Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09941
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 3, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09941
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




Cette 'incannue

per inP Elriir, KAIMAEL BERKOU


dr -to 114 l~ voki, lWtt


Soal, i4v' ale' I., lovdettii si-hr

I-a Ittvivrtv 16 de
ate VI Iis-6. 4(0 1

"rC P1 a.44i4Oi 4111 tillliei

fpMi saWq lIfulti it,1(


14p~b~u ,se~iNo4 ire Iti MO"
a-a t,,iaier. 'l~ti-
154-1,4.WA-' 1r,ilflde qchance


,j N't'" Is Pcreitri
j 41 fat' t urpris dresinfe1r1
ale r, ;u &I-lier CO01
1,r-44 t~c~rat' I, sortl~
14I 4iltr diNtt' Wc. Isfl
t a tTr Ile a i el uE 1VU
St.,-~ II tilc I t,,vctnre-

45,4 1. tipIc rudecrentI
1 et1s .~r ra l iIf,*. iDer
4 m c I, cIt, rin-tier SCon

4) t'ti F4 4444tC i ,itlit '11 lit1


"'I4 I ",4 ti nithefre SirX

te 1,cal .j-rr it cr al
11,44 444 Vranrr (.4'. 4-1915))


i)es reception, je me mis 4
feullleter l'ouvrag. A la
pugRe 676, un -t.ire, Afrique
Noire .et AntilleS, provoque
ma curiosil6. Je purcours
rapidemilnt le texte, pour
voir cc qu'il disalt de la Lit
tiratiure iaitienne.. Quelle
N74 futi pms ma stupefaction,
min lecture acheveC, de cons
water (uii'lil n'y btait mA-
men pas mentionnee. Or, les
autours de cet ouvrage sont
au nomibre de quatre. Et pas
iin quii aitt appris qu'Haiti
]Xossedait u'ne lUttrature
d'expression frangaise daim-
portante et de qualite, au
teinoignage mime du Bul-
let.in Critique du Livre Fran
cais de Mars 1976.

Haiti n'a pas de chance.
Cctte mise en quarantai-
nc de la Littlrature Haitien
nc ne date pas d'aujour-
d'hui. L'abb6 Jean Calvet,
qui avait juge necessaire
d'ajouter d son Manuel un
supplementl, La Lilttrature
Francaise a l'etrangera, ne
,'est inl6resse iqu'a ila Bel-
gique, a la Suisse Romane
(t au Canada. Pas un trai-
Ire mot sur Haiti.
Haiti n'a pas de chance.
Feuilletez les antholo-
gies de la poesie noire. Si
vous y lrouvez parfois deux
on trois poemas d'Haitiens,

(voir suite page 6)


S1 8 L UESE ANNEE I










WONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS .


DIRECTEUR ; JUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. MAX CHAUVET


Rue du Centre No. 212
TelWphone : 2-2114, Boite Postale : 1316


Ir iIs (.1l')
It ux rrciatlions internal
th.,nil-' \iennent de se tir-
nmarCr %a -nevw sans aboutir
i;u taindre progress, cce qui
riiqur :tv'ir de.d con-'equen
< domnimagn able- pour 1'en
.mble de la commun-aute
c, idrilialc (a plus ou moins
I jig term4'.
La premier, oppo-ail de-
It, piluieur- semaines les
pa4 upatuvrn' Y au pays ((ri-
SIt sur 1,- modalites de
hninrcrniC'it et de gestion
r1 tin 1444d common de sta
b1li4a4i4n d-s (,ours de ma-
'ir, premieres autres que
Ir ptirol,. dont la creation
rr r, onv,'nue en principle
,Itd 1-'-h lnngief
i ,1 *,in au cein des Na-
t ll- I nipr et dans le eadre
plu r rin, it dc la ((;onfe
r-n4 rir Suiti rt'utie pen
d t,1 .' to (i l'annee 197G at
1' I4 ItI lo4r1 e sur tin
l s,,,, i- h c a rait I I t1(I der

( r e Iri4 ,'e t iin ichicr
li, o mapl,1. puimsque


I I D II 1\r ()N I([|
IIAHII "NI. () IG, E,
I I' AI -I'

I.1 li luv'tlle saison dc
14.,4. 1 I : | i demlarrer ai
I'nI Pn p-rie. Desormais
I- p i, lin/ter ,.s.ilt lournoi
'1 t i t 1> I c;iQ)ltale avec
l. H i tlsh, trailitionnels
lltt lhig, Aigle Noir; Etoile;
il5 iory; Violetle; Bacardi;
I:\xcl(ir; Don Bosco) (res-
Irl"' c?) /ant que tell et
I .111AIIr plus I'appelation
Iinmpelntse de championnat
de division na!ionale. Un
paN iniportunt a ete ainsi
I .; /

Tnutiflois ce qui parait en
core contradicl/ire, c'est




Remetciements

Madame Veuve Jean-Louis
Mersilus Hlilaire, ses en -
faltIs, petits enfants, pa -
rents el allies, les families
Hilalre. Laroche, Boma,
I'rintemps; Peraertz, Drouil
lard, Saint-Armand, Beau
harnais, Payen, Ridore; Jn.
Pierre, remercient tres sin-
cirement Son Excellence
Monsieur le President ht
Vie de la Republique, Son
Excellence Madame Fran -
gois Duvalier, Premiere Da-
me de la Republique, Ma-
dame Marie Denise Domini-
que Mademoiselle Simone
Duvalier, la famille Presi-
dentielle, Son Excellence
le Ministre et Madame Ed
ner Brutus, Son Excellence
le Ministre et Madame Au-
rtlien Jeant). le Dipar/e -
mant de I'lnlterieur et de la
Defense Nationale, Son Ex-
cellence le Ministre et Ma
dame Emmanuel Bros, le
Deparlement de< Finances,
Monsieur le Directeur Gene

(Sulty Page 8)


Ie agroupe 77) former de
plus de 100 pays du Tiers
Monde, demand la suspend
sion des negotiations dans
leur cadre actuel et n'envi
sage de les reprendre ulte
rietrement que sur (une ba
se acceptable), impliquant
des concessions concretes de
la part des pays riches>
industrialistss).
Or les representants de
ces derniers pays font va-
loir qu'ils ont faith des con

(suite page 3)


Si lon a des yeux fure-
teurs pour voir et des ore'l-
les pour ecout r, en s llion
nant Port-au-Prince de long
en large, certain faits ou
c rta'ns Avenements de la
vie national n2 manque-
ront pas de retenir l'atten-
t on; c'est que Port-au-Pr n
ce, sous son allure de gran
de ville de irand Sei-
-gneur. cache ufn acoeura sen
sible et fac le dt m-m voir.


SALUBRITE

.Apree I'avci, de samedi
d rnlr, '11 v a eu grande
pe lie rt beaucoup de diffl-
cultes a t rer Port-au-Pr n-
ce sous ces masse, de boue;
pourtant, il se constant de
puls quelqufs jour:, que
daPs certal fis a-mes (Cu


vard Dessalines oar exempt",
du cote de portail Leoganei,
le service de la vo r e avalt
entr-pris de nettoyer les
rue de les dtbarrasser de
leur couche de boue.

Certalnes autres rues de
la Cap tale, mn.'itent, a n'en
point douter, e grand coup
de balai, car P( rt-au-Pr nee
nest guere prupre. Ma nt -
nant, c'est Ia poussatre ct
les vdhlcules, en passant,
soulevent de vferitables nua-
ges qul aveuglent. Source
au s' d'dpidemes
On dollt s gnsler que ie ser
vie? de la vo'rt-R a Lummen
ce a placer des poubelles cn
divers po nts de la ville. par
example la Grand'Rue.
A la Ru! Pavke, face a laI

a.th. .


Le Pdt. Somosa va reorganiser completement son


gouvernement et faire appela des elements nouveaux

DEMISSION DU CABINET NICARAGUEEN ET DE TOUS LES PRESIDENTS DES PRINCIPLES SOCIETIES D'ETAT


Le couronnement de Bokassa ler.

sera dlin piration napoleonienne


PARIS (AFP)
Les fates de la Cour Na
poleonIenne vont, le diman
che 4 Decembre, etouffer
sous leurs ors le pittoresque
multicolored de la vie quo-
t.dienne ft Bangui et cotvrir
d'airs mart aux, inspires de
ceux de la <,
les roulements eaccades du
tam tam.

Seon les voeux de Bokas
sa ler, fervent admirateur
de Napoleon et Petri de son
epop6e, qui sera couronne
ce jour-la Empereur de Citn
trafrique, rlen n'a ete negli
ge pour que les acteurs de
1'evenem.nt, et ceux qui le
vvront, soient projetes danes
un cadre aussi samblable
que possible a celui qui vit
le couronnement de Napo-
leon ler. le 2 Decembre 1804
Sculpteurs, couturiers, joa'l
liers, mus cien-, et maitr s
ecuyers ont et6 mis .a con
tribution depu s plusi-urs
mois en France pour reali-
ser le reve de I'Empereur.
Ma's d'oeuvre de cette gi-
gantesque ent f pri e un jeu
ne sculpteur frangais, M. 0-


l.vier Brice, s'est charge per
sonnellemtpt de la fabrica-
tion du trone, du dessin du
carrosse et des co tumes :n,
periaux, de la decorat-on de
la Cathedrale de Bangui et
du stade out arra lieu le cou
ronnement.
Sous sa direction, les ou-
vriers d une usine de G sors
(Normandie), ont realize en
six mois un trone en bronze
de deux tonnes, figurant un
aigle aux ales deployees,
cruse d'un coque capiton-
nee de velours rouge.
Une antique berlin. ache
tee a N ce, entierement res
tauree et transformed, est
devenue un cars e de six
tonnes, que six chevaux t re
ront du l1-u du couronne-
ment a la Cathedrale de
Bangui, don't Ir net a ete
tendue de plus de 3.0000 m 2
de draperies. L- carrosse de
l'Empereur sera suivi de ce
lui de l'Imperatrico Cathern
n- e4 de six vo ture. de ui
to liree chaLtun par un
Alezan.
La couronne dc 1'Empe-
reur sera en or massif ser-
t;i de d'amants mettant (n


valeur une pierre de 158 ca-
rats, tree du sous sol Cen-
trafrica n. Boka-sa ler por
t4ra aussi un sceptre et une
epee, ainsi quun costume
et une traene imperial, re-
haussee d'arabesquns or,
vert et argent, tand.s que sa
garde imperial :era vetue
de dolmanja a brand-bourgs
rouges et noirs.
Enfin, une marche du
sacre> et une < pereur. ont ete composees
pour la circonstance. Pen-
dant la messe qui suivra le
Couronnement, un Profes-
seurs de musique de Mulhou
se (est de la France) ticn-
dra les orgues de la Cathe-
drale de Bangu'.
Pour lapres couronne-
ment, I'Empereur a fat fa
Paris l'acquisition notam-
ment d'un costume A ve.te
boutonnee haut et col Napo
leon. En outre il s'est fa't
confectionner un couvre-
chef a bords de 19 cms dei
-arge et a command 200 au
I res coiffures identiques,
malis ft bordure plus modes-
te. qu'utilireront les d gni-
tatres de la Cour.


PENSIONS SPECIALS


Article ler.- Une alloca-
t on de mille gourdes (1.000)
par mois, est accord6e a ti-
ire de pension special a
Mme Vve Colbert Bonhom-
me.
Article 2.- Une allocat on
de m lie gourdes (G 1.000.00)
par moif, est accordee a tl
tre de pension special fL
Mine Vve Simune Jan L.
Months.
Article 3.- Une allocation
de mille gourdes (G. 1.000)
par mo's, est accordee a ti
tre de pension sptciale ft
Monsieur Luc Buteau;
Article 4.- Une allocation
de sept ,cent cinquante gdes
(G. 750.00) par moi, est ac
corded a titre de pension spe
ciale a Mme Vve Joseph Da
mas.
Article 5.- Une allocation
de c'nq cents gnurdes (500)
par mois, est cacordee a ti-
tre de pension spec:ale a
Mlle A'da Lapierre.
Article 6.- Une allocation
ed six cent vingt cinq gour
des (G. 625.00) par mois est
accordee a titre de pension
sp6clale a Mme Vve Ernest
Simon.
Article 7.- ITne allocation
de cinq cents gourdes (G.
500.00) par mois, est accor-


dee a t'tre de pension spe-
ciale f Mme Emlie Desro-
ches.
Article 8.- Une allocation
de cinq cents gourdEs (G.
500.00) pat mois, est accor-
dee ft titre de pension spe
ciale a Monsieur Gerard Je
rome.
Article 10.- Une alloca-
tion de cinq cents gourdes
(G. 500.00) par mois, est ac
cordee a titre d- pens on spe
cia-e a Mile Corneli Brun.

Article ler.- Une alloca-
tion de mille cinq cents
gourdes (G. 1.500.001 par
mois, est accordee a titre de
pens on special a Melle
Jeanne Allien.
Article 2.- Une allocation
de mIle gourdes (G. 10001
par mois, est accordee ft ti-
tre de pension special ft
Madame Vve Marcel Augus-
tn.
Artice 3.- Une allocation
de mille gourdes (1.000.001
par mo's, est aecordee fa ti-
tre de pension special f
Mme Vve Elie Riavix, nee Ma
rie Anne Nelia Blain.
Article 4.- Une allocation
de sept cent cinquante gour
des (G. 750.00) par mols, est
accordee ft titre de pension


L'Ouverture prochaine de la saison Sportive


MARDI OIR A11 U ISTiAD
Le V olette Pt le Don Bos
co ouvriront le bal .ardi
soir clans 1 championnat
dc- la zone .P etropolitaine
de Port-au-Prince pour l'ob
tent on d, la Coupe Pradel.
Cette sa'son, selon les de
visions prisesp au dernier
Con 'l Nation'l marquera
X X X


que le championnat de
Port-au-Prince sera organi-
se par la Federation Hai-
tienne de Foot Ball que
i'on cnnfond trop souvent
avec la Federation de la Ca
pitale.

Faut-il bien qu'une iigne
different des membres du
comite executif de la FHF,
soit nommee regulierement
en vue de s'occuper des
competitions a la capital
(Coupe Pradel, tournois 2e
3eme et 4eme categories)
Cela constitute d'ailleurs
un accroc aux Statuts Re
ference article 21.

Le Bureau Federal cen -
tralise trop les pouvoirs,
se perd parfois et endosse
du meme coup toutes les
responsabilitts.


la period Cie transit on a-
vant la restructuration tant
de fois promise du football
haitien. -
Pendant de longuu s an-
nues les clubs r l'anc enrne
d v sion national ont dfi fai
re face a de iaandes diffi-
cultes financ.:e-s.
La politiqu de salaires


Par centre nous appre -
cions toutefois t leur just
valeur, les grands efforts
deploys par la FHF. pour
s'emparer au fur et a mesu
re du cadre traditionaliste
qui entrave le developpe -
ment rationnel de notre
sport roi. On en ressenti-
ra certainement les reper-
cussions heureuses d'ici
quelques annees.


ET POURQUO
CE CHANGEMENT

Au dernier Conseil Na -
tional tenu le mardi 15 No
vembre au Stade Sylvio Ca-
tor, 1'Assemblee avait de
cide que 8 iquipes partici-


(voir suite page 5)


mensuels evrsei' aux joueurs Ces
a ete un freir. pu ssant a paeut
l'epanouissement des cubs. nes <
Ils ont ete redu'ts a 'cnd t le pas
ter pour fare face aux obli cr 01
gations consent' es. p!ay)>.
Grace aux promesscs d'ai
de f'nanc ere du Bureau F e
deral. les Clubs voient arri- .Esp
ver la nouvelle sa:son avec oferer
mo'ns d'apprehension. ffrmr
champ
Ils vont dalllurs travail- t!on..>
ier sur deux fronLt. el pre-
m ere et '4n tc t4x eme divi
ston. La lim.ue c'age Impo- Bjr
see dans c tte deuxieme divi
s on etant en principe une
garantie pour 1'aveni:.
la
Antoine Tas -y (nouvel
entraineur du run Boscu et
Philippe Vorb t(entraineur RIO
du Violette) abattront leurs Le
cares d'entree de jeu mar- di dea
di soir. Les deux club, ont Ern s
leurL ambitions. La tradi- vi-er
tion, un grand passe pour bres 1
le Violette: la convict on de les oi
posseder une des formations
les plus operatet onnelles, Le
en ce qui conccrne le Don valt
Bosco.
Les informat:ons et find's
cretions nous ont permits de
savoir que la plupart des ef Son
feet fs ont ete quelque peu de
remanies. Certa ns grands
vculent raccroaher tandis COm
que dc j' unea ambitieux veu GOu
lent assurer la relieve dans ave
les meillnurs daiais.
Une chose est certain, la nOU
perspective de reporter le
t tre de liampion d'Haiti MAN.
va const tualr un catalyseur Le
pui-sant. Les acteurs de- N car
vront c' pendant s'astrein- des F
dre a observer les regles du lat o
fair play; le protocol" du g s. ,
champ onnat promet en ef Pres'.
fet de lmnuvai- mom( nts s;eur
aux agresseurs de routes ca Da
tUgories : ils sont pass bl s t onl
d une u pens on temporaire si4nem
dr 3 ans ait moinms. ture
La suspension pouvant moza
dans c"rta ns cas avoir un parts
caracttre d6f nil If. organ


Valise e!arte
II a 6t6 egarce, dans le
sact ur compr s centre la Rue
du Centre et la Place dis
H6ros de l'Ind6pendance u-
11t pet i. valls; ii cUir de
enuleur mnrron conItnant
in quement dc.: papicts ptr
.onnels notainmmen d s pi6-
ces cpncernant IR con-struc-
tion d'un Iimm ub e.
Bonne recompEnse a celul
qui .4 rapportEr au Bureau
da a .ml . .. ...


gouve
ment
fin d

V

Let
ann6
notr

dian
ci- mp


le pt

I1s
o1


measures contribusront
atrea f calmer certai-
tetes chaudesu qui dans
Ase out 3ru pouvoir pas
tre aux regles du

erons q'e leur suracroit
rge sera utilise pour
au public un bon
uponnat ;de transi-


Championnat de la zone

metropolEtaine de Port-au-Prince

Coupe Pradel 1977 78


(RAPPEL DES DECISIONS
ADOPTEES EN CONSEIL
NATIONAL DU 15
NOVEMBRE 1977)
Le championnat d'Ha ti
organism par la Federation


sil: Reactions apres le Discours

du President Geisel admettant

necessity d'un < perfectionnement

Democratique ,


DE JANEIRO, (AFP)
dcscrurs prononce jeu
rnier par le President
to Geis-1 r sque de di
davantage l'opposition
ienne, esU!ment -.amedi
bservateurs.
Pres dent Br6silien a
reconnu ce jour la de



noza envisage
reorganiser
ipletement son
uvernement
:c des elements
iveaux

AGUA, (AFP)
cabinet Minister el du
agua et les presidents
pr ncipales socidtes dE
nt renounce a leurs char
a announce vendredl le
dent Nicarnguayen Mon
Anastas:o Somoza.
ns un mnes-ag- a la na
en l'honncur de la trol
e annee de la leg sla -
actu11e, Mons eur So
a ind'qu6 que c's dA-
permettralent de niser compl6tement le
ernement avec des el6
- nouveaux avant la
e 1977,.

isite d'etudes

s 6tudiants de 26me
e de la Facultt d'Agro-
e et de MMdecne VWte
re s- ..ont rendus T Ma
ppi-s des Barader' ac
pagn de Icur proces-
d'Agriculturre.
Ltudieron: Fur place
"ojet d? culltures asso-
de la r6glon.
seront de retour 4 la
hte,MB~di:B&ro1t)


vant ies dir.getints du part
gouvernementol aAlhZ.NA>,
la necessite d'un sperftc -
t.onnemint Democratique>
du regime pol-tique au Bre-
sil ma s sans preciser quels
talent les p'iojets de reform
ine de son government ni
quand 11 compta-t les met-
tre en place.
Les react ons enregistrees
au sein da movementet De-
mocrat.quec, scul pari le-
gal d'opposition, temoignent
de 1'embarras dans lequel
l'allocuton du chef de 1'E
tat 1' plunge. Pour la pre-
miere fois depuis le coup de
force militaire de 1964, un
President, Brtsilien a recon
nu que les lois d'except on
n'etaient plus indispensa -
bles et, sans s'engager ou -
tre-mesule, a donn6 un ga
ge public de sa volonte d'au
verture. Pour ce faire, il a
office element ,autiorne la
m. sion dt sondage entire
prise par le PresidSnt du Se
nat, Monsieur Petronio Por
tell. ---

Cette prise de pos tion a
d'autant plus impress onne
l'opinion qu'll y a ft peine
six s-ma nes la rebellion du
general bylv o Frota, Minis
tre de l'atmi e, vpna't rap -
peler au President Geisel
1'exlstence au si'n de la hit
rarchie mil'ta:re d'un ano
yau durs hostile a toute 11
btralisat'on.
Tout en soulignant la n6-
ceEsitd d'abroger ala lot la
plus exceptionnelle du pays
c'ect-h-dile Ia constitution
cIle-inen M ons neu Ul ,s
ses Gutimaraer, Pr-sident du
MDB, a reconnu 1' mportan-
c- des propose du Prf.-'dent
Oe sel et declare que son
part etlait oivert au dialo
g"en 6 gagd par Mons eur


Haitienne de Foot Ball pour
la saison 1977 78, e.- joue
ra en deux 12) phases :
a) Une phase prelimina.-
re au course de laqutl!c se-
ront d sputts les ,. charp on
nats regionaux et d- la zo-
ne metropolltaine de Port-
au-Prince (Novenmbre 1977 -
b) Une phase finale a la
mat 78).
quelle particip' nt le chain
p on et le vice champion
de la zone metropolitaine
de Port-au-Prince ainsi que
les clubs champions d.s Li
gues Regionale,. Le va n-
queur de la phase finale por
tera le titre de champion
d'Haiti (mai -- 3 juillt
1978).
Les champions regionaux
provisotrement homologues
par la Federation Haitienne
de Foot-Ball et approves
par le Conseil National en
date du 15 Novembre 1977
sont ceux des Ligues su'var
tes : Nord, Nord Oue-t
(Voir suite page 8)



A quand la
nouvelle Gare
Routiere ?

La gare rout ere qul S
trouvait au boulevard La Sa
line a ete deplac6e, il y a
qualques mos de cela.
Par centre, CLux qui oc-
cupaient la gare, les cam.on
neurs, les voyageurs se son)
fixes dans certa nes zones
oi ils y provoquent pas mal
d' ninuis.
A la Rue des Ctsars, pal
ex'.mple, certafns habitants
du quarter ont souvent
maille f partir avec les ca-
m onn(urs qui vienncnt gs
rer leurs poids lourds tout
just devant leurs maisont
et pour ceux des rs dents
du quarter qui t ennent bot
tique, c'est un veritable count
port ft leur ntgoce; il y s
plus : crtamins pasiageri
de ces carnions font leurt
cbeso'ns>a f amme la rue.
En attendant la stuatior
des chauff..urs et de: pa-ss
aers n';st pas de tout re-
pos.
Nous ptcnsons que le servi
ce competent ne tardera pas
.A etabllr la nouvelle ga'i
routibre. .. ,. .' :


speclale a M. Jean B1ap1,a
Viau.
SArItcle 5.- Une a"locas<.
de aept cent gourdes (O
700.001 par mols, est Sco -
dee a titre de penasorn "'-p
c.aic f Mme Vvs Raou0 MuV
sac, ne Veronique OracIa
Article Z.- Une saiocla o
de sept cent: fgoutrdCf 4(
700.001 par mo s. t4 sarr-,,
dec a titre der pension 4 p
ciale a Mile Renr. l!iateB
Article 7 Unc Ih.mac n
de six cent gurdrc a 4(,
600.00) par mto's. rat acr.
dee" a titre de penalson )
cale f M. Marcel I.anc
te.
Article 8 Un. a1lo de six cents gourtdfi c (
600001 par mois. e.ts ac a s
dee a t tre de p4-n p..n 444-
c'ale af Mme Klan Norm:.
Article 9.- Une aiocia:on
de cinq cents gourde'- iG.
500001 par mols, et ,ac.,-
dte ta titre d-e pen-'on ape-
ciale a Mme Vve Jam-.4 An
thony.
Article 10.- Une alccA-
tion de cinq cent. gourdz4
(G. 500.001 par mos, e1 a,-

(Voir suite page 7)

HALTE DU JEUDI


Tu pourras...

De Mme Marcl1 CRRf)UCCI

N.D.L R.-
Pour repondre la dr!i ,r,
ded lld nibriux fan- rl4
1la Hallot ni r pr-,Cr
sons Ic p "e,'.- (1- l
im'e Maretl Card ,i-r T T
pourras. (le)i .4 ar .4 :
la rubbrlqut l -,i dt t i
dl-

: l r1 t; ilt s 'a i t111 !i-r
mpS i t e it. a 4,' tc
Chanlit lll I. nImin (- t

SN a 1 ') it t It, ;r,4< 1)

Ne p|rrl.: );ri tolm t mp-

En pariolc. I, llr,
e Edulqtu-I it autr4
Aid. 'Is ;i rt. nr
De' l'aihillr 4 I 4( i4nr4-4
Apprend.i l, u r i t par,-r
A hii nti,-r, it l tur44 r

S1 tu p ux a114.rchCr.
Marche !
* Prnids t'- fourcnc
Et porter aux autrea.
e La bonne lnouvell
s De l'sperance
1 Pars a la conquest. ds toes

SS tu pItux oivgnCr
, Soigne le, corps,
Et aussi les amen.
Emplole tes aptitud 4
A soulager I'lumanilt
De ses 4ouffrances
Materielles et morale


Si tu peux sauv/r.
Sauve tout ce qui eat a sa-
ver
Les enfants san.j mcre
Les adolcscent.i incompri,
Les adults chancelanrt.
Les desespdres du sort,
Les incapable, le d.sh'itn-
t6s,
Les fatigues d'avance
Les deialsses

Si tu sais alincr,
Alme 'ntensenment
Ce qui est beat, et boo,
Ce qui est prmpre,
Aime sans egoism",
A:mc farouchement
La vdrite et la just'ce

Prends tes paroles
Tes forces, tea apt tud:a,
Ton coeur, ton amour.
Pour tisser unc corbeille
Que tu remettras
A celui qui scul
Peut te donner une pa'ce
Une place de cholx.
Ou I brement ..
Tu pourras
Marcher, parl'r. :our re a!-
mer,
Et loAW.
..^ A?^ aqmua ^


Actualite Economique :
Ill X MNEGOCIATIONS INTERNATIONALES
DANS L'IMPASSE


Port au Prince


de long en large


de la (HOA)
4 Port-am-PH ce

Lundl; par tin mvi;an toi'
clal, arrlvernrt h I il P'l.iit
ce un group dir 14in mri;
brent de I'Armirlal i11. id,
HWtellera i'l let i-tlita'-i,
hillmaniidal il(KIA,
C lo i llHr.AlN li l tlli !I rC .' ....
Congrn s thlan JuItil 'P. ;,.
RIco. lhliit ,''ir iir 1tc t ,

Port- I-Prin c,. rl 1.1 ; ...
Journal n Hllslt !lis t.-;,.,., .-.,t
en charge par Ae.'rier (':
delle qul a preparft ac :
fet, un program 4',st


6~it~iE~-~i~;aP~s~i~YL68~~ --


"~YsiaYwn;~r~ra~uP~;L- --uw


o


~i~6ir~Pur.... ... .. ....--


PF.+Vf wor ~ ib;r I I I I Ia~9


k


AMA-T --


;e
'a
a



it
!S
Ll

x
-S
it

a
it
is
;s
u
p
a
's


n
,a


AnwM-i











LA VIEECONOMIQUE


w ct m teller inotre tra-
si t rlxm tee i I qptIcd
wi h h l le en leir "

"lI i t isr 1 t6-



Sunr comipign .
S. la visit d u
;<. lo, lors de ses va-
A s ox A nll-

d'do es qui
A IA rnal'sat on
.! r- -. m, thode de
K tM lan' 1 cicnne i.


actuillIs
iiuin t dce 150
es st coipfe

r et I vt rsee
So s ;r rtuArs A ban
S ; p ii It par
r broytiurs qul
;, nt r t une mas
C- ,nst.Lui de
: np re' ; ct d" fl
C .s C t mas
:~- i i- .-. I .< ite traltee
- r ,, d procedes
. de pur f ea
S ;: ronner du sucre


hi

p



al
co


ci
n


c
C

a1
ci
ti
u
ti
CI
c(
nl

U
P

a
h-
ta

t

n
u

d

P


S -. '.r : ete ?urpris co
: ,nt par le mau
,.: cil c, proce
: ; l quant.le e- t
,.c d sch ts ,la S n resulte. La.
con titude t
S: d f.brs de 1
S es o t d'une dc

S.nde uanti-
nde quanti-
S ;.,; it nnes a l'hcu d
S -r,' retiree a- r
-: :ep commcne r
- ... '- rBnsz certa nes 1
;, a bru t a sva .
: ,13 ,: ,' marcher 1
n ,r p autres a
Sa s les ri-
S, p) lule l'en


", la Bob M ller t
le], ul. n mor
r ,l :l t u; I en
S, i ,] c.mmie nca a
: C1,.r :1 i r| i i vealtl vu
S.i it r 1 ;i )eiirnk,. I1
r : olpp tendre
> i i,.-i. it, d- la canne
f 1: 1 {;tI[ r] fl-
1 -, ri ri i,' normlPmentl
in ,- ,,i "- .t 11] A rap
v : I, i 'li'' t- ie Ted
: I 1 d' mandS de
: 1 1 ; I ( ch ts pou
r' i la fabrica-
' l il:' nux de cons
-u ' h i l ilen if-:0i

A ',iio I'. i, ia Canada,
Ile e, ii M Tillby et
S, I -ieyx conclurI nt'
1. I e pil o ir 'ble d'extrai
i, l ia imli, d(I une' faqon
I l rIII.re '< n la'ssant
1, li i-)r i per]ph('rlques in-
: w puir prmettre leur
I. I; ot ile ceimm" mat6riau
I(I ii.lnilt )n Apres plu-
;lcilll-; sea!lsI 11F ont mis
m ie PIt il imi nouveau procs
Ir '- 1 l ei. a maintlrnant la
li-.t dIt principles des machi
i' civ it I,]lmPrnnt construi-
l.:i nl Canada par Hawker-
Hiddiley 't, dest'n6es aux
pie.; producteurs de sucre.
A Il'!de de ce'te method,
il Calnnle est couple en seg
ments d'un pied de long,
puIs fondue, et la pulpe
t, xtralte p a 'a'de de ra-
(elors A la place du m6lan
Vc- brun de pulpe et de fc -
brcs de cellulose broydes


mbituellemeh't obtenu, ce
ouveau procWdi done .une I
ipce de consistance laiteu i
Squi demands un raff,na
SrIlativlnmeht molnsRbm :t
lexe. Le produ t restant
aprds extraction du sucre
onstitue un lourrage tries
ourrissant pour le bdtall. "

Mais qu'advlent-ll de 1'd
force de la canne 9 sucre?
omme les f.'bire de cellu
ase mne sont ,tlus broy-es
u course de ce nouveau pro
d6, 11i est possible de les
einsformer fac.l..mEnt en
ne varitd dae niatirlaux
nrs utiles. Un simple pro-
edd de compression et de
collage permet d'obtenir un
natdriau isolant et isopho
e, leger et tries efficace.

n proc6de plus dlabord
ermet d'obtenir un bois
ynthet que tres maniable,
yant une bonne resistance
la tract on et la consis-
ance du chene rouge. Les
.bres de cellulose peuvent
ussi servir a la fabrica-
on d'une varitt de pan-
eaux de construction tries
t les; elles permettert ega
ement d'obtenir du paper
e haute quality, ce qui
end la production de pa-
er possible sans avoir re
ours aux forts.

On peuL immddiatement
Lrr profit de ce nouveau
orocede. Alors que le rende
ment des m6thodes tradi-
onnelles de raffinage de
a canne a sucre est de 40
dollars par tonne de pro-
lu t brut, ce nouveau proc6
de qui fournit du sucre, du
ourrage et des matdriaux
de construction, a un rende
ment de 14p dollars par ton
ne de produit brut. Par ail
aeurs, un march plus d:ver
C'fd s'ouvre a. industriese de
la canne a sucre. Le sucre
a toujours 6t6 sensible a la
luctuation ec0nomique, et
sa valeur, du po'nt de viu
agricol aet industrial, peut
ha~nir d'une sa'soyn 9 1'au
tre. Si 1'industrie de la can
ne h sucre s'otente egale-.


Le budget de 1'aide au
dcveloppement va accroitre
Le gouvernemcnt federal
de Bonn a augmented pour
l'annee 1978 a raiLon de 20
pour cent le budget du mi
n'stere federal de la coope-
ration 6conom que, min ste -
re qui est responuable en ma
tire d'aide allemande au
developpEmnt. Le taux d'aug
mentation du budget de ce
mn'stere est ainsi plus que
le double de celui des au -
tres minktures. Cette deci
sion a obtenu parmi le pu-
blic allemand un echo Ex-
rtdmsment postsf. Elle re-
pond aussi aux attentes de
Mme. Marie Schlei, Minis-
tre de la cooperation 6cono-
mique, qui aura a'nsi pres-
que 700 millions de plus h
sa disposition, son dtat pas
sant de 3,2 mill'ards de DM
cette annde a 3,9 milliards
l'ann6e prochaine.
Cette augmentat on part
culierement levee n'a sou-
lev6 aucune di:cuss'on s6-
r:euse au sein du cabinet f&
d6ral. D6djk ds le d6but des
d6libdrations budgeta'res, le


chancelier Helmut Schm dt
et le ministry federal des fi
nances Hans Abel ont Eoute
nu les voeux pr6sentes par
Mme. Marie Schlei. Ceci
montre clairement que le
gouvernement federal est
b'En conscient de sa respon
sabilitd accrue envers les
pays du Tiers-Monde. En de
pit de la recession Sconomi
que et de 1'evolution insa-
tisfaisante de la ittuat on
conjoncturelle le gouverne
meant fdddral a evit6 de re-
courir au moyen le plus sim
ple, c'est-a-dire de rddu re
ses obligations internal -
tionales. Au contraire 11 a
augmented considerable -
ment les moyens fnanciers
qui en sont necessaires

Au sein du budget mtme
du ministdre fdd6ral de la
cooperation 6conomique, il
n'y aura pas de change -
ments important, puisque
presque toutes ses positions
budg6taires s'accroitront
d'une faeon assez uniform.
La some prevue pour l'ai
de technique, c'est a dire


"Le Bureau de Cri&it Agricole dans


le cadre du developpement rural"\


meant. ver, la ialbrication de
papltr, -de _four-age, et de
mater aux de construction,
ceite situation kconom que
lpouirra se tablilIset. La 'Bo
cltte crnadienne des bre-
etts eL d'xplo tat-on limit
t6e- a accord une licence d
la compagnfe Hawker-Aldde
ley pour la fabrication de
cea equipment a.u Canada.

Le Canada pourra bentdl-
cler de la jabrieatioti et
dE ia vented de ces machl-
neE a nil que des drolts
d'invention provenant de
Iutilisation de ce proe6d6.
Cette n6thbde rdvolUtion-
:ha'xe est eincOre au premier
stade de son d6veloppementt
mais plusieurs nouvelles u-
sihes sont en construction
et les grosses compagnles
sucrieres envisagent une r6
novat'on i long term de
lEurs installations.

Il est difficile d'esttmer
les consequences de cette
invent on canadienne d'une
portde incalculable. La can
ne a sucre prospore dans
les regions Equatorlales,
et c'est pourquoi sa culture
est si important dans un
grand nombre de pays du
ters monde. C'est une des
plants qui utillsent la lu
m:re solaire avec le plus
d'efficacite pour la synthe
se des substances nutr ti-
ves, et elle ne demand A
6tre replantd que tous les
sept ou huit ans. Les avan
tags que prdsente l'exploi
station de la canne a sucre
dans les pays du tiers mon
de ddrivent non seulement
de la production du sucre,
mais 6galement des poss bi
lit6s d'6tablisesment de nou
velles industries pour la
fabrication de paper et de
mat6riaux de construction
dens des regions ne posse-
dant pas les essences forces
tierfs adequate C'est ainsk
que les vacances d'un ar-
chitecte canacdien ont per-
mis de ddeouvrir le reme-
de qui 'p6urrat guer r 1'd-
conom'e de nombreat pays
6quatoriaux.


dC'Et le titre de 1'exposd
pr6sent6 au Cercle d'Elu -
des.sir les Questions d'Eco-
horh e et de DeveloppEmr nt
par 1'Agronome Liickner
Saint-Die, lea eudi 10 No -
vembre 1977.
Le Circle dEtudes tur les
Questions d'Economie et de
Ddveloppement. est un group
Pe form par 1'Insthlut Hal-
tiano-Amtr ca'n. II dom -
prend qulIques notables de
la capital ainsi quL des dtu
diants, en particulier de la
Faculte de Dro.t et des-Sc'en
ces Economiques et de L'Ins
titut Natiobal d'Administra
tion et e' Oesitlon. .
L'agronome est chef du
Service d'EtudeE et Recher
ches au Bureau de Cr6d t
Agricole.
Au course. de son expose, -1
6tablit d'abord la situation
du sscteur agricole, puis il
d6crit 1'action du Bureau
de Cr6dit Agricole dans ce
secteur.
D'ABORD LA SITUATION
DU CREDIT AGRICOLE
En bref le conf6renOer
montre que c'est le secteur
le plus important de 1'Eco
nom'e haitienne : I1 fournit
environ 45 pour cent du Pro
dult National Brut, 50 pour
cent des exportations, et em
ploie environ 2,5 millions
d'Ha't'ens.
Ce secteur a cependant des
l)robldmes don't les princl -
paux sont :
a) sols : 15 pour cent seu
element de la superfcle du
pays sont cultivables
b) demographic : le re -


censement de 1975 donnait
3,67 i'll ons dc ruraukx iour
une population, total de
4,75 million; d'habitants.
c) Irrigation : 70000 hec-
tares stulement sont irri -
guds de afcon approximati-
ve.
d) transport et communi
'cation : les routes secondai
res sont insuillantes. Elles
Sont 'pourtant !nd spensa -
bles a 1'dcoulement des pro
du'ts.
e) commercialisation : le
syst6me, quit tnurne autour
de la d6savantageux pour le pay
san producteur, parce que
trpp d'intermddia'res le se-
parent du consommateur.
f) crdd't : le paysan est
v'ctime de l'u-urier don't les
taux d'intdrdt vois'nent 120
pour cent.
Le Bureau de Cr6dit Agri
cole a pour but just'ment
de r6soudre ce probldme de
crdd't. A cette fin, il con -
sent des pr6ts au paysan 9.
un taux de 9 pour c-nt Le
Bureau de Crddit Agr cole
veut parvcnir ainsi & cou -
vrir non seulement les frais
.de production ma's encore
les d6penses ocurantrs du
paysan atf n de prot6ger ce
lul-ci de 1'usur:er.
L'agronome Saint-Dic dd-
crit ensu'te l'organisat'on du
Bureau de Cr6dit Agricole,
ra strateg'e d'action, son inm
pact, ses problmes.
a) SON ORGANISATION.
A la tkte un Conse'l d'Ad-
min'stration don't le pr6si-
dent est le Secrdtaire d'Etat


La Directions des
et Carr eres de i'Inst
tional des ROssource
rales (INAREMI don
,:,r .-ritaltior nouvelle
activities en vue d'i
,Jn control plud ml
de 1'explo station d-s


nour
noloE
deral
du T
si dl
en 19
de
De i
en v
par
d'All
deve
ditto
vant
m6m
Les
vus
tilat
d'acc
tant
1977
de
11 s'
butic
des
Sopp
prog
lopp
Unie
de p
et p


TOUTES LES OPERATIONS BANCAIRES

Domestiques et Iniernatiornatel-

Comptes Courants

Comptes d'Epargne

D6p6ts Terme

Prits Commerciaux

Lettres de Credil

Transfers

Recouvrememts

Cheques de Voyageurs

Renseignements Commerciaux d'Usage


SUCCURSALES ET RULES A TRAVERS LE MONDE


le transfer de
g e de la Repub
le d'Allemagne
ters-Monde. pas
e 870 millions
P77 l dim H'.4,. r


resources minieres
mines cos m'.nicres du pays. En blir l
'tut Na t ffet. chaque exp6d tion de nage,
-s Mine bauxte (ffectuee par la nment
ne une Reyn6lds sera desormais tIon,t
A ,es soumise a un control au ve tie
[lectue.r port d'eMibarquem(nt. Deux
nut e-ux Ingenieurs de 1'INAREM -
ressour sont affects au calcul du tantb
tonnage de bauxite expor- leur
tee. A 1'embarquement, un le:. n
6echantillon prdlctve p a r on
L des technicians de I'INAREM D*I v s
sera soumis a une analyse r 0er
au Laboratoire de la Rey- 1ON
nold pour o n evaluer la velo
tneur en silice, en alumi- Natie
la toch nu m et en oxyde de fer. ch(s
clique Fe Dcs 6chantillons-temo ns
aux pays seront acheminus h l'INA-
s-era aln REM pour analyse et con
de DM tr6le.
ii c ,11 i- sat.it -LaDvr, dsMl5


,, ia piu a u mu.iiQ.r La Div.s-on des Mines
DM 'annee prochaine. et Carr.res d- 1 INAhEM .u
meme, I'a de financirees a v M a
I p.rv,se les art vites d2 la
ue des credits octroyes PENNAROYA (Soc.ese Fran
la Republique Federae co-Haittenn) et de la KE'N
lemagne aux pays en NECOTT iSoc ete Minere
loppement sous des con d'HaS ) La Soc ete Fran -
uns particul erement a co-Haittenne etabLle dans
ageuses augmentera du cHc ragondud L mue et dea
le ordre de grandeur. n-s regabens recerche du
moyens financiers prd J an abe ech
pour la coopdrat'on mul cu vrc et des metaux asso-
p our la coopntran tamu c.es. Cette compagn e a be
drale auront un taux netcia dots p. rcs ci txplol
cro'ssement plus impor neficiddun p~rmi dcxplol
oessa pls tatlon reconverti en p, rm s
de 600 millions en ,
c u 600 millions en cde recherches, depu s une se
a plus d'un milliard malne. Ces recherches donnent
DM 1'annde prochaine. lieu a des travux de forage,
ag't par 1A aes contri de geophysique et de gdochi-
ons financidres alleman mie. Lexploraton precedent
pour le fonds de deve- les recherches a reveld un in
cement europ6en, pour le dice valuable ce qu. a entra.-
ramme d'aide au ddve n6 une reduction de la zone
ement des Nations d'exploitation. La KENNE -
as, pour le programme COTT, pour sa part, det ent
1'allmentatf'on mond'ale trois permits d'explorat.on
our Irs banques de dd pour la rdg on de Cam-Coq a
1'endroit d6nommd CrIte -
(Voir suite page 31 Rouge. La KENNECOTT a
6galemr.nt convert ses per
mis d'exploitat:in en per -
mis de recherche.


Les Nations-Unles pro-
c6dent actuellement a des
travaux d'explorat'on mine
re dans les re6gons de Trou
du Nord ct de Terrier-Rou -
ge Au course de ces deux der
nilres anndes, le PNUD en
coltlabora ion avec I'INA -
REM, a lOabot r dr. program
mes de prospection dans l s
ideix rRlnnir. .stip-clte i r. A
ptirltr i t Ind te, favorable.
decel.s. lit, tcrhillcltis onf
proc(-de n vllgi-quitrLt 124
forlug, qut oti permit. dell
rc u 0n SOFp suti ltquclle It
Gouvernenitll hnll n. enll
colaboralt nl nvic In B.O R
IInit'tli Minltr de In Repu
bllque F6dernle d'Allema -
gnie entrcnprend une ditude
de prdfact'bllltd Ce nou -
vrau programme d'tludes
duirera di-ux nnr et ddbutera
dins ls premiers ours de
janvier 1978. Le Projet hat
i tana-allemfnl ise & 6ta-


RpWPR wr -owwr- Nw. - -, I.. *- ,*.!...:.-


les parametres, le ton-
tla I neur de preleve -
. le cofit id 1'xp oita-
l'importance de l'in-
ssement et d-s marches.
Des r(cherchles mpor -
es pour la m se en va -
des ressourcts minera
on metalliques du pays
ete entrepr'ses par la
;ion des Munes t Car -
s ave le conCours de
UDI iOrgan .me de De
ppement Industril des
ons-Unie i. Ces rEcher-
ont oour but l'implan -

(VoIr suite page 3)


ROME (AFP)
Trois ans apres la decla-
ration universe le pour 1 6
elimination definitive de la
faim dans le mondei> adop
tee en Novembre 1974 a Ro-
me par les 130 pays parti-
cipants d la conference
mondiale de I'alimentation,
les e4simations sur le nom-
bre des mal nourris n'ont
pas change : un demi-mil-
linrds d'hommes.
Pourtant, au course des
trois dernidres annkes, la
situation alimentaire apr&c
la cruise de 1972/74, s'est con
siddrablement amelinr6e et
des pays /raditionnellement
dtificitaires comme 'lnde
ont pu, cctte annde, consti
tuer des stocks important
de ctirdales. Mais dans 43
pays d6signes depuis 1974
sous 1'appellation de (aPDT))
(plus dircmenit touches), le
dtficit alimentaire est per-a
mntnent.


Les prix agricoles


ni


des tubircul -
la i b cal-.L S


ma:nrenue 8
..ul ci -i gna
'arle les prix
adults ob.erves
ba'sses allan1

LEGUMES-


I la ptenrdnnr
est dga itmaent
1 1'on ex'ct pt
m. qui n'a piI.,
des auitrc pro
ont connu dc'
t do 4 & 10 .


de 1'Agriculture.
-Puls viennent la D'rec -
tion ,du Bureau de Crddit A
gr cole et ses services d'ap-
pui, Admin stratlon, Etudes
et Recherche-, Inspection et
Control, S-r ,'dce Techni -
que et Srvice Jurd'que.
On trouve enf n les Direc
tions Rdgionales charges
des operations de prt;, les
Agencies locales et la clien
t6le.

b) SA STRATEGIC
D'AC'IION.-

De 1958 a 1967, le Bureau
de Crdd'.t Agr cole pretait
aux Indiv'dus. Ce system
dtait tres dfticitaire, 9 cau
se des petites valeurs prd -
tdes Et du grand nombre de
clients occas'onnant une ad
m'ni'stration cofiteuse.
A partir de 1967, le Bu -
reau de Cr6dit Agricole pre
te a des Socift6s agr'coles
de cred t, groups de 7 9a
15 membres ayant des points
communs (lieu d'hab station,
conditions .'o-o-6conomi -
ques etc...) Ce proced6 a pr
m's une compression des
cofits admin'stratifs.
c) SON IMPACT : Faible.
Le Bureau de Cred't Agrico
le en effect prate ses :ervi -
ce- a 600 soci6t6s de credit
et a 5 coopdrit ves, so't en-
viron 7000 peraonnes compa
re aux 2,5 millions de pet'ts
producteur.-.
Mis ensemble, le Bureau
do Cred t Agricole et l'IDAI

(Voir suite page 3)


Relevement de la quote part d"Haiti

au FMI
DECRETE 4 dudit Conseil des Gou -
Article ler.- L'Etat Hai- verneurs adoptde le 30
lien autorise le Gouverne Avril 1976.
ment Haitien, d'une part Article 2- La Banque Na
consentir au relevement de tionale de la Rdpublique
la quote-part d'Haiti au d'Haiti h. titre de Tr6soriere i
Fonds Monetaire Interna de l'Et(t Haitien est auto-'I
tional a vingt trois mil rise a effecttler pour comp
lions en droit de Tirages te de l'Etat Haitien toute.4
Speciaux (DTS) conforme- demarches et tous d6bours
ment aux dispositions de la r6efrant aux disposition.s
resolution numero 31-2 du de 1'article 1 du D6cret et
Conseil des Gouverneurs de plus particuli recent a vcr
cette Institution, adopt6e ser le montant de 1'aug -
le 22 mars 1976, et d'autre mentation de la Souscrip -
part a accepter le project tion d'Haiti au capital du"
du deuxieme amendment FMI conformnment aux dis-
aux Statuts du Fonds con positions du paragraph 3'
formement aux dispositions de la resolution numiro
de la resolution num6ro 31- 31-2.


par les pays interesse- euTr
memes. estime le Conseil'
qu,i e-t deja. intervenu au-'
pres des baillcurs de fondi
connmme la Banque Mondia:
le et le PNUD (Program-'
me des Nations Unies pour
le Ddveloppement) pour fi
nancer des plans nationaux
(ct non plus simplementt
des projects iol6s), anu BarP
gladesh, au Honduras, au
Soudan et au Senegal.

Le FIDA, qui doit fonc-
tionner au d6but de 1978.
est lun des rares exemple-
de cooperation entire pay.)
industrialists et pays de
1'OPEP. D'un montant ini-i
tial d'un milliard de dol-,
lars, il consacrera 12,5 pour,
cent de ses resources a dec)
donations tandis que ses,
prlts seront consentis a dea
taux d'intdrit trIs faibles.

(Voir suite page 3)

0


parce que, mbme. sans gros revenues, les hat-
tiens savent rnaintenant comment mettre
de /'argent de co6t tous les mois pour le
faire fructifier.

parce que, meme sans capital au depart, its
pourront realiser tel ou tel de ces projects
don't ds r#vent depuis longtemps. une nou-
velle voiture, une maison, dos etudes plus
tard pour leurs enfants et pour eux une
retraite heureuse.


L:s organismes mis en plc
ce par la conference mon-
diale, le Conseil Mondial
de 1 Alimentation, (Execu-
tif Mondial en Matiere Ali-
mentaire) et le Fonds Inter
national de Ddveloppement
Agricole (FIDA) qui de-
vaient contribuer a relan-
cer la lutte centre la faim,
ont connu des debuts diffi
ciles en raison de quereltle
politiques et 1'on a pu par
ler pendant deux ans d'6-
chec total.
Lors de sa reunion de Ma
7ille en juin dernier, le
Conseil M9ndial a toutefois
adopt un (programme d'ae
tiona reposant sur le prin-
cipe que les pays en deve-
loppement doivent Ad'abord
computer sur eux-mImes
pour amdliorer leur produce
tion agricoles.
L'as instance financidre et
technique doit se faire sur
la base de plans 61labords


Nouvelle mlthode de traliteent de la Oanite sacre

I Tn stimulant pour 1'industrie


Controle de 1'explorationf des


Accroissement de l'aide de la RFA


au Tiers Monde


Panorama: Un demi miliard

d'hommes sous alimentes


PORT-AU-PRINCE
100 Rue de Ir-nl Forris
TELEPHONES : 2-3956 2-0846


PETIONVILLE
l' Rue GC ego,,r.,
TELEPHONES : 7-1995 7-2356

MAISON MERE FONDEE EN 1784


LA BANQU1E NATIONAL

DE LA

REPPUBLIQUE ,D'HAITI_:


1


TENDANCE GENERAL


Come pour la simn ne r
precede-rnt, orn a enregiLtr c
uine tndance astsz neLte ,
vers la bal:se aux deux ni- c
vaux cons cereat bien que a
(cdmpa9ratlwvment) tes orm
bres r. spectifs dee baic--s de I
prx sont ldgctrement plus
dlevds cetite semaine. Mals
de toblts tacon., 'es Dour -
c:ntages des baliees h. i'nt6- I
r' eur ds aroupns de pro-
dtlts cont, dans 1'ensem -
ble, plus important que
ceux des hausses.
Au nivEau du consomma -
teur, les plus fortss hau3 -
ses atnsi que les plus for -
tes baisses sont observes
dan le group des ldgumes
tandis qu't celui des gros -
s'ste les plus fortes bais -
ses ont enregitrdes du cst6
des tubercules.
0 -
A- MARCH Dr DETAIL
GRAINS.- La tendance ab
la baisse man'fest6e la se -
ma'ne precedente s'est main
t'nu,' cette smaine. Cepen -
dant, elle est moins forte
puisque 3 produ ts : le riz
ti fiddle le riz Madame Gou
gousse, 1 ma's en grain,
ont connu des augmenta -
tons de prix contra rement
a la semaine prdcddente pour
laquclls il n'y en avait pas.
Les pr'x du mais moulu et
des pos ont cont'num basis
ser. Celui du millet pile qui
n'avait pas var'S la semaine
dernure a dcminu ct.te fois
de 15 % 0la plus forte basis
fe pour ce groupe.

TUBERCULES.-

A l'interieur du group


9


-Aprrs la baisse nette cons
tafde pour 1-s 16gumes la ,
se maine dern dre, une cer-
ta ne tendance mnoddr6e a
la hau.se commence se
manifester pour cette semal ,
ne. Le prix de la tomate a
cntfinu6 a augmenter (2
pour cent cette semaine); c
lui de l'aubergune qui ava't q
baiss6 de 21 pour cent la se e;q
maine prdcddente a augmen if
td de 15 pour cent et le prix ab
de la pomme do terre de 21 tb
pour cent. Le chou et 1'oi 0
gnon o ntonun & ba's e
ser de mani6re trds signin-
cative (32 pour cent et, 1 8
pour cfnt); la banana a
maintenu le meme taux dc ,
bais-e (7 pour cent).
FRUITS.- \
Le pr x des avocats a ba's
ed 16g6rement 3 pour cent:
crux de 1'orange et dc la
chad6que n'ont pas var'.6. .,

PRODUCTS ANIMAUX.-

Leur tendance est a la
baisse : les pr x de tois le
products du group ont bats-.
se. Celui de la vand" de ..
boeuf qui n'ava't pas varie Is a
sema'ne precidente a balssd
de 10 pour cent, ceux de la
poule et de-, oeufs qui a .
va:ent augmentS de 7 et 14
pour cent ont ba'sse dc 3
pour cent et de 5 pour cent
(SENACA)









LA VIE ECONOMIQUF .


Accroissement de l'aide


de la RFA

1,,.- s s' l0 1') b"solnl dc nouveaux moyens
limianc cers pour pouvoir rea-
1.s, r les engagements vis-a-
,, ; . .11 ,ie. cu A 0vis des pays du tiers monde.
i w, i ~I e La- On salt que le minister de
'i i.11 it, pU lnt la cooperation 6conomique
-,i. i, i i,,i i l i alslinan n'opere pas seulemcnt avec
S, e e,. liopl- ie budget mis a sa disposs-
1tI,.i p l pro lion chaque annte, mais ega
,, ,. ; i ', l 'sn lenient avec des autorisa -
un ilInterai tons d'tngagement pour les
annees i venir at travers de
promesses de credits. Pour
1 s l'1 it'ldnal Ia prochaine annee, il aura
...... ,. \ tii tiU t a realiser des processes d'u
-s,, I: l1s qIote- iwe valeur total de plus de
l, I. U)l q i allc 15 milliards de DM.
,, r i, .t s;I tl pro
Si i ti a enivi- D'une fagon general, les
Aver ce autorisations d'engagement,
i' epubliqu- chest a dire les promesses de
S : \ ,' 1 ii.cn (tst cred ts, sont indispensable,
,,: e'e i' car les projects de develop-
i"s I Nationl penment se deroulent la plu
,ic ds reiser part du temps sur une pe-
I ,. :' l iprodu.t rode de plusieurs annees.
I, ,1i.ili'1 pu Sans une idee sur les som-
-i., lp in It 'nL. mes disponibles dans 1'ave-
-, 1 i5\' par nir. ni les pays en vole de
Si...iit IP developpement, ni le minis-
S: : ,, dc tre de la cooperation econo-
i ,i au deI r sniqu' de Bonn ne pour -
, : i- inlrnil raient fire des plansfica -
S ;: I.h'sderal tiions coisvenables. Ces au
S- ... ('ssIciisn mi- torisations d'engagement,
S'.. M'iri Schlei. afin qu'elles aient un sens,
5 i. iiiuv,'u qgie sont toujours donn6es avec
:. :: i federal l'accord du min:stere ftde -
S, l de ral des finances. Se basant
i, f ,* 11s as eulement sur les promes -
S i'. issment du ses de credits dejia donnees
S... ; ::'' :cc-rr- prevu au pays en voie de dcvelop-
; S,> s pr(haiane en pement,.on peut prevoir que
; .r : '-.:,r o virs pour les annees a ven'r le
budget du minister federal
de la cooperation economic -
., : d, la coopera que doit ntcessairement aug
a Bonn a menter encore.



"Le Bureau de Credit

Agricole


S.'( d- Ia 2eme page)

,,, :. pour Cent
I. ei c ditlt el f -
-:, , '. 17 pour csnt cde




,, -, ', l i cxorbi-
i I d ucntrv-
:. ,. i i. pe, rson-

,.i ix, dles

,I i l- l i ll -

' ] I f i l l(' (n '



I .. A toii o -
IIb1 1 p)(rs
l u U re 1 l au

i 5 s 1.- sc m
;i i ps y
.. i I i i(t. d(ir-
'i' 1 | l l on -




i s. I ) i- c.-w i s-unt sp
,l'. i i j .c^, .. nc la. p sui
, I 'i.s N Noter que
p- si' dei m6
Wil.(ii6id ritent cd'uone


SIt I AI a une Cl irtaine epo
l-, idu i, avail ldes capi
., 5.,' ni trouvait pas de
;d I so-iii A 5 A Iiverse, le Bu
i i. d Credit Agr cole a
1 iii urs, mr.ais pas de
s-.siauxis Ls(- deux organis-
nr., ntc sont-1il pas comple-


Air. SAINT-DIC :

sIl Bureau de Credit Agri-
roilie s'adress" aux pet ts a
!,r u-ills iurs tandis que lTD.
A 1. recherche de. investis-
m:, mnts d'une cecrtane im -
portance. I.e Bureau de Cr6
(Jt Agrcole peut plutot ai
dtr le petit agr culteur a. at
l,'ndrc un degi de develop
p(ment qui lul pellrmtte de
s,, fourner vers I'IDAI.

M. WIENER MORISSET :

LEtat ne pourra't-il cr6rr
des centres d'achat pour ell
miner les Intermtdiares
dans le processu- de la corn
m, rcialisation ?

Agr. SAINT-DIC :

On 1'a env'sag6 a une rcu
h'on au sommet. Cependant
cette solution est rendue
d'fficile par la multiplicity
des products que commer -
c'alise la madam carao et
q:uil font de cette mmadam,
une nomade. N6anmoins, on
a conqu un plan structure
avec dp6its r6girnaux et de


pots locaux, ces derni'rs
servant de sbanque de pro
duits,> capable d'achet"r, de
stocker les products etc..

M. NERVA ANTONIN :

Le Bilan du Bureau de
Credit Agr ocle est assez
desavantageux, ce, apres
vingt sept ans d'existence
sous diftternts noms. Dans
combien de temps m tUra-t
on en place enfin les pro -
granmmes regionaux c.te
plus haut ?

Agr SAINT-DIC :

Ler programme future du
Bur,'au de Credit Agr:cole
comprend tro:s tapes : lo,
Developpement de la clien
tele par la vulgarisation.
Cette tape sech-lonne sur
5 ans et $ 13A4 million. Au
bout de ce temps, le Bu -
reau de Credit Agr'cole at-
tindra on scu'l de rcnta -
bilite. 2oi Crea'ion de pro-
jets pilots pour degager des
parametres dcvant servir a
1'etabl ssernent de Ban -
quos locales, done a 1 elar
gissement du programme.
3os Mult'plication de peti -
tes banques a travers le
pays.

Ing. CLERMONT :

A cause du morcellement
des terres, 1'agrculture ne
sera jamais rentable, quell'
que soit la technology e utl-
lis6e.

RESULTAT : les ressources
pour l'investissement ne se
creeront pas. On peut done
d're qu'une reform agral-
re est a la base de toute evo
lut'on dans le Fectcur agri-
cole. Que decde-t-on-alors
du morccllement ?

Agr. SAINT-DIC :

Dans le cadre de nos pro-
jets, des plantat ion, de
'hectare peuvent etr runta
bles. L'experience a ete fai
t"e dans dcs centres eno I.-
rael par example. Le mor -
cellement ne constitute done
pas un problem majeur.
M NERVA ANTONIN
A quoi v'se le project pour
les Petits oducteurs de ca
f6 ?

Agr. SAINT-DIC :

On a decide de cho'sir une
fois de plus le cafoe ommec
vecteur de d6veloppsment.
On veut fire passer la pro
duction de 350 kg. h 750 kg
par hEctare. On pense obte-
n'r ce risultat en cinq ans
grace h une variety haute-
ment productive : la catura

Muriel JOUVERT


Mais avant lue 1'objectif
d'autosuffisance soi-t atteint,
il faut accroitre, estime le
Cons-il, 1'effort d'aide ali-
mentaire. La reserve d'ur-
gence de 500.000 tonnes pre
conisbe par la conference
n'a pass encore 6te consti-
tuee. Les contributions at-
teignent Seulement 300.000
tonnes,
Le President du uonseil
Mondial de 1'Alimentatioan,
M. Arturo Tanco (Philippi
nes) a demanded aux pays
de la communaute et an Ja
pon de tuivre l'exemple des
Etats Unis, de la Suede, du
Canada, des Pays-Bas, de
la RFA et de la Norvege.
En revanche 1'objectif mi
nimum de 10 millions de
tones comme montant de
1'aido alimentaine monaia-
le est presque atteint.
La constitution de reser-
ves nationals dans leig
pays exportateurs de cerea-
les pour attenuer les fluc
stations de prix pose un
problem difficile. Des ne-
gociations sont en course d
Londres au sein du (Co7-
seil International pour le
ble.
Quant au systtme mon-
dial d'information et dealer
te rapide fonde Sur la com-
munication de statistiques
sur les r6coltes, iI souffr,
de la non participation des
gouvernement sovietique el
chino.is. Cependant experts
sovictiques et americain- e-
changent des visits et des
specialites des Nation-l'-
nies se rendent periodique-
menw en Chine.
I'instrument principal des
poliliques alinmeilaires li
FAO (Organi-ation des Nit
lions Unies pour I Alun.'i
station vt l'Agriculturri tel
te de 'son col ie d'asoiplir
ses structures.
Enornie nmaeline adtnistl
trative do-e d'un ibudg,
de plu' de 100 nullions ,(i
dollar" par an la F AO t n,
fe depuis troi', ai de l t-
ter contre l'envahlnssemen'
bureaucratiquc,

Des reunions el ds pu-
blicalions ont eu e -uppri
mpe-, I embauche de p r-
sonnel supplemeniaire ar-
retee. Cetli econonmie a per
mis de mettre sur pied un
((programme de cooperate n i
techniques de 1 nmilli i'
de dollar' uni oomme m i
deste mai, qui conson ue t
s'ul example d auto'ieirss
financiere de la FAO) p ur
d-c operations de terrain
Celles-ci. ron' di manivre
general. fi,.ancee, par le
PNUD (Programm des Na
tions Unies pour le Deve-
Inppement)
La FAO lane, ezalement
de- campagnes pour ap-
plicalin,. de- re' luton- de
la conference mondiale LaU
derniere n date actuell.
meni di'cut' e a R.me crn
cerrie la question d p, r-
tes apres re clies It sd'l -
ra.it de con-lituer un lfnd-
de 20 millions de -ollar-
pour preenr Uon enorme

Deux neeociations
internationals
dans limoasse
(Suite de la 1re page)

sessions jugees Impor i;,'',(
mats qu'a mc'ure qu'il ce
daient du terrain I, T r-
Monde accroi-sail s, exi'en
Ce'. Si bien que les disuci-
ions S e .nil rapidcment
lransformees en dia:iloue
de "0urd, enhre deux "'roll
pes de pavs separe par uin
fosse de caracreir prinr-ipa
Irment politique Pour le-
pays riches le fo'ld sommonn
doil ctre un simpl,, po )I,i
de resourcrrs destiny a (lii
nancer des snocks rigula-
feurs crres 'n apnlriallsn
des accord' ri ern(luore pro
duit par produit

Pour les pays pai uvr'
ce dnlit tre uie: vcriahl:
hanqu ie i rern (na ,s(. de
nisli'tre- premieres ntaitr.s
Se du ltockage el der la g:
tion d.s march's. Inc an s
que qui s ratl dirigee de la
re par ls pays pauvres, dj
loin les pluis noimbr, ux
qut acquerraicnt asnsi un
pouvoir di decision sour leI
relations conomiques inic
nationales. Ce .erai( (n
ImpOrtalnte erape evrro un
enouvel ordr eco'lomiquk
mondials, mais qul se-ail 1
realiste en prenant Ic c"n
Ire-pied du systoleme capifa
lisle acluel, base sur la for
uei: Celui qui0 payC
le pouvoirn (dans le domia
7ui economique bten sotr)
D'nio la ferme opposition
des pays riches.


gaspillage de, ceraleS. La
FAO estime queo si l1'on par
venait a resuire de moitie
ces pertes, on recupererait
uin volume de denree equi-
xalent a 50 pour cent des
cereals que les pays en de
veloppement devront Sans
doute importer en 1985. L'e
conomie de devises pour-
rait atteindre plus de mil
liards de dollars par an.
La FAO, qui demand a
ses members un accroisSe-
ment massif des investisse
ments nationaux et internal
tionaux dans; 1Agriculture,
veut ctre plus efficace. Cent
quarante quatre pays en
font parties, mais absence
de 1'Union Sovietique cons-
titue pur elle un grave han
dicap.

L'etablissement de states
tiques precises sur la de-
mande mondiale de cerea-
les reste difficile. Par exen
ple. les fortes importations
de ble americaizi en 'RSS.
qui avaient deseq|uilibrte le
march en 1974. n'avalent
pu etre prevues.
Le... me-ures prisc a la
confere'"ce sur 'alimenta-
tion ont connu un debut d ap


plication don't la lenteur
est peut-6tre due au climate
de s6curite relative des
trois dernieres ann6es. Mais
les premiers r6sultats comr
mencent d apparaitre.
(Il reste beaucoup at fai-
rei, declarait recemmenc
M. Edouard Saouma, Direc
teur de la FAO, e7l rappo-
lant que la plus grande par
tie de la population rura-
le dans le monde acroupit
dans 1'indigence absolu*i.

Control de
l'exploitaiton
(Suite de la 2eme page)

station dun Projet-pilote d'a
tell-rs de marbres et de ma
ter.aux de construction. De
plus I'NAREMVI achieve etu
de d'un project d'appui ins-
titutionnel avec 1ACDI. Ce
pro3et a pour hut la forma
tion de cadres techniques
dans le domain miner, 1'en
voi d'experts-conseillers et
dC professeurs a la Faculte
d5 s Sciences. L'ACDI entre-
prendra en outre 1'elabora
tlon d'un programme de
prospection des mineraux
non nmetalliques.


LA MA ISON




K CLA UDE DL VA L


"BAIDI)AG NOUS FAIT FAIRE BEAUCOUP



D'EC()NOMIE"


P..ENDANT MES QUINZE ANS AVEC LA SINTRA AU CANADA, NOUS AVONS
TOU.OURS UTILISE LES PNEUS BANDAG EN RAISON ,PES NOMBREUX
AVANTAGES QUE NOUS EN TIRONS...,, NOUS DECLARE MONSIEUR BEN
DUBE, ACTIF ET COMPETENT RESPONSIBLE DU MATERIEL ROULANT DE
LA SINTRA


<... ARRIVES FN HAITI DEPUIS BIENTOT TROIS ANS, NOUS AVONS EU LA
CHANCE DE TROUVER UNE USINE BANDAG EN TOUS POINTS SIMILAIRE
AUX MEILLEURES INSTALLATIONS DE L'AMERIQUE DU NORD: NOS
RECLAMATIONS A LA DUVAL TIRE SE SONT TROUVEES VIRTUELLEMENT
INEXISTANTES DURANT CETTE PERIOD:

SANS BANDIG, NOTRE BUDGET DE PNEUS NOUS AURAIT COUTE I'NE
FORTUNE...i

o SUR UN CHANTIER, UNE CREVAISON PEUT CAUSER DES PERTES DE
PLUS DE CENT DOLLARS ($ 100.00) L'HEURE : BANDAG GRACE A SA GOIMME
PLUS DENSE, CREVE MOINS SOUVENT...>

LA SINTRA, QUI AU QUEBEC, OPERE DIX PARCS, PARACHEVE CES JO'RS-
S ( LE DERNIER TRONCON DU LOT 2 DE LA ROUTE NATIONAL No. II, CON
S TRAT QUELLE A PU OBTENIR GRACE A LA REPUTATION QU'ELLE S'EST
S FAITE INTERNATIONALEMENT DANS LES GRANDS TRAVAUX PUBLICS.




LE PROCEDE BANDAG

I.I PI'RI( I II \\'%; S(, AM NItC ( I PAR UN TREES MINUTIEUX EXAMEN DE L'INTERIEUR ET DE L'EXTERIEUR: TOUT ENDOM-

M (.iM1 N I II I PI'RE SIL(N LES NORMI.S DE L.INDUSTRIE. PUIS LE PNEU EST RAPE, JUST CE QU'IL FAUT POUR QUE

1.1 I'M I sl' 101 1T FAIt INM ET SE PRETE BIEN AU CONTACT. CHAQUE PNEU EST MEASURE INDIVIDUELLEMENT

IT IA IIAND I 11 Itl ( .EMI NT EST COlPI.I. SI'R MEASURE.



IM (ON I (llf IIl (.OMMI, D 11 LIAISON HAND)A(; EST ALORS DEGAGEE DE SON FILM PROTECTEUR ET APPLIQUEE AU DOS

D I ( II I) Dl HIOI LLN[.MEI HAND)AG I' 'IS LA BANDE DE ROLLEMENT EST POSEE SUR LE PNEU, SOIT A LA MAIN, SOIT

S AID0 1E -( IN ( 11 N',1T NI'i( CIAL BIANDAG.



IM 1 ois ,LA IIN A D1 ) I(11.1 IMNT POSNIE-. LE PNEU EST RE COVERT D'UNE ENVELOPE DE CAOUTCHOUC BANDAG-

I'l XIILI. II MO N I IM I NI .IANTI. DI VI'LCANISATION. LE PNEU AINSI ENVELOPE EST ALORS SUSPEND, PARMI

D- "Ls. DAN 1 I N HAMINIIItE A PREISSION BANDAG: EN RECOUVRANT A DE BASSES TEMPERATURES ET A DES PRESSIONS

IDE I ( ONTIONNLMIINT NTIOHMAI.E1S. LA BANDI)E DE ROULEMENT ESI SOUDEE AU PNEU AU COURSE DE CETTE OPERATION DE

V1 I.( ANISATION.




GARANTIE


1) Un pneu Bandag vous garantit autant de kilometres qu'un pneu neuf.

2) La Duval Tire Division vous garantit le pneu Bandag centre toute. malfacon
NP~v w Worlds PublicitO


... . .


j~~~~~-~..LOLO. '' -s-sdPrc~~~i ~ .aii~~ h~a~~~s1.. I.;~l~J~


Panorama: Un demi miliard


orwomm'- 'xawo-


~'"C~ch-~o~R/T~TW/;? E1~0~003~JUk~v~hlOC'h~J~Laurrrm-


_~






-~ I


THE ONE STOP STORE FOR ART NEEDS

Materiel et equipment


pour ingenieurs


0o e 5'- Encadrement de dipl6mes


et de tableaux


SStudio Photo


- Tout ce qu'un artiste


pourrait desirer


(Place Dantes Destouches) Tel. 2-3193


INSTIl UT DE
DEV" AWPPEIMENT
AGIUCOLE ET NDUSTRIEL

AVIS

II est port a la connais
sance des int6ressis que
I'INSTITUT Di DEVELOP-
PEMENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIEL (IDAI) organise
un ooneours le' lundi 12 De
cembre 1977, A 2h30 p. m a&
son Bureau Central sis &
l'angle des Rues Am6ricai-
ne et des Miracles, en vue
du recruateent d'un comp-
table pour le Centre de la,
Petite Riviere de 1'Artiboni
Ie.
Participeront a ce con
c.,urs les six (6) premiers
candidates qui. se seront pr6a
lablement inscrits jusqu'au
9 Decembre 1977.
Les postulants devront
remplir les conditions sui-
vantes et soumettre obliga
toirement, outre une photo
d'identiti, les documents y
afferents: ..$i

lo Etre Age de 20 ans au
moins et *Ie 45 ans au plus
2o Etre de nationality
Haitienne
3o Avoir parcouru le cy-
cle secondaires classiques
jusqu'an Baccalaureat lere
parties;
40) Detenir nn diplome de
comptable delivre par une
Ecole de commerce recon-
nue ou justifier d'une exp6
rience dans la pratique-
comptable de cinq ans au
moins;

50) Certificaf de bonnes vie
et moeurs
Les inscriptions seront re
cues au Service dut Person
nel de 1'IDAI a Port-ai
Prince de 8h a m A 11
p m tous les jours ouvrable
Port-au-Prince, le 29 Noven
bre 1977
INSTITUTE DE
I)EVELOPPEMENT
AGRICOLE ET INDUSTRIES

INSTITUTE DE
I)EVEAOPI'EMENT
AGRICOLE ET
INDUSTRIAL

AVIS
11 est port ai la connais
sance des interesses qu
INSTITUTE DE DEVELOP
PEMENI AGRICOLE ET IN.
DUSTRIEL (IDAI) organi,,
un concours le vendredi
Decembre 1977 a 4 heuTi
p m A son Bureau Centra
sis a 1'angle des Rues Air
ricaines et des Miracles, e
vue du recrutement d'ur
Dactylographe pour son Ce
tre de Leogane
Participeront A ce con
course les six (6) premierE
candidates qui se seram
prealablement inscrites ju
qu'au 8 Decembre 1977

Les postulantef devrc.
remplir les conditions st
vantes et soumettre, out
une photo d'identite, les
cuments y afferents :
lo) Etre agee de 18 a
au moins et de 35 ans
plus;
2o; Avoir obtenu son E
vet superieur ou parcou
le cycle d'etudes classic
ques jusqu'a la Seconde;
30) Detenir un diplon
de DactylograShie;
4o) Etre de 3onnes vie
moeurs
Les inscriptions seront
cues au Service du Persi
nel de 1'IDAI a Port-ai
Prince, tons les jours ou
bles de 8 heures 30 a T
12 heures p m
Port-au-Prince. le 29 Ni

vembre 1977
INSTITUTE DE DEVELOP
MENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIEL


Laissez fondre
2 surettes
,Ti Madam.,
dans une 1/2
verre d'eau
a base de ricles
de Menthe


Pharmacies
assurant ie service
cette nuit
SAMEDI 3 DECEMBRE 1977


DU COIN
Rue Mg Guilloux
SEMBLA
Rue Lamarre
CURIE
DELMAS
PETION-VILLE
PETION-VILLE
Rue Flamblert


DIMANCHE 4 DEC 1977
SCIENCIA
Rue Dr Audain
St GEORGES
Champ de Mars
St LOUIS
Ave M Amboise
LUNDI 5 DEC 1977


LUNDI 5 DECEMBRE 1977
VITAL HERE
Rue Pavee
EUREKA
Rue Capois
MANIC
Blv Jn J Desalines


MARDI 6 DEC 1977
J. BROS
Archives National
S BON BERGER
Rue Mgr Guilloux
TRINITE
Ave Fouchard
PETION-VILLE

DIMANCHE 4 DEC 1977
St PIERRE
Place du March6
LUNDI 5 DEC 1977
NOUViELLE
Avenue Estim6


MARDI 6 DEC 1977
REGINA
".-.... .iou" hath -.-"


Interview de
1'Ehpefear
Bokussa erv a
aFrtance laterr,
PARIS lAFP.I
C'est parce que 1'Empire
d'Ethlople a disparu, sans
ralson profonde et Eans que
ce so!t la volbnt6 des Afri-
cains>, que Bokassa ler a d6
c'dd de firee renaitre un
Empire.)
Ainsi s'est exprim6 1'Em-
pereur Centrafr cain dans
une interview que aFrance-
Int-sr a diffuse mercredi.
aLa reule fagon de mon-
trer sa fiertt d',tre un pays.
ind6pendant, a dclare Bo-
kassa ler, c'est de choisir,
sa vo'e, sa politique et son
programme. C'est ce que le
people Cehtrairicain a faitt>
Apres avoi. a'afirme <'gno
rer les critques>, l'Empe-
reur a ajout6 que Ie people
Centrafr'caln avait evolon-
tairement contribute asux
ce6rmonies du' Couronne-
ment en falssut don de som
mes d'argent.

Ayant proclam sa aflerte
d'etre franqaisa, pu'sque
jouissant de la double nat'o
nalit6, I'Empereur Bokassa
a dit encore : ra me retire ma quality de
franpais libre (...). Je su's
le grand protecteur de l'his
e toire et je puis vous assu-
e rer que les enfants centra-
fricains apprendront tou-
jours ce que fut la France
- Libre.,
u

Flatulence :
e
M aux d'astomaet
I- '


2. Chandelle du r6sine
que 1'on place 'dans les
chemindes t'tre d'un
c6l6bre roman anglais
3. A un gofit de pourri
4. Deux lettres de tendre
- admire chess un a-
thlete
5. Deux voyelles 11


command en Egypte a-
pros le d6,art de Bo-.a
part


6. Initiales de l'in'-en- t
teur de la photograph e -
anagramme de nie dans
le titre d'un onera 4.
7. Boisson chaude d
8 Tarte a la creme carac r
tri!stlque de la philosophie 5
de Descartes t
9. Tres prolifque monar n
que 6
10. Vaste tendue parties 7
du corps

xxxxn

VERTICALEMENT

1. Appellation famil.cre -
anagramme d lou I

xx

HORIZONTALIEMENT

1. Garcons va 2. Ader -
e'der 3. Le obus re 4.
Ensu fcr 5. Ro PS sale
6. Nie u ci 7. Edrean
these 8. Emeu are 9. I
S- litre 10. Cotees


41



51H


2. Ancl'rn noml (i I
tre d'un pocmoe ii(i 1


no
Foyer aplatt
u four
. Port, do ,I. C :
.s So slila i (i ;
merlque pas in,
l. La major.ie 6' ,
ons le sonm i'!i
nent. douhblr r
. Chant (iu r,. [d i
. Ville d Itl ;

I. Co]lcl lsinl,
mrnt
9. So pr send w;-. r,
c;ife prno
10 In r.r;.,-' ;',



1x x Xr
1"1 re "is' n "




VERTICAl IIMFY NT.

1 GI'. r1 ,
3 Re .
Sc 5 1


r.te Sr.-


Grand Concert de Noel

ORCHESTRA PHILHARMONIQUE STE TRINITEI
DIRECTION : HECTOR LOMI\1
Soliste : Magloire CASI1MIR i \ltii)
SAMEDI 10 DECEMBRF 7 1.H ,U P. 11
Auditorium Ste. Trinit6
Oeuvres de : MOZART. HANDEL,
TCHAIKOWVSKi. etc

Entree : Adulte S 2,00; Enfant S I 00

i ..~tSOOS&SSC~fOC/C^ ./SS'^^Cotects'^;- -0--S=


Samedi 3 Derembre


2eme Deiile de Mode


COLLECTION YOLANDE MONTHS

SAISON 77 78


AU



BI AT IT


35 nouveaux models presents Par


Lissa, Marie Jose, Jocelyne Flavia,

Flore et Nancy.


Reservations : 2-1809


r-- -


...... ------k


rrC/~%r//Z/~///J/J~I///I/~C/////C/////A%


-e~r, r/r~rr~ ;rrr/s//rs~/J=rr/rJ/~;rpn~/: L11~~ L. MMI L ~ ~~V~Y~b- a --r~


OB Mots Crois s

-HORIZONTALLiE'MENT V W 1 V V 4 vmy

1. 1 est pour le grand [--
air patr!e do Cons- 2 I
tanttn le Grand ,3 -




41tw UW 7 IT7 a u'r.IVCW 4a U U w


Port- au Prince


de long en large


l5A L SHOPPING CENTER
D olimas~




i-fwr-io LouiS
I -s..ll0iiPt-i, O


(outte de la 16. page)


Shasn, le trou d'6gofit -
tr6.i large rest, depu s
pres de 2 moiH, sans cover
S gic eonntn ains la circula-
tion aux heurer de pointe.
II taut ign'lment noter

ge de c. rta nes rues de la
Cap tale. Par example, a la
rue du Centre, tout prez de
nortc journal et aussi as la
Rue Courbe, zone Marchi
Vallieres; la, ,raiment, le
black-out y a toujoura < ta
b 1i demure.
Mals. pour ilassain'see-
ment de la v lie, quand on
a des sorellr dcou mur,, on
entend les gens parler de
ndeessite du courage des
egoults t du manque de ca
naux d'ecoulement.

POINTS ET CHAUSSEES

Comme l'a ie'nale le jou:
ial h:er, les habitants de
No s Palate e de la ruelle
Alerte attendn-t impatiem-
ment. apris les cofiteux tra
vaux d' nfra structure l'ache
vment des travaux, en at-
t ndant ces rues se det6r o
rnt. D'autres rues aussi
attendant des travaux d'as-


phaltage tall 10 rue Jolt-
boia au Canape Vert (zons
La Grifonne). A part cela,
11 y a le Pont Rouzier qui
role son rochcr, alors que
lhs travaux a la Ruelle Na-
zon sont prat'qusment en
vo e d achevemt nt...

LA VIE A PT-AU-POE
A l'approche des fetesc d
fin d'annde, tcrtains pro-
duits de premfrse ndecssitd
continent a iub r la haus
se. A coti de cela, le problem
me du sucre raft ne demi'u
re presquient'er. Dans les
super markets ou les ipf
c. ries, 5 lives 'ucre blanco,
quand on en trouve, s3~ re
dusent a 4.

11 y a autre chosa iA voir
ou a entendre dans Port-al
Pr nce en le traversant de
long en large. Par exempie,
l'on entendra commenter la
vis te du Pres:dent Duvalfer
aux etudlants de la acul-
tn de Medecine; et urtout
Icn ret:endra que le Presi-
dent leur a prom's la sup-
pression des $ 30 00 de fras
annuels et aussi de r-ndre
valide leur carter d'6t1udiant.
Ce qui devrait les facil'ter'
danm crrta'ns achats (livres.
ou autr s)


\w ^







I !oraire pour Decembre 77 et Janvier 78


No. Depart de

'v. Port-au- Prince


LM 209 Mardi a

I r. 210 Mardi a


Here d'arrivee a destination de


Kingston


12.45 h

16.15 h


LM 456 F.ercrcdi a 14.30 h

I 4.6 Jeudi a 14.30 h

SIM 210 Vendredi a 16.35 h


Samedi a


14.30 h


San Juan Curacao


14.50 h


15.20 h

15.20 h




15.20 h


I.M 457 Dimanche a 15.05 h


17.10 h


18.30 h

18.35 hf

18.35 h

18.50 fh

18s35 h

19.00 h


( N\sl I / 1NS POUI'R LES CORRESPONDANCES LE MEMF JOUR
I (I It 10 A DESTINATION D'ARUBA, BONAIRE, CARACAS, TRINIDAD.

(;1IORGE'TOWN E1T PARAMARIBO.


ANTILLEAN AIRLINES


MADSEN S. A. AGENTS GENERAUX

PHONE : 2-3476 2.0028 ET 2-0317
i r ac ^C>^C ^-C<<3SOCOCOS''0!^e &'K^'r-cce co- -==^OQccerze;;Fre {


L'a nglis


LES SPORTS


(SUlte de a l re Vagae,


peroht, i la ,am$e phase du
championnat national des
clubs de foot ball : 1'6qui-
pe championne de Port-au-
Prince du. Cap-Haitien, de
Port-de-Paix, des Gosaives,
de St. Marc de Port-au-Prin
ce ou P6tion Ville, de Pe-
tit Goftve ou Leogane, de Je
remie ou des Cayes

A notre grande surprise;
nous apprenions hier soir ai
la Conidrence de press au
Stade que 2 qualifies (le
champion et le vice cham-
pion de Port-au-Prince -
Coupe Pradel) seront rete-
nus pour le tournoi des
clubs champions d'Haiti
Cette resolution capri -
cieuse ou osea du Bureau
Federal de concert proba -
blement avec les clubs de



M. Iobert L.
Chatten Assistant -
Director USIS en
Amerique Latine
Vendrcdi apnc midi nous
avon-, r-vu avee pla :.'r M.
Robert L. Chatten, 'Ass s-
tant Directors de la UnIted
States Information Service
pour 1'Amdrique Lat'nc. II y
eta t avec son h6t, M. Go-
mez, D recteur de I'USIS a
Port-au-Pr neq, avec M. Da
n:el Drosdoff Division Manasroi de la UPI
avec siege a San Juan et sa
ravy ssante fewrme argent ne
Cc lia, de Mondoza.

M. Chatten connait tre,
bien Haiti qu'il vs't d'pui'
de nombreuses ann,'.
M. Drosdor et sa 1, mnmne
arr-ves mere7"-'di a la Via
Creole decouvrint Ha ti ell
visitant le Cap ou ils sont
alle ce mnatin elt peut trE
Jacm. I avant de repartir
lundi.

Ils sont fort cpr s d Ha ti
comin d ailleurs la jcun et
jolie economic- allemande
d or-g ne youo. slave Sonja
Kand. 1. du words s Moneta:-
re Intrnat on.. a Wash ng
ton, D. C loglant au Grand
ltpb el Oloffson ou come
M. Gu do Lorenzotti, Direc-
teur de la Divis'son Amdri-
que du Nord de 1'O1 vtti, a-
vec siege a N-w York et a
charmante femme Gabriela
or ginaire de Milan logeant
a 1 Habitation Leclcre.

M. Arthur Hus-hes, dans -'l
,Truck ng Busin ss) ah Der
ville, N. J. et s? femme Ma
ry, ainsi que Madame Theo
dore Lytle don't le maria nfu
un grand ch rurg'en a Ro-
chest r, N Y. vinnennt d(
pas er quelques ours en Ha
ti avec leurs infants. Mad;
me Lisa Hugh's Lylle e
son maria, Dr Glenn Lytle
ch'rurgicn de New Haver
Connect cut ofrant se, s
v ces depuis trois lino s
1'Hopital Alber* SchWeitze
de Deschapelles IPs pass n
le wck-end G. and Ho
tel O'offson. L:sa Iytle le
accompagne a cot hotel.


une superlangue


La cle des affaires! Ce quelque chose

qui vous permettra d'ouvrir les portes

fermees. Des course speciaux pour


cadres d'entreprise d6butants sont

dispenses a la



first school l for
fIlrritral atti EvrrEtxilit rrPtlatrl

Debut des course ..


le 28 novembre


Duree 12 tmols


Du lundi au jeudi

de 5h30 p.m.


6 7h45 p.m.


1T61: 2-4755 et 2-3508


II


Prvarain (if *Hii priir ribrnbtifor ((rotuallooitfrom thiti rlltlol
An DCiuraitsionl fIU111essijof lii Nint; i HI I 'u tIi vrra t 'l lrho


ts lirvim atua-Ort f..


Port-sru-Pr[Uce seralf equi-
tblte comnpte fenM de l'or-
ganisation du foot ball A
-'ort-au-Prince; do son man
portance 6conomlque et go
graphiqme par rapport aux
autres villes du pays;
malts i fau(t quand mgme
apprendre a respecter une
decision djit sanctions e
par une instance supirieti-
re.

COUPE PRADEL : DES
POINTS A RETENIR

a) Le tournoi de la Coupe
Pradel se joue cette saison
en 2 tours at les rencontres
auront lieu lea mardi; mer
credit; Jeudi et Samedu
b) Si 2 &quipes totalisent
le msntie noibre de lobints
a la fin de la competition,
un match d'appui sera orga
nis6 entire les 2 leaders.
Score nul' r la fin du t:mps
riglementaire; prolong -
tion; et si le nul persist;
on procedera aux tirs de
penalties.

c) Si au course du ler
tour le tournoi ne peut sp
poursuivre; le titre reste va
cant. Si nianmoins le
championnat se trouve dans
1'obligation de s'arreter d6
finitivement au course du se
cond tour; leas ler et 2eme
au classement seront de -
clares respectivement chain
pion et vice champion de
la saison.

d) Les matches renvoyhs
seront disputes en fin de s6
rie,

PROGRAMME DE LA
SEMAINE D'OUVERTURE
Le ralendrier de la lere se
maine en Coupe Pradel :

Mardi 6 Decembre :
VIOLEITE DON BOCO

Mercredi 7 Dcembre :
RACING VICTORY

Jeudi 8 Decembre :
BACARDI AIGLE NOIR
de la resolution !,rl D

Samedi 10 Decembre :
ETOILE EXCELSIOR
PAUL JOSEPH, LE
PREMIER A OFFICER

L'arbitre Paul Joseph
Amitie dirgera la lere ren-
contre du championnat de
la Coupe Pradel qui s'ouvri
Sra mardi
Le corps des Arbitres ont
sollicite 1'intervention de
, la FHF. aupres de la press
se concernant les comment
taires Irop severe, disent-
il; des journalists a leur
t regard:

e On se demand par con-
i tre si vraiment la pressed
a exagere dans ses critiques
t sur I'arbitrage des parties
de football Et aussi quelled
1, promesse auront fait le;
r arbitres qui vont diriger le
rencontres de cette saison
r Que diront-alors les di
t recteurs de jeu d'outre-me
- au sujet des critiques de 1
's press etrangeres
En some les reported
locaux se sonrt toujoui
montres meme bienveil
plants a i1'gard der (hom
mes en noirs

NOUVELLE
COMMISSION DES
ARBITRES
Une nouvelle commis
sion des arbitres de la
FHF a ete formee en vi
de se pencher sur les r6c
stations et les r6clama -
tions d'ordre technique qi
pourront itre produites
1'occasion d'un match of
ciel.
Cette commission est col
posee de Fritz Saintelu
President, Antoine Champ
gne et Albert Pierre Loui
membres.
POUR AMELIORER
LES CONDITIONS DE LA
PRESS

Encore de nouvelles pro
messes de la part do Bit
reau Federal II compt
reamlnager, entretenir P
protlger lee places reser
vees a la press sportivi
Une carte de presse dans 1
vrai sens du mot sera deli
vree aux journalists qui d
Esormais, dit-on, rentreroh
au State par une porte si
ciale lors des matches.
La press n'aura pas aus
si a se rendre aux 'vestial
res avant la rencontre rie
que pour obtenir la forms
lion des Iquipes : le bureau
federal fera parvenir la 11


te aux interesses avec mn
me le coup d'envol.
L'espoir faith vivre et o01


I


21 MARS At) 20 AVRIL
I(BELIER)
Votre finesse nest pas
aou il grande que d'habitu-
de. Prnez garde Tenez comp
le' de tous es. lamenti
quand vois. affrontez des
situations Inattendues

C21& AVRIL AU 21 MAI
'TAUREAU)
Quelques nouvelles re-
i t'ie de favoa inattendue
atrMpnt un heureux impact
stafvotre stualton profes-
siodnelle Cela peut cancer
ner une responsabillt6 nou
velle duo un gain de com-
peAsation

.22 1IA1E AU 21 JUIN
(GEMEAUX)
C n'eSt pas un jour pour
boucouler les closes ou
mettre delibiriment des
suojts controversies sur le
tapis. Pour le moment, gar
dez votre rythme
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER)
Vous aurez des gains ex-
ceptionnels si vous progress
se,.'avec reflexion et securi
tS Commence d'utiles dis-
cussions et accrochez-vous
aux questions qui meritent
encore toute votre atten-
tion

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION)
Progressez vos buts mime
si vous n'avez pas encore
de resultats positifs Un ami
influent vous tendra une
main secourable

24 AOUT AU 23 SEPTEMBRI
(VIERGE)
Appuyez-vous sur des cons
tatationa nettes et claires
Orientez votre diversity
dans des directions produce
ties Bonne journey e dans
ensemble

23 SEPT. AU 24 OCT
(BALANCE)
Les efforts passCs porte -
ront leurs fruits Etudiez
changements et solutions
qui peuvent paraitre bizar-
res' mai- qui renferment de
nou eau\ advantages

24 OCT. AU 22 NOV.
(SCORPION)
Journey supi-rieurc ;i't lai
moyenne, encourageant vos
meilleurs efforts Stimulez
votre imagination main sur
veillez-la C(oncentrez-vous
sur des idees el des mnitho-
des nouivelles


23 NOV. AU 21 OtIt
(SAAilTAMtIK
Propire p-tr oo ir ul a A
fortifi iei liten, iu te,
SOlne. e i (l iito oIO -'lwft4 1
reagif conte I nld ren Si
les saiuts de r 1'intol raince
E22 DC. At' JAN'VCIt
(CAPR I(f ,?Nj,
VauS pouves rep< er 'or
vos laurieres a-n-s retire '
tre temps ni lSinor ipr
don tUne Jou-Iri4e C e alWs
est ausi utile qgaAd etil.
a une hto ine motitalit,,
21 JANV. At' ti FTV.
(VERSIEAI :
De beaux axp ru rl I ra
lus iencourrAtgent i .
Ials.tnrti prirli-ar irTe s,"
tre sensilntli', au iO n
lions rt votre ranilnon,-n
(,C sionti olijioir. didp at,-l i
Mtai saurta' mau.,i.nat
20 FEV, At a? MARsS
(POISSONSi
Siituialtonl eolsliqo.i
A.sure-vi'ou s de, cionni
toils lee fal!s svant der .
(16cid'er Quot la journs ,i
ide repne ou qite sront,A .es
tin tr~iail plinlbte ish;ii
callne
SI VOL'S ITElS',; N
AI;.IOURI)i I'i
Veo let, vr.mtlent un
pril libre. rebeller I '
convention on u .r:mho
mals. nsanm.ainS, re(rn n'.n
votrie Intinct elr''eirii
vanu ju.qu .i s.i mnr -i
cluion tiout a'.ihe -m
mence- Tout retl-i ctr -
tre pa sion pIur Ia pror.f
lien e-' au-i forne qi-,
tre (n:mour de IA lt r I
vore haine d. ie rnnui \
tes ex'renicment dn rr
et. scion vs tr,- edu.fi til ',
vos teniance.. rttirimmirn
vo'i reusirie7 dain ;',
carrier d- votre hol '
natif- du Sagita re .,nt '
grand" directeur- i'n rC-
docteursis cnrlsni u -
lisle.: niuciin,' A
dramatiquel;: rtt, .ur ,
nimateurs


CGRIPPINON

DIT 0 ON

S A L A

r | GRIPPE


3 ~-4A ., :. lb


LM 456


1 111 1 I I L III IIL~blllllllll I ~~ ~.~--(IBC ~i9~89~hi~lll --E--~--f---~-~l1-~(~


WMV


- , I VT - W11


v


i


1


IVOTRE HOROSCOPE
S Par Framnes' Dralt


D II1MAN(I3f 4 D DR t'17






La Litt rature Halitienne, cette inconnue


Mt ind t IA page)


i; 9r 11, i -qurn i' o Ie1 ni"
toe, 5 au inl, pause d'uoe ll
it-r.l ,gl i I antlr A faire
It. i. 1 5tir 11 p t i i) It| 110ns0
A i tic l>. -tvlic l lllt" nlt$, l et



Sl nqj, tic s ,|i ul e,

i. lie ,.1 b liuo tlolui(in I'A -
I.Ir Im e; -"ia1. dIe priitdre

* .I ,, is i l tli li mol hi qitc A n-
\o, r,gr Africalin.
1IIo ln i a, K nrloot Au do1s;
i ncunrlture, J'al lu
, n N a pas it propre
,i t o parlor (I'crrlvain ne-
j A A'lat 9lOn Censt je
.ir rA qtiu 11 n'v a pos eCU
S f,-rn negre avant 1900
,lt I I qi Cn lHaiti Mais
p 1 t' Ilatti en a eu ot
i ' p urquii ne 1'a-
,e p ,uilge? Tou-
r t rtra.-isme irrllant.
|1 i i, pa1 de chances

11 n rn %a p.- lautrenment
b ts r crltiqwsi Atrangers,
It sagt de la NNe-
S, itor i-.i dlnnn, pour ori
Spt d ,1i on con
a a(e tie 1931. L..
e nent ra ritc Stnel(
tin t rumviniraf d'6tu-
S- Pari l Martini
uoe r i air, lto S -
Iciau iespold Sidar Sen
( re (uvianal on
innr :Damasta C('pendant


Alin6 CsJUrce no devait fal-
re pAraitre Cahler d'un Re-
loiutr nal Pays Natal qu'en
1113, Senghor Chants d'O'in
bre, en 1945 et Damns, Pig-
ments, di A 1937. La premi1
re oeuvre do la N6gritude
aul(c done de 1937.

Or, en Haiti, d&s 1928,
.,ian Price Mars avalt pu-
b1)li une etude qui avait
pour siujet la Ngritude :
Ainsi Parla l'Oncle. D ail-
leurs Senghor, quoique tar-
divcment, 1'a surnomme le
Pere de la Nlgritude.
Mais toujours A cette e-
poque, Jean Brierre, des 1931
avant nme la prise de po
sition du triumvirate de la
Negritude, avait public Le
Drapeau de Demain, poeme
qni change le passe glo-
rieux d'Haiti, mais aussi le
sort inhumain des Negres
6 travers le monde :

sEt dans vos yeux
trop pleins de rove
et d'esperance
La nuit est descendue
ainsi qu'aux jours
lointains
Ou, bras lies,
Vous gemissiez
dans la souffrance)).

Dans Chansons Secretes
(1933), Jeant Brierre nous a
livr. hbien avant son Black
Soul (1947) lun de ses plus
beaux poemes de la Negri-
tude : sToinon, cette Mos-


quoe...) Le porte s'identifie
lA avec sa race. II souffre
en dvoquant e immense
dliespoir d'un people de pa
riass. 11 en est 6mu jus-
qu'aux larmes :

sMes pleurs dtsesplris
que tu ne voyais pa0s
Epanchaient lentement
leur souffranee
6ternelles).

Ajoufons que d'autres poe
mes de la Negritude ont pa
ru en Haiti avant mime
Chants d'Ombre de Sen-
ghor. Par example: Assaut
a la Nuit de Roussan Ca-
mille, en 1940.

Mais pourqugi alors Ly-
lian Kesteloot et d'autres
se taisent-ils sur ces poe-
tens haitiens qui ont et6 eux
aussi les pionniers de la
Negritude, et mime avant
qu'on n'en invente le mot ?
Haiti n'a pas de chance.
Car il y a plus grave, puis
que le time de la Rac4 on
de la N6gritude parait p6-
riodiquement le long de la
literature haitienne, du C6
nacle de 1836 a nos jours.
Les Betjouanes de Corio-
lan Ardouin, Vertieres de
Massillon Coicou, Freres
d'Afrique de Georges Syl-
vain, l'Egalitt dns Races
Humaines d'Antenor Firmin,
De la R6habilitation de la
Race Noire par la Republi
que d'Hait.i d'Hannibal Pri


w~wn-~ rWWOJ~Y/V5~ET%3nuOWE~


Un nouveau Jambon HAMPCO





dans tous les Super Marches






Demandez, exigez, reclamez



Fe Jmabon HAMPCO

ps sa- = gsoc co.GoCC'


ce, ne sont-ce pas la des
prices A conviction ? Quand
done 1'etranger donnera-i-
il sa vraie place A ila Litte
rature Haitienne dans la
Litturature Noire, c'est-A-
dire la premiere?
Haiti n'a pas de chance.
Meme quand deo criti-
ques Itrangers se mllent
parfois de faire connaitre
la Litterature Haitienne.
Pour la simple raison qu'ils
ne 1'ont pas lue. Un exem
ple. En 1972, Jacques Nan-
tct, un beau-fils de Paul
Claudel, publiait un ouvra
ge intitule sPanorama de
la Polsie Noire d'Expres-
sion Franaises. 11 y a colt
sacrc 12 pages t la Littlra
ture Haitienne (p. 205 a
217). Mais 12 pages email-
lees d'erreurs et de sottises.
Ecoutez un peu :
a... Certains poeLes hai-
tiens, tels Tertulien Guil-
baud, Massillon Coicou, El-
zer Vilaire. Damoclis Vieux,
Georges Sylvain, Duracine
Vaval, se sont exprimes di-
rcctement en creole ..)s Le
premier a se si7gulariser
(c'est-a-dire a s'exprimer
en franqais pour Nantet)
fut Leon Laleau... don't
l'oeuvre est un badinage A
la mode creole). Aberrant.
n'est-ce pas !

Ecoutez encore :
E(Enfin, la tonalite surrea
li-te, sensible chez Jean
Price Mars, in pra particu
lierement Magloire Saint-
Aude, Maurice Casseus (Vie
jo, 1935), Felix Morin-seau
Leroy (Recolte, 1946) Edris
Saint-Amand (Bon Dieu
Rit). Peut-lfre auSsi Rene
Balance). Quelle drule de
salade

Ecoutez crnfin :
sJacques Rouriain, princi
pal co-fondateur avec Pri-
ce IMar. de la revue indigo
Ini Brierre (ultive la vei-
ne ftolkloriquc et, plus en-
core que Jacques Rounmain
utiltse la langue populai-


Ce monsieur Nanlef ecril
un Panorama de l; ,Lill/e-
raturc Noir< d'Expres 1on
Francaise et c'e-t pour lavi
ser entendr, au monde que
la plupart de' ecrivains hai
ties n'ont erit qu'en creo
Ie. Alh si Iouis Jo, ph Jan
vier etait encore la Qu est-
ce qu'il lui aurait pa Oe '


FA"-- w-.-woR


Kl(NATOR


VU LE COURT DE L'ENERGIE
ELECTRIQUE ACTUELLEMENT ACHETER
UN KELVINATOR (REFRIGERATEUR
CONGELATEUR) C'EST COMME SI VOUS
POSSEDIEZ UN CUMBERLAND LEGAL


POURQUOI?


I' IINATOR utilise des 3KELVINATOR utilise
\" i-oluntes de un tube de gaz
I",urethane haute_ chaud pour mainte
rr,.rit efficoces qui nmr les parois ae
fpfirat les pertes I apparel au sec
de froid (d ou sans toutefois ajouter e
(-ecnomie d'energie) couteux fonctionnement
d'un radiateur ( d bu
economic d'energie )
2/ ELVINATOR utilise
des fermetures ma LELVINATOR utilise as
gnetiques aux quatre un condensateur natu_
cotes pour mieux rel de gaz a la place
conserver le froid d un ventilateur elec-
(d'ou economle trique ( d'ou econo
d energies) mie d'energie )



KELVINATOR Economie d'energie = Economie dargent

VOYEZ LA AMPROSA
107 Rue Pavee


A coop sir, il auralt nanti
Nantet de tires burlesque
i le rlduire A ndant...
Ot ce Nanitet a-t-il pi.
ch6 routes ces enornites
que vous venez dentendre ?
Pourtant, des 1964, Auguste
Viatte avait public son His
toire Litteraire de 1'Ameri-
que Francaise, dans laquelle
11 a consacr6 une centaine
de pages honnEtes A la Lit
ttrature Haitienne. Par ail
leurs, a la Bibliotheque
National de Paris, en sous-
sol, oit ise trouve I salle
des fichiers, on peut consul
ter sur la gauche, un en-
semble assez imposant d'ou
vrages haitienls, de 1804 a
nos jours. Et mEme le Ma-
nuel Illustre de la Littera
ture Haitienne que j'y ai
depose en 1965.
Que diable, quand on se
mele d'icrire un ouvrage
d'histoire, on se document
C'est 16mentaire.
Haiti n'a pas de chance.
Mats revenotis a la sere
nite. Pour bien juger, il
faut se mettre parfois a la
place de 1'autre. Au fond,
les omissions et les erreurs
sur la litterature haitienne
sont mains le faith de la m6
sestime que de la mecon-
naissance. La Litterature
Haitienne, c:tte Inconnuet.
C'est une lapalissade de
dire que pour 6tre connu.
il faut se faire connaitre.



Agents de voyages
francais en visit
de familiarisation
avec Plein Soleil

Vendredi voir cst arrives a
Port l-a-Prince in group
ii Agent, de voyages venus
en vis.Lc d"e I miliarisation
avre I'Ag.lnceF [.rosisite Piein
Soleil de France
Ci gi'nutll) cil'iult, par Mo
millitl' Lu ltci ll de PIdll So
1i'll tU ien ell 'L 'a l lsnle-
lic vits I e' n ii 11 :ti, p;ar Pa
tricia Valle et Didier Huet,
oga miin'int d i 'i in Soleil el
a:i G(lrtaid Aillt, Directeur
tide A r l Bahalia i oeln Franc'
Soiiiplp- de Jeai Fran-
) l. Conipiag:on, G(torges
Dela'ire TliereL Marie Du
Ill)l1l. J Ii P P'err Fl'ucin,
Gisel, Luiet, Lit:ane Watier,
Anl r Wat t el Rno Blast
AccueilII. pa' la Solther-
land Tour il ont pris lo-
g iniint a 1 Habitation I,"-
cI(r' oil 1 i ,stent jusqu'a
;und.
H r so:r a, avoir di-
ne au Buflet du Vsidredi
de 1 Hoc, Ilibo Lele. ils out
etc p indre iu' part de la
Jo0, qu: lleur s-ait au Shan
go Roomn de cit hotel, en
o'nipagnic de l'Ingcni, ur
Jacql, Me Gulfie. Co D.rec
teur de la Southerland Tours
et de sa g nti.le fille Fran
Co e. Oil adn._,a sur la pis
ti d. danse la grace de Pa
tricla Valle. jolie et ponta
neL avcc 'a teLe de Made-
ne .t aellint, Elle e de
I-on comml l inoubliable
Chiantal Geskoff venue ici
l';illne( der,;icre avec des
j.) irnalsto de Les Echos de
Pari. donw Jacques Jublin et
sa temmln Marie Chantal. et
Airy Routicr.
Un r che programme a ete
elabore a 1 intention de ces
"agnt t de voyage, s arrives
avco Plcin Soltil


AVIS
L'Administration Genera-
le des Contributions s'em-
presse d'aviser le public en
general, les Proprictaires
ou locataires de maisons et
les Chefs d'Entreprises, en
particulier que des Brigades
composees d'lnspecteurs des
Contributions et de repr6-
sentants de l'Administra-
lion Communalc sont d6le-
guees dans les differentes
zones de la Capitale pour
effectuer le releve des mai
sons.


La Litterature Haitlenne
s'ost-elle vroamnent fait coni
naitre? A peine. Et volci
pourquoi.

I1 faut bien radmettre,
si Haiti a ses imprimeurs,
elle n'a pas A proprement
parler de maison d'iditionq.
Je vais le faire voir A par-
tir du Manuel IllustrI d'His
toire de la Litt6rature Hai
tienne et de 1'Hfitoire de
la LittIrature Haitienne il
lustr6e par les texts, on-
vrages que le Dr. Pradel
Pompilus et moi-m6me a-
vons prepares en collabora
tion.

Le Manuel a ete public
en 1961, par la mason Des
champs. A compete d'au-
teurs. Les Freres en ont pa
ye l'impress,ton. 11 a 6et
tire a 3000. 11 a fall 7 ans
pour que la premiere edi-
tion s'ecoule, malgr la mul
tiplicite des lycees et col-
leges dans le pays. Mais 16
nest pas la question. Ce
qu'il faunt dire c'est que cet
te Histoire n'a et6 vendue
qu'en Haiti. Car la maison
Deschamps n'a pas organi-
se de circuit de distribution
de ses lives pour grand pu
blic en pays francophones.
De sore que la Litt6rature
Haitienne est restie cette
inconnue come devant.

On a reproch6 aux auteur
de s1'Histoire de la Littera
ture Haitienne IlluStree par
les textess, ouvrage en trois
tomes, totausant 2282 pa-
ges, de ne l'avoir pas faith
imprimer en Haiti. Vous
supposerez d'abord la som-
me tu'il nous aurait fall
verser pour qo'un impri-
meur accepted de publier les
trois tomes en question.
Mais considerons ce problem
me resolu. Nous aurions ven
du et bien vendu l'ouvrage
en Haiti. Nous en avons au
jourd'hui la preuve. Mais
helas! pas plus que le Ma
nuel, cet ouvrage n'aurait
jamais t6c connu en Fran-
ce et dans les pays franco-
phones. Car, comment nous,
les auteurs, aurions-nous pu
le diffuser ? Ta7ldis qu'en
nous faisant editer A Paris
non7 plus a compete d'au-
teurs, mais au compete de la
Maison d'editions 1'Ecole,
nous etions assures, sinon
de faire fortune, du moins
de fair connaitre la Litte-
rature Haitienne dans les
pays de langue franchise
du monde. En effect, les mat
sons d'ediionis 1'Ecole e;
Hatier Se sont associ6es;
pour leurs comptiors de von
te aux libraires, dans la
francophonie. Ainsi done,
Histoire de la Litterature
Haitienne illustr&e par les
texts va se presenter dans
les Antilles. au Canada et
meme aux Etats-Unis (tant
d'Iailiens s'y sont aujour-
d'hui fixes) mais aussi dans
les pays francophones d'A-
frique, s'y faire connaitre et
peut-4lre se faire admirer
et aimer. Nous en avons de
ji la pre-omption dans ces
lignes i que nous a adres-
snes la Documentaliste du
Haut Comite de la Lan-
gue Francaise, Services du
Premi r Ministre, Paris :
eJosseline Bruchet remer-
cie et felicite les auteurs de
cel outrage remarquable et
extrlmement intlressant).

Nous avons fait une bon-
ne action, je crois, car nous
avons voulu, a notre ma-
nijre, donner sa chance a
Haiti, qui est de lui attirer
la sympathie et 1'istime
des autres peuples et par lt
mlme d'autres chances. Ce
la viendra, c'est nsr. Car,
qu'est-ce que ce cher pays


peout offrfr de pl4 beau no
monde, si ce nestt\ avec les
panoramas merveilloux de :
(Notre Ile, cc joyau den
mains de Diou tomb6
Sa litterature d'expression
franiaise, si vivante et sl
coloree, fibre et ardent
ici; lA, fbendresse et pitl6;
hiroique, familire; une lit


fIratue varied et ricte A
'limago du people hstli'a
el de non o"lnlolrv, lVn" p"O
le, oll sussi, canlns iwn
11o. Main P',rle dr lanmoi
(ComnIInllniatll n i'A iA
d16mie de Scienvc Il umAii-
nies ct Soclaias, flt. In lc.
D6cevbre 1977).
Frbre Raphael IBKRRO,


I LE BISTROT


t RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRA.N'CI



SAMEDI SOIR

Ambiance dansante

avec (Eistrot Combo.


VENDREDI SOIR

(ANouveau Bistrot Show,,
Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SmIR

Soiree Dansante Accordeon et
SMusette


1 CHAQUE SOIR

k!iano Bar -- Ambiance Musicale



Pour toutes vos expeditions


a l'import comme a l'Export


SERVICE BI-MENSUEL DE


CONTAINERS, entire :


Tampa, Fla Houston, Tcx.


Nouvelle Orleans, La Mobile, Ala.



Pour tous autres renseignements


Voyez : MASON ANDRE THEZAM



Tel: 2-1332 -- 21532


^y ^ "^ ^ -*-r___ J/ / --^g*~l~-~^g~ ^ ^y'^'"':g^ oac


A VENDRE


AITOBUS INTERNATIONAlr 1973 (40 PASSAGES)
VALIANT 1975
FRANCHISE ET AUTRES TAXES A PAYER PAR L'ACQUEREUR.

PEUVENT ETRE VISITS AU GARAGE SINTRA A GRAND-GOAVE.

FAIRE PARVENIIR VOS OFFRES SCELLEES AVANT LE ler. DECEMBRE 1977 A

GUY BOUCHARD, ING.
DIRECTEUR DE PROJECT

P. 0. BOX 2232

PORT-AU-PRINCE

LA DIRECTION SE RESERVE LE DROIT DE REFUSER LES OFFRIES

SI ELLE LES CONSIDER COME INSLFFISANTES.
i.. .. .. ...... .. .... . . .. . . .. . . ........ ~ x J l ^ ....i.i i i... .. ..


All course de ce travail,
lcs Immeubles en location
et ceux qui ont subi certai-
Ses transformations (amdlio
rations ou agrandissements)
scront examines ainsi que
les noovelles constructions
Ces brigades sont egale-
ment chargees de faire le
relieve et le control des
iEtablissmcients Industriels,
Commerciaux et Profession
} nels, de mme que le con-
troic du pavement du Droit
S('Alignement, de la Taxe
Sde Matriaux sur la Voie
Publique et de l'Etalonnage
11 est demand, en conse
quence, aux interesses de fi
ciliter la tache de ces
Agents et de leur fournir
toute la collaboration n6-
cessaire A la pleine r6ussite
de cette operation
Port-aii-Prince. le ler Di-
cembre 1977
r)donel FENESTOR, Av
g- &- _,1 jlIracteur Gdnhral.


s. 1-


~P~IDl~pY-YU4sl~naus~P~~i;__L~U~_L_;L_~ rr-L~Y*Jr~*~~.~ -Y







DANS NOS CINEMAS


Pensions Speciales


STOILE CINEZ
Al>\Mu I I1 1I 19177
thin r( Ih.:lll
II lkt l II 1 III VROI 'TIII t
I u l I, 1110 Ie 1.50

IInl'it N III I i:c 1977

.1 l in n 1, (10 r' 1.!0
s ri N h I \I PIs1 0 19

I1 I i \ I nlIs /I).\NS LA
\I N I I
io et '1l0




st\, ( \1 11 TIGllE DE

i I Ou et i i t0

IM 111\ 1i 1s 1977

1 (;1 I lII DES
I IN ll ITES
,1 t i,in r: si30o G 1,00
i I i



PARAMOUNT
'. %mi ?1 1)V( 1977
I'll \sl I
"1, r l h1 ( 1 00
,,h sh (. .;.)00

Itu l \\( III I II ( 1977

, 'i t lI


"1 SI 117





1 l1 ( I T I 11
t 'h t'l (, 1.00

.0t1 : ( i)
11 I t 1) 16 DI ) 19771
h h eh l C;h
I f \I ( I" I t R
I r. lh (, 1 00




oONCOrDE MNE
1 !1)' I ; : Il- 1977
I;[ ( I I I Iot I'
| l ,0 (, ] ,5(
h ;11Y1,'10 G ( ,00
11 i t Iti (% I "'ii .
-'\ \1) O)t'T UN PRIX


REX THEATRE CINE TRICMPIIE


SAMEDI 3 DEC 1971
DU SANG ROUGE SUR MA
CEINTURE NOMRE
13h 211 4h G. 1,00
(Ih h 10h G. 3,00 et 5,00
LIDO
VENDREDI 2 DEC 1977
CALIBRE 32
12h 2h 4h Gh 8h 10h
G. 1,00

D)IMANCHE 4 DEC 1977
10h A M G 1,00
PIIED MORTEL DU
KARATE
12h 21 G 1,00
)DOUZE SALOPARDS
Gh G 2,00
511 G 3,00 et5,00
4h entr6e G 2,00
ih 8h 10h G 3,00 et 5,00

LUNDI 5 DEC 1977
DOUZE SALOPARDS
12h 2h 4h G 1,00
6h 8h 10h G 3.00 et 5,00
MARDI 6 DEC 1977
DOUZE SALOPARDS
12h 21 4h G 1,00
(Ih 8h lOh
Gd3c. 3 00 et 5.00
x x x x

LIDO
SAMEDI 3 DEC 1977
BOEUF LE FORGERON
12h 2h 4h 6h 8h 10lO
G 1,00

DIMANCHE 4 DEC 1977
STRUGGLE KARATE
10h 12h 2h 4h G 1,00
Cih 8h 10h G 2,00 et 3,00
A DELA DE L'AMOUR


Lundi
AU I)l
Fntrne
a Gh h
IMARD
AU D
12h 21
Ghi 8h




SAME
I'N C1


CAPITOL


TRIOMPHE I SAMEDI 3 DEC 1977
SOUDAIN LES MONSTRES LE CRIME DE L'ORIENT
ou LA NOURRITURE DES EXPAESS
DIEUX 11h45 2h 4h45 6h30 8h45
EnLree $ 1.00 et 1.50 Avant 3h30 G 8,00
Apres 3h30 G 10,00


SALLE II
LE BUISSON ARDENT
'Entree $ 1.b0 t 20 U.

SALLE III
POLICE PUISSANCE
Entree $ 150

x x x

_-:-e Auto Cind

SAMEDI 3 DEC 1977
ha 7h et 9h
LE CID
Tarif d'entree: $ 2,50

DIMANCHE 4 DEC 1977
a 7h et 9h $ 2,50
LA PETITE FILLE AU
BOUT DU CHEMIN
LUNDI 5 DEC 1977
a 7h et 9h $ 2,50
PHASE IV
MARDI 6 DEC. 1977
a 7h et Sh
LA PETITE FILLE AU
BOUT DU CHEMIN
Taif d'entree: $ 2,50

xx x x

MAGIC CINE
SAMEDI 3 DEC 1977
UNE FEMME FIDELE
2h et 4h G. 1,50 et 3,00
6h et Fh G. 2,50 et 3,50


DIMANCHE 4 DEC 1977
a 10h 12h 2h 4h 3h G 1 00
ELA DE L'AMOUR TEMPETE SUR LA TEXAS
c G. 2.00 5h 7h 9h G 4.00 et 5.00
8h 10h G 2,00 et 3.00 KEOIMA
)I 6 Decembre 1977 L'ND)I 5 DEC 1977
EI.A DE L'AMOUR 4h G 2,00 et 3.00
4h G 2,00 Gh ('t Sh G 3.00et 4.00
lOh G 2,00 et 3.00 LES 21 IIEURES D1E
xxx "MI NI II
MARDI 6 DEC 1977
CINE P-ARC 1.r'-AIIRI.: I1 D l.A !99,;I.E
lh (; 1.50 et :100
DI 3 DEC 1977 tlh et h G 2!50 et :3.50
ITOYEN SE REBIELLE x ., x


$ 2,50
xx x

DRIVE IN CINE
SAMEDI 3 DEC 1977
LES IMPITOYABLES
S 2.50


*


a 7th (;
BEN H
LUNDI)
a Gh et
('OMMI


MARDI
SA10TE I.A MUSIQUE HAITIENNE an 6h et
DI" SA.
'11TOS LES SUCCES LATINS CEINTi

1 I ( 1.S., HITS AMERICAINS (DISCO-JAZZ AI

SI'R DISQUE'S SIMED]
RAID S
G. 2.00
SI I RI.(IISTRIES POUR VOUS

SUSIR MINI-CASSiTTE, AU
AMIEDI
N I I ('ARTOUCHE II TRACK ESPION
G. 2.00
SIR HII IINE M1AG',ITIQUE DI IAN
FUNN)5
PIll iN EQUIPE DE SPECIALISTS G 3.00
1( I (11'S OFFRENT UN SER'vlCE LUNDI
LES EF
IEF [I'ACE GARANTI PAR UNE L ESPA
G 2.00
H AUTE TECIINICITE
MARDI
V- ARRING AISE LES A'
G .11UNG
SG G 2.00


SENEGAL
I'HE 4 D) 1977
; 2.00 r' 2.50
I'K
5 DEC 1977
t h G( 1.00 et 1.50
SSAIRE X (ONTRE
GANG
6 DEC 1977
8h G 1.00 et 1.50-
NG ROUGE SUR MA1
'RE NOIRE


PORT CINE
I 3 DEC 1977
UR ENTEBRE
et 3.00
xxx x

DITORIUM

3 DEC 1977
AGE A BANGKOK

(CHE 4 DEC 1977
GIRL


5 DEC 1977
-NVAHI.SSEI-RS DE
CE


1 6 DEC 1977
5ENTURIERS DE I.A
E


IS -r. I_








Der) POSCO


C N F('n16 EiA Ea


1DM sBOSCO


SHOP
t" 20C ,C R DE L TrE'R;MENt
Rki-LE &UE CHARERON
:. ;-, ,L-^ ...- .- -.- ^--- . . L-


CAPITOL II

SAMEDI 3 DEC 1977
LE TELEPHONE PLEURE
12hl5 2hI5 4h15 6h15 8hi
10hl5
Avant 3h30 G 5,50
Apres 3h30 G 8,00

CAPITOL III

SAMEDI 3 DEC 1977
MADAME 'CLAUDE
12h 2h 4h 6h Oh O10h
AvAht 3h30 G 3,00
Ap fs 3h30 G 5,00

CAPITOL IV

SAMEDI 3 DEC 1977
LES RISQUES DU METIE
11h45 1h45 3h45 5h45 7hb
9h45
Avant 3h30 G 3,00
Apres 3h30 G 5,00

x x x x

CAPITOL I

DIMANCHE 4 DEC 1977
LE CRIME DE L'ORIENT
EXPRESS
11h45 2h 4h15 6O30 8h45
Avant 3h30 G 8,0
Apres 3h30 G 10,00

CAPITOL II
DIMANCHE 4 DEC 1977
LE TELEPHONE PLEURE
12hl5 2hl5 4h15 6h15 8Oh
10hl414
Avont 3h30 G 5,00
Aprfi l 3h30 G 8,00

( CAPITOL Ill

I)IMANC'III: 4 DEC 1977
MA I)AMI. CLAUlDE
12h 21 41 (ill 8h 10h
l\\int h:30 Gl 3,00
Apjre :h30 5 00

( A1'T11OL IV1

I)1L \N III 4 1)1( 1977
II S INSQI'' S 1)I KAIA-1
11h45 hII5 3h4I5 iShi 71'

. tant 3h:il (G 3.00
1pr, :i:h30 ( 5.00



l.'NDI 5 Dcembri 1977
ANvant 3h30 (G 8.00
Spre' 3h10 G 10.00
llh-lI. 2h 4h15 bh:30 8h45
I. (RIMH DE L'ORI'NT
1 XPRI-
Tire d un des romans d
AG(lIIA CH('RISlIE

( NPIi I1 II

l, TEl FPIIHONF PLEIRE
In-perc du grand sue((
de CI.AI'I)F FRANCOIS
12hl5 2hl5 4hl5 6h15 8h]

\Xian' 'h30 G 5 00
\pre- Sh30 G 800

( APIlO)- Ill

MIADMI CLAIDEI
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 (G 3 00
Apre. 3h30 (. 5.00

( APIT)(L IN

I.ES RISQI NS 1)1
1F'II 1;1
Aver Jacque. BREL
A anft 3h30 G. 300
a 11hl'5 lh'15 3h45 5h45
Apret 3h:0W G 5 00
a Thl5 9h45


( PI'IT'O I
MA1t1)1 i DI'E(
1.1 ( RIME [I)
IX PRI:SS-
Ihi45 2h 4h15
Avanl 3h30 G
Apresc 3h30 G

( AI'ITIL II


1977
I. ORIENT

Gih30 8h45
8.00
10,00


MARDI 6 DEC 1977
iL 'TELEPHONE PLE'IE
12h15 2h1l5 4hl5 (ibhl5 hl5
10111l5
Avant 3h30 G 5,00
Apren :3h30 G 8,00

(CAPITOL II

MARD 6 DEl)C 1977
MADAME CIDAFI')I:
l2h 2h 411 fill Ni lllh
Av'an :illh3 G 3.00
Apri- 31130 ( G ,00oo

('A I'TO, IV

MARDI) 6 1E)C 1977
I.-1S RISQUES DU' METIER
llh4i lh45 3h45 5h45
%-11l b:1110 (c l:o
pr .11131 iIn ( 5.001
71h45 9h45
ITrS VAL.SF l'SI
Inlerdill ux molns de 18
ans
Avant Sh30 G 3,00
AiattOG60


taui .u t a aere Vag,)
cordd 0. titree de penison p'6
ciale 0. Mine Fauster Des-
coil nes, nee Mar.e Castor.
Art-cle 11.- Une alloca-
tion de cinq cents gourde
(G. 500.00) par mo's eat ac-
cord6e a titre de pension
sp6c ale a Mme Colette Ra5
naud.
Art cle 12.- Une al.oca-
t on de c.nq cents gourd-s
15 (G. 500 00 par mnos, tst ac-
cordee a t tre de pension
special a Mile Em.l e Ma-
d.ou.
Art.cle 13.- Une alloca-
tion de cin4 cents gourdes
(G0. 500.00) pir mu's, et ac
cordee a t tre de pens on
sp6ciale a M. ARomer R. Le
v6que.

Article 14.- Une alloce
t!on de cinq c-nts gourdes
(G. 500.00) par mois, est ac
cordee a t tre de pension
spec aie a M. Robert Poite-
R vien.
45 Article 15.- Une alloca-
tCon de cinq cents gourdes
(G. 500.001 par moi:, est ac
cordee a t tre de pension
spec ale a Mm: Vve Ren-
fort.
Article 16.- Une alloca-
tion de cinq u'nts gourdes
(I 500.00 par mmois, est ac
cordee a t'tr. de pension
spec ale 0a Mine V etor Jn-
It-'erre.
Artice 17.- Une alloca-
tion de quatre ci nt cinquan
ti gourdes tG 450.00) par
niois. est accordee a t tr de
pen ons spec ale a M Wil-
son ReJou's
Art cle 18.- Une ailoca-
15 tion de quatre c lit c nquan
Ij t' gourdes (G 450.00) par
nois. est accorid6l a- l.tre
drt pt ul o s(11'l'O ale a Min
MaIx Lema Iir"
Art cle Ii) Une alloca

Gi 51(100 plii tllois 'sl ;Ir

s a)It !ll .I M in V l l ,]iat l
i 'l rr
Atil 'l(, 17 tI' l''e deal onl
tid tt i I'iil t 'i l I tc mI i i lll ,


ii'll ii t' ; 'IiNJ | I it r i e'
-" nil Upe-T : h : M \V I n H( e
"| ii ii ('. 1 ;
1i t1 ch,1 i c 4,0 at (lo-

olrdths ( 450 00, pal
lit n; (/ spP a 1 M11 d
M :lx I l'll;a re.
Arlide 19.- Un- allora-
Sne d,, quatre cents p rti'
di- O 400 00' par mo sr e-t
Iceordee a litre de prns'on
'pial, a qMm!. Yvette Lo-
vlros


de troe n cnts sours(es (G.
50O.00) .par-'mois, est accor
dee a ttre de peri~ O i p6
c.ae b, Mme Eimmanael au
date.,

Article 21.- Une allocation
de diux cent cinquante gueo
(G. 250.00) par mols est ac-
cord6e a. t tre de p-nison
spec ale M. Joseph Ov.de.
Art.cle 22.- Une alloca-
tion de diux cent vingt gdes
(G. 200.00) par mois, accor
dea ., titre de pension spd
c ale .. Mile Marguer-te Ber
tran4,'
Art'pile 23.- Une alloca-
'.nI dp aux rents gourdes
G '40000; par mols, est ac
t-rde- titre de pension
l.'ia: e a. M. Gervals Ma-
,l l


Art r-N 20 Un, alncaqton
e






15












/)


<

i




I


I

i
' i


p~u~isl~u~*r~*1II


Une fragance
Oussi captivanTe REVELATION
que I'amour
F --, --- ..
r unIMLp,, VOTRE
PARFUM
DE CLASSES
CHEZ
^ ^VOTRE
PARFUMEUR



PAR) UMS JEAN PERGltNY \ \ -
\ \\- -


7i-,


r 7'l
f^N


CURACAO TRADING l




Salles de vente Rue Pavee -




Delmas 48 (aproximite morne Arty)

.e ~ .I
ry' r rr


I I I I II II L I 11 311~1 IL3 I III P~P"~---~----~


I


r, r I/~;rKxE/crmJF~a c


r







CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

MIDI 2 HRES 4 HRES EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 H 30


Salle 2


0.75


La Colere de Dieu



Pour une poignee de Dollars


". : 3 3 1 ,it ti I i I i ll i lll i 'I ;l t




I. 2, ., I Ii.-.iC 'es dewl;' it du1



















ki I n |. i L I




















h Is It' i Xi' -in'Ei O NS UN NE
1 i l II I 11. 111 N l)DiS ARTICLES
SI i ID 1 1 1)1 i AiRT LLS SL.LCTIONNES


i9


l'ttre matiscrite dal,6c de
Novi nbr't a 1910 adrs ssee au
l're-.dcinlt FrantkI n Ruoe -
veit, Fidel Castro ecr vail :
,.s! vulls voulez du f'r pour
conistrilreir vos bateaux, en -
tvo\'c moi dx dollars t tj.
'OU1 mionli'terai tes plu-s iUm-
piortant ; ni nes de fir d'!


Seolonil s :irch ve. F.del
[airalO cAltt a i'epoq' 1 tlc
Vi dlli.s lie ecolc tt ra olli -
quti dec Maya., a Cuba l.a
li tre err te r t dil pap er
d ecller. a etc decouverter
pailr un tilfort oralr du ser
vice des archives qul ext 1 i1
ni 1 de vieux do-siers pu
Pepitrt ment rtEtat iin vile
d luiir declasse f cation.
HRIstk t(lti aecusa reccp -
tion dit' la tc imaia n',ll-
\ioa jaonis. ,-' di.' dollars



Fer Sale

1973 FORD PINTO RUNA
BOUT ver' v good condition
Ridio, Air conditioner
Price : S 1,950.00
Contact : Nan Sinsabaugh
Anieri",ti Embassy 2-0200
Ext. 262 Home : 6-2054


4vis aux Parents

MIdamne Antoine F Salga
ca s t ,sa il .loset/e ont
1e pliasicr d'antioncer ttx
parent de Petionville et de
ses environ. que la Poupon
niire du Petit-Poucet a ou-
verf ses porte. aux enfants
;t partir dc 10 ooits Pour
lout renseignelcnent. s'adres
',.r a Iv Pouponnii're. liue
Mioist,. No 25, Petion-Ville,
ou teltphoner an 7-18-68


Tu Peux ou Tu Peux pas


Deces de Mr Andre La qualification Le championnat de
Edmond Oriol de rItalie France de lere
n e.;


Nous annonqons le deces
de Mon:leur Andri Ed -
ilond Oril, survelni le jtiu-
dl ier Decemitoi' a 'Hopit
tal St. Frango's d- Sales.


A son 6pou." ,"'c Enna Bet
roiuet, a s.s fetallnts, Moant -
s'.LIr et Mad inte Carl La
bo s aor,n Madaclt i 11t6 Moni-
cilc' Or l ivlMn ilour it Ma
dil n. Clit 'lO ]t ttn. Mada
ilt, ie. liiii' L .'it iidr 0r t ot l,
Molnsit'r <. I .Tist Modult, lio -
bi rt Oriol, Mdlolllo s'ril E
vitlynt Oriol, l. ss eiur Jn.
M chi I el R.ch'rd Or ul. a
sBts ptits-Colf:')lts Sauiriintl
Or ol Vsanes.it Rigon. Curl
Labo s ere jr. a. sita tanl R M
danic Ft" i'iltii Sl. Aisliind
ne' Electiort Douge, it t.i
I 'r[ i soclilSt'rsy Is'ettd'. tlioi-
allle, Allllee cLt'rtna it'
Or- l. Mons tur ct Madame
Dani'cl Oriol, Monsieuia e
M-idanc i Jac'qu Or,., A es
brot. Icre's el belle soiui
Mon.;s;i ur ct Madanso Fritz
Berrouet. a .', nevi( ux et
1 eccs Mn.t tur etv Madaieii
Parnell Marc t infants, M
et Madame Maximi Or ol et
inflanlts Monsiuiir t Mada-
Ime Gilbert OC'r;l ct (allilt ,
Mad nmoi elI, Ghi sla it' Pa.s
qit r MN;adi'nitoi'l Ie M:chc-
le' Oriol. M ,.S O i+r Jacqu*s
FItI' s 0trait I Ptlti C 1 Ori0l;
;iux ittill1t's (Oiil, Ber -
r ll,' Iibo.-s ir', I o In.
lii 'it M arc 'a",(mi,'i. DOl-
1- Be1a1 ll tDou-


[p. tui i )r'.i ) -1' it M oni -
s':iIuI Andl lic Edil'n ,nd Oni l
irul t n tllll Irc Matrdl (i
Deci'lelhn a 4 'ir-- e'n \'1 F
il si' du Sacrt'-' i' ir d Tlur
Bra1l.


ROME, (AFP)
L'Italie a gagn
let pour I'Argen
n'a pao cofnvaint
buts de Bettega
Graziani (11eme)
milrre mi-temps
(Causio (56ime) o
conre nie mode:
Luxembourgeoise,
fiction des Italik
phase finale de
inI Monde.
La Squadra Azz
mine ainsi en tO
group devangant
terre au goal
Muis le moins que
se dire est que la
tion fournie same
de Olympique pa
tI'Enzo Bearzot i
satisfait les 80:00
teurs qui etaie
dans 1'espoir d'as:
line avalanche de
italiens avaient
bien commence I1
mier but de Bet
passe de Causio h
minute, puis une
rietise de Graziani
tei plis tard sur
centre de d 'aile
,strait d'ntree 1,
cation de la Squa
ra
Les Luxembourg
sivement replies
,e. ne passant tit
niment l c milieu i
(Zoff n'eut pas
rel a efteeluer d
prvmi'r mti-ten
Iais..s'rc1nt touleI
riu n pas'er. et '.
rent ntil'I e plus
aprvs Ie repos
I t.'s t alletn. hit
11 int l, li rt1 i tvl

it 1 d' i n l ia lt


nilii l e VC. W -d
i ii ., td I l l










I '
i ') i i l' l l ,







l l l 'l 1 1 1 -i


Franme : Pr
convocation
oetats p i
du BI.PA.,-
I" lX I L..- 1 1


I ii ,i i .it









111 1 1 e n




t i lt,1. I t ail"
lb I Iat I ,









de 1 Presse
Ci i feri'e ..i



tilev Prensorce


nalii ,O l dItIes il
curie l ihi fait
obligation de
ull'un seoul Bag
par pasatlger &
de I'Europ


6 son bit
ntine mais
Cu Deux
(5eme) et
en pre -
et un de
int assure,
ste 6quipe
la quali-
ens a la
la Coupe

urra ter -
te de son
l'Angle -
average.
S1'on puis
i produce -
?di au Sta
.r l'6quipe
n'a guerte
0 specta -
nt venus
sister h
Sbuts Les
pourtant
Un pre -
tega sur
i la 5me
tkte victoa
i six minu
r un long
gauche as
a qualifi-
idra Azzur

geoi.s mas-
en defcn-
ue rare -
de terrain
in seul ar
de route la
mps), ne
lois plus
nmontre-
amsbitieux

taut all tie
Inenlle do-
pres d'cln
rs It coupt


swIVSiiio
PARIS, (AFP)
Vo:ci les resultats dire -
g'stres au course de la 20eme
journey du champ'onnat de
France de lere division :
Strasbourg bat Lens 3-0
Nantes bat Metz 2-0
Nancy it Monaco 2-2
Bordeaux bat Bastia 1-0
Re mj '*t Par s S. G. 0-0
Laval bat Valeic ennes 3-2
lyon et Troyes 0-0
RoU'n bat N'nes 2-0
Nice bat Soci'aux 4-2
Le Match Marseille -
Saint Et enne se cd sutti d
manche
-- 0 .--

FOOTBALL
PARIS LE
CIIAMPIONNAT DE
FRANCE DE iete
DIVISION
1 Nice 28 pta
2Stratsbourg 25 pta.
3 Monaco 25 1't.,
4 Maretille 25 pts
5 "Nant-s 24 ptt
6 Saint Etenne 22 pts
'I Sochaux 20 pts
8.Laval 20 pts
9 Lens 19 pts
10 Par s S. G.
11 Bast'a 18 pts
12 Bordeaux Ill pts
13 Iv.on 17 pts,
14 Nancy 17 pts
15 Reinms 16 pts
16 Rouen 14 pts.
17 Nitmt s 13 pts
18 Valcn'iente.s 13 ps.
19 Troycs '3 pt.
20 M'ts 13 pts



Remerciements

(suite de la le. page)


ix >ine iI- ral et Madame Odonel Fe-
ir-tanlt Il ne.stor. I'Administration Ge
C. q 1m Cau nerale des Contributions,
romtmi''" el SOn Excellence Monsieur
,il 'i, i il l Aiii I a,;ssadeur de la R, I pu-
. i11 iln' btul bihll e de ('hinpe et M dame
r la dittlll let 'Nalln losing (et faniille,
,, les ;llelitbre ds du Hau(-1-lt.
I, ; .ior de- Force Arirce-
i I i l ii- I' il 1, ",' Corninad lida11l.
S., i in I- O fliceri el i.nirole, du
I,1 ilnl l ill tt Dtiparictmen/ 1 11ili'.',nre de
I ,,,,, la irde Presidenlliille. le
li .i ( I lilin i. danl. Iv ( h t .erl-.
'l l pe' I nrle ft I inplo,.e, I -
id;l i-' 1.. .. ilu Service rides Trails -
rll s Isll I I ",ke Forces. Arniets
l t'i i'lli/it0, le Commaindan/,
Vi ,i4 i i i lier'. le Enrole, el
,,, .. liipin C'iil- du Del F r-
,, !, t .. l lui n M ilitaire d la1 Pi-
Ii .. i I l e P.rt ia -Prin e. le
r CilIIIl.inldall". le, O ll icer'
,, f r Flirole du lDepart uinenlt
I i 1ilil. e ,.1 f ia erne Del -
Saline, le ('Com mnli.ii.a]ilnI.
,i ..:. i Ie il'ifi er-. n[' lrole- ,' [i.m
... pl e C'iii de lai nrnp
I l tl . Il.tiienne. le ( onmm iandani.
1 . I i .ii f.l i'l.. r Fnrole-: I in -
I, Il l. pi l tp 'itil, I O uirter
,, .1. i,,,, du Deliar/e entIi M ilit i. re
ii .1 ,.. du. Pelilent i r Nation. I le
,.r. ,n i I 'i]i- 'lm talid.nll le< )lliciers
I i ,. 1 [ trlcl d ('aniamp d'ip-
,li," i.n. I, I llii ie r, et
l.nrole, du Grand Quaricer
. . l ( general, lc e- l trend iP re
Cure de 1'Egli e du Sa.-re-
OChiaine Coeur le Turge.tu, L,i Reve-
rend P-re I eonaird I' Laro-
Sde lie, Le Re trend 'Pere Ro-
eraux> ecr Milord. le-,lieur, Clil-
fird, Oi-.iild, Frilz Branil
i/ I.Fam il let.; Mn iieieur l_ e
'-'Ai 'L tL A C('lon l el t l.ld.iaime Mo -
nod lPhilippe et lunilll.
i. C'lira. lMlln.irUi le Colonl el el Ma
Sl ..I il.;np fran k Ronmain et .i
Si i .. I iniuT l it. Lieti en.inl-(i olo-
r I. I- I, npiel ladamine Jean B. 'V.'l
i, li m.' e ei l [ui ille. ilon vieur Ple
i. NU, Ti 1 ,,Maor I Madame Mix fVal
r .- i i.. |I s ei i.imille,. Mon.ieur le
S ,i 1 i Major et Madame Jo-.epli
i i- .' i C' e el f.imill,'. Mlon:ieur
S ,t I. ,, ,llb e r( IIl ge. Joce l in e et
I' Xl M.I. AntiOit e Ilage. la faniillt.
,, i''- Abauristh Kalil. Monsieur
I d, e i Mid.ime Gilbert Bigio la
Mlai'ln Versaille%. le P r-
)'t i ,,i ,,,t el ti de I'lloi piece Sint/-
I, tI .I ra.n oi die Sales. les En -
tii lll ,i trepri,,, Fuiiiu res IParet -
it'' llt ,\ dI Pierrp-Loiis, .ilt-i a Iie tloun
inl I i, ii l., .tal res, ami- lin U in -
n iI' .1 in, tie la nim patlthie
.1. iI, qm lelm .1a e /emoitnei. fa
S [ .. l clin rI' ta,.iln le la mort dtie
ilnl n1 ,. leur (ri regrele Jean
Louis Mersilus Ililaire enle
e ve h it Ieur affeelion le Mer
credi 23 Novembre 1917.
. . .


-AIR FRAN-
es paisagers
nmen inter -
csures de sc
detsornmais
n'accepter
age a tmain
destination


i)n cherche a louer

Une mason ayant 2
chambres a voucher, salle
de bain Bouridon, Canape-
Vgr$ Ok PklJpp Vits. ThAo-

beiges at 2 htipos p. m


Police Puissance 7


L'ouverture -Ji-- -a +ts
prochaine de la ciii i.-ri
saison Sportive Dl IMAASIN
dtsulto de la lore page) AU MONPE
Gonasves St Marc, POtion -
Viile, Port-au-Prince, Leoga CI
no, Petit Goav-, Cayts, Jere Venez voir lc grant1
mie. sortiment/ de blti'n.ir
Le Bureau Federal pourra Suisse en 5-il ve iaece
ctpendant reten r le ou les pour vos joieP. robe, Sis
c.ub champion dune autre si que les intprime etfitt
Ligue rogonale afflcae pour sus de fantals ir -otn
complete le group du tour N n large hlioc ir c1o i
noi final du championnat tique et crr,-itn p,
d'Haut'. gariti, revntry tiai dv
L, Bureau Federal super- N johne., serve tic, in
v sera les champ onnats re- aux could iItirs
g onaux afin d, garantir t c arc t
ltur deroulement regu i.r. IlI ous trouvertr? gral -
prendra les measure neces- ment des dri llts r ,at-
sairns af n tque Lious Is pour loute c:r% ditoir
jou urs partcp;'nt a1 n chain sionls de lit rt dtic ,,rri-
pionnat d Haiti, sotint regui lers
Uiremtent qualify 06 pour
i urs clubs re pect I pour Les Behes
Le Bureau Federal orbin' rohc., c nninev.I, ra
,wra lc chalipionIrlai d la siere, d m r-ilp- hr 1
zont mctropollta n 1t i mIsi arcu illcrs. l n,, q
rera l'appica on d u Prolo- t ser.vit, r, c .
cole y relatif. t 'liausSn.i Vic
la f n des chititp inn ai.. I
regionaux tmuhitlo ui .s 1 Pour la P eau
dt chlanmplonlnit ll.tt opolli- iLe siVon I ci
tami de Port-ai Princi' It' |r .
B ureat a Federil ba:ira Ir I til( e dv a i l. vI It
protocol" du Tutirnoi F l l, i r th d"
du Champ on,,ai d H;iti tro
ShrVotiret ma. l It t r
Demande d'Emploi I pi ..t......'... .. 11'
More than 30 year, of exa stats 1;>. a a t r.' a e
periance in all aspects of d'efforts a cvt. a ,Iir
Accounting and Manage e in c u pla
Meat.
Speak English, Spanish. t AU MONDE CHIC
plus of course French and R IL- du i oIla. tit te 1 i
Creole -- Seeking employ- tat -- 89
ment.
Telephone: :rscS 7-1611 or 2-3824.


Aux Ondles SonorEu

M IL G[Of( ,I( l T I 11 I'I I -1 '

Le Disquaire des Meloomancs
avertis
4I. hl'l l Mi 1 ll l\ il l .t 1

Pr ilth t ltv -lit ii ii | It hl F' Ii fi-.
i Q uel.;ue -oitU l to. crtl r. ~ il i h..J
I.es noni. u Jl nil reprf lt...ll i .'ri. i J


IouluIiu, .
a1 palilplt.aIi ur-



'l ourne,.-hD.14h-1u u


I tle d le.: lre

lilul p:Jrleur-



Cassettes Recordvrs
Tilevisiinn
Guitareis
Anmpliliciaeurs el
Haul. parl/urs
pour guili're
T':pe, cassellef,
vierges


(, 414i[IM \ s%1 .
ALB

I R itNNlil,-l I It
Nl1t I 1, I It.
r, \KlHAR.0


6 i,.Ii ? I's-,
C('O-.110( iRD,
lull ., ('I'LEi It'
K E' F
i_0r.> M.1.'%
: HIGHTO'N
QL14SAR
UG.MONT

MA RSUALL



BAS.F


Ca lculalrices
electroniques SINCLAIR LITRONI.
Qualify. imagination creatrice. perfection t
sont a votre disposidon;
line visit A notre show-Room vous en co
Notre rapport quality prix est imbatta


erhaut i
xchnique

onvainrrt ra
ble.
. i


........ -... . .


Salle 1


0.50


Salle 3


0.75


- - ,-~--- ----- :-- T--~-i~~---~717.-~i iV9 .7~-~1---- -~ I i ~- ;-~--~--~-- R-.~ 1C~i~~- _111_1 ~9~R~~I-~~~ll~~~L~7P~T~~


rrsEBCgs~B~YC~M~rolg-lvnr~C~3'


-- LI.LYiJBL~Y*"rraU.LI


L




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs