Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09902
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 19, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09902
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text


CE QiR A ETE DIT DURANT LES JOURS DU

Congress Touristique ,

a l'Hotel Plaza


Du 13 au 15 octobre cou-
pnt une atmosphere de tra
1qil intense a regne, au Pla
WtA Hbtel oh plus ,d'une
qclxantaine de personally -
Ws 6[rangeres p'~talent don
Wi rondez-vous pour se pen-
qher (ant sur les problems
blternes de leur Organisa-
@ion respective que sur la si
(Ua lon artuelle du Touris-


me daps le Bassin des Ca-
ralbes Le Centre de Re-
cherches Touristiques pour
les Caraibes (CTRS.) tenait
sa reunlin trimestrielle et
les deux autres plus impor
tantes listitutions, CTA et
C.HA), leur recession -iemes
trielle Conformen ent a

(suite page 61


bMROREDr 19 OCT. 1977
No 30.464

82EVMEANNEb









FIJEDE SN &Mg. LB pLUS ANcLE-N QI)TJU)1E14 9 AITI KMZNRI( DS L'ASSOCIATIODS UNTEBNATIh)NALE DH PBESS3


DIRECTEUIJ: LUIJEN MONTAN
ADHMINSTRATEUR :Mme. MAX CUAUVWE


Bue d. Centre So. I1
Boite Pelale : 1316 T616phone : 3-316


SAINT DOMINGUE i(AFP) de Panama avec Panama, st


La tendance a s carter
dts m6thodes democrataques
zsarait arriver a sa fins en
4inerique Latine, a declare
iardi le Secretaire d'Etat
adjoint des Etats Unis aux
Affairs Inter-americaines,
Mi Terence Todman, au
ours de la 336me Assemblee
annuelle de la Socedte Inter
Americaine de Presse (SIP)
3 Sa nt Domingue.
Les Etats Unis dscourages> par les recentes
inanifestations de *volonte a
up. retour a des systems de
i4ocratiques en Equateur, au
Honduras, au Chili et au Pe
wQu, a declard M. Todman
qpi a ajoutd'qu'un travail
qommun de tous les pay. da
Continent amtricain pour-
*qit contribuer a accentucr
cette tendance.
D'autre part, M. Todman
a indiqu6 que la politiquce
extdrieure de son pays a
qpuatre objectifs fondam-n-
taux : 1) 1'amelioration
de la cooperation entrc tous
les Etats, grands et octits,
dans le respect d, leur sou-
veraihet6 et de leur indivi
duality, 2 le renforcemnw,
de l'6conomie mondiale a-
Pn d'aider A6 satisfaire Ics
intdrEts de tous les pays.--
') la prevention des effects
secondaires destructifs cau-
Ass par .la tpchnologie-.Imo-
edrne, gui 'se nfanif strait
'p.r la prolifdrationi nuclal
re et la course aux arme-
ments, 4) le respect d'un
point entire tous fondamen-
tal : la promotion des droits
de, l'homme.
M. Todman 9 a fsur& que
la"politique des Etats Unis
avalt pris un nouveau
c6ursv, illustre notamment
par la conclusion de nou-'
vOaux traits sur le Canal


le retablissement du dialo-
gue avec Cuba.

lM. Todman a roulign6 quE.
les nouveaux Traite de, Pa-
nama assuraint les iitA


Parlant de 'Cuba, le Secre
taire d Etat adjoint a dit
qUe les recent accords con
cius en matiere de piche et
de d6limitation des zones
maritimes sont la marque
de la volonte de son pays de


r6ts communs de tous les trailer avec tous les pays
pays utilisati urs par la pre du Continent dans un esprit
rervation d'un Canal ncua-
tre. ouvert et accessible a
tous. (Voir suite page 6)


PREMONDIAL, VMEXICO 77


L'essentiel est de gagner
par Jean-Claude SANON


La Selectian Nationale
refait surface dans le (Pre
mondial Mexico 77U. AprOs
avoir subi la loi de lad-
versaire dans un Stade Az-
teca ivn folie, elle a mon
tre le bout du Unez en triom
phant du Guatemala. Ell'
a ensuite anneanti. les der
niers espoirs du Salvador et
ea mgme temps conajurd 1d
csmigne :;ndienm de l'Azteca.

Plus que jamais, 1 Me-
xique fait figure de favori
darns cette competition qu'.1l
a lui.-meme organisee.


Toussaint Louverture: Franc-Macon


ou Odd Fellow


Une delegation hait enne
de la society initiatique dite
Odd Fellow AS' revenue h.er
mardi d'Un sejour de qdiatre
jours en Rtpublique pomi-
nicaine oil elle a participe
au Congres biennal de 1'Or
die, des Odd Fellows de ce
pays vo3sin. La delegation
haitienne d6ait composee de.
n'euf Volontaires (1) : qua-
tre dames et cinq hopmems.
Le movement odfelique
n'est pas nouveau en Haiti.
11 serat d'ailleurs aussi
vieux que l'histoire colon a
le de St. Domingue mais il
se trove aujourd'hui qu'il
est devanc6 et, de ires 1on,
Par le mouvemont maconni
que don't il est d'ailleurs
une-cop* assnz semblable.
A cet igard, il a'tl;e une
controversy a prop de Tous
saint Lou*ertuuno qui est
tant6t reclame comme afre
re)) xclugsf par les franc-
macons, tant6t par les Odd-
Fellows; On soutient que le
fait par Toussaint d.o porter
tra's points successifs 'ou.;
sa signature lest 1-e signed de
son appartenance odfelique
eta5nt donned que les franc-
macons portent leurs trois


NNOS INTERVIEWS


Y-a-t-il un bon creole

,et un mauvais creole?
LE PERE GEORGES MATHELIER NOUS DECLARE
SUR CE POINT
par Webert LAHENS ,


Nous parlors creole par-r
ce que c',st .oter la .ue
materroella; pourtant (rau-
cmns le parent avec un tel
esprit francais qu'on ne rhs
c'nnait. plus cOtte languo
dans leur parler. Pour d'au
,tres, c'est la meilleurv. fa-
Ngon'die le rtndre potable,
nautrement...; ma's ce te de
,personnalisation, a coup sur,
.mne sert pas le creole; sur-
'tout que ces jours-ci, notre
langue a a sa c6t' en hausse
idans notre vie national.
Slie s'impose a la radio,
Ida.s les journaux, mime et
I'itranger dans des univer-
*s'(tis. Pour une raison ou
Ipour une autre, il y en a
lqui cherchent quelque cho-
se a travers le creole, qui
'h. cherchent parfois par le
teriole...
C(' Ce movement en faveur
ldu ereole, Pere Mathelier.
'le constatrz-vous avec opti
-misfe ou... ?
P G. M.- En parlant du
mouwvment creole, il faut
blekn comprendre que le


mot screolea) nP recouvre
pas seul'emnt la reality
linguistique, ca racouvre
tout un ensemble de r eali-
tes, do faits culturels et
c'est tout cet ensemble que
j'appelle creole et qui corn
prend : productions 1'tte-
rair?'s, facon de voir, facone
de penser, tout ce qui est
dans le domaine de la cul
ture natianale.
Pere Ma.thlier nous a
fait comprendre alors quea
dans ce sens 1,, :1 est tres
optimiste.
W. L.- Et pourquoi ?
G. M.- Parce qee j., vois
qu,o nous allons de 1'avant.
Que chaque four nous mar
quons des points. Que ce
soit dans le domain de la
langue ou celui de la cul-
tuve, le movement creole
eat bien lance.
Cet opt"misle du Pire Ma
th'-lier *ne surpr.-nd pa.s;
toutefo.is nous lui avons de
maind doe 1'etayer sur des
(Voir suite page 2)


points en triangle;. A Gonai
ves pourtant, les membres
de la Loge L'Heureuse Ren
union so d'sent en possession
d'un aincien livre de la Logs
oi' se trouve la signature
original du Precurseur a-
vec, an bas, lies trois points
triangulaires. Cela voudrait
dire que Toussaint tait de
la for's membre des deux or
ganaisations come c'la 6-
fait et est pour les hommnes
d'Etat dans les cultures a w
glo-saxones. Comme exem-
ple, on peout parlcr de ce


somptueux banquet d'ouver
ture A 1'hotel Lina, du Cono
gres des Odfelows de Santo
Domingo oft les h6tes d'hon
ineur avaient ete l-'-vice-pre
s&dent de la Rcpublique Do
minicaine, le licencie Car-
los Rafael Goico Morales,
macon-odfellow et le Direc
Vcur de l'Insaltut du Patri-
moine Culturel, 1'Architec-
te M. Vara.
Le Vice-Pr6-ident Morales
a porter un toast on sa dou

(suite page' 5)


Todman estime que



I'Amerique Latine



revient a ia democratic


Mesures-envisagees par les USA pour


reduire l'immigration clandestine -


ST DOMINGUE (AFP)
Un vaste programme desti
ne a reduire l'immigrat.on
clandestine vers les Eats U
nis a ete expose mardi par
un haut fonctionnaire ame
rica'n a 1 immigration, M.
L-:onel Castillo, au course d'u
ne session special de la 33e
Assemblee d Ila\Societe In
ter americaine de press
(SIP), a-t-on announce mar
di a Saint Dom'ngue.
Les Etat: Unis a declare
M. Cast' 11, se propose nl de
11 Rendre illegal 1'emploi
d- gens depourvus de pa-
p ers d'identitif.
21 Augment"- la surveil-
lance aux frontiers,
3) Essayer d'amel'orpr.
grace A la cooperation, la ri


LES POINTS SUR LES I


Foi de


Mon article e reproduit par le te> dans son edition du Jeu
di 13 Octobre en course, m'a
vait value, a 1'epoque de sa
premiere publication (Aout
77) au une letCr,ie d'un Directeur
de Banque.
D'origine espagnole, il
dir.g. la branch haitien-
ne d'une grande Banque A-
mdri'caine.
Cette lettre ecrite dans la
langue de Voltaire et signee
d'un directeur de la Banque
de Paris n'6tonnerait pas.
Mais elle etonnerait encore
moins nos lecteurs qui
n'ignorent peut-Utre pas que
mon correspondent a si
journ6 longtemps a Paris


tuation economique dts pays
qui sont la source de cette
immigration incontrOl6e.
4) Faire respecter les lois
qui regissent les relations en
tre ouvriers et patrons afin
de decourager 1'emploi de
gens sans papers d'identite.
5) Octroyer une amnistle
permanent aux personnel
qui se sont installees aux E
tat! Unis avant le premier
Janvier 1970 et un perm's
de sejour valuable cinq ans
pour ceux qui sont arrives
avant le premier janvier 1977
De plus. a a]oute M. Cas-
t!I0o. le Gonvernement ami
ricain se propose de condam
ner les employrurs contreve
nant A d- ampndps de mille
dollars sans prejudice de


banquier,


inter, et priBicipal

Par Ernest BENNETT


ofi 41 dirigeait une grande
Banquet Amnr':caine.
Voici la lettre en question :

Le 30 Aout 1977
M. Ernest Bennett
President Sonavesa
Delmas i

Cher Ami,
Permettez-moi de mettre
quelques points sur les i A
la suite de votre article pa
ru dans (Le Nouveau Mon-
de) 'du 26 Aofit que j'as lu
avec beaucoup d'inter6t;
mais c'est sans doute un di
faut de banquier que de trou
ver de l'intfrdt dans toutes
chose, meme cells qui

(Voir suite page 5)


peine de prison, de poursui
vre les agents recruttiurs de
travailleurs illegaux, de dou
bier le nombre d'Agents a la
frontiere du Mexique qui
fournit pres de 90 pour cent
de ces travailleurs. 900.000
d'entre eux ont di6td appre-
hendes A la frontiere 1'an
dernier a precise M. Castil
lo.

Clarification de
la Catholic Relief
Services
United States
Catholic
Conference
Fa sant suite a ded com-
mcntaires sur le communi-
Que de 1 Archevequj de Port-
au-Prance en date du 13 Oc
tobre 1977, le bureau de la
Catholic Reli-f Services
tent a claircir les points
so vant. :
1) II n'a jamais ite duns
les intent ons de la Catho.-
lic Rtlief Services de <,sus
pendre les dons en produl.ts
alimentaires et md'eca-
mentEs A tous les groups
benef'cia'rcs. Au contraire,
1'objectif de cette agence
est d'augmenter et d'atnd-
liorer son assistance faux
momns favor es d'Haiti.
2) La Catholic Relief Ser
vices reconnait avoir ferm6
avec regret certain centres
de distribution qui ne, rem
plissa'ent pas les conditions
d'dl6gibilitd d'apris les rb-
glements regissant le pro-
gramme PL 480 Title II.
La Catholic Relief Sqrvi
ces .vou'drait profiter de cet
te occasion pour rense!gner
19 public sur sps activities
pri-entes en Haiti.
La Catholic Relief Servl-

(suite page 6)


Qui sera le prochain



entraineur de l'equipe


Le journal zEsto,, s'inspi-
rapt de source apparom-
ment bien informed, a dd-
clare dan5.- son numdro
d'hier, sur 7 colonnes a la
une, que Philippe Vorbe se
ra le prochain entraneur
de la S61ection Nationale
de football. Le grand quo-
tidien de la capital mexi -
caine, basant son informa-
t.on de source tres fire et
present.ant son article avec
une grande photo de Philip
pe Vorbe, a ddclard que 1'ex
dsmi de la selection natio-
nale d'Haiti, apris le pr6-
mondial, s'en ira en Europe
et fera un stage de prtpara-


ationiale

tion clans une ecole spicia-
lisde de France, avant de re
venir en Haiti pour prendre
en charge la Lslection na-
tionale.
Le quotidian sportif mexi.
cain confirm d'autre part
que Philippe Vorb4 auralt
dem dd' a 1'entraineur de
'Iqeoe Cruz Azul de l'au-
to rir a venir suivre le sta
ge de psrparation de catte
6quipe nexicaine de premier
re .division professionnelle
avant la reprise du chamin -
pionnat mexicain.
Dans le numnro du lende -
main, le journal pu
blie une interview de Mon-


sieur Piontek relative au
match Haiti-Canada; et
dans 1'article, sEstos fait
meption de la question po-
s.e par Monsieur Piontek :
Quelle est la source sAre
qui .vous a dit que Phjlippe
Vorbe allait dtre le pro -
chain entraineur de la sd-
lection national ? qLe jour
naliste de Galvan, r6pondit par une
autre question en deman -.
dant a Monsieur Piontek
Est-ce que vous n'estimez
pas que "Philippe Vorbe se-
rait un bon entraineur pour

(Voir suite.page 8)


LES "ZINS" DU PRE- MONDIAL


LesS Aztdques se consider
Absent comblis parce gue di-
sent-ils, ils sont en tra':n
d'effaeer le cauchemar de
Port-au-Prinde. Mais, leur
soit de vwngeance assouvie,
les supporters de la Selec-
tion .Mexicailie se prennent
d refldchir %et i craindre.
A craindre 1'ultime faux
pas. Sinaon fade au Guatema
la mais du molns contre 1L
Canada. 8 7
Les footballeurs au mail
lot frapp6 de la feuille d'e
rabl.e ont te en effet les
seuls A. avoir domino le
Mexique au course des dlimni
nato'res. uls ont rdcoltt
trois points sur quatre : une
victoire A Vancouver (1-0)
at un match nul (1-1) a Pue
bla.

Les perspectives de ce
match au finish... et sur-
tout los consequences d'un.e
eventuelle defaite contre le
Canada enlevo le sommell
aux aficionados> azttques.
Ils voient dejA, se profiler
le spectre du miracle) tri-
n7idadien. Li,, sort que nous
a jetd le vodou haWtien n'est
done pas definitivement con
jurs) dit un reporter de la
Television en dicrivant de
la main un large cercle.
(Nous av-ons crfi nous e-

(suite page 7)


Le problem

de l'Equipe

s'appelle t i


Met S



Construisez bien








alta Heineken



Buvez votre bonne sante
I.


Les reporters de la tA
ajon mexicaine n'appel
plus la selection hai -
me que at que au course du pre-
* match gagnt par le
ique 4 A 1. on avait cru
d6barrasser du vodou
le vodou a ddcrit un
le et risque de se prdsen



me


National

I Piontek


parv Aubelin JOL COEUR


A la suite de mon dernier
art cle intituld SIMPLES
REFLEXIONS APRES UNE
DEFAITE paru dans 1'di -
tion de lundi 10 oc-
tobre du N o u v e 1"J i s
te, j'ai cntendu beaucoup de
gens me confier que j'ai dit
tout haut ce qu'il- pensaient
tout bas.
J'ai mime "'entcndu un
Grand Monsieur me dire
qu'o aurait sign mon arti-
cle de trois ma'ns s'il avait
trois mains pour le fare.
sur la mentality haltiennes
Un grand Monsi eu r
- dis-je 6 mi n eii t
journalist, brilliant dcri -
vain, grand historien-un
di'u quo', rest digne de
1'Olympe oft mon admira-
t'on 1'a prrch6 et' qui n'en
est jamais descend come


Ztu.; pour mystifier les hu
mains. Comme en eftet le
per d'Heraces le fit ?u roi
l6gendaire de Sparte Tynda'
re en pregnant la forme d'un
cygne pour sadures la belle
Ltda, ou en pregnant les
traits du roi de T rynthe,
Amphitryon pour s6du re
Alcmine. et engensrer les
Dioscures et ce. beautds em
poitonries qu-e urent Hl66
n? et Clyttmnie:tre qui al -
lalent apporter tant de dra
mrs et de tragddiss chez les
grccs et los troyens.
D'autres s'etonnent de me
vo'r dcrire sur le foot-ball
en me parlant de ma versa
tlitd. Mais je fus un Repor
ter A une dp)oque ofu on ne
les ramassait pas A la pelle.
Alors on parlalt de ma ver

(voir suite page 41


ter encore une fois A l'dqui
pe mexicaine.

0 -

A) Emmanuel Sanon, A
la surprise gdndrale, a fait
une grande interview a la
television mexicaine a la
fin du match Haiti-Salva -
dor. Sanon avait marqud l'u
nique but de la paxtie. Sa-
non s'est ddfendu trts coura
geusement et lFop peut dire
victorieusement, dans la lan
gue-de Cervantes. Son inter
view est passer en direct A.
la til'ision et tout le mon
de l'a bien compris. Son Es-
pagnol etait plus que vala-
ble.
0-

B) Le journal < fait une confusion entire
Jean-Joseph et Frdntz Mat
thieu. II a accord a Jean-
Joseph touted les bonnes in
terventions reussies par
Frantz Matthieu. Dommage
pour Frantz et tant mieux
pour Grimaud.
0 -

C)' Voulant faire plaisir
au public du Stade universe
taire de Monterrey, 1'entrai-
neur. Humbero de Rocca a
valt fait rentrer Jimenez a
la place de Victor Rangel,
car Jimenez est natif de Mon
terrey. La press -rexicaine
a acsus' Rocca de faire de

(Voir suite page 8)


CLUB SODA


By appointment to her


BITTER LEMON


TONIC WATER


Majesty the Queen


GINGER ALE


A) Les Mexicains dprou -
vent quelque crainte a 1'ap
proche de leur match con -
tre le Canada. Au course des
deux dliminatoires, le Cana
da avait remport6 une vie-
toire 1-0'l Vancouver, et
faith match nul 1-1 "A Tonca
(536).



B) Le public du Stade Az
teca a sans nul doute voulu
impressionner les Cana -
diens. Au course du match
Canada-Guatemala et slots
que les Canad'ens menaient
par 2-0, le public n'a cessd
de crier Merico.s
0 -

B) La radio et la t6l6vi-
sion mexicaines demandent
au public de Monterrey de
supporter 1'equipe haitien-
ne le 20 Octobre au course du
match Haiti-Canada. Non
pas par amour, mais par bi-
tirnt. Le Mexique a deja at
front victorieusement 1'i -
quipe haitienne, tardis que
le Canada 1'attend de pied
ferme pour son dernier
match.


CNCILHI~NH. ~C+INIMIHC~C-~HICI --- - -----Y--Y---------------------------YYYU I~NICICICICCWHHNIC~NICICICCICHCICCICCI~





S*I N--LTE--ED 1


71 d.IRTi
W ObC




fr4 E0 LPNf


ISu't, de la lere page)


fails precis. Ce qu'il fail de
bon coeur :

G. ML- On p'at cier u.n
cer;a,'n nornbre de realisa-
lio'ns d.ans le doma'ne du
crec:-l. Pour cormmeIcer onli
peut dnumerer Bouki Ian
Paradi, Diezafi, Lanmou pa
gin barie, Ti d fE Boul6, la
dernIiens, en date. On peut


ntiemionner aun'i Sirolin
du Dr. Ernst iFrville, on
mnanuel d'rte;glienient du
crIol.- aux dirangers -t qui,
pourtant, pe.tt t:re fac'le-.
ment utiti-er par lee hai-
riens (qui deS ren t meux 6-
tudier leur creole. On doit
c;ter nussi Oliv;J. MLap Pale
Net, Con,vence de -.oi du
Negre dan., la Culture,. Mon
Pays d'Haiti, Contribution a,
1'etude compdhee du creole
et du franuais.... -1s deux
discours que le Prisident ah
-We de la Renubl-que a pro
nonces en cr6ole...
11 nous siglnale des fait'
aus.i daams 1L domaine de
l'enseignenieot :

G. M.- Dans le domain
de l'enseignement -- c'.st
une chose qu'on ne sa't pas
j',fi 6tt datos le Sud, j'tai
6t6 agreablemaent surprise
d'apprindre qu'il y a prds
d'une c.inquantaine de pnti-
tes tcoles qui trava-llent
en creole du cbt6 de la
Plaine d&s Cayes. 11 parait
qu'il en est de mnme dans
le Nord-Ouest. En plus, il
y a des manuels. des ovu-
vr s- et des periodiques el
creole, dans la plupart de
ces zones oi 1'enseiignementa
se fat ien cr6ole.

... Passant S un iautr-
jplan, nous avons deinand6
d PI4re Mathelier s'il y a,
d'aprts lui, un bon creole
et un mauvais creole. Si
cela existle, est-o, dans le
parlep ou dans 1'6crit ?

G. M.- Certainement qu' 1
y a un bon et un mauvais
creole et dans LI, parler et
da 1icrit. Darts 1ecrit en
particulier. II faut toute-
fois faire ute certa'na r6-
cerve.

PUiSi(u,., 1'Aead6mie Creo-
le ne s'est pas pronounce,
n' xi te mmeo pas encore,
pour 1 imohtent a coni-
dere come tell, come
autorie6 en la maetiere le
Con' d1 I'ONAAC qui ect
un Coneseil dEtat; c'e't tin
organism off iciel qui a di
in-thtuc par los autorit6'i
scola res du pay- pour pro
niouvoir ct encourage la
rechrche on miatier#de lan
-oe creole.

11 y a des personnel qui
pensent que le creole, ce
nest rien. On peut 1'ecrire
de n'importe quelle faqon.
Ce nest qu'un vulgaire pa-
tois. Je crois mime que cet-


I atterrissez aux u.s.a. pour un stage

"' L3 un mois apr6s avoir acquis une

| formation A la


f first school I


ern;rez dans !lamonde des aHaires

en vOus inscrivanrdes mainienant
auv course de managen-ent et
b'-siness administration
durie des course 9 mos

de november __aout

au moment de leur inscription
les 6:udiants doivent etre munis
de leur anestation scolaire frh6to-
piilo de deux photos et de leur
ac do naissance

d@bj des course le 28 novembre

ie main de 9h 12h30
I. soir de 5h30 a 8h30


stages pr6vus dans des

organismes bancaires et

internationaux du ler au

30 septembre.



10% de reduction pour

les employs du secteur

public.

T61: 2-4755 et 2-3508


liral drhool
tat
Oirbutrl aba Ejunatur Orrrrtartrs




Tbdri rfir ibalk


r -mp nnsf utrtorU mart t .k


program of Oftlq pmcrbfthr6 t(a Ernuaanrm frm i rbtsOud "
n Ehurmnal Bltwinem of tip Wornth Inus ormwa Orbm_


*'- -wA'.
a t ot

.


It tendance va un pen loin.
I1 N a des gens, surtiot des
strangers ie, rWatlaque
personnel ---a arrivent let
qui font come s'll n'y avait
rien, que ce sont eux qui
vont tout crder, c'est ainsi
que, dans le domalne du
creole, des gens arrivent,
vous pr-esntent un texte a
vec leur facon d'dcrlre a eux.
Us traduisent les sons &a
leur manlere saris consulter
personnel. Pour moi, c'cst
grave; car le creole a tout
un pass. I11 existed un pass
oerole; come il e'xfste un
people qui a parl creole de
puis un certain temps; la
langue ne pout dtre disso -
cite de celui qui la parle.
11 y a djati ne 1'acquis en ma
tire de langue crIole et je
pense. que si 1'on veut faire
dtvelopper le cr6ole, il faut
tenir compete de ce pass, de
cet acquis.

...Comme example de bon
creole, de cr6 le bien ecrit,
le pdre Mathelier nous cite
le creole de G6bo, (Grande
Anse), de Bon Nouvel, de
Boukan, de Sirolin, de Deza
fi, de Ti difd Bould etc.
W. L.- A ce propose, pere
Mathelier, ne pensez-vous
pas q2ue ceriains haitiens par



Interamerlcaine
de press
SAINT-DOMINGUE, (AFP)
La society interamtricaine
de Pressed (SIP) va cooper r
avcc la commission mond a
le de 1 berte de la press
pour a'd r its journaux in
dependants du Tiers-Monde,
annonce-t-on mardi a Saint
Domingue.

Cette aide c-r tradu.ra no
tammr nt par des fournitu-
res de mnatr 'e, une assistant
ce technique Ut une cooper
ton pour la cr6at'on d'ag'-n
ccs de press nationals eti
d'unp agence ".tcrnatlonal?
du Tiers-Monde, a preci. 6
dans un rapport Monsieur
George Birbt. President du
comity executif de la SIP.
Le rapport de Mons' our
B'.bct, absent pour malad e,
a ete lu dcvant la tre zie me
assemble annuelle de la
SIP, qui sO ti- t ,a Saint-Do
mingue. par le nouveau Pre
sident de 1'organi at'on Ma
dame Argentina H 11s, Di -
rectrice du Quot dien Mundo> de Porto-Rico.

Ce document souligne que
la press Occidentale inde-
A id tT i uii--d 1"'






n t:.r 1 *t-E CO 'it r t
S o i, -lpr -- ,
m rtt i nI i

ne,-- i-ir I irTJFSCCI li.str,-
en '' .n. 1ur l-. p.:.r li u .
di- -,irriniii i ri i ,: :n u t .t :,iis r;
d ti q,,.l !'i i --- :irt, r u-
rri:, ulj ', ,n oi r,*-,:,-lrrlrlli r -


r n -1d. Ibr ,in 'or tnt
: : r r I r. n'Lit ron i
; ,t ,.-' ".,:,rn- -ri r -- ',an -

r.,:u r t, ric tt fa tir-
',}sr,-,h ',' r i u r,: l.,:li: : rtco l u




qu' i t-r,:,l:r I t -i pru --, Occ L-
p- -c n--- br-n- in
d' r.-t :, ' it .-l r n
pr.,- ,orclcnl re i d": b,: .-. nr

sei du Ti r: Morndi
l -e i -,l ,,:,rt i:f rm ,; tl :
p ,ip r 'i i 1',. dr : c ,p.- me t I-'ati ri 3
nv>cti l--t i t.," du T .- rt-' .lon
d ., ;,.uil. I'-O par de apport-.
de I.- ? ir, -- u rn -
in r rdt ,: ,: r,.'i ra, ,-t .l 1 1irar
fo r m t nr u n [o i .- m i a le
p o u r _ii cil.cr d e m e ,lI^ .u re _
relalt ,-,n ,:1ir1t. pjit, dBi'.,- -
loppe' t pay's. -:n o.- dc der-
ve lipietc nTnt .
II Jpn,-,ll,_.- -I1l rn que la
SIP cl 1.U commn'- i,:,ri nion-
d'ale d. lib rie d la pies-e
ont- formi- tin group: de plu:
do i. nt ocxpl-rt- pour fourn'r
u n e r _i' i lt n'-' i.t chl nlq 11:
asx or r-.s d'- coninunica-
tion du T.- rn -Mornde.

C'e:: ainsi qic, la SIP o.i
en, t.railn di? roordonntr in
p'ogrLifInire de onarnlture de
maliriil, en rd'-tr buant
notani-a rt dd s ahclilres,
fourni,-s par de-s q tolaldlen .
Nord-anirlenins en course de
modirnisation a des jour -
naux d'A:tIe, Afr'que et Ame
rique Lntine -Dans quelques
jours prtc'tement, conclutr
Moneleur Beibe. seront an-
nonced.i ls:-s premieres nttri-
buttons 6 l'Afrlque, aux Ca-
ralbes, l'Ami6rlque La.tne


lent parfois Je creole com-
me pour S' gdebanrassir?

G. l- 11 y a une ten-
dance toujours a melan-
ger, a parlor role a la
francalse. Ceci est contre le
creole. SI qielqu'un vou-
lait parlr francais a itan
glaist, ce serait centre le
franq2Cs. Quefqu'un quf s'a-
muserait a prononcer le
frangais 1l'angiaiset trahi
rait Ie francais. De Id mdL
me faqon, celui qui essaye
do, prononcer le. creole a la
franqafrse trahit in'vitable-
mcnt le creole et, parle un
mauvais creole, un creole
qui pout faire hiaucoup de-
torts 6 la langue.

W. L.- Ne pansez-vous
pas, Pesie MIathclier qu'
i'haitierl -parlt, ainsi le cr16
le, c'eSt pour qu"l puisse
pro.teger son frangais ?
G. M.- Proteger son frar
atrs, si toutefois il l.'ae, I
francais. On ne pout prote
ger que ce qu'on a. Mals i:
y a des gins qui ne posse.
dent mdme pas lie franail
et qui pr@tendent tle prott
ger centre le crolet%. Ils n
parent rien du tout. N; 1
frangais ni le creole.


Cette tendanc est un
penchant chez 1'haitien it
se -presndre pour ce qu'il
n'eSt pas. C'M?,t un faith que
beaucoup d'hait'-ens n'ac-
ceptent pas leur haitianit6.
Ils essayent tougours de fai
re voir qu'il ne so-nt pas
commi-I les autres, que eux,
ils appart'ennent at une au
tre culture qu'eux, ils sa-
vent.
Je dirat que cette trahison
du creole dont nous avons
parl pout s'expliquer par
ce.i bavarySnaie collectif, cet


te ambiwlioew oelpl1 i,
don't parle-le. proftsstr La
-mIartin'r51 M. _H pqaj. J'-
dirai plutt6 uan afforrt 4,df
f:rmation d une culture
q'on no po- sde pas, qui
tiest pop la nitre, lequel
effort, trait notre rialide.

W. L-L- En pariant a;nH,.
Pi-re lMadhr.lier, vous voulez
dire qu'l% y a dss ,gens qui
rivent dans la peau d'un
auire?

G. M- DUr moins qui es-
sayent d emprunter lad rP?u
d'un ut re. ls pensant qUe
c'st arnsi qu'il arriveront
et Se fatriquer un tr", un


Y a-t -il uni hon creole et un mauvais er4ole?


AVIS AUX AMATEURS



UN, NOUVEAU SERVICE


'lw0s les EromWges

de Frauce'
EN VENTE DIRECTED .


D ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS I


GRACE AU CONCOURS DE I
AIR FRANCE CARGO REFRIGERE




Comimandes Tel: 21809
LE BISTROT..

LE MANOR, 1146 LALUE

enez nWOu- voir


-

National Cash Register



Caisse oenregistreuse
(lelectronique et mecanique)
Calculatrice electronique
Machine de comptabilite
Machine a posutionner
Machine de facturation




INTERNATIONAL CORPORATION S.A

1:. '. P ce :- rl T l .:i .." 2 11.


La Maison de vos reves


Construisez ]a,1s dm


Siwtr w pm, up 6tre bal-
t; je- pease que c'reti.,j
l ,-i n.,lllreT faeon de ira-
hi: s0.n lire PAt de n6tre
r'en Ju tout.

X X X x

Un fait certain c'eel quo
le creole est en pas-e de
d-venr pour l'haitien lui-
mtpnFe t parfola malgre lui.
une langue d'elite. IUne laniI
gue a personalate propre et',,
que toute trabison dan. le"
pqrler ou dan l'ecrit, dea-
sert. '

Propos recueillis par :
Wdbert LAHENS
,41


'' i


LBTt


'


PAQZ 3 F


aLE NOUIVELLISTE


, MERCREDI 19 OCT. 1


1





MERCREDI 19 OCT. 1977 1 EE NOUVU-'ISTEs ., -. PAGE 3
-- iD NOUV -LIBTE


CAF DES NATIONS: En di ect d M i DE NOTEE CORRESPON5NT A MEXICO

I Ed irectR de Mexico' RAlMOND JEAN... LOUIS


,HAITI ET SON SUPER FRANCILLON, JERDL CONTRE-lBES CANADIENS


La Concacaf 77 ajorde sa
phase terminal dans un
Mexico qui attend le sacre
de son ,quipe nat.onale.
Mais les faux pas et les
surprises' ne se sont pas
encore manifestos. Atten-
dons plut6t la derniere
journee.
Ceptndant, au fil des
matches, les elimines se
confirment. Parmi les 6
participants, 3 peuvent de-
ja penser a la procha.ne
competition de 1981 qui se
deroulera en Amerique Cen
trale. Alors que les 3 au-
tres se departageront cette
semaine, a occasion des
determinants Mexique -
Guatemala, Haiti Cana
da ct Mexique Canada.
Apres la rencontre Haiti-
Canada, ii ne restera que
2 formations sur la route
qui conduit au trophee. En
attendant, la Coupe conti-
nue a envoyer des yex.
doux aux azteques.-Ce qui\
ne plait pas surtout a une
qui tremble
cons'derablement pour son
trone.

Le train mexicain main-
tient done sa pression. 'A-
pres haitiens et salvado-
riens qui encaisserent dou-
ioureusement les fleches az
toques a Mexico, les surina
miens ont vu l'arc-en-ciel
samedi ab Monterrey centre
ces redoutables poulains
de Jo a Antonio Roca. Pour
ktre, plus precis, les, parte-
naires du vieux Sehal
n'ont meme pas en le loi-
sir de contempler 1'arc-en
ciel. tellement ils.furent,
apres avoir ouvert le sco-
re, obliges a rechercher u-
ne balle introuvable, qlui
alia de Vasquez Ayala a
Real, de Sanchez a Rangel
etc. L'evolution de la ban


MEXIQUE

CANADA

HAITI

GUATEMALA

SALVADOR

SURINAM


de A Roca resemble A un
elyve r6citant une legon
biek apprise. Qui arretera
le Mexique ?
Pourtant, les surina-
miens debuterent la partle,
dans de bonnes conditions.
Puisqu'dtant dja &61iminis,
ils ne s'etaient pas presen-
tes dans le but de limiter
les d6gAts. A la suite d'u-
ne belle action individuel-
le, Edwin Schal fut croche
ti dans la surface de re-
paration par Gomez. L'ar-
bitre n'hfsita pas une seu-
le reconde pour sanction-
'ner le p64Alty convert par
1'arri&re central de Robin
Hood, le puissant gaucher
Olmberg.


Ce qui impressionne lei
plus dans cette equipe
mexicaine, ce n'est ni le
fond de jeu particulitre-
Iment sdduisant, ni la gran
'de classes de certain s6lec
tionncs ; mais la richesse
de 1'effectif. ,Une formation
vert rouge blanc qui n'ac-
cuse pas les absences de ti
tulaires comme Ortega, de
la Torre, Cuellar, Najera
ou Chavez. Sur ce plan,
Rangel (3 matches, 6 hutl)
et Isiordia notamment prou
vent que le rpmplagant ne
dolt pas Atre un 6ternel r&
serviste, incapable de ten-
ter sa chance quand 1'occa
sion se pr6sente. Et il est
important d:e signaler que
'entraineur Roca a utilise


Mais en ouvrant la mar r1 ou 1a joueurs oepums al
que centre un Mexique qui dcbut de lnapreuve. Voila
se dit sur ce qu'on appelle sayoir 22
son, sol, les co6quipiers de joueurs en selection natio-
Castillon avaient du meme nalee>.
coup sign leur propre con
damnation a mort. Car les LE PREMIER BUT DE
;bus se succ6daient dans MANNO SANON
les filets du pauvre Leilis
comme les etcurdissants pA Haiti a port son total a
tards des aficionados mexi- 4 points sur 6, en battant
cans : 6galisation de 1'in aimanche le Salvador par
tenable Victor Rangel, un 1 but a 0, dans un match
2e. goal d'Isiordia, un 3e. decisif. De ce fait, les sal
de Sanchez, mi-temps 3 a vador&gnes retrouvent les
1. Puis, un 4e. but d'Isior- surinamiens dans la loge
dia, un 5e. de Jimenez, le des eliminfs. En cas de rA-
quel sign egalement le Qiltat nul, Haiti aurait
6e., un 7e. de 1'enfant che- pris le meme chemin. Fort
ri du public mexicain Che heureusement, il y avait
pe Chavez, et une Be. fle- le pied gauche de Ti Man
che du deroutant dribbleur ,Ino et les br- de Francil
Sanchbz mit fin au massa- lon.
ere. Si les surinamiens sa-
valent qu'ils 'llaient. en Emmanuel Sanon a ins-
v'olant les filets de Pilar crnt dans ce tournoi son
Reyes, se jeter dans un tel' premier but centre Salva-
torrent, ils n'auraient peut dor. Un goal de toute im-
etre pas engendrd cette pOrtance, dan- la measure
foudroyante alarmed dans ou il permit aux noil et
le camp mexicain. Ma's le rouge d'eviter une elimina
football, on le salt, est t on premature Sur an
fait d'imprevisons. centre de Tom Pouce device


CLASSEMENT



Nonire Buts

Pts de Matches Pour Contre

6 1 15 3

i 3 5 4

4 3 4

2 1 5 6

2 3 5

0 13 4


LA CONCA


ne largm.ment." It tableau 35 bu .. pour, 3 contre -:
des, bLilei4r Le but qu'il .a cditfer.incc plu 12 "
inscrit contre" le Guattma- 2- Canada 4 str 6,
la marque-t-il le d6but 5 buts pour, 4 contre ':
d'une course poursuite. Il diff6rerices plus 1
est peut-Atre trop tard.


x x x x

UN CLASPEMENT LOIGI-


Haiti 4. sur 6,
4, buts pour, 5 centre :
difference moins 1


QUE 4-.- Salvador 2 sur 6,
3 buth. pour, 5 contre :,
II rest 6 matches A dis diLierrno, moins 2


"ela tete par .Domingue, le
la couple croi4de de Man- pas
no ne lamia aujeunie eiin E
ce au porter guatemialte- diL-
que. Ce qui fit soulever' Au
dans un Stade Azt&que sur
presque vide le petit grou ticu
pe de supporters haitiens. me
F nalement grace, A la mei
combativit6 et a la d6ter- spe
mination de l'ensemble bi- Cha
color, aux interventions prd
du remarquable .Frantzy cla
Mathieu, a la vista du for Cap
midable Henry Francillon, der
1'une des vedettes de ce fs i
Premondial il semble J.
qu'un grand club mexicain .
(America) a dtja contacted n'ir
Yonyon -, Haiti conserve pla
son advantage. affi
dit
Cette 2e. victpire de no- fen
tre Selection Nationale a sur
ete chaudement accueillie par
par les .fans noir et rouge, con
lesquels se posaient pas offer
mal de questions apres sas
nos 2 premieres. sorties, suc p
cessivement centre ie Mexi par
que et le Guatemala. Au
quarter general bicolores, D
Motel Park Villa dans le pre
Chapultepec, joueurs et di rail
rigeants -affichaient un cer sqv
tain sourire: Une sympathi- ner
que petite -fete animee par pas
Josaphat, St. Lot, Trouil- die
lot, Ti Manno etc. Pour sa cor
part, le buteur national a yon
ouvert un peu tardivemint Jos
sa 'bote de buts. Il signera qu
d'autres, surtout quand on fai
se rappelle eue 1'un de 2
derniers adversaires nest A
autre que la' modest enqi- que
pe de Surinam, d6mantibi- pre
lee samedi dernier par 1'e- ti1
quipe mexicaine. is.
Toe
x x x x de
a
HAITI CANADA : ten
CARTE ROUGE POUR LE ma
PERDANT nm
pee
Les parties decisive se 11
succedent pour les bicolo- par
re .. Apres le Salvador. Hal pas
ti doit battle le Canada te
pour conserve la yince re
chance qui lui rest. Mais yvu
la situation se revele diffi
cile. puisque les canadien, E
se trouvent dans la meme pria
position. Un match nul suf le
fit pour expedier ces 2 for sa,
nations en enfer. dans le de
cas ou le Mex que. ce qui cor
e.t fort probable, remporte Ca]
sa 4e. rencontre devant le no
Guatemala. ce

Le prochain adversaire
d'Haiti ne satisfait pas jus
quga present ceux qui mi-
saient sur lui. Bacule par
le Salvador, le Canada a
souffert, avant d'arrivecr a
bout de la formation sur
namaenne. Et dimanch", jus
qu'apres Hait -Guatemala.
les freres Lenardotzzi et con
:orts menaknt par 2-0, et
Y1on pensail qu'ils alla'_nt
rcmporter une large v etoi
r,. L' s 2 buts ont 6tc mnar
qufs 'par Parsons 9 et Bob





..Ii I- in,.4
] ..I.: .* i ,n .' I : r c -, n- i ,


( )r,:, [ c o ,.i r e .: rT ,* ru i




QUi sera le
prochain.,
eftraineur de
IEqC uine
Nationale ?

(Sutle de la IUi. P'ger

lr oil,.ur P ,.,l-.:i-k re',,.,.id.i 5
I P: p. I II ,,r .' i i
P I .1ppl I,, rI,? g -


diai". I- i tur i ,r ,i, 1-rii..
nrL r rti ionl-i M i.-' ri -'
Ceirta rnicn lLnt pr ,---i- r le
mnllao ni L ,: r II l -' pai : i :nr.e
re l ':exper.:.nce n. -'*: .a: r
Co" re'pltiu. ; : ;.i l'ie'.',ii, Il'
rij., na iha l .i., cu, lats -
it pen.ir qug. quilqu> chio
t, il L',:,.cnl' iii r-_quc de
-e pioduir alu *'c'i' d: IA di
reltlun L I iquel, ldi tq "l5-
JNtti-i.n nat onale. II surea
ere conhirnie qu.- Pltlip)p
Vurbe ao t .c t endre cn Li
rope, pariiaep,.r a des -ag,.'.
dcii. I .- c. nliee iraii,'.i'- .t
coirimrrania-rait, P 5on ieiour
a prndre -n charge unit se-
ictlicit .Iuenili EL ql :,rit.
put -t"e o'ci qgitq, i
tlmps. le novel entraineur
de 'Agqupe national 'ap-
pellera Philon' Vorb.i
Jean Claude SANON
* =. . .. . "


june Mc 'Donald n'6tait
dans le coup.
ncore une fois, les cana
ns n'ont pas convaincu.
cours de la. 2e periode
tout, le match 6tait par
ulierement fade, et me-
desagreable. Le som-
1 faillit emporter les
ctateurs. Ce qui port
arles Vorbe, ,as'sis tout
s de moi, a fire la de
ration suivante : itaines peuvent deman-
a 1'arbitre de mettre
a la parties >.
ette equipe canadieaine
aprcssionne pas sur le
n technique. Mais elle
che une excellent con
ion physique. Et les de-
seurs hactitns doivent
veiller les dangereux de
ts de Parsons et de ,es
nplices de la division
pensive canadienne, lavori
par de longues ballet
ties parfois depuis la li
defensive.

)ans cette bataille, la
sence d'un Nazaire au-
t ete determinant. Phy-
uement en mleforme, Wil
ne sera probablment
s aligne centre les cana
ns. Mais nous pouvons
mpter sur le quator Ba-
nne Mathieu Jn-
eph Pelao, 4 hommes
i ne represent.ent pas dei
neants.
Part c-la, liLts pennOiIs
c le bicOlures, Qui rc-
iinint dc I asburaici'e, ne
front pas espasses par
ais au ersLai., aLIe Jeuit.
in Pouce, notre miI Iieur
JCu, sueltire uln pt'-. 1h
daiJllsuIs, ciontre JC Gua
lala, auandonoc iSL ca-
rades apres, les 45 pre-
eres IniiUtLt.. S il ne
ut pas tcnIr soni post,
stra peut-etre supple
* Labis.-ere, lcquel n'a
s pour beaucoup la te-
duni reserve .te a 1'heu-
actuelle. Et Louidor
it le prouver.

n attaque, Domingue a
s dimanche nettement
meillcur seur son advrr-
!'e direct. II a adrcsse
nombreux centres, et il
apte reciaiver centre le
nada. De sun cote. Sa-
on voit d'un mauvair oeil
Victor Rangel qui domi


H 'HAITI AVEC 19
JOUEURS

Lea giardien Wilner Pi-'
quant, .iulitrsnl d'apendici
to, a regagne Haiti au course
du dernir 'week-end, en
compagnie de Baguidy,
, Beaudin et Allen, 3 joueurs
qui ne figuraient pas sur
la listed des 22.


Aprds Piquant, 'Brevil et
Charles Vorbe ont quite
h'er le Mexique. Pompon
et Carlo retrouvent la Ter
re du Soleil, apres le
Iroid de Mexico.

Raymond JN.-LOUIS


Manno Sannon
,comm tOus les madsportits, a cho:ls
r ,. -


a' ,
0 -
'in


I'extrait de malt




Malta Hveineken

les. vitamines en bouteille


force, et energie


I "'


"puter dans ce Prdmondial
77, et la boite a surprises
nest pas encore ouverts.
Pas m6me un match nul.
Mais les Vi'ctonres et le classes
ment sont iOgiques :

I- -iVexique 6 sur 6,


P Woo -woo -O"Oo P`0 Ow-~Ww"


' '


Guatemala 2 sur 6,
4 buts popr, 6 coitre :
difference moins 2

6- Surinam 0 sur 6,
4 buts pour, -13 centre :
difference moins 9





PL. IO T..... .


NOtS Miots. Cris-- Le-probleme de 1'Etqie Nationale s'appelle -t i


HORIZONTALEMENT I I 1


1. Ecarte dans ur
Jeu de carts 2
2. Qul tient au chat -
remarquable 5
3. Note dieu phry- 4
glen compagnoit de C
bible cpch
4.. Mets de nlveau it,
as- ses d'une con st.ii-
tion su:vi pactois c
quel
-5. Trols lettres le -N-
nies deux lettres d
cruise


--
6. ApprletEraIlt avac de
1 empois
7: Personnel lever en ap
p'yant l girement
8. Mauvals con'efllire
9. Desir ambit'eux
10. Deux voyelles elles
sont vertes ou blanches
x x x x
VEIRTICALEMENT
1. Pas pr6ttnt'eux fle've
stranger
2. Roi d'une c6lebre trag6-
die 6toffs qul attire le re


gard
3. Pronom pretend
4. Epianation thorbiflque -
lettre Igrecque .
5. Vif f'n.de verbe
6. L'Atlantide bretonne -
l'eau ne s'y 6coule pas
7. Legumineuse produc-
ton deux lettres de tim-
bre
8. O'uvrage
9. Decision de l'autorit6 pu
blique fin de partic'pe -
deux points cardinaux
10. Unique prefixe


.1


,-

SVoicd venifr les fEtes de fin d'annee et -- chacun le salt i

tohton Noel est trop occupy pour penser aux adults -- Alors

prenez les choses en main et



Satisfaisez votre desir secret



Tout en faisant une bonne affaire




EN PASSANT A LA





CURACAO TRADING



OU VOUS TROUVEREZ LES REFRIGERATEURS, LES FREEZERS,

LES FOURS LES TELEVISEURS, LES APPAREILS ELECTRO -


MANAGERS DES CELEBRES MA




Philips Sharp




AUSSI UN ASSORTMENT COMPI

ARTICLES PbUIR CA


Pour la iilieuiiie qpalitE, ie sti'v

eficient, ies piX les 1Old

!ee at ia Curacao Tidiia&h til a I

DESIRS LES PLUS S


AIR I


vous propose 140,00




entire -P is
// 1. .. .


des correspoi


le jour meme de
>: -:- : 'L


ne rstpr f'dele comme son
o bre a ses paq qu'aux cho
sTs qui vous sont d6sagr6a-
blos.
J'ai joue au Foot-Ball a
Jacmel, sans gloire faute de
competition. Mais a Port-
au-Princ durant la guerre
en 1943-44-45.quand les rues
v.dts de vehicutes par carcn
ce d'essence et de pneus,
etaint requisitionnees par
les jeunes comme terrains
de foot-ball, je faisais mer
veille comme avant-centre,
renversant l(s idoles qu'e
talent alors le- Freres Char
lemagne ct Roger Cele. t n
coaini' arrecrs jusquc lI
imbattables sir ces terrains
improvises de la Ruelle 4.
de l'Avenue Totissaint Bra-
ve ou de l'Avcnue ChriLto-
phe, a cote de Michel Fil'p
pi, Moumouche Delaquis ou
de Claudy Chancy, des Fr&-
res Toto et Maxime Wol,
Beliard, Max Jules Andre
etc. x stad apr
Les dieux du stade, aprcs


avoir 6t6 dans ma prime j u II faut, reconnaissons-le,
RQUES I O lNDIALES ne se, Phito R6gnier ja- un ha.tian pcur bien corn -
mES ai s 6 g a 1 6, Eliot prendre un autre haitien et
Denis, Georges Audant, T.,- sle fare produre car lhai -
Svar, Gebara. Esper, J. Berna tien est un etre special. Y-a-
qui marquait des buts de t-on jamais pense. Surtout
quarant-. metres, Mathon, quand ce sont des arbres cro
Duthiers pour ses fulgurants chus comme on dit. Et n'est
.k d tours de reins. Pasqurt pour ce pas que l'arbr' tombe du
Fes <,headings) subtils et im cote oi il penche. I1 faut
parables. Dodo Minant, Ha au stade ouf nous en som-
sard, Biamby, A n t o i- mes un haitien pour faire
ne, Champagne itaient alors produire come il convict
Edouard Baker, Paquitte, nos joueurs en mettant la
LET DE MEUBLES ET long'1gne avee ses mains psychologie du milieu a pro
aux longs doigts qui agrip- fit.
A patient le ballen comme un La methode du techni -
O-EAUX fauvo saisissanit sa pro-e, ciln stranger peut-etre uti
Joe Gactj'ns Phito Joseph, le aux jeunes, h la genera-
les Freres Beauvoir, Lumar t'on montante qu'il prendra
,. t des le >. Pour les
iSb aprbs V Ene Ia pl6U, S 'SOO1OO joucurs faits, le redresse -
A venre ment doit se reveler bien
1)P roprtftts 50 x 100 diiile
rd iaS IosRe di Chuehaitenpeut se re-
4 Carrefour (Mon Repos) Chapue haitten pent c nit-
2) PropritNs 50 x 100 viler un petit g~nie, matis
2) Propriettz s 50 x 100ls tousensemble et
I66iW b k bi satisaire vos aure s s Demas vous avez un meange d6-
P) ropriites pour Fac tonnant. Parce que l'Haitien
tory zone industrielle n creat rur I improvi-
ECRkT'S Pour renseignements e.La merveilleuse florai-
C s! sonnez le 6-0663 I N
3110 I ou explosion de la pein
31 oture naive hait'enne en faith
s es.s joooso so///.cos"oso-,. bfoi. Laissez-les se dep!acqr
au gr6 des affinites. El cha
que movement d'cn emble
apportera les memes risul-
tots pus ceiux des sublimes
va-nu-p'eds de Vrrtiires.
Je cro's que l'erreur ma-
jcure est qu reous ayont en
gag6 un entraineur 6tran -
ger pour ces <
alors qu'il lui faudrait con
--\ fier nos tout j unes.
Milk A k L'Equipe Nationale, a no
R Ar e imble avis feral'
--- ..... .mieux centre lee maine de
Zoupim. Mais tel est le ml
.I *, lieu que quand on a besoin
S. ,- :. ?' d'un calculatfur c'est un
danseur ou un plombier qui

0 sies cheque semaine n 'obt'ent.
les quallficatibfns de Mon
eEr psieur Piobnek jurqu' dire :
A beau mentor qui vient de
p lo'n>. Je dirai, simplement
qu'il n'a pas su salsi'r la
psychologle des joueurs hal
tens et Ce rendre compte de
S ,,, leur potentisp d'lmproviia-
tion et tabler Ih-de-1c
'PU L. problem, de 1'equ'pe
nat;onalp hai'enne s'appel
d a nce-t-11 Josrf Ptontek corn-
me certains re plalsent a
votle earvre a Paris L r6de 'c 1 n
'a' Par UfU istraineur mon humble a
J vis serast de d6celer les ta-
lents. de les cult'ver pour
ensult. les Mtli rrer datis un
....-"' ........- .---- eamaae amlmdt PoL .
.. .... .. -* *' .* t--- I -. --:f - -..i ^ -^.A .-^, ^ ^ ^ ^ ^ ihj |,8a^


1I Pintptrk


Maux d'estemade


I


radhesst


HAITI METAL S.A


Une industries


national a la points


du progress technique


et au service


de la communaute


toute entire


peut a~-voir bauoupM ------e- aur..----.
Une petite piece
peut avoir beaucoup de valeur...


,.. quarid on ach@te a la

PHARMACIES IDEALE
92 Rue PAVEE fel: 2-2238
La pharmacie qui vend 6 medileur march
que parout dilleurs ..

. .-.-. .. U


I 1- 1~119111 1III II I aar at I I II II I a I aa I ba II II I


ka~a~n~ic~us#c~oc/rr~vrr~/rr~=/u~=rrE/~v


"M JT--'---'


ii~F~ijd ~jl~5~isi~`d~rr~.;icrl~~ -~insae~ sCLu~iL;i~SU~j, h-~~Pii~-i~r ~.PB~n~r4liieP~e;e~j~8l~mE;r~~-- -- ----


li


17-


PAGE 4


ALE NOUVELLISTEs


MFRCREDI 10 OCT. *197T


-i


I


-Cbvinem =OCC6Jc


(Suite de la l1re page)

satillit.,Je ne m'dpargna's
aucun effort, aucune peine
potr m'lnstruire, dans co-tte
profession oiU Marccau De.l-
nor ,:na't de me lancer
paic .e qu'il avait, dlt-11, dc
couvert en moi, un excel-
lent conteur ot le june
homme qu'll chlerchatt. C'e
tait en Janvier 1948. -
J'avais illico aconnande a
Paris des cour,' pectaux qiti
me vinrent et vIngt 'qumte
fasciculea rtslatiant toute-S
les disciplines enelggnei- a
l'exception ilors de l'Ecolo
gle avec des ind'c.ations
sur les ouvrages q'.tI les de
veloppsalent.
Me. Jacques Larocnhe. leu
ne Lieut6nakt d'alors en fuir
t6moin. L'Institut d'Ethno -
logie dirige par :e Dr Louis'
Mars 6tait pour moi un au
tre champ de cul ure Erne-
rale. Mime l'Ecole' d Gi ui
des du Commissariat Gene-
ral de 1'Exporition, fond
par le Commlssaire Gi6nral
Jean Fouchard assist de


M.' Andre cCher Cheval et
ne me laissalt indifferent.
J'en parlals encore tout
recmment & Orlando Pe-
cooa, en presence de linge
nieur L.on Dalencour, un
autre te tnon : mes etude:
nt 6te s':mbl.e--il si bieni
ainlm'lees que je iis ladmi
ii ton des deux grand Conr
tr.-cteur; de I Expo:ltion In
i.:-rnationale dc Pc rt-au-
Prince J'ai covert les
grands travaux de l'Exposi-
tion au premier rang, a co
te d.: 'Immortel Dumaresa.s
Eslime qil "qt.L;nd de.- offi-
cers trop zeles repou'saolent
!e< gens qui l'entouri',ent
me retenaient fermemE-nt a
es cotles en me dliant : C',st
ci .'otre place Ma place
etait i coir do lui. des Con
tracteurs oul lul donna'ent
-Ir- explicat one et fi qui 1
dia't :exacromni-nt ce On'il
'.nulii t b cotta dui Sccrki.aire
d Eital dn. Tr-'au:x Pbl e.
l'Incerilelur P-rv-rra du Sons
Secr6taire d'Etat du Tou -
risme. l'architect Rnbert
Baussan, de l'Ing6n'eur
Jeanton, etc.


Et j'allais derire pour le
Nouvglllte sir toutes les
manlfestat.ons auxquel le.
ce grand evenement donna
11.u.
Tout ce que le peux dire,
c'e:t que ce n'dltat pas de lim
pro...ation, a la man ere hlia
tinrine.
JA r,..connals a Celire 1 .iclt6
in;tantanec de s: pioduiir le
dritt d u.er d'vne libte quil
n'appart'ent qu' elle. de-
procedes impreous et die
ranch 5e; illllmnlites, h. epon
%oir d, ie r6pandre. de 'e
prodiguer :.t de trouver dans
le ha-aid m6nme- d: se- epan
chement-s dc- elt._t Inat -
t-:ndus et de nouvlles rl-
che:ses, mai- come chez
tin orateur, on lrnprov''la-
tion ne saurair se produire
cans. qu'I a't au pi[alabie.
conce ntrtl- .el rorce. par
uine loneu: t pa-t'ente- me
dil.ation. Ie jiouur de froot-
b.all pour birrn imnpro. e-r
doi" aoir de i'rl re i,,ur
- poC ir ci ''-lr., ce?,n e inlrarlori
Set cette m&ditat'on qui d6s
qu'elles commpncent a se
d6velopper donneront lieu
a un jaillissement. Corn -
b'en de nos joururs combi-
nent cettq intelligence, ce
sens d'initiative et cette'vi-
gueur physique (stamina) n6
cessaires pour improviser a
bon scient ?
Un autre probldme chez
1'Haitien, c'est que sa me-
moire est facilement defail
lante quand il s'agit du
bWen que vous avez fait pour


que, Faldherbe Mevs dit
3.-Je's-, un autre lein de la
race don't descend Francil-
Ion, Antoine Bonav:nture,
Max Zamor d I Mas.ou, Yvon
Martin Leger, pu's mon-
tanient : Theverin, FInol,
Tass:,'dit Zoupim, Dadadou,
I -: 3,r-ro du CONCACAF
57 Mich-el Faublai, Mor-n,.
Charldm Delic.L, Haug, Ker
by, Claudel Legros, Josepn
C'-.jJiku C-I c.
A Cej.e epoque-la ils
jou. crnt a.e. oU.SI ltur itl
to Ij:. seulem,:nt avEc leuri
picds et c'etait mir'.'elle de
le. voir e6.'olt r. L'intel l -
gence coulait de- l ar; corn
binai.oni come I iu.J:ur
Jd- l ur corps.
Marrcel Douge de regret -
te-. m6moire, me confia Ie.
-oin de preparer un r porta
pe b.'oraphlq,ue sur le ge
nial Plhito Regnn(r pour 'on
olrriial Sportl 'er' las fin
de-; anrne 510
Ji : ,= l7:' r, porragse-
p'tir L.: Nouv-Ili:ie Tout re
comment encore Domerson,
un partisan du Violette, me
d'sait com= e je me trou-
vais a Versailles Bigio Fre
res que le pius beau report
ge jamals lu sur le foot-
ball en Haiti a 6t6 fait par
moi lors du premier match
Vaolette-Aigle Noir au course
dluoual cette r prnidre doni-
pe qui venait d'itre fondue
avec un groune d'ance'ns
joupurs de valpur fut dcfni-
t par le T'gre comcnns6 e
ipnnes gene dl canlbre de
Haie d Jn-onh BP Pultin
d' Guy et Fritz BlInchard
etc.
Et Max L(Xo Joseph ne
* disait-il pas qoe chaque fo.s
qu'il voulait remonter le mi
ral dis joueurs du V.ol0tte,
il tirait des archives du
S Club ce reportage qui im
I mortalise 1un dts plu
, b aux exploits du VAC.
Done je connais le foot
ball et le foot-ball me coz
nait.
Ceci dit, je pense que s
on cst d'Accord avec mo
que les haitiens sont encore
au ;tade d'improvisationl, c
Ssont des improvilateurs de t;
S 1,nt. 1 ct done impensa
ble de lour imposer la m6
thode d'un en'raineur qu
ne parole pas leur langue
entondez bien leur languor
maternelle-qui come au
rait d't F. Mornsseau-Leroy
< pas compren'n, gess yo, qu
pas compren'n en y;n lai
yo>>.


cela, 11 lul floudrait d
tLmps, j'en convlnis.
PtliiSLI'.i a et. Engage pour
operir un m.racle Incer -
ta3n, il aura t au es a.er d&
faire tomber les Illusions
de ios jouurs pour nous Its
artlir sur toqIs terrains nitirs
d'une certairne pet '.lrnie
tlrnal.t onale J lui r- pro-
clih.. do, n'a.oir pn-s u r-Ciju-
pie r a I -rn.p in jou' ur d;.
la taleur de Ph:lipp._ Vor-
be qui -a ei pehdant long-
t mps la colonn: .vertebrale
dei l'i:qu pe Notlonale.
Notrl' s-le"' 'on 1 i2n; un
:.adcr. manque cc jed d'en-
=:'mole qu faith In'on l'ap-
p.Ilecrait un.e r qu;pe'. Elle
(.'t silnt ame.
Hier encore aN Munich I.:
cla.nleuirs., .'el:I.-j ent pour
Phil po-e Vorh a cot,:- d.e Sa
non. de Frani'lon., de Tom
Pouce etc
Auk.;. rai qqe li Dieo.urs
L.- li Met podes r a p-. i1.e
ucrit pour l-e 80 dc.- ns
mniases p aianrius ui urOat-
nes, la m6thode de Mon -
sieur Piontek doit rester
sans grand effect sur la ma-
jorite de nos joueurs.
On ne peut vraiment pla
cer sur un 6chfqu'er rigide
des plons ncei ill,_i.nimrL
mouvants sans leur donner
un complex d'adaptat'on
Si Haiti gagne, ce sera,
grace aux g6nies de la race.
Aubelin JOLICOEtTR


Laissez fondre
2 surettes,
,,Ti Madaim,
dans une 1/2
verre d'ean
a base de rides
de Menthe


pionnierde l'industrie
miniere en haiti

plus de 50 ans au service'

de 1'economie haitienne


REYNOLDS
HAITIAN


MINES,





MCREDI 19 OCT. 1977
L


V. *''*'~ rrr~ -


aLE NOUVELLISTEs


SToussaintLouvt u

r x^ (V ^^ ^ Tousssaint Louvefttlft!


IVOTRE HFOROSCOPE'
( I t ir -tctncea Drakle |


,;Q *Ic es


(Rit


JEUDI 20 OCTOBRE 1977


21 MARS Ali 20 AVRIL
BELIEFP.)
Le niatif du B6lier a!me
i'ictibri, les realisations nou
veils, I ns ..,eui-, d'aielio
re line ilr ic -. lu sitnl-it on,
CO.tfe jtodirhb ei donine la
pd6slblitt. VoeIs :r.z loin.

21 AvRi. aU -i rMAti
(TAUtkEAU)
Sans vous en renidre comp
te, vous serez une victimle de
vos crahites et de vos mal
entendus. Cette journey de-
niande une pen.6e claire et
une action d6f'nie. Les re-
Lards seraient coflteux.

(22 MAY AU o i JUIN)
(GEMEAUX)
rMserve et control d.s
r6act;ons neessa res dans
la discussion. Ecoutez et ju
gez objectivement. Laissez
de cotd les personnalit6s et
les conjectures. Matsl prenez
garde A la' olus onu moons
grande sinerite do v6tre in
t' riocutcur.

22 JUIN AU 223 TUILLE't-
(CANCER)
Attention at c- que vous
faites de votre tomps et de
votre argent. Mtme sl une
proposition vous s6duit, r6-
flchis ez-y. Si vous n'y pre
nez garde. l'optm'sm- vous
fgarera.

24 JUILLET All 23 AOUk3
(LION?
Beaucoup lde manocuvrrs
en vue de la m"illoure posi
t on. Suivez le train. Le sue
cs e.t poss ble en d-hor:
des voies et lieux normaux.
Ayez d-s resources.
24 AOUT AU 2a SIBPTEMaBRi
VERGEG)
Une certain audace'oe re0
acicra profitable ma s sur-
-'1lez ls eIcarts de votre
n agination. I.e natif de ce
s gne a generalement du
flair. Q'il en ?oit ainsc main
tenant.

23 SEPr. AU 24 OCT.
S(BALANCES)
11 est conseilt6 de ralen-
tir votre rythme pour dfcou
vrir les erreurs de mo thodes


ou les details omi, Tendez
sans cesse vers vosoiDject ais
ultinmes.
.AT. ',U 22 fg\.
(SCOmril'w ')
Ne vous lance pas dans
des conmplEc:inis. Ayez un
trajet .-let. el' nii et place
dos amoIiton at ui nlveau
raisonnable. .Ne dc-maiidnz
pas 1 n.po.isil ):

23 NOV. AU 21 UMCC.
itAGITTAIRE)
Affaires, tcches difficiles,
rtalisations' long terme fa
vorisees. MO5s ne vous bous-
culez pas. Ayes de la patient
ce, sobyez vigilant et pr6cis.

22 DEC. AU 20 JANVi eR
(CAPRICCRNE)
La compttiton est tou -
jours la. Affrontez-la et a
daptez-vous aux demands
qui sont appropriate.

21 JAN. AU 1s FEV.
'VEOPRISAUl
BEnefices d'efforts passes
mais ne vous endormez pas
sur vos lauriers. II y a des
buts plus lointains a attein-
dre. Agissez toijours de vo-
tre mieux. ,

20 FFV. AT' fO M tAR
(POISSONS)
Gfnereuses influences
dans 1'cnsemble. Sens artist
tique et imagination stinmu -
16s. Servez-vous, bien des
d-eux et vous serez atLisfa:t
ctes resultats.

AUJOTTTID'HTTU :
SIT VOITP. ET ,-,.
Vous ftes excoptiohnelle-
ment divers et, comme ceux
dee Gemeaux, risquez d'e0ar
piller vos forces mais. par
le fait que vour vous effor-
gez d' tre precis mfame
trop m6ticuleux parfoisi,
vous abandonnez rarement
une realisation avant d'a-
voir ete jusqu'au bout. Vous
rtagissez vivement. C'est
une quality si elle est bien
dominee L'art. la musique,
le theatre vous attirent et
vous pourriez gagner votre
vie sur 1'un ou l'autre de
ses plans.


(Su te de la Itrc pagei


ble qualihe do.lleprts?,ni.,s
du Pr6.ident Bala.guer el
de numnbre act.if de l'Ordr.'
Odd Fello. Dans o3, dW's
ctcur; eniousant I profound.
I an alu avec effusion Ila
pr6"ence d la diblegioir
haitit-nne i ci. banquet cl a
C_ CIngr6-. 11 a souliu.n6
la rctp:iilie du gouverne-
ment lie Balaglier. aut mou
,tilmenl qui coeiourrent
l'nili:,ratonii de la quili-
tel de la via, de la families
dominicaie. IUe: Otd fel-
low: dominica. n stronrt
hieniitt pourviu ptr e gon
v. rn'eme't domlAniikain d'un
"d'fie- adiqua poiur conidul
re leurs travaux comme il
en a 6t6 pour le franc-ma
cons. Le Vice-Prtsident Mo
rales a cu un mot Fptcial
pour chacin dos dtleguos
hailtens lor.qu'ilo lui pri-
senfirent leurs hommag'ts cd
la fin de son discours. 11
prt-'enta des felicitations
particult"res au d16guet hat
tien qui porta aprts lu, un
tOaSt de circontancl', lre ap
plaudi a ce banquet (2).
L'anique Loge Odd fel-
low d'Haii detient uie Char
Lt.P de la Grande Loge Mre
de Philadelphie avec la-
q u e l l e e l le n'en
tr.tient aucune relation de
puis plus de quarante ans.
Cette Loge haic'enne a ve-
gete durant ces dernier.-
tnmp3 mait a quand mine
surv6cu grace a la t6nacite
du R6verend Pasteur Philip
p. Van Putten qui en est
le Palriarche. Aujourd'hu',
cett-, Logenehaienne faith par
tie de la juridiction de la
Rtpbbl'que Dominicaline ot
c'est ee qui a jusiftie sa par
1ieipation a ce Congr-es.

Haiti don't computer au
nmoins cinq logs pour cons
tituer une sous-juridiclion.

La promotion d:, rap-
ports hail. ano-dominicains
a trouve. a la v6rite un au
xiliaire precieux depuis dix
ans en la p-rionne des inem
bres du Conse't Superi"ur
du Grand Orient d'Haiti. Et
c'ecl enrore p-ar 1 nr baisi
que se product le rev1il ac
fuel du movement Odfel'-
que en Haiti qui de son c6


Un nouveau Jambon HAMPCO





dans tous les Super March






IDmandez, exigez, redcaniez


le Jmnbon HAM1PCO


carsjncca/~fl/lRsaa-teca'zn)ccocarsnrac%


Joe-^(tkwta






m l. -


N-A. adidas-1V

N 0 U VELAR iVAGE


BALLONS EN CULIR PRIX IMBATTABLE A PARTIR DE S 4:50..

FOOT-BALL VOLLEY-BALL BASKET-BALL HAND BALL ETC ETC...

MAILLOT DE FOOT-BALL POUR COMPETITIONS & INTER
SAISON HOMMES ET GARCONS


CHAUSSURES DE FOOT-BALL TOUTES CATEGORIES

JOETIENNE : 1377 RL CARLSTROEM OU DELMAS.

JOETIENNE LEADER DANS LE SPORT.


D3Bt














1i















I


li, concourr .ra 6galemente
au devtclppemntit et au res
ierremtill de bon: rapport
mritre I'es deux 6tals voi-
Sains et souverains. I
La question ,qut. I on pnur
ra t maiintnant -e p)str
el[ : quell,? c' la diflerten
ee f indamentale entire I-s.
deur" organic ai'on- ? Do. dif
lirenct.e londamentale, ,1
nly- e7. a praesque pas, 1 y a
seulemont que 10dfflisme
est une version s:mplifite
de la:franCi-maconnerte. 11
est d6pouillt autannt qus
possible de 1l'aUra de mysti
.ti-me d'esotlri me reconnu A
la maconiherie. 11 .est un.
formule e.ud e pour faci-
1.t'-r la promotion de la fra
ternit.e it de 1 ,rntu.. d n au
n.veau- des indiv'dus de con
edition modete et des deux
sexes. En effect toute Loae
Odd fellow masculin cir-
re. pond une Loge femininue
et, A certain niveaux, les
rapports tt les travaux son,
mixtes. C'cst peut-etre ce
dernier facteur qui, au dire
de plus d'un, fa't que Fac-
tion Oddfdlique paraisse
plus dfpouilleo d'artifo--
et partant plus. fraternell"
que iq franc-maconnEr e.
Mais colmme be on le
pense, il faut tre dans les
deux organizations pour ap-
precier l'une et l'autre.

Le mouverient Oddftlique
haltien espire aller de l'a-
vapt pour b6ntficicr procha,
nement d'une autonomn'e iu
rid ctonnelle comme il en
est pour la maconnerc ha
tdenne.
G. A.
1 La delegation de la
Loge' Oddfel que haiti nne
a Santo Dom ngo 6talt corn
pose de Mi( s. Leclerc Adol
phe, Mme Marie Jos6 Chas
sagne, Mms' Raymonde Del
,a Mile Rosette Paul. MM.
Rone ,Cantave, Gerson, Ale-
x s, Yonel Alexandr', Jean
Gousso, Antoin-e Casis.
2 -- Lc tonst au hanioUt
a Mt6 porter par M. .Jan
Gou so.

DISPOSITIF
Dispositif dujsugement du
Vendredi huit Juillet mil
neuf cent soixante dix sept,
rendu par le Tribunal civil
de Port-au-Prince, en ses at,
trihutions civil. de divorce,
entire le sieur Ludovic Renl
et son spouse, n e Marie -
Claire Duoerval :
PAR CES MOTIFS, le Tri
bunal aprds examen, sur les
conclusions conformes du
le defaut octroy6 centre la
Ministtre Public, maintient
defenderesse a l'audience
publique du Vendredi huit
Juillet mil neuf cent soixan
fit : admettre le divorce du
te dix sept. Et pour le pro
sieur Joseph Iaidovic Ren
d'avec son spouse, nte Ma-
rie Claire Duperval. pronon
conjugaux existant entire
ce la dissolution des liens
eux aux torts de i'tpouse;
ordonnie l'Officier de I'E-
tat Civil de Port-au-Prince,
Section Sud de transcrire
sur les registres ce desti-
nes le dipositif du present
jugement; dit qu'un extrait
de'ce dispositif sera ila di
ligence de l'epoux deman-
deur instrt dans' -'un des
quotidiens .s'ditant la ca-
pitale sous pein de domnoa
ges-interets envers les tiers
s'il y tchet; comment 1'huis
sier Abraham Cajuste. aux
fins des prtsentes; compen
e It?, depends en rai.son dro
Ia qualtile des oarl.ie.
Ainsi jugi' elt prononce par
Nous, Jean Orlando, Juge en
audience civile et publique
du Vendredi vinyl( deu\ .uilt
let m;I nteuf -cnt oixante
dox sept. en pre-enc- die Me.
I'lrick Rosarioli. Subtlitut
du Commis.saire du Gouver
nenmen tide ce nessort. avre
l'assisrance de Marcel L.
Pardo, Comnii-Grefi'ier du
siec,-, sou-igiie.
It est ordonno a ious huii"
siers sur ce rneqs dle minetre
le pretcnt .iugeme ni t exscu
lion; anx Oliicier-. u Minis
lere Public pr-s les IrNbu-
nau\ Ciiils d'l lenir I1
main; lolS Commandanti,
Os aiitres Ofi,:rera de It for
Cr publique d'y prtter main
forte lorsqu'ils eni seront lt
galement requis.
En foi de quoi Ia minute
du present jueemcnn csl si-
gnte du Juge ot do Cns,;:-
Gref tier.
Ainsi sidgnt la minute :
J. ORLANDO -- M. L. PAR
DO
POUR EXPEDITION
CONFORME :
COLLATIONNEE :
Sient :
Marcel L. PARDO, Commis-
Greffier
POUR COPNE CONFORME :


pe
p;


PAGE I


Foi Tde
(suite de la lere pagei


event lie pas paraltre ca-
'ales.


Bien que je no sois pas ce
lui ve aos banquiers qui se
trouj ail at 'alroport Fran-
cois Duralier loroque vous
arez pris I'avion pour IMlia-
mi, je n'ai aucune obleclion
a ce que vous voyaglez en
premiere classes. Les ban -
Quiers sont, paralt-il, com-
mie 1ls jolies femmes attires
par 1'argent mais, contraire
a 'et a celles-ci, ils ne
sont pas jal6ux.
JJe sils toujours heureux
diavoir des clients qui pros-
perent et je me trejoiis de
les vnir dtperiser leur ar -
gent avec ufie coinpagnie d'a
viatloni que ma Pantique fi-
nunce par ailleurs; a condl
tion, bien enteidu, qu'il leur
resterait toujours assez de
fonds pour rembourser, le
cas ech6ant, les prits que je
leur consentirais.

Les banquiers ne sont pas
toujours les. personnages
tristes qu'on s'imagine et ils
savent, avec leur bons
clients, aipliquer (parfois)
les conseils d'un coniptable
humotiste :
Never ask of money spent
Where the spender thinks it
went. *s' -
Nobody was ever meant
To remember or invent
What he did with every cents
Bien amicalement.

NOS COMMENTAIRES :

Certe lettre de Monsieur
X ni'aura appris une cho-
se : c'cst que les banquiers
ne prennent rien a &a lege-
re : 1'intertt, le principal
aussi bien que I'humour.
Raison de plus pour que, d6
sormais, ils me servent de
totes de ture par dessus les
quelles je taperai sur mes
contemporains...

L'hunariste, en effect, qu'il
soit peintre tcrvain ou dessi
nateur et qu'il s'appelle
Swift, Dickens. Tchakeray,
Courteline ou Stern, et plus
pres de nous Daninos on
Buchwald, recherche tou -
jours dons son universe des
personnages fort serieux cer
tcs mais r6ceptifs a 1'ironie
ou A l'imprtvu...
I1 n'y avait done pas de
banquier a l'a6roport F. Du
valier le jour de mon dt -
part en qFirst-Class). S'il
y en avait, conimme je me r6
jouirais de lui fournir matit
re a r6flexion !
Mon correspondant ne
nous a p r end done
rien en e c rivant
que slce banquier.q ne sont
pas les personnages tristes
qu'on F'imagine). Le person
nage triste, en l'occurence,
demeure le d6posant parce
qu'en Pretant son argent
aux commercants au taux
des Banques il gagnerait
quelque trois pour cent en
plus.

D'un autre c6te. il faut
bien avouer que le Banquier
est un mal nicessaire. Sans
ce personnage qui inspire
confiance, les dleposants tou
jours m6fianis ne met -
traient-ils pas leur fric
sous des matelas, dans des
tirelires, ou dans des jarres
enfouies sous. terre, ce qui
ferait la joie des voleurs ces
anti-banquiers qui lie ren -


S-banquier, interlt,- t-pnri pal '"
draient pms les dpat- extor qufer pour l'amour de Ditu?\ les in ne thffiioignh-t-il
quis 'i leut ropri*tal Fdrt faiivreitseiit, qitt udJ& d'u cttnhIM cur
res ?... ques banqulers de ma con- iM littfralre qnl Ie por
tfMonsir X n nous fe- niissance paralisent tire un s'intfresser A ma chror
rc tdt,L'footl pas adtetffr. -u3 peu plus fin lie race et je bebdomadafre. la seual
les Uanquiets appliquent les concede volonfiers A Mon 5naree capable de me
cnnsellq de ce coMiptablethu r'eur X quIl n'e t pal oublier /'intterb et le p
niorltce (en 1'nccurence Ro- de celte race d'ABul qui pal de chaque tin de m
bert F7tost) qui conseille en dort bois et nmange', sinti -
bin crotle d- ne jamois resse uniquement 1'inttrtt Ernest BENNI
efouiller crabc nan cala et au principal. ,.,.... ..*...
N5 1 tL.


lou-. S'il en er.it ainsi, pour
quo' eont-ils done si pone-
.tu Il pour reclamer du
client le bilan annuel Justi
ficatif de ses eutr6es et sor
ties ? Et, en cas de doute,
des 'bilans intirimaires ?
Une certalne deformation
professionnelle incline en
outre m n, ami a pen
ser que ales jolies femmes
sont attirtes par i'argents).
Ces 61ements de comparai -
son .ne vont pas r6jouir cer
tains dq& nos lect.urs qut pos
stdent, de fort jolies 6-
pouses.

Pourquoi eprouverait-eile
one telle attirance,' la fern
me qui resplendit de beauty
ecette promesse d.. bonheur).
cette source inipuisable de
joies ? MaiA non Monsieur
c'est 1'argent qu n i v a
se courier devant elle, im -
plore ses faveurs, qui se met
an service de cette beauty
(par l aquelle route same in
telligence e s sent mue et-
transportte vers le ciel).
Ce language doit vous parai
tre amis lecteurs, empreint
d'un sentimentalisme b6at
si ion coiasiderre cette in-
terrogation de Flaubert ex
primant certain incompati
bilit6 entire deux ttats.
atre votre fournisseur et ban


D'avoir pris la peine de
ripondre ah met < Points sur


*.COLLABO
GENANTS,


SA11 rICLE :
)RAIEURS


LE BISTROT


Irx.STAURAHT -AR -. PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE



SAMEDI SOIR .
Ambiance dansante

avec

VENDRtDI SOIR
a (Eistrot Show)n

Cesar Cira et les Girls du Bistret

MERCREDI SOIR

Solire Dansante Accord6oa et
O. Musette.



CHAQUE SIR

Piavo Bar -- Amnbiance Musicale
anor3n.y.ra-crnrorr^^">TO's-crn!eaarcr


sAtnrrrrnl


PR5 PosSrE,.LE nmvn HWLE













LC LOOLTN' ST JAMAS4E3 LE vUE .

QUD IL S'AQT DE L'HUILE CITADELLE

SJodoAd A I


.1'.: s


Ftinic-Macon


U -


pas
iosi-
te A
unique
e pa
faire
rinei
ois ?
:TT


...... .. ..........


~C~jp~g~y~ -r~drZlu;i-ullryr~r~~(r[l- L---l ~ -L ~J~)~C~C~Cl)r~q~LIW~IL '


a
x






MERRED It;


Todman
d.alte de Ia 10. page)
diu Icupect el do cooperation.
Ii a egalcmenrt expoc qucl-
quea poinha qut la i ELtaS -
Unl. ainierfien \,oir 'iaLs-
ailt., par Cuua, conmm toa-
Inrlloliltion d. Djioits dL
I Homme a Cuba, Ia liberal
L.oii a.. pl iso lin r a aIrc-I -
ijeiits eI I reunioli Oi- hl-
milies, une aiiaude plus nio
Oa I: aC0 CuOi an, a l ujLi-.
pariLle, du monod' at I, rnas-
.etc duo lincipt ae r..r-n-r
intervention dans les affairs
intdrleures d'un autre pays,
et l'octroi de compensations
aux citoyens americains qui
ont ete depossides de leurs
t-rres a Cuba.
M. Todman a enfin rappe
16 que les Etats Unis tentent
activement d'empecher que
des disputes locales .ne ddg&
nirent en confllts arms et
11 a cite'les cas de disputes
entire Bl1ize et le Nicaragua


estime que l'Amerique


Hi tntre le Salvador et le
i-Hunduras.
xxxx
SELON BALAUUER
Lss VISITED DE M. TODMAN
REVET UNE
. IMPORTANCE'
E.XCEPTiONNELLE..
SaINT DOMINGUIE lAFPI
Le President Dorninjnain
Joaqiin Balaguer a aeolare
miaIO, que iL- oy :. ai- t: M.
Terence Toman.rri. Sticretaire
ci ELtai cajJ i'nt amlerical n aux
Attaires Inter Americal-
nes, dans les pays des Ca-
raibes revit (un. important
ce exceptionnelle..
A l'issue de 1t viplte de
M. Todman au President Ba
laguer, celui-ci a. affirmed
que le voyage de M. Todman
nest pas seulement une
tournee diplomatique mais
aussi la visited d'un homme
d'Ltat responsible et ouvert
aux problimes de tous les


pays Latino -' Amdrlcalns.
Le President Bdlaguer s'est
d'autre part flicitt d'avoir
un partenaire de la quallt6
de M Todman aim de diacu
Ler des problems communIt
et de laur trouver des solu-
tions aatLitaisantes.
Ml. Todman a declare pour
nu part, que sa vilte consti
Cue une nouvelle mnanifesLa
non du desir du President
Cqrter d .e .o iariliariser
LVtc lre aspirations et les
preoccupations de tous les
pays- Latino Amdricainsa.
II a d'autre part ajouti que
si les Etats Unis pr6firent
trailer avec des Gouverne-
ments qui partagent ses con
cepts en matiure de llbertds
individuelles et civiles, les E
tats Unis cons'drent aussi
comme trs iimportante la
question du blen itre so-
cial et economique des peu
pies. '"V


cr rSEUiSOOOOOSooOCoccoS000eOOSr>0MaEda9 N sonanBrs.--------- -


Ce sont les Prix d'une



Chambre pour



2 Personnes




I OUANGJ& BAI




Petit dejeuneL complete: $ 2.00 pr p~rsonne

Dejeuner complete ; 4 A.o00 sr personnel
Diner complete : 4.00 par personnel

"S"OrOCOcCn


I


LE PAVILION


S335 Blvd J. J. Dessalines

VOUS OFFRE

l. a meilleure marque

de TV Americaine


LE Nir et bl anc ct

U1 icouleur iusqu'a


ILm 25 peuces



STel. 2-2318

| -. -- _r.r.'r- -'- -" -C.-. :z-.--.- '


sSulte de la lire page)


la rigle etablie, chaque an
nt ., elles visitant une -ile
different des Caraibes
qu'ellcs ont choisie come
siege de leurs travaux et de
leurb del-lberations.
Cette annie, c'etait le tour
de noirc Pays d'accueillir
ces personnages eminents
qui veilleet sur le destiny du
Tourisme dans cet Hemis -
phere q qui s'appellent
Andersiviberg, John Bell,
Patricia Shiloto Sterterte
John respectivement Prti-
dent Directeur Ex6cutif Se-
ersatire Exicutif et tr6so -
rier de la G.HA; Dr. Augus-
te Rimcpel, President de la
G.T.A, Hon Peter Morgan,
Directeur-Ex6cutif de la
CTA; Jean Holder C Direc-
teur-Exicutif de la CTRC;
Barbara Gillam, Travel
Writer, Eric Abraham de
1'OAS, .James Piperdine pas-
president de la CHA, Mi-
chael Youngman de la Ame
rican Air Lines, Monsieur
Bergstrom, Dirercteur du
Tourisme de Grand Caiman,
Resch Lorette, Foncy Mack
Cliff Burt, Franck Maynard,
Fred Rifler hoteliers respect
tivement Le St Thomas, Aru
ba, Montigo Bay, Curacao et
de Belize et d'autres tels
son, Patrick Hands, R. P. An
que Kilpatrick, Nurse Laro
nunziata,, James Furcy, St.
Sonthwell, Franek Odle.
Carlos Diago, Lyoid M Cole
Jon, Paui- Shinger, Paul
Palmer, Hiller Herbert, R.
Hato, Seperber, Dieterle
John, Lecoel, Hanger Guy
ets... don't les noms font au
torit6 en matiure de touris-
me. 9
Durant les trols jours de
Congris. le fait important
qet a alimente le; dtbats e st
la baisse sensible accus6ie
par le Tourisme dans la
grande majority des Pays
des Caraibes, except dans
les lies Vierges et a Porto-
Rico. La Jamaique, apris les
grosses pertes -ubies durant
ces dernieres annies semble
vouloir se reprend(e cet hi-
ver 11 a 6t6 6galement
mis en lumiire que les
Pays qui avaient so once -
voir et presenter sur le mar
chi touristique. les meil -
leurs packages efaient ceux


. THE ONE STOP STOREFOR ART NEEDS

-- Materiel et equipment .



pour ingenieurs


1-4asns Encadrement de diplomes


et de tableaux


- Studio Photo


- Tout ce qu'un artiste


pourrait desirer


1 Lalue (Place Dantts Destouches) Tel. 2-3t93


N


qui avaient falt lea mellieu
rei affairs Le r61e de
plus en plus important que
jouent les charters dana le
transport des tourlstes a dga
element retenu l'attention -
Des measures ont 6tW envisa-
gees pour que les Caralbes
lienficient de celte v6rrita
ble urevolutions que constl-
tue cc nouveau mode de
transport, 11 a ete aussi mis
en lumitre la necesatti
d'une concentration des pf-
forts pour presenter dans le
domaine de li Propagande
Tourlstiquii, le nom des' Ca
raibes comme une entity.
En ace de la concurren-
ce qui menace de riduire la
place qu'occupe cette zone
sur le march Touristique,
la CTA., la CHA. et la
CTRC qui travaillaient s6pa
riment out decide plus que
jamais d'unir leurs efforts-
Particulibrement la CHA.
s'est attele k. la tches de
preparer soigneusement son
meeting annual qui se tien-
dra A Porto-_Rico entire le 12
et le 18 Jui)Il9RP. Une patti
cipation massive est atten-
due de la part des Pays
Membres Les Directeurs
Ex6cutifs et regionaux des 3
grands organisms ont pris
la decision d'inviter au
XXeme congris mixte de
la CTRC. de la CHA. et de
la CTA les organizations de
charters et les Wholesa -
lers de maniure a faire de
ces assises un march des
Affaires Touristiques pour
les Caraibes.
Au course de ce Congres se
ra renouvelt le comit6 Di.-
recteur-Rigional de la CHA
Le Directeur R6g. de la CHA
pour Haiti, Joel Th6baud, a
siege p o u r la premiere
fois, au course du meeting
qui s'est tenu a Plaza Hotel
Les congressistes se sont
montris tris .satisfaits de
l'accueil qui leur a ita fait
en la circonstance par le
Directeur Geniral de 1'ON
TRP Jean Saurel, le Presi-
dent de 1'Association Hote-
hiere Jacques R. Baussan et
leur amphitryon, Fred Pier
re-Louis, Proprietaire de
Plaza Hotel et Membre du
Bureag Directeur de la CIA.



La Mort de
Schleyer
LE COMMUNIQUE
DU COMMANDO
F . F i F. P IP ,
\ -' i i- r, ..',: du C,,nin iu-
!.:i:- ._u ni u.a -'' '. -
l l Hi i- -'' r PF pai. -


l: .' i f. I ,' i' h

i n.m I. l h l i a.' l Lt
P 4l '_. I',' ,.I a 0 I' -J s a

d.iii,, l r I
Si '.. i L i n i. ,,i P- 1...

d b,:, .i,,- i a ., ., i ,- 1 .:ii


. nh '. i'' -. :" ii .i i or"
l Iii- ii ,.: ri- 'ii. t
,_1-1 ai' t ii r.in .-'n f l- ni.;.ri







l, .i n c d' i L1 ' i'. IIrri .
i l i. _. -. I- 'I ne -ilU fi e
i,- ir n I- i, r I. ; t I ,I -- n,


I j. I," r


li'ulI nd .1- ii 'aL--


L'.Laire uaou au.IiiB s.iiU
5llui ,t U iAd L.iuiLiiLai, eaLi
iuL--L-un uUin, ., a tliA.sux
eSdoUisaatm.,; zraiials, cullt
L.L U 4 U 1o ULap: iiiiUi-'tiiLiie,
at po t Atr a un tournan,
iLp.'a iwiowuito au trruniBnio
international en ce senaiique,
pour il premiere diC, aden
Leirorbat.t nont pU bnein-
civr d'une structure d'ac-
cuell eL de complicite lo-
cates.
Une foisl 'atterriss'age ac-,
cord6, en general pour des'
raisons chumanitalress, l'en
jeu dtalt tel que leur prisen
ce dtait vlte conslddrte cdm
me inddsirable. Bien mieuk,
un pays ausal orient A gau
che, pour s'en tenir uune
classification simpliste, que
la Somalie, a favorisa l'as-
saut ultime mend par un
Commando allemand et s'est
pritd a ce qui pourra itre
considered comme une action
militaire sur son territoire.
On ignore encore,- nmis
les connaitra-t-on jamais ?


SLE NOUVELLISTE
QUOTIDIEN FONDE E 1816

-0-

PROPRIETAIRES : PIERRE CHAUVET
ET MAX E. CHAUVET
DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS

ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVE


Clarification de la Catholic Rel
(Suite de la lUre page)


ces (CRS) est 1'agence of-
ficielle d'aide et de develop
pement des. Eviques et Ca
tholiques Americains et est
represented dans plus de cin
quante pays. Son objectif
principal est de trouver des
resources financitres et ma0
terlelles aux Etats-Unis et
de les mettre a la disposi-
tion des agencies locales de
bienfaisance pour des pro-
grammes d'assistance aux
moins favorisds de ces pays.
Chaque annde les program
mes d'assistance de la CRS
atteignent plus de 20 mil-
lions d'hommes, de femmes
et d'enfants de toutes races
et de toutes religions.
La CRS maintient un bu
reau .en Haiti depuis 1958.
La nourriture qu'elle distri
bue avec 1'aide du Secours
Catholique viPnt direct'-
niinr au goue'rn-ment ame
riairi rlprenerot- par l o,-
r..ua F,-:.,d ror Peace d-' Wa
.-, rt-ci.-. in q inm po ,: ertai
r c: .orndir -on: d eliigbil.ie.
'..:--ula nti a.i-r efficae' merit
1,L ilus- grand ino ibr,: et r-.
rTari onipui: di; r _e-ourc.s
lnte_1 C-bur-au Food ror
P. .-c a d s i staDl r a it ,- r ';,--
i i i pr- .-1 C'e-si .nr-
q'.. I ',: lrr, maltirnrn- j
ii',,-?- ,. 1 i.i',l _F: p rnm ai-



c_ n'.r!,i, d,- t, r.:, l. connui
-..u ]a ri.ur,,j ue Fooa ior
\ ,-,r1; i- ,r I .- ',: ul case-
c.-i IC : r noririu.:- it ace p-
par: I-,r .. urai Fc.-i.d for
Pc:.i,,- C,: icar :cv i re pre
-seiir nrt n cquelquij -,rt l a
v a(r- du pa.i' a aoir :s
ri.ant ,r .le:. a proict : rom-
inuwlisua).ir,: Li CRS recon
rna t I ricep:s--rc a 'Fn i r ,n
SOs d ,diitr,- *rr-,up "- rI
S u> n't'- 4 troutc
d -n. I'oblaliinn dr rco-', c
fc-r I.s ,rnidiif -iit imn Pio._ -es
OI.-r I. I',nr.tau Food for Pea
'r d, Wat in',on.


dans les regions
par la secheresse.
elle a travaille et:
avec la Croix-Ro
tienne et CARD p
au movement d'a
du gouvernement
Ces millions de
nourriture etaient
tion du programme
d'assistance alimen
maintient la CRS
concours du Secou
lique.
Port-au-Prince, c
tobre 1977.
Rev. John MEl
GEN Jean Serge
Reprisentants de
en Haiti.


- W uctAes i CLuLi.uAI


(O VI CueicuLUUL aii uclLu
U u-ttriM ut'-p-ya ac-;
ALL tonirtparui *aver

te. ILi 8 agisaitL aLaors ai
4Impbse. ii s'':st L ag.
ne action concerted.
.attitude d'un pays a
nant au tiers mondi
tionnaire 'apparait
servateurs frangais
ches en enseigneme
le succs technique
operation coup de
mente par une unite
-ce dotte d'un matE
phistique.
Le, terrain appa
ainst quelque peu as
l'environnement dc
raient profiter d'.(
pirates de Fair 6tan
sel a tournee de pe
du Ministre allemas
Jurgen Wichnewski
des pays d'aceuell


La Catih.:Il' R li t S r',.-
i.; rcu'niisB s.snt, Sc obl'-
at ..n ,., nni e r- lea nec :
t[,ux ou pas ri a aucurn, iI
tI, iiion d.- di eontinteil on
hirolrainni:e a slz-'-ince. Soil
ub)' i' f. au conlrailre, est
d(I agmn..ii r i1 piogramine
d d: a Haitil noil soUlI-
in iil. n roiii'ritdure mITl'S
i.--I elI iiai 'iniinltn di pro
11 co m unh ..r ilre;

I.oi. de u-p,' n re z1- ae-
1..i'i 1 e Ha it. la CRS '.a, nt
d mni.orte-r au cour, de c-s
do'iix dcrn'Ir n moi. plu- de
8500.1S 011 1 I 'r.:-.- de- nourritu
re: cornsifstant tn des mil-
liers de sacs de rtz et de
rmais pour ttre distributes



GRIPPINONf

DIT NON


ALA j

GRIPPE


Congr&s Touristique

a l'Hotel Plaza


Pacl I.


-- -


- --


Lea perspectives d'une prevention

international du terroiisme


MERCREDI 10


r


LL 41U1 bles n'y a'evldemmoon. pas
iu cuo itte etrangere), peut-on envi
uAL ue sage; une concertation di-
i ains. plomatique de_ prevention,
ULinem t -sinon-de-sanctions ? La quesa
e. AkLae tLion est abordeo avec pru-
ie Ia.d dence dans lea milieux iran
pas exac alB, et i1 est possible que
un raid ce problem de la prevention
Sic, a u du terrorism international
CeLtt soit evoque lors du prochain
apparte- consell europeen.
e revolu L'idie d'une conference in
aux ,ob ternationale sur le terroris-
plus ri- me est parfois avancee. Elie
nts ique devrait 6tre, estiment cer-'
S i'une tains observateurs franqais,
poingp strictement limitde dans son
de poll champ d'application, et viser
6riel so- non pas le terrorime lui-
mime, mais certaines m6tho
araissant des comme le kidnapping
ssaini, et triangulaire, qui consist ..
ant por- fair, d'une poignide d'otages
iventuels parfaitement strangers 9 la
t cstirili. querelle, la caution oit les
persuasion grants de la recherche du
nd Ifans pouvoir, ou de la destruction
aupris d'une forme de sociatt.
cpossi- II s'agirait de codifier u-
ne forme de lutte qui ne
connait pas de lot, ce qui
s'apparente un peu la qua
drature du cercle. Mais la
convocation dune tell, con
firence aurait peut, itre le
merite d'obliger les Etats ia
se computer, et a se demar
quer. La deuxieme idde d'un
tribunal international apple
a juger certaines m6thodes
de, terrorism procide de la
mime preoccupation. Elle
IT appelle les mimes reserves
et soulive les mimes diffi-
cultis.
lief

fenE Giordani
COMPTROLLER'S
affectees DEPARTMENT DE LA
De plus TEXACO, INC D'ATLANT&
roitement PARMI NOUS
)uge Hai- Nous avons revu avec beau
our aider coup de joie notre exceirent
assistance aini Rene Giordani. revsnu
haltien. apres dix ans aux Etats-lJ-
livres de nis obil -1 travaille au Comp
en addi- troller's Department de la
e regular TEXACO Inc d'Atlanta, Geor
itaire que gie. Rent Lest avec la TEXA
avec le CO depuis plusieurs lustres,
irs Catho 11 avait quite le Bureau de
ctte compagniLei a Port-au-
ce 13 Oc- Pcee. pour aller occuper on pos
tN plus eleven aux Etats-U-
RGENHA- nus. 11 est rentre mardi a-
PICARD: pree-midi pour. des vacances
la CRS eit voir ses nombreux amis.
Bienvenue, Rene !


Cup. go-ujxujump


__~~~,






MERCREDI 19 OCT. 1977



S..DANS NOS CINEMAS

'Deluxe Auto Cin6 CINE TRICMPHE AU CAPITOL'


Mercredl A T7h et 9h
SUSPIRIA
Lii ce I$ 2.50

Jeudl A 7h et Oh
COMWELL -
Eatret $ 2.50

X X X X-

DRIVE IN CINE
' Mercr! di
PROFESSION GARDE DU
CORPS
Entree $ 2.50

Jeudi
l.'OISEAU AU PLUMAGE
DE CRISTAL
Entree $ 2.50

x xx x

CINE RARC
Mercrcdi
MEIODIE EN SOUS SOL
Efitree $ 2.50

Jeudi
LES 10 DERNIERS
JOURS D'HITLEI.-_
Entree $ 2.50

x x x x

CONCORDE CINE
MIercredi *a 4h30 e-
LES NOUVEAUX
EXPLOITS DE -SHAFT
Entree G. 1.50
a 6h30 et 8h30 G.3 00
SLHOMME AU
PISTOLET D'OR

Jeudi a 4h30 G. 1.50
ECHEC A
L ORGANISATION
a 6h30 et 8h30 G 300
.OPERATION CLANDESTINE

X X X A

SENEGAL

Mercredri t Oh et 8h '
MASTER SAMOURIAT
Entree G. 2.00 et 250

Jeudi A -8h
CANDICE CANDY
Ftdree G 1 50 st 2.50


CINE LIDO
Mercredi a 12h 2h 4h
DE)VX HEROS CHINOIS
Entree G 1.00
a 6h 8h 10h
Entree G 2.00 et 3,00


3h 5h 7h 9h
SALLE I
LES REQUINS
Entree $ 1.00 1,50
SALLE II -
JE NE SAIS RIEN, MAIS
JE DIRAI TOUT
Entree $ 1.50 et 2,20
SALLE III /
COUSINS, COUSINS,
Entr6e $ 1,50
Seance de 3 heures
50 po-ur cent du tar:

x x x .

ETOILE CNE

Mercrcdi A 6h30 et 8h30
PAUL ET MICHELE
Entree G. 2.50 et 3.50
J-udi A 6h30 et 8h30
TWINKI
L'ANGE OU LE DEMON
Entree. G 1.50 et 2.50

X x X X

AUDITORIUM

Mercredi a 7h
LES PIRATES DU METRO
Entree G. 3.00

Jcudi a 7h
LA RIVALE
Entree G. 2.00
xx x C

REX THEATRE
Mircredi a 12h 2h 41h
Entree G., 1.00
LE CORNIAUD
a 61h 8h 1011
Entree G. 3.00 (t 500

J udi a 12h 2h 4h 0 1.00
ADIEU CIGOGNE.
ADIEU
a 6h Entree G. 3 00 t 5.00

a 8h30 GALA
DESSALINES OU I.E
SANG DU PONT ROUGE
DE H. TROUILLOT
Entree : Pr'x Unique $ 200

x xx x

MAGIC CINE
MIrcrndi a 2h Ct 4h
LE DEMON AUX TRIPES
Enire U. 1.50 1t 300
t Gh ( t' lh
E:.tree G. 4.00 .t 5.00
Jcudi a 2h c' 4h
Entree G 1 50 et 3.00
LE DEMON AUX STRIPES
a 6h et 8h G. 400 et 500d


LE 19 OCTOBRE 1977
CAPITOL I "
AlUTANT EN EMPORTE LE.
VENT
C'est un un film de la
SELECTION :
VACANCES DE REVES
12h 4h 8h
Avant 3h30 G 8.00
Apres 3h30 G 10,00

CAPITOL II
ATTENTION ON VA SE
FACHER'
12hl5 2h15 4h15 6hl5 8h15
10h15
Avant 3h30 G. 3,00
Apres 3h30 G 5,00

CAPITOL III
LES ASSASSINS DE
L'ORDRE
Avant 3h30 G 3,00
Apres 3h'30 G. 5.00
1l2h 2h 4h 6h 8h 10h

CAPITOL IVy
LA CHEVAUCHEE
SAUVAGE
11h45 lh45 3h45 5h45
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5,00
7h45 9h45
GORGE PROFONDE
Interdit aux moins de 18
ans A
x x xi x

PARAMOUNT
M rcredi a 21 4h et 6h
NOSTRADAMUS
a 2h et 4h G. 1.00
a 6h G. 3 00
a 8h G. 5.00
FURIA PORNO

Jeudi a 2h 4h et 6h :
NOSTRADAMUS
a 2h (t 4h 0. 1.00
a 6h G. 3.00
s 8h G -5,00
FURIA POTI u)


Aaiii4W
Mercrrdi
FRIDAY FOST
Entri'e 0 2 50

Jeudi
L HOMME AU
D'OR
Entree G. 1.50

_


1- -LE 7-V L L S PA G 7


L'~s ntier EMI


(uite de la lir, page)

te debarrassis d'eux le 9,
o.-.to et vo.la qu'ls ris-
qucnnt le as mettre en tra-
vers Se notre chemin) ran
cherit uns autre.
Et tout cela en addition
nant les gne ses deux matches... Si
Canada bat Haiti... Si Ca-
nada bat le Mexiquie... Si
le Mexi-que fat d'Mux mat-
ches nuls...
Sont ils psssijistes ? On
serait tent6 de le croir; car
routes leqrs hypothWdes de-
bouchent sur l'incroyahle
I'inattendu,l'imprivisibl.'
mais le toujours possible
match d'appui... avec tou-
tes ses inconnues et toutes
ses ino'rtitudes.
Haiti refait surface.
A notre grande consola-
tion les Welleman, les Fac
cio doivent aval,r leurs pro
pos teomphalistes. I1s e-
taient prAts disaent ils a
s'acharner sur ce que le
Mexique avait laisse de cc
champion pritentieux... De
det orgueilleux rcpresen-
tant d'un football cara bz
qualifil de debile.
Ils en ont.Wtt pour leurs
frais. L'un et l'autre ont
subi la loi d'une formation
qui en dept de sa convales
ernee a gard6 suffisamment
de ressourcEs pour remettre
certain vantards a leur
place.

Enga,ges dans une batail-
1.- diffic; nous devons re
pondre coup pour coup.
L, s success mtme s'ils sont
troe par les cheveux sont
les bienvenues. II, 7ious per
m"ltent de nous affiritr
et de conserver une image
de marque.

Mais entire nous, il tfaut
adm.Otire qu'il y a un mo?
de enlre I 6quipe liail' cnn
narfois imperial au Stade


Sylvio Cator et cett hum-
i It*I ble formation qui dott se
contenter du minimumin et
ElR letter ensuite, ,-1 utilisant
it 4 00 toutes le armes pour con-
s rver un ma.igre avanttage.
Tous l.'s Spec alisles sont
PISTOLFT cependaitl d'accord sur un
pount, Dans ce genre di com
et 250 petition e au m6pris de
1'-prit olyimp-iue, I'.e-sen-
tiel esl de gagner. Les cri-
lfques el les reform,-s vien
.dront april.


rnhr macits
ossurant le servktce
cerA. nult

MERCREDI 19 OCT. 1977
INTERNATIONAL
B JJ Dessalints
DU SOUR1RE
Ruelle Alirte
'TURQUOISE
St H. Honored
JEUDI 20 OCTOBRE 1977
PORT-AU-PRINCE
B JJ D, ssalines
B JJ DGssl nes
ST F. SALES
Rue Eliterr ment
ST CHARLES
Carr-four


Avis de I


divorcee


11 cst porte a la connais
sane" de tous eeux a qui
;1 appartient eue le v ngt
nriuf Aofut in 1 neuf cent
so xante dix sept. l'Offic (r
de lEtat Civil de la S c-
tion Sud de Port-au-Prin-
ce a transcrit dans les Re
gi-tre-. a ce dcist n6s, le
d spoo tif du Jugem nt ren
du le vingt six Mat mil
neuf cent soixonte d'x
sept par ]e Tribunal C vil
d- Port-au-Prince. admet-
tant et prononcant 1" d'-
vnrce dCg enoiux N colas
Brunn la femme nee Lour
d-s C'rmon.u.
Port-iu-Pronc', le 18 Oc-
tchre 1977
P'erre A. BAPTISTE, Av.


L'Ecolede Commerce Julien CRAAN

soucieuse de satisfaire les nombreux Etudiants qui n'ont pu suivre les
Cours d'Octobre. inaugurera au debut de Novembre prochain les Cours suivants :

1.- COMPTABILITE AMERICAINE (Cours tres jn
tensif).
ler. cycle de Novembre A Fevricr.
2e. cycle de Mars a Juillct.

2.- BUSINESS MANAGEMENT AND ORGANIZE -
TION (Gestion d'Entreprise.

3. APPLIED BUSINESS MATHEMATICS (Arithm6
tique Commerciale.

4.- DACTYLOGRAPHIE BILINGUE TRAVAUX
D'APPLICATION ET DE CORRESPONDENCE
5 COMMERCIALE. (3 6 10 mois).
1 ^5.- IBM KEY-PUNCH.


INSCRIPTIONS : tous les jours sauf le Samedi et le Dimanche a 1'ECOLE DE
COMMERCE JULIEN CRAAN, Avenue Christophe et Rue 6. de 8 heures du
matin a midi et de 2 heures a 6 heures 30 do soir, les ours feries excepet6.


- -*omm- le- Mextque, mait
pour d'autres raisons, 1'e-
qulipe d'Haiti do;it itre pr&-
te a fare face a toute even
tualite a r6pondre a tout
appel resultant de la stno-
ble incertitude v sports.
Un seul moyen pour y pir
venir : disposer du Canada
et de Suri7nam.


George adeonsky
PROPRIETAIRE DE
GRANDS RESTAURANTS
A CHICAGO r

Nous avons revu avec
plaisir notre ami, George
Badoniky. le grand George,
avc sa barbe d'Henry VIII.
arrive lundi avec sa jeun,
it belle compagne Sally
Swope.


George Badonsky qui vi-n
en Haiti pour las .- xime
fois est le riche proprietai-
re des ctltbreS er'staurants
Tango (3172 N. Sh-ridaii,
Chicago, Ill noi.s 60657) The
Brewery Restaurant et Bas-
ttille, 1' tout dernier qui e t
un r staurant/ frangais.
George Badonsky visitait
son phre a Tampa, Florde
quand le froid lui rappe-
lait d'une facodn laneinante N
son II11 favorite dans la Ca
raibe et y est venu pour une
visit de quatre ours avec
rlexquse Sally.

Ce Restaurateur est fort
6pris du M.nu de Chez Ge
rard. 11loge au Grand HI-
tel Oloffson ofi il a faith la
connaissana?, bier Soi;r de,C
sympathiques Atidr& et De-
nise B ruling, d'Alsace. An-
dre est avec Italtibra, Im-
port-Export, Mulhoue e of
d Milan. Andr t tt sa jolhe
et gentille femme blonde
Denise sont arrives la se-
main. derneOre avec la Sata
venant, de Geneve pour une
semaine. Ils logent a El
Rancho .



Avis Matrimonial
Je soussg-gna Luc Sant-
Fleur port la cnnnaissan
ce du pub.lc et du commerce
en part cul er que je neo suis
plus responsible des aces
et actions de mon epousc
nae An a Laguerre ce pour
injures graves et pibli"s
et abandon da tolt marital
Luc ST FLEUR


TOITURE POUR TOUTE UNE VIE


LA SURFACE A LA COULEUR BLANCHE

INTEGREFaREJETTE LA CHALEUR.

SLIDE, RIGIDE, EXIGE MOINS DE SUPPORTS

N'EST PAS ENDOMMAGEE PAR LES OBJETS

QUI PEUVENT Y TOMBERo

iNSTALLATION FACILE GRACE AUX LARGE FEUILLES.

CHAQUE FEUILLE, 33 ,DE LARGE PAR 16. DE LONG

CHAQUE FEUILLE : 44 PIEDS CAERE3


* .


Concept revolutionnaire


dcveloppe et produit en Haiti v




TEKNIGLASS INDUSTRIES


CITF MILITAIRE, TEL 2-3146


-lirw--m --- Brt-nmii- --^-rtn *-- -^\3"^^^ """*"*^^^^^"*^u^^^ "*


PARTICIPEZ AU CONCOURS



(Vacances de R^ve>




DU CAPITOLi


RECLAMEZ LE REGLEMENT ET LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE



PATRONNE PAR LES


HOTELS MERMIDEN


ET


AIR FRANCE


bTYt-iQ 3 li~~r~~~a~--I iaP al";tscEB ~ IC g~e~g~~~~hB,


'%;r/; aJ'~/~s~/~s/~//~/J/~bWARE~


cLE NOUVELLISTE.


PAGE 7


I























a-
/








-









z









6~












Q*~ e~


cri


co'.












4L
OR

16

44



40 )


bA w





0 0



0+4
Cd
,I


U24~ ~-4.#~ M~ml'04400 -4 0)
(V go w .~ .00); -0 400


0,


CQ 4+40) Cl) k0
Cd 0)
CU 14 4& '8 M C.)


GD
U,
Eu
U.
GD

GD:
~Ua
GD.'
~Ua


CD


















ui
P
Q),2


0
*~ ~ 0 0 1

~40'0


o'0
~88 0-
~0) ~

0
<0-0 -


Cd > =
c2



0) )0440

Cd0 0'

m 0 .0


:D a


(L) 4d M
444

-d c C







12. ul -z
1 4)2


















L00 >



00)


GD~.


0
a


Ud L) ,) 0'ce w00) I )0



w. &,0) = -0
04 -% 0= c
41C d > -




L40J u< C, c 0 000o 8.
pwu -0~~0 ~00 04-






^

y

.si
-i


-w


^
1-1

<-.>


0'-0Z

:2k0
D1










0 q 1. 0




0o C6 C)~. ~0o' .
j o, '0>'
40 -~ 0-0)4-
4. .4')00


:t'0


0,-2 ~ -~
00
44..)
*0 ~
0 >.~ 0)


0




2,) ~


bo


o.0

0 7z








cd0 .0 ..0220




0c


~31a~Fa Jmaeaa'man --Qaa8Fsmr8~c~ l


Z~Z



sp-I -W 0 /I w 14~


ego ~ w <




Imposed c;
Zc (D

~f2IZ
I H 2
peo < w C 0 C C C
000) 34W4fl' Z 02Q '0<
z



Ln Z L)

co c Cme 0co




~0 0 =s'
C's C) 0 0 0 E C 6', 7

<- C. 0, ,, c 0

ozoz.0 4'1 00 080U)


7Z-


84-"'


C.










0r










Zvo


.7:81





0' c


71,,



00


L43~


Gd



zU


96





h16




~ GD


OGOBZ41420 240B0 f.


0)0)

@544~ D


02


I C- 1.1 J0


0 0 -C-
tp) -


-Q u 'm0


Q4) u 0 0 )



b.0,


0


0)4 0)0)4
0
>'*~
0) 0)4-4Q
*~ .0 4444
U, ~
~' ~ .2~0
2,2

GD ~ .44>
2 0~ 2 /
o'-0 440,0)~
IA ~
Eu 0)0)4-.04
a
o ~0004002
U '0e
44.4~ 0,~


'0 00
b441 0
0)n0 4
CI w.
r L.r0-


00 U0) 8 004


rag



cuu(
= t. =
44 v c a E441 =4. %.I'0)v 2,7"


PC


pzo




LjC)
H0


242 4
~o8

2 ~

.0 0 21 4
0-
.2. ~2

144.425
GD22
0,



1)
02~

02-' 4
.-4 J2j
2-2
-z 02 oz
o 02 o~
'o0,
E-' 02
02 42
0, -~
"2


.Jr


Al


0













Ime


~
A

144 145
5- 5-

144
0

0
U
a'


0;


-'~'04 -


O4-






PO,


2










- 2.


CL'


V 00 1- - --


.,r ,-/F-./,K////rq-r////".ro- r~~r*-. r-.jr;-Y4rLj j,


'J~YIIT/~3-A;r3~,)3d~W-L~r))~/r93~mn


p./////N//r//~~~.//////~L~/(//~m/~W13~5~


2d0)
'04
'd i


'0)a4

4440


.


s


1


3




^ S


w


OR




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs