Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/10307
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: February 3, 1979
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID10307
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text







TROIS INCENDIES


DANS LA CAPITAL

5 Maisons completement detruites et

3 autres serieusement endommagees


Co main, d ILnombreux cu
rleix se prssaietnt, emus, de
vanl, des ruines encore fu-
inantes, a IAvanue Magloire
Ambroise, a la Rue Ciipois,
au bas de Lalue, oau les flamn
mnes avalent cause, dans la
nuit d'h'er e d degats consi
derables. Au total, cinq mai-
sons ont ete completement
detru.,iSs, et trois autres se
rinascinsent encoiunsages. '
Ce bilan est le resultat de
Itrois nmcendies qui se tout
succede en moins d'une
hieure. dans un meme
,per.metri, ,Centre Est'>
d(i la Capilaie. Renseigne-
menets pris, leo Sapeurs pomn
piers ont ete tout d'abord,
alertes ver, 12 h 30 A.M. a
Avenuei Maglo re Ambro-ise.
Trte m minutes durant, ils
osombatta.tnt Ile. ,fleaiu,' qui
inl'iIaitia plusieuirs residen-
"'s de ce secteur on 1'eimnoi
e;i t deja vif. Alors, un ap
pcl pre.ss:ant parvint au quar
t ier general du service d'in-
c ndle, rItm'i:e ainsi, d't-on
dan, leas I'lieux generale-
ineiqt biein lfiornies : ,Les
llamines lilenacent l de sau-
ter la Station ServiceA qui
se troilve non loin du Grand
Quirt tier Generai tles Forces
Arneces d Haiti.
On a d u alurs envoyer
d'urgiieo stir I.' heieux plu-
ieUrs unlit es anti incendie
Et. tun pen p.us tard, concern
icr nionie la plus grande
parties de la ,ilotte) des Sa"
pt, urs nompners dans cotte

Selon ites teic.oignages qu'
y sont riecueillis, on a ete o-
bie de are 1 impossible
plUr proeg, r Ia stat oi satr
\ice doi it il ioonpe de ga
toil snfiMe,(.ciall a etre el-
i culirei par It. flamnis 'qui
.te propigii iii-'nl Poursuivant
lier course ioile. elles ont
sit, service tro s veht -
cieh, -arie., dans la rue. Un
Bus Izu t inimatrictle YC-
'79 Hilt C.niioiintte Honda
ili]tnriueit ji,2G et por- -
,il an''n Olrg n'at onl
I ileanalionale,. Et unLe voi-
1 ill' t]y"a-'' dii n
Li- ilieilt temtoigmnagesi
ror.i a .tur lorigine
dc (,'ei licendl'e a une vieille
Sl geante batissc qui se dres
,. :, ': : '. ', alt fe
Illur cu National Dry Clea-

11 :lla., elre 2 h A. M Des
'i iii s citer'ners proves e-
!:t,, il ,plpcle o secour-,E* n
e diii i' I it(1 ,) 'es sapeurs -
|)o ]| i.s e laeni a nouve i.l
.sol~i'le.- IlJ ;t 1" lre neendie
il ,ii :1i.,.-,. ;i;ao I'oilsutim a'
.'en Hd:li e lHotcl Ex
eet'l';n hI, U lln1-p i(4. M ars,


Une initi

tombe

Aun i Ii' -II oI i n sl pl iA t
dii ni, iiiique d',n -alli:tlons
: p rlt ive, d.inL iotre milieu
],i tlc'o:iin doh: lIa HENFRA-
S.A n ,Cenllte SportllI Henri
1l' a lhil ii. i bl

Colnme est d lini daniis
Ie Moni' iur dui 29 dec mbri
decliir' ohje ctill de, fondda
tlurs du cernt e st tle four
i1 j.iU llonie spo:'ltil ha'-
liiin un cadre ie quality
pour unll- pr1 iqu( rationnel
Ie
1i e't admis que le mou
ve(ment. porllii ne pul au-
cumnient s ep 'nouir ,si les
probl ime d enisdremintt lne
sunt p:is "re ,olu: et si les pra
1t iulianlts de Ol,oe: ages ne dis
po-enlt d in.Atali:,tions decen
te's.
Le "c(.ntr, sportif Henri
Francil on v'', ira apparem
ment combler cette lacune
pour la zone di Port-au-Pce.
I.e champ d aclivite de la

ColloGue sur
la Democratie en
Amerique Latine

CARACAS (AFP)
Seiz: anciens Pres.dents
(ie ,Pays Latino Americains
parleiperont at uni colloquy
sutir la Democrat e en Ame-
r.que l.atinc du 6 au 8 Mart
prochain a Caracas, apprend
on vendredi dans la Capita-
le venezueli'nne
Le col oque est organize
par I'lnstitut des hautes E-
tudes d'Amdr'que Latine d(
l'Un.verditd Simon Bolivar,
precise-t-on.


magnifique echantillon de
architecture du silcle der-
nier,
Ecarteles, ruacement mis a
l'epreuve, les sapeur pom-
pIers tentaient l'impossible.
Mats le sort en est j.et6.
A l'Avenue Magoire Am-
brotse, la maison, qui 'abri-
tait l'ecole pre-scolaire de
Mme Gerard Fortuna, est
complettment ddtrute deux
autres, qui 1'entourent, ont
et6 serieusement endomma-
goes par les flames. L'une
est la residence du euie
peintre Henriquez, I'autre
celle de M. et Mme Nicolas
Jean Louis.
A l'emolacement de 'Ho-
tel Excelsior ne restent que
quelque panspans de mur.
Ne sont plus les trois vicil-
lea batisses qui rappelaient
toute une epoque, au bas de
Lalue, duns l'aire compre-
nant la Station Service
Texaco et le Grnind Quartier,
General. Une quatrieme,
(l'ancien restaurant de Mme
Louis etant en mur a pu
resister. Mais son toi-t et 1'l
lage ont ete la prole
d e s fI a m m e s
Cette derniere mason lo-
gea't le ,Mahogany Facto-
ry,.
Ol nse conniPt pas encore
la cause de ces trois incen-
dies. C'est sans doute ce qu'e
lucidlera une commission

iVoir suite page 81

MI-FIGUE MI-RAISIN


SAMEDI 3 ET DIMANCBl


'iVRIERt i 1979 \
SNo..-31011 ,

3[ NNEE










FONDE EN 1896: LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mine. Max CHAUVET


Bakhtiar doit demissionner dit

I'Ayatolla Khomeiny


Le miques est former et sa cornm
position sera annoncee tries
prochainement, a declare sa
medi 1'Ayatollah Khomeiny
dans sa premiere conferen-
ce de press Teheran.
. Le Chef religieux a confirm
me qu ce Conseil nommera
le Gouvernement provisoire
qui organisera le referen-.
dum pour decider du regime
de l'Iran.
Une nouvell" assemble
constituante redigera une
.Constitution.

Le Chef religieux a exige
a nouveau la demission du
M. Chapour Bakhtiar. < non, a-t-il d.t, C. Bakhtiar
devra subir le- consequen-
ces d3, son maintien 9 la te
te de son Gouvernement))
a ajoute 1'Ayatollah, mais a
la stule condition qu'il de-


missionne. Ci son Gouverne
ment ne d6missionns pas-,
je serai contraint a'appeler
a la guerre sainte.
tats Unis et msmeme a i de-,
manle l'ass'stance a(3 sol-'
dats israeiiens, ne pourra re
sister la presson popular
re centre lui )
En response a une 'question,
l'Ayatollah Khomeiny a en
suite declard qu'il y avait eu
des contacts evec l'armee, et
qu'ils ment opportiun.-' a-t-il dit. dot abandonner
ce Gouvernement illegal.
Elle doit se ranger aux c6tes
du peuphi ,,

Le Chef re"'iioupx a ensuii
te reaffrme 1' ii' 'iii': de
la dynastic i des Pihlavi.
l'actuel Parlement et la dy-
nast e des Paltlvi sont ille-
g,iux,-. a-t-il declare.


Quand Gertrude s'en melait ..


Loraque Gertrude debar-
qua avec Eric. chez Anna. le
so'r de la fete. c0etait avec
le sentiment qu'elle n'ac -
compaenait pas un protege
mais un fils, don't elle etait
tries fiere. Eric portait bien
.son elegant costume gris.
Evidemment i.t continuait a
avoiar Fair un peu trop etfa
ce mats Gertrude estima
que le marriage arrangerait
tout ga. Elle sentit qu'a son
arrive, il y aurait df avoir
quelque chose comme un
Grand Chambellan pour pro
noncer a haute voix : tMa
dame Gertrude D. et son pro
tege Erinc.
A ia place du Chambellan
ce fut Anna qui les accueil
lit tres gelnt ment. Elle em
brassa Gertrude avec effu
*Sion et se fit presenter Eric.


active qui

a pic

HENFRASA a etc a nsi de-
ent -lalny le journal olliclcl.
La soc.ete aI pour object
pr ncipati 'ett de la construe
lion, la realisation de com-
pixes sport .-, la fabrica-
tion. I'lhialt, !'importat.on.
1 expo:tation ci la vente de
mater.e' et d ericles de
sport, l'cxploitation de bre-
vets ct nmethcdes de prepa
ration c d materiel spiortf
et denseignement de sport
de tous ordres.
Elle pourra an outre faire
toutes -.,i,.n ., commercial
les fnaincieres mobilieres,
immobiliercs se rattachant
directement ou indirctment
a l'objet ci-dessus a tous au
tres sim laires ou connexes.
La society achetera, loue-
ra, affermera toute proprie
te necessary a l'implanta-
tion de son entreprise et pour
ra en outre prendre tous in
terets, participation dans


d'autres entrepris
portant au dit ol
create on de socier
les au moyen d'a
souscription et r':
tion, obligations
tres.
Cette dnumdra'
jets est puremen
ve et ne limit
champ d'action d
te.
Comme on peu
tater, le champs
la society est tr
faudra toutefo's
debut de ses ac
jauger de ses
remplir une foni
tCel'e pour la co


Par Mona GUERIN
II
LA FETE CHEZ ANNA
Joir le numero de Samedi der

Du premier coup d'oel le pre
tendant lui plut. Anna eta ,i
une maitresse-femme ce un
gendre timide serait la proie
ideale. Elle le remercia d'a
voir accepted de vehiculer
sa here Gertrude puis, le
saisissant par le bras l'em
mena vers le jardin adu se
trouva:'nt deja plusieurs
personnel.

Eric, le coeur battant, seo
demandait s'il n'allait pas
defaillir qund on le present
terait a Patricia. Pourvu
vl'on ne le laisse pas seiul
en face d'elle Qu'est qu'il
lui dirait ?.. Brusquement
il cut envie de fuir. s'en
prit a Gertrude et se de-
manda s'il n'avait pas ete
fou de suivre cette viei!!e
toquee dans ses extravagant
ces. Maits trop fine pour
brusquer les choses dii pre
mier coup. Anna se conleni
ta d'appeler ses deux filles
en meme temps :
Marline Patricia voi
l '.ine nouvelle recrue que
je vous amene pour vous fai
re oublier qu'il y a surtout
des gens ages ici ce soi.r. Et
elle s'esquiva.
Les deux jeunes files s'ap
procherent en regardant E
ric avec une evident curio
site. L'une avait 'air amu-
se, l'autre etait visi-blement
emue. Eriec chercha eperdue
ment les yeux en amande et
la taille fine don't 11 revait
depuis deux sem aines. Oui,
la voila, sa Patricia II se
sentit ebloui, et sans savoir
pourquoi, betement, un rc-
fraiun lance dans sa ieunes
se par un < Kenscoff tambour et <,gra


ge> 1 lui revint a 1 esprit *
sLa femme moderne sont
des sirenels..
Il tendit une main glacee
aux deux soelurs. Patricia la
lui serra vigoureusement
tandis que Martine lui ten-
dit une main encore plus
froide que la sienne. Avant
qu'il n'eut le temps d'es -
sayer de composer une phra
se banale. Patricia lui avan
,oa une chaise at di: ,-
riant :

-Je vous laisse avec ma
soeur. J'ai totalement ou -
blie que c etait a moi et met
tre les gvateaux sur la table.
Vous parlez d'un forfait 1
Er!c la suivit des yeux et
fit un effort pour se tour-
ner vers Marline qui s'as-
seyait non loin de 'lui.
Votre sour est tres
gaie. fnt11-il par dire
Ou.: Martine est uni
boute-en-train. repoindit -
elle
Martine ? ? ?
Maman me dit t lon -
gueur de journey Frends
example sur Martisne, toi tu
es trop renfcrmee Patri -
cia !
Patricia ? ? ?
Eric change de couleur.
upuptuap smj.ojuotjI Susa
saI sLd zamut.u SUOA -
*oaIput.idtuoa cud iuso.u II
'.mpulsivementS la june hfil
le.
Non. je n'ai pas dit ga,
arti-cula-t-il peniblement.
Puis, apres un silence pe-
sant,. il ajouta : Je. je
peux vous appeler Patri -
cla n'est-ce pas ?
Mais bien sur, puisque

(Voir suite page 8)


La conference de press
de 1 A;,ait,.,la Khomeiny
s'est -".cni dai une ecole is
lamique situee dans un vieux
quarter au sud de la Capi
tale iranienne'
Des millicrs de fiddles s'e
talent rassemb:es autour de
l'Ecole pour rendre homma
ge au Chef relgieux.

Sxx x x

ET BAKHTIAR DECL2 .P' :
JE LUI REPONDRAI M. .
IRAN : M. BAKHTIAR AU
qMATINs : Il FAUT
ATTENDRE
PARIS (AFP)
itAttendre, c'est larfois la
meilleue tactique,, affirmed
au .ujct de la s tuation poli
t qui iranienni le Premier
Minstre 'hapour Bakhtiar,
dans une interv ew publiee
samedi par le quotid en pari
sien Tout en se declarant ,tou
jours pret a discuter,, M.
Bakhtmar souligne que ,sur
les principles, il resters in-
traitable, et repondra de, a9 1'Ayatollah Khomeiny
.i Ce dernmer lui demand de
dmi'-sionner.,
,S'il veut continue. qu'il
continue peniiiant s.x mois,
mnais cela dei ra fatalement
s'arreter. 8'ls .le s seligieux
iraniens et leurc partisans)
veulent 'maniilster, ils peu
vent manifester tou, les
ours J'ai donned l'ord"e a
1'arme, de nr. -as tirer. Ce
la dt, s'ils ddefIent avec des

(Voir suite page 3)


Te16phone : 2-2114 Boite Postle : 1316
Rue du Centre No. 21Z


DISTINGUE CONFRERE
Aiors que nsoumbrc de cri-
liquts ecc d'lntaux presa-
gent a grands niiforts d'ar-
gumelnts la f n de la Ltte-
rature, prophetisant que le
temps ne tardira pas d'ad-
venir o1i cete ci fera place
ita Ire des muass; media, que
dautlies proclument lere de
literature. jamais plus
qu'cn liio're temps
Ceu x mui n'ent explore
ni les mers ni le ciel>.
,tCeux qui n'ont pu domp-
ter ni la vapeur ni l'electri-
cite, n'auront a ce point me
sure combien, consubstan -
tielle a la chair du monde,
cette parole signifiante, pou
vait contribuer A l'avene-
ment d'un nouvel ordre hu-
main.
D'aucun parmi les notres,
au souven r des signs d'es
soufflement de l',ndigenis-
me, se sont empresses de sa
luer la fin de la quete indi
gene.
Comme qui dirait, la seube
vertu du psittacisme des
lieux communs de la lttera


LE CLIMATE ELECTORAL


"1 vaut mieux voir clair que


voir rouge", 6crit Le Nouveau-Monde


ses se rap- Parlant du climate electo-
bjet par la ral, notre exi, l.ent confrere
tes nouvel- Le Nouveau Monde> edcrt
apports de dans son numero du jour :
achat d'ac- < et autres ti ne au Gouvernement Jean-
Claude Duvaller d'apprecier
tion d'ob- dans le reconfort la rentabi
.t enonciati lit6 de cette politique. D'a-
e point le voir permis et soutenu l'an-
ie la socie- terieure alImentation de l'o
p n'on par la libre circula-
ut le cons- tion des idees et ouvert le
d'action de forum electoral a d'eventuel
-s vaste. Il les confrontations et affron
attendre le tements de caractere social
ctivies pour et ideologique !ui vaut d'ecri
capacity & re, dans I'hsto.re parlemen
action essen- taire haitienne le chipitre
mmunaute. le plus riche en enseigne-
J. C. S, ment pol.t'que et en perspec
t'ves de disponibilit6 de 'tn
te'ligence collect ve a l'enca
drement de la rdvoluton 6-
conomique.
Identifier cette dernidre
come un impdratif de
1'heure et de l'h'stoire 6qui
vaudrait a dpulser inutile-
ment iargumentat'on du dia
tecticien dans l'dclairage d'u-o
ne lapalissade ou b s'ali-
gner sur les arguties de pseu
do contestataires, race ap


paremment indestructible
qui pratique la dera.son ma
nifeste 'le prendr? des ves-
sics po.-ticeennes pour des
lanterne iddoogiqueal.
Il est evident le contrai
re eut dte navrant que le
multiples dlectorat de nos
58 c'rconscriptions, don't le
reveil satual so le liberaPs-
me du regime J.an Claudienr
et soustrait l6git'mement


l'expression < cihuse > de note vocabulaire
polit'que, ne se laissera en-
trainer ni vers un absentdis
me ster'1e ni vers d'irrepara
bids options, par le dange-
reux verbiage ed'exdgetese>
coups de la reaiite objective
,t de meneurs < pires par la scule nostalgia

(Voir suite page 8)


LIV KREYOL

CONCENTRE

LA REVOLUTION SILENCIEUSE...
Par Pierre BAMBOU
Certa',ries personnel ont Mais a ce propos, il con-
esquissd une moue d'dton- viendrait de demander si
nement quand elles ont vu vraiment nos Normaliens
confier le porte-feuille de Sup6rieurs, 9 cotl de toutes
l'Educatlon Nationale o un leurs valeurs et de tout leur
mddecln. Elles n'ont pas hd ddvouement, ont requ une
sitd i contester: < qu'un mddecian vient cher- ciale. Est-ce qu'ils regoivent
cher dans le domain' de la nos normallens supdrieurs,
Pddagogie? des course de P6dagogle? Et
Dand leur optique il an- s'ils en regoivent, combien
ralt sans doute mieux value d'heures par semaine? C'est
choisir quelqu'un sorti de
1'Ecole Normale Supdrieure." (Voir suite page 8)


ture universelle, donnerait a
,leci1vans la Ceef de l'Uni-
versi,. sans egard a la qua
lite majeure du ton ou a la
faculty de transcender la
profondeur de lenracine-
ment.
A se rappeler, d'autre part,
que lia literature est oeuvre
dirt, rellet d'un thct que,> (e nmot est de
K.erk' gaard) auquel nous
sommes loin d'etre parvenus
- je viux parler de notre
people, considerations faites
que la p,-e,tation esthetique
ac'compagne come sonl dou
ble les differentes demeures
de la vie, que ce sott lesri
tei de possession, relgieuse
ou la moisson des coumbi-
tes; on oublie que le champ
de questionnement du fait
litteraire est celui d'un ordre
vital primordial oh s'affron-
tent les significations qui
sont .autant de symbols
dans l'emergence d'un mon
de mcilleur.
Temnoin, le crdateur dechif
fre les paraboles d'cesperan-
ce, pour qu'a la g6henne des
forces obscures et des ins-
tincts cupides se substtue
lere des mat'ns ensoleilles
sur la collir.e.
La geste qui s'affirme dans
le concert des voix discor-

C'etait deux
grandes et
anciennes
residences
L'ancicn Hotel Excelsior,
sis la Place des H6ros de
l'Independance et l'ancoenne
Maison Paret, au Bas de La
lue qui ont etd ravages
dans la nult derniere par un
v olent incendie dtaient
deux des plus anciennes red-
s.dences de la Capitale..
L'ancicn Hotel Excelsior,
une des belles r6ussites de
1'Architecture de fin du 'se
cle chez nous avait det cons
truit par un grand commer
gant de l'6poque Ennery Do
ran. II avait dt6 acquis dans
la suite par M. Georges Wie
ner et appartenait a ses hd
ritiers.
xxxx x
La second residence, au
bas de Lalue, a loge la fa-
meuse cole de jeunes files
Mme Vve Paret qui a form
tant de g6ndrations. Elle 6-
tait ces jours-ci pratique-
ment en ruine. Son dtage- a-
vait td emportd par le cy-
cipnpf ,gp 939. E'le et ap:
tuellement prqprldte des hd
ritfers Peraertz.


dates c'est cell d'une corn
munaute ti-naillee par la
soif de rena.ssance.
Des personnagei qui ont
vocatio, de heros problema
tiquces,. Un Multidor evade
de la globe pour embrasser
la carrier ingrate i.nstituteur
teur rural, une Marianna,
qui serait aiamc de la terre
mere si elle ne devena't a
lavenir la pIie d avenlturis
galantes ce snLt la autant
d"magos ou (iucones quis se
de-ol darisent du spectre des
ambit ons debridees eques-
trant les horizons d'une col
lectivite a la three des som
mets invariables de l'es-
poir.
Dans ce microcosme d'un
monde rural t ravaille par
ses dcie-rm'n,'ions les plus
(Voir suite page 3)


'01 bf\P


Problemes de I'Economie Nationale

POUR UNE MAITRISE1


DU DEFICIT COMMERCIAL
Par Henry Robert DUBOIS


L'un des fait dconomiques
les plus saillants au course
de la present d6cennie au
ra 6t6, sans aucun doute,
l'acceleration du deficit de
la balance commerclale. ED


effet, depuis 1970, la brd-
che semble doubler chaque
deux ans, au moins :

de Gdes 57.2 millions en
1970, les exportations net-


tes de nmarchandises sont,
passes a Gdes 117.6 mil-
lions en 1972, puis a Gdes
200.00 millions eel 1974 et
enfin 9 Gdes 417.6 millions
en 1976.


Deficit Commercial Wx)
(1000.000 Gourdes Courantes)
1970 1971 1972 1973 1974. 1975 1976 1977
57.2 55.0 117.6 126.8 199.9 306.7 417.6 410.5
76.9 60.5 132.2 209.3 233.9


source : AdministratVon G6
nurale des Douanes et
BNRH
(xi La deuxieme ligne re-
presente le deficit commer-
cial ajost6 pour la balance
des paiements par la BN
RH. Elle montre que, mE-
me deduit des cofits du fret
et des assurances sur les
marchandises, le deficit gar
de son dynamisme.

La structure relativement
rigide du commerce extd-
rieur haitien ne permet
pas d'esperer un sold posi
tif de Ia balance commer-
ciale 9 court et 9 moyen
term; par consequent un
deficit meme persistent -
ne doit pas etre une source
de preoccupation majeure
evidemment toutes les lois
qu'il n'echappe pas au con


trole des pouvoirs. publics
comme c'est le cas.

LA BALANCE DES
TRANSACTIONS
COURANTES

Observe cans se cadre de
la balance des paiements,
le solde defi-citaire de la .b?
lance commercial nest pas
compens6 par les autres en
trades ddrivees des services
du tourism et des trans-
ferts qui forment avec les
exportations nettes de mar
chandises la balance des
paiements courants.
Le deficit au litre des
services eat et, probable-
ment restera longtemps ell
core une constant de la
balance des paiements au
moins tant quea l proble-


ENTREES NETTES : SERVICES, VOYAGES
(1.000.000 Gdes. Courantes)


Services ............
V oyages ................ ..
Transferts ........................


Sme des frets adriens et
maritimes, de mdme' que ce
lui des assurances sur mar
chandises, ne fera pas lob
jet d'une politique de subs
titution appropfiee. A ce
post d'a:'lleurs, le deficit
est non seulement supe-
rieur au deficit commer-
cial mais encore croit lege
recent plus vite 134.2 pour
cent lani que celu,-ci 32.1
-pour cent lan) entire 1972
et 1976.

Les entries nettes deri
vdes du tourisitic e't des
transfers posivesa, temoi-
gneltl poiur 'tur pdirt d'utn
dyiinan.i sni reconfortant
mais rest!lt eCtuOle ien de-
qa du nivtau oti elles pour-
ratent contrebalancer le
polds des imporLtaions de
blens et de aerv:ces .

ET TRANSFERTS


1072 1973 1974 175
-79.5 -123.8 -167.4 -212.3
45.9 57.5 65.6 89.6
142.2 120.6 123.6 197.1


Source : BNRH


1976
-258.4

99.5
325.4


Les movements des capi
taux arrivent, eux, difficile
merit rompeniser 1 noids
(Voir suite page 21

Hommage a

Mme Marcel
Carducci
Le Nouvelliste
Rue du Centre
Port-au-Prince
Monsieur le Di-recteur :
Vous me permettrez d'em
prunter les colonies de vo
ure journal pour rendre un
homage merite a Madame
Marcel Carducci. Chaque
Jeudi, elle nous reserve une
haltle, bienfaisante. Son
poeme du Jeudi 25.. isntitu-
le stop, m'a particuliere-
ment Louche. 11 convient,
des lors, qu'une voix se
f a s s e e n t e n dre
pour lui exprimer a d -
miration et reconnaissance.
Au sein d'un monde oa
nous semblons assisted a
1'effondrement des valeurs
judeo-chretiennes de notre
(Voir suite page 8)


Le Sermon de la Semaine
Par le Pasteur Luc NEREE


FACE A NOS PROBLEMS

Dieu triomphe du monde;
et la victoiare qui triomphe
du monde : c'est notre fois
(1 Jn. 5: 4).
0 -
Nous vivons une dpoque
oh se manifesto un inqui6
tant manque de foi., non pas
seulement chez les gens que
les Evangiles appellent
<, mais aussi
chez ceux qui se disent cro-
yants. En aucun moment,
le mot sprobldme, n'a dt6
plus populaire qu'en ces
temps-c. C'est un mot qu'on

emploiec tout bout de
champ pour ddfinir ses en-
nuis, 'ses. contraridtds, ses
ddsappointements et ses
frustrations. Je ne sais si
1'emplol frequent de ce mot
denote une lacune de voca
bulaiure d'usage. Cependant,
je trouve que les croyants
n'auraient pas dfi faire un
usage si abusif du mot epro
blmes. Il n'y a pas prdcisd
ment de problems pour
eux, s'ils veulent mettre leur
foi en Jdsus-Christ. D'ail -
leurs, le mot probldmes ne
se trouve nulle part dans la
Bible.
0 -
NOTRE FOI, C'EST
NOTRE ARMED
Naturellement, personnel
ne peu s'attendre ici-bas,
dant ce monde, corrompu
par le pdch6, a une vie faite
de rlres. Toutefois, les cro
yants qui confient leir vie
& Jdsus-Christ ont l'assuran


ce de surmonter, sans en
combre, toute difficult au
course de leur existence.
Il est un fait que nuil nest
immunise centre les ennuis.
les tracas et les desappoin-
tements. Le Seigneur Je-
sus lui-meme a dit a ceux
qui sont a Lui : des tribulations dans le mon
de..., (Jean 16 : 33). Cepen
dant, il n'a pas seulement
dit cela. II a ajoute aussi :
vaincu le monde, Le coura
ge que nous avons a pren-
dre dolt venir de notre foi.
en 'Jdsus-Christ. Si done
nous sommes en Jdsus -
Christ, nous n avons aucune
raison d'amplifier par d'in
cessantes affirmations les
problems que le Seigneur
Lui-meme veut resoudre et
fair disparaitre pour nous.
D'autre part, Phorizon
nous est largement ouvert
pour ce qui concern nos'pos
sibilites de victoire et de
triomphe sur tout ce qui
peut nous nuire dans ce
monde. Le Saint Esprit nous
assure par I'Ap6tre Jean,
que Dieu triomphe'du monde; et
la victoire qui triomphe du
monde : c'est notre fob. No
tre foi en Jdsus-Christ est
un instrument puissant et
efficacy, que Dieu a mis A
notre disposition pour le
traiteraent de toutes ces as
pdritds de la vie que nous
appelons probiemes..
(.rPpes solent renda e )

(Voir suie page 6)


Lettre a Bonnard Posy

ou 'De .'enracinement"

I Par Rooert BAUDUY


InquSitude des
Concessionnaires

de Stations de
debit de Gasoline
Les incidences de 1'aug-
mentation du coit du p6tro
le par 'OPEP, et son appli.,
cation consdquente ici, ,est
robjet de sdrieuses inquidtu
des chez les coricessionnaires
de stations de ddbit de gaso
line. Notre confrere Le Ma-
tin en a d'ailleurs faith 1'echo
cette semaine.
Entitd de distribution corn

(Voir suite page 8)


.

















LA VIEECONOMIQUE


POUR UNE MAITRISE DU DEFICIT COMMERCIAL


(Suite de ]a Iere page) tres. serieux commentant le progrbs 'Inat6Orel .et mo- .i
la hau8se .providentlelle des ral des classes marginali- '
du defic',t commercial gran cours du caf6 en 1976, les sees. Plus precisement et 1
dissant rans .la balance des autorites de decision au- en d6po'uillant la question
palements et n'1etalent le ralent eu fort a. fare pour de son contenu emotoannel
>FMI et le .,Petit JOsus', maintenir la parity extstant lls'aglra 'de porter les
pour Pciter un techniciein entire la gourde et le dollar: classes soclales t moyen et
haut revenu- t consommer
RESERVES DE CHANG'- (NETTES) moins de produits impor- .
(1.000.000 Gourdes constant tes) tes non indispensables ou p
susceptlbles. d'etre frabrb-
1972 1973 1974 1975 1976 1977 ques bocalement.
101.6 96.6 -2.8 -118.3 -24.8 311.4 Evidemment les difficult l
tes d'une tell entreprise
,A POSITION DU PROBLE che conduit fatalement i n'echappent it quiconque .
ME un cercle vicleux : augmen connait le milieu; Cepen-
tafton des Importations dant a quelques exceptions
Le commerce externeur e' appauvrissement de la na- pros il n'y a qu'Hasti, dans
es probltmes sont per":; t on enrichissement de l'univers des pays en voie
Ide diverse mauiie'es s,'Iui 1 Etat ili. de. dveloppement, at se per
lii? Iont developpe l'intdus- Harmon',ser toutes les aD dre encore dans de cofiten
ti'.,. 'agriculture oi qie proches dans une perspecti ses hesitations. L'echec d's
lon administre ,le;s reserves ve unique, tell est la tafche industries textiles du cuir
de change, la ma's.e 'iotie- prealable a toute politique et derives est particulere-
taie etc. Les prob! mes. connmerciale de developpe- ment eloquent a cet e-
tout en restiant les in mes. ment economique. Elle im- gard.
changent ciepndant de ;l',-tue en meme temps une Il est admis que les biens
plan. revision complete du libcra et services contr!.buant au
Dans la measure ofi les lisme inconscient tradition dfveloppement du capital
exportations, financent plus ne,11ement appliqute aux im- national dolvent fair 1ob-
on moins les importations, port Itions sois la press,.in jet de toute la bl.enveillan-
le commerce ext rieur peit direcle ou ihdirecte du ce des auorites, ic.arg-Oes
etre considered comme la haut commerce, d'Ailleurs d'en st'muler lim
cinquicme roue du carosse. portation par tous les mo-
Comme la masse monetaire, LA NECESSITE yens. En revanchlie. Ies polu
li main d'oeuvre qualified, D IMPORTER MIEUX vo',rs publics decde decision de
il se present dans une vraient etre vigilants vis-h-'
perspective vertlcale par La croissance reguliere du vis des b':,'ns de coniomnmai
rapport a agriculture, l'in PIB suppose un accroisse- tons durables' automobiles.
dustr'.,. l'energie. etc ment tout aussi. constant apparels electro mena-
Les objectifs en matiere du stock de capital. Or. com gers, articles d'amouble-
cdimportations et d'exporta me dans tous les pays en ment et de decoration iinit'
tjons ne peuvent alors fai- voie de developpement, le rieure etc... et oiivertenenti
re l'objet d'une defUiition contenu d'importations des restrictifs quaint aux impor
l'iune fois connus les investissements est general stations de biens de concein
crbjectffs des autres see- mcent tres eleven: biens d'e- mation non durables i:ili-
tK~rs, surtout dans le cas ou'pements, matieres pre- mention, habillement, clhaus
ci.laiti a qui les organis- mieres et combustibles mine sure. etc.. ) d'autant plus
rfles etrangeis d aide four- raux non disponibles en que ces deux derniers groni
rfissent soit le materiel soit Haiti. pes sont particulib'rement,
les resources en devises n" II est certain que les im sensibles aux variations du
cessaires aux pru'e's. portations de ces trois gran revenue national.
des categories de products A ce compete. il convi'ntt
L'approche diff're cons'- manifesteront un rythme d'ecarter loute mauvaise
derablement dans lo .c:as soutenu de croissance simul interpretation des rbgles di:
d'un pays appliquant 1111 tanement avec le PIB. Tou GATT. L'article XII de l'Ar
dcontrole des changes et dis tef:.- cette croissance ris- cord General sur les Tarlts
posant d'un <,Budgtet de de que dOetre freinee ou stop- Douaniers ct le Commerce
vises,. Darts ce cas. la pre- pI.i dans la measure oi leI auturise toit pays membre
miere preoccupation est de del c't commercial grandis- aux '.mportations ien vue
rationner les defense's a 1 s.int. en absorlant un volu a appliquer des restrictions
stranger de les limiter amu me important de resources de sauvegarder sa position
seuls biens indispensable a des fins improductives o- financiere exterieure et I'e-
At la croissance parce qu'il oblige les autorites de deci quilibre de sa balance des
s'alglt avant tiut de prot-' sioa n recourir aux institu- paiements...b plus precise-
ger et ou 'aoe odvloplpr. tions mon6taires internatio ments ... polui -OPr-i .
avec ou sans I a ia~prT.r- .: nales., la menace :nri'-,,,nr, d'ud-
re. le stock de liquidites ne baisse important de ses
internationales du pays. I11 se pose done d la comn reserves moneiaires ou pour
L approche fiscal du com munaute un problem de mettre fin a cette baisse oni
merce exterieur, de son co- cholx: ou bien importer pour reliever ses reserves nmo
t6. a motns de sens. Elle ne emoins et mieux pour aug- netaires sui.vant un taux
recherche que F'augmenta- center le revenue national d'accroissement raisonnable
tion de.la v'aleur imposable: oa b:en importer plus et dans le cas of' elles seraient
plus le pays imported, plus l:brement e.t en meme tres basses,. Cette faculle
le fisce eroto. Cette annro temps rtia:der davantage est considerabiementi r-enior


P1eur ices Ilommes... en FaiMlesse, en PannE



HANDSOME UP



KEIEN A AVALEZ, RIEH A INJECTED Traites vz a, viu


mj mes, a dsomidile; la durie du trailen-enat d'dperd

de i'e!at ou de l'Re de la personal


127 RUE DES MAGASINS DE L'ETAT, PHONE 2-2249 I

oss
K~oos~c~ocoooc5eooos<0iscCoe3<^c r~scc>c-^scsoocoo


OMN1 SUPPLIES,


I __


volume de products primal-


Lj


1972/73


197:/74 197 1/75 19'

29.5 27.3


Source : ADMINISTRATION
GENERAL DES DOUANES
LES LACUNES
ADMINISTRATIVE

En reality. les autorites def
dec'.sion- sont bien cons -
,-d.e. da plbllimeO s que'
pose et posera le deficit de
la balance commercial,. C'er
lanes les ont appris a leurs
depends: d'autres s'y sont
habituees et se sont spect.a
lisees a colmatlr les bre -
ches. d'autres encore le paer
convent come simple exer
cice intellectuel de ',ens inc
! :es. m a's. n, l ,,! iF(.pu.,e -
1ll; rn p '.'tit I ir < o
I.lillon ne se re o Knpe:,t
L ( s' 1" Ii's n' daltIis itu
lic' i'LiOn t u 1it Gi l i' ",: i ltii
I. lfel S.ve oncr tc '"t
pj.s ive.
La p]rtu,-y,- n est q l ,'(,1!
nI ds,'mus, o t ias i s 'p e l; '
s'a!'s., ,- us lr.'c' eles, coin -
I, s ft d t.:;'';" 'c i pc i -
t'a .e"rvit' dt It. itole u t e
i')rd 'ndc.spensabl,' i 1'ien-
itrc r se pit!s U'il fai' l '-

L'Etat n'es,! poutanlt pIs
F,b'. int du scetcur us' o (iin
z, "'- e dorgan:snirts puhl' ,s
adtn'nisir 'n it concsna' ri'e
exi 'ric ir. 'larfo!'s s.m !e
siv:r,. soil da l'importatMn,
soit ) t l'ep)orliatoun. Ma;.s
absorbes par uine rou'timn
bureaucrat'qut"e et/ou occu -
pas chacun ;i. des arbrcs d,.
termntes et trop soU'veint
a leu trone aucun d eiix
n a le temps ni les moyetls


I Sear


Actuel'ement En vente des tables de Ping PonR professionnelles.

Elles portent 12 Label











Prix: $ 195.00



Jeu de : 1 Filet, 4 Raquettes, 6 Balles, type Championnat


Prix : $ 28.00



OMNI SUPPLIES SEARS 4 7Rue 74, RUE PAVEE, TEL : 2-3039

I-OP90g0006gO..i- m'i""M l .


cee par les dispositions de
['article XVIII relatif a -
l'eAlde de 1'Etat en faveur
du dfveloppement 6conomi-
ue clans le cas de tout
aays membre odont 1 econo
mie ne peut assurer a la po
pulat!on qu'un faible ni -
veau de vie eL on est nux
premiers itades de son de-
veloppement!s.
"-c eons"e6-nt rien au
GATT, une fols les, proedi
res respectees, n interact a
Halt', la reformulation de sa
politique commercial sur
des bases serieuses et con-
formes a son developpe -
ment.

INSUFFISANCES ET
PROMESSES DES
EXPORTATIONS

La structure des export
tions nest pas moins r .ide
que celle res importations:
Les variations de la part
des products pri'maires dans
les exportations totales
CO pour cent en 1973, 43
pour cent eni 1975, 63 pour
cent en 1977. relevant en-
core davantage de la varia
tion des course des products
de base ou des quanti!,s' en
portees que d'un change-
mInit profound d'ordre strute
turel.

Le cafe, a lui seul. replre-
sente 44 pour cent des eN-
porl.-t'i)ns et. avoc la bauxi
ie, on depasse lar'fein"it la
moitii 56.6 pour cent e'n.
1977). Modifier cette distri
bution et cette dependlancc.
pour ILs ra.slons trop con-
nuies malntenait et au rivth
me desire sans rlduire JIc


de consider la fort dans
son ensemble d'orienter son
extension et encore moins
de proven s rm ou de circons-
ernre un incendie atussi in-


trepide que le deficit com-
mercial.
Cette tache est alors im-
plicitcment confine period ,
quement a quelques missions
dexperts de la CNUCED, de
la Banque Mondiale on du
FMI qut.. eux. n'ont statuta-i '
rpment aucune politique
c intervention dans les pay,'-
nembres. En ,,-,i ,I'' .
il appt rtient a I E iti -
tupn !I a hI, sieul de prfn-
crI e cexecut.er les mesu-
res de contrile des importa-
t'onti et t], p mFao1i ion des
-'.l:p ,' ; '; a :tn de I ni:-
t( r le dclef'.t conmme're'al.t

I'OUR UNI. MMITRISE
IDU DEICI' T

La sIru"tlure conomi'll ]
dut pays pi' puarit pas. r.ii
snillabrmel nt. lu p"eimet- '
tre d sruimiir un exi'cdenl
tn auei de It alicc e rom-


uter:'.'le. Le schma cl issi
Itue d(i FM! que refkle la.
balrcee des pa iments d
la .tupiart res pays en VO'c
de drveloppemnent non ex-
portateurs de petrole pout
s'a)ppLQuer aiseumnenl a Hai
It.; un pays en vote de d6-
v'ioppenm'-nt .. colnptant
sur les flux fisonc',trsc inter
niationaux publics et prices
Iour auamenter son stock
de capital n'a aucune rai-
son de s'inqui .ter du defi-
cit commercial, toutes les
fois qu'il arrive it consoli-
der et a developper ses re-
tcrves de change.
A',asi, I'e.iuil bre ou lex-
cedent de la balance com-
nerciale datnri ci context".
ne saurait constituer ota ob
jectif en soi, a atteindre a
tout prix, sans tenir compete
des autres variables qui le
justifient.
D'aillcurs les projections
les plas opt"mistes sur levo
nation du PIB, meme suppo
sant une action efficaee sur
les deux volets du commer-
ce exter:eur, aamel.nrit la
persistence du deficit com-
nert..l.ul 12). Auss; t:,-i plus

(Voir suite page 3)

Les products
tropicaux
New York SIu. le march
New Yorka s des pioduits
tropicaux, les cacaos se sont
redress6s ep s mpathie avec
le march londonien.
Les cafds ont 6te irr6gu-
liers, avec une baisse en de
but de semaine la suite de
rannone, quoe e Brssil et la
Colombie avaient a nouveau
baiss, leurs prix sur le mar
chS 1'embarquement. Les
course du sure ont mont6
grace a des achats des mal
sons de commission qui ont'
dee trIs actives.
Le bl6. le mais et le soja
ont dt6 en bausse.


Iranien: La perte du' ptrole

inquietude aux USA


res impliquE
soutenue et u
longue haleinE
solutions de f
illusions comr
taltance inter
Pays sous-d
ti restera
longtemps en
nom's primair
trice; 'toutefoi
lument aucut
vouloir rester
genre en las
des opportun
nelles decoula
cations str
course dans 1'
diale.
Les pays
l'OCDE de
pays soc'ali
du Conseil d
que Mutuelle
ou -annuld li
leurs droits
les products
origrnaires de
de developpei
une plate -
pour 0Iabore
gie de promi
stations non
mmne double
t'on drs Invi
rangers enI
Les artlcies
dcistrie (arti
sant des inti
ont pourtant
btio ct urne
able h touti
tie caleiste q
Wi un tradr'..io:
faIte 1c I bjet
me de prom

iian,"iere eL
colieri'te et


e une volont6
une action de
e excluant les
facility et des
ne la sous -
rnationale.
eveloppe, Hal-
probablement
core une dec-
re export -
s il n'y a abso
ne raison de
la dernibre ru
ssant passer
ites exception-
ant des mocifi
ucturelles en
economice mon

membres de
mdme quc les
steA membres
'Aide Economi
ont reduit
a plupart de
de douane sur
manufactures
es pays en vole
ment. 11 y a lIt
forme de choix
er une strat6-
otion de& expor
tad tioninelles
;e d'une promo
estissements c
Haiti.
de la petite in
sanat) ut3li-
rants locaux -
prouve aver'
constance admi
e la girontocra
que les products
nnels pituvent
d'un program-
iotion vailib!e
Ine l:,"istiq!u fi
administ rat ive
b in[ inspire''e.

TRIE


75/76 197T/77

33.7 46.2


parre que, m4me sans gros revenues, les hai-
tiens savent maintenant comment mettre
de I'argent de cMt tour les mois pour le
fire fructifier.

parce que,'mrme sans capital au depart, i/s
pourront r6a'ispr tel ou tel de ces prolets
don't ils rdvent depui6 longtemps. une rou-
velle voiture, une maison, des toudes plus
tard pour /eurs enfants et pour eux une c
reirdite heureuse.




LA BANQlE NATIONAL

I E D' LA

IgEI~t.ILI~iL D) !IA1T1


PABOCO

Paper Box Cuomi:ay Of Haiti

Ru2 Barbanco0Crt (Entree Le Natal) Route de I'Airoport

Tel. 6-0732

LA MASON DES EOETES


Pour toute y vs coRnmnandes


!deb h tes de:

ChaussuTes_
PaFssrie

Dteruent
Pate dentitrice

Chemises et Ulngerie
Caomposanls electro Eques

Froduits pharmaceutiques

Products ffimentaires secs et Conglis

Creme a la Glace

Savons
Fruits de mer

Traiteurs e' restaurateurs

Enforcement de cols et des de chemises

Agraffes et trombones 4
Divers ...

Mous fabriquons e alement des dossiers de classe-ment

En format lettres et leRal.
gdD, jm. medl.. eg ....... .. .... .,-,,........ .


-.'.. :. y.._~:~~i~;4ssp~sp~. ---~a~arr~-~T --R--7-----~~ _~_ ~r* -~s~l ;fYRliR~iyl --~-~IC~e~-PI __-----_


__


tr~kr~/)/~//C)~//~/Z~%Y/l~%rC~V~%%IC~/C/


SAMREDI ET DIMANCHE 4 FEVRIER 1979


PAGE 2


Les premiers a.gnes d'ln Au D6partement nergie
quietude a propo's de la per .de la Chase Manhattan
te du oetrole irarien s6nt Bank, on estime que la si- c
apparus cette semaine. aux tuation Etats Un's, qu: risqup par rieuses> pour Ics Ecats Un s.
a.lleurs cle voir le redresse- L'Admin stration americai
ment de sa balance commer ne s'inquiete d'autre part
ciale compromise si les quel- .des effects sur la balance
que i2 mill ardse de dollars commercial ae l'annulation
de commander d'armement eventuesle de 12 milliards
pass'e-s par I'Iran venaient de dollars tie commander
ta tre annulees. d'armemient passees aux E-
La s.tuatlon en Iran a tats Uniz pa- l'Ira'n.
conduit deux grandcs social .e seraAt la un coup tres
tos petrnd:ires, EXXON et severe pour le commerce ex
Standard 0 1 of California terieur des Etats Unis. Pour
a pratiquer un rationnement l 'cnsembles de anne 1978
des livraisons. La premiere a il s'et sold par ure deficit
announce une reduction de 10 recortl de 238,4 milliards dc
pour cLtt de sea livra sons dollars doll au lieu de 25 pr-
de brut. La second a de- cedent record, en 1977.
mandSe au Departement de
1 enurg e le droit de mainte
nir ses livraisons d'essence Les CourS Sur
aux stat ons service a icult ie marchO
nivea I de I an dernier. du cal
A Wash ngton, le Secre- Redressement des course sur
taire ace energies, M. James le march Nev. Yorkiait des
Schlcsinger, a affirm squ'un cafes futures vendredi ofi les
programme d'economies d'e- prix ont clotu.rn de 35-162
n e rge piurrai etre decid po nt, e hausse a 'excep-
Is, s exportations iranien- tion de decembrc quij aa per
ncs ne ra.prennent pas d'ici du 34098.5'. La demand des
au ler Avril. Ce programme pays product.:urs matterial-
coimporterait In 1mitlation see p.r les acihats des mai
des A,.ira sons aux detaillants sons de comm-ysion a soute
a un ccrtaih pourcentage de u lua tenlancei ains' que
leurs be oins ct la lerm-tti- 1activitO du n'roce Dc no)
re des stations service ba breuses operate on, do report.
certa nes h(urs,. iprincipalem nt de la vented
New York -[-ians les nmi- c cont":ts p:'"ch(e's i a-
lieux fnanciq .: et d'affai- chat de c tntra s eloignes.
rns, oi Ion sestimait jusqua on cgalemenit domine Ia
pro ent que les ELat., Unis t niltance(. Les transact ons
ni sonilfr raient pas trop dt out porter, 'ur -'.450 lots
arrestt des livr1isons de pe Sur Ic marine a ['embar-
tro c ranien, 1'inquietude qupiennt, des mexicains snot
Sont hcel of:'rl a 1.23 FO[ .
.Nluis risqurns d'uarriv"r Fevrier offert, a 1 22-1/4
a une s tuation qui pourrait FOB. d<, G- atemala promil
resse,-inblor a I'enmbargo pe- to .lvr.ison vendus itusciU'.
trolic" de 19'9T-1974,> a de- 1.19 FOB, Spot vendus de
clare le specialtste d'energie 1.25 a 126 FOB, dis Salvei-
de la fire Irving Tru,t dor Spot vctndus a 1 27 et
eLes rai-ons soit different s Fevrier offers a 1 22 XD.
rma's les effects pourraient Des colombiens fevrier ont
etre les memr a-t-il ajou ete vindus de 1.49 a 1.49-1/2
tO. XD,


Le Deparcemint du Com- -
merce espere r6duire le deft
;it commrriercial de 9 mi.liards
de dollars cette annee, ma.s
.1 est probable que la d mi..
nution des exportations vers
I'Iran. sans computer, ['anni
nation eventuelle d-s corn
mandes, rendra cot objecthi
diff cile a atte;ndre.


Une houvelte G:; rioration
de la balance commcreiale
ne manquera pas d'avoir
des effects sur lc dol ar.. La
devise amdr caine k remon
te la pente au cours de Ces
dern Ores sumames et elle
et cotee ei c-" moment a
son niv.,'tu le plus haut de-
puis six mois.
Les inareaies des changes
ont reagi p.ls tivement aux
engagements du Secr6taire
lu Tr6sor, M M chael Biu-
mrnenthal. I1 tvatt clelare
que l's Etats JUni ne rela-
cheraien! pas Icurs efforts
pour assurer la stabi ite dr.'
la monna e. Lt, tresorerie
prevoi, tticip ntivelle em.s-
sin dc,. tih.,'s libftlles en
marks au cour- du premier
trimnestrc- d. ctte' annie. a-
fin d'iccro tre les reserves
en devises necessaires a des
interventions eventul.Iu s sur
Ics mnarchie fmanciers pour
defendre Ic doli,'r.
Les criinte, dune r6ec s-
s.on so t loiijoit': tu a l.rr.c
re plan des ';If(occu)ations
de I'Adm ni.stration it dos
milieux 'afft'a s is stall
t ques a ce pr'pos .on1t con
trad:ctoires
L'ind.c- d,'s principaux in
dlicnt,'urs pcnom'qus, baro
metre dp i'actvil e 6eonomi-
que au colts des prochaians
imois, a dim nui df 0 5 pour
cent en Decenibre lpres u-
ne 'Ti'af- de la meme am-
pleu 1 i mo's de Nbvembre
Ce repli va dan, le s-ns des
provisions d'un nel ralentis
cinment de l'xpnans.on aux
Etats Unis cette annee.


EXPORTATIONS DE LA PETITE INDUS
(1.000.000 GOURDES COURANTES


- -.1 "...... 1 1 j1,,- -


i-C


11 1 11 ,- s







SAMEDI 3 ET DIMANCHE


Lettre a Bonnard Posy


(Sultede la lere page)
frustres, so consacre l'effrite
ment des fantasmes bucoli-
ques decoulant de 'la prodi-
galite de l'ordre natural, a[La
Gosselonev a 1'epine dorsale
du miracle vert des banane-
raies au benelice de l'omni-
prese ce des orbes de con-
trainte, Igissant le paysage
social a la faton d'epouvan
ta:ls.
Dunais I'unive-s d'un person
nage se determinant a con-
tre courant ae la mediocri
te et des limitations do mi
;'.. prLisent a la fois la
grande esperance qu. peuti
apporter 1'ecoIe dans nos
communautesrurales autant
que Ic destiny de Sisyphe des
coneeuts trad,tionnels de la
pedagogie pour autant que
cux-ci se seront definis en
marge de toule perspective
fonctionnelle. operationnelle,
at centre ser- ae notre identi-
tie ainst q-ie de toute no-
tion de orioritl dai.o lordre
des problems


Le pedagogue, aL ce comp-
te, n'a pas besoin d'etre
grand. clerc pour d6couvrir
cette dimension tragique, qui
ast llie du caucherlar certannes comnmunautes as-
servies par d'a'tres et !e
monologue intir'eur par le-
quel s'exprime le refus d'un
univers degrade nous con-
vaincra que les temps ou la
vie soit ,d.gne d'etre v6cu'a-
sont Iruits de la polyphonie
La conscience du narra-
teur deviant dans cette onp
tique impuissance a assumer
Ie discours de' l'ensemble et
les person ages abandonnes
a leurs leterninations inte-
rieures n'olft plus qu'a te-
moigner pour eux memes
di,ns la tradition contempo-
raine du romanesque.

II n'y a plus lieu que d'as-
sister ai une theatralisaticn
du drame Car dans Ce cas
nil la cornmuraute parait in
sufPsamment motive pour
prendre t coeur des interests
qui lUi sont vitnux tel que


SPORTS I
LES TRIBULATIONS B'Ul LEADER
VIOLETTE BACARDI 2-1


Le Violette a faill etre
echaude avant hier soir fa
ce a. un Hatuey Bacardi
particullerement entrepre-
nant.
Frantz, Jn-Pierre reussit
exploit authentique en met
Plant un terme a l'invincibi
.o lite de la defense du Violet
te A.C.
Jouant routes les balles
et attaquant sur tous les
tronts. les -Diables Rou-
peca. causereit pas mal de
soucis a la phalange violet
tiste.
Lecali.salion de Jn Jo-
seph Mathelier redonna con
lance aux leaders de la


Couie Pradel.
En depit des efforts du
Hatuey pour reprendre I'a
vantage, le Violette anime
par un Jacques Jn Louis
tres en verbe reussit fina-
lement a reporter le
match, mais non sans pei-
no.
II fallout en effect un mat
vais rebound de la balle pour
voir le tir de Serge Chris-
pin tromper une deuxidme
foits la vigilance de Gerard
Toussaint.
Cette victoire permit au
Violette de reprendre sa
place en tote du classement
avec 10 pts et six matches.


LA VISION DU YOGA

LA VISION .DU YOGA PUBLIEE PAR L'ASSOCIATION
DU KRIPALU CENTRE DE YOGA REVUE NATIONA-
LE ET INTERNATIONAL DE : -

1 YOGA, METAPHYSIQUE, DIETETIQUE, SPORT, Etc...
3 AU SOMMAIRE CE MOIS-CI :i i ,-

QU'EST CE QU'UN VOYANT iMme Arc-en-ciell
S LA REALITE INTERIEURE lRev. R. C. BEAUBRUN
LES 12 SIGNES DU ZODIAQUE (Delta Acruz)
L'ART DE GUERIR (Prof. J. D. Percy)
PETITE HIISTOIRE DU FOOT BALL HAITIEN
e (Pierre A' GUILLAUME)
Et de nombreux Articles sur des sujets captivants.

EN VENTE DANS TOUTES LES LIBRARIES ET LES
SUPERMARKETS

Fr.7/////,, n


ou "De 1'enracinement" La centre
la ,pollution


l'agrandlssement d'une eco-
le, il y a dans le non dit u-
ne matiere romanesque qui
me part es;sentielle soit
que l'ecole ait cess6 de jouer
un role dans lc modele en
question, detachee des be-
soins de 1'ex;stence ou que
cet aiileurs auquel, sa desaf
section r6fere, soit de l'ordre
de realit6s d'une economie
sauvage qui fasse peu de pla
ce a des instances de ration
nalite.
Par reference a d'autres
mythes ou de personnages
-mythifles, l'on ne pourra
s'empecher do penser aux
ecueils qui guettent le cr6a-
teur a l'heure of la littera-
ture tend a. depasser le ca-
dre des cenacle- et aspire a
jouer un role positif dans 1'e
evolution de la conscience col
elective.
En effet un mythe ne fone
tionne que pour autant qu'il
sot souch6 oux valeturs
tr;.nscendantes de la memoi
re collective don't, aux clercs,
echappent sou'ent toutes les
subt lites.
Si la ligne d" demarcation
s'estompe souvent entire la
reality imaginee et les nor
mes d'une lecture realist, si
le hiatus s'accentue entire le
monde introspectif de Multi-
dor et celui tout de machhna
tions des protagonistes de
de la <,republique des bana-
nes,, c'est a dire l'appareil
pol.c'er de la ville qui ap-
parait sous un jour inhabi
tuel pour influencer la deci
sion economique, la vente
au rabais -des denrees, cela
tent sans doute au fait
qu'un volontarisme si gene
reux soit-il, l'image de ce-
lui des personages reputes
positifs depuis l'oeuvre ce-
lebre de Roumain de mime
que le reniement de soi dans
les sAtuations antagonistic
ques, ne suffisent guere a dc
mcler les broussailles du pre
senta.

On en vient a regretted
que le personnage du gue.
rseur providence, dont 1'e
quivalence ou la ver-ioi at'


thentique sont a blucider
dans notre culture populai-
re, n'ait pas autant de relief,
que son partenaire heri-
tier, de l'univers rlpressif.
Encore qu'il s'agisse la d'u
ne sorte de manicheisme, il
inous revient que l'ethnogra-
phie a encore du pain sur
a planche non pas seulement
pour recenser ia texture des
rites, a propos desquels main
tes pages de J. B. Cineas ou
d'Antoine Innocent illustre-
ront a 1'avance la centre -
expertase d'Alfred Metraux
ou du Dr Maximilien, mais
aussi en vue de contribuer
a mettre en valeur les she-
mes d'objectivation de :'a-
me collective ce q u e
Marcel Mauss appelait le
manaa> et don't l'ecrivain
J. S. Alexis tirera la saisis-
sante fresque du personna-
ge de Gonaibo des ,Arbres
Musiciens>.

Zola n'avat-il pas avance
le concept' ie ronlman experi-
mental '.i s','ppl'querait ai
segment aux soubassements.
encore cres p'" eclaires de
notre savorvor populairea.
Le propos ne manque pas
de reprondre une expression de
votre prefacier-ofl affleurent
les ornements du poetique a>
Une jeunesse ah laquelle
les personnages de eMatins
sur la colline vouent S. no


canine,) ea entree
en vigueur a N. Y.
New York (AFP)

Pour la premiere fois jeu
di, un proprietaire de chien
a 6td victim d'une ei vote
en Aofit dernier t New -
York : il devra payer 25 dol
lars d'amende (environ 120
francs) pour ne pas avoir
nettoye le trotto'r apres le
passages de son animal.
Les responsables munici-
paux se contentaient depuis
le mois d'Aofit de donner un
avertissement jux contreve-
nants. La Municipalit6 New
Yorkaise a decide cependant
do frauper plus fort depu's
le mois de Janvier, devant
la re-rudescence du laisser
alle" des propridtaires.

D)esormais, toute p-rsonn"
surprise en flagrant de.it
de pollution canine devra
payer immddiatement 25 dol
lars et 100 dollars si el'e ne
fait pas preuve de bonne vo
lonte.

L'adoption de cette loi a
faith Ile bonheur des magasins
specializes : i!s venlent de-
sormals un apparel compo-
sd d'un manche et d'un pe-
t.t sac plastique, qui per-
met aux amouroux des ani-
maux de nettoyer le passage
apres la promeninade.


(Suite de la lere page)

cocktails Molotov et des a!
res, on tireria et c'est M
IChomeiny qui sera respond
sable Si on applle a la gue.
re civ le, a prendre les ai



nommage a
Jean Paul II.
a la Vierae
de Guadalupe
CTTE DU VATICAN (AFP)
Jean Paul II a vou6 a la
Vierge Guadalupe la 36me
conference genlrale de l'E-
piscopat latino-americain,
en course i Puebla.

Le Pape, qui c6l6brait l'of
fce de la Chandele,. a
Saint pierre, a declare iA
la. fn de son homelie :
tour du Mexique, qu'il me
soit permis de te remercier,
6 Madone de Guadalupe,
pour cette lumirce quest
ton fils pour les fils et les
filles du Mexique et de tou
te 1'Amrlique Latine.
nirale de l'Episcopat d'Amb
rique Latine, commenele so
lennellement a. tes pieds 6
Marie, dans le sanctuaire la
Vierge de Guadalupe, le 28
Janvier pursuit a Puebla
ses travaux sur le theme
de l'evangelisation dans le
present et I'avenir de l'Ami
rique Latine. Elle s'efforce
de montrer les voles par les
quelles la lumiere du Chris
doit bclairer la g6ndration
actuelle de ce grand conti
nent plein de promesses):
a ajout6 le Pape.
commandons ces travauw
les yeux fixes sur le Chri,
portS dans les bras de s
mare et en 6coutant les p
roles de Simeon: La lum
re dQit illuminer les peu
ples.


qt
le
a
ti
a
V


es, je feral arrlter ceux
ui lancent lec appeals et j
as ferai fusiler s'il lt' faut.
declare Baklht'ar, don't 'in
erview, par Bernard Poulet,
et6 recueillhe vendredi a
e'he an.
Evoquant L'eventuelle for-
nat:on d in Gouvernement I
slamique par 1'Ayatollah,
e Premier Mintmsre, qui a
a plusieurs reprises announce
sa ferme intention de ne ja-
mais demissionner devant le
leader relg.eux, ironise :
ville sainte, je lui en laisse
la liberty, qa sera charmant,
nous aurons notre petit Va-
tican> >.
IL declare a nouveau qu'il
nest < former ur. vrai Gouverne-
ment et ajioute : S'il passe
de la parole aux actes, il y
aura du grabugee. De meme,
il 11ne s attend pas que 1 Aya-


tollha appelle a des elections
dans himmediat.- vant le retour au calmev,
vant le retourSAMEDI 10 FEV. Premier BE


<,I n'y a pas de veritable Spte
I bertd actuellement en I- M
rans, constate le Premier Mi
nistre, en ajoutant : tant : Savak, mais aujourd'hui, il
y a les groups de pression. R information import
Si on faisait ,der elections I
maentenant, je crois que
neuf des elus sur dx porte- O(^^^ ^i:o*Cy.:x0scro ,ocaoo,
raicnt un turban.s .


POUR UNE MAITRISE:


(Suite de la 2Ime Page) ,

rcaliste d'envisager des me
sures susceptible de ralen-
tir le d6s6quilibre, de le main
tenir en deqa d'une borne
a determiner en tenant
compete de inflation mon-
diale, des terms de 1'6chan
ge, des reserves de change,
de la tendance a la substi
tuition des importations en
Haiti, du credit a la consom
mation des products impor
tds, des investissements
dans la production pour l'ex
portation, etc... a liste des
paramltres is dtdrminer


peut 6tre plus longue enco
re mais ls sont identifia -
bles de meme que sont bien
connus- les measures a ap-
pliquer et 1'objecti.f a at-
teirldre.


sir.
Henry Robert DUBOIS
1) Voir mon Mdmoire de.
sortie !< change du system bancaire
et le probleme de la politi-
que commercial en Haitis


Tout le probleme reste de Facult6 de Droit et des
rassembler autour d'une ta Sciences Economiques. Aout
ble tous ces hauts function 1978, page 54-60.
naires, sans aucune precipi
station, de leur montrer claim 2) Voir : Politique et Pla
rement le problem, de les unification du Commerce Ex
persuader que la solution de terieur. Project PNUD/INT/
pend d'eux collectivement et 73-013 (15-22 Jui-n 1976)
enfin ce qui est peut-.tre Et les travaux Macrolcono-
plus diffici16 1'e les con- miques pour le Pl"n Quin-
vaincre qu'ils r auvent reus quennal .I.H.S. 1.974-'


DECORAMA
LE No I DANS LA DECORATION INTERIEURE
TAPISSERIE MURALE RIDEAUX TAPIS MIROIRS LAMPES
TABLEAUX DECORATIFS CARREAUX EN VINIL CHAMBRES SALONS
SALES A MANGER APPAREILS STEREOPHONIQUES TELEVISIONS
riSSUS POUR RIDEAUX

Maintenant en liquidatio n: Television 13" no-ivr

et blanc $ 320.00
DECORAMA 243 LALUE en face de la 1Tre
Ruelle Jdremie Tel. 2-2257
OUVEiRT TOUS LES JOURS DE 9 H AiM. A 6 H iPM.
K//./r Qr


sains loisirs ainsi qu'aux


la cultures dans les murs
d'une communautd renovee,
autant d'elements qui pour- I
raient prendre aleur de
symbol, symbol qu'en no- N
tre terroir natal, il nous en
cofiterait trop de cesser de
'roil e au prngres.
En 1 ., r cwrciant de vo
cre dedicace, j, saisis cette
occasion de vous renouveler
expression de mon amicale
consideration,
Rcbert BAUDUY
Port-au-Pce le ler Ftvrier .
1979. <
Mr Bonnard POSY
Jacmel


I,'


trional em Haiti (Au Lambi)


P-auP du troupe DJET-X de New York. Une

tante pour les fans du DJET-X en Haiti.


Bakhtiar doit

demissionner dit


Au Lambi NightClub




VENDREDI 2 FEV. Un bon debut de week-end

Avec Operation 78 et Shooear Combo $ 3.00


SANEDI 3 FEV. A 3 h P. M ,Boom Cocktail.



Avec Operation 78 et Shoogar Combo $ 1.00


SAMEDI SOIR : Soiree Merveilleuse avec Coupe Clourk

Admission Speciale $ 2.00



DIMANCHE 4 FEV. A 1 h P. M. ,Cocktail Geant, avec


Operation 78 et Ambassadeurs $ 1.50


DIMANCHE SOIR Operation 78 $ 2.00



INFORMATIONS :

DIMANCHE 4 FEV. Retour a P-au-P du Bossa Combo

son premier Bal au' Lambi mardi 6 Fevrier


al de retour de 1'Orchestre


zm,&dAuzmn46 6ne 2-60ff


-; -;;- ....... .. -- ; : -~--, --~ ~ ~


co of At


AN




NOUVEAU TUBE GEANT SUPER ECONOMIOU '


60000000


d'Americains


refe rent Colgate!


- --- --


--- ----- ----- --- -


-~ jE~rEou~r/..rdrzz ----r~crmrrzzz


4 FEVRIER 1979


----~--


------"""~'~~"'T~l~ll~ill;lll~-~I~


(Ens. Select)


IC


j


r~c~aocll~ac~9os,


I







SAMEqI 3 ET DIMANCHE 4 FEVRIER 1979


DANS NOS CINEMAS


MICHELE SCOTCH CLUB


Samedi 3 Fevrier


SUPER AMBIANCE ANTILLAISE


AVEC


OPERATION 78,


Meilloeu roupe Martininuai

ET

D. P. EXPRESS


Entree $ 4.00
M/a DMY/// 8


CARNET SOCIAL


Messe de Requie
Une Messe de Requi''m so
ra chantee en I'Eglise du Sa
crd-Coeur le Mardi 6 Fe -
crier 1979 a,7 heures 15 pour
le repos de 1' me de ta re-
grettee Madam.e Jose Marti
nez, nee Clelie Johnson.
Cette announce tient lioeu
d'invitation aux parents et
amis de la defunte 52


beaux-frcres Emile et Louis
Anacrion. Aux families Ana
creon. Thtbault. Smith, Bols
rolin. Ritchie. 'nous prdsen
tons nos sincires condolean
ceis.
Les obsequts de la regret
tee dofunte tseront chantees
mardi a 4 heures en la Basi
lique Notre Dame.
Le convoi,. partira du sa-
lon funeraire de 1'entrepri
se a la Rue du Centre.
32


Antoine ermnisan
NEE GERMAINE
A.BRAHAM ATTIE
Pax Villa annonce le cit-
ces survenu le 29 Janvier 79
a Montreal de Madame An
tone Kernisan nee Germile
Abraham.
En cette pdni-ble circons
tance Pax Villa et Le Nou -
velliste presentent leurs
sympathies it son epoux M
Antoine Kernisan, a ses en
fants. Monsieur Edwige,
Kernisan. Madame et en
fants, Madame Alta Kerni-
san, Monsieur et Madame
Loly L'Oiseau et Madame
soeurs Madame Veuve Theo
phile Jacques, Mlle Gabelli


ta Abraham. ses ses ne -
nee Marie Eddy Noel, a ses
veux et nieces Monsieur Mar
cel Jacques, et Madame. M
Hugues Jacques, et Madame,
Monsieur Danel Jacques, et
Madame. Monsieur Marc An
dre Jacques et Madame. i
Monsieur l'-ngdnieur Jean
Claude Louis et Madame
nee Rose Marie Jacques. a
Monsieur Harrse Balmir et
Madame nee Evelyne Jac-
ques, a Madame M'arIone
Jacques, a sa Tante Mada-
me Justine Kerol St Vil. a
Madame Chavannes Ade et
enfants. Aux families Ker
nisan. Abraham. Atide. JTLp
ques, Ade, Maugile, Narum
et i tous les autres parents
et allies eprouves par ce
deuil.
Les fundrailles de Mada
me Antoine Kernisan ne6,
Germile Abraham Attie so
ront chantees le Lundi. 5
Fevrier at 4 heures P. M. en
l'Eglise Paroissiale de St-
Marc ott la depouille mor-
telle sera exposee des 2
heures.
N. B.- La famille so euni
ra le Samedi 3 Fevrier 79
a Pax Villa Sacre-Coeur de
7 heures a .9 heures du soir


Les Pompes Funebres Pa'
ret Pierre-Louis vous annon
cent le deces de Madame Ge
rard Anacreon nee Renee
Maude Anacreon.
A son epoux. a ses en -
fants Jean, Loun's, Marie Re
ne et Guy Anacreon. a ses
freres et soeurs : Monsieur
et Madame Andre Smith.
Monsieur Arntz Thibault et
Madame nee Germaine
Smith. Monsieur Flaviar
o'.srolin et Madame nee
'eorgette Smith, a ses ne
vuex et nieces : Monsieur
et Madame Anthony Thi -
bault. Frantz Thibault. Doe
teur Fred Thibault, Docteur
Lionel Thibault, Henri, Alix
et Yolene Boisrolin, a ses


Institute Francais


. I


LInhumation aura lieu ha Lundi 5 Fdvrier 1979
St. Marc. 32 AGENT TIRES SPECIAL


CAPITOL
DIM'NCHE 4 et Lundi 5
Fdvrler 1979
CAPITOL 1
12 h, 2 h, 4 h
6 h 8 h ,i0 heures
LE DERNIER
DES GEANTS
PRIX UNIQUE
Odes 5.00
CAPITOL IH
DIMANCHE 4 et Lundi 5
Fdvrier 1979
12h 2h 4h 6h 8h 10h


Lundi 5 17 heures 30
- CINEMA : dpinglfd. Un film de J. Re-
noir, avec Jean Pierre Cas
sel, Claude Rich et Claude
Brasseur. (1940 : la v!,e de
tous les jours dans un camp
de prisonniers comment s'en
dvader, par l'auteur de grande illusions)
Entrde : Gdes. 2-00
(1 Gde sur presentation de
la carte de la biblioth6que)
xxx x

Rex Thetatre
Samedi 12 2 4 6 8 10 heures
LA SITUATION EST
GRAVE MATS PAS
DESESPEREE
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A partir de 5 heures
Entrde G. 3-00 et 5-00
Dlmanche 10 hres A M
Entree G. 1-50
BRUCE FUREUR
AUX POINGS
D manche
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A partir de 5 heures
Entree G. 3-00 et 5-00
12 2 4 6 8 10 heures
Entree G. 1-50 3-00 et 5,00
Lundi 12 2 4 6 8 10 hres
TENDRE POULET
Avant 5 heures
Entree G. 1-50
A Partir de 5 heures
Entree G. 3-00 et 5-00
X X A X

ETOILE JNE
Samedi 6 h 30 et 8 h.30
SOEUR DE SANG
Entee G. 1-50 et 2-50
Dfmanche 6 h 30 et 8 h 30
PAROLE
D'HOMME
Entree G. 2-50 et 3-50
Lundi 6 h 30 et 8 h 30
Entree G. 1-50 et 2-50
J'IRAI VERSER DU
NUOC MAN SUR DES
TRIPES

xxxx x

RANCHO CINE
Dimanche 4 Fevrier 1979
LE PISTONNE


Paramount
Samedl 12 h. 2 h, 4 heures
Entr#e 0. 1-50
6 h 8 h 10 heures
Entree 0. 3-00
LES MAITRES ROUGES
DU SHAOLIN
6 h 8 h 10 heures
Entree G. 3-00
Dimanche 12 h 2 h 4 hres
Entrde G. 1-50
6 h 8 h 10 heures
Entrde G. 3-050
LA KARATIGRESSE AUX
DOIGTS D'ACIER


REUR Lundi 12 h 2 h 4 Ieures
Entree G 1-50
6 heures
Entrde G, 3,00
LA KARATIGRESSE AUX
DOIGTS D'ACIER
8 h et 10 heures
Entrde G. 3-00
et Lundi 5 EXCES
1979 PORNOGRAPHIQUE
xxxx

Cine Senegal
Samedi 6 h 8 heures
FAIRE MASSACRE A LA
GUILLOTINE
Entrde G. 1-50 2-00
3.00 Dimanche 3 heures
5o00 BRUCE -DEFIE LAS VEGAS
Entree G. 1-50 2-00
5 h 7 h 9 heures
et Lundi 5 LE TIGRE JAUNS
1979 Entrde 2-00 2-50 et 3-00
Lundi 6 h 8 heures
5 5h45 ON M'APPELLE
?s 45 SALIGO
Entree G. 1-50 2-00
ISE
00 Cln( Triomohe
;:00
K I SALLE I
LA RAISON D'ETAT
SAILE 2
1,50 S;00
LIBRE A EN CREVER
h 4 hres SALLP 3
res $ 2;00
GREASE
TIRE SALLE, 4 -
$ 1;50
12 h 2 h 4 JE SUIS TIMIDE MAIS
JE ME SOIGNE


.JACK L'EVENT:
Avant 2 h 30
Entree G. 3-0Q
Apres 2 h. 30
Entrde G. 5-00
CAPITOL ly
DIMANCHE 4
Fdvrier
12h 15, 2h,.,
4h 15 6h 16
8h 15, 10h I{
COMMENT SE F
REFORMER
Avant 2n3C G.
Apres 2h30 G. 5
CAPITOL 4
DIMANCHE 4
Fevrier
11h45 lh45 3h4
7 h 45, 9 here
FURIE CHINO
Avant 2h30 G 3
Apres 2h30 G 5


Lido
Samedi 12 h, 2
6 h 8 h 10 hcu
Entree G. 1-50
TIRE, DJANGO
Dimanche 10 h
heures
Entree G. 1-50
COUP DE POINT
MONDE DES ES
6 h 8 h 10 heur
Entree G. 3-00
LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR
Lundi 12 h 2 h4
Entree G. 2.50
6 1h 8 h 10 here
Entree G. 3-00
LA FIEVRE DU
SAMEDI SOIR


IMPERIAL
DIMANCHE 4 et Lundi 5
Fevrler 1979
IMPERIAL I
12 h 2 h 4 h
8 h 8 h 10 houres
MON PREMIER AMOUR
Odes. 5.00
Odes. 8.00
IMPERIAL II .

DIMANCHE 4 et Lundi 5
F6vrler 1979
'.11 h 45, 2h 4 h 15
6 h 30, 8 h 45
UNE .FEMME LIBRE
Gdes. .5.00
G 8;00 ,; ,
IMPERIAL IM

DIMANCHE 4 et Lundi 5
Fevrier 1979
12h 2h 41,
LE GENDARME DE ST
TROPEZ
Entree G. 5-00
Entrde G. 8.00


Auditorium
Samed! 7 heures
PROFESSIONS :
AVENTURIERS
Entrde G. 2-00
Dimanche 7 heures
ON M'APPELLE DOLLARS
Entree G. 3-00
Lundi 7 heures
LA CHOUETTE EQUIPE
Entree G. 2-00
xxx

"e Luxe Auto Cink
Samedi 7 heures et 9 hres
Entree $ 2-50
A L'AUBE DU 5me JOUR
D'.manche 4 Lundi 5 7h et
9 heures
Entrde $ 2-50
LES ROUTES DU SUD


CT~'/s~~Ploccccc//coooocoCoICcoco@ ~///CbC~//Y/'~EN ~ /%/lgr%3/# -oca~r'~~"~v~~~arr, -----


| Cind IM


?ERIAL


Salle 1:


MON PREMIER AMOUR






Avec Anouk Aime



et Richard Berry


Libre~ d1ftre eb
So~n mad lb qi


































ifern









..ALLCL
&..w tip


mg~oo~ooa~o~o~oooo~oo~@oow----------- O@OOCDOi f


La serie des grands success






d0 asims', de .oisi






Salle 3:












LE GENDARME






DE ST. TROPEZ










ibre


Avec Louis de Funes
"" uniimPAL MAFUfSKV X


AYBURGH- ALAN BATES



,TATION fWW MNE


Deces de Mine x x
Gerard Anacreon Deces de Mine
.^ A T -_-


I














5~
S




I"
A






















I


~ ~ --- rrr~tsd~a rll rmlllll ~ 111 ~ ~llaemab~ Is~ e ~ rau ~~ 1 ~6~a~ ~~ oll aul ~a311hB 11119~ 1 -- ----- -------- ---------------~i.


-------


- CX~~Y;r~Y~


~ a~~D; 5~0~)9 ~ A~b~~U~ I ~ ---- ------~lmC~


. ... ... .....


NG DU
SPRITS
es



4 h

s


MAGIC CINE
Dimanche 5 h 7 et 9 hres
IPHIGENIE
Entr6e G. 4-00 5-00.
Lundi 6 h et 8 hres
TEMOIN DE CE MEURTRE
Entr6e G. 3-00 et 4-00
Dimanche 5h 7h 9h
IPHIGENIE
Avec : IRENE PAPAS, COS-
TA KAZAKAS.
IPHIGENIE, UN DRAME BE-
TERNEL: L'AMOUR DE LA
PATRIE POUSSE JUSQU'AU
SACRIFICE POUR LA GRAN
DEUR DE LA NATION
* Cette monumentale super'
production, inspire de l'im
morttlle trag6die d'EURIPI
DE a tk port6e a 1l'cran
par un maitre de la mise
en scene: MICHEL KAKO-
LIANIS et puissamment in
terpr6tee par la c6lebre ac-
trice grecque, IRENE PA-
PAS et COSTA KAZAKAOS.
IPHIGENIE un drame oc
chaque personnlge est dcar
tele entire un sentiment af
fectif et un un interest poll
tique. Nous sommes en Gro
ce. les armies du roi AGA-
MEMNON ne pourront appa
.reiltler avec leurs flottes,
vers la vllle de TROIE oif
se cache la belle HELENE:
sur la mer calmde les vents
ne soufflent plus. Les
DIEUX ont soif. L'Oracle re
came un sacrifice human.
La fille du roi dot etre im
molee en AULIDE pour a-
paiser la colere -les dieux
irritds. Pour garder le pou-
voir un pere peut-i, sacri-
fier sa fille cherie UnC
mere perdue de douleur ac
ceptera-t-elle un aussi
cruel march? IPHIGENIE
incarnera alors la sublimity
de 1'heroine grecque qui of-
fre sa vie pour la grandeur
sa patrie et la victoire des
armies de son pere. Sereine
elle gravit les marches de
l'autel de 1'holocauste. IPHI
GENIE UN SPECTACLE SU
BLIME, SPLENDID DES
DECORS D'UNE SAUVAGE
GRANDEUR. UN SPECTA-
CLE DON'T NUL NE SAU-
RAIT CONTESTER LA NO-
BLESEE ET LA PURETE
DES SENTIMENTS ELEVES
QUI FONT LA FORCE
D'UNE NATION.
Entrie G. 4.00 et 5.00
Lundi 6h et 8h
TEMOIN DE CE MEURTRE
Entr6e G. 3.00 et 5.00






SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 FEVRIER 1979 _-

CETTE


| AU TRI(

Salle 1: A :'
F..S.T. avec Sylvester Stallone, Melindq Dillon Rod Steiger,
Peter BoyleS Ce film raconte 1'histoire d'un home dur qui
nourrit un rtve de tendrasse : I veu etre un gagnant.
SC'est isttoire d'une tenta'ion, la chronique de
la passion et de la corruption de la puissance, de [a force, de la
tendresse, cde la violence e d'une :ongte histoire d'amour avec
le pouvr,:.










B -i" 4 -




_4 '

8 '::


Salle 2:


Ils se sont attaqu~s in ~Go, veramet et cc: Gouvernement.-va s'abriter
derriere un arum ent surLnie13, RAIS EETAT avec Ie!Tuel il -eut
detnuire n'irnpo?2te qui, nlizq, rwk Cor lMe t.
Ce HI~M est ipspir6 Ce L autapsfgies


Salle 3:


R-^ S-, .


A M.MA JEWISON FiLM
SYLESTZ STALLONE
EDa STEIEA ., PETERa BOYLE



2Sile 4 :

.L g.r. s mom uts du MuD dial 78

Yous verrez les plus handss noms du Football
International vousassisterE aux plusbeaux matches du
tournol mondial Tout ce qi vous n'avez pu yir a
la Television. La France a it- elle vr:iment perdu
son match face a l'Argentina


iUp- de trolp


Un Bronson irreductible digne du Triomphe signe I
le drame du siecle; il est le commandant I
,,Gregory Borzoff du KGB il n'hesitera devant rien pour
ex6cuter sa mission. Un film explosif ].i i .
- --a o -


W- -- -- -- - K OO


~u#rn


SEMIA IME


JMPHE


La raisoli d'etat


I --cr~currul~reJulb


LeL~ r I I II ~ I II I I I II


------ ----- ------- --------""-U1--~--'WC


sis~%ret"'rSa~Ssaaf w//vas/i'v-iu-









PAGE 6







DAYLAX


S SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 FEVRIER 1979





Laxatif au chocolatVainqueur de la constipation


LE SERMON DE LA SEMAINE


(Suite de la lore page)

Dieu que nul croyant ne
pout se plaindre de n'avoir
pas de foi. Dieu, a tout le
monde, a fail don d'une oime
sure de foiv (Roin. 12 : 3).
Cette fol peut etre cultivee,
deve.oppee et fortified. 'Elle
peut etre aussi mal dirigee
ou abandonnee a elle-meme.
Cependant, le Seigneur s'of
fre a chacun de nous coin
Ime le Consommateur de la
foi, pour nous insuffler le
courage et la force, et nous'
dolnner aussi la victoire sur
notre homine charnel et stir
le monde. Lorsque nous Ila
gons notre foi ell Jesus -
Christ, il est impossible do
nie pas trouiver IL iulnirce.
lie eCo-ti's et la delivranice
-au fort de nuso difflictulLes
et de ious ennuis car il nii'y
a pas de situation qui deptas
se la puissance du SeignICIur


ou qui le lalsse Indiffirent
surtout lorsqu'il s'agit de
sortir d'embarras ceux qui
mettent leur confiance en
Lul.
Nos problems troupe -
raient aisement leurs solu-
tions si. nous voulions les
taire aux homes, pour les
confier au Seigneur J6sus
seul. D'ailleurs le Psalmis-
te nous exhorte en ces ter
mes : <,Recommnancie ton
-sort a 1'Eternel, meti en Lul
ta confiance et 11 agira),
(Ps'. 37 : 5). Et l'Apbtre Piel
re. a son tour, ajoute : De
chargez-vous stir Lui de touns
vos souC .. car Lul-mime
pr'ind soin de ous, 1i2 P
5 7. c
La raison pour laqueiile
tI.it de gens ainlquiitelnt
ds poetits evenements do la
vie qW'ils appellent pru-
blemes c'est qui'ls nali
gent hi cUlture oe leur fol


on
Cl
les
rill
rieu
et
les
aut


NO
DIE
l
san
pes
ble
siti
pel
Die
sib
tio
le
vei
iss
No
lea
1'a


MESSIEURS que


AIMEZ VOTRE FEMME! i qu
ni.tail
PROTEGEZ-LA FATES Y.A nou il

.l PLANIFICATION FAMILIAL c
et
tii



s5. 993 LES A U



POLSKI-FIAT BERLIN OU BREAK COMP.
LES AUTRES VOUS SEREZ ETONNE DE LA DII
CE QUE LES POLSKI-FIAT VOUS DONNENI
LA ? UNE CALANDRE RACE 4 PHARES PUISS,
CHOCS ARMES ET DES BAGUETTES LATERAL
BOUCLIERS DE PROTECTION
LE CONFORT ?


5 VRAIES PLACES POUR 4 PORTES 15 POUR L
VOLUME pE CHARGEMENT DE 1,55m3).

BANQUETTES ET INTERIEUR FACON SELLI
D'AUTRES DETAILS SUR LES POLSKI-FIA
DISQUE AVEC SERVO 4 VITESSES AU PLANCHE
DE 770 WATTS. SUSPENSION FLEX CONFORT
CENTRE L'OXYDATION. RADIO AM FM C



































tt'

























APPUIE7:TETE CONS(



BERLIN OU BRE
SPour tous ensziptemnen
------------ ----------- ---------------
.4"JHUMWMMMm^^^


s'l1olgnant de Jdsus -
rlst. Cette negligence
rend sans resource spl-
uelle et sans lumifre int6
are face aux contariftiss
aux desappc'ncements quo
surprenneut de temps A
ire dans ii vie ordinaire.
S- -0

TRE DIEU, C'EST LE
EU .DE L'IMPOSSIBLE

Les croyants sont suffl-
mment avertis et '6qui. -
s pour fare face honora-
ment et dignement aux
nations que le monde ap
:le problmea. Car notre
'u est le Dieu de limpos
le. Il n'y a pas de siatua-
n en presence de laquel -
nous pouvons nous trou-
-, et qui puisse etre sans
Lie heureuse pour nuns.
us osons le dire, parce que
Ecritures nous donnent
assurance que stoutes cho
concourent au bien de
ix qui ailment Dieut
ore. 8 : 38). Cela veut
it implement dire que
el que soit die problmee,
e nous avons a resoudre,
d'autres terms, quelles
e puissent otre les circons
ices dans lesquelles nous
is trolvons, il y a toujours
imnement un profit a
lirer.
C'est solvent i'impatuence
la foi mal dirigee de cer-
ns qus, les font tomber


dans la desolation au point
d'importuner les autres avec
leurs sproblimess) ou leurs
soucis. Le Seigneur ne, nous
demand pas d'enquiquiner
notre prochain avec nos far
deaux. Il nous invite au con
traire a venir a Lui : Ve-
nez a moi, dit-il, vous tous
qui 6tes fatigues et char-
gis, et j,e vous donnerai du
repos> (Mat. 11 : 28). Ce re
pos, il nous le donne sou -
vent dans certaines circons
tances, en rdalisant en no
tre faveur, ce que nous con
sid6rions auparavant com -
me impossible.
La Bible fourmile d'illus
trations qui. nous enset -
gnent que Dieu est toujours
prt h. fire impossible
pour nous deliver, lorsque
nous allons a Lui dans 1at
tente confiance de son se -
cours.

Le passage l sec de la Mer
Rouge par le people d Israel
est un evenement assez 1io-
quent sur ce point. Quand
Moise, au people transit de
peur, declara : Ne crai -
gnez ren; restez en place
et regadez la delivance que
l'Eternel va vous accorder
en ce jour; car les Egyp -
tiens que vous voyez, vous
ne les verrez plus jamais.
L'Eternel combatra pour
vous, et vous gardez le silen
ce,, Ex. 14 : 13-14), il ne
savait pas encore que 1'E-


ternel allait faire l'impossl-
ble pour que le people tra-
versat a sec la Mer Rouge.
Moise s'attendait certaine-
ment h un d6ploiement de
forces mystfrieuses pour a
nuantir les Egyptiens qul
poursuivaient les Israelites.
Mais le Seigneur realisa
1'impossible, pn ouvrant la
mer, et en maintlenant les
flots comme deux longues
murailles a droite et a gau
che, pour laisser passer son
people Moise ne pouvait ni
prevoir, n i imaginer
un tel miracle. Toutefois,
1'Eternel l'a rfaliW pour lui,
parce que c'6tait necessaire.
Nous avons encore l'histol
re de la prise de Jericho qui
nous enseigne que l'Eternel
peut fire, pour nous deli-
ver, ce que nous ne pouvons
pas imagine come etant
possible. Lorsque Josud se
trouvait en face de Jerikho
fermee et barricadee, com-
me une forteresse inexpu -
gnable, il n'avait aucune
idee que Dieu allait faire
impossible pour permettre
a son people de s'emparer de
cette vile, sans mame le-
ver le petit doigt. La fagon
don't les murailles de cette
ville de Jericho tomberent,
etait inimaginable. Cepon-
dant, l'Eternel les fit tom-
ber pour aider son people.
L' ,in. prenons Ie cas du
Prolhete Elie fuyant la co
lore du Roi Achab et de la


Reine Jezabel. Jamals le
Prophbte n'eut pu, une seu
le minute, penser que des
corbeaux lui, auraient, appor
t6 deux-fois par jour.- le
matin et le soir du paint
de la viande pour sa subsis-
tance physique dans sa ca-
chette loin de tout etre h-u-
main. Et pourtant, 1'Eter-
nel a realis6 pour lui cette'
chose impossible, impensa -
ble.
Ce que nous entendons
vous dire par ces illustra .
tions, c'est que le Seigneur.
1'Eternel, peut faire l'impos
sible pour vous sortir d'em-
barras, si vous place votre
foi en Lui. II vous suffit de
crier d Lui, avec la ferme
assurance qu'il vous repon
dra favorablement. II a dit
eInvoque-moi et je te ripon
drain. Je t'annoncerai do
grandes choses, des choses
cachees que tu ne connais
pas) (Jer. 33 :3). Cette pro
messe est faite pour hono-
rer la foi ferme et inebran
lable place dans la puissan
ce et dans la minericorde de
l'Eternel. qui triomphe du monde,
c'est notre fois, nous dit
le Saint Esprit.
Nous devons plicei notre
conlfiance en Dieu, comme
etant le Dieu qui realise 'im
possible pour ceux qui s'aL-
tachent a Lui. Notre Dieu,
en effet, est le Dieu de 1'Im
possible. A Marie, la mere


TRESPEUVENT S ALIGNERR


AREZ-LES AVEC
FFERENCE.
T POUR CE PRIX
ANTS. DES PARE-
ES, VERITABLES





,E BREAK ET UN


ER MOQUETTE.
T ? 4 FREINS A
;.R MLTERPNATEUR
ET TRAITEMENT
LIMATISEUR.


LE TABLEAU CI-DESSOUS. LES AUTRES NE VOUS OFFRENT
CET EQUIPMENT BIEN SOUVENT QU'EN OPTION.


- Pare-brise en verre feuillete
- Lunette AR degivrante


- Feux de securitM dans les
- portieres
- Lave-glace electrique
- Essuie-glace 2 vitesses
- Signal de detresse
- Console central avee
vide-poches
- Phares de recul
- Bavette de roues


- Allume-cigares
- Appuis-tlte
- Tableau de bord complete
- rembourre et gained avec
compte-tours et voyants
lumineux pour :
Starter frein a main chute
de pression dans le circuit de
frein-clignotants phares -
reserve de carburant -barge
batteri pression d'huile.


regardez bien le orix des autreset compare


..
. ;
f- **:.";' 5


UCHETTES


OLE CENTRAL TABLEAU DE BOARD SUPER-EQUIPE FEUX DE PORTIERESAV ETAR



AK1300: POLSKI, FAIT LA DIFFERENCE

ts : Contactez AUTOVALSA : Cit6 Militaire Tel : 6-0961 6-0971
. . . ..- -


--------- _


du Seigneur, 1'Ange Gabriel c
avalt r&v61e cet attribute de I
Dieu : .Rien nest impossi
ble a Diaeu disait 1'Ange I
(Luc 1 : 37). Pric6dem
ment, 1'Eternel lui-mime
l'avait affirmed a Jar&mie .
Voici, je suis l'Eternel, le
Dieu de toute chair. Y a-t
il rien qui soit 6tonnant de
ma part ?s (J6r. 32 : 27).

Devant les circonstances"
difficiles, et en face ces s:,-
tuations penibles et inatteni
dues, nous ne devons ]a
male limiter Dieu. Nous de-
vons, au contraire, nous rap
aeler qu'il est le Dieu du
impossible don't les moyens
et les pensies dipassent dv
beaucoup linimaginable, et
qu'il veut nous aider.

-'0-

AFFIRMONS NOTRE
PUISSANCE

La conviction que notre
Dieu est le Dieu de l'impos
sible itait profonde chez
'Ap6tre Paul, a un point
tel qu'il s'6cria : (Je puis
tout par Celui qui me fort
fie>> (Phil. 4 : 13). Vous pou
vez dire aussi la msme cho
se, afin que rien n'appar -
raisse pour vous come un
casse-tate, une impossibili-
t; en d'autres terms. conm
me un <.problmea. Quelle
que suit la situation dans la
quelle vous etes, puisque
vous rtes croyants, ne deses
perez pas. Ultimement la
victoire est a vous.
Bient6t. vous decouvrirez
que 1' experience apparel -
ment malheureuse que vous
avez eu a fair, a contribute
largement a votre devPloo
pement spiritual.
Le Seigneur n'entend pas
que vous ayez des , mesa. Rappelez-vous ses ex
hortations salutaires : aNe
vous i1nquietez pas pour vo
tre vie... ))Ne vous inquia-
tez done point, et ne dites
pas : que mangerons-nous?
que boirons-nous? De quoi
serons-nous vetus ? Ne vous
inquiftez done pas du lenu-
demain, car le lendemain
aura soin de lui-mfmea
tMath. 6 : 25; 31: 341.
L'Apotre Paul, a son tour,
pour nous enseigner l'attitu
de positive en face des pru-
blemes, nous dit : (Faites


onnaitre vos besotns i
Dieu. par des prieres et des
supplications, avec des ac-
tions de aerces> (Phil. 4 : 61
Noils n'avons pas de probl?
mes. au fait. Ce cont nos in'
quietudes qui les cr6ent dans'
notre imagination. Et une
fois que nous acceptons ces
creations de notre imagina-
tion. nous perdons notre cal
me et notre quietude d'es-
prit.
La legon qu'il nous faut
appnendre 'dans cette vie, oit
les tracas, les ennuis, les
troubles et les contraridt6s
ne manquent pas, c'est d'af
frontier ces situations avec
une foi ferme en Jesus -
Christ. triomphe du monde, c'est
notre foi !, Cette foi triom
phante, c'est de Jesus -
Christ qu'elle vient et c'est
vers Jesus-Christ qu'elle
doet se diriger. Quand nbus
faisons face qu nos ennuis a
vec la foi triomphante, nous
devenons maitres de nous-
mames et des circonstances.
Et impossible se rmalise
pour nous.

0
Que Dieu vous done de
vous confier en Lui par Ja-
sus-Christ seul, afin que
vous sachiez que vos ennuis.
vos contrarietes et vos d6-
sappointements ne sont pas
des problems, mais des op-
portunites de voir l'amour
de Dieu it sa puissance, so
manifester en votre faveur.
Livrez-vous maintenant an
Seigneur Jesus. Acceptez le
come votre Redempteur et
votre Sauveur. Prenez la d6
termination d'obeia r a sa Pa
role que vous trouvez dans
le Nouveau Testament. Re-
noneez aux actes de me -
chancetfs et d'injustice a
1'egard de votre prochain.
Prenez la resolution d'etre
unf nouvelle oreiatiir" Con-
fesez vos ,-I.u; ,. Sei -
gneur Jesus en Lui deman-
dant son pardon. Ii vous
l'accordera gratuitement. Lc
Saint-Esprit vous empoigne
ra pour vous placer sur la
voie de la satisfaction. Et
dfsormais, vous deviendrez
maitre de tout ce qui se trou
vera sur votre chemi.n. Qu'il
en soit ainsi pour vouls.
Amen.


Re,., @..

VOTRE HOROSCOPE

Par Frances Drake


DIMANCHE 4 FEVRIER 79


21 MARS AU 20 AVRIL
(BELIER)
En defendant Line cause,
place l'accent sur les sulu
tions et tenez votre per -
sonnalite e ndehors. Pru-
dence sur le plan des finan
ces.

21 AVRIL AU 21 MAT
(TAUREAU)
Benefice financier possi-
ble resultant d'une activate
touchant a votre carrier si
vous collez aux faits et evi
tez toute pensee de specula
tion.

22 MAI AU 21 JUIN
(GEMEAUX)
Les projects de voyage conl
cus dans la hAte devront
etre revises avant la fin de
la journee. Que des senti -
ments blesses ne vous con-
traignent pas i vous replier
sur vous-mime !

22 JUIN AU 23 JUILLET
CANCERF.)
Controlez faits et chiffres
avant de vous lancer dans
une activ.te financifre. Des
courants souterrains chez
des amis affectp'-ont votre
vie social.
24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION'
Eparpiller vos forces dans
votre carr.'ere est deconseil
le. Ne vous lance pas au-
jourd'hui dans les affaires,
alors que vos proches requi6
rent toute votre attention.
24 AOUT AU 23 SEPT
(VIERGE)
Les projects de voyage sont.
susceptibles d'etre changes
ou annulds. Un court tra -
vail rdussaira, mais il se peut
quoe vous ne rialisiez pas au
tant que vous voudriez.
23 SEPT. AU 24 OCT
I BALANCE I
Qouique la premnire im-
pression que vous donnez
est bonne, vous r6fl6chirez
au sujet d'un ivinement
sentimental. Surveillez des
dipenses i-nattendues.
24 oUT. AU 22 NOV
SCORPION)
Vous avez des amis ch'ez
vous, mais leur soci6te vous


ennuiera facilement. Vo -
tre comportement a leogard
d'etres chers est assez in-
comprehensi-ble.

23 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITAIRE)
Affirmez-vous, mais sans
lesser autrui. Ne montrez
pas d'arrogance e aters vos
superieurs hierarchiq;.::4, Me
fiez-vous de la tension' ner
veuse.

22 DEC. AU 20 JANVIER
(.CAPRICORNF,
Une situation rofnanes -
que aura ses hauts et ses
bas a cause de ce qui ne se
ra pas dit. Evitez des aclhats
inconsaderes, comme vous
en auriez le desir.

21 JAN. AU 19 FEV.
(VERSEAU)
De constantes interrupt -
tions d'autrui affecteront
vos problemnes domesligques.
Vous ites couple, mais veil-
lez aussi a avoir 'du tact.

20 FEV. AU 20 MARS
(POISSONS
Les conversations avec au
trui sont sujettes a des mal
entendus. Toutefo'.s, vous
agirez beaucoup en coulisse.
Si vous voyage, soyez pru-
dent.

SI VOUS ETES NE
AU TOURD'HUI
Vous 6tes plus pratique et
stable que le natif typique
du Verseau, mase vous aves
la faculty d'invention et 1'o
riginalit6 qui sont caract6-
r',stiques de votre signed. Vous
6tes doue pour la musique
et la sculpture et vous pou
vez r6ussir dans les af-
faires. L'immo'bilier, la ban-
que, la literature et 1'ensei
gnement sont certaines des
occupations qui vous con-
viennent. Toutefois, ivitez
une tendance au matirialis
me et au travail disordon-
ni. VOtre meilleur succss
viendra de votre sens de la
responsab',liti social et de
l'intirst que vous portez aux
proplnmes de la communau
td.


:-- --.-...~------ ---------~-------~n ----~.----------r-- -a*~---rrr*..-~----- T~------T~~---.~~-~ ..~----;T-~--*- ~~__IC~rC~______ ---r --V I~ a -"~-"-"16ar^~ ~--------~-~C%1~


Rv Lur R








SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 FEVRIER 1979 C


AVIS DIVERS,


GOUVERNEMENT DE LA
REPUBL1QUE
D'IIIAIT'
APPEL. D'OFFRES LOCAL
TUYAUTERIE POUR
ADDUCTION D'EAU
OORANISMIE DE
TDEVELOPPEMENT DU
NORD
AVIS
La Direction Genfrale de
1'ODN raisee lis f'ournissurs
Interesses on'elle lance 111
Appel d'Offres Local pour
la fournlture du Materiel
sW'vant:
4 KM TUYAUX PVC
5 5 KM TUYAUX CALVA-
NISES -

Lcur dlame+,-e v-1'
pect venient de un pouce
A cnuatre et de 3/4 ue puAi.o
a 213 pouce.

Souls sont admis a sou-
missionner les fournisseurs
repr.sentes en Haiti et
cloit los reuresent.nnts n"t
sur place une organisation
bureau. nmagasin.

L(s fournisseurs int6res-
s/s .pcuvent passer aiux bu-
reaux de 1ODN sis tue 1f
B a Cap-Hltili--n de 7h a
13 h du Jeudi ler Fevrier
au Samedi 10 Fevrier 1979
pOi 10 relirr cootre pasie-
liient d'line vileur de vtngt
dIollars (20 Ie dossier
d App-l d'Of'res.

Les articles des'gnds sont
(ci-dessuls p evius dans le ca
dre die 'Accord no ('red't
765-IIA : La Rcpubl'que
d'I1.ti,-. n obtenu in C'-'cdt
d I'Assuoriation Interntio-
I. I- de Duveloppemont
,AIDi d'un montant de di-
Ve'- ns Tonnaics er.;,va]ent.
SD'.:. D M.il .s do dollars
C,'-. Etats Un s en vut' de
i'nancer le proiet ide D. v..-
l"1]r eil'w en' Pirz. l ('t N.jrc!.
I- .;su n il s t..ii.-; ;ii i
It- de ce Credit :siront e,
r.,-"'e utils es tleur tifec-
tu.r les payments pr vul
tu itre' des marches pour
les ut is ie present appel
c 1r'L'tc ebt effect u,.

1,'AID n'effcituera les paie
rmntS qu aplires les aviir ap
plirivcs conformement aux
ci.Luses et condiitons de l"Ac
cot d de Credit. Ces paie-
Stn'i >s seron't sounrl4ns a tolls
( ;'eds ui:x dispositions et
c'cis.ltions de cet Accord.
L's resu!tits du jug'ement


*de I'appoe d'orfre devront
Los critores de jugemelt se
rrcevoir l'accord de 1'AID.
ront, essenttellement.. outre
le service apres vente., les
prix el, deals.
Gustave MANAGER
Directeur GLndral de I'ODN-

x x x x

GOUVERNEMENT DE LA
REPUBLIQUE
D'HAITI
ORGANISMS DE
DEVELOPPEMENT DU
NORD
PREQUALJFICATION
D'ENTREPRENEURS

AVIS

L Direction fGn/rale de
'ODN avise les entrepre-
neurs l.nt6resses qu'elle i va
eonstrilire a Saint- Rantael
tin reservo'r d'eau, potable
Pt d'un collecteur dans la
Region de Saint-Raphael -
L'ODN invite les entrepre
neurs interessds a d6poser
un dossier de references
iouvrates executes, ca"ue'-
t5 eln equipment et en per
sonnel) aI ses bureau Rue
16 B ('ap-H utien (BP 93',
iau nlus tard Ie 10 Fovrier
1979.

Guistavi MANAGER
D:.recteur Gen6ral de 1'ODN
322
< x: x
-7
AVIS
L'Admi.nistration Connnu-
nale de P ntion Ville rappel-
le aux candidates detoares
de la 3erne C rconscr!ption
de Port-au-Princes. 'art:.cle
25 du Decret Electoral du
14 Dceinbre 1978 :
LI.e Pr s'dent, le Vice Pre
sdesnt. et les memnbres des
blaretux dne Vio-,e. seoroit cnli
s's par 1 Attndmii'itstraioil
Conimls n 'to. t.imrmei le slOet'
teurs sachitnt tore et crire,
pfesen is pLir le.e Candidts
declares.>)

La Coiim;,-sJson Comniu-
n:ie de Pl:0on Ville les in-
vi7e lI i a presenter. a la
Mat.ie t listed de leurs re-
presentantss respects. pour
la formation des Bureaux
de Vote. qul aura lieu a lHo
tel de Ville. Ie Mardi 6 Fe-
vrier 1979. a 4 heures P. M.
Max PENETTE

President do la, Commission


Communale
Victor P. DAVID
Assesseur
Potion BAPTISTE
Assesseur


AVIS
La Commission
le de P6tion Vill
Candidats dctla
36me Circonscr
Port-.au-Prilnce
ce qui' aura lieu
Ville le mar.di 6
0 4 heures de I
en vue de procd
gea au sort'pour
Presidents, Vice
et Assesseurs de
Bureaux de 'vote
la designation
devant loger les

Fait a 1'Hotel
tion Vile, ie 3 4
Max
President de la
Commuinale
Victo
Assssseur
Petion
La
ELECTRICITY:

xxx

ELECTRICITY D
DEMAND]
COTATION
Electricity d'l
les interesset qi
les siiivants lu
soil :

ITEM No.


with 15 min. interval, inte-
grating indicating demand
register Full scale demand
4.8 Kw.


x ditto (item No.. 1) but 30
amps., class 200 Kh 28.8,
Rr 69. 4/9 and demand re-
Communa sister Full scale, 7.2 Kw.
e invite les Watthour demand meterS"
crs de la bottom connected 3'phase
lptlion de wye 120 volts 15 amps.-
k pune s/an- class 100 3 stator 4 wire
a 1'Hotel de Kr 10.8 Rr 185.5/27 -
F/vrier 1979 Kr 10 eqlipea with 15 min.
'aprus-mIdi Interval integrating indica-
der au tira- ting demand register Full
le choix deA scale demand 3.6 Kw.
e-Pr/sidents ditto (Item No. 3) but 30
s different amps class 200 Kh 21.6
, ainsi qu'a Rr 92.16/27 and demand
des locaux register Full scale 7.2 Kw.
dits Bu Watthour demand meters
bottom connected 3 phase
de Ville, Pd Delta 240 volts class
anvier 19to 120 2 stator 4 wire Rr
x PENETTE 6.17/18 Kr 10 for use
Commission with current transformers
60U : 5 and equlped with 15
r P. DAVID min. interval integrating in
dicating demand register -
BAPTISTE Full scale demand 24 Kw.
Direction Ditto (item No. 5) for use
E D'HAITI with current transformers
300 : 5 Rr 13.8/9 and de-
x mand register Full scale:
12 Kw.
'HAITI ditto 'as item a, but for
use with current transfor-
DE mer 400 : 5 Kr 10.5/12 and
No 13 demand register full sca-
Halit av-se le : 16 Kw.
ue les arti- Watthour demand me-
Al font be- tears bottom connected 3
phase Wye 120 volts -
class 10 3 stator 4 wire
QUANTITE Rr 9.7/27 Kh 1.8 Kr
10 for use wlth current
4600 transformers 600 :5 and e-
500 quiped with 15 min. inter-
2000 val integrating indicating
100 demand register Full sea
4000 Ie demand :36 Kw.


DESCRIPTION
WATERTIGHTS
Crouse-Hinds connectors -
with tapered rubber bushing
- watertight male thread
size 1'. for use with able g
O.D. range. 399" -. 423' .
ditto iitem 1 ) but or use
with cable O.D.: .56" .98
ditto (item 1) except with
male thread size 1 1/2" and
for use with cable O.D. ran l
ge .399" .423". ,
ditto item 1) except with
male thread size 2 1/2
and for use with cable O.D.
range .949" .973".
CONNECTORS
Plated split bolt connec-
tors with spacer for use with
conductors No. 4 AWG or
aluminum to copper Type
KSU Burndy .or equiva-
lent -
ditto item 5) but ror use
with conductors No. 2 AWG
aluminum to copper.
ditto item 5i but for use
with conductors No. 2 AWG
for aluminum to copper.
ditto iitem ) but for us,'
with conductors No. 2/0
AWG for aluminum to cop
per.
d to iit-em 5) b' t for use
wli condlcitors 250 M.-M -
AWSG lor i:'un.iutL:in to cop-


CONNECTOR3

ditto iItem 9, btut for use
witil conductors 350 MCM -
AWG for aldm.num to cop-
per.
G I.IPa3
Service drop grips ior use
whli cible O.D. range .34'"
.44" -
Ref. : Graybar Cat. No.
022. 16 003
Screw hooks for wire
clamps attachments Dimen
tons : Thread diafneter 3/8"
Thread length 2"
O.A. length 4"
Ref. : A.B. Chance Cat.
Np. 9001.
Les prlx soumis seront
C.I.F. Port-au-Prince et les
dates de livraison rigoureu-
sement tenues.
Electricity d'Haiti invite
les interesses a soumettre
personnellement leurs offres
le vcnredi 9 Fevrier 0 3
heures P.M. 1 'Usine Elec-
trique Rue Joseph Janvier.
La Direct1on-
x x x x

DEMAND DE
COTATION No 14

Electricity d'Haiti avise
les interesses que les arti-
cles sulvants lui font be-
soin :
ITEM No. QUANTITE
1 65
2 S3
3 25
4 20
b 20
6 20
7 15
8 20
9 20
10 15

DESCRIPTION
COMPTEURS:

Watthour demand meters
bottom connected 3 phase
Delta 240 Volts 15 am
peres class 100 2 stator
4 wire Kh 14.4 Rr -
138.8/9 Kr 10 equiped


ditto (as item 8) but for
ise with current transfor-
ners 300 -5 Rr 18.14/27
tnd demand register full'
scale demand register : 18


ditto las item ) but for
use with current, translor-
mers 400 : 5 Rr 13.8/8
and full scale demand re-
gister 24 Kw.
Les prix soumis seront
CIF Port-au-Prince.
Les dates de livraison se-
ront rigoureusement tenues.
Electricity d Haiti invite
les interesses a soumettre
personnellement leurs offres
le lundi 12 Fevrier a 3
heures P.M. a l'Usine Elec-
trique Rue Joseph Janvier.

Sx xx X

Demande de
Quotation No 15
L'Electricite d Haiti avise
les interesses que les arti-
cles suivants fui font besoln:
QUANTITE
5.000 Ft
3.000 Ft
5.000 Ft
25.000 Ft
50.000 Ft
6.000 It
5.400 Ft
2.000 Ft
2 000 Ft
6,>00 Ft
1.000 Ft
DESCRIPTION
Coper wire type RHW Heat
aid mnosure res stant
rubber insulated braided
bu id-ng wir- 600 v i5o c
dry or wet JL 851, idCEA,


Conductor size AwG o- MOM
No 1/0, 19 strands, insula-
i'on thickness *imils) 80, no
mroal cable O.D. milss) 523,
amperage rating 150
Conductor size AWG or
MCM No 2/0. 13 strands, in
siltation thickness (mils) 80,
nominal cable O.D. imilsi
567, amperage rating 175
Conductor size AWG or
MCM No 2,7 strands, insu-
lation thickness milss) 60.
nominal cable O.D. milss)
404, amperage rating 115
Conductor size AWG or
MCM No 4,7 strands, insu-
lation thickness milss) 60.
nominal cable O.D. (inilsl
346. amperage rating 85
Conductor size AWG or
MCM No. 6,7 strands, insu-
lation thickness "Nmils) 60.
nominal cable O.D. (milsi
300. amperage ratine 65
Type rw (Moisture-res's-
tant PVO building wire 601
V. 60 C) U.L 83. Conductoi
size AWG No. 10 so lPd
Insultation thickness milss
30, nominal cable 0. D
milss) 161, Ampacity (An
ps) 40
Bare solid copper wire si-
ze AWG No. 2 Medium-Harc
Drawn Min. ultimate stren
ght (lbs) 2450 D.C. Resis
d 20o c ohms per 1000 ft
1617
Bare solid copper wire
AWG No. 4 Medium-Hati
Drawn Min. ultimate stren
ght (lbs) 1584 D-C Resis, i
20o C ohms per 1000 ft 257(
Power cable single coppe
conductor x LP insulation
jacket 90oc 5000 volt noi
shielded grounded, size AV
G No 1/0 U.D. 19 strand
Insul. wall in" .110 O.D. in
.615 Amps per Cond. 179
Power cable single coppe.
conductor x LP Insulation
jacket 90oc 5000 volt tior


shielded grounded,
AWG NO 500 MCM 1
strands, instil. wall is
O.D. -In" 1.075. Am
ond. 477
Code word sTitian
ted topper cbncentric
trial 15 KV VD cable
shielded

Code word (Daumil
ted copper concentric
tral 15 KV VD cable I
MCM shielded.
N.B. Les prix sour
ront C.I.F. Port-au-
et les dates de livrai
goureusement tenues.
L'Electricit6 d'Haiti
les int6ress6s a sou
personnellement leu
fres le Vendredi 16
1979 a 3 hres. P.M. a
Electrique, Rue Josep
vier.
La Dire
ELECTRICIFE D


size
U:D 37
i" .120
ps per |

s coa-
c neu-
No. 2


ers coa
c neu-
No. 500

nis se-
-Princp
son ri

invite
imettre
rs of-
Fovrier
l'Usine
,h Jan-

?ction
HAIiI

4.


Dennande de
Quotation No 16
L'Electricite d'Haiti avise
les interesses que les arti-
cles suivants lui font besoin:
QUANTITE.
175.000 ft
14.000 ft
90.000 ft
DESCRIPTION
ALL ALUMINIUM
CONDUCTORS-BARE AA C
Code Word <(rosp
Size AWG or MCM No. 4
Stranding: No of wires 7.
class A.
Diameters : Individual
strands .0772 Complete ca-
ble .232 AREA (Sq. inches).
0328 Rated strength (lbs'
881 Resistance ohms / 1000
ft : DC d 20oc .4157, AC d
50o c .466 Approx. Ampacity
(Amps) : 13,
Code word sIriss Size AW
G or MCM No. 2 stranding :
No. of wires 7, class AA.
A Diameters : Individual
strands. 0974, Complete ca-
ble. 292 AREA (Sq. Inches)
.0521 Rated strenght (lbs'
1350 Resistance ohms / 1000
ft : DC d 20o c. 2612 AC d
50o c .293 Approx. Ampaci
ty (Amps) : 185
Code word 'Poppy'
Size AWG or MCM No. 1/0
Stranding : No. of wires 7,
class AA.4 DIameters : In
dividual strands. 1228. comn -
plete cable. 368 AREA Sq.
inches). 0829 Rated strenaht
(Ibsi 1990 Resistance ohms/
1000 ft : DC d 20o c 1643. AC
50o c. 185 Approx. Ampaci-
ty (Amps) : 245.
N.B. Les prix soumis so-
ront C.I.F. Port-au-Prince
et les dates de livraison ri-
goureusemcnit tenues
L'Electricith d'Haiti invite
les interesses a soumettri
personnellement leurs of-
fres le Mardi 20 Fevrier
1979 a 3 hres. P.M. 0 1'Usine
FlectriQue. Rue Joseph Jan-
vier.
La Direction
ELECTRICIIE Di i .ill

SUP. CT. ST. OF '0
CO OF Kin"'s Jean" "
saint. Plf. v:, Aliann i I -
saint, Def. Summ- -
NOTICE ACTION FOC !t-
VORCE, Index No. "-
Plf. designates K, ., .,
place of trial. Bas os i
nte Plfs res in NY :
are hrribv summonre 0,l '
pear in the's action :. -
v',:g a notice of aloil 1I
ce on plfs atty. v.'iii 'i
days after service oti ,,,-
mons is complete aid II
case you fail to ,i-r.
judgment will be til:-,,
gainst you by defaull 'I.. r
1'eS demanded below. T ab.
ve-named def. This -ai -
mons is served upon i
publication pursuant I.a :il
order of Hon. Sebastian, L,:
nie, a justice of Subr':me
Court, St. of NY, dat,-a J.i
4, 1979 and filed wilh ilip
porting papers in king.; Co
Clerk's office. This i ii
tion for divorce on -riiOu.n
of abandonment.
MAURICE M. KPOLIK.
Plf'iS Atty 500 Fifth A'.-e
Y., N. Y., USA. X-17;


Avis de
I'Electriclt6
d'Haiti
ELECTRICITY D'HAITI' in.
lorme les intdresses que
1'OUVERTURE PUBLIQUE
DES, OFFRES pour l1'exten-
sion de la Centrale de Var
reux est reported au Mer-
credi 7 Fevrier 1979 et aura
lieu a 15 heures l'Usi.ne
pectrlq.e de I'Ed'l la rue
Joseph Janvier.
LA DIRECTION .

xxx x


AVis aux Not ires
Il es. rappe:- aux Notal-
res de la residence de Port
au-Prince que l'immeuble
sisa Port-au-Prince, Rue
des Fronts-Forts au No. 38,
Bloc comprise entire le Blvd
J. 'J. Dessalines et la Rue
du Centre, Versant Sud et
logeant une operation corn
merciale au nom de Doc -
teur Joseph I,. Grandois
(Grandel) est et demeure la
propri6te de Annibal Vitiel
lo, et qu'en cette c-rconstan
de, le dit immeubie ne peut
ntre soumis a aucune-tran-
saction par aucune person
ne autre que le dit Sieur An
nibal Vitiello. Caveant Con
sules.
Annibal VITIELLO
Port-au-Prince, le 2 Pevrier
1979 32


x x x x

AVIS DE DIVORCE

11 est port 0 la connais-
sance des mintressas que l'Of
firc'.r de 1'Elat Civil de Port
au-Prince. Section Nord. a
pr/s i'accomplissements des
formailtes 16gales a trans -
(rit sur ses reg:itres 0 ce des
tines le dispo itif du juge-
ment du tribunal Civil de
Port-an-Prince du sept
Aout mil neuf cent soixan-
te-dix-huit, prononcant l.i
d',ssolution du marriage qui
a existed entire le seur Em-
manuel Andre Dauphin et
la nominee Evelyne Rose Po
lynice. Dont Acte.
Port-au-1-rince. le 2 Fevrier
1970
Ernest et Rossiny
MALEBRANCHE, Avs. 32

x x x x

AVIS DE DIVORCE

En vertu d'un jugement
du Tribunal Civil de San
SCristobal Republique Domi-
nicaine en date du 22 Mars
1978 enregistre le Divorce
des epoux Ferdinand Vital.
la dame nee Marie-Yolene
Posy a ete prononcee.

Port-au-Prince. ler Fevrier
1979
Dr Victor M. Cordero u.
ABOGADO Notario 32


on acaa .la o '-----y. --/. ---/.-'ic"".l'


BOUCGR)


PREST C2OLT


A Vendre


POUR CAUSE DE DEPART:
Machine a laver ele.dtri-
que < secher hlectrique cFrigidal
re,, Machine a icrire 6lectri
que IBM, Sorbeti/re 6lectri
que, Appareil a photocopier'
3 m, Machines a coudre 6lec
tr54ues, Appareil photogia -
phique Pentax SpOtmatic F
1 ; 4, Drafting machine (h
dessiner pour Ing6nieur), RI

gle a calculer pour Ing6 -
uneur (slide rule), Machine
'a additionner lectrique,
Fers h repasser electriques,
Torches a gasoline, Orgue 6
lectrique pour enfants, Meu
ble Phono-Radio AM FM,
Ms gnetophone Teac ITape-
decK A-6010), Cassette Deck
Pioneer (CT-F9191) neuf
Hauts-Parleurs KLH, Appa-
reil a secher les' cheveux
(hair dryer) ,SysLSme de re
frigeration pour chambre
froide avec cbmpresscur a
moteur a gazolie 4 cyl
Syst/me a climatiser pour
voilure Mercedcs, Coitai -
ner-Trailer de 24 pieds deo
long., Divers ustensiles ine-
nagers, Rlfrigerateur dlec-
trique Coldspota (petit) Di
van, Divan et Fautiuil, Cui
sini0re avec four electrique
1220v) Bicyclettes 10 et 3 vi
tesses etc... "

(Voir 9 Impasse Day par
Ruelle Nazon ou telplnonei
2-3385)

x x x x

Wanted

BY A NEW COMPANY
LOCATING IN HAITI
BILINGUAL
SECRETARY

Applipcant must be fluent
in F'rech & English, hov
excellent shorthand and ty
ping skills.
Experience in Telex opera-
tions would be an asset.
Must be nieat and well at
peari.ng.
MAINTENANCE
MANAGER

Will only consider those
with a strong electrical bac
ground. I' ghest consider
ton will be given to a hand
in type of individual capa
ble of directing all maint
nance crafts :n the opera
tion and repair of compare
sers, generators and other
support equipment used i]
an electrical manufacturing
operations.

A Resume detaIing you
work and salary history t
gather with a recent phot
graph should be fowarde
to : P. 0. Box 17-A
Port-aa-Prince, Haiti. 7


A VENDRb
Yatch Type tSpo-- Fis-
hermans 42 pieds -
2 Mote-urs Cumr.nngs -
6tat neuf Equipement 6lec
tronique perfectionn6 etc.
Sonnez Agro Business
2-1486 le Matin 32
N x x x
A VENDRE
I Camu on G. M. C. 10 roues
1 Camion. Mack 10 rouel
i Cainioh Chevrolet Diesel
1 Camon a Bascule
Pour '-i'i -'gln-merits
appelez le NO. 2-3882 32
x x x x
A VENDRE
Une Enseigne Lumineus'e,
portant le nom d'un Snac!l
Bar et autres meubles de
chambres.
Teldphonez au No. 7-2046
Ie martin a partir de 7 hres.
le soir a partir de 7hres
62
'xxx


DimandSe d'Lm91O

Jeine fille. etudiafite in St
cIetnr.at, en 2e annie a la
FaculLe de Drot, chlercht
diO tri.va.. triere de la con
tactr au 4.08094 entire 8 heu
ras e., midi.
x xxx
A VENDRE

Mach ne commercial 1'a
.tat, neuf pour fabrication
creme a la glace (Soft Iee
Creim) Marque TAILOR
. St ain i e s s S t e e l
Tri n le M o z z e Tri
pie Twast. Capaci'te 2 Quart
1. Fully automatic Air
Filter Appeler au 2-4973
entre 8 heures A. M. et 5
heures P. M 81

x x x x
OFt-PE D'TMPLOI
Industlrie textile recher -
t che personnel i plein temps
Soil a t mps partial avec ex
Sperience en dess n et en d6
coration parlant anglais et
- franca',s. Salaire depen -
dant de experience. Contact
ter Gaetan Sergile anu 2-1715
de 8 hiures a 3 h2eures. 32
x x x x

COMMUNIQUE
e LES ANCIENNES ELEVES
k DU SACRE-COEUR DE
- TUT9AU.-
s sont gonviees a la reunion
- qui aura lieu le Dimanche 4
e Fovrer. a 9 heures 30 A M
- au local ordinaire
s Marie Carmel Lafontant
profitera de l'occasion pour
n vous ehtretenir sur 3des
g droits de la.femme.. 32 -
Y x x

DEMAND D'EMPLOI
o Secretaire dactylographe
o Angla.s et Espagnol cher-
d che un emploi.
Appeler 2-0343 de l heu-
2 res a midi, et de 2 heures a
5 heures P. M. 102


aaaeiaacoiaoaaanrs/raaiccirP


Derat




Exterm




Fumic


Prot gez votre maison



centre les termites


et chauve-souris



DELMAS 48 BLDG. CURACAO TRADING-


isation




tination




nation
















TEL : 6-0431


PACE 7



RETITES A NNONCGF9


~-~Vas~srr~F~ru~+-~Ar~~A~L1ar~rrrme )00D(










LU ~ROUV3L1JBTEs SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 FEVEIER 1979


PAGE 8


SALLE I $ 1.50 et 2.00

SYlvester Stallone, F.IS.T.


1Suite de la lere page)

qtu'un 'litterai-re, un math6-
maticien, ne sont pas neces
sairement des pedagogues.
Les inieux does se for-
mlient stir le tas.
Experience pour expericni
ce r'on soutitendrait valuable
inint, que 'actuel tti I aire
du Department de 1'Educa
lion Nationale n'est pas res
to pout ce qui concern la
pratique de l'Enseignemient
S.iis essprl de lnes'lquine
rie nous presentons le Mi-
nistre Raoul P' erre-Louis


CONCERN
comme Professe
que Dermatolog
pital dIe l'Unive


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT ,

Midi 2 heures 4 heures (an permanence) 6 heures 30 et 1 heures 30 '

CE SOIR

S SALLE II $ 1.50 et 2.00 SALLE III S 2.00 SALLE IV $ 1.50

La raison d'Etat Un espion de trop LES GRANDS MOMENTS DU MUNDIAL 78


ITRE .1i vaut m voir Echos et Informations Quand Gertrude s'en

ur de Ci nes e out sra t tout naturelle Trois candidates a la d- tion de la Croi des Bou-,
ursit6 d'Etat note cot manus souhaltons (Suite de la lere page) putatlon pour la premiere quets a ete remlace a la m lait
.. c uCirrconscrintion de Jerem ie tI te de la M ilice de cette 'll


d'Haiti et Doyen de la Fa-
culte de M ddecin et de
Pharmacie d'Haiti pendant
plus de quinze ans.
I
Nous autres. anciens 6tu-
diants en Medecine, nous re
connaissions volontiers en
cet homme des qualities de
diplomat inne et un don
de la conciliation qui ont
permis a la Facullt de te-
nir dans les moments les
plus diffiietles.
II est. peut-etre, I'homme
des lAches difficiles puis-
qug'l revient au Departe-
ment de 1lEducation Natib-
naile, actuellement, de me-
ner a bonne fin une mis-.
sion oP nie peut plus delica
. te. II s'agit, en effect, d'INS
TRUMENTALISER Le CREO
LE dans le cadre de 1Ensei
gnement Haitien.

Des reunions hebdomadai
res se tioennentl depuis qup
ques cnois deja a t ldnsititut
D e sources tres bien infor-
mees, sn a neme present(
a I'appreciation des sessio-
nistes 4 brochures d'appren
,-- de la lecture ecrites
en creole at 1 'lnention des
jeunes debutants haitiens.

L'une des brochures tires
prisee vient de Laborde ILo
calite du Sud d'ialtii, une
autre v'enit de 1'Alphalit
oornaiinsme du Comite Pro-
testant d'Alphabetissatioii,
line troisieme. volis ifp pour
rez pa.s le deviner a ete
redi,se par tilln tres cher Frn
re de Instruction Chretien
nte.
Quelque resistance de la
part de nos classes moyen-


que le doigte de l actuel ti-
tulaire d I'Education Natio-
nale et le sens de la Res-
ponsabilite des sessioniltes
face au Pays Reel arrivent
a surmonter tous les obsta-
cles qui. ne manqueront pas
de surgir.
L'ILA de Port-au-Prince
et le Mouvement Kreyob1
sont avec eux!
P.B.

Pharmacies
assurant le service
cette nuit
Samedi. 3 Fevrier 1979
UNIVERSITAS
Rue Oswald Durand
POSTE MARCHAND
Poste Mardhand
MERIDIONAL
Carrefour
Dimanche 4 Fevrier 1979
SCIENCIA
Rue Docteur Audain
ST. GEORGES
Champ lMars
DU SOURIRE
Ruelle Alerte
Lundi 5 Fevrier 1979
CHEVALIER
Lalue
DU SUD
B. JJ Dessalines
MANIC
B. JJ Dessallnes
PETIONVILLE
Samedi 3 Fevrcir i979
STE THERESE
Rue Villate
Dimanche 4 Fevrier 1979
VILLEJOINT
Rue Faubert
Lundi 5 Fevrier 1979
HAITIENNE
PAN AMERICAN


de jacqueries imaginaires; .
les uns et les autres sem -
blent ignorer qu'il vaut
mieux voir clair que voir
rouge).
xx x x x

... Et a propos de la can
cl dature de M Claude Vi-
xamar :
Le Nouveau Monde souli
gne :

s taire d'Etat Claude Vixamar
reclame par das secteurs im
portants de la population
capoise, p fait une entree
tr ompha au Cap Uai-
tien.
Sc pr sence a suscite un
tel enth usiasnri que maints
observat-urs 1'interpretent
come urecurseur' d'un re-
virement spectaculaire de l'e
lectorat capomi Sur l'echi-
quier electoral, la presti-
g'euse candidi-ture de M.
Chlude Vixamar a ete laevora
blement accueiilie par 1' n-
t,flligontsi iiiu Nord qi vont
-ii lui un representant d'en
vergure, par les jOunes des
colleges et du lycee qui ad
inrent le profeseur et l"o-
rateur i e granue chasse, les
In lihux ouvriers qui c Font
toin ours consiclere conime
un digne li.s du Nord.



Trois incendies
dans la Capitale
(Suite de la lere page)

d enquete charge d'apporter
des eclaircissement, croit-on
.avoir.
x x x x
A LA RUELLE PIQUANT
En dcrnier lieu les porm-
piers durent ent n so rendre
a la ruelle Piquant press tdu
Cine Tr.omphe oui un debut
d'niccndie ven:it d etre si-
gna.e ati, local de 1 Ecole na
tionale Dagues.s au Lesp na,
se dirlge, par la Da;me Ray
mnonde Constant Baez. De
ee cote 1'a 1 n'y a pas eu de
S, 11. Et le tleau a ete vi
te ecarte.
Quii:t a I'alerte donnee
en dec'icrie, h( ure pour un
imc-ndie a Deinms. Elle s'e-
tait purement et simplemenit
revelee lausse
Les pertes :ubies par Ies
vict mes de ec's incendiis
n ont pas encore ete eva-
luics. M:ts on croit qu'elles
s'elevent a dep centaines dec
mi.l ers de dollars.
Nous preIei tons toutes nos
sympathies ux vict'mes de
la Catastrophe de cette nut.
Car c'en esl b.itn une.


ont d6cide de se retire, se
Ion les informations parve-
nues dans la Capltale. II
s'agit de MM. Willy Bour-
deau, Saintange Bontemps,
Emile Alexis. Ce d6rnier re
prdsentai't -cette circonscrip-
tion h la dernidre legislatu-
re.
x x x x

Une violent collision
s'est produite dans la nuit
d'hier, non loin de champ
de Mars, entire detix voitu-
res Datsun immatricules
A-9494 et A-8976. Les deux
voitures ont ete serieuse-
ment endommag6es.


ville par M. Marc Cantave.
x x x x

M. Lionel Dominique, qui
voulait briguer la premiere
circonscription du Cap-Hai-
tien come candidate t la
deputation s'est retire, rap-
porte-t-on.
Demain, en residence de
son ami Oscar, le candidate
Felix Baillergeau sera I'ho-
te de la jeunesse de Waney.

x x x x -

M. Charles C6sar est l'un
des derniers candidates qui
briguent les suffrages des
electeurs d'Aquin.


x x x x

M. Antoine V. Liauteaud, Hommage a Mme
Candidat a la reelection le-
gi-slative pour la circonscrip Marcel Carducci
(Suite de la 1ire ase)


Inquietude ies

(Suite ae la lere page)

me parties vitale de nocre e-
conomie, les concessionnai-
res sont en face de la real
tl de limItation de la marge
de pourcentage sur le chif-
fre de vented. En effet, cette
marge est compressee par un
nombre de centimes fixe par
un galon veintu, et non un
pourcentage.
Le prix d'achat augment,
le fond de roulkmnent doit
etre augmente ct la marge
lte laitse pas de place pour
,reserve centre pertess et
ldemneure fixe.
La vente a credit aux pro
prietaires de voitures de-
vicnt une operation commer
cidale dangereue a ce mo-
ment la, car sur chaque d x
dollars vendu a credit, seule
ment $ 0.60 et la part bru
te. Quand les fraEs generaux
prennent $ 0.4O par gallon
il ne rest que $ 0.20 pour le
concessionaire sur une ven
te de $ 10.00.
Le concesbionnaire se de-
mande si le r sque vaut la
peine d'investir pour gagner
1 1/2 a 2 pour cent sur le
chiffre d'aftaire, si la mar
ge devrait rester stationnai-
re avec la prochaine aug-
mentation.
La distribution est un ,ec-
teur important dans touted
economnie, et a des conse-
quences quand elle est sous
la pression des courts d'a-
chats et des flais de fonc-
t.onn, ment en hausse, alors
qu'autrefois quand le gal on
se vendait a $ 0 42 le distri
buteur ouvrac t une marge
de quaitr- cenlimes soit 10,2
pour cent.


partout


la voiture economique



pour Ieconomie d aujourdhui






Sautomecaute de RUor



automeca, route de laeroport


'0
_1
_9
-)


Oj
-5

0
-.
U.
-J













9


civilization, Madame Carduc
ci nous gratifie d'une inspi
ration qui nous fait besoin.
Elle nous eleve au-dessus
des laideurs terrestres par
la sublimit& de ses po'mes
et le rappel des immortels
principles de juAeice, de cha
rite et de fraternity. Sans
la connaitre, je vois en Ma
dame Carducci une femme
de foi., qui vit son Christia
nisme et le semine a tous
vents. Et elle me fait sou
vent penser a ce mot, d'un
ecrivain catholique : le Christianissme est a la
measure du coeur de I'hom-
me. a la condition qu'il
soit pleinement vecu et pra
tique,.


Que Madame Carducci ac
cepte ici tous mes remercie
ments pour son inlassable
che que sa voix est enteil-
due et que son action s'a-
vere necessai-re dans notre
milieu ouf, helas!, les idees
malsaines et les doctrines
deleteres se rencontrent
trop souvent! Qu'elle conti
nue le bon combat, afin
que l'vangile du Christ
s'installe dans nos moeurs,
dans nos families, dans la
vie privee et publique!
Felicitations et merci a
cette grande dame, qui
fait honneur au nom chre-
tien.


Merci, aussi. au Nouvellis
te pour la place de choix
qu'il accord t ces refle-
xions du Jeudi. si blen con-
densees dans des vers im-
mortels.
Un abonne
N.B.- Je ie garderaj pas
I'anonymac, bien que vou-
lant signer un abonne.
Ma correspondence dolt
ltre identified par la direc
tion du journals Merci !



;;;,


c'est parce que vous avez
(Suite de la 16re page) faim que vous faites cette
c'est mon nom 1 Puis elle tete d'enterrement...
sourit avant d'ajouter : Je Elle s'eloigna en riant.
croyais que vous 6tiez un Eric, son assiette en main,
Monsieur plein'd'assurance. la suvit dpuloureusement
Je suis content de consta- des yeux. ter que vous etes... presque lante pour moi, pensa t-il
agssi timide que moi brusquement.
Malgre la fraicheur du Vous trouvez 'Martine jo
jardin, la sueur perla au lie, n'est-ce pas ?
front d'Eric. II lui avalt suf
fi d'une minute pour com- Eric se tourna. Deux yeux
prendre le beau gachis cau agrandis par l'anxiete le
s6 par Gertrude. Dans sa fixaient. II comprit que Pa
rage d'abattre les obstacles tricia a qui l'on avait pro-
et de jouer a la personnel mis un fiance depuios huit
informed. quand il lui avait jours le considerat't deja
demand des renseigne comme sa propriety. 11 se
ments au. sujet des deux, sentit touche de cette an -
soeurs, elle avait decide que goisse si differente- et pour
que les yeux en amande ap- tant si liee a la sienne. Corn
partenaient a Patricia alors me il ne repondait pas. elle
que c'etit Marti.ne qui re ajouta :
pondait a cette description. C'est bizarre que vous ne
Et, fait encore plus grave, preferiez pas Marune a moi
il se rendait compete par Elle est tellement plus o -
I'attitude et les propos ti 1ei !


mides de la vrale Patricia
que cette sacree marleuse a
vai, totalement devoile ses
intentions a la famille en tr
s'enlisant davantage clans
son erreur.


S'il avait ete moins t u I
ne et surtout momns timide.
Eric aurai.t retabli la silua-
tion d'une phrase II ne sulI
pas la trouver. II resgarde
autotur de lui pour chercher q
11 ne savait quel secolurs. A
quelques metres de luOi., plo n
yant sa taille fine vers la
table, Martine disposaitl les
gtteaux tout en s'enutrete-
nant avec deux amies. Scs
yeux ell amande brillaicent
gaiement et son rire fusait
souvent. Dans un coin du
salon, Gertruide et Anna par
laient visi.blement entre
leurs dents sanis la quitter
des yeux. Eric s'epongea le
front. Patricia qui. depui's
quelques minutes deja. avalt
recommence a lui parler
sans qull11 ne s'en rende
compete, lui expliqualt main
tenant que dans quatre
mois elle aurait son diplo-
me de comptable..
U- -
-Je te dis que C'est un ti-
mide, didsait Gertiude a An
tna. Si nous ne liii forronss
pas la main, il est 'capable de
no jaintais so declare '
Mlts ule no peux pas ai
ler s:. vite : It ne m'a pas
encore demanded la main de
Patricia.
Je te dis que ses parents
sont morts Je suis pouor
ainsi d're la mere de cet ens
fant. Tu peux consider
qiue je tai deniande la main
de ta fille pour lui. Anna.
ie fa:-s p'as de betises; aus
champagne arrange toi
pour rlgler It's choses.
Anna demeurait soucieu-
se et indecise. Elle sa:vait
bien que beaucoup de meres
poussai-ent un peu a la roue
quand il s'agissait de caser
leurs files: elle voyait bi-en
aussi l'extreme timidite d'E
ric. tout de meme c'etait la
prenliere ois qu'il venait
chez elle. Ma'-s d'autre part.
Patricia etait si lerine, si ren
fermee qu'il etalt itnesper6
qu'on eut le coup de loudre
pour elle Anna craignait
que la brillaste Martine n'e
cl:.psa constamment sa
sour. Marier d'abord Patri
cia. quelle chance Entre
deux portes elle tint conct-
liabule avcc soun mari: Ce-
lu:-ci, pour ne pus prendre
de responsablite et un penu
outre de toutes cos machine
tions feminines lui r6pon-
d;,t sechement Ma cthe on
trope pou mrin. Fe ca ou
vie !I
La fete battait son plein.
Anna qui avait l'intention
de serve, : le champagne a
vant quon attqua le buf-
fet n'en avail rien faith. Elle
temporisait. Gertrude, elle,
tout en engloulissant din-
de, jamnbon et bouchees as
un rythme de performance
ne perda',t Das la situation
de vue. Sous pretexte d'of
frir a son cher Eric des dand
wishes qu'elle trouvait dell
cieux elle l'avait deja abor
de deun fo's, et en avait
profit pour sussurer quel-
ques mots aimables h Patri
cia. Eric ne put rien lui di
re car Patricia se croyant
oblige de lui tenir compa-
gnie ne le lAichalt pa. a'une
semelle. par-dessus le march pen
sa-t-il horrific.
A un certain moment, Mar
tine s'arreta devant eux,
une assiette garnie en main
Les yeux en amande p6til-
laient.
Cher Monsieur, dit-elle,
je vous apporte du ravitai-lle
ment car je suppose que


Eric trouva que malire
son petit air ecrts. e-.atri-
cia savait pairfaitemen met
re les choses au point A quel
moment lui avait-il dwi
qu'll la prefertit I I sen it
qu'elle lu, oi fl'r a I't 'i-(A.ioni
revee de lixer se-s )osi -
tions. II ouvril la bo'che
et la referrma, n y. to
mais su coilinceii l prti
dre pour lair-e d lai p,-ihe- a
uelqu'un. II l maiudl' ; le-
rieuremenlt .s)n inciib'itle i
lldite et cette bohillc lw dei'
puls son (enftance l'on qualt
ICait de lacliee D ,tilliuirs
c'etai tropi t d i ) illr t irt ,
quoiqtue ce soit. Ies, !' vrc.s
gralsseuses, l1 iir V'toriux
et ,les mmamelles en proue.
Gebtrude inetttit le cap
dan.- sa direction.
Mon chir Eric, d:!i-ple,
notre here Anna voudrait
te parler. Elle tapota !a
loue de Patricia, saisit le
bras d'Eriec et ,:., : avec
lua.

Vous avcz pris Mnrtilc
pour Patricia lui-dtit-il d'u
ne voix rauque.
Gertrude 'avait-il eita
conl)r.i. (,lie aucssi Eri i-in
eu le sentunint 1 c--r c'le aicc
leria le pas en dis.tant
Toutes lc.is deux sont ai
dorables A-do-ra-bhIs '
vas enti r la dans u`in' ex
cellente famnile. Tiecn.s 1 voi
ls Anna. Entrins p)ar icl.

Mon cher Eric, Jul dit
Anna en lui pregnant I's
deux mains mon amic Ger-
trude m'a faith part de vio
sentiments au sujet de Pa
tricia .
La plus douce et la p lus
charmante des jeunes fil-
les, etnchaiiia Gertrudt d 'un
ton convaincu.
..e voulais otis diire
que je suis tres touchee de
votre deimnrihe et qe vous'
m'etes infiiiment syrumpi -
thique. Vous etes deia pour
nloi le fils que jf n'I.i paIi s
eu.
Ah oui : le f:,Is qu'el c n'a
pas eu, surencherit Gertru-
de.
Aussi. je voulais vous
demander de me .permettre
d announcer la bonne novel
le a nos amis. Celte date au
rait desormas utin double
sells pour moi.
-Ah oui : un double sens!
dit Gertrude:
Eric ouvrit la bouche,
nmas aucun son nien sortit.
Evidemment. ajouta An
na. prise d'un ultimes scru-
pltle devant le icune. visage
bouleverse, si vous trouvez
que cest trop precipi-t'er les
choses, nous pouvoins attend
dre...
La perche, pensa Eric. Vo
1a la perche !
Trop prlcipiter les chi-
ses ? s'ecria Gertrude. Mals
comment peux-tu dire une
chose pareille h un jeune
home qui vit dans la soli
tude et qui, veut fonder une
famille ? Anna est trop
pointilleuse, tu ne trouves
pas Eric ?
En... en effect, repondit
Eric.
Dans ce cas, dit Anna
en l'embrassant sur les deux
joues, je vais fair servir
le champagne...
x x X x

Six mois plus tard, les clo
ches de Saint-Pierre son-
nailnt t6oute volee pour
announcer le marriage de Pa
tricia et d'Eric. Le croi-riez-
vous ? Comme dans les
contest de, fees ils s'arrang&-
rent. pour etre heureux et
poJr avoir beaucoup d'en-
fants. Mais l'encontre de
ce qui avait 6t6 promise, Pa
tricia eut une belle-mrire :
Gertrude.


~j-- -- -- -- -- -------'-- -51-- ----- -- -.---- --'- ---^------^ w--.;,-"' ~-


10 M)f ifLdlo[j PO'TlS PRINCE


Sle .passe-


I ~' I ~P~-*----- ~' '~--- '-~'-- ~--~C-i--ll--r*-- n-I~C~?,:-rrr ~--l-~-*T~rs~~~R


~ml~s -----,,,-4 a a on in F. 09 P. -1----~~A- dC3~~LMI ~ ?MHYYr~HY~YYAM~I~I W_ -


MX m k o -- - -- -- -- -- -- -- -- -


"~ -~r~ sC ~ -


~I--- I -- -- -- I I --- -F-~


ML.=


La tflOWULLISTBo


SAMEr 3ET DMANHE 4FEVTER1979


)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs