Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09938
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 30, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09938
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text


IMERCREDI 30 NOV. 1917

SNo 30.677
A.l i:EIWE ANNEE










toIw ONDE EN 1896 : LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE L'ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS Rue du Centre No. 212
-' ADMINISTRATEUR Mine. MAX CHAUVET Teldphone : 2-2114 Boite Postale : 1316



,, ,,I, Dnvali er r.quit M. Poiatowki LE SEJOUR DE L'ENVOYE PERSONNEL DU PRESIDENT VALERY GISCARD 1ESTAING


Les (Grandes heures de la cooperation Franco-Haitienne:


LES 24 HEUllB IDE
M. PONIATOWSKI
EN HAITM

Leu sour de 24 hliru i.
qu a effrcttuo (l1 9ttr; nitl Cit
iltale M. Micnel i'ltiuut,t,
kl. ienvoy't specal:itl it it
(iPrui Fran cni, ?!. V:th'ry iti.,
tcnid d'Esta'ng augre i I 11
avenir encore plans proln t-
teur pour I qepoptratun (in
tre Haiti ct a France, quelt
quest mois avant Is tenue, is
Port-au-Prince, l'aninte pm
chaine, dc in reunion ptin t6
re de In Commls'lon M xte
Franco Hai nne ern cr en
1972 pour promcuvolr les
rapports culture'o! t tcvhn
quos entire Iles c",ux pays,
M. Micht Ponlatowske, ct
ouvert autant qu'il e.,t pru

(Voir euite page 6)


Importantes declarations de Mr. Michel Poniatowski


Important declaration

de Michel Poniatowski


8 morts


S*r i'qif, acci dent vtehicule chavira les qua-
i i hitter er- le- tre. roues en 1'air.
1 td tit 1 ipres-mid Cetil cene horrible s'est
, qu, nd le a produdte a 1'endroit denom
,I I I Lrnt I',u im mne iMor'ze Perissesi peu a-
, N , \- '? Il es-
l, mi. r uit atire (Voir suite page 3)


[eprise i. la Societe Bolivarienne

dHaaisi


"[" i t lipi' de quel
,* l..< ,,,iftr B u-



I r i nIl I il ui -





I Iin l i ti- -

it 14 11











V v 's1,. I tif

Iliiii rile sot ii



t ri rl li I li, P, r I r.r. d

S. l er tile su r I tAilmtl -

1 l i ,t ]ue et iir Il i se -


I t AIi., 1APP)
I, i lWec n) )Pu/ que se
I, Ii i/<,' du ril.s de I'U -
lllill sNuvietlu, d( partici-
" ,1 lI; reunionti du Caire
|ll (Jil(o prep:rcr lai Con-
IliVe dei (tesv, '-iimeint
1(11'1te itr( l, Ics % ihitirvalcuers
dan I.t capital' egyplien -

iin let, l Pri'rsidrnt Sa
iIlc, ntcnt-ils, a mis Lant
de reticence, a profere tant
de nititlaces et de mises en
gardc a I'adresse de Mos -
cou en I'iivitant ita ,se faire
represinter au Caire, qu'on
voylti/ mnal les dirigeants
Sovi'tiques accepter. De
plus, le President Sadate a
pose des condi/ians a la
participation du Kremlin


conde d'engager un voyage
en dir tcion de Jacmel et
de, Caycs. Y,
Voiuti la composition du
Burrau Directeur de la So
(Voir suite page 8)

M. Michel
PoNicow isk et
la peinture
haitiene
r'ant au Manoir des :1i1
rirs, au ours de 'a conic
rriwe di Presse hier aprb--
initt qii qtu diner olfert dans
la ciree it La Lanterne par
1, ( hancelier Edner Bru-
it. 'Anitba-sadeur Michel
1', nuiow ii a porlt l'accent
-ir l'oritin li/t de la civi
lii limin et la culture hai-
lnin.. Cette culture excep
/ (,inelle, dit-il, fruit de
1 iianination, est le faite
Siin peuphi qui a souffert
car iAle bonheur imagine

Dins 1'aprd.-midi d'hirr,
'cnvoyiV personnel du Prm-
denitt de la Republique
Frane-tise visitait la Gale-
ric Nadir. II 'est arrdti, ad
miralif, devant de nom-
brcuses loiles et a portde on
choix sur deux toilets du
peintre Lalortue.


et. 'a menace de measures
de retorsion au cas ofi il
mnettrail des obstacles sur
la voie de la paix, recher-
chee par l'Egypte.
Bien qu'elle s'en ddfen-
de publiquement, 1'Egypte
cherehe depuis la guerre
d'Octobrc it exclure 1'U -
nion Sovietique du proces-
sus dc paix. Deja pendant
les negociations pour les
desengagements dans le Si
nai, les egyptiens ont tout
fait pour carter 1'URSS.
Cette volontd s'est durcie
quand, en Avril dernier, le
President Sadate a proposed
de confier uniquement aux
am6ricains la constitution

(suite page 4)


Vous avez la-chance d'a-
voir un President jeune, dy
namique, capable, ouvert.
C'est pourquoi, le President
Giscard d Estaing m'a char
gt d'un message non scule-
ment d'amitie mais encor_


Hier soir, au r-staura-at
repute de aLa Lanternet an
Petionville, le Secretaire
d'Etat aux Affaires Etran-
geres. M. Edner Brutus a
offert un diner en 1 hon-
neur de 1'Envoye person-
nel du President de la Re-
publique Francai-e, Son Ex.
M. Michel Poniatoski.
Tous les Secretaires d'E-
tat, le Prdsident de la Chain
bre Legislative, les chefs de
missions d.iplomatiques, les
hauts fonctionnaires de lii
Chancellerie, les membre:s
de l'Ambassade de France,
entouraient it ce l-
te occasion, I'Ambassa -
deur itinerant e andi per-
sonnel du President Valery
Giscard d'Estaing.
Un menu de quality. bien
dans la tradition s d .la l.an
terne)) fit les delices, des
convive- qui vantlrent tout
particulierement la soupe
crdole et le pate de fruits
de mer, lc dessert (tPoire Bel
le Helene)).
L'orchestre philarmonique
Ste. Trinite, sous la direc-
tion de Julio Racine jouait
du Lamothe, du Mozart. du
Sibtlius. du Handel, du Schu
bert. du Bach, du Schuman,.,
du Vivaldi ct du Holst, tout
au ours de ce banquet trn'
reussi. L'eminent h6te tint
a feliciter. a I issue du diner
les membres de l'orchi'tre
phlarmonique Ste. Trinlt
pour c, beau ticoncert)).
Apres le- ioies d'une bon
ne table el 1 enchant menit
de la mu ique on ?nuta. i
i'heure dep toasts les deux


d'encouragement pour Son
Eu. le President i Vi_ de la
Republique. M. Duvalier, de
clare M. Michel Poniatoski,
en reponse au fdiscour4 du
Chancelier Edner Brutu..



beaux morceaux d'eioquen-
ce qu'offrirent le S.crctaire
d'Etat Edner Brutus et lAmin
bassadeur Michel Ponialows
ki, on lira avec plaisir la
prose dense de notre Chan-
celier. M. Poniatowski. de-
vait aussi dans son allocu-
tion, porter I'accent sur la
tradit.ionnelle amitie fran-
co-haitien7ne. sur la cooper
lion entire la France et IHal
ti, le ni message que le Pre-
sident Valery Giseard d'Es-
tWing 1'avait charge de
transmettre au President l)u
valier.
< -era maintonue. dit-Il. au
niveau des a;snce'e prcced'nu
tes el pourra eninc iere ac
(crile. si leN pots.ibiliites fi-
nancieres lt perinetlent)s.
11 termlina on i ileli uti
par celle significative de-
clr:ration :
t(Vous avez la chance d'a
voir un President jeune, on
vert, capable. C'est pour-
quoi le President Giscard
d'Esiaing m'a charge de lni
tronSmettre un message non
elementt d'amiti6 mais en
core d'enicouragermetit.


M. Ponmrtowski et

leaislatives
L'nmi saire du Presidsnt
Valery Gi-card d'E'tai'2 -1
eln. (u cour- de la belle rie
ception offered liter apri's-
midi au iMlanoir des Lau-
rier)). quelque.s miTnutes
d'entretiens avec les repre-


L'homme

devant I'angoisse


Par Dr Lamarque DOUYON
A.- iVoir NOUVEILISTE d- 22 au 23 Oclobre,


B.- DES CRISES DE POS-
SESSION.

Par dtla leur mercan sme
de product on, ain. 1 que Pav
low 1 a indique dans de
nombreuses cons derations
pur meant biolog ques. la
cruise de po si-ssjon a cerla:
nmient une ionction adaptl
ve. integrate vv et la verilu
de laire disparaitre un sinI
t ment de desresse. Elle
jouit aussi d'une valiur
prophylactique au point que
des auteurs don't W Ltkow r
de I 'Univrsite Me G 1 .
pensent qu'on doit toujours
en principle s'attendre a u-
ne augmentation du laux
d s maladies mental, s
chez des cr selirs hab tllOl.
dans les cas de deplace-
ment vers tine culture oui
un milieu social diffler-nts
du milieu d'origine et ohs
l'atmosphere n rsl pas pro-
p ce au declenchemnnt, dies
crises de possession. I1 en
'st de memm quand cc mi-
lieu d'origine subit des
transformations rnd en1 "s
dnns sun processes rap de de
d6veloppement.
l.a cruise doe possession fa


c.li( la sa.t.slleloli d'.s
bt so nts narcis. auc.i et X-
bitiiitiile.-ts 1T l'ci n' it ias
de ce p uit pat.i an ll (ii.
dans cut etlat, aiiqui rt la
s talure d une div.ni'e pi s-
-nit, qu on cral ict qll on
ador- a la Ints DeI mentip.
d,s problems, ,e .tiux de
1 xis.tencr, trouvent une so
lut:on dans It. la t dr la
live des pr .s.lon1s du Su])e
rig. common le 1Imontre cit
t Icttnn(mm qui a cru avoir
cause la mort de son itn-
faiit pair sonl relus dd le
la tser adirttr atlllun ]lo-
plial Elle presentla alors.
ilpres le deces line crises de
pl" si ss;on peCi;sinF Inquii'lle
iln lo P tIro dlclre quet
I lnint n devai 1 mourr qlue'
til ai lit. e lse St p iecau 'onils
P1r s-.s paitlc qt- sods .ianle
en 1 vi V lndil Ainsi it nie
sullIRa1 vIre quesl o1n d" je-
ler li blame sur ;a mI5re i .-
Une une pay Innll. s"r
v re dans une famille -hiat
I 'enn, 'Mquc une cr se de-
po ss s.s pe:1,ilnI laquelle
Init div'it e a rtduiesique iJn-
d que n& '-ess le dtion cha

(voir suite page 5)


Au diner a& Laf Lnterne,

Le Discours du

Chandelier Edner Brutus


'l. 1 Amba"sadeur,
Reverendiasime Mgr
le Nonce Apostolique,
Excellence,
Messieurs,
Vous vaudrez bien me par-
donner d'ouvrir c.; quitl-
ques propose en appliquant
an francais ce qu'Andre Mal
raux dit de I homine en ge
neral : 11l n'est pas ce qul i
cache, il est Ce qu'il faitt).
11 ajoule : tUn homine est
la some de ses actes, de
ce qu'il a fait, de ce qu'il
pent fairer. Cette double
reference in'a/mene a souger
an mot de Michelel : t(La
France est une perP'oinnue
En fermant les guilleiiet.,.
j arrive (' conclure qii lei
role de cette personnel dans
l'hi.'toire du monde est ce-
lui d'unii hommnne,. car elle
a b(liaucoup agi, bealucoup
fail et ses potentialites de
In tre'it cnornes.
Est ialtirel. M. 1'Anibas-
sadeurt. notre plai-ir de
vous avoir parnli nou-., et,
du ni leiir de nous-mqnnes,,
nius regrettoits qutile votre
horaire ne nous accord
(io'ulne court scale. Notre
aceueil est d'aulant plui
ehaleureux que vous ites in
vesti d'une mission et dip6-
0h1 pri' de notre President
a Vie par so0n eminent col-
eIGue Son Excellence M.
Gixcard d'E-taing. qui, de-
x x


les prochaines

frarrcaises
sentantl. d- la Pres-se.
11 a preci-c qu'au course
de nen cover nations avec le
Chef dti 1Eat et avec les
Secreta.ires d Etat aux Atfai
re- Etrangeres et a 1Educa
tion Nationale, trois them-s
ont ete aborde- : le dialo-
gue I'ord-Sud (n6ce-.itel
d'un novel amenagement
de 1 ordre economique motl
dial), la nicessite d'appro-
fondir la detente dans le
monde. la cooperation bila
terale Haiti France. 11 a
precise la position franiai-
s. quani aux deux premiers
points et -oulgnte quen ce
qui a trait a 1'aide de la
France a Haiti, la plus im
portante contribution de la
France en Amerique, elle
sera maintenue au mume ni
veau et eventuellement aug
mentee. si les conditions fi-
nancieres le permettent.
M. Poniatowski, interrOge
sur les chances de la major
rite lors des prochaines e-
lections legislatives en Fran
ce, a declare au prime a-
bord qu'au course de ses vo
vage- ta l'trgaigr. il se gar
"iait loujours d'aborder des
questions de politique inte-
rietiure. Mai., dit-11. je vait
rnpondre. I1 a alors declare
.1ie vois actuellement sr
crier le- conditions d'une
majority pour le Prisidenti.


puis son %venement, nous
prodigue des preuves de son
partage de nos preoccupa-
tions, de Son interit pour
notre pays oil la France a
agi, a fait, pent encore agir
et farire.
Chacun sail le nombre
ainsi que le caractere des
liens entire nos nations, les
points de rencontre de noo
peoples comme de nos cul-
ture t. Est sensible, M. 1'Am
bassadeur, une presence fran
(Voir suite page 3)


Le Chancelier Brutus s'en tretient avec M. Poniatwski


,. GRANMA- RESPOND
A ORFILA
LA HAVANE (AFP)
I, journal cubain iGranu
mna a critique muardi l'afflr
nation du Socreta're G6nd
ril de i'OEA, M. Alejandro
Orfla A ,l 1-r [|i IIII solon
Inquelle vrogrts> en ne imlitant pa..


Cc martin, le distingue
emissaire du gouvernement
francais en Haiti, Monsieur
Michel Poniatowski, au ter
me d'une visit officielle de
24 hIeures, a laissd la capi
tale i bord d'un avion des
Forces Arm6es frangaises.

Monsieur Michel Pontia -
towski, i son arrive i 'AM
report, a dId conduit au
(Salon Diplomatique), en
compagnie du Secrdtaire
d'Etat Haitien aux, Affai -
res Etrangeres, Monsieur
Edner Brutus, de 1'Ambas-
sadeur de France, Mon -
sieur Louis Debld, des au-
tre.s niembres de la ddldga
fion et du Major Delbaud,
son ordonnance au course de
son sejour. tls ont ete ac-
cueillis par 1'Ambassadeur
Rene Hyppolite et par Mon
sieur Carlo Noel du Proto
cole -

Voici le comp;e rendu de
1'entretien de M. Poniatows
ki aver les journalists hai
tiens.


ses 'xportations de sucre.
Dans des declarations 4 u
bl'ees recemment par e
Journal mexicain sExcel-
'-or>) M. Orfila nva't ajoutel
qie attitude cubaine por-
talt prejud'e- aux sPrix dii
March Mondial et a 1'Eco

(Voir suite page 7)


En r6ponse A ne ques -
tion, sur la cooperation, de
Monsieur Philippe (Radio
Metropole), il a declare :
... .La France fait ici un ef
fort important, puisque
vous savez que la plus im-
partanie contribution faite
en Amerique est destined n.
Haiti. Cet effort sera pour-
suivi Nousstenonsk' ai-^
der Haiti dans toute la me
sure du possible

Jai rencontre ie Prdsi -
dent Duvalier avec qui j'ai
eu un long entretien tries


positif. Et nous avon, cons
tate la concordance de nos
points de vue sur le-. que.
lions internationals es -
sentielles canmme e dialo-
gue Nord-Sud, le problems
africain, et 1'equilibre in -
ternatic nal.
-0 -
Vos 24 heures en Haiti.
qu'est-ce 4u'eles "repsrsen-
tent pour nous Monsieur
Poniatowski ? (4 VRD
R Eh bien le grand
desir de revenir. j'etais en

(Suite Pa;tei I.


Professional School

Branch of World University I.I.A.


Reaffirme sa to: daiis la
grande crolsade ni menee pomu
le develop .m nt Elle en-
tie ', y apporte,- une colla-
boration elf ciente en con-
tribuant a la prepatat on
des cadres appropries aptes
a garant r le, I tlorts deplo
yes dans 1, s'iteur public
ct prive.


Sociologie de I'equilibre

ENTIRE LA PRODUCTION E'T LA CONSOMMATION
Par : Widnir Gerar6 XVITAL HERN'


Le probleri.- e i equsii-
bre rlntre la product on et
la con -ommati n a retenu
'attviliLon de sociologues
de tous les tr-mps. En son
sins le plus usuel, 1i diffe
re a sez profondrment de ce
qu'il para t etre I1 ne s'a-
git pas de savoir si, d'une
laqon general, au course
des sibeles, la masse des be
sons eprouves par 1'huma
n ie s'equilibreca ou non
avec la masse des products
disponibles- si, come 1'a
cru Malthus I'humanite
'St vouee at une misere cro s
sante ou si elle est appe-
lee a un bien etre supe-
ricur ) La question plus im
Mled'ate, plus l'mite qui se


pose est cesic dc sicquilibre,
a un miomint done enltru
les products et les bcsoins,
ou mieux les moyens d acqui
sit on des consommateurs;
car il est evident que souS
lc regime de la division du
travail et de l'echange,
Ihomme ne pourvot ta ses
besolns que dans la measure
on il peut acheter des pro-
du'ts. Et comme ses moyens
d'acquisition dependent en
principle, de importance
des bins ou des services
qu';l a lui meme cedes a au
trui. Cela revient id dire que
lequilibre cherche parait
etre un equilibre entire les
d ffernts branches de la
product on. Les products, a
dit J. B. Say, s'echangent
contre les products. f- ne
peut erte question de deter-
miner ici la porfee exacte de
cet adage don't l'analyse est
beaucoup plus d6l cate qu'on
en 'imag ne. Qu'il sufY-fise
de remarquer que cet el quili
bre nest point reel tant
qu'lt n'ex'ste pas une proper
t'onnalit6 rigoureuse entire
1'importance numorique des
productions et 1'importance

(Voir suite page 2)


C eLlu eCi o :i l. l ,Ii e,*
Igard que i (i l -li t t i' i'"*:
d.C leriils I)org.l '10 l ', i
bl is on privt ii i ir ii''
se a o l 'g ,il e i d (' e .S 'in tl
r S it r, (ycl ;: 1 I'..l 'A -
L oill d;' l IurI t *rpll) '
Tcnant t ulinlt (I c
connu dan( l. p)t r.mI ii
p luote O ,E)obrn D ill',
Cours ']i ( ll it dl (( il ii
Financier' .Il lii l
DR. ANDRES HEl-MUl-t'iZ/.
Le Pri'.edent de l. W)ORLD
UNIVERSIT Y Dr.. K,1:i.til(
C. BAUER vii'ni di appri',r
le programme prevu piiur
Jan ll r Ls oui rs :-pCn-
se~ scroilt l(s .,sl:vitul
Gestion F n.i-.i .i I
iFinancial MateiimLe-t int ii
GeisOll Fisai er, II

II)
Analyse di s Invo ,Lsse-
ment
(Investi .smnKn Anal 'Mv.6)



Ces course intns f, perisiet
tent dans un court delai de
jeter I's bases d une lorma
tion adequate pour resoudre
les problems des entrepri-
ses don't le rayonnement ac
tuel rcste sa:' precedent.
Le Semminal recemment
organise par IDAI avec le
concourse de la Banque In-
ter-America'ne de Develop-
pemtnt (BID) sur 1l'valua
tion Socio-Economique des
projects vient de temo'gntlr
une fois de plus la ndcessi
td imperieuse d'implanta-
tion de nouvcllcs techni-
ques dans le domaine eco-
nomique.
Professional School an-
noncera au moment oppor
tun la date des inscrip-
tions de la nouvelle ses-
sion.


Exames Super Market ~LK J1 ~



r--Ped Store .u hc.mjb


hclbk e


S I .1I ( ,se' rrelenant axsec l'envoye person-
, T ( rdd'Esttia g et l Ambassadeur de


iqe accident


a1ux f'naives


Les declarations ai I'aeroport de

l'Envoye personnel du President


V. G. d'Estaing


SI CARE ET LE


I UK tS SOVIETIQUE


AMERIQUIE LATINE


L. ... . . . ...


Au Lincoln



Caraibe Super Market


I r. I I C IIIBIIIIIIIBbl8BIB~*8II~~







_________de____ 1'nuilihrt


, jrss ra/orrz/'...r.--o'a


AUT


BAINE!. AUBAI




PREMIERE GRANDE


IQUVDATION DE PNEUS EN



Liquidation de pneus BANDAG pou


au DUVAL CENTER,

1 2b) Novembre au 19 Decemhbre


Anien Prix

$ 24.35

$ 2535


$ 30.75


- \e.'Cfl'~iyAG,


(Suite de la l&re page)


qualitative dcs dest'nat'ons:
It n'est qu'appare t si des
besoinssecondaires cont plus
complement et plus ai',6-
mesit satifaits que les be-
So'n, prinmordiaux,.

Cela pos6, I'Ecole elasl--
que ense gna t que, come
tout autre 6quil bre, colu'-
el ne sa' rdals- jamais par-
ia:temcnt et d6f n't vement,
nma's que le m6canisme des
irix. mis en mouv.m. nt par
IL jeu de 1'offre et do la de
made, tend h le rnalls'r au
Lomat qu mont; qu'a'nsl
toius un regime de concur -
rence, la production f n'it
par s'adapter tris approxl -
inativems nt at la consomma
t. on. Tout all plus, C rtrllnCs
osc.llatlons, don't l'amplitu
de pent fa re cralndrc un di
sequilibre grave, iprouvent-
elles de temps nuirtcs. 1'6
cnnomie cap tallest Mals
','s crises, pulsqu'tl faut les
appeler par leur nomr so re



NE!







HAITI.



ir voitures


Prr i ', liquidation

$ 15.00 seulcmenti

$ 16.00 "

$ 17.30 "


S 1,333

SLi.C\

ii
a


Sl


~, p~ ~de Meiezr t.'z~iE2arve des rneus
de i'2r'jttrveZ 2,-rsEets deSt Mc til d teus OU












$ L TAT IW


2; (/ ,:... -,.a t) f. L,2a T ; L-A G 1 -,C s ,, : -.'; ,.'a t le kieometres






'; ciDi. ct^siwe ku) LuiaLL ^ Dr/s-zcuc .:ai.?I ~'
I a
,i ) L:, v,4 ";,'rRS*. = e:. ;;i o sa.c"os .,>c'o

sorbent d'elle,. m@m's. c
Chaque erreur appel-le une 1
sanction qui en recl.fie I1 s
consequences. 'Toute ,nsufif,
sance fa't surglr de nouvel s
les resasourc s, tout', pilto c
re en e1'mine d'anc.ennes. c
iLes int'atvls particul)ers p
conivergent naturellement i
vers le bicn cummun et
leur action procure non sen
element a. l.ndiv du ma sa b
la socete un maximum d'u
tlite. II ex ste, en un mot,
un ordre natu-el des chores
don't Ji imported de respect -
ter la structure et de ne pas
trouble les react ons spon
tances.

Les partisans de 1'econ- -
mie d rigee con.,dirent c.t-
te doctrine come surOnn6e,
condamnie par les fa ts, cx
trimement dangereuse. L'a-
narchie de la productt on au
raft fait ses prcuv-s. C'est a.
elle que 1'on do:t les cr ses
de surproductions qui, de -
Pu s un s ecle, amoncell nt,
en moyenne tous les huit
ans, ru'nes sur ruins. C'est
eile qui a provoqu6 la crise-
que loccident submit actuelI
lement et don't le caractire
monday., la durde. l's conse
quences incalculable ap
pelent une reforrme profon
de du regime economique et
du system monetaire inter
national. Il est grand
temps de substituer au vieil
automatisme un plan ration
nel d'auaptation de la pro
duction a la cOnsommation
Que l'automatisme class -
sique, dit on, soit une re-
presenlation theorique de
ce qui se passa!t a uneo po
que o0 les techniques de Ia
la Sociologie economnique
etaient peu developpees et
legs marches restreints ?
Petit-etre Nous assistons
Ilors a. ce spectacle naif :
chaliie manifestsation dc de
sirs suipplementnires provo
quait. at la cond:t 'on quie
'enix-ei fusseni pourvus cde
inovcnt 'aicquisition, .i ap -
Plinit oln coreosl3pondante det
miii'/i\:tix viOdiicrt'ti's sitl -
n s Ih prod ljts souhaites:
iiv't'ers em ntli. oitie dimiln ii-
I odn del dilndes (-ntirl -
nni 11 1u'o dlisp:Hition corre -
iniv c dofres enll sore qin,
I dor11er produclter imar-
innl.: i luC i qi ui. prodll -
<;111 l. ilin s i nioills bon-
II's conditLionS, trouvait
nonnmo ns dans le prix du
march une cont re-partie
suffisnarte de son colt ade
production, paraissait sur -
gir ou s'effacer sous l'ac -
lion du meme resort qui de
clancha't entree en scene
.-r ,1 J ,j .



r r I 1 ,h I -,
,i,. . r ,i,1 IT IT ['-r


,I I ,7 n, )l J , ,,1"

ir r r I
1 I

, r, ,l ,
..-I''-i

.,, ,,',, : -,'u r--c it
I , i r ii i, i l- ,r it
,, i,., .,t-,,=" t ,' ,. t ii).


.. ..-,i ,, ,' ,I- ), ,,-) '

i -,. ,i r, i--iu ..- I i it-- r,--


rnnusarssrtaas.11991js


depart 11 h 50 a.m. vers 4A A


I.:


oLrir a l'intervent on de
Etal et de verser dans le
socialisme. La concentra -
ion capiialiste et lorgantl-
satlon proiesslonrelle ont
ert. dec pu sisanees de lUs il;
capAible.. 0 exercer unie ,.:t-
pr'se suffisante sur les 6co
nomies nationals et mime
sur 1'6conomie internatio -
nale pour assurer 1'execu-
t on de directives pri-eta -
blies.

Certes le concours de 1'E
tat leur est utile, quelques
fois indispensable; mais
tout en y recourant, elles
entendent le defin'r, le d6
limiter, s'en server et non
pas le subir.

A quelles solutions pra-
tiques cette conception des
choses a-t-elle donn6 lieu,
en ces dern'eres annies ?

Durant 1're de pro-peritt
qui a pr6c6d de Krach de
1929, 1 Economie dir'gee pa
rait (tre surtout preoccupee
de mottre a la disposition
deo savants et des inge-
nieurs les organisat'ons tech
niques les plus aptes a pro
curer les plus forts rende-
ments. Des cette 6poque et
meme plus anciennement,
quelques coalitions de pro-
ducteurs avaient bien aper-
cu la neces ite de preven'r,
dans certain cas, des re<-
trictions a la production
des nations sur-diveloppees
on des 'tokages de manrchan
di-es en vue d'empecher 1'a
vili-sement des prix. Il n'en
rest pas moins qu'au co'irs
de" periodes heureunses, l-
dirigeants de i'econcnmi nio
derne -e sont prineipal"-
ment attache a real'ser 1 6
uillibre entire laI p.odic-
tion et la conatommation
par le deiloppementl des
i)-'-oin. et t'accrois-ement
drl" nmoven d'acquisition du
ern omnlum-l"t r Dep,'is la
reente depre' ion mondial-,
1'tonomuip diritae a da se
ri' Fiidre a onvisneer le rp<
i'Trem'nlI de 'offre, car il
devenn;t 6videnti. qie. qiio,-
qmt 1 'n fI't. In dsnLando no
depo"rrnail cr-taines limt-
to ept a'pello avnit mame
ties ilendimnen a se conntrn-
I"r do 1:1 fncon lia nlun dnn
pOr1i Connd inl ctto
nin'tvpii]s pnai oieii n'n can
scost de s'intfres 'r a li
concommntion el. danm la
mpTeulr oil I-' circon'sta"ne-
is permnttalent. le mnthc
des qu'o-'Its nvait, esmtln-
yven pour la dcvolnonnr 1-i
ont servi a enrayer Fa d-
croi-sance .


[I , t O i , .


' , ,. i I '.'' , , .'















I r 1 i I I







'it .. u .
i r-, I i: ,, I ,I 1 ,
Sf
-,'t ;i -' ,', ,-,.,'- i ,.i; -









pci, i- r












control t nt ni ii r Dru
Ip,,, r I, rvil,-em e Cl e-








s.iCi economique; :e ;onl
i-,orce- lor:qu ii Ial-i -
lu, de contingentr 1,,- pro-
duction et de valornser les


a flTe.v
t


products Toutes les f[os quo
la dermande- d'une murchian
cl:e tend a fluch.r, si, siur
tout, elie tombe atu-de',tu
de lofire, certe double m6s
Ith-,de est mle en ipplien-
'.on dar,: des condillon, cL
avee L..s [-rl tI;:- divr e s
ElIc :Lpup)pe uclloe io i-
l'inti:r-.en '-n de 1 Etat.
plus genfra Il:mini.-rct cc l
d'ententes entire producteurs
appel es pools, corner:,, car
tcls, volre de fusion d'entre
prices dites trusts. Cas puts
dances de faith, en g6ndral,
concues'et organis6es en' vue
du diveloppement de In
production se tont adaptdes
aux exigences du moment
et ont expirimente une dis
cpline imitative des ele-
ments techniques et 6coino-
miques qu'elles avaient pri
mitivement mission de sur-
exciter. I est mime arrive
qu'en ces dernieres annies.
ce toit une politique de res
triction qui lest ait fait nai
tre. Elles ont une portee i--
conomique et giographique
plus ou moins grande. Elles
eroupent au moins les prin
panux producteurs ou par-
fois, touo len producteu;rs
du monde ou d'un pays. El-
les sont alors dite' : Mul-
tinationales, Nationales.
I.or"qu'elle:s rduni'sent des
producteurs de pays diff6-
rents, elles parvenaient I
Fuppr'mer touted conc'urrence
dants le monde. C'est seulo
mcnt dans ce dernier cn<
q,;p 'ociologiquement. ellen
ruali'eraient un monopnle
'repremPnt clit. Dnns to113
le, autres, plles n'abouti -
w int n'ii qua' i-mnoop'l.
S1 tells le producteiir- ('illi
minem pDays parviennsnt it
s's,'vit"tr,,. en poult hbil'n cO1
';drer qu'il y a mononmcle
a:innnil: ern co esa. 11i Pt
pi-otp" coisntre la concurn1"r


ce 6trangtre pnr do Ifrtt'1-
barnrire.- doiunli re '. ('I,
penclit it, memre (liu r'l'tlt
hypothi., II c'ti eOrn qui
its prix nioailiix n xvF-Vr
cunt pai qlliilquci l1lli en i ts
.tir les prix inti-ri iurr, s i ii
bord ptrceq,i lit pro'c-
llo, al l.int. Ii Iu'ii lt I ipro.
lllli, -in ;a I,.. pi ; prCi'a r,

qu'll peut so produirei a 1'6
tranker d e tels vilisse-
ments de pr'x qu'on ne hui
rait imagine des coeffi-
cients a .ez &lev6s pour en
supprimer les effes, eitfin
parcequ'll faut ccaiptr a-
vec la fraud. D'un point
de vue g6nral, le nmonopol!
nat onal n'est encore. 1"
plu- souvent qu'un qua 1?.
monopole.
Les cartels r' .
Font tries nombreux. les car
tels internationaux pl'is ra"
res, quoique freqniient, e no'
re, existence des t uns et de-'
autren parait avoir ic t pil1)
ne de v6clssitudes. Quant
a'ix ententes mondinle on"
pent se demander ;'il en a
jamais exister une .'"ri1
parfaitement efficacy Pair-
mi les groupemnen'. l-'
plus vo:ains du monopntol
on cite, Ie cartel fraInro-s
allemand de la Potsl,, ,I
pluhI rccemm'ntt l.- Pr 'ti
des. producteur- d i S-r.i
dit Cafd. dp la si .:t ,, I
l'nptate de producctur.i dI,
P6 roIr...

T ''uiud Snroiolorlqu,, (I ,
qlclq'ulen drtaill' oncerenian
cm e c i p p )

tc, praoique.

Wi'dnr G rard VIT\r,
HER"F. 6 V:ill dl .-.,
No. 6 0 zo'on.


*a u Fu


.'XE3QtJ WI0TJ it r E~ t


I - - I -- .- - ifa ib


iji1. No


-nNE


LI~I ~c~~ ----------~3lr_ ~r,


--"


r i" ~""""I~~""' "~"U ~~


1


iA W Ak 06


o ul11:1 1I IIIEN


I


v -Il lk .






- -4


DAYLAX



Ile Discours du


Laxatif au chocolate vainqueur de la constipation




Tragique accident aux Gonaives 8 morts


('hancelier Edner Brutus


iStui. di lc 1tre ptae)


a ; it e ti I ialint.i' dt tist
i, l isn iltunia" olre en-
tine tn'iti. d in tarlticles de
ir- risnem EI le r't patintol
m,,l cnod- ncenagIenC t ju
,alI nlr o lann 11ore langueC
L,.alr lie iit dflans nos

, ,, lr filau n otre n dll-
r re die rivre ,ianli pour-
o t t offer notre genid.
iAn t litcr.r notre fonds
A jrt. ai' et ir-e dtcit line.
in ,-liernrr no parliCul-l
fit. a,% nevnter leur es-
tn r alterrtr leir rCtIenu,
tour rimeAnlilc Cetlt inter
p,- rar' r'I cxplique] la sa-
If, ,|tl nt d ie haitienls -
i. premiers francophones
quitnd le Gnouverinement
fr,-ca, entrcprit I. l'Am
itt0,- r i a ,eiOr ausii la
fratin r ph-i n r tir ies bases
, toitlrri e (mi- en railon
,-, _t m e i que 1 Pr6st-
rn t tnompitiou, peti-etre et
it.'li recuti a 3 ITlyse no-
ire prrmlrre drleg:l/o07 mini
niwrrirllr ifipuits notre in-
cperiid.tancr apprcianiti. vt7
rmolr ntmp' la politique
S-it ionruirre (t notre PrOcM-
rni .1 Vi*re Jean-Claude Du
atlirr a.iltanit ce que lui-
mm1re 1 ppelat. le retrou
Sa l fr.ancr ha.itiennei.
t l I're ident Giscard
i Li in' apprita un sou-
ti- imag-tral au mouve-
ernt a -in *rEpni-ation Ai
Sn fnc'i, ,inment. d sa
S ei d epuis. e'eSt
pour nus- et a vive allure,
une rc operation francaise
,ft ire to dan- tous nos see
'rurn prioritaire' Et c est,
re .rnr et une foia encore,
I rrcai, n d. rallier tous
-r'i qui parlent sao langue
poir enfo'tner un hymne a
la ,didairoe afin de saluer
I a i i;ran d,. la France h
pltit urt dpe not entrepri-
' t an prff die notre corn
...'.(r ir;utns Ie respect de
r-t it;ilnir op san- arriere
tie eta


L'empreisement de la
France it nous 6pauler pour
rendre plus clement notre
aujourd'hui et meilleurs nos
lcndemains nous va droit asu
rocur. Nous savons un gre
inft'ni au Pr6sideutt Giseard
d'Estaing de la sympathie
qu'il nous accorde. Qu'en
l'honneur de votre pays, M.
I'Ambassadeur, nos convi-
ves lavent le verre et se joi
gnent au President a Vie
Jean-Claude Duvalier pour
vous assurer que, pour nous,
la France reprisente urte
historique grandeur, un ex-
traordinaire destin, unte a-
mie comprehensive, un con-
cep de pauple a la jeunesse
tniours recommentcee.


BEdYROUTH (AFP)

Premiere manlifetatlon col-
Stet.ve de la conda-ination
par certain ftats Arabes
des initiatives spectacu-
laires du Pre,'dent Anouar
El Sadat,e les T du
monde Arabe s-e reuniront
jeudi a Tripoli. us devraient
se retrouver lundi prochain
a Bagdad.

C nq, 'et peut etre six, rau
teuil stront accupes a ce
sommet restreints de la
,fermete> organise dans la
Capital L.byenne : !'Alge-
re, la Jamahiriya L byenne,
la Syrie, le Sud Yemen et
les Palestinien, (L'OLP ain
si que la m'norite radical
rass mblee au sein du de refus,). Quant a l'Irak,
qui a, jusqu'5, present, pas
se cous silence l'invitation
libyenne, elle n'avalt pas en
core announce, mercredi a-
pres midi, si elle serait re-
presentee et a quel niveau

De tous les pays qui se


FATES DES TRANSACTIONS

IMMOBILIERES INCROYABLES -.


A Iouer
A 'I.'Ali)N-VILL.E MAISON DE 4 CHAMB 3 BANS
A I TA I..LL, CHRETIEN 3 CHAMBRES,
(ItANDIl TERRASSE CAME
A(.l Ni lI( AL 27 RUE AMERICAINE TEL. : 2-4443



















Le stock le plus complete de piece:

Ar ipenla n


taulte de la le. nage)

pres la Ravine Couleuvres.
Le camion qui avait a
son bord environ 75 passa-
gers presque tous de jeunes
lootballeurs qui allaient
jouer un match dans la Ci-
te de 1'Independance dans
le cadre du championnat
transartibonite filait croit-
on, e une assez vive allure.
Le chauffeur 6tait d'ail-
leurs encourage par les cris
joyeux de ces jeunes gens
qui etaient stirs de la vic-
toire. Eux tous ou presque
tous sont originairas de 1'Ha
bitation Berard oiu a pris
naissance notre distingu6
compatriote Pierre Tous-
saint qui sera bient6t cano


reuniront jeudL a Tripoli,
c'est la Jamahiriya Libyen
ne qui a pris la tete de la
croisade contra I'Egypte, en
ne voulant plus. reconnaitre
le regime egypt'en et en de
crdtant des measures de boy
cottage. Rien ne permet en
core de croire que Tripoli
fera ecole dans ce domain,
Le sommet restreint de
Tripoli ne perturbe en rien
les preparatifs effectues sur
les rives du Nit ou, pour la
premiere fois, dans 1'histoi-
re. l'Egypte sapprete a re-
cvo r officiellement, proba
blemenit au debut de la se-
marne procha.un. une dele-
gation israelienne. I1 paralt
de'orma's acq.,:s que I'E9gyp
te sera la seule part u ilia
be du ,champ de batailteo
face a. Israel la Syrne, la
Jordan e et 1'OLP ont, soilt
en terms diplomalicucs
soit categoriqu-ment, iefetie
de fire le voyage du Caire.


Les Etats Unis et le Na
tions UnI(s seront presents
a ceote reunion. qui doit ure
parer la reprise de- negocia
t ons lure Proche Orhtnt
ma's. selon W.e-hingtonI 1U
union Sovi6tique saabsiindra
A exception de ces deux
rencontres, lea autre- pro-
jets de reunion ou de om
met etaient ei core ,ercre-
di entoures d':ncerttude

La proposition de 1 lrak
de reuntr a. Btgdad. la se-
maine prochaine. un nou-
veau sommet rostre nt des
> n'a po. rencontre
b-aucoup denrhous:asme a
'except on de lappui attcn
du du Yanser Arafat. Pres.dnt du
Comite Executf' de 1'OLP a
declared que ce sommet se
tlendrait iund avant me-
me que le Gou'ernemont ira
kicn n'annonce off cillle-
ment la date dc ceoec ruIn-
contre.


niS d.
Les nombreucx blesses
n'ont malheureusement pas
pu obtenir les soins que re
clamait leur 6tat a 1'h6pi-
tal des Gonaives qui nest
pratiquement pas equipe en
consequence. Les autorittis
de la Cite de l'Ind6pendan
ce, principalement l'Admi-
nistrateur de l'h6pital La
Providence durent d'urgence
fire appelt a l'H&pital de
l'Universiti d'Etat a Port-
,au-Prince ainsi qu'a I'Hopi
tal Albert Schweitzer i Des
chapelle pour qu'il's en-
voient des ambulances en
vue de transporter les bles
ses.
On devine, entire temps,
le cas de ces blessets qui
ont dii souffrir enorme-


Cette reserve parait due
au faith que le project rakien
vient en competition avwc
celui de la Libye et risque
done de dissanmner les ef-
forts entrepris par ceux qui
s'opposent au President Sa
date.
Encore tres incertaine est
la proposition l byennc do
reonir, des la senaine pro
chain, at Tripoj, le somnin"t
Arabe prevui pflir le noise de
Fevr or prochainS S'11 n'e-
lait pas posilhlet de lenir
iunll tI i SO unct'. 1" Goiveri'nle
ilIii litbylln pinpot i 'e il unt'
reitnionll des \' i di i I\ MI:-
n stres d ts Al:.] (,s ', I ,_
r's de la L4'a Al bi.

Ce -doln i l : 'Xi r'rtl p dt illtl
de chaliin(, i 'tl, ,ii l i,r
l' adlohetim(l d'1lt 1 l--.it l i
de l qu-alwyi, t E-
tilts t done 'Egypte -
solntl invilei'., e (I11 I ,- Mil
pienm ire d:flcuit' 1. -
bye. Past. hiot i\'ytiit rt)it -
piu avc" 1' P it, .dtlll ladat c
Le Kowet t ; 1,i Joraill(.
par extempli 'it d, j. ain-
nonce qit it, '"IC pi. 'ipt -
ra t:en s ti a tl t S t'll n t (,ue s'
tous les Etats Arabeo s'y ren



ci-lie de ta Joi-.t it em-
plo ent. d>cr(e' Tilt ma s
active nt. i ;n' ttni'r des
divergenc-s Un d:r geant
pale tinien a di ,i atnnonce
mardi so.r -an itau ce!ij so t
confirm par Ryad. que IA
lab c .aoud, a ,I'c"pte
I Dinvtaiton I Lyenne

La reun'on ,tIouiir d une
meme table dt tou- :,.- dri
giants arabes narat rtre ac
tu-llement 1 unique facon
de sort r de a gpuirre des
sommi t it d6 la confu ,,.oi
Otlu le \Noa, Jeruoaii m dll
Presid nit Sadi e a ',onge
le 110io1di Arane.


Flatuience r

Maux d'astomac.


s de rechange et


..cessoiures puur equipemenis electroniques
tels que : Tubes, Transistors, Condensateurs.

Cordes, Plugs, etc.

Haut Parleurs de tous les models,

dimensions et wattages


Laissez fondre
2 surettes

,
dans une 1/2
verre d'eau
a base de ricles
deKeathema


*% -.~- .d


ment entire temps. Certains
d'entre eux ont df certain
ment mourir dans 1'attente
de soins ad6quats.

De l'avis de ceux qui se
trouvaient sur les lieux, cet
accident est pent itre le plus
catastrophique qui se soit
produit sur nos routes na-
tionales deputy plusieurs
annees.

Cet accident a d'ailleurs
dajd cause 8 morts et des
dizaines de blessds. Ces der
niers sont actuellesment
clouds sur des lits d'hbpi-
taux an milieu d'horribles
souffrances.

On ne saurait trop d6i-
plorer cet accident qui cons
titue un grand malheur
pour plusieurs families qui
ne s'attendaient vraiment
pas i une telle catastrophe.
Nous leur presentons nos
sympathies et faisons des
voeux pour le prompt reta
blissement des blesses.




AUTOUR DE L'ACCIDENT
D'HIER SOIR

L'accident survenu hier soir
sur la route des Gonaives et
qui a coute la vie d 8 de nos
compalriotes constitute en-
core line fois, une occasion
pour nous de mettre 1'ac-
cent sur des points que nous
jugeonu. esselltiels.

lo) Les liinites de vitesse
In' sent pas respectees sur
les' routi.s nationales nial-
grc les paniieaux indica-
|leias .Le control des limt-
te, dtc vitesse s'aiverr de ou
t< pri'en 're tiniportlance.eDe
stati.tiques prouvent que la
tre- grande majority des
aictidenil survenus sour les
natipntrles est due a. des
excess de vitesse. Les servi-
ces de la circulation-auto
mobile ne disposent pas en


core chez nouS'i le materiel
technique et human, isu-
ceptible d'etre pr6pos* a une
telle tache. 11 faudra y pena
ser un jour. Car le uevelop
pement que traduisent les
routes asphaltees, neuves,
et une augmentation du
nombre des vihicules sur
ces routes, command aussi
que routes les dispositions
saient prises en vue de ga-
rantir la s6curite de passa
gers.

2o) De la security des
passagers, un autre aspect
surgit apres 1'accident
d'hier. Les postes- de radio
de la Capitale ont relay6
dans la soirie les appeals
de P'hdpital des Gonaives
qui semble-t-il tait depas


s par amplerr tamper des d6- de provinces ddtvemt ite
gats... L'accident a eu lieu munis d'arnbulanres wa
entre 2 villes (Gonaives et seulement common mayen
St. Marc) qui disposent cha de transport mals aual1 corn
Cmne d'un h6piptal de dis- me unites de premsnrs aoint
strict. Et malgri tout, 1'ai- aux accidents.
de die l'H6pital de 1'Univer
site d'Etat d'Haiti a ete ne
cessaire. D'oil la n6cessilt 3o) It est important que
d'6quiper les h6pitaux, cen les permis de conduire di-
tre-hlpitaux de province de livr4s solent des garantiWs
tell sorte qu'ils puissent pour les passagers, qu.nt
prodiguer les premiers soins, aux aptitudes, aux possibi-
parfols determinants dans lites d'un chauffeur.
le pronostic d'un blessed, de
prendre les decisions imm6 4o) 11 faut un M eur
dates, de liquider en quel- cntrole du charge meet de
que sorte les argences. Hier vthicules de tranmport pu-
soir, des accidents sont blic. Les premiers ilt pu-
morts pendant leur trans- de 'accident d'hier don-
port i la Capitale par des nent: 8 morts, 63 l d
moyens peu orthodoxes (mI ce qui laisse s poser que
dicalement, bion entendu). le caion te rawnportat q71
D'autre part les h6pitaux passage rs.


Lion Electronic Mosquito Destroyer llte volt too tous les

moustiques instantan6ment,

SANS ODEUR NI FUME.,

SConsommation electrique nulle, Lampe temotirL

Construction solide -. Presentation originale, dimension
j standard adaptable a toutes les marques.

Dominique Bailly et Co Distribute urs.. Phone 20021 i
^ceo~eoeoeoogcic~c^.j~aeoa^-a-g-----a--aggeMnoeoesCa"J


o4(srY K-p~t)~


Wcsk^.,nd SALE


T aux latue



SSuper mareits,


"Special Special durant tout le


Grande vente au r

auxY trnis Lalue Suel


AVENUE JOHN



Poulets

Oeufs

Bacon imported

Jambon en Ferblanc de 10 lI

Pur jus Raisins
Vinaigre imported demi litre
Petits Pois 16 ozs.
Mais en Grains 16 ozs.
Huile Soya imported


bs


mois de Dc."


rabais


r Market

ET DIQUINI

Prix Choc

79 c la lb
99 c Douz

1.69 la lb

18.99
99 c 1 litre

49 c
59 c -- 3 pr 1.70
59 c -- 3 pr 1.70
6.99 eI gallon


85 c
1.30

2.29

24.00
1.19

75 c
75 c
75 c
8.00


Towels (Essuie mains) 1.19 99 c e RI

Cleanser 14 ozs. 55 c a pour 89 a
Eau Javel (Chlorox) 32 ozs 80 C 69 t
Detergent 84 ozs 4.99 99
DMtergent 49 ozs 2.99 1.99 prmx choc
CaE6 tacha 1.70 99 c
Poudre Roger et Gallet 2.80 Plus I Bolte Gratis

Spray Roger et Gallet (Eau de Toilette Jasmin 2.80 Plus Gratis

Et plus d'une centaine d'articles aux Prix vralment Chocs II '
"SPECIAL, FJn d'ANNEE durant tout le mois de Ddcembre (Jusaqan 31)


Proche Orient : Les sommets des aDurs,,


BROWN, DELMAS

Ancien Prix


.Li .


aCb/~/~CE~Srb~Ersrr/J~/-r~)%r~P33r.~i~-


- **- -


$ ~-~ ~"YI-----l~-~'-'----


JiiA- i .


3


r~UI~3JI~LL*E~LD


j


~ ~a~J~- r-~ ~Y~- i~B~L~j+Lk~i~iC LI-PLI~P*-LI~s~gZ -ly





gT NOUEISTE MECRD 30 NOV.-- 1977-----


PAflE 4


LE CARE (AFP)
Un certain optimist
rigne au Caire mardi soir
it propos de la Confirence
qul dolt se r6unir prochaine
ment dans la iCapitale Egyp
tienne et a laquelle le Prd
sident Anouar El Sadate, aI
la suite de son voyage en
Israel, a invite touts les
parties en coieit au Pro-
che-Orient.

En .effet, de source 6gyp-
tionne, on affirenm quo cet
te conference qui devait se
reun r au plus tot samedi,
pourrait commencer ses tra
vaux des lundi.

De source procne dlu Mi-
nistere des Affaires Etrange
res, on declare que la date
defintive de 1- reunion ne
scra f xee que samedi lors
que toutes les repons-'s des
parties invite.i seront par-
venues au Caire.

Celles-ct sont la Syrie,
Isra l,. la Jordanie, le L'-
ban et 1 OLP (Organisation
de Liberation Palestinienne)
le Stcreta re Ceneral des
Nations Unies et les deux
co-presid nts doI la conferen
ce de Geneve. I'URSS et
1I s Etats-Un s

Jusqu' 1 present deux re
ptn'i.-es ofil .cl. leo et ecrites
(Ill mi11~t sont parvenues
a.t C: re cel di I-rael.
quti e ierra 4SM I-Sellaou
Beii Elis-iar et Me'r Rosen,
in. c 1cell' de la Jordanle.
;.l \'r ;a CoLU '.ion cl que tou
it'. i < i lt, ,Is i'IVt os aC-
t itt)[ I t' tI c t i'tl l


On apprenaft dans la sol
rde de Washington que les
Etats Unis avaient ddec de
d'envoyer des repr6sentants-
au Caire et que -M. KurtI
Waldheim avyat d6slgn6
pour le reprdsenter, le G6
neral Ensio S'ilasv.uo, coor
dinateur des forces durgen
ce des 'Nations Unies au
Proche-Orient.

Reste le Liban qui nta
pas enotre fa t conuaitre ,a
r6ponse, .la ,Syrie, .dont la
utcnjr re riaqtiqi. ;a et,6. 4e
refuser dans ases .d6ecjra-'
tons officielleg ,de .v.enir au.
Care, A'Q,I-P, qui p. obser-
v6 la &m me attitude et
1 URSS.

En ..ce qui concerne YX-,'
nion Soyidtique, les 't,*E-ux
d p6omatiqqes du Caire esti
ment que celle ci pourrait
finalement decider de se
faire representer 6 la con
ference du Caire. A ce sujet,
declare-t-on dans les md-
mes mi 1 i e u x des
contacts intensifs o n t
lieu actuellement a Wa-
sh: ngton, .l'.URSS parta-
geant avec les Etats Unis
la pres'dence de la Conf6
rence de Geneve


On estime aassi qut sia
1 'URSS decide d'envoyer
quelqu'un au Caire, ce pour
ralt etre M. Mikhail Siten
ko, Vice Mmistre des Affai
rt s Etrangeres. charge des
Affairs du Proche-Orient.

La decis on d, ,'UiSS, si
elle est positive pense-t-on
dan,. la Capitale egypt:ein-


STORE R RT NEEDS




pour



- Encadi'remTn:ct de diplomes


et de tableaux


- Studio Photo


ce qi un artiste


pour ait desirer


Tel. 2-3193


ne, pourralt amener ceux
qul ont djkh refuse. mas
qui n ont pas encore fait
parvenir -leur repon-e tor-
melle, a reven:r sur leur
decision ou a se fare re-
pr-senter la conference
par des observateurs.
On note dans les milieux
inform6es du Ca're que la
conference de ,toute faqoin
ri:aura i pu Ivo'r .lIeu same
di, jour ,du Sabbat, e, 7s-
rael.
.Les pr'eparatasL .4de cette
conference veqnt bon train.
Le lieu de .a edunion ga Id
ja pratlquement ,tLs .arrctd.
II s'ag-t .de .L',Hltel ,Oberoi
Mena House, une grande
batisse de style -mauresque,
entourd de somptueux inter
a l lie du Caire.


Cet HStel se trouve la
peripherie de la cap.tale
Egptlenne, directement au
pied des pyramides. Des
raisons de securlte ont
semble-t-il, inspire ce cho'x
aux responsables egyptiens.

Le Caire et le refus
SOVietifue
(suite de la l6re oage)
d'un group de travail pour
prepaxer la conference de
Geneve.
Poa"w les observatturs la
tinfiance de lEgypte i 1'e-
gard du Kremlin n'a fait
iue s'aeccroitre. Le Presi -
dent Sadate a toujours ar
gu6e devant ses interlocu -
teurs du faith qu'il n'avait
confiance que dans les
chefs d'etat croyants>. 11
parlait du Pr6sident Car -
ter. Et son dialogue avec M
Besgin le confirm. Dons ce
UC1lue contaxtet d'ailleurs,
le cihef de l'Etat s'est enga
g publiquiemeni' il y a deux
se'naines it aie pas confier
de mpste s les aux alatiees>>
(commnnunistes).

D'autre part on estime
dans les milieux egyptiens
informers que le choix du
Caire pour la reunion avait
pour but d'entraver la par-
ticipation Soviitique. Pour
I'URSS, en effet, le Caire
rappelle 1'expulsion de ses
20.000 experts, I'abrogation
du trait, d'amitie et tout
recemment la decision uni-
laterale de suspendre le
remboursement de la det -
te militaire de pres de qua
tre milliards de dollars-
Pour les milieux 6gyptiens,
la proposition de Monsieur
Waldheim, Secretaire Gene
ral des Nations Unies, de
tenir une deuxiime reunion
preparatoire a New York
tombe a point. Elle permit
s Moscou et aux parties A
rabes hostile a 1'initiative
6gyptienne de sne pas ra-
ter le train de la paixi)


VOTRE HOROSCOPE
I Par Frances Drake


Jeudi ler. Decembr-


21 MARS AU 20 AVRIL
(BELIER)
Concentrez-vous sur votre
success personnel dans ,le
cadre de oes dons. Apprenez
davantage sur vous meme,
sur vos possibilities. Surveil
lez constamment 1'volution
des circonstances.

21 AVRIL AU 21 MAI
ITAUREAU)

Desir d'action? L'intelligen
ce, bien controlee, peut
vous permettre des gains
substantiels. Fondez vote
action sur vos besoins, yes
qualit6s, vos possibilities cou
rantes.

22 MAI AU 21 JUIN
(GEMEAUX)
Solutions contrastees. Sor
tez de l'incertiutde par une
analyse et une action clai
res et concises. Developpez
la m6t-hode et 1'dptimisme

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER)

S'il n'existe aucun guide on
aucune directive, attention
a 1l'impulsivite dans les en
treprises nouvelles. Appre-
ciez sagement les valeurs.
La journee mettra votre lo
yaute a 1'epreuve ,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION)
,La controversy sera ennu-
yeuse. C'est ici que votre
comprehension, votre indul
gene serviront. Ecartez-


vous des solutions niediocres
de la trivialite et vous do
minerez plus facilemnent la.
situation..

24 AOUT AU 23 SEPTEMBER.
VERGEG)
Le travail le plus dilicat
apportera le meilleur resul
tat si vous agissez bien. Ne
tournez pas le dos, ioute-
fois, a des situations com-
plexes. Ccrtaistes d'entre el-
les persisteront .

23 SEPT. AU 24 OCT
(BALANCE)
Evitez le danger, meme
si vous avez un long detour
a fair. Des personnel vous
agacerons. Fuyez-les.
24 OCT. AU 22 NOV.
(SCORPION)

* Pas de decision sous la
tension et n'ecrivez rien quo
vous regretterez plus tard
Gardez votre egalice d'inmc
memne si certaines situa-
1 lions vous preorupcnt.

23 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITAIRI)
. Conjonction indiquanli une
0 activity enouvel le. As,sure.
vous d'ye e/re ]pr-ci sia.il ns
abandonner les ol)blig.tniis
courantes. (Qu c votre pvs,,-
misme n'ngei'ndr( IpS des
malenteniidus.

22 DEC. Al' 20 .IANVIFIR
(CAPRICOR N)


..... r_1----c1 1 -- -





SBPRESENTE



LES BELROPEENN ES


LE STOCK DE PIECES LE PLUS IMPORTANT DE LA PLACE POUR DES VOITURES QUI NEN CASSENT PA

UN SERVICE APRES VENTE IMPECCABLE ...u,...p.


InfInell ctil s coniitrastevrs.
Questionnez .t chercher cu
est la mnarg(,e terreur. N'.t
ceptez pas aveugiInlent lIs
Suggestions. lEl ll'ic iitt ilc z
pas plus qu'il n'.ct ra.soin.
unable.
21 JAN. AU 19 FEV.
(VERSEAU)
Nouvelle lumniiere ur uncO
certain situation vtes /do't
nera de bons atouts. Trai-
vaillez pour votre suckers
mais il \ous faudra plui
d'energie encore que d'ordi-
7taire.

20 FEV 'At: 0 2WAR.S3
( (POISS()NS)
Vou; a ez ti iilien.illiif un,:
grande libbrte dr nenur.-
nien's. Bien emripleo iele
vous aidera .1 \,u i appr,)-
cher die ni bit'., quili
soien.' Iperro nlleu 1 i, u a.ippir
t.nciMn au plan de la ,.r.a
lion


SI VOUS ETES NE
AlUi.lO'RD HUI
Vous atez de- don %a .
ries el nombreux \ou .1i.
rez p1. d'une occup.ii 1il
Votre qu'te pour la connali
sance lie" cesse iamais ei. ce
qui e t plus encore, non
seulement vous retenez
tout c: que tous apprenz
mai.s ous appliquez ce 5a-
voir aux silua/,on:, a.\s mo
menls et aox lieu.\ qui con
viennent. Dans les affaire_,
vous pouez2 de'%(enir un di-
recteur de haut rang mais
lous trout:riez probable -
ment los plus grande sa-
tisfactions dans la ciene,'.
la little rature ou le droit.
Dans cc dernier cas. la po
litique ou la fonction pu-
blique deviendrait votre
but ultime. Sur le plan per
sonnel, ious stle- extreme-
S meant sociable, genireux
jusqu'a l'exces et profonde-
met atffectneux, bien que
os le montriez pas ton
hL .... r.. -.- ,


.Confirence Caire: Optimisme


dans la capital Egyptienne


THE ONE STOP




I/ A


(Place D; ps


ICWwM ccc/N/sso/ iciOMosotsawa


'r~/~r;~;r/CCISrC~l~rt~'r J~J CI


~IEa~ia~J~i~rw~auIIIL~U


.-il


,"now


ct. NOUVELLISTES


. TERCREDT 30 NOV. 19771


D-siou-:es)








LE I.IGUVELLISTZ-
q00IissllFN FONDRt 3N IS"
-0-


loT MAN K Ck4AtVNT
itiIRITliit'R LOCIISN MONTAX
w-V4 UN I ST5ATF1I K ~ur.MAX 417HAUVET





Nos ots Cr'oise"S


1,1V IF ,iiilci
it i d sill


lIi detColl



n, it.,Oi
de ciaii

d I Tr n 11-


[,~s I IIII
risri
isis,


blir 1-equilibre dans un ton
lseisiu
, Ance n synonVme de t's-
sr en forme d'oeuf
4. On p ut y allor parfois ia
la nage sculpteur grec,
auteur du Mausol6e
5. Puna'ise d'eau du ver
be avoir
6. Contractions nervcusts -
l'te s-.


7 C, i protege les doigts
apparence

Spar les 8 Un't close
9 Marchand;ses -- pr,,nnm
10 Tumeur a da turfacs dis
re'a aos

X X X x X

'.: -. VERTICALEMENT


S 2 N, solo-
. 1 P -
S rata 6.
S Od(. -
C 9 So)


1. Anopheles 2 Porion mol
3 Ost ou'r 4. Goelands 5.
El e ie -- is 6. Eolien are
7. Brouwer 8. Ai Nansen
9. Remit E'ce 10. Azalesd
a 467


Mercredi soir




PRESENTATION DE LA NOUVELLE


COLLECTION DE MODE 78 DE

Y'OLANDE MONTHS


AU



BISTROT


Une soiree et une ambiance


exceptionnelle : Pour vos


r, servations, telephonez au 2-1809
OJ. "ot. i.s^ '.ai J'.J-.c -"o.."so '.e^^g g'..a"JJJ.Sj-.j-c-coa, r 'oi"fc^,'%


PHOTO
NATIONAL SHOPPING CENTER
% Delmas
RIPoRTAGES MARIAGES.ANNIVERSAIRES
BAPTEMES. MODE -
PI-1OTOQIRAPHIE., INiUSTAIRELLE

BL A. K ANO WH ITE ,OR -
Lionel Pierre-Louis:
ARTISTE PHOTOGRAPH D LOME DE
N Y INSTITUTE OF PHOTOGRAPHY I
E7 DE GERMAN SCHOOL OF PHOTOGRAPHY
TEL 2434


W -Y wiow


Pharmacies
assurant ie service
cette nuit

MERCREDI 30 NOV 1977

'MONT CARIfLL
Blv Jn J Dessalines

LUMIEIS
Ave Poup-ard

DE MARTISSAN'1
MARTISSAN'i

PETION-VILLE
NOUVELLE
Avenue Estim6

JEUJDI ler DECEMBRE 1977
MA PHARMACIE
Lalue
PERPETUEL SECOURS
Rue du ,Centre

DpE .LA SANTE
'Rue Pavee

PETION--VIUaLE

Place du march5e



Visiteur distinaue
M. Ivan Carion 0t Sa gen
tile fAeinmme JacquA lne',cc
criapagnis dE leurs amis M
Rqbert et de son spouse du
liette Leroy sejournent ac-
tuellement en Haiti.
Le mardi 29 Novembre 6-
couni, Ils se rbnt rendui a
Jaomel en ecompaiie do
Premier Deputi de la Cit6
villapte eat fibre, d'q u i
iaieotront le -mumaredl -


-wulte de la r16e page)


gement rad'cat dans 1'attl
ty.le de la gardlsnne, avoc,
'pour ionidquince, des avan
ages materials certglns et
un mollleur cl mat psycho-
log que au b6nefice du
4chIouUi'.- Outre I-ur capa
c.io ara:acr un Indlvidu ah
r6soudre-des confl'ts, i so-
lutionner des probl6mes et
d'assurer un support a no-
ti;e Vot, les cr'ses de posses
ston p-rmettent particuli-
rement Ode d6cbarger Its put
sons et biLoins cEgodysto-
n quess qui, enc:malement>
ont, tente s en 6tai .dL Sup-
press'on ou .d repr,' ,.ori
p.tis-s ltes ,c'jtcorct,linceS ordi-
halres ,de la v'.e. Oes pul-
s'ons peuvent 6tre s"xuel-
les, comme .14'jl. u. J .e
comportement de nos ogud-
d6s,. Elles spent parfols a-
gress'ves come le montre
ce garcon, ordinalrement
calms Et rangl, qul, possg-
de par un loa Muodoung,
strangle un chien avec sea
dix do'gts.
Des aueWurs, entr'autres
Herko vits ,pensepnt ,que les
possessions qui ,c.latent a
L'occasion des ceremonies
ont une importance cultu-
relle evidence. Ce sont des
formes de comporement
hautement sanct'onnees et
institute onnalisdes.'ll1es sui
vent strictement certain.-
cpatterns; pr6ktalis. Elles
sont une for-me de compor-
tement soc al bien appris'
a laquelle les ressortos-
sants de arrsaines cultures
ont etd condltionnes par
une exposition frIquente re
montant parfois jusqu'a
1'enfance. C'est pourquoi la
cr se de possession est con-
siddroe comme un ph6nome
ne normal qui a sa place
dans le moul e cultur'el,
come le sont tous ies au-
tres aspects d? vie convene
tionnellement admis dans
le milieu culcurel nonne.
I! va sans d're que l'n-
dividu issu d'une culture ooh
la crise de poSsession est
en honneur, accept Pt dosi
rable mEme, trouveo0 tou-
jours en elle 'ine itsue ho-
norable a lauielle 1i au-
ra rrcours incnnsciemment
et de faion spontande, lors
que des difficitds Insur-
montables do existence
croent chez lui un senti-
mont d'al"natlon de la rda
l'td du milieu social ofn i
vtt. avec pour consoouence
ine menac p son sentiment
de s6curotr.

Dans ce c.,s '1 ndiv.du
suit alors un proces-us de
rntrait soc al et emotionnel,
de court duree. pendant le
quel il abandonnera son i-
dentAtd propre pour as.u-
mer cell de quclqu'u d'au
tre, par example,. une div2-
nite vodouesque. Un tel
comportement est vl corn-
me tout a fait normal dane
le m 'lieu cultural ou il
Vit. Tel nest pas le cas
pour la Schyzophremnqu .
d'abord, est considered corn
me un compnreIment anor-
mal par le milieu et oh


NoUUS imontriin cert s, u-
ne reelle tendance a regrets
ser vers la recnerche de cet
te s tuat'on primitive de l'e
xist ncee dans loquellc se
montre l'avaniage e, ia ne
cessitl d'abandonner notre


Que recherchez-vous ?

Des responsabilites... De I'autorite... De I'argent... Une bonne
ambiance de travail... Une personnel qui va enfin vous apprecier,


first School


f i
I


vous permet d'embrasser une carriere qui vous apportera tant
de joie Lisez notre catalogue et decouvrez pourquoi les
dipl6mes "first school" ont tant de success.




ral ans Exporutior OratritfrO




i ei rrrtifirt.' lmt")a

ainu saltsfarltrili rimto lrTrh thr Marie Edithb Vaal Gi-no
, ,-sO Sisi.iii ,e s FriS' Berhman Motors Secrtatre Do


Protqrjm i it ili),i o''i mliii'for OClnilloini ofruom thi, 1. rtis
Ait EihusioatuuiiouAsi is f thr Nor-th .Aoriwo i rrtortal 1'rbaiv
to lrrbo eioinaLrlb fIMP

KUO


Faites parties de l'equipe de secr6toriat de
direction bilingue d@butant le 28 no,?"':-
d 5h30. Tel 2-4755 2-3508



first school
Id ou commence votre success !


0 -~ o4.~ -. ~5s,.-. ~ ioooo,~.,5,.oiO,5' ~ 0-,~~5 ,ac,0.cios5, _____ ~


homee devant l'angoisse


1'indiv'du emplole un i md
n sine aiut.titlu',i qul to por
tera de faqon durable b ou
p:rmanefnte, A prenore s0
distances. vas a v s de la
rdalilt exttrieure et b fai-
re un rtplilemtinnt sur sol,
a s'isoler du. m o n d e
ext6rieur pour s'encap-u-
,Lei aveu ses rhantasmwa,
et;: e'a pour ure perlode in
d6terminee.

Ce recou.io un m ruania
me culture 1 d'odaptriton et
de defense, come la crose
de possession, fournt a Vin
dividu des r-ssources pro-
pres a la ventilation, a la
decharge d;s pulsions et
tensions, don't le survolta-
ge est de nature & mettre
en pdr'l ia parla'te intdgra
tion du psychiane. La cri-
se O.e possossior reitablit ra
p,dement .et force mine" la
coimmun cat on interperson-
nelle sur .des bas' plus ac
ceptablis socialement, con
trairement la defense
schyzophrninque qui tend
plutot a couper ou inter-
rompre cette communication
de iacon total et durable.
Fenchel, h la suite de
Freud, ontre que, durant
les deux premieres de no-
tre vie, des personnel om
n potentes (parents, etc...)
ont pris soin dc nous, nous
ont proteges ,tt nous procu
r6 de la nourriture, de 1'af
section, de la grat'f cation
sexuelle et ant ains crez
En nous un ,.-jtiment de
sicurit du eail fait que
nous formions avec ellcs,
une seule et colus grande
un'td, un seul bloc, per-
dant alors ino'e propre :n-
div:dtalate. Ce fut un dtat
dans lequel nous nous sen-
tions beaucoup plus forts,
plus Officients et plus ca-
pables de nous def ndre
contre toute agress on even
tuelle. Ce futr unc s tua-
tion pr.vilegte, desirable.
nicrsoaire a fnotre srvie et
ev demment plus avantageu
se qu'une s luaion ou nous
scriuns sculs s letter Ces
porsonnes omn ,otentn:l e-
ta1ent ain;i incorporcs a
nous. eta enter -'- nous, opos-
sedecs> par nous faioa ent
partie integrante de nous,
ayant ete intloject6es s-
lon un process primaire
d'dent f'caton Subjcctive-
ment, la possession ci 1'e-
tat de possession cre,. dans
ces conditions, une convic-
t;on de pu ssonce accrue
chez la perscr.ne ,ipossd-
dee,. Cftte s tust on privile
giee. experimentee a-i debut
de la vie, nous rest i lai
mimo:re avec -Pes implica-
tions symboliques pos tives
tt rend compete de 1'6tablis-
sement, en chaqup etre hu
main, de sa copacitt ou de
sa tendanc L a ddvelnpper
une Mostalgieo pour un tel
etat quand, par oxemule. a
tchoue tout tontat:vN. de
notre part, de inaitr'oer des
s tuations difficiles de I e-
xistence.
Nnr 1.. .j+. .. ,. .


indi'vidualite pour torm'tr
ne .plus grande unit par
notre assoc aLtn ave; .une
autre indIvldaiolte, cell
la plus pulisante et omn'-
potente commm0 le sent le
tes du pantlh6on vodoues-
que, par example, bref une
force capable de confirmer
en nous la conviction dt'tre
plus puissant et p 1 u a
et'fc ent devaDt les v csi l-
tudes de 1'ex'Ltence. En in
corporant, en introiectant
ou possedant des entities ails
sl pulssantes et En nous i-
dentifiant avwc elles nous
nous sentons plus capable
de fare face lI'advers't6.


Comme nous le voyons,
la siltuat'or r dinte de (it-
but dr la vie d.cuulont d3
note i u-lon et ident f ca-
ton d une enritL, omi.po-
tente, est rest.. fixe en ilol
tre memotle i.t nous mon-
t1o1IS ulicv Lnd.irLrs is y re
court r nu bELo n piur gd-
rantir nolre Sucill re.
' Les occacson-. .n, i 'orratn
ment offertes, dans notre
mileu cultural, et r.nrfois
d'puis notre plus j,:ai,e a-i
ge, d'apprdc er ou course .des
edrdmon'es et situations,
auxquelles nous avorns 6t6
exposes, des comport ments
de cr:seurs de loa, d 'nten
dre des histo'res fantasti-


quf.i nmellnlst ( r1 rvidnir .
1 ex at 11ne', 'In p ll.iiliill", ir.
trab ih d,, i er.,ol t I.' ,,
b.tnlli .i (lani,'l ist in,
N lth d ., i r. r,' I I ,.11
It or .jiliit Ilnii. ..( II
our l' i h iI ni, n Ilr 1 ,|11r
In onatillr l In Il i a i .
d'eux. I V.. IIibI t l' I ii,
nos r j LLt n. 0111. 1 V i 1
imped in.. its d.'.uiiilr
ceri10 forniLe d I Itlitinl ,
ill Cl t I. l vc I ,- .1 it ,,
:qu';ls piUvili nhn1. prlif r
quand nouw, nous asaocloin
a ( ux selono les, former preo
writes.
Des c6rdmooiies ignif eat
ves, i cit offet ie sont cl
les pas ,ouvent organides*


UNE PETITE GALERIE


UNE BONNE SELECTION


'ItC"'



^^^CO


1('I liFt0


ou TOUTAM CELESTIN vous venh


sans vous matraquer,une oeuvre de bonne fi


| 10, Rue Camille Ieo/


votre patron!


----s -------


I . : -; I I I I"~e ~ -ra


* I'.
1.


hi
Isis i I,
ps I ~5
psi or
II o
so isis,
O,~l~i5 I


nv.---- -t -


< ,





Tennis Tennis Tennis Tennis


Les 24 heurse de M. Ponlatowski Carnel Mondaln


V -incz a1pplaudir ce soir I


iOutle sous Delmas station de PMligre
Las Problernma! au Hide Away Disco show
I.e Meilleur, the Best El Mejor Disco Show d'Haiti

es emistKOCOOCcCC.xce.YrtS

Un nouveau Jambon HAMPCO





dans tous les Super Marches


) cmnrIdez, exigez,


SJambon HAMPC
.o30 .CO =0=0x =0 CCOSrJ/// --././OSOBOC -OB5& I


mez





>CSS fCOOSOSCOOSC


Nous avons appris avec
pla:sir le succs que vient
de remporter notre tennis
dans la personnel de no,, Jeu
nes compatriktes : Patricia
Steed et Genevieve Et anne,
fille du grand tennisman
Joe Et enne. En effect du 24
au 27 Novembre s'est derou
le a San Juao Puerto Rico


Bulletin de
rAcademiek
des icienCceS
humalies et
Sociales d'haitA
No 5
Le dernier bulletin times
triel de I'Academie des Scien
ces Humalnes et Sociales
d'Haiti vien vd paraitre. Ce
numeito contiant des commu
nications qui ont ete pr,-
sentees au s 3ce de 'AcAde
m~e au CRES1-IS.
Ces communications pour
rai(int etre grt.;pe=s altour
-e trois theme, od'actual te :
la contraception masculine;
la quest on du creole et bien
sfir, lens- gneme nt haitien.
Ces themes L ut ete deve-
loppes par le Or Frank J.
R cot de I'Universite d'Etat
d'Halii : Introduct on a la
Contraception mascul.ne en
Haiti; par le Dr Pradel Pom
pilus : le Cololque Interna-
t onal des Crcol stes et la
Question de 1'ecriture du
Creole et par Ie professeur
Jean Pierre Jardel de I'Uni
v rsite de Nic ;; Notts sur
les Contes Creoles des Peti
tes Antilles; at en'fn par le
Pire Georges Mathelier :
Histoire Critique de l'Ensei-
gnement HaitiLn.
On doit rapoelar en fin de
bulletin la note du profes-
sour Mompoin, Mondesir sur
lel' etion du Dir J. B. Re-
main a ('Academie des Scien
"cs de New York S. A. Cette
Acadimie dawe de 1868, on
don't 1] rappele:, et est l'une
des plus vieilis society. sa-
vantes du Nouiveau Monde.
En un mot cet honneur faith
au Dr. Romain e 1mntelligentsia h.aliienne et
sur le pays toit ('ntici.,>
-Noues ('n et,:c tons: et
rappelons que( cc bull tin de
iAca demed Scicnits Hu
maine et Sociales d'Haitl se
ra .m se en vwpe lors de la
asanc acad6miaue de de-
main soir a 6 h. au CREHS.
Avenue Magloin' Ambroise.


S saveur de menthes
*pour une

haleine fraiche

.la fraTcheur qui fa.t sourire


sur les lands du Carib-Inn,
ie Xiems 'rournoi Ce i'nnis
Junior des Caraibes. 15
pays : Cu-umb.s, venSiiczueiu,
jar'acles, Trin aad, lies ViJr
ges, aruua, uura;ao, USA,
ouaiaa, iviexico, Jamalque,
bauio mijueiingo, Ha4s. --aont
1ou 3eunis ae .," a 18 ans y
comprs 2 Haitlenres : Gene
vieve Etiennme et Patricia

Re.ultats dcs matches :
.jislpi o l aails rabric.a
obeea ('ait1) oat Mi.ch6le
BtrKeley iSt Thomas) : 6-1;
6-2. Monique Franoias (No.
2 de Ste Croix) bat Patricia
Steed (Haiti) 6-3; 6-0.
Simple 18 ans : Genevie
ve Etienne (Haiti) at. Ma-
r.a I. Estrella (No 2. de Sto
Dgo) 6-1; 6-1, Genevieve
Etienne (Hath) bat Elena
Camillo (Sto Dgo) 6-2; 6-1.
Genevieve Etienne (Haiti)
bat en Finale Angle Guerre
ro (No 1 de Sto. Dgo. et fa
vorite du Tournoi) : 5-7;
6-4; 6-0.
DOuble 18 ans Genevieve
Et enne et Patricia Steld
(Haiti) battert Monique
Frangois et Ivette Gomez
(Puerto Rico) 6-2; 6-0. Gene
visve Etlennic et Patric a
Steed (Haiti) battent Angle
Guerrero et Elena Camiio
iSto Dgo.) : 6-2; 6-2. Gigi
Fcrnandez et Marilda Jul'a
(Puerto Rico) battent en Fi
nale Genevievs Etienne et
Patric a Steed (Haiti) 6-3;
6-3.
Les deux jeunes cham-
pionnfts ont rrivter lundi
martin par Ie vol 341 de la
Air France avec leurs tro-
phies. Elles nt t6 regues a
vec beauocup c'effusion par
leurs parents (t un group
d'amis. Nous felicitons nos
deux jeune.s compatriotes de
]cur brilliant succes et nos
compliments 'tendent aus
si au President de la Fede-
rat on Hait'enn de Tennis
notre ami le Promotor Joe
Etienne.
Nous sai.isscns cette occa
sion pour rappeler o toutes
les jeunes raquettes que le
prochain tourno; se jouera a
SANTO DOMINGO le 2 jan
vier 1978.
Vive le Tennis !


Israel n'exclut pas
un trait de paix
avec 'rEgypte
avant la
conference
de Geneve
BONN (AFP)
Israel n'exclut pas la peo
sibilit6 de la signature d'un
trait de paix avec l'Egypte,
m6me avant la conference
de Geneve, a dtclare mer-
credi As Bonn le Ministre is-
ra6lien des Affaires Etran-
g8res, M. Moshe Dayan.
Le gouvernement isra6e-
lien, a declare M. Dayan 6.
la press, reste pret em nego
cier ((sans conditions pr6a-
lables h. tou moment et en
tout lieu)) avec les pays ara
bes y comprise ceux qui ne
soutiennent pas 1'initiative
du President Sadate.
I1 a ndstime que le Chef
de 1'Etat Egyptien est 1'u-
nique dirigeant arabe qui
pourrait eprobablement me
ner une guerre et certaine-
nent conclude une paix 5
lui tout seuln.
M. Dayan a souligne, d'au
tre part, que le dialogue di
iect amorc6 a Jerusalem
constitue actuellement le
meilleur mOyen de fire pro
gresser une solution pacifi-
que au Prochie-Orient.
M. Dayan s'est montre
nullement surprise du refuse
sovietique d'envoyer un 6-
missaire a la table ronde du
Caire, soulignant que des
solutions devaient en pre-
mier lieu Itre recherchees
par les parties directement
impliquoes dans le coneflit.
A propos de ses entretiens
n Bonn, le Ministre isra4-
lien a annonce qu'il avait
requ l'assurance du gouver
nement federal que celui-
ci ferait de son mieux pour
convaincre ses partenaires
de la communaute euro-
pdenne d'apporter leur sou
lien aux efforts du Presi-
dent Sedate. I1 a precise
que Bonn un reconnaitrait
,pas rOLP avant que cette
organisalion n'ait reconnu
rEtat d'Israel.
lnttrrge sur le ,oyiage
de M. Raymond Barre en
Syrie el I role que la Fron
ce pourrail ioucr au Pro-
che Orient, M. Dayan a de-
clare que, da'is i'etat ac
luel des choses, la France
n'est pas en me'ure d'appor
(sr un element de solution
reellemenl positif. I1 a ex
prime l'espoir que Paris ac-
rentera de souvenir le Pro-


(suite.de la 16rd page)

dvnt, et meme tres reserv6
Lea Journallstes qul oOnt a,
border h.xr soir, h la readen
ce de l'Ambassadeur de
France en Haiti, et ce ma-
t n, 6 l'Adroport Dr Fran-
gols Duvaller partageront
cAt avis.
Cependant, c'est aussi
1'homme qui n cache, ni ne
deguise ses jugements sur
les homes et les chases de
sa connaissance.

Au Chanceller Bilutus, 11
a exprime, dans la matin6e
d'hier, au course d'une tlte
a t6te, les grandes lignes de


Les ascendants de
Sydney Poitier
seraient-ils
capois ?

Beaucoup de nos lecteurs
se sont intreisses a. la de-
mande de recherche de ses
ascendants, pr6sentee au
Recteur de 'Universit4 d'E
tat d'Haiti au sejet de no-
tre cong6nere, le grand ar-
tiste am6ricain Sydney POI-
TIER.

M. Emmanuel Schutt Aine,
le directeur propridtaire
de la Librairie bien connue
nous. a fourni une informa-
tion de poids en ce qui a
trait a ces recherches gi6-
nealogiques.

A maintes reprises, il a
entendu son pere, mort no
nagenaire, il y a deux ans,
parler d'un POITIER qui
aurait vecu au Cap. Le Dr.
Poitier aurait ete chirur-
gien-dentiste en la Metro-
pole du Nord, d'aprie les
souvenirs du'pere de M. Em
manuel Schutt Aine, qui
aurait done rencontre le
medecin en son enfance. Ce
ci nous renvoie aux deux
derniires decenmies du XIXe.
siecle qui pourrait complex
ter la tradition orale, que
nous a si obligeamment
transmikse M. Emmanuel
Schutt Ain6, et venir avec
plus de precision, si est ain
si situee la ville haitienne
ofa aurait r6sidi un Dr. Poi-


tier. T -
Ia Pulitique Eltrnnitr,, de
"on Ouuvornemnit Anu e-
cr6taire d'Etat do ITl'duc'
bon Nationalo, It Dr lismiul
Pierre Louis, il a retir6u la
volont6 du P';uple Frasngal
de poursuivce son i0le cul
turelle a Ha ti II a acqu ,a,
c6 a l'augmehtnsit6n ou nom
bre des Cooperants francali
en Haiti. Au (Tief de 'Etat.
M. Jean Claude Duvallcr,
auquel II a remis une lettre
d'am'ti6 et d'encourargemeni
du President slacard D'E
tang, n a reanirm6 1'enga
gement de son pays d'aider
Haiti dans tous les domak-
nes possibles, san g doute,
pour le triomp.>e de as ba-
taille de d6veloppemet.


rifOOV O. I
1101w5t14 -s

1, 1wlIourk-

Atre li tt v -
isUe MAll.


c'ia iftbw)
lie h~sii





flee Pr,;


r~5~~3~~3Pj~lpr;x;* krra.


LEOPARD MOSQUITO COIL
Pour ceux qui n'ont pas

d'electricite.

En camping, er vacances,
S les spirales Leopard tent

les moustiques sans pardon.

Dominique Bailly
et Co Distributeur. Tel 20021
En vente partout

'- to, .-_cso / 7 ,a7/- .,, .s 3a..


La saison des Fetes de fin



d'annee s'ouvre avec le


L~fl(1


I SPECIAL NOEL


a HAITI COLOR LAB,

Recevez apres chaque developpement

et impression de votre film couleur


un billet de participation au ti'rage|


du 22 Decembre.


HAITI
COLOR
LAB
"EggiigAA


HAITI COLOR LAB

lo Laboratoire Photo-couleur en Haiti

157, RUE DU CENTRE Til
AUTANT DE DEVELOPPEMENTS, AUTANT DE C
VOUS AUREZ !)E GAdNER CES 3 FABULEUX CA


Its
Fla.,h
















2-0945
KACES
LDKAUX.


petillement du Champa




<< VEUVE CLICQUO(

*s r.. ._ _r ,e -J-tw,-J .n -. -, ,, .., .. .-


10o) Prix -
Camera 35 mm. a lentil]
interchaneeables avec
automatique valeur $ 3

20) Prix -
Camera 3S mm avec Fla3
valeur $ 200.00

30) Prix-
Pocket instamatic valeur


. . . .


Vl//lr~curv_;/~,~m~IYsAm )~01~ ~LI')~-~6~'~?~'~~L~YPt~FIPFr~~


(Sf6666666i^<5

lvvrwltv- w & -


ff


41



KI


recla







)\ NS NOS CINEMAS


AMERIQTUE LINE


I oH ?r CIVWI An CAupiO1.
DIMIAM IE 0 7 NOV. 11971
,NttHI IA HE,9.'MIOU1I
s so 9 9 2h.5 lbIM 1(44 9949 9915

G u:919(, 3,009

24%4N9II 7 NOV., 19177
C T 9if'sit wIi 'rIA9 N WE NUll
,!,,i 9 711:44 qj (1.130 1
7 '14 1:19:0 G(7 900

MUR on i'i'i'949IN'

Z 8941 111415) 3115 511,45 71145

1'. .~ V x., 5A140C 30


1 < I I.IT
7444A444,999
4it 4 4 79


. , ; !' ,1 I
7 4 1 4I 0

44tvN t 0
S 97 '47 '



S- ,,1 > 1i l
4 4 HI I4 1


x x : X

CINE ,TRKICMPHE
Ti IOMPHlE I
SolJ'D.)1N LES MONSTRES
i, LA NOURRITUIRE DES
DIEI'X
lI, r S 1.00 e" 1.50
SA.LI : i
I E I. lSSON ARDENT
- Tit P S I 0 t 2 00U
S.ALLE III
l.IlA( 4F PUISSANCE
1. i re 1 50
x < x x

REX THEATRE


S'4: 4i9I (' 'I)CH DI 30 N'OV. 1977
( 11011M N )DE GRENADE
VY TN 1-1y I;4I shl ,t 10hi
N7 4 \ (< PI S (; :4)1 00 et 5.00
i. I .11 1)1 Iler DE('EMBRE 1977
I'A I.EZ-M11 D'AMOUR
4. 4 474 !;| I hlih 6, .l h Gh G. 1,00 3,00
11 1 1 K l l18 i" : (il0

1 I TItO PE
S1, G I.\ I(; II ATTE
-p'11 1r a-1 r1-N TE:
9I R 1 D'MANDE GENERAL
9'P II1- LIBE'TE
Pr.\ unique: S2.00


M A r.lf 9r


'444 7, .47




'\,V 1977

Q'



..,


4TI 4 o I ".4 1'V 177


i 1 ^ 1 41 i %, 'I I
J 4 k V 4I 4 1 .44 4 V0"7






AUDITORIUM




1 1 4 1 I I -,1 1


ISlOteo doe la lre page)


no9n'o des0 pays d'Anm6rquaO
Lltuine ot des Garaibero.
Ma.s pour 4.0ranm1a9 qui
q(1ual fe c0tte d6claratlon da
*slot .te: ( 1 t d'eff'roni 6t;, M.
Orf'1la L.essa o do fare r12-
tombor xsur Cuba la rcspon
s5:b 11Wi de t olaituation quf
s;' st l'pr6sentec dans d vers
Pays latino -' Amnr cans ox
poirlatcurs de sucre, a la
su tt da la dci Ion prise
un lat.ralement par 1is E-
tats Un s de fExr d:s pr'x
deve; a 1'importation du su
cre, et cela afin de proteger
1s producteurs amdricains z

xx xx
NICARAGUA :
DECLARATION D'UN
DIRIGEANT DU FRONT
SANDINISTE

MANAGUA (AFP)
sLe Front Sand n'ste de
Liberat on Naitonales (FS
LNI ne compete plus qu'une
trentaine de militants rdfu
gies dans les montagnms, a
declare mardi a Managua,
M. Edgar Lang, un des d ri
g ants de ce movement,
rapport la presse locale.

M. Lang. a-t-on appr's
lundl h Managua, a 6t6 fait
pr]sonni( r r6cemment par
le' forces nicaraguayennes
a qu'lque 400 k4lomdtres de
la Capital du pays. II au-
ra t ete capture. ansi qu'un
d, cos camaradcs, au course
d'un affrontPment ayant
fa!t deux morts parmi les
sand.nistes.

Edcar Lang, qui e-t le n0
veo d 1l'Ambassadeur du Ni
cargua aux Nations Un'es,
a ajoutde.ndique la presse,


que leo m:lltants du FSLN
sont d:v seso i dlrtfeent'9-
fact ons.

x X x x

COLMBIE : MANDATE
D'ARRET CONTRE
LE PRESIDENT DE LA
CHtAMBRE BASE
BOGOTA (AFP)
Un mandate d'arrtt a Wt6
lancee contre le Prds'dent
de la Chambre base colom
bienne, M. Alberto Santof-
mio, accuse de vol d- de-
n.ers publics ct de faux, a-
t-on appr's murdl. C'e t la
premI're for's dans 1'bhstoire
du pays qu'une telle mssure
est prise a il'pnontre d'un
Chef du Congres en exerci-
c'.
C'est a la s'n!te d'accu a-
tlons port6e' par un autre
membre influent du Parti
L bfral, M. Felipe Salazar
qu'on a demand la lev6e
de l"mmunite Parlementaire
de M. Santofim:o Ct son ar
restation. La Cnmm'ssion de
mise en accusation du Con
grds dehcidera de la levde de
cette immunltd, puis l'A:-


rembl6e nura h to p'ujnon,
c r df' n tivemnint. en s6an
ce p'dnl6re.
M. Santofmio est mcm-
bre du Patti Libfral et a r6
comment occupy le poste du
M'nistre de la Just cc.

HOMES. D'AFFAIRES
AMERICAINS A CUBA
NEW YORK (AFP)

Une c'nquantaine d'hom-
mes d'affaires am6r'calns t e
rcndront h Cuba le 12 D6-
c mbre prochain, apprend-
on mardi a9 N.w York.
Le voyage est organism par
une f'rme de conzells aux
Soc'6tds, cAlamar Associa-
ted Inc.o, qui a dd6ja facili-
td le sojour ia Cuba de 130
<'Bu:in ssm-n amdricains
depus 'Octobre 1975.
Le group qut partira le 12
d6cembre est compose d'hom
mos d'affaires, industries
et financiers de la rdg on
New Yorkaise, a prclse un
porte parole de -oc!'ateds. Y partic'peront
des repr6sentants de plu-
sleurs grande banq'ies
et d es a personnalitds
de nombreux s'cteurs tels
que des negociants en ma-


La Conference de Proche Orient :
Presse du President Carter


WASHINGTON (AFP)
Le President Jimmy Car-
ter a announced mercredi que
la Conference dr. Caire E'ou
vr'ra probablement le 13 De
cembre, soit apres la tenue
le 5 a Bagdad d'un sommet
restraint aes pays Arabes
opposes 1'initiative du Pre
sident Anouardl Sadate.

Au course d'une conferen-
ce de prose presqu? exclu-
sivement consacre A, la si
tuation au Proche Orient, M.
Carter s'.st fel'cite de la pro
chain reun on clans la Ca-
pitale EFgyptienne qu'll a
qual f ee de < que vers la pa x4.

Tout' fois Washington n'en
tend pas ac"order une im-
portance exagOlee a c tte
conference don't le PrO i-
d'-nt a tenu 49 souligne le
ocaractfre exploratoire). M.
Cart r aa a ns annnoce que
les Etats Un's seront repro
sentes au Cairp par M. Roy
,' m R rr- tq. -m b t


prendre l'initiative lursque
les parties ne parvicnnent
pas entire elles a accomplir
des progress et 4~ lnverse de
s'offacer dans le cas con-
tra're.

Le President P lais-e en-
tendre que les Etats Unis
etaient apples a continue
a jou-r leur role d'interm6
d'a're obl ge au Proche 0-
rient.

< dans mon esprt que le Pro
s.dent Assad veut la palx
avLc I ra'ls, a-t-il fa't re-
rnarquer tout en se decla-
rant certain >> que ni la Sy
rip ni la Jordan p ne souhai
ta'ent a l'heur actuelie d a
loguer directement avec Is-
rael.
M. Carter a crf n defcndu
le Commun'qud Amer'cano-
Sov:etique du ler Octobre
dernier, tries cr 'qud aux E
tats Unis come en Israel
et sans doute tries peu ap-
dtf '


t reos prem brmn. des ltbrl-
cants de mat6rlol de trnngi
porL de aucre, de. meinbr 1n
do 1:mIlt c itrx l'8. ld'nii' 1.0
clbte d'experts comptabline et
rnmme d'une un1' ilCE dl L449-
blicite.

La Soc'Wt6 a d6ja irganl
s6 cette ani6e tro s atltres
voyag s & part'r des Etat]
Un a L'un au mois d'Avril,
complalt 91 part'c'pants ct
aovit et6 patronn6 par la
chambre de Commerce de


n-,it .i..n.......iI-I. rn,- u.MTi prec e par Egypte. ii 'Lacn 1 3 "2.
adjoint pour les affairs du particul'er tenu a louer l'at
Proche Orient, haut fone- titude recent du Kr, mi'n,
tionna're qu' n'occupe ce- face aux efforts en vue de
pendant pas l'un deo rangs la reconvocat.on de la con
les plus e61v6- dans la h'e- ference de Geneve.
rarchie du Departement d'E
tat. a oa. r v', F .f

Le President a en niAme
Stamps mult'pl ,e les messa- N T
Ss de prudence l'egard de A N T L
touted les parties. h s AinNc-
tant A faire prouve de mode
rat on et de rea'isme.

A l'adr sse des pays Ara- 'ki"
bes qui ont rrjete 1'lnvita-
t on de M. Sadate. le Proes- IL
Sent a fat ainsi valo r que ,
eEgypte compfait 36 mail- ruo
lions d'hab tants contre smu d
S 1 ment 12 mailon1- pour la
Syrie. la Jordanie et le LU- rT Y
ban rdunis. .nOra ire o 1 W e


L':mp: cation est clare :
Le Monde Arabs ne don't pasI
sous estm-r importance
de lEgypte Et de sa volonte
de paix.

Le message a l'adres-e du
Proe d- nt Sada'e est egale-
ment dnue doequ voque. M.
Carter a rappeol que l'objec
tif d(s negocat.onr. en
course dcmeuro;t la reconvo
cation de la conference de
Gen&ve et la reche rche d'un
ri'.gler'nr d0 0- i e mitmbl. .: a
Pro,.'-1 a (- ) I .: ir

E[ifll4, (0n d e liranll qu I-
rI i -i ..r d ja .(ir ari\
"i,' : t l ; pr.o '-ij (. ,c'in
ri, &-,,-, rw2:- p:,r '. Eg,,pI. Ip
O'iv r.,jr."_ d,' cone r 4 d re'c.'t I,- Ch. f d, I r.eru
lr a man 1, .temfnic i.,.uIJl
fire avo -r a l. (M 4nalimc0
B q' in qi.. I I'.-tir r de-. con-
Ces.'oun., a.a [ ,-,nnE.

M. Ca.it tr d ,aUi.Ir part
ri,.iet.' :lo ritrlque.' qu repro
c9li 1i .t ix E a'. Uri: d'a-
vr4,r perdu i., r.:.nrru .- des
eI',-nripInnrts a' Prn.h, O0-
rielrt II a expllque que les
ELtati Un 9 .s-. deva e.nt d.i


Offre d'emploi
l.! Bureau National de
Formulation de Polilique
d'Alimentaltion et de Nutri
tion (BUNAFPAN) recher-
che jtule economi'te diplo
mi de I'Univereite d'Etat
d'llali. Emploi a iempp com
plet. Bon niveau de salal-
res.
Pr:era de o'adre'ser A I'Ad
ministration du BUNAFPAN
i Damlen.
*" ,i ti *.it1:.'. :.- '.~ *..4.4.*-=... .*


No. Depart de


Vql


Port-au- Prince


LM 209 Mardi a

LM 210 Marai a


12.45 h

16.15 h


LM 456 Mercredi a 14.30 h


LM 456 Jeudi a


14.30 h


LM 210 Vendredi a 16.35 h

LM 456 Samedi a 14.30 h

LM 457 Dimanche a 15.05 h


-r -O~~P~~D) ;-1 OLYLn


M141 11R II99p'114 IA' iqr( r-ind 41
111410 (It? )it 119 1 ;1 Jill4I4" I
C~h I-ipo1 .1 4 11.9 '1 -.! I
OSd uhru. (1,9no4 loll



'ACCORD 8Powmr w Ei (IO

L.E MEXIQUIO
MEXICO (AFI')

Uzi accord jx~rtlifd ooauk
tanco (4chn quo Id'9cto
gos a04a && gmnoi ardI par


4' no' ,
I 4,' 4 ,
9 44,,
I. '.4


tWW6 .
t9E44.


IHa
16
h.f 4,
414.44
4w.


NN AIRLINES


embre 77 et Janvier 78


Heure d'arrive5 a destination de


Kingston San Juan


14.50 h


15.20 h

15.20 h



15.20 h


17.10 h


Curacao




18.30 h

18-35 h

18.35 h

18.50 h

18.35 h

19.00 h


r:


~oo~,,,~rcurm~J~i-,, '-\r~'- -~_~IininO


444 'ilA~ite41 .124.'- '"'~~3~+~i;';~ l~~~~~~~~ ~~- i ~ UlsOC-+~~~5 i~~~ _i~~-- ~~d


i~ la~5 9c-~lP "


rESTAURANT -- RAR -- PIZZERIA
FROMACEF ET CHARCUTERIES DE FRANCE


SAVEDI SOIR
Ambiance dansante

-avec Eistrot Combo,,


VENDREDI SOIR
44Nouveau Bistrot Show,,
E sie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SO5I
Soiree Dansante Accordeoi et

Musette


CHAQUE SOIR
lizno Bar -- Ambiance Musicale

1 ^* ^* *7 oWrt m o m//"' "


le latp '






de la quality


'v


Consultez-nous pour les correspondanc es le meme jour de

Curacao a destination d'ARUBA, BONAIRE, CARACAS,

TRINIDAD, GEORGETOWN ET PARAMARIBO.




BANTILLEAN AIRLINES


Madsen. S.A Agents GCn&raux


Phone: 2- 3476 2- 00 28 et 2 0317


-I


a49~nX7///~r;r///~RI/r;~2Y~%LN~~: ~N~kKPrA


----^ls~bbL1111*rs


~----I --------------------------- -,------ii------- .-


i .. i


1


D TV


R


I


.a-- -ALI" %A JjL%, y LK L- '-lA,








CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


MIDI 2 HRES I iRES

0.50


EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 H 30


Salle 2


0


Le Buisson Ard


*75 Salle 3 0.75 )


lent Police Puissance 7


UI


Fadst.hi o S&ow

. j, ', .r i i '-ti


N I ocaion im de la grain-
,-ri r um'rturc' dii Discotlih
h, t1 I' lRbIVI:. ADELINEi
i11 \l I X I ,outiquel' present -
i l upcrblc Faliion


be 1
liii's ii






I''




c- c:xe~

iiiiiii hr
ii,' huh
liii ''a
Iii


Les declarations
iSuitl de ia lere page)

visit (ffiielle. Malheu -
reusenment je n'ai pas pu
rester plus longtemps -
Mais Ie pays est eblouis -
sant. J'ai grand envie de
revenir le visiter come
tourist -


s-- E.l-ce que vous pou -
,t i,ifes, ,iar vJo ez priciser pour nous M
nt i h f6s tpar "Michel Poniatowski, la po-
, ox ; Gabriel sition du gouvernement
frangaizi apropos du dialo-
gue Nord-Sud ? (Pierre Ro
Sde gala qui al bert Auguste (Nouvelliste)
T d,- la IHaute R Vous savez ce qu'on
a K. ire ldes plus appelle le dialogue Nord -
11vqlulii, de la ca Sud cest la tentative de
stabilizer les prix des ma-
Sintrr S 5.00 t' res premieres Alors
1,'s matieres premieres ont
des pr-. qui varient beau -
coup. Le sucre, le cafE, le
Er' varient parfois., du simple
Sau double. Ceci cst trees dan
ai sl ii ani 2 gercux pour le' economics.
ai itlirr salle I'arce que 1,'s economies ba
1our I Cip('ipe- es suir ditferentes matie -
,ito ,11.. Tele- r's premi res ne peuvent
uiirna il ere 1 pas e-.compter beaucoup de
l' h uires p. m c, sources s.ables. Et mime


I T FR-\CAIS
triAli)t REPPI.sL DE


JA I A VACHERI

DE MONA GlERIN
\ ( '1\RIIE-PIA ET GERALD ALEXIS,
ItIl II I( SiEPRIS. CLAUDINE MICHEL, JOEL
1111 f1I.llB T F()MBRRUN, AGNES WAGNER,
nilt.liiT (CHANCY. FLORENCE DUMOULIN,
GILBERT DUPONT

St 5 D)reumbre a 8 h p m S 3.00
m rnedi 3 Deccmbre a 5 h 30 p min S 2.00


a l'Aeroport de PEnvoye personnel


les pays industrialists ne
savent pas comment fair
turner leur economic avec
des prix extremement varia
bles Ce que la France a
propose c'est de stabiliser
les coasts en criant des
stockages de products d'une
part, ou en passant des ac
cords de prix sur deux ou
trois ans, de maniere it ce
que chacun sache devant
quell evolution de ressour
ces il se trouvera dans les
annees suivantes.
-. ous etes charge corn
me vous l'avez dit hier
a une visible dans la Carai-
ne Apres Haiti, Santo
Domingo, vous devez vous
renure a la Jamaique et a
Cuba. En gros, qu'est-ce
que vaus avez deja recueil
li de cette visit ? (Fred
Brutis Radio Nationale)
R. J'ai visite jusqu'a
present la Trinite, St. Do-
mingue, Haiti Ce qui m'a
frappe c'est 1'extraordinai-
re diversity de situations a
chaqae niveau Je connais -
sais de.,a la plupart des lies
(araibcs chacune a isa
langue. sa culture, sa civi-
lisat-on, sa maniere d tre.,
sa inainere de vivre, ct son
originality Mais l'une des
plus oiirgmiales t sails duo
to Haiti. Haiti et mieme


AVIS
Les coniptables. c
il- cet induir-els
fornlies qtl., le f(ii;
bilan de la loi du
('imbre 19-77 sont a
position a partlr du
11 Novembre 1177.
I., 1 (rouveron
L Imprimeris, dIes
1'" -- Ii' dei Flr.m
No 77 ; l'l': ole Moi
Formation Cor iim
Avenue. Christophl


dans la francophonie est
tres original. C'eet le pays
de la francophonie qui
a creek la civilisation la
plus original. C'est-i-dire,
une literature, une musi-
re, une'sculpture, une music
que qui lui sont propres -
Et je dirai que dans le ca-
dre de la francophonie Hai
ti est certainement le pays
qui a le plus developpC
son originality Ceci t6 -
moignc de sa capacity de
creation et d'imagination.
- Pour Haiti, votre visit
etait place sous le thime
de la francophonie. Pour
Santo-Domingo, Jamaique,
Cuba, que diriez-vous ? (id)
R C'est le problem
des relations qui nous lient
bilateralement avec ces
pays et que nous cherchans
a fire progresser.

Grave accident
A Peien-V Le
d'iisx morts
Hier v.rs les 9 heure 30
du matin la Place du Mar
cli de P tion-Ville a e
ie theatre d'ui grave acci-
dent.
lIn cinmion marqlue Isuzu
tran-portant line car:,ai-
so i de banes" hurt violent
ni i i li cable elecirique.


(Sn'i- le coup du choc It's
trois i 'oiinm"r- iroivaient out ete proijele
sOnut il par terre
nes du C(eux-ci ontl d'urgence lel
26 Sep traisporti's a Ilopiplal de
l.ur dii' l'lu \'eIr,,e dl:faoul 1 ii hu
Saiedi d'enlre eux dievai.'nt expirir
quielqueI lheorvs apres.
I It Par aill hiurs It, ( ura vt
S Anlil lvctriilu, diul iltre siippri-
its Fort m ih ducantti dcI lonI le i iitm
idern di tes dml is cbruittma quairtier
rnale & iPelion-Volle de fac,,,t "a
N ." 'i exier u1 iincendi.. regret l;i
3011 ble.


Umn UMton


Annuaire
1' eepiaoninue

LeUs Telecommnunicat on.;
d'Haiti SAM v.ennent d,
mnetre en circular on unL
nouvel annuaIre telephon,-
que. D'apres les indicate ons,
c. L annuaire (1978) eat pro
v so re et est tire ba 15.000O
exvmpla.rss aux Presses Na
tiona' .s.
II faut rappeler qu l'rln
nuaire en circu'at on actual
element date de 1974 et est
complietmncnt depasse; tt
ce nouveau qui vent a po'nt
et qu'on atLendait depuis
longt maps. a eie conf:e a u
ne i ime canadilnne, ma s,
in attendant. I et provtsoi
re.
Cires il est plus actu 1,
car conL.eiiL, a pa i c.
la page ..a, la iuse cies a-
bonne.- add:tlonnels av,:c
au si des references d'acon
In.- Ce celia it s vuius de
piOu liCe t(lA s ue Calp. Cia
yes,. Gonlaiv. s ( ite
On icsperc liiu etude con
f r a unle fir'ln Cdnad.eine
Pioiir illn inllu: ri telephone
qu conlpipet de res.aux de
ti lecGiiniuiiica t ns d'Ha ti,
it' tardera pas.

CIalle diSnonible
Sera disponible dans les
prenimers jours de Deceim-
brc ulme halle pouvant ser
vir d'atelier 0o d'usine,
liiie suplerficir de 1251n2.
I.e btilliient 'oinpreiid iitl(e
grande sal le, un bureau,
deux toilttes, sur fosse slip
/tique' l ti reservoir de
1.000 all ons.
.ILe batiment c.- situti au
I /rtm' l SU .JosI)ih i sur le
B tiil I .iard .1 cain .lJacii'ues
M.l ,; I Ines.
I'rwre (inlactcr Madenioi -
selle liliane ANTO'I'INE
Tel. : 7-2522


Prochaine
eou'veru're


('0imlllle al n.mitini c p' r 'c -
dcliminfil c 's. let i endr. il>
'! lDecl lire prolihanl qi .11,
r.a iwu .1 PI elisin l e. rii'
)g ,. li grminte rel n. rliiture
dlu r Iiii letie dI'r.,th iquI -
re iioUr.iiltI il.e Privei
li, rnic mer :jpres eI depart pour
l'iris de .ii pretedecnt I i-
rci ur, Lr,(L, ''-qPrie doi
lt i rlrctclmp- d' nouveilUx
ainm -i ra leur qui is re-
r.iil u r, Club dcija entlu-
re dri Ie lime de -' f-de
I.h Iliahiue, el traimen ( entl
prir t d iin ..'liei d ..rrti-
ilaliti Ie m mrn,. a-.rite em
pre v el ct e-pr.1i hem ei
iJlu .,It Llt la 1- reputiOnl
Ilu PrI'ri .uroni n le- dix
prem -r- m .i d iper il.'n
( oin pli'l'i m li i -"1' ''
di/e der iri puiks:atni c li-
llllo, elteur- t*l pi i n r\ I e'Iile
M c tii I r. l i S r %i i'qiUi' IP
\ -1 ll e teh d, Ohequc le
r n ip l. r t .a ui r. n t di.
ii i ,,: 1o- l. 'rivr. ri Crxe
"liii" in's s.ir .'e . ii.,i ,ii.lii
Iu. -
nioi i r ., .. r. ,' r qu'u
Ill' prv- ni gallon f de ni.dec
Sr.i i .im 11 -1 ., *ii <. '- r. it d
I. m i'ver l di I)t. .eiilbre

Remerciements
li.'s parciils de I.I regrel-
eir ;Mil;initme Gorditis >.uil -
irt,. nee Ilaidiec Dejean, re
itler'lent liet itnh 'eremnet
le, nrinilireu\ .il lies tl anmi
it leIur ,nt l (Ocn igniid6
(IIi IrIa lllir .i I n iii iir (1
i 1.1 I nle rl di lI drm iUlle,
eiiletii'r a Ircur .il t/lion. le
mal. r i. .'t ii unhm bre cm -,
rin l. I'r' li rientl l.l g. erl i
re a -iur pr olnidc Kgralihl-


a
- /I ~iemcrciemClnts
i '/ ~ ~~~I' ,I ,,hn t, I l In 1 I,,1 ll. 11
hil ii, Ii ,i Ii I, i i I i1 ii' "

tlli 't si, ,I I ''i i ., l I [,
h .,i I i I 1.'i 11 1' 'C I
I N 1, lil -t 1 t1 1 -
It ,lh l I, 1. I .I mJ lllI, 1fl77


Min' ., i i' hl. i I l' LI l lc D I
Ill" M HIIll tn nitt. G 'b I,.

I ri l i l ..Ill I l di l l '
i'i l it m li i' i iLL',D' t' ii
h ut*.t" h's Intm 11'- l~lt,'

ettnx qull -i' .. n ,11 .',et" ':, it
I Illl 1,111" P ,llf u lt II nII1 Ill
it litic i ,' I FABIEN
N qi i oll iounrantll on
:.mi n r dr I, lr a i el'c'lan.
lIar nill. alippolrt un rconll-
filt u, ti n I-n'.nllng 'I de ft
dOl"6d qui'ls ne ,ont pas
prits double er
Port-au-Pr neel M 145o-


LU sinoe
d'extraction
d'While de
Vetiver

Lis m mbre3 du Conse.l
d'Admn stratIon de la Mino
ten d'Ha ti nous infor-
ment que la construction a5
Montrouis de 1'importante
us ne d extraction d hiule de
vetiver financee par Ie Gou
vernement est achieve et
commenCL ra a fonct onn r
le Jt-udi ler dic mbre pro-
cha'n 6. 11 hres. A.M.
Cc sera la pr miere unit
agro ndustr elle d- la Mi
noterle d'Ha ti.


Ddcs g de fg,


Pax Villa announce le de
ces survenu en sa residen-
ce Privec a Thor le Vendre
di 25 iovembre 77 de Mada
me Naomi Dorce.

Enl cette pinible eircons-
tance Pax Villa et Le Nou
velliste presentent leurs
sympathies : a sa mere Ma
dame Etheart Dorce nee Cla
ra Caradin, a ses enfants :
Monsieur et Madame Jean
Joseph Julien nee Yolande
Dorce, Monsieur et Mada -
mne Marcel B Francois nie
Nicole Dorce, Monsieur et
Madame Serge Alcindor
nete Marie Claude Dorce, M
et Madame Pierre Anloine
Dorsin nee Jeanette Dorcl,
Messieurs Eddy et Jean
Claude Dorce, i ses petits
enfants : Nathalie et San-
dra .Julien, iRony et Shir -
ley Franqois, Ronald et Ra
cliil Alcindor, Sandra, Na
/lialie, Marjorie, a ses fre-
res et soeurs Monsieur et
Madamei Roger Dorce, nee
Laurette Legros, Monsieur
Ernst Dorce artuellement
ai Mitiniii, Monsieur Max
Dor' c Goircrlus el se; en -
fants. MlaLaine nee Aloir -
des Dorce el eiil'aii/s; a ses
iive'\'ei ( iei cci Mademoi-
sel l Ingrid (G.ra'kii .. a
PI'errc Iithaird, Daniel.
Cl.iude. Geralid. Madame
Y Ieue Pricie Dorlt et en -
fantl Mlon-ieur et Madanme
Iugen,. Limnousin, Maidanie
Il:rmni/e C iralin, Madanme El
vira ('radini. Madame Ge-
raril Co'radin, Monsieur LuC
('cr.i.1in. 'lMadame Carmin
(nr'.din Madamne Mxi Bian
lieu nee Deni-s. Coradin.
Mionsieur el Madam, Clo -
,i- De- sources. [Mle'damnt-
Luplii., e.' (_.lad',s S..hull t.
.1u\ .,mille- : Dorce. Fran
,il.. AI, ind.'r: Dor-in: .Iu -
lien. I ini usin. Coradin.
rchiutl. li,:-s .rce et a
io 1. autre parent- et
a: lie- .plrouie- ipar ce deuil
1,., luneraille de Mad.i-
m, Njonmle D 'rce. ero1t
.-hI.ilet- I..' .eiidti ler De -
telinbri, a I'Audioriuunil Ad-
riiiti-Ie 'i. au Chanip de
Mir,.' h'ure- P M nu Ia
dep.t:illc niorl lle sera e%
poi.e de- 2 lieures



Au Svndicat
des ouvriers des
Atences Maritimes

AVIS

II nous eslt un plai-ir de
port, ri I.a connai-s.7nil.n du
publhl en general, le result
tat de1s leclions ,ull 27 No
'emlire 1977 en e di 1.1
lornmaiii dui c.-n.ile Dir. t-
leiir du )iiIdIcal des ou -
vriers de- .ig inces larFi -

,e% ciiindidai,. sliivaanlt
111 ete clul :

Mri', ieur, Gerome Nalm; Prc
sildeill. E_:l;ilus Joseph: Vi-
c. 'rc..idcnt. Camiinille lous-
saini; Secretaire gienera l.
rrthirric BreLiil; Secretaire:
ailoint. Marcel Ridore: Tre
-orier Sili lilit C D 2i.'.I il:
Tiesolr.er adioiti. .Lrorumnie
M1rtllil; Dielegue aupres du
pal ron a I
MtI ssieurs Ferdinand Vin-
cent : D)eldgud, Slviu, Ed
nia : Dilegue. Andri Wain
right : Deldgue, Deltin Sau
vagtre : Dilegue
Messieurs Mombien Bap -
lifre : Co7aselller. Raoul
Moriseau : Conseiller, Gd-
rard Picard : Conseiller, Lo
vinsky Charles : Conseil -
ler, Eluis Elle : Consell -

sCpUt I Ba rl>siu9!A Me.


neprse tie la
cidti Bolivarienne d'laiti :
President : Me. Leonce
Viaud, Recteur de l'Univer-
ait6.

Vice-Pr6sidents : M. Leon
Baptiste, Ex-Senateur de la
Republique, Monsieur Ge -
rard M. Laurent, Directeur
du Musoe National et Presi
dent de la Socidet d'Histoi-
re et de Giographie d'Haiti.
Secretaire-Gendral : Me.
Antoine Bervin, Ecrivain,
Secretaire General Ad -
joint : Me. Georges Talley-
rand, Avocat et Professeur.
Tresoritr : Me Paul V. Cau
vin, Avocat du Barreau de
Port-au-Prince. Conseillers
Monsieur Andre Dubi, ex-
ministre. Directeur Gendral
de la Loterie de 1'Etat Hai-
tien, M. Lucien Montas, Di
recteur du Nouvelliste, Mon
sieur Ulyvsse Pierre-Louis
Directeur du Nouveau Mon-
dle, Me Gerard R. Rouzier,
Avocat du Barreau de Port-
au-Prince, Dr. Charles
Dambreville, anei'en Direc-
teur dii Service d'llygicne.


Coupe du Monde :
L'Esoanne
qualiEie


BELGRADE AFP)
L'Espagne s'est qualify 6e
pour la Coups du Monde de
Football en Argentine en
battant la Yougoslavie par
1 but a 0 mi-temps 0-0).
Mcrcredi t Belgrade.


AVIS
La BIlun.ic : ,ni;oPii Ic it
t[epubl qu,-n i n i o a ir,
mcnit Commercial, r;avan
(,ge d'informer sa bienveti
L. nt,Q ClICflLlu tilIU p m,.rt,
tL ler. Dec jmore 10 iun,
Succursale de la BNRH .l -
ra ouverte da.' 1 lalre cdi
Fare lnc.istriei.
L lni.e.ale r'Lei., a )b
t'r cette agcrice b:13 -"ca" r,
est s tue a 600 m de la roUl
pr'nc'pale du Nord. 3 kmn wharf de cabotage, 2 km I.
de la HASCO, km , AC,
report InW, rr, 'k Fm

l'intersection -' la rout-
conduisant a r r *






-erve: aux conm i ,..








Por, ,-rP n i, n ,,






en fruachise -- tr., h nn
6tat 20.000 km Mise a P, x
S 2.600
Telephoner a Ingeroute -
2-17-27 ou 7-21-13 (doinct-
le).


i .I
-o~s~cor wa /C# -- LL SSP1 1

ATTENTION ATTENTION :
L\ HATR.I' XC ,\NNO N(CL B.1 IL .( 1 I- 1 .I HI 1
I. LE t .MI II (F( 1 QUI1 -,Is B IItl I \ 'I ill l.I
S 'I'Tl NSFIRI S P.AR i r1 l DL DLL. I lll \ I % IL i I
DL I ('IiAM I'-D E-im .R' N,, Bil iN ( m ,l't i ,
EN1 IVE L.I ll 11' I CENLRI I [ GI.HAN, I I 1 1.1
PRtiiITE DI I (id 1ii\ POl LI[ IIt b-. I II I 't
Q't ILS, r(ii hII\ 'IO T l b M" LbIL iR i 1 1 I
UtM'IL (UL rIISei DL r Imch' i( i
L.A Dli? (. 'i uN


*


.,,.~:. ~L. r- p


Salle 1


La Colere de Dieu


1 _


I


---~c~-~----~-s~s~--~-sl~-"U-UYI~ ~UU Iii I IXILJ_


L.


YLLi~EL"~aW~i~ec&irpi~~~*i~


ummmmmwmw I


ja


i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs