Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09907
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 25, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09907
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text














I u .Iplo L- h illi I uU ,
La connmmelui aatoll du
Trente Deuxteme Amnivtrsal
IC uO i U1,tlniadillOu uo ivNa
LoIt>-uIniLs rCinI,L aujour -
0 11lU aunour a un iienie
(lteall es polpulaUoLns ca leS
gouvt 'lrn-emitt>s acle l etaLt
1U11 sont repreasentes et
Coluillt lnas leas possibilities

Par son importance histo
rqu eL soui contiLuI p.lo-
oph qUe, CCtLC date Lu IL2i
OcLobre .'nmpos a 1 'atten-
L, coil lcLv' des pcupIls.
Elle ravive i c-OuvlitrC'l de
ctc glands hlonlines. Lous vi
slonnairtle eL baLt.as-ur,, da
ventr, qu au plus fort dis
uItt Ic cunetre la tyranny c,
ur it rtcaltit-r tin rcve de
grandeur consacre par la.
Conlerence de San Francis-
co qui lut donna .on caracle
l'rt insttitlonnc i.
Unre tLathe immense attend
da t Iles tondateurs de 1 0
NU : rcinvestir 1'liommnle de
sa dcignitc, releder les na -
tiots 'n iruncs, enga ger Ia
crleattOle l toral-t i t J tr'dlique
d'itne as-etmblec apple a
etablir la comprehend oll
Ittl' Ur, Ce nationlS.
En ma .qualiste d Pre -
nm.er Mandalaire d, ian na-
ton haiti, nne. il in 'st a
L gr'tbl ds'incour;pt t't les ef
iorts d'une o''10 cin' station ni ee
pouIr assurer it respect des
Droets itUnma n, t d 1 'Auto
Dirm inination d *s Peuntl
Extir'css:on'i i o n ide:il de
ju t'e i 1' 'it'llv e mond't;t-
S1i' a tl port, d(e :, F at-,
I'O'rgani':iation dc,' Nal ons-


NOUVEAU BII.LET
A propos de la
denomination
des rues

Purt-aui-Priltl c. It 2L Oc
19D.
ALI DI'crl 1 tui ill Noivttilittc
En s- Buni ',x.
M ulO ll u('l t ill i .I t l.
Duan.s 1 su' tiel.'o Ce Sapnt e
d, cQu Nuu\ll:-l 1il a ,'ie don
ne ipublicitle c n l ilst rsia
tit a la dCi'tom.nalion dt h
Irue, .de c oi[-au-Pr.hc,
Moll am; SALiES a ,soullI
.nl e av t rat t soti la j.tts lI'
d-I ptappo it on dis s ptaqU(tt
Indiiualit Iii nom d;i ,a d:v,'r-
E>cs vow'i dc commn cation
interi uri d( la Cap:tale. II
na tpas mnatiic enon pil,: dL

(voir suite page 6)t

Dzclaration
&-'exi(es
hicaragueexs
MEXICO. AFP, .
La i1!n de Ia dy1, a.-li(
des Stntioza ;iii N ('.r;icia
ol p orochie (it:' ; tItl'lll'm d -
mnlich a M'dixxo citn ex.' -
les N C'aragu ,yeV ils.

MMI OlmIar oMonlada, Agti
nor ciutt 'r' z. Rober*o IMc
Ewan. AlnmLidor cl A ponlo
Ven gas out declare a la
prcse que le Prc'sic dnt A
na'ta io Somoza don't la fa
mille gouverne 1, pa .'s de-
pu..S plus; d," t,;tranl c ans
Ist consc'cent de c-t Jan -
ger
I's ont soIlli-',a e qut c 'c
.d\ nas1 ,e, dcwu lt di .ara'-
tre t que et s membres qui
ont depui' de n 1mbr1eusis an
neei pie L nd les droits de
1'homtme devaenti itre cha
Nres.

It. ont accuse le general
Somoza o t sa fainlle d-
a'ire enlrclhi avpc It' londs
publ rs tiur imiprunts des
n tt Li I' s linanc:ero,,. du
N:cara-ua et di- Etat,-Un's.
Ii ont ajoute qm, le cne -
ral Somoza avait lait du
Nicatagua un dc pays l"s
plus pauvres '. Is pius en
drttes du moile
Pour sa palt. Io com t.C
mncxicain do silidatrit: avec
I prup](ie ( N carapiea a
Lance un app'1. po dienon-
cr les Io sas 't it ommtlt s
par SOmu.za c', s;' la;n ll,..


Ull.ca peut eugaldtle I ae-
wir avc conciance. C est
dans cette Foi partagee par
mon iLuvernement que je
saliue cec e inoubliable date
de la vie contamporaine.
Pu.sse cet anniversaire
nous un.r encore davantage,
Peuples du monde, dans la
fidtlite at l'Unrverscl et
nans la Paix g qui garai.ils-
sa t lts drotas de touo et de
chacun.
Jean-Claucr iDUVALIER
President a Vie de la Rdpu
bl que d'Haiti

Ce mato, au
Palais-8National

LE PRESIDENT
JEAN-CLAUDE DUVALIER
REMET LES CERTIFICATES
A LA lere. PROMOTION
DR1LA COMMISSION
ADMINISTRATIVE '

Ce mat n, a la salle des
Busles du Palais National
le President Jean-Claude
Duvatlier a remis les c-rti-
f'icats a la prermidre promo
I on des specialists en Or
ganisation "*t Mthodes. for
mis par la Commission Aa
miniltrative, durant une
period de 9 mo's. allant
de janvier a septembre 1977.
L's recipendiaires avaieni
pris place sur l'estrade bai
gnee par les lum eres de
quatre lusIres, "n faoe du
Pre idnt l)uvalier qui a-
vail it es toles, le Mi7tis-
tre se l'lnterieur M Aure6,
Iien C J>eanty. le Ch-f de
l'Elat-Major etc.. "ntre les
deux rangees de chaist.s oc
cupees par lc Cabinet Mi-
i~tlerie,. les officit lsq du
Gonv rnemeont le Porsid nt
d" la ( hantire .rg -lat.ivv.
Sli President di la C('ir de
Ci,'.ation. quelques Depu-
tes, c0"s memhbres du Corps
Diploiatti ique. des mem-
bres du flaul Etal-Major
des Fordles Armede. d'Hatti,
des parcetts "t la Pr, s5e
Sous la galerie, un peu a

tiu'te page 6)


Plus la -c. ence progr,'sse.
plus s evaniouit le reve du
scient>mc r'vc qu' pounrrait
S'xpin-r a'n.i : Hor la
cie nce. po nt de ver-te. .
Toil ut en nous appr'neant a
SWi" su' r cilF rIen le -i enI-
t sine qut dept;;.. des lustres
It mater aliste Eavc. pour
pltt1o ophie., 1 ha'tard et la
noc's- se. pret nd se ri'ser-


Da s Se ford,
!DPAI Eermerait-il
ses portes ?

Les organes du Cap et Ies
correspondants de press
dans la'metropole du Nord
tpousent un cri d'alarme au
sujet de la possibilile par
l'IDAI de mettre fin h ses ac
tivites dans le Nord.

.C'est ainsi que sous le ti
tre .L'IDAI fermerait-il ses
portes, Le Septcntrion ecrit:
0-

Une rumeur que I'on Ju -
geait ahsurde, done non-fan
dee, et qui laissait entendre
que l'IDAI s'en irait du
Nord apres liquidation de
tout Ce qu'il avait oh !
tres timidement jusqu'ici, il
est vrai amorce dans no
tre Departement, semble se
preciser et devenir bientot
une aberrante reality. Le
pretexte de cet abandon, d'a
pres ceux qui se jretendent
renseignes. serait que 1'Ins-
titut de Developpement Agri
cole eo Industriel n'aurait
P/ls rien a faire ici (Sic !)
depuis que le gouvernement

(,uite page 7) .


I ,


Message du President


ai vie de la Republique

A l'occasion du 24 Octobre 1977

date anniversaire de l'Organisatipn

des Nations Unies


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CIAUVET


Rue du Centre Ho. 1SU
Site Postale : 116 s T6Mphon'e I S-M11


"La notion de service public doit coincider avec celle


d'optimum &conomique" declare le Chef de l'Etat


Messieurs les Repr6sentants
des Puissances Amies,

Messieurs les Fonctionnaires
Internationaux,
Mes chers Compatriotes,

La Revolution Economi -
que, qui est l'objectif fooda
mental de mon gouverse -
mest, s'etend progressive -
ment a tous les secteurs de
lactivite national. 11 en
est resulted un elargissement
des Missions de 1'Etat, par
consequent, une adminnis -
trafion publique de pus en
plus complex, exigeant a
son tour une organisation
plus mtthodique et plus ri-
goureuse en vue de la meil
leure coord nation d-, 1'ef-
fort collectif. Telles ont
ete les considerations a la
base (de la creation de la
Commiission Administrative
qui, sous ma supervision di-
recte, est char!tee de modern
niser 1'Administration Pu -
blique en la dotant d'insti-
tutions capable de r6pon-
dre aux exigences du deve-
loppement economique et so
cial.

Inutile de vous dire le
plaisir que j'cprouve cn opar
ticipant .h cette premise de
certificates au premier grou-
Pe de sp6cialis/es en'Organi
station et Mlthodes, fornimes
sous l'egide de la Commis-
sion Administrative. Cc
course represent l'etape ini
tiale vers le perfectionne -
ment continue de l'Adminis-
tration Publique. Car vous.


les recipiendaires, avez ds-
sormais la delicate mission
d'analyser et de proposer
des measures de rationalisa -
tion administrative prep'a -
rant ainsi les micro-refor -
mes de chaque organisme de
1'Etat; il vous revient gale
ment de servir d'organes de
liaison et d'appui aux ma-
cro-reformes don't le Bu -
reau Central d'organisation
et methodes assurera la mi


se en oeuvre et la coordina-
tion. Vous aurez a contri -
buer a un meilleur rende-
ment des Bureaux ep con -
seillant a des fonctionnai-
res les modes d'organisa -
tion et les procedures sus-
ceptibles d'accroitre, d'une
maniere systematique et per
manente, 1'efficacite des or
ganes du secteur public. Vo
tre mission demand du
tact et de 1'h.abilete.


Nouvelles de 'Amerique


Latino


EQUATEUR : VIOLENTES
MANIFESTATIONS
D'ETUDIANTS APRES LA
TRAGEDIE GUAYAQUIL.
GUAYAQUIL

(EQUATEUR, (AFP)
De nouvelles manifest -
tions d'etudianl.s provoquees
par la tragedic de Guaya -
quil mercredi dernier, se
sont deroulees avee violen-
ce lundi t Guayaquil et a
Milagro, ville situee a 60
km. de la; a-t-on announce
lundi a Guayaquil,' le grand
Port de 1'Equateur.
0 -

SUCCES DU cOUIe MAIS
NOMBRE ELEVL DE
(NON) AU REFERENDUM
SUR LE NOUVEAU
TRAITE

PANAMA. 4AFP)
Bien que tous les rtsultats
ne soient pas encore connus,
les eOUI> totalisent deja&
468.374 suffrages sur un to
tal de pres de 800.000 elec-
teurs, Inais les (NON) attei
gnent 228.700, chiffre inat-
tendu, au referendum orga-
nise Dimanchc sur le nou-
veau traits du Canal sign
entire les Etath-Unis et Pana
ma, a-t-on announce lundi.
Ces resultats ont surprise
les observateurs. qui ne s'at
tendaitnt pas a un chiffre
aussi eleven de bulletins ne-
gatifs. Les observateurs met
tent en avant plusieurs ex-
plications : opposition an
droit des Etats-Unis de de-
fendre le Canal en perma-
nence, opposition au main -
tien de bases militaires amt
ricaines dans le pays, oppo-
sition au depart de nom -
breux americains du Canal,
notamment de la part des
employes de la zone, et en-
fin opposition a la person-
ne et h la politique du Pre
sidefit Omar Torrijos.

O -

MIAMI. (AFP)
L'Union Sovictique conti-
nuera d'etre le principal
partenaire commercial de
Cuba meme si les changes
aves les Etats-Unis repren-
nent, a dtclart lundi le Mi
nistre cubain du commerce,
Monsieur Marcelo Fernan -
dez, dans une allocation dif
fusee par Radio Havane et
captee e Miami.
O -

VISITE D'UN GROUP
D'HOMMES D'AFFAIRES

LA IIAVANE, (AFP)
AMERICAINS A CUBA
Un group d'hommes d'af-
faires et de chefs d'entrepri
ses americains repr6sentant
quelque 35 fires de l'Etat


du Massachussets est arrive
lundi apres-midi a la Hava
ne pour une visit privee de
cinq jours.
Ce group le troisieme
qui sejourne a Cuba depuis
le mois d'Avril dernier -
est conduit par Monsieur
Thomans P. O'Neill, vice-gou
verneur de l'Elat du Massa
chussets
-0-

LA VISIT EN FRANCE DU
SECRETAIRE GENERAL
DE L'OEA

PARIS, (AFP)
la France continuera at
soutenir sans restriction 1'or
ganisation des Etats ameri-
cains (OEA), a declare lun
di le President Valery Gis-
card d'Estaing au Secretai-
re general de cette organisa.
tion, Monsieur Alejandro Or
fila, en visit officielle fa Pa
ris.
Monsieur Orfila s'est mon
tre satisfait a 1'issue de cet
entretien de 50 minutes a
vec le President francais, an
Scours duquel il a pu consta
ter un interdt accru de la
France pour 1'Amerique La-
tine.


Je souhaite vivement que
vous reussissiez cette entre-
prise avec 1'appui constant
de vos chefs hierarchiques,
je nomme les Secretaires
d'Etat et les Directeurs Ge-
neraux des Organismes au-
tonomes. li y va de 1'avenir
de la Revolution Economi -
que qui postule la mise en
place de structures adminis
tratives en measure de repon
dre avec efficacite aux nou
velles missions de 1'Etat.


Le processes de democrat
station amorce par le Gou-
vwrnoment de la Republi-
que se pursuit, a la gran
de satisfaction de tous les
secteurs de la .vie nationa-
le. Au course de ce mois,
u n d e ces secteurs a
(u at prendre position con
tre un certain ordre de
chose, a clever la voix et
a fair valoir certain de
leurs droits.
On a arsiste par example
t une manifestation des
chaufleurs faisant le tra-
fic Port-au-Prince Pet'on
Ville. Recemment, c'etait
les ouvriers ,de la Hasco
qui gagnaie les rues
pour protest centre la mi
se en place de leur direc-
tion syndical ..
Au debu 0ae c proces-
sus de a-ttion, ces
faitst n'O s manque de
retehir 1'ate n des obser
vateurs et amener At des
considerations don't la jus-
tesse ne peut que garantir l'a
venir de cette democrat'e
quant a la maniere et
quant aux fondements 1'e-
gaux. adminitratifs La de-
mocratie suppose d'abord
1- dialogue entree les sec-
teurs concerned et les orga


Henock Trouillot


Dramaturge

ou une nouvelle conception du

Theatre en Haiti
Par Pierre Robert AUGUSTE


Et, voilt Me. Henock
Trou llot, plus ancre dans
11n autre role 1;tteraire :
Me. lienock Trouillot ce
neLtt plus desormais seule-
m', nt le critique, l'hlstorien,
c est aus i. le dramaturge.
11 a ecrit uno, douzatne de
pieces dramatique, mais
dans un seul genre : la
traged'e. A ce sujet, il nous
a accord l'interview sul-
vante :
PRA.- Desormais. on ne
pout plus parler d& Me He
nock Trouillot comme histo
rien seulemeon, mais aussi
coneme dramaturge. Est-ce
que vous ne pouvez nous
parler do vous Me Henock
Troulot comme dramatur-
ge ?
HM.- Au d6but de ma car
rierc, c'est 10 theatre qui
('abord m'a intdresse. Je
voula's monster sur la plan
che pour rep r 6 -
s e n t e r des pieces.
Mais. au fond, pa n'avait
pas march C,'la m'a per-
mis quand mIme do m' exr-
cmr un peu J'sT vu common
prnof-sourt de diction ce frann
pais qui s'appelait Imb!'rt.


II est mort, il y a quel-
que temps. J'ai faiL du
Ineatre scolaire. Ma, Jee
comm -nc a fa re du thea
tre s u r la g r a n-
de s ce in e grace at
Gerard Resil qui avait re-
presente pour moi < en Afrique,. Cette piece a
eu des succds eclatants.
PRA.- Le dramaturge n'a-
t-il pas une technique per
sonne ?
HM.- C'ect Vavale qui
l'a dit : sil y a au fond u-
nc dizaine de trucks dans
le Theatre don't aucun au
leur nc p1ut se passer. Na
turellement, il y a des au
tours qui ont voulu etre o-
riginaux, et qui ont ecrit
des pieces ou ils ont n6gli
ge ses regles. Au point de
vue dramatique j'ai une
conception du theatre qui
n'est pas celle que 1'on a
ord'nairem'nt. Je crois u'il
peut exist'r une tragtdde
ha'tienne. Par trag6die hai-
tirnne, je veux dire une
pi@ce qui resemble ou qui
se rapproche des tragedies

(voir suite pag-o 2)


Tel est l'objectif
tiel de la Codrimis
ministrative qui de
ler 1'etablissemeo
ticulations horizon
coordination entire
trations situ6es au
veau hierarchique,
ticulations vertic
contr6le entire adm
tions centrales et
ou d'integration en

(voir suite p


ver le droll d": gcrtr lI ve
r'tes fonilm1ltla-les, les
stule. verltes uites Or, voi
Ci quiune inetalnul pose
troc cur!t use ut product aut
jour -0ul. car la plus com-
plet' ddelhte aux po.tulats
d-s asants d'n er a conduit
hls salvants d 'uuiourd hui a
son ir de.s po-tulats cxac-
tement contrair s- On y re
v endra certaonement pius
Io n.- Un ki t d-mi ur or
c st que d, i no jours, il est
de plus en plu< dtffic le de
trouvtr un physic'n dogma
t' ise. Pour en trotiver. 11
'faut le cho'sIr Irbs v'eux,

ou bii n Ires gniolant.
A la dtirniere page du 1heb
donadaire : France Catho
ique Eccles:a>, du 25 juin
1976, Aime M'chel, par ant
dans sa Chron que -c,.nt li
que de l'impa5se ou se trou
ve la physique moderne,
ecrtt coci : ,Une ralton que
j at ent.ndue sous divers for
nes dan les propose do plu
sieurs savants, eux aussi
phys C;ens est qu'il y a a la
base de la phy. ique Iqui sup
porte touts les autres scien
ces un> erreur fondamenta
le et indecelable du genre
de celle qui provoqua la
mort de la science ant'que.
La science antique est mor
te d'avoir cru qu'on pou -
vait atteindre la verite en
la deduisant logiquement
de princ'pes firs. Ce qu' en
effect parait parfaitement
,oai n, aunnd on ignor- aue
'cotts 6vd'dence est un p'ege
ot le dernier it se perdrc futo
Dcnare ', Pour en l orlir il
fallait ddcouvrir une autre

(suite page' 5)


MARDI 25 OCTOBRE 1977
No. 30.650

|82EME ANNEb










PONDB E 1811 : LBPLUS ANCIENT QUOTIDIAN D'BAITI MNMBBB DB L'ABBOCIATION INTEIBNATIONALE DE PRESS .


essen -
sion Ad-
evra veil
nt des ar
tales de


adminis-,
.mlme ni
et des ar
ales de
ninistra -
locales,
itre sec -

page 3)


n i s m e s. d' E t t a
mn m e d e r e g 1 e r
certain problems d'admi-
nistration certains con-
flits) qui relevent thtori-
quement de leur compete
ce. Reccmment. on a vu
les ouvriers de la Hasco
gagner les rues et as diri-
g.r vero le Pat'a tional
parce que, disent-ils, ils
n'etaient pas satisfaits de
:a du Departe-
mnent du travail et des Af
faires ociales.
Pour un oui, ou pour un
non, les gens ont tendance
a gagner les rues et a se
d riger au Champ de Mars.
Ce qui a pour effet de
career un cinmat de desor-
dre, de pagaille, pcu pro-
pice a revolution de la de
mocratie naissante. qui
a n'en point douter devra
ltre service, pour porter les
fruits escompt.', par une
discipline gale strict
dans le deroulement de
administration, la solu-
tion des problems et de
tout accroc dans le sy te-
me socio-economico-politi-
que. L',nteret bieon comprise
des ouvrier:, la necessity du
developpement economique
dans un climaefavorable a
la fois QouT-T rsravailleurs
et l-s jnviesslseurs, deman
dent cc respect des voices 1C
gales.


Au lieu d'avoir plusieurs
ruelles et ne savoir laquelle
est prioritaire, on a envisa-
"ge de percer, dans 1'aire du
Champ de Mars (zone an-
ciennes tribunes), trois rues
principals qui se rencon-
trent a 1'Avenue Magloire
Ambroise.


lo) L une, la prnc.pale
sorra e a ae e a a toanore
tn traversant tout drolt 1'A
venue Magloire Ambroise
pour aboutir a la Rue Ca-
pois (zone Rex TAeatre).
Cottlc re, large comme celle
di. bi4ntenaire aura 9m.50
de chaque cote de la terre
plein central; de plus, tout
prts du parc des enfaits en
sortant du c6tt du Musoe
dart, on amenagera un par
king de 5 m. Alors on aura
la posslbilite dans spacee
restante du cote du parc ou
bien de ,l'agrantoir ou bien
d'amenager un jardin pour
embellir la zone. Ce qui ke
fera, n6us a-t-on assure, du
cote de la Place Petion. *
2o) L'autre percement de'
la route sortira de la Place
des Heros pour fire angle
avec 1'Avenue M. Ambroise
en passant devant la Facul
te d'Ethnologie.

3o) Ui troisiieme perce-
ment de la route se fera
derriere le pare des enfants
(devant les Pompiers) pour
deboucher tout droit sur I'A
venue Magloire Ambroise.
Ces trois percees serviront
Bans doute a faciliter la cir
uilation dans cette zone du
Champ de Mare tres fr6quen
tde. Toutefois, on est a Se
demander, pour faciliter en
core plus la circulation dans
c-tte zone si l'on va faire de
la Rue fit Honore, bloc rue
Oswald Durand Avenue
Magloire Ambroise, sens uni
que en montant et se servir
de la route qui passe derrit
re les casernes (Bureau
d'Ethnologiel pour descen--
dre ?
Les travaux du'Champ de
Mars. places sous al super-
vision de I'Ing6nieur Badio,
nous a-t-on laiss6 entendre
prndront fin avant le 18
novembre procha'n.


Les lilas de la Place Ste Anne


en subissent les
La fievre odinguec se re-
pand, ces jours-ci, dans des
familIes come une maun -
vaise epidemic. Elle est de
venue, par ainsi. la preoccu
nation de Monsieur tout
le monde. Mais chacun rea
git devant cette mauvaise
fiivre a sa maniere.
Pour certhins, ils vont vi-
te consulter un medecin
pour ne pas se laisser avoir
par cette meuvaise fievre.
D'autres, la grande majori-
te, s'adressent a la nature
aux vertus des feuilles.
A ce compete, les feuilles
des plants de tLilasc qui
environment la place St. An


centre coups
ne, sont prises par branches
i tout moment pour fair
des infusions; et la malice
populaire croit fermement
en la vertu de cette feuille;
cette croyance, at bon es-
cient, est toutefois fondee
puisque certaines personnel
arrivent at se defaire de cet
te mauvaise fievre gracid'
cette feuille... amiraculeu-
ses

Come disait le diction
populaire (Fleur sirop pa
jan lan bouqui, min kou sai
son gro rhum, tofitt moun
deye li). C'est le cas de le
dire pour la feuille de lilas.


L'attentat d'Abou Dhabi


BEYROUTH (AFP)
M. Seif Ghabache, Secre-
taire d'Etat aux Affaires EN-
trangeres de I'Etat des Emi
r..eii Arab..s Unis (EEAU),
est mort mardi martin apres
avoWr ett blessed grievement
dans un attentat perpetr6 at
I'Adroport d'Abou Dhabi
centre M. Abdel Halim Khad
dam. Ministre syrien des Af
faires Etrangdres.

M. Khaddam qui s'appro-
tait quitter Abou Dhabi


pour Qatar, n'a pas ett tou-
che.
M. Ghobache. qui 6tait en
tre dans le Gouvernement
en Decembre 1973, a reopi,
selon les milieux proches
.des autoritts, trois balles
qui 'ont atteint au venture,
a 1'6paule et au bras. Aussi-
tot hospitalise, il est ddce
dc quelques instants plus
tard.
Les stations de radiodiffu

(suite page 7)


CLUB SODA


TONIC WATER


Schweppes Fait la Difference


BITTER LEMON


GINGER ALE


wz .s.>


Les travaux !u
Champ de Mars

Deputs pres d'un mois ont
debate. dans l'aire de ce
qu'tl est convenu d'appeler
les tribunes du Champ de
Mars, les travaux de perce-
mint de rues sous la super-
vision du genie municipal.
4 ce sujeit, les proprietai
res de vollure, les chauf-
feurs de taxi, meme les pas
sants-ne cessalent de s'inter
roger sur la finality de ces
travaux. Certains, l'imagina 1
tion aidant, Taissaient en-
tendre bien de choses...
Mais, renseignements pris,
on nous a signaled les faults
suivants :


Democratisation,

et manifestations


Le Scientisme aux abois

Par Pr Oc DORISMOND


----


6






FAGE I ~LE NOUVELLII~TE, MARDI 25 OCTOBRE 1977


Dramaturge Henock Trouillot


ETABLISSEMENTS



RAYMOND FLAMBERT


INYL-ACRYLIC


LATEX WALL PAINT


a
d


T


C


'Sulte de la Ia.re page)

anie -nuis ju.qr'au 17e i8e-
cle. Mals, en Haiti, pour
cr6er cette tr.ePd:e, 11 fau
dra d'abord qu'qn exploit
le Folklore ou bien i'His-
toire nat'onale. Avec. cela,
on peut- trouver des sujets
tragiques.
.PRA.- Quels pourraient Etre
les autres caracteres de cat
te trag6die ?

HM.- Cette tragedie, avec
le Folklore et les sujets
folkloriques etc. comporte-
rait det: chants et m6me dc
la damEe folklorique. Les
sujets folklo ikue donnspt
ase',z de liberty Aun auteur.
PRA.- Dans quelle measure
peut-on dire 4e H6nocck
Troulllot que votre th6etre
est un theAtre engage ?
HM.- C'est un theatre trls
engage certainemtnt. Ct
(ngagement sort d un fond
doctr nal.. Si, par example,
on lit Sang du Pont Rouge,, on
doit comprendre que je don
ne un sens t,r6 de 1 histoi
re a la mort de Dessal-
nes.

PRA. C'est-a-dire...
H M.- Ce sens, c'est qu. le
people ha .tiei est rest 'a-
pathique lors de la mort
de Dessalines. Les grands
hommes de l'6poque, c-A-d,
les homes qui sont places
au premier plan n'ont rien
compris b la doctrine dessa
linienne parcE, que cette doc
tr.ne est absolumnnt sam-
ple. C'6tait comme une
sorte de d, tense national.
Et, Dassalines voulait creer
une civilisat;on de m~me
que Christophe qui rappela
&f les grandes civilisations ne


gres de a'Antiqu te. Mais la
-1 plupart des 'hommes de
Dr. Rodolphe Malebranche a ades nomn s cde

PRA.- En suivant vos di-
DE LA FACULTE DE MEDICINE DE STRASBOURG ver.cs reponses, j'ai pu voir
Mk qu'il doit y avoir dans la
Ancien Interne (Resident), nomme sur Concours, qtragede s hae onevtelle
-e fond histor:que, DanW qu l
des H6Bptaufx de la Region Sanitaire de Strasbourg mnesure, vous pouve z fa-
S-- e .voir que votre oeuvre
Diplom6-de MEDECINE SPORTIVE dranjL.:u en tent comp
Ste ?

Dipl6me de MEDECINE TROPICALE HM.- Par exemple, dans
/ a
qui a etc publ ae, j'ai mis
Specialiste de MEDECINE INTERNE ET DIPLOME R come sous-ttretragdie
afrlcaine. Dans D'ETUDES SPECIALS DE CARDIOLOGIE ou le Sang du Pont Roug2>>,
je pourrais mettre comme
sous-titre tragedie haitien-
innonce louverture a partir du mercredi 26 Octobre, ne. Cela veut dire que j'ai
Schoisi un aspect dramati-
qu?, ou plutbt tragique de
le son Cabinet de consultation site a la Polyclinique l'histo're national. Comn-
me, par example, j'ai choisi
du Chemin des Dalles o un aspect trag'que de l'HSs
toire contemporaine de 1'A-
frique av-c .< Lunumba, cat
Adresse : Polyclinique du Chemin des 'Dalles, te Lumare>. Dans S gance du Mapous. J'ai Pssayn"
39 Cheemin des Dalles, Port-au-Prince de mettre en relief certai-
nos croyances populaires.
IS,'agit d'un homme qui
telephones : 2-3328 Cliniques 7-0279 Risidence a achelt une vaste propril
S te. II est agronome. I1 a
I fat des Itudes I Paris. I1
ONSULTATIONS : croit devoir abattre des ar
bres. Et 1'un des arbres
0u'il abatt't htait cen 6-
Tous les jours de 7 h 30 a 11 h A.M. et tre le 1 ieu dee -
0 traite d e s oi s. Sa
parti de 4 h P.M., femme a protest Mais.
S pati de 4 h P.M. dans cette piece, ce n'est
p, as pas le mystere ou le
Samedi apres midi except. loa qui a tu6 I'homme. II
a 6t6 tue plutot nar ra bel
- -, .-- -1---A- -;--.. ..


le mbre qui a 4td effraybe


de ce que cet home a pu e
abattre larbre 'centcnaire
qu, efalt la reiralte de-a
dieux.
PRA.-. Dans le cadre d'Ln-
,ragtd e haltienne, com-
mint reall.er 1'equillbre en
tre 1'estht!tque pure, le
fond dramatique, et "le
fond historique, autrement
dit, la v6rite dramatique
et la v6rit6 historique ?
HM.- Je me su.s toujours
pose cette question. iMaisC
vous save que, lorsque j ai
vu ses jeunes Sens du Con
scrvatoire Arountino com-
nmenc-r a interpreter ma
piece j'ai yu que la pi6ce
ava.t un tout autre visage.

C'e t--dire que j ai reuni
les curditi,:ri, don't vous
parlop dans la r6daci'or,
de Deesalin, o0u S a n g
au Point Rouge. Au point
de vue einel que. il n'est
pas dc doute-, j'ai fait quel
que chose. Je dois le dire
sans fausse modestie. La
piece a une trls bonne
construction. Et, j'ai respec
te la psychologies des per-
ronnagxs. D'aifleurs, c'est
ce qui a fait la verite des
scenes. Les scenes avaient
ete tres varies, parce que
j'ai suivi de prls ce que
nous pouvons appelar la
rlalit6 historique.

PRA.- Votre carrire de dra
mature se poursu:t-elle.
ou est-elle :sa fin ?
HM.- Au fond, j'ai pres d'u
ne douzaine de pieces que
j'ai red goes, et qui sont
dans mej tiroirs. J'en ai pu
blie tro's, Dessalines ou le
Sang du Pont Rouge, Lu-
numba cette Lumiere, la
vengeance du Mapou. Ge-
rard Resil a represented a
1'Institut Francais eRetour
en Afr:que. Mais. j'ai bien
d'autres pieces. D'a'lleurs
je me demand sat la pro-
chalne representation de
ma p 1ce ne sera pas A-
caau le Brigand.

PRA- Cette piece, en
gro, c'est quoi.
HM.- Eh, bien, c'est le dra
men d'Acaau qui a ete 6tall
pour la sclne. Naturelle-
ment vous savez qu'Acaau
a eu des idee's assez avan-
cbes. C'etait pour moi une
man'ere d'exprimer certai-
nes de me5 idles au sujet
de 1'ipoque, c-a-d're 1'epo
que cde Petion, de Boyer.

Done, je crois que cette pi&
ce est essentiellemEnt doc-
trinale san's qu'il y ait 1'in
tervention per-onnelle de
1'auteur. J'ai cho'si des per
sonnag''s qui ont exprime
leurs idees. Naturellement .
des personnages qui ont ex
pr'me des idles qui rersem
blent, aux miennes, j'ai don
ne plus de force a leur lan
gage, parfois plus de violent
ce.

PRA.- N'y-at-il pas une
difference nette entire vo-
tre conception du Thiatre


A vende
1) Proprilt&s. 50 x 100
4 Carrefoqr (Mon Repos)
1 2) Propri6tes 50 x 100
et autres i Delmas
3) Propriutes pour Fac
tory zone industrielle
Pour renseignements
sonnez le 6-0663 -
3110


et la conception convention
nelle du theatre?
AHT en Halt;, tres certain
ment cest la comedie
qui prime. 11 e-t rare que
des auteur:, surtout contend
porains, aienI ecrlt des dra
mes Dans Ile pass, nous
avons trouv6 I(par example
leas drames de Liautaud E-
thdart et d'autres auteurs.
Mais. dans 1'6poque contemi
poraine, c'est surtout la tra
gedie qui pr'me. Et je
cro's que le public pr6fere
la comldie 6' la trag6die.
Je crois aussi qu'll est pos
sible de fatrea l'ducat'on
du public.

PRA.- uel e:t. a votre a-
vis, le role que pourraient
jouer vos oeuvres dramat'-
ques dans l'volution du
theatre haitien ?
HM1.- Je suis tellement oc
cupd a d'autres genres que
je ne peux pas comptEr sur
mon theatre pour laire Ivo
luer dans un certain sens
le theAtre en general. Mais
alors, come j'ai rencon-
tre un metteur en scene
trls act'f, tres dynamique
et tres devoue. II s'appelle
Buez Ileb6rice. Je croit
qu'on fera sOuvent des re-
presentations de mes pie-
ces sur la scane.
PRA:- Comptez-vous parcoe
rir les villes de province
avec vos pieces ?
HM.- Cela depend. Pou.
Des allies ou Ile Sang di
Pont Rouge, nous ovons at
nMoins 26 acteurs. Alle
en province avec 26 acteurs
je cro's que ga coufte quel
que chose.

PRA.- Avez-vou une con-
cept'on du TheaIre actuel
en Haiti ?

HM.- J'ai d't con ep
ton : c'est ia i-i un
tragedies hai ti

PRA.- Plus pri Iment qu
pen ez-vous du theatre ac
tuel haitien ?

HM.- Je ne pcux pas you
dire d une maniere certa
ne ma conception du the
tre actucllement en Haiti
en ce sens que je n'ai pa
assisted a toutes les piece
qui ont 6te repre entrees. I
y a bien des auteurs don
j'gnore le nom. I1 y en
d'autres don't je connais 1
nom, mais don't je ne con
nals pas les pieces. S', u
jour, il m'arrive d'ecrir
sur le th, tre national, c
sera tr&s difficile puirqu'e:
general les auteurs ne pu
blient pas leurs oeuvres.

PRA.- Dans quelles perspe
t ves faut-il corner vo- oe
vres dramatiques. Dans le
perspectives de 1'indigenis-
me, ou du sp'ral'sme ?
HM.- Je ne comprends pa
encore ce qu'on appelle 1
sp ralisme. Mais alors, j
crois que 1'indigunisme n
doit pas mourir. Pour qu'u
auteur, iomancier, drama
turge, pote so t vraimen
original. je crois qu'il li
faut une dose d'indigeni:m
dans son oeuvre. Mon th6
tre est essentiellement ir
di'gniste ou historique.

PRA.- Vous venlez de parlt
de l'indigenisme. Est-(
que, d'aprls vcus, Me. Ht
nock TIouillot il n'y a pi
quelque chose qui dolt etI
change dans l'ingenism
du moins pour ce qui cc
cerne le theatre tel qi
vous le concevez ?
HM.- Notez bien que, lo1
qu'on parole d'indigenisrr
en Haiti oin croit devoir
int6grer les sujets vaudoue
ques. Ma's, 1'indig6nisme e:
plus vaste que cela. Ii
a tell conception haitier
ne qui,exploitbe au thed
tre. ou dans le roman, pet
comporter une marque d'i
digen'sme. Done, 1'indigln
me est plus vast qu'on n
le dit ordinairement.
PRA.- Si vous Ites invite
representer une autocritiqu
de votre oeuvre Dessaline:
ou le Sang du Pont Roug(
quelle sera votre rlponse

HM.- I1I est tres tot pou
moi de presenter une aut
critique. D'ailleairs, en 6ca
vant une oeuvre, on doi
toujours faire 'son autocrit
que dcs 1'abord.
PRA.- Et, en assistant
1'interprltation de votre pi
ce Dersalines ou le Sani
du Pont Rouge, quelles on
6t6 vos impressions ?
HM.- II faut dire qu
qu'on a commence les ripi
tttions certaines ripart e
des acteurs qul ont du to
lent qnt etonn6. Je ne crot


pieces content: Il y a cer-
talnea ide-s ,'olentes de l'e
poque que le ni croyait pal'
avoir falt cxpr-rin.r par lei
per:onnages avec autaint de
violence, avcc ai.tant. e pre
cs'on0,,ou avec autant de
fqtce.
'.-PRA. A quel dramatur-
ge halLri ou stranger vous
p.ouvez vous compare, Me..
Ienock Trouillot ?

HM. Je ne crois pas.
En ce sens que j'ai choisi'
dEs sujets a:sez originaUx.
Naturallement it y a u O.'t.
me de Massillon C. ,icou
sur Dessalines. Notez bien
que dans ce drame Coicou
s'est moqud de Decsalines Ia
cause de son amour de la
danse. Maes, pour moi, Des
salines est un personnage
plu3 slr'eux. Sa grandeur,
au po'nt de vue national,
est incontestable.

PRA Etant donn6 que
tout 6crrvain a des ambi .-
t'-ons, des cspfrances, qu4l-


les sont les votres, cher Me.
Henock Troulllot, en tant
que dramaturge.

HNM. E'n fait, 11 e-t tre9
dIfic'le de les aettemdre
c- ambitions. Ce sont dEs,
anmb tiorer, de jciunesse. Jer
Scroi: qui'un criva"n dolt Itre>
-: t rnari oinral. "
PRA.- Et, dans quelle,
measure vous .comptez 6trer
un ecr-vain international. a

HM.- Eh baen, il est tres,
difficile pu:sque dans ce pays,,
ii n'y a pas de maison d'6-,
dition. Notez b-en que j'ai
un ouvrage qui a tt6 accept
t6 par un 6diteur canadien,,
nie> I1 y a peut Itre deuxt
ans que ce livre a 6t6 accept:
t6. J'ai encore un livre qui.
sera impriml tres certaine-:
ment aux USA par des 6di-
teurs haitiens. C'rea le Se-i
crets du Vaudous
Propos recurill's par Pierre'
ROBERT AUGUSTE


Une fragance '
aussi captivanre REVELATION
que I'amour i

K \ F1V1 .S..r VOTRE

t]* ",ARFUM -
S.',. DECLASSE






./ ; AARFLIM' AAN EHIE.NY R
Ai_. 1 EJ


--- ---. pas a.Qir dit tout ce que la -


I








I-


-rrPFrrrrrr/rrrr~srrrrrrrrrr~-r/~-cr,~- ~_I2~'~lrr,~c,-~~--,,,,,,-.


..


;CCCC


ALE NOUVELLISTEP


PAGE I


MARDT 25 OCTOBRE 1977


J"-A


I







MARDI 25 OCTOBRE 1977



La lutte centre le terrorism
INTERNATIONAL CVCORE A L'ETAT DE VELLEITES


par Claudin, CANETTI
PARIS iAFIP)
Les trug..ques even 'ment.
ql'a vecu- iau our- dts der
niere, .eiiiinauie la R.F A.
't iot particulier I.. as.a1-
sinats d'un pilote de la
Lunfthansan et du aPatron
des Patrons) Ouest-Alle-
maaid, Hails-Martin Schle-
yer. out faith ressorti une
nouvelle fois la necessity
d'une action itternationale
concertee centre le terroris-
me.

Dans le monde enter, des
vo x s.e:soott elev6es pour
reclamer cette action : le
faith nest pas nouveau, ei
pourtant la lutte contre le
lt-Trorisme internatn ipnal
n'en est encore qu'au stade
des villeites, oi ltout an
mons des balbutiem.ents.
La mi'?e au point d'une
action concertee d 1'6chelon
mondial pose an effet de
nombreux problems d'or-
dre politique, juridique on
moral, dont les principaux
sont la definition du terro
rismei la sauvegarde du
droit d'asile, la diversity
des 1gislations penales na
tionales et le refuse de cer
ta:ns pays deI condamner
des actes perp6tr6s par on
au nom des mouvemeaits de
liberation national.
La preoccupation engen-
dree par le terrorism re-
monte bien au-dela des
spectaculaires actions des
v'ngt dernieres anines.
Dejia.fn 1937 a la suite
de 1'assassinat a Marseille,
en avril 1934, du Roi Ale-
xandre de Yougssl"ivie et
du Mini-tre Franca.s Bar-
thou la society des Na-
tions avait adopted deux con
vcnt.iois, 1'une pour la pre
vention et la repression du
terror sme, 'autre pour la
creation d'une Cour P nale
International. Ni l'un ni
1'autre dei ce text,,s ne
sont jamais entries en vi-
gueur, aucun pays (a 'ex-
ception de I'Indo pgur la
premiere convention) ne les
jyan ratifies.


La sague de deiourqe-
-'nis d'avion' dails le. s an
nee, 60 a conduit l'organi
action de I'aviat on civil
intlrnationale iOACI) a fa:
re adopter par des confer=n
ces internationales trois con
ventionS': la premiere a To
kio en 1963, sur la r6pres-
sion d e s :nfractions com
mises a board, la seconds &
la Haye en 1970, sur la r6-
pression de la capture illz-
cite d'aeronefs, enfin la
troisieme, Monitreal en
1971, sur la repression d'ac
tes illicites diriges 'contre
la security de 1'aviatipn ci
vile. Oes trois conventions
se sent egalement rdvdlies
inefficaces, d nombreux
pays don'tt Itsapays arabes
et Cuba), ayant refuse de
les signer.

Actuellement, .divers tra-
vaux sont en course, tant au
nivenu europeen qu'a celui
des N tions-Unies, pour ten
ter d'arriver a une legilla
tion international centre
le terrorism.

Le Conseil de 1'Europe a
adopted le 10 Novembre 1976
a Strasbourg une AConven-
tion Europ&ennes sur la r6
pres qui
a &te signee le 27 Janv-.r
1977 par les Ministres des
Affairs Etringeres de dix-
sept pays membres (l'Irlan
de et Malte s'etant abste-
nues).

Celte, conventSon rejette
la motivatan politique pour
les actes de terrorism
tqu'elle definite: actes da
pirateries aeriennes prises
d'otages, utlisation d'explo
sifs et d'armes a feu, atta-
ques armees centre des di
plomates., Elle prevoit lex
tradition des auteurs de cre
actes verse 1tes pays qui les
reclamerant. Les pays si-
gnataires conservent cepen-
dant le dro't de refuser 1'ex
tradition, mais ils s'enga-
gent dans ce cas a poursui-
vre et juger les terrorists
sur leur propre territoire.
La convent-on n'entrera


ROUTE DE DELMAS

vous avez le choix


rCSZGSrr-n SBS~Ba/-rn SOwarSac/Sraww'o3,,fBKa


SEDERGINEt
o csrn 4ie eferv sc hisiitf

-



Lisez bien ceci!
QUAND LA GRIPPE VOUIS MENACE, QUE FAITES
VOUS ? VOUS ACHETEZ DE LA VITAMIN C QUAND
CETTE GRIPPE EST ACCOMPAGNEE BDE MIGRAINE
DE FIEVRE ET DE CUORBATURES. QUE FAITES-
VOUS ? VOUS ACHETEZ DE L'ASPIRINE.

VOUS ACHETEZ DONC DEUX MEDICAMENTS.

QUAND MAINTENANT VOUS AVEZ A VOTRE DIS-
POSITION UN SEUL PRODUIT QUI COMBINE LES
DEUX ACTIONS ? QUE FAITES-VOUS ? VOUS L'A-
CHETEZ TOUT SIMPLEMENT.

A SEDERGINE


CONTRE TOUTES DOULEURS ARTICULAIRES
USCULAIRES, DENTAIRES, RHUMATISMALES.

SEDERGINE
N COMPRIMES EFFERVESCENTS.
-- -


en %igueur qwue. lorsque trois
pa%. l'auront ratifieY. Seu-
le ju'qu'a prieunt l'Autri-
che la fait. la procedure
de ratificatrvin etant en
course tn Suede.

La France, pour sa part,
a fait savoir lors de la si-
gnature du document qu'el
le ne le ratifierait pas a-
vant qu'a4 ete mis au point
1'instrument sur aII terrorism
me en course d'elaboration
entire les Neuf de la CEE.
Au sein de la CEE, en ef-
fet, une convention est en
priparatio, i la suite de la
tlcis'on prise an Conseil Eu
rop6en de Juin 1976 d 1'ini
tiative de la RFA.
La France a soumis au
printemps dernier un pro-
jet qui aert de base dede ta
vail et qui prevoit notam-


-


Iuite de la lere page'l

teurs adnuinis!ratifs moder-
pes etl raditionnels.
attendss de vous Mes -
sieurs les Comnissaires, la
syslenmatisation des control -
les sui les entreprises et or
ganismes publics et para-
publics ainsi que le remode
lage de la geographie ad -
ministrative, en vue de r6-
duire 1'actuelle sous-admis
traction territorjale.
Mais la modernisation de
administration suppose
prealablement la valorisa-
tion des resources humai-
nes par des programmes de
formation et de perfection-
nement approprits. L'Insti -
tut National d'Administra-
tion, de Gestion et des Hau
tes, Etudes Internationales


a E NOUVELIISTE,


PAGE 3


et la Commission Adminis -
tratile disposent de ressour
ces suifisantes pour repon -
dre A court et a moyen ter
me aux besoins de I'Adminis
traction. It1 impurte que les
responc.ables des organis -
mes de- l'Etat apportent
leur collaboration en indi-
quant les programmes de
perfectionnement qui con -
viennent i leur personnel.
L'aspect (FORMATION ET
PERFECTIONNEMENT) est
1un des plus important
.dans le processes de moder-
nisation et il est temps
qu'il devienne utn critere d'a
vancenient dans 1'Adminis -
tration Publique.
A cote des probltmes g6ne
raux relevant de lorganisa
tion administrative el de la
Fonction Publique, il e&iste


une question partieutlre,
sur laquelle je voudrais at-
tirer I'attention de la Corn
mission. Administrative et e
galement cell des respon-
sables de I'Administration :
il s'agit du Service Public
qui, Stant d'intfert general,
tend a satisfaire un besoin
collectif a n'importe quel
prix, comme si les notions
de cofit, de rentabilitd
etaient trangires ai l'acti-
vitM administrative. Pour ma
part, je croi qu'une pareil-
le conception est erronie,
car elle est- 1'origine fdu
gaspillage des rares ressour
ces don't dispose l'Elat. La
notion de service public doit'
coincider avec celle d'opti-
mum kconomique au niveau
de la collectivit6. La mis -
sion de service public de


tout organisme de 1'Etat con
siste a optimiser I'emploi e
conomique et social des res-
sources mises a sa disposi
lion par la Nation. -
C'eet d'allleurs l'objectif
des techniques comme la ra
tionalisation des choix bud-
getaires, les analyses cofilt
efficacitW et autres outils de'
la recherche sconomique et
social e'lont il- est temps de
s'lnformer et -qu'il. y a lieu
d'integrer pour une action
administrative toujours plu's-
m6thodique et plus cons -
ciente d'elle-meme. -
J'ai indiquE quelques direct
fives de recherches qui de-
mandent de profondes rd -
flexions et un effort d'affi-
nement. Ce sera 1'oeuvre con
jointe des administrations
et de la Commission Admi-


nistrative qui doivent ira -
\ailler en 6troide collabo-
ration, afin que cefte dernie
re institution puisse accom-
plir hes missions d'orien -
ter et d'encadrer le mouve -
ment de modernisation, de
coordonner et d'Wvaluer les
actions programmees.
La reorganization admi -
nistrative ne peut etre faite
en un-d6lai determine. C'est
une action constant, conti
nue et permanent. J'exhor-
te tous les fonctionnaires, A
quelque niveau qu'ils appar
tiennent, a y apporter leur
collaboration, car le mieux-
ktre qu'attendent de vous
les cinq milliiins et plus
d'Haitiens, est a ce prix.
Jean-Claude DUVALIER
President a Vie de la Rfpu-
blique ,


'raroscosAssracErss gaacrawgaooQQYoogeosos ssracogo-caca r~racoBoPaoe-oaeor^rwaorwwr


Aux vrais amis on offre SE


Yaourtiere

AUTOMATIQUE
BITENSION (110v-220v)


Sorbetiere

A PALES EXCAMOTABLES
1 LITRE
BI-TENSION (110 v 220 v)


Super gril

T UT AUTOMA
- BI-TENSION (11


DES TOASTS C
FAUT !
- UNE PLAQUE
SOUS L'APPAR
PERMIT DE LE
EJECTION AUT
4 REGLAGES D


LE SECRET DES GLACES
ET SORBETS MAISON
GLACES ONCTUEUSES
DEMOULAGES FACILE,
LIVRE DE 50 RECETTES EN
COULEURS


ment 1'extradition quasi-
automat:que des auteurs
d'actes de terrorismne mime
s'il n'existe pas de convene
tions d'etradition enitre
les pays concernse. Ces dis
posit ons 'appliquaient aux
actes de terrorism graves,
c'est-i-dire aux actes de
violence centre les person-
nes et les biens suscepti-
bles d'etre punis d'une pe!i-
ne svperkeure i cinq ans
de prison, aussi .bien dans
le pays requnrant que dans
le pays requis.

Ce project prevolt egale-
ment une cooperation entire
les polices.
A L'ONU, un comitie spe-
cial sur le terrorism inter
national a et6 cree en A-
vril 1973 sur la recomman
nation de 1'Assemblee Ge-
nerale, a 1'initiative du Sc
cretaire General, M. Kurt
Waldheim, apres Le massa-
cre de Mun'ch.

Ce comite, compose dS 35
pays. a pour mission d'etu-
dier les measures visait a
prevenir Le terrorism inter
national et les causes iui
peuvent le provoquer.
D'autre part, un project
de- convention centre les
prises d'otagess project d'o-
rigIne Ouest Allemande
don't la rance est co-signa
tair.e, a te depose en Au-
tomne 196 fAt figure a 1'or-
dre du jour de la commis-
s'.on an.idique de 1'Assem-
bles Generale.
Enfn, la dramatique af-
faire du o Landshut) a cn
duit ces jours derniers la
federation internal onale
des associations dr pilots
de line a reclamer un de-
bat a lAssemblee Genera-
le sur la piraterie a6erenne
et le terrorism. M. Val-
dheim a declare qu'il pour
suivait ?es efforts pour hia-
ter un semblable debat, qui
do-t itre porter a 1lordre du
jour de 1'AsSembl6e par un
Etat membre.

Jusqu'is present cepen-
dant. l'Assemblee Generale
des Nations Uthies n'a ja-
mais pu prendre des mesu-
res decisiw.s contre le terro
risme, en raison notamment
des reticences des pays ara
b;s et dps movements de
liberation natiohale en A-
frique.



Etats Unis :
Violentes critiques
du Chef des
Representants
Republicans
WASI4INGTON, (AFP)
Les Etats-Unis, depuis 1'e
my Carter, outn connu shuit
election de Monsoeur Jim
mois de chaos>), a estime di
manche Monieur John
Rhodes, chefi la mminorite
republicaine a la chambre
amrnicainme des represent -
tants.
Dans une declaration a
la Television (NBC). il a a
jout que i'action de l'admi
nistration eta't cineptes et
constituait sun terrible
echecs.
IL se pourra", a-t-il souli
gnt en substance, que le Pre
sident Carter ne soit pas
r66lu et que le part repu-
blicain gagne largemdnt les
Selections parlementaires de
1978 ce qui lui donnerait la
majority des s-esges au con-
gres.
Il a expliqu6 que 1'4chec
au congrt- des projects gou-
vernementaux Stait, dfl, se-
Ion lui, a tales de' lAdm'nistrstion.
Monsieur Rhodes n'a re
connu aucun mirite a l'equi
pe du Prdeident Carter
quant 1'dvolution de la si
tuation au Proche Orient.
La precedente administra -
t'on republlcains- avait pre -
pere tout le terra-in, a-t-I1
awxmt l


Super coco

ACIER INOXYD
MASSIF 4,5 LIT
6 LITRES -_8 L


- FILTRE ANTI-ODEURS
- COUVERCLF ETANCHES
ET TELECOMMANDE DU
PANIER (EXCLUSIVITE
SEB
-DOU PAS DE PROJECTION
NI DE RISQUES DE
BRULURES
THERMOSTAT SENSIBLE :
FRITES LEGERES ET
CROUSTILLANTES
LIVES 50 RECETTES
EN COULEURS

Moulin a cafe
ACIER INOXYDABLE
BI-TENSION (110v-220v)


I









SA MINUTERIE PERMIT DE
CONTROLLER LE DEGRE DE
FINESSE DE LA POUDRE
OBTENUE


SA SECURITY
ET SA SO
EXCLUSIVITYT
FONT L'ALLIEE
CORDONS $E1

- LIVRE DE 300
EN, COULEURS.




caSetiere i
ACIER INOXYD
MASS


MADE IN FRANCE


Ustensiles en TEFAL exclusivity6 SEB)



C~fi^ ^ (.-^ -^


DES BATTERIES COMPLETES D'USTENSILES DE CUISINE DE TOUTES
DIMENSIONS EN TEFAL (CREATION SEB), SOLIDES, LEGERS, PRATIQUES
L'INCOMPARABLE LABEL QUALITE SEB TEFAL


LA CAFETIERE
CONNAISSEUR.
EXTRACT L'AR
CAFE Ih 100 %
MINUTES.'


Vous connaissez deja les products SEB et leurs Prix d travers les grandes Revi
Jour de France, Femmes Pratiques, Vogue, Paris Match etc...

Maintenant SEB est en Haiti aux









L ai mieu ahala ax prix les plus ba s

ALes magasins les mieux achalabdis sux prix les plus bas.


le pain

TIQUE
LOv 'ou 220x.)













OMME IL

:$ITUE

ENETTOYER
OMATIQUE
E CUISSON






tte

ABLE
RES-
[TRES 4
















D'EMPLOI
LIDITE
'E SEB) -EN
NO. 1 DES
US

0 RECETTES





pression
)ABLE


















DES
QUI
OME DU




Qes :









4
'I


. ....w ....


La notion de service public doit coincider avec celle


I



I
4
i 4







IIk

II
I I
4..-<


M


El


"ammamltm


Super Eriteuse

GRAND MODEL ACIER
INOXYDABLE MASSIF
2 KG DE POMMES
DE TERRE *
BI-TENSION (110v-220v)






ug AL O LI


MARDTT 925 OCTlB 1077


pEhos 6rard MIolArtNie
- Tpar GOruC MAIS'OKNELJVl


Sur la route de Deisall-
ness so trouve dtpui.s plus
d.i 5 mois sun Griatcr No
30390 t lille csanlionneiite
No. 30390 en pisnne dans 1:1
7imte de la latte Gransiond.
On so d,-mandel S ces maeii
riels sont oublits.

A St. Marc depuis plil-
stkurs jours, le bhas de la
ville est innond6 par les
eanux di la riviture. Le pet I
point jet sur la Grande


rue est dit6rior., cela a cau
.ei 1 an otnda lon quotidlepne.

A l'ocCasisna de la St.
Charles, fMi patronale de
In vlie' des Gonalves, d,
grades pr6paratlons sovt
en course, le P'rilet Rogis
Joseph, accompagffn du MN
gistrat Communal. M. Au-
gustin ont i6t rpuv mer-
crodi par le Muini'>re de i'ln
tdricur, (ifin de prendre les
dern'iewn dispositions en-sy, u


de donner uh cachet special
en la clrconstance.
Le local o asera log l'16
e.1 de Villi, des Gona'v1s
it prs 'd'6tre acl;ev6, r,-
nauguratlon atra lieu apits
la St. Charles. M MadIn
Augtst:n bt ses abassaturs
ant rialisi pour la ,C-l6de
'ind6pendance un magnl-
fique monumeAt.
s i r X X X, X' ,
L'b6pltal Alna atertedo
Gros-Morn vrtnt 4%otratn


trols'eme medecin affect i fique
la section enfanile. La cli- sajre
aue emnfantile reolt 130 dirlgi
nahfants par jour soit : 2000 Canat
enfants par may's. 11 y a du la pt
ratt oes jours 72 Internes. errt
j persOnnel est, compos6 ment
e 9A personnel (Haitlins habit
iel trahgers), la consulta-
Utoh est h Gde. 1.00 pour les
grandas personnel et G. 0.20
poutr les enfants. Cest une
Iiille,oeuvre accomplie par La
le pere Ferdinand Phil ppe. berru
Felicltations. misnt
ville
Sx xx ete
St'emps
Ites travaur de cohstruc- section
tion de I'leole rural de la jeeps
Hatte Granmond vont bon (Crol
train, c'st l'un des projects 5e), J
d'4ducalion No. I du Gou- quent
vernmeient Ha len et la Ban nent
que -Mondlale. La lHatte tion
Grananond est sstue dans meill
la Commune de Dessalines certe
dans l'Artibonite. C'qst 1'In ventic
ig6nieur Metellus Charles
qui ex6eute lie project super
vis6 par l'Ing6nteur Benja-
nin Jadotto. Au d6bt' de PORT
1'ann6e prochaine, 1e cons UniE
tructions seront completi- a trot
ment achev6es. d'une

x x x d'elec
eu usn
La route de Dessalines tomeb
Petite Riviiee de l'Art bo- temps
nite n'exi4te plus. La zone mi bo
de Carrefour Petit Bois est lieu
compl6tement submerge
dans 1'eau et la boue. Pour
effectuer le trajt de lan Pe
time R'vir e do 'Artibonitz
Dessalines, il faut passA r
par ODVA Carrefour Battand
soft 60 kms. au lieu de 20
kms.
x x x X
Les travaux de la cons-
truction du m a r-
c h 6 de Dessalines vont
bomn train. La peem"nire par
tie est complement ache- 21
vee, il rest la couverture
et la peinture. Les conseil Bel
communaulaires travaillent combat
activiknent a 1'achevement et voe
de ce magn'fique monument tillsez
l'ann6ib prochaine, ainsi vaut
que celui de 1'h6pital.
xxxx 21
Dessalintes est une ville
de pres de 6.000 personnel, Il n
la population est tres a see prec.e
par sa culture du.riz. 11 y tions
a de tris benlles maisons vec vi
moderne... ine belle cole iiarnce
--congriganlste et n miagni- cell,-:


LA MASON CLAUDE DUVAL |





LA DUVAL INDUSTRIAL


& AGRICULTURAL DIVISION



INTRODUIT SUR LE MARCH


Les eoliennes de la marque


I.WINCO



Connectees a une batterie de 12 volts, ces 6olienns Sournissent jpsqu'a
30 KWH par mois. Leurs gentratrices de 200 watts peuvent subvenir aux
besoins d'une mason de blaisance pour 'claiarage, la radio et la television,
Elles n6cessitent peu d'entretien et leur source d'Energie c'est LE VENT.

La Maison Duval offre ezalenent la nossibilite installation des
generatrices standard et des giniratrices de 1 a 15 kw, monties sur
roulements a billes pouvant ltre utilistes avec n'importe quel moteur
de votre choix, d'ou une economic extraordinaire.

Ava'nt d'acheter une ge6nratrice, voyez toujours

la Maison DUVAL qui garantit toutes

ses marchandises et tous ses services
i ... ... .. . ... .. ,


venir
(2
Une
vdtre
seraa
compel
soinl
ne ai
ne d
22 JI
L'a'
latios
un p
plus
encou
peut-
finan
24

Don
quest
bianc
vorab
des e
me.
24 AC
Jou
seule:
vous
se vo
un s
que v
chant
23 SE
Ce
pour
tions
pour
des i
vous
tidien
=4L

Le
ment
peu i
vous
1'entl


local pour un disppn
v.ent d'6tre construct
e par ds areligieu es
dUennes realises par
population. L? local qui
do caserne esta gale-
realise par elle. L-5
'ants son! tres accueli-
x
Nouvelles
campagne centre la tu
lose se pour'uil active
Isur la c6tei. Plusimuri
die cette region ont
tquechs6s,, en," mame
s que leurs d:Iffrantes
:ns rurale. A bord de
portant le single CAT
sade Anti Tubercul ,u-
plusl-eurs equipes prati
la vaccination et lien
des m.ePtings d'6duca-
populaire. en vub d'umne
oure comprehension d.?i
maladie ei de sa pr6-
on.
x x xx
'-A-PpIENT
f:llette de trots ans
uve la mort aux cours
d6flagration. Sans au
tracee de brilure et
trocution. L fillette a
n arrit du coeur. Le
rre a fait en m6me
s d'autres victims don't
nouf. L'accident a eu
le jour de la fite pa-


MARS AU 20 AVRIL
BELIEFR)
le journee pour votre
ativite, votre loyaute
s autres ambitions. U-
z-les pour ce qui eor
la peine.
AVRIL AU z1 MAs
(TAUIREAU)
se sera pas facile d'ap
r toutes les sugges-
et directives maits, a-
otre force et votgr con
e en -vous, alppuyez
que voti: zat'e, cori-
is votre sitLi.iion
2 MAI AU z JIN)
(GEMEAUX)
e de ces journies ot
rectitude naturelle ne
pas compl6tement re-
ensee. Si vous avez be
d'un service, ayez u-
sproche subtle et plei
'imagination.
[UIN AU 23 JUILLEt
(CANCER)
accent est sur les re-
ns de famille. En fait,
'roche ou un parent
igg vous donnera un
uragement bienvenu,
itre mime une aide
ciure.
OILLET AU 23 AOUxt
(LION)
nne journee pour les
ions d'argent. L'am-
e est specialement fa-
ble si vous songez A
ontreprises ia long ter-
1UT AU 2U sEPTEMBRI
(VIERGE)
rnde de surprises. Non
ment quelqu'un que
avez aid6 dans le pas
us paie de retour mais
upplement inattendu
vous obtenez vous en-
;e.
EPr. AU 24 OCT.
(BALANCES)
n'est pas un bon jour
avancer des r6alisa-
qui vous sont chbreis,
prendre, en g6n6ral,
initiatives. Concentrez-
sur votre activity quo
mne.
OCT'. Af 22 fOV.
(SCORPIOr)
succis d6pendra large
de vous. Vous aurez
d'aide plan6taire mais
allumerez les feux de
housiasme et du bon


vouloir.
23 NOV. AU 21 170C.
(SAGITTAIRE)
Dans les discussions, ex-
primez-vous de facon rdalis
te et objective, ne permet-
tant A personnel de s'esqui-
ver. Ndgligez ceux qui ne
ontd pas d'accord sur les
grands princlpre-;.
22 DEC. AU 20 JANVIT R
(CAPRICCRNE)
Vous ne disslmulerez pas
vos problems: affrontez -
le. done er r6solsv'z-les.
Mai. falrt?-le avec almneeo
et sans inquietude.
21 JAN. AV 1 "Ey.
'VEPFFRATTI
Vous rencontrrerez 1ine
concurrence exceptionnel Ie
dans vote sect.ur. Periv'
rez Orace a votre belle In
tellligence. vous trouverez
..le moyen deo valnre. ,
,, "-t ... . 5. -,. . .


lamis. Mais la citf qui fut
la prem ere capital du I
pays sous lFEmnpire confron
te un grave problime, ce-
lul du telephone. Sans tele
phone, DpsSalnues est corn- ,
pletement, isole avec ses
habitants qul l'envlroanent.
x x x
de la Cte
trornale de la v:lle, le 7 aoc.
tobrn, dernier.
La division d'hygiine pu-
blique a decide enfin d'ini-
,tallir le Serv'oe de planifi
cation famillale au dispen-
saire-hbpital de Port-iu-
Prince. Plusieurs meres de
famtlle ont i plusieurs rIz
prises ,solliciti le planing
au dipensaire-h6pital.


IROIS
Doepuis doux mo:s pres,
un avion est enlist dans le
sable de la plage des Irois.
Venu de Miami, 1'avion a
bord duquel se trouvaient I
deux plotles a r6alis6 un
atterrissage forced, just sur
la plage. La panne n'a pas
6t6 levee jusqu'a present.
xxx x
La r6colte du caf6 bat
son plain sur toute la c6te.
Les prix sont cependant tris
has.


20 FEN. A I 0 MAtto
(POISSONS)
Influences hostiles. Ap-
preciez tous les (,renseigne
ments confidentiels)) et its
avec le pro-
verbial grain de sel.
SI VOUS ETES t9r,
AUJOURD'HUI :
Vous ites un amalgam
d'agilit6 mental et de puis
sance physique. Comme la
plupart des natifs du Scor
pion, vous avez un sens ex
ceptionnel des affairs et
il se peut que vous choisis
siez en vos jeunes annees
une carrier dans les af-
faires .ou l'industrie. Toute-
fois, ayant recu une plus
vive imagination que beau-
coup d'autres de votre Si-
gne, il se peut que vous a
bandonniez ce m6tier ulte
rieurement pour adopter la
voice d 'art, de la beaut,
de la spiritualit6. Notam-
ment, la peinture, la littd
rature, la musique religieuo
se.. Vous avez des o,:,n? ja.ia
si de guirisseur et vous
pourriez devesir un remar-
quable m6desin. dans quel
cas pour choir un des
arts come second m6tier.
Attention, toutefois, a ne
pas vous surm-ner ou vous
tromper sur l'importance
de 1'effort que requiert vo
tre activity.


LE BISTROT I

SASSTAURANT r- BAR PIZZERIA
FROMAGE E CS(RCUTHRIES DE FRANCE


SAMEDI SOIR
Ambiance dansante
avec aBistrot Combo.


VENDREDI SOIR


Nouveau Bistrot Shown


avec


Elsie, Diallo et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR
Soiree Dansante Accorddoa et
Musette

CHAQUE SOIR


Piano Bar Ambiance Musicale
. . i


M0u-rt7Qrr aant,,nF.~n Yc w-'


4


a


ROBIN HOOD

La byciclette qui a ete adoptee

par les cyclistes haitiens...


ELEGANCE -- SOLIDITE

SIEGES CONFORTABLES.

FINITION ANTI-ROUILLE '

4la


CURACAO


TRADING
Lrs wsww Icor d-4
*Losa06to ooooGOOG AG tiaae~ssQ


OcccO~ss/r~- rMr rCr OOslv lcrdac@CCCcrdcrtC/~ cr~CdZCrflflj/oI4Vlq


NOus demenageons bientot


6


Nouvelle adresse



J,. M. Maxime CELESTIN



Opticien -- Optomitriste


98, Chemin des Dalles

Ouverture Ie 3 Novembre 1977


ppu9Prf 2)flb3vSoo ~~~PflflDW3Sfl)fl)


OTRE HOROSCOPE
Par Frances DraCke


MERCREDI 2,_ OCT. 1977


LVLLJ 0 jl..~~mZi


--


---


iw~ se ~u


I _


PAUE 4


z


LE NOUVELLISTEs


"- Fr.


"t


i


ij






MARDI 25 OCTOBRE 1977





(suite de la 16re pagei

evidence : la necassle d !na
.gmntr des expfrtence, p)out
verifier les deductions lo-
g.ques. -

Si la physique niodtirner
est dans line imp,-:._.: ce
n'tst pas parce qu'ell. nI
d6couvre plus de rnu. aux
ph6nomennes ni de i:Ou 1.1-
les particulez, ma'i pliac,:.
qu'elle ne peut plu -'.:l :,-
rer les causes de s c.0:-._:.
vwrtes, et que les plieCiiem--
nes < sonr aC
plus en plus nombti :-i. '.:
pressants. Pour fa'i- i. t -
a ce qui a ete oite plu- hiaui
Am6 Michel poul :u
(Les Racines du haia.rd
ch(z Calmann-Levy,' ,t Thi
Challenge of Science non:
encore tradut), Artl.,iii.,
tier r6flechit avec un,- ni.-
tr a sans gale sur ,' it' 1--
nomenes < ans cause ni
lieu desqurls nous ,
que la science pre, -I
mieux 0n m:eux, mai ,I ii',
ne parvient ni a e.i i'l-ir
ni a reproduire : ti.,
phenombnes qui rel -ri i.


la pen-ee, mals surtout let
plum 1 -itibaraisants a entree
'.i., telepalh e. pien i l ui
iiun, etc. Son amni lie hysl-
ccli Fl i..'-l Targ au Stan-
foia R,.se.aIecl Insti tute, a
H t bl.r dit pourqlOl tiun
pnelrrmeni.: qu'ori tie peut
laippor.i,.r a aucun mod:te
[he-1riqu.i?' a explication c:t
p-idu p ..:'ui i :L o''rice, comi
nii l I e ti'o : ir pai. Alon
ir re li plerinj iro ne ne s -rti
a i"I' i.-d l. i p[pc.portanti -es
itri.'Dr ,xp- rjl nce- ac In
c'' v nn r .in l rte i.1 t 'Ir
aiii mel 'i:a n qui la bou-
ci d!--tanc-e l'a gu lie
d iiun miiten'itometri on I' ab
MnC': ar Iouiit ellanip matgn e
te:lls- Quilnd on ai Oueh rs--
,. cae ei. d fi au:-. loli Oal
m.-icrie -nie )aue peut-on fat
r.: e pli. L=' mignetom',
r:. e < r in_ trl i I. I-our' c q.i?
i:n b IL ll- l, i.-ugei quand le-
citmic.' n tcriei l].ii 'uar S
d -.T1.? 1 a E u l lr- i.7 .iIL!e 1 :1-
1 1 I': 1 0 i,1' M '?i M r' n1ri'l-itlC : -

r ti i ,r r r i r : e n i a l
l,:r :-.an i.,rolei'-r un mot

1 1 -.ri i: pl.i o -i n plu.l
Ill',-,',n U"-. e p,, n, inrl-a p :
i'.1 [i u gra ,:l..- : a 1.3 ,? en.n ,


Il1 ont tous los traits d? la
ipesi.stIionl sant un : on
peut le.. ver!f er presque quo
t dicnnement dans note vie.

Cnitz rn0ou en Hlaili,' it y a
cOi. phenoniene: Lant Qans
le.cidou qu n denor s du vo
dou qui ac .eir chaque jour
les le:'; de la science. II
ifaI a-3 r I 'hnriL etIe de le
r.-cournat rte. Ce ne cl ni
Filucl. nl es d'';c ples qul
p u'. Llit cxpllqIil sc elti -
1iquc init lit buoule'.' i s>n -
(e, ilt--i:ALoron., d.e ceilaains
rI'.- '- de c lla:'ne predic
I ones. Quellce Expl cation
, rainient c niliique a-t-on
du fa:l que. ino. Ki-:an:o ne
. briilent p:ti qiuand 115
I, lr, ineti leur, bra' dan.;
aie la ni"'l ritliurc boutil an-
I.: L': -iogat'onrr aux lo -
ph'i, liq ."-'.tr rouloI I 3 ex :.
le Tant que ':.e' phenome-
nri r,-r:t, i i r':tes lies a la
ilel ln,. or, parlait de m ra
eli- d.: ptrouier di.boli -
q,.i: u inme d.e iiDo l:"-
r rid i'i nac I alt-n'tion
od ='n:ivil M,-, utliiord huq,
c. ; nmil :,- rid vrinnrit qiquo
t d-,-n: cit e ??ule t ler a -
.,rnt : dan.: lir dr ,.'r re
itranchmi'i:,mnri En eflet, Ce


qui les dtroute le plus, c'Tst
que. au moment dil als -'y at
tendent le mo'ns, ces m ra
cle, survJennent en ple ne
ltxperlence au loboratolre,
sans qu'aucun savant ne
pu;i.e expliquEr leur 6n'g
me

Qu',.t-ce 9 dires sinon
que 1on toucne avtc ces pile
nomenes a une lim ti de la
scr-nce ? La sicence elle-
mrn me, ne perdra-t-elle pas
un jour son importance, lors
que le horrnims decourl -
ront alv'c ine conscience de
pliui en plus vive que toute
leur existence est late d un
ti su inv'sible de relations
aevant lesquelles la science
e-t !mpuis-ante, valne et inu
tile '9 Que dire du ph6nom6
rni non moins troublant des
OVNIS qul. jusqu'A present.
n'a trotiuve aucune explca-
toron sclent'f'que ? Que vau
dront des miillers de bom-
b-.: atom'que", si un jour. un
Liiltrce ngTo Swann arrive a
I's neutral ser a distance a
r'c la meme: a-'ance que no
tre Ingo ta't bouger i 'd s-
tnncp l'algullle d'un magne
r'-.nietre en I"absence de tout
chianp magnetlque ?


L'INSTITUT HAITIANO AMERICAIN


35 ans au service de la collectivite haitienne



-- Une methode d'enseignement qui a fait largement ses preuves

-. Des classes reparties en troupe de nombre restreint

-- Un dipldme tries apprecie en Haiti

.. ... et un nouveau system d'enseignement audio visuel :






tNewI



Horizons in













PROCHAINE SESSION : 10 NOVEMBRE -- 23 DECEMBRE.

INSCRIPTIONS OUVERTES DES MAINTENANT.


S6- 7 ha.m. $14.50

. 8 9 h a.m. "

S4 5 hp.m. "


.7-8ha.m. $ 16.oo

. 5 6 h p.m. "

. 6 7 hp.m. "


. 7 8 h p.m. "

.Cours pour enfants le samedi a partir du 9 jaitvier

. Cours slfeciaux de Laboratoire

. Une bibliotheque de 3.500 ouvrages

. Des conferences et des seances de cinema gratuites.
|


Dkja en Oallfornie oi- ce
trouve la fine pointe-de la
pensee amrlica'ne, laquelle
est elle-mbme la f he po n
te de la pensee se'entlfique
occldentale, 11 ne manque
pas de savants d'une formi-
dable competence proves -
slonnelle qut admettent ee
pendant ,qu'll s'intere:sent
d'abord a autre choie. Si
I'homme ne v.t pas scule -
ment de pain, on peut dire
egalement que son espr't
n'est pas desalter6 par la
seule connai sance Intellec
lulle. Tine autre solf nail
irresittiblement dans l'espe
ce humanee' Lentetnent se
prepare dans les proton -
deurs de I'homme une me-
tamorphose qui f ra vtiia -
mrnt de lul uti homme nou
veau.
Ceux qui ont pu lire me:
precedent; .rticle- pour -
toni. pcut-etre trou..ei un
poirit common -entre euX.
malgre la Oiversitre ds the
mrei Lraites. J a, essay en ti
let, autarnt que j at pu. d'-
rendre plus relat ve, 1 im -
portainct, a mon s.:ns exage
ree. qu on conne tant en Hai
ti que dan: le monde occi-
dental, au 3-atoir intellec -
.uel, ainsi qu'aux autres vi
leurs epnemeres de ce mon
de. Je ne doute pas une se-
conde que je nage h centre
courant et que la rosistan-
ce sera tres longue. Mats
que faudra-t-il faire encore
pour 6veiller en nous cette
autre souf qui nait irr6sisti-
blement dans 'espice, hu-
maine ? Que faudra-t-il fai
re pour acc6lerer au tr6 -
fonds de notre 6tre cette m6
tamorphose qui fera de nous
des hommes nouveaux ?
Dans mon article qui a pour
titre : <:Qu'est-ce que la Phi
losophie ?>, j'ai parle da
nos trois former d'intelli -
gence, e" au lieu de mettre
1'accent comme on le fault
generalement sur 1'intl -
lect : faculty de compn:en-
dre et d'enchainer une la'.-?
f une autre, j'ai mis i'ac -
cent sur 1'intuit'on prolon-
de, parce que je crois qi e
c'est elle qui d6tient 1'.
clefs de 1'avenir de 'hcmrri -
me. Ce sont les diff6ren,"
exp6r'ences que j 'a eues: 1au
contact de l'organismt-
PRH. qut rff'oit faith dfcuu -,
vrir 1'importance de ''te"
zone profonde de 1'honime
oih 1'humain touche au di -
v n.
r Le 12 Octobre 1973, i'ai
commence a. publier daris 1.
d'articles concernant cet:
metamorpho-e que je pr" -
voyass pour 1'humanite A
1'epoque, j'avais 1'impr -
stuin de donner des coup a c
pe dans 1'eau. Cela n'ri".n,-
ressait pas grand monde t
les derniers articles de la
sires n'ont jamais et6 t-i -
blies. Pourtant d&s le pr,: -
mier article qui avait pour
titre : gnes des Temps,> j'ai pair l
entire autres chose de r:ite
zone profonde de 1'honime
et de cette nouvelle et re-r-
nifre tape qui s'annonre:-
pour 1'humanit&. Je disaci a
peu pres ceci : prthistoriques, c'6tait I epo
que de la dominant de la
zone sensible de' 1'honim,:n
Avec 1're historique, lhiom
me est passe f la dorrinanr
te de sa zone intellectuelle
et volontaire et aujourd'lih
c'est la zone de l'inti;;tin
profonde de 1'homme, (zone
de 1'itre qui est en prise di-
recte sur Dieu) qui est en
tra'n d'amorcer la relive de
la dominant de 1'intellect
chez 1'homme. On pourra
peut-6tre me demander
pourquoi j'insiste tant a en
parler, puirque la mitamor
phose que j'al 1'air de prd-
voir' se fait irrsistiblement
. dans 1'espice humaine ? -
Tout d'abord, 1i m'est diffici
le de ne pas en parler. En

ge, c'est parce que je crois
que le fait d'en patler petit
tviter chez ceux qui en de
. viennent conscients, ute cer
taine perte de temps. O'est
str que 1'homme rtve d'un
homme nouveau, d'une md
Stamorphose de 1'ame. Si je
Speux contrl'buer pour sl peu
que ce souit a une certain ac
cieleration du processus de
renouveau de 1'homme, j'es-
time qua mon temps n'est
pas perdu.

(a suivre.)
S Price Dorismond OMI


A vendre
Volture Fiat Station Wa-
gon module 1972 tr6s bon
itht.


Les pcr:onn.s intreess esi
devront ecrre directement,
en pregnant so:n d'ainnexer
leur curr culum vitae conm-
plet h l'adrese suivante a
vant le 18 Noverubre 1977.
,Sur.o International p/Di
rector de Orquesta
Orquesta Sintonica.de- la
Unvers!dad Nacional de
San Juan


13- Chevrolet
14.- _Willys
15- Willys
16- Willys
17.- Wolkswagen
18- Mercury
19.- Plymouth


1377


Modele 1958
ModI/e 1964
ModUle 1964
Modele 1964
Modele 1976
Modele 1971


Mise a prix
Mise is pfix
Mise s prix
Mise a prix
Mi;e a pri'x
Mise as prix
Mise a prix


RL CARLSTROEM



DELMAS


CAMAY






Le Savon






des jolies femmes


WSL~;-'S1b~ c ~ i : .-~n LL -*~-~--I rI-i


1.000
225
550
.625
550
5000
8.500


-'".,


Le Scientisme aux abois


E rT


Fury Mod6le 1971 MiSe a prix T500
Ces vWhicules seront ven dus par 1'Administration G6-
nerale des"Contributions, et suivant la proibcdure prevud
en la matiere. '
Port-au-Prince, le 20 Octo bre 1977.


c7O.m 61eice


, ., .


Coutrs international peir Chefs d'Orchestre
ae Oouvernaemqn _de la. AuitdO de.. a wtW. ie .-gement et s6]our t Ban.
nce" de 6arl 3uan* (Ar May" 2- 5400 BAN JUAN Juan, les course leur seront
ner- orgaTrise -par 'Pi- Repubtica Argent'na" dhpeLnaej gratu'tement.
dliatre dLe son .-Un.vcval Natlreilements -es ca.ndl 'age mai,mum. ex'g6
atlonake. un course Inter" dat' i tangtrs qul seront, ad pour part clpEr h ce cours
anal pour les Chefs niis-recevront 'me oUry de esede 40 ans. Le be rf!calre
chestre- qui aura lieu I'Unlversit6 National de atira drot a un drti'cat
5 -ai 16 d0eembre-1917, Ban Juan et 11s recx-'rat ai :Ia tin du cours.
la participation de l'Or leur billct aller-retour, lo Jipdl 20 Octobre 1977.
tfe 8Tmphon'que de 1'U
*sltt d.r.gi, par-le makes
Marko Benzecey. II y au COUR SUPERIEIrRE" DES CONMPTES
Rivers course theoriques et
Iques et le.3 oeuvrs sul '
as y seront travaillle
em ent ta11 esl..porte i la connaissanrce des interesses que la
Cour Superieire des Comrptes, confornmement a sa loi orga
nqu etne .Sympbonie de nique et a la legislation regissanr la venL-, de; biens d
boven, Quatr.'me Sym l'Etat, a experihsi et eatrnme, sur demand des Services pu
tIe de .Schunma:.Danzas blics competents, les v6hicu les suivants :
Conmpos.teur argentin Al
o Finestera. M crovaria GOURDEBS
ie de fattLen'badiT Con- 1.- Willys Module. 1962
> No 2 pdur piano. de 2.- Wills M3odle 1962 Mise a prix G. 400O
Sp,, Concerto No 2 pour 3.--. WILys Modile 196? Mise is prix 525
o m p e t t e de Mo- 4- Willys Modile 1962 Mise i prix 375
r t; 1' H I S t o i r e 6.--,-U W jas Alod le 1967 Mise i prix 625
Solcdlt de Stratrnsky :et 6"- Willys' .Mode. 19 .. Mise ai-prlt 750
:es-i Sacrees et Proianes 7.- Willys Modele 1962 Mise i prix 375
Debus y. Conrl to Opuz 8.- Subaru Modele 1973 Mise ai prix 200
o 2 des Quatre Salsons 9.- Willys Modele 1967 Mise i prix 2500
V'ivald, et 'Ouverture 10.- Willys Modele 1967 Mise i prix 200
Ruin,' d'Ath.enes de Bee II,- Willys Modele 1964 Mise a prix 400
en. 12.- Dodge Modele 1958 Mie is prix 500


RW-~2 ~ -~)l-%)~b~ra,~r c~-J~t----------------~m~


~UI~II(IIB~a~B~L


*


PAGE I


tLE NPOUVELLIIiEs


- - --- --- I.,








-- -1---m


HORIZONTALEMENT I i N" IWV V I V K X

1. Vlle d6truite en 79 -
2. Renflement- des for-12
mes de 'avant des an-
ciens valsseaux-- lea -- -
deux premieres lettth- 4 m-
de la derriere impera- 1
trice d'Autriche *
3. Fort solid sem-

4. Symbole chimique -
attitude qui vous faith 9

5. Pommade se ver --- ---


se dans une coupe
6. Se trouve dans le
pore pend sur une
corde
7. Ville d'Autriche ressem
ble au navet
8. Arrose Perpignan sym
bole chimique
9. Note parera
10. Fonctionnaires tout puis
sants dans les departments
VERTICALEMENT
1. Demi dieu latin note
2. Effray6

x x
HORIZONTALEMENT
1. Pissenlits 2. Arioso sut
3. Corrodes 4. In aux
5. Ficellent 6. Iso lentes
7. Saut ut Ro 8. Pause
- il .9 Eventee ne 10.
Sort sien


LeS fRACAs4 't

PLA4 FOV) en Pl/ wooD

c o e


Tel:, z-3'ph


e sens de soumet
u femme a un lon
cent sans s'assurel
ae la fecondite d
artenaire. On con
ent qu'il y a un c
;re de sous-ferti
les deux conjoints.
Extrait du : Manun
Redige pour le 'C
dical de 1'IPPF
par R. L. KLEINT


Carter face aux mAontentements.


Propos d'Iygiine Familiak
LA SOla -FERTILITE C de c'ucru,, ; ri qU
'La plupart des program ..nce a i sl..eu.
mes de planning familial eta.cast-iInIC1ii1 ,1.. L
me tent 'accent sur o ae fait unre.
Sque la parents respo able iuxarien ri rnar,
a'pour signification : e pasc tra e ct-it -arincr i
mettre au manage sI en acur e L ia pusion
fants es ceux-ci ne peuvent tlcules, ia presence
pas 6tre convenablemant ele tuelile dune v
ves et instructs. Toutefois, e nomme se trouva
toute tentative d'aider les bout), la dimensLO
gens 4 r6aliser une vie de normalize lu per
famille heureuse veut aussi que la taille et la
dire assister les couples tance de la prosiat
a dont le marlage est incom- vesicults sem nale.
6 plet sans enfant. Beaucoup par le rectum.
e de clmiques introduisent a Ces ouservas.ons,
present cette facette du plan tout a tat dan le
- ning familial dans leurs lite. dun meaecin
services. cialisd, peuvent suf:
En principle, on ne proce dectler l'ongine d
de a 1'examen et au traite tilite du couple.
ment d'un couple sous-fer- On ne peut trop
tile que lorsque les deux gner importance d
partenaires ont essay d'ob men complete et bi
- tenir une grossesse pendant done des deux pa.
au moins un an. etant donne que crl1
dacn .oeue


A propos de la


1 pvrna l L
pe rcih I
5 g5ldll -
Oe6 tes-
Seven -
aricocele
ti de -
n et la
cus, ainec i
consis -
L eL tes
, senties

quk sont
s poss-Di
non spe-
tre pour
e liner

souli -
de l'exa-
ien coor-
rtenaires,
a n'a pas
,tre maria
ig traitse-
r d'abord
ae lautre
state sou
certain de
ilite chez

el Medical
;omite m&

MAN


3. Lie a ric relatif au
bitants de la haute Ec
4. Symbole chimique -
fixe
5. Theologien du Cora
deux lettres de Eve .
6. Corps politeque disso
4 Septembre 1870
7. Acceleration
8. To'son inimale -
jonction )
9. Dans les -Cotes du N
deux consonnes
10. Calamites

xx x
VERTICALEMENT
1. Pacifistes 2. Ironisa
3. Sr couper 4. Sor
tant 5. E.SO LL;
Nodulouse 7. Entees
sant 9. Tu uterine
Styx Solen


larmacies
rant le service
cette nuit

REDI 26 OCT. 1977

MONT CARMEL
B JJ Dessalines

DE' LA SANTE
Rue Pavep

DE MARTISSANT
Martissant

PETION VILLE

NOUVLLIE
Avenurie Estime


flatulence 1

ax d'estomac.


Par 1 Envoye Special d- q
ij-r t-cal LESOURD L

LOS q.NGELLS-, IAFPi 1

, 1our ia premiere lois ae E
pUis su acIesa-ufit a iL IviaL
pU" -naLcttleil, IC riCSci-ilc
iLuimy uac sr s cci icourse (
a UJio AteIL .ile lUb. cur -
tan et a une amnerwnule sen
S.Ole a ocicuOire a e auntu 1
n1,asLrauon olurs de asa Lour -
nee a 1 anteriur des Eitats -
Un.s, venareat eL same.
LDe ieLroit a -oo- A gciles,
en passaIct par le Md-
uuesi, 1i Preb .unt na en-
tendu que des amercains de
9us et de nouveau saisis par
le doute. Plusieurs groups
de 1'1lectorat ayant large -
ment contrihube sa victoire,
il y a un an, sur Gerald
Ford les no.rs, n6mbre
d'agriculteurs, la commu -
nautd Israelits se sont de
clares troubles par ce qu'lls
estiment, et les denoncent
4 ce titre de plus en plus
souvent, des e.trahisonse de
Jimmy Carter.
Le malaise est particulie
rement perceptible dans les
etats de la coles oil, a csaque pas, o -
lui a rappel6 son program
me de candidate.
nous attendre a cela de


CAUSES LES PLUS 0
COURANTES DE R
SOUS-FERTILITE d
1.O ABSENCE D'OVULA p
- To TION : ce cas peut se prdsen v
ter lors d'une maladie ova- g
ut 6 rienne, d'un trouble fone l
8. Is- tionnel hormonal, et d'une I
S10 hyplasie genital.
iypop
2.- SPERMATOGENESE
ANORMALE : Celle-ci peut
&tre due 4 un:. maladie tes
lticulaire, a un trouble forl
tionnel gndocrnien! ou a l'a
plasie g netique de l'epithe
lium g minatif

3. CONDITIONS MECANI
QUES CHEZ L'HOMME em-
pechant la conception. Cl
le'-ci comprennent l'in
puissance. l'anejaculation.
et 'hypospadias.

4. CONDITIONS MECANI
QUES CHEZ LA FEMME em
*-2s1. penchant la fecondption. Cel
les-ci comprennent aP. dys
pareunie, les anortalies con
genitales du tracttis genital,
et le blockage de.,; rompes de
Fallope

j EXAMEN DU COUPLE

II est important de ras -
A sembler minutieusement
tous les antecedents. En ef
S et, une certain d.fficulte
coitale, a laqulelle on peut
remedier assez facilement,
peut alors etre mentionnee
ES ou decouverte. et quelque au
ES tre facteur primordial peut
etre mis en lumiere (par ex
emple, l'appendicite avec
pelvi-p6ritonite).
L'examen physique doit
aussi dtre faith h fond, sans
precipitation; il doit notam
Sent porter sur la morpho
logie du sujet, sa taille. sa
grandeur et son poids, tout
igne d'un trouble fonctior
nel endocrinien ipar exem-
ple. i'hirsut'sme) et le de-
gre de developpement des ca
racteres sexuels secondai -
res.
L'examen du pelvis de la
femme peut reveler une cau
s- fondamentale de sourn-
fertilite, come 1'imper-
foratIon ds i'hymen ou un
spasme vaginal: il indique-
ra aussi la grandeur et la
position du col et du corps


AUKNdu VAUDEUIL

A I'entree de I'hotel plaza

champ de mars


LE RENDEZ-VOUS


(Suite de la re. Pagey

reliver les nombreuses er- Ph
reurs commises.
A sa liste j'ajouterai ce- assure
ci : Vers la fin des annees C
60 on voyait encore sur la fa
cgade urest du pilier Nord MERCi
Ouest de la cloture bordant
la place du Mausolee ui
plaque Ion bois portant 1 ni' t
crption <'Rue Simon BOL!-
VARs. MasO sur cell qu'oni
vient de place on lit l de la Reunion.,>
Au Surplus, oni se trouvent
les Ruis ,
,,de la Revolutioni't ?...
En realite : un doit s'" ren
doe a l'evidence : au Service
charge do ce travail on pre-
f're I's anciennetos. '
Dans cc sne- comment ne
penserait-on pas a la pr,-
micro demeure de 'homnme
ipasI a 1homme 'Etat An- Mal
glaist, la Charite bien or-
donnee...... Qu'on ne leur en
veut pas.
Bien S.ncertment
Paul CAUVIN
P.S.- Un ami m'a signa-
le que deux rues de Port-au
Prince porteraient le omem
nom d pu'o qu on a comment
ce a apposer les nouvelles
plaques.
P. C.

Ce i watin. ;ux
(suite de la lere page)
cote, s'aligna t la musique
du Palais National.
Apres I'execut.ion de I'hym I
ne presit-ntiel par 1'Orches
tre de la Garde Presiden-
tielle, Me. P.erra I.oms Sa
lomon, President de la Coum
mission Administrative, sur
l'inv tatitn du maitre de rc
remonie, MMauthier du'De
partement de l'Informatioa,
dbvait soutig'nr, dans son
allocutioni, quelques probli
mes de I'Administrat on I
Haiti. Par ailleurs, Me Ne
Pierre Louis Salomon a fai'
Savo r (iue la gestion du L
personnel a se, eiigmnes :
la formation administrati-
ve le recyclage I'or-
ganisation de la carrier ad
m'nistrative. 11 a fait res-
sortir qa l'Administratnion
a besoin de 5.000 adminis-
Iratfurs.
Par la suite, les rec pien
diaires ont recu l.Bur certi /
ficat de la main du Chef
de l'Etat sous 1oes applau- j
dissements de l'assistane?.
11 revena't alors au porfe-
parole de la promotion (An
tone Lamb.-rt d'exprimer
au Chef de i'Etat les senti
ments de fiert6 et d'orgueil
legitimes de cette promo-
t'cn et d lui promeltre de
suivre ses dirpctuves, en tant
que Chef de 1'Administra-
lion Publiquie en Hait:.
A sa suite, le President
Jean-Claude Duvalier ex-
primera son apposit'on a
rett.P, conception erronn6e
e l'Admn'stration Publi-
que en Haiti, base Sur le
gaspillage social et econo-
mique des resources. Le Pr6
sident J.ean-Claude Duva-
licr a exhort6 les r6cip:en-
diaires qiu'll tIn.idi r', co
me des comnmi'.airet a co.-
perer efficacemrintl a e n 11
do,' leur Admicnitration rv,'-
pective dans le cadr. de fsa
poiiique r6formair'ce de
l'Adminiltration en Haitli.
A l'is-ue de la ceremonic
lea rdcipendiaire; out lais-
,e la salle, muni de leur
parchemin souriant. pr ti
A S'engager dans (ttie re-
forme adm'nistrative. base
de notre developpement e-
-.DoGiXnSBU


DES HOMMES D'AFFAI-R

Reservation

2-4606 et 2-0855





LE -d!OUVELLISTE
QUOTIDIEN FONDE EN 1896

O -
-o -

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET

ET MAX E. CRAUVET

DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
ADMINISTRATEUK : Mme. MAX CHAUVET

a


liL


uelqu'uo d'autre, mas pas
ic Jmmy carter : 11 nouc a
ment s, a declare tin ler-
.cr rn lotere du 'Mid -
Sued-[. La popularuLe do Mon
seur Carter a recemment
bacssd de 29 pour cent dans
'Iowa, selon un sondage.
Cette d4slliusion s'ekpl -
que surtout'par le fat que
les revenues 'des agricul ,-
teurs ont det consid6rable-
ment 6roddes cette ann6e par
une baisse spectaculaire des
cours alors qu'une racolte
record de c6rdales a dtd enre
gistr6e.
A Detroit, capital de a au
tomobile, ce cont des cho -
meurs qui ont rappel6 au
President, en terms crus et
souvent Iparthdtiques, que
l'Amdrique compete plu -
sieurs millions de person -
nes d6munies a l'extreme.
Dans le Colorado, ses au
torites locales n'ono pas
non plus mdnatgd leurs criti
ques a 1'encortre de an -
cien gouverneur de Georgie
qui s'oppose 4 la construe
tion de nombreux barrage.
dans l'Ouest, r6gi6n ou 1'
limentation en eau est de
venue pr6caire 'apres biej
tot deux ans da secheresse.
En Californie, c'est 1
communaut6 Isradlite qui
s'est tenue 9 1'6cart same
soir des receptions organi
sees pour le Pr6sident afi
de manifester son opposi
tion aux initiatives Diplo
matiflues de cette dernidri
,jug6*s trop le probleme Proche-Orien
A chacune de. ses etaps
de v6ritables cahiers de d
leances ont d6t presents
Monsieur Carter.
Meme au quarter gendri
des Forces aeriennes stra
giques, situe dans le Nebra


aa, Monsieur Carter a epr, chu leur mo. .
ve le besoin d'elever lt:on 1 ue ur moai.
pour affirmer qu 11 tst.i II n'en rest pas momns
la defence des Etats-Un.c que Jimmy Carter, ceL ex
adenquaue sanr la construe- pioitanL agricole sudste, en
t.on 'du super-Bombardier core inconnu il y a deuce
B-ls. Plusieurs ofileieras u ans de la plupart des amnert
perleurs se sont en epfet de cais., est de.ormAls pere
clares abasourdis par sa commeun'Prdsident,, comme
deci ton de tfaire rdposer un homme politique, parei]
l'esentiel du d6veloppe aux autrea. -'
ment,. des forces strategic Signe que la pdriode, dol
ques eamricaipes sur le seul servation a pris- fin : le cot
vMissile eCruise encore en grdes d6mantel6 ses projects
course d'experimentation. Les manifestants ont refai
Mais Monsieur Carter-sem leur apparitions sur les pa:
ble appr6cier la contradic- course prdsidentiels. Le dd
lion, sinon 1'opposition. Il bat politique a repris dan
salt ecouter Ii ne s'est que toute sa vigueur au moment
rarement departi de son sou 'mme ou Monsieur Carte
rire et ses propos conci faith face a deux dch6ance
giants semblent porter. qui mettent en jeuh la cr6d
Accessible, prt, au dialo bilit6 mtme de son admini
gue, il a marqu6 des points tration : la ratification de
et impressionn6. Il a ainsi traits sur le canal de Pa
pass la nuit de vendredi a n a m a et 1'adoption
samedi dans une ferme de d'un plan n e r g t i
l'Iowa, discutant jusqu'4 que acceptable pour la Ma
1'aube avec une d616gation son Blanche.

e

a



a BOEIN 727-100CIOOC


i-
c-



e,
ir
I.




al

te
as


aissez fondre "
2 surettes
(Ti Madam))
dans une 1/2
verre d'eat
base de ricies
de Menthe



/OUS POUVEZ COMPUTER SUR.

Canon

cadran lumineux

et bande imprimante


MARDI 25 OCTOBRE 1971


i
'
l ont as ma


CARGO JET
5HORT ORt LONTERM LEASE
FOR INFORMATION CONTACT

FITOPAT FREIGHT FOWARDERS
PETION-VILLE TEL 7-1820
FOR A FRESH. MODERN APPROACH TO ALL YOUR FREIGHT
FOWARDING NEEDS: CALL FITOPAT


SHASA RUE PAVEE


2 2347 .2 2348


ax h
,osse
- pr

.n -

)us


con

ord-


LA BARONNE


;rL Cevk ie ZcoI C2

LALUE 2a1i


-C


PAGA 4


t
r

5s
1








t
r
s
t'
s

s
a

i-


dE


'* E NOUVIEBLISTL ,





MARDI 25 OCTOBRE 1977 E NOUVELLTE PAGE


DANS NOS CINEMAS

CONCORDE CINE CINE TRIZMPHE


Mardi : 4h00 .
LOEIL DE
L'ARAIGNLI-L
Lntree G 1.50
-_ IOMMIE A L.1 FERRARI
a Gh3U el c ihll G. 1.01
Mercredi & 4h G. 150
LE GITAN
a 6h30 t 8h30 G. 3.00
PROFESSION GARDE DU
CORPS
X X A

AUDITORIUM
Mardi a 7h
L'EVASION DU CAPITAINE
SCHLEUTON
Entree G. 2.00
MOrcredi a 7h
A CHACUN SON ENFER
Entree G. 3 00


ETOILE CINE
Mardi a Gh30 et 8h30
LE CASSE
Entrde G. 1,00 et 1,50

M rer(di a 6h30 et 8h30
NOSTRADAMUS
Entree G. 2.50 et 3.50



CINE ARKC
Mardi 'w
SI C ETAIT A REFAIRE
Entree $ 2.50
Mercrn di
MAGDALENA
L EXORCISEE
Entree $ 2.50

Deluxe Auto Cind
Mardi a 7h et 9h,
L'INSPECTEUR NE
RENONCE JAMAIS


Du Lundi au Sanedi Mlidi
2 Hre.c I lire, Permanence
1ih3i 81h30
SALLE I
OPLIltA'I ION CASSEI'RS
Entree $ 0.50 100 I 1,50
SALLE II
NETWORK
Entree -$ 0.75 1.- 1,50 2.-
SALLE III
LES SENS DE GLACE
Entree $ 0,75 prix unique
1.50 prix unique
xx x x

SENEGAL.
Mardi & 6h h11
LES MARINES
ATTAQUENT OKINAWA
Entree G. 1.0 1,50
Mercredi et 8h
L'EXORCISTE
Entrde G.' 2.00 2.50
Sx x x

PARAMOUNT
Mardi a 8h G 5,00
LA GRANDE PARTOUZE
strictement reserve aux a-
dultes
Mercredi a 2h 4h et 6h
7 HOMMES DE BRONZE
Entree a 2h et 4h- G. 1.00
a 61h G. 3.00
h 8h G. 5.30
LA GRANDE PARTOUZE
Strictemint reserve aux &-
dultes !


DRIVE IN CINE
Mercredi
COMMANDO DE LA
TERREUR
Entree $ 2.50
REX THEATRE


LEltree 3 2.50 Mardi 5a 12 h 2 h 4h G 1.00
Mercr di a 7h et. 9h LES DENTS DE LA MER,
."INSPECTEUR NE a 6ih h lS(h G. 3.00 et 5.00
RENONCE JAMAIS Meocredi a N211 2h 411
Entree $ 2 50 LES DENTS DE LA MER
x x x x Entree 1 00
a Gh 8h 10 l G 3.00 et 5.00
MAGIC CINE eudit a 12h1 2h 411 61
2 ENFANTS QUI
Mardi a 2h et 4t G. 1.50 et S AIMENT
3.00 Entree G. 1 00 3.00 et 5.00
h et 81h G. 2,50 ct 3.;50 a 8h30
LE CdRPS D-' MON LA TROUPE
ENO.EMI LANGUICHATTE
MLrcr-di S 2h et 4h G. 2.00 PRESENTE :
et 3.00 5a 6h t 8h G. 400 LA HAINE AU SERVICE DE
et 500 E AMOUR
LA GRANDE EXPLOSION Entree $ 2.00




PARTICIPEZ AU CONCOURSE



<


SDU CAPITOL


RECLAMEZ LE REGLEMENT LE LE BULLETIN DEw


PRESENCE A LA CAISSE


PATRONNE PAR LES


HOTELS MERIDIEN


ET


AIR FRANCE


AVIS AUX AMATEURS



UN NOUVEAU SERVICE


Tous les from&a:ges
de France

EN VENTE DIRECTED

ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE ARIHS
GRACE AU CONCOURS DE
AIR FRANCE CARGO REFRIGERE



CecAmandes Tel: 2-1809

LE B1ISTROT.

LE MANOR, 146 LALUE

Vene noi- eoir


siour t,; rches Em irat: pe
tli,:.ners ou Go fe, ont int.:i
ronpu i urs erurisilons pour
anliru-:r ai, v.r.et. du Co-

Lt nombut dics asa.lnLts
n'tta. pas encore connu a-
vec pr6cisions mardi en dd
but d'aprds midi. Un com-
munique offlciel puble6 a A
b)ou Dhabi a aff rme que 1at
tentat eta't l'oeuvre d'une
seule per-onne. Selon d'au-
tres sources ce sont deux
ou trmis homes qui ont ou-
v2ie le flu en direction des
d. ux Min'stres dOs qu'ils
sont entrds dans le bAti-
ment pr'ne'pnl de l'Adro-
port, construit a plusoeurs
kilomdtrcs de la Capitale de
l'Efat des Emiratl Arabes U-
nis.
Tandis q'' e M. Khaddam
6chappalt aux tirs, M. Gho
bache 6tait atto'nt. Quelques
changes de coups de feu
ont eu enu avec le service
de sdcurite qui a aussit6t
boucle les voies d'acc6s a
1'Aeroport.
Un des assailants a rdus
si a se rdfugoir a bordd un
avion tchecos'ovaque qui se
trouvait sur 1'aire de staton
nement et a prendre ept
stages. selon l'Agence Qata
riote d'informations. It s'est
toutefois rapid ment rendu
et a libdre ses otages. Cette
informat on nest cependant
n: conf rmee ni dementie a
Abou Dhabi oh on souligne
la confusion qui a rdgneah
l'Aeroport. Le, ou les, autres
a-saillants ont reussi a pren
dre la fu'te.
Plusieurs dir'geants de
I'EEAU se o0nt rendus a l'Ae
report oni des -t'ndes legers
ava ent pr!s position.


M. Khaaaman a regagne
Damas a bord d'un avion ...Faut-i- rappeler a cette
special mis a sa d spo.'t.un occasion qu'administrative -
par I'EEAU se n avion per- ment, le Bureau local de
sonnel r' gagnollt, vdie, Is l'Organisme a loujonrs de-
Cap tale syrienne. pendu de celui des Gonai -
Apres 'att ntat, le Cliief yes et que les demarches,
de la Diplomatic syriennenn parties du Nord ainsi que
decade d'annuler la v site d'utiles suggestions et re -
qu'll devailt lare a Qatar commendations, prenaient
au-n ot apres rclle d; a, l'E un temps infini pour abou-
AU. M. Khaddam avait (n- tir quad elles aboutis -
tropr s, il y a quelques jours, saient, helas a*'Office
une tournee des Capita'e du Central de la Rue Americai
Proch- Orient pour i r-mci -,s--fPort-au-Prinee--et --nn
les dirig-antE arabes du point temps egal, ou plus long
vue syrien sur les per pecti pour Sire convoyees en re-
ves de reprise dp la contc tour dans le Nord ? I1 fau-
rence de Genove. drait inventer un terme nou
M. Khadaam -rn ans, est veau pour qualifier cette at
l'une des prlrcipales person titude plus qu'trange. il im
,,alit; du rdg'me syrien. 11 porte de l'avouer devant
a deja echappe a deux len- tant de reticences et d'ater-
tat:ves d'assassinat au curs moiements difficiles at jus-
drs deux d'rnitres annees. tiffier.

Schleyer : Appel du Prtsident
de la RFA


STUTTGART (AFP)
Le Presiaen' de I'AlIcliia-
gnle Federaie. O. Water
beh-el, a lance mard, a
StutUgart un appel ponsanles pointiques du mon
de 0n:ier pour qu As adop-
tent le plus tot poss.b0 e ao
conventions mond-ales .-ur
le terrorismeo.
Fai.ant 'eloge lunebi -'
M. Hanns Martin Schleyer,
au course de funcrailles nalt o
nalcs a 1 Eglise (St EbL-r-
hardi de Stuttgart, le Piesi
dent Scheel a est me que la flamme du terror.sme n'e
talt pas etouffee a t-mp;
e0le se rdpandrait dans le
monde entier comme uI fen
de brousse.>>
tions a cherche trop iong-
t i o n s a cehrche trop
io n gtem s s des excu
sej a l'in xcusables, a pour
sUevi le President S"heel.
-Le combat universal cen-
tre la barbarie necessle de
sormais des conceptions ccm
munes sur l'ordre malgre les


de rcquem prec6dee d'un
Chora ide Bach. etat r-


geo par Mgr Georg Moser,
Eveque de Rottenbourg, et
retransm:sc par deux chai-
ne3 de teiv siton. De nom-
br-ux bouquets de Chrysan
themes ava ent ete deposes
sur 1 'Autel, alors que le cer
cueil de M. Schleyer se trou
vait dans une chapelle adja
center.
L'inhumat.on aura lieu
dans lmnt.imte cCt apre mnit
di. tI ',
Tous les drapeaux .d,- laI
RFA ont ete m s en berne
ct le personenl de touts les
entrpr'ss Ouest All"ian- -
des a observe un arret de tra
vail de trois minutes a 10
lieures GMT a la dtimande
des Organisations syndica-
les.

Terrorism : Etat
d'alerte pour les
Etablissements
israeliens a
fletraneer


differences des systems pe. TEL AVIV tAFP)
litiques et moraux>. Toutes les Ambassades
Le Pres'deno Scheel a d6 d'Israel a l'etranger, a nsi
clarS que le ddfunt n'&tait que les bureaux d s Agen-
pas sun monstre froid du cts d'El Al et de < Cap'talismes comme se, ra vigation maritime) et d'au
visseurs avaient tent6 de le tres institutions ju:ves tont
fire crolre au monde, mais en 6tat d'alere depuis la se
sle d6fensur d'un ordre Sco maine dErn' re, rapport
nomique Lib6rale don't les mardi le quotidien isradlien
fru ts devalent revenir i < tous. Cet tat d'alerts, precise
le quotidicn a it6 declare
Huit cents invite: ont as- de crainte d'une opdrat on
s'st6 mardi mist n aux cOuts v'sant a venger 1'dchec du
tie la famille du ddfunt aux ddtourn ment de Mogadis-
obseques nationals du tron des patrons> de la RFA es amis.
dans l'Egli'e gardde par plu D'autre part, on estime
sieurs li d policers. dans 'les milieux de la secu
Le Chanc,-itir Helmut ril. tIsradlienn: selori le eYe
Schm'dt. plulc-urs de ses d oth Aharonotli.s, que le dd
M'nlstre:, drs membrts de t-ii, n-mnt diN
1'oppo- tion, des reprdsen- a ete orcani-6 par des ex-
tants de Gouverniements E- tdrm'steoa palrstiniens de
rangers Idonit Chr'stlan l'otganisailon de Wadi Had-
SBonnet pour la Francee des dad. 'Ceux ci ont voulu ren
Diplomates et la press e- dre service aux group fx-
tajet Pf nu.. S.... S ,rnm'Bes alspmands., con-

IS, ^lh^. *-.- ,:..**-*- -. .,4.* 1 ..;^..^ : 77- 1. 1. % a I s .l - .': .. .. .- .


L'attentat Dans le Nord,
d'Abou Dhabi L'IDAI fermerait-il
(Suite de =a lOre page) ISLe de la re page)


de la Republique, dans soil
tries louable ouuc de renlor
eer l'essor h'inomique du
Nord, tODN) qui. lui, im -
plante vigoureusement et
aucune des signs non Squi-
voques de sa determinaiion
de r6pondre admirablement
aux patriotiques du Chef
de 1'Elat. Ce pretexte, trop
commode en verite, trahirait
une conception simpliste,,
snon franchEment nogativ.?,
qui se minerait en Som-
me au vulgaire diction < clou chasse l'autre)). I1 est
au surplus renversant et su
pr6mement discrininatoire,
car deux Organismes de De-
veloppement peuvent par -
faitement se chevaucher et
travailler la main dans la
main a atteindre l'objectif
fixe par ie Prdsident Jean-
Claude Duvalier en person-
ne. La. meilleure preuve,
c'est oue dans O'Artibonite
'IDAI co-existe bien avec
O'ODPG et l'ODVA. Mieux il
s'est arranged pour s'intdgrer
dans les activities de ces
deux derniers Organismes,
sans que ses demarches spd
cifiques gdneneti le moins du
monde celles des deux an-
tres precitds. Avec cet exem
ple, on ce precedent, come
1'on voudra, on comprend
difficilement cette ( te> de 1'IDAI, h moins d'une
absence total et strange a
la fois de largeurs de vues
- ce qui serait ddjt. grave !
- ou d'une discrimination
injustifiable manifested en-
vers une interessante region
du pays que 1'actuel gouver
nement veut, au contraire,
reliever de ses ruines et de
I'affreux et chronique sous-
developpement.


debut official des course '24 oct


vous offre toutes ces destinations

au deDart de Port-au-Prince


TOUS LES JOURS SAUF SAMEDI DIM- LUN- MER- JEUDI



a n B ANTILLEAN AIRLiNES


Madsen Exp. Imp. S. A. Agents GUneraux

Phones 2-3476 2-0317et2-0028


~M-- --,-, UIa-- L. iWCL' 'Ollff P _"~~ Wi


que recherchez-vbous ?

des responsabilitbs... de I'autorite...
delI'argent.. une bonne ambiance de travail...
une personnel qui va enfin pouvoir vous apprecier, votre patron I


first school.> -
vous permet d.'embrasser urne
carrire qui vous apportera tant
de joie I lisez note catalogue et
decouvrez pourquoi les dipl6mes
"first school" ont tant de succ6s.

chefs d'entreprises
n'hesitez pas 6 appeler notre
service de placement..si vous avez, .
besoin d'une bonne secrbtaire

first school
I6 oC commence votre succ6s I
tel: 2-4755 .2-3508
matin d6but des courts le 18 oct.
soir d6but des course le 28 nov

seance d'orientation profession-
nelle du 18 au 29 octobre H


u


~IBWB~E?~e~lE~ensl~~


~n=kr~iic~oDOB


rl


-------YI---P-~---rIYllllllll~rrr~XY


,,,,~S~a=~E~a;an"L~r_~sAl' 1YLL~Cr~?lgst~i-nba~D+~arii~.lr?i~:~:r


4


i
(


Frst bef a
Ur
irtral subi Exrrauttur Trrrrtartn




ibu rrtftrt tia1

savinim -Tst*ancesti rm..irtri star >


Program of fOnbi4 prrwrrlbrh fanr Oraulmanm frnm tilts rlpd
AJ EsarunaTsl Bwtaunm if thr arth rrjy Orrrrtartal Or&ila
I bhrmt Wn yr&uril (t
/^" "X Bt~oina 1 33
.[-^ ^ (oA




L'IrAkII 0"1 uuarnu2VVi Is-i-


PAGE 8


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


Operation Casseurs


AU CAPITOL


Ce Soir


Network


RADIO MEITROPOLE (AU TRAPEZE DES ETOILES, Les horaires des
CATHERINE SAVAGE CHANTERA A matches de la
rO- t-A lt-iIhC; Coupe du Monde 78


SCa y et, le nomn et la-
clth : Cather lie Sauvag '.
Apris MIaie-Phuil B-lle.
S l sra son tour de uillre
la 'colquetlt du public hai-
ticW: Cathcrine Sauvagve,
",I, v- cl;.ut ose au reird
uln I ut t' aLxgIste"C ipreci dtu
vv v1rb Ief..ut i f incarne l
poe eaSt ec qut'elle a de
pIIS 'mlnin.tii Qiuand on
p 1 1 que d aucuniis e coin
plaitront ta proclainer quo
la chianson souffre de l'ab-
snc ie d'interpreles feintini-
lie. O, ue- p'ut que se re
jouir de ret'cevo r sur les
planc.es port-au-,prncierl-

chantieu-e. pas la coidien

chanteuo, "tn coniedienive.
CI.'therinse Sauvage. cest lit
pure interprette de gra.tds
aut 'ur-' contnL' Aragon Ber
Told Brclht. Leo Ferre. B.
V an Mac Orlun. Gilles Vi
gneault etc .
A LE FIGARO
Chanstenu- realist, Ca-
therine Sauvage ne se con-
tent pa61 di se lenir les
bra, ballad's ou de pla-
quir len itiait-- a la h Iu-
tutir de, lai l:les ill lIn -
m s-e chan ons. acconmp -
gtle Ia 'it tit d, sont r ard
( -Unt i e bn t el
(" int liut im ettt raii arg 1W

i~alin di .. .. A. I1
I 11A II oIa.


in ppure ,i rprete lile a

tiaits aus-i 1- gjut d -e vivsre
ie ai le lon de la revol-
tv 'a aut,si- lui du coiur;
vlle q 'it ntlai, satis reslt-r
S. e coniple; elle sail etr-

autini au second plait- ai
t. ndr -ie e. Ulne gratlde fi-

Ll-. QiLiOTIDIEN DE PARIS
('1ic 5io d'enragee qtil
di rene Cle vtrbt commi- o':
int nii un ordre un tyle c
tas de revolt ou dr tn-










FAITES DES TRANSACTIONS

IMMOBILIERES. INCROYABLES



A PETION-VILLE MAItO DL 4 Clh.., 3 AILNS
A L-E EZ. ,IA'uN DE 4 C1Ii.
A L IPA -E LA:ViAUD APPT. DE 2 CHIAMB
AAt il LOCAL 2-4443





















AA
% O l "lt


La liihe pour homes ila plus
complete et la piusdemandee dans
S, le mobae


dressed. de colire ou de par
duon, de ragique ou de. co-
ni.quti- et, Catherine Sauva-
gv fusillant en ple.in coteur,
vous fige dans an gardte-a-
vous Impeccable. Conunent
ii, pas applaudir a cr, reci-
tal parfaitement dose qui
exalte sans cesse notre sen
itbdlii e.
Catlh'rine Salivage chan-
tern le Venidred. 4 Novem-
bre au Triomphe oil il n y
aura qu'une s ule et uni-
que representation, le Sa-
medi 5 Novembre i Caban.a -
Choucounie (soiree do gala
an Chamnpagne DC Venog'.,
asver le D. P Express, Harry,
Nicole et Tatiana Polycard
et le D manche 6 Novem-
bre au Belvedere.


Deces de Madame
Alphe Forturne
Pax Villa announce le doe-
ces survenu le 22 Octobre a
l'H6optal St. Francois de
Sales de Madame Alphe For
tune.
En cette penible circons -
tance Pax Villa et Le Nou -
vellis/e presti'ntenit leurs
sympathies a son epoux Motl
sieur Alphe Fortune, a ses
enfants. Monsieur Robert An
toine, Monsieur Serge Char
les cI Madame niec Ginette
Fortune et famille, Mon -
s-icur Jni Mary Ilyppolyvt et
Mladanie nee Marie .lose For
tune er fainiile, a Monsieur
1 lngenieur Ernst Fortun6,
Monsieur Alix fortune et
Madamtie nt1e Marie Ange
Dessources et famille, a Ma
demoiselle Edna Fortune, A
ses petits enfants : Gessie
et Jean Mare HIypolite, ai
Myriami Charles, a Alix An
dre et Synthia Fortune, aux
families Fortune, Ilyppolite,
Charles, De.ssources, Noel,
Guignard, Romain. Jean-
Pierre et a tous les autres
parents et allies eprouv6s
par ce deuil.
Les funerailles de Mada-
me Alphe Fortune seront
chantec. le mercredi 26 Oc-
tobre a 4 heures de l'apres-
midi en l'Eglise du Sacre -
Coeur de Turgeau.
Le convoi partira de la
salle Paroissiale oil la de-
pouille mortelle sera expo-
see des 2 heures.
Entree an cimetiere Rue Mon
seigneur Guillonux.

Deces de Mr.
Franck Cave


Les Pompes Funebres Pa-
ret-Pierre-Louis vous annon
cent le deces de Monsieur
Franck Cave
A sa vevee nee Yolande La
forest, it ses enfants : Mon-
sieur Lucien ,Alerte et Mada
me nee Frantzc Cave, Doc -
teur Marie Alix Cave, Mon-
sieur Robert de Vastey et
Madame nee Yanick Cave,
Monsieur Claude Stettler et
Madame nee Jessy Cave,
Monsieur Franck Richard
Cave et Madame nee Josse-
line Bastien, i ses belles
meres adoptive : Enys et
Anna Barreau, a sa Veuve An
nibal Cave et Veuve Ar -
thur Cave, a ses petits-en-
fants : Sagine Alerte, Grego
ry Germain, Jan Kristoff et
Valerie-Michele de Vastey,
Yolande-Garance Stettler,
Stephanie Cave, it ses beaux
frires et belles-soeurs : Ma
demoiselle Louise Laforest,
Monsieur et Madame Livio
David, Madame Clarice Coi-
cou, Monsieur et Madame
Lys Ambroise, i ses neveux
et nieces, aux families Ca-
ve, Alerte, de Vastey; Stet
tler, Laforest; Barreau, Bas
lien, Jacquemettaz, Vincent,
Mayas; Martineau; Possy,
Philogene, Azor, Germain;
David, Lundy, Bontemps,
Sangosse; Alexis; Casimir;
Charlier, Lahens, Roc, Bon-
net; Conz6; Hector; Excel-
lent; Domond; Jean-Bart,
C6dras, Digand, Adrien;
Apollon; Louis; Coicou; Am
broise, ainsi qu'it tons les
autires parents et allies, MM.
Pierre-Louis ct Le Nouvel-
liste adressent leurs vives
sympathies.
Les obsnques du regrett6
defunt seront chanties de -
main mercreedi it 4 heures
p. 1t. en I'EgIIis dUi Sacri-
EBeit de Turgeau. Le con-


ZURICH (AFP)
La Federation Internatio-
nale de Football a annionce
mardi a Zurich que le match
d'ouv-rture de la Coupe du
Monde 1978 en Argentine
conmencera le ler Jun a
15 h locales (18 h GMTi. Le
match d' la finale sera dis
pute le 25 Juin a la memet
he ure.
A l'exception de i'ernit du
24 Ju n pour la trois.eme
Place qui aura li u egale-
- ment i 15 heures Ilccalis. Les
autres rencontres -eront dis
putees b 14 hci,ies ou 16
hres 30 locales <17 h 00 ou
19 h 30 GMTi, a la su Le d'ac
cords entire les organisna-
teurs et les station: de tele
vision. La FIFA decide ra le
15 Janvier des matches dis
pules a 14 h et de ci ux c-m
uticnqant a 16 h 30.


Avis de livorcr
En execution du Juge -
ment contradiccoire du qua-
tre Novembre mil neuf cent
soixanle seize du Tribunal
Civil de Port-au-Prince ad
nimettant leur divorce et pro
nuonant la dissolution des
lines matriinoniaux ayant
rD.isle entire les epoux Gil-
bert D Myrthil. la femme
nee Clodyne Saint Preux,
Monsieur l'Officier de 'Etal
Civil de la Section Nord de
la Capital. les formnalites
legales prealablenment rent
plies, ce jour d'hui, trans-
cril dlotts los Registres it ce
destines le dispositif du dit
jugenient.
port-aui-Prince, le 25 Octo-
bre 1977.
Victor S Pierre-LOUIS Av.

A vendre'
2 beaux terrains a Petion
ville iuste avant le restau
ranti 1, Picarriie. Vue splen
dide.
1) Vn terrain mesurant-
1441m2 30 et donnant sur
2 rues.
2) In terrain mesurant
1282m2 Pour de plus am-
ples informations, appeler
au No. 7-2147
2610

Course de Dessin
Les course d,. dessitI pouc
adults et enfants debute -
rout en Octob'e.


Pour les inscriptions et de
plus amples informations
Telephone ai GIBOU CAR-
RIE 6-2616

Centre Medical
Port-au-Pce le 22 Oct 1977
Le Centre Medical 27 Che
mn des Dalles announce la
reprise des conferences h'o
domadaires a partir du Mer
credit 26 Octotre 19'17 a p'r
tfr de 8 hris p m.
Le conferenc:er du .louir
sera le Dr PHILIPPE HU-
GUES CARRENARD qli tra-
tera des ARRFRTS CIRCULAR
TOIRES.



S AU MONDE

i Dans le but de plaire
.- toujours i sa fidcleo
0 clientele a garnir ses
rayons des plus beaux S
tissus imprimis pour
les robes d'itd, vous
h trouverez 6galement des
tapis superieurs pouir ta
q ble, cretonne etc. Pyja
S nas pour enfants de 9
Smois it 14 ans, draps, k
Smoustiquaires, serviet -
tes etc.
Pour ies Bebes
robes, brassieres, chemi
ses et draps brodIs cou
chettes, moustiquaires.
Pour l3 Peau
Le savon et 1'eau de Co
logne au citron, lo sa ft
von Duvex pour peaux
; grasses et peaux seches
Au Monde Chic
H Vous reserve toujours
le mime accuell.

I E DU lAGASIN DE


Les Seins de Glace'


It



I--'^-,^* *^ t


La Linue centre
le Cancer


La Ligue centre le Can-
cer pred plalir it fair'
coninaitre la date chose
pour le, Bal des Debutantes
d. l'Anitie 1977.
Sj sera lie Samedi 17 De-
cemnbre que cotte bille F&-
it be e droul'-ra a 1'llotel
Sans Souci.
Apris le Itrs grand suc-
cei qua connu le Bal dr
l'aniee pas-6es nous espe-
ronn que tous ceux qui 1'a-
va,.ent manque ne tard,-
ront pas a, s'inscrire le
plus tot possible af'n d'y as
si-tsr cett,'. annee.
Par ailliurs la Clinique
vient de recevoir des appa-
roils tres modernes qu' se-
ront installs ct mis a la,
di position des maladies,
tries prochainement.

Aider la Cl'nique contrei
le Canc"r en vous associanti
aux efforts de son Comitc
de Direction et de Son per-
sonnel technique en part'.-
c'pant dt dette belle F6t.e
du 17 Dec-mbre 1977.
Le Comitie de la Ligue coln
tr, le Cancer.


GRAND ORIENT D'HIAITI
AYIS
Le Grand Orient d liitit
invite 1.'i dignitaires dis Lo
ges I' touit rs membreis de
la Fraternity au Rite Futeic
rdaire qu"l organise e07 s1n
Grand Templ"- de la RuJi
du Magasin de l'Etal, id eptl
helires du soir. le vendredi
28 du courant, a 1'occasion
d,. la reprise" dcs travaux
otinuels du Grand Conseil.
11 compete sur la precieu-
S prese nie des unS et des
:utr's.
LE GRAND ORIENT


Les grands Conferenciers Cineastes

de Langue Franqaise


en accord avec

,CONNAISSANCE BU MONDE&

presentent un spectacle exceptionnel


a'Port-au-Prince


Auditorium de I'Institut


Francais, d'Haiti


du lundi 24 au jeudi 27 Octobre
a 8 tres 30 du soir


2 FANTASTISUE BRESIL J


DIAPORAMA -- MULTIVISION -- TRIPLE ECRAN
de

Gerard CIVET

qui dedicacera ses livres et ses disques a l'entracte
avec le concourse de I'Hotel PLAZA et de A\R FRANCE


Prix des places : 3 dollars

Seances pour etudiants d 3 Gdes 4 iwes P.m.


VOUS OFFRE

LE 9 DECEMBRE 1977


17 *%,I


&o k


0


Ul~i


is


Mipl


'; :::::_::: ; ; '; :::'-


9ONOUVIELLISM,


;'';;;; ~: ;;;~; ;;; ; : :: :::::::


b


U "-L '" S """"" ,,


MAD 5 CORE17


-W Id p-


,\


I ,


POOL
1*




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs