Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10325
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: February 24, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10325
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text















1%i


I1 y li un' I l1 pull partoult,
pl':i tIes pioI tire des vol-
I, IINI, es. altsA di I auleulls
piiLtli, dt.is micres et des
lilhi's mtrl.es c on ine surt
i lin, llis I all et quil,
lPti ll e IC ols, proflteroll L
h' liila.sdseus dc MonlsLir
L Iladiin' Fllslon, larges-
,cl, olslhiiL en i'achat
tl, pilstiarlbes grilles, de pa
plti a t ie crtme-Maison.
II v aura des gens et des
Ichant e'iis qui scanderont
:, mmIlle gros lmot, toujours
if nilie parce que leur
dpi mag nation les obli-
a a evoluer unigquement
ins s garages de 1'obsce


S :iatra lPS enfants,
vur.s yelix grand ou-


1: y aa d CIns qui
Lit ,, liUiIuiIL Ui c leU r picuos
:,'; |)tii talltr prCen re un
.ii dr luullC nI'Cll que
0,11 ,%I(I) I, r plaisir de le
Iilr alrb.
11 a aura des peres de
1,11il, (tquil, l'e prit preoc-
1J.'|. n y srlont que pour
;i mpiier leurs enfants,
'., epouses qui, l'esprit
\i 'lltl. 11 y seront que
; i acupagner leurs ma
iil-


Cot.,s de Fer, le 21 Fevrier
1979.
Son Excellence
Monsieur Jean-Claude
Duvalier. President h Vie de
la Republique,
Chef Supreme el, Effectif
des Forces Armdes d'Ha'ti.
de Police et des Volontaires
de la Sdcuritl Nationale
Palais Nationil
Port-au-Prince

Excellence,

L'orientation toute nouvel
le que Votre grande sugesse
et Votre competence ont don
nd a Votre Gouvernement


600 passagers prevus dans
un tour, seulement 112 ont
et6 recus, nous confie-t-on
A s'en tenir au durcisse-
ment don't font montre les
parties, on se figurera que
ia solution n'est pas pour
demain.
D'ailleurs, 1'Association
des Chauffeurs-Guides jouis
s:nt d'un monopoly, se trout
ve dans une position tres fa
vorable aux pressions. C'est
la le danger dit. system de
trust dans les ecoonmies.
Que faire pour prevenir le
mal ? Quitte a debattre de
ccs questions, nous reprodui
sons a u j o ii r d'hui
les declarations des principal
It's parties inilerIssee's
M. Rildin Desamour,

(Voir suite page 71


deja combilen 1umain cl e
progress stc, nouls a permis
d'espcrer des lendemiains
meilleurs. Elle :, insuffle 9.
loult nolUs ncrics. cette con
viction inlbraniible que ja-
mals plus, le negre haltien,
quel que soil d'ailleurs sa
condition econmiquec etl so-
clale, ne saurait etre l'objet
d'une quelconque exploita-
tion. Motives par une tell
conviction, les populations
des Cotes de Fer, de Bainet
et d'Aquin dissent : sAsseza
aux dirigeants de la Safico
et de la Cima et soumettent

/ (voir suite page 4)


LIBRAKt


Personne ne s'imagine que
le tourism haitien se trou-
ve face a une crise a un mo
ment oul le nombre des vols
a augmented, les chambres
d'Hotels se sont accrues. II
traverse une perode de de-
pression dangereuse. L'opti-
misme qui se dessine au de
but de la saison semble vi
rer au pessimsme, sinon a
de profondes inquietudes.
Les hoteliers, proprietaires
de magasins de souvenirs,
les agents de voyage, les of
ficiels du tourism sont una
nimes a reconnaitre ce fait.
La situation a de quoi sur
prendre quand on sait que
cutte annee, pour la premier
re fois, un investissement
l'un million de doll- rs est
consacre a la promotion.
Quelle est done l'origine de
ce mal ?
miiutile de rappeler les e-
ternels handicaps qui para
lyaent ie dsveloppement har
monieux du tourism hai-
tien. L'abscnce' d,'s infras-
tructures et dct str'ucturIs
d'accueil. Le terr.b.e phenc
mene des mIndiants et des
' biteur dans la rue.
Cela donne lieu a bien de
reproches daiis i. prcsse spe
cialisae atrangc'rt. Danrs son
numcro de Decembe 78, la
revue ces,>, publication ofiicille
de la Americai Society Tra-
vel Agents, (ASTA ecrit a
propos d'Haiti.

aPort-au-Prii ce continue
a connaitre les prob emr s
pour controller les agressifs
mendiants pro'fessionnels,
les chauffeurs de taxi p. s
plus poiis et ('galement a-
gressifs (Wild cab drivers
et les marchands ambu-
lanis a un degree tel qui le
Centre Conmmerci.l est en
train re perdre beaucoup iie
son charm passe.,;


On conipr.ndra iacilakni-nt
que toute mauvaise press
n'entrainera qu'une d6saffec
tion..
Pendant qu'on se debat.
dan une situation assez diffi
cile, un banal different
vient de surgir. Ses conse-
quences sont grarides prr
centre. Car tout l, 1'difice du
tourism pourra s'ecrouler.
Ce diffterend oppose les
chauffeurs guides et les
Agents tie tours. Ies pre-
miers reclamne;t une aug-
mentation de 60 pour cent
Ces derniers s'appuyant sur
une etude de 1'ONTR, s'y
opposent. Cett, etude juge
inopportune toute ugmen-
tation :
,Les prix actueilementl pra-
tiques laissent done aux
tranlsporteu.s ai', benefice-
t.ous rais compr,. qui va
r2a suvant 1s 1 c.s dc 30 a
142 pour cei'nt. soil lle 1 ,MO
yenne iur les 1'ois it'n1 l':i-
rcs cilcuies dt 88 8nour ei.nt,
net. AuciIne aufmin'anllonll
nli p tu l 'mc ]tlii'll'r atii
tiiell e'iii'l .i


la cnur' fieo c ul se deve
loh pe rotntre Hlilill dan h Irs
pays V11 sills. in p1 il )ir-
niett i t lSix (' ( i ir ii1v c
tatioll des I i'.rl s I) Ad -
leiurs, les l Iitil'es d i,tL'c ii l.
oflertes ('is Hail.t sont l ar'
melnit dclpas.;e( t d, iI; l."s ait
tres ile Un exenmile rap-
pant : le port c u Cap llai-
ticn qlui 'ii t propre' a la re
coplion simultanie dl(I deux
bateaux. On di ; su lforc',r
d'avoir une optlion. e; deter
miner l coit di s ,sacrifer.c-
a consentir. 11 1fut sy tplicr
inevitablemeit., sInon au ris
qgue de voir de'ruits tous le-
louables efforts deployeasces
dern irs jours po0iuri" Jt 11ro-
motion.
Deja. 1' s:n.es d annon-
cent lnquiitati's Mvcrctreili
dernier, au iiu des 500 a


S a aura ces gen s s'lnlter
l ''' Il sur la necessite de
i bours pour des festi
I \ qit pourtaL llts 11 ac
t( i ij ie; hpas de rater.
I adi des eunes gens
( d;s jeunes illes qui
e it ersiont de l ambiance
S i'.i mument pour nouer des
0"' ', :'cl (tlui dureront 1'espa
ci' trois ours gras.
I y aura sur tout le par
r.., de' 'ens calnes et
S' iaits qui applaudiront
St,',]iilett If beau come le
le i ; (. It tracieux com-
ii he hl disvracieux. sans que
l mi 11 II nc puisse jam ais
ii qu'ils pcnscnt rd
]' : |i-ittl .
S' I y aura des gens qui se
dhinneheront dAs la premier
ri' diotc tiP musique et d'au
S t, i Ii prendra pour
,I '.i is atu plus fort de

I r v anii des marchinds
1. il ii : i:l iit i noir qui le
11 I ;. iiwaval sl svnonyme

II v l lr : i l(' 1 c a ifo
i. 'o. lm danis I d fil6,



' ,1., ,, sl (. 1iii s lmbi" cotincllam
,ut a ilclic


i i l r,
)1., i% !111t




les chla-







i u proble-

I I' J'r;I l en rouement
n it ;J.'.e d( boissons
f/. !. le:., 'rescos, au

y ; r;I, toll ours stir
;l,, f i in s f .t r;0i.!es, des
I, i -, .1 v i rIvil it u-cs
's iZ itnh eu1c I11 l






,, o e(,r lhebe et. son hochet,
C reiardant av'c une me-
;i ] it'tlle u i i lousement dissi
Cr et I, l.ls bands dans
;i ; I'I..lls ples almeraient
:,e Irt iver et, Monsieur et
Madamet en train de se pa
etr 'Ine lii.t'ou rsos ost au
boi Idu brain.
Ii ritlvr a oertines aflrat

'r, gImIloIlt's aovtorsodes

1l y aura encore sur ces
mi' mps estraades, des gens
rqe penseronte qullso tent
Ic arnaval parce qu'ils por
tsnt une' petite casquette
bizarre sur leur ttte et
aul pourtant vont proflter
pour ridler certaines affal-
res imnortlantes avec des
p 1rsonnes Imnortantes ol11,
ellee aitsi, norteront des
roHtes casrquette sur leur
tote.


I'.. 11 y :tLura elllll, au
IIuli'ui de a clitaissec, ret
i' l( iir iliontrolable, in-
e;iltulabjle, soulveraine, el-
1i :y',tllt lae, OYOuse, cruelle,
i ) (e]le, perverse, bigar-
Iee, -r' e, cette foule In-
ijs) l 'l:lIt e t lucide, qui
iti'e p re.e qu'clle aime
(ti qlui dalse paree que
tu tul, .'l:0i,, qui danse par
Squ'elle a le solvil dans
Srein.ls qui danse parce
quI eidle est atf.teinte d'une
iinlidie qi'on appelle Car
naval et don't chacun s'ac-
corde a dire que, sous no-

tre climate, elle est incura-
bhie.


SAMEDI 24 ET DIMANCHE
25 FTVRT R1979


1'I IT INVENTAIRE


POUtR LES JOURS


G(RAS

I i M, I IIm m (,)IJIt N


Telephone : 2-2114 Boite Pos1le : 1316
Rue du Centre No. 212


I. Decoration A
IFAmbassadeur
Guillaume


No. 31.024











FONDE EN 1896: LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


Le dilemme shakespearien ...


pour l'humanite


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mine. Max CHAUVET



Le Tourisme haitien face ai une

crise ?

Par Pierre Robert AUGUSTE


IRAN :

Rapprochement avec les pays Arabes


TEHERAN, (AFPT

En i space dl qudleelqiis
l 'urs le limat s' est lel t-
Cdl 'ltl 1 IIraln et los pays
Arabjes du IProche-Olrit( it
(1111 ])()ll 'lleitl redou(t er Uile
ei'lltagiOll revo u i lIr .

A Ill Sitoi 'eii( Ie ldiipui tcit-
tli)ll lal I .tJouriial egyp t' nl
Al Ahnam diune intlr -
v;ecv d' I A.:itollall Kiho-i
mnllY'. denonlqant lle Marxis
nill' l assullrat que la revo-
i,;;i iranlienne ne scit
is exporlee, des advances a
miicatlesi. ou Ii soulatemeunt
l ail perceptible, ont e'e
lailt.s samedi par plusicurs
Fipl> alese Arabes en direc-
tion du nouveau regime ira
nien. Le sentiment que la
direction Islamique, douse
,'ours a peine apres sa vic-
toire. dolt deia fa re fact' a
un danger gaucl iiste expli-
que Ia rapidite du; chhangc-
ment d atmosphere, a Te;,6-
rain cumn ne dans les etpliL


CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE


POSHEP NOUS APPORTE
DES PRECISIONS

Nous sommes oblige de re
venar sur certaines informa
tions que nous avions pu-
bliees la semaine ecoulee:
informations relatives au
project de captage des sour
ces d'eau potable pour 1 Ar
tibonite.
Interviews a cet effet,
les Ingenieurs Bellegarde et
Celestin. du Departement de
la Sant Publique e t de la
Population, nous apportent
des renseignements plus pre
cis sur le POSHEP, son ro-
le, et son but dans les dif-
ferentes agglomerations du
Department de 1'Artibonite.


Litteratures et societes

par Wilhem ROMEUS
ECRIVAIN OU ECRIVANT ? LE ONZIEME HOMME NOIR


Une interessante entrepri
se serait d'ecrire l'histoire
de la literature haitienne
en s'inspirant de la defini-
tion proposed par Roland
Barthes des concepts Ecri-
vain Ecrivant. L'ecrivain,
juge-t-il, est celui pour qui
ecrire est un verbe intran-
sitif celui qui Itravaille, sa
parole et s'absorbe function
neilement dans ce travail.
II se distingue de I'6crivant,
sequel est un homme tran-
sitif, (celui qui pose une fin
- temoigner, expliquer, en-
seigner... don't la parole
n'est qu'un moyen...I
E. Vilaire, 0. Durand, M.
Coicou, R. Camille, M. Cas-
stus, J.P. Mars J. Roumain,
E. Roumer, etc... sont-ils
des ecrivains ou des 6cri-
vants ? Allez-y, lecteurs, se
couez votre paresse, faites
travailler vos meninges... Si,
dans l'elaboratibn de ce pr6
cieux et original travail.
vous tombez sur une oeu-
vre fort malaise a classes.
qui ne semble appartenir ni
a la cat6gorie des ecrivains,
ni I celle des kcrivants, a-
lors, faites preuves d'ing&-
niosit6, prouvez au nlocriti
que de 1'ex-metropole que
vous n'etes pas un paleolec
teur, logez cet oiseau rare
I lenseigne des dicrivants !


Le poeme-fleuve de Vilai
re. les Dix Homines Noirs,
compete plus de dix heros.
C'est la sensationnelle dle-
couverte que nous venons
de faire apres la nieme ex
ploration de cette oeuvre.
Elle revele, en effet, la pre
sence d'un etre strange, ta
citurne, a la resemblance
des Dix, mais qui present
la particularity d'etre can-
nibale. C'est done un fau-
ve que le Onzieme Hoinmme
Noir, une bete feroce qui
vit, temoigne le poete, de
la tlente et quotidiennp DE
VORATION DU TALENT EN
CHAINED.


Qu'est-il advenu de ce
monstre? A-t-il expire au
course du carnage par le-
quel s'achive le lugubre
pome ? Ou bien a-t-il. corn
me Frank, perdu la raison?
Ni Pun, ni I'autre. Ni tre
passe, ni dement. II court
encore, le Onzieme Homme
Noir. Par les chemins sca-
breux de la critique litterai
re locale, il est, de temps
en temps, question de ses
victims. La plus illustre,
ce fut prlcislment Etzer Vi
laire, d'abord condamn aj
P'oublil, puis dAtvor6)s pour
cr'iAe d'evasion littiraire.


par Joseph Roger M3ILCENT
POSHEP est un si le ou,
signilie P-ost d -ld'Hhie (1
Eau Potable. Ces. en ou-
tre, une secLion d assana.n-se
ment du Departement d( ia
Sante Phbiioiie. Suion but con
sister aahimenter en cau po
table. les communautes ru-
raies.
A part POSHIEP. I v a
CAMEP et SNStP, dux au-
ties sections dl Dslpar-s -
ment de la Sanic Publique.
les trois section., soln; .nI -
laires. quani au b.ut. 'copI)i
dant la diht li('' virnt i
cc que la ler" si11on ("1
MEP. est affect te unique-
ment a Port -ai-Pruine l
.,es environs, la 2(eme SNEP
'Service Nationtii d'Eau Po-
table i desseri les uraindesc
villes departementales e't
POSHEP a Cle nistlt uc Cit
vuie dapprovisionnier en 'ail
potable les commuinautl ci
rales. Ce n'est pa.s au servi
ce de I'aarcultuire comme
nous I'avlions faith remar-
quer.

Les IIninileurs Bellecardec
et Cclestin nous informed,
d autre hart, qti'ils execu-
tent un sous-proltl de R
cherche se'tendanf sur une


puiode de troi0 c mois cnv1-
rotn o.' di 5 I evrler au 30
avnl dC c eette annee. Cet
avanl-pro;, c consie t a de-
pis'er au orealabiet. les prin
( pale .' S ''e d eia dans
! tS /oues pc riphernquest de
Ma:ch and Dessalies. de
PeIte Riviere dc i Artibo-
nit. des Gonaiv'es et d'En-
iery belrl eitendu sl l
1 ( iin ^ lipartl le i(eur per-
met 'r
Au deb;Lt de Fevrler, l.s
ont inaugure leurs eInu(tes('
a Bot-Ca'rre a 14 kms dc
P'etlie-RIl ( e lr lht ro te
mt1ent aux C: h, D(tlX
Nilles i ailu issantles ont lal
I ob.let de leuti. premiers Ira
vaux di'e recli'ere dnchs (eIl
te zone preeltee Iuni a la
Hatte-Flelic el t I autr a
Ka-Rancon.
i-i aurront a miener d au-
I c ilml, ('siI n d t;anS I f rI -
uoni de M;irclllhdi deis Go
naivues. de Estere
Une choe eos ,t de depister
les sources d eau, une aau-
Ire e:t de les chapter et de'
les derivr du lieu d'origkine
dans les ,utres endroits par
adduction souterraine. Et

,Voir suite page 8)


les Arabes, y compris 1 C:i
re. estimcnt les observe -
lcurs.
Succedant ii Monsiurur
Yasser Aralat, hef du mou
velilent palestinelln, don't la
liortte des propose r6vol'ilicn
natires est allonuel tsamedi
par les colmmlntlateurs ia-
ni.'ns, une .: 1, I- o i', Nort l
Yemenitr se a fallt s lours
(Voir sttite pa~ae 8)


8tre complete. les interven-
tions sov.ltiques en Hon-
grie et en Tchecoslovaquie.
agressions pures et simples
selon la definition des Na-
tions Unies. et la cuerre d'O
gaden ? Au total. et en lai.,
sant de cote les combats sux
1'Oussouri de 1969. nous en
sommes a la cinauieme guel
re marxisto-marxiste. Ris-
quons un pari: il y en au-
ra d'autres.

Mais la faillite ne se II-
mite pas a la parties de la
planet oft sont au Dpouvoir
les enfants desunis de Marx
et de Lenine. Non seulement
les clivers mecanismes mis
en place par l'ONU Dour em
pecher les guerres out prou
ve une fois de plus leur ine
ficacite, mais l'evenemeno.
survient quelques jours a
neine apres la visit h Wa-
shington du modlernisaleor-
de la Chine: avait-on alors
as.sez celebre le rapproche-
ment des deux pays? La
Maison Blanche, qui avail
deja copieusement etale son
impuissance devant les fve
nemnts d'Iraun. n'a pu qiui
.deplorer l'atlaqu du lii Vie
nam, come elle avail, de-
plore&, quelques stern. ines
Dlus tot l'invasion cdu Caro
bodge. RisquOlns un Dari
elle n'a pas lini de < rert.
Tniillc de se demander s!
I'Europe aurait pDu fair
cuelque close en l'occurren
ce puisqu'elle iina pas d'e.


existence reelle en dehors des
controversies byzantines oh
se complaisent les parties po
litiques frangais. Elle a d'ail
leurs devant elle, au point
de se cogner le nez dessus.
des problems qui la con-
cernent beaucoup plus direa
tement. et vis-a-vis des-
quels sa paralysis n'est pas
moins manifeste : ch6mage.
inflation, instability monn-
taire, approvisionnements
d'tnergie. Risquons un pari
elle n'a pas fini d'en parler;
Sell n'est pas prus de les r6
soudre.
Massacres, un jour a Bey
routh, un autre a Teheran.
on troisieme au Pays Bas-
que, ou au Nicaragua, ou a.
N'Djamena, n'importe ou.
partout, haines sans limited.
imnasses de toutes sorts
decalage croissant entire les
mots et la reality, impuis-
sance universelle : est-il exa
gere de parler d'une faillite
tgei'ale de ersatz ci ordre
que li' monide a bAti tant
bicn qcu ital s his l'invoca
tion de la detente'?

LE CONTROTT' DF LELUS
EN PLUS DIFFICILE
DE LA COURSE
AUX ARMEMENTS

Dans sc'ul, pavs riches
d'Occident, plus de 1 mil-
liard de dolla-s sont englou
tis chaque jour dans les ar

iVoir silfe nause 51


NOUVELLES DE LA


REPUBLIQUE DOMINICAINE


A L'EFFIGIE DU PAPE
SANTO DOMINGO Una
message du President Guz-
man a accompagne au Se-
nat le project de loi prepare
pa! ia Junto Monetaire. II
s. tlt de l autorsation legs
i'ive pour la trappe de
nloninais dor cet diargent a
I -.. du Pi;-e Jean Paul
II. Ces pieces rendront hom-
inage a ba Saintetc et cx: 1-
teronlt li transcendanLte visl
te du Chll dc 1 Eg.ise Catho
1,que a la Repiublique Domi-
nicaline.

BAISSE DU PESO
SANTO DOMINGO La
Chambre de- Deputes a ela-
bore on projel de loi consa-
crant la bRitssu du peso do-
minicain Cettl loi official


sera le march parallel du
peso cote a un peso et quart
pour un dollar americain.
Dcpuis une trentaine d'an-
nies. le peso etait a parute
avec le dollar. Mais en depit
du controie des changes par
la Banque Centnrle et des
liortes i mportat'ons ede devi-
ses cin provenance des impo
santes colonies dominicai-
ins des 2.its ULn s d'Amcri-
qut(.. dic Porto Rico. la v.leur
du ptso dominicain n a ces-
se te se d-crader d,'puLi., u1
lustre in ra!'ion des dette'
clois"ties ddi Gouverne-
ment et des entreprises.

HAUSSE DU SUCRE
SANTO DOMINGO Le
Conseil d Etat du Sucre
vient de rea;iscr une vente


Des Reines venues

pour le Carrdaval...
Par Aubelin JOLICOEUR


I;t semalne i rll- ere. c e-
tait Steve J Wlillaiek. herl-
tier de 1,. llotte des poids
lourds 150 ca'ions de lort
tonnage( Wallaek de New-
York, New Jer,'y et Conlnee
I uIl. qui voyaa'e;l' t aveC dsa
be( 1t l(e'Ionie Barb, ra tl des
; lals les Foster, regrettait
de 11 avoIr pllu aslster alu
(e : a'llV1 S lel ; ]e J W I -
lack ust lun habitue ( 11 pays.
Deputi s;i derniere visit sa
femmne Barb.rna lul a donn6
un beau gulrqon, Scott, age
de quelques mois.
Grand chasseur devant,
I'Eternel, ii amene un jeu
lie et, superb l,abr.dor en
trains pour la nhasse a son
ami .lJohlnny Brandt avec
qui ii chasse en Halli. II se
journ. it au Grand Hotel
(lo Illsoi l
C'Ul.tilIent uis Slusani All-
deron. hi'. jiIlle f1ll.e ex-
qu se'. dais le commerce des
vetemenis it New York comn
mie sia compagne Donna Pe
rillo, etl Kenny Blumstein et
st captivirnt,e femme Meris
qui repartalentl vec les re-
grets de n'avoir pas arran-
g6 leur progrr mme de va-
clinces pour ass1ter au car
naval d'Haiti. Susan Ander
sonl vouiait trouver un pre-
tre v-udou pour lui attacher
toute ]a vie le jeunt c hi-
tien don't elle est tomble su
bitement amoureuse et pas
ser le carnival avec lul.
Heureux sont le sympathi
que avocet amtricain de
West Hartford, Connecticut,
Ronald Cassidento et sa jo-
lie femme Ingrid, dans le
cReal Es'aLes et leur gen-
tille amie Jeene Devane

lerior Designert de Coco-
nut Grove, Fl'- qui par un
heuLreux hasard sont arrives
a Por '-as-iPriumie durant la
period du c..rnaval comlme
IVoir suite page 6)


magnifique de sucre. Mal-
gre la hisse dcs course du su
cre sur le march mondial,
la vente de 30 000 tonnes, a
vec livraison en Mars, a ete
realisee a un demi centime
au dessus du course pla-
fond de la Bourse de New-
York.

ALERTE AU TABAC
SANTO DOMINGO Par
decision du Ministre de la
S nte Publ:que. il est desor
mais absolument defeindu de
iumer dans lc cinemas et
theatres. Le Commandant
en cheil de lit Police Natio-
nal, le Mujor General Polla-
no Rojas, a fait placer des
agents dans le., multiples ci
nemas du pays afip de tenir
main ferme a dctte disposi-
tion salutaire.
L'Assocation Nationale des
Medecins domihicains a fell
c'te le Ministre de la Sante
Publique. pour cette excel-
Icnte initiative. Elle a recja
me 1'cxtension de cette me
sure a tous les lieux fermes
die reunion, airs' qu'aux au
tobus. terins, taxis et autres
afin de protegcr la sante de
tous ceux qui ne fument pas

(Voir suite page 8)


Le Sermon de la Semaine
Par le Pasteur Luc NEREE


QUI PEUT ETRE SAUVE?

,Les disciples furent en-
core plus etonnes, et il s s
dirent les uns aux autres:
El qui peut etre savee>
(Marc 10: 26).
Quand, apres son entre-
tien avec le june home
riche, le Seigneur fit a hau
te voix sa reflexion sur la
dliliculte de ceux qui s at-
achecnl .i leurs rilchesses
de recheercher le Salut E-
ternel. Ies disciples furent
etonnes du language du Set
gneur. Cependant, le Sei-
gneur ne sc retracta pas de
vant 1'etonnement des dis-
ciples. Au contraire, 11 mit
plus d'emphase ah Sa ddcla
ration en distant: eMes en
fants, qu'il est difficile h
ccux qui se confident dans
les richesses d'entrer dans
le Rovaume de Dieu! II
est plus facile A un cha-
meau de passer par le
trou d'une aiguille qu'A un
rice d'entrer dans le Ro-
yaume de Dieun.

L'accent que le Seigneur
a mis i Sa declaration r6-
pdtee, fit comprendre aux
disciples que le language du
Seigneur devait etre pris


au serieux et retenir leur
attention. Et alors, stupe-
taits, les disciples se ques
tionnerent les uns les au-
tres en murmurant bien
haut: sQui peut etre sau-
vy ?s
C'est cette question que
nous almerions envisager a-
vec vous aujourd'hui dans
le but de vous faire r6ali-
ser combien il est ais6 d'ob
tenir le Salut Eternel. Inuti
le de souligner ta votre at
tention que c'est h la Bible
que l'on doit se refnrer
quand il s'agit d'une tell
question. Car c'est la Bible
qui parle du Salut Eternel,
de la faqon don't ce salut
s'obtient et de ceux qui peu
vent l'obtenir.

x xIx x

QUE DIT LA BIBLE
A CE SUJET ?

La Bible enseigne la nd-
cessite pour tout le monde
de rechercher la Vie Eter-
nelle. La Bible ne fait de-
pendre la Vie Eternelle pl.
de I'dlection, ni de la salec
lion, ni de la predestina-
tion. La Bible encourage

(Voir sulte page 3)


SANTO DOMINGO
Par d6cret du Pr6sident
Guzman, 1'Ambassadeur de
la R6publique d'Haiti h Sari
to-Domingo a 4td d6cord au
r a n g de Grand-Croix, pla
que argent, de 1'Ordre Na-
tional de Duarte, Sanchez,
Mella.
Le vice-Ministre des Affat
res Economiques de la Chi-
ne Nationaliste a .it aussi
decore au mime rang.


"'I


Sous le titre nerale>, Andr6 Fontaine
dans le numero du 20 jan-
vier du < de Paris,
brosse, a propos de la guer
re sino-vietnamienne et de
ce qu'il appelle cla 5eme
guerre marxisto-marxiste>.
un tableau assez sombre de
la situation dans le monde.
ADrrs avoir rappeld que
le socialism. selon Marx a-
vait la pretention de mettre
fin l'antagonisme de class
se au sein des Nations et
aussi lantagonisme des
nations, Andrd Fontaine e-
crit '

FAILLITE GENERAL
cI1 serait plus honrete de
reconnaitre ou'en ce domai
ne le marxisme a fait pure
ment et simplement faillite.
Aux conflIs d'Asie ne faut-
il pas ajouter. si 1'on veunt


Lettre ouverte


au President a vie


de la Republique
LES POPULATIONS DE BAINFT, COTE IDE FER.
AQUIN ET LA SITUATION DE LA PITE


-<


* '









Project d'education No. 2


CouverneNient Haitien Banque Mondiale


A vi" d'Arrel d'OEfres

r*(, FrAcier RKond pour bWton armd
.. li TON AP MI r6parties en a
S ', i vt dirsi No. 2. No. 3 ot
i Ni .) '1 ro 0iscessti'res.
S i I ': II s i u ilendll qlue les
i n vic fitsnls d c credit contribute
7 ,, ,; ,- 1 i rount i coiivrir les cofts des
s $" cii rlli pnour lesquels dens
S.. Appli s d'Offr-' sont Ian -
, : *, .. ; i'r, c i 'F, rC ;..


.1 ii -

H

I-,'
I. in-
on nis
511 F
5' Ii..




1~
H.


Ies inltresses soalt 'nvi -
tis i retlrer le dossier d'AP
PL. D'OFFRES pour l'A -
CIER POND POUR BE -
TON ARME tons les jours
oivrables du 5 Fivrier 1979
au 9 Avril 1979 de 9 heuren
a in. ii 4 iheures p. m. a la
drcsse suivante :
PpOJEr EDUCATIONN
cOUVERNEMENT HAI -
TIEN BANQUE MONDIA-
I.E
SDepart.ement de 1'Edu-
i in N.itionale
I' O Box 2162
ln:t-I ;l- since Haiti
I 1(.I>IOM
-t1 -i'rlnce, le ler F6 -
\i ,r 1979
I. N. ',las Saint -


I, ,, .A I .NT


Avis d'Autoel d'O~Fes pour ie Client


Lo Gouvernement de la
RWpubIlque. d'Halti a obtenu,
de ]'ASSOCIATION INTER-
NATIONALE POUR LE DE-
VELOPPEMENT, un cr6di*
dp DIX MILLIONS DE DOL
LARS AMERICAINS (U. S.
$ 10.000.000.00) pour le fi-
nnncement d'un SECOND
P.tOJET D'EDUCATTON don't
le cofit aoproximatif global
est estlmd h Douze Mil-
lions Six Cent Mille Dol-
lars Am6ricalns (U. S $
12.600.000.00).

En vue de la mlae en oe,
vre de ce Projet, qui com-
pren-d la construction de 31
Ecoles Primaires Rurales,
10 Ecoles Urbaines, 1 Ecole
Normale, 2 Ecoles Profes *
sionnelles, 1 I'Ecole Moyen-
ne d'Agriculture, 1 Centre
de Perfectionncment Rapi
de, 5 Studios dans 1'atre
des Batiments de la Radio
National pour la prepare
lion d'emiasions radiopho-
nkiues a carartere educatif,
Sept Mille Deux Cent Vingt
Cinq tonnes (7225) ou Cent
Soixante dix Mille (170 000
sacs de ciment Portland Ai
t.,icic' sc:* it iecc.ssair-s.


II est enten':. ques 1
fonds de ce credit contri
bueront a c'juvrir les cofirs
des contracts pour lesqcuels
les APPEALS D'OFFRES sont
lances.
Les intdressds sont invi -
t6s ft retire les dossiers d'AP
PEL D'OFFRES pour le 03
MENT PORTLAND ATlFji
CIEL touw: les jours ou-'ra -
bles du 5 Fdvrier 1979 au 16
Avril !979 de 9 bheures a. m.
a 4 heures p. m. .a 1'dres-
se suivant" :

PROJECT D'ZD'JCATION Nrc
2
.. BANQUE MONDIALE
c/o Ddpartement de i'Edu-
cation Nationals

Port-au-P-'-ce, HAITI
P. 0. BOX 2102

Adresse Te 1'.raphique :
PEGHBM
GOUVERNEMTNT HAITIEN
Port-an-Prince, le lcr Fe-
vrier 1979

. ng. Ickolas SAINT -

LAUTENT
Di.rteieur 3


pace que, m4me sans gros revenues. les hai-
.' tiens savent maintenant comment mettre
/ f \ dte l'argent de c6rd tour les mois pour le
I .H Kfaire fructifier.

parce que, mesme sans capital au depart, its
/ f '. pourront ratliser tel ou tel de ces projects
~s -^ don't ils revent depu/s longtemps une rou-
velle voiture, une mason, des etudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une ,.
retraite heureuse.


LA BANQUE NATIONAL

DE LA

REPUBLIOQUE., D' IIAITI.


(Suite de la Ifre. page


valnt. invite accepted Je-
sus-Christ come son Sau-


;tous les hommes, en tous veur, personnel. A sa ques-
lieusx a oblenr la Vie Eter tion Que faut-il que Jh
nclle, sans consideration de fasse pour etre sauv? 11i
race, de nationality, de se- requt .la r6ponse 6vangdll-
xe, d age, de statute social que: "crols au Seigneur Je
ou d'autres choses sembla- sus et tu seras saume. tot et
bles. La Bible souligne laI ta famille (Acles 16:31).
necessity pour nous tous
d'etre sauv6s. Le Seigneur est celul que
Dans I'Ancien Testament, flieu deslgne comme Sau-
le Prophite Esaie, par exem-/veur de 1'humanlt6. Le nom
pie, declare : tous errants comme des bre est significant sur ce point.
bis, chacun suivait sa pro- L'Ange avait rcvele le sens
pre vole et I'Eternel a fait de ce nom a Joseph (Math.
retomber sur Luot 1'iniquit6 1:21). Les Apitres dans
de nous touns (Es. 53:6). leurs predictions disaient:
Les expressions : tin to eentcet. n.. tn.a.usl rdauu


D'autre part, dans le Nou
veau Testament, 1'Ap6tre
Paul aux Remains 6crit ce
cl : < te, pas mime un seul; nul
n'est intelligent; nul ne cher
che Dieu; tous sent 6gares,
tous sont pervertisb (Rom.
3 :10). 11 est done ind6nia
ble que d'une maniure g6nd
rale tous les hommes sont
par nature des pecheurs et
ont desespdrement besoin
de se reconcilier avec Dieu.
La Bible ne souligne pas
seulement notre ibesoin du
Salut ELernel, mais procla-
me aussi le ddsir de Dieu
de nous accorder ce salut.
C'est ce desir que Dieu a
exprirme quand aprys la chu
te d'Adam et d'Eve, il mau
dit le serpent en annoncant
son ecrasemert : trai inimitie entire toi et la
femme. centre ta postdrite
ea sa posterity : celle-ci ti'
cras:ra la Ltet et tu lui bles
sitas le talon? (Gen. 3 : 15 .
C'cst ce desir qui a ports
Dieu a fair retomber sur
Jesus-Christ l'iniquite de
Fhumanite,. re qui n'a" foint commis
ci pech6, et dans la bouchec
duquel il ne s'est point troil
vc de fraud, (1 Pi. 2 : 221.
Ce desire Pst, ne de l'amour
dr Dieu. lequel amour em-
brasse tous les homes.
Ainsi, a, la question : petit eI'e save ?> nous pou
vons repondre. en nous ap-
puyani sur les declarations
de la Bible. que cest tout
le monde. <,Car tous ont p&
che et sont prices de la glob
re de Dieus (Rom. 3 : 23)
ii n'y a point de distinction
x x x x

DE DIEU VIENT LE SALUTE

La question du salt ete;
nel pose cependant des pri
blemes a tous ceux qui lern
visagent sans prendre er
cons-deration la grande par
que Dieu y joue. Les Ecrits
res affirment que <,le salu
vient de I EterneL> (Jona.
2 : 3. C'est la un principle
Toutle les fois que ce prism
cipe est neglige. on per
le Nord; la question du so
lut devient un casse-tete

C est ce qui etait arrive mi
mentanement, je crois, au:
disciples dont I'etonnement
fut grand quand le Seigneur
declare qu'il est difficile
un riche d e&re sauvd. E!
(Ifet. quand notre coeur e
fixe autre part que sur Dieu
el si nous trouvons une sa
tlsfaction meme passage
de ce a qui nous attachon
notre coeur, il devient alor
di:ficile pouf nous de real
ser notre besoin de Dieu

L'exemple ctait frappan
oans 1 attitude du jeuni
hiommne riche qui, malgri
1'avertissement du Seigneu
en ces terms : ,I1 te mal
que une chose> et malgri
]'ordre de se defaire de se.
possessions materielles,
passe outre pour continue
a vivre sa vie comme aupl
ravant. Ainsi tant quil s'ai
git de la propre inltiativi
de I homme le salut parai
une chose impossible. L'hon
me a besoin d'un Sauveur

Car il ne peut pas se sau-
ver lui-meme. C'est pour-
quoi Jesus fit cette remar
que aux disciples : impossible aux hommes
1mais non a Dieu; car tout
est possible a Dieu, (Marc
10 : 27i.

La remarque du Seigneu
impllque deux choses. Elli
Impllque premierement qui
Dieu a pourvu all Sauveuo
Indispensable. Elle impllqui
deuxflmement que celui qu
veut etre sauvd doit mania
rester de la soumlsslon i
Dieu, en acceptant le Sau
veur suscit6 par Dieu. C'es
pourquol lce Nouveau Testl
mecl enselgne que celuliqu
pcut etre sauce, c'cest ceiui
la qul oceepte Je.us-Chris
corninc soai SauvOuI person
nel.
Quand. par example., i
geller h Philippe elait su
le point de se sulclder par
ce qu'll pensait que lcs pri
sornnies s'etalent enfuls, i
occasionn du tremblemen
de terre qul, a la fols aval
rumnpu les lens des prison
nlers et ouvert les ponrtes d
la prison, Paul et Silas l'a


erc



br

do
qu
Se


q;

qL


tions tous errants> et ('ini
quit de nous tous* sont suf
fisamment significatives
pour nous aider a compren
dre que tous, nous avons be
soin d'etre sauvis.


roilt en mol, des fleuvea
eau vive cou eront de son
eins Jri,. 7 : 38).'

Des religions sans nom-
re h travers les sticles ont
etk beaucoup d'hommes
ans la confulson. Mals ceux
ul se sont dIrlgfs vers le
elgneur Jesus rendent cons
ammeat t6tkolgnage que :
Quiconque crolt en Lut ne
era point confuse. parce
u'll elt effectivement le
Bou Berger. li Porte. le Che
nin la Verite et ia Vie. La
luesLion :. <.qul peut tire
Aluve ?- ne se pose pas
quand 1'on a affalre 9 Jf -
sus-Christ. Car tous ceux
ilI ont fol en Lut pour s'a-
bandonner totalement a Lul,
1 les save tough intdgrale-
ment.


11 n'y a aucune n6cessitM
pour vous d'h6siter a aller
au Seigneur, en vous demand
iant: equi peut ftre sau-
i>. Nots avons 1'assurance
qu'Il veut vouas sauver, vous
personnellement. Ce que
vous avez at fire, .c'est de
placer votre foi en Lui. La
foi n6cessaire pour votre sa
lut n'est ni une foi extra-
ordinaire, ni une foi sp6cia
le, c'est la fol de tous les
Jours. La foi que vous exer
cez lorsque vous prenez, par
example, un avion qui doit
voler avec vous d'un lieu ia
un autre. La simple foi qui
vous faith accepted un pa-
pier-monnale pour de Par-


gent comptant. c'est exacts
ment cetlte espcc dc oui a-
vec laquello II raut accep-
ter le Belianeur Jesus com-
me votre Sauveur.

La Bible expliquant com-
ment I'on est auv6 dit :

'C'est par grace que vous
etes sauvEs per le moyen
de la t01. Et cela ne vient
pas de \ous. c'Ces le don de
Dleu iEph. 2 ,8. La grace
done ne peut pas venir de
vous, c'est le don de Dieu.

Mais la foi, c'est votre quo
te-part a votre salut. Cet-
te foi fa'difie par ce qu'on
entend de la Parole. La Bi-
ble le dit sans ambages :
4la fol vient de ce qu'on en
tend -et ce qu'on entend
vient de la Parole de
Ohrlsts (Rom. 10 : 17). Celut
qui peut tre sauv6, c'est
celui qui s'ouvre at la Parole
de Christ, et qui agit selon
cette Parole.

Rfalisez votre besoln de
salut .Acceptez Jesus-Christ
a present mime come vo-
tre Sauveur. II vous aime;
il a paye par son Sang vo
tre dette de pechd. Donnez-
'vous a Lul, afin que Sa Corn
union Intime avec vous de
vienne possible pour votre
paix, votre joie\et vutre suc
Scs continue. Qu'il en soit
ainsi. Amen.
Luc R. NEREE


< autre nom qui ait 6t6 don- t
ne parmi les hommes par I
lequel nous devions 6tre sau r
visc (Actes 4: 12). les prophites rendent du Sei
gneur Jesus ce t6moignage
que quiconque croit en Lui, p
regoit par son Nom le ir-
don des p6ch6s> (Actes 1 : r
vi
43). Paul dit: seul Dieu, et aussi un seul c
M6diateur entire Dieu et les
homes, Jdsus-Christ hom-
me qui s'est donni lui-me-
me en rangon pour tous
(1 Tim. 2 : 5). Le Seigneur
Jisus lui-mime affirmed :

le dis, celui qui croit en moi
a la Vie Eternelle > Jn. 6 :
47).

Maintenant la question du
salut revient a une simple
question d'obeissance a la
Parole de Dieu et de soumis
slon a Dieu, en acceptant
come son Sauveur person
nel, le Seigneur Jesus. Car
Dieu de qui vient le salut
a destine Jesus-Christ, s ,-
tre, par son sang, pour ceux
qui croiraient, victim pro-
pitiatoire afin de montrer
sa justice... present, de manibre h itre
just, tout. en justifiant ce-
l'ii. qui a la fol en Jesuss
(Rom. 3 : 25-26). Si encore
une fois nous posons la ques
tion a savoir : tre sauve&,, la response est
simple : c'est celui qui se
soumet a Dieu en se livrant
a Jesus-Christ pour le par-
don de ses pech6s.



i L'ACCEPTATION
* DE JESUS-CHRIST

L'acceptation de Jdsus-
Christ pour le salt uter-
nel nest pas du tout one
affaire compliquee. Voici ce
r qu'en dit I'Apotre Paul: o tu confesses de ta bouche le
Seigneur Jesus et si tu crois
dans ton coeur que Dieu 1'a
t ressuscite des morts, tu se-
u ras sauve. Car c'est en cro
t yant du coeur qu'on parvient
s a la justice, et c'est en con
. fessant de la bouche qu'on
n parvient au salute (Rom. 1 :
d 9-10). Nous avons 1'assu-
a rance, selon la declaration
Smeme du Seigneur, de l'ac-
cueil qui nous est reserve
o aupres de lui : x train pas dehors celui qui
vient a moi' dit-il (Jn. 6:
r 37) N.ous avons aussi l'assu
a rance qu'o tous 6gards une
1 vie nouvelle est le lot de
t ceux qui acceptent le Sei-
gneur. Car il dit : moit, vous tous qui ftes fati
e gues et charges, je vous don
s nerai du reposs (Math. 11 :
s 281. i celui qui vient a moi n'au-
ra jamais faim, et celui qui
croit en moi n'aura jamals
t soIf) (Jn. 6 : 35).

VINYL PAINT.


interieur exterieur


SAMEDI 24 ET DTMANCHE 25 FEVRIER 1979


LE SERMON DE 14A SEMAINE


LE BISTROT



Special Carnaval



Pendant toute la duree

de Mardi Gras

FOLLE AMBIANCE, DANSE ET SPECTACLE


S

Chaque soir

jusqu'a Mardi gras



'Special Show Bistrot"



'et Ouanga Haiti Show' |

2 TROUPES DIFFERENCES

2 SPECTACLES VARIES
EN ALTERNANCE CHAQUE SOIR


APRES LE CARNAVAL

L'ambiance continue
chaque soir au


BISTROT


Votre rendez vous


Tel 2.1809


-i ---m----------w--y- -a--




PAGE A


. fr'r~ra ir 7!vnUIR iIy


t o 60000000


*rd'Americains




S*... A. pI gANY aUPER ECONOMIQUE pte!


"t NS NOS CINEMAS

IMPERIAL Auditorium RANCHO C:NE


I nlmichr 25 Lundl 20 -
S Mardi 27 Fnvrhlr 1979

1irrRIAL I

l hr it 10 lires
IA O(UlRRE DIy
I 0 A -00


r.-! l Fnvri'r (t Jeldil
1 ,r7 1979

1 h 2 i. I h 6(1 I h I 10 h.


Dinanche 7 hecres
POUR UN DOLLAR
Lundl 26 Mardi 27 F6vrier
D'ARGENT
CARNAVAL

Mercredi 7 heures
POUR UN DOLLAR
D'ARGENT
Entree G. 3-00
Jeudl, 7 heures
LE JOUR DE
LA HAINE
Entree G. 2-00
x x x


IA (tilU.lr DEi L IESPACE Rex Theatre


( ; 5 0
G 8 -00
t-i.-;VAN I'.S
G7n i :1-00

LMP: : IIALI 2

lm 2iii. n 'l 23 Lundl 26 -
.: 27 FLevrir 1979

Sh. t 10 heures
1P. UL'. DE PHOVENCE

nr.-: t r.c G. 8-00

MPerr(di 28 Faiek'r et Jeudi
-c Ir 'Mias 1979

12 h 2 h. 4 hres
i'.'reei G 5-00
FS('I.AVE DE SATAN
., r h h I10 hres
0) 5OO t..iree G. 8-00

IMPERIAL m I

I: -sa i e 25
*' liun li 26
Ma;rdi 27

S ;' i ;i hirs e 1t hres
EI.MMANUELLE ET
FRiANCO 'I !;

*..- ~ -00' i.l ir G P 00

,' 11 ill2'; Fevrilr ,t Jeudi
i 1, i M ': 1979


i,


C'IAIII)INE


.IN 2 Is, 4 sacs.

G. 8.00i I I (t
ii 1. i II I, xIxIIiai''



1)1


hl'' 11t10III I:iiI
I 1 4. ti :1i0(l


Lido
,:. a, lr 23 [.Inlu ll 211 -

1 .' r 1 0 it 11-.1
()- H00 't "'1 00



1,r 2; M.ar. 1979!
I 2 4 11 '
1, I h l i t-ur
Sntri -- ( J i 0)J t. 1 : -()(0
JA.K I1. lEVIENTItIEUIta

JrIui i-rr Mars. 1979
l. rirn:. 2. hr.:, 4 lhres
IKlltr- G.0 1-50
i h I hi I, 0l lire.
TlIre 0G 2-00 et 3-00
I.A MALLE DU CARE


Cink Senegal
lmianchte 7 h et 9 hres
LES 4 KARATEKAS
DE L'APOCALYPSE
Entr6e G. 2-00 2-50 3.00

Lundl 6 h et 8 hres
LE CERCLE NOIR
Entr6c G. 1-50 2-00

Murdi 6 h et 8 heures
LE8 DENTS DE LA MER
Entrie G. 1-50 et 2-00

Mercredl 6 h 8 heures
LES 4 KARATEKAS DE
APOCALYPSE
Entree 0. 2-00 2-50 3.00

Jt-udl 6 h 8 heures
DOUBLES
PENETRATIONS
Entree 0. 1-50 2-00


M, iridi 12 Ii, 2 h 4 hres
ii 11I.I,1 G 1-50

IEntre' G. 3-00
3 HUI'ERMEN DU
KIJNG FU
Il hirs ct, 10 bres
Elnlree G. 3-00
LANGUE DE VELOURS

J.udI 12 h 21h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 8 h et 10 hres
Entree G. 3-00
CINQ DURS A CUIRE


"t Luxe Auto Cina

Dimanche 25 Lundi 26
8 heures
Entrte $ 2 50
MORTELLE RENCONTRE

Mardi 27 8 heures
Entree $ 2-50
KUSINI

Mercredi. 28 Fivrier 7 h et 9
heures
Entrxe $ 2-50
LE CYNIQUE,
I INFAME ET LE
MECHANT
Entree $ 2-50

Jeudi ler MARS 1979
7 hres et 9 hres
CITE DES DANGERS
Entree $ 2-50
xx Triom

Cind TriomDhe


SALLE I
LA GRANDE CHATAIGNE

SALE 2
) 1,50 S;00
VIRILITA OU
PARFUM D'AMOUR

SALLE
$ 2;00
FIST.

SALLE 4
$ 1;5U
LA RAISON D'ETAT


Dimanche 10 hres 12 hres.
Entrie G. 1-50
BRUCE LEE
HEROS LEGENDAIRE

Lundi 26 Fevrier 1979
10 hres 12 hres
Entree G. 1-50
COUP DE POING
DU MONDE DES ESPRITS

Mardi 27 Fdvrier 1979
10 h 12 hres
Entree G. 1-50
DRAGON NOIR
CENTRE KARATE

Mercredi 12 2 4 6 8 10 hres
CALIBRE 32
Avant 5 hre s
Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree G. 3-00 et 5-00

Jeudi 12 2 4 6 8 10 hres
1.000.000 DE $
PAR MEURTRE
Avant 5 hres
Entree G. 1-50
A Partir de 5 hres
Entree G. 3-00 et 5-00


ETOILE CINE
Dimanche 6 h 30 et 8 h 30
20.000 LIEUES SOUS
LES MERS
Entree G. 2.50 et 3.50

Lundi. 6 h 30 et 8 h 30
LE CREPUSCULE
DES CRAPULES
Entr6e G. 1-50 et 2.50

Mardi 8 heures 30
Seance Unique
LES DEUX VISAGES
DE LA PEUR
Entree G. 1-50 et 2-50

Mercredi 6 h 30 et 8 h 30
20.000 LIEUES SOUS
LES MERS
Entree G. 2-00 et 3-00

Jeudi ler Mars
6 hres 30 et 8 hres 30
LA ROSE ET LA
FLECHE
Entree G. 1.50 et 2.50


FrTs',


Dimanche 25 F6vrier 1979
MIROIR AUX ESPIONS
Lundl 26 F6vrier 1979 n
AGENT TRES SPECIAL

Mardi 27 Fivrier 1979
HORIZONS PERDUS

Mercredi 28 F6vrier 1979 d
MIROIR AUX ESPIONS f

Jeudi lerf Mars 1979 (
AGENT TRES SPECIAL



Pharmacies
assurant
le service
cette nuit
SAMEDI 24 FEVRIER 1979
SANTA MARIA
R. du Centre
DE L'URGENCE
LALUE
MERIDIONAL
Carrefour

DIMANCHE 25 FEVRIER 79
ST RAPHAEL
Carrefour Feuille
ZEMBLA
Rue Lamarre
DU SOURIRE
Ruelle Alerte

LUNDI 26 FEVRIER 1979
TOTAL
R. Front Fort
ST ANDRE
R. Alix Roy
DE CARREFOUR
Carrefour

MARDI 27 FEVRIER 1979
QUATRE SOUS
Sans Fil
APOTH1CAIRE
3e.me Ave. Bolosse
LECLERC
Martissant

MERCREDI 28 FEVRIER 79
METROPOLE
R. Dr. Audain
SERMA
R. des Casernes
DE L'ESPOIR
Delmas
PETION VILLE

DIMANCHE 25 FEVRIER 79
PETION VILLE
Rue Flambert

LUNDI 26 FEVRIER 1979
ST. JEAN
L'EVANGELISTE
Delmas Petion-Ville

MARDI 27 FEVRIER 1979
REGINA
Place du Marche

MERCREDI 28 FEVRIER 79
NOUVELLE
Avenue Estime


f 'PTOL .


sieur et Madame Jacques
Morisset, Madame nee Yolai
ne Cayemitte, Monsieur et
Madame Charles Cayemit-
te, Monsieur et Madame Vo
jeteck Bystricky, Madame
n6e Jeanine Gracia, Doc-
teur Naomie Cayemitte. M.
Emmanuel Cayemite, Mon-
sieur Michel Cayemitte, M.
et Madame Godefroy Nel
cy Madame nea Brunette Ca
yemitte, Monsieur Bruno
Cayemitte, Monsieur Jean
Grac!,a, Monsieur Jude Gra
cia, Mesdemoiselles Ketty


Gracia, Michaelle, Marilyn
Gracia, Natacha, Gregory et
Tayiana Constant, Stepha-
ne, Harvel et Hadley Jan-
vier. Aux families Cayemit
te, Gracia, Janvier. Mor4'i-
set, Constant, at tMouns ls
autres parents et allies 6-
prouves par ce deull. Les
funeraille.t de Madame Re
che Co iy nee Anne Marie
Cayemittl seront clhantles
le 28 F6vrier it 4 lihures P.
M. en Eglise de Dieu oil la
d6pouille mortelle sera ex-
poses des 2 hres. 2142


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE...


Les nouvelles lines fluides de la CELICA ont ete programmies sur ordinateur pour lu assurer un minimum de

resistance da 'air ainsi qu'un maximum de stability a haute vitesse


PASSEZ NOUS VOIR A LA


HINOTO S. A. Rue Pavee Tel. 2-0658


pr~""rv----'------~-C*H Cd~Y!


MESSE DE REQUIEM i
D'ANNIVERSAIRE
Une messe de requiem in I
niversaire sera chantse a la
memoire de Madame Edgar I
Ndrestant nee Gabrielle A
exandre a 1'dglise parois- 1
siale de Ste. Anne le samedi
3 Mars h 8 heures a. m.
Cette announce tient lieu
d'i-nvitation aux soeurs et
fr6res des differentes asso
clations religieuses aux -
quelles elle a appartenu, aux
parents et amis de la d i
funte.
--- 242


REMERCIEMENTS
M. Joseph Louis, Mme. Wil
da Louis, MM. Allrich Shiller
et Jean-Robert Louis remer
client bien sincerement :
Le personnel et toute 1'e-
quipe du .,
Me. Pierre Blain, Directeur
de la Troupe Nationale, le
Maestro Fritz Jolicocur el,
lcs membres du Choeur de
la Troupe Nationale, M. Pier
rot Al-Kaal et les membres
du group Scorpio, le Direc
teur du Centre d'Accueil Du
val Duvalier, le Maestro de
la Fanfare du Centre d'Ac-
cueil Duval Duvalier, Mme
Lina Mathon Blanchet, le
Maestro Dorlette, M. Aubelin
Jolicoeur, M. Raymond Mi-
chel, le College J.C. Dorsain
vil de Carrefour et tous les
parents, allies et amis de la
capital des provinces et de
l'etranger qui leur ont te-
moign6 de la sympathie ha
l'occasion de la mort de la
tres regretted Mme Joseph
Louis, nee Marie-Therdse
Jean-Baptiste, enlevee a leur
affection le jeudi 15 fevrier
derner.
Une messe de prise de
deuil pour le repos de son
ame sera chantfe le vendre
di 2 Mars a 1'Eglisec St. Char
les de Carrefour a 6 h.30
du matin.
Cet avis tient lieu d'invi-
tation aux parents, allies et
amis de la defunte.

xxxx

Deces de Mr.
Clement Loubeau
Pax Villa announce le de-
efs survciii le 21 Fivr:or a
I'Hopital Francais de Mon -
sieur Clement Loubeau.
En cette penible circons -
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent leurs s;ym
pathies a sa veuve nee Luce
Laurenceau, a ses enfanisc
Docteur Leslye Loube-iu et
Madame, a Franqois I ou-
beau, a ses petits enfanis
Oscar, Lyonel Loubeau, a son
frere Monsieur Emile Me -
nos, a ses belles soeurs et.


CARNET SOCIAL


C~lrrrrr~//I~))~CZP~-~/-Pb~)~-~C~-SS~C-


%%%%%%;/P/I~/~PI~/C/~CC//C~/~////Z~/)))) %%%~CC/PZ~CCCI///~/C//~:


Ar/KdOc~ca~H~irurA~v~~rrr~AarrAnrvrrr~H


Mademoiselle Adrienne Me
nos, a ses belles souers et
beaux-frere : Mademoisel-
le Fernande Laurenceau,
Monsieur et Madame Lyo-
nel Corviongton et leurs en-
fants Carole, Alix, Marjo -
rie, Djerry Corvington, Ma
dame Yvane Laurenceau et
ses enfants MarLine, Hans
- Dominique Dauphin, Mon
sieur et Madame Jean Lau-
renceau et enfants, Mon -
sieur et Madame Victor Lau
renceau et enfants, Mon -
sieur et Madame Fritz Lau
renceau eat enfants, Mon -
sieur et Madame Fritz Ba-
ril et enfants, Monsieur le
Capitaine Jean Claude Lau
renceau et Madame, Mon -
sieur Leon Mitton, Mdame et
enfants, a son neveu Mon-
sieur Michel Menos. a ses
cousins et cousins Mon -
sieur le Docteur Edmond
Loubeau, Madame et tamil-
le, Monsieur et Mqdi.me GOf
rild Cheval'er, Monsieur et
Madame Herv6 Blanchet et
famtIle, Monsieur et Mada
me Roger Loubeau et family
le, Madame William Ray -
mond et enfants. Aux fami
les : Loubeau, Laurenceau
Corvington, Baril, Menos,
Byambi, Montis, Gaston, LE
hens. Bonny, Mitton, A
rendhs, et a tous les autre:
parents et allies iprouves
par cc deuil. Les fun6rail-
les de Monsieur Clement
Loubeau seront chant6es li
Mercredi 27 Fevrier a 4 hei
res de l'apres-midi en l'Egl
se du Sacr6-Coeur de Tur -
peau. Le convoi partira di
Pax Vi'lla Sacr6-Coeur of 1;
depouille mortelle sera ex
posee des 2 heures 24
X X A

ecs d'e Mine.
R eche Cdfinv
NEE ANNE MARIE
CAYEMITTE

Pax Villa announce le d6
ces survenu le Mercredi 2
Fevrier 79 de Madame Re
che Coliny nee Anne-Mary
Cayemitte.
En cette penible circons -
tance Pax Villa et Le No
velliste presentent leurs sye
pthies a ses freres e
soeurs Monsieur et Mada-
me Minium Cayemitte, Mo:
sieur et Madame Men6lick
Cayemitte, Monsieur et M
dame Stephen Janvier, M,
dame nee Jeanette Cavemi
te, Mons5'eur et Madame Li
sias Gracia Madame no
Beatrice Cayemitte, a sa m:
rainne Madame Lindor L:
martin, a ses neveux et
nieces Monsieur et Mada
me Fritz Constant, Mada-
me nee Suze Gracia, Mon-


}




r f6 4


I.e PNUD et le developpement du cotton

i; i I t i I i1 ) I'NUD, M. BRADFORD MORSE, ANNOUNCE LA NOMINATION DE M CHAKRAVARTHI
,\,IAIHMIIAN A LA TETE DU TROUPE CHARGE DE LA PROMOTION DES
INTERESTS DES PRODUCTEURS DU COTON


du PNLTD.




.- o ull'es, a!ix
* ,- ', l :] i

SI ,

S .. ,r Ir .x1-

*r t g i e I o rt i lsa-

... da Inlipe -p
*. 'AII S Ic .





i i ll l' t

...* ; -, ,, i -l tn -

.. ..: -"~ ,-- .. r ];
"' *" r, i i, tt i ti''1 f


"- i t t l l


I'- e u l l' vi e( '

.m -,' r I Ii' i




r' r :I m9,ir anl ]-
('j; i G r .1r c. I h l ui
A Ii i
.> 7 I i-', -,! -in{ rsl |it it l. U

0Sr du oUvere-

li ,i ',-* uSl i .





11ii id t S
A f r J -OU nomi




(I,; dlinani
; r N:tri. s.mham
iti I ltii i onic




Si Kir (hi Dpahrim.
i V 72 in -,r l fitin


1iilnlltanient les fonctions
d'Adlinilstraleur adjoint du
PNUD et, de Chef de cabinet
du Secr6taire g6ndral de
1 ONU.

Les organ!,sateurs ont 'in
mention de convoquer une
Conference de membres fon
dateurs de I'AIDC vers la
fin de cette annue. II est at
tendu que 1'Association, qui
esl mise sur pied par et
pour les producteurs de co
ton. obtiendra environ la
moilie de son financement
en souscri-ptions de mem -
blres. le rest venant d'orgra
sisations d'aide bilateral et
iiiultilatcrale.

Ia constitution de 1IAIDC
esl I'aboutissement detudes
ei de consultations extensi-
es entrl eprises depuis 1970
par des agencies cotonniores,
des foundations priv6es, I'O-
NU, 1 Organisation des Na-
tions Unies pour l'alimenta
tion et 1 agriculture IFAO)
et la Banque mondiale. Une
clude du PNUD en 1973 a
conclu qu'en depit du folt
que le colon representait
une parties essenti'elle de 1'e
conomie de nombreux pays
en developpement, ces der
iniers me des points de vue des
finances et de l'orsanisa -
tion d'entreprendre une
telle tache sur une base indi
vidutelc,>. Tout en recom -
mandant une cooperation
entire ces pays ainsi qu'en-
tre cees derniers et l'indus-
trie. le rapport du PNUD
mcntionnalt le besoan ur -
gent d'un .-appui financier
et autre de la part de la con
munaute nternationale.,.

Que1ques faits illustrent
l'importance economique que
present le coton pour les
pays en developpement. Qua
rante pour cent de la cuitu
re cotonnibre niondi.,Ie
prend place dans les pays
en developpement et joue
un role important dans les
revenues de 170 millions de


MESSIEURS


AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEL-LA FATES LA

PLANIFICATION FAMILIAL




UN MODEL DE GLACIERE

COLEMAN

















ETS. MME W. BONDEL

143 RUE DU CENTRE PHONE : 2-4727
<';;ccc;O^OiCCOCJOSOCo^,^


personnel dans ces pays.
En se basant sur les chiffres
de 1974 pour le coton brut,
les graines et les textiles,
on estime que Ie coton rap-
porte quelque 4 milliards de
dollars en devises 6trange-
res aux pays producteurs de
colon.

Le coton est 1'6pine dorsa
le de 1'economi-e en nom -
breux pays on developpe -
ment. Plus de 70 p. 100 do
la population du Tchad de-
pend du coton pour sa sub-
sistance, alors qu'en Inda
1'industrie textile cotonn=ie-
re emploie presque i3 mil -
li!ons de personnel, soit 40
p. 100 de tous les ouvriers de
ce pays. Les textiles de co-
ton representent environ 15
p. 100 de la valeur d'ensemn
ble des products manufactu
res exports par l'Egypte et
le Pakistan.

LE DEFI DES FIBRES
SYNTHETIQUES

Malgr6 son role impor -
tant dans l'economie de
nombreux pays et dans !a
vie de leurs populations, la
part du cotton dans la consom
nation mondiale de fibres
a graduellement retreci du
rant les cinquante dernieres
annees. Entre 1961 et 1973,
le cotton n'a obtenu que le
quart de : ,-i ,ii a f r :- Ii d u
march des fibres, alors que
les products synthetiques
s emparaient de la part du
lion. Qui pis est. il rst atton
du que la concutrectie ac-
crue des produitiis synthei
ques reduira encore li part
du march total du noioni
de 50 p. 100 a 45 p. 100 d ice
1985, si la recherche et le de
veloppement dans le domuai
ne du coton n augmeintent
pas.

En se basant sur lea ef -
forts d6jt dployes par d'au
tres institute tels que I'Ins-
titut international pour le
coton (IIC) et 1'Instlut de
recherche du coton et des
textiles exotiques IIRTC,.
1'AIDC tentera de gagner
I'appui de la majority des
pays producteurs de colon
af;,n d'obtenir l'assistancp
financiere vitale pour le de
veloppement du coton.

Etan- donned que les de -
glits causes par les insecotes
et autres parasites rereesen
tent la menace la piuas s"-
rieuse lat stab'-lite de la
production cotonnidre dans
les pays en developpemcnm.
I'AIDC financera larecher
che dans le domaine de !a
selection de pesticides et 1lin
production de nouvelles tech
nologies de control des in
sectes qui n'elimineraient
pas les insects benefiques
et ne causeraent pas de pro,
blames ecologiques ou de san
te publique.

S'ADAPTER AU GOUT
DES CONSOMMATEURS

Le coton faith face a de
nouveaux defis pour satis-
faire les exigences des con
sommateurs de coton quant
aux caracteristiques tells
que la durability. la facility
d'entretien, et le retrecisse
ment. L'AIDC entreprendra
la promotion de la recher-
che industrielle dans les pha
ses de fabrication textile al
lant du cotton brut au pro-
duit final a savoir le card
ge, le nettoyage, la filatu-
re, le tissage ou le tri-cotage.


et le finissage afin de par-
venir aux standards vou-
lus a des prisx comp6titifs.
Toutefois, tant que le mar
ch6 cotonnier actual n'est
pas pr6serv6 et l1argi. les
pays en developpement y ga
gneront tres peu, indepen-
damnent des progres ruali -
s6s dans la quality du coton
brut et manufacture.

L'AIDC oeuvrera dans tou
tes les parties du monde a
fin de faire prendre cons-
cience aux consomma -
teurs et aux fabricants de
textiles des nouvelles possi
bilit6s pratiques du oton et
encourager les consomma-
teurs & acheter des produits
cotonniers de preference
aux products ne contenant
que peu ou pas de coton.

AUTRES
RECHERCHES
ET ANALYSE DE
MARCH

L'AIDC offrira a ses mem
bres des renseignements
mis d jour sur des facteurs
tels que les preferences des
consommateurs, la structu
re de marches potentials en
ce qui concern ies fibres;
les changements de prix a
tous les niveaux de la pro-
duction et de 1,1 distribu-
tion ainsi que ]eur sign i-
cation: et l'impact des ten
dances economiques globales


Declaree d'utilite
Publique

ARRETE
Article ler Est d6clarei
d'Utilite Publique une cer-
taine etendue de terre sise
A I'Habitation Freres, See-
tion Rurale Bellevue Chir-
donnieres. Commune de P6
tion-Ville. d'une superfiiop
de 41 ha. 06 a. 87 ca. 61 on
Trente et Un Carreaux Oua
ire Vingt Trots (31 carreaux
83).
Article 2.- Cette etendue
de terre est bornee au Nord
par I'Etat. au Sud par une
route de penetration et Fritz
Mews. a ]'Est par les hen-
tiers Lespinasse Paul Car--
vin et Fils-Aim6. a l'Oiiuest
par Andre Marc. Delinor
Faustin et Mine Winsor.
Article 3.- Les proprietai
res seront indemnises con-
formement aux disposition
de la Loi du ler. septembre
1951.



Modification au
tariff Douanier

Considerant que les impl:
cations et les necessities d(
la politique commercial ep
industrielle du Gouverne
ment de la Republique re
commandant de proteger les
products nationaux;
Considerant que l'Indus-
trie Nationale est en mesu
re de repondre qualitatve-
ment et quantitativemen, a
la demand locale quant
aux products vises par le Ta
rif Douanier en vigueur aux
positions 16.01. 18.06 !)!).
18.0611. 1903. 20.05. 200601) ,
20.07.01, 20.07.99, 21.02 01. 22
03 et qu'en const'quence il
y a lieu de les modifier,
Sur le rapport des Sierri-
taires d'Etat du Commerce
et de l'Industrie. des Finan
ces et des Affaires Economi-
ques.

Et apres d6libdration uen
Consell des Secr6taires d'E-
tat;

DECRETE
Article ler.- La taxation
des products Imports t'lle'
qu'elle se fait scion les po-
sittlons 16.01, 18.06.11, 18.0o.9S,
03, 20 05, 20.06.01, 20 07 01l
20.07.99, 21 02 01, 22.03 est
modiflee come suit .

16.01 K.N. 3.50 ou 50% ad
valorem
18.06.11 K.N. 4.80
18 06 99 K.N. 6.10 ou 95% ad
valorem
19.03 K.N. 1.60
2005. K.N. 1.60
20 06 01 K.N. 3.60 on 55% ad
valorem
2007 01 Litre 0.90 uo 50% ad
valorem
20.07.90 Litre 250 ou 50% ad
valorem
21.02.01 K.N. 8.90
2208 Litre 185
Article 2.- Les modifica-
tions ci-dessus ne s'appll-
quront point aux products
qui ont dbjt quittS lI port
d'expeditlon du pays d orl-
gine k destination d'IllalU,
& la date dc la publication
du prtent Dcret au Jour-
nal Offlclel.


Lettre ouverte au President a vie de la Republique


tSuite de la lere pa.e)

a Votre Excellence leur eas,
pour qu'entin justice leur
SOILt sndue.

Monsieur le President a
Vie, de tout temps, la pile
ou sisal, a it6 1'unique et
principalP production de nos
regions desertiques. Les 95
pour cent de nos terres en
effet, impropres a toutes au
tres cultures sont plantees
en pite et toute la dense po
pulation y tire des revenues
qui conditionnent leur exis
tence mtme. Avec la vente
libre de la pite. tout allait
au mieux des interets de
Vos freres de 1'Arriere-Pays.
Mais un matin, des vandales
d'un nouveau genre arrive-
rent. Plus ihnumains que
l'ancien colon blanc, ils se
mirent en devoir, telles de gi
gantesques sangsues, de su-
cer le sang de leur propre
frere negre. A force d'intri-
gues, ils finirent par persua
der les D&partements concern
nes de la raret6 et de 1'insuf
fisance de la pite tillee sur
le march; et les dirigeants
d'alors, trompes dans la plus
large measure secrifierent in
considerement I'interet du
plus grand nombre, aux am
bitions inavoutbles de deux
super, en interdisant par un
communique en date du 28
Aouit 1978, la libre exploita-
tion de la pite, concedant
par ainsi un monopole ex-
clusif a la safico et a la Ci-
ila.

Tout iurait pu caller bien
Si sculenlent ces concession
nairs pouvaient acheter tou
tc la production de la re-
gion La (ou injluistce ees f1.,
gralnte et revolt: ntc inem,.
non sculeni.-lnt ils font, bias
s r a; leur gre Ie prix du ki-
lo die p ). manl encore, sontl
dans l'inecapacte. faute da r
gt.nl. d'itcheter mieme la
mobile de la recolte. Alors
les jours de niaarche. on ais-
sist iIV('C lin certain dechi-
remllint. au retour du pau-
vre pays. n avec des ballots
de pite tillee. poses en tra-
vers du bat de leur bourri-
que Desole. d un pas mal
assure les ycux plains de
haine trop longtemps com-
primee, ils en retournent
chez eux. les paniers videos.
s.ns un sachit de sure
brun. sans pouvoir trois pains pour gourdini a
la progeniture. parce quC
des explo teur, ambitiiux
leur ont rciuse l'achat dc
leur pite

Pour legitimer l'illegaliti
a eux consentiF ces conces-
sionn.ires ont accredite 1:
rarele de la uite tillee et i1
necess te d assurer 1 approve
sionnement des industries li
i cales QL!,I od,?ux menson
ge Cette denree est a proll
sion I
Votre Excel(nee a pri:
- engagement u, nous sortir
s de I orierc. Elie nous a fail
comprendre sans e quivoque
que nos droits tou; paysaon
que nous somim(s, soult aussJ
valables qui c ux d( s'ini-
porte qui. pourquoi. nous la
supplions do se pncher sur
notre Iragique situ; tion
pour que justicee nous suit
laitc.
La ibr, exilitif t.'on dd, la
pite in solnirt lesr'r aucui-
nemcllt ls invtenrts de la Sa
fico e de la Cimna. ail cn
I raire. m il, all i 1a v rliie dle
piomonl oir nsi devwloppe -
inent socio ( eonoiliqut de
nos lo'nti.ines rtglons.
Nous avons confilanc, en
Vous, Excellence.
1 Oriol Orel
2 Gullio Maell
3 Soralus Laine
4 Donias Dtellon
5 Dicumaltre Ambrolse
6 LCIones Clovinsa
7 Mine Vve Pomule :9verin
8 Josut( Ferlol
' 9 Norbert Vilna
10 Oiler Vernel
11 Eliblen Vilna
12 Estima Pierre
13 Mello T"allort
14 Mine Berrler Vilma
15 Mmine Tama Vllma
16 Kenire Mfuilus
17 O, rirus Tertun6
18 l-:]hns L.rx< i i.
19 Joinler Nvldcars
20 Tellu Vina
21 Dieubon Syldtas
22 Lercier Rtsclus i
23 Carmnie Briny
24 Odb's Tavetlt
25 Dup6rier Vllna
26 Manila Periol
27 Mania Bryny
28 Dacder Courtals
2,o Rosinn Syldians
30 Jullnne Bryny
31 Jonk, BIltmarT
32 JeantU BKlmur
33 Fulius VIina
34 Elain Bryni


35 Charlemond Syldeas
36 Merlihen Pierre
37 Fanes Syideas
38 Brunel Monvil
39 Lanes Monpelas
40 Felies Inera
41 St Sil Merilus
42 Erlan Viuna
43 Dieul'homme Ddcade.
44 Brinvil Vilme
45 Felies Blemur
46 Job Feriol
47 Jolidas F6riol
48 Merilas Blemur
49 Juliomme Filond
50 Monac6 Bryni
51 Emante Clevisna
52 Amontoine Decilon
53 Alice Tresolus
54 Delinois Tresolus
55 Vernous Vernet
56 Ferdinand Clovisna
57 Josivil- Georges
58 Kermonfils Fanfan
59 Mme Vve Dieujuste
phonse
60 Irene Tresolus
61 Lebienner Blain


76 Mine Rabien Penac.e
77 Merkies Filogene
78 Filona Vllna
79 Joseph Vilna
80 Victor Beranvil
1l Vilner Fevil
82 Mine Vve Monvil Vilna
83 Mme Vve Odilon' Philogbe
ne
84 Ivania Philogene
85 Idamante Barth6lemy 2
86 Vilmond Mompelas
87 Jean Vilna
88 Jeantil'hQmme Alvero
89 St Irvil Vilna,
90 Bryni 1Blmur
91 Mme Gabriel Joseph
92 Monerve Tresolus
93 Daniel Joseph
94 Donas Muscadin
95 Mme Mon6us Feriel
96 Getilia Joseph
97 Exavil Joseph
98 Pllicier Geffrard
Al- 99 Elancier Syld6as
100 Exim6 Exil


101 Mme Vie Kermainer Syl

102 Decidieu Preeduis
103 Leroines T'rtunee
104 Rosemene Hilair..
105 Tislaitl SL Fort
106 VErnita Bruni
107 Ferere Lorm6us
108 Obeis Derinal
109 Idoriane Blsin
110 Gracilia A-vero

111 Jtllio JIliLca
112 Ciiienne Blain
113 Vetil-r Deranvil
141 Lriecide Tima
115 Leonne Merilus
116 Tercilia Clovisna
117 Genise Alvero
118 Inobien Derinal
119 Azo Derine'
120 M1lian Jn Baptiste
121 Monites Brini
122 Vilcair Vilm6
(Suivent plus de 300 autres
signatures).


62 Brevil pierre
63 Don6us Tima.i
64 Josivil Joseph AMUSEZ 'VOUS BIEN
65 Valvin Syld6as
66 Montilus Mexim= 6
67 Mme Lisca M6rilus
69 Mme Tissone Precilus POUR LE CARNAVAL 1979
69 Orinel Line
70 Mine Vilno Joseph
71 Elimune Zius
72 Clenes Blain Ga ez Vs isss a L gals
73 Genese Bertrand
74 Edner Bazil
75 Symon Syldeas dans unle glaciere de la n2arque


Le principle d'une
augmentation de
1'aide francaise f .
au developpement
est arrete 6ss
Le president de la Repu-
bliqleii a reunll, vendredl ma
tin 16 F6vrier, un conseil
central de plani-fication con
simre h l'aide bilat6rale et
multillaterale de la France
iu developpement. Ce con
sell :a arrete le principle d'u -
ni augmentation de cette
aide dans les annees a ve-
nir.
La contribution de la Fran
ce au Programme des Na 1'
tions Unies pour le develop
pement (PNUD.) sera accru
En outre, a parti.r de 1'exer
cice budgetaire 1980 l'aide
apportee directement par la
France aux pays avec les -
quels elle a des accords de co
operation sera egalem ?nt
augmentee. Le conseil a pre
cise que. dans l'attributiun
de cette aide, seraient selec
tionnes des projects qui lien AGENT IMPORTATEUR : ETS Mine. W. BONDEL
nent compete a la fois des
beso',ns exprimes par les E
tats et des incidencesav e 143 RUE DU CENTRE PHONE 2-4727
ces projects peuvent avoirI
sur 1'activit6 de certain sec
teurs economiques francais.
(L' Monde)


SAMEDI 24 ET DIMANCHE 25 FEVRIER 1979






LA VIE ECONOM-IUE


- - -- -


- CCF COI


K






m t ?, r tIM, NC"iirE ",1 F VlIEiR I 1979





VOTRE HOROSCOPE
I ir I'frrners Drake
4i ,, I M .' l. 5 '. F ,i.ZI l D
IU M A N l'III,: 25 F' E VI^ R JIE 7 )


:t A.A Af; 1 AV Iti,








It. '- r ll

Si I, i pr


.- .,- r op:he Inc 11 fi

c, IN


: T A' 22 ABOUT
% ., *-, pr.om- r'nt pro
1 -. ,,.. ,ou aime70
C' Cos l l
"' ,;. ;i i : e os -


1 1: T O T 22 SEPT.

S : ,rJ temporai-
7,,, er dins v,
1l ,, s vole,
d < i' 'r 1 1


: t"fT AI; 22 OCTOBRE







ma i All 21 NOV.
t l ; I A ; '
'l l* ** I I i l i t, 1 ll t -
S! t litol. Ii

'till : I _-1 It .T pr tl t
stll i'I ffli

I A i 'tl: 1 :Ii)
i' l' l -'" 1, I t l/ ,' I l
o l, 1 To ), !, ;


,tesi siisceplible de croire 1
i:olde'rnue, au. clectricitL, etc
20 JANVIlER AU 18 FEVRIER
VER-SEAU)
Un Iulni vovts demand de
lil pir.eer de s'argent. Un
peul d"'iitlatlive vous peronet
Stscoinplir beaucoup eon d6
pit d'incomnpatibitllt de per
sonnal ,ae avec un superieur,

18 FEVRIER AU 20 MARS
iPOISSONS)
\ou etes d'humeur a res
ter seiul pendant une gran-
de partIe de la journee. Pour
tant. que l'intropesetion ne
vols ecmpeche pas de rele-
ver un Important point mar
qle pir autrui.


AUJTOURD'HUI
SI VOUt3 E 9ES NE
Vi'. Nac' ides dons d'ar-
l ls:Ivez trie, b en corns
t11 '11it es rentabili.,er. La 1mul
Sla pci h i nature, lan sellitu
IC I hi e;t ne Sooi quelqlcii.s
I,' :s dcl .]:lln)ps d'action ofi
\,n:; i;tlY:r.i.2z particuliLrc-
nIl. VuIs pouvez briller
:.ul-i dans lel s professions li
11rales et les affairs. Mys
t ,ue. vous etcs souvent at
tire vei-s la religion oft les
Fprindes causes humaines.
Sul-lontez une inclinatioon
a1 1: pares.ze, a l'indecsion
el a lao m1laneolie. Cult'.ver
votre attirance naturelle
vers le service public vous
aidera a vaincre ces ten -
dances. L'",ndustrie et 1 ar-
chitecture vous donneraient
de bons cadres pour exer -
cer votre habilete techni -
que.


A VE14DRE
Une proprltn d'une su -
perficlio 100 x 100 sise sur
la route de l'adroport -
Pour tous les renselgne -
ments T616phonez le 2-0816
dd 8 h 1 P M et de 4 h& 6
P. M. 242
x x x x

A VEND xE x
Un terrain t Debussy -
dnr.s les hautturs de Tur-
pgeau --mesurnnt 21 mttres
3C centim&tres dU facade sur
une profondeur de 36 metres
50 sot une s'iperficie sle 602
mitres carries 80 centime-
tres.-
Tel6 : 2-5520 ou 2.3789
x x x x

A LOUER.
Hall a Louer a Lalue -
bonne position Sonnez -
Ie 2-4928 : 7 h 12 h A M.
4 hres 2 hres P. M.
x x x x

ON RECHERCHE

Entreprise commercial db
sire employer Reprdsen -
tant de vente. Experience de
la vente et du Marketing
preferable. Volture Indiepen
sable
Envoyer curriculum vtae,
Postale 1316 Refdrence D. P
x x x x
ON RECHERCHE
Secretaires bilingues exp6
rimentfes pour positions de
responsabilite : Salaire n6-
gociable Contacter M.
Beaulieu 4-0855
242


A VENDRE
Une voiture Ford Sedan,
modele 1973, 8 cylindres, of
fre minimum $ 1,200. Peut
etre ianspectee t 1'Ambassa
de Amfricaine de 8 : 00 a
4:00. Les offres sous pli ca
chete seront reques jusqu'au


'Al'lI(O lN I, _
'*'' A ll JANVIER W, lt I I' VI U It- 3




---?.. ----*"

PABOCO



Paper Box Commany Of Haiti

Rue Barbancourt (Entree Le Natal) Route de I'Adroport

Tel. 6-0732
LA MASON DES BOfTES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures
Patisserie

Dflergent
Pate dentifrice

Chemises et lingerie
Composants 6lectronlqti s
Produits pharwaceutiqt s

Products alimentaires Lcs et Congelts

Crime A a Glace

Savons
Fruits de mer

Traiteurs e* restaur*,aeur
: Renforcement de cols et ,e5 de chemises

Agraffes et troE r-nes
Divers c..
Nous fabriquons 6galement des dos crs de classement

En format lettres et 16gal.

. flee *.* e*esa wN'* ,M.. **e*n w.- sssssn.t s S.. S_ S.


Mercredl 28 Fdvrier 1979, a
midi. Les drolts de douane
et autres frais devront Ctre
acquitfs,par 1'acheteur. 242
x x x x

A VENDRE :-
Machines Industrielles et
Equlpements
Matdriels de Bureau
Articles divers
S'adresser c : CORNELL
DUBILdER ELECTRIC HAI
TI S. A. Avenue Hail 58-
lassie, Rue Barbancourt de
8 heures a. m. a 3 lIeures 30
p. m. Phone : 6 1184 282
x x x x
Offre d'Emploi
Instructeur, Mecaniciens de
Materiel Lourd
Une firm amnricaine d'In
gp.nieur- Conseil desire em-
ployer 2 Instructeurs pour
former des mrcaniciens de
Materiel Lourd au course
d'une mission a plein
temps d'une durde de deux
anls en Haiti, Grandes An-
tilles.
Les Responsabilites com-
prendront:
1) La planification et 1'e-
laboration de materiel et
de programmes de course
pour des stagiaires haitiens
de different niveaux d'ins
traction et d'expfrience.
2) L'enseignement de
cours allant de l'utilisation
des outils de base a la pre
paration de mecaniciens
inspecteurs, les futu's meca
niciens instructeurs- et les
superviseurs en sille de
clause et dans la pratique.
3) La supervision et 'ins
pection du travail des meca
niciens suivant la forma-
tion.

4) L'6valuation des sta-
giaires et des mecaniciens
en poste.
Les exigences mninima sunt:
1) 8 ans d'exper:eince coin
pm e mecantiieni' p1 icipal
ou coilslremaiire.
2i 3 ans d experience
commit ilstrictoelir
3 Ull diplonle de fill
d'etudes pirol' siionn lleis erM
requis
Un diplome d'celudrs ad
ditionnelles ia 1 Universitle
sera un facteur prcleren-
tiel.
41 La connaissiiice de
l'aniglais Ct d Ii francais.
La possiblitile de o p ,prim r
en e-ole sera un factecur
prlfireoniel.
5 D'excellentos qialhteis
de leader et c ine faci!.te
de communication.
Les interesses sont pries
d'envoyer un curriculum vi
tae complete a : B.P 251
Port-au-Prince Haiti W.Ii
iIngeniear Conseil,.
13


PAGE 5


MMlCWZlnCrfVaWCfl rcraaow


Milhele Scotch


Club


SUPER WEEK-END CARNAVALESQUE


SAMEDI 24 FEVRIER


D.P


.Ex


A NE PAS T


o w aG rrnrsgscraaaea


:press.






IANQUER!


'''SBOB~~iS^SOSOSOQOS~a^SCOOO4


Le dilemme Shakespearien... pour l'humanite


(Suite de la lere. nage)
memements, centre moins de
40 millions allant a l'aide
aux pays pauvres. Des ar-
mues de plus en plus sophis
tiquees ne cessent d'etre mi
ses au point, don't le con-
trole sera de plus en plus
difficile. ce qui complique
d'aultant la neotocitttion d'un
accord sur leur interdiction
on leur limitation. Partout
die's erroup's humans qui
soi t. O set croient menaces
se retrani'hell a t'abri de
ti'urs propres forces, r6edl-
1.inl I qui s'stl passe upres
l;i dissolution de l'tenpilre
(ti c(rlirmhinalie. i1 iIombre
dles premiers chtiteuix forts.

C"est une vue de lespril que
de crolre que parce que Ie-
xstince des armes nucleai-
res a mis ia parties la plus
developpee de la planet a
1 abrl oe la gucrre atis
non011 crte du terrorism -
nle 1 (n protegera toujours.

Le .conflit sino-vietnamien
a lui seul est gros d une guer
re mondiale : IURSS ne
peut laisser battle son pro-
tege. ni les Etats-Unis lais-
ser eraser la Chine. Bien
entendu, de nart e, d'au res,


Sx x on croit savoir s'y prendre
Offre d'Emploi pour empecher lescalade
Instructeur. Materiel Lourd datteindre le seuil de U1irre
Firme americaine dTnge- parable Mais peut-on exclu
nieur-consell desire emplo- re a tout jamais des fautes
yer 2 Instructeurs pour la de nianoeuvre ? Personne ni
Conduite du Materiel Lourd gnore que parmi les militai
poir une mission a plein
temps d'une duree de deux
ans en Haiti. Grandes An- Avant la reprise
tiiles.
Les Responsabilites com- C inseil d
prendront .
1D La planification et le Le Conscul de Securi!e de
laboration de material et 1ONU doit poursuivre Samet
de programmes de course di soir son debate sur le coun
pour une grande varietU de flht sino-vietnamien.
Materiel dEntreltin IRou-
tser et d Equipement de Ga
raise. Les positions des Occ'.dln
21 L enseignemfntI de taux. des non-alignst. dt la
course aliant de I Enlretlen Chne cl de I URSS ayani dU
Preventif a la Condute ou ja et6 enoncees, on ine sat
Materiel d Enltre''-n Rou- t'nd guere que des dcts
t:.r et le fonc -t )lnr'm ntl nouveiles sosent lormulee'i
de l'equipement de Girate lors de cc debal On lde -
a des ha.tions dp differences vrait sans doute assisted, no
nieaux dminstruction et ta sment, a la pourulle de
d experience. I l frontement qui. s cst pro
31 La supervision et Iins dutl vendredi solr. sur Iv
pectlnn du travail de, ope- plan polilique cl polmliqu,
rateurs suivant la fIoma- centre I'URSS It la Chini'.
tion.
41 La formation de fu- La France sera parml les ora
turs instructeurs pour lai tiurs et, probablemenil. es
conduiite du maftiel eti repretsentants du <,kam|ii -
fonctionnement de egqulpe Ichea DmocraUtque,> ment rouges) qui resent accr-'it-
51 Evaluation des stlagsti te(s a 1'ONU.
res et des employs ac-
luc~~~~a. -~~~ i'7tTi.i'5 I Q t551 iVit


tuels.
Les exigences minima sonl
1I 8 ians d expriente ecorn
me contremaitre opfrateur
oil optrateur spicl;tllse:
21 3 ans d'expcrlence coam
me instructeur.
3) Diplome d'unlr' (role
technique proefssionnellce.
Un diplome universitailrte a
ratt un facteur prefdreen-
tie].
4) Ln connalssance de
'anglali et, du franqals. La
possibilli de s'exprilmir en
creole seralt un factor pre
firentiel.
5) D'excellentes quallnsit
de leader et une facillti de
communication.
Les intresscs sont prets
d'envoyer un curriculum vi
tae complete a B.P. 251.
Port-au-Prince, Haiti (WI
(Ing6nieur-Conseil)
13
A LOUER


L UIRSj a pris les1 d(Viiqj.t
quant 5i la presentation des
projects de resolution. Elle
en a present un d'une ex-
treme rlgueur envers In :eion
Iet Chine, project qul! semble
0,re condamni d d'avance ii
ire privet' dei ncuf vo):i nd
cessalres t son :ido)i0orn.
Ce text condamne la Cht
ne pour airewiion i1 e llit t)m
me di Sa reltlrer du ViLet -
nem IJ va jusqu't demander
aux membres de 1'ONU de
refuser l'apport & aI, Chlnu
de toute technologie poll-
vant iMre d'usage milMsaire.
Len Etata Unis se sont'
contents d'cnoncer 'curs
prlino iitm..nn lors du dis -
cours prononc6s par leur repr6
sentant .A 1'ouverture du dU
hbil Oni 'alfrnd qellr'i;
sr.ierni rsprlrbs till conseil
par I Naorverid sou titrme
d tin prolel dc re.-olution.


Elles component quatre
Trn: bonne mnison a For points le cessce-le-feu Im-
ma"e a.' wc r ir.-is chi mbrie mdi entre les Forces \r-
a voucher ci tou i. ruino'i m.'s inx pxros(.s cciles des
mderne. ciu. elericlrT'ie. i' Khmers rougess et des Vi t
F'nadresser Monsieur namiens au Cambodte et eel
Frank Bazin, Telephone les de la Chine et du Viet-
No. 2-0121 ou 2-4969 242 nam. blen que Ins propost-


res sovidtiques, il en est qui
brilent d'fller regler leur
compte aux Chinois dant qu Ais d.sposent d'un
armement veritablement
rait-il si une destab'lisation,
au Proche Orient, entr i-U
nalt une reduction tres subs
tanlitelle du ili:x petrolter a
destination tie 'Occ dent ?
Si la Pologne, ou la RDA,
se revo.taient on jour con(
t re lur perotecl ur? Conmmn
I eeril i bilen, clans un li-
vre tout, rcent,t Aindr6 Chout
rnqui : Le dinime sh kes
ietrilln ctro o'.I n eiipal s tr
ioiur la pi ein re I'los dans
I lhstoire n'esl plus ouvert
pour HamlePl seuionlent
mais pour 1 Humnanite en-
liere que des forces irresis
tibles entrainent vers Ie
gouffre du Shehol. Les
ch. nees d, In vie ont vis -
blomeitnl pcii ide poids au-
pres des formidables pu:s-
sances de mort detenurs par
les armies, les gouverne-
ments captifs des structures
et des contradictions de re-
gimes et des Systemes eco-
nomiques 'I).


Les autruihel sont sI, bien
que tout hfira par s'arran
ger. Que la guerre de Troie,
sur. qui vont repetatt quon
bien tort d( se tracas er.
en un mot, n'aura pas li'u.
Le malhrur est qu'elle z de
ja eu lieu un bon nombre


de la reunion du
e Securite

tions americaines n'en men
tionneint aucune nomme -
menit 2 retrait de toutes
les Forces etrangeres, des
territoires cambodgien et
v:Ietnamlen 3) engagement
des parties a regler le con-
flit pacifiquermeni eti a amor
cer uot processes Diplomati
que de negotiation 4) ap-
pul international a ce pro-
cessus avec, ie cas echeant.
Ies bons offices du Secre
taire Gneral; des Nations -
U nies.

En tout elat de cause, les
Iravaux du conseil de sercu-
rilf semblint voues a t'im-
passe non seulemeint du fait
de l'exerclce par 'URSS de
son endroUit d veto mails
aussi, i suritout, par I'lnlen
sifleal ion de la guerre sino
vketnamienne.


de fois et que la prochaine
si e.le s- prodeit, tuera plus
et fera plus t'e dgasts que
routes cells qui unt rava-
g0 jusqu'a present la plane
te, reun'es. I! est plus que
temps d'essFy?, d'arreter la
march di, monde h l'abi-
me. un ne Ie leera pas pa
de piLhuses exhortations ot
(n volitlt ties Smotions : dIt
puis Tihueydide on sait que
de tous les problems qui
fontlt s'6gorger les peoples,
ctluit deu ill-tiatres prem'e-
res (st Ie plus gr ve. Leni
in l'a riaptoelk, pendant la
Preo iere Gucree monidiale
danis sI brochitire sur 11'm-
pcrinalisir., siadc supreme du
c. pitalisnmt etude qui na
rien percit m d ,oni actualite,
a la seu'e tcodition de n'ex


clure aucun pays soc;aliste
ou pas du nonmbre des puis
.lances imperia;l:tes. En es-
s-yant de regler, a 1'echelle
iondiale, ce piobleme cen-
trai, en le pregnant sous tous
ses angles, celut des possibi
lites, des besoins, du finan
cement de l'ex;p!otation, de
la lepartition de la produce
lion, ib,' gr. nds Etats ne fe
raient ,.'as diqparaitre l'ins
Linct ce domination et la
peur deI'autre qui motivent
trop souvenOtlte; peuples ct
It lirs dirigeants, mais ils
donner.icnt a1 moins le sen
limeni tou ils pvs es* enfin
uu derisoure au sorieux,
qu'i's e.,s.iyenl pour de bon
de faire oic le .chose.
Andre FONTAINE
Le Mcnde)


Pour ceux qui Want pas


En camping, en vazanc.Z,

les spfrales Ltepard tuent
Its moustiques sans garden 4


Dominique Bailly
et Co Distributeur Tel. 2.6021

En veente partout
r ^3y-^!dy'6c e cswstriaci30t<56 -ceasai-


'Wy~-~ awnnn e-~LWoaa-teafl r~ cowccrLcCocco@Y~XZ@CCC@COCGiCK/


MINI RECORDS MAXI

. Disques Latino- Amiricalns, Hal

- Enreaistrements sur cassettes

- Radios, Calculatrices,


PRODUCTION


DI!


- La seule mason ouverte de
-. P'lx inmbattable

..Parkins ais


RECLAMEZ TOUJOURS VOS COUPONS

Avee 10 Coupons payez ,99 poor on D


KM 4) ni I"rnnCC-


218 LALUE



Tel: 2-2073



[SOUND

Itiens. Jazz etc..





STRIBUTION
9 A.M. a 7 P.M.


-i


)isoue Haliten


Petites Annonces


'vW- -se's^^~wK^wBw


- r ,,-, -


k.-3.i.l JL..-..... 6adta-k I


----





BAMEDI 24 ET DIMANCHE 25 FEVRIER 1979


rAngk I


,ANNONCES GiROUPEES


A ill: 51 KA


AGENT EXCLUSIF
POUR iHAITI
SONAVESA
Tel. : 2-0853


K


t1arltmrnl re qu'll vous i
"*nil jt*ir rilanrher nalurel
tlmntri moire niolf Lunettes de haute quality
optiques et solaires en ex
clusiviti chez J. M. Maxime
Celestin opticien diploma 98,
Cliemin des Dalles
RFn" Tel. : 2-5015
1-tl 17 I'/ N RON DEPART


i I% I (N N fl .( : ..




SUPER

MARKET

SERVICE

Tnut pour monter in mar
r ,i ine ii rpirerie 232 La
Al it Ill1 1I.l('TIRIQUEI
itlrattiliqiui Sanita re 83
11 r clu iual


TOYOTA
La marque viable, robuste
lcigante, la Marque que
choisissent les gens senses.
IIINOTO S. A. Rue Pavee
Te. : 2-03:3


KID POWER

ABSORBA

Sous-Vitements Maillots
SPENCERS
LAYETTES
KANTWET
LITS PARCS

CHAISES POUR ENFANTS


nue J. J. Dessalines, a c6t'i
du ekola Moysen ou uoA
stock tr&s important est tou
jours maintenu pour la cow
modite des clients.












BATIMAT

Achat Vente Locatioln
BATIMAT DISTRIBUTEUR
DE LA MARQUE FORMICA
R .. du Onai 77


fli YSi


IjSSU^


Grand Rue en face BATA


r Tout ce qui fait la diffe-
rence entire une femme nor
male et une femme elegant
te 39 Rue des Miracles


RODOLPHE RUSSO
Optique. Bijouterie, Horlo
gerie, Argenterne La Qua
lite sans le Prix c'est toute
la difference.
66, Rue Bonne Foi TlI. :
2-1567


Pr'r vrs products alimen
tarr pour votre hygiene
prrsonnrlle pour 1'entre
i en dir votre Maison
) vrs POITEVIEN agent
TIl 2-317'92






ners o 400a .jyoduits ali-
trslalrii' as votre choix.
I.AD TRADING
DiSTRIHtTIURS
iii,r di r' ntrrrrement
1r- 2 -:1727








on ft in(s i ITI.ROMSSARD
'caI I I 7.'?
'lie, liii lim

t aslh iiubllir i tire -
i'1i de ville -- PinnIaI.


Mi1 l I, I'll
'!!) (I l Itl d' it
oat Itl,
Challi V
I rtodeli-e l
'rul ot


CENTER







Si vous payez cinq dollars
le Disque Haitien c'est que
vous ne I'avez pas acheti A
la Rosenthal
126 Rue Pavee

TOUT A GOGO
Disques et cassettes enre-
gistrees Radios et coubines
- materiel Electrique arti-
cles pour cadcaux, repro -
duclion de clefs
9, Rue Pave
Tel. : 2-3439





M-4 =.


ROLACO
Agence immobilsre No
102 Lalue
- Bail Estimation etc...
Ltliphone : 2-5735


JOLIESSE
SALON DE BEAUTE
156, Rue des Miracles, 156
(Entre des Rues Montalais
et Geffrard)


Photo Chiappini 142 Rue
Docteur Aubry, Port-au-Prin
ce, Haiti.
Photographies en tons ern-
res Reportages Mariages
Receptions Noir et Blanc
ou Couleurs.


Qualitex MniULTISPDRTS


LA MAISON DES
PRODUCTS DE QUALITY
Port-au-Prince, T61. : 2-3132
Petion-Ville Tel. : 7-0082.






266 Lalue Tel. : 2-0737
Sous-Vetements pour gar-
gonnets et fillettes chaus-
settes et demi-bas Arti-
cle pour Bebe Prix spe-
cial.






Le Magasin qui transfor-
me vos enfants en Petits
Bijoux) avec ses' pr6t-i-
porter 39 Rue des Mira-
cles


C(idcaux n ,CARNAVAL,
Si vous souhaitez avoir le Pour la confection de vos
diable au corps. Faites habits. Voyez Monsieur Ge-
v,,.e de sauter jusqu'a Mini- rard Prophete (,-archand
Z'7iLAIK No Records. Talleur) Angle Rues du
er oi Ihe client Peuple et des Miracles No.
121. Port-au-Prince, Haiti.


,,. uc ,Cotton
- NeippJed -
us le, T ssus 78


Carroussel Disco Club
une saine et agreable deten
Conferences.
te tous les soirs.
Entree gratuite en semaine
Prix democratique pour la
consommation


DANSEZ BIEN
EN APPRENANT


CONTROL
INSECTERAT
Exterminer rapidement
leIs insects et les rongeurs


Schez vous contacted
S0tro1l Insecterat 2-4991


/E* DONTJ
Transports Gneiraux P. 'ANTI-PLAQ UE
0. Box 73, Port-au-Prince ANTI-PLAQUm e
TEL. 2-0853 Les danses mondanes : Sal C
sa, Disco, tango, meringue
etc... i Cabane Choucoune ANTI PLAQUE
et it i-Hotel le Palace en PATE DENTIFRICE
Ville LAD TRADING
Horaire elastique DISTRIBUTEURS
Appelez Harry Policard Rue de I'Enterremen
tA w'" an 2-1389 7-2010 2-3344 el : 2-3727
'SERGE S. GAILLARD
AGENT GENERAL
38. Rue du Montalaif T6i 2 3131
Pourtau-Pnrice. Hait PHARMACIE SANTA MV
Rue du Centre faci
L'Europe on I'Amirique du NouveP ste ExEcutioo
Sud Via Santo Domingo et donnances, soins, con
San Juan. ce professionnelle Jea
do pharmacien
de bain etc ..


z con


It,


ARIA
e an
n d'or
.scien-
n Par


LA QUALITY EST AU SFEI
VICE DU SPORT Puma"'
Spalding Speedo. Maresub,
Fred Perry, Recordage de ra
quettes.
73, Lalue .l. : 2 14991


PIVERT-GUEST-HOUSE
SAINT-MARC
Cadre reposant cham-
bres confortables toilettes
individuelles Deieuner
Souper Prix Modere


CUKAKO Club de Karat6
Coreen pour votre plek
epanouissement physique
Mental et Spirituel Profe.
seur M. Leo Cartright. Lo
cal Ecole St. Jean l'Evan
ge6liste.





COLORS




Pour de meilleures Phc
tos Service Garanti I
heures Tout pour l'amni
teur et Ie profess'onnel If
Rue du Centre : Tel. : 2-W09

DONNEZ VOU'S
UNE CHANCE
D'APPRENDRE
Club Croissance d'llaiti
Turgeau Impasse Baro
No. 22 TeI. : 2-5145
Langues vivantes
Art et Artisanat
Photographic
Danse enfant et adulte
Natation
Epanouissement personnel
Droit usuel
Bricolage
Conseils beauty
Maquillage


I'A g $


(Suite ae sa slre page)
1'iminent et il6gant journal
liste amiricain Henry 0.
Dormann, President -. Edi-
tor in Chief du prestigieux
Magazine Leaders venu avec
deux membres de son dqui-
pe pour un grand reporta-
ge sur le pays qu'il n'a pas
visit depuis sept ans ou
comme Dr Virgilio Pasini,
Consul Honoraire d'Haiti i
Milan de qui Albert Silvera
disait toujours le plus grand
bien, arrive avec son fils
Marco Pasini et sa jolie fern
me Flavia. Claude Germain,
notre Diva le connait de-
,puis 22 ans quand elle itu-
dialt le chant i Milan. Mar
co n'avait que 2 ans et il
apprenait a parler frangais
se rappelle notre chere Clau
de qui guide en Haiti les Pa
sini descendus au Beau Ri-
vage.
Plus heureuse est la sd-
duisante Heather Macmil-
lan, de la grande Agence
d'Advertising N. W. Ayer In
ternational (1345 Avenue of
the Americas, New York)
qui repartie il y a deux se-
maines est revenue rejoin-
dre son < te pour assister avec lui au
carnaval haitien qui attire
des personnalitis des E.U.,
du Canada et de l'Europe et
des Reines de beauty des E-
tats-Unis amenies par le
Consul General d'Haiti a Chi
cago, Jean-Claude Bordes.
Jean-Claude Bordes, jeu-
ne diplomat plein de fou-
gue et de savoir-faire a te
nu sa promesse c'inviter
pour le carnival toutes les
reins don't il a assisted aux
elections come membre de
Jury aux Etats nis.
Ces reines continent d'af
fluer en Haiti depuis quel-
ques jours.
Le carnival est la plus for
midable fets populaire. C'est
un cirque, 'est une loire.
C'est un vaste champ de
defoulemnent. Pour les en-
lants, c'est loccaslon de
danser la joei spontanee des
etres en cruolssance pour
les adolescents. c'est I'occa
swin de dainser. ave( une
joie qui comme dil Isadora
Duncan. .se transform en
apprehension, des courants
obscurs et tragiques qu'lls
commenceint a prevowr>. ct
pour les adults c'est le de
foulement quand ce nest
pas 1 occasion de retrouver
ce natural qui se perd.


Enfin le carnaval plonge
tout le monde dans la dan
se qui permet a 'lime hu-
maine de s'expnmer en
movement, etant donn6
que la danse est la base
de toute une conception de
]a vie, plus souple, plus har-
monieuse, plus naturelle, 6-
crit cette mime Isadora Dun
can.
La danse fait 1'unit6 tota
le, la jole veritable et a-


Declarations
du Chef du
Department
politique de 1'OLP
PARIS, (AFP)
Monsieur Faroux -Kaddou
mi, chef du Dipartement po
litique de i'OLP, a diclard
que ne contribuera au soutien po
litique, militaire et icono-
mique de l'organisation de
liberation de la Palestines.
Dans une interview accor
die i l'hebdomadaire de
langue Arabe tAn Nahar A
rabe et Internationals pu -
blid samedi a Paris, Mon -
sieur Kaddoumi de son
aom de guerre Ahou Loutol
-a soulign6 que ctoutes les
declarations de l'Ayatollah
Khomeiny, la visit de Mon
sieur Yasser Arafat a Tdhi-
ran et l'ouverture d'un bu-
reau de 1 OLP dans la capi
tale iranienne sont autant
d'indices qui prouvent l'atta
cement de la revolution
iranienne a soutenir la jus
te lutte de notre peuples.
Monsieur Kaddoumi, qui
repondait aux questions du
,Nahar Arabe et internatio
nal a tl'issue de son entre-
tien avec le Miniastre fran-
qais des Affaires Etrangires,
Monsieur Jean Frangois
Poncet, a estimi au sujet de
la proposition de Monsieur
Giscard d'Estaing sur la te-
nue d'une conference Euro-
Arabo-Africaine, que 41'Eu-
rope eprouve le besoin, plus
que toute autre partle, de
voir se tenir une tell con
ference, car ce sont les pays
Arabes et Africains qui pos-
sedent le pdtrole et les ma-
tieres premieres>. Monsieur
Kaddoumi a toutefois recon
nu que afrwcains ont 6galement be
soin de assistance euro -
peenne pour le ddveloppe-
ment de leurs systime 6co-
nomiquese.


SOCIETY
D'EQUIPEMENT
NATIONAL
AVIS
Il est port6e la connais-
sance des intiressis que la
SOCIETY D'EQUIPEMENT
NATIONAL (SEN) organise
un concours le Mercredi 7
Mars i 9 heures a.m. i son
Bureau Central sis a la rue
Americaine a Port-au-Prin
ce en vue du recrutement
d'un (1) Comptable.
Les postulants devront
remplir les conditions sui-
vantes et soumettre, outre
une photo d'identite, les do
cuments y affirents :
1) Etre de nationality
haitienne;
2) Avoir parcouru le cy-
cle d'Etudes Secondaires
classiques jusqu'au Bacca-
laurdat;
3) Detenir un diplome de
Comptable delivrd par une
Ecole de Commerce recon-
nue;
4) Etre de bonnes vie et
moeurs.
Les inscriptions seront re
ques jusqu'au 6 mars 1979
au Service du Personnel de
'IDAI, a Port-au-Pce. tous
les jours ouvrables de 9 heu
res A midi.
Port-au-Prince, le 21 Fi-
vrier 1979


~racocccccc~rrK~/~%~l~%ca~~ 10oocr/CCHsr~rn-~AwI~-~


Le


0


COUCOUILLE
La collection Ilaitienne
qui vous propose des lives
sur la linguisl'ue, la Socio
logie, la Psychologie, I'An-
thropologie etc... Actuelle-
ment en Librairfe : la Zime
Edition de aSirolini et le
precis de Krammaire creole
compare, et considerationi
Ethno-Psychanalytiques sur
Ie Carnaval Haitien.


pres elle Ie repos parfait.
Bejart le salt quand II dit
La parole devise, la danse
est union. Union de 'hornm-
me et de son prochaln. U-
nion de l'individu et de la
rdaliti cosmique. La danse
est un rite : rituel sacr6, rl-
tuel social. On y retrouve
cette double signification
qui est A 1'origine de toute
activity humanee.
Les stands sont installs
sur tout le Champ de Mars,
les chars se construisent, les
uns plus beaux que les au-
tres. Pendant ces trois jours
gras ou les trois jours de
fete procidant Ie carnme, u-
ne foule joyeuse portant des
costumes burlesques ou gro
tesques, des masques va par
courir les rues de Port-au-
Prince, en des groups a
pied, ou sur les chars price
des d'orchestres pour en, des
folastreries, farces, chan-
sons sales et danses lasci
ves, se meler dans une con


SOCIETY D'EQUIPEMENT
NATIONAL.
13
x x x x

AVIS
. La Direction de la HA-
CHO (HAITIAN AMERI -
CAN COMMUNITY HELP
ORGANIZATION) informed
le Public en g6niral et le
Commerce en particulier
qu'au course de la dernimre
reunion du Conseil Consul-
tatif de la HACHO, il a et
dicidi que le sigle HACHO
devait dorinavant se lire
a HARMONISATION DE
L'ACTION DES COMMU -
NAUTES HAITIENNES OR-
GANISEES>. Par cons6 -
quent, a partir Je la publi-
cation de cet avis, le nou-
veau sigle entire en vigueur
et figurera sur routes les cor
respondances et pieces ad-
ministratives de 1'organisa-
tion. Cependant, vu que le
retrait de l'ancien jigle im-
pli-que un certain dulai, ce
dernier peut encore conti -
nuer A figure sur certaines
pieces admini6tratives pour
une duree d'un mois a par-
tir de la date de la public"
tion de cet avis 23
Direction de la HACHC


Lambi Night Club


Samedi Soir

Soiree Extraordinaire AVEC TROPICANA $ 4.00



Dimanche 25 Fev.


Carnaval Coupe Cloure ave( Ens. Select, $ 3.00




Lundi 26 Fev.



,Soiree Choc,, Fantastique avec 1'Orchestre Septentrional $ 4 Of



Mardi 27 Fev.


,Soiree Boom Boom,, Avec l'Invinclble Coupe Clourt $ 3.00


VIVE LE CARNAVAL 1979 AU LAMBI

ioear 3 .,cr t.ar.gccryBc og)-ooZxocoQoCC owr oooaci,.7v -
W-%CC0r-oX


BOUCERV)



PEST CIONT L
-9^


Rue du Magasin de l'Etat
No. 89
Plastic en 72 de large pour
rideau de salle de bain;
Siam imprimi serviettes

AU PETIT BATTEAU
Angle rues de la Reunion
et Pavee, Depositaire de la
marque de tampons Tam -
pax c lits en fer Mate
las imports vetements -
soiis-ctements lingerie de
qual:t6 -


Avis aux
Inqenieurs
Tous types de Fermeturec
0-m I roulantes m6tallkiu-s de sft
j 'JI ret6 TURIN, ITALIE -
Grilles artlcules extent


CIMENT A GC
La Malson Ernes
Rue Traverslere as
vra'son de votre
Domicile. Les lile
vent s'approvision
tement A son dipo


--- bles
Rldeaux mitalllques nvec
ou sans man"'elle Epals-
seur : 10-10; 12-10; 15-10
-Portes gllssantes m6talll-
OGO ques etc...
It Bennett Delal de llvralson CIF
assure la II Haiti Franco Douane : 60
ciment i jours
ints pea S'adresser au Magasin VI
ner direct tielln Fr-res 303 Blvd J.J.
t de l'avy Dessalines Pnone : 2-3741 ,


Protegez votre maison


centre les termites


et chauve-souris


DELMAS 48 BLDG. CURACAO TRADING


Des Reines venues


Avis Divers


C


m
aHuf


D6ratisation



Extermination




Fumigation


TEL : 6-0431


-----~b~a~.s~DII-gg,~~,,,~~Q,,IW;~,~,~D


Mr.


fusion 6tourdissante.
Cest I'poque oi Ie pays
tout enter s'amuse et rIL
tout son soul.
Quand dimanche comment
ceront a defiler les chars et
les groups en folle, les res
ponsables du carnaval pen-
seront avec Nietzsche dans
Naissance de la tragedie :
l'esclave est libre, alors se
brisent toutes les barridres
rigides et hostiles que la mi
sire, 1arbitraire, la mode
insolente ont itablies entire
les hommes. Maintenant par
l'dvangile de 1'harmonie uni
verselle, chacun se sent a-
vec son prochain, non seu-
lement riuni, reconcili6, fon
du, mais encore identique
en sol, comme si s'itait di
chir Ile voile de Maia, et
comme s'il n'en flottait
plus que les lambeaux de-
vant le mystdrieux UN -
primordial>.
Aubelir JOLICOEUR


1





S, PCOE 7


SI.T. rI 24 IT DIMANCHE 25 FEVRIER 1979


Laxatif au chocolatVainqueur de la constipation


:t tMI t tr i i~E'.; It ; 111i9IIES

Origine du Carnaval

Par Wd6brt LAHENI3


t I': Ilrcn he hI 'lto


,- i- ar a1l. II eat tal
r dilns les
;,i...-U-' d fr nntre Civlllisatlon

i '- 'edat es ie


I t, tl! ;a t' i t'l llandi -



ba'-rh lanalcs-cttoe

i- i', nitt r Irol -t

'o uri t Xut
Si ,: ., i:. ,' et ri s mr \sure,'
;.- c 1 -n rn .- r i l 'l -l q ril ll
n u ,,- \- ,udes exis
st pratt'u1 -
t le ea'na
o, : ,;. i c lU l t leI
Itrs. .c d(Is v's
-. ,- ,.;: l' a ,- d ';pr,- 1'e
a -K mei'-.'T (]l )mo'. (Ol0
r -.,- r! ; : 'n f t. l e's

:- ,-* .* rh'e .dbsti.nences
'; )"thc:. dura;' ce:-
: ,;.-". r');."umma bcml
( I,r. I l 'iairs et asts'S
6-; ,] : ," liberal'V.6s ou
i : orn.ms so


V \'1FNT [.E
S AA. I.

S pu une facont
::Ire fC de lin
t (i, bairchanales dio
sur le carnavarl
S dit Toutefo's;,
r,' a'::s Itali'ens cox -
-; ::. .:-,i: d'avs. partagd
S, mAoloe technique
o ;i ucun.s ie font de
S, d cr.e vale> ou scair'
Ad' u a la chair.
u t rrs :.1 vient du
'' ,:'rnavallare, : ava-
,hair Ce qui est pra
*n '. Iuis proportion
r a approche du
i'l" i','U ci sout,n--
m Iiim nl que, dans
S' irt'! de 1'Italie
f,-* t s I nt "car


nusc!,alesa, doe carnasciala-
ref: abus, usage immodcrd.
',On a sans doute renlmr -
qu6 les points communs ex s
t nit, centre les m tllif"EA-..-
tions do ces deux ioin.-.- oe
fete : les bacchanales et le
carnival ('alien). Comme
1 a fail remarquer Thdodo-
ra Holly (1) le carnaval
n'est quune survivance et
une modification des baccha
nales et du Libdralia des An
tetns.
Si l'on remote le course de
1 histoire, 1 on observer
qu e An'An 186 avant Jsus-
Christ. les Bacchanales p&-
netrent en Italie, plus prdec.
soment dans la province dc
Campanie dent Capoue Ila
cdlebre) est la capital. On
rapport que les femmes de
1'endroit gagnees complete
ment par la fievre de leur
premiere participation ah
scette fste par excellercs'->
se rangerent sous la con-
duite d'une matrone du nom
de Pacul'a Anna pour violer
les dernieres regles de la pu
deur en donnant libre course
a leurs bas instincts et par
gains une nouvelle dimen
slon aux bacchanales. Plu
s!eurs decisions furent alors
pr',ses : abolition de la dis-
tnction du sexe pour part
c'per a ces fetes furibondes;
resolution de renouveler ces
fetes c',nq jcurs durant, et
tous les mois.

De crainte que ces disposi
tio,'s ne dicha;,nent des pas
sons incontrol6es, deux homr
mes les Consuls Spirius et,
Marcus Ph' lippus se snnt dci
cidas a s "-ainir la ville :
7000 coupables, commit l'a
rappor un auteur, furcnt
defores it la justice en une
seule annde. A la suite de
cette rsforme saluta'"re, il
fut loisible aux Campaniens
de se divertir, mais dans les
limited compatibles avec 1or
dre publ c. Ces fites furent
celdbrdes, on s'y attendait,
une fois 1 an, vers le 16
Mars, sous le nom de liberal
lia ou ludi It1berales. sorte
de festival populaire.


DE L'ITALIE A HAITI
Sans doute espdrait-on des
ecla',cies sur 1'origine du car
naval en Haiti. On convion
drait avec .nous qu'il est vrai
ment difficile d'eri d nner :
cette coutume est tellement
ancr6e dans nos moeurs,
dans notre vIa de people que
son origine semble Otre per
due dans les soubresauts de
notre mentality gagnde 'a
coup stre par Ie plaisir que
procure le carnaval plutot
que de le consider comme
objet de recherche. Toute-
fois, d'aprds un ecrivain hai
tien signal par Thdodora
Holly (ddji citee, le wadis de nos Ancetres Afri
cains seraAt une forme de
carnaval. Cette constatation
est vue dans le mfme opti-
que, mis sous un autre an-
gle par lanthropologue
Gerson Alexis dans sa <1Mo-
nographis des Danses Ra-
ra> (2). D'apres lui, les Ra-
ra dans le Departement du
Nord'Ouest, sont aussi con-
nus sous Ie nom de Oualoua
di, deformation de la Lot. dit
d6finie ains', par 1'auteur :
Le vocable La Loi Dit fait
allusu'n a la loi divine ou
religieuse dans la tradition
coloniale qui voudrait que
les jours de la semaine sain
te soient commemores oar
des manifestations appro -
prices.

Faudrait-il, pour autlnt
chercher, cans cette obliga
tion .. colon. le, une urmi-
ne au Car'n.ival en Hali '
Toute reponse it ectte ques-
tion meritera;t un appio-
fond3semenuent des doiincn.a
premieres.
Webert LAI'ENH
NOTES :
1- Voir : Le Matin> des
8, C, 11 Fevrier 1923 : 'I'Oli
gine du Carnaval et ses
Transformations par Thecdo,
re Holly..
,Le'.ure en Antitropolo-
gie Haitienne,' par Gerson
Alexis darts laquelle se
trouve puwlie: ]a ,Mono -
graphie des Danses Rara,.
W L.


,(' 1 \ (,ALVANIS) .


A'B B

HAR WARECO





83 r e quao


Le Tourisme Haitien face a une crise?


(Suite de la *16re page)

president de 1'Association
des Chauffeurs Guides :
< tion a vite remarque qu'il
n'a aucun profit dans son
travail. La gasoline a aug-
ment6. En fait tout a aug-
ment6.
C'est inflation qui a tout
d'abord provoqu6 une- sort
de desdquilibre au sein de
1'Association. Ainsi l1'Associa
tino a formu:f une deman-
de d'augmc.ntation de 60
pour cent sa,. les projects rea
l'sds par ies tagences. Ce qui
va porter a 23 dollars envi
ion le priy d'ur tour.
Tout u rn eout, dans les
reunions qui ont eu lieu au
Department d'Gs Aflfaires
Socia-es, le reprdsentant d"s
Agences M. M,' Guffie a fait
savoir qu'il p,!ie 20 pour
cent sur les clients que Ihi
confident les agents. A la pre
sentation, au Ministere des
Affaires Gocsales, d'un docu
ment par l'Assuciat:on, i. cut
h ddclarer qu paie au con-
traire 3 dollar par tete de
personnel a l'agence quand
il vend un tour b 9 dollars
par nersonr"e.
Il y a 15 ais, les tours se
vendaicent a b' sc. entire 1 et
8 dollars. Depuis deux ans.
une augmentation substan-
tielle a ete corstatee do3 a
11 do.lars Done. le prix dces
Agencies etaut confident el,
cin 1 pent ru'n savor la-des
Sus. Mats nous pouvons allir
mor Ique I cti lnission at-
cordee a I At', iet' etr; s pre
le diepasse pai 20 pou.)tr centl
Ce qiui lacs untn pro 1 tle 100
pour (t. a I Ag'I'I'C lt ':t le'


qui regoit apras deductioT
des 20 pour sent une valeur
de 28 dollars 80, et ne pale
que 14.95 aux chauffeurs
pour chaque voiture. Parfois,
I-s gens n'achetent le tour
qu't bord. Alors, dans ce das,
A qui prie-t-on la comm's-
sion ?
On parole de modification
ditindraire. 11 r'y a pas une
modification de 1'itineraire.
L'Agence m'a -pport6 un iti
neraire qui no convent a
l'argent qu'il pale. A ce mo
ment, j'ai demanai une aug
mentation. D:ns le dern'er
itineraire qu'on m'a prdsen
te, on m'a demand de visi
ter 6 shops.
M Pierre C"cuvet, Direc-
teur Gi'-eral di 1'Agence Ci
tadelle :
sL'Agence Cit:Gal:e a ete
convoquee, comnme lis au-
tres agencies qui reqoivent
des touristes, a IYONTRP, a
la fin de l'ete dernier pour
une discussion sur une aug-
mentation so licitee par l'As
social on des chauffeurs gui
des d'Hriti (ACGHi.. Cette
augmentation variait entire
6 et 80 pour cent. Apres
trois neutcs de longue dis-
cussion, il ava't et, dec die
d2 former un comnite trnpir
tile compose r iun represen-
tant de 1 'NTRP. d un rt-
presentant de ACGH et un
represent nt id's Agences id
tours et ayyant pour obh'c'! i'
de doeterinit r I. Cutl des

te'rts it ourlste [he lottur diu
rendez-,ou ii IONTIHP. M
Pi'lre Chal\uvcI l [1, repre-
-in'tant d: s Ar ne-s, s tsl
l)"o. n] te 1-:1 2,i6 1111n en m[bre:
(it AC I I 11 .. 1 u;',1 i"w l d e


"L'ani ti moune yo"
Par Mmh Andir, M PJE,:'lH


A la b 1 bagaille
Ce mid gra
Puu tli nou1ne yc,
Yu rinmin 1ti
Min yo gain ou ti peur
Lan coryo
Ya. pe role li min
Y. pe court.
Ti vo; yo. tou piti
Mmin ec atan.
Leur ya pe di
rou. ce moune ou yea
Ce toutte ti moune
Lan peyi d'Haiti
Qui ape couri
Deye toutte m d gra yo
En nou gade qa cap vni laa
Min ce ou ia meyotte
Li abiye can cou ou
Gros pohlichlnli-
Lig in gro ba,, pit,
Redigotte sou Iambe li
mass lan figui li
L: ape monte


L1 ape dicenclO
A ou t1 b'ote
LAin min .1. ape di
' Vnl oue bel begaille
Muo:n pole pou nou
B lhe 10 coore( '
SALLE de BAIN Bae15Cobb,!
C ou -Iur:ze
C ceSSO yre s Et quand ti bo;t, la deicouvri
T, mound yoapte tri-A-b e
'Y',pe ri de peur

WATER HEATER(- F(s 'i` padie cn minmr,
Yo fni ball I 's lag-ent yo
Ge ou pope toiln, ou pop't pl



OuI Otue Itoutteti mouin
ELLTP, RIQUEQ cour
Quant ta
Gro bef yo minume
Ti moun, yo pain tan pe yo
Gan bel ga yy oni ti moune
Ape coura pou yo
Cc : ltor yo frappt
Fouelt' pile yg
Pou ti moune alleur cull(
Qul pa peur ainyin,
C pab respett gi-an mounl,
Madigra, Mad grn,
Bel plezi, t moune yo
Pa vld mrangO.
Dcpl drtne s annln
Yo btzoln all6 la coming,
Sou chan d& masse,
Toutte pl6z yo
Bell" relne, bel cha
Bel bhande tltato
Le piple sa'm 5e,
Bravo, Bravo a llaean
TI moune yo ap4 frappt
Pou montrd common yo 'r
ton
Min bol bgaillk
Pa dtird, dl tout
dimanche, lundt gram
Madl gra
MWdi gras
Taleur ancna fte fIaln
STrmbou lan teac
Toutt- t, mounn
rentr la calle
At tre du' I., Imc
o Mn aml Plbrn
t.'t ta. ti oue cu I
n~a e a n Sin t,! nprale in-e

TEL Dn-0683 nr t mon yo
... .. d.tn-, cniantt. It, ft(t


lo ro I,,i 11
1. pl ird yo
Itull id(lr 'li.v:] 7) it '
P';ice [II '<, cr [i ).
qu fi'ap 1c asse

Ll qMii p1):ie 1 il- t, unil !
2(0 F'Trier 19 79
Mm Andrce, M LPIEa I:E


tre present pour cette 6tude
conjointe Apr,". e nvion trois
litures d'attente, M. Pierre
Chauvet fils de 1'Agence Ci
paddle, cs representant des
Agenccs s'est retire.
Pendant les miois d'Octo-
bre et de Novembre, les di-
sertsurs de cro,s'&re, des ba
teaux visitant hebdomadai-
rement, Pt-au-Prince n'ont
cessd de se pEindre des
mauvals services de certain
chauffeurs. Celui d'un ba-
teau qui v.ent a Port-au-
Prince, depuis exactement
Janvier 71, ch:'que samaine.
pendant touted I'ainne m'a
soulign6 la n-tessitd d'avoir
un itindiaire fixe pour Pex-
cursion parce qu'il avait cons
tat6 que chaque chauffeur
avait son proprc itinerare,
et que ce manque d uniform
te, ou cette rtarch e dans
les excursions avait une in
cidence negative sur le ser
vice offert par !a compagnie
a ses passagers.
A la suite dc sa demand,
j'ai pr6pard un itinfraire de
taille de i'excurrion. D0-
vant m'ansrnter pour un vo
ynge de promotion lEtran
g r, moi. coll-:-orateur M.
Roland Decatre; remit per-
sonnellement, au dtbut du
In'.'s de dcc'mnbre. 500 exem
plairc, de eel itinea re de-
taille a M Desamour. presi


dent de 1'ACBH pour etre
distributes aux membres de
son Asst.a-.:on M. D6s:-
mour pranv:t t:e sulsre cet
it ntraxre qui a pte raccaur
ci tenant corrnt,-- du traffic
pluo e eve :: Prr-an-Prriece.
A I'airaivte nu prochain
bateau, n;a'gre ,a promeBsS
uu preljden: de I ACOGH, it
decttri publiqurment au ltl
caL d: I Assoclalton. A toutc
es ea-naufietr.s gulies ras
semlbls avant lexcurs un
que charun deux 6talt libre
ae bitir son propre itii6r. i
re. et de no p-.as ten'r comp
ie de celol demanded par I A
gance Cltad'.lii- Dpu:s. ne
pouvant satisfaire a la de-7
nmnde du reprCsent:nt. "do
.a Compagnie, je me siis
fait rappeler clhaque semal-
ne l'ordre ps.r le directbur
de. croisiure Sa qui je renou-
velle mon inlention de caon
vaincre le president de l!AC
GH d'or:rit -a servi (-s PxI


s6 d'une moyerne de 550 t.
150 person 3.s.
-- Pourtilol ?
Pour evlter ae recevoir .
des pialntes de leurs pass.
gets.I I

Le Bureau d. Touris de ce
bateau. ne pou-anant plus les
excursions a Port-au-Prince
iea passagera s .: contentent
de se balader LI hbas de la
viLe. Inutile de vous soul
gner qu'et.nt harass et im
portune par mendiants,
tcnouls etc, IN remontent a
board av-: une impression
tres detav.'rabir sur notre
pays.
itand on pense que cha-
0cie 'oyageur va a son re-
t" "r parler a s-s parents, a-
,mii et ,connaissances des
pays Qui') a vyilt6s. 11 est fa
actle de compepdre qu'll ne
sera pas hblas agent de
bonne propag'ine pour no-
tre pays, at qt'5 n'encoura
gera pas cos derniers a ve


gds p:r la Comrpagnie. nir er Haiti.


A la suite des plaintes for
muldes par des excursionnis
tes au bureau de Tourisme
de croisidre intdressa, la
Compagnie d6cida de n.'
plus pousser les excursions
Sl Port-au-Prince. Et, depuls
plus d'un mouis le nombre
des excursionnistes, a cht-
que esca e du bateau, est pai


Mon impression, est qu'A
la suite de cofhmentaires
trds dcfavorables, de plain-
tes, le bateau en question
supprime Port-au-Prince de
ses itindraires hebdomadai-
res. El, les perdants seront
0'abord les chauffeur-s les

(Voir suite page 8)


Pour les Hommes... en Faiblesse, en Panna



HANDSOME UP



IIRIEN A AVALER, RIEN A INJECTED Traitez vous, vous


S mmes, a domicile; la durEe dvi traitement depend


de 1'tat ou de '.Age e e la personnel


U 12U3E DES MAGASINS DE L'ETAT4 PHONE 2-2249.
w~ococ cJZ'4C .c,'aczcc rr, cr'


a-
/==-- --------




E F BRO la game la



plus completedevehicules


~-/--------- ----r ,


-r*r~-~ I=cr=~r~.l~p-~;&-/NJrAoc~c~.r/~%y~)~n,;C 3;;





1,B caLOUl'tlalBTZ6




CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures 30 et 8 heures


$ 1.50 et 2.00

LA GRANDE CHATAIGNE


CE SOIR


SALLEII $ 1.50 et 2.00

, Virilita ou Parfum d'Amour


SALLE II $ 2.00

F.LS.T.


SAMEDI 24 ET DIMANCHE 25 FEVRIER 1079

- - -a


30


SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat


CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE


Nouvelles de la Republique


C(1ntre toutes doul


LL (Suite de la lre page)

S'est la, le 2eme volet du
project, nous confie l'Ing6-
nieur Cl1estin.

Aprds les travaux de re-
cherche qui dureront jus-
qu'au 30 avril 'on pourra
Passer au captage et ('ad
duction, grace a l'aide fi-
nancidre de la BID. II nest
que d'attendre et d'esedrer.
Dans une de nos prdecden
tes chroniques, nous avons
evoque le triste cas de Des-
dunes et de I'Estre a S in-
tention des Responsables de
ce project. Nos propres en-
Squtes de I'annde derniere
nous ont permis d'appren-
dre qu'une source d'eau po
table se site a quelque 5 ki
rometres de I'Estre ea Hat-
te-Grammont et une autre
jaillit i Ka-Laplace, ban-
Slieue immediate de Mar-
chand Dessalilnes.

Des efforts avaient 6te
faits en ce sens par le C.C.
ACDI le Comite Central
d'Action Communautaire de
Dessalines. Il y a mem'e un
system embryonnaire d'ad-
duction d'eau potable ddja
etabli a Marchand, mais in
suffisant pour alimenter tou
te la cite. Dans le cas de
SI'Estere, la source a Hatte-
SGrammont est deja capte.e
il y a mcme un reservoir sur
place, neanmoins inopera-
tionnel du fait que le mo-
teur est inexistant. Le re-
seau souterrain est 1a. mais

Sque sorte avec le temps. Il
suffit de rehabiliter ce sys-
Steme pour la population de
S 1'Estere.

Done, a ce niveau. la ta-
che s'avere moins difficile ..
et oeut-etre, moms coou-
8 tcuse...

D'apres ce que notis crd-
yons savoir. un Conseil d'Ac
tion Communautaire com-
prenant plus de 83, mem-
bres, vient d'etre fonde a
I'Estere avant pour objectif
primordial la rehabilitation
du reseau hydraulique a Hat
te-Grammont.

DES RECTIFICATIONS
ROULANT SUR LA PESTE
PORCINE AFRICAINE

S I semble que certain or
ganes de press aient don-
nd echo a une information
selon laquelle I'ODVA au-
S rait entrepris une campa-
gne de vaccination centre la
peste porcine africaine dans
la Vallee de l'Artibonite. Nos
contacts avec les techni-
ciens sur place nous ont
e urs permits d'etablir ce qui suit:
J n bH In nie edificaotin de


3~~/ffi=/T~/~/~~//C O//~~


nos lecteurs.
La peste porcine africaine


iSONY.

Televisor en color Trinitron


KV-2142R


Des couleurs dynamiques

Un ecran de 21 pouces
Un system de contr6le a distance
Brek : Un authentique theatre chez vous
Voyez votre dealer autoris6,


AUDIO CENTER. SONY


71 RUE DU QUAI, TEL : 2-2437

anaooOcIODODDEWWDDa~e>>>>&aasmnan.;@ADSDDSDD^ogDED2D>


est une maladie virale. Et,
malgrd les efforts de nom-
breux savants, on n'arrive
pas encore a mettre au
point un vaccin cOntre ce
FLEAU. De ce fait. I'ODVA
n'a pas entrepris une cam-
pagne de vaccination centre
la peste porcine africaine.
Evidemment, depuis environ
trois semaines. I'ODVA de
concert avec le 'service veto
rinaire du DARNDR, aurait
entrepris une champagne de
vaccination :

lo) centre le Choldra a-
viaire (New-Castle) pour les
poles;
2o) centre le carbon bac
teridien (anthrax) pour les
bovins et caprins;
3o) centre la rage (anth-
rax) pour les chiens et chats.
Pendant ce temps 'ODVA
et le DARNDR ont procedd
. l'incindration et a Fen-
fouissement des cadavres de
pores victims du fleau. Du
rant les mis de Decembre
78 et janvier 1979 pres d'u
ne vingtaine de travailleurs
dtaient a pied'oeuvre afin
de r6cupdrer les cadavres
des cochons. avec le con-
cours subsidiaire des mem-
bres des groupements com-
munautaires
II est vrai que la peste
porcine africaine continue
h sevir, mais la frequence
est moindre. car les Respoln
sables ont engage pres de
10 a 15 travailleurs en vue
d'intensifier le travail. Ces
laborieux paysans ont a leur
actif un materiel adi1quat,
camions S bascule, pelles,
brouettes, pompes d'asper-
sion. disinfectant ea-
Le veterinaire Em Tranuel
Barthold est charge par 1'O
DVA de synchroniser les ac
tions sur le terrain avee
l aide du SAPIGROC (Se"vi
ce d'Assistance des Plan-
teurs Inddeendants et erou
pements Communautaires)
pour un service de motiva-
tion.

DANS LE CADRE
DU PROGRAMME
ODVA DSPP

S'est tenue a Pont-Sonde
en presence du Reprdsen-
tant de Son Ex. le Dr. Willy
Verrier, le Secretaire d'Etat
de la Sante Publique, du Dr
Richemond. du Dr Joseph
Ade. Administrateur du Dis
trict de St. Marc et de son
assistant, le Dr Gerard Jo-
seph, du Prefet de St. Marc.
des Membres des diff[rents
Conseils d'Action Commu-
nautaires et des recirienda
res. une grande ceremonie .
l'occasion de la remise des
certificates aux 3 derniereh
promotions des Agents de
Sante qui ont 6t6 recom-
mandees par les Conseils
Communautaires sur linvi-
tation du Directeur-General.
I'Agronome Rend Destin. as
sister du coordonnateur du
SAPIGROC. M. Andre Lynch.


M. Dawson.
remercie le Maire
Port-au-Prince le 22 fevrier
1979.
Monsieur Georges J. Figaro
President
Commiss on Communale de
Port-au-Prince
En Ville
Mon-:iur c- Prreident.
'.,i r, i. l I- 0 al1 -
i ,l-. r I 1i,: F ... lo it .l
I E .I i i (7 I.'ni a u-

fi ri c L 1'.-H r-:'l i '111-
i1" i L 'L- ln[: i. e -i d--
jic r- IL rrladu
I_ II d I( I p.] e l rail. -
..t ,r 1 ii ir p...ri c-w. h-pirii-
,21 r hI ~ v L I .,l MI[ ''1I


S in i l I .: ni ai. : u l




Srr- ei,' v n .:'- r O.itis
,.r m e ',,-t. ;Ire.--]i- n lr ,I:
M -.nl c,. or pI. nst Tilcl- I

y a '. *z orolr > pIm r ilci sc ull-
hlle Jr.o 1sr:s, at votre, ,prpre-
Cptthi)nl des hulllb.I:s .->uorts
S; tFAgnrtie Anter ie.Iuh pour
i onle r ine petlt que nous

convier esenyer de fare


miteux.
Veulllez agreer. MonsiE-ur
le Pre-ident. Ies nouvelles as
surances de ma h:ute consi
duration.

Chpr]e H DAWSON
Directeur


1) Remise de certificates
par le Directeur Rend Destin.
2) Schows folklorinues par
les l66ves des Centres d'6co
-nomie domestique de Mau-
ger et de Ddseaux (formees
par I'ODVA).
3) Allocution du Dr. GS-
rard Joseoh-
4) Allocution du Prdsident
des C.A.C. de Carrefour-Pa
ye.
5) Allocution de Mlle.
Ruth Dodard (Agent de San
te).

6) Allocution du Coodo-
nateur de SAPIGROC (An-
drd Lynch).
7) Allocution du Dr. Ri-
chemond (reprdsentant du
ministdre de la sante).
8) Allocution de l'Agrono
me Rend Destin sur limpor
tance de la medicine corn-
munautaire suivant la phi-
losophie d'ensemble de I'OD
VA (Organisme de DeveloD
pement de la Valle de 1'Ar
tibonite) .
10) Gentille reception en
l'honneur de assistance
par le Coordonateur du SA
PIGROC.

Joseph ROGER MILCENT


(Suite de la 1re page)

et don't les poumons sont al
tdrds par la fum6e demise
par les fumeurs.
L'IMPOT SUR LE REVENUE
SANTO DOMINGO La
Chambre des D6putes est en
train d'llaborer un project
de loi rdduisant l'imp6t sur
le revenue pour les employes
publics et privds en raison
de la hausse du cofit de la
vie. L'impnt sera supprimd
pour les peroonnes physi-
ques ou morales se livrant a
agriculture ou 1'61evage
quand 1'exploitation sera d'u
ne valeur infdrieure ou 6gaie
a cinquante mile dollars.

xxxx

ARRETES A NASSAU
SANTO DOMINGO Le
Gouvernement dominicain a
eleve de serieuses protesta-
tions centre larrestation de
dix pfcheurs dominicains. Ils
out etd arretes dans les e:ux
territoriales des Iles Baha-
mas et se trouvent detenus
dans 'mne prison de Nassau
Le Directeur Gtnarol de
l'Institut National Domini-


cain de la Peche a voyage
sp6cialement a Nassau cfin
de se rendre compete des
conditions d'mncarceration
de ces pdceurs, don't le navi
re a dte entrain6 vers le
Nord par des vents vio'lents.
Le Directeur a contract les
services d'un des meli.eurs
avocal,. bahrnimdens pour la
defense de ces pecheurs, en
depit des honoraires prohibi
tifs rdclamds par ceui- ci :
plus de 10.000 dollars.

x x x x

LE NOUVEAU MINISTRY
DE L'EDUCATION
SANTO DOMINGO

Le premier souci du nou-
veau Ministre d(i 'Educataon
National, inbtale d lundi,
lIngenicur Pedro Correjo, a
etd de prendrc contact avec
les representants de 1'ensei-
gnement sipereur, secondai
re. tcchn'que, orimaire, en
vue dc se rendre comote de
1: situation Le premier pro
bleme a rdsoudre est celui
de !a greve des employes de
l'Univcrsitn Autonome de
Santo Domingo.


xxxx

Rapprochement avec les pays Arabes NOUVEAU DIRECTEUR
DES FASSEPORTS


(Suite de la lere page)

derniers, le voyage de Tahe
ran. Une forte delegation ko
weitienne cst attendue b
son tour di-manche a Tdhe-
ran ouf, scion ceitaiuies asour
ces, I'Ayatoilah Khomeiny
songerait a convoquer un
congress Islamique sur !a
question de Jerusalem.
Enfin une delega tion
Sahraouie, dirigee par le Vi
ce-President du command
meant de la Republique Ara
be Sahraouie Democrats -
que, Bachir Moustapha Sa
yed, est attendue Lundi ma
tin a Teheran, oil elle de -
mandera a erre re'u? par
1Ayatollah KhomI iny.
Par ailleurs, la principal
,. ..' 1 :.i du regim e
semble rester le kurd:sl.in,
que les forces kiomemistes
para.isent cependan- avoir
repris en main. Selon des
indications lopportce.s par
la press iranienne, les kur
des, exploitant une situa -
tion execeptiomniellx, de-
mandent pour prix de oeur
maintien dans la mere-pa-
trie iranienne une auto -

LE TOURISM
HAITIEN FACE
A UNE CRISE
(Suite de la lere ag-;I

m. gasins de souvenirs q:.
vendent surtout des articles
de I'artisanat, et par voie de
consequences, tous nos arti
.uns. particulierem nt les
penltres et. (n deuxieme
lieu. 1 Etat qu' par vote de
t. x's indirectes p reolit en-
tre 1 mill on Ltdemi de dol
lars come recettes par an.
L'enteterm. t du President
de 1IACGH faith courier un ris
que certain a notre touris-
0me.
(A SUIVRE)


nomie interne et un certain
nombre de libertds don't le
droit d'utiliser la langue et
l'ecriture Kurde dans les con
tacts officials.
Tandios que le Docteur All
Chayegan, 76 ans, pr6sente
comme le prochain Presi -
dent de la Republiqus Isla-
mique provisoire, adjure
dans une interview, toutes
les forces iraniennes d 3 u
nir, et notamment les for-
ces religieuses et non-rehl -
g'euses, un communique au
ouvertement samedi a diver
ses manifestations corpo-'1-
tives recentes policiesr,
chauffeurs de taxi, etc), L'iam
portant aujourd'hui, affir-
me le communique, est d '.s
surer < ne et positive>.


SANTO DOMINGO Le
Lieutenant Colonel Servan
do Morel a det installed hier
vendredi, come Directeur -
Gendral de 'Ermigration it
de l'lmnigrato'n II rempl
ce l( General de Brigade Sal
vador Augusto Montas Guer
rero, qui a pa se dix ans a
cette onction ct ar du demis
sionner pour reason d, san-
te.

x y x x

IES ASSASSINS
D'EMMANUEL SANTANA
SANTO DOMINGO Le Ju
ge d'Instruct!ol a rendu iun
non ileu perr.ettant la libe-
rat on de. quaire melmbri'es
d'un comite provincial du


Part Revolutionn re Doml-
nicain (PRD). Ces quatre
membres avaient ate arretes
sous Iaccusation d'avoir ;s
sassind Emm;a,:,el Santana.
President de ct Comite Au
moment d'etre mis en libr
te, les quatre Pr'tadil:te>
ont formellemnl t ,. notI-
mement r ccu.se troi.s tlIi-
bres du Parti refiormin.'i
come aultes:.l d cl ,,, i
nat at r chl'il Icur IC .in' a
tion et (licr 1jucnm7nlIt


AU MONDE Chit
Dans le but de st.its-
faire toujioui s.i a .l, t6
l1 a d6ja r..u ,les r, i
Ocaux tIssus .. C.Irti.i-
gnes et imfjrnltus p)our
les robes fra.clh,.s. illui
que des de.'si,,s puir cln-
fan ts.
Vous trouve-ez. n rand
cho x de brodria S1a.su,
broderie fantai-ie nipr.-
mee, cretonne, d1.1r'.Lsse
pour napnes et matL,.-
Iis, plastique pour ta-
bles et rideaux. sor ,et
tes de bain suner.-u-,
draps et takes a::.hsi q'e
des moust:quaires p,oir
routes les dimen.ion- de
lit.

D3< F }2s Bebes
robes, chem.se; bras-
sieres et d:aps broes
'noust quairp ,r. iir,
chaussons retc. ',s: qle
des robt." polr c .'.nts
de 9 a 18 mois.

poir la P-au

Le avt iL)u ,x. 1.,
savon i. ruse et co rii
b'.

Aa Monde Chic
est toujl'ir h, ii Iux
(IC Vous rIetivOIi
I Rut dC MI ;Ill <,.
1EL.L lii


IcI










II&
..o ..
Iinikip ,


PARFUM CIE, LA FRAGRANCE EN VOGUE
[ JorJ -o s-a*


,, -----~z~- -----"-"'~pr~,~lrr~-~11C~U~C~IN~b~ ~G~)~IZ~CU~)~/AI~/ZZ~L~YZJ-r~CrZ~C~IN) IIYCI~LYn




Ir 4souvanl*om


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heurcs (em permanence) 6 heures 30 et 8 heares 30

CE SOIR


Lt L ?11 (ATAIGNE


SALLE II $ 1.50 et 2.00

Virillta ou Parfum d'Amour


SALLE III 2.00

F.S.T.


'CHRONIQUE DE L'ARTIBONITE


SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat



Nouvelles de la Republique


'i -
























'






/























s 0


(Sulke de la lbire pase)

r' cat Ic 3 iUc volet du
project, noil confic 'lIngd-
nifur Cal-stin.

Apris les iravausx de rc-
CiLretce qui dureront Jus-
.quau 30 avril Ion pourra
passr au captage et A 1fad
duciOn. arlce t 'Iaide fi-
nanclcre dI la BID. II nWest
que d'attendre at d'esndrcr.
Dans onel de nos precaden
'P chroniques. nouls avons
evolqu Ile triste cas de Des-
duines et edI l'E.stre i filn-
'0lntion de Responnables dti
cr pro)et. Nos propres cn-
qurti.ii. de I'annde derni re
noi ii ont pcrinis d'appren-
arr quIune source d'cau po
tdhic ,ic lItue i que(ilqiue 5 kl
tonirrer:i di'r I'E.stre l IHat-
i -Or(.ininont et line autre
)ailllt i Ka-Laplace, ban-
lih-ue inmiIddiate de Mar-
chtndi Deessalknes.

Drs efforts avalent 6tei
f;ia,sa n cc schs par le C.C.
ACDI le Comltd Central
di Acohnl Conmmninautalre de
l)s snalines II y a mm' e un
.systene iembryonnaire dad-
duct on d'cau potable dejba
ctabl hi Marchand..mais in
suffisant pour alimenter tou
to la cite. Dans le cas de
FEstere, la source a Hatte-
Grammont est deja captee,
ll v a meme un reservoir sur
place, neanmoins inopera-
ilonnel du fault que le mo-
tour est inexistant. Le re-
scau souterrain,est la. mais
abime ou deterriore en quel
que sorte avec le temps. II
suffit de rehabiliter ce sys-
teme pour la population de
lEstcre.

Done. a ce niveau, la ta-
che saverc moinos difficile..
'I ocut--trc. moins cool-
t i: 11H ...

D'apri.s re rque nOtlS tt-
vyins ,sivoir. uin Consell d'Ac
tion 'nommunnautalre com-
prcninltt plus de 3 mern-
)br vicnt d'tI tre fond6 i
I'Eti, ret nyiint. pour obje(ctif
p|imriiii iA la i rhaublillitati.on
(iI rir.si'ai hydraullique it Hat
it- 0rI mllionlt.

D)E: RE('CTIF''ICATIONS
I(1) UiANT HlUR LA PESTE
I'OHCINE AFR'iICAINE

II t ,"WlHOhe (1le c( li'ALnS. or
I:;iii'i (dIe )r.(.';si ni(nl t dolln-
i- it (i W it une I f orilalloni
ilon hiiqullie I'ODVA itu-
tuilt il riiprIls line itamplt -
iti- ] IV vaIcciatloini conltri la
pr'it" piorcin(e itfrlcaine dans
tii VaIlli'- (eI' 'Artlbomiltc. Nos
toiiti Il./i uvc(' leas tclini-
Cln:i i"sur place nous ont
permhl d'(ttablir cc qui suit;
piur la .plecne 6dification de
nois Ileteturs.
La peste porcine africalne


SONY,

Televisor en color Trinitron


SKV-2142R












: ,I1',


Des couleurs dynamiques

Un 6cran de 21 pouces

Un system de contr6le A distance

Brek : Un authentique thEAtre chez vous

Voyez vote dealer autorls6,


AUDIO CENTER. SONY


71 RUE DU QUAI, TEL: 2-2437

sa.1. -U3a a a ag


eat une maladei viral. El,
malgrd les efforts de nom-
breux savants, on n'arrive
pas encore A mettre au
point un vaccin centre ce
FLEAU. De ce faith. I'ODVA
n'a pas entrepris une cam-
pagne de vaccination centre
la peste porcine africalne.
Evidemment, depuls environ
trois semaines. 'ODVA de
concert avec le service vdte
rinaire du DARNDR, aurait
entrepris Une champagne de
vaccination :

lo) centre le Choldra a-
vinire (New-Castle) pour les
poules;
2o) centre Ice carbon bac
terdlien anthrax) pour les
bovins et caprins;
3o) centre la rage (anth-
rax) pour les chiens et chats.
Pendant cc temps I'ODVA
et le DARNDR ont procddd
I 'Incindration et a' len-
foulssement des cadavres de
pores victims du fl6au. Du
rant les m.'s de Ddcembre
78 et janvier 1979 prfs d'u
ne vingtaine de travailleurs
talent a pied'oeuvre afln
de recuperer les cad-vres
des cochons. avec le con-
cours subsidiaire des mem-
bres des groupements com-
munautaires
II est vrai que la peste
porcine africaine continue
a sevir, mais la fr6quence
est moLndre. car les Respon
sables ont engaged pres de
10 a 15 travailleurs en vue
d'intensifier le travail. Ces
laborieux paysans ont a leur
actif un materiel addquat :
camions a bascule, pelles,
brouettes. pompes d'asper-
sion. disinfectant etc.-
Le veterinaire Emmanuel
Barthold est charge par I'O
DVA de synchroniser les ac
tions sur le terrain avec
l'aide du SAPIGROC (Servi
cc d'Assistance des Plan-
tours Ind6nendants et crou
pements Communautaires)
pour un service de motiva-
tion.

DANS LE CADRE
DU PROGRAMME
ODVA DSPP

S'est tenue a Pont-Sond6
en presence du Represen-
tant do Son Ex. le Dr. Willy
Verrler, le Secr6taire d'Etat
de la Santo Publique, du Dr
Richemond. du Dr Joseoph
Add. Admilnlstrateur du Dis
Lrict de St. Marc et de son
assistant, le Dr Gdrard Jo-
seph, du Pr6fet de St. Marc.
des Membres des diffdrents
Consells d'Aclion Commu-
nautalres et des rdcipienda;
res. une grande cremnonle a
l'occasion de la remise des
certificates aux 3 dernifreN
promotions des Agents de
Sante qui ont ,tt recom-
mandecs par les Conseils
Communautaires sur linvi-
tatlon du Directeur-General.
1'Agronome Rend Destin. as
sistd du coordonnateur du
SAPIGROC, M. Andrd Lynch.


M. Dawson
remercie le Maire
Port-au-Prince le 22 fevrier
1979.
Monsieur Georges J. Figaro
President
Commiss on Communale de
Port-au-Prince
En Ville
Monsieur le Prisident,

Voir. t, -e .,m able d'au-
toriscr li 79cn:- F,,niare de
i Arinmc dc- LIAt Urnis a u-
tili:er Ie klosqie Occide Jean
ti. I-e amedi 17 levner cou
rani., a c un resultat dou
bleinent Lnenetique grati-
flr le public port-au-prmn-
clon d un coinccrt de mustl-
qui v:rlee et colitribu.r, sur
le p an lulturel, au rappro-
clicn t,-it du people haltten
elt du people amer cani.
Permettez, M.onsieur le
Maire, cue je vous feliclte
pour votre esprit de compare
hension, et qi*. uss) je vous
rem~.rci,? d'itre venus, vous
et M. dane Flrtro. rehaus-



y avez oronornc6 en a soull-
gne le sOCns, et votre appre-
ciation des humbles efforts
de 'Agence Americaine pour
la Communication Interna-
tionale ne peit que nous
convier & essayer de faire
mieux.
Veulllez agree, Monsieur
le Prasldeit, les nouvelles as
surances de ma hi ute consi
d6ration.

Cherle H DAWSON
Directeur


1i Remise de cerltficats
par le Directeur Rend Destin.
2) Schows folklorioues par
les l616ves des Centres d'dco
nomle domestiquc de Mau-
ger et de Deseaux formers
par I'ODVA).
3) Allocution du Dr. G6-
rard Josenh.
4) Allocution du President
des C.A.C. de Carrefour-Pa
ye.
5) Allocution de Mile.
Ruth Dodard (Agent de San
t6).

6) Allocution du Coodo-
nateur de SAPIGROC (An-
drd Lynch).
7) Allocation du Dr. Ri-
chemond (repr6sentant du
ministdre de la sante).

8) Allocution de l'Agrono
me Rend Destln sur l'lmpor
Lance de la mddecine com-
munautaire sulvant la phi-
losophle d'ensemble de 1'OD
VA (Organisme de Ddvelop
pement de la Vallde de l'Ar
tibonite).
10) Gentille reception en
I'honneur de assistance
par le Coordonateur du SA
PIGROC.

Joseph ROGER MILCENT


(Suite de la lUre page)

et don't les poimons sont ali
tdrds pai la ntmee emise
par les fumeurs.
L'IMPOT SUR LE REVENUE
SANTO DOMINGO La
Chambre des Ddputis est en
train d'elaborur un project
de lol rdduisant l'lmpdt sur
le revenue pour les employes
publics et prives en raison
de la hausse du coot de la
vie. L'imp6t sera supprimd
pour les peroonnes physi-
ques ou morales se livrant a
agriculture ou l'dlevage
quand l'exploltation sera d'u
ne valeur infdrlcure ou gale
a cinquante mille doll.rs.



ARRETES A NASSAU

SANTO DOMINGO Lbe
Gouvernement dominicain a
elevd de serieuses protesta-
tions contre arrestationn de
dix pfcheurs dtminicains Ils
ont det arrdtds dans les er ux
territoriales des lies Baha-

mas et se trouvent detenus
dans une prison de Nassau
Le Directeur Gndrel de
l'Institut National Domini-


Rapprochement avec les pays Arabes


(Sulte de la lere page)

derniers, le voyage de Tehd
ran. Une forte delegation ko
weitienne est attendue A
son tour dimanche a Tehd-
ran oi, solon certahies asour
ces, I'Ayatollah Khomainy
songerait a convoquer un
congress Islamique sur la
question de Jdrusalem.
Enfin une ddlegationr
Sahraouie, dirigde par le Vi
ce-President du commander
ment de la Rdpubllqtte Ara
be Sahraouie Ddmocrate -
que, Bachir Moustapha Sa
yed, est attendue Lundl ma
tin a Tdheran, oil elle de -
mandera a etrc reeu- par
1'Ayatollah Khont iny.
Par aillcurs, la principal
preoccupation du rdgsnien
semble rester le ku'di'sLun,
que les forces khomeinister
paralesent cependin.w avoir
repris en main. Relon des
indications ilapportce,e par
la press Irantenne, les kur
des, exploltant une situa -
tion execeptionnell", cde-
mandent pour Drix de !eur
maintain dans la mbre-pa-
trie iranienne une auto -

LE TOURISM
HAITIEN FACE
A UNE CIUSE
(Suite de la lere Dage)

mrgasins de souvenirs qu
vendent surtout des articles
de l'artisanat, et par vole de
consequences, tous nos arti
sans, particulitrem-nt les
peintres et, en deuxidme
lieu, 1Etat qug par voice de
t.xes indirectes p-,rcoit en-
tre 1 mill on et demi de dol
lars come recettes par an.
L'entdtemcnt du Prdsident
de 1'ACGH lait courier un ris
que certain A notre touris-
OMe.
(A SUIVRE)


nomie interne et un certain
nombre de :.i-ertes don't Le
droit d'utiliser la langue et
l'ecriture Kurde dans les con
tacts officials.
Tandis que le Docteur All
Chayegan, 76 ans, present
comme le prochain Presi -
dent de la Rdpublique Isla-
mique provisoire, adjure
dans une interview, toutes
les forces iraniennes de 3 u
nir, et notamment les for-
ces religieuses et non-re)l -
gi-euses, un communique au
qcomitd Khomeiny. reagit
ouvertement samedil diver
ses manifestations corpo-i-
tives rdcentes ipoliclers,
chauffeurs de taxi, etc). L'l.m
portent aujourd'hui, affir-
me le communique, est cld s
surer lie et positives.,


Cain de laI Pl.e r a vt. ,lte
.speciilrmen'. a Na '.11 hii
tle se rendre conmp',, l. [.
conditions d m:':irc(rr.,littn
de ces pecenr. don't le naval
re a tWe entraine vers le
Nord par des vents violent.
Le Directeur a, coritracte I-s
services d'un des mnell.curs
,voea- bahanidiens pour la
dt/feina! de ces pechoeurs. en
ddpit des honoraires prohibl
tifs reclames par cul ci :
plus de 10.000 dollars.



LE NOUVEAU MMINISTRE
DE L'EDUCATION
SANTO DOMINGO

Le premier soucl ve-.u Ministre d> l'Educat'oin
National, instaIl liundI,
1'Ingd6ncur Pedro Correjlo. a
6tc de prendrc contact iavc
les reprcsentant:. di leiisel-
gnement sipereur, seconitil
re, technique., rinmare., in
vue dc se rendrc conmptle de
1: situationL. Lc premier pro
bleme A rdsoudre est. clui
de la greve des employes de
l'Universitd Autonome de
Santo Domingo.



NOUVEAU DIRECTEUR
DES PASSPORTS

SANTO DOMINGO Le
Lieutenant Colonel Servan
do Morel a et; installe hier
vendredi, come Directeur -
General de ,'=migration (t
de 'Iurmruigrat;un Il rempl..
ce le General de Brigade Sal
vador Augusto Montas Guer
rero, 0it a pa se dix ans a
cette fonction et :. du demni.
sionner pour r;.;son d, san-
te.

x y x x

I.ES ASSASSINS
D'EMMANUEL SANTANA
SAN'O -OMINCO I.c .iT
9g lunast ruchini rtiildu unl
lonll Iieu per eiifttant lta lit)-
ral on ( I qulitrF: iTmitiibri.;
(I'Lunl II ColIll pr:'ovinc!ll (III


sawair K ,t
, t. ,, ,,. -
,ii t -i

President ti < m' a AC
i Uo1 it i d'trcta '.l '
le. le t qutira lT
ont, for i
nenumn atcr rte
br-,n dii PaFat rtio w.
cormunc naiit c ;aa-

litn tl luvr ;rn;



AU BiONDE Cili.C

Dian l0e hitfr .jt,a .
fatre ir s l i (

tesa drje b:,:, 4,. (;.
anet s t i nt t t :, a.
d.es ro t> tra,>h a. +;r

it.int.
Cho X broderitc .f.tntr :i.


dble it. r. id.(,
tes de b a!:i
draps e,,; : -

toutes le dl-.I .
lit.

DC!rY las Bebes

robes, cherm.r b'--
sicres ot o :ap.s *r.-1ce
mouot qiair, ort.
chaus.on-s r
des rob.. :r .; .'
de 9 a 18 mais.

pol la Kau

Le ta i a 1-
.avon o a
bAC

AU Marine ChNc



1 ,I .- ri- in


PARFUM CIE, LA FRAGRANCE EN VOGUE
g pR m


1 I


Ni MRt 24 r IS MA 10 -1 0vRtflI IIST


-~i~'~tz~' PoHAITIC




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs