Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09916
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 4, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09916
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




Accord Franco Haitien

POUR LA SUPPRESSION DU VISA DE

COUIT SEJOUR
Cette semaine, l'op'nion b6en6fciaires devront toute-


puoitque nlaiEriiui s t>L e-
ilui aocs ill.sus pr.ses con
trt les rec.so-iis saasis ha.-
tiens se rendant so t a la
viartinique, suit a la Guade
loup-. Les populations et
les autorites de CIs Departe
mint, Ifranga s alarmes par
1 arrive massive des tra-
vallcurs haitiens, que le
march du travail dans cts
territoires ne peut absorber
in etaieni arr yves a c-, nme
sures.
Dcs son cote, l'actif M nis
tre de l'Interieur, notre a-
mi Aurelien C. Jeanty. tn
vu de fair re pectcr l'ac-
cord franco-ha t en du 22
A-cfit 1956 el do proteg r en
meme temps i s citoyt ns
haitiens victinme souvent d'a
geiilts qug font im rot r des
(mnervelhl s>> itux yetux de
c( ri'ta is coinpli notes, a pas
se des instructions au ervi
c d c ,mrigiriion it de
l'linm gr'al on pour .qu'un
Cntliroh' s'r cit solt exerce
sur le miouvt nient dis vo-
yagoilrc vers la Marl'n que.
la OtG-Il hloiut it la Guyane.
Daiin I but de renseigner
conmnltcinint l'opinion, le
Mun'stre Aurel en C. J"antv
met en evbdencie 1'accord
frlnlco-tanit,,n dont le Itcxte
'si nnbl e ci-contr r pour
1'edf caton i !O tonls.
y xr-. x

Le Gouvern-ment Ha lien
et le Gouveriieinent Fran-
cait. dans le but de facili-
ter le, voya-ges des haitiern-
enl France et des francais
en Haiti. sont convenus de
,'e |ui su:t :
I a) Les ressortissanut
hailien- qui se rendent en
Fraic-e melropolitaine, en
Algeric. ou dans les (ua(r.
Department de la France
d'Outre Mer (Guadeloupe.
Givane, Marlin'qun et Re6u
ninn). pour 'des stjours ne
dfpassant pa-. une durce bde
trois moist au maximum.
sont di-ipens6< de la forma-i
lite du visa consulaire I,:"-
x x


fois voyager munis d'un pas
sport national en Cours de
validity et de moyens suf-
fisants pour subyenir A
leurs frais de sdjour dans
le pays de destination, aus
si bien qu'aux frais de voya
ge de retour dans le pays
-de provenance on a destina
tion d'un pays tiers.
b) De leur c6te, les res-
sortissants francais se ren-
dant ein Ha.ti beneficient
des memes avantages, souns
r6srve de -sati-faire aux
memes conditions que ci-
dessues.
II Pour les s6jours que
las re-sortissints haitiens
sophaitera ent fire dans lis
Departements de la France
d'Outre-Mer, lea voyageurs
d vront, conformement aux
prescriptions actuellement
en vigueur dana ees territoi
re-, faire le depbt, entire
lea mains de la compaginie
dn navgatiot qui aura d6li
vrc le billet de passage,
d'un caulionniment equiva-
lant au prix du'billet de
voyage du retour. Ce d6pdt
ne sera restitul que sur
maii-lev6e du Pr6fct com-
petent pour le territoire.
Sont toutefo s dispense s
de cetle obligation, les vo-
yageurs -en transit et lets
tourists en possession n'un
billet de passage a desti
nation d'un pays tiers.
Ill Les resaort'ssans
lisatlins quittant la France
ou les Departements d'Ou-
tre-Msr -susmenlionnes et
les francais quitfant Haiti.
scnlt dispenses de la forma
1'te du visa de sortie.
IV -_ Les disposilion.s dn
pr6-eni accord entreront nll
application d dater du ler
ecenibre 1956 et resteront
-on vigueur aussi longtemps
qu'elles n'auront pas etA de
nonees'ci avee un preaivi
'un mois, dsi la part d
1'iuie des deux part es con
tr-cwtant- ,
Port-au-Prince le 22 Aonit
19 6.
xx x


M- referant a l'eclhange
trd not s tii da l de ci itlour
concernant la suppres-sion
dru.yisao t.n.-ulir,. An bene-
fice des r -r', ..nt-. hai-
tiens se rendant en France,
en Algerie. ou dans les 4
Departen-m nt d'Outre-Mer.
et des r.ssort slants fran-
cais se rendant en Haiti
les Gouvernements francai'
ct haitien soulnt d'acceeord
sur les dispositions c -apres.
destinees d faciliter les pro
longations de sneour pour
une nouvelle period dc un
a 90 jour-,. sans forimalite
du v sa con.ulaire au pro-
fit d.'s voyageur.n su,-di-
gnes.

I a) Les roesorti-sants
hait ens be'neficiaires de la
convention frtanco-ha tIetine
relative a la suppre ion du
visa consularr, pourront.
s'il, le de''rent, prolonlter
leur sejour en France pour
uny nouvelle period de un
a 90 jours, a conduit on tou
tefois de sali'faire, aupres,
des Prefectures competen'-
tes., aux obligations >ui-
vant's :
Faire la preuve qu ils
sont t tulaire.s dun paise-
port national en course de
validity;

Justifier de moyenis -uf
fisants pour subvenir aux
frai, de prolongation de se
tour et aux fra's de retour
dans le pays de provenan-
ce ou A de-tination d'un
pay- tiers.
b) De leur cot6, les res-
sorti'sanis francias benefi-
cent en Haiti des memes
avantages, dans le, meme-s
cond tions que ci-dessus.
L'autOrisation pre- ctorale
sera accordee sans porcep-
tion aucune de frais quel-
conques, sauf les d-oits de
timbres prevus par 1 s le-
g.islations resptclives.
Les clauses de dmnon a-
tion des dipositton,: de cet
te l'ttre confidbnti'lle se-
ront identiques i cells de


l'accord prevu pour la sup
presa-ion de la formal de du
visa ron-ulaire.
Port-au-Prince le 22 Aout
1956.


Dans- la mise au point ph
bl ee le Jeudi 3 Novembre
1977 par la Mairie de Port-
au-Prince dans Le Nouvwl-
liste, je lis : (...L'urgence
qu'il y a de fair disparai-
tre ce/le pla'e que consti-
tui la Croix des Bo-sales...
Dans mon opinions ce
n'eti pus la Croix des Bos
sales qui constitute une plaie
it fair dispara tre. C est plu
tot le pihoux etat danis le-
quel la plupart das edil-s
de la Capitale 'out toujours
la s'e ce march qui cons-
titue cette plaie.

Et ceux qui y perc-vaiont
d e s taxes exhorbitantes
d e c s marchandes de-
puis des decades et des
decades. Et ceux qui. ne dis
posant plus de ces taxes
nais d'autrcs fonids assez
mportants, les ont plutot
employes A des fins moins
urgentes qui pouvaient al-
tendre.

Quelle urgence y avait-il,
en effect. a depenser tant
d'argent pour cloturer en
f-r forge Il6tel de Ville,
la place derr4ere 1'Hotel
de Vill_. la place en face
de la Cathedrale, le Champ
de Mars etc? Mas quelle
urgence y ava.it-il d faire
la coiitause acqui-ition d s
rcam ons balayrurs que I'on
ni remarque plus parce que,
"parait-il, en pannm ? Quel-
l, urgence y ava 1-il A a-
cheter A prix d'or ces autres
gros camions dotes de ces


DIRECTEUR : LUCIEN MONTAS
ADMINISTRATEUR : Mime. MAX CHAUVET



La th se du complot

centre Kennedy


NEW YORK (AFP)
Les ; ur 1 as
sassatat du Prdesdent John
Kennedy qui se succedent
depuis plusieurs jours a la
une du (Daily News> et du
tidiens newyorkais a grand
tirage, ne sont pas parvenus
a lever le mystere de 'affai
re.

Deux per. onnages de rtpu
tst on douteuse se partagent
la vedette : Marita Lorenz,
qui aurait v6eu huit mois
avec F'del castro avant de
passer au service d2 la CIA
et Frank Sturgis. un anc: n
< plombiers du Watergate,
qui apres avoir combattu
dans l'arm6e cubaine eta't
dev nu un Agnt de la CIA
Si l'on en croit 1.e deux
quotidens Darita orenz a
recemmcnt declar a un
mlembre de l Comin'ssion


sur Its assassinats de la
Chambre de. Representants
qu'elle possedait des docu-
ments et dbs photographers
prouvant que Frank Sturgis
avait tire l'une des balls
qui tua le President Kenne
dy. Cette declaration accre-
dbte la the e d'un complot
centre Ktnnedy. Selon les
conclusions contestees -.
de la commission Warren,
- lee Harvey Oswald avait agi
seul.
Face a ces ,
Sturgis a centre attaqug.
Arrete dans l'appartement
de Mile Lorenz et accuse de
tentat'ves d'intimidation, il
est rtlache deux jours plus
tard sous caution de 10.000
dollar-. Selon le sPost ,, ii
decare que Jack Ruby (qui
tua Oswald dcbx. jours apres
I'assassinat de Kennedy) s'e

(voir suite page 4)


Nous aurions pu nous dis
penser d? repondre a Lettre
Ouverte a 10pinion ,parue
dans Hebdo Jeune Pi'rs-e.
Volume II du 26 octobro au
2 Novembre 1977. sous la plu
lme de Madamn,- Maric Car
nel CAMBRY. etant done
que ce que nous ecrivons -st
un peu le reflet de ce que
nous somInes tant 11 est vrai
que l'homme parole de l'a-


gro-ses boit-s mecaniques ?
Alors que deux ou trois bons
jeeps de deuxieme main
pourraient tirer des ira 1- rs
- comme ceux utilises pour
les chars de reines earnava
le-quas -. qu'on. aurait A
p-u de frais converts en
grow.es boite- capable de
contend r chacune et a la
fois au momns deux fois plus
que nWen peut transport r
un de ces cofileux camions
qu'on envarra a la feraille
i la premiere panne serieu
,e.
TLn peu plus ioin je Is
aLa Croix des Bos-ales po-
se un problem majeur...
Nous ne c-saerons de r pe-
ter que son insalubritA coms
titue une menace pour la
sant1 de la population... De
puts le 15 Octobre le DA-
(Voir suite page 6)

Un kidnapping
ratty

Iundi matin 31 Octobre.
son once, accompag7ne du
chauffeur de sa voiture pri
vee, deposa't devant la fa-
cade du Collges Bird, son
neveu, un garqonnet de
huit ans. 616ve de cette inis
atution scolaire.
A mdi, 1'enfant ne sor-
tait pas die 1'etabliss-ment.
El 1'on constaait qu'il ne
s'etait jamais presented en
clas-e.
La Police fut immediale-

(Voir suite page 8)


bondance de son etre. Nous
sonlmms memoe persuades%
que le lecteur avise a deja
approfondi le contenu vitrio
lique de certaines expres-
sions tells que : n'e, militarism de salon,
thuriferairc, ccnseurs de
conscience, gouverneurs de
la suepr, eta(, autant d'ex-
jpii'zs5IOtiin I L'teas ipar Mid.'
me Marie Carmel Cambry,
SLcencieie,> en Droit, Educa
tr'ci de carrier. pour signi-
iier sa reprobation et son
desaccord au Directeur Gte-
neiral de la Radio Nationale
qut lui a decmande de fair
une misc au point sur un ar
t cle paru dans le No 33 du
18 au 25 octobre de Hebdo
Jrunc Presse. article qui sou
levait un point de droit met
tant 'n jeu les interets de
la 4VRD. Ri do Nationale,
Institution d'Etat b6nefi-
cisnt de l'autonomie jur'di-
que et financiere.
C'est la un art cle parti-
cuierement interessant par
occasion qu 1 nous offrI
de faire le point, san, es-
prit de polemique, sur tou
to une multitude de ques-
tons En rapport a :

1s L Obi gat on a la Loyau
te;
21 Les Relations Interper-
sonnelles;
3) Les Droits et Devoirs
de l'Homme:
41 La Defnset de Droits
de la 4VRD.

1. L'OBLIGATION A LA
LOYAUTE
Nou;s n'apportons aucune
nouveaute A information
de nos sympathiques lec-
Sttuirs en prec ant que Coux
qu enIr. t'ennent d.s rela-
t on.s ie travail avec les di-
rig; ants d'uon Institution
Publique ou Prcvee sont lies
par l'obl'gation d? loyaute.
C'est Ia une exigence mora
le c'-li garantit les :ecrcts
de rIns Iotu ion et preserve
sa reputation et s's nnt6rlts
de tout alea.
Les Contis et Lsgendes du
T rroir. mi s on concuo, et
r6nl's e nnr i'Equi), Conies
el T6gcendcs A, nartr des rIs
sources mnteri 'as et (huinl
noa d" Rnd'o Nnt'onale ne
const tue point une ide y ven


Carrefour qui f6te aujour
d'hui son saint patron. la
St. Chafles, est une ville en
train de se developper;
mais certain se demande-
raient pourtant, quel deve -
loppement ?

LES REALISATIONS
A CARREFOUR

Tant dans le secteur pri-
vA que dans le secteur pu-
blic, les realisations A Car-
refour, ces derniers temps,
sautent aux yeux :

lo) Sur le plan des loi-
sirs. Carrefour compete des
Night Clubs. des hotels, des
plages, des cin6s et la tel6
vision etc-

20) Sur le plan pratique,
Carrefour possede des ban -
ques, des super-marchrs, des
dry, des banques de borlet-
te des boulangeries, des mar
chdies populaires, des facto -
ries, une librairie etc.


due par Marie Carmel Camn
bry a la 4VRD. st Lant est
cquon pesut parler d'lnven-
tion en matiere d'emission
racdoplioniquc. la Radio Na
Lionale n'expluite le brevet
di. pcrsonne. Mine Cambry,
au moment de rolliciter son
niploi a la 4VRD avail trou
ve Mme Judith Lavelature
et consort en pleine activitA
dans les Contes et Legendes
du Terror.
Alors ,quand part l'arti-
cle <'Mass Media,> sous le si-
gle N. M. avec allegation
que cette emission etait une
reali.saton de Madame Ma
rie Carmel Cambry, nous
avons cru devoir dis -per tou
te confusion entire les inte-
rets de la Radio Nationale
et coux des T'ers en invi-
tant la pr'nc pale interessee
A fire la mise au point sur
cete ,uec tion de droit d'au
teur. Mais Mme Marie-Car
mcl Cambry n'a pas enten-
du la chose de cette oreille.
Comm- j'ai re6tere mon in-

(suite page 3)


La St Charles
aux Gonaives

La ville des Gonaivss ce
lebre aujourd'hui dans 1'al
legresse son celeste Patron,
St. Charles Borromee Eve-
que.de Milan.

Par une delegationi
Son Ex. le President a V.e
de la Republique, M. Jean-
Claude Duvalier, s'est faith
representer aux festivitls re
ligieuses, sociales et poltl-
ques, qii se deroulent A cet
te occasion en la Cite de
l'Lndependance. C e t I e
delegation comprend le Se
cretaire d'Etat A la Sa.nt6
Publiqune (t a la Populat .n.
le Pr. Willy Verrier, le Se
cr6taire Execu(,if du Chef
de 1'Etat, M. Gerard D. Pro
phete. 1 Lt. Pi-rre Bamby,
de la Maison Mil tare du
Pre ident de la R6publique.
Notre correspondent nous
s'-,nale qlie0, dpuis 12 31 Oc
tore, se trouve aux Gonal-
ves leleer. Depute de cetia
ville .et Serertaire d'Etat
sans p9riefeu'lle, M. Henry
P. BAYARD.


30o) Sur le plan de la San
te, un dispensaire hospital,
des pharmacies, des clini -
ques privies etc.

40o) Sur le plan de 1'6du-
cation des Acoles primaires
publiques et privees, des Aco
les secondaires (pas beau -
coup), une Acole de fforma
tion pronfessionnelle.

5o) Sur le plan de l'urba
nisme, Carrefour a son ser-
vice de telephone (local et
international) etc.,

A cela, on peut ajouter
des constructions de toute
sorte qui ne cessent de s'6ri
ger a Carrefour.


Rue da Centre No. SIX
Site Postale : 1816 S616phone : -IndH



Carrefour, quel developpement?


OU COMMENCE E
FINIT GARREFOUL

On appelle, en

la route de Mai
Mariani, la route
four. 11 y a peut At
son; mais Ce qui e
unable de constater
Carrefour, ,avec la
tion d'hotels,
Clubs et autres i
finit par int6grer
dans son aire.
dans cet 61argisst
trial, 51 y a une w
on dire. sombre.
personnel 6migr6e
pitale a la rechi


(Suite page



COMMUNIQUE


La S cretair-rie d'Etat de
la Coordination et de lIn-
lormation fa't savoir que
l'objet de la nouvelle re-
pandue par une Stat-on de
Radio autour d'un numero
d- lotcrie qui liii aurait etc
urescnte, nouvelle r6p6-
tee inconsider-ment par
d autres Slat ons de la Ca-
pttale. n'a2: ren moins
que 1-, eas isol6 de la super
chcrie d'un escroc dont a
ete victim un placier.

D'apres les declai nations
precises fournics par le Di-
lecteur General des Pres-
ses Nationales et le Direc-
leur de la Loterie de 1'E-
tat Haiti'n, oucune fraud
n'a ete commise au prejudi
ce de personnel.
La Secr4tairerie d'Elat de
la Coordinatiois et de 1'In-
formation en prend occasion
pour mettre en garden les
journalists de la Presse
Parl6e et Eceite centre cer-
taines nouvelles qu'ils s'em
i5ressent d'accrediter, af-n
d'eviter toute fausse inter-
pretation prejudiciable au
hon renom des Institutions
du Pays, au moment oif le
Gouvernement de la Rnou-
blique s'emploie A renfor-


c:r lordre emt la
tous le doma net
national.

Pierre G
Secretaire

Les border
d'Electricite
Ne ces-ent de
7ir depuis deux
plaintes continue-
jet de la
d,-s bordereaux
t6. De 1'avis un
tous ceux qui 0o
1'etranger, les p
par 1'Electricitd
tituent les plus
monde. En .effe
porte :
4 ets or ou 20
pour les 40 kws
res;

4 cts or et der
et demi de gour
100 ks suivants;
5 ets or ou 15
des pour les 4
vants;
6 cts or ou 30
de au dessus de
justement bas6

(Voir suite


La 2eme. journey

de M. Levesque a Paris


PARIS (AFP)
La cooperation fanco-que
bcco.se a franchi un pas
de plus: desorma s des ren
contres regulicres auront
1'u, au n.veau des pre-
m '.r. Ministres, alt(rnati-
vcment en France et au
Quebec, a-t-on announce, jeu
di, au course du deuxtbme
jour de la v site officiella
en France du Premier Mi-
n stre du Quebec, M. Rene
Levesquo.
Conforme aux d'spos tions
du proces-v roal Franco-
Quebecois de 1967, cette d6
ci ion a ete pr'se mercredi
lors du premier Entrefien
entire M. Barre, Premier Mi
n'stre Franqais, et M. Leves
uoe, mais le pr6sbdent Va
16ry Giscard 'Estaing s'e-
Lait r: erve den faire lu-
meme 1'annonce officielle
A l'occas'on du dejtuner
qu"l a offert jeudi A 1'Ely-
sur, en I'honneur du pre-
inm'er Min'stre du Quebec.
C it,- recoo'ion A laquel
le asistaient tous les mren
bres du Gouvrnemrnnt Fran
cnii A l'xcm,:onn de Mon -
sipur Raymond Barr-. a eta
umsrnitPe par des e-stns de
cqrnpttr excepnftnnunl
1'endro't du premier Mnis-


tre du Quebec : avant de de
jeuner, Monsieur G'scard
d'Estaing a remis A Mon -
'neur LYvesque la medaille
grand offucier de la leg'on
d'honneur. Apres le dejeu-
ner qui a ete suivi d'un en
tretien en tete a tet- de
pres d'une here, il 1'a rac

(voir suite page 2)


T OU
R ?

n g6n6ra

rtissant
de Carrm
"re unep r


A la base du developpe
ment se slue la necns ite
d'augmenter la production
it la product vit6 en tavort
Meant particulierement l s
pi t tes entreprises agricoles
(t industri-Ile Cec supp.
se l'appui d'une technolo-
g'e iise au sc'rvice de i'nf
fort human Une tcchnolo
gie es unt ellencnt adapted
aux cond tons locales.
En effet, un equ'pement
tris perfectionne et tries
cofiteux est parfaitnement
r notable pour un pays oil
la main d'oeuvre est rare
ct le capital g6n6reux. U-


VENDREDI 4 NOV. 1977

D ~ ~ O NO OLDNo 30.657
82EME ANNEE









FORDB M 1896 LE PLUS ANCEN QUOTIDIEN D'HAITI MUEBK DRL L'ASSBOCIATION INTERNATIONAL DE PRESS I


st raison- II eat l ureux que vous
rest onue ayez lnscrit Port-au-Prince
Sconstrue dang votre periple de re-
de Night tour. Ce qui nous vaut S'oc
SMAriani, cas on de saluer en vous cet
cette zone' impo-ant ar6opage de Mai-
Pourtant, res francophones.
ement terri Nous regrettons vivement
note, peut- davoir 6t6 prtvenus tres
Certaines tard de votre arrive parmi
_s A a ca- nous. Nous aurions pu vous
erche pro- recevoir avec tout le fast
que meritent des personna-
litns de votre haut niveau.
Cc pendant, la chaleur hu-
maine de la rencontre de
ce martin, notre communion
dans 1'Txaltation des va-
leurs qui nous rapprochent,
indiqu-nt le sens pjofond
paix dat-s de notre hospitality a'nsi
s de la vie gue notre volont6 de nouer,
avec les Mairies que vous
representez des liens dura
OUSSE bles sur le plan culture
d'Etat et 6conom'que.
Vous aurez i'oc*casion, au
raux course de votre sejour que
nou-souhaitons reposant et.
e agrea\ble, de d6ecouvlnr les
nous parve pittorgsques paysages de
moas des Kenskoff, la rihess de sou .
Alles au su venirs de 1'ancien Cap Fran
h a u s s e cais, cette oeuvre fantati--
d'electrici- que et merveilleuse que le
nanime de Roi Christophe a 6difee sur
t voyage a un nid d'aigles inaccessible.
rix affich6s Vous vous rendrez comp-
d'Haiti cons te surtout de la simil'tude
6lev6s du de nos cultures places
t, le tarif sous le signed de la franco-
phonip. Notre communaute
Scts gourde linguistique cr661 entire
s. obligatoi-. vous et nous dqs liens que
;o ] nous*voudnr plu- sol;des.
mi on 21 cts O'est sur ce voou que je
de pour les vous invite A lever vos ver
res.
cts de gour Raymond L. ROY
00 kws sui- Maire db Port-au-Prince.

cts de gour
540 kws. A- sues reels
sur le coit Risques
de guerre au
page 3( Proche Orient
selon Moshe Dayan


IRAEL (AFP)
Le Ministre' israeiien des
Affaires Etrangeres Moshe
Dayan a estimc jeudi a Beer
cheva qu'il y avait des ris-
ques reels de guerre au Pro
che Orient a mo!ns que
des progress ne soient realism
ses dans la vote dune rolu-
tion politique.
S'adresgant aux Profes-

scurs et etudiants de l'Uni-
vers te de Beercheva, le MT-
n' tre a soulign6 qu'il n'e-

(Voir suite page 8)


ne scule machine peut fai
re fe travail de cent ou-
vriers. Le coft de la ma-
ch ne et :on fonctionne-
ment sont moins eleves que
ne le s(rat la main d'oeu
vre ex geante. Au contrairl,
ce nTeme equipment s'avA
re incompatible avec la si
tuat'bn d'un pays dont l'u
niqu- r chesse est ta force
de travail ou le produc-
teur a mince capital impor
te cet quipement comme
il Imnorte de la matibre
premiere et des pieces dbta

(Voir suite page 8)


/F CLUB SODA


TONIC WATER


By appointment to her Majesty the Queen


BITTER LEMON


GINGER ALE


..- i ., -- -.. i~UA -


Le NMaire Ry
accueille les
Maires
Francophones
N D.LR. Ce martin, une
imposante delegation des
Ma re- francophones a ete
reque a la Ma ne de Port-
au-Prince. Au champagne,
M. Roy entoure jies Edills
Ulysse' Pierre-Louis et Carl
Hdrard, a prononce un
speech 616gant que nous .
prenons plaislr A publier., t'-
Mesdames,
Mecsieurs
C'est pour nous uon plat-
sir et un honneur de vous
accueillir a la Mairie de
Port-au-Prince. Vous venez
de participer aux impor-
tants travaux du IX&''Con--
gres de la Fed6ration Mon
dale des Villes jumeldes,
l, tdnu a Pointe a Pitre (Guae'
deloupe) sur le th6me aLa
a, Commune, Etpoir du Mon-
e- de.>.
ai


Insertion demanded



Mise au point du Directeur General


de la 4 VRD, Radio Nationale


Lettre confidentielle annexe


LIBRES OPINIONS


Autour de la mise an point


de la Mairie
par Andr6 JUSTE


Coin du Jardinier

La technologies au service des

pays pauvres t




* .C


PA GE a


BOEING 727- OO100 C


CARGO JET
5HORT OR LONG TERM LEASE
FOR INFORMATION CONTACT '

FITOPAT FREIGHT FOWARDERS
PETiON-V/ILLY TEL 7-120
FORA FRE5H. MODERN APPROACH TO ALL YOUR FREiGHW
FOWARDING NEEDS: CALL FITOPAT .


(suite de la 16re-page)

compagn6 sur le perron, hon
nEar hab taellem.nt reser-
ve aux ch. fs d'Ltat.

Le prem er Mln.stre du Que
b.c a declnri a la pr l'e
que sc-t entretlen avail tdW
une occasion de ponfirmer
au niveau uper'eur de 1'6
tat la chaleur et le climate
vralment fraternal dans le
quel ma visit se diroule de
puis deux jours. Nous avons
parl6 de el'volution du Que
bee et nous avons gale -
ment parl6 des do-s'ers 6co
nom'ques>, a-t-11 dit.
Evoquant la midatlie di
la Legi'on d'honneur qui lul
a 61"- dicrn6e, il a ajout :


,al par hasaid cela creait
un incident, ce stralL un .n-
c.deni. avec le Queueu, pas
avc nol, car cette dist.nc -
t.on va au QutLo'.C Le non a
ma personn,--.

Monsieur Leve.qu. a Ins'3
[6 our la facon IiceCCCjepLa-
ble, inel6gante, mesquine
don't certain ont dianma se
sa v site en Frances. Mon -
situr Levesque a refu e le
terme de cnon-indiffdrence>
pour qualifier les relations
franco-qutbbcoises, t-:l dit, c'est une fagon n6
gative de dire les cho-es, il
s'ag't au. contaire d'une sym
pathie plus nu'active.
Dans l'aprs-'m'di, Mon -
sieur Levesque s'est ent ret-
nu durant' plus d'une Leure
avec Monsieur'Raymond Bar


- - -- re, uentretl en auquei ona-
s'sti plusieeurs Ministres
franga's et qub6ecois.
La reunion a port sur les
diff6rents aspects de la coo
pe ration franco-rqubecoise
commercial, industrielle
et culturelle. On est me de
part et d'autre que des pro
gres concrete ont 6tt r6ali-
se Un communaqu e co
mun sera public vendredi
sur ce point.
Dans la matinde, M. Le-
Sveque avait assiFt t une ir6
ception en son honneur h
335 BLVD JJ DE5SALINES' PHONE 2-2311 la marie de Pars, recep -
-- tion qui a r-vetu un eclat ex
ceptionnel. Le Maire de Pa
ris, Mons'eur Jacques Chi-
Srac. apris avou r remas So mi
Radio Cassette, Cartridge Cassette auto reverse daior de na ville dri Pnais
h son hote, a affirm sa con
v etibn qu e le Premier M-
Haut Parleturs et antennes pour voiture etc ... nistre du Qubec qui emcar-
ne l's aspirations du peso-
ple qu6becol )) saurait me-
nor >sa grande cntrepr'se
jusqu'o son terme.

Ene r'pons-, Monsieur Re
//II1 1/)liaes'iLevesque a fai' valoir
combi( n il etait impres .:on-

l/ Lvsite a l'hotel de villd


.entels distantt elntre la
---.France It le Quebec.

Le Premier Mn tre Que-
becos s'cot declare trts sa
ti faith d-siWs rntretiens a
vec Monsieur Barre et de
ceux qu' 1 a eus avrec plu-
sieurs autres mem bres du
gouvernement fra ncai s.


























IL"Hu arm, L


GREEN LAND



le bon lait de Hollande S.A.


Dl.ltrls : A et 0 Super Market
Tel : 2-0449


Distrs. : A et G Izmery
Tel. : 2-2144


:r~rP~%Y/~;ry'~%%%;~C~Yc(30~r,,;iCC~%10~


D.,rin i nl a d cl--
I,-,,Jrnal- *li:- [ p L'n -l I
a, i )it .]up1 'a -ant. d,:,la ,
,1 .-l c ,nripli I -. ; lll ll.:;
pour tl'-auie I ]r.. 1'UIPSS n-,
in-lerd" san-; ex.l C]) ici':n
de pr-ndr.? Ia p.r.l.- Mni;
ir- tlr l i--. rc pt= &- Dasa S; iri ;
precl'er It lii.ture: dc e c-"
razi-i,, '. i i ,ittl Otmplt?-
nirnl joleS-' -S ls 1 o,11
prr lIa parole cux q .I
le: d'r poE nis -ov'etiq.ue
voulalnt itn bi-ie enri:-ndre'
En iLponr.- ri unie qupts-
tlon. tM Carilo avaeit d'iu
rr,. parr rappele qit'ernire
son pnrll el le PC Soviet'-
aQlt '1 no s'agiEait pa
d'affrnntfmenfi tactiquFs
mal. blin de d'vergences
sur le fond..
M. Carrillo oulttera Mos-
cou com0me pr.6it vetdre"t.


ment de la Difense il fau
drait au moins 8 ans a Mos
cou pour y arrivu r.
Enf'n, ajoute cette etude,
5sin le atniricains dvaient
cuonreiller Les soti#tique'i
il- leur dira ent Uie coi :n
tr'r l-ur attention sur des
avions d'interception a long
rayon d'action et sur la mi-
sL au point de me'llurs mis


--^-.iQaoBmyn


farent de-. entrOtifns frue -
tcasUx,, a-L-til naique, ajou
L.rnt : &ious a\Loas U.seue atie
cnoita concrer.esa.
Le M n.stre d Etat Quebe
co:s charge de la j,.unes-e
et aes potst, Monsaur CIu
de Charron, a, pour sa part.
declare, que la part e quebe
co.se avalt demand i, Mon
st'eur Barre d'intervnilr au-
pris de la sociGti cA r Fran
c,> pour que les staglaires
de 1'off'ce franco-qu6bdcois
pour la jeunes:e pu'ssent be
nificier de tarifs aerlens in
firieurs de 10 pour cent aux
tarifs les plus bas en 1978
sur 1 Atantique 'Nord. Mon
s'eur Charron a prdcisd que
le gouvernement qudbicois
a,.,a; obtenu de cAir Cana-
da>> une mesure similaire.
Vendredi, derniere jour -
nce de la v's'terofficielle de
Mons'eur Levesque a Paris,
le Premier Ministre Qudb6-
cois prdsidera avec Monsieur
Barre une rtun'on de 1'offi-
ce franco-qutbbcoise pour
la jeunerse. Il donnera une
conference de press dans
1'apres-m di.


Watergate :
Enquete de la
police sur
l'arrestation d'un
des <,plombiers,
NEW YORK (AFP)
La Police New Yorkaise a
annonce jeudi 1'ouvwrture
d'une enqu6te sur les c r-
constances de 1'arrestation
lundi dernier de Frank Stur
gis, l'un des aplombiersa
du Watergate, dans l'appar
t ment de Marita Lorenz.
Celle-ci eqt un ancien A-
gent de la CIA qu. aurait
ete successivement la mai-
trcsse du Premier Minitstre
ciubain Fidel Castro et de
l'ancin dictateur vzn6zud-
Yen Marcos Perez Jimenez.
Sturgis, remis depuis en
liberty so6 s caution, a 61,
accuse de tentatives d'inti-
midaton centre Mile ,o-
renz apr s que celle-ci 'ail
impliqu6 dans la tentative
d'assassinal du Prn,;d -ll
John Kennedy i Dallas le
22 Novembre 1963.
S'elon sa version, Al1le
Loronz 1'aura't invited s0
rendre chez elle et il au-
rait et6 arrkiet immdiate-
nment par deux policies.
Fra7lq Sturgis qui cam
battit dans S'armie castr's
te avant d'entrer a la CIV
a touours nie avoir trempi
dans le drame de Dallas
Impliqu6 on non, il faudr:
6tablir ce- qui a pu pouse
Marita Lorenz d formule
une telle accusation con
tre son anc'en complice. S
lon Sturgis, elle aurait a-
git sous la pression d'(Agen
Communistest,.
Aprs avoir pa-s6 hui
mois aux cotts de Fidel Ca
tro. elle aura't 6t6 recrute
par Fraonk Sturgis pour 1'
compete de la CIA et char
gte d'assassiner le dirigeanf
cubain. Mais -e poison, qu'el
1e avail di-Fsmul dans u7
pot de dOmaquillant. avail
fondu et le complot echoun..



Carllo URSS :
vieoureuse
reaction du
Secretaire Gendral
du PCE
MOSCOU- (AFP)
M Santiago Carr.11o, Se-
cretaire General du Parti
Communists Espagnol (PCEi,
a vigoureusement reagi ju
di soil' a I nterdction du
discours qu'il devait pronon
ccr au Kremlin a 1Socca-
sion du 60eme anniversa re
de la Revolub on d'Octobr?.
'Au conrs d'une reunion
avec les e pagnols de Mos-
cou, il a m-me ms en cau
se les responsables soviit:-
ques en dteclarant : Les
:11.1-> r p.,,-i ,nt-. 'URSS
,-r I.- ]-., ti f I i -,I'm n'i.li't ,:I,- de-
n iiro ri 0


Une second etude reali- .
s-" par Te Penlagone nnnur
determi-ner cc que IURS '
devrait fa,ire pour arr-ver AVIS AUX AMATEURS -
repouser une attani" avec 9
des mniss les de croe iire con
clot qu'il faudrait a MOa ou z 0
.n ystile om....r.hi w UN NOUiEAU SERVICE
rnd"r ameriva'n Hawk ;t
missile anti-acr'ei. me nom. Silon le D parte- t
A S TIus les fromk.es

A AVIS de Fraice
L'Administration G6n6ra EN VENTE DIRECTE
le des Contributions rappel
le aux Entreprises benefi \
ciant des avainages de la ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS 1
Loi sur les Industries Nou- 0
velles, l'obligation qui leur GRACE AU CONCOURS DE
est faite par le d6cret du 26
e Septembre 1977 sur 1'Impot- AIR FRANCE CARGO REFRI'GERE
a sur le Revenu, de faire par-
a venir a la fin de leur ann6e
r financiere, a ladite Adminis
tration; leur Bilan, Etat.14
SdExploitation et de Profits esTel : 2-1809
et Pertes. '
- LE ISTROT.
Faute par elles de sy con
former, les dispositions de k r ZATeE
t article 33 par.agphe 5 du LE MANG R, 1 E LALUEi I t ;"
dit d6cret, seront appliquees
e centre les bontrevenants. 'enez n voir

0 Odonel FENESTOR, Av.
I Directeur Genmral r w- x w
1



NECESSAIRE DE PLAGE.



Deeptan X:

Creme solaire et a bronzer pour peaux sensible anx

rayons ultra violets avec ecran, rec mandadee'pour :

blondes, enfants, bibes et aux peaux sensibles.


Deeptan Cream:

Creme so'aire pour bronzage normal, sars briure.


Deeptan Rich:

Huile solaire pour bronzage pronence sans bruilure.


SDeeptan Supreme:

Huile solaire pour bronzaee supreme, tries prononce i

sans brulure.


S Deeptan Tan preserver:

Creme protectrice de bronzaee et humidifiante de

la peau, a base d'aloes et beurre de cacao. ,


S Deeptan Sunburn Relief:

Lotion antiseptique pour soulager des coups de soleil ef ,
douleurs connexes.


DISTRIBUE PAR UNITED TRADING
DELMAS 29 -- PHONE 6-1847


sLE NOUVELLISTEs


La 2eme. journee de M. Levesque:


VENDREDI 4 NOV. 1977


Le Missile de. refti e americain rendra
inefficace la defense sovietique anti aerienne


- - - - -


WASHINGTON (AFP)
Le s53sltme de defen-e ant
ti-airlenne soietiq4ue vu dlI
venir protiquement ineff cal
ce lor:que Les Etats-Uni
commenceront a se doter du
missile de croisierl eeti-
m:?nt des 'pec'alistei au
'Pentagone.

Selon ces experts, une itu
de r6alWke an course d l1'etd
dernier per le DipartLment
de la Difense a conclu qur
le missile de croisiere am6
ricain pourrait actuelle-
ment pdnetr-r les defenses
sov'dt eques. Cc missile, ac-
tuellement en course de mise
ati point, pourra atteindre
sa cible en' volant un>
dizaine de mitres du sol,
soit en dessous de la hau-
'teur minimum de detect on
diss radars.

Le systime de d&fence an
ti-adrienne de 1'URSS. esti-
me a 100 milliards de dol
lars, est, selon le Pentago
ne. le plus important du
monde. 11 e-t noani--"'+
compos4 de plus de 12.000
mi-sles (Sol-A r rentri is
'tr 1000 ba.es ?.600 avions.
Quelque 500 000 personnel
y' narticipent.
L s experts du Pentagone
estiment que le missile peut
&re mis au point plus ra--
pdsment qug les qaviti-
ones ne peuvent, amnliorr
leurs difens's pour fare fa
ce a cette menace Ils i7di-
quent qUe Moscon deva;it ri
penser au mosn 50 milliard;
de dollars pour Un nroeram
me d'urgence s'0l voula;ent
eFsnver de modernizer Spur
systlm.e pour contrer effica
cement ces missiles.


775MR V


-4



ROUTE DE DELMAS

vous avez le choix

ii


I Ll


siles anti-airiens.
Le missile de croislire a-
merica'n qui pourra stre
lance 'oit d une rape au
sol. soit de naires, soil d'a
vions, conwtitue un de.
point d'achoppement d.s
nogociat,'ori; ur un accord
Salt sur leo armes sirale i
jue3. entire le; Etats Unis 'e
I'LUniott Sovit(iqu:.
b5bo



I)g
g7A3\
^







VENDREDT 1 NOV. 1927 a NOUVE4ISTIC RAGE;


A&--, -- I I- y -- -orm --


(Suite de la lere page)


vitation une troisieme fois,
t lie a choisi de hausser le
ton et de recourir a ces pro
cedes devenu traditionnels
dc!puts son admission a la
S'i RD, procedps qui consis-
tint a s'adreser aux diri-
gants de cette station par
des propos fort peu confor
ness, aux principles du savoir
vivre.

Alors, la tolerance habi-
tuelle don't nous faisons
montre dans nos rapports a-
vec l(s collaborateurs de cet
tc institution a cede la pla
ce a la fnrmete vu que, trois
Jours avant, nous avons eu
a recourir a la sagesse g i c'est la propre expres-
seon de Marie Carmel) pour
rancher un confllt qui 'op
posait au Directeur de la
Programmation pour une
question d'assiduite au tra-
v il.

Cosmpte tenu des multiples
plucedeits : Prenez les dis-
positions Madame. Peut-on
lout a la fois pratiquer un
n.litarisme de salon et adop
tur la solution n de tolerance
it de reconciliation meme
quiand une collaboratrice
t'aitt si souo'-t sea supe-
i wtrs hierarec'.qu's par des
Jpropos in jurieix? C'eat peut
eire Ilun des droits de 'hom
me que d'insulter son sem-
b:abl? sans reference a au
imne obligation de courtoi-
oe. En tout cas, nous n'en sa
onils rien

". RELATIONS
INTERBERSONNELLES

Ce qui jusqu'a present fait
li force de la 4VRD, Radio
'.di'onale, c'et ireciement
genre d'atmosphere que
-.,u- rssayons d y maintenir
'! I nous inspDranit ds se-
iret, de la dynamique des
uroupes.
11 faut avoir tin sens raf-
find, dprouv6 d'abnegatiop


Lt ae conpromas pour era-
vaiisr ucn5s ui au*pp sEn* si
Is. u.asuqii.r per use su,..uss.
ija ia.ot'L.e 0e L su, e riee-
pcct ae ia cUmpLe.,nue CL us
la piSieOliiaiiLiL t iauUle,
Soin, Lies veanus qui o101t i UU
jeL nie nos inciinaeLons pei-
petueiles dans nos relations
avec lea coilaboiLacurs de la
Radio Nationaite. Si nous n a
vons rien a envier a person
ne, 1 neus para-t douc nor
mal de ne negager aucunan
occasion pour encourager
les talents, les genies rom-.
pus au sens des relations hu
marines et qui se sacrifieni
pour l'implantation d'un
nouveau style 'de radiodiffu
s.ori en Haiti. Aussi, ne ra-
tons-nous jamais l'occasion
de recompenser leur loyaute,
leur devouement, leur sens
de sacrifice et de respect hu
main par des felicitations
circon.tanciees, des primes,
des augmentations de salaire
et d'autres facilities qui font
que nos collaborateurs cons
ciencieux et honnetes se een
tent peut etre plus heureux
de travailler ici que partout
ailleurs.

Sont-ce la les moUrs qui
justfdlent l'expression tnuriteraires ne sont que des
bouiets ?, un thuriteraire
etant celui qui enaense a
tort et a travers.

On n'a pas besoin de pra
tiquer le yoga pour connai-
tre tout cela et inviter les
homes a trancher leur con
flit a l'amiable. n'est-ce pas
Madame Cambry ? Mais, me
me Salomon le Sage, .ava t
recourir a des decisions f-r
mes et irrevocatles car cest
aussil'un des droits f e 'Ihom
me social de vivre dans d"s
Institutions repF es par unI
minimum de discipline.

3. DROITS ET DEVOIRS
DE L'HOMME

On a si solvent aux oreilles da peupl l(eut
dit Montaigne iu Monte'-


quieu) qpe les homes ont
des droits et spultment cela,
quon leur fait pariois ou-
bl.er qu'lls ont aussi des de
voir., des obligations pour
plus de paix, de respect et
de comprAhension parmi les'
homes. II ne suffit pas
d'enfourcher a tout instant
le cheval de 1'orgueil et de
1'hyst6rie pour se convain-
cre a l'avance que seule sa
petite raison a soi existed.
Los relations humaines et
institutionnelles, 1'6quilibre
de toute society reposent sur
le dyptique Droits et Obli-
gations. ;Quand les obliga-
tions ne sont pas respectees,
les drofts s'installent au
seuil du conflict.
Refuser de repondre a un
article de journal pour pre-
ciser les interfts d'une ins
titution a laquelle on pre-
tend preter sa collaboration
franche et loyale, c'est beau
coup plus ec derober a son
devoir, son obligation de lo
yaute que d'user du droit ou
de la liberty que tout hom-
me a, en la circonstance,
de repondre ou de se taire
des lors, a moins de vouloir
donner l'impression que l'on
triche, nous ne voyons pas
trop a quoi rime ment odi se tiennent en Re
publique Dominicaine les

H'storiques Assises sur les
Libertfs de la Presse comme
si la Republique d'Haiti n'a
vait pas, a elle aussi, ses mo
ments historiques de Liber
te de Presse.
Les hommes de paix et
de bon iens pensent beau-
coup plus souvent a ieurs de
voirs, leurs obligations, c'est


Pharmacies
assurant le service
cette nuit
VENDREDI 4 NOV. 1977

CHEVALIER
Lalue

PROVIDENCE
Rue de la Reunion
DE LA SANTE
Rue Pavee

PETION VILLE!
ST PiEPRE
Place du Marche

SAMEDI 5 NOV. 1977

DU COIN
Rue Mgr Guilloux

PERPETUEL SECOUCRS
Rue du Centre

TRINITE
Ave Fouchard


.- ..t PETION VILLE
NOUVELLE
Avenue Estimo


a ce prix qu'ils sauront faire
re-pecter leurs droits.

4. LA DEFENSE DES DROITS-
DE LA 4 VRD

La Radio Nationaie, Insti
tuition Autonome, jdu ssant
de la faculty d ester en jus
tice, traite sous former de
contract explicite ou tacite
avec des citoyens de bonne
volonte et bien imbus des 1i
mites de leurs droits et de
1'etendue de leurs devoirs
pour la realisation d'activi-
tes conformes aux objectifs
qui lui sont assigns par la
lo .. . k. t16

Les Collaborateurs genera
element quelconques louent,
leurs services en contrepar
tie d'un salaire pour la con
crftisation des idees direc-
trices d'elnissions au moyen
des facilities ce tous ordres
rendues disporibles par la
Direction Generale. Les e-
missions et les titres d'emis
sions demeurent done des
propridtes exclusives de la


4VRD. Radio Nationale, et
ne sauraient par consequenp
etre revendiquees a titre de
droit d'auteur par un colla *
borateur en situation de
louage de service.
On se present difficile-
ment un collaborateur revo-
que du CONADEP qui s'avi-
serait de partir avec les dos
skiers de recherches parce
que tout simplement c'est
lui qui les aurnit constitutes
sous les instructions du Se-
cretaire Executif.

La Radio Nationale rappel
le qu'elle n'a alene a per-
sonne son droit exclusif d'ex
ploiter souts quelque forme
que ce soit les Legends du LiTirror,, titre
de 1'une de ses emissions
realisees par elle a partir de
la cueillette deo la tradition
orale. E't si ses droits e-
taient violes, ion pout raise
ment realiser ouils serait
injuste que la Radio Natio
nale soilt dedommagee e ll
centimis purtvient symbol
ques. Ues mises au point e-
tant. le chapitre est close. ,
Trcs Cordialsment votre,

Remy MATHIETJ
Directeur General de la
4 VRD, Radio Nat onale

Les Bordereaux
d'Electricitd

(Suite de la lere page)

dui combustible : 0 ci or 84
on 4 cts 20 de gourde par kw.
A l'attention de 1i'nge-
nieur Andre Fidelia Wain-
right, D-recteur-Glneral dea
i'Eleclricit d'Hlaiti, du Pr6
sideant du Con-eil d'Admi-
nistrat'on de 1'Electricile
d'Haiti, 'lhnggnieur Pierr,
St. Come, Ministre des Tra
vaux Publics, de la Banque
National de la Republ.-
que d'Haiti et de la Cour Su
perieur des Comptes, ces
abonnes nous signalent :
lo) L'Electrsciie d Haiti
est un organnsme autonomy
public de la Republique
d'Haiti. Or, 1'unite monetai
re national est la GOUR-
DE. Pourquoi ces. bordereaux
sont-ils factures en dollars.
land's que ceux par exem-
ple de la CAMEP, de 'I'
DASH, organisms autono-
mes publics come ceux de
la BNRII, des DouaneS, des
Contributions sont libelles
en GOURDES ?
20) Tous les bordereaux
sont factures generalement
RP (Residence et Petit Corn
merce). Or nombre de
clients ont signed et paye
pour le tar f MR (Minimum
Residence et Petit Commer
ce) ou encore ID, MD eol MI.
Pourquoi l ur eot-il delibe-
rement applique t le tariff
le plus elevd.


-. -. ~Sd~.


17, RUE PINCEINAT, PETION-VILLE, HAITI Tel: 7-1840
Mentlonn6 nas TIME et par VOGUB. commae n des
meloura restaurants d. Oaralbes


'FdANAMOTEL




Repute dans

le monde enter





Le Hen de sejour prefer

des artlste. et des intellec-

tels e reputation internal

tlonale -- . i.'I ''. S Ix


-rC~
I l
t, 8 ,
i._ . .. - ...._ .... .












Hotel Villa Creole |
Pr6sentoe n SHOW auo courn de ion
aget Creele cheque jeudl sels
-wo-&- *


A'Halti Barbecue dansant

ohaoce Jeudi soir et son
cocktall lounge



LE FIAMIOYANT

ouvert claque de o7 bres


p.mn i a tar I.


Mise aupoint du Directeur tGneral


de la 4 VIID, Radio Nationale


HOTEL



HISPANIOLA .



JOLIS APPARTEMENTS A LOUER

(a partir de $ 200.00)



DE BANQUET MAGNIFIQUE SALLE

pour les receptions de marriage,

de bapt&me et pour les bats.


Capacity de pres de 500 personnel.


Une Seiree Parfaite coCmmeEce






MLOTEL CHOCOVA




pear se terminer egs le cadre



CABANE CIOUCOUNg
iscemnpgxrab-e d


30) Le CO n'a pas encore ,
sa reason d'etre piisque -
grace a la volont6 n6bran
lable du regretted Dr. Fran
cois Duvalier pour nous
construir'e la Centrale Hy-
dro-Electrique de Peligre -
c'est cede C ntrale qui nous
Sfournit de 1'nergie a bon
march.
4o) Les interesFes q u i
viennnent produire d s jus-
tes et bien fond6es reclama '
S tions, se heurtent ea un dia-
logue de sourds. ,
Nous soumettons volon-
.tiers ces critiques d6inocrati
ques a 1'Ingenieur Andr6 Fi
delia Wainright, Directeur
Genral ade 1'Electr citU
&dHaiti et a 1'Ingenieur Pl e I
lie St. Come, Ministre des
Travaux Publics et Prasi- S
dent du Comitl d'Adm'nis-
tration de i'ElectricitA cHai
_ t1 . _


Climatiseurs



Westinghouse

ETUDS8

INSTALLATIONS


COMMA NRIAL





"- 0 BOUCARD.& CO .
' s 14 Rua du fl rt Per Phone : 6 u "


Le Manasin


LITTLE EUROPE !


ST LE SEK.L DISTRIBUTEUrR HT VDKNDEtB

SDES PRODUCTS DE LA CELEBRE

MARQUE MONDIALE


NATIONAL


S RADIOS, CASSEM, PLAYERS, BLENDERS.
COFFEE, MAKERS, ELECTRIC SHAVERS,

Appareils eIectro- lenagers
sea.... .oo ^. -E ^s . *e


POUR DINER ET DANSER


il


gm NOUVMISLBr-


i


r-rcrrrmcr


I Joe a I I I magbLi IWCI_--I_ ILI-l- _-__~-- ad haikada9C-*D -L~-


PAGE v


VENDREDI 4 NOV. 191.


I








PAG 4 aL OVL~


VENDREDI 4 NOV. 1977


Une petlie piece
peut. avoir beaucoup de valeur...


... quand on ach4te a laI

PIHARMACIE IDEALE
92 Rue PAVEE tel: 2-2238

La pharmacie qui vend a meilleur march
que partout ailleurs ..


^__ ___ __ ___ ^y^


La Kirkconnell


Marine Shipping Co


La Kirkonnell Marine Shipping Co

vous garantit ses services

reguliers., Bimensuels entire

les ports de Nouvelle Orleans :

Mobile, Lake Charles, Houston,

Tampa et Port-au-Prince.

. Si vous voulez expedier vos

marchandises vers d'autres ports

que ceux mentionnes,

contactez nous :

Maison Andre T. Thezan

en face de POffice du Tourisme,

Cite de l'Exposition

P.O. Box 1172 --


Phones : 2-1332,


2-1532


Carrfour,


quel developpement


(suite de la 16; page)

blematlf4ue d'un mleux-itre,
se sont concentOrs a Carre
four et viennent a consti -
tuer dans cette baulleue ce
qu'on appelle un lupens
proletariat. Ce qui, en quel
que sore, gene le processus
de developpement que suit
Carrefour.

PROBLEMS DE
CARREFOUR

Toute ommiunauta qui se
Sdeveloppe sans un plan d'ur
banisme rencontre, blen sou
vent, des probt mes qui en.
d'autres circonstances, se
raient miners.
Ainsi a Carrefour, le; pro-
bleme de transport en com
mun prend-il des proper ,'
tiops de gravit Certain
pensent, pour resoudre I.e
problem de circulation aux
heures de pointe qu'il fau -
drait percer une autre voie
de penetration. D'autres
croient qu'il faudrait ilar -
gir la route existante. Mais
le probleme n'est-il pas
mal pos ? .il

On doit dire aussi que les
gens construisent sans sui
vre 1'urbanisme. Des fois, on
retrouve des tas de cahutes,
Sveritables defis a l'urbanis
me.
Avec les bus qui utilisent
la gasoil, le probleme de pol
lution se pose dans cette
banlieue; ce mrnee tat de
pollution se constate sur
les plages de la zone. (Un
abattoir est place non loin
des plages : _

CARREFOUR, QUELl
DEVELOPPEMENT ?

On ne peut er que Car-
refour est e ans sa pha
se de dve oent; cela,
irremediab -t La popu-
lation aug nte de jour en
jour etc. Poultant, il est des
l problems qui deVront &tre
souSpeli resolus -pour vra:-
ment parler de d6veloppe-
ment a Carrefour.
a) Au point de vue de 1'1
education certain parents
Sse plaignent de absence
Sd'un lycie i Carrefoul. C"
la, pensent-ils, leur 6vite-
rait bien des d6bours.
ib) Au point de vue de ser
vices publics. certain serve'
ces de l'Etat gagneraient A



I GRIPPINON

DIT N ON


LAGRPPE

G* R I000a ggoP E &


IL




JD






















Par New York< American Airlines

vous ouvre les chemins du moride
[aB~


etre lenus plus convenable-
ment : Poste, Contribution,
Tribunal de Paix etc.
Certains des semigres eri
gent carrement des cahuteC
sur des terres inhabitees. Ce
la maintient la zone dansn
un 6tat de sous-developpe -
ment.
d)au point de vue de lol-
sirs, des habitants ou des ha
bilu6s de Carrefour se plai-
gnent-de ce que preSque tou
tes, les plages deviemnent
des propriits privees et cela
S1'encontre des communi -
ques qui ouvraient ces pla-
ges au grand public.

En faith, on ne -peut dire
que Carrefour s'enlise; car,
avec certaines r6alisations,
la banlieue a cott de Port-
au-Pirnce, la. Capital oun a
cate de Petionville, suit ir
remediablement son dSve -
loppement mais il faut que
cela soit coordonne. C'eost
dans ses conditions que Car
refour se developperait rmel
element.
WL


voient la belle, les autorites
restent muettes. I1 est -vrai
que ce nest pas la premi-
re fois que des revelations
manant de sources plus ou
moins sujettes a caution,
sont publiees. En Juin 1976,
la commi:'sion senatoriale
d'enquete sur les services de
rensiegnement avait conclu
ses travaux tn rcconnaes-
sant qu'ello n'rtait pas par
venue h determiner s'il y a-
vait eu reellemsent un ( ploil pour assassiner Kenne
dy. La commission avait tou
tefois mis en doulo l's con-
clusIons do la nomoiss'on
Warren.
L'un des membres de la
Commission, M. Richard
Schweiker (Democrat'h de
Penn' y!'vanie. etait memoe
alle jusqu'a accuser le FBI
Pt la CIA d'evoir etoiff6c>
l'affa're, I.e rapport evo- "'


(suite de la 16re page)

tait. rendu a la Havane en
Septembre 1963 et avait r&in
contre Fidel Castro.
mEnt organize I-asassinsat,
pursuit Sturgis, Lt ii peuc
avoir 6t6 le seconrid tireur. I1
aaurit ensuite couvert ses
traces en dce-arl'.ra,ar]l dOs
wald&. Seloit, i Po:l-., Stur
gis detitnt une preuve : Un
rapport e hen Janvier 1964
par-un e#Steur de la sous
commission da Senat pour
la security interieure. M. Al
Tarabochia. Ce dern'er, ecrit
notamment avoir td infor--
me d'un voyage h Cuba ef
fec.tu6 en 1963 a Cuba par
Jack Ruby. .j

Interroge par Ie sPost>, M.
Tarabochia a reconnu avoir
6crit le rappoe't mals est me
qu'il s'agiEsait d'un rensei-
gnement (brute> et non pas
part 'tonnn o Ile docu-
m e ri i] i it jamaes &te
present a !.a commission
Warren.
+'and's que Frank Sturgis
tfMri t~nn. -.rn


Nos Mots Croises
HORIZONTALEMENT -
1. Decorat.on jeu de o 1


La these du complot


centre Kennedy


Squat I'hypothese s:Ion la-
quelle l e .rageanr cubain
ait, decide da :e vernger en
organ sant ou e-n taa.'risaat.
I'a ,a:cstatl du Pret d nra
Renrn-dv a ILa LJ L dei ten
tative "d'i.aisinvl t.: onien-
tees contrL lu t par la CIt.
Les oEclarationas de Mari
ta Lr: n2 ,runioLienrt Cell,-
thfze Supa .-EpionraE :, se
Ion les Lermes au Post, cette
d-rn'ere re serait rendus de
M ami a Dallas,' deux jours
avant 1'assassinat; en compa
gnie de Sturgis, d'Oswald et
de quatre cubains. Sturgis
qui a deja prouv6 a- maintes
reprises qu'ils se trouvait a
Miamni le 22 Novembre 1963
continue ha ier sa presence
b Dallas.

Marita Lorenz comparal-
tra prbchainement devant
un grandd jury>> (dquvalent
d'une chambre de miss en
accu at'on) pour y r6pondre
des accuisations d'intimida-
tion qu'ele a pronononces
contre Frank Sturgis. 14 ans
apres l'assa-siinat de Kenne
dy, une part!e du voile se-
ra peut 6tre levee sur le dra
me de Dallas.


Un nouveau Jambon HAMPCO


1oSD


nasaid
2 AsLronome Orec (e
siecle avanct J C
3. Corps Lres affaibli 3
4. Sage - designer d e- 14
%entueli oit'ic :.l'.. ,
5. Apotre a l Gaules -
sur Ia gainaime 6
6 Deux coyi-,les d'ur, 7
verbe ga,
7. Ern oataili, cClles
d Tlolde ciiernt, t re-
rnomnaee'.. i'aiis. I
.8. Maietices
.9. Article voyelle double
- cons'd6r6
10. Avoir une issue' funeste
xxx X
VERTICALL'MENT

1. Units marines
2. Precedait 4U6.sards sur
une mappetnonde

3. Vulgaires T
4. Une des c;nq parties du.
monde '
S xx
HORIZONTALEMENT
1. Promcsse 2. Recompense
3. Is lPantes 4. Nos Aa
5. Clement aa 6; Iule -
or 7. P. T. (peter) mime
ci 8. Elder Othe 9.
Sou merle 10. Notas -
Ath. ravo


dans tons les Super Marches





Demandez, exigez, reclamez




le Jambon HAMPCO


dl


Manifestation
d'homosexuels
a New York
N. Y., .(AFP)
Environ 150 militants ho
mosexuels ont manifesto jeu
di martin dans le centre de
SNew York Dour protester
centre la champagne mene
centre eux par Anita Bry-
ant, ancienngeMtis Ameri -
que et vedette d'une public
te t6levisee vantant les me
rites du jus d'orange de Flo
ride.
Miss Bryant avait enre-
gi;.tre mercredi un inte r -
view pour la change de t-
levision NBC dans laquelle
elle reprenait son theme fa
vori : le Vote d'une Loi fede
rale mettant siors la loi de
1'homosexualit <,Jre crois
aux commandements de
D'eu et la *oi de notre pays
doit s'y conformer>, a-t-elle
1'habitude de dire. Les mili
tants homosexuals ont tenu
a manifesto au cri de Gsay
Power> deviant !'immeubl-
de No C garde par d'impor -
tantes forces de Police alors
qu'Anita Bryant ta't deja
oartie pour la Floride.

Dans un comte a0e cet etat,
elle avait reussi a faire vo
ter, A 1'issue d'une inten-e
campagne au d6but de l'an
nee, une loi discriminatoire
centre les homosexuals.
Elle avait ensuite 6tendu
sa champagne S 1'ensemble
des Etast-Unis. <;Je su's prf
te a payer (de ma person-
ne) pour fair champagne en
faveur du droit, de la d6cen
ce et de la protection de
mes enfants>, affirme enco
re Anita Bryant.



Armes nucleaires
Washington
interesse par
le project
sovietique
WASHINGTON, (AFP)
Le Department d'Etat a
qualified jeudi de ment interessante le pro -
jet de reduction progressive
des stocks d'armes nucleai-
res pr6sente mardi par le nu
mero un. Sovietique Mon -
sieur Leon'de Brejnev.
XCette proposition de re-
duction progressive des
stocks existants en vue de
leur 61imination complete
semble correspondre aux ob
jectifs amfricains en matif-
re de control des arme -
ments>, a declare le Porte-
Parole, Monsieur Hodding
Carter. II a rappelf que le
President Jimmy Carter
s'est prononc6 des son arrri
v6e b, la Maison Blanche en
faveur de 1'1imination de
touts les armes nucl6aires.
Le Porte Parole a toute-
fois ajout6 qu'en depit de
cette apparent analogie
des objectffs a. long term
des deux superpuissances,
'leur traduction en accords
concrets de limitations des
armeinent-. po-alt des problf
mIs complexes et diffici -
les. II1 a, a cet 6gard, pr6ci
sa, que Washington avaitt de
nouveau soumis J Moscou,
une propoalt.iofi d'arret de la
production de mat'ire fissi-
J le des fins mllltatres et
de leur transfer partial
I des fins pacifiques. tUne
tell proposition qui nest
que I'une des possibllites a
l'Otude, avait ddja ete pre-
sentle 11 y a plusleurs an-
S16e.8 par' lea Etats-Unls.


-------~- ---- ------ g rs~ 1 Ill~aaCBFI I 1


~/r~rrJr/NA;A~,;r/rr/C/~%%Y~3~Y~crr~%lZ~


y~x~x;rr/~s~mv/srr//~/r~c~,~csrs~/~oru>~


- -WRIMIM w"vnwillq


PAGE 4


ALE NOUVELLISTEs


.5. Can,; auuachcr
6. En Normandie protes-
ter populacee) -
,7. Se met au doigt so.m-
met
8. Important dans .un m6di
cement deux lettres de
guerre
9. Pr6fice on s'est beau-
coup battu pour lui vi-
gueur (figure)
10. Ce qu'une femme ne peut
garder aigrelet
xx
VERTICALEMENT
1. Principes 2. Resolution 3.
Qc sel duo 4. Mol -
irime 5. Emise Irma 6.
Spa nom 6s 7. Senat-
E.O.R. 8. Enta tla 9. Se-4
archet 10. Pesta ie


Yevepe~ L


_+


Al -


'2~.


QcD.






VENDREDI 4 NOV. 1977


save'
pour
halei


e- m~e nties


afraicheur qu fait sourire


V "


TOITURE POUR TOUTE UNE VIE


LA SURFACE A LA COULEUR BLANCHE

INTEGREE REJETTE LA CHALEUR.

SOLIDE, RIGIDE, EXIGE MOINS DE SUPPORTS

WEST PAS ENDOMMAGEE PAR LES OBJETS

QUI PEUVENT Y TOMBERo

INSTALLATION FACILE GRACE AUX LARGE FEUILLES.

CHAQUE FEUILLE, 33 ,DE LARGE PAR 16- DE LONG

CHAQUE FEUILLE : 44 PIEDS CARRE3


Concept revolutionnaire


developpe et product en Haiti




TEKNIGLASS INDUSTRIES


CITE MILITAIRE, TEL 2-3146


Monsieur Leonide Brejnev,
precise encore le communi -
que a soulignd que le PC
d'Union Sov6tiquse et tous
les Soviftiques dprouvent au
jourd'hui comme toujours
une solidarity fraternelle
vis k vis des luttes du parti
communit.te italien visant a
trouver des solutions aux
probldmes vitaux de 1'Italie
et a ddfendre la cause de la
paix et de la d6tentei.
En ce qui concern la si -
tuation international, dles
deux parties se sont decla-
rers convaincues de la ndces
s'td de continue, renforcer
et etendre le processus de
la ddtentes, ajoute le com-
munique du PCI.


Les deux parties -attribuent
a ce pfopos ce particuliere h la lutte
pour le ddsarmementv, sou-
1'gne encore le communi -
qud.
Le Secr6taire du PCI a ex
primd 1'apprdc'ation des
communities italiens pour
les initiatives avanc6es par
1'URSS dans ce domaine, et
en part'culier .pour les pro
positions qui ont dtd formu-
d1es pa Monsieur Brejnev
dans .son rapport con-acrd
au 606me ann'versaire de la
revolution d'Octobrea.


Sejour Levesque
en France:
Declaration du
Parti Socialiste
du Peuple Basque
BATrONNE (AFP)
Le Parti Socialiste du Peu
pie aBsque s'dtonne, a pro-
pos de la man'ere don't le
Premier Ministre du Qud-
bec a dte regu en France,
que le Gouvernement fran-
gals soutlenne les Droits
des Peuples du Continent a
merica'n et n'e ceux des peu
ples rdsidant sur le sol fran
gais.
cY a-t-il de abons s6para
tistess qui parent frangais
et de cmauvais sdparat!stes
qui parent basque, bretoq,
occitan ou corse ?;, interro-
ge le Parti ocialiste du Peu
pie asque dans un commu-
nique. cEexiste-t-ll des peu
ples sauperleUrs qui ont des
Drolts et des Peuples infd-
rieursa qui n'en possedent
pas ?l, ajout-'t-.l:'M '


Le consensus est 'interve-
nu apris- des consultant ons
prolongs "entre le promo-
teufs in tiaux dun de6bat
LUi la ,s6curite de I'avlat.on
civile internlat onalle, priln-
c pavement des pays as.atir
qu's, d'ine part; aet les pays
Arkbes et Africains qui cral
gnent que toute condamna-.
t.on d'acte3 terroristes vise
I'OLP et lc s a Mouvements
Africains de L'bkrat'on, d'ai
tre part.


a condamnne matrd iA 1 una-.
nimite les hoetoiurnements
d'avion et autres actss dini
gerence par la' violence,
'da.ns 'avat'on civil.

'Defte condemnation fait
suite a 1'appel ,aa 'IONt lan
c6 11 y a qu'nze jours par la
federation des pilotss 'de
ligne, apres le 'detourne -
ment d'un avion de la Luf
thansa.
La resolut' adoptee spar
consensus i la comlmis -
sion politlque spdcials et
qui sera certalnement ente
rinde par' l'Asseniblee pld-
n'ere demalhde au'ssi .
tous les etats cde prendre tou
tes' les measures necessaires
pour empecher d.e tels. actes
de violence 'qiu'ils soient
comm's par des ihdividus ou
par des dtatsi, et de ratio -
Icr, pour ceux qut ne 1ont
pas ddji fait les conven -
tions de Tokyo, la Haye et



Brejnev
Berlinguer :
Communique
du PCI
ROME, (AFP)
MM Leonide Brejrtev et En
rico Berlinguer ont souli-
gne jeudi A Mocoou au course
de leur entret:en < r:te existant entree les par-
ts Comnmuni.tes ainsi que
leur respect des princ'pes
d'dgal'td des droits, d'auto-
nomie et de non-ingdrence
dans lIs affairs intdrieu -
res> de chaque part', indique
un communique du parti
communicate Italien.
< res generaux des PC Sovidti
que et italien, ajoute le
cpmmun'que qui est diffuse
de Moscou par 1'agence An
sa, s'est deroulde te atmo phere de cordialite
et d amitie qui caracter'sent
l s rapports entire les deux
parties> .
Ce communique, pr6c'se
'Ansa a ete dffusd par la
delegation du parti commu
inste italien auki cdrdmonie.
dii '806m'.< ainiversar'e de.
la revolution d'Octobre.


1,'

q, \. BseUI'e

ACVOStIQUE


LA


~AQE 512~


I 5, 1


11 MARS AU 20 AVRIL


De ia prudence dans vos,
'or;entations et ne vous ap'
puyez, pas ,ur les senti-
'mients d'autrui. Alacrte 'et"
souplisse de pensee vous atl
deront vers des' concluiions
pius sfires, plus rap'des.


21 AVBIL A. 21 MAk
(TAUREAU)
La chance est centre
'vous. Ce n'e.t pas ie mo-
ment d'affronter 1'opposi-
, tion. RetardezV votre action
jusqu'a mardi, oii vois au
'rieS plus de, chance d'dbte-
-' ce que vous voulez.


(22 MAI A&U A t JlIIN)
(GEMEAUX)

.La conjunction vous met
csri garde centre l'inddci-
s!on, le changement de
plans ou de projects avant
qti'ils a'ent eta la possibili
td' de montrer ce qu'ils va
lEnt. Soyez sdrleux.

'22 JUIN AU 23 JUILLEt
(CANCER)
belle journde. Vous serez
le b6ndfic'aire de services
particul'ers, de consequen-
ces du bon voul6fr et d'au
tres avantages inattendus.
24 JUILLET AU 2S AOUI,
LIONI


Les pays ArabEt souhal-
taient surtout que la con-
damnatli'n' s'Stende -k des
actes qu'ils ,gualifent -de
cterror'sme d'Etati comee
lors de 'la destruction par
I'artilierie Israditenne' d'un
avion c'vil l1byen qui survo
lat le Sinai, il y a quelques
anners.
Ils ont regc satisfaction
par insertionn dans le para
graphe qui scondamne les
ddtournements d'Adronefs,
ou autre ing6rence dans ios
liaisons adrielnes c'viles par
la menace ou l'emploi de la
force, ou tous actes de vio-
lence pouvant viser des pas
sagers, des membres de 1'e-
qu'page et des Adrdnefs>,
de3 terms : eque ces actes
soient comm's par des indf-
dus ou des Etats.
La Jordanie s'est jointe
alors aux co-auteurs de la
re-olution, portant leur nom
bre a ciiquante.
Les pays africains, pour
leur part, ont obttnu des
references aux buts et resu
lutions de 10NU sur la d&-
co'onisat.on, et fait precLer
les measures que its E-
tats sont i n v i t s a
prs ndre pour empdcher les
detournements d avions sne
doivent pas porter prejudi-
ce a la souverainetd ou i'
l'integrite terr.tor'ale des
Etatss,
L'imprEssion g6ndrale par-
mnl les delegations qui a-
vaient immdi'atement. faite
leur la cause des pilots, nc
tamment la d,66!gation au-
trichienne, etait que les d6li
berations de l'Assembl6e asu
cette aifa're ava'ent 6td ra
pides, si 1'on tient compti
des lenteurs habituelles de
la procedure onuslenne.
SLe, Secrdtaire Gdenral, M
Kurtt Waldheim, a exprimn
sa .sat'sfact'on aprds a de-
cision de la Commission pc
litique Epdciale, et a soul'
gn6 l'esur't de coopdrat'oc
qui a prdsidd ? cette rdac-
tion .a un prob!dme cr't'-
que>>.
nements d'avion et les dat
gers que ceux-ci entraineni
pour la vie humane sonic
pour moi un profound sujet
de preoccupation depuis
longtemps>, a dit M. Wal-
dheim. en invitan( inStam-
ment a son tour tous les
Gouvernements a deven'
parties aux accords internal
tionaux ger ds vies innocentes di
la menace de la piraterie
aerienne.,


(SCOR2'1977


Attendez le .boi signal
'avant de vous engager dan3
des activists 'nouvelles. EL,
quand da! nduveiles reche"
ches sont ndiessaires, acti-
v.z-vou:. Ayez confance en
vous et persdvdre'z.


23 NOV. A4 21 DlEC.
(SAGrMTAIRE)
Situations compi quces As
surez-vo'us d'avoir tou- 'es
faits en main avant de
.vous declcder. Le voyage ,et
,.1'activit6d oc'ale sont favo-
Sr'sd6s. 4


22 DEC. AU 20 JANVIM
(CAPRICGANE)
C'est a vous de fair les
ouvErtures ndcessaires pour
faIre "rdgner 1'harmonie et
obtenirr un bon accord. Dd-
marrez avec brio et conf!an
ce.


21 JAN. AU 1s9 EV.
'VERSESAMU
Tendez vers 1'exceptionnel.
Bien dom'nd, il peut itre
profitable, Ettnulant. Ne
ndgligez pas toutefois les
probldmes quot'diens
.20 FEV. AT' t0 ~oA as
(POISSONS)
Vos impressions sont me 1
leures que les avis de pr&-
tendLs experts. Ne sous-ts-
timez jama s votre remar-
qua le intuition.

SI ZOUs ETE tit
AUJOURD'HUI :

Vous etes un chef-ne (t
votre enthous'asme vou;
vaut de nombeux suyturs.
Vous etes bien adapted a la
vie publique ou aux affa -
rcs sur une vaste echell.
Mais voun avez ausssi un
cote d'Artiste et pourriez
br11er sui' le plan de la
1'tterature, d' la musique,
du theatre oil votre gouit
du spoct'acle contr:buerait
beaucoup a votre success et
5 votre populatitd. Exterieu
remnt, vous presented une
fTde!',t e trds grande con-
fiance en roi mais vos con
v'c'ons int'mps sont sujet
tes a des fluctuations et au
rapnt b-soin d'etre stab'li-
sees.


LE TNIOUVELLISTE
QUOTIDIEN FONDE EN 1896

-0-

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET
ET MAX E. CH&AUVET
DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUE : Mme. MAX CHAUVET


0 -,


EViE LeS tRA-C,

1/,V PL4FOVMD ef

c V ;CYd95


4S


Tel:, :.- 4'


BARONNE

,w og Co'-ff


i3


2.


,Surveillez les pos-ib!l'tds
et associez-vous a ceux qui
opt .a coeur le bien-Rtre
general. Votre precieus? e-
nergle vous sera d'un grand
'secours.
24 AUUT AU 2s SEPTEMABRJ
(VIERGE)
Tcnez ferme les rdnes
pour observer avec plus
de sfiret6 et d'alsance la
route devant vous. R'en ne
don't vous ddtourner de vos
grands principles ma's dvi-
tez tout entitlement.

23 SEPr. AU 24 OCT.
BALANCESS )

Rdflixion et intelligence
c'imposent. D6barrassez-vous
promptcment et habilement
d's tAches m'npures. De
nouvelles possib'litis s'ou-
vrent.








1*9 - -- uI i OUVEILIS. -


(suite de la. 16re page)

partement des Travaux Pu
blics et la Ma,:rie ont corn
menc6 une action concer-
tee visant it ameliorer l'as
pect des liiex... Il s'agit
dans un premier temps d'en
lever des amas consid6ra-
bles de boue et d'immonat
ces accumulies durant des
annees....

Qui done ont laiss6 ces
amas de boue et d'immon-,
dices ainsi s'accumuler pen
dant des annees ? Ce ne
sont certainemant pas ces
pauvres marchandes qui pa
ya:ent r6gulierement des
taxes quottidiennes pour
que le necessaire soit fan
en ce lieu. Ce sont plut6oi
les ediles qui se sont suc-
cede a la MairFe depuis a-
pris 1804. Et qui se sont tou
jours plus souci6 de carna
val, de voyages t 1'etranger
aux frais de la princess et
de discourse politiques que
de la sant6 de la popula-
tion.

Bref. M;eux valant tard
que jamais, les actuels edt
les meritent tout de mime
notre encouragement pour
avoir enfin oeuvre de tell
sorte que quelque chose soit
enfin entreprise pour, edan.
irn premier temps, amelo-
rer 1'aspect dbs Lieuxe.
Un pen plus loin encore
dons cotte mise au point et
apres avoir informed le pu-
blic que la Mair'b 1 et les
TPTC disposent de moyens


Autour de la mise au point

financiers extrm eInt li- coler rapidement moins d'u
mit6es, nos idilds 6crivent : ne heure aprts qu'on ait en
e... Pour arr'ver a une trains lev6 le dernler tas. Et la
formation definitive de cet- boue est toujours prisente
te zone... il faudrait qu'on pendant au moins 48 .hu-
puisse disposer de deux mil res apres la moindre aver-
llons de dollars. Et d(e re so. Et pendant la saison plu
clamer l'autonomic. Requf vienue le marlage de la
te que j'approuve. Mais si boue et des detritus est plus
cette autonomie devait ve- que hideux.
nir trop tard op pas du tout ?
Que devrait-on d'ores et ch A D'ABORD,
jd conclure ? Que les cho- LES DETRITUS
,-es en resteront 1 oil ces


moyens limits pourront
6ventuellement les ame-
ner ? Je prelere ne pas y
penser. Et me demander plu
tot oque peut fare la Mai-
rin en attendant" que vienne
cette autonomile o quoe a
ne vienne pas ?s

Je crois en la sagesse des
proverbes. 11 y en a un qui
dit, symboliquement, dans
notre deliceux creole :
AL'heur ou pas capab teit
manman ce pou ou te4te
grantt.
Le problem majeur du
march de la Croix'des Bos
sales et des zones ilnmedia
tes qui l'environnent ai
1'int6r'eur du p6rimetre corn
pris entire la rue des Ram-
parts (St. Joseph), le boule
vard J.J. Dessalines, la rue
Macajoux et le prolonge-
ment Nord du Boulevard
Truman est d'abord et
surtout un problem de
boue. Ensuite de fatras.
Ni la bote nti les fatras
ou detritus ne viennent
du haut de la ville datns
cette zone. Ma's les d6tri-
tus commencent a s'y among


Southerland Tours


S- UNE EQUIPE EXPEriMENTE,
SOUCIEUSE UNIQUEMENT DE VOTRE PROPRE
INTEREST. QUI VOUS DONNE SATISFACTION
DEPUIS 25 ANS.



UNE ORGANISATION MINUIIEUSE ET SURE DE
TOUS VOS DEPLACEMENTS.


LA CERTITUDE DE VOYAGER AU MEILLEUR
PRIX DAINS LES MEILLEURES CONDITIONS.



SOUTHERLAND TOURS

Telephone : 2-1G-00


L We~eoeoeoo>~eooceco~acc


LE BISTROT


R RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE



SAMEDI SOIR

Ambiance dansante

avec (Bistrot Combo))


VENDREDI SOIR
-Nouveau Bistrot Show. avec
Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR

Soiree Dansante Accordeo.a et
Musette


CHAQUE SOIR
Viano Bar -- Ambiance :usicale
-s*e orwwmwr


i


ils proviennent des mar-
chandtises et de '-emballa-
ge primitif de certaines de
ces marchand;ses : ebockse>
de bananes, pelures de fruits
absorb6es par les milliers
dc marchandes, feuilles se-
ches die bananes, du foins
sec :tc.
Dans les rues Courbe, Ma
gasins de 1'Etat, Macajoux
et Tiremasse, ces detritus
viennent pr:ncipalement des
depots que sont les halles
oft les agros madan saras>,
sortes de grossistes, entrepo
sent et vendent par grosses
marmites, par panier, par
sac, par douzaine etc. les
divers vivres alimentaires -
de la vola'lle aussi qu'el
les y apportent de nos pro
vinces.
C'est la que font leurs a-
chats en gros e- part le
riz, le sucre, lie savon etl
les legumes routes les re
vendeuses des divers mar-
ch6s de la "Capitals. Dont
le march de la Croix des
Bossales, le march Vallie
res, le march du Fort St.
Clair, celui du haut de la
5ime Avenue de Bolosse,
le march Sous. Dalles, le
march Salomon, celui do
la Rue St. Martin, celui de
la Ravine Pintado, cauli du
Poste Marcand, celui de
Bizoton etc./Et m6me celui
de Pet0f-Ville. C'est la
aussi qu'achtent en gros
les revendeuses |u s.illOn-
ent les rus de la Capita-
le di. 6 heures du martin en
criant : Min bell poise, mi7l
bell zeu fri. min hell jinn
poules etcc. Enfis c'est IA
auss! que toutes les petites
revemdeuses, asises dans
les rues longeant ces de-
pots, autour de nos mar-
ches et sur certain trottoirs
en dehors du centre de la
capital, s'approvisionnWnm.

Ces revendeuses s'approvi
sionnent a ces depots de
jour comme de 7uit. Car les
camions de provinces arr.-
vent dans cette zone de jour
comme de nuit. Sans trop
grand ec-art, mes vingt a7 s
d'expirience en achat- sur
les lieux pour mon com-
merce (restaurant) esti-
ment a environ onze mille
le nombre de ces revendeu
ses commun6ment appelees
marchandes.


S: on nest pas dans le
bain comme moi, on ne peut
gueire s'imagister le nombre
e d maitresses de masons et
de bourses moyennes Sans
computer les hotels et res-
taurants de 2eme et 3eme
Classes qui s'approvision
sent aussi a ces depots, jus
tement parce qu'on y vend
i a meilleur march; la stgro
t madan sara>t nre passant que
24 heures ou, tout au plus
48 heures d la Capitale. J'es
time cette deuxieme categ-o
rie d'acheteuses a environ
} d x huit mille personnes.
Ces d6pots constituent,
d'autre part, des sorts de
cabinets telephoniques pri-
mitives of le telephone est,
en chair et en os, les Igros
madan sara>> elles-mimes.
Car c'est la, en effet, que
soute la domesticity et tou
les les petites prov'nciales
habitant la Captale vien-
nent prendre et envoyer des
nouvelles a leurs parents
demeur6s dans leurs proven
ces respectives. Ca vient et
,ca va de l'aube au cr6pus
cule. Leur nombre peut se
chiffrer a quarante mille
par jour.


Novel Horaire


a partir du I


30 Octobre 1977
VOL QUOTIDIEN
POUR

MIAMI

Depart : 9.55 a.m.
CORRESPONDANCES IMMEDIATE POUR LES 4 COINS DU MONDE

CONSULTEZ VOTRE AGENT DE VOYAGE OU APPELEZ-NOUS

Experience makes the difference
.... -,


de la Mairie

Que le lecteur ne s'6ton- nismes autonomes qui, 'cha-
ne pas de oe nombre appro- que annie, dependent des
xamatif. Car, le plus sonu milliers de dollars pour des
vent, la mime personnel va chars d'un carnaval qui res
aux depots dans ce but dix semble beaucoup' plus, de-
ou quinze fois au course d'un putis quelque temps, a un
seul mois avant d'y rencon sexercice de carnaval qu'a
trer une parent ou une a- un vrai carnaval. Mais
mie ou une voisine de son qu'on vienne d'abord avec le
patelin. Quarante mille! devis.
C'est paeut-tre au-dessou L
die la ralti. Le march ainsi r6amina-


Ajoutez A tout ce monde
au momins dix mille autres
p:rsonnes, des cuisinieres,
des femjnes aux revenues
humbles, des mires de fa-
millies aux moyens tres re
duits et les femmes des ou
vriers et du lup:n proleta-
riat qui vont fire elles-
mimes leurs petits aciiats
quot,;d.ons et en detail an
march de la Croix des Bos
sales. Et qui empruntent
pour y parvenir soit la rue
Tirremasse, soit la rue Ma
cajou, soit la rue des Rem
parts. Ca va encore chercher
dans les dix mille autre,;
personnel.
* Enfin ajoutons les mar-
chandes de nourriture pre-
cu:te, les chauffeurs de ca
mions, les .brouettiers. les
chandes doeau et de tissus
divers. Mettons ce group
pour environ u7n miller de
personnel. Ca nous done

en tout et toujours approxi
mat.vement environ quatre
vingt mille personnel qui
passent et qui repassent u-
ne fois par jour dans la zo
ne de ces depots.


C'est dans celte multitude
d laquelle il faut encore
ajouter les SARA-GROS-
SISTES qui, elles aussi a-
chitept ce qu'elles n'ont pas
chez elles.., c'est dans cet
te multitude quotidienne
que les marchandes (qui en
comibrent les rues Tiremas-
se, Macajou, Magasins de
l'Etat et Courbe) frouvent
des acheteurs, des cli, ntsl
(ui leur achetent ce qu'el-
les vendenl.
Otcr ces depots de cette
zone. Et vous n'aurez plus
de detritus dans ces rues.
t ces marchandes disparai
Iront faute de clientele.

B- LA BOUE

On ne peunt pas avoir de
boue si on n'a pas de terre.
Exhaussez le niveau du mar
che de la Croix-des-Boossa-
les. Macadamisez-en, la sur
face. Asphaltez ou reaspha
tez les rues qui ne le sont
pas ou qui ne le sont plus
a l'int6rieur du p6rimetre
precite. Et voun n'avez plus
de boue. Ou si peu 6ventuel
element apport6 en beaucoup
moindre quantity en ces
lieux qu'ailleurs, que 1'on
poeut nettoyer ca en moing
de temps qu'il n'en faut
pour le fair du cote Ouest
de la BNRH.
Avec ces rues asphalt6es
et 1'absence des detritus di-
coulant de elimination des
depots dans cette zone, i
gouts obstru6s ou pas, les
eaux de pluie passeront, cou
leront sur la chaussee pour
caller se jeter a la mer. En
s'engouffrant dans de grands
canaux a ciel ouverts que
1'on creusera, si besoin est,
sur los propri6t6s ot sont
parks les containers Sea-
land, Seatrain etc.
Et, si besoin est, les corn
merchants de la zone en ques
tion n'auront qu'a exhausser
un tout petit peu le niv.-au
du parquet de leurs maga-
sins. II y on a qui 1ont,
d'ailleurs d6ej fait.


Of trouver l'argent nices
saire, l'ex6cuition de ces
travaux que les technicians
tacheront d'harmoniser avec
les grands travaux defini -
tifs. pr6vus pour la vaste
zone don't celle de la Cro x
des-Bossales nest qu'une
minime parties ? C'est facile.
Que la Mairie et les Tra-
vaux Publics se dibrouil -
lent pour d'abord macada -
miser le march de la Croix
des-Bossales. Et qu'ils ter-
minent 1'6rection du par -
king pour les camions, gros
autobus, minibus et camion
nettes des Provinces. Pour cc
faire, on n'a qu'i oublier le
carnaval de 1'ann6e pro -
chaine. Et demander aux
commerqants de verser les
montants qu'ils offrent d'or
dinaire ou que certain d'cn
tre eux n'ont encore jamais
donn6s a cette fin. Je suis
certain que tous contribue-
ront. Tous sans exception.
Et que certain d'entre eux
prendroont mime plaisir ai
donner beaucoup plus que
ce qu'on pourrait attendre'
d'eux. Le Pr6sident I Vie de
la R6publique, habitu6 des
grades largesses, donnera
ctrtainement sa quote part.
Ainsi que les D6partements
mninistriels et autres orga


I


i
.'
a1
is,


ge avec, certes, l'apport
Stechn'que des competences.
en la matiere, cl6turong-le
d'abord et provisoirement a
vec des Barbeles. Au lieu
de penser .it ae culture en
fer forg6. Metto y deux ou
trois barriires ou portes.
Exigeons que clque vendeu
se, acheteur et acheteuse qui,
y entrera paie 5 centimes
une fiche imprimoe sur pa
pier ordinaire et fium6rot6e.
Que le portier percera des
que le porter franchira la
b a rrie r le ou por -
te- p our q ue l'on
ne s'en serve pas deux fois.
Faisons payer 5 gourdes


par 24 heures ou moins de
parking aux gros camions et
gros autobus qui s'y gare -
ront. Et 2 gourdes au mini-
bus et camionnettes de pro
vince qui se gareront aussi
au mime parking.

Avec les fondts ainsi re -.
cueillis quotidiennement,
construisons des depots sans
luxe suo le prolongement
de ce parking. Dans ces nou
veaux depots les ogros ma-
dan sara> paieront 1 gourde
par sac de marchandises A
vendre, comme elles la
patient dans les actuels d6
pots. Et pourront aussi y
dormir come d'habitude.
A proximity de ces d6p6ts,
installons des douches. Dix
ou quinze centimes la dou-
che de deux minutes, pas
plus. Et voilA deux autres
sources de revc.nus.

Ces quatre sources de re-
venus une fois assures et
scrieusement administr6es,
n'importe quelle banquet e
trangire ou naitienne (ou
pl usieurs) avancera les
fonds n6cessaires pour les
grands travaux d6finitifs de
toute cette vaste parties nou
velle de la Capitale.
L'heur ou pas capab tet6
maman, ce pou ou tete grann
Je ne pense pas que nos
dirigeants prefereront un
soit-disant Carmaval 1978 t
la Santi de la population
de la Capitale. A vous de
jouer, Messieurs les ediles.
Jamais trop tard pour bien
fair. Je pense aussi que si
1'idee est lancee, la popular
tion port-au-princienne con
tribuera, elle aussi la
principal interessee -
Celui-ci donnera ses centi-
mes. Celui-la sa gourde
Et cet autre son on ses dol
lars. A cette fin on n'a qu'a
ouvr'r a Radio Nationale un
grand registry dans lequel
chacun 6crira lui-m1me son
nom en regard de la valeur
colltribue6e.

El la Presse tacit parlee
qu'ecrite ou televisee appor
tera sa quote part en moti-
vant serieusement toute la
population die la Cap tale.
Jamais trop tard pour bien
fire, rien nest impossible.
II s'agit de vouloir. Encore
une for's, a vous de jouer
M-sSieurs les honorables 6-
diles.
Andre JUST


MOSAIQUEDENROCHE


La Maison de vos reves

eonstruisez la sur du solide






SEULEMiNT





$10.00 et $12.00






Ce sont les Prix d'une



Chambre pour



2 Personnes a



OUANGA BAY



SPetit dejeuner complete: $ 2.00 p p'rsonne

Dejeuner complete A.OC aDr personnel
Diner complete: $ 4.00 oar personne


Lg GOT N' EST JAMAS LG MG1U

QUAND IL S'AGQT D L'HUILE CITADELLE
0o


gLE NOUVEMIASTI
Mw


-- -


c


BLOCTI



C'EST UI









DANS NOS CINEMAS Otages Polisaro l: SaIeChau .-


CONCORDE CINE -CINE TRICMPHE


Vendredi i 4h30 G 1,50
TRINITA CONNAIS PAS
a 6h30 et 8h30 G 3,00
LE CLAN DES
CALABRAIS

Samedi h 4h30 G. 1.50

L'AILE OU LA CUISSE
U Gh30 et 8h30 G. 3.00
4 MALFRATS POUR 1
CASSE



SENEGAL
Vendredi a 4h Gh 8h
AUX PAYS DE LA
MAGIE NOIRE
Entree G 1.00 1,50

Sam(di a 5h 6h 8h
OEIL POUR OEIL.
Enlree G. 10 0 lt 1.50

X X X A

Deluxe Auto Cae
Vndrerli i7h el 9h
TRES HONORABLE
CORRESPONDENT
Entre. $ 1.50

Samedi a 7h '1 ph0
L'HORLOGER DE ST PAUL

Fntre $S 250


Du Lundi au Samcdi
(Permanence)
MIDI- 2h 4h
6h30 et 8h30
SALLE I

cLI PONT Dl]
CASSANDRAIA
Entree $ 0.7i 1.00
Entre $ 1.aJ t 2.00
SALLE II
LEtre' $ 050 2.00
Ent'e" $ 1.00 .1.50
SALLE III
iFEUX DE LA
IHANDELEUYt
Sntre $ 075
Sncrec $ 15u,


PARAMOUNT
Vendredi a 2h 4h Gh 8h
SUPER EXPRESS 109
Entree a 2h et 4h G 1.00
S6h11 et 8h G. 3,00
Saimdt a 2h bt 41h G. 1.00
a 6h ct 3h G. 3.00'
SUPEaR EXPRESS 109

x x x x

AUDITORIUM
Vendredi a 7h
ATT NTON, ON VA SE
FAC(I1IR
Entree G 1,00
Samrdi a 7h


x x x 7 LA CHEVAUCHEE
SAUVAGE
DRIVE IN CMIL Faitre 0. 200
LE BOSSU PIF ~
LES ENVAIIISSEURS Vendredi
ATTAQUENTR TOM DOLLAR
Entree $ 1,50 Entrte $ 1,50

Sqm di S .mdt
POSrBUD" ROCKY
3Entr S 250 EI tre,, 2 50




PARTICIPEZ AU CONCOURS



<< Vacances de Reve >



'DU CAPITOL


R ECLAMEZ LE REGLlEINENT ET I.LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE


PATRONNE PAR LES


HOTELS MERIDIEN


ET


AIR FRANCE


AU CAPITOL
tendriEd 4 Novetlbre 1977
CAPITOL I
LA PREMIERE FOIS
12hl5 2hl5 4hl5 6hl5 8hl6
10h15
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5.00
CAPITOL II
MAHOGANY
12h15 2h15 .41 15 hl15 8hl5
10h15
Avant 3h30 G. 3 00
Aprbs 3h30 G. 5.U00
CAPITOL III
SHAMPOO
12h 2h 4h 6h 8b 101O
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 Q. 5.00
CAPITOL IV
QUI A TUE BRUCE tE
lh45 lh45 3h45 5h45 7h45
9h45






Vendredi a 12h 2h 4h
2 ENFANTS QUI
S'AIMENT
Entree G 1,00
A 6h 8h lOh
Entree G 3,00 et 5,00
Samn d;i t 12h 2h 4h


DE PROFUNDIS P
TUEUR
Entree G. 1 00
La Gh 8h 10h
Entree G. 3.00 aet



AI PTW <


Vendredi
FUREUR
DE VAINCRE
Entr6e G 1,00 et
Samedi
TOUB3IB DU REG
En!reE G- 1.50 et

xxix

MAGIC CIN
Vendredi a 2h 4
ROSE BLANCHE
SOEUR NOIRE
a 2h et 4h G. 1,5
a 6h et 8h
Entroe G. 2,50 et
Saimd: a 2h 4h
LOS AMIGOS
En iree a 2h et 4
ct 3.00
a 6h ct 8h 2.50

x x x x

ETOILE C
Vendredi a 6h30 E
JE SUIS UN KAF
Entree G. 1,00 et
Samedi a 6h30
MISSION SECRET
CARACAS
Entree G. 1.00 t


croise diplomatique


PARIS, (A1P)
Le chassewcrois6 Diploma ,
tique iautour du problem
des otages franCais d6tenus
par lo front Pollsario se
pursuit avec la rencontre,
jeudi soir aL l'Elys6e, du Pre-
sident de la Republique
Franqaisc' et du command -
dant libyen Abdessalam Ja
loud don't le pays a' offert
ses bons offices pour le re
glement de cette aftfaire.

Le commandant Jalloud,
membre du Secretariat gene
ral du congress populaire ge
neral Libyen, a rencontre a
Paris jeudi soir, le President
frangais Valery Giscard d'Es
taing. Mercredi, le (numero
deux Libyens avait rencon -
tr4 par deux fois, le Presi-
dent Algerien Houari Bou -
medienne auqiel il a remis
un message du chef de l'E-
tat Libyen, le Colonel
Mouammar El Kadhafi.
A Arger, le commandant
Jalloud, qui etait accompa-
gn6 du premier Ministres
Sahraoui, Monsieur Moha -
med Lamine, a exprime le
soutien de son pays h l'A1-
gerie adans ses positions mi
litantes)i et a critique les
( menaces d'intervention
dans la regions.


POUR UN Le comit6 international
de la Croix-Rouge (CICR)
a, par ailleurs, annonce
qu'un haut fonctionnaire du
5.00 CICR, qui a et pressenti
par la France. compete se
rendre a Alger pour rencon-
trer les dirigeants des crois
CINE sants-rouges Alg6rien et
Sahraoui et organiser des vi
sites aux pris$nniers du con
flit du Sahara Occidental.
Le President du croissant-
2.00 rouge Algerien a deja ren-
contre a deux reprises, mer
IME'NT credit et jeudi, Monsieur
2.50 Claude Chayet, emissaire du
gouvernement francais. qui
se trouve en Algerie depuis
,mardi.
L'Algerie, doni les orga -
li 611 8h nes de press olficiels et of
POUR MA ficieux continucnt de criti -
quer vivement 0 et 3.00 tifs militaires francais, a
reitere devant 4a cominmis -
3.50 sion de decolonisation des
6h 8h Nations Unies sFa disponibi-
lite pour favoriser une solu
4h G. .50 tion safisfaisante qu'atten -
Sent legltimemcnt les fa -
't 3.50 miles des prisonniers fran-
caiss. ,
Ces families ont d'ail -
3INE leurs saisi la croix rouge
franchise come l'avait de
et 8h30 made a leur avocat, le Pr6
RATEKA sident du croissant rouge
t 1.50 Sahraoui.


et aa30
TE A

t 1.50


CINE 'LIDO
Vendredi a 12h 2h 4h
STRUGGLE KARATE
12h 2h 4h G.
Entree G. 1.00
a 6h 8h 10h G. 1.00 ct 1.50


Calierine Sauvage






,ft














Chantera
au TRIOMPHE : Vendredi 4 Novembre f8 h 30)
Entrie $ 6 et 8
POINTS DE VENTE : TRIOMPHE, SABOT D'OR, RADIO METROPOLE
BOITE A MUSIQUE, DYNAMIC ENTERPRISE,
BOUTIQUE SIMPLICITY A P.V. STE THERESE

CABANE CHOUCOUNE : Samedi 5 Novembre
LA SOIREE DE L'ANNEE AVEC D. P. EXPRESS,
HARRY NICOLE ET TATIANA POLYCARD,
SOIREE DE GALA AU CHAMPAGNE DE VENOGE

Entrie $ 12.00
SMIES POINTS DE VENTE RESERVATIONS DE TABLES
A L'HOTEL CHOUCOUNE DE 2 HRES. A 7 HRES P. M

LE BELVEDERE : Dimanche 6 Novembre -
SDiner -- Concert


De son cote, le Front Po
lisario a fait savoir jeudi ai
Bruxelles qu'il souhaitait
sdialoguer avec la France)
et qu'il n'6tait pas en con-
flit avec Paris, le Maroc et la Mauritanie
qui ont envahi son pays au
mepris des regoles internatio
naless. Le representant du
front en Europe a souligun
que Atoute intervention de
la France dans ce conflict
constituerait un soutien aux
visees expansionnistes du
Maroc et de la Mauritanie).
Four les observateurs,
cette'declaration fait suite
L l'annonce faite L Paris de
envoii, dans la nuit de mar



Flatulence ?
Maux d'est$mac.


di da mercredi; d'avions DC-8
au S6negal avec des ien -
forts nmlitaires pour la gar
nison francaise du Cap Vert,
pres de Dakar.


A Nouakchott, on indi -
quait de bonne source que
les autorites mauritanien -
nes itaient sur le point d'a
dopter des smesured inpor-
tantess destinies a amdlio-
rer1-la security de la voie
ferr6e Zouerate-Nouadhibou
par unie augmentation des
effectifs militaires et 1en-
voi Oventuel de nouveaux
contingents de militaires
marocains, M, L

Le Maroc et pa Maurita-
nie. qui se sont partagds le
Sahara ex-Espagnol, sont
lirs depuis le 13 Mai der-
nier apres l'attaque de
la ville de Zouerate par le
Front Polisario par un
accord de defense mutuelle.
Six cents soldats marocains
sont en posit on a Zouerate
depuis le 18 juillet dernier.
Le President Val6ry Gis -
card d'Estaing a informed,
jeud ien conseil des Minis -
tres, les membres du gouver
nment francais de 1'ensem
ble des actions en course vi-
sant a obtenir la liberation
des otages et h veiller a la
security des ressortisants
francais travaillant en Mau
ritanie. ... .
Une intervention francai-
se pour proteger ses ressor-
tissants en Mauritanie, pour
rait faire suite a une simple
demand des autorit6s de
Nouakchott, en dehors du ca
dre des accords de coopdra
lion ct pour une action pone
tuelle, comme cela s'etait
fait au Zaire, estime-t-on h
Paris de source informee.


A RESOLU LE PROBLEM


Soient X la meilleure quality


Y Ie meilleur prix,



X plus Y gale



LA VERIFICATION SE FAIT TOUS LES JOURS
DANS LES SUPERMARKETS ET EPICERIES
QUI OFFRENT A LEURS CLIENTS LES PRODUCTS


y-.
vt
U
"^


atterrissez aux u.s.a. pour un stage

d'un mois apr6s avoir acquis une

formation A la


first school !


entrez dans le monde des affaires
en vous inscrivant des maintenant
aux course de management et
business administration.
dur6e des course 9 mois :
de novembre a aout

au moment de leur inscription
les 6tudiants doivent ktre munis
de leur attestation scolaire (rh6to-
philo), de deux photos et de leur
acte de naissance.

d6but des course le 28 novembre
le matin de 9h 6 12h30
le soir de 5h30 6 8h30


stages pr6vus dans des

organismes bancaires et

internationaux du ler au

30 septembre.


10% de reduction pour

les employs du secteur

public.

T&I: 2-4755 et 2-3508


'a
'5
Ii
ci
#1
'4
ii
'4
'4.
'A



ii


50


Jirat 'L r4.oo0
far
SMr"i 4a 1ExAotr &tl rrrflutrw


Program of Ofubq prvacnlhed WInc 4rhm from tri bti &lnLd
Am, Ebiuguvinul Dcm o,.if d~wIlrib IrrsrnBerrmytrtiuj rbn
.~,ael-, Ito Or't"iium~rnb Lb ma


Laissez fondre
2 surettes
-Ti *m1deae-.





gLE NOUVULYSTEw


VENb)REDI 4 NOV. 1977


'*4


J




A NOAR4N 1


Le Pont de Cassandra






Le Pont de Cassandra


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT

MIDI 2 HRES 4 HRES EN PERMANENCE 6 H, 30 ET 8 H 30


Soleil Vert


Les Feux de la chandler


Coin du Jardinier


(Suiti de l e. 1 pagil


chees. M e mi e dans l'
c ia oil I plrod'ic iur
o b t i n tt un renidentetl

p ()l t L -. it't ll lit l id,V,

t un i.t eit 'un ii.t a c ih ch 'il
ll g et. au imui.\x d L 't I
'holo illnr r po)Ir ul e' I I uI. !i.c} -
lit eot pi'i'ol >l'I Ci'll t nlll
i 11 1 ',t-", Ipp, lilt :Ul
lneral.

i n ih l- qu. I t I n
Il Ii i tiiq' i t |i 1 'i I .


Clii 1 l l ), 1 ,I 1 i i'i ,1 It


tI Li.aI c I o 'In re-n .II at!c-
rh n 1 -u ,It 5.r d


ni lt ig ti tr. U di-

a t i cli- Pi itt P t



P i i' t 1 T < ( ii, i ; .1 3
it, 11-' iI Id c


bir c' Il 1 *": l i
IX', I ~ 1 l dl 1 dr, +- ,1 -, ,,!-


i.it onl. -1 bat minot, qui
P M ,.IL eCl, -f. aL u s ,.1
t 1 tig, -oail Oc t ecll
oitti > e f ,1 i c a c e s
di'. tLechniques u t i 1 1-
.,tilt.ce. c l rava 1 n .iti n.

icitin; Ic mnrn1e otdri' d
dec.I,. L> s m e:u-l'Y s L|S L i.'.u-
-l t't I L nil Plr.dulllt ntl i uo ti
dio \iillt rI'r cons.dc'e ,a -
', i ii ctt ni s L. r. 5[lct.!on
ou I' n i rd Ctioin dti u.ii.ipor
tal.on de 1-) Ju1 ti ei.t-,
lt si a ds iOrodutls lo-
1 ill' ,i des prodl't., locaux
c.iii.x, soint suit pt bltle tdc
cIei r 1 in ipo 1 ..Ia toti 11 bloc
dri trcllnulgc iog '
Si>- adi p!lIt oil al CaltIc -
I' cmio Is co.it .ux d 111
ima d tor,.' Ellic p. Iu-
v lit cI' 'I de-; lut! t'ons dei
it III I ''11' tt -s 1 !) i t, 11) h
li' 'ci: l l lit t I 'I.- I : d e-
lc' t r df ip i, T 2 (I'
1r In. lt dri la 1t,,' d ina
l.: 1 d I In i I. '.!lr tc

C urto ':i, di la. DAEBOU
C()

pT'. -T I TI-17 (-7T ONTOT T
LO ltPAEMtES DE DEVF-
LC PPE'IFNT .


Remerciements

Profondement touches des
marques de sympathie qu'on
leur a t6moignces a 1'occa-
sion de la perte brutale de
leur regretted Jean Lavala-
net, leur perc, frere cheri,
onile; neveu; cousin enle-
ve h leur affection le Jeudi
13 Octobre courant, son fils,
ses soeurs; fires; neveux;
nieces; cousins; cousins,
parents et allies prient tous
ceux qui se sont associes ai
leur dottleur de croire en
leur vive gratitude.
Ils remercient tout parti-
culierement la famille Mar
cel Dauphin, leur neveu An
dIre Boisson, le Docteur Jac
qIue' Innocenit et Mine, le
Deputy Victor Nevers Cons-
tant. l'Assistant Directeur is
1'Education Nationale, Mon
sieur Delae yr Charles, le
Person ,/et les eleves de
!'Ecoie Republique des E
tats-Unis, la L6gion de Ma-
rie. It, Personnel de la Tro
pglas. lrs familiess Guy Hip
poii/te, Ernst mliautaud; Jac
quest Verna. Henri M. Arty,
Wawa; Andre Camare, Ro -
ger Dauphin et tous les a
nis de la capilale et de 1'6
tranu er
Une messe de prise de


--rN" tIdheuil scra celebree le same
onsI ,- .,.i 0 hdi 12h Novembrei a 6 heures
S .t 1 me,.lise do Sacrc-Coeur
vous offre avve les cone ls de ses agronomes : La present ticnt lieu d'invi
des tENGRAI.S pour vos ,ijardins et vs champs station.
des SEMENI'ES de fleturs et de ligumes f f 'ff.x
des NSTU.WMENTSIS ARATOtIRiS, du secateur a la OFER
charrue JOB OFFER
des 'ESTICIDES poiir detruire aers, moustiques, pu t Looking For Production
naiies tafards. rats... Manager in Zlectronic
des PRODI'IITrS VETEiINl.IRES pinur soigner chbens. I Field
chats, hoeufs, chevaux .. h Expcrience Prefered
des .!ATITRIAUX l (d CONSTRUCTION dt a fatnmeuse I S endi Curriculum Vitae :
marque LETERNITr AUC A

SDARBOUCO. Rue du Quai P. O. Box 2-2345
Port-au-Prince
P/////////."J c'v-r/////// "Y//r.r;,.r 0o


LES DANSES SACREES DE BALI


Au Theatre Triomphe


9.-7' --"' s "'





40 MUSICIANS ET DArsSEURS AVEC DES INSTRUMENTS AUX SONORITES
ETRANGES. DES COSTUMES DE GUERRIERS RUTILANTS, DES FILLES-
FLEURS D'UNE FNVOUTANTE GRACILITE, DES MASQUES, DES ORS, DES
PERLES ET DES DIADEMES, TOUT LE FASTE ET LA POESIE MYSTIQUE DE
L'ART D'EXTREME ORIENT.

UN ,PECTACLE COMPOSE DE DANSES RITUELLES ET BARBARES, SURVI-
VANCE DE L'EPOQUE FEODALE EN ASIE ET DE LA MAGIE ORIENTALE, EX-
PRIMEE DANS l NL CliOILEGRAPlIIE FritIMlSANTE REGLEL A LA PLRFEC-
TION

Mardi 8 Novembre. 8 It 30 ar THEATRE TRIOMPHE

SntreeS $ 6 et 8 h. Cartes en vente en ce moment


AVIS

Dans le but d'apporter
dertaines am6liorations sur
le system de distribution,
1'ElectricteA d'Haiti informed
son aimnable clientele que
le courant electrique sera
interrompu lie Samedi 5 No
vembre 1977 & partir de
1 heure P.M. dans les zones
suivantes :
Avenue Haile Selass e -
Zone Industrielle A6ro-
port International Citre
Militaire HASCO Fort
Dimanche Route du Nord
- Cit6 S'mone Radio Hai
ti Inter Radio Nationale
- Plaine du Cul-de-Sac -
Jameau Tabarre Du.-
morney Croix-des-Mis -
sions Croix-des-Bouquets
- Santo Beudet.
Rad'o Metropole La Sa
line Rue du Quai Rue
des Fronts-Forts Fort Na
tional Sa,int-Antoi7ne -
Rue Lamarre Cin6s Trtom
phe, Capitol, Paramount -
Rue America ne Rue du
Magasin de 'Etat Mar-
tissant Bizoton Route
de Carrefour jusqu'a Leogii
ne.
Route de ,Bourdon --
Chrnt-Roi Canape Vert
-Museau Route de Pe-
tion-Ville P6tion-V lie
Montagne Noire Marlick
tion-Ville P ggy-Ville -
Route d,- Frlres Camp
d e s Leopards Aca -
d ill i e Mili ta ire -
Morne Calvaire Route de
Kenscoff Boutilliers -
Kenseoff Obleron
Le courant electrique se,
ra rel6tahll, Sauf imnprevus
d 2 hiures P.M. le mIm(

La Direction


AVIS

Diesel Engine Techniciar
Graduated M the United St,
tes n two different school,
with Company and U.S. Ma-
rine Dieel repair maintl-
n7ance exp rience. Just rf
,tirn after 14 years in thi
United States. Looking fot
best offer.
Call 6-2227
Abk for Mr. MACK.
511.

Cours drives
d'anglais
Ces course Fent dispenses
au soir ton lea jours (sa-
medi et dimanche exceptes)
de 4 heures P.M. a 6 hou-
res PIM.
Habitants de Delmas ou
a lleurs, veuill z contacter
au plus tot pour plus am-
ples informations, M. A,
Mnrilset diploma en lan-
gue Anglaise, local et US.
Tel. 6-1778.
Un service d- traduct on
voun est offer. Confidentia
1 te garantie.


L'Union Sovietique
possede es
masses de 4000
knlomeres
ae portee
I. Y., i rt't)
L Un on Sov''ictque a ms
au po nt d pu s la lin 1915
un Miss ilc liiub le le 16,, capable i atte ndre les
Etats-Uni gr ate a un' por
tec de plus d- 4 000 kllonme
tr s ct elle a dej t fabr qud
une centaine ,e c s M'ssi -
les, roppo'-e to ud. le (New
York T mesa
Citant di s aurcas du P:n
tngone, 1' tflicit quot'dicn
New Yorka :;. pr-cse que Mos
cou n'a pas deploy ses mis
sile ma s q ,e leo de lop-
p tnn t du tcs en advance stir lo Etats-
Un;s dana ce 'Inmaine paiti
eol r.i pu'squo le Mis le a
mnerican cort-.opondant le
sMXd. ne s P. oprationnel
qrt'au neilieu drto anni.'oo; 80.
Semlon jouri-nal, le 1l eat di., a0u -iS -20n
M ssl- it demx delagmi capa
blc d'attind, l'Europe O0
eidentale et la Clne depuis
lc territoire foveftiquo. La
production et lem dplote -
ment des aSS-16, qu' comp
tent trots Itages pourra'ent
hypothtquer 1's ntgoe!a -
tions de Gent;? sur ie de ar
mement, poua-,it le quoti -
dien.
Salon liri tee xpprts dti
Ppritl,tot-.tt -'iI'tirf t .e i'rn rot
.,itr Ic'- toe't.- d.9 l.I nlt e el
placi dp .c.?- Mi--Is 1, not
..cratent ft pi| tL -ro.' VIt.. dc.
arine- essent'ellem:nt de -
fenslves.


Entretiens
Mexicano -
Americains
MEXICO Depuls troin
jours, se pOursuivent des en
tretCens & la frontiers me-
xicano-americaine entire les
Premieres Dales des Etats-
Unis d'Amejie et des E-
tats-Unis Ivaui ins.
Les deux 'nterlocutrices
sont Mmes. Rosalyn Carter
et Carmea1 Romano de Lo-
pez Portillo. '
Les conversations, coin-
menc6es en la ville fron-
taliere nord-am6ricaine d'El
Paso, Texas (trois cent cin
quanto millie hab'tants) se
sonit poursuivies en la ville
frontalere inexicaine de
Ciudad Juarez (prOs d'un
demJi-m'llion d'habitants).
I,.s deux villas sent en fa
ce l'une de lautre et ne
sont s6parnes que par le
fl uve Rio Grand, (au Me-
xique Rio Bravo) del Norte,
traver e par plusieurs points
internationaux.
Let entretitns out eu pour
theme des que't"ons d',inte-
rct common.


Nicaragua:
Le General Somoza
orkt a dialoguer
avec le Front
Sandiniste
MANAGUA (AFP)
Le Pres dent du Nicara-
gua, Anastasso SoInoza, a di
clare juudi qu i accLpt-rai
dc d aloguer avwc I Iron
bandii lte de L:beratlonr N
t onale (FSLN) si touted le
actions de ci' group depo
Haltnt its arms.

Le General Somoza a af
f rne que la conijurat.on CO]
tre le Nicaragua avail de
I anilca 'tois nIernationa
ws. 11 a ajoute qu'il ava,
e6e etabli a partir des t6
lnoignageb de t lrtams acc
ses. que les rebu-les de IcHon
duras et du Costa R'ca so-
tLnaient, avcc c'appui final
c er de Cuba, le Front San
d'n.ste.


AVIS
Le public et le commerce
sont avises que le sieur
Charles Augustin ne faith
plus parties dii personnel de
la baulangerie Immaculte
Conception.
Cet avis est public ia tel-
les fins que de droit.
Boulangerie Immaculee Con
caption
Ce 4 Novembre 1977


Cours de Dessin

Les tours de dessin pour
adults et enfants d6bute -
rnnt en Octobre.
Pour les inscriptions et de
plus a'nples informations
Telephonez ai GIBOU CAR-
RIE 6-2616


AVIS
La Direction de 1'Electri-
cite d'Haiti avise qu'a partir
du Lundi 7 Novembre 1977
et pour des raisons d'ordre
administratif, ses guichets
resteront ouverts, sans in -
terruption, au public, du Lun
di au Vendredi de 8 : 00 AM
A 3 : 30 P. M et le Samedi de
8 : 00 a 11 : 00 A. M.
La Direction demand ii
tous ses clients de se con-
former au novel horaire et
les remercie de leur collabo
ration.
La Droction
111



A VENDRE
Une Je.p Cherokee 1974,
6 cylindres fli un Cam on
Ford F-600 1971, 8 cylin -
drcs.
Les v6hicules peuvent
etre vus on u Bureau de la
HACHO du 31 Octobre au
10 Nov-mbre 1977.
Les dits veuncuies seront
vendus contre cash au pluj
offrant-qui aura i payer les
droits de douane et 1, s taxes.
Les offres seront regues
tous pli cachet et 1'ouvcr
ture des plis adressis la
HACHO aura lieu le'Vendre
di 11 Novembro 1977 a 10
orl- a a.
HACIHO
11 Avenur Mar'r- Jeanne
C iO d.? l'Exposition
SPort-au-Prince
r' w


Henry Kissinger :
Un Mlat palestinien
serait une menace
pour la paix


NEW YORK (AFP)
L'anc en Secr6taire d'Etat
Hinry Ki.s.nger a estame 1
qu'un 6tat palestiryien auto
nome constituerait une me-
nace pour la paix aua Pro-
che Orient, queblcs que
so ent ses dispositions a 1h Y
gard d Israel, rapporte van-
drAdi le L' nfluent quotidien New- ]
Yorkais pr6c:se que M. K's-
sing r, qu d'adressait, jeudi
a Washington, aux mim- -
bres du Congres juif mon-
d al ,ans voulo'r rendre pu-
bl:c son discours, a Uvitt tou
te critique directed de la di-
plomatie amir cane au Pro
ch" Or 'nt. L'ancien Secretai
re d Etat a cependant esti- ,
me que l'Administrat on du
President J nmy Carter ac-
corde une pr orit6 contesta-
ble au problem palest'nien,
y compris la repr6senta
t'on pale tinienne i la Con
ferencp de Geneve.
L- Journal. qu s'rst pro-
cur6 une bande magntique
du discours de 1'anc'en Chef
de la Diplomatie americai-
ne souligne quo M. K'ss'n-
g' r a fermement soutenu
Ies actuellet po it'ons isra6-
lienn's et l'Eta. H6breu, qui
ne dolt paa sO ernt'r <'e pro
tectorat de tout autre nays
que CP so'to. pour uivi 1'anc'en Secr6taire
d'Etat, doivent fair face i
la Fituat.on onesento avnc
resnonsaRh'l't 'I ItmesurP Its
snvPnr, nuo la paix no cnn-
s'fts nas epulment en decta.
rntinns d'intpntions el en
professions dp foi.


Risques reels
de guerre ...

talt pas partisan iCu 'brieinv. zll so pourralt fort
bitn a-t-il poursuivi, que la
conference de Geneve n'a-
boutissa pas a une veritable
paix. nmas uniquement a la
fin de l'Etat de belligdren-
ceo.

clu, que le Prix que nous Fe
r'ons prots i payer pour ce
la (la fin de 1' tat de belli-
gerance)., ne peut qu'etre in
fter;ur h ce'ui que nous
payerions pour la paix.)



Un Kidnapping
rate
(suite de la 16re page)

ment averte. Des avis do
recherches. avec le signal
meant comply t de I'enfa't,
furent d6p6chts is tous les
d's'ricts et soun-districts des
Forces ArmIes d'Haiti. Les
stations de radio de la Ca
p tale diffustr-nt chaque
inux heures ces avis de re
cherches.

L'enfant fuit retrouve le
mercredi 2 Novembre, enco
re r.vA:u de 1'un-iforme du
College Brd, d 1'extrime
pointe de notre Republique,
A Jean-Rabel, puis ramenie
par avion a P-au-P.
C rtainement des pr6c -
siotuns s ront donnees sur ce
kidnapping raole.


i-roLimionnexs, anmateursi oi m rlomafes avert
srodr vaut maiiriei eiectro-acoustique


Voyez Aux Ondes Sonores.
Four tout appareil de haute fidelity
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout materiel 6lectronique
Voyez Aux Unudei Sonorei
lui ul uwaccttie e lectrique courant*
voyez AUX ouuLes bonores.
Sj,' out iL UdiAtere. de 'Television
. ,: ,.>.ciue au reeipteur
Voyez Aux Ondes bonores
evur enrichir votre culture musical,
votre dtscothieque et assurer 'en-
Voyea Aux Ondes Sonores
fuur choisir votre guitar classique
,u electriqqe
Vuyez Aux Ondes Sunores
VmOI isltes Altistes, Violoncellistes
pou- vos cordes professionnelles
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes pour voiture
Vovez Aux Ondes Sonores
rptien de vos disques
aour vos enregistrements : tape ou
ruitan magnttique, cassettes, car-
I tidges sont n6cessaires
Voyez Aux Ondes Sonores
onus avez besoin de cables 6lectro-


iirl'er on enlectriques


Voyez Au Ondes Sonores


ToI.t .. dans tons -es domaines
U i, S"vicre du message sonore

41 Rue Macajoux Telephone No 2-3824






ANTILLEAN AIRLINES










SERVICE DIRECT~ ENTIRE '


Haiti et Porto Rico


Departs de Port-au-Prince :


LUNDI A 15.05 HEURES, ARRIVE SAN JUAN A 17.10 LH.
L VENDREDI A 08.15 HRS., ARRIVE SAN JUAN A 10.20 H


DeN arts de San Juan :

MARDI A 0!9.45 HRS. ARRIVE P-AU-P A 09.55 H
VENI)REDI A 10.50 HRS, ARRIVF P-4Aj-P A 11.00 H.


ALM -- ANtILLEAN AIRLINES

MADSEN EXPORT : IMPORT IS. A.,

AGENTS GENER'AUX

PIIINES : 2-3476, 2-0117 ET 2-0028


TOUTE LA MUS



STOUT POUR LA M







1 A-


ou vous rouverez les dishes que I

aind tsue les famer instrument

et les chains hi-fi stein



S YAMAI


IQUE


[USIQUI


U


voua disirexz


's de musique


r[A


I'







-7







I
~ji




I


cLE NOUVELLMTBTh


VEDRDI4 OV 11


r ~ :


,I


I


.--,,,,,~~.-~-rr=Coc-c-co cowc:~C


00--w-W-16


g~rrru~--r~-~r---l--~MID",-


PAGE 8


MCs


oco




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs