Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09894
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 10, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09894
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

.~S -. ----


Le Message du President

ai vie de la R publique
L'OCCABIONiDE L'INAUGURATION DES TRAVAUX
GE RESTAURATION DE LA CITADELLE ET DU PALAIS
DE SANS SOUCI


Populations du Nord,
j6es hers Concitoyens,
SC'est dans un sentiment
4e profound attkcherrient a, la
mtdmoire de nos grands an-
fetres que J'invoque le nomr
du Grand BAtisseur de Civi
,lisation que fut Henri Chris
iliophe, en ce jour anniversai
e de sa mbrt.

Mon Gouvernement qui re
4ierchd, dans nos origins
U sens de la lutte qu'il m&
tae pour la liberation int6-
gvrale. de 1'Homme Haitien,
ape peut manquer de se rap
peler que la valeur et la fier
&h d'une nation se fondent
4dans le souvenir de ceux
qui ont illu-tr6 son histoire
par des hauts faits portes
jausqu'aux limits du subli-
me. Le Message que Je vous
padres e aujourd'hui est un
sommage rendu au Coura-
ge, A la Vaillance, t l 'Hon-
aeur, ces vertus cardinals
,qui edifient 1'6tre et qui per
sonnifialent le Monarque du
We.ord don't la transcendance
dle Faction politique a symbo
lis6 la resistance haitienne
en face d'un retour offensif
du coloniali.me.et assured la
perennite de la geste de
.804.

Le Premier Roi couronne
,du Nouveau Monde, Henri
PREMIER, qui se voulait I'A
p6tre de l'Heroisme, a la'ss6
au Pays, un H6ritage cultu-
1 h utlIiser pour le pro-
gtirs civil et human de la
Cormmunautt Haitienne
Extr6miste de la Justice,
il coeldamnait l'oppres ion,
it proclamait pour ses conge
neres, le droit a la'v:e, dans
la liberty et dans la U'gn.te
retrouvee; extreme ste t,, l'a
mour, il a lutte non scule-
m-nt pour la orotect'on de
la justice, ma;s encore pour
la cause de la Ju tcc For'
de cette devise : <,Je renais
de mes cendres, 11 contfrma
l"mmortalile de son oeuvre,
ceile qui est sp rituelle, A
cause de son ( mpreinte sur
le comportement' indv duel,
:ur la conduit des hommes.
Et sJl .fut btlisseufr de' c'-
tadelle et de palais somp-
tueux c'etait pour entonner
aux lEnd-mains de la victoi
re l'un des plus beaux
chants de notre cycle h6roi
que et s'gn fi r au monde
c'vilis6 la valeur d'un ideal
d'un acte de foi dans les d s
t nit's immortelles et gloricu
ses de la Patrie na'ssante.

Mon Gouvernement qui v ut
instaurer au-dessus des con
tingencrs, ce pieI" y 'a Ieu
d'appeler la < ide,-. des fi-rlis et ds S-
po'rse rassernmbl o le ha'uts
fats de l'H sto re, pour rn
reconstituer le partr'mo ne e


pars et dispersG. XI veut ap-
pr61tender, le probl6me hal-
tion en function de la Ba-
taille Economique en course
et le situer dans le context
te historic cultural le
mieux d6signt pour la conso
lidation progressive de cette ,
superstructure qui demeure
(Voir suite page 2)


LUNDI 10 OCUTOBRE 197"
No 30.640

82EME ANNEc









FOEDN Ml gps : LE PLUS ANOIMN QUOTIDIES D'AITI EMMBRB DIB L'ABSBOCIATION NTERNATIONALE DB PRESSED |

DIRECTEUR : LTCIEN MONTAB Rae di Centre No. 3S
ADMINISTRATIR : HMe. MAX CHAUVET Boite Postale : 1316 616phon : u-2114


DES OUVRIERS

DE LA HASCO

SOUMETTENT

LEURS

DOLEANCES

A L'AUTORITE

EXECUTIVE


,110 Ii~~el'VleW VNOHellste, d'Antomne.
Une interview au Nouvelliste d'Antorne




Tassy 1'ancien entraineur de 1'equipe national


Des Ouvriers

de la Hasco soumettent

leurs doleances


Cet apres midi, vers 2 h,
on a vu defiler i la rue des
Casernes u n g r o u p e
de travai 1 1 eur s
A leur tete deux hom-
mes portant un etendard.
aux couleurs nationals.
Sur cet etendard, dn vo-
yait six photo:, deux de la
Premiere Dame de la Re-
publique Madame Simone
0. Duvalier de quatre du
President a vie Jean-Clau
de Duvalier. Lorsque ce
gioupe arrival ia la hauteur
de 1 Admini-tration Gene-
rale d s Contributions il
scandal t : < Vive Jean
Claude Duvalier Vive
Manman S money !


Mort de Mine.
Marcel Vilard
- Nou avous appies avec
inf.n ment de pelne la mort
d- Mme Marcel Vilard.
Une des em nentes figures
de notre society, Mine Mar
eel V lard a contr.bu6, a-
vec i s dons de coeur, son
esprit de progres et ton
sens civique, a de nombreu
ses ocuvres, orient6es vers
le d6veloppement social.
Elle a aus i travaille au
d6veloppement de 1'art flo
ral.
chcz nous. Elle fut
dans c? doma'ne un pion-
nier geniraliment Estim6e,
sa mort sera douloureuse-
ment ressnt'e.
Exc. llente amie de notre
ma son, rile ne manqua t
jama s de suivre avec, une
attent-on soutenuo tout. ce
qui toucha't ia 1'volut on
du Nouvelliste.
Nous partag-ons la peine
de se- enfants d- tous les
parents et all'6s affected
par cette disparity on.


Les grande

manifestations' du Cap
REPORTAGE : Carlo A. DESINOR
Pour la premiere fois, de d'activites avait ete elabor6


puis 157 ans, la memoir
d Henry Chr.,tophe a ete of
f ciellement exaltee, a lines
tar de Jean Jacques Des-
salines, le 17 Octobre et de
celle de Toussaint Louvertu
re, le 7 Avril.
157 ans d'oubli et d'indif
fdrence vienncnt done d'e-
tre effaces samedi au Cap -
Haitien et a Milot oil se sont
deroultes dans la tradition
des fastes du Nord, de- ma
nifestations consacrint ,de-
sorma's la date du 8 Octo-
bre ia la m6mo're du grand
Monarque.
Ces manifestations de-
vaient au st marquer, selon
le voeu du Golivern'mcnt,
l'ouverture officielle des tra
vaux de restaurat'on du Pa'
la's Sans Souci, du site de
,pramer et de la Cltedelle
Henri. Un programme ri'cne
couvrant environ' 16 hetures


par les autorites du Cap-
Haitien.
Nous publions dans note
6d t on du jour, un, Eporta
ge detaille de ces manifes-
tations.
A MILOT
II etait pr:sque 8 heures
du maen quand la d6eleg-
tion off:c'elle du Gouverne-
ment, composer : -
du Major Max Valles,
Representant du Chef de I'E
tat
du Ministr ai l'Informa
t'on, P. Gou-se
du Sous Sc cr6taire d'E
tat a l'Interieur, Bertholand
Edouard

du D'rectmer Gnttral
adjo nt i l'Office du Touris
me, Thio Duval
arrva, samedi patsn, it

(voir suite -page 4)
-


Arrives aux abords du Pa
lais National, un Adjudant
de la Police leur a alors
propose de se rendre plutot
au D6partement des Affai-
res Sociales.

Soudain, arrival le 'Minis-
tre de 1'Int6rieur Me Aurt
lien C. Jeanty en Compa-
gn'e du Sous-Secretaire
d'Etat Bertholand Edouard.
Le Ministre Jeanty les invi
ta au D6partement de 1'In
terieur.

Introduits avec discipline et
ordre dans le carr6 du Mi-
n:stre Jcanty, ii ont ren-
contre le Ministre des Af-
fa'res Socialss le Dr. Achil
le Salvant. Apres avoir fa't
savoir au M'n'stre Jeanty,
en r6ponse a une qgusteon
qu'ils sont tou. des travail
leurs de la Hasco, ils ont
design, sur la demand
m6me du Ministre Jeanty,
un porte-parole. A'nsi.
prend la parole Lukn r Ni
rette. Celu'-ci a dit le di-
sir des 3 000 travaill (ur-,
de la Hasco d'avo'r un syn
d'cat 16galement et v6rit4-
blPrent reprie-enlatif se-
lon lu', l'ancien syndicats
aura't ite de conn'vnce
avpc le patron pour leur
exploitation. Toujours d'a-
pres M. Nerette, le Patron
s'arrogeait le droit do con
gedier a n"mport- quel mo
ment, de v oler le code du

(Voir su'te page 81


Ses points de vue, ses observations et ses suggestions pour, dit-il,

"Sauver ce qui peut 6tre sauve"

Apres la cuisante dfaite de I'equipe d'Haiti devant celle du Mexinue,


par CARLO -

Zerdile un match est un
des alas du foot-bali, '. ik'
-la maniere de perdne comp
te 6norm6meat et est s.gni-
ficative a bien des points
de vue. L'equipe haitienne a
perdu hier son premier
match, dans le tourneou de
la CONCACAF contre le
Mexique. Les plus lucids
ne s'attendaient pasa anu-
tre chose. Mais 1U oil les
pronostics les plus sombres
onut tous couple, C'est que per
sonne ne s'attendait & une
aussi mauvaise lirestation.
LI'h ture est sombre. Et le
champeonnat nte faith quge
commencer. II rest 4 mat-
chls it jouer. Et qu'il fau-
dra cofite qu- cofite gagner
si nous voulons conserve
nos chances pour une quali
fiction. Math6matiquemlnt,
r en nest encore joue.
-Et maintenant, il faut sau5

ver ce qu: petit etre saiav.
11 laut limiter les d6gats.
Apris la dtfaiteu ii faut re
consid6r"r les cares et le
atouts. II faut se ieorti-
quer l'e d6fate, au moins une le
0on. .

Nous avons r ncon*tr
Zoupim ce mat'n, et nojis
avens eu avec lui une cori-
versation interessante. I1 a
eu 1? language et le ton sim
pli d'un haitien qui Se onu
e.ls de son 6qu pa de foot-
hill et qui a "n plus 1'a-
vantage et le privilege d'e
tre un connaisseur, un tech


nicien e'xptrimente en la
matiere. Et d'avo:r et6 par
dessus tout, dans le temps,
entraincur doe la Stlection
national, de foot-ball.

Nous jouons notre pro
chain match centre le Gua
t6mala, qui joue comme le
Mexique, la difference,
qute les joueurs mexicains
sont meilleurs technicians.
11 est important que nous
evitions lies erreurs commi-
ses dans le match d'hier.
Les guat6malteques atta-
quent surtout par les a'les.
Etant donni qu'au course du
match d'hier, ils ont vu la
faibles de 1'6quipe hai-
tienne, ils se pr6par :tf sfi-
rement a 1'exploiter a fond.
11 faut done nous prtpaner
-en consequence.
Comment eviter les m6-
mes erreure d'h'?r ?
Je seava.is qu, i'equipli
.haiienne allait craquer,
par manqu- 9e competition.
Lee faible'ses techniques et
tiot'"ues ont uit6 'vraiment
extraordinaieos Un milieu
de terrain d6garni Au-
con marquagne. Au vu des
matches jouis iA Port-au-
PrnIee. 'i'quipe' .hail enn"
,n6ranml un marque, iindi-
v'du 1 strict sur I'adversai
re. Tml n'a pas et6 le eas
h'rr Lee mexicains n'eiaient
ianmais marquee quand ils
riTun6raient la balle Di
facon don't a joue 1'equ;nc
meexica.'ne il n- devrait
pas y avoir de fa'llr danss
no.r- nuipe : Les mexiclins
multiples los passes la6ira


FOOTBALL :


Le Mexique bat Haiti par 4 buts a 1


MEXICO (AFP)
Devant 110.000 supporters
inconditionnels, la s6lec-
tion mxica ne de foot-ball
a battu i'equipe d'Haili par
4 1 dimanche aprts-midi
au stade Azteca de Mexico
C:ty.


par Jean-Claude SANON
Face it un adversaire ren
du, nerveux par 1'ambiance
survoltte creie par les group
pes d'animation (Porras)
st peu habitu6 t jouer en
altitude, lies mexicains n'eu
rtnt mime pas a forcer leur
talent. lse as contenterent


Simples reflexions

apres une d6 faite
par Aubelin JOLICOEUR


Au lendemain de la de -
failer de 1'equipe nationals;
haitienne devant cell du
Mexique, je me permits de
dire qu'elle peut surprendre
des gens trop naifs mais que
c'est le contraire qui mI'eut
6tonn6.
Je ne voulais pas scas-an
drisers, je *e laissais tout
simpl?mEnt aller it espe-
rer comme tant d'autres
qug le miracle s'opir-rait.
Il faut semer pour recol-
ter; il n'y a pas de g6ie6ra
tion spontan6e. I1 faut nous
rendre i l' evidence : nous
sommes jus1u'ici confronts
aux d6fauts de base qu'eux-
mimes les mexicains corn -


bien de fois nius peupli6s
plus riches, sont en train d'6
liminer en d6veloppant les
structures.
Le grand mot est done lan
ce : structure, la manitre
don't les PARTIES d,un
TOUT sont arranges. Les
strictures de base d'un
pays -peuvent permettre it ce
pays de fonctionner tout
seul. Ce sont ces rouages qui
font qu'on dit qu'un pays est
civilis6, que rien n'est lais-
sia 1it l'iprovisation qui est
par quoi 'on reconnait le
primitivisme. I1 faut sor -
tir des rouages du primiti -

(Voir suite page 2;


d'txploiler les erreurs d&
la defense ha tinne.
Les trois premiers buts si
gnts Sanchez (lire. minu-
le), Rangel (46. et 70lb. mi
nut-) furent de veritables
cadeaux offers par les ar-
rieres haitiens.

C -'tte large v ctoire r'n-
force la position du Mexi-
qus come favor de tc tour
noi pr6mosndial don't le vain
queur sera champion de la
CONCACAF et qualify pour
le tournoi final d.ela Cou-
pe du. Monde en Argentine
en juin 1978.

Le Mexiqug; occupe la pre
miere place au claSsement
provisoire pr6cedarnt an
(goal d'ffirIence s1 Salva
dor vainqueur du Canada
2 -1 et le Guat6mala qui a
triomphi du Surinam par
3 --2.
Avant le match Mexique
Haiti a eu Linu l'inaugu
rat on officielle du Premon
dial 1977, avec le faste tra
ditionnel d's grande compo
titions sportivs. Sous miles
achours d'encouragemeont ai
l'adresse do 'itquipe locale
(voir suitepage 7)


les, cse qui devrait nous per
mettre de nous regrouper
efficsacement. Mais ie, re-
groupement n' a jama:s et6t
fait.
11 y a ensuite lie problie-
me des avants. Pour jouer
le 4- 4-2 il faut des a-


vants qui bougent: Sanon
itant marque, devait se di
placer, constamment et fal-
,_e sortir son adversaire et
. non restier fig6 & l'aile gau
che. Domingue, lui, 6tant
restit at 1'autre aile. -
D'autr part, les digagie


ridicules, Trop de balles
de perdu.

ments de Francillon 6taient
UNE FORMATION
MAL EQUILIBREE?
Nazaire n'a pas les
(voir suite page 3)


LES "ZINS" DU PRE- MONDIAL


EUPHORIE DANS LE CAMP
MEXICAIN

B) Les joueurs de la se-
lection azteque, apris leur
victoire sur Haiti ont envoy
un t61egramme au president
Jose Lopes Portillo, lui con
firmant qu'ils lui avaient
dedi6e lur matth centre la
selection haitieune. Le pre-
sident Pqrtillo a repondu
aux Mexicains qu'il 6tait
tris fier de ce cadeau.
-

A) Les foitballeurs mexi-
cains se prtparent it accu -
muler les primes au course
de ce prt-mondial. La pre -
mibre prime encaicsee pour
Ifi viclbiri contrt Haitti t 6"
de $ 2.500 par joueur.
Chaque iquipp national
i son Pele. Le Salvador a
Luis Balthazar Ram'rez Za
pata. Ce Pele salvadorien
qui etait nargu6 et ridiculi-
se par les journaux mexi -
cains a fait itat de ses qua-
lites au course du match con
tre le Canada. 11 a marqu6
les deux buts du Salvador.
O --
-o0-

A) Qunrelles p-rmanente.s
entire les joueurs du Canada
et ceux du Salvador qui oc-
cupent le mime hbtel it
Mont',rrey. Les driux equipes
ont failli venir aux mains
en plusieurs occasions. I1 a
fall intervention des d6
leguts du comite organisa-
teur du pre-mondial pour
les empecher de se battre.
Sur le terrain c'est le Sal-
vador qui, a en gain de cau
se.

La tristesses tait de misec
dans le camp haitien dis a
vant le match. Apres une
causerie tries pathetique, le
president de la FHF, Mon-
sieur Berthonv Nadire a
pleure en laissant l'h6tel
Parquerilla. L'6motion sans
doute ou une certain pre- .
monition.
0 -

A) Haiti et le Mexique se
rencontreront peut tre en
Novembre prochain dans la
cat6gorie des juveniles. En
effetj afin 'de vr6parer 1'ho-
rizon 1982 la FHF a conclu
avec la federation mexicai-
ne un accord pour un match
international juvenile en
novembre prochain,' entire
les selections du Mexique
et cell d'Haiti.
0 -

B) Si le match'Haiti-Mexi
que cat6gorie juvenile arri-


M et S



Construisez bien


Malta Heineken



Buvez votre bonne sante


ve it etre conclu et a ttre
organism, la parties sera tries
difficile pour la selection
haitienne. I1 ne faut pas on
blier en effet que les jeu-
nes mexicains ont ete fina-
listes du championnat du
monde de Tunisie. Ils n'ont
perdu qu'aux. penalties face
ia 1'Union Sovi6tique.
0 -

A) L'equipe haitienne a
ete tries abattue apres la d6
faie f a ce au Mex.que
Certain joueurs staient an
bord des larmes, d'autres pa
raissaient complitement per
dus. Les plus tristes etaient
ceux qui n'avaient pas pu
trouver la condition physi-
que et qui ont joue au-des-
sous de leur valeur habi-
tuelle : Nazaire, Ptlao, Ed-
dy Antoine.
O -

A) Les journaux mexi
cains ne tarissent pas d'61o
ges it propos dtHenri Fran-
cillon. Ils 1'appellent (l'ar
raignee noires. Francillon,
selon la press mexicaine, a
confirm tout le bien que
1'on pensait de lui. 11 a ete
meilleur homme de 1'6quipe
national d'Haiti.

-0-
SO -

A) La press mexicaine de
made maintenant au pu -
blic local de supporter 1'i-
quipe haitienne pour ses pro
chains matches contre 1l
Guatemala et le Salvador.
Ces 2, quipes ayant gagn6
leur premiers matches de-


viennent du coup les rivaux
No. 1 du Mexique et pour les
dominer, le Mexique you -.
drait que son public appuie
la selection haitienne.

0 -

A) Le garden de but de
1'6quipe national du Guat6
mala s'appelle Rodolpho
Garcia. Le public mexicain
et le public de 1'Amerique
Central d'ailleurs 1'ont
baptism Nixon Garcia. La rai
son est bien simple pour
eux, Rodolpho Garcia est le
portrait, est le sosie de 'an .
cien president Richard
Nixon.
0 -

A) La selection haitienne
laissera Mexico demain
pour Monterry, Les joueurs
prendront logement ita 1'ho-
tel eColonials pour pripa -
rer leur prochain match
centre 1'iquipe nafionale du
Guatemala.

xx x x

CODE POUR NOS
eZINSe DE MEXICO
Comme on Ile voit, nous
faisons grader chacun de nos
eZincs d'une lettre : A -
B C D, etc. C'est un code
quo nos lecteurs edichif-
frontu comme suit :
A Pour les nouvelles
sfires et v6riffieS.
B Pour les chos, sutrs
certes, ma's pas veriftis.
C -, Pour les nouvelles,
poseiblement fondles.
D Pour les rumeurs.


I


I


I -






cLE NOUVE LITTWF


PAGE 2


I Un nouveau Jambon HAMPCO




dans tous les Super Marchev




Demnandez, exigez, reclamez



le Jambon HAMPCO

5:&P.J.JO .&omseeO&DD OCWDe JSDsJ


1LKELVINATOR utilise des
Oarois solantes de
Polyurethane haute
ment efficaces qui
.eyvtent les pertes
de froid I(d ou
economie d 'energie)


2_KELVINATOR utilise
des fermetures md
gnetiques aux quatre
cotes pour mieux


conserve le froid
( dou economic
d energiese )


Simples, reflexions

apres une defaite
(Suits de In plre page)


vismoe et ceser de computer
sur le miracle capricleux.
II t faut nous rendre i cette
evidence ai savoir qua les
structures de base man -
quent cher nous. Et il faut
des generations pour qu'une
r6forme de structure devien
ne opirante. Et puisque le
Pouvoir est apple a durer,
qu'il n'a besoin de jeter de
la poudre aux yeux de qui-
conque, il fauf done corn -
mencer tout de suite. 11 faut
planter des maintenant
pour altendre meme dana
cinq ans, dix on vingt ans
meme la recolte des fruits.
II taut semer pour que si le
grain ne meurt on puisse re


VU LE COUT DE L'ENERGIE
ELECTRIQUE ACTUELLEMENTACHETER
UN KELVINATOR (REFRIGERATEUR,
CONGELATEUR) C'EST COMME' SI VOUS
POSSEDIEZ UN CUMBERLAND. LEGAL


POURQUOI1

3. .KELVINATOR utilise
un tube de gaz
chaud pour mainte-
nir les parois ae
I'appareil au sec
sans toutefois ajouter le
couteux fonctionnement
A Ui 1in r r uuiu4im.... I U A '.n


A~.


Sun ralIUUUtUI dUr UU
economic d'energie )

4UKELVINATOR utilise
un condensateur natu_
rel de gaz a la place
d un ventilategr elec-
trique ( d'ou econo
mie d'energie )


KELVINATOR = Economie d'energie = Economie
VOYEZ LA AMPROSA
107_ Rue Pavee


I


d argent


vous offre toutes ces destinations

au deDart de Port-au-Prince


.ALtlm -ANTILLEAN AIRLINES

Madsen Exp. Imp. S. A. Agents Generaux

Phones 2-3476 2-0317et2 0028
: ..= . .... . . ... .. .. a .. ,- - _. -, : -. -_.


Ir I -, -~~e ------ --


(suite dp
la resultante
nal de d6velt
a Init'd sous
Palx et de l*'
mille flatt'en
C'est pourq
Sfailre coinc'
des OGrands T
tauratlon de
Pala's Sans S
m Ers avec I'L
la mort du 1
quer la relev
3- Cont nnlte
misme dans
rant et mem
i-nemrnnts v,
tris de nos
monde.> pour
pensee 6d f!a


a--TCoa-ooia6Bo%!i--9s5S5aw-


cueillir une boni4 et abon-
dante molsson. 11 faut 16 fat
re avec des plantules viva-
ces et des grains gains, IL
faut former des homes
pour diriger des hommes. II
faut reconnaitre que l'hai-
tien perd vite sa quality
d'homme, parce qu'll a des
be.oins trop pressants qu'il
lui faut satisfaire et pour
lesquels il troque vilte son
integrile ou sa volonte de
changement proclamee con
tre une fareur illusoire ou
une soumission r6tribuee.
Chaque haitien ne voit que
son problime. Ce problem
ne passe pa- par une solu-
tion commune. C e't o'ni
'que les solutions de facifit`,
lea negligences se sont ins
tallees dans le pays et
dans administration public
que. Ainsi par le manque de
scwurite .ioc'ale. 'hommer
perd son caractere. 11 ent,
11 trompe pour rester en
place ou pour en obtenir
une, alors qu'il faut des
hommee sains pour faire
marcher ce pavs qui n-a ja
mais eu une plus belle oc
casion que maintenant.
J'ai dit qu'it faut corn -
mencer par le commence -
ment, qu'it faut des hornm -
mes sains pour faire des
homines propres et tcara -
bles. On ne peut rien biftir
de solide sur un terrain irni
propre. On no peut pas
edifier une oeuvre de pro -
gres sur une mentality re-
trograde. Ce nest pas po.qst
ble 11 faut des structures de
base; Et il e suffit pas de
dire qu'on les veut, parce
qu'il y a toujours tres loin
de ce qu'on veut a ce que
1'on peut obtenir. L'haifien,
il faut 1-- reconnaitre, est de
venu vell6tairle. c'eSt-a-dir5
que son enthousiasme s'ef -
frite en chemin.

Done pour relanc-r le
pays, il faut developper la
conscience civique par des
oScouts du progress) ; il faut
pour cela aller aux tout
jeunes. 11 faut recuperer
les moins jeunes par des
seminaires que ce mot ne
soit pas pris dans le sens
si galvaud6, 'mais dans son
sens itymologique pour
les emotiver proprement.
PuiSqu'on en a 1is temps pour
quoi ne pas voir lies choses
comme Claudel dans TETE
D'OR et faire le constant corn
me Charles Riviere que la
ruralite est la source pre-
miere de la Nation et de la
Sociietd. C'est de la vie rura
le que precede tout le deve
loppament human. Ell- est
i l'aube de la civilisation.
Elle est le reservoir qui
fournit intarissablement
tous les homes d'action...
ceux qui modelent 1'histoire
et ceux qui y contribuent a.
leur modest place, ceux
que 1'ambition ou 1'insatis
faction entrainent i delais-
ser la vie rural pour 1'aven
ture ou le combat sous tou-
tes ses forms, enfin ceux
qui lui restent fideles an
moins par leur mentality.
Son humus renouvelle sans
cesse les autres couches de
la Sociiet.)
La dScentralisation du
foot-ball est un bon com-
mencement. La regionalisa-
tion est un excellent st'mu
plant. Un depart est donic
pris. I s'ietendra ah d'autres
sports pour un recrutemeni
6tiendu qui nous projettera
en beauty sur 1'ecran inter
national.
Si on revalorise le pay-
san, on resoud le problime
crucial de 1'exode rural, de
1'abandon de la terre. On
verra moins de paysans quit
ter leurs terrds pour un au-
tre destin miserable. On ces
sa-ra de didaigner le monde
rural pour apprendre i 1'ai
mer et a le promouvoir, car
il faut toujours se rappe -
ler qu'il est a 1'aube de la
civilisation.
En.pensant ainsi nous en
tretiendrons moins d'illu -
sions. Et nous subirons nos
defaites avdc 1'espoir qu'un
jour nous serons prets pour
des victoires plus suires
quand les fruits auront ap
port les promesses des
fleurs.
A J

1 A venre
1i Proprletti 50 x 100
a Carreftour (Men Repos)
2) Proprie-les 50 x 100
et antres a Delmas
S3) ,Propri:tes poir Fac
tory zone lndustrielle
Pour renselgnements
sonne2 le 6-0663 -
:iiio^f^. -.-1


PARIS (AFP)
L'Astronautique Sovi'ti -
que jou0. une nlouvelle fois
de malchance car elle eAt
obl ,gte, come en 1974 aver
une mission san- avoir ph
,'joindre une 'talion orbit
le aSaliouts.
Aucune sxplicat'on claire
i'a. encore etl fournie par
le. sovietiquvs psur expli-
quer lie retour primatur6 de
aSoyouz-25s. La sinile indi-
cation donnee par i'Agence
TASS fa't A tat d'un a(cart
par rapport au reigime prs-
vu tde l'arrimagle. Cela sem
ble signifier que les condi-
tions nominales pour une
telle operation n'6ta'ent pas
reunias au moment crucial
de la manoeuvre. Dans ces
conditions les observateurs
en rgstent reduits aux sup-
positions.
La defaillance humanr,
bien que la mission ait Wet
confine ad ((deux bleuss doe
1'espace 7ia semble pas de-
voir 6tre retenue. Meme
s'ils n'ont pas le savoir fai
re des veterans, Vladimir
Kovalenok et Valory Riou-
mine ont requ comma leurs
camarades un enscignement
de trois ans I 1'Academie
Spat'ale Youri Gagarine
don't ils sont sortis avec
d'excellcntes notes, precise
TASS. .
La difaillance technique
parait plus probable. On
pent penser que le aSoyoilz-
25) cen cherchant is se rap-
prochar de la station ((Sa-
liout-6) a consomme trop de
carburant pour pouvo'r ten
ter une second manoeuvr.e
d'arrimage apris 1'echec de
la premier Dana ces con-
ditions les normes de secu-
rite requises pour la mission
ne seraient plus r'nImple
d'ot la decision de faire
rentrer i terre lis d'eux cos
monautes. C'est ce qui a't-
tait, semble-t-il, past en


aoit 1974 avec s9oyouz-15B.
Cpendant TA88 precipe
que le manoenvres de rap
prochement entire 14 deir
vwrls-euox Ont rcmimenchA
09 h.09 GMT lund. martin et
sembbe s'Stre drmulee nor
malement junqu'A ce qu'ils
,mient A 120 m&tr's I'nn de
Iautre. C'est 6 partir de cef
te distance en eft',. que leq
cc'smonaulb peuvetl, a'il
Ie delIrent, pr-ndre en
mains les manoeuvrer d'ar
rimage proprement lttfS.
Ont-'is 6 moins exp'rte
dans lesg condillons rielles
de" vol que sur les simula-
t)eurs de vol a terra? Ont-


lls alors consmme trop de,'
carbnrant ? N'ont-ils pas
ronwsi a aligner les deux
valtsaauz convenablment si
b'Sn quc al'ecart par rap-
port au regime privu de
l'arrimages s'est trouve trop
grand ? Le fait *-st que la
anctolen enite sSoyouz-25 et
eSalioul-6w a ele annulee
et que ce vol qui devait mar
qm-r le 20neme. anniversaire
de aSpoutn'k-lI et le 60eme.
anniversaire dae la rivolu-
tion Soviitique Kovalenok
et Rioumine avalent empor
ti avec ieux la nouvelle
constitution se solde par
un. echec.


* aDERNIERE REPRISE-so .w

DERNIERE REPRISE


"TI-CRAB"


A l'Institut Francais


Jeudi 13 Octobre



Vendredi 14 Octobre a 6 h P.M.

ENTREE : GOURDES

Billets en vente

A L'INSTITUT FRANCAIS
et
A L'INSTITUT PEDAGOGIQUE
NATIONAL
iO~gocos~ooeoeaacQ9i;~'


-> Les

calculatrices electroniques



mettent la vitesse,

la precision, la memoire
t ie
et... les resultats

au bout de vos doigts:
e

















En vente
et service a


. Electronics

LA BELLE CREOLE rue bonne foi)
... .. - -.. ;-- --


Le Messa edu- PrOsideint.
la 1 tage) Pere Frangols, .DuIVALIER, tour de. iMblt .toute I'ard
de I'fffort natto Ha'ti .rlgffI1ge et W'eVttue' krnrMintg de cotte Po-i
oppemetrt qu'il A Institbtrt et & tna'nte hf tbon dd Nbtd Chr'stdil
l'dglle de la lOrdre Spcial.ila Palx et I'In et Herolque; ardeur quo
Unlte e lea.Fa ttgration Collective de !a Na stage celle des autres D(
ne. t'on.. Eile Interroge la clvi- temrrnt G ograph'ques
uno, J'ai tenu I'saton haltler.ne dans 'son Pays. et qul Mengag?
der i'Ouverture pr'nclpe, dana son essence de ddterminatlbh, plus
'invauk de Res et dan ses rmanilfetat'ons. zAle dans la poursu'te
li. Citadelre, du afin de. conoierver une dtree objrctlfs partletulers ct
icnt et des Ra tnn morale et epirituelle fat neraux de Mon Gt ouver
annivErsaire de te de traternltA de aolldarl ment.
Rol pour mar- t6 et d'amlotr huma'n. Populat'ons du Nord
e de l'HTlto re, Abes repcnmes f ce ques- Avec you-. nous attend
et son Dyna- t ons peuvcnt ventr du tMlit ave.tiUn optimlsme gt'an
le tFmps. b'en comprig de lnoe hrer,, sent 2 jour oi s'accorm
eroul-ment effa d? nos anc@tre:: et 'Vine la Promease d'une tattl
e aberrant d'e- ment de ce lour 'at xsli11 pbre et reg6n6 -e au bI
olents enreegs- dans un context de p6t4 fi c.e de chaque ifa'tten
ours, dan, le. Pale. de f'deilt et d'ho-fl- Jan Claude DUVAI
r reprendre une mage pstr'otliqu Jp ens en Pr 'd-nt & V'e de In
nte de f-?i Mon cIt Instant p.-clas vibrer au RPpublique


----'-Y-


L~UPIYI


Le'ir J
pula
par
Ipar
du H
plus
dcp _
B6- I
rne-
,l)
dnns
adls-
pl ra
pros
)6nfi

LITER '
,nIf


Nouvel check pour astronaute

Sovietique


~"~-spl-sps^sa~-s~-s~-u~B~sa--~-~,


~nn;~v l~p~v ucnh-A-b7-~U~~PIF


I II


I


,i


k





LUNDI 10 OCTOBRj~ 14378 gL~ ~OVV~LLI5T~l, - r&c~ji S


_-- - - ..... .. - -..............


LES GRADES MANIFESTATIONS DE LA METROPOLE DU NORD


La conference de press de M. Albert Mangones


Samedl 8 Octobre. Cup -
Haitien, Palais de la P:ciLe
*ure: 3 h 30 P.M. Le Pretet
Claude Vixamar introdult

(qui a charge de-conouJi
les travaux de restauration
du Palais Sans Souci, duj s'-
te de Ramier et de la Cai.-
delle) et le' mit a la dispoli
tion de' la press. l

Il fut d'abord question de
budget, de sources de bud-
gct, des possibilities et div
l'utiliiation de ce budget pI
loud aux travaux de rest u
ration. La press sollicitas ie
plus large renseignementr
sur le terme restauratiqn.
Consistera-t-elle en une can
solidation des ruines de'ja
existantes on sera-t-elle r-ni
plement -une restitution ire
paration ou reconstruct iorn
du Palais de Sans Sou dee
Ramier. etc ... ? L'Ig6niur
Mangonfs fit comprondre
que la premiere phase des
travaux comprenant juste-
iment ce souci de consolida-
tion, de enforcement des
bases. Une ce'taine restitu-
tion du passed, suivant des
plans connus, ou a partir
des mod les existants sur
place, suivra dans un second
temps.
M. Mangones eut a repon
dre a des questions d'ordre


technique et il ne maniiqua
pas d'appoilel certalnv. pre
cisions quant au diroule-
ni-en des tra'.aux. aux solu
tlons qui pu .-U ,nt etre -iti'
sageci: ux problems dc con
solidation des baie- des nmo
liiments, de leur restitution
ad integrum, historique.
L un des derniers points
.couleves at la coniererence de
pre.--e., El non dts mrins im


portents, a Wtd cell de I'.t
trait touriatiqiie des monu-
ments aptis leur restaura-
nion. 11 a1rrve souvent qu-.
les tourists iont attLres pa
raio.xalemenrit par les rui-
nes, par ce qui'ls repreen-
taient cr lepresnentent eco
re, par leur caractere e(oca
teur. Et I on se demanded
comment tout ceci sera con
serve t con;i6tre daniis ct.


riche programme de re.teu-
ration. 11 ne Inadralt sur-
touL pa. que e le viiteUl atl
l'impresJion d'tre en 'ace
d'un Palas Sanc SoiiCt re-
construit, ou a0 un niLlteau
Palais Sa3ns Souci, ou d une
nourclle Citatdelle, etc. Ce
qui certainrment done une
valeur emotionnelle, e-oca-
trice a ces monument. II
iaudrait aiisl faire la limits?


et IL depart ertre l'ocuvre
destructrice des homimna et
de celle du temps. I
L'ingenieur Albert Mango
nes repondit cn general a-
vec beaue(up d'a propos et
report cerhains points qu'll
avail deja debattus a une
prfecdenLe conference de
press a Port-au-Prince.

x x x x

AU CAP HAITIEN

Danrs la :oire de samedi
-iMe ti h .e d Action d- Gria
ces a ete charntee a la Cathe
diale Notre Dame du Cap-
Hair.n Y a;,istalent l I dele
atitlon dii Gou,'irnement ie3
autorites c itles, militaires
et religieue: de la villt, les
ionctiorinaire de ti E'iat, et
un n:nombreuLx public
lmmediat.iment apres. vcer-
le. 8 hetes 30 P.M., parent
lieu des manifestations cul-
turelles sur 1'esplanade de
la Prefecture. Elles ddbut6-
rent par la Dessalinienne
(ex6eutde par la fanfare des
Forces Armes d'Haitf) et
une minute de recusillement
k la memoire c'." Ro i Henri
Christophe. La Fanfare re-
prit ensuite la march mili
taire d'Occide Jcanty : 1804
(dejia joude le natiih Mi-
lot) et tout de suite aprfs,
M. Edouard Berrouet, mem
bre du comite local de prd-
servation et de conservation
des Sites et Monuments his
toriquee de prononcer les
propose d'ouverture.

Au programme1 les poemes
suivants :

Soutiers ndgres de Rous
san Camille, dit par Melle
Syrta Durand (6live de 3e
au Lyc&e Philippe Guerrier)

Tambour Racisl de
Maurice Cassdus, ,it par
Melle Judette Georges (le--
.ve des Soeurs de St Joseph
de Cluny). Elle 6tait accom
pagnee au tambour par Mi-
chel Cyriaque.
Altitude de Regnor C.
B rnard, dit par Monius Lor
meus, etudiant en Coupe a
1'Ecole professionnelle du
Cap Haitien.


(sulte de la le. nage)


l'organisation des joueurs
sur Le terrain ci l'ultlisa-


qual.ies requires pour etre lion la plu: appropriee di
un demi-d@fensif. D'ail- de leur quality.
leurs c'et un garconn qui a
un temperonia nt oifensif. CONDITION PHYSIQUE?
Or Ie demi-defensif jouw"
constamment e.n arriere qui Tout le monde dit que.
coucre pour Le lIbero. qui lequipe etailt en mauvaise
crurr pour le stoppeur et condition physique. Est-ce
des lois monte au.si a i'at vrai ou pas? Ce qui a ere
taque. Or Nazaire n'a pas vralnient mauwais, c'est l'or
oes qualitfs. Et technique- ganisation des joueurs sur
ment est fable. Le demni d' le terrain. Quels joueurs
fensif sait en plus qu',il va marquaient Nazaire, Tom
marquer tel ou ibel joaur Pouoe, Eddy Antoisre, etc...
adverse. En fait Nazaire ne On ne sait pas. Ils ne mar
ma quait personnel. quaient personnte. Les joueurs
" "ia hait'ens n faisaiaent que
C'etait pour Mae parler que courier sur le terrain...
de Nazaire. Mais on pour- N'Y A-T-IL PAS
rait le fair pour d'autres
joueurs. UNE FACON DE JOUER
Le probleme, ciest 1'agen EN ALTITUDE?
cement optimum des joueurs, En altitude, c'est 1'6quipe


POUR ALLER


A MIAMI,


CHOISISSEZ


AEROCONDOR


LA LIGNE QUI UNIT


LES DEUX AMERIQUES..

Grice A nous, ce n'est plus un probleme d'aller
A Miami.

Chaque jeudi et chaque dimanche nous vous
vous emmenons vers la ville d'affaires qmdricaine.
Retour les memes jours.
Consultez votre agent' de voyages ou appelez
AEROCONDOR au 2-3675 ou au 2-0101.


5.5~Pg


4~bz


AEROCONDOR


La Ligne Aerienne de la ColQmbie


qui guide le plu souvent
Ia balle (qui gagne genera-
lemeti. On ne peui pa'3 e
permeltre de sprint de 20 -
25 metre. Apre-s un 2, 3. 4
sprint. de 3 nietres. c'e ,t
fini. on est crie. En alli-
tude. c'est la balle qui va
Wre ei noti le joueur .
C-a-d. le depla .-rm ent de _,
joutui.s, ce ornt de, sprint-
de 3, 4 metres, de petits dt
marriages, d.c petits appeals
de balle. Des passes late-
rales. On a vu 1'avant-cefn
tre miexicain faille de petits
appeals de balle, revenir en
arr:.ies, contourne., etc... II1
faut economiser les forces.
I1 faut garder la balle et
le problemioe ctest qu'il fal
laft trouver des joueurs ca
pables de garder la balle.
Au. milieu du terrain, per-
couplr 1,e jeu de 1'adver-
sa're, de retenir la balle
le plus longtemps possi-
bles et dte creer la faille.
Contre une equips pareil
le, il faudrait un regroup
mnent defiensif rapide, et a
partir des 30 metres operer
un marquage :ndividuel
strict sur chaque joueur.
Physiquriienet 'nous sommes
plus fort et sur ce point,
les haitiens vont certaine-
ment avoir lie d'ssus. En-
suite, ;1 faut operer avec 3
at)taquants. Le system 4 -
4 -2 ne convi.ent pas a 1'6-
quipe haitienne. On a vu
bien que les defen-'urs me
xicains talent tres a 1'aise
ef n'ont pas parcouru 100
metres au course du match.
La force de Sanon reside
en ceci : Sanon est fort
quand il a la ballieau pied.
Mais demander d Sanon
d'aller sauter, lutter, ea
n'est pa's son po:nt fort.
C'est la mime chose pour
Domingue. Hier nous n'a-
vions pas d'ailiSrs types; il
n'y avait personnel pour
donner do travail aux lat
raux maxica'ns.
CONTRE LE SALVADOR

Le Salvador joue le me-
me type di? foot-ball. Les
Salvadoriens sont de peti-
te taille, aucu7e force phy
siqut, rien. Mais ils sont
bi-n dou6s. 3e su' stir que
c'est la technique qui a
permis au guatemalteques
et au salvadorins de ga-
gnar iurs premiers mat-
ch's. L'important est de gar
der le ballon lie plus long
temps possible et d'econo-
miser la force physique.

En Haiti, les haitiens pen
vent se permettre de jouer
la vitesse Pt la force, cou-
rir 120 minutes face a n'im
porte quel adversaire. Mais
en altitude c'est different,
trfs differently.

-CONTRE LE
CANADA ET LE SURINAM

Le problem change du
tout au tout. Nous devons
exploiter au maximum nos
forces, notre rap dite, face
a ces joueurs qui ne sont
pas tries doues technique-
mcnt. Avec une bonnie? or-
ganisation sur lie terrain,
Haiti ne devrait pas avoir
de problem. Ma:s si nous
jouons commte nous l'avons
fait hier, eh bien...
Pour chaque match, nous
d.vons utiliser une tacti-
que differentiE, adaptie a
l'adversa.ire que nous de-
vons espionier Intelligenm-
meat.

11 y a un principe de ba
Se en football, conune l'ont
montrI 1 .t s mexicains :
quand ils pe ent la balle,
ils se regroupent rapidement
et a partir du milieu d-.,
terrain, ils effectuent un
marquage strict. Nous aU-
tres, nous devrions lx, fai-
re k partir des 30, 35 ml-
tres, parce qde nous n'a-
vons pas cette condition
physique nous permettant de
le fair i partir du milieu
de terrain. Et c'e't la que
le regroupem'../ ln'su se-
rail favorable. La reliance
dun *'u "e tr'ait par peti-
..s paces lateral .' el
coirtes passes en proeon-
deur. Tout le monde monil

(Vui anite page 8 )


Sire, U y a cent ans....
poeme de Luc Orimard, dti
par Wilfrid Fid6le iPhilo A,
Lyc6e Philippe Guerrier)
Au programme galement :
-.un tour de choregraphe :
Invocation v6dou tchants et
danses iolkloriques par la
TN'TF). ".
du theatre :' La tragd- "
die du Roi Christophe de Al
me Cesaire. Les jeunes Ed-
mond Victor et Rich6 Jean-
Baptiste (eleves de lere el
de 2e au College Emmanuel
Sa inav et interpreterent,
dans. les roles de Christophe
et de Martial Besse, la fin
de la scene 7 de 'Actte pre-
mier de la piece.
De la musique : La Jan
iare des forces armies d'Hai
tl intervint, pluseurs oios
pour executor 1804 'dela ciL
te), la laveuse de Marida
meringuee de O'Firmin Sa-
vaille), t'hymne de la pdren
nitd et pour accompagner la
jeune vedette capoise Rose-
Claudel Daniel dans 'interI
prttation de 4la merveilleuI
se Citadellec, meringue de
O'Firmin Savaille. Mademoi
selle Daniel qui, par sa voix
et sa presence sur scene, a
fait montre d'un talent cer
tair, a dte la plus applau-
die de la scenic.

II revint au Pr6fet Claude
Vixamar de parier au nom
du Cap et d'introduire le Mi
nistre h information Pierre
Gousse, qu lut le message du
Chef de l'Etat (que nous pu
blions ci-contre) aux popu-
lations du Nord.

La Eoiree prit fin avec I'f
execution de la Dessaliniennl
Une nombreuse assistance
participa aux manifestations
culturelles qui furent suivies
de r6jouitsances populaires.1
En effect 1'orehestre Tropica
na gagna les rues de la ville
et draina apres lui uen foule
impressionnante de citadins,

A I'Hdtel de la Prffecture,
immediatement apres la fe-
te culturelle : toast du Pr6 t
fet, Champagne et buffet.
II 6tait environ 11 heures
--du- soir.


LA MASON CLAUDE DUVAL





LA DUVAL INDUSTRIAL


_& AGRICULTURAL DIVISION




P INTRODUIT SUR LE MARCH


Les eoliennes de la marque



WINCO


Connectees a une batteries de 12 volts, ces eoliennes fournissent jusqu'a
30 KWH par mois. Leurs generatrices de 200 watts peuvent subvenir aux

besoins d'une maison de plaisance pour l'eclairage, la radio et la television.,
Elles necessitent peu d'entretien et leur source d'energie c'est LE VENT.

La Maison Duval offre dealement la nossibilite d'installation des
aeneratrices standard et des g6neratrices de 1 a 15 kw, montees sur
roulements a billes ponvant etre utilisees avec n'importe quel moteur
de votre choix, d'ou une economie extraordinaire. V


Avant d'acheter une generatrice, voyez toujours

la Maison DUVAL qui garantit toutes

ses marchandises et tous ses services
sN.W Worlao Puboliclti


Ses points de vue, ses observations


LUNVI 10 OCTOBER~ 1977


I II I -- -----cl~~pBU*)le~l~~Js~ -~i~i


ZPP~~~PPP~~PPP~~~PP~~~PPP P~J)L~O~ XA IW%1ltr-U 4LW- AkkA;--V----~---r-


4


I'


aEone


PACE 3


I


AM WbOUVFLLI$Tgp _






PAGE oLE N E T . .. r 10.. TO...197.


Les grandes- manifestations


Les dernieres expositions industrielles dominicaines


suree de la 16. page)

l'Aerqport, du Cap Hiltlen
Cetie deigotrlon taiLt D-C-
conipagn6.- de nurnibilts Alse
In pri.s..e parlieil, ec te et Le
leviue de la C[tpilul.--. et de
fonclpnriiarLs du Gouveine
ni-ent, Toutl cmt apanuge ILi
conduit eni voilure, a Milor.
ou dsvaitj altie chant -e, i.n
Inl Chapelqg h'st-orqiue, une
nies:q de Requ'ern a Il Me
morie du, Rio Henry Cri'lto o
phe.

'Avuan la ccremonw r.lh-
e eote riou -Iilont nIu,.t rL-
cetilllr .t la te un petliC
exampn de conscience. Nc.us
allon4 demander pardon au
Seignpur pour avoir oublid
pendant 157 ans, ce grantt
batiseur que fut Henry
Christophe, ce qu'il a 6td et
continue de reprtsenter en
fait de valeur, d'6mulation
et d'gxemples. devait d6cla-
rer le pretre officiant.

Avant, comme apres la c6
r6monie religicuse, ]a dei6ga
tion du Gouverne'ment requt
les honneurs militaires. Pu's
ce fut le grand rarsemble-
ment de la population de Ml
lot, a-s inv:ces. des chauf-
feurs guide, des industries
du tourism sur l'esplEnad,
du Palais Sans Souci, autoul
du .


Le Maire dc Milot. M. orO
gore Dorvll, fut le premier
a prendre la parole et expri
ma lc-s sentinients de ses ad
n.nis tres II f1u tulvl au ml
cio. par un habitant du
BonTnit a I'Evique. M Aldeus
Alelmb:rL qu remercia brie
vement Je Gouvernement de
'Ittenition qu'll a cue pour
la region eLt es efforts O-in
trepri:; pour la promotion
du Lourlsme dans la region.

Puls 'int le 'our at I In-
genieur Architecte M. Al-
bert Mangone,. Cons.-rsa-
Ltur d's ites eLt 0Moriu-
lieiri li i Ltort' i.ic- d'expliquer
en gros et en detail, lea tra
vaux gigantesques qui. se-
ront entrepris a Sans Sou-
ci et la Citadelle Laterrie
re.

Ces. travaux rendus possi
bles, par la mise en place
d'un budget annual de 360,
000 dollars et avec assistantn
ce d'organisme specialist
de I'OEA, se ddrouleront, d'a
pros M. Mangones, en 3 pha
ses :
- Une l1re phase de pr6
servation ct de restauration
architectural.

Une 2e phase d.'amen',
gement de la zone monumen
tale.
et une 3e phase de cr6a


tion et de contrble de pro-
gramme diler:, en vue de
fare des sites hIstorlques en
caume, tn ,haur lieu Interna
tonal de oreatlon artisti-
quq et culturel'e.
Les travaux dureront 15
annees aveo 3 tapes Be 5
.anqees chacune, au Iyihme
du budget disponible. '

Le Directeur du Bureau
du Tourlpme du Cap hal-
tife, M. Oerard Sanch.z prit
la parole pour magnifir la
mnimoire d'Henry Chr'sto-
phe. 11 cedaI le micro au Pre
i't au COp. le Proicsseur
Claude Viaamar qui conti-
nua sui sa lpnceq pq, Iq C1
turer la cfiemfine. Dans?
une belle volee Qratoirm, imr
provisde, le brillapt Vywamar
camp la stature dyu Monar
que et d(clara eptre autres :

%On a youlu fare de Chris
tophe uon, monsre. I fut een
effet up monstre. Come
tout Chef d'Etat se doit de
1'etre A un. moment .de. l'his
toire. Monstre, pas au sens
courant du terme, mais. au
sens latin, c'est a dire, mons
trum qui s!gniff!e: une mer
veille. Christophe fut une
merveille...D

Il fut trls applaud.
La. c6r6nMonie. prit, fin par
la Dessoalipneine exdcutle
par la fanfare es Forces Ar


National Cash Register



Case enregistreuse

lelectronique et meconiquq)
Calculatrice electronique
Machine de cornptabilite

Machine a positihonner h it
MaThine de facturatAon




INTERNATIONAL CORPORATION S.A


15 Rue du Centre


Tel 2-2047


2 011L


mdes d'Halti qul eut gale
ment. grtIft-J "4iirLista (ce
de la celblae. marcbe mill-
taire d'Occide Jeanty : 1804.
Apres la crnr6mone : Charn
pagne, buffet. EL' la d6tega-
tion officlelle du Gouverne
ment fut conduite au Cap -
Hattien ou 11 pi;it log-meht
a I'Hotel Imperial.

II etait une heure passee
de lapres midl


AVIS
Les Telecommunications
d Haiti SA M., prend plal-
s.r a informer que. grace a
la haute sol0Ucitude de
Son Excellence le President
A Ve de la Republique, le
public pourra sulvre en di
rect par la radio, et la te-
lvisign, 1'evolution de la
Selection Nationale de Foot
ball aux eliminatoires de
la Concacaf: qui se ddroule
rqnt au Mexique dans le
cadre du champipnnat de
la Coupe du- Monde.
Les diffirentes .rencontres
qui seront diffuses en di-
rect auront lieu selon 1'ho
raire suivant (heure loca-
le).
9 Octobre 1977
Mexigue HAITI 13h.00
12 Octobre 1977
Mex'co Salvador 13h.00
12 Octobre 1977
Guat6mala Haiti 21h.00
16 Octobre 1977
Salvador Haiti llh.00
19 Octobre 1977
Mexico Guatmala 21h00
20 Octobre 1977
Canada Haiti 19 h.45
23 Octobre 1977
Haiti Surinam llh00
Il est a noter que le
Match HAITI MEXIQUE
pourrait-ktre recul6 de deux
heures, soit, 15:00 heures lo
cale. Le public sera avis6
de tout changement le Sa
mgdi 8 Octobre au plus
t4rd.
Les huit autres matches
de ce tournoi seront tdl6vi
sds en diff6re Fuivant ul
horaire qui sera public eol
temps opportun. '
bre 1977
Port-au-Prince le 6 Octo,
bre 1977
TELECOMMUNICATIONS
D'HAITI S.A.M.


Du 23 au 30 septembre
West tenub au, Royalj li-
liaq. IHteA 4 X4k1h. e4pqsi-
tion Industr.elle dominicai
ne. Cetti exposition, on m'y
attendant, Dne refilee qu'im-
parfaitement les ralisa-
tions effpct:ves de noire dy
altendalt, ne reflte qu' m-
plusleurs products (le rhum
Siboney, la blerre Preiden
ti| n'ont pas etc prosentis
dans le but, nous a-t-on
d.'t, de ne pas entrer en con
eurrence avec le, march
local de l'autre, plu-
sieur innovations de la Re
publique amie, ayant trait
particuliien'iment au do-
maine Dcbnologique, n'ont
pas ete offerti no3 com-
mk*rCanis, pour la raison
principal que le march
dominicain suffit ajnple-
ment a La diffusion dr elis
products.

Cette exposition pre'-n-
lait pourtant un double in
leret tant pour t'indus-


trlel que pour le simple vl
smteur.
Plusleurs axrtcles pr6seo-
te &i cette expoaition. pour
ralent trouver en Haiti un
ample d6bouche. A 1'appul
de cette aspi-rtion, nobs no
fpns le noribre a'sez impor
'ant de formulaires rpm-
plis pn vue d'une informa-
tion plus precise sur tel
ou tel prodult.
D'autre parIl las prix de
certain art'clet. en parlicu
11'r les ehauisures d'excel
lent e qualile sont nctte-
ment avanlageux par rup-
port a ceux de products i-
milaires deja etabLis Sur I'?
march.
Le i teur a pu lirer dl
so,:,n deplacement au Royal
Haiian Hotel un ample be
nefie,. 11 aura pu se faire
en particulier une id4a im
parfa 'e certes, mai assez
precise, du, niuiau indus-
triel di notre voisin. Cer-
tains productss rtfrigfra-


teurs, 'elmatiseurs aux
prix pxollbU tifs pou lqa
4btears ibAttilena -- n (91U
s:.nt pourtant long sur F'a
vance industr'elle des do-
minica'ns.

En conclusion, nous ne
pouv.ons qup. tirer'avantaga-
d'echanges plus pousas a-
cr lIEst D'une part, In
laux du transport terres-
,e. relative'm nt bas, ajou-
ft aux exemptions presen-
te elt, n7oue le soubaIons
fulaps, pourraient mettre
i porte de l'acheteur mo-
yen des produit d'meoellen
t1 quality ic prix ne/ten aqt
reduits. D'autre part I'addi
tion 'd'un nouveau march
pourrait soustraire ache-
tfuir, et vendeurs aux flue
tuatlons de l'offre. parfoi-
Ire6 capricieuses.
It nou ireste a formuler
le suhubat que des pxposi-
lions iimila.ires ra-sieni
mieux co.na tre en Repu-
blique Dominicaini les pro


dfits du terrolr.. Plusieurs
de nos articles (d sques,
rhum, tableaux) s'y ven-
dent dej& as'wo b4en. Les
quelqusa responsabl.gs l4
l'expositiQn industrielle qpA
nous avons Du contacted
nous ojet assure que les pro
duils de notre artisanat vrvn
contreraiept chez eux un
amplt spcees. Ceel dit, 'la
lie. exposiign industrielle
nous praLt constituer un
p a appreciable vers une
collaboration s'ncere entire
deux nations oisinps.


Avis professionnel
Me. Grego re Eugene in-
fornie qie con cabinet ,a ete
translere a la Rue du Qugu,
I stage de la All America Ca
ales, en face de la Banque
Pop'ulaire Haitienne.
Port-au-Prince, ce 7 Oc-
lobre 1977.
Gregoire EUGENE, Avocat
1410


LE DOMAINE DE L'ANCIEN JUVENAT




Un prestigieux complex residentiel a Petion-ville


AVANT D'ACQUERIR UN TERRAIN !! VISITEZ NOTRE COMPLEX RESIDENTIAL









Le site admirable et 1'ensemble


QU'IL PLEUVE. QU'IL TONNE, QU IL GRELE,
LE DOMAINE RESTE IMMIUABLE ...
PAS DE CHEMIINS BOUEUX ET AVENTUREUX.
MAIS DE LARGE AVENUES

QUI SAVENT INCURGITER LES PLUIES TORIENTIELILES...
IL RESTERA DONC TOUJOURS BEAU... VOTRE DOMAINE


hi, 1 1i


des services proposes, tout cela


ne pourra que vous laisser reveur


System d'egouts complete. Caniveaux. Trottoirs

Avenue et voies asphaltees. Eclairage des rues

. Prise d'electricit6 souterraine pouq chaque terrain

. Branchements Telephoniques et Hydrauliques en attente etc... etc...







La preuve est faite


Les prix sont imbatables


Si vous voulez vous convaincre davantane consulted done
n'importe des 51 propriktaires (de plusieurs terrains


en titre a ce jour. Iis vous prouveront qu'il n'y a pas mieui

et que cette acquisition ne peut etre qu'excellente

Nous nous tenons a votre disposition pour guider votre choix et


investissement.


A Bient6t.


- --- -


Tel.: 25984 2-0827 -- 2-3602 ,


PAGE 4


LUNPI 10 oCooroBIE. 1977


tlLE N~OUVE TtIBTev






LUD 10R---asa-- OCOR 197 aL NOVLLSE 'PAE


S. Avec le Junket du Casino
Vendredi apres midl le group de la semalne der-
DC-8 'de Mko Me Lan,.y q;ere venalt e4 rqglonps Ou
PrOs'dent D'rccteur GOneral Sud. don't la Louis ane, ce
'du Roya Halatanu COlub & Ca dernier venait des reglons do
slno'eat arrlvt A Port-au-l New' York. Il 6tall conduit
Pilnce avtc un grand nom.n par Ralph P. P.alaquia, Jr.
brcte de vl-ltcurs 150 ,enus erc.sr -Rg'onal Sales Manager.
Jdinkel, pour loner nu Ca- du Royal Ha'ttan Hotel (200
E'no durant IL Letk-(nd.4Je renlral Park South. N. Y.
10019) a -r r I v a v o c
a f e, m m e Barbara
Quahd n6us'l a vimes, il e-
Le 41a4 ag dl talt onze nrues ,- du soir,
JacqueliMa mais ano: r ..x le solei a se
leva sotdai : le IaolSId se Ie
Montaeu avec ye IOrentL; la beauty tde
RiSa!O giiande Barb;>ra 90, montrait. les
rayorns; .elle e'lt japonaise.
VeInddi s'est deoul0 de- MIe ept bele cormne les ja
vant l'Oficier d'Etat. Civil ponaise, s sbvent mtre bells
Me C:neas le macigge dp Ma Une autr, beaute a board
danie 'Jacquel'ne Montagu de cet avion e-t Laurie Pel-
avec l'Ingenieur Ricarao Fer o111, hdtesse ravissante choi
nandez, Madame Jacquel'ne s'e par M. et Mme Mike Me
Montagu belle femme, accur Laney.
te avec une chevelure blon-
de de natonalit6 bresilenne Dans I'as-istance, 1I y a-
et amiricaine, est un tglobe- vail la jplie Thdrses Klen-
trottere. Elle voyage dans le hol.z, .'nfiini'ire Suisse. de
monde pour y organiser des Berne..
expositions de peintures. El-
le a rencontr6 son troisernme
maria au Bresil.
Ricardo Fernandez grand Flatulence
beau avec une tate de Christ Maux d'estonac.


que lui ront sa aroe et sa
tongue chevelure, de natio-
nalite argentine est ing6-
,iieur civil. Il est dp-ns la
construction a Caracas. IL
etait au Bres 1 quand il a
fa't la rencontre de la sedui
sante Jacqueline Montagu
parlant une demi-douzaine
de langues. Jacqueline qui
vient en Haiti depuis plu-
s'eurs annees a choisi notre
pays comme le beceau de
son troisiime .mariage.
La ceremonie s'est dtrou-
lee vendredi vers m di au Ca
b net de Maitre Lou's La-
marre, Rue Americaine, en
presence de co dernier de
Mme Odette Wiener et de
,a belle Madame .Elizabth
Martino et du danse'ru C16
meint come temoins.
Dans la so'ree, une recep
tion tres intime s'est dcrou-
lee au M'nocan de Marabou
Hot-l. Fiizabetn Martino, Re
g nald Cohen et Aubelin Jo
licoeur partic parent au!
libations faitels par Jacque-
line et Ricardo Fer -
nandez en- 1'honneur
des esprits de ce, Templi
vaudou quest le M'nocan.
Nous faisons des voeux
complete pour le parfait bon
heur de Monsieur et Mada-
me R cardo Fernandez.


1EvV Z


Laissez fondre
2 surettes
cTi Madam,,
a base de ricles
de Menthe
dans une 1/2
verre d'eau


PLUS


KRIPALU-ALIMENTATION
SAINE
se preoccupe vraiment de votre sante.
Kripalu-Alimentation Saine s'occupe
done de votre diete et de votre alimen-
O I station.
Car vous n'etes pas malade mais seule-
ment affaibli par une nourriture de
mauvaise quality.
SConsormmez nos products naturels sans
colorants artificiels ni preservatifs
chimiques.
Frequentcz notre Snack Bar pour votre
dejeuner ou avant/aptes le cinema.

KRIPALU .
ALIMENTATION : 4. & -
SAINE
Health Foodstore i'.7 iNE ENTREPRISE
Snack Bar f
Coinde Delmas
Route de l'Adroport
oa. ,rn ,k nam o h m s









AVIS AUX AMATEURS 4


UN NOi-UEAU SERVICE


TOus les fromnges
de France
EN VENTE DIRECTED

ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS
GRACE AU CONCOURSE DE
AIR FRANCE CARGO REFRIGERE



Coirmpiandes Tel : 2-1809
LE BISTROT.

LE MANOIR, 146 LALUE
4 Venez now- vir


"LE CINEMA


Au dela de 'amour, un
po gnan, drame sAnitimen-
Lal ou 1'amour eAt crlctalli
aton Un travail d bujn-
Hle nrilculation !
L hsto're : Deux jeunes
amer.c'n-, David et, Anna,
Saim nl. ses marient;' vivent
a Ven'e des heures de lune
de miel anchantdes avec tout
I enthous amine et toute la
Iougue de ieur amour jmune
et tr'opphant. Ces moments
de bonheur scront, crpfn-
dant, de court durde, puis-
que Anpa esp frappi, dun
virus mortel, q-je son syste-
pie nerveux eat obstru6 .de
grasses, eti foneptionne aiu a-
lenti. -
C'est done la mort, La mort
lrnte, mais certain. Un seul
espo'r : l'hibernation, c'est
a dire la .conservation du
corps en 6tat de vie. jusqu'a
ce que la Science d6couvre
un moyen de gudrison.
David s'accroche A ce fr&
le espo r. Des lors, il mine
une vie de retirement, pres-
que de ddposcession. Une
vie, ou ie present et le pas
sd se mtlent intimement, ou
plutdt une vie coi le passe en
veloppe le pr6ssnt, Par la
memo:re ou la reconstitu-
tion filmde, 11 recrte les mo
ments 6perdus de bonheur
qu'il a connus avec Anna.
Les annees passent; Ppa-
v'd mfirit, il g1ispxnne. Les
annees pas-eni : David, est
devenu un vi.illard au d p,
xxx
LE CINEMA


AU DELA DE L'AMOUR

16egrement vout.h k la d6-
niarche UtLubanle.
. Ln jour, le .raicle c-st at
complJ Anna (at guer.e.
Ee a d'abord lair d un. e-
trangere r-n trinshumalice
vers d'autres r.ves Car pour
elle le tmp as'e-t artete ae
pul's les premiers iour., oe
l'hlbernat.on. Eile neu rcon
nalt plus ce visage rtid qul
s'o fre a edle, ces yeux t-r-
nes qui le contemplent.
PuiE, c'est la rdadaptat'ori,
ce sont les retrouvailles. E-
mipypvantes lep conf.dc nces,
les timides scenes d'amour
entire David vieiili et sa femr
mp retOte. ussi: june qu'anu
trefois.' Uamour d'Anna est
t(llement fo t qu'elle ne me
sure pas le tragique de la si
tuati'on. Pour elle, ce v~eil-
lard. c'est David, son David,
qu'elle a a'm6 passicnne-
ment, et qu'elle aime encore
avec la meme intensitM. Da
vid, lui, ne survivra pas a
cet dc'roulemerit psychologi-
que (et c'est bien ainsIl. An
na, elle, continuera'a vlsre
pour le triomphe.de la Scien
ce.
11 y a done deux perspec-
t'ves : limiter le film a sa
dimension sentimental, ou
le restreindre a la prdssnta
tion d'un car. La meilleure
solution,. A mop avis, est de
SQpudr les dpux, colnMPe d'al
legs, 4a Rai.t l4 ralisjteur.
Quooigqu .traitte comma one
hipo.re, dOpnt on attend sur
Otupt le denpuqmen~t, le filan
Sx


Quatre films qq4 tentU oat: te semaice l'affiche au Ca
piAPA
uL'I,SPECTEVR NA du sujet, extravagance qui
RENONCE JAMAIS : Clint nist cepondani (et ce t la
Eastwood prqte sop r, lant, le m riBtS du film) que la
natural et sop pbys&.qo de consequence logiqua d'une
durs) au p rounag, de I'u mentaiAe pusssea i lextre
pecteur Callaghan, de lan m, A nIoer que l, e titr.-
Police de Sa .Fracisco, ps *Qtner une idee tout
Son Francisco, ce n'wt pas d fi inexapctoe d'un f:lm
seulemant la pproe di. PaL- q a% alae une force comi-
cifique awc son Oe6lbre Gol qyus parXois irresistible uze
den Gate Br:dg, cest aus- r6.l .ntlret psychodogique.
si l'un des quarLiers gene- aBIBUCE LEE CON'TRE SU
raux dit la fameuse: Armee PERMNANa). C'est 'un tds
de Lib6rat:on Symnbionisee touo pre piTrs Bruce Lege, o
de plusieurs organisation luji-cri n'a.t' encore qus
neo-nazies et, 7eo-marxitesa Kato. Ce n'est pas il s 'cL
de societes occultps de to0t faut 1'un des arandse
poil r'un des hauts lieuz Bru Le' Pourtant les fa
du cr:me anfin. natiques du haratlka chi-
Face A cette escalade de poiq se laisseront sedu re a
violence, il y a des poli- coup stir par les combats,
clers toujours prdts a comr piursuites, s6ances d, tnun-
poser, d sauv"es les mauble., chatiuj, el. j'en passe, de
11 y va a pea, qui, coin leur heros.
Callaghan, ne renoncent
jamais. L'on psut contesater Enfin 1'un des dvene-
la vraisemblance de cer- mx ts artistiques de Pan-
ta.ines scenes. On se lais- n1e, (AU DELA DE L'A-
sera toujours emporter pal MOURs. Nous n'avons pas
le rythm.e end.'able de ce de mpts pour jugar ce poi-
film d'action aux rebondis gnant et delic'eux specta-
sements imprevus et vigou- cle qui allied d la sponta-
reux qui ne nous laisse :as neitd u dialogue la frai-
une minute de rdpit et salt cheur de L'imagination, la
nous manager des moments fed6r'e du decor, la fougue
d'un palpitant suspense. tovchante enfin des jeunes
(En outre, mine de rien, acteurs. C'est un magnifi-
plusieurs themes d'actua- que chant d'amour qui tire
lit6 emancipation de la du ciel de Venise une par-
femme, versalitd des bureau tie de sa grace et du sp?e
crates sont treit6s ave e aclesans cesse renouve16
la mdme fougue qui anime di& la nature un peu de son
tout le film : Un film, en inalt6rable po6sle.
somime, tres interessant. Une fete pour les seans...
Des silences lourds ve si-
eC'EST TOUJOURS OUI unification preludenat a usn
QUAND ELLES DISENT ddchainement formidable
NON). Ce film n'est pas des passions. Que d'r. Ade
seoulment une comidie lou plus ? Un film inoublia-
foque aux peripdties extra- ble...
vagantes, aux r6parties par FRANZ
fois spir'tuelles, c'est avant
tout une critique en rdgla.
du matirialisme exacerb6
des Americains, de ce goilt
prononce A s'en remettre
pour un oui onu our un non
aux spde'alistes et, par-
tant, a l~ur portefeuille.
Aveec le deveoppement de
la technologies, on pour-
rait fihaleminth croire que
tout s'acheta : 1'entente con
jugale come n'importe
quell tube d'aspirines. L'ef-
fet comique rswsort natu- -
rellement de 1'extravagan-
ce de l:noui dirais-ja -


Avis. Matrimonial VOus pr
Je osussign6 M. Magloire
Ren6 proprietaire demeu -
rant et domicilie A Riche,-
Smeau commune de Duvaller
ville, declare par les pr : en
sentes au public et au
commerce en particuller
n'etre plus r:rponsable des
actes et action de mon 6pou
se Madame Magloire Ren,
nue Ercilla Hercius demeu-
rant a Fort Blanc commune
de Duvaller-ville, por Inu 1
rea graves et abandon du toll lef
Sconjugal en attendant qu'une
| action 4ui soRl inientee. -


soil cte. Le eppetateu,- s'ln-
ttrrog.ra sans nul dout Lsur
l'hiburnat'on dAnna 'tait-
cec iiecessaire ? La readapLa
tion de la june lemrne sL I
ra-L-elle un Jour compl-te?
Victo:re de la scltice ;
Ml-'s oine VicLo re qui porte
att.inte a la loi de I'eolii
ton de la Vie ct 1l'lntdgra
t'on d'un Ctre .A son tunieiv'
psychologique.
Allez voir ce film d'une
rich-sse, d'une sensbil't de
touche 6galement justes,
aux images sobres, et, don't
lea p, rsonnAge;, sont crIants
da vere. II ,' aj la peut 6tre
plus d'intelli'gpent, crOatl'ite
que d'originalite creative; 11
maanque P Lut etre 'f, peu
d'art. Ma's cela n'ajoutiralt
rien, et nuirait plut6t a l'6-
motion qui se ddgage du
film.
R.. T.


first


COMMUNIQUE SES


PROGRAMMES


POUR L'ANNEE ACADEMIQUE 77-78.

Qui debute le 18 Octobre


5
'Xe"'


i
I




I


SECRETARIAT DE DIRECTION


,,' BILINGUE 9 MNOI! FRANCAIS -- ANGLAIS

SECRETARIAT DE DIRECTION
TRILIN UE 15 MOIS
avec stages pratiques de
2 mois eAmrique Latine

MANAGEMENT AND BUSINESS
ADMINISTRATION 9 MOIS

avec stages apatiques en HAITI
et aux Etas UnWs.

L'Etndi at peut choisir entire 2 options :
Comptabhlite, Gestion Financiere
Marketing -- Technique de vente


ANGLAI INTENSIFS AVEC METHODS
AUDIOVISUELS ET VIDEO-TAPE
12 MOISr LE SOIR

5 bourses seront offertes aux meilleurs eleves

-4755 le 2 3508 ; le 2-4901


visitez la FIRST SCHOOL et demandez le catalogue des carriers du
Secretariat ou cefui du MANAGEMENT.

Cloture prochaine d s inscriptions

LE SECRETARIAT DE LA FIRST SCHOOL EST OUVERT DE
8 H A.M. A 8 H P.M.
Le dipl6me de Ia FIRST SCHOOL
a la menme valour que celui de la ORTH Jersey aux U.S.A.
- - - - - - -


~C% @C r z


-AR FRANCE


eI'











U


4.



'opose 140.000 sieges chaque semaine



re Paris et 'Europe




des correspondances pratiques ,


our meme de votre arrive a Pans


k^o ^u *-AaA , ,:^55ake-. ^A . ^ ^,, 5,*-... *.. -- -~ - -- "


Sonnez le 2


I


LUNDI 10 OC'MBRE 19777


F~;r~%w~=rrr//Er~;~=s~Cr~-~;v)/ErNl~ r/~%*;N~#~CCrrr~;~/c,~r~t~C~nS~+~b~L,


eauurs P-~-----~I~DP-~a~---n~-rr~-~-s~rr~


I


" PAGE


ALE NOUVELLISTEs


0 PIN














Section livr


d'eau.






Tl: 2-3478


La dynamique Mairesse d'Aquin, Mme. Victor Duran

Citer a 1'ordre du jour pour services rendus a la cours de P'alpahabdtisation


Nous avons, l'occasion,
porter 1'accent sur 'action
dynamique et progressiste
de Mme Victor Durand, Mai
re d'Aquin. Falsant preuve
d'une activity inlassable,
elle travaille a des oeuvres
de progress social et econo-
mique. Elle apporte sa pier
re a 1'action des Conseils
Communautaires, apporte
son concours- a 1'ONAAC
pour 1'abphabdtisation des
masses et epaule aen gdn-
ral, de t outes ses forces, la
politique economique et so
cdale du President a Vie de
la Republique.

Nous -,Publlons aujour-
d'hui les tcxtes des allocu
tions qu'elle a prononcees
racemment et qui illustrent
cette action d c tous les ins
tants' :



Me:dames,
Mesdemoiselles,
Messieurs.

En 'naugurant -cetl' sal-
le du royaume. qu est un I
acte de fo!, je manqueria.s a
un divo'r imperinux, s: le
ne vous apportal. mon sou--
tien moral au nom de la
population d Aqu n, et re -
mere er les batisseurs c c'.tt
te oeuvre, humble dans sonj
ensemble, mais grandiose
rar le pathetique qui se de-
gage et .qui s'alliera aux de
vot'ons des T.moins. pour
proclamcr -t gl6rif'TAe A
nom Sacre de JEHOVAH.

Allez done, de tou es ies
nations, faites des disc ples.
It ur appr nant a observer
tout ce, que ge vous ai press
crt (Math eu, 28 : 19.20.1

Volrc congregat on aest
nccrue avce lC s anne s.
Dans vos ran(lonnees a tra-
vers le monde, vous avez
coudoye les humbles et les
riches. Vous avez apporte le
leva n de 'Evangile, mi atu
tes les nations t combattu
1'impiete.
Vous avez a'de un nom -


bre incalculable de gens a
comprendre ,A Bible, pour
ameliorer leur vie familiar
le, a'der les delinquants.
con oler les affliges: et
pourtant vous ne faites pas
parties du monde (Jean, 17 :
14,16).

Vous etes les plonniers de,
la Bonne Nouvelle et les
soldats du monde Fptur.
Les ,entinelles de cette tour
de garden veilleront sur la
anti spirituelle de la cite
et se transmetteront le flam
beau de la comniaissance jus
qu'au retablissement de la
Theocratie. <<

Que le Grand JEHOVAH,
le Theocrate C(le-te. vous
done' le courage et la for
ce de continue cette croi-
sade spirituelle pour le bien


de cette humanity souffran
te qui doit etra transformed
en Paradis. Merci.

Allocution -prononcee par
Madame Victor Durand Mal
re d'Aquin le samedi ler. Oc
tobre a 1'occasiun de l'Inau
guration de la salle du
Royaume des T6moins de
JEHOVAH.
Dupin Castor

x x

Monsieur le Pr6fet,
Monsieur le Commandant
du Sous District.
Monsieur le Commissaire
du Gouvernement,
Messieurs les Juges
Mesdames, Mesdemois.Illes,
Messieurs.

En ce jour mondial de


I'Alphab6tisation th 'onut-s
les forces vives du pays, ce-
16brent la victoire de 1'ef-
iort sur 1'ignorance, je man
quera'is c un devoir impe-
rieux, si je ne readais uin
hommage particulier et res
pectueux a Son Excellence,
Monsieur le President a Vie
de la Rdpublique et a sa Ve
ndree Mere, Madame Fran-
gois Duvalier, Premiere Da
me de la Reptiblique, a tous
les organiI mes internatio -
naux qui ont conjugue leurs


efforts, pour nir on aiie
aux populations de noltre
comunaute.

Le zele et la vigilance ap
portes par les memb rs de
1'ONAAC dans 1'accomplis-
sement de leur tache, la moo
bili.,ation des energies de -
cretee par les Cons -,Is coin
munautaires pour le ietto-
yage da la ville, l'ouvertu-
re d s routes de penetra -
tion pour rattacher les see
tions rurales iscleav- di csen


tres urbains et le concours
de ia Croix Rouge haitienne
sont tous des facteurs cles
qui ont bou-cul- la naine,
pour affronter les perils a
vec espoir, dissiper les an -
gotszes et preparer la voie a
la grande bataille dconomi
que qui doit se poursuivre
dans a Paix. Cette annde
le terme choii est : Alpha
betisation, facLtur de pro -
gris economique:a. Quoi de
plus just et de plus vrai.
Les projects urgents et d'u


malnme
de 20
auitorit,
versitait
ta (Get
Cettie


extra-


ICICCN~N~~CIEhCl~dV~CIICECNIC~+C~C~CI\LI~CI.~CICJIC)CBCNI~CI


que ti mutiue avcc un cuu-
teau de boubeir par le marl
jaloux de la femme avec
laquelle it sortaif depuis
" lusieurs mois. Ce dernier
James Compton, un maitoeu
vre, Aui avait agi sous 1'em
pire de 1'ivresse, a Wt con
damn6 a la detention a vie.


memeni rare n'a rgusgi, 'se-
Ion les memes sources qua
trois iois jusqu'a mainte-
nant-: n ji;n '1916,-au Cen
tre Me ical UUniiversitaire de
Nare, a Japon, deux mois
plus, trd a 1'H6pItal Gene
ral.du MasSachusetts, a BoS
ton, A* en avri dernier
dans ui e clinique de Tren-






tilit6 collective dlabords
par le conse;ls communau
taires de concert avec 1'O-
NAAC reclament 'la' partici-
pation do tout un chacun,
la cortribut'on de tor.s les
homm s de bonne volonte,
du pa san, de l'ouvrier, de
1 artisan t de l'intellec -
tuel.

La ache est de recons -
truire, le travail est de De-
sa-na -pha-be-tit-er.
Unis ons nous dans un e:
fortl cammun pour cette re
construction, refoulons 1'
gnoraice par 1'A-n'al-pha
be-L.- a-t.on. et aidons le
Gouvcrnement de la Repu
bliqiue a gagner Ia bataill
econo 'que. Merci.
Ciion enLcmble :
-.ve ae President a Vie d
la Rptublique,
Vive lanman Simone.
Vive 'ONAAC
Vive les consedls communal
taires.
nImr. V actor DURAND
1,iaire, d'Aqu'n.--
xxx

M. le Secrdtaire d Etat dc
iravaux Publ Cc
M. lIngen.tur en chef d
Travaux Publics
M. le :ri ctcur de la D'v
S'on de 1IActio:n Comuiuna
Ia re
M. le r, pre entant de la a
thol.ciue service
1M. 1, Rcpresentant I
1 ACDI-
M. le Directeur
M. le Directeur du Prt. C
M.s-, cus les deputies Ca
rinard ct B-lancourt
M. le Prefet ei I'Arruodis
;iicnt d Aqu'n
M le Commandant
du Sous-District,
iM sdam-s, M-sdermoiss.11
Mess eurs
Jr su : hcureuse in ta
que Ma re de la vill di
qi n,. de vous souhaiter
b O nvenuc rt e vous acecu
I r dans c- cadre de verdt
re qu prat- a l.a ,nedta
t on et a la comprehensi
dans 1'Unite.
Vouo avez delaisse v
mult pie. occu.pationi, po


AM


ow-- E^ xAmsf8 SlA L- Is

qSONAV A T






LESB ELLES' NES


Mwqmm


venir nous apporter le r6-
confort de votre presence
et inaugurer a la veille du
vingtidme anniversaire de
la Revolution Duvalidriste,
les grands projects de nos,
conseils communautaires.
Nous profitons de cette oc
casion, pour vous remercier
ej vous dire notre profonde"
reconnaissance, pour les ou
tils que vous avez envoyes a,
nos conseils commninautai-
res et l'aide en nourriture
apportde a nos populations
urbaines et rurales frap
pees par la secheresse.
Votre presence expligr
aussi le souci majeur du
Chef a Vie de la Nation, Son
Excellence, Monsieur Jean-
Claude Duvalier et sa Ve-
neree Mere, Madame Fran -
gois Duvalier, Premiere Da-
me de la Rdpublique qui in
carnent le Genie National,
de sortir les provinces et les
commpnautes rurales de
l'ornidra du sous developpe
ment et de mcoer la gran-
de bataille economique
dans la Pa'a et la Lioerte,
C s projects qui ttndent a
rCsserrer les liens entre le
c tadin Ct 1'homme de la sec
ton rural, harmoniseront
Ies efforts, metteront un ter
mne a la LrageLi" de Iequ vo
que et front luire un ave
nir plein d'espoir et d'opti
m sine.
Ls p rspectves s'.-nnon-
cent prometti uses et main
dans la main, nous fLanchi
rons les barrieres de 1'iso-
lement, poor donn-r une
stabil;te econcm'que a nos
villas, nos bourgades it nos
agglomerations : car ce ne
sont pas les remparts a dit le
Dr. Duvall r, ma s les hom-
mes qug font la force des ci
tes.
Le t'mps est. 1l'action
t bienfa sante et aux efforts
- conjugues done, chacun doit
1 pr ndre ses responsatblites,
1 pour ne pas etre soum's aux
- jugemrnts de3 generations
- de domain.
A L bdres de touL esprit d'inte
ret personnel, los homm's
* de bonne volouie des Con -
seils communautaires, sou-
ches aux Femmes Respon -
sables, entreprendront la
march fraternelle verse les
sommets. pound l'exaltation
et le tl:ompl integral de
la Revolution Duvalierete.
Merci.
Discours df Mine. Victor
Durand. Maire d'Aquin a 1'I
inauguration des projeLs des
Conseils Communautaires a.
Virgile. Morne Coma, Same-
di 17 Septembre 1977. ,





LUNDI 10 OCTOBRE 1977



DANS NOS CINEMAS


eLE NOUVELLSTE .



Le Mexique bat Haiti par 4 buts i 1


CINE TRICMPHE CONCORDE CINE


SALLE I
IMOHAMED ALl CONTREi
EARNIE SHAVERS
Entree $ 1.50 et 2.-

SALLE 2
7 X7
Entrie $ 1.- 150

SALLE 3
'GALIA
Entide $ 1.50



aIon Glass et
Terry Johnson
King a Pt-au-Pce

Nous avofis revu avec
beaucoup de pla'sir nos 'ex-
c clients ants, les .cdlfbres
journalirtes amirecains Ian
Glss et Terry Johnson
King. Ce sont des am's 6-
prouves d'Haiti et de nom-
breux haitlens. Ian' et Trry
sont tous 1 eas deaux de
Miami News. Ian Glass Col
labor a pluaieurs autres
journaux d o n t L o s
Ageles Times. Terry vient
d'etre promue 'avac la mise
i la retraite de Herb Rau,
Travel Editors de Mami
News. Ces am's d'Haiti front
venus faire *une serie de re-
portages sur leur Ile favori-
,te. Arr'ves vendred,f-apres-
midi, ils logent 4 1'Habita-
tion Lcclerc. Us ont rendu
visite samedi matin a leur
ami Aubelin Jolicoeur, avec
qui ils ont dini dimanche
soir 1'Oloff.on. Uls se
sont rendus ce matin i Jac
mel.


Mardi 4 heures 30
ON L'APPELLE MILADY
Entrce G. 1.50
!lntree : $0.60
8 heure. 30
LE DIABOLIQUE
Entree $ 0.60

AIRPORT CINE
SECRET SERVICE
Entree G. 1,00 et 2,00
xxxx

DRIVE IN CINE
LOIN DE LA FOULE
DECHLINEE
Entriee $ 2.50



REX THEATRE
Lundi a 12h 2h 4h
AL CAPONE
Entree G. 1.00
S61i 8h et 10h .
Entree G. 3.00 et 5.00

Mardi 12 h. 2 h 4 heures
Entr6- : G. 1.00
6 h 8 h 10 heures
Entree G. 3,00 et 5,00
AL CAPONE

X xxx

SENEGAL

Lundi a 4h 6h 8hh
LA COLERE DU VENT
Entree G. 1.00 et 1.50

Mardi 6 h. et 8 heures
DE LA PART
DES COPAINS
Entree G. 1,00 et 1,50


PARTICIPEZ AU CONCOUIRS

4

<< Vacancies de Reve >>




DU CAPITOL


RECLAMEZ LE REGLEMENT ET LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE



PATRONNE PAR LES


HOTELS MERID!EN


ET


AIR FRANCE


AU CAPITOL

CAPITOL I
AUTANT EN EMPORTE LE
VENT
C'e 1 un film de la
SELECTION:
VACANCES DF REVES.
- 12n 4t 81h
Avant 3h30 G. 8.00
Apres 3h30 G. 10.00

CAPITOL II
SS RE1PRESAILLES
12hl5 2hl5 411l5 6hl5 8hl5
10hl5
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5.00

CAPITOL III
AU DELA DE L/AMOUR
Le film! qui rend Amcureux
C'est un film de la
SELECTION. :
VACANCE8 DE REVES
12h 2h 4h Oh h h 10h
Avant 3h30 0. 5.00
Apres 3h30 G. 8.00

CAPITOL IV
INDOMPTABLE' DRAGON
111145 lh45 3h45 5h45 7h45
9h45
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5 00


AVIS
7 .Octobre 77
La Secretairer'e d'Etat du
Commerce et de l'Industr.e
porte a la connaLsance du
public en general, des Indus
triels et Art'sans en parti-
culier, que repondant a une
invitation de la Chambre de
Commerce de Porto Rtco et
du Consulat d Ha'ti, Elle
particip ra a l'Exposit'on an
nuelle qui se tie ndra a San
Juan (Porto R'co) du 14 au
19 novembre procha'n
Le, participants eventuels
sont pries de fire parven r
a cotte Sacr6tarerle d'Etat
dans les meilleurs delais,
1 s chant lion-, qou'il vou-
drai nt exposer arcompa-
gnus ide factures regul'eres,
avec leurs deser option, quan
tiWe et prix.
S Par aillurs pour permit
tre de rense'gner valable-
ment lea importateurs Oven
turls, il leur est demanded
de fourn'r la documentation
suivant* :
S 1.- Volume de production
exportable (vase mensuelle,
trimestriel!l ou annuelle)
2 Prix rpbcifiquei i 1'ex-
portation
3 -0Delai de Fvralson des
commander;
4.- Moyen de tran port
env sage
5 Conditions de v nte
rarsh i I command' paie-
m ', ii a a l re ;ion vic o
CCetle S,-cr,-I ,ri r e J tai
compt- :ir lpur collabora-
I ,in pour at ur r lI,: soccv
de l part.n-,pe, a:,n d Ha'., a
,:t\'- rTi' t, 1i I ',a n
S.-rtiire T rm d Eat du
C.-niirerce t -de I Ind tr.-


/ //
//








/ ,
S' I/, A


..- BLOCS E.R.F.4


ETS.RAYMOND FLAMBERT,

k_. Materiaux de Construction


L-. '' --t -.'. ...... .. .-.,-... -' ---- .. t- ...',,',


PARAMOUNT

Lundi & 2h et 4h



OPERA
KONO
Entree
a 6h
DE Pt
TUEU]
b S8h C
FURLA
Strict.
Entrde





MARD
VIER(
Entr6e



VIOLET
Entree



Delu
Lundi
LA R
VIOLE


(suite de la le. page)


'ATION SUR HONG rt les explosions de ptaids'
SPiir'nt tour a tour la paro-
0. 1.00 le le Pre'dcnt du Comite
O 300 Orlgunisaleur, M. Juan de
ROFONDIS POUR UN Dios de la Torre et I'. Pri
R sident de fa FIFA, M. Joao.
G. 5.00 Hatelange.
A PORNO Le match que L- mexi-
menrt pour adult cins craignaient enornie-
e S 1.00 nitet dhbuta par un coup do
theatre. On ,touail depuiP
x x 30 recondes lor-(twr, la de-
fen'e ha tienn- re-ta figsee
MAGIC CINE sur un OrntrP, aerien de Cr's
inhal Ortega parti sur I'ai
'11 h. 15 et 8 h 15 le droite. La ball alterr t
GE CREOLE str la t" de Hugo Satn-
G. 2,50 et 3,50 chea qui outrit Ie score\
Le? hlit ens prirent du
CINE PARC t:mp s .l Itn remwttr.. Pen
dant. plu- d'une demi-heu-
ETTE ET FRANCOIS 1' .- I dturent sub'r,.l's atta
$ 2.50 12"-' Continuellc d avants
adverse Cet ecart d'un '.'al
\ X X X X but ne fut mainA u qu-
gr e.' i la vigilance d'un

Ixe Auto Cine se 'lee,, Franc ilon et
til. 1aux err:urs cia I'avant-
a 'in 1 :* e Oh co tre me 'ecain Alfredo Ji-
OUTE DE LA men."' qum en plutiesur: oc
1NCE ca-ions manaqua d:s, buta
0 CE tout faits.
a: 9 50


Mardi a 7 h. et 9 heures
LA RELIGIEUSE DE
MONZA
Entree $ 2.50
PARAMOUNT
Mardi a 8 heures
FURIA PORNO
Entree $ 1,00



ETOILE CINm
Mardi 6 h. 30 et 8 h. 30
LA BELLE TIGRESSE
Entree G. 1,00 et 1,50


SOCIETY
D EQUIPMENT
NATIONAL

AVIS

II est poree a la connais
sance des interesses que .la
SOCIETY D EQUIPMENT
NATIONAL (SEN) procede
au recruit' ment de dux k2)1
Ingenaeurs Electro-Mecani-
ciens pour soif Complexe
Cotonnier, sis a Ca-Soleil,

Gonaives.
Le3 candidates devront se
presenter avant la fin du
mois d'Octobre entire 9:00
AM et 12:AM, au Siege So-
cial de 1'IDAI SEN, sis
a la Rue Amer caine, a
Port-au-Pr!nce, pour une en
trevue.

Les condition_ reqi,-es

l, E.: a. it onr l It. hal
t .. nr :
21 DOten r un d plome?
d'Tngnieer El ctro-Meca.ni-
Sen del tre pJr un' Facul
[e re GCer.i-, ',;-conni.
Etric: O,: C'onrin n ., e et
mO uri

n n,- n "r i.. 1ro- ra,,i nr
c,ue s ieoni pr ;i. !-] ,n c i, de

P.-rr -.- -Pr -, 1: 5 Oc-
rPbr i:- 197' r
SOCIETY D EQUIPMENT
N NATION AL





SOCIETY DEQlUPELMENT
NATIONAL

Avis
Ii esr port, a a coninais
sicrice d's I e';--. s (|ue la
SOCEITE D E'QUIPEMENT
NATIONAL ISENi proedc
au recrut.'m1nii de deux 2,
MNcatilc enrs en aiu-tasge
pour on Compl, xe Coton-
n er s it a Ca-Soeiil, Gonai-


Les cand daIr deron, se
presEnter avar .r .a ili da
mol d Octoor entire 9.00
AM ct 12 AM atu Siege So
c al de 11DAi SEN, sis
a la rue Ainr ca ne, a
Port-au-Prince, pour tOne en
t '. vue.

Les conditions rcqulse
sont les -i vantes :
1I Eire de nat'onnlit6
ha'tienne
21 Det nr un dipl6me
de Mecan c'en en ajui-ages
3) Avoir au molns 2 ans
d'. experience.
4) Pouvolr rbaliser des
travaux de totirneur on de
toudeur.
51 Etre de. bonne v'. et
Mueurs.


L'.quipe haitienne retrou-
va un peu d'assurance a
course du derni-fr quart d'heu
re de la premiere m'-temps.
:Elle reuysit quelques con
trn-attaques, mais les tirs
de Bayonne et d'Antoine pas
serent loin des buts de Fran
Sci.co Castrejon.
A la reprias, 1'cntraineur
mex'cain JoSe Antonio Ro-
ca fit enter Victor Rantel
e la place de Jimen.z. L'a
vant-centre de Guadalajara
allait realiser le premier
,grand exploit indiv'duel en
marqua7t trois buts un
hat-trick anu course de la,
second- mai-titnpq.
Cette duxieme periode d6
bula par un autre coup d(
theatre. Sur I premier c-
change de balle. Naza're ef
fectua undi ha'ard2us-" pas-
se cn rtetrfit. En voulant re
parer 1'erreur. Jan Joseph
<(offritt le ballon i Rangel
,qui n'eut Qu'i s'avanc r df
ii"liu,-s mnfres pour hattfre
Frarc'llon d'un tir au ras
di. ol.
Men6 ; 2 0. les. haititift
e'ss'ayr nt die rcazir. Obiet
du marquase .mp'tovable.
de Manuel Naiera et. de Car
lot's Gomtez, ltir buteur Eni


manuwti Sanon tenta en
vain quelques perdies soll-
taires. Mal sout.nu par aine
ligne de do mis (totalemnent
impuiesante4, il ne- rhuss.t
qua. d:ux Lire valables.
La respiration hal?,tants
ia cause de I'altitude, lei
haiiens n'arr vaitnt pas &i
appuyer 'itur action.

A la 70e. minute., Bayon-
ne amorqa une attaque wails
le contre fut. favorable aux
mexicains. Auguste tarda a
,i. plac.r apres une hellta
flon de- defend urs centraux.
La transversale de Cuellar
fut conwrt b en but gracin
I une belle reprise de. ro-
16e de Rangel.
A 3 0. la cnu'p etnit en
tendu.:. N'ayant plu: rien a-
perdre., requiree hajtienne
e'saa alor: d' sauver I'hon
nrur. Ell y parvint i la
77e. miolut,, lor-que Au'7us-
1. reprit d'une tWe plon-
gp--ante un cOrnIr t'r6 par
Domingue
Pour la premier.' fois en
huit, rencontnlei. Haiti v,.nait
de marquer un but contre
lr Mlexiqut.
Malgr6 le brio de Fran-
c'lion et le d6voismnent de
Mathicu, les mexicams al-


lailPnt el6turer Ie festival
par un quatribme but. En-
core une fols, Victor Ran
gel 6ta't au r.ndez-vous.
Evoluant en tendem aveN
Hugo Sanchbez it trompa la
defense visiteute et s'rm alia
battre Francillon.
Excellent arbitrage d?. M.
Rdmof ,Barreto (Urdguay).
But.pour le Me.itue : San
chez ie. minute, Rangel
466., 70O.. eL 82e.).
But pour Haiti : Au.gu't
77e. minute.


LES DEUX EQUIPES :

Mexique : Castrejon, Na-
jera, Ramos, Gomnz,'V s-
Viez Ayala, Cuellar, de la
'Torre, Chavez (puis Carde-
nas), Jimenez tpuis Ran-
g'l), Sanchez.

Haiti: Francillon. Bayon
ne. Maotiieu, Jn-Joseph, Au-
guste. ; D&r. Nazaire (puis
Romulu'). Antoine Ipuis La
Mssisre), Dorsainville, Do-
Iningu -, Sanon.


LE. B* RO T
LE BISTROT I


.Pht mac STAURANT -- BAR --PIZZERIA
assurant lervCe FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE
c e C 0nuu It


LUNDI 10 OCTOBRE 1977

MONT CARMEL
B. JJ. Dessalines
DE LA SANTE
Rue Pavee
OPTIMA
Village Lamothe

MARDI 11 OCTOBRE 1977

CASTERA
B. JJ. Dessalines
POSTE MARCHAND
Post Marchand
JUPITER
Rue des Miracles
PETIONVILLE

LUNDI 10 OCTOBRE 1977

ST. PIERRE
Place du Marche

MARDI 11 OCTOBRE 1977
NOUVELLE
Axenue Estim6


SAMEDI SOIR j

Ambiance dansapte

S avec Bistrot Combo))


VENDREDI SOIR
S Bistrot Show))

Cesar Ce*ra et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOmI
i Soirde Dansante Accordcoa et
, .Musette


CHAQUE SOIR
Piato Bar -- Ambiance T.usicale

4M~wv~W) rocr're -,rrr4-rvcnwww~k


Port-au-Pr'nc-, le 5 Oc-
tobre 1977
SOCIETY D'EQUIPEMENT
NATIONAL
. .. _.1010 ,


P~AO aa


~s~----r------m- r ~~ :~*~i;;~~..;_~~'~; --~~7-~-1 CJ I I~


. . .. .. .. .... ..... ...


-7


, .




LEII I I NO ELl *I W WEBH 19


Mohamed Ali centre

$ 1.50 $ 2.00


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


Ce Soir


Earnie Shavers Sept fois Sept

$11.oo


(sunlte de la 36me page)
le travail est partage. Lost
longs sprints individual t
epuisent le joueur en alti-
tude.


rofE's5ionnelr, amateurs ou qnelomanes avertis
Poor Itut materiel electro-acoustique
Voyez Aux Ondes bonores
Pour tout apparel de haute lidelite
Voyez Aux Ondes Sonores
Poor tout materiel electronique I
oUL\eS Aux uiade Sonores
four ouut materiel electLuIpue ourraut
Svoyez A unUaes auxloret:
?ou'r out Len ina ere de Television
De I atCiLnne lau' recepteur
Voyez aux Ondes Sonores
Pour enriclir votre culture musical,
votre discotheque et assurer len-
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour eboisir votre guitar classique
ou electrique
Vuyez Aux Ondes Sonores
Violoristes Altistes, Violoncellistes
pour vos cordes professionnelles
Voyez Alfx Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes pour voiture
Vovez Aux Ondes Sonores
tre+jen de vos disques
Pour vos enregistrements : tape ou
rnban magnetique, cassettes, car-
Irrdres 'nnt n6cessaires
VovP7 AnN Ondes tonnrp
Vn-% aveT7 ho-n;n de cables flectro-
nlquer 'on t-rle riques
Vnrp 7 Iu Ondes .onoreR


Tno .t d. in tons ler dnmiines
4.Y "ior lde mep nre snnore




41 Rue Macja 4o Telephone No 2..382


ensemble, lentement, et
quand on perd Id ball,
on trouve plus dc r.essour-
ccs pour revwn r, parce qu'


ASSOCIA
HAITIEN
6,
Port-a
tembre 1

Avis d
COmVOt
LE CO
TION D
MEDICAL
le grand
tous ses
inon tn
le qui at
di 12 Oc
30 P.M.
b ole.
Dr. Ri
PRESII
Dr I
SECRET


(suite de la 16re page)


DES LACUNES ?

Quand une equipe part
pour un tourno" de ce gan
ro, 11 y a une equipls de ba
se, un squelet pente rod&e. Un system de
jeu etabli.
Chaque entraineur a sa
conception... d'un tournoi.
Le 4 3 3 conviendrait mi.'ux
6. 1'quipe national. Les
organisatiofis, les triangles
sont forms plus rapide-
ment.

APRES LE MATCH D'HIER

L- match de mercredi
centre le Guatemala est
dtcisif pour la slectio n na
tionalb. 11 va determiner
de son dev-'nir dans cette
coip6etition. 11 revet une
grande importance psycho-
logiqule.
II faut motiver les jousurs.
On a perdu hi-r, eh bien,
on a perdu. Et c'est fini.
C'e.ot passe. On r~prend le
combat et l'on efface hier.
Les haitiens conna'FsSItt
l'equip- guatemalteque. Ils
doivent jour avec des con
signs de ba'es, avec les
lois immuabl",' du foot-
ball moderne : des qu'on
p rd 'la ball. il fa t s'a
regrouper en difen''.

NOS CHANCES ?
1 faut sauver ce qi P:Out
etre sauve. 11 faut p epar r
chaqui match. 1 faut ga-
gner des po nt-.. Et" come
nous sommes dans un sys-
teme-championnat...
Avant le match d hier. je
pen ais qu-, 1'equ pe hai-
ti-nne n'etait pas dan:i les
condit'9ons optimales pour
jou r contre les mexicains.
L'6qu'p, manquait de com-
petition. On ne peat pas
roster un mois d x jours
sans .fouer. Sans jouer un
match erieux. Dans un-
preparation, il faut des cri
tlr s d apprrc'ation. Nous
n7e les avons pass.
x x x x
L'equ p- haitienne a p r-
du son match d'entree. C'st
le premier match seri.u
(ue ler haili-ns ont bOua
d -nu's des mois de prepa-
ration. C'cst dommagfi. Mais.
1 aura contribute ii nous
jauger, d mettre en eviden
ce nos lacunes, nos rreurs,
et nou' permeitr- de tirer
ijes pr-mieres lemons de
1'incontf quenc0. Evperons
qu- les re'ponsables sauront
avo'r la tate as ez froids
pour reaqgir corrigor, et sau
ver ce qu' p ut ~re save.
Epe6rons qu'il ne 'oit pas
trop tard.
CARLO A. DESINOR


Demande d'Emploi
Jeune fille dejbonnes for
nations diplomne en secre-
taHlitl general bilingue du
College Alpha de la Jamai
que, parlant couramment
l ap' t conna ssancic on
espagnol

P 0 Box 2214 : Tel 4-0043
a partir de 5 bres



Deces de Mme
Eoger Olivier

Pax Villa announce le di-
ces survenu le 5 Octobre de
Madame Roger Olivier nee
Ofiliese Alexis.

En cette penible circons -
tance Pax Villa et Le Nou-
velliste. presentlrnt 1 c u r
sympathie a ses enfants :
Monsieur Millien" Jn. Bap -
tite, a. Monsieur Yves Jn.
Baptiste, A Monsieur Willy
Jn. Baptiste, a Monsieur


Au course des debates qui
s t s o n t d r o u -
1 e a c e t apr6s m.dl,
au carre du Min stre do
1 tni.ttr cut Me Aurelten C.
JeatLy, entire les manifes-
taut. de la Hasc. gpt le MI
n.ltre des Alta r, sjAeociales,
le Dr. Achille Salvant, le
Secretary. dEtat ia 1 nt6-
r,. ur a lait part dun Mrs
sage tel6phonique du Pre-
s dent a vie de la Republi
que M. Jean Claude Duva-
o er. Au term de ce mi s-
sage transmis par le Minis
tr clde 1 Interleur Me Aure
lien C. Jeanty, le Pros.-
do.nt Jean Claude Duvaller
a cxhorte tour les travail
leurs ha.tiens ai la sages-
so, l'ordre, a la Paix. II


Travail. A sa suite, le Mi-
nistre Salvant a pr.s la
parole pour eclairer cettC
affa.re. 11 se disait d'ac-
cord avec le princ pe de
la formation du syndicate,
et se dedfndait contre l'ac
c u a t i o n de s'opposer
ta 1'election, par les Tra-
vailleurs, d'Andrd Edouard
come Pretident au Syndi
cat. Le Ministre Salvant
a declare qu'il avait convo-
que a son bureau une dele
gat on de 10. travalleurs
pour la formation dun Co
mitt provisoire charge d'or
ganiscr l'assemblee genera
le des ouvr'ers qui condu -
ra a election du Presi-
dent de leur syndicate.

Enfin, apr6: changes de
vues et de d'scuss'ons, oni
t't arrive do concert a-
vec le Ministre Salvant, a
la designation d'un Comrn te
Prov sore don't Lukner Ne-
rette est le president Jean
Rene Ca im r, V:ce-Presi-
dent, W llr d Coachi S cre
taire, Raphael Dor et Vil-
sa nt Cyr ac, conseillers. E
douard Joseph. tresor or.
Ils ont tou.- ace pte de
reprendre lout trava 1 en
attendant qu''nterv.enn- 1"
1, celon du Synd'asat df(.fn-
t'


LA HAVANE (AFP)
LeH aspiration, inlernatlo
nul.tes du Commandant Er
ntttd Che Guevara se 8on1t
r6alis6es ta trawrs l'inde-
p-ndanee die l'Angola, a di
clear l dimanche a la lHava
7le M. Ramiro 'Valdas, mem
bre du Bureau Politlque du
part communiste cubain et
compagnon du AChe).
Pronon4ant le dascours de
cldture de la Journee d'hom
maghie national rendu au
eChe pour le dixiime an-
niversaire de sa mort en
Bolivie, M. Valdes a decla
re qwu, deji quand le MPLA
(Mouvement Populair e de
la LiberaV.on de 1'Angola)
conduit par, M. Agostinho


Remerciements


Neto commentalIl ba lutte
.'pour I'Indipendanta, le
aChen parlal 1 rde Ia noceo
Alti d'etre holidaire de ce
people frerer.
:Fa'sant un rappel lWtNt-
rique *de la partk-'paiion du
aChen a I'hi.tolrle de la
revolution cubainae. M. Val-
des a souligne que sa v*ie
italt un .xemple p-rma-
nent pour la jeunesse cu-
baint


Dee proches do Che et
des combatants tombs en
Bolivie ainsi qu'un public
tres nombreux ont partic:-
pe i cette jburnie prtsidte
par le General Raul Cas-
tro, deuxieme Secr6taire du
parli communiste cubain.
D'autre part les editions
soc:alef cubaines viennent
de publier neuf tomes de
disecours du aChe don't plu
sieurs sont inedits.


Claude Jn Baptiste, a Made
moiselle Carole Jn. Baptis
,TION MEDICALE te, i.Yadelly Jn Baptiste, a
4NE Mademoiselle Fidale i' Jn
BABIOLE 6 Baptis e, 1 ses petits en -
u-Pr nee, le 26 Sep fants : Emmanuel, Walter,
1977 Lionel Alexandre, Ronal
Alexandre, e ses freres et
le soeurs : Nehet, Paulina, A
Cation mie; Dercule; Evins; Avis,
Denise Alexis, a ses neveux
iNSEIL DE DIREC- et nieces : Christian, Pep6;
E L'ASSOCIATION Germeil, Madame Marcel
LE IAITIENNE a Bien-ne, Suze, Maryse; Cha
honneur d''nv ter ze; Daniel; Alexis. Aux fa -
Membres a lan rdu- milles : Jn.Baptiste, Alexis;
Ass-mblee Genera- Alexandre, Germeil; Bien-
ura lieu le Mercre- nhe; et a tous les autres pa
ctobre 1977, a 7 h. rents et allies tprouvts par
au locall s's h Ba- ce deull.
Les fun6railles de Mada-
oger V LLME me Roger Olivier n6e Ofilti
DENT DE L'A[LMH se Alexis seronl chanties le
sac DESIR Mardi 11 Octobre i 1l'Eglise
;TAIRE D6 AMRI Mtthddiste sise a la Rue de
Ienterrement i 4m heures P
M A s la depouille mortelle
A vendre sera expose des 2 heures


A Vendre une Jeep Wago
neer, Couleur blanche, mo-
dele 1969 et une Jeep Com-
mando, couleur bleue. mo-
deie 1972 en hon elat, Prix
arantageux S'adresser au
No 10, lare Impasse Lavaud
entire 8 h a 12 b AM et 4
heures a 6 heures P M
'Eel : 2-0754
1010


A louer

Un grand appartement a-
vec toilette pour bureau,
etude, agenee etc., i loner &
1'etage de la Clinique Den-
takre do Dr. Ronald Holly.
Bvld. JJ. Dessallnes No 80


Remercietments

Les families Aror-Dam-
breville Louis Jeune. Fau
bias. Alexandre Georges A-
lexis, Dessables. Kebreau;
Riviere, Gaillard remer-
clent tous les parents et a
mis de la capital de la
province et de 1'tlranger
qui ont blen voulu leur Wt
maigner des marques de
sympathle A l'occasion, du
dtics de Mine Rolaqd Azor
n"- -Innrn I nmt- .Ipun- enle
vie & leur affection le mer
credl r 1 Septembre ecoul6:
Elles lea prient de croire
-an JleW fonde gratitude:
ytrsitmaoe, Je 10 Sep-'


- *i~LLe,,.A~.i~ J$~Os, 7i.~ -. 7.-. .~ ~ ~


PAGE 8


Ses points de vue, ses observations


leur a demand
do manife ter
d travers I s
imer plutot iu
chargee do sc
doleanccs au
inter, sse. Le
ty declare au
. dent Jean
li(r assure to
leurs qu'il ci
problems et
inat leurs dr

Le M n stre
pele que 10
est un Gouve
It un Gouv
p upl, C". P
vent une vas,
:ements doe l
vailleurs.


Des Ouvriers de la Hasco

soumettent


Galia

$ 1.50


Cuba : Journ4e itionuunae National u .Che, Guevara


ide quau litu Minsieur Rene Castel Ma
bruyamment dame et enfants, les 6poux
rues, de for- Edy Alaby, Madame nie Yo
me dtlegatlon lane Castel, Frantz Pierre
ujmettre l(urs et Madame nie Marie Edith
D6partement Castel, lies epoux Heberle Mi
Mmn store Jean- chel et enfants, Mademoisel
ssi que le Pr6 le Rosane Michel, Madame
Claude Duva- Veuve Alphonse Marius Jeu-
|uF les trava'l ne n6e Ersulie Castel, Mon
omprend leurs sieur. Paulin Castel Jean et
qu'il recon- tous les autres parents et
oits. allies remercient bien since
rement : 1)Entrepris'e Fune-
Jeanly, a ap bre Pax Villa, Me Nelson
oiouvernement Bell de la gazette du Cap-
rnement fort, Haitien, les amis du Cap-
ern ment du Haitien, de la capital et de
iropos soule- 1'Etranger qui leur ont t6-
ue 5'applaud's moignie e la sympathie a.
a part des tra 1'occasion du d6ces de leur
tres regrett6 Louis Carl Cas
tel decade & 1'Hospice Saint
P. R. A Francoia de Sales le 15
Septembre ecoule Z 1'age de
69 ans.


r


w


... ... ......p~ze~~-lp~*


-;


~ruuuuurrulu~4-- ,-r~~- 777AP


lilt I I m a- - -- ". "r- ....
LUM eMOBRE 19-T4


el3 NOUVELLISTI.


j . .


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs