Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09934
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 25, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09934
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text








et de Mtdecine
L'entenic intervene en-
ire les gouvernemiients Caiua
dient et llititen pour la res
tructuration de la Facultji
d'Agronlice e de Mdeclt-
tne Vterlhaiire eal effective
dtepuis Iv ler. Octobre 1977.

La Facultg est desormnias
dirigee par un Consclil com-
post dui Doyen, NI. Lotus
Illanchet, du vice-Doyen, M.
Pierre Mon(as, de quatre
chefs de Dapartement, MM
Georges Cadet, Frederic Kc
hrau,. Jules Blanchet et
Jacques Bonneau. Le Con-
seil comprend egalement
le Coordonnateur canadien,
M. Ghislairn Gendron et
son adjoint administratif,
soit huil membres, don't six
baitiens et deux canadiens.
Des chcvro7nnes de 1'ensei-
gnement agronomique pour
la plupart.

Un nouveau programme
d'etudes a e6e adopt d la
Faculty. II est entree en ap
plication en lere et en 2eme
aniinees. Les etudiants de
3eme annie suivent un pro
gramme de transition et la
4ime annie, l'ancien pro-
gramme maintenu jusqu'A
nouvel ordre.

La refonte du program-
mne fsupprime certain course
qui n'ont pas iet juges in-
dispensables a la forma-
tion de l'Agron,ome. Elle
accorde plus d'heures de
theorie et de travaux pra-
tiques a d'autres course plus
important. Elle introdut
quelques nouvelles discipli
lies Ces mesuree adoptees
en font un programme a la
fois plus coherent et mieux
equilibri.

La mise en application
de ce nouveau programme
requiert a bref delai 1ins-
tallation de sept nouveaux
lahoratoires equipes, la res
tauration et la modernisa-
tion de- locaux, la construe
tion d'un auditorium et des
sales de loisirs pour le
etudiants. Ii est egalement
prevu 1'achat de vihicules
pour des voyage. d'etudes
en province. Deux autobus
neufs de soixaite-seize pla
ces sont dejd i la disposi-
.tion des etudiants pour
leur transport a Damien.
L'Ecole Moyenne d'Agricul
lure el l'Ecole d Infirmieri
Velirinarvs occuperont un
anure biatiment actuelle-
ment en construction.
Pour cnouvrir ce. depenues,.
ainsi tide le paiement des
;alaires de profesecurs a
pl'in lemps et les hour-',
d'etudes a aceordler ita 'c-
tranger. le l Ouverneni.' "
du ('Caiaica fail un inves/i
semint de $ :3.500.00o0, sur
iine period de( (i fi 1 ans.
'tle valeiir e- t geree par
le ('oordonnatlur c;inadien.
Lei nimbre-s du Con-Cil
tde la :icul, Iles IP rfe,-
seurs haitiens a remp- par
tiel. le., uwides accord(uc
aiuX etldia7Ils ,onct i la char
g xe x(lusive de 1'lEat hai-
lien.

La Faculte a un eifectif
de trente professeurs haii-
tiens et trois prof.sseurs
cadadiens.

Les di.-positions prises re
s.1ative, a la restructurationi
du programme ont entraine
des changements quant a
la distribution el au reame
nagemnent des sales du bha
t;ment. En mime tmnips,
d ailleure, se ponaient, a
propo. de ces sales, des
problcme,, d'ordre materi-l
difliciles i resoudre. Entre
autres., un system sanitai-
re completement detenrore
dans les dortoirs don't la
retauration cofiterait, d'a-
pris devils estimatif, la som
me de $ 15.000. 11 faudrait
encore envisager une refec
lion des matelas, des repa
rations aux appareils du re
fectoire : refrigerateurs, free
zers, un renouvellement du
materiel de cuisine, etc.
Le regime de 'intlernat
coiute beaucoup d'argent et
beaucoup de soucis. La Fa
culle ne diupoec pas de
frais speciaux pour la re-
paration des batiments et
du materiel. Les valeurs dis
ponibles pour i'entretien
des etudiants, autrefois al-
loues sur douze mois, per-
mettaient a l'administ ra-
tion d'effectuer des repara-
tions, d'entretelnir 1'iquipe-
iment, de renouveler le ma
tfriaI au course de vacance5
d'ite, avasit de recevoir le's
itudiants 4 la rontrie d'Oc
tobre. Ces valeurs ont iti
ramendes sur hoti mois.

En outre, 1'augmentation
du cofit de la vie et la


slnagaton des allocations
pour 6tudiants permettent
dlIioleltment a vie d'In-
>L i.4 ..--... ..,. I .. .= --3---> .


Vtt6rinaire
ternat, sanus 'hlstoire. Deux
Cents Internes l'anncie der
. ninre. Faute de moyens phy
islques, 11 n'6talt pas possi
ble de recovoir t 1'inter-
niit les itudlants de l re ani
n6ce.

La decision de former 1'in
ternat 6tnit done la seule
measure just, compete tenu
it la fois des nices'stUt
crates par la restructura-
tion et des problimes po-
-is par" l'.internat.

On comprend, certes, que
cette decision derange les
habitudes de quelques-uns.
Ce West pas le cas pour la
plupart deS etudiants. La
lere et la 26 annee actuel
le n'ont jamais ele regu
en internal. Les groups de
3i. et 4e. ont 6et6aussi ex-
ternes a un moment de la
duree, c'est-a-dire u temps
de leur leire annee.

Mais en regard de 1'in-
ireit ree/ des etudiants,
des advantages consid6ra-
bles offers quant i leur
formation par un nouvel
management du batiment
de la Faculte, il n'y avait
pas d hesiter. Le Conseil de
]a Faculty a faith le choix
qu il .lallait.

La derniiere reunion orga-
tniie par le Doyen grou-
pait les etudiants des qua-
tre aine6es. Elle s'est clotu
ree a la satisfaction des
uns et des autres.
Les etudiants ont deja for
me leurs differents come-
tIs : comit& cultural, spor
tif, etc. qui collaborent e-
troitement avec le Consell
de la Faculti.
Un championnat de foot-
ball, inter promotion, di
butera lundi, sous 1'egide
du Decanat iqui, selon la
coutume, a aid6 les etu-
diants dans 1'organisationt
de ce championnat.
Le cadre de la Facult6
est accueillint. Les sales
de classes ont eti repeintes,
les ventilateurm repares,
les systems hydraulique et
electrique reamenages.
Le eitudiants de la Fa-
culte d'Agronomie ont com
-iris qui leurs ainis du Con
sell de la Faculte ont agi
au mieux d'un avenir riche
de pronae'sss. Les itudiants
y gagneront en formation,
la Faculty y gaginera en
pre-fige.


23-11-77
Q. Apres qinzec mo's
de ip)ese'ice aul MinisitIre
di ua Cooperation, est-il
po.s iblc de dress. cr un bi-
lan ?

Le M nistr
Le bilan (r' e je peux de
.a Ctrer repose, iur uni idee
simple : le Dataille pour
Ic developpemcnt dans la-
qg'lle le Ministere de la
Cooperate on est engage re
prieente pour chacun des
pays concerns un tout in-
di sociable.


A) PROCHE-ORIENT:
M. BARRE :

tous i la Television ces
deux journees don't vous a
viez raison de dire qu'elles
presentaient une grande
importance. Quiconque a vu
le President Sadate arriver
a l'aerodrome de Lodd, qui
conquer a vu ce martin la
visit du President Sadate
a la mosque d'El Aqsa,
quiconque a entendu cet a
prns-midi les discours tris
nobles du Pr6sident Sadate
et de Monsieur Begin. n'a
pu manquer d'etre emu,
C'etait, en effect, un espoir
de paix 5ui se levait sur
cete vieflle terre Sainte
et meurtrie, un espoir -
pour reprendre 1'expression
qui a 6t6 employee k la
Knesseth en la paix d'A
braham.
mQui plus le Gouverne -
ment frangais pourrait se
rejouir, lui qui a cherch6
depuis tant d'annees A fai-
re en sorte qi'un rbgle -
ment durable et veritable


VENDREDI 23 NOV. 1977 ---- --r--i---~r- -r- ~-?-r---I -_~.~ .. .._.r~~ .


Reforme a la Faculte


d'Agronomie


DIRECTEUR : UCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR Mine. MAX COHAUVET


Rue du Centre No. 212
T61lphone : 2-2114 Boite Postale : 1316


LA CEIEMONIE INSTALLATION DU NOUVEAU DIRECTEUR DU NOUVEAU MONDE-


Le Discours du nouveau Directeur


M. Ulysse Pierre Louis


Ce martin, en presence de
nombreuses personnalites de
la politique, de i'adminis-
tration, de la Presse le Se-
cr6taire d'Etat a 1'Informa
tion, Me. Pierre Gousse a
done 1'invest ture au nou
veau Directeur du Monde>, notre excellent a-
m' et confrere Uly se Pierre
Louis.

A cette occasion, des dis
course s'gnificatfs ont ete
prononces tour a tour par
le Ministre Gousse, le Di-


rccteur Ulysse Pierre Louis
et le Directeur sortant, Me
Ulrick St. Louis.
Pour l'information de nos
lecteurs, nous publions le
texte des discourse de MM.
Gousse et Pierre Louis.
Dans son allocution, M.
Ulrick St Lou, declare qu'a
ce moment il se rappelait
les propos que lui adressait,
a son inAtallat on le Minis-
tre Gousse. I11 dira que le
meilleur homage que pou
vail lui rcndre. le Chef de
1 E t a t etait, de erem-
xxxx


Monsieur le Secretaire d'E- d'une tache bien faite, je im'd
tat a la Coord'nation et b vertuerai a promouvo r le
1'Information, rayonntment de notre jour-
nal de tell sort qu'll aille
Monsieur Ulrick SAINT vers son destin s'identifiant
LOUIS avec celui de ce tournant de
notre vie national.


Chers Confreres de la Pres
se ecrite, parlee televisee,
Messieurs les Membres de la
Redaction, de 1'Administra-
ton et des Ateliers du
NOUVEAUU MONDE>

Mesdames, Mesdemoiselloj,
Messieurs,

Permettez, Monsitur le Ee
cretaire dEtat, qug' je vous
prie de bien vouloir trans -.
mettre a Son Excellencet M
Jean Claude Duvalier, Prd-
deonti a V'e de la Republi -
que, mies chaleureux re-
m rclements et mes senti -
ments de vive gratitude
pour cette nouvelle preuve
d2 haute conflance dont Ele
viept de m'honorer en m'ap
plant a la Direct'on dui
quot dian eLE NOUVEAU
MONDEc>

Entoure d'une equipe sou-
cieuse de se depasser en vue


On n'a pas besoin d'etre
grand clere pour se rendre


placer Ulrick St Louis pais
un autre Ulrick St Louis>>.
II fit 1'eloge de nouveau
Directeur du Nouveau Mon-
de et lui souhaita eBonne
chances.

En adrti sant nos sympa-
thies a notre contrdre Ul-
reck, nous.renotvelons nos
felic stations et nos voeux
de success a notrc confrere
Ulysse Pierre-Louis, on cst
unanim" a cons derer excel-
lent le choix qui a 6et fait
de lui.


compete que )a volonte du
Chef a Vie de la Nation doe
pour. uivre it processus do
democratisation, a dynamism
le climate politique, suscite
des detbats et prises de posi-
tion des flambees de r-eia -

(suite papo 3)


La Cooperation

Haitiano Allemande


et notre developpement


En vue d'elargir la Coo
operation haitiano-alleman-
de dans les programmes de
d6veloppement entrepris par
le Gouvernement de S.E.
le President L Vie de la
Republique d'Haiti, M. Jean
Claude DUVALIER, se -sont
poursuivis hier et aujour-
d'hui des eritrdfoens appe-
16s a des resultats ftconds
dans un tris proche aven:r.
D'une part, SF'. l'Ambassa
dcur d'Allemagn- en Ha'ti,
le Dr. Gehrard S6hnke, les
deux Direct(urs au Ministri


do la Coopet .tion de la
R.F.A. les Drs.Stang'en et
Kalff, accompagnes L cha-
que fois du specialist" qua
hfie de 1'Assistance Tech -
nique Allemand en Haiti.
D'autre part, !es diferents
Ministeres concerns
SXx x

AU DEPARTMENT DE
L'AGRICULTU:RE

Les premiers entreti'ns
ont eu pour cadre le De-
partement de 1'AgrTculture.
Le Sous-Secretaire d'Etat,
i'Agronome Joseph Bernard
d scula avec let specialis-
t s alleniand:
a i du project d(s GOnaives
(rechi rcha' ot explo La-
lion des ;u aix soutPrra n(i s1
b) de la const.Lut on d un
fodals agricol;' pour iL' rea-
i alion de pet'ts iploj"ts
dans Il Nord-Ouiit, en col
laboriLion av c Ies co(nse1 s
d'act on communaut.aire
prcalablernln oncadr6s par
des tI chn ciins hait'ci's;
ci de 1acqu ition des ou-
1, Is et du materiel mini-
muln requ s pour Is mis'
a bien de tels travaiix:
d) de la prinrite L don-
ner aux pelets projrt. con-
cornant l'irr'gat'on d' su-
perf cies de 100 hectares,

(voir suite page 3)


Accident mortel
smr la route de
P'Arcahaic

Nous avons appris avec
consternation la mort sur-
venue hier soir des Suites
d'un accident d'auiomobile
sur la route de 1'Arcahaie,
de Mlle. Mikal Desquiron,
fille de notre ami Jean Des
quiron.
La voiture que pilotait
Mll1e Desquiron et qui rou
lai't en direction de Port-
au-Prince, heurta violem-
menit un gros camion en 1ta
tionnement sur la route.
Mikal Desquiron devait ren
dre 1'Ame un pzu plus tard,
succombant d une hemorra
gie intern. On nous rap-
porte qu'un autre occupant
de la vaiture a et6 s6riou-
sement ble-se et serait en
core sous observation.
Encore une lois occasion
nous est donn6e d'insister
sur la necessity que les ca
mions (ou tout autre vihi-
cule) en station7nement sur
les routes nationals dol-
vent tire munis de feux de
signalisation. Ceci aurait
pour effect d'6viter nombre
d'accidents ragrettables.
-Nous attiromis d'autre part
l'attention-sur le project de
la Croix-Rouge Haitienne
d'iristituer un service d'ur-
gence sur les. routes natio-
nales pour venir en aide
aux accidents et leur pro-

(Voir suite page 8)
A.sL ......tc .fi..:.....


parer la format on des eli-
tel de celle de la popula-
ion : 11 estl inposs ble
d' maginer un aven r indus
dr -A pour un pays dcpour-
vu des re sources alimen-
taires ind spensables. De
nmeme, le developpem nt e-
conomique est inseparable
do 1'educat on et de 1'mnsei
gnA ment. Par consequent,
pour chacun des pays consi
dere, 11 s'agit de fa re u-
ne 6tude :pecifiqiue qu' per
mette de dega.s-r avec 1s
dir giants aft 'ins, malga-


intervienne au Moyen -
Orient, qui mieux que lui
pourrait se r6jouir de tout
ce qui peut d6clencher,
comme l'on dit, la dynami
que de la paix ?

s Croyez bien que nous
sommes sensible a la di -
mension de 1'evenement
que nous avons vecu et que
nous sommes aussi sensi -
bles au courage don't ont
fait preuve le President Sa
date et Monsieur B6gin
11 y a 6videmment les
problimes, et il suffisait
d'ecouter cet' apres-midi M.
Sadate A la Kneseth pour
constater 1'extraordinaire
complexity de la situation.
Monsieur Sadatc a pris une
initiative personnelle, il
est venu apporter un mes-
sage de paix. 11 a dit lui-
meme qu'il ne voulait pas.
n6gocier et il n'a consult
personnel. Vous save* que
les riactioss ont 6ti diver
ses dans le monde Arabe a
ce sujet. C'est dire que ce

(suite page 4)


chcs ou halt.'is la l.gne
d rectrice de l'efficacite
maximuin de t'act 'on de
cooperation. Cet axe d'orien
nation pout etre tr6i d Ite
reni sunvant les pays.

REPONDRE AUX
VOEUX DES DIRIGEANTS
ET DES POPULATIONS -

Q.- Y a t-i des exem-
ples pree s de cctte dIfferen
c- ?

Le M n:stre :
eParfaitement Dans un
pay. come la Haute-Vol-
ta qui a une demograph e
galopanl,e et d.s resources
al'menta res 1 m nte tout
doit ire, ine semble-t-il
nous-ttnduo par la ncecssi-
te de produce d s produ ts
v vr ers.
(Par cont,'e, dan un pays
come Zaire, aux ressour-
ces mineres immense,
ma's extrememnt' cloison-
ne par 1I, nature et la dis
tance, -_ est probablement
tris dit:ic le d'imaginer que
dans un aven r proche 1'u-
no des r6g ons agr coles
nourr'sse le reste du pays.
On peut done avoir l'idee
de 6ceer, a travers le devc
loppem nt des resources
m:nieres, une pu'ssance 'n-
du tr elle su-ceptible d'ac-
querir a 1'extirieur, pour
chacune des leg ons, l"s
produ ts alimentaires man-
quants.

cclui du N'ger qug a la
chance d'avoir des riches-
ses poent elles cons'd6ra-
bl:s comme 1'uranium. 11
faut certa nempnt pen .t a
ddveloppcr la production i-
lectrique, clef de l'ind6pen
dance de ce pays, et en me
me temps permettre 1'irr'-
gat'on des sols pour nourrir
les populations du Sahel
qut n'accepteraient pas d'e-
tre exclues du d6veloppe-
ment economique du pay5-
eDern'er e ,mple, cell

(Volr sulte page 6)


VENDREDI 25 NOV. 1977

No. 30.673
E | 1 : EN ZEMiE ANNE A










FONDE EN 1896 LE PLUS ANCIEN QUOTIDIEN D'HAITI MEMBRE DE ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS


Le Discours du Secr6taire d'Etat


Pierre Gousse


constant et accrue que dd
-ormais vous lui apportez,
comme par devotion a" un
ftu sacred.

Jen prends done occasion
pour citer Jean Lou s Ser-
van SHREIBER, l'auteur de
l'ouvrage, Le Pouvoir d'In-
former; ce passage ne vous
est pas stirement inconnu :
En 1963, la question pa-
raissait evidente : Que fe-
rait le President KENNEDY
ap'es avoir psse huit ans
a la Maison Blanche si (comn
me tout le monde I'magi-
nait alors), il obtenait un se
"ond mandate %'

dcIrigcr un journals repondit
un jour l'homme qui ava't
occupy l'un des poses les
plus importanLs du monde.
Le destin, qui en decida
autrement poutr 1'infortune
President rend vraiment
exaltant, Mon Cher Uly.se,
ce jour qui vons place u la
direction d'un grand Jour-
nal, Le Nouveau Monde.
J'imagine qu' ila measure
de l'attrait qu'efit pu eprou-
ver le President KEENEDY,'
votre ens du devoir bien
fait et votre s'ntimcilt i-


prouv6 de la responsabilitd
decuplent en vous toutes
les resources qui font I'hom
me du moment et des situa
tions.

L'humaniste et le profes-
seur sauront identifier le
moment et le situer dans
,es rapports constants avec
le passe et l'avenir.

Oui le moment...
le moment d'oune action
precise, concrete, en vole d'e
panouissement et que plus
de six ans de Gouvernement
ont avalis6... ;
Le moment du veau que J'ai initie dans
tous les doms nes de la vie
nationale...,;
le moment ou sd6passe-
ment de soi, de la volonte
de bien fair et, dans Mon
cas particulier, d'apprehen-
sion du present et de vision
de l'avenir, l'une et t'autre
dipouillesde tout sentiment
negatif...i), ainsi S'exprimait
1, Premier Mandataire de la
Nation dans Son Ordre du
Jour du 18 novembre 1977,
qui s'etendait a toutes les
forces vives des neufs depar

(Voir suite page 3)


Mon cher Ulysse,

II aura suffi de peu que
I'abondance du coeur, jail-
lie de notre belle et longue
amitie, n'outrepasse la me-
sure qu'en impose une saine
et traditionnelle modestie.
Souffrez, cependant, qu'en
vous accueillant aujourd'hui
dans la maison du Journal,
Le NouvEau Monde don't
vous devenez le Directsur,
en replacement de Maitre
Ulrick ST. LOUIS qui pen-
dant 18 mois y consacra le
meilleur de lu! memm, souf-
frcz, dic-je, quc je rende un
publicc hommage aux qualities
qui vous ont designed a 1'at
tent'on du Chef de l'Etat
soucieux plus que jamais
d'honorer les raise merites;
vous ne decevrez pas Sa con
fiance.
Votre reputation nest
point surfaite et ne s'embar
rasse pas de faux brillants
qu' devaluent le tableau qui
s'offrc aux regards. J'ai bien
d', le tablea.'. voquant ain
si une forme d'expression de
votre personna'ite qui se li-
vr- quot'diennoment a la
critique; et elle serait bien
depreciee si elle ne s'etait
conform6e aux premieres re
gles de I'art d'etre vrai?,
honnete et de plaire.

Par la vous avez su vous
tailler une place enviable
dans les lettres: vos publi-
cations et vos oeuvres n'en
r.chissent pas moins notrs
fonds cultural par leur sim-
plic 't llui pr.coPe du vrai
et par leur sincerity qu'rn-
traine 1'accent d'auth ntici-
td.

Et la manire de plaire,
qui eAt la votre, n-'st po nt
la complaisance au Bovaris
me qui prostitue la culture
national, mi., une nian!-
re qui dicoule de l'impregna
tion et de l'assim'lationii des
sources d'inspiration, d
votre orig nailA I a I ric'hes
sa du nbmo gnasp, an de-
pouillimenl de l'int erpret'.
Ainsi, vouls tve7 transpose
ces brillantes qualites dan"
le Journalism qu" voui a-
vez conquis des vos promne-
res arms d'ecr vain et qui
prend anjourd'hui cva reran
chv dans Ia f rvem plus


L'artice du NOUVELLISTE
a, bien impress onne la di -
rection du SNEM.
Pour une fois que les agro
nomes parent d'entomolo -
gie, ce n'eta t pas si mal.
Les most qu s, les femel
les, cela s'entend, .ont a une
phase important de leurs
braves ex'st' nces. agressives,
tenaces, pas autant cepen -
dant que les tons.
II appartiennent tnus a
1'cmbranchem nt d's irlthro
phodes et l1 'oin decr t plus
de 6000000 epeces diff6ren-
tes.
La clause des 'ns,'ct s dans
laqu(clle on les silue corn -
prend une trosntaine d'or -
dre don't dix ont un- import
stance medical


LES POINTS SUR LES I



FOUS A LIER

Par Ernest BENNETT


La press internal onal"
ne tar t pas de ces flashese>
qui nous edfient .ur la fo-
lte des hommes de sci-neces
de ce s ecle malade.
Ansi la soc61i ,Lockheed,
don't le bon sens a ete ebran
le par le scandal des spots
de vin> offer, a. quelque-
grands homes d'Etat, et ou
bliant sans doute que la
moitie des terres emerg -s
nest pas encore cultivee,
propose aujourd'hui a la
< tes spatiales pour supplier
aux resources terrestres qui
retricissent come une
peau de chagrin alors que la
population du monde ne
cesse d'augmenter.
Et Lockheed (France-Di -
manche d xit) de presenter
un de ces projetr consistent
En deux cylinders jumeaux,
longs de 30 kms et ayant un
diametre de 6 kms De teller
c tes abriteraient des mil -
l'rs de personnel et com-
prendralent des montagncs,
des cour- d'eau et des lacs.
Des materiaux lunaires se -
-ralent utolists pour les cons
truire. Ellis ut'liseralent
1'inergie solaire. Et que codi
terait- ce < hled ? Deux Cents milliards
de dollars !

Somme plus que suffisan
te pour iponger les d6gats
resultant dune administra-
tion corruptrice a pots de
vin cassds I
Mais il y a aussl fou que
sLockheedC : C? bureau d'd-
oudes franqgas idont parole
eJeune Afriquest qui se pro


pose d'acheminer jusqu'en
Arable des icebergs sur
7.700 kms d'ocean en fai -
sant t rer chacun d'eux a la
vitesse d un noeud par c nq
remorqueurs d- 20.000 che
vaux chacun. Duree du voya
ge : pres d'un an sauf inc
dent. <1
Pour eviter qu'au cours du
deplacement la marcliandi-

(Voir suite page 7)


L'&uteur de 1'article nous
a done des apergus sur la
morpholog e et la physiolo-
gie de ces 7exapodes a meta
morphose TUmplete assez va
lables. II a meme parole de
leur mode de reproduction
ct du mode de la transmis -
s on de- agents pathogenes
par ces insectes nuis bles.
Les especes capable de pro
pag-r des ma-ad es paraltai
res a 1 homme :ont en effect
les anopheles, les aedes, ls
CUIoX.
Chez nous, on rend rci; -
ponsable L Anophele albi-
manus parmi les 4 speciess
identifiiee- en Haiti par la
Foundation Rockefeller. II
est le tranismctteur obI gi
des parasites, agents miolo-
giques du paludisme chez
nous. La femelle infected
est la source immed ate du
omal, tandis que -'homme en
est le eul reservoir can -
nu.
Les aedes, come Isauteur
a dit, fait parties de la D vi-
s on des moustgqu s : les
Ardiens. Ils adondent a la
Cap tale et en provinces. Le
seul genre inters ant au
point de vue medical est le
genre aedes.
L'espec" la p'u important
te est b'en l'ades aegypti
(ou stegomv a fosc'atal Elle
est tries facile fi reconnaitre
grace ai la presence :ur le
dos du thorax d'un dessin

(Voir suite page 2)


Coin du Jardinier

Le Macaya est-il perdu ?


Le paysage hait en chan-
ge de plus en plus. Dans
le sens d'une deterioration
progressive don't on prend
conscience avec d'autant
plus d'acuite que s'6tend 1'e
cart entire les moments de
visite et d observat on. En
trente ans, se dessine un
autre visage. Un faces si
different de 1'autrefois
qu'on a du mal A le recon
na'tre. Et un serrement de
coeur i 1'identifier.

Eitre Camp Perrin et
Beaumont, Cat'che, la fo-
rnt de la Hotte Macaya
d'ofi naissent et s'alimen-
tent presque touts les ri
v'ires du Sud : les eaux de
Cavaillon, la Ravine du
Sud la rivfere des Anglais,
de Dame-Maria,. de la
Orand-An.e, de Baraderes
la Voldrogue, les Roseaux.
La fort du Macaya est la
neule fort pluvleuse qui


nous rest. Elle command
le ddb t des eaux de la re
gon. E11e decide du cl.mat
et influence les cycles de
secheresse et de pluviosit6
d une grande parties du
pays.
Par vole de consequence,
elle cond tionne 1'existence
.meme des populations des
valleer, des planes, des
villes et bourgades d'un
tres large secteur de la
presqu'ile du Sud.
Dana la forest violde, on
cherche vainement aujour-
d'hui des especes qui sem-
blent avo'r d'sparu. La si-
lhouette 6legante du pal-
mier chap.elet (Euterpe glo
bosa) dont les stachesb cou
vraient les ajoupas, ne se
profile plus dans le d6cor.
Ni celle du coco-macaque,
le vrai, le geonoma oxycar
pa, uh autre palmier tita

(Suite Pae 8)


DERNIERE HUR
Ce martin, un peu avant
midl, le President Jean-
Claude Duvaller a etfectu6
line vislte d'lnspection au
Parc Industrlel Metropoli-
lain ou fonctionnent diver-
sas manufactures.
Le President Duvalier qut
dtait accompagn6 de plu-
sieurs membres de son Gou
vernement don't le Ministre
de I'lnt6rleur Me Aurdlien
C. Jeanty s'est entretenu
avec les patrons et les ou-
vriers, croit-on savoir. Peu
apres, 11 s'est rendu au Ml-
nistlre des Affatres Soc'ales
ofi il a eu un long entre-
tien avec le Secretaire d'E-
tat Achille Salvant.


Le Bilan du Ministere


de la Cooperation Frangaise

IV INTERVIEW ACCORDEE PAR M. GALLEY A LA ,CROIX,)


Declarations de M. Barre

au Club de la Presse

sur Europe 1

(19 L1) PRINCIPAUX EXTRAITS SUR LA
POLITIQUE ETRANGERE :


c- ----~--~~ --~--~-~-~y-- --p- -~p~~sl~lide


~L__~l___ ___ _II~


__I


A propos


de demoustication

PAR LA LA DIRECTION DU SNEM


_= ,.o' .... ... :.. ,. : + ? '. .. .. ,







SA propose de demdustication


(uilte do la 16 e page)


tirltisnt.6 syint 1t for-ie d'il
I, lyre. C.ttte sp6ce est Ie
c-truttir lI ltflUe important
t, 11 r rol Jauine de ti isle
Intnio rc. Actuellrnient, c et
11,' qitl, '1i n'en pas outer,
,st responsible de cotte 6pi
ttIit explo ivo dcie flvre
tlisull venue dcie la Jama'-
que, pays anvec lequ.l nois
vottn, dans le Sud (Mragof&
io qic d'sservnnt les ba L


teaux de la Reynoldsl des
liaisons ctroiteO. Elle pro -
page aus i Ja Fllarlo'e don't
di? iombieux ca- ont Ott de
p mse, p.r 1.a ipeehnictens du
SNEM a tiraver." lei pays.
..: Coilx font partle cics
gc.nite de cul'etens

I1 existed une c .nquartai -
ne d'e.peces de ciulex: Lv
plus importantt rencontrde
cette date semble Itre le Cu
lex qilnutefiaci'a.ui. II n'ex's
te pas encore des 6tudeal ex :


haustives & leur sujet. II
nest pas a carter 1 exLten
ce du C. fallgate, pr nc pal
vctelur de la islarlose don't
lea complications se Irncon
tr'nt d tc mps b autre :
lymphangte. hydrocele l6
phant'alsis de_ membres. d--s
.0 ns, Chyluric etc.,


Pulsque les moust'ques
spat nuisibles, vq're dange-
r'tik," i htols Taut come
dt.l'aliteur .du Co'h du Jar,


B, L, J


Cassette deck des meilleures marques : AKAI,


Kenwood, AGS. Tape a rouleaux Deck



ou amplifii jusqu'a 10 pouces et demie pour


amateurs et professionnels Amplificateu-s



AKAI de 40 a 180 W


KE WOOD, ,,,,1 i t r qu#
,qKENWOOD


_,,-md ---r-----'-/lza~~a~ur


d'n'er leur llrer la guer -
re. Pour cela, 11 iaut d'abord
procdder a leur identif:ca -
Son en etud.ant Itur biolo-
g .e.
Le SNEM depu:s press de
dtux decenn ea l:vre une
lutte tenace et mthodiqu.'
centre I Anophele alblma -
nus, vecteur ae la mala -
rca.

Comme dit 1'auteur da 1'ar
t cle DARBOUCO, les lar -
ve. des moust"ques sont tou
jours aquatlques, mais tUs
n'affectent pas tous les mi
m's gofits pour le choix de
leurs gites- (on appelle agi
tess, les collections d'eaux
cho:X'les par les moust'quis
pour dpossr feieur ponte.
Les Anopheles recher -
chent hab-tuellemneht les
eaux cares et courantes
pour se developer, de ,pre
feretice les colletiobs na -
tur.1les d'eau (mares, e
tangs, course d'eitu a falble
courant, ont se trouvent de3s
plants aquatiques qu em
pachent les larves d'etre en
tra rnes.

L'Aedes aegypti au central
re, a dcs moeurs essentielle
meant domestiqus. L'adulte
est dan; n os masons et ses
gites larvaire sent domestic
ques ou per domestques.
Toutes les colleetons d eau,
meme les plus redultes, pEu
vent lui convenir : drums,
jarres, canaries, boites a con
serves remplies d'eau de
plu e. cternes, fonds de bou
te.lles iassees, trous d'ar -
bres, t incs de bananiers,
bites de batteries vides,
vieux pneus etc., L'eau de
cs. gites est lab tuelle ment
impure

11 faut retenir que les oeuts
do ct'tte espece sont en{ou -
rees d'une coque Ipaise qui
lu. pt rinet d& resister .pvn -
da nt p)lusleurs in0 s i 1'etat

Qnallt fnux Cuilex. on les
Ile idan,; In plupairt des
t',:II iis o)p '"?s stagnitltu ', liI
ir Ite.s inondes, caux slta -
1;1ailx> S v s d, gout.-. elit .


i


Les amaa d'lmtnMOdices, h
moins qu'll a'y troave des
collection d'eau ne teu -
vent Cotstttuer des gites ni
pour anopheles, nil our ae
des, ni pour lea culex. Pas
d'eau, pas de moustiqu?.

DESTRUCTION DES
MOUSTIQUES
La lutte centre iles'mous-
tiques, iprinc palement. 1'A-
nophele albmanus et; 1'Ae
ds Aegypti. e-i un des roles
princ'paux des Services de
Sant6 dans tous les pays du
monde. Le SNEM, comme dd
jd dit, poursu t la lutte con
tre le vecteur de la Mala -
rita 1'aide de mdthodes
d'altaque conmblnCes quii ont
regu la haute approbation
de 1-OMS.
Contre les adults, le
SN.1iM a recourse au d6brous
callement qui lea 61o'gne
de' nos villes et villages, A
des pulvdrisations, des fumi
nations ou des atom'sa -
tlonsv d'insectlcides t Volu-
me ultra fable (VUF ou en
anglais ULV, ultra low vo-
lume). Les -ubstances toxi-
ques ut'lis6es actuellement
sont : le DDT, le Malathion
B:entot il nous sera sans
doute possible d'employer le
Fen'throtion.
Contre les larves, deux
moyens s-'oTfrent a nous
pour les detruire :

lo) Les tuer dans les gi-
tes ou elles vivent. Nous y
arrivons en les intoxiquant
par les larvicides que nos a
g-nts dever.-ent dans les col
elections' ou elles pullulent,
abate, autrefois 'on emplo
'r le -ri de Par s, ou blen
cin les:empachant de venr
respirer ia la surface en r6-
pandant A la surface do
Il'au un liquid leger qui
surnage. toutes l's semalnes
igazoil, v elllees hu'les pro-
venant des dechets de ma -
ch'nes diverses provenant
par exomp'e de l'Electrici -
to d'Hlati nvant P6ligrei.

2o0 Stippr mer leurs g:tes
En pres-ce de I 'txteins on
d lia reslstanoo de CPS hexa
1podes au DDT partlcullere -
iment dans les regions ou la
terre count ent dc la Bauxi -
te. I'OMS a recomminand6 dv
revenir afux ane ennes me -
tliodes d'assainissement :

a) soil les petites measures
ant larvaires, suppre s on d(
routes l1? collect one cau-
sees par industries C'est
a nsi que l'annee derniere
il fut decouvert a Drouillarc
que les faux provenant de ls
Fabrique de B pre Prestgg
avalent occasionne des gites
favorabes a 1'ecosion do eec
dangicreux Anopheles a'bi:
manus.

bi oitl les grandes mesu
res ant:larvaircs : comble-


B en que cette lutte dolve
etre methodique, vous con-
viendrez avec nous qu'elle
nest pas sur cc point diffi-
cile, complex ct d ependieu
se. Elle requsert certes une
certa'nes connaissance ento
mologique. mals ceci nest pas
pas de portee pour le Servi-
ce de la SantL.
Encore une fois, compl'-
ments a 1'Agronome entomo
logu? de DARBOUCO. Avec
beaucoup d'i propos, 1il nou
a rappel6 les revers d'une
grande pluvios't6.


Macs les pluses nous font
trop de bi-n pour en dire
du mal...

D reaction d-i SNEM.



AVIS DE DIVORCE
I1 est porter 6 t la connais
sance des interessls que le
Tribunal Civil de Port-au
Prince Haiti a admis le di
vorce de William M. Dono
van d'avec Elizabeth F.Do-
novan nee Quinn et pronon
c6 la dissolution des liens
matrimoniaux ayant existed
entire eux par jugement en
date du 12 novembre 1977
don't le dispositif a ete
transcrit le 14 novembre
1977 dans les registres A ce
destines de 1'Etat Civil de
la Section Sud de Port-au
Prince pour soriir son plein
et enter effet conform
ment a la loi regissant la
matiere.

Port-au-Prince le 14 novem
bre 1977
Me. Gerard EVEILLARD
Avocat



Avis de Divorce

II est port A la connais
des Int6ress6s que le Tribu
nal Civil de Port-au-prince
Haiti a admis le divorce de
Ilaqui Feng Chan nee Feng I
d'avec Foon Wo Chan
et prononce la dissolution
des liens matrimoniaux a-
yant exist entire eux par
Jugement en date du 11 no
vembre 1917 dent le dispo
sitif a 1t transcrit le 12
novembre 1977 dans les re
gistres A oe destines de 1'E-
tat Civil de la Section
Nord de Port-au Prince
pour sorlr son plein enter
effect confoirmment & la
lol riglssant la matiire.

Port-au-Prinee le 12 novemn
bre 1A77
Me. G rard EVEILLARD
A amest


ment, as:ech.mbnt ou dra'.-
nage des stagilations, marts
etc., regularlsation des ber-
ges des rulaseatUx, r.vieres,
etangs tc.,
L'nt.n, nous avon, recem-
mint eu recours a I\a ute
b olog que, laquelle const.te
a pratliquer dans c:ertains
gitis "elevage de petts po.s
sons ravivorcs : Gambusia,
Grfippys et, qtii sont des
ennem s naturels de ce4 in
d6sirab'es insects et se
nourr.ssent de leurs larves.
.S'agi.-ant dei autres esp6
ces, en particulter des st6go
mies qui, comme ddjk d t,
ont des moeurs essentielle-
ment domestiquss, les peti-
tes meiures antlvectorlelle; et
antilarva res tuff sent en ge
n6ral : suppression done des
collections dpmestiques corn
me dispbcition rat'onnelle,
des boites a conserves, ffits
vides, canaris, etc., 1'on a me
me trouv6 des larves d'aed-s
dans les petits pots a flours
du salon, du petit oratoire
des p:rsonncs devotes.

Les cullc'ens, come l'ae-
des, se contentent d'eaux im
pures, stagnantes, voire cor
rompues : latrines, egofits,
etc., Chcz nous, 1 rev'ent au
Service e 'Hyg'ene du S-r
vice de la Santd Publique de
s'occuper de Ils depister et
proceder ai leur suppression.
Stout ce quil precede, i1
faut certa'nement ajoutc r
1'educat on des populations.
II taut leur expliquer, com-
me 'a fait l'auteur du Coin
du Jardinier, le r6lc fune-te
de ces aedicns et culic'ens
dans la propagation de la
F yvre dengue, de la filario-
se et lFur recommander les
measures qu'elles peuvent ap
piquer telles que : protec-
tion des chauve sours qui
detrulsent 6galement un
grand nombre de mou ti-
ques adults, suppress'ons
des gites domlcstiques qui
const'tuint les collecteurs
doinest'ques c -dessus d6-
crlts tles reserves d'eau a
usnge domesllque doiv'nt 8-
Ire eouvertes, les infitra-
t'ons d'eau dans les fosses
d'aisanc' dip stees et empl
Chiehs.


1. On s'en sert pour sarcler
- re dit 6galement fOeche
en parlant de la charrue


I-, A


Sim i v vivva oc x


2. Exageres du verib ai-
ler
3. Note certain do Vs u
4. Solid, bouletteo peor r
engraisser la vola il
5. Article etrang.r s .ip
pellnt egalem' nt glandsi-s
de m r

6. R deaux en tolo
7. Eveque de Lyon. mar 'r
-double voyelle
8. Etoilt ra-sasie


J. Metal 'o on ajou'e
de Poule. darnr(iux POUr ',
les vontures ,
10. Morceau '-raie I'
nom


xx x


HORIZONTALEMENT

1. Neper tain 2. Anis -
arbre 3. Ur Ob ie 4. Ca;
tor ire 5. Octeville 6. Ri
- ridelle 7. Envine eut
8. Se ros'r 9. Ecumas -
r6 10. Us'6 sales


VERTICALEMEN'

I. Naucorcs 2. Enrac ins- 3
Pi st ce 4. Esour,, ,
4 Bov n 6. R deras 7 Tn
7 osa 8. Abefll,.t !. Ir
reluire 10. Ncve t, r


Nos Mots Croises


LES GRANDS CONFERENCIERS CINEASI:ES
DE LANGUE FRANCAISEq

presentent un grand film de

Jerome DELCOURT

Bali ", Demons


"et Merveilles "

SA L'AUDITORIUM

DE L'INSTITUT FRANCAHS 2

Vandredi 25 novembre a 20 h 30
-- Entree : 15 Gdes ^

Seance pour etudiants a 17 h -s
Entre : I Gdes
.oaooocoose~eoooosoosoccoGdeoscc i


Les Consoles Stereo Morse Electrophonic:

Une collection de chefs d'oeuvre!


Les different modules: Capri, Barcelona, Malaga, Lido,


Comprennent chacun:

UN TAPE PLAYER A QUATRE PISTES, UN TOURNE-DISQUE AUTOMATIQUE BSR
GRAND FORMAT, UNE RADIO AM ET FM STEREO MULTIPLEX, UN SYSTEM

QUADRAPHONIQUE, UN ADAPTEUR POUR LES DISQUES DE 45 TOURS.



Curagao Trading Company S.

Salles de Vente : Rue Pavee Salle dAuditlon : Rue Pav6e

et Delmas Ne 48, (A prozamtte de MalGsa Arty)


LE BISTROT


RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE


SAkEDI SOIR

Ambiance dansante

avec ,Eistrot Combow


VENDREDI SOIR

aNouveau Bistrot Show)

Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR

Soiree Dansante Accordeo.i et
Musette


CHAQUE SOIR 1
P1Mno Bar Ambiance ::usicale
iL -- na ; - -- -.' %


HORIZONTALEMENT

1. Sorte l rabot de me i
nuts'er on percevalt
autrefois un impbt sur 2
, li. 3
2. Bordle de maisons '4
liqu de ires nutritif
3. DTformat:on d'un pr6
i'xe principle divin 6
dans les religions da 7
l'Inde
4. Brou'ller
5. Le gagner c'est avan 9
cer dans une affaire 10
d phtongus
-6. Orient gnrrsl aq-
m6ricain sur un tam
hour -,IIB
7. Mettre hors du droit che
min
8. Furent invenels par Ader
- preposit'on
9. Contour d'ine fiurp ---
*ttes de gram'nees
10. Crochet avait prftl
au roi serment de fidelity

x x x x
VERTICALEMENT


- .~ ; ..m._ a


^





VENDREDI 25 NOV. 1977


La Cooperation Haitiano Allemande


et nbtre developpement


It it 11 o




t- 'F I rI IIi
d,- i I ( ii'
mu 'Ii, riii-p


Fi sd, lnIV(II


ZA P XI'










C.,


In lcre page) raii aiu contrdle des pha-
reis, AI la pose et au le -
vnge des balijers et bou6es
'iiiu oi lilbIle ndispensables pour In*l-
'\ "- vi'lilwes mquer l'entr6Le des ports, les'
i i fI, lit piassages difficles, les
l< pelt itl' mi- bances de rdclfs.
dlipsliin aires
iin llge'nl de Ilier, a mia, Us ont eu
1ux un fructueux entretlen avec
le Ministre des Finances,
k)l *sm' mmin d M. Emmanuel Bros, qu'en-
inlris 1 vue tourainit l'Admininstrateur
o lnt in, de's General des Douanes, M.
(oIl- du De- Frantz Th6baud et le Dircc
Nord-Ourt. ttur-General de la Douane
de P-au-P, M. Hibert Boyer.
l'B.ICS FT Le but de cette conference
est de pourvoir nos 'douanes
d'experts allemands en vue
.lie dr, Tra d'iintraintr le a ersonniel.
i Ine Pierre
I A1mbas-adsur Dans la Foirie d'hier,
Stangen et s'est deroulee une seance
i'ire au suijet d'6valuation des projects en.
I ts pour 1" la residence de l'Ambassa-
: Cooperation deur d'Allemagne avec la
tournir a Hal participation de tous les ex-,
.r sparsialc- perts allemands qui partici-
"- \e c du pent au programme d'assis-
MERS a la stance technique de la RFA
,1 bateau servi en Haitf.


REUNION DE SYNTHESE

Aujourd'hui, les Drs Stan
gen et Kalff et l'Ambasoa-
deur S6hnke ce sont rendus
a l'Electricitd d'Haiti pour
discuter avec, 'Ing. Andr6
Fidela Wainright et son
staff.

Une important reunion
de synthese s'est tenue en-
suite durant trois heures au
CONADEP avec la participa
tion des Ddpartements de
I'Agriculture, des Travauix Pu
blics, des Finances, du Comr
merce, de 1'INAREM, de l'OD
PG.
Ce soir, en sa residence de
Bois Moquet, a Petion Ville,
S. E. Ambasse deur d'Alle-
magne, le Dr Gehrard S6hn
ke, offrLra en I'honneur de
ces visiteurs, une grandiose
r6cept'on a laquelle partici
peront nos hauts fonction-
naires.
Demain samedi, le Dr
Stangen, qui a termind sa
tournee en Amerique Lati-
ne partira via New York


L'ALLIANCE CULTURELLE HAITIANO ALLEMANDE
ET

LE CINE THEATRE TRIOMPHE
presentent

Le Magicien Allemand

de renommee international : Ingo Von Wilke
et Michele Douanier

Vendredi 25 Novembre 1977 8 hres 30 $ 3.- $ 4.'


I






"'iT',






'7. .
"ii.. .7

15




~e- i

5' '


A
JE#%

~' *




I-

d*c~


pour I'Aiiemagne qu'll ga-
gnera par un Jumbo Jet
dc la Lultiansfa
Le Di Kalli, qui cohiniii
ce son perlple latino ame
ricain, se rendra en Ame
rique Centrale via Miami.


Change
Beckenbauer -
Breitner au
Cosmos envisage

BONN (AFP)
Paul Breitner pourrait 6-
tre prete par 1'Eintracht
Brunswick au Cosmos de
New York, l'an prochain, a-
fin me permettre a Frang
Beckenbauer de participer a
la Coupe du Monde de Foot
ball 78 en Argentine avec
1'EquiPe de la RFA.
Selon cette rumeur qui
court depuis quelques
jours dans les milieux spor
tifs Ouest-Allemands, Breit
ner se serait entretenu k ce
sujet avec le President du
Cosmos et Beckenbauer, la
semaine dernifre a Londres
Le President de I'Eintracht
Brunswick, M. Ernst Fricke,
ne serait pas opposed un
tel pret mais exigerait pour
ce fair environ 1 million
de Marks (plus de 2 millions
de francs. M. Fricke est ce
pendant centre un trans-
fert definitif aux Etats Unis
de Breitner, qui a un con-
trat de trois ans a Bruns-
wick.
Quoiqu'il en soi, ls ru-
meurs d'une eventuelle par
t'ipation du Kaiser Franz
a la prochain" Coupe du
monde de Football se font
de plus en plus nombreuses
a un peu plus de six mois
du coup d'envoi de la corn
pltit'on.



Rivelino pourrait
jouer au Cosmos
NEW YORK (AFP
L'international bresilien Ri
velino, meneur de jiii de
Fiuminense et d" la Selec-
tion Nationale de son pays,
jcuera au Cosmos de New-
York. apprend-on jeudii dans
la Cite N w Yorkai'e.
Une rumeur c rrule dans
Ics milieux sDo'eti.fs de New
York. sc'on laquiile I' e Cos
nio pa:era:t ia omme de
Trois nillions de dollars
prur 1 acqulsiton de R ve-
line. d ux mill'.nn pour Flu
rmnens" et un million pour
le joueur.
D'autre part sl Fluminen
se ne s- qual la.t pas pour
la finale du Champtonnat
du Bresil. Rvx'lino pourrait
debuter la comrpet:tion ame
r came avec le Colmos en A
vril prochain. Auqgel i ca ,
1I Club New Yorkais accep-
terait de donner au ic-.eur
sa libb rte pour la Coupe du
Monde en Argentine-.

Coupe du Monde :
L'Iran qualified

TEHERAN AFT'
L'Iran s'- t qual fie pour
la phase f nale de la Coupe
du Monde (n Argentine en
bat-ant l'Austral'e par un
but a zero. v ndr(di a Tehe
ran. dans le group As e -
Oceanis L Au tralie ava't
part e pe a la preeddenie e-
d'tIon de la Coupe du iron-
de.


1y*.whiii^f -a-ewwwvausiwwww


Le Discours du nouveau Directeur

M. Ulysse Pierre-Louis


(suite de la 16re page


imlatons, de dxaldances ind
quant la negaltin do 1'
inobilisnme voire une oU
ture ver5 unm formne viv
ti de pluralisme ideology
que.
Telle c.- 1 option n"
catcgor que, lucide du Je
Claudsme.

Tout en merchant d
la 4oule-de..-eon Illus.re
re. le Presideia: Jean Cla
DUVALIER a entame un
ccsus de liberalisation
a done .a son Gouvri
ment on noum-u style
change favorablement il
ge du regime et de son C
a l'extereur.
Jo ni'in su's rendu con
te a occasion de multip
voyag s en Amrerique La
tt dais la Caraibe.
I.a Revolution Duvalii
te. grace a ce nouveau s
evie les cr spat:ons inut
desamorce les resistance
juiit:fiables, cree un cli
prop ce a Iedificat on d
.oc-ete renoves et plus
te.

Sous le lead( rship xuc
du President Jean C(,u
DUVALIER. la march e
vant sacce'ere, la prio
etant accordee a la bata
economy que.
Personnel ne s'illus onn
1.' Chef a vie de la Nat
tout le pri m er-, 10 comr
di people Haitlcn pour
droit a i'ex'stence dquil'
et confortable, sera ipre
long Se luttes r'joign
crlles du Ti( rs Monde lt
nations demunies qu' s2
brent progre,; vemenr
provoqu( ront dCi'ms les pi


Q U ) Ellhfe1

A




depart 711h 50 a.m. vers MI IAMIII

./a


... -


e)


di -

uver
an-
gi -

'tte,
an-


lans


pro
qui
rne-
et
ima
;hef

lip-
ples
t.ne

iris-
tyle,
t;ls,
s in
mat
'une
jus-


chaines ddcennies de profon
des mutations.
Nous saluons les militants
courageux qui nous ont pra
cedes a ce journal et don't
la foi nous galvanise. Nous
remercions les nombreux
confreres de la press ecri-
te, parlee et tetlvisde, venus
en grand nombre assister .
notre Investiture. Qu'ils
soint assures que nos rap-
ports avec eux seront tou-
jours marques au coin de
1'ethique professionnelle la
plus scrupuleuse. Nos- remer
cements vont 6galement
aux am's don't 1'affluence et
les mots d'encouragement
nous reconfortent profond6-
ment.
La couvelle Direction et
ses collaborateurs, priest les
abonnds, les annonceurs, les
fervents lecteurs, le public


en gdndral de croire qu'lls
s'evertueront a meriter leur
plelne confiance. A cat e-
gard, il nous vient a l'esprit
ce propos de l'ecrivain ame-
ricain Edgar Allan POE :
la profession de journalist
me paraissent constitutes
comme les dieux du Walhal
la, lesquels se taillaient en
pieces tous les jour: mais se
relevaient en parfaite santo
tous les matins,
Les brillantes cronsTldra-
tone au sujet du role de la'.
press, les references oppor-'
tunes donnant une density
remarquable a l'allocution
du Ministre Pierre GOUSSE,
r&v6lent I'humaniste aux
vues large et le Professeur
de Belles Lettres hab'le a
defricher la jungle des mots.
Ses 6logletu propos encoura


gent l'dqu'pe a donner le
meilleur d elle meme. Noui
y puiserons a tout inbintan
des motifs de depassmnrnt.
a ce moment privilege a de
notre vie natlonale ou : -e-
vient au journal L.,e Nou-
veau Monde> de lancer W-
fleches de direction :cdeo. a
que et d'etre a la por..e du
combat que mene le Gou-ver
nement en vue d a-au-er le
cheminement de notre Cornm
munaute ver- plus de d n
te et de justice
..La nouvelle Dircci'on -
1'equipe du MONDE, tiennent a a,;'-
mer, avec mine create'.,' e
vente, Icurs respond aibl,;i'',.
face a uine s tut onn i -m-
tur-lle part fuller, cm,
s'onnante. Et -' du DIALOGUE
Ulyvsse PlIEPRRF - r '


Le Discours du Secretaire d'Etat


Pierre Gousse
(Suite de la lere page)


tements gaographiquen;
cide Out le moment de la li-
ude beralisation qu'll a amorces
n a en vue d'accelerer le Deve-
)rit loppement Economique et
a lIe Social pour le plus grand
b en de Son Pays et de Son
S Puple; et equ'aucune. foyce
ion obscure ne doit compromet-
bat tre...>.s
ron Et le Pres.dent a Vie de la
iree Repubi.que in-iste;
et parce que la liberalisation
ent mntauree par le Jean Clau-
des disme est un processus, un
li- point de ia courbe h-storn-
et que don't les coordonnees
iro- sont determ nees su.vant un
systdme de reference, tant
sur le plan national que sur
le plan international;
pare que la lb ralisation
est une position ddjlibr6e,
une doctr hie de gestion de
la eres publica, une politi
que dorganiratlon et de
transformation de Ia Com-
munaute Haitienne, par :
< accord6e aux objectifa a vo-
cation 6conomique et socia-
le; une redistribution plus
rationnelle des responsab li
td '; un dialogue plus ouvert,
partant plus vrai et plus en-
richlssant entire les porte-
parole des secteurs public
et pr vd, avec, pour but, la
stimulation des potent'all-
tes cr6atives individuellesm.
F n de c station;

Et parce que la berallsa-
tion procede d'une mfthode
d'dducation d6mocratique
PERMANENTE' de la mental
lite collective, elle assigrie a
la Pres-e la fonct'on de opr6
sentsr la realite contempo-
raineo, son bea fond6
ses absurditds, sea injiBtl-
ces.,
A Ce pouvoir, cpar essence
anarchique, la 'ibdraliga-
t.'on confire !a mission d in
former et Od.e.' qgerI4c'-.
SteI mission ohL 'lxagration
*.et la Burerich6rea, B"ile


gritd et a l'analyse;a
elle lui confere de plus u-
ne responsabilite devant les
socletes devenu's delicate
dans leur fonct'onnement,
car, pour parodler Jean-
Louis Scrvan SHREIBE'R,
ces soci6ted et bien sir la
notre ont I'intdret le plus'
ev'dent a ce que 'linstru-
ment trenchant de la Pres-
se n'echoue pas Entre des
main- malhab'les et malhon
netes.
Qu'll me scit permits de
fire appel, sous iegide de
la liberal.sat on Jcan-Clau-
diste, a l'objectv-te et a la
probity qui font l'ethique
profes-ionnelle du Journal s
te, par cette conclusion de
l'auteur :

ment accrues a l'egard de la
quality de information et
des principles d'action de
ceux qui la produkent et la
diffusent saront la seule jus
tiTlcat'on du malntlen inte-
gral de leur liberty d'Exer-
cer le pouvoir d'informa-
tion,.

Mon Cher Ulysse vous ne
manquerez pas d'6tre au si
I'homme des situations,
tant de celles assortles de
l'orlentation politique du
Journal, Le Nouveau Monde


quei de i ellrei mile -r -
Iorganilisat.oln )i v daS ,-
Imic slnsagim tII (i iit i0 T I
pr se u nilitt,'- 1 :- r-
veaux oet lii iiir,'hiiL
Voittl l 'o
tion, 'effici t'lt 'e h.ti.r -
niO us", s'x< riecr. iv '..
au n'Vleau d ilt r( ..
qul, grace a i rprft d ,d .. i '
delpoullle de l.- mxxxc -,
d'ombrag", se trlii i r:-.-i -
en un veritable l.aborm',-'
d'ldee,' de suggeIt oin d i)p
tons gouvi rniem' itla:, .
d'ou la mat erc pe n'i'r i
linforniatlon sort'ra :mus
une forme elabore -. ,. .r.'r-j
se et enr'ch'ssante p'-ur ( o
p nion publique.
Vous vetll-rez a .st mu' r
la collaboration de tou0a e-i
echelons de votre admni.ni-
tration par une intelilg":e
distr but on des tachl,. par
le sens de la respon.,abi:!e
assumee par chacun.

Il faut de tout, dlt-on,
pour fare un journal '
Vous en connaiss.ez dea
les servitudes et l's arcane,-
en ce moment ou vou.i re-
nousz voi rctrouvaill5e avec
Le Journal, Le Nouveau Mon
de. Je vous souhatte BONNE
BESOGNE !
Port-au-Pr'nce le 25 no-
vembre 1977
Pierre E. GOUSSE
Secrdtaire d'Etat


Grande Exposition Vente a Royal
Haytian Hotel -
POUR DES RAISONS TECHNIQUES, ET POUR RE
PONDRE A, LA DEMAND REITEREE DE LA CLIENT
TELE, L'OUVERTURE DE LA GRANDE EXPOSITION
VENTE QtJYAVAIT ANNONCEE (LES CREATIONS I
JACQUESS L'UNE DES MEILLEURES MAISONS CA
NADIENNES SPECIALISEES DANS LA COUPE t
POUR LE MARDI 29 NOVEMBRE, EST REPORTED
AU DIMANCHJE 27 NOVEMBRE A PARTIR DE 3H
P M El1L.FBiEN. "IIN 4-IOMs-aPREVU LE 3 D *


kOEMBRA PROCM I


-N


Imm


~---- ,--


OR IIOVVEDIunib


~r--'AG..


------~


P~jCc3500r~t~33t3;IC/l~%rll~ll~~3r-~'-' -~9~--~~


~*)-~%Z~LI~-~U~D~,;/~,~


~Cllr B~lllls~qr--~~- -----~~, ~ ~""-S"~-9mF


I


I I ----


P"il*irp~urrr~UW~ir~J*r;iz~*~~~~a~L~ij~* --i~.'~L~8~iu;.^~;lc.-hu~.,d .~r~my.


5%i


.r


< .


r'


I








D'clarations de M. Barre au Club de l4 Presse- sur Europe 1


(ol, tvi In II I It page) ipalestinlens.,
Siall y availt deux points
daitis la questioll qui m'a
ic iios6e. .I'rrive mainte -


st,- atil lts i qlltre n Irll ptlt

u trlbl It-- - reptrclil -
t ti e < que s ii lll0ie te
1i jiovei nt, lem l ft ontlitalll
, Ic 'le i < IIn i, st n un
tis It tarspe Iut l P- ll" ,titi

at atte a" ,t littlttli t'e
Ili t- r'te qiiuelt qiul' si'tite
I Wisip ritan e il e ei'rv ii'n -
S 1,, 11 pw "rnt Wc rt ler-e
,pn : dil rapble r v rlntaile
it 'lA. Nrii ili tr IItP srl u I s
,i*,iltle ic- end a n tFraln




Su, h1 ~ilh tltons quie tons
,- ui ont l1i reisponsnhi
fr ai a reitiiris da:ins cette
r et lon p ii -.u se it illscu ter r n
(Ie ain l e ce pri lrt'nies.
.( l' ap.-ir cel. l r it I turs
,| i ; p, ,1 ii e n
-ei p'- i it s'tioin des
"as -l tr ,, ta p piitfton ties
!i tI I ns-, lt D tP ;r lt't l if t



te ( t r t r (lle Iis
'r" tletteInnIs fot1t:l -
,r ,. s ., t I' r e t r a it
e re I',t TpCs Its-

i ,, r < i r.i'" l ienn"ti t la
er I, o w rl l.t r ,-cnnnaissan
>-. itr- drol l(.ltlimeS des


linult ni second point.

ttn cc iqui concern la dA
claritlon des NEUF, elle, a
-ti' demandee vendredi a
prus-mnidi, it quatorze heu-
res ipour samedl dix heures.
La Franeoc a estimt qu'elle
ne devait pas s'associer an
project de declaration qui
6tait propose. Cela ne vean
pas dire que la France ait
lpticlh6 les pays membres
de la colnmunautt de fai -
re des declarations.

iEln ce qui concern, nous
avons toujours faith des d6
clarations, meme quand
nous 6tions tout seuls, et
nous avons conduit ou in-
cite nos partenaires de la
communaute a faire aussi
des declarations sur le su
jet. Mais inous pensions
qi'en l'eita actuel des cho
se-, devant une initiative
qti a 1te ine initiative per
stonnller dii Prsident Sada
te, tine declaration ris -
quait d'etre pr6matur6e a
vilnI de -avoir exactement
('onment le phenomene
ponrrait etre ippr6ci6 dans
toutie sa complexite. Nous
voutloei- bien fire des de-
clarationg, mais vous save
que IlI Fer-ee a ulle pl';ti-
qiue lindpendante. Elle


entend la conserve et
nous ne particlpons pas it
une escouade qui march
an pas.-

Question.- N'avez-vous
pas peur que ce jeu Diplo
matique ne soit pas bien
perqu par les franails,
qu'lls aient peu le senti -
ment qu'en n'appuyant pas
le Pr6si'dent Sadate, la
France, en failt, complique
sa tfche ? .d

It. Barre.- ,Je vous sl-
gnale que depuls 1967, la
position de la France a tou
jours etk tris claire, qu'el
le a 6t6 affirmte par 1 e G6
neral dle Gaulle, par M. Porn
pionu, -President de la Re-
publlque. par ValTry Gis-
card d'E~taing, Prdsident ie
la Rippubhiqte, et ie n'ai pas
le seiitiment que nous ayons
compliqun la tache de quin
conque anu Moyen Orient. Je
crois'plut6t que nous avons
contribue a oe que les es-
prit'-gvoluent veri la recon
naisSanee des conditions fon
damentales d'un r eglemnent
qui solt, comme je 1'ai dit,
veritable et durables. ..

Q.- M. Le Premier Minis
tre, il est g6ntralement ad
mis que rien ne sera plun
jamais comnim e avant au
Proche-Orient. Et-ce ,quf
l'evlnemient que nous5 vi-


Un nouveau Jambon HAMPCO |





dans tous les Sper Marches






Demandez, exigez, relamez


I le Jambon HAMPCO


vons en ce moment n'amtne
ra pas le uavernement fran
gais a reviser dans le sens
d'un re6quilibrage sa poli-
tique au Proche Orient ?

M. Barre.- iJe crois que
c'est une erreur de dire que
la politique du gpuverne-
ment francais au Moyan 0-
rient ait ett une politique
partisan. Nous avons tou
jours souligne quelles e-
taient les conditions de ce
reglement et notamment in
sist6 sur le faith que, d'une
part, Israel avait droit hi
1'existence dans des frontier
rels Sfires et reconnues, mnais
que, d'autre part, il y avait
des exigences pr6sentees par
les pays arabes et qui me-
ritaient d'etre anssi recon-
nuelS.


Oae sais que la tradition
est d'accuser la politique du(
gouvernement francais d'e-
tre parti'ane. Je constate
qu'entre 1967 et 1977. les
positions des autres ont e-
volue, et dans Un sens qui
W'eSt pas tre- eloigne de'
position- du gouvernement
francatis).


Q.- M. le Premier Minis
tre. ne va-t-on pas verse de
7louveaux clivagessou vers
des clivages plus tranchi,.
au Proche-Orient d'un ca-
te les pays arabes mode-
r&s appuyant le dialogue
isratlo-6gyptien et d t 'aun
tre. les pays arabes progre'
si-tes avec les pale-tinien-
les plus dur. et qu'en7 fonet
tion de ees clivages ju-le-
ment. la position d, lIa Fran
ce peut 6voluer ?

M. Burre- I.le viou, di
rait siniplsteinent quti iwi4nre
souhallt t l ti e' di itiiou eiatnx
ilivages te vieinneInI p. .,i
graver lilne itiia:lio t 1111 ,il '
deja eton ll nine Ir's coilil
plexe t Poiilr le rIt, -lta ques
tion t il Vi,, ntc1 IM tict-l ili
Ire biren la Inplest-p ds
l si' a'. ion e li p l

pides n ri- lu [ ii en (I l't
inadulia e oM1. in plpor tu


Q.-- M I Prenir 'liins
ire je revien, -ur ce refuse
ique< vous avezi ppo e .i 1 en


RUA


GREEN LAND



le bon lait de Hollande S.A.


Dltrits : A et C Sup-r Market
Tel : 2-0449


DItrs : A et 0 Inmery
Tel. : 2-2144


voi d'une declaration com-
mune des neuf soutenant
l'initiative du President Sa
date. J'y reviens parce que
cela me semble une singu-
larite politique qui mtrite
qu'on s'y arrkte. Est-il exact
que ce refuse tient au souci
qua vous avez eu de ne pas
indisposer certain pays ara
bes?

M. Barre.- (C'est une in
mention que vous pr6tez au
gouvernement, cela ne veut
pas dire qu'elle ait 6t6 le
motif de sa decisionsm.

Q.- Est-ce que ce motif
est entree en ligne de comp
te ? Cela resort d'un corn
mentaire officiaux de 1'A-
gence Belga repris ce ma-
tin par I'AFP.

M. Barre.- C'est 1'Agence
Belga qui a cette interpre-
tation. Moi, je viens de vous
dire quelle est la position
du gouvernement francais.
Vous choisirez entire I'Agen
ce Bslga et ce que je dis)i.
Q.- En definissant la po
:sition franchise face i 1'6-
venemnent, vous avez paru
tries -evere, c'est le moini;
qu'on puisse dire. Vous par
lez de geste symboliqu,.
d'un pays vers la reconnaik
stance de l'Etat d'I.rael.
Est-c qiue, ou moins en ce
qui conier7le 1 Egypte, a la
suite du voyage du Presi-
dent Sadate, celte reconnais
since de fail net vus pa-
rait lpas acquiei et la recon
;'i-sanuce de droit promise,
cimne ell Ie 'a ete aujour-
d ht1i aL 1.1 Kin sseth ?

N1 Barre -- lAc ne sti<
pai reserve a l'egard de 1'e
veneii'lient'i 1 ViI1ssonl-Plonll
Ie .J tiis -imnplpelmient qu'en
tire ee itit it it itt. tii l.-i e \e t e sit
ll ll c it I' I ii siluation l coin-
l -ei' i tmi ei- l es/ celle






f'ii it ii te i tiirence S rt ilo
t rillt ii I'it 'l'll' '.t i ts phi
b:vl lle p n tll t le lenSe
t'd pl l "li i; h l



ilt pi eIv ln pl :s i e r -UP




.'iIa- )'tn t -a d r,, is's

lur- l.qu n]tol lil qui va'- u
i tInI I I r c pt r preciden]-
.Iprtavl ie n pas de rmoe-
,:I 11' tn iii r' des con"-


i 't qi U t'InI erI lete D oil
,lr l n( erqui e



Q- St.nmtint is il y a re
ctini i, ,:i n, t de fa t par
I 'Ix plpe tOn nIe peut pas
dire- inl pa'- \ers la recon-


1t I" rre dJe I ai dit
inol-nwiviv I, Pt0lo que aur
le, trii i 'linlli qui aIn/
leii ,lu'r- eti- i -ulignTresl par

I1 .A l i tuirt du 1Pr -ide'.t S.i-
dti',. is'isn re ,que 1 l., pte a
l.i i it pais \ r tla rccon-
i'.I'San e de 1'E/at d Israel
HOU ii l itOls i ets reiollui-


( N irouv7 \ Nnus pas,
it l, Iir,nii 'r l M inistre, que
S 'inet:atixe du Prev ient Sa-
d;',' ricte ttdu ni me regis
ri. (ilu' i iuia ive du G(en
r il Ide (,i lle le 19 .luin
I'll'i e, i i dire" sorl.it
la'uu''tjs plt, a I'mnotiion-





1 I Iti l i ri el u ii rat ion
ilt tpl re-t ioni' SIi- dmi-



finnn i l i ir ele (' ti ((,aiill .i n 1it l s.ns de cc
qui[alnel a llr le s ( ttrai des
S);>iu ,;- i i dii r l iiqte Iea

di's itrces quti ail ss li' moll
di j.iittrai,'ttn cionire le nla-
s.ismne i1 lfaviitr de la liber
tie ( iai c'e-t di, la rai/ion


li'r tnai' s 'ris de la r rfii -




(it. I s 1 a lu-s








inIr'r.' er sti r I .uin tire t ri-
::idrni Sad alr. .ir virns d e







M. Bir rr.-ll s i ei(ta .il uen
deride i Oirs repuxndre dvir






decide a vous repondre d.c's


Q.- De toute- faon, je
vais vo,us poser une quas-
tion ia- laquelle vous ne me'
ponder pas...

M. Barre.- < puis que nous faisons en-
semble le' eClub de la Pres
seti, M. Tesson, vuse me di-
tes tonujours cela et je vous
ai tourours rgpondu. Allez
y parce que vous tes sym-
pathique de poser des ques
tions auxquelles je ne tjr-
pondez paq...

Q.- Est-ce pour ne pas
indlsposer le ChanceLfer
Schmidt que vous avez d6-
cide d'extrader Croissant ?

M. Barre.-L C'est une af
fire trilI impdrtarnte et'4rei
interessante. Si vous le per
mettez,-'e -- vous 4onneral
quelques elements car je
ne sais pas si vous les, con
n7aissezs-.

Q.- Je veux vous poser
une deuxiime question : eit-
il exact que le reeours de-
pos6 par les avocats ae
Klaus Croissant ptt et6 en
registry avant que celui-ci
ait quitt6 le territoire franu
cais ?

M. Barre.- dire trles clairement com-
ment les chose se sont
passes.


tVous savez que Klauss
Croissant a 6t& arrUt6 en
Allemague, qu'il a ete mis
en liberte provisoire sous
caution, puts qu'il a dispa-
ru. On I'a retrouve en Franl
ce. On I'a arrete et le gou
vtrnenient de la Republi-
qlie Federale d'Allemagmne
a presence deux demands


d'extradiion. La 'Ipr i6re
demand 6manali du Trlb.u
nal regional de Stutitgrt
el la deuxibme a pe d&po-
--e par le Juge d'Instrue-
lion de la Cour de Justice
VEderale de Karlsrube.
Nous avtons, econme cela est
de droit, demanded a la
Chambre d'Accusation de la
Cor'.- d'Appel de Parts de
donner un avis sur ces de
mandes d'extradiios : tel-
le pst la procedure en Fran
ce.


-e.Il appartient ensuite au
Gouvernement, sur la base
de cet avis,'de prendre una
decision en ce qui concern
I'extrad'tion. La Chambre
d'accusatlon a examine le
dossier et i donner un avis
favorable i la nremitre, de-
mande, celle du Tr'bunal
Regional de Stuttgart, elle
a d0tne un avis defavorable
a la dauxieme demand, eel
le de la Cour de Just:ce Fe
dirale de Karlsuhe.

d?. il apparaissait que cer
tains elemen's just'faienl
1'extradit'on. A propos oe 1
scconde demand -. et vou


LE QUOTIDIEN FONDE EN 1896

-O -

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET
ET MAX E. CHAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVET


rzasrssr~r----------------aoo/;9~hO~* OOlJ~


6=




-1
~~oOOavO~
Is'
x


QUI OFFRENT A LEURaS CLIENTS LES PRODUCTS

















....... _- -.. ^_ --. m a!!>s i .aa iaBG eso >>>


'I


IIola"


, -- -- I, jJ..


POUR LES BIENS DE CONSOMMATION

CONTRE LES MAUX DE LA SOCIETY

DE CONSOMMATION









A RESOLU LE PROBLEM


Soient X la meilleure quality


Y le meilleur prix




plus Y gale



LA VERIFICATION SE FAIT TOUS LES JOURS

DANS LES SUPERMARKETS ET EPICERIES


lI- l l .


BdL-jOO


s

I


voyet commna crcln et inlor
tant les Mngi.rat. (it dI l
Chambre d'lccus-li lolli oni
'estime illeo l'cxpuos' o ( ni, IIIn
falsa t res-ortir : a (i dit
nombreux tci(llIro'lt I J 'ui
d'InitLructlcon Allemic tlnd : x
pr mat aau coplltionw:>li (,
utiltsa't (d.s tet t (1ii Al,
nu'saicnt lita 'rtlte 5i u(.
flrmatlon.t


,On a done recll l'iiv? dic
la Chambre d'acci I' .'oin ( li
eta t favorable i, I tradt)-
tion .n fonct i-n d i c. la
inande du Tr.r nal r'l:.a
de Stuttgart l.e Gouvern-,
ment a decdel d' xtrad r
Klaus Croisnant Quelles s-
talint les consequence t d,
cette dec'slon Tout I mpl"
ment qu'en Allemagn- .Mr
Klaum Croissant scrait ju<'
conformmnent la t1'.i-
tion de 1'infraci'on ql i a-
vait ete donnee par la C!.am
bre des m'ss n acrcu.-
t:on


,II y a d tix recni F -
''ble '. I.e rcorii-s -in '. .
* Couro- de Cas, -, r
l avis dcI lai c('n m' -, c ,-

s (Sulte e e51






Dlhclaration de M. Barre au Club


de la Presse sur Europe 1


il ,I i 4, pane i de IIn adl'ls'on ldiolaire 6-
. . lit pi a r 1' 1n1 u llit rgi tllicre.


n I II i








1 Ih,









Flatuisnce

mi-ux d'ntomac-


CDJ






Laissez iondre
2 surettes

,,Ti Madam,,

dans une 1/2
verre d'eau
a base de riclev
de Ms-nthe


Ol1n (1i'pliu'e noim Ol'S que.3
iii nl i on ii al'IVe at! tro
oilniItOi point 1 n f il'rmant
qlie costl 111n affailrc poliUl
ip, i i 111 dA Flie Je o an
qluvr all L)I t d'A.slh,. Je voil
din -s linitlr clfc quea ton
i,riiplpetelen', 'car elle st
t his Importante.

pE'n ce qui conc'rne le oa
iet, ere pulit!quc des Incr-
IIn natl oils. les mag'strats
d, aIn Chambre d'accusat'oln
oilt ecrit que le caraclers
ipilltgqut des Cfa tl incrimi-
n6s ne saurait fa re da
ple'n drolt obstacle a 1'ex
Iraddtlon des lors qu'H s'a
g I d'un attentat at l vie
ion commis en combat ou-
vrl" Les Mag strata.; p-eci-
i- nt cque mIe si leS crv-
mis de sang reproches af
1:1 hanide a Baadera rcve-
I'lrnt unl cer-t.aine motiva
v'on on oapl'iatton de la
Convent on d'extrad tCon en


PATRICIA
AMOUREUS
G(ARDE DU

N 'W YORI
Pal rc:a
du magnat
mericaine


tro la France et l'Allcma-
gne.
o.Mals, dlt-on, le cl,'olt
d'Asile ? On dit que la Fran
c" mnanque au prince p2 rap
pele damn le preambule de
la const'tut on de 1946. Or
qu'y 1It-on ? sTout hoirme
per&Acult en ralson de son
action en faveur de is f1-
bert6 a drolt d aile sur
les terr.tojres de la r6pu-
bl'que'. Mons'eur TEs-on,
est ce que Me Klatiss Crols
sant est un persecutd ? est
ce que la RApub'llqne F6de
rale d'Alletnagne e:t ou
non une d6mocratle ? Est
ce que ou! ou non lee auto
ritts polit'ques, et surtout
les autoritls jud cdaires ?

de la Republique F6derale
d'Allemagne ont ind:qu6,
i1 y a d'ux jour;, que Me!
Klau- Croissant seralt jug6
selon les motifs donnes par
la Chambre d'accusation
franqca.-e ?
<:Tout cEla rn'e..t pas sc-


rieux... L'Allemagne Fede-
rale est un pays democratl-
que, membre de la Comnmut
HEARST naute Economique Europee'l
SE DE SON ne, signata re de la conven
CORPS tion des droits de 1'homme.
Par con equent, il n'y a aut
K (AFP) cine ra'son pour que nous
Hearst, la fille jetions la suspfcon sur
de la pr, sse a- l'ex rc'ce de la Justic? dans
Randolph Hea-rst1 ce pays.


qui a eIe condamne l'annle
d rniere a sept an" de nr:-
isn pour sa partic p .ion
auI cambriolage d une ban-
que, est miaintenant amcu-
rOiuse de son garden du Lorps
un pol'c'er de San Franc s
c,). affirme vendredi ie quio
I dien New Yorkais < N, w ".


Seln -e Journal, la ] une
her t ere a depu's plus.eure
s marines comme garden du
Corps Bernard Shaw, un A-
thllctiqu poticier de 30 ans.
Champ on de Karate, Ber-
nard Shaw est mare et pe-
re de deux enfants, mat. vt
I6pare -e sa fam 11.

Patricia avait ete relat-
chee de prison en Novem-
bre 1976 sous caution de 1.25
tm lion de dollars La jeunn
1rle a toujours ma nlenu
iq'elle avait api sou la me
thee de se's ravi.s'eurs.
mi mbres d'un groupuscule
(xtr1n(5te rlfIon : .ymb'ones's>, qu' 'a-
vii,-r enlevee dae son domi
(-1,' dio San Francisco le 4
Fevrs r 1914.


Samedi soir



PRESENTATION DE LA NOUVELLE


COLLECTION DE MODE 78 DE


YOLANDE MONTHS


AU



BISTROT


Une soiric et une ambiance


exceptionnelle : Pour vos


reservations, t616phonez au 2-1809 P'














UTNE EQUIPE EXPiMENTE,
SOUCIEUSE UNIQUEMENT DE VOTRE PROPRE
I-TERET, QUI VOUS DONNE SATISFACTION
DEPUIS 25 ANS.

UNE ORGANISATION MINUTIEUSE ET SURE DE 10
TOUS VOS DEPLACEMENTS. 4


- LA CERTITUDE DE VOYAGER AU MEILLEUR
PRIX DANS LES MEILLEURES CONDITIONS.


SOUTRERLAND TOURS


Le Gouv''i. m c a dter"'
pris la decision d'x,'rad -
t'on. II 1'a pr se parce qu'il
t time que la lutte centre
le terrorism est une action
indispensable a 1lheure ac
tu 11e, pour preserver non
pas seultemint la liberter
mai.; aussi la v e di c'to-
yen, car c 11 ci et nml na
cee.

slon lc Gouv( rmn ment I
manif ste non sutlement l
sa fermete ma s le resp cet
des procedures ktablies
par no lo's. Tetlle (st la
stuatlon dans ce dont.line.
et il ne s'agit pas do fair(
plaisi r oil non nu Goilvern l
m-nt de la RRpublicue Fe
d6rale d'Allemagne,.

C) POLISARIO :

Q- La vie d's c toyens
frangais est actuellpment
menace ailleurs. Dans 1 af
fair du Pol sario quel. ont
ete les resultats de 1 ac-
t on uu Gouv enrrtrtii'.o a
de ses envoyes ?

M. BARRE. -
I.e Gouvernement a me-
ne dan cetti affa re d -
puis plus eurs semaines un
action constant sur une
base humanitaire. Peut-etre
avaz-vous lu. Mons eur
Charpy, le Communique qui
a ete publ'e cet apre -mid,
au retour de M. Chaytt

,Vous l'avez vu. les cn-
treti'ns qui oni eu !iK'u
n'ont pas permis d ob tn r
les p:'ec sions que nous soil
ha ton; sur nos conmpr'-ilo-
tes, ni davanc:-r verse leur
liberation II ast apparu
que les interlocuteurs dae
M. Chayet voula ent tra.-
ter ce problem dans le ca
dre d'un exchange de prison
n ers, bien que les r's ort
Sanlis francaa solent des .i
vils illonct n s n'ayant al-
cune part au confl t relatif
a I'anc;sn Sahara E pognol
ture est d" la cuoinipcta-
des organizations humatni-
ta-res. Nous avoids donc in-
forme Ie comite Internatio-
nal de la Cro x Rouge de
la situation pour qu'il puis
se explorer les voles invisa
g6es par les mterlocuteurs
ae M. Chayet.

jet ce qui nous intlres-.e, ce
qui seui'ment nous int res
se, ce sont les otages fran
gats et que nous n'avons
pas intention de nous lais
ser entrainer dans un de-
bat quelconquc sur le Poll
sario ou sur la solution des
problemes du Sahara E pa
gnol. Cette affaire doit 6-
tre tra'tee pi' les organ'-
sations internationales corn
pltentes et vous save qu'el
le est renvoy6e a. 1'OUA
La France n'a pas t se ml
l1r de cette affaire et elle
ne s'en milera pas.

En revanche, en ce qus
concern les otages, qui ont
i6td enlevds dans des condi
tons contra'res anu drot

Svelopper tons les moyrns
en son pouvoir pour assu-
Srer leur liberation, de m6
'me qu'elle ne se souc'e
qj que d'une chose la piotec-
I tn on ses ressortis4ants


(Su'te voir le de mercredi) Par D6r!us REJOUIS, .,


ti

ti


ic
ti


De ces sources A ises abou
Is.aments, ltoute 16tendue
de la. eontaisgsance doit e-
re ouvert tA une eventuelle
6vls.ion. E(FPrdinand Gon-
eth). Et cette dltermina-
ion. 6volu6e avec le temps
i'-antie 1 8tre dans le subs
rat de'4a rt6vision cogfiti-
ve A tout 6tat de cause comr
me fini en soi

La perfection d'una doc-
rine est aincr6e aux pre-
ceptes du beau; 1'esthkti-
que qoexiste a 1'6ternit6 en
Plant qde attribute de Dieu.
ieternite attribue au beau
ayant t lorigine le beau
an centre da 1'univers, 1'i-
lentite de 1'etendue de la
connai-sance manaa de 1'in
fini don't Dieu est ascen-
dant.

Donc 1'esthetique est exis
tantielle au pourquoi de
toute valeur empirique. ((No
tre activity pure choisit en-
tre les idees et par 1'assem
blage qu'elle en fait, com-
po-e notre figure spirituAlle.
Ainsi on peut dire que
toutes les id6as qui viennent
6clairer notre esprit sont
de Dieu.
MaLs 1'ordre qu. nous
mettons entire elles e i'homma. I1 nous appar-
tient seulement de choisir,
le chemin par lequAl notre
pens&e s'engage : quel que
sait ce chemin, des mat6-
riaux innombrableis nour
sont offers; e'est a nous de
construire avec eux notre
prcpre ouvragea. (L. LaVel
le, la conscience de soi).
Miais i'e.sthetique en tant
qu, ce qu'elle et dans 1'es
sence de 1' tre, la dualite
du jugement suit les nor-
mes d. 1'6thique et la relay
tion de deux principles vient
de l'as emblage didactiqu'
des sens dans le jugementl
i la'tre'.
I)Donc le jugement est la
foree constitutive de l'ethi-
que dans le product l',gi-
que de Faction. L'estheti-
fque picturale s'ensuit de
la s.'n-ation exterieure a
lroeuvre concue. i'emiendc-
ment est 1 r6sultat m6lho
dilue d'un travail fini or
la construction d'une oeu-
vre d'art result des die-
menats premedites de l'oeu-

la peinture n'est done
l'occasion par laquelle le
iu;et pensant justific 1'oeu
're dan- son6 etat de fail.
Ft a cette fin la peinture
est 1'image du monde dans
son caractere ascendant et
transcendant. L.a notion du
vrai apparait danss la rea-
lite ai la suite des reglei
connues a la verite. Done
ainsi, on peut dire que tou-
te lei' idees qui vienneni
6clairar notre es.prit soni
de Dieu relevent les ligines
parfaite- de 1'homme. L'i-
dee a son originre au-deli
des possibilities humaiie
mais lideo par laquelle
1'homme est pensme est au
deliti de 1'idee comme tell
Done la verita de l'id'e
et la perception de la ra
son aux enrhainements se.
rondaires de intelligence


C'est-a-dire la production
l iune 101 unique en rapport
exact h lan plurality deu
lois qui s'ensulvent. Ma.s
les modalitts unitaires exis
ta7.t entire les pouvors con
trairets consolident par 1'as
sujetihsement des faibles.
Toute ford suplrieure im
pose et n'est qu'une force
nouvell, a touted transgres-
mion. A cette fin, l'ordre des
chooses psychiques tient la
dependance de deux facul-
tes intellectualles se rap-
portant a 1tidde du beau d
1'uni'son de leur mouve-
mint.

Car 1'idee du beau rest
immuable si par 1'id6e qu'l
est beau est 1'idle du beau
pris comme la connaissan-
ce du bien. naLe beau c'est
la representation sensible
t 1'art : L'art est ce qui re
leve a la conscience. La v6
rit e sous une forme sensi-
ble, forme sensible oil 1'ap
parence enferme sans dou-
te u7e signification plus
profonde; mais qui ne cher
che pas it rendre saisi'sa-
ble, par cet intermediaire
sensible; 1'idee comma tel-
le dans sa ge6nralite; car
justement, cette unit de
'idee et de l'apparenc_ in
dividuelle est l'es--ence du
beau et de sa production
dan l'arts. (Hegl).
Toute sensation amene
avec soi 1'indice de son mou
vement ascendant. Le sen-
sible relationne par votes
interdependantes remontant
de 1'effet d la cause.
Si 1'art est ce qui relieve
t la conscience la v6rit6
sous une former sensible. 11
s'en faut qu il soit it la m
nure de toute chose qui est
incontestablem'ent Dieu 1'in
termediaire de I home
tans la vie unitive.
Car l'unite de l'idee en-
gendre /rois cause : Il'homn
me, I'ar et Dieu. Par con-
tre, 11 y a mouver a,'nt s'il
y a enelhafnement simulta
ni des parties; la reunion
des corps epars aboutil it un
1oU/ qui ni, sai'it que par
I etude exhaustive des par-
ces. I.e beau etait done
1'impressioni et expression
d'une former sensible, il


- AUTOBUS

- VALIANT 1i


FAIR


L' nglais


{ li^


s'ensuit que son accialptis Car ce n'est pas usnw a bell. ,.n me. ,O
sement soilt 1'adh6rence .d former extriulire et .enCt1-1 ed. e rna t anm
1 idee dans sa gneralittI., ble qu'elle exidte pour la ittion 1 t sl e .~ e
eHgel continue dans le l ralon, nl'ail dans sonteatrite La vstrh As ~ a.
bean et le vrai, etzpenhintb tire d'066 unlverelmle.... lo)r en taint gl t-i
-1 y a ditffreince le beau ;,ue le vrai apparalt lt sa,- San trantIs... l, lq;. t
etl. s vra. Le beau c'est 1'- dialement i la conselet'n v- rllc ellshlliqstiue nwr e
dee lornqu'elle est cos7idd ,dans la rialitl extr.iure la ipo iltvlte tr I at a'
ree en ella-mime dans son ,i(t que 1'idee rnte iunli etl ii la 'i6riC iehC 1
prnc'pe g6n6ral et en noi unifia avec Fon apparence eorrIlatlve
4qu'elle est penwe come extrieure, alors 1'idee fn'ert
ielle, pas seulement vral. male (A sn rs


'A VENDRE


INTERNATIONAL, 1973 (40 PASSAGERS)

975
FRANCHISE ET AUTRES TAXES A PAYER PAR L'ACQUI I-R I It.

PEUVENT ETRE VISITS AU GARAGE SINTRA A G(ANI)-(;OAI I

IE PARVENIR VOS OFFRES SCELLEES AVANT LE ler. DICE 11ltI 178 A

GUY BOUCHARD, ING.
DIRECTEUR DE PROJECT

P. O. BOX 2232

PORT-AU-PRINCE

LA DIRECTION SE RESERVE LE DROIT DE REF SI'.I I.I:.S 01F' 1RI S
SI ELLE LES CONSIDER COME INSI, FISANTES.-.

y;;S.POCSSQy ,SW^ t//o> m e earo-aa-eeococcooon


une superlangue


La cle des affaires Ce quelque chose

qui vous permettra d'ouvrir les portes


fermees. Des course speciaux pour


cadres d'entreprise debutants sont


dispenses a la



first school


Debut des course


le 28 novembre


Dur6e 12 mols


Du lundi au jeudi


de 5h30 p.m.


a 7h45 p.m.


.T6l: 2-4755 et 2-3508


el4ei idimi1s



An firniiil iral aliat) d-i~runar iv f iii4irririp.,,



a hrrhii ,imi~iiri m

Program of14,luu pr iJirm hrlfortIOunofomt,
An D NNOM1 VVIMI11 f IIP NI111Wrr!i i


sr's~ tC~L.. -


De l'Ecletisme a 'Ethtiqu


~ Ils~^-IBIIL-)~III~--P- b--s ~L~ ~Z_____ __i~2l ~1591~ ~% q~ ~9


V-l.e--r-f--4.4r ---,.r-e c-,r-r-e.


--w -


vrryzyww/rytes*r


I












DAYLAX


Laxatif au chocolate vainqueur de la constipation


Le Bilan du Ministere de la Cooperation Francaise


4sulte do la 16. nage)


ile liainl Le problmac essen
I cl .si tilul des routes.
Poitr iran porter les den-
r', it'c Jacniel I Port-au-
'inlce il fallait autrefo's
irianlchir 105 passages a
gue Aujourd'hul, les deux
localites sont A une here
t denU e de voitur-e line de
I autlre Cette route a pu e-
tri realisee grice a la coo
operation.
1ll faut une cooperation.
specifiqgu adaptee a cha-
quie pays et,. J, le souligne,
une cooperation qui doit en
premier lieu repondre aux
twoux des dirlgeants et des
populations elles-memesa.

- NE PAS PRENDRE
TOUTES LEE DECISIONS A
PARIS -

Q Mais il ya aussi une
decentralisation de la coo-
peration ?


Le Ministre :
Oui, c'est un autre as-
pect complementa re de ce
que je viens de dire.
',Je me- esuis apergu, ia
mon arrive ici, qu'un trop
grand nombre de decisions
dtai'nt prises iL Paris, par
fois avec retail et impreci
s on. -_i

all est evident qu'en ce
qui concern la prepara-
tion a 1'execution d'une de-
cision important ce sont
les serv ces lo;aux qui sont
lea mieux places. D'autre
part, un certain nombre
d'operations le forage d'un
puts dans un village le
pr;fil d'une route, l'empla
cerAent d'un pont doivent
etre du resort de 1'autori-
te locale, a condition quon
lui en donne les moyens.
( de 1'Education d'un pays
afr'cain desire remplacer
un professeur de frangais
par un professeur d'electri
cite, il me parait normal


qu'll doive obligatoirement
remonter au niveau de la
direction de la cooperation
technique a Paris.

xC'est pourquoi les cre-
dits decentralises ont etW
augments et nos ambassa-
deurs et nos chefs de mis-
Sion sont plus directement
responsables vis-i-vis des
autoritts locales.

- DES OUTILS
COMPLEMENTAIRES -

Q.- Sur quels organisms
au service de cooperation
vous appuyez-vous le plus?
Le Ministre :
,.Je .m'appuie, diff6rem-
ment, sur le comite direc-
teur du fonds d'aide et de
cooperation (FAC) ou sur
le Conseil d'Administration
de 1'Office de la Recherche
Scientifique, et Technique
outre-mer (ORSTOM).
mentalres. Un example :
nous sommes en tra'n d'or


La saison des Fetes de fin



d'ann&e s'ouvre avec le




petillement du Champagne





<< VEUVE CLICQUOT >>





COMMENCEZ AGREABLEMENT VOTRE SOIREE :





-- le vendredi 25 au BELVEDERE



-- le samedi 26 CHEZ GERAiRD



-- le dimanche 27 a LA LANTERNE


oui le Champagne VEUVE CLICQUOT vous


gracieusement a l'aperitif.


sera ofFert


ganiser en ce moment la
piche au thon dans 1'O-
cean Indien a partir des
Seychelles. Nous allons e-
quiper une flotte de cinq
thoniers avec des entrepots
frigorifiques, qui eux se-
ront probablement a la
charge des britanniques.
eCe qui prouve, soit dit
en passant, que nous pou-
vons faire de la cooperation
plurilat6rable.

.Pour cette operation nous
allons utiliser les subven-
tions du fonds d'aide et de
cooperation (FAC), les
prets de la caisse central
de cooperation economique
(CCCE), probablement, les
credits de assistance tech
nique pour la formation et
peut-etre meme ferons-nous
appel au fonds europeen
des developpements (FED)
pour f'nancer les entrepots
frigorifiques.

411 s'agit pour moi de
,localisers au mieux sur
une action determine tous
les moyens disponibles en
nmatiere de cooperation.


,.Nous avons ainsi reussi
une operation des plus
remarquables celle de Ya
goua. au Nord-Camerouni.
qui concern 1 Irrigation dc
5000 hi-ctai.s dan- la val
lee duc Fleuve L.goinei
,Nous iavons opere avec
1 aide dci la Banque Mon-
dale tL dit diviis grpanlis-


,L lonnlage d riz pa l
t r'lit, a tetf die 4,2 tonmis.,
;l l (ilt,' la lllsh li'

.' ti t :i s;I s t l i i llin le
S d olCIal ll i


A.i I12 t l d i I A L tii- l




Et d(' it is o ;I ,'' .l' dv
SA siiN'' (t3111t S S I
aIitf t- -a I '. -i M M1F I


tu (' '1 t ', : ''."









ri d" acon'. no, a Sa:s dis-
LY~ i,


v a ra -i ro d itd
s au'' ourd r' i a i


di lor-

ira.rs
'lairs


"I'S PREPARE A
237 CARRIERS


G GENERAL AC( OUI'NTING
(OS'0T AC( 1 NING
I'BLIC ACCOUNTING



HBUSINE.SS
ADMINISTRATION
P'RODC('TION
MlANAGEMENT
MARKETING
MANAGEMENT
INI) US'It IAL
MANAGEMENT



AR('I1ITE'CTI'URI
DRAINING
CIVIL ENGINEERING
TOPOGRAPHY
PLUMBING
REFRIGERATION
ELECTRICAL ENG.
ELECTRONIC ENG.
TELEPHONY
INDUSTRIAL
ELECTRONIC
RADIO & TV SERVICE
INDUSTRIAL
ELECTRICIAN


AUTOMOBILE

SALES ANSIP
ADVERTISING


TEXTILE
MATIIEMATICS
INDUSTRIAL I.NG..
MECHANICAL ENG.


R.- eCertainement pas
Ce budget es tsatisfaisant
en ce qui concern la coopd
ration bilaterale. Mais pour
les Etats Africains, 11 est
indispensable qu'a cette coo
operation frangaise s'ajou-
tent des actions bilatdrales
avec d'autres Etats Euro-
peens et dgalement que s'a
joute la cooperation multi
latdrale come celle 6ta-
blie par le fonds europden
de Ddveloppement (FED) a
vec la Comunaut6 Economi
que Europeenne, que s'ajou
tent aussi les moyens de
financement de la Banque
Mondiale et de tous les or
ganismes de financement
des pays arabes.


S'enseignement technique,
c'est evident. Que cecl soit
suffisant, certainement pas.
((En fait, je crois qua 1'es
sentiel du transfer de tech
nologie se fera de e1 deu-
xifme fagon, en 6tablis-
sant des passerelles entire
les entreprises frangaises et
les entreprises africaines et
en favorisant des contacts
multiples entire ces ntre-
prises.
Aujourd'hu-, 11 me sem-
ble que ce transfer de tech
nologie ne puisse pas s'ef-
fectuer efficacement a par-
tir du sommet, mais devra
s'operer a partir du cousin
ge, de la parents entire les
entreprises moyennes et les
entreprises africaines de m6
me nature.

eL'excmple du Cameroun
est la pour le montrer. De
meme que : Europe du
XIXeme siecle a ete un
long cheminement de l'arti
sanat vers industries, au
Cameroun actuellement il
y a une explosion de la
petite et moyenne entrepri
se. qul se fait solt par trans
fert de technologies frangai
se o anglaise o americai
ne, soil par des cadres, qui
viennent se former en Fran
ce soil par des cadres fran
las i.s1

,Le reel transfer de tech
no1logip est celui qui porte-
ra sur olin ma-se de popu-
lit'on et non celi qgui por
tiia ai qguelqt 1es individus
oil qiielquis iiiinvestis meints


I'El lit iiarlol:i peas dI I'l-
idet,' i I' les qIrlc-aills lit
--li p)a,> prep 'ares a c l rtlalls
Ivii tit, ii'l iologi'. I,' i ii
liii i in i I t i h ii'Oh iCi. linr n
I III a ( iai-olla I Calnc-
i'iilll r' l i i ri)dll l'i l'(r di's
\ii i ; 1 pcro iiectivOals Itolc
d1n lllnoi, anil' dr edgrandeur
(il cIn Franice ,

I'NE COOPERATION
MU I TI -A'TERALE -

V \'oli budgi,'l de 3
,l I,.r > Iiou: 1978 pcul-
] -11 .; I e ))Ur ]' Iesscnt el
*i.x b" 1' d i a cuopera-





IGRIPPINON

DIT NON

A LA

GRIPPE

'fos;o'oosoo o y


gine militaire, que la second
de eat une cooperation tris
respectable main's qui 'se
tradult parfois maladroite-
ment sur le terrain, 6tant
entendu que sl elle a la
technologies et 1'argent, el
le manque d'hommes adap
tds a cette mission.

eJ'ai eu 1'occasion de rap
porter Van dernier dans
mon discours au Sdnat les
paroles du Prdeident Kount
che : cEn trois anndees de
s8cheresse an Sahel, les


Dans le cadre des tra -
vaux d'am6lioration des con
editions de la distribution
de 1'6nergie electrique, I'E
lectricite d'Haiti informed
son ahnable clientele que
le courant electrique sera
interrompu le Samedi 26 No
vembre 1977 a partir de Mi-
di dans les zones suivan -
tes :
1- Rue Bonne Foi; de
1'Hotel Communal au Blvd
J. J. Dessalines Rue des
Miracles; de la BNRH t la
Grand'Rue Rue Am ricai
ne; de la Rue Bonne Foi a
la Rue Pavee Rue du
Mg. de l'Etat; de la Rue
Pavee a la Rue Bonne Foi.
2 Avenue Haile Selas -
sie Zone Industrielle -
Aeroport International -
Cite Militaire Hasco -
Fort Dimanche Route du
Nord Cite Simone Ra
dio Haiti Inter Radio Na
tionale Plaine du Cul
de-Sac Jameau Ta -
barre Dumorney Croix
des-Missions Croix-des-
Bouqueta Santo Beu-
det.

3 Radio Metropole -
La Saline Rue du Quai,
Rue des Fronts Forts -
Fort National St. Antoi-
ne Rue Lamarre Cints
Triomphe, Capitol et Para-
mount Rue Americaine,
Rue du Magasin de l'Etat,
Martissant Bizoton -
Route de Carrefour jusqu'ah
Leogane.
4- Route de Bourdon -
Christ Roi Canape Vert,
Musseau Route de Petion
Ville Route de Freres -
Camp des Leopards Aca
demie Militaire Peggy
Ville Montagne Noire -
Marlick Morne Calvai -
re Route de Kenscoff -
Boutilliers Kenscoff -
Obleron.
5- lere, 2dme, 3eme, 4eme
et 56me Avenue Bolosse -


russes n'ont par l tc capa-
bles de m'envoyer un seul
sac deason...,. Tradulsez en
clair...

4La cooperation franqali
on peut le dire, sc revile
exemplaire dans son rap-
port efficacite monyn.s
D'ailleurs plusleurs organic,
mes internationaux eli-
plolent des ingenieurs et di
techniciens frangals polur
exercer sur le terrain la co-
op6ration qu'ils veulent ap-
porter.>


AVIS


Cit6 Manigat Cite Beau-
boeuf Rue Delloux -
Rue Monseigneur Guilloux
De la Rue Joseph Janvicr
au Sanatorium Avenue
Bouzon Avenue Mg. Am-
broise Ruelle Roy -
Ruelle Titus Ruelle A
lerte Avenue Fouchard
zone Caridad Soua dal -
les.
6 Route de Delmhna -
Cite Sr. Georges Cite W.
Lamothe Cit Cadet -
Aviation Haitienne lerc
et 2eme Ruellc Nazon -
Ruelle Alix Roy Ruet Pa
vee Grand Quartier Ge-
neral Quartier General
de la Police Puont Morin
- Bois Verna Route dc
Turgeaa Babiole Pa -
cot

Le courant electrique se-
ra r6tabli, saul imprevus, a
4 heures P M le mdme jour
LA DIRECTION

Communique de
l'Institut Francais
d'Haiti
L'Institut Francais preci-
se au public et aux per-on-
nes invitees a l'inaugura-
tion de 1'exposition :
((Tapisserie- co:temporaines
prftees par le 31obilier N:
tional de France, qu'elce
aura lieu le Mardi 6 Dec
1917, a 18 heure--. au Mu ,--
d'Art Haitien, Champ d
Mars.
Cette exposition dur.r :
du 6 au 23 Decembrn et ra
ouverte au public du lu-1'
au samedi de 9 ihres .a
bre'., et les lundi tin r
credits el vendredii ,- I'
hri"., a 19 lire
L'Itnsliiut Fnran,.,i r-c
mercie le Muser l Ar' II1
tien de somn Ih) pit.liir ct
de son concour'
L'entree l'It | ii ii,, .'
libre et It'le pu lic r e
dialement rvile


cooperation frangais prend
toute sa valeur des lors
qu'il se trouve relay et eta
ye par toute a cooperation
international.

iQuels que soient les ef-
forts que le monde indus-
trialise peut faire pour ve-
nir en aide au tiers monde,
les besoins sont tellement
immense que l'adequation
des solutions aux besoins
demeure imparfaite.
fort n'a de sens que s'il est
poursuivi sur de nombreu-
ses annoes.

,Et la cooperation n'a de
sens, ce sera ma conclu-
sion, que si elle rest pro-
onideaient dfsintaressee.
S'll appara'ssalt, t un mo-
inient ou a tin autre, qu'une
lornie de cooperation soit
cille d" 1'argent et nlon
p)as celle du coeur, nous 1-
rion, vors l'iehcc...).

Q Mais nous avons aus
'I ill) type de coopetatuon
int liirc. lie r'squc-t-elle
pii, die porter ombrage A
e'lle qui nest pas militai
re ?

R.- <,Je ne porter pas
de jugement de valeur sur
I a cooperation qu'etablis-
scnl avec les pays d'Afri-
que l"'s superpuissances.
Ma s je constate que l'une
ment une coopAration d'ori

Chez les
Anciennes de
la Sasesse
Dimanche 27 Novembre
d 9 hres. A.M. en l'eglise
paroissiale de St. Joseph
une messe de souvenir sera
celebree pour les religieu-
ses et les anciennes de 1'As.
sociation des Filles de la
Sagesse decedees.

Parents et amis y sont cor
dialement invites.
Merci
Le Comitf

Maison a louer
sise a Delmas No. 47, coin
Rue Boukman, 4 chambres
ha coucher, 2 toilettes, eau
chaude et frolde Garage
Tel. : 6-2237


VOUS APPRENDREZ LES METHODS

DE TRAVAIL LES PLUS XATIONNELLES
--- GRACE A LA INTERNATIONAL

CORRESPONDENCE SCHOOLS
SSINCE 1890 -- 237 CAREERS
IL VOUS S FFIT D IU NE HERE PAR JOUR POUtR VOIR
iS'OUVRIR DENANT VOUS UNE NeOUEI,LE CARRiItIE'RE
VOUS ETABLISSEZ VOVS-MEM! VOTRE EMPLOI DU
S .r_ d 'Ji TEMPS SUIVANT VOS ACTIVITIES LES I'AIEIMENTS PEU
I ,1' I ^ ^ iH- i VENT ETRE ECHELONNES PENDANT T1Oi.' LA I)'REE
DE VOS ETUDES.

PRENEZ CONNAISSANCE DES MATIERES ENSEIGNEES DANS

LE COURSE DE :
PRACTICAL ACCOUNTING
TRANSACTIONS AND THEIR EFFECT ON FINANCIAL REPORTING BOOK I
RECORDING TRANSACTIONS BOOK 2
PERIODIC ADJUSTMENTS BOOK 3
THE WORK SHEET BOOK 4
ACCOUNTS AND PROCEDURES FOR A MERCHADI
SING BUSINESS BOOK 5
SPECIAL JOURNALS BOOK 6
ACCOUNTING FOR CASH BOOK 7
ACCOUNTING FOR TEMPORARY INVESTMENTS BOOK 8
ACCOUNTING FOR TANGIBLE FIXED AND DEPRECIATION BOOK 9
ACCOUNTING FOR CURRENT LIABILITIES BOOK If)
ACCOUNTING FOR PARTNERSHIPS BOOK 11
ACCOUNTING FOR CORPORATIONS BOOK 12
A COMPREHENSIVE REVIEW OF THE" ACCOUNTING CYCLE FOR A MERliCANDISING FIRM OPERATING
AS A CORPORATE ENTITY. BOOK 13 DIPLOMATIC IUSA
TOUS LES LIVES NECESSAIRES SONT DEJA EN STOCK Mr Bernard Thabtea

AU BUREAU DE NOTRE REPRESENTANT EN HAITI ICS Representative

M. BERNARD THABUTEAU QUI POURRA VOUS DONNER Ave Dcote, No
Ave Ducoste, No 8
TOUS RENSEIGNEMENTS SUR NOS DIFFERENT Bureau onert de h a -- m

COURSE ET RH EVOIR VOTRE INSCRIPTION 6 h P.m.:
1 h 30 p.m. .. 6 h p.m. :
>i


Venez applaudir ce soir


Las Problemas au Hide Away Disco show

Le Meilleur, the Best El Mejor Disco Show d'Haiti
Rnout snoc station de Peligre Delmas .


-- llR ovum. a r e .


"WE"b~Bl"slarr~--_l I--pjr~iBL~Blf~llL)~ll~*14*~_r I---*~----------~. ____;~~_.;:* ~_-~______~ _il--___~_ I





-----------------------------~-/IJ-I-~~ ~1LRI-/;//r);r=*j3pr~e~h~ler~l/~-//~-/Z


HAYTIAN AMERICAN SUGAR
COMPANY. S. A.
SUCRE MI RAFFINF '(POPUI'IAlll.E

Planteurs et USINE HASCO
SOCIETY ANONYME IIAiTIEN.1t'

Port-au-Prince, Haitl.
rFB.eCOOVi30ef~fiSO~^^CSCC<'


I


j


i






DANS NOS CINEMAS


FOUS A LIER


MACIC CINE

VenIdrll 25 novCmbre 77
l1 N'21 IIEURES DE
Ml!N-l(U!l
-l1 (;. 2.00 it 3:100
lilh rt h (A. :1,00 cat 4,00
,SSAMEDI i;1 NOV 1977
1A 'h clt Ihl G. 2200 1 3 0:1
I AU I RI l'it DIE: VAINCRE
h 1 It (It 1.0 ct 3,0404
ti l KhI (. ( 3,50
i[1.\N(1('!NT

x x \ x\

ETOIL2 CI k
\cilnr di 25 novtembre 77
a (ih3l0 ,t 8130
IE s I.LNTS DIY DRAGON
I lirr G. 1,00 et 1,50
SA'MEDI '26 NOV. 1977
ia h3io 0 l8h30
UHHSALINO ET CO
Entree G. 1.00 et 1,50
SAMIDI 26 NOV. 1977


AUDITORIUM
Indrredi 23 noeinembre 77

S 2,00

s \MI II) -!6 NO\V. 1977
I I,. IYSTERiE-USE
(; 2100


SENEGAL

Vinilrrid 25 novembre 77
:l lh C' 8lh
I 11 \IN DE BRONZE DE
IIi)(; KO(NG
(; 1 00 et 1.50
A sh
.Ir 'sIIS I'NE 'ICIEUSE
(; 1 50 et 200
S\MEI)I 2r NOV. 1977
i (hpt SOh
1,I S ( CAVALIERS DE LA
TERREI I"


CINE TRI'MPHE
Lu.di Au Samedi 2h 4h
CATACLYSME
Enlree $ 1.00 et 1.50
SALLE II
ELLE COURT, ELLE
COURT LA ANLIEUE
intree $ 1.b0 t 200
SALLE III
NET WORK
Lintric $ 1.50

X X

Deluxe Auto Cind
Vendredi 25 novembre 77
h 7h et 9h
QUAND LES DINOSAURS
DOMINAIENT LE MONDE
Tarif d'entr6e $ 1,50

SAMEDI 26 NOV. 1977
a 7h et 9h
SIGPRESS CENTRE
SCOTLAND YARD
Tarif d'entre: $ 2,50



AIRPORT CINE
Vendredi 25 novembre 77
COUP DE FOUDRE
G. 1,00 et 2.00
SAMEDI 26 NOV. 1977
COMMANDO DE LA
TERREUR
G. 1,50 et 2,50

X X X X

DRIVE IN CINE
Vendredi 25 novembre 77
BUCK LE LOUP
TARZAN ET LE SILENCE
DE LA MORT
S 1,50

SAMEDI 26 NOV. 1977
OPERATION C SSEUR
S 2,50


27, Avenue Ponamericaine

L ... Petionvilie ...


Je
JE
MA
$
Ven
BL
$ 1





Jet
CA
LE
12h
10h
Ava
Ap

CA
Jet
DA
121
101
Av
Ap

CA
FE
121
Av
Ap

CA
L'E
11l
Av
Ap
7h
FL
IN'
DEI






Ve
4h
VI
G

DE
T[


SA
B(

4h
6h
L'l





Vc
EN
CI
T(
12
6h

SAI
DE
TU
121
6h


*Je
La Kirkconnell 1

G
Marine Shipping Co G


PA

Ven
A 2
LA
ANT

a 6h
SAl
LA
Tar
GI
l6he

La Kirkon-ell Marine Shipping Co (

vous garantit ses ser'vives

Srguliers. Eimensuels entire ass

les ports de rTLuvelle Or!Hans : VE

Mobile, Lake Charles, Houston,
E
Tampa et Port-au-Prince.

Si vous vonlez ex~idier vos 3i

tnarchandisca veres d'autres norts

que cEux n.entrne.,

contactez rous :

Maison Andre T. Thezan

en tace de fO)tfce du Touismee,
le
Cite de I'ErosLi'.

P.O. Eox t172 ..

T616phone 2-1532
y swmgosa-wwmap, 40W400--mrv40 MRSJDB ..


CINE PARC

udi 24 Novembrea 77
NE SAIS RIEN,
AIS JE DIRAI TOUT
2,50
ndredi 25 novembre 77
ACK KILLER
1,50

X X X.

Au Capitol
udi 24 navembre 77
PITOL I
TELEPHONE PLEURE
h15 2h15 4h15 6h15 8h15
h15
ant 3h30 G. 5,00
res 3h30 G. 8,00

PITOL II
udi 24 novembre 77
INS LA SOURICIERE
h15 2h15 4h15 6h15 8h15
h15
ant 3h30 G. 3,00
res 3h30 G. 5,00

NPITOL III
MMES DE MEDECINS
h 2h 4h 6h Sh 10h
ant 3h30 G. 3,00
res 3h30 G. 5,00

PITOL IV
EVASION SANGLANTE
h45 1h45 3h15 5h45
ant 3h30 G. 3, 00
rbs 3h30 G. 5,00
45 9h45
OSSIE
TERDIT AUX MOINS
E 18 ANS

X X XIx

ONCORDE CINE
ndred'i 25 tnovembre 77
30
ERGI S DE SATAN
3 00
30 ct 8h30
tE PiiO-ONDIS POUR U'N

itre (G. 3100

AMEDI 26R NOV 1977
ON IAISERSA I)!"
ONG KONG
30 G1 3 00
30 et 8h30 () 3.00
HO)MME QIlI DEIFIA
ORGANIST IoN



REX THEATRE

'ndredi 25 novembre 77
NQUETE SU' UN
TOYEN AU-DESSU'S DE
)UT SOUPCON
h 2h 4h G. 1.00
8h et 10h 0. 3,00 et 5.00

\MEDI 26 NOV. 1977
E PROFONDIS POUR UN
UEUR
!h 2h 4h G. 1.00
8h et 10h G. 3.09 et 5.00

x x x x

CINE LIDO
udi ?4 novembre 77
SSI IMPERATRICE
S2h 4h 6hS h 10h
1.00

x xxx x

kRAMOUNT

drcdi 2.5 nosembre 77
h 4h 6h et gh
MALLE DE SAN
TONIO
h el 4h G. 1.00
h et 8h G. 3.100

IEDI 26 NiOV 1977
LOI DC T.I KANIDO
if d'cntree a 2h et 4h
1 00
el 8h
3.00



Pharmacies
surant ie service
cette nuit
NDREDI 25 NOV 1977

AI)DRE PIo
I. Jn J Dessalines

APOTIICAIRE
eme Avenue Bolosse


M:irils-anl
'TION-II.Ii.i
.'1t In' I *Io




'Mnrllsn' is,
Rue (Ku.ild i Durand

r Atre Birld lIe .-ill.-a

A'si Foilharti


PETION--VLLE
BAITIENNE


(suite de la 16re oAge)


se ne fonde cous l'effct du
solely, elle sera envelop -
pee 'dune couche d3 plastl-
que de 50 cent metres. Mals
le ddtroit de El Mandeb par
ofi les icebergs doivent pas -
ser n'a que 40 metres de pro
fondeur et la partle simmer


Avis de Divorce

11 est porter a la connais
sance des int6resses qua,
'le Tribunal Civil de Port
au Prince Haiti a admis le
divorce de Peter A. Durkel
d'avec Patricia Durkel nie
Herrsehaft et pron.once la
dissolution des liens matri
moniaui ayant exists entire
eux par jugement en date
du 12 Novembre 1977 don't
le dispositif a eit transcrit
le 14 Novembre 1977 dans
les registres a ce destines
de l'Etat Civil de la Sec
tion Sud de Port-au-Prince
pour sortir son plein et en
tier effect conformement A
la loi regissant la matiere
Port-au-Prince le 14 novem
bre 1977j
Me. Julio D. FIEVRE
Avocat


Avis ae Divorce

11 est port a la connais
sance des interesses que le
Tribunal Civil de Port-au
Prince, Haiti a admis le di
vorce de Jonathan C Jones
d'avec Nina Jones nee Bar
bareai et prononce la disso
lution des liens matrimo-
niaux ayant existe entire
eux par jugement en date
du 12 novembre 1977 don't
le dispositif a i te transcnt
le 14 navembre 1977 d:uns
li's reistr*es ,I ce destines
de I':tat civill de la Sec
/lon SLid de I'irt-1an-Prince
piiur sertir soi iplein t' en1
lier aflet O ilOriii 'liellfi a
Ia hii l'i xani lt n atieri
I'orli a l'ri ent- l 14 i )
vemblire 1977
e I'Pierre IINIO
Avocat


ADMINIS'l'l.A 1 !'N
GENERAL JES
CONTRIBUTIONS
AVIS
LAdin il trat:on Generale
uis Contributionis rappel le
aux cntr pren urs beiefi-
c am d s avanlages de la
IS), sur 1 IInustr.o- Inou-
est faite par I1 decr(t du
velles 1 oblsuig on qu: leur
26 September" 1977 sur 1 Im
pot sur le R vrnu. de fal
re pervrn r a ja ln de leur
annep f nanc-' a sla d te
Administrat:o, leur B.lan
Etat d'cxploitat on et d-
profit- e+ oert--s
D:rect< ur G;Ir"eral
Fa'ri pm-r -iles ? su'y
rnnfrminer, i I sposion-
d- 1 article j paiagraphe
Sd di- .I:cr m seroii ap-
p1 qui-es oon tr:t i.on.trevs

Odonsl FEN'"s'TOR Av
2611


g6e de icebergs 200 metres
Qu'a cela ne tienne .On la
decoupera en tranches avec
de f.ls cnaufles fi l'electi-
cdte...
BrE'f a! lire de pareIs ex
poses que le vis onnare Ju-
les Verne dans sea acces de
futurisme n ava t pas prevu,
qui ne se surprend a rever a
la pos.lbilite qui s'oltfre at
une grande puissance de
nous ray r un jour une de
nos miles : La Gonave, 1'le
ai Vaches ou la Tortue...':

Vous souriez ? Vous n'y
croyez pas ? Oyez plutot.
Armand H,.guenot, de
Port-de-Paix, aiait un- sain
te horreur de 1'Americain.
Populaire au po'nt d'tre
surnomm6 &peup'e> par tout
ce que la capltale du Nord-
Ouest compete d'habitants, il
se mit un matin A la tete
d'une multitude qui prit a
vec lui la direction du qu.i
Or il falsa't un de ces temps
brumeux, appel6s sNord> ai
ne pas pouvoir ddpistcr un
bateau a un metre du wharf.

Et sPeupl-> d'haranguer
la foule en pointant 1'ndex
vers la Tortue :

<- Vous ai-je jama's men
ti Fur la perfidie des amer
loqu's ?
Jamais !


- Pouvez-vous apercevoir
la Tortue au laige ?

Non !

Et bien )le Ambrica ns
sont venu- c:-I'.- e niIt a'.e
cent r'ni.Jrqu,:-r eti sirtt re-
parts:' aec -r.Ile a- la Tot-
tues.

Les Silaidis- I lS- S,?e-]e- 4
rats les vols r. i i eir,e -
rent tous In-i-mbli thommes
et femme4 qul, les poingi le
V6s et brandl' ant la mena
ce, garner cni. pr. stet.- nt
les caserne, pour prore-rer
centre Jc rapt a I ,ml: ae LaU
Tortue p.r les Amernca t:.
Voul-in ac-c-id,:r le tr,:int
d'une acnje d.iericale. je
lul raconriia 111i JIjur Cettr
blague a Armjria Haiguis ot
sur 1'I: at La: Toirtu Ell,-
se mit a rrleliethi uwii i; -
tant, t,. le Irjir i:core
plus scici: us m. : repnrdid
sConna1-,;. 7 s.: E- InIett.
cette di,-. irnmiel-: r-
l'air d,6- E.- U 'I : L-
chose a iI :i l: .ia I:. l t i: i-
son firn-,mta :it., ri r l iiI, -
possibl, prt-iona i.ii p pill
de terrn -
Er!n,: i BErINETT
Prochainr irr. le LA BE
CANES GELURS VISITFZ-VOUS LES
HUMAINS> ?


1955-1977













S VOUS OFFRE A L'OCCASION DE SON 22EME ANNIVERSAIRE

UNE REDUCTION DE



20 oo

SUR TOUT ACH4T CASH A PARTIR DE $ 20.00 ET UNE PRIME DE






DE MARCHANDISES POUR TOUT ACHAT CASH A PARTIR DE $ 10.00 VOUS

DONNE DROIT A UN BILLET DE PARTICIPATION



Profitez en du 21 au 30 Novembre



JOE ETIENNE 1377. Ruelle


Carlstroem & 29 Delmas



Touiours au service d'un Dublic CHIC


Pourquol passer par tous e5 ist-uii.,, i \Vous pouvez posslder une moalisoi,
nrents eto es mllle d6marches terrain Inclus, cofxue poji if, tiieei
QU exigent la construction et dcorchitecture Mangones & Associbs
acqulsitlon d'un terrain en Haiti ? d'oprs des Standards Intemrallooaux-
Pourquol payer des laoyefs quand la Les masons, cle en main,
mme some vous permet d l'te que vous offre Mangon6s & Assocl ,s
propriotaire de votre mason ? presentent les advantages survani'
locations de choix 2 ou 3 chamtores
6 coucher salon cuwene -
Avec des terms de poiement avon- 2 sales de bain dependances -
togeux finoncemenrt jusqu'6 neuf ans. reservoir.
Pour toute Information, t616phonez au 2-2321 ou au 2-3179















-K-



S.r .,






.. . ..:...I ~ i~ l;._., ll~ .-.=l ..... .: ,. .A .-. ..


___~*


rIatl.T


"-j-.


'K NNE4M














Cataclysme


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESI

MIDI .2 HRES 4 HRES EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 H 30


Elle court Elle court La Banlieue


ENTE




Les Galets d'Etretat


o r S a,.' A vendre
a1 t l ip, ln/W T"iuld lin, man.sos 3dhaul- Cour 9tuee A mi-che-
'J ", ,',,lr cn > bre s ii craucher -- Terrasse ten de La Boul.
t rt No. 2 ( t ialerie couverte D ux S'adresser le matin au
'I." nt.l4,. ;' vto 'll i I es de bans Grande 0-2333 et Ie soir au 7-1446.

{ -... : : -:. c -:-.,-, oooooo-j- .s-/ .-


CONCORDE LINE


announce l'inaugurafian de son service

a containers entire Miami et Port-au-Prince

avec le Paquebot mixte ,CARIBE,

a partir du 23 Rovembre 1977

L ypct de Miami : Tous les samedis

P rr. -- Dep. p-au-Pce : Tous Les mercredis

Arrivee a Miami : Tous s samedis


IR3gularite Rapidite Securite




z Le seCOl Service rollon oll off


a trailers entre Miaui Et Heiti




CONCORDE IRNE

I 7 1 :.''. A1, A G1 N 2M':,Al

|N 2-0`52-8 Ct 2.0


Remerciements
Les fam lle, : Casseus,
Mayard, Obas, Joseph, B.ot,
Chariot, St. Louis reinter -
cient bien sirecremnit :
Son Excellence l'Ex Predsi -
d nt Franck Sy'vain, Son Ex
cellence Mons eur Emma -
nuel Bros, Secretaire d'Etat
des Finances et des Affalres
Economiqu2s. Monsieur le
Deputy Victor Nevers Cons-
tant. President de la Chami
"bre Legislative, Monsidur
Raymond L. Ray, President
de la Commiss en Commit -
nale et ses Assebseurs, Mon
situr i'Amba .adeur Rinee
Hyppolite, chtef u Protoco-
le. Monsieur le Gendral Clau
de Raymond. Monsi ur Emt'
lI Arthur. Dtrcctiur Ie la
R gie du Tabac et des Allu
mettes, Mons eur Fritz Gue
ry. Sous-D rect.-ur d o la Re
gie du Tabac el, des Allu -
meti es Monsieur Francois
Murat. Supeciv'eur Gene -
ral des Entrepr'ses M xt's
et d'Etat, le Ptrsonnel et les
Membres de 1'OAVCT. Mon-
si ur Leon Mirombeau. Sous
Directeur de la BNRH. Mon
sieur Gerard Mail nvau. Di
ricteur de la Telecoi Les
ami de 1 'elec'ric'te d'Ha't'
a~n i que 1 s at .s tant d- la
eapitale, de la Proviocp et
de Eltratnger f:onr I,., to -
mnoigniags d(, syimp -loe a
I'ocCas ona dr !o mIor di
leur Ireos rn grettt Ivugits
Ca; scu decked te 13 Novem
bre 1977.



On cherche a louer
Une maisont ayant 2
chambres ia voucher, salle
de bann. Bourdn. c('aniapc-
Vert oni Petion lille. Tel I-
phon( r au jurinal ci ire 12
heures et 2 hlvire's p. in


Grande Session
Annuedile du
Cotmit de I'Union
Franco Hamienne
des Adventistes
au 7e Jour
11 nous plait de porter a
la connaissance de tous les
paksteurs, dvangdlistes, chaf".
administration des divers
services on institutions de
- 1'O.uvre, ainsi qu'a tous les
membres de l'Eglike des Ad
ventiste du 7e. Jour d'Haiti,
qua la Session Annuelle
du Conmeil Administratif
de 1'Union Franco-Haitien-
ne, se tiendra a Port-au-
Prince, an bureau central
de 1'Untion, du 28 Novem-
bre au 2 Decembre prochain.
A cette occasion, le pas-
teur A.D. Roth, actuelle-
ment Reprdsentant Officiel
de la Confdrence Generale
des Adventistes du 7e. Jour
de Washington, accompa-
gne des pasteurs J. H. Fit-
gueroa et G. M. Nemnhard
r.'spectivement Secretaire
Executif et Secretaire Itinp
rani actuels de la Sus-dite
Division.t ls chefs d'admi-
ni ration d'outre-mer de.s-
pays francophones de 1'U-
nion, ainsi que los Repr6-
sentants locaux, seront dans
nos murs, en ce dernier Co
mite de 1'Annee 77.
Nou,. en pr'anons occa-ion
pour soinhailer it tous une
cordial Bienvenup et non
-.oeux les meillours de plein
succe' it otte se-sioi ma-
jrure de l'Admiuitration
de ITuion Frianeo-Haitien-
ne Adventiste.
2611



ESminaire
S-irinuel pour
luEnseienement
Pedageoeiue
des Petits,
a l'Audit~rium
de la Bible
du 25 au 27
Novembre 1977
L 'ni.on Frunco-Hlailienn
de' Adventi'tes du 7c. Jour
c fail le plaiAir d'annon-
cer a tous se- fideles de la
capiale et de la province,
ait7si qu a tous ceux que ce
la interests, qu'il sera te-
nu a l'Auditorium de la
Bible, sis au Champ de
Mar.. du 24 au 27 Novem-
bre, un Seminaire pcdagogi
que pratique, en vue d'un
eli glnilm.nint 'piriluel ade
quat des petits de la Divi
sion Primaire.
En cotte occasion. Miss
Alice Lowe de Washingion,
specialist en la matiere et
Pa tiur Sergio Mloctezuma
de Miami. coordonatzur ge
7eral des sections enfanti-
nes d'enseignement bibli-
que. seront dans no- murs
comme in'trurteurs offocivls
de ce Smmaire.
II nou elt parv2nu qu'u
ne imposante di It-orLI 1t11 de
la G;uadeloupe d environ
40 m.'mbre". aiinsi qu'une au
tre venant de la Martini-
(ine el i(e li :Guyane Fran-
cais. viendront ,;, joiildrc a
colle de lai Metropole du
Nord d'laiii et ss ritcpen-
d'iein e en vue d holiorer
rl/e rencornre importantly
de leur pr'sonce.
Aux uns eti aux autres et
'r'olement a chacun. nou
souhnitons U7le cordial
B:env.7'lue et un bon sa our
on notre hospitaliere Capi-
tale.


More than 30 year' of ex
peri- pr in all aspects of
Acrolilting and Manage-
ment.
Sneak English Spn.ani'
Plus of conir"" Freneh and
Crenl, -, Seeking employ-
monf
Telhsone
7-1i11 or 2-3894.

AVIS
Los comptables, comtulr-
cants et indu.;rtls sent ini
formnd quo les formes du
bilan de la lot duii 26 Sep-
(.mbre 1977 soot 1 1cur dis
position a partir du Sainedi
11 November 19n77.
II' 1,, tmrouveroul it :
L'lnprinlerit des Anul-
ls Rue deo Fronts Forln
No 77 ; I'Ecole Modern0 de
Formation Com'..errale -
Avenuje Chri4ophf No. 33.
,, 0a.


AVIS


La Banque Nationale de la
Republ quo d llHai, Departs
meant Commercial, a lavan
tage d Informer sa bIeniveil
lao,e cuietoiele qu'a partir
du ser. Decembre 1977, une
Succursale de la BNRH sd-
ra ouverte dan 1'aire du
Pare industr'el.
o immeuuie dest ne a abri
ttir cette agency bancaire,
est s-tue a 600 m de la route
pr'nc pale du Nord, 3 km du
wharf de cabotage, 2 km. '/2
de la HASCO, 1 km de l'Ae-
roport Internat onal Fran -
qo s Duvalir, et a 200 m. de
'intersection me la route
condu'sant a I'adroport et
1'Avenue Halole ila si6.
Les serves '-u.vant', se -
ront offerts a la clientele :
1.- Opdraticns de chan -
ge (achats et ventes)
3.- Compte Couronts re
serv6c aux commergants et
eidu .trels
3.- Depots A Terme
4.- Recouvr, ment effets
a l'encaissem-la)
5.- L' xecution du Pay -
roll des Atelier. etabPs
dans la zone.
Port-au-Prince le 11 Novem
bre 1977
LA DiRECTION
112


Deces de M.
Justin Camille
Les Pompes Funebres Pa-
ret Pierre-Louis vous annon
cent le decos de M. Justin
Camille survenu mercredi.
A ses enfants : Ermite Ca
emille, M. et Mine Echeloni
Pierre, Sosso Pierre; sa bel
le-roeur : Vve Francois Ca-
mille; ses, neveux et nie-
ces: Ludovic, Andre et Al
ti Camillh; Mme Renal Ce
sar. Listz, Beethoven, Nan-
cy et Georges Sand Camille,
Marie-Rose Simon; a sa coil
sine, Mine Irma Mathias;
ion filleul, Saintange Char
let.
Aux families Dessables,
Pierre, Cesar, Charles. Ma-
thias. Carrie; a tous les au
free parents et allies, M.
Pierre-Louis et Le Nouval-
lisle adre.sent leurs since
re- condoleances.
Les obleques du regretted
Justin Camille seront chan
ite% remain samedi 26 a
4 h P.M. en l'Eglise du Sa
crd-Coeur de Turgeau. Le
cenvoi partira du salon fu
nora;re de 1'entreprise.

A Vendre
Cause de ddpart-Mobilier.
Salon- chambre"- Frigi-
daire poele. machine auto-
matique lavwr linger skeheu-
e- tondeue a hgaz ta-
bleaux -Tel6phoner 2-2854


Bourdon


Tapisserie
de France
Le Musee d'Art Haitien
abritera, du 6 au 23 Decem
bre,, une exposition itineran
te de tapisseries contempo-
raines franeaises.
Cette exposition dt 17 ta
pisseries d'Aubusson, dos Go
belins et de Beauvais, exe-
cutees sur d'immenses cane
vas de pres de 4 m2, d'apres
des oeuvres de Lurcat, Cal-
der, Miro, Messaigier, Vassa
rely, Delaunay ou Hartung,
e-t organisee par 1'Institut
Francais d'Haiti avec la col
laboration du Musee d'Art
Haitien.
Ces tapisseries, parties par
le Mobilier National de
France, sont actuellement
expos ps d Santo-Domingo
et seront prdeentdes, en jan
vier 1978, a Kingston, et
dans plusieurs Antilles at
pays d'Amer.iue Centrale. "


Accident mortel
(Suite de la lere page)

diguer les soins de premie-
re heure. L'utlitd d'un tel
project ne fait point de dou
te. Nous pensonM qu'll est
de pretmi're importance
qu'll soit realism le plus
t6t possible pour le plus
grand bien de la collecti-
vitE.
Nous deplorons le regret
table accident d'hier et
priont la famille de la vie
time, particulierement son
pere, notre ami Jean Des-
quiron, de recevoir nos con
doleances emues.

A Vendre
CAUSE DE DEPART
Spacieux Old mobile Sta-
tion Wagon Air condlllonna .
tout 1lectrlque 9.000 itille
Vert. Bon etat.
Tel6phoner 2-2854 Bo'rdon


Coin du Jardinier
(Suite de la lore page)
ornemental aont les tiges gnent de depredation,. (Itii
nou ueses ont, de toujours, compromettent tre .ercvus
servi de support et de mno nmnt, et peut-etrc b 1n, it
yeons de dfenaie ka nos pay- rr6emedablem-l. .,vI n r
bans des regions hautes. de ia terre et dts hititmm,
La foret lait place, et de Que peut-or. civ sa.i r
plus in plus, a des cultu- mainte'nant pouLl garn, r Ma
res vivrieres, principale- caya ? Nous lainconi- uil
mint au riz de montagne. pressant appel a tou, crux
L'eros'on s'etend, sur les qui ont 1'a.orlteo p our ce
p nte. declives extraord nai fire. Lim ter 1'implanta-
ri ment rapides. Dans la tion des homme- a de s c
montee du Plymouth, on teurs determ nes Arrpter
trouve encore quelques bou les coupes ct defrichage-.
quets de cafe'ers enfonces Considdrer des opt ons
dans la vegetation, mais quant aux cultures dans
les sucr'ns y :ont en train les zones deja attint'es,
de poerr. v times apparem l'option cafe'ere sera t indi
ment dune forte attaque quee. Et s' 1 tat y inclu-
d'ins etes. re une culture a'mcenta ro.
Le prouiem & a resoudre r-snec' r les normcs t-chit
n'e t pas simple. La pres- ques de la culture en mon
: ion demographiqu", certes, tagne mettre -n oeuvre I',
inc:te A la rechlerch de mnven adequate Dour pro'e
nouvelles zon-s exploita- ger la Terre. le el'mat (t
bles may's les deplacemonts 1 s lommes.
ed nopulat.'on rural" se,
font ,narchq'iiemPnt. Ces Courto sie de la DARBOU-
dnlac-ments s'accompa- CO
a'oo>&>-.>^to> >


MOUSTIQUES ...
MOUSTIQUES ...
LES MOUSTIQUES VOUS CONTAMINENT
LES MOUSTIQUES VOUS IIARCELENT
ASPERGEZ, POUDREZ, ATOMISEZ
GITES LARVAIRES ET LIEUX DE REPOS
DES MOUSTIQUES ADULTS.
ASPERGEZ, POUDREZ, ATOMISEZ


AVEC LES INSECTICIDES DARBOUCO
DARBOUCO S.A RUE DU QUAI.
0/.' J../,.- r/'" '-f -''-' '''


HAm

COLOR

LAB
ig AMMIMilM


Pocket instamatic valeur $ 50.00


HAITI COLOR LAB

lo Laboratoire Photo-couleur en Haiti


157, RUE DU CENTRE


Tel.: 2-0945


AUTANT DE DEVELOPPE E-ENTS, AUTANT DE CHANCES
VOUSi AUIREZ DE GAGNER CES 3 FABULEUX CADEAUX.

.---.. %ef ---p tP -.--d ----D-,.1 '--- *_ - -^* g *.- k


SPECIAL NOEI


a HAITI COLOR LAB,


Recevez aprbs chaque developpement


et impression de votre film couleur


un billet de participation au tirage

du 22 Decembre.


lo) Prix
Camera 1. mm. a lentilles
interckhanveables avec Flash
automatique valeur $ 300.00

20) Prix -
Camera 3; mm avec Flash
valeur $ 200.00
3o) Prix -


~


YCLill~P~L~*Ue**L*P*;~Lj~aLg~Li~~ilu*Ld -~hi~;~Lia~rreiikijri~: ~~b~i~'..--. ^-;thur8k*~.~


A


6




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs