Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10331
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: March 3, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10331
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text












Une lettre, au bas de la
quelle plusieurs dizaines de
signatures d'habitants des
regions de Bainet, Cotes de
Fer, d'Aquin, lettre publi6e
dans notre 6ditlion de same
di dernier, fait rebondir le
problem de la pite.
So.ulignons que, pour fai"
re entendre comme i1 se
doit tous les sons de clo-
che. il ne nous etait pas per
n19 s d'ignorer cet.e lettre ou
v Le adressee au President
i. Vie do la Republique.
2on;ormeincri-, a ce m'L-
in souc d'informer com -
pI Element 1 opinion, nous a
vo' tLenu a avoir le point
de vue d un responsible de
la Cil'.;1 et cbtenir de luii
lOdtts 1's pIrec's ons sur le
i.arche dc la p' .
x x x x
II a f (nu. pour .b'n crlai
rItr 1.' problime, h brosser
1 tabloian de la s tuationt
p)roe. 1l period s'etet
d .Ill', de 17-1 I 197 au course
(io la 1 le Is prix de la
p t tie ava't atteint tun
il:ifond. lts c,)urs nmon -
(I aux oIt c(iom1nInc1? a bats
s t en pr)voc'qiluat sur place
i10 ba:ssc inqu )'ante du vo
l -i:' d( la pite tillce d::;
lo be.
A nsi au cot tirs dits an-
ITes 1 )7 1977 et dur:ilt los
l"t p-'0niers mots cl" 1978,
Il a ete enireastre des o lu-
no', si bI' o' les inldl -
l; e s tIransfto'rlniaL in do
l pit t I :s l i atures, ont
dii ou .ar'etei onl ralelti' r
1, ur p-oduction. Alors qu'en
1 174 l 's f'laturlcS hals t'll-
tes out proau:' t Pt exporite
plus d 120't0 tones de fi
'cIeo bol'!eI usT' 0luuiv.Ilaint
a I'00 0'r.:. o par o ,. un
'177 ue s Ieule t lature a
i\jt produit et tsxporte inoins1
de 1500 tonnes et les deux,
autre.l n'ayant pu travail-
ler que 1200 tonnes pour le
marche local co qui. repre-
sente une diminution total
80 pour cent, niveau jamais
attbint.>
Devant cette situation ca
tastrophique pour un seP
teur industrial haitien ay .nt
contenti des investissements
de pilus de 4 millions de dol
lars et embauchant plus de
800 ouvriers specialists, le
Gouvernement de la RpDu
bitcue. conscient 'de ses res
ponsabilites et deferiseur
cos drou'Is nationaux et dans


-1--
Pour vivie auns ce mil eu
desrtinantl. il lo;ut prendr'e
le, cio.is parioiSi a0ec phi-
:u.rophic. avec c tte ironic
Its'n t'ii t (ci s. itrte s rrcin
qu' 1 n ii a rn p s ....
11 i1itt tout prendrl du
l;>n c(,ie. Mcmi lorsqu'on
vOu.s 1i,1i du mIuAi. I' S, (A1-
ant qu'une scule fois : c'est
trop.

L'i s'rrtinitt e rt souvent le
fruit du ti mp de l'expe-
I!( Ile" 'd ,- jlHr 's t't (I un
Randd ctoho:in do. soi-mcme...
On acquicrt 1' :eU ibre a
tout, aie. C e'st. la condit on
pi ru; t t s-ntiellt pour
rumissir co r',, que l'on a
ait oun jour dt- soi-meme.
II faut qde I, soiL't sa !e-
ve chaque mal'r, ai-.i bis
c0inime aux mauvais j.-'rs
II taut aller chcrcher le so
.il, chaque m''in...
Cost la; seul tacon d'evi-
t. r d' patinger dan', ce mi-
litu de tripotige, de jalou-
,.', 0'; hanil,, ct d'incohcrcn


ROMAN ET
CIVILISATIONS

L'Asie ly conmpris la Rus
s>el, I'Afriufle, l'Amerique
Latino ont le monopole des
romanciers de genie. II n'y
a pas lieu de s'en dtonner.
Les petiles heureux n ont
pas d'histoires 6 raconter.
Baudelaire avai. done rai-
son: on ne fait pas de la
litt6rattire avec de bons
sentiments.

LE VOYEUR

Au Procds des Juges insti
tue, il y a quelques ann6es,
par Bernard Pivot, quatre
t6moignages d'6crivains a-
vaieht particullirement re-
tenu attention de 1'audi-
toire. Ils valent d'etse rap-
pel6s :
1)' Gustave Flaubert :
C'est perdre son temps de
lire des critiques. Je me
fais fort de soutenir dans
une these qu'il n'.y en a pas
eu une de bonne depuls


le but strictement de protd
ger les producteurs de la
matilre premiere, la classes
ouvriere et les Industries na
tibnales, a, par l'intermd-
dilaire du Ddpartement du.
Commerce et de 1'Industrie
d6cidd d'arrtter provisolre-
ment l'exportation de la pi
te tillde.
Cette inaterdictIon s'ac -
compagnait d'ailleurs d'une
condition .qui falsait obliga
-t'on aux filatures de respect
tei un prix plancher de
$ 200.00 la tonne de pite
tillee No. 1 a payer au sp6-:
cu-lateur et de $ t36U.00 la
tonne de pite till6e brossee
a' payer aux uwines de bros-
sage.
x x x x
Ces prix reprdsentaicnt
,mne augmentation de 12
pour cent sur les prix pra
tiques 6 1'6poque en favour
cu producteur sans que le
march international justi-
f-e une tell augmentation.
Nous mettons en defi qui
con:jue de prouver a affirmed
le responsible de la CIMA,
ou'aucune filature etablieo
en IIati paie.ou a paye un
centL4ne on moins que les
prix plus haut mentionnes.
Nous def.ns egaldment qui
conque de prouver que des
stocks invendus de pite se
trouvent dans les soutes des
speculateurs et ceci pour
n imported quelle raison. Dc
tous a',s secteurs int res-
sts au S'"al. les f.latures
suit putl etre les seules 6a
souhaitcr la survive et 1laug
mnita:'on de la production
de cette denree qui en -
temps normal apporte a 1'e
conomle haitienne des dev'.
ses forLes i'2ces'aircs a no-
tre commerce, a declare no
ment vers la Republique Do

(Voir suite page 6)


ce ou chacun semble a son
aise, come un germe mi-
crobien dans un bouillon de
culture.


qu'on en faith, que qa ne
sort qu'a embeter les au-
tcu-s e. a abrutir le public
et enfin qu'on fatt de la
critique quand on ne peut
pas faire de l'art, de mtme
qu on se met mouchard
quand on ne peut pas 6tre
soldaad.
2) Stendhal: ble qu'll faut du courage a
l'6crivain presque autant
qu'au guerrier; 'un ne dolt
pas plus singer aux journal
listes que lautre 6 I'hopi-
tal.
3) Thdophile Gauthier :
sUne 'chose est certalne et
tres facile a d6montrer a
ceux qui pourraient en dou
ter, c'est 1'antipathle natu-
relle du critique centre le
pokte, de celui qui ne fait
rien centre cell qui lait,
du frelon centre I'abeille,
du cheval hongre centre
I'dtalon.
4) Gabriel Chevalier :
Le critique regarded fair
l'amour. C'est le voyeur de
son Opoqueo.


SAM DI 3 ET DIMANCHE


, "


LE PROBLEMS


DE LA PITE

Des pr6cisions. d'un responsible

de la CIMA


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET


T416phone : 22114 Boite Pos^ule : 1316
Rue du Centre Nr 212


Pologne: Judicieux compromise pour le voyage du Pape


VARSOVIE, (AFP)

Le choix de la date du 2
au 10 Juin prochain pour 1t.
voyage de Jean Paul 11 en
Pologne est un judicieux
compromise entire le Souve-
rain Pontife et 1'Eglise Pn
lonaise d'une part, et le
gouversement de Varsovip
d'autre part, estiment les
observateurs dans la capital
le nolonaise anres 1'annon


MI-I


ce ofhicielle de ce ddplace
mont.
Aprbs des conversations
serr6es, les deux partics so
ont retrouv6es dos 6 dos, en
trouvant un accomodement
esatisfaisant, qui, loin de re
mettre en cause, voyre dtal
t6rer les acquis de la nor -
malisation des relatIons e
glise-6tat en Pologne. no-
peut que la consolider.
Ce compromise refl6te d'' i


FIGUE MI-RAISIN

LETTRE OUVERT]


QUI NE LISEN


Chers compatriots,

Pour que vous lisiez cet-
te lettre il faudra, c'est
hours de doute, que quel-
qu'un vous la signal ou a
lors vous y force gentimen5.
Je garden done le,;poir que,
pour une fois, vous voua
laisserez fare, sans qutol
mes efforts pour essayer de
vous expliquer ccrtainies
noses se revcleraient etre
uno perte de temps.
Vous ne lisez pas, c'est
connu ou perqu.


LA MUSIQUE HAITIENNE HAITIENE EN DEUIL


Ti Paris est mort


La nouvelle a circle a la
Cap t: le que artiste chan
teur compositour bien con
nu Ti Pais IAchille Paris)
est mort hier martin a Jac-
inel. On n'a men dit sur les
circonstances de sa mort. II
a (f lten tout simplement.
Tout -bomnnement. Comme il


a vecu. Simplement. Desin-
voltement...

Ti P:ris ne vivait pas par
la musique mai- pour Ia mu
sique. Il ne chantait pas
pour le success popular re
rmais par besoin int6rieur. II
n'dtait pss un artiste pour
le grand public il s'en fou
tait d'a lleurs, mais un ar-
t s'.e par lui memd, par son
genre de vie et sans doute
par s:. conception de la vie.

C'et tout cela qui faith de
lui ce qu'il a 6te, et si l'on
veut, ce qcu'll r.',tera comme
e'ant l'init'ateir d'un style
danm lai musique haitienne

(Voir suite page 6)


Nos enquetes

Dans cette crise 6nergetique

serious nous a la merci d"nn colosse


Depuis la derniore tonfe-
rence de press du Secretaj
re d'Etat du Commerce, le
petrole se trouve etre a la
une de la press.
E t a n t d o n n 6
les incidences d e I a
mnontc- tii eche du petrole
sur notre economic les ef-
fets sur beaucoup de sec-
teurs affects prennent sa-
bitement ie jour.
D'un c6te, une orientation
responsible doe l teret na-
tional se dess.ne et engen
dre dn serrement ce coudes,
et de h'autre un cartel qui
s'6'ait habitue 6 un paterna
lisme nuance.
II nous est tombe sous les
yeux durant notre enqutte
une note publiee tout recem


ment encore ofi le tres in-
fluent <,Wall Street Journal>>
soulignait que jamais de-
puts de nombreuses annees
les grades companies pe
trolieres n'ont ete aussi fi
nancierement prosperes.
Ici en Haiti, le cartel a
6te fortement dsegquilibr6
en part de march par c'ab
sorption de la ARCO. L'ache
teur de la ARCO tout d'un
coup s'est trouve la force
dominant et plus influence
dans la furniture nu petro
le a Haiti.

Elle domine ie cartel sur
touLe la game d'industrila
tion depuis d'achat du brut,
la concession de raffinage 6
Curacao, le transport par
tanker, et la livraison en
pool au march d'Haiti. De
pits elle domine la distribu
tiou au detail avec davanta
ge de points de vente par
consequence de l'achat des
introts ude la ARCO en Hal
ti.
Fournissant le mazout aux
deux plus grands consom-
mateurs, en l'occurence la
cimenterie et I'EDH, elle d
tient en mains une force
qui ne peut q'u'inqui6ter au
cas oft une divergence de
vue existerait entire elle et
l'intqrut national, cruant le
s-ictre d'un 6tat dans un

Quant aux mDealers, hal-
,iens, qui pour la premiere
fois ont pu partlclper aux
fluctuations envisages, no-
tre enqugte a pu reveler que
la formule de contract qu
les lent aux fournlsseurs
esi tout simplement UNE
GUILLOTINE au.dessus di
leur cou. On n'hlsite memi
pas 6 les menacer d'annuli
lion quand 11s felgnent di
vouloir d6fendre leurs in
tdrdts.
C'est toute une mosalqug
quI se dessine dans un vas
te 6ventall d'intdrets et qu
semble marcher vers un
vole de rdforme et d'dqulll
brl. tout au molns c'est c
que notre enqugte sembl
Savor relevd


C'c' t conti't ( 3 V' L0'e
'owiaro 4nr- 'df 1 qI i
vous a jamais vus rer
chez vo '.s av- c n 1 1 rf
noe evue ou un journal
moins encore vnus inst
. e10.; lh'e pirce ou'unr
sin vouos les aurait p]
(selon une tradition
chez nous, condar.me.
cr'x qui ecrivent a l'i
crs commercial).

Ces. perqu par ceux
vous frequentez juorne
meant ou accidentellen
parce que, Lout de m
quelqu'un qui ne lit
eh bien, ga se voit tre
te.
Je m'adresse a vous
sans fair de particular
bien que vous vous di'
en non-lisants volont
et involontaires, corn
nant:
a) ceux qui ne lisent
uniquement parce
n'ont pas le temps de I
re et qui s'en vanten
le deplorent;
b) ceux qui nWont pas
moyens de s'acheter de
vres et des revues et
ne font pas 'effort de
quenter les rares bibli,
ques qui sont mises 6
disposition:
c I ceux que la lecture
jamais int6resses et q
sont pas loin d'en
liers;
di ceux qui emnilent
et journaux chez eux
des raisons difficiles
finir et qui ne les ou
pratiquement jamais.
Mais cuels qu'en
les motifs, le fait es
vous ne lisez pas. Et
que vous ne lisez pas, 1
lite litteraire national
international est pou
:-ttre more; quand
mal en Iran ou au
nam. vous le savez a
quand de patients
cheurs annoncent au
de leur reussite ou le
po'rs, vous rtoondez e
mcnt aux colleagues qu
en parent et quand
un evenement culture
sale par la prcsse et
y fault allusion devant
vous avez I'air de ge
reviennent d'une autr



e
t


e


x
-i
e



e
e
a
e

ie
s
it
e

e
e


Isurs parfa:.ement la situa
Lton en Pologne ou face a
une eglise touted pui.isante
le gouvernement, quel rou'il
soit, no peut que composer
avec elle.
Lt dans lus condition: ac
tuelles oft le pays a,. 1l-,u
ve confrosntt a d'importj..o
tes dlfficult6s conomlque
lPs dirigeants de la Polo-
. pne populaire ont evit6 i.ut
'.e confrontation avec le cl",


E A CEUX


T PAS



* ein- n ne ( auf. bien siir, c and
,"' il s'a'it d'un 6venement
ntrer sportif, football ou bo...e,
e Li- auiuel cas vuas ctlez dei'
il. et all-s lire le journal cihez
taller dces amns. Loin de moi 'ti-
i voi dee de vous le reprocher.
retes ic" qul'l droit n'ess-ce pas)
qui, mais il ne demrure pas
Ious moins vrai qu'il est fort af
insuc lliieant pour ceux qui font
sails cesse travailler leu:"
tote. d'etre entouMts d'une
que majority qui ne s'interesse
elle- qu'aux pieds et aux points.
ment, Comme quoi le manque de
teme, lecture semblerait entrainer
pas, dans son sillage une sorte
s vi- de discrimination anatomi-
que.
tous, Mais ne nous egarons pas
rites, dans des pensdes ameres.
visiez Donc, vous ne lisez pas,
taires mais d'autres, il faut peut-
pre-
(Voir suite page 6)
pas,
qu'ils NICARAGUA :
le fai
0t ou Condesrwnce d'e
Vreose t. Gimral

ls Anastasio Somoza
qui MANAGUA (AFP)
e fro Le President du Nicara-
otle- gua, le General Anastasio
leur Somoza, a declare vendredi
que opposition avait 6-
n'a chou6 dans sa tentative pour
ui ne renverser son government.
6&re Au course d'une conferen-
ce de press, le General a
lives affirmed que le pays trestait
pour stable> malgr6 les effortss
a de- inutllesis entrepris depuis
ivrent dix-sept mois par l'opposi-
tion.
soient Le General a 6galement
t la : indoicud qu'il se proposait de
t puis- rtformer le pouvoir judicial
'actua re et de reorganiser Far-
e et mep Il a precise qu'il allait
r vous career une police. Les fonc-
ca va tions policieres, en effect.
Viet- sont aux mains de l'armee,
peine; seule reconnue par la cons
cher- titution.
mon- Le president a d'autre
urs es part annoncA la preparation
'vasive d'ine nouiveIle loi 61cetorale
;i vous qui permettra le opluralis-
enfin. m-. d6mocratiqueo. et la moo
'el est dification du code militaire
qu'on qui r6eit les transmissions
t vous, de radio et television. Ce
ns qui code pst jua ,arigideo P f ic
r' pla- talorial, par la population.


:6, ce qui ne peut que 1' ri
Ittirer la sympathie des cro
'ants dans il"ntiret de 1:.
Nation toute entire.
Monsieur Henry Jablons
ki. President du Conseil c'F-
at presidencye coll6giale
Id' la Rnm'bliiue), n'a d'ail
levrs pas manqud do sotni
'.ner, dans le comlmu'iU1iu
Id!sribue par 1'agence Polo
n'se dle presse ou '1 se declare"'< convain-
cuo quie la v;a','e du Pape
'contribuera au enforce -
ment de 1Unit6 de tous les
Pclona s cro,'ants ei nonji-'
croyants) et 1'ap )rofond's,
segment de la codpir-tion en
tre l'Egl se et 1'tat socia-
l'sf>c> n Polognc.
Tout en exprimant lour
<

du Pape dans I ologre populaire:
soul'gnant qu'tl v
cu les auLorit6s que '0
ciete polonaise>. I
g-anls de Variovieo
mo'ns tenu a fai
nucr "uc ccct2.A vo:i:
fectuait L'h,.v't"
ConfIrence EptscoD
: aisoe.
Dans cc c onextet
ront, pour s'.uvega
ap.arences fac" a
pays soc al .s's, S
o.uor d-s cirrmon:t
les et reilure 10r
camme ce fut le
le gouvernement
lors du recent se
LIovclain tnont ,i


g
a
y
YE
N

kI

l

c


ANNEE DE L'ENFANCE


CONCENTRE

ELEMENTS DE FOLKLORE ENFANTIN
par Pierre BAMBOU


Dominique BatravIl ce jeu
ne adolescent de seize ans,
or-giraire de 1IArcahaie peut
il noas dire pourquoi il a
nomm6 son canter de poe-
mes : 1Boulpiks '? A-t-il ete
motive par d'agreables sou
venirs de parties de billes ?
S'agit-il de souvenirs dojai
lointains, ou bien d'exp6-
riences routes recentes, dans
le cas oif notre pole s'amu
sei ait encore a jouer aux
billes ?

Nos enfants jouent-ils en
core aux bIlles ? C'est une
question qu'on ne peut pas
ne pas poser, puisque dans
nos bazars, dans les bouti-
ques de jouets on ne voit
plus les billes. On observe
routes sorts de jouets so-
phistiqus s : trains Olectri-
ques, camions blinds, a-
vions militaires t61dguid6s,
soldats : miniatures arms
de la tIte aux pleds, mitrail
leuses a rayon laser... Les
pelts sacs de billes frappes
d'une Jolle edtquettue portant,
'lnscrlptlon anglalse : .mar
ble.. made in USA seralent
devenus de plus en plus ra
res, s'll n'ont pas complete
ment disparu.
La fabrica;oon des emar-
ble. nest peut-6tre pas as


sez rentable... aussi renta-
ble que le commc ce des" ar
mes ou la production en sd
rie des films pornographi-
ques interdits aux moins
de seize ans.
De touted facon, le mot
marble est pass 6 notre
Creole. Il s'est adapt a la
phonetique de notre langue
natioriale (la langue dans
laquelle jouent nos enfanis),
pour donner le vocable
< jouent pas aux billes>. Yo
jou6 mab.
Ce dernier term crole :
mabs tradult de fa.con rnt
te l'influence de l'Am6ricain
dans introduction du jeu
de billes dans le monde des
enfants haitiens.
Je suis bien trop jeune
pour statue sur la part des
Am6ricains dans l'introduc-
tion du ti. Je n'ai pas connu 1'Occu
pation Amdricaine. Nos al-
n6s qui ont eu la chance de
naitre avant le d6barque-
ment des rmarlnes, pour-
ralent nous renseigner 6 ce
sujet. L'on sauralt alors si
le jeune Haltlen s'amusait :
sO Jouer aux billess, ,nan
joust mabt... ou au sgrinn
kannik?.
i P. B.


SNo.31028








OND : PLU NCIEN UOTIDI D'TI MMBR D AOCIATIO ITERATIONAE DE PRESS


FONDR EN 1896: LE PLUS &NCIEN QUOTIDIEN D'H&ITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


Le Comite Executif du Car rI val 1979


renseigne I'opinion publique


N'elait 'importance de la
personnel qui pesait le pro-
bkmec, n'etait la crddibilite
que Ion pourrait accord:
a un journal que l'on suppo
sa., renscigne et de bonne
foi, le Comite du Carnaval
1979 devrait classer les no-
tes de PANORAMA dans la
categories des INFORMA-
TIONS VENANT DE FEUIL-
LES DE CHOUX ET N'Y
POINT REPONDRE.

Mais les mensonges de Pa
norama sont tellement gros
siers et Pintention de diffa
mer tellement patent que
Is Comite Ex6cutif du Car-
naval juge n6cessaire d'ap-
porter les precisions suivan
tes :
1) MM. Pierre Dominique,
Wilfrid Justin, et Raymond
AI. Roy.n'oxiti' jitiais demand
di ak partieiper-a I'organi-
sation du Carnaval. Mais fl
leur a ete propose par l'au
torit sup6rieure de pren-
dre en charge lexdcution du
programme dc ces festivities
DOUZE jours avant la date
do Carnaval.
2) Quant i information
donn6e par le meme jour-


GARE!


Si par malheur, vous de-
ves vous rendre a la <,gare>t
roukere de Port-au-Prince,
pour deposer un ami venu
vous rendre visit ou, tout
implement pour prendre un
autobus; mieux vaut vous
mettre en garde de l'aven-
lure qui vous attend. Car il
s'agit bien d'une venture
que de rejoindlre la station
d'autobus de la Croix des
iossales. Les taxis de Port-
au-Prince qui sont pour:ant
devehus a force d'Ige, capa
bles d affronter toutes les
stations, meme les plus pe
rilleuses, declarent forfait.
Il faut b'en avouer que
le detour n'es; pas tres tou
ristique et ne vous commu-
nique guere 1' lenvie d'ova-
sion vers les sables chauds
des plages de la province;
sauf pour les amateurs d'o-
deurs et d'images fortes.
Depuis la creation du nou
veau port de la Capitale, la
station d'autobus, autrefois
bon infant et quelque p,:u
folklorique a dft 6migrer
vers le march de la Croix
des Bossales. Les 6c61bres
vents de sable du Sahara
feraient bien piltre mine,
face au coulolr de pous.iere
et de fumse qui relie la
douane aux autobus.
.91 par -onheur, vous rius
slssez 6 vous orienter sans
trop d'emcombres; m6fiez-
vous non seulemcnt des pi6
tons distraits oun 6gares,
mais surtout ides Onormes
fondrilres au bcanu milieu
de 'la chaussde, dignes des
.plges les plus sophistiqug s
qui soient.
SI votre r6s.stance 6 tou-
tes Opreuves ou votre fer-
me determination vous en-
joint e poursuivre votre pis
te, 11 vous faudra alors af-
fronter les terrible odeurs
nausdabondes de la zone,
auxquelles sont venues s'ad
joindre malgr6 le ramassa-
ge permanent des ordures,
les senteurs Acres de d6chets
divers qui se cpnsunmment lk
dans une parfaite quietude.
Si vous revenez de 1M, sans
avoir ressentl aucune -gne
particulimre, vous recevrez
probablement votre diplome
d'aventurler tout terrain, et
vous 6tes sans aucun doute
prkot affronter les terrl-
bles condlUtons de votre vie


I '. i on ~bstl'I le et
). ',. 1, ,.. ue pour
C I s C
r., P. ~ o cnO
c ; oyen-
r" *, 'ce, la

:, ,' NTE
Is I 't 1.LARS,
soit e nr ,. 'r"Q1 ORZE
IOtLLA'' par uit cprise:

La ll;te d'-, -ui -iqpteurs
sera rendue 1:1 u llique" avec
le rapport complete du Co-
rite. la sema.r.e prochaine.
ee public pourra done se
rendre compete de la mau-
vaise foi, de l'intention de
nuire et de men ir qui ani-
me le journal PANORAMA.

AJnsi done le carnaval, la
plus grande sinon I'unique
fete populaire de ce pays
qui. permIt la fusion de toa
tes les couches sociales. n'a
recu des groupea nantls de
ce pays que la modest par
ticipation de $ 42.000.00. A-
lo:s quc le Carraval est une
occasion exceptionnelle de
divertissement pour leur fa
male, leurs ouvriers et, emplo
yes et le people en generI.
4) Pour Oclairer la later
ne de Panorama et du pu-
blic, nous tenons i prec.ser
que le Carnaval I)79 a co.i-
te en tout et pour tout la
some de S '190.000.t00. Oil
dore Panorama a-t-il decou
,e-t ces centaines de mil-
lie's 0re dollars annonces en
grande pompe ?

Panorama aurai't dd p!u-
tot souligner qu'il est in us
te que ce soit le Gouverne-
ment qui support 80%" des
frais du Carnaval. Le gou-
ve.nFrment du P -Iti.rent a
Vie Jean-Claude Duvalier a,
en effet, pa.c S I&O 000 00
pour l'organisation de celte
fote qui a permi- a i nus, ri-
ches et pauvres, de se deten

tVo r suite pIa)e 6)


clans I'autrc monde : l'enft r
Treve dc plalsen erie, a-
lors que la F.publique vent
de se dotcr d un reseau rou
tier digneo d ce nom, d'anme
naser le port et l'aeroport
international, il serait ur-
gent pour la salubnite pu-
blique et le developpement
du tourism d'amenager meO
me provisoirerment une aire
do stationnemen; qui soirt
plus acceuillarnte ct nlus ac
cessibie au grand public.
Si vous ne me croyez pas,
ie suis nrel a vous offrir I al
ler et le retour en tap-tap
jusque la.
Fernand


Le Sermon de a Semaine

par le Pasteur Luc NER.E


UN EXEMPLE POUR
LES JOURS DEPREUVE3

tL'E 'rnel a donnl et 1E
ternel a 6te; que le Nom de
1'Eternol soit bini !> (Job
1 :2).
x x x x

Les dpreuves constituent
le lot de tout le monde ici-
bas. Cer.ains en ont plus
que d'autres. Cependant, jus
qu'ici personnel n'en a eu,
on si court space de temps,
autant que Job. Ce nest
done pas etonnant qu'en
- Hebreux le nom de Job si-
gnifie : En effet, cet homme a dLt
assailli par Satan qui a fait
tomber dru sutir lui epreuves
aprts epreuves, afin de le
porter a render Dieu.
La Bible Fhonore en of-
frant l'histoire de son itit-
branlable foi en Dieu a nous
croyants, comme un remar-
quable example a, suivre. a-
fin que nous prenions coura
ge lorsque nous nous tro'a-
vons nous-mtmes en butte
aux dures 6preuves dans cet
te vie.
Job a connu deux terri-
bles attaques de Satan. Tou
tefois, malgr6 la duret6 de
ces attaques, Job est rest
inflexible face A l'adversite.
T1 n'a jamais attribu6 d'in
justice a Dieu. Au contraire,
de son coeur piejn de gra-
titude est sort ce cri expri-
mant sa foi dons la sagesse


cI dints la btnsc de D'e,:
z.h i! ',a'i a o011 0tlc i 1'I ie,"
ni".; a o;'! 0 > le Nom1 de
lEternel solt btti !: L'atti-
tude de Job au setn do i ad
versite illustre pour, nous le
b "n frnde6 ce 'exhorta'ton
que Paul nous a. faite en
ces terms : < en toutes choses, car c st
a votre regard la volon e de
Dieu en Jesus-Christs il
Thess. 59 : 18).
x x x x
JOB PERD SES
PROPRIETES PHYSIQUES

II est important pour no
tre instruction spir iueile
d'examiner I'6'endue Des e-
preuves de Job e la nmantit
r6 iont il 1r. a surmontfeos.
C'est pourquoi novs allons
mawntcnant 0vor en detail
le0 diff;,"'entes cnrrcves n1ue
Job a connues i i'occqsion
do chaque attaque et en m8
me emps noter ses reac-
tions.
esu course dle la premii,:e
attaque, Job a perdu ses
propristts physiques et ses
enfants. Nous avons une
id6e de l'ormit6 de cette
perte. Car la Bible dit qu'il
naquit e 6 Job sept fils, et
tro files et que Job poss6
dait sept mille brebis, trois
pairs de boeufs, cinq cents
padres de boeufs, cinq. cents
Annesses (Job 1: 23).
Les nouvelles de cette per

(Voir suilt page 5)
1 :"


Un distinru6
confrere
bahamden nous
visit
Nous avons eu le plalsir
de recevoir la visite, avant
bier, du Directeur de 'lnm-
portant quotldlen bahameen
le .Nassau Guardian-., M.
Mark E. Bethel.
II 6tait accompagn6 de no
tre ami, le Consul Rony Che
net flls.
Directeur du plus ancien
quotidlen des Bahamas, M.
Bethel nous a dit sa joie
de visiter une nouvelle foi.s
notre pays. Il a pu se ren-
dre en province, en Vue do
se fire une id6e plus corn
plte et plus just des rea-
1 1' s -aitiennes. II se '6-
joo't de 1'amelioration des
pa'rie, la relations haitiano baha-
, e o .Or. mnelines don't il souhaite le
srt It re reinforcement.
tant pa. Nous remercizcons le distin
Dpr la "- g'.d Directeur du Nassau
cs diri U.ardian de sa vis',e
olit a0 ---- --
rP rear.r "1CARGUA':
to s''f U U Preo s~
0on I
ale c polo an,. A .
mtara b6ss. par
Als pour Zd W, itar-"
rder it Mil1ANAGUA (AFP)
ux Uat:t. tn Professcur america'n
e de.:aa- '',lpant ei Nicaragua' a
cs off:c.el 6,i tu6 et to ao're bless
proctaole, ,,r en. nr. urp pa-
c0'- pour '-tente m'litareo dan;s la
mexccain 1,,- (teP v'n orcdi a samedi
1o'.11r ( Maipi 'a.
au Me.A- 1I. nat'o'i'llp a ti-p sur
(IT r reOt, ro, -


Hier, Aujourd'hui


et Peut- etre Demain

S Par Carlo A. DESINOR


nal PANOUAMA sur la lo-
ca.1.on lit es Ciliultacthelltsl a'
Champ de Mars, le Cominle
ne pcut que c'onfrn.er iA
deciaraton (tu Ala.re riga-
o10. Lei portions, de terrain
util'sLes pou: I election iu,;
tribunes ont ete dunnecs
gracieusemnent comment Hi I t
BITUDE.
Le Comite Executif dt.fie
done le journal Panoraima
de citer le nom d'un pro-
prietaire de stand qui au-
ratt paye pour l'utilisation
d'espace au Champ de Mars..
A ce propos, le Comite Exe-
cutif et I'Edilite de Port-
au-Prince auraient pu envi
sager ute action en justice
centre PANORAMA pour ces
diffamations notoires. Mats
nous gardons l'espoir que
PANORAMA retrouvera l'e-
lthique professiennelle et se
retractera lui-meme.
3) Au sujet de la partici-
pation massive en numeral
re du Commerce et de FIn-
dustrne, il eut 6t6 plus cor-
rect pour le journal PANO-
RAMA de se.. renseigner au
pr6s du Comite ou de la BNRH
depositaire des valeurs por-
tees au compete No. 5785.


LITTERATURES ET


SOCIETIES

Par Wilhem ROMEUS


-arMoaGEi


- i-- ( onPT




SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 MARS 1979


LA VIE ECONOMIOUE


Le Mexique et u "Nouvel ordre


MEXICO, 'AFP,
L'univers ioilllipolair e, Ie
nouvel ordre en:rere-i- :-
dcux nations 'iu.'e I:-I ic -se
,,* *',,,;-_: ia la -_'jilt O sii
Si ti i li- nt o-in : :Ain .
la premiere 6nonc6e ari'le
President Valtry Giscard
' d'Estaing, la second par
le President Lopez Portillo.
Soigneusement prepare,
la part!'? concrete de ce vo
yage relative aux relations
bilatlrales a et6 consacre-
vendredi par la signature
d'une dizaine d'accords de
cooperation economnque et
Culturelle, sans oublier l'a
dhtsion de la France au Pro
tocole No. 1 du trait de Tl.
telolco, qui interdit r1anne
nuclear s en Am !d' ,ue La-
tine.
A l'acord fi:atianrsc par
quecel L. 1I rare" accnrde un
credit d'un nill:ard de
francs poir flinancer des laro
jets dest'nes au dmveloppe-
melt du Mexique, s'en aiou
tent c'auros sunr Ie cor -
iterce exterieur. les soc -
teurs mini'r et siderurgi' -
one. les chemins de for. los
t lecoriTrmmticat'Dns,. ainsi
cue ceux qui concernent. au
plan cultuirel, les equivalen
c>s de diplomes et le dou-
btl des programmes de te

La Fita -,t en outre dis


ner i ue qsra 1'un des cs p-
energioc ,,e


.posse A partic!per au pro-
gramme nuclJiare du Mexf
que. A cet effet un accord
cadre sera sign permet -,
tant au Mexique d'accdder
a la connaissance technolo
gioue niu.,i, li; dans le do
maine p:c IliIque
Les deux 'chefs d'Etat ont
consacr6 la majeure partle
de leurs tfte-A-tm t g la rd
flexion sur ile role moteur
dans la construction du mon
de, aue les deux prys pour
raient jouer.

Dans son a.scours d
vde, Monsieur Giscard :l's-
ta'Ing avait d.jA livr6 sa pen
soe en affirmant qupe ita fu
ture socidtd mondiale. a
l'image des nations D6mo-
cratioues. doilt tre pluralis
te>. Par la su 'te il est re-
venu sur cette pensde en la
pr6cisant : <,Less multipolairesn, tenant comp
tdede la nouvelle rdparti
tlon 'des resources, de la
demoaraphie et des respon
sabl'.'tes politioups dans le
monde, se substitueraient
auix ,relations bi-polaires
hdritdes des super-puissan-
resn. Et pour le Pres'dent
de la Rdpublique. il ne faith
pas de doute que "le Mexi


pour pnr',e, le Prtsldcnt
Lopi:-z pqrtillo s'est pvyert
dts le premier tidee a tle a
vec le Prsildent francas de
sa preoccupation majeure
qut le conduit A proposer
1'6tablissement d'un ordre
petrolier nouveau.

Les conditions --. -
cuest dans lesquelles s'ef
fectuent la production, la
distribution et la consom-
mation des resources ener-
getiaues ont conduit 1'hnu-
manltd xau bord de l'abime>>
Le President Mexicain -vou
drait que soit admts le con
cept dans le cadre duquel
les resources Anergdtiques
seralent considdrees 'comn -
me patrimoine de 1'humani
tds. Auss'. faut-il letter
pour 1'etablissement d'un
ordre qui garantirait a tons
,un accts sir et equitable
aux sources dnerg tiquos'.


Arrte regleaMentant la opconto
d'Ageat Maritime
ARRETE res ont ete prices en vue
d'une exploitation soutenue
Ar:lcle 1er.- ,Toute entire 'et serieusp de rentrepre.
p rise o u louii te- pO e so n d e .l.... .
sireuse de rempilr la fontc Dans tous les cas, t'Autorit6
tion d'Agent Maritime doit, Portuaire Nationale se rdser
A cette fin, obtenir un per ve le droit, si elle le juge
mis en bonne et due forme ndcessaire, d'exiger" une ga
d6livrt par i'Autorit6 Por- rantle bancaire ou un chb-
tuaire Nationale qui demeu que de Direction tmise par
re le seul Organisme public tie Banque etabile 'en Hal
competent pour ce farre. ti,' asant toutes oo rations
Artidle 2.- Pour Ltre -un g6enralement quelconques.
Agent Maritime, il faut


1.- Avoir la competence
voulue pour gmrer efficace-
ment ce genre d'entreprise;
2.- Disposer-d'un person
nel entrain6 capable de s'ac
quitter de la tache a accom
plir;

3.- Avoir one situation
financiere permettant de sa
tisfaire les ddpenses inht-
rentes a la fotiction; -'
4.- Fournir la preuve que
toutes les measures ndcessai-


Nouvelle Socidte


ONT COMPARU
M. Karl D6brosse, identi-
fid au No. 2810-G.
M. Raymond Moraille, i-
dentifit au No. 7251-A.
M. Fritz Debrosse, identi-
fit au No. 5653.
Tous propriftaires, "emeu
rant et domicilies A Port-au-
Prince.
Lesquels ont, par ces pre-
sentes, declare que les fon-
dateurs de la Societe Ano-
nyme denommee : Haitienne d'Approvisionne-
ment et de Commerce, S.A.).,
au Capital de cent mille
gourdes ou vingt mille dol-
lars, pour satisfaire aux
prescriptions des articles
trois, quatre .et cinq du D-
cret-Loi du vingt-huit aolt
mil, ne'f cent soixante.
La Soceitd a pour obj;et la


construction de residence in
construction de residences in
dustrielles ou autres et la
fabrication d'articles divers
pour le march local et 1'ex
terieur. Cette Socidt6 peut
aussi s'adonner A toutes o-
pdrations financidres et im
mobilieres, acheter, louer,
importer, exporter, hypothe
quer. prendre tons interests
et participation dans tou-
tes les entreprises pouvant
se rattacher a t'un des ob-
jets prkecies ou de nature
a les favoriser, et cela par
creation de socletes nouvel-
les au moyen d'apports, sous
criptions, achats d'actions,
obligation au autres hitres.
Elle pourra faire en general
tout acted de c I ner 3 lie
directiment ou indirecte-
ment a son objet.


Project d'*ducation No. 2


Gouvernement Haitien Banque Mondiale


Le REpublique d'Haiti a obtenu
de ASSOCIATION IN -
TERNATIONALE POUR LE
DEVELOPPEMENT un cre-
diti-de Dix Millions de Dol -
lars americains CU. S. S. $
U.(100.000) pour le finance-
ment d'un Second Projet d'E
dtcation dont le coot ap -
proximatif clobail est est
me a Douze Millions Six
Cent Mille Dollars Amnr -
caiins 1U. S. $ 12600 .'0000).

En vue de la mine en oeu
N "e de ce Projet, qui cum-
prend la cons -uction de
TRENTE et UNE i31i Eco-
les Pnmaircs sloales, DIA
1101 Ecoles Primatres Ur-
bLumines, UNZ 1 Ecole Nor-
mnale Prisaire, DEUX ..) E
coles Professionnelles. UNE
(1 ) Ecole Moyenne d'Agrinul
ture, U:C 1)D Centre de Per
lectitonnement Rapide, CINQ
<5i Studios dans l'aire des
SBatiments de la Radio Na
tionale pour a p"i-5para -
lion d'emissi-ins radiophoni-
ques a caractere educatif,
Cinq Mille (5.000i Tonnes
D'ACIER ROND pour BE -
TON ARME reparties en a
ciers durs No. 2, No. 3 et
No. 4, seront necessaires.

11 est entendu que ICtE
fonds de ce credit contribuE
ron-t A couvrir les cofts de
contracts pour lesquels det
Appeals d'Offr'3 sont lan -
ccs.


A


Les Interesses son; 'vi -
tes A retire le dossier d'AP
PEL D'OFFRES pour 'A -
CEER ROND POUR BE -
TON ARME tous les jours
ouvrables du 5 Fevrier 1975
au 9 Avril 1973 de 9 hei:ree
a. m. 4 1eures p.m A a
dressed suivante :

PROJECT; iLaEDUCATION
GOUVERNEMENT HAI -
TIEN BANQUET MONDIA-
LE
c'o Dcpartement ae i'Edu-
cation Nationale

P. 0. Box 2162
Port-au-Prince, Haiti

Adresse Teldgraphique :
PEGHOM
Port-au-Prince, l er ie -
vricr 1979
Ing. Nicolas Saint -
LAURENT
Directe-: 5%


ON DEMAND

Production.

FULL RESPONSIBILITY
LARGE SEWING FA

Good opportunity Send Curicu:
lary Desired to : Post Office Di
No. 13403 23


kvis d'Anooel d'O9*revpour le Ci2ft-
Le Gouvernement w e laNationnle pour la prepara
Ripub0lque d'H'alti a obtenu, tion d'emiosions radiopho-
de 'ASSOCIATION INTER- nk-ues A caracrtre educatif.
NATIONAL POUR LE DE- Sept Mille Deux Cent Vinnt
VELOPPEMENT. un reddi- Cinq tones (7225) ou Cent
de DIX MILLIONS DE DOL Solxante dix Mille (170.0001
LARS AMIERICAINS (U. S. sacs de ciment Portland Ai
tificic' set it'-iecessaires.
$ 10.000.000.00) pour le fi- I1 eP;t entenc : que .
nancement d'un SECOND fonds de ce credit contri
PRcOJET D'EDUCATION dont bueront l cjuvrir les cofLs
le coft approximatif global des contracts pour lesquelos
est estimd A Douze Mil- IoS APPELS -D OFFRES sont
lions Six Cent Mille Dol- lancs.


lars Americams I U. S S
12.600.000.00).
En vue de la ml.e en oe,
vre de ce Projet, qui com-
prend la construction de 31
Ecoles Primaires Rurales,
10 Ecoles Urbaines, 1 Ecoltf
Normale, 2 Ecoles Protes -

sionnelles, 1 l'Ecole Moyei-
*e d'Agriculture, 1 Centre
ie Perfectionnement Rapi
de, 5 Studios dans 1'aire
des Batiments de la Radio


)E
Manager

Y FOR
CTORY

lum Vitae And Sa
elmas Road Box


rarSrrflzOr~OCr~W


D




Ex


BOUC RP)
*.---- ----


F


Protegez votre mai


centre les termite


et chauve-sour.


DOLMAS 48 BLDG. CURACAP TRADING


Les int6resses sont invi -
tds a retire les dossiers d'AP
PEL D'OFFRES pour le C,
MENT PORTLAND A 'FIFA
CIEL tou- les jours ou'ra -
bles du 5 Fevrier 1979 auo 1
Avril '179 dei 9 "houres a. m.
a 4 heures p. m. Ah ladres-
se suivant, :

PROJECT D EDUCt.-,'ON Nr
2

BANQUET MCNDIALE
c/o Dsl:arl.oment de 1'Edu-
cation Nat'om-.a::

Port-au- ce, HAITI
P. 0. BOX 210G2

Adresse Tel'.graphique :
PEGHBM


Article 3.- L'AutoritM Por
luare Nationale pourra re
user ou rtvoquer tout per
its pour infraction aux re
elements du port ou pour re
us de ailment des horde
eaux ochus.

Article 4.- Aucun Dermis
e sera ddlivrt aux Agents
laritimes n tablis actuelle-
aent A Port-au-Prince ou
.u Cap --a-iteh qtdi "'ac-
luitteront pas intigrale-
nent, dans le os e moisla pu
nlication de cet Arrtei, les
Arricrts dis A l'Autoritt Por
uaire Nationale.

Article 5.- Dans le cas de
petits navires de commerce
et navires auxiliaires, tels
que remorqueurs, yatches.
bateaux de plaisance ou au
tres, la ndcessit de recou-
rir aux services d'Agent Ma
timee nest pas obligatoire.
Le Capitaine du navire pour
ra etre son propre agent s'il
est en measure de satisfaire
les priest aions financidres
aprvues au Tarif



role m txicain :
me studip.
simercana
VASHINGTON, lAFP)

Les exportations mexicai-
ies de brut ne depasse -
oent pas 1.1 million dp ba-
nils jour )usqu'a la fin de
1982, e.i n'allegeront pas la
lanurie du march mondial
rese par l'Iran et suseep
t',ble d'tre aggravde. le cas
echdant, par la ddfailslance
d'un autre pays produce -
teur, indique une etude de
la commission de 1'inergie
du Senat americain. rendue
publu:te a Washington.

L'etude estime a 40 mil-
liards de barils les reser-
ves dea reconnues .au Mex
que et jusqu'a 200 mil -
liards de barils les reser -
ves potentrilles du pays.


<,Au mieux, souligne le d
cument, le Mexique pen
dtre consader6 come un
source potentielle de qua
ties importantes de bru
mais pas avant lai ln d
la prochaine decennie,.

S'lon le texte, C'est 1
doesir du gouvernement me:
cain d'c-viter une poussee
flationniste lide a des re-
venus pltroliers trop impc
tants qui emp6chera une
ploitation des resources
nergdtiques du pays sur ur
large echelle.



Pour la reunion
d'une conference
sur la stabilisatio
des course du
cuivre


ACCORD TEXT4E.


Los negociations entrp Haiti et les USA

s'aMitonceSti sous le sigae de I,'AWPritra


Les n6gociations qu'enga- "
geront; des lundi prochain,
au Ministare du Commerce
et de I'Industrie, les d6l6ga
tons haitiennes et amtri-
calnes sur la revision de 1'ac
cod ts-. les Etats-Unis d'Amrrique
s'annoncent sous le signed
de i'aust6reit, indiquent des
observateurs danas laCapi-
tale.

Cette opinion est renfor-
cEe par le faith que les Etats
Unis n'ont pas modify leurs
positions en cei e qui concer-
ne les products textiles, au
course des rdcentes negocia-
tions multilaterales derou
e s au sein du Gatt a Gene
ve. C'est dire _e 1'attitude
des groands pays importa-
teurs n'a gucre change vis-
A-vis des pays exportateurs.
en particulier vis-a-vis du
seui pays en ddveloppe-
ment le moins' avancbe du
Continent americain. La Rd
publique d'Haiti approche
ces negotiations avec appre
hension. Car si HIaiti se volt
contraint de signer un non
vel accord avec des condi-
tions defavorables a, 'expan
sion de ce secteur, on pent
iprevoir un ralentissement
de la croissance economique
e' un retard sensible dans
nla realisation des efforts


pour un d"ticopoemeat na.
tional', afoi te-t-on.
Les nourparlers seront me
nds, dou cot6 amricain, par
M. John St. John du Depar
tement d'Etat, chef de la d6
legation, M. Edward Gott-
fried du D6partemenJ du i
Commerce, Mme Florence Ja
mes du Do partement du Tra
vail, M. David Ramsey, du
Service de Douane, M Ro-
bert 0. Richmond.. Premier
Secretaire de lAmbassade
des Etats Unis en Haiti, et
MM. Carl .Priestland et La-
zare Caper, industries amr
ricains installs en Haiti, en
quality dobservateurs. La


delegation hailienne seraa
preside par PM Jean Robert
D-Isom ei c.onl'si-i-.ee de M.
Ma.ro BriLre. Mile Sanite
Ldonard (D6partement du
Commerce), de M. Stanley
'Thdard (D6partement des
Affaires Etrangtres) et d'un
Sdlegu6 du D6partement des
Affaires Sociales, qui nest
pas e-ncdre dsigne.
L'accord, en'tre Haiti et
les USA sur le commerce de
textiles, est marque par
une clause restrictive, qui
limitede A 60 millions de yards
carries le volume d'exporta-
tion d'Haiti vers les Etats
Unis d'Amdrique.


Commission d'Expertise des
Routes rationales
ARRETE de 1'Agriculture, des Ressour
Article ler.- Sont nom- ces Naturelles et du Deve-
mts 1Vtembres de la Com- loppement Rural;
mission d'Expertise des Rou 4) Me. Max Andre, repre
tes Nationales et Secondai- sentant du Departement de
res de la R6publique : l'Interieur et de la D1fense
1) Me. Canova Barjon, Re Nationale;
pre-sentant du Departement 5) Me. Gerard Delbeau,
des Finances et des Af.fqi- representant du Departe-
res Economiques; ment de la Justice;
2) Me. F61ix Sapini. repre 6) L'Ing. Jean-Joseph Ba
sentant de lAdministration zile, representant du Depar
des Contributions; tement des Travaux Publics,
3) M. Fritz Hyppolite, re Transports et Communica-
presentant du D6partemcnt tions.


P6trole: La riposte du monde

occidental a la hausse du brut


PARIS, (AFP)
Les pays Occidentaux. oui
ont derid vendredi de dimi
nuer de 5 pour cent en (1979
leur onsommation de Pe-
trole. rdpondent ainsi a l'-n
volee des prix du brut con
secutivea la crises iranien-
tie.

L'agence international de
t'energie IA.I.E. I qui re -
groupe tes vingt principaux
pays Occidentaux. a 1'excep
tion de la France. s'est en-
gagee a diminuer la pres-
3 sion sur le march mondial
en reduisant de 2 millions
de ba-rils-jour sa propre de
Smande en 1979. Cet effort de
y vrait permettre le ritablis-
i segment de l'e-luilibre centre
l'offre et la demand, et. a
breve echaance. de freine-r
la hausse des prix du brut
',I1 etait absolument n't-
0 cessaire de prendre des me
It sures pendant qu'il Etait
e encore temps, et que nous
n pouvons Aviter 1'aggravation
t, de la s tuation,, a decla -
le r a l'issue de la reunion d
conseil de I'A.I.E., son press
dent Monsieur Nils Ersbolt
e Les pays membres, a-t-i
xi dit, se sont engages a pre
1 dre des measures tferm-'s r
pides, et coordonnees,.
or
ex Selon le scenario' mis
0 au point par l'AIE., qui tier
ae


GOUVERNEM-NT HAITIEN QUESTIONS
Port-au-Prince, le 1 r Fe- CUIVRE NATIONS
vrier 1979


.ng. Nicolas SAINT -
LAU-- ENT

L)ropp.teur


&ratisationi




termination



umigation




ison






is


TEL : 6-0431


UNIES (GENEVE), (AFP)

Une reunion consacre
la preparation d'une Con
f6rence sur la stabilisa -
'- tion des course du cuivre
S s'est achevte Vendredi
Gendve sans rdsultat con
cret.

Les d616gations des quel-
que 40 pays reprtsent6s ont
simplement dtcidd a 1'is-
sue d'une semaine de tra-
vail de charger un group
d'experts d'6mettre des re
commendations qui seront
soumises a une nouvelle ses
sion prdparatoire avant Sep
tembre prochain.

II s'agissait de la treizi6
me. reunion consacrde au
cuivre depuis que le pro -
gramme de stabilisation
des matitres premieres a Wtt
lhnce en 1974 lors de la 46.
CNUCED (Conf6rence des
Nations-Unies sur Ie com-
merce et le ddveloppement)
Plusieurs pays en dtve -
loppement, notamment le
SP6rou, le Mexique, le Vtnt
zu6la et les Philippines a
valent .pourtant soulign6 cet
te semaine la n6cessit6 de
convoquer le plus rapide-
ment possible nt1 confiren
ce pour nagocier cet accord
Sde stabilsation.


1-


comite Ge la reprise en
'ours de la production de
1'Iran second export tur
moondial le deficit mon -
dial en P6trole pour 1959 -
hors pays de 1'Est-seraes d,
2,3 millions de barils par
jour si aucune measure n0-
tait .prise. Ce chlffre corres
pond a un troutu < de 4.5
pour cent de la consomma-
tion.
Ce scenario escompte une
l1gdre ., o.-r, :,i,:, de la
consommation dans les
pays de I'AIE. ide 37.7 mil
lions de barils jour en 1978
A 38,4 mlS'ons en 19791 et
dans le rest du monde 'de
13.5 millions Ah 14.2 mail -
lions i. La demand glohale
se situprait ainsi A 52,6 mil-
lions de barils jour.
S L'offree de ptrole de
l 'O.P:E.P. serait leo're -
meant inferieure a cell de
1978 en reason de la silua-


tion iran'iennei. in revan -
chie. o-s pays de 'AIE. et le
reste du monde relcveraient
leur production. Au tQial.
loffre serait de 51.1 mil -
lions de barils-iour n 197().
Les 19 pays de I'AIE vont
devoir maimntenant adopter
leur propre prnrioe imip cha
cun s'etant ei,, ,- dlimi-
nuer de 5 pour cent sa con-
nsommation de pdtrole par
des measures tenant compete
de leur propre bilan 6ncrgt
tique.

Monsieur Nils Ersboll a
m's 1 accent A l'issue de la
union sur 1 enga'jencnt po
litioue ,.sans ambiguo it;>
des pays Occ'dentaux et
s'est fel-cite du relsvementt
de la production de petrole
ddcid6 par certain pays de
I'OPEP Arabie Saoudite no
tammenti pour soulager le
march.


MESSIEURS

AIMEZ VOTRE FEMME !

S PP @TGEi-LA FATES Y.A

PLANIFICAT10N FAMILIALE!





parce que, m4me sans gros revenues, 7es hai-
tiens savent maintenant comment inettre
de I'argent de c6td tour les mois pour le
fire fructifier.

parce que, mirme sans capital au depart, i/s
pourront r6daiser tel ou tel de ces prolets
don't ils rdvent depuis longtemps une rou-
velle volture, une maison, des 6tudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une,
recraite heureuse.




LA BANQUET NATIONAL

DE LA '

REPUBLIQUE D HAITI


Pour les Hommes... en Falblesse, en Panna



HANDSOME UP



RIEN A AVALER, RIEN A INJECTED Traitez vous, vous


memes, a domicile; la duree du traitement depend


de P16tat pu de 1'&ge oe la personnel


127 RUE DES MAGASINS DE L'ETAT, PHONE 2-2249
w ,, .o-a .cr c,,-- .-'a' r--ra t" 4r" Z .'O' C jC -


PAGE 2


ON DEMAND

Typist

Bdekeeper
EXPERIMENTS
ENVOYEZ CURRICULUM VITAE ET SALAIRE DE-

SIRE A P. 0. BOX 2010.


Avir d'APrel d 'Offres
pour PAcier Rond pour betcn armed


o--ooo4~4 111111.


-, ~~~s~- ------ ---------~K ~




PAGE 3


SAMEDI 3 ET DTMANCHE 4 MARS 1979


po 60000 000



eId' Americains



NoEA TUBEANT SUPER EO prfrent Colgate!


CAPITOL f,

Samedi 3 Ilmanche 4
Lundi 5 Mars 1979

12 h 2 h 4 hres 6'h 8 hres
10 heures
UN MOMENT
D 'EGAREMENT


IMn' IAL

IMPEMRAL A

Samedl 3 Dimanclie 4-
Lundt 5 Mars 1979

12 h, 2 h, 4,h 6 h 8 h 10 h.

VAS Y MAMAN


Entrie G. 5-00
Avant 2 h 30 G. 3.00 Entrde G. 8-00
Apres 2 h 30 G. 5-00 ENFANTS
Entrie G. 3-00
CAPITOL if
IMPERIAL 2


Samedi 3 Dimanche 4 ,
Lundi 5 Mars 1979 S:
L
12 h 2 h 4 heures
6 heures 8 h, 10 hres 1
LE GENDARME EN E
BALLADE L
6
Avant 2 h 30 Gdes. 3.00 E
Apres 2 heures 30 G. 5.00 E
C
CAPITOL III
I
Samedi 3 Dimanche 4
Lundi 5 Mars '979
I
12 h 15, 2 h 15, 4 h 15,
6 h 15, 8 h 15 10 h. 15 H

LA FEMME DU DIMANCHE.
E
Avant 2 h 30 Odes. 3-00 (
Apres 2 h 30 G: 5.00 E

CAPITOL 4 E

Samedi 3 Dimanche 4
Lundi 5 Mars 1979

11 h 45, 1 h 45, 3 h 45
5 h 45, 7 h 45, 9 h 45 D

OEIL POUR OE--

PRIX UNIQUE
Gdes. 5-0n



l Luxe Auto Cin 1
Samedi 7 het 9 hres
Entree $ 2-50
JACK L'EVENTREUR
Dimanche 4 Lundi, 5 Janvier
7 hres et 9 hres
Entree *$ 2-50
UNE FEMME LIBRE
x x x x

Cine Senegal
Samedi 6 h 8 hres
LE REQUIN DU KARATE
Entree G, 1-50 2-00
Dimanche 3 hres
POUR UNE POIGNEE.
')E DOLLARS
Intree G. 1-50 2-00
5 7 9 hres
TAMO LE MOINE
'ntree G. 2-00 2-50 3-00
.Lundi 6 h ef 8 hres
L'OR DE MACKENNA
Entree G. 1-50 2-00
Mardi 6 h et 8 hres
VICTOIRE A ENTEBBE
Entree G. 1-50 2-00



Auditorium
Dimanche 7 hres
MORTELLE RENCONTRE
Entr6e G. 3-00
Lundi 7, hres
LA MALLE DU CAIRE
Entrie G. 2-00
Mardi 7 heures
JACK L'EVENTREUR
Entr&e G. 2-00



Cln6 Triomohe

SALLE I.
NEW YORK BLACK OUT

8AILE t
% 1,50 2;00
MOI, FLEUR BLEUE

SALLEsi
$ 2;00
FIST.

BALLET W &
$ 1;50
LA REASON D'ETAT


L'Ilsfftut
Frnais
ACTIVITIES
CULTURELLES

Samedl 3 17 hLCurPS.
THEATRE : *TI CRAB. Re
Orlse du spectacle de mar'n
States pour enfants. Au pro
ides Pupilles de St.-An-
irne
EDGe : ;3 Gourdes


amedi 3 Dimanphe 4
undi 5 Mars 1979

2 h, 2 h, 4 hres
ntrie G. 5-00
A GUERRE DE L'ESPACE.
h 8 h, 10 hres
!ntrde G. 8-00
INFANTS
Odes. 3.00

IMPERIAL mI

Samedi 3 Dimanche 4
Lundi 5 Mars 1979

HIBERNATUS

12 h, 2 h, 4 hres.
Entrde G. 5-00
6 h 8 h, 10 heures
Entree G. 8.00
INFANTS
Sntree G. 3-00

X yN x

Rex Theatre

Dimanche, 10 hres
Entrde G. 1-50
ASSASSINS
Avant 5 hres Gdes 1-50
A Partir de 5 hres
Entrie G. 3-00 et 5-00
12 2 4 6 8 10 hres
Entrie G. 1-50 3-00 et 5-00
Lundi 5 et Mardi 6 Mars
12 2 4 6 8 10 hres
LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR
Avant 5 hres
Entrie G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entree G. 3-00 et 5-00
xxx x

STOl-E CINE
Samedi 6 h 30 et 8 hres 30
NEVADA SMITH
Entree G. 1-50 et 2-50
Dimanche 6 h 30 et 8 h 30
BRUCE LEE FILS
DU SOLEIL
Entrde G. 2-50 et 3-50
Lundi 6 h 30 et 8 hres 30
CALIBRE 32
Entrie G. 1-50 et 2-50
Mardi 6 h 30 et 8 h 30
BURK ET SON
COMPLICE
Entree G. 1-50 et 2-50
xx X x

MAGIC CINE

Samedi 6 h et 8 heures
Entr6e G. 3-00 4-00
Dimanche 5 hres 7 hres 9
Q U I.
Entree G. 4-00 i-00
Lundi 6 hres et 8 hres
LE COMITE DE
MONTE CRISTO l6re
ipoque
Entr6e G. 3-00 4-00
Mardi 6 hres et 8 hres
QUATRE CHARLOTS
MOUSQUETAIRES
Entr6e G. 3-00 4-00

MAG 1C .CIN

DIMANCHE 5h T 9h


avec : MAURICE BONE
ROMY SCHNEIDE) SIM(
NE BACH, GABRIT. LE T]
TI.


Au course d'une r- 1onnie
en voiture au boro ..'e Ia
mer, un jeune coup-, se dis
pute. Claude d6ma ? la
volture en trombe, -.'abi-
me dans les lots. .'t ~t l
le point de depart 1 'le-
ments complexes qui tous
aminent vers un drat po
licler. Marina I'epouse est
soupqonnee de me re,
d'autant equ'll a 6td ( :ou
vert le charger du ] o-
let dans le sac de MAI .riIA
et II manque une bk,le.
EST-CEl UN ORIME oUn ln
ACCIDENT? QTUL El --
RA LE DEIOUEMET '
QUI ... drame police
nigmatlque. qul retlent l':,
tentlon el tient le specti
teur en haleine.
Entree 0. 4.00 et 5.00


Samect, 3 1s 1979
M AuX
EP, f6NS
DimrnLchb 4, Mars 1979,
AGENT TRE SPE IAL
LUNDT 5 MARS 1979
BIEN JOUE
MATT ELM
Mardi 6 Mars 1979,
AGENT TRES SPECIAL



Paramount

Samedi 12 h, 2 h, 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 8 h. l10 hres
Entrde G. 3-00
LE GENDARME DE
ST TROPEZ
Dimanche 12 h 2 h 4 hres
Entrde G. 2-00
FURIE CHINOISE
Entree 0 3-00
6 h 8 h 10 hres
Lundi 12 h 2 h 4 hres
Entrde G, 2-00,
FURIE CHINOISE
6 heures
Ehtrde G, 3-00
8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
EMMANUELLE ET
FRANCHISE



Lido

Samedi 12 h 2 h 4 hres
Entrie G. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entrde G. 2-00 et 3-00
3 SUPERMEN DU
KUNG FU
Samedi 12 h 2 h, 4 hres
Entree G, 1-50
3 SUPERMEN DU KUNG FU-
G h 8 h 10 hres
Entree 0. 2-00 et 3-00
Dimanche 10 h I42' h, 2 h 4 1
Entree G. 1-Sq.
ILA BRUTE. LE BRONZE
Et LE M.ECHANT
h, 8 h, 10 hres
Enri EPREUVE DE FORCE
Lundi 1-g h 2 h 4 h 6 hres
Entrie 0. 1-50
EPRiEUVE DE FORCE
8 h et 10 hres
Entrie G. 2-00
SEXE ET KARATE


La 8ecrktasrerle djE'fat. du
Commerce et de I'Indultrtle
advise le Public en g6n6ral
et le Commerce en partlci
lier que la commission Con
sultative I.nstltu6e par les
Decrets-Lots des 13 Mars 196i
et 8 Octobre 1969 sur le:
Industries Nouvelles a agree
une demand produlte le II
Janvier 1979 par Me. Gary
LISSADC pour SOCIETY
GLADBAGGS S. A une en
treprise de fabrication d o
jets en bols. cuir. plastic e
tissus destines a 1'exports-
tion, et., dans son Rappor
du 8 f6erier 1979 a recom
made que cette entrepris
beneficle des advantages pr
vus par les dits Dlcrets
Lois.

En consequence la fran-
chise douaniere est accor-
die a cette entreprlse su
les articles suivants .
50 Machines a coudre indii
trielles sores
4 Machines 6 couper 1
cuir et accessoires
10 Kick Press et access
res
10 Machines a mincer
cuir
10 Machines pour plier
coller le cuir et accessoir
MATIERES PREMIERES :
Aiguilles
Fils pour machines a co
dre
Rivets Canevas en rouleas
Ciseaux Accessoires en r
tal
Boucles .- Pressions B:
tons
Fermnltures 6clair non fa
briquds en Haiti
T u dlai de 12 mois e
accord a l'ntiresse pour
boter '-es operations.
S Par ailleurs. cette enti
prise devra 3e conform(
strictemeri ax disposition
des article- 2 4.25. 26 et
du Decrer-L". du 13 ma
1963
Port-au-Prince, le 8 Fevr
-979
Sectrtairerie d'Etat du Cor
merce et de l'Industrie

AVIS DE FORMATION DI
LA SOCIETY
ANONYMtE DENOMMEE
CHRIS CRAFT OF
HAITI S. A. (CRICRAHAS
Conformement au Dec
du 28 Aofit 1960 organist
Ia formation et le fonc
Tiornnemert. des Societes
I nonymes, il a eti depos6
23 Fdvrier 1979 au Depa
ment du Commerce etc
l'Industrie et le 2 Mars
en 1'Etude de Me. Ernst
vin, Notaire a Port-a
Prince une cope des Sta


tuts de la Socl.6 6 Anonyme
en formation d6nQmm6e
u CHRIS CRAFT OF HAITI
e S. A. DONT le silge social
I est 2 Port-auPrlnce.
u Son objet principal est de
n s'adonner a 1'-mportation,
1achat, la 1,,nte et la loca
2 tion de bateaux de piaisan
s ce, de sport ou de commer-
e ce. Elle pourra aussi se li
, vrer a toutes operations corn
merciales se rattachant di
E rectement a cet objet ou a
- tous autres similaires ou
b
t connexes.
Elle pourra 6galement
t. s'adonner a toutes op6ra-
tions financiires, mobility -
e res ou immobil eres, ache-
6 ter, louer, affermer ou
poss6der tous immeubles n6
cessalres a l'implantation
de 1'entreprise. Elle pourra
en outre possdder des ac -
tions dans d'autres Societds
.r et participera a la forma-
tion et a la gestion techni
s que ou professionnelle de
as toute autre Socii6td Comn -
merciale ou Industrielle
e qu'elle soit Haitienne ou 6
trangere. Les objets ci-des-
f. sus sont inumiratlfs et nor
limitatifs.


Decs de Mine lobs
VWtt Pima
Pax V!.lla annrioce Ie d6-
ces survenu le ler Mars 78
a l'Impasse Pereira de Ma-
dame fnis Victor, Pascal-.
En cette penible circons
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent lPures
sympathies a ses enfants M.
St Victor Chr'stian et Ma-
dam". Madame Edmee Chris
tian, Madame Mercie Chris
tian actuellement a New
York., Monsieur SinvIlus An
dr6 Pierre et Madame, a ses
petits enfants 1'Ingenieor
Meighan Christian et Mada
me k Alix, Chenqt, Jackson,
Hdrard, Emmanuel, Hermi-
ne, Yves-Marie, Jean Rend,
Herold, Linda, Micheline,
Ernest, Stephen, Christian,
Anne-Marie, Qhristian Rom
mel, et Magalie Deschi -
neaux, Dorothy Lamour, Ma
rie Josde, Marie Lousse Lis
sa, Guilene Christian, Rose
Andrine, Marie Enie, Te -
tramon, Junelle Pierre, A
ses arrieres petits enfants
Nadyouska, Pierre Meidly,
Shaina Julie, A ses parents
Monsieur et Madame Vi -
lius Jean Pierre Madame
nde Arlette Christian, Mar
gareth, Yves, Jean Baptis-
te Narcisse. Aux families :
Christian, L.imotir, Pierre,
Deschineaux, Jean-Pierre


Fondee par Mss. Craig K. Narcisse, et a tous les s
Williams, Clifford H. tres parents et all:-es 6p
Brandt et Constantin' Ma- v6s par ce deuil.
yard Paul, la Sociiti a un
capital social de Vingt Mil Les funiraillps de Ma
le Dollars $ 20.06) 00, di me In6 Victor Pa-e.,l ser
vise en DEUX CENTS '200' chant6es le Lundi 5 Ma
actions de CENT (1060) dol- 4 heures P. M, au Ten
lars chacune, entiirement Adventiste de la Rue du
souscritis par les actionnai tre oft la depouile io
res. le scra exposee des 2 h
Elles sont nominatives ou res.
au porteur et se prlsente -
ront sous forme de certifi-
cat d'actions.
Port-aq-Prince le 2 Mars 79 Cham innat
POUtREXRfAIT CERTIFYI 'e Frhampn o at
CONFORME de France de
Me. Constantin Mayard lere Division
PAUL 33
x x x x PARIS (AFP)
AVIS DE DIVORCE Voici les risultats enr
Le public est, par les pre tries au course de la 28e
sentes. inform, aux fins uti journie du championna
les de droit, qu'en execu France de football de
tion d'un jugement contra- Division
dictoire rendu par le Tri Bordeaux et Reims
bunal Civil de Port-au- Strasbourg bat Angers
Prince, a la date du 18 Jan Nancy bat Sochaux
vier 1979. admettant et pro Paris S. G. bat Bastia
nonqant le divorce des epoux Marseille bat
Eddy Fontus, la femme nee Valenciennies
Nonia Jerome, l'Officier de Lille et Lyon
1'Etat Civil de Port-au-Prin Metz bat Nimes
ce, Section Sud, les formal Nantes bat Paris FC
tes legales prealablement St. Etienne bat Laval
remplies, a transcrit, sur les Monaco bat Nice
Registres de son Office a ce x x x
destines, le dispositif du ju CLASSEMENT:
gement don't s'agit, ce. a la 1 -Strasbourg 42 pts
diligence de 1'epoux deman 2-Nantes 38 pts
deur. 3 -St. Etienne 38.pti
Port-au-Prince, le 3 Mars 79 4-Monaco 37 pts.
Jean VANDAL, Av. 33 5 Bordeaux 34 pts.


Iu-
rot


ida-
ront
rs 2
iple
Cen
rtel
heu-
33


reeis
eme.
t de
lere

0-0
2-1
2-1
2-1

1-0
1-1
2-0
2-1
2-0
2-1



s.
ts.


148 gle 4*~1w~to BPsI Sur une
monee. ChWinosecontre Ia. Laos


MOSCOU, (AFPI
Quelques heures .,-.ule -
ment a]5r6s le discours pro-
nonce 4 Moscou par Mon -
sipar Leonid Brejnev. le gou"
vernement Sovietilque a dit-
fuse une '.declaration. de-
noncant la menace d ine
intervention chinoise con-
tre le Laos>.

tre la R6publique Socialiste
du Vietnam se ddveloppe.
Au mIme moment, parvien-
nent deg informations lur
la concentration des forces
chinoises sur la frontitre a
vec la R6publique populai-
re Ddmocratique du. Laos.
Des units de 1'armle ch;,-
no'Ge sont transfdrdes, no-,
tamment, dans la r6gion-
frontilre du Laos et du Viet
nam,, souligne le gouverne
ment Sovidtique.
cTout cela signifie, :>ouri
suit la declaration, que la
menace d'une intervention
chinoise pise maintenant
sur le people du Laos qui
a combattu, cote a cote avec
ses frlres Vietnamiens, pour
la liberty et 1'indlpendan-
ce, contre 1'agression imp-
rialiste amlricaines.
tient a son independence


qu'll a engage son pays sur
le chemin du socialisme et
qu'il a itabli des relations
paciliquea e' amicales avec
ses voisins nE correspond ma
nifestement pas aux visees
h6g6monistes des dirigeants
chinois7, ajoute 1", d6cltra
tion.
Laos constitute une menace
contre l'insdpendance et la
souverainet6 de tous tes
itats de 1'Asie du Sud-Est.
Celui qui porte la main sur
le people Lao 6pris de )ax
ne s'arretera pas devant de
nouvelles ventures, mil.-
tairess, pursuit le gouver
tenrt : Kla situation exige
nement Soviftique, ajou -
l'arrit immidiat et sans
condition de l'agression chi
noises.
Dencncant la politique
ta.,ns pays, a 1 egard de I'a
gression, le gouvernement So
vi6tique conclut ,les ac-
tions de la Chine ne pou -
vent pas laisser indifferents
ceux quoi sont interesses, reel
ment, par la security des
peuples et la sauveparde
de la paix. L'agresseur Chi
no's doit savoir que plus il
comettra des crimes, plus le
, clit'ment sera severe .


ON. RECHERCHE
Entreprlse commercial d6
sire employer Reprisen -
tant. de vente. Experience de
la vente et du Marketing
preferable. Volture Indispen

Envoyer curriculum vitae',
Postale 1316 Refirence D. P

A LOUER
Hall t Louer 2 Lalue -M
bonne position Sonnez -
le 2-4928 : 7 h 12 h I M.
4 hres 7 hres P. M.
". x

A VENDR' "
Voiturt e F:i1 85, Sport
Coup6 fonctionnernene, l'e
condi tionne peut etrc vu '
la Technmmoteur 2 Delrmna
oft vous pourrez faire vos
offres.
x x Y x
XX x X
A VENDRE
A Vendre Jeep Suzuki 1977
en parfait itat.
Tiliphonez le 2-0713 pour
renseignements. 93
xxxxx
A LOUER
A Louer un compresseur.
deux marteaux piqueurs et
ses dquipements. Le tout 2
1'6tat neuf.
Til6phone 2-3274. 63


Directeuri de
( production

Les candidates doivent a
voir 5 ans d'experience mi-
nimum en Electronique de
niveau sup6rieur et le desir
de travailler dans un mi -
lieu hautement dynamique:
Des connaissances n;
cores imagnitiques et en bo
binage setbnt considers un
advantage.
Francais Anglais bl3''--
toire. Salaire en function de
experience.
Envoyez curic n
et resurtm salarical a.:
ALLIED INDUSTRIES S. A.
P. 0. Box 200 B
Port-au-Prince, Haiti. 73
x x X x x
A LOUER AU
CHEMIN DES DALLES
Un itage pour Bureau corn
pregnant six (6) grandes sal
les don't cisnq (5) clima.i -
sees trois (3) toilettes et
une (1) petite salle pou -
vant servir de dep6t ou au
tre.
Pour tous rense;ignements
complementaire. appelez au
No. suivant a partir de 2 heu
res 30 p. m. ou entre 6 heu
res 30 et 8 heures a. m.
6-2947 103


DANS NOS" CINEMAS


Avis Divers


Petites Annonces


r- --~--, M---- -- --- ~Y~)~M ~ ~ ~ -~


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE ...


Les nowMite. Iftnes fluides de la CELICA ont etd proqrammees sur ordinateur pour lui assurer un minimum de

p asWnee A P a prafw qu'un maximum de stability a haute vitesse

PASSEZ NOUS VOIR A LA'


HINOTO S. A. Rue Pavee Tel. 2-0658


macw acc~--- --- *~,@@~t WQW@- O------ ~~/~~~~; C~W4@0~Y03


--'- AN~r~r~s~s"-''~-~UU~~~Cd


I -


Y


.I




?AGE 4


Salle 1: New-York Black-Out


Salle 4:


SI




I


Avec Jean Yanne Monica Vjtz
Ils se sont attaques a in Gouvernement et ce Gouvernerment a stv iALt:r
territre un argument supreme avec lequel if peout detruire n'impoErt
qui, n'import e. Quand, n'importe comment.
C film est Inspn de faits authentiques.
SALLE 3 FIST


Avnc Jsu Mi(ia nh Jure Aiyson, Ray Miliand, Jean Pierre
\Uamc i- L 't .Lzz icirts les plis dr-aatiques jamaPs vecues.
Un'? nui .o ?a peur el la panique rodcna dans ies rues.
'our les nerv/jelaLa; tiEm2 ;- a.- tAier Icr vie,
)soantwne 2: stt parge dCans cette ville devenue olke
en proic a s & .stri ei ct!dkctive

.K.


Sl c t-]


Moi Fleur Bleue


Avec Jean Yanne, Sydni Rome. Jodie Foster V fI t1t
Ce film nouw corte uie double histoir2 d'amour, celle de deux enfants
'law
du siec[e et de deunr deroule dans un decor de comddie adults et se
basculant sans cesse de la tendresse a l'humour, de I motion a la dr61lerie
Un Jean Yannc encore plus sympa.


nict a ,a~ ~ ~L~aAU5Bt % C3L A [taStUa&C U ui itbnlCiKt etC uC bull
destin partage entire amour et le pouvoir 1 La justice et la
corruption


--------------- :~:z..oocaaooarncrozacnccagggg~~~jaa N-. ... ~~~oaoooccr -r


AU TRIOMPHE

CETTE SEMAINE


SAMMDI 3 ET DIMlANCHE 4 MARS 1979





SAMEDI 3 ET DIMANC1tE 4 MARS 1979


DAYlAX


LE SERMON DE LA SEMAINE


PV3JE 5


Laxatif a chocolatVainquear de la constipation


PgC9ND OUFFLE DE

~epnd oufle e io~fnsiveo conftet le regime Ougaradais du Prtza~e


(Suite de lv lire page)

te lul parvenalerit coup sur
coup en un seul iour. Viai
-'.neb'lTonI rItr, Satan crut
que cette concentration de
mauvalses liouuteileC urialt.
secou6 Job '"proloniiementr
Mais Satan a 'nmil l aIc'uIe.
h Car la Parole de Dieu" atfir
me que : pas les mauvals:-, nri\'Oelles
son coeur est :'t m',r, -
flant en lIEternel, (Ps. 112 :
7).

Tel, en effet, a 6td Jol'
lorsqu'il apprit tour it tour
de divers serviteurs resca-
pes que, premierement des
brigands Sab6ens avaient en
levi ses boeufs et ses ines-
ses, aprOs .avoir assassin


tous les gardens, sauf cell
qull set ecViappe pour ap-
porter la nouvelle, que deu
xletnement. '"ses sept mille
brebis ont 6t6 consumees.
avec tous leurs gardens,
.saul un, dans un vaste ln-
tendle" ravakeur 'oent i dr)-
gnne' reste fiysyerleu-e,' sl
ce r, et q it'll I ai irCuc'-er
au.'cel 'iue, t-bisleinmdht,.
des piarats Cli/deerk c;ii-
ses rn trolt badrie, so ic'nlt
emparns de ses trols mille
cnameaux, apres avoir mis
a mort les gardenss' sauf un.

La perte que Job a subtle
6tait cutn-:iderabc. Car les
boeufs,- les 'inee.iei, les br.e
bis et les chameaux consti
tuaient toute la richesse ma
terielle de Job. La stratdgle


(OFATMA)

AVIS.

LA DIRECTION DE L'OFFICE D'ASSURANCE AC-
CIDENTS DU TRAVAIL,, MALADIF, ET MATERNITE
(OFATMA) PRESENT SES COMPLIMENTS AUX
USAGERS DE L'OFFICE EN GENERAL, AUX EM-
PLOYEURS ET TRAVAILLEURS EN PARTICULIER.

ELLE SE FAIT LE DEVOIR DE LES AVISER DU
I TRANQFERT PROVISOIRE DE SES BUREAUX, Y
COMPRIS LE SERVICE DE LA CARTE DE SANTE,
AU NUMERO 40 DE L'AVENUE JEAN-CLAUDE DU-
VALIER (TURGEAU).

EN LES ASSJJRANT DU MEME ACCUEIL DE TOU-
JOURS. LA DIRECTION PRICE D'AGREER SES RE-
MERCIEMENTS ET SES -SALUTATIONS.






8 Mercredi 7 Mars



Super special Bistrot


RETOUR DU CANADA
POUR UN UNIQUE SPECTACLE



3 Henri Pierre Noel


et son piano


Jazz Folklore Classique

Piano et Chansons

UNE SUPER SOIREE
MUSICAL BISTROT

EN EXCLUSIVITE


RESERVATIONS -- INFORMATIONS


LE BISTROT. TEL 2-1809

NE MANQUEZ PAS CE SPECTACLE EXCEPTIONNEL


ce -Satan en pottant le coup
centre Job a &te do le prt-
.ver 'de toute .sea rIcresse en
. un soul jour, afin quil per
dit sa.fol dans la provide
c et la protecctlon de Dieu.
Et quand Satan itt arriver
I June'-Aur I'autre les 'auval
so-s notyelle. 'a Job, c' tatt
pour que Job efit tries peu
de chance de se reprendre
enl.i-e' iarirtee de deux rap
':urleur"'' itic ,si.li_: Ainsi,
ton peut conmprendre pour
quot iandie qu'un rappor-
teur parlait encore, un au
tre vint avep une autre mai
vaise nouvelle. Cette success
sion de malheurs ia pge ar-
rang6e par Satan pour que
la foi.de Job flanchit sous
le coup d'une telle avalkn-
cne d,'adversitd. Maintenant,
sl Job avait centre sa vie
sur ses possessions mati-
rlelles, si son principal intd
ret n'etait pas en Dieu. la
perte de sa richesse auralt
suffi pour donner i Satan
ralson sur lui. Mais heureu
segment, Job avalt mis en
pratique cette exhortation
alvine avant mime que Da
vid l'eut formulM en ces ter
mres : Quand les richesses
s'accroissent, n'y attached
las votre coeur> (Ps. 62:
11).
JOB PERD SES
DIX ENFANTS

Lorsque Satan avait fini
de priver Job de son cleptel
vif qui constituait sa riches
se materielle, il detruisit sa
famille d'un coup. Il pou-
vait aller si loin. pace que
Diu naifn atmuen


la terre. L'Eternel a donn6
(t T'!tterne' a 6te. que le
Nom' de 'Eternel solt binli Ie
COce prosternation et ces
paiole, de. la part de Job
sonit la fols un acte de
siumissloni a" la 'olontit6 de
Dieu et aussi la demonstra
tion d'un esprit de victoire.
Car lorsqu'un home tra-
verse des moments si terri-
bles daps la vie et pdnse as
adorer DiTeu, en rendant te
mofgnage a la souverainet6e
divine et en confessant sa
d&pendance de cette haute
souverainet6, un tel hom-
me est plus que vainil'eur
de ses 6preuves. Job, par sa
merveilleuse reaction devant
la premiere attaq'ue de Sa-
tan a d6montr 'd'unie ma-
niere convaincante quIll 'a-
vait cholsi d'etre integie et
fiddle a, Dieu, non a cause
des privileges et des avan
tages qu'll a ens de Dieu.
mais parce que Dieu est son
Createur, son Maitre et son
Protecteur.

x x x

SATAN FRAPPE JOB
D'UN ULCERE MALIN

Satan a lancd une deuxi6
me attaque centre Job. Mais
dans la Bible, il n'y a au-
cune indication de laps de
temps entire la premiere et
la deuxieme attaque. Tou-
tefois, nous pouvons croire
qu'll n'y avait pas beaucoup
de temps could entire les
deux. Car Satan n'a pas in
teret a laisser un long temps
de r6pit a Job.


tion des enfants de Job, Une fo-s encore, Satan
lorsque Dieu lui intlmna lor sollicite de Dieu la permis-
dre de ne pas voucherr a la sion de frapper Job daes
vie de Job. son corps. ( dit Satan, stout ce que pos
Satan n'a pas tenu comp sede un home, il le done
te des coups diurs qu'll a pour sa vies (Job 2: 4). Sa-
ddja assCnes i Job. Sa seu tan semble vouloir inferer
le preoccupation, c'etait de que le refus de Dieu de lui
porter au comble les dou- laisser frapper Job dans
leurs de Job pour que celcil- son corps est la cause de
ci tombst dans le ddsespoir son insuccds jusqu'ici. Alors
et maudit Dieu.Ainsi 11 fit Dieu dit it Satan : <,Voici,
lever un cyclone venbs qui, enveloppant la pargne sa vies. Satan efrap
maison oft se trouvaient ru pa Job d'un ulcere malm
nis les dix enfants de Job depuis la plante du pied
pour une agape fraternelle, jusqu'au sommet de la tdtel.
secoua violemment les qua- Cette maladie fait terrible-
tre coins de la mason, la- ment souffrir. Job, decri-
quelle s'6croula sur :,-e T"l- -Va~f- tat dans lequel I'a
fants de Job qui mouru- mis cette maladie, dit :
ren' instantandment sous les d6combres. vers et d'une croute terreu
se. Ma peau se crevasse et
Quand vint le rapporteur se dissouto (Job 7:5). Sa-
de cette nouvelle, celui qui tan a frapp6 Job de cette
annoncait a Job lenldve- maladie pour porter sa pa-
ment de ses chameaux n'a tience a bout. afin qu'il puis
valt pas encore achevy son se maudire Dieu. Ensuite,
rapport. Peut-6tre que Job, il inspire la femme de Job
acceptant la perte de son h lui suggdrer d'abandon-
cheptel, se consolait de la nor sa foi en Dieu qui seme
pensee qu'il avait encore blait lui d.re inutile puis-
ses enfants qui lui restaient que Dieu a laiss6 un mal si
pour partager ses peines,. terrible le frapper. Encore
Mais quand Job apprit la une fois, Job donne un te-
mort de tous ses enfanes moignage vibrant de sa con
d'un coup, il ne pouvait plus fiance en Dieu, lequel est
contenir sa douleur. I1 prit trop sage pour commettre
le deuil, en ddchirant son une erreur et trop bon pour
manteau et en se rasant la e re dur : t e, selon les us et coutu- nous recevons de Dieu le
mes des gens de son temps,. bien, et nous he recevrions
Mats il ne s'arrtta pas seu pas aussi le mal !s (Job 2:
element a cela; il fit mieux. 10).
La \Bible dit que ese jetant Par ce temolgnage qu'a
par terre, il se prosternas provoqud sa reaction centre
et dit : seln de ma mere, et nu je sa remme, Job peut encore
retournerai dans le sein de nous servir d'exemple, lors-
que nous traversons ces
Lemps d'6preuves. Job a mon
tr6 de la maturity tspirituel
le devant Dieu. Souvent de
Dieu nous accueillons les fa
veurs Et quand viennent les
adversites, les maladies, les
pertes, nous nous -plaignons
de Lul. Job Otait tout diff6
rent. II s'est rvle un heom
me qui connalt Dieu et qui
est certain que Dieu veut tou
jours le bonheur de ceux
qui mettent en Lui leur con
fiance.
Nous ne devons pas ou-
g blier que les experiences d6
sagrtables que Dieu nous lais
se faire sont toujours pour
notre plus grafld profit spi
rltuel. Nous acqu6rons aussi
un meilleur sens des valeurs
et notre c6nnaissrnice de L'a
mour, fie la pulssailce et de
la bond de Dieu se dtdvelop
peet s'enrichit.


'cxxx
SI vous accepted le Sei-
gneur Jdsus comme votre
Sauveur personnel, en vous
repentant de vos p6ch6s,
pour solliciter son pardon et
vivre ddsormais poilr lui
tout seul, vous rr'aurez rien
& craindre .Is preuves de
cette vie. Car 1b Seigneur
Jesus a dit : oVous aurez
des tribulations dans le mon
de'; mals prenez courage,
Jal vaincu le mondes (Jn.
16 : 33Y) Faites coriflance au
Seigneur Jfisus come Job
avait ftat conflance' Dieu.
II vous 'a4dera t surmonter
routes vos preuves. victo-
nreusemen', sans efforts de
votre part. Qu'll en solt ain
si pour vous Amen.
LUc R. NEREE


NAIROBI -- (AFP)
LLs forces cbnb)ines de
'armee tanzsne.nne et dcs
exiles. OGjioaA o6nt onine
vendredl un second souffle
i'tAiur offensive 'cobntre le
regime du Pr6sident ougan-
dais Idi Amin en dlargis-
sant leurs actions A l'ensem
ble de la partle miridlona-
le de l'Ouganda.
Une colonne forte d'envi-
ron cinq cents dissidents,


don't on Ignore encore la.
Jpruie'L tern e, a enl eliot oesa
ye de prcendre le contro.e'
de ville de To,-::'i, chef lieu
de District .situo proxim-
td immediate ie la frontie-
re kcltnyl.nne. En mEme
temrp on apprin:it qu'une
parties, des forces cantl-A-
mini qui occupant le Sud-
Ouest du pays isilt mou-
vement depuls Mbirara tn
direction du Nord.


CHINE VIETNAM:


Pekin satisfait de la 'Lecon'


inflig e au Vietnam


Par Geciges BIANNIC
Pekin -- (IF!')
La eleions d." la Chine au
Vietnam, au lsjour quatorze>)
de -on intervention armee,
s'avere deji etre un success
sur le p-an politique, esti-
me-t-on d:ns les mili-ux
diplomatiques id Pkin.
Au moment ofi certain
office els chinos soulignalent
vendredi que :a ett donnde laissant enten-
dre qu'glel est sur le point
de s'azh-ver, on pout ainri
degager i. cc jour le bil-n
de cette officlellemcnt 'ustifie par
les aprovocacf is arme, s>
vietnamiennes a la frontic-
re chinoise:

En premier lIIu, lai Chine
a prove :t minonde citier
qu'll ctait poss blt de lancers
une operation mil:taire d, n
vergure mnettant en joeuquel
que 300.000 homes, en tcr
ritoire viclnamnen, sans pio
voquer necessairement une
intervention d" ,'URSS a-
lors que 1on occupe pen-
d nc 15 jours le territoire
de 1 an di s prottged.
C'cst, ilt CI c lo t'flet ia la fo0s
pour los ru sos Ct los vietna
I1iiet.3.

En meme t mps, ainsi
que M. Deng Xiauping i'a
fait remarquer mardi, t.le
mythe de 1 vincibilite du
Vietnam ne'(st plus crei6- -
ble. L., Chine a promise de
reagir a nouveau en cas de
recidive victnamienne i sa
frontitre
Ensuite, Pcki, a rrussi a
reactiv(.r la question du
C: mbodge pres d'etre ou-
bliee par la Communa.ute
International mnoirn; do 2
mois aprcs la chute de
Phnom Pensh ct de rmettre
a nouveau en question l'oe
cupat on de ce p ys par les
troupes vietnamirnncs.
Au Conseil dp security, un
certain nombre de pays, en
particulier les cinq de I'A
SEAN (A sociation des Na-
tions d- 1'As'e du Sud Est)
trds import:nls pour In
Chine, reclm, nt d6sorma's
un retrait matuel des for-
ces occupant in sol etran-
ger .on Indoch'ne.

Le nouv, au government
de Phnom Penh nie st tou-
jours p.is rcconnu pIar I'en
semble de la C'r.eninturiaut,
International et la nmaln-
mise de Hanoi stir te .Iam-
puchea pour forre r avec le
Laos une Federation indo-
chinoise est denoncee.
En outre la guerilla Khmc
re Rouge rceqo;. un coup de
fouet grice a operation
chinoise qui r ffaibl t les
forces vietnamiennes au


CoIombie 110.000
enfants moris de
inalnutrilion
Cn 1978
BOGOOA :AFPP
La malnutrition a cause
la mort de 110.000 enfants
en Colombie en 1979, don't
22.000 i la suite de diarrhdes,
a-t-on appris vehdredi a
Bogota. Selon le Service de
Planification Nationale, 77.
000 enfants sont actuelle-
ment malades.
Le gouVernement colom-
blen a en conseqfience d6cl
de le lancement, d'un pro-
gramme special visant a
fournir i 1.700.000 person-
nes ayant les revenues les
plus bas, des aliments pour
utn montant de 84 millions
de dollars dans tout le pays.

Selofl les statistiques offi
cleiles, 76 pour cent des en
fants ayant molns de 5 ans
et 85 pour cent de ceux de
5 a 14 ans ne soni pas tou
chts par les services de san
t6. Environ 75 pour cent de
la mortallte Infantile ac-
tuelle pourralt etre dilminee
race aux traltements appro
pri6s, precise le communique
du Service de Planiflcation.


Camnoodge. La survive du
gouverntnient du " chea D6mocratiques> (Khmer
Rouge) pro-chinois en est
prolongee.
La Ch ne a par la mrmem
occasion donned une elccon>>
de firmeti au monde en-
tier, surtout l'Occident et
en-particulier les E;ats Unis
qui aux yeux de Pekin font
"preuve d'une faibl-sse cou-
pable f: ce a <1 hegemonis
me,> soy etique et ses eCu-
ba de 'Oust ,t d- I'Este.
Quand le., Fiats Unis lais
sent fire le premier Caba,
Iimpune:nent, estime Pe-
kin), la Chin,- reagit avec
vigut'ur pour rcimettre tu
pas le second. Elle est me
que les ambitions de Hanoi
ont depassec 1 limits avec
1 rn-nvers'-mon.t du gouver-
nement inhme: rouge et 1'oc
cupation -li- C::mbodge.

Au momn nt o la Chine
reclame des Elats Unis, de
I'Europe et du reste OAu nmon
de unO vigil. nee accrue fa
ce A !'URSS3 (t sa volonte
d expans oni. m-, operation
chinoiso veut avoir valour
d Lxt Impic.

Entin, sur le plan militai
re, rien de d cisif n'a sem-
ble-t- 1 et6 accomp.i et les
pertts chinohies ont sans
doute ete trees lourdes. Co-
p, ndant, Pekin a certain
Sn)j t I.. j:-t le nittoyage des
in tal't ons millitaires viet-
namicnnese dans toute 1:a
zone trontaliere c- qui nest
pas neghlgeable. C'etait le
but official de l'operation
ne-me s'ii n'appara t en
f.-it que secondaire aux
ycux des analystLs.
Toutefois, pour mainitnir
tout 1acquis de cette <:e-
con> il s'agira maintenant
pour la Ch nc de ne plus
trop s'att.rdcr au Vietnam
car il st evident que si el
ie <,tirait encore un peu plu.
sur los polls de I'ours, sovie
tique, elle risuuerat fort
de pcrdre la partie et 1.:s
gains oubstantiels enregis-
tres par le coup de poker
de Deng X anp'ng.


Pour les oh ervatcors 0 L'occupat on de cette i1e,
N birobi ces mouvements qui nckit u.ltante que d'
s.mb erai,-nt indiqueri"'"qut duux' kioin.tLr :. de la Rive
les opposai.t dou Prosdt oUi igjLi't- 1-I- pt.t.rr. it don-
Amin. qu'lls" viennent d t tit_ -iu.I .. cI. : a tit-Aner,
I'cxteriet:r comnme' les tanzai uin sol:de point d'appui
niens ou I.s I.ees. obi qu'n d.-is oi'tte rti' on do pa:,s.
s'agisse de o is qdenti inte- Pendant ce Impr" le Prc-,
reure, .'u.etr ngil silnmub sioint' Amirn a atnonce a
niment dans tout le pays. s-s troupes et' aux ougan-
Es aurieht ainsi cho!si une 'dais que e moment etait-
action de longue haleine venu de passer i la centre
et non' unt attaque sen attaque, 1'ennemi tant se-
coup'dte poineg rur la region ion lui a court de vivres et
de Kampala -i de l'Aero- de munitions, et qu'il conve
port Internationl, 'dEnteb nait de sfrapper tres fort
be, quo ie )-':.f de IEtat les env.h'sseurs>.
ougandaiss cI s -roups qut
lui 'o,t. ros l'lc'es ten- 'I Relsic Ougandaise a


enot, dc trras n, :r in der
nicr reduit.

Lattaque sur Torora, qui,
s Ion des informations plar-
venues de la' rontiere, '-
vait echou6 v-ondredi en f n
d'aprOs-midi, est Ia premie
re manifestation d'activit6
militia re -dans lan region e-
ri,.nt:le du pays. Elles sem-
ble ccpcndtant avoir ite pro
pares par une attaque con
tre une i1e ouoandaise si-
tues .tu Nzrd-Est du Lac
Victori:.
SP on ia < .'ielby Reviews)
de Naorob, ur. group dexi
les venus depuis la Tanza-
nie t board de petites -embar
cations a attaquo 111i Sigu
lu d. ns la n,,it de lundi,
tuant 32 so.dats ougandais
et bles ant vingit.


I O


pir :dl erurs indique que le
Ct h,.f de I'Etat Sovietique,
MI. Le.),d Brejnev, avrit a-
Odrcsse un message au Pre-
s'edent Amin, don't la teneur
n'a pas ete teondue publi-
que.

Enfin, tandis que les com
bat:; se poursuivent, le comi
te de mediation de 1'Organi
nation de I'Unite Africaine
sur ce contl t a announce
u'ill ava!t tait tout son pos
sible puur anlInr un cessez
le feu et mettre fin aux
hostlltis Intre l'Oug nda
et la Tanzanie. 11 precise
qu'il a a tt e i n t cette
concius on <.avec regrets,)
et qu'il esime qu'il n- lui
rested rien d':n !re a fare
qu'k transmetls re son rap-
port iu President on ex-rct
ce de 1OUA.


4--a iC


the sound approach to quality



vente et
Service


la belle creole
.. r. t t


Paper, Box Company Of Haiti

Bu- Sarbancocrt (Entree Le Natal) Route de l'Adroport
Tel. 6-0732

LA MASON DElS BITES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures
Patisserie
Deteretr

Pate,, dentifrice

Chemises et Iinerite
Co Mpesants electroniques

Products pharmaceutiquts
Produits arimentaires secs et LCoaeees
Creme sia Clace

Savons
Fruits de mer

Traiteurs e' restaurturs

Renforcenment de cols et de: de chemises
Agraffes et trom'anes

Divers ..

Nous fabriquons galement des dossiers de classentent

En format lettres et l16al.


/ANCIENNE MAISON CHARLES Dk ifNA1D


_I~--C-~~p-o~,""~ga~lp~la~e~


- 1" 7:7


r.-F- --FFM. ,T .."., ,. W-f. IFFCr






L~ gJIOU'~p3LLI8Th SAMEDI S IT DIMANCHE 4 MARS 1979


PAGE 0


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heares (an permanence) 6 heures 30 et 8 heures 30

CE SOIR


SALLE II $ 1.50 et 2.00

MOI, FLEUR BLEUE


SALLE III $ 2.00

F.LS.T.


SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat


(Suite de la Icre pageP

'xeL sur sa piol:1re reality in
terieure et dun genie pLl-
l.iuller de vie qui IN' a 1Me
p ut 0're proprc min: qu'il
a part ge, en ui ceiar-inn
s ns, a dr c"i 'rtisl.;
i 1r gel ',:O lit -
gloir" S -Ii un i. ri
Broua,' etL.c
Dans ra ilmusici' .int la
grani irite 1 e pad gr'a
vy," mi. imIe im' th"em, cdo





(StiiCe de la "re page)iC)

iles deux hummncs, a I:s
iu'ls .ct e lro va:l n,' a Ial s
uin al tomnobilr. appcend-
i11 d nas la ctca'i L t c ii Ni

("e 'iii' iOtct l Ipo ri-r;a t L: ) -
Igravr ls .li
llt ;111 ,i' ] ;."0 j"J V (. 1(






de la Vhil de Miaaya. a
Et Ma i'a iT a a t ''i ;I




se able-t-.1 p r 'i:. :oup

mental. Eiiron 150a p'.r. ,
nets olt dciia tcc tl t'l s l le-
pua e debut e 1 annee leader
Nicaralua.


I nait est la fcinme; 's'il
In parole c Lst ptur ;a crii,-
q it r, mai S'U1 tesI pour la con
S 1 .lr: et qIuand 11 a liii-
pression que ses conscils n
sont ipassuivi.,, il elove le
ioi. il se rpa ci elln inpra
cations comme 1 hdroine cot
nelienne dans Hor;e. dc
Corncle. C'e:t que dans son
ame d'arliste malgr 1'lndif
ference apparent a l'egard
d. son entourage. ;I est sen
sb'e of est toiche dans sa
siislbi ite par tout ce qui
deformed 0o- image epinale
ciu monde. Reve d' artiste
ciq l:i '.reihtie tout court sou
vont bouisci D


T: 1-.r s cst mnort; et cor.
m. a .Jit la cih ison Clu daizz
dI, tJruOs : 2 a lhe ou n1ou
,1 yo t1'l;n ". ': 'on vale ou.
'i sc t ia s' t l. it .-es :I:S
1s' 'i lS rs :irl;i;ts comme
I AS. ocu.' :'n ,t on 1,. d s
S ii;'l'.'' < t l Asso(ia
S l h1I ',r : Iao.'" d, s Ar-
1 s i t, Nw Yorkl
i, lt i II r11 n e L.; 1930 ) .'it
r 1 i 'ilts..- .U l:: M uI
S 11t ll',ltitl:n re rc iI I1 ch i
ch"Iif, lo'), h lurc d'oc-
l'i1 :' li n "ni b:cn m riri
,* -t' t" 'li'nt',r conr m
po i 'i.' Ti P r,, s i Achill, P1'
is e doe : 1;: 1' 1 ; 0iim noua.
e te in p r'1 I thIleI t comn
ni-tn dur ; cri J 'eL'i co qu il
crovz, :t P'ro .ol i de1.l : 1P
Mus que IIaitic:.ne.

Webert LAHENS.


, Professionnels, amateurs on imn-omanes avertis
Pour tout materiel electro-acoustiqUe
Voyez Aux Ondes Sonores
?our toiir apparel dte haute fidellt

I our touw mareriti e;ecrowque
Vo7tez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel electrique courant
SVoyez Aux Ondes Sonores
Pour tout en matter de T6e1vision
ie 1'anzenne au recepteur
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour enrichir votre cultr-re musical,
I volre discothoeaue et assi-rer 1'en-
tretien de vos disques
Voyez Alx Ondes Sonora
Poor choisir vonre guitar classique
ou electrique
Vwyez Aux Ondes Sonores
SViolonisies, Altists, Violoncellistes
pour vos cordes professionnelles
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes pour voi Voyez Aux Ondes Sobores
Pour vos enregistrements : tape ou
ruhbn magnetique, cassettes car-
tridges sont -"cessaires
Vovez Aux Ondes Sonores
Vous aves. hbes in de cables electro-
niques o ciectriques
Vovye Aux (ndes Sonores



Aux Ondes Sonores

C% Tou... u.ns tou les domaine
To 1, Ruue Mac-:joux Telephone No 2-3824

Au Service du smes.sage sonore


Le -Comite eXecutif
'duCarfiaval i I
e'onion ei VOTRE HOROSCOPE


(Suilte de la lre. page) F a es
Lii' \(ptY~W

dre dans I'allegresse duranl
les. trois jours gras.

Ajoutons que ce Carnaval
a ete organism grace au die
vouement d'un group
d'hommes et de femmes qui
se sont transformed en men
diants et, sebilles en mains,
ont quemande et obtenu
de 350 entreDrises la ridicu
le some de $ 12.000.00.
Nous leur disons Merci.

Soulignons aussi ue des
membres du Comite Execu-
tif, ne disposant 10 jours
avant le Carnaval d'aucune
valeur en provenance au
Gouvernement ou des Darti
culiers. ont avalise de leurs
ga:antes personneiles les
travaux du carnaval.

Rendons homnma;,e a Jea-
n.ne 'lheaid, Ninon Roy,
1la'lhne Bailly, Mine Nec-
t.ers, ?5me Theodore. Mome
Collin. Nelly Andrieu:i, Mine
Dupont, Mme Odonel lFeniI
tor. Alexandre Janvier- Claqi
de M. Gentil, Lyonel d'Ades
kvy, ( hffod Brandt. Elias
(Cassis. Edner Desvar:eux
etc. qui se snt devoucs pour
la realisation dou ICarnaval
1979.

Nous esperons oue cette
note eclairera l'opinion iu-
hlique que Panorama a ten
to de trumper et fera dcla-
ter la mauvsaise foi svstlena
ti'que et calculee de ce iour
nal.

Pour le Comite Executif:
Pierre L. DOMINIQUE
Trtsorier
Wilfrid JUSTIN
Co-President
Raymond L. ROY
Co-President


DIMANCHE 4 MARS 1979


21 MARS AU 19 AVRIL
(BELIER)
Avant de donner votre at
cord a une transaction fi -
nanciere profitable, veillez
a avoir bien en main tot,-
tes les donn6es. Les proje,)
de voyage egalement sont ,.
vantages.

20 AVRIL AUt 20 MA
ITAUREAU I
-11 conjonetion indir I,
nuteques comnlication.s ilef-
ficiles a r6soudre. Mon're7
inanmnins d' la diligence
et vouts recoltere plus
qu'une moisson ordinabre.

21 MlAT AU 20 ,IUIN
iGFMEAUX)
Ttn chan',emrnt profes -
sonnil"' vous n'derait a ae-
croitre vos re sources. So-
yez vigilant et ne le lais-
sez pas echapper. Journee
pitu Dropice au voynage. Mieux
vaudrait rester chez vous.

21 JUTN AlT 22 JUILLET
(CANCERlf
Villeza h ffirm"r la 1lo
gique de' vos alfirmations et
de vos decisions. Reconnais-
sez une bonne ide de votus
ou d'auirui et appliquez
celle cui. a le olus de chan
ces de rdussir.

23 JUILLET AU 22 ABOUT
(LION)
Journte active. Ne ralen
tissez pas la progression oar
excrs de meticulosite, 'o a
vous contrast tftillon oui
en cherchant danas votre pro
gramme des faslles inex.s-
tantes.


Echos et Informations


M. Frantz Michel, qui oc-
cupait la function d lnspec
teur-General a 1'ONAAC a
ets mis ern dlsponibilhti de
puis quelques jours.
x x x x
La circulatiu, en .re la
Grand' Rue et la Rue des
Miracles es. perturbe depuis
environ deux jours parce que
les feux de sit'tnalisation ne
ionctionnent pas.
x x x x

Les informations parve-
nues de l i ville des Caves
font etat que les ouvriers
de la Centrale Suciere de
cette ville. qul avaient fait
tne exigence de salaire a
la Direction de cette usine.
pourront bendeicier d'une
nti.: ii. -;-ji de plus de 10
pour cent. taux qui a 6et pro
pos6 par le D.recteur GOcn
ral de cette Usine, M. Mar-
cel Fleurimond.
Les negotiations sont me
ntcs, au nom du salariat.
par cina ouvriers de cette
usine don't MM. Adolphe Jn
lien, Louis Timothe, Daniel
Brown.


Dimanche 4 Mars pro-
chain, se deroulera a 'Ins-


titut Pedagogique National
'IPN) la ceremonies de re-
mise de certificate aux di-
pioames de la promotion
1978 79.
Cette cdremonie est pla-
cee sous le haut patronage
de Leurs Excellences M.
Jean-Claude Duvalier, Presi
dent a Vie de la Republi-
que et Mme Simone 0. Du-
valier. Premiere Dame de la
Republique, et sous la presi
dence et la vice-presidence
o'honneur des Titulaires du
Depar-ement de la Sante
Publique, MM. Willy Verrier
et Jeannot, respectivement
Secr6taire d'Etat et Sous-
Secretaire d'Etat, indique la
cane d invitation.
x x x x

Des chauffeurs de taxi au
rac'ent decide de porter de
G. 0,90 at G. 1.10 le prix d'u
ne course simote, signalent
plusieurs abonntas.
x x x x
AU course Oe ce mois, un
Congres Natioial pourrait
eLre tenu au Cap-Haitien
sur le Tourisme par I'Asso-
ciation H6teliore et 'ouris-
tisue d'Haiti, selon les infor
nations non encore confir
mees.


C=.


ARIMMS CIFE, LAFRA6GRACS ON VOGUE


23 ABOUT AU 22 SEPT.
(VIERGE)
R6visez vos methods nr c
fessionnelles. Au debut, ,tou
ne vous seinblera pas tres
clair, mais faites les chnn-
gements au mieux et tout
marchers a merveille-


23 SEPT. AU 22 OCTOBRE
BALANCES
Ne montrez pas un exces
de t'%midite. Faites savoir ce
aue vous valez et ce qui vous
semble inaccessible et plus
a votre porter que vous ne
ne le pensez.
23 OCTOBRE AU 21 NOV.
(SCORPION)
La tendance d'u jour vot:s
incite a la mefiance pour
entreprendre un program -
me a long terme, surtout
s il comporte des impl',ca
tions fisanciercs. Examinez
la situation en fonction des
paiements obligatoires. Pre-
inez la decision en conse -
quence.

22 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITTAIRE)
Ne vous laissez pas enva-
hlar par une tendance a' ini
exces d'indulgence et de
contrariete. En cooperant ac
tivement, vous obtiendrez
d'excellents r sultats, sur -
tout si vous ne laissez pas
la frivolity gener les obli-
gations essentielles.
22 DEC. AU 19 JANVIER
(CAPRICORNE)
Influx favorable pour les
affairs. Periode excellence
pour progressecr et dresser
de nouveaux plans d'ave-
nair

20 JANVIER AU 18 FEVRIER
(VERSEATIt
Ce que vous prenez pour
certain peut n'6tre qu'itllu-
soire. Examinez les choses A.
fond. Mieux vaut changer
maintenant vos plans, si
vous ne le faites pas, vous
le regretterez plus tard.

18 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS I
Augmentez votre confian-
ce en vous et le control de
vous-meme. Ne comptez Das
trop sur la cooperation d'au
trui. Etablissez un program
me pratique et montrez
vous judirieur dans vos en-
gagements.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous admire ce qui est
bon et detestez le douteux;
mais vous vous montrez par
foes trop critique et soup-
conneux. Vous pouvezs tre
unsorateur dou., sachant ra
center un simple incident
de facon charmante et spi-
rituelle. Sur un plan plus
elevd, vous pouvez devenir
un professeur patient ou un
excellent docteur; vous 6tes
auss;. un parent devoue. En
revanche, si vous ne domi-
nez p.as votre cote negatif,
vous vous montrerez obsti-
n., unstable et querelleur.


Le Probleane
de la Pite

(Suite de la lre page)

tre interlouteur ui a sou-
lign6, en conclusion, oue
]'exportation de la pitp til
lde se faith traditionnelle.
minicaine qui, elle mine,
pour protdger son industries
locale et sa classes ouvrlere,
interdit 1'achat de Haiti,
les sacs en sisal, le fcutre
en sisal et tous les products
fabr 'luds 6 partir du sisal.
Le sac en sisal et le feutre
en .sisal se vendant sur le
march dominicain plus de
deux fois le prix des pro -
dults haftiens. Nous ne pou
vons pas toutefois repro -
cher au Gouvernement do'-
minicain de prot6ger sa clas
se cuvrs-re et son industries
locale.s
xx x x
La publication de ces don
ndes', falsant suite aux r6cla
nations formuldes dans la
lettre ouverte de samedi der
nier, contribute a Oclalrer
les multiples aspects du pro
problem et incitera, nous
le souhaltons A la recher -
che d'une formule conci
llant les interests peut .tre
sous la forme d'un quota
qul satlsferalt les besoins
de i'lndustr.e locale, tout
surplus pouvant etre ex -
porte.


(Suite ce la lere page)

6tre vous ne signaler, li-
sent. Ils lisent pour leur
plaisir, ils lisent parce
qu'ils savent qu'oA n'a ja
mais fini de s'insaruire et
que toute culture qui pre
tendrait s'elaborer sans lee
ture n'est pas viable; ils li
sent par curiosity, pour ap
prendre a connaitre- les e-
tres et les choses; ils li-
sent pour transmettre me-
me inconsciemment aux
autres ce quits ont com-
pris ou appris. Et, qu'ils le
recherchent ou non, la lee
ture enrichit leur converse
tion. Or, puisque vous avez
choisi de la banir de votre
vie. a quoi, forcement, se
resume votre conversation
a vous ? Aux prouessces, h6
las, de votre chat ou de
vo re chien. a quelques pe
tits (tr:potaeesa d'alcove,
a qualques commentaires 6-
loieux sur le dernier re-
frain d'un jazz minable et
a ssi a des reflexions vi-
sant a detruire tout ce qui
est valuable et a q u o i
vous etes instinctivement
hostile. Et encore, et tou-
jours, a ce qui vous interest
se, vous, et qui pu't-etre
n'interesse guere les autres.
Certain d'entre vou s claim
ronnent sur un ton victo-
rieux qu'ils ne lisent ja-



Les artistes qui
ont passe le
carnival en Haiti

Parmi les nombreuses per
sonnalitOs qui ont passO le
carnaval en Haiti se trou-
vent des artistes cdlebres
don't des acteurs, actrices,
danseurs, peintres et dessi-
nateurs.
C'est ainsi quest venu ici
un grand artiste espagnol
rencontre en Mai 1975 par
Aubelin Jolicoeur a Paris
alors que ce dernier diri-
geait la delegation touristi-
que haitienne en Europe. II
s'agit d'Antonio Miralda,
peintre et sculpteur vivant
tant6t a Paris tantot a Bar
celone. Cet artiste catalan
se trouvait chez Pierre Res-
tany, President de l'Associa
lion des critiques franqais,
3 Rue Paienne quand Alain
Bernardin, Prnsident Direc-
teur General de Crazy Hor-
se et sa ravissante compa-
vne y 6ta7ient allies avec
Aubelin chercher Pierre et
sa belle compagne artiste
pour les emmener diner.

Aubelin Jolicoeur qui re-
gut ce soir-lO une oeuvre de
Madame Ressany en cadeau
invita Toni Miralda a venir
visiter Haiti oif les artistes
poussent comme des cham-
pignions.
Miralda loge & la Pension
Boureain. il ddcoavre Haiti
en comoagnie d'Aubelin, de
ses amis brdsiliens,/ des ar
tistes Cathdrine Strauss, ex
cellente Dhotoaraphe de Tal
lahassee. Floride. Robert Ver
rter neintre de talent qul
exnose blent6t au Musee
d'Art. rejoint par sabelle a-
mie Ann Irvine. un autre
pelintre de talent.

Caoitaine Kan'ourou etalt
aussi en Haiti. II s'lgit de
Peter Birch. Directeur .tau
Show Captain Kangaroo 'de
New York et sa eantivante
Uenme PatricIa R. Birch, qui
aprOs avoir stO chanteuse
ci danseusp r c omme
son mart. eat revenue Agent
de voyages. Elle travaille
coumm cAccount Executive,
de Emerson Travel Inc. de
New 'oric.

Un aunre tres grand artist
te venu en Haiti Dour le car
naval est Ruben Zurc que
sa belle assistance Jose'te
Rov cons'dOre come le plus
grand oDesicner 'actuelle-
ment aux Etats-Unis. Ruben
Zurc revait depuis lone-
temos lde venir en Haiti. II
a r6pondu enfin a l'invita-
tion de Josette et il est re
parti conouls.

La princess Brigitte de
Beauharnais Romanovsky,
une uate u artiste, plus-con
nue comme collectlionneur
dans Ie monde vent de pas
ser Ie carnaval en Haiti.
La princess est une habi
tuee du pa.^s. Elle a, falt. son
choix de pelnture dana la
collection d'Aubelin Jull-
coeur. Elle revient blentot
avec :on fills le prince Ale-
xandre. a ans. Son rave est
de vivre en Haiti.


mais les lives et les jour-
naux haitliens. Cet avtu
don'tt je cherche jusqu'ici
la gloire) me fait penser
a une brave dame de 'ma
connaissance qui ne peut
jamais savoir l'hbeure qu il
est en Haiti pirce qu'elle
prefer brandir a son poi-
gnet I'heure de'Londres....
Si je vous ecris aujour-
d'hui cette lettre, tout en
sachant que je prends le
risque de la voir encourir
le meme mepris que vous
accordez a tout ce qui est
imprimO 'noir sur blanc
(sauf les cheques blen en-
tendu), c'est pa'rce qu'il do
vient de plus en plus aise
de constater que le copmpor
tement de beaucoup de. gens
est un sous-effet de leur
allergic a la lecture. N a-
voir dans sa tete que sea
propres ides, sa propre vi
sion, sans jamals esCsa.er
d'asslimler ou de diset'ter
cells des au res, signifie
qu'on a chosi delhbeiement
de so former ai tout dialo-
gue elementaire, d'etre peni
ble a supporter en society
et incapable d un compolte
ment a ceon. pour cent logi
que. Or. ces idees qui, s'a-
joutant aux notres nous 0-
bligent a reflechir, a com-
parer et qul ecartent les vi
sieres que nous portions, oft
les trouver sinon dans les li
vres, les revues et les jour-


Moscou durcit
le ton

MOSCOU, IAFP)
Le gouvernement Sovieti-
que a brus'tuement durci leI
ton v' ndredi soir v'.s b vis de
la Chine, a laquelli' il pro
met un .chltiment a l.a me
sure de ses crimes>, et v s-
a-vis des pays Occidentaux
qui encouragent 1agresseur
en lui vendant des armes
modernes.

C'est la premiere fois dce
puis le debut de la cruise que
le gouvernement Sovietique
parole officielleient de chi
timent pour la Chine, com
me le fait la Chine pour Ic
Vietnam. Toutefois la decla
ration gouvernementa le so
garde d'indiquer par qui ou
par cquels movens la Chine
doit etre punie.

La declaration, publiee
quelques heures apres le
discourse de Monsieur Leonid
Brejnev mais rcdigee daIns
un style nettement moins
serein, est destined a de-
noncer la menace que la Chi
ne, apres avo'r envahi le
Vietnam ferait maintenant
peser sur le Laos. .,Lagres-
seur Chinois doit savoir aue
plus grand est le nombre
des crimes qu il comment, et
plus severe scra le chati-
nenl,. 1roclatmil 1 'URSS.
La declaration met en gar
de 1 ensemble de l'Asie du
Sud-E.st conlre la Chine,
qui ne s arretera pas a une
nouvelle venture militai-
re-.
L URSS y met en cause i tains pays, qu i comme les
Etaas Unisi dcveloppent
leurs liens avec la Chine
oft Icomme li grande Bre-
tagne) lui vendent, des ar-
mcs modernes,. Ces pays,
eau lieu de pretcr l'oreil-
le a la voix de la raison.>,
enctur. gent mental 1'agress'on.


Les reines qui
01 prionge l2ur
senior en Haiti

Apr's le carnival. certai-
nes reimes de beauty venues
de l'6lran-er ont nrolonBeg
leur sijour en -aiti, spdcia
element cells invites Dar le
ConsIul Genfral d'Haiti a
Chicago. M. Jean Claude
Bordes.

C'est ainsi que nous a-
vons rencontr6 apres les
fesivites carnavlesques Miss
Dianne Jamerson, Miss
North Carolina, chaperon-
nde par M. Albert Tucks
Gudger *et sa femmine, ainsi
gue Miss Jennifer Schubert,
Miss New Mexico. Miss Mala
Raislnghawl., iss India. 0lue
Miss Ambar del Mundo a
Santo Domingo en Novem-
bre 1978.
Parmi les autres reines'
qul ne veutent pas quitter
Haiti se trouvent Miss RO-
publlque Dominicaine Ra-
quel Jacobo et Jennifer Po
lanco, Miss Perou Karine
von Gordon.


$ 1.50 et 2.00

NEW YORK BLACK OUT


Ti Paris est mort


LETTRE OUVERTE A CEUX


QUI NE LISENT PAS


~ --hrcl-srs~- - - -VIY


*aaaOatooooacoogoooQ'wcgcgq'gor


b~-~or~u~ic~a~ocw/l-N~IYarmr~~~HI#us~U


~rWJ~;~3~0~Y-~LLncr~~L~M~mrru3q


naux? Aussi, cTlers compa
triotes, appreciez-les, rejetez
les, critiquez-les, mais au
moins, lisez-les! Oai, r6agis
sez comme bon vous scm-
ble, mais ne laissez pas a
ceux qui vous ecoutent par
ler ou qui vous voient agir
Impression que voas ne li
sez que l'annuaire teldphoni
que.
11 y a environ soix:antc-
dix ans de ceia, racontent
les iD'.agu-ur un de nos
gr. nds hiommcs, ayant en
sa posr- ;a-on par la force
dis chos *,, unre imposantL,
bibliothet 'i p ssit sou-
vent di-vant ctl t-c sans
jam;ii, ouvri' m is iair-
fo s, pris tdc r mai rds, i 11:n
tat i inciex v *I lI iiv."s
et dcia : <,Ou jouti ma fou-
t( l--nou;)11> I! n i m t j
inais sa inr-ia'. L a ; 'Xt itaon
a ,i Luirc ,c. i f. d 1 h s oi ,
r-...
D ns 1' )"oi"' i, corn-
plilrCi. ( ; dquir vou.-; n''av'z
pas ]juie de la e. comm"
lul, v ii mle ci-o c*rcir, :.' ,e
rmmrItI preocciipi' c !'ave-
nir de nI l)pr'nli en Haii
ct Id: vo r, ii mig" -le niar-
quf d i l- 1's s i s ou l'n11
c use.


Interdictieo avx
Etats Unis daun
Herbicide
contenant de la
Dioxine
WASHINGTON, (AFPi
Un herbicide conte-nant de
la Dioxine, similar a ' gent -rn''' un daciaP -
Freux (I, I.,it u! ;l',;*- n, n-
dant la 1 ii're du Vietnam,
a et6 interdit jeudi aeux
E!-ts Un's.
L'a'"ence Federale pour la
protection de 1'env 'onne-
ment i EPA) s'est rifdree a
de renters constata'ions
fates aux Etats Un's. Sihlon
i agency. des fenmmtc qi; a
vaient ete en conl act a-,,
l'H2rbcicde -2.4.5-T.- avaiiit
cu un tiaux norinalmimet le
leve de faustes cou'hle.sI oL
avaient mis au monde des
enfants ayant des m.aIfortira,
tions conganitales., Laten-
ce mis en cause la Dioxine,
substance c'ntonue dans
1'Herb'cide comme dans 1. a
gent, orange>,.
Jeudi egalemnent. quatre
nouvelles actions en dom-
mages et intercts ont et
eltagees par des anciacns
combatants du Vietnam con
tre le gouvernement ameri
cain. Les plaignants ont fait
valor que leurs enfants sont
atteints de malformations
paree qu'ils ont ete expos's
a 1'<,agent orange;.
La Doxinc rappelle-t-on,
a ete m:so tn caLs'l e1n IIta-
l:e. dans la region de eve
so, oft on a acusi co product
d'etre l, cause cie fui s
couches et de mnalurmia -
tions chez le nou-veau-ne.



I AU iONDS CHRi

Dans le but ae s:t.s-
faire touluu.i sa L'J.ilni
Ie a d6ja i-cg.; de ires
ueaux tisaus 0a campa-
gnes et nmori]c s pour
les robes fraichs, sinai
qje des desLcnis pour en-
la nts.
"Ous trouvse.-,e un grand
cel. x de broderie Suisse,
brode:ie lanlaisie impr -
runee, cretonne, damasse
pour napnes et mate-
.1s, plastique pour ta-
bles et r.deaux, serviet
tcs te baln supdrieur,
draps et taees ainsi que
des most quaires pour
toutes lea dimensions de
lit.



robes, chermnses bras-
sieres at d:aps brodls,
'oust quair or,,illers
chaus.sons etc. a'nsI que
des robe,, pour ,u.%ints
*le 9 & 18 mois.



Le iavoa Duu'eX, le
savon .oe rose et cocom
bi..

Au Monde Chic

est toujours heureux
de Vous recevoir.
Rue de Magasin de
lEtat 89 -


La CBOUvsLJLITB*


SAMEDI3ET W"H4 AB17


--------I-^--~---------




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs