Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10319
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: February 17, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10319
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text









wA1ti1NMT() N IATl')

l, t h ijti e' s deailiinue
i to I rn l ItI it, th dnId l'A(
iot tl'.n a ll Iil llVAI

,1t ri it VltIt all


A i-it Il lti' rl <' 1d:a vIAl1
i ;I v lr ;n MeIlquel l !
int Cta II 1 convo>qle
l leln

S,," ; i t i til.ti, lie C-
:L i- it i) ll, lJ D Irec
d! C! 'I I Atthlnil
Sou i r evn-
, ,, : i .s ( .'l,))pp e
:t. t ,1 'IT
S: .s dl cpos
'"i, t ti-ite"
S j ;ar I U
K *.+* c a,,: i Etats Ox lr;;
li t e.hit f A rcu
+n +" ,)*, -. .i *** ** ll" n )3 r t






+i : ; i' 1 .,is u -
.1 dcos dc


mi. pwir sc
i CIII ulie des


S. .. :i Ambas
1 '..1 ,, :. 1 AdI olph
i, .i 1 i ,, it. si.dignr i
la i diffu-
sur les
,n I o11
T o :i r jird'u

ri. '1 i- r lAternn a



S .- -i i ,mL i i:, ( .vmI nt emnrpa
m, A'm aa de americai
ti T a.h.rin mercredi, et


d(, vooiloir maintenir 1'instan-
billtt on Iran, nu risque de
mlnacar lit vie des reisortis
tints ilnm6ticalins encore pr6
suents.
En ii riv, on indlque dans
let nileulx de I'Admin'strai-
ton Carlter, que Moscou air
r; It ricemment profit du

(Voir Suite Page 4)


Nouvelle crise

dans les relations

Sovieto Americaikes


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme Max CHAUVET


Attaque Chinoise centre le Vietnam


HONG KONG (AFP)
la ChUic :. d6clench6 tot
aiamn'dl i-n'tin ulne attaque
conitre le ViL..iin, l ling
d. 1.200 km de frontLire
qui separent les deu:: pays,
s Ion R:Jio HHanoi captee a
Hunig Kong.
i,, Ra-tle a declare que
I ar;t 1 eric chinoisa S longue
porter a proctAle a des tirs
de barrage vanlt le uecl.n-
chemn.int d l invasion dans
1 quele sunt engag&ts de
oinibrus"s division oute-
Iut s par d s chars, de 1 r-
1 llr to lourde et d: 1 : via-
Lion.
Les ,evnvani -,eurs chinois
oiilt cominus de nombreuses
atiocites centre .es popula-
t oils vi. tnamienn s fronta-
litrr'-, ma.s i) th' ii nio'tii" I r dio
qui a soulign tiue la res s-
tance a .'inv.isioln ivait cor'
mn lice.

Le Vieln ml c ituiandec a
IOrgan station dcos Nafions-
Unles '6lnt i -rvele r it lance
un agtpel a 1'aidi a 1URS35
et aux autres pays rocili:-
te-s.
La Rad o vietnamitn'-" a
repete a p usiciirs reprises
le meme bull, tin militaire
et d ffus6 de la musique mi-
lit. ire. Radio Hanoi a de-
mande au people vietna-


mien de rester uni et de de
questions internnatioaa.es
miurer fidele a ba tradition
de lutte qontre les agres-
s-urs strangers.
L- Vietnam, a r-ppeld la
Radio, -a battu les co.onia-
listes frangais et les impe-
rialistes amiricains*. Avec
une population de 50 mail-
.Ions d'habitants, le Viet-
namn un fli remprt- 'a cer-
tainement ia victoire final
le, : poursuvl la Radio.



CHINE VIETNAM .
250 CHINOIS TUt'S3,
SELON RADIO HANOI*

HUNG KONG AFPPi
Au moins 2t 0 ch no's ont
ate tuls lors de 'lat-ta ue
lIance, sam di par .a Ciine
'cuntr' le Virtnam, a affir-
me Il dio H.:. eo, citiant i-s
preniicres 'x tfo: Inat!ici p.i'r-
t:iu s de la ;cgin frontau-
l.'re en're ics c'luxt p:.ys.
Pad:o HIan r.'(u'u a
HIlg Kong, a ajoute qu'une
tr s impno 'intal t(uant te d',
mnt iti" m ,.it .> 'c 11in0o s A0 -
vA' c i d"6tru'tr' n-Ir 1 s for
cos viltnamien_(s.

<,Notre corarat sacre con-
t niue, a pouAtInvi 1. radio,
ajoutant que la Chine de-


MI-FIGUE MI-RAISIN


CES BLOUSES BLANCHES


QUI NOUS FASCINENT...

.......Par MONA GUERIN.
,Suifi I,t fin (Vo'r Ie numero de samedi dernisr)


S11,1 .in in c-.oumme 1 n-
i-n. repterises de
ii ii'r plust bril.ants
i, i t i ,, ii r (Iiirs sulg
,ni *, in:.' ];i qulhst on
.ll. ,1 11w ]peI'son-
cii-ij i,., ,, ,s mn ll'h -l-il
S't' t11t p -iibl i daas vos

I t' r'I, i li 'ep il ; s ntICI
little i liisrta mschos
touches
w| l |)i v qune



it, I ( 11 t 'it l I-; l tl's.
S .1 1 1 1(11 1, )I 1 -, nsm e tre

*I 1i- i l l I '' i- 1 it' i rI ie
i i bl i', i -' sur un


Ii11 i1 i i 'I.11. Mit -i 'i, l le)as
i n h I'l .' m i;, ti t drrnic-
i i 'I |)< ;t d tI nitd e-c


fillo Iri : u' s ihll d!,s m a--
:, 1 ( .NothL es..y Ill plus
,I III ],, ;ivc 'ro sourire, de
v, r t'( qui n1, v\ p-Is des


deux cotes, c'est tout. Alors,
de grace, oui. de grace, a-
pres avoir lu tcs repons"9,
n allcz p a ,'a-ionter a v..-'
anms qui tn eIas out pas Jues
que o Yo davore doct:u-yo
nin Nouvulllste ...> C'est
btLn h. genre de nouvel-
les que nous aimons an-
nonccr n'est-ce pas ? Alors
pour une lois, aujourd'hui,
1. sons f'effort d'etre ass.z
logiques pour comprendre
qui i1 nen est rien Si les re
ponses qui vont suivre ont
un relent de doleanc s voire
tie critiques, 'est parce qu'.1
n, pourrait en etre autre-
iment en raison de la qu s-
tion pose J, suis persua-
dde qui si j'avais dem nde
a cos Inemis personnel der
m,, d re (e qi leur semblait
etre le plus interessant dans
hours rapsporistce ave e s me
decins. J'aurais provoquo u-
ne : va nnce do rsponses re
confort-ant'-s pour le corps
medical: tout comme la s'--
maine derniere. si ma ques-
t on avait ete different. les


Litteratures et Societes

Par Wilhem ROMEUS


DOULCE FRANCE
La France, aime a dire
un professeur de ma con-
ti!i isaiice, et brilliant poete,
1li France, ca vous prend
iii) poumorn ou la cervelle!>t
Contesltable, tres contesta-
blhe jugeimcint, ob.lecterez-
vul, vous qui eitcs revenue,
,sain et sauf, dru pays de
Nerval eL Montherlant.
Tres bien... Je vous croie.
Mais vous n etes qu'une
exception, cell qui confir-
me la. rc lIe... Si ie dois a-
jouter foi au tomoignage
de mes amis les plus chers
Frederic Marcel'n, Fernand
H.bbert, Justin Lh6riason,
Antoine Innocent, alors,
sans h6siter, je vous dis:
non, non, et non! Je n'lrai
pas, meme pour un million
de gourdes, en France...
C'est une contrec qui por-
te malheur... Oyez plu-


tot: voici le sort advenu Sa
des htros d'oeuvres roma-
nseques qui. a un moment
de leour existence, ont cru
agrdable ou utile d'effec-
tuer un petit tour de Fran
cc: Telemaque (dans la
Vengerance de Mamaimeurt
empuisonne; Sena (dans Se
na) sera trouve mort dans
sa prison; Pitite-Callie
(dans La famille des Piti
souffle, victim d'une cruise
te-Caille) rend le dernier
souffle, victim d'une crise
d'apoplexie, tandis que sa
femme cinauante maitresses du
General Pheuil Lamboy,;
Ldon (Dans Mimola) de=
viendra crazy; Monsieur et
Madame Thazar ne s e com
prennent plus, ne s'aiment
plus, leur commerce ayant

(Suite page 8)


medecmns aura'cnt s: ns dou
te cu pas rmal d impressions
agreables a nous transm,-t-
re. Ma voi a... il est im-
contestab-Icient plus profi-
t ble pour tous d'apprendre
ce quit cloche que de senvo-
yr d.s lleurs... Alors a~lons
y et, s'il vous plait, sans es-
pr t de ... i devorage .

UN JELUNE HOMME : Ce
qui me sembl-- 1, p us pe-
nible dans mes rapports a-
vec les mede"ins, c st Iiur
espriP de cont-adiction.
Quand ils io v'nt f. ire .-ur
diagnostic., ils refusent trs
Souvnc t d accepter pour
point de depart Ias consta-
tations personnelks du ma-
l de. On a parfois L'impres-
son quill surtit qug vous
p'nsicz unie chose pour qIu ),s
en pens cnt un- auore

UN RETRAITE : Autrcfois
kIs modec ns menageaicnt
votre sensibilite. Quand le
ma-ade etait cond rmne ils
prevent ent discrltement un
membre de sa fam Ile. Ac-
tuellcment ils vous annon-
cent brutalemcnt noimporte
qu: le verite.

UNE ENSEIGNANTE : Je
trouve que certain medo-
cins sont trop larmistes. Ils
prononcent trop vite le nmi'o
intervention Certains au-
trcs vous obligent a fair une
succession d'examens sans
jamals nmenager votre pau-
vre baursr. Apres dfis ,naly
scs, d'autres analyses apres
unp radiograohi'. daautres
radiograph es.

UN HOMME (60 ANSi U
ne visite "hez le mdhecrini
est 0outjours pen'ble pour
mil C r souventt j'ai 1 mpres
sion d'etre so'l n 6, "on o la
method aplem' gaiile,.

UNE JE5TIE FEMME : .--
n'al pas de dialogue avec

(Suite page 8)


vrait porter 1'cntire respan
sabilite dis 6vsnements ac-
tuels.

LE TRAITE D'AMIT12 ET
DE COC-ERATIOTN
SOVIETO VIETNAMIEN

MOSCOU (AFF)
tLe Tra.t6 d'amnit' eet de
cooper: tion So. -o Vi'ct-*-
namien, qui perm:stra b e-
vAntue.lement -Ane ,i:ter-n-
ticn directed die I'URSS aux
cotes du Vietnin:- en cas d'a
gression 'c nOrt ce pays a
e c signed le 4 Novembre 1978
lots de la visit a Moscou
die M. Le DuL.n et Pham
V;n Dong. Sun article 6 in
d, u ni r .' .: s An
tcs p i s cont:raeta.-i s s-:
con sit o 1 i ; es le,
inm oit n! s c'-):A c r .I ti 1.
tc i s i dI t :' 'L u
cl 1 d-Sr" H -
rail l 1 c' t d .," at..aqu. o',.

rt la in u-'n i c ; v '' -i -,
,* t *,iL .i i.cron(. I ii ia
t Ii S .it .]' hi-
,n ea lr s pooi r el n'hl r cY '
dj1.,r et ,.clr'p r r' l.s mrasn
Ir S )Ir h'i M r 'u1 ,'' '"'1i

hcur.- p y-."
xxx x x

APPEL VIETNAMIEN AU
CONSEIL DE FiCURITE

HANOI (AFP
Le Vietnam Sa'A:si ofli-
ciellemint e Conseil de Se
curite de I'ONU pour formir des aL;cs de guerre
tL d'agression de la Chineo,
annonc'-t-on ue source offl
ciele samedi Hanoi.
Le Vietn: m demand au
Cons i' dr Sce-irite de pr( n
dre l-, mrnEur,- nsct ssaires
pour obilger le Gouverne-
ment chinos a mcttre fin
a son agress on t Ia retirer
scs troupi-s du Vietnam.>,


tb16phone : 2-2114 Bolte Posale : 1316
Rue du Centre No. 212


.. SAMEDI1 ET DIMANOHB -,
S 18 FEVRIER 1979 .
No. o31.021




EN96 LE PLUS ANCEN QTO INTERNATIONAL RESSE






FO E EN 189: LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


LUs ESntQues Cu Nouvelliste


Un Depute: Ce qu'il est, ce qu'il n'est pas...


ce qu'il peut, c qu'il ne pieut pas...

Par Carlo A. DESINOR -


La dri.'nifce campoa '-" 6-
-l'cltoral' "'u'N pol- I'obser
v '.teur averti, a I'afnfit des
moaindres nuanc s, des moin
s-Ps expressions de la v e
ptlit'.i'ue ct social contem-
'o' -ainc, cons'tituera une re
Ifrenc dle premier choix -
i pea-its a plus d'un de se
fa-'e une idea de li concep-
':" s de 1'haien du dir.ut6,
de so)n rcnrsenta'nt at la
Chambre TL6g'sative.
Dp.ns 1 L quas-total'tL6 des
c'r'enscriptlons du pays, I'd
leclor I, a essontlelle -
irteni reproche a ses man-
da a revc dp n'- vo- r'en lfait
"'ou a'der a 1 'v' ic"mesnt
de tilie o. de tell commu
iautd, d 1, a:oir pas ba i
d coles. dihupitaux. de tir-
hn". etc... Ei das:; dautrCes
circionstances, 1l eut pu pa-
raitre significalif que la
grande major.te de la


,41eme 16gislature n'eit nas
at6 reconduite a la ch-im -
bre.
A pirt!r de celte campa-
gnpe lectorale. on a tendan
ce a reliever dins la menta
lit de l'ha't',-n d'auiour-
cilhui une certain confu -
s'on entire le role du 14';isla
tI," et les attributions de
2lExcuttif.
Confusion ic onisCelntt.
due a 1'ignorance des tex-
tee. de la Constitut'-'n, aux
ddformattons des camp -
gnes anterieures ?
cunfusion consciente, qu!
scra't le moyen d'attler 1'at
tention, dune faqon ou d u
ne autre. de l'Admin:isra -
ion -prbliqiue sur son ind'fte
rence a I'tiard de certain
problimrs do tell ou tell
com)iinnlaute sur la care
cc de certaines infrastruc-
tures ?


Toujours est-'-, 'it, I.- "uos
ti-on se pose. auiourd'hui, a.
savoir : 1'electorat choisit-
'l un s'Wnple deputy oU un
leader ?
Veut-il un diputp i un
smo'le renr6esnt.nt, theory
oue, academi'que a Ia chi h.
b .''i on un leadrlr I.omnmu
nautaire ou autre...I ?
... J.'article 68 de la Cons
titution de 1964 (anin -
di'e) st'pulc que le tP',u -
vo;r 16g'slatif tfa't d&s lois
sur tous les obiets d'int.e-
rett gendris. C. nui indli'.t
wie le diputi, a la Chambre
LUg'slative, travaille a creli
rour la Socitet qu'il repre-
sente (et qu'il a pour de -
vo:r de d6fendre et de pro-
teger) les dispositions les
mnlf'' uiLts ci Oi ': sO.; ,
v.,ncement. A difaut d etr-
un gurde de lExculltf da, i
cert,,ins domaines. .: indu.',


De l'Egypte ils sont parties


a la conquete du monde

Par Laurore ST JUST


On no saura't parler de
geo raphes, de cuartogra -
plcs, des explorateurs mo-
dernes du contTiaent afri -
cant, eu' pas.sant sous silen-
ce, voire oublier, les obser-
va.tions des voyageurs du
XVlllmns s'",cle finissant,
due 1 immortel Abbe GRE-
GOIRE s est donn6 la peine
do consigner dans son cu-
r;ieux volume,. De LA LIT
'J-BATURE DES NEGRESs>.
En effet, ceux quO avaient
pour noms JAMES LYN. BAR
BOT, DURAND, HOLBEN et


MUNGO-Park et qui, delais
sant leurs laboratoires et
leurs Biblioth'ques. prirent
le part d'aller sur place, ne
cachtrent pas leur surprise
melee d'admiration, en vo-
yant eavec quelle dextdrite
les africains tannaient, tei-
gnai-nt les cuirs, prepa -
raient 1'ndigo et le savon
fa'saient des cordages, de
beaux tissus, de belles pote
ries, Ogs armes blanches, de
tres beaux ouvrages en or,
en argent, en acier et pour
terminer; 1'adresse, don't ils


Nouvelles de la Republique


CINQUANTE Il'CENDIES

SANTO DOMINGO S eit--
veni a une ci:iqugntaine le.>
inceindics mysterleux qa
ont eclate depuos le lcr Jani
ver 1979 L'on estime a press
d un iRnli on a tonnes tie
cann aa osucr'- a pro(c.u ati)n
de; plontatins imcendici-s
dants s d'fertente e: ii-tra-
les sueri,'res cl: pys. Une
gr rnd- part e cio c.iiinns a
pu trc coupeo- e' nvo'y"
immediater-.ni' rux mouins
d F us'nis. n ;. iite ore
partle a ec rdiic.

D(' m1r" du sirti re-
form sat-, (i t e' a aa( "a.i. -e a
s-lotage LIet 1-'s Mais Is
juges deo itrb;;na'ux aux-
qu. s ils owt ei" deteres, I s


)oinmmicain
ont mis an i ib-rte faute de
Ouriuvm'. Du'x journ 1 ers
;i:iut ens out ere serieuse-
ment maltra:ies p r los gar
d c'nimpntrts et empri-
siennes uain' l,' ecommune de
San PdIro de Macons, sous
i;, p,4-'ert;n d' tre des in-
ccnd a :- s
Cn i : r u;,i etre mis en


1 F'.rue des de egucs
Ss' s. acuss' ,i'atrn'
it' d'inr-nct ( ai
atrinnis dip la C, ntra
ran? dan.- ..n Pro'
Mio.

Le.- tcris p liF? r,:
ciuid e ,i nt 'et a'e
ie d Irn teC a La Ve
une d'scotheerue d
Domingo et dans uo
meratinn proche de


"L'or noir"


Au march noir...


PARIS -- (AFP)
La fifvre qu'avait provo-
q'ce leudi sur les marches
filtnanciers occidentaux le
b- sjuec rtj'lecement ide 7,
2 pour crnt) des prix du
petrole leger livre "norma-
lement. paiT les Emirats
d'Abu-Dhabi et de Qatar,
s etait a peu pres calmee
V( nd-edi' us couis de lor
rciomnba'ent, cux du dol-
lar r-t.;nunlal, nt et le c h-
mnat s icla:rcissait quelcue
peI sitr les places bour-
sacrcs.
Car. contrairement au.x
crnantes rxprim6es par cer-
tains, aucun autre pays ex
poitateur n'a sulvi jsqu'tlci


crt example. Et IE
meurs repandues at
eoncernant une r6u
traordinaire de I'O1
Mars pour decider
haus'se des nrix, n
6te confirmees.
- UNE OFFRE DII
DURABLEMENT -
Cola ne sutn fie
pendant, souligne
sp6cialistes, que I'
tion du renctli6r&s::e:
patrole, daclenchec
cruise Iranienne, doi
rtier. Parce que la
de c"tte dvolutiona
nurle relative sur

-' nir suite rc-


tale. Les perte3 ont et6 eva-
udes a plus d Un million de
dollars. L annoncie d'un de-
but d'incend e r provoque
jeudi une panique parmi les
0el-"s du Lycee Juan Pablo
Duarte.

CHANGEMENTS DANS LES
FORCES ARMEES


syndica SANTO DOMINGO- Le Pr6
les au- sident Guzman pursuit ses
ux plan- changempnts dans les Forces
I- E'spe- Arm6es
vice de A et mis & 'a rrtr:te le
Colon.'-l B:aguer, nevOu de
l'ex Pres'dent Balaguer.
7':nd. In- D. ux nouveaux sous chefs
.. seiai de la Po ice et un nouveau
gt, dans sous chef de la M-rine de
c S nto Guerre ont set nommec. De
ne agglo nouveaux Commandants de
la Capi la Police drns 1 s regions
Sud et Nord ont etd mis en
place.

Le General Moncun est de
,enu sous Secrtia re d'Et:t
a lIlntrieur.

INCENDI' AU
es ru- PENITENCIER NATIONAL
u Koweit
union ex SANTO DOMINGO Un in
PEP en cendie. qui a eclate soudai-
S un nemrnt au Penitencier Na-
'onL pas tonal ,La Victorias a fait
deux morts et une dizaine
5NUEE5 de blesses.
pas ces- L'enquete, m -nie par le
accitlra- Procurtur du District, a eta
meant du bli que ,inc ndie a etd allu
par la me p r un pr sonnier par
tve s'ar- vengeance. Prece que el'ami
i cause tnrs cherl, qui partageait sa
- La pi cellule, a et6 transfer d ns
le mar- une prison de la zone ori'n

ne I (Voir suite page 7)


fan-'saient montre dans la fa
brication d'une encre de
Vaisseaue (1).
Ces revelations nrnc(d'-
rent la grande rivolut',nn
academique qu'on site en
tre 1834 et 1908, revolution
qui aura montre Un Nou -
veau Visage de 1'Afrique. le
vrai visage du continent
no'r dans i'hlstoire de 1'hu
manitd.

Elle se sera 'eihelonndeo
sur 150 .ins, cette pdriode
d'explorations, oui Archlolo
gues et h'storiens Britanni
oues, Franeais, Africains,
laliens. Allemands. Ruises,
Belges et Amr',.cains, a51 -
ront trouvi dans la v-ilce
du Niger, sur les bords du
Nil. dans le Sahara et prbs
du lac du Tchad, prns d'une
ce-nta' -e de ruines de ,phiu
s'.-'urs millers d'annees de
ov'lisattons passeesir. Cela
change du mome coump nas
r)al de concent'-ns, dira
l'auteur de oTntroducrtio to
African Civil's tionsoc; cells
oui tenda'ent a fair croi-
re noar example, que la civi
lisation e'ait ess;uint'-]le -
m"nt 1'opuvre des Athe -
ni'ensai. L'un des chercheurs
europ6ens les plus actifs par
le nornbre d'ouvrtes nil -
blits; The Lost Cities of Afri
ca, Black Mother,, I'Afrique

(Voir suite page 21


UN l3EANT DE LA BIBLE

et cela lui fut impute aS
justicei,- (Romains 4:3).
Laissez-nous le dire d'uns
autre fagon : eAbraham
crut a la Pa:ole de Dieu et
a cause de sa foi, il fut te
nu par Dieu pour justes.
x x x x

L'enseignement chrcticn
A savoir que c'est par la
foi qu'on prut etre agria-
ble a Dieu, est 1'un des
plus encourageants que le
Nouveau Testament puisse
nous offrir. L'Ap6tre Paul
en exposant cet enseigne-
ment dans l'Enitre aux Ro
mains pour nous stimuler Sa
place notre foi en la Pa-
role de Dieu, nous a offer
en example la justification
d'Abraham, en d'autres ter
mes: la faqon don't Abra-
ham a plu a Deiu et a etd
dfclar6 just. Aujourd'hui


I- --t m-nte 'on action
dons Ie ;enas qt'.' cro t cl'e
le meilleur 1 ourr le b ": du
People qu'il teprjriente Et
pour cela on le cnmpr'iid
bWen il don't (tre en pa--
fat'',e connassaclce du m'
lieu, des conditions genera
les. il doit etre en p'irfale
conscnce de son role, de
ses poss b'l ts etl, c uailtis
a le rempln i pleinempnt.
Naturollement, 1 AcIt n
du ddnult n1e dirigera prior
tairement dan-i l sceni; d"-
nt0:ct.s de sa communauLtL.
in s (la ,an 1 'i: I ,.o l,
a .uel. on cor.aprepld b' 'n
rue si ch 'cuii di" 58a dc-pt-
a ~ oI t il. :vaIncer
des prolets de lo C dine-
loppcment ri-'o.:J.. rt, -
'i :Yu I-, n'i 1n a .n

cot: t m'iu.'r nt(t in r I i a dos

drc lopl :i : : .soits-e
quJ p,'mllf.. ilns a
(Vo'r ,1 i : v 4)




Wihiam i: eagese


tL rrdi 17 F'ier. par
le Vol 355 d'Aer F-rance. est
pa'ti a eist:na!'or i de Ge
neve, via Foin, a Pitres et
Paris, le Dr. William Fou-
gere. Directeur du Bureau
de Nutrition et de la Ha
cho.
Le Dr. Fougere a lte d6
signed par le Directcur de
l'Organisation Mondiale de
la Sante, le Dr. Mahler,
pour faite parties du Coon-
sell de Douze Membres ('"li
sultants de l'Organisation
Mondiale de la Sante pour
les programmrs de preven-
tion de la Ckciti.
Le group( ctnseilhr dt'
programme adra plir t;i-
che de promotv(eir /I tntlerL
mond;al et du ,[ pi) i' l .I11
programmed de IlOr'iin: :t-
ti1l M oIldiale ('1 Vi-ll' (i'
prevenir la etc'l, II ''i.t *
esalemenf, conseiller 'Orita
nasation Mondlia-lt d J:1
Sante sur Irs )pri- !t ; s (u
p ogramme el :'.si'r :;
coorI'nation iv :Ie i s
activities de I'Ortianisa onli
P' d'autres organc!rsm ,s iiil
laires.
La prema:er rcr6liimi (!I
comnite se tiendra a Geni-
ve, au sieke dp l'Ortain'sa-
tion Mondiale de la -s:,nt6
du 19 as 22 T(cvrier 197).
Nous souhaitons niu Dr.
Fougere du succe:; danis sa
mi.,sion.


nous gallons nous attarder
sur Abraham, af'n dr vo-s
encourage a placer votre
foi en Dieu par li Seg'ieur
Jesus, pour que Dieu. dans
sa grbce, puisse se servir de
vous, et que vous deveniez
important, quel que soit vo
tre present ftat.

x x x x

UN HOMME IMPORTANT 4

Lorsque, A tSte repose,
et a la lumifre des t6moi-
gnages des Ecritures, l'on.
consid6re Abraham, on ne
petit ne pas reconnaitre,.
qu'il est incontestablement
i'un des hommes les plus
important dans la B:ble.
Compare a Moise, a Dav'd
on a Paul, Abraham les de
passe tous en stature spirit
tuelle, car il est leur p6re
en la fol. En effect, Dieu

I Voir suite page 2I


S- .-- --rmn~r c~rrr*wc~


Le navire Hollandais "METEOOR" est de retour avec ses containers!



Service direct Aller -Retour chaque deux semaines entire Port-au-Prince et



BALTIMORE -PHIL ADELPHIE-NEW YORK


KNSM (LIGNE HOLLANDAISE) -MADSEN EXPORT PHONES : IMPORT SA., AGENTS 2-0028 Et 2-0317


<... SS. S SD S. ^- ---," ,C S2SS Sf^f S-lfD-S- 5 "f -n. -^ --.rw -.-


' Accrolmsment de
laproductlon
pItrolivre
VtntzuliUenne

CARACAS -- (AFP)
La rmoeynnr do Is pro-
duction pterollere di Vi'iiti
zuela sera accrue critte oi
n6e et se sltuera (i 2.277.
039 barlls par jour. 1 a-
nonc6 vendredl, h Ciarucas,
le Minlstkre de l'Energie et
des Mines.
Ce chiffre scrap supriirkr
h la moyenne de la prdiice
tlon pitrollere de 1078,
(Voir sute page 4


Le Sermon de la Semaine

Par le Pasteur Lue NEREE


I


1


r+N+crrrrz~rcr~E+cr~cr~r~r+~rcr+r. rr.











Laxatif au chocolatVainqueur de la constipation
3)AY asiHI-(*-B*'''.' :


' il' !, i 1 il A IIIl llilllt

Il l il-l. Ki an t It
-t Ill i ll hllI

V ci w,1 1 1 11.1








Srabll |ll ls.



hj 1,
.+ I.: I" I 'll)' d e
1 1 c: i t i 'olrb e


r ,A' II 1' p"lr.0,







: l, ih rly i ns
,'as a la-








I 1 it I- 1










B,, W' e

1 7, In
I (, ",I


IfIl v6 eitt pllr Abraham : I]
v.,l I luolt;Iiiiablo done qu'A
brnlmitul n t sct "n gdant, 1un
hoine tros Important dans
lhi BUlble.



UN HOME DE FOI
VIVANTE

Abraham, cependant, 6-
t1,:it vcnu au monde sous
I'empire du peche come
vous et mol. II n'itait pas
ne avec une droiture spirl-
Itoelle qul te destlnalt a de
vllnir un homme impor-
t ant.

Quand Dieu prononca le
1!ig;Oement a savoir : <11
n'v a point de just, pas
mn-ine ull sell. Nul nest
ll tlipgentto nutl no che che
)-', ;o1i.1s sont gares,tous
.sent pervertis. II I ell esat
aue11n qui fasse le boen,
pas 1n1i1ne un soul -(Rom.
3 10-121, Abraham n'etait
1lu, une exception. II elait
:ill-,si iniclus danns ce verdict
di 11. La preuve, C est qu'A
,, iham east issu d'une fa-
[1ti n d'idolatres. Josue la
declare quand. a Sichem, il
elinora le people it mar
1c)ir dans la fidclite v:s-a-
vOs de Dieu. I1 dit : -Ainsi
purte I Eternc1. le D:eu d Is
ral' vos percs Terach, pe
r d'Abrnham et pere de
N: rlor habitaient ancien-
nement de I'autre cote du
iiouve. et ils servaient dau
tres dieux. Maintenant,
craignez I Eternel et serve
ie avc : nr ."ii et fidelity.
Faeos disparaitre les dieux
C o11it serovi vos peres de
i autro ecote du fleuve en
Ey ypte et serve I'Eternel.
Josu6 24: 2, 141.

Abraham n'avait pas plus
C-' merit aux yeux de
Di' que vous et moi. Dieu
0 1 dcdresse a lui par gra


SERVICE



OMNI SUPPLIES


Si vols avez c ssin d' I t

Nettevagp compl'et de votre four,


Ad'ressez-vous a


OMNI SUPPLIES


74, Rue Pav6 Tel. 23039



t P -Ex W. ;^ia'les
.. .#s_________ .


OFF REZ VOUS UN CADEAU PRECIEUX
UNE NOUVELLE CARRIER
DEVENEZ TECHNICIAN EN CLIMATISATION
ET EN REFRIGERATION


I.ijO 1 Vi ORCERCE PROGRAMME LSAirst SChOOl
'5 A L A DISPOSITION DE SES ELEVES

* UN LABORATOIRE DE TRAVAUX PRATIQUES

* UN SERVICE OE STAGES ET DE PLACEMENT DYNAMIQUE
PORT AU PRINCE ET A L STRANGER

NIVEAU REQUIS : second


Places limitees a 35


ce, Par bonheur, Abraham
a WtA rtpondu au gracieux
appel de Dieu, par une fol
vivante.

En principle, la grace pr6
cede toujours la fol. Ainsi
la grace de Dieu s'est ia
nifestee a Abrahiam. Dieu
1'a appeal et lul a fait des
promesses de le bbnir. Abra
ham vivait au sein de I'l-
dolatrie en Chaldde A Mo-
sopotamle et n'avalt aucun
merite. Mats Dieus a faith
les premiers pas et les Dre
mieres advances.

,Jusqua porasent encore.
Dieu afit de la mime ma-
niere envers tout le monde.
Mals malheureusement, bon
nombre de gens restent
sourds a 'appel divin et se
nmontrent indifferent aux
ordrps et aux promesses de
Dicu. perdant ainsi l'occa-
0ion de connaitre ce quest
la justification et les privi
leges spirituels qu'elle en-
traine. Quant a Abraham,
il crut a Dieu et parceo qu'il
crut, Dieu le declara just,
effep0, ses peclhes, repandit
sur lui les tresors de sa
grace et il devint un geant
spiritvel. un hommne tries
important qui intluer.-e la
v i e d e s m i 1 liers
e t d e s milliers d'hmo-
mres et de femomes a tra-
vers lP monde, grace a sa
toi aoissante.

Pour c e qui nous concern
ne, nous avons a0s0 1 1li
pou.sibilite de tairp eI xpt-
rience de la lustilicationi
par la foi et de devin0r des
geants spirltu(Is. 11 s'agit
d'avo.r tol 0en Dic l tOdro Ic
prendre au mot.

Voyons F'attitude dAbia-
hlam qulld Dliei. 1'1 c1l
patrie, Oce ia maisoun de
ton pere. dans le pijyt. que
je te montrerai. Je ferai
de tol une grande n1al!on.
Je te b-'niria. ie rendrai Io.i
1nom grand -el Ii .'1eras ii't
s o u r c e d e be n e-
d0ctions. Je b e n i -
ral ceux qui te bentront
et je maudirai ceux qui te
maudiront et routes les fa
miles de ia terre seront be-
nies en toiz o Gen. 12 1-3)
Au moment o0( Al-ai.,m :'e
cut cet ordre et ces promes
ses, 11 etait deja un hoin
me d agoe trees mur,. frsan;
ses 70 an0 environ. Les cpro
mes.es e0aient allechantes.
ma-s l ordre qui ks accom
tPaoAot :'.;:it dur Laos>cr
son pays pour ailer a l a-
vcllt'ir'e n est pss poir 7!:n
hommne d ge pvance '.mne
experience a -1eable a t.r
Cependant. p' :qu'a Abra-
ham fa&sat c0nfionio a;
Deu et voula lui t:-e a-
qreable, il quia son a a-.s
an.s 1s C a: .
-l 'i Bibn i. 1rrid -> .,'
rlu oi nCge c.r d-.r.0 de
lui

PROGRAMS IN...


AIR CONDITIONiNG

REFRIGERATION


Debutez le
19 mars 1979


braham lors de sa vocation
obilt et partlt...- IH-b.
11:8).

x x x x

PLACONS NOTRE FOI EN
DIEU

La foi pour croire en
Dieu et obdir A son appel
n'est pas une chose diffici
le a manifester. On peut
obLenir cette sorte de foi
de la part du Seigneur
J6sus. C'est lui qui en est
l'Auteur et le Consomma-
teur. II veut la donner a
tout le monde indistincte-
ment. D'ailleurs, chacun de
nous a la foi necessaire
pour croire en Dieu. II
nous suffit, pnlisque nous
faisons confiance aux hornm
mes, de faire confiance'
aussi A Dieu. C'est pour-
quoi la Bible dit (1 Jn. 5:
9) <:Si nous recevons (ac-
ceptons, croyons) le temol-
gnage des hommes, le te-
moignage de Dieu est plus
grand, c'est-A-dire plus di
gne de foi. Nous porons
done accepted, recevoir.
croire. ce que Dieu dit. C'est
de cette maniere don't on
est agreable a Dieu.

L'erreur que font beau-
coup de gens qui n'ont
pas foi en la Parole do
Dieu. c'cst quils confon-
dl-nt la creduli6e avec la
foL. Or la cr6dulit., c'est


la croyan
Elle pst
luefois.
la croy>an
Abraham
cce que I
1 a BibL1

0li:rep ap
Aluiahimi
Me a. onia
>1 ,v i






S ; i'r I
c ca>, t I
v.c de h1
surrvetio
sus Si n
1 exporle
1nn r t d
fto't crou
Dh u e:
ce It n'1
yen. Qua
re quuAb
et cela
loIre .v
plemeni
toi d'Ab

vra no-.

Sl1 voI
poor qu











mr ts "
i 'm. onr an
'esi pnO



q' u rel











A se r


a .u us

Il -.1a
rn f r's









Abrah.ar

co1 p1r.
aUi u1






mie e pi





bcoran m
ru paln
i sado
LAC u re







Qpir1
milt v10

nrs p di
Spurtleu

01ra de
poralln
conime
Qu'il r
voues,


De 1'Egypte ils sont parties


a la conquete du monde


(Suite de la lire page)

Avant les Blancs,a enfin le
.britannique Basil Davi-Ilson
enfin puisque c'est de lui
qu'tl s'agit, rapport quI 1
poque de la XXIIime dynas
tie Egyptienne qui comrien
ce 950 ans avant 1'Sre chri
tienne, :t1 existait un Etat
du nom de Kouch qui de -
vient en tris peu de temps,
une puissance mond-ale, soit
au VIIIeme siecle avant le
Christ. Davidson de conclu
re Kouch puissant a 1'inti-
rteur de ses frontieres, fut
a certain 6gards, la plus
vraiment africaine de toutes
les grandes civilisations afri
catnes.

Margaret Shinnie dans
cL'Ancient Africain King-
doms,> confirm le t6mol-
gnage de Dav,'dson en indi
quant en plus, la ville de Na
pata. comme cap-tale du
Royaume qui fit jadis trem
bler l'Egypte et le Soudan;
l'auteur a soin d'indiquer
la position exacte de Napa
ta. En fait de civil-sation an
ticue. viennent en second
plan. Carthage et les Etats
Lybico-Berberes, don't les
idees, les croyances et les
techniques a en croire Da
vidson, eta-ent intimemertt
liees a l'Afrique continen -


bi

Cl
b
ct
r(
to
k
g
it
ri

d
C
d
r
r
P
V
v
d
r
g
V
v
v

r

d
c



t

l


ice sans evidence. tale.
dangeretseo qoe- L' crivain brc- anniquet ci
Mais la foi. c'est te come troisieme centre
1ce ave l evidence, de doveloppement el d'irr':-
ciut a Dieu par- diaton de civilisation, la
Dieu lui 1apptrul pointe Sud de 1 Arabi, les
dano Ateso 7 2 at Pays de 1'Elenlcs, e Yc -
Ae -Ie Di0ut1 de mens acleil C(est di Inl,
paruil! a notre pare eolll-onl qua. 'voy:,2an! \cs
1o1rsquIl I 'lall I n l Nord all debul du Xtl ne
l-n11 ;t\ anll (it s'll s. t (I availt I ll I d l-1 titli-
a (",Iar'ttir L ap11- Il- i. lah Rei ncl, de Sitl)a des
de icil ;)llls:it ;lt .S hrcns c -,er: de clla -
lai plus colV.liVai In llI d :l:-11rles d'ele ,-cs,,
Abr.h m ptl a- i or t d pleri s preil-
s's, parll ] pour ,illr r'n-
eontll'r i' illand Ruo Salo-
,- 0 ,i a I1 1 (i1t I uoll,
d 1e i t q1 d0oil l I 1inlornal 10 llT (l q8l
o'1 e lol en 1' it '(1r ; r.s n co ps d ;.s 1111 s 1 ,S
rec : b:)bliqru de u l: bet ni-es qui eL.tllent de l: .smi
a moral el de la Re le de lta Reitme, a tur 0ou11,
n du Seivgionlr Je- prenanit la route du Slid se
ious voulons fare dincirelnt vers les hau1,es
nce de la 3,stifiea terreis qu!. soIt aillourd'hlil
'e 00es fruits. ll iaus I F I ioplie of ilS s'instal!
r en la Farolh' d"e re On est1 en droi d Po-
awir en conseqouitn- ptper que le Sooldanl pour-
a pas d 0aut0rn o s cvra i1n0 1our des recher -
tnd !a B,b:e daeem- ches ar1heolo:ques u.>ir la
raham crut a D:eu c lDlsat.on Kouchite a Me
lui fut imput.e a roe plus particuhiremr,.t
;a 0 'L> tOUt sin1, V(i;l 0. 0l .11 1 n.rm1110tfa O1
dre. quo ces01 a d Prc 1'Ath,''!:1 aifr(a-'.i
raham q"e D:eu deo ,-o fnips tp dn 1. e,-
cn:nna:: pour s1 0 et les sT:len-deturs (<.
r"i. au dire de p.is d'un 0co0
In-por'0.n0 de reux de li
ie nOV< CL ItraeC G;ee de Pericles
le rous deven-or. Farlant de ia GrDce e la
n et e, les a D n,-ius entr.tf2e-: o ;r .
urqui '.a B:bc de- ou0 de recer.siderr a L. 1
ns a."rba -,s I C m:'er0 0o ree nt.es detouver
1 d a Abrs- s:es 011t ceP qu0 a ete ccni-
': : r ec'rl' str cptc te cun:'ree par UnI
a '. 1:p'-l:10e W il Duran! f- s<, femme0
cn1',.- a c1use d r :. e1 qU0 c- ent da
a ci ': (, '' ] -' : :.<.o're enor:;:e des Civi
a i n p u t 1e C i c n d s ',r

a re.suse:te d U. ;1 le --d F'an
eoo. 1. s 1 ( sr0' 1 1 P1 l re, I de






Sdevi a rc;! b e- 1 e dope a a; /v'Ja

et acquiert la 'n.a 1;0o 1 K1oucile qui v ronn'ljl
dls ptomes, F0 0 mllt a111 d1 xlsen1i- >o
on1 ear1 n1e 1 (c0n( p lP !da'it lun 'l n102, poli-U- bl,
s(uicment pour A- form ,, remarrilrr (nl sl
C ,1 Lun princip, men011 loln tle ;i( l l 110
dc notre DIe 1-ieu. sol tl lra e a a trinii I>
ricp(- s aipplhquelp a 1ril .rTOurs 0 des ,ii,'
dr nous Notre cmi. pare qjll( ac:tl-ir i] n i
en Dieu. notre I tin. pis dte r n dpeds l-,'
Pa-ole voila ce qC (, in,1 s dt Tombouc,tin. d,.
eoard, comme Jilfl- 0;Go du Mall fW du Stnl)iwul
deivant Lui et li I don't, 1 existence a ete si'-na
as d aitIre l6 par les chroniqueurs ara
b,. dos le XIVime si-ile-
Y x x x d ( nolire rn Al juif. Alra
]e Saint Esprit lih .i;:1n. Gresqcuces dt I lIe Mat
otrp intlliigence pour .JorQrQUes, nous devonos la Io
ndre" c.s cehos(, eI calt'sat lon sur une carte Ctr
r votre foi en la P; talane de 1anne 173', des
Dieu. vous soyez 1.e Villes de Tombouir-.u. dui
r Dieu pour just. LI Mall et du Sonhli DnI o- l
us de-s a prT-st ,n au Tnrt'l'h -es-sotuda-l Abder
IT JOsus Ltotalement, rahman 1s SondI. t(' .r n jit
donnera la Ifol qul tr dP Tombloutoil :oISel1 -
Svous un itl,rf Im- IIne sur les Roya:tumies Soul
aux ycux de Dilii, dounals. sur les nolttI)los dep
Abraham i' et' I Sa Connailsance, Esl ee de
n solt alnsl pour ce Abdrriahamian 0 u' F-
lx DUBOIS, f r p;1 Is lot)l
fondre avec. WV T I)UOfii,
Luc R. NEREE olnsplre pour ecrirte :. Tom


,i, 04':,'a -r *4


ouctou la Mystirieuse ?
En Afrique Occldentale A
rit Filix DUBOIS, eDuo d
ut du 14ime slecle de A 1're
arftsenne A v'invasion Ma
cocaine, la ville de Tomboue
lu et l'Universitf de San-
orn dans 1'Empire du Son
hai, constituaient le centre
ntellectuel de l'Afrique. E
udits et savants nbgres A
Ltent tout aussi imprgntis
es idies de la Renaissance.
Ces Erudits, ajoute t'apteur
e ieuse, ne le ceda-'ent en
ien aux saints dans leurs
etlerinages dans les Uni -
ersites etrangeres : cells
oe Fez, de Tuns et du Cai
e notamment. Ils attei -
tnirent, ces n1gres, le ni -
eau intellectual des sa -
ants arabes, tant il est
-rai qu'on les trouvait comn
ne professeurs dans les U
I.4versites du Maroc et de I'E
gypte, etonnant par leur eru
edition, les homes les plus
cuttives de l'Islam.s

Ce qu'avance 1-Fi:.x DU -
BOIS, trouve sa confirma-
tion dans <,l'African Glo -
ry> ,livre superb de De -
grafts Johnson. Dans ce vo
lume public a Londres en
1954. lauteur qui est PHD
iDocteur en Ph'.loscphie i,
dit ,que la defaite de IEmpi
re d .-. it li.ti par 1'armee
marocamle du Sultan El Mant
sour, marqua la tlin des
grand Etop:-res Suidanlaia
clu Moyen A0e-.


II mnet accent str st i ',r
It o (o 11i ( le smnifiailt pour
1 Al:iqul Ocidelntale tll r I
plan ein elle'tuiel Los per-


a prindre dre s sure drai-
(oiillnelis conlre1 l's sal -
\ants de Tombouctou. Tolls

I 0 1s i heolog 'c:1, lur ni .
(,lnllrs cnchaIi(h xi ai Ma
l'oc, iilirs b.blio!L(!, li. s'iJ
es.S. lr lnt ej::;i.| lnminl e!m -
llleIae l aN Maror. P:armln
leS deportes on cite genera
client le nomn du celebre
AHMED BABA. historian 're
pulte de 1 Universite de
Sankoe oqu. sortira1 dp pii-
son in 1607. pour Oltr nu m1u
rir de chagrin et d'idgndigna
tlion a Tonmbouctou .

Que d nre maintenant oCi
Mali. de son chef KANKA"'
MrOUSSA dant le pelerinaa
de 1.i Mpc",ue frappai !'imc
g, nal ,-n des fouies par s1
Ste !mp-i,,snte dt e t'00 es-
ciav's por'ours de tO cIn
cha',-; dor. Dt ce 01OU;
>- qu1i 1im r;u. o 1,so;) r0 1e
I I un i real s-.-n
c l" i',; a 1..-1O t jn 1 rt'

che a-. po0.T : 1 : fl of
lort c; pe dc .nil 1 ,d
rob CC 1 >a I ,
de d'. age ort;l -i

KANKAN e,!OU:'3.\qu; ',
C .%' e-. G Tl ) l U ,03.: ) >1 .. *




unM Il.amrml d As.A.:0. .o1
r.,p(iier(:ns qu' 1E p' d
Ghana. a en cro re I lul'
Ar-ab El BioKr ctl e i.r D
v\dsoil I co9' .a'ssa! '1 -:
1 ;in de uraci l 11.') r01 1
\ l;a Iravr"see de tI Ma
che par G.(3.1lume de NC
man.dl'. -1urnnllO lir 1" Co!n
(i e I 10al 1,t Ghli: c i'n a1 'Ssa
1 isa.e".r du ir'I T( :-k mrn,

mt;i r d 1 _ran, 1.
: r d ui: -
2,0 :)0'1 I (r yr1 ur11 d G
4(0 00(0 :ir i clO d Ar-" t1 c
F]lcrhpe -Quntld Ie Rol d
El Eckri done nudient
pour <,ecouler les dolcane(
du plupl- elt lui rendre ji
tc. e. 11 sIge d habitude dar
Iiun pavilion autour duqt
.se tennent ses chevaux c
rnpaconines de drap d'
Derrl-roe lui sont debut di
pae0s portant, des boucTle.,
et des l6pes a 1 ommel'ln
d or. II .sa drollte sonft
I:ls des princes de ]I Empil
splendldement v6tus et 1;PIi
cl( velure nat00d e d or. Li
iouverneur de la villa est i
s''s siUir e sol devant Ie R
pt toiil1 alt1our de 1t1t SOI
Ols VIIots dttns 't meme I:
sitlon, la porte de la cha
bre est gardOe par de
chitens d'excellente race q
ne quilttent jamals le t r
no du Rol; 11s portent di
colliers d'or et d'argent
L'ouverture de 1'audien
est annoncie par le battle
ment d'une sort de tam
bour apple DEBA, fault d
ne longue piece de bois cri
86i.

Ce degri de civilttation c
Ghana, les portuga!s en i
leront autant au Conga.
81 parellles conltatlol


oirt pu 6tre ftaes sur le con'
tinent noir encore au Mo
yen-Age, n'y atirait-il pas
lieu de penser que le3 Afri-
cains prevent no'r it6 ci
v i 1 i s s depuis des

La response nous est tout
de suite donnoe par l'Alle-
mand EUGEN GEORY dans
oThe Adventure of Man -
kinds lors qu'il Acritc : 1t
semble qu'une ire splen -
dide de civilisation noire a
prieede celle de toutes les
autres races>. Or, s'il faut
en croire i'historien Gha -
neen 0. K. Osei PH'D, au-
teur de bution To Civillzat.on, ,
1'Egyptologue Viennois Heer
Remisch ne serait pas d'a-
v'- contraire, ayant 6t6 1'un
des premiers en 1873, A sur
prendre le monde occidental
apres de patl'ntes re -
cherches. lorsqu'il affirmait
aue les races humaones de
1'ancien monde descendent
apparemment d'une seule fa
mille, laquelle a son centre
en Afrique Equatorialt .

Mieux que I'Allenanci EU
GEN GEORY et ]autri -
chien Han REMISCH. l'an-
gla'.- Churchwla-d scra tfo:-
mel. Drape de son prestige
de Doeleur de 1'ACADE -
MIE Royale do Medocine et
de 1'Acadotmis Royale de
(t -t i -. de Londres. en


plus d-.ires Archeologue et
.int hropolou e-, Churchward
soutient : oque les plus an
clans reprisentants de 1'es-
pice humane fV-ent leur ap
partition en Afrtque Cen
trale, et il y a d ecela deux
millions d'annaes.

Parties de la Region des
grands Lacs, LES PRE -
MIERS ETRES HUMANS
SE SONT REPANDUS SIUR
TOUT LE CONTINENT; CER
TAINS GROPES POUR -
SUIT LE SAVANT. DESCEN
DANT la vall6e du Nil se sont
arrites en Egypte d'ol ils
repartirent pour alter COLO
NISER LE MONDE EN -
TIER. Ceux qui d'entre eux
qu'. sont rests sous les TRO
PIQUES OU DANS LA RE-
GION EQUATORIAL, ONT
CONSERVE LA COULEUR
BRONZEE DE LEUR PEAU<<
De t'Egypte, le lecteur a
retenu. les noirs sort par-
tis pour aller coloniser la
terre. Icl s'ouvre peut 6tre
luun des chapitres des plus
insitne ifs et des plus in-
teressants de notre essai en
ce sri-ns qu'il nous amonera
a proieter une vive 11imiere
s0:r le rnouvemn0t mi,;rato0
r- des nitgres diAfrique cpr
tes, non comme (orlav-s.
m i:; c-omme vt-ec rurs de ci
vllis;i.ti!n, au t-r0nps loint'lin
de Ihilstoire.

Laurore ST. JUST


ON RECHERCIIE
Entlrepnse cotnmereire d'--
site employer ,eprosen -
t1a l1 0e v0llI. E01pp0rnpe' d&
la vente et du I ,'1 i'. 1
lpref'erabl. Volture Indispet

Envoyer curriculum vitae,
references et photo It Boite
Postale 1316 ReIcrence D. P

A VENDIL
Une propriete d une su -
perticie li0) x 100 s0ise sul
la route de 1 aeroport -
Pour tous les renseigne -
menLs Telephonez le 2-0816
de 8 a 1 P M et de 4 6


P. M. 192
x x x x
A VE;LI.JI-
Un t1 rri n a Debussy -
dol.; les haut urs de Tur-
gea -- mesur,.nt 21 metres
3C c=nainisc-o- d, facade sur
iun? rofonlOur d,, 36 mtres
50 so t line suerficie oC 602
mstres cares 80 centime-
tres.-
Tele 2-55'2' ou 2.3739
xxx
A LOUER
Hall a Lover a La!ue -
bonne position Sonnez -
Ic 2-4928 7 h 12 h A M.
4 'res htires P. M.


LE SERMON DE LA SEMAINE


Petites announces


FAITESVOTRE let PAS
VERS LE SUCCESS
EN VOUS INSCRIVANT DES MAINTENANT

2-3508
2-4755


Reconnue d'Utilite Publique

F SIEGE SOCIAl 5' MAIN ST
EAST ORANGE NEW JERSEY(
S [( APPROVE PAR L ASSOCIATION DES UNIVERSITIES
El ECOLES AUX U S A


a~Ixll~""""""C~"ae&Evmq .SI






AM IE17 T nr DIMANCHE


PAGE 3


18 FEVRIER 1979


co... D 60-000000


g ed'Americalns


7U0TBPANP EM prfrent Colgate !
NOUVEAU TUBE GEANT SUPER ECONOMIQUE
['.I


Cofilee National
des Ineenieurs
et Architectes
Haiiiens
AVIS
t vaill pas'


nwr r i c111
S 1 0 t9
to rp o .n lii
iitou i i


Nord par la Rue Macken -
(l. uil Sud par la ues Du-
milirsat Estinli, a l'Ouest
par Marianne OSTINE, pre-
ti-ndue proprietaire et a l'Est
par la Rue Hanmmerton KI
lick.
Port-nu-Prince, le 13 F6 -
riln r 1979.
kOonrl FENESTOR, Av.
Dircte'ur" General.

xx x x


n MIti,r A AVIS
S t la F.aculle l(s 11 est demitnide aux proprie
Stores rt a Itous les interea-
de ., communiquer, dans
S '.vl I eill c our delal, a la Divii
.siin du Contentieux de .'Ad
.ti m l 11 iiito 'o nnisl ration Generale des
Contributions, tous les ti -
tr. ,. I etr (if tries, papers, pieces et dor*l
Ineints justifialnt lou,
M It ;l droits sur tune etendue oue
:, t ittll It-err sise ia TETE DE LA
c X-172 SOURCE", defendant do la
x xx 4eme Section Rurale, en la
Commune de Baraderes ci
circonscrite dans un peri-
m:,.: aiux pro metre de 120 pleds de dia-
t,,ito Its it- metre et 60 pieds de raytU.
tO, tirtntn.tuOrc, Cette etendue de terre est
,+ a l :,'r d !iti t la declaree d'Utilit Publique
to,,t (f 0' par Arritt du 14 Septem -
"7.K.: I:i:, t ict.eIt ,le bre 1978 paru au Moniteur
S .,n. tous les No. 81 du 20 Novembre de
S.;r pit, t u do la meme annee.
r J t leurs Port-au-Prince, le 13 Fevrier
"n- ,: iti tin de la 1979
S :11":)0.sis Odonel FENESTOR, Av.
S n l iIe Directeur General.
S (',mmiine dc x x x
dclaire d 'J AVIS
par Arrcte II est demanded aux proprie
"t br, ; 173 1 1 t aru talres et ia tous les interes-
7 r ', du 12 ses de communique, dans
S m i :ni. meI onilleur delai, t ila Divi-
!''" mt '' ;t i sittIon du Contentieux de


SERVICE


OMNI SUPPLIES


Si vous avez besoin d'un

Nettovage complete de votre four,

Adressez-vous a


O MNI SUPPLIES


74, Rue Pavce Tel. 21039


Prix raisonnables
......................-


I'Admknlstration G6ndrale
des Contributions, tous les
titres, papers, pieces ou
documents justifiant leurs
titres sur un terrain d'une
superflcie de UN CARREAU
DIX HUIT CENTIEMES
(1 c. 18) sis h la Section Rurale des Four -
gues, Commune de Petit -
Golve.
Ce terrain declare d'Utili
t6 Publique par Arrett en
date du 4 Octobre 1978 Mo
niteur No. 86 du 7 Decem-
bre de la meme ansde, est
born au Nord par le rivage
de la mer, I'Etat, au Sud
par une ancienne route de-
partementale, a 1'Est par
lEtat et I 1'Ouest par l'E-
tat.
Port-au-Prince, le 13 F6 -
vrier 1979.
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur G6neral.


AVIS
il est demand& aux pro-
priitaires et a tous les inti
resses de communique,
dans le meilleur delai, i lai
Division du Contentieux
de 1'Administration Genera
le des Contributions tous les
ti-tres, pieces et documents
justifiant leurs droits sur
la bande de terre cotoyant
le course d'eau denomm6 (RI
VIERE BORNEE. d6bou -
chant au debarcadere G-RMINALs et telle qu'elle
trasvree e...Pnava Ls .s ...
traverse actuellement la pro
priitt de l'Inginieur Raoul
Beauvoir sur une larger ne
depassant pas 5 metres, si
se a 1'habitation RONNAY>, locality Borgne,
section rurale de la Petite
Riviere, Commune de Lio-
gase.
Cette bande de terre a ite
declare d'Utilite Publ que
par arritt en date du 22 D6
cembre 1978, Moniteur No.-
90-B.
Port-au-Prince, le 13 Fivrier
1979.
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur General.
x x x x

ADMINISTRATION
GENERAL DES
CONTRIBUTIONS

AVIS

II est demanded aux pro-
prietalres et a tous les in
tresses de communique
dans le meilleur delai a la
Division du Contentleux de
l'Administration Generale
des Contributions, tous les
titres, papers, pieces et ao


PABOCO I

Paper Box Company Of Haiti

Rue Barbancourt (Entree Le Natal) Route de l'Aeroport

Tel. 6-0732
LA MAISON DES BOITES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures

Patisserie
Detergent
Pate dentifrice
Chemises et lingerie
Composants electroniques

Products pharmaceutiques

Produits llmentaires sees et Congeles

Creme a la Clace

Savons
Fruits de mer

Traiteurs e' restaurateurs
Enforcement de cols et des de chemises
Agraffes et trombones

Divers ...
Mous fabriquons egalement des dossiers de classement

En format lettres et leRal.
*- --w--. -. --,---- a--a.- a a


:, V


p Avcie d'AselRon d'Qetares
Dour FAcier Rond pour beito armd


cuments justifiant leurs
drolts sur une portion de
terre ddpendant de I'Habl-
tation &DROUILLARD en
cette Commune, d6clarfe
d'Utilite Publlque par Ar-
retd en date du 28 F6vrier
1978, Moniteur No. 19 du
16 Mars de la meme an-
nee.
Cette portion de terre
d'une countenance de 9ha.
19a. lea. est bornee au
Nord par un chemin public,
au Sud par Fritz Mews, prd
tendu propri6taire, a l'Est
par Fritz Mews, prdtendu
propridtaire, a l'Ouest par
les rails de la P.C.S. HAS-
CO.
Port-au-Prince, le 13 Fe-
vrier 1979
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur General.-

x x x x

AVIS

11 est demanded aux pro
prietaires et a tous les in-
teresses de cornmuniquer,
dans le meilleur ddlai, t la
Division du Contentieux de
l'Administratlon Gendrale
des Contributions tous les
titres, papers, pieces ou do
cuments justifiant leurs
droits sur une propricte
Fonds et B5itisses, sise ba
IHabitation ,
Section de I'Etant du Jonc.
Commune de Petion-Ville.
Cette propridte d'une con
tenance de 5364m2 37, decla
ree d'Utilite Publique par
Arrete en date du 19 Sep-
tembre 1978. Moniteur No.
71 du 12 Octobre de la me
me annee, est bornee au
Nord par Golbert BIGIO
pretend proprietaire. au
Sud par la Nouvelle Route
de Kenscoff, a l'Est par
par une route de penetra-
tion donnant access a la
Route de Kenscoff et a
1'Ouest par Mme. Beda. ain
s i connue. p r e -
tendue propridtaire.
Port-au-Prince, le 13 Fe-
vrier 1979.
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur General.


AVIS

Ii est demanded aux pro-
prietaires et a tous les inte
ressses de communiquer
dans le meilleur delai, a la
Division du Contetieux de
l'Administration Generale
des Contributions tous les
titres, papers, pieces et do
cuments justifiant leurs
droits sur une portion de
terre. situee dans la Zone
de St. Martin, en cette vil
le declaree d'Utilite Publi-
que par Arrete en date du
28 Fevrier 1978. Moniteur
No. 19 du 16 Mars de la
meme ann6e.
Cette portion d e terre de
la countenance de 22ha. 73a.
ou 17 carreaux62 est bor-
nie au Nord par l'Avenue
Francois DUVALIER, au
Sud par l'Ave. St Martin a
l'Est par l'entr6e principal
du Centre d'Apprentissage
de St Martin, Colonel Za-
mor, h ritiers O.J. Brandt
pretendus propri6taires.
Port-au-Prince, le 13 F6-
vrrer 1979.
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur General.
x xx XX

SUP. CT. ST. OF' N. Y.
CO OF Kings, Jean C. Vil
saint, Pif. vs Alianne Vil -
saint, Def. Summons w/
NOTICE ACTION FOR DI-
VORCE, Index No. 28190-78
Pif. designates Kings Co. as
place of trial. Basis of ve
nue Plf's res In NY Co. You
are hereby summoned to ap
pear in this action by ser
ving a notice of appearar
ce on plf's atty. within 3(
days after service of sum-
mons Is complete and in
case you fail to appear
judgment will be taken n
against you by default for r
lief demanded below. To abo
ve-named def. This sum -
mons is served upon you by
publication pursuant to an
order of Hon. Sebastian Le
nie, a justice of Supreme
Court, St. of NY, dated Ja
4, 1979 and filed with sup
porting papers in kings C
Clerk's office. This is an a
tion for divorce on ground
of abandonment.
MAURICE M. KROLIK,
Plf's Atty 500 Fifth Ave. N
Y., N. Y., USA. X-17I


p1
-

0

n
r,
a
e

y
n
0
n


Is


2


Pharmacie
assurant lIo
service do, nuit
SAMEDI 17 FEVRIER 79
ST. JEAN L'EVANGELISTE
Delmas P6tion Ville
DIMANCHE 18
REGINA
Place du Marchl
SAMEDI 17
DU COIN
R. Mgr. Guillour
EVE
R. St. Martin
DE L'ESPOIR
Delmas
Dimanche 18 FEVRIER 79
SCIENCIA
R. Dr. Audain
ST. GEORGES
Champ Mars
SIMON
ler. R. Beauboeuf


P. 0. Box 2162
Port-au-Prince, Haiti
Adresse Teligraphique :
PEGHOM
Port-au-Prince, le ler F6 -
vrier 1979
Ing. Nicolas Saint
LAURENT
Directeu 53


Avis tdAooel d'Offres pour ie Ciment


Le Gouvernement de la
Rppublique d'Haiti a obtenu,
de ASSOCIATION INTER-
NATIONALE POUR LE DE-
VELOPPEMENT, un crcdil
de DIX MILLIONS DE DOL
LARS AMERICAINS (U. S.
$ 10.000.000.00) pour le fi-
nancement d'un SECOND
Pr'OJET D'EDUCATION don't
le coot approximatif global


est estim h a Douze Mil-
lions Six Cent Mille Dol-
lars imoricains (U. S. $
12.600.000.00).
En vue de la mLe en oe.
vre de ce Projet, qui com-
prend la construction de 31
Ecoles Primalres Rurales,
10 Ecoles Urbaines, 1 Ecole
Normale, 2 Ecoles Profes -
sionnelles, 1 l'Ecole Moyen-
ne d'Agriculture, 1 Centre
de Perfectionnement Rapt
de, 5 Studios dans 1'aire
des Batiments de la Radio
National pour la prepara
tion d'emissions radiopho-
niques a carartere educatif,
Sept Mille Deux Cent Vingt
Cinq tones (7225) ou Cent
Soixante dix Mille (170.000)
sacs de ciment Portland Ai
titicie' so- t necessaires.
I! est en.ten que le.
fonds de ce credit contri
bueront a c.)uvrir les cofurs
des contracts pour lesquels
les APPEALS P OFFRES sont
lances.
Les intcresses stnt invi -
tes a retire'r les dossier. d'AP
PEL D'OFFRES pour le Cl
MENT PORTLAND AlfhL
CIELL touos I's lurs ouvra -
bles du 5 Foviier 1979 au li
Avril 1979 de 9 heures a. in.
a 4 heures p. m. a 1 adres-
se suvant'- :
PROsJET D nD'CATION No
2

BANQUET MCNDIALE
c/o Dettartemetit de 'Idu-
Scaltion Nationa,

Port-au-P ce, HAITI
P. 0. BOX 2162
Adresse Tel 2raphique :

PEGHBM
GOUVERNEM-NT HAITIEN
Port-au-Prince, le lcr Fe-
vrier 1979
.ng. Nicolas SAINT -
LAUD.ENT
Directeur 53


Le <&ouvernernenu de la
Republique d'Haiti a obtenu
de ASSOCIATION IN -
TERNATIONALE POUR LE
DEVELO-PEMENT un cre-
dit de Dix Millions de Dol -
lars americains (U. S. S. $
1U.000.000) pour le finance-
ment d'un Second Projet d'E
education don't le cout ap -
proximatif global est ests -
me a Douze Millions Six
Cent Mille Dollars Am6ri -
cains (U. S. $ 12.600.000.00).
En vue de la nuse en oeu
vre de ce Projet, qui coin-
prend la construction de
TRENTE et UNE i31i Eco-
les Primaires Ruial-s), DIO
110) Ecoles Priimaiies Ur-
baines, UNE (1t Ecole Nor-
inale Primaire, DEUX -) E
coles Professiunnelles UNE
I1) Ecole Moyeneito clAricul
lure, UN (1t Centre de Per
lectionnement Rapide, CINQ
(5) Studios dans 1'aire des
Batinments de la Radio Na
tionale pour la prepara -
tion d'emissi-ons radioplioni-
ques a caractere educatif,
Clnq Mille (5.000i Tonnes
D'ACIER ROND pour BE -
TON ARME reparties en a
ciers durs No. 2, No. 3 et
No. 4. seront necessairres.
11 est entendu que les
fonds de ce credit contribute
rout a couvrir les courts des
contracts pour lesquels des
Appeals d'Oifres sont Ian -
ces. _f,

Les Interesses sont .nvi -
tes a retire le dosster d'AP
PEL D'OFFRES pour 'A -
CIER ROND POUR BE -
TON ARME tous les jours
ouvrables du 5 Feorier 197'7
au 9 Avril 1979 de 9 heureo
a. m. a 4 heures p. m a ) a
dresse suivante :
PROJET"P U EDUCATION
GOUVERNEMENT HAI -
TIEN BANQUE MONDIA-
LE
c/o Departement de 1'Edu-
cation Nationale



Avis Matrimonial
Je sousir'llne. Mirad!..u
Luxamar demeurant et domi
cilie a Lascahobas avise le
publi-c et le Commerce en
particulier que je ne suis
plus responsahle des acte.s et
actions de mon epousc. nee
Marine Venita Gor:in. de-
meurant et domicilice a Sa
vanette, pour cause d'aban-
don du toit conjugal dcpuis
huit ans. et ce, en atten-
dant qu'une action ten di-
vorce lui suit i.nc.esa.mment
intentee.
Miradieu LUXAMAR 172
x x x x x

Avis de
l'Electricite
d'Hai*
Electricite d Haiti detain
de pour son atelier de Mect
nique de Precision, un mecd
nicien sp6cirliste en meca.
unique de precision, habile dc
ses nains, experinicnte dan,
cette discipline.
Les appliquants sont priit
i de se presenter avec referee
Scos h li Centrale The-rmiqut
t de la Rce Joseph J. nvier oi
- uls subiront un test. Ama
8 teurs s'abstenir
S LA DIRECTION.


NOUVEL HORAIRE


///O.OBOI


AVIS DIVERS


Project d'education No. 2


Gouvernement Haitien Banque Mondiale


the sound approach to quality

KENIWOOD


MIAMI vol quotidien Depart ; 9.55 a.m
SANTO-DOMINGO vol quotidien Divart: 6.-n p.m
A partir ae fMiami,... Le monde a votre portie)



* FW%3tL


L'exp6rience fait toute la difference

CONSULTED VOTE AGENT DE VOYAGE... IL EST UN EXPERT


jrr~_c~vr~~;W~W33~ar~a~unaAl?~o~b~~r~


LIO cPOqOUVELLLSTP&


MINI RECORDS MAXI SOUND

Disques Latino Americains, Haitieas. Jazz etc..

-- Enregistrements sur cassettes
-- Radios, Calculatrices,


218 LALUE

j |
TeL 2-2073




PRODUCTION DISTRIBUTION
-- La seule mason ouverte de 9 A.M. a -i P.M.

-- P2ix imibattable

-- Parking aiss

RECLAMEZ TOUJOURS VOS COUPONS -

Avec 10 Coupons payez ,99 pour un Bisque Haltlen
iia oooocooo& 3///oocseSaoft06osos 0eeA Y////////////s// o6 J 0

seoi,,,,,CC,<,SCC, iK^!^^C. .CrOyO


G


lacccDCODSOeee







1 !Kg 4


SERVICE


T14, SUPPLIES


S ivou avez besoin l'un

Nc;etva;'- covpo'fc de votre four,

/ L4CSe-GVOUS a t


OINI SUPPLIES


74, !rie Pave2 Tel. 24019



*r xs -a-sonna-ies-
.........E$


toutes les r6glons du pays.
Le ltgi.nlatf remplirait mal
grd toui son devoil' qui est
de solliciter de I'attentlon de
1'Execut!f sur les prdoccupa
tions du people qu'll repr6-
seate et don't 11 a pour mis-
sion de d6fendre du bee et
des ogles, les i.nt6rdts.
Le texte de l'article. 65 de
la Constitution rapport d'all
leurs lasermerit que le dcpu
t6 prite au sell de son man
dat : les droits du Peuple et d'dtre
fiddle a la Constitutions.
Mais...
Une premiere et grande
question se pose : Le ddputd,
lui meme, actuellement,
sait-il consciemment ce qu'il
est cp qm'il n'est pe-a "
La dernitre champagne e
lectorale n'est-elle pas ri-
che de ces cas oft le candid
dat se prdsente & ses 6ven-


Drat




--- Extern




Fumi




Protegez votre maison



centre les termites


et chauve-souris



DELMAS 48 BLDG. CURACAO TRADING


tuels mandants avec une 16
gbret6 et une demagogic tel
element absurdes que leSgcho
ses prireht douverit cette
allure burlesque et latmehta
ble due i'on a connue.
L'dlectorat le sait-il ? En
est-il ? En est-il conselent ?
S'il est clair et net que
de partout, edt electorat a
voulu que sa volonte soit
respected, et que sa voix r6i
sonne dans toute sa pulssan
ce, 11 n'est pas moins vrai
que le choix d'un d6put6 en
lul-mtme en function de
ses qualitcs, de ses capaci-
tes 6tait de loin secondaire
au symbol, aux aspi.ra -
tions que cet clectorat pou
vait exprimer a travers tel
ou tel candidate. Et c'est en
cela que les 16gislatives de
f6vriter 1979 constituent
pour l'observateur, 1'histo-
rien, cet leiment de ref6-
rence qui lui permettra de
suivre et de comprendre la
march de la vie contempo
raine.
Dans le context actuel, le
depute peut-il etre ce que
1'electorat voudrait qu'il
soit ?

On a vu au course de ces
dernieres annces, des d6pu
tes ion peut les computer
sur les doigts) se depenser
corps et fames pour I'avan
cement de leurs communau
tes. Ils ont aItde a creer les
structures indispr'nsables
ecoles, eglises, hopitaux, dis
pensaires, irrigationn etc
Ils ont nduit la creation de
conseils communait.iaires.
Ils partic'rpent pn quelque
sort. d'une maniere ou d'u
lie autre a la vie de la com
ini' a ut .
Et ainsi. ils font In dltfe
rtpnre entree Ip depi(te el
leader communal il are. Oi
Pl uii t ils font 'in alliapge
pilus ou mo.ns coherent dii
fitptilt et diu lader cms i]u
Ilutaire W i sat tll'nd i..s
cits I lFEtat dail:ne Ipvr
le petit doiRt El it n est
pi' rare! que. pour l avanep
in1r, de sa coniorunl cUte. 'I
s"lirite Iaide d orgacism'es
1non "unvivrnemeinatix. voi -


isation




ination




nation


TEL : 6-0431


re Internat?.-ontux.
Et lb : une certain ambl
gtilt6. Le dput smipplae I'ad
milnistrat'In publlque dans.
ses attributions. dans I'exer
let- de ses devoirs., lquelle
admInistration don't i1 a
d'ailleurs le econtr6les. de
par ses privileges Igisla -
tifs.
L'electorat a plus d'une
fois moritr6 Qu'i avait be-
soin prioritairement de lea-
ders communautares, posi-
t',fs, efficient, pour le reprd
senter a la Chambre, plu-
tdt que de beaux parleurs
et demagogues qui, non seu
element tr6buchent quoti -
diennement sur les serment
d'investiture, mais surtout
se considtrent come des
rentiers priviligies de 1'Etat
et du people et pensent 1'&
tre de droit.
Nous avons essays durant
tout le deroulement de la
derniere champagne electoral
le de voir un peu ce qu'un
deputy repr6sentait pour un
haitiaen. Autant dire tout de
suite que dans la region me
tropolitaine. (et cela un peu
moins dans certaines gran
des villes de la Province), le
term D6pute traduit dans
l'esprit de 1'hattien de 1979.
un concept vide, voire inuti
le. L'i'ndiffdrence de 1 l6ee-
torat de Port-au-Prince, Di
manche dernier, traduit
dans une certain measure
ce manque d'interet.
La definition d un depulte
(son role. sa mission i est
1'une des questions les plusr
difficiles quite 'on pitu.'se po
ser a un interlocuiit ur,


quand blen m6me 11 ne chot
sit pas de vous rire au nez
et de changer de conversa-
tion.
Plutot, que de reprodutre
ici les rdponses ilmpregnees
d'une ce'rtaine r.ierve qu)
nous etonne qtie nous avons
pu tant blen quake mal re -
cujelllir, nous avons choisi
de rappeler cette anecdote
de certain habitants d'une
circonscrIption l1ectorale
proch.:- de la capital, qu.
avalent exprim6 a la radio
le voeu que plutot d'avolr
un reprcsentant a la chamn
bre 16gislative, ils pr6fe -
raient que soit verse h leur
communaut6 le traitement
que devra recevoir cet
6ventuel reprcsentant du
rant les six annees du man
dat legislatif. Cet investisse
ment partiese i.ntegrante du
budget de l'Etat) serait
plus profitable A la circons-
cription.
Mats...
Le jeu d6mocratique sup-
pose 1'existence des reprdsen
tants du people a qui il res
te de mcriter leurs privile-
ges et d'etre ce qu'ils de -
vraient etre. Dans 1'interet
de la nation et de toutes les
options de d6veloppement
pronees depuis quelques
temps. Ce <,point de non re-
tour. franchi a la derniere
champagne electorale et don't
parlait recemment un con-
frere suppose que le peu-
ple joue lui aussi, et de plus
en plus. le ]eu democrati-
que Et qu'il a appris b voir.
El quil a appris a parler.
Carlo A. DESINOR


SAI.EDI 17 ET DIMANCHE 18 FEVRTER 1979


Un' D put': Ce qu'il est, ce qu'il n'est pas ... "L'or noir"

ce qu'il peut, ce qu'il ne peut pas ... Au march noir...


(Sullie de Ta 16re page)

chl pdtroller mondlal- ris-
que d'ctre durable: le bullet
tin du eCentre Arabes dE
tudeci Pdtroleres-. dirig6
par M. Nicolas Barkis, esti
me en efiet probable que
lorsque les exportations irae
nienncs reprendront (per-
oonne ne salt dans quel d6
lai), elles ne retrouveront
plus leur niveau d'avant la
cruise.

Il tient pour vraisemblable
la limitation de la produc-
tion de IIran a 2,4 mil-
lions de par jour (ou 120
millions de tonnes par an)
au lieu de 6 millions de ba
rils-jour on 300 millions de
tonnes-an avant la crise-
ce qui representait 20 pour
cent des exportations de
l'ensemble des pays de l'O-
PEP.
L'Arabie Saoudite, signal
le mpme bulletin, a com-
pens6 partiellement cette
defaillance en portant le
plafond de sa production
de 8,5 a 9,5 millions de ba
rils-jour pendant le pre-
mier trimestre 1979 (de 425
a 475 millions de tonnes en
rythme annual). Mais les
livraisons supplementaires,
qualifies de "production
anticipce>s, sont faclurdes
au prix fixe par I'OPEP
pour le quatridme trimes-
tre de cette annee. 'est a
dire avec une surcote de 9,5
pour cent par rapport auI
prix normaux actuels, de.tia
majors dc 5 pour cent
denuils I !or janv-er.


CARNET SOCIAL


Decis de 7ve
Roche.fort Joseph

NEE EUDOVIA AURUBIN
Pax Villa announce le die
ifs survenut le 15. Foevrer 7'
.I New York d" Vieuiv Roche
fort nee Joseph Eudoviti Au
rubin
En cette peniMbl circons -
tance Pax Villa P1 LPe Nou
velliste presntenten leurs sym
path:'; a ses enfants Ma-
dame Veuve Justin Duchia
teller nee Cleonore Jnseph.
Madame Jules Gerppre, nee
Renee Joseph. a Monsieur
Gesner Joseph et Madame
nee Maurasse et enfants. a
Madame Vi 've F'nelan Jo
seph nee Irma Nau et ci,
fans. a Madame Voeuve Dn
tes J sel.'-' nee Mathi.u e
enfants a Madame WVola to
seph et enfants.a Monlseuir
Edzer Josepth et Madame
nee Perrin et enfantri: Mon
sieur Roger Joseph et Ma-
dame nee Wadestan el In
fant's a Monsieur Hfer Jo
seph et Madame nie Ha' -
niet DeriKer. ea eanlt'i.s 2
s( s pet's e:ifanss D, cr'(-"
Raoui BerrEt et M',rdame
nee Ma' ni M ii' Mr;'--
e!' earis..:is a MSissieur Ro
niy Berret i- Madame nee
Madeleine Jran Fr. :co:,-
nfains. Mnls. ieur- Jestans
Ci lude Joseph ( Madaue
nee Myrta Prepil'. et in -
fants a Mitns.-tir CLi'udc
Nade'. it Mad.me neo, Gia
dy. Du(u h -' l r t I ili i il !',
a Mo(nI,: 117 :- i (d Ji 'l c M
dame nee Na;nct ui(chi;i!-
Dler (i lfam!i] a ST ulisl in


Robert ILouis Jacques et Ma (
dame nee Florelle Ducha i
Iilici el fanimlle. a Mada -
mei' VeiVe Gert'rd Leonard S
inee Marie Josee Joseph,
Monsieur Geort'es Thio,';
e! Madame nie May Jo -
s lph el infants a Monsieur
et Madame Mar') Joseph et
I'fniille. Monsieur et Mada-
me Raynold Joseph, Mon -
stcir et Madame Fritz Jo-
sciih el famille. Mons'.iur
et M.dame Jean-Robert Jo
scph ei fanmille, a s-i belle-
soeuir Madame Veuve Hu-
iu.s Casseus nee Adetle Jo-
s",'i el enfants. a ses bel-
1 --filles Madame Veuve Mi
ri.beau Joseph et enfan's,
'iMadame Brunette Joseph et
enfii.nts. a ses cousins et
counris Monsieur et Mada
ite Rene Aurubin et en -
fisnts. Docteur Edith Auru-
'bun. Docteur Marie Claude
Aurubain. Monsie.ur Carmel
Ii Aurubain. Monsieur et Ma
dame Victor Barthelemy nee
Fra:-cine Auruba:.n et family
ie. Madame Veuve Israel
i.n nee Magloire et fa
ni.itr a ses arrieres peti.ts
riltansts Polyrice. Monsieur
}I.:- Rayn-cld Joseph et
Madame nee Jacques et fa
:itle. Aux families : Joseph.
Deh;ilatellier. Gergcres. Mau
rsso. Nas. Mathieu. Penriii.
Wades;:an Berret. Martins.
S;-i i. ( i s Pre' fit J, '
Louis. Jacques, Leonard.
Thotno Aurubin. Casseus.
lv.i:n. Barthelehmy. Ma-
'i',t e. r(iy ci'e. Row Nt -
d(1 u Jlr iis t.n I o ei
E,"la'r gens Jean-Baptis
et a tous les autres parents


CELICA AERODYNAMIQUE



POUR CEUX QUI NE PEUVENT TOLERER LA BANALITE...


Les nouveifes lines fluides dela CELICA orut td :rammies sir ordinstcur pear I assurer an minimum de

resistance & Pair ainsi qu'un maximum de stabKrt %aute vitesse


PASSED FrZUS VOIR A LA


HINOTO S.A. Rue Pavee THl. 2-0658


usaascnamL~i~r-*.,n1 nnmm-- -- n-g. I'


et, allies eprouves par Cp
deuil. La date des fuineri:!-
its de Veuvp Rochelich t J
seaph nee tuclovia Atiibin
sera annoncie ulterieure -
ment. 72
x x x x

Deces de Mime
Leo?. Oo Baptiste
NEE FLIZABETr7
SUZANNE LEROY
Les Entreprises C"e1cs et
Le Nouvelliste vous font
part du d ces de Madame
Leon 0. Baptiste. nee Eliza
betn Suzanne Leroy, slve-
nue en sa residence le Ven
dredi 16 Fevner 1979.
A Monsieur Leon 0. Bat
tiste. a. ses enfants : Mon-
s,'eur et Madame Gabriel
Bervin Madame nee Arle'.
te Baptiste, a Monsieur et
Madame Michel Baptiste -
Madame nee Moni;ue Tho-
mas et enlants. Monsieur et
Madame Eric Bapilste Ma
dame nee Nicole Elie 't en-
fants, a Monsi?ur et Mada-
me Antony Brisard. M7,da-
me nee Frances Baptista et
enfant, eMonsieur et Ma-
dame Carl Baptiste, Mada-
me nee Jacqueline Lqfon-
taut et enfants, Monss,our
Rene Baptiste.
A ses freri et soetir :
Monsieur et Mi dame Da '"el
Leroy. Monsieur Nica'sse Le
rov ct enfants. Monsieur Ga
briel Leroy, Munsieur et Ma
dsimse Gaset," Leroy et en-
ians's. SMnS ,ur et MIadame
Leon Lrov eci enfanu:;.
Soeur Ferdinand du Chiiot.
Soeur Rose Elizabeth.
A ses boaux-frer's et bel
les-soeurs Monsietir c!
Madame Marcel Baptiste et
fam lie. Madame Nirtha Bap
tisle. Madame Veuve Bu -
teiu Baptlste et cntants.
A ses neveux et nieces
Monsieur et Madame Willy
Oi:al eta enfantts. Monsletr
et Iladame Sylvio P."-"ourt
et enfain's. Monsieur Ct Ma
dame Thomas Baptis eIt
enlants Soeur Irene I ptis
te. Monsieur et Madame Ser
pe Leroy, Madame Veuve Jni
Baptite et enfants.
A ses cousins et cousins :
Monieur et Madame Geor-
ges Baptiste, Monsieur et Ma
dame Louis Baptiste et fa-
mille, Mademoiselle Bleuet-
te Baptiste, Monsieur et Ma
dame Michel S4'meon, Mada
me nde Dorga Leroy.
A la famille Desaix Bap-
tiste, a Monsieur Luec Fran
gols.
Aux families : Baptiste,
Leroy, Bervin, Thomas, Bri
sard, Elle, Lherfison, Cadet,
Castera, Jean- Charles, Ro-
court, David, Oriol, Bayard,
Lafontant, Francois, a la-
Congr6gtion des Soeurs de
St Joseph de Cluny, h laa
Congregation des Filles de
la Sagesse, S la Congrdga-
tion des Petites Soeurs de
Ste. Thcrdse, S tous les pa-
rents et allies ivenment af-
fectcs par cette perte.
Les Entreprises CELCIS
prdsentent leurs condolian
ces cmues.
N'. fleurs, ni couronnes se
ion les voeux de Madame
Baptiste. Les amris et pa -
rents pourront contribuer
en sa memoire aux oeuvres
du Pee Joseph Classens -
Paroisse de St. Gcrard.
La date des fundrailles do
Madame Elizabeth Suzan -
ne Baptlbt sera annonede_
ultEfldbA idteit.


C'est I'an des aspects du
narche noir, du pmtrole
il s'est Instaure deputis
Saininution, puls l'arrit
-s li .ra iions Iraniennes.
omme il est de rrgle lors-
u'urie p6nurle apparait
ans un secteur quelcon-
ue, et quel que soit le I6-
ime 6corionique ou politi
ue.
Pour Vs llvraisons effectuces en
ipplicatirfl des contracts
passes entire les pays expor
ateurs et les companies
ictroheres, et qui portent
ur la plus grande parties
les quantities, les livrai-
sons t mentl) s'nrachent souvent
aux enci6.res, a des prix
qui atteignent ou depas-
sent 20 dollars le baril au
lieu de 13,34 dollars pour
[l'Arabian Light), au mar-
che normal, et I'on sait
que sur le march .'libres
des products petroliers de
Rotterdam, les prix ont
flambeb, de 50 pour cent a
plus de 100 pour cent, se-
lon les categories, depuis le
debut de la crise.
Ces carts et ces brus-
ques fluctuations de prix
sont evidemment autant
d'occasions de profits sup-
plemcntaires pour certaines
companies petrolieres et
d 'st'ribLit(,rs ', indepen-
donts Ce qui est utilise
par les pay-; producteurs
come Abu-Dhabi et Qatar
coT nle arL'urnent pour jIs-
tifi,.r lours propres malora
ft'ns de prix: il. prati-
quepnt en quleque sorte une
,in autre plan. les experts
des 'avs pet (iters souli-
glieni que la pluhpatt des
'imai )rs, lles grades com
panies pctrolicresi accen-
tLiu IL les reductions de
leurs livraisonst .normaleso
a leaurs clients. Aiisi la ;~o
ciets anitaise ,.BP,., qui a-
chelait 39 pour cent de son
Irutt en Iran. vient d'an-
nn'icer wue ses reductions
pourraient atteindre 45
oOur cent preesdemment.

Nc-ssyiAue crise
dans .as relations
SoW0i -
Am.e'1caies

(Salte de la lire page)

chaos a Tehleran pour ache
tVr d'impo-tantts qiuantites
cd (levisfs iranil iinne, 'n 11vu
s,., doute de '.nan'cer lac
tion c ds rou-p's M..rxistes
ran'ins.
Eniin, mal'gr6 ds declara
tioup.s> otii ,l qli s Vo' v u-
init cr srsi-uran''te oI t ,rest
gne do )lus e' plus a Wa-
nitn!gtoii a liadeC ql 1i'U-
nion SovictiqUO parviendra
a cc(ir1et'1- s' ce n't e deja
fait d- pdec'ca'iux reiseitne
ml nls surc 10 i. 'Onls e 'C01
bat u ira i1-'11rw'.' F-14')
qui e suipent aes fore '-
r enn.s irani' i es et qui
consLituent 1,' ll' urun c.'
lAeronaale : nericaiine.
L terlive:'sa.ons de la
politique du Pris dent Car-
ter en Iran cui s'ichevelnt
d& mrnoi!'re pcu rciuitsante
p r l'evacuition de la plu-
part drs reis..'t saleLs ame
r caim s. a la .- evi
d. ste de Mos"ou. ont ete
inti r-citues par 1'opin on pu
1l: 1 q. in e i'ic : in ye .
Plus que jamals Ils Etats
Unis apiara asseltt come
Ui geasit imnpolt-' it et la po
puIrite dcliu President Carter
en faith cvid.nismient kis fras
Selon le plus recent sonda-
ge. 68 pour cent des ameri-
cpains dsapprouvenit sa poll
tique en Iran et 58 pour
cent 1 .nsemblc do sa politi
qua etraingere.
En oiutrei, n se conten-
tant ces derniers jours de
hausser ie ton centre Mos-
cou, qu'elle laisse entendre
ftre a moitie responsible de
tous ses deboires, I'Adminis-
tration Carter en a fait trop
ou p:s assez, estiment les ob
servateurs. Elle a renforce
l'anti soviftisme de l'opi
union publique, sans rdelle-
ment donner impression
de reagir en function de sa
puissance reelk.
La conc:usiot des accords
sur la limitation des arme-
ments stratag'ques (Salt 2),
deji fortement controversies
au Congrcs, et la prepara-
tion d'un sommet Brejnev -
Carter, risquent fort de pa
tir de catte nouvelle brouiile
Amdricano Sovictique, no
tent encore les observateurs.


Accroissement de
la production
(Suite de la lere oagt
qui avait etc de 2.165.530
balts pat jour, et dcpasse-
ra aussi le plafond qui a-
vait ete primitivement fi-
xe par 1'Etat, a 2,2 mil-
lions de barils par jour
pour I'annoe 1979, pour des
raisons d'nconomle dea res
sources et de defense des
pri.t. ,i J


----------------I~~ ~-~~~rrrtv


7rz/z~/~srrJc~-,s~9~Pp4s~BP1C/~l~Jlz~l~J %C~/~/~J'~JC~-~CIIIIIlll~l~)%~/~/~/~dc~/


-r///////~/~"//~///g~pg~Lrp~rplP/llICCC ~'CP/~(CC/~V/C~V~~


rC~IV~;VCIC//-%V~/"////~p/i~d%;py~;r~;lr


~UI~L-~A;-d~U)SUli~____~_\










LA VIE ECONOMI.U E


(')NTRAT CENTRE L'ETAT HAITIEN ET LA (SODEXOL)


dit ll W |,


Id u I I o In
I i' l4lN I.
to 1.M HN(


It I 't 1
* il t lAoriut
s-i nor Niitu-
I; ;viloppnemtnti
' n N 73 1t.
iimniiminl I'






,p rt. 1'nr, 1

r- t Il


I. I 'l:idh lll (1(. son Collsell
il Atillnislnt itDon, le siilr
I t ln i l.vroy. Iderntlfl, nu
No :!li-l1 (l-p(os 16nm n
iO, Ir,1, ConcvI ,s -1lalnre,
<'au1(re part .

IL A ETE CONVENU OE

QUI SUIT .

Article lcr.- COnslddrarit
(i'l y a lieu d rnecroiirmper'
eo de p"ol:(ttEr tdtite Indus
trie Nattonale qdd tend i
I xpnns!on de l'Agricutilture,
ai la fabrilp.tion de products
privilgtjif'., la creation
de noivenux employs, tant
d:ii e10 sectour agricole
,i'tndushrlel, I'ETAT HAI-
TIFN a.ccorde, par les prd-
As,'ipl ia cette Socitd. it
npilr de la dale de fopc-
t nrnrm,'nt de ses Installa-
er, pour lun- periode
0( '10' dix arns renouvela-


A


s sa













Remb I


S.i .i)iCI no nsant d' nmeloration de la
oduis de son service a la cihen-
t'c'hersi crcc IA GARANTIE
iP \ 1N 1 I .
c 'ls pas satlsfait du poison quc
i r ../ d'acheter, la; PCHERIE s'engage a
RI 1M\BOURSI.R imm6diatement, sans
ii irr cil avcc e souTTe, par un bon d'achat
rni.iiilr ii i ,i montant de votre acquisition, et
.I ,i,,r iirt c illrrlit&C













1 r. in Villatre angle rue des Miracles D
S i c M.igny et rue du Centre
Pour rdserver
Sonne;/ e 7-24 32


ble aprLs accord & interve
nir entire les parties, les
drolts ct privileges de pro
duire et, de vendre de l'hul
le semi raffinde comestible
et industrielle tialisit qe los
ddrivds des oldagineux tels
que le totirteau pour la
corisofiffittion aniraleb, la
farine prdtditide 6t tout au
tre produit pour la cohsom
thatlnh htitmalhe dime
les sUibstitdts de ltat dt de
Vlandle ri h hetidt'e prtiltf ts
stur lte riartithe i il. O6tte
lidte do ditfddtits jisV116i
gldas n,'eot pas llft1tafle. .
Article 2.- Le prolet dt la
SODbEXOL, S.A M. sera fi-
nance de la ihftiiiltr sul-
vante :
1) Par le Capital Social
$ 2.000.000.00
2) Par un emprunt i
long term d'environ
$ 9.500.000.00

En contre-partle de la
garantle qu'll donne a l'em
prunt que devra souscrire
la SODEXOL, I'ETAT HAl-
TIEN ddtiendra une hypo-
theque de premier rang sur
tous les biens immobiliers
de la Socidtd.

Article 3.--Le Concession
naire s'engage, en vue de
trouver des source de ma-
tieres premieres ndcessaires
a l'approvisionnement de
ses usinse, a 'presenter un
plan complete de promo-
tion des oleagineux prdvo-
yant notamment los modes
d'ntervention et les som-
mes qui y seront affect6es

Le Concessionnaore senga
e-e. dans un delai n exca-
dant pas trente-six (3(6)
mos. a partir de la date
des preds tes et publ"ca-
tion de ce Contral, a ins-
taller une Usine d'Extrac-
tion et de Raffinage d'hui
le a partir d'oldagineux,
d'une capacity de quinze
mille (15.0001 tonnes d'hui
le par an, reprdsentant un
investissement de quelque
cinquante millions de gour
des (G. 50.000.000.00). II se
reserve le droit d'augmen-
ter cette capaoitd de pro-
duction a tout moment ju-
g6 utile et d'installer d'au-
fres usines similaires ou
de oroduits ddriv6s d'oldagi
neux et d'huile sur le terri
toirc de la Repubilque d'Hai
ti .

Article 5.- L'ETAT HAI-
TIEN accordera la prdfdren
c' pour ses achats aux pro
duits privildgirs. usines par
le Concessionnaire. lesouels
devront egaler en quality
et specifications les pro-
duits similaires en prove-
nance de I'dtranger.

It rest cependant enten-
du, que le Departement du
Commerce et de 1'Industrie
dans un souci de protection
des consommateurs locaux
pourra fixer le prix des sus
dits productss privil6eeso .
Article 6.- Le Concession
naire s'engage a acheter
toute la production des ma
tires oleagineuses du pays
dans les limits de sa capa
cited industrhelle.

L'ETAT HAITIEN, de son
cotd, prendra toutes les
measures pour rendre dispo-
nibles et a un prix raison
unable au Concessionnaire
les quantitds de matidres
premieres oldagin'euses nd-


Offrez-vous un cadeaux pr6cieuxs
DC6butez le 23 avril dans une ambiance
leune et dynamique







-irais kd, Que re terchez-vous?


Des responsab itfs-DE 'ouklrritT(De -rorgenry ne
bonne ombionce de tr .vil Une personnel qui vo
enfin vOus Opprlrcer vo pciatrori/

y firstschoc]

vous permet 'd Qmbrosser une Ct -"re qui vous ap-)
0ordero tont de joiel Lisez nt coaologque et
dcecouvrez pourquoi les diplome first school. ont
torin de success r

\ SECRETARIAT DE DIRECTIC N BILINGUE}
N 16 mois le soir et 9 moisL istin r(
MANAGEMENTT and BUSINESS AL UrNISTRATION'
\ DLhutl desfours en avril Iet s-. ir. rbe 9 noi0 s e

FATESS VOTRE PREMIER PAS VER.: LESUCCES4
', Sonnez le 2-4755 ou le 2- 08; .

First School, la ou commence vo e succs"-X -
L" ------


cessaires au plein fonction-
nement de l'entreprise.
L'Etat Haltien s'engage
en outre a vendre par pre
fercnce au Concessionnaire
qtil. it son tour, accelite de
les acheter en priority les
nmatiores premieres oleagi-
ndtises importdes par le
Gotvernement Haitlieh dans
le cadre des progrmmres
de oodp6ration externe.
Article 7.- Le Conce'ssion-
naire pbtufra, eCnfoftlidhieint
A la Ldi regiesgatt la matiel
re, louer, cohntrutffe ot ac
qujrir, totis wharfs, 6tablir
toutes facilitds pdrtuaires
dans los ports ouVerts ou
non duvets ott il devra
charger la matidre premid-
re, le materiel et les equi-
pements, charger ses pro
duits qui doivent 6tre trans
portes. Les movements de
navires, les operations d'em
barquement et d, d6bar-
quement seront effect -
tues sous le contr6le des
autorites douanieres et por
tuaires.

Les plans et projects rels
tifs a ces constructions et
am6nagements devront 6tre
soumis pr6alablement, pour
approbation, au Secr6taire
d'Etat des Travaux Publics,
Transports et Communica-
tions.
Article 8.- Les products a,
fabriquer par le Concession
naire seront assujettis au
paiement dos droits d'acci-
ses, que 1'Elat Haitien juge
ra appticabl.s conforme-
ment a in Loi.

Artirte 9.- Le Concession-
ciaire bonoficiera de l'cxen
tion des taxes internes sur
ses inmporta' ions teli's que"
licence d'etransger, itlente
comrmunalc t'c.. I1 bnii'fi-
ciera de routes Ics franchi
ses et exemptions ac or-
dens par la Loi srr les eon
treprises nouvelles.
Article 10- A pairtir d:1
mormni t ofi l. produi'ion
des et i -, dal C 'n -.l'i::llnli
re attp'ndra los 75 po,,'"
cent des besoins di n iii:Be
et asssi lon-terops (i,' (."
pourcentale sera matienI. .
la SODEXOL, S.AM. bun6-
ficiera ipso facto dui con'in
gentement solon oP dispo.
tions de la Loi du 13 .lui'
1960. relative aux m- ':,
de protection de IIndusIr. :"
National. L'Etat sn ','-1 _-
done a interdire aux tiers
l'importation des cranes
oloagineuses. de tons P. '!v
pes d'huil-s comestibles p0
industrielles raffinoe:- s,':-
raflfinees. ou r- t (I' t
leurs soos- oduio.-.

Artice 11.- Ie COnr::<.'".
naire bdneficiera de i. f1.i
chise douanimre pleone t'
ent'dre sur :
a) Les pieces de r(chan
ge.
b) I=s matieres premi -
res a importer en at' ndaint
que le march local pl.ss e
les fcurnir.
ci Les matdriaull r )tir
!a construction des blCi-
ments de 1'Usine:; l p r:e-
riel et 1'6quiperrent mtrl".ini.
que et dlectrique de lUsi-
ne; les grues. les btt 'i-;
et embarcations destines
au transport des materiaux.
de matidres premieres. de
fdurnitures pour l'edifica-
tion et I'am6nagement de
l'Usine ainsi qu'au trans-
port du produit fini vers
ses comptoirs d'ecoulement
ou march intdrieur ou ex
tdrieur; le materiel roulant.
notamment: Camions.Jeeps.
Remorquers, Camrionnetoes
pour transport du person-
nel, Trailers, Rails, Plates
Forms pour Rails, Pneus
et Pieces de rechange pour
les v6hicules ci-dessus men
tionnes.
d) Les products auxiliai-
res ndcessaires a la fabri-
cation tels que, mais nonr
limits a:

Combustibles: Oxigene,
Gasoil. Fuel O1il, Mazout.Co
ke, Lubrifiant, Hullo mind-
rale, selon quotas fixds con
jointement avec les Depar-
tements interessds. Ces quo
tas ne devront jamais etre
ou-dessous des besoins de
l'Usirie.
Les produrlts Chimiques:
H1xane. Alcohol Iso-propyl,.
Aritloxiddants,Aclide citrique.
te're A bancTichlr,Acide phos
ithortque, sode caustique,
Aclde suiilrurlque, Sels Mined
raux pour le traitement de
1'eau, Azote, Hydrogdne.
Matittres Premibfres pour
enibtllage: Plastlque, Car-
tois, Drums, Rdcipients en
ferblanc, boutellles.
Le privilege de 1'exonera-
tion ne jouera pas si les ar
tices et products mention-
n9s dtens los paoagraphes
(a), (b), (c) et (d) ci-des-
sus sont fabrlquds dans le
pays.
Article 12.- Le Concession
naire aura le droit d'enga
ger des spectalistes 6tran-
gers, des technlelens en la


mattere pour la construc-
tion, I'installation, la mise
en march el le fonction-
nement des usines. 11s sd-
journeront pour la durde
inecessa-re a la preparation
et h la formation du per-
sonnel haitien devant les
remplaccr, ce, conforme-
ment a la Idgislation socia-
le en vigueur.
Article 13.- Dans 1'hypothp
se d'une incapacity matd-
rielle de produire resultant
d'un cas de force majeure,
1'Etat s'engage a accorder
au Concessionnaire en prio
rite le droit d'importer tons
les products que celui-ci fa
bririqe.
Article 14.- L'Etat s'enga-
ge a ne pas porter attein-
te, d ne as laisser porter
attinte a'ux droits et privi
1l ',s 1>sultant du present
Contrat.
Article 1).- Les contesta-
tions de toute nature qui
pcuvent on pourront s'ele-
vcr pendant existence de
la Socited ou au course de
ba liquidation, soit entire
les actionna'res et la Socid
to OL sos administrateurs.
so ilentre la Socidto et ses
Admin.strateurs, soit entire
lcs actli:)intares eux-m&mes
qui ii' Iro)0, raent etre amia
blc nint rs(,loes par s
parties s-roilt soumis i. Far
bitraoe. confoilmdment a la
proced'.re tracee par le Co
de dJ' Procedure Civ-le Hai
tien on par les rdgles de
culncil.il on e d'arbilre io
1(.1 C(!oii B C d' la Chambre
fi Coriiiin i(' Ilteornat ioiia-
leI

l'Un 'bit rc dCvra t:(re
ai; tt i :i h 'in des par
t's .S (' s ;Ir bit res no pe"
veill .' min tre d'accord,
lis S, I';u. I all D) 1v(1ii
cl:i '1 1 :b ll: Civil do Portl-
I I! at'.'
1do11 i ii I (.'. 101 b til
iount l.i 1liclton it'r:l lilt.
1c.
Alt,' I 16 Le Concrssiott

'itl II ,:,1 1.1' I i' Pto '


(*oI s'. nmrm: c(eIt de 1'E--
tat. : sous pine de resi-

A'c 1I LT'at Ht.i-

1 W C '1 a
I in. i .







a Gou' "me'. nt dns le


de F 4 S e dt :a
11 mo SL'ns a".s" : v t '0-
di 1 le f:. i'
F p '.-a-P 11 e



t' .' nL




M. Eraouard Brtroui. ,
ce'ai,- d F Tl d- IAgr cul-
Lar o dl s If.'. si ,re s N't .-i
relics et dtr Doclopp'ment
Rural.
Pour la SoPc'to d'Euploi-
tatio' '. Os 01i,>-''
SAM I.anler tLE'OY.


La conEre ince
s an le p Cacao
'(GENFVEi -- IAFPI
La Coifecrenei des Nations U
nLies sur le Cacao, reunie
deputs trois semaines a Ge
nere. scmble nharqucr le
pacs dans la Is i.t-,,-d'r du
nouvel accord international
destine a remplacer I'arran
geineit do 1975 qui expLe
n septembre prochain.
ILe group du presi-
dent comit restreint r1n,
nissant le President de la
conference et des represen
tants des principaux pays
producteurs et importateurs,
Liendra une seance de tra
vail samcdi ou lundi pro-
chain en vue d'aeccldrer les
travaux, apprend-on dans
les couloirs de la conferen
ce.
Au course de la stance pjd
niere qui s'est tenue vendre
di, le porte-parole du group
pe des producteurs, M. Jo-
seph Kyeremeh iGhana) a
plaid pour que le nouvel
accord prdvoie une fourchet
te beaucoup plus dlevde
que cell de arrangement
de 1975, mals il n'a sugge
rd aucun chiffre.
Les travaux de la confd-
rence devraient etre con-
clus vendredi prochainmals
les observateurs doutent
que ce delai pulsseo.ire jes
pect. ..


ARUSHA (TANZANIE)

(AFP)
La C on f 6re n c e
du group des 77, rdunie a
Arusha (Nord de la Tan-
zanle), est parvenue vendre
di b un accord sur les
points qui 6taient jusqu'aS
present en discussion :
le montant de la contribu-
tion a la creation d'un
Fonds de stabilisation des
matieres premieres et ia
question de la condamna-
tion du sionisme.

Sur le premier point, le
Sgroupe africain, qui souhai
tait que la contribution
de chaque pays a la cr6a-
tion de ce fonds soit fixee
a un million de dollars, a
remport6 un success.
II a dte entendu que ( principal source de capi-
taux destin6s au Fonds
Commun doit dtre consti-
tuee par les contributions


La situation sur
le Marchd
PsrO N '


directed obligatoires des
gouvernements qui compren
dront un montant mini-'
mum urlforme 6gal A un
million de dollars a ver-
ser par chaque' pays ainsi
qu'une contribution supply
inmetaire de I'OfNU ddtermi
n6e sur la base d'une for-
mule adqtuatemenit modl-
fidee>.


Eh ce qui conedrne la
condemnation du sionisme,
assinil6 au racisme, la rdu
nion s'est replide sur la po
sition qu'avait adoptde les
77 lors de la conference de
coopdratoin dconotnique
qu'il avaient tenue en 1976
a Mexico.

Le compromise auquel sont
ainsi parvenus les trois
groups geographlques a-
siatique, africain et latino-
americain souligne les gouvernements et les
peuples des pays en d6ve-
loppement continueront' de
mobillser leurs resources
pour soutenir leur lutte


La situation sur le mar-
chd dlu brut est tendueo,
en raison de la diminution I-INS
de la production de 1'Iran, "i
critique et les pays mem- 2- SU]
bres de !'OPEP rempliront
lours contracts de livraison dre Ind
a longue icheance-, a assu
re vendredi le Seer6taire Gd 3I CO
n1rel de 'organisation, M.
Rol, Ortiz.
Dans une communication a PER est
la press, M. Ortiz a annon
ce vendredti S Vienne que
l'Artbic Saoudite notam- Bonne
m,'nt autmentera sa pro-
duction et appliquera des Salaire d
a pr. sent les prix qvi de-
vaienl entrcr en VeLleu-ir e0n ad l'oppc
octobre.


II a prc s q:7e "ma penu
lie dc pIrolp 'st t t- ';i-
i 1n: de 2.3 pour cpnt et
qct lelo stade crl irt;Ie est at
toint lorsqu'O"le s'eleve a 7
pour crnt M. Ortiz a in-
d:'qI.u que Cile, t' 'Iak. le Nipcr'a e0
c ''( ,vs prod icwturs se
,n: d-cl:res p s I aug-
ce iit-r le'ir production pour
c(-ml.r1r .a dilmintrioni des
S';;: oi'-onments cause
Ia" la set!a ieon e n Irat.,
L Arabie F o'.id,'Ie aj '-
men'it ra s-i. piotrodct i n GIuo
I'. d' e ci d r .on ce e
i L produi7' : 8 5 m -
i! ", .c tril c" i' ,- .
a-t-l 0 d -.Pour cbs 1Ivrai-
n: -, ,n) lmentaires. ce
pays demandera. a ta-ir
Oe lnrlni .'tm!na l. ,-t-i llrdi-
q& le prix de 14 512 dol-
lars unr baril aoi deva't
iniialoment ertrer en vi-
"ueur a pa:-tn r dul premier
or obre l179,-. M. Ortiz ne
I-los -e-on"c'" sclto'
a.Tr-n-'p.'ioa ye 0e10'-l11 oar
' 1 ,tr pas pays e::norta-
iers.


commune centre le colonial
lisme, 1'agression et t'occu
nation dtrangere, le racis-
me, l'apartheld et toutes
les former de domination
et exploitation dtrangdres,
de faqon a. supDrimer im-
mediatement ces obstacles
majeurs au d6veloppementh.

L'accord atteint sur ces
dux questions a permis a
la conference d'adopter
<-in progromme pour l'auto
norhie collective et cadre de
negociationsi en vue de la
5eme session de la confe-
rence des Nations Unies
sur le commerce et le de-
veloppement iCNUCEDi qui
so tiendra a Manille en
mal prochain. Le Chef d'E-
tat du pays hote, M. Jo-
lius Nyerere, a dtd price de
se rendre cans la capital
des Philippines pour prisen
ter ce document.


Enfin, la pr'opositirn d'6-
tablir un secretariat per-
manent du group des 77
a 6te renvoyde pour etude.


ON DEMAND

3PECTEUR du Personnel

PERVISEUR Experimentd en Machine a Cou
istrielle-

MPTABLE Experimentd seulement. Savoir TA-

ndcessaire.

opportunity Envoyez Curriculum Vitae et

desired S BoRte Postale 2010 ou presentez vous

s6d de Delmas 23. 172


SERVICE


OMNI SUPPLIES


Si vous avez besoin d'un

f ettoyav2 cormplet de votre our,

Ad'-essez-vous


OMNI SUPPLIES



74, osue Pave Tel. 23039

Pri raisztartes


a a.cc =.,;- -.. 'a -....-, ,- ... oc, o,- :,C'" C C" '. :.'-r. CJ


UFer les loinmmes... en Faiblesse, en Piannm



SHHANDSOME UP



JIEN A AVALER, RIEN A INJECTER Traltez vous, vous


S ntmes, a domicile; la dulet do traitement depend


de l'6tat ou de l'Age e la pesonne


127 RUE DES fAGASINS DE L'ETAT, PHONE 2-2249

.ge s:-ca&oo:*- r-s tra-acoeo o*--< -^-rrce-scccaCcn so.C'.fZCC-,sC


c
parce que, m4the sans gros revenues, les hai-
tiens savent rmaintenant comment mettre
de I'arent dre c &t tout les mhois pour le
fire fructifier.

parce qlue, mhtme sans capital aUl part, lls
pourront reali$sr tel ou tel de ces projects
don't i/s revent depuis longtemps. une ou-
velle voiture, une maison, des etudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une,
retraite heurtuse.




LA BANQUE NATIONAL

DE LA

R EPU$BLIQUE, D' HAITI.
~ ~- .~'


La conference du group des 77:

Accord sur les points en discussion


v .rr.-rz -rra w armCC-w


S]


up





[U


I




PA rr a 0 k


_______________ -t -aHoogooooou aosaaaoooo ~@aoCQO@aOO@3Oaa3Op@C e a > a aa,-a __ -- -- --


AU


TRIOMPHE


il~pa'jwuucjgBSraeaoesoeoeoso


CETTE SEMAINE ;

RUBY Salle 2: LA RAISON D'ETAT

JEAN jAUA ANCV ...


SrUjv -FrFr-, &'H- TUiJARTWHfTMAN ROGERDWS.jAJNITALDWlN.n o..
S Pt z Pi72.....,,.GEORGE EDWARDS-9Ae*.," on.CURTISHAPRING7N
.. E ... OkGE EDWAfDS& BARPY SC-HNE1DERc.mnusp a

Bapwisee dans ie sang, &zv2ev dzns I: pachi c!ic vint
d'avor 16 ans. TiIy LIot a &e t':t d&I, !c imande du
suE nalIe v Tto mne aucun ar-i'2 r r It.a *i;?als Cie
e sne, i *ya e;s ?:'xorc.r, ;3 vaciAAith:n cf pt:v car!e4 mais
17o dt cQ C ~ t-. 7 ? vW2,z v .iS ! ce 3122 vo:s aLies vriGr

Salle 4 : TURKISH DE LIC E


... WfS

Une histoire d'amour modern 2 cu !a fois chtcjue et
al1ere une Fi2!!? Pi d iie ses parents et
un garcon qui defie le monde. Le film le plus
provoquant de Fannee


Us se sony attaques a un Gouvernement et ce bouvernement va s araietr
derriere *mn argurtent .pr6me ,LA RAISON D'ETAT, avec lzquel I' pout
detruire n'imponte qli, Cnimporte ouand, n'importz mtcmnmhit Cn film
est inspire de aits aatienti ueS,.

SALLE 3 FIST


C'est i'histoire d'une tentation La chronique de la
passion et de la corruption de la puissance de la force, de la
tendresse et d'une lonsue histoire d'amour avec le pouvoir.


~dl~~e~~30~D@C~ O3-~rC f9lpeu~ n f ~t~b~fl~srr-n~~, -UE, 190~3 ~~~~lY--~~ ~s-l


Salle 1:


SAMEDI 7E ILNH


18 FEVRIER 1979




* -I i ~ lltidil ~ FRE 0


Nouvelles
5 l 1 to t ri llslrtilt 'l *i tltnni'iV' >t doi
,. *' "' '* "-i "-'1.. r t r i it r r n t l+ it e lllr i In M inlut

p lra c, 'l t l',ls l I' ll o l r ill I'.
iii'' i iiri t'.i 'titl t tOiili lt'tS
". t *:_ "* -**' thii 2 iun yi iiii l IIiiii',

I it .,,],u Ili alkI VCOl I l. 11%ll I' l' otll '


dtt J)1 sI CI t-ii ulns t.



"I, cin i t iii;lt
ii ,* I i' *r n I lU \.I R


.n.. ... 1 I lt I'lt- t IA'\ v i'I pr

d ;a to : ,entioi ( itt's





.1 F la t I '1 t t 'ol
r" p e ~i~ ~ it'tl .0 t'ClE rrriOdnS nl
G, n pour r;' '' Cii t.e il'.' e




*' : U 1,111 It it U' i M lC
d a l. ; t rlt '.i r ( t" itst'eipr-



t tn p cei it du i n
r" "ppclant at 1EuC ,t








l ii R.ut,, i e" m eo t Ramostt

-Iii c II :c. it k i blip ti
w i ui io 1' r ]rni r'n 1r "ir. i ,,-
de ela R cS~e. I il.j, : il l nfi d s Ar hi-s
4,1( ( 1 11 1 rof r le' 1111









(',C (CtS 'P-PO DO ,NS L+ES



33 Vrln pour sO l rendre all Ve


des Sceuts


ide la Repu
liit'. ln o l, 10.000 dol ars. Less
piv ints diu i,,rg, n et protest
[t( Ctolr' c s.llcide. Le Prd5
sidelitl. ( utizi n it delnind6
nil MIl ililreO dl's Forces Ar-
i I,'s forl r d'urgcnce
uni Cilm bon d':Enqu'll6e
; I il d mowr dl

T HI'O'( s0 l'tts { t, n llsol.
Ol' 1l, r de I'Armni, do 1Air
cnt, ut ,'rLri tIs. 11i sont pro
vnulils d ill ho d-up sur un
raidd pltnteur et d, lu -1 i
vo r cUlrv6 .G000 dol.ars. Est
in (rain d'etre jug6 p.r une
Cour Marthllt' ;, ssrgentL A-
brcu. cul avIe,, occup lune
stat on dt r''.ti', en seques-
titnL les cn'plt-yds et annon
o lit au micro la chute pro
'iialine du Prsildcnt Guz-
mfon ct la folmination d'ur,
Jiinte m'lltf='". L'accusn-
Leur mi itaire a rcl: me 20
ans d trnvaou forces. Le
s-rglnt est in drserteur de
la Legion Eirar.g.re franqai

Un caporal de Bonao
a Ctd conid.omne a 10 ans de
prison pour avO.ir tue sans
r ison unI i 'u> !nt age de
18 Hns. I

CINQ MILIEE NOUV,.AUX
TRAVA.ITEURPS
HAITIENS
sitNTO) DOCM GO- Lo Conl
sdil d'Etat du iucrO a 'mani
fst i li: semalie derniere
son int nation do contractor
1'embauchage d- cinq mile
onuv, ux trnva lteurs hai-
tiens. Co, afin d'accelrer les
travaux tie coupe et de
traniport d,- 1 a canned a si
ere. Jusqu' aitiourd'hui, les
centrales syndic. rls nagrico-
le.3 minrfs'ient l rt foerre
opposition a cc project. .Lcurs


c'IIa'-ti


interpirit~e


oar


rVUBIT


SITIT

KAY


GENERAL






LAKWA


-oit-


iblioue Dominicaine


d.-t e.- ddc:arent que le rai
lonitiesmcnt do la camp5a-
g1ia sucrl-re est df au fait
que eI Pr6sident Guzmmn
Sn'II r11n tent6 pour amelio-
ror lis atuation des travali-
1 -urs agricoles dominlcains
et leuir oclroyer unr melllcu
re rdtrlbution. I.s ne volent
pa.s 1: neoecrsitC d'importer
de la mainn d'ci:uvre strange
r'.

LES DIRIGEAI'lTS DU PRD
AUX EUA

SANTO DOM..FGO Sont
actupllPment i ux E'OA les
deux dirigein's du Partl Re
volutionnai'' Dominic: in,
PRD, part pouvoir.

A la Rasrio Ph. la Presse
dits EUA, le Senateur Jorge
Blanco, Prdsidcnt du PRD, a
decl re absolunment faux
que le Pr6sldent Guzman ait
nanil'LSte r-r opposition a
son voyage aux EUA, sur l'in
vitation du Gouvernement a
mcricaln. -Mll y a p:rfaite
entente centre les dir giants
du PRD, le President Guz-


AU



CINE



S TRIOMPHE




ie



0. Frevrier








6hi30



et

1l 3o



,4'.+oo


........... ..,

















W 41





*


















iit-







---- '"--
Pneus et Chambres a Air


POUR VO!TURES ET CAMI01NS



RADIAL NYLON CONVTE\TIONNEL





JAN WOEL i





P-au-P. Haiti 108, Rue Payee, 108

-** ., -, ... .... - -. -..... ... .. _._... . .


18 FFVRIERr~ 1979


man Ot les membres du' Gou
vernement,D

Le Dr Jose Francisco Pe-
na Gomez, Secr6taire G6ne
ral du PRD, C soulignd it la
Presse Nord amnricaine que
le President Guzman se trou
ve face a un? banqueroute
financlire, en ralson de la
grrve situation dconomique
qui lul a etd liguoe. I1 faut
a son Gouvernement une al
aide puissante, provcnant
non seulemelot des EUA,
mais des Gouvernements a-
mis et des inst tutions irter
n.tionales.

UN MILLIARD A
L'ETRANGERi

SANTO DOMINGO Pres
d'un milliard de dollars ont
dte d6pods saux EUA, en
Suise et en d'autres places
financieres par des homes
politioues, ',Ces mit.ires et
des homes d'affaires de la
Rdpublqu" Dominicaine, au
course de la dcrniore d6cen-
n'e a-t-:l dee dcnonc6 a 17,
Chambre. Des ddputds dl.-bo
rent un project de loi afin de
bloquer la sortie des devises
et tde ontroler le mouve-
ment des d. ,,ts"; en R. D.
Des Apr ts Oe Tours, Olli
sont accusiSs d'ttre dans l':c
tua'it6 les pr neipaux res-
ponsabl :s de invasion de de


VOTRE HOROSCOPE;

I'4i Par Frances Drake
DIMANCI6E 18 FEVPRIEP 70
DIMANCHE 18 FEVRIER 79


21 MARS AU 20 AVRIL
(BELIER)

vous etudiez dei voices
p'; el' -i's pour romplir
vo'tre programme de travail.
Un ivenement monday n neut
avoir des ramif.catiins pro-
fess inneiles.

21 AVRII At 21 IVl'1
IT -UREAU)
D harmonicuses rel.!tions
;.ver autrui vou. me' tell
da'.s une humeur favorable.
Les perspectives sentimen-
tales s'amellorent. Les voya
geurs s amuseront bi.n.-
'.;A, AU 01 JUIN
(GEMEAUXi
Vous etes d' humer ia tra
vailler dans la mason et les
tactihs quotidiennes vous
pii. rent. Chacun semble vou
loiil cooperer.

22 JUIN ,a 27 JUILLET
(CANCER)

L"s comTrsat -ns strieu-
ses avee ceux rue vous a'-
me: vous condu'sent a unce
plus rande hinitritA. Les
ho'ures de detente passes
"n socie e seront trcs agra
bies.

24 JUILLEi .AU 23 ABOUT

Inv pr 'v-- r '' ,, tez
V',U :'.* lil rO;l L11 0 mn "i11 ull
re enol- rat on a l 'venir.
tuir l;-s leu-' de tr'v. 1. P1 a
t R,.' vos id -z ave'c 1'- m-nr
l' s dci i fam ".

21 AOUT A :i :r.r

Pr senter ceix quoo voIus
me,' a vos am0r0s ', v'ts5 st an
portera des; jo (ts p,.r'!li '
r0s Tout t:- fi. vo; w "'0
r1( nble ait ura un llne' ii
rapport.

23 SErPT. AU 24 OC+T
( L.TAN 'E I
Bonne tentative ponr anid
l:orer votre envirhn'tmle ntl
Une v te aux nr!:tg-sins
vous procurera o ,x ilrmenf
fCe ifiU vous cherchiez pour
ce faire. Offrez aussi un cn
deau d quelqu'un que vouE
aimez.

'. 0(,. AT' 22 NO'w
SSCORPION I
Vous charmerez auitrui
D'agreables conversations r
vec de v'.oux amis et def
etres cheers marqueront cet-
te iournp" propice aux cot
tadcs o'trolts.

23 NC nAU 21 DEL.
ISq(5I7AIREi
Vous retrouvez des ob -
jets utliles ou de valeur de-
pu(s longtemps oublids. Pr(
nez le temps de rdfl6chir i
vos perspectives profession-
nelles.

22 DEC. AU 20 JANVIER
*CAPRICORNE.
Soignez spdcialement v(
tre tenue aujourd'hui : vou
6tes particuli6rement atti-
rant. Accepted des invita-
tions et resserrez les con.
tacts avec vos vieux amis.

21 JAN. 'AU 19 FEY.
'VEPSF.AL',
Rencontres confidentlel -
les a5 propos de sujets finar
c',rs et de projects de carrii
re. Un admirateur Inconni


souhaite vous voir partici-
per at une affa'-re qu'il a en
vue.

20 F'EV. AU 20 MARS
(POISSONS

Assister i une reunion
vous apportera d'agrdables
relations. Les etres que vous
a'mez vous aident. Belle pe
riode pour tout 1

SI VOUS FTEST NE
AUJOURD'HUI

Vous etes attord par le
droit, la politique, le service
public. Assez id6al',te et
independent, vous n'estes p-s
tent6 par les responsabili-
t6s. pourtant vous voulez a
gir en faveur de i'humani-
ti. B'en que vous puissiez
reussir dans les affaires et
diriger de vastes operations
finanideres, le gain d'argent
nest pas votre principal
mot',vation en general. Atti
rd a la fois par le theatre et
la litteriture. vous pouv07
reuss'r dans les deu-: domrni
nes. Grace a votre sup6riori
tc, vous ferez probable -
ment auelque chose pour a
m' rer le sort de votre pro
cha'n.


vlss. ont adrnse a h I:, Chamn
irt ine petilloi. protestant
centre ks modioilles de ce'
project.

FANTOME A LARAHONA
SANTO DOMINGO Le
fantome d'une- femme sans
thte, qui se promane la nu.t
dans' ,es rucs de B:rahomna,
Jette la terreur dans cette
ville du Sud Ouest de la
R6puolique Dominicaine. Ou
vriers, fsmmea, pol ciers qui
1'ont apergu, ont pris la ful
te s:ns ddsemparer.'

A LA TV
SANTO DOMINGO- Dr H.c
tor Inchantegui Cabral, 1'un
des plus grands ecrivains do
minlca'ns, Ministre sans
-'port'Ifeuille et Secret-ire
particulier du Prdsident
Guzman a dtd nommd par
Arrctd Pi6dident Directeur
Gdnd-al de !a Radio T61dvi-
sion Dominic. iiie.

HAITIENS TORTURES
SANTO DOMINGO Radio
Clarn a ddnoncd los tortu-
res don't seraient victims
des journal'ers haitiens
dans les b-teys C et 9 de Ney
ba. Lcs gardes champftreq
romin'c'ins ec seralent res
ponsables. L-. vil'e de Neyba
e.t sisuee sur la frontidre
non loin du Lac Azu6l ou
Etang Saumatre.


I IESSIE RS IRS

AIZ IE t V OTE FE, MF E ;

MR OT&GEi-LA FAiTES IA

PLANIFICATION FAMIILIAIJ.





LE BISTROT

S ST.4AURANT PIZZERIA -- BAR

CREPERIE


Tous les jours-

S :r-vfCS ear-. -Restaflrant de

Midi a 1 b du matin non Stop


- -Tous les soirs-

DIMNER DANSANT
Avet % 9sp3 ; al!uee Musiciens

(CHAQUE MARDI SOIR ET

VENDREDI SOIR

<>


Soiree spectacle avec les
Artistes du Bistrot


LE BISTROT

Votre Rendez-vous Tel 2-180S
L'VW>^'3(M030SeoSm>>F5&30m> M(a


Cine Triaomhe
SALLE I
RUBY

6AILE
1,50 2;00
LA RAISON D'ETAT

BALL 3
S 2;0Uo
FIST.
SALLE, 4
$ 1;50
TURKISH DELICES
X x x

Paramount

JACK L'EVENTREUR
12h 2h 4h G. 1.50
6h 8h 10h G. 3.00



Rex ThbAtre

Dimanche 10h G. 1.50
oT 7e Voyage DE
SINBAD
Avant 5h G. 1.50
A" artir de 5h G. 3.00 et
5.00
LES SURVIVANTS DE LA
FIN DU MONDE
12h 2h 4h 6h 8h lOh
Entrde G. 1.50 3.00 et 5.00

Lundi a 12h 2h 4h 6h 8h
10h.
LES SURVIVANTS DE LA
FIN DU MONDE
Avant 5h G. 1.50
A partir de 5h G. 3.00 et
5.00

x x X

IMPERIAL

IMPERIAL I

12 h 2 h 4 h
t h i 8i 10 ncurci
LA CASTAGNE
Gdes. 5.00
Gdes. 8.00

IMPERIAL II
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 heures
LE GENDARME
SE MARIE
Odes 5.00
G 8;00

IMPERIAL III

12 h 2 h 4 hres
6 h R h 10 heures
UN MOMENT
D'EGAREMENT
Entree G 5-06
Entree G. 8.00

y. xx

Insitut Francais
Lundi. 19 17 hres 30
CINEMA : uLa fin du jourt,
Un film de Juloen Duvivier,
avec Louis Jouvet, Michel
SB'-on. Victor Francen.
(I, triste fin de v'eux come
diens, par des comedies ex
ceptionnels)
Entree : 2 Gouroes
11 ?,de sar presentation de
la c..rte de la f',bliothoquie'


MAGIC CINE
D.manche 5h 7h 9h
5.,jN DLiERNIER
CONCERN
Entree G. 4.00 et 5.00
Lundi a 61 et 811
A L'OMBRE DE L'AIGLE
Entree G. 3.00 et 4.00
x x x x

MAGIC CINE

Dimanche 5h 7h 9h
SON DERNIER CONCERT
Avec: PAMELA WI: ORESI
et RICHARD JOHNSON
Un drame d'amour mer-
veilleux, aureole de purete
et de poesie, baigne d'un
flot de melodies et ponctue
par les accents d'une gran
de symphonie. Elle avait 18
ans exquise et ravissante,
elle tomba amoureuse d'un
grand musicien.Elle l'aida
a composer, Iencouragea
d'une chaleureuse tendresse
et le concert est fixd pour
une grande soiree de gala,
qui sera aussi le soir de
leur marriage. Richard ache
tera lui-mdme la robe de
marine en satin blanc. Au
premier rang dans la sal-
le de concert Pamela sera
assise dans sa toilette va
poreuse, mais elle avait ca
chd i Richard qu'elle 1tait
djs- atteinte d'un mal in-
curable. Au moment oft elle
s'apprhtait A s'habiller, le
destin a cruellement frap-
pe; le cancer de sang avait
faith son oeuvre de destruc
lion et ce soir lH, Pamela
explra. Le piano en deull
sur de tristes accords pleu
rait un amour plus fort que
la mort.

UN SPECTACLE D'ART
DE MUSIQUE ET DE BEAU
TE QUE VOUS VERREZ A-
VEC PLAISIR.
Enltre G. 4.00 et 5.00
Lundl 6h et 8h
A L'OMBRE DE L'AIGLE.
Entree 0. 3.00 et 4.00


PA03 7


DANS NOS CI-TNE1M4 A-


~rn~;w~-/~rrrr///llslz~currlJcJrrzr~ ~r~z~r~/r~,rsrJ-~/~/~/zz~c~ss~,~r-rrJcr~


7 -7 -~ -1 ---- -, -ep- lo r Ar" r -lr -41 "ow r, r w -- Yre -*- -wo --Ir- -If- --r o 1


ETOILE Ct: 3
Samedl 0 h 30 et 8 1 30
ON M'APPELLE DOLLARS
Entr6d G. 1-50 et 2-m.

Dimanche a 6h 30 et 8h30
KARA TIC RESSE
Entr6e G. 2.50 et 3.50
Lundi I 53C'0 ct 8h30
COUP DE LOING DU
MONDE PL3 ESPRITS
Entrde G. 1.50 et 2.50
x x x x

CAPI OL
CAPITOL I

lLh45, lh45 3h45, 5h45 7h45
9h45
UNE FEMME LIBRE
Avant 2h30 G 3:00
Apres 2h30 G 5;00

CAPITOL II

12 h, 2 h, 4 h
C, I 8 h 10 heures
ITEVADA SMITH
Avant 2 h 30
Entree G. 3-09
Aprds 2h30 G. 5.00

CAPITOL III

12h 15, znDz
4h 15 on ,6
Oh 15, Ih 1V

LE GENDARME A NEW
YORK
Avanl. 2t3C 10. 3.00
Apres 2Or30 G 5 00

CAPITOL 4

11h45 lh45 3h15 5h45
7 h 45, 9 heures 45
BRUCE LEE
L'INVINCIBLE
PRIX UNIQUE
Gdes 5.00



We LuxE A!i Lc Lnk
7h et 9h Entree G. 12.50
SATURDAY NIGHt
FEVER


RANCHO C::(E

Dimanche
LE FAUVE

Lundi
AGENT TRES SPECIAL

x x X I

Auditorium
.DitI riqahe a 7h
L'II I DES ADIEUX
EIntre" G. 3.00
Lundi fi 7h
DIABOLIQUEMENT VOTRE
Entree G. 2 00

x x x x

Cin- S(cn al

D'manche 5h 7h 9h
LA F1URIE DU DRAGON
Entree G. 2.00 2.50 et 3.00
Lundi 6h 8h
SOUL TO SOUL
Entree 0. 1 50 2.00
x y A .




La

CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (sn permanence) 6 heures lo et 8 heures 30

CE SOIR


s 1.5 el 2.00 SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE III S 2.00


Ruby


La ralson d'Etat


F.LS.T.


SALLE IV $ 1.50

Turkish Delices


Littcratures et Societes

I.,1111C Clh| n l lI hC M ill- su lvre voter e cO' n .iw li M al
;,, t a1 tendez... Patliiun'. patici
S, ic, c fI re : et i i. 'la
1 lr oe conva!ltn re la vie au fi tl precscil!
.1\ 1,s :P/ utile deI t InI p-
; 1d r p er r e | I' q 'art P C"I .11- x x x x
t in, I'l refikt RIEh. cl, la LE REVOLVER AUX
... ,, CHEVEUX BLANCS
SJa, pour ill'stticr um
l,,n ( e't tries bltn... cours sur laS poesie contend
S role J utls p"t a poraine, lI a mes dleves dc
Second, des vers cle R;ni-
baud. d'Aragon, d'Eluard, de
I Yacse,. de Cisaire, de
Breton. dei Soupault, de Do
vertPe etc...
S VIi .CE t Is nont pias manclqe de
ire. 'lo-lt (a ni leur pa-
S-~- r ta;ssal !',Lis serije'x. CLcs
1 S[T PP I ...a. i o'ur avis. par-
I1 1 lt poui. ne rien dire, it
daii; ia-t';n iincomprt-

Si vous avez beSoist d'eI Q a1'tl a I:i;iur dut R'-
4 overr aux c''ev, u: bl,.i'I s

Nettoya; cOmplet Cie v~,r -e.ot -u uriU i u ;t t I ut
Lai ti''rl', t'-t l -' 'c -
A.t..ZSSeZ-'VVQS a ire iiIn o:ran V F. luard),
p'cc; nmrin ldai ,u 11 i ie

SI I S LIES re de la pose, las (;1s
un co1n d6,;aflLcte de- Bea

Des u'ms;, les po"'! c
SMais oui chers 61 'ves .
74, Rue Pavr2 Tel. 2'039 0Doln- i tous les foui1
ole solentL I 0 .
Pr-: ra-.i!.r---X.r es ~BretLnii. e' ns qiw' le
(n* Pmde seral t ia. e n O iai:
'ratt moins1. vials on ls'it
............. plus.


La semaine des Artistes


Haitiens

Par Webcrt LAHENS


II y a dcux ans -que le
1-in' re Salnpve Philippe-
Aiiugl:ire avail conru Pt iiwi
ce, loans les colonr.. do no.)
tre journal,' i'dee d'ine se
rma*,ne des arti.'tes haiticisi
en vue, dlsait-il, de pro-
mouvoir notre art ct sur-
tout en vue de fa.re mieux
connaitre nos artistes. 1c1;-
quels sont EouveIntl lec'i'-
ches a l'ctrangcr et par:-
lois sont des ;nConinus port
le a"and puibl'c haitoLn.

I1 y a la sEante Cec'le
pour lcs musicicns; la
joiurn6e moondiale du thei-
tre poor tles homines dCe !a
I):tirlche e... .; t ila.s da on
tout cela 1,'s art'sls-pds. t-
tie s o0l 'seiulpcIurs sont 1-
enores I'Potant.s;i 1on fa't
ie b:l:,n ldes renlldt'rLcnts ce
c,'t arL. oi vc'rra riu il (st
cti'un appo'tit 'lo n ncgligea-
t'c dans I'Cconomie du pays
oil tot au' moins il falt
b1aucoupl p ius dcG p, ble(.,.
pour le pi.6s qu on n1 p 0 '
be ou (;lquon ne depense.

C e'n' n:' 'nnen d;s r."1s-
1 .s 1r l)( 'n 0 f 1U e trt'
':isa'e'' dii p:ciniier lundi
.1, te.ir er i v(indredi de


. .10 .



PARFU'U CIE, LAFRAGRANCEE EN VOGUE


mat, pourrait, s-l.n S. Phi-
liupe-Avguste, etre an.T c:.s
tribucc:

< Le premier .n" r, il y au-
ra une ni-sse chantee ehi
matinee dans 1'une des e-
gliscs pa-oissialcs de la ca
pitale a la memoire de
tous lea artistes dilparus.
El soiree, on organisera
unle exposition en gloupe
sait, an Centre d Art, soit
au M'lSe d'art Haltien du
College Saint-P.erre. Ne
sera't-il pas bon aiis.;i de
consacrer une expos tion
cdes j uines art;stes de ta-
lents afin de les reliever, ou
de ls fire dciouvrir au
public...

Dans la de'.iyieme journey,
il y a'ra offrandes flora-
Ics sur irs tomnbes des artist
le dl'ipaitis.

La troilicneC journee, les
aitistes ",.LCIonILt rn grou-
Pe 0es musees et les princi-
nales galleries de la ville.

Les quatrieme et cinquie-
nml .ou-'S. on pil oncera
des confernrences on des can
series sLr IArt Naltonal oU1
sur la vie de grands iartis
tes disparus; cela. soit, i
auditorium de 1 InlstiLat
Francais d'Halii ou tout au
tre local appropi0e.

Le sixwnse et dernier
jouri. o1 l orgaliscrIa un
crand hal de cloture qui se
ra appeloe ,le bal annual
des artisles,.

Cependant, un mois avant
1"ouvert re de la semaine
des artistes haltiens, les
peintres. let artistes pour-
ralen.t se Icuinr afin de for
nMer un cumite qui sera
charge de l oranisatlon de
ia .iemnaine des artistes,,.
Cetti semaine des artis-
es1. si lon veut etre ob-
Jeclif, a toute son impor-
tance car elle permettra
aux art1.ces de se conlnai-
tre et surtout a la jeunes
se de decouvrir ou tout au
inon.is de se famil-ariser
avec 1'art haitien qui, ac-
It'ielhtcmtoi. porte sur son
clo.s I- cole d'Haiti a l1'-
trantcr il faut aussi le
reconnaitre.

La balle est lance, la pro
post:0on, voilal deux ans,
eob reprise, pour le reste,
pour sa mise een applica-
1t:n. souhaltons que les ar
tis'es n'attendent pas la
creation d'un minister des
Beaux-Arts pour sa realisa-
tion. car a 'attente ne sera
point de court duree.


(Suite de la lere page)


mten m'cfccin. Ii m'examine
en silence, 'me done une:
prescription sans rien m', x
p iqu:r puis il nhe dit de re
pass r di ns huit ours.
Quand je rentre chez :noi je
ne suis pas Alus rcns Igniee
qu avant.

UNE DAME : J'Pa une gran-
d. es'imc pour les mnddc'ns
qui Fir? soiglint, pourtant il
m',cst toujcurs penibl: de
vutr av( c quilt dis nvo'tu-
rc itls ne j(tt-nt qu'tin s;in
pie c'uil, d'ocil sur les na-
.yses qu'ils a"aient riclh-
mees et qui 1inont coute
beaucoup (I'arpe'nt

SUN ECRIVAIN t J, n'a-
mc D-S :Aller chez les medoe-
cios, ca" c'cs', toujours pt-
Snible pour moi dt'voir 'oe-
C s on de conosiL.er i ur On
puissance tniu..:e leur Ec cn
ce.

UN-. DitUAIRIERE : Jo
ill sil, iDas si c cst parce que
je s us lici, ls choisir, ina s
je suis plpineraent s tisfa -
te d tolis i s nmcd cins quii
mie sooigli nt Je les trouble
dcvoiucs. conFciInic eux ... et
charmiants !

UN SHINE,> (CIREUR DE
CHAUSSURES) : Docteu-yo
toujou bun-mlin bon grainn,
min 16 ou ce malfre yo rin-
min fe-ou pe.,u temps.

UN COMMERCANT : J'ai
un enlant d" sante tres de
1 cate, or ce'st toujours pe-
nible pour moi d'etre obli-
ge d'. ppeler son medecin la
nuit. D'ailleurs, jo l'appelle
pour la forno. car je sats
qu' 1 va m' dire qu'il nc
pout pas s' cledp'acer et d'. -
mcner l enfant, ce qui cst
parfois tres c.mplique.

UN MILCIEN : Mrin pas
janm gain problem ac doc-
yo Yo connin m.p veille
pou yo !

UN REPRESENTANT DE
PRODUCTS PHARMACEUTI
QUES : ID mnme medec n
qui i.ous recoit gntimento
quand nous arrivons les
mains pleines d'echantillons,
prend un -r pas interes-e
quand nous avons les mtins
vides. Certain medecins re
fusent de s'interess r aux
products que linus leur pre-
sentons alors cne nous somn
mes charge ti de les mettre
au courant des nouve.utes
Ils n'ont absolum,.', paus


I'a.i gend do nous la sser
parler Jans le vide...

UN:- EAME : Je prefire a-
vo.r alia're aux mudecins
de 1'ancicnne .cole. A la m.
niere des meltcins ameri-
cains, l's j0uncs medecins
hliiticns forms aux Etats -
UnLs voient 1, rgent : vant
la malad e. Ma.s je trouv,
qu'cn general les medecuns
ne tienn'nt ppe ass-z cm0,
te de 1 situation financirec
des maladies.

UNE JFUNE MERE' DE FA
MILLE : P's ilt problme a
VEC les mcd:c:ns, teOnt p .ur
mes enfants qu( pour mo
M s relations lvec eux sont
exr"llent a.. II' m' 1 y li'u Illt
toujours e ce C j, viux s -
voir. as i it riir nmlic'il in'i s
av-c lIur cons"iiein d' m ,"-
d c ns. I.e diplopuc 't"
en-r, m,.i et tee5s le"- mdle-
cins qui mr c oign'nlt.

UN FOOTEiAlIEUR :
Quand je vals d ns un. ich
niqu, Ie mood c n prefer
toujout sire- parl r du foot-
bll que d ma maladie. ill
detut (-a me faisait plais r
ma l a pros nt ca devient
penible car le p i parfo s
s"pt ou dix dollars pour u-
ne consultation don't je ne
tire aucun profit mais au
course de laquelle j'a' dfi don
ner :u medecin tous les ren
seignements qui linteres-
sent sur 1Es prochains mat-
ches.

UNE FUTURE JEUNE MA
MAN : Je sue's absolument
charmee du gynicolngue qui
me so gne. Rier a lui repro
cher !

UN PERE DE FAMIII E
Je suIs toulour: tres '1 1.11 t
quand mon motdc l LIr i -
ne touille de son bloc-unoLts
et comml nice a me prescrire
(des nmed .;m 10"i5. J'.o ne g.-
gne' l)'Iy tLe iiloup d'argento


or j at l imrinr, sion
me lors .U'ti slit qu
cament ist treb chr
fat aucun effort po
pr, srire une i hose
te mnoilhlur in''rche.
tant. q- donn rait .
te Ie mnuien re.-suiltat

UNE INFIRMIER
nledcicns sont toujo
trop familiurs ou t
tants ou trop nerve
nous. Ils ont r.crem.
attitude no.rmaile.

DEUX EMPLO YES
BORATOIRES : Ce
p:rfois peniblr dans
profession ce sO' f di
de f 1 niml de'inis
par excnml e" deo
,Al'o, ... je' t' invoe u
lade. F-'us tous les e
ma 5 nii l'i' 1,nne 1
bIid','r 'a' ,to i 1cien
n't oue n ', ilc Ou
Alio... eco.' a. c, ,
pati( nt qui va wvn r
r t:ilre cn m l'oimenli
c ou gr 's 7oto'-'e. t
prend-... Fais toutesI
.\s' s maif s ne lui pa
d arg nt. J t, ens a
crtic fire t mo'-moeme
ouil nml ex-l*lfii'-ou
bagaillc...", E. 1 est
pros n ei qu- :iIs re
l's rxal en lions-... et
I'atgnt !

UNE JEUNE EE-: J
Lo ou cc ou mi lere
-oin graeti, doct.ui-yi
I iipblte ith v & pa

UKiE JEU',E FILL
ANJi : Cost it spe
tion qui cnpiclie les
clls de s'intle" ser
dcni'nt iou:; Inaindes.
j ntI' il. 'i s in s sgrai


s er de chma.o e p'rsonne
mais cela vou' fait perdre
confiance. M rt.I pius pe-
nible a supporitr c est la me
iloance de Ci-t1:s tducteurs
et teurs restr etiona q ii nd
.is n,, s ientt p..s 'illtS.ili.tI' nt
ri.ns gnt.. Sur i voete situ6a-
Lion liilanciierl

UN GArCCN::ET 19 ANS:
Q.'a. .i j va i th 7 1:- ci'c-
r. t. ,i m 'ie l i pi 'l i

lou' (01 i II' D i d 1:1 I I
puis 110 ine, n 0n r ii. ic e f:i
.1 t j a i ll dn t'rC li
ntoi.

UN I110MME '0 ANS. '
J ai LtJ Iio',i .-, 1, 1ur l i1 r
( ili'x '" s n jd : ,: ] i):,,,, ( c'IV

ji h I 't t i


U.,E (.RANitM' SiL-. i'


d m i-. pltilr* f. 'I .1 -

In; nts in :'ri )'.t 1 p1-i s,1 -
v. nt du t1, rFi' Son es"*,; t


rapports ia% c ai 1. .- l' M
mna-a peonlt: '

UNE DAME 40o AN.S La
p iup. rt ci.- m ." t .U: que
j ai consultes '1 iIi i
fait aucun ci';n'!t ,o0'r .nl '1x
pliqu.r ce ui m in iuie'.a L.
Aucun d)ai.ugii i.i c Lr noilS.
D'accord nous, sonim. pro-
tanes el ignoor. ns. Imais
ipourquo. c EC .-n:c :-'ie-
rneur., Els-ce que, '' pr
suliisn1I-e ou prepar' In0-It
lturs arrives en cias ct.rreur
de diagnolti0c i L l resull:it
e(L que ]e me sns toull'Olls
enl LcL. t 'inler orite ch' lo
nidtcin et j.' t-,iis in enn-
fiAnce. Du p'tlus. j'-' sor's tlu-
Jours siue)lquu1 'ulln' coll.,ul

inartue ciiu' bt ',Wi't p dI n':e
d' cins n ,lieu al d,' ) .n


qtie noie t
qun mit lidt l h( *;',.- I t iti
e r, il n 1 c0 n b m 1 i I t c'tl q.t ilu, l

quIr cii o yX 1'
E 'L p o u r I v o : F l '
S anl dou rer,. co mll ll, a (t:' 1 -
! 5 n lc r e U 1 t t t : h; I. 1 il :
conscLi. it ll:C (, eI
E : Les c du cote d s nic 'I.
)urs ou id a lttre piar lt -ii l I Jii `
rop d s- cLuie tGu ..S' e I' JI, r i P l 't r '
Pux a;ve lent 1 o l iIn i 11 l [i ] -
nt une te ? Non sansit doti I)Ii-
quemI lit, qucii (1Itol nii
nes lie s:lmricinillt 'i)m ( ii-
DE LA- tor d, sm lieris et dL m I-
qui cst lhers d'autr' s. im.ns tou'1eoils
Snotre l opinlonl d? vnIt .' ,x )per-
.s coups soni: d i"r' ( t de .ilil ix
conrnie, d.!flernts'- r -rmel qii.i.ld ine
ux lia : me do. s.ve,' r Lo que p. lsi'it
une ma- bJaaulout) dl ,"' uIs
xam' ns,
pas de Ex gerrnt-l:. ?=Sun -.I nii
ds. L6 just"- e Nou., ;1 aivons p:.s ie
encore: droit de l' croire Cc qui so
j 'ai un ra t inju-t, ecc .ra it le p 1i
au labo scr que ces nrmaiirlqua pi",-
t. Mlicu vent s'apptli.iq er a tous les
u corn- medoecin-. T0i1p d uI'nis onut
les ana lu souvenir d cr tlans 0c1-
rle p.s 0vou'm Ints sponit nles et clt -
regler s'ntcross- 's d .,'uL.s mn ir-
L6 n-, emcn y, di' cerit ns tx' looI,.,
emple qu i s onlt artLmolis ailin e
rare a- leur sulluer la vi. dic 1 inte-
ecevions ret rcil dont 1, ont etle .'i,
p: rfois Jt d leur part pour ress 5n
tir Ics memes doreptions ot1m
percent, ch oz I p tup rt de
A'INT,; : c ux qui ont biCn voulu re-
sc cap pandre a ma question. A
o di-ou qu done il appartient alors
rol. d2 fire le point ? Aux me
decins d'abord, bien stir et
LE (22 puis a ch cun : ceux qui ont
cialisa- cu ta chance d'etre tombs
nmede- sur de bons medecn s et
proton- ceux qui ont eu moins de
Qu:nd chance.
rids-pa-


rents me pa:-lcr do leur me- Oit sont les medecins de
decin de iamn le je me rends nos giand'me-cs ? s est e-
compte que ,de malady est de crioe uno femmne qui avait
venu une b lk de ping pong entendu ma quist on cette
que ls s)iter i etes se ren scm ine Eh bien, its ont et6
voiento. Actus 1 in nt je suis rempiaces par d'autres (d'au
une de ces babies et je vous tres dlev6s justement par
assure que rest tries desa- nos grand'meres ou nos me
greable I res... ct si ces autres nous
cpportent souvent moins de
UNE INSTITUTRICE Les rdconfort et de cha:eur hu-
mddescips ne sulvent pas as maine que ceux d'autrefo s,
sez les y:'tielnt. i;aul tou 11s nous offrent peut etre en
jours recommence: h "Iur di change les progres rassu-
re la'mlme chose. Quand rants de la science. Et prr-
vous revenez !,:s voir apr6s dell les deceptions qu'ils
quelques jours, vous avez nous causent parfo's ils
1'impression qu'ils ne savent nous demeurent quand me-
mome plus pour quelle ma- me infiniment prlcieux,
ladie ils vous soignent. On comme le seront toujours
ne peut pas lour demander ceux vers qui 1ont court d'a
d':voir dans leur tete le dos bord...


CES BLOUSES BLANCHES


QUI NOUS FASCINENT...


Al QL J L --AVVI'M US YZ VICYEK II -19


Y 5~~~ lUA^~~---------------


~ I)a~MCI~_~DW/Xr~'~UV/zY~CC~CNA=IC~X~ IOCICC6~13CCIC~C~=rC~CV~C~;LY/J~;~YI~V" rru~N1rr,~rrru~rr,~C~IW~Y~,~~U~--y~'~ ----e


~usurci~


-----


AMEDI 17 ET TIMAMNlM Io ur' n o 10nA




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs