Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09915
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: November 3, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09915
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text







soa I
to 2 l
:m
c.Ju -c
evol -0-
.eu
9U


4


H
4





~0.
* H

0
0









I








H
0
0






0
Ii




I


aim



.2


a1


I

Iu~




S
fla


0




























0
* -
pm (


C C) CC Cd CC C
0 -~C C 0 ~CD )a, C)
-4CC~' C CC C

c) C CdC) a)C :C



c)CC4:::Ca) C
A > > C'C


4 4
C:3 a .4


?J2


W .4) C'
td 02'CC~ C~) C


'co'

0 4 C) '''C)0Cm
Ci C e' d5 2
C) C)CCC))~*~)'CCWC
4 )C'0CC

es CC ,C)i "C C





c) w C ~ ) C 0 ~ C
w 4) )'7cd Ci 5. &4C

%0 C)A 0 .CC r. 0'c 0w
- FC C "' C, C
,v r-hC .-)) 0
0 !n C'~ ~ C)C
C') ) .'c) C'i C


o -(

0




Qd


M-C IC.)C



15~C) C
id~


U,




09i


': C: a SC)
.0.0 i0'~


r. 2
W'~



C)i CiC

'-mv )C)C
Ci CCC
S2 -CW


H .0C)C)) c) C
cs i.~ '0~
cu )0
sl~
-4 b4Ci'-


I, CC ,iC~ C C
CiSC ~ 2 n

w) Np~'C CiC
,cu u

ww C


2C'C-
uiii C CC


q., .4C- C 'C





'0-C
X4 m 2Cn)0~)iC0CC


PC





C- 0 5 Ct

C)3



c.) rd ','
0-C.
cd 0)C~
;, z = ,Ci'


C) 9.) = c _,-,W L I ,C) C CI CCC))C 2:2~

0 c'" C,
0 c )lCC))CCCZC=1 ~ ~ C

e000 CCCCC~i ~ I'd
tjC w -C
CC 75-.0C CC.2C,)2 )~)C





C7C


C.)

C.)




C.)



C.)





~C.)



0


CiC)
>'C)
5C)
.CC
C)C)


C)CC
'0C'
CC'0
~C)Ci


SCC) CC) 'C 0CC cC 7C


'C t'0 CC


bb.,~-


ZC



inCC C






cf.C


FdCC C0


C)CCCC~ ~~C)CC)C
CCC)~ ~5CC~ ~
CC.~~C)CC.)C

C)~ C)C)0C)0'E )CCC'-'C)
C) CC~C)-CC)C) ~' 'C)
CC'~~C))CCCCC >~
CCCC'~C)CC "'CCC)"'CC
-~ CC C)'CC)C)
C) C)~ "''C)
C)- CC
~ ~

~CCC'C)~'O CCCC~CC
C)~.C)CCC)C~5CCCCC)

C)C)CCCCCCCC.. ~
C)-C)CC C)" --
CCCC~C)CC CCC)C)'7CC.~,


cQ


CU





I C)>


CCt


0,
U'
Ut
0


CC CL, )' C.


C.)I
'CDC) CC




CC ) C.~


'0C


'CC7CC) CCCC


-0 CC.) 'a T


e>



~ ~CC

0'
CC~


5'~CC


CC C' CC

C) C)"' CCC~CC

CC~
C) CCm~
C)~'~ C) c
CC




CC~C)

'Cod
~E~CCC~ C
C)~CIC) C)'


5CC QC)C)
CC~0 0C)C'

~CC 5






C.~~CC5CC C)


ccS





&d


w


jig


C0)


Ci
C~cz CC



CC
0
CCd


''Ci~)C2CC
o .2 Ci Ci C)

Ci~
C).'
Ci .,
'C)
Ci~
C) 0 C CC

0~~
~ ~
-~ C).
Ci CC,~

C) C) CC~
C)Ci'~~


C)C) ~
CC 0CC


"'CC~ ~''
LtCC
CCC) CC

CCCC:I.CC
cj

c )CC
u)C)C


~ CT





w bl 0
0 C)
Ciz "


~.)







C.)



CC~C


L) WC)CC'C) ii', C




biCC )C)C ')')

64- C C f CC) CC)C)dC
C)O )CC ~ C CC ~ CC) 'C
uc)'),l


)'0CC C)2~C C4 E U.C)


CZC'











-C)

cd.


CCC)C) 'C)
CC .CCC)0~
'CC CC
CCC) C) CC" C)
C)~CC C CCC) ~C)
C) 'C) ~CiCC'~'C'0
'CC ,'CCC)
jCiCC'~
C) C) C)
0CC C)Ci
CCC) ''0-
Ci.-,C) Ci 2
'~'~o ~


0'CC' 'CC CC '" ~C)


' 73 0 M

Li5 C

C)0 '

Ci C


C) C-

C) Cd C"~






;C) C) C

c =sC))75
CIS
CC C oC)0C



C,) C CC i

C)dCt


CC C



CC ItC C ~2' CC
;Z2


CCt)C


.-~C0C)CC) *'C)C
z mCC 4

Id )C)


OCiC) C)C)
CCC)C) 0,C)
~'7C)C)Ci
CC~5 '~

C'~ ~

C' C) Ci C' C)

CC Ci CCC-

2


'C) a CDC) P.
CC) a .
m > Q)



w CC.

:z C c)


p


Q

z






0
4E-



0
E-4



m
^
a
a
QJ

^
_;*
^
^

^
^
>
W

0>
&-i
*-i
^
.c=

^s
^
c
\


o
^

^_
^
s
C<3

-*-




^


>***

N-


4)
*-=








* -**
Cw











U2


'A

~Cd


cd


,.i


ep


Q1






PAGE 3 aLE NOUVELLISTE, JELTDI 3 NOVEMBRE 1977


QUtEB1C,. (AFP) .
Le Gouyernement fran -
gals& comrprend parfa:tz -
ment les 'a pr'.ations du gou
vernement. qubec.o'ss et. lop
position fraihiaise de cn6n-
Ingfrence, non-lnd'fference
h 1'egard du Quebec nous
convent tout a rait>>. a.no-
t-mment dc'sal s le p-rrmier
Min'stre Quebecols, MVon -


.t '".


* sieur Rbn6 Levesque, dans
une interview exclusive ac-
cor46e a l'agence France-
Pre s.
A la veille ce sa visit of
f:c'elle en France, Monsieur
Levesqug a soulignt les
liens e roits> exastant en -
tre le Quebec et la France
et i1 so propose a cotte oc
ca-'on de renforcer surtout


la cooperation economnique.
Pour Monsieur Levesque.
11 va fall oir acentier ItE
efforts pour que- Quebtco's
et Franqals pergoivent

m:eux les avantages 6cono
m'ques d'une cooperation 11,
n'y a san: doul' pa-: d re-
cette magique mais compete
tenu de la stagnation des
deux cotes de 1'Altantique,


a-t-il dit, tout le monde a
inttrtt a intensif'-r c-as e
cnange-sa. . j
ivions:eur Levesque a men
tionne toutefols qu'il'ne ial
lait pas s'attetlre au course
de sa prochair, v'site a la
signature d'i..,portants ac -
cords. I1 s'agit avant. tout
a-t-il precise, d'approfon -
dir les dossiers en course.
Le premier Min'stre du
Quebec a ttnu a rendre hom
mage au g6nsial de Gaulle
pour nelle, a-t-il dit, du ph6no-
mene Qu6b6cols.e. Faisant al
lusion au avive le Quebec
libres pro.onc6 par l'angien
chef d'Etat Frangais en
1967, Monsieur Levesque a
afflrm6 : cil taut &tre re -
connai'srant e Gaulle
pour cette gaffe historique
et b6nfi'qUe qui prouve qu'll
avalt parfaitement comprise
la situation au Quebeco.
Refutant, d'autre part,
ies propos du premn'er Minis*
tre Canad;en; Mons'eur Pier
. re Eliott Trudeau, selon le
quel l'ind6penda'nce rtlfti-
que du Quebec constitute une
regr6s-ion, Monsieur Loves-
quos a afflrmt que le but
poursu vi par le go">verne-
mopnt Qutbtcois tend a are
d6finir un pseudo-rtgime f6
dtral qui ne convent plun
Sl 'ensemble des 10 provin-
ces et en particulier a la
maior't6 francophone du
Quebeco .


Reaffirmant la nf6cesiate
pour ite queobc a ute -ouvc
ls2aielte pUiLt.qtie neeE a tne
aaoelat.uIt eLUwomiCqoL avec
un iiouv-au (Janada le pic
nimr Mlinstirc. Queoecuis a
t i me que Le syo'tnIle consricl
tut.onnel caniadleLi aciel
eiahll aaUrtL, thipilbur-au -
cratise et en porte-a-faux,
il fallait redef.nit une vra.e
et moderne confederation a
vec dts etats souvfrains et
un march commumn.
Monsieur Levesque s'est en
outre d6clard pret a d.scu -
ter avec le Canada anglo -
phone pour faire changer le
r6g'me. ,
Interroge sur le rile inter
nat-onal que pouvais jouer
le Quebec, Monsieur Levcs-
que a indique que cemiu-ci,
jusqu'a novel 6rdre, devait
ten.r compete dts s-tructu -
res imposes par Ottawa>>,
mais qu'il se proposait de
developer les contacts a
tous les niveux, en particu
lier avec let Etats-Uniso la
France et 1'Europe de
1 Out st.
Monsieur Levesque a sou
1:gnt 1'importance primor -
d ale des liens economiques
Unis. II a d6nonc6 a camp
gne de denigrement alimen
t@e, selon lui, par les mass
media anglophones aupres
de l'opinion pub'ique ameri
cane.


LA MASON




SCLAUDE DLVAL


DUVAL TIRE DIVISION VOUS INFORMED


BANDAG done un rendement


formidable.




(J'AI EU PLUSIEURS EXPERIENCES AVEC BANDAG ET C'EST

SURTOUT LORSQUE JE LES AI MONTES SUR MON VEHICLE

TOUT TERRAIN QUE J'AI PU APPRECIER LEUR REEL RENDEMENTs.

SJE I.ES TROUVE FORMIDABLE), NOUS CONFIA M. FOUAD ATTIE,

a- DIRECTEUR GENERAL DE HAITI WINDOWS, ENTREPRISE REPU-
TEE PQUR LE FINI DU TRAVAIL QU'ILS FOURNISSENT EN TOUT

CE QUI A TRAIT A L'INSTALLATION DE FENETRES ET DE PORTES

EN VITRE.


Le caoutchouc BANDAG est plus dense.

LA PRESS GEANTE DE BANDAG PRESS ET VULCANISE LE CAOUTCHOUC DE LA MEILLEURE

QUALITY A UNE PRESSION DE 45 KGS. Cm2 SOIT DE 4 A 7 FOIS PLUS DE PRESSION QUE CELLE

UTILISEE DANS LES MOULES DU RECHAPAGE A CHAUD>.

D'UN CAOUTCHOUC DE DENSITE ELEVEE, BANDAG GARANTIT AUTANT DE KILOMETRES QUE

LE PNEU NEUF, DONC BEAUCOUP PLUS DE KILOMETRES QUE LE RECHAPE (A CHAUD). CETTE

GARANTIE EST DONNEE PAR ECRIT. UNE TELLE GARANTIE PARAITRAIT INCROYABLE SI BANDAG

N'ASSURAIT BEAUCOUP PLUS DE 'KILOMETRES QUE LE PNEU NEUF; LA GOMME BANDAG EST

PLUS DENSE DONC PLUS RESISTANCE A L'USURE. BANDAG DEMAND A ETRE COMPARE AUX

PENUS NEUFS ET AUX PNEUS RECHAPES gA CHAUDa.

PARCE QUE LE CAOUTCHOUC BANDAG EST PLUS DENSE, IL EST PLUS RESISTANT AUX OBJETS

QUI PENETRENT NORMALEMENT DANS UN CAOUTCHOUC DU RECHAPAGE cA CHAUD). PLUS

DE CAOUTCHOUC ET MOINS D'AIR C'EST CELA BANDAG, ET C'EST POUR CELA QU'IL A ETE

POSSIBLE EN ADOPTANT BANDAG DE REDUIRE CONSIDERABLEMENT LES PERTES DE TEMPS

DUES AUX CREVAISONS.



GARANTIE'

1) Un pneu Bandag vous garantit autant de kilometres qu'un pneu neuf.

2) La Duval Tire Division vous garantit le pneu Bandau centre toute. mal


cNW- v


Wo


lacon
rlds Publlclt6


- mmmmmo.,aaac .o.n ensa


~~.;,-L-arrrss4 .-~;L.~~.


Contrairement a une icar
taine propagande.:, a-t-il
poursuivi, les milieux fl -
nancrirs ini:rnat-oiaux,
dans leur malortnt. reitern
confiarn t, ans 1avcn r eco
iioriitque e lad stability poll
t'que du Qutoec A 'appuo
'de :- o.res, Mori.-jur Leves"
que a citt le succ&s remportt
depuis quelqueso mois par les
emprunts du Quebec sur le
march hypothtquaire' inter
national.
Comme on lul demandait
si le gouvernement Qu6b6 -
cois s'dentifiait la la ocial-
d6mocratie, Monsieur L,-ves
que a proc's6 que OEtte 6ti
quette politique ne devait
pas ttre entondue suivant le
module hstorique europ6en
car, a-t-il dit,

Premiere journde
visit Levesque
PARIS (AFP)
Pour Sa prem ere journte
d visit offiiellel dans la
capital francealse, le pre-
mier Ministre Qutbeco s M
Ren6 Levesque a tu le pri-
vilege de i'hommage de
l'Assemblie National,.


UNE INTERVIEW DE LEVESQUE


ANTO DELMAS

AUTO ECONOMIC S.A


De la loge presidentielle A I n. oli II. I -itlo p ziaLa
qui surplombe 1 Hm.cycle, 'a
M. Leawque a assist pan- champ de tars
dant uine demile-heure a la
stance consacree aux ques .. r E n- n 1
tions d'actualite poses au LE RENDEZ- OLIS U
gouovrnement et a ete sa- '
luo par le Pr6sident de I'As .
sembl6e, M. Edgar Faure. -.'ThA'. .'
Les D6putes de tous les group t ; --
pes, drhbout So sont tour-
n6s vers lui et l'ont applauis- ] o- '
di longuem:n t. Au course d'u JO' t i':,. I ii '" '. .. "'
ne reception donnee ensu te u i ,
dans la sail des fItes du o j 5- t I -.
Palais Bourbon decorate aux I__ 10wI iUrnsn jd._ L I
coulurs francaises et cana l rj L
diennes, le iprem;ier Minis-
tre Quoblcois a affirm sa - ," i
a-.rttLude qu'(tun nouveau a. t, IS..l -[ j .
pays apparaitra bient6t de- T 4 iJ
mocraliqusment sur la car y' ii; -
tee), tandis que le President L1.T -
Edgar Faure soulignait oque 'f a
l'exptrn-ance quebecoise reva- OWl l _i_ -
tat un ((caractlre exemplai o .
re)) parce que port oue de
e(valours universelles... Le DES IOMMES D'AF1AI
Prsiden d 'ASsml DES HOMES DAFFAIRES .,
vait salue en M. Levesque Reservation
anll porter de notr- propre
chance, un Agent Fraternel 2-4606 et 2-0855
de notre avemir commune. e 2 S
:.,M1. Lev'sque. arrive dans .
"le ( uiraWn d. la matinee -
Orly, avait tt6 accueilli cha
1 ureusement par le pr- -
m er Ministre, M. Raymond
Barre. AVIS AUX AMATEtRS
Evoquant le problem ca- A S AUX AMATfl U S
naditn, le premier Ministrf*
Squ6becois a indiqu6 qut leg
relations entire les peuples,
ne serai-nt ,pas v able, UN NOUVEAU SERVICE
sauf d'egal a legal. (La Fran
ce avant tout le monde, a-
t-il ajout6, a aomapri, cettea-,
R d situation,). I les 1 rom a-ges
De son cote M. Raymond de France
Barre a faith etat des possi-
blitts ((d'approfond r la-E
coop6ration franco-quebecoi EN VENTE DIRECTE
C'est de ees possibilit6sts
e les ddex chefs bde goo- ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS
vernem nt se sont entrete- GRACE AU CONCOURS DE
n7us en fin de matine- pen0
dant une heure a 1 hotel AIR FRANCE CARGO REFRIGERE
Matgnon. Avant doi se ren-a
dre a un de6tjnier donned en,
son honneur par le Prai-a -
dent de l'Assemble Natio-
Snale, M. Levesque a affirm .. CPoSmsmandes Tel : 2-1809 !:
devant la pres'e qu'il avait
eu le sentiment qug M. Bar OT
re, fort au courant de la si- LE BISTROT.
tuation, consid6rat ave 9
asympathie et comprehen-S LE MANOER, 5 1ALUE
sion) 'evol6ion du Que- L E M N.
b1-c. Le premier Ministre ez
qu6b~eois a vsit6 dans 1'a n,
pre-,-midi une $exposition da ,
lives, cartes et documentR S *.r/co-- s i> c-
se rapportant au Quebec. or
ganis6e dans la bibl:othe-
qi di-' l'Assemblte.
A cette occas,'on il a de-
dicact `on livre Option Que SEDERGINE
beas aux difftrents organi- ,_ -
sateurs de 1'exposition. C'estl 10 cempraunis effervesce- _rj _
rnsuit que devait avo'r a leu -- U P S a
I'hommage de l'Assemblee. I -
Dans la soiree de mercredi
M. Rer6e Lev*que a 6tW 1'ho T .
te A diner du Garde del LISZ blel C-Ci1 '
Sceaux M. Alain de Gaulle,
S a Colombey lis dtwux QUAND LA GRIPPE VOUS MVIENACE, QUE FAITES
-nEistre queeb eoits sara1t 6 VOUS ? VOUS ACHETEZ DE LA VITAMIN C QUAND
te A dejo-un s du President CETTE GRIPPE EST ACCOMPAGNEE DE MIGRAINE
de la RWpublique ValeryB DE FIEVRE ET DE CUORBATURES. QUE FAITES-
Giscard d'Eataing a l'Ely- VOUS ? VOUS ACHETEZ DE L ASPIRIN.
S6e apres avoir et requ ,
1'Hotel de Ville par le Mai VOUS ACHETEZ DONC DEUX MEDICAMENTS.
ro. de Paris, M. Jacques Chi 1.
rac. QUAND MAINTENANT VOUS AVEZ A VOTRE DIS-
S POSITION UN SEUL PRODUIT QUI COMBINE LES "
A S- eDEUX ACTIONS ? QUE FAITES-VOUS ? VOUS L'A-
A vendre
Proprs 50 x 10 CHETEZ TOUT SIMPLEMENT.
i Carrefour (Mori Repos) k SEDERGINE
2) Propritts s50 x 100
et autres i Delmas OCONTRE TOUTES DOULEURS ARTICULAIRES
3) Proprit6bs pour Fac MUSCULAIRES, DENTAIRES, RHUMATISMALES.
tory zone Industrielle
Pour renselgnements SEDERGINE ,
on 3110 EN COMPRIMES EFFERVESCENTS.


-t -

cratle social dolt 6tre dedi situation tconomique, en par
nle en tenant compete du ticulier par ;le gaspil'g
cont xte Nord-nmer.ca.n ,. ac lenerg.: polit'qute \ ,
ILe contenu de notre sie U
cele, a ajouu- Mon-ciur L' Monrieur Levesque a en
.esque doit etre h la f-o s c lin i time o'tii prev sio
lul d'une dmn-iocratie -rciClat du referendum -.ur I'lnde
et a'une democratic economic p.ndanc., prevu a an; I
que Itahr, a- touts les ten fin ae 1979. son gou,'errine
taton. tutalita re-s.. l ,nrLnt conerva.st un cimpor
tarint cap tal di conflince a.a
DresEsait le oilan d'une an prc de:- quebec.-:-. I-1 a co
nee au pou'loir. Monl isur' L: clu rn d :in t qu.,- 1'a.-p:ra
vesquEs 'est d( i, lre r.ai ,o- tlon du pr:stl le QiueDec.-o:-
nablerrnent oprim'nst', danm la -outverain ir national
l'aver, r du cvl.-.'vern mcnt in -it. 1 in pih-nonmen rre lr
dependent -t- qu-beco. II ,-rs sble .
s'est .ieliCte ncitammcit t d-
la coher.:n-. :, de *:n PequipLe
M:nis-erilhlle t dar- r4:t;ul A louer
cotatmp teni ji-u a pre t P(inn Ville. trs prorh
d'spon bir tr de-: proilel de la place Rover, magnifiI
mes qte ic. rnn- iit I '-cunn-,m e qlue mason a ira terrasse e
canadc.-nnrc.. .iardin, gende cour: eara-
ge: rui-ine et dipendance 3
Le pri:mnt.r Mnitr,- du d .ii e. de bain: I channibre
Qut6be a ainiti, qio..: 1.: oitu a couc-lr et un grand li4
vernenitr i ;.-d.r:it r r. -i r ,I tinm-. ;
en gr i:ncl. uit r: P-. -,inr le visil,.-- I llphone .it
ble dc- l.i d,-r:lir.,:,i l a a I?-I 1



FILTAURANT1IuY DiE1L

A I nletrj di aIc teil ila 14A


Le vehicle parfait


pour le travail et le

loisir i


l


i


~ ~b~L~'~-~E~IIY)AL~ZJ~l~"LI~CIMYICI~VLI'


ALE NOUVELLISTEs '


JEUIDI 3 NOVEMBRE 1977


PAGE a




JEUDI 3 NOVEIMBRE 1327


j


I~nsllI-LiL.TI _iP


vous offre toutes ces destinations

au debart de Port-au-Prince


T ARUBA -
TOUS LES JOUI





M .adsen E

'Phone


-ANTILLEAN AIRLINES

xp. Imp. S. A. Agents G6neraux

es 2-3476 2-0317et2-0028


O~'Ut~ rl~~,~~~~;~~@J@C 2d~nnY aiuuwrm--u -


PAGE 1


En' marge de "Sirolin"


I'anglais: une superlangue

la cl6 des affairs ;

ce quelque chose qui vous

permettra d'ouvrir les

portes ferm6es. -
cours speciaux pourlcadres
d'entreprises, d6butants et em-:
0,-MK "ploy6s des services publics. 10%'
* B de reduction pour les employs
du secteur public. -


lafirst school
dispense un eriseigne-
ment de quality avec des
Sm6thodes audiovisuelles ,
et circuit de t6l6vision 1

T761: 2-4755 etC2-3508

durbe des course : 12 mois
5h30 p.m.- 7h45 p.m m
S. dbut des course le 28 novembre'

tr-1 -r- . ... ...-'..


de Cyrus
(suite de la
Pretoria ainsi que leur Atta
che Commercial de Johan-
nesbourg.
Le Secretaire d'Etat ameri
cain a cependant souligne
que Wa: ington demeurait
pour l'instal. oppose a h'im
position de sanctions econo
miques a 'encontre de I'A-
frique du Sud et preferait
limiter leur action a un em
bargo sur les armes. I1 a
egalement oxprime l'"spoir


En brqf

24 heures dans
c monte
PARIS tAlP)
Un Gouvernement provi-
soure palustinlen qui serait
people palei-tinien aux n6-
uOC.LioiiOn de ueneve, au-
rait ete former en secret a
Beyrouth, affirme jeudi le
quoLidien franras j'mifor-
me>>, lfaisant etat ides reve
lalions exciusis>> de son cor
raspondant au Liban.
x x x x
'WASHINGTON (AFP)
Les elements conserva-
teur, du Parti Democrate
ont joint mercredi leurs voix
a celle du Parti Republicain
pour denpncer la politique
du President Jimmy Carter
au Proche Orient et l'accu
ser de faire le jeu de o'U-
nion Sov;etiquc
' joriti Dimocratet>, que pri-
s dent los Senateurs Conser
vatcurs Henry Jackson (Wa
ohington) et Patrick Moyni-
han (New Yorki a en parti-
culler d6nonce le community
que conjoint Americano So
vie 'que du ler Octobre der
nier.
x x x x
WASHINGT'IuN (AFP)
Le Pres clunt Jimmy Car-
ter a lance mercredi un ap
piu piaiiL c a isiaei eiS aux
pays Arabes pour qu'ils fas-
sint preuve d c<> a-
lors que .e pruscnte actuelle
m nt dans notre vie la meil
leure occasion d'instaurer u
ne paix permanent au Pro
cue Orients>.
I x x x x
NEW YORK (AFP)
Le comite de 1'ONU con
" tre 1'Apartheid a exprime
mercredi sa s cupation devant la poursui
te et l'accroissement de la
collaboration entire le gou
verncment israelien et le
rig me d'Apartheid de 1'A-
frque du Sud dans les do-
maines m litaire, nucl6aire,
politique, iconomique et
autresa>.
S x x x
SAN FRANCISCO (AFP)
Un Cour d'Appel Fedira-
le a dec d6 mcrcredi de
maintenir la peine de 7 an
ni's de prison a laquelle
Patr'cia Hearct, la fille du
Magnat de la press Ran-
dolph H arst, avait iti con
damn6e en s'ptembre 1976
pour 1'attaqve d'une ban-
que de San Francisco.
x x x X
LONDRES AFP)
Le Premier Min'stre Bri-
tann'que James Callaghan
Ss'apprite a convoquer une
election ginralh h'an pro
chain, est me-t-on dans les
milieux politiques de Lon-
dres apre: I- discourse dt,
tnrne pronor ice icud naB-
ttl par la Reine Elizabeth.


(suite de la lire page)

tions de l'nclavage, est de
vcnu une langue el dem,:a
re le veniicul- ae la pensee
de la CommuinauLte Haltien
ne, a tra'er5 'con emouvan
te histcare.
Nous re pensron pas que
cette realste linguistique
puisse choquer encore le
grand savoir de ceux qui
lul enlhvent sa speficiti
de langue. Nous ne pensonS
*pas, non plus, que la re-
connaissance de son express
sivitd et de ses rigles soit
une guerre centre les lan-
gues, dites- de civilisation.
Nous ne pensions pas cette
acceptat on puisse arriter
l'dvolution de ce pays, son
D6veloppement, si d&velop-
pement il y a ...
Notre Creole r charrie,
dans le temps, l'Identit6
du people haitien, puis-
qu'il transmet les diff6-
rents messages de notre jeu
ne culture, riche et dyna-
mique, repr6sentant un corn
plexe afro-latin.
Loin de priciser 1'isole-
ment de notre society, loin
d'etre une nouvelle forme
d'exploitation de nos mas-


ses rurales et urbaines a-
nalphabetes, lont lis mise-
res seculaires. detient Loute
civilization, notre langue
meternelle, devanue aoul-
to, peut contrioucr, peut par
ticiprr au devejloppement
de noire Communaute, par
une eOucation a repenser
eta rendre plus tonction-
rnelle. '
Si en ce pays on veut re-
trouver la politique en tout
et partout, le probl6me du
Creole, de notre Crdole,
n'est pas une politique a
court vue de la mytholo-
gie du present. C'est la
transcendence de la pens6e
haitienne dans Ie temps,
qui oeuvre en s'int6grant
dans le context du milieu
haitien pour un Avenir
meilleur.
En lisant Dr. Ernst Mirville, gLESON
KREYOL POU ETRANJE KI
PALE FRANSE>, nous retrou
vons 1'action dynamiqlue de
la.pens6e d'un homme infa
tigable qui aime, comme il
le dit lui-mime, (travail-
ler a chaud>... Un home
saccrochi a la reality>.
En ce sens, nous pouvons
dire que Pierre BAMBOU -


Van(
lre page)


ce...


que 1 Afrique du Sud conti-
nuera a preter sa coopera-
tion en vue d'un regltment
en Namibie et en Rhodesie
Etats Unis -- Chine :
M. Vance a reaffime que les
Etats Unis entendaient nor
maliser completement leurs
relations avec Pekin, confor
moment au Communique de
Changhai, mais il n'a pas
ete en measure de preciser si
cet objtctif -,!a atteint a-
vant 1980. II a egalement re
pete que les Ftats Unis e-
taient hostiles a la livaison
d'armes a la Chine aussi
bien q'u'a 'Union Sovietique
Voyage Carter : Le Secri
taire d'Etat a declare que
le prochain voyage A travers
le monde du President Jim
my Carter permettra notam


ment a
der ave
pays v
energ6t
M. V
sur sla
des pr
augmel
trole,
ment i
economy


P
assu

VEND



R


I
Mai


La

.,
d
VI


aux Etats Unis d'abor Nous l'avons toujours pen
ec les dirgeants des se, il n'y a pas d'incompa-
'sitis les questions tibilite entire le Developpe-
tiaues. ment dune communaute hu
Vance a mis l'accent maine et sa culture propre.
i neces.iti d'un gel On peut recevoir, accepter
ix de i'6nergie>. Uine ce qu'on n'a pas et l'adap
station du prix de pi ter a sa reality, sans pour
a-t-il ajouti, serait autant s'effacer de la sce-
rophique et absolu- ne de 1'existence.
njustif'ee sur le plan C'est parce que la lan-
lique.s gue est le vehicle de la
pensee, qu'il faut donner
au Creole sa vraie pla-
ce d a n s la m a r-
ha rmace che de notre society.
harmacies Le Dr. M'rville le corn-
rant le seiwice prend quand il ecrit: cette nuit Creole Haitien, come n'im
porte quelle langue est la
REDI 4 NOV." 1917 creation d'une communaute
d'hommes. Et comme toute
CHEVALIER communauti humane a u-
Lalue ne culture, le Creole est
l'une des facettes fondamen
PROVIDENCE tales de la culture haitien
Fue de la Reunion ne. Aussi. il serait mal ve
nu d'enseigner la langue
DE LA SANTE creole comme un phenom
Rue Pavie ne completement detached
de la culture qui la engen
PETION VILLE dre. C'est pourquoi le Cours
ST PiERRE n'est pas un simple en'ei
Place du Marchi gnement de la langue. 11
oeuvre parallelement a u-
ne initiation aux particular
rites de la culture haitien
Flatulence ? ne.
UX destomac. Les sp6cialistes de la lin
guistique s'arriteront ]a I
technique du travail du
Dr. Mirville. N'aimant pas
S R. i Icritiquer. ni juger, nous a-
r vons voulu soulemcnt si-
gnaler son importance A
attention des nouvelles
SI generations qui montent.
Les langues nal:sent, vi-
Svnt et meurent. La notre
egalement. Et le Dr. Ernst-
S Mrville est de cette pha-
.J lange courageuse de 1'in-
telligentsia haitienne qui
acdepte les 6pithetes de
toutes nuances, pour suivre,
sans reliche, la courbe e-
volutive de notre savoureux
creole don't la richesse de
1'express'vite peut, deja, em
brasser et v6hiculer toutes
les disciplines de la pen-
sec humalne.
Nous presentons nos feli-
citat'ons a 1'autpur de ROLIN aux membres de
1'Institut de L'nguistique
Appliquie de Port-au-Prin-
ce et a tous ceux qui ont
> contribud, d'une fagon ou
d'une autre, A cette oeuvre.
Continue 3
issez fondre si action est perilleui-,
2 surettes son resultat sera grand et
Ti Madam. beau pour la Cormmn naut6
-Haitienne dont la MiVssion 6-
ans une 1/2 chappe encore A ceux. qui
egi, e d9eau aiment la vie facile...
base de ricles hl Larmarire HO-
de Menthe NORAT.


Conference de Presse


I


~ --~6--;-~"


,


P1- -~-~)~-~~-, ~/J9~YI'L~'-- A-NIM-I~nlS~~ -Y-~"I~L~;r~


^JlU'-J^'argOaoOScgqOOeferCCr S

. . . . . . . . . . .~~Y ~ s


1


e'est le nom de vaillance
du Dr. Mirville tart otu
vre unle, necer-.tsaire Et in-
dispensable... Sa pensee
consLrucutei, renulant notre
corps social. .-era retenue
par l'hlitoire ae Ia niarcrt
de notre culture.
L'histoire nou; mene. Mais
nous la iaisons. Et cette
dialectique de l'int.-.racion
histoire-homme et home
histoire, il la saisit pour
travailler, non au sauveta
ge individual, maib a la
motivation de la c*ollecti-
vite national, en .vue du
Devenir.
SIROLIN- est un Cours
de Cr6ole pour stranger.
Dr. Mirville vient de li-
vrer le premier tome. Le
Cous complete en comporte
ra quatre. -
Dans l'Avant-Propos du
premier, ii explique toute la
division de l'oeuvre.
Les trois premiers tomes
visent- dit-il a lenseigni
menT du Creole Haitien par
le et ecrit. Chaque tome
eat divis4 en legions permit
tant une acquisition progress
sive' des structures du Creo
le parole et du Creole ecrit.
Le dernier tome 'comportera
des donnies sur l'origine
et l'6volution du Creole.
Ii pr6sentera egalement
des legons traitant de la
production litteraire et o-
raliturelle (entendez les
creations artistiques ou intel
lectuelles orales).>>
Le Dr. Ernst Mirville,
dans toutes les demarches
de sa pensee, a toujours res
pecte les nouvelles conqu8
tes de 1'anthropologle cul-
turelle. Aussi, son action
linguistique n'a pas carte
cette discipline et sa me-
thodologie. II fait honneur
a la nouvelle Ecole d'Eth
nologie Haitienne poursui-
vant 1'inventatre de notre
patrimoine cultural, non
seulcment pour le proteger,
ce qui serait un peu trop
statistique, mais aussi, pour
le depassement, sans livrer
en pature notre personnali
te collective. La reside no-
tre force, notre combativiti.
notre resistance a toute as
similation. A tout impiria-
lisme cultural.


.BE NOUVWBUIBTEP


I




t I U y'wq. *yy" w


ALE NOUVELLISTEs


JEUDI 4 NOV. 1977


PAGE 4


(suite de la 16 papg-i

dants, lId cn.ificali- n do
deux cmpreiit.-. in- pr.. ".I
talt qulintn ci.-.-.. e l it
contre 17.17'.86u9.11. Qu l-
le preuvo judiciaire pour-
rait se targuer d'un til1
chiffre ? Et du consento-
ment, unanyme des tethno-
crates, on admet qu'avec 12
points de rep6ra, on pou-
vait consider 1'identifica-
t'on come 6tablie (UN. (It
risque d'erreur sur 16,777,246)
Mais il no faut jamais
perdrp de vue 1'axiome de
Paul Bert; cEn Biologie les


C


















au TRIOMPHE :


POINTS DE VENTE
BITE
BOLTIQ

CABANE CHO
LAt SOI
HAR1
SOIREE


MEMES POINT
A L'HITEL

LE BELVE


4soo

4 9QS








4



4


4









I


mathematlque-s sont comma
le- Cneval drilla; nla ou
i p.io i1l ne rest pluta
ij.: t, .1-Il I: cn e d'etabllr
1 1.L 1- ai'.' [ rcsC public Iations
0.1 i-:.lrlunt',._nt ct ans mon ou
,ra 1. ..NOTION D'INVES-
TIGATIONS CRIMINELLES
ET DE POLICE SCIENTIFIC
QUEs, que les chiffres abso
luus de repire ne condition-
itnt pas seuls la certitude.
Vingt points disperses A la
poripherie d'une empreinte
don't le milieu est broull-
16 constituent une Dreuve
qu'on a le droit de discuter,
alors que sept ou hurt points
defin'ssarit clairement le


centre de figure, 1'espace
deitocentral et Je delta for
ment. line argumentation de
premier ordre. D'autre part
i'lntervention du facteur po
reocopique peut rendree al-
see et certain, l'identiflca-
tion d'une trace papillaire
de quelques milimttres car
rds qui n'offralt cependant
que deux ou trols, points de
repere.
Mats la question nWest pas
la toute entire. Avec les
dix dolgts et la pautne, aVec
des centaines de points ca-
racterlstiques, des ltilliers
de pores, expert s'll a 'le
drolt d'affirmer sang 1'om-
wapsQQaawaQ@'4s0asOM \


tlherine Sauvage


Chantera
Vendredi 4 Novembre (8 h 30)
Entree $ 6 et 8
: TRIOMPIIE, SABOT D'OR, RADIO METROPOLE
A MUSIQUE, DYNAMIC ENTERPRISE,
OUE SIMPLICITY A P.V. STE THERESE

UCOUNE : Samedi 5 Novembre
REE DE L ANNEE AVEC D. P. EXPRESS,
RY NICOLE ET TATIANA POLYCARD,
E DE GALA AU CHAMPAGNE DE VENOGE

Entr6e $ 12.00
TS DE VENTE RESERVATIONS DE TABLES
CHOUCOUNE DE 2 HRES. A 7 HRES P. M

DEIRE : Dimanche 6 Novembre --
Diner -- Concert


rV/N'~br s~rr r r n n nnb~/ ~ ~ ~ =XTUV~~~C~~en~Q~~td


bre d'lnqultetude iL'Incul -
pe ou laccuss a toucne cet
oojet *, n'a pas du tout le
drolt de conclude : .Ouit Iac
cuse est coupable. Ce .--rait
la plus dangerous extrripo-
lation. L'expert devra s'at-
tendre c ce que laI defense
social affirie que jet en effect porteur d'em -
preintes a 6td trarisport6 la
par un tiers avec- totes les
precautions ttiless, ou beau
coup plus souvents Oul 1'in
culp6 est venu lef, mats pour
une raison 'ptrfaltement 16-
gitime et innocent, non
pour vtoler ot pour tulers.
Des 'romans qui ne sont
pas imaginaires, et don't le
chapitre le plus path6tique
s'est deroulA devant une
COURT DASSISES, ont eu
comme resrart essent'el, la
coincidence d'un crime et
d'une venture sentimen-
tale don't les victims
staient distinctes, mais en
*un meme temps et en un m8
me lieur. Concluons : Les
empreintes digitalet pr6ci-
sent la mranipulation de
l'objet ou au mnins, la pr6
sence : elles ne prouvant
pas onr senmet ipsas, la cul
pabilit.
Le rl1e de expert en &cri
ture est assez melancolique
et d6crli pour qu'il n'y ait
pas sujet d ajoutEr ici de
nouvelles ombres au ta -
bleau Encore faut-il opdrer
une coupure nette entire
deux ordres operationo.
I1 existe des laux micani -
ques : lavage, grattage, sur
charge, interlineation, aux-
quels on peut joindre la
faux par decoupage don't les
moyens de detection sont
actuellement bien prfcisds.
Dans les affairs de ce group
pe, la microphotographie,
les techniques chimiques,
les photographies success -
ves de Denstedt, 1'ultravio-
let.
let, linfrarougo, la photo -
graphie a pinceau de. lumie
re frisant apportent des
preuves parfois absolues, au
mons tres efficaces. Lor.;-
qu'on a clairement decrypte
sur un bon *liche un texte
palimpseste, les chances d'er
reurs residuelles cont etran
-gement amemnuases.
Mals il reste la vieille. la
terrible tures. J'ai fait, pour ma mo
deste part, un peu plus de


dix expertise Je r'ai ja -
rmaits st -Ut aune ua tnci-,
ials e ULi Lt" UL Ui IaUl t,-
I.caLion g ip.)lquJ, sa.ii a
vu.i eu, cuirinne uisa.t Liiitle
Augier, un..- tIilitue Culivr,
lion a5ec mon la.v'.rnl. c'.
qui manqu.4 t-our conrort,;
une telle acttLiuni. Lt unu
meuhode dei suoputalion des
rosques d ermeur. Voicd un
idiouisme excellent : la SUDS
tatutiofi d'un alpha grec a
un a latin. C'est tries rare,
c est tres probant; on ne sau
rait pretendre que c'est une
preuve absolue parce que
Lout de meme il y a un cer-
tain ndmbre de gens qui sa-


elt dit au moypn Age, probA
prooatissrtia, la reine des
preuves, et blen plus encore
de 1'expert's? ae: documents
ecrit- :.st ,'ral, vee des nuan
ct?. die toutes l.:s recherches
periltialcs. Vral pour leo, aor-
me': car ti *s rayu.res de.:
,ba:lle valent presque l t

dactylo-ucop-e. Il-s emprein-
tes sur ls d'..urlle:. niem :
asrortic Ocs traces, de.jec -
tion et ae percuisaion, pre -
tent :ouvent a la contro.'r
se. Vra, pour le. riches
iure nmaculature qul donne


-les reactions de Flower et
de Baborlo, mals pas de sper
matozo.des entlers, permet-
elle- de conclude ? Vral pour
les cryptogrammes cuax-nm-
mEi, malgre l allure mathe
matique des methods trap
poll,-ra's-jl aua specLaliltes
un certain nombi-- qul su-.
ranit quo'o le traduit par
nia-que ou par garden re-
sout ou non i plus dl':pute
d&s problems historiquePi
II eit facile de m riquer le
rmcldc n de village qui, char
ge a contre-co-.ur d'une au-
tops e conrlut : .La vtctime


est decedde A la suite d'un
accident ou d'un suicide, a
moins qu'elle n'alt ete assas
a nee,. D'aborid, cc n'est de
ja pas a mal. puisque cela
exclut la mor _riTatuielle. EL
pu s cela vaut mi.ux que
d'affirmer impru-.'mmenti
et iripudemninirt Apre une'
longue carriL-r, ]e ninvu -
que jamai sans benir ia md
moire, mon venere maitre,
le projf seur Lacassagne
qui repetait i ma jeunesse
cet axiome, ie premier de
1'expert : t Iaut savorr
doidert


POUR LES BIENS DE CONSOMMATION
CENTRE LES MAUX DE LA SOCIETY
DE CONSOMMATION







A RESOLU LE PROBLEM

Soient X la meilleure quality


Y le meilleur prix


vent 1'e grec, ou du moins
i'alphabet grec. Mais void
un scripteur qui substitute
l'alc h hebreu a l'a mini
cule. Preuve transcendante,
direz-vous, calt m6me un
juif, mtme un erudit h6brai
sant n'a aucune raison d'in
trodu re dans la curs.ve fran
gaise une lettre qui ne res-
semble absolument pas a
un a (ni d'ailleurs a un al
pha). Conclu.ion ferme. J'ai
bien ete tEnti de conclude
ferme par ce signed seul, la
prem're for's que je 1'ai ren-
contre. Seulemcnt je 1'ai vu
une second fois dix ans
apr's, chez un autre scrip-
teur d'un autre pays et
d'une autre race.
Des signs ct permettent
de conclude negativement
sans reserve, il y en a quel-
ques-uns (tires par example
de l'attaque et de l'imita -
tion des cercles). Et encore !
Mais le signed positif abso -
lu II faut pour rassurer
une conscience justement
chatoun use, la concordan
ce de preo es trees non pas
du tout de la puerile comn-
paraison des forms litter
les, mais des caractore, ge
neraux, des idiotismes et des
signs quantitatifs, si ennu-
yeux et penibles a mesurer
et a calculer. El, dans un
nombre considerable de cas.
le devor est d conchlure :
il est probable que: mon
sentiment est que: su vant
d,, sorieu es: ou de grande, '
on les plus gripcdes probabi
litds, ou suivant de seriou -
sos: ou de grcndes. ou les
plus grades probabil'tes,
ou su vant des probability
trbos grandes et les plus voi.
sines de la cer:itude. etc.
Et ce qui vient d'etre dit
des eipreintes digitales. qui
qtf 1,hnq~ n---


Y gale
f^US11^3a


LA VERIFICATION SE FAIT TOUS LES JOURS
DANS LES SUPERMARKETS ET EPICERIES
QUI OFFRENT A LEURS CLIENTS LES PRODUCTS


r/iacrrsrnicoZooosozaaissoQOQQQrxrrn


I)YEl

DtSlRMAI


A [AIDE


CHEQUIER PERSON N E L


BANQUE ROYALE DU CANADA

ou nous avons la solution

4ucceaa'4al: gel/mat /Place ei -eaAfrcd


----------oaucouhuouwJ- -------U-- -i flWWRflflmU 'dfllC fWW4


Une probalit6 voisine de la certitude?...


.4~oeoooo

-4




4-




4

4



4


pour


n'importe


qui!


r-


rs Wswsooneresono-ia/cos


/~'~/~T%%%bC/~%%%%%%I"~'rE-r~cCB/~CI~CCI V~C/~%Y/~/~/XjC/~C~Z/RT~%~/~;~Xkr~C/Cn~


~srccExlsws;N~J~lac~333svzsrjrr3>;/3;lX ~Q~30~Y~IY/Cl~//,%r/I~C~C~III~CIPPIPI~' r/~/~%%~////~RCr~/~/CC~~


X plus


son cofiendan n





SLE NOUVELLISTES PAGE I


,SYNTHESE REVOLUTION D'QCTOBRE :

M. BREJNEV DEMAND L'INTEiDICTION DES ESSAIS D'ARMES NUCLEAIRES


Les ceremonies organisdei
a'Mo0cou pour le 1Ome. an
niversaire de ta rdvolUt.ion
d'octobre ont dcbute mercre
di martin au palais des con-
grcs, en presence *de 123- d6
l6gations .etrangeres venues
(dbI 104 pays.

La stance Inaugurale a
ctE marquee par un discours
de Monsieur Leonide Brej-
nev qui a lanc6 un appel ait
1'interdiction definitive des
essais d'armes nucl6aires
tant. dans 1'atmosphere que
sous terre. pr6ts, a-t-il dit, a convenir
de la proclamation d'un mo


ratoire sur les explosions
neclkaires a des fins pacific
ques, para'llilemnt a 1'in -
terdictian de tous les essais
d'armes nucleaires pour i ne
ptriode ddterminsee.

Apres avoir fait le bilan
des succis obtenus par
1'URSS, depuis 1917, le Se-
critaire general du part
communist Sovi6tique a
evoque la ddtente et a affair
me : (nous ne voulons pas
rompre 1'Vquilibre approxi -
matit des forces-qui-s'est Mta
bli entire l'Est et 1'Osiest
mais nous exigeons en
change qi' p-rsonne d'aditre


BOEING 727 1OOC


CARGO JET
5HORT OR LONC TERM LEASE
FOR INFORMATION CONTACT

FITOPAT FREIGHT FOWARDER3
PETION-VILLE TEL 71<320
FOR A FRESH. MODE RN APPROACH TO ALL YOUR FREIGrTH
FOWARDINd-NEEDS. CALL FITOPAT ,


ne cherche a. le rompre A
son avantage. 11 a en oa-
tre' souligne importance
que 1'URSS attache& a la
cooperafion avec des pays
come la France, la RFA.,
]a Grande-Bretagne et l'Ita
lfea).

,Abordant le probl6me de
i1'Euidconmmunisme, Moi -
sleur Brejnev a dit : es
deviatioits de la lighne
Marxlgte Leniniste, ,les
6carts par Trappaort A l'inter-
nationalisme prolelarien.
sont sources Inkvitable d'e
chees et de stveres 6preuves
pour le peuples. 11 a ensui-
te exhort le gouvernemejt
americain A mettre fin Ala
controversy sur les droits de
i'homme. eMettre 1'accent
sur les divergences et 'cher
cher A se faire la morale,
a-t-il soulign6, ne pourrait
qu'attrier une mefiance et
une hostilitA inutiles pour
nos deux pays et dangereu-
ses pour le monde dans son
ensemble>.
Le Secretaire general du'
P. C. Soviftique a Agale -
ment accus lec gouverne -
ment de Pekin de (collusion
avec Irs forces de la reac-
tion)). L'Ambassadeur de Chi
ne A Moscou a alors quittA
la salle du palais des con-
gris.
Parmi les personnalites
qui ant pris la parole mer
credit, Monsieur Enrico Ber-
linguer, Secretaire general


du parti eommuniste Itallen,
a defend les theses ceuro-
communistesii. II a notam -
ment declare que son paril
voulait eriallser une socie-
1t notuvelJe .ocialiste qui
puisse garantir toutes les li
berths personnelles et col
lectives, cities et religieu-
ses, le caracicte non ideolo
giste de 1'EtaW, It possibili
tU de 1'exilstence de divers
partisan. Son discours a 6t6
tres fraichement accUeilli.
M. Nicolae Ceaucescu, se-
ct&taire g6n6ral du .P.C. et
chef de l'Etat Roumain, a
reaffirm pour sa part le
firoit de chaque parti com-
muniste a diaborer sa pro-
pre ligne politique.
Parmi les d6l6gations 6
trangeres presentes a Mos -
cou, les parties AEurocommu
nistesm d'Italie et d'Espa -
gne sont represents par
leurs secretaires g6ntraux,
MM. Enrico Berlinguer et
Santiago Carrillo.
Dans la delegation fran-
Vaise, l'absence de M. Geor-
ges Marchais est remarqude,
Celle-ci etant dirigde par
Monsieur Paul Laurent.
membre du Secretariat du
PCF. Plusieurs parties socia-
listes, don't le parti socialis
te fransais, oant egaleitent
envoy a Moscou des dele-
gaions.
Les cdrimonies s'acheve -
rant le 7 Novembre par la
tradiionnelle parade mili -
taire et le defili populaire
sur la place-rouge.


Soixantieme
anniversatire :
L'intervention de
M. Berlidniuer, falit
saillant de la
Journeg
(Par Pierre Le GALL).
MOSCOU, (AFP)
La premiere journ6e de las
celebration du 60eme anni-
versaire de la revolution
d'Octoobre a confirmed la
profondeur des desaccords
entire les parties communis-
tes fideles a la ligne tradi-
tionnelle et les munistess. ) lIe a etc aussi
une manifestation d'homma
ge d'une exceptionnelle fer-
veur A la personnel du mnu-
mero un> de 1'URSS, Mon-
sieur Leonide Brejnev.
Le fait saillant de la jour
nee a sans doute et6 1'inter
vention de .Monsieur Enrico
Berlinguer, Secretaire gene-
ral du parti communist
Italien. Elle a et6 breve,
mais a donn6 a Monsieur
Berlinguer 1'occasion d'ex-
poser la conception du so-
cialisme, non seulement
pour l'Italie mais aussi pour
1'Europe Occidentale, comp
te tenu de (l'exp6rience du
PCI et d'autres parts de 1'Eu
rope capitaliste.
II ne s'agissait donc plus
seulement de (sl'autonomie
de chaque part communis -
tea), que Monsieur Berlin -
guer a d'ailleur's proclamAe,
mais d'une conception preci
se du socialisme valuable
pour la smoiti capitalistes
de 'Europe. Monsieur Ber-
/ingier a precise que son
parti voulait realiser une so
eiHi6 4ui gararlirait touiites
les libert/s personne'lles
et collectives, civiles et reli
i -u'o-s et le c a r a c-
tere non ideologique de
1'Elal,. Ses paroles ont elW
accueillies par des murmu-
r,.s rpproboteurs. et le ap-
plaudisiement.nt one (i mai
gres quand il a quite la tri
buns.


Les danses


sacrees de Bali

(suite de In lere page)


sacrees de Balls qul, apris
uce triomphair, fournie de-
marree au Theatre. dei
Champ Elyees a Paris, a
ete produ r dans les capita
1 a d'Europe, aux Etats-Unis,
de New York A la Califor-
nir, et au Canada, a Mon-
trial et-a Toronto.
I Njoman Djaja- et ses
quarante mu'licien., et dan-
sfurs seraoat mardi prochain
en sctine au Cin6-ThiAtr.
Tr:omphe, avec leurs ns-
truments aux sonoritts inha
bitue.ltes, leurs costumes 6-
clatants qui ch? laes ham-
lnes evoquent des dragons
fabuleux et transforment
les femmes, au corps de
filiettes, en sc'arabkes d'or
et en vrombiasantes llbellu
les.
L'insp'rateur de ce ballet
6blouissant, Jacques Bru-
n,.t tiVent A le pr6ciser pour
nOus en faciliter la compr6
hehsion, les danses iqui vont
nOus atre presenters ne sont
pas des dainsits-spectacles,
celles qui forment le reper
tore des troupes folklori-
ques ssn opdrat'on sous les
yeux des tourists dans les
hotels de Singapour et de
Java. Ce sont des danses ri
tuelles, d'origin guerriere
remontant a 1'epoque feoda
le et des dances a caractdre
reli iux. Contrairement
a u danses spectacles
qui s\o n t gtneralement
des daises de sol.steg, ou
de trois ou quatre artist-s.
les danses rituell..s sont
des danses collectives dans
Ic-quelles a?, retrouvent les



,(Daily News. :
Nouvelles
,,revelations)
dans 1'agfaire
Kennedy

NEW YORK (AFP)
Le mystere entourant 1'as
sassinat du President Kcnnc
dy d Dallas le 22 Novem-
bre 1963 pourrait connaitre
un nouveau rasbonndssement
apres les revelations dc
Mlle. Marita Lorenz, un asi
cien Agent de la CIA (Agen
ce Cintrale de Rennseignst
ment).
Selon le (Daily Newsy,
quotid'en new yorkais A
grand tirage, Marita Lor.?nz
aurait declare mardi a un
membre de la commission
sur les assassinats de la
Chambre des Representants,
M. Rolert Blakie, qu'elle
posseda't des documents et
des photographiEs prouvant
que Frank Sturgis, i'un des
aurait tire sur le President
Kennedy. Silon des sources
cities par le quotidien., ces
r6velat'ons ctaient la the-
se sclon laquelle pluSieurs
personnes auraient t e im-
pliquees dans 1'assassiinat
du President. (La Commis
sion Warren avait conclu a
la culpab'lite de Lee Har-
vey Oswald, mais copte thBo
rie demeamre contested.
Frank Sturgis avait el1
nrre/e lundi dans l'appart,..
merit de 1MIL-, Lorenz New
York et accuse de lentative
d'intimidat on.
A Washiilgton, M. BIn-
kel a form, ilemeont demen-
ti mereredi avoir recu per
-onnellemn,ni dv ilel 'e c?
fidence.. mai- a reflu e dp
d re si rIles avaini pu oetri
falues a d'autre- eliquiteura
de la Commis-ion.
M. Blakey v 'eat hornm a
dire que si Marita Lorenz
avait effeccivement fail de
teltiac rvielaft'ons elles de-
vrajent trle verifies soi-
gneusement.
Toujours .'elon 1.- (Daily
News, Marita Lorienz au-
rail roncontre Sturgis en
1959 A Cuba alors qu'ell-
viva,'t avec le premier Minis
Ire Pid ,il Castro. Sturgis.
qui 6taitl l'epoque connu
sous le nor-n de Frank Fio-
rini, ctait un off'cier de l'ar
mee castrisle au service d.*
la CIA. II aurait recrute
MIle Lorenz et I'aurait char
gAle de deux mis-iont pour
le compete de la CIA. la pr-
m'ere coasi-'anl ax voler des
documents ec la second a
assassiner le dJrigeant cu-
bain.
Ecfriti, quelques }ourc a-
vant la mort du President
de Etats-1Unis. elle se sie-
rait rendue an voilure de
ivM'ami a Dallas en comps-
gnale de. Lee Harvey Oswald.
de Frank Sturgis et de qua
tre cuboin'.
Stnrgi'. qui a toujours nie
avoir acc mpagne Mile Lo-
renz & Dallas a, semble-t-il.
en vrnt dee deposi'ions d.*
ceite dernitre ert a itenel de
la fare revenir sur ses d6-
elaratiols. IL est actuelle-


membres des villages. Ce
socnt des dances d'envsemble
qu'.ont pour objlr de favo-
r,-er la conumunicalon des
etres humann5 avec les
Dieux.
On r.joini ici les aspiras-
tfons du vaudou autheutl-
que qui exprme l elan de
la creature vers les divini-
tds sOllicitees par le cro-
yaht..

QuP. oes danses soient ri-
tulles et non essenteile-
ment motivees par le dsir
dc plaire au apectateur pro
fame, n'emp cent qu'elles
soient belles, d'autant plui
belles qu'dcles oit un rbol
d'offrandes destbiaes aux
Dieux et qtes pour les Dieux,
tout doit etre somptutux.
D'oct, en accord avec le
gofit du fast, et dens doru-
res propre a la pTychologie
as antique, 1'extreme soan
apportn aux costumes cam-
me ac lesthtique de,.la cho
rtgraphie.
Personne ne voudra man-
quer d'asaister it cett repr6
mentation des Danses Sa-
crtes de Bali, qui nous fera
dteouvrir un monde don't
nous no. reoevons le plus
souvent que des images stt
reotypees, voir mmie Adul-
cories, may's qui cette fois
nous sera revelt dans sa
spl.?indeur, son etrangete et
sa pure authenticity.
Les cartes pour ce spec-
tacle owt diej en vente au
Triomphvc au prix de 6 et
8 dollars, on ne saurait
trop vous recommander de
retenir vos places ait l'avan
ce pour cet avenema-mt ar-
tistique et culture sans pre
cedent.


LE ,fOUVELLISTE
QUOTIDIYBN FONDE ENP 1896

-0-

FROPRIETAIRE : PIERRE CHAUVET

ET MAX E. CPI&UVET

D[IRECTEUR : LUCIEN MONTHS

ADMINISIItAIEUIiK Mme. MAX CHAUVET


Lion Electronic Mosquito Destroyer 110 volt. tue tous lea

moustiques instantanement.

SANS ODEUR NI FUMEE.

Consommatio n electrique nulle, La mpe t6moin.

Construction solide -- Presentation originate, dimension

standard adaptable A toutes les marques.

Dominique Bailly et Co Distribute urs.- Phone 20021
.a~oeoao~ososooos~ooaccos5ocoo~oooccal.^


construisez- la sur du solide


I


ev -=lO;i uracjr =o,-<,salaeo-. fJ"


grx'/a/'a-,-/f--,,--,..fft-KW


JEUDI 3 NOVEMBRE 1977





Pass I N dMMUIg! 16L


IVOTRE HOROSCOP

] Par Frances' Drake


VENI)REDI 4 NOV. 1977


21 MARS AU-20 AVRJIL
IBELIER)
Des situations inattendues
vous egareraient, cause-
raient de la confusion ou
des malendus. Prenez gar-
de, pas d'impulsivite ni en
paroles ni en actes.

Z1 AVRIL AU 21 iMA
(TAUREAU)_
Influences planetaires fa
vor sant celui qui reflechit.
Oubliez les deception. pas-
sees. Vous devez songer aux
a.p rations et aux objectifs
presents et futurs.

(22 MAI AU U IBIN)
(GEMEA&X)
Journle pour de nouveaux
departs, dans des directions
nouvelles, pour conduire
plutot que pour suivre. La
conjunction favorlse le pion
nier.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER)
Evitez de prendre des ris
ques excessifs mais n'hesi-
tez pas a changer si les
possibilities paraissent bon-
nes. Du flair s'impose.
r-
24 JUILLET AU 23 AOUt
LIONN.
Situations exeeptionnelles.
En tous vos contacts, soyez
direct. Evitez des tactiques
et des approaches dltournees
ct donnez a autrui le bene
fice 'du doute.

24 ABOUT AU Za bEPTEMBRI
(VIEROE)
Bonne ambiance. Mais
occupez-vous des inperatifs
avant de vou. lancer dans
1'actvite nouvelle et h'u-
reu e que cette Journee
vous promet.

23 SEPr'. AU 24 OCI.
ALANCESi
Mettez un peu plus de
brio dans votre effort pour
attire r sur lui attention
"d'autrui. Votre franchise est
a son maximum.

-4 OCT. eU 22 NOV.
(SCORPIOeN)

Bonne perioue pour revita
lise-r toutes ent reprise-,
pour exploiter des idees o-
riginales et aes methods
modernes. Beaucoup d'avan
tages vous atTendtnt.

23 NOV. AU 21 D17U.
(SAGITTAIRE)
I.a con]onet on indique la
progression, de plus rapids
success Developpez votre ha
b'lete particul'ere a lier
les choses ensemble et a-
vec discretion. Evitez toute
fois les extremes.

22 DEC. AU 20 JANIVIER
(CAPRICCGNE)

Les questions personnel-
les vous trouuleront. Etu-
diez- les dans le came
sans pa sion. Peut-etre exa
gersz-vous certain fac-


teurs. Il n'y a aucan
son veritable d'avoir

21 JAN. AU IV t
'qERSESAU)
Evitez la tendance
pulsivite. Pas de jug
.hLtifs et ne sautez 1
des conclusions sans
ment. Vous feriez di
r euses erreurs.

20 FEV. AT' "0 SiM
POISONSN)

Tout depend de vot
vez-vous de toutes v
lites et employez-le
fortifier toute sug
qui peut 6tre gentim
ploit6e dans votre pr
me.

SI VOUS ETESK 5.1T
AUJOURD'HUI :
Vous etes tres com
desireux de travaillE
s'il le faut mais l
certaines realisations
certain cote vous d
Vous combines mieux
trui 1'art et 1 'esprit
que et votre ambiti
illimitee. Vous etes
vailleeur et un constr
et quand vous le
vous atteignez votre
au milieu des eloge
autrcs. Ii y a beaucs
champs d'action a
disposition pour une
late carriere mais
ment la painture, 1;
rature, le droit. la
cine. 1'immobilier.


Les EUA et I'OIT
i@_a WASHINGTON.- Le Pri-
E S '&dent des EUA M. Jimmy3.
S Carter e le Secretaire d'E
tal au Travail des ELUA, M.
tRa i Marshall, ont raiL .a-
voir ofticiellement, hid r qua
le_. Elats-Unis d'Amerique
ont decide die se retirer ddo
l'Organisation Internatio -
nale du Travail (OIT).
e ra- Depuis 1974, le President
peur. Gerald Ford avait dinonc6
peur. caractire politique que
EV. revkta"t maintenant 1'OIT,
Sous l'influence de certain
a 1'im Etats Arabes.
ements Le 6 Novembre 1975, 1?,
pas a Sccrltaine d'Etat Kissinger
e fos avait fait d6poser au Bu-
reau International du Tra-
vail (BIT), i Geneve., Se-
cretar;at permanent de
lOIT, un prlavis de depart
pour fin 1977. La decision
us. er, americai'ne prendra date e
os qua partir de samedi prochain.
L-) retra,:t des EUA, qui
os pour souscrivent Vingt Cinq Pour
gestion Cent du budget annuel do
ent ex 'OIT, va considlrablemeflt
program affect l'emploi des 9(01
membres et experts de 1'OIT
repandus dans le monde en
ti,.r.
Le President Carter a ce
potent, pendant inform que la
er our part, qui revenait aux EUA
icherez dans le financeme int des
si un projects concernant les pays
leplait. en d6veloppement, sera ver
qu au se regulierement a 1'Orga-
prati nisation des Nations Unies
on est pour 6tre utilisee par 1'in-
un tra termediaire du Programme
ructeur des Nations -Unies pour le
voulez Developpement (PNUD) en
but, faveur des pays intlressts
s des du Tiers Monde et du Quart
oup de Monde.
votre
bril- Fonde? en 1919, par la
notam Societe des Nat ons, 1'Orga
a little nisation 'Internationale du
mede- Travail reunit cent trente
six pays des cinq Continents.


PARLEZ SANS CRAINTE ET SOURIEZ SANS PROBLEM
GOUTEZ PLEINEMENT

LA JOIE DE VIVRE


VOTRE DENTIER HE SERA PLUS UN HANDICAP
Employez le nouvel adh6sif CO-RE-GA,
une composition des plus fines gommes
naturelles, qui forme un veritable coussin
,: adhesif entire la gencive et le dentier.


~1


Parlez... riez... mangez
... sans apprehension!
CO-RE-GA assure la fixation et la
stability de la proth6se dentaire
Chaque martin appliquez CO-SE-GA h votre
proth6se ... et vous connaitrez toute
la journde la s6curit6 et le bien-itre

flR F A FIXE SOLIDEMENT
(UAiIJ GA i LA PROTHFSE
A -2-


Le stock le plus complete de pieces de rechange et

accessoires pour equipements electroniques

tels que : Tubes, Transistors, Condensateurs,


Cordes, Plugs, etc.

Haut Parleurs de tous les models,

dimensions et wattages


i. g~


Nos Mots Croises
HORIZONTALENMENT I i 11 W V VI'ViV IK X
I Belle E.perancd- I 1
2. Compenation 1
3. Note. a 1'enver. 12
lexblLi 5 3 I
4, Pou -isia arrose
St Omer
5. Nom de plusieurs pa 5_
pes mot germanique 6
qui signifie eau
6. Genre de myriapodes |
metal a 9
7. PhoneLiquement, se 9 __


briser familiarr) ac- 0
teur dans les theatres
remains ou Grecs ad
verbs
8. Donne le duvet mas-
stf forester de Champagne
9. Petite monnaie il sitf-
fie
10. Remarquas ville de
Belgique
x xxx
VERTICALEMENT

1. Or'gines
2. Destruction d'un contract
valuable
3. Vieille langue assaison
nement a deux excecu-
tants

xx

HORIZONTALEMENT

1. Pontonnier '- 2. Ruees-
ante 3. Ob rea ov 4.
Clementine 5. Hi is 6. A.E.
(Afrique Equatoriale) ir
7. Irreflechi 8. Neurologie
9. Ne 10. Oter ee no
(Hainaut)


4: Qui cede facilement ad
verbe
5. Exprimde prenom f6-
minin
6. Ville de Belgique ddsi-
gne une peksonne en qua
lit& de
7. Assmblde des Anciens -
avant la dernisre guerre, d6
signait de futurs chefs mi
litaires
8. Greffa trois lettres de
tailleur
9: Pronom baguette music
cale
10. Marnif ta sa mauvaise
humeur in de participe

xx

VERTICALEMENT

1. Prochain 2. Oublilrent 3.
Ne ruee verss FPor) 4. Ter
miner 5. Osles Fos (sur
mer) 6. An Ill 7. Na -
Reole 8. In if eg 9. E-
ton chien 10. Reves -ie


Liberty de Presse

et Democratic


(suite de la lere page)


recommendait d'un passe
pur come l'eau de roche,
devait suivre I's penchants
de son coeur pour travailler
e(lans ladignitr au bonheur
et a la prosperity e du people
haitien>.
Dans un lJeanclaudisme
bien compris, qu'il ait choi-
si d'administrer la dose de
Democratic a compte-gout-
tes, ne temoigne-t-il pas
d'une profonde sagesse 'et
d'une parfaite colnaissance
de la medecine politique ?
Les bons medeems n'astrei-
gnent-t-ils pas un organis -
me prive d'eau et de nourri-
ture durant des jours a une
certain reduction ? < democratic nest pas un ac
quis definitif. Elle se cons-
fruit jour aprss jour,) pense
avec raison (Le Petit Samedi
soir5). Et le meme hebdoma
daire de rappeler que ( mocratie exige des fidelit6s
si pures et si diverges que
Rousseau ne la concevait
parfaile que chez un people
de dieuxn...

Le processus adoptE par
notre President I Vie s'inspi
re done d'une profonde sa-
gesse. D'autant plus qu'une
Democratic mal introduite
pt mal comprise est capa -
ble de causer plus de tort
que de bien a un people
etant (un regime sans roi
infest de plusieurs rois qui
sont parfois plus exclusifs
plus tyranniques et destruc
tifs qu un seul fut-il un ty
ranm...

Ferero a d'ailleurs divil-
gue dans son sourds> certaines manoeu -
vres des gouvernements pr6
tendus democratiques qui
font tout le contraire de ce
que les masses desirent. Et,
avec un humour remarqua-
ble chez un historien, l'au-
teur de ((Grandeur et Deca-
dence de Rome> pense que
(c'est lL oil le people en
principle gouverne qu'il est
le plus souvent irrit6 con-
tre le gouvernement, c'est-a
dire centre lui-mame)...

Ces considerations nous in
client a partager les vues
d'un President de confedera
tion de syndicats. Ce dernier
pense en effect que dans cer
ains domaines, telles que



AVIS
Mme Anack Loulssaint
nee Alice J(an Louis de
mEurant et dornicilile a
Pau-P. porte 6, la connais
sance du public en general
des commergants en particu
lier qu'elle nest plus res
ponsable des actes de son
marl' Anack Louissaint pour
incompatibility de caractlre
en attendant qu'une action
en divorce soit tentde con-
tre lui.

Faites: a P-au-P. le 29 oc
tobre 1977
Alice JN LOUIS


les organizations ouvrilres
asi la liberty de n6gocier
des accords de salaires et
des conditions de travail est
un element out i fait essen
tiel d'une socilte dimocra-
tique, il ne faut pas abuser
de cette liberMt. Sinon l'Etat
pourrait Itre forced d'interve
nir pour epargner de lour-
des p"prtes a la collectivit6).
Ces principles valables
pour les pays occidentaux
different neanmoins quand
il s'agit des pays en voie de
d6veloppement. Pour ces
pays, en effer, qui doivent
mobiliser resources et main
d'oeuvre, il s'agit d'etablir
un system qui permette,
non pas de regler les diffe-
rends mais de les eviter tout
a fait)>.
N'y va-t-il done pas de
l'intfref des patrons d'Iaider
le gouvernement Ia viter de
pareils conflicts ?
Et quant aux campagnes
que serait tented de d6clen -
cher la Presse pour creer ou
epauler ces conflicts, le gou
vernement democratique n'a
t-il pas pour devoir d'en em
pecher le deploiement abu-
sif ?

Dans ce meme ordre d'i
dees, la Presse a done pour
devoir de suggerer non de
critique, d'aider a construi-
re non a detruire. Membres
du quatrieme pouvoir, ever-
tuons-nous Ia mettre le abril
lant et la soudainet6> de
notre pensee au service de la
patrie commune. Enfour -
chons avec joie ce tandem
prometteur quest la Liber-
te de Presse et la Democra
tie. Ce tandem nous menera
loin sur les voies sfires de
la civilisation mais seule -
ment dans la measure out cha
cun comprendra qu'il ne
doit pas abuser des liberals
acqui',es sans courir le r s-
que de ret-vnir soit totali-
tarisme des regimes prec6-
dents, soit 1 des crises about
tissant anu point de depart
du Jean-claudisme naissant.

Prochains articles : ET MESURESS.
xUN PROFILE DE FEMMEF



Greve a Mexico
MEXICO Depuis dimanche,
sont entries en greve tous les
membres du personnel de
terre de la Pan. American
World Airways et de la
Mexicana de Aviacion. Le
personnel d'accueil aux bu-
reaux de l'Acroport ainsi
quo les bagagistes le per -
sonnel d'entretien r6cla -
ment vingt pour cent d'aug
mentation.

Le Dlpartement du Tra -
vail du Mexique est saisi de
sagers sont bloquis de ce
fait a Mexico. .
iHOJOlavI V AaID
la question et mene -les
cas et les dirigeants de cos
pourparlers entire les syndl
deux entreprises.

Plusieurs milliers de pas
Chariot


Expo~ssition deo Vannerie aunlusieed'Ethnolorde


Apres son exposition sdr
la Poterie, lie bureau du
Musee d'Ethnologie qui en-
tend meltre 1'artisanat hai
tion en valeur, a ouvert di-
manche dernier en presence
du representant de Son Ex
cellence M. oeam-Claude
Duvalier, le Major Max Val
les et d's persopnes int4-
ress es i cot art, une expo
sition ds vannerie mise sur
pied par Patrick Vilaire en
collaboration avec Me. Jae
ques A. Oriol, Direceeur du
Muse d'Ethnologie.

C'est chaque jour que nous
nous servibns d'objets de
vannerie (chaises, chapeaux
de paille, corbeilles, valise'
'etc) mais rendrions-nous
jamais compete die la some
de patience, de technique,
d'amour du metier que d'-
plopent nos paysans noa
artisans pour faint, une cor
belle on pour confection-
ner un chapeau ?... Cela.
parfois avec une pointe d'o
riginalit6 puisqu'il peut nous
arrv.eT de preferer tAl type
de chaise ou de chapeau con
fectio ne dans tell ville
que dans tell autre


l'ivolution de celui-ci dana
notre pays.
11 faut raDppeler que I'ex
position de vannerie au bu
r e a u de 1'Eithnologie
(Champs de Mars) est over
- t juequ'au 31 Decennbre
ehaque jour en exceptant
les Lundis.
Nous convions nos lec-
teurs k y aller pour se fair
de par eux, mImes une cer-
taine idee.da la vannerie.

W. -L.


CoGsse enregistreuse

lelectronique et meconhque)
Calculatrice electronique

Machine de comptablite

Machine a positionner ul\ Iu)luII

Machine de facturation




INTERNATIONAL CORPORATION S A

15-.. Rue du Centre Tel 2-2047 2-011L






Nouvel Horaire


hL partir du


30 Octobre 1977

VOL QUOTIDIEN
POUR

MIAMI

Depart : 9.55 a.m.
CORRESPONDANCES IMMEDIATE POUR LES 4 COINS DU MONDE
CONSULTEZ VOTRE AGENT DE VOYAGE OU APPELEZ-NOUS
-Experience makes the difference



MAN&. l .t


Pourtani, la vraie note
d'originalite de cette expo-
sition de vanner.e oi plus
de 100 pieces se trouvent ex
poses, viefnt de or. que ceite
exposition utilise Ia meitho-
de en Ethniol0gie cest-&-d&i
re, rlle nous offre d part
les objets de inotre artisa-
nat, des pieces de 1'lpoqun
coloniale.ou de certaines re
gions d'Afrique. Cela nous,
a: permis, qn quelque' sorte,
de nous fire una certame
idle de cet.art et.surtout de


rmp


- ---- ~ ------- ----..,


~D~iI~B~~


--


-,IP ,r


-.1- w --r -*4r -* - .


- '~ '' .i _


,mm~rcrrzzrr


rr


I


I .. i I


.-


JDZ/o(


AAPAWJ-?M

gy



Iffa-IBM-ow




JEUDI 3 NOVEMBRE 1977



DANS NOS INE

CONCORDE CINE CINE TRI MPHE


Jcudi & 4h30 G. 1.50
LA LOI DU MILLE',
SGh1130 et 8h3(L
E'ntr'ee G. 3.12
IMPORTANT C'ES
D'AIMER

Vendredi a 4h30 G 1,50
TRINITA CONNAIS PAS
a 6h30 et 81.h30 G 3,00
LE CLAN DES
CALABRAIS



AUDITORIUM
Vendredi a 7h
ATTENTION, ON VA SE
FACIHER
Entree G 1,00

x x x x

SENEGAL
Vendredi A 4h 6h 8h
AUX PAYS DE LA
MAGIE NOIRE
Entree G 1.00 1,50
x x x x

Deklue. Auto Cine
V: ndredi ii 7h 7 t 9h
TRES HONORABLE
CORRESPONDENT
Enlire, 150



DRIVE IN CINL

4 MILIIAR: 1.N 4
MINUTES
Fv.reo, .5, 2.50

LE BOSSU,
LIES ENVAHISSEURS
ATTAQUENTR
l:ntree S 1.50


D'imanche 5h 7h 9h
Du Lundl au SamEdi
(Purmanlence i
MIDI- 2h 4h
01130 et 8h30

SALLE I
-CASSANDRA
Entree $ 0.75 1.00
Entre. $ 1.50 et 2.00

SALLE II
< Entre' $ 0 50 1.00
Entree $ 1.00 1.50
SALLE III
,FEUX DE LA
2HANDELEUK.
Eiltree $ .075
inlree $ 1.5B

2 X X m

PARAMOUNT
Jeudi ai 2h et 4h G. 1.00
LE PIED MORTEL DUt
-KARATE
a 6h G. 3.00
SUSPIRIA
a 8h G. 5.00
LES JOUISSE'USES
Str ctment riservd aux a-
dultes !

Vendredi a 2h 4h 6h 81h
SUPER EXPRESS 109
Entree i 2h et 4h G 1.00
i 6h et 8h G. 3,00
_x x x x

ETOILY CINE
Jcndi a l6h3) ct 8h30
DEUX ENFANTS QUI
Entree -G 1 5et 2.52

Vendredi j 6h30 et 8h30
JE SLIS UN KARATEKA
IEntree G 1.00 et 1,50


PARTICIPEZ AU CONCOURSE



I < Vacances de Reve >>



DU CAPITOL


SRECLA.V1EZ LE REGLEMENT EL LE BULLETIN DE


E PRESENCE A LA CAISSE


PATRONNE PAR LES


HOTELS MER!DIEN ,


ET


AIIR FRANCE
-- * " "" " " * -


gLE NOUTYMLL!'TE*


MAS

AU CAPITOL
CAPITOL I

MAHOGANY
12h15 2hl5 4h15 6h15 8hlF
10h15
Avant '3h30 CG. 7.00
Apres 3h30 G. ,'.00

CAPITOL II

J.ES ANGES AUX PONGS
SERIES
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5.00
12hl5 2hl5 4hl15 6hl5 8hlE
10hl5
CAPITOL III
JOURNAL INTIME D UNE
NONNE
121i 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G. 5.00


CAPITOL IV
SISSI
11h45 1h45
10h45
Avant 3h30
Apres 3h30

x

REX T
Jeudi a 12h1


Propos d'Hygipne Familial
STERILISATION, trompe, ou dans lesquelles' Is do vei
FEMININE on enlve tout death e tre cons


Contrairement A la vasec.
tome, la sterilisation tuail
re comporte en g6enral I'ou
S Er.ture de la ia-vilt abdomi
riale, de preference par in
cision transversale de la
parties inferieure de la pa-
ro', ce qui ne laisse aucune
c catrice vl iblc. Certans chi
rurgiens preferent proedder
par voie vaginal; mrithode
qui prdsente quelqu-s Incon
venients rtels.
On a preconis6 de nom -
breuses techniques operatoi-
res, allant dune simple 11
gature des trompes de Fal-
lope, des deux c6tes, a leur
. 6imination complete. L'o-
perat'on est relativement sf
re et la patients ne dolt pas,
en principe, passer plus d'u
ne sema'ne hasp.talisee.


La iterilisa, on feminine
1-11; est frequemm.nt pratiquee
3h45 5h45 7h45 au moment d'une cesarlen-
ne ou au debut de 1 'tat
C 3 00 pu rperal, une ab douze heu
G. 5 00 res apres l'accouchement.
Dans beaucoup d'etablisse -
x xx ments obstetricaux, c'est de
venu line ligne de conduite
'HEATRE d'offrir la stenli. action pucr
perale a tbutes les grande
21 4h multipares.


QUELQUE CHOPE
RAMPE DAI.3 LA NUIT
Entree G. 1.00
a 6h 8h 10h
Entre G. 3.) JO et 5.00
Vendredi a 12h2hh 4h
2 ENFANTS QUI
S'AIMENT
Entree G 1.00

a 61h 8h 10h
Entree G 3,00 et 5,00

x x x x

AIGRPOi CINE


Jeudi
DRACULA CF VIEUX
COCItON
Entree G. 2.00 300
Vendredi
FUREUR
DE VAINCRE
Entree G 1,00 et 2.00

xx xx

MAGIC CINE
Jcudi a 411 O et 811
A CHACUN SON ENFER
Entree a 3h G 2.00U et 3.00
a 6h et 8h C. 4.00 et 5.00
Vendredi A 2h 4h 6h 8h
ROSE BLANCHE POUR MA
SOEUR NOIRE
h 2h el 4h G. 1,50 et 3.00
h 6h et 8h
Entrde G. 2,50 et 3,50



CINE ?ARC
Jeudi
ROCKY
Entree $ 2.50

Vendredi
TOM DOLLAR
Entree $ 1,50


la. trompe 'adjlscente a la cor
ne, augmenncit bien ent. n
du le risque operatoire pris
pour obtenr -une efflcac.te
legerement plu e lvee.

11 y a quelque temps, on
a decrit une technique qu.i
consiste A vissualis-r le pel
vls grace 'a un laparoscope
et a cautnriser l'extr6mit6
de 1'isthme de la trompe.
L'avantage de cette opera-
tion e-t que 1'hospitalFsa -
tion peut 6tre lmitte a un
jour, et que l'incis'on est ex
trcmem:nt petite. Fa't par
des mains habiles, 1'occlu -
slon du canl.1 s'est averte
efficace.
CONCLUSIONS
La 'stdril'sar.ion pratiqu6e
pour de bonnie raisons, so't
sur 1'homme, soit sur la
femme, pEut accroitre 1'har
monie du foyer. Cependant,
11 est essential que les deux
part'naires se mettent d'ac
cord sur la n6ce:site de 1'o
p6ration et sur les conse -
Cluences qul en decoulent.


nt, en particulier,
d3ents Cu fait que


l'intcrvention n'nclut pa'
1'ablation des glandes sexuel
les et qu'elle 'n'entrave au-
cunement la secretton des
hormones par ces glandes.
L'intervention contra.re s
la stdrilisat'on feminine ou
masculine, qui con-ste A rat
techer les extrdmtes section
nees des canaux d6f6renrts
ou des trompls de Fallope,
ne r6usEit que dans moins
de 50% des cas o0a on essaie
de restaurer la f6condite; la
premiere rtimplantation reus
sie fut obtenue par Phadke.
pareit-;1, 12 ans apris l'op6
ration initial. A cau-e du
caract re probable' d'lirrver
sib'lit6 de la stertlisation,
11 convent d'6viter de nour
rlr les espoirs du couple in
teresse de pouvo'r reven'r en
err'ere h une date ult6rieu
're.
Extrait du :
Manuel medical redige our
le comite medical de 1'IPPF
par R. L. KLEINMAN


BI$


RESTAURANT -- hAR --1
' FROMAGES ET CHARCUTEBIES


FRANCZ


SAMEDI SOIR
Ambiance dansante
avec (Bistrot Combo,


VENDREDI S01K
< Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOSM
Soiree Dansante Accord6oa et
Musette

CHAQUE SOIR
V'i:no Bar -- Ambiance Musicale


Une metiode de sterilisa- 6 & I I U 1 .1 I. Z Ul 'U L U U| l _~_ ul i II l, :u rL
ton couramment employee r I
est operation dite de Pensez a recueillir I'ea.u de pluio,
Pomiroy, pour laquelle 1
taux a ecOecs ne seleve construisez une citerne et installed
qu'a env.ron G 3%. Celle-
ci a 1'avanta.e d'etre eim une po rnmpe ZM
pie et de s'effectu=r en mi-
lieu relat vem'nt exsan -
gue, On souleve la trompe A R A
d3 Fallops en son m lieu VOYEZ LA A R O A
pour former une boucle, a
la base de laquelle on met 107 Rue Pavee
Une ligature re _catgut.Dii AL4
coupe alors la boucle ar-dos
us do a liga lure. Par la su i
to, le: cxtrem:esi de' la'trom
p se r etractent et degene -
rent habitu.llement. Tou-
te ligature en m re ni onle -1il
resoibable peat cooper la
paroi dc la trm]pe et per -
mncttri la formation d'une
coinnuin cation e lntreles ex
trem las diicaial iiicii. ir
tablissant a5nsi le pa~sage.
Etant donna ce dangtuer d" "
repermeabilisation il et a
prferable di se server de
catgut,
Des proc0dd6s plus simple,
come l'operat on de Mad
lener. al e ous de laquelle -.

la tromp, ont tin taux d'i r'ep,, .// -X /t
checks eleve. 1
On a imag Pe des opera -
t'on plus samples pour redui e
re le taux d'echecs de ees
procsd s ampls. Si eiellesI L'INSTITUT HAITIANO- AMERICAIN

perat on de Pomeroy, elles
nont cependant pas un taux
demecs de O,3.OL'uno e v te a enne
dellesoconsste neverr la 5 ans au service de la collectivist hatienne
fringe ovarique decla e trom
pe elle-meme comme e -des
sus. Les opera t i t c s pn Bcom#i
plx es, dan lesqelles on -- Une m thode d'enseignement qui a fait largement ses preuves
de-unit les bouts de la trom
pc exci 6e. so par r a repli --Des classes rpartes en group de nombre restraint
du lignement large so, t ena
Cnfou lat rnise 1'ut6rus -- Un dipldme tres appr1ci& en Haiti
le'xtrenct6 6 enor ne d-l1


Avis Matrimonial -- ... et un nouveau systme d'enseignement audio visuel :

Je soussgn6ae Mme Mes-
sade Claude dec Mireille
P erre pronri6laire demeu-

rant et doMa liee a Cites l .


public coen grave et au- I
n'etre plu; responsible des AF'%



va s traitement en atten-
dant qu une action en di-
vorce liui rov intentee.
Port-au-Prince. le 31 -10




Coupe des Clubs L
champions

PARIS TAFP) PROCHAINE SESSION : 10 NOVEMBRE 23 DECEMBRE
Voici lie redultats enir.-
gistrds en huitemes de fi- INSCRIPTIONS OUVERTES DES MAINTENANT.
nale relour, de la Coupe
des Clubs Champions :
A Madrid : Atlitico Ma-
drid bat Nantes 2-1 Atle 6 -7 h a.m. $ 14.50 .7 8sh a.m. $16.00
tico Madrid qualify 6.
A Dresdo : Dynamo Dres- Q h a.m. - p.m.
de bat Liverpool 2-1 Li 8 am p.m.
w-rpool qualifij, 9
A Athenes : Panath naikos 4 5 h p.m. 6 7 h p.n.
(Grdce) bat FC Bruges 1-0
(Bruges qual'fi). h
A Amsterdam : Ajax Ams 7*t p.m.
terdam bat Levski Spartak
Sofia 2-1 Ajax qualiie. Cours pour enfants le samedi a partir du 9 janvier
A Moenehengladbach : Bo
ussia MGladbach batEto Cours speciaux de Laboratoire
le R o u .n B e lg ra d e 5 -1 -- xc ....
M'Gladbach qualify.
A Turin: Juventus Tufin Une bibliotheque de 3.500 ouvrages
bat Gle:ntoran D last 5-0
A SalbourT, Infnbruck Des conferences et des seances de cinema gratuites,
bat Celtic Glasgow 3-0 Inns


COFFRE FORT



MOSLER


LE GARDEN FIDELE DE VOS BIENS


Ets.R.Flambert


3~oc0ca4 -


.mmw


I





adD NOUVEL158TD


- -a1 -I U I I IU W


Le Pont de Cassandra


Mise au point de la Mairie


(Suite de la Ie. pag,)


qu on pu.sse d sapos r a iAle
U.-sln ue clC 1 nuni. cI

o gg. .ait du prob ceni de
l agl siioll CtS O tLaLIX, Aus al
uliy IOte, CL xla iuiL .a ,uia.
i.e sa class I' nmpus u.-nte
ae control r c-' piouieme qLi
st tie a cd aut. dr grancie
tnveigue : ii luon ciu Mor
;, I Hip ta bysetuie d'e
gouts iiiadequ-.,B. t aiagua-
ge dc la a,(i. PoInL-U-
Prince. la prta. on demogra
phique...

A.ns, 1 itati d, proprete5
dr ia vile s ra Loujuu.is
comipromis Jlurant les per o
de. de grand.' av l'S t i Ia
Mairie ne i i, t qu av, c 1 I
concourse des Travauxn P
bl ca, proceder a I'enleve -
in nl d, la uut0 1e pIiui, ra
p di meant pos ble en util;-
sant le faibla equ p(m nt
don't ils dispoFint
II n'tin rcsi p-as mo n1
vra' qlF c' rIa:llns, travaux
d'; iltr'tel d '.s lroiut c' nte-
ri, ure, d s v i: d vr; t i
re evr d- la Mairie legale-
inplt rispon able. CC quc et
axiscs vri' pi-i" d ai, f i
I P r.-ir d 'I t';)liv -s 1 ionlidl
tonl Qiue pir lx" r!c(" c ii"r
rial ddo oni .ii om.)l rn1] i1 M.:
ri" pli'lissr r r'ciivrer x i tii'i';a
Ic-ment seF p rcl-plt (itns
Le public ioid' a'Wti: rali-
son l'llt.lsar ioni Lommin de-
puto r d orciu ts mcni5 elll'
dt, terra' n -'tues a ia Ci
te di 1 Expo, t onl.
Lex. ir.in nven nit qvi en
decou ntit c nchapp n:. aL pri
S'line C( p' nd i r .,a i i." r ,
voulant solu it i r i [te sj
tual f'on q u ':" dc i l ,
ani a flnlrepre liii n ;:) ni
dc une o ii-ne xi- r r 'r-,in -
formation d e der'h ts


managers rt immon-
d'ces de toutes s o r t e s
solution adopt6e partout
dan- le monde moderne
coiinne la planche de Sa
lut. Ce qui ofre l'avantage
d'un recyclage de ces de-
chets en composts- et appor
tera aani utin renouveaix
dahi l 'amelloralion des sols
tout ('n augmentant subs-
tint elliment les revenues
de la Malrie.

Qunnt a.ix project, ii n'en
manque pas aux Ediles, pour
rendre la vie plus agreu-
ble dans la cite. Ils sont
en me ure de presenter des
projects rentable .pour p lor
gani alion du transport en
Co0liiiUli. le replacement
des marchiande Fir >> troil
to-rc, ct la chaussee. la
con tIructiond dc nouveaux
niirchlc, de quarter.

Ma s. rela depeinnra toui
iours dei facilities que ne
p tit conferer qu 1 au-
ternomin Tan! il est vrai
qt!e ce ,', I.- permettrait
a la Mair'c d'axvoir 1-,s cou
delis franlche dacn e, ne
oeiatiolln ic'? l inlstitu-
t on de craid etablies nv-
Ha"'t on i 1 ' .,- avx c?
1is indu-trwl et hommea-
d'affair '.

CoiTmme on poutl < n ri 11
dre compete. la Mairi Pst
-.ollic'! [u(otf :(l ( 'I iIr n'
p'rdli s 1 1']i 1 piixe'cl'l1s
qcll 'oulit do' on re ort
cl-i -exit rci-l I nfl
rIl-tv n i. inni do son d(i na. ni
Noi- i -oml -'P.o is l:mn a

IlM ,t ( le-' iiltr' relative-

1-oir \ille( II (1 s clair que

llo p CC,'ll'l:imllu ei V li-n
dpvi'lionpeliCl -OUcS "1m-
p!'ll cn ldvnamiqu? dr'ihu'


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


MIDI 2 HRES


Revolution progres.siste, sont
nombreux et contraignants.
Ce qui requiert ,une planifi
cat on et d'importants in
vestissements pour un tra-
vail continue.

Noun e patrons que cette
mi e au point aura la ver-
i1t de lever certaines equi-
voque". Elle nous permit de
reaff rmer line fo:s de plus
notre volontt d'engager le
dialogue avec le grand pu-
blic, les commerqants et
industries les directeurs
de Banque- 6tablies dans
le pay. en un mot avec
tous ceux qu'intdresse l'a-
venir de notre capital.

Raymond L ROY, Ma re
de Port-au-Prince.
Ulys:e PIERRE-LOUIS
Membre
Carl HEARD
Membre



AVIS

L'Administration Genera -
le des Contributions rappel
le aux Entreprises benefi -
ciant des avantages de la
Loi sur les Industries Nou-
velles, l'obligation qui leur
est faite par le d6cret du 26
Septenibre 1977 sur I'Impot
sur le Revenu, de faire par-
venir a la fin de leur annce
fin:inciere, a ladite Adminis
ration: leur Bilan, Etat
d'Exploitation et de Profits
et Pertes

Faule par elles de s'y con
former, les dispbsitions de
article 33 paragraphe 5 du
dit icvret. seront appliques
centre les contrevenants.

(donel FENESTOR, Av.
Directeur Gienral


4 HRES EN PERMANENCE, 6 H 30 ET 8 H 30


Soleil Vert


Remerciements

Touch6s par le rdcohfort que
vous leur av rz appprte a 1 oc
casion du deces le 20 Octo-
bre 1977 de leur tries regret
te Frank Cav6, Madam'e
Frank Cav6, ses enfants et
petits enfants; le's demoi-
selles Enys et Anna Barrau;
les families Cav6, Mayas,
Fossoy, Azor; Martineau;
Philogene; David; Coicou;
Alerte, Germain, Louis, De
Vastey; Bailey; Stettler;
Bastien, Sangosse, Alexis,
Casimir; Bontemps; Lundy,
Conz6, Charlier, Ambroise.
la famille Edouard Cav6,
Lahens; Jean-Bart, Cedras,
Adrien, Degand et les autres
parents et allies remercient.
bien sincerement : le Rev6-
Srend Pire Pierre Laforest,
les Docteurs Rend et Marie
The6rse Duperval, le Minis
ire Edouard Berrouet, le Dd
partement de 'Agriculture,
Le Reprdsentant R6sident et
le Personnel international
et local des Nations Unies.
Le Secretaire Ex6cut f du CO
NADEP et le Personnel, le
Directeur G6enral et le Per
sonnel de la Regie du Ta-
bac. La famille Fritz Guery,
Lilian et Ary Bordes, les fa-
miles Coast-ra et Hahn. Doc
teur Neville Birron, la fa-
mille Fritz Maximilien jr.,
Mademoiselle Rita Papil -
Ion, la famille Ibera Pierre
Charles, Emile et Raymond
Chassaing, la famille Cc -
lin Pailema, Monsieur et
Madame G6rard Jolibois, la
Station de le., les Quotidens le Ma -
till, le Nouvellistc, le Nou
au-Maii'M de. tous les almis .
de la capital, de la proving
cc et de l'ctr:inger. Ils les
print de croire a leur pro-
fonde gratitude.
Une messr- de prise de
deuil sera celebree le Same
di 5 Novembre 1977 ai 6 hen
res 30 a. m. en l'Eglise St
Pierre de Pdfotl-Ville.


Les Feux de la chain


ERRATA Asiociation des


Pridre apporter lea correct
tiouas U van1-- aux. articles
de notre confrere Ernest Ben
nett :
Vehdredi 28 Oct 77 : t ts Cad-auxa :
, l' u et place de oamities par
tlcul'erqse.
Somcdi 29 Octobre 77 troi hommes forts> :
< parencr de fiid6litd au regk-
mea


ojama's les saints ne se 3- Nominatic
sont tuss. cr6taire : remp
,Et c'e t ainsi que o 'enquo Madame P6rigc
te n' ut jama'a lieu et que 4-. Questions
Cem se put mourira. neial
< la noyade : il n'etat pas Presidente
tombd dans 1' ao et aucune
trace de sang n'avait co'ore
la mer En plus il talt ex-
cellent nag-ur. L'enleve- Babygiram
mcnt ? Difficile tout de me
me.-.. Je m'appelle


A VENDRE
Une Je p Cherokee 1974,
6 cylndre.- et un Cam on
Ford F-600 1971, 8 cylin -
dres.
Les vehicles peuvent
elre vus :u Bureau de la
HIACHO du 32 Octobre au
10 Nov. mbre 1977.


AVIS,
La Direction de l'Electri-,
cite d'Haiti avise qu'A part'
du Lundi 7 Novembre 1977
et pour des raisins d'ordre
administratif, ses guichets
resteront ouverts, sans in -
terruption, au public, du Lun
di au Vendredi de 8 : 00 AM
3 : 30 P. M et le Samedi de
8 : 00 a 11 : 00 A. M.
La Direction demand a,
tous ses clients de se con-
former au novel horaire et
les remercie de leur collabo
ration.
La Direction,
I 1911


idleur



AVIS

Les soussignes, Anna et
Louis J. Chancy mettent en
garde les Notaires et Agents
Immobiliers de Port-au-
Prince et de P6tion-Ville
centre toute tentative de .
vente d'un immeuble 'fonds
et batisses sis & P3tiofi-Ville
Rue Clervaux, No. 44, don't
ils sont co-propridtaires a
vec leurs autres co-h6ritiers
Port-au-Prince, le 3 Novem-
bre 1977.-

Anna J. CHANCY
Louis J CHANCY.-


AMs idu Musee
La reunion statutaire pr6
vue pour le lundi 17 :Octo-
bre 1977 et renvoyde au mer
credit 26 Octobre, par man -
que de quorum est mainte-
nant fix6e au Jeudi 10 No-
vembre a 6 heuregs P. M.,
selon la decision prise en
seance de comity.
ORDRE DU JOUR

-. 1- Rapport du President
2.- Rapport du Tresorier


on d'un Se-
lacement de
ird.
s d'interit ge







Wiener Jean


Pierre, Je suis ne a Mont
real le 30 Octobre i 5 heu
res du matin. Je fa s le bon
heur de mes chers parents
Roland Jean Pierre econo -
miste et Maryse Jean Pierre
nee St. Pierre.
Ma maman et moi nous
nous portohs bien, un gros
baiser A mes grands parents,
m'es oncles et tantes et a
tous mes amis.


Les dits venixcuies seroint,, ,-.ioooo4s.cozoV. a
vendus centre cash au plus
olfrait-qut aura a payer iles JOB OFFER
droits de douawn et les taxes.8
l1es offres seront r'qoues" Looking For Production
u:,.. pli cach'ld6 et l'ouvrO Manager in electronic
tu2r' des plis adress6s a la Field.
IIACHO aura lieu le Vendre' Experience Prefered
d' 11 Novembre 1977 a 10 Send'Curriculum Vitae :
li-sc's xi li
HACHO % AUCOHA
'11 Avcllnue Marer Jeanne P.O. Box 2-2345
, '6 d, 1'Fxposition I Port-au-Prince
Port-au-Prince 7
711I *"se//a/i// j./ wy-////


PROIGiIEUSES ...

FASCuNAHTES .....
AUTHENTIQUES ....


LES BANSES SACREES BE BA


Au Theatre Triomphe


14;


, f '


40 MUSICIANS ET DANSEURS AVEC DES INSTRUMENTS AUX SONORITES
ETRANGES, DES COSTUMES DE iGUERRIERS RUTILANTS, DES FILLES-
FLEURS D'UNE FNVOUTANTE GRACILITE, DES MASQUES, DES ORS, DES
PERLES ET DES DIADEMES, TOUT LE FASTE ET LA POESIE MYSTIQUE DE
L'ART D'EXTREME ORIENT.

UN SPECTACLE COMPOSE DE DANSES RITUELLES ET BARBARES, SURVI-
VANCE IE L'EPOQUE FEODALE EN ASIE ET DE LA MAGIE ORIENTALE, EX-
PRIMIEE DANS VINE CHOREGRAPHIE FREITISSANTE REGLEE A LA PERFEC-
ION

aredi 8 NoVembPfbt, A 8 3 au THEATRE TRIOMPHE

Entrees $ 65 et 8 b. Cartes ev vente en ce moment


LI


Cours de Dessin
Lea course di, dessizi pour
adults et enfints d6bute -
rant en Octob-e.
Pour les inscriptions et de
plus samples informations
TVlephonez a GIBOU CAR-
RIE 6-2616


Avis Matrimaria
Je, soussigne, Clement Me
deus, proprietaire, demeu -
rant et domicilixe aux Sour-
ces Chaudes, declare au pu-
'. C. blic en general et au corn -
merce en particulier, n'6tre
plus responsible des actes
et actions de mon spouse,
nee Marie-Jeanne Paul, pour
cause d'injures graves et pu
bliques, en attendant qu'une
action en divorce, lui suit
intentee.
Sourcr- Chaudi's, le 31 Oc
S tobre 1977.
Clement MEDEUS

W \ CHERS CLIENTS
S DU MAGASIN

AU MONDE
CHIC
i Venez voir le grand as
sortiment de broderie
Suisse en 54>> de large
pour vos jolies robes, ain
si que les imprimes et tis
sus de fantaisie cotton.
Un large choix de plans
lique et cretonne pour
garnir votre maison, de
jolies serviettes de bain
aux couleurs varies.
Vous trouverez gale -
I ment des draps et taies


pour routes les dimnen -
sions de lit et des oreil-
lers.

pour Les B6b6s
robes, chemises, bras-
sieres et draps brod6s,
oreillers, moustiquaires,
serviettes, couch: ties,
chaussons, etc.

Pour la Peau
Lf e savon Duvex pour
peaux grasses et sches,
1'eau de cologne au ci-
'tron
Votre magasin tant aim6
Spar yous, nie se sent ja-
mais las A se ddpenser
l'efforts A cette noble
fin. celle de vous plaire

AU MONDE CHIC
'Nh da Magazn de I'E
tat 89.
-3r -- --S,,!oaw ,s


PAGE 8


. ~


- *. *


4 W6





. .. ;; .


40




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs