Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10332
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: March 5, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10332
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text


Perspectives du

developpement financier
DE L'AMERIQUE LATINE ET DE LA CARAIBE


aLes autorit6s economi-
ques et politiques ont tort
de croire que les reforms
monetaires ou ficales seu-
les peuvent combattre Pin
flation>.
Cette affirmation a Wti
soutenue et defendue par
Lord Nicholls Kaldor, pro-
fesseur d'economie au King's
College de Cambridge et au
London School of Econo-
mics.
Lord Kaldor, un des plus
eninents economists 'con-
temporains (le prix Nobel
\n'est pas loin dissent ses dis
cipfes) a soulignd que les
politiques monetaires et fis
cale ne sont operantes que
si elles s'accompagnent de
measures systematiques pour
le developpement de la pro
duction.
L'economiste britannique
7 developpe sa these au
course de la Conference sur
les marches de Capitaux qui
vient de se tenir a Caracas
et qui a et6 organisee par
i'lnstitut Interamericain des
. marches de capitaux. orga-
name de IOEA.
Pendant une semaine (23-
28 fevrier) des economists,
financiers, homes politi-
ques d'une vingtaine de pays
d'Amerique, d'Europe et
d'Asie o n t d i s c u t
des problems concernant
le developpement financier
de l'Amerique Latine et de
la Caraibd.
Les Professeurs Lord Kal
dor (Cambridge), Robert
Mundell (Standford), Try
Maxwell et Sho Chiech
Tsiang (Cornell). les Gouver
neurs des Banques Centra-
les d'Argentine, du Vdnezue
la. de l'Uruguay et plus de
150 economists delegues


ont pass en revue les ifi-
plscations conomiques du
developpement des Mvarches
et Capitaux dans la region.
Le problem de inflation
nest plus la caractiristi-
que de l'Amerique Latine a
declare le Professeur Tsiang
qui a ete un des grands ar-
tzlsans du spectaculaire deve
loppement economique de
Taiwan.
De son c6te le professeur
Maxwell Try a souligne les
difficult de la lutte centre
la fuite des capitaux.
II est impossible de rdus-
sir par la seule method de
control du changes a-t-al
affirmed.
Seule une politique intelli
. gente de taux d'int6rkts peut
constituer une arme effica-
ce -dans ce domaine lors-
qu'il .s'agit d'economies ou-
vertes come cells de I'A-
merique Latine et de la Ca
raibe.
Au course de son expose,
le Professeur Robert A. Mun
dell a defini les diverse
strategies possibles pour Iin
tegration des marches de ca
pitaux de I'Amerique Latine
dans le concert internatio-
nal.
La Premiere Conf6rence
sur les marches de capi-
taux de I'Amerique Latine et
de la Caraibe availl et inau
guree phr le Ministre de la
Presidency du Venezu6la.
M. Bernardo Paul, Direc-
teur de l'Insfitut Interame-
ricain des Marches de Capi
taux a trace ou course de sa
presentation l'imnportance
des institutions nationals
de ce genre pour la promo-
tion des investissements
dans I'Amerique Latine et la
Caralbe.


PETROLE

LES RELATIONS
HAITIANO VENEZUELIENNES
A l'heure de la verite
On a ete eftraye ici hier Etats Urn.s deux pays indus
soir quand durant les bulle trialises.
mins de nouvelles internatio Du point de vue politique
nale de la Voix de l'Ameri exterieure du gouvernement
que lut dilluef la declara- venezuelien, la signe de con-
tion du Ministi. des Mines
du Venezuela annoncant u- (Voir suite page 61
n, i ,ii,, r i i i du petrole
brul pour Avril qui sera sui
vi duine astre cn Ma:. ICHRONIQ
C, rt 's tle Vexezuel ne 1ae F
iamais cache, la faiblesse
,id dorli.' inoai,it de tran-
,.rciion nlternalio, le, pour AUTOUR D'UN
1. optrole entr.,ine en per SEMINAIRE REALISE
i1 do vits-e 1, monnaie lna- PAR L'ONAAC
lii nIi., viLnezuel e, in, le BO
LIVAR. 'and s que sa pro- Un group de techninen;
r 7, r-.he.-i nation ie L'OR en developpement Commu-
NOIR, par d mnde mon- nautaire de 1 ONAAC vien
:Slie a |ilus c, valeur, et d organiser un important si
ts pave, eun dllar deva le mina::re de recyclage a i)e--
Notre pa pprn s .c jn-me e sarmes (zone Verrettesi dans
trle.ap pr'.s i0mc nent 1 Artibonite, du 19 Fevrier
:) erol ie es di' pirov n0n aii 2 Mars en course a len-
c( veneozusi iii -.ct l nous dcroit de 115 Moniteurs des
ni. l trouvoins ; iecte dans different Centres d'alpha
U1111, 6'' Sl i 01 vcionomi- belisation.
(ILaC es.i' 1, V i--.zuela et les Cette zone est di.visee er


Sous ce titre, il nous plait
de reproduire 'article que
notre collaborateur Laurore
St. Juste consacra a Andre
Malraux a l'occasion de la
brusque disparition de 1il-
lustre ecrivain en 1976.
PAGE RETROUVEE
La France vient de per-
dre un fils et le Monde un
Citoyen : Andrd Malraux est
mort, il avait 75 ans. Cette
nouvelle, annonc6e de Paris,
afteignit en un rien de
temps, cinq continents, au-
trement dit : la dimension
de la conception qu'avait
Malraux de l'Art, de la Lit-
tlrature, de 1'Homme. Il fut
parmoi le premiers a r6ali-
ser que la guerre de 1914
marquait sle declin de i'Oc
client,. Aussi conscient. que
lul sera Arnold Tonbee. Mais


alors que dans sa quIte d'un
sang nouveau pour -insuffler
a 1'Europe 1'histohien an-
glais aura les regards tour
nes vers les rives du Gange
et le plateau de I'Himalaya,
notre Malraux qu'une forma
tion a 1'Ecole des Langues
Orientales aura arm6 de con
naissances archdologiques,
du sanskrit et du chinos,
prendra dls 1923, le chemin
de 1'Asie. redonnant vie et
prestige i des civilisations
oubliles. Ses efforts coincl-
deront avec ceux d'un Gull
laume Appolinaire et d'un
Pablo Picasso qui introdul-
salent en Europe l'Art afrl-
cain, qui montratent au Pa
ris de 1920 et au public du
monde que I'oeuvre d'art

(Voir suite page 5)


SLU=D 5 MARS- 1979 .
S. No. 31.029


836me ANNE T








xU cl ili
FONDE EN 1886: LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'BAITI MEMBRE DE L'ABSOCIATIOH


DIRECTEUR : LUCIEN MIONTA8
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET


T416phone : 2-211
Rue du Ce


CHINE / VIETNAM: DENG A GAGNE SON


PEKIN (AFP)

Le- Chef d'Etat Major Deng
Xiaoping a gagn6 son magis
tral coup' de Poker : la Chi
ne a inflig6 pendant 16 jours
enters la don't elle
menagait le Vietnam sans
que l'URSS n'intervienne, et
ell ea remis en question l'oc
cupation vietnamienne du
Cambodge.

A l'issue de cette punitionv,
comme P6kin 1'a appel6e, a-
lors que les troupes chinoi-
ses ont entaml lundi leur
repli, la Chine, comme 1'ecri
vait ples en Iditorial lundi ma-
tin peut deja crier re>, tout au moins sur ile
plrn politique.
La Chine a en effet atteint
tous les buts assigns a cet
te centrere atcaquen qui de
passait largement la simple
operation de police fronta-
liere, ainsi qu'elie etait offi
ciellement motive. Pekin
en effet declarait que cette
action n'etait que de 16giti
me defense en laison des in
nombrables provocationss
armeess vietnr:mienne sur
sa frontiere.

En fait, confirmant les
precedents analyses des ob
srvateurs, il epparait que
le but essential des chinois
etpit bicn de reactiver la
question du Cambodge. Le
Communique official du gou
vernement chinois le mon-
tre clairement.
Tout en reiterant ses pro
positions de negotiations au


Gouvernement vietnamiein,
deja faites lors du lance-
ment dd l'opdiation le 17 fe.
vrier et le premier Mars, le
Gouvernement chinois lan-,
ce un appel au monde se-
pris de justice et de paixw
pour faire piession sur .le
Vietnam afin qu l retire-
ses troupes du Cambodge.
La Chine Populaire qui,,
pour la premiere fois de son
histoire de 30 ans, vient de
jouer non sans risques le
gendarme dans sa sphere d'in.
fluence en Asie du Sud-Est,
tient a faire savoir qu'ti
nest pas question pour elle
d'accepter une federation
indochincise plagant le Laos
et le Cambodge sous proted
torat vietnamien, estime-t-
on dans les milieux diploma
tiques de Pekin.

Par son action armee, la
Chine a replace le debate sur
ce problem devant le Con-
seil de Securitd des Nations
Unies. Malgre le toll uni
versel enregistr6 au debut
de I'attaque chinoise, Pe-
kin peut constater avec sa-
tisfaction aujourd'hui qu'un
nmobre de pays assez impor
tant, meme ayant condam-
nt son action, comme les E
tats Unis, nombre de pays
europiens, non alignes et
surtout du Sud Est Asia-
tique, reclament un retrait
mutuel des forces..
Maintenant que la Chine
se retire du Vietnam, Pekin
exige pratiquement que le
Vietnam en fasse autant du
Cambodge. Plusieurs pays
soulignent que la stability


JE DE L'ARTIBONITE
Par Roger MILCENDT' ,


quatre (4) districts : Lian-
court, Verrettes. Desarmes
et Lachapelle. Les S6mina-
ristes s'etaient reunis en
l'Eglise Paroissiale de De-
sarmes pendant 15 ours.
Le but de ce Slminaire est
de permettre a ces 115 Mo-
niteurs de la zone d'acque-
rir une formation beaucoup
plus poussee, afin qu'ils puts
sent experimenter a leur
tour une nouvelle et effi-
cace method d'alphabiei-
sation reussie a success, en
primer, aux Cotes-de-Fer.


A propos d'une nouvelle


histoire d'Afrique

Par Jacques ORIOL


Diricteur cdu Bureau
d Ethnologie, d Haiti
Enl honiln;agi a un aine,
I, Dr .Rene PIQUION
ien It p. raitrL souis le
p;zlronage de I UNESCO ie
premier tonime r'l une Histoire
guvnerale de l'Arique. On y
verra figure 1'etude et 1'ex
pose des differences d scipli
nes utilisees di nos jours pour
la redaction de toute histoire
consderee, d'un point de
vue siricterhent sceintifique
Pour parvenir a la realisa
tion cie cette grande oeuvre
u(esaiinee a doiinr aux Afri-
cains une conscience p'us
netted de cette history qu'on
pretendait ni'voir jamais
cxi.te. la direction de cette
enterprise decide d& rapar-
tir la tache r lnre plusieurs


comites composes par defi-
nition des ntellectuels les
plus represenmitifs et les
plus conscients des proble-
mnes de l'Afrique contempo-
raine.
Dans ce but des conferen
ces ont ete organisees a Pa
ris en 1969 et a Addis Abe
ba en 1970 et, a leur issue,
les pratIcipants deciderent
que des reunions preliminai-
res aurrient lieu, ca et ia,
et qu'ellcs auraient pour but
de rechercher, reunir toute
documentation dlisponible, de
del berer, discuter sur leur
valeur et leur authenticity,
done de leur utilisation ulte
rieure probable.
Ces travaux sont devenus
de nos jours uovsibles parce
que, entire autres raisons,


1'ethnocentrisme europeen a
ete rejete par tous ces pen-
seurs multiraciaux de va-
leur oui se sont mis honne-
tement en quete de la geste
des autres peuples et de leur
appor a I'histoire general
de I'humanite.
C'est en function de tout
cela que, a invitation du
gouvernement haitien, la Ca
pitale d'Halti, Port-au-Prin
ce, fut choisie pour etre du
Congress sur la Traite des
Noirs africains.
Le mcrdi 31 janvier 1978,
vers cinq heurec de l'apres-
midi, notre prominent et
distingue congenere, Mon-
sieur Amadou Mahtar M'Bow
procePa l'ouverture du
Congfrs, au Royal Haytian
H6tel de Port-au-Prince.
Dons le discourse qu'il pro-
noncga s cette occasion,
M. M'Bow a defini tres clai-
rement les objectifs que de-
vaient se proposer d'attein
dre les diftlrents partici-
pants a ces assises et le bd-
ndfice que comptait en ti-
rer l'UNESCO pour la redac
tion d'une Histoire, la plus
complete que possible, de 1'A
frique.

Les travaux, auxquels par
Licipaient quelque trente -
cinq congressistes, assists
de six observateurs, ont rou
16 principalement sur le phI
nomlne de la traite ndgril
re, dans sa totality, cela va
de sol.
Parmi les participants hal
tliens, on distingualt le press
tigieux alfrianiste Dr. Rene
PIQUION dnnt les travaux,
plus partlcullbrement axes
sur I'Afiique contemporalne,
Font connus tant chez nous
que dans les inilluex afrl-

(Voir suite page 2)


Par cette methode excpl-
lente, 1'analphablte pour-
ra apprendre a computer, a
lire et a 6critre en 6 mois.
Des lors, l'effectif de chia-
que Centre d'alphabetisa -
tion devra se chiffrer ai sLu
element 40 elves. Pas plus.
Les course ont ete dispen-
ses par une brigade de tech
niciens de 1'Arti.bomte coin
posee de : Fred Casimir, Ges
per Frangois, Madame Edith.
Henry, Monsieur Ernot Xa-
vier, et du Coordonateur Re
gional, Monsieur Victor Jn-
Jacques. Cette brigade etait
coffee par deux autres t, ch
niciens venus du Bureau Cen
tral de 1'ONAAC : Ms. Fa--
rith Pierre-Louis et Mon
sieur Farith Pierre Louis et
sieur Farith Pierre-Louis
et M. Thomas Petit.

D'apres nos renseigra -
ments, 1'ONAAC va organi-
ser d'autres s6minaires-ty-
pes un peu partout dans le
pays afin que la Republi-
que d'Haiti tout cntilre puos
se profgiter des Bienfaits de
cette nouvelle methodei d'al
phabetisation qui est une
realisation a merveille du
group de recherche de
1'ONAAC et de 1'I.P.N ilns
titut Pldagogique National).
On a commence d'abord a ex
perimenter cette methode ra
pide aux Cotes-de-Fer en
l'ann6e 1977 et on espere
1'6tendre aux confins du
pays.
Toutes les notions de ba
ses de cette pddagogie sont
mwnitieusement compilees,
ordonnees en 2 livrets imnpri
mes, a la m~mem anne, aux
Ateliers FARDIN :

La clef du Ddveloppement,
Guide du Moniteur No 1
pour le calcul et le No 2
pour lai lecture et 1'6critu
re. Nous souhaitons done
un succls pratique et con-
cluant a ces technicians
dans 1'accompllssement de
leur tche; car 11 htalt
temps d'claborer un prb -
gramme et une m6thode ex
pdrimentale qul tomberalent
avec b propos; quand on
salt et ce n est pas un se-
cret pour personnel -.que la
routine pedagogiqub rest et
restera uoujours sterile... Le
terme n est pap trop fort...
Jugeons-en par les resul-
tats anterleurement escomp
tds...
X x x x
TABLE RONDE AUX
VERRETTES

L'actuallte dans 1'Artlbo
site cette semaine semble se
derouler du cot6 des Ver-
rettes et de ses environs.
En effet, au lendemain de

tVoir suite page 6)


dans le Sud Est Asiatique
passe par le rdglement de la
situation au Cambodge ce
que recherchait P6kin.
Toujours sur le .plan politi
que, la Chine a montr6 a
j'Occident, don't elle cher-
che 1'appui pour contrecar-
rer\ les visdes de nL~smes sovidtique, l'exemple
d'une fermetd payante en
faisant fi des menaces de
I'URSS don't l'impulssance a
eclate au grand jour dans
cette affaire, estime-t-on
encpre dans les milieux di-
plomatiques.

Devant le choix entire un
engagement militaire aux
cotes de son ailid vietnamien
et sa poltique de detente et
un accord Salt avec les Etats
Unis, Moscou a prudemment
optd pour la second solu-
tion. Pekin donne par la u-
ne wi.on aux EtFts Unis et
les on, invite a ne pas lais
ser agir a sa guise dans le
monde, au service de I'URSS,
le cCuba Occidental qu'ils
ont dans la barren, selon u-
ne expression de M. Deng
Xiaoping, car la Chine elle
remet au pas le tab> qu'elle a dans la sien-
ne.

Sur le plan militaire, 1'ex
edition chinolse n'a certain
nement pas 6te une prome
nade et il est certain que les
deux cotts proclameront


evictoires.
Malgre tou
chez les expe
occidentaux, q
chinoises ont
trer au Vietna
qu'k 50 kms
prendre plusie
provinciales,
la place forte
verrou du Del
130 kms de H
netration en
sur 1.300 kms
fortement d6l
permits au vic
nistre Deng 1
d'Etat Major
pulaire de lib


t'4L En rhonneur de -
(' ,l 'Ambassadeur
F. Guillaume
SONTO DOMINGO
La fin de la mission en
cette capital de l'Ambas-
sadeur d'Hatti en Republl-
que Dominicaine. Monsieur
Franqois Guillaume a elk
marque par un grandiose
banquet. Cette somptueuse
ceremonie a ete offerte dans
la soirde du jeudi ler Mars,
INTERNATIONALE DE PRESSE au spacieux salon de c6r6-
monie au, dernier dtage du
Palais de la Chancellerie
.4 Bolte Postale : 1316 par le Ministre des Affai-
mtre Nr 212 res Etrang6res, le vice ami
Tal Ramon Emilio Jimenez
et son spouse. L'Ambassa-
C U DTTD j)('h" 'D P E deur d'Haiti, le Chancelier
COUP DE POKER dominicain et leurs spouses
6taient entourds de tous les
clamer ces jours derniers chefs de missions diploma
it, on relive que ale mythe de 1'invincibi tiques en R. D. et de leurs
rts militaires litd du Vietnam nest plus spouses. Au champagne, le
iue les armies credible. Chancelier dominicain pro
reussi a p6ne Un coup terrible a ainsi c'da a la decoration de
am, parfois jus 6t6 porter a la fierte vietna Ambassadeur du Mrite Duar-
au Sud, et a mienne nee des victoires con te, Sanchez, Mella, au gra
eurs Capitales tre les ecolonialistes fran- de de Grand Croix, plaque.
en particulier gais et les eimpkrialistes> a- "argent. Les d!eux discourse
de Lang Son, mericains et P kin se per- prononces L cette occasion,
ta a seulement met meme de brandir a noL ont ete tres applaudis et re
lanoi. Cette p6 veau la menace d'une reedi products par la Presse.
n profondeur, tion de cette action armee si Par la suite, l'Ambassa-
defrontiere le besoin s'en fait sentir. deur d'Haiti, Monsieur Fran
fendue, a deja Comme la premiere intervene qois Guillaume prenait con
e Premier Mi tion avait des motifs essen g6 du Prdsident Guzman, au
Kiaoping, chef tiellement politiques,, l1 est course d'une audience splcia
de l'armde po le accordde par le Chef 'de
i, ,rtin, de i nro (Voir suite nage 6) 'Etat.


Nouvelles de la Republique


SEPT DOMINICAINS
TUES A NEW-YORK
SANTO-DOMINGO.- Au
course de la dernitre quinzai
ne de fevrier, sept domini-
cains ontt ee successivement
assassins a New-York, dans
le quarter de Harlem. Mo-
yennant I'autorisation du
gouvernement dominicain,
trois membres du FBI, par-
lant espagnol, sont arrives
en R.D. Avec la collabora-
tion du reprlsentant de l'In
terpol en R.D. et de la Po-
lice Nationale dominicaine,


Dominicainl
uIs sont en train de mener
une minutieuse enquete a
San Pedro de Macoris, as la
Vega et i Bonao, auprts des
parents des sept victims.
Afin de rechercher le plus
d'elments possibles sur les
families de ces sept morts.

UN MILLION
DE DOLLARS
DE COCAINE
SANTO-DOMINGO.- Une
quantity de cocaine et d'au
tres stupefiants, evaluee a
plus d'un million de dollars,


Le Comite Executif du Carnaval

COMMUNIQUE LA LISTE DES DONATEURS


Le Comite executif du
Carnaval 1979 prend plaisir
i publier la listed des don4
telirs qul lul -ont permits de
realiser les festivities carha
valesques. Le but de la prd
senate est de permettre 6ga
element aux lecteurs de se
faire une idee aux sujets
des soidisants centaines de
milliers de dollars requs
du Commerce et de 1'Indus
trie.
La liste des departments
ministeriels et des organis-
mes de I'Etat qui ont contri
bue aux festivitls carnava-
lesques sera publiee au pro
chain numero .

COMITE CARNAVAL 1979
5 Fevrier 1979
Ets. Raymond Flambert
$ 1.000.00
Behrmann Motors $ 1.500.00
Faidherbe Guillaume 100.00
Joe Anson (Audio Center)
100.00
Society Haitienne d'automo
biles S.A. 1.000.00
Qualitex (G. Haig et Cie.)
50.00
David J. Talamas
150.00
A. De Matteis et Co. Succ.
Vitale Cerulli 200.00
Bigio -(Bigio et Co.
Succrs.) 300.00
Suzanne Berger 50.00
Le Pavilion 50.00
Matelec S.A. 25.00
Mme. Oswald Joseph 50.00
Yvjs Y. Delbeau 100.00
J. B. Vital et Co. Succrs.
100.00
Bherumal B. Dadlani 200.00
Daccaret 50.00
Samy Zuraik et Co. 100.00
Photo S. Kahn Succrs.
50.00
Electro Technique Gdn6rale
(Taluy) 25.00
Rex (S.A. Spectacles) 100.00
Haiti Trading Co. S.A. 50.00
F1lix St. Victor 50.00
Kathlein Zuraik 30.00
Batimat 300.00
Aux Belles Choses 20.00
Curagao Trading 200.00
Gdrard Dumont 100.00


Russo S. A. 50.00
Librairie La Caravelle 25.00
Ntcolas Zuraik 50.00
Phllhppe Zurnik 40.00
L'Escale 25.00
Mireille Boulos (cash)$ 50.00
Maison Mallebranche (cash)
10.00
Universal (cash) 10.00
Burr Reinaud (cash) 10.00
Gerard Kawas (cash) 40.00
Louis St.Cyr Ddbrosse (cash)
20.00
G6rard Elis Joseph 200.00
Larco Freres 350.00


Agencies Fronlif S.A. 100.00
Entreprise Commerciale
Haitienne 200.00
Edouard Hakime 500.00
Rose Bag Co. S.A. 3(i) 00N
Nassim Mourra 300.00
Dobaco 150.00
Sejourne (Boissons) 50.00
Edouard Ackwed 25.00
Chaussures Bata 250.00
La Boite a Musique 25.00
Tabou Fleurs 20.00
Acierie d'Haiti 600.00

(A suivre)


Nouvelles du Nord


UN COMITE DE
RELEVEMENT DU CAP
En annongant sa forma-
ticn, <,Le Septentrions ecrit:
un Comite de Relevement
du Cap Haitieu avec la par
ticipation intelligence et ac
tive de personnalites et de
notables don't i']ttachement
a notre ville et le souci d'y
voir enfin s'amorcer le pro
gres reel et ordonne sont
bien connus de tous. II en e-
tait grand temps, si 1'on
tient compete que la fire et
historique Cite se delabrait
au course de ces dernieres an
ndes privee qu'elle etait de
tous les balbuulements d'une
civilisation qui ne saurait
nullement se contenter de
demi-mesures, de restric-
tions retentissantes; de solu
tions fragmentaires des pro
blames d'urbanisme, de pro
messes jamals tenues ou in
compl6tement accomplices.
Applaudissons done a la
demarche patriotique et
clairvoyante de nos co-cita
dins qui refusent de laisser
s'effriter davantage, dans le
laisser aller et l'indiffl-
rence, cette ville aux possi-
bilites de d6veloppement im
menses, mais constamment


La situation


au Nicaragua


MEXICO (AFP) le qui prdc6da 'insurrec
Malgrd les dernl res d6cla de 1978. Mals l6ments
rations du Prsident. Anasta veau et peut ltre d6cisif
slo Somoza du Nicaragua, se secteur agricole bouge ai
Ion lesquelles il a a la situa- tour.
thion en main, de sombres
nuages s'amoncellent sur Les producteurs dea t
son regime, etaiment les ob don't lexportation estde
servateurs a Mexico. source majeure de .de
La conjoncture dconomi- ont en effect d6cid d i pE
que est d6sesptere et les cof de dimanche de suspe
fres du trdsdr sont vides, se la mrcolte, ce qui peut pC
ion le directeur de la Ban un coup fatal lldeon,
que Centr:le. Cecl, ajoute a natlonale.
la cri-e politique qui sdvit Le Gouvernement de
depuis plus d'un an, place le tats Unis a ent de
Oouvernement dans une im tatsunis ayant dade a
passe, signale-t-on Ai Mexi- r
co. La situation rappelle cel (Voir suite page 6)


action
nou
: le
son

oton,
une
rises,
artir
ndre
porter
omie


s E-
de
i Ni


m ses sous le boisseau. Les
prob-emes conlrontes par le
Cap Haitien .ont multiples
et complexes, mais non inso
lubles toutefois. si une volon
te de redressement r t ulne
energ:e de tousle ies instants
viennent insuffier a ses ha-
bitants le courage et la cons


a etc confisqule a l'Aero-
port de as Americas. Les
transporters americains et
dominscains ont ete arretes
et defers a la ui sice.
MESSAGE

PRESIDENTIAL
SANTO-DOMINGO, A loc
casion dln 135e. anniversai-
re de l'Indepeniidance de la
R.D., le President Guzman
s'est present pour la lere.
fois devanit les Chambres,
depuis sa prestation de ser-
ment. Le Chef de l'Etat a
presence I'Expose General
de la Situation, analysant
tout ce quie son Gouverne-
minet a realise depuis le 16
Ao lt 1978. II a soumis son
programme de projects pour
1979, notamment 145 pro-
jets de Travaux Publics,
d'une valeur de 750 millions
de dollars.

La rdponse du Pr6sident
-du Senat, Peralta, du Parti
Reformiste, n'a pas ete sym
pathique et a provoque le
merontentement de la ma-
jorit6 des 16gislateurs, mem
bres du PRD.

CRITIQUES AU
MwSSAGE PRESIDENTIAL
SANTO-fDOMINGO.- De se
vres critiques ont ete for-
mulees contre le Message
Presidential tan- par l'oppo
sition reformiste que par
des journaux et stations de
radio. notamment Radio Cla
rin. Ces critiques estiment :

(Voir suite page 6)


Bre Sejour de
Miss France
en Haiti


tance qul Is aut pour re- Nous avons recu ce martin,
nouer le present au passe la visite de Madcmoiselle
pour preparer un avenir Brigitt Aube, Miss France
moms triste.> 1977 et Miss Voici la 1 ste des Membres 1978. Elle etait accompagnee
qui component provisoire- de son impress ar:o frangais,
ment le nouveau Conmite : Antonio Vill.rejo., du cineas
Dr Jacque Doucet, President te dominicain. Hugo Mateo
Raoul C. Auguste, Tresorier, et du directeur artistique de
Josue Lamour, Secretaire, Cabane Choucoune,. Rayjcl.
Mile Aube, qui est egale-
Carlet Auguste et I'Inge- ment chanteuse et danseu-
nieeur Lascaz, Bernardin, se, est nrrivee nier a Port-
Grands Conseillers, su-Princ, et cst parties cet
Auguste Robinson, Coordo- apr6s midi. Durant son bref
nateur, M sejour, elle a participe a u-
Une vingtaine de Membres ne seance de tournage a Ibo
assistant le Comite de leurs Beach, a Boutillier, et a la
I'nplace des Heros de 1Indepen
(Voir suite page 6) dance.


INTERVIEW

Un artiste stranger a


questioned Andre Juste

(Suite et fin)


Voillez vous dire, M.
Juste, que, a part les chars
commerciaux, tous les autres
groups d6guises ou non de
ce cortige ont dtd pays
pour participer au defil ?

Oui. Et non.
Comment oui et non ?
D'abord non. Parce que
- except quand certaines
gens sur les tribunes publi-
citalres provisoires du
Champ de Mars sont descen
dues de ces tribunes un ins-
tant pour se mlelr au cor-
tege et dariser dans la rue
autour de orchestrae de leur
clioix toutes les foules
non d6guis6es qui chan-
talent e- dansalent autour
de ces orchestras dtaient
composes, d'autres Indlvi-
dus pour la plupart totale-
ment ddmunis et qui n'ont


jamais eu l'argent necessal
re pour payer leur admis-
sion aux boites de nuit lo-
cales ots jouent leurs orches
tres de predilection. Ce gen
re de bals populaires' en
plein jour quest devenu no
tre carnaval est done la
seule opportunity annuelle
qu'ont ces gens-ls pour sia
muser au rythme de ces or
chestres. Ensuite Ouil Parce
que presque cent pourti ept
des quelques rares d ui -
ments en indiens, en diois
en boeufs (- dans le temps
Ils talent plusieurs grou-
pes et cheque group en
comptaient des centaines
vnus au cortege a leurs pro
pres frais -), en jambes de
bois, en Charles Oscar ou
autres alisi que les quelques

(Voir suite page 3)


Andre Malraux et la

Peinture Haitienne
Par Laurore St. JUSTE


J UV ''


k v ...P-- -


r.


s
t

-
s


s

n





PAGE 2




(Suite


do la 16re page)


Cltins concsrn6,s; tit ic-
tiotnlt M. Jeitn FOUCIA4RD
uil auralt presented la oom
Itnlcmt. On priiiclpaLe tait
par i didnsltd que tpar la
these relative \ t'identifica
lion des ethnles qui prido-
tnltntlentt I St Domingue
plus ou imons i la fin'du
XVIIIe >sielee. 11 est t noter
que les documents ncrits pro.
vinant des milieux esclava-
gistes doivent itre conside-
res rvee prvecuition, 6tant
donnti la mentallte aberran-
to des negriers de tous poils
qui, n'ont, pas du hesiter une
second a fals;fi.r le lieu de
provenance et -- nom des tri
bus noires do. t Drovenatent
litir cargaison. Ceci. rfin de
tirer on prof t maximum de
sa vente en se roferant aux
qualltes des esolaves saint -
dominguois p. rmi lesque's
tell ou telle cnatgori- etait
r'eptt,' s o.perioure eL uneil-
I"lme trava lt-hise qU0 .eos au
tres.

II est done niiss,.ire-ct le
gitime d'in;orm.l 1 opinion
publique hialtietnne a laquoel
le n -t parve-m du ciote de
1 p!', ssoe tc''1te- qu'un echo
affable do co'It, tries iompt)r
t: l rfiil 1 'ncolleerninnt ]9i
Iraint e dci Alrim ains qoii I'iit
a I'ort inef la format'tn
de toutims (.es Cm'ieimuntii utes
no,r'es I s Ainciitci, .s.
MA s qu st-,( c done que
cott -,tlanmeut Tralt ,et quelI
0'-s omnt et- ,s con eciqu- nites
de'niogra]ih:qut;s econonuii-
cuts' sotc.ars 1 t culturolles
sur I'Africt I M ,tIr qul'el.o
eI'ciIla d ":.' oliais d un
millen, ire ?


Des 1'Antiquite, sagnale M.
A c0tte Q.s on fson s ,men Hubert Deschamps, auteur
tale, il et 'onl'a.emi'nl re- d'une monumental Histoire
pondu cqu :, Tra,- dos general- de la traite des
Noiro est l( operation e-sen- Noirs. l'existenve d'un traffic
lieil-ment co'n r-eale par 'imbryonnaire d'hommes noris
laqui;le au cour- cla Mt'vtn a dts'.inaton de i'Egypte pha
APe les tegoom i; '';!'i roltique tell que consti-
,'astcs minisunlmnis (i'- hordi lmee au Nouv(:l Empire, en
les commnrcent-- s--. Arabie prenslamique, en Gre
tts curopeen o ensu t-.0 ClX- cp. et dans la Rome antique
ci conjointem.nt ,aux pr,- I et. iont captures on Nu-
mirers et dc maniere i yste- be. cin Ethiopie. en Afrique



(OFATMA)

AVIS

LA DIRECTION DE L'OFFICE ASSURANCE AC-
CIDENTS DU TRAVAIL. MALADIE ET MATERNITE
(OFATMA) PRESENT SES COMPLIMENTS AUX
USAGERS DE L'OFFICE EN GENERAL, AUX EM-
PLOYEURS ET TRAVAILLEURS EN PARTICULIER

EiLLE SE FAIT LE DEVOIR DE LES AVISER DU
TiiuANSFERT PROVISOIRE DE SES BUREAUX, Y
COMPRIg LE SERVICE DE LA C/RTE DE SANTE,
AIR NUMERO 40 DE L'AVENIE JEAN-CLAUDE DU-
VALIER (TURGEAU .

EN LES ASSURANT DU MEME ACCUEIL DE TOU-
JOURS. LIA DIRECTION PRIE D'AGREER SES RE-
MERCIEMENTS ET SES SALUTATIONS.


matique. so sent lives & I'n
chA.t ct i la v.-iit des Noirs.
at n d'ullotlr Lo-ur profit le
travel. toni pi t: d' ce, itotrs,
plus prilnclpu.ement dnds
leurs pihntliuon1 sucrlt6res
Its s'y I '.' t it tout Ie ltonG
di- leur piriode d acotimu a-
tion prilititve respective et
mfme un pI'e n u-dclA.
F'ceuropen- jusqu'k I epoquqe
du capitallsme mdustttel.Ces
trafiquants achetalent, tro-
qualent ties mains des roite
ltts africains des esclaves.
nes dans la servitude ou des
Noirs africains qu'ils avaient,
capture et rdduit en csclava
ge. ou encore reux que cer-
tains d'pntre cux avaient eu
en heritage.
I1 result de cette defini-
tion que la traite des noirs
doit etre divide en deux
printcipalecs periods : cell
de la traite arabe, qui debu
ta en Alrique Orientale b-en
avant i'sirm et en Afrircfe
,do 1O.st dis l]a conqufte
ide I Mauritanie en 734. et
Icuroueenne. La premiere
pout etre subdivisie e i trail
t* caraiv'nier-, p-us precise-
ment transsaharienne, et.
line foi- l'implantation et lia
constitution d'eoelaves terri-
loriahls en Afroue he 1Eslt.
en tr. it- pr -'oiL maritime.
Mir Rouge et Qcean Indien.,
t.-i ,'-oindc se fit par 1'0-
co.,n Atlantique puisque do]e
tineo a i'Amdrifque unique-l
iM nt. Eile aura parfols 111n
carnctere cl nrdest n quand
le, proprietaires de bateaux
negriers se heurteront a l'A
siento. contract a caractere
exclu-if; alors cetto traite
p ruj lee sera oualifee dt'in
tc rope.


du Noril, en tries petit nom-
bre et vendus salon la de-
nianido, tr'6s falble de l'po
quo, piil)aqu'll .l)tIdLt 1-2 mar
oh0 europoen tul leur four-
tn a.uit d es esnlaves olantnr
ell tries ilrtnd nombre Le
coil-u. Paul Emilt. n..valt-li
pas vendu quelques 150000
Eptrotes uux Romains et Ju
les Ce-ar au inliIon de Oanu
lois ,?, Din-t ; I. :. ] vtl.e dlo
Pome, 11 y aurait eu duo
temps de Trajon quelgques
500 600, esclaves, assur6ment
blancs.

Ma's, au fil du temps, I1'A
rnbie .rasscmbide reiigieuseo
meant par, Mahomet au 7e
siecle de notre -re (622), fit
son apparition sur l'dchi-
quittr politique de i'dpoque.
Pu s ie calife Abou Bekr
(632-634) unifia hadtivementI
mais fermement l'Arabie
sur nla base idiologique reli
giepse qu'offalt si opportu
nement 1'Islam aux tenants
et benif'ciairns de 'omna
commonn. ute esclavagiste
'musulman. II parviendra
a fedirer en une nation poll i
tiquement et relig eusement j
coherent les quelques trois
cent soixante principles tri
de rrzzias des earavanes qui
sillontdent le plateau deser--
bus nomad-s arabes v.vant
tique sur leqitl tour ils vi
valent. Puis, Omar, leI se-
cond calief, originare d-s
milieux d'aifaits, saur; con
ci.icr leurs objectifs econo-
miques avce le'rs dogmes re
ligieux. iL '-lam nous en
selgne BONI devint n
tre -es mains le moyen pro
pre a realiser la conquote
des noeuds viaux du com-
merce international, source
de piosperite des grande
villes tells qiue .a Mecque
et Med ne>o.
La traite des Nor, tie spo
radique qu'ellc etait, tendit
a devenir permanent, system
matisiqu. E'le aur-.t alien
ter tans le temtps d ux fo-
yers principaux, 'arabe et
1'europ6en.
Durunt mille dpux cents
ans, plus d'un m llenaire, la
vie economique de l'empire
musulm: n va reposer en
grande parties sur 1'esclava
ge des noirs d'Afrique. Celle
de 1'Europe sur un peu plus
de quatre siecles, le temps
necessaire S almasser les ca
pitaux indispens:bles a l'a-
venement de la rivolut on
industrielle qui. d'angsa isq
au rdpart, s'fe(ndra pogre q
sivement sur le continent
europeen et les mettra eln
measure de ecrer- et de domi
nvr economiquement et, po-
litiquement un march mon
dial et, eel., va de soi, les
peuples. leurs cultures et
leurs modes dJo vie.
A origine 0e l'implanta-
tion arabo en Afrique noire,
il y 'ut des mobiles divers :
la recherche de l'or, des es
claves et ausmi du sel. Les
products des mines d'or du
Soudan occidental, de Bito,
du Boure. d- B. mbouk, do-
mines de sel diu Sahara de
Toghazza. de Hiura, d'Idjil,


bes, landis que le plus
grand nombre dtalt achendl
ne vers le Bas-Iraq. Les A-
robes avalent conquls la


ainst que I'lvoitr, les ptnaux,
Ie blI, ies duties, kIs chi-
vaux, t. sio'e it la alne, le
cuit'ie, t'argent scront t'ob-
jet de leurs convoltiass bt lls
utitlseront pour certain cas
de troc deLj dc I, verroterle.
Hiastoiquement prlaLnt. des
la pi6ntratlon -st6rnatique-
mnusuI imne o n Afriqque occl
dentiale et oriiialk., au de-
but 0u 7e siec-l, Ilaxe prin
clpal autour duquel se d6rou
la la quasi totalit6 de 1'his
toire du continent cfricain
reposa sur 1'esclavage. Cest
le system esclavagiste qti41
constltua le' soubac-i .-ent
m6me de 16conomle -de 'lim
mense empire arabe qui s'
tendit ep moins d'un s'ocle
en Afrique, en Europe et jus
qu'aux Indes.

Pendant plus r un mlllenal-
re, hs cha:.seurs de tites mu
sulmans, europeens et afri-
cains traquerent d&ns la
cgarennes africi ne les meil
toleurs fils de 'Alma Mater,
traumatisant irriversible-
ment des centaines de gene
rations d'hommes, et ecci
jusqu'en la dsuxieme moltie
du 20e siecle. Tout devient
alors clair pout tout histo
rien, tout intellectual honhne
to... et 1'etat mill6naire d'ab
section dans lequel furent
p.onges hommes et institu-
t ons africainas, resultant
de la so f de ses richesses,
ae cet or qui ftra de l'Afri
que la premiere Californie
de lEurope.
Ibn Abd Al-Hakam, re:atant
expedition d0'bn Nafin en
666 dans le Kawrr et cell
d'Al Fahri au Soudan en 734,
mit accentt str leas resour-
cos en or et en esclaves que
c-s operations procurerent
a leurs auteuirs ecrit Nat._
Boni, d. ns son Histoire syn
thetique de l'Af'ique res s-
tante.
L'hitstorien arabe At Ya
Quoubi, <,ebauehant t'histoi-
re dcs royaumes du Soudan,
sou'igna t'importaixe d's
mines d'or do ce p. ys.
<.Le chcr. At idrisi, grand
geography d, islat m medle
va t12e siecle I, fournit sur
1Egypte, la Nuie, tle Saha-
ra, le Soudan, d'ample.o r n
seignements. Comme Ya
Quofibi il n'omit pas la men
tion des richesecs naturelles
de ces contreas.
Nazi Bon', tout on souli-
gfiant que le trafic-.des..-es
cloves venait apres le coam
merce de For. et ceci jus-
qu'au 16imp siecle, const. te
cependant que sa traite d( s
Noirs car les Musu.man,
<,- eale sur la tfriod- qui va
do 8-s au 20e -icles. Si je
do s m'en teni" ses propr(s
etrits, on peout, ;isement la
faire rcmontem au 7e siecle
puisque l'expedition d'Al Fah
ri dans ie Kowar africain
lui o pporta ci-. ressourct.s
on or eLt en escl.vess.
Essayunt d'eviluo-r ce que
la tra to a coute a 1'Afriquc
an Soid du Sahara, il cite et
fort a propos M. Rtymond
Mauny, proiesseur d'histoire
africaine a la Sorbonne : <1l
est diftir ile, dt celui-ci, de
donner une estimation do
nombre o 'eCsc'iv s exports
annuellement vers le monde
miditerraneen. Compte t.-
nu des faibles diements d'ap
preeittion que nous posso-
dons en part'culier de Fin
teressante mention d'Ibn Ba
touta parent de 600 escla-
ves pour la seule carav; ne
qu'il suivit de Takeda au
Touat et des donnees du
kXe siecle il ne doit pas
etre exag6re, loin de la, de
parler d'un minimum de 20.
000 Noirs exports t.nnuelle-
ment vers le nord, ce qui
fait tout de meme 2 millions
par siecle, chiffre infirieur a
la r6a'it6.>> Ainsi, conclut
1'historien afr'cain N. Boni,
< arabe il aralt dfi preci-
ser dos negocirnts arabes -
enleva a 1'Afrique de l'Ouest
plus de 24.000 000 de Noirsi.
La grande emorraRie de
sang noir qui avait comment
ce bien avant le 7e. siecle
ne devait plus s'arrcter
comtletement puisque de
nos jours encore d'appre-
ciables ichos nous parvien-
nnent qui nous laissent en-
tendre ,que nta et 1a dans te
grand continent de clandes
tines caravanes sont orga-
nisies dans le but d'alimen
ter quelques harems au
profit de ces callifes ana-
chroniques qti tendent i
s'ovanouir de plus en plus
de la scene de' 1'histoire.
'En Afrique Orientale,
puls proche de PArable, la
trait revetit des propor-
tion- catastrophlques0 Des
enclaves capt uris en Nuble,
Abyssinle, Somoalle, 6taent
amputis aS fleur de ven,
tre de leur apparel gdni-
tal et ces ennuques deve-
nalent le surveotllants des
femme- de- potontats aro-


La culture massive de la
canne a sucre est bientot
pratiqude par irrigation au
Belouchislan centre l'Iran
et le Pakistan actuels ) et
dans la parties sud de I'Iraq.
la M6sopotamie des An-
ciens. C'est lia que nous re-
trouvons les esclaves Zandjs.
L'expansion de industries
du sucre avec ses grandes
plantations et ses moulins
est liee a 1'esclavage, et
specialement a la traite des
Noirs, travailleurs types
des pays tropicaux ofi pous
se la canne. Les deux figu-
reront, etroitement unis,
dans presque tout le course
do notre histoireo,.
Des plantations sucridres
seront egalement etablies
dans le Nord de I'Afrique
dans actuall Maroc par
exe-mple et comme partout
aillaurs les m6mes causes
produisant les memes ef-
fe's. elles connaitront le
ins'me sort qui leur fut fait
pa'- les Zandjs au coeur
mnme de i 'empire musul-
man o ils 6taient rivis par
les chains de l'esclavage
dans ces plantations et fa
briques de sucre.
Ces esclaves n'avaient
consent a aucun moment.
donned a etre prives de leur
liberty et c'est dans la ple
nitude de leur droit legiti-
me d'hommes libres qu'ils
vont se revolter des la fin
du 7e siecle, en 694-96 eon
Mesopotamie, puis en 762 a
Midine, puts durant une
quinzaine d'annees au 9e.
safle de 868 a 883 con-
tre le regime musulman es
clavagiste.
Quand on jette un re-
gard r6trospectif sur les 6-
venement d'une exception-
nelle importance historique
qui se sont products dans le
monde musulman d'alors,
et don't les consequences fu
rent determinantes sur le
course de I'histoire mondia-
le, on acquiert la convic-
tion que la rivolte des
Zandjs et toutes cells plus
ou moins analogues, ont
peut-6tre renvers6 le course
de I'histoire en portant un
coup mortel a 1'empire ma-
su man, brisant
pre sq ue toute I'in
fra structure dcon6mique
et technique que les conm-
rnrrgants arabes 6taienit
'parvenus a mettre sur piece
et les empichant de tirer
ies profits qui les auraient
amends S la phase pr6limi-
naire inevitable de 1'accu-
lation des capitaux qui aun
rait permis d'asseoir pro-
gressivement une hdgemu-
nie locale, nrgionale puo s
dans la sphere mondiatle
de l'epoque en operant les
premiers cette revolution
industrielle qui a permits
h t'Angleterre diminuoe
d'aujourd'hul de regenter
A un moment donni lemon
de .
Car on arrive A ia convict
tion que si le capitalism
avait ,pris naissance dans
le -monde arabe, 11 n'auralt
point eu le dynamisme
don't les sociologues alle-
mands du 19e. siecle ont
dit qu' sa naissance, sa
croissance et son ddveloppe
ment, 11 a 6t a la base de
blen plus grades choses
que les pyramides d'Egyp-
te, etqnt donnd les multi-
pies limitations coranlques
qt'll pornalt en son bemt
des sa genese.


Perse, la Mfsopotaiple uati
que dis 035. LA., is consta.-
tL0en1 que Il canne-k-sii-
cre qui aurait 6i4 Introdul
te d6as e e e tece par li
roa de Perse ChosroeA ppu
vgit dtre, uhte Lfos 1'contn-
mlen de plantation, imitee
deA Persans, mise en train.
la source de profits fabli-
aux. C'est de la cane b .
sucre que fut extract Ie suk
kar des Arabes eL plus
tard le sucre mortif6re de
St Domingue et des sautres
iles des Antilles
Les Arabes, nous apprend
H. DESCHAMPS, ayanit con
quls Zanztbar dbs le 7e sib
ele. )1 leur fut als-, se cri-
paidant sur la cote 6rien-
tale africaine, de se procu
rer des esclaves noirs,
Zandjsp, reputes pour etre
des homines vigoureux, pro
press a supporter des tra-
vaux pdnibles>>. A ptis de
buit siecles de distance, le
mime refrain sera chants
pour remplacer la main-
d'oeuvre indienne cethnoci-
dee et floire fructifler par
les nouveaux ozandjs noirs
transplants, en A m d-
-r i q u e les min es et
les plantations espagnoles,
puts Irangaises des Indes
Occidentales ,amdricaines.
,Ceux-ci furent employs
au dessechement de 'lim-
mense marais que, consti-
tuait le Bas-Iraq (ancien-
ne Perse) au 9e siicle. Les
esclaves noirs Zandjs dram-
nerent les marais, les dessa
rent et les convertirent
en terres de culture propres
au riz, a 1'orge, a la canne
a sucre. Ces travaux, im-
menses et extdnuants, e-
taient entrepris soit en rd-
gie, soit par des affranchis
royaux, soit par des sefo-
daux> qui devenaient pro
prietaires des spaces vivi-
fies.


On a prestue la certitu-
de. I'histolre en 'mains, que
le allbrateuro mnusulman,
envelope de saolrates cora
niques, n'autalt pas eu le
dynamisme du mercantills-
me extrpoden qui, au de-
part, contenalt lesferments
a. saes modifications ult -'
rteures, car n s'embara s-
sant qu'accessoirement de,
psaumes et de ver.ets bi-
bllques.
Un certain determinisme
cgographique a auss joud
contre eux par le Isait me-
me de leur situation, au
fond de la Mer Rouge et
I'existence ern face d'ebx de
la puissante masse contnen
tale africatne leur fermant
t'acc6s a l'Ocdan Atlanti-
que. Et 6galement cette in
capacity de mener en paix
sa mobilisation economique,
sa phase d'accumulation
primitive qui sera brisee
tant par la gigantesque rd
vote des Zandjs que par
leurs propres dissensions in
ternes, generees par 1'exis-
tence de la diversity des in
tirets des diffirentes stra-
tes sociales.


A propos d'une totivelle histoire d'Afrique


S De passPs iPofl-au-PrIrce

DELTA ACRUZ

Astroloule Voyant -

[ K Para Psychologue

R \ HOTEL LE PALACE

Tel 2-3344 (sur rendeiz-vous


A la difference de 1'Angle
terre du 18e siecle qui be-
n-ficiait d'une certain
paix et d'une certain do-
mination social, o'empire Visitez
musulman essouf1e en Euro s
pe, en Asie, consaitra des i
temps d'arr t dans son ex- MEXICO NEW YORK SAN FRANCTSCO
pansionisme echeveld, puts
une sorte d'asphyxie, du ORLANDO MIAMI
fait de 1'exacerbation des I
contradictions qu'il char-
riait. Puis il s'ecroulera fi- partir de $ 369.00 plur taxes
nalement sous les coups I
d'un Portugal qui bAtira RENSEIGNEZ-VOUS SUR CE TARIF
sur ses ruines son h6g6mo q i/
nie parvenue a sa phase g d'expansion et de matura- 0
tion au 15e. siecle. A

La traite musulmane con
nut ainsi, bon gre, mal gre, Southerland Tours
un arrest quasi d6finitif, u
cedant la place al 'esclava k
giste portugais triumphant OU LOUS VOUS PROCUREREZ AUSSI
qui sera h son tour evince 81
par les esclavagistes hollan VOS CHEQUES DE VOYAGES AMERICAN EXPRESS.
dais, franqais, anglais puis o
americains, chacun p lus ou No la O elle a e e
roins dans sa senhre d'ao -
tion respective. L8
Historiquement, tells fu- q
rent les consequences demo i
graphiques. sociales econn-
miques, culturelles et poll-
tiques de cette hemorragle
permanent que l'historlen >i "
africain Nazi Boni- a stigma t -
cis6 comme 6tant le' plus .*
grand avilissement de l'hom- R
me que 1'histoire mondiale K
ait connu. Destabilisant I'A
irique entire, ce continent Avenue Marie Jeanne
martyr, durant plus d'un
millionaire, la traite a bri l telephone: 2-6-00
so net I'evolution de pre-
que totes le ssociit6is afri- B'`--OOCcC-CC- CCSOSOO SCcC ic-G0cCC-S
caines, a quelque niveau
qu'elles aient pu se situer.
detruisant les royaumes, les
empires, les chefferies. de-
tribalisant les ethnies, bro
yant la fine fleur de la jeu
nesse atricaine et la ridui- C
sant en esclavage, semant
la mort et la destruction
tant des hommes et des
biens, du noirs au Sud et
de 1'Est a 1'Ouest du conti
nent africain, provoquant
ou activant de colossales
migrations internes des po
pulationss esayant de fuir
loin des rets des esclavagis
tes africains, musulmans
puis europgens.
Dans ienfer esclavagiste, G RANDU
alors ole notre race etait
plongee. de 'Afrique I'A BURG ER
sie et a 1'Aiherique, jus-
qu' au fin fonds des abimes
esclavagistes, efit lieu le mi r te
racle haitien qui produisit
en moins d'un sitcle. suir le de
plan intellectual. un geant
de la pensee universelle de Delma
la dimension d'un Antenor
Firmin, ufi Louis Joseph
Janvier, un Sylvain et un l lf
Hannibal Price qui sut trou
ver avec bonheur le titre
qu'il fallait a .son ouvrage
sur Haiti: < tion de la race noire> par
!a geste haitiennie.
Aussi cette gigantesque
oeuvre entreprise et patron VO US
nee par 1'UNESCO vient en
son temps et ne peut que AVEZ
contribuer a fire de l'Afri- w *
cain de plus en plus cons-
clent un homme a part
entire dans le grand con- ci IX
cert-dela fraternity humai I
ne don't tous les hoommes
de bonne volont6 souhai- j e o 1
tent 1'avenemeit.
Le congress a close ses tra
vaux en F6v. de la mime an


Achetez Con:


I la viande c




HAMI




Viande fraich,


Control vet
aaoeoSDDoDDooaoooeDaaoasDw sODD0@@@>aesi


sommez


le pore




'C 0



e et saine


6rinaire
m aoofiascaj woooa o Dra ot


C
~~0>









-
/JAEA4




- w~~j--- ~ A ~t


'BLOCS EREF.'


ETS.RAYMOND FLAMBERT'

i Materiaux de Construction


LUNDI 5 MARS 1979




ou de fire rldilg6r une His
dire gdntrale des kairs.
don't I'esseontlel conslsteoralt
k fhtre enter things son ca
dre lous les groupements
raciaux ti6grotdes Dravl-
diens du Sud de I'Inde. N6
gritos d'Asle. de iMalalste
et dr-s Phllipp!ne et enfin
ce hul re-te des Australlens
afin d'Etudler ieur histolre
et presenter au monde une
Image objective de ce que
fut I'homme nnir tarnt au
Pal-ollibhiciuie qu au Neoithi
que et a t'ori-e dei temps
modernes.


nie, apr6a que oertalns pao-
ticlpants ear.ent ddpase les
manuscrlts de letlirs commu
nltrtlons aux fins -do dIs-
cussion et ulterleurement
d'Impresslon ou d'lnsettlon
le cas echdant dans I'-it-
tolre de I'Afrique par les
coMit6s de r-dtictlon pr6ala
blement constiltis lors des
reunions de I'UNESCO.


. II est a souhaiter que
I'UNESCO ou tout autre 0"
ganisme ou personnel ouali
fl6e entreprenne de redlger




LUNDI 5 MARS 1979


Un artiste stranger a, questioned Andre Juste Acollions evites delusoesse au


(Suite de la l re page)
p e t I t s groups isolds a-
vec tambours et vaccines,
que vous avez pu 'remarquer
n'6talent l. M. Miralda, que
parce que le Comit6 Perma
nent d'Organisation du Car
naval les a pays pour qu'ils
prennent part au defil6.
Quant aux soit-disant reines
et suivantes sur les chars
des Departements ministe-
riels ou autres Institutions
nationals autonomes, elles
reqoivent chacune une ercr-
taine valeur pour I'achat
de chaussures, pour leurs
soins de beauwe et la con-
fection des robes de circons
tances, ainsi qu'un petit ar
gent de poche. Apres le troi
sieme jour gras elles cons'er
vent chaussures et robes. Et
la Direction Permanente du
Comlte d'Organisation du
Carnaval leur offre de petits
cadeaux consistent en col-
liers, montres-bracelets, pe-
ti:e bouteilles de parfums
etc. Ainsi, done, il n'y a pas
de competition. Et aueune
de ces reines ne ressent le
bsoin ou le desir de se de-
passer pour surpasser une
autre en grace, elegance ou
majeste. En un-mot, reines
et suivantes payees, petite
groups ou individus paves,
aucune presence presque
nest spontanee dans le cor
tege La derniere creation
spontanee ayant participe
au defil., il y a deja quel-
ques annees. etait le group
drnomme Madan Aman. Ce
groqpe a participe pendant
2 annees au defile. C'etait
un group tres original.
Vous auriez aimi le voir. M.
Miralda. Mais ce dernier
group a aussi disparu, ses
membres n'ayant jamais re
cu, a ma connaissance, au-
cun encouragement de la
part du diri!isme official.


Pouvez-vous 'me dire
Dourquoi ou comment ce di-
rigisme a commented dansa
le carnaval de votre pays.
,M. Juste ?

Je ne peux vous don-
ner la-dessus que mon opi-
nion personnelle A partir
de certaines deductions que
j'ai faltes. II se peut qu'il y
ait des details important
que j'ignore. Il se peut quest
d'autres compatriots aient
line ou des versions total
ment differences de la mien
ne. Car j'ai seulement cons-
tate ce dirigisme, officiall
dans notre carnaval depuis
assez longtemps dejA, Et n'a
yant trouve personnel pour
me l'expliquer j'ai dfl alors
me rabattre sur mes deduc-
tions personnelles.
J'aimerais bien enten-
dre ce que vous avez A dire
a ce sujet a partir de votre
optique personnelle.

Eh bien M. Miralda,
mon opinion est que ce dirt
gisme ne s'est pas brusque
ment implanted dans notre
carnaval. Je pense que le dl
rigisme official a 6te engen
dre dans ce domain apres
le hasard d'une infiltration
de la propaganda gouverne-
mentale dans notre carna
val vers la fin des annees
trente et a la faveur de cir
constances politiques parti-
culieres vers la fin des an-
nees quarante.

Ne- pourriez-vous pas
me donner quelques details
explicatifs, M. Juste ? me de
manda alors mon interlocu
teur catalan, visiblement de
plus en plus intfresse.

Eh bien voila : vers la
fin des annees trente, un
president d'Haiti du nom de
Stenio Vincent achevait au


Used Marine


Equipment

FOR SALE

Equity, standard 55 feet all steel, all welded, twin
screw, Tug powered with two GM series 110, 6 cylinder
diesel engines :
Length overall 55'3"
Beam overall 17'3"
Draft Loaded 4'6"
Displacement Light 54 Long tons
Loaded 74 Long tons
The above described used equipment is being offered
for sale by sealed bid as is where is with no express
or implied warranties by owner. Spare engine parts
including new starboard propeller shaft complete will
be offered for sale at owner's cost. Bid will de accepted
in writing through March 15, 1979, to address below
Plant Purchasing' Agent
REYNOLDS HAITIAN MINES, INC
S P 0. BOX 1026
PORT-AU-PRINCE, HAITI PHONE : 2-0029
Owner reserves right to refuse any or all bids tende
red. For further details concerning this equipment con
tact Plant Purchasing Agent.

A VENDRE
Equipment marin usagd. Remorqueur type standard
55 pieds completement en acier, entitrement roud6
.avec via couples, action& par deux moteurs dies I GM
serie 110, 6 cylindres.
Longueur total 55'3"
Barrot total 17'3"
firant d'eau charge 4'3"
Ddplacement 1iger 54 longues tonnes
charge 74 longues tonnes
L'equipement usagd decrit ci-dessus est mis en v. --
te sous pli cachet come et o 11il est sans garar e
express et implicite du vendeur. Des pieces de r, -
change pour le moteur incluant un nouveau tribo '
avec un arbre porte-h6lice complete seront vendues ..
[ prix fix6 par le "endeur. Les offres seront accepted ;
par 6crit avant le 15 mars 1979 A 1'adresse ci-dessous
REYNOLDS HAITIAN MINES, INC.
P. 0. BOX 1026
PORT-AU-PRINCE
. Le..vendeur se reserve le drot de refuser.une ou tou
, tes lea offres soumises. Pour plus de details concernant
'cet 6quipement contactez notre Agent d'Achats.


dressed. Et je feral de mon dessus ss la region New York


mieux pour. vous' satisfaire.
Je sula actuellement A
la pension de MIlAe Baur-
gu p, upe tirs boppe pen-
sion. J'ai ai oubli 1l'adresse
mals c'est daas la zonne
.Relle Bgaugsap et Martin
Luther King. Mais je re-
pars pour New York apris
remain samedi 3 Mars. Voici
mon adresse aux Etats Unis:
Antonio Miralda, 24 Harri-
son Street, New York 100313,
New York,
Merci, M. Miralda. Je
-vous icrraii.

Merci, M. Juste. J'alme-
rais rester pour cause un
peu plus avec vous. Mais il
est 7 heures P.M. Je ne veux
pas rater mon souper A la
pension. On y est tris strict.
Au revoir done.


N Y., iAFPP
"L Administration
mrrl-calne de
'FAA, s'Inquiete
trIs eleve de col
riennes 6vities d.
au, dessus de la
Ny York depuia 1
1979, Acrict le qpt
york Post dan
de samedi
Selon la FAA7
quotialen, quelqu
-lisions adriennes
tdes depuls Janvli
tre vingt sept p
l'annme .1978. Un
role de cet orgar
diqud que person
vait expliquer ci
le moment. La <
11 a.iout va rec
causes de cette a


tion inhabitue"o d'incidents
fidirale- a aeriens.
aviation .
du nombre L Aumiustrationi fddera -
lisions ad- le de 1'aviation doit Ou -
e, juttesse blier la semaine prochaine
regionn de un rapport A. ,ce sujet. Le
I dibut de Vice-Pr6sident de 1'organi-
idjen aNew station amiricaine des control
son -.itsion leurs aeriens, Monsieur Geor
ge Keer, affirmed pour sa
part que ce rapport va fair
c, pre.e ls porter la tesponsabilit6 de
e seize col ces incidents aux control
ont ite 6vi leurs aeriens. Il a accuse la
er' 1979, con eFAA de vouloir dissimu. -
)our toute ler le manque de person-
Porte .Pa nel et le manque d'entraine
nisme A in- ment des controleurs affee
ne e ne pou tis A la surveillance des e
e fait pour crans Radar. La zone, de
hercher lea g'ons du mode ohi le trj'l:c
i gmenta.- aerien est le plus dense


PaaIs Natj4t.al un deVoNi-
me mnd4at presidentiel t e
briguall;, parait-il, un trol-
siA1we mandat. A cetti 'epq-
que nou avions ; a capital
le unre Ecole dce Rd6ducatlon
d6nomin me MATSON CENTvRA
LE DES ARTS ET METIERS,
ao l'Etat hibergeait des or
phelins sans soutfen fami-
lial ainsi que des petits va
gabonds aparemment sans
parents ramassds dans nos
rues. Et oft, A part 1'lnstruc
tion primaire, on enseignait
a ces petits gargons certain
metiers et, en fait d'art, par
ticulierement la musique
que leur enseignait un .as-
sez competent musicien man
chot alors membre de Ior-
chestre militaire du Palais
National et rnpondant au
nom de Augustin Bruno, ser
gent.

Cette annde-la I'avant
derniere ou la dernlere du
deuxieme mandate du Presi-
dent Vincent les specta-
teurs du cortege carnavales
que furent surprise (et mime
agrfablement) de voir dans
ce cortege les trols ou qua-
tre cents petits CENTRA-
LIERS comme on les ap-
pelait alors ddguisds en
paysans, d6ambulant A pieds
dans le cortege et chantant,
avec leur propre orchestra
en tete, les paroles d'une
meringue carnavalesque qui
avait, sans les paroles, re-
qu le 3eme prix au concourse
de meringues pre-carnava-
lesque. CO'tait une composi-
tion d'Augustin Bruno. Et
les paroles ajoutdes A cette
meringue apres le corcours,
etaient des louanges a l'a-
dresse du Pr6sident Vincent
Cette chanson disait tout
implement en crdole-: < guin gnou moune qui rim-
mmin peuple-la, cd President
Vincents (bis). Et le refrain
disait : ci papa Vincents (bis).

Ce fut la et cette annde-
14 le debut de l'infiltration
de la propaganda gouverne
mental dans notre carna-
val. Ce President Vincent
6tait plutot populaire. Et on
chanta et on dansa cette
meringue sur tout le par-
cours du cortege pendant.
les trols jours-gras de cette
annie-la. J'etais encore ado
lescent et ne comprenait
rien encore a la politique

Vincent n'obtint point un
troisitme mandate presiden-
tiel. Des ainks m'ont postd-
rieurement dit que Washing
ton n'en voulait plus. Elle
Lescot, alors Ambassadeur
dans la capital nord am6-
ricaine lui succ6da au Pou-
voir et interdit les eirdmo-
nies voudouesques a travers
le pays. Avant la fin de son
mandate, Lescot tomba du
Pouvoir, renvers6 par un
coup d'Etat. Dumarsais Es-
time lui succeda au timon
des affairs do notre pays.
Et le carnaval rdapparut
.chaque annie dans toute sa
splendeur d'antan. Mals
c'est sous Estimd que la pro
pagande gouvernementale
commenga aussi a s'ampli-
fier dans nos corteges car-
navalesques. C'est a cette &-
poque que firent leur appari
tion diverse pancartes por
tant des inscriptions telles
que s a C'est ce President Estim6
qui organisa une exposition
international dans la zone
qu'iT fit construire face A
la rade de Port au Prin
ce ddnomm6e AIRE DE
L'EXPOSITION ou CITE DU
MARSAIS ESTIME. Et cette
annee-la ou l'annde suivar
te je ne m'en souviens
pas trop le cortege carna
valesque comprenait un char
reprisentant en miniature
l'alre de l'exposition, rdali-
sation du President Estime.
C'1tait la premiere fois qu'u
ne realisation gouvernemec
tale devait figure dans ur
cortege carnavalesque do
chez nous. Ca ne devalt pas
6tre la dernimre. Au contract
re, ga s'amplifia postdrieure
ment.

S A cause de certaines radfo
mes soclales que youlait er
; suite entreprendre le deve
Snu tris\ populaire Prisideni
SEstime. les mimes mllltal-
"res qul avalent renverse Lei
I cot le renverserent & sor
tour. Puls l'expedlirent er
Sexil aux USA. Et I'un d'eux
Paul Maglolre. prit le Pou
voir d6tflnltlvement.


Le, people haitlen, surtout
dags- les .differeptes couches
soo(ales au-dessoas de la
Bourgeoisie, dtail tres, cha-
grind de cette chute Impre
vue d'EstM6,dud Pouvoir. Et
ne se sentalt pas une. n 4
de, fetard lots. A. prnmier
carnaval sous le nouveau re
gime. Alors,. blen Informe
des tendances du.nqpple .a
ne pas fiter le carnival cet
te annee-la, le nouveau rc-
girre, pour masquer son im
popularitA aux yeux des gou
vernements strangers, orga-
nisa .ce que j'appelleral ale
premier carnaval artificiel
de chez nous. C'est en effet
a cette poqueue que 1'on vit
apparaltre dans le cortege
carnavialesque les chars des
dil.fre.ts Ddpartements ml
nistdriels. Et come les par
ticuliers et les quarters n'd
talent pas disposes A prdsen
ter des reines, come ant6-
rieurement, ce nouveau r6-
gime de Magloire DESIGNA
lui-mime quatre reines
(Nord, Sud, Est et Quest) a
la capital parmi les famil-
ies qui collaboraient avec
son gouvernement. Et c'est
A partir de cette 6poque-la
qu-e nous avons cess6 de voir
dans le cortege carnavales-
qie de Port-au-Prince des
relies presentees par des fa
miles ou par des quarters.
C'est A partir de cette epo
que-lA aussi qu'on ne vit
plus A Port-au-Prince, d'au
tres chars aux sujets artist
quement varies presents
par des particuliers ou par
des quarters.

Toutefois, A cetie mime
epoque, on a pu encore voir
defiler quelques anciens
groups de quarter 4ux dd
guisements multicolors. Car
la plupart des leaders de ces
groups avaient etW intimides
par le Pouvoir d'alors qui,
en cdntre parties, les soudo-
yaient A l'insu des membres
de ces groups. Et qa a con
tinue ainsi. Mais au fil du
temps ces membres ayant
appr.is que la plupart des
directions de ces groupes-la
touchaient de l'argent du
Pouvoir A leur dOpens, ils
abandonnirent au fur et a me
sure leurs groups respec-
tifs. Jusqu'au jour oh ces
groups ne reparurent plus
dans le cortege carnavales-
que devenu d'annde en an-
nie plus artificial et plus
enclave dm dirigisme official
que jamais. Et c'est A ce mo
ment-la que le carnaval se
reduisit A la Capitale a une
affaire d'orchestres NE-
MOURS et SICOT en dehors
des chars officlels et des
chars du gros commerce.
Puis les mini-jazz sont nds.
Puis un Comit6 Permanent
d'Organisation du Carnaval
a 6t6 officiellement crem
pour organiser 1'inorganisa-
ble. Ca a d6g6nnr6 d'annde
en annde pour aboutlr A ce
que vous ayez vu ces der-
niers jours gras.

C'italt vralment diso-
lant M. Juste... Avant de
venir ici j'al vu les dnpliants
publicitaires du carnaval ha
tien invitant les tourists
venir voir ce cortege. Je pea
sais que j'allais voir beau.
coup de ces ddguisements
en indiens; de ces autres di
guisements come ces gen;
je ne sales pas comment
vous les appelez qui se
sont barbouillls en noir a
vec de fausses 16vres rouges
et de grosses dents; et beau
coup plus de ces quelques ri
res autres d6gulsements e
E masques que j'i vus; ainsi
que. beaucoup' plus de gen
J dans les petits groups i
pleds et avec tambours qu
I j'al A pelne remarquds.
S Je comprends pourquoi
S vous avez dtd ddgu.
r M. Juste, vous avez te
e mind votre article en disan
que le carnaval haitlen peu
retrouver son "esprit sl l'o
en fait cesser le dirigisme
offitcel. Le pensez-vous vra
S ment ?

M. Miralda, tous le
l dtres, hpmains our pas, tou
groupement d'1tres ne peu
v.ratLient s'dpanouir qui
dans la liberty, dana la 11
r bertd bien comprise: c'eat
A -diue dans la liberty ave
a ses limits Car tout a un'
t limited. De tels etres, de tel
Sgroupements ne peuvent s'n
s panoulr nl enchalni n
Sdans l'anarchle. Prenez 1I
n plus bel olseau du monde
. I'oiseau qut ale iptus beai
- plumage et le vol le plu
majestueux et Je plus pui


Attachez-lui les ailes et les
deux pieds. Puis trainez-le
derridre-vous. Savez-vous ce
qui lul arrIvera, M. M ralda?
II en mourra, M. Juste.
Non, M. Miralda. Il n'en
moura pas sur ie champ. 11
commencera par itre cha-
grin. Puis il perdra des pluo
mes et tout son joli plima
ge a force d'6tre trainA ain
si ligotA et dans des condi-
tioris ambiantes qui he sont
pas les siennes II deviendra
ainsi une laideur. Et finira
par mourir de ce mauvais
traitement si vous ne vous
resignez pp .le, rem.ettre
en liberty. E.t qland vouss
I'aurez remis en liberty, son
beau plumage ne repoussera
pas du jour au lefdemain.
Et ses membres tumifids ne
lui permettront pas de re-
prendre ipso facto son vol
majestueux, mime s'il lui
rest encore quelques plu-
mes. Rendez lui d'abord sa
liberty. Et dans quelques
temps peut-6tre en moins
de temps qu'on seralt en-
clin a le croire ayant re
trouve ses plumes et tous
ses membres ayant retrou-
ve leur vigueur, il repren-
dra son vol magnifique A la
grande joie et dans Fad-
miration de tous ceux qui
le reverront.

M. Juste, vous sites un
artiste, vous aussi.

Je ne le savais pas... Et
j'en doute.

Mais si. Et je suis tries
heureux d'avoir pu finale-
ment vous rencontrer pour
causer un peu avec vous.

Merci, M. Miralda. J'en
suis flatt6.

Merci aussi, M. Juste.
J'aimerais. hben lire d'autre,,
articles que vous avez d6jh
6crit ou que yous 6crirez.
Donnez-moi votre a-


E


Production Manager

MODERN OFFICE

SPACE FOR RENT
For Large Sewing Factory
Good Oportunity
Send Curiculum Vitae et Salary Desired to :
P.O. Box 2010


S 9 HP


" .880


" 25 HP 1155


" 35 HP


" 1310



885 "

1125 "

1275 "


1725


, ,,


NOTEZ BIEN que ces prix aux Etats Unis sont F.OJB. Milwakee

Wisconsin et n'incluent done les taxes de vente ni le transport a terre,

ni le transport aerien pour acheminer vote moteur en Haiti.


Vous comprendrez aussi que vous devrez vaus passer du service de

reparation et d'entretiens du Magasin aux Etats Unis, tandis

qu'a la AMPROSA, vous bineficiez du service avec se arantle dt

Philippe Heriss6, technician diiplo6m de @MC Service School EVINBUDE




. ANALYSEZ BIEN et VISITEZ NOUS Rue Pavee

REF : BOATING OCT 78 Page 103.


g - - -


AMPROSA



vous suggere de compare


Beaucoup d'entre vous pensebt que acheter un Moteuhftors board EVINRUDE

aux Etats Unis revient moins cher qu'en Haiti. Cela semble normal.

Mais reflechissez :


Nous reproduisons ici un extract du Magazine -BOATING., d'Octobre 1978.

(Boating est le Magazine qui fait autorite wans le monde de la navitktion

de plaisance)


1979 OUTBOARD MANUFACTURERS.



USA HAITI (AMPROSA)

MODEL EVINRUDE 6 HP short shaft $ 670 650 long shaft


S 50 HP 1850


r~~l~iCV""""~"""""'~C~/-/~I~C~


C~;r/r~rC/rr/~%YC~YC//////C/COO~


I- a,


~


_~kr,~crkruxrr///~~ov//~~ V/~V/kr~;C~IV//~;~=rrrr~?1~0103VI~iCYl~k


00~)3~UII~A-~U~h-RI~OII-U~e~IM;


PAGE S


__________________


z zcozd--,


r'


Au rev
Ca a et6 un
votre conna

-Ne pour
gnaler A vot
1'absence de
tifs au carn
tre Biblioth
Je vol
faire. Merci


voir, M. Miralda. --
a plaisir de faire Full ReSpOnsibility
issance.
About 1.200 square feet available in The First Na-
re gouvernement tional Bank of Boston Building on Rue des Fronts
e documents rela I Forts.
iaval haitir A vo
ique Naticaale ? Air conditioned Paneled walls Carpeted
is promets de le Call Bank of Boston for information:
i.
S2 0846 Mrs. Bastien or 2 1900 Mrs. Toussain',
Andre JUST


Avis Matrimonial
Je soussignie Madame Em
manuel Paul nte Eugenie
Cesar avise le public en ge
neral et le commerce en par
ticulier n'itre plus resrjn
sable des actes et actions
de mon poux Emma -
nuel Paul pour injures gra
ves et publiques et abandon'
du foyer conjugual depuis
des anndes. En attendant
ru'une action en divorce se
ra exercee centre lui.
5 Mars 1979
Mme. Eugenie CESAR 53


ON DEMAND






. .40 .

CHINE VIETNAM '


IVOTRE HOROSCOPE
Par Franes Drake |


MARDI 6 MARS 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIER)

Apportez plus d'dnergle
creatrice dans des realisa-
lions menageres. Vous trou
verez de nouveaux moyens
4Oilr reiidre plus sdulisant
voitre foyer en provision de
1 arrive de visiteurs.

20 AVRIL AU 20 MAI
(TAUREAU)

Une idee cr6atrice appor
te un rendement financier
mais souligne aussi un me
rite personnel. Menagez-
vous du temps libre pour le
developpement ulterieur de
vos conceptions artistiques.

21 MAI AU 20 JUIN
(GEMEAUX)

Des perspectives financier
res ophimistes vous donnent
nil boo moral. Une partly
d leche-vilrines)' vous me
inera a l achat d'un objet
qui vous plaira beaucoup.

21 JUIN AU 22 JUILLET
CANCER)

Prenez le temps de renou
veler vos forces. Un court
repos sera le bienvenu. Vo
ire plus grande reussite :
letablissement de la paix
iiILeieure en vous.

23 JUILLET AU 22 ABOUT
i LION)
Agreable situation socia-
le Detendez et laissez-vous
importer par les meandres
de votre -' .' '. I La
vie privee a une importan-
ce accrue.

23 AOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)

Une association avec un
partenalre professionnel
marcqucra le debut d'une
amitie. Dans lanres-midi,
eardez du temps pour vos
obligations mondaines.

23 SEPT. AU 22 OCTOBRE
BALANCES
ULe conversation avec uni
(onmseillr fiddle vous rend
opitulstLe pour,,,votre carrie
re. Gardez-vous _,du temps
pour remacher plau -aerd
ces idies.


23 OCTOBRE AU 21 NOV.
(SCORPION)

Possibllitd de gains finan
cier moddrds. Entretlens u-
tiles avec les dducateurs
ou conseillers. lReherchez
'occasion ou prdparez un
ddplacement.

22 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITTAIRE)
Un conjoint ou un allied a
de bonnes nouvelles d'ordre
financier. L'argent est fa-
vorls6 aujourd'hui par une
Iheureuse conjonction des as
tres

22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)

Acceptez l'aide d'un proche
sur un sujet professionnel.
Des tsches partag6es vous
p'ermettronf des loisirs pris
en commun. Accentuez
['harmonle.

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEAUI
Consacrer quelquea heu-
res de vos loisirs a une rea
lisauon professionnelle sera
remunerateur. Ajoutez une
touche sympathique au d6-
cor de votre travail.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)
Pensez a quelque chose
de particulier pour les mem
bres de la famille, ou invi-
Lez un proche chez vous
Plus tard. vous souhaiterez
un peu plus de divertisse.
ments.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous avez un sens cer-
tain de l humour. Vous reus
sirez dans les affairs, mais
votre nature imaginative el
sentimental vous poussa
plutot vers les arts. Voua
trouverez des satisfactions
comme musicien, poete, ac
teur, peintre ou ecrivain.
Linteret aue vous portez
aix souffrances humaines
vous rend apte aux sons
des malades. Evitez l'excis
de soucis et de minute. A-
yant une mission dans la
vie, vous montrerez beau-
coup d'abnegation .


SPECIAL




DU MOIS DE MARS


,A la Curacao



Trading Co.






RABAIS


sur les


TELEVISEURS





PHILIPPS





et





ADMIRAL






20.o/o pour achatCASH


10o/o pour achat


a CREDIT


CURACAO TRADING


Rue Pave et Delmas


ON RECHERCHE
Entreprise commercial dA
sire employer Reprdsen -
tant de vente. Experience de
la vente et du Marketing
preferable. Volture Indiepen
sable
Envoyer curriculum vitae,
Postale 1316 Refdrence D. P
X X X X

A LOUER
Hall a Loueri Lalue -
bonne position Sonnez -
le 2-4928 : 7 h 12 h I M.
4 hres 1 hres P. M.
S.'( x
A VENDR5E
Voiture FIAt 85C Sport
Coupd fonctionnement re
conditionno peut etre vu a
la Technimoteur A Delmar.
ou vous pourrez faire vos
offres.


A VENDRE
A Vendre Jeep Suzuki 1977
en parfait dtat.
Telephonez le 2-0713 pour
renseignements. 93
xx x
A VENDRE
Camion Bascul Isuzu TX
mise en service Octobre 77
en parfaite condition, ,
Tel.: 2-3274.
73

A LOUER AU
CHEMIN DES DALLES
Un etage pour Bureau corn
pregnant six (6) grades sal
les don't cinq (5) cllmati -
sdes trois (3) toilettes et
une (1) petite salle pou -
vant servir de ddpot ou au
tre.
Pour tons renseignements
complementaire, appelez au
No. suivant a partir de 2 heu
res 30 p. m. ou entire 6 heu
res 30 et 8 heures a. m. :
6-2947 103
x x x x x
A LOUER
A Louer un compresseur,
deux marteaux piqueurs et
sea dquipements. Le tout A
1'etat neuf.
Telephone 2-3274. 63


pour FAcier Rond
Le douvernernenu de la
Redpublique d'Hait a obtenu
de ASSOCIATION IN -
TERI4ATIONALE POUR LE
DEVELOPPEMENT un crd-
dit de Dix Millions de Dol -
lars amdricains (U. S. S. $
10.000.000) pour le finance-
menr a-un Second Projet d'E
education don't le coft ap -
proximatif global est esti -
md h Douze Millions Six
Cent Mille Dollars Am6ri -
cains (U. S. $ 12.600.000.00).

En vue de la mise en oeu
V:e de ce Projet, qui cum-
prend la cons ruction de
TRENTE et UNE (311 Eco-
les Primaires Rurales, DIX
(10) Ecoles Primaires Ur-
baines, UNE (1) Ecole Nor-
male Primaire, DEUX ',) E
coles Professionnelles, UNE
(1) Ecole Moyenne d'Agricul
ture, UN (1) Centre de Per
fectionnement Rapide, CINQ
(5) Studios dans Valre des
Batlments de la Radio Na
tionale pour aa Prrspara -
tion d'dmissioiis ra'iiophoni-
ques a caractere dducatif,
CInq Mille 15.0001 Tonnes
D'ACIER ROND pour BE -
TON ARME r6parties en a
clerks durs No. 2, No. 3 et
No. 4, seront necessalres.


II est entendu que ie ,
fonds de ce credit contribute
ront a9 couvrir lea cotts dew
contracts pour lesquels -de.
Appels d'Offres sont lan -
ces.


Directeur de
production
Les candidates doivent a
voir 5 ans d'expdrience mi-
nimum en Electronique de
niveau superieur et le ddsir
de travailler dans un mi -
lieu hautement dynamique.
Des connaissances en
cores magndtiques et en bo
binage seront considdrds un
advantage.
Frangais Anglais obL!'-.-
toire. Salaire en function de
1'exp6rience.
Envoyez curict --.m
et resume salarial :
ALLIED INDUSTRIES S. A.
P. 0. Box 200 B
Port-au-Prince, Haiti. 73



Avis de Divorce
Le Tribunal Civil de Port-
au-Pce., par un jugement en
date du Vingt Quatre No-
vembre mil neuf cent soixan
te dix-huit, a admis et pro
nonc6 le divorce des Epoux
Roland Hyppolite, la femme
nee Jacqueline Day.
La transcription du dispo
sitif de cette decision a ete
tiectuee dang les 'registres
e IOtfieter de l'Etat Civil
de la Section Nord de Port-
au-Prince.
Port au-Prince, le 5 Mars
1979.
Andrd VILLEJOINT. Av.
53

Remerciements
Mme Vve Salomon Bou-
chette, ses enfants et tous
les autres parents et allies
adressent leurs sinceres re-
merciements a tous les a-
mis tant de la capital que
de la province et de l'dtran
ger oui leur ont tdmoignd
toute leur sympathie l'oc
casion du ddces de leur re-
grettde Antonine Bouchette,
enlevde a leurs affection le
26 fdvr7ier could et les
prilent de croire L leur pro
fonde gratitude.
53


pour beton arm6
Le s Intresses sont '.nvi -
ts 5. retire le dossier d'AP
PEL D'OFFRES pour l'A -
CIER ROUND POUR BE -
TON ARME tous les jours
ouvrables du 5 'Fdvrler 1979
au 9 Avril 1979 de 9 heures
a. m. 4 heures p. m, l'a
dresse sulvante :

PROJECT' NJ'EDUCATION
GOUVERNEMENT HAI -
TIEN BANQUE MONDIA-
LE
c/o D6partement de 1'Edu-
cation Nationale

P. 0. Box 2162
Port-au-Prince, Haiti

Adresse Tl66graphique :
PEGHOM
Port-au-Prince, le ler e -
vripr 1979
Ing. Nicolas Saint -


LAURENT
Directeu-..


55


Avis d'Anoel d'Of res pour ie Cifm nt
Le Gouvernement de laNationale pour la prdpara
Republique d'Haiti a obtenu, tion d'6missions radiopho-
de IASSOCIATION INTER- niques A. caraetre educatif,
NATIONAL POUR LE DE- Sept Mille Deux Cent Vingt
VELOPPEMENT, un crddi- Cinq tonnes (7225) ou Cent
de DIX MILLIONS DE DOL Soixante dix Mille (170.000)
LARS AMERICAINS (U. S. sacs de ciment Portland Ai
tiflcie' -ser-nt ndcessalres.
Il est entend- que 1i.
$ 10.000.000.00) pour le fi- fonds de ce credit control
nancement d'un SECOND bueront couvrir, les ofls
PROJET D'EDUCATION don't des contracts pour lesquels
le coit approximatif global es APPELS D'OFFRES soni
est estim6d Douze Mil- lands.
i -ans nix i uis.1_ ,,-_ ln


lions Six Cent Mille Dol-
lars Amdricains (U. S. $
12.600.000.00).

En vue de la mlie en oe;
vre de ce Projet, qul com-
pren-i la construction de 31
Ecoles Primarkes Rurales.
10 Ecoles Urbaines, 1 Ecole
Normal, 2 Ecoles Profes -


slonnelles, 1 lEcole I
ne d'Agriculture, 1
le Perfectionnement
de, 5 Studios dans
des Batiments de la


Moyen-
Centre
Rapi
l'aire
Radio


ON DEMAND

Typist
Bookeeper
EXPERIMENTS


Les intdressds sont invi -
t6s h retirer les dossiers d'AI
PEL D'OFFRES pour le C
MENT -PORTLAND A.TIF
CIEL tous les jours ouvra -
bles du 5 Fdvrier 1979 au 1V
Avril 1079 de 9 heures a. m.
A 4 heures p. m. A 1'adres-
se suivant/' :

PROJECT D'EDUCAnTON Nr
2
** BANQUE MONDIALE
c/o Ddpartement de l'Edu
cation Natonals

Port-au-r ce, ,HAITI
P. 0. BOX 216"
Adresse Tel 'graphique :
PEGHBM
GOUVERNEM-NT HAITIEN
Port-au-Prince, le Icr F6-
vrler 1979

.ng. Nicolas SAINT -
LAU.'ENT

Directeur


LUNDI 5 MARS 1979


La salation de Hanel appel6e A construlre des


HANOI (AIPP)
Ca y est : Habol va retrou
ver son atmosphere de guer
re. Alors que dcpuis le 17 FP
vrler dernier, jur du dclen
chement de l'offenaive chi-
noise au Vietnam, la Capita
le viethamienne vivalt da
vie tranquille de tous les
jours, les o'bservatcurs vont
voir rdapparaitre les abris
anti a drlens.
Ouvrlers, miliclens, com-
mergants ou artisans : toute
la population ,a dtd convide
a creuser des demain ma-
tin mardi A 8 heures, loca-
les, des abris anti adriens
Individuels et collectifs. Cet
te indication a Wtd fournie
fund apres midi aux corres-
pondants de press dtran-
gers par un porte parole du
Ddpartement de press du
Ministdre Vietnamien des
Affaires Etrangdres.
Pour ceux des strangers
qui ne disposent pas a. pro-
ximitd de leurs domiciles
d'abris collectifs, 11 a dte
cbnseilld de faire une deman
de de construction au servi


ce d'alde au corps diploma
tlque don't la lenteur des
rdallsations eat bien connue
de tous les diplomats et
journallstes strangers qui
ont effectula des s6jours
proongdas au Vietnam.

Cette announce de recons-
truction des abris, tout corn
me la recommendation fate
aux missions etrangbres d'd
vacuer le personnel anon in
dlspensacle,I ne dolvent ce
pendant pas 8tre prises .L
tragique, selon des observa
teurs ayant passed plusieurs
anndes I Hanoi durant la
guerre Amdricano Vietna-
mienne.

La ville n'offrait toujours
pas en effet lundi soir I'as
pect d'une cited s'attendant
au Pire. I n'y avait aucun
branle bas de combat g6
ndral et i'on ne voyalt sins
taller aucune batteries anti-
adrienne sur le toit des 6di
fices publics, des H6tels ou
des usines comme ce fut le
cas, nagudre, iors des born
bardements amdricains. Le


w r ..........


abris


DANS NOS C1


seul ralt, par allleurs, que b
Ion all annoned aux Journa 1
llstesr tranger la veille du A
premier coup de ploche, que
les travaux de construction ,
des abril anti aeriens corn d
menceralent tdemain matin I
, 8 heures* prouve, a 1'vvi
dence, que pour ce qui con-
cerne Hanoi et ses abords
immddiats on n a pas jug6, i
en haut lieu, que le ctorchon



A aui la P ontiac.?
ePONTIAC ?
OLIFFSIDE PARK
(NEW JERSEY), (AFP)
Pour une contravention
de dix dollars qui ne lui
6tatt pas destine, une habi
tante de la locality de Ha
ledon, prts de New York, a
dtd arr8tde, a du payer vingt
'cinq dollars de caution, et
comparaitra le 14 Mars pro
chain devant un Tribunal,
apris une ebataille .ie six
moes avec 1'Administration.
Madame Doris Sabo a re
gu il y a six mois une con-
travention concernant dne
ePontiac, dorde, garee en
stationnement interdit a.
Oliffside Park, une locality
proche de Haledon, et dans
laquelle elle n'est jamais
allbe. Madame Sabo pos-
sdde une Ford ePintow de
couleur rouge.
Apres d'innombrables coups
de tdldphones et lettres a
dresses au service des au-
tomobiles de l'Etat de New
Jrsey, Madame Sabo eut la
surprise de s'entendre dire
qu'elle devait de toute fa
qon payer la contravention
et que < oft non sa voiture ne fai-
sait aucune differences.
Quelques jours plus tard
elle dtait arretee, et condui
te au commissariat, ofi on
lul rMclamait 25 Dollars de
caution, et oh elle 6tait in
formde de sa convocation
devant un Tribunal de Clit
fside Park pour refus dp
pavement. Le Juge de cette
locality a reconnu que erreurs dtaient fr6quem -
ment commises sur les con
traventionsa. II a cepen -
dant soulignd que cle seul
moyen d'annuler une con-
travention etait d'aller au
Tribunals.


se rassembler au Club des
travailleursa et que dans l'a
pros midi cinquante mille
jeunes doivent se retrouver
sur la grande place du theat
tre municipal.

Pharmacies
assurant
le Service cette
nuit
LUNDI 5 MARS 1979
SEJOURNE
Rue du Centre
SAINT LOUIS
R. M Ambroise
MANIC
B. JJ. Dessalines
MARDI 6 MARS 1979
OPTIMA
Rue Traversiere
EUREKA
Rue Capois
N. D SACRE COEUR
Bizoton

PETION VILLE
LUNDI 5 MARS 1979
DU SIECLE
Rue Darquin
Mardi 6 MARS 1979
PETION VILLE
Rue Flambert


c~occcoccoocc~


UN MODEL DE GLACIERE

COLEMAN


















ETS. MME W. BONDEL
143 RUE DU CENTRE PHONE : 2-4727

..aawa..aotca -'.. OOBOCOO-im


a

a


ENVOYEZ CURRICULUM VITAE ET SALAIRE DE-

SIRE A P. 0. BOX 2010.


CAPF


Drulatt. Une phrase dana
expos6 du porte parole da IMPEK
Mlmstere a dgalemeht rete
nu Inattention. O0n peut IMPE BA I
gattendre au pire, a-11 .l
dit, alors qu'il auralt pu sou Mardi 6 Mars
ligner, dana un commentaire
aux mots pes6s : sNous nous 12 h,"2 h, 4 h 6
attendona au pire.
En attendant, que se d6- VAS y MAMA
cante cette edrole de guer- E
rev, ainsi qu'on la qualifie Entree G. 5-00
dana certain milieux diplo- ENFANTS
matiques, la population a 6- Entree G. 3-00
galement 6t6 invite k part
ciper a des meetings d'infor IMPERIAL 2
nation. Dans tous les' minis
teres, dans les usines, sur les Mardi 6 Mars
chantlers tout le monde est
convid ia venir entendre des 12 h, 2 h, 4 hi
exposes de commissaires po Entree G. 5-00
litiques. LA GUERRE E
Le personnel de Malson, 6 h 8 h, 10 hri
femmes de manage ou cuisi Entrde G. 8-00
niers, tout comme le person ENFANTS
nel hotelier dolt s'y rendre. Odes. 3.00
La journee de demain de- IMPERIAL I
vrait 6tre marqude par des
rassemblements d'importan- Mardi 6 Mars
ce : c'est ainsi que, une heu
re apr8s le ddbut de la re- HIBERNATUS
construction des abris, un
miller de travailleurs dolt


12 h, 2 h, 4 hres.
Entree G. 5-00
6 h 8 h, 10 heures
Entrde G. 8.00
ENFANTS
Entrde G. 3-00
xxxxx

ETOILE CINE
Mardi 6 h 30 et 8 h 30
BURK ET SON
COMPLICE
Entree G. 1-50 et 2-50

xx tX

MAGIC CINE
Mardi 6 hres et 8 hres
QUATRE CHARLOTS
MOUSQUETAIRES
Entree G. 3-00 4-00
xx T

RANCHO C:XE
Mardi 6 Mars 1979
AGENT TRES SPECIAL
XXxx

Lido
Mardi 12 h, 2 h 4 h 6 hres
EPREUVE DE FORCE
Entrde G. 1-50
8 h et 10 hres
Entr6e Gdes. 2-00
SEXE ET KARATE

X X X X

Cine Senegal
Mardi 6 h et 8 hres
VICTOIRE A ENTEBBE
Entree G. 1-50 2-00

L'Institut
Francais

ACTIVITIES
CULTURELLES

Lundi 5 17 hres 30
CINEMA : chea. Un film de J. Donnial,
avec Bernadette Lafont,
Frangoise Brion, A. Stewart,
Miohel Galabu.
Entrde : 2 gourdes
(1 gde sur presentation de
la carte de la bibliotheque)
Mercredi 7 18 hres
CINE CLUB : cre. Un film de W. Forgen
cy, avec Somia Petroux, Li-
lian Arlen, Pierre Fuger, Thd
rese Thoreux et Yves Lefe-
vre.
Entrde : 2 gourdes
Carte annuelle : Gdes. 15.00


KIEMAS rl


9TAPTOLI


Mardi 6 Mars 1979


1979

6 h, 8 h 10 h.

AN







1979

res

DE L'ESPACE
es





1979


Mercredi 7 Mars


Super special Bistrot


RETOUR DU CANADA

POUR UN UNIQUE SPECTACLE


Henri Pierr


et son pi


Jazz Folklore -

Piano et Chai

UNE SUPER SC
MUSICAL BIS'
EN EXCLUSIVE


\; RESERVATIONS -- IN


LE BISTROT.

NE MANQUEZ PAS CE SPECTA'

aw aIagOag


e Noel


ano


Classique

Asons

)IREE
TROT
VITE


[FORMATIONS


TEL 2-1809

CLE EXCEPTION NEL


warg aaaa


- 5
'5 I


Petites Annonces


Project d'&ducation No. 2


Gouvernement Haitien Banque Mondiale


Avis-r dAroel d'Offtes


,irb 'gAd.dd.dd~'b'e'8,P~'bP8 'JJ. PP~P68A~b8,P


aw -4poo#* -Wr -IFI&


pl~msara~a~#y-fi-a~mr_~As~Mge000~5~)60Q8~


t I


# *


[


t,

i


;
2


12 h 2 h 4 lires 6 ha les
tO heures
IN MOMENT
)EGiAREMENT.

Avant 2 h 30 G. 3.00
Aprfd 2 h 30 G. 5-00

CAPITOL U

Mardi 6 Mars 1979

12 h 2 li 4 heures
6 heures 8 h, 10 hres
LE GENDARME EN
BALLADE

Avant 2 h 30 Gdes. 3.00
Apres 2 heures 30 G. 5.00

CAPITOL III

Mardi 6 Mars 1979

12 h 15, 2 h 15, 4 h 15,
6 h 15, 8 h 15 10 h. 15

LA FEIME DU DIMANCHE

Avant 2 h 30 Gdes. 3-00
Apres 2 h 30 G. 5.00

CAPITOL 41

Mardi 6 Mars 1979

11 h 45, 1 h 45, 3 h 45
5 h 45, 7 h 45, 9 h 45

LES 7 VAMPIRES D'OR

PRIX UNIQUE
Gdes. 5-00
x x x

De Luxe Auto Cint
Mardi 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
PROVIDENCE C
xx X

Auditorium
Lundt 7 hres
LA MIALLE DU CAIRE
Entrde G. 2-00
Mardi 7 heures
JACK L'EVENTREUR
Entree G. 2-00
X Y X

Cine Triomphe
SALLE I
NEW YORK BLACK OUT

SAILE 2
1 1,50 2:00
MOI, FLEUR BLEUE

SALLE 3
$ 2;00
FIST.

SALLE A
$ 1;5U
LA RAISON D'ETAT
X X X X

Paramount
Mardi 12 h 2 h 4 h
6 heures
Entree G. 3-00
8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
EMMANUELLE
ET FRANCHISE
Entree G. 3-00



Rex Theatre
Lundi 5 et Mardi 6 Mars
12 2 4 6 8 10 hres
LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR
Avant 5 hres
Entree G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entrde G. 3-00 et 5-00




LYJNDI 5 MARS 1979


Bilan final de la visit du President

Giscard d'Estaing


D'ESTAING AU MEXIQUE
I'ltil dc.- envoys spdclaux
'de I APP Franqols CHATEL;
MEXICO, (AFP)
La v'.ilte offlcielle do
trols Jours que le Pr6si -
detnt Giscard d'Estaing a ef
fectu6 au Mexique s'est ache
vset Vendt par la conc'lu
s!on d'unie sdrie Oe onze ac
cards qul la!.sse pr6sager unle
lfructuuiise coopdratlon en-
Ire la Frasce et un pays up
pele par sa richesse pdtro-
hlire I jouer un role essen-
liel stir la scene mosidiale.
Au term de sa visit, le
President de la R6publi. -
que franqaise a lui-m6me
oualifle, au ccurs d'ine con
terence de p'resse, d'eextr-
mement utiles et positices.
les conversations qu I a
eues avec Monsieur Lopez
Portillo, President d'un pays
qull consldere comme cun
partenaire es.-n.tlelt de la
France.

Toutefois.'ains. que 1'a pr-
cise Monsieur Gicard .d'Es-
taing. il n'est' pas question
darns un aveaii previshble
c 'un accroissement des four
nitures pltrolieres mexical
ils a la France qui doivent
s elever a ctnq millions de
tonnes piar an a partir de
19)80.

L'un des accords les plus
spectacrlaires porte sur le
nucleaire. II s'agit d'un ac
cord de base prevoyant la
prospection, 1'exploitation
et le traitement de l'ura -
nium mex' cain, une garan-
tie d'approvisionnement du
Mexique en uranium enri -


chi et, i term, la construe
tlon dventuelle. do centra-
les nucldacroes au Mexique.
D'autre part. un ttccord fl
nancler, valuable jutsqu'en
1982, et qui prdvolt pour 1979
l'ouverture d'une llgne doi
credit dun milliard de
franc's, permettra i des en
trtprises franq.a!ses de par
helper a divers projects de
ddveloppement au Mexique:-
Des protocoles d'accortds

de cooperation ont par all-
leurs Wte signs dans des do
marines auss', divers que le
developpement des produc-
tions animals, la cdminmer
clalisation des products pd-
rissables, les themifis de fer
les m',nes et la m6talltirgle.
La cooperation ,cultutel
le franoo-mextcahin- citi
6tait del I lorlssante, sera
renforc6e par des accords
portant sur I' quivalesce des
diplomies, 1'dchafige de "pro
gramties de te dvision et la
formation de technicians
de I'Industrie des inachi-
nes-outi-ls.

D'autre _:-, en signant
le protocole numero un de
1'accord de Tlatelolco sur
la denuclearisation de i'A-
merique Latine, protocole re
serve aux puissances exte-
rieures1 au Continent et
ayant 'des possessions dans
la zone Latane, la France a
accompli un geste don't s'est
felicitet Monsieur Lopez
Portillo dans le communi-
que common public a 1'is -
sue de la visite.

Les deux parties ont tenu
a inscrire les relations fran


Les spectacles se succedent a


L'HOTEL


ROYAL HAITIAN!


Mercredi soir

LA REVUE EBLOUISSANTE DES

Ballets


Bacoulou d'Haiti.



Samedi Soir


Les Balind'jo Dancers

dans des numerous

touiours surprenants.

2 Soirees Show

Ll au bord de la piscine du

ROYAL HAITIAN
Plus un delicieux buffet barbecue

C1 et
l'Orchestre du ROI



Et le Vendredi,

a P'heure du lunch,

Fashion Show
S M-.o 1. i U6i.i.i~


SaveC 8ia cumIcuin
CARAIBES de Carol,

plus un menu
special du Chef ANDRE

TROIS SPECTACLES!
TROIS RENDEZ VOUS a l'Htel


ROYAL HAITIAN!

CETTE SEMAINE !


co-mexicalnes datis un CA- Dp 1'Epvoy6 41p6cint don
drd planetcilre, i savoir sur iT-rP I pulrelt CHENARD
le pin dconoml-ue aIn n-ea TFHFRRAN. (AFP)
sit6 d'lnitairer un nouvel I Tiqnm'satlon de la tt--
ordre mondial et, sur le evolution iranlenne saRnCt.16
plan politique, celle d'6dl-i re. Alors mime que 1o T0rin
fler un monde multipolal giOn di 1'lnstauration d'une
re, ddt-arrass6t des nendan Rt6rnuhblrue Islam'rue neo
ces h6g6moh'.]ues d(:s super dolt 6tr.- d6torm'eno qu nun
puissances. A cet 6gard, la ours d'un r6ftrendum pr6
France paralt d6cid6e I al- vin poTir fin mars, de nom-
der le Mexlque a Se lib6rer hreur sl nes t-mnienent do
de 1'emprlse envahissapte la vnlnnti des dIrlcennft re
'des Etats-Unis sur son actu li]'eux de msettre los bou-
vit6 6conomique. dhies doubles. Au JeidP--
La' press locale a, dans mnnin du diitcours de 1'Atya-
son ensemble, tres favora- tollah Khomeiny, anrs s son
blmenit commence ia visit retour dans la vllle SnaIn-
de Monsleur OGscacrd d'Es te de Qom, au Sud de T6li-
aning Toatefols. -,Excel ran. liiti des journriaux du
r-. le plus grand quall- martin de ia capitale n'hdsl
c'rn au pays. a emls une se te uas- t'itsrer sur cInq co
reuse reserve en se demtran lonnes h la une dant sl la France sera capa tionn.
ble de tenir totes lep pro Toutes les decisions prI..
messes faites. ses au courses des derniers
Beaucoup dtpendra du jours, qu'll s'acisse de 1 in
comnportement des hommess terd5,ction de la consomma
d'affaires frangais qui do!,- tion de viande .congelde ofil
vent affronter une rude con de 1-i rdforme de la Justl-
currence. Les Mexicains es- ce, sont motives par une
parent que cette fois les se stricte application 'des lois
mences porteront leurs Tslaminuis et font iinvnra-
fruits, ce qui ne fut pas le blement reference nu Coran
cas apr6s la venue pour Ia viande congele jugte
tarit histor!que, du g6ndral e0mnure( par le De Gaulle il y a quinze ans. revolution est ddsormals


Le prochain voyage de Jean Paul II


VARSOVIE (AFP)
Jean Paul II sera trns pro
bablement requ par M. E-
dward Gierek, Premier Se-
cretaire au Parti Ouvrier u-
niflt polonais, pendant son
sejour en Pologne du 2 au
10 Juin prochains, -pprend-
on samedi dans les milieux
catholiques de Varsovie. On
ouligne cependant que cet
te rencontre -'a pas encore
ete def.nitivcment fixee.

L'entrevue Jean P:ul II -
Gierek -st d'autant plus de
mise, indique-t-on de mtme
source, quo le Premier Se-
cretaire du Parti avait eute
requ en audience par Paul
VI le ler Dec-,mbre 1977, a
l'oeccson de son voyage of-
ficiel en Italie

Bien que le progamme de
tail.e de cette visit du Pa
pe dans sen pays natal n'ait
pas encre eile etabli, on
croit savoir qu'il passer u-
ne journee a Varsov-e, une
a Gniezno (region de Poz-
nan), siege du Premier dio
cese historique- de la Polo-
gne, ou se trouvent les reli
ques de Saint Ada.bert, 3
jours o.u Mon3st-re de Jas-
na Gora (le Lourdes Polo
naisc a Czestoihowa, qui a-
br to 'cffigie de la Vierge
Noire patronne des Polonais
et 4 jours a Cracovie, siege
de son cncien archidioce.e
On indque d'autre part de
meme source que les ceremo
nies centrales it l'occasion
du 96me centenaire de la
mort de Saent Stanislas, qui
dewaient avoir lieu le 13 M.,i
ont et- reportees et seront
celebrees par 1'Eg:se Polo-
nas- en Juin. lcrs du sejour
du Souveran Pontife a Cra-
covie. Soixante Episcopats
Etrangers ont Wt- invites
par les Fviques Polonals a
cos cer-monies

Lef. it qae (,E dirigeants
de Varsovie ne se soient pas
opposes a ce changement
est considered par les Catho
liques comme un geste de
bone volonte a 1' gard du
Pape, qui avail fte le princi
pal nimatcur de. la comm
moration de cUt anniversai
re, alors qu'il 4tait encore
Archevique de Cracovie.

La personnel de Saint Sta
nslas, Fun des premiers E-
vtques Historiques de Craco
ve, decapite au XIeme Sie-
cle sur ordre du Roi Boles-
law le Hardi, avait ete 1lu-
ne des principles pomrmes
de d'scorde dans les cover
s tons Eglise Etat sur le
voyage du Pape.

Aux yeux des responsables
po onais, le Saint passe pour
ptre un opposant b 1'autori
ti et l'ordre tabili, alors
que 1'Eglise le considtre corn
me un defenscur des oppri-
m6s et Je symbols du renou


ve:u moral de la Pologne.
Jean Paul II l'avait en
outre qualify 6 de tdifenseur
des Droits dIe Homme, ce
qui n'avait guere ete appre
cie par les dirigeants de la
Pologne Populaire.

Le Gouvernement de Var
sovie estiinait done qu',l e-
tai. malencontreux de pla-
cer le voyage du Pape drns
ce context, ce qui se serait
in6vitablement produit si
.e Saint Pere eta-t venue en
Pologne au mois de Mai.
Pour surmonter cette dif-
ficulte, indique-t-on dans
l.s milieux Catioliques, Je: n
Paul II a propose lui meme
les dates du 2 au 10 jun
pour son voyage, a la satis-
facton du Gouvernement po
lonais.
Cette ptriode est rel.:tive
nlecnt <,neutrc>. E.ile ne corn
prer.d que la Pentecote ainsi
que des fetes teligieuses tde
moindre importance et typi
quement po-oca.ces, notam-
ment celle di ia Vierge me
re de l'E'glise.

dialectique
n'a pas sa place
au sein du
movement
revolutionnairs
islamique
iranien., selon
M. Yazdi
TEHERAN -- (AFP)
4Les ideologies etrangtres
surtout cells bastes sur le
maitdrialisme dialectique
nont pas de place au sein
du movement rtvolution-
naire islamique iranieno, a
declare samedi M. IbraI m
Yazdi. Vice Premier Minis-
tre pour les affaires de la
revolution, au quotidien
cETELAATt (pro-islamique).
Rappelant quoe lAyatol-
lah Ruhollvh Khomeiny,
chef de la rtvolutlon ira-
nienne, avait a maintes re
prises affirmed .que les mar-
xistes jouiront du droit a
la parole dans la Rtpubli-
que islamique, M. Yazdi a
cependant souligne que ltes
marxistes ne doivent pas
oublier que la revolution i-
ranienne est essentlellement
islamlqueb.
D6mentant que le gou-
vernement provisoire de I
ran avait solliclt- de l'Ara
ble Saoudite un credit de
milliards de dollars, M. YaT
di a ndanmoins 'admis que
le gouvernement se trou-
vait dans une emauvaise si
tuation financitree.
A propose des multiples cc
mitts d'action qui ont ,.
le jour a la faveri de la rs
evolution, M. Yozdi a annoc
ct que les comites et sans compdtencese seron
fermts eP les membres ar-
mrs des diffrents service
d'ordre seront Identifies e
incorpords dans 1'armde de
gardens de la revolution.


alfiterdll.e. Solon un lour-
nal cetti d6c'.lon a elo pri
Be sous In pressiln tde fide
lea Mu3ulmans. Ces der -
cilers sont, en cffer. convaln
tils quie los millllers de tor.
hcs de vlande Itnportds es-
sentlelimernt d'Au ;tralle et
de Nu.'-ell, lanceac, ne
sont pas tuaes selon le rite
Islamique, mnalrb Ices affair
nations des companies im
portatrices. Soixante mil-
lions de dollars dp viande
,dtaient annuellement im -
portes d'Australie.
Sauf quelques bovins le
long de la Casplenne, 1'I-
ran ne devra plus computer
que sur ses moutuns que
viendront vraisemblable -
ment renforcer les trou -
peaux Afghans, et ses pou
lets, le pore etant depuls
tpujours prohib6.
L'interdiction ,pour tous> des bolssons al-
coolisdes gagne ae plus en
plus mettant en danger des
socidtts don't les stocks de
vront tre d6truits, et favo
risant la contrebande.
Bien qu'aucune announce
officille n'ait 6td faite A
ce sujet, des reprdsentants
qes c6mites ont, de lear
propre chef, video dans les
canivaux des millers de 11
tres de vin et d'alcool. Sc-
lon certaines informations,
la biere serait leur prochain
objectif.
Recevant rteommcnt des
membres du Minist-re de la
Justice, 1'Ayatollah Kho-
meiny a condamn- le syst,-
me actuel et soulign6 ,Iue
les seuls crittres de justi-
ce 6taient ceux du Coran.
La loi sur la families a et6
abolie car c.le va e.l'en-
contre des Frincipcs Isla-
minues,. Sc revision risque
d'officialiser un retour a Ila
polygamie et d'autoriser
les homes a repudicr lour
femme sans autre formne de
process.
Les force rmees out et6-
rebaptisees ,iraniennes et
islamiquesc,. Les chants re-
volutionnaires mettant en
valeur Allah et le Coran a
bondent tant a la radio qu'in
la television, d'ou les spea
ker'.nes dtsparissent petit
a petit. Recemment le Doe
tour Ali Chaeygan. rentre
d'un long exile et eventual
premier President de la Ri
publique, a ete severement
rappele a I'ordre par un
Ayatollah pour avoir os6 di
.c que ,l'ran. iae.devait pa
retourner au premi',r sie-
cle de l'Islams. II a etd
some de laisser aux reli
gieux Ie traitement- des af
iaires religieuses.

Le Pentagon2
n'exclut oas
t"eventuellIes
uaites vers "URSS
de donnies
sur le F-14
WASHINGTON -- (AFPs
Le Peneagone n'exclut pas
que les sovietiques puissent
se procurer les manuels de
Tonctionnement des 77 a-
vions de chasse amnricains
F-14 et de leurs missiles
.Phoenix, vendus i l'Iran.
Un porte-parole du Penta
cone a indlque vendredi
qu'aucun americain en I-
ran n'avait vu les avions
F-14 et leurs missiles die
puls Il 19 fevrier et n'avai-
done pu verifier si les ma
nuels expliquant leur tech-
nologie. se trouvaient tou-
jours dans les coffrcs-fort
Ci ils 6taient garies.
Ces manuels fourniraient
en effect aux sovistiques lei
informations vitales don't
ils ont besoin pour connai-
tre le fonctionnement de sl
-boite 6lectrique du F-14
Sun avion ultra moderne
qui dirigleleancement si
multane des missiles Phoe
nixed sur six cables diff6-
rentes a une distance d(
160 kilom6tres .
< La Marine amrricaine d(
.va tire les consequences
d'une telle fuite et prendri
i- measures pour y reme-
- diere, a indiqut le porte-pt
S? role du Pentagone qui
laisse entendre que la tecl
t nique amrricaine avait di
.' 5.l dtpasse le stade de celli
s des aylons F-14 vendus
t 1'Iran
s Le Pentagone semble to
tefois carter la possibility
oue le nouveau regime d
Teheran hvre d 4 1 i b
ment l e s avion
et I e s armes eamdricai
nes dont dispos- l'armri
iranlenne lUnion Sovid
que ou & Loute autre pusl
sance' 4trarigere.
nLe nouveau gouverne-
menu est 1ssu d'un mouvw
ment tres nationalistee,
Indiqut utn porte-parole d
Pentagone preclsant qu'ac
eun t ranger navait eu
'cts jusqu' t present aux t
ses Iranlennes oft se trot
talent les avions F-14.
Leas inlltaires americain
soullgnent d'autre part ,q
les iraniens auront bear
coup de mal a continue
se server des F-14 sans 1
de des Etats Unls.


PiGE B


Andre Malraux et la Peinture Haitienne


Iran : L'idamisation

de la rIvolution


PABOCO

Paper Box Company Of Haiti

uW_ Ba-abarncourt (Entree Le Natal) Route de I'Aeroport
Tel. 6-0732

LA MASON DES BOITES


Pour toutes vos commandes


de boites de:

Chaussures
Patissnrie
D te'Eenz

Pate dentiErice
CIthemises et hierie
cimposanos electroniques !

Produits pharmaceutiqus
Products a~fmentaires secs et Conlgels
Creme a la Clace
Savons
Fruits de mer

Traiteurs e' restaurateurs

Renforcement de cols et e- de chemses

Aaraffes et trom'fnes
Divers ..
Nous fabriquons edalement des dossiers de ciass7ment

En format lettres et leeal.

.*.* ***< ,,,H mf- .-fsfffJ* w a dMM w- a S e as


'Suite Ie la lrec. page)
pour n't-tre pas grecquie
poutl 6tre lout auacl beile.
Cet:e conception, qui sera
rclle de Mulraux toute sa
viL, explicque In place dc
choIxc qu'occuperont les ma3
ques et la peinture n'oire
tans scna Musde Imagiualrc,

On relece dc sa bibltograi
pWle de. llvres de poids, et,
.11 est souvent difficile de dis
soccer 1'horrme d'action'qu'il
a 6te. ae son oeuvrelittdral
re La Vote Royaler. tLes
Conqu.rants'. et surtout eLa
Condition Humaineb, trois
romans entire divets autres
qui ont fait sa c6lebrit6 lul
ont 4td insDird par I'exi6-
rience vWcue en Chine en
1927 qui marque la revdlte
de Shanghai (la rupture en
tre Tchang Kai-Check et
les communistss. Dans < Condition Humaine sa sym
pathie pour les rouges est
visible; 11 souligne a l'eau
forte, les efforts de ces h6-
ros pour dominer la violen
c e l a d t to u r -
n e r p o u r en faire au
lieu d'un instrument de des
truction, une puissance for
ce constructrice.
Les opinions sont nean-
moins partagees sur la par
ticipation effective de Mal-
raux a a Revolut7ion Chi-
noise. Germaine Bree serait
de ceux qui posent a ce su
jet, un point d'interroga-
tion. Ntanmoins le rble em!
nen; qu'il joua dans la Ret
distance, de 1942 a 1944, on
est unanime a le reconnal-
tre. II fut mtme un heros
lpgendaire, connu sous le
nom de Colonel Berger. Fait
prisonnier et plusieurs fois
blessed, i s en sortira pour
se retrouver b la tUte de la
brigade Alsace-Lorraine qui
libdra Paris. Comme homme
d'action, Malraux aura dor
n6 toute sa measure lors d(
Ia Guerre Civile Espagnole
II en faith un rbcit poignan
dans le roman eL'Espoire
Qul n'a pas I'impression, er


parcourant ces 'paies. do
voir tornbcr la rvllle de Bir
celone, aux mains des for -
ces Iranqulstes ? d'entendri'
Ie crl des bles-3s Inr-, du bonm
bardcment de Guernlica

Les alons du gouvelrnem-.t-
republicain places -ou Iu ,
.omnniandement oa Mialtaux.
eLaletr imnpussantis ae.,ant
les armes loaOLi.. el iLS.u
Svions imodernes CetVO'.,LS p.-r
l-liter .ct Mlutculiil. Or re
marquable, aura-ie l- e lenit
pmei eiri5nn de la Bilgade In
ternationale accourue de
partout a la votx de Fiedie-
rilo aicia Lorcs. De I Ame,
rique viendront lei Laiigston
h1Lulies. Nicolas Guillen et
Jacques 'Roumain; poktes.
Uls se transformeront en sol
aars. et i armre a la main.
0-boul aux ciote- du people,
ils amienderoni la-' libeitSe.

Malraux est-il rp'pport6, sur-
volait Je frone pn tout sens.
et dans sos en plein ciel' e Madrid, sans
doute lui parvint-il la -v. --
du chanteur Patl Robesonr
qui present lui aussi, au des
sus des barricades devant la
vilic assiegee. animeait l'ar-
mee populaire.

D'autrjs pages de glolfe.
Malraux devait les ecrlre
aux cot6s du G6neral de
Gaulle. D'abord son Minis-
tre de 1'Information, 11 mar
quera son passage aux affal
res comme Ministre de la,
Culture, par des actions d'e


liat. De la llttLratrri la po
ll'rlqie, I'archdolog'e le m
tier des armes. c'se plu-
tot I'Art qLIl aura -' I'a-
mour tie In vie de Milraux.
*Les vol-' du silence-, eLa
Psycnolo tie ]'Art-. ,La
letunimorphose des Dieux'..
en temolgnnt. Son gout de
l .rt e:.:oi ie lul venait de
scs selour in Orient. La Chi
ne. 1'Inoocirine. Ie Cambod-
ge. lut el. 'rInt de; lieux .fa
rmliers 11 survelora mtme
les deserts immenses de V'A
rabile pour loc:llser di 1934
i. cMit- e1,endaire de la Rel
ne de Saba
Malraux. ctrleux toujours
en queie dt nouveati et du
sensatiorinel, ne devait pas
mourir sans visiter le pays
peupl de heros dignes de
figure parmi 4ses conqu6-
rants> : Haiti. Au festival
de Dakar, 11 tomba amou-
reux de la pe.inture haidien
ne, fascine pair une telle
I roductivit6, il en demand
Ij cause, a quoi Aime Cdsai
re aurait repondu : de 150 ans d'Ind6pendan-
ce...> DtWs lors, on devine
pourquoi a titre privY, il de
cida du 21 ddcembre 1975 au
6 janvier 1976, de visiter .Ie
pays of ont v6cu Toussaint
Lolverture et le Roi Chris-
tophe, heros ressuscitts par
le style magique du poete
martiniquals et proposes ,une
fois de nlus a l'admiration
universelle.

Laurore ST-JUSTE


MESSIEURS

AI1EZ VOTE FEMME !

FROTEGE-LA FATES .LA

PLANIFICATION FAMILIALE !
^^'s-.o''afsiOQ~ffle osc^is^


!







j






La eIOUVfLLIBm


LUNDI 5 MARS 1979


PAGI 0
a


SALLE III $ 2.00

F.LS.T.


SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat


-, f333-,..., ~ 4


la date de cloture du semi
naire de recyclage a DPsar
mes. les Notables des Ver-
rettes ont projete une ta-
ble ronde an local de l'Eco
le des Freres en vue de dis
cuter des problems de leur
localite, ainsi que de lcurs
solutions. D'ingeniouses
idees avaient ete achange'
entire les paI .. ilt1 iii don't :
1 Agronome' Andre Herbe
Cleophat, le Notaire Andre
Chrysostome, le Reverend
Pere Pierre Salvetti, Frbre
Beauplan, Monsieur Pier-
re Turenne, le Represen -
lant de 1ODVA. de 1ONA
AC. de 1 Agronome de I'IDAI
Monsieur Roland B. Noel,
le Magistrat Claude Cere-
lus.'les Membres du Coiha-
,ii' au grand complete. le
Seprese6tast du Nouvellis -
le, et de quelques paAseurs
protestants
La reunlan a comment
et lnll par une pin,'"' car
un religieiix a etc deoigne a
solliciter la presence du
Tres-haut, au m.iliei dc'i No
tables des Verrettes.
On a voulu imiter 1'exem


Chine Vietnam

(Sulte de la lere page)
a cra.ndre que si Hanoi lie
vcut pas entendre raison e.t
persist d. ns see ambition,
sur toute 11ndochin", Pekin
pourrait bien user a nou-
veau tie la manicre forte, es
tuie- t-on encore dans les
minieux diplomatiques.
II rest que 'attaque chi-
noise doit sur le plan mili
taire se solder pc r un lourd
bilan. Se-on un document da
te de samedi, le bureau po
litiquo du Par.' Communls-
te, a-t-on appris de source
chinoise lundi, a pratique-
menlt 1 it ddeja son ,.autocrl
liqueo en avouant que lar
mee populaire de 1 beration
n iavait p: s reuse a men"r u
it kuerre moderne et qut, les
pertes enregistrees etai,'nt
egaes des deux cotes.

Ccst : dmott.rc que le raz
de' maler hum;,tiii chimOi
320.000 homnimes don't 170.000
ien territoire vietnmin en, a
cte, avant i armemn(:nt le fac
tiur decis.l 11 .st encore
trop tot pour squp.is cr un
rerl bilan militairi imIs on
avani.iiit deja ce week-epd,
ile source chinoise, le chif-
Inr de 3.000 so.dats chinois
tues. gLs operate ons de re-
p)h, l '... ',- des verroun
trateflques, tel Iang Son,
devr, len' enicoic alourdir ce
chiffl.re avaiht l rapatrie-
ment compilet des troupes
chinoises qlu df'vrait. sauf
ontre-altaqi i massive viet
nai enne, ., thevi r d(in.s
hes 48 heur's.,


pie de Jesus-Christ qui pas
sa toute une nuit en priere
avant de choisir ses 12 apo-
tres, d'apr6s la sainte Bi-
ble : c'est Magnifique I
'Ainsi done, le comite de
relevement se compose de :
1) Magistrat Claude C&-
r6lus President


2)
aoel.
3)
gois,


Agronome Ktoland B.
Vice-Pr6sident
Mme. Raymosd Fran-
Secretaire


4) V51ton Severe, Deld -
gue et Doyen des Verrettes
Un plan de travail a 'ete,
par la suite bien etiabll et
define par ce Comite Cen-
tral don't le siege social est
aux ~errettes. Cependant, il
rlayonnera dans les 6 sec-
tions rurales of 6 sous-co-
mites de 3 representants
chacun seront fondes.

Le Comite Central et les
6 sous-comites constitue -
ront la Federation Verret-
t:enne de Developpement.
Les idees sont excellentes.
La bonne volonte y est. Res
Le a concretLser oUn materia
liser la pensee dans 1lac -
tion, car le Directeur d 2
I'ODVA promet de son co-
Le tout son concourse

INCENDIE AUX
VERRETTES

Au moment meme o l'on
parole de seminaire de rey
cla dea fondaton d'.i
Comite de relevement..., un
incendie s'est produit vers
7 heures 30 p. m. aux Ver-
rettes dans la chaumiere
d'une vieille dame nom -
mee Charite. qui se ouche
habituellement seule.

La chaumiere est divi -
see en 2 pieces Les flam
mes ont eu le temps de con
sutmer une bonne parties de
la toAture de chaume d.ins
la piece vide. Plusieurs
bons samaritains ont accou
ru au secours de la vieille
dame et le feu a pu etrce
circonscrit rapidement. La
malheureuse vi'ctime i etc
transportee d'urgencr. dans
la Jeep Land-Over du Pere
Salvetti. chez Madame Fran
cois Derval, responsible
des Indigents aux Verrettes.

DU FOOT-BALL AUX
VERRETTES

Un championnat Inter -
Scolaire groupant 10 Eco -
lea, a ete inaugure le Ven-
dredi 2 Mars sur le terrain
de lEcole des Freres des
Verrettes. Le Comi.td organic
satur est compos d 9 per-
sonnes :

1- President : Frere Em-
manuel

2- Vice-President : Fran -


gols Jn-Baptiste
3- Secretaire-General :
Serge. Sando
4- Secretaire adjoint : Ro
stus Jean Laure
5- Trdsorier : Remis rd
titon

6- Tresorier Adjoint :
Fleurilus Jn-R6my et 3 on
sellers : Andrd Marc'lln,
Rameau Cadet et Madame
Andr6 Noel Volci les noms
des Ecoles participants :

1 Ecole du Bon Berger -
2) Bon Samaritain de B.a-
rel- 3) Moreau des ltes- 4)
Amour Fraternel de Descha
pelles- 5) La Providence des
Verrettes- 6) Charles Be-
lair (Verrettes) Ecole des
Freres, de Drouin de Desar-
mes ea de'Valeureux. Au to
tal 10 Ecoles et 3 terrains.
Le championnat a debuted
en grande pompe :

1) Defile des equipes a tra
vers les rues de la cite avec
fanfare en tete.
2) hymne national exdcu
te avec brio

31 Envoi des couleurs
41 Propos de bsenvenue
par Frere Emmanuel
51 Coup de pied d'envoi
par l'inspecteur Paul Jn.
Baptiste.
Au terme du match inau-
gural. l'equipe de l'ecole
Charles Belair des Verret
tes a balaye a plate cou -
ture celle de l'Ecole de
Drouin par une severe ra-
clee de 5 buts a 0. Un match
reellement a sens unique.
Nous presentons donc tous
nos compliments au Comite
Organisateur de ce cham -
pionnat Inter-Scolaire.
Roger MILCENT


NE BREF

RACING LEOGANE 1-1

Hier aprbs-midi au Pare
de Leogbne, les r6servistes
du Racing et 1'Association
Sportive Ldoginaise se sont
partagds les points l'issue
d'un match amical. Score fi
nal 1 but partout.

Les jeunes racinistes ou-
vrirent la marque apres une
demi heure de jeu, grace a
un tir puissant de Pierre Ri
chard Nau. Les ioganais
obtinrent 1'6galisation k la
suite d'un coup franc bril-
lamment ex6cut6 par Joseph
Polycarpe la 72e. m.


x x x x

LE VICTORY INVITE

Une messe d'action de
graces sera celebree mercre
di a 7 h. a.m. en 1'Eglise de
St-Gerard a 1'occasion du
34eme anniversaire de la
foundation du Victory Spor-
tif Club.

Les membres du dti club
et ceux des autres associa-
tions sportives y sont invi-
tes.

x'R x x

VENDREDI

La delegation des Strikers
de la Floride (USA) sera
dans nos murs vendredi
prochain.

Comme nous l'avions dj'-a
annonce l'6quipe americai-
ne qui vient de recruter le
celebre footbalelur peruvien


CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE


L'Institut de Technologie
ELECTRONIQUE, RADIO ET TELEVISION D'HAITI IER CENTRE
D ENSEIGNEKid'k bfi L'ELECTRONIQCE, RADIO ET TELEVISION AU
NIVEAU UNIVERSITAIRE


Nous sominmes en measure
d'informer nos lecteurs, que
le Minister de I'Eduction
National, en accord, avec
les rapports favorables du
Rectorat de l'Universite d'E
tat d'Haiti et de 1I. Section
Professionnelle et Techni-
que, vient de dei'vrer a la
date du 2 Mars ecoule la li
cence officielle de fonction-
nement a l'Institut de Teen
nologie Electronique, Radio
et Television d Haiti dent le
Directeur fondateur est no
tre ami l'Ingenieur Hugo
Noel.

Aussi, pour la plelne edi-
ficat'on de tous. nous repro
duisons in exttnso la lettre
officielle a lui adressee, tout
en attirant lat rintion du pu


| (SONY,



'Televisor en color Trinitron



rKV-2142R


Des couleurs dynamiques

Un 6cran de 21 pouces

Brek : Un system de control a distance

Un authentique theatre chez vous

Voyez votre dealer autoris6, |



AUDIO CENTER. SONY


71 RUE DU QUAI, TEL : 2-2437
W E E - -- -


blic sur importance capital
le d'un Centre de ce genre
dans le developpement eco-
nomique, social cultural et
acitntifique d'une Nation
come la Notre, surtout,
quand on consider que tout,
quant a present, est gouver
ne p.r les sciences Electro
niques.

Le merite de l'Ing. NOEL
est d'autant plus grand
qu'il a concu, planifie, exe
cute et progamme cet Ins-
titut seul, sans I'aide et le
concours de personnel. Nous
prenons pl.isir a lul padres
ser nos sincere felicita-




Nouvelles du Nord


(Suite de la lere page)
conseils, parmi esquels se de
tachent les noms les plus
eminent de la Cite.

xx x x

LE SEPTENTRION ET
LE CARNAVALr
DU CAP

Le confrere capois opine
comme suit :

eLa period qui devait le
marquer n'a rien enregistre
de sa.11ant, sinon que pour
l'une des ra'rs lois de son
existence, la ville du Cap -
Haitien n'a connu, au point
de vue carnavalesque, qu'u-
ne improvisation rate. La
cause, les causes ? Adminis
tratio Communale toute neu
ve, absence de la Cite des Or
chcstres Septentrionalv et
s lundi gras et, peut tre la
raison vraie, les Capois sont
aux prises avec trop de pro,
blames trop craciaux dont
ils n'apergoivenai mme pas
un soupcon de 'solution rai-
sonnable ou plausible.

Et c'est ce qui a donnd,
Mardi seulement, une ani-
mation plutot molle, il faut
en convenir, et sans vi-
gueur : quelques camions
(non chars!) montes par
quelques masques, hative
ment groups quand on eut
appris que Septen et Tropl-
cana talent de retour au
bercall.

Ce qul a tfit dire par un
pince-sans-rire disabuse :
*On n'a pas eu ici de Carna
val, on n'a eu 1 aussi, que
de la amardigrature...a


ES SPORTS

Trofilo Cubillas se mettra
aux prises lundi soir au Sta
de Sylvio Cator avec une s6
election de Port-au-Prince,
a base du Don Bosco de P.V.

Au prdalable les Strickers
de Fort Lauderdale affron-
teront Ldogine samedi
prochain, 1'Assoclation Spot
tVve Llog&naise.

Ns visiteurs devront se
rendre en Rdpublique Domi
nicaine aprps leur sdjour en
Haiti.
x x x x

RACING CAVALY
DIMANCHE

Une formation du Racing
rencontrera dimanche pro-
chain a Leog8ne le Cavaly,
l'une des formations les plus



POLICE INTERVIENT
A DUVALIER-VILLE

La police a dfl intervenir
samedi apres-midi sur le ter
rain de Duvalier-Ville S la
fin d'un match de football
qui opposait les quipes
Real et Flaco et qui comp-
tait pour le tournoi r6gu-
lier de la Ligue Sportive lo
cale.

D'aprls ce que nous rap-
porte notre correspondent,
de nombreuses altercations
ont dt6 signalees au course
de la parties qui s'est termi-
nee en bagarre, apres le* se
cond but marque A la 89e.
minute par I'equipe de Flaco.

Les 2 buts de la forma-
tion victorieuse ont etd ins-


tions et lui disons EXCEL- RELATIONS
SIOR. LES RELATIONS


xxxx

Port-au-Pce le 2 Mars 1979.
Monsieur lIngenieur
Hugo NOEL
159, Rue Enteriement
Port-au-Prince, Haiti,
Monsieur l'Ingenieur Noel,
J'ai l'avantage d'accuser
reception de votre lettre en
date du 12 Aout 1978 par la
quelle vous sollicitez du De
partement de 'Education Na
tionale la licence officielle
de fonctionner pour votre
etablissement d'enseligne-
de 1'electronique (radio et te
revision) denomm6 tut de Technologie Electroni
que Radio et Television
d'Haitis.

Les documents que vous
soumettez a slappui de votre
dem.nde, vos qualifications
et votre experience nous ont
permits de croire que vous
ltes en measure de dispenser
un enseignement valuable aux
6tudiants.
Aussi, tenant compete du
rapport de la Section de
l'Enseignement Profession-
nel et Technique en date du
17 Janvier 1979 et de celui
du Rectorat de 1'Universite
d'Etat d'Haitl en date du 21
Fevrier 1979, au No. S-I :
1015, je m'empresse de vous
informer que conformement
aV Decret pr6sidentlel du 11
Septembre 1974 la licence
sollicitae vous est accord6e.
Tout en formulant mes
voeux de succls pour l'Insti
tut, je saisis cette occasion
pour vous renouveler, Mon-
sieur ,l'Inglnieur NOEL, 1'as
surance de ma considera-
tion distingude.
Dr Raoul PIERRE LOUIS
Secretaire d'Etat



GRAND ORIENT D'HAITI

AVIS

Les Vdndrables Maitres,
les Membres des Respecta-
Wles Atellers de cet Orient et
tous ceux de la Fraternit6
soft invites a a-slster u iR
te tLunlraire qui sera orga
nise le vendredi 9. du cou
rant ?L 7 h P. M. au Grand
Temple de ]a Rue du Maga
sin de rl'Ert a la Memore'
des Fr6res qui ont depos la
truelle.


(Suite de la lere page)

duite est notoircment con-
nue, elle est du style < doux envers les systems
qui n'ont pas encore atteint
la maturity de.nocratique e-
gale a la luer.
La facLure d'importation
de petrole d'Haiti se chiffre
d QUINZE MILLIONS DE
DOLLARS L'AN, et est une
insignifitnce compare a
200 milOlions pour la Repu-
blique Dominicaine, 250 pour
la Jamaique.
C'est blen de parlor pan -
amdricanime 'et de chanter
a 'eau de rose 1'amitie Pe-
tion Bolivar, mais a l'heu
re de 1'entraide, ou tout un
pays de cinq millions d'hai-
tiens devra subir les effects
d'une guerre dconomique,
nous devons sonner la clo-
che de sL'HEURE DE LA 7VE
RITEs...
C'est certes flatteur pour
'Haitien de s'entendre dire
' le drapeau des cfnq pays Bo
livariens, notre 'pere de la
Patrie hissa a Jacmel sur
son bateau expdditionnaire
le drapeau haltien de Petion
auquel une bande jaune cou
leur de l'espagne ancestral
fut ajoutdee.
Une delegation d'ndus-
tierls et de commergants ne
pourrait-elle pas caller p Ca
races pour soulever le pro-
bllme h la Chrmbre de Cornm
merce vdndzudlienne.


crits respectivement a la
706. m. par Jean Robert Des
tine et & une minute de la
fin par Osner Volcy.
Au classement, avec 7 pts
sur 8, 1l'quipe Olympic oc-
cupe toujours la lere posi-
tion que brigualt le Real
qul compete maintenant 5
pts. sur 10.

x x x x

MALAISE A PETION-VILLE

Tout ne march pas round
a la Ligue de Football de
P6tion Ville qui malgr6 tout
pursuit sa competition.
Les secrdtaire et tresorier
du Comit6 Exdcu1tif ont de-
missionn6. Le decourage-
ment en est probablement
la cause. La Commission des
arrbitres ne se manifesto
plus.
Esperons que la situation
retrouvera son quilibre.
x x x x

AU PARC STE. THERESE

Python a dispose hier a-
pres-midi de Hispanola par
3 buts a 0, mi-temps 1-0).
Buteurs : Roberto Pierre,
Michael Herman, Narcisse
Menelas.
Samedi dernier, Les Leo-
pards (militaires) qui jouent
sous le nom de Grenadiers
ont remporte leur premiere
victoire aux d6pens de Cos-
mos. Ce dernier devait basis
ser pavilion depuis la 13L.
minute apres un but marque
par le fougueux demi-centre
Pierre Martin.
Estudientes et Python do
minent respectivement leur
group au classement.

Mercredi Medical

Conference du Mercredi 7
Mars 1979 h 8 h P. M.
CHOC SEPTIQUEi)
Par Dr Nicole Hyacinthe
BELIZAIRE.

PETROLE


(Suite de la 1ere page)

caragua, i. ne reste que le
stcteur prive americ. in pour
soutenir i'economie. Mais les
experts sont sceptiques sur
la possibility d'investisse-
ments ou de prets etant
done l'instabiliea politique
et la violence qui regent
au Nicaragua. De plus, la
mort d'un professeur ameri
cain de Managua tue par u-
ne p trouille m litaire le 3
Mars, n'est pas faite pour a
me.iorer les r,,lations avec
le <,grand free du Nords>,
dit-on a Mexico.

Masaya, en p.rtie rase
en 1978, a ete le theatre de
nouveaux affrontements di-
manche entire les habitants
et la grrde national. La
garnison locale a etl renfor
cee ma s l'on craint que la
violence reprenne dans la
vile, l'une des plus touches
par la repression apres la
revo.te de l'arnde derniere.
L'annonce par le Presi-
dent d'un project de refor-
me constitut'onnel A ren-


(Suite de la lre page)
a) que le Message n'ap-
porte rien de nouveau
b) que le Chef-'de 1'Etat
n'aurait pas dfl attaquer,
come 11 l'a fait, le Gouver
nement precedent
c) qu'il s'est. sfvOrement
pris aux prpfesseurs d'Uni-
versite don't il a qualified la
position d'anti-sociale, en
raison de leur grfve
d) que le t changement n'a pas encore
pu produire, le monde meil
leur announce.
L'AsSociation des Prctfes-
seurs d'Universitd a dmis
un communique centre les
terms du Message Presi-
dentiel.

ASSASSINE DURANT LA ,
PARADE MILITAIRE

SANTO-DOMINGO.- La pa
trade militaire traditionnelle
a parcouru plusieurs rues
de la Capitale, aprfs avoir
sale le Chef de I'Etat et ef
fectu6 plusieurs mouve-
ments en son honneur, le
mardi 27 fevrier dernier.
Au moment oil les trou-
pes defilaient a travers les
rues adjacentes entire deux
hailes de spectateurs, un
homme a ete assassin a
l'arme blanche, devant le Ci
nema Triple. Jusqu'a pre-
sent, I'auteur du crime n'a
pu etre identified.

UN MILLIARD DE DETTES
SANTO-DOMINGO.- Le Di
recteur de la Banque Cen-
trale a value les dettes du
pays a un milliard 300 mil-
lions de dollars. De cette
some. 800 ou 900 millions
proviennent du gouverne-
ment precedent, a indiqud
Radio Clarin.

MANIFESTATIONS
COMMUNISTS
SANTO-DOMINGO.- La ma
nifestation des parties mar-
xistes-leninistes s'est derou
lee dans l'apres-midi du 27
fevrier.- sur un terrain pro-
che du Pont Duarte. II n'a
pas reuni autant de gens
comme l'on s'y attendait.
La convention internal
tionale des movements
communists se reunira a
Santo Domingo au course de


force l'ideL qug non seule-
ment 11 se renre-entera comn
mle ca;ididat a la presid ,n-
ce en 1981 ce que le docu
ment actual lul interdit -
mais qu'il prepare la voie a
son fils, le Lieutenant Colo
nel Anasiasio Somoza Porto
carrero, 35 ans.

L'inconnue vient 'lu Part'
Conservateur, car, bien que
minoritaire ou Congres. sa
prise de pbcition claire pour
ou centre Somoza pourrait
changer la physionomnie ac-
tuelle de la vie politique. II
est en effect le seul qui soit
reconnu officielement com-
me opposant. Les milieux po
litiques estiment que sa scu
le chance de survive est de sa
voir prendre decisif> : appuyer ou non
les reforms proposees par
Somoza.
Renr Sandino, en renon-
gant e son post de Presi-
dent du Parti et a son siege
de Deputy a montrd un che
min. Mis il est symptom
tique qu'il n'ait pas ete sui
vi jusqu'ici.


iiU ~PRI~NCE


Le Grand Secretaire

de l'Ordre


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (an permanence) 6 heures 10 et 8 heures o 30

CE SOIR


$ 1.50 et 2.00

NEW YORK BLACK OUT
'ii


la dernifre semaine de ce
mois de Mars.
3 communists ont 6td
arretds tandis qu'ils appo-
saient des tracts en diffe-
rentes parties de la ville.

RETOUR'DW
PRESIDENT BALAGUER

MIAMI.- L'ex president
de la R.D., Dr. Joaquin Bala
guer, qui se trouve depuis 3
mois, en Floride, ecuperant
de son operation ophtalmi-
que, a annonc6 qu'il rega-
gnerait la R.D. a la fin de
ce mois ou au course du mois
suivant. II a recommande
A nouveau, a des partisans
du Parti R formiste d'effec
tuer une opposition ,cons-
tructive au Gouvernement
du Parti Rfvolutionnaire Do
minicain (PRD).

A LA CENTRAL
CATAREY'
SANTO-DOMINGO.- Une
some de 25.000 dollars a
disparu de la caisse des de-
dommagements de la Cen-
trale Sucriere Catarey. Cinq
arrestations ont et6 effec-
tuees parmi les dirigeants
de cette Caisse don't un hai
tien, resident depuis 10 ans
a la Romana.



A la Memoire de
Danie Desinor

Pour la monte oujours
plus haut ver, la Lumiere
,eternelle de 1mine de Dame
tDesinor Andre.
A la date anniversa re du
p-rssage de Danie Desinor
Andre de cette vie a nutre.
le 10 Mars i. s"ra celebre,
pour !a monte.' de son ame
vers la Lumieii absolute, en
l'Eglise du Christ Roi. le sa
medi 10 Mars 1979 a sept
here du matiii 7 h a.m.i,
une Mes-e de Reqliem pour
qu'e'l, obti''nn,, 1. Paix pro
fonde et eternel!.
Les parents. di-e 't amis
soni invites a y insistt ,r on a
s'liinir d'intenli ;oni arv, s-s
pere et mire, son cpoux "t
ses eiil'ants.
Avec leur', renmnereiiemnts
ant'cipes.
Pt-au-Prince le 6 Mars 1979


SALLE II ,$ 1.50 et 2.00

MOI, FLEUR BLEUE


NOUVELLES DE LA REPUBLIQUE

DOMINICAINE


La situation au Nicaragua


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs