a Peter Brook; Sean 0 Ca-
sey; Marcel Dube; Berthold
Brecht; Lorca ou Enrique
Buenaventura constitueront
des enigmes indechiffrables.
A un Centre Haitien de
Theatre reorganise avec le
concourse des ministeres
competent; il appartien-
drait de renouer le contact
avec une documentation deo
premiere 'main; mettant a
la portee d'une jeunesse a-
vide de defricher les
champs de la connaissance,
les travaux des centres de
theatre a commencer par
les plus proches de nos pre
occupations; organisant des
festivals; suscitant de con
cert avec l'initiative publi-
que et privee et la cooper
tion internatioiale 1lorgani
station de concourse; la ges-
tion et I'equipemeit de cen
tres de documentation; la
creation de lieux dramati-
ques; les changes cultu-
rels.

Alors que des chercheurs
de differetes disciplines de
sciences humaines tendent
a mettre en evidence le ro
le des valeurs culturellt-s
dans la croissance economic
que; la prise en change par
les pouvoirs publics de cer
tains relais de promotion
thcatrale; constitute a n'en
pas douter une pose de ja
Ions preparant les voices d u
ne action coordonnee a
tous les niveaux qu'il puis-
se s'averer necessaire de
concerter les efforts en
vue de creer des supports
sur le plan de lelaboratio,,;
de la diffusion ou de l'i,,-
formation theatrale; a la lu
miere des experiences les
plus significatives de notre
temps.
Dans cet ordre d'idees.
il convient de rioter que
certain concepts de promo
tion de I activity theatrale
ol.t pu se faire jour dans
un context marnue; de Ion
gue date; a la fois par une


certain disaffection de 'i-
nitiative publique et prive
en ce domaine; autant que
par la preearite des struc-
' tures d'accueil.
A r'actif de' l'animation
theatrale s'inscrit la crea
tion; au titre d'aide a la
publication; par decision
du D6partement de la Coor
dination et de l'Informa-
tion; d'un prix litteraire
destine a encourager la pro
duction d'oeuwres thdatrales
inspirees des rites et tradi-
tions de la culture haitien
ne.
De memem ledification;
en course a Port-au-Prince
par les soins du Gouverne'-
ment Haitien d'un Theatre
National de Verdure-type
permettra au Theatre de
marquer des points sinoni
de computer a son actif une
concrdtisation pilote d'un
sheme de fonctionnement
conforme aux exigences et
conceptions de notre dpo-
que.

A ce sujet; nous rappel
lerons pour memoire que
nombre de dramaturges hai
ties contemporains ont
sur le plan scenique tente
de s'affranchir de la scene
a l'italienie heritee du thea
tre de la renaissance Euro
peenne et qui devait se pr8
ter particulierement au
theatre litteraire des XVIIe,
XVIIle; XIXe siecle.

Les adaptations haitien-
nies de tragedies de la Gre
ce antique ainsi que les ten
tatives de theatre inspire
de notre culture populaire
destiee.r a mettre en relief
des elements sceniques tels
que le choeur: present dans
la culture haitienne ont ei
quelque sorte faith echo ;3
la tradition, exprimee enl
i-urope de Geuiner ;i t lr.:
les experiences lionterniorlt i
nes de Barrault liiettant r,
scene I Orestle d'i Eschih iou
Christophe Colombii de Clu I
del; le theatre eni round d',
riane Mouchki'le en vue de
restituer au theatre Fart de
la participation collective
et de la fete populmare.
Nos dramaturges et animal
teurs de theatre ant eu at
prospector des styles archic
tecturaux plus e, rapport
avec les traditions cultural
les haitien, es tels la confi-
guration circulaire des ega


Kelly Hooker spouse Pamela Conway a .O @ "O


JL


Port-au-Prince


dye (oi se deroulen t les
combats de coq) le style he
mispherique des eperisty-
les (lieux des ceremonies
du vodou).
Souhaitons egalement qu'ad
vienne le temps ou nos vil
les de province seront 6qui-
pees de lieux dramatiques ap
propries. Cepe-dant l'on
aurait tort de penser qu'il
nous faille rivaliser de fas
te avec la conception des
theatres les plus sophisti-
quis d'outre-mer; cons-
truits avec des moyens
don't notre economic est
loin de pouvoir disposer.
C'est ainsi que retient
particulierement notre at-
teition certaines experien-
ces pilots de construction
de centres sociaux a Pin-
tention de nos communau-
tes rurales; construites sur
la base d'action communau
taire et don't la vocation se
rait egalement celle de
lieux dramatiques.
Le theatre haitien con-
fronte avec des exigences
d'ordre materiel ne saurait
ne pas susciter I'initeret
des milieux concerns ne
serait ce qu en vue d'une
definition adequate de l'or
dre des priorities.

E), cette aniiee internatio
nale de I'enfance; le thea-
tre vecteur d education et
de loisir de bon aloi a un
vaste champ a mettre en
valeur pour contribuer a
former un homme haitien
integre a son milieu; sou
cieux de so,, evolution, son
che aux valeurs de pronmo
tio, i natio?;iate etit iliain e
de notre identity: conivalin-
cci d e es devr(irs enters
la Patri .
A c theatre onl sontl C"
viNJ > lle Talents. e de I'liagi
nation( reatriee It les va l
leurs, d la tire 1ep1rlr"
niot re l IPoqiti 7 11e 71 t 1l ,% ( (-
ta it t e-t s ral qlit i om i tn
iinhippons guere a to kI)
hlelati trier de Ie cr11n me-o i
till por;l ilqui lls carylie 1
m aitr r erIv,, deterInill-llt"
qun lerortent dclansla- I II
pjtiemenlllt it so, detil i
I xrcisa(lthi lat part d'on -
bre il se delend d itrc Li:
i)hll'he d ',mbrl
Ie theatre lwrte( hault l'
flhimheau de 'e<-Cperan f till


I.B


L'nminen avocat ameri-
cain Michael Griffith de
New York est de retour en
Haiti. Ce jeune et brulant
ALcttorney at Laws Vient en
Haiti depms de longues arn-
ness. 11 a explore lea beau
tes et les charmes de Port-
au-Prince vers la fin des
annees 60 avec Aubelin Jo
licoeur.
11 est devenu un enfant
ch6ri de la renommee de-
puls qu'll a commence a de
fendre Billy Hayes arrete et
condamne en Turkie, lequel
apres avoir purge sa peine
a et6 condamne a une plus
longue peine, et a reussi i
Ss'vader la veille du jour ou
son avocat Michael Griffith
allait le fire sortir par un0
exchange de prisonnier.

L'aventure dle Billy Hayes
a donn6 lieu fa un livre puts
a un film formidable cThe
Midnight Express)). dans le
quel le role de Billy Hayea
est interpreted par Brad Da-
vis.
Michael Griffith est arrive
en companies de sa belle
amie Gerry Newberry une
muldtresse de la Nouvelle
Orleans, Hotesse navigante
,Stewardessa de la TWA, de
Kelly Hooker, dans les biens
immobiliers a Rancho Santa
Fe. Californie et sa jolie
fiancee Pamela ConMay,
dans les biens immobiliers
ou ,R.eal Estate come Kel
ly qui a ele eleve dans lk
Canlton de Vaux. Swisse est
d'une education remarquoa-
ble
Kelly et Pamelia sent v\e-
luis ell Hal.l polur sl m lla-
I l .er
1x c mrin.e r'! st dieloi
I cetl rtpr. l' dl chlie lt
u!t eL dit' VI )n pres lve
de ic rs p in~lt'lis to iAns


M i 'i u l i iit Ll l i tlG irrc l





liame tMd r( hinr }'.\'\h o ,
h rill ( M ad M mIlilt' K_ l h \ I)






;1 1 1\ III
ltll Nq c! N1 iB 111;

(,! q t ,, i cl -< 'I


Par Frances Drake |

VENDREDI 3 .0 MARS 179
VENDREDI 30 MARS 1979


list de renom effectuent,
leur visit en Haiti en com
pagnie de la ravissante Ter
ry Stirling international E.
educators a Aspen High
School de Aspen Colorado
et son cBeauz Michael Sut
ton, proprltaire de la la-
meuse Little Nell's Discoth6
que de Aspen Colorado, sur
laquelle un reportage est
sorti dans-la dernimre livrai
son de Esquire Magazine.
Michael Sutton, grand, a-
vec sa belle barbe rousse,
a ete decrit comme un Bon
vivant par la captivante Ter
ry Stirling qui a une corres
pondance soutenue avec le
celebre Reverend Ike de New
York. Arrives samedi der-
nier, ces sympathiques visi-
teurs repartant dimanche
X I X X
Mme Margaret Robinson,
professeur a Atlanta Geor-
gie realise avec la jeune et
jolie Mary Yeomans, profes
seur come elle, Fun de ses
plus beaux rives en visi-
tant Haiti.
Arrives le 27 Mars, la
charmante Margaret Robin
son et la gentille Mary Yeo
mans passent une semaine
ici. Elles portent beaucoup
d'interet ii la peinture hal-
tienne.

Tina Arab. une chairman
te habituee du pays montre
la Perle des Antilles a son
amie Charlene Bengioviani
Tina Arab est arrivee au
course du week-end pour un
visite d'une semaine au
Grand Hotel Oloffson.

L'armee
egyptienne en ...

I Sulle de la lere page)
r;ippelle a ce propose dans
leis nillieuix ofwiels egyp-
tlls qllue I Egypt'e ,, dui don
lnr ine ccloni tres l dure all
iColonel Lib'I t. ll i illle
I1i num{reo> ei'lnen'ts
otill rIliiu plu ci iliqull. Ia
(,l l I I\ s l : SI1, U ltloll ( eIll Ilre
S l",yI I rl el l .lJaina1lirlyn
l ,Ihvelllie Ie I, rctou du Prl
.s ciil li' idilt' i ii Caire i dalls
iooi.1 dit- .8 houses aproes :I-
\a)lulu It Ic' T] tlle de Palxs
;i\'rc lIntl. 9 lI presence
;ilx rl'll icres de I Egypie
s oill it s i ilnia'Nd. cd elI nt
ilh n:':S 'ct sov( tI lques aitllsl
qu da ivions do conibal sy-
I I{'T)


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIER)

L'accent est sur les pro-
jets financiers. Des m6tho-
des 6prouvdes donneront les
meilleurs r6sultats. N'agis-
sez pas contre votre juge -
ment.

20 AVhiL 20 MAI
(TAUREAU)

Responsabilitds k 1'6gard
des enfants et projects cr6a
teurs essentials pour vous
en cette pdriode. Ne vous
laissez pas distraire de ces
preoccupations.

21 MAI AU 20 JUIN
(GEMEAUX)
Au lieu de vous soucier
de vos problems, attaquez-
les des maintenant. En de-
pit des doutes intdrieurs,
vous accomplirez beaucoup
de choses. Soyez realiste,
mais evitez de rationaliser.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)
Il faut parler de la situa
tion k autrui. Toutefois, n'ac
ceptez pas sans contr6le
son avis. Faites confiance a
votre propre jugement.

23 JUILL-T AU 22 ABOUT
LION)
Ce nest pas le moment
de taire des placements ha
sardcux. Les methods tradi
tionnelles sont les meil-
leures. N'agissez pas en hf-
te ou sans rellexion.

23 AOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)

Vous save tlres blen com-
mnlelt a*,pir Sulliclter 1'opi-
ilon d'autlru i sur lnilt ques-
tin liHechainr'a pas d'ini
h1 t;1l1. I'lleo l istanc(s. LI;lc-
celnI 'si a 111 tie sur le buon


23 SEPT AU 22 OCTCBRE
BALANCES

D.)ans vos placements. vn-
S ye, lotin Tres nininces chian
ces pour deis gains rapids.
M( isur' votre temps et res
tez plutot sur le statut quo.t


=- '-,v : *__=. -i

--_-_-- __ _








HAITI
--~---- SAINT-MARTIN


| u ^- _^ PUERTO RICO -- -





_- .. .-.. .. -,,GUADELOUPE .--





-- -.' MARTINIOUE










^ ? ', 'v-.-- sGUYANA -_ -- -

-"* 2_. SURINAM ..- -


















Entre amis.
-- ..... 2___ __,-.... .. : .... ; ... ... ...I .. ... .. 'I'


0





a oo
I










S_- -- 1 e -

o o -- -



o o



























(' A r o rr un service "en fronts" et es tenons prticulres des













pare ,i, .. ... i., et es n <1 o implante dans Io Caroibe sop propre reseau

io,' Or mieux :>fvir so hV .'i PouLr un prochoan voyage a Miomi, contacted votre
vc ...... Ar France ou tlIephonez A IR FRANCE

Le meiileur de la France vers le monde.


,


I


.1


23 OCTOBRE AU 21 NOV.
(SCORPION)

Autrui parait prdoccupd de
ses problimes personnel.
Vos efforts pour entrer dans
ses'plans risquent de crder
une atmosphere d'irritation.

22 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITTAIRE)

Attendez-vous a beaucoup
d'interferences sur le plan
du travail. De constantes in
terruptions mettent votre pa
tience a l1'preuve. Protdgez
votre sant6 et vos nerfs.

22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)

Vous vous sentez incom-
pris sur le plan du senti-
mnliu. Les efforts pour vous
expliqucr risquent de name
ner qu'une aggravation.

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEAU)

Petits soucis domestiques
irritants. Mdcontentement
possible quant aux prix et
aux depenses. Les projects fu
turs paraissent n6buleux.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)
Attention a la facon don't
vous vous exprimez. Des per
sonnes susceptibles sont fa
cilement blessees. Ayez du
tact et de la diplomatic
pour vous assurer un grand
success.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI

Vous ptes doui pour les
liaches intellectuelles. Vo
tre don d'expression ecrite
on verbale vous pousse vers
la literature, l'enseigne -
ment. education, la philo
sophie., la peinture et le
thleitre. Si vous ne trouvez
pas un cadre pour vos ta-
lents, vous eparpillerez vos
forces. Votre plus grand sue
ces viendra de votre volonte
dassumer vos responsabili
tes et de vous interesser aux
problems du group. Pen-
seur realiste, vous fournirez
une contribution original
at votre activity.


ma., C






.11I'I~ 2!9 MARS 1979





S Laxatif an chocolatVainqueur de la constipation


NOUVELLES DE L'ETRANGER


I'TAT'S UNIS constituer urne premiere pri
IFillERAl'IE DE CHOCa se de contact avant un echan
Ii()[' IIl In' itli'it LA ge de vues r6gulier sur les
IIIINiSSE DE LA mun. Outre les pays mem -
Ii.h. INQIUANCE bres de 1'OPEP, des Nations
telles que la Grande-Breta
N Y. AFP, vne, le Mexique, le Canada
'our tenter de dissuader et la Norvige doivent y par
n, de cholsir la de- ticiper.
i.:Lu.ance. des detenus de D'autre part, la hausse du
pleua.rs prisons de New prix du petrole decide par
,.k ont choils un moyen ori I'OPEP Mardi a Geneve a
Sii lis confrontcr aux ete evoqufe au course d'une
r.iliIts les plus dures de rencontre entire Monsieur
,I ci i araerale. Berti et Monsieur Rowlands,
Li'prinace. organise par Ministre adjoint au Foreign
d- at ncuts perpatulte a Office. Monsieur Berti doit
a' I accord de l'adminis- regagner Caracas Jeudi ma
iai!i', n penitentiaire a debu tin.
I it v a une quinzainae e de x x x
',ali l r i 1 l(Ja etc presented
,: <1une emission de VERS UNE ENTREE
a, 1, ,.1i thl lalt lobjet POSSIBLE DE LA
:, (n article dans SUISSE A L'ONU
i, ,'lI l.i't New York
BERNE, (AFP)
Le Gouvernement Suisse a
pi. 'tates d'adolcsceots. decide Mercredi. d'enclen -
,, in nminis pour la pilu- cher le processes d'adhe -
,," dhl, t mineur, ont et6 slon a l'ONU.
u'., t des prisons.
S a ti" New Yor- Un communique official pu
., i. Quets. niotIam blif i Bern indique que le
q't ,,; ia w,(it te confront conseil Federal (gouverne-
'd(i- doetlnus menti a charge le Departe-
ln's leur ont ex- ment poli.tique Federal IMi
l-a ir lanaspe n:stbre des Affaires Etrange
t1 t sruvent grossier, res) de rediger d'ici la fin
ni. f.alt la vie en de l'annee un message en ce
na ete dissimu sens au Parlement, qui l'exa
a l-.ce des gar minera tan prochain. Puis.
,, :' 1. dtenuts, et tin referendum sera organ is
i,. dat dictntis en suir cette question, probable
t,. m txutalite. les meant cn 1981.
'-, ,. a'" la solitude. La Suisse avait refus eon
; feir semble avoir 19'.5 de se joindre aux allies
( De nombreux ado pour fonder i'ONU. esti -
'.> ,n- declare a la sor mnnt sa participation income
I,. o-ances de Thera patible avec son statut de
t ,. ( c (' avoir et dcfini neutrality. L'adh sion de
'a a" Catn valacus d'aban presque To leis autres etats
Ir a d ianquance. -Les du monde, y compris l's au
ta t., a cd clear unti a tries pa'-a ncut I a europeens.
d' quator-e ants, avait 'onvairnclu le gouverne
,, .i. ,;f. mas uont ment de I utility d'une adhe
rtl (ru~r ston. d autant que la Suisse
est d6a mcmbre de nombreu
Sx x x Ses institutions specialisees
de I'ONU.
I', ltTr'a PEPSPECTIVES La necessity d'une adhe-
lI, C'ONFERENCE sion nest toutefois pas una
SII IsTEI'IELI.E ntmement accepted par la
H'I':P At'TPES PAYS population.
a'iO)UCTI't'U-RS. X x X x

a' IHtmI." tAF 'P1 CONFERENCE BAGDAD
1 ,, a' r vparctlVes de la te- DESACCORD A PROPOS
S1 ,I,- pirohain en Gran DE LA RUPTURE
,i Itt';.tn, a ( e'une conferen POLITIQUE AVEC
MuIn .lIr'tIll des pays de L'EGYPTE
a a l':l' a d) it utrs nations
a.'i' do petrole non- BAGDAD, (AFPI
,.iw,,(i df, 1 organisation Les delegations Syrienne
at0 (,if eavo''iers Mercredi Libyenne et Palestinienne s(
1,ir; d rieWtralins du Minis- sont retirees de la Conferer
ire Vtiezuelen de 1'ener ce Ministerielle de Bagdat
a',. Mi.,si eur Calderon Ber pour protester centre <1latt
at ;cvc :in homologue Bri tude prevalent au sein da
i., inalei. Monsieur Tony la reunion au sujet de 1i
t1 an rupture des relations polit
t'(at0 econl'erence, initial sieur Yasser Abed Rabbo.
!i't l prwvui pour le 3 Mars, de Sadate,. a declare. Mer-
,t t ehi reported a une da ques avec le regime tra'tr
iltrtri'urf etn raison de credit soir, a Bagdad. Mon
l.i ci' n Iran. De source sieur Yasser Abed Rabbo
.iti'l.its al t orisre, on indi Porte Parole de l'organisa-
Sl (|iltl Mion aiiar Berti a in tion de liberation de la Pa
I ,rta, :;aon interlocuteur let 'ne OLP,.
t a1 lr'inlon devrait etre II a indiqut' que les troi
"itt.';iiiiSt'' aul (c'irs des deux: dele -ato:-rs ne rejoindron
i, Iro's prochaitns mois. pas la reullnion tant que c
I,a reunirm, don't, l'initiati problem ne sera pas regle;
vc rcvient au V6nezu61a. doit car. a-t-il dit. 'nous some


Petrole : desordre des prix apres la

reuntion dpi Pordre


piar Jean Louis
LEMARCHAND
GENEVE (AFP)
Des treize members de
l'Organisaaion des Pays Ex
portateurs de P6trole (OP
EP ). I'Arabie Saoudite ris-
que bimn d'etre le seul a res
peter a la lettre 1'augmen
Lation de neuf pour cent du
prix du baril decide mardi
a Genive.
Visibl ment agac6 par les
surenchires de certain mem
bres de 1'OPEP, Cheik Ah-
med Zaki Yamani, Ministre
saoudien du petrol?, a ete
categorique devant la pres-
se : II nWest pas questions
pour I'Arabie Saoudite d'ap
pliquer un- surcharge au
prix de reference qui sera
port samedi a 14,54 dollars.
Plusieurs pays ont deja
annonc6 leur decision d'im
poser ces primes oui s'echs
lonnent de 1,20 dollars pour
les pays du Golfe, et notamr
ment l'Etat des 6mirats ara
bes unis (EEAU), qui ont
combattu a Genive aux c6
tis de R'id centre les consa de 1'organisation, Jus
qu'a 4 dollars par baril pour
l'Algdrie, don't le brut est
particulierement recherche.
L'Irak pays soi-disant
mod6rea selon Cheikh Ya-
mani, et 1'Iran qui recla-
maient des prix respectifs
immidiats de 16.50 et 1750
dollars. n'ont pa s encor- ar
rati leur position sur des
surcharges eventuelles de
prix. Mais ces deux pays, a
fault 6galem?nt remarquer le
Ministre saoudien, ont ven-
du du p6trole sur le march
1lbre A des prix atteignant.
dans le cas de I'Irak. vingt
clnq dollars le baril, solt


press c deux fois le niveau
official.
Les prix du petrole que la
conference de G?neve n a
pas reussi a clarifier au
sein de 10PEP, seront ega
element influences par le ni
vwau de production des trei
ze Etats membres.

La production de 1'OPEP.
qui compete pour 47 pour
cent du pitrole mondial. de
vrait se maintenir au volu-
me actual. La reprise de I I-
ran. le second export.a'eur
mondial avant la cruise oul
portera de 2.5 a 3.5 millions
de barils-jour sa production
dans le courant avrili de-
vrait etr2 compensec par
une baisse parallel de l'I-
rak. du Koweit et surtout
de 1'Arabie Saoudilte qui a-
valt consent un effort sp6
cial d? production ces trols
dernlers mois.

Cette strat6gle du status
quo de 1'offre patrolifre de
I'OPEP pourrait m6me con-
duire a une nouvelle haie-
Re des prix lors de la pro-
chaine conference minista-
rielle au mois de juin.
C'est du moins l'avertisse
ment qu'a lanc6 Chelk Ya
mani aux pays occidentaux
s'lls ne r6duisatent pas sa-
rMpusement leur consomma
tUon p6troli6re. Cette mise
en card de I Arable Soudi
te qul defend toujours une
polltique modaree h l'OPEP,
s'adress? tout particulltre-
ment aux Etats-Unts. pre-
mier consommnteur mondial
de pttrole. k une ematne
de l'annonc? du program-
me d'6tonomle d'fnervo du
President Jimmy Carter.


a un tournant historique qul
ne laisse aucune place a
une solution intermfdiaires.
Monsieur Abed Rabbo a
en outre accuse l'Arabie
Saoudite d'etre oppose a la
rupture des relations avec
1'Egypte en d6pit d'une pro-
position en ce sens qul a 6t6
presented, a-t-il dit, par le
dcomi.tf de r6dactiona de la
Conference de Bagdad.

En revanche, le Porte-Pa
role de l'OLP a precise que
les ssalnctions cononliques
qui seront prises centre 1'E
gypte ont tet approuvfes a
l'unanimitaia.



LE PRESIDENT SADATE
DENONCE DES
ACTIVITIESS MILITAIRESa
LIBYENNEE

WASHINGTON (AFP)
Le President egyptien A-
nouar El Saaate a denonce
mercredi matin aes eactlvi-


tes militaires lil
long de 1i fron
l'Egypte. dans c
tlions a la oresse

I a egaiemeni
la Syre avait et
fin de la semaii
Ldes avions enr Li
Le President c
joule qu'll ne c




















t










e


5I
ti
e
a
ti


e
h.

a


t
e

s


0I


beynnes le
tietre aver
les declara


affirmed que
nvoye ,& ,a
le dernlere*
bye.
gypolin a a
royalty pas


que le Colonel ,khadaft se
lance dans des actions Ce
guerre comme en 1967, a-
pfes la legon qu'il avait re-
vue, mals qu'il pouvait 8tre
epouss6 par l'Union Sovidti-
que..

Dans ce cas a ajout6 M
Sadate, il devra en support
ter les cons6quence?.3

Le President 6gyptien,
rappelle-t-on, dolt quitter
Washington pour lP Caire
mercredf soir.



SQMMET ECONOMIQUE
OCCIDENTAL *
COMMUNIQUE DE LA
MAISON BLANCHE

WASHINGTON (AFPI
Les participants au som-
met economniqie occidental
de Tokyo examineront des
measures visant a garantir
une expansion stable de l e
conomie mondiale souligne
le communique de la Mal-
son Blanche confirmnnt of
fictellement isa enue de eet
te reuni. n ics 28 et 29 juin
prochan ,.
*Ay.ian p'ss: en revue les
progress realises dans les do
marines spectliques abordes'
dans ia decl-araton adopted
a I issue du s tnin.'t de Bonn


(Juillet 1978) les partici-
pants a ce forum s'attaque
ront aux problems econo-
miques actuels qui n6cessi-
tent une attention immedia
te et examineront les dos-
siers de base qil'Us auront A
confronter a long terme>,
precise ce communique de
la Mason Blasche. Avant
ce sommet de Tokyo, M.
Carter recevra le 2 Mai a
Washington le Prenier Mi-
nistre japonais, M. Nasayo-
shi Ohira pour tenter dtapla
nir limponant contentieux
commercial qui peisiste en-
tre Washmgtor et Tokyo
Le sommet economique de
Tokyo sera le cmnquleme a-
pres ceux de Rambouillet,
Porto Rico, -ondres et
Bonn.

x x x x

VISIT DU DIRECTEUR
GENERAL DE
L'UNESCO EN RFA

BONN tAFP)
Le Directeur Genera' de
I UNESCO, M. Amadou Mau
tar M Bow, arrive mardi
en RFA. a ete requ merere
di a Bonn par le Secretaire
a Etat aux A.'.,ilres Etrange'
I. M Pe'.er a t llies

M i-Heient"e assure le Di
i'ectenl (G'i.er l. que la IHe


publique Federale d'Alleixma
gne, allait aider les pays en
vole de developpement ae
career des moyens d'informa
tion (Agences de Presse, ra
dios, televisions) ind6pen..
dants. M. Hermes a d6clar6
qu'll s'agissait d'empfcher
ainsi ale partage du monde
en informateurs actifs per
manenits et informs pas-
sifs. Dans ece but la RFA
a. selon M. Hermes, deja de
bloqu& des credits d'un mon
tant de plus de 600 million'
de Marsk.

M. M'Bow a effectu6 mar
dii et mercredi une visit de
deux jours en RFA pour par
ticiper na la ea9me Assem
bip Generale de la Commis
sion Ouest Allemande de
iUNESCO.

x x x x

L'ACCIDENT NUCLEAIRE
DE PENNSYLVANIE
HARRISBURG

(PENNSYLVANIE), (AFP)
L'accident qui a eu lieu,
tot Mercredi matin, a la cen
trale Nucleaire Three Mile
Island (Pennsylvanie) est
apparemment le plus gra-
ve qul se soit jamais product
dans une installation utill
aant le combustible nu -
cliailre


. La vapeur radio-active pro qualt q1
jet6e dans 1'air, et don't les tivit6 d
effects ont 6ti relev6s a plus r6acteu
de 25 kilometres de la Cen plus mr
trale, n'a heureusement pas maie.
falit de victims. Personne en En f
effet, ni parmi les emplo- sieur (
yes de la Cestrale, nl par- pecteur
mi les populations environ- que le
nantes, n'a et6 sourus a un tait pa
taux dangereux de radioacti qu'une
vit6- -_,, relevee
trale (
70 Mil
L'accident, survenu a 09 0leva,
H 00 GMT, est dfi a 1'explo pr6cisa
sion d'une pompe d'alimen
station en eau du systme de Jeud
refroidissement du riacteur de 70
numfro 2 de la Centrale. Im totes
m6diatement un system de ter un
refroidissement de secours tion a
s'est mis en route. Normal menca
ment, la temp6: ture et la ment
pression dans le coeur du de le
r6acteur dolvent diminuer tive, s
progressivement. Mais, a cau l'accid
se sans doute d'une erreur
humaine, comme 1'a affirm& En
Mercredi soir le S6nateur Ga fournl
ry Hart, Prasident de la assure
commission s4natoriale de a. une
rfglementatlon nuclsaire reur I
(NRC), ce system de se gouvei
course s'est arrit6 trop tot. vanie,
Scrant
Au fil des heures Mercre dt soi
di la gravity de accident vrir u
est apparue. En effet, la taire
pression, au lieu de dimi- James
nuer, est restee tres elev6e c6 de
dans le coeur du reacteur. mand(
De plus, a la NRC on indi- quete.


jue le taux de radloac
lans le btilment du
r 6talt 1.000' lois
iportant que la nor-

n de journey, Mon -
Charles Gallina, ins
r k. la NRC, indiqualt
coeur du r6acteur n'6
as endommag6, mats
contamination 6tait
e sur le site de la cen
oft le taux attelgnalt
irems. iC'est un taux
mais non critiques,


i martin, des 6quipes
ouvriers, se relayant
les heures afln d'fvi-
e trop longue expos
ix radiations, ont corn
a enettoyers un batl
annex au reacteur ou
au hautement radloac
'est ecoul6e lors de
ent.

d6pit des assurances
es par la central, qut
que accident est dfu
valve et non Lune er
humane, l'adjoint du
rneur de la Pennsyl-
Monsieur William
ton, a indique Mercre
r que 1'6tat allait ou
ne enquete. Le Secre-
a 1'fnergie, Monsieur
Schlesinger, a annon
son cot6 qu'I.l avalt de
e l'ouverture d'une en


_________________________________o~~emc.rc~OaOfOCfcOCGO~rKC~~oorccck~~@crcc


TOUTE L'ANNEE,







DEGUSTEZ LE, JUS DES FRUITS HAITIENS


PAGE 7


FRUITANA










Une renssite haitienne!





JEUDI 29 MARS 1979


CINE TI

Midi 2 heur(




$ 1.50 et 2.00 SALLE II $ 1.50
Les rands fonds Les Liens de Sa


La date des Elections Britanniques


. ,. li -i t In pIlus grande prud.n
S-- I.es dernlers pointages
Si n i offet ete realises a-
iI (It I agita ion social
j ianvlitr fevrler etait
110,1 prlsiente dans tous
s espIlts
D exe'mples recent on1.
i : w i m ontr'e In preca-
;' C d. e Iype de pjonosuc.s
S: pllqlles a la Grande-Bre-
S I lp plan technique, uin
S l;d r in olor', devra etre
S I( ve par le Parlemilent avant
I' ; vrll. date de sa disso-
hin de faton1 a pouvoir
S ; ; .i r itne collecte norina
d' I 111po's 11 est d'ail-
i, p it rb ble que la ren-
qul a eu lien jeudi
n. ll au, 10 Downing Street.
.' i 'sponsables travaillis


tes et conservateurs a 6t6
principalement consacree a
sa definition.
La convocation le meme
jour, en Angleterre et au
pays de Galles, d'elections
locales (subtile combinaison
de municipales et de canto
nales) et de legislative cons
titue en tous cas une mieres dans I'histoire con-
temporaine de la Grande-
Br2tagne. Une loi de proce-
dure sera presentee d'urgen
ce au Parlement avant sa
dissolution de faion 9a le-
galiser cette operation. A
intention de ceux qui s'in
quietaient par advance d'une
possible confusion, le gou-
vernement a en outre preci
se que deux urns different
tes seraient utilisees.


Avis Important
L'AGENCE CITADELLE
DEMAND A SLS CLIENTlbfT AMIS DE BIEN
VOLLOIR NOTER SON NOUVEAUgUMERO DE TEL. :

.... EFFECTIF A PARTIR DU 31 MARS 1979.
... 2-W9OO

-F ..f- t '..,e' _ff. .f.,e-f.T '.,,Og ,f ,f, '..f. ..# ,- e/. .- P


vers I'Olympia


David Martial



ses musicians et sa troup(


W


TRIOMPHE


30 Mars a 8h.30 p.m.


Prix Unique $ 8






CABANE CHOUCOUNE


31 Mars


Admission $ 10


Orchestres Bossa et Scorpio


Reservation : Hotel Choucouna, 72010 70212


IES




IN,


























14


Patronne par pEPSl



Un product de la Brasserie

o~cefress/o/sio/ rs/oB 5^ae

IEATRE TRIOMPHE PRESENT

es 4 heures (an permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30

CE SOIR


et 2.00

ing


Echos et I
Le Service de la Circula-
tion des Vehicules va met-
tre un autre systeme de
control sur les routes na-
tionales, et sur les circuits
de transport metropolitan.
Ce control sera effectue
grace a une carte de cir-
cuit qui sera distribute aux
chauffeurs publics, croit-on
savoir.

Aujourd'hui, a 1 h. P.M., le
Directeur G6neral"- du Bu-
reau Intergouvernemental
de l'Informatique, M. Fer-
nando Piera, qui est au ter
me de sa visit officielle en



Fermeture de
l'Universite
Central du
Venezuela
CARACAS (AFP)
Toutes les activities acade
miques et administrative
de l'Universite Centrale du
Venezuela, la plus important
te du pays, ont ete suspen-
dues rnercredi sine die sur
decision c? ses authorities.

Le Conseil Universitaire
entend ainsi reagir contrec
les manifestations contlnuel
les d? quelqtltes cent aines do
candidate s aux etuodes qui
n'arrivaitnt pas a trouver
de place a I'Universite. La
fermeture de l'Univer.sie
touche plus de 40.000 elu-
diants regulierement ins-
crits.


Prochaine hausse
des tariEs
.Air France.,
PARIS -- (AIP)
La Compagoie (Air Fran-
ce)) repercutera integrale-
ment la hausse du prix du
ggtrule sur ses tariffs; y
compris sur les vols vacan
ces; a announce jeudi M.
gilbert Perol; Directeur GL
neral de la compagnie.
Bien que la hausse ne
puisse etre repercutee imme
diatement; c'est a dire au
premier avril lorsqu'entre-
ront en vigueur les Sou-
veaux prix fixes a Geneve
par les pays de l'OPEP; M.
Perol a emis le souhait que
cela puisse etre fait le ler
Mai.

UNESCO
Les debats sur la
communication
NEW DELHI 1AlPi
L'impact de la modernisa-
tion aoutrance des telecom
munications a ote ]eudi au
centre des discussions de la
Commission Internationale
de I'UNESCO pour Iletude
des problems de la Commu
nication dans le nf', n oc
La Commission a ciosuite
aborde jeudi soir IP dcbit
sur la protection des jour
nalistes, qu elie doit terml-
ner vendredi avant de con
clure ses travaux en fixant
le lieu de sa prochaine reu
union.
Ouvert mercredi soir par
une table ronde, le debate
sur les implications des plus
recentes decouvertes techno
logiques pour la transmis,
sion des informations a ete
repris ]eudi mt.in a huis
cios par le group de travail
de la commission.
Certain mentbres ont cri
tique la modernisation h ou
tLance, enforcement condui-
te et applique e par les gran
des puissances, en se deman
dant si elle ne repondait
pas 9 des considerations
strategiques et idelogiques.
Plusieurs participants ont
demanded une plus grande
clarification du term tech
nologie appropries,. Ils ont
estime utile d'entreprendre
une etude pour determiner
quelle sorte de technologies
serait la plus adaptOe aux
pays en vole de developpe-
ment.
En l'absencc dune polltl
que oien definie dans ce do
maine, ont-Ils soulignO, les
pays les moins riches se-
raient mis dans l'obllgation
d'importer une technologies
sophistiquOe qui ne rOpon-
drait pas forcement a leurs
besoins.
A. issue de la cinquilme
Session de la Commission
de 1'UNESCO, convoquee a
New Delphi du 26 au 30
Mars, son President, M.
Sean Mac Bride dolt tenir
samedi une c0nfdrence de
nrorp.P-


SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat


[nformations Est-ce le signed de La violence
la restructuration politique et
Haiti, a donn6 une confe- et du chan emeitt?9 (Suite de la 1&re page)
rence ds press au Ministere
Suite de Ia lre pnage)


XXXX ',
Le buste d'Alexandre PO-
tion qui coiffait le monu-
ment dress dans 12 jardin
de l'Amicale du Lycee P6-
tion a 6t6 detach6 de son
socle. Ce buste sera-t-il
transfer a un autre en-
droit ?


Selon le
tenues d'u
du Depart
tice, les d
de M. Ph
auraient
les 15 car
gieux dan
ton.


L'Agence
turelle co
don't Halt
d'accorder
000 FF. (
notre pa:
1979.


La Trout
tionale a
ne derni(
huil autti
railb acu
qui s est
reveled M
Directeur

CONSEIL
TELECOM


Le 29 M
Le Cons


et que le jeune Medecin se
trouve bien embarrassed pour
fare une suture, parce qu'il
n'a qu'une seule aiguille (et
quelle aiguille !) pour tous
les cas (blessures au visage,
a la plante des pieds, aux
membres, etc...)


s informations ob Sil fallait reproduire les
ine source proche doleances de toute la clien
cement do la Jus- tele, nous n'en finirions ja
iroits de propriety mais. Notre but nest pas
hilippe Mangones non plus de les reproduire.
ete reconnus sur Nous voulons surtout in-
reaux de terre liti sister sur le fait que 1'Ho
as la zone de Bizo pital de I'Universite d'Etat
d'Haiti confront de se
xx x rieux problems don't la so
d2 Cooperation Cul lution ne semble resider que
-technique (ACCT) dans 1ledification d'autres
Li est membre vicnt hopitaux, d'autres etablisse
r un credit de 20. ments de sante (d'un cer-
francs francais i a tain niveau).
ys, pour 1'exercice Nous voulons itasister sur la
necessity et l'urgence d'un
autre Hopital.
x x x x Par ailleurs, concernant
le communique de 1'admi-
upe Folklorique Na nistration de !'HIpital, nous
rempiorte la semai pensions qcu .e paragraph
re la palme sur suivainit : rs pays de lat Ca- rivant ; I'IUEllI ne dolt e-
cours d'un fstflivatl tre aecompagnt, dan,i le
tnu 10 Miami,i. aserviceu of ti t ( dirige quo
Pierre Blatin ison c .tin seilt p( ir lth, :s, c'it ne
tso)ure dc-te prol'lmi s Un
sCul iparenit n sullira pai.,
puisqu'ilI taiidra quand me-
NATiONAL DE tic qiutlqiui pour itexecuter
vIMUNICATIONS la presrriptiol, d'urtenice.

AVIS Ht souvei. t on ne peut pas
laisser un malade seul...
MAars 1979 Deux parents, ca pourrait
seil National de To aller...


lecommunicaticiis se faith le
devoir d' ;nfor-"er le public
on general et les usagers de
systems radioelectriques on
particulicr qtu ( n vue de la
ciliter la ttacei du Service
de Control de ltorgansme.
il est demand aux dcten-
etours de licenc-s de Station,-
des services de Riadlo-ama
teur, de Radic-enerale Cd
autres services do Radio-
commu-icatioels utilisanl
des equipemrnts mobiles ot
portatiis. d etr( constam-
ment munis d leur pormn:
ou de lour carte d'identii-
cation de iicacr .


Lc. inl re.,, som on oil N
t.- informs q1 .s dcront -- '
produire I1une ou 1 autre ac
ces pieces sur toute requisi- .5 'O'
tion dun agent du CONA-
TEL et/ou ot0 tiorcus tic lor
are conlormennUt a I Art-
cit Itl du Dcretl 00u 12 Oc
Lobre 1977. 0 -
Port-au-Prince Ic 29 Mars ,_-'
1979. .


Antonio RIMPEL,
Ing. Civil
Di-elCeur General.

Apres Pincident
a l'Ambassade
des Etats nis
a Moscou
SSuite de lIa lere page)

de faiblcs decatl dans la
s tCtlOi ( tlsh 0It 1. clo I s
locaux 015sle.r1nt cependant
fermes pendant dCux jours
au ncoins
L homme n'avalt d'ail-
leurs jamais m< nice d' ail
re sauter 1'Ambassade. indi
que-t-on jeudi de source a-
mericaine. L Ambassadcur
des Etats-Unis a cependant
demand 1 intervention de
la police pare que, selon
ses propres declarations.
Cull citovon sOVi(tia in met-
tait en danger la vie d'amO
ricains,. Des lors les respond
sables de z'Ambassade se
sont lavcs les mains, ecrl-
vent ls ,',Izvestlai, des sui
tes de operation. et les non)
brcux ,Marits,s. charges en
principle de la Stcurita, sP
sont content s de mainlte-
nir 9 l'ecart les journalis-
tes. longtemps tenus dans
l'ignorance du denouement.
Ce recours A la police so-
vietique (la decision a 6t
prissy Ires rapidemenl par
l'Ambassadeur M a I c o ir
Toon) est diversempnt corn
mente dans les milieux am9
ricains de Moscou.
L'incident. qui fait suite a
ceux do Kaboul (of l'Ambas
sadeur des Etats Unis fut
tud au courOsde lassaut don
nd par la police Afghane et
ses conselllers sovidtiques
contre les ravisseurs) et dp
Tdheran (oft les marines rc
gurent l'ordre de ne pas d6
fendre leur ambassade) ne
semble en effet pas de na-
ture j rehausser le presti-
ge des representations ame
ricaines a l 'tranger, esti-
pnt e.prtains observateurs,


I


des dirigeants favorables a
un dialogue. Le 25 janvier
pass; u, autre homme po
litique; M. Alberto Fuentes
Morh; dirigeant de centre
gauche; avait ete aussi a-
battu.
Les forces armies rebel-
les)) communistse) vien-
nent pour leur part de lan
cer recemment une vkrita-
ble declaration de guerre
au gouvernement.

GUATEMALA :
LES ce REVOLUTIONNItRE
GUATEMALA (AFP)
Les forces armies rebel
les (FAR); braiche militai
re du parti communist
guatemalteque a fait savoir
vendredi qu'il avait decide
(d'appliquer la justice revo
lutionnaire aux auteurs di-
rects ou moraux de la r6
pression comtre le people du
Guatemalas).
Dans un communique en
voy h I'AFP 9 Guatemala:
les <(FAR) rendent ainsi le
gouvernemet responsible
de l'ass'as-.inat jeudi der-
nier du dirigeant socialist
Ma,,uel Colom Argueta.
al.e meilleur homnmage aux
martyrs revolutionnaires est
la lutte orga7nisee ., pour
suit le communique qui
demandle aux guatemal-
teqlues de venir grossir les
rangs des ,FAR)) pour re-
pondre tpar la violence re
volutionaire a la violence
reactionnaire)).


Chers Parents
N'attendez pas les d.-r-
niers momeDts pour
preparer ia robe de

de lere
Communion

AU MONDE iIiC
a un large choix duI s-
sus : Brod-irw Sills-,. sur
batiste et oraniicii. mi-
nicare en 56" dei- lir.e
crepe georgetl (eI i
voile, dacroun. ldei- ,t -
entre d -ux Viin, I.
grand assortlil.tn (t
nappe, cretonne, pii"
que, serviette -t nl(i:.i-
tiquaires.

Pour les Bebes
robes, chemi.ss, a -hia i -
res et draps broti I ..,!-
st queo -s drdaps It :-
reatx pour IS ur.i.e l
berceaux. mous'iqLali s
e0 autres articles

Pour la Peau
Le st'ts )? D'. :.; to.-. :I
o'altx .. hLi- s.
Au i"-''::: Cidi




sat 89 T1 .2 3-,2


Caeeaiix.


I: ~- hiUS


QAU


SALLE III $ 2.00

NEW YORK BLACK OUT


En route


LE CEGES


CE17-E BE FORtMATION A LA GESThIO

announce I'eajve etur2 de o sn tccycle d-2, Cours



Date Jmite d.es 7c~~Mars

Renseimaen.c's r GyDi1


TOUT POUR LA MUSIQUE


TOUTE LA MUSIQUE











ou vous trouverez les disques que vous desire
ainsi que kes fameux instruments de musique
et les chaines hi-fi stereo








< secsoeosB~f~waoesoMoaoaoceeeosss socosc'^sc.--cc:soo,


M PT-AC_~rVT=~K~~rrr y,,,,,~~~lla~rr~~r ~ ~ ~ -- t


des Affaires S s




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs