Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09918
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 7, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09918
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
















A lEcole de Mtdeccne,
on est rest6 lontgtemps h ra
center, en se gaussant du
luii, 1'listoire de ce postu-
lant, dont on citait le nom,
qui a 1' lexamen de Clini(ue
Obstetricalc, le Professeur.
nlu ayant po,6 cette ques-
tion : uie femme est en tra
vail, on vous appelle, quest
ce que vous faites, repondit.
d'abord j'endosse ma Ja-
quette.
La tenue vestimentaire a-
vait une grande importance
pour les medecins de ce
temps la. En Ce doma ne,
comme dans bien d'auLres
nous copions la France, a-
lors que la difference de cli
mats aurait dfl nous inciter
6 nous habiller autrament
que les Europeens. A regar
drer les Secretaires d'Elat,
les hauts fonctonnaires en
Jaqneltt ou en redingotv,.
l'armee avec des uniforms
die laine, on avait peine i
croire que 1'on etait souis
l(.- trnp-ques.
Que d'1eeves dlu Lycle P6
lion ou du Pet t Seininaira
College rev-ient sur leur
bane de pouvoir come a-
vaicnt" faith certains aines en
trer dans 1< ur etabli- e-
ment un jour de fete en ja
quette et chapvau melon
'ous 1, regards eberlues.
admiral fi et parfois pl-1 n
d'envie d& leurs camarade5.
1., Mierfecins suivaieil done
In mod Uls s habillai 7nt
comme les grnds fonct on
naires et sdirtout come les
grainds patrons de la Mede
c ne Francaise. II etail du
r ste dans la tradition de,
apothicaires de se singula-
ri-er par leur accomtrem'ent.
La rob. et le cbapdau poin
tu de Saganarelle *i I'es-
rent la verve de Mol 4r,
Quand pat-a 1 cre fie la1
redingiit. now Meicer'ns por
taien" d's complet- xestons
coupes dans du beau casi-
m r anglals vovc un gilet
1que croisait une ecliaante
cha n ide moenire en rr
lI, quality du casimir vor
r- sliondait it l'importanemc
dii per'onnage. Enfiq-t i'-'
rencontre Roealvo Bobo Fa;
sant 'a candidature it la
Pre-idence 1 rendnit v' ite
e es amris rT. la Canifale
Sec teaches de rousseur qui
lui donna-ent un air ctran-
ge ni'impres ionnbireee nio 7l
eppendant qju- on imnDoeca
bl" costume de c'sinir r s.
II avai't ds gant,, et des
m 5t'ri, de la nimee rO)n-
laur. Son panama que je de
posai sur Ie guer den ela t
d'une pail'= extrememin n
fine et -emblail v brer au
mroinre souffl ,- Je fu e-
bloui par 'on chic et i'-n
conclus qu 1 meritail sa re
putation de savant.
Oultr une tenu,- ve -
me. taire '!agne-6. pour &'re
un digne disciple dEscula-
pe. le med,-cin devait avo r
sa voiture a trac''on chevali
-ne, qU'on appela.it impropre
me..it buggy pui qun c'eailt
une voiture it quatre roue;
Le -;-une medec n qui avait
pu Se procurer un- voiture
avaet franchi une elape irmf
porlante. Les ge7nl ne parlay
recent plus ie lui avc un
certain dedain. Sachant
qu' n cas d'urgence il pou-
vait ie presenter san- tar-
der, les fam'll-s n'allaient
plus hbeiter A l'anpeler. LP
grand medacin avail son co
cher k dtmeure. 11 devait
lire present surloul la nuit.
pour attller la voiture s'il
y avait one urganc-.

Assis dans leur vo ture
que condui-a.it leur cocher
certains medecisns oignant
leur popularity salualent ai
dro t- et i gauche. d'autres
pass ent impa .ibles, le re
gard loinlain. plonges oaans
une profondc meditation
comme s'ils cherchaienlt d
resoudre d e s problems
scientifiques d'fficiles.
Comment travaillaient-ils
les mdeciiis de ces t--,mp


li ? La plupart avaieni
leur cabinet de conculta-
t 'on en leur residence et
tres tot le martin parfois ds&
cinq heures ils comumen-
cgaienui t voir des maladies,
ceux qui-partaient en voya-
ge, ceux qui deva.'ent se ren
ire de bonnie heure it leur
travail, les .enfants allant
it 1 ecole. Mais en general
les gens n allaient pas chez
le medecin, ils demuandaient
a celui-ci de veni.r ch-z eux.
Le medecin dans son buggy
passait sa riiatnee allant
d un bout de la ville a 1 au
tre. Vers midi il s'arreta-t
chez uni ami. S'il y avait
un malade dans la mason
il faisa't la consultation et
la vis:te se terminait avec
le coktail traditionnel. L'e-
ducation medical n'etat
pas faite, il ny avait qu'un
nombre fort restraint de
gens a s'adresser au mede-
cin, et un des grands pa-
trons d'alors avait suffisam
meni de lotsir, eantre son
service ho-pitalier et la vi
site de sea clients pour sa
rendre chaque mat,ii chedi
son coiffeur. Si le nombre de
cux oi a adressa.,nt aux
medecins etait reelreint, le
nombre de c-ux qui pou-
vaient payer 'elaait autant.
It etait done assez difftic'le
de vivre de la profession .
Evidemnimnt ce n 6tait pas
le cas pour les medecins en
vogue, ceux-la qui ela ent
la coqueluch'e du public.
Les pr miners pa, du mede
e-n debutante itaient gene-
ralemnent tr, difficiles. A-
vant de pouvsir s nstaller
dams une de nos villes prin
cipalie- oui l's places etaient
occupied pir des aine,, il
se renid.il dans tin grand
bour ait l'epoque de la re-
colic du cafe.

11 prenait logement t0
nstallait son cabinet de
consullaiion dans la re i-
dence du notable du bourg,
generalement un specula-
t.ur en denrees qui etait
h-ureux de voIr que sa mai
son allait devenir le point
de min re de la region, c--
qui augn*znterait son pres-
tige et so07 influence. Les
g. s de la localite et des
zones avoisinantes allaient
defiler aous son tc t, certainly
cherch.rairnt a le voir per-
sonn element pour deman-
der une recommancatio-n -ou
soll.citer -on intervenico o
pour obtzi ir une d min;u-
ticn de la note d honoraire.
Parfois le notable d'unae
local eI avoisincinte appre-
nant que le jeun5 mledLce:
avail real s- des cures m r
veill uses venait fair-s as
demarches pour qu'il vienne
pcrndani quelques jour- dans
sa region. Avsc dzux ou trois
bonne, recoltes, un j une
mcdec n debrou Hard rIall
saient a'-sez d'argent pour
s'initaller dans une de no,;
grandis, villes, s? marier ou
s'aurecler par un voyage a
Paris. Apres un court se-
jour dans la Ville Luimiere,
il revena t -e reclamant d'e
ire 1'eleve du ,grand Pro-
.f-sSeur X, disant mon Mai-
tr2 le professeur U7 tel re-
commandie dans ces cas, pro
cede de cette facon etc.

La clientele restreinte, la
modicit6 des revenues de la
population obligea ent lei
mezcins d se demener pour
avoir des maladies. Les rap
ports entire confrlres n'e-
ta Mil pas tou;ours trIs cor
d'aux Les medecinls talentt
po'ntilleux, jaloux de leurs
prerogativ, s pleins d'eux-
m6mes. Uise discus ion au
sujet d'un diagnostic ou d'u
ne therapeulique it appli-
quer degenera't souvent en
querelle.
L5 public par ses com-
mentaires, ses apprcec.tions
p'artisanes, Ses prises de po
sition en faveur de. celui-cl

(suite page 5) '


MEDICINE D'HIER

ET ET MEDICINE'

D'AUTREFOIS

par le Dr.. Renti JEANTY .
Ce n'est qlu'avec le passe qu'on fait i'avnir
(Anatole FRANCE)


DIRECTEUR : LUCIEN MONTAS
ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CUAUVIT


Rue do Centre No. M1
Boite Postale : 1316 T6I6Dhonk : a-m11


d0otmnhbcv
LUNDI 7 088e8 1977
No. 30.659
82EME ANNEE










FOEDE 3 1556 : LE PLUS ANCIENT QUOTIDIE D'OAITI IEMEBR DD LAShOCIATION INTERNATIONAL DP PRESS


Negociations fructueuses entire Haiti Anniversaire de la revolution d'octobre


et Cuba apres 18 ans de silk ce


Engagees il y a six se-
ma nes, sur initiative du
gouvernement de la Havane,
his negotiations entire Hai-
ti et Cuba sur la delimita
tion des frontieres mariti
mes, ont aoouti a la signa
ture d'hn accord entire les
deux pays, Ic 27 Octobre
dernier a Cuba

Cet accord etablissant la
zone maritime economy que
exclusive d'Haiti et de Cu-
ba a ete signed dans le con-
texte que chgcun des deux.
pay. a le d, vo'r d aruc r r
pour leur people les ressour
ct(s nature, lies, renouv la-
blcs et non ronouvelabl-es
qui se trouvet t dan 1 s ai
re,, mar tims rtt souls-mari
nes soum ses a Iurs dro-t .
jur dclieon et -ouverainetec
respectifs.

Au term s -1e 1 accord, la
L-gne dt dema'cation entire
(c, zone mnart'mes econo-
1u ques xclusives d Haiti (t

d Cuba est dtefnic par dac
arcs de cercli- maximal qui
unissent lis pa nat- don lesc
coordonnees c6odlsiquc-s onsi
ete determine,, a partir des
me lt urs (-nhseignerTient ;
d Gpn'bi s h ,'leuri ac-
tui llc>.

La plus ,-'iilte distance
entire Ha ti AI Cuba cst di
45 miles et lI sse p tr It'
C il du Mole St. Nico!6l
(Haiti el la Punta Ma sIt
iCubal. De la po ntc Oust
de la Gonav. (Haiti) ii a
C6te mer dionale dc 1 lil dc
Cuba, la distance ecsl d!, 96
miles marn-'s. E' du Cap d *
Dame-Marie a la Punta Tor
tuiuilla. tui6 nre- dc GunC
1uaim1o. d (si'3 nc e' st! dc
83 mile Cc c! fa i i par
(x -irplht dai c 'ttc, : rc,
41 5 m 1-s ionc'- r ori. mi-'
ct -snce'rnvani 1's 12 m'les
deja etablis i part r cie la


Cote, des zones eu:hOn'isiuqueL-
rcspLctives de 2D miles.
Les lignes de base (utili-
sees come point de rdfe-
rence) ont ete traces pour
Haiti, a partir du Cap Cal-
fou (dans le Nord' Ouest),
la pointe Ouest de 1'ile de
la Gonave et le Cap de Da
me-Mare. Ce qui a l'avanta
ge d'inclure dqns ie domai-
ise de nob eaux inteneures,
toute la par:e de la mer
situee entire la ligne de ba
se (Cap, Calfou po:nte
Ouest de la Gonave Cap dse
Dame Marie) et le litto-
ral.

D'aprls 1'art c( 4 dcr l'Ac
cord : cat;on figur- a t tre d'iljul
tration sur la carte naut.-
que. Eclelle : 1 : 926.560,
Defense Napp'ng Ag- ncy,
Nos 26010. lnnee 1970. revi
s6 is 19 Avril 1975, 125. e-
dition, se trouvant en an-
nexs's,.
No0-; rcproduisons pour la
n1 i:; complete information
d, 'nns lecteurS- Iles article s
5, 6. 7 ct 8 de 1'Accord.

A:t cle 5.-- La 1,gne ide
d(ItuarcaL;ioin Ixe, selon les'
cermes du present Accord


LES POINTS SUR LES I


Loniiitte,. a son tour, la li-
gne de demarcation, du pla
tLau continental d'Haiti et
te celui de Cu6a.

Article 6.- Le present Ac
card lie bilatcralement leos
deux parties, .ans prejud -
ce des positions qu'elles pour
raient evenbuelcmcent adop
ter librement a toute conf6
rtnce sur le Druitfde la Mer
ou tout autre forum ou n6
goc'at;on international y
relatifs.

Article 7.- Les deux par-
t st cOtivitnn nt qu aucuine
d' lles ne c6clamera ni
n'exerccra dans aucutin b h
ds dro ts de Esuv ra n w1.
ou dse jurdicton' sur Irs
caux, le fond st ye sous-mu1
marcn se troavant dans la
zonr cconomiquo dp l'autrp
partcie tell qu'elle a Ite
(1del'mit6e dans le pieseint
accord.

Article 8.- L2: d:ux par-
tes corciv:nno nt de coop6-
rer a l'i'1aboration -t 1i 15
mrso e n oeuvic dp program
mes de conservation ds r,'s


(Voir ,"uite page 8)


PoiP. et Mesures

Par Einest BENNETT


La niechnlte inflation
n'etraine pas s-ulcment la
hausse des pr-x et une de-
ureciation de la mnolna e.
C- cancer fausse tout aussi
bt n hRs norme.s tradit on-
n' lls des poids ef, mesu-
res.
E"t-il b'n' nccessa'retd'a
voer la boss de math nour
le comprendre ? Si tel e-


Le Grand Su'es du Concours de

ProYostucs de ka Luracao Tradinfg


"e l---oUqu ieu 10 c Cs
organize receminelle par ila
LL-.iagoia' Ieau.Iug a i -
s-on Iu LnoLuaintu l-a I oI,-a
cal a 1couih l 1 1,' 1us.. -is,
SUCCeS. CG LsD p r ii.cta
que les rcpucou( on a1.0,.ue
au grand ilaga11 n a. l- tLue
Pavee.
Ceirts ln'inportance des
prix accords p-,, t .xpiquicur
en parties cett-c aflluence do0s
cand dats Rapp ion, cs~
pr.x : ler. pr x un te.es "us
Philips d une valcur dc $
450.00, 2me pr:x un- machi
ne a laver Sharp dsuine va-
leur de $ 375.00 et un refri-
gerateur de bureau d une va
iur de $ 250.00. Mas il y a
eu au si c'-'rt-.n me-nt chez
beaucoup de participants la
uros't de savo savor is pou-
vaient deviner just, s'ils


pouvai-nli, rt.as.i.-tic pour une
10 s c& reve, v eux coming
i humanite, de prevoir l'ave
i.r.
Colnme toujours darn cues
cas, is y a eu beaucoup d -up
p -ies t pau d's!us. Vo c les
snon des tro-s canld da s qul
oust (i le plus de chaiossL' oaU
qul ont L- e -L si pius Lu.cir -
voyants. Ce cOnt Regine Ce
lestin, Haut d- D-imas No.
131, gagnantc du ler. pr x,
Arsenc Bcnjam.n, 59 Tur -
geau, gagnant du s cond
prx ct Frantz Abdon. c/o


Aito S. A, gagnant
prix.
Sur les photo- i
publ:ons, qui ont 6
par Monsieur Clau
r e, on peut voir l

(Voir suite pag


M1le Regine Celestin, ler Prix


.a:t le cas, je n'y parvien-
drals pas, car dans ce do-
mnjns des chiffres j'en
connais tout just as.ez
pour ne pas me laiss(r ber
ner par les vendeurs a 1 e-
talage qui vous tont tenlir
1 aulne et vou- obigent a
reputer avec eux et tn creo
le ..v.p. : DIs un, dis 2, dis
3. dis 4. d:s 5, d.s 6, d x
spt. d-x huit etc...
Comprencz-vous done pour
quoi les gens du p uple
prenn-nt la precaution e-
lem, ntaire d- ne pas ache
ter plus que s x auncs a
la fo alors qu'.1 leur fau
dra:t parfo's le double ou
!e triple ?
Le phinom-ne s'obs rve
(nc')r dains Ic transport
do l'eau depuis que la Ca
m'p fait tout iustt le con
t",a r do 1 nf at0on lo ,
Id" gnf'er se,; p r o v i
s'ons d' au, elle la rntie-
c't comrie un penoiiu ds cha
nrcn a cPuiS d- la secheres
'e. ce fleau qgi nc respect
n la Franc' ni Haiti.


du 36me Alors les bonncs gens qui
nous appsovisionnent en
que nous eau potable sont tellement
t6e lait sollic tes, qu'elles oublient
de C1e la measure exacte d'un gal
e= ga lon qui e.t de 41 54 pour
g'anglaise et de 31785 pour
ge 5) 'amlrica'ne. Liur camion
de 2.500 gallons n' est en
mft reallt6 qu. un camion pous
s f de 3 tonnes capac't-
a__ 6.000 litres ou. tries Exacte-
mcnt 625 gallons, ce qui
rest d'une citerne de 1.000
gallons qui coule come
un pan er sur toute par-
cours.
c Au prix du .,nm'on d'eau,
e'st vous (ionner 1'envie
Sd fare rcrirquer ici des
Sicphbrgs !
Comment s'empecher en
outre, d'admirer les dons
S d sourciers de- transpor-
S turs d'eau don't les baguet
tos de coudrir d6couvrent
des'sources intarissables au
(voir suite page 4)


SCHISMES, SCISSIONS,
HERESIES ET/
DEVIATIONS AU SEIN
DU MOVEMENT
COMMUNIST MONDIAL

par Claudine CANETTI
PARIS (AFP)
De el'HierSie Titiste)i
1'Euro-Communisme en pas
sant par le (Dogmatisme
Sectaire) Sino-Albana;s, la
ncontre-r&volutioni) hongroi-
se et le socialisme a visa-
ge humaini tchecoslovaque,
le movement communist
mond al a connu, en soi-
eante ans, trente annees de
mondialisme puis une suite
de schismes scissions et (de6
viations) qui ont done bien
du fil it retordre au premier
pays socialistei).

Pour preserver 1'heg6mo-
nie du PC sovietique et de
1 URSS face it ces turbulen

Augmentation du
prax ces tMiles
z temps

Lhule pour moteur 2
tenmps Lst. ui-ise, local-ment
par tes u-agcrs de moteurs
sout bord,-, Ice usag-rs de
motocycietts de tondouses
a gazon at de ccrtaines peti
t, s votures, Joieps tt Camion
n Lies don't le rombre aug-
no1 nic chaque jour.
C ite huile special. plus
flulde que 1'huile courantc
pour motsurs a 4 temps a
aussi un taux rlus redu.t de
carbon. Son emelangee avec
1' isrnce pure en est a'nsi
facility et l- depot dc car-
bone aprs combustion est re
duit au m-nimum.
Cettc huile est d stribue
glnlralem cnt dans les sta. -
tions essences. Une ou deux
marques, de products petro-
li(rs control prat'quemcnt
le march.
Cette huile 6tait rec m -
ment vendue au detail a
$ 1.40 le bidon de 1 quart de
Galon. Or depuis quelu s
jours le prix est pas:e aI $
2.40, soit 71 % d'augmenta-
tion.

11 n'c.- ste actuellement au
cuns cruise p6troliere mon-
dia'e qui justifie urn aug -
mnentation dc cetti sore
LP D6partement inter esse
qu' control- l prix dc 'es-
sOnc- au consommateur de -
vra t ut-ecrcc jeter on
cr.in d'oeil sur le prix des
hul' s lubrcfianoes. Ptf n par
t'culo r colle dps hu'l-e pour
moteurs 2 temne ncorp an-
p-'es <-Out Bord Motor
Oi .,


ces, Stal'ne, Khrouchtchev
puis Brejney ont eu recourse
it des me.'hode, variecs al-
lant de 1'excommunication
it l'interventioni armee. Mais
devant le dernier-ne du
noni-conformi-mec commu -
n:ste, 1'euroe- communjsme.
Moscou, qui..a cess6 dIsor-
mais d'etre la mecque du
communisnme mondial), n'a
plus recours qu'itux manifest
stations de froideur et de
mauvaise humeur plus ou


moins spectaculaires.
Tito, le premier grand
her6tique face d 1'orthodo-
xie marxiste 16niniste tell
que la cyncevait Staliie',
fut oexcoemunin avec fra
cas le 28 juin 1948 par le
Komintern (Bureau d'Infor
nation de neuf parties com-
amunistes europlens dont, jus
que-li, la Yougoslavie). La
rupture fut brutal, specta-

(Voir suite page i)


La Fievre Dengue,, et le

SDepotoir Municipal


Y aurait-il une relation
,ntre cett- fievre s
qui fa't des ravages dans
tout s les families et 1'en -
trcposage des ordures mena
gres dans 1laire de la c't6
de 1'expos!iton ?
On ne saurait r pondre
avec exactitud.. a cette ques
tion.

on ne p-ut aussi tirer iala
legers de tele conclusion
ou Itablir, in ce domain
une rliat on d cause ia el
fet. Car la lievre d ngue,
par example, a Itc bignaiee
dals d'autres pays d2 1 He-
misphere.



Rkunion des
Pre6ets de la
Republique

C(t apres-midi. v rs les 2
heurcs, le Secrltaire d'Etat
a l'Intorieur, Me. Aure''en
C. J"anty a tu un impor-
tant entretlen avec les PrI
fets des different arron -
dissements d- la R6publi -
qu, convoquos a la capital.


Mais, on doit tenir compete
des observations de families
alarmles par la presence
d'un depotoir que des cbul
dozers> fouillent, cmala -
xent> a longueur de our -
nee.

Ls d rigeants de la'
eUnion Schoolb ont paralt-il
pris la dlcisiorn de former
leurs Itablissement it cause
d'une invasion de mouches-
,t de mout'ques Cette Icole
cst situee jusqu'en face du
d'potoir. Les ouvrists de"
lus!ne 6ectrique de la Rue
JorpX Janvier se pla'gnent
aussi du rnombrs inqluitant
de ces insrctes qui dtsent ils,
prov ennent du' dpotoir.

Que constatons naus ?
Port-au-Prince une vi'e de
8-0.000 times don't les ordu-
rrs de toutes sorts sont en
trrposd-s sur cette presquile
cdu bols de chenb recoit Ics
fumes les pon-s'eres Pt les
od'urs de cP- m6raes ordures
ol' I'on s'pfforce de broiler
chnnun ii-,.,-m sid', Le spec
" tale de 'cott, fumle g quI

(vo suite page 6)


Hier, Aujourd hui,


et peut etre Demain...

par Carlo A. DESINOR


-1-
Ce sont ls nhom es qui
changent les structures et
qui conditionn-nt les rea-
1 tes. '
Changer les structures
sans changer 1'esprit des
homes, c'est consommer et
p'erdre de 1'6nergie sur pla
ce. C'est come une voitu-
re dGnt 1,e-moteur serait en
march et qui n'avancerait
pas 1'ombre d'un pouce.
Use society na vaut que
par l'utilisation de potentiels


Campagne de Vaccination centre
la Polio


La Dupartemcnt de la San
tc Publique et de la popuia
tion a entrepr..: depuis h-er,
une champagne de vacc.na -
tion centre ia pol omhiuts au
blnlfice des enfants ages
de tro s mois a 6 ans. Cette
champagne a et0 decide
dans 1 a.re metropolitan ne a
fin de diminuer 1' incidence
de cette malacie dans les zo
nes populeuces de Port-au-
Prince, de Carrefour et de
Pet on-Ville.

En effect, su'vant un rap -
port adress6 au DDparte -
ment de la Sante publique,
67 infants ont 6t6 admis au
Centre drs Handicapls pour
pol'omyelite pa'alytique de
novembre 1976 it cctobre
1977; 90 pour cent de ces en
fants sont agec de moins de
5 ans et 63 proviennent de la


zone Port-au-Prince Car
ri- four.
Le vaccine Polio-Sabin est
un don de n'Associat on me
d.cale international.
L'objectif oe cette campa
gne dte vaccination est d'im-
iruniser en d-ux seances (le
6 Novembre et le 4 Decem -
bre 1977) 25.000 enfants ages
de 3 mois a 6 ans

H'er d'manche, nu tries
grad nombre de parents
ont amene i leurs erfants.
dans les 36 centres de vac-
cinat'ons dissemins a Port
au-Prince, it Carrefour, ia Pe
tion-Ville et dans la Plaine
du Cul-de-Sac. Les opera -
tions de vaccination out ~it
conduits par les etuqiants
de la quatrilme annc e de la
Faculty de MVddedcine ct de
pharmacies.


huma.'ns logiques, induisant
d s structures h'uptaines dy
namiques, dans un contex
ie done.
La deveioppement 6cono-
mique n'est pas possible
sans un developp:m.nt com
plet du materiel human,
sans une mentality d. de-
veloppement, sans une coins
ci:nce objective des devoirs,
des sacrif ties et des droits
du developpement.
11 t faut qua dans la men
talite commune, soient gra-
te s toutes les cras-les qui
depuis toujours ont favorite
le sous-developpement, 1'ont
encourage et mainteno en-
tre nous, ait la hauteur de
nos vues et de nos conscien
ces malgr6 tout conforta-
bles. I ' *51
I tfaut tout recrler dans
ce co'n de terre Jusqu'ia la
conscience des homines.


Le Pont de
Turgeau

Depuis la pematne dernil
re, ont commence les tra-
vaux de reconstruction du
Pont de Turgeau, qui re-
liait les deux part-es de
1'Avenue Charles Sumner.
et conduisait a 1'Eglise du
Sacre-Coeur.
Les mattriaux ilcessaires
avaient 6te concentrcs des"
deux co6ts de 1'ouvrage de-
pu's la semaine prec6den-

(Voir suite page 2)


C LUB .SO .. DA - ,
CLUB SODA


TONIC WATER


Schweppes c'est I'ultimeraffinement de grande classes.


GINGER ALE


Le Premier
Ambassadeur
resident du
Canada en Haiti

Conmme nous 'avons an-
nonc6, le gouverraement du
Canada a, pour la premie-
Sre foia. design jun Ambas-
Sadeur qui reside e-n Haiti.

Le ler. Ambassadeur r6si
dent du Canada en Hai(i
est M. Pierre Garceau qun
presentera demain se& Let-
ires de criances 5 Son Ex.

(sulte page 6)


VI


off


BITTER LEMON


--~- ~ ---- 8 8~r~glS! I II III lal------------------------------1 1 I








PAGEI uE NOVELIST, LUDI OCTBRE197


La Poesie Haitienne:

Questions et Perspectives


C'ezt sous ce titro qus l-
prdfesseur Ulysse PlErre
Louis a prdsent6, jeudi ca..
nier, une confdrence- a l'lins
t tut Frangais dHaiti
Sur < de se fairest la jeutn..
pudsie hait enne, il e.L di,
i-clle, convenons-en, de por
tir un jugtm-nt delfn.lf.
De coela, Me Pierre Louis
s en est b en garden. Toute-
fols, il s'cst referee a des
points de repere convention
iV.tls en con-iderant tel ou
tel .potec dans tel ou tel
courant litter re done. Ce
qui rend diff.cile cette <,ca
tegorisations, c'est que, re-
connait le professeur Pier-
r- Lou s, < n'a pas encore public de
manifesto systemat'que qui
nous permetterait de la de
f'n.r a partir des criteres
que le.t chefs d- file auraient
s gn fie.. Powl tant. pour les
beso.ns de see analyses il
a parole de q u a t r e
courants p1 Ittraires- dans
le quels. plus ou moos, on
pourra t ranger tel on tl 1
poet '. Ce sont : courant d t
de lyrisme trad tionncl; b)
courant dp ndo-indig6n
irl,. courant de gymbo-
1 ime 4o1 quote du surreci
c'C
Pour Me Pi'rre .Lous..
C poMos do couran' dc



de Turgeau
(suite de la lere page)

te. Les travaux cotmen-
ceint au fond de la ravine
d'oiu doiv'nt partir les deux
piles de, rivas Est et Ouest.
Des murs de soutenemetnl
seront tne essair s four lit
protection des rives uw auo
nic'n, cent metres en a-
mont et en aival de l'ouvra
g -. Le it, resserre a la ver
tical flu pont, provoque de
confinuels et dangereux af'
foullements avant et apro-,
1I point.
L- public appr cierail in
fnimenti le<- information,
que pourreeent .fournir h cc
ouiet le Ministr0 des Ira-
vaux Piblics ain-i, que ce-
lui d- la Coord nation ou
de l'Information. conform
ment a 1'ouverturg. ,_


Communique
La Secretairerie d'Etat du
Commerce et d l'industrie
et la Regie du Tabac et des
Allumettes portent a la can
naissance du public qu'f
partir du luidi c7 Novem
bre 1977 il sera mis en vetn
te aux Maga,ins de l'Etat
du sucre populaire impor-
tc en -ac de 132 livris.
LC prix de vente aux Ma
gasins de 1'Etat est de 113
Gdes 50 le sac qu contien
32 livres de plus que les
sacs ordinaires.

Port-au-Pee le 3 Novem-
bre 1977.
Albert CHARLOT
Secretaire d'Etat du
Commerce et de 1'Indus-
trie.
Emile ARTHUR
Directeur Gnetiral de la
Regie du Tabac et des
Allumettes



Flatulence?
Maux d'estomac.


*S-URET..TJ F











D^We


Laissez fondre
2 surettes
ATi Madam.
dans une 1/2
verre d'eau
A base ds rice


l,,ri -n: tlr.ll onnel., ne pre
ird, ni 11oel!'ier aucLun rme
-. | qli '.;uilli- ch.ang,.r
i. ,.. m .-' rt errnt plit
,0,1it ,:l I)l mr-i le; lum er-s
-r le, o rni r .irhitu leI
p.'n t -i i o i.i un
Ir ', ,' c rii i e- r chr l' rI III :u
eux-mnemes. Ces poetes la s
scnt parler leur coeur. Par
mi 'ceux-lh, on peut citer
Mme Jeannine T. .Louis,
Jacqueline Beauge, Mar'e
A. Jol'coeur, Mme 1M. L.
Mfdar, Serge Alfrpd. Ge-
rard B. Etibenne, Rene Phi-
loctfte etc.
En par] ant des poetes du
neo- ndig6ni me, Me Pierre
Lou's dit qu'il so ratta-
chent a un indigenisme 6-
largi par 1'enrich'sscment
de leur culture poetique.
Ils sont ouverts qux expd-
r'ences les plus dlv-rses de
la poes e contcmporaine fa
1'etranger. Partir du nation
nal pour s'dlever a 1'hu-
man, tel est l1ur objectif.
Permi ces poetes, peut
cit r Jacques Cenoir (Paul
Laraquel, Georges Castcra
f 1 Franck Etienno. etc.
Pour ceux des poftes que
1M P erre Lou s classes dans
le courant de symbolism
iFs que Anthony Phelp-.
Moris aeu Leroy. Robert
Bauduy etc. i] dit que see
poetes senferment dans des
symbols. s" refug:ent dane
leu r foi inter:eur.
En parlant du courant
d Quee du surrcel, Me
Pierre Lou s Lout en mon-
trant, que du point de vue
h'storiqu'. cc movementt
rst depasse. rppelle nos
poets surrei lstes tels
que Davert:ge, St Aude Jn
Br erre etc.
M-t- Pierr, Louis a montre
ni term de .9a conforinee,
qu' 1 ne fa-ut, en atucune fa
con negl'gor la literature
creole qui a ide grands te-
nors a son actif tcls Mor s
s al Leroy, Rossoul Lubu-
chI.i Pi rre Bambou etc.
Mai, Il a aussi volontai
recent n. A,-, i de parler
dte certain joeunes poetes
parce que, d t-1l. la plupart
d csux-c. ic prods' nt
pa< des oeuvies valuables.
Au fond. Me. Pierre-Lou s
a ag:te beaucoup de ques-
tions qui meritaient d- 1'6-
tre. Toutefo s. sur notre jeu
ne poesse cortemporane.
toute po-itions definitive
est mal venue. mais, par
Iunp analyse des oeuvres,
come l'a fa't Me Ulysse
P'erre-Lou s, on peut se
rendre compete des tundan-
ces et dcs possibilities de
ia jeune poesie hait'enne.
L'aven'r d' notre 'poesie
1 i'X oll' Ia font en
Haiti ou'ia 1'tranger


Avis IWoortant
Oplatif a
"Habitation
Dupin MARCELIN
La soussigne?, Madame
H6iene S-lvera, a la auite
a un arpentage realise ille
galement au profit de la
lane Jesula Casim r ayant
pour so -di ant mandataire
Mederick Barbot du 1/5 des
terres acquises depuis envi
ron six ans par la souss'-
gnee, :oit 23 carre-aux 41/
100 aux termes de divers
actes authcntiques, met en
gardi le public en general,
le commerce, les hommes
d'affaires, les d v( roses Ban
ques d' Port-au-Prince. ies
Nlota'res et les Arpenteurs
tant de Duvalier Ville et
de lArcahaie que de Port-
au-Prince centre toutes of-
fres de vente d'echange, de

d '," '"_, r T r '-''II I -
Ilrqu, ,i,,n..ii r ino r. -
rrt-rta l ril o ,rt,-,n qu,

c li. rI r.1 irr l li pOttl
to nlO- t 5 ':! ',-.t,-e (t ]
di.nt, .J-I- jl i r.,,; ri'iir. ,.,.
vant i I 'ei.r,,iner depui
plul' de- dous rirne'; n't
jaman.,a e'-l delo; edeo a'u
no quPIconqu- parceIle d,
terre depe-rind-ri' Ot 1' iabit-
tion Dilp'n M-I rer-lin s
en la h,t ilrnt SeClt on RP
ral- dI- Mni- r.-.-- Tr,,u-F,,
ban, Commnun.- d, 1'Arc.
hai et qu'en r.urre.-, la di.
t. dame J--uli Ca.'net
doint Mai.,ncm M1dr ck Ba
e bot so dit Il mandats'r,
na i i kacnis erbhli, nour 1i
r orec-'-ntt on dt, es diver- at
ts; dei ci's.-unce proit'tari
cc "l at on mr ronne r
I'ai'-ltr commilri (5-nrc"tt
T'-o n sa vo.taon hrredl-
trirp rt e,- drolt- sur 1.
1 5 ricl.-mti
Pnrt-,-Prince le 11 Sea
tfnibre 197


Les conquetes du communismes dans le monde depuis 1917


PARIS, ,AFPi
1917 : de la d6fa'te mill-
taire de Ia Rustic T'sar'ste-
par l'Allcinagnri IperIal..
na L le iprer-ml.- iotvine -
mt:nt commtun ile d I 'h's -
to re C lul ( utin niOvtl i
etat Iuiilon rlr-; le-publlqu *c
*o,?'caltllts So" -t fi .,

1577 : L.-: *i.O idc cinl)ie
pres d'une trentaine d Etats
qui sa reclament offic ment du Marxisme-Lenini-
me, don't le plus peupli du
monde, la Chine populalre.
Ainsi, en 60 ans, 1'expan-
s'on du communism, sou -
vent acqu'se rar la force
des armees, a-t-elle 6td im
press:onna.nte, m6me si le
diff6rend entire Moscou et
P6kin est venu en rdduire la
port6e.

LE ET L'ISOLEME'NT.

Pour une logue pdr'ode
cependant, entire les dcux
guerre', le commun sme a
marque le ps. La Russie,
qui a s'gni in vaincue la
paix d- Brci-t-Litovsk en
1918 avec l'A-lemagne, iso
lee cnsu te par le ,vin'ta'ree> occidental, don't
Churchill s ra l'int'ateur,
doit se debattre il rst vra'
dans les diff'cult6s economic
qu-s et les querell s intbr-
ne'. Stniine 1'emI5orte sur
Trot-ky et impose la primau
te d- l'd fiction du soc'a-
1lsmp en un soul pays sur
la revolution permanent a.


I nler:eur el le souul-hii aui
mouvEments revoiutionnai -
res a 1 e-tranger.
Tinur. 'ecart comm-'
une sorte de perlierec acins
la colimunaute internaL o -
hnal-e :llc ne rminpra son i.-a
Itmeint queen 1934 en tn -
tr- it a la 'oCei-It des Na -
,I-ri, El., ci I1939, l iorqi
cl:ia- la .cond e gi., rr mnii
diale, 1'URSS est toujours

le seul 6tat communlste au
monde. ,

Toutcfo's, Mao Tse Toung
a fonde on 1931 une r6publi
que communist dans le
K'angsi, et la France a Ex-
pdr'msnte en i936 une for -
mule de front populaire.
Mais la vellie de la guerre
est marque par le premier
grand 6chec international
de Moscou, qui volt s'effon-
rder sous les coups de I'Alle
magne H'tldrienne et du fas
cisme italien le gouverne -
ment r6publicain Espagnol.
L'APRES GUERRE ET
I.'APOGEE DE MOSCOU

La guerre term'nde. I'URSS
,p retrouve reintegrde de ma
niere eclattante dans la
eommunaute mond'ale au
rang dns plus pu'ssants dans
le camn des vrinquullrs. Cet
t- rentrd6 sur la sc6ne mon
dale. con-qcr6e- oar lev ac -
cords de Yalta, ofi elle sP
nqrt-gPe 1Pn monio ai- s ,e s
Ftt;s Unis e+ la Grande
Brefnenp. s- trarlu't rnn'de-
wmnt oar ds gea'ns tprr"to -


REYNOLDS


HAITIAN


MINES


14
0
4


pionnier de l'industrie

miniere en haiti

plus de 50 ans au service

de l'economie haitienne




S
La Kirkconnell


Marine Shipping Co
















La Kirkonnell Marine Shipping Co

vous garantit ses services

reguliers. Bimensuels entire

les ports de Nouvelle Orleans :

Mobile, Lake Charles, Houston,

Tampa et Port-au-Prince.

Si vous voulez expedier vos

marchandises vers d'autres norts

que ceux mentionn6s,

contactez nous :

Mason Andre T. Thizan

en face de POffice du Tourisme,

Cit6 de l'Exposition

P.O. Box 1172 --


Phones : 21332,


2-1532


riaux enorm-s pour le camp
soc al ste
La Pologne, la Tcheco.lo
vaquie, la Roumanle, Ia Bul
gait, la Hongrie, la You -
goslavie -At I'A'banie tom -
bent dans I'orb.te commu -
nilie, nrn sans que 1 armee
So. etiqi,? alt drnne qa et la
le coup de pouice nee. --a.re
a l'op&ration. En 1949, les
forces de Mao Tse. Toung
remportent la victoire sur
celles Tchang Kai Tchek et
c'est la Ch'ne A son tour qui
devient commun'ste.
D'x ans plut tard, ljl6-
colonisation fohtnit cca-
sion d'une setonde ague
d expansion du Marxisme,
cette to's dans le tiers mon
de : des rdgimos de Ddmocra
te populaire vont s'inslfau-
rEr en Afrique et en Asie, le
plus souvent dans les an -
ciennecs colonies frangaises,


CARTER ET TONG r
SUN PARK b
WASHINGTON -- (AFP)
Un accord pourrait int'r
ven-r entre lqs Etats-Unis
et la Coree du Sud pour pr
mettre a 1'homme d'affair
res corefn Tong Sun Park
de temo'gner dans 1' affair d
de corruption parlementai-
res amtr'cains don't il e t
aseus- d'etre i'un des prin
c'paux protagonistes.
Le pres:drnc.i Jmmy Car-
tSr a en effect annonc6 sa-
medi, dans un rapport au
C o n g r 6 s, q u' i 1T
6tait p r 6 t a lever
linculpat'on contre Tong
Sun Park. en change de
1'aide qu'il pourra't appor
ter t l'enqute mene- par
le Dptartcment de la Jus-
tee.

ot tu1i rDetspi 6tre v6rif'&
est indispensable a uine en
.oiipt- comnlete rt 5a la rius
-it drs noll'-l;itps contrep
tout- acting illonalp des
pcrsnnnnl'tts offe'el le a-
mrr'cq:noess, a d't M. Car-
ter.
I.e rapport de M. Carter
rsvcle que dos propositions
concernant cct exchange
d'immun td centre termoiga-
ge soumies recmmment- au
Gouvcrnement Sud-Corden
par un haut-fonectionnaire
du Department de la Ju:-
t ce.
Elles consistent a prcon
ser quo M. Tong Sun Park
soit interrogt dans un pays
t ers edans des conditions
qui garantira ent la ver fica
tion de la veracite de .on
tomoignage.s .

fourn'ssa ent suffisamment
de pruves de delits com-
mis par des personnalit6"
officielles americains, la
comparution de M. Park
aux Etats-Un s sera't requi
se ulterieurement pour qu'il
timoigne dans les proce3
qui s'ensuivraient,, precise
le rapport president'el.

CLes Etats- Un's ont propo
s6 que, si M. Park ,uit fa la
lettre cette procedure. le
Department de la Justice
levera 1 nculpation contre
lui, I1 ressont igalement du
rapport de M. Carter au
Congres que c tte dern'sre
proportion est au mo'ns la
deuxtime faite par les E
tats-Unis au Gouvernement
Sud Corden.

Au debut du mois de juil
let, une affre d'immun'te
jai1t t6re fait n f-I Park a
cc-nd tioll q0'11 revie-nnt aux
Ei-Ii-Uri P er tnmoltene ,tl
ril dc pals d v'Iln s.r-
:. de- parlemrntaire: a-
nirl(a n

A C,:- Inom-nl-ta. 1'iiicul
iilo.lon conitl,.- I'liommnr. d a
as,"c;- coreen t'ravn t p95s i
core etil plononlCTee et C1luil-
ci C trou'uat a Londres
Mats. en aep t d-es I(fort.:.
de so-n Oeo1n m tn:I-it p0i'
le p ru.-i I d'acce-pier et
t.e on fro M. Park s .-i.l r
frut e a s,:. rendre aaux Elat --
Li n i
Le neg, ,clat'oni active
t citlicat,-. sont a ctuAll.-
nm nt sii cOrlr- entlr: Wa-
shni on eo l Se- oult it 'i:s
proposit on s:nt nl a I'etude
1anss un -,.iol pojr arrlver
a un accord nmutuellement
atljfaisant :. dl t ncor? lec
President Carter 11 1oult-
ene que. -par consequent.
il est miappropr e et premin
iture de se prononc.-r avec
prclision sur ces ntgocin-
tlons.D et que son rapport


cc
el


u
t

c-
cl,
cli




Lj
D

ei
rr
rr]
tE
ii
n
ai
rr
td


t
,3


tnEnt vers les Etats-Un:s. be
pendant, en Afrique No re,
Sla decolon,sation porlugal-
sE a permit h Moscou d'eten
dre sorn influence en Angola
(t au Mozambique, non sans
que Pe$in ait nte de l'en
rayer.
La rivalite ntre I'URSS
et la Chirie a a-_In- aucun
doute afla bli Impact de
l'dologie communist, sa
credibility a 6td entamde
par- les ecrits de Soljenitts-


ne et d'autres dissidents st.r
I'univ:rs concentract.onna.-
re du Ooulag, eL 1 eurocom
munl-me des Paris itallen,
franea et espagnoi a re 3
dult le priest ge du Kr.m P
I n II n en re-te pas mo ns i)
qu'en 60 ans la doctrine de -
Marx et d'eng ei a conqul i
droit de elte aill-urs que
dans lees hvrei : elle est de .
sorma s experience vecue (i
pour pros de la mo't'd de la
population du globe.


comme la Gu'nme, le Congo
et le Vit.tnam. Fn Amerique
I atne cependant, restee
Eous La houlettl. des Etats-
Un s, un ciil regime Marxis
ct-Len nistc a survecu, ce -
lui de Cuba. lzndis que s'est
effondre- la -IsIle expriene
*e de front p pulaire, c.:-lle
dcu Chlill d'tll.-ride. Malgre
cut echic :ur le cotinmnt
amfr'cain, 1'influehce de
Moscou est a son apog6e.

LE SCHISME ET LA
DISSIDENCE.'

Ma's, comme les grands
empires que lEur croissance
mnme conduit h. l'6cartef' -'
ment, le monde communic-
te se fissure au moment oif
il paralt au faite de son
rayonnement, au d6but des
anndes 60, quand PRk'n com
mence a contester 1'autori-
t6 de Moscou.

C'est le schisme, qui pour
tant n'a que des repercus-
s;ons l'mitees sur le ter -
rain : seule ou presque, 1'Al
bane suit la Ch'ne, tand's
que la Roumanie s'efforce
de pratiquer ung politique
d'6qu'libre entire les deux ca
i'tales du Marx'rme-Lenin's
me. a 1'instar de la Yougos
lave do Tito qui a rompu a
vec I'URSS d1s 1949 au nom
di'un soci'alesm- national et
auto-gestionna're.
Ma's ailleurs en Europe
de 1 Est, le Kremlin a du re
pondre par la rdpres;ion is
une succession de revoltes :
en 1953 s Berlin-Est, en
1956 en Hongrie, en 1968 en
Tchecoslovaquie, en 1970 et
en 1976 en Pologne. Dans les
pays Arabes, ofi 1'ath6isme
MarxistO effraie les Musul. -
mnans conservateurs, le par-
1 communist le plus pu's-
.ant. celui du Soudan. a det
6l'm.ne par Nime'ry en
1q76, rt 1'Egypte post-nasse
"inne s'est tourne d6lib6re


Ev


PHOTO

NATIONAL SHOPPING CENTER
Delmas
REPORTAGES MARRIAGES. ANNIVERSAIR'ES
BAPTEMES. MODE -
PHOTOGRAPHIE- INDUSTRIELLE
BLACK AND WHITE COLOR
Lionel Pierre-Louis:
ARTISTE PHOTOGRAPH DIPLOME DE
N Y INSTITUTOFPHOTOGRAPH -
ETDE GERMANSCHOOLOFPHOTOG APHY
STEL 2-3284


Novel Horaire


ha partir du


.30 Octobre 1977

VOL QUOTIDIEN
POUR

MIAMI

Depart : 9.55 a.m.
CORRESPONDANCES IMMEDIATE POUR LES 4 COINS DU MONDE

CONSULTED VOTRE AGENT DE VOYAGE OU APPELEZ-NOUS

Experience makes the difference


POUR ALLER





CHOISISSEZ


AEROCONDOR


LA LIGNE QUI UNIT


LES DEUX AMERIQUES.

Grace a nous, ce nest plus un problem d'aller
i Miami.

Chaque jeudi et chaque dimanche nous vous
vous emmenons vers la ville d'affaires amnricaine.
Retour les memes jours. -
Consultez votre agent de voyages ou appelez
AEROCONDOR au 2.3615 ou au 2.0101.

















AEROCONDOR
La Ligne Aerienne do la Colombie


A^-- *i-- W lM ^^


I -------------~1L~ ~_*


---- -


-Me


LUNDI7 OCOBRE1977


PAGE a


eLE NOUVELLISTEs


It
t. i
.*p .,.








Ii
b
















0
a'
hl














-J
,t









Ei




L C R ... ....S.


LUNDI 7 OCTOBRE 1971,.~


NOUVELLES DU NORD


POUR DINER ET DANSER


Notre confrere iLe Septen
trionv porte accent sur ce
qu'll ddnommk le scandale
de 1'Acul du Nords, s'interro
ge sur l'avenir des terres de
Baydux, s'lnqulite de la pos
sible fermeture de 1'Ecole
Normal du Cap et se de-
mande sQuid du Pont Hyp-
polite".

Des probl6mes en effet qui
interessent des populations
du D6partement du Nord et
qu.i doivent retenir la sarieu
se attention des autorites
responsables.

Voici les entrefilets du
du < :
DANS LE COLLIMATEUR :
EXCESS DE ZELE...
APOSTOLIQUE ?

Devant des actes et des de
marches de certa'ns de nos
contemporains, quelles que
soient leur position, leur car
ritre, leur education ou me
me leur vocation, on se de
made, perplexe et ango:s-
se, jusqu'ou peuvent, ailer la
soif sacree de 1'argent, cet
excrement de Satan, et l'am
bition dlmesuree de domina
tion. Le saandale de l'Acul
du Nord puisqu'il faut le
qualifier par son nom -
enlest une affiTgeante preu
ve de plus. Voici d'a'lleurs
les faits succtntement :
Le C.onssi Communautaire
de 1 AcUr a construct un ho
pital dans le'Bourg, sous ia
superviwon technique et de
snter~ssee du Depute de la
Commune, 1 Ingenieur Me-
tellus M. Chailes qui, au sur
pllus, avait fait don, de la
nu proprete. L'etablisse -
ment, pratiquement achieve,
a ete rem s' a., des rel gitu
ses entrainees et devouees
pour un fonctionnement nor
mal et' profitable a la col
l1ctivite aculo!re. Vers la-
fin du mois dern er, le Cu-
re cathol que rorrain'de 1'en
droit, le pretre Antoine Ru
bes. on ne sail trop a quel
litre, vnt exger de l'argent
de la soeur principal qui
refu a d lui en remettre,
les fonds .core minces
etant regulier""oent affect -
aes a des f ns human tair.s
nttement defini s, done
non sujet a des tran ac --
tions non aumoriFes. ,nde
ra,, du Cure decu et rendu
fur!eux du refls essue. Paro
les insultant'.a proferees,
mFnacs. c hantag p hnnte.
touted cotte coupe d'amertu -
-me decouraga la Relig'eu-
cp en chef ou', dans un mo-
ment dp colire ,t pour avoir
aursi sa paix. 13 Daix recom
mandee par 1, Se gneur s,
drh9arra r d&c e'efs de 1'H5
n:tal rntrp le c maons lir
tron irascible pasteur d"s
ames...
Le Conse'l Communautai
re. soucieux de ses rrsponsa
bliVes. man feta son me -
contentement...
C'est alors que le Pere.


passant oes insultes gioasie
ress a l action arID rare, tL
dan une ultime tentative
d intimidation alla r6cia -
mer du Sous Officler en
charge des FAD'H l'arrtsta-
t.on de Monsieur Frangois
Jules, un laic qui avait ap-
pris au Canada l'art d'alder
ses semblables et qu'll soup
.gonnait d'avoir pouss6 les
Membres du Conseil i la rd
distance. Bien enterdu, le
militaire qui en avait vu
ben d'autres et qui savait
peut-6tre' pas mal de cho-
ses, ne tint. aucun compete
de la requ6te fantaisiste. II
ert curieux t'out de ml-
nre que le dit Cu -
re avait pourtant
etudie a l'6tranger le dl -
veloppement economique
par 1'action cbmmunautai -
re...

Comme un seul home,
toute la population se mnt
debut pour deftndre le
bien common centre tout
galvaudagt. Devant la mani
festation de reprobation una
nime meme quelques vicil
les bigotes en faisaient par
tie le cure se mit prtci-
pitammtnt prudemment a
covert; il y est encore puis-
que nul, mu me pas ses su-
per eurs hieu archiques, ne
connait l'endroit de sa re -
traite... strategique et quo
Ics ler. et 2 Novembre, au-
cun service religieux n'a pu
Itre celibre, l'Eglise etant
fermee depuis l'etrange d's
.parition don't tout le mond
se gausse. Le di:pensaire ne
fonctionne pas, depuis mal-
gri la presence de nom -
breux patients. De la tristes
se au grotesque, il n'y a rou
vent qu'un tout petit pas...

,Malheur a celui qui cau
se le scandale, dit quclque
part,la Bible, qui retomman







CUISANTE DECEPTION :
L ECOLE NORMAL
DU CAP FERMFRAIT-
ELLE SES PORTES ?
Au moment od'aba nos Corn -
munautes de partout oneurn
beso~n urgent de nouv.auna
Insnstuteurs et de se nouve -

pour rajeunir les cadres exI
tants momt deadents a forou nos ce
d'avo:r p:'ne dans la car -
r ere, nous apprenons, avec
la douloureu e surpr se que
1'on devine bien, qu- l'Eco
le Normal du Cap-Haitien.
dirigee par les devouees
Sorurs Canadienhes de 1'Im
maculee Concept on, ferme-
ra ses port's un jour pro -
cha'n. L'indice avant-cou -
leur de cette catastrophi -
que decision, a laguellie


elles seralent ete acculdes
pour des ratcons jusqu'icl
non divilgudes, est que les
Etudiantes de la Quatrit -
me Annde ont Wtd licencides
Certalnes d'entre elles, .qui
ont eu la chance d'avoir des
parents pouvant en suppor-
ter les lourdes depenses, ase
sont 6parpillees a 1'Ecole
Elie Dubois h Port-au-Prin-
ce et A Martissant, route de
Carrefour. Cette transplan-
tation. en pleine fin d'6tu -
des et de preparation, a-t-
elle wn caracterd pldagogi-
que ?...
Les autres perdraient-elles
le bh6nfice des trois annles
precedantes sans pouvoir
boucler le cycle des itudes
et obtenir leur diplome ?
Ici le drame est vraiment
poignant et se double d'un
amer regret, bien c o m.-
prehensible d'ailleurs, chez
des postulantes et des fa -
milles, incapable de faire
le sacrifice d'une annee corn
plementaire -- la dernire !
- pour envoyer et soutenir
leur proglniture a la capital
le... ij
Cette nouvelle est tombee
sur les populations du Nord
comme une masse de plomb
et il e-t au surplus, affli -

geant de constater aprIs -
coup que rien n'a tte tEntl
par qui que ca soit pour 'pr6-
venir un malheur, un vrai
malheur qui privera nos eco
les publiques et proves d'en
seignantes competentes et
devounes. Qu'en pense le De
partement de l'Education
National 1


A PROPOS DES TERRES
DE BAYEUX
QUE VA-T-ON FAIRE ?

On se rappelle qu'il n'y
a pas longtemps, nous a-
vions relate dans nos colon-
nes l'affligeante histo.re -
un long et incroyable marty
rologe de cette vaste ha
b station Baycux, jadis floris
sante et qui fut successive -
ment 1:vrle au pillage in-
considere ou a 1'exploita -
t'on abusive de quelques par
t'culiers cup:des. La dernie
re experience en date, qui est
encore dan- toutes les m6-
mo:res, devrait au moins sr
vir a 6clairer les Pouvo rs
Public et les porter a plus
de prudence dans la future
dast nation de ce- terres. Ce
one tout, le mond souhaite
rn rincipe. c 'est que Ba -
youx devienne prof table
aux Communautes de Port-
Margot et du Borgne d'a -
bord Pt t l'economoe du D6-
-ortPomnt du Nord en g6 -
n0ral. Do toute facon ii fau
drnst ev tor unp nmo-nvll va
F u P' de a ratiboisage o,
&hont& do co oui retp P nco-
ro do lendroet onr mnmo Iso
1,A~- 0 ; f6a d con s ,nnlir
en faire du carbon Le pro


bleme actuel reslde done
dans le saut-tage de ce pa
trimoine dimmue el la re-
constitution progressive et
intelligence de sa fertility.
En consdquenced il ne peut
plus etre question de remet
tre ce joyau potential a un
concessionaire tout puls-
sans et pressed de s'enrichlr,
exploitant jusqu'au trognon
les pauvres paysans, les ou
vriers agricoies ou les co -
ions partiaires (de-moities)
et gardant scandaleusement
par devers lui tous les b6nd-
fices licites ou illicites, sans
penser un seul instant a pre
server 1'avenir de ces terres
qui peuvent, qu: dolvent Wtre
recuperees et prot6g6es du
brigandage periodique don't
elles ont fait plusieurs fois
1'objet. '

11 est grand temps d'etre
slrieux dans le maniement
des biens de l'Etat et toutes
lea demarches du Pouvoir
doivent ndre au bien-Itre
et a i'avancement des collecI
tivitls rurales demunies et
apprauvies. Les terres de Ba
yeux ont ltd rfcemment ar
pentees par les soins de
l'Administration GCnerale
des Contributions; c'est le
moment, ou jamais, d'envi-
sager dans la region et
nous le suggedans instam -
ment 1'eLablissement si
souhaitable -oit d'une Ecole
Moyenne d'Agriculture, soit
de Fermes-Ecoles modules,
ou peut etre d'une former
d'exploitation agrico-indus -
trielle de groups d'investis
seur: serieux avec la part;-
c:pation ou la supervision de
1'Etat. Cette dernlere sue -
gestion n' nfirme nullement
les deux prem eres, car tout
cela est possible i la fois
sur la vast habitation Ba
yeux.


Ru, RUE PINCHINAT, PETION-VILLE, HAITI Tel: 7-1848
Mentlonn6 par TIME et par VOGU ecomMie un deo
mnei1urs rutiurants dd OCaralbos


i


Nos planificateurs conui -.
cienceux y peins-ronlt-31s ?
En tout ca 1'op.nion pubhl
que departementale repous
,e a prior tome tendancd e
replter les demoralisantes \
experiences passes-s. Elles 5
ont dejt trop dequ par d'rs l
gestions ego'stes et inep -
tes...

x xV x

QUID DU PONT
HYPPOLITE ?


Depuis maintenant plus
de deux longs mo s que ia
catastrophe previ ible et pre
vue du Pont Yyppolite a eu
lieu, rien de concrete n a
bouge dans le iens d un even
tu- element replacement
de cet ouvrage d'art indis
pensable a la poursulte
d'une vie normal au Cap-
Ha tien et dans le reste du
Departement. Ce mutismia
ob tinl. apres de belles pro
messes fates au lendema n
du retentissant effondre -
ment, probablement sous le
coup d'une emot on melee d-
remords, inquiete au poss
ble no- populations. d'au -
tant plus que l'approche de
la saison plusieuse dans le
Nord fait redoutor avec rai-
son que lCs communications
avec les communes de I'nte
rieur :eront extrlm'ment
difficult uses et impossible,
meme a certain moments
d'intens'tl diluvienne. com
me on en connait dans no.-
tre region.
Ou est le passage proviso
re promise, en attendant un
Pont definitif ? Serait-il r"n
voye aux calendes grecques?
L'importance, ou le caracLe
re crucial de la situation
cree ttL des embarra a ve
nir ontlils ehapp6 a l'Ad
m nistration Contrale ? Ou
cellfhici as b-uche-t-elle do
lib6r6ment les yeux,, les
oreilles et surtout sa facul
td de comprlhens on ou
d'apprlhension du problem -
me ?

Quoi qu'il en soit, la me-
nece est la qgui pnd au nez
des Capo's et des habitants
d&s Bourgs avoisinants, sur-
tout ceux de M lot qui voient
deja la prochaine season tou
ristique d'hiver irremediable
mint compromise quand le
detour par le vieux Pont du
Haut du-Cap et la REviere
Henny deviendra impassa -
ble. Tous, ils sEP demanaident
avec angoisse ce quil faut
fair pour secouer enfin la
more indifference du Servi
ce ou des Services respon:a-
bles.

de partout a t'ravers la Rlpu
blique tombent-ils les uns a
pros les autrea ?> s'interro-
gealt derniurement rotre r6a
listed et courageux confrere
PANORAMA.
"aut-I apuiptfir : Pulr -
gquoi nE t'enrurpe-lt-on pn-
de les rempl.rer, pu .qroirn
les laisse tomber ? .....


Repute dans

le monde entier




Le lien de sejour prefer

des artiste? et des intellec-

taels de reputrition internal

tionale.,-


S Hotel Villa Creole
LA FRAICHEUR AU BOLEIL,
Pr6senta un SHOW au course de son
hI ujet Creele chamue jeudl selr












d'Haltl Barbecue dansant
bIaone Jeudi soir et son
cocktail lounge


LE FLAMBOYANT

ouvert cLaque solr do 7 a -


p.mt & 3 broE & m.
IIL


- - - - -


S'BUOTEFAE








BIJOUX- MON.RES- PARFUMS
Pour lea gbns qul pre&trert toujours le meilleqr







HOTEL


HISPAGNOLA



JOLIS APPARTEMENTS A, LOUER


(a partir de $ 200.00)


DE BANQUET MAGNIFIQUE SALLE

pour les receptions de marfage,

Sde baptme et pour les bals.


Capacity de pros de 50o personnel.








Une SeirEe Parfalte comescie

pai r a nier de s urmet A



L',OTEL CHOUCOUiE




poer st terminer ;sns le cedre

ifcempsraMbe de

CABANE -CHOUCOUNS


---~"~"~C""""~~------~----------------I- ---"


Les

calculatrices electroniques

Texas Instruments,

mettent la vitesse,

la precision, la memoire

et... les resultats


au bout de vos doigts.:





















En vente .
et service a 6'


L Electronics

LA BELLE CREOLE rue bonne foik


Climatiseurs



Westinghouse


STUDIES.

INSTALLATIONS

uMvJl


COMMERCIAL'


1 Per BOUCARD -& CO
Fort Per Phone : 8-rd0
- - - - -^ * i *


M TSsssstit 5 .


F-


abE NOUVEMISTEs


Le Malasin


LITTLE EUROPE


EOT LE SEUL. DISTRIBUTEUR ET VFNDEUR

DES PRODUCTS DE LA CELEBRB

MARQUE MONDIALE


NATIONAL



RADIoS, CASSETTE, PLAYERS, BLENDERS.
COFFEE, MAKERS, ELECTRIC SHAVERS,

Appareils lectro- Menagers


_______________________ ..O.W_ .___ w_


~- ---------- --------------- --------~


. .. .. . .. .. . .. ........


-- ~ --


PAGE 7~


1





PAGE 4 LE NOUVELLTSTEs LUNDI 7 OCTOBRE 1977


Poids et-
(suite de la lere page)
moment onu ';otri reservoir
nlhnient6 par un robnet de
nla Camp eat- 'aussi vide
qu'une prison du Vat'can ?
Les paysans, cux, sont on
core plus mato s. Dalis leur
commerce Le-pi. tache gril-
le, par exoemple, loin de
fire passer ic prix do 5
a 10 cobes, ils gonflont de
paper le pC Ut verre jus-
qu'aux diux tiers do sa ca-
pac'td Que dire de la bou.
teille noire qui sert do me
sure t '1'huilel macrist, io
cette hu'l nauscabotde
qui fait encore leto bonheir"
des tegnasnes do nos paysan
nes au grand d6-espoir de
1 l'urs princes clharmlnts ?
C'tte obouteille contiont ti-
no bonit dose do ecotota ts
ne o ronten" lIa minotie de
l'huile quo Ile paysann ex
namrent, av"c unt banurtto
anrds avo r vid i'huile
da9n volre 0o1.


Measures
embompoint qud son "cousin
de 5' cobes d'i y a ,v.ngt
ails ? Et au rythme de 'in
elation galopante, qui' ne
prlvoit qu'il sera dans vingt
ans de la grosseur d'une
pet te hostile consacree en
attendant qu'il faille le de
couvrir au microscope ?
Dans ces valuations de
pods et mesures il y a .tout
d, nine un people heureux
sur la terre et qut ptut se
dispenser de cddtarers' sa
balance pour econom'ser du
fried: les i:ma.lites. Si la
coutum e de ce- bon people
voult en effti que leur Aga
receive chaque nnee l'iqui
valenit de sob poids en or-
'Is n'ont plus a exiger que
1, nonuvlA ARa Kar'm se
Opir.' avant la pesee etant
6eondtu qu'Aga -Khan IV,
maireo come um i tassot -
uDsN 75 kilos de mo ns que
son aioul.
Et u prix do 1'once d'or,
onoill minrve'lleu: o aubal-


Ti so i'rov non( e IIn lios n io pour leur budget an-
potic rit mne iv's' d"ent"- inul !
renit 'or'c l'fIn fs;o1o. A n- Trneost RF'NNET
q 1. le )ntn (1d 25 rcotP' rd" Proeth'a artcl0 :. 1977. ronna't-'l 1 o mim'' dI fe'mm '


SLAT SAE N ,fTr .. SUGAR
'?'-IY. S. A.
SIUCRE 311I RAFFINE rPOPULAIRE )

Planteprs et &.3jsm tA CO b |
SOCIETEl ANONYME IiAITIENNE

Port -au-Priine. Ha.il. ,


PANORAMA


'Les tribulations d'une couronne


* I est, en effet, de par le'
monde, peu de relique. iiin.o
rlques charges d'unr- signi
location symbolique plus'
grande. Peu aus-q qui, du -
rant un milllnaire, ont con
nu plus d'aventures et de tri
bulatlons
Offerte au rol Etienne 1,
le jour de la Noel de 1'an
mille, pour son couronne -
mtnt, par un papa d'orig'ne


Southerland Tours


- UNE EQUIPE-EXPERINMENTE.,
SOUCIEUSE IUNIQUEMENT DE VOTRE PROPRE
INTEREST, QUI VOUS DONNE SATISFACTION
DEPUIS- 25 ANS.



UNE ORGANISATION MINUTIEUSE ET SURE DE
TOUS VOS DEPLACEMENTS.


- LA CERTITUDE DE VOYAGER AU' MEILLEUR
PRIX DANS LES MEILLEURES CONDITIONS.


SOUTHERLAND TOURS

Tl61phone : 2-1G-00


Par Albert DUPUY
VIENNE, (AFP)
La restitution par les E-,
tats-Unis, au gouvernEment
de Budapest., e ia Couron-
ne de Saint-Etienne qu'lls
garden en d6pot depu's la
guirre, suscltera autnnt de
snatisfactlon en Hongrle que
de rahcoeut au sein de l'mti
gratlon oi eertains crient de
jhi la protanitloti.


I LIs'tI-rgnate S',lhe:ltre II -
t.t.e courunne .t, poui la
Hongre, in, taI ir: nmariqiuee
sans laquelle il nest pas de
:CuItiltlilie du pouvoir : ce -
lui qui la tient, cst roi.
Que le roi Etienne 1'alt
reque directement du souve
rain Pontife, sans l'interm6
d'aire de 1'empereur remain
germanique, ajoute encore
*au symbol : elle a coin a -
cr1 la foundation du* royau-
me indfpendant de Hon -
grie.
Cefte saint onne n'a
pourtant rien lA n chef -
: u, i d'orfeWerie : des
S,:.L i L d'or croise s, incrus
tees d'emaux representant
le Christ et les Apotres,
sont surmontecs d une croix
que les aleas des transports
prcp tes, des enseveliss' -
ments et des exhunmattons
febriles ont fausee :t I.n -
clinee vers la droite.
' Source et inssgne Ou pou-
vo r ct de la leg t'mite, ce
m'raculcux couvr -chef line
pouvait pas no. pas ere all
coeur de turbulence de
Sh!bitoire magvare. Les pro
t' ndantss au tron- se le sont
dispute. ,au course d epouvan
tables poursuites. Des rei -
tn-- l'ont couve pour en as
surer 1- a possos'on a .leur.
fls I: etat cache a la hate
dans d's prove nocs lo!ntai -
nes dos qu'un ennemi. tsirta
re, poionnis, a)u francaois ap


~2La~1twr~ ~4 A


VOTRE HOROSCOPE
S Par Frances Drake


MARDI 8 NOVEMBRE 1977


rn-s d'ocupation.
Oaidee uni tips a la ba.n'
que miltili e '.n'-ricBiet de 0 .
Fianefort, la couronne es.t
eni.:ilte. transport:- ,aux E
tats-Uais ou elle restera
plis ditn quart de s'ecle.
Mons'eur Janos Kadar, pre
mier Secretaire Ho1-lnroi:-. ni
gligera, a coun sir, le prlc6
dent de Joseph II, Roi 1t l6-
ral et acquis aux res, qui, pour avo'r refused
le sacrL, se condamna rt n'
tr", Dour ses nujets, qu'un
demi-monarque poca-u. II ne ccindra pas la
couronne et il sait que ,cette
dernilre, si grandes que
soient ses vertus, ne provo-
quera pas 1'adh6sion enthou
s'nste au communism d'une
population qu1e lStalins-
me a profondoment trauma-
tisde.
II nest pa,, douteux ce -
pendant qur la restitution
sera port' au credit du re
g'me, dans la me-ure ou les
Etats-Unis y ont consent,
eu dgard a la politique pon
dlree et relativement libd-
rale suivie par le part .et
le gouvcrnement Hongro's.

Ma's c'est sirtout le pres
tige des Etat-Unis qui sera
-,rvi par le retour de cette
incstimab'e replique. Les a
m6rica'ns s'attacheront la
reconnaissance d'un pruple
trop conscient de son identi


21 MARS AU 20 AVRIL
tIBELIEB)
C'eoot I moment d affr-
Mier los upinionis et de tuus
a- ,ai : r du iAceie C, VOS
Efforts. Beaucoup parml ces
derniers sont 4.Ii peace5 et
un ga!n est presque- certain.
21 AVRIL AU Zi IIAs
(TAUREAU)
Splendie ojrurn -: pour
lee. u:t.r,: p r- ord -ia 'es et
les originales. Pi:,gre.-s on
indiquoe am.- dei r'alisa-
tioqis quit p eitin'ent.

(22 MAI A'U J JIN)
S..- (GEMEAUX) .
Ne perdez pas confiance
en i,:.Lr,. i multd d'obtenir
les re-illt1,t souhaites, ml
me si vous les temporaire-
ment bloqul., Persevhrez-.
Deo beaux atouts sont dans
votre jeu.

22 JUIN ATrT 2.1 UILLET
(CANCEi)
Ne vous lancesz pas dans
une act'vitd qui ne vous
int6re-sn que pour fire
lla, r a autrui. II y aura
des suggestions a reijeter.

24 JUILLET a4T U2 AOU't
(LION)


prochnit des frontieres. Mais to ethnique pour ne pas Une suggestion bizarre 22 DEC. AU 20 JANVIER
le souie ou'on avail, de lui etre Fensible-a tout cc-qui vous tombera du dcel II (CAPRICGRNIE
n'a pas empnche qui'l so!t vo touch- it son passed et trop n'y a aucun inconvenient a Influences contrast6es. La,
16 nar des avrnturi-rs, cnnfis proche do 1'Occident pour en evaluer les possibilities. confusion regnera" si vous
qu6 pairs d's voirvodes clf -ai no pas accorder toute sa va E11e peut. vou ouvrir la n'Ites pas sur vos gardens.
Fi nmr s'i Tures ef los Au Iciir it 1attent'on qui'lu' est route plus largement vers Qu'un petit malentendu ne
trir-itns portle. la reussite. degenere pas en temp6te.
',. Servez-vous de votre matih
Lo 1t1 Aoflot :iJ, :r-,subh, iys "Cs f0cCOo Oo' ocs" /coc o re gr's .
lut, st5 )t rits ti pIIW''re
l ndl'nctlane(, no a,' L as AVIS AUX AMATEURS 21 JAN. AU I fEV.
detls l de la Citourt claC 1' i 5ERSESAU1 -
itcec starts d tni villa (hI'k Evitez une tendance a la
llonri. or'.nstitle' avsint deit9 fantai ie. Ne rejolgnet pas
sis suti r'n Tulquie. Ell1 n UN NOUVEAU SERVICE les rangs-de ceux qui sont
sl'i rt'rttrotluvce (iuc qu!atr,' indiscrets ou qui prennent
an> palut tarid. des risques inutiles.
~imr dans un-' cas >
st'If 'Ite l r di )al u nolt 110[S efrom.geS 20 fEV. &A 0 MgftS
ble clo;i que (t1 un nota de Fr c <(POISSONS)
ble ptroi :tanti oni1 la ce 8,
la couronnc sl t depo et Quelques passages aeli-
dants use salls' blind dt EN VENTE DIRECTE cats. Etudiez avcc 'soin les
chaenu royal de Budapest. rdal;its, les possibilities et
EllI. n-,n sort ,- 'cn!c 1944, n'ayez pas peur de suivre
po pr.ndr 'n dE ARRIVEE CHAQUE SEMAINE DE PARIS une proposition, eurmme si el
.lei is le peut vous paraitie bi-
L'armee Sovi~tiqu as-i- GRACE AU CONCOURS DE zarre au premier abord.
go lIl eplnla I.tl gouverne AIR FRANCE CARGO REFRIGERE SI VOUS ETES 1
moet do France Szalase met AUJOURD'HUI ;
la courlnnine. Gnas ses baga-
aei et part -'intaller a So Vous avez une personnali
tren, din's l'Onest du pays. t dynamique, une ambition
Enal arc 95. un nouvau ret Co made Tel : 2-1809 sans bornes et une intelli-
plI d vant 1 advance russe gence de premier ordre.
dla con ibn a Mattsee. pres LE BISTROT. Toutes ces qualities sont, e-
do, Sa]q;0hozj A la cap tu- videmment, des bases soli-
la. on olsnn''t adlx pnsl LE MANunR, 146 LALUIE des pour atteindae vos buts
rrm- t l couin -nno aux p H LEi MAfOWL 4t6 LUEt mas vote ardeur risque de
trc do la v llt' Ccux-ci la faire rhgner une tension
confidet it Monseigneur VeneZ v0oo" Oi constant entire vous, vos
Rohrachtr. arcbovenue dep partenaires et votre famil-
Snil7hcurs. qui en fait dsno le. Vous avez aussi de fortes
sita;r-s ls fotrOes amarqcai qualiths de chef et, si vous
itpq ril qx mrl~nvm


-w-----~---- -L -C--__-- rll CP-- ~ --sfr--- -.- -1


A0%, aM AUN1 a A


abB SWIN, AN& M=k 0 00=B O


SI'"E"AV ESA NIS


' LES BELLES EUROPEENNES


, LE STOCK DE PIECES LE PLUS IMPORTANT DE LA PLACE POUR DES VOITURES QUI N'EN CASSENT PAS )
UN SERVICE AFRES VENTE IMPECCABLE o .....,.. g
.... ... . ,. .. ... . -.. - . C.s .. ." ,, -... .


st, e u sexe masculin, vous
feriez un remarquable offi-
cier dans toutes les bran-
ches des forces armees. Si
vous ltes une femme, vous
serez probablement le pi-
de votre famille, quel que
soit votre ge,. et ltes cer
tainement destinee -a diri-
ger votre group social ou
toute rlun'on de personnel
ayant pour objectif le bien
Etre general. Votre sens
de la finance est nototre et
ce faith. associl i votre vas
te ambition, est garant d'u
ne tr'- grand, r'u-itr- ina
terpl le r


Pharmacies
assurant le service
cette nuit
LUNDI 7 NOVEMB.RE 1977
DU PEOPLE
Marche Salomon

DE L'URGENCE
Laluie

TURQUOISE
Rue St ,Honore

PETION VILLE
HAITIENNE
Pan American

StE' THFRESE
Rue Villate


MARDI 8 NOVEMBRE 1977

METROPOLE
R. Dr Audain

N D DE LOURDES
B JJ Dessalines

JUPITER
R D Miracles

PETION VILLE ,
PET7ON VILLE
Rue Fiamanert


24 AUUT AU Z a UEPEMBREi
(VIEROEl
Enervement ot inquietude
serait fAcheux pour an e-
ventuel succe?. Contenez-
VouF. Dir'gez constructive-
ment vos forces." Etudiez
le? poaslbillit nouvellts.

23 SEPr. AU 24 OC.
BALANCESS)
Tact.et finesse vous aide-
ront & attelndre les buts
hors de porttle par --la for-
ce. Ecartez j.umeurs, cher-
cliez la v6rite, elo'gnez 1'in
decision.

24 'OCT. AU 22 WoV.
SCORPIONW)
BeaucouD avenues 'sont
ouvertes a votre activity.
Sachez chtoisir. Ne perd-z
pas de temps a des entrepri
ses improductives.
23 NOV. AU i1 lEO.
(rAGITTAIRE)

Fortes Indications de
gains graice a vos efforts
pa'srs. Bolnne pdriode, aus.
Ssi. pour lancer des entrepri
ses nouvelles. Etudiez. tou
tefo's, attentivement tottes
les suggestions. 3


L WAIJT N'LST JAMAJS LEMLF t

QJAJlD IL S' ACT D L'HUILE CITADELLE
o 2 dos4x.d d .


~i~a L~~~;j~~P' DIM- !LR5~Pp


rs~ir"~"""~""""""a~"*~~~aL~,~~*ms;rr~i


!






LUNDI 7__ OCOIP. 197aENOVLIfl L


'Sulie do la le page


eu dl e ejiii-la aiugmenlail
l.I ten i-n quii exislai i dans
1., corps mid c7l Certain'
di-aient que seul Ile:, m6de,
ciltu tenant un dipl6me
de la Fatult6 de Paris a-
vaient de la valzur, lIe di
pl6mes de l'Ecole de MeA-
decine de Iur c6te avalent
leurs part'an. 11 yi' aVa4t
dts groups id6you4s inmon-
ditionniellement a certain


Messe de prise
de deull
L' famlle Iartornune, Am
bruise, Casmi'c, faith chant'r
une mess de prie de deull
a St. Frnnqoia dee miles Is
lMardi 8 Novembre 1977 a
6' hres. 30 A.M. a la "m6moi
re de l i ur remFitt6, mert,
grand'. mre, trnte, Mme Ma
r'ana Casim',- d6cd6e le
M rer( di 26 Octobre 1977.
La pr6-ente tient liiu d';n
vitaton. -
Port-au-Prince, le 5 No-
vrmbre 1977.


medecin Telle femrhe di-
-ait qu'elle prefer.al mou-
rir que de se ia sser Soigner
pir fluelqu'un d'autre que
-on m6decin. Une home per
'onnalite politique aurait
ri'u-e de bore un vwrre
d'eau comme medicameni
s'il 7z'ava't pas t" prsecrit
par son midecin. La tension
etait aussi vive i la'Etole d?
Metdecine oft. les seanca.
d'examen, ita1nt houleul '
ses. Profsseturs e Elutdiants
ava'emit leur revolver. Les
poehers Staiant armEs pour
servir de gardes de corps i
1 ur maitre. Les disputes au
chevit des maladies n'6-
talent pas rates, Au moment
de cohiniencet une op6ra-
tionr, troAs Aminents tiede-
'rts l'lilre t si prendre
an toilet. Celui 4ui tsvalt
le bctouri en main d6clara
que selon: la nouvelle loi
celui qui tenant l tcouteau
deva;t avoir les trois qtiarts
des honoraires. 11 y tut i-
chanz- de mots, les Ecula
T-s Stl'vtrent la voix tan-
diq(iue Ie malade, unl Vba-
p,'s aic avait le malbhur
d'i're riche, ahuri .tremblait


LE ,t OUVELLISTE
QUOTIDIAN FONDE EN 1896

-0

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET
ET MAX E. CHAUVET
DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTICATEUE : Mme. MAX CHAUVET


pour sa p-au.
Sulvant une coutume qui
a disparu avec 1 Occupatilol
Americaine, deux homes
qE; Se querella'ent c seia-
rai-nti parfois en se distant,
a Inoti2 prochaine reucon-
itt. Les deux bommes al-
laient s'armer pour s'ehtra
tu:r A lear prentere renc6n
tre. -Ces' meurties ptaleint to
.1S6rs par 1'Autorite, le;,
meurli.ers n'ut-ent. pas
poursulvis en justice, cs re-
gl-minits de'collptie 'talent
awsimil6s aL une affaire d'ho7t
neur. .

Dans une d-s vilies de
ProvI::nce, uih jeuhe mndie-
citn qui pour debuter s'y e-
tait install .*tl0n la cou
tume que j'a, sig1'ale plus
haut, rencontta tW'1 cissil
station au cheyeL d'un mala
de, un m6decin plus ig6.
Une discussion 6clata qui
dftltgAnra. Maiheureuse -
ment le medecin plus age
xn*tait pas d'origine hattlen
ne. S'il 1'6tait J1, aurait eu
plus die conssidration 'pout
son jeune confrere qui .ttait
fils d'utn medecin, lui me-
me anc'en externe des h6-
pitaux de Paris, ancean pro
fes,eur a l'Ecole de Mtde-
c:ne. En souvenir de son pi
re qu'il aurait connu s'il
etait ha't,ten, il n'aurait
pas dit a son jaune confre-
re, a n o t r e prochat'-
ne, rencontre je -vous crava
eherai Roncontrant le j-u
n'a m6decin, il le cravacha,
Celui-ci qui 6tat sur Ses
gardes s'otait arm6, il tua
son agresseur. H:ureuse-
ment que les inombrabl'es
quertelles dees des temps r-
volus ne sa sont pas toutes


SNECESSAIRE DE PLAGE



Deeptan X:

t Creme solaire et A bronzer pour peaux sensibles aux

rayons ultra violets avec Ecran, recommandee pour
blondes, enfants, b6b6s et aux peaux sensibles.


Deeptan Cream:

Creme solaire pour bronzage normal, sans brulure.


i Deeptan Rich:

Huile solaire pour bronzage prononc6 sans buflure, 1


Deeptan Supreme:


Huile solaire pour bronzage supreme, tries prononce

sans brulure.


Deeptan Tan preserver:

Crime protectrice de bronzaee et humidifiante de

la oeau, a base d'aloes et beurre"de cacao.


Deeptan Sunburn Relief:

Lotion antiseptique pour soularer des toups de soleil el

douleurs connexes.


DISTRIBUE PAR UNITED TRADING
DLMAS 29.. PHONE 6-18 43


inlrmne-. aussl tragiq
m-nt.
Une consultat.on, fare
runcontrer deai.x ou p
sleurs m6deeins au che
d'un malade etait la Ig
do mode. On proposait t
consultation au mide
ttaitant quand la confli
da de la famille Sta.t
branlie. Elle avait des
quiitudes, Blle se dqm:
dait si le m1decin av
blen comupr s' le cas, 'ne
tait pas tromtp6S dans
diagnostic. Le mAdecin
pelI en consultation, n
noeavrait t de son c Ot6S
s'Waccapalrer de la place,
signala'.ti avec diEcretion
tales ngligencess dao
confrire ou s'il voyait.
le cas Mtalt perdu reg
tait d'avoir eti appal t
tard.


ue-

e se
lu-
Lvet
ranl
une
ecin
all-
e-
in-
an-
vair
s'e-


MEDICINE 1'HIHER ET MEDICINE


D'AIUTREFOIS


des resultat du gr4tcedier tallsant 100 point% -ulvis'-
tournot Concecaf, 'la. repbn- par 37 autres ttalisant 60
se de 8 buts a6 eAt donneei points. .j


grn~ti ayec leu!i pr.x res-"
pcet Is, enpadro1 par Toion, I
Li.' ur Bertony Madere, Piesi
dent do Ja Federation Hal -
tienne de Football, qu' de
pai-sage & lab Curacao Tra-
d ng, a b en voulu rehau:s r
de sa prts.rc.- c,-tre petite
reremorile, et Monslur Fe-
lix Dumas., reet: Jr dEs.
Ventes et Proefirate-nir 1IP l.i
Curacao Trading

EL ma tenant pour I.s a3
matters de stt ntlqut', ien
%v'c', quieliqur s-urn, qul ne
n'nqug-nt cer.'n.mei.t pas
d'intdrift. '


iUn de nos proifsseurs a lt
l'Ecole de e M4deotne, qe
la cl'entile obsedalt, quand
il demandait A un Atudiant
die Abfiti'r lie traitEment
d'un cas, disait h la moin-
die erreur onu la moindre
om'asion : Si c'est ainsi qua
vous allez proceder, la fa-
mille va vous demander une
consultation, et si on vous
demand une consultation k
vous Stes perdu, vous per- -7
dez votre client, le mede-
cin appel6 en consultation
va vous remplacer.
Souvent la consultation
n'ttait qu'un c6remonnal. U-
ne famille voulant mar-
quer son importance apple
lait quatre ou cinq m6de
cins r6putts au chevet de
son malade. La conjunction
de toutes ces lumiires ne ,
projetaient pam plus ds '45*
clart6 sur le cas. Apris a-
vo'r examine le malade ls
se retiraient generalement
dans un cabinet pour dli *
berer et r6diger leur ordon
nanc La prescription e-
tait leagrand moment de la
vis A &e -icale. La familla -
observt t/ un religioeux silen
ce pend nt que les m6de-
cins als naient lIurs form
lesa has de laquelle ils
ne maniquaeent pas d'ajou-
ter( A\l'adce'se du Pharma-
cie Be fac saecundum artem. I
Celuc-ci par la faqon don't
il sisait l'ordonnance, par
la faqon don't il hochait la
tlte, renforgait la confian-
ce de la famille on la plan
gea't dans un doute cruel
sur la valour de la pres-
cription et des medecins.
La Sp6cialisation n'exis-
tant pas en ces temps, les
medecins 6taient tous des
omn'praticiens. Quand on
appelait un medecin com-
me consultant, ce'tait pour
la reputation de grand m6
Sdecin don't il jouissait et
que souvent rien, ne just.-
flait. Le m6decin A qui on
imposait la consultation 6-
tait g6enralement furfeux,
persuade que son confrire
n'en savait pas plus que
. lui, mais b6neficiait de l'ap
pui de quelques families n
fluentes. Parfois n'accep-
tant pas la consultation, il
tournait le dos et envoyait
en signed de m6contente-
ment une note d'honorai-
s exagare,.
Marcel Proust raconte que
le Duc de Guermantes venu
s'Cnforner de 1'6tat de san
t6 de sa grand-mnre dit A
Son pere, Adrien Proust, un
medecin remarquable: A-
vez-vous fait venir Dieula-
foy ? Et sur la r6ponse n6ga
tive Ou Dr. Proust, il ajou
ta : Ah, c'est une grande er
reur. II y avait aussi A Port-
au-Prince des homes don't
la parole faisait autorit6 et
qui demandait ds qu'il y
avait un cas grave dans une
fam'lle : Avez volts fait ap
peler X. On devait appeler
S\et X pour un bibb malade,
pour des suites de couches
Sdifficiles, pour una pneumo
nie, etc. On ne devait pas
gutrir ou mourir sans l'as
Sistance de cette Eminence.
Parfois ces grands mide'
ein es laent appeals dans
une ville de Province au
chevet d'un personnage qul
vu son importance social
et ea fortune, ne devait pas
passer de vie A tr6pas sans
Sire assist6 d'un midec'n
e6elbre qu'on appelait du
remote, au dernler moment,
quand 11 6tail Svident que
le malade allalt mourir.
On dir-'t un sacrifice pro-
pitilaoire, pour qufl ne solt
pa. dit que la famille ne
voulant dilnt'-nuer l'hrlita-
ge avail omts de tout tenter
pour sauver leo malade. Le
grand mtdeien arrival gI-
n6ralemont pour dire qu'ont
avait trop tard6, qUe le mn-
lade allalt mour'r et empO
cher le prix do son d6plarb
meant, clttq ou six cents dot
lars, gonvent en plbee d'or.
(a sulvre)
..; .n~ ll~ef6-~fNx ^


ie souvenail piutt- tre. So- e-:t un min-m raclet to


M., Arsne Benjamihn, 'inme Prix


M. Frani AbdoQ.- isme Pri


Fliaitaiaons aux heureux
gagnants, et pour ceux ql4i
ont. perdu, II teur rcst- la fi
the de consorl"ton et pas.
dci .molndile, que tout au
long du tournol le suspen -
se pour elx aura 6ti beau-
coup plus grand, chaque
match d Haiti devant demen
t r on conf rmer leurs pro
nost c s.


On peut drnc dire sans
crainte de trop s'. cancer
qul tout ceux qui ont partti-
ctp6 au Grand Concours de
Pronostics de la CuraSao
Trading ont c'; quelques pri
I tee 6mot'on sppoitmen -
ta'res, et rn fin de cotp'.e
se sont blen mmuse:

Et n'etait-ce point lt,
principalement, le but re-
cherche ? Ali:.--. la Curaqao
Trad ng d t good-bve a tous
et a la procha ne ol1c.


par le plus tort poureertagt
des concurrents 17 '1 .ut
vi de pres par let rdponses
7 et 9 14 q ghactinf.
Ql.and a la reponpe correct.,.
. bnWs, 11 I'ont -trout-,
'tandls que 4 pr4'atent
mode temint 4 buts.
Quand a autre question
el m nlatoire : Quel tcra le
gagnant du tournoi ?7, la
majority a predit Haiti,
'55'. t, -uivir haturelle -
mint par Ie Mr-x que '33 ,1
noi, tonmher en chutle cri-


LE BISTROT


RESTAURANT -r BAR -. PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE



SAMEDI SOIR
Ambiance dausante

avec .Bistrot Combo.


VENDREDI\SOIR
( Nouveau Bistrot Show)) avec

Elsie. Diall4 et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR
SolEre Dansante Accordtoa et
;Musette


CHAQUE SOIR

lano Bart Ambiance -Musicale
t a cn w


--r-. -,"..--. .


A VOTRE SERVICE 15 HEEURES PAR JOUR

PHARMACIE
S NOTRE DAME DE LOURDES "
475 BLVD. JEAN-JACQUES DESSALINES
, DE 7 HRES. DU MATIN A 10 HRIUS. DU SOIR
> : NOTRE DEVISE : '
SVOUS SERVIt SANS VOUS ASSERVIR)

a Voyez nas prix et ,
Sfaites en la difference
aaaaaoaa o aiatoggg ccaag'ae rrnag 1


. e Grand Sutc.s du Concours de Pronostics de Curacao Trading


LUINDr OTBR 17


gLE NOTIV ~LISTGs


PAGE a


~~~'~'-- --- ---- --- --- -- I


-------------------------------------


aw,


I II I -- -- -----------------*--;-~n-~*r


46, e cdmbleu pess'misme cale i i.isqu'au Guatemala
ma- a 6tA atte' .par cea ditux '-.,. Chacun dis pays par




qun Neanhoins ce ,p ss't nme a pa'n so ft omt ge ..
ret- e ccnrreba'ance par I op- .. .. .
tTop tlmqime de'deux autres par- Deux participauit. ont re.
ticspaonts qui, A la mime pondu correc'ement -a toutes
f qucst'on, ont tepondu 20. I, asoit'ons n c, qui, dbeia En






-. .S .,

PA I E NOUVEBLISTUb LUNDI 7 OCTOBRE 1977 .


Anniversaire de la revolution d'bctobre Le Premir Ambssa~dela-ra ent d La Fivre
Canadp ea ialtil Dela'gue_ et le


1LKELVINATOR utilise des
paOro isolantes de
polyurethane haute
ment efficaces qui
evitent les pertes
de froid (d ou
economic d'energle)


2_KELVINATOR utilise
des fermetures ma -
gnetiques aux quatre
cotes pour mieuxy
corserver le froid
I d ou eccnornie
d enerOe I


3_KELVINATOR utilise
un fube de gaz
chaud pour mainte- A
nir les parois ae V
I'appareil au sec _----
sans toutefois ajouter le
couteux fonctionnement
d'un radiateur '(d ou
economic d'energie )


L,_KELVINATOR utilise
un condensateur natu-
rel de gaz a la place
d un ventilateur elec-
trique ( d ou econo -
mie d'energie I


KELVINATOR = Economie d'energie =Economie d'argent

VOYEZ LA AMPROSA
107-. Rue Pavee


Bientot & Port-au-Prince


(Suite de la 16re'page, ueM P oII
Municipal


(suite de la Re. pngei
culaire et aussi can-
g I a I t e si 1 on con-
-idere ses ccnseqluence, (epu
rat:ons el avalanche de pro
retl dans le, autre pa.--
de I'Est europeen.
Mfalgre la reconcili.aIion
officielle -ol i1o-.3 ougoslave
(nilter%.nue e, Mai 19551 el
la distalin.sation. la lou-
go-luvie redevinm par ,la -tii
te la cible des attaque- con
jugcec de Moscou :mt de s
salel lite.

Octobre 1956 allait etre
le mois des grades revol-
tes polonaise et hongro se
centre le stalinisme persis-
tant. L'(Octobre Polonai)s,
reussi, fut couronne par la
prise du pouvoir par Gomul
ka. L'(Octobre Hongrois) fut
6crasd dans le sang par les
bl'nd6s sovietiques et son
principal protagoniste, le


F'


---------I- ..- - --


aconlre-revolulionnaires Im
re Nagy. pendu un an ofl
demi plus tard avec qunire
ce -,s compagnOn.
De.ia le grand -'hclmi-i
nim oisle point t it I' h rl-
70o'. Pekin. apre- le dIliit-
%eu de Staline par Khrouchli
thevy aj 2Oeme tongris'. du
PCl'S en 1956 avait relu.r
de condamner Stalin,. i n
blic D 1957. II Chine atl
taque le are%-iionn Sme 0ou
g,-. lave,, m.i- a traverN
Ti':, 'e t Khrouchitchel quiu
cut viSe.

Cachant un profound con-
flit d'interdts, d-ux iddolo-
g es, deux politiques, deux
visions du monde contempt
rain s'affrontsnt : pour
Mao, lies (nouveaux Tsarsn
du Kremlin, on pronant la
coexistence pacifique, ont
abandonn6 la lutte comtre
l'imp&rial'sme et vendu les


"LAS PROBLEMS"


VU LE COUT DE L'ENERGIE
ELECTRIQUE ACTUELLEMENT ACHETER
UN KELVINATOR (REFRIGERATEUR,
CONGELATEUR) C'EST COMME Sl VOUS
POSSEDIEZ UN CUMBERLAND. LEGAL


POURQUOI?


intirlts foidamentaux des
peuples.
Pour KhroUchtchev, Mao
le cidogmutiques, qui a rem
place ita dictature du prole
tarint par la dictature mi-
1.Ihlre. mene le monde it la
cilrrre etl ne cherche rien
d'iutre qur I hegemonte.

La rupture s'ete-nd sur
pluSieur, annees marquee
ioautimment par lbe retrait
de. technitilen. sovietiqueS
de Chitie en ju llet 1960. le
depart de Choi en Lai du
22ene congress du PC sovis
tique en 1961, les explosions
de violence de la revolution
culturelle de 1966 et les
sanglants affrontements
frontaliers de 1969.
Entre-temps, la petite Al
banie a servi de tremplin
au conflict et a ete propre-
ment ejectee par Moscou.
Farouchement oppose t la
politique et a la personnel


~'c~~*cg~i6*ni~ao~~d*U~:~-l. .~irrrL--~ur'. j~ ~ . I 1 _____ II


de Khrouchtchev. igoureux
defonseur des chinos, End-
ver Hodja a iub: en retour
los foudres du Kremlin qui.
a iraters lui. viSait Mao
Tseloung. En decembre 1961,
apres avoir coupe les cre-
dits et les vivres, Moscou
rompt .se relations diploma
liqULs avec Trana, ce qu'el-
le n'avait encore jamais fait
avec aucun aulre payv" social
listed. meme la Yougoslavie
en 1948.
En aoufit 1968 1 xper enr *
du socialisenie a sage hu
mains entamde 'huit mois
plus tdt ean Tch6fcoslovaquie
par Alexandre Dubcex tst
dcras&e par les chars rus-
ses. Moscou est soutenue par
ses allies du Pacte de Var-
sovie a 1'exception de la
Roumanie ,qui refuse de par
tCciper a 1'invasion de la
Tchecoslovaquie.
L'affaire tchecoslovaque
aura cependant des cons6-


quences durables : c'est le
"point de depart d'une rebel
Lion au sein des principaux.
parties communities occ.den
taux contre les methods
sovietiques. Desormais, Enri
co BerliTgguer, Santiago Car
rillo. Georges Marchais vont
preacher l'indepmndance des
parties communiitea vis d
vis de MoScou, le libre choix
d'une avoie national vers
le socialismes, le pluralli-
me des parlis, Le respect des
liberle individuelUes. Sur
1.? deux premiers points,
la conference des parties
communists et ouvriers u
rop6ens runile en 1931a
Berlin-Est ent6rinera Irs
vues, quoique du bout des
levres pour les aorthodo-
xes)). '

Pour le rest, le conflict
reste entier. Ma-is Moscou,
cette fois, se content de
grommeler avec plus ou
mains de vigueur. Apres a-
voir lanc e 'anathime sur
Santiago Carrillo, Secretai-
re General du PC Espagnol,
elle l'invite assisted aux
celebrations du 6Oeme an-
niversaire de la revolution
d'octobre. Seule ombre au
tableau : il devra se taire...



DEPARTMENT DE LA
SANTE PUBLIQUE
ET DE LA
POPULATION

AVIS
CHAMPAGNE DE
VACCINATION
ANTI-
PO LIOMYELITIQUE

Seion le rapport de l'As
sociation Haitienne pour la
Rehabilltat.on des Hand ca-
pes, il a 6t6 diagnostiqu6
1 'ann6e derni6re h Port-au-
Prince 67 cas de poliomyeli
te

Le D6partement de la
Santd Publique et de la
Population, toucieux de pre
venir toute recrudescence de
cette malad'e a entrepris
des d6marches aupr6s de
1'Associat'on M6dicale Int r
national AMI qui a
consent & mettre a notre
disposition les vaccins ne-
c ssaires a une champagne
de vaccination devant cou-
vw'r tous les nfants de 0
a 5 ans de la Capitale.
C-s vaccifi; sont en effet
arr ves dcpuis le 22 octobre
d rnier en bon 6tat, mais
decongtles. Ils doivent done
etre until ses dans un delai
n- depassant pas 45 jours.
L'expdr'ence d'une campa
ene antdrieure celle de
1972 a montrd qua nous
pouvons attp'ndre cet objec
t f a condition nour nous
do benefic'er d'une large
coondrat'on d-j volontar at
rt de la part'c'oation acti-
ve de la population.
Le D6partem.nt de la
Sant6 Publ que et de la
Populat on a deja sollicite
le concours de certain or-
gani mes nationaux tels
que : l'Association Hait'en-
ne de Rehabilitation des
Hand'capds, la Croix Rou-
ge Hait'enne, la Socidtd Hai
tienne de P:diatrie, la Fa-
culte de Medecine et de
Pharmacie, 1'Ecole Nat'o-
nale d'Infirmieres NE 0. DUVALIE'R>, 1'Ecole
Natonale d'Auxiliaires de
Port-au-Prince, etc...
Un Cor't6 former du Dr
Lambert JASMIN, Coordon
nateur, et des Drs. Marcel
Francois, G6rard Lmon, Mo.
1ere Pamphile, Gdrard Ro I
mulus, Georges Mdtellu-,
Andre Bdraud, Michel Vau
gues, Marc Augustin et de
l'infirmiire, Mine Eric Ja-
nini rst charge de planifier
et d'exdcuter ce programme
de vaccination qui devra de
buter au cours du mois de
novembre 1977.
Nous dcmandons a la po
pulaton s napleine collabo
ration pour 1I succes comrn-
plet de cette champagne ap-
pele a protdeger les en-
fants centre la poliomyli
te.
Dr Gaston DESLOUCHES
Direceur Odeneral



GRIPPINONN

DIT NON ,

ALA

GRIPPE (


FLASH



Sale aux



Ets Raymond Flambert


Du 7 au 19 Novembre

Des reductions de prix allant de


15 & 30 o/o

sur tous les articles de quincaillerie.


Prix special sur les appareils


sanitaires.

,achetez A des prix reduits


des materiaux de quality


avec la possibility de gagner

a NOEL uine magnifique voiture

DAIHATSU.


le President a Vie de la Be
publique.
Voici le curriculum vitae
de M. Pjerre Garceau :

Date de nais-ance : 25 Sep
tembre 1933
Lieu de naissance: Trois-
Rivieres, Province do Que-
bec

Etat civil : Marl6 (Angele
Neveu) Troia enfants
FORMATION
ACADEMIQUE :
1955 B.A. Seminaire de
Troet-Rivilres

1959 LL.L. University
Laval, Quebec

1959 Barreau du Quebec

1974 Sloan Fellowship
-London School of Econo
micsa
CARRIER :
1959 Exercioe de la pro
fe'sion d'Avocat

1963 Procureur de la
Couronne (Feddral)


a~ arr--~,5-L1'~'4~~C*~~I=~%~I~MCY~C~T~;


1968 JoDlnt.1Agence.Ca
nadlenhe de Diveloppement
International (-Division. de
la "Plalification des Pro-
grammes de lI'Arique Fran
cophone)

1969 Premier Setcrtai-
re .(Dveloppement) i Ab4d
jan,' Cole d'lvoire, Haute-
Volta et Niger
1971 Administration con
trale (Coordonnateur Di
reaction de I'Afrique Franco
phone)

S' 19t2 D.recteur General
- Direction de I'Afrique
Fratoophone
195 -- AmAbassadeur en
Colombie et en -Equateur..
' X-X X.X ..

L'AMBASSADEUR
DE LA BARBADE
EGALEMENT

Domain 4galement, prisen
tra 'ses, Lettres de- rrance
SSpon Ex. M. le President a
Vie de la Republique, 1'Am
bVassadeur de la Barbade en
Ia'ti, M. Donald Blackman.


(Suite de la lere page)

dtouffe, aveugle les pietons-a
?t penetre dans les moindres
recoins des maisons sur sa
route est desolant.


Quiconque aura et6 aur les
lleux pour constater ces ton
nes de pourritures quotidlen
nes accumuldee, sans comp
ter les dechets humans a
clel ouvert icette zone est
aussi un W. C. public) ne
peut que s'inquiLter d'au -
tant plus que les' cas de
fi6vre dengue, des gripes et
mIme de diarrhdes se multi
plient. Des dcoles, des ate-
liers, des usines enregistrent
ces jour-ci de nombreuses ab
senc'es dans leur personnel.'

En attendant la mise en
march de 1'usine de trans
formation des ordures, ne
pourrait-t-on pas vider ces
dechets dans un lieu &loign6
des populations. I1 existed
dans la Plaine du Cul-de-
Sac des endroits inhabits
qui se prdteraient mfeux a
une telle operation.


111Wo,


C







LUNDI 7 OCTOBRE 1977



DANS NOS CINEMAS ~~~


ALE NOUV ELLRTEm


MORT DE! GIORGIO LA PIRA


CONCORDE CINE CINE TRICMPHE


Lindil it 4h30 0. 1.50
RAMDAM A AMSTERDAM
i 6h30 et 8h30
TERREUR SUR LE
BRITANNIC
Entr6e G. 3.00
Mardi i 4h30 G. 1.50
TROP PETIT MON AMI
a 6h30 et 8h30 G. 3.00
LE DIABOLIQUE

xx x x

SENEGAL
Lundi a 6h 8n
LE PARRAIN DE
HARLEM
Entree 1.00 1.50
Mardi a 6h et 8h
JE dOUCHE AVEC MON
ASSASSIN
Entrue G. 1.00 1.50



Deluxe Auto Cin
Lundi at 7h
AUTANT EN EMPORTE LE
VENT
Entr6e $ 2,50
Mardi a 'h et 9h
NOSTRADAMUS
Entree $ 2.50



DRIVE IN CINL
Lundi
LE BAL DES VOYOUS
Entr6e $ 2,50
Mardi
4 MAT FRATS POUR UN
CASSE
Entree $ 2 50

x x y X

ETOILU CINE
Lundi a 6h30 ct 8h30O
KTNG KONG CONTREI
GODZILL.A
Entre G. 1 00 et 1.50
Mordi a 6h30 et 8h30
AL CAPONE
1Enree G. 1.00 (t 1.50


Dimancht 3h 5h 7h 9h
Lundi Au Saniedi 2h 4h
6h30 et 8h30
SALLE I
CATOR
Entree $ 0.75 1,00
$ 1.50 2,00

SALLE II
PLUS CA VA MOINS CA
VA
Entree $ 0.50.1- 1- 1.50
SALLE III
LES FEUX DE LA
CHANDELEUR
Entr6d $ 0.75 1,50
SALLE I Mardi S Nov 1977
8h30
((BALLET BALLI)
Entree $ 6.- 8-



REX THEATRE
Lundi 5 12h 2h 4h G 1,00
LES HOMMES DU
PRESIDENT "
a 6h 8l lO1h G 3.00 et 5,00
Mardi a 12h 2h 4h
LES HOMMES DU
PRESIDENT
Entr6e G. 1.00
a 6h 8h 10h
Entree G. 3.00 et 5.00

x X X X

PARAMOUNT
Lundi af 2h 4h et 6 Ih
KUNG FU KING
Mardi a 2h 4h et 6h
KUNG FU KING
Entree a 2h .et 4h G. 1.00
a 6h et 8h G. 3.00
a 8h30
BLACK EMMANUELLE
Entr6e G. 5.00

Lundi a 2h et 4h
a 6h et 8h
is 2h et 4h
Entree G 3,00
a 8h,0
BLACK EMMANUELLE
Entr6e G 5,00


AUDITORIUM
Lundi a 7h
2001 ODYSEE DE
L SPACE
Entree G 2,00
Mardi i 7h
SS REPRESAILLES
Entree G, 3.00

xxxx

MAGIC CINE
Lundi a 4h G .150 2.50
6h et 8h.G 2,50 et 3,50
VENGEANCE AUX
TRIPLES
Mardi 5 4h G. 1.50 et 2.50
6h et 8h G. 2.50 et 3,.50
SURVIVE

x xx x

AIRPORT CINE
Lundi
LE VICIEUX LE
SANGUINAIRE LE
ROUBLAND
Entree G. 1.50 et 2 50
Mardi
747 EN PERIL
Entr6e G. 1.00 2.00

CINE ?ARC
Lundi
COMMANDO .POUR UN
SEUL HOMME
Entree $ 2,50
Mardi
L'HOMME QUI DEFIA
L'ORGANISATION
Entree $ 2.50

X X X X

AU CAPITOL
CAPITOL I

LA PREMIERE FOIS
12hI5 2h15 4hl5 G6h5 8h15
10hl5
Avant 31,30 G 3.00
Apres 3h30 G 5.00
CAPITOL II
LA MAIN A COUPER
12h15 2h15 4h15 6hl5 8h15
10hl5
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5.00

CAPITOL III

LILLY
12h 2h 4h 6h 8h 10h
"--Avant 3h30 G 3.00 :
Apres 3h30 G 5.00 -
CAPITOL IV
QUI A TUE BRUCE LEE
11h45 lh45 3h45 5h45 7h45
9h45
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5.00


AVIS
La Direction de 1'Electri-
cit6 d'Haiti a ise qu'i partir
du Lundi 7 Novembre 1977
et pour des raisons d'ordre
administratif, ses guichets
resteront ouverts, sans in -
terruption, au public, du Lun
di au Vendredi de 8 : 00 AM.
i 3 : 30 P. M et le Samedi de
S8 : 00 11 : 00oA. M.
La Direction demand 8
tous ses clients de se con-
former au novel horaire et
les remercie de leur collabo
ration.
La Direction
1911


T6il6hone. r.-2-IP .


FLORENCE (AF!P voir, lul exposer quilque pro des Nations Tinles dee maiaque de reallsml. II l'htslo're, le vral sen: de
L'anc en Ma're de Floren b.eme, de se presenter au Pa Sa volont& de d'alogu? a nralt. ,Les realstes n'ont ja I humanites. Etre chret :n,
ce, M. Olorgio la Pira, dece lazzo Vecchio, On etalt ac vec le monde athee ou 'les mals rlen fait de durable. i!s d'sait-ll aussi, ce West p as
de samedl soir dans une compagne dans le bureau autres rel gions reposalt sur ne volant que la surface des d- se conformtr au mol.ie,
cl noaue de Florence a suc- du mare, qui, au terme de inn: fiddl te Inebrantable echoes. Le vrai realisme, et~aux modes. c'e't voulo'r-
combe A une hemoragle ce- J'entrctien, invta t 'inter- eallise et a Paul VI. Cer cest de voir en profondiur, le changer et lul donner *
rebrale. locuteur A prier asec lul la tains le, taxalent d'utop e, par delat IE's fluctuat'oins de I't perance.
Il ava:t etc hosp talise Santae vlterge.l'un tros
A la suite d'une aggravation I aprofesoalt rte lun dqu a trsau nde
de trouo s c rcuuatoires ar in de Ia -t
quelque temple. g.le dans dlmacrtei9 .-.-. L P AVILLA N
Samed matn, dvant chrtlenne, et lui donnerN -5 J.
Savmte msn deta t lout son impact soc al L'un,N d
Giovanni Benelit, Archevh do'nthrur Aminfore Fanfanr -
que de Florence lu avait devint I hrmmet fort du par
rendu v'site pour lut trans ti.Laue, evMonsleutr Pero
mettre la bentdiction du Dossettlaen e atre et .
Pap Paul VIe antalla en ef VSainte. n
Pape Paul Vl. Giorgio la Pira ?nt nua. en ,
X la1 rrc mais non en home de
part', sa mission k Florence.
GIORGIO L APIRA : Deuxl id6es matresses ous-
FOI ET POLITIQUE... te1daient son action. L'un,
r6soudre les problemes con...
FLORENCE (AFP) crets, historiques, dans la 11 i'
Giorgio la Pira, c'dtait, gne du chritian'sme. On v't
pour ceux qui l'appro- aRnsi La Pira iu milieu des .
cha'ent, la joie de 1'ac- ouv.riers 1'cenc's d'une fa- ( ?' }t "
cue'l, le sounre d6sarmant, briqu" de biscuits, ordonner '
le' regard vif derr:tra les la reouverture des locaux.
lunettes, la simplicity d'un c n-sus mais non habits
home qui ne po sddait pour y instaa 1 1 er .
r'en pas mrime d'amour sane logis. On vit anis-
propre. Ma's ce pet't hom- s en iu'n 76. Mons'eur En-
me aux mains vides fut le r'co Berlineuer embrsscr 1
premier homme politique G,torgio La P'ra dans 1'h6mi
chr6tten h se rendre en UR cycle de Montecitorio.
SS 'n pleine guerre fro'de, L'autre :dte : trava:ller 7
pr6curseur du dialogue qui la paix. Ii coa.t le prophet
dcvait se d6velopper t:ar la te 1sai, qui montra les peu-
su'te. 11 fut a-sst le reul ple- montant vers Dieu et la
i reunir a Florence des paix univers-11e au terme
juifs des chr&tiens, d"s mu de 1'h'sto re. Voyant en tout
sulmans, pour. tenter de home, meme incroyant,
ra-sembler dan's la pa'x. une creature de Dieu, La Pi
disa t-'l, les. infantss d'Abra ra entreprenait de faire torn
hamrs. ber les barritres, de susciter 's
la confiance.
Sicilien installed a Floren Revenu en 1959 d'URSS, il
ce, home de foi profonde Pxpl qualt a des' tudiants 11 nOUVOau Jam h n
el professeur de drolt Ro paristen, sid6e-s que 1s dia
ma n, il etat et demeurera logue' avec 1'Est etait possi
toujours un politique itall nne et dL de- de la ferveur rel'gi'use v!en
mocrat;e chr6tienne, un clas abjes>. IX rassembla't fer. d
en une synthise rare la fer Ami de personnslitus ara -
v u la ntrel lasetmlat t Anil de personnalitis ara dans tours Ies Super M arche's
v ur. la r guour et 1'cspr t bes et de juifs 6minent-, du ,
critique, la recontraction et Prusident Senghor, du roi L
la liberty. II talt la fol in Hassan du Maroc: de l'isra
carnee dans la polit'qu. 1n Chouraqui. de Nas"r
ou du theoloa'en franqais
Slhouette menue. d'as Jran Danielo. 11 pen ait
p ct fragile connu pour ses qite ce ns i t qu'rn re em anll Z, eXIgeZ, rcc am eZ
grosses chau setes de lasne mohtant aux sources de la i g
blanche que lui trciotai-nt foi que le,, peoples en con- 'P -
dis rclig'(uses, G'org o la flit en Mediterran6e retro
Pira vivait dans une cellule, vera'ent la paix. II f t aus- 1
dans une ppuvrct francis- s' l'ami'des Vietnamiens, et i le ,Jam bon H I
aiie. Maire de Florence en fut envo een 1965 T ~li- A-U
1952, il tuff'sa't, pour le pn mi-sion scr&te de paix
par Monsieur Fanfani. alors
president de l'Assemblee .


Le culte de la
personality de
Leonid Brejnev :
nouvelle escalade
Adell
PARIS, (AFP)
Dans le culte de la per-
sonnalit6 de Monseur Leo-
nid Brcjnv, S -cr1aire-gene
ral du part' communste et
prissdent du praesedium du
Soviet supreme de I'URSS,
vent d'etre aranchi avec la
decision do le porter a 1'6-
cran de son vivant.
Cette rv6lat on est con -
tenue dans le numero date
du 22 Octobre de la revue
Sovittiqu I, parve
nu'"i Paris. Intitule l(es sol-
datse de la liberty e, le filhi
mis en scene par'Youri Oze
rov, came le personnage
de Monsu or Brejnev, et le
prtsente pendant les der-
n ers mois de la guerre, lors
qu'il fut promu h la tis de guenral commissa re
politique et occupa le- fonc
tons de chef de la section
politique du front Sud -
Ouest.
guerre il fut un combattant
sanse pur et un grand capi-
ta'nes. declare Evegueni Ma
veev dans une interview pu
blife par Ogon'ok>. < On
ne p-ut qu'imag'ner mon
6tat d'ame, ajoute-t-il, lors
que jappris ou- Yourl Oze
rov me conf'at ]a mis 'on
de cr6er l'image de L. I.
Brjnev. guerr-er i la dOci-
ston indbranlfb'e, au carac
there ferme, a l'immense sa
gesse, cord'al et bon.
Apres l'616vation de Mon -
sleur Br:jnev a, la d gnit6
de martchal de 1'URSS., au
post 'de chc t de 1 Etat,
apr6s la transformation de
ton anc'en bureau a Kichi-
nev (Rs da Moidavie) en Mu
see et le lancement du slo
gan-, qu a fleuri sous Stall
ne, emerct au camarade
Brejhsv pour notre enfance
h'ureuses, la dc!silon de le
porter & 1'6cran, semble
etre une m'-ure sans prtc6
dent dan> l'h'tolre du par
ti communist de l'URSS.
NI L'n'ne, n' Stal'ne. nl
Krouchtchev,' ses orddeces-
seurs, n'ava'ent tW l'nblo t
dl'lle tell attention de


.. . .


PARTICIPEZ AU CONCOURSE



<- Vacances de Reeve *



DU CAPITOL U


RECLAMEZ LE REGLEMENT ET LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE


PATRONNE PAR LES


HOTELS MERID!EN


ET


AIR FRANCE


I'anglais : une superlangue

la cl6 des affaires !


ce quelque chose qui vous

permettra d'ouvrir les

portes ferm6es.
course sp6ciaux pour cadres
d'entreprises, debutants et, em-
ploy6s des services publics. 10%

de reduction pour les employs
du secteur public.


1la first school
dispense un enseigne-

ment de quality avec des

m6thodes audiovisuelles

et circuit de t616vision I

TI : 2-4755 et 2-3508

dur6e des course : 12 mois
5h30 p.m. 7h45 p.m.
d6but des course le 28 novembre'

Air't Ex Sr n o _l






I I ., I C



,- ,y
( 'm 1 1- AIT r A


r - ------- .--- - --- I


m4


Irub L .




.0- -9W .. - ---~-~--- -- -rr~r -, .- -- -. --- . .- -. .. ----. -


PAGE 8


Offre d emploi


S
a


THEATRE TRIOMPHE PRESENT


CINE

MIDI


Gator


Ce Pont de Cassandra


Offre d'Emploi


Les Feux


Dans les Forces Neociations
Armees fructueuses entire
bommncaines haiti et Cuba apres
12 mmu aa n 5


Magasin cherche un, Cais- Ambassaae Oam ors-Lj- '
idre Exp'rimeutke Ecri- nis cherche Employe de Bu ,
vz i: Libra Box 304 Port- reau qual-fid. Doit tre bi- '
iu-Prince lingue el dactylographe. I
u S'adresser au. service du 1
711 ersonel. c




z.









..
















pSSS.. .- ;


















>aoococ /.ro-cos^^ce; -.& M3oco o
'



...4 '. ,... ., _-


;; ,.f::..',- ,- ,

-_ ,


GI
tei
Wi
ri


I


Diesel
raduat
s n tv
th Co
ne D
dance
rn aft
united
est off
Call
Ask f
511.


hemerciements
PII uIorlO ienl,:l tolclieS paI"
1- ildlqU1O; (ie oyWPaUki.t,
'at'fect on et d -stone mani
lesleis lors de la pert,, le
15 Uctobre 1977, de leur tries
11 r : Marcel Robin, Mada-
me Marcel Robin, ses en -
rants et petits-enfants, Les
familles Robin, Berrou. i,
Mitch 11, Lemonoe, Mac-Cal
la, Bayardelle, Mallcbran-
che, Lafontant remerclint
baln s lncelin nt :

le Rever-nd P!re Delva, le
Min.stire des F nances, Mon
s.eur nEmmanut Bro Mon-
seour Fran'ck Thebaud, Mon
a cur Fritz Larsene et le p-r
sonnel du Departement du
Tre.or, la fam-lle Dupont,
la d r cton de la mason Jo
scph Nadal & Co ainsi que
, on personnel Tous les a
m s tant du pays qui'a 1e-
tranger et les pr'ent de croi
r- que longtei-ps ,1s sc sou-
tOiic,' lu r comfort 1n,-s
i^-'W aI' is 1' iur on1 ap-
portd en un si dur moment.
u ,:' ,u-,-r nc 1, 1 3o Novvm
brc 1977.





L. Cons il d Dir ct or. d-e
1 .,.c aL.on Medicale Ha, -
m 111' a 1 hoeInliur 0e COi -
,. iiibr tO s n11mbr s l
C6ner.e, le Me
1. 9 N:'vcmhr', 1977. a
h ur,:. 30 P M., au local di
S.: c ;,l n Bab.o.o
Ir-lie du jour :
1-A. ,, ,l011,41 dl
S, i itatoni des nou
IV.. mbnii s "I
Fap.pot du Secretaire
S : i d-'r u Tresort r,
O t dn i dlter-rt gd


Dr Former VALME
Pr-- dlsi F
Dr. ,s aac DE'SIR
S c-a'ir,


Prochain Mariage
Nous avons requ la carte
de fair-part du prochain
mar-age de la charmante
M'yrthel Thezan, fille do
nos amis M. et Mine Andre
Thezan avec VL Mario ,Fleut
rantin, fils dle Mme Agn6a
Fleurantin.
La benediction nupt'ale
leur sera donid6e, ,on 1'Egli-
se du Sacr6-Coeur, le Sa-
medi 3 Decembre prochain
a 6 h.15 P.M.
Nos compliments aux heu
reux parents et nos meil-
leurs voeux aux futurs con
jointS.

Deptande d'emaloi
Jeune home : Diplome
en Relations Internationa -
les, d'Hamiton Colleg- U.S A.
Itcenci6 en Bus ness Assu -
rance de la Chamber of
Commerce de -lochest r
U.S.A.
Parlant couramment fran
qai anglais. espagnol.
Deux ans d'cxpr ence (n
Statistiqu~s Economiques.
Telephone 4-0043 : Matin
7 lieures a 9 heures Apres
M di h partir de 4 heures
P. O0. Box 2214

er&e* 4e Mine. Vve
Dervilier

nee Caridad Jn.
artist
r ax V-.i a anionce i, de
ce, survtinu ift a iuvem I o
I L u inLi iu V, 0v1 L-..Cu., i.-
Lilail'a Ub V., i nee L-o,'.udd
Jn Baptiste.
1-L, pePn. bie crcuns -
tajiC LV-d ve.1 L tL i5u0l -
vuli.ste prL.' nltenll 1, uri
mIllpjdah.b S eaS eianLt iVL
LL Madane R lily Ulivi r
ivionOeCur It IfviamuIn Pr Ce
Uil Vfer, a M.uname- veuv.
Charl(c_ Brutus lie- Velu
Olivier a Madame Veuve
LcupulU it -Iidut Ince JuL u.i.
O..vier, hiuns.iui et i iaa .-
nI. Chartcs 01 ,Itr, ',imon -
sieur Marc 01 Ver, Monls u11
(t Madame S re Laudun *It
Madame nee Anne Mar Ol
viIi, Mons.eur et Madam;
Ely Ala n, Madame nee
Yvett 01 v -i. Madame Zul
mie Olivier, a ses petits en
tants Muonsll. r i t 1 ......-
Karl 01,vier, Mon i ur ct
Madame Ejiii. Bias Mad;
me ne- Glady:, 01 v- r. Mol
sour Claude P. 01 vier, Moi
sieur et Madame Jacqu s P
0.,vitr et fam.lle, a Mon-
s a r et Mad.rme Fronia I
01'v or et family Mon-i( u
Castello et Madame nee G
raldine P. OpIv'er, a Made
moiselle Genevieve P. 01
vier, Monsieur Pr ce Jun'o:
Monifur Rgnn'd P 01i
v cr Mademoiselle Daniel
P O;v r Monsi ur Alex I
01 Olvir, Monsa ur Mario I
O'v'er Mons our Patrick I
01v'pr Mdmn':so'lP Chn
tn' P. Olivier. Mademo s'll
Emmanuelle P. Oliv'er. Mo
s'eur Georpes Renaud. Mo
sieutl ct Madame Robert R
nnud. Aux families : Oli
v:'r. Jn. Bapt' t. Renaum
B'ns' et a tous les autre
pnrent.s o1 amis eprouv6E
par ce deuil.
Les funer.il'es de Mada
m- Veuve Dorvilier Charle
Cliv'er nee Car'dad Jca
Bapti: te seront chantdes 1
Mardi 8 Novembire a 4 her
res P M. rn I'Egl'se du S
cre-Coeur de Turgeau.
Le convo' partira dp Pa
Villa Sacr6-Soeur of la d
pouolle mortelle s ra exFp
s6- rls 2 heures.
N B.- T,a fam'll recevr
Lund! .nir 7 Novembre dp
S8 hbrures clu so'r a Pax V
la Sacre-Coeur.



A VENDRE
Une Jet p Cherokee 1974
6 cylindres et un Cam on
Ford F-600 17l1, 8 cylin
dres.
Les vdhicules peuven
etre vus au llureau de 1i
HACHO du *. Octobre at
10 Novembre 1977.
Les dltu veileuces seroni
,.ndts conitre ca-h au plu;
oitrini-qul autra a pavr leia
dolts de douanoe eit its taxes.
Les of Ires .-tront revues
ou- pli cachte et l'ouver
ture des plis aatesaeds a la
HACHO aura lieu le Vendre
dl II Novembre 1977 a 10
heures a. m.
HACHO
1, Avenue Marie Jeanne
Olt6 de 1'Exposltion
Port-au-Prince


* SANTO-DOMINGO Le G6
neral Valdes HIlario, an-
cien Ambassadeur de la R.D.
en Haiti, a iet nomme cce
malin Chef d Ktat Major
par interim de for'es Ar-
mees Dominic s, par le
President Balaguer.
11 remplacera durant une
quinzaine de jours le nou-
veau Chef d'EtatrMajor, le
General de Division Marcos
Jorge Moreno, :nstalle sa-
medi apres-midi. Celui-ci a
pris 1'avion, ce matim, en
compagn.e de cinq Officiers
superieurs, cn vue de partici
per a la XIIe. conference
i.zieramericakne annuelle
des Chefs d'Etat Major des
Fore'-a Armees de cet h6mis
phere. Cette reunion se t en
dra a Managua (Nicaragua).

Le General de Brigade,
Neid N.ivar Seijas, Comman
dant en Ch'f die la Police
National Dom'nicaine il
s i6 promu GEn.ral de Divi
S seon.


MANIFESTATIONS
ARTISTIQUES

Exposition
d'artistes
Ihatiens a New
York

A la (Communily Galle-
ryn du <(Brooklyn Museumn,
e t ouverte actuellemenit
*una exposition d'oeuvre de
10 artistes haitiens vivant
aux Etats Unis. Cette expo
s'tion qui se tiendra jusqu anx
4 Decembre present de
oeuvres de Spencer Dej.is
(Fort Grena, Brooklyn),
Tous aint Auguste (Que us),
Raphael Denis (East Flat-
bush, Brooklyn), Eric Gi-
rault (Manhattan), Fritz E-
douard Joseph (Flatbush,
Brooklyn), Lucner Lazard
(East Flatbush, Brooklyn),
Henri Merceron (Manhat-
tan), Abraham Mucius (Flat
bush, Brooklyn), Georges
Ramponcau (Queens), et Ber
nard Wah (Queens).
x xx x
Cehie 'i:ma,.ne, prc sa-
ment le Vendredi 11 Novem
br de 5 d 7 h. P.M., le Mu
see d'Art Haitien du Colle
ge St-Pierre presente, sous
le titr.a (Tap's erie d'Ha tie),
1 s dernieres oeuvres de Da
niel el Ginette Taggart.

A vendre
A VENDRE CHARCUTERIE
Une charcuterie important
te est mise en vente. S'adres
ser au Secretariat du jour -
nal Rue du Centre No. 212

nces dwe Mine.
BaHS.a8ieOUP
Rerradel nee
Dinhomene
Bernadel
Pax Villa ennonce le de
cos :urvenu le 4 Novernbrn
de Madame leaussancour,
Bernndel n6e Dipomene Ber
nadel.,

En ccttc pen b'e circons-
tance Pax Villa et Le Nou
veil ste pr6sentent leurs sym
pathies a ses neveux et niI
ces Monsieur t Madame An
drd Ath s et enfants, a Ma
dame Henry St. Illien ndr
01,tide Bern.del, a Mad,.
rrte Renaud Brutus ne.e Ma
r anne Bernadl. a Mon -
seurc et Madame Sarv ur
Bernadel. et "enfant-, A Mon
s'eur le Colonel Jean Ph'se
me. Madam: et infant,, af
Monsieur le CH-onel GOrard
Louis Madame et enfant.I, .
Mone'eur et Madame Sall-
me Abraham et infants a
Madame Lilianne B rnadel,
a Madame Jules Bernadel,
a res fill'ules : Rdg'nald
Gordon, Marjorie Gordon,
Aux families : Bcrnadel,
Athis.. St. Illien. et a tous
los autree parents et allies
dpouve- par c-" deul.
Les funerall'e. de Madri
me Bauis-saiicoirt Bncisadti1
nee Dipliohiienr Bei ad,. :iwt
ront chainte- hI .iar di 8
Novembre a 4 heure P. M.
en 1 Egl'-e de ainte P i-rna
dtt..I ou la dipOi I!" r-Ir -
telle scra exp.)ee des 2 lieu
res
L'Entrec m; cimetiera sot
fera par la Barrlire princi


71 ale.


si


N A ANTES .....

AUTHENTIQUES ..

LES DANSLS SACREES DE BALI


Au Theatre Triomphe


I .- ... ... .

40 MUSICIANS ET DANSEURS AVEC DES INSTRUMENTS AUX SONORITES
ETRANGL.S. DFS COST"UM-IS DL GUERRIERS RUTILANTS. DES FILLES-
FLEURS DUlNE INVOULTANTE GR.1CILITE. DES MASQUES, DES ORS. DES
PERLES ET DFS. DIADIMES. TOOUT LE FASTE ET LA POESIE MYSTIQUE DE
L'ART D'EXTRILME ORIENT
UN SPECTACLE COMPOSE DE DANSES RITUELLES ET BARBARES, SURVI-
VANCE DE L'EPOQIUE FEODALE EN ASIE ET DE LA MAGIE ORIENTALE. EX-
PRIMEE DAiS t'NE CHOREGRAPHIE FREMISSANTE REGLEE A LA PERFEC-
TION.

Marni 8 Novembre, a 8 h 30 au THEATRE TRIOMPHE

entrees,$ 6 et a h. Cartes en vente en ce moment


EN PERMANENCE 6 H 30 ET 8 H 30


(suite de la 16re page) ni
tuo
ourct,e naturelles,et de pre U]
ervation du milieu mar'n be
[an les zones qui sofit l'ob
et de cet Accord.
La parties haitienne, delU
guee a cEs n.gociations a
ete. composee come suit,
av'c titres et attributs :
SErge Elie Charles, Am
bassadcur, representant
d'Ha ti aupri; des Nat ons
Unies Prisident.
Jacques Andrd : Stcr6-
taire G6neral au Dpt. de
1 Int6r'eur avec rang d'Am
bassadcur.
-- Yvcs Masil.on: Intro-
ducteur des Ambassadeur;
et d M'nistres av c rarng
de M nistre plen'potent'a're.
Colonel Raymond B -
Orool : Commandant du
Corps du Gin'e des FAD'H
et Dir cteur d- Geodesie ct
de Carfographle avc rang
de M'n' tre pln'potrntia're.
Yves Franco's : D'rc-
tou-i d a Affaires Pol'tiqu^s
aux Relat.*onr, Extirieures a-
vec rang de -M n:stre Con-
seill'r.
Rdmy Math eu : Dcrcc
teur d.s Affaire_ Juridique;
aux Relations Extir:eures
avec rang de Ministre Con-
s-iller.
Clov s s. De:sourcs : In
gdni ur, D recmnr As distant
du Serv ce de Gdod6sie et
de Cartcgraphie avec rang
de M'nistre Conse'll r
Comme 1'a declare 1'Am
bassad ur Charles a un group
pe de journalists, ce mat n
d la salle d- conference de
la Chancelleril. ces n6go-
ciat'on kon+ t6 1l'occas!on
du premier contact entre les
govern ments cubain eu
Hb'ti'n d-pu'r plus de 18
ans)>.
D'aprds cq que nous cro-
yons savo~r. le gouverne-
m-n* haitien enviragerait
d'entrorenp.dre toujours
dans le cadre fie la ddl'ml
tation d-s frontidres mart'
ines dc ndgoc'ation- nrsc
P.s eouvPrnPmmnti de la Co
Inmb;ep d a1 Popubliquc
Dominicanec d- la Jamai-
quo et de- Ilrs Bahamas.
C-ro -


TvSMoide

Des abonnies nT Us e iena-
lent que des es- de typho ilB
aura;epit tl detectedi n Plai
ne du Cul de Sac C-s eas
oatrai'ent ete reconniu, .nus
disent-ils. graie. anu ro-
Idp-.n-f tic d, Vi'al.
diagnostic de Vidal. Nous
transmettons ces observa-
tions an Ddpartement de la
Santd.


2 HRES 4 HRES


"Ballet Bali"

SALLE I MARDI 8 NOVEMBRE 8 Hres 30
$ 6.00 et 8.00


de la chafidleur



AVIS T," '. -,- -.

ed in the United Sa Offre d'emploi
wo different schools
many and U.S. Ma- cretre pou.nt, r
diesel repair mainte-
expErience. Just re- vaillcr de 8 h-ure. A. M.
ter 14 years in the 2 he -re- P NM Con-
Stated. Looking for tacter Burau d'Inrfrma-
for. i or-s Institut Techniqud
6-2227 A, uin Tel. 2-0125
or Mr. MACK.
gsosO"ooueose;".ia.,,


IdI,


-sp~Ejr~rr ~ s~rO~;OOCOC~ CGC~


L'INSTITUT F




PR EYE



Le Mime Yves


"HEIN


OU LES AVENTURES D


6LM NOUVLFIAMTW


~;i~6~,~rir--~i~Ya~4i~i~u*EJ~r~8~0ajs


-C -


Mercredi 9 Novembre



A 8 Hres du Soir



Entree : 15 Gourdes

me a-B9r~ yr-SW'wwow


1I '. -


8 8RS de silence


RANCAIS




TE



Lebreton
















E Mr. BALLON




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs