Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09945
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 8, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09945
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text



Par Ren6 pIQUION


(A)tfeiWQUlENCES D'UNE "
,, I 1 N

tal N da Noti's conniltsent
i t, ii p, e,uins (lde; 1llliies It
i e'giltdl, t'lt p 't, oil "ta
1111 tilnl rk p rti'o '(? oil wo-
r tiil I alinim i'rai l es (1difauits
ilitth, j.us l a Iv lr prItnt
tm iw lir 1i urti action
tn a lj pI :i' >'t letI I con-
(itt iV 0ilii Ih pr 'sei lt, les
it t-; ; i I-N t ll'II I n t s ar-
q(JO, til -ir li t i de 1'lnjustl
,- lit mliai ranvollalite. Mel- I
,h Is.er, iovits a rI cueilll
I I, p ,'ni ali !t; i tcltux aux
, it i 11 laudidr.it' ijoiiter la
fri tat til t d (UI1it race! sans


l' 1 ier:itilre perver' 1
(I tuli 1l Il| it:e de la fa
i lt It na led action de t
f'hniti I't par, v cut's pro- C
p,.", (I'l Prem it1 r t 6heolo- (
Fg t n iii tll;ll de ranger s
SN,iI cians lia ace hu d
S. ci e'x-ci a- C
,n r qu Ie bapteme.
p u', r' la divers te 1
r priesna t un o
t i in, 'rl pour I les
h 1 1ElIs, juqu'au C
1i , it l 'vt'ei int une 1
i I ;- ir On pretend 1
Ii, -r dtii rot ma- c
o i tt. l', I inage rict chre ln-
il i fil it IitlliVi'ni lit tar a
d t I i Ia Ia d rI .i i v ( I lin ei '
S., ill i ri' ltstal.i ce .

Id "sclav'' 11 ,
iii {i t l (|i .,P t'm l] pre- i :
,...i Ill I. n r ll t "It 1;1 O l i c

.- it: tii lllotii i
;,I .*i- l ui i)ltis grande par-
i l- Ir ii r'chierches f
l qi' t.r l Dr. u
1i i ; P. in vn (h I t t le pe- I
ii, h lii r! Mvctiig obs r- s.
':, i f I l 1i l i Et prettln-
t,' (|i 1 Air (lue apporte v
i qu (etilqut' chose dc C
tlli. .nll. Mon toll grle la vo- 1
,,it ,i\i c une ccrtaine sym C
c, Pi' la s eta:t pett-
1,, iil grand e prit
., I nirps a regarder
I hi avc un pu de d
I m ,I -lli- onil. C est que
i.,ii l, Moyen Age et la
{ ni'-itiacr non sculement
i, %.'r etar en dehors de
'liit.m;n tl I at couleur me-
r I Is- n la:t au demon
I' '1nfit t a la damnat on
r'l i 11 .

Utv cre de c'p d ate fero- =
S i1suivit qu: erigea 1'es
S. ; lin nstitut'on
a', -in llt, doctor ne de
S,11 I reis.gna-
i' ini --po!r de beatitu
r! il. ;, ti t' ,u-dela 11iu-

I', u iip'ore qjti. le No r
r v nl'l s r1.- plIp h cides

Sr li 'i ll l, l cl rm ciste
i i I 'Ii i ,i (t('itVa 'Iuct

ii' .. ii, I l, ,1 iiani't r in a,
tt it lgu -
SIl l r d". 1o a s
Ol till so, l s I


1",t1 l it i l" L ikiit 1'ga-



i; II i t crl llll, p e ll-
-'* ait I t li I atr'icain,
i W I 1i I l. 1 I i l ap-
i:l i it 1 ( (t' i it dand sa
aIiIllt I(' ;11W ttla alltc dans
a, alt talil l it alt sVta lht's.
tat ,11 tia; I(tr mysti-
li .' i] t |); r: a' il at ix j 'ux
atl' i n it1 i{t ltnx fantas-
Nile' I : Iolt.- I t n'etas t
ailt ,t' )ii, eiti(st.'Oii de le
'itliap;ir lr i 1'nrt occid( n-
Iil i't, ;par les regles de
I, per pective, des pro-
porit lon<;, d e formes
atl di" coulhurs, etc., et
vetiu a la besute par un
in:,( mbile de qualities.

IENCONTRES
DL OPINIONS

Pi rsonne n'a t u di
avic plus de profondtur
l'art negro-african, n'en
a m cux decrt, le sens et
n a mis plus d'accent sur
le message qu' 1 cont ent
qui L.S. Senghor. II 1'a
faith, avec une documenta-
tion abondante et son ta-
lini exceptionnel. II est
mmea arrive a la conclu-
sion que cet art precede sur
tout de 1'emotion. Non pas
d une emotion delirante ou
infant le, mais d'une emo-
tion doute de pouvoir crea
teur autant qua la reason.
Le thtoricien rejoint a'n
sl le come de Gob neau et
le come de Kayserlng qui
s'accordtrent a trouver
dans la nature sensuelle
ou emotive du Noir des prc
d epo-'a i.on-, artist ques. II
.:-t pa', ble qu ,:e :i. pr.,:po_:
oM,,nt Er.tatche_ da il'p -
con. cachent ds on-.,-.n-,-
tetidU,_ et te rapporch,.nt
de crux de LI- :,-Brunl sur
la lmentalito pr niiiita- A
la ':aule difference alue si
'ce Oc ologUc r,.connut son
err. ur de Gob nau. au con
tralre corr'g,3a son op.nion
en den'ant auix Noircs cette
intelligence qui etlt pu
les consacrer homee art's-


k-it k l" e lw


A la difference des mis-
sionnairep qui,' ob6issant &
leur z1ie, avaient. proceddd
I autodaft des objets dart
africa ns cons der6s par eux
come f6tiches, soldats, ex
plorateurs, commergants,
marines en avaient rapport
do leurs voyages d'Afrique
on Europe en tant que sou
vcnirs ou articles de curio
s'te qui gagndrent, les uns,
lea collections privees, les
autres, lea grands musdes
sous la garde des ethnolo-
gue. Ceux-ci essaydrent,
tant blen que mal, de de
celer leur mystmre et de si
gnaler leur strange beauty.

L'ART RUPESTRE

L'art de 1'Afrique remon-
te a la prehistoire et a
commence sa carr _re en
Occ dent au debut du XXe
siccle avec le rayonnement
lont 11 jou t actuellemeqt
plans le monde entire.
Soit par hazard, soit A
a laveur de recherches,
lcs Europtens ddcouvrirent a
'cc etonneminnt tt meme
'merveillement parfo's sur
ies paro s de certaines de
eurs grottes ias pe.ntures
ui des fresques qui reprodul
a ent des fragments de la
vie quotid'enne et ics etats
'ame des homes de 1'a-
,e de la pierre taillee ou
)ol e, tls Afr'ca'ns de la
meme dpoque u.saient de
roceddds analogues pour
lonne,1 Fbre course a leur
inspiration.

En ce qui -oncerne 'A-
r:que, lcs rulJits evoqu nt
in Sahara, a .'epoque ou0
1 n'eLa t pas encore un de
s>rt et ou i 11~a t habile
iar une population qu' pou
valt y vivre de ses ressour
ce.3 d spon bics. D'autre
part, lIs art stes consa-
;raient leur talent a pe n
dre les activ'tts de leurs
contemporains et lis for-
mes animals. Certaines re
g ons de l'Afr que or enta-
le et de l'Afr que du Sud
otfrent a la conttmplat on
et a la reflexion des scenes
tout aussi revelatrices. A-
vcc cette particular te que
l'art rupestre africa n ne
le cede ni en beau-
te ns en technique. b. a
1'art correspondent an Eu-
rope.

En appelant a la lumie-
re el. en soum-ttant au re-
gard des amateurs d ait
le spectacle des merve 1-
les dc certaines grotter,
les spec al stcs ont renau
Un grand scrv ce a 1 human
n I et a i'histoire de l'art.
Bien que les oltils fuosent
gross ers (t les precedes
m~s en pratque par les ar
t steps de la preh store afr
ca n". sommaires. ceux-ci
( urent le mur te d avo r
tran m's A la poster ti 1 F
aspects d'une vie qu san-
leur temo gnage, resteraient
inconnus. En outre. 5's ont
contribute a llustrer le
fa:t qu'll ex ste un" con-
I nuite dans la crest on ar
t tiqu" afr ca ne.
En resume. d'aprcs les de
couvertes opurmes dans leI
grottes, de nombreux s ecles
apre, rcur production :1
r-ssort que tout au mo n-
dans deux continents. 1-s
artistes eta'ent au meme
n veau technique et r en
n' ndnuait alots que dans
certain pays, i 1 s al-
laient p r e n d r e un
essor q u i d o n n e-
ra.t plus tard a leurs des
cendants une qvance cr,nsi-
derable dans 1'h store de
1'art.

FOYER D'ART ET DE
CULTE

Le fanatisme I c:" ,-, et
1'opin'on profane dominan-
te au Moyen Age ava.ent
done exclu les Noirs de
l'humanite. Meme la plu-
part des grand espr ts de
l'epoque suivante avalent
et o nubil e
par les prtjugts. En pe-
tit nombre, certis, di rare
esthetes epris d'art air cain
en ava'ent faith de riches
collections. En effet, dtes
le XIIIe secle, 1'art Nok
des le XVe siteele lart d'I-
fe et un peu plus tard
1'art du Benin s'etalent dt
ja man'festes. Mals, leum
apparition tardive, au d6but
du XXe s'cle, en Europe
coulevcrsa routes les faus
ses donntes art6r.euremen
acquises.


ON Q N D I EME NE N I D






aONDE EN 1896 : LE PLUS AIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DBI ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESSE


DIRECTEUR : IUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. MAX CHAUVET



Cloture des reunions du CONAI


sur l'Education Importante mi

de la BID


Le 9 Dtcembl-' 1977 arr:-
vera en Haiti une important
te Miss.on de la Banque In
teramertcaine de Devs-loppe
ment (BID) presidee par
Mons:eur Jorge Ferraris, DL
recteur General pour la Re
gion I (Amerique C-ntrjle,
Ha'ti et Republique Don ni
cane) assists de Mons eur
Rodrigo Mocoso, D recteur
de la D."is on 2 (Haiti Cos
ta Rica, Honduras. Panama,
Font parties egalem:nt de la


Mission. A titre 'p Membres
MM. Rolando Castaneda,
Conseiller Senior a la Direc
tion de la Cooperation Tech
nque Georgecs Kr vicky.
Fonct'onnaire Ia la D reaction
General de Programnmaton
et Osvaldo Luis y Prado. Of
ficier Sen or de la 1Ur-ction
General des Operat ons.

Cette Miss on aura di s en
tretiens av.c les authorities
halt:ennes responsables de


la preparation et de 1'execu
tion du Plan de Devlioppe
ment de la Nation en vue
de recueill'r les elements qui
devront pr mettre a la BID
d'etablir, sur une periodes
de tro's ans jusqu'h la fin
du Plan Qu nqu( nnal, son
programme de Cooperation
Tcchn'quc et Financiere a la
Repub'l que d'Ha.ti.


Port-au-Prince. le ( d6cem
bre 1977.


Rue du Centre No. 212
T616phonr : 2-21A4 Boite Postale : 1316


, L'Egypty ct .ira(.r imt -
i tront i uti. n o uvrf piou
*r cn utr;!lmer>. ou faor, cl;h -
It ler ''OLP al'0, a hbdc-
SnmadatirF . t,'rlme d un1 11 rnqu1l.v In nu
at tieusl da1-i l., a( etM I "t iI
gou1tvlrnm II ntu a at d I)o-


Cc phenomcnie d t 1111 in :i" i ... it ...
nt ur consilde''..l)' -a ia i t a ,
dcroule dans i.n i r;t ir,r ct.i it',.i, I It ,,. "- ,
graphiqiui: Oau t, ilnd t de r a ,d ai l.i ,, .
la frontilre ari'italli de la I' i I ,': .a,
Republique du Ben nI. I -l rua.rt a'r I .. . ai..' it
c ennem ent D,ahoI l e) i ui lt '. t.,'i I itT. CI I.i .
qi'au deli, du N'p. r' e 'x r drt' S.ia;| i i I, l ,.
call une Inlluenicr piluN Mii t i ,i 1 1%1 ii.,
lo'n que ccs I nmite. Or Il(-m T t11l. i1 t11 i, i
cet space correip ndalt i iantil o ,t l i l .. iii ;.,
un reg rna poilt que et so ceTter la prore-.'r crr .r
c'alet surtout b tane cultu E.e lar le president adn-
rt qui oat vivei m, Wm ,1 paieipatPa l"ati
..- :_ ,?.. . ,=: -. -- ~ d -' .. .. . . -.- ,


S I ( I d N. ; AI





,n di t 1V, I- tIon PcI d i it

d i)i I t. I-Ii ( Iii Il I o I wl
< Ia a'la, .t a n I ill;) ti lt
('+, (. a ttt ; i c lit : ti




li ,t t r a-ti re x iCiIHI u-
(OitN/Uti M { at ) It'irrri
py i t If "(11 't. i tt o t la-i


I in pit N il a 'lprani d C-

( t.t lit i tilt t l ito It
a sat, no1 Iho ;i I" !);tI)I Mc t Iut la











-( ls c Lo *t n t l t .l'i .
ta- ta' t al"II. I II I)t" 'I p t a
N aia 'a ,.t it ,



i.m o... i. . 'a -
r ,,tn i-t a t i.


Y l'.. t l | I ,


it pr t



alill
,I 1o'I ti t



i cil i
;j. l,( .r
dli dl
itt Im
idu c
p.)nti di


i ()N AA


PARIS (AFFT
Au Proche Orient, les, ini
tiatives diplomaiqcces se
poursuivent A un rythmes ra
p de, en attendant la r6u-
nion du Caire prevue, en
pr ncije ,pour le 14 Decem-
bre.

Au moment oit, jeudi, le
President Sadate, affirmait,
devant une fouie enthous'as
te, qu' 1 ne recherchat pas
la paix prxs>. mais qu'il oeuvrait en
faveur d'une rPaix Justes,
le Roi Hussein arr vait dans


Proche- Orient Nombreuses et

importantes initiatives diplomatiques


la Capitale Egyptienne, afin
d'examiner avec le President
Sadate stous las aspects de
la situations
De son c6t6. le Pres dent
syr en Hafez El Assad est ar
r ve jeudi 4 Ryad cl le Roi
Hussein est attend vendre
d:. Lc meme jour, le Chef
de l'Etat Syrian doit se ren
dre A .Koweit. Enf n, c'est
6galement vent.redi que le
Chef de la Diplomatie am6
r'caine, M. Cyrus Vance, en
treprend sa tournne dans
plus eurs pays du Proche -
Orient.


NOS INTERVIEWS


M. Jacques Barros nous entretient de ses projects



La Vocation de l'Institut Fran ais est deh



contribuer au developpement d'Haiti

par t W bert iAHIINSI


Le nouveau Direrteur de
l'Intil ut Frauniai. d'llaiti
M. Juceques Barrous croit que
la vocatioan pr.ilt're dc act
Intitiut e a de contribuer
an developpeniet/ d liali
pour ct lf.ir., pomllr appor-
ter sa pierr(, et avte' lu la
France. M1. BSarroas contaOt
son proigranune' stir lla base
du developplemenii ci0ninti
etam li p Itint a atvdtrc
Comminnlt lit Fran i(, peut
elle participer au da'velop-
pemenl d'Hlaiti ur le plan
culturel ? C'et critt qars-
tion qui nomt, a preocvupe
en parlant avec M. Barros
qui a bien voulu o 710, ex-
poser le programme qu'il
a concu.


.3a'ieataa lBarro., de re-
tour en H laiti Cromt, Dire
Iturd (it Ilhtistit l i a ot u-
'aIl,' a ei lat ia'vora.bletnittll

a tne l. tm I (t! in. ill ;<
Ila c ( o.im ittia %lit'
It us M I itll il t ll l a
a itu il ii l l" a'i1 a ip.tltl ('a
slat l i ir s ip.tiitiiiiaiaisa at








d parcel qtie t dirat lou dra.
d'as que 1,t pub lic puf Mts.1 'i


cri ag iter qu'il s il uffie quae
je rev entue pour IpoUtiir i


Menaces sur Le Daily G

a la Jamaique


KINGSTON L, P N
t onal du P ? .< d. ;;
ces soc' alt .' IC.; .. d,
ceilc. d Cut, ; p ,,
dipu.z c nq an c Lvi\ i :".
par 1 '- recnr .- c
it Eucce. de j-' Pr r
i sr Ce .Cha i I a
souitle de ra. e :
au ,Da:ly G. :, r ;-r.:ici-
pal quo: d n J i Ic

La s Aa.i cl r:C e
journa ,a :j" i.b,iri d ux -
d tor aux de: i< h 'ra
t qu'S qu. . d, ( I -
nttelli d niIedt t i cub:i .n
pretant i ltur c '-,C ir- : :a
Jamaiquf- ;stu ir d ,--.
Janict t(chn t i 'I iCa ilt a C
ma ca nea roltI mm n' T;
d s hop t.aux ': r',, tin s d(
sane ELn sa s ri(ea(it l VI i ;( a
K.ng ton F de Catro '
rcndui a 1 utn dia rfs hopl-
tauxo tl a t It 1A :, c,(t),
durant une d( it hour- a-
vecr 'es d is 'ciei r rtti ci]-
ba ns
L,' Prerni r M "n r, at ir
me unie rctoammit ;, dn i i lIii
t" charter de mcnir a d > in
n'sti at toil i j :. iat !- i -
noncos Cnic s, ( rm, r I I n inm
s ( Ft born. a ;it )r, T pal
devant ile( t j r' cI ur dt i
*,.Daly Giianir, M HIcto
Wntur at -ia ,mtn d, at
rev ]', r 1( a ati Itr dc a (1( ax
articles Crlu -ci a formi ]I
rin nt rrficsl- (i dafnnnI r j 'l
au .firf u ,.1, )<,' ; o]e do (


: ii -
I T-. n '


learter


-'e tout ce quti' j voudraiis continue d'etre au service
tairc- d Haiti; j'ai cotteu mon r6-
le ainsi : essayet de met-
i 11 n. l. It que t'e Iqu on ta re I'lastitut au service du
le., ititiyeas de laiire et I', divel.oppenment d Haiti.
n1 ('l ii n (tquaestiona. a("est VW. L.-- Dites-nous com-
it aS lIoijours a iinoi- a qui aii iaenlt concevez-vous ce de-
Iailnes .~depu'ilt le-s Affai',s r tiurel ?
it lrai'r't'l de F1'rant'e, imais .I. B.- '.'al eivisage troi,.
qlalauele lo.it relo limited Axes parce (lue je pense
Ies. indnlaitLi'; tI's [itlltas qui'il faut se lilniter puis-
aii, atitio,.t qu'Oti piurrait qia'on n petl pas tout tfaire.
avow t)e (onut' laeco nioi, -lo) J'csi-ayerai de faire
j'ai toujours t6t cl de I'hnltiliu Franoais d'Hal
... "-.. (ti, twone sorte de Maison de
la Culture ouverte A tous
L'AfEair'e de les tiechanges, a tous les
Ia CeniraTpc ,contacts entire haitiens et
etrttangers; une Maison de
Sucriere des la Culture qui contribue-
Cayes$ (anl. rait d'une part A garder Hai
tiimpasse t, ouverte ur la Civilisa


I .C i 'I
r m tid


It. a." 's; Ilo ;. o (,1






S i > i

("! 'i 2 211 000 iii- I

ult t !,;,.'t

is ,'1 a I iin


6, I a. tat tll s
ci ii C I!(it Icltituc



t p > 0 ; daln]s
'IX 1a -C!


tion Europeenne, comme
Haiti est deja ouverte sur
la Civilisation Nord-Ameri
caine; et d'autre part, ai-
der a prendre conscience et

(Vo:r site page 7)


Tandis que la Syrie, qui
avait particip6 au mini-som
met arabe de Tripoli rest
plus que reserve ak l'dgard
des diff6rentes initiatives du
President Sadate, le Rol Hus
sein n'a gutre cache sa sym
pathie pour la demarche
egypt'enne : l'initiatt'v de
paix du President Sadate,
a-t-il declare jeudi au Cal-
re, est une preuve de coura
gs de la part d'un home
q".i assume ses responsabill-
t6)'.
Le President Sadate, quarnt
a lu:, a afhrm 40u'il voulait
une paix fondee sur la Jus-
tice et l'amour.

Le Chef de l'Etat 6gypt en
a rcaffirmt qte soil p-ay
entenda t obtenir sUie palx
basee sur la recuperation de
tous les territories occiup.s
-.t sur le rtglement du pro
blAme palest'nien. Antouar
El Sadate a durement atta-
qu6 les ad rigeants des orga
nisatons palest nienns qui
se laissent entLainer derr;!e-
re des parties malades et
comply' xes.>
Cep-ndant, l'OLP ne sem
b'e pas encore avoLr adopt
une attitude defin tive Ai Fe
gard des in'tiativs du Pre-
sident Sadate : pas oppose aux init atives

(Voir suite page 7)


INFORMATIONS CROIX ROUGE HAITIENNE


La Croix- Rouge dans le


monde d'-aujuwd'hui

La Croix Rouge, au f I des Initialnm:nt limitee aux


ans, s'est adaptee aux con-
dit'ons changeantes du mon
de, a progress vement rev si
son concept et elargl son
champ d'actione


"La douceufr"

theme de base

de la second collect~o;i 1977 1978,
de Yolande Montas, samedi ai Bistrot


I I :ia at ; tac-('itni, D uxienle dAte d, mode
d deux ..t:!Lrt, a d' dc ia collt-ction hiver 1977 -
it r.r i;r ihur Ilt,1 t178 de Yolande Montas ce
)i 'a;]i ('ji l( it0 dernicr -.arid' au B strot.
.1i I 2i it-lel;tmce a Ditux encme auccts dec tte
Iroi iii tlauli ntA agn lique piesentat on qui
i :a du : ordrc la iititonaclur a la mode hai
pour ( Ill I Acs pa t llllr'.
aiva-'l pril)pose 15 Pour sa prcvcdlt'l" presen
n El l .il r,. l" t oua tat on du 29 r.ov mbre Yo-
a) ii' ax;'. 1; depart, lande Monltas avalt cho si
ioimnn ttherne aLa S nua-
iSui a P''* 1 lte>.. Toutes ses create ons
__ _tta tita litcL e valeur la fem
int seductrica de Ihomme.
de travail Toct an consa'rvant ce sty-
ix Rouge it, pour on sa'eond def le du
13 dcccmbre q'u n' compre-
nat pas Imoins de tr'nte -
cipil init dul TItu- e nq lnouveaux mnod'les. Yo-
lt du::niion Natlionii lanide Montas avait choisi
crutl a i d al,;at Raoul coi'llne theme de base : aLa
iLou c. Douceulr,
idoi icol citt; rii ill C'ust Ipar reaction centre
)),lwt ll I I vduca- notr e, apoque d'agre sivte
uiir i.r( vraientIl valai quie Yolande Montas a choi
)in pouvoi aonbrtaistr sa dr-I m- ttr I accent sur la
Ii d:min i.oiiutlis dli douelt iur : douccur des I'-
ia. II faitl qit I ndt Ii'S, douccur des couleurs,
li Mve ir i)ll Iment, iloucetur des Lissus l1gers,
dana- .ison nilllia., dentelles, tulles, i'ranges aux
-via'lttt ;I son t1,tou A- trintets crtets par Yolande
Sdali'idopplionentl Montas. Les maquillages ap
InI I'.t a;sIpliqli Mt iproprlt'is a l'expresslon de la
ptirllt, tmt ii noi de aol',ectl'oai talent executes
ac. .I 'I s(iiUilt pas par l.betlh Goi-riel, don't la
,ndrit ; ilidividt :i II Iclass' naturelle a AtU encore
rac at i ;l t; it iii' ta ; i nltlortaet par dc nombreuoc
ilt it (( l litivo i :a11i ,sti :i as l't

(Votr ii.t page )t

A la Caisse
Populaire de
Sit Grard

I,> A itEMtti I1El;E G aN El A I ,t
ANNtU ,!, DU 5
AI tl i M II. l
I I ) . i .I t ,I I i 1
tt it lull it

i t a i t, I .l .iII r T



i i |h a I t .' ,a I t- ('Ilt
It ll-a "it h al cIIt t rAI ,. I



MIN .4mp 3)


I,,.s o llui'uei l egares, natt
'lhl, oti l aollu dominalt,
(atis atl (ld Jo Alnmbroise. La
iii' a a a tilaiOui di's lmodeles
iilt parliltanlle t orchestrte
pir M chlia .oubrler dt-
iiaosljliiirice de products
sOlR .ANIv qul ioffrit de
ltnolNbr'cix ciditautx de sa
ioi ..ii ,,li i,: lientl du Bi?-

,I |li |i l iiUii'tial f, lhi nS
. i- T liav a r I p.a r Ph llppec
l..ni lit au itilluinrt -olo c E
p. I'orlita nrt du BISTROT
Ii I -oi1 pinntll MAnlpat. U-
1i iniu.siqui hlie 'lit le lypi-
qu t (l douic clho ste pour Ia
t i'ilontlance lit regner line
atulnu sphi-re detendue I la-
ullo n'etalt pas etralnger
le CHAMPAGNE de VENO-
amS eSbest pn<^-Imfam


en degustation par les eta-
bliss ments Jacques Dufort.
Les mannequ ns ,urent
s'adaptcr Aa 'esprit de la col
1 ct on. Tour A. tour la voluplueusea, eMarie Jos0
l'extravagante>. r pet:llant',s aFlore la dou-
ces, < cune avec sa personnalit si
rent mettre en valeur les
robes qu'e!las avatent choi-
s es selon leur gcfit.
Pour la prochane presen
station du samedi 10 decem
bre, ces magnifiques mannt
qu ns sauront encore mettre
en valeur le nouveau theme
choisi par Yolande Montas
et qu' aura pour base le fol
klore international (style gi
tan, sud amtricain. etc...)
Encore une bonne soirte
en perspective au Bistrot.


Une Exposition a
La formule a te emplo-
yee tant de fois qu'elle man
que peut tre d'originalite
et de pouvo'r d'attraction,
mats dans ce cas bien pre-
cis, nous ne saur-ons trop
recommander a nos lecteurs
de prendre dans un sens lit
tdral le titre de notre note.
Car l'Expositlon organiste
A l'Inst tut Frangais par le
Photo Club d'Haiti est d6fi-
nitivement une exposition a
ne pas manquer.

On y trouve de tells res
sources d'imaginat'on, une
tell richesse d'inventlion,
une tElle recherche de la
beauty plast.que et de 1'610
quence des form- s quA' ce
,iade on ne peut guere plus
parlor de tra-i ux d'ama-
Ic-urs, nials d'otuvr:-' d'art
don't s'hoonrer?tent, les pro
ici slonnels les plus exi-
geants.

Cert s, 11 nest pas dans
notre Intenlion de suggerer
que chaque photo expose
est un chef d'oeuvre, iou et
A quelle expos'tlon cela s'est
LL jamals product 2?) =aas ce


premiers secouis et a I'assis
tance aux soldats blesses stir
les champs de bataslle. son
act on s'est p, a p Iu deve
loppee, en temps Ad' pa x.
au point de s'ett-ndre auxi
domaines mod co t-nc:iuxt
les plus div. rs. La nOiu il y a
d s in shares a soulai rl, ci,
douleurs A apa'ser. itint v (
a proteger au ia sanuvrr .1
Cro x Roug iiinv ai.fr t. I .
fratern( lie et Ilenfa Csaui-
Si done la Croix O Iwo ( lR
n uire fondanw-iital inl.ilt 1i
ne organisaL on volonitia r,-
de s course, ell e e" t it a. i! ir
v nuie un auxii are ilynvnl -
que des Potivt!irs pulllt:t
dans les doinale.i dei !i nalii
te et du ben coini social. ItM
passant le conetaept di ,el
rite, la Cr ox Roiug .st, d '
venue une organ ,ati( I 'e 11
trade au service de la oiln
munaute.
A la XXIIIe Conlferncie
Int rnatfonale de la Cruwix-
Rouge, a Bucarest. quelqucs
700 deleguis, represeintant
104 Socittes Nat onalcs de
la Croix Rouge, le Comite In
ternat'onal d" !a Cro x Rou
ge et 83 Gouvernemlents sl-
gnataires des Conventionl
de Gentvs, ont confirm ft
admis, la la unanimity6. que
qla miss:un fondamentale de
la Cro x -Rouges, dans le
(Vo'r suite page 8)


ne pas manquer
qui a provoquc notre eton-
nement, et pourquoi ne pas
le dire, notre stupefaction,
c'est le nombre impress:on-
nant de photos, tant en cou
leur qu'en noir et blanc, qui
constituent de veritables
merveilles de gofit et d'ob-
servation, et temoignent que
le photograph a su saisir la
v6rit6 profonde qui se cache
parfois les objets les plus
humbles.

Entrer dans le detail de
cette Expos'tion ? Comment
le fare ? Une oeuvre d'art
est faite pour Atre vue et
les descriptions les plus mi
nuticus-s ne pourront ja-
mais traduire, meme de
loin ce -outile ,ritense de vib
qui la travers..

En renonqant done a ce
project qui au depart, e't Ir
real sable. nous ne pouvons
que vous invirer avec inst -
tance a vous r'-ndre k i'EX
poe tion du Photo Club d'Hai
ti. a l'Instltut Franga's.
LTx'position reitera ouiver
te jusqu'au 15 decembre pro
chain.


Cloture des seances
du LONADLP a la Cro
Haitienne


-Accord secret. Begin Sadatc.
!Ploi ,, Afriquc -- Aile,.


I I r Ib IIlc~- ~ ---aisg~sl---r - ~ a i~~imm ~ r


de M. Claude
Panmillot

DIRECTEUR GENERAL
DE LA CAISSE
CENTRAL DE
COOPERATION
ECONOMIQUE
Nous recevfn. la vi~,il
d'une 6minente pertonnali 6
franqalse, M. Claude Pan-
millot, Directeur OGnaral
de la Caisse Centrale de
Coopratition Economlque.
11 dat arrive mardi en no-
tre capitdle, accompagne do

(suite page 6)


i~-~ur~a~


~~ii~j~~~-~h-~jiig~*a~~----------------


F r I .- .- - - - - -


o_


_2


---


-.






'cr^ ^l t LE MIRACLE

S(Sulte de la lre page) TERRE OTUITE, BRONZE gner li
SET IVOIRE perdue:
r6ussitc
Sr'attcnt'on des h'storlens. Les habitants de cc pays Pour
SCette zone fut de longue bien adinm unistr 6ta cut sans ce3 obj
date occupe6 par les Yoru doute paryrwullercment tes, ce
bas c u'on protnd wvr r de dou6s pour les arts, Aussi d'abord
Sl'est a la suite de m gra- y a t-on observe Icclosion sutir 1'l
t1,sn. SUCCLSS'V'OS. On tappOr ct ic d6vsloppeni'nt d'un ritable
te qu Is lurcit app lis art, plus exactemnsnit d'une re6-ult
Spar les indigesnes pour re sculpture qu. a atte:nt an pretuve
S I table r l'ordrt dans un pays XiV .cl i, tris vf e- part
IL u e\l n ava t 'e so e n Cud tlu clat. Eclat qui a susclt6 des, q u
vnId que que la reputation commcntaires sur son or'gi- n r 11
de capacity et ci' disc pl'ne n,:, s-s caracreres, .an, vent or
des nouveau Venus tlei a- computer la technique em- les art
va ent favorable meant prIce ployec. sort:rer
C de. Les Edos no se trom- Dapres lis chsrcheurs, contest
''i perunt po nt. LUs Yoroubas l'arg ie s'rva de mate- vec le
N nstrtutrent un reg miai pO- r au a l'art Nok don't on d'avo'r

St hque go1uverna par un roi admire encore les 'pccimsdms m'racl
Squ partageait l pontvor yp qu, s en terre cu te. 0- cadre
1 14 avec des d gnitarals char- reill, s. botch" nar:nes t fo ct
Sge' de e des "ner, et d'ad ylsx p rres ind .ou: <'n un Benin
i"n /tfi mn n-stre r cnt son nom dans cesor,pli on ori nalp pr i pr t de
la cap tale et dans les pro ne ten n que riu avalt at- ','Occp
Svnces. La noble sse n etail te;nt sune maitr:se ppree a srnt I
Spa.i horedita r. D'apres lei bl, si l'on .se r porte, n ept milieu
r'ec.tr transmi s. le io on o- !-- cles n nrrie. a unuv pir n1 e co
ba e't e'is colt .horat trs mil ride noi, pavtout, 1'humanl- lopp r
X VENHjD D 9 DE cEM EBR~E rent sur ip) d 'IS .. 5in Iim n- so (tqou ~sa t s tuIprm ecr t on.
treatt on rlmial'lisable. a I1. pas dniis la p1lupart des
7, prosper'" c fliaee. domain .' conotss. An
pS En mrn'e t ai''' que toe region pre-t ine6, qtue re, C
0 [* j y' pouvo r temporel r, 1 va t ltr Ict qui v et eohr s Ia:t
"ci V' to pssiv''t, spL' tuiel cherrfs-doeuvro. car a ps"ne des g
,i et C cocktail N '-',-na I a 1 ori dEnsl i sir 'ctai, nt- Is el psesi qr'Oin y( ns
-e s trotsva t Li l a its 1 -1 1 ns -'*a, plu. Ini n a sss c li
i t \ sa nle di llIc Ir mo- floraisos d'obj.t,; d'r! es rs sta
i't"0rutw 6lu, b c iu' l', orl- bronze, en pierre, en bois e't Cue d
n r u Ane d''^ 'S I '~' ......... ,t-n' te ......' P ""1 (ll ivo'_re, Q ....... iA, l ia fa- ra tic,
'V 9 S ClgI' rot r 1 s' sv. t t iu trad sselr d s voy"''., el, stulr-
^ It', tioni,-'lls. Apres c(,tsc siree- rcuo aprsu t" eon,,,.', du ART
Co i. tnt ,' s In 1 e, 1 uba ci" de pIr sa Ben ni prr Ils Angla'. ceux
X4 dign.te ti 01' pouivolr. e- e! lcs eurent d-ent' v(rt. ]Is I
(,bappa t aux 1-;-o,.ns corn- 'n poluva nt ell croire l(urs DES
I n55iu1ns aSix hln'innle, eta t ytIlx rt letsr si n'iip i on CAIN)
tstiti a 1 a x t a .s'.i x de Clrx ,. eom inimsn'qiia as I '-r t,' do claire
CI it ri t I)O Ir a is.i dire TOcr dont doi 1s is e xI"rtr i c u tin


Icn rimo'tsSrsir Pcidlr5'i'
7s,'~ ss r f sf 1 CIV-t~


Sada Debrosse Co.

2' Bi hi p rs F'' r "*
P E B 7 -
1 -2 1 7b7


eolnmme iln ric mnmatrr (l.
I1I hah t;> t 1:1: )ital;I > in
ilnriin s oinn l 1ilihix s-itu-
1" d 1 i.n 1 1 isl S d licl 5on-
is'.irI Ill sIsS U l t
S'tlr e (1 s 1ssi '1* l:r'r h 'Illsl






]q .o s Ii d I r L u t' I, n dIsr
(i 1 r]slt i lrs r-r d :'' ,s i
I I I r i,, I t ,. 11, i] i I

t ill l ,' l I \l o wl I '. ll t




Dani,- ,iCTIh NN I,. E (DES

NF-. D n iI e F'aul t -
i tit L P c l,r c q,]. c e.'I onr
-1 rii- p'ri .>!f 1l' n?;" c1 -



iu 11, tr Id Yoruli' as 1ie
n tpo l on5I's i r 1l ('rs ri
h, e 5, C ,fix 5i' ]-51, '











Ar 'qri p rl ' u 1-de
dl s 5c,: r, 1 1





air''Is ' - iu l d -am
r1e1, d a ra1 'i-d '
cis''. ha 1 5 irs v(ud<,,, -


Les Consoles Stereo Morse Electrophonic:

Une collection de chefs d'oeuvre!


tj


'i


*_ _.

Les different modules: Capri, Barcelona, Malaga, Lido,


Comprennent chacun:

UN TAPE PLAYER A QUATRE PISTES, UN TOURNE-DISQUE AUTOMATIQUE BSR
GRAND FORMAT, UNE RADIO AM ET FM STEREO MULTIPLEX, UN SYSTEM
QUADRAPHONIQUE, UN ADAPTEUR POUR LES DISQUES DE 45 TOURS.



CuraIao Trading Company S.

Sales de Vente : Rue Pavyee Salle d'Audition : Rue Pavee


et Delmas 48, (a proximity Morne Arty)
^a~~ooee~aawosoeocaajaw^ ^e F


s, -vl
I '
-: P.










*62


i nf repr rent 1,!1 u tol d' nt-r
Ir!ler ole mtr t1, d' c' s
product 'iSn.' ct d pnItrrr
]i s5'rn d s Ichln |it '-. dl0

()l I'll ;aux 'm plp "s ,, ''i-
i 11in d adm s ri t 'r ', 1 d
b)roize, cs biJOluX Oll ivoircC
I' 1 0 1 I'' -I- i," c I brl'e,
('(, a 'aiti de 5 pec.me l i(, I1o
tillr IsI, d t'i a til ,is plc n 5 s'
"sol. CG i ils 1,I' l 1 I ura t I
d c'll. in'll airnl i p'] s Ian-
c den na I lt mionopole
(it i rI ' i s1 lpo- eda t leo
>;;-,-.;o l 1 ;':l -1",, 0' % '1 nl
'IIr l(11' Ir ll!' 1' t 5l 2
x mil il l i ll ht11 'll Ige -

lwn"I l' lt pia d i'(c f 1" r
d LIx coln!,' 11 d r VO I dc
leur part. i ri v( r I d r si a
suiprl'l]e d !*; IL, ( t d.' seol
(-Ion d V n
E' ani done 1,1 rEltur-
du I r.l(' r m ll. lnbrt, d ou-
vaIs 1 ( :1 ircI1i nll' res s-
55( aSl lIcm )-, i ux pr ripr-
ti, s. Crl lI ino l tout '
qui lo I:t lc.1< ;>ltberv' )Oil
lOs dsC I' ll I'c S t, s ( cI pill-
t1 "d (n ,z oli)rt, 1 ni o 1'!:,l1
pi rdu dci( Ir > >'
s I ru lo" ', d t 1,1 r ]1rils e.
I ellr n l s r 'I ' atl dro:t a
Ellll t lerlm a I V 1 -S lll -
En iti'rts': is,- sltr' 5'sr'n
y Ici e's' i sn irsl'I s Als r.cA'Clrs
5' drva 0 1; n r >Ir: n' Cart '

d on d 'q breS coml]tlyr-

d t; c'1 1< 11( 'crrai 'nt ai s
CO 1o:t) ( .1 p;i r 1 0I t l .c !'
ni ts r ) r Cl .'Is 1 :o s si r s
:w, I I'c
nis,'- c'c ,srol 'rtr to,- a iset l'-
d ",irt I ,11 1L Yoro Ib; I ,-

5 's : s dr'- it : ti, OI 1la
it rIIII' t C''(I ri o o oria as

I 'Ont' ('l r 5 11' ob5r5-v5 's
ot 1. o I"% t'a t r 1"roci -
i si r x'ite ell"Itit e '1r d.' s


;c.,,, n 1, ( I" s lr i, rrh s
sQ hli' .; sr ))is' r ,' phy/ si-
'1 ;; i 1 .1 ""! W d 'r'ii de

S R I '.,) "111 1 111 jl 1 1!1 s\', '. c
t I Iit'll I'' ,l' i (I l i l 'i 't ],
I' d" r d i ,'I' 's" d C e Lpalr a:

y Iui Oin '(*'i sl O si'>" lCi"
,is ri ll '
d'lu 0r1 scbr, lt omple" et
I S-vp n e q u I s e l P p a r a l
,n ',;;. irl, p il t 'n.pect,


s 1 ,;i ,l popuin re En ffeot,
>" '* l"i pI !),:irl des narl stes d6-
L' i it p rndr Ienl s;eri 'm'mrnt du
. 1pala s ou du roi.

SCommc eel art. s diffl-
L its11Cait I aa: C 'in.p rat on
au si b.In quti par la tech
Snqih, des art, du r este du
Scoitinent, les critiques euro
peens se plurent a r6fne-
e 1 r sur son uornpne, car ils
sne pouvaient pcs so resigner
a 1'idee qu' 1 pouvait ima
ner d"ndividus tenus pour
inferieurs et done incapa-
blis d'atteindre A la per-
fection. Sans pouvoir les d6
signer a v e c precision,
Ils rlpltaient q u e
i des a r t i s t e s, venus
peut-6tre de tries loin, a-
ta;eiit dO pa;.,rr par la
n pour mtiiuer 'A.ria'n a
Scelte forne achevee de
_-i ^_ sculpture et pour lul ensei- i
'.5' -' -.'. .,, .- ,',', *,sfi 'a. -. A.,tt


pr:,t'tr
!i dce

1 erud
,'n di
don't

a Fu

cond

Ce
011o11

yanc,
cone
COM'it
Im d

Si -

'nrici
mor',


IEUMII A DPrCMBir 1


11, IFE


a technique 6h o!roe
, l'or g ne de ctteL
e cxtraordnair.a
pouvo r attr buar
ctm h d'autrcs artli-
S critlqure, ava'enlt
dfao naitre iun doutl,
dent6 'co r urs v6-
s ceratoeirs. I i(n
At un do'ute. Paute de
Spercimpto res de la
de ces c r 1 t 1-
s pour s o u t e -
hypothese de 'lntrr-
n d'artistrs trang.r es,
tstcs asnonymes no'rs
nt v'ctoritux d'une
tat on imag naire a-
mir't' ond:scutable
Siet6 les auteurs du
e Yorouoa dans le
dp la vlle sainte d'I-
d" la r'oI royale d"
En Fomme, danN Ies
's maitre. i urnser de
lent le No r est cs-
lement mnapte et le
i dans lequel il vivait
nvenait pa, au dove-
ment de 1'art i en que

cour; d .a prch stoi-
art;st, ni' r s expr -
idone stur to s parole
rott'es a 'r'ec di r mo-
a la nmeirIe d '? .ger
p'< I'r. I',- peintures
nst Il pr,'.",an t eclin -
scit i ES"rm u
., n sIn S'4hr'ye- conlt'n'po-
dce l'Et-opi',.
AFRICAIN

dans DJCTIONNAIRE
CIVILISATIONS AFRI
IS, Din so Paiulin a
mr1snt mi 1e I 'mlere
i d st igue, d art ru-
. dp i :"'t afr ca n,.
,"'art ne"r,', S. l'etu
s prli'er relieve de
it on, or Ie petit pas
re artltin' is di rn ero
1'apspari -n cn Ore -
au deltsi dc cc s orle
escite. 1, premier, iun
Bible moi ( i 1, sr.'-
d s comir'cnta ics pa-


Crss rc- ,ron, .r. sou- I1
dart africa n ipropre-
dclt proerid c ds cro-
,s r,,ilI ct-i , c d'un'
ptlios de I'I V e et s(t
il5 ci ,Istdce v e part

la li erar ie'p des diui-
i"rid un lD1 01 lointa n
's- bl? a" eommun di
1 cd '- dciux sronda


res a six r'rihiiii..h Is n'is o .
mei t dliu.Brn i 1us I

h elu ,, 1 lWt. .c
as'drei i lpi ,,l e s i
pour (l ti 1 liits rcrM ,. 1
f vci rll' aiiprs r e i i 1 ,
prisne. Auspirarvti I I ..'
lpp 1 ll Iii l, 5. i
f xer dalli I r ') A, lic Ia I
i du demifnt ivqpil il a n
puose di rt l s I ,b i'.a.,g
clani se iliOlli 0 i' (id sds t.
se. AvPC e toertr, ri '"ril.r,
quo le pr e iri o n) p-ri
toutr valour my11 qiw .s It
dispar t oL n di drn s r de-s
cendant d'iUne lgnli6, oi qail
pour uin ras'rl a oun ;i.. r n
tre. les lltjn 'e C, O i( ,1 '(,1 ,
d6 de ni ttsrr i : I i ,. ra
dont ;1 eta t i r.u, i
Ces statues a .-ocs i ,r ;
tucllel partic pcin oi i A.;,
all nln e drrr ; (i,, ',, 'tu
Clhst I t 1t s I -. T '; 1 ,I
fetieoisoor oh',s sr 1
tous smoru'ew Cv rmp.
tatI hitter,, di iprifr Mr
boi', rd 'cores d,' ir. i
mani-rrp ,-Ion J1, h ( u" n,
''o'i I sir
Dpaor I s'r tr s -r ,r
ehr 001I5551 i5 li n it ; >-
cid r ronsultv i\ ni i 0 -
prie d 1 i;Lr'sr 5"1, ; ; -,
val- orts I I va. :- .:,
i. l n(' ;l m .. ,l ; -'
r :t r rs''
pour q'i'll IH '.- .,.-, *-*
p lir lI : o, n : ,o! .1:1; ( ,,
plttriLtt it dost ,i .. *-
d(, ri s'' l ts ;rt.' r .. :
c ctl, :F pa ,; ,'
Qlie : ;iCix s s .ir, ; I's
men ri fu: .r~r"' Is -,
opQrn'tor.- d", -h.'. 5 5 ,
I1-' ax IVi'sr aerss 11 : d i -
q so .,'a1 l. "-*r,: '
r' da in< Ir- Pa l :'
II eim pru'i' ". 1 : 7I =-,-.
dp 1 homm i' ,'. .
C" lles dc'- .S'.. .': :

Danm I ES ARTS DR '.
FRIQM E N')IRE ;-- :..7 "
n fai- ru'mrlr.a ,u'r a a p
du ms't'i-. q o .- ) > -.
idpo ro. e,:up'i ''" cm
dars,'-tr ( ] il-
i's 1"- s "r .,s"' D :" 5
S11 n- f1" : i F" '

i Vo, r s ki v


H "_//////, _/ J'J- /'. '. ." f. r. :r.




10 cemprifnes eFHervescentsl




Lisez bien ceci !
QUAND LA GRIPPE VOUiS MIEQNA( I: (QI I I Tll-I
VOUS ? VO()US ACH(IIETEIZ )D: I. V I ( (1 i i ( A\D
S(ETT1E GRIPPI: ES'T A('CCNII'AG(NI.I I MI(.RII, ;
DE FIIEVRIE E ,T 1DE CUOIRBATUIV IiES I I I11 1-
S VOU'S ? VOl'S AC'II ITEZ 1)1E 1,.ASi11N L..
VOUS A('IIE'TEZ DONC DElX 311I('1'( 111ENTS
QUAND 1AINTENANT VOUl' AV1.7Z A 1 ; )rl 1'IS -
POSITION UN SEC'L PRODUIT Qil ('IM11111I II
DE['X ACTIONS ? QI'E IFAITES-VOUS ? M(1i I SLA
C'llI'TEZ TOUT SI.MPLEM1NT.

SEDERGINE
CENTRE TOUTES DOULEURS AT1CI LI.AIRI S
.,M SCLULAIRES, DENTAIRES, RllUM1 ATI1S IALN:.S.

SEDERGINE
EN COMPRISES EFFERVESCENT.
S ^.~'t ftJ..J.'. f J.- -fJ.'t -r ft.f-t-r 'f


Jeudi 15


Diebmbre


UNE SOIREE DE


MUSIQUE HAITIENNE

AUTHENTIQUE



Lionel Benjamin



dans son tour de chant

en exclusivity



AU BISTROT


Reservations : 2-1809


s5,ka ,ki-dte eJ ~ -, ,1s.,., -,


cononise


36i% d'Alectricit'




av c les climatiseurs


Fri rich


~-Bignl~T-- ~-----^-----L-IICII~D1118~~


~Po, ': '


~kurrAL~L~




JEUTDI 8 DECMBRE 1977 Now


VOTRE HOROSCOPE
S Par Frances Drake


cI1~ic 6


VENDREDI 8 DEC 1977


21 MARS AU 20 AVRIL
(HEILIER))
PI'rie7 garden On essaiera
die vis mantirlvrer Gardez
rIix et orcilles ouverts a-
fin de pas etre trompe De
lOuiivea.Uix iivantages restent

21 AVRIL AU 21 MAI
ITAUREAU)
N( rc'iiz pas voi promesses
ma.is te.ssavez pas au-dela
du possible Ces deux extr9
Imes s prcienteront N,ac-
re le7 que ce que votre bon
scns riconnait conmme con-
'neant a a a journee et a
%nI bonni intentions
22 MAI AU 21 JUIN
(GEMEAUX)
I c. lrcins de 1'expdrience
ciim i rinciront les actions de
ce jour in programme bien
.'udic rcus. ira inieux qu'ne
in pro isa.Ion de la derniere
11l1nl11te
22 JIIN All 23 JUILLET
(CANCER)
Itcstez prel, came, capa
hie ,t Ils problenmes se re
muidrint plus facilement
\oiilr< per aiasion est grande
in.iis i 'n abuse pas
24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION)
linifl lenics stimulantes
iiiiliquAii.i une journee oil il
f uidra laire ides efforts Tra
,aillez aver ceux qui encou
rigeni votre desir de reussi

(VIERGE)
2,1 AOfT At' 23 SEPTEMBRr
Vou. aurez un problem
complique Attaquez-le avec
une determination intelli-
en/tc mais solid Defendez
aive fermete vos principles
ma,.s vitez d'etre brutal a
Icgairm l'autrui
23 SEPT. AU 24 OCT
(BALANCE)
Bonn, journee pour tirer
Ies fwcullei Des personnel
iiilluentes viendront a vous
si vous avez besoin de leur
auide
21 OCT. AU 22 NOV.
(SCORPION)
BIcir niz une tendance a
);i cOnliltivi/c vouis pouvez
6/re iindrpendant sans arro-
gamce on esprit de domina I
iJon e/ vous irez plus loins C
23 N(OV. AU 21 DEL. C
(SAGITAIRE)
S ViiiiI,', avez des doutc ou n
d'sv im crtitudes pour lancer 9
(ine (c('rtiiine entreprise, so
yez prudent Essayez de de-
ti uvrir les raisons souterrai
inu de vo/re hesitation
C(ItiIX-ROUGE IIAITIENNI.
AVIS
ILa Croix-Rouge IIaitiinne
jinvill le: Volontaire.,-Se-
S',,ti tic qui v oulent bin n
'p ir/tciper a 'organi action
,lu service des premiers se
.lours pour lcf accidents de
l; route ci s'in crire au Bu
4rou Central de 1lInstitu-
,ion, tou les jours ouvra-
b)le de 11 Ih. A.M. a 13 h.
Porf-au-Prince, le 6 De-
h La Croix-Rouge Haitienne

Flatulence !
;Maux d'astomac.


,sZTRET BILJ. c











4t 1

Rbr





t ;

Laissez Efondre
2 surettes
Ti Madam
dans une 1/2
verre d'eau
a base de ricles
..... . ,


22 DEC. AU 20 JANVIER
(CAPRICORNE)
Situations nouvelles ou
propositions exceptionnelles
Etudiez bien et regardez vo
tre action jusqu'au d6but de
la semaine prochaine
21 JAN. au 19 FEV.
(VERSEAU) :
Votre intelligence est sti-
mulee par les bonnes influ
ences d'Uranus Donnez le
bon traitement a vos idees
creatrices Elles r6ussiront
a merveille
20 FEV. an 20 MARS
(POISSONS) :
Difficult probable a corn
muniquer Prudence particu
liere si vous parlez ((en con
fidence) a autrui Vous ris-
quez d'en connaitre le con
tre-coup
SI VOUS ETES NE
AUJOURD'HUI
Vous avez u n e bel-
le intelligence, une condui
te directed et une tel-
le confiance en vos convict
tions que votre pouvoir de
persuasion est immense
I1 y a une touche de mysti
cisme en vous qui, parfois
s'exprime par la musique ou
la poesie Vos dons sont si
nombreux que votre choix
de carriires est presque illi
mite mais vos plus fortes
dispositions vous orientent
vers la finance. l'admini-
tration des affaires la t-ien
ce le droitl, la fonction pu
blique et la mide(ine Gra
gnes et des proportions, ous
ce a votre sens exact des 11
feriez un excellent art hi-I
t-ec.


A la Caisse
Populaire de
St Gerard
7uitt de la lore page,
tive depui s 25 t:.: t
local 5 a, t P.. ..-- / ;
grand pour tan ,' a i lLO -
rIs COInic entli'c
Apres l alocu : c b. :.
venue de Me Lin-1 I..
Presidi.nt du Cu.- ..
n srat o1. i s d -
ports de Le C -
Gerante. de L. --
oe Cred.t e- du C.i...
urv i"' iaa c .'e; '.-
mint conmmel'e- p.: .--
grunome Rteni La:-.
Me Julien Lau'.ire
d nt et age nt d a -- -
C. N. C. par Me Ed,.:n
Tardci u pre-.d de C
P. O d!t ls0. 5 d.re _

t de 1organ- aJ'on1 ,-,-
at ve de remi -re a,.* :
c.en press dt.l Marc Ac.
Id St Gerard e-a .-
, dented d .CO M

remonie c.
our.
L, b.lan ts c .-,a :
nuels de .952 -
bre 1977 et 1, : :
de lxtre ce 1 -
rim(nIt txpo-0 c' .:
grand., tab ea -;- .' "
la f rte de-s C,,p : -
de St Gerard d -. .
de tou dean : ; :.' i ?
d un progrt : ; ( -, :
dent. Ai dsa
L adm dio,i d, 1 i p, '-
Mine Dants Jo oph a,
l1a ,a i aXl i eq i iw ll (":;. t
te de la Ca ss fu 1 r,,' ,
par 1 ac ,s a r ,: a, ;
iiastes de si ,)(i air, t-
qur :e rale it' 1. d( ) ] j
phabef sa'lnnI d-,- c'oi *) i"' :'
1nt g ri 1re

en jouri i ta
t' I r -11 C r, (. im 'a 11)\ 1'> i
nera re(, id d. oiln oi m;i A
is. pour compleltlr ; f 'i ra-
:on des a d Is t n
eur procurbant de lo 3si3r
)rofil ables.
Un. grinll r('(ce'))on el
a present 5on dn flmr drr
a dern'cre aBsemble et Ii:-
ra!e cloturbrent la reunion
du jour et. vo'alnner,. rn .i
donna rendez-votus an 21 A
vril. jour de Ia Cromm n6mora
eon des 25 an. de la Cadse
Popular dro Sln Gerard
t d'rectdir ei aux yoc' t.a


2.769024 au pa*.->- duranr
Case.-ulie _.


AU


CINETRIOMPHE


Salle 2








Jeudi a partir de midi




L'ARGENT DE POCHE


Salle 1

Vendredi en zrand aala


a 8 heures 30

/ LE LAC DES CYNES


Le Ballet complete de TCHAISOSKY Un Aare en ciel
de Beaute, Toute la grace des Vestales du Feu Sacre.

6 2.00 et ?A


Dimanche


Le Drame consternant des


enfants tcrribles


du Siecle, interpreted par 2r09 gsses de 14 ans



1.50 ct 2.00


CARRIE

Le film oui secoue le monde
Toute la puissance de SATAN !
Uve infant terrassee par le Demon --
L'enfer dominerait i l'univers ?

Cette oeuvre impressionnante
illustrera les manifestations du Diable


. .. . ....


PAOE 3


I





I!


-~-~--------~'-


~.'rrna~c~sKc- - - - - - - - -y~


- .


~d~t~pl~3~aa~P~P.~~


;,, *----- .- -- - - - - - - ---- I ... I






i


ZDAYLAX


LE MIRACLE D'IFE


sith' te la 2tllre page)


ti', i t t r t ,l ,t lo le s in )
S,>n l-Hit au plu'i Jouir -e t-i1
1 I rilr i un chei val uLm. It'
'. e lct e,' le h' ef"
, ler i de posc


( vdn .rann. elitn, l'ar i-
*, rIrlin t l et creation. 'il
ii' '^trt it\ ila nelir,, ct
jn- 4 lar6I t ucittOi ifilsvet-
n 'at inspir r, il refuse de
1I ,opkr nol d',n so lblr In
tyra- nn, Poe rt.ant.. d'nprtc .
I i pa' c alItrPs'de El'arl afrl
I, c le artistes africnins
s'!%, eln drux rat6p'n
rW ln qI'11l out pour
cA Ar In fnrt ou la sava-
iSe. leuran ocuvres sont ra-
it', oun brtraltes En rna-
i;e toulou- svolon les con
I ia hicn. ail rrivo qu Ia
tpux t-lc ovoluent o6te
Ct ranam se gner. Tant
n ,- vral qu'lcl Ie m' ie
n, loc pa- tum r6le d6ter-
minanti

'A R NEIRE
(- qu'*n appelle art no-
E'r c'eit 1'art africain & la


favour du choc qu'll a pro
duit en Europe, en France
palrticulibremiit. En s'impo-
:ant brusquemeint, 1'art afri
eain provoqua deti effects im
iuedilits au moment juste-
niment o les artistes euro-
pd'ns s'ennuyaient tant6t
dans ic style academique,
tantit dans le style impree
slonnl-.te et ou ils rechbr-
chaient d'autres sources
d'inspiratioi, asplralent Itin
renouvautl, soupiraient'apr6s
un style neuf et viril. Get
art strange et original leur
procura donc Ce sang frais
et snin don't ils sentailnt
impfrieu'ement le besoln.
Blen que l'art ntgre conm
me le jazz noir ambricain
exerqAtt une influence cer-
taine sur un art fatigue et
e souffle, il ne faut pas,
pour gutant lui attribuer la
paternltd de certain styles
qui, sans lui, devalt surgitr
par la force des choses en
Europe.

SYNTHESE

Nombre de chercheurs s'5
talent penchts d'une fagon


particuliere sur 1'art afri-
cain, alors que d'autres s'oc
cupalent, de preference,
d'histoire, de geographie, de
resources naturelles, de
moeurs, de plus en plus de
la vie politique eit de rela-
tions Internationales. Etant
donn6 les rapports existant
entro la plupart des con-
naissances humaines, elles
aidalent a uile meilleure
comprehension de 1'art afri
cain qui n'est plus consid6-
rd comme'un ensemble d'd-
bauches grossifres, de cari-
catueres coniparables aux
eFActs maladroits des en-
fants ou aux extravagances
de certain fous.

En debors des peintures
rupestrei'. les statuettes d&-
dle,'s' aux '- entres, les 'mas
vques rituels, les tites de
roi6 et e r-eins%, les Afri-
calis aimaient s'affubl.r d-?
,peintures corporelle: sup-
pldant ainsi 'aux masqes
an cours'dp? initiations. Ils
recouraierit 'enfin aux pein-
ture 'murales pour la, d-
coratdon de l'interleur ou
de l'eaxtrieur des masons.


Musique et danae, mises
a part pour la circonstance,
tcl est 1'essentiel de 1'art
africain, a charge par ceux
que le sujet intnress.e de
consulter les Quvrages des
auteurs qui en ont fait une
sp6cialit6 et qui 1ont traits
avec 1'autoritl que, dans sa
complexity, il exige.

HORIZONS

Toujofurs dans DICTION-
NAIRE DES CIVILISATIONS
AFRICAINES, enjambant les
slices, pour ainsi dire, a-
pric la prihistoire, Jacques
Maquet entire dE plein pied
dans le stade actuel de 1'e
voluton de la peinture afri
caine, negligiant pour la
circonstance, celle de la
sculpture.

A ce propos, il a dabord
fait remarquer que si la
statuaire a surv6cu en ob-
servant 1'esprit et le style
traditionnels. tel n'est pns
le ca, de la peinture qui.
en s'eloienant de 1'expres-
sion adoptee dans le< rot-
tes du Sahara et de l'Afri-


que australe, tend a s'intd-
grer.dans le movement mu
derne.

Jacques Maquet indique
deux directions, doux ten-
dances ou, pour 6tre plus
exact, deux Ecoles. Selon
cette classification, la pre-
miere se conforme aux mo-
diles des centres d'art exis
tant a 1'6tranger, centres
ou les 6tudiants regoivent
un ense-gnement systemati
que ou une formation dans
la tradition occidentale. La
second vise d'abord h oc-
troyer une certain libeirtf
au jeune peintre q'iitte a
celui-ci d'envisagE( un comn
plement de formation de ca
ractire acad6mique.

Que ce soit en Guinee, au
Srnegal, au Congo et au
Zaire, etc., on a's'ste h une
veritable effervescence dans
le domaine de la peinture
et de jeunes peintres ont
fait valoir leur talent en
se concentrant sur les the-
mues de leur milieu ou en
se lanqant dans le courant
international. Dans cette


S'LA MASON



-U L CLAUDE DLIVAL



"BANDAG NOUS FAIT FAIRE BEAAUCOUP



D'ECONOMIE"


( PENDANT MES QUIN7I ANS AV("C I SINTRA At' CANADA. NOUS AVONS
TOUJOURS UTILISE LI S PMNEIS B\HN)A(; N LIAISON DES NOMBREUX
AVANTAGES QUI NOUS E1 TIRONS N0 5 DECLARE MONSIEUR BEN
DUBE, ACTIF ET COMPETENT RESPOiNS"ABEI. I)t MATERIEL ROULANT DE
LA SINTRA


4... ARRIVES FN HAITI DCPI'IS BI1NTOT TROIS ANS. NOUS AVONS ElU LA
CHANCE DE TRB)I VER UNE USINF BANDAGE; EN TOUS POINTS SIMILAIRE
AUX ME1LLEI HFS INTAI.ATIONS DE L1AMERIQUE DU NORD: NOS
RECLAMATIONSl A LA DIVAL TIRE SE SOT TROUVFES VIRTUELLEMENT
INEXISTANTES DIRANT (CTTE PERIOD.

< SANS BAND1G. NOTRE BEDGFT DE PNELUS NOUS AURAIT COUTE UNE
FORTUNE >D

( SUR UN CHANTIER. IUNE CREVAISON PEUT CAUSER DES PERTES DE
PLUS DE CENT DOLLARS i, 100 00) I'HHERE : BANDAG GRACE A SA GOMME
PLUS DENSE. CREVE M111NS SOlVENT i

LA SINTRA. QUI AU QIEBF( OPERE ICIX PARCS. PARACHEVE CES JOURS-
CI LE DERNIER THONCON D)l LOT 2 DE LA ROUTE NATIONAL No II. CON
TRAT QUELLE A PU OBTENIR GRACE A LA REPUTATION QU'ELLE S'EST
FAITE INTERNATIONALEMENT DANS LES GRANDS TRAVAUX PUBLICS.


LE PROCEDE BANDAG

LE PROCEDE BANDAG S'AMORCE PAR UN TRES MINUTIElX EXAMEN I)DE L INTIERIF IR T DE L'EXTERIEUR. TOUT ENDOM-

MAGEMENT EST REPARE SELON LES NORMES DE L'INDUSTRIE. P IS LE PNEM EST RAPE. JUSTE CE QU'IL FAUT POUR QUE

LE PNEU SOIT TOUT A FAIT UNI ET SE PRETE BIEN AU (OM ACT (IHAQIt PNE11 EST MEISIRE INDIVID)EILLEMENT

ET LA BANDE DE ROULEMENT EST COUPEE SUR MEASURE.


UNE COUCHE DE GOMME DE LIAISON BANDAG EST ALORS I)E(GA(GI DE S(1N FILM PROITITEI'H FT AI'PLIQIE'I. AU DOS

DE LA BANDE DE ROULEMENT BANDAG. PUIS LA BANDE DE RO)I ELEMENT EST POSE SiUR LE PNEU, SUIT A LA MAIN, SOIT

A ['AIDE D'UN EQUIPMENT SPECIAL BANDAG.


UNE FOIS LAiBANDE DE ROULEMENT POSEE, LE PNEU EST RE ('01 VERT DI)UNE ENVELOAPPE DE (AO()UTCHOUCI( BANDAG-

FLEXIBLE ET MONTE SUR UNE JANTE DBE VULCANISATION. LE PNEU AINSI ENVELOPE EST ALORS SUSPEND, PIARMI

D'AUTRES, DANS LA CHAMBRE A PRESSION BANDAG: EN RECOUVRANT A DE BASSES TEMPERATURES El A DES PRESSIONS

DE FONCTIONNEMENT NORMALES, LA BANDE DE ROULEMENT ESI SOUDEE AU PNELU All ((OURS DE CETTE OPERATION DE

VULCANISATION.




GARANTIE


1) Un pneu Bandag vons garantit autant de kilometres qu'un pneu neuf.

2) La Dural Tire Division vous Earantit le pnea Bandag centre toute. malfacon

t ,cN P World* PublCHt6


'iJ~v World. PubiIcIt6


ia


alternative, l'artiste africain
6vitera les facilities et les
maladresses de 1'art naif
ou primitif, gardera son iden
title tout en se jetant dans
le grand courant interna-
tional en vue d'une consd-
cration au sommet.

II est entendu que l'artis
te africain comme ses con-
freres d'autres contr&es cou
rent le mime risque, le ris-
que d'un conformilme a 1'6
chelle international. D'a
pres Maquet, deux facteurs
contribuent a. cet effet. A
part les contacts interna-
tionaux constants, les pein-
tres trouvent a leur disposi
tion, quel que soit 1'endroit
oi ils vivent, les mdmes
materiaux de ba e pour leur
travail.

D'autre part, la reproduce
lion des oeuvres des artis-
tes las plus eloignos les
un? des autres a fini par
leur confirer un air de fa-
mille tout a fault frappant.
Circontance qui invite pein
tres et sculpteurs a l'ef-
fort et au depass.ement.

De 1'avis des experts de
la sculpture africaine, sa-
cree ou profane, elle demeu
re encore solidement re-
lite h la sculpture popular
re traditionnelle et a cette
sculpture clas',ique qui con
i t usine pirode de splen-
deur et une puissance de
rayoinnement anterieures a
1 apoge d'If'e comme cen-
tre cl- culture.
Slon leur opinion. regar
dant ci te1iiOA l 11 t pciniItur
propren'o'nii dil,, n-, coim-
Inltire I I rriuic 1niVravc dr s'a
bandoniner in'r lia piIt( nill
vrtintI' d'i n art ii;ll ou pr
mitif dlauclt, strtile et lllu
seoirc, stir l base de 'etu-
dc ,t de la liberty( die 1'ms
itiralt)-io on pi' ut lentrevoir
coninei jadi. a ilie et au
Bi'(ni. I 'nergitcl a I1'e-
chelle continll' nttiae d'un
artl a a 1loi original el lide. On cra I done a la
veillc d un second miracle.
oeuvre commune' de tous
les artistes africains aspi-
ran: a mIn competit'cn. q'iel
qie ardu,- tie'elle 'oit. pour
arriver a 1 egaliie, pour nic



INSTfTUF' DE
DEVEILOPPEMENT
AGRICOLE ET
INDUSTRIAL

AVIS

11 est porte a la connais-
sance des interesses que
L'INSTITUT DE DEVFLOP-
PEMENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIE'L IDAI organist
un concour 12 lundi 12 DC
cembre 1977 a 2 hcures 3(
p. m. a sa Suciursale des GC
na vc(< n vuc du rcrute -
ment d lin Comptable pouI
le C ni re de la Petite Rivi
re do 1 Artbion ti.

Part c.iproni a cc con -
cours l(s six (61 prem ers
candidates qui c st ront preE
lablement Inecrits jusqu'aL
i9 December 1977.

L's po-tulamns arvroni
renplhr les 'ondli oiis su! -
v;iiis lt oil'iettre obliga-
i (t irtInI nit., oUtlr InI1( plot(
d id(int te, les. documents 1
SI e'll n its :

I1i Et.rc tegt de 20 ans au
Moinmi, (it de 45 an:is a plus

2olI Etre d- natlonil:ti
ha llienne;

3loiAvoir parcouiru le cy-
cle secilndai'res cla-siques
Jusquau Baccjlaw'-eat l re
li rt i ,

4o) D6tentr un d pl6me de
cemptable del:vrc par une
Ecole de commeIrce recon -
1ni' ou justifier d'une expi
rcitlcp dans la pratique
comnplable de clnq ans au
inolns,
5oi Certificat de bonnes
vie eit .mocurs.

I. r c. cripiinr. 'cr-ont ra-
1.. du ,i 5 dii P-ersor -
0 l d. I 1DAI P rci-,,.i-Pnrl
i-, d ii Ii h er-., i n a I hi. U
i' ) Ihi lut'i i.i j,_i. OuVri
bh s

Port-nu-Prlnce 1.: 29 No-

vemnibre 1977
INSTITUTE DE
DEVELOPPEMENT
AORICOLE ET
INDUSTRIEL


pas ,m6riter aussi dans ce
domain le reproche, Injus-
te d'etre smal parthl. Par
paresse ou manque d'or-
guseil on a voulu lever 1'art
cna'if ou espece de dignity, 1'assimi
ler S une sorte d'dtat de
grace, le traiter comhme une
fin ou une forme achevie.
Considdrant 1'6volution comr
.me une march ascendante,
les thtonneinants du pa-ss
et les progris succes-its,
cet art n'a de sens que dans
la measure ofi il constitu-
une tape atteinte et a dd-
pa'rer ensuite pour en fran
chcr une autre. Cela dans
la vision d'un sommet anti-
cip6 ou d'une perfection
rivde.
Ainit, seulement en met-
tant h contribution la lon-
gue experience d'un pass.
glorieux et lea techniques
artittiques accumuldes au
course des siecles, 1'artistA
no'r contemporain pourra
esperer arriver au solennel
rendez-vous du donner ,t
recevoirs avec des oeuvres


d'art si blen inspires et r6a-
lis6s uu'lls pourront sout,-
nir honorablement touted
comparison 6ventuelle A-
pris une trop longue p6rio-
de de pl6tinemant, le temps
est veriu d'une 'renaissance
qui ne s'accomplmn1 que si
toutes les conditions de pro
gris sont itablies. Seal le
fonctionnement d'6coles ou
de centres de formation add
quats avsc des profe-,smurs
qualifies marquera le pr6lu
de de cet vnenemnt artis-
tique et historique. Hor- de
1, les voix de strines les
plus m6lodieuses, le< com-
pli.ment's les plus flatten's,
les propo5 les plus encoura
geant d'esthitec fattguis no
Fauront remplacer ces inwtl
tutions. Dans ce domain'
come dans tous les nitr..
c'est a partir d'uno fonda-
tion solid que -,'lW'vernnt
des oeuvre' radieu'es par la
forme et 1'inspiration frnp-
p6is du cachet de la beauty
et de l'immortalt6d

Rend PIQUION


MAISON



Roger Dartiguenave


ANGLE RUES DES CESARS S- DU CENTRE
B. P 233 Tel 2-0732

Depuis 25 ans Fournisseur de nombreuses masons


de la Capitale et de la Provi


nce


METAL DEPLOYED (types divers) TREILLIS
PLYWOOD (toutes epaisseurs) HARBOARD
FIL A LIGATURER BICHROMATE
QUINCAILLERIE DE TOUTES SORTES
OUTILS DIVERS (Marteaux mecaniques)

PRIX AVANTAGEUX "PERMETTANT DE REVENi
AVEC UN BON PROFIT


DR


REi


Samedi 10 Decembre



jeme Defile de Mode


COLLECTION YOLANDE MONTHS


SAISON 77 78


AU




BISTROT


35 pouve?.x models pr6sentes Par

Lissa, Marie Jose, Jocelyne Flavia,


FIore et Nancy.


Reservations : 2-1809


El S -~.~ ~~-~~-IY9sI-*UW ~lL~silliinh~. -. -- ,. -..


~-a


--


9 i}
LE MIRACLE D IFE


Laxatif an ehoeolat, Vainqueur de -a constipation


~>3aa~saar~gp-~r~/~zr~r~w~Nr4u~-rrr~~-~j


U


"-----------rz~-~-rr~/zJrrrzrrzu~N~v~vr~c


"` i


aPi. ?- a 4 -; *..


I . .





Nos Mots


I,,At t 1tt1min K10544

1 4ss~
v s '41, lr4r


4 4'4 4l'4' I tIltt
all
44. 444444'II tIll
t' 4 1444 &llv11




pour Iv 44pnet4



WALF4ME 'N'T


1, 4rr4 4 4MC


HAITI, AUJOURD'HUI..

Haiti n'a pas' de" Poumoti"
ljar tW6bert LlA1 S .4


4. Situaion- v'Ile d'Italle
5. Adv ebe ancien nom de
I'E pagoi?
6. Dvu> consonnes en An
go a
.7 RaWnure tr'angula;re pra-
t quse dans la qu'lle d'un
nav're deux consonnes
.8 Irld es b'lbeus?s A belles
flours (pas dana le P.L.)
9. Dan le titrr d'une oeu-
vre de Maupassant
9. Vivtnt dans les v6getaux
pilirr'si
10. Touple abr6viation
de 1'a parel qil' cmimagasi-
in dfe 1'energae


' \ 1.MINT VERTICALEMENT


-, il F1;4
AII t
J C4 44
10' M


1. Medan'smes 2. Edesse -
Asa 3. Ni tu 4. TT a-
c Cr 5. Al Ra 6. Un'on -
islt 7. Ronsard on 8. En
i4uu Hue Hue) 9. Mie -
AmedeC 10. Aaron nies


Cette semaine le football
reprend ses droits en gj.fn
de pompe avec l'o6dvetli'e
solennelle du championnat
metropolitan Notre princi
pale artne sportive 'le
Stade Sylvio Cator a con-
nu hier soir, la rule des
mordus du ballon round; -et
9a a ett les retrouvailles
entire partisans et ahssi en
tre dirigeants de clubs
Mais ceux--ci, avec le chain
pionnal de lere et 2eme di
visions sur le bras i organic
ser, auront pent 6tre d'au-
tres preoccupations...
Par example; a part les
problems de d6but de sai
son : manque de fonds dis-
ponibles, dettes A liquider;
joueurs indisponibles etc;
il4 auront sans doute le
problem de terrains d'en-
trainement avec install -
tions sportives
A part le football, les au
tres disciplines sportives
confronlent aussi ce problem
me; qu'il s'agit de Volley
Ball, Basket ball ou de ten
nis etc
Pourtant cet handicap ai
la pratique du Sport en g6
neral, n'est pas typique -
ment Port-au-Princien; la
province le subit aussi dans


La saison des Fetes de fin



d'annee s 'ouvre avec le



petillement du Champagne


<< VEUVE CLICQUOT >




Commencez aqreablement votre soiree


-- le vendredi 9 au BELVEDERE


l- le samedi 10 CHEZ GERAiRD


-- Ie dimanche 11 a LA LANTERNHE



ou le champagne VEUVE CLIQUOT vous sera offert


gracieusement a 1'aperiti.


des conditliods Adtres qtue la
capitAe
'En provinho, 'n gthtral
on a impression premiere
qu'on peut trouver un ter -
rain pour prafiquer le
Sport Certes, cela se pour-
rait; mais la plupart du
temps, ces terrains sont
inadapt6s a tout pratique de
sport et par surcrit, sont
loin de posseder des instal
lations sportiveg Ce qui
complique, on ne peut
plus; la question de ter -
rains dc jeu en province:
A Port-au-Prince of i11 y
a maintehant une sorte d'e
largissetnent des cadres
sportifs; il est a se dean
der oil s'entrainent tous
ces sportifs ?
Certains des jeunes
font grand cas du salon
du people) de la rue;
mais ils risquent a tout mo
ment leur vie; d'autres pro
fitent des averts gazons))
des places publiques aug -
mentant ainsi le problime
de la protection de 1'espa-
ce vert Mais, en general,
la plupart des 6quipes de
foot-ball par example e
prouvent la plus grande dif
ficulte au moment des en
trainements Vraiment n'est
il pas difficile de faire en
trainer et la lire et la
26me categories et aussi les
tout jeunes. et cela; en a
adaptation avee le temps de
loisir de dispanibiliti de
tout Ce monde ? Le problI
me est li Haiti; vraiment,
n'a pas de <,poumons), man
que de terrains de jeu pour
permettre a la jeunesse et
aussi aux clubs sportifs de
pratiquer le sport come
il ae doit chez Nous Alors,
puist le les ,0'jo ii res /:Ian
foot-l)ialleurs. volleTt lenrs
qtuj t)(4sit4eteurs cN iWont I)n s
4I) en tra 4ner4 co inmn( 11C il


Pharmacies
assurant "e service
cett nnit
JEl I)l 8 DI) (''SI- I t' t1977
VINt' NT
Hue' Mgr ( uilloux
s t A NRUE
uclle Alix toy
SIMON
Ior Ruelle Beasiubotuf
PFTI ON-VI .1.E
PETItON-VILLE
Rue Flambert
VENDREDI 9 DEC 1977
PADRE PIOt
Blv In J Dessalines
APOTHICAIRE
3e Ave Bolosse
BON RE.MED
Rue Lamarrc
'FTIN-VILLE
St PIERRF
Piace du Marche
IN TSTLT DE
DFVEL.'OPPEMENT
A4GICTL-F ET
INDL)'.eTFR r-OL
AVIS


aut, 'eux-ci aetitcent par
Ifdis; *u 'temps des maitchs
e. l a fatigue plihyslqt, t'du
manque d'endurance, en un
mot, de la faiblesse. Alore,
le public qui ne reicinrite
pas aux causes premieres,
accuse les joueurs. Pour- -
tant, i hien y penser, la
question de la pratique du
Sport en Haiti est d'Abord
un problems de upolirnons,
de terrains d'entrainement.
Alors pour maintenir les
poumons en isaant y-a-t-il
des moniteurs, des educa-
teurs ,physiques ? Encore
une question h r6soudre...
Le problime de poumons
-de terrains de jo a des
consequences sur le plan so .
cial. Certaines perspnnes
qu'on croise et ayant lap- e A &i4 xter r
parence de bonneb dispos,'- ... ..
tions, si i'on y regarded de T
pres. de tt'is pres, sont dis
(dinadaptes)). I1 ne sont pnis
en condition : manque de
,sant6 physique, manque d' e
quilibre. Certiins, pour y ob ANCIENN ,MAION CHARLESM DEiAN COc
vier, pratiquent ie yoga et
font des efforts surhumain.
pour paraitre 6quillbris.
Chez nous, il faut bien
se rendre i I'ividence (le .
vdritables significations du
sport sont encore 5a decau-
vrir. peut-Utre d Creer).


VU LE COUT DE L'ENERGIE
ELECTRIQUE ACTUELLEMENT.ACHETER
UN KELVINATOR (REFRIGERATEUR
CONGELATEUR) C'EST COMME SIl VOUS


POSSEDIEZ UN CUMBERLAND


POURQUOI ?


I FVINATOR uttiise de
nriviolante~l do
IIoIfEt hIuGoe houte







\' -VINATOR~utfilse

ar~e't ques IJux quatre
C r es p~cur mieux

(ac"o. ecenom-e
d e'-erg~e)


KELVINATDR =


s


un
chc
nir


OLO


Ccl


LEGAL


LVINATOR utilise --
tube de gaz
aud pour mainte -
les parois ae
ppareil au sec
ns toutefois ajouter te
uteux fonctionnement
Jn rad!oteur (d bu
oncmie d 'encrgie )


/._ KELVINATOR utilTs6- ."s
un condensateur natu-
rel de gaz a [a place
d 'un ventilateur elec-
trique Id'ou econo
mie d'energie )


Economic d'energie = Economie d argent

VOYEZ LA AMPROSA
107 Rue Pavee


exilez




le label




de la quality


: -,c. des .n'tP -ss. ; quI
INSTITiT DF. DEVELOP
CEMENT AGRICO.E 'ET IN
S, ,. r 1 l u d 12 D -


mnn duh IComptablp pour
1 ir d lui Pet' R -
v trr dp 1 4Ar 4ibonit,
4) 4,r 4.( p W ;A (C, (")4I)



i19 DI mbrp 1977
I,- 1c i l an devront
r mplir les cond l on1 SUI9 -
noirrmhn' oul r., une phol')
d d- ir 'p, les dwi(LiI l nlI y
a;iprptkln :
it) F',re figf d, 20 nns I
Ynwm (<1 dp 35 an, ail u)iIIs
2n, Etre de n ii:tilonil

3or Avo) r pC r)oud 11' cyI
c' (1 4 col' da1(4 4 ('14 IssIq4lie
jusqu i] I Bact hlalr nat l r
4o, D'nlpn1r in dplom de
omptl4 nbl, del'vri- par line n
Eol de commerce recon .
nue on justif r d'ullnp (Xl)('p
r encrv dans Ina i)rnIIque
coniptblc dr cin]q anns ll
moins,
5oi Ctrt flca d44 bonus
v el t mocurs.
Le} Insrlpltions wrontl re
(rues nl(ca 10C i du Clntlr
1,ous les j0ur OuVTables. dea
( hieure & mildl el, de 2 heu
res A 3 here p. m.
Les copies des partcl-
pants ser1ot chemln6es
sound. pH acho4w a4u s1ge
Social de l'iDAI 4 Port-au-
Prince pour corTectlon.
Port-au-Pr'nce, le 29 No -
vembre 1977

DE DKEVEIppEMENT
4 )T444,)444 'B 4
n44 44


rnm a f~g


Horaire pour Decembre 77 et Janvier 78


No.

vat


Depart de

Port-au- Prince


LM 209 Mardi a

LM 210 Mardi a


Heure d'arrivee a destination de


Kingston


San Juan Curaaca


14.50 h


12.45 h

16.15 h


LM 456 Mercredi a 14.30 h


LM 456 Jeudi a


14.30 h


LM 210 Vendredi a 16.35 h

LM 456 Samedi a 14.30 h

LM 457 Dimanche a 15.05 h


15.20 h

15.20 h



15.20 h


17.10 h


18.30 h

18.35 h

18-35 h

18.50 h

18.35 h

19.00 h


CONSUITEZ-NOUS POUR LES CORRESPONDANCES LE MEME JOUR
DE CURACAO A DESTINATION D'ARUBA, BONAIRE, CARACAS, TRINIDAD.
GEORGETOWN ET PARAMARIBO.


MADSEN S. A AGENTS GENERAUX

PHONE : 2-3476 2.0028 ET 2 017


AmmLNW


ANT EN AIRLINES


0 --0-0-,0 --0,-f ,,'50 OS JSS r.i'a'ws.


mmmm


M, a ss~~a au mL&













LE MfNDE DES SPORTS


Les Impre


CE QUE PENSENT


LES DEUX ENTRAINEURS

-ssions de Vertus sur L'Opinion de Civil


le Racing


,1. (,cinig i aborde le
,a h ;lutcoup d(Fop-
S 11.It, I i'equpc ntie-
i I" it re diu /ravail up
tr t i i1 no 1 lnan tctiquet

N cherw'l pour
1 i lrn flr action ly-
S I11 fant un tir:iav l disci
r li r r.iall qiui nece-'sile
I. 'in-oUrs d'e- dirt-
lI iuti parcel u'il
I e-rI itcadrenl tn C ril esstli
i I., (lit.po1',ilion- d'ordre
II pi n.ire pour llu 1 6-
q, f [it S i c liinutilerg stir
'i o : r' hoh voie.
I |i] dire dans un cer
r uiir 'n queii dchors die
pr ,hlmies noius
S t pirler des (i.
Si ites l en o e dei
[i- qUie qui d-
rr ;,- l e puisqu'll


a eu l'indisponibilite de cer
tains joueurs, maladic et au
tres. Mais en tout premier
lieu ce qu'il faut dans le
foot-ball cest le depas'e-
ment de soi, le devouement
el ce que nous devons appe
ler par dessus tout l'amour
du club. Parce que malgre
une bonne preparation phy
sique. tactique, si 1'esprit
n'est pas ( cela, s'il n'y a
pas de sacrifices necessai-
re, a tout resultat positif,
c'cst vraiment un travail
ei vain quc l'on faith

Je suis quand meminc a-
tisfait pour cette fois. La
Commission technique du
Racing a lanc6 le june
Lacombe dans le grand baint
et l'on a eu quand mcmeme un
re-ultat encouragcantf.


x x x x
Vertus mecontent de la pelouse
du Satde


rni \ rrNtu est sal'., nul
-ii ,1 1nltra.ineiir heu-
T \ prt.- .1 \ c uoire rcra
S t i i huls ti I ur sni
I, i tn dc l. Selection Na
1 I ranch k (Cvil. Pour
S'i, i c mnial.re tout in-
S\ -lenient 1l prend
I i l u.e au Stadr S+lvio
,( r r a. er-lon. C'et cec
,t 1i.. ( declare hi:r
--r :ipr- : malctin facer
'.iu \I t :r

V' -tre grand proItleme,
ita Il lrm -t-il { t e t (que nous'
,i\ ue -ur un terrain
ll m. nt tdesuet. tans au-
S ti i;l approfondi d,-
T rVp 1 ,ir: i 11 inau prealable
I.I rr ri qui e-t re te de


puis plus de trois mois -an'
travail (t que l' on a truuve
dans un dlat piteux.
Certe.s apres la CON'CA
CAF un' Agronome avail etc
,ollicite par le Bur.au Fe-
deral et avail fait quand
mnme quelque cho e M aI
ce-t un iravail it. cnna]it
selir lequel ne peut pas e-
tr 'onfit au prinmier vi'nu
Nous ne -oninies pa' l:i
pour criliquer, pour.ui' er
ws,. mai- il s'agit riorn.itl
ment de -ecurite pour I1
joueurs. 117 ont done lIa pa
role les re'ponsable- .t j
crois qu'avec un peu plu-
de devou'ment on peut nout
donner un terrain plu ts p
tablet.


L'Entraineur du Victory,
Franck Civil, ne considered
pas la victaire du Racing
come une defaite pour le
Victory. 11 nous declare a-
pres la rencoTltre :
< nous preparons pour I'ave-
nir. Ce sont des tout jeuneS
qui font un stage d'entrai-
ncment au course de cette


saispn pour Ip
i une certain(
saison prohca
Nous avons
sez valuable e
quand meme
moment...
A mon avis
ser la conditi
Ils manquei
ment.


OBSERVATION]


STATISTIQUE

. Dirigee par l'Arbitre Lai-
ne Kenol, assisted des Ju-
ges de line Roger Esteve
ct Henry Baubrui, la ren-
contre Racing Victory 'esti
deroulee en presence de
15.000 sp ctateurs environ.
Les but- du Racing out
ete marques par Gerald Ro
mulut (a 4' 28' 35' 39".
56' 7'. 72' 29" Yvon Al-
liance (60 13") et Roger
St-Vi 1(89' 17").



Sur le Victory,
que pense Vertus
S"S t rile tl e gtquip
qui prliiet Po[ r ill d r l.i
.rant[ du lNit(tonr I i t !it

01.110 m 1a )I,; p -de t t't
t l lout ilt-, prlepatir r
("I e t LI aIlt 'I ,,IC l i'1 :
(II I' t i tItidu iN 'i m tic
la m r 1 p i -.II .' lt"
h11,1 1 11 S t.+ 1 t i' tit t, I
V(' e('111 .L t St. m 't I
N 11r,- d ifra ii it 1, 90 111


Guy Aller
neur pour le
48' de jeu.

7 Fautes, Co
Racing ont et
par l'Arbitre.
4 corners et
fois en po'It
jeu ir.

Le Victr r
cOupD franlt


Violette et Racing:

La main dans la main


ne sera-t-il en some qu'u
ne simple r6petion du pas-
se ?
La question reste posee
lorsque I'on Dense a la faci
lite avec laquelle leurs.deux
premiers rivaux ont etd e-
cartes.
La suite nous le dira.
RESULTATS FINANCIERS
Places de tribunes vendues
703.
Place de gradins vendues
7511
Recette brutes 11.036 Gdes


Physiquement, technique-
ment, tactquement le Ra-
cing etait le plus fort.
ouvoir arriver 11 n'a eu aucune peine a
e maturity la le prouver.
ine. Depuls l'an dernier, depuis
un effectif as sa mesaventur- new yorkai-
t 1'on pourra be le Victory eOt a la recher
tenir pour le che dune equ Pc.
Lis june, charges de de
je dois pous- fendre les couleurs du club
on des joueurs. le font avec toute leur ame
nt d'enga-e- -:ais aussl ave,. toutes leurs
n d 'engage- iIm.tes.
Ii est a note cependant
que Gerald Romulus a pra-
,T t~quemint .vole le specta-
cl-;. Promu attaquant de
N S poitea a place de Leinz
suauva 1hon- Domingute 1 a magnifique-
Victory a r iT' infis rrmnpi: son contract.
Cettl' annee encore le Ra
cing part avt c une ligne de
mmises par lc deten.se extreniemnet solide.
.e saicLiionnees RoImpus a toutes les batail
11 a concede les de la Coipt Prad.'l, le
- e-i troupe 3 quatuor Leandre. Moise. Ba
tion de iii1l d atlaquaiits.
S,. t .;L lance a ete toute
a aconcedei t 'P-" se' a delauti stir unt
- et 4 'Cor',r, alo suplilst dr Guy Al


tl aucunit de se.s joueur, n';i
et' iignAile tii position d hoir
j)eu pendantl la r n 'itinire
Au une tartle nt 1 etc aui
r pre ,eni't .tux iouturs, par
I Arbil re


i( l It t .t l l r 1 th ( 1
l (, - i W l o ', t tl" It'

txlul t t .l i it
Il ,t' l t i i li' iaiti i


-I It I II I .III l I t 1 t

It'. '-(i itliii' i- i l l- I c



,l t Hl ill I ll it l l
S ,t tt ir ttll It tlia it"1 it II 1
xiftt't- r i

I I t It it t W Ii I I It


rA l; m{ i; I u pr ml th, rmifil


iti l-ii tt-iilti rt ol
Ii i a 1I i ci wIt maui


C. toI in difi li-li


S.. ~ i St. .'
ii 'l it it .l t li
i i, )l o lt



litiiii ui









'. i ch td. I]n


Le Racing s'est payd iune
belle promenade face au Vic
tory. Un score sans appel
(6-1) et une domination de
tous les instants.
Gsrald Romulus a r6alisd
un veritable festival. Qua-
tre buts ft lui tout seul. De
la tote et du pled, Romulus
a Yvolul sous le signed de
1'efflcacit6.

Aux 4tme, seme, 6ieme,
74eme m inute 11 parvint a
surprendre la defense victo
rise humiliant le garden
Jn Robert Francillon la. ne
pas confondre avec HeInry)
Pour ne pas tre en reste,
Yvon Alliance marqua deux
buts de belle facture trans
formant en veritablek- derou
te cette pr'-m'cre dflaite du
Victory B. C.


Guy Allen Cut le m6rit'
d'dmerger dans cette grisall
le.
DRlalssant son posted dar
riCre central' ii s'lntegra
danS la llgne d'attaqute. I
parvint h sauver I'honnicur
pour son eoulpe b la 73emn
minute.

LES EQUIPES

RACING Laibonne, Lean
dre, Moise, Bayard, Loui.
C. St. VII, P.erre, Antoin,
R. St Vil, Lacomb" (Allian'
ce, Romulus.

VICTORY Francillon Dc
sir, Auguste Dubuisson Do
minique Allen George, .,
gros Francols. Jean Aubry
Arbitrage de M. Lalne Ke
nol.


Nous avons demenage


Nouvelle adresse



J. M. Maxime CELESTIN



Opticien -- Optomitriste


98, Chemin des Dalles


\ 1 \(, I


I F 71t1 il" CA I Ii 1
.1L i r


!












335 BLVD . ...



Radio Cassette, Cartridge Cassette auto reverse


Haut Parleurs et antennes pour voiture etc ...









v... I................


I ( 1i I .1 11 N I t II l
,I' fl IT IM I1 \ f ll( i

I t B urt u .<1-d rr l t I i
d rI t Tiia putI l r-l , I,
t1- d r, ra e r-, plute ,-
:. .1 t t i( d
nl'' I ropI t.t N

uri Ir t il 1 t.t at l 1 -,lti










S It i Iii r i
t -lt r 1 o iti Id'R I i fe


-rt, Iv %l nl I, p
I .t 11 11 L i I I I s i nu t 1




i t c
tl'-. I I I !0



I\ ll it 'iil'' i i




tlla Ia t l I II
ai I(l Iitii' I !










ii lIt Ii .r" iiti tl




"ll a tl' I c. t I i o 11







ei i lde hlut -ii t it1 tide
i It I itit | ult'l )1 di I iiI l




rit' d coim'm psRVsa p-e I
. V -IlVI;f R is ite-<





IV championd"ie




Miai pl'Ulham


'-//- m/c// -/r/ EJ ocsJ ~/ oo=~;3o'%CacWQaDoooar~CW~


Ti


Lion Electronic Mosquito Destrover Iio vol. tP tpous lea

moustiques instantaneme nt

SANS ODEUR NI FUMEE.

Consommation electrique nille, Lampe temorl

Construction solide -- Presentation originate, dimension

standard adaptable a toutes les marques,

Dominique Bailly et Co Distribute urs.- Phone 20021





L'Eco le de Commerce Julien CRAAN

AVENUE CHRISTOPHE ET RUE 6

Inaugure a la rentree de Janvier les Cours suivants :
ISiTENOGRAPHIIE FRANCHISE GREGG, de Jan &. Aofit

2- C OMI'TABILITE AMERICAINE:
I) Course Intensif (ier at 2e cycle de Janv a Sept)

) ('ours Scti-intensif (ler cycle de Jan t Juil)
(2c cycle dI'Aoit il Decembre ou d'Oct 78 & Fdv 79)

i f :3 DA(TYLOGRAIPIIIE BILINGUE (Cours de 3-6-10 mois)

4- SERE'TARIAT COMMERCIAL (Frangais)

Bw 5- ANGLAIS USUEL ET COMMERCIAL
6- IBM KEY-PUNCII

IH %si [< NI |1, 1 Ni's FT INSCRIPTIONS: tous les jours sauf le santedi et les
p..ir Ir.nI- :i ( lII 1DI (COMMIIRCE-JULIEN CRAAN, Avenue Christophe el
Sliur t., de l8.0 ltmatint midi et de 2:00.iA6:00do usoir .. ...

8, d ,,/- gi___ 0- I ._, -_._- -


La visit en Haiti
de M. Claude
Panomillot

taulte de la li. nago)

son epouse et d,. 31 Iiou s
lot.
11 a visite lier le I( .111 ll
tien, le site de Labadw i pr->
jet de villag,- /ouristlqui -,
Mardi soir, le (C n' ul libi l
raire de FraInr e itti (i i i I
Jacques Novtlla .11%, L f
fert une reception ,1 -'i
ho0ntteur.
Aujourd'hui et deniiti SI
Panmillot aura des, intir
tiens avec 1,s Se('reit.ir,
d'Etat aux Affairen Ir'.ir.ni,-
res, au Commerce, a l'Agri-
culture, aux Fina iii I's 11
prendra contact gal-niient
ave le coordonnateur de
I'TNAREM, le Presiden'-Di-
recteur de la BNRItH et 1
Secretaire-Executif du CO
NADEP.
Ce martin, il devait tr,.
regu par Son Ex le Pru-i-
dent a Vie de la Republiquc.
Ce soir, l'Amba.sadeur
Debl offre un diner au IMa
noir des Lauriers.

Ce vera, domain soir. le
tour de M. Raoul Berret, Se
crstaire-Excutif du CONA
DEP de le recevoir a t diner.


Le Gala de la
Nativite

C'est le theme choiail cet-
te annee par les etuaiants
de la 2eme. annee d. Mede
cine pour le bal tradition-
nel de la Faculte qu'ils or
ganiStront le Vendredi 23
Decembre.
Ce bal aura lieu t 1'hotel
Christofer qui tielt lieu de
cadre d toutes les activities
mondaines du monde medi-
cal.
Un orchestra tr&s popu-
laire, le D.P. Express anime
ra cette soiree avec la par
tcicpation de Raoul Denis
Junior qui pr sentera son
tOne Man Show ) i 1'orgue
a minuit.
Un mirage au sort assorti
d'un ticket Port-au-Prince
- SaInto-DominSgo sera of-
fern f la faveur de cett sot
rie qui veut decidement sor
fir de l'ordina~re.


-Ll;~rr lbCs*;bi h~dSPiI~~~ CiL ~ LT--l~~*cTBi~Lii~~~~ L- s~~aui~ U l~P I~~


Le Racing

gagne en roue-libre
(RACING BAT VICTORY 0-1)


. I


PM~',nl,~-~NnA~C.YWN~I~HHH~-IY ------___ ~3;r~WZ~~LX3


i


~P/~"/~/~'c/l'Uyy//C/~/l~;Yll~CO~ arruulAu~,nrr~_/r~r//uss/~T/r/r~c/k~


~L~R~au~Mm~sm~L~r~rr\\~\~lr~---rrrr~i- I9t~kUY)+%~- ~3~9_V)~3)~)~tr;Y_~~


9 DECDMRE 1977


f




~""""~"----Bs~-----1----~


PARAMOUNT

.i. l'DI 8 DEC 1977
ia 2h 4h 6lh et 811
DAVID ) T GOIAATII
a 21h et -111 G 1,00
SGillh et 8h G 3.00
VE NDREDI 9 DEC 1977
S2h *lh 6h et lh
I 1 lIl DU TAIKANDO
-i 21h ih G 1,00
a ; Sih G f3.00
x x x x

StONCOKDE CINE

1I1)1 8 i DEC 1977
ilitMNl1l ')I01T ROUGE
(, I..O et :3.00
\Ii tI DI I9 DEC 1977
Ii 11,(1 it
S1.I n et' 300
x ;. x X

SENEGAL
JIll I 8 DEC 1977
a(: h (. 1 00 et 150
( BRANLE DANS LES
It AM lOI S
JI l.IETTE ET JULIETTE
i Rh ;. 1.50 et 2.50

i sliIREfU 9 DEC 1977
a i h e' 8h G 1,00 et 1.50
MIt RV1ILLEUSE FABLE DE
( INDI)RILLION



MAGIC CINE
JEI'DI 8 DEC 1977
ilh gh G. 4 00 et 500
K E OIMA
VI NDREDI 9 DEC 1977
BRIGADE VOLANTE
4h G( 1.50 et 3,00
(;h el' 8h G 2,50 et 3,50
AIRPORT CINE
J. I DI 8 DEC 1977
'TA FEM1VE
TI'TIT IN'CONNUE
(; 2. (0I 0t 13,00
VIENDRI 1I) 9 DEC 1977
IN (MtIN VACANCE INV.
( 1.00( ct 1,50


e'.=^.e Auto Cine

JEUDI DEC 1977
CESAR ET ROSALIE
A 7h et 9h
VENDREDI 9 DEC 1977
a 7h et S9h
2001 OD]XSSEE DE
L'ESPACE
Tarif d'entr6e $ 1,50

xxx xK

ETOILE CINM
JEUDI q DEC 1977
a 6h30 iet 8h30
PAUL ET MICHELE
Entree b 1,50 et 2,50
VENDRIDI 9 DEC 1977
a 2h 4h 6h et 8h
a 5h30 7h et 9h
JIM KELLYLA CEINTURE
NOIRE
Entree G 1,00 et 1,50

LIDO
JEUDI 8 DEC 1977
VOYAGE FANTASTIQUE
DE SIMBAD
12h 2h 4h 6h 8h 10h G 1,00
xx% X x


JEUDI
VOL A
NID D
Gles.
0


DANS NOS CINEMAS

CINE TRIZMPHE REX THEATRE CAP
TItlOMI'IIE I JEUDI 8 DEC 1977 CAPITOL
LE CERCLE NOIR MARDI 6
I, MA CIIINE A TUER 12h 2h 4h 6h G 1,00 3,00 LE CRIME
S1.00 et 5 2.00 e t 5,00 EXPRESS
III(1 n,1l': IIE 8h30 O- LA 11h45 2h
I vI\(;Il TROU FORBAN Avant 3h3
S I.)0 ctl 2,00 8h30 Apres 3h3W
PARTERRE: $ 3,00 CAPITOL
TltOMil'iIE Ill BALCON $ 2,00
I'tltit IN AMOURI VENDREDI 9 DEC 1977 MARDI 6
I IINITAIN SUPER EXPRESS 109 LE TELEP
[ 15 ;12h 2h4h G 1,00 12h15 2hl
6h 8h 10 G 3,00 et 5,00 10h15
S xxx X X Avant 3h3l


.ITOL
I
DEC 1977
E DE L'OE

Lhl5 6h30
0 G 8,00
0 G 10,00
II

DEC 1977
HONE PL
i 4hl5 6h

0 G 5,00


Apres 330 G 8,0U0
CAPITOL III
MARDI 6 DEC 1977
MADAME CLAUDE
12h 2h 4h 6h 8h 10
Avant 3h30 G 3,00
Apres 3h30 G 5,00

CAPITOL IV

MAIDI 6 DEC 1977
LES RISQUES DU Il
llh45 lh45 3h45 5h
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5,00
7h45 9b45
LES VALSEUSES
Interdit aux moins
ans
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5.00



Proche Orient
nombreuses e
inportantes
(Surte de la lere

du Pres dent Sadial
11 e na pas n
uile a I l-laudtc- 1 fl
egard a clei- at '


D r-ec' ur A,- n
C I N EE : A R C ... P ..t c a.
8 DEC 1977 a : -,
A1 DESSUS DUN t- ia t
IE (OUC(' OU 1 i ', la
3.00 l ,- -


x x x x

AUDITORIUM

JEUDI 8 DEC 1977
IL ETAIT UNE FOIS UN
FLIC
G 2.00
VENDREDI 9 DEC 1977
LHOMME QUI VENAIT
POUR TUER
G 2,00

- .RIVE IN CINE
JEUDI 3 DEC 1977
VICE ET LA VERTUL
S 2.50


at '(' ,, a' '
a 1', -. a


(Ia ,a t a




I-- -, ; ,-


taulte ide la lnre oage)

sauvegarder sa personna
liti, se sailor de son eau--
RIENT thenticitea; d'etre ouvert ai
S tout ce qul peat se fare
8h45 en Haiti dans le domain
de la creation artistique, de
la recherche intellectuelle
et culturelle. Pour resume,
ce serait 1'Institut, carre-
four d'6change.
EURE
15 8h15 20) L'Institut coinme
centre d'Education perma-
nente. Je vais penser d fai-
re de cet Institut un C.ntre
d'education ouvert a tous
ceux qul voudraient venir
discuter des problems les
h preoccupant; et le fire
dans la langue nationtale.
Alors on pent les orienter
vers different course de lan
gue et de civilisation qui
tournent autour des grands
problems du monde con-
METlER temporain.
A45 -- 3So) Ouvrir a 1'Institu'
une d.inenaion qui n'exis-
tait pas encore. c'e.t fair-
de I'lnstitui un C0*ntre de'
recherches. Qu'a 1'lnstitut
s de 18 Francais il serait attache
de. cherch:iurs 61 ranger
qui viendraient fair, des e-
tudes scieitifiques sur 1'
milieu haltien et ui consria
tu-raient une expect' de
fonds de documentat on trie
t : technique -ur le problem
t essentiel du developpe -
ment un f(nmds qui puis-e
etr- utile a Haiti dans soxi
epa-c) effort de developpement
Wi L- Conimment le Qua
e ml< d'Orsay va-l-il reagir a Ce
clI ie programmnine du nioins con
(, ni.;t lfera-t-il pour l'inte
S l rer dins son prograniulte
,, 1 ,3 d iaid- a H aiti "
J B-- Le Ntvititere de'

L t,' ,a o g p 'urrt ,c rtr.
., qu' p que le.,, ol 'O n"
t i rt p ith ree Au lInIt ta

t, ape ,at a tl s Iti t l tte







I t I i t l a tlc ,> t
ou ic;,UNate atoutn d-
r a I[ tgmil trt n t.





*" *' ^ M o,' "




I T3r 11, i t r r ,a a t
it qt, a n' di r ,,'Itfa v ta 1.r

ru 1 i new y rt, i
aC, t I -~t.u a


beauqpup de ditenses on
est-ce qu'ti niuy aurait pas
des rentrees qui peuvent
comp nser ?

J. B.- C'est ee quo nOus
a dit le Ministere des Affal
res Etrangeres quand on a
demand une augmentation
de la subvention; on nous a
repondu que nous devons
essayer de faire des recet-
tes, des rentr6es, come
vous l'avez dit; l'inconve-
nLnt quand on se met i l'i
dee de faire des recettes. signifie de farre payer les
gens; tout de suite, on se
1mite a des milieux iris
6tro:ts. Vous savez que le
milieu haitien nest pas
tries riche. De 2 choses 1'u-
ns: Ou l'on fait payer, a
ce moment-li on s'a.tire
une eertaine clientele, cel-
le qui est ddjd riche et qui
p ut se payer la culture;
C'est pas forcement 1'ideal.
porce que moi je voudrais
que le maximum de gens
puWsent profiler des activi-
les de I'lInstitut. On vtut
attire le maximum de gens.
ai ce moment. on ne lait
pa" payer Je suis coince
entire res d-ux contrainteq.
W. L Vous 71avez pas
encore choisi ?
Si S .i'ai choisi formelle
ment de faire payer le
noins, possb-ble Jc VOu- di-
rai par example. que 1'on
a ouver de, course de civil
station a S 3 par mois pour
lets haitiens tandi. que pour
Is erral'gers rest beau-
coup plus cher,



Revenant aux 3 axes de
son pro rantnme. NI Barro-
noutus appretld qu :
3J Pour Ia'pevct de'
l.i MAIlolnt de' I ( Clturf u
le Qual t| l '>-{ y : mNi' ik In I l
dispoSiltiol d& I nstllit o til
atialt -It culture pour ec
lutia1 I dut ntl tre d' adu til
tIi o p rltlian t' ll( ti> l ti Ull
ii' i itsi t t tl' qui ii iI e(( itlu

itic i-i ton ntc
1t1 i1 II tn t-l I ntllc n tilt it
ideroch r de- cliercliCur.
pour hI (e,it- di rl,.cher-





n-ta ll<'- d cl ditlin q la 'eI r
r ) mierl nc 101i4- 11 I u f l -ll -



ihercie dan' I s fattilles
el u- 'ollab tr tt.on iavec


M. Jacques Barros


J. B.- Out, moi je Suis
bien d'accord; c'eSt pour-
quoi j'ai penre d ouvrir ce
ieteur qui n'existait pas
encore it 1'Institut. 11 y a
des chercheurs tels que Paul
MoralS Alfred Metraux,
Butterlin etc, mais c'6tait
pas quelque chose de syst6
matique. C'6tait pas institu
tionnel. Je voudrais que ce
la davtenne une des sec-
tions obligato'res et official
les de lI'n-titut Franqais
d'Haiti.
W. L.- Ces trois secteurs
seront-ils abord6s simulta-
nement ou bien y aurait-il
un point prioritaire?

J. B.- Les 3 axet seront
ouverts simull.andment,
mats dans chaque secteur,
il y aura cet objectif que
ce soit utile a Haiti.
W. L.- Si vous pensez e-
largir ainsi le cadre de 1'Ins
titut. ne Sermit-il pas neces
saire d'ouvrir A d'autres pu
blications plus sp6cialisees.
J. B- Justement, vous
avez pose une question per-
tinenti parce que mon idee,
c'est de doubler aConjonc-
tions par une autre public
tion qui s'appellerait aRe-
cherche, Haitiennes)c et qui
permnetierail de publier
tout ce qui parail d'un peu
difficile et d'un p'u scienti
fiqtet qu'on bne peut pas in-
clire dawns Conionclion I1
) aiirit nl partage qui se
ferilt entri, les 2 publirn-
t otis ('o junctionion) resti-
rai't line revue de culture
gtunerale: etRECItERCHES
1iAIT'IENN:S serail reserv't
anix travniix de chicrchlirsn
U le rv Ile a cov ite ir' ('licht
re, et on va essayer dc aagrnat
ter ic- ir C('oni(nelioni port
Norltr ai n moitls iun nutnero
die Iterhercher s Ilaifivnne'.


WV 1.- Conjonction n'-st-
elie pal ttmainteinaint une re
vile Ifht a fa.il hailienne sui
pervi e sculement pir lai
ti~ 'ion de ulnstitut Fran
4qair ?
J. B- Autanit vous onre
qiue c'esui n choix Syst6em
tiqiue qui a tW fait. On s'esl


articles frangais sauf ati ces
articles sont dcrltls sur Hai
ti.
W. L.- A quol servent
les cqop6rants; particulle-
rement les cooperants fran
cais en Haiti ?
J. B.- D'abord il y a plu
Msieurs sorts de cooperants.
11 faut s'entendre sur les
cooperants. Ces coop6rants

Ces cooperants
francals ils sont come los
autres, ce sont des specia-
listes qul viennent a la de
made d'un Etat quelcon-
que dans le monde comme
on en voie Un amiricain,
un allfmand ou n'importe
qui. Par example, d Da-
miuns, bient6t va arriver
un veterinaire (franqais).
W. L.- En general,
quand un cooperant arrive,
on attend beaucoup de lui...
J. B- Peut-btre, A ce
moment-la, on attend trop
du cooperant parce que le
coop6rant, c'eot un technl-
cien qui apporte sop savoir
c'est pas lui qui est raspoan


Achetez Haitien


ACHETEZ LES ARTICLES

FABRIQUES PAR


Les Produits



Nationaux S.A


PAT'S POUR OHAUBfURM
CIRB POUR PLANAHIB
LAOT


EN VENTE CHEZ
Eh W --ss s


.oooocooooww-:: 3up::~Ai.ctctOoooo~


PV EZ


A L'AIDE


C HEQUIER


-a ~. 5









"a.'
-'-'-S



,5.35


PERSONNEL L


BANQUE ROYALE DU CANADA


ou nous avons la solution


n'impoor


a, .- ~an' -a-


notis entretient de ses pro

les Centres de-rebherehes -dit sl l'on voulit 1ire des
qul peuvent exitter come revu:0s f-t'nhaes, .l en t-
le CHISS, le CRESitS etc. xiste en Frahce et on jeitl
trouver e4t iibralrie, ntil'
W. L.- A ee niveau-la ce qui n'existe pas c'est utie
ne pensez-vous pas que la revue )puretnent haltieilhe,
France n'a pas joue effEcti La vocatioh de. Cofilonctton
vement un r61e i.e de por en fait, c'est de rendre coinp
ter les haittengs se deve- te de la vie haltienne sous
lopper au nivrau de la re tous ses aspect: intellee-
cherche ? tuel, social etc. On n'a pas
1'intention d'y inclure des


-


Sable de la polltqo tdt

W. Le--- F5t-be qu'll a aa
r6ie b1ti dhtdfln?
J. A.- Oul, d'alleur,
C'eat le gouvernement (du
pays) qul fixe oail rdle. ,Lai,
il est aux ordres. II ex6cu-
te ce qu'on lul demand d-
faBre. On a peut-9tre ten-
dance it trop attendre du
cobptrant, 11 ne pent pas
transformer le monde. 11
arrive ave' ses coqqaltltan-
ces et 11 lee met au servi-
ce du pays.
X xxx

11 y a d'autrea points
dans le programme que M.
Barros a conqu pour la vo
cation de l'Institut Fran-
Qais d'Haitl eelle de par
ticiper au ddveloppement
d'Haltl qui ont 6ti 6voqufi
au coura de cet entretien.
Par exetnple, l'aide possi-
ble de la France dans te
domaine des m6dia (Tdidvi
slon, Cindma etc). II a dt6
envi-ag6 de continue aveo
les changes cultural. (11
y aura, apres l'expo'ition
de Tapiqseries contemporal
les, une exposition veri
Mars prochain de pelntura
navae compare.

L'Institut Franials, on In
voat. entend jou-r un rolo
de plus en pliua important
Propose recuetllas par :

Webert LAHENS


jets


-_ _I~_U


P, oobuo/XIYu3 ;0)33 ~ b~L ~3PL~3~ag V-_ 491C--Z/-0-K-0~?r/s'- -U~rVbIB~U~Y- Y""LW--'-- A~n~~m -- -




8 DECEMBRE 1977


Salle 1 0.50


Le lac des Cygnes


A Iouer



,,,Ill lx i tll '\'IS l

AL! 3WL311,114
c I, IIc I



.1 Ic rallo SN





d c t)rl dc r i
-I lii"v
ro ',s.all


- UI - iLl. a r

Pourr Su
c. i h5 {.ra, "
. .. . r' "l v



1 . tul e pour
Sne a i- 0
S, e U Ci-


t .13-ii aiii

ro h Ie
0ia p I ai-3
CHIC
1.. it di I'L
it I1.


Ouatre cents commerce d'Antiquites


lr, ( tie Iblr .1' trl'Ot lllmladri
1 ,1 I .s.,ll 1 i1 dculIir 1 iiI
0li. i c 'll iir i Pllb V SO ten
1i l 1i 1 iilail r d calt ou
1 u|,n n' rl"1 d1'e {,O
t .,; 1 1 (i cl ICCL.OilIIicrs
,n I iI,. I Is N 11 al .i s 10 '1
.M l ,b I ,l lIWs ill il i' i i i S

,', ,11t'lt' b ;:ll e. L t ( -
i~ll~llt i t lil t 1 ti Li 1 'i Li'0

l ii h ii' I l i t i i
1, tl ng1 s lL' ha. IT


A citlo dlu cimiTe'rce d s
hu >pi S. i t'il souI l'gl ir
m, ll[ ? c '] p int d anti
S11-. a ,.1 Ml I d -

olih li)n l' t li | '" irl .ii -i
, it| 'i iii 'il ilr t 'lllli
I l '' impa r


: ll \ i 1 ill'

s q.1 i
p,11 1, i t t'l *. 1w 1 1 til.


Si, i. t 1 t il C('il
' '' i il. ci di ii' P!'i'' IIh
,,*,, ii' \ I; l(iI :, l i a


d I \ i



I Ai





U'e mason a, ant 2
chanmbres a tioucher, salle
de bain Bouri n. Canape-
Vert 1ou Petioi Ville. Tele-
ph'nir au ,urnal e:i re 1-
heures et 2 hi tires p. m


snib~ii b de ,,.b bons anti
LIsa 1ics a perinis die sauce-
gCriCICI uii r cii tese arbis-
i LtI ('101umC Cliii etait Oil
1.tIec' a disijaraltri'. Poor les
g iltncsculiC~tiurs etrangers,
d R'i i CpICs mSe aujour-
(111 ell'(i ll 1(111 : ite 1.11 txi
L, O pci r ai L' 0:19C.

Accord secreu,
k~egtn bd
(iluite de la Ii. page)

Pour 1Ilhl bti.,mlaaii le
.11 lll'i de cie i ic at oil
ljlla -tbtal'Ci'-. 1ttrritu r ii
Ucllpe 11 -'Iti ligC de hi,
1i iii1W'Is"li1.11oil'1 rc.-il ionis
ci ~ii Le .1(.s c~i' i pays 'xl ac

t Zi t I, lO istr I Liii-
I*n d :Ies II-i lit SLiGL
hl~itl Wti Z111'111i 1'-A Ic at(-
I li eqiidt ti 1aSaciat.
hii ii ficj ,-ir' le 1111
I 1 I 111 IIIii, DN! S tdat1111
StVi .oitc inims Auicl

111 1S b 11lo t itril
Ql III, I ill Ii-isroi d

o *iI t l ld 111



.1i1! A ill

I ,F 1 i
It 1 '1ij, ,11 i"

r I ii'v it I ''.I 'i1 i


we lhl- I' il'I


Ii'ICl1 1 ypC


Salle 2


L'Argent de poc


0.75


Small@ z


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

MIDI 2 HRES 4 HRES EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 Hi 30-


'he Amour Lointain

-- !_ L! ....I


messe ae prise Duces de mine
de deuil leiesmin Etienne
La Direction ae 1'Ecole k'ax Vili.a announce le de-
Republique du Panama vous ces survcnu a 1 Hopital St-
invite a assister d une M.s;e Franquis cle Sales le 7 De-
de Requiem q uisera chan- cembrL a 11 heures A. M. de
lt6 au Petit Snminaire Col- Mme Felezm n hIt ennc nee
lege St. Martial a la me- Jo ephn, Emmanuel agi'e d-
moire de la tres regreLtee 102 alins iulli d s sacr-
Mine J.aii. nelie Marie Th6ret in nlts de 1 Eg:.(.'.
se Pierrr-Paul, ex-Direclrice Eln c: tte PL) ble c rcons-
di' cet Etublissement. tancl FPax Villa L't IL, Nou-
Vendredi 9 Decernbre i 7 vellih'ti prcbeClinnt leur syni
h-ures A. M- pal )l a son l it Joseph F.
E't ennle t Mini nete Ainna
AVAILABLE CIasbetalia, a be petit, I n-
MANAGER li.li.i, : M. el Mill' Frantz
El. line t t fallts, Iv. it
Mechanical Engineer Mine Joe lynIi 1 eilnll et ell
20 years Exp r. 2 year lailnt.s M. -t Mine W lhtni
in iulti Port-au-Prinoce. Scicdir et t. nltint :. M. M. et
P 0. Box 1316 or call (,e Minle Jeanll Claude E n-
Nouvulli-ten). Tel. : 2-2114 t Infaiints. M. et Mine
-2-4754 Ei5 lit Eli nine. it infants, h
1012 .i- beliis fIdle's et btaux-
1 1. Mr Plillntr.opli Bara
Au Trnimphie leuadij l 'mant Mim. it Minl,
a partir de midi 1u Et liii.a Mti :h1\11h,
Adr k nnie Hyp'-ol le. a Mile
Matlhidic Enmlll-u 1i a lMr.
,l ilb.rt 'CI A i'x i, I alelnii,.
r. Lill I a \ I])('' ;Il t '' I lit .1 ill itt
L ll' lii ,. 'All 1)i1t \1,''I- ;tI
ill lx i ; t u l 'lalt ix i' ille
'IBIM t i t'o t i Mr
3.rbot, a Mnh, Antl







i li li, l ll

Ih' I


S .-






1'. ~iS
0 ~

A's ~
El


si embrasser ci rta nes don-
n6es r latves a la sante, A
I'agriculture tc.



Croix Rouge dans
le monde
d'aujourd'hui

(suite de la lere page)
niotde d'aujourd hui, e t le
,plrev n r et d'alleger Inl toil
Li C.ICOIIli"a-.i. lets SuUt-
franc.I s des honmms; de pro
Log r la ve el la saielC, ain
sti que d: fa r e rispccter la
p rsuniin, human nLe; d appor
ter de mian ere TmpalrtialI,
sails auctne discrimination
de race, d. nat cnai'., de re
I gion ou d'appiarltinant po
I I (pue, proLi CLinn et assis-
t iiic'. a C ux 111 en ot tbe-
so*l. n lcas de confl ts ar-
Llc: eIt d'autri s catastro-
1)i' s. >
Notre Soc eOe Nationale de
la CIO X RoUg' in.-,r '. s',
act v 1.s 'parlli; c'lle.I s de la
Cro x Rou g Int riilionalc.
Elh, ,,e t(clic t. rV'tre ul m ail
'iil d,ciI' c hle t' ini' de sol
(iar i e i t d' itra d soc ale
(11' soit lli it i ac 11 deP I
(ri) x Hulugi a travcrs le
llildil'.
I1-i U P'ci' op 8 Dec. 1977
Ia 'Iolxx longe 11h ti lilln


L'Af aire de
la Central
Sucriere s
uauite de la lere page)

O'l lm 'in I xI l ',!s l d'un
d 1) l-nc(( ll[O


nlilqtil d llaill par i i Cain.
du CONADEP.
Eni n ce fault I. u t' i
Secretaire d Et.t a I u ..I
Lion Nat onalr. I 1)i 1..,,.
P. rre Louis q(ii. -oiii;n .
lnecese s te d'a|)pporlr t 111 (!.>.:I
g-nm tIll piosi ,I lX (u id
lions d i hi- m m 11.111
plar Ie bh'}is il i'(t I .
D a l lurs -' : ,
Veducato l ; n, p i :.
avo:r d( d ,ev ). i,, '


C'cst hier, verls lea 2 hieu
res P. M. que 1" Scretaire
Executif du CONADEP, le
Dr Raoul Berret a cloture
cts seances d travail. Au-
paravant. il d'va.t entendre
le Ri prescnltanl. Res!denl,
dis Nat.ons Un es en Ha ti,
M. Anton o Pair ota interw
n r une dern'er, fois pour
reaffirmer on cIe6sr d( coo
perer au. de iarrage' (1ono-


LEVIES ET LECTURES
MAITRES et PARENTS,

Aidez enfanis et eleves 1a micux clmprcndre
et a mieux parler I franaiis

Quelle que soil la Metlode de Licu'ire n|)ll)IorC
utilisez les supports de la MethIode ET-')(> ( i n
1'INITIATION AlU FRANCAIS ri se .jiull; (,,riar
lolo... les nombrecux livres de ('ON'TES. Ills llI r1
TES, POKMES, pour tous leas ges du i)ria.ire ,-
hiers exercises ct jeux, Utilisahles dans i le, irs,,
et paur cadeaux

Tous coniportent QUESTI(ONNAIRES I.T 11: Ii ,,
encourageni coml]prehelienlio et xpre-sion

Distributeur: Maison II, Deschadip,
B P 164, Port-Prinm e. lluti


d :11, ,il 'xi L llrali

'ii i I. I'' ii it xlii'I ii~ 1 Ix i t'ii
IitPO C, 1)[11 (11 111,'x d fit ii'ii a



I '''''





III, 1.1h


ii ,


ECES FFR9


I-.


Mii r- do.I u el -,:I Pri'


""Oiif i. l I m ri (n


I










ei

















VOITURE A
,IN i ''



, '. i i, i I, "













n1, M1 ,;l p .onn Iea lls A







Octobre 19"
is Enipoirtant


;i clll:in'o I 1 i n- 15

*> I dc ,Nlleis, i,,t s
i,; .c fi, Plu, parole
& Dfemku m i


SPECIAL NOES


a HAITI COLOR LAB,


tecevez apres chaque developpem ent


t impression de votre film couleur


n billet de participation au tirage


du 22 Decembre.
o10) Prix -


HAITI.

lo Laboratoir
57, RUE JU CENTRE
UTANT DE DEVELOP

AUREZ DE GAGNE


Cva:tora i nm. a lentilles

i.eLrclaneeablcs avec Fiash
automalique vaFeur $ 300.00

Zo) .rix -

Camezea 3 mm avec Flash
valeur $ 200.00

30) Prix -
Pocket irstamatic valeur $ 50.00


COLOR LAB

'e Photo-couleur en Haiti
Tel. : 2-0945

IFE ENTS. AUTANT DE CHANCES ,
UR CES I FABULEUX CADEAUX.


,aIt# ad s MEt iDe- *D --'- D-* - ****' '. -


Cloture des seances de travail


I'






',s'


IF t


I,




.






de so
ler
-, / .


I


- - - - - - - ............


!


,I ,


fT ....C 71 JA f.- p c:


9",%,0.


Kz---- I- nAAd


11




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs