Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10343
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: March 17, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10343
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
rm wW*R I.J


dans le Sud -

'Eher de la Diplomatic
vt pirsi.stant e do bruits do
hnIlls s(' conjugalent same
d(i pour malnenir dans le
Suid-Est Asiatique une ten-
,sln pr ocuui' plilite.
Vendredi soil, le vto oLe
1 URSS a empeche 1'adop -
li.1 ai eounseil de' securite
d'' la res'oultion des pays
di' '.Ass.i.ocitation des Na -
liiiu.l du Sud-Est Asiatiquei
.\NtSEAl i ui demandait,
ttl it la f'ois, le retrait des
oi rces vietni.nieniines du
( 'ahbude et cclui des. For-
'a 'iinois;s du Vietnam.
L.' esxte avuit obtenu treize
s\oi y c',,npris ccile de la
('in,, I'URSS et la Tehecos
i)\t liitI tont vote centre. .
tiur le Front Sino-Vietna-
ni 'i. alor.s que Pekin affair
rt"' :ivur termin e le retrait
d' s's (ftupe's dlu Vie'tnam..
'ie Vict1namien en revan-
l. ii oi) u:ti. tlticntl qu'il y a
i ,, o des solcats. Chinois
Si ;a d le I frt lonti'r'e. La
id' t iHanoi faith. et t.
:ai ',ndatm pillt e t. ad atrocities'.
o';i! ii''a pnir cus derniers
ii n;" is popular ions froil
i'cu, aC'e. Cp"e.danl.t pour la
'ii u.sl(ire fois depuis le de-
U! dn con lit, le 11 Fe-
r dernler., cette rnc me
n' u a'. s 'i pas done Same
i doe'ntuvelles nsur les obe
i.,l tilitatires.
F, Lai.e de son cote, s'esti
i, int'cict )epar la l Chin,' liI
o ii.t' uenti etnir quel -
que 50000 soldats Chinois
,'it- aom1 tcrritoire. La Radio
N tioniale La),tiennte faith


Ronald Mevs est ne a Pt-
a,-Pr nere le 293 Septimbre
10h-5. Dei son .cune age (10
a 12 int cin ieutn 11 a com-
mence a pi'cdre, disonis
mnaux, a .I(,ii r lvec la petin
ture !ans 'iatl'iT'r de son pe
( rt.iste lul-meme.
En 1964, il e.;t part pour
les USA ua il p;ssa la ma-
j.ur paitic (de son t.'mps a
visitor muse:t it expositions
A sos hcu!re bres, il s'adon
na 1.' p ntur' ct a la sculp
ture momc.irn,,a. ut" sculptu
re faitc d'a scimblage doob-
j(is lhteroeitt.-. A son re-
tour en Haiti, il eut a ren-
contrer Jacques Gabriel et a
6etre attirt .'usi par les dd
marches modernes d'un Dor
cely. 'Du point de vue tech-
nique, il a reconnu avo'r
beaucoup appriE de ccs deux
peintres figuratifs quoique
sa' peinture s'oriente cllire-
ment vers 1'abstraction lyri
que.

LA PEINTURE ABSTRAITE
ET L'OEUVRE DE MEVS

Sa peinture dite d'abstrac
tion lyriqlp est dominde par


ce qu'il est dans l, vie : me
nus.er et teinturier; par ses
rem niscences visit aux U.
S. A. de musees et d'exposi
tions et connaisances li-
vresin'us sur t'Art pictural.
Cc qui fait qb1il .e deg ge
de la forme la plus abstraite
do son art n certa n rre.lis-
me indispensable d'ailleurs
pour penetrer dans son uni-
vurs.

Sa demarche nest certes
p s nouvellr dans la peintu
re moderne haitienne. Un
Georges Paul Hector, entr'
autre.s, en deux expositions
sous le ttre general < Conqufte de l'abstrations
en 1967 et 1969 a lInstitut
Fr nigais d'Haiti, en faisait
deja autant. Cependant,
pour sa part, Mevs a voulu
s'att.-cher a 1'aspect lyrique
de I'abstration et a voulu 6-
galement, come un enfant
du s'6cle, se confesser a
nous cbmme caurrdt dit Jo-
seph Emile Muller dans
son td 6panchement de sa pelin-

(Voir suite page 4)


Tension preoccupante


Est Asiatique

otat de nombreux incidents
do frontlire dans la zone
septentrionale du pays. et aof
fire que les chinols se 11-
vrent la A d'lmportantes ma
nocuvres millitaires.
Elle ajoUte que, depuls le
14 Mars. ulusieurs provinces
de cette region, situee a 600
kmn au Nord de Vientiane,
don't celle de Phongsaly, .
pont en etat d'algrte. P6kin
refute ces accusations et, en'
gag6 de bonne volontd, dd-
cide de retirer quelque 5.000
(selon des sources Infor -
mees) de ses technicians em
ploys localement a la cons
traction de routes.
Ce nest phs un hasard si,
dans ce context, les Sovid
tiqueas ont choisi la region
Sud de leur frontiere avec
la Chine pour entreprendre
des manueuvres militaires,

Brigitte Aube
arrive lundi martin

Elians Lescot, Presidnte
de PUBELMO Publicitd bat
le t. mbour autour de l'arri-
vee prochaine de la Bellisi-
me Brigitte Aube, Renme de
baneo est etoile montante de
la chainson francaise.Et Joel
Elhe. cci iltmpee:-s. rio effl-
cicnt q i 'so deplace come
in hbill-n07er. vient de nous
eonf'rmer I'arrive, de la bel
I' etoile.
Brigitte Aube arriver, lun
di martin par le vol de la Pan

tVoir suite page 6)


Tl16phone : 2-2114 Bolte Pos 'le : 1316
Rue du Centre Nr 212


Proche Orient: Activit Nouvelles de la RFpublique
It 1 rt l *1


dlplomatique ie rile


Au moment olt les amdri
cains font du porte a porte
pour oplacer> au Proche-
Orient et en Europe, le fu-
tur traits israelo-6gyptien,
Moscou s'inquifte de plus en
plus des consequences mill
taires d'une aide des Esats-
Unis aux deux pays reconci
lids.
Le President Sadate nest
plus seulement accused d'a-
vof < rael, mais il voudrait, dit-
on a Moscou, remplacer le
Chah d'Iran en tant oue
gendarmesa des Etats-Unis
dans la region. Cependant,
souligne 1'Agence Tass, 1'UP
SS reste partisan ad'un rd-
glement large et multifor-
me dans le cadre de la con
forence ole Oen-e-s>.
Quarante huit heures pour
convaincre les saoudiens et


Ni-FIGUE MI-RAIS1N



Ce legume qui coitte des millions...

P..r Mona GUERIN


D i, .m t. al cinema tour du iilm s'tait-l arr range


pour le faire durer le temps
leqius. tant il a melange pre
c.ipitinlientl. d. is une sala
de tuimnultufu ,e let comeni
un le fIat si soiovent mainte
nant tous les themes favo
1 is du e nemna contlmpo-
raIi : la viol nice, los ubses
sions sexuelles, les f Is a pa-
pa,. la levre dt dollar etc.
etc. i tien, i il n'y avait pas
it drogue cet'e fo s-ci !i.
Les chos's ayan' ete mences
t.inbour battle", il ne fatt
pas de doute que si les pri-
ses de vues panoramiques,
la mer bleue et les gros
plans d'une cmeinra longue-
inlenu att rrieiL ur j'inutile
niavaient allon"c, les sequen
(ciS pour m'laii en r le film
t.:isl It' tisnps reglhmentti-
'', d'ix niist-i'si apres let de-
hut d I projcctliioni. deli-
vi'r's. 1Otil aIuron.s i u ren-
rer (':tuze n ui S Non,. il a lal
I uait'lclndre noire delivrancee
p iida;int prs d(i' dux lieu-
l'' tu e I low d('iCut'll s j l' lne
U .- p.).Sec ,'! .iquel stion :
SPul squtl'in liiir (uto tit tant
d'. "'i i, fatil-ii pc'niser qi 'il
";111ii qgue itll.'t's sc passenit
touit commt' 1'n dit qu'il
1url Clne u 'ln'S se passe ?
PRtlc' quo. '{ <'1 pals, dire
iti in'1 Pli ni ciut e rient a
p.iOl uec (c', n'"i'ec pnur
c(lIa cii p.rsoi'line ne s'on
lPrivien titePitl ( mat' pa-
yer gros poutr reatsr s une
inp''.W, vo la oui est diffe-


P'It clu'lun film vo't tle
j.iur il fault sans doute que
pIlis!etllur pirsoannes y croient
c ini cui l'a imaftineI celui.-
qul en a ecrit le 'ccnario, ce


; -.. i ;. ui! t ilm
cl' 11Oi tutu tmon"
c: ci. i "c l L 5)m cii
'. !]: Pt :n-..ort,. car
i, rl !', l ,a [I. G1 (1 mItl.'l 's
!ti'* i(.' i i '' It's

t 'i ,' I1r,1u' que le
.-, it. t oi I !t ,,ra

lil iii( "'l "ll t de port'
".;' i .! i ii. de( la
: til It' d .'tt ,, tac. it' aivou
:i\ir t .ii p t itr aep ri:'-n r
i lttIonit i iaveL,. a nos
i, l A r )pi(rs desUt-
S ( I' i'n.! ;ux 'ochons
"| l ( i.h b a !: cl' d'tsherl-











titin I 'i ,7.l:'.t* i ii vcl ux1 in








I i i' s .ii tti dc d on t
d, I "' 1 ,!: r 1l re l' t -
11 1(* II r l a -


lui qui v. leo monster et put's
aut-si, tout de meme, celui
qui vi le finai-er et par hI
quel J'aurais da ihonnete-
t ment cotmnaencer. En dernie
re place, et ben que ce
soient eux qui. en final, inte
resscront et c:ptiveront les
spctateurs, je mettrais les
interpretes qu'il serait le
plus souvent injuste de ren
dre rcsponable d'un echec,
meme quend ils tiennent
les roles prinipaux.

Des lors, comment com-
prendre que tant de c u'.- .
mettcnt ensemble pour pro

(Voir suite page 8)


les jordaniens de se rallier
au 'processus de paix, ptdlu
de selon les amdricains ba
un reglement global dans la
region, telle est la tkche de
M. Zzigniew Brzezinski. Ad
joint au PrdsidentQ Carter
pour les questions de S6cu-
rit6 Nationale. QuI est 454tPB
du au Caire dimanche SOir
venant d'Amman aprts
Ryad, a la tte d'ime Impor
tante ddidgation. Le Sous
Secretaire d'Etat' Warren
Christopher, qui faith parties
du group. ira ensulte en
Europe a Paris. B'oran'et
Londres, pense-t-on, pour in
former les allies de 'Amdrl
oUe.
M. Christopher s'efforcera
surtout. soulianent les obse?
vateurs. d'obtenir le soutiei
le plus large possible au
trait de pais isradlo-6gyp-
tien. don't on prdvoit la si
nature pour le 26 mars. II
s'a-ilrat en oarticulier d'ou
tenir des Days euronuens do
fair Dression sur les pays
arabes avec aui ils ont do
bons rapports, pour Que cet

(Voir suite page 6)



L'entraineur
Rent Vertus
prparera
IPEauipe
National

Ancien garden de but du
Racing et de la selection
haitienne. ancient responsa-
ble technique federal. ien-
traineur Rene Vertus a ete
charge par la Federation
Haitienne de Footblil de la
preparation de I Equipe Na
tionale en vue des elimina-

(Voir suite page 6)


Les deux cordonniers du


coin: Antenor et Armand

Par Laurore ST JUST
POUR JOSEPH ST PHARD DIT TI JO VERNET


En H.,iti, les salons de
coifiure sont, par excellin-
ce, I'endroit designed pour les
palabres, le, d'.scussions al-
l:it des sports aux nouvel-
les inlternationalt'es, des femn
me; a 1.' poltique locale, 11
est tree rare que le petit car
re occupy generalement par
un cordonnie, prete a ces
execie(s oruto'res qui, chez
Ie coiffeur, durent souvent
des heree:, avant de ceder
]a pI ce aux adeptes du jeu
de dames rivalisant d'adres-
se ct de technique, pour de
crocher le titrt convoite de
champion.

A 1'encontre onu co ffeur,
le cordonnier, pout compa-
gnon, a gener:,lement un ap
prenti (onb a. touti ou, par
fois, un ami, chomeur impe
nitcnt, avec qui il partage
quelques gorges d'absinthe
ou de tend.nt que la maitresse lui
apporte l e plat preedre;
mais moulu a I'aubergine),
lui donnant force et vigueur
pour recommencer- en fre
donnant une chanson d'au-
trefois, le b.'ttement du cur
rebelle, selon un rythme tou
jours le mome

Les deux cordonniers de
notre histoire, qu'une ren-
contre avec Jeanne Liau-
taud, ex-epouse Bayardel,
nous a remis en m6moire, te
naient boutique a l'.ngle
des rues Montalais et des
Fronts Forts, coin commu
nement appeld oDerriere ly-


Diffdrents, Uis 1'etaient des
autres, car c'dtient des cor
donniers qui s'iintdresscient
A la politique. Le coin oiu
l'on trouvait, des 1'aube, An
tenor et Armand, c'est ainsi
qu'ils s'appelaient, ils 'loccu
patent depuis I'm de grace
1115. C'est dir? que de la
leur parvinrent le coup de
fusil du petit soldat de lar
senal (nous voulons dire l'
cho) et la decharge meur-
tridre qui s'en sutvit. De ce
poste d'observation, ils ont
,usis vu les premiers visa
ges pales en kaki' gagnant


les rues du Bet Air en con-
queranus, a board des chars
blindes. Fin s, so dirent-ils
eutre eux, los beaux jours
ou. dans 1 diane des matins
iuceendies par le soleil, les
troupe, de notre ancienne
armee tombaitnt en bata lle
dtvant 1','ncienne cathedra
le, tandis que los choeurs de
jeunes filles de La Sagesse,
de Laluc et dRElie Dubois
laissaient monster vers 1'au-
tel a l'occ-lon de Ta 15 Aoft
de., chants d'allegres:e que
de son sole, ks mains le
vees come pour les benir,
recevait Mari : la Grande
Dame du Cit!
J't'vais 7 ou 8 ans en 1930
lors de ia grande champagne
nationalist quand. frequent
tant 1,- boutique de ces deux
cordonniers, j'ai commeaice
a m'interesser a la politique
sans y rien comprendre d'ail
leurs, mais posant sans ces
se des questions A h vue de
ces photos de candidates or-

(Voir suite page 61


LE- PIECES
D'AUTOMOBILES


Dominicaine
ne est dangercusement af-
fectee par le fait que nom-
bre de citoyens dominicains


:.ANTO DOMINGO Le percent leurs
t4OMut6 Honesin,o Mota Ma ments plans i'ac
tos, de la Province des Pe- cules, qui se r,
dernales, a prdsent6 un pro les garages san
jet de lot qui a' obtenu l'a- tre repards fau
dhesion de la majority des de rechenge.
rin.ibres dise la Chambre.
C 1te lot obligera desormais 4 NAVIRF-S
* It',.utea les nm.,isons 'impor- DOMINICAIITIN:
" c..l i, et di '.-ente a automo
blles et autres vehicles SANTO DOMIIN
lourds ou ldgers devront e- madora Ne-val
bre desormais pourvus de a requ le. stocks snfflsants de pieces premiere united
d2 rechr:ng en vue de 'en vires commands
trtien et de Ia reparation tiers navals
des dits vdhice.ess. Le prin Lentreprese, et
cipal cosiderant souligne ded Norvdge ont
que ( <'conomie national creddits de douzE
de la Rdpublique Dominicai dollars, remb


investisse-
ch.'t de vehi
ou lent dans
os Douvoir e-
ite de pieces





GOO Dominicanas
ta 'Maria>, la
de quatre na
to a des chan
de Norvege.
des bngques
t arcordd des
Millions de
oursables en


25 ans pour leur construe -
tion. Chaque navire .porte
containers coute 3 millions
de dollars et relieront regu
lierement les ports domni-
cnins avec Miami et la Flo
ride, y transportant sucre,
caf6, cacao, figue bananes,
des fruits. Les equipages se
ront entierement donin' -
c.ins.

DEUX MORTS
SANTO DOMINGO Un 0-
change de coup- de feu, a
ete enregistre cotte s'emi-
ne, durant la nuit entire la
Police et un group d'hom-
mes arms. Deux d'entre ces
dernierl, ont trouve la mort.
La fusillade s'es' deaientche

(Voir suite page 6)


La Rdpublique d'Haiti,
qu'on le veuille ou non
est un pays a vocation pu-
rement agricole. C'est dire
qu'une attention toute spe
ctale doit dtre accordde
aux terms cultivables de
1'espace Haitien.
I1 est un fait unanime-
ment admis que L'IMPOR-
TATION constitute la plus
grande entorse au develop-
pement economique d'un
pays, comme disait l'autre
le sous-developpement don
nez-vous exclusivement a
IMPORTATIONO. De lo
deccoilnt dAeux grandes re-
gles de Politique econonmi-
Que : EXPORTATION et
PRODUCTION LOCALEe. II
va sen dire que .tout ETAT
qui s'engage dans la Batail

Une Union
exemplaire
Demain 18 mars, ramene
le 29e. anniversaire de mna-
riage de nos excellent a-
mis. les epoux Marcel Car-
ducci apprecies de tous
dans le milieu pour leur en
regent, leur sons de 1a-
milie et leur grand human
nisme.

En cette date here pour
nos amis, nous partageons
leur joic ainsi que cell de
leur famille et nous formu-
lons a 1'endroit de Marcel
e'. de notre collaboratrice
qui nous gratifie chaque se
maine de sa 1halteo si pri-
see de nos lecteurs, nos
meilleurs voeux de bonheur
et de sante.

Puisse Dieu continue
de benir cette union exem-
plaire et la couvrir de plus
d'amour et de bonheur !

Manoeuvres
sovietiques

N. Y., (AFP)
L'Union Sovietique entre-
prend actuellement des ma
noeuvres militaires ade gran
de envergure pr6s de la re
Rion Sud ace sa frontlre a
vec la Chine, indique same
di le New York Times.


Paiernent des Factures


AMERICAN EXPRESS

L'AGENCE CITADEL1RE, REPRESENTANT EXCLU-
Shi' DE LA AMERICAN EXPRtSS COMPANY- EN
HAII, PREND PLAISIR A AVISER LES HOTELS ET
ETABLISSEMENTS COMMERCIAUX QUI ACCEPTENT
LA CARTE COMME MODE
DE PAVEMENT, QU'A PARTIR DU 26 MARS 1979, ELLE
ASSURERA .EN SON LOCAL, 35 PLACE DU MARRON
INCONNU, LE PAIEMENT DE TOUTES LES FACTU-
RES (RECORD OF CHARGES) DE LA cAMERICAN
EXPRESS COMPANY,.
SUIVANT LA COUTUME ETABLIE, LES RESUMES
DES FACTURES (SUMMARY OF :CHARGES) SERONT
RECUS CHAQUE LUNDI A PARTIR D U
19 MARS 1979 AU BUREAU DE L'AGENCE,
DE 8 HRES A MIDI ET DE 2 HRES PM A 4 HRES. PM,
ET LES CHEQUES.SERONT DELIVRES LE LUNDI
SUIVANT.
PORT-AU-PRINCE LE 16 MARS 1979


le economique a pour de
voir essential de proteger
indubitablement et de pro
mouvoir l'industrialisation
locale. Dans cet ordre d'i-
doe, l'Etat Haitien, dans
son souci constant de ton
jours donner plus de bien-
etre a ses ressortissants a
accord diverse facilities
aux Entreprises industriel-
les. En temoigne la 16gisla
tion economique du pays,
principalement les decrets
lois sur les industries nou-
velles. Cependant, il est de
plorable de constater que
dans la pratique 1'Eiat n'ac
core pas de PROTECTION
effective aux entreprises
Haitiennes. Pour rdpeter le
Quotidien PANORAMA, di-
sons que : ssur le plan de
1'effort economique natio-
nal encouragement que les
institutions juridiques ou e-
conoumiques accordont a
l autochtone est fort mince,
et .s'il le compare au statute
don't jouissent les entrepri-
s(s similaires dans lIs pays
de menme taille, l'attitude
limited de protection expli
que en parties le devcloppe
meant reduit de 1'activite
national, (Voir quotidiecn
PANORAMA, mardi 13 Mars
1979, 21eme annee No. 4.550
article intitule ,PROTEC-
TION DE EFFORT NATION
NAL).
Cependant, nous voulons
fire ressortir que suivant


la constitution en vi.i uric
privee et vise a c" '.I, ,1"
se developpe dans les condi
tions necessaires a I'accro.s
sementde la richisst n atlio
nale de nlantore a a,-t'.or
la participation du plus
grand nombre au benefice
de cette richesse Art. 162
2ime alinea de la conIsttu
tlon1).

C'est fort de ccwe disn'
tion constitutionnello queC
nous n'avons pas hesite a
inous lancer dans une entire
prise aussi colossale que la
culture de fruits et legu-
mes et de lour mise on boi
tes. Comment no pournolns
nous pas etre coniants
puisque le decret lot de
1963 sur lIs industries nou
velles prsvoit dans 1 un Jo
soe.; con.idetrants I 'il con-
vient ide prot(Jtecr 'agre'r -


IAMBI 17 ET DIMANC -
.18 MARS 1979
No. 31.040
8Sbme ANNEE










FONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION. INTERAMERICAINE DE PRESS


S rotre


ci,'


n at

lonn'ti' ta t iat 'itt.' i -

1i, i'tv i' a a tmf'a o, at'i'-

n.1 .w. ,t e uhe
T, i -, (. deo a:-
'S' I dlus d cit" I. Ix Umillions


LA FACOLEF ET LA AS
DEM out respect jleOsemi'ntt
t(inu leurs (CengaIImenei.l
bicn qute leur pro'duallon
iO sati. labi ii s I 'i't rOe la
ctrmanp(de 1 ,. al" O( r d'( i-


Hier, Aujourd'h:ui

et Peut-otre DeSItrin

Par Cnrlo A DESINURJ


1
Ce scraut une granclde c;-
r't1ur (le ia rt (1c, t) '
tes do vouloir cico.-;crice tl
public haiien ia qluLl uii's


"PTener


le developpement"

par Pierre Robert AUGUSTE
Penser le DeveloDoement, Tiers-Monde : -Proposter une


dernier ouvrage public par
le professeur Rony Durand,
demeure un imperatif padres
de a tous les pays du Tiers-
Alonde. et, en partciuljer a
Haiti. II s'agit d'une autre
vision a se fire du develop
pement contrairement a la
there occidental.

De prime aboard, l'econo-
miste du Tiers-Monde, pour
le Dr. Rony Durand, dolt
fire table rase des concepts
occidentaux et placer ('hom
me au coeur du developpe-
ment:

< de, la science economique
s'identifie avec la science
du bien-etre de l'homme, du
bonheur de l'homme. Elle
doit repondre aux besoins
illimitds des homes .en pre
nant appui sur le develop-
pement impetueux, revolu-
tionnaire des techniques de
production. Mais '1*conomie
politique nest pas la techno
logie, ainsil que le laissent
entendre les traits d'6cono
mie politique des dconomis-
tes de l'Occident. La scien-
ce dconomique, vue du Tiers
Monde, 6tudie les relations
sociales, humaines qui nais
sent au sein de l'organisa-
tion de la production. Elle
se propose de cerner la for
nation socio dconomique
des diffdrents types de so
cidtd, mais la science dcono
mique ne saurait se rdduire
S1'6tude des faits 6conomi
ques, tel qpe l'entend le
penseur occidental (pages
35, 36).
L'auteur d6finit la voca-
tion de I'deonomiste du


explication scientifique' dac
sous-developpemceu. Dep,a-
ger une vole specifique, inm
dite du de'veloppemncit iio-
nomique des pays sous-deve
lopp6ds,. A son avis. -eult csa
propre a la realisation de
cette vocation la mothode

(Voir suite page 4)


(,( 1 I"! I I, ci c L 'a ) I2'v




i',i it l cond ti clm nt

ou plil tt sou it 'li I' o.s.
s i.ts' ('( tidcI tOit !i iin
voritabli artiste iii t' r ur.
ci poiu! pus aa'cchd ( "s
,,; P,,is 1'e'ix- dw fa'mps e ou
oe boiu.'.oe conseeration
que Fcn csail.

Le vrni public' ha%0n. a
de'aut do n!o'vo'sr ,acccddre
a n. idloles so mn eont lou
joun's do parnco.'ir cp vaste
amuhi-theaitre au' ast le tran
sitor, e t'Fimaginialion,.

Carole Dcmeu'sin no pour
rait-elle pas un soir ouctr
at Stadc poar son v0ria-
ble et trs Taree public ?


Le Sermon de la Semaine

par le Pasteur Lue NEREE

LE DEFI BE SATAN A DIEU


aEt Satan repondit a I'E
ternel : est-ce d une itaniA
re desinteressee que Job
craint Dieu ? Ne las-tu pas
protege, lui, sa mason et
tout ce qui est a lui ? Tu
as bdni l'oeuvre de ses mains
et ses troupeaux couvrent
le pays. Mais tends ta
main, touche t ce qui lui
appartient, et je suis stir
qu'il te maudit en face. L'E
ternel dit a Satan : voci.
tout ce qui lui appartient,
je te le livre; seulement, np
porte pas la main sur lui,
(Job 1 : 9-12)

x x x x

L'h'stoire de Job dans la
-Bible est A la fois pour no-
tre instruction et notre con
isolation. Cette histoire nous
enseigne que notre vie est
.onstamment menacee cra.
Satan qui cherche; par tous
les moyens en son pouvo:r.
A nous nuire dans ce monde
et A nous calomnler mimep
devaot DBeu.


Cott", hi'stoire., coendaint
ous console, parcel qlu'elHp
nous apprend que Dieu ne
"ous livre pas a la fanLaisie
du malin. II s souc e e de la
vi' de ceux qui lui sont fi-
dcles. Et Diii. it ca:ns" des
siens, tient Satan en echec,
en le diriaeant vers la con
fusion.

LES ACTIVITIES DE'SATAN

La B ble ne nous cache
rien au sujet de Satan' don't
I noui signifie : ('adversai-'
re, per excellence. Satan ac
cause les croyants devant
Dieu nuit Ft jour (Apoc. 12 :
10). Son oeuvre, commence
sur la terre denuis Adam et
Eve, continue jusqu'A cette
here. II s'attaque A tout le
monde, sans exception.
L'histoire de Job d6ma-s-'
qu Sa'a.n mieux ou'aucun
autre li-re de la Bible. Ain
st nouis ne dvons pas nous
fare illusion sur sa puis-

(Voir suite page 5>
1 1


En Phonneur de
la Premiere Dame
de la ReoubliQue
D.0 s.mnii clou Gou.erne-
ment ont pris initiative de
c6lbrer avec declat., cette an
n6e. 'anniversaire de S. E.
Mme Frangois Duvalier, Pre
nldere Dome de la RpDubli-
que.
Its organisent, en effect,
une soiree culturelle et artis
tioue qui aura lieu au Palais
National (Salle des Bu:tes),
le lundi 19 Mars, dds 19 h 30
xxx x
AVIS DU.CENTRE
D'ACCUEIL DUVAL
DUVALIER
Il est port a la connais-
sance du public et des md-
lomanes qu' i'occas on du
glorieux anniversaire de Son
Excellence Madame la Pr6si
dente Simone 0. Duvalier
Premiere Dame de la Repu
blique les majorettes, ie ie

(Voir suite page 8)




Depuis ddjs plusieurs an
nes les vols de marehandi
ses entrpnoseos t la Dnua
ne de Port-au-Prince sont
devenus monnale conurante.
Une habitude un" routine.
A la barbe di.s consuls im
punemnent les specialists 0
pcren!., sans so s ntLr le
mL in.s d u monode nquietes.
Le commercan, t lui. ne
satitw irme .s ai qui cla -
net-" a coli'. On 1ecoute,
plauto eisiuye. av(.c Uit sa:3lg

s\ o r ,itl.t' )ia e 3


Lettre ouverte a la Secretairerie d'tat


du Commerce et de l'Induitrie


PmINu! N' UL


Ronald Mevs march sur


des charbons ardents

FACE A LA PE'iNTURE MODERNE IIAITIENNE
P.c WebOrt LAHEINS


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET






PAGE2 SMEDI17 T DMANC~ 1 MAR 1179


LA VIE ECONOMIQUE


Avant de'ntrer dans Ie vif
(l ;;ujotl, il imported de pre-
t's'Cer cei'ain. concepts tres
imlY'a1tanl.s en maieore de
Ilsc:llte, ce qui nous per-
i"'_,"a d'cin ga.er un dialo
I'ic' plus constructit' rt plus
lr'ciUet': a'vcc les partici-
pan .s a ce s6ninalle.

I. SYSTEM FISCAL :

L'expres.son tSysteme Fis
.. stl employee pour d6si
ilr I ensemble de, lnpoi..
ellectivement appliques danji
1ilol nalton : c'est la il'.-'al
tl d .! a S'11 s'agi, 6 .mn
Ipo's ,I.h. l;es dolls iilI coin
O'LI colloetivrtOc i1lt '
on paica de la Fi.sc'ilL. L:)


'MPOT O11
i'I. LE, ,.Vi .... T'StC'-.L :

Pour bat o comprendre Ie
ceont opt 'n liput. l la',t h,
I'li'r cidai 1' econ e .:'u
l co,inom.t p.,bliue dio t ,1
].allie e.s ia Producti n dc o
, n ns et de Servres cni v'( i
( "o a s- a.ri e les bso.inl i: i
bIc, 1" n110 product 0on e-
1I'II'" e n.e luc( non ndan 1z'
li. iis L de triaisior-
a:;lo un t0. b ens ma'.-; pli-
IXO Ct":)beatlco'l 1
, :. ce. Creatlpns d'U
lilies. 1s

Un t 17v i,, r icuLi t7ion on


t 12t'n 01; G ; '' '.eSjuscu ..
-s ~t a e I u I

ta n oduction co' biens oit






', :' 1 11 .1 .R

', t 4,e, r,' ,
I IC t a n 1 ; '',
C r I 1hT-:




E(,'I'ECTI'FF,. RUR IFE
: 1LVFNU NATIONAL ?

rDant d.on):;: iu '"Et,;
n11 1 pa1; T, iT niqc,(mCnt la
p/s-i lite dcIp(nerer le prele
vi'mentl d.s ra.stourcces au

rvcni], foic(' e2-t donec pour

,l(n1 1 (ih s i(lleI 1c Rovi 1in
I i:1t i]ll. 1 r'1 l l l
I' :i ii li ,.d ; .

A I i I-' ''> drs conlsicle
r:tuiol., re(', 'entes, e il et fa
''0o dSu V!i' r<(1 r le o rn
(i d inipo' nI do'! ptl rce
i I 1 ,l, !' ('.sl I E :nsom -
hil des Oprial ioi'.s ir;Cs rCen
( (/'[;\ 1' : r Ih:i p) : ;!'C p )'l
bhnqlte po( r- (ol),'n r 1 '1 'lfe a
Il pr i '(l-v e n I' ( 'f(ectlue par
v' ie dc fOl11 1 '11' 'l1 lY's
x's' '' 0 IH" '+' iiIi(

fonctlonnement.. Soulignonis
que ce n'est que par exten-
sion que Pexpression Pre-
levement Fiscabl est emplo
yee, pour designer egale-
ment l'ensemble des receI-
tes produites par Pimp6t.

3.--- PRECISIONS ZUR
CERTAIN TYPEri
D IMPORT'S :

1) DISTINCTION ENTIRE
IMPOT PERSONNEL
ET I\IPOT REEL : .

A bien analyser, la dis-
tLnctiun entire imuLt person
i.*l eI npot reel es relaa
v'. En reality, laque im-
put a'iteint un bien a ,ra-
ve':s ie0 peisolii. Atissi
eL'-li on dire qiue 1 'ilLl'1 Uc !I1
.)t ca t ta ilos reiel el p r
.n ;IIIA. Lependanit, oil peuL
,'iL de site souliguer que
cs dr.i'x aspects soit gena
i1 Il ient nilgauix. L Inpu1,
L onl el .oil reel s lon1
i .*,,0ct c rmnnil anl .

Dars !'Impot Personnel.
o.1 vise a at1eindre l el.se =i-
bi" de's 1,cul es coitribu' -.

-tn tunaiiL compete ce s:7 -
LLi['!alt "r,'"i)Il, v 1le, lu..un
i.L.n ( SCS cl;il' -c s de fi0 n:;il'.
t .ite dexemplie, nJ11.s pou
'.-Is cite-r 1 imp0t, s1r( le Hce
v-n t' I I i.put :s; r les luel'
C .ssions. La caracteristlque
p.inc.pale de I limpot pe0-
sonnel est que sur taux est
le plus so given, Pro.:cedal.
Dansi 1 i1pt1 Reel a la din
ft.'ence eu Ilnipot person-
noi"t, on v se a iraph-,'r rn El i
la.'nt EconoImiquc en faisant
:l,)slaction le plus possible
(.ie la pelsuonne qui le de-
t nt. E,:mple: les imr1pts
1s 1 e pene de Conso:n-
S. n on' des import ;



)>




rotrole
TEHERAN. IAFPP
SLa cicmpagnie Nationale
itrnipne .p P('trole (NIOCI
a si'n0a r1lsi!eu":,. Cn -
trats de vente do brut va
lon1 termne, indince Same
di un eommuniquei de la
comnagnie qui precise oue
e-f accords enltreront en vi
g ur d(I 's 1' 1m. ri d'Avr4l-
La pru ser -,11 'O DpOr -
sollt it n rylh1 s-tlisfsi -
sant, e(nnformemnt 0 nix
plans. Ello ost n1't(sInt de
2.500.000 barils par jour. Sur
co total. sent cent mille ba
r' ,-;, coInsommhlCs locale
1-.( ;it preci.s; le comm uni-

D"),pu!is la reprise des xO
01 rtiLio::.; le 5 Mars. 11ran
:a exDort tun totall de f(Uin-
ze m lions de barils, slcon
le mime communique.


2 DISTINCTION ENTREE

IMPOT DIRECT
'ET IMPOT INDIRECT:

Deux critlres permettent
de dcstinguer l'impot direct
de I'impot indirect, ces critl
res sont d ordre 6conomique
cc admtn1siratff.

a) Le' Critbre Econrom-rqui
reside dans l'Incidence de
I Impot. Quest ce que 'lincl
dence de l'impot ? C'est son
point darrivee. A ce sujet,
prec-sons quil existe deux
pbsslbilit6s : ou Bion le Re
devable L.gal de l'impot se
confond avec le contribuu-
ble riil; donsec cas, celui-
ci ne peut i1 percuter lim-
pot, sur un aun.rc contribua
ble ct en definitive, c'est
l,ii qui supportern reelF.-
mint le poids de illpot.
Nous pouvons d.!: en l'occu
r:ence que 1 inclldence est di
rect 0et que 1'mpo, est. dl-
rect. Exemple : 1 mpot sur
le Revenu, ou bien, le rede
vable legal de 1 import et le
c. nil ribuable reel eont deux
perso:nes dcst'netC.s, le rc-
uixvable legal peuven: rl' 1er
1'r 11 mot su contri--
blable ridl. L'incidinc est
done indirect et m;nu't est
p.0lors apDeo c'.;.i: si.'. S' (cond
cus : Imnpot Indirect. Exern
ple : l'imno siir la dcpenseo
de cJnsominat!icn.

b) Dans la d.s:,r.c'.o- e0
tle 1"; itano, di V, O'
imnolts i' ld' ir'C S, I 'll '('.1
crter'e es. sOjVL1tt pr:s n('1
rons;di-ra'.ion : 'e' n c('ii-
te-e d'ord.e adrnir11stra
i)t, son fa'l pn.l'iialur 1'ni
pot peut ou i' no' p"Ime t'.
1 ( abl.!ssemet d'tun role.
Qul'ntedidonls-n.2irs par fali,
gllOI1a~e,;r di, i imn)ot' ? ("('t-
;'cv"ncm'it. lac e oil la s;-
tuation qui donne nalisunmce
a la de*'t" d imyLOt. .cFar exm
pI ': I' livrasion do ia mar
cha ,'s- t st un rL:t ,;('].: ";t
teur d5' 1 impot su:" !t ciii'
fre d'affa res: le d cbs e 5
tun fi't gencrateurC de 'inm-
pot stir les successonsil la
realisation du revenue es Uti
fait g!nirateur d L rm'r
sur le revenue; le : a ; ",
ment de la frontiire est un
fait genmirateur des drois de
Douane.

Falsons remarquer que le
Fait Genomrateur de 1l mpot
Direct est une situation du
able, cimme par example
I'Exorcice d'ine Act vite Lu
creative. A cet regard. aucun
problcme ne se pose quand
il s'a it de dresser 1h listed
des contribuabl0f' a.ssuiet-is
S l'impot direct, en d'autres
termnes. quand il s'agit d'l a
blir . Dans CP ais,
Ic role coniefnt totls l1s ren
sepi,1 n'll' s' rolalifs I As-
setto. a la Liquidation et
an R'couvrement d'un im-
pno diree d' un contribuable
d"termini Nouis aurons I oc
ca;'on plus t:ard de preciser
les con.cc(pts tC d" l
quidation et de recouvre-
ment de limpot.

A la difference de l rn i'
direct don't le fait g-c:'a-
teur etait une situation dSi
rable. I'mipo't indirect a, 0 .
contro'ail co rnme Fait G(n
rC.leur (in v'pomrnent o0u 11
-falt ce caractcre intermit
tInt on accident el. La mutai
tion d'une proprite est, pa"
example, le faith gonerateu-
des droits d'enreristremen
e '- m,,'i ';rn Dans Ple c -
de lImpot indirect, il est
imnnossble de cnolfeCtionner
un role et l'6tablissement de
l'impot est faith rapidemen .

4.- PE' VISIONS SUR
LES CONCEPTS
D' PAITTFTTE
DE LIQTIID, \TIO-'
ET DE RECOUVREMENT
DE L'IMPOT :

L'e'abl!ssement de l'(1poi
coimnortc c'.asiquement 3


parce que, m4me sans gros revenues, les hai-
tiens savent maintenant comment mettre
de /'argent de c6t6 tour les mois pour le
faire fructifier.

parce que, meme sans capital au depart, its
pourront redaispr tel ou tel de ces prolets
don't ifs revent depuis longtemps une rou-
velle voiture, une mason, des etudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une,
recraite heureuse.





LA BANQUE NATIONAL

DE LA "'!

REPUBLIQUE D'HAITI


op6ralinns h savoir : assiet-,
te,. liquidation et recouvre-
ment.

1) ASSIETTE DE L'IMPOT

Asseoir l'Impot est urie o-
peratin consistent pour 1"e
FISC t rechercher la matl"
re imposable et a en deter-
miner la base.

a) Le premier lament d6
l'assiette de limpot est la
Ma'.iere Imposable qui est
une donn6e Sconomique : il
s'agtt ici dn Revei''i. dlu rCa
pital, du Bien on du Ser-
vice frappe par I'mpot. ,

b, Une fois la matiere
im15osable c. nnue, il s'ait
Ma ntenant de ('.ermineL
la ba's d'imposition, c'est-
h-dSre l a consist ance de cet
t2 ma0t10'e innosable. Les
m- h'iodlcs dc dcterinlration
(de la base (l imposition rce-
l'ver(' plitot do la techni-
que f.scale.

2) IIO'JiD'DTION
Di LIMPOT

I.1iquider un Impot, c'cst
d." crminer le montant a pa
j.r p.ar le contr;buable. CcL
ti on01)'aIon implique Cvi-
;len( n nt- ql:e la Inait er im
l'.ibl es' e' c -fe e C rapide-
r 1 'If 1 rlnnP]eIlion du t;"
r1 1.":: par la lui.

A p-o' tos 1 1 I' l, lF>i.dati. n
t'" ] i]]p c'_:\;~l'.ns l-yl. ;
t 'meet 1.dit d cre l're


:i D1s'ncton a Faire en
tIro Imoot ,d Valerem cl,



le ia- es "i e po;

o i h ""' let .7v Pf t
i'?c" d I':P;')l ad valore? l,


Mqnei tres I -ar unit de
quantitte de la base d'imosi
1ton. Ici, les dimensions re
"la'ves Ii la. quantity. sont 1P
'iloids. le volume el la sui'fa
ce. Los droits de Douane
p-r exernnle ponvent etre
facilement Specifiques.

b) Distinction a faire en
tre impot Proportionnel et
Inipot Froressif '
Il ditinction a fire eln
tre imnol proportionnel et
irnnot erorr.ssIf e.st impor-
luant. Le Tax cs,. Propor-
tionnel quanti il 're-'te cons-
t1n',, quell' roie soit la di-
mensioin de In base d'imno
sitlon. Au conlraire, on dit


wit dr i Mer *


NATIONS UINIFq
(GFNEVE), (AFP)

I',s n.' pauvrcs ont l1i'
r' Ve'dil-l'di tIne s5vr" ml'
se -n g'trde centre los etat.;
r'il'hs qui env.sagent de
c: mmrnecer l exploit a L1ll'
s rI'essourc'2 mlntnral'
(1'.'s me-'s ,Vvo.t q'''iini 1-
gp station iternat'onLaite 1
.. elaboree.

10 group- des <77,, (pay,
on devploppement), reiuni :
C'eI ,ve de M.rcreci S Ven-
dr di. a menr'ac de sann"
to1s l-s firmces prFves q i
coinmmielci'aent cotte ex
ltaint on avant 1'adoptior'
de cetLt lIglslation.

Ieo n:T'oc!at.ons sur 1'
d'(';t de la mer, qui, slo
1' : pays pauvres, ont trot
tr.'n:., reDrenaent lundi ;
(cI've et les oo 77,> doma
"-It, e'.ergiourment que 1
col f'ir nece, commence e
137T, se term'nr cette annei
t Les <77:> affirment qu'
3 sera.t illegal et dangereu
l'uur la conference et pot
1 etser'ble des n6gociatior
internt'tionalcs que les pai



Les C usu

Sur le march des m6tau
de New York, les course d
cuivre ouvrent la semair
Pn baisse et se redresses
sensiblement en fin de s
malne. Les course de lor i
I'argena terminent la sem:
ne en 16gere hausse.
Sur le marched cdr6aller c
Chicago, le bl1 et le ma
sont en hausse, le soja e
baisse. Enfin, sur le mal
che new-yorkais des pro
duits tropicaux, balsse di
course du cacao i la suil
d'importants arrivages c
cacao ouest africaipr en El
rope.
Les course du sucre et.d
cafe ont ( altment bdit
baisse.


que le Taux est Progressef
quand il s'6lve en mbme
temps que la dimension de
la base d'impositlon. Sul-
vant le. cas, la progressivity
peut Rtre global ou par
branches. Dans la progress
vit global, un taux unique
s'applilue b l'ensemble de
la base d'imposition. Dans
la progressivity par tran-
ches, des taux differents
sont appliquds b diverse
branches de la base d'impo-
sition.
EXPOSE DU MERQREDI
21 FEVRIER 1979
'(a sulvre)
Georges DABBAS
Conseiller Financier





augmenflali de
1a cavacile

6tOraffECTe
CARACAS (AFP)
Le nouveau M:ntstre vens
ruiia'en de 1 Ene:.g!e, M. Hum
bVrto Calderno B:?rti, se pro
pose d'auamenlcr la caramel
te de production i'-i i...I, .
du pays 5 au moniis trois
mIl uns dp bari!s I'ar jour,
a-*-onl apr'.s vcncd"cdti a C'a
racas dle ,ounc1 bti infor-

Cc'te measure no slgnif'e-
ra tou'efois pas une a11p,-
r1'ntation de la production
de p6trole mais pernmet'ra
un neli.,]-lr r'enelment di s
'"\' n, c 'is urf p".rs',i c
di i e cp ,n-:'vationn r ('-
('"i.vni C do glya p:'c"s,'-l-
on doi 1nieme source.
eln' les cdirect'ves du Mi
yr.s'e rn1.ergie les crnm
n n n'is 1,6 r1"'"o';s venezve-
V!'e'17c ;.vrCez'nt Tra''nl1e irh
v(,i ('0 11-n(idtiol
(" 28 3 n'l de bar'lr noar
i "- (' s 1 inmilder a une pra
d -c.on d(c. 22 millions de
l) -i's S l:ni s nouvelles.
ai'ttorifes !a crpacltd d0 -o
due ion acs'elle est de 2.430.
2M0 barils par tour et la pro
d0jeton a atteint ces dernib
res semaines 2,4 millions 'd&
honrCi, en reason notaminmen'
1. la cruise iranienne sur la
demanded mondiale de petro

Four augmenter la capaci
It dc nrodue'ion et obtenir
un mellieur rendement dcans
l'exploitation des gisements
do p'rnolp. le .ouverpement
s- Dropose d''iep nsfi:er l s
o'era ionls d'oxploita ion et
6i nom 'ln-er "rtails svSI ,-
mnes qil neinettraient de
r,,''aciv'r dos puits abandon
nes6, indique-t-on toujours
do mTi me source.


indust rialliss (notamment
les Etals Unisi prennent.
(des initiatives unilat6erales
on adoptnnt, des 1' '. IL '--
1'iat0o11r l-s avint la coin
; c5l.'son de la Conforence
de 1 ONU.

Le Prs;dent ciu grollup
cdes :7->, Mon:s;eur Satya M.
Naudan (F'idji), a affirming
1 s1. 1 n0 0I' 1 Vndrdc'li a Gp"v(,o que
S c ,,' ell's 1- I tl,,i na -
1 ton:l s envSentimeraient 1'at
rnos;'ril, ds en6egoc;ations
el lCcl.du!! a enlt p:'ooable-
SIent a1- lur rplurp>>.
f.Nns-eur N '.ndoin a. en
i tu're rapp, l-' qu'en 1970
1 Aseebll"'- gen6rale de
1'ONU avalt accrpte un inmo
ratoire Sur le'.:pIloltat, on
cdea cr;sources ri'.neralesi de
1.o inL r.


LA SEMAINE E CONOI-MIQUE


L'6scalade des prix du petrole


LE SYSTEM FISCAL HAITIEN: CARACTERISTIQUES


ET REFORMS A ENTREPRENDRE


WASHINGTON, (AFF')
,'id,.e d p creation d'uu"-
"-,one franell) h. New Yorkl
ponr los actlvit6B interna
tonales (',s banlues senm-
ble fare des proogri, e-;i-
m'-t-on Vendredi a VW/:s -
hington.
IMVo.;iur HIenrv Wallich,
C-tUvrpe'-.r de la r6serbe ftJ
derale cli- ;e des questions
mi 3nltaire.;, s'est decl'ar. en.
pr';inc'p2 favorable a la ro I
1'satlon 'dan tel pro:et, ch-r
an gouverceour de ,'E',' t do
Necv-York, ,lo:.s:ur IIgh
^_ aey.
I.. ':e::r" Crey ct les B.,n
rui. N .v Yorkase- s Vou -
dr'i'etn qlue les tabli'e- -
run--Is 1b,ica;'rtes mo, ;-;Llt of
faucluir l:urs ope-atlions in-
tt' tonal1. dan:.; ,'e o.
flanclhe Cu! eciaLert.! au":
1::;!'ots cde ln v-!l,' et cdj


:.iiuniertaibulo de 17 p ur
cent de son p6trole brut u
partir du ler.er \ .-pt.:-
me 'prodciie "ir nioni ll lI _
Nig6ria, qui i.:.unr 0 1 po.ur
cent des 18,7 nilllons de ba
rils consommees par jour
par'les E ats-Unis, 'tait jus
ou'"a reSnt le s"-1 w'-and
pays membre de 'OPEP h
s tre abstcnu d'une augmen
tulUon de prix sup6rieure a
ceiies annonees officielle-
ment par l'organisation. .
L'escalade de hausses des
prix du n6tro.le a athend 'Ad
ministration a reconnaitre
que les consequences cr6des
par le d6faut de p6trole irap


1'F'i.at 1 a''x r,'tl'nm' nt.'s trx s
s'evros d- la ,'.'Crve fId' r 0

L-s "1' i do re .0o-
i L s c,3f*'-'- (,u tI p c?
isti est'r..e;t qu'l pir'T rt -
t-a't a ''( f 'r d- n1 'll'ard:s
d,- D',llars de 1'6,ranio r .'
ent-, l ":'I) dt 1 fT".atlcn dc
'0 '-ii I'.003 en'nloi.ls New
'orlr.
o C' eP sont les r'gle
rnn.s r1':d;raux uli ont con
t "bu- nI d'ia,", do capitaux
v' '' 1 V'.,rfi 1 dF 1 -'urou(l,
1'1-, Cr I-P v. p n-ir):
de n ''\ ll l,.: }; : I si )n .; ,,,
l ;.".r. '" tll p:. '( nverseCr la
i 'd, '" c' "e i ui lI' ,
i ot : de ,- ,ta llct < ve
S ,-'t's-,n a derlar,
I r : C 2 I l s' 1 d .*

;'r :e i : lI 5.'
::;t rl I(' I- U c U: 1 C


NEW YORK (AFP)
.Les probl6mes energdti-
ques ont une fols de plus do *
mine l'actualit6 dconomique
auy Etats-Unis cette se-
maine. .
A queloues jours de ]a reu
nion de 'OPEP pr6vue le 26
mars h Genpve, les milieux
Pdtrolicrs np se ton' phis
beaucoun d'lllusion : il est
fort probable que les aug-
menpations de 1'ordre de 9
pour cent annoncees a titre
individual par plusleurs nays
membres seront avalis6es
par l'orRan'sation. On vi
avec preoccupation le Ntig-
rio annoncer unm possible


DELEN


Salon de Beaut|


Ruelle Nazen Rue Corr3:c -No 6

UNE MAIN EXPERT POUR DE3 SOINS IRREPROCIIABLES, A PRIX ABOQR-
DABLE: PERMANENT, LAVAGE, TRAIFEMENT, TEINTUO'E. FEI:-.SAGE.
LISSAGE Er MI3E EN PLIS, COIFFURE, MAQUILLAGE, MANVIURE ET PE-
DICURE.
UNE ESTHETICIENNE DIPLOMEE DE L'ACADEMIE ZOGAT DE MONTRELL
EST A VOTRE SERVICE.
0c c. ._ : .- '


'~~l-Vol







IL. ,








LA.


Fumigation~i


Prot gez votre maison



centre les termites



et chauve-souris


DELMAS 48 BLDG. CURACAO TRADING


TEL : 6-0431


nien ont 6tr plus large que
prevues. I1 est vraIsembla-
ble que le President Carter
en tirera les consequences
lorsqu'il annoncera, la se-
maine prochaine en princi-
pe, un programme d'econo-
mies conform aux objectifs
reiAnus a i'as pa- i Agence
Internatinnale pour I nergie.
Parallel kme :t & ia mobili
satino de l'Admin-Ztration,
le3 companies p'-rolieres
elics-memes ont rd'.i'cde des
Insures dp ratonrement.
Tandis que la phipart -ont
lim'te lelirs livraisons a 75
voir a 50 pour cent du nli-
v'eau des' livra'so- a. e n 'an
deriier, Exxon a decide de
ne pas reconcduire .a con-
t'a' de ivra ;(;ils pa 's,.;; a-
Sr 1 s c'li"'S i n-a'i' (s a
rv-:; 1 iT ,' P-idant


,re o 1 ra d' r ci ann
ce ie, i. "I '0x 'a
()1, L ; con ;ts'; a rvent a
Ce pint.t' oP fin mars.
I';r a'.l'" r;, ci cc"ipa-
ne3 s- b 0t 'v d idd
de (,,a !r l ur ,, r)e t!
fornc olcn des. b-e" !', ci" chi,
r,,- l' ul. ,.' en lone
t'on d, 1 "'' Vu.'-me d',mroor
t-i 'ors pa'Cs-.
',, ; (,, r ,'' D .i. con-
u : i -1 t :- on re-

f:n ers Cde repercut' r Il
1' 'rs" ;'"s o." s; r le prix
do cer.! n p. e -


D { o e ", {~' a all -



rn -
1 ... ""


Le Dr. B.:tRNA.RD I;; ,itOEiF specialist en Chi-
rurgic Genera!e o I'A.aidicnie de Paris oi il a
rempli les ifuncliin, d'INTEIRNE DES IIOPITAUX DE
PARISH, el Madame, le Dr. ROLANPE P!ERRIE-LOUIS
BEA'IT3(Hl'F, spCclaOisLe en DERvIATOLOGIE (Ma-
lad!ies de la peau), a l'AcadCm!e de Paris avec le ti-
tre d'ASSISTANr-,TRANGER DES HIOPITAUX DE
P :ARI ;, 0.inent le,; confr,.res, les amis et le public
de leur retour au pays.
Ils offrent :eurs consul'at;ons a ha CL.NIQUE
THIEAUD, 41-16, Chermin des Dalles, tons les j,.urs:

de 8 h a 10 h. a.m. et de 4h. a Gh p.m.

(Samedi ap:ss-mid i xcepte)
Tels. : Of. 2-3128
Ri's. 4-0(170

......................--


441-10 C.-CO-1 1--c rsrr/-Y//zro


7/////~///C///~%r/C///~bCZ~;r~P//~=r~/~%


:tl_


Y~~--U- -~VA9~1~U~)C+L~OMMe~CYIQOCIY~CY~Y~Y~YI


PAGE 3


SATD 7ET DTA'IANCHIF 12 MARS 1979-,


aTiik L" Ye q~


pn~2do des Pa-VE gltuv're ',l~rS~



















60000000

e...:. A d'Americains





NAU TUBE GEANT SUPER ECONOMIUE pr6f rent Colgate!


CAP'TOE

(APITOL I S
Samedi 17 et Dimanche 18 M
Mars 1979 L
LUNDI 19 MARS 1979. A
:2 h 2 h 4 hres 6 h 11M Ies 1i
10 licures E
LA GUERRE DE L'ESPACE 6
Avant 2 h 30 E
Entree G. 3-00 i
Apres 2 h 30 S
Entree G. 5-00 M
L
CAPITOL U A
Samedi 17 et Dimanche 18 1
Mars 1979 G
LUNDI 19 MARS 1979 6
12 h 2 h 4 leureb C
6 heures 8 h, 10 hres I
LA NUIT DE LA PEUR S
Avant 2 h 30 Gdes. 3.00 m
Apres 2 heures 30 G. 5.00 L
P
CAPITOL III 1
Samedi 17 et Dimanche 18 E
Mars 1979 6
LUNDI 19 MARS 1979 C
12 h 15, 2 h 15, 4 ft 15,
6 h 15, 8 h 15 10 h. 15
LES RINGARDS
Avant 2 h 30 Gdes. 3-00 E
Apres 2 h 30 G. 5.00 6
E
CAPITOn 4 I
Samedi 17 et Dimanche 18 i
Mars 1979 V
LUNDI 19 MARS 1979
11 h '45, 1 h 45 3 h 45, I
5 h 45 7 h 45 9 h 45 4
LES DEUX
GRANDS CAVALIERS
Prix Unique Odes. 5-00
x x x x


Cmik Triom in

SALLE I
MILES GRANDS FONDS .
SA.ILE 2
S1,50 2;00
LES LIENS DE SANG

SALLE S
S 2.00
NEW YORK BLACI OUT

SALLE f
$ 1;50 0
LA RAINSON D'ETAT
xxx

CINE SENEGAL

Ilnim-riIncw 5 h 7 h 9 hres
BRUCI': LEE FILS1
DiU SOLFII.
ieelrCe G 2-00 2-50 3-00
1 A VENGEANCE
I)U LEOPARD
l l ,c '(, G 1.00 2 -00
Huccdi 6 hI 8 hlur's
IIERCULE CONTI E
IENS MERCFNAIRLS
Fntlre( G. 1-50 2-00
Mardi 6 h 9 hres
EXORCISTE
IlERETIQ E (1)i
Entree G. 1-50 2-110
xxx
CINE OLYMPIA
Dimaniche 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1- 50
6 h 30 e(. 8 hres 30
Enitri G. 2-00
SALOPARDS EN ENFER
Lundi 12 hir,:; 2 hres 1 bires
Entree G. 1-.)0
6 Ih 30 et 8 h 30
Entree G. 1-50
PROFESSION
AVENTURIERS
Mardi 12 h 2 hres 4 hres
Entr6e G. 1-50
6h 30 et 8 h 30 \
Entr6e G. 1-50
FURIE DU DRAGON
X X X X

ETO -lF irmrW
Dimanche 6 h 30 et 8 h 30
EPREUVE DE FORCF.
Entree G. 2-50 et 3-50
Lundi 6 h. 30 let 8 h 30
LES 4 KARATEKAS
DE APOCALYPSE
Entr6e G. 1-50 et 2-50
Mardi 6 h 30 et 8 h 30
TETE DE POINT POUR
8 IMPLACABLES
Entree G. 1-50 et 2-50
x x x


Samedi 12 h 2 h 4 hres
Entr6e G. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entr6e G. 3-00
NEVADA SMITH
Dimanche 12 h 2 h, 4 hres
Entr6e G. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree G. 3-00
LES 7 VAMPIRES D'OR
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entrie G. 1-50
o heures
Entree G. 3-00
*LES 7 VAMPIRES D'OE
8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
DESIR ET PERVERSION


IMPERIAL .
VIPERIAL I
amedi 17 et Dimanche 18 San
lars 1979 SO
UNDI 19 MARS 1979 Av
SSAUT En
2 h 2 h 4 nres A
ntree G. 5-00 En
h 8 h 10 hres
ntrce Gdes. 8.00 Di
IMPERIAL 2 En
amedi 17 et Dimanche 18 En
lars 1979 DE
,UNDI 19 MARS 1979 Di
.DIEU JE RESTE En
2 h 2 h 4 hres Av
3des. 5-00 En
h, 8 h, 10 hres A
ides. 8-00 Gd
IMPERIAL In Lu
Samedi 17 et Dimanche 18 MC
Mars 1979 Av
LUNDI 19 MARS 1979 En
PICNIC A HANGING ROCK A
2 h 2 h 4 hres En
;ntree Gdes. 5-00 MC
h 8 h 10 hres Me
Ides. 8-00C A
2.XX EE
Udo A
aamedi 12 h 2 h 4 hres Er
h 8 h, 10 hres M(
Entree G. 1-50
.E CYNIQUE,
L'INFAME ET LE 1.
VIOLENT
Entree G. 1-50 Sa
Dimanche 10 h 12 h 2 h En
4 heures A;
Entree G. 1-50 Di
QUAND LE BOXEUR 7
FRAPPE El
6 h 8 h 10 heures nU
Entree G. 2-00 et 3-00 D
BRUCE LEE EN Li
NOUVELLE GUINEE Er
Lundi 12 h 2 h 4 hres D
Entree G. 1-50 U
BRUCE LEE EN NOUVELLE
GUINEE
6 heures
Entree G. 2-00
8 h et 10 heures
Entree G. 2-00 et 3-00 S:
EMMANUELLE Er J
FRANCHISE N
x x x x E
iD

RANCHO CI:NE
Sam,,di 17 Mars 1979 7
MIROIR AUX ESPIONS L
Dimanche 18 Mars 1979 P
PASSION POUR LE E
DANGER 1
Lundi 19 Mars 1979 E,
LE RENARD DU 1
DANGER E
x x x x

MAGIC CINE
Samedi 6 h et 3 hres
LE CIEL ET OI
Entree G. 3-00 4-00
DmaniAheE 5 hres 7 hres 9 h
LIBRE A EN CREVER
Entree G. 4-00 5-00
Luncdi 6 hrtEs et 8 hres
LE CRIME ETAIT
PRESQUE PARFAIT
Entree G. 3-00 et 4-00
Mardi 6 h et 8 .hres
QUATRE MILLIARDS
EN 4 MINUTES
Entree U. 3-00 4-00
xx xx
MAGIC CINE
Dimanche Sh 7h 9h
avec : Fred Williams, Dur-
vil Martin, Don Pedro Col-
ley .
D'apres I'histoire de Ja-
mes Bellah.
Le puissant acceur noir
Incarne avec un irrefutable
talent un esclave revolke,
devenu libre a en CREVER.
Ce drame de la furie venge
resse d'un opprime demeu-
re la page la plus sanglan
te de toute l'histoire de l'eb
clavage. Un esclave cont la
chair a ete rotie sous le
feu du solell des tropiques
catis les champs de coton
et de canne. Un esclav.-
noir qui a souffert dans sa
dignite d'etre human de
routes les humiliations, de
routes les ignominies. Un
esclave don't les membres
ont 6t6 tordus de douleur
sous le fouet no command
deur, cet esclave noir ne
peut que garder le robust
espoir qu'un jour il se ven
gera. Cette here l1 a son
ne. Ce spectacle d ia uno
apotre de la violence nest
qu'atrocit6s et une haine-
qui consummera tous les tor
tionnaires de l'esclave deev
nu Ce film Illustre un acte
d'hirolsme et de courage,
en demeurant la page la
plus sanglante de touts
I'histoire de l'esclavage. La
magistrale lnterpretation de
Fred Williamson rend plus
path6tique la grandeur d'un
icrasf face a la firoclte
des colons barbares. UN
FILM REMARQUABLE
Entree G. 4.00 et 5.00


ex Theatre

medi 12 2 4 6 8 10 hres
EURS DE SANG
ant 5 hres
tr6e G. 1-50
Partir de 5 hres
tr6e G. 3-00 et 5-00

manche 10 hres A. M
tr6e G. 1-50
KARATEKAS
E L'APOCALYPSE
manche 12 2 4 6 8 10 hres
trie : G. 1-50 3-00 et 5-0U
ant 5 hres
itrse Gdes. 1-50
Partir de 5 hres. "
les. 3-00 et 5-00
ndi 12 2 4 6 8 10 hres
ORTELLE RENCONTRE
ant 5 hires
atr6e G. 1-50
Partir de 5 hres
Ptree G. 3-00 et 5-00
ORTELLE RENCONTRF
'rcredi 12 2 4 6 8 10 hres
'ant 5 hres
ltr6e G. 1-50
Partir de 5 hres
ctrce G. 3-00 et 5-00
ORTELLE RENCONTIRE
R w X X

SLuxe AUte Cine

amedi 7 h et 9 hres
tree $ 2-50
NGOISSE
imanche 18 Mars 1979
hrese et 9 lhres
sntre $ 250
N MOMENT
'EGAREMENT
undi 19 Mars 1979
ntree $ 2-50
'EGAREMENT
N MOMENT
X X Y X

Auditorium

amedi 7 heures
UGEMENT A
'UREMBERG
intrce G. 2-50
)IMANCHE 18 MARS 1979
'HANK GOD IT'S FRIDAY
nitrce G. 3-00
.undi 7 heures
LE RETOUR DE LA
?ANTHERE ROSE
Entree G. 2-00
Iardi 7 heures
IT POUR QUELQUES
DOLLARS DE PLUS
Enlree G. 2-00
xx5xx


L'Icstitut
Francai.

ACTIVITIES CULTURELLEE

Samedi 17 17 heures
THEATRE <,TI CRAB,,
ni profit du Musee d'Art ha
tien.
Entree 3 Gourdes
Lundi 19 17 hres 30
CINEMA : Un film de Rosier, avec A
ne Wiazencky, Jean Widme
Jean-Louis Wolf.
Entree : 2 Gourdes
(I gde sur presentation d
la carte de la bibliothequn
Mardi 20 Mars 19 hres 30
>, I
ble ronde avec Robert Bat
cluy, Louis Mars, Gerard R
Il, Jean-Claude Gerlus.
Entree libre



Pharmacies
assurant he service
cette nuit

DIMANCHE 18 MARS 197
SCIENCIA
Rue Dr. Audain
ST GEORGES
Champ Mars
SIMON
ler R. Beauboeut
LUNDI 19 MARS 19709
METROPOLE
R. Dr. Audain
ST AUGUSTIN
Ruelle Alerte
COTE PLAGF,
Carrefour
MARDI 20 MARS 1971
PADRE PIO
B. JJ. Dessalines
PRO MEDICAL
Chemin des Dalless
THORLAND
Thor
DIMANCHE 18 MARS 11
NOUVELLE
Avenue Estim6
LUNDI 19 MARS 1979
ST PIERRE
Place du March6
MARDI 20 MARS 1979
ST THERESE
Rue Villate


ADMINISTRATION
GENERAL DES
CONTRIBUTIONS

AVIS

L'Administratibn Genera-
le des Contributions se
fait le devoir d'informer
le Public en g6n6ral et les
Contribuables en particu-
lier que la date de paie-
ment des droits de Ferma-
ge arrive a ech6ance le 31
Mars 1979.
En consequence, il est de
mande a tous ceux qui sont
assujettis au pavement de
ces droits de se mettre en
regle avant la sus-dite da-
te, afin d'6viter d'encourir
les surtaxes qui commence
ront a courir a partir du 2
Avril prochain (le premier
etant un dimanche).
Les int6resses sont en ou
tre informs que, pour faci
liter les operations de per-
ception, le Service de Fer-
mage au Bureau Central et
les Agences de Petion-Vil-
le et de Carrefour function
neront chaque jour, de 8
hres. A.M. a 6 hres. P.M. les
26, 27 et 28 Mars en course
et, de 8 bres. A.M. a 8 hres
P.M. les 29 et 30 du meme
mois.
Port-au-Prince, le 12
Mars 1979
Odonel FENESTOR. Av.
Directeur General.


AVIS
L'Administration Generale
des Contributions s'empre.
se d'informer le Public en
general et les Contribua-
bles en particulier, que la
date de pavement de la Coi
tribution Fonciere des Pro
pridtes Bties ici-devani
1 Impot Locatif) arrive a
chance le 31 Mars en
ours.
En vue d'eviter l'appliec
tion de la surtax de 5
pour cent par lmunois ou fra
tion tde mois qui commnenc
ra a courir du 2 Avril pro
chain, (le premier etant ui
Dimanche I cctte Adminis
traction demand a toll
eieux qui sont assujettis a
paicment de cet Impot
se mettre en regle avant 1
sus-dite date.
Les intdrcsses sont en o
ire avises que pour facil
ter hIs operations de per
relntion, le Service once:
ne du Bureau Central, 1i
Agences de Petion-Ville i
de Carrefour fonctionni
S ront, chaque journ, 5 part
du 26 Mars en course, jus
qu'au 28 du meme mois I
8 hres. A.M. a 6 hres, P.M
et. les 29 et 30. de 8 hrc
A.M. a 6hrec P.M.
Odonel FENESTOR. Av.
Dlrecteur Gen6ral.
x. x X
n
r Avis de
'Electricite
it d"Haiti
e) APPEL D'OFFP.ES
INTERNAL 'IONAL
ta
t- Un anpel d'Ofuir'e- IntP
le national va dtre prochaii
nent lanc6 poue la fourni
re CIF Por; sa-Prince,
materiel haute tension
cessaire a l'extenssin de
sous-station de Varreux
1 Transformateur 10 M
69/12,47 kv.
8 5 Disjonctecus 72,5 kv
6 Sectionreurs 72,.5 kv
15 Trpnsformateurs de c
9 rant monophases pour r
seau 69 kv
4 transformateurs de TI
slon monophase, pour rce
seau 60 kv
12 Parafoudres Monopi
ses pcur ri';nul 69 Kv
L'ouverture publiqup I
offres est fixee au Vendr
ter Juin 1979.
IL ES'.' P-EC PE :P
iulo ii .. n-ernient
i's',s 'i' ,, InLernationc
pour le D6veloppeme
(IDA) Banque Mondiale
envisage.
Que les soummission:
res peuvent n'offrir que
tains Items du materiel
mand6 et que ED'H se r
ve le droll de siparer
fournitures at retenir t,
79 ou parties des Items de
cune des Offres.
Les documents d'app
d'offres seront, dns le
Avr'l 1979 a la disposit
des fournisseurs intiress
quI pourront les retire
tre Cinquante G. 00/100 1
lars ($ 50.00) ou deux c


Dix Francs Franqais (21.0FF)
A :
ELECTRICITY' D'HAITI -
BOITE POSTAL D
Rue Dantes Destouches et
Magasin de 1'Etat
Port-au-Prince Tel. : 2-4600
OU A SOFRELEC C/O
25, Rue du Pont des Halles
94536 Rungis CEDEX
Paris France
TELEX 204174 Tl1. :
667 3468
LA DIRECTION 213
x x x 7
AVIS
Je, soussign6, Joseph Del
va, artiste sculpteur, domi-
cilie a la capital, avise le
public et le commerce en
general qu'a partir de ce
jour je ne suis plus respon
sable des acLes gencrale-
meint quelconques de mon e6
pduse n6e Suzette Maurice,
en attendant qu'une action
en divorce lui soilt intent6e
cdevant la Juridiction come
tente.
Port-au-Prince, 5 Mars 1979
Joseph DELVA 173
x x x x
HAITI APPEL D'OFFRE
POUR LA FOURNITURE
ET L'INSTALLATION
D'EQUIPEMENT DE
COMMUNICATIONS
RADIO ENTRETIEN
ROUTIER-PHASE II
DON AID No. 521-0084
SYNOPSIS DU PROJECT
Le Gouvernement de la
Republique d'Haiti t.ra-
vers le Service d'Entretien
Permanent du Roseac, Rou
e tier National (SEPRRN).
s son Agence Nationale dEn
tretien Routier, projette de
passer un march pour l'a


SA
AB
S A VEND
GRAN- F
SVEC A
SRUES
4 CHAM
CHERE
5 CHAM
DE CHA
S5 CHAM
S SOL
- VUE II
- GRAND
S DIN.
s PEUT-E
L N'IMPOI
- : MENT
PMION
e 23921
e

s
A VENDOR

Camion E
miise eni
ell parlai
161. : 2-

A LOUEI

2 appa
reaux E
Cables ac
r- Rie du I
ie Pour io
u ter le Ni

16
sa
WANTED
'A Assista
technical
ting Mec
nance of
ou and elec
- equipment
Plant. M
n- and shou
- perience.
and 12 :
a- or 2-2561
Erich BC
es Plant M
di
UNE T
de MAISON
le A VENDI
.t Une
,st tout confo
pe elect
ai eau de tr
er din etc..
de Phone :
'pr es P. M
es
lut
ha A VENDI
Un j
is lectriqu
16 que ONA
in e6 autres
6s pelez le
on res P. M
o)l P. M. du
nt che.


Avis Divers

chat d'un systeme de com-
munications radio conte-
nant jusqu'a douze sta-
tions et pour son installa-
tion aux districts et sous
districts d'entretien d'Haiti.
L'equipement fourniya la
communication vocal s et
par teletype et sera utilise
dans des conditions climati
ques allant du pluvieux et
humide au poussidreux et
chaud avec un environne-
ment hautement salin.
Le system sera livr6 et
install sous un contract ou
vert a prix unitaire qui
prevoiera la livraison en
deux lots. Le Lot I consis-
tera -n six stations qui se
ron: ,ivr6es dans les qua-
tre premiers mois du con-
trat et installees immediate
ment a leur arrive en Hai
ti. Le Lot II consistera en
six stations qli pourront
etre commanders au pri:<
t,,iaitare ar station entLre
le quatrieme et le dix hui-
tienw mois apres l'adjudica
tion du contract.

Les prix de tout 1'equipe
ment dcvront etre cotes
CIF Port-au-Prince, Haiti
plus le cout d'emmagasina
ge sutir place, du transport,
de installation dans 11n
immeuble prepare a cha-
que site et de la formation
des opera'eurs et du person
nepl dentretien.
L'enuipement ha fournir et
installer sera celui requis
pour le svsebme desimne et
offer par le fournisseur con
formement aux sDecifica-
tions de Derformance.
Le type de contract sera a


Petites Annonces

COMITE RELEVEMENT

VEN RE IMPORTANT]
*BABIGmLE CONVUCA'TION
IABIssLE niucbri, du Comnite
KE A BABIOLNE d' Re'leveinliit d r la Com-
T MAISON A- n uicll,, CCES SUR 3 ( que: ei scuani.e plen'cre le
S I iiclrdi 20 M 'r, a 7 hers p.m.
BRES A COU- ,n lit re:dlnc d MonsicIur
}ow r Ainglade consill'er a
BRES A REZ D' Ilcnissvy Tuiigeau).
USSEE Ds quislion de aerand in
BRES AU SOUS e 8 ,i cseront cvouniecS' et dis

MPRENABLE c'ours le Comit"
E COUR JAR- olll l-t
TRE VISITED A I President
,TE QUEL Ni- b Duic' ei CtHARLIER
0 e.' Pi'e dctcc
IE : 24790 25686 N x x ';. a
SAVIS
La USAID organise le
17 Mars 1979 d&s 9 : 00 am
une ventc au plou- offrant
,E 0 d'iarljicles cLie bureaux, de
nieubles, do rrfrigerateurs,
Bascul Izuzu rx fre zers. climatscurs, ma
service Octobre 77 chine claver, etc...
ite condition Les articles 'eront expo
-3274 ses de 1 : 00 ih 4 : 30 p. m.
x x x x au garage de la USAID, sis A
-x la rue Amiricaine (ancien
garage Ford-Berhman) ce
rtements pour bu- Vendredi 16 Mars.
Etage All-America I1 est rappele a. tous que
ncien local Teleco, les articles seront vendus
Qual. d'ns 1 'tat oii ils sont et que
nformations counac routes transactions devront
o 24362 ai0re taites eft cash. Toutes
203 decisions consruc'nact 'cette
x c X X vente resent au veudeur.
x x x x

nt Foreman with (Major Us Corporation Ope
I background (Fit- rating Factory in HailM
.hanic) for mainte- Seeks Quality Control IAa-
f light mechanical nager for new product Line.
etronic fixtures and Colldge or tech school gra
it at Electronics duate with 1-2 Years super-
vust speak English visory experience in li.spec
uld have work ex- tion, quality control andi
Call between 8:00 quality assurance. Basic
00 A. M. at 2-1140 working knowledge of Elec
trial, Electromechanical
ONDEL and Electronic Circuits re-
anager 173 quired. Bi-Lingual iFrench
x x x x and English) Haitian Natio
ccal preferred-Starting Sa-
rRES BELLE lary Commensurati with
experience education.
RE Send resume to Box 1005;
mason moderne Attention : Personnel Mgr.
crt-rdservoir-pom Fap, Haiti 193
,rique chauffe x x X x
rente gallons jar- d JUESP
SBitiment Industriel (Fac
6-1523 de 6 hliu ory Bldg zone Aeroport.
223 Route --ehnico Muffler -
x X y r Eon, '-- 6-06663
223


RE
eni de gen6rateurs
es (T s6rie) mar-
N 2 kw. Pour visit
renseignements- ap
2-5230 de 4:00 Heu
. & 10 : 00 Heuress
Lundi au Diman-
173


x xxx
AVIS
A louer k P6tion Ville
une Maison de 3 chambres i
coucher, 4 toilettes salon-
salle A manger Office gran
des terrasses d6pendanqge-
(arage reservoir etc.
Sonnez tle 2-5529 173


prix fixes par unite et le pa pieces et services A un nl-
yement sera faith par lettre veau qui garantira la dispo
de credit en dollars ameri- nibilite continue de l'6aulpe
cains. ment.
Toutes les marchandises Les documents de soumis
requises par ce contract doi- sion peuvent 6tre obtenus
vent avoir leur source et o- du consultant g6n6ral du
rlaine aux Etats-Ums et SEPRRN. Fr6idric R. Harris.
tous les services doivent a- Inc. a 300 East 42nd Street.
voir leuis source et origin New York, N.Y. 10017 ou au
aux Etats-Unis ou en Haiti. bureau du SEPRR A Chance
Les soumlsslonnaires sont relies. Port-au-Prince. Haiti,
reauls de fournir des infbr-' W.I.
nation pour montrer leurs
qualifications comme four- La date de fermeture de
nisseurs d'6quinement de ce la rdcention des offres pour
tyre et de montrer ui'lls cCt enuIDement, est le 30 a-
ont un reDr6sentant en HIli vril 1979.
ti capable de fournir des 193


CARNET SOCIAL


II
1

n


0





n


C
s
d

1
c


'ort-au-Prince, ce 16 Mars e .
979 J
Profondment touches des d
marques de sympathies don't J
tles ont etd l'objet a 1'oc A
asion du d6ces de Madame f
aria Zamor. leur more, bel C
e-mcre. grand-cnere, soeur, s
ante et cousins, le 6 Mars C
rernier, les families Jn-.To d
eph, Lavaud, Foucard, Za- d
nor, Rigaud. Lavelanet, Tous s
aint, Saint-Eloi, Dumnorney, e
oinede, Luec, Chery ect re
aercient bien sincerement r
es parents, et amis de la f
:apitale, de la province et r
le 1'etranger, et les prient t
Ie trouver ici 1'exprcession
sincere de leurs profondes
gratitudes.
Aussi, une mess oe praise
de deuil sera chance le '
mardi 20 Mars en course a
6 heures 30 A. M. en la cha
pelle de Petit Seminairc
College St Martial.
Cette announce tient lieu
d'invitation aux parents et
amis de la defunte. 173



DecEs de M.
damn eau Ceriuhr

Pax Villa announce le Udi
cosc survenu le Mardi Ih t
Mars 79 it 11 heiiurc: A.M.
a I 'Hopital de I'Unciversit
d'Etat d'Huaiti de Monmcsirii
Rainecau Guerrier.
En cette penible Ieircon-
tauce Pax Villa et Le Nou
velliste presentent leurs



Un scandale qui
&ii cesscrz

(Suite de la lore naget

froid dcsarmant 11 perd de
l'argeit, il enrei.trr des re
tards, des manque i-a-"cenrr
dans srs affairs qui ne sont
pas toujours rose.
Mais il y a plus, commns
on le sail peut-etre d6ei 1E
tat qui, en principle, lui doi;
une protection, disons, natu
rclle, Ie p6nalise pour les
pertes don't il est victim.
Apres avoir dress le bor
dereau do Douane sur le-
c.uel figurent les droits nor
inaux plus c cle (certificit
de liberation iconomiquet,
plus Re6ie et iulres rede-
vances, administration men
tionne scrupuleusement au
bas de la Feuille : 3 co-
lis, 5 colis ou 10 colis non
trouv6s, selon le cas. Et l'im
portateur est oblige de paver
routes les taxes Drevues par
le tarif sur ces fameux co-
lis non trouves. disparus du
rant leur entreDosase dans
les locaux de la Douane.
Les choses. d'ailleurs. se
nassent, disons. m6thodlaue
ment. Sur 100 colis recus. le
technician, c'est-a-dire le
voleur. connait a 1'cvance


ii,-, Xli a ses enanits M.
,. n Claude Guerrer, Ma-
tcme et enfants. Madame
ean Claude Philemon nee
rmicette Guerrier, et en -
ants, a son free Wilnor
iuerrier et eniants,. a ses
oeui'sM Mad-daie' Vii al Ir-
pe. Wacnac ode Leonie Ca
et ei enlf:ills. MaMc!;iic Wil
a Guerrier el enrlants. :1
es nevelix et i'ets coun,is
t coui 'ros. elt s L
..utrcs iparenls et )ll s
srouves D r dc' i I c l ,'
u n era ill es de ,'cni ,:' ,'a
Icau Gutrr:ei:' r c r il cialli
t (-, ,* l,. y d 1 2'f) Mi i ti L
etu 'S P. M.i "c' l al,"' i'"

Anne. Le convi pa'sl,!i ie
Pa:< Villa Champ d M ; :s
fil la d.,snnuille r! i' 1 l le ',,
ru sT 9 .c 's 173




iDces de % Ve
PhaKaite Pierw
NFE C;ATRHEPINE ACELA
JONAS ANTOINE

ccax Viiia tinnonce le de-
ces surveonu le 17 Mars 78
en sa residence Privce de, Ma
danie Vruvc Phalanie Pler-
rie nce Catlierine Acela Jo-
nas.

En cctle Dnnible cercons-
tlance ax Villa et Le Nou
velLast" orcesiitent leurs
syncuiathles a ses infants et
a lous 1'.s autres parents el
all:'; e(c)rouves par ce dull
La date des fundralltls de
Niact, me Veuve Pfhalante
Pierre nde Catherine Acrla
Jonas AnlI.onesera annon-
cec" ulterleurement. 17.



Aian White et

5ss Eraces au
Salon Jane
bharaanciutrt

Alan Wlnte, qui s'est fait
pendant plus d'un mois, un
piomnoteutr du tourism hat-
tien en y anmenant des am i
et en invitant d'autres a ve
nir le rejoindre, est reparti
au3joiri hui. Seulement pour-
ne paiser que six jours .
New york. a niettre se. af-,
fa res en orcrie. Ti revien-
dra vendredi pruhlain, ce
beau blond qui a point Port.
cu-Princrc .1a sept couleurm
de larc en ciel pendant six'
semainera.

Avec Heame, Mc Millan,
et bien d'autres amies don't:
Francie Ziminsky de West-
wood Drive Mont Kisco, New
Xlork 10549 et i ,mie de cet
le dern ere A..,' Comer.

Toutes les amies d'Alan
White l'ont accompagn6 au
Cap et dans les environs
don't Labsadie, et Cormiers
Plage;: Jacmel et sa belle


les num6ros des colis donu jazcm6lienne sur Plage, a Kens
il a besoin. II choisit. con coff et i la d6licieuse -Halte
nalsseur avis6, celfil ou crux quest le Salon de d6gusta-
oui cor.tlennent les mar tion Jane Barbancourt.
chandisle s plus faclls a Haiti restera inoubliable
d6placer et les plus aeman pour les amies d'Alan Whi-
dees sur le march. te. Et Francis Ziminsky par
DOs lors. i:iit l i e.L fa icra longtemps de sa visit
cile. Et le comrn el .;ant dolt a Boutillier, a.t Salon de ds
s estimer heureux st un cour gustat on des delicleuses
tier vient les lui offrir En liqueurs Jane Barbancourt.
tout cas. une tell situatlor Ele sest vJn e d'avoir got
ne saural sa se DrolongEer ;. ile nest vnie d lavoir gor
nous suggerons vivementa n ssrbanou e
.I Chambre de commerce sans se anouler
d'.aiti de d6noncer cet in- Aus-i en a-t-elle emDort6
toicnlavle scandal et d'6tiu plusIcurs boutelles ?
dier :vec les resnonsables. Les impressions agrdables
un svstime de surveillance laiFsies p:T le Salon Jane
vralement efficace smicernnti. rbancourt en font l'une
,.ble9 'ofgflr: .Bu Tontrjb.uable de:- pllus andt,- aLtractlont
la protection i laauelle il de niotre tournsme, dans -Tes
a droll environss de PorL-au-Prince.


DANS NOS CINEMAS


PAi


cjn ~


SAMEDI17E IACE1MAS07






PAGE 4, .._


mnald Mevs march sur y.A."t. esal


des charbons ardents re26m'itrs'ble


(Suite de Ia 16re page)


(Suite do la ltoe page)

inalytiquie fondtie itr ouh Cer
Slinn lhistibricisml1l .
il n'y it de pire vision
', '.,ptiltioi ipe. na tirallste duii
so (is-de'vei' ppenielt tllt' Col
I' die I t'cononilsio (occiden-
ita. oecidentahse, assimlld.,
e'volie. distingui). Prison-
tnier de soil shenla, l'6cono-
nilste di'e 'Occident nous id6
rit, des asnects fort instruc
ti's diu soils-d6veloppeftent,
nlnais enlaches d'unllatdrall-.
tda. II parole d'abondance des
'ffets du sous-ddveloppe-
ment mhls il se garde blen'
de remonter fux causes, inl
Ai la cause des causes : le
paysage bipolaire de li civil
llsatlon economlque caplta-
ilste. II neglige la rociproel
tc d'lnfluence entree effects
't. causes. II d1noue avec
fracas le caract're duallste
de economle sous-develop-
peet. sans se rendre compete
(llue colle-ci repatte lessen-
ee dualiste de la socidt ca
pitalls:e. On n'Welaire pas lt
soils-ditveloppenient en par
lant d'eonomil dualiste".
Plus loin, le tileoricien tran
clhe. en demandant :
SMalls tle petit-on tirer
cii it vision hisiorlque du

Tension
areoccumante
iSuite de la lore pae)

los plus importantes de-
puis plusicurs annees Pt sor
tant de la routine habituel-
lement suivie par l',rmee
Sovietique,, laifirme it ,,New
York Times-.
D'autre part, ai Sonui. uti
haut fonctionnnire ameri-
c in. Monsieur Richard Hol
brooke Secretaire d'Etat ad
joint charge de L'Extr me
Orient et du Pacifiqup, -" de
clare que les Etats-Unis
4sont determines i mainie
nir leur capacity a reair
militairement dans la r6-
gion du Pacifioue.


WASHINGTON, (AFP)


sous-d6veloppoment ? Trols
IeLqotlns.:
Coelle d'tif mrutuel obi
ditionnement ehtre capita-.
lisme et sous-d6veloppo.
ment. Colul-lh contribuant
an ddveloppoment do colUl,
cl. qui suit un xprocessus
cuiiulatif d'aggravation x
pour parlor opmme Gunnar
Myrdal (sans doute, 'lnspi
ratehit de. M. Durand).
tLa Socdltd sous-d6ve-
loppee nest pas etrangbre
au fr6mlssement de l'hlstol
re. L'approche historique du
sous-ddveloppement nous 6-
loigneide la vision possimis
te, fataliste, cataclysmlque
de 1'hcononlste occidental.
L'histoire de la colonisation
et belle du sous-developpe-
Imenti sont ine sole et, ni
me histoire : la prhlistoiro
des 2/3 de Ilihumanilt.
-- sEn Histoire. 11 faut to
nili compete de actionn corn-
binet des groups soclinux
des classes sociales dans laI
formation et le ddveloppe-
nient du sous-d'veloppemnent.
La structure historique et
la structure (cap) social
du sous-developpemnent son:
iiinseparables.
Abordant le cas de noire
pays, lauteur, pose les ni-
rues coi sitlons. L6coniomis
te haltlein dolt etre arrachi
a1 li'mmobilisme dessechant
do sa vie ln:ellectuelle,. par
une revolution methologi-
que. Le pays doit avoir un
cerveau collectif et etre le
centre d'une revolution cul
turelle qui viendra renver-
ser les tabous.
La seule critique si cri-
tique y 'est faite par l'au
teur so degage de cette
phrase :

,Le concept du Plan indi
catif qui inspire notre poll
.'itque economique jure avec
I'Age de l'poenomie baitien
ne. Expression des intmrets
du neo-capitalisame, le Plan
indicatif sonne faux quand


11 s'agil d'un pays sous-d:ve
lopp6, II faut reponser la
thdorie do la planification
haltlonne. II faut optor avoc
courage ot lucidit6 pour un
Plan imp6ratif susceptible tur
d'orlontor ralionnellemont 00u
I'dconomle halilenne dans nlu.
l'lni.dr6t de la communaut6 Ma
national. sen
En outre. Kle plan lmp6ra' leu
tif no'so suffit pas. -II faut... epi
brisor In structure polltlgue,
transfqrmer le milieu social, Ce
r6am6nager nos cadres 6co- dat
nomiques,. da
me
Le thdoriclin qui se forme deu
en M. Rony Dirand no decrit gnm
pUs les caract6rlstiqucs de got
e Plani linpdratif, ne pose
non plus les modalit6s de I'm
ce cihaiuilenentt.i II nest cur
q u e I'A p 6 L re d'u- des
lie revolution culturelle, ric
don't ia bible iddologique res con
te h Itre d6finle. ce
La texture de sPenser le cor
Devt'lIoppemenll. so prcsente le
coinle une ijustaposition de qui
cours-confdrence don't I'art dai
culat1on tltiiunonieuo:e paralt ime
souffrr'. Le Chapitre VII en 1'a
est, une delatante manifes- qu'
tatlon. L'niteur se perlmet aut
parfois one trop Rsi'nde li-
bertu de style. II sagnerait no'
a presenter un corps theo- < .V
rique plus d1aboeis. Certes, dot
i'ouvrage tant par la nette lui
demarcatlon idiklogique nr"
qu'elle propose d'avec une tac
habitude de pensde. C'est
cela qui place aussi M. Ro-
ny Durand a lavant-garde ME
d'un courant intellectuel CHj
qui a le merite de chevau
cher son pays et le Tiers- I
Monde. II a raison, ent de- n'e
nongant les mythes , me et multrismen, d ecrire ge
e... L'homme de culture, mns
'est Ihomme qui apprefen co
de l'univers dans Ea totalit.. rv
Comment un haitien cuIvi
pourrait-il )recher la hatne rc
du mulfitre haitien centre C1u
le noir ou la haine du noir 1P-
centre le miulnttre hati'ien, cit
ou la hainedu ncgre cotire lit,
le blanc. L'hommne clltivi.
c'est I'hommnie qui tue lPs
tlbous, les interdits, la my- st
thologie, c'est 'Ihomme Qaui di,
tue les pr6eug6s, c'est 1lhom lo
me qui ne cultive aucun te
complex ni r'infdriorit1 ni pi.
de supdriorit, c'est 'homr- a
me qui affirmed que 1hommp fc
e'est : l'homo homini deu'i so
est, (i'homme c'est le dicu
de 1hommes,. q
Pierre R. AUGUSTE qd
N.B.- prochain article :
"La Revolutton Cultilolle se
vue par Rony Durardsl d


re titit de sa vie autant par 1
i de sp profession de me, ses ti
isler ou de telnturier, nous
ils sl abstralts que puls- ressor
it sembler ses tableaux, -' tre pE
r orighli est une motion pas e
rouvde au contact du rdel, tell
mnime
r6el usi tmitot sensuel et sonne
ns 1'expression et parfols peut
ns le ton meme des gam Ce qu
s; trntol. influence dans derne
utx i trois tiles par le re dso c
c animal sur le regne ve trouvi
al ou vice versa... On a tlon
preosion de retrouver, peintl
nine disert les americains gens
s iKldneyv banss : des ha valeui
cts blanks. Remarquez le voulic
itraste' ou la ressemblan- d'rbor
: pole blanks ou ovules ture
nmme 11 nots le dit (dans Mevs.
rdgne anim.l). C'est ce
pout 6tre est sousjacent Maint
ns ces Ioiles-lb, et que per En g
t fcileminti de traduire vent
irt abstrait. D'ailleurs, sur u
entend-orn par la ? Entr' lifian
ires ddetniticns, nous rete -.ou de
us cello Ie F'rainz Marc : sans
est, dit-il la tentative d" d'env
ant-cr ia parole au monde qute.
-mme atu lieu de la dcon sion,
r a l'rne e ,mue par le spee dre c
;le du mn-ride l'artit
valeu
gage
EVS MARCHED UR DES n est
IARBONS 'RDENTS... vardi

L'Art ,bstrait, chez nous, Ra,
'st pas tres connu du siu- de R
c, du moins ns qui l'acceptent dans la derni
sure ot- ils lp considerent Mars
mine decoratif. Or s'il ar Petin
ve qu'il le sol,, qu'il no e oit
en d';uute, nous veroris
1l t ut uss. tre fort ex
sc,;;if t lnoiu mettre e'n
itact avec Iue dense rea r
o )iumaine..>

Ont peut dire que chez le
ctateur il y a une sort
ptiur le cet ensemble de
rnmc.. peitubatrices emprun
es pourtant a la. nature ou
tir employer un mot cher
M ELiennv Souriau, pro-
sseu.' a la Sorbonne, une
'rte de sem ebdotiaunisme
iu consist f ne fire
Lention dians utn t.blcau
u'au stijet. C ost un Stat
'ame, poursuit-il, qui est as
ez frequent ch's Iz usager
e l'ait qui n'e-t pas tres r-
crti 'i,. ii. ii, d'etre
urtont s inos ble cc rappel
des choses extdrieures, de
u'ntresser au tableau dans
a measure ou il retrouve des
1ho-es qu'il i apprise a con
iaitre ext6rieurementt a 1'art
1 entree dans le monde qu'on S
hii otfre cmmp si c'etait le (
monde ordina re II est peu
turpris que qa ne rcssemble
pas tout a liil, a ce monde
ordiniin, il s' doslnt'resse
.i cela n'y resemble pluis du

tout. C'ett une attitude sur
aquelle notts ii'avons pas be
;ohn d'insister pour en fair
li critique, mas elle est tres
repndue. S

11 reste evident quand nous I
parlons de( marthe de artists 1
e sur ides chirbons ardents J
face a la peinture moderne
h iticnne qug c'- nest qu'u-
te image sutgrtee d'alileurs0=


e titre meme d'un de
tableaux. Mais ce que
voulns surtout fire
rtir par l. c'est que no
einture moderne nest
ncore acceptde comme
ic et it ct est parfois
, ddcride par des per-
s sensees mats qui ont
6tre intdrdt ht le fare.
.i fait qu'un peintre mo
y march souvent sur
harbons ardents, se
e done drns une posi-
delicate face a cette
ure, du moins face aux
qui en minimisent sa
r. C'est ce iue nous
ins faire re'marquer, et
rd at propos de li pein
moderne de Ronald


tenant qnu dire d'elle?
endral, on attend sou-
du crit'qie qu'li opine
ne exposition en la qua
t de bon, de moins bon
Sm:.uvaic. C'est a notre
une facon simpliste
isagor le role du cr'ti
D'aiprls nous, sa mis-
c'est de fire compren
certaincs d6marches de
ste et de f-ire septir la
r esthf:t'-,'p qui se do-
de se' t.- )Ps. Le rest
que ilttc atturc et ba-
age.

opelons queR exposition
nolid Mevs don't le v.er
g( a eu lieu mercredi
ci ilurera jusqu'au 17
Ia la Gal"'ie Marassa ta
i-viiLe.

W6bert LAIIENS


Le' tralte de palx Israelo-
dgyptlen pourralt etre slgpA
le 26 Mars aux Etats-UnLs,
estime-t-on Vendrerecl de
source lnformde'f la Mal-
son Blanche.

Cependant, on souligne of
ficltellement qu'aucune date
n'est encore fixde.
La c-ra-- dtu i- t-ars esi la
plus proche possible sl 1'on
tient compete des tapes en
core ndcessaires pour 1'adop
tion du trait par la knes-
seth le parlement Israd-
lien et de 1'emplol du
temps du President Carter
out se rend le Samedi 24
Mars, en Oklahoma et le Di
manche 25 Mars, au Texas.

Le Porte-Parole de la Mal
son Blanche, Monsieur Jody
Powell, avait estitm Jeudi
qu'il n'6tait pas oraisonna-
blements possible d'envisa-
ger une signature dans la
semaine du 19 au 25 Mars.

D'autre part, de source
proche de 1'admlnistration.
on souligne que la ville de
Washington et la Maison
Blanche ne sont pas les
seuis endrolts envisag-s
pour la signature du tral-
td de paix Isradlo-dgyptien
et que la cdrdmonie pour-
rait aussi se ddrouler A Camp
David, dans le Maryland,
oft le processus de paix a
vnit franchi une tape deci-
sive.

On souligne cependant d.ue
1P choix de ce lieu rendrait
plus difficile la couvertu-
re par la press de cet dv-
nement historique.


Pour les Hommes... en Faiblesse, en Panna


| HANDSOME UP



RIEN A AVALER, RIEN A INJECTER Traitez vous, vous


m6mes, a domicile; la duree du traitement depend


de l'etat ou de l'Age de la personnel


127 RUE DES MAGASINS DE L'ETAT, PHONE 2-Z249
a


I





I,



'I

it


I


LE BISTROT


PESTAURAmNT.JIZZERIA- |

BA1- ^GRLL- CR ZPEPIEE

-- Vote e'ndez vous

de midi a a h du main

Menu S c al lunchi


Chaqu2 So~r Diner Dansant

avec ,Bistrot Combo.

Mardi soir


(Ouanga Haiti Show>


Vendredi soir


>


2 Spectacles Differents

Chaque. semaine


Le Bistrot Tel. 2-1800 J


I

I


UVJ -aUu


MOSCOU, (AFP1
Monsieur Boris Ponoma -
rev membre supplant du
Politburo du PC dp I'URSS,
a d6nonce Vendredl. f & oc
casl6n du 60me annlversal
re de nla creation de 'linter-
n'itlonale communilste iKo-
mintern dissout en 1943),
les r6visionnistes de drottes
mul prsenitent le Komintern
comme une organisation Dou
mise b Moscou.
Monsieur Ponomarev,. res-
plonsable ai sein de la dlrec
tion Sovidtique des rela -
tions avec les parts commu
nistti htranrers, affirmed no
tamfnent, danris une decla-a
ti6h cite pair l'agnce Tass:
4la creation du komintern
est li6e a. jamais au nom du
grand Lehine. a la rdvolu-
tion d'Octobre, mais cela ne
signifie pas qu'll aUt 6t seu
element 1'oeuvre du parti 1ol
chevik, de la main de Mos-
cou, comme tentent de le
presenter la propaganda
bourueolse et les reformistes
de droite, Sa creotion a td
proclamde par les rr-prmsen
tants de 35 parties commu-
nistes et socialists de G:lu
che de 21 pays d'Europe, d'A
merique et d'Asieo.
PRsumant l'hbstoire duii
Komintern, sons mention -
ner sa ntro'sieme ndriode-.
h la fin des annies vinet.
ouand son mot d'ordre prin
cipal 6tait celui de la Lut
te centre le 'social-facis -
me- c'est-h-dire les partis-
socialistes et en partict. -
per le P. S. Allemand, Men
sieur Ponom -rev ff'rme
l1e Komintern, a. le premier
montre le danger du fa.sc's
meo.
Le dirigeant Sovidtique a
danonce les critiques ,tmises
.darns curtains parts comn-inu
nstes Occidentarux et notami
ment par les <-Euroconinmmi-
nusTes> control les 'errceiirs
du Kominitern. ajoutant :
(la veritable innovation n'a
rien a voir avec attitude
N'htliste a 1'egard de 1ex-
perience historiqltc, avec le
refus des principles du Mar-
xist-e Leisinisme*.
Munsieur Ponomiarev affir
me en conclusion qiue les
sconseqiufnces fatales> de
cette attitude sont rdvledes
par ilexemple tragiqrue du
parti communist Chinois,>
et en particulier pa-r son
aggression n armie centre 1(
VieInam Socialiste >.


VOTRE HOROSCCE

PIar FrNncer1 DrrS~'1

DIMANCE 18 MARS 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
BELIEFR)
Un d6veloppement inat -
tendu dans les affairs pro
pare la voie a des profits ac
crus. Vous etes aussi tente
de fire un gros achat pour
la mason.

20 AVRII, AU 20 iMAIl
I(TAUREAU)
Un partena 're ou lun al-
lie proche vous fait Une sui
gestion imprevue. Un chan
gement de plan donne at
1'un et a 1l'autre 1'occasion
de se diverticr.

21 MAI AU 20 JUIN
GEMEAUX)
Une surprenante reunion
avec des colleagues condui-
ra a d'importantes d'tcus-
sions au sujet du revenue,
des rcsultats du trava 1 ou
de la carrier.

21 JUIN AU 22 JUILLET
(CANCER)
Une nouvelle et stimulan
te relation announce des heu
res de joie. Un changement
de rythme rafraichit votre
humeur. Le coeur jouera son
role.

23 JUILL-T AU 22 ABOUT
LION)
Un conjoint ou un allied
proche a 1'intention de mo
differ l'amdnagement du
domicile. La recherche d'un
nouveau toit est sous d'heu
reux presages.

23 ABOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)
Rendre visit a des amis
a proximity vous vaudra des
moments surprenants. Lals-
sez-vous emporter par des
iddes de changement et vous
connaitrez des heures agr6a
bles.

23 SEPT. AU 22 OCTCBRE
BALANCES
Les questions financidres
vous prdoccupent. Vous inau
gurerez des mdthodes nou-
velles pour aml1iorer vos
revenues et exploiter les pos
sibilitds offertes.

23 OCTOBRE AU 21 NOV.
(SCORPION)
Vous avez besoin de falI
re quelque chose de hnou-


vcau. LIes ttrcs cheers so -
ront, conrIquis par vos nou -
veil's initiatives et vous sui
vrotl.

22 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITTAIR E)
L'examen intrioeur done
un nouvel eclairatge. Vous
trluv'rez la paix et lu se6r
ilte ut i lovir'. Les hecurs pat
uibil's rcnforeeront vote mo
ral et vous rendront vos for
ccs.

22 DEC. AU 19 JAtVIlER
(CAPRICORNE)
Acceptez les invitations.
LU- s nouveaux amnis vous sti
omuleront. Une reunion mon
daine vous permit d'l1abo-
rer des plans optimistes pour
les autres phases de votre
vie.

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEAU)
Une rencontre occasion -
nclle avec vos chefs vous
done le moyen d'amelio-
rer votre revenue. votre posi
tion et de rendre votre tra
vail efficace. Saisissez tou-
tes les possibilities de reus-
s'te qui se presentent.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)
Le Remplir les devoirs spi
rituels peut apporter une
benediction deguisde. Les re
churches elevdes sont avan
tagees. L'activite creatrice
so rdvele foconde.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous 6tes 5, la fois artis-
te et scientifique. A 1'aise
sur le plan intellectual,
vous feriez un bon dcri -
vain, compositeur, music -
cien, critique draxnatique ou
philosophy. Votre intdrmt
pour le blen-ctre de votre
prochain vous pousse vers
la function publique et le
service social. Port6 a vous
sacrifier, il faudra mettre
des limiles At cette tendan
ce. Souvent la creation artis
tique vous donnera le mo-
yen d atteindre le coeur de
1 humanity& grAce fA votre
message. Que vos respdnsa-.
bilitps domestiques ne limi-
tent pas vote vision du
monde I


"Peiser le developpement"


MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ-LA FAITES i.A

PLANIFICATION FAMILIAL 1
Tr.iOOOSO~af~SCOCO"'t're.-J'. BC e--eOe-.OS .O&S-O&M


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE...


Les nouvelles lines fluides de la CELICA ont etc proqrammees sur ordinateur pour lui assurer an minimum de

resistance a I'ar alslti q'uan maximum de stability a haute vitesse

PASSED OUS VOIR A LA



HINOTO S.A Rue Pavee Tel. 2-0658

aa a 6 a0 .C..OO .O. .eN. .....oa.. e -


SAMEDT 17 ET DTMANCHE 18 MARS 1979

URSS JEUD SOIR
r6ntiaflitre de AU TADE
M. Ponomarev sur Victory -
Ie RKottlutern Excelsior
deiA & dlA


v- --------- Y


CO-111-0-1--.-40.*r---.--#-O-Icp--0-10.r/e-,#


I


;T~,=~r~:,;rjr~J,;ss/~YccrllsJ=rr~s ~


Rc


Vlctorlstes et Excettlorls-
tes non. pu sei departager
leudl-soir au Stade Syl'.'io
Cator a 1 Isue d unr match
pratiquement sans histoire,
ddroulc- en presence de quel
qucs centaines de specta -
teirs.

L averse de fin de match -
devait par ailleurs contri-
buer A casser nettement le
rythme du jeu ddja refroi-
di.

II faut dire que les ( et Blancs qui viennent de
changer leur comitb direc-
teur se sont rdvelds beau-
coup moins pfles que 1 ad
versaire en d6pit ae 1'expul
sion de Constant Monuma
extdrieur gauche au ddbut de
la reprise. L'arbitre Geor-
ges Baptiste devait pr6sen-
ter sa carte rouge .- ce der
nier pour aggression sur le
defenseur Jean Claude Moi
so.

La formation -u Bas Peu
de Chosc a su mencr cer
tes qutelques bones actions
trc.s sporadiques mais qui 0
chouerent rgulierement sur
,une barricade adverse bien
girdee par Carlo Delphis,
tlerve Brice et Belhumer
W,lner.

Les Victoristes ,par con-
ec .ittnt enu maintes fois beau
c)u;p dc peine a neutrali-
ser 1es offensive.'; mentes
I;:' tles attacquan's Ray -
mend Gilot. Harry Lamothe
Ut Guy All-n.

I1 s avere maintenant dif
fickle a ces 2 contcurrents de
It r;mintor en beauty dans la
c u.';:e vcrs le Litre.
N..- E n lever de rideau
l's rcserv.stes de 1"Excel -
s ir ont triomphe de leurs
hiCmolotlies dut Victory par
2-0.

.E CLASS7UMENT
ACTUEL :

Ii Violftte
1 -13 :
s 2 a R ticn 1--20;
I'Bacardi 9-13
4) Victory 9-20;
5) Aiqle Noir 8-18:
e 6) Excelsior 8-20
7 -iEoile 2-20






SAMEDI 17 ET DIMANCH. 18 MARS 1970 PAGE 5


LE SERMON DE LA SEMAINE


(Suite do Ina 1re page) SATAN CONTRE JOB


since de fiaire 10 mill sur-
tout t ux enlifants de D eu.
1- est vral quo SBtan n'est,
nIl tollt-pulssiitn nl ionllis-
ctlen, nl omniprsent. Ce-
pindiiant. 11 a plus de puls-
sance qu'aicurt homlrne sur
la terre. SRs conna ssanrces
soni vastes. II est capable
de fa're des choses terrible.
en diver, lieux. it la fols, sur
la terre par ses innombra-
blis' agents qui sont des d6
nri.ns.

L'Apitre Paul appelle Sn
t'ian: 1le prince de la puis.
sance de l'alir (Eph. i2 : 2),
oif n de notus aider a renli-.
ser qupe Satan jount d'une
rande accrssilbillte. I1 petit
s0 t 'ioiver nl'itnporte ot
qloand tl veuit.

Son champ d'action, rest
li terre. C'es: pourquoi l t
Soui"iuiir Jesus le designed
,soil I appoelot on : print
('c dre e mnnide. i Jn, 1'2 .31).
3 1':1n1 obs'-r\ .a\'L' e ra c le
':i:sail di' D tui. I ,lt 'l 5 e tl cl)r
el!il! :i leo '(e'. ; drcoiut a
ter les 1i,!vrit ':s do D e l tu
it por'er le moinde a depr6-
rl ojeuvr, 'vn'n t lin,," l
i'i"dtl par:oilt en se dcgoui-
u'nt sJuvent eii o canse de 'il
ip', tr otfln dc ( iot inp r hl's
rl'-"it of do t'es jet' -r c is la
c("i)P siotn.

Pon pr neinral travali est
de d'ltr :re la foi (n Dit
cr, senmant c dlte .sur les
od-cl'es eo, s' promessews de
T0')u. ('.0 on-te Cell laoI
1i0e 0 'iSa; soe l'Apbt'lo
P( r P v.ut i .ors met -e ( n
'Oi in's'.l tp l ',. c-
ta" 1cnur's9 '!'1 nt roi -
I'.' : (* c's'.ar riu: i t d ('.(,-
ic" .. 1 Si "5 3.


Dans le cas qui nous in-
t6resse aujourd'hul, Satan
voulant dbvorer Job l'a ac-
cusf sails cause devant Dieu.
Son accusation se resume
it l'expression de son scepti
clesne natlurel. Satan ne
crol)t pas dalns la bontA hu
mnane. Sachant nue devant
Dieu, une attitude o0l une
ne.ion ne vaut que par son
mobile. Satan met on doute
l f'deliite de Job i 1'6gard
de- Dieu et Iisinue que c'est
une fldel t6 calculee. Ainsl
il dit t Dieu : oEst-ce d'une
manini e d6,lnteresse n.uen
-Job craint Die' ? Ne 1'ns-tu
pas protege, lul. sa ,maisonr
et tout ce qu; est i1 lul ? Tu
as b6ni l'oeuvre de s's
nmins, et ses troupeaux cr'
vrenlt le pays.

oSaan non Pemlpment ar-
ei"' Jot d'etre fiddle par
intert., mais il so plaint
aussi de c qup Dieni prtt,
ge Job. Le raosonnlement d(I
,Ftan e:;t que si Dieu n'en
louralt pas Job (e sa pr-
tec ion. Dieut a'lr it lr!'c. I
l'ecas on d'ientopr.n< Job t-
pi 'ilue. 'fn-ii, 'iitoin s'en-
haird it ijter uno d6fi it D'iu
I n rep. temPrs Ts:insr. toIiche a ce oui 1i'
an!i onrticl, et je o sils sIr
qt'iI te mraud't en face".
Di:',i abLrs, qui tonjourjs
f.i'it onfian'c a 1 homn-, CL
(ill d iura mawn're partict.-
l.'e )nlp t Job coimmeo .I'-
h' ln'me donl' e ecI i i'
:onipt e 1 a ;l. .id ;'ir
l' to '"'i '" ap J(,b. a 'to(.,,:, 'ic
dff:, rt cit a 1an : vO,',,
"t ( eii (0"i ll "ppj 'rtino
;e !e le v.',

Cependant. Diion met r-i
flcil a lta ai ',.I '''e 'O '


Satan, on lui donnant l'or-
dre ae ne pas toucher t la
vie ae Job : eSeulement, ne
porte pns la main sur lui.
Epargne st' vie, ordolnne
Dieu (Job 1 : 12; 2 : 6).
Ce,. ordre divin qui res-
lfeint la puissance de Satan.
est de grande importance.
II ,emane de la certitude de
Dieu que Satan court vers
un echec dans ses efforts de
porter Sob it abandonner sa
foi. Dieu ne veut pas qu'en
disespolr, de cause, Satan
matte fin Inutilement a la
vie de Job. Par ailleurs, I'or
dre d vin h Salan d'epargner
la vie de 'Job. impose coin
me uns regle de franc-jeu
qui doit pr6valoir h l'occa-
ion de ce defi. Car Satan
dolt se rendre compete de
sa propre confusion. Enfin,
cet ordro d'vin nous revole
la fidflitt de Dieu envers
Job. Dieu montre qu'll se sou
c'e de la vie de Job Car Dieii
spit qu'a:rers Los fnreuves, il
l'an t donner a Job plis de
b nedictions que celui-ri
n';n avalt jusqu'icl recucs


POURQUOT DT1U -/-T-IL
AC"EPTE LE DEFI?

Les q.cstions qui viennent
,. l'esprt do CPllx qui con-
naissent la Mfchanceto et
ta pervers't6 de Satan sont
colles-ci : Pouraulni Dieu 9-
T- i te'6 let d(fl lance at
on* par fastan centre son :oer
Vc!'. -" Job
DoPu no mnnvat-il roes ri
rp-mor Saoan et contirrer
i:'ott''c.r son serveliir ? A
c's qu r, D;ioil polr d :
.e- pp.iscps ne Font pao
v's p-nsees. et vos vo:rs ]io
soelt pls nmo vo'e". Auta't
1. e'4o'i', Eirt 0levcs al-desq
s'. de la to '0 nu'snt nmes
voie.' ront opve0 s ni-'es-
s's de vos vo' s, et mnes pen
a.s a -deosu do vis son-
''i (Eale 55 : 3-9).


\ Dans, l'hisito tr dO Job, c
p iSt cIli semsoi d.ns cet1
S6|on sode ot nOsls vov,,s Deo'.
Sedans toute sa sae, e.se. ac-
a p eo r p -a trelv"er le dofi ds
-Satian a propos de Job, un
;s:"-vitc r interc e et dro L,
I Diei na des rveltatons i i.
p n:,! f.0re s r '.alan et sr
W_ I 7 .: f1 '... 5v ... i,-" d .

9 if
^ _I ib on les an. s de Satan con
tl'e son s-rvit.?ur Job. Satain
= @ ^." -- 1ne P3.-ut pas jouer de tour
B lin(.u a relpvo le tdefi de S a
S0 = tan parc, queO cela devalt
s;'rvir a I ;at toire. 11 a laio s6

s 1ons ep Jto I'i1e T)rir ti;p
rhe sound approach to quality lin c:'1 t "LS V 'L Be B S Job (Ji 4i"' tro" i ale"o't leu
i. 'ii d 1.ll "; cooIoll :,oon 0tii
S e t; s eff ondi'(esur ex tons
,COlpendait. D'eic a 11r ,erveo
Svent.e e la vie de Job toni re la morse t
el la foi de Job contre la

0 S Serv ce dela llanqe. C 6tait Ia 'essen
1.ie pour prouver it Satan
itq il ovait perdu le pari. Car'
ton) re qne Satan voiitit.
c (dait de p orter Job A per
dre cenf'anc- en D' r i t tL
mIaudire D'iu. Et au cas02 ot
la belle creole TIc! 0ve'radit dsns l'impos si-
billes d'aririvr a ses fins, Sa
-- -tn is vci oait imourir Joh
S5a:5 Diu a dit non. Et







Paper Box Com :y Of Haiti

Rue Barbancourt (Entrs e Ie Natal) Reute de 'AMroport
Tel. -723z

LA MA S5UMN DES 4 iT.s


Pour toutes vos commanders


de boites de:

Chaussures
Patiss,-r


Pate dentiFrice

hemises t linget zr'


Predults phanzacentiqu 1

Produits alimentaires :cs et taogOts

Crbme a ai Giace

Savons
Fruits de metr

Traitzurs e' restaErt, eurs
Renforcement de cols et cus de chemises
Agraffes et troam. Ites

Divers ..

Nous fabriquons galement des dost: rs de classement
En format lettres At l 6al.

ec saanafl~apaq WSacaaBraepcwiyflaafc ooooo9K^ososa~oose


matntenant, nous compre-
nons aue Satan ne peut pas
tout fare. Car la toute-puls
sance est 1'attrlbut exclusif
de Dieu.
C'est 6 cause de la toute-
puissance de Dieu qu'll a
accept le d6fI a propose de
Job. Satan, blen qu'il solt
appel6 le prince de ce mon
deo n'a pas le pouvoir de
fire tout ce qu'il veut dans
ce monde. Ce privilege ap-
partlent h Dieu seul. Dieu
n'a jamais abdiqu6 ses
droits. II a cre l'Univers et.
11 regne encore en Maitre.
sur l'jnivers. II tient Satan
en lalsse Satan ne pourra
jamis contrarier les plans
divins i 1'6gard des enfants
de Dieu.
C'est a'-ec cette convic-
tion que l'Ap6tre Paul s'c-
crie : gSI Dieu est pour nous,
qui sera centre nous ?... Qui
accuser les 61us de Dieu?
*Yes Dieu qui justifies (Rom
8 : 31,33).
Dieu aurait pu reprimer
Satan et continue it protf
ger Job. Mats les expfrien
ces spirituelles que Job a
fates durant ses fpreuves,
il ne les aurait jamais eus.
Satan voulaic voir Job par-
lef mal de Dieu et ne plus
s,' confer en Dieu. Mats
Dieu dosirait voir Job crol-
t-oe .pirituellericnt ct deve-
n r pius fort, plus infbran-
lable aans sa foi. Dieu done
a laes.;e Job rencontrer les
epreuves; car Dieu ne volt
pas se fepreuves comme
iucs. Dieu lPS considered coin
me une ce o la 'oi, coin
ino des ioarches ver le pro
-!e snrroiues, ven s otun plll
Blt-ofonte com naissanpe de
r p.' ver 0,`n p pm:'pP i',aPncre
plus O io'0 sur la puiss' a:epr
rY D.eu.
'fo il e (i0e Dieuo prnol
d'arriver dans not-e v e. il
1, pc. met surtout en vui
de notre p'Tfecticnnmcnmens,
spirnuel. C'cst ponqouruo !a
B blt ifrme le s: e0s.'. cco'.)u'rcrnt atu b'ein
do c'li.x qui ai n nt Dieu.
de cet:c qd'i Sains aiopels sr,
Inn son dce's"ind htfomns.
20).
L'enfant do Dileu ne dolt
pas interpreter leot; fpoeu-
ves auxqluetaes il faith, face
tians et vie vi recomne dec
rsaiittahus lcel' fat touit pour
inO btit. .aint It' cas par'.ici
lt:r de Job. Dieu a accepted
le defit de Satan. aftn de
pouvo:r exhiber l'integrii.-f
de la conduit d'un homr.r
do D..u sous les pires fpres
ves posstbles et montrer aai
si (quoI' el croyart loyal et
f:rdlele s; apple it sortir
pi:s que vainlqleur de tou
tes attaques de l'adversaire.
x x x x

SOULMETTONS-NOU7
A DIEU

La permission limnlteo quo
Doeu a accords it Satan
d'eprcuver Job, et les atta-
quis de Satan contre Job,
sont de nature a cause de
la frayeur chez nous. I I est
possible que nous nous de-
nmandions commnst 6chap-
per a de tells epreuves ?
La response nous est dolnne
par I' lApotre Jacques : (Sou
meotez-vous done i Dieu...
tJn. 4 : 8). C'est l'un des
p!ts salutaires conseils qui
s trouvonst dans la Bible
Nous ne devons jamais es-
sayer de combattre Satar
par nos propres efforts. Sa-
trn est tron habile, trop tu
se. II cc'namit nos points fai
blues et nous ecrasera cer-
ta;iement si Dieuo nest pas
avee nous. Notre protection
et notre dlvrane orcontre
Satan ne sont assures que
seulement lorsque nouis met
tons notre foa en Dieu eo
faisons dfpendre toute no-
tre voe de Lui, en d'autres
terms, lorsque nous nous
soumettons k Dieu.
Cependant, il est difficile
de se soumettre rfellement
a Dieu sans accepter Jesus-
Christ. Car le Seigneur Je-
sus a dit : sNul ne vient au
Pre oine par Mobt (Jn. 14:
St. Rffleclssez un peu, et
engagez-vous dans la vole de
sus-Christ ajoUrd'hul. Des
que 0vous auroez acepte Je
sus-Chrest comme votre oSa
veur personnel, 1I se cnarge
ra de combattre Satan pour
vou. Et sous ltes vattaques
drues de Satan, vous n'au-
rez rien a craindre, 1'Eter-
nel coimbattra pour vous et
voeus garderez Ie silence.
Confolez vous Jess -
Christ. Renoncez i sos vieil !
les habitudes qup font de
vous un alll Inconscient do
Satan. Confessez Qsu pechfso
ai Jesus-Christ i demandez-
lui de vous pardonner et de
vous mettre a part pour sa
gloire. Marchez dans l'obfis
sance a Sa Parole. I1 ordon
nera a. ses angels de vous gar
Vous foulerez Je lionceau et
le dragons. Que Ie Saint Es
prit continue a vous eclal-
rer sur la nfcessitf de con
tier sotre ,te a Jesus-Christ
afin que vous personnelle-
ment, yes blen-aimes et vo
tre foyer, ne devenlez la
prole de Satan. Qu'll en solt
alnsl Ameni.


R6v. Luc R. NEREE


AU CINE


^. IMPERIAt,;L


~$ z


ADIEU JE REST





et Marsha Mason


The g-cd bye, rl


Salle : 3


PIC-NIC A HANGING ROCK


M- ---r _ __- - - -


raan/~s/~~e~aw 5~Coooa~


'OC ',t


~00~C~0~109~300C13bCr~a~~(~irn~ur~rkr~i~


I (





SA. BSAMEDI 17 ET DIMANCHE 18 MARS 1979
.*


Lettrel ouverte a la Secretairerie d'Etat du Commerce et de l'Industrie


Les deux cordonniers


(a ind .h1, 1 11l l op ; 11-

f olS cOI t'l is c pm! c i (, r1


rl" 'IP Oll'ai lic tcls s lll te
is I I c'ciines prodlis
i ll l t;l tr ,:ss't anee tech1


I-, "i cccr date p:ar la FAi
('tLE,' !FT IA :A-nFM s'eli
itl i pl;'i hd :'" inm illiutns
0. dol tla'- i N colnll.s uIle
1< r pt ,.. ep < uinl 'e a 100.

CIOl dollhis pliar "su.r de
ii vt'st --,( iir'I l ai:t'i"',i ispor







i 0P cc(tin;pe. Cini Iours
SdI. i ll il Ii A Pl 13 Mi elar',


cii dii i' sir n i le dro-


I, I + ,'ti 1 I t' -ii Ii ih ili

I't i deotIe

i, t; M'ii -ie

S t,'! (it t ,f ':tie. Cinq o ursi S
j iiid ii,' 13 Mars,


le D6parlenient du Com-
mirerc d611vralt 1l'Importa
ili'cr unii auitorisation de d6
do;nc'rilent, pour 12.000
'cirlois de. sPRODUITS ALI
MENTATRES". Vous Impor-
tez d lt' pate de tomate
( importation formcellement
Int rdicl sanis au torisaltlon
)realable et vous tentez de
c ddounner souis la rubrique
SProduits alimentaires s.

0'imcl1'le1t con-evoir une
tell supercherle?Comment
done la FACOLEF et la
ASDEMi peuvent-elles ad-
inp't l-'e pa-eil comporte-
ieit;. n'est-il pas I 1gitimne
de. crier au SCANDALE ?
N(,in lai FACOLEF et la AS
DEM ii'ot pas intentionn
de lermier leurs usines,
cour se contender d'impor-
ic le produIt fini,. Non, 1'in
d(.:',i Nationale ne doit
pu.is disparaitre. La justice
i, ;)iI.uours le dernier mot.


tateurs reqoivent ,en boltes
ferm6es do 6 ounces, 8 on-
ces et 7 llvres dpe la pate
de Tomato.
N'est-il pas regrettable
de constater que 1'Etat Hal
Lien s'a jugd bon de pren
dre aucune measure centre
cet 6tat, de felt. A quol done
servent les lois? Sont el-
les ,promulguoes pour sim-
plement enibevll'r et gros-
sir notre 16giSlation, ou
sont-elles prises pour 6tre
rigoureusement appliqudes?
C'est la question que nous
sommes blen obliges de
nous poser. En' effet le d-
cret lol de 63 privolt les
dispositions suivantes :
Article 2- Les advantages
du present decret seront
octroyts .aux entreprises sui
vantes :

a) Celles utilisant les
psatieres d'origine locale
ccinn is cci nc cci-fcinn ipci 50i


A la lumiere de ces con- pour cent au moins du court
.sclcrattions il n'est donc total des matieres premi6-
pais possible que passant ou res entrant dans la fabric
ire effort consent par tion du product ou de l'arti
cis deux entreprises et les ticle;
COMMUNIQUES repetds du b) Celles utilisant les
Departcniemet du Commerce matieres premieres d'origi-
et' de 1 inaustrie, des impor ne 6trangere et qui ne peuvent


pas ItreI produltes en Haiti articles imports en vrac,
dans un dlai ralsonnable, parties ou pieces d6tach6es
dans une proportion de b 1'exportation.
plus do 50 pour cent du
cout total des matilres pre Article 4.- Toute entreprise
midres entrant dans la fa- nouvelle, industrielle ou
brication du product ou de toute exploitation nouvelle
article pourvu que 1'arti- agricole jouira des avanta-
cle ou le product fabrique ges douanidres ci-aprs 6-
se subtitue, quant a la va- nonces;
leur sur le marched natio-
nal a 1'importation d'un 1) Exondration des droits
article ou produit identique de douane a 1'importation
ou similaire, ou que le pro ou autres taxes internes,
dult fabriqu6 aide a la con rion compris les taxes con-
servation des resources na sulaires, les droits de d6-
tionales. I pots, les frais de manuten
tion pour :
c) Celles s'adonnant a la
preparation, la modifica- a) ............... .......
tlon, 1'assem blage le m on- b) ..................'..................
tage ou lach-vement d'un c) Les matirres premieres
article importS en vrac, ndcessaires aux activists de
parties ou pieces s4pardes production dq 1'entreprise,
ou detachles, pourvu que le lorsqu'elles ne sont pas
dit article prepare modi- produites en Haiti.
fie, assem bld, m ont ou a- d) ....................................
chev6 se subtitue quant e) ....................................
la vente sur le m archc na f) ................................
tional, h l'importation d'un
article identique ou similar Les avantages enumerds
re. dans les alin6as a, b, c, d,
d) Celles fabriquant,,a par e, et f, ci-dessus seront
tir des matieres ou prepa, accord s seulement sur les
rant, modifiant, assemblant, matires premieres mat-
montant ou achevant des aux qipements, ombus


Triomphe



8h.30.p.m





ry Ryan


Le plus grand magicien -







illusionniste d'Angleterre







HYPNOTISME -- MAGIE --





LEVITATION MENTALISME






ILLUSION ou REALITE







1! faut le voir






pour le croire!


Entree $ 3 et 5.00

Cartes en vente d1!s a present aux guichets du TRIOMPHE '.g.I


tiDies etc... imporuis en
vue de la production d'un


national. Nous deman -
dons, aprIs .cette visite, urne
table ronde avec tous ceux
qul y ont intre't pouch d6
battle 6qultablement) de
la Question.
Convaincus que le desir
maintes fois exprim6 par le
titulaire de cette Secrdtal-
rerie d'Etat, d'asseoir sur
des bases rationelles le d6
veloppement 6conomique de
la Nation Haitienne, rencon
trant, en ceci, le souci ma-
.leur et permanent du Prdsi
dent & Vie de la Rdpubli -
que, le portera a se pencher
serieusement sur le problt
me confrontS par les deux
usines de pates de tomatoes,
nous demeurons S son entid
re disposition, pour toutes
informations supplemental
res et toutes confrontations
qu'il jugerait utile

FACOLEF S. A.
Constantin Mayard PAUL
ASDEM S. A.
Rooul LIAUTAUD

Nouvelles de la
kiepublique
Dominicaine

(Suite de la ~lre page)
daus un qua-ci dfe a Japi


T he'oattr


(Suite de Ia 16re page) I

nant le mur. C'dtaient Jo-
seph.Jolibois, fils habill6 en
fotgat, Antoine Pierre-Paul,
1e ,Doyen Nau, David Jean-
ve et un sens dlevc de la cho
se publique, ils eussent pu,ccs
homes illustres, constituer
fin parti politique puissant
peu Importe le nom : Natio
n.'l, Liberal, Conservateur
ou Socialiste, ce qui eut don
ne a chacun, comme dans le
cas du Mexique apres la Re
evolution, sa chance, au mo-
ment opportun, de diriger
les destinies de la Nation.
H6las Lecteurs assildus de
Le Matin, ('Action Nationr.-
le, la Prcsse et Le Nouvellis-
te, les deux cnrdonniers, de
leur coin, ont suivi tes lut-
tes individuelle" sans gran-
deur, les machinations et
combines des t ernel4 candid

L'entraineur
Rene Vertus

(Suite de la lere page)

toires des Jeux Olimpicfues
et des Jeux Panamericain
en attendant le Premondial.
1981.

Le plan de travail de 1'en
trainer Rene Vertus visera
6galement la mise sur pied
d'une Selection d'Espoirs
(joueurs de moins de 23 ans)
et supervisera la preoara-
lion de la future equipe na
tionale junior.
Un des grands objectifs
restera cependan, la forni:i-
tion des cadres techniques
afin de combler une danLge
reuse lacune du football hai
tien.
Diploma de la FHF et dc,,
la Federation F"rancaise dce
Football, lentraineur Rene
Vertus est certainenment
bien arne pour ateindre
1'objecil' vise.
Le nouvel entraineur fedd
ral jouera cependant centre
la montre en ce qui a trait
aux renidez vous des 5 e: 7
avr centre la Dominica-
::it e desc eliminatoircs des
Jeux Panamericains.
M. Vertus sera lsi sc d'u
ne Commission technique
composer d'un entraineur
adjtcint. d'ure Commission
Medical, d'un pnysintera-
peute, d'un p'Qfv.-:ei'r d'dsu
c-'';on physique (t d'un m1nws
seur.
La Commission technique
communiquera des le debut
de la scmaine' p.oct:'' la-
dis'e de l ;Ia ii'i-,i!(' ionl l a
Li.'ntrainciir V'rtIs ; i

I ,c ,ns t lc ellst V Fti t' t 'Itc -
Itrnil ttsleiti',Inc,'i' icec'iril-
d'.s la scnmainlr pi )0"h,iini.

Proch1 -* -Oient
ISunte do la Iore "pace

te iDar clhobal at icr cl-" i lr
l i,; Elats Uni., (ce,- dc Irn
vocller une hostility no r
nloin.;s lubale pairmi lets ini
lions du Proche-Orient.
Uine ac ivit6 dinlo'aiUio
'bu'cl" se Do.itrsi:l "' ia'p
msnit eb Washinston. I,e MI
n stere isra.!,en de la. Do
teLinse. M. Ezer Weizman ao
cnmnaun6 d'luni in-uilii;i;
d(loe alion est, deotils IPli .
dans la caDitale americaine
nol 1'a re'nint v'ndredi 0o
Minis're cbnn'tien de la De-
fens ,. M. Kamal Hassan A!
D'autre na,'(. le MillS's ''".-
raeJ'en Doursuit asl Pen-'s
one iune serie d'entreti' -
concernant la coop6ra inn
militaire entire l's Fta-tsti
nls et Israel en raison rip
la nouvelle conjoncture au
Proche Orient.
A Jerusalem,. le eouve"rr
ment devait dimanche nr'-
dre une decision sur 1 ''6
neuse question do l'autono
mie de la Cisiordanie et do
Gaza. Malgrd toutes les del
elarations sur le suiet. on
ne sait toujours pas a 0uo1
l'autonomie palestintlcnna
pourra ressembler. Le coc,
vernement isradlien garders
le secret des d.libirait;onn
Dour ne pas comrometirr e
IPs neiociations aver l'Egyp
te.


arR'ive JNiJU matin
(Suile de la lere page)
American venant de Santo
Domingo.
Elle s'ra accroillie par un
Comite special d'accueil for-
md par les Productions artia
t'ques Rend Marini. Ce Co-
mits comprendra 1 Rehne
haitienne Fahimy Hak'me
Eliane Lescot. Joel Elie. et
des representanta d, l'O'l
TRP.
Bric'tte AubS sa nroduira
en Haiti sous les r'sp'ces de
lInstitut Francais et des
Productions artictiques Rene
Marini.
Elle passers a l'Institut
Franc-is le 24 et le 26 a Ca
banie Choucourie la plus pres
tigieure boite de nuit d'Hai-
ti.


ou plusieurs articles ou tale.
products privilegies. Le Q. G. de la Police a de
Article 24.- L'industriel qui cide de renforcer les pa-
aura des articles en fran- trouilles nocturnes d:.'ns les
chise devra etre en measure rues de Santo Domingo.
S tout moment de justifier Me VILLANUEVA TUE
1'usage qu'il en aura fait... PFORTO PLATA Me Villa
SArticle 28.- Les Inspecteurs nueva etait 'cn des plus
de la Secretairerie d'Etat grand avoats du Nord -
du Commerce et de indus guest d la ., dont1,
trie et du D6partement Fis reputation s'etendait sur
cal de la BNRH, les a- toute la R. D. et cmone dans
gents de 1 administration es a y D e e duns
. General des Contributions les pays vois'ns Age de 59
'auront quality pour inspec ails. il sortait d'un nsight-
Ster et conLroler notamment ciub de Porto Pl.'ta avc
Spar 1'exanmen du livre de deux jLinels filled agees de
stock, les etablissements in 18 et 19 ns. Son epouse lat
dustriels beneficiant de la tendait a la porte du club
franchise. En cas d'abus et lui a tire une ball a boat
ou de fraud, les contraven portant. Celle-ci s'est ensui-
tions seront contactees par te rendue a la police.
proces-verbal dress par 2 L'eminent juri-te est mort
inspecteurs asserinentes. Ce dans 1'.'mbulance qui lc
proc's verbal sera achemi trainsportait a 1'Hopital.
S ie par la vole hicr..rehique I x x
a la Secrrtairerle d'Etat ENTENTE PR PRD
du Commerce et de l'Indus SANTO DOMINGO Le D
trie pour les suites neces- Rafael Peralta Perez, le.-der
saires. du Parti Reformiste, et Pre
Article 29.- Les exonira- sidei.t du Sei.t, a informne
tionis fiscaics prevues par queI ex President Bal. guer
Sle present Decrct pourront lepteLrd nuileinent retuor
etre suspcndus lorsqueIic le ncr de sitot eni R D.
Sbneficiaire se sera rundLu
coupable d'iiiune des infrac l.e Pdt du d -SemnL ,a r i'n'
tiuns siuivantes : dans uii grand restaurant,
dulans iiii deje'.'ncr confr..ter
a) Lorsquc entreprise n-au ntel, tons 'les tenatcir et ft
ra pas ete installed dans le deputzei. rciorinst'e, et PRD.
dclai fixt par la decretai- i -Jeut (ce cce s. nianpe,
Sreic 'Etal dEua Cui Coinmer.e ,simibret's !I bloc e;rlL-
ct de linIdustrie, saul cas no,. t r P, p o I
de force majcure dumlnt t l C m t
Scontstae. t;h, Ch a. Clanhre et t
1onstateI. i ll' it etre relis au PalP s
is i l 1 d l Natcii t 1. 1' .; eo li, t C011Plc
SexoiiiratiuIcS au .etC obie C l hiSill lsl i ii\ lc'irs avec le
St' in mtnl d ia.sses ce (.u :.n ql.i cou-
declarations concerlinant a"efill pilltS..' tu- ilellsistis du
'1 1pcortlince et la nature C(,ib'nt't m'1Un te .rici ct duI
des activities de lentrepri- Cmiiiti poli'lq" dui PRD.
S. tic A icllino cciclii'['ltini n', i I-
core flitrL' ,Wir CCs eltre-o
Sc Lorsque lentreprcse t- t ens.
Sra discontinuc .es aclivliez < 1- -. r
Sde production ped datoL cl.cl
inois au moins dune perns A'ITAQCES tOuNTRE
S de de 10 nlois saul C.'s d" LI,3 REPORMJ 'S:d .
lorce macturte dumlcnt cons SANTO DOlIINi*O La
S tate. vclile de cett. rounionl un.e
d) Lorsque 1'cntreprise a- tloupe de nCillamres iu PRD,
pres inspection aura ete micrlge par 1l prolpr,. Got,-
convaincue de fraud d a- veilulr de Pr. Province Cde
bus. Saati.,go Rodriguez. nm'mbre
Dans le cas prevu au dpa u lc D, a dsiI,' une att:.
ragraphe b.- seront duros clue centre le bureau proving
tous les taxes e avaite c al du Part; Reformiste
Sdcont lentreprise avaio et e P. R. Le bureau a et6 pille.
exonerce ]usquau moment Ie u b.w c 1 Croisa
ou est revenue affective la ler, cun bnreac tce l Croisa
Decision du retrait des ope ie de l 'Amour. oeuvrefo sucia
rations. Les dits taxes et le souchee u iiParti Rformis
droits scroet alors calcu- to, a ete pille can- un quar
lcs, imposes et percus par tier populaire Je S. nto Do-
lis administrations interes- n"sngc.
sees, conformement aux Li' sM i nistre ut, I lntdi'leur,
lois y relatives eln vi Dr Sanchez .ce.t, ainnon
sueur>,. W ,". co qu' 11une enqui te a ete ou-
Le Legislation a tout pre vcrte, l'on croit que le Gou
vu !Nous ne pouvons admet verneur sera destitute. I.a
tre que la loi soit mise en Province de S ntiago Rodrt-
veilleuse. Il faut que le jus guez compete pres d(e 60.Uoo
ticiable apprenne a respect habitants. Sa capital du
ter les dispositions legales. monle nom 10.000 h.
11 faut que 1'Institution comp6 La question c' ete 6voquee
tente veille a 1'applica p.r les Rehformistes a.u couis
tion rigoureuse de la loi et de leur entrevue avec ',
quelle prenne les measures Chfl de 1 ELa
qui s'imposent centre tous x x x x
ceux qui se croient au-des-
sus des lois. On saura qu'ici La 2i Mvre iau B
en Haiti on ne plaisante a Trinidad
pas avec les indivicus d6- FORT 0 bPAIN Des cas
nues de tout scrupule, ceci de fievre jaune ont c6d s -
aura 1'avantage de rehaus- gnals en 1cile de Trinidnd.
ser 1'eclat de la Justice Le department de 1. San
haitienne, trop souvent d6e t Publique a mobilisd le-
criee. 500 medecin,; o- I'le. Des
Ceci mettra en confiance services d'urfence ont etc
les industries et ne man- 6tablis dani i- 25 hop tiux
quera pas de les encoura en vue de nateceter rapide-
ger a promouvoir le deve- meat tous 1scs et de cur
loppement Sconmique nation apparter immcdiatement leer
lcal. spins ndees a ter..
LA FACOLEF ET LA AS- les Ie-s Ce 7rini.
DEM, compete tenu des inves Les Iles de Trinidad T"
tisselnents et des sacrifices bago competent 1 million
enormes consentis, Solveni. d'habitants pour 512 kilome
recevoir la plus haute pro- itre's larres, ; ii pouvo'r d'a-
tection des Institutions corn ch:'t per capital de $ 900 et
p6tentes. Nous faisons done un pourcentage d'analpha-
appel au D6partement du bets de 5 Dour cent seule-
Commerce pour que son ti- ment.
tulaire fasse une visit tant L'on ne salt pas encore si
dans les usines que dans ces cas ne proviendraient
les champs de tous les int6 pas des 50.000 tourists atti-
ress6s afin de mieux com- q rIs par le ce-.hr,:. Carna..ni
prendre et oppr6cier 1'effort de Port of Spain.


8 W/kI/teODb~~~~~'z~-u O O -


PAQE 6d


V-PE~~s//J-bCC/Cr /E'


r~rr~c~N-'~'r-ruu~r/rr~csr/r~Psrsm


da'ts ce, durant des decades
jusqu'au jour uo, comrnne re
sultat des .-Srmenrce-s ae .la.
cplere "populri'c eatia i eve
nement de 194t Nos coraon
niers se sont Lout de sLite
range _sousi la bnniere du
.IMoucment. Ouvrier Pay-
sart>, voyant en son leader
un autre Jolibois vu que,
dans un accent sincere, ce-
lul-ci se revelalt dans les
meetings le d'une longue senre d'etres op
primes ut endoloris.s
En ce temps ia, une jonc-
tion entire ce que le distin-
gue proleiseur Leslie Mani-
gat appelle les .iquarantesi-
xars>, et le parti des deux
not, Pauneus Sanon, le Doc-
teur Jean Price Mars, Cons
tantin Mayard, Stenio Vin-
cent et Seymour Pradel. Tres
entire nous, one pl6iade dhai
tiens instruits, coinptant
parmi les plus competent
que le pays ait products de-
puis press de ses 200 ans
d'histoire. Fais.ant fi de leur
vanity pcrsonnelle, domines
pL.' uie conscience publi-
par unit uii.iscience collecti-
cordonniers, etoit pour le
nmoins indique vu que dans
le fond, des deux c6tgu, on
preconisait un ch .ngement
radical au prolit des masses.
Selon la jeuncese de 1946
composee de mulatres et
noirs de la cla.s;e moyenne
p. uvre, la question de cou-
leur n'etait pa.s la question
principa'e. Ils se' d saient
quec si President et Cabinets
mini.,teriels, h.icts function-
na rcs de 1 I, tilnistration
eta.icint d'esse.ice muiatre,
par coniitre. le Parlement,
ia Mag stralure', l'Arinme a
1'chillc dic'.. ,ouls olliciers
ct soh.at.i, t.'t nlt iin irs Les
'.cu rit': l t''SlX cti: hluttaien.,
done pour uni, revolution
au lieu d'uno substiLution
d ais la structure de lEtat.
Ais-i, Duimarsais E time
de l'a bourgeuis e paysanne,
anciein memrbr, du Parie-t
mnent. nszaii5 I u pouv0iOr,
1auoteur de c. lignes etait
accoude au baion du Palais
N. tiotial au lendemain du
16 Ao(lt. pour ,lir le ,Rou
s au ComprcsKeur> plutot
Rouleaui Tapageur Is
det'ux e tdonniers ent tete de
f I',' dus'-r l Dumiarsai,
E.;tinde Roui'-iei deux bords,
Cv's jetiii..s ,( 46 dispi r-
ses Ncpiuie ut. Veniezuel',
Theo .Baki-r aux Etats Unis,
L,ep., ire, Akl:'is, Menard
L!uiictiurt pl iilnint le che-
in d t ic' la It 'li' eLt inoi Cc-
iill d OU ti 'v. pit 'll dul Ca



C lo.i;Il iit i st' mlolln i; c bl -
.,>'. c ci ,lt 's i., l' ,'ui .s I t.|iri'
'ons cl c ls (' tli r1ii i ixcvis de
ii'olhtuire ... iA tit ir,.! p lur-

d 1( MU,, (w ; ") u rs.1Pu11i, hs.
li tu iilbi iI'l inL(1 r1s it, d qe -
p,)ir s t I'1 d1(i cotur ip rtlil '!
N'ctlant plus li ue 'Oll',re
I(CiI-X-n inii .S. il' s, l ont lL,";
,) e, li, r, Ji;sql I'. I1 l (i t
()n il)apprit oul'a Sa .Il'tLori'li ,
dt inis I u d'lIo i s grand cfl l 1.
c it Lrre. Anteino p ss,:a de
vi, a tr-.pas.

Ariniind lui. .survecut quilP
qie aos rltmps pu .: diSparut de
hli c'rc!ation jusqu'ait ,etin
dre, une nuit, sans -bruit,
dans le vois'nage du C 'Iv-i-
re nu Bel Air. A n 1 s'achive
l'hestoire de nes cieux amis
Antenor et Arniand Ies de-ti-
cordonnierr di. coin.

I.aurore ST-JUSTF



EGYPTE ISRAEL


aroies de Traide
Eimn s s samedi
aux Etats Unis

LE CAIRE, (AFP)
Ie M iste t epgyptien des
rffaires Etrangeres remet -
tra samedi aux Ambassa -
deurs Arabes accredit6s au
Caire une copie du project de
traite de paix et des docu
mcnts s'y rapportant, indi-
que-t-on dans la capital
egyptienne.
D'autre part on indique
oue, dans le cadre de 1'ac-
tivite Diplomatique menee
actuellerment par 1iEgypte,
Monsieur Boutros Or."let. Mi
nistre dEtat pour 1nn An.i
res Etrangeres, rencontrcra
au ours des prochains jours
les representants Diploma-
fiques des pays Africains.
d'Europe, d'Amerique Lati-
ne et d'Asie en Doste au Cal
re.
Ces rencontres visdent ain


nature du traits de paix.
Monsieur Ghali, rappelle-t-.
ong;s'est entretenu Vendredi
solar avec les Ambassadeurs
Arabes accredites au Caire
et leur a remis des, messa -
ges du President Sadate a


Nous souhaitons la plus
cordiale bienvenue a Brigit-
te Aubd.


dresses .a leurs chefs d'Etat.
EGiPTE ISRAEL :


MARDIH 20 MArORS


gre~g~idkat Ga-.Ag




P'AMEDI 17 ET DrMANCIIF 1ir MARS 1979 --


AU TRIOMPHE

CETTE. SEMAINE: '
Salle 3. P Les Liens de

-f ,' .
ric ii;;!low,
Bftlf I ^W'*-*'31-^Vdi^


Salle. 1I





,.PA.

BH i. a S


.4Z



S(J S1~Nf~k FETIER H1100E
FREsLU AMSON -MICHEL CONSTANTIN ,eon A EZG. cASEL
rl a' "r, -, ED, z


lies principaizxE~w3.:Cksct,11uear
da. Lyrs st~ Ulm iiin u I~


4




~ BC,
4 K
I)

C. I




~III


Sang .
J..... ..


Le realisaieura: Lhtu n C Cal a 1 On Ia csncvLw c(comare a Uiicock peur son geil de la
farce, ses ef2ts de ditc ca sa .:.n se feascier 1ls spectaeur 2w&as LES LEE ?1fT-L'a
SANG, CLabroi se surpass Li:cJ ozmt -Lonald Sutherlan- el Siflsa2e Wzdxfai.


Salle 2.


1t-( ( I. AUI "1 '\ OA RDINA E *UMBEI3rTn (i"-INI .*)ENHOLM ELLIOT

I -le U


Salle 4.


Un .dni. d,.. ALAN HIlI )(F
IL ... ... ., .. .. .LA. A W E N IV FI
AL LANIA FWART- BERNAR) FE.SON. .;L(.)ki ., >I
.. ... .' ''. ... A F ) JU VA ..
Si SiL ,.. ,_, ..^ : --. 'VS ;;. .-Z .. 7C a,: 4,) .'3 I.a ;.i".T, 'Ei,^5
rsd0.j:, Cy ..'---------- 1' ci 2vers Laura 16
asni ui c6n sont 63 sent e 2-ll4 Ee LnIP 3* da vivr'e t d'aimter. Pe.rson/as '
I -V I
autour d'eux ne se douts de cette passion commune et partagEe lorsEq'ils en I]
comprendreni la force, le fragile tquilibre sera dttruit. Interpri(d de
remarquablemSnt par : Michel Piccoli, Claudia Cardinale, Bernard Fresson et dS
Laura Vendel. C


'"I


'I



'4
'4
! 4j






4


Is se sont attaquis a un Gouvernement et ce Gouvernement va s'abriter
'errire un argument supreme ((LA RAISON D'ETAT,, avec lequel il peut
troukre n'importe qui, n'importe quand, n'importe comment.
a film est inspire, de faits authentiques.
-coso=oosoc io:ecococcacco ooooono a-o'ecocoo seo ooo


'C
'4
N


4)
4
4
4

4


4
4
I

4


Il~r-~arr~~r~i~O~Srrrr~ul~arLur4112,~a


- amawaaaw/saacaaa-aaawsv.


P."OE 7
:r ra

CS


laooasososaaoseao0seisogosogoeaososoeoeos


J~YN~7~rr~i/7r~rrrrr r~;rKIUcoca3Wg3 o


I ---- -


1


rim






Lu IdIOU'~I I~LLIBTh SAMEDI i7 ET DIMANCHE 18 MARS 1979


PAGIE8


series differences d'articles


O Ce 1gume qui cofite des millions...


S(Suite de la 16re page)


Ii


PARFUM,CIE, LA FRAGRANCE EN VOGUE
rew'c'* :/wwwvwyww:C wo >saogoccocosossaoscoc s


duire un navet ? J'entends
d'lcI cette objection : Ce qui
ect un navet pour certain
ne 1'est pas pour d'autres et
c'est meme pour cela qu'au
sujet d'un meme film les
uns parent de chef d'oeu-
vre et les autres de mystifl
cation. C'est exact, m is j'a
vais cru come on est sim
pliste 'parfois!) qu'il y avait
tout de meme certa.ns crite
res auxquels on pouvAlt se
fier. Or, il parait que non,
car quelqu'un deyant qui je
faisais cette reflexion m'a
declare d'un ton. docte que
le pouvoir d'asaimilation et
d'appreciation de ceux qui
vont rarement au cinema,
par example, np, peut prs
egaler celui des gens qui y
vont constamrnent. Autre-
ment dit, 11 faut avo'r vu
vingt, trente films de la me
me veine pour etre en mesu
re d'en apprec!er un ? ? ?
Pour dire a quel point un
tel raisonnement me p-rait
specieux, mieux vaut que j'e
tale en toute simplicit l'Wes
prit ce que j'e time etre des
criteres : pour qu'un film
soit bon a mes yeux, il faut
d'abord que je le compren-
ne (sans fair semblant coin
me c'est si souvent le c 's


drolt dlu cinphile di
volonte. Pour qu'u
boit )Don, 11 faut que
se discuter des idde
propage ou suggere
partan, me portent
pier ou a ne p-s l'ai
' Mais.. qu'un film
mni-% n.snt.


exposes, canstituant ainsi le plus


COLOSSAL SALE UD'ANNIVERSAIRE jamais realise en Haiti




Du lundi 19 mars au samedi 31 mars


AUBAINES POUR TOUS LES GOUTS


ET A TOUS LES PRIX.




MANAGERS ET ELECTRO MiNAGERS -- CADEAUX

HOMMESS ET FEMMEb) JOUETS-- COSMETICS --

ARGENTERIES -- CUIVRES -- PCKCELAINES -- TEFFAL

BIJOUX FANTAISIE -..ACCESSOIRES DE BUREAU --

ARTICLES DE CHASSE --CORNING --FAIENCERIES --

ES LINES ET ARTICLES DE PLAGES ETC ETC ETC


~s~-/,'--------- ;4~aa A0~~l~OP~Yg689009-


e bonne
n "llnm
je puis
se qu'll
et qui,
ta 1'ai-
mer.
soit bon
des mdil


dans notre milieu et sans
doute .ailleurs). J'ouvre icd
une parenthese pour deman
der aux observateurs d'oleser
ver le visage ferm6 ou loin-'
trln de beaucoup de tcinephl
les quand ils sortent d'une
salle de cinema sans ftre
certa'ns d'avoir .comprls le
film. Comme en aucun cas
ils n'rimeraJent l'avouer,
11s evitent k ca moment la
de s'arriter pour changer
quelques mots avec les gens
qu'ils connaissent. Mais re-
venons k mes humbles cr'te
ree Pour qu'un film soit bon
a mes yeux, il faut que je
puisse realiser a chaque
coup la, raison qui a deter-
mine telle ou telle reaction
des personnages. sans que
j'ai besoin pour cela qu'ur
assidu de la pelJicule me l'es
plique patiemment. I1I Ifu
encore pour ql'il soit bon
que le realisateur n'ait pa,
dfcide ale remplacer la tra-
me, les d', logues et mdma
une certain p vchologiae li
mentaire par des effects so
nores, une musique stride
te et des imagf-, kale doscop
ques ou ... Atechnico por
nograph'ques>, autant a'h-
bitudes qu'a contract Ile ci
nema contemnorain yt qu
je consider et"c des proce
des d'intimidation a oen


duise ces na
der a la d6E
Serait c
nion que les
ceux pour q
ces films, c'"
nephiles, ou
une fois poa
rience que
merciable n
tre forerme
Serlt-ce
soit si facile
Ou y a,-t-
des combine
tifs qu'un t
sales de sp
corner ?
MTeCus. q
que jour d
un analyst
ae et qui. d
jours p rtic
res e au cin
etre nouls a
n; n ur If


nVO OUr if
vopas tres b
pas tras b ai


vets sans regar
ense ?
re la pietre opi
cinr.astes ont de
ui ilU, montent
est a dire les ci
aur:.;ent-ils fait


_ ^-L~--------- ---MM~~L~~MCCiM CM~I


Soicets de notre
compatriote If, Dr
Michel Docdard,
%l1 F!ex -dr


ur toutes lexpe- De Yonkers. Otat de New
ce qui' est com- York. nous est parvenue la
'a pas besoln d'o nouvelle du suces remnor
nt valuable ? t6 aux exameng du Vermont
que le million Dar le Docteur Michel DO
a jeter la- has? DARD aui vient d'obtenir sa
-il sous tout cela Licence Fed6rale IFLEX) a
es *ou des impera vec une movenne general
imple cl ent des de 79.8 sur 00n
spectacles ne peut Le Docteur Michel DO -
DARD. qui prepare ausa son
ui se revele cha BOARD, en cFAMILY
lavartagee comme PRACTICE, a St Joseuh Hos
S.,grande commea pital de Yonkers. se rendra
. grand at- bientot Mancnester'. dai-s
e' pil, s est tou- le Connectiut., our un on
culiarement 'nte- trainement intensify en Or-
iema voudra peut thopedle et Medecine sport
donner son pol- v-.
su.j t ? Moi. i a- Avec nos voeux de success
e na comprends continue. nous pr'esel'tons
en. nos compliments a ce britl-
lant compatriot gins' au S
ses parents, les epoux La-


Frazier (Marvis)
sur les traces
de son pere
(PENNSYLVANIE), IAFP)
Lie poids lourc americain
Marvis Frazier. 1 ans. tils
de l'ancien champion du
monde des poids lourds Joe
Frazier, s'est qualified ven-
dredi pur la finale des
,gants d'or, de Pennsylva
nie. demeurant invaincu
pour son 42eme combat ama
teur.
Frazier i1 m 89. 89 kg) a
battu aux points Jimmy
C'ark, un des meilleurs
Doids lourds amateurs am6
ricains qui avait trlomph6
du Sovietique Igor Vysotskv
en 1975.
Marvis Frazier, mnainte
no1int classes No. 1 aux Etats
Unis par 1'amaleu, Athle-
tic Union, vise les aijex r.o."
niques de Moscou en 1980,
ofi il veut gagner la nmealli
le d or conmme son pere. on
1964 a Tok'-


la Mi-Careme
a Cioucoune
Dan:s les pavs aenmaselas la
Si-era l ne adliure Line elti -
pe)' s1SOulu hii('e o (111i se r tle-
le par una changeinctlt d'hu
lnielr sn1ivi d 'une nOluvelle
naniere de d s'habiller apres
'hover. Clhez -nousl le chaun
t fiel t de la son11 nest als
auLs.si radical r ais la finl
dii ol s de hiars apporit
1-' plia'es, done a a 11na-
Iture son aspect ceolore et
resplendlssanl. C'est ilun
peu cela la, Mi-Careme -
la fete de la beaute. Et
ce le annee elle sera fbtee
avec un eclat particulier a
Choucoune puisd'ue la beau
te No. 1 de la France Bri
iitte Aubh. Miss France 77.
M'ss E -po-Malde 78. propo
sera au public haitien ses
tal nts tle ch intense.
I.e spectacle presentera
cette originalite qu'un film
sur artiste sera projete
tandsO quelle se produira
sur' la scene de Choucoune.
Bell,. tres hab'lt6e dans
sa robe de gala on pourra
la vo'r aussi en bikini defi
lant a Ibo Beach grace t
une amable courtoisie de
SM. et Mine" Robert Baussan
cete soiree du Samedl 24
Mars prochain sera animee
Spar la mlusiqUle entrainante
du SCORPIO.


I


mare DODARn.

En l'honneur de
la Premiere Dame
iSuite de la lere page)
loton ('honnieur et Iis br:l-
'I.nts muic'ens du Centre
d'Accueil Duva' Duvaii' r of-
friront en honrmage r.'spec-
tuoux au Chef de 'Et.t et a
sa Veneree Mt r,' unl.' 1:igni
fiuea par.d I 1,- D:mantii
18 Mars 1979 a 4 heures p.m.
au Chlmp de Mars.
A ce beat programme cla
bore p.Tr 1Ad' dant retra.-
te Francke! (' .,. -. FAd H.
chef de nusiqCie au i't Cen
tre. p'us uars mouvemenm's
d'ensambl e eront offers au
public ai.s! qile de, ocuvras
orchestral 's dediees en 1'hon
neur du Chef de 1 Etat et
de sa Veneree Mere.
D';i'!re p rt toujours en
I'honiat uir die I.Um;in Sino-
ne. a I suh dt la par de ie
bat;ilhln dell( r:i a t r v trs
les rues d I ( ;,p 't,, h' p'.ur
ia cl r, a :.'..S' St Jo
"eojlh oal a1 l"'".i4 ()'a1',a'! fia'
voelx d I 'l'e'uire'x ;;r n '',rs i-
r, deliae '. la Ftm iill' Pre, i-
d i niiv le. aara lani 1 7 I1 ).ii.
A '.Lia imll.,; .v lo l'. I ins
in'' Opi-l Du ii 's r cir, ces
brilDlmii aI. s ri', sll. ila]:t r .'t
t .s et dii l o) n 0 d'rloaarne'ir
pour d!e ser I '- vo( ux de
Boilal Fete a Son Excellhn
cea Madam.- Ia Pr6.sd'entte Si-
0mone 0 DLilv'i.ier Pren'a',re
Dame de I-, Peilb' ('ile a
I'occa- on i l de ao I rlOt'alo ix
Anniv. rsaire.


Dans no*',.? -inpsro.e dil Ra
m"di 13/3/79) dans :s r 'i-
oule des Spnr s. iune ftoe est
fat a conceroa.nt )i Clb
slorltif S: Louis Je v,.us
Drie de noter riee ro.-te
Club 1a a d'soite amaii:'ae
r'enllcon're lonlt'p '' Groona-
diers du Camn des LIonards
come annonea et qu'en au
cun cas il ne serait, en posi
tion d'etre 'GRUGE,.
Je vous serais obliae de
bien vouloir faire la rectifi
cation necessaire. vous 6t's
touiours de bonne voloni6,
1' 1os cettl fois voiIs avez
e--" ainement it6 mal rensei
gne.
Avec mes sDortives salu-
tations.
SALEEN GUIRAND
Secretaire Adioin, Club
Snortif St. Louis.


SERIES DIFFERENCES


D'ARTICLES EN








SIMULTANEMENT AUX 2











LALUE et PETION-VILLE


DE




REDUCTION


Sur les 2989


A l'Occasion de la
St. Joseph
La Rose Borlette. iltuee au
Portall St. Joseph, presqu'ea
face du March6 lIsnme 0
vide se prepare de feter
graildiosement la fete de St.
Joseph avec tout son eclat
coutumler.
Elle profit ds cette m&-
nwi occaiior'a pour saluer l'heu
rijux anniversaire de nais-
sance de la Premiere Dame
de la R6publlque Simone-
Ovide Duvaller comme un
tribute d'admiration a Man-
man Simone don't la bonte
est incontestable.


Y-4--e-10-14-1-C


r-----~lr--------lllUI~YU~*r~AICY~ZIY~


La flouv LLMTMa


SAMEI i ET IMACHN 18 MARS 1979


A VENDRE

Mercedes 280. S annee 78, ayant 7.000 Kms. au
c'mpteur. co..ai'ir gris metallique.
Sonnez Ie 2-1971 entire 6 h. P.M. et 9 h. P.M





Carole Hollant

Grand Plaza Delmas 79

VOUS ANNOUNCE QU'ELLE VIENT DE RECEVOIR
DE JOLIES PLANTS ORNEMENTALES ET QU'EL-"
LE ATTEND LA VISIT DE SA FIDELE CLIENTELE.

Ouvert tous les jours de
9 hres a 6 h p.m,

Samedi de 9 h a 3 h P.M.

Telephone 6,2150
aOofs.ooaaoooeo MacpoaoB^oo '


liers et des mill ers de dol-
lars &ul sont dfpens6s avent
qu'il ne sorte; or, on peut
affirmer s-ns exagerer que
les mauvals films submer-
gent les bons. Alors qu'est-
ce qui motive oue l'on pro-


gm


,298




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs