Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10346
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: March 21, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10346
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





14E LONG CHEMIN
tmar Monoi PIQUION

























S ,- ltres. Professeur a 1'Univer-


.. I,-'.* 'l .i cl i
i t sit

S, ,i l A pfr re


S de i
'. I V W, d r er .l
.v ;, M :Mr\ -se Lh


tauir( ',il d
N

lo

i ,nt pro- re
S:.itm re. p
"III.' i nti gi



I ncore cl
ii (s1,re cI


-n ci .t cc e m
-. d' ',, t
c.ci ri Ch

l-Mary- L




men d iI
I I P
S de


h Il.)i lsl i

rIs t r
tan Prance R(
y, Eta, ar


lit.
,c A
SI il l I

J il' I

.uIll, II' ha e
















n den dm sur 1 la pt
Sd a Lte des




(k uill s C
1 r I 'I')d ll (r(' i Is















,l l (- parties par des t
d# or canne, la mer i

Iabondan
i ,r, e r l nI e-









,le us parlorss une for,
o dea mise l dedi
:: 's c"tte mi sere rencon-





le U d1aresistane nopinietre
.I di c lcic;'. prns d 'en





lIue dl ns leas colonial te


ments dedsace et le de
s ex Iceionso qlaio des payi






pendants des oppries seurs de
Jadis nont rien perdu de
Ieur morgue, de leourcupidire
t6, ld teur 6goisme ant de
leurs pramejug6s. cd a

Bien que l aInne la Rpubli-e
cque franealse efit proclamr
le drot de tous oh einstruc
tion peu d'enfantsr d1'6po-e
Qjue dans t leris colonies pou-
valent en jouer pleinement.




Alem6 C6saire fut oune de
ces exceptions qui parvint
lIon pseulenfts 8.compl6ter
ses etudea colassiquess lap
Martleinique mais, gr eie a
rmusa dst a le fpursut lre a
Louis le Orand, Lun dean
cplus fameux lvees de Fran


se. vinqlt celle du eupne in-
e llectuel anouaser adultE-
Cole NormalesSuperlnures
Apres cette formatnionaro-


,r les doctrines littdraires,
tired par les iddes politi-
ues i la mode et emportd,
i outre, par le souffle puis
nit vcnu de l'Afrlque, A
laveur de ses relations a-
r des etudiants africalns
aux etudes recentes en
*iiuel conccrnant le caract6
relatif des cultures et
[.s civilisations.
A crtte elape faith suite
,lie du militant engage
)mmei d'autres Antillais,
es Noirs americains et des
oirs africains a la lutte
ntre l'assimilation, la co
inisation, pour la liberty,
a rehabilitation des cultu-
es noires ignorees, l'indd-
endance et l'dgalitd. Pro-
ramme d'envergure rdcla-
nant a ce m o m e n t-
a non s e u 1 e m e n t
courage. abndgation, cons
ence racial, mais connais
inecs scientifiques avan-
es et talent littdraire.
aulrement, le movement
'rait d advance voue L 1'e-
bhec

LES REVUES

Pour soutenir cette ac-
on. des revues entrerent
n lice. Dabord, (,La Revue
u monde noirv animde par
Paul tte Nardal, entouree
e collaborateurs tels que
Dr. Leo Sajous. Claude Mc
)r. Leo Sajous, Claude Me
iay, Langston Hughes, en-
ilte, i.. ,iIIrma. ddfensen
eunissant Aristide Maugde,
len6 M6nil, Jules Monne-
ot. marxistes et surr6alis-
ks. -Tropiques)., dirigde par
limn et, Suzanne Cdsaire,
I.'e diant noir), groupant
Lme C('.saire, Leopold Se-
lar Snglior. Leon G. Da-
has, Guy Tirolien, Ousma
re Hoce. Birago Diop, etc.
Quant a ,,Presence africai-
11-' elle verra le jour en
1947 sous la direction d'A-
iollii Diop avec un dven-
:ll ide 'collaborateurs, fran
ii'., aillllais, lioirs afri-
i i iOirs amdricains.
i r'e laps de temps de 15
in ('nviron ne dit rien a
:. ('x dui ont joui de
i railte, de 1'esclavage et
hr l.i colonisation, tel nest
I '.s l cas des descendants
S- times de la servitu-
I"s. dh's olonises et des se
1i llmlni(ses, au nombre de
Plii.:'iU'rs millions d'hommes.
e'rof d hilstorique de ,re-
,,il de conscience>> of, Ce-
i ,ri. .it scul, soit en colla
liotl avec SenRhor et
5,')ult niUs de nouveaux ve-
uIls moins connus qu'eux
b.tuaient le ralliement au.
lour des idees de revendica
lions politiques, t conomi.
ques. sociales et culturelles
Liberty et dgalitd. En tei
mCes plus clairs, il s'agis-
sait de la part des intelle(
Luels, promus leaders, de
restituer aux peuiples encc
re entraines ces droits dans
toute leur pldnitude. Ce
nest que plus tard, ce, poul
des raisons inavouables, qui
curtains, qui n'etaient me.
me pas meles a cette lutte
sans tenir compete des cir
constances et des forces mi
bilisees, en vinrent 8 prdc,
niser des formes de vie e
des systdmes de gouverne
meant incompatible avec
les conceptions traditionne
les de ces peoples.

Ainsi Cesaire franchit-
un nouveau stade. Grac
q.u retentissement de hier d'un retour au pay
natal>, public depuis 193!
et cdlebrd avec enthousias
me par Andr6 Breton di
qu'il en eut pris connaii
sance, il a atteint une not
ridet parmi ses cong6nere
et une popularity chez s(
compatriotes qui le port
rent a se faire dlire mail
de Fort de France et depu
t6 de la Martinique sous I
patronnage du Part, coir
muniste francais
A tral dire, sa rupture E
vec les ecoles litteraires tr
ditionnelles. le spectacle c
nisere qul I'entourait., se!
penchants soclaux. ses
dees revolutionnalres linc
nalent a prendre une op-
tion qul ne le detourna
pas pour autant de l'ens
gnement et de ses activiLt

tVoir suite page 2)


03 1976
MRtDI 21 MARS 107 J0L 0 197
No. 31.048

S 83me ANNEE










IkONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESS


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : 51Mine Max CHAUVET


Le Departement de I'Education

National ferme a partir d'Octobre

le College Oswald Durand


Considdrant que l'ouvertu
re et le fonctionnement d'u
ne cole privee sont regle- l
mentes par les dispositions
du Decret Loi du 11 Sep-
tembre 1974.

Considdrant que le Coll
ge Oswald Durand situd au
Bois Verna, Ruelle Rigaud,
dirig6 par M. Fernand Vic-
tor est une cole privee qui



Representant
Permanent de
la Chambre de
Commerce d'Haiti
en France

Par decision du Bureau Di
recteur et du Conseil d'Ad-
ministration de la Chambre
de Commerce d'Haiti, Mon-
sieur Joseph NADAL, Ancien
President et Membre d'Hon-
neur de l'Association fondee
en 1907 a ete ues gne com-
me (Representant Perma-
nent en Frances.

D:ns la ligne d'ouverture
du Gouvernement du Presi-
dent a Vie Jean Claude Du
valier, vers des marches di
vers pour nos products d'ex
portation et la politique des
tinee a attirer chez nous les
investissements strangers,
cette demarche de la Cham
bre de Commerce d'Haiti a8
un sens profound.

Le Mardi 20 Mars en course
un important exchange de
vues a eu lieu au local de la
Chambre de Commerce en-
tre Messieurs Raymond L.
Roy, Hubert A. Dufort, Ju-
lien Lauture et Joseph Na-
dal au sujet de la nouvelle
strategic vers les marches
d'Europe.

A noter que la des-gnaticn
de Monsieur Rayond L. Roy,
homme d'aff-ires, tris con-
nu comme Armbassadeur Iti
nerant, par le Chef de I'E-
tat est bans doute de natu-
re a donner une rel nce aux
activities commerciales d'Hai
ti.

Notre Journal souhaite
une fructueuse besogne au
Reprdsentant Permanent
de la Chambrc de Commer-
ce d'Haiti en France notre
ami Joseph Nadal.


COMMUNIQUE
a obtenu en 1974 une licel-. : Considerant qu'aprs 1'en-
ce de fonctionnement et qe quite menee par le service
l'Etat a pour devoir de con inspectionon du Ddparte-
troler la march de cet Eta ent, des measures discipli-
blissement. .-rire s'lmposent.
Considerant qu'au course Le Departement de l'Edu-
de la semaine du 12 au 15 cation Nationale, ne voulant
Mars 1979, ce Coll6ge a pro pas embarrasser, en course
voqu6 une sdrie de scanda- d'annee, les nombreuses fa-
les qui ddfraient toutes les millles don't les enfants fr6
conversations et que le Di- quentent le College Oswald
recteur s'est taissd aller W Durand, en decidant la fer
des voies de faith sur un 61e meture immediate de ce Cen
ve, ce qui a porter les autres tre scolaire, avise les pa'-
eleves a gagner les rues et rents de ces l16ves qu'ils ont
par ainsi trouble la paix Intdret a prendre toutes les
des families habitant cette dispositions necessaires pour
zone. placer leurs enfants dans
Considerrnt que ces faits d'autres decoles a partir d'Oc
se repdtent souvent, tantit tobre 1979.
entire eleves et Directeur, Dr Joseph D. SAINT VIL
tantot entire parents et Di- Directeur General
recteur, et que les ch&ti- de l'Educatlon Nationale
ments corporels demeurent Approuv6 :
formellement Interdits dans Dr Raoul PIERRE LOUIS
les ecoles. Secr6taire d'Etat



Le 42eme Tirage de la

de la Loterie


special de Peligre


Avec une table de lots
augmentee et un gros lot
porte a 100.000 gourdes, des
lots de 200 gdes. 100 gdes,
(en vue de donner toujours
plus de satisfaction a la
nombreuse clientele de la
Loterie), s'est ddrould ce ma
tie le 42Ame tirage de la
Loterie de Peligre.

Le Comitd, preside par lE
veque des Gonaives, Mgr.
Emmanuel Constant, com-
prenait aussi cette fois des
representants du socteur
prive. C'est ainsi que M.
Anthony Desrouleaux de la
Banque Royale du Canada
et Mme Frederique Siegel de
la PANAM ont assisted aux
operations du tirage que
pervisait le Noaaire Jean
Roc.

Cette initiative du Dirac-
teur-General Andre Dubd
s'inscrit dans la ligne de son
action visant non seulement
a interesser tous les sec-
tlurs du pays a s'intdresser
a la Loterie de 1'Etat Hai-
tien mais encore a permet
tre a tous de constater que
routes ls garanties de con-
tr6le, de serieux, d'honnete
te entourent les operations
du tirage.


, LES POINTS SUR LES I



La Corbeille de fleurs

Par Ernest BENNETT


Ah que la formule parais-
sait belle et pratique a un
maladroit comme moi qui a
vais la sensibility a fleur de
peau mais ne savais pas
quoi offrir pour exprimer
son admiration ou sa haine.
Grace au language des
fleurs je n'avais -plus a me
fatiguer les mdninges pour
rdcompenser ou punir les
Atres bons ou mechants que
je cbtoie n longer de jour
ne

Les fleurs sont, en effet,
comme les etres humans et
peuvent par consequent
jouer le r6le d'ambassa -
deurs. Il y a des fleurs mi-
les, des fleurs femelles et
m6me des fleurs herma -
phrodites. Et si, a l'occasion,
il m'arrive d'orner une cor
beille de ces dernidres, c'est
just pour marquer mon a
version pour ces Atres sexual
element mal dafinis qui pos
stdent les caracteres ap-
parents des deux sexes.
Et quelle exigeance dans
mes commander

,Mademoiselle. vous plal
raLt 11 d'ajouter a cette cor
bellle quelques fleurs papl
llonackes ?i
Inutile de vous appren-
dre que la b6neficlaire de
ces fleurs partageait ses Ia
veurs avec d'autres.
wMademoiselle. pouvez -
vous essalmer la corbellie
destinee A l'occupante de la
chambre 10 de 1'Hipltal Ca
nap6 Vert de ces Ileurs jau


nes en tube de l'aristoloche,
cette plante grimpante ape
tale rdputde pour faciliter
l'accouchement ?z.

Ou :
qMademoiselle Etes vous
capable de me preparer une
corbeille compose de ces
oeillets carnds marids a d'au
tires flours a former Achan-
crees et labides ? Et ecrire
sur la carte attache h la
corbeille : sAvec tout mon
amour lardde de ces obses-
sions exprimdes par ces
fleursi...
Je n'allais pourtant pas

(Voir suite page 5)


Le Directeur-Gendral An-
drd Dube invite done tour
a tour des reprdsentants d'or
ganismes divers qui avec
ceux du Clerg6, de la Pres
se, du public, de la Cour Su
perieure des Comptes, du
Department des Finances,
dIe la Prifecture-supervisant
touwes les operations du tira
ge. que ce soit les tirages
ordinaires de la Loterie de
l'Etat que ce soit ceux de
la Loterie.

C'est ainsi que tant Ila
Capital qu'en province 1a
capital de confiancen, le ra
yonnement de la Loterie de
I'Etat Haitien nm cessent de
croitre, ce qui est done 8.
Ihonneur de la dynamique
et honnete administration
du Directeur Andre Dube.

x x x x

LES RESULTATS
DU TIRAGE

Voici les resultats du tira
ge d'aujourd'hui :

l1r. Lots 17329 : G. 100.000,
Adm. des Contributions.

2eme Lots 5444 : 20.000, TE-
LECO. -

3me. 19891 15.000 Dpt. des






14015, achete pan Dpt. Tra-
vaux Publics.

10 LOTS DE G. 500.00
36568 19682 30709 -
20206 21598 12426 -
39567 35371 10909 -
9509.
5 BOULES
DE TERMINAISON
04 08 65 71 90

BOULE DOC DUVALIER
G. 1.000.oo : 36323

BOULE JEAN-CLAUDE
DUVALIER G. 1.000000 :
13154

BOULE PELIGRE G. 1.000.00
722


Hier soir a rIlpstltut Francail


Gerald R6sll a dit que la
table ronde organisde hier
soir sous le theme de l'Eth
nodram 8a 1'Institut Fran-
gais d'Haiti 6ait une sorte
de prelude aux manifesta-
tions de la Journ6e Mondia
le du Theatre.

En c-fft le poete Robert
Beauduy. 1'ethniologue Jean
Claude OGerlus et Me OGraild
Resil. Administ.rateur du
Centre Haitlec du Theatre
ont animO hier soir une Ta
ble Ronde sur la valeur du
Theatre drns le context ge
neral human -t dans le con
texte haltlen en partlculler.
Monsieur Beauduy s'est
6vertuA 6 degarer lea rap-
ports exiatant entire EtlXho


S


diram"a et la tbldatrallt6 et la
Personnalit6 de l'ethnologue
Gerlus s'est apesantle sur la
valourr du th6Atre dans la
Culture haltlenne.
L'6tude du Dr Louis Mars
sur le Concept de l'Ethno-
drame. lue par Obrard R6sll
a ete au Centre des exposes,
D'allieurs. 11 n'y a pas long
temps d'ethnologue Gerlus
a outenu & la Facult6 dElth
nologie un m6molre sur les
Oeuvres du Dr Louis Price-
MarE. Cette table ronde
d'hiler soir ne connut pas un
grand success mals elle a
marque une Otape dans les
demarches Intellectuelles de
la jeunesse hattlenne face ah
la realltO culturelle haitlen
**-v


T616phone : 2-2114 Bolte Pofle : 1316
Rue du Centre Nr 212


Succes de la
premiere mission
'lInformatique
en Haiti

Le lundl 19 Mars ont d6
but6 les conversations entire
une mission de I'Organisa-
tlon des ETats Americins
iOEA, et les autorltes du
Gouvernement haltlen au
sujet du programme qatio-
Snl -de l'informatique. La
mission composee des Mes-
sieurs Ragnar Arnesen et
Montalvan, a travaillA d'ar

(Voir suite page 6)


Nouvelles de l'Amerique Latine


LES ATTEINTES AUX
DROITS DE L'HOMME
EN AMERIQUE LATINE

MEXICO. IAFPi
Les droits de I'homme den
viron cent mille personnel
ne sont pas respects en
Amdrique Latine, a announce
Mercred i i Mexico au course
d'une conference de press
Monsieur Fernando Ortiz,
Porte-Parole de l'organisa-
tion Amnesty Internatio -
nalv.
Monsieur Ortiz a indiqu6
d'autre part que 1'organisa


Retour de la

Haitienne a la C

le Fonds Comm
Notre dialogue ce martin
avec Monsieur Pierre Pom-
pde, d6l6gu6 haitien a la
Conference de N6gociation
des Nations Unies sur un
Fonds Commun dans le ca
dre du Programme intd -
gre pour les products de ba
se nous permet de confirmer
les nouvelles de press qui
nous furent transmises par
l'AFP concernant le success
concrete des demarhes Nord-
Sud entamdes il y a trols
ans.
Ce fut, nous delare le de
league haitien, un dvbne -
ment don't laboutissement
6talt attend avec lntdrft
par la Communaut6 inter-
nationale, plus particuliere
ment par les pays du Tiers
Monde.

Ouverte le lundi 12 Mars
cette troisieme session de la
CNUCED laissait a peine en
trevoir une issue favorable
fes- positions spcifiques
talent si dloignees les unes
des autre pour se preter
un consensus, depuis les ob
jectifs jusqu'a la nature m
me du Fonds. II a fall
beaucoup de souplesse et d
strategic dans les dernier
jours pour arriver ba regler
les probldmes fondamen -
taux don't le plus dpineux


Seminaire aux
Gonaives

La Secrntairrrie d'Etat d
la Sante Publique et de lI
Population organise, du 2
au 30 Mars 1979 aux Gona
yes, un Seminaire destiny
aux Administrateurs des Di
tricts Sanitaires ds la Repi
blique.
La cer6monie d'inaugura
tion aura lieu le Mardi 2
Mars courant a 8 heures 3
du matn l'Auditorium d
lEveche des Gonaives.


tion mexicalne de l'enfant,., destinee a ac
cueillrr les orphelins don't
les parents sont morts ou
disparus en Amerique Lati-
ne. a requ recemment 2500
demanded d'accueil d'en -
fants nicaraguayens.
Le Porte-Parole d'< ty International a gale -
ment note que le nombre
d'assassinats, de cas de tor
tures et de persecutions at
teint plusieurs centaines au
ruatdmala. au Salvador et


que son organisation a re-
cense 40.000,cas de viola -
tions des droits de 1'homme
en Argentine, 20.000 au Chi
li, et qu'en Uruguay, un ha
bitant sur cinquante a 6td d6
tenu et un sur cinq cents a
subi des tortures.
xxx

DECOUVERTE D'UN
GISEMENT DE
BAUXITE EN COLOMBIE


au Nicaragua. BOGOTA, (AFP)
Monsieur Ortiz a precis6 Un gisement de Bauxite rd
cdlant quelque 400 millions
de tonnes de mineral vient
k Deiigation d'etre d6couvert dans le
Sud de la Colombie, a indi-
onfM rence sur qud Mercredi 1'Institut Na-
tional de recherches gdologi
un a Gnneve ques et minieres
Ce gisement est situd dans
tait la possibilitA que le la region du haut Cauca, a
deuxieme guichet finance environ 600 km de Bogota.
des measures autres que le I s'agit d'un mineral 8
stokage de products de base. faible teneur pouvant, apris
traitement, donner cent mil
Se refdrant 8 la situation lions de tonnes de Bauxite
particuli6re des pays les 8a forte teneur d'Alumine, a
plus gravement touches par precise l'Institut.
la crise Aconomique mon La decouverte de ce gise-
diale, le d6l6gu6 haitien es ment, s'ajouant a 1 existen
time que le deuxieme gui- ce de soude causti'que et de
chet interesse davantage les carbon et a la presence
petits pays come Haiti, la d'abondintes rcssuorces en
Jamaique, ce deuxiime gui- hydro-electrique dans le
chet devant finance des ac pays devraut ocrmettre 1'e-
tivitds telles que la recher tablissement dune import -
che ddveloppement, l'ame tante industries d'alumi -
lioration 8 la fois quantity nium en Colombie, estime-
tive et qualitative de la pro t-on 8 Bogota.
duction, la promotion des x x x
ventes, la commercialisa -
tion la distribution et la CHILI AFFAIRE
diversification. LETELIER : FIN
DE INSTRUCTION.
Nous pr6sentons nos f6li
citations a la d6ldgation SANTIAGO DU CHILI,
a haitienne form6e de MM, (AFP)
Pierre Pompde, du Ministdre La premiere phase de la
des Finances et des Affaires procedure devant 6ventuel-
s Economiquesy-t- det la Direc element mener a lextradi -
A trice du Commerce Extd -
b rieure Josl6ne Jusm6. (Voir suite page 6)


u

le
rs
r







e
a
7
s.1

u
L-
7
0
e


) Hier, Aujourd'hui

et Peut- tre Demain
Par Carlo A.DESINOR


La peur de la mediocritd...
La peur d'etre mediocre...
La peur des gens medio-
cre, ron parce qu'ils le sont
mais a c;ynse de tout ce qu?
la mediocrity peut induire
dans un esprit human, fra
gile et vulnerable.
La peur des gens mddio-
cres qui paroiss:nt tout au
tries. Sous un vernis social
comfortable, derrnere des
masques d'instruction, de
culture, sous des ondees ge-
n6reuss de belles-phrases
et de beaux sous-entendus.


La vie Culturelle


ORGANE CULTURAL
INTER SCOLAIRE
(O.C.I.S.)

Ces jours-ci, on dolt le
reconnaitre, 11 y a une veri
table animation culturelle
dans le monde de notre jeu
nesse estudiantine. C'est
presque chaque mols qu'un
organe de press paralt for
me. L'un des derniers en da
te, c'est 1'Organe Culturel
Inter Scolaire(O.C.I.S.) fon
de par les eleves du ColiA
ge de Port-au-Prince.

Dans le numbro 2 de cette
revue, Joseph Audain (RhA
to C, College de Port-au-
Prince) en editorial definit
l'un des objectlfs de l'O.C.
I.S : eAujourd'hul nous en
gageons la bataille animds
de la fougue de notre jeunes
se et des potentlalitds de
nos facult6s productrices.
Conscients d'une thche sl no
ble, en tant que grenler
d'une nouvelle generation,
nous ouvrons une porte qui
ne se fermera que lorsque
nos idWes embryonnalres at
teindront leur objectif : re
culer l'lgnorance.

Mats ce qul retient 1at-
9 tention dans cette revue,
c'est la varlitA des rubri -
h ques, et parfols leur perti-
nence,par example OCIS me
- ne 1'enqudte. Ces sondages,
lit-on, devront nous don-
ner I'habitude de nous inter
roger afin de mieux nous
s connaltre. Et 1'on colle au
lecteur quatre questions &
rdpondre...

Toutelots ce qu'll mpoi


te de retenir, c'est que la
revue est impeccablement
prdsentde avec des titres de
rubriques qui ne peuvent
qu'interesser. Nous felici -
tons ces jeunes et le comit6
de direction don't le direc-
teur g6ndral, le jeune Les
ly Jacques, et disons avec
eux oN'attendez pas les
jours meilleurs, mais faites-
less. Surtout dans le dur
metier de la press.


Qui d'entre nous. n'a pas
eu a faire (au nOins u.,e
fois) l'experienc2 de laI m-
diocritd des autres, l'expc-
rience de sa propre mddio-
crite. Cet etat profound et
brut qui fault des homes
c' qu'ils sonL et du monde
ofi ils vivent, cette fameuse
plaisanterie que les reals-
tes aiment evoquer en em
pruntant le vocabulaire et
les lois de la jungle.



Le Dr Louis Mars
alile

Le public quI se trouvL.it
her soir 8 l'Institut Fran-
qais a regrettb l'ab;.'nce du
Dr Louis Price.Mars pro-
gramme parmi les anima-
teurs de la Table Ronde.
Nous apprenons ce martin
que notre collaborateur le
Dr Louis Price Mars garde
la chamber depuis deux jours
atteint par une facheuse
grippe.
Nous lui souhaitons un
prompt rdtablisement.


Le Violette tient le coup
VIOLETTE ETOILE 2-0


La Violette a opdre 'in-
dispensable redressement, et
L'Etolle Haitienne en a faith
les frais.

Aprds la d6faite subie fa-
ce au Don Bosco de P6tion-
Ville, les dirigeants violettis
tes ont senti la ndcessite de
renforcer la direction tech-
nique du club.
Philippe Vorbe a done dd-
cid6 de payer de sa person
ne et d6sormals 11 aura la
responsabilit6 de la pr6para
tion des joueurs du VAC.
La victoire du co-leader a
Atl lente a se dessiner en
ddpit d'une dvidente supe-
riorit technique.
Le terrain glissant s'est
revdle un handicap assez se
Srieux pour les 6toilistes
moins bien arms que leurs
rivaux sur le plan de la mal
trise du ballon.
Le Violette eut certes, I'i-
nitiative tout au long de la
premiere ml-temps. mals l'E
toile parvint A s'en tirer at
A6 enter aux vestlalres sans
dommage.


A la reprise, le Violette
ddcida de passer 8 la vitesse
supdrieure et de prendre
(enfin) les chose plus au
serieux.
A la soixante huitieme
minute, Carlo Brdvil appor-
ta une conclusion heureuse
A Faction entamde par Ma-
thelier et relayde par Jac-
ques Jn-Louis.
A partir de ce moment le
jqv ss durcit corisideruable-
ment et plusieurs al Ions
furent 1'extrdme limited de
la rdussite.
Une bagarre Aclata entire
Serge Crispin et Yvon Jn-
Baptiste 8 la 826me minute;
l'arbitre, M. Bavidre Cadet
n'eut d'autre recours que
de proceder a expulsion
des deux pugilistes.
Le Violette parissait de-
voir se contenter de ce sco-
re minimum lorsque Ernst
Jn-Joseph marqua le second
butt d6 Mn equipe
II profit du mauvais pla
cement de la defense? etol-
ilste pour porter l'estocade.


19


c




MMOREDI 21 MARS11979 l


LE LONG CHEMIN


Insll aie la ltar pi te> ie

a t nst P In a'naaimlitt
a lnste S coattlai pour'
A )S i latll'ei le re
S- i zitp an quhi co-tri I
0 'a i i t a p.'.



a lurir dcr adres poll
a ,ir.ta i.t en A
e alt condillt nomr
,- 4aala t d'unlversl
i ir l 'rlT dans
a. ipr's lin procla
-'" < iitdalpcidanlaces
i at. irol d'un sta
Ss ;ral par lia Cons
S l, s 1945 aux territoli
r- d-; a..rs mrt composant
,Sw. "t i frantials. de
Saton franaiaa&c. pusIS
-'Atac rtrainta.ea.

a fi' -lrrvcacence du
-e--- nghor. A.
t I. 0 Damlas.


i t quei pearl
to ;. ,irtle di' Caa

S :.- 1. presidVnce


Aitme Ccsiire,


,r devalt non seuleinent a
son cocur malsa t ses prince
IpeS t 11 pouvalt. solllciter
'ittai-pilendailte de la Marti
laliac ct de l1a Oundeloupe.
Au lieu de cola 11 e contend
Lat, etn 1946, du statut de
d6partement pour les Antll
les. En 1958, on s'lpiaglnalt
qu'll allalt peout-ttre profi-
ter de l'6mergence de de
Gaulle pour d6passer ce sta
do. II n'en rdsulta qu'upe
vague promesse d'autono-
mnle.

II entra en conflict avec
le Part Communiste. C'est
que le part entendait exer
cer une domination sur les
terrltolres sans laisser d'ini
tiative aux leaders locaux
et Cesaire 4tatt, d'autre
part hostile aux coups dee
force perptrks par Moscou
daus f'Eurgpe de l'Est. Aus
sl. i manlrre de ariactiQn,
donna-t-l sa d6missiop0
pour tfonder le part) com-
muniste de la Martinique,
apres avoir declare gu'il en
tendalt rester fidle at. len
soignement de Marx.
Avant d'entreprendre son
etude sur mCahier d'un re-
tour au pays natal,. Mary-
se Conde a retrace les
t-rals priniclpaux de la jeu
nesse d'Aimt Cesaire. Espt-


rant. ainal retrouver Idans
cette oeuvre le reflect de cet
te prliode ,et d'une pens6e
dlrectrlce. Cest un procedd
intelligent qui .clalre une
oeuvre et la rend authentic
que.

Lg CO41BIERs
aCahler d'un retour au
pays natal est sans doute
une oeuvre ade jeuaeSe
mais doude d'une force ex
ceptionnelle au point de
vue des iddes et de la for
me. Bien que Maryse Conda
alt signals les contends ,des
oeuvres poetiques et thef-
trales, des discourse et des
communications d'Alme Ca
saire sa d1asertatilon concern
ne surtout l Cahlera auquel
elle consacre une analyse a
la fots dense, d6taillde et
.execptde avvec une maitrlse
remarquabPe.

Le titre du ponme est as
sez suggestif. C'est le retour
de l'enfant prodigue qul,
apres un long et beau voya
ge a I'6tranger oft il a ac-
quis connalssances et expa-
riences, retourne dans son
pays pour reprendre un con
tact interrompu avec pa-
rents et amis d'enfance et
revoir les paysages families


PABOCO


Paper Box Company Of Haiti 7 1

Rue Barbancourt (Entree Le Natal) Route de FAeroport
Tel. 6-0732

LA MAISON DES BODIES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures

Patisserie
Deteriect

Pate dentifrice

Chemises ettingerie

Composants electrpofiques

Pro4uits phanraceutiques

Prod its aflmentaires sees et (ongbls


creme a ia Z iace A


Fruit, de mer

Fraiteurs t* restaro.Utwrs

Renforcement de ces e t tes de chemise

AgraEfes ct troMnmSnes

Divers ...

Nous fabriquons eea'ement des dossiers de classement

En format lettres et legal.


( Les 7

calculatrices i ctroniques


Texas Instruments,


mettent la vitesse,

la precision, la memoire

Set... les risultats

a1 bout de vos doigts.























En vente

et service a



Electronics

LA BELLE CREOLE rue bonne foi
-- -- -. ..- .^ ... }._ ..


qul n'ont subi aucun chan- eu.
gement apparent. Partout et
la misere a lalss5 son em- C
prelnte. qu
A partir de cette Impres raa
slon de detresse. soudain giC
sous I'empire d'une Inspira de
tion., le poete remote dlans trc
le paasse. En merae temps, sai
sa vision s'elarglt pour y la
retroiver iune fraternity de tra
race, une similitude de souf sou
frances appelant une solid du
rit6 de dstin. ra
L'oppression commune de po
ses congdenres et de ses d'l
compatriotes eut pour -con te
sequence de les-alitner jx, ya
qu'a la dispartion de" e Ur en
identity culturelle, nrqrale, pl
sans computer au preaabie, no
celle de leur libe.rte, de leur di
territoire et de lepurs biens. pe
Que le Noir, palthut o0 bi
11 se trouvait, et une ide id
parfois precise de sa condi--
tion on en veut pour preu
ve les refus, les coMnplots pr
et les rdvoltes qui avaient .tic
jalonhie 'histoire de la trai da
te et de l'esclavage. Autant p
de prises de conscience inar -le
ticuldes, mais inscrites dans al
des faits qu'on ne pouvait a
nier ou travestir. pu
On pouvait alors consid6 et
rer la n6gritude comme un ve
< recent et plus precis resul- m
tant d'un etat de fait im- to
placable caracteris6 par lop pt
pression ou exploitation. n
Quoique 'une et l'autre fus ce
sent colordes de racism, el m
le ne peut encourir ce re- d
proche qui serait a bon p,
droit une manitre de repli- si
que naturelle. d
p.
En d'autres terms, cette sa
attitude correspond sur le
plan cultural a la volonte d
de recuperer une identity fl
disparue ou serieusement o
endommagee par 1'6preuvo: a
sur le plan pplitique. a 1'as r-
piration. a Ltagalite. a la li- r
berte. a : 'ind6pendajnce et f:
au bien-otre. Elements con- t
jugues qui avaient pris l'an f
pleur d'une vague de fond u
irresistible don't les rasul- r
tats ne tardaient pas a se c
faire scntir sous la forme t
concrete dindependances en t
series dans tous les territoi- i
res soumis aux imperialis- I
mes. Victoire de la person s
nalite africaine joint a la t
negritude.
On salt que celle -ci a ite t
S1'objet de maintes interpret o
stations abusives, s'etendant ,
d-'la droite atla gsiuche et p
visant le meme objectif. ce-
lui de discrediter la isim-
ple reconnaissance d'un
fait>. selon une definition
de Cesaire ou de decourager
Faction de leaders bien im
bus de leur mission de con
duire leur people sans ris-
ques inutiles vers le progress
materiel, social et intellec-
tuel.
. Parmi les reproches non
justifies adresses par cette
droite et cette gauche al-
liees, on peut citer celui d'u
ne negritudee depassee; a-
vant de terminer son pro-
gramme et celui d'une ne-
gritude favorable au neo-co
lonialisme et negligeant le
developpement.
Comme Aime Cesaire est
avant tout un homme de
lettres. Maryse Conde a re-
serve une parties de son ets
de a son art poetiqu- qui
occupe une place original
dans la literature noire et
la literature mondiale en
mettant I accent sur la struck
tur? de <,Cahier d'un retour
au pays natal 'emploi del;
images, des mots. e-n n11
mot. des procedes qui di.s-
tinguent cet auteur des e-
crivains de sa generation
et lui confernt une valour
d'exemple et un prestige en
Afrique. aux Etats-Unis ot
aux Antilles aussi bien que
dans ls milieux litteraires
d'Europe attentifs a l'evo-
lution des littaratures exotic
ques.

CIVILISATION
DU BOSSALE

II t a prubail, mrn i un-C'
lar'lqu r- i n Ii: | r,ua ,l a.llhI
.imiatlante:- ah Prodi u tnte
:. ui r,- ou .Calner a un rta
l',.,tr a l pP :,''- h/lal. i a L.
'I ill'ialls-ai l bn a ,j., hii ,
aiu m e- 'ri e sanesur Ap-
pLar,.:m mfnll II r.il-i.- tu-
cain it i. n I r a a II \
C e pendan a lt
b I p n i an lvt'fr. rar fl-
-iii par en decouvrli Cum
mIn quol. ia psyuhologeic du
bossale. par opposition a
celle du Nolr creole, ia IIt-
terature orale antill'cnne
.le roman antlllals. la poe
sice antllleenne formeralent
un tout que couronneralt
grandlosement I'essal sur Ie
aCablerr C'ast une hypothe
se de travail ou une concept
lion sulette a discussion.
Dans le monde colonial.,
repondalt a une necesselt
d'ordre lnt.llectuel, social
et polhtlque. En revelant cer
tarns points lalsss volontal
rement dans I'ombre par les
historlens, les elhnologues
et Ils soclologues, Maryse
Conde a rendu un grand ser
vice a la Caralbe ou aux


Antlllas en general, malgre
certalhes differences entre


x imputabJ1s & 'lhistolre ton
A la gdographle. E
C'est d'abord la dramati- lali
e venture des Noirs at- n'a
eh64 a dJffereAtes re- cor
ins de I'Afrique, parlant del
.multiplss langues, se re la
auvant comme par ha- nit
rd, a la MartJnique ou a sor
Guadeloupe et atteles au no
avail force dans les champs gei
us la menace constar 11
r fouet aet des tortures. Pa cla
dis pour les colons, enter fro
ur les esclaves, cas lieux be!
horreur avalent dte main de
s fois d6crits par aes ve- sol
ageurs ravia des paysages
cjhapateurs qu'ils coaraen -
aient a loisif A noter que cei
ombre d'Antillais sont a or let
.iajre "ac*ees par le rap- dc
I de ces souienirr pent- s-e
as qui perMLtterit gte le- jot
e nt L r 'nalgre6 eax. u

Au fur et a mesaure que
oliferait 'inique institu- lo1
on, les esclaves se succ&- se
lient en vagues inisaterropi ou
ues. II y avait d'une part, qu
s anciens ou les creoles le
ui, en vertu du Code noir, bc
vaient regu le 1bptimn et re
arlaient le creole, A 1'po- cc
ue, un language ddgradant ai
, d'autre part, les nou- t6
eaux venus ou les bossa- ir
s non encore ou recem- vi
ent baptises et parlant b:
oujours leur langue. La plu q'
ait du temps, ceux-ci deve ti
altnt objet de rise pour g
eux-la, tant il est vrai que C
6eme dans la plus proton v
e abjection, I'homme, en l1
role a la vanity, cotirre it
ans cesse a la recherche v
'une superiority qou. d'a- g
res lul. le placeralt au des a
uis de sos semblables. f
It sentIble qu? I prejuge d
e race soit devenu Utu n
leau. a partir du moment
il le negrier s'aperiuti des
vantages quil pouvailt 11- c
er d? la pretendue infe- c
loritle du Noir Pour lJUsti-
ter le comirerce de la l(rat I
e et 1'economie servile. 11 f
allait rcstitu tr I.' Noir dlans (
in stat do barbaric foncl-
e. lul attribuer tous los vi l
-es imag nables. lui denier
oute culture et tout.- his-
oire. Leo fardeau dce h'lom
ne blanc' commencail done
par le bapteme impose pour
se poursuivre par tIexploita
tion a outrance
C'etait un drame qui n'at
irait la pitie de personnel. ne
suscitait que peu d'interet
de la part des maitres a
p-nser d alors. ne soulevait
aucun problem moral. D'un
common accord. on avait
imagine un moule dans le-
quel on s'etait empresse de
couler up etre don't on vou
lait coute que coute affir-
mer linferiorne. En defini-
tiv2. 11 fallait le Jeter dans
un abime de decheance d o
ii ne pouvait sortir que par
la rebellion
Ce crime commit a 1echel
le d un continent au pro-
fit d? deux autres. il .,-,
maintenant de penetrer les
sentiments de ses auteurs
et de leurs complices a 1'e-
gard des victims. Maryse
Conde revele ce que la plu
part de ses lecteurs n'igno-
raient pas Colons et pretres
rivalisalent dans 1'exploita-
tion et l.s mautvaLs traite-
ments Co quills savalent
moins. c etait 1 unanimity
dos opinions de ceux-cl
L'auteur admet neanmoins
que cells des voyaa'turs lui
paraissalent plus objectives
at plus sympathiques
Dapr-s los docuimen's. la
position des ,vova'ellrs r'a V
tail ce earactere parre qiu ilt
elaipnt moinc s enRgags dans
le traffic Los colons pen-
saient que le Noir. ?n de-
hors do ,sa coulollr. (t01lt. atn
physique laid et repols-
sant,. Quant a1 moral, il.s
le trouvaient -ruse. la-rich.
obtus et indigne du nonia
d'homm ,"
II fault, croire que los rP
ligieux qui vivaient aussi d,'
1esclavage. partagtealtnt llC
te opinion. Outr? quills lo
pratiquaient comme les co-
lon- 11i, xercralsnt leur po"
Il t i c'lsi-a -diltU au ir int'.
traleic lce bapt..mc ,' proc,
talent ."i .'. eini'.rr mi ni
a intr la- on lout i rill ,,m

t tryri rundl ad l|'' '.,.l
dh.i i.h' r d I runcert
Noir O tli-,a di I, I a li
(|'l t ilt, prove a tl aipplit
uit colon talusail rIt l I u> l :
larr 'r Poulr cai. i n .. I.
Noir etrlt esorsltr. vain alI.
rfit x pln-.rlonnte 01 Onnlre '1
ae pnrc t' n It n-, lt r nalsailt que drux rtucs
la fidellt al bon m;aiire
Quant aux mulf.res. I?
Pere Labat r-tlimtall qu'lls
talent pire que les necres
VolaBiCe. tiers. cachPes me-
chants. caoables des plus
grand crimes el ponies lau
vice de la chair N anmoilns,
a la surprise du chercheur.
11 litl arrivait de conreder
aux Noirs tune certaine
beaut# don't pouvalt tirer


part la pelntur? et la sculp
ture,. Naturellement 11 taut
flare la part de 'arbitraire
et des prejuges qui se manl
festent d'une manlbre bela-
tante au milieu des plus 6-


nantes toptradlctions. tou
:ntre ajres examples, la cir
deur repoussant? du Noir tra
cvalt pas interdit les ren- cla
ntres voliaptuieuses des an
ux races, ne sarait-ce qu'a des
faveur de la clandestine oa
6. D'autre part, cetalt
n endurance au travail et ou
n as paresse qul aailt en CoL
ndre la prosperite des iles c'e
est vrai d ajouter que l'ei ma
ave doni on abusait de la l'A
*ce d? tratail sauilt au de
soin prendre sa revanche set
mantere spectacul.ire oat se
urnolse.
m
Pour tre isj.us, de tou. ge
ux qul avalent dnne i hr
ur` impresc-ions sur lc Noir, a
I aviS (ic Maryse Conde. ce
ur un certain abbe DugouJ
n a\asit pro,,merie sur lul
i regard oa comnoias'orn d-
de
Bien que certain ethno- da
gues et missionnaires eus vi
nt profit de leur voyage pi
u de, leur sejour en Afri- ibt
ie pour recueillir, dans n
urs moments de loisir, unie et
inne parties de la litteratu b
orale des r6gipns qu'iis a
Innaissaient bien et ou i i
vaient exare leur minis- ta
;re, ce n'6tait qu'aprts les r
id6aLendances que ce mou- c
eminent a attaint une vdrita n
le ampleur. Pour ne citer I
ue deux parmi tant d'au- c
res, Birago Diop, du Sine-
al et Bernard Dadi&. dc la
obte d'Ivoire, ont faith oeu
re qui vaille en offrant a
'ur tour a la delectation de
-urs lect,'urs des recits vi-
ants, empreints de la sa-
esse africaine et arranges
vec tant de talent qu'ils
tutr.ant come des chefs-
oeuvres de la literature
legro-africaine.

Devinettes. proverbs et
aonlics seolnt inter assants
lanls lan miesure oh ils recouI
xIa'ttt tll1c p inseo qui s'est
or-gee el dovolopl6e a It
favour de 1'expriehnce ac-
quise an contact des lionm-
ni.s. d os animaux et di u mIi-
heu nature el. Ayant pris con
sistanac au fili des ans. ils
vivaainl dans I 'esprit des an
ciens qui les transmnettai'int
oralemen:. de geneiation anl
,.,,,, ..1 Jusqu a 1'6poaue
conteniporaine en conser-
vant leur savyur c I nur en
seignement.

RECHERCHES

En some. etant donn6
leur contenu moral et phi
losophique et leur beaune lit
teraire d une valeur inesti-
mable, apres des recherches
paLientes aupres des griots.
certain ecrivains les ont re
cueillis pour l?s embellir a
leur tour et leur conferer
leur marque personnelle.
On tend done a la recu-
peration des contest. d2s de-
vInettos et des proverbs
dans !a piupart des pays du
Tiers monde pour rehabili-
t.r une culture ? qui eLait opn
train de mourir au fur et a
measure (ue disDaraissaient
les conteurs Drofessionnels
Maryse Conde distintui la
literature orale serieuse>
de la literature orale Dro-
fane). La remiere com-
prend le1- mylts sutir I ori-
ilne du monde eo' de I hom
rec les (lt hroitiques royals
et la vie des p, rsonnages
devenus legendaires Or.
commlri elle 1 a lali remar-
quer avec 3ustl.-sse. retle IlI
I erallre serieusea" eta I n-
Dallagec dus rcr'tres des gar
ldinls (des I'adltion ls mll:
chiques d'un nivtenu sirS I
inlell rlli' el at ssp/z 'IV
11 .parati quo tres peu de aes
ci.rolliqueurb alecom!JP 'n-
reni la masse des a (rc.ivMs
danls leur exodec ill cn i--

T)DIas lei"r Cet i'as ecil-t-
ci Itc c'rdt e;'ent -, t; It '
lue vsiouv-nir de recl s aol -
volunaenl ltantbt des ant-
maiux. tant6t des hommes
ComiDareo avor la litt6ra-
tlure or ale airialia e Ql i 1 ,1
uis e-llcora fila de dcv al:r


ates ses richesseq. vu les tc
constant W
ite et lea e -i
vage, la 1 e l
tlllaise ou 4i .yr
s bossalese vpAw2 *aW

Selon M Crae G4A, ,ce c
i frapp.- 9'ahrd f
nmies aniage 904. t
lt le faith g'l og o t
es par de0 4 At,15 t
antillit a $ L .~.i a c -.
la fauo2 lnle. a1?-
nta par la X4 e lao Cib

D'autre p_,tL 'Aflr..e C9.1 (
e ia Carale est d lse ep *
ns naifs et an gep. l.a-
ns. ceux-el tgujours ecljns a
exploiter la candeur de .
il.X-lI

Alorir dEftle sos leSIr yOux
s sp'c-atue-urs le cortir e
e la plupart des animaux
e la nature affubl6s des
ces et des vertus qu'otf
r6te aux homes : finesse,
ont6. mechancete, vanity,
iagnardmite, roublardise
tc., et se succdent les nom
reuses avcontuires don't ces
nignaux sont 1es acteurs.
Enin. 11i convient de no-
er t'alternance des victoi-
es et des d6faites r6p6t6es,
ette fois, a '.6ch2lle humai
ie, sans perdre de leur va-
eur morale ou pedagogique,
tar il y a dans les contest -


)ute un?- mine de ls ons
t',p Fpet pipljer # on

g if .on
'.d I *ade


,ea, f ae ode
t lec. lit
I.ue .9; &, I 'Tra-
ber' 'ecrite deB gotJleg t.
p pai;e ade cz ler

rgin gua4ePqpe:--P ratside
ins e ga t.que, ,LoIu ei con
*ntrant ses rechErcAe$ sur
Se Is sQe&trs par l? voist-
aage la race et le destiny,
Sa ;.n6th,? de travali son
lonpd'observatitn Lau ont
permit dl decelar ua.ec ulie
igale claryoauMc- ie- t,--r-
dancezi O'e. ecxcirii ita men
tallte des pVupl .I': op-
tions des dirigeants des au
tres Antilles qui avaient su
bi influence de la culture
frangaise.

MENTALITE

En lisant, par example,
aPigmentss de Laon C. Da-
mas. 1:s extracts de poemes
et de romans d'6crivains
martiniquais et guadelou-
peens, choisis par l'auteur,
le lecteur se rend compete

(Voir suite page 5)


__






PAGE 3


-' M "7 LE NOUVELLISTE
MtAIPfIW P1 MARS 1979


-Cne -u60000000

m CANA NPFAL

gN d'lAmeriCainst




moUvCAU TUBE GEANT SUPER ENOMIUE prf t Colgate!


Petites Annonces Avis Divers


CARNET SOCIAL -
_-ag nfj .? Iyff -- -;-- .-- -A =--- --= .... -- ....


A VENDRE
('amsnl Bawul IZ
m1hr 'n srvOice 0
'n parfat.p oonlditli
Til 2-3274
X x < x

'l tirnt Induslt


W,- ; i 06 3-



7 api4artcmentIl
4r l ag' All
I ,-'l1 local

Pour intr maltio
ct le N( 21362

x x x x
A VI'NDHK"i
4' 44"' 1.43 0
4 4 I 1 !;)() cdll:air'
,' ,- lis|pXcte' (- a
!l .i:n >, -.'Am ar n cll
-., .4 ( u0 he 1e

i l79 a midi
:* ,nl.ai rno-Ame
4 : im4p d M.Ars ..


AVIS


UNE TRES BELLE
zuzu TX MAISON -
ctobre 77 A VENDRE
on Une mason moderne
tout confort-reservor-pom -
pe 61ectrique chauffe -
eau de trente gallons jar-
riel (Fuc din etc...
Aeroport. Phone : 6-1523 de 6 8 hell
iufitfl'r iea F. M. 223
x X X
;23 A VO.'NDE
Une Dodge DART a 1'6tat
ne'iuf, An,:ie 1975, 4 porter; 6
pour bu- cylindres, couleur Jaune.
I -America Pour toute information
L Tcleco, contacter Dr. Rathauser au
No. 2-1812. 213
Is conilac I x X

203 DEMAND D'EMPLOI
Secretaire Billigue ayant
etudie et travailla pendant
des annees aux Etuts Unis-
Chevro- cherche ,Job' dans Ban -
)fre mini que Organisme inrternatio
Peut nal Usine Hotel Ambas
I Institute sade (Experience Bancai-
de 8 00 re -
Les offres Tel. : 7-1639 243
seront re- x x x x
dredl 30 OFFRE D'EMPLOI
a I Tnsti- Compagnie industrielle re
r:cain, au cherche secretaire bilingue
iAnglais Franqais) Dacty-
C-sa lo important
Pour information Sonnez
2-4715 233


:,rhr 4 lml Mastralson du Mason a louer sise a Pe

:,rimnn.l avant experience guyville comprenant 3 cham
So,4 ,.,nnlis,'ancr du Coi bres a coucher, salon, office,
.1 nn du "Tr .an':l ,t des cop salle a manger, dependan-
S.',,. do raail des ans ces etc. Large vue sur plane
' ; '. avil danEi Sonnez le 2-5509 223
,Idr ,-:. r r6ponses a Boi A x I
'- 4P",.l,', 59)3 Port-au- AVIS
S 593 Portau- Cherche un chef cuisinier
s'adresser au Journal 273


L'aide militaire


americaine
AIlIIN(' TON AFPl
lt.', I'l ,i. Io rnironti

'''.i 4 ,l ''; "1 1 1 E4.y'. lte

ins ;Ippa


' ;l l lllt ll l l V l |, .i ] ( 1 |
i'. 1, i 5la. sI ll


lll .. r cite m er
o,' 11 l i I e'liiix
7'!) ', .. 4 O1 seer

14': '44 i4n4 ll44 o[s dl' dollars
d ,h i i'i V''i )( n.- .:ns on4
'tll ri, Ieja (,ir I ;(, al C ai-

NI M lHi,,u in M. All
.4I 4l 444444 4 ii4,1idi lo riill
II. hI ., Ijr m4a4 aide
;n 4 m4 ,nLl crt f i m rwa'nce i.u Cai
I ]il reri dillii dans k
444.;4 iil 44 ('o1.4 de.s ptoclhai-
444'',4444 ci:,I{ i 4. M .s ( nou
v,( h,- 4 ',,t.lo,.s' Aniericaiio
1':l-'yli)t.'iin s d:i s le domai-
II. d( la ded'nsc vont ma.
iilhsti'ocnent saire un pas di
tl.;:1n5.


Lc Caire se trouve confront
te a la nece-sid de rempla
cer, dans lees meilleurs de-
IsIis, 'armcment soviftique
qui constituait 1'essentiel de
ses equipements depuis ces
dernieres annees, et les E-
tats Unis se sont engages
pour obtenir la paix au Pro
che Orient, tout au moins
entire Israel et l'Egypte, 0
fournir les armes nlcessa'
res (pour permettre aux
prys de la region de se de
fendre eux memes centre
les dangers de routes sortes
pouvant survenir,, selon
1'expresseion d Ministre f-
gyptien de la defense.
Les besoins egyptiens per
tent les quipements des
trois armes. Mais les Etats
Unis ne sont pas les seuls aI
pouvoir fournir des armes i
l'Egypte. L'organisation A-
rabe pour. 1'industrie d'arme
ment (OAI), finanefe large
ment sur des fonds de l'Ara
ble Saoudlte, des Emirats
Arabes Unis et du Qatar,
existe avec l'alde technique
franalise et bntannique. Des
Usines sont en construction
ou dfja dans la phasse de
production en Eygypte.
L'alde militalre 'amerlcai-
ne I'etude v-t done inse-
rer dans un delic:t 6qulllbre
et devra tenir compete de
toute une seri de facteurs
milltaires et dIplomatiques
ou l'Nqullbre des forces en
tre ITarkel t le s Arabes en
o0neral, quolque devant e-


ai l'Egypte

ire revu dans le cadre du
Traite de Paix espere, jou
ra tln grand rcic
Dans le lo':': 1ine aerie
I'OAI const,n'i: deja 1I'Al
phi Jet. le MTArage-2000
Ist l'une de ses possibility
1,1 le I Mira, 4000,- inter
s, a plus d un 'tre le S.c


Reste a savy r quel tyi
d'avions amrericain de con
bat et d'attaQie compris e
tre le ,F-5E Tig.p q
I Egypte a idea command
(t recevra. et le ) in
cessible pour ele pour
moment, peut figure da
le P.,nople de l'armee
I'air egyptienne avec 1't
cord amercain il y a
F 4-Ph-itntrm>, qui vole
Mach 2,2 est equipe de
i mebs:les ,Sparrow 0et
Smiss.iles a tes chercheud
infra rouge 4Sidewinde
Sde Canon de 6l m'llmett
et de bombers, et le sair, subsoniquc mats trE
e portant pres de 7 tonnes
bombes.


xogoae


Avis de
I'Electricitt
d'Haiti
APPEL D'OFF'PES
INTERNAL !'IONAL

Un anpel d'Cffrea- Inter-
national va ktre prochaine
ment lance pouw la fournitu
re CIF Port-au-Prince, du1
materiel haute tension ne
cessaire a l'extenson de sa
sous-station de Varreux :
1 Transformateur 10 MVA
69/12,47 kv

5 Disjoncteuis 72,5 kv
6 Sectionneurs 72,,5 kv
15 Transformateurs de cou
rant monophases pour re-
seau 69 kv
4 transformateurs de Ten-
sion monophases pour re -
seau 69 kv
12 Parafoudres Monopha-
ses pour res au 09 Kav

L'ouverture publique des
offres est fixee au Vendredl
ler Juln 1979
IL EST' P.EC PE
lu:in i n:ment de
I'As u' 1' InLernationalu
pour le Developpemecnt
(IDA Banque Mondiale e('t
envisage.
e ue les joummlsslon' %i
res peuvent n'offrir que ce-
tains Items du materiel de
made et que ED H se rcser
ve le droit de separer les
fournitures .t ret"nir tout
ou parties des Items do chE
cune des Offres.
Les documents d'appel'
d'offres seront. des le 16
Avril 1979 a la dispoition
des fournisseurs interesses
qui pourront les retirer cou
tre Cinquante G. 00/100 Do
lars IS 50.00) ou deux cen
Dix Francs Francais (210FF
A :

e ELECTRICITY D'HAITI -
BOITE POSTAL D
n Rue Dantes Destouches
- Magasin de 1'Etat
> Port-au-Prince Tel. : 2-t64
s. OU A SOFRELEC C/O
's 25. Rue du Pont des Hall
Du 94536 Runeis CEDEX
Panr s France
TELEX 204174 Tel.
pe 667 3468
n- LA DIRECTION
en
ue X X X

ac ADMINISTRATION
le GENERAL DES
CONTRIBUTIONS

ac- AVIS
e L'Administration Genei
le des Contributions
a faith le devoir d'inforn
4 le Public en general et
de Contribuables en part
ses lier que la date de pa
r' ment des drollis de Fern
res ge arrive a echeance le
;or Mars 1979.
ns En consequence, Ii est
de mande a tous ceux qui so
assujettis au pavement


ces droits de se mettre en
regle avant la sus-dite da-
te, afin d'6viter d'encourir
les surtaxes qui commence
ront 6 courir a partir du 2.
Avril prochain (le premier
6tant un dimanche).
Les interesses sont en ou
tre informs que, pour faci
liter les operations de per-
ception, le Service de Fer-
mage au Bureau Central et
les Agences de PNtion-Vil-
le et de Carrefour function
neront chaque jour, de 8
hres. A.M. a 6 hres. P.M. les
26, 27 et 28 Mars en course
et, de 8 hres. A.M. a 8 hres
P.M. les 29 et 30 du m6me
mois.
Port-au-Prince, le 12
Mars 1979
Odonel FENESTOR. Av.
Directeur General.

x 3 xX

AVIS

L'Administration Genranle
des Contributions sempres
se d'intoriner le Public ell
general et les Contribua-
bles en Iparticullr. qclue la
dale de(I) palment de la Cun
tribiiun llFoniwere des Pro-
priets. Bfles 'i- de,1vant
1Impnlot Loc(:tilI arrive a1 C6-
ch'nmeel l'I 31 Mars 'en
COUIW,,

En vue d eviter 1 appliwC
tion de la sur'axe de 5
S pour ceiil piar mnlois nOu frai
1 tion de minoiS qui con-mmenc'
ra a courier du 2 Avril pro
chain. ile premier ctant ul
s Dimanalche i celte Adminis
6 tration demand a tou
I ceux qui sont assuiettis a'
paiement de cft Imput
n se mettre en regle avant 1
1 sus-dite date.
t Les interesses sont en o
) ire advises que pour fact
ter les operations de per
reCtioI. le Service conce
ne du Bureau Central. 1
Agencies de Petin-Ville
et de Carrefour fonctionn
ront chaque jour. a part
00 du 26 Mars en course. jus
qu'au 28 du meme mois
es 8 hres AM. a 6 hres. P.M
e' ls 2q9 et 30. de 8 hn
A M a 6hres P M.
: Odonel FENESTOR. Av
Directeur General.
213


BANQUI
COMMU
NATION
Avis
LA B
TAIRE
TILS. a
veau pr
se Cans
1980 en
matlion

ne depb
En c
NO inl
la Cap
ce deb
quelcon
quelle


course ar
Haitex Apparel sne
chain.
Des i
Needs
casion c

Industrial Engineer d
Les i
COMPANY GRC VING & EXPANDING OPERATION IN ques cl
des Po:
HAITI. AN INT: .EST POSITION FOR AN AMBITIOUS oes. A
& PERSONAL CAREER GROWTH MINDED INDI- N. B.
VIDUAL. REQL .EMENTS B. S. IN ENGINEERING crptlro
OR AT LEAST YEARS EXPERIENCE IN THE sance.
Jean'T
NEEDLE INDUS 1Y. KNOW TIME STUDIES, PRO- SecrntI
DUCTION LINE ..Y-OUTS, PRODUCT FLOW, LINE BACNC
BALANCING, -ET CANDIDATE MUST BE FLUENT
IN FRENCH & El LISH.
SAVIS
LIBERAL SAI 'Y COMMENSURATE WITH La
EXPERIENCE.. Comm'
avise
et le
APPLICANTS SULeMIT RESUME WITH WORKING liern q
EXPERIENCE TO.' 6slta
1963
RAITM. APPAREL a res6
le 8
P. C Box 2424 Jean -

Port. A Prihmce,NWt & C o..
,brCOatt
porta


port du 20 Fevrier 1979 a re |
comrpWndO que cette entre-
prise, b6enficie des avanta- P
ges prevus par les dits De- I
cretse-Lois.

En consequence, la fran-
chise, douaniere- est accor-
dee a cette entreprise sur les c
articles suivants : 7
150. Machines a coudre et i
actessoires ,
12 Machines a decouper le I
cuir et accessoires F
2 Machines a imprimer sur
cuir et accessoires t
6 machines a aminoir le
cuir et accessoires
4 Machines a perforer le
cuir et accessoires
6 Machines a cimenter le
cuir et accessoires
2 Machines a (,TAPER, le
cuir et accessoires
1 Pompe a eau electrique

MATIERES
PREMIERES
Clir et imitation de cuir
Materiel en matlbre syn11
thetique
Rubans Oeilltts Ri-
ve'ts
Fills Laets
('tolls Suinel les Ta-
lolns

S I'll (cl( l dr' 12 nlOis .s 's i
c(ide d a 1 lii'iSsI 4c p4il4' de
buLter ses oipe>lrlitons
a Par illleui4 i 4 c(Ile iitr'e-
prise dvrra s( conlfelillner
c .si1ict4ci41 4 4i44ix dil.sposilioiis
e de.s arllics 21. 25.26 et 27
- (ilu lDcrelt Lol du 13 Mars
n 1963
- P4ort-aiu-Prinie le 20 Fe -
s vrier 1979
u ,OR1GINA!L SIGNED
a GUY BAUDUY
a Secretairerie dEtat du Corn
merce et de 1 Industrie 203


Deces de Mine Vve
faurice
.afontant
NEE ESTHER PIERRE

Pax Villa announce le d9
Os survenu le Lundi 19 Mars
79 a 23 heures 30 A L'H6pital
Franqais a la suite d'une Ion
gue maladie courageuse -
ment et pieusement sup -
portfe de Madame Veuve
Maurice Lafontant, nee Es-
ther Pierre.
En cette pn'Ible circons-
tance Pa-x Villa et Le Nou-
velliste prosentent leurs
sympathies a ses enfants Dr
Roger Lafontant et enfants,
Monsieur Roland Lafon -
tant, Madame nee Yvrose
Florestal et enfants, Mon-
sieur Leclerc Louis Char -
les. Madame nee Valina Da
rilus et enfants, Monsieur
Carmeleau Molaire, Mada-
me nee Simone Lafontant
et enfant. Madame Raymon
de Laluloant ert eilanti,, M.
Wesner Louis et Madame
nee Nelta Lafontant, A ses
I''res (1 so(4rs Monsieur To
leinaque ilPileil et enfants,
Misdanme Virgelie Balan cL
cn'fants, Mudame Autia Ba
ltll et i.'nlanl.s, Madame Au
guslinc 4 'li.i 4 l, ien lanils.
MAidame Duivill, Ameris 'e
el .inlts. Madame Andrena
PI'otau; et el nlants, 4a ses
beaux-frrcis et belles -
cou0sins et cousins Madame
soeurs. ses neveux et nieces
Vei ip Ducis Delienne neo
Anna Lafontant et enfants
Madame Veuve Mirabeau J3
seph nee Germaine Lafon
tant et ellanl'.3, Monsieur
et Madame Ludovie Lafon
ital0 et enfarts, Madame Ca


men Lafontant Odams. Mon
sleur et Madame C-Grard D.
Lafontant. et enfants, Mon
sieur et Madame Hbhert Jo
seph. Monsieur et Madame
Wesner Joseph, Monsieur e
Madame Carlo Joseph et en
tants. Monsieur et Madame
Wilrer Jose'ih' et enfants,
Monsieur et Madame Jear'
Raymond Joseph et enfants,
Mademoiselle Daniella La
fontant, Docteur Ludovic La
fontant Junior, Mademoi -
selle Claudette Lafontant.
Monsieur Roger Amistal et
Madamrn nee Nicole Lafon-
tant, pocteur Frantz Char-
les et Madame ng. Maryse
Lafontant, Madame veuve
Hebert Dambreville et enl
fants, Monsieur Louis Ca -
nal, Madame nee Suzie De-
lienne et enfants, Monsieur
et Madame Dennery Delien
ne et enfants, Monsieur et
Madame Arnold Lafon -
tant et enfants, Monsieur
Andre Lafontant, Monsieur
et Madame Jean Claude
Chardavoine et enfants,
Monsieur Fresnel Lafon -
tant, Monsieur Fresnel Ma
ce, Monsieur Antoine Mace
Monsieur Frantz Payant. Ma
demoiselle Germaine Chris.
Spin, Madame Veuve Victoi
St. Leger nee Marie Chris-
pinh Monsieur et Madame
Ernst Lafontant, Monsieur
t et Madame Jean-Claude N
a colas et enfants. Aux fami
les : Lafontant, Pierre. Po
- teau. Balan, Molaire, Louis
e
;. Louis-Charles, Florestal, Jo
e seph, Delienne, Ameris, S
, Fort, Chrispin, Nicolas, Bo
o des, et a tous les autres p
- rents et allies affects pa
r ce deuil.

-r Les funeraile de- Mad
ar Les fun~raillies de- Mad.


me Veuve Maurice Lafon-
tant, nee Esther Pierre se-
ront chant6es le Vendredi
23 Mars 4 heures P. M.
en 1'Eglise du Sacre-Coeur
de Turgeau. Le convoy part
ra de Pax Villa Sacrs -
Coeur oui la depouille mor-
telle sera expose des 2 heu
res.

N. B.- La famille recevra le
Jeudi 22 Mars a Pax Villa,
Sacr6-Coeur de 6 heures a
8 heures du soir. 213
XXXx

DWces de Mtlle
Marlene Lafortune
Pax Villa announce le de-
c6s survenu le 19 Mars 79
en sa residence Privee a 1't
ge de 25 ans de Mademoisel
le Marlene Lafortune.

En cette penible circons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent leurs
sympathies a son fils E
douardo Lafortune, a ses Pe
re et Mere Roger Lafortune
et Clotide Chery, a ses fre-
res et soeurs Wilfrid. Kech
nor, Emile, a sa Tante Tel
cina Chery, a ses cousins et
cousins Jean-Joseph St Ger
main, Sylvie St Germain,
Gilberte Clodomir, Michele
Clodomir, Aux families La
i fortune, Chery, Clodomir. et
a a tous les autres parents et
1 allies eprouves par ce deuil

, Les funerailles de Made
o moiselle Marlene Lafortu-
t ne seront chantees le Jeu
r di 22 Mars a 4 heures P. M.
a en 1'Eglise du Sacre-Coeur
i de Turgeau. Le convoi par
tira de Pax Villa Sacrc -
Coeur ouf la depouille mor
a ,elle4 sera. tfpQsee des 2 heu
"fes.-'- ~ 213


~raKA~zzL~rs- 3 CC 00000000Aay=~


E
INAUTAIRE
;ALE D'OUTILS
de la BACNO

ANQUE COMMUNAL
NATIONAL D'OU -
.u course de son nou-
rotocole avec Jeunes
.da Monde saison 1979
tend donner une for
iarlistique p ratique
Unes des deux sexes
assant pas 20 ans.
consequence. la BAC
iorme les jeunes de
tale et de la proving
mutant dans un art
nque de 16 a 20 ans
organise un con -
rtistique pour les de
durant la dernlere
du mois d'Avril pro

)rix seront attribufs
illleurs artlses qui
en menme temps l'oc
de fair une experien
ndant six mois duns
omaine au Canada d'a
0uis en Haiti.
inscriptions sont re -
'haque jour au Bureau
sites a partir de 9 heu
M.
- Au moment de l'ins
'n les candidates sou
nt leur acted de Nals

Th. LINDOR, Av.
Lire LIOnral de la


x x x x


Secretalrerle d'Etat dul
nerce et de 1'IndustiRr 1
le Public en p'ntral
Commerce en parilei
ue la Commission Conj
iye Instltuee par les
As-LoLs des 13 Mars
et 8 Octobre 1J69 surt
iddustires Nouvell es n Ca
une demand produlte
F6vrier 1979 par Me
Fredfric SALES pour
8 DUCHATELLIER
une entreprise de fa
mn de chaussures de
sores destln6es k I' Vexa. 6
Aoa, et, da son Rap


SUR DEMAND GENERAL




International Production Company




PRESENT





Pour la derniere fois au





CINE THEATRE TRIOMPHE





Le Vendredi 23 Mars 79 a 8h.30 p.m





SOIREE DE GALA




AVEC


Carole Demesmin



DANS UN REPERTOIRE CREOLE



VENEZ ECOUTER


RARA -- MjAROULE -- LUMANE CASIMIR etc.:.


ir






FdF


tes en vente exclusivement an Cine Th6ftre Triomphe.


aux prix de $ 8.00 et $ 10.00


asaaaaaBOBOSOOSCCGOB/cosscoaosGOBO;


i


.--~~Alu~\-\\_\lu~~y. a w~


_______


0"


A-&MbA4





PAnr 4

--..... ---.-.- DANS NOS CINEMAS ?


I Michele Scotch Club



SUPER WEEKEND





Vendredi 23 Mars





FASHION SHOW



avec


Clauthilde Montperousse


Ti Caille Banda

et




D. P. EXPRESS




en super forme avec ses nouvelles Compositions







Samedi 24 Mars




CAROLE DEMESMIN




Dans son fameux Tour de chant Creole


et




-- BOSSA COMBO


b~o~<>oao

Ct.P.TOl
CAPITOL I
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
12 h 2 b 4 hres 6 h U Iles
10 heures
VAS-Y MAMAN
Avant 2 h 30
Entree 0. 3-00
Apres 2 h 30
Entree 0. 5-00
CAPITOL D
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
12 h 2 h 4 heures
6 heures 8 h,. 10 hres
LA GUERRE DE L'ESPACE
Avant 2 h 30 Gdes. 3.00
Apres 2 heures 30 0. 5.00

CAPITOL III
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
12 h 15, 2 h 15, 4 h 15,
'16 h 15, 8 h 15 10 h. 15
UN COLT DANS LA
MAIN DU DIABLE
Avant 2 h 30 Odes. 3-00
Apres 2 h 30 G. 5.00

CAPITOB a

Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
11 h 45, 1 h 45 3 45,
5 h 45 7 h 45 9 h 45
LA LUTTE
PRIX UNIQUE $ 1-00

xxxX

CINE SENEGAL
Mercredi 6 h et 8 hres
BRUCE LEE FILS
DU SOLEIL
Entr6e G. 2-00 2-50 3-00
Jeudi 6 h et 8 hres
LANGUE DE VELOURS
Entrde G. 1-50 2-00

x x x x

Auditorium
Mercredi 7 heures
THANK GOD IT'S FRIDAY
Entree G. 3-00
Jeudi 7 heures
POlL DE CAROTTE
Entree G. 2-00

X x x x

ETOILE CINE
Mercredi 6 h 30 et 8 h 30
EPREUVE DE FQRCE
Entree G. 2-00 et 3-00

Jeudi 6 h 30 et 8 hres 30
LE GENDARME
A NEW YORK
Entree G. 1-50 et 2-50

x xA x

Paramount

Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 heures
Entree Gdes. 3-00
LES 7 VAMPIRES D'OR
8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
PARTOUZES SUEDOISES

Jeudi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
FURIE CHINOISE
6 heures
Entree G. 3-00
CURIE CHINOISE
8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
PARTOUZES SUEDOISES


IRAK :
DESORDRES
SELON DES
VOYAGEURS


CF


IREL'LI


Pneus et Chambres a Air

POUR VOITURES ET CAMIONS


RADIAL NYLON


CONVENTION EL


JAN WOEL


P-au -P. Haiti 108, Rue Pavee 108
--- --.- ... -- .1.. .. .. .


Cane Trlomsne
SALLE I
LES GRANDS PONDS
SAILE A
1 1,50 2:00
LES LIENS DE SANG
BALLET
8 2;00
NEW YORK BLACK OUT
SALLE &
$ 1;50
LA RAISON D'ETAT

X X X

Rex Theatre
Mercredi 12 2 4 6 8 10 hres
MORTELLE RENCONTRE
Avant 5 hres
Entree G. 1-50
A. Partir de 5 hres
iEntree G. 3-00 et 5-00
Jeudi 12 2 4 6 8 10 hres
LA CITE DES DANGERS
Avant 5 hres
Entrte G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entrde G. 3-00 et 5 00



Oe Luxe Auto ClYA6
Mercredi 7 h e t9 hres
Entrde $ 2-50
ESCLAVE DE SATAN
Entrde $ 2-50
Jeudi 7 h et 9 hres
LA FEMME DU DIMANCHE

XX x

IMPERIAL
IMPERIAL I
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
ASSAULT
12 h 2 h 4 nres
Entrde G. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Entree Gdes. 8.00
IMPERIAL 2
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
ADIEU JE REST
12 h 2 h 4 hres
Gdes. 5-00
6 h, 8 h, 10 hres
Odes. 8-00
IMPERIAL in
Mercredi 21 Mars 1979
JEUDI 22 MARS 1979
LA LOI DE LA HAINE
12 h 2 h 4 hres
Entree Gdes. 5-00
6 h 8 h 10 hres
Gdes. 8-00

X % x

Lido
Mercredi 12 b 2 h 4 hres.
EntrOe Gdes. 1-50
6 heureF, Entrde Gdes 2-01
BRUCAr LEE EN
NOUVELLE GUINEE
6 h et 10 hres
Entree G. 2-00 et 3-00
EMMANUELLE
ET FRANCHISE
6 hres 8 hres 10 hres
Jeudi 12 h 2 h 4 hres
Entrde G. 1-v0
NEVADA SMITH'



MAGIC CINE

Mercredi 6 hres et 8 hres
LIBRE A EN CREVER
Entrte G. 4-00 5-00
Jeudi 6 h et 8 hres
LIBRh A ENCREVER
Entree Gdes. 4-00 5-00
xxxx


RANCHO CINE
Mercredi 21 Mars 1979
RELIGIEUX, PASSION POUR LE
DANGER
Jeudi 22 Mars 1979
MIROIR AUX ESPIONS


TEHERAN -- (AFPI
De violent desordres im-
pliquant des chiites irakiens
ont eu lieu ces derniers
jours dans plusieurs "villes
d'Irak notamment dans le
Port de Bassorah et led 2
villes chiites saints de
Nadjaf et Kerbala, apprend
on mardi a Teheran par
des voyageurs.

Des postes de police ont
ete attaques et des cinemas
incendies et un chef chiite,
l'Ayatollah Mohammad Ba
ghe Sadr, a tld arretd, se-
Ion les voyageurs. Aucune
confirmation de leur rtcit
n'a pu 6tre obtenue official
element.
Par ailleurs, un certain
M. Sadekhl. don't on Ignore
A quel titre il s'exprimait, a
recemment diffusA en lan-
gue arabe sur les antennas
de la radio d'Abadan, dans
le Sud-Ouest de l'Iran, des
attaques contre l'Irak I'ac-
cusant, semble-t-il, de s'im-
miscer dans les affairs ira
niennes.

M. Amir Entezam, Vice-
Premier Ministre iranien, a
d6clard mardi A i'AFP qu'll
6talt vaguement au courant
de cette dernitre affaire
et qu'une enquote 6talt en
course. II a rdaffirmd le dA-
sir du gouvernement ira-
nien de preserver de bon-
nes relations avec 1'Irak.

En I'tat actuel des infor
matlons obtenues, 11 nest
pas possible de Iler les 2
deux dvnemens.


XXx A

L'Institut
Frarcais

ACTIVITIES CULTURELLES

Mercredi 21 20 heures
CONFERENCE par M. Ro-
bert Cornevin, Secrdtaire
Perpetuel de 1'Acaddmie
des Sciences d'Outre-Mer :
ePanorama de la littdrature
francophone en Afrique con
temporainee
Entrde libre.
Vendredi 23 20 heures
THEATRE : Le Centre Dra-
matlque franco-haitien prd
senate :
tLa Pelisse, adaptation
thtftrale du oManteaus de
Nicolas Gogol, avec Moni-
que Boy, Jean Claude, Chris
tian Raccurt, Daniel Marce
lin, Jacques Denis et Jean
Paul Micouleau.
Entrde : 15 Gourdes

x x x

CINE OLYMPIA
Mercredi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 30 8 hres 30
Entrde G. 2 00
SALOPARDS EN ENFER
Jeudi 12 h 2 h 4 hres
6 heures 30
Entrde G. 1-50
KUNG FU 106me DAN
8 hres 30
Entr6e G. 2-00
PROVOCATIONS
SEXUELLES


MERCRHDI 21 MARB 179


.ouvelles de l'Etranger


CHINE VIETNAM :
HANOI D'ACCORD POUR
L'OUVERTURE DE
NEOOCIATIONS

HANOI, (AFP)
Le Vietnam est d'accord
pour ouvrlr des negociations
avec P6kin sur la question
frontallere a condition que
d'idl au 28 Mars les troupes
Chlnolses se solent retirees
totalements du territoire
Vietnamien, indique une no
te officielle' du Minist&re
vietnamien des Affaires E
trangeres publide Mercredi.
Selon la. note officielle
du Gouvernement Vietna-
mien, les negotiations pour
raient s'ouvrir 1e 29 Mars et
se tiendraient alternative-
ment k Hanoi pr6cise-t-
elle.
Ce texte, qui a 6t6 remis
au Corps Diplomatique et a
la press accrddites a Hanoi,
ajoute cependant que asi les
troupes chinoises continent
A occuper le territoire Viet
namien, 1'armde et le peu-
ple du Vietnam useront r6
solument du droit de ldgiti
me defense pour preserver
l'ind6pendance, la souveral
nett et linttgritd territo-
riale de la patrie,.
Le Ministere des Affaires
Etrangdres avait aupara -
vant public, Mercredi gale
ment, une autre note soul
gnant que quelque dix mil
le soldats chinois se trou -
vaient encore le 18 Mars der
nier sur le sol Vietnamien.

x x x x

LE COMPLOT NEO -
NAZI CENTRE M. WILLY
BRANDT

BONN, (AFP)
Le Parquet F6ddral Ouest-
Allemand s'est saisi de 1'en
qutea sur le project de Ndo-
Nazis d'enlever le President
du SPD, Monsieur Willy
Brandt, et le procureur ge-
neral federal, Monsieur
Kurt Rebmann. Cinq extrA-
mistes de droite, originaires
du Schleswig-Holstein et de
Hambourg, sont interrogts
sans rellche par la Police.
Sur les cinq suspects don't
les noms n'ont pas 6et ren
dus publics a cause de 'en-
qutte en course, trois etaient
en prison depuis un certain
temps pour des delits
n'ayant aucun rapport avec
ce complot, pr6cise-t-on au
Parquet Federal de Karls-
ruhe. Ce sont les deux au-
tres, arretts mardi, qui ont
revele qu'un group Neo -
Nazi avait conclu le project
d'enlever 1'ex chancelier
Willy Brandt et de le pen-
dre au haut d'une grue du
port de Hambourg. Simulta
nement, d'autres extremis -
tes devaient se saisir du
procureur general Federal
Kurt Rebmann et exiger,
contre sa remise en liberty.
l'elargissement d'un cer -
tain nombre d'extremistes de
droite incarceres.
Selon le Porte Parole du
Parquet Federal, le project
des terrorists Neo-Nazis dh
terait d'un an environ, mais
n'en serait pas arrive aun
commencement d'exdcu -
tion ni meme a des prdpara
tifs concrete.
Le Porte Parole du Par
quiet Feddral a toutefois d6
clard Mercredi matin que
les terrorists presumes sem
blaient vouloir revenir sur
leurs declarations initial -
les.
L'enquete devra etablir
s'il existe une organisation
Neo-Nazie reellement capa
ble de mener A bien une ope
ration de 1'envergure proje
tte. En effet, l'enlevement
du procureur general f6de-
ral Kurt Rebmann qui
est s verement garden depuis
les actions terrorists de la
< poserait la mise en oeuvre
de moyens considdrables
Mals il est vrai que ces der
niers temps sont apparus des
signes d'une activity forte-
ment accrue des extrdmistes
Neo-Nazis. Et 1'on salt que
1'Extreme-Droite n'a jamais
pardonnd a Willy Brandt
sa politique de detente avec
les pays de l'Europe de
1'Est.

ITALIE : APRES LA
FORMATION DU
GOUVERNEMENT

ROME, (AFP)
Le Gouvernement triparti
te itallen Democrates -
chretiens, soclaux Democra-
tes, rtpublicains-, form
mardi par Monsieur Giulic
Andreotti, est un gouverna
ment temporaire don't 1a
seule function sera de prg-
parer des Alections ldgisla
tives anticipdes.
Celles-ci se ddrouleron
probablement, pour des ra
sons pratiques, en mfmi
temps que les Alections a\
parlement europten, enter
le 7 et le 10 Juin.
La crises de deux moi
don't ce gouvernement es
1'aboutissement a, en effea


prouvd qu'll n'existe plus d
solution de rechange, a
Parlement Italien, A la m


jorilt d'unlon national for
m6e lors de I'enltvement
d'Aldo Moro. 11 y a un an.
Les communlates 1'ont bri
ste en Janvier sur le refund
des DWmocrates-chrbtleni de
leur ouvrir la porte du gou
vernement. Les Bocialistia.
de leur cot6, refusent d'en
soutenir une autre dans le
rapport actuel des forces
(DC 39 pour cent de 1'tlec
torat, PC 34 pour cent, PS
10 pour cent). Quant aux so
claux Ddmocrates (3,4 pour
cent) et aux Icalns
(3 pour cet), ils ne s fl-
sent pas a fire 1'appoif
pour la DC.
Faute de majority, le gou
vernoment tombera done
des sa presentation au par
element. Il ne restera alors
qu'A dissoudre ce dernier et
A renvoyer les parties de -
vant les electeurs, leur ul
time recourse. C'est a eux
qu'il appartiendra de tran-
cher entire la demand com
muniste et le refus Ddmo-
crate-Chritten.
D'Ici la, entire la rupture
de la majority d'Union Na-
tionale en janvier et la for
nation d'une nouvelle ma
joritd en j u 1 1 1 c t
ou Aofit, le pays sera rest
plus de six mois sans un gou
vernement capable d'aifron
ter avec efficacilt les pro-
blemes de fond du terrorls-
me et de la rise economl-
que et morale qui ravagent
la societC Italienne.

xxx X
FRANCE : OBSEQUES DE
JEAN MONNET
MONTFORT L'AMAURY

(FRANCE), (AFP)
Les obseques de Jean Mon
net se sont deroulees mardi
aprts-midi dans 1'eglise St
Pierre de Montfort l'Amau
ry (region parisienne) en
presence de nombreuses per
sonnalitds, don't le Presi -
dent Valery Giscard d'Es -
taing et le chancellor Ouest
Allemand Helmudt Schmidt
La cAremonie, qui s'est de
roulde devant six cents per
sonnes environ, a cepen -
dant ete empreinte d'une
trts grande simplicity. A
pres avoir presented ses con
doleances a la Veuve du dd
funt, le Prdsident de la Rd-
publique franqaise a pris
place dans le choeur de -
vant les travees reserves
aux personnalitds gouverne
mentales frangaises et etran
geres.
Parmi celles-ci figu -
raient, outre Monsieur Hel
mut Schmidt, MM. Andreas.
Van Agt et Gaston Thorn,
chefs des gouvernemnnts
Neerlandais et Luxembour-
geois, Jean Franqois-Pon -
cet, Ministre Franqais des Af
fairies Etrangeres, ainsi quii
les representants de la CEE.
MM. Roy Jenkins iGrandr -
Bretagne), Emilio Colombo
Iltali e) t Franqols-Xavler
Ortoli France).
Pres d'eux ,se trouvaill'ii
les membres du Corps Dlp)lo
matique don't its Anbassa-
deurs des Etats-Unis at de
Grande-Bretagne. On rear
quit egalement la presen-
ce de Monsieur Christopher
Scames, ancient Ambassa
deur de Grande-Bretagne a
Paris.
Devant le cercueil, simple
ment recouvert d'une gerbe
de roses rouges posee sur un
drap violet, l'officiant
rendu homage au pere de
l'Europe. ciLucides et gRnA
reuses furent les initiatives
de Jean Monnet qui s'atta-
cha A unir les homes dans
leur cheminement souvent
si contrasteD, a rappelA le
SDoyen Caro, ami personnel
i du disparu.
s Seule la famille et les
amis proches ont Atl admits
I dans le petit cimetiere de
3 Bazoches-Sur-Guyonne (rA-
e gion parisienne) of Jean
: Monnet a dtA inhumd aprts
r la crdemonie religleuse.



s Pharmacies
assurant le service
c cette unit

MERCREDI 21 MARS 1979
PERPETUEL SECOURS
R. du Centre
DAY
Chemin des Dalles
t DE CAREFOUIT
Carrefour
xxxx

SJEUDI 22 MARS 1979

a MODERNE
ie Pavde
a LUMIERE
Ave. Fouchard
t SAINT MARTIN
i Delmas

e PETION VILLE
MERCREDI 21 MARS 1979

t VILLEJOINT
[, Rue Faubert
e JEUDI 22 MARS 1979


U HAITIENNE
a Pan Amdricain


Akp_






" ?fr 'I rlll 1 MARS 1979


O.|ne ri la ar, pagn)

> ( 1ie s In Isr payissll
cntl m m a"nt:rIV r n'it pus
a 'ior P' IsPmlon Itni
I s i une [l'ii ii iic n ii r I 'll

s siesi cisi(x niltul. III
S f ll lX |allligrll
i .lt is" isis I > I; s u ; |1> ll {llls
tni;iiriiii! iiishIm r|usa


is- u lis i slls.


S I t.w a lits len enlen
-. s -* ;Ass .,.. !,;-i..; e rof rce ic Vcc

I fi; i Dlins soln

S- s I, iliiey qic e. apl'ee s
d;ec ,; ;-'. rechiprcllvS
r rol'- sls 'les,
n 'cm i cr swn ascni
a ilr d-s lats- l-
a'. i s.- ii -ii vllla!ie
,- ci 1 in lur e on

,,- ;,,i- p cn n t iseu ns
t r drlir r!ire itn




i ( .V, T ISI'AEI.

Declaration de M.
Christopher sun
le problem de
Jerusa!em
S i- :. .. L'.' J ";t IIs- s uill
--: i ', ;: .. Pr'r]is ;si ol -
,,, ,1 s s'; d ne oc- a l
S .. ,'; r ont dans
c i -lt, i i--, -.

n. a decla-





S -i- :' s Eiyptp et Is-
S ... -n as cours
,,- s.r rn s ,i r rose
S I i.s p ric pe

rlit Cients e-


se, so doi:-nt peut-6tre queu
1'un et l'iutreo voquent les
-.iinitnt *- inddl6 biles d'un
Mnelein {di,a, de servitude qull
11a1n riln de glorlcux et tl-
nnolignent d'une conjunction
ide sexes peu flatteuse.

Le racisme e. la volontl
d'exploitaIpn de la part d-s
Blancs ont done effectue 10
tour de force de ridulre en
esclavage des millions d2
moles. Par une cruelly iro-
ie du sort, les mniisns ont.
mcl6 leur sang 'au milieu
d un spasme d'une dImln-
sion inconniue jusque 1l. Tel
le est. en rlsumo l'h'stolr
soclale des Antilles durant
I'resclavaga avec des reper-
cussions sensibles dans les
moeurs actuelles.
Sursauts aprss sursauts,
le long des sidcles, abouti-
renta la tfin d'une Iniquilt
qui avait trop dure. Puis
I'hlistoire s'arrta. Pour la
rmctre en march, i1 a
fall, cette tois, lancer des
:ippels. pousser des cris,
prondreec t6moin des for-
('rs saints. Un tel vacalrm
(,oiunenice en 1919 avec ]cs
renmit'l s panafricanistes.
poursjuivi a partir des an-
ni-es 30 et maintain en 1936
et en 1959. declencha des
19157. en Afrique d'expres-
sion anslaise et, des 1958.
en Afrique da langue fran-
caise, e-. surtout, a partir
des annces 60, les evene-
inents en chaine qui ont
mene a bonne fin 1ls indc
pendances.

Cette court p6riode din-
dcipendance fut immediate-
mnint suive d'un' tempete
de denoncia :ions et d'accu-
sations injustes orche.itrees
par les nostaltiques de Can
cien regime d'oppression et
les prophstes d'un novel
ordre suspect. II faut lli ren
dre cetle justice, d?puis le
'reveil de conscience-. qui a
etc dnonmme nesritude, mat
gre les i barges lourdes du
pouvoir I opold Sedar Sen-
ghor a trouv ( du lt'mIs
pour I i developper ou lap-
TsU' r. Dans des discourse et
des derits retenltissan s. il a
fiiou'i une abondance d'ar-
umsmn s et de rlef4r'ances.
cri a eux seuls forment u-
ne liitt'-ature precieuse of0


ses nombreux aiisciples vont
pul.sr les e6.ments de de-
fense d'uln rioivemenil du-
rement dprouve par les as
sauts venus de dirltrcnil
fronts de combat.

Ce ddbat d'une grand
apret6 englobe dans daux
continents, d'un cot6, ceux
qui sont rests fiddles au
movement original et d3
l'autre, les tenants de la
. personnalit6 africaine a,
ceux d'une negritude dita
edlpassees, ceux du nailolita
lisme africain, ceux d- I'in
tegration noire amlricalne
et cc'.x de l'antillanitl. Cal-
le-ci definite et resume une
pens6e ambigue, 61abor6e
conjointement par das rdac
tionnaires et de soi-disant
rlvolutionnaires. Les pre-
miers faisant semblant de
voir dans la n6gritude un
vague danger, tandis que les
seconds la consildrent plu-
t6t come un obstacle po-
tentlel. tous se placant sous
le covert d'un sous racis-
me tropical.

Ce qui jad;s ftait pris pour
un travers social, avsac le
kI temps, s'est refleue dans
la vie poliique et culturelle.
Aux Antilles au moindre rap
pel du passe, curtains se
sentent envahis d'un senti-
ment de honte. C'est que la
seule pense-' de l'apparte-
nance is l'Afrique les repu-
gne profoundement, leur
coeur et leur esprit &tant
ds preference orients vers
1Europe. Une tell orienta-
tion se justified a leurs yeux
di faith que celle-ci reprd-
sante La force, la beaute. la
promotion tendis que l'asso
cia:ion avec le continent
noir evoque de trop de mau
vats souvenirs et surtout l'i
mage de la laideur. D of l2s
reserves. les refis, les renie
rents, l-s tiraillemn'is ob-
serves si souvent dans les
soci',tes aniillas'.es.

Maryse Conde a inis en
relief la position de Leopuld
Sidar Senghor qui "sl rest
attache a la ng, ritude dic;
origins toit eii sc soiiciani
de l'irgenice du dewvloprw-
ment et du biun-&,re collect
it.
Frantz Fanon la tient en
suspicion e l assimile a un


u DECORAMA

tE No 1 DANS LA DECORATION INTERIEURE


TV SANYO 19 pouches

91T 51 KW
TV RCA 19 pouces
AB 197 W


$ 320.00

DECORAMA 243, LALUE,

)U'/:I TOUS LES JOURS )E 9 H. A 6 H P. M. TEL. 2-2257









I !
^c^'c<>so~o~socccococcoacccce~<=c3' occooeooccssos&so


BLOCS E.R.F.


ETS. RAYMONDFLAMBERT

.5Materiaux de Construction.


LE NOUVELLISTE


moyen d'oppression et c ,yre
, ilIqiue. Edouard GUIsseanl
hesite A opter at prel6re a-
dopIer une sorte de repli
sur oi au lieu de se comply
m.tt're. Quant a Aime Ctsal
re, apras avoir land sa fa-
mause dflinition, il s'eavre-
loppe .le plus souvent de si-
lence. Depuis quelque temps,
il parait mIme eprouver un
sentiment de gene lorsque
les indlscrets 1'acculentl se
,ecouvrir. .

Attitude rappelant ce.lle de
Pablo Picasso qul, press s'e-
tre inspire de la sculisture
negra et peoli .Les Demol-
selles d Avgnoop. '6cria
ou celle de Karl Marx, qui,
devant les interpretations
parfois aberrantes donnues
A sa th6se, avoua, pretend-
on : aje ne suls pas marxis
tea.

Bien que pour lobserva-
teur 0rdinaire, les Antiilais
portent sur leur visage et
leur corps les signs irrecu
sables de la race noire, peu
d'entre aux s'y resignent.
Ce sont les traits de l'autre
qui combleraient leur vani-
te. On percoit cette frustra-
tion dans leurs remarques
quotidiennes aussi bien que
dans leur literature. Depuis
quelque temps, avec l'aide
d& l'ethnologie. cette scien-
ce a double tranchant. cer-
tains s'ineenient A reliever
des differences entire les
group-men'.s noirs. ls font
ainsi le jeu de division des
colonialists et contribuent
a briser les mailles de la
chain de solidarite si peni


PACE 5


La Corbeille de fleurs


blament forge par les th6o
riciens du panalricanisme.
Solidarity sans laquelle les
NoLrs, malgre leur nombre
et leur volont6 de progris
dans la 11bert' et la souve-
rian2tl. risquent une nou-
yelle fois. de perdre ces
biens pr6cieux et d'experi-
menter une nouvalle forme
de servitude. Doree pour une
minority, mais servitude
quand meme.

CONCLUSION

Voila d9gc des cont2s I-
mallids d'observations et de
sagese dopt l'origne s'6va-
noult daxs les temps Ies$
plus reculs De ces flsurons
de la llittlrature orale antill
laise au eCthier d'un retour
au pays natal., 1'oeuvre ma
jeure d? la littlrature ecrite
antillaige, l'Antillais a par-
couru un ipng chemin jon-
chi de pommes, de romans
et d'essais. tkmoisnant de
ses possibility: ,artiiiiuqii-,
malheurausepment ,'aach-ii
par une absence d identie
ou une identity d6semparle.

&Le roman antuna-s,, poasie antillaises, <,La civil
station du bossales" t i se critique du Cahier d'u-n
retour au pays natals de
Maryse Condt, outre qu'ils
enrichissent la connaissance
d'une region d'exprssion
franchise. mettent en relief
un chercheur et un ecrivain


qui reuni
tous les
delouplei
qualltes


VOTE HORO

Pa r Frances Pr


.JEUDI 22 MARS 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIERI

Journee delicate pour les
affairs Si vous etes blo -
que. essayez une approche
original. Chassez les res-
sentiments mcorscients car
vous porteriez tort a votle
sante.

20 AVhiL tfJ 20 1VAI
iTAUREAU)
Uu bavardage pent avoir
de desagreables consequen-
ces. Un ami en cause n ac-
cepte pas votre response ne
gative. Dans 1 apres-midi. s
vitez de trop rester sur vos
positions

21 MAI AU 20 JUI:N
iGEMEAUX)
Cherchez a ameliorer vo
tre performance profession
nelle. Evsez une compieca-
tion senUtimentale enters
quelqu'un en pleine ascen-
sion. ce qui n apporterait
que des ennuis

21 JUIN AU 22 JUILLET
CANCER)
Ce n e.t pas le moment de
discutro Trouvez de nou-
vcaux: suilt.s de conviersa -
tion Remettez o.s griels 5a
demam Evitez la mnauvaise
h ;me ur

22 JL II- T AU 22 ABOUT

Une ri-allsaltion per:;onnfl-
le a la maison leit beauu
coup pour baisser la itn -
slon Ne signez pas d ac'-nrds
ou n vxprimez pas d('op -
n'on1s av;.nt d y atVir bien
reflechl

23 ABOUT AU 22 SEPI
Uui 1.1I -, i qu' Vl o LS .5 ,n
sucz acquose a'. it coueoles e
dans 1 aprst-n uid Evitiie. ds
crhallude rstisslon- s filnis -
(e r(ls Trouvezesi usn a .a-
ile d. version

23 PtEPT AUL 22 OCTCUi R,
BAI. INCE-S
Ins'slier sur voa droils't as
Sra5v5ryit la si:it.uil.osl I ib
,,iscc dic d ioiluin (niti des stis
ci: ctiChiC Dsc Qn 'li. ( [ "
vt.Us us ine a it ,J. .uj i

23 O'T'1llI ,1 L 1 :I iiV
:,' I i'Jr)N,
Q it 1.- siu UhI ,',!ii .
pas Il r i til] '

i di i tin i I. t1\ l 1,111
l i lil i, -, ( |1 i l l n,
tp illoir il :

22 NOV All 21 DEC.
A'AG 1TTA Ill.:,
11 i u' iii pour agir
sur daS ci.n ( ii, rr4ne ui i: u it- II i. Mi
uioLlon,, penlbi :i 1'y,.ud
I rImlt ou pour d(n' quie. -
Uii-'l a arFtsrn Rd'-vc ct uhct


22 DFE.r AL 10 .IANVIF.I
,CAPRICORNE)
11 lIudr: proclnmer vos
drolts uu vouP trouver In -
clus dans it- pls.silnt imou-
v-men: en ,ll ,UIti qu<,l-
qu'un Ne dlseruie pas, naals
soyeZ reserve.


20 JANVI
SVEH
N ;!tltr
mie'ns Ii

rec dilu
Sonl pa.s
dsis la

18 FEVR
PO1
Amities


(Sulte de la lare page)

harder a perdre npes moyens
d'expression. Et de la fa -
gon la plus stupide.
Un Lundi martin, mon ami
capois X me pria de vell-
ler sur sa femme qui pre-
nait avec moi 1'avion A des
tination de Port-au-Prince
oat elle devait accoucher ih
t'H6pital du *Canape-Vern.
En me separanr delle, j'a
vais la certitude qu'elle a
vait reserve une chambre et
qu'elle allait Otre hosptta-
lisle avant midi. Aussi m'em
pressai-je de t6llphoner
pour commander une gerbe
chez une floriste de mes a
mis.
A tout hasard, jen infor-
mal ma femme en lui disant
de se preparer h une visit
apres la fermeture des ma.
gains.
Sur ces entrefaites, je m'er
fus vaquer mes occupa -
tions du Lundi, jour de St
Crepin.
A mon retour, vers les
heures 30 elle n'avait pas
Pair de me fire bon visa
ge. Avait-elle recu en moi
absence, un de ces appeals t
lephoniques anonymes d'u
de ces buns aptires de 1
paix des menages qui pull
lent en Haiti ?
Le feu qui couvait dans 1
cendre n'allait pas tarder
s'exhumer :


it en sa person? sAh Tu ne t t ontentes
charmes de la Gua plus d'employer des fleurs
nne et toutes les de rhetorique et d'arborer la
de I artiste petite fleur bleue avec les
autres femmes. Tu deviens
RSne PIQUION un specialiste de 1'envoi de
fhlurs.
Mais, ma cherie. tu
tlals au courant de .
At l Blen slr" l'tais au cou-
i atnl d( ] envoi de ce imnatin
SCC PEt sals pa1 de tous tes eanvois
S- Une fois n'esI pas cou

A 'Iil ie A ludalux Ti as st6
I trail it sde a lfaeoni la
mlnolls malshveillante i I1 n'y
: pls dix llIlltuies. j'avals
iau boutl d fl ll une elnployee
IFR AU 18 FEVIRIER din 1;1 le'irlst,
SEA(
id" / i's o'" c()impil M d i lai'i sell:' me dlt-
ni;ni" 1eli-ts s'Ni i(s el Ice alors, en me pregnant
Sd s u l, afaIl pour ta secretaire, voulez-
1 iias nie l ous dire h Monsieur Ben-
uUr Vouis estez iett que laa corbeille de
ou ls .1,. flcUrs destine d l'Hopltal
du Canape Vert, visnt rid



lit Al 20 MARS
LSSONS q
.'oilnp7l;u e Ne


vous e tcIsIo ,t- aas;is e
, a:sons d un -v'.1 Au ci'I
traire. ra;o lz ::. ct ,h
a bien mar(t'"', Erirlez la
controversy

SI VOUS ETES NE
AUJOURD HUI
Vous etes a la fois artiste
et scientifique VoU- reussl-
rez dans loutees IS activUil
qui conviendront a voire
ideal Votre plus prai.d trli
vail sera de decouvrir pulls
d utilisr vos possbillices Ca
pable d'lnnover a la fois
dans les arts oP it sclecPs
queP I eOn-servavisme ne por
t. pas tor' a \i)iri remar-
quable niluitionti I ndus -
tre, I architecture la scene.
la literature .Is musique
la pe inurv et la sculpture
sont de me: llours champs
d action pour vous que les
affts rIes 'isarfovis. 1 impulsl
vitc vt IIts ntrf. veu.-s domi
nellron I1 vous lN dra un
ri)pois (ci-venubli i poii ll5U5r
1I mit lhur prtil de vo.t (iU;i
litu-,


ma femme gardalt en r6ser
ve 1'argument -uprinte, un
de ces machiavelioucr, tra-
quenards que lesi femmes |a
louses tendent .a leurs ma-
rls.
Voil. 1. en a' e coeur
net, le r.e r.iisias clie. 2
fleurii -ur en save': ':i
vant-',ce. s"r I s indisci -
tions a rrie :
Mideimnoiselle, ave'-vous
dit & ma fenime que ,oil
L,,ei priseA .lors 'our ma s?
crelalre autre chose que le
lu lcachet sou'nt pri-; en -
voi ae lUt-urs ? '?
Heu I- Rien de plus si-
non que nous avons pris no
te de 1'autre commanide ib
exlcuter le 19 Octobre.


Et elle n'a pa nslste
pour savoir i qul es desti-
n6e cet envni ?
Pas vi:adment per.rce -
oue je croies qu'A ce rnoment
la vous c&te.; arrive et qu'ellu
a d6pos6 le :ornet..

- Je reprip alors ma respi
ration normal, auparavent
haletante et entrecoupde
car cette .-iroellle de ileurs
lait'" r-,pcc..ueusement desti
tle it la riami dre Dame de
la RWpubl.4ue, Madame St
mone Ovide Duvaller qui fM
tail ce 19 Mars son annl-
versaire de naissar.ee.

Ernest BENNETT
Prochain article : sET MOI
AUSSI JE SUIS AVIATEUR


LE BISTROT

F^T^Zi t HIT.2I'ZERIA -

UB.2- G-ILL- CZEPERIE

-- Vote Pendez veus

de miedi a 1 h dut matin

Menu SDcial lunch


Chaqua Soir DCner Dansant

I avec MIstrot Combo.

SMardi soir



(>


Vendredi soir


<>


2 Spectacles Differents

CFaQua s maine

Le Bistrot Tl 2-180S

rswycrmwusa coccc/~ewseaacicaocrsaa


nu Us etre retournee parce-

aiss pasa trouve de chaim-
Quii cela ne tienne, r
pondis-je. vous pouvez tou-
oneurs les envoyer a sa em
me.
A sa femme ? Vous n'y
)(Insez pas Les : cr6taires
sent pourtant bien places
pour connaitre des petits se
crets de leurs natrni Mon
seur Bennett auorait-il quol
que chose a se fire pardon & ROUT OE DELMAS E -218
nere sc Je pourraie toujours R TORO!TTF DE DELAS" 7 7 -, 8
le fare msis a la condition TOUTE LA MUSIQUE 1IAIIEN XN
quelle ne sache pas que TOUS I S SUCCES LATINS
ces fleurs etaient desti f# 'S LES aITS AMERICAINS (DISCO-JAZZ
nees a une autre car Mon-
acur Bennett nois deman- SUR DISQUES
de d etre discret dans ses en OU ENRK 5IST.IS POUR VOUS
vots de Ileurs SURE MIN!-CASSETTE,
J'eus le frisson 5 fleur de SI, I CARTOUCHE S TRACK
peau. Non 1 point a cause d'i SUR BOBINE MAGNETIOU
ne scene de menage subse- PAR UNE EQUIPE DE RSPECIALISTES
ente I cette indiscretion EgFICACE GARANTI PAR UNE
dsune cmployve tiop bavar
de mais a la r ective des HAItIE TECHNICITE
ditlnsiltei su c j'aurai dutsor LI NDI A VENDREDI 11 : A M 5 : 00 It
Ina's a vxprimncr nis senti
In e ltS i i-e is
ic aculat'aloot-hutos 005


LE LONG CHEMIN


.















NECCHI ou CETRA

Automiatiqze on a ptdales ve'fl machine a codare ejt &9


Curacao Trading Co.

i f.etez-la cash on a credit et emportez n ten'da




valuable pour 'achat du tissue do votre choix

Stance. e fam'larisation_ f gratuite

UNE NOUVELLE OFFRE SPECIAL DE LA CURACAO TRADING CO.

Rue Pavte et Delmaas
' Cur^^^*/r~Batao Tra di>> ng C>o.


I
J
I

1

1






MERCREDI 21 MARS 1979


$ 1.50 et 2.00

Les brands fonds
G .>af-'Mi-M-"'3 ->'--yaay


i *""*-* *MMM.Taa&aaateaK^-j>^iy^aeijooat>a^ nMw


Les Liens de. ang


NEW YORK BLACK OUT


La raison d'Etat


LES SPORTS


EN BREF

SV,, (iK FAOLES

,-lll rls du N Y.
S n paration pour
S i Avrll pro
.s iin i r s hler a-

S,- h la Villa St.


I '. ,';. ;i" ,111 ai 11nn e

S a n N tinlle.



Oenophiles,
Attention! !
',, i vi que fal-
S ., uliteillles videos


ti, i. '- is si nt vtrin e s:
,;r i'li -. ,.h, rh'I i .1J les
t. it L, is bones les
;<; obablemc nlt !
',-bla ( Ir ll source inta
sit cs cvendeurs be
-,.,, 1 offr.int une
*! ir; e.( ifarf s- in.
i abrdo'tt un peu
S a:. plus particu-
S'.' i s oe Olisina-
t ,a des posts. ou
1 i -ur 'ccabllin-
r- ... ,. r ouissez de-
S' votre solf avec


Q r i' :cnni' ntI ces bou-
S, ; d Int I etiquette nor
i IImn d une maisont de
is ; i risVi've du ou-
i d. i j i-t lu t urs dleca-
; [) 1 4i i coloree
ridi.isi'. 's stocut
..r I ,, l i L'I ocre
n ', .ir lul mur-
Mn i ,' i r Sicard
0 I'.. i-d Vii sin aujoiur -
* ,I (',,s 'lnl is itr Intre VOUS
til'ititre vous
+, ,' ,- tisrv i.im -ts de ces
,rVA t Si t'ombils d'e rn

', i l''i u viii l ]in do
.il l i l l: l e a

i l" ", ,'I linvlles ell
O l' l l ii' l t I i )r t r i l -



.-- A l I .I] i |,(i |ll
f'. : n r d i i Iy i m ;i rS l l-








S! 'il'l V llrent la
du tu)l,) L.-

'"1.'1;l IO)IMl[,; D)[,: LA
M A 1l:tif ),AJ
(i-ii ,, ,ICARD


Les Alglis de New York
ba.tus en match am.cal par
Il Cmomos, competent dans
leurs rangs 2 compatriotes
qui evoluent au milieu du
terrain: Herve Guillaud et
Medrick Innocent.

Le c&lebre coosballeur brd
slllen Eduardo America (E-
duo fait aussi partial de cet
te formation amdricalne.
Le premier match .e joue
ra probablement samedi pro
chain.


COUPE PRADEL

L'Algle Noir et l'Excelsior
s, mettront aux prises de-
main soir en match comp-
tant pour la Coupe Pradel.
Les dirigeants du Bel Air
ont pris toutes les disposi-
tions pour une brillante per
formance de Ilur equipe a-
pres la defaite enregistree
face a l'Etoile Haitienne.
Que diront les Blanc ? ?


Les matches de la Coupe
Pradel doivent debuter de-
sormais a 7 h. P.M. precise :
c'est une desicion pris? par
le Bureau Feddral qui a a-
dresse un circulaire rela
tive aux clubs de P-au-P.
Esperons aussi que toutes
les barrier-s du Stade rest
ront ouvertes en vue de fa-
ciliter 1'evacuation apres le
match ou en cas d'urgence.

xx x x x

BOBO ET KENAN
DISGRACIES

On l'avait espere, Fritz
Bobo et Yves Jeunes pour
n avoir pas participe au der
nier match de leur equipe,
out e~d .6uspendus pour 3
mois vendredi soir au course
d'une reunion tenue par les
dirig.ants de l'Aigle Noir.
Ces derniers se sont mon
Ires plutot assez prudents
t, en tenant compete des de
declaration des tranitts lundi soir, ont juge
bon de dissoudr- la sanc-
tion prise aux detriments
de l'cruipe et des joueurs
cux-memes.


SELECTION NATIONAL

On nous apprend que les
joueurs qui seront appelds
en pre-selection national
commenceront les entraine-
ments incessamment. La lis
te des jounurs ddsignes se-
ra communique au course de
la semaine,

Esperons que tous les
membres de la press race-
vront en meme temps sans
aucune prioriL6 accordde u-
ne copie de la lists des foot
balleurs pr6-selectionnes.

x x x x

SANTA CLARA
A P-AU-P

L'equipe dominicaine de
Volley Ball, Santa Clara
viendra donner la replique
au club classique d'Haiti au
course du week-end.
Les matches auront lieu
au College St. Pierre ven-
dredi et samedi.
x x x x

ACQUISITION
DU BACARDI

Le Bacardi vient de /fairy
acquisition d'un joli bus
qui servira au transport des
joueurs. On nous laisse corn
prendre que le vehicle coul-
te plus d? $ 10.000. Comply
ments aux zeles dirigeants.
x x x x

HAITI MEMBRE
DE LA COPAMEDE

Haiti a 6te admise a la
Copamede (Association des
medecins sportifs du conti-
nent amdricain) au course
d'un congress tenu a la Sala
de Convencione de San Juan
iPorto Rico) en prelude aux
jeux panamericains qui au-
rent lieu a Porto R4pq.
300 medecins environ iBre
siliens, Cubains, Argentine
etc) ont participe a cdtte
conference sur la medicine
sportive.
Notre pays a ete represent
te par les docteurs Conilie.
Jn-Bart et Pelissi-r sollici
tes par le comite olympique
national.
Plusieurs themes aussi im
porLants que revolutionnai-
res ont ete abordes au course
des differences stances, no-
tamment 12 sport dans les
pays tropicaux. la biomeca
nique (etude du fonctionne
ment humaini e:c...


A L'ARCAHAIE

Une rencontre assez deci
stve se disputera dimanch?
apres-midi. Elle opposera les
equipes Flora et Gitan. Le
vainqueur s e r a declare
champion de la saison.


(SONY c

' Televisor en color Trinitron"


KV-2142R


/


Des couleurs dynamiques

Un ecran de 21 pouces

Bret : Un system de contr6le a (distai

Un authentique theatre chez vous

Voyez votre dealer autoris6,



AUDIO CENTER. SONY

71 RUE DU QUAI, TEL : 2-2437
a a _>' --a >


(Suite de la 1e:' oage)

tion aux Etats-Unis de trois
militaires chillens impli -
quis dans 1'assassinat du Di
plomate Orlando Letelier
s'est termin6e mardi a San
tiago par la remise du dos
sier au procureur de la Cour
Supreme de Justice.

L'instructlion aura dure
six mois. Le procureur, Mon
sieur Gustavo Chamorro, qui
devra donner a la Cour son
avis sur une extradition even
tuelle, a rappel6 que la lot
ne lui impose aucun ddlai
pour prendre sa decision.

En Septembre dernier, rap
pelle-t-on, une chambre de
mise en accusation amdri -
caine avait inculpe les trois
militaires chiliens, don't le
general Manuel Contreras,
ancient chef de la Dina Po
lice Secrete chilienneo. Ils
etaient accuses d'avoir joue
un r6le dans l'assassinat,
commis a Washington en
Septembre 1976, d'Orlando
Letelier, ancien Ministre des
Affaires Etrangeres sous le
regime de Monsieur Salva
dor Allende.

Les trois hommes sont ac-
tuellement aux arrests dans
un hospital militaire de San
tiago.




PEROU NOUVELLE
GREVE DE LA
FALM DES JOURNALISTS

LIMA, (AFP)
Trois directeurs de jour -
naux peruviens ont entame
a leur tour mardi, 24 heures
apres quatre de leurs con-
freres, une greve de la faim
dans une eglise du centre
de Lima en signed de protest
station centre l'interdiction.
decide en Fevrier dernier
par le gouvernement. de dix
revues independantes.

Avant de s'enfermer dans
1'eglise, ils ont lance un
appel a tous les journalis-
tes peruviens pour qu'ils imi
tent leur action, quils ont
definie comme le seul
moyen possible de faire press
sion sur le gouvernement,.
(,Les journallstes. quelles



L'offre de petrole
mexicain serait
inferieure a la
demanded

NEK YORK AFP

Le Mexique a quelques d f
ficultes a Honorer la total
te de ses comniandes de pe
trole brut. indlquent les mi
lieux petrol'ers New Yorkals
qui prevoient que la contri
button mexicaine aux res-
sources mondiales sera plus
faible que prevue le times
tre prochain.

Les mexicains semblent
avoir vendu pluz de petrole
qu'ls ne peuvent en produi
re, i declare mardi un res
ponsable d'une compagnie
client du Mexique qui a re
fuse d'etre idnetifie. Selon
le Magazine specialis6e oP-
troleum Intelligence Wee-
kly2, le montant exrct du
edflic ts des exportations
mexicaines est uncertain,
mais il pourrait represented
15 a 25 pour cent des com
mandes de curtains clients.
Cette situ thion qut, soull-
gne-t-on dans les m imcs
milieuix, devrait, tre tempo
raire et de consequences 11-,
nitdes, tent I des proble-
mes d'ordre technique : Les
mexicains ont slgn6 des
contrts sur la base d'une
capacity de production qui
n'6tait pas encore atteinte
mats desevat 'etre au mo-
ment de 'explrntion des con
trats.


lce Les capacit6s d'extraction
de petrole 6tant en retard
par rapport Fux previ ions,
11 est peu probable que le
n'Otalt pas encore attelnte
son objectIf d'cxportation
de 550.000 k 60o.000 barils de
brut par jour cett? anntee.
Toutefois. ejoute aPetro-
leum Intell'gences. 11 de-
Svralt tre capAble de dou-
bler cette tauacitA d icl 1M
fin 1980


que soient leurs opinions po
litiques, doivent s'unir con-
tre cette atteinte ia la liber
td de la presses, ont-ils a-
joute.

Los quatre premiers grd-
vistes, qui s'6taient enfer -
m6s lundi a midi dans la
cathedrale de Lima, en ont
dte deloges par la Police
Mardi h l'aube. Solon la f6
duration des journalists,
ils sont actuellement dete
nus a 1'Hopital de la Poli
ce et sont emenaces de pour
suites judlciaires,.

xx x


ARGENTINE :
IMMIGRATION
CLANDESTINE DE
COREENS AUX
ETATS UNIS

BUENOS AIRES lAFP
Une bande de trafiquant-
de faux paper's qui a per
nis liminigration cl ndes-
tine, nioyennant des somn
mes iillant de 1.000 a 300
dollars, ae plusleurs milt
fliers de coreens aux ELatt
Uni, a ete denm. ntelee pa
lai police argi 'it ne. n ppri'l
on officlellenlmit n mardi

A la suite 0 lne pliiill
deposee 1, 12 Fevrler dtr
n'r par le Coisult. des E
tats Unis c nttic uint de sso
employes soupqonnesde con
mercialiser de, visas a on
domicile. la police argenti
ne a decouvert une organic
s,.tlon complete dirigee pa
un autre argentin. Secret:
re du Consul, la proprietai
re d une Agence de touris
me, des employes de la se
tiln d imm gration du Con
sulat et de la responsabtl
de impression de, visas su
les passports.

La fillere passa t d abori
par le P. raguay ou 1 Urun
guay ou le system d'imm
gration liberal permettal
1 obtentoon d un visa de re
sident permanent. De la le:
coreens se reiualent en Al
g'nuine. n voy. ge organize
et la directric,- de 1 Agence
leur lournissail dc Iaux eel
tificats de proprietes en Ar
gtntine, qui leur permettait
d obten r un visa de touris-
ti pour les Eiats Unis Gra
ce a un nouv( ;u voy. ge or
ganiise. I-s coreen- se per
daient duns li colonies exis
tant aux Etat. Unis



Chine Vietnam
Pessimisme
a Hanoi

HANOI. ,AFP,
Le Ministre Vietnamioen
des Affaires Etrangeres a
public Mercredi une note
soulignant qu il v avail eni
core ]usqu ai i i8 Mirs quel
que 10000 soldats Chinois
au Vietnam Pekin a tou -
jours aflirme pour sa part
que toules ses forces avalent
regagne son territoire des
le 16 mars.

Pour la second fois en
48 heures. le MInistere si-
gnalalt egalcrment des de-
placements de bornes-fron-
tieres oprcs. dit-11, par la
partle chinolse.
D'autre part. le Pesalmis
me regne dans la caplitale
Vietnamlenne quant au sue
-es des futures hw ,i >. l 'ia ,
S3no-Vietnamnlnnes concer-
nant le problem frontaller
It resort des consvcrsallors
tenues avcc des cadres viet
namlennes et 1l s'exprime,
physiquement, par la mobi
llsation toujours accrue h
laquelle est convid i'cnsem
ble de la population.
Les nmioilt- les exerci-
ces de manlement d'armes,
les missions de television,
les vols sporadiques n bas
se altitude de Migsp au des
sus de la capltale. le pas-
sace Inhabltuel, a Hanoi
zomme en province, d'hall-
copteres, ne sont plus main
lenult, pour les observa -
tours les plus. averts, des
manifestations k usage In-
terne uniquement destinies
& mobiliser la population
Celle-cl. st elle n'avait pas
la menace d'une guerre &
ses portes, auralt d'autres su
jets de preoccupation, a corn
mencer par une serlieuse dil
sette allmpntaire qui frole
la catastrophe.


lis sent devenus Schema de 'Orient Succes da la
des amis en Haiti da Jacmel premiere mission


Certaines des amitids It.
plus sohdes se sont formeoi
.:u course des voyages. C eli
un fait. Mais cells qui e
forment en Haiti sont dei
nues tellement monnaic cou
rante que la Perle des Antil
les semble devenir de ce faith
!a terre de l'amntiS univer-
selle.

Et si nous rdtrcis'sons l'u
nivers dans lequel se for-
ment les plus belles amities
en Haiti, nous trouvons que
le Grand Hotel Oloffson rem
porte la palme. C'est ainsi
que cheque jour, chaque se
maine, nous trouvons des
couples voyageant ensemble
qui nous apprennent qu'ils
se sont connus a cette Mec
que du Tourisme haitien et
qu'ils sont deenus les meil
leurs antis du monde. Et ce
la depuis les annbes 50
qut nd nout debutions dans
le tourism.


Mon ileur La-.r Lainotne
viol'it de IVrelr a la puilica
I on un- plaqolette ielitulri
ScIhelma e I'OuesIt an Ja
niel a ii o git 'uili Cornlo-:
a. Oc- pril i ip- OI.s l iit. C4a
OuI ,rnarque lcait.vie nlmaoni
unique dans la ville de J.c-
mel depuis leo nicule dernier.
Une loge magonnique exis-
tait d6jk a Jacmel du temps
de la colonisation frangaise
Miranda a ete hebergd a Jac
mel par un vdnerable de la
loge.Actuollement la Logo de
Jacmel porte 1e nom et le
numero de Coeurs No 4>. Elle avait 6t6
presqu'entierement ddtruite
par les derniers
c y c 1 o n e s m ais s
elle a 6te reconstru'te et
joue un role social impor-
tant dans la citS jacm6-
lienne a 1'heure actuelle.
C'est un petit ouvrage qui
connaitra certainement un
succes de libraizie etant don
ne la raret6 pour ne pas di
re l'inexistence de document


dae iOEA pour

,Suite de Ia lere pier-.:-i


r. 'nt p.l--, p0 l lantt Ir i : t
jours avec les Secretaireries
d'Etat des Affaires Sociales
et du Plan en vue de fixer
les grandes lignes de l'ac-
tVon de l'OEA dans le cadre
d'une intervention concerted
au Bureau I-itergouverne-
mental pour t'lnformatique,
du PNUD, et de I'UNESCO.


Les conclusions de cette
premiere Missiion de l'OEA
pour l'Informatique en Hai
ti sont des plus encouragean
tes. Il est a prevoir que ces
succes ne front que s'ac-
centuer avec les dispositions
prises par les divers depar-
tements ministeriels pour
career et animer des cellules
informatiques sectorielles ap
pelees s'integrer dans le
fiitir (.Pn n fi 1Ain


Le tout dernier example station dans ce domaine chez u .luur ere t s utional
nous est apporte par Dr nous. formatique.
John Altman, jeune. mede-
cin psychiatre du Peter Bent
Brgham Hospital, Boston,
Mass et sa belle et ep.tante
lenine Gal, prOfesseur ua
Community Cotlege de Bos-
ton qui lors dr ieulr deuxie
Illn v lie (in IHalit lallnee
derincreou 0it e'icontre au
Gland Hotel Oioffsoin JeffI
iBuil: 1, in. Iprimutr dc lbrochu
rle public' talrcus 1a New York
et sa ravissant ife inme Si-
zanne productrice d' ,TV
<,Comunercialso a. New York,
qui etaient eux aussi a leur
second visit on Haiti. a!


Ils sont devenus les meil-
leur, amis, ech.s.ngeant des
viites a Boston et a New-
York Et cete annee ils pren
nent leurs vacances en me-
me temps au Grand Hotel
Oloffson.


i


Ces deux charmants cou-
ples ont pris dlnanche ma
tint le petit dejeuner trad:-
tionnel haitien chez leur a-
mi Aubelin Jol coeur. en
compagnie de Vladimir Ka-
gan, man de 1: celelebre
Erica W'lson K;'gan. et de
son fils Eli ou Elie.
Gail t John Aliman et Su-
zasnne et Jeff Bunri pa.sent
environ deux s manes en
Halti.


C.E.E : Declaration
sur les privileges 8
et immunites
Diplomatiques
PARIS, AAFPP Centre routes douleurs
L's personnes qui benefi- COntre routes douieurs
cient des privileges et im- '
munites Diplomatiques -asont
tenues de rept'eter les lois 0

creditaires et. par conse -t-
quent. aussi ceiux qui concern c .- i'. ---
ncnt, l'importation. l acqui-
sition. la possession et o'emt Professionnels, amateurs ou mHomanes avertit
ploi des armes i fe,.u rap- Pour tout matiriet electro-acoustique
pellent solennellement les Voyez Aux Ondes Sonore
Ministres des Affaires Etran Voyez Aux Ondes Sonore
erers des neuf pays mem Pour tudt apparel de haute fidillt6
bres de la communaute Eu Voyez Aux Ondes Sonores
ropeennc Four tout materiel Alecironique

Dans une declaration pu Veye~ Aux Ondes Sonores
blee Mercredi par le Minis Pour tout materiel electrique courant
tir sfranqals des Affaires E Voyez Aux Ondes Sonores
lgneent en outre lise Diplomatique ou consu Dle 1'antenne an ricepteur
hoire ne peut etre utilisee -uyez Aux Ondes Sonore i
qthu' pour te transport duob
jets ou de documents rdser- Pour enrichir votre cult"-re musical,

v6s a 1 usage oflicell des mis voire discotheque et ass.rer 'ean-
sions Diplomatiques ou con tretien de vos disques
sulalrest. eyes Anx Ondes Sonora

Dans la poursuite de leurs Por cholsir vt"re guitar classique
travaux en common, les ou electrique
Milstrcss ont pris note d'u
nIe certain preoccupation Veyez Aux Ondes Sonores
de i'oplnlon publique con- Violonisles, Altistms, Violoncellistes o
cernant les abus de privile pour vos cordes professionnelles
ges et immunitts Diploma- Voyez Aux Ondes Sonores
tiques et consulaires,.. Pour vos radios et assettes pour voltare

Dans une declaration pu Voyez Aux Ondes Sonores
bli6e Mercredl par le Minis Pour vos enregistrements : tape on
1ire Franqals des Affalrcsmagntique, casses O e-
Etrangcres. les Ministres rban magnttque, ssetes, e'-
soultgnent en outre sque la tridges sont necessaires
valise Diplomatique ou con Voyez Anx Ondes Sonores
sulaire ne peut etre utillsde
utaire no pen Sreo t e Vous aves beecin de cables 61ectro-
que pour le transport d'ob- S
jets ou de documents reser niques ou n lectriqnes
v s l'usage oftficiel des Voyez Aux (ndes Sonores
Missions Dtplomatiques ou
consulairesr. 3

Dans la poursuite de leurs Aux Ondes Sonores
travaux en commun, les Mi
nistres ont pris note ed'une Tout... dans tous les domalnes
certain preoccupation de
l'opinion publique cancer 41, Rue Macijoux T616phone No 2-3824 -
nant les abus de privileges An Service du message sonore -'
et immunites Diplomatiques 5
et consul alres.. e


Nouvelles


de l'Amerique Latine


-IU)~~.---Y~Y----~------~WLII-~)------ Y,


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (an permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30

CE SOIR


SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE III $ 2.00 SALLE IV $ 1.50
! -- 0-- ifr V~nD In T AWF 3 A* &.-


- "-ssco40-_


'ln




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs