Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09909
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 27, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09909
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text









JLSUITE HAITLEN

t\ 1) i i a lai n l li ai -,-- a

Ir pa i i l-sil I.u d,: ClI -
si's du pere Claude Soul -
Irant. C'st Ile pere Engel -
birt Mvcng, ijesuite came -
rounai qui, au printemps
de 1971, au Colloque sur la
negr tude. a Dakar, revela,
(11n termes chaleureux, a un
col(legu' haition. 1'existen -
cc el lis activities de cet emi
n nt fills du pays.
CL'1II -c! ap)artienl a la
tiavanlie Congregation d' Je
Ius. londec pa1r Ignace de
Loyola qu puLur leSa catholi
clue s' a: .sl-, common sa nt,
a la drotl du Pero en hom-
itgt' sonis doute a 6eS suc-
cr, ec'latants d'in; la propa
gaiton de la lo! et, pour Its
lttAtoricins. f'gure parml ls
honinses d'ac.:on its plus
fanicu x d lto"s i tI lmps.
Ot pretend q'il i mbrassa
d'abord la carr tre militai-
I Muitc' de i'er re. dit-on,
il s con aera nt D eu Son
1'( I ('I s.ns t5 ai s 1issi a four
n;r an Pap" a-itu,1 il avait
da'lleur, fat vo"u d',vbeas
stance, i en eli'' de pretr s
ire-- entrands La la defense
dC 1 [ '. ...

A delaut n,. t l.ti .gtn i' -
mlntit precsh s,'r 1'inclrair
inti lit tIuel diC Claude Souf
l:antl. il sI. certain n qu, pour
ctr-' adill > u).I 'i 1 s trnte-
ittlx\ 1 li J- 1: '' solgnt i u
t( n t" t ,l It c':oinsises pollr
cetti. lache dilfiCile il a dui
ni',i' a ,s superietlr-,
palticifl ,i'renm'nt everes, ti
S11!1i t, t d ; ,\il loes 11 el
:i f l'lu l S C:-Ctr ,' 01111 'lle .
L ti'drC .st itU ill'titition aii;-
.*- "xi''tahni,' i.u I Arnt e( et
e* I' st pas iP: i ha ,ard qst
onil dric",ae t orteIt l r 11re
ar: f deo i 'eral.
D ux ttiidlt tlpublt "i d' li
PRPLSt'STCE AFRT (' \'kNs'
I 'Lile a 1i i o ll l 17, I I II

g tiinlt d, ] i r.ifoind,'iir d
Vol dcl Ia ni ' d( '.s -
prl't do la r sunsir de p ), -
-ee d- 1 It r I ll.iu -r (l\ a )n.ir
faiilit snit a .- 1' snril ('iun

nil" Tra'nc'lndadt ain i d'un
coui ip a:lc it r i is es t thl
Iniomit '," alien<. final r6e


AVIT'. TISSIEMLNT -
Ljn, CATHOLICISNIE ET
NEGTI'TUDE A L-'HPURE'
DU BLACK PO VFR Cil ide

Soull'hiitiin i onm nic: pii1 lai
rI El .I'i.Lr que di.s nltt 1-
If c'!.i1 l, nor,,. de plu t-n
j1' i i ii o)nI5 Si I: l I '11 t iU.-
1 t ti 's l lt .e' i Blan r i IAtiC
au nt i qlt l( It_ i eli'gl re'll l t
d. Ilf I %,I i fa iII .siec;f},qu l
cl (Il l )ic ltioiir !11 g'CLnll r
llts ii- g's.,i. iis.-tltl -
(It1u nilteni itr, 1 r Eli appiou
it :tl'.t. En usppro u
VIln ( l( I adt l'ucdl, it me('
on cause tollut( l 1P lll ittlu-
t.ai y collt lJ r la i t 1" lio
t:,l holl ( i tl. ;;1i' it a lt it lLte
a ces vaieurs.
11 se retint a UN ARC-EN
C TI EL- POtJt 1 ACCIDENT
CIIRF-TIEN u, av. c vche -
mn nct IR :]c Dp)t,. t.i re -
prend i aict ci 'acusat on
colitr- r(,)noi ablaei de
crtt rti eco'upible.
11 StA pa.s tnut, son pour
Cliud' SoIulitrI:'t de delfen
Or o.' d ]u,',t r unLi reli
glon clui ritpr 'tut Ltun ordr
cr'onomi que. oc' al e ( oliits
qu'. A ctpo po:ij' d" vii. mei
nt' l]a B'bl'' a rcprstintle
11 '-ystrlIm". Le pIen' du i oc a
li me avait ba''n noti la rla
Tion du Iralai 1 t ads 1'idesp
ot en avait fait ion profit.
Cin'n rt a la itr1 [Ionl eatholi
qlp(. pour rcn or'cr la va-
purier on sa favour. pour ne
pli t're frappe d'uno s"iispi-
cion leg t'm mrronr rattra -
per lo t'mps nn' rdu ili lui
ncomh- dt s'ad'ap'tr iau Icoll
rant 'm;r tueuiex q'li pmouorte
aujourd'l' i 1- nonde noir.

L'EFFET DES
INDEPENDANCES -

Surv'l"arnt 1a s indpa n -
dancs i qi pr nI'r' niu ctpo'ilr
vu let marxS.tes noirs. Pen


S.-ill poustir lit' c ra t i1.r
C,.ux-Ct duiet uite- deelan
,.r. C e-I alU' r iu a 1 oppo-
..I lui n-laii r,.. hlA l. z eL ,-1
-lat', n,-ir du t:mpnpa d. la
colonisation, ils substi -
tuirent la contradiction
bourgeois et proletaires
noirs, creant vne confusion,
excluant le r a c i s me et
le sou, racism, mobilisant
proletaires noirs et blancs
dans une lutte commune
pour 1'eggalit.
Or, 'l'- tire et- l'experien
e ettabltssent 'au eonltrairs,
ique rnalgre' Ia gendrosite
de ,'on foiSAttdrsi le socia -
li me n'a pas Cte cre6 pour
imettr, f:n a 1' Fnquite de
1' sclavage et du colon a -
lisme. II a ste suirtout con
:u pour- atfranch'r les pro
lota res blanc5 de la domi-
nation du patron blanc,
chef de file de 1'imperialis
me et du cololialism" don't
profitait h1 proletaire blanc.
S sl(Ime qui purmettait a ce
dcrni'er d'amelior-r large -
nment .on nivrau de' vie.
Dans ce condiltons,. l'ou -
vr rr blanc n'ava't aucun in
terit a sauver les colon'ses
d 1l'Afrique.

l.'ileni'nt rue. r existed
pats (pour Ils niarx si de
coult uir. S il tend a fa re ur
foc" dan; les debates, il hiin
porte di: Ic combhattir. a ou-
Irancc, de 1i611tlninsr di jell
pour about'r it une table ra
S. a part r dr laquetll pro
lita rts de totl's l-s race's
s'tn rai'ent |pour is layer l'ap
p 1 non snoint t ntan dc
l'un'on des pi oletaires de
toul 11,; pays I1I y atta-
Cli' til slne It i' ;Inporitanc'?
qi 'll falt l parlip d'ltllp Itrate
T inoliid'ale. Oil salt oqu
iTarx n avail plat el,'linL 1
factill rat' d,' se- calculs.
Le. Y l'lnwv com lqt 1suw' ce
o'll d" dod r n1 .t r(ca-
It' l l,' ll' Ie 'll :lrx ile Ir
s l'1 I lt' id .l'S 155pcct d'ar


RACE ET HELIGION-

Cotn derant la rl gion
danst a thlieur.(. t sa 1)ialt -
qtue. IC Iliarx t.'.s i1 1l i -
let L 1)as a 1a.sainlLt r a
1 opuitm,. Le t tere Souf -
frant tend a se ralie5r a
ceux qui ont obs rve que.
au contra're, certaines cro-
anices, iexa percent au con-
lacet d'ulln' retig on elrangce-
r ju-qui'a e colnvert'r on
i' llrumenttia de rebellion et
d, cuilba, pour concourrir a
la libcrtI deas irhoinmes ass r
vi avec 1 aide act ve, d rec
t o u indirecte de compli -
('e indigelnes.
D ex e epic du va,'idou danI
Li revolts d slavese' t
a guerrep de '"ndependan-
ci t i11 sir, C e fa t. 1'(n -
litr, dcs sI'mple: esprits
qil -' r' ucit lia i r(cherchr
an.o 1I arsenal de 1'ennemi
is- arm s nde la delivrance
de cet esclaves.
C' ,st ei qiu intlerviit la
,lucdiue du pete Soulfrant.
S elo igna'it ucl bereraent
des arguimant>s specieux et
tromp urs des miarx;.t.-, il
r.ntru e 1( notions de race
ft mie r, Ig on a leur veruta
ble plact h storuque.
11 a conprlmpi qlt e Noir
s rail le prersier a patir de
1) tactiqut de diout ab track
Lion ila.L de la race, tactic -
i'., cin, a coul, nir, ipavera't
la vo e a un autre neo-coil
iiil 'i etan 1' rtu Ot uqucel,
dans le donaine r'I.l'gleiux,
par 2 example ie pratre nolr
o'Tlupral une patos tion i fe
r cur i a elle de son colls
gli.' blanc it ni sston dans
les ancianne', colonies, la-s
me prcmue, independantcis.
Daultre part, contraire -
in ntt a tant daulre quti at
ir buent a la proclamation
d's d'o ts de I'homme aux
Etals-Un;s 't en France et
a la : I ',h catholique le
role d'emanctpation et de rd
d'mpt:on c'elt au vaudou
qite 1 iere Sotffrant conft
re cet ins'gt' lsontseur. Aus
si cro't-i gut l'autorite spi
rituel'le autant que l'autori

(voir suite page' 2)


PROPOS


O'UN JESUITE
Par Renc PIQUION


Bue do entiree No. 1
Bott Poasale : 1316 T616phone : -l114U


Le Jour des

Nations Unies ne se

plus commemore


Di millers de personnes
cont d tinue'4 pour cela,
mats de pareius ca, n'ex.s-
tent pas au Bresibn.
Cette mise au po:nt la
second en 48 heures in-
tervi...t au moment ou la
que-tion est evocue clans la
pres-e bresilienne et a la
ve;lle de la visit des Presi-
dents Carlos Andres Perez
(Venezuela) et. Jimmy Car-
tsr (Etats Unis).
Le Journal <'Estado Do
Sac Paulo) a public meicre
dt, un document accablant
sur lel torture, sub,.s par
11 prisonniers politiques a
R o de Jane'ro. La ve'lle, les
journalist's de Sao Paulo
avaient celebre une messe ah
la m6moire de leur confrere
Wladimir Hrrzeg mort la
suite des sdvices sub's dana
les locaux de la sfiret6 il y
a deux ans.

D'autres cas d'arrtstat'ons
arbiftraires et de tortures
Saont periodiquement signa-
les par des ecclesiastiques.
des Avocats. des responsa-
blcs d'organiation s estudian
tLt's. Le mouvrment demo-
cratique bresili"n oppose0 -
tiont a lance un appel au
President Geisel pour im(t
tre un term" a i'escalade de
la violence >


DLS nouvelles regues de
New York, ii resort que le
lour 'des Nations Un-es ne
sera plus d tsormais come
more. Depuis la grandiose ce
lebration a travers le monde
du 30e anniversaire de la
Foundation des Nations U-
nies, le 24 Octobre 1975, 1'O
NU a decicd de ne plus corn
memor-r cette date comme
ille le faisait auparavant.
L'on ne salt pas' si cette dd
cision provient des critiques
des Etats Unis d'Amerique
qui octroient pris de 40 pour
c-nt du budget de 1'ONU et
qui se plaignent des d6pen-
ses somptueuse- des organis
nics de I'ONT.

Aussi, lundi 24 Octobre.
ont travaille normaktment,
comme L l'accoutumte, les
millers ci mp'oyds du Qua's
tier General des N. U. entr.,
Fir. t Avenue et Roosevelt
Drive, entr" les 42e et 48e
Rues Est de la Bibliolthdue
Dag Hammarskjold.
L'Assemblee G6n rale et
le Conseil de Securit& ont
tenu leurs seances, comme a
l'ordinaire. La stance de ce


CHAMPAGNE D'iAMNESTY
INTERNATIONAL))
CONTRE LA REPRESSION
AU PARAGUAY
PARIS (AFP)
((Amnesty International))
a decided de lancer une cam
pagne mondiale pour de-
noncer la repression au Pa
raguay, ind.que. u7t commu-
nique de la .section francai
se dte l'organisation, Prix
Nobel de la Paix 1977, pu
bl6e mercredi ai Paris.
Depuis 1, Coup d'Etat du1
General Stro'ssner, en 1954,
precise le communique une
(facade de legalitet a ite
edifide, ma.is de.puis 23 ans,
l etat d'urgince est renou-
vIle tous les 3 mo s. En
1977, on estime at 350 le n9m
bre des prisonniers politi-
qu-" que t(des values d'ar--
restations per'pdiques vien-
nent gonflert.
Le communique denounce,
i ce sujel, la i detention,
sats, fin. de prisonnicrs qui
ne sont jamais tradu ts en
justice, 1'usage de la tortu-
r, et la disparition des op-
po-ants poliliquest.
Dix per-'onnis au mo lns,
(|ui on0 pu sire identilfi.es,
(sont morte.s' sous, la tortu.-
re en 1976i. selon le iocu
nlit qui met d'autr" part
accent sur l'ab-ence ide
liberty d, presse aiu Para-
tguSy. les restrict ona a l'ac
iVon syndiic'ale 1,' ent cravs'
i la liberty de circulation.
la corruption lt la 11lepin-
dnuer de la justice v's i vis
dou pouvoir.


PROJECT POUR lA
CREATION D'UN INSTITUTE
CENTRE-AMERICAIN.
DU SUCRE

TEGUCIGALPA (AFP)
L'Organisation des Eta/s
Americains (OEA) aid-ra
les producteurs Centre-Ame
ncains du Sucre ai laborer
un prj't psur la creation
W'un institute centre-ameri-
cam du suer,.a-t-on an'sosl
ce mercredi dans la Capi-
tale du iHonduras.
Ce project qu: dolt tre 5-
labore dans ls trois pro-
chains mois, sera en-uita
pr6ciAtd iP l'approba ton
ides ci'q pays producteur-
de -ucre de la region.
En plus de c "ll de 1 OEA,
lorganisat on thargee de


faire aboutir le project, rece
vra 1'mide et assistancec du
Conseil Superieur de pla-
nifcation economique, de
1'Universits Nationale et dke
l'Association des Travail-
leurs du Sucre d Amerique
Latine.

SAINT DOMINGUE (AFP)
Le President de Saint Do
mingue, M. Joaquim Bala-
guer, a accuse mercredi les
forces d'opposition d'impli-
quer 1'armee dans la cam-
pagne pour les elections de
Mai 1978.
< contacts entire parties d'op-
position et militaires ne
peut conduire qu'au chaos
constitutionne7s, c'est a di
re (ia la pertc des liber-
tes, a la deterioration de
l'economie et au discredit
du pays aux yeux de 1'e-
trangert, a notamment de-
clar M. Balaguer.
11 a qualifit de ((perfides
et exageresi) les declara-
tions de opposition selon
lesquelles des militaires se
raient intervenus dans la
champagne electoral en
faveur du part riformniste
au pouvoir.
Le President de Saint Do
mingue a d'autre part de-
elare que le Gouvernement
avait fait preuve (d'iine to
Icrrance excessive i 1 I'd-
gard det i 'Un'vcrsit tde
Sait Domningue. revenue
sun foyer d'agitation politi
que en faver ides parties
d'extreme gauche .
x x x

WrWsil o drmedti
sur -'existenre de
prisonnilers
politiques

1IO DE JANEIRO (AFPi
Le Colonel reledo Camar
go. porte paro'o de la Presi
d' nt. d(, la Republ:que, ,
de nouveau demeiti, ieudi,
1' existence de prisonni-rs po
litiques au Brc' il.
Pour moi, a-t-il explique.
ln prnoanni(r politique est

qu'clle Fct en dcsatcord a-
ve i'ominton 'lu Gnuv '-.nte-
ment, avec 1' regime. 11 -'is
te de noinbr'etx pay diana
In maonde q' il1 'jiffit de dire
que I'on est centre le GiOu-
vernemsnt pour cire arrft&.


On ne saurait imaginer le
tort qa'un employee est capa
ble de faire Ai son patron si,
,Ipar manque de discerne -
ment, ce dernier s'avise d'em
baucher de ces element- que
Montherlant jugeait (inap-
tes a se faire apprecier et
presqu'installes dans cette
inaptitudes.
Et jusqu'au jour ou il fini
ra par executer le patron en
l'assomant du ,(pave de
l'ours, tous les actes irre-
fl6chis prucedemment po-
ses peuvent paraitre sinei -
res et empreints de cette
pretendue discipline don't se
targue toujours le collabo-
rateur g6nant.
La vie n'est-elle pas ainsi
faite que certain comporte
ments, tout en d-meuranI
lgaux, froissent 1'entoura-
ge au point de prdter le
flane la critique ? Beaui-
marchais, n'a-t-il pas prou-
ve dans son aBarbier de S9
ville et ((Le Miariage de Fi


lundi a 1'Assemble
it, qui est en plaine
a simplement debut
Message d'Anniversa
Secretaire General
Waldheim.
L'annee dernidre
cette annee, la ville
York n'a fait les
transport d'aucun 61
partic per L la comic
tion du Jour des
Un s, comme duran
annees pr6cedant 19
Si la Capitale
Washington, les bur
deraux des E. U. A
vers le monde ainsi
ques Etats des EUA
nef'c's lundi.24 Octo
jour ftere : c'e t pt
coincidence.
Pour la GtLriniE
puis pros de soixar
its Etats Unis ont c
24 Octobre le < transs> qui revenas
lundi d'Octobre,
,ant a'nsi un long v
Conformemnint Lh
prise l'annee dernii
tir de 1978, le Jour
rans, sea8 desormai
le 11 Novembre tan
50 F'tats qut par le
ncment Federal.
Le President Jimn
ter, qui est ausi un
de la Guerre a dtpt
une offrande floral
tombe du Soldat
au Cimetiere Natio
lington, pres de Wa
et a pronone un C(
sage a la Nation.


garo, que son personnage
Almav.va, quoique grad
Seigneur, sdduisant et cor-
rupteur, .s'est laisse berner
par les intrigues de son va
let Figaro ? Voire si le pa
tron est, comme moi, un
ftre inoffensif et naif, tou-
jours dispose i prononcer
un verdict d'acquittement,
incapable de tcroire en la
mnchancetd d'autrui !

Sous 1'empire des pas -
sions et sons le masque de
la discipline, combien de
ces collaborateurs g6nants
nont-ils pas mis leur pa -
Iron dans une position deli
cate, critique mime, A en ju
ger par 1'exp6rience que je
fis moi-mtme, durant des
anntes, dans ma propre ad
ministration
Quelque itendue qu'ait
ete mun administration, ja-
mais il ne m'etait venu fd

(Suite page 4)


(Focus on Haiti) A
WASHINGTON D.C.
L'on ne peut denombrer
les diffdrentes initiatives
culturelles qui sont a I'ac
tif de Madamne Gladys Ra-
cine depuis qu'elle s'est e-
tablie aux Etats-Unis. El-
le ne limited pas ses active
t6s a Washington D.C.
mais en faith beneficier
d'autres communautes com-
me ce!les de Baltimore, de
Philadelphie et autres.
Sous le patronage de
l'Ambassade d'Haiti en la
Capital Federale des E-
tats-Unis, Mnme Gladys Ra-
cine vient de concert avec
la Bibliotheque Dr Martin
Luther King du District de
Columbia, d'elaborer un
remarquable programme(Fo
cus on Haiti) qui dolt se d.

Exposition a
I'lnstitut Francais

Sous 1 titre ((Scines de
la vie quotidiennet, l'Insti-
lut Fraiica s d'Haiti expose
jusqu'au 17 Novembre une
,oixantaine de toiles hai-
tiennes tirees de collec-
lionIs priv6es. L'expos tion
thematique tgroupe plusieurc
tendances de la peinture
haitienne : Obin,.Botex, An
dr6 Pierre, Normil. Cedor,
Savain, Bigaud, Arijac, S6-
journe ou Micius Stephane
autour du suj ets trop sou-
ven7t galvaudes : la vie pay
sanne, la famille les jeux,
Pls marches, les rues, et
l'irrupt on quotidienne du
sacred da7ts la vie courante.
Les tiles proviennent
surtout dtes collections Eli-
sabeth El Sak',h, Nehemy
Joan. Pierre Monoset, Fran
c'ne Murat, du Centre d'Art
4t de la collection du Doc
teur Christian Raccourt qui
a conirlbue a monter cette
exposition.

L'exposition est ouverte
au public L la Galeri- d-
l'In'titut. le matim de 10 h.
a 12 h.. du lundi au -ameds,
,'t 1l soir de 5 h ai 7 h., du
lundi au vendredi.


rouler durant tout le mois
de Novembre 1977, du ler.
au 30.
L'Art Haitien sous ses dif
firentes modalitds sera le
point central le ees mani-
festations qui dureront un
mois.

11 sera ainsi pr6sent6 les
divers aspects de la vie
haitienne, autant que ses
experiences culturelles, grea
ce a une variety d'oeuvres
remarquables d'artistes hai
tiens.
Les autres points du pro-
gramme seront les sui-
vants:
1) SYMPOSIUM duran t les
4 et 5 Novembre a l'audito
rium de la Bibliothpque a-

(Voir suite page 6)


JEUDI 27 OCTOBRE 1977
No 80.65t

82EME ANNE I










FOmDB E 16 : LzE PLUS ANCEN QUOTIDIEN D'EAITI MEMBRE DO L'ASSOCIATION INTERNATIONAL DE PREOSB


JOUR MONDIAL DE L'URBANISME


Le 3 ovembre prochain
sera le Jour Mondial de I'Ur
banisme.
Presque tous les pays du
monde occidental profitent
de ce jour pour sensibiliser
tous les groupements so-
caux atin d'apporter eeur
concourse dans le divelop-
pement de l'Urbanisme.

Aussi le Comitd Perma-
efent prepare, des program-
mes approprids chez nous.
Lss grand projects d'urba-


< Fantastique Bresil


Pendant trois jours du
Lundi 24 au Mercredi 26 -
les spectateurs haitiens ont
decouvert par 1'artifice
d'un proc6dd original inau-
guri en Haiti par M. Fran-
qois Civet les ombres et
les lunmires, surtout les lu
mieres d'un pays voisin,
d'un pays immense qui meri
te a tous regards 1'epithlte
de fantastique : le Bresil.
Ce Bresil qui nous fascine,
Francois Civet nous le ra-
conte tout au long de sa prc
section avec la souveraine
aisance du connaisseur et la
continuelle simplicity de
1'honnete homme. Loin de
chercher L nous diconcer -
ter par de pr6tendus di -
tours hours des sentiers bat,
tus, le realisateur semble
au contraire soucieux de s'y
inaintenir, de nous donner
une :mage du Bresil tel
qu'on se le represented vo -
lontiers Bresil du foot-
ball, Bresil du Carnaval,
bref du Brisil tel qu'on 1'ai
me. Et c'est une veritable
reconciliation qui s'opire
sous sa baguette magique -
reconciliation de la rualiti


et du rove de cette part
de reve qui sommeille en
nous et qui a les couleurs
du Carnaval de Rio et 1'e-
clat ensoleille du sable de
Copacabana, es r ves la
vsritr si flous et si etherts
qui soudain inexprimable
ravisseiment se concretisent
en cliches saisissants et
d'une merveilleuse reality.
S'il est vrai que 1'art tire
son prestige du triomphe
Continue de 1'idee sur les
obstacles de la matiere, l'on
ne s'aventurera pas trop en
declarant que le spectacle
propose ces derniers jours au
public haitien realise a un
degree apprtciablement ele-
vi les ambitions 16gitimes
de toute oeuvre d'art, et ce
la a un triple point de vue.
Trois obstacles ont dfI en ef
fet dtre surmont6s, ayant
trait le premier a la manid
re de la presentation, le se-
conad au movement, le der
nier au temps imparti au
spectacle.
Tout d'abord. la voie d'ap
proche choisle par le r6ali

(voir suite page 3)


nisme et de planification
du ,gouvernemnut. de la Re-
publ'que mnritent d'etre
misux connus de tous afin
que chacum puisse apporter
',-'Tur pierre a 1'elaboration
die 1'difice national.
Ce Comit6 Permanent du
Jour Mondial de l'Urbanis-
me en Haiti espere travail-
lSer en vue de rdpandre les
iddes se rapportant a S'Ur
ba7nisme et de faire connai
Ire les divers projects iPt
cours.

I1 est constitute, sous la
presidence de S'Ingtnieur
Harry R. TippenhatriT et se
compose comme Suit :
Architects Albert Mango-
itns : Vice-Prusident et Prc-

(Voir suite page 3(


Professional
School of
accountancy,
Business
Administrations
and Management

Une response logique au
processes de ''d6veloppe-
ment economiqae du Pays.
L'ecclie Pratique de
Comptabilitd et des Scien-
ces d'organisatioon est con-
que sp6cialement en vue
de repondre aux besoins du
Commerce et de 1'Industrie
qui, a la constation 'de
tous, sont en changement
ra'pide tant au point de
vue quantitative que qualil-
tative.-
Face A cette rialit6 con-
vaincante, r6iultat patent
de la lutte 6conomique du
SGouvernement de la Rdpu-

(Voir suitA page 7)


CLUB SODA


TONIC WATER


Essayez Schweppes avec votre Wisky, votre Gin, votre Rhum ou votre Vodka.


BITTER LEMON


GINGER ALE


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUViM


,Time, et M.
Heyward Isham

AUTOUR DE LA LUTTE
ANTI TERRORISM_

MTIme Magazinet, dans sa
dernlere edition publihe un
long article sur les recentcas
actions terrorsites no:.rs-
mA.t cells du detoprne-
ment du .Landshurti et de
['enlvemeht su'evl de l'assas
S sina't de Hans Sleyer.

Dans e, article, TliLC a
fait etat d'opinions de cer-
tabnes personnalitds directed
ment lies, de par leur fone
tion, a. la lutte anti terro
-riste.
C'est ainsi que nous avons
dti frappe par le fail qu'il
jra ait citd le nom. de M. Hey-.
ward Isham, le pr&ddcesseur
en Haiti de 1'actuel Ambas-
fadeur des Etats Unis, M.
G6ndra Jones.
session, Selon Time, M. Hayward
s par le Isham est au Departemenit
3ire du d'Etat charged des problbmes
I Kurt de la lutte contre le terro-
risme. aTiine> toutefois ne
comme definit pas les attributiops
de Niw de ee dit service du Dcpar-
frais de tement d'Etat.
eve pour A con depart de Port-au-
memora- Pr'nce, il avait 6td annonci
Nations- qu'il avait etc nomme an
at les 30 service dt l'Irepection des
'75. Ambassades du Ddpartement
federall d Etat. II a, dunc eu depuis
reaux fe une nouvelle affectation
.. a tra- don't 1'importince ne faith
que quel guire de doute avec las re-
ont be- crudscence dus terrorism
ibre d'un dats le monde.
ar pure


ois de- La Croix des -
ate ans, Bossales se plaint
celebre le
dcs V6- Nombre de nos aaonnls de
,t le 4e la Croix des Bossales nous
garantis- ont manifesto leur etonne -
Neek-end. mlent que jusqu'o present
une lot r, n n'art 6t6e ent- pris
re, i par pour transformer l'dtat.
des Vetd de cloaqu dans lequel se
s c6elbrm trouvent le\bas de la Rue 'I
t par les remasse, les extremites sep
Gouver- tentrionaledes Rues 'du
Quai on Christophe Colomb
imy Car- et des Magasins de 1'Etat,
n veteran le hbas de la Rue Macajoux.
os6 lundi Les maisons de commerce
e sur la Rtablies dans, ces lieux doi-
Inconnu vent payer deux A trois ma
anal d'Ar nutentions puisque les ca -
ashington mions de transport ne peu
court mes
(Voir suite page 8)


Nouvelles de I'Amrique Latine


Festival d'Art Haitien

(Focus m. Haiti) a Washington D.C.


LES POINTS ~I1R LES I


Collaborateurs genants

Par Ernest BENNETT.


aim~~r~ ~ ;i;th_ r ~L~l~i p;;l: -jy*__ ;~~qjd ~ _~TI








PROPOSE D'UN JESUITE


\i'uitie do l. I, ler pngi

te t rmpr, rl ll .i .ai.ni c-,:,n-
r1iln autlefu'7 -i i.-:qj;i n:rr
cd e r: lat-ve-niLt rec-nic,.
'me r -'-e .rl,?]ur en coniit:r
t:1111 l a r : udi_, 1 : ,1 ic I
qant d rn l6guer la clandesti
nitI au profit d'une religion
don't l'histo nr est entachee
de conduites immorales.

Av e c le recul
lbre d qua Iqu'un d'ouoli r,
le. monstruosites dont s'e-
talent rendu; coupables les
colcn', avec le consensLe-
ment tac'te drs m sslonnai -


r.- P.i -ique Ple _piernomene
Ci li.i' :'. Idonna. me-
ni. ,.ir a.l1 codime un fault
*., 1.. 1 n"111. c',.t a ces misl
1,011 .--- I_ qu I ev.-i-ri I a o-
p.r s I: rearm ons nece-.-
Si c d adoptir 'ine rcon -
duiL. .uuLijl. Ou inltllige.lnt.
qui ti-ndralt compete de cro
dances aussi valables que
les leuri. visernit a s'adap-
'ter a la r6alit6 national, t,
h partir de 1a, 6tabliralt les
conditions au progrbs et du
developpement.
Le pere Souffrant pourrait
ajouter que -la cro'sade de
la s.mple.'bonne parole ne
J *


jfEll


BOEING 727- IOC


. ...s...i5 SS


LUA


V i


sueflt plus aujourd'hui a
conva ncre les tsprit. et .
a'lsfaiic- les coeurs, epri-
davantage de justcs., a-
b: ii-cLtre et do lum -eoi


UN ANNIVERSAIRE
FASTUETJX.-

On sait que,.k occasionn
du 70eme anniversaire de
naissance de Ldopold S6dar
Senghor, outre lEs fastes des
ceremonies qui s'etaient de-
roule-s a Dakar en presen-
ce de cintaines d'universi-
taires en toge e en toque, vO
nus de tous les horizons, Jac
qpues RabEetanahjara a-
vait prepare un numero de
Prtence africa'ne oft etaient
invites a collaborer les cri
va ns de plusieurs pays. Eu
regard I la quality de cas
ecrivains. ce num6ro rempor
ta un success qui ajoutait un
lustre, particulier a l'hom-
mage des Universitds.
Claude Souffrant fut 1'un
d:s deux Haitiens qui appor
terent leur t6moignage a 1'e
criva;n et a 1ahomme d'E-
tat africain a 1'apogee de sa
gloire. A ce propos, il strait
bon de noter dans quel sens
il a dvolue sx ans plus
tard. Sous le titre L'ECLA-
TEMENT DE LA NEGRITU
DE SOUS LE CHOC DU DE-
VELOPPEMENT, il est reve
nu sur le meme theme avec


t,'teiu o s une certain nuan
c ?.

II s.gnale d'aborJ que les
Ideologls conimme le c :lIi
vivatril se modif ent, s:
ian iormnient Zous l'efret
Uu, coit ng,:rin'.s rt de l 'n.
fluence des hommes. Cornm-
mec lles, la n6gritude n'a
pas pu echapper a cette loi
d'a'rin, car elle tail sou-
mise autant A 1'act'on so -
dale qu'a 1'action racial
qul' la tenaient, pour alni'
dire 6cartelde.

Certes, 1'6crivain a trouve
dlans 1'histoire contermporai
n, du Noir, la manifesta -
t'on de cette double attrac-
tion. L'mage du balancerr
d'une horloge allant 6gu -
llIrem:ht dans deux sens
opposes lui sQinblait tout a
fait appropriee pour. llus-
trer sa pEn:-e.

LES PROPHETES

Pendant quelque tamps,
aux Etats-Unis et en Euro-.
pe du Nord, grIce a un ma
-gnatisme extraord'na're, Fa
thcr Divine sut attirer
dans une sorte de creuset
social des adeptes de deux
race.s. Il n'en fut pas de
mame de Marcus Garvey,
ce Jaimaicain illumine qu,
dans sa champagne ardente,
semblait plut6t obnubile
par la solidarity racial.


Le pere Soufrant a precl
Ed Ihypothese d'uh olaan-
c er a impulson orial:.
et rac.ale a Ja fols Lr, a-
Jdutant que cette double
tendance -e retrouve ell
Jacques Rouma n t eli
Langston Hughles et crol
la per.c. vo.r au-si en Jac-
ques S. Alexis. Lea doult-ur..
du Ncor it du prolttarlslt
blanc foinmetaeni alort ii
faisceau dian -'utop a
Encor,. June, le pare Sojr
frant a an: acute ignore 1.-
spiucbacie de amnhe'1n et,
poar qui accueillit la prisc
de conscience qui fut a l'o-
r gint aLs nmdtpenaanices a
fricames. Mais, par un pa-
radoxe d6conceriant pour
certain, 1'6mergence du
pouvoar noir aux Etats-U-
n s; aux Antilles et en A-
frique, au lieui de oombler
les voeux de tous a plu-
tit provoqu6 d'abord 1'in-
qu',6tude, puis la hargne
dans certain milieux oil
se rencontrent des colons
nostalg.ques, des reaction-
naires"noirs d6saxis et des
revolutionnaires noars de-
gus dans leur calcul qui,
dans leur d6bandade, ne
trouvent d'autre parade que
celle d'une endgritude dc-
pass6ea. Avant 1'heure.

Il est visible que 1'id6q
autant que le fait du pou
voir noir, mdme saesc vi6-


MASONN b





dA UDE DLVAL


DUVAL TIRE DIVISION VOUS INFORMED


BANDAG donne un rendement



formidable.






SURTOUT LORSQUE JE LES AI MONTES SUR MON VEHICULI

TOUT TERRAIN QUE J'AI PU APPRECIER LEUR REEL RENDEMENTs.

cJE IES TROUVE FORMIDABLE), NOUS CONFIA M. FOUAD ATTIE,

DIRECTEUR GENERAL DE HAITI WINDOWS, ENTREPRISE REPU-

TEE POUR LE FINI DU TRAVAIL QU'ILS FOURNISSENT EN TOUT

CE QUI A TRAIT A L'INSTALLATION DE FENETRES ET DE PORTES

EN VITRE.


Le caoutchouc BANDAG est plus dense.

LA PRESS GEANTE DE BANDAG PRESS ET VULCANISE LE CAOUTCHOUC DE LA MEILLEURE

QUALITY A UNE PRESSION DE 45 KGS. Cm2 SOIT DE 4 A 7 FOIS PLUS DE PRESSION QUE CELLE

UTILISEE DANS LES MOULES DU RECHAPAGE cA CHAUDs.

D'UN CAOUTCHOUC DE DENSITE ELEVEE, BANDAG GARANTIT AUTANT DE KILOMETRES QUE

LE PNEU NEUF, DONC BEAUCOUP PLUS DE.KILOMETRES QUE LE RECHAPE (A CHAUDe. CETTE

GARANTIE EST DONNEE PAR ECRIT. UNE TELLE GARANTIE PARAITRAIT INCROYABLE SI BANDAG

N'ASSURAIT BEAUCOUP PLUS DE KILOMETRES QUE LE PNEU NEUF; LA GOMME BANDAG EST

PLUS DENSE DONC PLUS RESISTANCE A L'USURE. BANDAG DEMAND A ETRE COMPARE' AUX

PENUS NEUFS ET AUX PNEUS RECHAPES gA CHAUDs.

PARCE QUE LE CAOUTCHOUC BANDAG EST PLUS DENSE, IL EST PLUS RESISTANT AUX OBJETS

QUI PENETRENT NORMALEMENT DANS UN CAOUTCHOUC DU RECHAPAGE cA CHAUD. PLUS

DE CAOUTCHOUC ET MOINS D'AIR C'EST CELA BANDAG, ET C'EST POUR CELA QU'IL A ETE

POSSIBLE EN ADOPTANT BANDAG DE REDUIRE CONSIDERABLEMENT LES PERTES DE TEMPS

DUES AUX CREVAISONS.




GARANTIE


1) Un pneu Bandag vous parantit autant de kilometres qu'un pneu neuf.

2) La Duval Tire Division vous garantit le pneu Banda2 centre toute, malfacon

New' World3 Publicitd


lence, jette plus d'un danr'
le desarrio et explique la-
charnement qu'lls mctt-.nt
a le combattre.
Cest pour CEtte raison
que, dan.s la bouch di ccr
tain- advdcra r,,- de 1 a-
pal thed, les deelaraltioni
.onrnent fallu car Ci.::x qu'.
'danr' -lur for interi-ur
ce-crint Un poutoir no.r lei-
tiu e Il': p ieti.ent acquiec-,c!
SLi -M. :.oij in Azri e,
a Zimbah., cI. ein lN.m r re.
'ins. conilpter d'auile. cu'.n'
ILu globe ou survivenz a1
racii;me ou le, sous racism.
'l11 cst vrai que :ra-ner
D.vihe obissalt d'.nstinct
a un souci social et Mar-
cus Garvey, 'a une preoccu
nation rac ale, il nest pas
du tout vral, par centre,
que les tenants de la n6gri
tude se cantonna'ent dan.
la conscience de race sant
se soUcier des mi's6res de
leur people respectif et
des moyins d'y rem6dier.
Le pdre Souffrant a de
plus observe que les griefs
des marxistes ont pris un
caract&re tantou littdraire,
tantot polit'que. Mais, si
1'on va au fond des choses,
on remarquera que la poli
tique l'emporte scur la littM
nature et descend au ni-
v.au d'une propagande au
but pr6cis.

LES REALISMES

Pour les besoins de a la
cause, a la contradiction
maitre blanc et esclave
no r, a fait suite cell du
bourgeois no:r et du prole
ta're noir. A ce schema ar
bitraire, L.S. Senghor prefe
re celle des nations riches
et des nations pauvres.
Vu selon un autre point
de vue, 11 y aurait d'une
part, un realism social s-
te, prdch1 par R. D6pestre.
et, d'autre part. un r6alis-
me negro-africain enseigne
par LS. SeSighor qui cst
en nmeme tempos le cham-
pion d'un socialisme air -
cain, relai d'un socialis-
me africain traditonnel ou
la communaute det:ent la
pr maute sur l'individu. So
cialisme fonde sur la tradi-
tion. mais attire par les sue
ces du caocalisme contempo
rain.


LES BOUCS
EMISSAJRES

Pour ju.tliler leur these.
les marxistes rin question, a
VaiL nt Crnois deux boucO
emis.aircs qU'ls 'l ringa -
geaient a oilr r en iacrliice.
I1 s'agt ae Le .iopold Scoar
SenEhor. leI pli.: notable o0
I, ri-ur de lia iiegritude el.
I1. Dr. J,:an P. ce Mar- que
L':un Gontrairn DirE.ai 1'unr.
d:- cplui ildri -.: -o r.ia -
tcur- de lOn:le. :u.irDam
i,. --. c-.e e-- ..na'. n:a -
me. .

Ils ont :eprocne au pre -
mier non .ule-ntiii. la ne-
gritude en elle-memc, ramc
nee a une iddologie qui. de
doctrine rdvolutionnaire
qu'elle tait, d'apres eux, a
1'origine, s'est mude, on ne
sa't pourquoi, en doctrine
rdactionnaire, 1'adh6s'on a
la frlncophonie, vue com-
me une trah'son, mais la
politique intdrieure et exte
rieure du gouvernement -6-
ndgalais prdsentde comme
du ndo-colonialisme.

L'un des grands merit's
du leader s6negalais est de
rester sur la lreche, saffron
tant grace a ccs ressourccs
intellectuelles inrpuisa -
bles tous ses advcrsaireps,
confondant los' uns, r6dui-
sant les au-rea au science,
remportant sur tous une vic
tore facile, alors qu'ils s'6
tiolent sans espoir dans
1'impuisEance.
La negritude, a, en effect
survecu a tous ces assaults
et a meme ggne en force
sous sa magistrature a la
fois lpi': .' -: ct v gilan-
te.
C'est grIacs cltte att'tu
Sde courageuse qu'il a pu
mainten'r la flamme sa
erde, s'imposer aux detrac
tcurs et recovoir. il y aura
bientdt un an 'cet iommm
ge fervent don't pen d'homn
mes, au course cd 1lur ts1ar-
raere, ont pu se rendre di -
gne.

Quant au Di-.- Jan-Prier
Mars. pour avoir comm s, 01
crepu cul" d'une In1u11
vie de pens6e I'mprudrnic'
de cosser dc. s'aff: rmr, mac
nifeste des signs de faibles


se et de lassitude et meme
;_qu.ss-e quelqu.s ren.e -
m..nlt., on a :cuObe sonr etat
de serve. c et c'est encore
I auterii de I. INE.HAI
NOIR.- qui s'-:t charge ae
I'-Xteut onr,. car quo.qeii saj
plume r:igorge de vitriol et,
cie i l, ii i.,bsirve~ a regard
rie Sencior iii nun mumi d(
respect que L algre lai, il
ce:.' i mI, liir':i *

MicriL oarans le mu tie sen
glior ,- le cI.-:-pi el les
really.: ara.-Int ent ore ci r-
ta'n s vaipura que nous re-
connaissons comme rioIvant
etre partiellement cells des
peuplcs no rs>
Par centre, c'est avec une
dcsinvolture sans Dareille

(suite page 5)


Flatulence ?
Maux d'estnmac..















s/


D








a

Laissez ondre

2 Sulettes
eTi Madam
dans uI-e 1/2
verre d eau
a b cs. d' doriles
de MeniSe


En d'autrcs terms, les te
nants de cc real.sine soc a-
liste, aboutissement de laE
victoire du soc-ali.me dern- "
v6e de la lutte des clas-.es en a0 Ocmp-"ues eHferve'prsce-n ~,
Europe, proponent aux Ne- U P S A
gro arcans de s'y confor- c
mer sans que ceux-ci a'ent
de 1'esprit d'une ideologies s Z b C l '
qji, come tant d'autres icms i
t'tutions, y compris les rel.- QUAND LA GRIPPE VOUS MENACE, QUE FAITES
vntes nava entin des and i VOUS ? VOUS ACHETEZ DE LA VITAMIN C QUAND .
vsrtes a la'itention des an- "S
c ens esclaves noirs,, L'adop CETTE GRIPPE EST ACCOMPAGNEE DE MIGRAINE .
t.on sans reserv-s de ce so- DE FIEVRE ET DE CUORBATURES. QUE FAITES-
c alisme et de ce realism VOUS ? VOUS ACHETEZ DE L'ASPIRINE.
soc:aliste r squerait de per-
turber dangereusement la VOUS ACHETEZ DONC DEUX MEDICAMENTS.
vie :ocale et la vie intel-
l ctuell', des Negro afri QUAND MAINTENANT VOUS AVEZ A VOTRE DIS-
cains. POSITION UN SEUL PRODUIT QUI COMBINE LES
Tout en abordant la cul- DEUX ACTIONS ? QUE FAITES-VOUS ? VOUS L'A-
tue occidental dans s's
deux volets opposes, damo CHETEZ TOUT SIMPLEMENT.
critique et rdvolutionnaire.
il n'y a aucune raison pour SEDERGINE
q l'intellectuel noir neSEDERG E
reste arcboute I Ca culture CENTRE TOUTES DOULEURS ARTICULAIRES
comme du reste les intellect MUSCULAIRES, DENTAIRES, RHUMATISMALES.
tuels blanks a la leur sans
que d'un c6td come de 1 au SEDERGINE
tre, il y ait t redire .E
EN COMPRIMES EFFERVESCENTS.
Quant au cpractdre politi
que du conflict, il decoule
,urtout du fait que les mar
xistes qui ont dpousd le regi
me communist comme un
reglme de salute pour tous, y
compris les Noirs, s'oppo -
sent v olcmment a oes' homn
mes d'Etat africa'ns qui, par
fois, tut en reconnaissant on nOUveSL4'
le bien fcidd r lu socialismea.. ch',i. de70.
a quelques regards ne se s
asnt pas encore rdsignds aI
l'appliquer, vpl les contin- $OJO nO au-&U
genccs inhdrentes I la con- "
Stiongdographiqe, historic h
que, economique et cultural
le de leur people.
Pour se confirmer dans
leur opinion, ceux-ci na -
valent qu'IA considerer 1'x- \" S
prlJence peu encouragean -
te des relations des gouver
nements africrins < tonnairess) avoc les gouver
nements social'stes don't 'ai
de decisive tarde IA arriver
au Sud du Sahara oA cer-
tains pays ?oclalistes lan -
guissentdans le d6nuement O
sans un anport d6cisif des O N
pays socialites de 1'Euro /M


En dernidre analyse, ce I IH
que le pere Souffrant, en tou
te bonne fol, compete pour
deux aspects, se ramene a
un seul, 1'aspect politique
avec routes is n Imp lc ator s
et -ses c on.quences sordice&%
v isib le s. ou in vislb l ,t.- -


CARGO JET
SHORT OR LONG TERM LEASE
FOR INFORMATION CONTACT

FITOPAT FREIGHT FOWARDERS
PETiON-VILLE TEL 7-1320
FOR A FRESH., MODERN APPROACH TO ALL YOUR FREIGHT
FOWARDING NEEDS. CALL FITOPAT A


........... ...........
. . . . . .


w-~---rcHcI~~~H~~s~~


laarmrmrr~a~------c- ~ll~a~AQWI~ACY~~9Cmrm~Mm


PAGE 2


aLE.. RVoVELLtITEs


JEUDI 27 OCTOBRE 1977






L JEUDI 27 OCTOBRE 1922


co;rnuplexe de beoute



EST FIER DE VOUS PRESCRIRE


LA PLUS GRANDE MAROUE


DE PRODUCTS DE SOINS DE FRANCE


Par'is


Soins wisage et cou:


Laits demaquillants -

-- Lotions de nettoyage, Toniques ou astringentes

-. Les meilleures crimes anti-Rides, Hydratantes et nourrissantes.

-- Une creme special pour l'elegance et la jeunesse du cou.

Des Serums rajeunissants, des huiles et des masques.

-- Une game de products de maquillage.



Soins du buste:


, Les traitements Bio-Seins:

Crimes et ampoules de raffermissement

-- Creines et ampoules de Developpement

-- Toniaue Seins


Soins du corps:


La nouvelle line line
Creme amincissante

-- Gel raffermissant

-- Lait adoucissant et Hydratant.



Soins des mains et des pieds:


-- Creme Vitanlina, ligere et hydratante

-- Lait pour les mains regenerateur et protecteur

-- Fluide anti fatigue contre louder et fatigue des jambes



Toute une game de products SOLAIRES


Soins des cheveux:


'I


-- Shampoing Lavande (cuir chevelu sec)

-- Shampoing au Pin (cuir chevelu gras)

-- Shampoing Orange (cuir chevelu gras -- cheveux secs.)

Demandez des aujourd'hui la gamme complete JEANNE GATINEAU

et aussi un rendez -' vous avec I'estheticienne Jeanne BATINEAU de Paris

arrive pour vous, pour consultations et conseils du 24 au 30 Octobre

en courts.


Appelez le point le plus proche de vous:


- ESTHETICA COMPLEX DE BEAUTE

ESTHETICA BEAUTE Photo Delmas

STUDIO B. CELESTIN, Babiole

STUDIO DOIGTS MAGIQUES

MAGASIN PRESTIGE Rue Pavee


2-3284

6-2865

2-5643

2-3731

2-1330


sateur pour cerner autant
que possible la reality br6si
lienne aurait pu facilement
verser dans le bavardage
tourlstique, ses saisissantes
prises de rue se resoudre ih
nalement en une publicity
plus ou moins Lapageuse.
Or, s'il est, logique de crol-
re quJe ce fill constitue un
puissant auxiliaire de 1'offl
ce oresilien du tourism, 11
n'est pus rmoins honhnee de
conven;r que la production
ne presence a.icune des par
ticular!tli. caractirisbiques
de l'oeuvre de propagande :
aucune invitation, mime voi
lie, A un sijour au Br6sil, au
cune allusion aux changes
d'hbtel pourtant c616bres;
en outre quelques remar -
ques 6parses sur les favel
bras, sur les dipenses fabu-
leuses de la society de Rio
laissent couler un jour dis-
cret sur les prohl6mes aigus
de 1'immense f6ddration.
Autre 6cueil, le romantisme
evident de 1'6vocation on
songe malgri sol a Pierre
Loti et un peu peu
b Saint OExupdry au
rait pu s'abimer dans une
exaspirante mi6vrerie. Get
obstacle, Frangois Civet 1'e-
vite encore pour une appro
che directed de 1'authentique
r6alite br&silinne. Anim6 d'u
ne inspiration risolument
vertorienne, le reaiisateur
surprend littira!ement des
scenes typiques de la vie na
tionale. Comment expliquer
autrement la sincerite poi-
gnante des invocation, la
diesse de la mer, 1'exuberan
ce nullement centrainLe des
foules du Carnaval ? De
temps h autre. la musique
se tait pour ceder la place a
la voix tonnante d'une chuii
to d'eau aux accents curieux
d'un oiseau porte bonheur
D'autre obstacle majeur,
l'absi nec du movement eut
pu facilement conferer au
spectacle le caractere imper
sonnel d'un froid documen-
Ltaire IA encore, le realisa-
teur a fail u age de toutes
les resources dc son art pour
pallierL a cet inconvenient.
Parfois, c'est la rapide suc-
-sccsion des diapositives qui
done une veritable impres
sion de deplacement, par-
fois ce sont les images pri-
ses sur le vii evoquant
curieusement tel pastiche de
Degas ou tell toile de Max
SFricolt qui. a difaut de
Smouvement, nous le font sen
tir, nous en donnent verita-
blement expression, par-
lois c'est la musique qui serm
ble veritablement cren:r Ie
mouvemnt. Les refrains du
Carnaval de Rio s'ampli-
9 fient et s'attenuent a mesu
" re que se rapprochent el
que s'eloignnt les chars
SAutant d'artifices qui. em-
ploye? avec 1'6 propos et Is
dexterit de 1'expert, assu-
rent au spcctateur une ver
table participation aux ac.
tivetes decrites.
Re.tait un dernier ecueil
comment, en si peu dn
temps, donner une idee pr,
cise d'un sujet aussi vast
Ce resultat, Franqois Cive
ne semble l'avoir attein
qu'au terms d'efforts assi
dus soutenur par une infle
xible discipline, Qu'on ea


Enterrement
Baader :
un cortege bloque
par la police
STUTTGART (AFP)
Un cortege former par quel
que 300 jeunss gens et une
cinquanta'ne de voitures qui
s'etait former apres 1'enter-
rement de Gudrun Ensslin,
Andreas Baader el Jan Carl
Raspe, & Stuttgart, a &te
bloque par les forces de
police.
Le cortege etait part du
cimetiere de Dornhaldnm a-
pris les funiralles des
trois dirigeants du group
Baader M'einhof at se di-
rigeait vers Stuttgart. Quel
ques manifestants porta ent
des drap-aux noirs mails I"s
banderoles vues au cimetie
re avaient disparu.
C'est A mi-chen'n rantre
le cimetsare et Stuttgart que
Ie barrage de polio avait
et6 etabli. Un bouchon im-
portant s'itait form, les
man'festants s'etant assis
sur la chaussee et leurs
voltures abaindonnies entra
vant la circulation.

COIN DU NOEL
Les 5 Lt 6 Novembre de
8 hres 30 P.M. a 5 hres 30
PM. une ,grande EXPO-VEN
TE sera ouverte a la Mai-
son du Noel au terminus
de la rue Cheriez.
Le public est cord'ale-
ment invite aencourager
Scette belle oeuvre souiale
en faisaint honneur aux dif
firents comptairs. %Toui
pour peaits et grHndsn.
. M er.ti


juge. Les sujeta se presen-
Leni en un ordre parlal -
nint rigoureux. Aucun as-
pect important, a part I as
pect polhtique abandonne au
depart, n'cst vraiment lais
.e dans l'omore, ni n emple
te sur les autres. Et cecl
conisttue ',in d e s plus
grands merntei.du ppectacie.
Ctlui-cI,, malgre les nom-
breuses proue-',es techniques
qui sont a la ba. de son edi
itcation. ne n'eleverait pour
tanr pas au dessus du ni-
veau du simple documental-
re si auteur ne s'etait lui-
mime project dans son oeu
vre, et cette personnalitd -
on serait tenti de dire ce ly
risme-se laisse deviner aussi
bien dans le choix de 'la mu
sique dans le bruitage que
dans la selection des vues,
de leur arrangement, de leur
durn. Cette personnalite
se rivile enfin dans la der-
niire image offerte au spec
tateur le Christ dominant
Rio, image d'une saisissante
beauty qui couronne digne-
ment ce magistral spectacle
- veritable voyage enchan-
teur ou nous ifimes le guide
le plus enviable qui se puis
se offrir : un artiste.
Frantz LARGE


' Fantastique Bresil >


Croises
1 6-0v-lvvgwwgzi


W-wu1~r;rr~----~~~


Jour Mondial de la


(Suite de Ia 16re page)


sidsit Section Monuments
Historiques Ing. Louis L6
vique : Vice-President et
President Section Genie Sa
nitaire Ing. Max Tiphai-
ne : ViaPi-Prbsident At Prsi
dent Section Gen:e Civil &
Municipal Architecte Max
Ewald : Vice-President, Sec
tion Architectup .- Ing. Ca
vour Delatour : Secritaire
General ong. Raoul Jac
ques : Secr6taire General
Adjoint Ing. Georges Ap
polon : Trisorier Ing.
Pi.rre Nazon :* Tr-soriaer Ad


joint Ing.. Marcel Vil-
lard : Conseiller lng. Ar
ch'iecte Joseph Salgado :
Consfller Ing. Frantz
Merceron : Consietiller -
Jng. Nicolas St-Laurent :
Conseiller Ing. Sacha Thi
baud : Canseiller Archi-
tecte Rolf Tippenhauer :
Conseiller.



Avis Matrimonial
11 est port a la connais
sance des interesses, du pu
blic, en general et du
commerce en particulier
que Madame Marseille Ga e
briel nie Yolette Biran-
ger, identified au No. 5753 -
E, nest plus responsible
des actes et actions de son
epoux, le sieur Marseille Ga I
briel pour incompatibility I
de caractre, mauvais tni-
tements. injures graves et
publiques en attendant
qu'une action en divorce
lui roit intentee.-
Port-au-Prince, ae Vingt Six
Octobre 1977

Mme. Marseille GABRIEL
n 4a Vni~faf,s neprsPsrsscn !


lies premF'res reum.ons
envisagent d.e travailler sur
1'Ordre du Jour suivant :
1. Fixer le but diSint6res
se d'aide au developpement
dei 1'Urbanisme dans tout
le pays;

2. Envisager des com.tes
regitnaux pour chaque vil-
le; / .,

3. Considerer d'autres
men bres du comity central
qui n'ist pas forcement li-
mite aux Ingseneurs (1'Ur-


banisme touchant tous les
autres, corps profession-
nels);
4. Preparer la commemora
tion du Jour' Mondial de
1'Urbanisme fixed comme
chaque annie au 8 Novem-
bre procha'n.

La Direction du Nouvel-
liste suit avec intirit I.e
iravail de e cc groupement
desintercSs6 appeli a rendre
do grands services a la corn
muniaute hai,itenne.


LE BISTROT


RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANClE


SAMEDI SOIR
Ambiance dansante
avec <,Bistrot Combo.


VENDREDI SOIR
(Nouveau Bistrot Show, avec
Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR
Soiree Dansante Accerddoa et
Musette


CHAQU SOIR
Piano Bar -- Ambiance '"usicale


Le stock le plus complete de pieces de rechange et

accessoires pour equipements lectroniques

tels que : Tubes, Transistors, Condensateurs,

Cordes, Plugs, etc.

Haut Parfeurs de tous les models,

dimensions et wattages


335 BLVD. .IDESSALINNES. PHONE 2-2318
-. '


- .'- I.....- -. -~a~~2l~ia


-.ru~jf^O * > U>>:>--^ ^^^^^aofy


--;~--


Nos Mots
HORIZONTALEMENT
Soumeltra /
2. Exercic. militaire fi
sombre 2
3. Glotre de; till-s Scan -
dinaves dans un er -
re 4-
4. Viellesse- note brus -
que
5. Quatte ce has monde
6. Terreur d. ari.iLtes 1
prenom i(minin iu
7. Ville d Au.tricne -
quatre terms note
8. Aigreletre abre la.
tiotn pieuse AfN=
9. ..Orient possessIf
10. Interjection enfantine
espirances a
VERTICALEMENT
1. Dans les Ambassades -
pr6poitiono
2. Possessif -- le premier d'u
ne longue sdrie
3. Abattement
4. lie amoindri
5. Dans I'fntervalle ott 1'es
x
HORIZONTALEMENT
1. Animations 2. Siminaires
3. Su In sus 4. Uv -
lees 5. Rastel peu 6. Ei-
Uri 7. Naissance 8. Peur
le 9. Besicle 10. Emese -
esse


prit domine
6. Fameuse g6nisse ennui
(au figure)
7. Bien douillet durne d'u
ne revolution deux points
cardinaux
8 Redlger d'un auxiliaire
9. a eviter lorsqu'elles sont
noires
10. Prenom tlminin les
uns sur les autres
Cxx
VERTICALEMENT '
1. Assure pie 2. Neuvalne
3. Im aube 4. Militaires
5. Ann6e se 6. Ta 61us
7. Ii rance 8. -Ors pin
- 1? 9. Neuve cl6s 10. Sss
- usee


1a


e


? i MCMCC-------------------------f-----r


~ --------------- ------------


iiutf zuieuue bnn*i"furt


rr~r~-rrrrv~zr~zcm


-~+H14-e


alp.





PAGE 4 aLE NOUVELLIST!. JEUDI 27 OCTOBRE 1977


Colluwrateurs genants


1 'uITe de li reP pae'.:

I ider (de mn'mb.arr.ia* r d'lun
.rde ic d icorp-. .J' l il.ijuiir
pell'nie en llffet iue ce Mloin
itilr ghilaint lie iiiiav t I r '
utile qqi.aut "(c .l' d'Elt,.
ie-pi .-:ibles onitre toiute
logique de, loti itnlifig'.
aUx autres par des collabo-
raleurs genants et inexperi
ment e.
Pour ma part, je crois
que je fus port A cette fa
chieuse extr6mite durant I'e
poque oftil les prix plafond
(in cafe in'obligea'nt fi trans
lfrer chaque semaine des
fonds enormes die la capita-
le aux succursiles du Nord...
De toute evidence, union
choix se porta sur un an-
cien garden et il avait pour
mission de veiller sur ma
personnel en villc ef sur les
routes conduis'tnt aux pro-
vinces.
Aver ce Monsieur :i mes
trousses, j'etais conime iun


lion enfernme dans uhe ca-
ge tie fer
Mon premier soln ful, en
heli, de liu interdire l'ac -
cri, de nia r6 idence privse
on certaines scenes de m6
naiLe puiirraieint e porter a
iiiti'elleir pour assurer ma
plrolI. tomn. Quelque peu
lourdaud, il ne me part
pas avoir la meme aptitpde
que moi A esqniver les as-
Ssiotes et les verres. Et je
anx'avais aucun)e envie de liti
paer une chambre d'H6.pi-
tal ni un chiruirgien pbiur ra
commode sa machoire...
Je dus toutefois lui grais
ser la patte pour 6viter
qu'il ne soit trop bavard a
vec ma femnnie sur certaines
rencontres peu conipati -
bles aver le cadre profes -
sionnel. Et meme sur le
plan professionnel il n'at-
tendit pas longtemps pour
nm'endormir dans tine from-
peuse security en eloignant
de moi mes meilleurs colla


borafeurs m'enserrant dans
un Mtroll space oA je n'arri
vais pas A groulller.
Le premier A sonner 1'a-
lanrme se rvela Popo que
j'avals embauche en lire-
nant les r6fles des affaires
de la famille. Sa parole en
veloppie de rdticences et
nuancee d'un 16Wer accent
nordiste s'imktrgnalt toute-
fois d'un cachet de sincrti-
t6 :
Blanc, les apparences
de ddvouemrenr' de'votre gar
dc de corps couvrent inne
certain hainp. et ses inter-,
venli6on l'tempestives dA -
fralenl toutes les conversa-
tions.
II m'apprit an cffet qu'en
peu de temps ion gardt de
corps m'avalt allhn nla sytn
pathle de mes mellleurs
clients qu'il mntfait ad nom
de la discipline.
- Popo, rtpliqual je alors,
je ny suis ppur rien


Pour rien ? Mais c'est
vous Qul I'avei nomma, et
tous pensent que vous le to
16reu'! Vous ne remarquez
minle pas qu'il augmente
sa putisance amx depens de
la votre, qu'on ne vous ac-
cuellie plus nulle part avec
le sourhke et que ces places
profondes appellent d'ener-
giques remedes. Vous avez
d'aiitres collaborateurs tout
auisi disciplines mals qui
ne Vous' fourrent pas dans
de sales draps !
Popo; I'tbaitien est in -
discipline et son indiscipli-
ne d6ft liul aloir d'innom -
brables pinitions.
-H6 He Comme quoi
vos a.faires periclitalent a
vant- le garde de corps ? Un
jour, vouns soupconnerez sa
perfldie '

Je crus alors que seule la
colire' .pouvalt *dieter ces
mots a Popo. AprEs tout,, n'y
a-t-il pas,-dans.toute admi-
nistration; une lutte d'iu -


:P -rta_ au P fl

d 'eau a Por tau-Prince .

recueillir I'eau de pluie,

z une citerne et installez
Mye1 rs


fluence qui pousse les em-
ployes a s'entrcdtchirer ?...
Sur ces entrefaites, je re-
solus de partir pour I'Euro-
pe, persuade qu'en mon ab-
sence plume ne grouille -
rait grace A mon garde de
corps armed de ses pouvoirs
illimites...
J'avais a peine commence
a jouir de mes vacances'bien
meritees qu'un aprts-midi,
au moment, de quitter Nice
pour aller rejoindre 1'ac -
teur Curd Jurgens a Saint-
Paul de Vence, le groom de
J'lrblel m'interpelle": '

Monsieur Bennett, la
standardiste signal un ap-
pej d'Haiti. II parait que
c'est urgent !
Je saisis l oornet
Quoi ? II a tire sur un
home aver mdn revolver 7
Et pourquoi ? l1 tait dans
l'exercice de ses functions ?
Pa du tout, r6pondit
mon fils. 11 s'agit d'un hornm
me qui se baignait A la Ri-
viore Froide au moment oft
Mosieur prenait ses Abats
avec sa belle. UTne pareille
insolence provoqua sa cole-
re.))
Mes vacancies en furent
gachtes. Je pris le parti de
regagner Haiti. Fort heureu
segment 1'homme n'etait que
legtrement bless et apris
deux mois d'H6pital durant
lesquels mon garde de
corps s6journa lui derriere
les barreaux d'un prison, la
victim fut exeat6e. Je pris
alors le parti de remercier
mon garde de corps de ses
bons et loyaux services en
le remerciant tout simple -
ment...
Apres 1'avoir vertement
tanq6, il m'6tait venu a
1'idte de le garder mais les
langues commencerent a se
dealer et les d64tils de ses
m6faits ineconnus de moi
jusqu'alors. ecarterent vite
cette hypothise.
Bien sftr, tandis qu'il etait
en charge, tous avaient peur
de ses reactions et ne se
plaignaient qu'en sourdine
car mon garde de corps lui
avait le don de mAler la
ovoix lugubre du tocesin) (sa
discipline) aux 6clats de
1'artillerie lonrde ( les
plaintes)...
Or, de pareils principles
ne contribuenf-ils pas 5 vi-
cier les meilleures argue -
mentations ?


Ainsi, outre certalnes in-
dblicatesses commises de
concert avec quelques uns
de mes clients tout aussi in
delicate, i l fit arreter du -
rant mon absence seiz, pe-
tits gars borgnelais accuses
de s'eire aventures sur mon
glaois en biton armed avec
des trottinette_ a roues d'a
cier.
T'avais rellement inter-
dit la circulation de cen en
gins sur le glacis fissurd par
les rouesi d'acier, mats de IA
X coffrer seizr garconnets '
.l n'y a pa- size trot
tinettes au Borgne, hasar -
dai-je ? '
Bien ifir ine r6pondit
le juge mais le premier de
linquant surprise donna vite
un autre qui donna un au-
tre etc... sous la menace
d'appliquer certaines mitho
des capablels de raffraichir
la m6moiren...
Et c'est ainsi 'que certain
centre eux connurent la tor
ture...
Dans ces conditions, tou
te la ieunesc pourrait y


passer ?
Sans doute malsile ma
gistrat n'a pas tardk a inter
venir pour opposer son veto
a ces arrestations arbitrai-
res !).

L'episode de ces jeunes re
prieente un cas sole par -
mi tan/ d'autres et je binis
aujourd hui le clel de m'a-,
voir deille les yoeux aprbs
l'incident du revolver.
Dans la 'draison de mon
garde de corps, qdi peut


done jurer qu'au lieu de por
ter le canon contre un etran
ger, il ne s'aviserait pas un
Jour de I'appiyer sur ma
tbmpe durant ces petils som
mes oil I'on tombe comme
dans un trou) ?
Aux innocents les mains
pleines '!
Ernest BENNNETT.
Prochains art' cles :
(PETITS CADEAUX,
sLES TROIS HOMES
FORTSt -7


Consommation 6lectrique nulle, La mpe temoin.

Construction solide -- Presentation original, dimension
standard adaptable a toutes les m arques.

Dominique Bailly et Co Distributeurs.- Phone 20021


LE DOMAINE DE L'ANCIEN


JUVENAT


Un prestigieux complete residentiel a Petion-ville


AVANT D'ACQUERIR UN TERRAIN !!


VISITEZ NOTRE COMPLEX RESIDENTIAL


Le site admirable et I'ensemble


QU'lL PLEUVE. QU'IL TONNE, QU IL GRELE,
LE DOMAINE RESTE IMMUABLE ...
PAS DE CHEMINS BOUEUX ET AVENTUREUX.
MAIS DE LARGE AVENUES
QUI SAVENT INCURGITER LES PLUIES TORRENTIELLKE...
IL RESTERA DONC TOUJOURS BEAU... VOTRE DOMAINE


des services proposes, tout cela


ne pourra que vous laisser reveur....


. Systime 'egofits complete. Caniveaux. Trottoirs

, Avenue et voies asphaltees. Eclairage des rues

. Prise d'6lectricit6 souterraine pour chaque terrain

. Branchements Tel6phoniques et Hydrauliques en attente etc... etc...







La preuve est faite


Les prix sont imbatables!


Si vous voufez vous convaincre davantage consulted donc
n'importe lequel des 51 proprietairesen titre a ce jour.

Ils vous prouveront qu'il n'y a pas mieux et que votre acquisition ne


peut etre qu'excellente

Nous nous tenons a votre disposition pour guider vos choix et
investissements.
A Bient6t. Tel. : 2-2603 -- 2-5984 -- 2-0


827


~,sxoaauou' I


. . . . ... ...


JEUDI 27 OCTOBRE 1977?


"-At ---: -' ' T -ld


=/Z~P6~~/C~/'~//Jcf~~///lO ~ ~ 33~33iSI~~P~'--Y'Y~".~J CJ~~/////~J/// CC ................g~~y~//C/lp


PAGE 4


eLE NOUVELLISTLE





'JEUDI 27 OCTOBRE 1977


iLE NOUVELLIEr


PROP08 D'UN JE-iUIT


(suite de In 2eme page)

qu'li tralie le Dr Jtnn Price
Mars si'.44:,antl niind d,:d -
m 'icer sa'pLr-onhiirnte't dI:
ttrrii!' sa 'cdirriel'e d'ecriv. n
et d'homme polltiqie EI E[
fCt, un, an avait a nmort dc-
celul-ol, D p e t r
Sc r 1 v a L :' II es-
te un prGulndi d i:rc n, tie
ce que P'le._ M.Ir I'- H crit
et ce qu'it a Isit a;u cQ:Olr
d'un" cemli ieele d- pre-: n
ce sur a -eric ideoli: lqi.i
et politig',e *4 Ha'ti. Dan;
ses.livrrs II 11 ,u. en rln,
n'feste'sou- le jour d'ln ,s-
prit ouvert, liberal, -ri' ieII u
et meme progressist tr, :
que dana sa vie c'vique, 11
est hommee qul, depuis 19Q3,
appld aI d's po tes resppn-
sables, n'a jamais protest


centre les e eroyabes" scan-
Ldales de la vie ecbTbomlque
ct pol'tique de son paysa..
Comment ne pal, ressEntir
tirne- orte de malarncolle de-
lant ce.c.nglant r,'probhe a-
cir,. s au plus grand ecrl-
lain du pays en represallles
qu'l ull or"' ti 'jour,' sbule-
t- 1. vo'le 'de l'idtnt'te hal-
"'enrn' pour'la rattjcher Sau
tironc iriCc.in.
LUN CRI REL'VYE
Blin que le per- Claude
Bonfirtint dorme 1 impre:-
,.r a'aoi, rep-epu que)quec
arFumrn-t. c-- .ciarres di
R*'ne DJvtdre, i r en estI
p-a:s pOu r "aut.ant dupe co6m
me cirta'ns et semrbl res,:-r-
ver a l ierte de penee.
alaire son age' et s'on e-
tat.. .celei'a-_tique le plus


souvent assocld chez d'au-
tres alx omlialls de 'limpe-
riallime et' aux erreurs de l'a
lienatlon. 11 a clairament
comprise la s'Luation qui pre
vala't en Afrique et alllcurs
avant Ifs Independances et
celle:qul a course dfpuls ces
etenements memorable.
Avant, c'etal, la soumis
s on aann, le silernc:, l m-iinil
lat on Iniposee ct accepted
bon grb' mal gre. L'hcrlzon
etait barre aucurn iou[ife ne
\ennit du large poiLr rafrat-
chur I'atmospnere de li'm-
mense pr.son. Alors reenra t
la vo'x de :nc Maran pour
denoncer 'iniQuite darn .'Ba
btoqala quli en d6pit des
clameuri 'furleus-K dbs co-
lons, ret l.' IC r'x 'Ooncourt
sl convo'te par les illt#ra-
teurs franqals.


Q ~Ooaoaw~cco@l~oi; @@@v~ L. ~U


Nous dem' iinageons bit 0


Nouvelle adresse


J. M. Maxime CELESTIN



Opticien -- Optomitriste


98, Chemin des Dalles

Ouverture le 3 Novemlbre 1977


.q --------- --


Le pere Souffrant. avalt
entendu l'6cho du cri qul s'e
leva de la Jungle de 'Ouban
ghi Charl et me.ure son In
tens Le. Ausas apprdcla-t-1i
Imm diatemEnt l a juate
valour I'ntice en scene hiS-I
toriqute de 'Senghor et de ses
hmis qui relayceent avec vi
gufur la vox de Maran, prl
r-nt en main a 9Iur tour
Il: S revendlcatlon's des
No rs et se chargr--nt de
reitituer dana leut Ame u-
ne Identity qul avalt d'sp.a
ru dan le d&'acire de la
colon station.
Le p re SoUffrant inter-
prete cette nit alive com-
me un.s innovation couragett
se et un rapport con-idera-
ble au point ou en tait
le moral des colon'ses. De
minme, 11 e-t natural selon
lui, .que las jours qui suivil
rent les Indeperidances ap-
portent aes diff'cult6s aux
houvaauX dirtgeantT puls-
que l'adm'n stratlon colob-
n.ale partle, ls' devalent y
fare face avec les moymns
limits don't ils disposalent.
L'INJONCTION.-
Pour les piarxistes, noirs
m6me sans examen prdala-
ble, les Africains devaient
immedatement opter pour
le sociallsme. Faute par
ceux-ci de suivre cette vote,
ils s'attirtrent la foudre des
recruteurs de clients doci -
les pour leur patron. Qu'im
port les conditions historic
que, geographique et cultu-
relle, les recrues n'avaient
qu'a emboiter 'le pas derrit
re ceuk qui les' conduisaient
au bonheur.
Ceux-ci arguaient, en ef
fet, que bourgeois et prold-
tairet noirs qui n'existaient
pas, avant les ind6pendan-
ces firent brusquement leur
apparition. Ce qui, d'aprbs
eux, engendra t inelucta -
blement la lutte de clas -
ses, au prix de 1'inspirer du
drhors, le cas dchbant. Sl
certaifns, A leurs risques et
perils, accepttrent la for-
mule magique, d'autres, a
pres de long- debats int6-
rieurs, 'in tru ts par les ex
pdriences vos'nes, prfffr&-
rent jusqu'. nouvel ordre se
conformer auw rdalitfs de
leur milieu.
Plac6 a son tour devant
alternative de la gauche
ou de la drbite, de la'r6volu
ton ou de la ddmocrat'e,
d'un systlme progress iste ou
moderd, de I'Est ou de


1'Ouest, le pretre s'lnterro
ge, enfin, pour savoir si der
r.ere l'une ou l'autre de ces
faqad.s ideologiques promet
teuse il ne ce cache pas des
p.egts quil redoute a un
egal d.gre.
VISION DEPRIIL ANTE'
L'esprit de cbterie ou de
chapelle, la complaisance
des critiques. une formaton
icola re ou un.Lersitaire de
tic.ente. une culture redui-
te, tt nor, saIbpleee par dt.
eludes personnellez: cornmple
menL.a.re, '.ne atn':ence total
l- de conscince a0?,ale et
r.-riale. aurant de iacti urs
negatifs, Dans la course a
la civil sat'on ae l'un'ver -
tel.
CHEF-D'OEUVRE DE
LUCIDITE -
Par contre, CATHOLICIS-
7ME ET NEGRITUbE A
L'IHEURE: DU BLACK
POWER et L'ECLATEMENT
DIP LA N ~GlTUDE SOUS
LE CHOC DU DEVELOF'PE
MENT, ont product sur le
lecteur t6moln de cette p6
nurie un ef fet stimulant invi
tant a l'espoir II eprouve
le sentiment rassurant que
procure, litomme d'etudes
qui, par vcatt;on at par die
cipline, a fait le tour des
sciences sociales et s'en est
bien p6n6tr&. Pretre ouvert
a la comprdhens'on humai-
ne, il ne partage pas le fa
natisme de ses confrdres
dans leur louci de transfer
mar une misslon dvangtll -
que en une entreprist de con
qtiete des ames. par tous les
moyens dispohnibles.
S'il est arrived au ptre Souf
frant de lire JEAN PRICE-
MARS ET LE MYTHE D'OR
PHEE NOIR. OU LES AVEN
TURES DE LA NEGRITU-
DE et LES METAMORPIlO
SES DE LA NEGRITULDE EN
AMERIQUE de Rend Depes
tre, vite 11 se rfdres.-e, prend
ses distances, reflech't sur
ces diatribes violentes qui
ont pu en imposer aux gLn3
aigris qui se repaissent de
toute litt6rature outranc'e-
re espdrant y trouver des 616
ments pour assouvrir une
haine sterile.
Cette littdrature n'a dbran
le''qu'une clientele predi:po
sae a absorber une telle pro
pagande. Le pere Souffrant
termine ses observations en
preddsant que lors meme
que la negr tude serait en


Thu


L ~ - .. I ;
passe d'etre adpa:s6e,,
edans uns situation social.
ou perslste la frustration
des Noirs v'ctlmes du pr6ju
gd de couleur ou de race, il
y a des chancEf .ce reactive
ton et de resurgence d'tiib
quelconque ndgrltude rerpet
tant I 'accnt sur le facteur
raclal,. 11 y a des chances
que le pendule, une fois de
plus change de pole. Or le
ndkveloppementt auquel au
jou'rd'hut on a-pire. n'est-l1
pas. qu'l soit de patronlna-
ge franco-am'e'ca'n ou rus-
:e, p'ege ? BSous son mas-


que, n'est-ce .pis la vieil'l
ldeologie de ia mission ci-
v lisatr-ces de 1'Homme
Blanc q'ul continue, de pair
avec une certain situation
colotiale, de regner dans
lea pays noirs ?,
Et lauteur de conclure
par une question decisive :
IEt m6me une revolution
proldtarlenne. sans plus. sur
I t-elle & automatliquement
regler. aintl que l'assurmnt
Rene Depestre eux Antilles
et Angela Davis aux Etat-
Unla, la question noire'?s
II faut ieliriter le pere


Boulfrant, de ia lucldit&,
une lucidite qul, tout en lul
fa'sant honneur, contrast
avec une inconscience pras
que general, et mfr'te d'e
'tre propose en example.
Ainsi, le reahl.me negro-
africa'n sE'affermit, s'appro
fondit et surv't tandtiqua'
le ,reallsme merv:liileLx* i
s'eet evanou', 1'e.pace d un
martin a la Salle Descarte:,
en 1956. et que le 'realis-
me social st,'., malgre ses
Mduct'ons. se heurte aux
real tea.
:ene PIQUION


POUR ALLER


A MIAMI,


CHOISISSEZ


AEROCONDOR ......


LA LIGNE QUI UNIT


LES DEUX AMERIQUES.

Grace a nous, ce n'est plus un probl6me d'aller
A Miami.
Chaque jeudi et chaqtue dimanche nous vous
vous emmenons vers la ville d'affaires ambricaine.
Retour les m6mes jojrs.
Consultez votre agent de voyages ou appelez
AEROCONDOR au 2-3675 ou au 2.0101.



AEROCONDOR
La Ligne Aerienne de la Colombie

^^ r *- ^r


pour


n'importe


qui!


CHEQUIER PERSONNEL


BANQUE ROYALE DU CANADA

ou nous avons la solutionn

.ccca/ea: /a -P/ace Wf/aj Vawfd.


I











I





'I


~viUUOS)2W2%'A'r) r-) -U --'-4.,. ,_- _ )w'NO


PAYEZ





DESORMAIS






A [AIDE


If









I I


i i -


-~- -


9 c~#=&~%rrrr~vrr/,- 0*02----l- rl-x-ov


ioosoo~sCaoassaossoaosso


I


/////////oso's/G.


. . . . . .91sI I~--sC ~


--


&._,.


,[ ....... i


. .., 1


m


IAT~g




-bll p C-p--ns-~a LBFrlsr~


' DE NOUVEBLISTE ,


JEUDI 27 OCTOBRE 1901


. C~ap~,~ p~- -dm


16Weekcend SA





super





Jeudi 27 Oct., Vendredi 28 et San

Avenue John Brown et Chemin des Dalles, Del
ANCIEN PRIX
POULETS (QuantitA Limitee) ......................
O EU FS ........................ ............
BACON IMPORTE ...........................
HOT DOG IMPORTE (Beef) ................................ 1.25
JAMBON EN FERBLANC DE 10 Livres ..................
MARGARINE EN CARRE 2 livre ..............................
CAFE I1CLAUDJA> ...................................... ...................
MAYONNAISE LA PERLE 8 ozs ..................
MIAYONNAISE LA PERLE 15 ozs ........................
MAYONNAISE LA PERLE 32 ozs..................
LAIT EN POUDRE 5 lbs ..................
TOWELLS (ESSUIE-MANS) ..............
BRANDY (Grand Empereur Napol6on) ..................
RHUM BARBANCOURT 3 .........................
APERITIF ST. -RAPHAEL........ ................................
VIN RQSE .................... ... ..... ..... .........
CHAMPAGNE BRUT I' Sec
WHISKY BLACK ,LABEL "..............................
I CH IV-AS REG AL ".............................................
GIN ET VODKA ......................

et plus d'une cinquantaine d'ar

[vraiment chocs

Aux trois Lalue Sqper N


LE'


s
n
I


I


iedi 29 Oct.,

Imas et Diquini 4
PRIX CHOC
85 c 79 c la llvre
$ 1.30 99 c la livre
2.29 $ 1.69 la Livre
99
34.00 18.99
42 c 3 pr. 99 c
1.70 1.39
70 c 49 c
1.30 99 c 4
2.30 1.99 S
6.00 4.99 S
1.30 99 c le R1
6.00 $ 3.99 Sp6cial
2.40 1.99
4.80 3.99
2.99 Bout- 2 Bout pr. $ 3.99
10.00 6.99
12.99 10.99
15.00 12.99
6.00 4.99

tiless aux prix



markett


atterrissez aux u.s.a. pour un stage

I d'un mois apr6s avoir acquis une

formation A la


first schooI'


entrez dans le r'onde des aHaires
en vous inscrivant des maintenant
aux course de management et
business adminstiratonr
duree des course 9 mos
de novembre a about

au moment de leur inscription
les 6tudiants doivent &tre munis
de leur atlestation scolaire irh6to-
philo). de deux photos et de leur
acte de naissance
d6but des course le 28 novembre
le matin de 9h a 12h30
le soir de 5h30 a 8h30


stages pr6vus dans des

organismes bancaires et

internationaux du ler au

30 septembre.


10% de reduction pour

les employs du secteur

public.

T61 : 2-4755 et 2-3508


Nirot 6'riool
fm
Erbtral anb Etu nrulr 6rrtrltrnt



llis ,rnfirln unt
Si uafsfurt.rrlm .'mart. i.
'Mr. a -P .. -. u.
Pingram of rniA prhinKrtu In6 anhartnu ftrim iltbs r Ioa9
o Enruftmt BiLune of t pNu rrani *nt S mriw Ika-
is W" rnr mnurtlrt thin


*

Si ui~


-i .3&k-l 3'.4 A l
.1-d


.ynode :
Le consensus
me sera pas
ibranle
CITE DU VATICAN (AFP)
Le S3iode tst pratique-
nent termine : le mesSa-
ge au people de Dieu) pas-
sera en derniere lecture, jeu
di matsn, et l'on y ajoutera .
La trentaine d'ameidements
proposes, s'ils sont accepts.
Il est pen probable que
le consensus qui s'est fait
iour des le premier d6bat,
eh soit perturbed. C'est ein
toute "tranquil it d'esprit
que les Peres synodaux se
sont mis en cong6 mercredi.
Une quarAntairtev d'entre
eux en ont profit pour vi-
siter les installations de Ra
dio Vatican don't il a Wtt
question a plusieurs reprises
durant les d6bats de ce der
n7er mois.


18ulte de la lere page)
vee un ebhoix de speakers et
de comimentaieurs bien an
courant des faits hailiens.
EL les themes porteront
sur les sujets qui suivent:
a) L'Art Haitien avant
1940' "
b) la Renaissance de
1'Art Haitien, a. partir de
1940.
c) L'Art haitien contemi.
porain.
Des commeritaires se fe-
ront entendre sur les diff6
rentes deoles, les mouve-
ments artistiques, les grou-
pes et les courants qui ca-
ractdrisent 1'art haitien ainl
si que la vari6tt des modes
d'expression artistique.
II) Exposition de Costu-


S.eule la commission char
gee de revoir le texte du do V
cument final 'en foneCtion
de addition des amnede-
m:i.nts qui seront vot6s point
par point au course de 1'As
semblee P1eniere de jeudi, S
etait en activity.
Le vote sur le document
final aura lieu vendredi.
Ce nest que' samedi, aprs
la stance de culture, que
paraitra le (mwnlssage au pen
ple de Dieum, en latin. 11
restera aux traducteurs des
cinq langues officielles (I- ,
ial'en. Francais, Anglais, 81
Allemand, Espagnol) se
mettre h la tanche.
Le retard inevitable que
les services de traduction ap
portent a la parution des
textes officials a eu pou
consequence qu'une commu
nicat.on ecrite de la com-
mission pontificale de jus- a
twice et paix n'a etc distri- an TRIOMI
bu6s que mercredi. S
Ce texte, qu,i a ertaine-
ment inspire 1'introductioni
et la premiere parties du POINTS DE VEN
message au people de BOIT
Dieu), indique notammt BOUT
quL sl'implainta.on d'un BULT
7touvel ordre economique et
social international, oblige CABANE
a riexamitner en profondeur A N
ious les aspects de la vie LA S(
des soc'6t6s humaincs et HAt
des nations, qu'elles soient SOIRI
riches ou pauvres).
La commission insisted e6-
galement sur les proble- MEMES P
mes poses par (les Offen- HOT
ses a la justice et les vio- A L'HOT
lal.ions d's droits de 1 horn
m..t. inquietude don't nom- LE BELi
bre d'Fvequer surtout d'A ,
m erlique du Sud s 'ci.taieii
dte.ia fa lei p;.rte.par.1e r' I ,-.c..-c


nu i onir d, ,t.ials -. '. -
L.'T dernt er. c fr l ireni t
do prt '--e fl Si i:'de -er.i
(IoIn ,,ee j u,,'i par I- mro..
P r id ii -i d i t n ..d'; I ,-
4 rd il.r l ,- R ., c I. l .e'
Ie C irlinal Ribe r. P,,rrlu
S il e' le Card ,.il H Than
ritiuni i'r neo all


Aviation civil :
Decision de I'IATA
sur 1'etiquette
des bagages
GESA'EL i.\FP
'Iou- le. p., .ager- toia-
geant i b, :'r. d'.- asion: des
compag.eie. aerienne niernm-
bre'. d., I IAL, decr'0ni eli-
queler l,. ur- b g. ige- i c''mp
ter du ler Noiembre an-
nonce m rcredi i Genes.
I'as minai.:,'. du iran port
aer en int'ri'tiOonal
Si de- bagaE'.- nie pi',re"
auCui no nt inlial'. inu au
lre, indt.,ion per on',;eiI
t(lIpha lmner que t'Ic en-
ploy de- coiipagn e. ca-
rien" e\igr-.nt que le'
pa" ager- 7ppose.lo une
iden/lificaii. i et f,..ur';ir.-nt
des ,liiqiiett. I t les ,t
tormula.re- adh6.if.' gra-
dutll.'.
Celte iden/litatOitn de. ba
gags -./' eP ge- afin d idcc
lerer la reecupirati,''" ode,
bagages perdu- ou nm.l a-
chermin'- pr6eci-e IAT
qui .souligne qus moin. de
unil pourl' nt d l' e'--ein-
ble de.i baggage. Ir.nit-. par
Its cniii p-itl ie" a6r j eines
soni.t mal atheimins ii cau
se deri,ur- thumaine., me-
can,ique, ou leclniquen-.
Mais, c,'tomne I'IATA, me-
me cc faible pourecntage
engendre des inconveninits
ct dies problem,-. de ddpis-
lage i la fois po"'ur le. pas
sager, et pour leo transpor
teurs.
La plupart des bagages
mal achemines sont en faith
rpecres par 1-, compagities
a6rienne,. et retournei. a
leur proprietiire dans un
dela.I de mois- d.e 24 heu-
res rt pratiquement tout
le reste est normalemreni
d6p.istd- et livre dans les 72
hearse. .. ,. "


mes bistoriques haitiens, de
tissues et de modes ayant
actuellement cours en Hal
ti ainsi que des echantil-
lons de Broderie et de joail
lerie.
.III) Exposition de tra-
vaux de 1& petite industrie
et de 1'artisanat tradition-
nel.
IV) Audition de musique -
folklorique haitienne
V) Exposition de Livres
Haitiens ou d'Ouvrages se
rapportant a Haiti et fai-
sant parties du fonds de la
Division des Black Studies
de 1 Bibliothtque.
VI) RECEPTION le 7 No-
vembre
Il imported de signaler
que chaque Mercredi de ce
mois de Novembre, des do-
cumentaires ou des films


de court metrage sur Haiti
et les aifferents aspects de
sa vie seront projects i
l effet de faire connaitre
lavantage notre pays, a
'Ilranger.
Mmine. Gladys Racine s'est
assure la collaboration
d'un personal de quality
compose de Dr Marie-Mar-
celle Racine, Mrs Jean Ste
phens, anthropologue cult
relle, Mrs Hedwige Koib-
jonrsen et des sp6cialistes
de la television a 1'effet
de mener a bien ce festi-
val d'Art Haitien.
Nous pr6sentons nos plus
vives felicitations a Mme
Gladys Racine et lui prd-
sentons tous nos voeux de
plein success.
Maurice A. LUBIN


atherine Sauvage


Chantera
PHE : Vendredi 4 Novembre ( h 30)


TE : TRIOMPHE, SABOT I
'E A MUSIQUE, DYNAMIC
'IQUE SIMPLICITY A P.V.


.Entree $ 6 et 8
D'OR, RADIO METROPOLE
ENTERPRISE,
STE THERESE


CHOUCOUNE : Samedi 5 Novembre
)IREE DE L'ANNEE AVEC D. P. EXPRESS,
RRY NICOLE ET TATIANA POLYCARD,
EE DE GALA AU CHAMPAGNE DE VENOGE
Entree $ 12.00
POINTS DE VENTE RESERVATIONS DE TABLES
EL CHOUCOUNE DE 2 HRES. A 7 HRES P. M

FEDERE : Dimanche 6 Novembre --
Diner -- Concert


RL CARLSTROEM


DELMAS R .,


U ..~~_


FAGE 6 _


Festival d'Art Haitien


4

I




4





4

4

I


1377


- - - - - - - - -


ou/////r~ /2~I////rK,////.


~~41C ~C 'I


a .~
fttpLon


#






JEUDI 27 OCTOBRE 1977 tLE NOUVELLT!


DANS NOS CINEMAS Professioa

CINE .REX THEATRE CINE TRIZMPHE Accountancy,


DON ANGELO EST MORT
a G6h30 et 8h30
LOIN DE LA FOULE
DECHAINEE
Entrde G. 3.00.
Vendredi h 4h G. 1.50
LE RETOUR DU DRAGON
a 6h30 et 8h30 G. 3,00
TRINITA UNE CLOCHE
UNE GUITAR



AUDITORIUM
J udi a 7h
LA MAISON DES
DAMNES
Entree G. 2.00
Vendredi a 711
SEUL CONTRE LA MAFIA
Entree G 2,00
xx x x

ETO[IL CINE
Jeudi a 6h30 et 8h30
NEW YORK NE
REPOND PAS
Entree G. 1.50 ct 2.50

Vendredi a 6h30 et 8h30
KONG FAIT SA JUSTICE
AU KARATE
Entree G. 1.00 et 1,50
xx xx


CONCORDE
J. adi A 4h G. J 50


h 1212h 4h 6h -
2 ENFANTS QUI S'AIMENT
Entr6e G. 1,00 3,00 5,00

a 8h30
La Troupe Languichatte
Pr6sente : "
LA HAINE AU SERVICE
DE L'AMOUR
Entree $ 1,00 et 2,00
Vendiredi S 12h 2h 4h
AL CAPONE
Entree G 1.00
SOh 6 h 81 h
Entree G. 00



SENEGAL

Jeudi a 6h
CASINO ROYAL
Entree G. 1.00 et 1.50
a 8h G. 1.50 2.00
JE SUIS UNE VICIEUSE

Vendredi a 6h 8h
7e VOYAGE DE
SYNBAD
Entr6e G 1.00 et 1,50

XXX A

PARAMOUNT
Jeudi a 2h 4h let 6h


7 HOMES DE. BRONZE
CINE iARC Entree a 2h et 4h G0. 1.00
a Gh G. 3.00


Jeudi
I.A TOUBIB DU
REGIMENT
Entree $ 2.50

Vendredi
LE VICIEUX, LE
SANGUINAIRE, LE
BOUBLAP
Entree S 1.50

Deluxe .Aa to
Judd a 7h et' Oh
MA FEMME EST
DINGUE
Entre, S 2.50

Vendredi a 7h et 91i
I.A CHEVAUCHIEE
TERRIBLE
Entireec S 1.50
X X x x

CINE LIDO
Jeudi i" 121 2bh 411
ia 6h 'h lOh
Entree G. 1.00 et 1.5


a 8h G. 5.00
LA GRANDE PARTOUZE


Vendredi a 2h 4h 6h et 8h
EE PISTOLERO
Entree G 1,00 a 2h et 4h
O 6h et 8h G. 3.00

AlRPolT CIRE
I E SEXE INFERNAl.
S Entree G. 200 et 3.00
Vendred?
COULI DE PIED
D'ECLAIR
EIntree G. 1 00 2,00

MAGIC CINE
J ud& a 2ht et 441 G. 2 00
i 3.50a i 6h (-t 811 G 400
ei 5.00
LA GRANDE EXPLOSION

Vendredi a 2h et 4h
G 1.00 Entree G 1.50 et 3.00 6h et
gh et 8h G 2.50 et : 50
50 ATTAQUE A L'AUBE


PARTICIPEZ AU CONCOURSE



>



DU CAPITOL


RECLAMEZ LE REGLEMENT LIE LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE



PATRONNE PAR LES


HOTELS MERIDIEN


ET


AIR FRANCE


AVIS AUX AMATEURS



UN NOUVEAU SERVICE


"'ams les EromWges

de France

EN VENTE DIRECTED


ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS
GRACE AU CONCOURS DE
AIR FRANCE CARGO REFRIGERE




Ctommandes Tel: 2-1809

LE BISTROT.

LE MANOR, 146 LALUE

venez no oI1


J.eudi


A vendre
1) Proprietdc 50 x 100
i Carrefour (Mon Repos)
2) Proprictis 50 x 100
a et autres a Delmas
3) Proprietes pour Fac
tory zone industrielle
Pour renseignements
Ssonnez le 6-0663 -


Du Lundi au Samedi Midi
2 Hres 4 Hres Permanence
6h30 8h30
SALLE I
OPERATION CASSEURS
Entree $ 0.50 1.00 1.- 1,50
SALLE II
NETWORK
Entree $ 0.75 1.- 1,50 2.-
SALLE III
LES SENS DE GLACE
Entree $ 0,75 prix unique
1.50 prix unique

AU CAPITOL
JEUDI 27 OCTOBRE 1977
CAPITOL I
MAHOGANY
12hl5 2h15 4h15 6hI5 8h15
10hl5
Avant 3h30 G. 3,00
Apres 3h30 G 5,00
CAPITOL II
LES DOUZE
SALOPARDS
12hl5 2h45 5hl5 7h45 10h45
CAPITOL III
ON N'ACHETE PAS LE
SILENCE .
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 G. 3,00
Apres 3h30 G. 5,00
CAPITOL IV
L'EVADE

11h45 1h45 3h45
5h45 7h45 9h45
EMMANUELLE II
Interdit aux moins de 18
ans
Avant 3h30 G 3,00
Apres 3h30 G. 5,00

X X X

DRIVE IN CINE
Jeudi
COUSIN COUSINE
Entree $ 2.50

Vendredi
PAQUES OU LA TRINITA
CETTE FEMME
EST UN FLIC
Entree $ 1.50



Avis df Divorce
En icxecutLun du jug" -
ment rendu par le Tribunal
t,.vii a e Port-au-Prince en
date du trois ju n 1977 ad -
mcttant le d vorce et pro -
nonean' la di:-soiuton des
licns mairimor.aux qni ont
exi.te entire les epoux Fritz
ner Joseph la dame nee Dar
lna Rimbeau, l'OffiCier de
1 L'tat C v 1 de la Section
Sud de la cap.tale lIs for-
mialAtes legales prealable-
mernt rcmplies a tran crit
a la date du 15 Octobre dans
le, rrgistres a c' destines le
d;sposit f dlu dit Jugement.

Port-au-Prence le 26 Octo
bre 1977.
Cab not-LAROCHE et
BLAISE
*

AVIS
AVIS DE FORMATION
DE, SOCIETY
I1 est port a las connais
sance du public que con -
formement aux d sposit ons
du decret du 28 Aout 196C
sur les Societe- Anonym'-s
il a 6et dtpose au Departe-
ment du Comnrferco et de
l'InduFtrie a;nst qu'en 1'Etu
de du Notaire, Ern't Av c
une copie des Statuts d 1 E
Societe Anonyme en forms
ton :
eSODEPRAT S. A.>
La Societe a pour but prir
cipal toutes activates ayan
tra;t au developpemEnt de
Produits agricoles pour 1i
consommation locale et
1'exportation, les achats et
ventes de terre et touw
moyens de transport terre:
tre et maritime L travers la
Repub.l'que d'Haiti, le con
tinent america'n et les lies
avoisinantes.

Le capital social est f x6i
a la some de Vingt Mille
Dollars ($ 20000) div'se er
Cent (100) actions de 2 cent
dollars ($ 20000) charune
et pourra Otre augment. I1I
sera rouscrit conformement
a la Loi.
L's fondateurs sont : Me.
Antoine BERNARDIN
) La MARMAX LDT' repr$ -
s ontee par Monsieur Ctd -
ment MIKELIS
Port-au-Pr nce, le 25 Octc
bre 1977
4 Me Antoine BERNARDIN


Pharmacies
assursat le carvice
cette nuit

JEUDI 27 OCTOBRE 1977
J. BROS
Archives Nationales
ST AUGUSTIN
Ruell' Alerte
SAINT LOUIS
Ave M. Ambroise

PETION VILLE

STE THEIRESE
Rue Villate


VENDREDI 28 OCT. 1977

MODERNE
Rue Pavii..
APOTHICAIRE
3e Ave Bolosse
DELMAS
Delmas

PETION VILLE

REGINA
Place du Marchd


Too o: complot
contre le General
Evadema deioue
LOME (AFP)
Un complot visant as-
sassiner le General Eyade
ma, Chef de I'Etat togo-
lais, vient d'etre dejoud, d6
clare un communique offi-
ciel public mercredi soir a
Lome.
Le Communique affirme
que le G6ndral devait ctre
assassin aux environs du
15 Octobre et que le rdgi-
vers6.
me en place devalt tre ren
Le Communique ajoube
que l'assassinat devait tre
execut6 par des meroenai-
res recrutds a 1'etranger
sur le territoire' de ,certai-
nes puissances*, qui ne sont
pas d.sign4es.
Il precise que le chef de
1'Etat Togolais a tW infor
m6 de ce complot par les
autoritis de ces puissances
et condainne vigoureuse-
ment eles milieux euro-
Iens qui acceptent, favort-


voous offre toutes ces destinations


au dieart de Port-au-Prince


(suite de la 1ere page)
blique, la PROFESSIONAL
SCHOOLa vient d'adminis-
trer son premier baptlme
en commenqant avec un
course so minaire Intitule
MENT L.a
Ce Cours est dispense ,par
Mr. Andres. Bernudez, do-
yen du dept. de Business
Administration de 1'Univer
skL Mondlale de Puerto Ri-
co. Branch of Internatioral
Institute of America. (I I A).
Nous avons deja atteint
18 anscrits et1' effectif sui-
vant la capacity du Profes-
seur ne doit pas d6passer
30-
A cette premiere rencon-
tre ont particip6 :
1.- Le Manager de la DOBA
CO, son comptable et un
autre de la comptabtlite.
2.- Huit participants ve-
nant de 1'IDAI don't 2 a-
gronomes et 6 economistes,
avocat, comptable, statisti-
clen
3.- 2 autres employs deg
Bureaux de statistiques et,
de la Banque Nationale.
Grace a la gt6nrositd de
certaines organizations du
pays, nous aurons provisoi-
rement 1'acces d'une salle
de classes au College St
Pierre, Champ de Mars. Et
d'autres assistance, d'au-
tres institutions.
Pour toute information ap
peler aux Nos. 2-4214 et
2-0213 pour prendre rendez
vous tusl ese ours du lundi
i vendredi de 4 h.30 P.M
a 7h30 P.M et les Samedi
de 8 h. A.M t 14h P.M
C'est notrc contribution
au processus de developpe-
ment, en plus de notre par
ticipation au Smuiaire de
Recyclage entrepris par la
Direction G6ndrale de 1'I-
DAI. Car nous croyons fer-
mement que la durabl'it&
de tous les efforts deja es
comptes est en tonction de
la preparation des homes,
qui son t les re-sources hu-
maines.
Effectivemen '"il y a plu
d' industries il doit y avoir
plus d'emplois disponibles,
mais faut-il q1'ilmy ait aus
si des gens prepar6s dans
le sens de cette realitC 4-
conomique.
Wilner FRANCOIS MBA
Chef de Service
Etudes des Prets IDAI


Voici venir les fetes de fin d'annie et -- chacun le sait --


tonton Noel est trop occupy pour penser aux adults -- Alors


prenez les choses en main et



Satisfaisez votre desir secret



Tout en faisant une bonne affaire





EN PASSANT A LA




CURACAO TRADING




OU VOUS TROUVEREZ LES REFRIGERATEURS, LES FREEZERS,


LES FOURS LES TELEVISEURS, LES APPAREILS ELECTRO -


MENAGERS DES CELEBRES MARQUES MONDIALES




Philips Sharp Admiral
e e.


AUSSI UN AS$ORTIMENT COMPLETE DE MEUBLES ET

D'ARTICLES POUR CADEAUX !


Pour la meilleure quality, fe service apres vente le plus


efficient, les prlx les plus raisonnables,


l'adresse est a la Curacao Trading qui a tout orevu nour satisfaire vos


DESIRES LES PLUS SECRETS !


L .gi -ANTILLEAN AIRLINES


Madsen Exp. Imp. S. A. Agents Gneraux

Phones 2-3476 2 0317 et 240028


f^tS


uccrrcrczcrrcrcrrcrrrcrrrzrcrcrzcrrrrrrr


I





PAGEl B~ eil NOVLLBE -JUI2 CTBE


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


Ce Soir


Operation Casseurs


Network


Le Voyage du Pere


R'emerciements
Mme Vve Gaston Augustin,
M. l'Ihg, eit Mme Clau-
de Mompoint et famille, les
autres parents et allies tries
touches des nonibreux temoi
gnages de sympathie recus
a occasion du d6ces de
leur tres regretted Gaston Au
gustin unleve a leiur affec -
lion le 10 Octobre 1977.
prient teu:, ceux qui se sont
associes L leur peine de trou
ver ici leur, rem rciemriats
6mu.s

PORT-AU-PRINCE,
CE 27-10-77

Rafle renvoyee

11 esr porte is la connais -
sance des acheteurs et du pu
blic en general que le tira-
ge de la rafle de Citroen
Station Wagon modele 68
qui devait avoir lieu le venl
dredi 28 Octobre 77 est ren-
voyce au ler tirage de la
Loterie de 1'Etat Haitien du
mois de Deceembre 77 Merci.
Signe : M Frantz LAROSE
Proprietaire r


Une Lettre du Directeur de la

,Tribune des Jeunes.


Au Dir-cteur du Journal'
(
Mon cher Dirc-tLur ei con
free,

Ceot pour nit.c UoI tt-
glicauie plaloir Ude ue sr-
.r aO, colonite.. du gra,id
thu uit at de la rue du CeAl
irT <(Le uI',juvelli t))ut uyli
Ae La Pre-se tn litiente pour
cxpriner ina joie do voir
Haiti arrivee a decrocher a
Me:xico le titre de V:ce-
Chamapion de la CONCACAF.

Tus cetu-x qui ont suivi
la preparation de notr- Se
election Nat'onale ju tqu a
leur depart pour le Mexi-
que, tous ceux-l(t qui on!
eu a constater que 6 moi-
ne pouvaient pa- suffir-
pour une bone preparatio-i
technique de c.tte Select ,1,
:'int unain:mses a rcconnial--
Ire ais c un eionnmeaneit
.inls )itborei la performance
considerable de notre Selec


I I A mt-%IA~l %,I)[ lt1 I` MI TI Iiit








'A Li













VFW,. :5-'1101 -u itir

0"t'.. ..1.- liinti d r.e







-vire Ll --urer len-

arsAr euii..re iili--tQue





ii- di.qic eta ss (mc- Sonores

~I~N hiP i .r -Irnc in ripe ouQ

81-et ii-- ellis el ar-



5n.'ci' 'ux Ondcs Sonnres




T"* ~ ~ ~~~.p oil uil i-ittie

p i,, ii ne-- i- r e r

1611-7ininulcix ntu; ,nnneqo.8


lion Nationale curant les
peripeties du champ-onnat
de la CONCACAF.

Je suis d'accord aveci mos
estimable confr6re Aubelin
Jolicoeur, quand il nous par
le de ('improv.sation en
touL-ball) daits un de s-s
recent-l ar icles qui a fait
neunsation done dans le
domnaine du sport l'impro-
visat'on est tries mauvaise.


Mainstenant, les jeux sont
fails. Le Mecxique faibant
parties des 16 grands du
foot-ball, va r:pr6eenter laI
zaue Centre Amerique et
Carad.e en 1978 en Argen-
t ne. Mon chcr Directeur.
estimable coaifrere, nous
cont-latons cs jours-ci que
tous les yeux sont fixes .)ur
la Formation Mexicaine qui
e.st la mieux prepare d'a-
pr;s les reoultals du Chain
p o-mat de la CONCACAF
qui out eu 1 eu au Mexi-
que.

Je -ouhatie done ardnmi-
ment voir cette formidable
formation Mexica-ne arri-
ver au quart de finale de
ait Coupe du Monde de Foot-
liall tn Arg ntin, en 1978
- rcuord janmais atteint par
(Iucune equipe qualify ee jus
(lqu ita present pour la zone
Centre Amnerique el Caraibe.
S-cevz Ml. ,le Directeur
elt c- nioable confrer.- mes
alutations.
SMax SAINT PHARI)
Directeur (La Tr.bune de'
JTun-s) ,

Uemerciekents
lM] is "ur et Madanm Ed
ir ViL ix, leur, infants :
Fr' nck Viiux it son ep)oux
Sh'rl y Brown Joe lynec
Vieux-Sylvain et son epoux
Hu vt 1 S i`V Mnrit.-Dnii
















Aieustin William
(7icc.U)
1 I i re lpri l L i- .i .
\ i ui ell .Iut a -nii. ren',
p. .l p ineI 1. dete-- d. -i
Ai.ui tin Iill.ani 7 cou
F. i.i i peni ble cirni.'
i..II,, I i n relp e C Iti i
Le N .' elli-i precil. I1
leur, i.er. e'i ndoleanc -
.a n i-pou-E Mm lia uu
.1 ;-.11 I i n L, -l. -
l u, i\t -. iii nee (dl1-l,-n
Prr i.'rd- e Pnilant- ,: t
cl Sinui Ji-Rob r Ii' .i -
A., nle Fra c, a i, %1 1.1m1
ei i.inille iM Lr Dr eti irn l
Rul\ Dilpii.,it Mine nie
M Ie rirtih Willi,nm MI Pier
re ,i, hard \% ill na 11 M I ,
M id iu i r l.iude 1 i I -
I i i 1 L mil e i 11
A line lds d H i i.in el 11
1111 lM el .i lMnie rin
\ illi.n d i nmill..Al M ,t
illne (roniran Ri i -ru .rer ';ee
I nn \\ ill Iam -e I rer -
e -ocijr iMm .1 ,-eplh Bu-
i.ai nlef- 11lg' ll iarn M
et Mne- D.-inU. tie PrnlieCri
line eni-e i- ill minn t la-
inllle iM at ilMme \,-ner
Dora'.nu, lle el fm.inill : .7
brile-iiier Mnie V\,. Mare
E Perir.,rd a aMIle oYtaonn-
St .o \% I Iamin Pcricord
Pr.'_-,,n ri Tou.-.-a t I aflanid
Rivicre H-,carih Kolp;a; crsi
c..u 'i'. t couc'inc 'i in 7 Inus
le. naulre- parent. et ialli-
aff t tr- pir (e dpuit
Les funer'i'll'. de M S.l
-uctin William Zic.u, -.
rin i ilh ntef s le S;ina'i|i i
O t< 77 Ih P 1 M en I I Fil t e
ie Diec de la Prrnhl, ie
C Ir die i'E po.'li n iB iten-
t is:, -rei L -e i inn -i I .ii i
n 1.1 dilt 1 :l: e .in I e :' i
-*tnomi ,P [ ra det '? I lP|r"s
p M I'ti- iri'' ,1l iitnie ri-l a
n- i ri p.ir ia Ilirln'rc pr.n
cipal"


Cours de Dessin

l.e clur' d.i d ,ssi, pour
adults et enf-ints debule -
rnnl in Octobrec
Pour les inscriptlons et de
plus amples informations
Tblephonez a C. GIBOU CAR-
RIE 6-2616


vent y aboutir et s'enlisent
en route.
Nos abonn6s nous iradui-
sent leur courroux de voir
des tourists ments nsur des
brouettes, qui les portent ia
travers ces rues boucuses
pour fixer en des photos 1'e
tat pitoyable du quarter
commercial le plus actif de
natre Capitalc quand on
fait des reproches i ces
brouettiers, ils repondent


Remerciements

Les families Carl Lara -
que, Alexandre, Cel -
tin, .Serge Lebrun, Veuve
Clarence Gaetjen-, Rigaud
et Chassaing rcmercientr
b.en sincrement Son Excel
lQnce Mon ieur 'Emmanuel
Bros, Secretaire d ELat des
Finances ct des Affa res eco
nominjies, Mcss'eurs les
ch fs di .erv ces et les em
ployes de ron Depari -
rienit Monsieur Andre Du -
be Dire, tr,'r de la Lol.er'-
d' lEtaL Haitian, Messieurs
Fr tz L.i- sen et Mi 's ours
Fritz V;ala. le: nombri nx a
mis quit lur oni doniie le
temnoignag, d- 1 ti ur snipa
thle a l'occasici du decis
de leur regretiee M;ilanic
Simone Rgaud (ni vee ia
leur affection l 14 Octobre,
1977 el, les pr enti d cro r
a 1 ur prolonde gralt'ud-.
Une in'ssp d pI)risi, de
deui'l sera' cl cbre t c 1' sum
di 12 Novembre a 6 hres 30
A M l Ia C'i nrlle priveo'
dc Froro a h 'iiimpassL' la -
valid. l.a pre6entl.e- annonct"
tient l'cu d'invitation


Remerciements

frofondemnent touches des
marques dt symptllhj qu'on
I cur a h. l f ,Iimli-' t_- I" .
,imll ide I: ni I ( I. I 'mr re-
rPl itle I. I\In- |. lis'r' -
I v1- a leiur af e.(l ,0i Iv it-
in lil 4-h ( l ii rl. ,.l'rlli
It e ll'fan le i p in el
Sll e, prii'i lou, I'v ii\ wit
e ,lin a,-l. i t I I Ir pI -
nT di' e rilre aI leur si\ r i
rittd,
II retiii (r I,l i p.ir -
(uller nieni la rri ']iiii It
Per .,1111 I l le i liiiii '' I
ii i.nre t 4 t .in lm u-' l t i" U ,i,,
%e.i ( ,' li 'I F B rd I.i 1 r I
'an l per-. lcl e! 1 -
Itr .ie I cIcle d I RIpll
ib qur du \ iniurl 1- i .in i
q.14 Ie l- '.nlmbrPuX\ a'1I. d
Porl-.iu- ['rim.e dc 1 .1 pr -
\.I1u. el die I leiur oni d."uII' d n.ir.inLje-
d e inile


Remerciementa

MI '1:,i C.ini e ,t I .n llc
11 le Dr. Ki tau.ii -4..:in.e
inme et lamiiill-. I '.crI--
noec CIhrle St-Flcur Msime
v. e.nfan,'iit I Mn.Le .In-
17iuiid. R1 hard el cjiiia-
5M ei Mine llenri-4 I iunde
<,".l;e M Li.'nel 0 *Ite ,i
-in ep u(-, Mill elm qnold ll
( nr.ird C.iil-e Mniie I c'.-' -
Calorte Lamena Cian'l
Mline ,l l nli.e 11Maln, ier
1Mme L V- inima.li u'I% M1 ine
Fred .In-i.ihar M i
Mlie Vard Inllint 'ent .I' -i-
l. II- MM FRene l-:io.en.l
ti Lallier (' Ph'lren.lu\ I
eiil.1 l- pr- n ifnn .eme t l-ii -
che. ds iimarque de \ mpj
'hie qu'il T noli' recu i
.ro -M..rue die. l:cal re.-
ifnirunnanile der Ci.'iiis--
de la Capiel1 ,I de I cira
ger i- I'nmit i-n i du dere
de ill Ldouard Canme cro-i
mer3anl cenlete a lelur al-
leli..ni le 9 Ocloi-br rcoi-
ranil r nimereiint le Deintle
de Crom-i-rnue Ie Prelct
iI Goniaives la IItidio
Trnsiii-,rtihb. nile I llai o,,
a a-. a n (;IinuliS eC le
D.r- iltur du Tre-...r. M.
rr.fi ILar-nni le Per I:cniel
id I,1 D'r' tion dul pie-
iment le 'Per "niiu I de I;i
B.inniu Rosale du C:i:nda ,
l.i Maiiin Big n i." Cu If
Dr R-,ger Fil -.-Al'e ei in-
null'-. tous les ,ini- polur
.r temrigi.iages d'es'imne ci
icur expr ment leur sise
r-'coniiai- ance


A vendre

A VrNDRE CHIIARClTERIE
Une charcuterie important
te e.t mine en vente S'adres
ser au Secrltariat du jour -
nal Rue du Centre No. 212


La Croix des Bossales se plain
(suite, de la 16re page)


Le vannier a
Carrefour-feuille
Ruelle Bredit

Les hab:tants de la ruel-
l? Bredit prient Le Nouvel
listed de bien vouloir atti-
rer attention de la CAMEP
du valenier appeal 'T-Son
pourqu'il ouvre la vanne 1,
soir pour pernmteltre aux
gnsa qui ont des reservoirs
de pouvoir bien T'es remplir.
Quand "1 la done le ma
tin elle n'a pas aisez de
fornc pour monter' i, assu-
rer la distribution dans tou
tes les maisons.


GRAND ORIENT D'HAITI

AVIS

Le Grand Orient d'Haiti
invite las dignitaires des Lo
ges et tous les membrez, de
la Fraternity au Rite FIFun6
rare qu'.l organise en son
Grand ,Temple de la Rue
du Magasin de I'Etat, & ept
he-ures du soir, le vendredi
28 du courant, a 'occasion
do la reprise, des Iravaux
annuels du Grand Conseil.
I1 compete su5 la precieu-
se presence des uns at des
autres.
LE GRAND ORIENT ,


PAGE 8


-


qu'ils ont gagne deux ou
trois dollars, si nous les
leur aurons donnes.
Ce qui suscite le plus 1'in
dignation des gens de la
Croix des Bossales Bossaes c'est que
leur zone soit laiss6 dans
cet 6tat abject, alors que
sont entrepris au Champ de
Mars des travaux de trans-
formation, qui auraient pu,
estiment ils non sans rai -
son, attendre mem cinq


Nos abonnes de Iad Croix-
des-Bossales nous soul -
gnent qu'il n'y a aucun p6-
r 1'en la debeum-o de la Pla
cc des HIros de l'Indlpen -
dance, tandis que la plaie
purulente et putride de la
Croix-des-Bossales compro-
met la santd de toute la po
pulation du secteur Nord -
Est d la capital et ternit
enormiement 1'mage de mar
que de Port-au-Prince au
moment oh Ile Gouverne -
ment du President Jean -
Claude Duvalier fait des ef
forts inouis pour promouvoir
le tourism et alors cin -
quante pour cent des tourism
tes viennent en Haiti par
des navires de croisiere.

Nos ibonnes pensent que
1'Adininistration Commu -
nale de Port-au-Prince et le
Department des Travaux
Publics devraient s'enten -
dre pour commencer d'ur -
gence, puisque les pluies
d'aulomne ont pratiquemeint
pris fin. le drainage de ce
quadrilatere infect de la
Croix des Bossales. Ainsi,
Ics caux alluviales et les
caux putrides pourraient s'6
cooler par des egouts enfin
cures noi agrandis, et ren-
tire sees les chaussees, en at
tendant leur rtfection.


-ww--jL.fi,.krdj=-,4 Liam Lhk


dLo NOTiVELISTP.


AVIS
En7 vue d'apporter certai-
nes am6lioratiMs sur Ie
system,. de distribution, 1'E;
lectricit4 d'Haiti informed
,,on aimable clientele que
le courant electrique sera
"nth,rrompu les Vendredi 28
et Samedi 29 Octobre 1977
d partir de 8 heures A.M.
dans les zones suivantns
Haut de [?|lmas Du
Morne ((Arty) a Pction-Vil
le Route de Frires- Mor
ne Hercule Peggy-Vill,
- Bcrthe Meyotte Rue
Rigand Rue Gregoire -
Rup Louverture Rue V 1-
late : De la rue Faubert .1
la Rue Magny.
Le courant electri.qu- se-
rn retabli sauf imprevus, a
11 heures A.M.
La Direction


D&fs de M.
Orfavius Auguste
Hier est decade en sa r6-
sidevcie aux Gonaives M. Oc
tav'rmn Auguste, arrier-,
granm'-pere de notre repor-
ter I erre Robert Augur.I.
En cette penible circons-
tance, Le NouvelList'? pre-
sententt s"i siinceres condo-
1;anioes aux parents et a-
miis 6prouvis par cr, deuil.
particul'rement a sa veuve,
it ses onIfanlls: M. Thony

Au.gou e, son spouse, sies en
fans, M. Hugues Auguste,
son 6ipouse, ses tnfantN, M.
Amion August, son spouse,
ces enfants, M. Alix Augus
te, MM. Herman, Albert Au
gu-te, Mm elelne Auguste.
Le funeraill"s du regret
(c defunct aurant lieu ult6
rieurement.


APPARTEMENT A LOUER
Centre Pet onv'lle : pisci
no. telephone rt television
App ler 2-4558 ou 7-2497


' *


3 EUDI 21 OCTOBRE 197;




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs