Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09949
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 13, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09949
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
o -I I 1 11 11 1I III II1 II II bII I -


I. hiit i,, li ctri'e dli tr-
t i Ia r Jr a V it publ ol'
S iln i Wi lil 'i t it, I'l
is'i' I i[d r [Ilre IV
p -,>n -uit tri l ., IJ e (Ji lt b l cu
Sa I- l fi it cI oulIr beau-i
| c is 1" 'l (' tiill ll. diti-
1 tViih 1L I a'slli ts cal -
; a ti l p.ilrvenlis li's
S ie nmoder-
., l 111 t ii l' derat onl
ii s "ll deli, .' par
i t" .n Iclt I as,
S l i ', Itrlli's c in
,; ,, ,iiIIiC Ii- ll -
'i c i ,;i 1 ill rap
S -r r' I'I'll I's. Je
1 u; ., .' l Urnr des
plrec ss
.. p eviler de
S r i la delagogi
.. !, ; in s ,|U laute de
,, ;,i l t onS,
S cp, i', nmc't par
''rc, cit 1 ap-
S,, fs 'i s fLai
'i -, c -if des
ii l y 1l s Li 't
-' u i'- ''r q/c' Pour la.
c, ,v, I' Le 11 C ines




.l, i lilt

i t is, ,t .r dalns 1111
Svi, d volI-
I) r a danis
.,; : ,' M 'raibolut U-



S I i l ylU pills
, : ;i ,1l/hl L', dp

I, i il ci il p ro
.i.. i... ;i nl r{" i tc ct
S .:: chute dans
digression.
A : a,ii del.mt la
t, : 'a n~ i semu I: I. idee
,. :t g enerale
; ; ; race cor ns



S, o r lit an

S r (;ui res-
miji ,l ; e l it a au-
r i :: qul le
'( .' :' t souvrcInt
I : ou ont
in ; ;e la
'sin dt; paricr; ,.I ur, coutu-
e fir,. nt. de cells des

I i \ Pr s dans
l r is (livers


I r!,' I ,, llld 'c(, ir


1 ,;,1 'C p ll s ll s
S11 l I s ul
,i d i l E lle
o cIc'o ll., |Ll(


ci l 1* '.'vc I c I A ) s

i i ; B oi, l ,I ii s ( i -
1 1 I ,ll l rae 1 Al


i c i, ,, ,, ]tl' i cic a
i i im pc l s i
'Iii l cit II r plclcus

] x I~ lit, entire

Sd V(,en s
])lr, 0i1 ap r eQll, dans
1. I. ; tl)o po (tr Mrlonla iu,
i I I l l.]" r 1,( lrF qu ees-
n' 1',l 111, la rac( (st
pwi',l,,uj d hommnes presen
,; I ';ch r i n mr.s caractcracs
c(I' apji)ar( /ts. On
c.cI(I :,'')ii our rM cnnaitre
k I i d, mro s races
T rr il l ,' : la rac' jaune
oil1 to' ] loidfe don't 1,as
;.I Irr p. hcy,,m q r(rcs iappa-
icc. "dc S cheveiux
i r )lal. d s ;ncis;ves
ai|)rr r ci-. l, projpeIl s versi
I ;'iit c nI repl1 cutane au
ieI,',ss dir 1 angle interne


d, 'oell.u La race noire ou
nugroidu don't lea membres
ont los oreilles petites, les
cheveux laineux et noirs,
lu niz dpatd, les lMvres 6-
paisses et la peau g6nerale
lucnt glabre. Quant aux
iomnines qui appartiennent
i la race dite blanche ou
caucasinne, ils ont le nez
long et mince, les cheveux
plats et ,'versement colo-
rcs, le sy. tnme p ii ux tris
doevLioppe. R marquons que
1 s d llerences entire races
se fondent spec aliment sur
les caracteres its plus mar
quant, de 1'asrect physique
des individus qui en font
partic. La coulf(-ur de la
pLau par exenile. L'Anthro
polog e physique a perm s
de determ.ner d'infimes dif
fcrences moins superficlel-
les entire races, dont la
plus grande Leneur mela
n ne chez le Noir que chez
le Blanc, un plus impor-
tant d6veloppcment des
glandes sudoripares chez le
premi (r que chez le dernier.
La encore, les differences
s(c revelent superficielles
',t ne particlpnt pas de
la phys olog e profonde
des individus.

Dans I'argumentat'on des
racistes, ces differences en-
tre caracteres physiques
sont considers comme de-
term nant 1'ensi mble de la
culture. Autremnent d't, des
groups d'homnces sont s motif,, parce qu'ils ont la
peau noire ou les oreilles
petites: d'aulres sont ssnnabless> parce qu'pls ont
la peau blanche et les au

(Voir suite page 2)


I. acLualite cu ; reiP", cel-
te c maine, aes doml ei, par
la petiitluri, ct Ic theltr.
11 y aura t;ro s vernissa-
gcs di. pelntrci ; h 11 cute,
tacnt ci'cni Ha t qua hlteran
gcr. C soult l I pr ntres. G s
enr Armand J. Enguerrand
Gouguo, el Patrick Vila re.
Ge n r Arniai. id, de. ce
so r, ouvrjra soni vine sagc:
A la Gal, r e MaLrasa i. Pe-
t onville.
J. Enguerrand Gourgue
exposvra ses rec nics 0o u-
vre. jeudi 15 a la V Ila Na
di r a Desprez.
I Et Patrick Vila-re I. ra sa
houvellq entree dans la pe:n
4ture au Musie d'art ha:lten
'vendr di 16.


La p. niure de G.asn'r. Ar
m.tind .st dome re-.. eOn fen,:-
|/al pal. deus': % irlain *-: : II
pelnt a mriLvillhe le.: ani-
'msaux d Ila Nature surtout
lee oLeaux et il la t grand
%as de la Natre tout court,


Chez Gcurgue (o111 nl oni
le ail tb en, la pe nlLure sur
reaicbLt. C. p.2intre qui, a
force de trava lier, a laisse
selon c( rtains, l cadre e-
tro t de la pe niure pr ilti
v. pour niont' r d'ui cran
dans la peintur i moderne.
en 1 occurrence la peinture
- urrea.iste.
Du son cote Patr ck Vilai
r,2 qu a fa t dans le temps
la Ceram que ct plus eurs
autres formes d'uxpressionq
arti tiques, revient hA la pein
ture qu';l n'ava t pas
pour autant d61iasse -- cet
te fos-c' avec de noun.lies
recherches come ii l'indi
que d'ail-urs dans la prdsen
station de son exposit'on.
Au.fait. une bonne semat
n.: art stiqu,. pour les ama-
teurs d art.
x xx %

Par colntre vr-u qut al-
ment I theatre en ugroat


DIRECTEUR LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. MAX CHAUVET


Espionnage / Grande motion en RFA

BONN (AFP) Le patron de la belle es charges pour parvenir a


Par Henri KOHLER
L'affaire d'espionnage mi
litaire la .plus grave de
1'histoire de la Republique
Fed6rale d'Allemagne ne
saurait rester sans conse -
quences politiques: Tel est
1'avis formula Mardi par
1'ensemble de la Presse
Ouest-Allemande apres les
revelations sur 1'activite6
des 6poux Renate et Lothar
Erwin Lutze et de leur corn
police Jurgen Wiegel Toute
fois; jusqu"ici; aucun des
tenors de 1'opposition chr6
tienne-D6mocrate n'a com-
ment6 cette affaire que le
procureur general federal
Kurt Rebmann juge plus
grave que celle de 1'espion
de la Chancellerie Gunter
Guillaume:
Le personnage-cle de l'af
fire; la brune et jolie se
cr6taire Renate Lutze; a
communiquLe a s s mandants
Est-Allemands non seule -
ment des details secrets sur
1'armie Ouest-Allemande;
ses 'points forts et ses fai
blesses; mais aussi sur les
plans d'alerte et le syste-
me logistique des partenai-
res de 1'OTAN


pionne; Herbert Laags; Di-
recteur du Dapartement
des Affaires Sociales au Mi
nistere de la Defense, sera
certainement sacrifice pour
avoir agi avec une surpre-
nante legtrete:
Selon les revelations de
la press; Renate Lutze
connaissait la combinaison
du coffre-fort de son chef
et avait r6ussi a se procu-
rer les c-es: On ignore en
core si elbls avait us6 de ses


ses fins ou si son patron
s'est rendu coupable de ne
gligences:

D'ores et deja; on peut
se demander si les conse -
quences politiques se limi-
teront au niveau du Direc
teur de Departement Des
Mercredi; le Ministre de la
Defense Georg Leber devra
repondre devant le parole -

(voir suite page SO


Nouvelles d'Amerique


Latino


UN INDUSTRIAL
ENLEVE ET ASSASSINE
QUITO (AFP)
EQUATEUR :
La tet, d'un industrial e-
quatorien. Jo-e Antonio Briz
(35 an.-), enleve le 29 no-
vembre dernier par des in-
IIonnu' q u i rerlamaient
200000 dollars pour sa I-
beration a( ete deiiouverte
lundi danss la tcour d una
college de Quito, apiprnd-
one dans la capital oquato


UNE FEMME ET SON METIER

DIALOGUE AVEC MARIE JOSE GARDERE


N. M.- Marie Jose Garde
ra-, quel est votre vrai mle-
.tier, peintre ou directrice
'd'une galerie d'ar ?

MJG.- Je suis d'abord
peintre -et depuis -2 ans, bien
tot 2 are's et demi je suis di
rLctrice d'une galerie d'art.

N. M.- Qu'est-ce qul vous
a amenee a choisir ce se-
cond mleier ?

MJG.- Etant peintre moi-
msme, je n'avais pas d'en-
droit of/ exposer mes oeu-
vres. J'ai done d6cid6 d'a-
voir ma propre galerie.

N. M.- Que voulez-vous
dire par la ? I1 me semble
qu'il y a ici une profusion
de gal series.
MJG.- En effect, mais la
plupart d'entre elles ne
S'interessaient qu'aux pri-
miitifs et les peintreo mo-
d-rnes ataient dilaisses,


par Nadine MAGLOIRE
mis au raoncart. Je dois re
connai/tre que Issa Saelrh
m'a beaucoup aide. 11 a
faith connaitre mes oeuvre,"
et f'en ai vendues grace a
lui. Mais, finalement, il
s'est tournt, lui aussi, vers
les peintres primit/fs.

N. dM.- 1 y a Ocnez vou-,
je crois, une total absen-
ce de mesquinerie vi. a vis
des autres artistes. Je 1'ai
decouverl, il y a deja quel-
ques annnee. Vous me par-
liez avec enthousiasme du
peinire Herve TELEMAQUE.
Pourtant il avail deja un
debut noloriete Lnternaciona
le. vou.' aunrfz pu a'envier
et eprouver un certain aga-
cement de son succes-. Vous
avez suivi son evolution a-
ese beaucoup d'interet et
vous me signaliez le. arti-
cle.- ecrits d -on suiet qu'snd
nous nous rencontion". C'esc
chose fort rare en Haiti, mal
heureusemcnt. Je prnse que
les arti tes dr votre galerin,


"Belles. Belles, Belles.. "


Jusqu'au 15 Decambre. tra
verser la Galerie de 1'Ins-
titut francais ise revele un
mnirveilleux voyage. Ce sont
de fantastiques d6couvear-
,les qui nous attendent a
chaque pah'neau, nous guet-
tent a chaque tournant; et
routes abelles, belles, bel-
les... comme le dit la chan
Son.
C-tte troisieme exposition
du Photo-Club d'Haiti peut
vraiment etre considered
come revelatrice des pro
gris realises par le club


tant dans son organr-ation
que dans son evolution pho
tographique.
En effect. le jeune club
don't I'affectif s'est sconride
rablement elargi (plus de
20 exposants celtA, annee)
fait d6ja prruve dune cer-
taine maturite, manifestant
des ignes d'un avenir pro-
melteur. L'agnnrement de.o
different panneaux, la pra
Sensation impeccable d, cha;
cune des photos accompa-
gn6es de 1,ur litre et de
routes le- indications onu-
haitables font vraiment ban
no impression. D'autauit
plus que chaque soir deux
membres au moins 'oil/
praes.nts pour guiidr 1'u
spectaleurs et dialogue

(Voir su t, page 5,


Deux expositions a
ne vas manauer
T'APISSERIES FAIT-MAIN

Vendred! 10 ) 18 L ur"t
J( s Laraque Nicol.i:, ou-
vre son expoio:,it n d'l i tp I -
ser cs la'l-ma ni C' tt expa
sition s /licndra du 16 aui
28 d6c mbre, i 1lIn t 111n Pc
dagog que Na!,onal, lile DrI
Audain.
xxx < x

OUVRAGES MANUELS EN
BRODERIT"
Dl X J ur. l1- 1 luaid it
18 Dec inbr< i s 1 a-It'diln
cc du 63 oic,:e Pati il. Mlini
D, n se Poilici t t 1 ni :ij ui .
position d c- out\ria4, lit
qtls en broadc e.
Va'mSW onp rcstera ml-
Tretwm35"der~.-


outl d ia chai.nc d'avoir al-
laire a une pirsonneiC ui riar
te- n es.saycra pas de lis Ic
'cr. au contrairy. EAl-cc
v OLs |qul clio'issez vaO. psein
ires ou est-ce eux qui vuus
choi.,isasen ?

N.M. Jusqu'A pr-sent je les
ai choicis moi-meme et plu
tot parmi l e s mod r-
n:s,. Le. primitifs viennent
a moi et dans- la masse des
todlec iqu'ls m'apportent ji
select ionne quelchues-unes.

N..M J imagine qu il e'7
assez ditficile de denleler
il part di sinerele dan. u-
ne ni uvre de princlif
mainenanc clue occ e pean-
ture e.t tres demanded. I1
doit se glilser panrm les
peintra.s quelques malms
qui onl compris It part
qu'on peut en lirr lorsqu'on
e-t un opeintre naif). Quels
5ont actuellement vos pou
lain, ? Je crois qu- la lis
le est longue.

M.IG.- Elle e-t longue
Ce sercit faitdieux de ci-
ter lous le nom oit ie ne
Noudrais pa' i.n choisir qucl
que-uns arbitrairementi

N M.- Comment devient
nn directrcc d'une gal r n
d arl ?

M. -G Les idebu/s on/ tic
difafl( els .1h, In adai)/ai '
mal au travail de bureau
et de amarchand de ta-
leaux) comme voiis minap
p lez pour me /aquiner.

N M.- 11 ,st rai qtr
oe Ierme a iune 'connota;titn
potlorative Tanit di peainres
anI ftI r xploitc..

1.1(.-- JI n'ai auietn sen
pratique IPour moi drige'r
itn galtrie d'Farl rc'e: sur
/oul vivra dalria 1 bIealla ea
Sre. a-n milite d 'oeuvrea qlue
J'aime.

N M Votrl, gal riso cn
effel I"-I Itrr ;arlistiqne-
metit aa',iVria'- / -lc. /aacle%
anix murs sont brile.. J.r
crnils ni p la vitrimrai so
ut aaatil-' ija'1 COa'ua jauaI i ia-s

luvenm,' de m noffrir de, la;t-
'hiraux) Imata i 111 llli a-
ver im,. ambianc, intime cet
clhalrurerse.

M.(;.-- C 'tl cc que je
Sollhati'e. II fant que tle
gaens vi nInntl voir nos ltai-
lee et nos sculptures quit
seront. souventl rentuvel:os.
mTme O.ilt, n'archien rien

N M lo'mr- n';iav7 pas
l'eaprl n mrrantlle. Pomur
vnua il ne -'ngf? pats uni-
quement de vendre Votrc
l&2aie poprrat 6tre un

(VSbrnA


rienne.
Selon les premieres in-
fornal ions, une religieu-e
du college, intrigue par lp
praience d'un carton qui se
trouvait dans la cour exte-
rieure, a apple la Police.
Celle-ci devait d6couvnrc
la tile de l'industriel.
Les nedecins estinent
que la amort pourrait remaon
ter a line senmaine et la de
capitation aurait cti faite
de ux joursr apreit Ic dents.
Jose An/onio Briz avaia
ete cilleve le 29 novemilre
devant a la h la.lnbre d'alitdut'
ltrie de Quito par des in-
aojnu.t qui 1l'avaient. forca'
a;' ininletr damIs une voilur'.
La fattille. indliquC-t-on
de source policiere, s'q/tati
a rtuall I Ci'ea-nae/t i'conformnic
inix Oexignces des ravis-
seUlrs el avait dapo.4'a 1:
r;a 'o(n au lieu qu'ils nvalnt
iadiquc Tiltefois, affirme-
t-on de maine source, la
saimeIt l'argcnt n'u- jamsd
ca1 reupar6e par les ravis
'-eurs.


l.E GENERAl. VIDELA ET
ITS DISPARITIONS
BIlE*NOS AIRES (AFP)
Le Prc'-ident argentin. le
General Jorge Videla, a da
clare que les disparitions
de per'onnes dan- son pays
.sont la con-equence de la
Argentine.
Dans une interview accor
dee a des journalists japo
neis. le GCnetral a attribute
ces disparition- a quatre
facteur. eSscntiels : les pas
sage- clandeslins a la gue-
rilla, les d-pans igalemrnt
rland'stins du pays, le faith
que 1'on ne pui'se recon-
naitre les ((corps extrim:-
nirn/ mulilsa de personnel
ntucs par des explosions,

(Voir 'uite page 3)


Prochaines
elections a
I'Association des
chauffeurs guides

S(i C n I 't provisolei d'
i A r.,c al jln d. e Ccias ill' Iurs
(111 ( ,s d']a ITt noIuS ;innoln-
iC( qll' s' i(, ic(i { jIs pll le
cholx iu niicvi. ;ni Pre id' n5t
crim l -r S elni r L' a :111a 'rvs
( 1 A'ss1 'iiiiit on nurol' l lieu
1( Vcndrrdii !I Deremhbre
jl 'nholl;l i / 'l i ir .s 1 111.


Rue du Centre No. 212
Tl66phon : 2-21x4 Boite Postale : 1316



Les Israeliens


LE CAIRE (AFP)
Les Lraeliens sont au Cai-
re. Trente ans apret la pre-
miere guerre Isra6lo Ara
be, E's negociateurs de 1'E-
tat Hebreu .sont arrives mar
di mat n dans la Capitaie
Egypt enne, visiblement
con.cients de la port6e his-
tor que de leur mission.
Si le drapeau frappe de
L'Etoile de David ne flottait
pas At 1'A6roport du Caire,
au moment de l'arriv6e du
vol ,> pour symbo
I s r celle de la paix 1'at
mosphere n'en est pas mo'ns
A la cordiality. La delegation
israelienne, coripos6e de MM
Eliahou Bn Elissar et Meir
Rosenne et dr General A-
vram Tamir, a ite chaleu-
reusement accu illie a I'H6-
tel Mena Hous, par le Chef
de la Delegation Egyptien-
ne. M. Mi: mat Abdel Me-
gu d.

Une premiere rencontre
preparato're ,e Vent cet -
pres m di a. Mena House en
Ir- les dm ux delegations,
pour permneLtrc nu point les
details d'organisat'on de la


conference. La nc
quant a elle, souo
cr-di mat n A 9 h
une seance pub/iq
demi here qui
see tn direct.
La conference
don't 40 millions
et tro s millions
d'isra6liens atte
pa'x, sera inaugu
General Ensio Si
ordinateur en chi
ces de 1'ONU au
rient. La tro:siie
tion a part c per
c'ations, cell des
nis, est dirigee p
thur Atherton, s
ta re d'Etat pour
Orient.

Le temps n'se: t
mef ance et par
ruse, ma's les
Israelo EgyptiF
const tuoront pas
tant une formalit
(stimations de
les n4goc nation,
durer de s pt a
pour reprendr,
ment au tout di6
i nee.


r


INEiMA :


"Le temps travaille

pour nous"


o(n n1, I'lnliendah plus.
I.'av;an ilaernier film deo
Fr;ana'ois Triuff'aut, sorii en
7I, jut/ e apr. n 'ilistloir
il'AahrIc It. vicll to nus roil
firmer qu'il eat en (o(us
points different d(l son pre'
Ice'r.sseli r. Scille la qu11 :lillt
Icur sarvirait de d6nomnunlla
/eiur oi(mmniiu.n.

sL'Argent de Pochie est
un film charimnt et tras-
rmussl. DI) ux inolt de tour-
nage damn une cole et ses
alentours dans la ville do
Thirr- pour doeu hcure,
d'un comea intelligtni.
neor et f enble. I.e fils de
Truffiau nous parole des en
faint. Du plus jeune aige it
I'adolescence. de iaisissao"I
portrants denfantsta quOf$w
at almm L aS dailt


-t gruandissont aussi avec
leurs problems elt leur lo


pris le droit de
destin et de cra
independent;
droit de c
de la region d
paix a 1'int6rieu
'tierms sfires et i
Ces principles d
a-t-il ajoute;
vraient laisser
te sur la fermeo
sition et son res
gagements pris
met Arabe de
1974s):


RACISM


RACE ET CULTURE

S Pai Charlus NOVASTAR'


line lettre


de M. Antoine Bervin

AU COMITE-DIRECTEUR DE LA SOCIETY.
BOLIVARlENNE
Pet onvilt, le 12 Decem- iitexpr;jnl Dlc' ei :trik l W l
bre 1977 Preisd,cnt di lil tl I pII r'-I


Messieurs les Membres du
Comiit6 D:recteur de la
Societe Bolivarienne d'Haiti.
Port-au-Prince .
Honorables colleagues,

II cst undeniablee que nous
venons de v vre des heures
emouvantes a occasion de
la v site fate a notre pays
par 1'em nent Pr6sident de
la Society Bolivarienne de
Caracas. le Dr. Lu's VILLAL
BA VILLALBA, qu'il a
bien voulu faire co ncider
avc la reconstatut'on des
branches haitiennes de la
meme Soc ete Bolivarienne,
en vue d'harmonlser nos de
marches respective s5t' le
double plan historpque et
culture.
Les ceremonies qui eu-
rent lieu autour des statues
d'Alexandre Petion et de
Simon Bolivar nous ont per
mis de remonter ensemble
le course des evtntments m6
morables qui ont marque
la rencontre des deux llus-
tres protagonistes du pana
miricaninme qui ont fait
6clore au soleil de la liber
te six nations sud-am6r'cai
nes.


ver.
Le Presidellt actIi l (1hi c il
Republiquc', M. Jranc 'l.u
de DUVALIER, nav c (lir
bienvell lancilet pi ita Il
s'est as ocie a c',.t itit'1 ill
en mettant un s ivI ai ir Inr
dispos't on el e11 duilili.i'i
les instructions les pluIs
cmpressets :uIx Autoritci.
des Cayes ct de .Jaci.l
pour cntourer dignenil'U cl
1'eminent V:siteur Venezue
lien. Je su s rcvenu moi -
meme de cetl? excursion
historique fier et profonde-
ment sat'sfa't de touts l"',
amabilitas offertes p a r
ces deux v lies '-nvera ;,
Dr. Villalba-Vlllalba, qul
a eu d'ailleurs a expr:mei
sa jo'e et ses emotions en
touchant la terre d Ha tL.
La :eule tristess" relevee
en cette c rconstance a ete
1'absence ou l'abstention di'
tous les Diplomates de 1 A
mirique du Sud qui n int
pas r'ssenti la plus cp> te
obligat on morale d'etre
presents ni / Jacmel, ni
Aux Cayes, ou on les at-
tendait.
Je n'lrai pas jusqu'A dire
come S'mon Bolivar lui-
mmem que 'nous avons la
bour6 la mer.e


gique que nous n'arrivons Les villes des Cayes et Mais en prescnie oe c-
pias toujours a saisir. Mais de Jacmel en apprcnant la te stuaticn partculiere 11
il est asusi question des pa vis te de 1'Honorable Dr. ne m'est plus possible, corn
rents, et des educateurs; de Villalba-Villalba se sont me vous le comprendrez
tleurs soucis face f la fragi nm ss deL-ut pour accuell- ben, Honorables coll1gues.
lilt et la complexity de 1r avec la plus parfaite d'occuper la function d'anl
leurs enfan o de leurs lgance et I'accompagncr amateur de la society en
lves.a aux hauts lieux de i'histoi vouw priant d'accepter mon
Le mnrite du cin6aste re et de la fraternity. J'ai effacement qui n'a qu'un ca
francais et de ,sa fiddle s 6 6prouv6 une motion extra- ract6re absolument person-
nariste Suzanne Saiffman ordina're en vivant cs heu nel. Ce nest la qu'une s m
eot d'avoir sfi nous dire tout res A c6td de mes colleagues, ple mention que je cons'd6
cela avec brio et sans s i- me rem6morant par la pen re plut6t comme un acted
nario. Contrairement aux au see la grandeur de la g6nd de foi en lamitie sculaire
tre,. rent% films sur len- roHlte haitlenne manifested d'Haitf et de tous les Pays
fance eommne ctln SOa de Aux Cay s et repetee a Jac Bolivar ens.
Billesn oet Cria Cuervos niel, pour entourer Et sou-
qail btneficicnt u de ucana- tenor ju qu'au hbout l Ge- VEuIllez agroer, Bonora-
rios lineairee ou assez forts, neral Venezuellen, qua se blues colleagues las.urance
lrio d 4 iPoches arrive k trouvait quelques jours au- de ma consideration thLr
1f d" h r paravant plong6- a la Ja- s.icpre.
soon mal.ue dans Anguisag M nA^


Conference Caire: a


de l'Egypte


aux parties du rel


La Semaine Culturelle


B


~""~~1


8 LE P AIN Q II EBE A A N NENA NA










'WONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI M BRE DE ASSOCIATIONS INTERNATIONAL DE PRESSE


Come annanc6 I'Atiocla
Lion des Agronomen hal-
liens s'tat reunie pour la sa
conde foia le dimanchae 11 dl
cembre au local de ti Cruoix
iuuge .s at laU L.te de I i'x
position.
L'Ordre du Jour colnlapur-
tall quatre points .
Lecture du lProv(ns V.r
bal de la dernittrc .eance:
-Rcreption dot, nouvacaux
membres;
Formation d'un cunult
provisoire;
question d'Inttret ge6n

(Voir su.tz page 8)


s au Caire
tgociat on, Pour les isrdaliens il f'a-
vrira mer- git essentiellement d'un e-
GMT par change exhaustif des po nts
nue d'une de vue reclproques. REen
sera tl 6vi n'est exclu, a dit A ce pro-
po: le prem.er Ministri Israd
du Care, lien, M. Menahem Beg n,
d'6gyptlens lundi so.r. II a ajouto que
et demi 1'ordre du jour des negocla-
ndent la tions zportera esscntielk-
iree par le rent sur le fond et la for-
:lasvuo, co me que prencra le Tratte
ef dps for- de Paix.
Proche 0-
me d6laga- Du cote egyptven, on rap
aux n6go- p(lle que la rcnfdrencc de
s Etats U- Mena House a pour object
)ar M. Ar- de preparer la confer nce
3ous Secre- de Geneve, d'-is la perrapfe
le Proche- tive d'un reglement global
de la cr;se du Proche Orient
Au Caire. on ec defend vi
pas a la vement des accusationiL Lir
Encore a la tees par les pays Arabe: (ldu
tractations refuse qui voi-nt danaa citt,
nnes n'en conference le prelude a in.
s pour au- pa x separee I raelo Egyp
e. Selon les t enne. 11 n'y aura pa, d&
Jerusalem, reglem'nt particl it la d.i
devra'ent cussion porter sur I1 eni in
dix jours, ble des problems isralo -
probable- arabes, y compris la qu(e-
but de Lap tlon palestn:enn le r, *tra.
des terr toires occupies en
1967 par Israel et la .agna-
ture d un accord de pa.x re
el gtorqu Ile Goiuvernem,-nt e-
Ippeld gyptien,
Pour ce qui est du prob e
me palestnmen, on parait cs
timer dans les sil'eux egyp-
tiens que les attitudes s res-
S pectives sent sonciliables et
lus 'on peut comcter sur une
ivoluon de la posit on dei
choisir leur notables de Cisjordame et
eer un etat de Gaza en faveur d& la con
ference du Caire.

haque pays Au total, les negociations
Ie vivre en se d6rouioront sans exclusl-
ur de fron- ves et toutes les proposit'aons
reconnues: "oucran- i.etr exam'.Ms. Du
de 1'Egypte; c6tetigypt en come du co
one de te israeli-n on cst prft a pa,
aucun dou- ser du nivcau des vxpcr!s a
te de sa po celui des Ministres de, Af-
pect des en fares Etranger, t mre m
lors du som si cela :'avera:i neca r
Rabat en a un nouveau soliiim t SA-
date Begin.


~


"-~""~'":;~- ;;';"-L


~,~E~C~beC~B~~*;s~i~j~arrtrs5&ili*ji;~ --


i


]

]


LE CARE; (AFP)

L'Mgypte a lance marali
un appel aux parties qui
ont refuse de participer a
la Conference du Caire
i [U1iSS, Syrie; Jornda&ie;
Liban; 6LP) pour qu'elles
revisent leur position; an
nonce un Porte-Parole offi
ciel egyptien cite par Ra -
dio le Caire
(En participant a cette
conference pr6paratoire a
la Conference de Geneve;
qii se retunit au Caire sous
1'egide des Nations Unies
- cadre que routes les par
ties ont accepted ces par
ties appuyeront la coura -
rageuse initiative de paix
egyptienne et assurerant la
continuity des efforts me-
nant h une solution just
et durable dans la regions;
declare le Porte Parole:
Le Ponre rarole du Gou-
vernement agyptien a 6ga
element soulign6 que la con
firence du Caire a pour ti
che de preparer efficace -
ment celle de Gentve afin
qu'elle ne se perde pas
dans sun labyrinthte de
discussions de procedure)):
11 a note que cette confe-
rence est le premier pas
concrete sur le chemin de
la paix:

Apras avoir riaffirme que
1'Egypte travaillait a un ren
glement global et luttait
paur les droits de la Na-
tion Arabe; le Porte-Paro-
le a rappele les principles
d'une paix dans la region:
retrait total des Isras -
liens des sterritoires occu-
p6So ;
rotablissement des
droits palestiniens y com-




hiD -ra~p~ ~8~~ a~l I1 NUVLLEE rr-- I;-Pll(g 1 I--- r


RACISMIiv RACE ETUECLTlEE

RACISM RACE ET CULTURE


MARDI 13 DRC 1077


It-ceIirt its Il'P~ lithe1)


- -;< lA t r, i, l t n '
ie o t iiE
'Io wa tuti \


titti ; -'r Io ll e 'r
; (c in r t Iwnn it "~


r qui conAstlti. le bagage
rfotuluentaltl du ran'itne.
A r i n.nde, uutlr p)rmet-
Ir, tr St n's r 1.i diff6rtonce
ritre rtac(, Ct culliure Je
itn t ppel A 'l dfrin tlonll
(iju Edwtinrd Tylur a don
,i ctitc! tc: drnler .Vtiile .'
,Itn illl utr L .; c'vlllsat'on,
(ltntitltir diars :o01 sons eth
ini:r'nili'quc 0teandni., n ct' ct
itistiibl CoiplexLi qui
conultrelpi(l lo0 (icusnassances,


Irs- croyances, I'Rrt.le drolt,
la morale, les erutufiti et
routes les aulre: atttudes
et habitudes qu'adqulrt
Ihomme en '.ant quo mem
b re d ine sccl- ..P

Atrroiaci d'aocrd I'.Lttn-
t'on sur ce dern'er mcmbre
de phrasE: a... en tant qua
lffisitibcibet ie 'sdl'6tfc .A tY
lor n'a p a s dit: en
tan,t q u e em -
bi't arib tdi i! l' 'a pas
dit quoe l'cqtl't'ton dce e-s
connais ances, de ces coutu
mes. de ces croyanccs, ou
de ces babitudea et aptitu
d os sr fa saiLlt en foncton
de 1'apparten'uice A oune ra
ce quelconque 11 ne saurait
y avo'r de cultures no'reso,
1'ethnographie ayarit abon-
dammant demontr6 qUe ce
qu'on convent d'appeler la
oprim:t'vltdi ,: 1'saicha's-
mea n'a r'er A vo'r avec la
race. Tout au plu-, i1 se-
rait possible, dans une pers
pect ve d'Ethnographie corn
pare, ds dcouvrn'r des
points communs aux res des peoples no'lrs,. B'en
que, dc toute f.con, si l'on
cons'd&re cvs cultures d'un
point de ue historique. on
se rendra comote que les
aoffdrencas entire cultures
d'tls nolres s'avirpnt par-
fo's au'si flagrattes et im
portante3 qu'entr;. cultu-
res notrest et <-blancnes,).
La prthistoire temolgiie de
ces concordancos centre cul
tures doht les membres ap
part'ennnnt a des races dif
firentes. Les tenants de l'E
cole D'ffusionniste n'ont
pas manque non plus de re
l Over l'v'dence ues cm-
runts effects A l'occa-
son de la rnr..ratior des
elbments culturels A. tra-
vers lee monde, sans distinct


tion de race et malgre lei
tarrlOies g6oeraphiques quL
dans le pass s'y soht oppo-
its. La real to conteirtporal
ne de l'acculturatllor pet
chcote plus patente-

Des Blancs pr'rr,:fs aont
(x st6 danas le passe, de m6
me qu'actueliement des
mmbrribs duo i.ioupe hbina'n
des Mongolo.drs v6gitent
encore danm une deplorablee
situation d'Lrchia'sme.
Notons done avec force
que mime lorsque des racis
tes cohscblEnts ou Incon:-
c ets l d'aujourdi'hu veslitht
relevef au nivuau de l'affec
tvitd des differences entire
races 6n remarquant que
cette dimension .de la per-
ponnal t6 est inn0e, ils crai
gent it rejettent l'a-slmila
tion, qu'As trouvent ou-
jours possible, dans une
perspective na tonaliste ou
antl-occ'dentaiiste tout en
la priconi.ant au prof t de
certain aspects tort'onna'-
res d'un Africanisihe qui
a lui-mime 6volue vers
plus de lum'6re et d'huma
nisme. L'ass'milation 6tant
1'adopt'on par un membre
d'une culture des modes
de comportement qui partici
pent d'une autre culture,
Irs raci tes oht fort A faire
pour preserver leur ident'.-
t6 ;oit d'sant rac.ale en
combattant 1'assimilatlon-
nisme qui, (ils devra;ent
le savo r) porte atteinte
A 1Yexapression mime de la
personnalit, A 1'emotion
considcrie commrhe l'une des
manifestations de l'affecti-
vitd.

Que de No'rs ont acquil
une tournure d'esprit ratio-
naluste par 1'effft de la
culture intellectuPlle et


du changEfteiT Be inllien [
Comb'en d'tuttes cheore
,),airralenct le fa ?

Le rac'srhe est ai-jp dit,
l'exprr saon d'Une contu-
s'on volontaire ou non en
tre ce qu', dans la prscon-
nal't6, est du a l'hirddit6
ra.c"ale oU a la culture. Et,
b:fn quri 'e fe partAe."pa-.'
l'aspiration a cette Civ'l'sa
tion de 1'Un'versel utopqnei
en rai6ih d.es 'barir 6Os de
lhtii-d e'tat de .cultures. qii
existent rntre 1'Orient et
l'Occident spec"'alement. je
crm's que cette accultura-
t~ibnft tiiedOilnusci


taton) tough 's fft's rI
qui explique t ie t:.utrs les
6lites dou lhoie occ dental
prisentent beaucoup de
poInts comindtie, se charge
de dimontir IPr th.ses ra-
c' sts en acccntuant les
re Emblance-s 'nterhumal-
nes. en dimontrant qu'il
ex'ste drs Blancs-Nigres
(1) en mome teblps que
dr's peaux no-res camouftl's
so'as des ma-que- blanks.
NOVASTAR 11-12-77
1.- Ci. Norman Mailer, Le
Blanc-NMgre, Rflrx'ons au
perf'clellis sur le hpstbr,
levue. E jltit; *-.iItreh 2.-


.1$ a '$ .....




---- Bbu-'^ B H^ tei i




] FAITES DES TRANSACTIONS

\ IMMOBILIERES INCROYABLES-!


A Iouer
A PEfTION-V1LLE MAISON DE 4 CHAIMB 3 BAINS
A LA RUELLE CHRETIEN 3 CHAMBRES,
GRANDE TERRASSE CALME

AGENT LOCAL 27 RUE AMERICAINE TEL. : 2-4443





La Semaine Culturelle

tRulte de la 16. nage)


pour leur frals cette st-
ma ne. En eff t, dis mercre
d soir, les fro ., coups r lin l
tiront, cur la scene du the t
tre du Centre Culturel de
l'Impass.? lavaud avec r I s
jcun:,s talents de 1'art hai
tI en qut presonteront en
1lre parties. un montage do
poames de Jarques Prevtrt
et tn 2ame part e un- p ece
de theitre di'E'ugTne lones-
co : D6 re to ,cux>.
Catto rcprfsentation sera
repres, le jeudi 15.


"--1 r 2X U '/ L'Economie
Mondiale

A o JIN Y (AFP)
LE ;I I- HUILE Lexpnsion conomique

K>---'- E SOYA des pays Occidentaux ne d6
C-- O passer pas en moyenne 4
pour cent en 1978; affirme
une dtude du ((conference
Board; organism prive a
/ Z miricain de recherche 6co-

SCITADELLE omique
Cette etude a et6 menee
depuis le mois de Juin; et
c//omprend les points de vue
d'6conomistes et d'analys -
r -- rM' T l A I n Ites de 28 grandes entrepri-
ST t I ses amricaines Elle pri -
voit que les Etats Unis con
DJ ) IL S'AQT DE L'HUILE CITADELLE tnueont',trea:.;
SA -- motive>) de ,'expansion tan
dis que la Grande Breta -
gne et l'Italie figureront
parmi les pays faibles.




Une seule matiere vous manque pour devenir

une parfaite secretaire

ou un comptable chevronn6


Pour un coot tres abordable, complete votre formation en

choisissant une ou plusieurs mdtieres de base offertes au

programme qui debutera le 23 janvier 1978.


Dactylographie:
Cycle d'etude: 9 mois
Etude du clavier Presentation de lettres
et de tableaux Vitesse



Comptabilit:
Comptabilite franpaise et americaine
Cycle d'etude: 9 mois ,



Anglais:
Anglais parle et commercial Usage
des melhodes audiovisuelles

Cycle d'etude: 9 mois


Stenographie:
Cycle de 9 mois,





Les course auront lieu du lundi au jeudi.
Appeler sans tarder le
2-4755 ou le 2-3508





La first school

la ou commence


votre success.


.-* .ai .r I


A ce mime centre, il y au
ra vendredi 160. la r prsen
tal on de avec 1amours>s 'Alfred Mus-
set avec la Compagn e de
B o b L. Mo'tas. CEtte
jeune troupe de theatre,
group en majorlte dea d -
plom cs du Conservatoire
National d'Ar, dramat que.
D'un autre cote, il y aura
drux reprIses l'une au Rex
Thefitre, la ptice Trou Fo-
ban de FrankCtunne le j u
d' 15 et ce'le dp Langu chat
te Racine Libiti au Col se,
a Carre.four. le Vendr-di 16.


La sema ne est done char
gee d'act vites culturelles, at
les ntellectuel, ks amants
de l'art auront vra mlnt le
cho x d fficie, et c'es t tant
micux pour la culture hai-
tienn .

La Secretaire et
la ,Bundeweh,,

BONN (AFP)
Une simple secretaire,
trop libre de sc- mouve-
ment' et passee A 1'ennemi,
va ptut-etr, obi gcr la
iBundiswehrl ouest-alleman
de a riviser ensemble de
son d'spositif do defense.
Au course d'une conferen
ce de pre-se lundi a Bonn,
le Capitaine de va sseau
Kurt Fi'-cher, porte-parole
du Mnistere Fed6ral de la
Defense. a confrmi que
R-nate Lutze, 37 ans. emplo
yee au serve ce soc al du De
partement a pu cvsionner.
et vendre A BB-lin-Rst quel
que 1000 dossiers.
Ceux-ci conte.na'ent des
documents ultra-secrets sui
les 1 gnes d rcetrices de la
politique de defense les
plans de mobil station et
dispos't f3 d'al.rte de 1 ar-
m6e, des rapports d'(nq"1-
t,,s sur 1'dquipement et la
combativitd de la ,Bundcs
wehro, les points faiblfs du
potent el de defense, a'nsi
que des analy es confiden-
tielles de 1'OTAN sur bVs
armdes du Pacte de Varso-
vie.
Orig'naire de Brandebourg
(kDA) qu'elle a qu:tta 6
i'Age de hu t ans, avant
la foundation du dauxieme
Etat All'mand marie
un fonct'onna re subalter-
ne du s 'rvice des arme -
ments nd en Pomdran e
Renato. Lutze ava!t subi u-
n- cnquite pril m;naire ser
rie du ( rvice de stcur tI
milita're au moment de son
(mbauche.
K'le avat galement itO
l'objet de vircficat'bn et
controls pdriodiques sans
jamals at rc attention
du conrrc-esptonnage. Quel
qii a" mo 3it i% son arres-
lar'on. nu Jtin 1976. une
n ,ituelle Cir'tqut 're a l ti etl
fIa re sir (lie. a la dean
de de son iper'eurc, 1.
HlbcitI Laabs. qui d '6ton-
i.a de sonil train de v;e
,iispendleux. Elle avail iek
une nouvelle fo!s lavee de
W. ,. oupe o '..et .A'.tenue


2I MARS AU 20 AVRiL
(BELIER)
Ce que vous p:nsez sera
auss"'mportant que la fa-
.on don't vous ag rez et rda
gorez. Contr6lez vou s'nti -
ments, montrez'de 'optlmls
me, laissez brillcr lIa of ii
le faut votre exuberance At
l'gard de la vre.

21 AVRIL AU 21 MAl
(TAUREAU)
Ne ta'tes pas dra monta-
gnts de oaup r.6res ot veil..
lez A ne pas mal juger au-
trul. Votre masvni-e inter -
pretat'on de leir actlv'td
peut vous donner une vision
fausse d'cs ah-7e

22 MAI AU 21 JUIN
tGEMEAUX)
Influences pu'ssamlurnt
favorable de Meicure. Vo-
tre pen:6e prompted et votre
don de t'rer des conclus ons
rap(des (ft exacts) feront
de cette journey des heures
m6morables.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER)
A un second rxamen du pro
gramme de la journey. vou,
reconnaitrez de-, d m nsions
nouvElles, a,n, differences
ignores de vous jusqu' cl,
advantage de nos ;b lits de
succ3. Procedez done a ce
nouvel exam, n.

24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION)

N'attaqurz pas inut le -
ment autrui s'il est ennuye.
a moins que c- so t indispen


vos relate on3 avec les mern Vous etes un ch"f e .n
sable,. Tact past culer cdan, dirigeant-ne Vou -a'.i.
bres de lautre rcxe. vite ls situation et -
vez amnsi souvent ,des--oi-
24 AOUT AU 23 SEPTEMBRer sibilite squvechn e
(VIERGE) trui Vous .tes doue p,.
Success cdans la g, stion dcs les chfrs et set 0 1 .
affa're- dautrui voyage. l es chiffres et ser pez 1
questions per onnc lies par- cier Incidemon"- C. d I
tIcul erement favorisees.
Sous les bonnti influences pour les mathemat' q a
de la journ.. vou accom- scule a ,gire p: ct
pl rez beaucoup,. culte d ag l
vous utin specul,in, -,
23 SEPT. AU 24 OCT vent heureuxc M.L
(BALANCE) prudent sur cf. pCa' ,
Fa tcs ce que vou, pjur confiance exce., j ri -
rez pour facilit-r l1s teaches die vlus entrailne'r tn .
ptofrssionnelles. Ne comp Si vou.-I drclltz (I7 i:1,
tez pas sur dc-. advantage; chois r les allff.Olrr; n i
Eupplementants. -t vous sc nance commCn rarr-r- ," (
rez surprise d'c c avo r plus Ire goutt vtilt r i
que prevu. vers l e t ho r'"'' c'v >-
24 OCT. AU 22 NOV. le plan dI 1 A ,
(SCORPION) veall p) rsnt ,'l "
Actyv'te nouv 1les et dr soc :ible, nlin. ;' n.
V. .-- i riT 1-iti t I r iv .




Samedi 17 Decembhre ,


uenrlere nepresenw r!.n

S D ild de Mode

COLLECTION YOLANDE MONTHS .

SAISON 77 78


AU



BISTROT


35 nouve'sax models presents Par

Lissa, Marie Jose, Jocelyne Flavia,

Flore et Nancy.


Reservafions : 2-1809



LIVRES ET LECTURES

MAITRES et PAhENTS,

Aidez enfants et 1eeves a mieux comprendre
et a mieux parler ie franVais

Quelle que soit la Methode de Lecture employee,
utilisez les supports de la Mithode ETTEDO Ce sont.
1'INITIATION AU FRANCAIS et ses jeux; coloriage,
loto... les nombreux livres de CONTES, HISTORIET
TES, POEMES, pour tous les Ages du primaire- ca-
hiers exercices et jeu1, Litilisables dans les ecoles
et pour c.Jeaux
Tous compor/ent QUESTIONNAIRES ET JEUX qui
encouragent comprehenlian et expression

Distribuieur: Maison H, Deschampsa
B P 164, Port-Prince, Haiti I


I IIIIIIIII. .. i .? TI.-. .


rgn x I


PartFran~ces Di-alro,


NIERCRE.DI 1-1 DFCEN1I1lI.


....... .. .. .


pour mnettre u-.pjl i. 1, iI
J t-s ,ii coi I S:vU p ,
fo's, de t rer (i,,, conrIIInt .
hat yes.

23 NOV. AU 21 oDC.
(SAGITAIRF,)
Rfrennez ders tcsidanct
dvagutr. Aye vosr ,,e yia
*efficace nnturf-:, orient <,
tre act'viti t vo !nit%0
dans des direct on. col

pas sans mot f
22 DEC. AU 20 JAN.'IrR 'I
(CAPRICORNF) f
Pen:e.: s6rl ii-es ,pmr .--4
acLonls serious s. Untr n-a,
naissa cn c in vscil I
na ssandc, Instiff sii : t it
s(,ra t lunc i llnitle arh
N'Essaye7 pna (1, ju.s" rr lTe?@
trous d: -' vt r o ;,n o
mu nts. IEllun t"- V,

(VERSEAU) ;
21 JAN. au 19 Fr.Iv |
Votre- (.sprttl .t f r i pri
clera t Jeti ls

late. Crclt M.ii r -r h ti
se gn ita tr isi 'i t Ii, ,-)!
s g-tcntio l iart H-t '!. r"

20 FEV. au 20 MARS
(POISSONS) :
Conflance een sol Oa. op,',-
mi 'me stilnlul.. Cttrcht it
une mellleure nte'n, ao,.-
vos partenaires Traiv:,t. ii
sirieusement Des die :i, .*
seront ncensarees p;,:-r
vous assurer des g.,

SI VOUS ETES NE
AUJOLrRD-HIUI




wIUPI 11 low1 "0.1I. -


DAYLAX


Laxatif au chocolate, Vainqueur de la constipation


Nouvelles d'Amerique Latine


ia -ii I Oj l4 4llt
t A 4.o. k I op4sVNI i~ te





ita d"s suci-
4.0. cl, dldiv
i5jO I 'ii MIrn fle C'et
lsadone af.
-einhor"Cr lLa
4- joper ilenoceA


mue cronsiquence non disi-
re do la gurro*.
x x x x

AMNESTY
INTERNATIONAL
E:T iLENLEVEMENT DE
DEUX RELIGIEUSES
FRANCHISES
EN ARGENTINE

PARIS (AFP)
II y a un eopoir de retron
ver salnes et sauves les
deux religieuses frangaises


enlev6es en Argentine leis
8 et 10 d6cembre dormers,
a estim6 mardi M. Michel
Puechavy, un des responsa-
bles d'sAmnesty Interpatio
nals. .q '

Dans une declaration fai-
te t la radio (( France Inter),
M. Puechavy, speclaliste de
l'Amerique Latine dans cet
te organisation, a indique
que cette possibility depen
dait beaucoup md'une pres-
sion du gouvernement fran


cais) aupris de Buenos Ai-
res.
Les deux relogieuses, de
1'Ordre des missions etrasn-
gOres, avaient et6 enleviel
par des inconnus arms qui
6taient venus les chercher
dans leurs communautis
paroissiales.
Selon M. Puechavy, on
peut estimer i plus de
10.000 le nombre de person
nes porties disparues en Ar
genuine.

ENLEVErIENT D'UN


nos-Aires,. Indlque-t-on de
source autorisie it Paris.
De mtme source on pr6
else que le gouvernement
est intervenu aupris des an
toritis gouvernementales ar
gentines pour que toutes les
measures soient prises pour
leur liberation.,
Les deux religieuses ap-
partenaient a 1'ordre des
missions itrang6tres de la
mason mire de Notre Dame
de la Mohe t Seysses, non
loin de Toulouse (Sud-Ouest
de la France). Cette con-


Inonde, notamiment en, Ar-.
gentine, en Inde, aun Japon
et it Madagascar, ea une di
zaine t la mason mere de
Seysses,
I- Superiaure de la con-
grigation, Soeur Marie-Jo-
seph, a iindiqu6 que Soeur
Lionje et Soeur Alicia &-
talnt en Argentine depuis
de nombreuses anies. Soeur
Leonie depuis treote ans.
Soeur Alicia depuir dix ang.
Cette dernire avait pris la
nationality argentine. Elles
travaillaientt dans des corn


.;ooxoo soon0>D ga 2r DIRIGEANT PERONISTE gieuses riparties dans les LMonie &t
BUENOS AIRES (AFP) diverse missions dans le un collei
Le dirigeant peroniste ar
omgentin Alejandro Alvarez a
Nous avos demenage i enleve lundi dan un
bar du centre de Buenos N os M ots Cro
Aires par deux homes en
civil, a announce mardi sa HORIZONTALEMENT
.- \ famille. Un des compa- 1. Exagiration dans le ,T V ,
gnons, M. Ricardo Sanchez dtveloppement du corps
qui se trouvait avec lui a 2. Fleuve 6tranger-
S6galement ete enlevE. vent
M. Alvarez est i la tete 3. Fricassees de lapin g
de la tendance la plus or 4. Employer au maxi-
thodoxe du movement pe- mum terminaison de
roniste et est un partisan verbe
Sdonvaincu de la politi- 5. Oiu 1on fabr que une 1
S) C que de 1'ex-prisidente Isa- boisson alcoolisie
0 bel Peron. 6. Petites femmes 0-
xxxx rent
| U PARIS (AFP) 7. Bois on anglo-saxon-
PROTESTATIONS DU ne propre I
GOUVERNEMENT 8. Qui .e competent sur
hFRANCAIS is doigts
FRANCAIS 9. Reg me enleve de for vide u
L ie gOuvernement francais co 5. Sans
Sa glev des pro.estations 10. Grochet non rvil66e 6 Certair
aupres des autorites argen- x x x x 7. Giber
tines & la suite de l'enleve fusl
Sment des deux religieuses VERTICALEME'NT 8. Boileau

Nouvelle adresse francaises enleves i Bue- 1. Railleuse cialistes r
0 2. 0 seau sacred dans l'Anti 9. Peintre
I } ,c aaoo-o-. r,-n: quite dans le nom d'un nom
chef lieu, de canton 10. Legu
M a im 7L 7}'I 3. Nice' saires aux chasseurs souvent
J. M,. M axim, LI N GRIPPINO 4. Ancicn nom de l'Irlande nique

DIT NON HORIZONTALEMENT VERTICAl

Opticien Optomitriste A A 1. Aratoire 2. Omn'bus 1. Zootec
A im 3. Goatcamo 4. Ti (Titi) Ans,- bi
ue orbe 5. Encas -sien Abces --
98, Chemin des Dalles G R I P P E 6 Ce den e 7. Habite 7. Osmose
c! 8. Nuis ble 9. Etna pal besi -
. ...I... .. ,. g .. .. 10. Erne tasse bl1
'OEG S


' cLreuemnnes. Sour
ait professeur dans
ge.


ises


Vv Wi wf -


une net
valeur touffu I
nes 6toiles
que l'on chasse au
en fut un des spi
- funeste !
e hollandais pr6

imineuse r6sulte
d'une maladie chro


LEME'NT
hnie 2. Moineau 3.
oea 4. Ritualiste 5.
tin 6 Tua d6bat
8. Princeps 9. R6
- as 10. Emmene-


27, Avenue Panamericaine
^ --=9 "'Pctiona v aice --'


Achetez Haitien


ACh fazL& LES ARTICLES

FABRIQUES PAR


Les Produits


Nationaux S.A

PAT!S POUR CHAUSBUREB
CIRM POUR PLANCHMR



EN VENTE CHEZ

Elias Cassis


:-- --- _______----r rt-


2eme Tirage F L U 0 C A R I L"




Gagnants des primes



Cash de $ 250.00


1 71923 Maguy Maryland 2 60988 MIreille Cadet


Gagnants des primes


cash de $ 100.00


1 017 Niux Itc.llien
S37,7H Andre Chery

l9 10>1 Justin Cisar
((,a;p-IIaitien)

4 1!1 Albert Maudard

5 ;:377 Vaustin Charles

6045i3 tulx Blanchard

61053 Ernstz Constant
6 62541 Noro Edson

65225 Frantz Isidore

lO 67867 Antoine Sterling
(St Marc)


mand
12 70748 Yves Duret

13 72409 Yanick Eric


14 72992 Edriss Volmar

15 74413 Solanges Pierre

16 110897 Thedita Lingon -
di (Mme)

17 111853 Gerda Laurent

18 111903 Jean Praton


1 13763 Frangois Clerge
2 13993 Pierre Pierre Bury
3 16228 Emile Presume
4 17845 Gerard Saincyr
5 18977 Jean Charles
6 19454 Gallins Georges
7 20769 Edith Smith
8 21774 Myrtho Jean
9 22309 Laurette Benoit
(Cayes)
10 22384 Herve Marlino
(Cayes)

11 27856 G6rard Bias
12 28515 Ady Elias
13 31839 Ernest Chalvire
(Cayes)
14 36611 Emile Jean
(Petit Goive)


19 113296 Jean Toussaint Ma- 15 42967 Audius Regis
dame) 16 42988 Gerald Boulin
(Arcahale) 17 43399 Sylvera Pierre Jn


18 51407 Oscar Pierre
II 68281 Jn Robert St Ar 20 113923 Fritzner Belchair 19 57285 Daniel Casimir


20 57458 Joel Celestin
21 60748 Daniel Boureau
22 61006 Willy Jn Baptiste
23 62970 Tanger Sanodon
24 64981 Jn Robert Alexis
25 66445 Stuart Anderson
26 70692 Frangois Toussaint
27 72283 Obed Louis Jeune
28 72888 Jean Labady
29 74233 Igor Eugene
30 74338 Marceau Similien


1 14326 Celyny Bastien
2 16402 Daniel Joseph
3 17019 Elda Lavudant
4 18739 Ernst Monfleury

5 19231 Carbonel Pimantel
6 21533 Paul Destil
7 23541 Odain Jean
(L'Estere)


31 74634 Ernst Clavens 8 24976 Franklin Lapointe
32 100216 Mme Claudette Ver 9 26925 Raymond Sene -
na chal
33 110653 Narcisse Jn Philip 10 27153 Daniel Smith
pe 11 27193 Edmond Virtus


34 111868 Yvrose Mexil
35 112096 Joseph Tedistor
36 112446 Jn Michel Kerni -
san

37 113285 Serge Casimir
38 113319 E Jerome
39 113403 Roland Francois
40 113432 Cecile Gaboton


25
12 27978 Jn-Richard Joseph 26
13 28966 Jonil Charles 27
14 29034 Raymond Senecha
les 28

15 32699 Yolande Marcelin
(Les Cayes) 29

16 33061 Herv6 Jean 31


(Cap-Haitien)

36978 Herv6 Elie
36981 Lucien Jean
41289 Felix Jn-Guillau
me
(Jiremie)

43464 Honora Roseline
(Gonaives)

44204 Robert Dalce
(Port-de-Paix)

44521 Roberta Sanon
44576 Lius Jirome
44594 Antoine Lavruse
45094 Emile Etienne
47158 Harry Dijour
47358 Lecius Bolivar
48400 Wilson Theodore
(Petit-Goave)

49437 Renaud Clarel,
0 49885 Claude Jean


31 51426 Yvon Gervais
32 56254 Casly Widmark
33 56689 Ociane Damil

34 56808 Guerdy Lissade
35 57283 Daniel Casimir

36 57898 Thony Martin
37 59879 Edner Charlot

38 59911 Soeur Helene (S
Marc)

39 61057 Falante Cilus
40 61648 Gerald Rosemont
41 62509 Arsene Berthomieu
42 64364 Jean Claude Tous
saint
f3 615118 Max Isidore
44 66939 Louis Salomon
(Cap Haitien)

45 70772 Wesner Jean
46 70958 Mme Weber tass6


gue

47 70960 Mme Weber La-ise
gue

48 70998 Helene Pierre
49 71138 Joseph Jn Charlee
50 71217 Briol Paul

51 71660 Myrtha Adam
t
52 71661 Myrtha Adam

53 72105 Joseph Claudel
54 72328 Magloire Amilcar
ix
55 72631 St Armand Flori -
val
56 72769 Rodrigue Anilus
57 7285 Gabriel Bordes

58 72868 Alice Vilmi
59 73686 Serge Petithomme

- 60 112701 Alexandre Berlin


N.B.-- Un dlai expirant le 17 Ddcembre 1977 est accord aux gagnants pour rCclamer leur prime.


"FLUOCARIL"


VOUS SOUHAITE JOYEUX NOEL ET BONNE ANNEE


Gagnants des primes


Cash de $ 50.00


Gagnants des primes


Cash de $ 25.00


Gagnants des primes


Cash de $ 25.00


to o------po ^ *all -s dw -lLsZ-aIll11sL


PAGI


~acAr~.~dl~M-Ca~-rr~3NA~n~l~mM~CE~


;Jarrrr~-L- -~r---- _h~liQ~B~iih~\~kllYI1





L IT Jl_; niJ J, l h k .. .JL J LX


( qs a. l* tire nage)


t6ss 4ss. o aM niimfnae 45e pirsIB
to a enas oiles I hi entril -
loasa sii< jul, l >-pnti n ti ll
o5' *. m(wI- 55y0511 tln ti
^* (n<+ .*}!tm++f In+ i'illlln-


re smns eon faire... Vous)dl-
ilez qu, I'ldide vous Itait
VontiCe d'ouvrlr one galerie
lipar quoe eolles ql o citw-
lalent n'accuellilfalt pias
voltdilers les peintres mio-
dern'es, itn touristen (prin-


cipaux acheteurs) s-lnt6res
sanit prosque exclusivement
aux nalfe.

MJG.-- Evidemment, d'au
tres peintres confrontaient
le meme problime que.


RANDD CONCOURS


"VACANCES DE REVES"


DU CAPITOL


LISTED DES CGAKANTS


ier Prix (Voyage aux Antilles Francalses pour 2)
Gerard Leurebours


2tme Prix (Un week end pour 2)


im c a5555 Sanbouri


Charles Max Bauile


Geneveive Lahens


34me Prix (Maquette du Concorde,
KEi dal t R1 mailnt


4mn Prix

(Cendriers)
14".f,, Tticrhatdi


Ra o wn,dat Rouzcer
(ra rd atnaant

mlaer t'aerlle Edmond
M tirr ,ler SAntil
'rn rmndS


5eme Prix

(Porte cleEs)
* im 'PRIX (Porte Clefs)
i ,o r ti ,ivert
rirantl Jreph
hri linp ( earlier
Slutir Pran

Pa s k tI laq i

Mlar, ( armIlle Bastien
Marcmir ( a(nnave
N.B.- Plus un ticket
valuable p er tun
mois pour deux (2)


6tme Prix
(Cartes valables
pour 15 ours)
pour 2 personnel


Ilc'I t iv vic


Il I, na




Jian It 1, o' D Iit
Alfli Ilte ~ lIf


(.Hirle (,iitc ii
Je;%i Phlippe Cativl


Jcan Robert King
Jus'tin Holly
Jean Laudee Ch6rry
Fritz Duvivier
Carlne Jean

7eme Prix
(Cartes valables
pour une semalne
pour 2 personnel

Chantal Kuhn
Ralph Boncy
Narcisse Merone
Saurel D6pas
Raphaelle Cardozo
Michelle Saieh
Colas Ernst
May Chantiny
Majorie Rabel
Michel Lescouflair
Myrtha Durand
Ella Lescouflair
Marianne Lehman
Ronald Joubert
Georges Nader
Paul Gustave Magloire
Gina 'Joachin
Ralph Gerdes
Jean Robert Coriolan
Madeleine Gardiner
Georges Edouard Bordes
lhennk Trouillot
Erick Desrose
Joseph Azor
toselin (,Avin


S 8ime Prix
(Cartes valables
pour une seance
pour deux)
.ohane Saieh
Sieve Saeih
.liseph Thivenin
Kelly Delbrune
Itv;ynionde Rouzicr
(Grardi C Berrouet
Vves Alfred
Va(nva Berrouet
I)('bbie Saieh
Victor Mourra
OlgKa Mourra
Maryse .lean Baptiste
I,uc .lJacques
Iuer Slerlin
Marte AnGree Narcisse
llildegarde Reimers


Yvon Bernier
Marco Perque
Brigitte Aubry
May Chantiny
Emmelyne Drouinaud
Louis Boisvert

Raymonde Giraud Montas
Martine Aubry
Paula Aubry
SSuzanneVojel
Antoine Arcelin, Jr
Marjorie Magny
Garry Lherisson
Vicky Jean
Ulrick Pean
Gina Viard
Florence Viard
Yanick Theodore
Margareth Lercoine
Dominique Dumas
F61ix Dumas
Maria Ana Gonzales
Georges Dubuche
Merc6dhs Me Calla
Dominique Bouchereau
Pierre Rudy Gousse
Pierre Gousse Jr
Roland Th6odore
Fabienne Th6odore
Carl Henry Francois
Edeline Francois
Inette Myrthil
Frantz Beliant
Jeanne Bonbon
Felix Dumas
July Bonbon
Jacqueline Gauticr
Angele Deetjen
Florence Guerrier
Esperance Lemoine
Michelle Oriol
Serge Kuhn
Max Alix Cameau
Mildred Mevs
Rolande Valm6
Pierre Audan
Jean Daniel Desmornes
Jean Marie Simon
Bernard Rimpel
Edlyn Raymond
Henry Chatelin
Priscille Monosie
Yves Lyn Nau
Michel Nau
Fritz Thiesfeld
Josee Michelle Duvivier
Pierre Dubuisson
Margareth Lafleur
Marie Leslie Domersant
Ghislaine Jusme


N.B.- Les prix soni a retire au Capitol avant le 31

Dkcembre 1977; apres cette date, ils seront annuies.

o0orarsoooc r. c-racr.


moi et nous en discutions.
J'ai done pensi qu'une ga-
lerie d'art moderne en fHal
tl rendrd1it service &de nom
breux artistes. Un peintre,
ou' un sculpteur a besoin de
voir ses oeuvres exposes
et vendues. Cela lui done
confiance en lui. II a le
sentiment d'exister pour lee
autrds (c'est tres impor-
tant), d'avoir une valour
marchande qui lui permet
de se situer un peu mieux.
Evid6mmefnt, ce n'est pas le

fait d'itre vendu qui confer
re de la valeur i un ta-
bleau. IMais que quelqu'un
ait eu en nvie de le poss&der
et l'ait achet6, c'est pour
l'artiste le signed que son
message a f6t requ.
N. M.- A propos d'une
exposition du psintre Jero-
me, j)hcrivais : uSl j'6tais
peintre jconsid6rerals que
j'ai atteint mon but quand
mon oeuvre, cette chose sor
tie de moi, arrachte par-
fois peniblement, quand ce
morceau de moi a provoqu6
thez d'autres 6tres une sor
te de achoe en retours, la
rhpon.se la plus valuable d
1'acte de relation (in ssCrher
un monde & soib). Lorsqu'un
amateur achete une toile,
il est evident que ce choe
en retour a eu lieu et il veut
faira durer ce lien presque
charnel qui s'est cr66 en-
tre lui et. l'oeuvre... Mais
il y a aussi le cite mate-
riel de la chose. L'ariste
a besoin d'argent come
tout le monde.

MJG.- I1 y a des pein-
tres qui repugnent a se s6-
parer de leurs oeuvres. Ain
si Olivier... I1 est amou
reux de soes toiles.
N. M.- Une question que
je pose souvent aux pein-
tres : Est-ce p6nible pour
vous de vous s6parer de vos
toiles ?

MJG.- C'est souvent pe-
nible. Mais quand on sait
que la toile a et6 achethe
par un connaisSeur, un col
lectionneur qui 1'appr6cie
v6ritablement et qui y a
mis le prix pour 1'avoir.
cela procure une certain
joie.

N. M- Savez-vous gene-
ralement ce que dvient vo
tre tableau une fois vendu
ou bien perdez-vous toute
trace do votre oeuvre ?
MIJG.- J'ai toujours eu
la liste des acheteurs de
meos tableaux. Issa Saieh
me la procurait reguliere-
ment.

N. M.- Vous ne photogra
phiEz pas vos toiles ?
MJG.- Tres peu.
N. M.- Le peintre Lau-
renceau que j'ai interview
en f6vrier 75, je crois, me
disait qu'il avait des diapo
sitives de toutes ses toiles.
Et m6me, il en tire des a-
grandissements. J'ai pu voir
a Terre des Hommes (Mon
tr6al), au pavilion haitien
une exposition de Lauren-
ceau compose uniquement
de reproductions bhotogra-
phiques d'oeuvres eparpil-
1ees un peu partout.

MJG- J'ai oubli6 pas
mal de mes toiles parties
depuis longtemps. A l'ave-
nir je songerai a faire faire
des diapositives de mes oeu
vreS. ir 4
N. M.- Vous auriez pu
fire une retrospective de
vos oeuvres mime tres an-
ciennes si vous aviez des re


w "-,


La noblesse. la grace .

l'agressivite d un pur sang


4e PRIX .. d'un poney !


productions photograph i
ques. Je crois qu'actuelle-
ment laiphoto restitue blen
los coultues.


MJG.-. Pour une r6tros-
pective A 1'6tranger je pour
rai's recupirer pertains ta-,
bleaux pul squs j'ai la liste
des acheteurs.
N. M.- La chose eat pos
sible ?

MJG.- Anu a gains aLux
Etats-Unis. En Europe ce
serait plus difficile.
N. M.- Dans quels pays
avez-vous des tableaux ?

MJG,.- AUx USA, en En
rops, e Porto Ritoo, aux
lies Vierges...
N.M. Ne pensez-vous pas
que Ce seralt intiressant de
fareo des posters a partir
des toiles des psintres, ce
qui permettrait i ceux qui
n'ont pas los moyens de
s'offrir l'origina d'avoir
au moins une reproduction
MJG.- J'ai des, posters
de certain psintres. J'envi-
sage den avoir davantage.
N. MA.- Quel genre te
collectionneuis achite vos
oeuvres, le savez vous ?
MJG.- J'ai eu. enorm6-
ment de professeurs. Ce
sont surtout des intellec-
tuals qui achitent nos pem
tres modernes.

N. M.- Evidemment, la
peinture moderne haitlenne
est un cas un pen particu-
lier. Les strangers qui vien
nent ctez nous sont a la
recherche d'exotismt (sou-
vent fabriqu6 pour eux).
Ils d6daignent done nos
peintres moddrnes et pr6fn-
rent les naifss, franche-
ment folklorique. Mais, ac-
tuallement, il y a tout de
mume, je crois, une certai-
ne tendance chez les 6tran-
gers a s'int6resser a autre
chose ,qu'au folklore et m6
me une petite clientele hai
lienne se constilue.

MJG.- Moi, je veux pro
mouvoir notre peinture mo
derne. J'aurai beaucoup
moins de peintres naifs que
dans les autres galleries oil
ils forment le gros du stock
Je refuse 6 eniermer notre
.peinture dans des limits
aussi 6troites.

N. M.- Je me r6jouis de
volre initiatives. Je me suis
moi-m6me souvent insur-
ghe centre ce parti pris de
faire de nos ecrivains et de
nos artistes des fabricants
d'exotisme pour s(procurer
aux blancs, en qu6te d'6va
sion, le delicieux sentiment
de longer dans un monde
different)). (in thique).

MWG.- On dit que notre
peinture moderne n'est pas
typ!quement haitienne, ce
qui est faux parce que nOS
p:intres sont inspires par
la nature haitienne, par le
milieu haitien. Personnelle-
ment, on m'a souvent fait
ce reproche que je trouve
absurd.

N. M.- Vous 6tes un pein
Ire plutot abstrait...

MJG.- Oui. mais je trout
ve mon inspiration dans
nos couchers de soleil, nos
paysages. Meme si on ne
retrouve pas exactement ces
vouchers de soleil ou ces
paysages.
N. M.- Vous en avez su-
bi le choc et vous les res-
tituer d votre maniere. Vous
donnez A voir aux autres
en leur commusniquant vo-
tre propre vision des cho-
ses. Le peintre frangais Boll
nard en regardant une de
ses toiles otL il avait peint
un paysage aux couleurs
fort peu rhelles disait a son
ami Thadhe Natanson : sI1
faut mentir>. 11 ne s'agit
plus de copier servilemcnt
le motif mais de 'inter-
preter. Pour la reprodud-
tion textuelle il y a la pho
tographie. Mais la encore...
L'artiste photographer inter-
prete lui aftssi, et puis, il
y a les montages, les tru-
cages possibles... Le probli
me est le meme pour les
mislciens. Je reproduis 1ci
un passage de la Musiques de Roland-Ma
nuel et Nadia Tagrine qui
a trait justement A la ques
tIon :


La volonti syst6matique
de mettre -en valour 1'616-
ment populaire introduit
1'artifice 1i mme ot I'on
veux exalter la nature.,
(Constaitin Brailoin)

R.M- Ne droyfte vous
nas a u'en musique come


guiseme nt *ml Wnirsehrey
Voyte Cha.pin, 11 t pole.'
nais comme ii respire et
chest ,peutftroeto plt u
grand, et en ,tout cas, IBe
Splu's uiversel des mustolensl
dits natiotaux.
N. T.- Je youth accord
que ce qui falt la valour
du muIb'cen national, c'est
molns t'autniantleiti de sea
sources quo 1'aulhenttitd%
deo sa compGsqtions Un Cho-
ptn, un Moaussorrs8ky, et a-
pres eux un Falla, un Bar-
tok, nous laissent un temoi
gnlag& authetitique parce
qu'lls 'sont d'authentique
composlteurs.

MJG. C'est evidemmenf te cas
en pointure. 11 s'agit d'etre
un authentique peintre. Nos
modernes nWont pas de r6pu
station intsrnationale. En
los achetant, les tonristes
ne peuvent pas consid6rer
(Voir sutF paga 8)


Lisez bien ceci!
QUAND LA GRIPPE VOUS MENACE, QUE FAITTE
VOUS ? VOUS ACHETEZ DE LA VITAMINE C QUAND
CETTE GRIPPE EST ACCOMPAGNEE DE MIGLRANE -
DE FIEVRE ET DE CUORBATURES. QUE FAIIts-
VOUS ? VOUS ACHETEZ DE L'ASPIRTNE.
VOUS ACHETEZ DONC DEUX MEDICAMENTB.
QUAND MAINTENANT VOUS AVEZ A VOTRE DI1-
POSITION UN SEUL PRODUIT QUI COMBINE .LES (
DEUX ACTIONS ? QUE FAITES-VOUS t VOUS L'A-
CHETEZ TOUT SIMPLEMENT.

SEDERGINS
CONTRE TOUTES DOULEURS ARTICULAIRES
MUSCULAIRES, DENTAIRES, RHUMATISMALES.

SEDERGINE
EN COMPRIMES EFFERVESCENTS.
J' f 5*- J.PO ..-. 'J.,. f, ,, .


Irr(PT i a l-KA k r---ij


NOEL 77


PAYEZ VOS JOUETS 20o/o


I MOINS CHER


i en prisentant votre carte d'acheteur priviligie


AUX CENT MILLE ARTICLES

POUR AVOIR CETTE CARTE; VOUS N'AVEZ RIEN A PAYER D'AVANCE: ELLE
VOUS EST OFFERTE EN SIGNE DE BIENVENUE SI VOUS VENEZ AVANT LE
15 DECEMBRE VISITER L'EXPOSITION DE JOUETS ET CADEAUX


AUX CENT MILLE ARTICLES.

AUCUNE OBLIGATION D'ACHAT; MAIS UNE FOIS EN POSSESSION DE CETTE
CARTE; IL VOUS SERA CONSENT UN ESCOMPTE DE 20 %


AUX CENT MILLE ARTICLES.

SUR LES JOUETS QUE VOUS ACHETEREZ A VOTRE HERE; A PARTIR DE
3MAINTENANT ET JUSQU'AU 15 JANVIER
EN PLUS; LES CARTES ETANT NUMEROTES; IL Y AURA UN TIRAGE DE
BELLES PRIMES ET VOUS AUREZ VOTRE CHANCE D'EIRE GAGNANT:



AUX CENT MILLE ARTICLES


le plus formidable rassemblement de jouets,

de ieux et de superbes cadeaux pour ce Noel 1977.

Sso s .smooCOt a moes co.co ccococoxc

1-C 1 ..'.C,-,=_ -- ,






ETABLISSEMENTS



RAYMOND FLAMBERT
Ill*


VINYL.-ACRYLIC


LATEX WALL PAINT


U LIN





....._ Espionnage / Grande emotion en RFA


(Suite de la ltre page)

ment a quatre Interpella -
tlons d'urgence des bhr6 -
tihsl-Dnocraies: L'oppo -
sition le precse de preciser
notammnent s'i est exact
que le Ministere a tenl6
d'empecher le service de
contre-eSpionnage d'inier -
'venir dans I'enquete et si
Herbert Laabs a-de!eni de,:
dossiers qui n'avaient au -
cun rapport direct avec son
Sdomaine d'activite:

Supirieur hierarchinue de
Laabs et de Renate Lutie;
aux attaques de es adver-
Georg Leber. sera expose
saires don't certain n'ont
laume a pu s'introduire
pas oublie ue Gunter Guil
dans 1'entourage du Chan-
celier Willy Brandt grace
S la recommendation de
1'actuel Ministre de la de
tense:
xxxx

PORTRAIT D'UNE
ESPIONNE


STihe Aitrcana

Vendredi 16


Buffet Cocktail


^RICAIRD
'J. s -


"LiT temps travaille

p our nous"
kSirre d, la lire pa.^e}


r sitmm.par

an ta ient de




r, r ,f ftIure. ra
ji rIc de fra~il
cTrot-
vou,,lu tire
aiv oe lenntI6

aprofonS I e
A, t 't fuu. i I
a r ;iijfrjc on05-
1 e, nnoeatleuic.


i tctif qiti
-rt hla iT vIer ilis-tn

I alt f r trr r tit t
I ,510 1.a l it is-I :
il ims-od li-


ble de conferences).
La maitrise du metteur
en scene va encore faire ba
ver ceux at qui la direction
de plusieurs acteurs non-
professionnels pose de si
gross probltmes. Mats il est
vrai qUe (Les 400 CoupS)) et
a1 Enfant Sauvages 1'a-
va'ent dijd pr6pare pour ce
film qu'il dit avoir reve de
fa;ire pendant pres de 20


Le m6tier dans une main,
l; sensibility dans 1'autre :
une veritable lecon de ci-
nema et d'humanit6. Dans
touted une richesse de de-
tnil et de elins d'oeil; en
touti simplicit6... Faudra-
/-il allendre m'illeur et
dliff rent pour la prochaine
foi< ? On pourrait conclure
aver Gilles Jacob : (Le
Temps pour Truffaut) en
pregnant soin d'aJouter : sEt
Truffaut travaille pour
nous ... ))


"Belles, Belles, Belles...
ozuite de la 1re page)


av:c les int6ress6s. Du tra
vail plannifie.

lyautre part, 1'6tonnante
inspiration et la maitrise
technique ach1vent aussi d
d6mystifier, s'il en Stait en
core bsoein, cette curieu-e
croyance populaire qui vou
lait que les privileges de
l'Art Photographique soient
reserves a l'quipement so-
phistiqu6 d'6trangers super-
dou6ts. Le photo club rivait
de (promouvoirs cette nou-
velle discipline chez nous ?
Son talent est devenu une
concrete r6alit6 de noire
milieu. Et depuis trols ans,
le nombre des amateurs n'a
cess6 de grandir, nous en-
courageant a croire que cet
art qui occupe une place
primordial dans la cultu-
re contemporaine est Sur
le point d- gagner ses let-
tres de noblesse dans la n6
tre.

11 Eerait vain d'essayer
de citer ]es meilleures o u
vres ds cette selection car


L'Ecole de Commerce Julien CRAAN

AVENUE CHRISTOPHE ET RUE 6

Inaueure a la rentr6e de Janvier les Cours suivants :
1- STENOGRAPHIE FRANCHISE GREGG, de Jan a Aofit

2- COMPTABILITE AMERICAINE:
a) Cours Intensif (ler et 2e cycle de Jan b, Sept)
b) Couts SemI-Intensif (ler cycle de Jan IJuil)
(2e cycle d'Aoftt & D6eembre on d'Oct 78 & F&v 79) \

E 3- DACTYLOGRAPHIE BILINGUE (Oours de 3-6-10 mois) I
4- SECRETARIAT COMMERCIAL (Frangais)
5- ANGLAIS USUEL ET COMMERCIAL
6- IBM KEY-PUNCH J

RENIEIGNBMENTS ET INSCRIPTIONS: tons les ours sauf Ie samedl et les i
jours fhrit & 'ISCOLE DE COMMERCE-JULIEN CRAAN, Avenue Christophe et
BRe 6, de 8:00 da matin ft mdi et de 2:00 & 6:00 du soir

I..anam.. ^- --- -a.m- e. .. ..i r i ...on^ -o e,, xoxiiimi im-Mi-nnn


la lite serait longue et dif
ficile a 6tablir. Ce qui rc-
tiendra notre attention,
c'esit plutst la valour du
travail collactif regroup
en quatre themes et dent le
plus important aRechercheS
et Abstractions) reCueillera
peut-etre le plus grand
nombre de suffrages.

Le Photo-Club d'Haili ne
nous demand en change
que notre pri-ence, nos crt
tiqques et nos suggestions.
Nous attendons d6ij avec
impatience ses prochain.s
initiatives.
G. F.



L'URSS devra
prochainement
importer du
petrole estime
un Institute
Anmericain
WASHINGTON (AFP)
L'Institut Amtricain log cal Surveys estime que
l1Union Sovittique devra
probablemcnt importer du
pdtrolo dans les procha ne3
annees comme 1'avait affir
m6 il y a quelques mo's
la CIA (Service de Rensei-
gnuments).

Selon le dern'er rapport
de <(Geological Surveys. pu
bli6 dimanche les reser-
ves petrolleres du Bassin d,
S:berie Occidentale e t'-
mees a 48 mil1iards de ba
r'ls sont pratOqnement inac
cessiblea en rayson du cl!-
mat polaire de la Toundra
Cette region qui a deux
fols la supcrfic'e de l'Alas
ka est en outre situ6e a des
centaines de kilometres de
l'Industrie et des roffine-
ries soviet ques, souligne le
rapport.



AVIS
Dans le but d'effectuer
certain travaux sur le r6-
seau de distribution; 1'Elec
trieit6 d'Haiti informn, son
aimable clientele que le
courant ilectrique sera in-
terrompu dans les zones
suivantes :
Le Samedi 10 Dicembre
1977 de 8 heures i Midi
Le Lundi 12 et Mardi 13 de
8 heures A M AI 1 h 30 P M
Avenue N; de la Rue 4 k
la Rue 7
Les Mercredl 14; Jeudi 15
et Vendredi 16 Dkeembre
1977 de 8 heures A M a 1
h 30 PM
Avenue Christophe; de la
Ruelle Cameau au Pont St
Gerard Rue 5 La
Fleur Ducheine; de la Rue
Capois a l'Avenue Christo-
phe Ruelle Roy; de la
Rue Capois a I'Avenue Chris
lophe Ruelle Waang; de
la Rue Capols d l'Avenue
Chrihtuphe Rue 6 Ave
ne@ Boyer; do Pont St GA-
raud ia la Ruelle 0 Ave
nue N: de la Rue 7 & l'Ave
nue Boyer Ruelle 0
LA DIRECTION


BONN; (AFP)
Renate Lutze; l'espionne
qui fait trembler les plus
hautes instances du Minis-
tere Ouest-Allemand de la
defense et los 6tats-majors
des partenaires de l'OTAN;
est une grande et jolie bru
ne de 37 ans
Arretee depuis un an et
demi en mtme temps que
son nmari Lothar-Erwin et
un troisiime agent; Jurgen
Wiegel; elle attend en de
tension preventive l'ouvertu
re de son procis qui coam -
mencera sans doute au prin
temps de 1'annee prochaine
Rien ne permet de dire
pour 1'instant si la belle
espionne a us6 de ses char
mes pour gagner la confiian
ce de son chef direct; Le
Directeur du Departement
des Affaires Sociales au Mi
nistere de la defense Mais


11 ioemble $tlb^f qulolie con
haltlait la oOtlbinalsOnt du
coffre-fort contenan-t ls9
documents seatets et lu'el
le av it r6ussAl pfeildre
leS i prelirnee des quatre
cl qui permettent de i'ou
vrir Lors de son ar'esta -
tian; elle t ilt en possess
ces els

Pourtant;, quelques .mag i
avant la decouverte de l'af
fire d'epionnage: Her -
bert Laabs; le patron sans
doute frop insouciant de



Maux d'0stomatn


S RU -


Laissez fondre
2 surettes
.Ti Madams
dlans un 1/2
verre d'eau
abase de Menthe


Renaie Lutze; I avalt conqu
des soupctns & catne du
train de vie ttorp dispen -
dieux de an Jolle Secr6taire
L'enqulte du M A D (Serri-
ce de contre-esplonnage rm
litair6) ne donna auctin r6
sultat

Renate Lutze; originaire
de l1randebourg (Allerna -
gne de I'Dst); itait venue
i l'Oudst ita i'ge de 8 an.
avec ses parents II eat done
difficjle de faire croire earn
me le voudraletnt crrtains
commnenkatj1ur; qu'elle a
valt etM envoyie en RPA:
par les services de rensei-
gnements Est-Allemahds
avec une mission precise:
"En-tevanche; ason maria-
ge avec Lothar-Erwin Lutze
ne comme Mie en 1940 A
Schneidemuehl (Alletna -
gne de 1'Est); n'a peut Lre


PM i Ir tl failrunin IhatrA
En effel; jIr ine Muris
futl einbauth an Mihlt*le,
de In difrner quiriquir
maln plus itrIs rfr re n11
miandaionfllni rniblel- it de
Herbtert I.tab.. Ir palr [
fd sa lernme: e r iferit a.,
l)epartenrnt dIr 1 ianme
meant


tie fa 'llfr-%s -rje t. inwat
te% POur leur ,,perAl..n.F4
En effect; l'rnqirt- 4 e'I
bll qi l'li ern nen4i rnt d .-
eux cert.ains ril. terL- ,r .
les photocnpier la noi
Coblence; rite leurt de reseau: Par la awute. ti
choses devlnrent avre*
plus simple : R entat I't
se obtint de son chtef nli
tallatlon d'une machine A
photocopier do ns san pra -
pre bureau:


ELE PAVILION

S335 Blvd J. J. Dessaline


VOUS OFF"RE

la meilleure marque


o_+, _de TV Americaine











Noir et blanc et


/ couleur jusqu'aI

25 pouces

S- -Tel. 2-2318




a D,


Jeudi 15 Decembre

UNE SOIREE DE


MUSIQUE HAITIENNE


AUTHENTIQUE


Lionel Benjamin

dans son tour de chant


en exclusivitM



AU BISTROT

Reservations : 2-1809


ers


ConQue pour une security

et un comfort entih


















AUTO ECONOMIC S.A.DELMAS.


L1 -Lr i I _-W+ --


L -_~h~m-~~-~~~-IR~A--;~~~D-~Sr~YR(~U=~L~


B ---C-P-P-~ ~--slBI~-----~hl-~-sliif8~-


. .. .. .





DFMATN 8OTR


Lacossade pourra t il


pieger le Violette?
illalnd lco.imade parvieo Quo peut Roland Lacossa
lisi I 1 ? do ? Avec son otempera-
in-nit, ses qualltes de me-

It It1ri i4ialtour Roland vant tout creer un nouvel
IaI.,atI vutil tLentor Uon at d'esprit parmi les joueurs
ondi c >oti)) ; placer ic Ha Mas quand ?
itty II'iirtili t11nns le lot des Des dtma n centre le Vlo
li a piui1"ts dui champ on lotte, le public scrutera les
Iat faits et gastes des Kdiables
rouges* afin de d6celer les
l. -n'u i t ( ta (ille. Mal muoindres maniftstat.ons de
! i t+ effortsrts Z diI son presi- renouLveau.
a, n r iv I) Serg- Conille, Ie C'ost peut Utre une bonne
ilt% it % rlir.w alds na jamnals chose que ceti: experience
i.il tipte delin.t vIl mnt a se fasse contre un grand du
,ric it pl ollndiurs du clas champ onnat.
, t11 M InI I le rccrutt-
,t dit deux joueurs etran Brillant vainqueur du Don
, re i litn Barbosa et Bosco (3-1) le Violetto tient
t non i Carr no) n'avait ctpendant a oour.uivre sa
i. t pour mod fIer la march victorieuse... Malgre
.1. Roland Lacossade.


1IM IN SOIR. AU STADE: VIOLETTE BACARDI

Un jeune face a un veteran


It p SVrbc a la tete
SV t Roland Lacos
.. Ii' u de Cedric Ca
,i, c du Bacardi
1.. : veteran et un
.;; ;t t 'c, denm a'n


: prurri enor-
-,, : iir t~p tsed r uine equal
, : i >, rc'lurc -t beau
i p i xperiml ntee et.
: dota avoc uine v:c
i- ,ti Donll BosCO do
'--,. \. -1 dans la

S d q;r nr connait
." ." tr'p bien ses


joueurs, aura certainement
du pain sur la planche face
a un adversaire aursi coria
ce. Le Bacardi posstde en
effect une formation tres jeu
ne qtu n'a pas fait grand
chose jcudi dernier devant
1'Angle Noir, con tombeur
(1-3).

Le Violett! part done favo
ri pour cette rencontre. Ma's
pour les diables rouge>. rien
nest Incore d II y a aus
si I ncertitud- du sport.

La rencontrP sera dirigee
par H-nry Beaubrun.


Football Interscolaire


l proiraimmli pour ce

1 A- .S', de Sylvio Cator :
V' tdreca. a 2 heur(s : O-
:. S liomnia d'Aquin.
( r,, .,V S" Paul
S: .r,- 30 Beaubrun Ar
(!, Mir'in Luther K ng
S,,tin d a 2 1nre- Cadet, :
C(,iN,,v de Port-au-Pce -


Charlemagne Peralte
a 3 hres : (Cadet i College
St Yves Fernland Prosper
21 Au Parc St Ther.se (Pe
tion Ville)
V(ladrfdi a 2 hr(2 s iCa-
deti : Lyce- Firmin Col.
O wald Durand
a 3 hrs iCadeti : Lyccee
T. Louverture Col Fer-
nand Prosper


I -.i --- RFWFF^' `lrli1 --rr


A PROPOS DU SEMINAIRE POUR ENTRAINEURS

Piontek nous en parole
A l'intention dzs po.tu- D'autre part, an Don en-
lllf- Lr~nnr Ptcil~ ta~~d do- errpamp


lants unerasneu
a


euiLra.neurs encore inexperi-
nmnnte3, dts semina.res dir.-
ges par l'entraineur alle-
miand Joseph Pionetk seront
organises dans nos principal
les v.lles de provinces. Ces
stages debuteront la semai-
ne procha-ne dans la metro
poie du Sud. Piontek que
nous avons rencontre hier
soir en degage pour nous
l'importance et communique
son plan de travail :

j'ai deja propose ces sta
ges depu s longtemps. Je
crois que c'est un travail de
base tries important parce
que le club a besoin d'un
bon entraineur pour une, pre
paration valuable de ses
joueurs tout le monde sait
qu'on n'a pas beaucoup d'en
trainers qualitfes On Haiti.
Ils sont done inusffisants
pour effectuer un travail de
base regulier a travers le
pays.

J'ai deja -)repare un plan
a ce sujet et je suis ainsi
pret a d r.gtr des stages d'en
trainers suivant les pos i
bilites de la Federat on. Un
seminaire de 2 ou 3 s ma!:-
neo par exemplei qu- debou-
che sur d's examnen de qua
lification pt uventl se derou
lhr en province

Pe-ndant loute la duiee
des cours on potlira tl d I
,nst nible qtcltlqh ues lIhri]t;.<
sur Ir footbit ll i ;atll (rt
du Ji ul, 1 organ' ii .l i l t
nmethod- d (W 11' i n* vir nt'ii I.
d r(ctlon d une quip [ ,
]y. d unt rtn onthic c t I at
sl 'atilllet silll, ii (I tt n' it'.
salire ( dM M ;I'' don-
ne que lt, delay: ili 'il|) i clsf
ass' z court 11i sit titout a la
nornima qiue t- i (hllm, *t in
serontl pa- devrloppesi a tllnd
pour 1- intomin;t


de possecer ceraines
tions pieinminaiies
Meacc n- sport.ve, e
Lat on Ode joueurs, pa
c'est pas reguneremeo
pourra retrouver a se
un medecin ou un ph
rapeute lorsyqu un
est blessed au court. d'
trainement ou d un
Done pour ces sortes
ges j'aurals voulu ui
cin port f awc mo ol
surer aux entraineur
course sur la medeciu
tUve.
Comme autre col
teur, un arbitre ni
pas de trop, puis qu
trameur doit connalt
si les regles du eu0
franc, hours jeu etc...,
sures du terrain qui
cessaires du point de
tique. Un entrain- ur
voir tout qa en vue0
ner une certain ed
une certain? cl.ciplti
joleurs.

Compte toenu dt',
tanc s du nmiioment.
rail moi men-.' dan
sure du pos-.ble dii
c rtailes notions d
gt et d lmOed't list'


i i dtl -i llo s (At di e IeI

Vaux p I t t' ii rt I1i1',




t I r t .1 it -
S 11-tt i i
It ,1 i r0 a,11 l .1 l -
i n dt, ilic 1 '(1 1 11 X
piurra orgi'ln.sii'n':, in


I- crarw--


Le Don Bosco


fixe sa position


s no- Messieurs les Membres du
sur ta Bureau Federal;
aiuimn- Messieurs les Membres de
rce que la Commission des Con -
nt qu il flits;
es cotes
iys-othe Tout en vous presentant
joucur nos bien sportives saluta -
un en- tions; nous vous prions de
match. trouver ci-inclus la some
de sta de quinze gourdes (Gdes
11 mede 15:00); valour require sta-
pour as tutairement comme caution
rs des pour les cas de reserve
ne spor
A notre grand regret;
labora- nous nous empressons de
- serait confirmer les reserves for-
'un en- mulees avant le match
,re au5- "Violette Don Bosco) et
coup portees sur la feuille de
les me match en presence de 1'ar-
sont ne bitre et du capitaine du Vio
vue tac lette notre capitaine Ber -
doit sa nard Alcin
de don-
ucation. SERGE CHRISPIN N'EST
ne aux PAS QUALIFIED POUR
JOUER DANS LES RANGS
DU VAC POUR LES RAI-
c rcons- SONS SUIVANTES :
j Lssaye
s la mu lo- Au mois d'Octobre
nculquer 1975; Serge Chrispin a si-
arbitra- gni une demand de licen
sport.v' ce pour le Victory et a jou6
plusieurs matches pendant
Sa la slison 1975-1976 pour ce
i ii aIs dernier club De ce fait; il
etlai qualific d'office pour
le Viteory durant trois (3)
.oaisons portives c'est-i-di
h kra re 1975-1978; (Page 20; Art.
',tt i 37: A rt 47)
'tilt t 2o-- Serge Chrispin a
I t i chaiig doe club en Septemn
d lbre 1977 7a I'occasion du
c'hlapiiitonna de la Coupe
S adu 22 Scplemnlobre stils avoir

S l iclory
'' 5 ut otdo ii ii i abortion die

di ta ISo- le Secrlariat de la
Fl tiin a jainiis reiu une
liberation du V}ctory pour

MARC BATAILLE NOUS


Serge Chrispin en favour
du Violette Le Violet-
te a done violt les Statuts
pour n'avoir pas attache la
liberation du Victory & la
demand de licence qui a
6te6 acheminoe en Septem --
bre au Secr6tariat de la F6
duration Haitienne de Foot
ball: D'ailleurs; cette lib6
ration n'a jamais W6t obte-
nu selon les propres ddcla
rations faites- tant en notre
presence qu'en face du Se-
crttaire Ex6cutif de la
FHF par le President du
Victory I11 est opportun
pour nous de citer 1'Article
49 qui figure a la page 23
des Statuts et Riglements:

4o- Le Secr6taire de la
FHF de 1'epoque (Monsieur
Trouillot) a done 1'ordre
precis au Secretaire Execu
tif (E Coicou) de mettre de
cete les Statuts et d'inscri
re Serge Chrispin libr6r ou
non pour le Violette Que
1'on ne dise pas Secretariats Les Statuts
sont formels: Un Secr6tai-
re General est personnelle
ment responsible de ses
faits et actes; il ne peut
en aucun cas engager la Fe
duration sous sa responsa-
bilite (Page 14; Art 29)
S'il outrepasse ses pou -
voirs et comment des accrocs
aux Statuts; c'est bien aux
risques et perils de ceux qui
les ont sollicites: Nous a
vons eu a informer le Comi
tc du Violette avant de jro
duire nos reserves:

5o- Nous nous permet-
tons le vous remercier pour
votre ((fin de non recevoirs
de nos reserves formulees
le 22 Septembre Acoule
pour le meme cas Raison :

(Voir Suite page 8)

A DECLARE


Le Bureau Ftddral a con
firm& la qualification de l'a
vant centre Serge Crispin
au V.olette Athletic Club.
Le Don Bosco de Pttionville
avait formula des reserves
a l'occasion de la participa
tion de Crispin au match
Violette -- Don Bosco.'

Ancien avant centre du
Victory, Crsp:n n'avait pas
renouvele sa licence arrive
A expiration A ia fin de la
saison 75-76.

I1 partait ensuite pour les
Etats Unis et pendant une
annee 11 defendit les cou-
leurs d'un club de Miami.


De retour en Haiti Ian-
nee dernimre 11 sollic.La ot s
gna une licence pour ie V.o
IetttE et joua pour ce club
dans Its competitlons doe !in
de sa son organlsccs par If
Bureau Feddral.

Aprts le match inaugural
du championnat de la zone
metropoltaine de Port-au-
Prince (Coupe Pradel T7-78
le Don Bouco a formula de l
reserves de qualification A
propos de la participation
de Crispin.
Ls dirilgents poti('t-
villois ont tenu a fairc con-
naitreo a nos lecteurs leur
position sur la question.


MAISON



Roger Dartiguenave

ANGLE RUES DES CESARS & DU CENTRE
B. P 233 Tel 2-0732

Depuls 25 ans Fournisseur de nombreuses maisons
de la Capitale et de la Province

METAL DEPLOYE (types divers) TREILLIS
PLYWOOD (toutes epaisseurs),- HARBOARD
FIL A LIGATURER BICHROMATE
QUINCAILLERIE DE TOUTES SORTES
OUTILS DIVERS (Marteaux mecaniques)

PRIX AVANTAGEUX PERMETTANT DE REVENDRE
AVEC UN BON PROFIT
jjyai~^^^oa~ss~BBi"^3^


JOYEUX


NOEL


t4A&AAAAA444SAAttAAAA A



M&me le P&re Noel le d/t:
"C'est un fait! les plus beaux cadeaux sont a DYiA MIC ENTERPRISES' ,


AAAAAtA4AsAAsAkA)A44AtAA4








DYNAMIC ENTERPRISES


Centre de Climatisation et Decoration Interieure


Tele1phone: 2-3057





-4A4A flA ZWSDfl>^taAS>39@AM LA4S>>>a44AA>4>.>>


d'entraineur
I1 CCnampo2nnat de foot-
l;vl d, S, Ma-' coImptant
pim.;r !a Coupit d Hast; se
p'o,i-' aav( c i-, problems

lItit'c\ te d Inancthe dtr-
tcr a St Marc Marc Batail
it It S&cretaire Gal de la
Ligu- .la.t i pnont sur la sl
t uatitI :

l- prob'imi :. de la L gue
do St Marc -IUSSSM, sont
vra mI n muti'.-pl- s. Tout
d abord au point d> vue tech
i'.ilquc tnou n< disposons pas
d ci'.ra neur qualifle tur pla
("I Nol,- p lnsotlis que, sul-
iant I]i Itnouv I0 opt que du
Bri iaLu Federal nous puis-
Si- Irouir utin nitralneur
\iabhi pour d.riger a corn
tlie (iil t'iln quo dio notre


El] u to all po nt de vue
itti-lri 1. s clibs so deme-
l nt du bec t 1 d' s ongles
p(tii equ p( vialabilment
I pl ir ;i\'ii i 'ill prepara-
I (Ii ;id t'quat I( i r ill I( cham
).t lili, I.' s 'equ ''iilm n -s
ow voie Ire, i ,hrs iaux di


* qualified "

rigeants des clubs et les re-
cott(s ne permettent pas d'o
perer ds rentrecs de fonds.
parcel qu'lls sont vra meno
derisoires.

I1 y a encore le problme
de cloture du terrain laquel
le merlte d'etre reamenagee,
car on ce moment elle est
en tries mauva:s etat. On
doit faire egalement gazon
nor le terrain qui a la lon-
gue pourrait otre utile a la
Ligue >.

xx x X

Objectif primordial
Le Football a la
base
I.a nouvelle orientation
que la Federat'on Haitienne
de Foot-Ball compete donner
au foot-ball haitien a 6te
plus ou mo'ns chaleureue-
mepn accue lhe par le public
sportif. Mais il faut remar-
quer que le programme Ata
jll ne touche qus l'organisa
(Vo r su'.tof page 8)


Selection juvenile
L;i ]d cclion juv6n'k dc
lootbni a slpourtiivi :'cs en-
tra w' mnits Or martin au Sta
(di Sy]v.o Cator Une V ng-
ltw ni de' Ji iun svu. ement y
onl ])ar(i li e in t raison des
xi xaincno scola ris de la Noel
rt roal iw< r la nimem perfor-
mance Imediorre. Mals sl
n itous ccrdoit plutolf une
attenlltt onl lolte special
aux .,i unes di 15 16, 17 an',
11 *1 toul ii :l 1 i normal d'cs
pt0r' r queilque chose de po

aLors di Ia fernceturo ddu
c(liln]p'(o111l mnd'r Colulf'e &A
P I-i t-P "' I.o.A dllons vral
lin it dc:u. Nous avons en
efflt pi )ist qu'avec Ce nou-
veau Burieau Fsderal, on a;-
latt pe.nser surlout aux jeu
net.

OBJECTIF PRIMORpIAL
LF FOOTBALL A LA BASE

Mal-. quand on n panrl de
larri't di' con ipl i'rtiOns Co
hlIres nou, avons deja prrs
.eUnti Ielimination d'Halti
.en 1982.


._ -tv
= LEOPRD












LEOPARD MOSQUITO COIL

Pour ceux qui n'ont pas
Id'electricite.

En camping, er vacances,

les spirales Leopard tuent

les moustiques sans pardon.

P Dominique Bailly

1 et Co Distributeur. Tel 20021

R En vente partout
My ocr; ,ty/////// /-


--
.,ZQ.sotn.~.tA.,..i....t,)..


Une histoire


de qualification


"A St Marc pas


II II II -. -- --


. duummu.-ft" I


.LEMONDEDESSPORTS


~rr/~jlC~%%7kr~c~c/~cC~C///~C~/~//~CZ//~A


%?i~,~t~e~~t;a~l~~~.~~


I






DANS NOS CINEMAS


SENEGAL
MAIllil 13 DC 1077
a ill Rh (1 1:0(0 et 1:51
lit5i' IA ET I.S F8FEMMES


tI ir li 0 Ilh el h G0 200

Itlm l fill8'1S I'tI11



RFEX THEATRE
MM 111t 11 DEVC 1977
I h no ih l 1,00
ith sith 10h 3, ct 5'00
"1rr-etiM lih Shi et 10h1
( i,00 eA 5i r00





tIlIni 13 DEC 1977
\ IrI (. CREOLE
>, I in i 2.:00
1 11 cr lIl

(." :' "e ,' 1 o00

Sx :: x

fp!nIxe Auto Cne
MMI)1 1 1)I:DEC 1977
i \\ i siVE[{
1 11lUmilt 1V
'Mcrcredi 1t 71h ci 9h S 2;50
II 11 I.EPiONE. PLEURI'



DRIVE IN CIKE
II 1IDI 1t DEC 1977

5 2, 50
111 mire
I' N 0MITTE EXPRESS
s t 0


PARAMOUNT
MARDI 13 DEC 1907
FLOSSIE
Tarif d,enr6e $ 1;00
Mercredi it 2h 4h 6h G 1;00
A Oh G 3;00
VICTOIRE A ENTEBRE

XXXI

ETOILE CINEk
MARDI 13 DEC 1977
Ai bh30 et 8h30
QUI A TUE BRUCE LEE
Entree G 1;50 et 2;50
Merredl a 86h30 et 8h30
G 1;50 lkt 22i E E
QUI A jtuE BRUCE LEE


CAPITOL
CAPITOL 1

12hl5 2h15,
4hl5 6h015
6 h 15 8 h 15 10 h 15
L'HOMME PRESS
Avant 3 heures 30
Entr6e 5 00
Apres 3 h 30
Entree G 8-00
CAPITOi 2
12 h 15 2 h 15
I h 15 6 h 15 8 h 15 10 h 15

LE DEPUTE PLAIT
AUX FEMMES


x x x Avant 3 h 30
CINnErRe G 3-00
CE PARC Apres 3 h 30
CIN l Eittr0e G 5-00


MARDI 13 DEC 1977
APPORTEZ MOI LA Th-rr,
D' ALFREDO GARCIA
$ 2,50 3,
Mercredi
TU PEUX OU TU PEUX PAS
$ 2;50

x XX X

MAGIC CINE
Mercredi 4h G 2;50 et 3;50
6h et 8h G 4;00 et 5;00
SECTION DE CHOC
x xx x

.CNCORDE CINE
MARDI a DEC 1977
LA MAIN DU POUVOIR
4h30 G 3,00
FRIDAY FOSTER
6h30 et 8h30 G 3,00

Mercredi 4h30 G 3;00
ADIEU MON AMOUR
GhO3 et 8h30 G 3;00
FRIDAY FOSTER


CAPITOL 3
Avant 3 h 30
Entr6e G 3-00
Aprbs 3 heures 30
Entree 5-00
Dimanche 12 h 2 h 4 h 6 h
8 h 10 heures

LA LIGNE DU FLEUVE
CAPITOL IV
LA MAIN GAUCHE DF
FER
12h lh40 3h2i0 5h.
7h 8h30 O10h
BLUE ECSTAZY OU LA
RAGE DU JOUR
Interd t aux moins de 18
ans
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5 00



CINE TR7t!:.SPHE
TRIOMPHE I

LE LAC DES CYGNES
$ 1,00 et $ 2,00
TRIOMPHE II
I,'ARGENT DE POCHE
$ 1,50 et $ 2,00

TRIOMPHE III
POUR UN AMOUR
LOINTAIN
$ 1,50
X XIX


tY 1 AUDITORIUM
MARDI 13 DEC 1977
MICHEL STROGOFF


W 3 T A H: DELIRE A%)EUX
S2;00

Pharmacies
assurant le service
S -- cett p nuit
MARDI 13 DEC 1977

Blv Jn J Dessalines
DAY
Chemin des Dalles
NOTERE D.AME
DU SACRE-COFUR
BIZOTON
PETION--VILLE
PETION-VILLE
Rue Flambert
MEECREDI 14 DEC 1977
CHEVALIER
Lalue
D. St JOSEPH
Rue Rempart
COTE PLAGE

ROUTE DE DELMAS PETION-VILLE

VOUs avez le choix e iR hA
Petion-Ville
ST-PIERRE
Place du Marche











$10.00 et $12.00






hCe sont les Prix d'une


Chambre pour


2 Personnes h



OUANGA BAy


Peit ddeune"- complete : $ 2.02 g*o prsonne

Deeuner comnlet t A.o%.s,. ersenue
Diner complete : 4.00 par personnel


- -. .-------"~

La diplomatic japonalse

ecoute davantage Moscou


TOKYO 'AFPP
La D plomar'e Japonalse,
en butte aux pressions de
la Chine et de 1'URSS, sem
ble depu-s le recent rema-
n efient m'nister.el a To-
kyo t, ni:r davanitage camp-
te de 1'op n on dE, Moscou.
M. Sunao Sonoda, MiniL-
tre Japona s des Affaires
Etrangfres, doet sa rcndre a
Moscou au ddbut de lan-
nde procha.ne et s'entrete-
nir avec son homoblogus
'ov'*tqu?, M. Andrei Grohly
ko. En revanche, ii a d6cla
r6 lundi a la press trang6
re a. Tokyo qu'il ne voya t
pas la n6cess'td de se retl-
dre A Pek n pour 1'Instabt
et qu'aucun calendrier nri'a
va't encore tA- f x& pour
la conclusion avec la Chi-
ne d'un TraitA de Paix et
d'Am't'6 quo rst (n instan-
ce depu's c'nq an!.
La question chinoise va
6tre d'scutee cftte' remain
a Tokyo oia vent d'arriver
t'Ambassadeur Japonais A
'P4k n, M. Sheji Sato. Le
Premier Ministre Japonais,
M. Takeo Fukuda, lui avait
en offet demardc de regler
tout ce quo pouvamt 1'tre
par la vo e d plomatique
normal avant les ultinet
negociations qui sont pre-
vues, selon la prfsse japo-
na'se, vers le 20 Janvcer
procha n aprbs le retour de
Mo cou de M. Sonoda.


AVIS


La press Japonalse est'-
me qu'une s nature devrait
pouio.r inutrvnir en mars
si les d'ffcult6s concer-
nan. la clause cant -h6g6-
monkic> peuvent tre apla-
n' COtte clause, ex'g6
par les chinois, v'se en par
t cul er 1'.URSS qui a m's
plus'eurs fo s If Japon en
Garde A ce sujet.

Citant drs sees>, la press japonaise
affirms que la Ch ne serait
d spo-6e A "e mfontrr plus
couple A cet Agard
L'URSS pour sa part a
la ss4 entendre il y a deux
s'ma:nes qu?, si la signa-
ture intervenait avec P&-
kin, lea pech'urs japona's
pourra'ent se trouwvr ex-
clus de la zone ihar'time
sovietlque des 200 m'lles.
M. Sonoda a prie'cise que
son Gouvern' ment voula t
Aviter tout malehtendu a-
vtc les deux g ants commu
n'ster. I a ajout gqu'il re
grettat le d fferend entire
ces dern.ers tl il a propo-
sA les bons otfic-s du Ja-
pon pour fac'liter leur rap
prochemcnt.

Tokyo cherclhe aussi a si
gncr un trait de Pa x a-
vec Mo cou. Les pourpalers
sur le sujet stagnant en rai
son du refus de 1'Union So-
vietique d'evacupr quatte i-
Ifs du Nord occupees de-
pus la g' rre et rnvendi-
quecs par le Japon.
M. Sonoda a reaff rm
lundi qu'aucuin compromise


Derebre-semaine en Haiti


de Las Problemas


Au Hideawey Disco Club

Reute sons station de Delmas


Le des Co it on Gen sea r c point tat blecce Showfime : Teus les sirs A par' de 11 h 30 P.M.
prIsse de rep,'uduore ci-de.-
sous, a1 lntnt:on des Soc e ec "Oo c o0
tes Conminleciala'- les d spo
s ln dI s A art eL 1 el 2 du 4
l) cri t du 16 cobre 1967.

* in d."i ii hai.Ll", t |it. ,t> uil l ci
isln U'i L l a Ocltiob udli
(i(I'Ill (e1 t sk t> Qit, oh>o iti
ii,, on .. dlion, FERfMETURE OFFICIELLE DUJ MAGASIN

Art rlI lIr 11 si t 'f it

......''" I"DANS LEI VENT"
'hlque acl d icit lu lu evN(
sop 's its 1 snin ''.>' i'ii aii'ri( S 55, Rue des Miracles
SIlln t ( lu Cominio'rce A cel I
enp c st rn alnii lx e une dt -

S........eC.eou Tout doit etre liouide avant les fetes
di t dans h I tnrsr t 1 o -
\ant I1" -i(Ilr l c par it i-1 -T.i n r
1 Adm nistration, orye m-.',aew w_,..w..ja..y,^ COCO...,os.s.ir. .os_<50a lo--sscos .accc<>o


La PFllel nio, t 1 t Tra de
]'re c:ar 1'.an cin strtal on
Gcn ral des C, intribution
qupe sr pro onic l, ni d'i rc-




pli .s ard n;tlll de So
ci(te Anonyr:'e asi'fIe ;it
or sera rir'a t ," nformom nI
laIn Lo ri dai1 h's autre
eas la Soc et Peatit vc sera
rayep d' r.c tr s d>' Com-
.'nerce confol imem n>t aux
d posi t:1ons .i- 1 artclep 2
idu Dcree du i2 Octobre
19617 Iir ;a is mat or.
P(,r'-au-Pr i;c 8 De-rem
br, 1977..
ODONFiI- FENF3TOR Av
D r. 'tclur G(ienia

Avis de Divorce
En execution du judge -
ment contradictoire du Tri
bunal Civil de Port aiu-
Prince en date du premier
jui lei mil nuif ceni soi-
xante dix sept; admetlant
leur divorce et prononcalnt
la dissolution des liens ma
trimonianx ayant exists en
tre les cpoux Amedce Bou
chereau la femme noe Lu
ilile Ernest; l'Officier de
1'Etat Civil de la Section
Est de la Capitale; a eu;
les formalities legales prla
lablement remplies; A
transcrire dans les Regis -
tres iA ce destines; le dis
positif du dit jugement; le
ving/ six aolt mil neuf
cent soixante dix sept:
Porl-au-Princc Ie 12 DC -
cembre 1977
Victor S PIERRE LOUIS Av

Avis Mat nimonmal
Jr saoussn'i(' Madame
1,6on Jacques 1ei6'O WI'I 1"
.rtOm d, JJ n propr (6talrc de
'oaurantl et dor i'c l 'e I D: I
mais dCclarc nil pil v(' ii p{it
nOral ce Ilo commerce en
partilleier nI tr' r plus crB-
ponsabei des acte, (t, iic -
Iinn d," mon (ponx le a!eur
LUon Jacques c'm'iuralnt. A
Dlma na de c'l', v lie pour
maliva? etra-ltrmenl, (n at-
Snidanil qu iin "i on on di
,orcen in ;s I iw li.
Port-u-TPr ,'. '.le 12 Doom.
bre 1977
SIgnce Mednmpe T. A n .1C -
QUES nee W 1', n' Jilim'c
JEAN ,_-


^aniJsjrjJia&-ja>^je ^C ~ UY cyaaah^j>SO1R.O. *^JJ.i^^^Jljr -J^XCj-J,"-


Vous attend pour vos achats de fin d'annee!







. Des multitudes de cadeaux chic, de bfin gcoat et originaux !



. Des ventes surprises, d'u ler au31 Decembre, iusqu'a 25 0/0 de reductoin



. Participation au tfrage de plus de 50 cadeaux, pour tout achat



cash de $ 10.


. Horaire Sp6cial du 10 au 31 Decembre :


9 heures a.m. -- 11 heures p.m.














Coles Plaa P tion- Ville



7- 03e98



Le choix, le chic et F'originalit a tous les prix


& Xu rYWrw$WS2OOS #ePsWW


r


1


- -,- p "- 6 1 lboomm..m."


4 AWLn -~~~~a~~~LY-~'IY











Salle 1


Carrie au


Deces de
M. Auguste
Edmond Paul

I.es Ponipes Funebres Pa
i t Pierre-Louis vous annon
cent I arrive d Port-au-
Irinc e Ide depouille de
'Monsieur Auguste Edmond
I'aul (Ti Gousse) decade
a New York

A sa Veuve nee Marie-
'Iherese Prepett at ses
lnf.ntIs : Monsieur et Ma -
(.tle Lesly Paul et leur
fille Carly; it Eddy; Marjo
lie; Karcn; Hanley; Jinel
I1'; Marie-Micheline Paul;
ss freres et soecurs : MonL
.tsur et Madamie Jean Ed-
nimond Paul; Ionsieur Hec-
tor )Dieudollne et Madame
nce (ilele l'Pul; Monsieur
Liouel Paul et Madame n e
I'.iula Paul; Monsieur Pier
re Landrin el Madame nee
.JequIeline Paul; ses oncle
,.I ante. : 3Monsieur Pompi
Paul; \euive Petion Fau -
heri sUc l.iis na Paul; Veu
%i. Denis Serres nee Vertu-
ict Pauil: Madame Jeanne
Hlihoil ses beaux-freres
ct bel I -sOeurs : Monsieur
c' Madanile Fritz Dumesle;
Mtionsieuir et Madame Ge -
rard Prepetit; Monsieur et
'Madiame Larry Ross; a ses
liieiiiX et l eces; cousins
(c (uillsine.: aiux families
iiiiiond Paul: Riboul; Her
sii iiliii: FrIrncis; Serres;
F.iuhrt; Pauyo; Momplai-
ir;: Sidney; Paul; Prepe -
t [n; Eric; Lerebours; Titus;
l..ndrin; Sines; Filippi;
Silephen'on: Silva; Candy;
Kernizan; RoBs: Dor; Guil
Slailln; Antoine; Lilanne;
Mercier; Labo.siere; Ney -
'iirre ; Linding; Dumesle;
Alphnii'e; a tou. les au -
tres parents et allies; MM
Pierre-louis et Le Nouvel
liste adre'ssent leurs sillnce-
rer ..yn'ipa/hies
ILes obsei[ues du regretted
Auguste Edmond Paul se -
irnt chantees remain mer-
credi a I heures P M en
I'l.Klisie /u Suire ('oeur de
'I raii t Ie 'onivoi par/ira
fit ;,i !in f'uncraire de l'ien
rtrvprir u
,a i 11 ,lille se reunira au
s.all I'nelrire die 1 entire
psr i'l c ir: mardi; de 6
hiuris 8 hutires P M

AVIS
I) 'SI.( RETAItIAT IDE
I. 1551 I( .TIONN
N 't IO INA., )1..S
A(,I():N(.I|LS
I AI 1II NS
Mtoicu]ii"r ltcrthliny Vieux;
I ini- ih, plus grades fi
gures (de la professiOn;
n (s/ plus It est; en (conse
( te|]N'I ; denlionde (a ous
Is (collfrere"; de lui ren-
dIre 1111 dersiery honamage;
Iii a.isiiit en grand noni
bre ;i -'s liueriiile qul
.iauroiiiil lit' It Mercredi 14
iDecrehre 1t177; it 4 hcures
p sa1 a 'Eglise du Sacre -

Pirt au-Prince; le 13 De -
clii bre 1977
I ri P111RRE
Se'crcr./ire Geniaral
I' is-\tl/ ST DYC
Secrntaire General Adjoint


Nouveau
Comite

suite de la lere page;

ral.
-.s elections se sont orga
6ruse s en vue acs .a iuin atii
ui cl d tol.ie piov.-o ra d-
.I'L cl on iiu e composer
collllie suit :
t-re utnt Appolos De
renoncourt
ler Vic Pres d nt
Andre Jn Louis
2enle Vice Pres.dent:
Jean Bertrand
Secreta re General :
Er ck P;erre
S-cretaire Adjo nt
Rooseve t St D c
Tresorier : Emile Tous
sa.nt
Con eiller. Sch 11er N1
colas R, ne Laroche -
Lou s Blanchet Rob rt
Cassagnol et Gustave Mena
ger.
L une d's tAche, fonda-
me(ntal's d. Co Com te con
sister a redel n r le obj c-
tifs et les modal.ies d action
de I'As oc atiol .apren un sa
lene' dc douze an .
Nous 1tenons a fel c ter les
nmembrs diu ',mni te de Di-
rect'on en 1 or souha tan,
du -ucc., dain.s 1 ur en re-
prise.


1) UnI terrain ai Buurdon
90' x 9:'.'
2) 'Unl terrain a Laboule
latbi:ation (arrc 35 (de
carreu u
.3) 'ln terrain a Kaloa -
Beach 100 x 100
4) Deux terrains a Lab u
le zone Egli/e
5) Deux carreaux de ter-
re sur nouvelle '" route Pe-
tion Ville p('ssant par (a
nape Vert
6) Un terrain a Cazeau
25 de carreau -
Tel : 6-2348


Avis lm- -zant
La Direction Ge 1-Iotel
EL RANCHO a v i e
st bhienveiliante c 1 i n-
tele er le public en gene-
ral qut 3Ionsieur Guiseppe
(Joseph) de Mctteis. alias
Pepine; ne fail plu' parlie
de s n personnel deputs le
ler Octobre 1977
6 Decembre 1977


Le mauvais etat
de la route de
Bois Patate
Nous att rons l'att:nt.on
du uepareement des Tra-
vaux Publics it d-s Tranj
powls sur ie d-'plorao-e eat
de la route du Bo s Patate
aboulitsant au point de d r
r ere ba lit Lous, Roi de
France ou 1. plomate bre
s1l en a ete entrasne dans la
rav ne et noye par le. taux
furieusnaS. Le parapet de ce
pont a et6 fort endonimage
par le choc d'un gros ca-
inion. Cula constitue un
grand danger pour les usa-
gers de c tte route. Il y a
des secteurs nacce s b ts de
ctite voe du Boi- Patatl.
qu const.tu'nt une rude e-
pr,.uve tant pour les p e-
Ions que pou' les automnobi
'ista s. De crevasses et des
nids d- poule les parsem'nlt
par su ti, des alluv on, ap-
)ortees par l, c. rn ere-
plu es L s travaux d, refcc
oti conimence :1 a tro s
anis quolqu' a s z advances,
ont i ncoire inacheves Ce'
qui cause d, igrands innu s
I, s hab tants de ces quari
I r< -aura' int sre au Depar
tinint de,- Tr.,v.aux Pubi 'c
't d .'Tr. iin orts id y lcn
sag('i r It's rep.a ."' il.s a cl-
t rl r e piu. *'i q\e, po-
sable


I'Astiitut Medicaments a
Francais d'haiti prix reduits pour
lPe nlavs rauvres


C \ i !

CIr lIr I } i, i. iA; i.
!A ( i

Ii' I ii ill I. ,

!IV c ll' i r

V P 1,I..1. 1 .



L. s b ce lt 1 d ill ... t Ir 1'


i ~itt sic < u n t
I '\ I .. p1"

I)" V li i ,, \ i i ii




, 51 IA <,, '. / l ii-
51'' .t,{ t ,'... 1, i N;'
5 [ t i I~t 'l


Salle 2


0.75


L'argent de poche


Le Don Bosco

fixe sa position
(Suite)


manque de forme: Le capi-
taine ae notre equipe avuit
laiu ses reserves verbale -
uent et avait neglige de
les fire consigner sur la
leuille de match quelques
minutes auparavant... etc;
etc:- Nous n'y faisons au
cune objection Cependant
nous combattons formelle-
ment cette citation de 1'Ar
tile 17; page 18; tendant
A soutenir que Serge Chris
pin est libre de jouer pour
le club de son choLx par
le faith de n avoir pas defen
du les couleurs de son
club pendant une annee tCe
la nie tienit pas et vous
inous permetez de citer; a
notre tour; le memile arti-
cle mentionne ci-dessus
qui dispose : aTout joueur
i'ayaint aucune qualifica -
tion au course de l'annee
precedent sera consider
coinme joueur libren: Tel
nWest pas le cas de Serge
Chrispin qualified de 1975-
1978 pour le Victornr

Nou. in.istous pout que
nos reserve sotlent portees
p.1 de\au la t'uOII Luit n is l


Y.que Ois er saio dr1r,


i ; aIloid t Illtllllt' .1i n
I t t RS Iit. i s 1 ).k 1 < 1
Ih t f AIt ) 22 I ptg v i I





Y. Kersain --
R. Lafontartt







M l : < : ) < i



T _~ ,, : ,


Nous declinons la come
tence du Bureau Federal
dans cette matiere: hespec
tons d'abord nos Statuts El
nous avouons franchementt
que nos joueurs sont pro -
fondement bouleverses par
certuines attitudes au seuil
de la Saison 1977-78:

Si c'est bien votre desir
de donner une nouvelle
orientation a notre Foot -
ball qui constitute _notre
Sport-loi et pour l'avance
mnent duquel notre Grand
Mecene le President i Vie
Jean-Claude Duvalier se de
pense snils computer; il vous
revient ell taut premier
lieu; Messieurs de ne pas
violer les Statuts et de pren
dre dcs dispositions ju s ts
et valuables pour que nous
ne toinbions pas inutile -
ment dans 1'Arbitraire
Nou- le regrettons pour nos
amis du Violetre et bien
qiue noust sons elln bonne
lpsitionl pour reclamer le
forfait cantre ee Club: nous
demiindons que soil rejoue
puremneint et siluplemient
le match inaligural duI
'liaipioiiinat de lai Coupe
Pradel deroule au Stade
S iis 1 i a/or dull., li soiree
iL l maiiii 6i dieinlire en
icour' i t 'e s' ra lisel '



Des etrennes a
l'English Club



i. I. l N' l i I
I II, { I I v-1 I 44

N (1 < ic l 1






I (






Centre Medical


V'1' 'I "


ll ;i d


Gerard Raoul
Rouzier

ri ;' pre i-d diie edtl Sn>
i r, I a. I' I '1 I ; I n
Tic sii, itt n ql sssit -


.' I tr ois.I.var ie ir d l h1ii

u,, a I d wm el "
norn de notre etinerabie ;111
TIT, ( er(;rd It;A,, I it uI -fI(r









Mar(inea du larra d P
M 1 ,(1,fv ..."mi
























Si u i I I .iu
I ti l t I. 1 I ,1 I
















lor ,i!', [1, t k ri .Fi l n ,ii It

: in cr .1 l l .... ll i i ,,,.i ,

ftriifgt 11 [' iI i t hI.I li t 1. S11. lI i

I s, I1 int I u Id Inv
11 Lat Dec aeu parents et i.


Offre d'emp

S
Tel .. .I7A e
4 heures


(Suite)
qu'ils ont fait tn bon pla-
cecment. Mais pour ce qui
est de nos tnaifs, ils les
ramenent dans leurs baga-
ges au meme titre que lcs
autres .res en bois faits en aerie,
objets en acajou ou en ecail
le. tapis en peau de chevre,
etc...
N.M. Evidemmnut, ils pre
ferent rapporter dans leur
pays uine peinture typ;que-
nient haitienne. 11 n'y a
pas de doute, il faut faire
sortir nos pOintres modernes
de leur ghetto.


(Sui;l)

t on du foot bali des catdgo
r ts superieures
II va ans dire qu la pe-
t tc selection juvenile de
Port -au-Pr 'nce n'ra pas
au si o10,11. Elle revet une
rcrta lie precanrte ct ne con
c irn qule li secteur metro-
olitlain Ii fall t surtout


Echos et
Informations
EAU POTABLE
lDes regions de Delnas
sonlt drives d'eau potable
(ertains quarters sont de-
IlPuroiis de conduits hydrau
lilies; uialgre leIs deian--
de/s des residents
C'.sat iniiu situation qui du
re depinis Ionigtenips Dais
les p[arages de la ruelle Na
1on; les proprietaires iau-
raillrnt fait une demand
d'addiiCtioni d'eanu pota -
lile 11, atlltendent toijours
in a I' ile idee de I'handi
i;l' de 'res geus quand on
sa Icle role et 'imiportan
(e de l'eau dans un foyer
0 -
MEiME LA NUIT
Aux dires des lhbitants
de Bas-pteu-de chose; de
la rue de la Reunion; de
la Hue du Centre; les ca-
ionetltes de Carrefour-
Feailles opereraient du -
rant toute la nuit
Sarrrtant et demarrant;
n'tliporte comment; fai -
sant parfois acrier)) les
fr in': elles nuieraient aux
repos des habitants de ces
quartiers: la nuit venue
Toujours d'aprns eux; le
soul moment de repit se si
lue entire minuit et deux
heures du matin


Salle 3


MJG C'est la raison d'e-
tre de la galerie MARASSA.
N.M. Enfin un nom de
galerie qui n'est pas an-
glais. Et ce qui me rejouit
fort, vous dites aGal.rie
MARASSA)s et non Marassa
Galerie. Cette construction
si generalisee en Haiti et si
contraire au gqnie de la
langue frangaise m'horripi-
le. Mais pourquoi eMARAS-
SA) ?
MJG. Les aMarassas) sont
les anges du temple vo-
dou. Et puis, je suib moi-
mcme (maratsaa.
N. M.- Oui, c'est vrai,


commencer par la restruc-
turat on rationnelle du foot
ball a partir de la bast,. L'ot
gan station du foot-ball au
n veau di s tout jeunej cst
indispensable pour donned
tout vrai -ens au nouveau
programme du Bureau Fedd
ral.
L( foot-ball scolaire pai
ext nip!e est ulne auba ne
Un stcteur non negiigeabli
qu' 1lon d(,vra':t explo ter a
fond. Mr Jn Claude Dejear
re ponsable du sport dan
tin college de la Cap'tale a
iis l'accent pour nous sul
1' importance des comp:ti-
t;ons int.rscolaires. :


0.75


vous avez une sour jurnme
le. Je n'ai pas faith le rap
prochement. 11 est vral qu
j'avais oublie ce terme creo
le.
MJG Chose curieu.se, j'ai eu
moi-mlme des marasase.n :
ma fille Michnle qui le
second i la Galmrie ei un
gargon: Pierre-Yves.
N.M. Ah bon, je ne le vais pas. C'est lne curicuse
coincidence. Mai- p ut-rec
qu'il y a la un facteur hi-re
ditaire...
MJG C'e.s Yves, mon ma
ri, qui a ,suggre Ile nom
s(Marassa) pour la galerie.
C'est un mot typiquement
haitien, qui faith ausi' all,,
sion au vodou et eo ihn'r
temps il rappell une e
musante coincidence,: h,
dcux associes de Ina gale
rie sont des <(nara gal,5
(a Suivre)


CHERS CLIENTS
DU MAGASIN

AU MONDE
CHIC
Venez voir le grand as
sortiment de broderie
Suisse en 54t de large
pour vos jolies robes, ain
si que les imprimes et tis
sus de fantaisie colon.
Un large choix de plas
tique et cretonne pour


.A propos de.' champion- garnir votre maison, de
nats interscola'res, disait-il, jolies serviettes de bain
je dols d re que c'est une aux couleurs variees.
tres bonni in t ative de la
res boiinn in tSative do is Vous trouverez gale -
part du Bur au des Sports. eounset olea s tatles
Eile prm( I aux jeunes de ment des draps et tades
S6'emnacip r du po nt de vue pour routes es dimen -
footballisl qu et puis r pre sins de lit et des oreil-
silite unev pepin ere du foot lers.
ball local. Nout avoni reelle pour Les Bb
inet une car ine de bons pour Les B dU
foot-ball urs ct on ne peut robes, chemises, bras-
penser pour le moment ao sieres et draps brodes,
1978. Av c un.' bonne orga- oreillers, moustiquaires,
n sa 'on, on pourra about r serviettes, couci.-ttcs,
i quelque chose de posit f chaussons, etc.
(n 1982 etc...
dPour la Peau
El 1 d rectt ur de 1 .I i['
s m nt M. Salomon O, tw Le savon Duvex pour
pour sa part .nurncherir : peaux grasses et sacs
,Apres noire (l' minat;on i t l'ea de cologne au cl-
la Coupe du Monde 78, si tron
nous n, retournons pas c n Votre magasin /ant aline
arricre pour vor Ics JC-un" par vous, n se senit jIa-
noms n arrivcrons jamais a ma s las i se dspenser
la Coupt du Monde.On put fl'effiorts it cettc noble
dire meom que depui:; 71 L. in, celle vous plalle
football intorsocla're :'.
plus it nous n'avons jamna:.s AU MONDE CHIC
on line equipe t conmin e ci'1
de 1974 qui a tt6 hi Mun cli Riu-s du Mlagaz n de II.
S nou continuous avco tat 89.
les v.eux, nous allons enco .oO -


M
tl


Il tI'ltAt' 1it ,A l lI 1. AltUBA, BONAIRE, CARACAS, TRINIDAD.

(G'.l -I.'ltl N ET PARAMARIBO.




MADSEN S. A. AGENTS GENERAUX

PHONE : 2-3476 2.0028 ET 2-0317


ALM


ANTIIJ,;AN AIRLINES


WiYK r g I


ag gga edlMILIC'


Heure d 'ariv~e a destination de


Kingstion


15.20 hi

15.20 h




15.20 h


"an Juan Curacac

14.50 it

18.30 h
18.15 h

18.35 h
1&,35 h


1.10 h


18.35 I

19.00 h


18.50 h


h
h


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

MIDI 2 HRES 4 HRES EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 Hl 30


0.50


h bal du diable


Le Train



Une femme et son metier


Objectif Primordial:

Le Foot ball a la base


AVudr'


Horaire pour Decembre 77 et Janvier 78


No. Depart de

Vol Port-au-Prince

LM 207 Mardi a 12.45 h

LM 210 Mardi a 16.15 h

LM 456 Mercredi a 14.30 h

LM 4S6 Jeudi a 14.30 h

LM 210 Venc'rcdi a 16.35 h

LM 4J6 Samedi a 14.30 h

Lr 437 Dimanchc a 15.05 h



I 1 I I I I .I


c.l CpIIOt.SI'tS)PNDANCLS LE IIIEIi JOUR


B --- ~B P~- ----8 CCI ------IF--~~ -i~.- r__ C __~ 1__ T~-^IPI"~Q~11Ps""s""s"~~


-. ,r. I


.. ....... .


~l~(~c(~c(~c(~c(~a-~.YI -~l*ijhl;---li***-C(I)~L-~^~YiYI~L Ilr:T;~IYili~-LY~~yi-L-L-ICL~L ~L1 Y~ 1 5


I


1


r

e

s
[I

S




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs