Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10316
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: February 14, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10316
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text













































































































































LE DRAME DES
ECRIVAINS HAITIENS
Dans une de ces exquises
chroniques don't il a le se-
cret et qu'il public trop ra-
rement dans les colonnes du
grand quotidien i' LE MA-
TIN;), Monsieur Fdlix Cour
tois a peint, avec quelque in
dignation i'imagine, le dra
me dmouvant de l'intellec-
tualite haitienne aux prises
avec les dures conditions du
milieu.

Certes, tous ceux qui obser
vent tant soit peu, la vie
litt6raire haitienne sentent
comme Monsieur Courtois,
cette insatisfaction des con
editions qu'un monde injus
te impose a 1'homme de let
tres et qui le font v6geter
dans de vieilles servitu-
des intellectuelles, dans une


'I MIr t KN t GTFf lIUW1 AL]


Au secours Haussman!


Le centre, de Port-au-Prin
ce revOle na visiteur, cer-
(ain'll petlt.s details croustll
Iiit1s, I nlls par ols trees daul
geCeiIX; qui untl, de vrllta-
bles pliges aiissi blen polur
1'as plelolts que pour les vol
tisi'a Vots ave'- reconnu lit,
lt'. tious duns la uhaussee,
I '. hilu'ht's d egoutl nun l'e-
coti 'cr(t s. li presence'de fl-
tr. t (divt i, sur lit chaussCee,
ir ioil atcauix el'ctrlqIues hau
tl'r ni iiluiti des rues...

Iorlt-au-Prince present soul
ctiil -1 aspect d'une ville qui
ai'trait raimcd trop vite, gans
COl rlflI sillIffs:tit. C'e'st une
des rares villts au nionde
(llt i a ls preinttere pluie ve-
ii'. St trainil'lormle en cite
Sl'uistre. Bien stir, tout cela
i'tist pia. depourvu d'un cer.
t;lin charge, mais 1'tat sa
nitaire oe esthetique offrent
ilne trLste et affligeante rea


l.'u rbanis;itl on saLivage.
conisecit.ive aui fort tiaux de'
Xodc rural vers le mirage de
lhi viae. a cre t non seule-
Iln'Inl d(cs condi 'ons peni-
lit' dci cirtulation tant a
pil'd uIl i si voltIlre. inals sur
t lit d's conditions de vie
iIsalttubrt''s te' d:ngeicreuses
pour lit sain publique. L'ab
snceo d'f i reseau modern'
(il col:''cte did's caux usagees,
, I d result d'adduction
td t nt ptoltble 't1 ntraine des
ri.sc all's enidemioues de pro-
piiat on de maladies.
Cerla ins quarliers de Pa-
ris au milieu du 19eme sie
cle, press, ntalitht par bien
des nspcects. ,ine similarite


avec Pt-au-Prince du point
de vue des conditions de vie.
Le Prdfet Haussinann de
l'dpoque a qui fut confid la
lourde tdche de r6novatlon
du tissue urban de la Capl-
tale, ne fit pas de detoiurs
et perca i& drivers la ville
de grandes arieres qui don
nenlt aujourd'huit a Paris
son visage aerc J'imagine
qu'h 1'epoque, le baron Hauss
mnann, n'a pas du se fare
que des anlis et qt'une veri
table tempete de protesta-
tions a du s'abattre sur lui,
l'accusant de d6truire l'as-
pect tie la cited.
Bien dvidemmment, 11 ne
s'agit pas de raser Port-au-
Prince mais de career les con
editions optimales pour I'hlom
me de vivre avec uno certain
nie 1harmonie avec son mi-
lieu.

La ville a besoin en prio-
rite d'un system d'adduc-
t'on d'eau et d'un system
de collect des eiux usagees.
II serait sans iloute oppor-
tun de profiter de l'occasion
de la mise en chaiitier de ces
grands travaux pour recti-
fier cecrtalncs aberrations ar
chiteeturales susceptibles de
favoriser la circulation pe-
destre: car actuellement, u-
nte promenade dans la ville
n'est p;i exe:npte de cer-
tans risques. dont le moins
grave pourralt Mtr, oine
niauvnisc entorse

Port-au-Prince possede dans
la zone du Bois Verna, uire
veritable riche:se architect

(Voir suite page 6t


I.E 749EME TIRAGE DE LA LOTERIE

Nouvelles et excellentes

measures prises

par Ile Directeur Andre Dube


Hr, m. sent deroulees les
operliun jiu 7i49eme tirage
d li Loterile de EtUat Hai-
1iin. 'stus la supervision du
Nont Irc D sntes Rameaki, a
%,,c I',s'sanCe d ti comnite
(,it i rcltlarquailt en autns
1i R. P Ludov.'c Brierre. le
I,. P. Matjdctchec Paraison,
t ir.' Ii ipectlvement
ht Clirge C. thoiquI et I E
sliac Epistopil des repre-
'ti.al.s i ( la Couur Supe-
Slure ii .s Coimnptes. dclu'De-
rltl(cmenl des Finances, de
I, Pir.ctdur'. de la Provin
(I du public in Rgeneral et
],i. rrpr s.mn'a;lut il 1 Prcs
t )I(".1 l)lt' I Vullx du


I D 'i t '.I til Gtlter:il An
(re 'D1ill) 6. I ill,' Ift olt'Ii ,u

; l. ( : r, I ll i l i
S ( 'c ll'l I ll I l'rei i'


Sill i > .i I l. tu' u alhon
l t' 'ii d 'l l ti ,\ t1 il


it' 111 i1,. 11 ill Il'rci ll) li I O d

it, i I- |)' l iii 'still I; S I l l vi-r





lr. .1 lu is Ilt ilt( economic
di i tlips iH di ms eillures
in hlus dI' (cuntrole pour

PI 1 [5, s operatuur:t
dcls I mbotiurs oilt ete chan-
ges i ri mpilwes pliar de nou
veaux. Ilds ltiron 'ux memes.
place, Fes ns lll certainly
emp)si a di alutr's, ce qui
evitt'r tout risque de ',ronnil
velce c, it(i a ti t otrp T lou
goc r'x])erii'cll' et pratiquL...
Ceis tivouvelle. measures ont
ete bien vcculliaes par ile
Srau public clii felicite e
Direltd'ur General Andre Dt
be de son sol u coeOtatin
d'oflrr tr le maximum de ga-
rantis dauns its operation:
du tjrage.e Noua, diresons i


notre tour, nos compliments
iu vigilant et diligeanti Di-
recteut Genetal de la Lo
terie de 1'Etat Haltien qui
ne cesse de trav.iller, avec
success. au rayonnement et
aui bunl renoml de la Loterie
de I1Etal Haitien.

Voici, par .a.lleurs, les nu-
meros g 'gnant les 3 pre-
miers gros lots,

GROS LOTS :
ler 10764 G. 150.000
2eme 22363 G. 25 000
3eime 25.367 20.000
Et ls 6 bouler de terminal
son :
3B 46 66 74 88
99


DEBLOZAILLE

Dans une rue d'un pays
non situe a lieu la scene sui
vante : deux vieillards se
croisent, s'invectivent... e
elate la bagarre. ("est ilm un
incident tragique, et il sera
vu et compris come tel
par tout quidam, quelle que
soit sa nationality.
Mais que ce quidam soit
an compatriot, et qu'il sa
che au prealable que les ve
nerables pugilistes sont pe
res, 'un d'une iolie ille pre
nominee Chimene, 'autre


Rodrigi
s'almen
et chi
tout cl
perd d.
que et
comedy
beille,
Voila
sieurs
ne faut
au scas
voir un
tion, h
triotes
rire soi
deployed
aucun,


gene v
Je n
tez con
puis e
gnatio
notre
de la
point
qui a
ancient
Par
mere,
ce qui
nous,
tre da
nous A
ces pi
nes ha
des ot
Du pl
te da
ce, on


TEHERAN -- (AFP)

L'Ambassade des Etats -
Unis a& Teheran a dtd at
taquee mercredi martin par
un commando de tants du people fIdayines>
(marxistes 16ninistes) a 10
heures heree locale) et
tout le personnel amdri-
cain a ete faith prisonniers>)
avant d'etre reintegrd dans
1'Ambassade par les reli-
gieux.


L'attaque, qui a faith deux
morts chez les assailants
et deux blesses legers par-
mi le personnel de I'Ambas
sade. a ete tres rapide. Un
commando armed a ouvert
le feu sur les batiments,
en plein centre de Teheran,
et il a reussi s'y introdui
re. 70 americains, don't
I'Ambassadeur, M. William
Sullivan se trouvaient alors
dans I'Ambassade proteee
p a r 1 9 ,marines-
q u i ont te n t ede
repousser les assailants.
Mais t'Ambassadeur ayanti
decide d'eviter de sanglants
affrontements. tout le per-
sonnel americain iv com-
pris les marines se sont
finalement rendus aux 1[e
dayines.


Entre-temps. des reprc-
sentants du gouvernement
etaient arrives sur place,
don't M. Ibrahim Yazdi. --i-
ce-Premier Ministre. et 14
Ministry des Affaires El ran
geres. M. Karim Saudjabi,
pour tenter de retablir lor
dre.


L'Ayatollah Khomeiny a
aussitot condamnu cette at
taque qui revele les dissen
sions existant entire reli-
gieux et combatantss mar
xistes,. estiment les obser-
vateurs. A 14 heures Lheu
re locale. 'Ambassade e-


tion de p9i;ce theatrale iie
tragique.
Pour nous, habitants d'llai
ti Thomas, les resorts de
la tragedies ne r resident p'.s,
dans les emois. les souffran
ccs et les shelbert ures d'E-
ros dans le cof-ur de deiux
etres. Us sont ailleurs, au-
tres .
Dans la mort et la peur
qu'elle inspire; dans la poli
tique et ses terrifiants
coups de guidona.

x x x x


a.mn. ,u.. 'an "pi LE PKEMIER JET
ue, fille et garcon qui Une poetesse nous est
it d'un amour tendre n6e Que-le cercle de la corn
ievaleresque... Alors munaute se rejouisse et dise
change. Le spectacle la bienvenue a Marie Mar-
e son caractere tragi celle Ferjuste. Elle a cre :
prend 1'allure d'une Honneur Repondons, puis-
e, duo mduonetoque sa voix est claire et ses
d'un ddblozaille.. accents pathetiques : Res -
Sdone pourquoi, mes pects ; Respects Respects!
les bien-pensant, il Et parce que nous appr-
Sni s etonner, ni crier cions son talent june et ro
ndale, encore moins y buste, parce qu'elle est poe-
Smanque de formal te, nous lui souhaitons de
orsque mes compa prendre prestement ses dis
et moi (je le pumis dances vis a vis de cette
us cape( rions a gorge chute litt6raire qu'on nom
ke, et sins .,mplexe me <,mulaltrisme culturelt.
a telle reprdsenta- Sinon, elle risque d'y lais-
ser sa propre culture, [a
vraie, celle d'Haiti (natio-
nale ou populaire) qui n'est
pas faite de la somme, de
addition, de la culture de
H a ten deux peoples, mais de leur
H allhe l"8 multiplication. Done, cultu-
re qui ne saurait s'expri -
RUN mer a travers ie mulatris -
me culture, addition et jux
voisine de la miscre. taposition de terms creo-
e sais pas si vous sen les I la syntaxe franmai -
mme moi, mais je ne se ..... z
touffer un cri d'indi- Attendons le prochain jet
n, en constatant que Qui fera de Marie Marcelle
pays qui se reclame Ferjuste la prestigieuse fil-
culture fran aise, n a le de F. Hibbert, de J, Ron
le respect des valeurs main, de S. Alexis, de
toujours hionore son Frankdtienne. on, et ce se-
ine m6tropole. rait dommage, la commire
une derision assez a de Boute-negre, le pittores-
nous m6prisons tout que et surprenant personna
se fait de noble chez ge de Lherisson.
comme si au lieu d't Entre le realisme merveil
ans la mer oceane, leux de Jacques S. Alexis et
itions perdus parmi le puissant ddzafisme de
oussieres d'iles lointai Frank6tienne, il n'ya de la
abitees par des peupla place que pour un 6mule de
bscures. Jacques Roumain. Le Res-
us loin que l'on remon te, de quelque nom qu'on le
ins 1'histoire de Fran- baptise, spiralisme, plur6a -
i voit que le veritable lisme, piroulisme ou n ula -
trisme cultural, nest qu'elu
(Voir suite page 5) cubration intellectuelle.


tait control6e par les reli-
gieux qui demandalent a
4l'arm6e du gouvernement
provisoire rdvolutionnaire,
de proteger les locaux a-
pres le depart des fedayi-
ne afin de permettre le re
tour de I'ambassadur, de
ses employs et des marl-
nes.

Pendant toute la dur6e
de ces incidents,. 1'Iran a
ete coup du monde aussF
bien par telephone que par
telex. Seul, un correspon-
dant de la Radio amdricai
ne CBS avait reussi a con
tacter New York.


1BIERCREDI 14 FEV lIEIR 79


No. 31.019



ONDE EN 189 LE PLS N N QUOTIDID T83I MERE DE







FONDE EN 1896: LE PLUS ANC1EN QUOTIDILON D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATI


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. Max CHAUVET


T416phone :
Rue d


L'Ambassadeur americain
en Iran, M. William Sulli-
van et les 70 membres du
personnel de son Ambassa-
de qui etaient detenus avec
lui par un group de gue
rilleros urbains ont te6 rela
chds, apprend-on au Dd-
partement d'Etat.


Les membres de 1'Ambas
sade ont 6te lib6rcs apres
que des forces gouvernemen
tales eurent encercld les
batiments et negocie avec
le group arm6 qui d6tenait
i'Ambassadeur dans une ca
ve, precise-t-on.


IRAN:


Les groups


revolutionnaires marxistes


.De 1ienvoye special de
t'AFP
Patrrick MENEY

TEHERAN -- (AFPI
Les grolipes revolution-
naire.s marxistles iranieis ne
veulent pas deposer les ar
mes ,Nouis marchons main
dants la main avec le.s reli
gieux, mais nous preparons
aussi une nouvelle etape
de la revolution,. explique
un fedayin Oruanisation qui
a attaoue l'Ambassade des
Etats Unis mercredi a Tehe
ran.

les armes. Nous devons, au
contraire, developer nos
noyaux armes- En cesa
terms. dans tun communti-
que public mardi. les fe
dayine i auerilleros mar-
xistes lninistes luttant de
puis neuf ains dans la clan
destinite centre le Chaht
ont resete les appeals des
relitticux pour un .desarme
lmellt y general des civith.

Les fedlayin expliquenit
Nous reipectons A-Iatoil-
lah Khomeiiny, qui est le
chef de ct.dte revolution.
Nous soutentills Ic guoverne
mnent Bazargail. mainis inous
restons vigilantes. Nous som
mes prets a combatire utn
reisime qui ne serait pas
assez progrcssiste. IIt nous
taut donc harder les fusllsv

Desormais. leas fIdayine
ont beaucoupla armes. i-
ne source militaire sericu-
se estime que 75.000 mi-
traillettes ont ete prises a
larmee Jor.s de la ,batail
le de Teleran,, samedi et
Dimanche. Les .Modihedi-
nc,, combatants musul-
moans, avouent en avoir rd


cupere 10.000. On peut pen
ser que les fedayine en ont
autant. Ils continent d'ail
leurs a donner des cours
de maniement d'armes sur
le campus.

Les fedayine. et d'autres
groups marxistes come
'embrionnaire parti commu
niste iranien ou le sCha-
lagh Sorklh l, t Aube Rou-
ge,', craignent d'etre etouf
fes dans la future Republi
que islamique. Plusieurs ac-
tes d'intolrance de la part
des religieux les ont mis
en evil ces dernieres se-
naines: les marxistes de-
clares etaient refoules des
manifestations politico-reli-
!;ieuses, les Mollah Chiites) ont empdch de
parler des orateurs de gau
che. Its ont meme occupe

iVoir suite page 6')


ISLAMABAD, (AFP)
L'Ambassadeur des Etats-
Unis Ia Kaboul, Monsieur A
dolph Doubs, 58 ans, a 6te
kidnape Mercredi matin aL
Kaboul, apprend-on de sour
ce officielle I 1'Ambassade
des Etats-Unis a Islamabad.
xxx
DUBS : CIRCONSTANCES
DE L'ASSASSINAT
ISLAMABAD, iAFP)
C'est I la suite de 1'atta-
que par la Police Afghane,
en d6pit de l'avis des offi, -
ciels americains, de 1'hotel
de Kaboul oih 1'Ambassadeur
des Etats-Unis Adolph Dubs
avait 6et pris en otage, qu'il
a ete assassin, a rdveld
1'Ambassade des Etats-Unis
a Islamabad.


Selon le r6cit amdricain,
plusieurs hommes ont enle-
v6 I'Ambassadeur, il se ren
dait en voiture a son tra -
vail, puis 1'ont entraind vers
le Kaboul Hotel, au centre
de la ville ofa deux d'entre
eux se sont barricades avec
1'Ambassadeur.

On ignore encore a Islama
bad d'ou sont parties les
balls qui ont tu6 l'Ambas
sadeur. Les agresseurs au -
raient demand la libdra -
tion de trois leaders reli -,
gieux Afghans centre celle
de l'Ambassadeur. Ceci lais
se a penser aux observa -
teurs qu'ils faisaient parties
d'un group de rebelles Mu
sulmans opposes au regime


NOS INTERVIEWS


"La Peinture


Haitienne"

est une peinture sophistiquee,


Nous a dit Mme Ute Ste-
position de l'Art Haitien
Museum


bich, organisatrice de I'ex
aux USA pour le Brooklyn


Par Webert LAHENS


Mme Ute Stebich est ac-
tuellement un nom dans la
Peinture Haitienne depuis
qu'elie a pris sur elle d'or
ganiser pour le compete du
Brooklyn Museum une tour-
nee d'exposition de 'Art Hai
tien aux USA : Du 2 Sept.
au 5 Nov. dernier au Broo-
klyn Museum; du 22 Dec.
78 au 4 Fev. 79 dernier au
Wilwaukee Art Center et du
15 Sept. au 28 Oct. 79 pro-
chain au New Orleans Mu-
seum of Art. Ces diverse ex
positions rehaussees de pro-
jection de video tapes et


Les principaux points


du document de Puebla


L'ASSEMBLEE DE

PUEBLA, AFPI

Voici les principaux points
di document final adopted
mardt. soir par les 179 Eve -
ques lation-americains vo
tant a I'Assemblee de
Puebla :

DROITS DE L'HOMME :

calnne assume la defense des
droits de 1'homme et se de
clare solidaire de ceux qui
tittent pour leutir applica -
tioni,. Aucun pays n'est ci-

te en parti-culier, mais le do


Appel de Soljenitsyne


LONDRES -- (AFP

L'ecrivain russe Alexandre
Soljenitsyne a lance mardi
un appel implicite au peu
pie sovietique b pourssuivre
sa lutte pacifique pour se-
couer le joug communist
qui, selon lui, est en voie
de devenir uge chose du
passe .

Dans une interview ac-
cordee a la BBC dans sa
propriety du Vermont aux
Etats- Unis oo il vit ac-
tuellement en exil, M. Sol-
jetnitsyne, al 'occasion du
cinquieme anniversaire de
son expulsion d'URSS a dd
clare: (Nous sommes tou
joturs les prisonniers du
communism et cependant,
pour nous en Russie, le
Communisme est un schien.
mortns alors que, pour beau
coup de gens en Occident,
c'est encore un lion en
vies. aNous avbns. en Rus-
sie, fait face sur le plan
spiritual, & cette pdriode
d'dpreuve, et, chose dton-
nante, nous sommes tou-
jours debout,.

Cette interview diffuse
par le service russe de la
BBC, i'dcrivain poursult :
sist6,- nous assistons au-
jourd'hui I un ph6nomene
de r6g6n6ration de notre
socidtd. Je ne pense pas a
un rajeunissement intellec
tuel et politique- Samizdat


et lettres de protestation -
mats a un changement de
ambiance morale qui en-
toure ceux que l'on persecu
tea,

chacun a maintenu ses dms
tances de quiconque avait
ete condamnd, le laissant
perir seul... De nos jours,
chaque famille oh un tel
cas se produit voit des
mains qui se tendent vers
elle pour 1aider. Les gens
font des collectes, rendent
ostendsiblemest visit au fo-
yer de la victim pour i'as
sister. C'est une atmosphe
re morale totalement diffd
rente, come si nous n'exis
tions pas du tout sous la
domination sovietique...a

Cette metamorphose, fait
remarquer.. Soljenitsyne. plus profonde et plus pro-
metteuse pour l'avenir que
ne le serait mdme un coup
d'Etat a,. Les gens se corn
portent comme si ces yam
pires, ce dragon, qui tro-
nent au dessus de nous
n'existaient tout simple-
ment pass.

L'dcrivain tient, dans cet
te interview en deux par-
ties don't la second sera
diffuse par le service rus
se de BBC le 18 f6vrier, aL
rendre un profound homma
ge a la nouvelle g6ndration

(Voir suite page 5)


cument fait allusion plus
loin a ,des pays comme les
notres dans lesquels les
droits fondamentaux iDroit
a la vie, a la sante a 1'ins-
truction. au travail, etc...)
sont frequemment bafoues,
et dans lesquels on viole en
permanence la dignity de la
personnel humaineD.
- VIOLENCE :
lence qui est de regle en A
merique Latine, il est neces
saire de prendre clairement
position : la torture physi-
que et psychologique, les en
levements, la persecution
des opposants politiques et
des suspects, la privation
des droits civiques, doivent
toujours etre condamnes
quand ils sent le faith de
1'autoritd charge du bien
public. lls deshonorent ceux
qui les pratiquent quelles
que puissent etre les,-rai -
sons qu'ils invoquent>.
Avec la meme fermetd, 1'd
glise condamne <]a violen-
ce terrorist quand elle se

(Voir suite page 6)


de films sur la vie de cer-
tains de nos grands artistes
et sur la culture haltienne
auront la vertu de nous mono
trer aux autres tels que
nous sommes... Mme Stebich
que Ious avions rencontrec
au Musee d'Art Haitien alors
qu'elle etait en instance de
depart pour 1'etranger, avait
bien voulu repondre a nos
questions en nous disant d'a
bord comment elle tait ve-
nue ak s'intresser a la peinm
ture haitienne :

Mme U. S.- C'etaut Pier
re Monos.let qui m'a guide,
m'a montre, les beautes du
pays et m'a .aussi raconte
tous ]us contest, la mytholo
gie, qu'estee que c'est le vo
dou etc. On a toujours be-
som die quelqu'un pour vous
guider...

Q.- Apres cv premier coin
tact avec Monoziet, dites-
nous ce qui vous a encore
attire vers ]a peinture hal-
tienne ?
R.- Dans la peinture hai
tienne on trove quelque
chose d'exceptionnelle en ce
sens que c'est absolument
haitien... Le people haitien
est tellement gentle et so-

(Voir suite page 2,


pro-Sovi6tique de Monsieur
Nur Mohammed Taraki.

xxx
MORT DUBS :
REACTION DE M.
CYRUS VANCE
WASHINGTON, (AFP)
Le Secr6taire d'Etat Cy -
rus Vance a declar6 Mercre
di matin dtre saisi par un
d'horreur* apres I announce
de I'assassinat par un group
pe terrolstes de Monsieur
Adolph Dubs, Ambassadeur
des Etats-Unis a Kaboul.
La mort de Monsieur
Dubs, ,un acte brutal de
violence>,, ne fait que <,con-
firmer notre determinationn
a oeuvrer pour eliminer la
violence gratuite qui mena
ce la communaute mondia-
le,, a declare Monsieur Van
ce. dans un communique.
Monsieur Dubs, a-t-il ajou
t., etait un ,foncticonnaire
devout et un college apprd
tie qui a done sa vie pour
servir son pays".
x x x

Les Ambassadeurs
americains
assassins

PARIS. i AFPi
Monsieur Adolph Dubs,
Ambassadeur des Etats -
Unis a Kaboul, tue Mercredi
est le cinquieme Ambassa -
deur americain assassine de
p\tis dix ans t
-Le 28 Aout 1968. au Gua
temala, 1'Ambassadeur John
Gordon Mein est enleve et
execute par des membres
des Forces Armees rebelies.
Le 2 Mars 1973, trois Di
plomates Occidentaux au
Soudan, don't l'Ambassa -
defar americain Cleo Noel,
sont pris en otages par un
commando Palestinien et
executes apres un siege de
deux ours.
-Le 19 Aofit 1974, Roger
P. Davies. Ambassadeur A
Chypre. est tue dans son Am
bassade a Nicosie. lore d'u-
ne manifestation anti-ame-
ricaine.
Le 16 Juin 1976, I'Amibas
sadeur au Libain, Francis Me
loy et son conseiller econo
mique Robert Waring. sont
enleveic et assassines a Bey-
routh par Il'organisation
revolutionnaire socialist
Ara be,..

Tresze Ambassadeurs d'au
tres oays ont ete assassines
pendant cette meme perio-
de, le dernier 6tant Mon -
sieur Delorme Mehu, Am -
bassadeur d'Haiti au Bre '-
sil, assassiae le 4 Juillet 1977


ONDES COURTESY

VERS UN NOUVEAU DEPART, VERS UNE
ORIENTATION
Par Frederic Tardieu DUQUELLA


NOUVELLE,
La technique moderne du
journalist exige qu'on ex-
prime sa pensee d'ulie ma
nitre claire, concise et ra
pide en ce sidcle, d'dlectrici
te et de vitesse. On n'a
pas de temps A perdre, L'ac
tualite press.
Chez nous, en Haiti, en
tout et partout, il faut


Nouvelles de l'Amrique

Latino


NOUVELLES DE
L'AMERIQUE LATINE
L'ACTIVITE DE
L'sESCADRON DE LA
MORTs) AU GUATEMALA
GUATEMALA, (AFP)
L'vEscadron de la mortar,
organisation clandestine sp6
ciails6e dans d'61imination
violent de delinqnants, a
exdcutd au course du mois de
Janvier 240 malfaiteurs, is
diquent les statistiques de la
Police Guat6malteque, ren -
dues publiiques mardi.
Les victims avaient tou-
tes sdjournm au moins six
fois en prison, pour vols, a
gresslons a main armie,
meurtres, etc.
xx x
LA COLOMBIE ELLE
AUSSI A DESORMAIS SON
MORTs
BOGOTA, (AFP)


la loi centre tous ceux qui
cachent leurs activat6s d6llc
tueuses sous un volutionnaires> est ne cette
semaine en Colombie.
< dents : C'est le slogan de
cette myst6rieuse organisa-
tion qui entend s'inspirer
de l'tEscadron de la Morta
Brdsitlien. Le bulletin de nais
sance de 'organisation, a
dress Mardi au bureau de
I'AFP de Bogota, est symbo
liquement frapp6 d'un petit
cercueil qui semble avoir &te
choisi comme embldme par
l'Escadron.
L'Arm6e et la Police co -
iombiennes combattent de
puis plusaeurs anndes un cer
tain nombre de movements
terrorists d'ob6dience com..
muniste, Maoiste ou Castris
te, come l'organisation
aM-19. Cette derniere est


,Un cEscadron de la mort,
decide ba letter en marge de (Voir suite page 6)


chercher la politique. La
politique joue son role de
quatre vingt dix pour cent
dans nos actions. Les sou
plesses d'adaptation condi-
tionnent la pratique de la
vie politique. La politique
est oeuvre d'art. Par la, il
faut entendre 1'ensemble
des procedes substils qui
permettent de se tirer d'af
faire a merveille.
Faire de la politique sans
connaitre les hommes 1his
toire, 1'evolution des idees,
c'est faire de la chirurgie
sans connaitre 1'anatomie.
La politique est oeuvre scien
tifique. Dans ce cas elle
repose sur i'dconomie, les
finances en vue de sauve
garder 1'equilibre social et
le minimum de bien-6tre
general.
Aristote a d6fini la po-
litique :
ganiser et d'embelir la ci

Oeuvre d'art, oeuvre scien
,tifique, la politique r6ser- '
ve, en parties, des surpri-
ses inimaginables. Du pays
Les dernreres l gislatives,
refletent l'image vivante du
pays. Les int6erts publics
sont en jeu, les passions
s'allument.
Le candidate promet months
et merveilles en vue de s6
duire la clientele 61ectorale.
Il est le fiance: il vit dans
imagination du reve Ia r6a
liser.
L'elu est le marl. 11 a

(Voir suite page 6)
1 C


Iran/ L'attaque de l'ambassade


des Etats Unis


Litte'ratures et Socie~tts

Par Wilthem ROMFI 1;


Le drame


des Ecrivains

Par Wilfrid FOMB]


*<


,-S B fntreles '
Chancelers
dominicain et
haitlen

Mardi martin, le Secr6tai-
re d'Etat aux Affaires Etran
gBres de la R6publique, Dd-
mTinicadne, le vice Amiral Ra
mon Emilio Jimenez, 6tait
en transit a l'aroport en
route pour la Colombie.
B1 fut accueilli A sa descen
ON INTERNATIONAL DE PRESSE fute dalon par le Chancen
te dWavion par le Chancelier
G6rard Dorcely qu'accorhpa
2-2114 Bolte Pos*le : 1316 gnalt le Chef du Protocole,
du Centre No. 212 1'Ambassadeur Ren6 Hyppo

(Voir suite page 3),

Ambassadeur des Etats Unis


au Pakistan enleve et tue




PAGE 2


MERCREDI 14 FEVRIER 79


Avis d'Aooel d'Of Fres pour te Cii"e'I1


Le Qoiv'lvirllnonlot dCe la
Republiqloe d'ntilt a obtu'nu
ide ASSOCIATION INTERi-
NATIONALE POUR LE DE-
VELOPPEMENT. un cred it
(io DIX MILLIONS DE DUL
LARS AMER1CAINS U. S.
$ 1000000 OOl:l i pour le li-
0: UCHIelleii I cllii SECOND
PROJECT EDUCATION don't
I, co1 it appioximnalif global.
ei.'st estimc a Diouze Mil-
lions Six Cent Mille Dol-
.as Aimericaiis (U. S. $
'A0600.000 nO .

Enl viPe de I u11 ec o- c-OU"
re de ce Prowt, qui com-
'e'-nut la cOLum; riici ion de 31
Eioles Pri ni.miaes Rurales,
0 Eloles Urbainos. 1 Eco.le
boriiil' o 02 E lco.s Pro''t -
isuiO01--s 1 1 Ecolr Mo t oi-
sio ldle I i'Ei- It ,tc--
Ie d'Aur'ie :'' lre 1 c' i: l'
Ie, 5 .-! i 1iis diini 1 i-e
les i;il iin ienls d; 1i lz io
' on>le pour Ila Ie.ri -
lon t io t' i., ii 0 l l .p!0-


SoI-xolil e ix 11i:,I ;e I 170 on il,
Sols de i e t'l 0 l'ortc i- i .\1l


I; r'-: r ( /t1l : (Ille iC,
1, lds I e (c ]'iO o ii ]
( roF il- t0 0 1 io
1, APPEALS D OQFIiFES oIt


tes a r., r 0 d' i AP
PEL. D OF:' iF- Ir u
MEANT PORTLAI-\) .; F:1I
(I:EL 'nl-. le- n,;s< ulVt',, -

a 4 lir'mre, a 1 a (l'..'-

PROJET DEDU: 'IuN No
2
BANQUE Mit'" .- '
c',1 Den 'i m ei' 6i,' 1 El r-
e -i l NaitoXI :"


Porl -ni-Prince, HAITI
P. 0. BOX 2162
Adress se T016,raphique :
PEGIni.M
GOUVERNEM-NT HAITIEN
Porl-aiu-Prince, le 1cr Fe-
* vcier 1979

..ng. Nicolas SAINT -
LAUENT
Directeur 53


Le Rdpubllque d'Halti
de 'ASSOCIATION
TERNATIONALE PC
DEVELOPPEMENT
dit de Di.x Millions
lars nm'eicains ( U.
10.000.000) pour le
ment d'un Second P
education don't le cc
proximniatif global es


LA VISION D3U YOG


G de la md' -t Douze Millions 81
a obtenu Cent Mille Dollars Amcri -
IN calms (U. S. $ 12,600.000.00
)UR I rE En vue de la mitse en- oe
un ere- vre de ce Projet, qul Ccom
de Dol prend la construction
S. S. $ TRENTE et UNE (311 Ecu
finance- les Primalres Rurales, DI
Irojet d'E (10) Ecoles Primalres U-
oiut ap balnes, UNE (1) Ecole No
st esti male Primaire, DEUX (2)
coles Professionnelles, UN
S(1) Ecole Moyenne d'Agric
d ture, UN (1) Centre Ce P
d lecti-onnement Rapide, CII
(5) Studios dans 1'alre d
Batiments de la Radio I
tionale pour la pr6para
tion d'6missions radiophor
il ques a caractere dducat
Cinq Mille 15.0001 Tonn
D'ACIER ROND pour BE
TON ARME r6parties en
)ur :- ciers durs No. 2, No. 3
No. 4, seront n6cessaires.


-A


LA VISl7N DU YOGA PUBL1EE PAR ASSOCIATION
DU KRIPALU CENTRE DE YOGA REVUE NATIONA-
LE ET INiERNATIONALE DL:E :

YOGA. METAIPHYSIQUE, DIETETIQUE, SPORT, Etc...
AL SUMMAIRE CE MOIST CI :

QU EST CE QULUN VOYANT (Mme Arc-en-ciel)
LA REALITE INTERIEURE (Rev. R. C. BEAUBRUNo
I.ES 12 SIGNS DU ZODIAQUE lDelt Acruz)


L1 A'RT DE GUERIH


*Prof


PETITE HISTOIRE DU FOOT BALL HY


J. D. Percy)
AITIEN


(Pierre A' OUILLAUMEO
El de nom-brcux Articles sur des suties calptivants.

EN VENTE DANS TOUTES LES LIERAIRTES ET LES
SU PERMAKETS


- -ci-: -%/"P "'sS~', Tc:/ ~ ~c' Z C~


II est entendu que
fonds de ce cr-dit contrib
ront a couvrir les cofits c
contracts pour lesquels d
Appels d'Offres sont lan
ces.
Les Intdresses sont bnv
tIs a retire le dossier d'
PEL D'OFFRES pour I'A
CIER ROND POUR BE
TON ARME tons les jo1
ouvrables du 5 Fevrier 11
au 9 Avril 1979 de 9 heu
a. nm. a 4 heures p. m. a
dresse suivante :

PROJECTS EDUCATION
GOUVERNEMENT HAI
TIEN BANQUE MONDO
LE
c/o Departement de I'Ei
cation Nationale
P. 0. Box 2162
Port-au-Prince, Haiti
Adresse '_ i i, ,.- :
PEGHOM
Port-i -Prince, le ler F,
vrier 1979

Int. Nicolas Saint -
LAURENT
Directed:


i Peinture Haitienne'


Project d'aducation No. 2

Gouvernement Haitien Banque Mondiale


A-vie ('At el d'OEfres
pour PAcler Rond pour beton arm6


laisse-entendre que vous
vez pr6pare cette exposit
pour le Brooklyn -Muse
en mannlre d'introductioc
votre th6se de doctorate.
R.- Non c'est pas vrai.
suis encore une dtudian
'ai faith a pour le Musee
* Brooklyn c'est come
job. O'est ma profession


"L
(Suite- de la ier, page)
phistilqu6, memo Je trouv
sa pointure sophistlquee
o'est ce qu'on volt dans s
tabloeaux. II y a telleme
x de styles de pe.nture. L
- hattlens ,dans mon opinic
). sont des Indivldus vraime
!u individuels et c'est ce qul
a- roflechl darts les tableau:
lde Q.- Ca peut gtner
0- gens quand vous dites q
X la peinture haltienne est
r- phistiqude...
hr- R.- On parole toujours
E l'Art Haitlen come dta
iE naif ou primitif. C'st u
,ul expression qul peut etre
er pliqube en ce sens que p
es mitif, les artistes n'ont
Na requ une instruction, al
que de lautre cote, 11 f
i- comprendre que tout ce
lf, 'artlste veut dire, il le
es dans le tableau, les id
sont sophistlqubes et 'c
a aussi que l'on volt, queI
et sent l'amour que les haiti
out pour ie pays.
Q.- Quels themes a'
les vous decouvert dans c
)ue peinture que vous dites
des pli:stiquee ?
des R.- Dans mon opiinio
y a trois themes qui
tr's important dans 1
Haitien. C'ost la vie qu
AP dienne, une description
la nature, de la beaute
la nature: l'autre, c'est
urs Loire. Naturellement les
979 tens sont tres fiers de
res Histoire j ustement p
i'a qui'i.s olaient independa
et je crois quo ctte indi
dance etait tres import
pour l'esprit des haiti
enfin, c'est 1, vodou.
IA- USA par example on p
que c'est une religion qu
primitive,. mais dans
du- opinion, je crois que
une religion tres sopt
uee. II y a le bon D.e
grand Dieu. Les loas
come les saints. II y a
si que los loas sont des
prits qui sont un peu (
me les peoples mimes
des caracteres On a (
quun avec qui parlor.
pout parlor avec un loa
vous aide parcel que you
vez un ami.
Q.- Est-ce que vous
sez, Mine Stebich, que
peintre quand il traduit
Ihnmcs dans ss tableauN
rive a expliquer ce qu'il s
ce qu':l comprend ?
R.-- Oui, bien sur. Ri
dez seulement l- s variant:
qu'il y a dans les tab-le
II y a des artistes con
Htyppolite qui sont des
prits ieux-memes. II y a
Bric-. tin styi e comply
mnl-t diflereni et son st
usn ami, Alexandre qui
r',popisible poutr Saint i
c minia exp.iquee pourquo
la >ait l0oujirs des poil
dains ses t;bl .uaax. II me
s:it que cela traduit la
sence dc.0 esprits dans
tableaux. On ine p(ut
Oir les t'prlits mais ceu:
sont tulluours avS C nous
coi c'est la reflex on des 1
tres et vots voyez les esp
qii veillent Un esprit n
j:imais fin i, 11 st toujo
dans lai transfiguration
vint. I dispa:ti;t "t il
vient Ca e'est St Brice ..
a Andre Pierre. II cst h
i:i. il velit nolus don
lhiito)ire du vodou un j
ce sont des descriptions
c'est iune iconographie et
vec Andre Pierre aI
quand il finit un tableau
demand, aux loas si c
bon. Jo lui ai demanded p
quoi alors est-ce que v
vr-ndez les tableaux qua
e'eust ne chose religieuse
m'a repondue : je donne
message avec ca... Mair
nant on a Felix Lafortu
II est tollement spirituel
Q.- I rautelle beauc,
Tct,-or Hypoolitc
R.- Oui, un peu comma
Hector Hyppolte, mais c.
ci, pour mol, c est encore
forent: avec Lafortune, c
un peu le mysterieux; a
Hyppolite, c'est beauso
plus reel. Le tableau 1
connu, c'est Erzulie.
c'est la beaute de cette 1
me, c'est Ia maitresse
mour dt lIon sc-it exact-im
qu'il connait tres bien ci
maitresse pare qu'll a (
nu d'elle une ruaeite aver
oiseaux, les fleurs et les
leurs etc. Apres il y a
gaud Benott par example
peint des cerdmnonies vod
Aussi c'est come un do
ment avec dans son st
c'est propre avec tous les
tails il nous donne une
cription des scenes vodo
Q.- II y a uru chose M
Stebich sur laquelle je Vi
drais avoir une precision..


fare deso c)hBies conrmne ea.
Mats 'en cc moment, on ne
et va pas accept cel.. post
tion et mime le catalogue
e 'comme une these pace que
es PArt Hahll n dapsI leB USA.
cs C'est encore au commience-
on, ment, On a brouoln de plu-
?nC sieurs expositions comme ea
est pour cr6er le respect et ou
X vr'r les yeux des gens et jes
les pore blen qu'on a commence
ue avec ca, avec cette exposl-
8s tion.
Q.d Il y a aussi Madame
nt un reproche qu'on vous a a-
nt dress6e. On a dit qu'il y a


MESSIEURS

AIMEZ VOTRE FEMME !

PROTEGEZ-LA FATES .A

PLANIFICATION FAMILIALEU


exposition; iaut auSsi com e6 ""oooe "oC/e'cioosis'',-e-i-co
prendre que mon amour est
vec Ils primilts. Pour cette Bj0 'g I
,s c, cee LE BISTROT
raison que je ne connais pas I
suffisamment l'Art Moderne
Haitlen; et pour itre just, RESTAURANT -- PIZZERIA -- BAR .
dans cette exposition, j'ai
Inclus des artistes moder- CREPERIE
nes : cnq ai six, je crois.
Mais parce qu'aussi je trou-
ve qu 'i ne faut pas melan- T *
ger les deux actuellement. 1OUS leS jours -
C'est mieux d'avoir une ex-
position pour Oes primitifs, -a ..
ton orre ar Service Bar --Restaurant-de
aprus on pourrait avoir unuI
autre pour les modernes. Midi alh du mating non Stop
Q.- Je vous prends au
mot. Est-ce qu vo6us comp-
tez organiser une exposition -- Tous ls so
pour les modernes ? U
R.- Je ne pense pas quei DINER DANSANT
je vas faire i,, parce que
come je vous 'at ditje n'at Aveft pas de connaissance pour ti
ca, on a besoin de beaucoup r omanigat ses MusicienS
d'expericnces. 1l faut connai i S
re les artistes etc CHAQUE MARDI SOIR ET
Q. Vous n'tes pas exper
le en art moderne ou ? V ENDREDI SOIR
R Dans Fort moderne B t

Q.- Vous nous avez dit <>
que vous avez sept ans de-
puis qu- vous cotoyez 1'art
haitien ? Soiree spectacle avec les
R- Vous savez je vais di Artistes d Bistrot
re quelque chose mainte- Atistes d BSt t
nant que peut etre beau-
Sde gens n, veuient pas LE B ISTR O
rea.iser. Dans les Etats Unis, S AS
on prefere les primitifs. Oin
penso que les prpnitifs sont Votret Rendez-vous Tel 2-180 *
mieux, sont des plus grands V s
artistes que lea m odernes. -- J -


Achetez Cons


la viande d



HAMP



Viande frv:



Control vet(


omn


e po








et


Lrina


riez


)rc











Lire


* SINGER





Nouveaux dealers Nouvel "lan





Air conditionne Singer


Machines a coudre SINGER


Atelier de reparation -





Service complete.



40 Rue des Miracles.


coo., ,.~~~b~~S~--~a~


Q.-,- Vous i pensenZ pas
Madame. qve cela tient -d'u
ne igncraie complete de
l'Art :noderge haitien ?
. R:- Mais mo) aussi Joe ne
suls pas cn ireb parce que
dlans mon opinion, c'est vral
II .ya _-deux conclusions
possible .qlu'on pourrat t ou
-jours tirer de 'opinion de
Mime Stebich sur 'art mo-
dorne haitlen. U'abord de-
pu's sept ans qu'elle' prati-
que les peiutres et la peintu


one
ex-
>rl-


LA PECHERIE PETION-VILLE :ANGLE UE VILLATTE ET RUE MANY

LA PECHERIE CENTRE-VILLE ANGLE RUE DES MIRACLES ET RUE DU CENTRE


W-4F


trop de hite dans le choix
des tableaux que vous avez
exposds,.
R.- J'al travaillS sur cet
te exposition depuis trois
ans a peu pros et c'est base
sur experience de sept ans.
II faut comprendre que si u-
ne personnel prepare une ex
position cette personnel va
travailler avec son gout per
sonnel. Alors sun goist per-
sonnel est reflete drns cette
.x..... n ii ... ic___ _.us _o rum ..


------------------------


~-zzrJcrrrrrrrsr~--rrrrrsrA/,~Y~%


I


I


re haitienne, e'le ng s'est
peut etre pas donnee la pet
ne de decouvrir ou de con-
naltre notre art moderne.
Enriut-i ell eest ieut etre in
,t-ressee L'art prlmltlf. Ce
qul r.'enlbve rion k la va-
leur de 1'art nioeerne qui
Est- peut 6tre inconor aux
USA ma's qul sans doute ft
nira par s'Imposer, car i1 a
de qui tenir.
Propos Retiuelllis par
Wdbert LAHENS






RCREDI 14 FEVRIER 79


Lt tNOU-VELLISTE3,--


PAGE 3


JEUDI 15 FEVRIER 1979


1 MARS AU 20 AVRIL
(BELIER)
Intrez en contact avec
n amis qti resident au
In. Meler les affairs et
plaisir sera avantageux,
tis les proches auront des
toblemes.

21 AVRI, AU 21 MAJ
(TAUREAU)
Sulvez votre inspiration
Ins les affaires. Toute-
iis, la tension a 1'egard
,s colleagues gAterait vo-
e travail. L'apres-midi se
velera agreable.

22 MAI ATJ 21 TJ-IN
(GEMEAUX)
Vous voudriez rendre visi
ia des amis au (pin. Les
laisirs quotidiens et les
leux amis seront plus
rs maintenant que la re
herche de nouveaux admi
Iteurs.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCEL)

Votre intuition en affai-
es est en bonne. Pas de
legligences dans la ges-
Ion de vos fonds person-
iels. L'apres-midi resserre
es liens sentimentaux.

24 ILLET -AU 23 ABOUT
I (LION'

1 oeur es t sous uii n bon
flux. Les realisations ap-
orteront une remuneration
inanciere.Ricompense pour
n travail fait dans le pas
e.
24 ABOUT Al. 23 SEPTr
(VIERGE)

Demanded a un ctre c(her
SvouIs aider. C'est le mnil
'ur moyen de porter sc-
ours a qualqu'un quli si-
-nt inqluiet t, soueielix.
es liens cloignes sntl chat
lureux.

23 SEPT. AU 24 OCT
( BALANCE )

Activity cratlrice reussie.
a soiree tavorise hIs dis-
-actions a la mason, pteut
Ire en Invltant un ami
ii. recemment., talt tres
prime.

24 OCl'. AU 22 NOV
ISCORPIQN)
AJoutez a votre vie une


touche particuliere. Ache-
lez un objet dart ou des
fleurs. La conversation a-
vec de vieux amis apporte
ra des pensees heurouses.

23 NOV. AU 21 DEC.
(t AGITAIRE)
Si vous' estimez meriter
une augmentation, c'est le
moment do la demander.
Affaires et distractions se
melent favorablement dans
i'apres-midi. Ayez des id6es
creatrices.

22 DEC. AU 20 JANVIER
t CAPRICORNE)

Nomettez pas les details
dans un contract. Bonne ins
piration financier. Les af
faires au loin, les questions
d'education et les senti-
ments sont favorises.

21 JAN. AU 19 FEV.
(VERSEAUJ)

Les amis vous incident a
aipr de facon personnelle.
Les doutes int6rieurs ne
sont plus de raise. Soyez
atnit-al a legard de celui
qui broie du noir.

20 FEV. AU 20 MARS
POISONSS

Les gains professionnels
sont possibles si vous agis-
sez selon votre inspiration.
Voiis pouvez apporter un
bonheur particulier a ceux
que vous aimez.

SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI

Vous savez comment ga-
sner de I'argent, comment
conimmercialiser vos dons.
qucii soint nombroux. Vous
pouvez jotuer au theStreo
ecrire. dessiner, enseihsner
0i chanter. Dans les allai-
res, vous feriez un bon ven
dour. expIert, et reussinrez
duns les grades societes.
Vous eits genireux et phit-
lanthrope., mats es.sayez d'e
tenure vis contacts sociaux
au-dela de vos partenaires
professionnels. Parfois. vious
d(vez penser a surveiller vo
tre tendance a trop got-
ter le luxe et a laisser vc
tre nature allante se con-
tenter de resultats infe-
rie,irs h ceux que vous pou
vez atteindre.


DANS NOS CINEMAS Congres de spcialistes du climate a Geneve
,. ---_ _..i inw U rU'lrETD


x x x x

CIdn Triomouhe

SALLE I
XICA DA SILVA

SAILE 2
$ 1,50 2,00
LA RAISON D'ETAT

SALLE 3
$ n00
FIST.

SALLE 4 ''"
$ 1:50
KING CREOLE

xxxx %

Paramount

Jeudi 12 h b h 4 hres
Entrie G. 1-50
6 heures
Entree G. 3-00
FUREUR DU DRAGON
8 h et 10 heures
Entree G. 3-00
CORPS A CORPS

xxx

3 Luxe Auto Clnt

Jeudi 7 h et 9 hres
Entree $ 2-50
CA VA ETRE TA FETE
xxxx

RANCHO CINE

Jeudi
LE RENARD DU TANGER

X x X X
RIex Theatre

Mercredi 12 2 4 6 8 10 hres
PAROLE D'HOMME
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree G. 3-00 et 5-00

Jeudi 12h 2h 4h Oh 811
10h
TAMO LE MOINE
BOUDDHISTE
Avant 5h G. 150
A partir de 51h
G. 3.00 et 5 00


Cine Senepal

Jeudi a 6h et 8h
PERVERSITE
SUEDOISE
Entree G. 1.50 2.00


PABOCO.


Paper Box Company Of Haiti

Rue Barbancourt (Entree Le Natal) Route de l'Aeroport

Tel. 6-0732

LA MAISON DES BOITES


Pour toutes vos commander


de boites de:

Chaussures

Patisserie

D&tergent

Pate dentifrice

Chemises et lingerie

Composants lectroniquc

Produits pharmaceutiqucs

Produits alimentaires s- rs et CongklsS

Creme a la Glace

Savons
Fruits de mer

Traiteurs e* restaurateurs

Enforcement de cols et ( ; de chemises

Agraffes et trom.a nes

Divers
Nous fabriquons e element des doss: :rs de classement

En format lettres et ldeal.
.s:-seenAss=>seasuesew ***** wA e F ass-sesessware -wr-as sweareeL:sa*sse 2 -deast


SUI kLE UEM


OTt nHOROSCOPE MAGIC ONE
Par Frances Drate Jeudld a 6h et 8h
/I S n ADIOS CALIFORNIA
/, ,Entree G. 4.00 et 5.00


JEUDI 15 FEVRIER 1979
12h 1b ZiaI
4h 15 6h *.5
8h 15, 10h 1
LE CYNIQUE: L'INFAME
ET LE MECHANT
Avant 21n3 (a. 3.00
Apres 2b30 G. 500

CAPITOL 4
JEUDI 15 FEVRIER 1979

11h45 1h45 3h45 5h45
7 h 45, 9 heures 45
BRUCE LEE
L'INVINCIBLE
Avant 2h30 G 3:00
Apres 2h30 G 5;00
x x x x

Auditorium

Jeudi b 7h
Z 55 MISSION
DESESPEREE
Entree G. 2.00
XXx

Lido
Jeudi 12 h 2 h 4 hres
Entree G. 1-50
6 h 8 h 10 hres
Entree G. 2-00 et 3-00
A L'AUBE DU 5Sme JOUR
UN MOMENT
D'EGAREMENT
SALOPARD EN ENFER
LA FEMME DU
DIMANCHE

ENTIRE LES CHANCELIERE
DOMINICAIN ET
HAITIEN
(Suite de la l re page)
lte, l'Ambassadeur de la R
publique Dorninicaine en
Haiti et l'Ambassadeur de
Colombie ont Ogalement sa
luo le Vice Amiral Ramon E
milio Jimenez
Les Chanceliers dominicain
et hadtien aurent un cordial
entretien au course de 1'esca
le du Secr6taire d'Etat do-
minicain aux Affaires -E-
trang&res,


Par Bernard NICOLAS
NATIONS UNIES
GENEVE, AFPi
Si i'homme conlinUie a brif
ler du carbon et du petro-
le en quantit6s croissan -
tes, il est probable qu'il va
empecher la planet de se
refroldir. Reste a savoir si
c'est un advantage ou un iIn
convenient.

C'est manifestemenIt l
question cruciale ruie *' 1e
sent leis qucelque 400 sp6cia-
lists duc limat reinis ide -
puis lundi a Genirev par
1'organisai-on met,eorol)ei -
que mondiale vour tentier
de faire I, point de leurs
connaissances et de form-ii
Ior des recommalndalldtionis
anx gouvernenments.
La lemperaiure. qui s' -e
tal-k. levee depuis I800 inus
qu'au nilliieu de ce sike, e
baisse acntu(llemient, proha-
blement de qitHelqus cnf ic-
mns de de re pri an M mi-
tin pheninolneo d' app rein-
ce aussi simple (qiu la thim-
perature petit like lI'th r'i
clerretirs pui.astu" In r a cru
iii moiet cliii' llo roimnmi -
tail depois 1974

Or ii est vital de savoir
si la plan e ret l.ul't e
ott se retrox:lil t iit lie -
ninit. car v y a dans hi s-
I "re d' ,s evoeiciinei ,s dir"c-
tllnienl lies aI In clin Par
example. les meteorological -
tes ixIl') i uet 1'oxp.n siotn
des civili.sations scand,,ua -
ves au Moven -Age p ir un
rechaufllein,'lit conlslatp du
iepine au 13 -in-, s:ecle. ainsi
qute I deelitn dde 'rronomie
Europcenne cntr le I e enm
et, le 19eme s;lre par un
lpeti! age al t'i t 't .
En meme enOps, i1 appa-
rait de mpl.s en plis ;in lIc.l
Ie quie 'hommne api-. invo -
lontairetmii stir Ic chniat.


S
n ,


Dabord et surtoot en bret


D'abord et surtout en brfi-
lant des combustibles fossil
les, solides carbonn ) et It
quides iPetrole), ce qui aug
mente la proportion de gaz
carbonique dans 1'Atmos -
phere.
De plus le d6boisement,
qui prend une allure indus-
trielle sur certakns conti -
nonuts, diminue la capacity
des forfts a transformer ce
gpZ en oxygine. Les deux
phenomenes s'aouitent et le
pas carbonique, q;ui a'ten -
dance a se c oinentrer au -
dessus des poles, provoque-
rail un effect de serre ce qui
rechiufferatt la planbte.
A la longue ce reechauffe
mlent, pourrait surpasser le


Jeudi AL 6h 30 et 8h30
AMBULANCES TOUS
RISQUES
Entree G. 1.50 et 2.50
xxx x

Institut Francais

Mercredi 14 18 heures

CINE-CLUB : ,Cleo de 5 a
7,i. Un film d'Agnis Varda,
avec Corine Marchand. An
toine Bourseiller. Dorothee
Blank. (Une )eune chan -
teuse a la revelation de la
vie et de amour entire 's5
aL 7i,?.
Entre : 2 "Gourdes
Carte annuelle 15 Odes.
x'xx

IMPERIAL

IMPERIAL I

JEUDI 15 FEVRIER 1979
12 h 2 h 4 hs
6 h 8 n 10 nleurcs
UN MOMENT
D'EGAREMENT
Odes. 5.00
Odes. .00

IMPERIAL H

JEUDI 15 FEVRIER 1979
12 h 2 h 4 hres
6 h 8 h 10 heures
SALOPARD EN ENFER
Odes. 5.U00
G 8;00

IMPERIAL III

JEUDI 15 FEVRIER 1979-
12 h 2 h 4 hres
6 hi 8 h 10 heures
LA FEMME DU DIMANCIIE
Entre G 5-00
Entree G. 8.00
x x x x

CAPITOL
s JEUDI 15 FEVRIER 1979
CAPITOL 1

12 h, 2 h, 4 h
6 h 8 h 10 heures
UNE FEMME IABRE
PRIX U UNIQUE
Gdes 5.00
CAPITOL H
JEUDI 15 FEVlHIER '197
111145, 11 5 3M 45. 5h45 71h

LE GENDARME DE ST
TROPEZ
Avant 2 h 30
Entree G. 3-0O
Apres 2h30 G. 5.00
CAPITOL II


,-cifroiditsi-,-,,,,-i no'irnt ccl n imals cei, ccetict


bablmuient anmilieu.udo, i.@ uenergie ue I consomma


bablement au milieu du s.e-
cle prochain. II ne semble
pas y avoir urgence, mais
les cllmatbloglstes lancent
un avert!ssement : on ne
salt pas encore sl un re -
chauffement est favorable
a la vie sur terre etl. i faut
bien savoir que si on veuti
f',nalement 1'6vlter, les reac
lions prendront du temps et
n'auront d'effet .qu'a tries
long terme. -


Ces solutions, les Cana -
diens R. E. Munn et L. Mach
ta les ont resumes : on0
peut eremplacer les comb.us
tibles fossiles par d'autres
sources d energie, ce qui
prendrait de nombreuses de
cennieso On pourrait aus -
si heliminer le Co2 de 'at-
mosphere par des moyons
chimiques, et le stocker,


ON RECHERCHE

Entreprise commercial dz:
sire employer Repro-sen -
lant de vente. Exl)erience de
la vente et du Markelingg
preferable. Voiture Indkspfen
sable
Envoyer curriculum vltae,
references et photo a Bolte
Postale 1316 Reference D. P
K x. x K

AV IS
ON CHERCI!E A ACItETER


OFFRE D'EMPLOIE
2 INSPECTEURS TRI-
CES POUR QUALATE EXPE
RIMENTES EN SEWING MA
NUFACTURE,
Phone 6-0038.


WANTED :
Executive Secretary with
experience, erx elll te ypinli
skiClls spanish & english manl
dato y
Hign Salary
Call 6-2431 6-0361
162


On cherche a acheter un A V E -
terrain de 1500 a 2000 m2, A VENDRE
e proximity de la Route de Une propriety d une su -
Delinas, de la Route de 'Ae Iperlicie 100 x 100 sese sur
report ou de la Route du 10 route de 1aroport -
Nord avant la bretelle de Pour tous le6 renseigne -
1Aeroport. menots Telephonez le 2-0816
Tel. 2-5714. de 8 1 P M t de 4 a 6
X 212 P. M. 192


I!,




ll 4 /





























IR EL-


Pneus et Chambres a Air


POUR VOITURES ET CAMIONS


L


nlus


d'energie que la consomma
lion actuelle.

On pourrait aussi plan -
ter des arbres, mais pour re
soudre le poblirme , bre d'arbres ai planter est
prohibi(lif, et ,une tois cou
pe, le bois devrait etre en
form dans dOs reservoirs
permnanentsi On poirralt
aussi iertilis;er los Oceanss
,pour quils absorbent plus
* de gaz earbonique, mais oil
ne sait p;is encore h, I tire.
D'auties experts sont at-
tendus a Geneve d iee. la fin
de la semaine, don't e*r -
tains peourraient bien tp-
porter la demonstration que
lon se trompe stir lous les
points, par example q.le la
terre se rechaulle et clue le
gaz carbonique a tendance
a la retroidir


-9,O .P% qAO fI-L


GROUPUE DES 77, : I
Appui du Mexique
aux positions
aqricaiae.s
ARUSHA iTANZANIE)
SAFP)
Le Mexique va soiutenir
la ptropsltion des pays afrs,
(iins idu Groupe cdes 77>
Ipour qlle Is 'lt11'buti, on de
(l;lQI I Itttpays pour l]a crt-a-
tion r 'ui londs de stabillid
tion des matleres p)rermeros
.soil fixee a, un million de
dollars
Le Sous-Secroet-aire mexi-
caiin dis relations exterieu-
res. M. Guillermina San-
chez Meza a fait elat de
cotte initiative en preci-
sant qu'elle emanait du pr6
ss'-ell Inexicamn Jose Lopez
Portillo.

Jusqutici le group latino-
americain, principalement
s )is I influence de l'Argenti
ne et du Bresil. avait reflu
se eltte prop]ost.leon. ce qui
a\ailt bealurup aifecte Ii -;
pts atiricatns.


Petites annonces


RADIAL NYLON CONVENTIONNE





JAN WOEL






au P. Haiti 108, Rue Pave&, 108


rrrrrrrz~,-rrrr+.-rrrrrrr~-r


I


P-!






PAOa E -E


I Michele Scotch Club




MERCREDI 14



SOIREE SAINT- VALENTIN



Le rendez-vous de tous les amoureux






SVENDREDI 16



DEFILE DE COIFFURE ET MAQUILLAGE

Present par



FLORENCE STUDIO



avec 10 superbes Mannequins



Et



POUR LA PREMIERE FOIS EN HAITI


le celebre group



D JET-X







SAu Lambi Night Cvlub




Mercredi 14 Fevrier:


Ens. Select Pour feter la (,St Valentin,


Jeudi 15 Fevrier:


Bossa Combo


$ 2.00


$ 2.00


Vendredi 16 Fevrier:


D. P. Express $ 3.00

Soiree orqanisee -- Distribution Massive de Cadeaux a assistance


Samedi 17 F&vrier.


A partir de 3 h p.m. Cocktail avec Bossa Combo


$ 1.00


Samedi Soir


Soiree Speciale avec ,Shoogar Combo) La folie du jour. Distribution de

cadeaux oar tirage au sort. $ 2.00


Dimanche 18 Fevrier.


A partir de 2 h p.m. Cocktail' Gant, avec DJET-X de N. Y.


Dimanche Soir

Un evenement au Lambi Tropicana plus DJET-X de N. Y.


Mardi 20 Fevrier:

Bossa Combo plus DJET-X Une rencontreextraordinaire



Jeudi 22 Fevrier:


$ 1.5(





$ 3.00


$ 3.00


DJET-X plus Shoogar Combo


Vendredi 23 Fevrier:

DJET-X plus Coupe Cloure


FLASH/ FLASH


A partir du Samedi 17 Fev. et ce tous les Samedis a partir de 3 h p.m.


SNIGHT CLUB iusqu' 7 h P.M. Adm. $ 1.00
pile Bos sa B C~aomo animera un s coc ktail po u le^ssos jue.o

AVIS DE FORMATION
DE LA SOCIETY
SANONYME.
DENOMMEE .:
HAITI MANUFACTURING
AND ASSEMBLIERS S. A.
En conformlt6 de 1'article
2 du D6cret du 28 Aofit
1960, organlsant la forma -
tion et le fonctionnement
des Soclltls Anonymes, 11 a
6t0 depose au D6partement
du Commerce et de l'Indus
trie et en 1'Etude du Notai-
re Jean ROC une cope des
Statuts de la Soclete Anony
me dlnommle < NUFACTURING AND AS -
SEMBLIERS S. A.> don't le
si&ge est a Port-au-Prince,
Haiti qui a notamment pour
objet 1'assemblage de pieces
electroniques de toutes sor
tes, ou de tous autres arti-
cles pour I'exportation, d'en
treprendre toutes activities
relatives a ces industries;
d'entreprendre en Haiti ou
ailleurs des affaires com -
merciales, financieres, agri-
coles et industrielles de tou
te nature.
Fond6e par les Sieurs Ber
nard Johansen, Carole Jo-
hansen, citoyens ameri -
cains, et, Frantz Aime. cito
yen haitien, la dite Societe
a un capital Social de Vingt
Mille dollars ($ 20.000.00)
USA divisee en cent actions
de deux cent dollars chacu-
ne.

El1es seront mises en circu
lation apres leur souscrip-
tion integrale et auront la
forme d'un titre nominatif
ou au porter don't la ces -
sion s'effectuera suivant Ie
mode etabli par les Statuts
de la Societe.
Port-au-Prince, ce 12 Fe -
vrier 1979
Frantz AIME, Av. 142
x x x x

COMMUNIQUE

La Secretairerie d"tat des
Travaux Publics des Trans
ports et Communication.is
demand a la population de
ne pas deverser les d6chets
slides, detritus et autres
Sdana les lits de ravines, les
ouvrages de drainage et
dans les rues au course des
Spluies.
En temps oe pluie, ces ma
tdriaux obstruent les con
duties fermees. provoquent
les inondations dans les
parties basses de la vill et
creent des conditions d'in-
Ssalubrit nefastes a la San
te Publique.
Un protocole d'entente a
ete etabli avec le Service
concern pour l'enlevement
rationnel des ordures me a
geres et autres.
S Cette Secretairerie d Etat
compete sur la collabora'i i
du public en general pour
Ja stricte observance du pre
sent communique.
Pierre St COME, Ing,
Arch
Secretaire d'Etat 152


COMMUNIQUE

La Secrttairerie d'Etat des
Travaux Publics des Trans-
ports et Communications
porte a la connaissance des
constructeurs, entrepre -
neurs, vendeurs de sable et
de gravier, de tous ceux quii
sont impliques dans 1'indus
tried de la construction et du
public en general qu'il leur
est formellement interdit, 5
partir de la publication de
ce present communique, d'en.
treposer les materi-aux de
construction, en particulier
sable et gravier, dans les en
droits oh ils peuvent etre
transported par les eaux de
pluie vers les egouts.
Ces materiaux obstruenx
considerablement les ouvra
ges de drainage et dimi -
nuent de facon appreciable
leur capacity hydraulique..
Des inspecteurs, proposes
a cette fin, vailleront &b la
strict observasce de ce pre
sent communique et les con
trevenants se verront frap-
pes de peine d'amendes.
La Secretairerie d'Etat des
TPTC. compete neanmoins
Ssur la bonne comprehension
et la collaboration du pu -
blic vu que cette measure vl
se au bien-etre de tout v.n
chacun.
Pierre M. Saint-COME.
Ing. Arch.
Secretaire d'Etat 152

i AVIS IMPORTANT


Monsieur Joe Pierre Louis
proprietaire, demeurant et
domicille a Port-au-Prince.
met en garde les Notaires et
Agents Immobiliers centre
toute tentative que pour -
raient faire soit des partiu
fliers soit des Sociltis corn
merciales ou industrielles
en vue de vendre, d'hypothd
quer ou d alidner par un ac
te quelconque une tendue
de Mille Quarante Deux Car
reaux de Terre de 1'Habita
tion Aguahldionde, Corn -
mune de Hinche actuelle-
ment Itigieuse entire lui et
la Haitian Equities S.A.-
Port-au-Prince le 13 Flvrier
19 rre-Louis 19.-
Joe Pierre-Louls 142


AVIS PhLOFESSIONNEL

Nous prenoss plaisir a
vous informer que le Doc -
teur Nolls Etiqnne est rd-
cemment rentrd des Etats -
Unis d'Am6rique oh 11 s'est
sp6cialis6 en Obst6trnitue et.
de Gynecologie. II vient d'au
vrir sa clinique au No. 3.Rue
L. Salomon, Ancienne Rue
Geffrard prolonged (Clini -
que Fleurival) T61. : 2-0304.
Il travaille tous les jours
de 8 heures A M. 11 hres
A. M., 1'apres-midi de 4 hres
P. M. 6 hres P. M., le sa-
medi i partir de 8 heures
A. M. jusqu't midi 142
xxxx
AVIS
La Faculty des Sciences dd
sire engager des profes -
seurs pour 1'enseignement
des Cours suivants :
Constructions metalliques
Procedes Generaux de cons
traction
Gestion des constructions
Langage et programmation
des ordinateurs
Telecommunications
Resources Energetiques
d'Haiti
Control et Surveillance de
1'execution des projects
Mathematiques, Chlimie Phy
sique.
Geodesie.
d
Il est demand aux int6-
resses de faire parvenir leur
Curriculum vitae au Deca -
nat de la Faculte pour ana
lyse.
LE DECANAT 142
x x x x
College National
des Ineenieurs
et Architectes
Haitiens
AVIS

Le quorum n'ayant pas
6td atteinta l'Assemblde Ge
nerale du 28 Janvier der -
nier, une prochaine Assem-
bl@e sera tenue le Diman -
che 18 Fevrier prochain
partir de 9 heures 30 a. m. a
l'auditorium Maurice LA -
TORTUE de la Faculte des
Sciences.
ORDRE DU JOUR
- Rapport du Comite Provi
sore
- Election d'un nouveau Co
mite Directeur
- Questions d'Interet GOne
ral.
F6lix LAMOUR
President du Comite
Provisoire X-172

Deces de Mme
Walter Sansaricq,
nee Emilie
Sansaricq
Pax Villa annonre le dc-
cs survenu le Mercredi 14
Fevrier a 1'5ge de 85 ans de
Madame Walter Sansaricq
nee EmiliPe Sansaricq.
En cette penible circons -
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste presentent leurs
sympathies a sa fille Nicole
Sansaricq Stoodley. a ses
soeurs Mademoiselle Louise
Sansaricq. Madame Luc La-
taillade. nee Lydia Sansa -
ricq, Monsieur et Madame
Lucien Lavaud nee Dynett.e
Sansaricq, Madame Ther6se
Lebourg, a ses neveux et nim
ces, Aux families : Sansaricq
Marais. Chassagne, JMrome,
Laroche, Lavaud, Merce -
ron. Daguilh, Lataillade, Ra
meau, Levelt, Rouzier. Jo -
seph, a ses filles adoptives :
Ginette Josil et Viviane De
lisca, et a tous les autres pa
rents et allies eprouves par
ce deuil.
Les funerailles de Mada-
me Walter Sansaricq nee E
milie Sansaricq seront chan
tees le Jeudi 15 Fevrier 79
a 4 heures P. M. en 1'Eglise
du Sacre-Coeur de Turgeau
Le convoy partira de Pax
Vi-lla Sacrd-Coeur oft I la dd
pouille mortelle sera expo
see des 2 heures 142


Iran :
Declaration du
President Sadate
(EGYPTE), (AFP)
Le President Anouar El
Sadate estime que les eve-
nements en Tran consti -
tuent un ,facteur impor -
tants au Proche-Orient.
,La situation en Iran cons
titue one preuve dvidente
que la paix dolt Itre instau
rde aujourd'hui au Proche-
Orient afin d'eviter tout I
ventuel changement dans la
regions, a declare Mar'di le
chef de l'Etat Egyptien
II s'adressait a la press
it son arrive, mardi apres-
midi, a Kantara-Est, parties
du Sinai evacuee par Israel.
D e p u.i s Jeudi der -
nier, il effectue one tour -
nee dans la region du Ca-
nal.
Le President Sadate a af
firm d'autre part qu'll stait
optimiste quant aux rlsul-
tats des efforts de paix pour
un rOglement de la cris du
Proche-Orient. aJe sois tou


yours. optiniste, meme pen
dant les crises graves->, a-t-
id dit.


Nouvelles de 1'Etranger


CHINE VIETNAM : M.
WALDHEIM
QUALIFIE LA
SITUATION DE
HANOI, (AFP)
Monsieur Kurt Waldheim
a estiml que la situation a,
la frontiere Sino-Vietna -
mienne 6talt ctrls graves et
a cpromis d'examiner atten
tivements, le probleme avec
le President du Conseil de
sdcurite de 1'ONU, a annon
ce Mardi a Hanoi 1'agence
Vietnamienne d'informa -
tion (VNA).
Le Secretaire g6ndral des
Nations Unies, precise l'a -.
gence, a fait cette declara-
tion apr&s que le represent
tant du Vietnam a 1'ONU,
Monsieur Ha Van Lau, lui
eut remis le Message ur -
gent par lequel le' Minie -
tere Vietnamiep des Affai-
res Etrangeres a attire Di-
manche attention de I ONU
sur la situation ment dangereuses preva -
lant a la frontiere.
VNA, qui a pris act'e du culn
tenu de ce message, a pro-
mis de distribuer immecia
tement aux pays membrea
et s'est engage a avoir des
discussions avec le Presi -
ent du conseil de sacurte M
Yaccoub Dishara, pour re-
chercher les measures app-ro
pieces susceptible de reme-'
dier a cette situation.,

La lettre Vietnamionnf,
rappelle-t-on, denoncait I .s
Chine, et souhaitait que le
Secretaire general et i c1n
seDi de security iprennen.
toutes les measures rqd lj.s e.s-
timeralent appropriee,.

x x x x

IRAN :
DECLARATION
BANISADR SUR LA
NATIONALISATION DU
PETROLE

BEYROUTH -- lAFPi
trole sera la premiere moesu
re dans la transformation
de leconomle iranienne-. a
declare le conseiller de
l'Ayatollah Khomeiny pour
1'economie, M. About Al Has
san Banisadr. dans une in
terview accordee a l'hebdo-
madaire libanais <.Al Kifah
Al Arabi>.
eCependant, il s'agira d'u
ne nationalisation differen-
te de ce qui a eu lihen dans
le passe, a-t-il precise6. En
efcet, ,e'est le gouverne-


ment qui distribuera lul-
mame Ius concessions.
aDans un deuxilme temps
le pdtrole sera entlirement
Int6grL a 1'lconomle Ira-
niennes, a ajoutl le consell
ler de Khomeiny .
S'expliquant sur ce der-
nier point, M. Banisadr a
declare : sPar integration
j'entends que le petrole de
vienne la base d'un develop
pement de type different
en Irana.

<(I1 existe actuellement
dans le secteur industrial
seize usines de montage et
tnous n'avons aucun interest
a ce que notre petrole soit
utilise jusqu'a .la derniere
goutte pour la production
d'automobiles occidentales,
par exemplet. ferable, dans ce cas, de
construire une usine de voi
tures entierement iranien-
ne et d'annuler le reste-,
a encore affirmed Ie respon
sable.

x x x X

GROUP DES 77,
LA NATURE DES
DESACCORDS

ARUSHA, IAFPI
,TANWANIEi, lAFPl
La quatrieme reunion Mi-
nisterielle du g r o u p e
des "77 pays' en developpe-
menat a continue d'achopper
mardi, au niveau des ex -
perts, sur des points essen-
tiels.
Les divergences de vues en
tre groups Africain, asiati
qucn et Latino-americain por
tent str l t I montant de la
contribution do tous les pays
du monrde a un fonds de sta
bilisatiojn des matinres pre
micre sur I icceds a la mer
des pays enclaves et sur un
code international de con-
duite pour le transfer
de technologies.

Stir ce pl)oint treize> de
1 ordre d jour de la cdn-
quieme conference die's Na-
tions Unies sur le commerce
et le developpernent (CNU
CED), qui se reunira en mai
a', Manmlle iPhilippines le
group africain a decide
mardi de s'en tetnir a son
exigence initial, qu'un co
de international soit adopted ,
revetant un caractere obli-
gatoire. Les latino-ameri -
cains voudraient se conten-
ter d'une redaction moins
coercitive et les discus -
sions se poursulivent au sein
du group de redaction pour
harmuinser ces positions di
vergentes.


AVIS DIVERS


MERCREDI 14 FEVRIER' 79


kX ------~rw----~~a~- . .~CmM









Lii dJ tie vivre a rlu-
ri liil oltr iO GOrand Ho
f''I 01of'Cso I cOmmoe [c
'lh;ii |) :m1 1 rinitenm ps.
C (0('i ll i'lcurciix 1nnl1ve'r-
Srt ii' iiiilsiIsauiic de Mine
!.IMr' i-ii'ts iit' do lzitllnet ai)
11 e% ire l ydoq Ido so t 1
de Alviln A. Selz. propricl'lil
ic dn (du rmidl ]]>)lel Oloff-
,.t ','I ti itt Parfumerie hal

lurueis'e coincidence. tol
oumr-lh est. arrivee lour a-
nile Mi' Elizabeth de la
iich'lfoucauld Allen, une
charmante anile de la in
to ilhl Seilz rpleointe le len-
dma'ain par son mnar artist
to M Douglas Allen qui va
4\xposer ses peinltures a
Palm Beach. Floride.
C'el.ait un jour de fete
;aussi pour Tony, David et


Dany, I i1 rs trols bentux

La soiree du .Gran'l Ho-
(el Oloff'son a contribute it'
re' int r aitl[oilr d'eux li-t
noumbrioux cliint.s de 1 i IiHoel
]);n ln les ]rlks d'exeiulle( !.s
amis it ci' nombrets i
tre' personilels venues duX
di ItotIs .
A la tablh de Sii' el ue '
Al Seitz. avilent pris plat'
IVine.. de la Rocheouoault
Allen Nime Shetla Isham.
G r an de a r-
tisle, femme de 'ex-ambas-
sadeur des Etats Unis a
Port-au-Prince "
A la table du journal ste
franqais Gerard Niraoitoui,
Chef di Service <(Enqultt.os
et reportagest du Fi,,aro et
sa captivante femrme Annie,
Photographe avair1ti piis
place Valerie-Annr (t inmoi.


MERCREDI 14 FEVRIER


SPECIAL BISTROT


LE BISTROT

PRESENT EN EXCLUSIVITY

L1 RECITTAL


TI- CORN ;

Premier Tour de Chant de
L'Artiste capoise qui dd'icacera

son nouveau disque pour cette

Soiree de la Saint Valentin

Une Super Ambiance
ChaMnons et Danse

Reserve votre talile au Bistrof
Billets en vent2 a ,La Boite

a Musique,, el au Bistrot


LE BISTRO

TEL 2-1809

VOTE RENDEZ-VOUS
_^'^r^.ry-

re.olnls par Ie cblebre at
lisle point;re Philippe Aug6
'el lu I e I l e Babeth
A u g e it Jacmel d e-
Spits un mois avec leur ado
r:ible fille Delphine 2 ans
el. cldeuli .
11 y uvall auss, Mmine Loul
s Scoltt, nouvelle propric-
faire de lai Boutique Bnga-
tile, 6l':i'ti:nv'le et Allx
Iiiairliii u s'rtiste Marcel
5'rois qut avait choisi le
Bar;
Duncan Farrel, Vice-
Pre&ident -' Marketing de
Discover America Trayel
Organization,, hic IDATO)
do Washington. D.C. sa ra
vissante felmme June M.
Farrell, .Repional Public
Rt laftons Manat.i'ers de la
Fas '-n ih Alexandrie, Va
la jolie Maria Elena Trra-
no du gouvernement US a
V. asln gton, D.C. prenaient
leir part de cette joie de
vivre en, rFlerlie par un
etseomb!e entrainant et par
le formidable spectacle des
ballets Bacoulou de Mme
-Odette Latour Wiener.
M. Jonathan Beck, de la
Sit reiwsb'u'y-Men's Taylors
lte Louindr's e .sci mignonne
t'), ('e Ha 'cl, fille de M .
Johnl Davies. General Mauna
i;t: do ia Texaco et
iMme montraient It's beau-
eo; w les charmes d'Haiti
,t la belle Vern Garsohagen
a real Stunneri travail-
lant come Fashion Con-
suilant de la DESIGN DI-
RECTION de Londres.
L'artiste Steve Forsyth
du Cailada,. sa charmanlEt
trnmme canadienne Linda
et son p1,re M. Ernst Des-
rouileax et des amis.
II y avti'tl I'exlirt en Vi-
deo Alan White qu invi-
l;i s(s ,, mis a veni- r voir,
apres le spectacle de la
Troupe Bacoulou, la belle
sui ene IRENE FITZPA-
TRICK dRii Merniaid Act ,
de BYBLOS (tul attire lant
rci lans.
Sur ia p.ste de danse. Va
l rie-Anne F.innon Maximi
lien. Babeth, belie a ravr,
June Farrel. Ma ia Entl;a
Torallo. tvep sa 'Iace c lati
nr Hazil s si li0e \era
Ciarsohaien. epaiante et
Son'a M.lflort el Sue Seilz
lle-mdme avaient saisi 5'at
telition avaint etl aprcs le
spectacle de la Troupe Ba
co0ulou.


AMPF OSA INTROD HIT ,
t


~1





























I


MERCREDI 14 FEVRTER '79


LUNDITSOIR AU C AND HOTEL OLOFFSON


L'historien clairvoyant et
sagace qu 6tait Jean Price-
Mars, dans un article qui
cut au moment oi il le pu-
blia le plus vif suec-s pe ",,i
garde toute sa valeur, ALES
ECRIVAINS IIAITIENS ),
mlat derouler pour nous, en
une 'fresque tragique la vie
dc ces brillants ouvriers de
lettres qui ont et6 la paru-
re de notre petit pays : An
tenor Firmin, Louis Joseph
Janvier, Demesvar Delor -
me, j'en passe, et des meil-
leurs .Plus pr6s de nous,
Catts Pressoir, don't le grand


on, qui cherchent une direct
t i.o n it 1 e u r sin s-
tincts genereux Pour -
quoi, 1'un d'eux, haitien
ou ami d Haiti, ne pense a
cette academic, quil pour -
rait avoir l'honneur d edi-
fier, et qui, dans le monde
intellectual doue de m6m(oi
re autant que d'inlaginalion.
rendrait son nom inoublij.
ble.
Ce serait legitime. Car 14
rayonnement que connixil no
tre literature i I'etranger
temoigne de 1 effort litte-
raire de notre pa)s, rie 1.


Bilan de la visit


de M. Barre au Canada


MONTREAL -- iAFP)
M. R:ivymnd Barre. Pre-
nier Minis re franLcat's.i a
reussi a convaincre. en six
ours de vls'.'te officlellet a
Ot1awa ef aui Quebec. le
tolom'Vrnement federal de la
sincetrite de la ,nonu ing6-
ti-'ce deI la Franec dans
I s aillt.res canadiennes et
Ie mouvernement provincial
de la determination de sa
lion liidifforenceo.

Les observateurs notent
cependant la persistsine"
d un point de desaccord en
tre Paris et Ottawa au sit-
jet du proiLet de sommet
de chefs dEtat et de gout
vernement francophones pro
post' .1 Y a plus d'uns an
par le Premier Ministre Mi
nistre Federal, M. Pierre El
liott Trudeau .


La .Commua.;,cation a i10
press publiee mardi aI
1'isLsu di soioutr au Quebec
de M. Barre. precise en ef
fet aci lat position do laI
F'rance a ce sutjel. i savoir
pas do sommet sans line
p.irt'' ipal toni du Quebec en
ltant tlle hItl a ,10 ,'ra.ppe-
( e lors des entretiens fIran
c qucbecois.

Suir le plan ticonomiqute,
l]'s L'Olvers itlions qui se
suo-' deroulees a Qutbec
common a Oltawa ont about
it a ues results conLcrets,
btaiucLOi tp plus importil cts
d t cote h.ancc-qui, bL.ou'.

Outre la conclusionn d'u-
i' 1noutvelle ententelc entr
la socie:6 t'enrale de finan
cement du Quebec et le
groi',Oe franlais compagnie
Vp, erale d'e!ectricite iCGEi
(u procderont ti des inves
S.ssemenls on common de
I ordrede huit millions de
dollars au Quebec, un ac-
cord, ne figurant plas au
communique franco-quebe-
cots, a ete real;3e, apprond
on de source sure, entire la
CGE et la society quebecoise
dce production d'6nergie e-
leotrique, Hydro Quebec,
pour un montant de cin-
quante minllicns de dollars.

De part et d'au're, in di-
que le document 4(inal, il a
ete decide < cooperation economique en
tre le Qu6bec et la France
notammnj,t par des actions
nouvelles> dans des sec-
teurs tels que t'agro-altmen
taire, la peche, les 6quipe-
ments miners, les energies
nouvelles, ainsi que de favo
riser la recherche sur'l'utili
station de t'amiante.

Les deux parties sont con
venues d'autre part de eds)
velopper consid6rablement
la cooperation dans le do-
maine de l'audiovisueil, en
particular par un spro-
gramme special pour la ca
blo-distribution au Qu6bec
d'6missions de tdldvislon
frangaise3 et la, coprodution
cindmatographique dans les
domaines 6ducatif Lt scienti
fique.
Les o'oservateurs notent
qu'a l'occasion de sa visit
dans les canitales f6ddrale
et provinctale, le Premier
Ministre frangais est par-
venu a observer une stric-
te neutrality 1'6gard du
problems do l'unit6 cana-
dienne,


Lors tdc sn relotr i n
Montreal mardi matin. M.
Barre a 6t convie par M.
Rene Levesque a s'adresser-
a la foule pour cirier...
oiiel-ie chose'. Le PrmleItr
Ministre francaifs. qui se 1 ,
nait a unt balcon di to'Ci-
Tpexe Desiardins,. a alor,:
lance: "Vive les francais
du Quebec,

La chaleur exceptional!(
avec l]atqil'e M. Barre
ele accue Ili an Quebec nt'
s'est pas dementie un sto il
instant. La diplomatic itrnn
gaise na fait aucun faux
pas dans les subtils rap--
ports triangutlaires Oltaw'a-
Quebec-Panrs M. Hnrre a
ostensiblemenlt faith la sotr-
de ore lle qaittnd-,tit Ota,.va,
M. Trudeau a invite les ca
nadiens al nti pas exporter
leurs problhmesl .mternes. IiJ
en a 0!e de mee quaind,. a
Quebec. M. Levesque a pre
ses sle s relations franc'-
cu s.. ; omme l'xeNmi-
ple de ce que pourraiienti -
ire les rappolt.s entire It'
Quebec ,souvetraihni q1'i] :ip
Ielle de ses voellx et le res
Cle dII CCanada.

M. Barreeti e la colealcifii

ouiiter Montre:!] puic r Ia,,'
a 23 heures GMT.


ISRAEL-OLP:
Dkefaratin de H.
Hoshe Dayan
JERUSALEM -- AFPII

M Moshe Dayan, MSnis-
tre israelien des Afflai'r
--11. i,,i,. a declare mardi
a Jerusalem que 10 ,LP3
(Organisation de Libu-:a!tn
de la Palestine) n est pas
Seulem1eisle isorn etirt
terrorist, mats aussi ic
lacteur pohlilj-i, i .i'' a a
importance et qu'on ne
saurait ignolrer torsque ie
problem des refugies se-
ra negoci6e).

,Prenant la parole au con
prIs mondial des votlerans
juifs et combatants, de la
resistance, M. Dayan a par
ailleurs souligne que le
conflict is-aelo-arabe ne
saurait trouver de solution
sans le reglement du pro-
bl6me des ref'igies.

Ces declarations faites a
une semaine de la reprise
des negotiations de Camp
David, si elles out souleve
un vif ifitlr6t en Cis.jorda
nie, selon les correspon-
dants locaux, ont provoquc.
malgr6 les d6mentis offi
ciels, des remous dans les
milieux parlementaires.

-Le porte-parole des affair
* res etrangeres a soulign6
qu'd aucun moment dans
sa declaraL:on, M. Moshe Da
yan n'avait envisage i'even
tualite de n6gocier avec
'OLP, ni m6me d'avoir des
contacts avec cette organs
station.

A la pr6sidence du con
sell, le, Premier Minsitre M
Menahem Begin n'a o pas
voulu commenter la declara
tion de M. Dayan. Mais le
porte-parole a r6affirm6
que la position du gouver-
nement 1'6gard de cette
organisation demeurait In-
changde.


ls en arrivent ainsti a
prouver le vide et la mjsi're
de leur profession, a retret
ter amerement I'inanite de
leurs efforts, les henres
perdues it se crer des en-
nuis, tant de phrases tori-
ies sur les nuees qui paysent.
Leur pessimisme nest done
pas une attitude intellee
tuelle, mais un 6tat morbi-
de ne d un milieu deletere
ou sevissent les pires son-
ventions. oi domissent .'_s

Appel de


(Suite de la olre page)


d'ecrivains rui ses. I1 expit-
tile mrl''i i' Sn1111e pas aux
ecriva'.ns rusmses miigrs en
Ocidelnt mais "a ces at-
leturs demurs stir Ite sol
Potal qui otisrent dtns la
douleur soumis a denor-


ner une leco, i a cette nou-
Velle lneralionll d'ecrivains
risses. 'Poilt 1'est besuoi,
dit-il. de uits livrer a ime
satire politique supcrf.tielle
c'est 1.1 f 'or'e la plus vile
de lifteratr e Point 'r.t t
hesoJn de rechereher des
forces lnouvels. L avaUllT-
p.ard sme en fait n'existe
pas. C'must neuo ide imits'.
Ce qullI ous aplpartient de
laire c'est dexprimn'r un
snti'oment p u r v 0-
t r e 1 a 11 g a t e
S r e i) r o 's r e s 1'- -
gi'e, vo re sol natal et 1'his
toireo de votre pays
L' erivain a d6nonce a eP
plropes gdes,,lgendes> de
I histoire rrsse morlern eot
revele cqiu'il a entrepr6 la
publication d'c etudes de
I hlslOl.ie russe' modierle, oen
cooperation avec un Cel-
ta;! nonumbre d'autleur.s d el
Pis et v Iletix. (|il se sotill i
xes pnur "obirc't f de rota-
bliro l. verite. M. Rollenitis.
lie ex'if:me nfi llt 'elsnt r
(11 iii ier(t 'in nombre dd -
(r va:' : en ut ssie rlinn
1.'ro1it e nlesmire dp e cItbo
"er a ce" lOche.


(Suite do in 16re page) savor, la haute integrit permanence de 1 inrellectuai
n'ont pis etc un gage do, lit6 haitienne qui s eslt tra
poite ou le grand dcrivain prosperity,, a vhcu presque duite toute 6poque par
est I'affirmation vivante de touted sa vie le drame poi- des oeuvres de valeur et quiu
la patrie. Les annales de gnant de I'lntellectualit6 hal s est maintenue quand mi-
'hlstolre et la lifttrature tienne aux prises avee les me au travers des bo lever-
rapporlent que Louis XIV, farouches conditions du ml segments innombrables'de no
voulant f6conder et enno lieu. tre histoire tumultueuse, en
blir le g6nie franqais, accor Je n'ai pas 1 intention- de d4pit d'evenements qui sem
da aux homes de plume rendre personnel response blaient annoncer pout notre
qui faisaient l'ornement de ble d'un tat de closcs0 don't patrie le destin le plus dc
sa cour une protection ge- personnel en particulier n est favorable.
nereuse que ceux-ci lui paye responsible, mais don't tou Mais ceci pour le mo -
rent par des hommages d'un te la collectivite est coupa- ment nest qu un sonse, la
prix inestimable. Ces fa- ble pour n'avoir jamais pen reality prdsente, c'est que
veurs accordees avec discer s& a donner a ces prosa- nos intellectuals, se trou -
nement produisirent I'emu- teurs incompris, ces poe vent devant un etat de cho
nation, echaufferent des ge tes fameliques, ces ecri- ses don't it faut tenir comp
nies comnme Racine, Moli- vains sans editeurs, 1'aide te, sius peine de catastro -
re, Corneille... qu ils meritent. phes a la fois intellectuelle
A I o r s q u' o n et morale. Ecrivains, poites,
Par un paradox inoui, distribute va et lit des essayistes ont du mat a fai-
I'homme de lettres, en Haiti dons aux organi-sitions tech re editor leurs oeuvres. Ce
a toujours et6 consider niques, aux clubs sportifs; sont, pourtant, de ces livres
come un simple utopiste cependant, il n'existe, et necessaires it la nourriture
uiii dedaigne les occupa nul n a song6e cr6er, dans cer6hrale des 6lites, a 1'6du
tions serieuses et pratiques notre pays, une Acad6mic cation du people, i la con-
pour s'1vader dans les nuees des Belles-Lettres. quete intellectuelle de 1'd-
II y a des mechnes, dit stranger.


/


Ceux ou'ih ont a'd dans
leur ambitlim, du ih it de
teur superbe, les reg -rdm -
rent hautainement. leur
faisarit a peine I'aumone
dun rega'-.
II serait 'out de mtme sou
hit ible nulls continent a
combattre de toute la force
de leur f"ne pour resti -
tuer A la laetrie cet 6quili -
bre spirit-'.l sans lequel
1'individu et la society doi
vent fatslement attendre
leur destruction.
W. F.


en )ourse ..
/ \^fQ^
















Dtf^ e^wmw U,


D)ans un 'iUC i coinsant d ',; toralion JC ld
qualite de ,es products et de oni service a !a chen
'"I la Pechenre cree. I-A GARANTIL
1RAICHEUR
S St lous n'etes pas satisfait du poisson qu
vous venez d'acheter, la PECHERIE s'engage a
vous le REMBOURSER imm6diatement, sans
discuter et avec le sourire, par un bon d'achai
equivaleRi au montant de votre acquisition, ei
June duree illimitee.
at o a, -ItVrfther ,h, oe, o piicahic ioiut 5 o, '-If- I ,i I


S l'clonville: Centre Villc
u\ igle ruc Villalic angle rue des \MiraciL /
c ic LueMagny et rue du C(en t
POuIhr r7terv ei
Suonnc/ ie 7-24 12


iI a


PAGE 5


Le drame des Etrivains Haitiens


turtle wax



La plus late game di monde de produits pour


le nettoyage le lavY3ge. le lustrage de votre voiture...


CILAGE en pate en creme, e4i liquid


COMPOUND en pate en liquid

VINIL TOP CLEANER, en spray, en cirage

PROTEGE CHROME


Produit pour ie nettoyvage du capitonnae de s iomses.



des pneus, du tableau dt bord etc...




POUR UNE VOITURECOMME AU ier JOUR


AMPROSA Rue Pavee


j


wOs/va;yrmaaswasfxs w


grandeuras d'etahlissement.

Si certain ont perdu foi,
d'autres, par centre. revendi
auent le droit de vivre le
drame intellectual qui se
.ioue chez nous, come
CATON, ils s'6puisent en
vans efforts a combattre lat
fatalite6 des temps. Mais plai
"'gnonsles : au soir de leur
vie, la tristesse les gagnera.
Ecrases, desabuses, ils res-
sembleront a ces vaincus de
la oie qui se retranchent fie
rement dans leur pauvret6.


-


^^*,







L. 5UULB~ ECRD 4FVIR7


PAGE 8


m aga N- ----------

CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

Midi 2 heures 4 heures (en permanence) 6 heures 30 et 8. heures 30,

CE SOIR


.SALLE II $ 1.50 et 2.00

La raison d'Etat


SALLE III $ 2.00

F.LS.T.


SALLE IV $ 1.50

King Creole


'B


Ii lit ent Mi Il iLsL I d zargalI l
le Premier Ministre de I A
atol.lh Khomenly Le Se-
i rlaitire Gle eital du palli
Touidih. M. Nouredldin Kia

ull. p'l que les larxi -
,11 11 ) ll I ll c i )Ill m e ri




aI h, \ 11 : i'ollli "I i el hanttla
ll Iio l ;i clez r1liNIeux d l

tI e le~ l Ill y t uinstes (|I'l ills

[tr aii. la He





1111Ill %tl e eti es lt ( ltilts.
Ioi' ct 'le I'llln till' t (tti i 'ii
ra ditlliclr tde nan er le -
'Corm 1ii la r pll t Le D
mouv(em nt i,1i ni)('e Roun'e'.
le (l iibe l 11 Iu. *'La vl r-
W1ire ll ,t 1 1 (: I 1. live ,


Televisor en c<





























Des couleurs

Un ecran d

Un system de coi

Brek : Un authentique th

Voyez votre dealer


S AUDIO CENY


S71 RUE DU QU


Principaux points du document de l'Assemblee de Puebla Nouvelles de 1'Amerique Latine


(Suite de la lere page)

dechaine, cruelle et incon
trolable.. et qui, engendre
inexorablement de nouvel-
les tormes d'oppression et
d'eselavage plus graves que
celles qu'elle voulait abo -
lirs.
,Racines profondes> de la
situation Latino-Americai -
ne : le document cite en par
ticulier :
A) ,l'absence de reform -
mes agraires touchant no-
tamment la situation social
le et economique des pay-
sans, 1'accession aL la proprie
le agricole et aux moyens
d'accroissement des rende-
mneits >.
B) ,la course aux arme -
nments, crime majeur de no
tre epoque, responsible de
la tension entire pays freres.
solution ruineuse qui ne re
soud riwnh.

ci ,Durete de system eco
nomilques qui ne voient danis
1 honmmne que le producteur
et le consommnateur, sails en
visaiger l'instauration diun
:iysteme luste,.


d) 4 dependance 6conoml
que, technologlique, polite -
Cque et culturelle : presence
de societes muiltinatlonales
qui ne voient que leurs inte
rets et non ceux des pays
qui les accueillent, desequi-
libre entire le prix de nos ma
tieres premieres et celui des
I)roduits manufactures que
nous achetons a.

E) sLa crite des valeurs
morales : corruption publi-
que et privee, soif de riches
se, venalite, perte du sens
de 1'effort, carence du sens
social de la Justice et de la
solidarity, fuite des capi -
taux et des cerveaux...
Les representants des e
piscopats d'Argentine. de
Colombie et du Venezuela
out estime que cette analy-
se de la situation en Ameri
que Latine etait particulic-
rement ,pessimiste>.

,Liquietudes du temps
present v : ,devant les abus
de pouvoir inherents aux re
gimes de force, la repres -
sion systematique ou selec-
tive, les relations, les viola


tlons de la vie privee, les
contraintes, les tortures, les
exils, les disparitions... 'E
glise ne peut que s'elever et
denoncer ces situations,
d'autant que ceux qui en
sont responsables se recla-
ment du Christianismet>.

Le Christ : Le Christ
nest pas un dirtgeant poli-
tique, un rdvolutionnaire ou
un simple prophete, mais Je
sus de Nazareth, la Voie, la
la Verite et la Vise.

Apres avoir rappele cet
acte de foi, les Eveques Lati
no Americains ajoutent
qu'ils condamennt, sans la
nommer. ela theologie de
liberation dans ses accep-
tions les plus radicales. Ils
denoncent ceux qui veulent
,,identifi-er le Message chre
tien a une ideologic quel -
conque et qui veulent inter
prefer 1'Evangile a partir
d'une option politique,. Ils
condamnent egalemcnt ceux
ouS annoncent un Evangile
depourvu d'implications e
conomiques, sociales, cultu-
relles et politiques,.


LA SP.ELEOILOGIE EN tHAITI

te Temple du Soleil de la Tortue
I.e publicist ecr,vain., dra il a allfrmne que la grotte de
llnatturge bleun counu, Me An la Tortue es un 'llTeip.-e
tOiic Salgano a fait said du Soleilc nOllonuntren dont
pl'tSqUle coimble hier soir a ia construction doit renlon-
I lnstl tit Flranii,6i s malgre .tlr peut etre aiux Atlandes
Ic temps pluvieux qu'il fai- II a degage tout le proilt
salt Ct a gratllic son public que 1Ion pourralt trer a ex
d une instructive comnmuni- plotiter uni telic merveille a
C. tioi sur Ies mervellIes ides des fins culturelles et tours
slits sout(crralies cn Haiti LiquLs. Its n'etaent pas noin
en particuller 'elui de' lle brcux dans laudiLoire ceux
de L. Tortue it'ton)iiu souls le qui avalent eu coin. issance
11n 111n ....... a lterieurei nciit tie I Cxisten-
Lorateur a iitil une pro- cc de' cett grotl aussi Fat
inirtlide atie 'auditoirc i tentiont eta, loute tendue
aeIr., s mne:inrtls di cettic aux paroles de I'orateur.
tatvit l 'ilt qi .. :ifl'e de veri 11 a fall po r t'auditoire
t:bil mcrveri., diiu iniond. Rce tunh breve incursion. egale-
i]l>ii l ii Is theories eL les minl it la a gir-tt de Coultde
reIItetIoIs dec speleo Ogiis., re dans lei P,,tteal Central
id eg.)li);i.i') tiies itomlinle Jac- qui soon lIt ir t aussi tiunetle
1 u1's 1 tU,'slii. 1, PP. Moreux,. nerveille artisi'qlue.
Les qells oInS pose1 s ; iu
1HAN Conlternilcir a I issue de soil
expose otnl montre Finter e
Les groups que l'auditoire a au sujet de
revolutionnaires veloppe. Cela est de toutl pro
aultte ie la lere page, fit pour la jeiine soc ete de
le journal Keyhan qui Speleologie hailienne don't
avail u.s, publier les cul l'animdn itcur Lst l'intelectuel
inutlilqle. due broipes mar- et ecriva n Antoine Salgado.
xiles Autant d'lincidents Le deveh ppenmunt ties active
(mI revelent un malaise el tes de ette society peut con
des d.sseln.ion.s eltr1e les duire ai Iinventiaire d'une vu
Mcilact.i d'Allbh et d eMarx. tr fornut de patr imoine cul
Misii ell Iratn, oin 'den .l tl'I pour nutce pays et de
t.t pas elt orei alx Inleide-
millds de revoltliion qui de boucler srtir des actions ren
chanltent Certes. t1 v a eLi tables du points de vut.t econo
ml lredi matun latItaque mnIq'/e. educationnel et scien
de I Ambas.sade des Elats- tifique.
Unis a Teheran par les Ie La Conferen,. d h er soir
dayline. attaque aus.sltot etailt d'ailleurs pl. ce, sous
Condamnee par I Ayatollah les auspices de la Societe
Khouniiiiy 1Mals, daans Ien Haiti tnne de Speleologice. On
>emble. re'eliieux et narxis a regreittL sculernlt'.nt qu'e'lec
lc. coilitlilui!1 a Tmalircher noe tut pis su vie de project'
I t 1 i11 d at i I a ts de diapos tives pour
ticn1 comninme lv dil ti ll aire (ill aspect ic lilne opcra
Iedayin. tion audio v su'lle comple-
Sll O lii llati lom tl e Le conferencier qui pro
lLlulit i tat e(uIln.mli t inle de public" bientot un
I, I utllu h 1 tI -o letlqot't li, hves ii;tI quest on pronict
tll tc'l, 'Inallcot livleru d' reparter cel ti, carence, a
li0 cSOUliell ail t ivelrt i li'-
ccii Biciitc


WASHINGTON AFPi
Le President Carter escomp
te de son voyage cetle semait
nie a Mexio la reliance d un
veritable d alogue entire les
Etats Unis et le Mexiclue.
deux pays don't les relations
se sont tcrnies au course d1s
deux dernieIcr annees, au
point quo- la ,' t'an.e estv dec
venue la reg',-

I.,s diiificultes entre Wa-
shington et Mexico sont es
sentiell mient .it-s a tlur
proximate : lcs EtalIs Uns et
le Mexique nartagint t:a


3ERNARD GOESKY. GRAND CONFERENCIER
CINEASTE DE LANGUE FRANCHISE

present
UN TRES BEAU FILM EN COULEURS'.

,LA GRANDE BARRIER DE CORA1I

AUDITORIUM DE L'INSTITUT

FRANCAIS

Vendredi 16 fevrier 1979
Litulee 1a h aU coulaire 3 Gues.
Entree 20 heures Grand Public 1e Gdete
Iendan I entr acte, Bernard GORSKY dedvicaccre
,t.i outrages .
La grande barrier de Coraibl


, L'Atoll
Univers Corallien }


t-


:4


color Trinitron



142R


dynamiques

e 21 pouces

ntr6le a distance

eatre chez vous

autorise,


TER, SONY


AI, TEL : 2-2437


plus longue Iroitiere au nmon
de entri un pays industria-
lise et une Nit!.'-on du tiers
nmonde a la deunographile ga
lopante en passe de deventir
un , des reserves en petrole esti
nmees superleur-:F a cedls de
I Arab.e Saoudite.

Au M-xique nationalism
et or Itnol i .vytynontymes de
puts la nitionalisation en
,938 de dix s.ipt companies
petrol eres etrengeres. Le re
tus des Etats Unisc d acheter
le gaz naiturel mex.caln aul
prix du course iondial a sus
cite l'ire d'un pays sensible
aux decisions it a l'influen
ce ,Yankee,, du grand vol-
sin du nord.
Aux ELats Unis. l'immigra
t on illegle de quelque 800.
000 mexicauns par ain a la
rechec.he d'lin employ et les
tealics 1 lutoist genre don't
ctlui de drogue a travers
ie HRio (Giilan(' suscitnt In '
quietude et dvs reactions
hostile des syndicals i preoc
cupes pa.ir la protection de
I'cnmploi des americainsi, tdu
ne partly dec la population
iprob.emes raciaux) et des
partisan ,e de l'ordre
11 y i deux ans, tun nou
ve.u cnlimat semblait devoir
s istarer cen' r Washing-
lion ct Mexico.
Le President mexicain.
M. Lopez Portillo. a aisi ete
le premi .r visiteur a Wa-
shington de l'Atdministration
Carter. Tout/, une series d'ac
cords i echlnges tie prison-
niers. av atlon civil, touris-
meo O1t suite 'etc sggnes
maitis le dossier du gaz de-
vaitl ressuseiter des previen-
tions. rnief'ainc(, et incom-
prehensions hiistoriques.
Les prcjets dc 1'Adminis-
tration amsr',. ine pour pal
lier au problem des 1ill-
galuXt. notamsn,'nt i'edifica-
tion enlvis;gue d'unoc barrie-
re sur lai frontiere. le Tor
til.a Curtain: iLe Rideau de
]'omelettei, ne pouvait que
niure encore plus aux rela
tions entire les deux pays.
Le President Carter qui, se
lon 'un de ses Conseillers,
nations vont emerge apres
de branches et d'honnetes
discussions avec M. Portillo
temps de manager les sus-
ceptibilitts nat'onalistes des
mexicains.

II a reitere iundi que les
Etats Unis so proposaient
d'etre tun bon client> des
products energetiques du
Mexique, qu'ils ne sol:ici-
taient aucune faveur sinon
et que c'est
au Mexique de d6c'der sou
verainement 0 quelle caden
ce il dolit produire son p6tro
le et a qui le vcndre.
On affirme aussi 0 Wa-
shington accepterr et south(
nirc les efforts entrepris par
le Mexique pour diversified
ses debouches commerciaux
notamment vers la France
It le Japon.
Les dossiers nerg6tiques,
commerciaux et frontal ers
vont done doetiner ce sejour
de 48 heures de M. Carter h
Mexico et dans le village
d'Ixtliico el Grande.
Le Mexique qui livre aux
Etats Unis 85 pour cent de


ses exportatior-s petrolieres
1460.000 barils-joursi est le
cinquibmne parltnaire com-
mercial de Washington. Ces
changes se chilfrcnt a quel
ques 7 nuliards de dollar
par an.

MM. Carter ct Portillo pas
seront egalement en revue
la situation en Amerique
Centrale t(en particulier au
Nicaragua et dans les Ca-
raibes region tour laquelle
les Etats Unis marque un in
teret de plus ell plus vif.
Lc control des arme-
ments, sujet sur lequel le
Mexique a joue un role de
pointe, sera aussi dispute. M.
Carter attend par ailleurs
de M. Portil.o qui vient d'ef
fecetur des voyages a Mos-
cou, Pekin et Tokyo, son e-
valuation de lat situation in
ternationalh-
Entin. si scule la signatu
re d accords slientlfiques et
technologiques, est attendue
de ce sejour d. M. Carter a
Mexico, on espere aussi a
Washington que la coopera-
tion des deux pays dans le
domnaine de la lutte contre
la drogue va etr relancee.
On reeve a ce propos a Wa
shington que la surface des
champs de pi.vots d'opiuml
repere au Mexique a dimi-
nue de 50 pour centi 'annee
derniere. Le nombre de de
ces dfis a des surdoses d'he
roine pour les trois derniers
mois do 1978 n', etc que de
158 aux Etats Urns centre
446 pour la cime period
de 1975.


Echos et

Information

Une champagne de vacci-
nation se pursuit dans le
Bas-Artibonite, sous les aus
pices du Departement de
1Agriculture, pour prevenir
au cheptel animal certai-
nes maladies contagieuses
qui. semble-t-il, le mnena-
cent. I:- ]
xx x x
Le Dr. Fritz Cineas a ete
nomme Ambassadeur d'Hai
ti en Republique Dominicai
ne. II replace M. Guillau
me Francois.
xxx x
Feres Lauty. un enfant
de 3 ans a peri noye dans
une fosse de 6 pieds, lun-
di dernier, a la ruelle Sou-
chet, (Zone Cimetiere Ti
Ch6ry), a Delmas. La victim
me, don't la mere est nee
Yanick Agenis s'est tombee
dans cette fosse aban-
donnee 0 ciel ouvert.
x x x x
Un speeker de La Voix
du Nord, Emmanuel Sam-
son, a 6to cite en justice
a pour dolit de Presse at
o Cap-Haitien.
Le demandeur est le d
recteur du Lyc6e Nationa
e du Cap-Haitien, M. Josuo
r Lamour qui accuse le speak
r ker de diffamation.
x x x x
' Le pont de JIdrmie est
Smenacd, rapporte-t-on dan.
la Capital.
x X X X
Un programme d'irriga
r tion va Otre mis au point
a par le district agricole di
e Jirtmie pour essayer de
contrecarrer la sGcheressa
qui sIvit dans la Grand'Al
se.


(Suite de la 16re page)

un movement revolution -
naire, responsible notam -
ment de lassassinat du Prcsi
dent de la Confederation des
travailleurs colombiens, Jo-
se Raquel Mercado, en 1976.
sNous ne denoncerons pas,
nous ne chercherons pas a
intimider, nous n'avons au
cun credo politique. Nous
agirons par la vole directed
en suivant la lot du tallon -
Oeil pour Oeil, Dent pour
Dent-c, annoncent les diri-
geants de sl'Escadron de la
mort,>.
estime encore que les nicsmes de security don't dis
pose l'Etat colombien sont
inoperants et incapable de
faire face aux diveises for-
mres de delinquance qui se
sont abattues sur le pays.
notre Democratie mal com
prise ont permis que des ju
rises irresponsables, par l'in
termediaitre d'organisations
diverse, aient pu intervenir
en faveur de ceux qui sont
a l'origicne de eel etat de
faite. C'est a ces ,



BILLET A
ERNEST BENNETT

Port-au-Prince le 14 Fevriei
1979.
M. Ernest Bennett
c/o Le Nouveili.ste
Cher Monsieur,
J'ai bien retenu vos sug
gestions pour <,dves elections
vraiment libres et democra-
tiques,. J'en .-- pouffe de
rire.
S'il etait vraiment temps
qu'un humoriste demythifie
les elections tel qu on les
pratique chez nous ou o il-
leurs, il s'evidente toutetois
que vous encourz vous aus
si les reproches que vous a-
dressez dans vote article aut
system en v.gueur.
Si vous repiochez en ef-
fet un tm'.'ps trop long en-
tre la promulgation ldu de-
cret electoral Lt les elec-
tions. ce' qui selon vous, per
met 'ux candicdats des trois
groups d'ooercr un lavage
d. cerveatux dii pe('le, pour
quoi n'avoir pas attendui la se
maine des elections, en 1985,
pour fire ces .,-, r,. ?
Il est possible. en celfflt.
que les candid ,ts de 1985
prenn:,nt les ( 'Vaiints. a l 1'i-
le qe qt s vos in.'-'.. I i] puis
sent etre retenues et appli-
quee.s Et. dans cc cas. on ais-
sistcrtit des aitourd hui ii
une camp. gne electoral pre
mature.
Et quant a apparel sus
ceptible de remplaceer l'urn
et qui ne deviait contenir
ques lta photo du candid t
sans nom. titre et quitee. a-
vwe une mane'te a pr qu'avez vous prcvu pour le
cas oilu un candidi't impopu
laire atiait un sosie ou uni
free jilmeau populaire et
non candidate 9
D'. Litre parl en simpli-
fiant de la sortc ls nmodai-
tes d'applicat'on du decret
electoral ct suivant lesquel-
les il n'y aurait pIs un 0sou
a dspensecr p:ir le catndidat,
ne craignez-vouis pas de ne
plus avoir que des candidpts
et pas d'electeuris dans itn
pays ou deja sommeille en
chaque habitant un candi-
d.t en puissa tec ?
UN FIDELE LECTEUR


vi


T-


quest destine le premier a le
vertissement de l'sEsca di
dron. a
x x x x
NICARAGUA : a
PROCHAINES cc
PROPOSITIONS DU b
PRESIDENT SOMOZA. ri
MANAGUA, (AFP) 1
Le Gouvernement du Pr.6- tl
sident Anastasio Sombza pre d
sentera prochainement de o
nouvelles propositions pour t
essayer de relancer les ef- f
forts de mediation en vue
d'une solution a la cruise poli
tique du Nicaragua, a indit
que mardi a Managua le I
Ministre des Affaires Etran
geres, Monsieur Juiib QuiL
tana.
S'adressa-nt a la press, 14
Ministre a pour la premie-
re fois confirmed officielle -
ment qute son gouverne -
ment avaist ete avise la se-
maine derniere par Was -
hington du retrait de laide t
americaine a son pays. '
II a estlime que ces sanic-
tions affecteraient principa
element tle classes le. plus
defavorisecs du pays.
Quant aux nouvelles pro ii
positions du Preseident So
moza. sur lesquelles il n'a
ias fourni de details. Mon
sieur Quintana a i.tdiqiut
it' elles seraien l aites des la
lin de I'actuielle vagt e de
violence qui affected le Ni'ca
ralgua.
Depuis I announce des since
tions americalnes eon effect,
l'offenlsive Sand!'niste a re-
pris en plusleurs points duI
pays centre les forces gou-
vernementales.
I x x x
NICARAGUA
NOUVEAUX
AFFRONTEMFNTS ENTIRE
LES SANDINISTES ET
L'ARMEE
MANAGUA AFPi
Des affrontements entire
1lArmhle Nicaraguavenne ei
des membres du Front Sandi
niste de Liberation Nation:i
le IFSLNi se sont products
mardi en divers endroits dui
,Ii- I I tfaisant quatre
morts parm,, les soldats ,iu
Sud de ManIagua, apprendc -
onil de source miltaire'
Autour de Jino'ega ce nt
("citautlle t kilomct'res ;til
Nord de Managua)i. des com
bats violels ont o n l,.u I e

ONDES COURTS
ISuite de la lire page

bon dcos. I] ,e moen, tans
I 11 e r e a I i t e. sotl
v t I t 1 u s epilliuset
luet' rose I. eilu l u ton int
c'rnee des pllrob]'lem(,s cru-t
claux qu reclam'ent des el
forts ccrebtraux en vtie d,'
trousver leurs solutions, dlilffi
ciles. C'es! unle situal ()ti
de culture politique a la-
quelle iil faut 'accrocher
detfinitivement.
Pour les 58 sieges va-
cants a la Chambre Lesisla
tive 300 candidates haitiens
se sent presents a Iurne
le Dimanche 11 Fevrier
1979.

d eltis)
i'Beaucoup i appeless Pcu
d'elus i.
Les resultals officiels du
scrutiny seront proclames
par le Bureau de Recense-
ldent de Vote le Dimanche
18 Fevrier 1979.
Blen que nolus soyons enu
regime presidential. selon
la tradition haitiennle.
ehaqbie noutvelle legislature,
le cabinet mn i stleriel fait
peau neuve.
Le monle i 'allourd'hui
bouge vers un nouveau det
part, vers une orientation I
nouvelle.
Frederic Tardieu DUQUEL
LA


commandement militaire
e la ville a du faire appe
des renforts, precise-t-un.
4 Masaya (20 kilometres
l'Ouest de Managua), un
commando Sandiniste sest
attu pendant plusieurs heu
es centre des patrouilles de
'armee. A Leon 190 kilome
res a lEst de Managua),
,es groups de Sandinistes
int parcouru certain quar
iers en tirant en 1'air et en
aisant eclater des explosiis.


A lInstitut
'rancais
le 16 Fevrier
prochain

II Inous serat dotite t1 ocn-
slon de tnire, .. vec B rnard
Gorsky dans s'on filmn con
ler de Corail. uii' plongee sous
mLarine avec es,.oir de decou
vrir un venrU)ble univI'rs,
ou vivent nolin seulement plu
sIeurs c, ntain es de0speces
de coraux, mani.: une taune-
tils marinite i une diver.site et
dc une riche.sse iloinp, "ra-
tiles, car laI grandit btvrrie,'e
d,. Coral setend sur 2200
kmin. dc ong et plus de 250.
U00 km2 de scptrlicie.
Ce f'llm tcoerencie sera
accueilli sans Cout, e ave en
thous.sim, clhei/ nous par
les habitues dc ouilt niioll s-
m;iirin grace 'i:' eiiil-.ions
dc la lelev:sion Ce sera a-
lors pour l,'s I 11.t iii Ita
sion d'exlerintile r avtc
un connlit i s t'I 1i i00 d Ju
les Vernle deClre a 20 000
hILIX SO0ls la 1tm r ,.
A. cole sia ,as':on 'l e Ia
Ittl'. Berniard Gorsky slt tin
ccr ival! I ii ( I" I i'i) -ii Si's
nme danils la de mir, Ses
oe(uvrr, s Iliu1l ei '1 101t ltO :
LI mL r r' rulo Voe. Universe
Corall;i n r. t s 'rtux ouvra-
ge classes Iparmt i es plus
bi aux de I'iunnee 19177
Mais le sei' handicap
d.'nts C, ctonce't sous miarin,
c'est que ce fI.m conteren
(e i, sera ip, e. sul IV d d -
.t:i. c;ir on a'ilrait b ell ai-
miier p )pro!nlldlr bl en did's
cititee., aevec Bern rd Gors
ky. S ir c' v)oinlt so/li1/aHO'.s-
le, il n'est que d attnidre...



Au secours
Haussmnan

(Suitle deo l la 1ce Ta-e'

rale constitute par cts tries
belles ma 'sons ,GIn, r-
bl elld .

II s r:,'it soli lIit lble non
s'ulermlnit. i ( c o lserver t
d enirlteniur d,' pare'lies oeu
vres., tcnu oi inal dI v ;i ril-
chisse culttirel e idupa'ys;
lnllis d',lecoui .er rin d pa-
tion atU b- ohoi ln. moderntes
d ui e air"hit' cl' e n:itionale
L,'s eCop)ies anrro r p- r re
tentiuises s y el' (cl j -!tlis
se on bien elcore BR ver.ey-
hllls b qui IIleutrisselnt 1 Pe-
tion Ville Hillsi n'appior
tent pas tine grande coiltr
bution ml pntri'noine archi-
tectural national.
Haiti a connu au debut de
Ce s'e l it e 1ro(chetle d'ar
chiteCtt"is in1t1e'lalciIs et erea
tiirs tels les it bI ne Maxi-
milien. Leon Matt-on et ii
serait souhnait.'le quii' 1 ave
nir on puisse rrtrouiver de
pareils 'nnovat.eurs symbol
sant le bon ir ''fit et les ,'a.-
leurs haitiFen -N
FERNAND


Cadeaux,


Bijoux,




Parfums,




10, Rue Bonne Foi

Tel 2-1520


it, A-,Jwwff (92fgP 0ff ARINCEj


$ 1.50 et 2.00

Xica Da Silva

5aaaOqDaCacccooSgour Aa3C"oare


----- ---r ---~a~c-~-j~sSF~r`~m~r~r~~- ,,~a~eH,---------,---,,,, ~._ ~~_


'
3DDI


--~-rJcss~cr~rc~;r~grXrc~y~yrll&~arl%%;i


V-1


7/~CrC~QIV~/IIII~/~%W~C~SC~Y/1~%2~/CII//


ibar.4OV*plQCW-XW-- v- Ow-www-~Aw-m


Avant le Voyage du President Carter au Mexique


1.


La cgOUVLLIBTE*


MERCREDI 14 FEVRIER 79




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs