Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09940
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: December 2, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09940
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

La volont6 d'affirmer

'le "Role preponderant"

des Etats- Unis


SWA S li IION, IAltP)
ti, *t'i e!,>ni .Iiuiniiy Car -
1 a 'lii 2) Ddeein-
t,;v 4 0 janvivir t ill voy gve-
t e, C 1 J tili h' c i II viiyui'
0, tw,( )ottli -, Inlrope (A
A l Jil li>i r uIII lit VO

lo wli -n .wr lit u lln tleraU I l
ii J" ulll e dt'lllt


S i h ii'r la liln

, -4 Afll. rnii i ierlr-Piirolc

S,' Mo: ur Carler
.*i 'lu r, r. it eli 'ologn in
I ido' cli Arabic
ii Fi fir "i''1 en
S qu 1 ft ra't nu
'1978 iln second
S- l ini'lralt aut
." a N cl t1 ot au Ve-

Ir Ct rilr qu ttera
*,, -n 1. ;.729 Decemnbre
r ';' I 1I rencon-
r i,'l;'n 30 D& -
..* .. ; pr -6 S' sr tai


re Edward Glerck. 11 quite
ra Varsovie le 31 pour Tdh6
rain o 11i rencontrera .l
Jour m6imi le Chah d'Iran.
11 sc rendra cnsuite & New
Delhli, ofi 11 aura des entire
thi ns avcc le Prem'er Mkniz-
tre Morarji Desal et ie Pre
sident Neclam Reddy. De la,
II gagnzra Ryad, le 3 Jan -
vi(r ou il sera recu le mime
jour par le r1o Khaled et le
pr nee htritler Fahd.
Le 4 Janvier. Ie President
Carter arrivera h Paris et
aura un premier entret'en
avec le Pre-ioent Giscard
d'lista ng. Ap'ts un" visite
aix plagcs du riebarquement
en Normandie le 5 Janvier,
Mons'eur Carte" rencontrera
a nouveau le chef de 1'Etat
franqais le 6.
Le meme jour. Monsieur
Carter gagnera Bruxelles oif
11 sera 1'hote A dejeuner du
roi Baudouin it s'entretien-

(Voir suite page 8)


L'In;,inuutFon de Vsine d'extraction
du vetiver de la Minoterie
M. Rene Adrien donne des
precision! sur le project


S ,T I presentant
,,! ita V% i. de la

S i- ,r S (Tea'ris et
;,.,r.:+ ,+ .ccrr't ii -reS 'E:at
t 'r-l, ii ix-* M iii' ^ ncitr

S.ri. v'jli Pli-ail-Pce
',{ ",; iiur lh Aiil lrlies


it tit ..


: in an environ, le
C i. '., d'Adniin straton de
IM .ro d Haiti. penche
,r ideicat problem de
,,i d .rrs ficalinn des active


tes de l'ancienne SHADA -
MONTROUIS, dec-da, avec
accord des instances supe-
rniure.:, de mettre en chan-
ter uine important usine
d'extract'on d'huile de veti-
vrr. Cette decision, consecu-
tive a une longue et minu-
tieuse etude. s'mnspirait de
cons derations socio econo
miques bien prdc ses et sins
crivait dans le cadre gene-
ral de la politique de deve-
loppement que poursuit le
Gouvernement.
II s'agissait tout d'abord,

(suite page 3)


lHenri FRANCILLON


Le. Nouvelliste : Fraen-
tillin, ce n'eat pas la pre-
miere tfois que tu abandon-
,,s le fool-ball. Cette fois,
st-cen dtfinitif?
Francillon: En effet,
ce n'cst pas la premiere


fois. Pendant les annees
66, 67, 68 je ne pouvais pas
jouer parce que je devais
terminer avec mes etudes
clasuiques. Tu sais, en Hai-
ti, les tudes priment sur
tout. Un diplome 'est 1'es


- Nouvelles de l'Unifed


loi L'Ouvroir fonctionne
a i'UNIFED, ]es Membres
de la Commis.ion techn'-
que de Coupe 0i de Coutu-
re ont etabli un hora .e de
trava 1. Les Membres de
1 UNIFED, les amis et les
sympathisants continent a
envoyer des dons au Comrn -
td responsible de 1'Ou-
vroir: machines a coudre,
c'seaux en tous genres,
prices de t ssUs. coupons
de tissus accessories divers
etc, professeurs de coupe et
de couture trava'llent a
tour de r6le et attendent
d'autres inscnrites pour acti-
ver les pr6parat'fs de la
Noel d"s humbles au nomr
de JHsu':-Christ

II a c-te giic-.re a.i, tem
me:-., de I A 'ocia.ion d'ap-
porti.r leur: machine : a tiu
dr.: pour pas. cr leurs ino-
ments d -pon'bl:i a coudre
les '.eemicnti, djla prepa-
reF par Ia section de cou-
pe.

2oi La Coni.ss on Econo
inlqui et inanc:ere de 1'U-
NIFED former de quelques
comptable:, Juristes, Splc a
lilste en Administrataon


bancaire. en Sciences Econo
miques et financiers s'Est
reunie la semaine derniere
pour trava li5r a la piani
fication des voices et moyens
d- 1'Association en vue de
presenter le budget de 1'U
n on des Femmes pour le
Developpement. D'importan-
t's suggestions ont te la -
tes par les Membres de cet
te Comm ssion qui ont tra
vaillt avec la determina-
t on farouche d- rompre a-
vcc les petits moyens tradi
tionnels de fire face aux
besoins vitaux d'une Orga-
nisation devit repondre
aux ex gences du Dtveloppc
ment et de 1'a de soclo-eco
nomiqu, asppif.itIi la
femme ruirale, cc veritabl,-
poo-in i atn de noirc. Ecoiio-
nle NI onr, e. cette pay ail
ne abruiit qul n'a pa- le
temips d- pa poti r d. vant
souten r des l'auroreo ct ju
qu'k une here avancec de
la nuit le po dc de plu:.
d0. la moitlc du clel d Hal
li.
Ill
L-s Membrc- de I'Uniled
ont eu le pla. r de se rdu

(auit.pae tf


DIRECTEUR : UCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. MAX CHAUVET


Rue du Centre No. 212
Te16phone : 2-2114 Boite Postale : 1316


sentiel... J'avais eivie d'a-
bandonner iU foot-ball une
seconde fois, apies la iar-
ticipation d'Haiti a la Cou-
pe du Monde. Malis come
j'avais toujours reve de
jouer dans un club profess
sionnel et que l ofre m'a-
vait ete faite, je dus renvo
yer ma decision a plus tard
A mon retour d'Allemagne.
j'ai voulu encore abandon-
ner. mais je n'ai pas pu. L-
Victory avait une equipe d,
jeunes qui menait au cham-
pionnat, je decidai de leur
donner un coup de main;
c est ainsi que je pasiai une
annee a jouer au Victory;'
et avec la Selection Natio-
nale. Apses le match can
tre Cuba. je fis comprendre
au Bureau Federal que je
voulai- raccrocher mes
chaussures etant done que
j'avai' passe 14 al s de ma
vie dans le foot-ball. 14
ans de sacrifice, car je uis
tries discipline. Ainsi j'ai
passe 7 moes sans jouer au
foot-ball ju'qu'au jour ou
le Bureau Federal fit en-
core appel a moi pour fai-
re parties de la Selection
National. Maintenant. je
suis un peu fatigue J'ai
une famille, les enfani's
souLffrent a chaque fois que
je me ddplace il. ne man
gent pas. ils pleurcnt C est
un peu dur pour moi : quand
je lais.e la mason, c'est
pour lngitemps.
Le Nouvelliste : Com-
bien d'enfants as-tu ?
Francillon : J'en ai
trois.

Le Nouvelliste : Quel
age as-tu maintenance ?
Francillon : J'al trel-
te et un ans.

le Nouvelliste : A 31
anr et avec la forme que
tu as, nest-il pas un peu

(voir suite pagire 5)


Excellence, Monsieur le
President A Vie de la Re-
publique,
Excellence,
Monsieur lAmbassadeur de
France,
Mon ieur le Presiden+ de
lo Cour de Cassation,
Mesdame-, Messieurs,

Que mes prem eres paro-
les soient des paroles de
gratitude et de remercie-
ments a l'endroit de Son
Excellence le President
Jean-Claude DUVALIER qui
a tout mis de cotd moment
tanemrnt pour venir nous
apporter le reconfort de Sa
presence et donner, en me
me temps, un eclat particu
lier a la Fete de ce soir.
On comprend done aise-
ment la profonde joie et


l'intime ,atesfaction que j e'
prouve a cette minute a
souhaiter a Son Excellence
le Pres dent A Vie de la
Republique ia plus cord a-
le b envenue tant au nom
des membres de la S-c-
t on Ha t-enne de 1'Associa
tion Internationale des Par
lementaires de Langue Fran
naLe qu'en mon nom per-
sonnel.

Votre imposante presence
parmi nous, Monsieur le
Pres dent A Vie, temoigne
du vif interest que Votre Ex-
cellence accord a 1'oeuvre
combien touchante de paix
et de fraternity que 1'Asso
clat on Internationale des
Parlementaires de Langue
Frangaise s'est occupee a 6-
difier depuis plus de dix
ans au sein des pays franco
phones.
Aussi, je veux bien, sans
causer la moindre peine &
aucun de mes amis icf pr6
sent -, saisir 1'extraordi-
naire occasion qui m'est of
ferte en ce moment de Vous'
rditdrer non seulement les
sentiments de fiddlitd et
d'attachement ia Votre per-
sonne de mes colleagues du
Parlement Haitien mals
aussi la conviction de cha


.


Le dialogue du President & Vie de la Republique



avec les Etudiants de la Faculte de Medecine


Ce martin, Son Ex. le Pre
sident a Vie de la Republi
que, M. Jean-Claude Duva-
lier a effectue une visited a
la Faculty de MWdecine a
Port-au-Prince.
Le Chef de 1'Etat qui etait
accompagne du Secretaire
d'Etat a la Sant6 Publiqle
et de quelques officials de
son gouvernement, a etd ac-
cueilli par le Doyen de la
Faculty, Dr. Frantz Medard
et d'iutres professeurs de
notre principal centre d'En
seignement medical qui a-
vaient ce martin des heures
de course. Les Etudiants ont
ete heureux de cette visit
pres.identielle, traduisant


une nousvelle fois 1'interet
que porte le Chef de 1'Etat
a nos Facultes et Institu-
tions d'Enseignement SupA-
rieur.
Le President Duvalier
s'est rendu ensuite a i'Hopi
tal de 1'Universite d'Etat
ou il siest longuement ar-
retd et ou il s'est enquis de
tout ce qui interesse le fonc
tionnement de notre princi
pal centre hospitalier.,

L'aspect significatif de
cette visit presidentielle a
ete le dialogue personnel
que le Chef de 1'Etat a lenu
a avoir avec les etudiants
de la Faculte.


Magnifique presentation de
mode Yolauide Montas 77-78 au Bistrot


C'est dans le cadre du B's
trot que s'esL -eroulee mer
credit soir la 1ere present r
t on de la collection d'hi I
ver 77-78 de 'YoIande Mon -
tas. Devant une assistance
nombreuse et enthouiiast-
elle a remporto un immense
success. L'organ'sation etait


parfaite et les mannequins
rav ssants. Tous a tour Lissa
Marie-Jose, FlaxIa, Flore et
Jocelyne surent inettre en
valtur les magnifiques rea
li. nations de Yolande Mon -
tas.
La dominant de cette pro
sentation est l-i legeret t
la souplesse des robes quiI
suiv\nt le inouvemienti dui
corps. Qu(lqu('s Itr' beilux in
|JI'rllne'S p ila In s 1:1 iia ni.
iiU iis silrtout bI liicoup de'
mulOsst' line qu et. la bast'
de cette collect ionii Lis nuail
cos des le'iinite si lundlent
aiv.c coCunl ll i l nllniain.l s It,
rouge, le bols de rose lt In
lavande. Les robes sont
(Voir stite' pag" 4)'

A L'OFATMA
On apprend qou I'OFAT-
MA, M. Keyter Cadel qui y
trasvaille depuis une ving-
taine d'annees vent de be-
neficier d une promotion. 11
vent d'eire promu Chef du
Service de la Verifjcatio;.
On .se rcjouit de cei te dis-
tinction accordce a M. Key
ter Cadet qui est un foner
tionlnaire soucicux de son
devoir A 1'OFATMA, M.
Keyter Cadet pretait sen ser
vices particulierement a la
Section de la Prevention et
de la Propagande. Noiu. lui
adressone des felicitations.


En effet, le President.
Jean-Claude Duvalier a te-
nu, au bureau du decanat,
d recevoir seul les d6legues
des differentes promotions
de la Facult-pour qn dia
logue ouvert4 d6tendu avec
les etudiants de la Facult6
de Medecine. 11 s'est enquis
de leurs points de vues, de
1curs besoirns.
On se rappelle que recem
menit, au course de la tour
nee presidentielle dans la
zone industrielle, le Pre-
sident Jean-Claude Duva-
lier avait etabli aussi un
dialogue personnel avec les
ouvricrs et ouvrieres. Ce qui
avait te accueilli avec la
plus grande satisfaction par
des milliers d'ouvriers des
usil7eR. efacloriese et autres
6tablissements.


Aujourd'hdl encore a lan
Faculte de Medecine, le
Chef de l'Etat a sollicitk
et etabli le dialogue direct,
personnel.
C'est un nouveau style de


dialogue qui ne manque pas
d'impact sur les interlocu-
teurs ravis de cette opportu
uite de se fire entendre,
d'exprimer leurs points de
vues sur leurs problems


LA REMISE DE L'ORDRE DE LA PLEIADE

L'allocution de Mme Alice
Lafontant Hyppolite
Son Ex. M. le Pr6sident haute distinction, j'ai '1et
d Vie de la Republique abasourdie et... indtniable-
Son Ex. M. 1'Ambassadeur meant paniquee. Puis, je me
de France suis rappele que dans les
M. le President grandes ceremonies official,
de la Chambre les le complimenti > etait
Mesdames, Mesdemoiselles,
Messieurs. (suite page 6)
En apprenant 'qu'il avait
6tite fait choix de moi pour
Utre l'interprete des heu- M u n "
reux rdcipiendaires de cette Com m unique


A la suite d'un article

sur la dmnoustication


Un article paru recent -
mient dalns le Nouvell ste
sous la signature du SNEM
et qui trattait de demousti -
catlon ot de gites a mousti-
ques. cilail enitrn, autres gi-
l8 dans l' are metropoll -
il inc les caux de drainage
dOe l brasserie national
S. A Nouns avons ou la pu
ci- I Iirill e, etulnt done
qut, touil, au debut de la mise
en serve ce des usines Pres
<;l.';, u Pr p-i i4l;..., nous.,
nuines Li cisi .i I.'.. islala
lions cl que ds; explications
Inous furcnt donnees particu
I Fri mnclit sur le syslenle de
drainage de eaux industrial

Radio Haiti Inter
presente

(Rags). Rythme et slyle
musical,. precede le jazz,
1'engendre pre-que. 1907,
point culminant. C'est a
cetle epoque que le grand
maifre a composer Scott Jo
plin arrive d New York. 11

(Voir suite page 3)


L'Academie des Sciences Humaines

inau8ure ses travaux


IIer soir i la Facultie
d'Ethnologie un public se-
lect assislail a 1'ouverture
des travaux de 1 Academic
des Sciences Hlumaines et So
ciale-. A cettle ceremonie
d'ouverture se dciachaient
les figure' de Me. Gerard
D. Prophcte, reprsenntan.
du Chel de 'Etat, de M.
Vicior Ncvrs Constant, Prn
sidcnt de la Chambre Legis
lative dO Mee Fournier For
tunrC. Priident de la Cour
de Ca.-alion. du )r. Raoul
Pierre-Louis Secretaire d'E
tat de I'Education Nationa-
le de Me. Lionce Viaud,
Rcctunr de l'Universid.

Les mot(. d'ouverture ont
4it pronounces par le Dr. J.
B lominii Doyen de la Fa
cull<' dI tI aIloric el Pre-
sidfent dc l'Academi. 11 a
introduit a assistance le
Dr. Pradel Plompilu., Se-
crriairn, Perptnuel de l'Aca
drnftie qit a prixcni c'Son
rapport alnuel de circons-
0an c1,.


Le service d'cducation


ouvriere a l'oeuvre


L'll liii iii I' illi im i | i
bl c l >i i1 .O i t I, i'
I tioln dull l .1 p.w 1111 I I
die., A l,r. S i.,LS .km,
1 ,a ll'i phi aib ( InI ia 1 ( i.111-
t ,a'ilVeL n lii\ 'lr dc I (li tn .
l ll d i. 1 t- in t F t"I ti or i i
Ion di nomtr< ]c l. m iii \r t ri-
dont la pu i, r.i-ndc p.i l.it
SI ct)omp .-c i i.11 1110 on ]I
.a d analphrinbi Is i qt1 ii
a bt I l -olun t nld m l .-lit -
bl i d'incult u. r Ii t lIs.tIn.
de kIurs droil el de leurcs
deoain sUas pour tatm


Isihi~ti p t. ,'iii it.


iCI N~isillsi, ~ iII mihutis


(vow Wft pw4


Les ora-eurs principauy
de la soiree ont etd le Dr.
Chavanne Douyon et le Frie
re Raphael Berrou. Le Dr.
Chavanne Douyon a faith un
brilliant expose sur le the-

(Vo r sute page 4)


LES POINTS SUR LES I



Esprits vengeurs,


visitez-vous les humans?

par Ernest BENNETT


On nest toujours dtoni6n
des prohaiques moyens em-
qu( in mechant cure n'ailt
ployds par les habitants des
graindis citds pour eC v'n--
ger d'un alfront. C'est qu'lls
n'out pais le temps de 11re
des auteurs dc series noaire
onil dautires dcrivains qui
pn'.scrivent quen cla vengean
ce eAt un plat qui gagnie i,
ti re iniaing froldc. Et puils,
dans es mediropoles, oi tous
silent coiirbes ous le J oug
d'uli travail hicis'siint, ab-
rorb6s par la 1,616 ou le cl-
uI'mn, pri, s en tts, md-
in ren nnoir. comint atIe'l-
oil' t il I iiie r' lhisnen'-
Cli 4. 11 il itl i n ir l i i p illt'l'i'
i :iiI( i ulcr' qgi 1. plaI de
Sl. i li l i :1' riF liioldl.ssi, ?

1? 1'oilirir ,II l<'r. it 1lk nit
(ll"in' Coil ain ltolnon, hir-
rmn 4 r nlin-1 -on i 1iinii conl
snl SI Michlt Ir- dra.ion
pr, rv' r- 1, ', -e pns sr di
i' rnlir 1n1 list vtrl d licomnpe
lt'n1'e. Il pronver son mAn
nt'- d'lriu.uiinon nce rI ces
!uppltco- rntilid. qu'11 faut
intliger & l'enneiml ?
. umia s Mtsn-doI TUW


un ennemi a petits feux,
n'est-ce pas ces m6thodes
que nos freres d'une com-
mune du Nord ont eu re-
cours pour se venger par-
fois d'un individu, souvent
d'une collectivist.

Jean Leboeuf, originalre
de Port Margot, commune
du Nord, aprds des anneesi
passes loin de sa vllle na
talc, revlent s'y dtablir et,
on bon natif-natal de sa
loca:litd, rmve d'y mettre
pignon sur une rue. II s'a-
drevse & tous les citoyens
dO Port Margot: aucun em
placement diEporJble. I1 se
crolt entourn d'ennemis etl
lllit pnr rem r bientlo d'lln
chailment. collectil. Depo-
oer une bomb a retarde-
ment dans la nef principal
le de I'Egllse de la locallti
le jour do la Sant Mar-
puerite: e.mpolsonner eau
de la rivlcre At 'heure ma-
1nnie oil tous y vont puil-
ser; louer au besoln lei
Snm'on Caraibes : Voilk
des types de chatimentsi

(fr suat page 7),


les. Nous nous sommes ren
dus encore une fois sur les
lieux et nous avons rencon-
tre MM. Michael Madsen,
Desvarieux, les ingenieurs
Liautaud et Taluy avec qui
nous avons engage la con -
versation sur la question.
I1 resort de leurs expli -

(suite page 4)


de tous les jours, sur ceux
de 1'institution a laquelle
ils appartiennent.

Voila un timoighage elo-
quent de cette volonte de
democratization manifemt&
par le PreSident k Vie de
la Republique. Une faqon
vordonniee d'etablir la Plat
son entire le pouvoir et .1
people, le dialogue entire
1'executif et les diffirents
groupements en vue de per
mettre a ceux-ci de fair,
entendre leur voix pour dix
cuter des problimes qul les
concerne, qui interesee leur
bien-6tre, revolution de no
tre communaute.



de l'institut


Haitiano Am&ricain


LE 2 DECE'MBRE 1977
Le Docteur Rony Durand
reprendra sa conference du
jeudi ler. Decembre a une
date qui sera annoncee dans
la press. Cette conference
s'intitule : turelle et Ddveloppement
6conomique d'Haiti.s
Nous nous sommes vus
constraints a ne pas admet -,
tre prds d'une centaine de
personnel a la conference
de jeudi, faute de places a
notre auditorium En fait,
nous regrettons sincerement


que quelque-uns de nos In -
vites soient arrives en re -
tard et n'aient pas pu trou
vtr les places qui leur
etaient reserves. D'ordinal-
re nous reservons ces places
jusqu'au commencement de
nos programmes.
Nous subissons de fortes
pressions de la part de per
nes qui insistsen pour ass's-
ter, debout, a nos program-
mes. Nous ne pouvons per-
mettrz que les entrees et les

(Voir suite page 6)


cun d'eux en partleculler
d appuyer de touted s s for
cos s les louables efforts que
Vous deployez tant pour la
sauvegarde de notr? identl
te national que pour le de
veloppement social, cultu-
rel et economy que de la
communaute ha tennie toul
entire. 11 ne saurait in c-
tre autrement, Moni'-ur It'
President. Car, nous LatriA
parlementaires, nous trou-
vons chaque jour davanta-
ge, dans Vos initiative. et
dans Vos realisation'1, in
vision d'un Ch"f engage iA
1'edif'cation sur des bases
sol:des et definitives d'unei
Soc ete entieremnnt renovee
et evoluant sans cesse dana
un climate de justice, de
paix, d'harmonie et dc pro
grds pour le blen de tous.
Soyez remercie, une fois de
plus, d'avoir accueilli avec
tant de sympath'e notre
humble invitation. Chtr et
bien-aim6 Prdsident, Grand'
Croix de l'Ordre de la Fran
cophonie et du Dialogue des
Cultures.

Mesdames, Messieurs,
Je suis vraiment heureux
et flatt6 de vous saluer

(Voir suite page 2)


Coin du Jardinier

A propos de la Papaye


La papaye est un fruit
don't la consummation s'est
largement repandue chez
nous. De plus en plus, les
uns et les autres s'intdres-
-sent aux propridits et aux
usages ds ce fruit tropical.
Tris riche en Vitamines
A, B, C, D, d gestif puis-
sant, il est b'en connu des
gourmet pour Ja tine:se de
sa texture et sa pulpe Ju-
tease. Glace, .:cr a-vec du
sucre et du citron, cest un
des met leurns hor:-d'oeuvre
qui soient E'n _alade de
fruits, un excellent dessert
En iu' coupe d'eau ou de
lait, un breuvage rafraichis
sant et agreable.

A Nas'au, on le melange
a la pulpe d'ananas pour
en fa're .des ma.,wel.dei.
Aitleurs, il est cueilli avant
maturltk, cult et servj en


manidre de legume. Dans
certans pays d'Afrique, on
en faith une bouillie mixte:
papaye verte, et glraumont.
Coupt en deux mounlle de
vinaigre, le fruit s'offre en
picklets condiment.
Le jus laiteux de la tige
et du fruit du papayer con
tent un ferment proteoly-
tique. la papaine don't 1 ac
t on est analogue a celle
de la p-polne animal Ce
lerment ia la propriete d'at
tindnrir ou de diger:r le t s
su fibreux de la chair ani
male et on l'utdlse genera
element pour atlendrnr la
v'ande. solt en ajoutant du
fruit non mar A l'eau de
-u sson, sot nen enveloppant
la viande prealablement
humectde de vinaigre dana
une feuille de papayer ten

(SBuite pag1 8)


Conversation a batons rompus


avec Henri Francillon
-PAR CARLO -


La crmone dereise dreise de aton e la Pleiade


Le discours de M. Victor

Nevers Constant

President de la Chambre L aislative


_XI


_1~_1_____L___ _


RONDE EN 1896 LE PLUS ANCIENT QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESSE


avec Fidel Castro
PARIS, (AFP)
Monsieur Michel Ponla
towski a 6voque, vendredl h
e'arls, le long entretien qu'll
a eu A Cuba avec le Prtsl -
dent Fidel Cashro et qui a
port princlpalemnt. na-l-ll
dit, sur sla d6tente et Il'qul
libre International, le din-
logue Nord-Bud Aur les ma
tlhres premIer,. et I'ner -
g'e, et 1'Afrlques.
L'envoyo personnel du Pre
i'Voir suite page 8,


....... w


IYup~m~uu~


.is


~---r-,~_ ~ . . . -- - -ll~


I





S.,. -- ,A^A-"'"*6










11






"L, \ ., J DFSALINES .PHONE 22? 3 :



Cassette deck aes meilleures marques : AKA,


KenfAtod, AOS. Tape a rouleaux Deck



ou amplifle iusqu'a 1 oouces et demie pour



amateurs et proftessiotneis AmplISicaaeurs



AKAI de 40 a 180 W






KENWOOD
xy m Y.., ...i .,,.,,


Les Consoles Stereo Morse

Une collection de chefs d


- Le discoiirs de M. Victor Nevers Constant

e A nal


(Suite e la & lerb pare)


6galement dans cette en-
celnte au nom du parle-
ment halt en.
L'Associat on Internatlona
Ie des Parlsmentalres de
Langue Franqal e, en de
pit de sa vocal on de .iea-
vor;ser les in tiati.es de
toate nature pour le rayon
nernent de la langue iran-
galse et de part ciper a tou
te action ayant pour but
'de d6fendre et d'illustrer
la culture frangalse dans
lea pays entitrement ou
partlellement francophones
-, adm:t qu'une elangue
dolt v.vre avec ,on temps
et avec son people sans
compromettre pour autant
1'lritercompr6hensionu.


D'ailleurs, c'est le fonda
teur mniae de; notre Asso-
catlot, le pd0te de la Nt-
gritude Ledpold BSdar SEN
GHOR,. qii- soliligne dans
son passage adress6 a 1'A.I.
P.L.F. & l'odcasfon de son
d-uxifnte anniversaire, que
mrme Cvolue, influence par
la modern tds.

Quant a Monsieur Edgar
FAURE, Prtsident de' 1'As-
semblee Nationals Franqai-
se et President de la Sec-
t'on Frangai-a -e I'A.I PL.F.
c'eft sans harder sa pens'e
qu' 1 declare .


Electrophonic:


I'oeuvre!


. .! ...... -- - "-- .. . .- -


Les different modeles: Capri, Barcelona, Malaga, Lido,


Comprennent chacun:

iN TAPE PLAYER A QUATRE PISTES, UN TOURNE-DISQUE AUTOMATIQUE BIR

bRAND FORMAT, UNE RADIO AM ET FM STEREO MULTIPLEX, UN SYSTEM ,--

QUADRAPHONIQUE, UN ADAPTEUR POUR LES DISQUES DE 45 TOURS.


Cura;ao Trading Company S.A


'Audition : Rue Pavee


aLe mot frengalas d6si-
gne a la Iolo a lte lthigue et
une natlonallte, mais 11
pourra t en Stre difffr:m-
ment et nous ne preten-
dons, nou: Frangais, a au-
cun clolsonnement ni ore-
me a aucun pouvoir tegula
teur sur cettl langu.. Nonr
seulement no'wr eiiotr ne
inspiree d aucIr imper alls
me nat'ona males nous a-
vons meme r'nr-te toute i-
dee d'smper.allme lingui 11
que... Nous avonrs carte de
la. jangue franqaise tout es
prit d'antagonisme et a tra
vers la langue frangaise
nous nous sommes attaches
a tout un syst&me de va-
leurs que d'autres langues
peuvent repr&Center... Nous'
some tries heureux d'a-
voir parmi nous des franco
phones appartnant C des
pays ofa le franra e nest
pas courgamment .parlI et
miime, a la lim'te, nous
pouvoris pntre 'qu'll est pos
sible d'etre francoponr.en
tout -en fhe pirtlquant pas
le frangais, si 1on 6prouve
pour cette langue et pour
les valeurs qi'elle symbol
se un attacheiment,.

Ces propos d Edgar FAU-
RE tout en exaltant d'une
man &re tre; dlegante sla
langue franchise font pensei
a 1'avenir de plus en plu,
grandissant qui attend la
Francophonie dans les rap-
ports internal onaux.
Au fond, la vraie thchi
de notre Association e t
avant tout, d'untr les horn
mes entr'eux. En font fo
toutes ces reunions tant sp
c ales que gnpirales qui s
t cnnent un peu partout e
Europe, en Am crique et ;u
le Continent Africain ct qi
comportment une s'gn f ca
tion de grande portee ur 1
plan du r enforcement lt d
I'elargiss'ment de la coo:
ration entire les pcupl(
francophones.

Quoi done plus nob:
que ce souci c'tabl:r u
point vra mnnt sol didede ra
proch ment touiours plu;
tense centre le.- Pays Frani
phones et qu'l permettrait
ces derni(rs de ch'm ner
semble dans une atmosph
re de fructuevre coopera
t'on vero la m se en oeuv
d'un nouveau systnme a
dimensions incomparable
un system authentique-
ment human repondant a
ldgitmes aspirations des
gions francophones dans 1
doma'nes de la science.
la technologies, de la cul
re. de la promotion social
etc etc., tout en respects
les principles rc nnus de
galti. de la scuvframnete
de la non-ingdrence da
les affairs intdrieures
voisin).
On rfpete assez souvi
que nous vivons 1'lre de


!


-n











.
i.

U






,a
- e
Iu
n
)0
u
-

a
5:
ii
1r-
?s


I


cooperation. Cc fa t est in- Ch
d6n.able. Beaucoup de peu-
ple3 se reunisshnt en con vo
gres pout exposor leur theo nro
re sur c-. sujet Et, en depit -y.
de certaines d.vergencis Oa du
pin on qui sarg'ssent partois 'e1
au course de I-urs rencon ag
tres, Us admeltint pr.sque
tlouirs, quEtr c.poioplat on m
cortrc pond rnervecileute -
m.:rt b en a .'oiiil'on a
telle d. I umFnir.L.e.

Pu;sqii"] en est ainsi. pour
quoi i'A.I P.L F. da:.s 'on
programme de recherche
constant et d'action pous5.i 1
ve, n'dpouserait-elle pa i
certain contours de la vie Si
de chaque peupla de 1'Uni- L
vers francophone. Sous une m
tell impuls'on, 'ent'nte
dev'endrait pa"faite tant sur v
le plan nation- A que sur le 1
plan international. ti
Ma's tout ceui est une au .
tre hlstoire, pense-t-on dans d
1'audito're, et revenons plu
tot a notre point de depart,
c'est-C-dire a la vocation de
la Langue Franga se. Vous c
avez parfattemi'nt raison, V
mes cheers ainis, et je ferme n
catte parenth6se avec d'au -
tant plus d'empressemert
que je n'apprends r en de
E nouveau fci i des profes -
a seurs chlvronnfs, des litte-
r rateurs r6putes, ds diplo -
s mates de carr'tre, des jour-
a nalistes et ecr'va'ns qu, se
- sont ddej prononces avec
une luc'dite bhors pa r sur
e la qu'stidon

- Excellenc's.-
i Mesdames, Messieurs,

e Nous sommes aujourd'hui
n a un carrefour ou se rencon
.r trant d emnent sa prison -
il nal tds qui ont rendu de no
Stables services c. la Culture
le et se sont siinale s, pour
[e la plupart, par des o uvras
6 marqLiantes appelcs a Cfalre
es comprendre .ux jeunessEs
hait ennes ls consdqu nces
globales des comportements
le nd;'iduels.
min C'est a ces authent ques
ap repras' ntants de la vie poli
in tique et cultuirelle d'Ha ti
Co que. danu quolques minutes,
a je vats avo r a'honncur et
en le play's r d remettre Is di
a_ plomes, ins gne. et dfcora-
- toons de l'Ordre de I1 Fran
re cophonie et du D alogue des
ux Cultures eLa PI'.ade>) qui
es 1 ur ont fte dec.rnes par le
_ Secrdtariat GOndral de a 'As
ux soc'at'on Internationale des
r6 Parlementa'res de Langue
les Franga'se.
die Mais. avant toute chosc,
tu il ast hautemrnt dfs.rable
Ie, que je prdeise ron seule -
ont meant pour lea c nOurcux deca
l' rdes mais pour 1'ass stance
at entt6re ce qi'-st Ordre
3, c <.


.AYvnA!1 A MERICAN S'UC-fll

CA -PA?Y S. A.
SUCRE MI ItAFFINF I'l'l'.Ai I ',

S Pau ^ vac et U 71- 17SCO 0

SOCIETY ANI)NYX:X ilAITIiN:

t) Port- au-Prince 1u I

- SO t7CiO O 3^ ^3S^C a


ROUTE DE DELMAS


vous avez Ie choix

4E MI


Sales de Vente : Rue Pavee Salle d

et Da aS (a Int e M Art )


,~j~nx~--- _L--x---ii LI^YIL--~L_IY;~-YI ~1I---_I~ ~1~-1-- _11 ---I~~-I~II_ Id~lJ~I~*B~I~Lli~l_*~9


..


er Ami, l ,
J al beaucoup d(i phls r a
us souha.ter la benve -
LE. Que voIrn rri'our I Jt-r
Y SO'tL en nme. 'lenip pi o
ctif 1n ce qul conctrne I't.
dances du Bur[siu ct trees
reable- r out :gardus
Cro.1ez, Cner '\mi. en mis
e.11 1e.i j st.nim c-nii.a

Frnnck IREAUT
B 111i de .leraey

X v X

LhluspilLit.. et ia prti -
ie:e un ihawt d.-gie a Jeri
y chez les iirnbI bre-a d- la]
section Jersa se dei'A.I.P.
,F.- Temo n cette char -
sante invitation :
Vous serez 1'lnv:te chez
[r. P. M. DE VEULLE
e 4 Mars, apris la rfcep -
on offerte par Monsieur
e Consul de France et Ma
ame M chel Moreux.

xxx

C'est done dans ce petit
coin de terre qu f.t dre a
Victor HUGO : (Ce que J'ai
me dans Jersey, je va -s vous
le dire, j'en alme tout : 1c
pays eat beau, le pcuple esl
bon, 1'h'sto re est fierei,, e
dans une ambiance das plu
agrdables souverainrment d(
m nee par la Beaute, la
Pa x et la Fler'e que vos r,-
pectables et sympathiqu
nom3; (qu' br llont desor
makes en lettres d or dans lo
archives de 'A I.P.I..F i on
et6c tes pour la prem.or
flos.
Portdes ensulte a 1'ordr
du jour de la Hu t cme A,
sembee OGenerale de I'A.
P.L.F. t nue a Paris du 8 a
14 Juillet deco'es, vos can(
datures respect es, april
examen, ont elt favorable
cnt sacueilli.-y par un i
te unan me. Et cet c e vo
unan'me qu, tout en reja
liissant sur le Pays tout
t c-r, faith de vol's ce soir 1
art sans et temo.ns de
Pr(mere So rac- Cult-.rel
du Parlement Ilitt.en.
Excellence M1onsieair
Pres dent A V'e de la R
bl'qu-,
Mesdamea. M.s. rfiurs.
Pour ne pa, ct(rn s--r 1
debars jc vouJ -Ja:s b'en
tri un term' inon discou
Mats les c rconstances nc
dr'gent en Franc': et,
surplus, ta Pn-r -Qn t i
me de nO pas pc'ivoir en r
i1r longuemeat.
Dans le cadr-r de l'agri
ble devour qi j'accoun
en ce moment t l mon t
de Prdscdent Ie la Srct
Hatenne de 1'A.IPL
m'est-il vraititnl pop's.
d- demander a Son Excel
ca Mons cur I'Amnbas-ndl
Louis Deb'e It a toils no
mis franqa!s diont js sa
la rdconfortante prase
parmi nous di'absoliren C,
ti-me que j'observe i 1'
drost d, leur menr-pairI
Non. c'est vralinl-n ifrop
pie ef nous avnms tropI
tim" pour cetie FRANCE'
mortellea s:a i' sitl enrre


)*


n' I depiull In rellr li i
rm it on i | l nli'ii i i I..
e t i In l itt .1 ll "It p .
t o1 ll li it,' 1.11 i .1 13
n tllll (I|lle ( I '. I N I ,
tU llolllllu I llt II ll 'I ,, .
It-. Ill 1- I I .t it it .
Ir i A H ..I I ,


Iel t ll .V
Il l l I P Il, hl I : I .


tI t t ii
1t.h mlnh i. 1 .


S il ei" d I ;p. I 1 ,
g., s n aNl i 1,
1 U. l i,' :, a,
E l y 1, Pi. .l '
la n bLe Tan .. I* 1, i '
los concerts qun e,;v,;qu;.ot
tant de choiset P mil r .
1'itre de Triomiphe ou


ve qui itv to p, ?v ;
dest n d e BoIna; i r ot
grands Pala'. u.;r ;
Seine. Ionima n p '.it
re qui rn gna aw C;;, p
Ely. i- Parit i -
line v 11,l dI i ,E
HIUGO a cc mille I 'a'- -'i
de dire : s qui re an
fond de Part' a 1t c i -
SPar d uio rld e .
man O ijoiit' Ad
t CAUX. r', '
3 israI 'l oI it r i', -'.ii-x
S ;a Capilal i t a F!; :
part (il m aii 511 .{ :. -
s PnuIt- oi di :, ,;: ,

s c ron ' -
' na t m i i'

- ac a 'c i i\ - -

S ann vers:1 r ( .
- cent mer t:* d r :;
I l'accun'i1 ::c! p' ,.- :i ,-
u oct a tc 1 obi: :



-o t~ r di.p. ii .r (i -

en i s p r< -."- v <. '. :. -
pe cophoi'p


t1



[*
t,


' .. . I


I


o' *. *


En ait* e,- ". m-, ":

tant ?, .l i ;o T-,



Co t
'gue., 2u'i tol "l p











gsa cit.' plu o
V1" ,ir ? ;T, *-.-t
vlr ,r p- : ".- '

ior nt nl:ri r
S'1r m r 1a r '- i.
tol' (1 i ).!it ';T ',' ;';:

1tr no' i c L '

d.' r 'r ) ,-I
li/a li |t q i
sa ll, t a lli i I.T

(',l lll n ;- *-t ,
dC(ir ni- s I r, I .. -


e ll | ii,-f .


- (1 ii ; ,- c - p- ; - -
(I i ii).iiinl hm 11


?.- : .-


r.- :U "- : .,hp i. ,.


r


Cred dans le cadre de
l'Associat on Internationa -
le des Parlementaires de
Languo Frangaise, cet ordre
privd est dest'cn t recotnai
tre les mer tes (minents des
personal tes qui se sont di:s
t dngues en servant 1'is
idoaux doe cooparat on et d'a
mitid de 1'A.I .P.LF-
cL' ns gne de IA PLEIA -
DE > est une ioulef a sept
branches dma I I!c- de b li
q( i pe nIt. i '). 1'Avcrs IIi
m6daI lon r(p-.sentaln!i un
ros? dcs vets itvic cet (xeI
gue LA PLEi[ADE ORDR0
DE LA FRANCOPHONTE
au rev rs PA PI)'t dd I. uxciI
bourg, ville ic'ns laqueill
a etd crode i 1-.soc-'at nn.
cLsP Brpvet port nt la di
v's- ddu o M-inc aur Lao
pnl, Rdclir S-nghor, pr'-i

i-i- s r i i .- -ii: i ': i I !
r 'i i ll l~ i i )e ,:, l l i; 'i, .'

L.A FLiiADF'

Eii ila i 0 i] I l, i ,,,I
Ill I., -I' R1 ICI


-M1.1 5 al I I. i n l ii [ I l
[ _poI oI-.' c L 1. H ] r c .


i t i Veil e ai' clni al d'ui
dO Ct ,ii e ,-,-Iii' a r -" pr,-li,:,
denr'iuI alIaciOL 5 is culit
a:. siJr c iacc l,:-:li a''l P
ir. urn ic' di l,. e Fdl
c h l tn i i: r ll .:.- .: rli- 'I n r
tu rell,- ,'mt i 0 e l I't- r 1 :in .m
mie. o Hl pti.- ,le aont I
_U p ,- r i c l e e 0 r i '. ,' :e P 2- (
k l l o Ir nt : .. '; ( : l0 1n g ; i i r ]
de lar,:, coL 1 75 000 1
bllnrtls. S. c-p :le- 51 -1H
I er. veriabl.: ':;is de p.aO
et de sbeasle l ui-ir-usP et e
olelllea ae:c 35.0(
homes. fut le t'r, ce la Re
n on Spec ale tilii Buruu
I'A I P.L F- TuiOl e.t ca
me t pilait au coeur rt
'esprit dans c' r petit pa
la nature et le.:s gens. Eco
tpz le langag' de ecs der
nilers. C'est le 'ill de J
sey qui salue notre arr.vE
,a Ia hillet taltant .






L'Inauguration de I'usine d'extraction du v6tiver de la Minoterie


- ; it e ,nto F l tIl-








f. t e* tl-A iltnl d ll



,- ,- ,, i i. i ale doit


S. .,- : -i itmliii Sr ( lcllo ic

5 m htii dur I
- i it m n i' ni-

S iao : liiniic on





. : ra i r ipla anct r
ni r?1pltatlonl
a aril Da nsr






I C hoix

lo nt t
nu ,, pe ; p- ndrant c
k- v ,-. ', mis i anat lal



I lt I otfir
; -:. r du product c


. n ;.i pro-
it mem
CC 1'' :" run par an. r

3- ; il< occupe
tcptmtiderante
S:rrnational


ofi, notre etiquette s'est d6fl
niltivemeint lnipulde.
II Iiportialt, videmment
lp imasoirer dee laI rentabill-
1, do l'ntroprisc ot d'6va-
hiitr leI rentr6es addition-
nillen de doevIsO: qui en dA-
couleraitent.
Mal, 1 itail. surtout im-
poratil do d6filnr unc forme
d asittociation orlginale, un
ioiuveau type do rapports en
trc "u.sine t le paysan pro-
ducteur, do mnlanire a ga-
rantir A ce dernior un d6-
bouch6 sftr i un prix lnt6-
ressant et de lui permettre
de profiltor effectlvement
dirs course du march exte-
r cur.

C'est annsi que le Conseil
d'Adminisiratlou de la Mi-
noterie, avec la collabora-
t on active de 1'ONAAC, a
mis en place un programmed
d extension de a culture du
vetiver dans la region par
l'affermage d'un miliher de
carreaux de terre et conve-
nu de placer une famille
paysanne non propridtaire
sur une superficie d'un hec
tare en accordant a celle-
cl le beneficie xclusif de la
production agricole, la Mino
terie se rdservant le profit
de la transformation indus
trielle.

Cette premiere tape, pen-
dant laquelle une partie de
la mat'ere premiere sera a-
chetee aux Cayes, debouche
ra rapidement sur la mi.e
en culture de 3.000 A 4.000
hectares entrainant ainsi
l'auto suffisance de la zo
ne de Montrouis en regard
des besoins de l'usine. Les
repercurs'ons sociales d'une
pareille initiative sont im-
menses : Alors que l'usine


< 1 AF ft I Ill I)E1S FRONTS FORTS VOUS TROU
I It t /
01 ItS l 1I 1.1,.ES RAISES DE SOIREE ET D'APRES
111 iI \F IF IV NS I'POUR FILLETTES ET GARCON
'I ,, A(, A MAINS, JEANS, CHEMISIERS MAIL
I ii I)EN TISSUS DU KYANA, TOUS COLORS
I MNI 11 A FIEI;ItS
rill It 1).1.. IES BONNES AFFAIRES SE FONT A
IA 10N.NI, AI)tE.SSI

VIVIANNE UNISEX STORE
239, BILVD J J DESSALINES





Grand Concert de Noel

OKCIIIESTIRE PIIILIIARMONIQUE STE. TRINITE
DIRECTION : HECTOR LOMINI \
Soliste : Magloire CASIMIR (Altiste)
bAMEDI 10 DECEMBRE 7 H. 30 P. M
Auditorium Ste. Trinity
Oeuvres de : MOZART, HANDEL,
TCHAIKOWSKI, etc...
Entree : Adulte $ 2,00; Enfant $ 1,00

r/.r r*P.r. .,_ ~-ecj-e1.-.r


ne pourra employer qu'un
personnel relativement res-
troint, par centre, la cultu-
re du vetiver urocurera du
travail et un revenue extr6-
mement int6ressarit a des
millllers de families particu-
litrement d6mun'es.
Voilk 1'objet de nos demar,
ches, voilk le mode d'orga-
nisation que nous nous som
mes efforc6s et continuerons
a mettre en place, esptrant
ainsi apporter notre modes
te contribution au succ6s de
la Revolution Economique,
place sous le signe de la
promotion des classes les
plus ddfavoristes.

Monsieur le Kepr6sentant
du President a Vie de la
Republique
Excellence MesAseurs les
Secrdtaires et Sous Secr6tai
re d'Etat
Excellence Monselgneur
l'Archeveque de Port-au-Pce
Messieurs les Autoritis Civl
les et Militaires
Mesdames
Mesdemoiselles
Messieurs,

L'usine que j'ai le grand
honneur et l'immense satis-
faction d'inaugurer aujour-
d'hui a 6t6 construite en
huit mois, sans participa-
tion de assistance itrange
re technique, ou financiere.
Elie est dotie 'd'un equipe-
ment neuf et ultra moder
ne; elle possede vingt alam
b:cs de 900 kilos, est alimen
tie en vapeur par une chau
dire e 350 chevaux et train
tera approximativement 4000
tonnes de racines de vetiver.
Ses achats annuels de ma
tires premieres depasseront
le million de dollars et sa
production d'huile atteindra
environ 200 futs de 450 li-
vres, ce qui represent un
chiffre total de ventes as-


ol-


ci
i-
rie
us
ns e
em
Mi t


DE HOMESTEAD
(FLORIDE) (AFP)
Les Etats Unis n'accep-
teront d'ouvr.r des negoc.a-
tlons < a un haut niveaus
avec Cuba que si les trou-
pes cuba nes se retrtrent pro
gressivement du Continent
Afr.cain.
Telle est la teneur du
message que le President
Jimmy Carter a confie jeu
di L deux membres du con
gres et qu'ils le remettront
au premier Min'stre Cu-
bain Fidel Ca tro lors de
leur sejour .a la Havane.
Les deux membres de la
Chambre des Representants,
M. Frederick Richmond
(Democrate, New York) et
M. Richard No an (Demo-
crate, Minnesota) sont par-
tis jeudi pour un voyage
de c'nq jourz a Cuba.
sommes senses emporter, a
Sdclard M. Nolan avant son
depart, est que nous (les
Etats Un's) sommes dtsi-
reux et pritst entamer pas
i pas des ndgociations offi
cielles t un haut niveau
mais que cola doit inclure
un retrait progressif d'Afri
queo>.


L'Ecole de Commerce Julien CRAAN

AVENUE CHRISTOPHE ET RUE 6

Inaugure a la rentree de Janvier les Cours suivants :

1- STENOGRAPHIE FRANCHISE GREGG, de Jan i Aofit

2- COMPTABILITE AMERICAINE:
a) Cours Intensif (ler et 2e cycle de Janv i Sept)

b) Cours Semi-intensif (ler cycle de Jan a Juil)
(2e cycle d'Aofit A Dicembre ou d'Oct 78 a Fev 79)
3- DACTYLOGRAPHIE BILINGUE (Cours de 3-0-10 mois)

4- SECRETARIAT COMMERCIAL (Frangals)
5- ANGLAIS USUEL ET COMMERCIAL

6- IBM KEY-PUNCH

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS: tous les Jours sauf le samedi el les
\ jours fries a L'ECOLE DE COMMERCE-JULIEN CRAAN, Avenue Chrisiophe et f
Rue 6, de 8:00 do martin a midi et de 2:00 a 6:00 du sotr


noterie d'Hatti, qui, d'une
manibre ou d'une autre, ont
participd A la rdalisation de
cette oeuvre don't Uls peu-
vent i just titre is'Anorgueil
, lir. Leur effort devra se
poursuivre inlassablement.
11 faudra une gestion par-
faite une administration irrd
prochable, un service d'en-
tretien sans faille. L'expd-
rience que nous allons ten-
ter, en sollicitant le con-
cours des responsables lo-
caux et de 1'ensemble de la
population, devra constituer
un module du genre.

Les btnefices qui en resul
resulte seront affects ia un
vaste programme d'implan-
tjtiUo d'unites agro indus
trielles d6centralisees don't
le caractere prioritaire a ete
soulignd tant dans le plan
annuel que quinquennal de
developpement. En effet, il
est indiscutable que seule
une augmentation substan-
tielle de la production agri
cole permeattra e la Nation
de fire face aux problmtes
a'gus poses par la poussne
dimographique, l'ameliora-
tion de la ration alimental
re et l'approvisionnement
des exploitation industriel-
les en matitre premiers. De
mLme, en privilugiant la re
gionalisation, le Gouverne-
ment, parfaitement cons-
cient de ses responsabihtds,
s'est assign come objec-
tif de decongestionner la Ca
pitale, de resorber le chema
ge rural et de riduire le de
sequilibre -entre le develop
pement urban ct rural,

La nouvelle usine ac Motit
rouis est une illustration
frappante des grand-s orien
stations de action gouverne
mental; elle tait parties de
c's realisations au iujet des
quelles Son Excellence. Mon
seur Jean Claude DUVA-
LIEN. President a Vie de la
Repuplique, eut a affirmer,
h l'occasion de Son derner
message a la Chambre Legis
native, qu'elles oiont <.le re-
flet d'un choix irreversible
n faveur d'un mieux etre
,menralise et d'une reparti-
ion plus equitable des
fruits de la cromssances.

Rene ADRIEN
President duii Conseil
d'Administration
Montrouis, le ler dicembre
1977.



Pt-au-Prince, lr fer Decem-
bre 1977.

PROJECT AGRO INDUS-
TRIEL : MINOTERIE -
MONTROUIS

1.- Superficies Arp ntees :
Arpenteur Joseph V. Pierre
....................... ........ 43 c x
Arpenteur Joseh V. P erre
....................... . ..... 48 c x
Arpenteur Lourmet Saget
.............................. 108 cx
Arpenteur Molel Ade
.............................. 186 c x
TOTAL 385 cx

N.B.- Cette superficie de
Trois Cent q u a t r e



Bolivie :
Perspectives
politiques

LA PAZ (AFP)
Le General Hugo Banzer,
en renonqant a se presenter
a la president de la Repu
blique le 9 Ju llet pro-
chain, devrait apparaitre
come 1'arbitre du proces-
sus electoral et de 1'avenir
polit que de la Bolivie, es-
timent les observateurs a
la Paz.
La Bolivie, estiment ces
observateurs apres l'annon-
ce jeudi de la decis on di
General Banzcr, devrait con
server le memo system po
litique en depit d'un chan-
gement a la tite de 1'E-
tat. .ag
Si lon eux une candidate
re off celll, milltaire ou
civil, a la president do
la Republique pourralt at-
t rcr certa.ns secteurs peu
favorables a la poursuite
du mandate de l'actuel
Chef de l'Etas. Ce candl
dat susceptible de rallier
lts suffrages pourrait etre,
indquent 1, le Gineral
Juan Pereda Aehun, actuel-
lemcnt commantarnt des
forces adrlennes oolivien-
tnes, qut pourrait dm's on-
nor de son posted afin de se
presenter.
Le 9 Juillt scront 1ub
le President et le "vice-Prd
s'dent de R'a Rpublquo
ainsl qu'uns A-semblde


const;tuan*e a Chambre un
quo. Les nnaipliibtlesr lc
hommes d'au molns 21 ans
et les femme-. d'au mo ns
24 ans pounront voter, so't


vingt cinq (385) carreaux
de terre se trouve repartle
entire les habitations Pierre
Payen, Bois Neuf, Pdrisse,
Jomar, Camp Marry, Rous
seau respectivement pre-
miere et deuxiime section
rurale de Saint Marc.
2.- Rdpartition de cette
Superficle entire les Familles
Rurales relevant de ces dif-
fdrentes habitations :

Habitationis Bois Neuf
........................108 fam illes
Habltatoin Camp Marry
........................ 174 families
Habitation Pdrisse
...................... 73 fam ilies
Rousseau
....................... 16 fam illes
Habitation Pierre Payen
.............. ........ 7 fam illes
Habitation Quatier de Mont
rouis ............ 7 families
TOTAL 385 families
N.B.- Ces trois cent qua
tre vingt cinq (385) famil-
ies bineficient nominaie-
ment d'un contract de part
cipation pour un carreau
accord par la Minoterie
d'Haiti, la suite d'une en
quote socio dconomique
mente conjointement par
'ONAAC et la section de
recherche du service juridi-
que du dit organism.

3.Des declarations d'affer
mage sont faites en 1'6tude
d'un Notaire en la residen-
ce de St Marc pour 900 car
reaux de terre.

4.- Apres cette inaugura
tion, les activists des servi-


Radio Haiti Inter
present
,,TREEMONISHA.

(Suite de la ltre page)

amine dans ses bagages .
iTREEMONISHA), un op6ra.
Scott JopLin naquit, croit-
on, en 1868 dans le Texar-
kana au Texas. Ne de pa-
rents ex-esclaves, musicians,
les talents du jeune Scott
sont cultiv s au maximum.
Plus tard, les saloons se
le disputeront tant au Te-
xas qu'en Louisianne et
dans la Vall6e du Missipp.
En 1893, la fire de Chica-
go sera honoree de sa visit
et applaudira ie~ composi-.,
lions L ,e f...is la foire fr'"
m6e, il gagnera Sedalia
dans le Missouri oil en 1899,
il compose iiThe Ragtime
Dance) qui est un premier
pas vers 1'opera. En 1903,
i( Un Invit6 d'Honneur )
(Guest of Honor-ragtime o-
pera) e&At cred par le Scott
Joplin's Ragtime Opera
Company at St. Louis.
En 1907, a New York, il
joue pieds et mains pour
faire presenter et enregis-
trer eTREEMONISHA). Mais
cette incursion audacieuse
dans un domaine purement
occidental demeure un ope-
ra negre, tant par le sujet
que par les elans rythimi-
ques de la musique, alors
inconnus des compositeurs
blancs, m eme si parallele
ment on note des arias di-
gnes de 1'ecole Italienne.
Apres la mort, le premier
Avril 1917, du Roi du Rag,
1'oeuvre qu'il affectionnait
le plus, sTREEMONISHA)
demeurera inconnue jus-
qu'en 1972 oi, A Atlanta,
1'orchestre symphonique de
la ville la reSsuscitera.
Radio Haiti Inter, est fie
re de vous presenter (TREE
MONISHA)) de Scott Joplin,
dimanche soir it 9 h. ac-
compagni d'un commentai
re en creole de Richard
Brisson. .1 1


ces comp6tents se poursul
vront en vue d'attelndre mil
le (1.000. carreaux de terre
et mille (1 000 families ru-
rales, ce qui permettra a la
Minoterie d'Halti d'apporter
dans sa sphere d'action sa
modest cont Ibution i la
politique de rel6vement deh
commuAaut6s de l'arribre
pays engages par le Oouver
nement de la continuit.,

RenA ADRIEN
President du Conseil
d'Administration


LE CINouYELLIM'

QUOTIDSIE OND3 -W1UN
-0-

PROPRIETAIRRS: PIRRRE CUAUVWI

ST MAX L. CAUVI
DIRWEMUR :LUVIEN MONTAS

ADMIMfSTRATEM i ms. M AliCAUTE?


La saison des Fetes de fin


i d'annee s'ouvre avec le




petillement du Champagne





<< VEUVE CLICQUOT >>




Commencez aqreablement votre soiree



le vendredi 2 au BELVEDERE



le samedi 3 CHEZ GERARD



le dimanche 4 a LA LANTERNE




o6i le champagne VEUVE CLIQUOT vous sera offert



gracieusement a l'apdritif.


'*~f'B~~oo^ea~oa^A~>a"^wa^^o^

Un climaliseur Friednch consomme de
36 A 57% en moins d'olectriciti
que n'importe quel autre climatiseur





Sada Debrosse Co.

23, ave. Charles Summer
P.O. Box 2052 Port-au-Prince
Tol 2-5157


a prochant 2 millions de di
A VOTRE SERVICE 15 HEURES PAR JOUR lars.

PHARMACIE Qu'il me soit permis, i
au nom du Conseil d'Admr
NOTRE DAME DE LOURDES n'strat'on de la Minoter
4%5 BLVD. JEAN-JACQUES DESSALINES d'Haiti, de remercier to
ta ceux. ingenieurs, technicie
DE 7 FIRES DU MATIN A 10 HRES. DU SOIR contre-maitre,ouvriers, m
NOTRE DEVISE : bres du personnel de la I
vor-S SERVIR SANS VOUS ASSERVIRD

Voyez nos prix et
Voyez fOS prux e Le retrait des
faites en ia difference cubains de
o oo l'Afrique,

ooo sa conditions de
negotiations
Nouveau! Nouveau americaines
A VIVIANNE UNISEX STORE unis avec Cuba
Al ') il I.VI) .1 J DESSALINES ENTIRE RUE DES 8 l ak B EMIITTAIRmE


Mf 1****. .^ -wi I Ifi




Economisez





36% d'6lectricite




avec les climatiseurs


Friedrich


. .._


-,,~ ,,,,lt~iu~-~-~A;~iiTs-r~rr~~- ~'~-"'~ -`V/r


.....;I.. I --


i








SPECIAL NOEL


ia HAITI COLOR LAB,


II('evez apr s chaque developpement

(% impression de votre film couleur

un billet de participation au tirage

du 22 Dcembre.
lo) Prix
Camera 3s iam. a lentilles

^HAT1l r interchanieables avec Flash
if f^n automatique valear $ 300.00


20) PrAx a
rn~2 %mm ~ avcFash


s6asues .1 2 11**11 a ---.
---,L t valeur $ 200.00

30) Prix
Pocket instamatic valeur $ 50.00


HAITI COLOR LAB

lo Laboratoire Photo-couleur en Haiti
157, RUE DU CENTRE Tel.: 2-0945
AUTANT DE DEVELOPPE MENTS, AUTANT DE CHANCES
VOUS AUREZ DE GAGNER CES FABULEUX CADEAUX.


Service de la D'vision de la
Preparation Profess onnelle
d'tendre son rayon d'action
et de contribuer plus large
meant a education de nos
masses laborieuwes.
Pour permettre aux Moni
teurs et Mon'trices qui en-
seignent dans nos Centres
d'Education Ouvriere, de par
fire leurs connaissances et
de pouvoir mieux remplir
leur tiche v's a vis de leur
clientele scolaire, il 6td6
organize au course de cette
annie deux Seminaires de
R6cyclage qui se sont d6rou
1is en f vrier 1977 et en sep
tembre de la mime ann6e
du 12 au 24 dp ce mo's.
Ces deux Recyclages ont
eu le plus grand succis et


Wsel.. end SALE


Saux 7 Narlue


Supermarkets


"Special Special durant tout le mois de Dec."


Grande vente au rabais

aux trois Lalue Super Market

AVENUE JOHN BROWN, DELMAS ET DIQUINI


Poulets
Oeufs
Bacon imported
Jambon en Ferblanc de 10 lbs
Pur jus Raisins
Vinaigre imported demi litre
Petits Pois 16 ozs.
Mais en Grains 16 ozs.
Huile Soya imported
Towels (Essuie mains)
Cleanser 14 ozs.
Eau Javel (Chlorox) 32 ozs
Diternent 84 ozs
Detergent 49 ozs
Cafe Tacha
Poudre Roger et Gallet


Ancien Prix
85 c
1.30
2.29
24.00
1.19
75 c
75 c
75 c
8.00
1.19

55 c
80 c


2.99
1.70


Spray Roger et Gallet (Eau de Toilette Jasmin


Prix Choc
79 c la lb
99 c Douz
1.69 la Ib
18.99
99 c I I tre
49 c
59 c -- 3 pr 1.70
59 c -- pr 1.70
6.99 le gallon
99 c ;e RI
2 pour 89 e
69
2.99
1.99 Prix eboc
99 e
2.80 Plas I feote Gratis

2.80 Plus I Gratis


Et plus d'une centaine d'articles amu Prix vralment Chocs I I
,SPECIAL)) Fin d'ANNEE durnut tW ule .aois de DEcembre (Jusiean 31)


izuite de la 1re page) ont donnd lieu h d'inttres-
santes communications sur t
don't le nombre des mem- des sujets d.vers se rappor -
bres a ete augmented de nou tane aux course qu'lls dis -
veaux Monlteurs et Monitrl pensent elt a d'autres disc'pll
ces beneflclant chacuu d u- nes d'une incontestable Ustill
ne augmentation de ialaire te dans l'exerc:ce de leur ta
de l'ordre de 100 pour cent. phe..
D'autre part, les efforts
En ce moment, le. recrute du Service competent de la
ment des Olaves pour les Divis'on gdntrale du Travail
CSntres, d'Education Ouvrie- dans le sens de la Forma -
re, s'effEctue dans les entire .tion Professionnelle des Jeu
prises mnme o Ie contact nes Filles de la clasae pau-
Scet effectt avc, patrons t vre, se, sont ,solds par la
ouvriers est dtabl .par le Di- cratlton d',un autre Centre
recteur du Service et es 'Ins d'Arts Mdnagers la -Cit
pectsurs. I1. taut .sginaler $imone 0. Duvalser A part le
que ceux-ci, au cous ide leur Centre Social de J. B. B. Da -
d6mafdhe, ont rencoir6 la Mlier A :a Rue Montalais et
comprehension, de curtains celui de Iraniois Duvaler,
patrons qui 'rl'ont point he- h Bolosse. La dernster en date
site en Ia circonstanoe a r6unt :enviion 209. :Atnd-an -
leur fourtir ;un concours ef tes a qui sont enseignees la
f'cace:. Ii faut encore ioter Couture, la Broderie, la Cui
l'ouverture de nouveaux Ccn sine. D'autre part, verra
treq tant A la Capitale qu'en bientOt le jour, toujours
province, ce Qui permit au .


f


da
de
I'I
Ci
la
sl
pI
v


d
es
d
n
g
s:
p
d
t
V




f


Le service d'iducation ouvriere


ans le cadre, de l'Educa -
n Ouvritre, ,.'u programme
e plan'Leation famillale, a
Intention des ouvrlers de la
apltale, en attendant wue
a province puisse, elle aus
. en b&n6lic'er. C'est un
roiet Affaires S3Qales -- Di
sion d'Hyglne Famillaie.
Un autre inlLiative au Ser
icc d Educar on Ouvriere
'une inconte.:table utiite
st LA VOIX DU TRAVAIL
ont les emissions quotid.en
es s'adreseent au public en
6neral, au patronat et au
alarat en partlculier. Un
'rogramnme splcal at les
dispositions du Code du Tra
a'l sont largement cornm,
nenti. sous la forme de 1p3
ites scLnes: de $hatre oft
leux personnages s'ntre-
,lennent, I'un posant des
questions sir telle iiEposi-
ion de ce Code, I'autre lui
fourn'ssant la r6ponse, tout
cela en langue vernaculaire,
dlffusd dans plusieurs pos-
tes de rad'o dp la Capitale.
Nous appricierons beaucoup
que d'autres stations vaen-
nent augmenter le nombre
de cells qui nnus apportent
leur prdcieux concours, par
leur contribution a l'educa
t'on de nos oivriers 'a l're
du Jeanclaud'sme renova-
teur qui fait appel a ''aide
de tous les sectpurs quali-
fids, pour career le bien 6tre
social et le r6gne de la Jus
t'ce Sociale au sein Ide no
tre Communautd.


INSTITUTE DE
DEVELOPPEMENT
AGRICOLE ET
INDUSTRIAL

AVIS
I1 est port a la connais
sance des int6ress6s qu
I'INSTITUT DE DEVELOP
PEMENT AGRICOLE ET IN
DUSTRIEL (IDAI) organis
un concourse le vendredi
Decembre 1977 a 4 heure
p m a son Bureau Centra
sis a L'angle des Rues Am
ricaines et des Miracles, ea
vue du recrutement d'un
Dactylographe pour son Ce'
tre de Leogane
Participeront a ce con
course les six (6) premiere
candidates qui se seroni
pr6alablement inscrites ju
qu'au 8 Decembre 1977
Les postulantes devron
remplir les conditions su
vantes et soumettre, outr
une photo d'identite, les d
cuments y affirents :
lo) Etre agie de 18 ai
au moins et de 35 ans
plus;
20) Avoir obtenu son B
vet superieur ou parcour
le cycle d'etudes classic
ques jusqu'a la Seconde;
3o) Detenir un diplos
de Dactylographie;
4o) Etre de bonnes vie
moeurs
Les inscriptions seront
cues au Service du Perso'
nel de 1'IDAI a Port-au
Prince, tous les jours ouv
bles de 8 heures 30 a m
12 heures p m
Port-au-Prince, le 29 No
vembre 1977
INSTITUTE DE DEVELOP.
MENT AGRICOLE ET IN


L'Acaddmie des d
Sciences Humalnes 1
inau8ure ses
t me : aLe Test de Roscharch s
et la Mentaliti Africaineas.
Les considerations ont por
ti non seulement sur la cul
ture .africaine proprement
dite mats sur toutes celles
participant de. pres ou de
loin de cette matrice cultu
relle. Le Dr. Douyon est
profekseur de PsydholQgie a
la Faculty d'Ethnologie et
au CRESHS.
Le frere Raphael Berrou
a emu 1'assistance en dive
loppant le theme: La Lit
terature Haitienne, cette in
connue.s De chaudes ova-
tions avaient marque la fin
de son expose.
Pour clbturer la soiree,
le Dr. Romain pr6senta an
public le dernier num6ro
de la Revue de la Facult6
d'Ethnologie et du CRESH
qui comporte des etudes imi
portantes realis6es par des
chercheurs comme le R. P.
Mathelier, le Dr. Ernst Ri
COL etc.
Cette seance d'ouverture
des travaux anntuels de 1'A
cadinmie a connu un grand
silcces.

Magnifique
presentation de
mode Yolande
(suite de la li. page)
pour la plupa-t couples en
blais afn que le corps de la
femme soit mis en valeur.
Formule org.nale cette
pre entation de mode se de
role en quatre temps avec
de nouveaux modules a cha
que defile. En effet la col-
lecton Yolande Montas ne
se distingue pas seulement
par la qualite, mais aussi
par la quantity car c'est au
total 150 nouvelles cream -
t;ons qu'il vou, sira permis
d'admirer.
Les prochainen present -
teons auront lieu au Bistrot
les trois prochains samedi
3, 10 et 17 decen'bre. IL nest
done pas trop tard mesda-
mes pour venir admirer ces
magnif.ques models qui
font honneur a la mode hal
tienne. Quand vous, mes-
ter a ce xfash on shown, car
cette annee Yolande Montan
habille la femme pour le
plaisir de I'homme.

AVIS
L'Administration Genera-
le des Contributions s'em-
presse d'aviser le public en
giniral, le s Proprietaires
ou locataires de maisons et
les Chefs d'Entreprises, en
particulier que des Brigades
composes d'Inspecteurs des
Contributions et de repr6-
sentants de 1'Administra-
tion Communale sont d6le-
guees dans les differences
zones de la Capitale pound
effectuer le relevi des mai
sons.
Au course de ce travail
Sls Immeubles en location
et ceux qui ont subi certai-
nes transformations (amilic
Srations oun agrandissements)
seront examines ainsi que
les nouvelles constructions
Ces brigades sont gale-
ment charges de faire 14
releve et le contr61e de:
Etablissements Industriels
SCommerciaux et Professloi
nelr. dee mmee que le con
role du paiement du Drol
d'AlignCment. de la Tax
b de Malerlaux sur la Vol
Publique et de I'Etalonnagei
I1 est demand, en consi
quenre, aux Int/reases de fa
cuilter lai tche de ces
Agents el de leur fournhi
Stout la collaboration ni-
cessaire a la pleine riussite
de cetee operation
Port-au-Prince, le er D.
S cmbre 1977
* Odonel FSNESTDR..t -


(eulte de la i rt page)

nlr le mercredl 30 Novem-
bre t 7 heure- p.m. a la
Salle de Conltrence du Res
taurant L Les Cedres du Li-
ban, oin ls alinables hdtea
M S'mon Bichara et Mada
me, Membre dc 1'Unifed. s-!
sont depenses pour leur
rendre la so'iee agreable
et recevoir avec elle:., le
Dr HermIle Plailr, une hai
tenne de grand talent qul
m'llte en terre 6trangire et
qul, A Ton court passage
a gratifl l'Unifed d'un Ex
post .en relief a la Promo-
t'on fdmin'ne. Les civilitis
de la Prse-ntation ont tW
faites par le Deputi du Bor
gne, Sous-Secretaire d'Etat
aux Affaires Sociales, la
Coordonatrl.ce de l'Unifed,
Mme. L'se Anne Prosper
HIrard, qui par des mots
de bienvenue, brossa les ri
ches qualitds de Culture ex
ceptionnelle, de Savoir-Fai-
re de la Confirencitre.
Dr Hermite Plaisir, dans
son riche Expose devait ita
blir une comparison vivan
te de la femmen Amiricaine
entire la femme haitienne
groupies autour de multi-
- pies petites tables d e s
fleuries et garnies Eouhafi'
S la Conf6renciere a Iet vive
ment applaudie. Ce public
choisi dtait comupos6 de deux
importantes dl igat'ons du
Club des Femmes de Carrii
res Libirales et Commercit
les et de 1'Union Haitiennh
des Femmes pour le Dive.
loppement que second dan
son act on emancipatrice
des masses haitiennes, de
homes liberes dynamique
et entendlnt rompre ave
les traditions canservatrice
e .sous l'imbulsion d'un Jea
claud.isme civilisateur et
Sbrateur. Le PrLident a V:
e de la Ripubl'que, Jean
9 Claude Duvalier suivant
s 1'exemple de Son pere. I
l Mustafa Kemal de la fe:
t me haitienne favorite pt
tn ous les moyen. en son Pc
ke vnir 1' mantic nation di


Samedi 3 Decembre


2eme Defili de Mode

COLLECTION YOLANDE MONTHS

SAISON 77 78

AU



BISTROT


35 nouveaux models presentes Par

Lissa, Marie Jose, Jocelyne Flavia,

Flore et Nancy.


Reservations : 2-1809


DUSTRIEL -





SEULEM N




S$10.00 et $12.00





Ce sont les Prix d'une


Chambre pour


2 Personnes "a



OUANGA BAY


Petit d6jeunef complete: $ 2.00 per porsonne

SDjeuner complete ; 4.00 ar personae
m mww: c $ 4.00 oair persOnfne


- -NOUVEALLES

DE 'UNIFED-


L


n



at
Is


j-
re
to

au

re
ru

ne

et
re
n-
ra
a-



PE
[ -


femm(s e Si 'i 'li/ (u'll
consldtlrc .ulinI le vwisu i-
ia Constitution ihii imi,
comme etnnt de(s Inirnii
nes A pnarti n'ir. r lia.sal
la t nv c tin ti-vol 11i 1 i : rW
un d(-sinUtern s'lm iil ,i :
blas dan. ul. ,i ',
de l"iactlv.[r n't.uii.otl-
Developpmnitr d I,. C:.
munaute
Pour t.rmin r cr Doli r
DiWbe, lu.. s jifri rr- LI
l'Assoe'atlon des Feamnvs
de Carr!tres Liberale e ct
Commerciales Mme. Frannoi
se Forest et de I'Union Hal-
taenne des Femmes pour Ie
D6veloppement Mine L-
Anne Prosper H6rard ont
prisenti leurs plus vfs rce
merclements au Prof's cIur
de Civilisation du MondSe
Caraibden a I'Unlversite de
Rochester le D.,rrn.ir Dr
Hermit" Plaisir pour avo.r
a'mablemcnt repondu a
leur attente et Slur avor
permits d'elever les ddbaSq
ftminns a c' point. i'-\
qui determinera leI femmrs
haitlennes a .1 ongager chl-
que jour davantage t oIi
l'action positive It tang;-
ble a& la favour d -l 'Unlon
qui fait la Force, la in
veur des Mass,., Ruralo- dc
notre Cher Pats qui v:iv-,.
encore danrs loe rondioni
infra-humalnes dii Soi,-D
2 veloppement mental o !, nji
Striel. L- Jeaniiclaudii in ,
fait fort de cottpo ioni
Sd'un Auteur ContePmir
6 Le Degre de Civli-.u,,it)
a d'un Pays so m csutlre i,
e gr6 de C:vil'sat'on d
- citoyens et de ne, citoyea-

s
es
Lc
, GRIPPINON
in
iei DIT NON
-
h A LA
le
ar GRIPPE
)U


---------------Yll~rC~Y~L-~)~JC~I~W 1~LI~-~~.~~~ -I~LPI~Lq


1








f(tl ti dt in l0re page)


irwmat4iTrV d'abandonner le
toTwni ?

ralnilllito : Jeo n diN
p ri quit Jr utl. vIlcux. J.'
tnrrts joittler jisqun'iu 34, 35
ann ,Ma, iit y i un problit
tPe Cn Ilalt : on ir pcut
1pt4. Jour J' iql'trti 356 a ns,
("(I title queStion de cli-
nmat. Fl d'autre part plua
,an vhtillit, plus on a def-
o 'tl i tie satrifices it fail-
t- pmir rester eni hfone. Oni
tAptne n expi'rlence, mais
no pIrd T reflexes. Je suis
Shitr id'alita:ulounter parce
turi j r rain'- dI'tre un jour
'our In mrformne.

L- L Nouvelliste : Tu lais
Sle fouo-bhl a lil moment
on tu sembles au mieux de
Sfnore.

Francillon : C'est mieux
atr i I uieiouvenir que je
p1 iurra lai: set ne 'ira que
plus grand.

Le Nouvellistc : Duns
t '-w i a carrii're, n'as-tu
olrrup qu'un seul post ?

Fra-cillm : Au debut,
J. j.ol com'nnime attaquant
il n, tid, tqulipts de quar-
lier N11.a le posted que j'ai
il irs a, .in a ete celui
i, tgardien de but.

I.e Nouvelliste : Peux-
li retracer pour noun, en
ir 1ra cairriere de gardieln
cli but (di| )uS l ecole jui-
qc i tnos jour- ?

Francillon : Je n'ai jo
it'is tia:, part ie dune equi-
i i.ir sauf de la elec
ti jutv-nile qui devait se
rendr' a ]a .Jamaique ean
1,1:; Mai, je jouais des
i haimpionnats de quarliers,
(ie vacances et ceux de la
lieut de Port-au-Prince. Je
I' s"at' par'ie de l'6qu.pe
Mt:tirre Athletic Club et d
1 t) ;.t- deja. je jouais au
po te de gardien de but. Du
rin' let' ,acatnves, je jouaiit
f'Itl P on-Vile da7Sn Jaguar.
.iti ve f ngage au Victory
it, in,-,a apres le part de
la Selection juvenile pour
li Jimaique. J'avais 17 ants.
In an apres, on a fait ap-
p-I ai min dan. la pre-silec
linn :al tinale, j'ai p64 den
xeic g;trdthin apres Michel
lltn i ii en 1965,. j'ai etW le
premier.

Lc Nouivelliste : A 19
niin i Ni I dI,, I Lquipe NaLionale.

I roniillon : Oui. Ell
I');,. .1 ;ii VIV ollig6 d'abaT;

lb. .1 '.i eludie 1'adm inistra
lI[i p irtd.ilemnit/ apre's man di
plii e. .1ii repris service .

I e Notiv llisle : Te rap
pele I' -tt I premier match
1 i. ti :a; joti' en S6lection
'N i/ in le ?I

I rainillon : C'etait un
iillaI, Iltiti Guatemala
(inle iIon- ;Iavits perdu par


-- le Nouvellisle : Depui-
1965, I ivs le giardic n No. I
I, I equipe d Haiti. Com-
nentil ti t'y eCi pris pour tou
jourr re ler en forme et tou
i'Jlir' primer stiur te concur
rniltsh .

Fratncillon : J'ai un
grand delfaut: je n'aime


CONVERSE

pas perdre. Je veux toujours
gagoet. A: l'entrainementoi
je faisals beaououp plus
d'efferts que lets autrs aet
init jo suis ttoujours restl
en forme..

Le Noutelliste : Quels
sentimentsl tu Iprouves main
tenant aperi ta decision de
ne plus jouer ?

Francillon : C'est iates
dur pour moi. Mais je suis
obligek parce que maHite-
nan't, il faut pertser a 1'a-
venir.

Le Nouvellist : Sur le
terrain de jeu, surtout au
debut des grands matches,
tu as toujours' donnr 1'im-
pression de manquer du
sang froid.

Tout le monde le pen
se, mais je crois que non. Le
garden est le ler. respon-
sable de lequiipe, le ler.
e6fenseur et le leer. atta-
quant. Les responsabilites
sont peut 6tre plus gran-
des. Dans un stade rempli,
on est oblige de crier pour
se faire entendre d'un de-
fenseur en mauvaise posi-
tion, tu comprends. Mais
ce n'est pas manquer de
sang froid, ni 6tre trop ner
veux pour ga.
Le Nouvelliste: As-tu
6't0 plus a l'aise sur les bal
les aeriennes que sur les
balls at ras le sol ?

Franc:ilon : Mainte-
nant je peux tout te dire.
Je crois que je ne peux pas
te repondre trop categori-
quement. Ot pent croira-
qu'on est sir sur tel ou tel ty
pe de balles, et avec un
mauvais placement, on en-
caiS'e des buts et des buts.
Les erreurs des autres in-
fluencent parfois les refle-
xes. Ca depe7nd...

Le Nouvellisie: 11 a
t61 remarque que l'une de
te faible'ses a ete les bal
les transversales.

Francillon : Et pour-
tant, c'est ma force. A Mexi
co, il y a eu unt problem.
Les buts que j'ai encaisses
sur ballet transversales
centre le Mexique et le Gua
temala, sont das i moen coi
g6 de 7 mois. Malgr6 que j?
me soil beaucoup entraine
avec 'lquipe, mes reflexes
ont accuse une trop longue
indisponibilit. Je pourrais
meme contrer les 3 autres
buis du Mexilque.

Le Nouvelliste : J& ne
suis pas garden de but, mais
quand m :me, je douta fort...

Francillon : Je pour-
rais. J'ai he-ite au premier
but.
Le Nouvelliste : Quel
effet cela te fait d'encais-
ser un but ?

Avis de
convocation de
I'Association des
Aeronom.es
Haitiens
I1 ist rappel4 aux Ag-.ono
nome-; que la t rc-haine As
s mbI6e P en '-t de 1 As o-
cia' on s' t cnora au cleal
de la Cro'x Rouge C te de
1Expos.t on, le Dimanche
11 Decembre .977 a 9 h 30
A M.
Port-au-Pr nce, le 28 Nov -m
bre 1977.
Ren6 LAROCHE
1-res dicnt


REYNOLDS


HAITIAN


MINES


pionnier de l'industrie
miniere en haiti


plus de 350ans au service

de l'economie haitienne


NATION A BA

Francillon : C'ent ires
dur pour moL Je palse tou
te .la nut a reflehir.
Le Nouvellisle : Tu as
tou;ours eti consider corn
me un tr6s bon garden, el
ce-ela partout oil tu a. joue.
Mats tui as bien des buts.

Francillon: oui, beau
coup de buts...

Le Nouvelliste : SasB-tu
fair le depart entire les
buts ntnevitables et ceux-la
don't tu es directement res
ponsable?

Frafncillon : Le po'te
de gardien de but e-t la
place la .plus ingral: qui
puiise exister au fool-ball.
Op peut passer '89 minute-
a bien jouter t faire une er
rzur humaine d la 90e. mi-
nute. Et alors le publ c
qui applaudissait aupara-
vant, ne pardonne pai. Les
joueurs aussi parfoii no
pardonnent pas.

Le Nouvelliste : Aban-
donnes tu d6finitivemeit
fooi-ball ?

FraTiciiion : Disons plu
tot que je ne joue plus, que
j'abandonne le terrain de
jeu. Je compete commencer
une nouvelle carrier : eel
le d'entraineur.

Le Nouvelliste : As-tu
ete influence dans ta car-
riere par d'autres gardiens
de but ?

Francillon : Oui. J'ai
aimed surtout Yatchine At
l'anglaas Gordon Banks. Du
c6te hatien, j'ai kte influen
ce par Michel Blain.

Le Nouvelliste : Pen-
Scs-tu qu'il y ait de bon,
gardens actuellemenit en
Haiti ?

Francillon : Out Ac-
tuellenment inous uavan Pi-
quanl,. Paul Maxi t1 l.Iuc
Raymond.

Le Nouvelliste : Tu :a
etc choye, adule. etc Quels
Sentimnentt. tu as eprouves
au mali u de /oils ce.' tlon-
neu's, de touteses adula
tions

Francillon : J a i ou-
jours garden la tte liroide,
sinon je ne serais pas 1i oil
je suis aujourd'hui Je nai
jamais e6t satisfait de moi-
meme.

Le Nouvilliste : Tu 1 c-
maintenant ?

Francillon : Je peux di
re que j'ai ete trees haut dan'
le foot-ball. Je sui. gar-
din de lere. classes. Je peux
jouer dan- n imported quelle
equipe.

Ie Nouveliis'e : Com-
ment voit-tu l avenir du
foot-ball en Haiti ?

Francillon : II y a en
viron 8 moisn jelai trees i-i
quet. Maintenant je le euis
mons. L-s jeunes ne font
pas aI-ez de port. Malgrt
1'engouement acluel. Msais
je crois que danrts qu lque.s
annees encore, on reparle-
ra d'Haiii.

Le Nouv lite : As-lu
de a des engagement, comr
me entraineur ?

Francillon : Au ni-
v au dci- clubs? Per onne
ne peut m'engager car tout
le monde s a i t que
entire le V ic t o-
ry ct mol. il y a beaucoup
de settlim nts. Maintenanti
je fais parties de la Comnmi"
-ion Techniqur.

Le Nouvwlli'te : Que
fais-tu dan.' la vie. outre
le foot-ball ?

Francillon : J'ai ctudi
l'admiTilslration. Jc vait otu
vrir une Agence di voyage
au debut du moist de dtcem
bre.

Le Nouvellist< : Tu as
fait un peu de politique
dans le lemps ?

Francillon : Oh Out

Le Nouvli'te : Candi
dat a la deputatlon, il y a
6 ans ?

Francillon : Candtidat
malhcureux.

Le Nouvellcte: Comip
le-tu t nouveau le presen-
ter en 1978 ?

Frane,l1l,'-r' I nr o al
pas.


Le Noinscli~e :T'inlere%
Fes-tii n apolilique int4'nit
tionmle?
Fraftcillcu .Out. km.


TONS ROMPUS AVEC HENRI FRANCIL.ON

coup. Je lis 'Exprsi, Pa- plus prles de nou,; J=an- Francillon :'TI 1 ora 1 Le NLoaU4,i1o0, FIa,
ris-Match, Historia, Le Noa Joseph, Mario Leandre, Tom une orte... de seatiuent ade. nOig 1i..t ,b.
v:1 Observateur. Je I luus Pouce. U y a tant d aumres culpabnit. dea
les journaux et revues hai
tiens. Le Nouvelliste : Test- -'Le *Nou*rlIt: ; QuI
il souvent arrive d'encaiseer n-ut done influence.r (ont .. .


des buts que tu podrrais e-
vi:r ?

Francillon: Oul sou-
vent.

Le Nouvelliste : Et qu'6
prouves-iu alors ?


la suite flu math ?


Francllon : Non, je
me reprends trees vote et.
m'evertue d reparer dans
la mnesure de mes .posshbl-
lithes.


WWR at 3u at tenu a
saher. le publicc avant de
'me reltrer. Ce public qui
m'a appliudi pendant 14
ouns, quli 'm'a toujours faith
conflance et quo, J'evpjre.
je V'ai pea q souvenI dreu
En ce qul a trait au pro-
gnmme 'tu le,.connais de-


VOUS APPRENDREZ LES. METHODS

DE TRAVAIL LES PLUS IATIONNELLES

GRACE A LA INTERNATIONAL

MRPR PO1DENCE SCHOOLS

SINCE 18)0 -- 237 CAREERS
IL vOUS SUFFIT Di)'UNE IHEURE PAR JOUR POUR VOIR
S'OUVIRIR I)EVANT VOUS UNE NOUVELLE CARRIERE.-
VOUS ETABLISSEZ VOUS-MEME VOTRE EMPLOI DU
TIEMPIS SUIVANT VOS ACTIVITIES. LES PAIEMENTS PEU
VENT E'ITR ECICELONNES PENDANT TOUTE LA DUREE
DE, 3OS ETUDES.

PRENEZ CONNAISSANCE DES MATIERES ENSEIGNEES DANS


LE COURS DE :


TRANSACTIONS AND TIEIRR EI'FCT ON FINANCIAL !RE1!PORTING BOOK 1
RECORDING TRANSACTIONS BOOK 2
PERIODIC AD).t'STMENTS BOOK 3:
T1111 WORK .SHE'ET BOOK 4
ACCOUNTS AND PROCEDURES FOR A MERCHADII
SING BUSINESS BOOK 5
SPECIAL JOURNALS BOOK 6


AC'COUNTING;

ACCOUlNTI'NG

AC'COUINTlING

ACC(OUINTING


FOR CASH HOOK 7
FOR TEMPORAllY INVESTMENTS BOOK .8
FOR TANGIBLE FIXEI) AND DEPRECIATION BOOK 9
FOR CURRENT LIABILITIES BOOK 10,
FOR PARTNERSHIPS BOO 11
FOR CORPORATIONS HOOK 12


A COMPREHENSIVE REV"IW OF 1THl: ACCOUNTING CYCLE FOR A MERIICANDISING FIRM OPERATING
AS A CORPORATE ENTITY. BOOK 13 i)IPLOMATICS IUSA
TOUS LES LEVRS NECESSAIRES SONT DEJA EN STOCK Mr Bernard Thabuteau


AUl BUREAU DE NOTRE REPRESENTANT EN HAITI

M BIERNRI) TIIABITI'1'
TOlS ItrNNSri(;NI:MI:NTS Sl'R NOS DIFFFIrrNTS

COU'RS rT RIECFVOIR V(OTRE INSCRIPTION


t


f

t


im, p pent bjen que Je
Prenne la parole pour sa-
uer et dire merdc, et prd-
enter mon Tlls qui, J'e'.pe
re, me remplacera.

- Le Nouvellilec : Ton
File ?

- Franclllon: Oui mon
'ils. 11 m'a dit I'autre our : .
uPapa, je veux Otre garden
de but comnme tol. mats cer
ainement plus fort que to!s.


ICS PREPARE A
237 CARRIERS


GENERAL ACCOUNTING
COST ACCOUNTING
PUBLIC ACCOUNTING




BUSINESS
ADMINISTRATION
PRODUCTION
MANAGEMENT
MARKETING
MANAGEMENT
INDUSTRIAL
MANAGEMENT




ARCHITECTURE
DRAFTING
CIVIL ENGINEERING
TOPOGRAPHY
PLUMBING
REFRIGERATION
ELECTRICAL ENG.
ELECTRONIC ENG.
TELEPHONY
INDUSTRIAL
ELECTRONIC
RADIO & TV SERVICE
INDUSTRIAL
ELECTRICIAN


AUTOMOBILE

SALESMANSHIP
ADVERTISING


TEXTILE
MATHEMATICS
INDUSTRIAL ENG.
MECHANICAL ENG.


PRACTICAL ACCOUNTING


ICS Repr6sentative

Ave Ducoste, No 8

Bureau ouvert de 8 h aJn. midi

Sh 30 p.m. -- 6 h pn. :


___~~___ I ~ __ ~ _~


Y --~mR E~-I)-~-~N3r~e~b ~LTICMTZ~-Z~rr~r~-2~?~ie~McY~YA~-IrrT ---


Ja~~- ~-~~l~I--~ i19;+~~,; ;~i n~D~,~~J~ r-----~-I--~~~~WOW~-~~31)


jv-;-~---r----~----;


P-


Le Nouvelliute: A-=tu
jamais p.nse ao ere com-
miinta/eur sports ?

Francillon : Non, ji,
pense que pour fair ce me
ti.:r, il faut 'apprendre.
Le VNouvelliste : Queli
soot les asporti, que tu prai
tique, en dlhors du foot-
ball ? i

rrantcillon : En dehlor-
du foot-ball, je joue au ping
pong. au vollt-y-ball. en
faith je p.ux me debrouiller
un peut panout saiu dans
le letnis. J'at flait uusi de
l'athleli. m : j'af fail la
crur-e : 100 nmeires, 200 me
tr.s 400 inetree. Ce-t plu-
dur que le foot-ball. 11
f.iuni ire craim, nt Ires di'
cipline. J aurais conteillcr
,1 cl.ieuni de pratiquer un
'port qu- Icu, que.

Le Nouvelliste : As-tu
faith un peu d'alterophilie ?

Francillon : Oui, pen-
dant U7n an.

Le Nouvelliste: Quel
est le meilleur souvenir tu
emportes du foot-ball ?

Francillon : J'en ai
tant. Mais je crois que le
meilleur a ete le jour oti
Haiti a ete qualified pour
la Coupe du Mon07de C'tait
anus'i imon objectif t moi, et
ma seule ambition

Lt Nouvelli-te P: arti
les matches que tu as jouib-

Francillon : J'en ai
beaiicoup.

Le Nouvelliste : Au ha
sird ?

Fraicillon Eh itin,
malltgr que j aier eniti sS 3

vit'ndrhai dc 'a On parlic
liere d'un natch laitiOtGua
ti'm d:1 1 J :r>cierai t -en i li- a
lie liaiti 1i i 19<;9 6 1 ;i il-
Chili i.1 ai ti t' vanotui a1 la
f n du match

Le Nouvellitie : Tu as
jour combi,n de maltiches
en Sclec'tion Nalionalh ?

Fr:ncillon : 93 mat-
ches Jaurais bien aime ar
river ju'qu'a 100 mais ce
e st( pas pos-ible

Le Nouvellisle : Quelt
souvenirs to as de tec ca-
marade-, de "election ?

Francillon : Je me suis
inu'ours entendu avec tout
le monde. J'ai eu de trees
bonds copains en Selection
National. J'avais de tres
bon, camarsde, (omme Phi
lippe Vorbe Claude Bar-
thelmY. Claudel Legros et














I Cal
Wit ---
4 rIa'


follilf





rI ptoiIIe



til dusti
10 (I '-a


1, Vliote





I 6vmnt
Ra1500




t ro't
-fvc


n
t


h


I




h
10

Ila







tv



c
e







'


Nos Mots ois
)NTALEMENT gV JW
'llttael s -- eAt
able
avlatelur lul ren- 2
inii h0onnagto par-
canard du ,

cour d'une i toffe
ovl doux lisires d
du nial en dcla

ir., d'une gralsse
(pan dans le P.L.) -
Sun alphabet n
on oubll rMal

dertl dun au- 2. G- nent la respiration des
c arte d'une ins enfants
tombale u 3. Note ancien droit per
tonb de lurope md- u dants les ports du Levant
pas darts le P.L.) pas dans le P.L)
uat -l Pve 4.n eMaladie infectueuse -fin
u d'Austral!e yen de participe
e 6gyptienne- l'a 5. Outil tranchant incline
6. Nouveau --co quest FE
lochard ternel Saint Normand
entees on Bourse 7. Situ6es cache
X x xx 8 Obtient le pardon
ALENMILNT 9. Rampe plante quf peut
vivre plusieurs sidcles

dOuest- note ren 10.Ligne saillante can-
ton de l'Orne


)NTALEMENT VERTICALEMENT

rucr 2 Soude -rues 1. Essoriller 2. Nod anou
amis 4. Nageur 5. re 3. Dunes Gie 4. Id-
the 6 In rdgne 7. H6 if 5. G6ant Rend
- eau 8. Lui 6- 6. Mahratte 7. Erigde Rd
Erein u- r6 10. Rd 8. Ruse geo 9. Ulnaire
10. Yser efites


(Suite de la 16re page)

gnuralement dit par un
enfant!
Tard venue dans le mon
de des lettres et benjamin
en quelque sorte des "mi-
nentes personnalit6s appar
tenant aux milieux journa-
listique, enseignant, litt6-
raire, parlementaire qui
partagent avec moi la fier
te de cet instant, il etait
presque inevitable que je
fusse designee pour ce r61e.

Vous comprendrez toute-
fois la profonde emotion a-
vec laquelle j'adreSse en
notre nom a Tous nos sin-
ceres remerciements I 1'As
sociation Internationale des
Parlementaires de Lan-
gues Frangaise. Elle a bien



Au Palais de
Justice

Conformdment & la d6ci-
sion de la Cour de Cassation
Sections Reunies, l'Affaire
Andre Dalencour Carmel
le Heraux se trouve main-
tenant devant le Tribunal


de Commerce. Le voyage du

Le Juge Laventure devant PreSldent Carter
lequel elle avaft et6 intro- en Ameriaue
duite s'est deported. Latino et au


- ces
a -Nigoeria
WASHINGTON, (AFP)
,Le voyage que fera le I
sident Jimmy Carter au

Un nouveau Jambon HAMneuel a Bresil et au


dans tous les Super Marchs






Demandez, exigez, reclamez



le Jambon HAMPCO
o^,e gy> w > mMy > VfOO -, so &a


Pre
ve
Ni


ment entire le 24 Mars et le 3
Avril prochains, indique-t-
on jeudi a Washington de
source proche de 1'Adminis
tration

(Ce dite nI sontl pias enll
core definitive,. precise- t-
oiln diiiti me ourei. ii ns le
voyag, c* tlerai de foutiilf a>-
4 ion veis, lit fll tin d l oi.s de
Mars ft I tld''it ( dit nloiNs
d'Avrii,

aim u l cih'h l uii t drctil


d iau t r p a i v. -.c r i c t :>. t i t?
A litiiiraire


A VENDRE


AUTOBUS INTERNATIONAf 1973 (40 PASSAGES)

VALIANT 1975
FRANCHISE ET AUTRES TAXES A PAYER PAR L'ACQUEREUR.

PEUVENT ETRE VISITS AU GARAGE SINTRA A GRAND-GOAVE

FAIRE PARVENIR VOS OFFRES SCELLEES AVANT LE ler. DECEMBRE 1977 A

GUY BOUCHARD, ING.
DIRECTEUR DE PROJECT

P. 0. BOX 2232
PORT-AU-PRINCE

LA DIRECTION SE RESERVE LE DROIT DE REFUSER LES OFFRES

SI ELLE LES CONSIDER COME INSUFFISANTES.

exme- c^^~lomm w *- --smoawyww over -w -wMt^^oo o -,w

votre patron I


Que recherchez-vous ?

Des responsabilites.. De 'autorite... De I'argent... Une bonne
ambiance de travail... Une personnel qui va enfin vous opprecier,


first school


vous permet d'embrasser une carridre qui vous apportera tant

de joie Lisez notre catalogue et d6couvrez pourquoi les

dipl6mes "first school" ont tant de succes.




MPbiral saoti lxruitl r Lt rrrtalnre




Uhiue rrttfirt chot


(rnicrjm .I *iiiii pirrornbroi int arnshtalinn from i t bhil p thli
.n Ehmtii flinaml n if hr Nmirh arrra ~oirrtrarial thsv-
W T.u -o. ..rhl th


Zr,. 1 *r('


HerbamnAu MIetr-rT 4ew-,4tar .


voulu, en nous d4cernant
la aPLEIADEs, cet ordre de
la eFrancophozne et du dia
logue des cultures, ricom
penser nos humbles efforts
pour exprimer en langue
francaise les aspirations
d'.un petit people qui, sous
1'impulsion de son jeune
Chef, cherche vallemment
a se frayer la voie vers le
Progras.

Si a travers les siecles
nous avons jalousement con
serve le francais comme v6
hicule de notre pensee,
c'est parce que le genie de
cette langue s'adaptait e-
troitement a notre ideal de
grandeur et de liberty !

Or la cerimonie de ce
soir revet d nos yeux une
importance particuliere,
car n'est-il pas infinmient
reconfortant de savoir qur
de nos jours plus de quaran
te nations, du Senegal au
Luxembourg, du Zaire au
Liban, du Canada aux Iles
Maurice, jouissent avec nous
de ce patrimlnine qu'enrichit
1'apport original de chacu
ne d'elles ?


Alice HIPPOLYTE


Prevenons aussi

par Andre JUSTE

La Presse locale s'est
fait 1'echo des bonnes me-
sures envisages par la
CROIX ROUGE haitienne
eni vue de porter plus rapi-
dement les premiers secour
aux accidents de nos rou-
tes. Compliments it la Di-
rection haitienne de cette no
ble institution chez nous.

Cependanit, prevenir va-
lant mieux que guerir, pour
quoi n'envisage-t-on pas enl
hauti lieux la possibility
d'esssaimer sur toutes nos
routes et auto-routes des a-
gent-s niotorises de la circu
lation don't la seule presen-
ce el les va et vienl dimi-
nueraielt presque i cent
potur cent IeN accidents sur-
tout dusi tux iniprudences
aux excess de vitesse do nos
ch.iauffeurs publics ainsi que
dits jeniuei gens dI cliez 1nous-
qiii s ctroienli d's casc.a-
dieur- prolessionnels.

Av' c le.S re fortes, va-
liiret. per-tmii's lhaque tiio.is
et chaliiue i.rols 11ois piar
lIr bura u deis Coneriblutlions
t posIr cotiillte de I'Etal
ihaili' II SI l'TIsIpj'ioni (Ies
vlilt, i- 'Vailichal de delux
rtil niuot- (eveletts mlullnies
de Walkie-talkies ainsi que
la pale mensuelle de deux
"'"fs angellis supplilecntai-l
re de la circulation ne de
vraint lls -onstituer un
probltline Surtiout dani cc
but huimaiiilaire.

) autr< part des tests t pc-
ciaux de morality de sante,
d, la vue des reflexes.
vi, devraient& tire im -
I,')-S i t o u te hauf-
our Ei Lout particulie-
reniment aux chauffeurs de
t1p-tap de Bus et de Camion.s
qui ,s(ni respos'iables non
s element de la vie des cen
laine- de passagers qu'ils
transporsti; chaque jour.
niai aus i de la vie des mil
lir,r de pietons qu'ils croi-
sent dan1 leurs trajets sur
de- votes ctroites el sans
Iroltnors
I y a 1vraimont trop de
laisier aller dan. cc domai
Aie
Andr(t JUSTE


Cin Noipione'


Faoies pori de Ique te secretariat de
direction bilngue C(tbutjant te 28 novembre
0 5h30 Ti 2 4756 23- 6



first school


C'et pourlquol, oen la per
sonne ici de son represen-
tant, M. le Pr6sident de la
Chambre, je me permits,
taut en mon nom qu'en ce
lui de mes colleagues, de fe
Uciter 1'Association Interna
tionale des Parlementakres
de Langue Francaise. En
fournissant a ses membres-
d'expression frangaise mais
de races et d'bvolution dif
firentes, 1'opportunite de
diffuser leur culture pro-
pre, 1'AIPLF devient en ef-
fet le creuset d'un novel
Humanisme.

Je propose done i 1'hono
rable Assemblee de souhal
ter longue vie et fructueuse
besogne a cette remarqua-
ble Institution !


L'annonce de sa demand
d'audience & 1'Elysee a done
fait 1'effet d'une bombs
dans les milieux poltiques.
Les observateurs accordent
en tout cas a 1'6v)nement
line importance conaidera-
ble. aPanique dans la ma-
joritis, titre vendredi le
journal de gauche sociali-
sant) *Le Matins. aChirac


Communique
de FInstitut
Haltiano -
Am6ricain

(suite de la le. page)

allies de notre auditorium
soient bloquees par des spec
tateurs debout, ce pour des

raisons de discipline et de
security. En effet, des ex -
perts haitiens et americains
de la security ious ont fait
comprendre qu'il serait dan
gereux de permettre 1'obs -
truction de ces passages.

Bien qu'il ne soit peut-
etre pas courant ai Port-au-
Prince de tenir compete des
possibilities de panique dans
les auditoriums, nous som -
mnes conscients de ces problem
mes qui peuvent se produire
mIme dans les immeubles
modernes. Nous ne pouvons
permettre les conditions dan
gereuses de panique que
pourraient provoquer par
example un leger tremble-
nient de terre la foudre,
et' ...

Colmne nous I'avons men
ionn p luls haut, nous se -
rols lietlreux d'annoncer la
reprise de la brillante con
ftrence du Docteur Durand
.sitot, qu'une date sera fixce.



Halle disOonible

Sera disponible dans les
premiers jours de Decem-
bre une halle pouvant ser
vir d'atelier ou d'usine,
d'une superficie de 125m2.
Le batiment comprend une
grande salle, un bureau,
deux toilettes sur fosse sep
lique cl un reservoir de
3.000 gallons.

.Le batiment est situ6 au
portail St. Joseph sur le
Boulevard Jean Jacques
Dessalines.

Priere contacter Mademoi -
selle Liliane ANTOINE
Tel. : 7-2522


A la suite d'un
article sur la
demoustication
(suite de la le. page)

cations qu'une pareille affair
ittlion du SNEM <,n'est pas
londee); Leo eaux de trait
mint sonit acheminmees et pu
rillees dans un lagon, aeriO
par 2 ventilateurs de tell
sort qu'elles nc solent ja -
mals stagnantes. De plus,
Ili-s .sont traltees contre la
pollution El les sont ensul-
tv' evacues dans le canal
nmun'cipal du Pare Indus- Noi
I el', La Brasserie Nationa-
I 8 A nous dit l'un des
resiponsables, nWest pas la
Ieule enterprise a d6verser POI
s vs ,iaux lndustrlellec dans
]" canai munl cipal. 4S1 dans
c, canal, eltes rustent sta Vo
gnanteut' nous n'en sommes Vo3
pa. responisables. Nous a
vons pr ltoute; les disposl-
Lion- potr quo dans 'alre
de Ia brasserie, 11 n'y ait
polt d'eaiux stagnantesp. 11
nouis Invila L visitor les irut
Itllatlons. le lagon, les ca-
i:1ux do drainage et I'alre
dlis 11 iloes. Ricn, a premiere
viii l a stembl'at dtnoter en
otiol, It prseOncei de gites fA
nmoustiques. Cette m-mem
(inistatIatoll a f tA filte,
iOis confle-t-- par clnq
Imembr's du SNEM, dent le
d'r'cts'ur-gisnmral Iui-mnme,
qul euront it vislter aussi les AVEC
IM tlon de 1art'cle en question. FRED


Mai$ le probleme des eaux
stagnantes rest dans l'aire
mntropolltalne. II revlent
aux s'rv' cs competents de
Ic r soudre car la capiae
t subhnesro a tie nplu sen


ELIE,


Tel: 2-1331


ves sPectaculares don't il a
le secret, M. Jacques Chi-
rac, Maire de Paris et lea
der du movement gaulliua
to RPR, vient de relancer
brutalement le d6bat poll-1
tique en France.

M. Chirac a en effect de-
mande audience au Presi-
dent de la B6publique, Va
lery Giscard d'Estaing avec
lequel 11 est ten froidh de
puis sa admission de son
post de Premier Ministre,
le 25 Aofit 1976. La rencon
tre se d6roulera le mercre
di 7 Decembre i 18 heurts.
Le leader du movement
dominant de la majority


2 -- 21532


_.. -UT FRANCAIS
GRANDE REPRISE DE


LA PENSION VACHER


DE MONA GUERIN
C : MARIE-PIA ET GERALD ALEXIS,
ERIC SURPRISE, CLAUDINE MICHEL, JOEL
GILBERT FOMBRUN, AGNES WAGNER,
rOBERT CHANCY, FLORENCE DUMOULIN,
GILBERT DUPONT

2, 4 et 5 Decembre a 8 h p m $ 3.00
q &-piL 5h 30 9 m s .00


wurage quIn psonignera de
vant le Pr6sident que la re
gle W'or pour gagner les 6-
lections c'est 1'union de la
majority% dans le respect de
1'originalite 'des mouve-
nents et parties qui la corn
composent.
4 M. Chirac a accompagn6
son Initiative de decisions
propres a & velller l'int6-
'ret: annulation de sa par
icipation dimanche pro-
'hain & une mission poli-
iquo d'un pose de radio,
senvoi a plus tard des vo-
yages qu'll avait prevu de
air, la semalne prochaine
en province.


La Kirkconnell



Marine Shipping Co


Pour toutes vos expeditions


a l'import comme a l'Export


SERVICE BI-MENSUEL DE


CONTAINERS, entire :



Tampa, Fla Houston, Tex.


uvelle Orleans, La Mobile, Ala.



ur tous autr s rensejinements


rez : MAISON ANDRE THEZAN


, m,-- ----^wsvaey -war "d9 -w^ -ww w


re).

Les observateurs eStiment
que M. Chirac eat prfoccu-
pe par la ad6mobilisations
de certain parties de la ma
jorit6 & la suite de la rup
ture entre communlstes ef
)ocialistes. II pense, selon
eux, qu'ils ont eu tort de
epavoisers a 1avance car
1'opposition n'a rken perdu
de sea chances en Mars pro
chain.

Un sondage simulation,
qui sera public dimanche
prochain par l'hebdoma-
daire Le Droit, montro
une advance de huit points
de la gauche avec 54% des
intentions de vote centre
46% a la majority. Ce sont
les rasultats de cette en-
quite qui, dit-on dans cer-
tains milieux de la majo-
rite, auraient incite le chef
du PRP a aller tirer sans
delai la isonnette d'alarme
de la pr6sidence de la Re
publique.


iallmu ialntifartnrihll rmnprlrirh lhr




-~ -.-.. -~-~~ll~~~. -~;:~TI -.' -Il--~Z- L. -C~.--rs- ~~'--~-7- a-c' ~~?~~-xr~-r~--~qr 9 '' a'-.-- -' -.-


1)ANS NOS CINEMAS


Esprits vengeurs, visifttiiia s les humans


ETOIE CINIP,
i VKNI)tDI 2 DECM 1977
A IlOl 7hi 1 lih
1 1 MMI liI IIlRONZE
!-. rte (1 1,010 rl 1,51
tMI)lII Il DEC 1977

AItllt A IlEYRIOUTIIT
I te i i 1,00 ei 1,5r0
x l \ -

AIRPORT CINE
VI MNI)iIII 2 DEliC 1977
IACTL iel. SANGA
i 1.0 ef 2,(10
: IMIlI :i )1 DEC 1977
I; AIII M 1INTEBRE
1, 3..0 et :1,00
x x x x


KNiItiEDI 2 DEC 1977
a 4h li6h te 811
I I RtOU'TABIILE
\I(NFI'UR CHINOIS
a 2h et lh G. 1.00
a th rc Sh G. 3.00
s 1 TI1 3 DEC 1977
I'll \M 1I
' i rl l1 (;. 1.00
i G i l ( :3.00
x x x x

CINPF -AR
NI I DniR 2 DEC 1977
11-1 t .( R LA.\ VILLE

t\MI I)1 ": !I. ( 1977
1i \ (1 II N SI ( II 1B LI.E



DRIVE IN CINI

1\ ll\l)l:II 2 DEi C 1977
l. \ L.1l I 5 ( OI.TS
II S I; \\(1 1.ltS

s \MIi i : 1I)( 1977
II' I S HPI'l()\ BLUESS

,x xx



\ \l)l HII 2 I(DEC 1977
I III M\- TIRIEU'SE
ih it G, 1 70
( \N()N I. LA DERNIERE
( II \\( 1;
,,h'l( clt Bh30 G. 3.00
s\MIil :', D1)1:( 1977
i> ( K I F L1.1P
Ih'l (. 1.I()
.h"i0 h'!ll (; fI00
Il it 1 \N i,'l 1.ES
S\/11 .s l>OT IN PRIX
xx x

MAGIC C2NIE

1\ I1 1:1i] 2 DEC 19p77
S'( IIA( IN il' rMiIR.'
ii (, I 30 et i3.00
i(,li xhl ( 2,5'1 et 3,50
sAMI/ I 1, D C' 1977
I 1 111MMI: FID.ELE
Ih I ll ( 1..50 el 3,00
ih ,. i (. t.50 et 3,50


AUDITORIUM
1t\ NI)II l)I 2 DEC 1977
TItII I I I'(PNT POUR
I I'tPI.A( MILI.S,
", l 00
AMt DI I 1 I('C 1977
I st'ii)\A(. A BANGKOK
(; ;.1|0'(


CAPITOL I

VENDREDI 2 DEC 1977

11ll5 2100 41h15 6h30 8h45
LE CRIME DE L'ORIENT
EXPRESS
Avant 31030 G 8,00
Aprts 3h30 G 10,00

CAPITOL II
VENDREDI 2 DEC 1977

UN GALOP DU DIABLE
12hl5 21115 4h15 G6h5 8hl5
10hl5
Avant 3h30 G 3,00
Apres 33h30 G 5,00

CAPITOL III
VENDREDI 2 DEC 1977
LE TELEPhIONE PLEURE
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 G 5,00
Apres 3h30 G 5,00

CAPITOL IV
VENDREDI 2 DEC 1977
LOVE STORY
11h455 11h45 3h45 5h45 7h45
Sh45l

Avant 3h30 G 3,00
Aprcs 3h30 G 5,00

x x x

CINE 'TRICMPHE
TRIOMPHE I

SOUDAIN LES MONSTRES
oit LA NOURRITURE DES
DIEUX
E:ntec $ 100 et 1.50

SALLE II

LE BUiSSON ARDENT
r.'i1 re,., $ 1 ;i'J + t 2 01'

SALLE III

POLICE PUISSANCE



-'--.: .. A Xto C

'ENDREDI 2 DEC 1977
a :h e 9h .
SAND KAN LE TIGRE
DE BCORNEO
Tar f d'entrie S 1.50
SAMEDI 3 DEC 1977
n 7h et 9h
LE CID
Tarif d'enitre: S 2,50

XXX X
x x x


REX THEATrE

VENDREDI 2 DEC. 1977
QUAND LES DINAUSAURES
DOMI.\AIENT LE MONDE
12h 2h 4h G. 1,00
6h 8h 10h G. 3,00 et 5,00
SAMEDI 3 DEC 1977
DU SANG ROUGE SUER MA
CEINTURE NOIRE
12h 2h1 4h G. 1.00
6h 8h 10h G. 3.00 et 5,00
LIDO
VENDREDI 2 DEC 1977
CALIBRE 32
12h 2h 4h 6h 8h 10lO
G. 1.00


'(Suite d ii la ere page)

auxqoel. reveraenti sans
doute dese esprlts sanS ima-
gination. Maislpas M. Le-
boeuf qui lui, a 1'imagina-
tion novatrice.

Aprcs des nuit3 de r6fle-
xions, A le rendre maigre A
la t6ee. il imagine le pire
des supplies, celui que les
ch-nois tux-memes come
cn dit mechamment de'cs
braves gen3 n'eussent pas
imagine dans leurs manuels
de torture. On lui refuse
un terrain A Port-Margot ?
quc' cela ne t'enne Il ira
batir sa< mason modernes
en beton et fenitres vitrces
en ple:ne champagne, lo'n
de Port-Margot, au pled
de la A'ns', les Port-Margotlen',
veritables pigeons voya-
geurs qui se rendent pres-
que chaque jour au Cap-Hai
tien, pourront endurer le
supplice de voir s'cdifiei
loin de leur patelin une C
q u e I t e m a i s o n
q u i, sans leur goi-
nm. embell'rait aujourd'hui
Itur commune. Ver table
p ment a isa vengeance, il
n'y hablte pas puisqu'il
continue a payer d-s lo-
yers. ne 1 a jamais loueo
sauf aux plants paras te
qug vous pouvez vo r sur



Fiaaitsnce !

Maux d'?stomac


SURET-T




























Laissez Eondre
2 surettes

.Ti Madam.

dans ine 1/2
vprre d'eau
a base de rides
de Mi-nthe


les murs, si vous prinez
ta route du Cap, a dtux k
"loueres du L mb6 just en
lace d l'Eco' Rurale d.'
Lombard. -
Comme let port-margo-
tiens ao.entregrett.r leur
geste :rnsense n voyant cha
que jour une si belle ma.-
son perlcllter en ple ne
champagne et a dix kilome
tres ds leur ville, cur la
route Limbe-Cap !
Leboeuf n'est pourtant le
seul a Port-Margot a sa-
vo r se venger. Dede Pao-
la l'a battu d'une semelle.
Vous les conna!ssez le3 d6
des ? Ces bonnes v-eilles
et saints femmes qui ont
coiffe Ste Catherine teipuis
que le d able etait capo-
ral, et qui percent conc-
tamment leurs peches et
< et ceux qu'elles eussent at
m6 commettres' Ces d6d6i
qui se font es-uyer blurn
larmes dans les plis des
soutanes ? Ces ded6s qui
ne revent que mecses, sa-
crements, paradise, purga
tires, enfin, amon pire et
sacristain ?
Dcde 6 aol1: se croyait
done sans pechi. touted da-
vouce au Sain'-Curc et at
Notre Seigneur Jesus-Chrst!
Jugqu'au j'ur ou le Cu-
re. pousse par un mauvais
demon -- ah les demons !
- osa lu reprocher en pu
bl c de la's er sa nitc fi-
ler le parfait amour avec
un mauva s sujet. Non !
Elle ne mer.itit pas ce
sort la dede. toujours s;
b en dispose' A seconder
nmon pere, aux sa;nts- of


INSTITIT DE
DEVELOPPEMENT
AGRICIOLE ET INDUSTRIAL

AVIS
11 'st port I" I la iionni ais
.inR-e des intferesses que
I'INSTIT 'T ti:l DEVELOP-
PENi:MENT AI(;IIlICL F Li' IN
Di'STrI'llL (1)Al) organise
iun concourse l lundi 12 )De
cimbre 1977. a 2hi3l ) i i a

: angle des Rline, Anie rii
lin ,I cdes Mirac-lesI. n vuei
du re( rluteinentl dun iompn
table piiur le Ccntre de la
I'etite livii Il.

'Phrliciperont i ce con
'our, les six (6) pren.iers
candidats qui se seront pri'a
lablement inscrits jusqu'at
9 DecembrC 1977
Les postulant, devront
remplir les conditions sui-
vantes ct soumettre obliga
toirement. outre une photo
d'identite. lcs documents y
afferents
lo Etre age de 20 ans au
moins et de 45 ans au plus
2o Etre de nationality
Haitienne
30o Avoir pareouru le cy-
cle secondaires classiqucs
jusqu'aiu Barcalaureat lere
parties;
4ni) Dereir un diplime de
c'ompl:'.ble delivre par une
IEcole de commerce recon-
nue ou justifier d'une expe
riente dan- la pratique-
co(mplabl- de cinq ans tau
nMIo :
50) (Cerliiciat de bonne. vie
eI mn'urs
I. s inscriptions seront re
(Uie- au Servi(ce du 'Prson-
nrl dr I'IDIAI it orl-au
'trinerr de ah a n mi li
p mn it: l- I jourts iouvrabtlie
'Port ta -'rinct, le I2t1 NoVrm

INSTITI'T D" I
I) I V I-(l'PI'SNT
A(;GRI((OL ET INDUI'STitII,


Ice-s el aux mflesse:, solen-
nlles Na-t-ells pas bro
de de ses doigts trem-
blants I e chasuble et i'hto
le a- Lmon perei ? N'est-
elle pa:. de touItes lc-s pro
cessions, de tous les repo-
5o:rs, d tou3 les chem'ns
de croix ? cMon pere -le
pafera cher ce geste incon
s.'d6r de lui d6couvr r un
pfchd en 19 personnel de sa
niece !

Ad'eu done la messe du
matin a Port Margot, El-
le se reveillera chaque ma
tin fl 4 hres a.n. prendra
sur ses deux vi tielloso les
huit km3 qui s6parent le
Port Margot du Limbe pour
ass'ster a la messe de s'x
htures a 1 Eglise St. Pierre.
Elle fa!t meme don de sa
tombe A Port Margot pour
pas la satisfaction d- l'y
enterrer.
Qu'elle mourut un froia
martin de Decknmbre tand s
qu'elle se rendait a sa mes
se an Limbe, qu'elle y fut
enterree dans une foss'
commune: cela, en v6rite.
n'a r'en d voir avec sa v-n
geance, et le remord de
con c'ence infl gI ha un mau
vats cure qui, depuis. au-
ra't dIt-on. perOu son la-
tin!

Leboeuf et Dede Poola !
Deux cas typ ques d'esprit
vengeurs qu eont pris plai-
sir a emous-e," la pointe
de la souffr.:cee de l'onne
mi !

Neanmo ns, .cpu:3 qu'Au-
gustoe H "-noir a ecr.t a Vol
lard cs nmots o1rt encoura
geanis pour lhunmanite :
,Noust axois ltoii dl g-enil,,
0n 1l l l iii nIt autire coin-
litlllit' aito siurt'tc s st tor
turi' It irots pour Ia r'e re
g1 1 it ;a lt.i e a ni ninalit
di s.i I tmllte Cellt' a-
\tn I ltriodull kius 1 liolt

ill u l; l 'ii Io It l t' i-ir
ft1il :i--i . volut poiUr
n1 l: i s i o re till li i l'nlll
io 11:1 .s:> 1 1 ik l i .' l. I ll d r
Clt i r ti 1, 0' t 1in : 1lo xi
ic 1:1 h.: tW e dc voi r 1 lll11rn

S:1in .t' pI I p.'i i 1i i tlt:te
1in c'li il; cln l Il I I h I n:1 3l ,
. (4: q tir p l" ( ai s uppl
s* g ei l I'i : 1 '1:nm ant


ton tell, d'en fare un sl
grariti ilumme uue l'indtci-
rable.
Don Juan en arr.ve a re-
gr-tter d'nvo.r ensemence
le champ dautrui ...

Ce ne sont qu. de- exem
ples parm' 'tL d'auitre-
mais qui suff:sent a cd hier
:ur la difference eitre la
maniere de se eringper dan
I,arrlere-pays el celle toute
archa'qut des citaa ns trui
es de trop de i-citurc- tnso,
1 entes telltr-s c gll qui af-
firme que --, vengeance
procede touourt di l u fai-
blei.;e de I'. .:., qui enset
gne que eS. totn i-nnemi a
fa'm, donne lvi manger,
ou qui proclame que vengeance est un plaisir ab
ject d'un esprit abject> etc.
Et de s'6tonner, lhpr&sa
coup, qu'avec d" tells maxi
aies nous ayons plus d'en-
tiemis que damn's ic'-bas !
Vive done Leboeuf, Dede
Paola et le cocu vengeur
du plre putatif du fals de
Clairmeil !


t


Ernest Bennett.
Procha n trt'cle : La 4
planche d'haling ,aur s


it is It ifitit ittI de don __________


LE BISTROT


r.'STAURANT -- BAR -. PIZZERIA
FROMA:ES ET CHARCUTERIES DE FRANCR



SAKEDI SOIR

Ambiance dansante

avec ,2istrot Combo.


VENDREDI SOIR

Sl1ouveau Bistrot Show,,

Elsie, Dialli et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOR
Soiree D.nsante Accord6on et

Musette


CHAQUE SOIR

'iano Bar Ambiance Musicale

war m e.O' M ***@*&o mk


- -I- -"--~-a.~~-~ ~ Air


r'


iC






Las Problemas au Hide Away Disco show

L Meilleur, the Best El Mejor Disco Show d'Haiti

Route sous station de Pelgnre Delteis


assurpnp te -lrv'3 e
cette null
VENDI: EDI 2 DIEC 1977

SE.tOtRi.N"I
NSjicurnoh ri* du C'ntire
1 'lt IEII i 'i
tune de la union

ADONAI
Rue t1 Martin

IT'll I N 11i111

PAN AMERICAN

SAMIVIl)tI 3 DIMVIRK 1077

R)U COIN
,l.te Mt (iolIItle,

-smIl.A
itue aisearrr





tug flashn.g,


"'U-VI 'itU.5
VU46 I'idi


4 A* 4 -.A


GREEN LAPD



le bon lait de Hollande S.A.


i i 4 It 0l Supr M.rktlt
'tl : 2-0449


DiEttr. : A et G Iznery
TEI. : 2-2144


-L .,-."`-i.,..,a9-ie,,,,c'saivsaoce-wktta .


Venez applaudir ce soir


* sea


h ''r,~-;r~,,-~~uw 1. p 11 p 10 ar~


i~LieYST~U1UErC1I~Bi6~jlD~~ -s II ----ss~---r~-s~~-----------~--~-- -------c F- ~_----- _FI_~ssC~-I~~PPP~





;_


~_ -I



























78


0.75


ii


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


Salle 2


Tu Peux ou Tu Peux pas


__- ---- ~ -.----I- TC;-* ~ )~P~LJ~~ir~/j~~ipr3-


18.30 h

18.35 h

18.35 h

18.50 h

18.35 h

19.00 h


Salle 3


Police Puissai


Coin du Jardinier
itulte de la 1re page)


Horaire pour D cembre 77 et Janvier


SCommunique
de Presse
La compagnie AIR FRAN-
CE informed ses passages
que le enforcement inter -
national des measures de s6
curite lui fait desormais
obligation de n'accepter
I qu'un seul Bagage t main
I par passage i destination
Sde 1'Europe

T ravaux inacheves
S D'nilportants 0ravaux aI
V vaLnt ete entri pr s en 1975
et en 1976 a Bots Palate etI
a la Ru' le Alerte. Js sys
t emes de dra iage avaitnt
ete coipletellient repeinses
et travaux couteux, dif-
,i' ia avalnt ete real sds
sit .'es tronlons important
at la vie publ que. Les chan
Sgelielnts lmportants n'ont
pa: ltarde a :. produ re et
tout le mnonde- a ete unantt
11. a reconnis.!sre 1'etendue
it aiiielorations.
Mui s depuis plius d'un an
que ces trava,.s d'mfras -
tructiir ont e'0e ach'vses, la
chaus ee e1it i stee dans un
S ela p toyabl'.
A Bu s-Pata i la circula-
t on-aultonobit eslt, xtreme '
ll int dill cile. A la ruelle
Al'rte I ,l li, es' impossiblee .
P[llqutio les itravaux ount-
il ete dilwontiunieos ? Le, hal
b tanlts do ces quarti rs.
itr o pasi' nt s souflfrcist
o11 l nieliu'lit d,' tt etat de
l i d'nutailt plus tii'apr 's
i II pit is. As soinl oblige.i
priesque de piltatgeor dalns
I. i l) it n II 'inll i tai'i nti t lit

Apite t ,'' lI ':Snix d'l -
Psi Ii s| i liii S ;i5's Itliontp



t II l i i 1c-i l 1 villle sOoil
;,.nllh I, p


trodulsent dans une
bre y meurent, prine
Ligue et de vertigo.
donnons ce ienelign
sous toutes r. ervest,
raient-ellesB 6t pr6ldir
Papayer contre mouit
une experience .' fair

Courtolsle d; la DA
co


Salle 1


dant quelques heures.
Ls semences ont une o-
deur d dpice et peuvent d-
rre ut lisees come condi-
ment Selon Chevalier, les
bourgeons issues de la ger-
mnation sont comeLtibles a
l'instar de l'asperge. Ils
ont aussi une action verml
fuge, ma s on l es croit ca
pable de provoquer 1'avorte
ment.
Au pays d'origine de la
papaye, les feuil.Is .ont u-
til sees mddic nalerpent de
preference au latex, contre
la fievre, le beriberi et corn
me anthelmentique. Cer-
taines tribus africaines con
s derent les feuilles de pa
payer comme un legume en
d e p it d u p r i n ci
P e a ct i f qu'elles
contiennent et donncnt les
fruits aux anitnaux. En C6-
te d'Or, une decoct on rou-
ge-jaunhtre d' feuilles se-
ches du papaver est em-
plcye contre les maux d'es
tomac. Au Mexique aussi
bien qu'en Haiti. on em-
ploie les feuille- come
D'auauns pretendent que
la tige du papayer etant
reuse ptut 6ventuelle-
ment server 0 ite aux
nioustiques, may's les apolo
gi tes de cett. plant- se
contentent do citer des ob-
servations fates en Ch'ne
et confirmees aux Iles Mau
r ce, suiviant, lesquelles u-
ne hale de pa~ayers plan-
tbs autour d, la mation
d'habittilon contr'bue au
ronitra re i 0lolgner los
mouils'ques I es bestol('s
nlpriidnlites quI s soant po
s('s sir tiinl p1311y(er Pt s'( n


Professionnels, amateurs ou mclomanes avertis
Pour tout materiel electro-acoustique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout appareil de haute lidelite
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel 6lectronique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel electrique courant
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout en mati6re de T616vision
De l'antenne au recepteur
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour enrichir votre culture musical,
voire discotheque et assurer 1'en-
tretien de vos disques
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour choisir votre guitar classique
ou electrique
Voyez Aux Ondes Sonores
Violonistes, Altistes, Violoncellistes
pour vos cordes professionnelles


Voyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes pour voilure
Vt-yez Aux Ondes Sonores
Pour vos enregistrements : tape ou
ruban magnetique, cassettes, car-
tridges sont necessaires
Voyez Aux Ondes Sonores
Vous avez besoin de cables electro-
niques ou electriques
Voyez Aux Ondes Sonores


Aux Ondes Sonores

Tout... dans tous les domaines
Au Service du message sonore

41, Rue Macajoux Telephone No 2-3824

!=<

CONSULTEZ-NOUS POUR LES CORRESPONDANCES LE MEMF JOUR
DE CURACAO A DESTINATION D'ARIBA, BONAIRE, CARACAS, TRINIDAD.
GEORGETOWN LT PARAMARIBO.




.W ANTILLEAN AIRLINES


MADSEN S. A. AGENTS GENERAUX

PHONE : 2-3476 2.0028 ET 2-0317
.. . .. . .. .. ..i..- ....- .-- ,- r ve n rm^


La VOlnIC o
d'afirmer le ,r6oe
L'entretien de Ortpondtrant,,
M. Poniatowski des Etats Unis
(o.t de la Ie page) (suite de la PIre page)


idi (It o0 la telubi que, de

c ]i.i. ,' 'Cu l'a
iidi a
f, ( uof dI. IL a
h ]1 : Ltt ,L a Porto- ics., a
g5,,1 t ,sl..Ip a~ Ha.t1. et
a i. q a,. ciar
(ii ix a -uve dlans Inc
] Pu i Id Ca:i n IstiluInse
,I a 1111 slhoh -
I't Ix d-, (( l n r', ld a i i post
lu' de -tlon interlocuteur,
Ei. cic q1 u i(-n(t ine leos
d sx pom, r c ,i .l t labor --
t. ,irc: d ripeant lcu -
bamni M Poniatowki a
.s-ou InVisc que 1 ") p ntsl dd"
C('oiver l 1 il 11 (mit ll -
br uiix i ntr I 'I d eux pays.
Ln cI e qU ioc4iii 1ih A ld-
u, Iml la FI"inciv pay it2que
aIs pitiqu iq e ri t p ,tait 1 In
dp ii ldanc i I la soulvera ine
t ( rtL 11' div. l rgences

i( I i Cc ( til5l i l(, e 1 Aintngo-

Mis Is iss M o n tihi r Fi del Ca5
t tl h:I ( vl t, le Presl
dl, 11 ti1tv t i, iNtsard dl Es -
: III' ; cept,]) it ( d( s v on-
dc \%1 t11(' 1 11 I ] '11 :1111111 I D
'Im 'i t F, ]' : Jullx ] ys all


S Fashion Show
d'Adeline D vieux
'I ,Boutique au
, ,Priv&
Le Champagne
Paul Rooer sera
o. ert en
d6eustation
A I occaS.ion) de it gran-
dto remauvrrtur, du l)ls,'oihlit
Vue r4, I,' PRIVE, AI))EIANE,
DEVIEI'lX Bolitique prsemn -
ter i tin uiptiltrb FP a hioiil
Show. le' unamedi 2 Dlem-
bre 1977 Lesi manilline -
quin nerront Ioffls par Joe
Amnlbrolse el mnaqillism par
Rabiti Vieux iiabriel -
Uin.e oire' de gala qui al
Ilern I ART de la IIaute
(Coulre A Ini griAce de plus
lrrauman u.inequinis dte l a e
plitale.
'Intree $ 5.00

On cherche a loner
linle m iai.ol is ynn f2
rhimibres, Aco'her, 1.nle
dt e ail| Bourcln. Canap6-
Vert ou Petion Ville. T616-
phoner au joumsal IM '-
ho


dra avsc les repre eniants
u la COuimiunOuLe europe -
cntime et de l'Otan. 11 quit-
tera Bruxelles pour Was -
h ngtor qaiis la so.ree du 6
jaiivcr.
A.; course de cetto tourr,.'e,
MIlblieur Carttr prononce -
ra deux discour. l'un en In
de 1 autre en France, qua..
i3s d'< mportantsi par un
source proche de l'admin s-
sialon americaine. Le pre-
initr d scours portera prmnci
palhment sur les problem-s
du developpement, celui de
Paris concrnera surtout le
dialogue Nord-Sud.
iDe meme source, on preci-
se que le entretiens de Mon
i, ur Cartor n Arabe Saou
d te v' n Iran porteront a
vnsit tout sur les questions
de 1 energy e et cell s de la
secur.te. Les memes themes
seront egaleml nt abordes
i n intde, on :era evoquee par
al leurs la question de l'e
Serg e nuclear re
i, problem de la securi
I1. dans le cadre de 1'equ -
libre Est-Ouest. sera aborde
t-gal niit en France, en Po
lmltne tt ent Belg que, on par
Coul.pr avoc les repr,.sen-
tants d l'OTAN.
Mon leur Powell a prici-
-64 t propos du sejour en
France,. (n Pologne et en
Big l'qute en particul'cr avec
Monlsiur Powell a prec'-
.-e ti propos du sejour en
Fiu.tiic du el:t d' 1'exteu -
tif aimerlca'- que Monsieur
Carter eta t mrft a reneon-
rilr Monsieur Frangols Mt
oraind. premier s-cretaire
du part socialiste Ma s il
nila pa Indiquc si une ren-
contreo Carter Mitterand
avn ta d'ores ct djtls dtd a
uittl wt tl"o.


Demrande d'Emploi
More than 30 years of ex '
perl.'nce in all aspects of
Accounting and Manage-
II 1, 11 or L -
Speak English, Spanish.
plus of course French and
Creole -- Seeking employ- .
Tel,.phone :
7-1C11 or 2-3824. B S

F-" Sale
1973 FORD PINTO RUNA La line pour hommes la plus
BOUT v"rv good condition
Radio. Air conditioner complete et la plusdemandee ans
Price : p 1,90.00 e onde
ntacit : i le ond


0.50


0.75


nce 7



Avis aux Parents

Madame Antoine F Salga
chain do et ,sa fill0 Josetle ont
de fa le plaibir d'annoncer aux
INouS parent, de P'tinville el de
lemenit e." nvirona que la Poupon
Au- niere du Petit-Poucet a ou-
g(r6c-? vert ses portes aux enfants
'q(4ce.,, a partir de 10 mois Pour
re ., tout renseignement, s'adres
ser ai la Pouponniire, Rue
&RBOU Moise, No 25, Pition-Ville,
ou tklcphoner au 7-18-68


MIDI 2 HRES 4 HRES


EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 H 30


La Colere de Dieu


MOUSTIQUES ..
MOUSTIQUES ..
^ LES MOUgTIQUES VOUS CONTAMINANT
LES MOUSTIQUES VOUS HARCELENT
ASPERGEZ, POUDREZ, ATOMISEZ
GITES LARVAIRES ET LIEUX DE REPOS
DES MOUSTIQUES ADULTS.
ASPERGEZ, POUDREZ, ATOMISEZ
AVEC LES INSECTICIDES DARBOUCO
DARBOUCO S.A RUE DU QUAI.


Voyage Carter :


No. Deart de

IvFe Port-au- Prince


Kingston


Fcnrc~ dlhrivde A destination de


Mardi a

Mardi a


12.45 h

16.15 h


San Juan Curacac


LM 209

LM 210

LM 456

LM 456

LM 210

LM 456

LM457


Mercredi A14-30 19


14.50 h


Jeudi a


14.30 h


Vendredi a 16.35 h


samedi A

DWmanc2he A


15.20 Ih

15.20 h



15.20 h


17.10 h


14.30 h

>805 h


~ 3-3-~C~---7~ 1 Ir n a r __ ~ _~_ ~_ ~ __


PerCI;seOg'/"/~IgsoBSBOBsocosaacsBO'soa


1 3 - ---- ---~p--reuS~LY1


I I I I I II I I II


Iras~lE~Wrri~i&u~r;Li~L~_dr~*ilga6L~T Cd_


*/vwxt


r~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs