Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09891
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: October 6, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09891
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text






Une gloire Ivoirienne


et-Africaine
Par Rene PIQUION




















mH





















Bernard Binlin DADJE, Mi nistre des Affaires Cultu
rellee de la Republique des Cotes d'Ivoires.


UNE PROMOTION
SUGGESTIVE

Dans le remaniem'int par
tiel de son cab net qu'il a
opere 'le 20 juillet dernier,
le Dr Felix' Houphouel
Boigny, president d'e la Re
publique de la Cote d'Ivore,
a nomme Bernard Binlin Da
dier, ministry! des Affairos
culturelles.

Euant done soni prc: ge
tant dah-- son pays que dan5-
to'lt le rest doIe 1 Air que. si
brillant- carrier litterai-
re, Lon passe irreprochable
dans 1'adisinistraton public
quie et son remarquable etat
de service, c"mme dell-
gue permanent a l'nesco
ou menibr. de son Cdnseil
Executif, i1 etat a prevoir
qu un connais our d'hom -
mis comme le chef d Etat
ivoirlen ne manquerait pas,
un jour ou l'autre, de ta re
appel a un compatriot' qui
roinit d'eiusi Iminientes re
fercurces.
Danas .a persp' clive p sit-
6tre d un nouveau bond en
asant, il lallait consolider
le miracle econom'qu_- de la
Cute d'Ivoire par une infu -
rion de sang ft'as. Le, chef
d'Etat tvo r er ne s priva
pas de cott initiative a la
Fatlsftat on dc l'op nion pi
blique.

DANS LA NATURE

Bernard Binlin Daailc oe'
ne o iia' assiatC eCL i
passe la p.us grande part.e
deo -n eniane c aani ce vil
lage, a Grand Babsam et a
Bisgsrvle oavainc de pren
are son eoor vers des cmitux
lus vast-s eu d'eittre en-i
buite dans le circu-t :ion -
d-al.
A y regardcr de pres, la
premiere parties de son exis-
tence ne differait pas d eel
le des autres jeunes Afri-
cains marques par un dest n
exce.ptionnel. Un milieu fa
maliat rechaufft de 1 affec-
tion de parents, la plupart
du temps, pauvres, mais ri
ches d'ambition pour le ga
mmi aux-promesses deja ma
nifestes par quelques indi -
ces qui ne trompent pas.

D'autre part, le milieu
ambiant autar.t que le foyer
concourt i :on education
physique et morale. Avec sa
faune ailee, rampant et
bondi-sante, avcc ses dif-
ficultes et se, res ounces in
4inies; avec sa forget opu -
lente ou sa savan" seehe, il
constituc 'une cole oi l'on
apprend a comprendre la na


ture, a lutter centre les 616
m nts, en' un mot, a vivre t
a urvivre par la vertu du
courage. et de l'inelli -
gence combines.
Le paysage qu entourait
Bernard B. Dadid 6tait par
liculicr menti impressbln -
nant par a variety et sa ma
jeste En effet, d'un cote,
c'est la lagune aux napux im
nuobill., dr C'autre, la mer
auxl vagLcs tumitltU US's.
E', non loin de la. poir rcom
pbetcr ce tableau de con -
trastes, la masse ombree de
la forest. Tant qu'il le pou -
va t Bernard faisait son pro
fit d- tout ce qu'il voyait,
touchait e, entendait parti
cina't a cette orgie perp6 -
tuelle de couleur., d'o -
dciurs ;t-de bru'ts-'et irdi -
ta t sur la 10.ite atroce que
mbeniit le- etres vivants
pour echapper a la mort
Tout-fois, il etait temps
pour liii. de penser i au -
tro chose. Aux etudes, par
exempt pour obe r n. un ap
pel interieur pros'ant ct aux
vo ux de.s sens A ce propos
il no semble pas que Ber -
nard B. Dad'e ait conserve
un tiop- bon :ouvenir de ses
rcntacts ave.c ses prenmers
matrsfr don't ils leco is ma
iadroit,'s otauent oouvnnt ac
romrnane s do, brimades ins
supportsbles.
LE PASSAGE A GOREE

II avait amasse, nean -
mu n-, assez de connaiksan-
s pour border 1 Ecole
Normal Wlliam PonLty, si
Luee 'a Goree qui est .,pa -
ree de Dakar par un large
bras de mer. Cette ile evo-
qnu, dis souvenir., certes
lointains. mais h il ,. ini.
C etait l'endrcit epoevanta
ble oui les negriers entas -
satent pour ur.e mort au ra-
lenti no pour la servitude
a vie les captits rafles a 1'in
terieur du cont'nnt. 11 gar
de encore un aspect sinis -
tre compete tenu des mil -
lions d'etres humans aui y
ont 6ete ntreposis come de
viles marchandif es.

Avec ses rues revetues
d'une epa'sse couche de sa-
ble apport6 par le harmat
tan se, maisons colonnales
au visage trite, ses esclave
cies lugubres Goree a con-
nu une ere de celebrity en
servant par son Icole de pe
pin;ere aux admini,.trn leurs,
aux ense'gnanrs de. tous les
territoires de 1'Afrique occi-
dentale frana se et de 1'A-
frique equatoriale francai-

(Voir suite page 2)


JEUDI 6 OCTOBRE 1977
Vl o 30.638





-'UA





VOrD M 13 3 L E PLUS &NClEN QUOIIDIEN DEHAITI M5M5B DM L'&ABBSSOIATION INTERNATIONAL DB PRESSED


DIRECTEUR : LUCIEN MONTHS
4 ADMINISTRATEUR : Mme. MAX CHAUVIT



Mise au point de deux

nouvelles Structures"

au DARNDR


Hier apr1s midi, s'e-t dd-
roules, au local du Service
de l'Unite de Programma-
tion du DARNDR, la ctrtmo
n e, tout 'a fait simple de
presentation, sur les font1s
baptismaux, de dbux autres
structures, le comit6 de coor
dination des Projets et le
Comitd Sectoriel de Politi-
que Agricole.
L'assistance comprenait de3
reprdsentants des organis-
mes internationaux en Hai-
ti, des experts des missions
etrangeres agricoles comma
la mission chinoise et la Mis


sion Isradlienne, des mem-
bres du Corps Diplomatique,
des officials haitiens comme
le Dir'ecteur de 1'HIPCADE,
le Directeur adjoint de
i'IDAI, le vice' doyen de
la Faculty d'Agronomie, le
Secrdtaire d'Etat et le Sous
Secrrta re Edouard Berrouet,
et Josaph Bernard, ainsi qu-
d'autres hauts fonctionnai-
res d': DARNDR.
x x x x
Le Conseil de Coordinnt'on
des Projetr, un organ d'ap

(voir suite page. 5)


L'Ambassadeur Delinois Celestin

ecrit au <

L'Ambassadeur d'Haiti &,
Paris, M. Ddlinois Cdlestin
nous a fait tenar copie de la
lettre qu'il a adressde au
quotidien parisien aLe Mon-
de), a 1'occasion, nous 6crit
11, d'une strie d'articles que
ce journal vient d'6crire con
tre Haitib
AMBASSADE D'HAITI
Paris, le 26 Septembre 1977
Monsieur le Directeur,
Le Monde, que vous diri
gez avee des qualites 'de
coeur et d'esprit qui ont for
ce 1'estime de millions de
lecteurs--, nest pas au ser-
vice du mensonge systemati
que.
(aMentez, mentez encore,
mentez toujours, disait VOL-
TAIRE, il en restera quand
meme quelque ehose.)
Le journalist e t''Ecer -'
vain que ynvcus tes, jei le
suis Igalement -, sant au
service de la verite, et du
respect que les individus,
comme les peuples, se doi-
vent entire eux.


Qu'il y ait des opposants,
(aux Etats-Unis, au Canada,
a Cuba, en Afrique, en Euro
pe, et notamment en Fran-
ce>, comme vous 1avez e

(Voir suite page 8)

Retour du Dr
Chiavannes Douyon
Est rentre au Pays, au
terme d'un s6ejour d'un mois
a Boston, Ma sachussetts. le
Dr. Chavannes Douyon, Direc
teur du Centre National d'O
orientation PMlc sionnelle et
de Recherchcs et Professeur
a l'Universitl d'Etat.
Le Processeur Douyon a-
vait, avec l'autorisation du
Chef ai vie de la Nalon et
de Son Excellence M. le Se-
creteire- d'Etat des Aff.iirva
Sdciales. .r6pondu a une invi
station du Departement de
Pedmatrie de Carney Hospi-
tal de Bo ton, a participr

(Voir suite page 6)


Mort de Maitre Teniers Jolicoeur


Maitre Teniers Jolicoeur
est moit le vendredi 29 Sep
tembre. 11 a ete inhume le
lendemain, ler. Octobre au
cimetiere de Jacmel. La Vil


Avis aux Firmes
specialisees en
Equipment
Medical

DEPARTMENT DE LA
SANTE PUBLIQUE ET DE
LA POPULATION
UNITE D'EXECUTION ET
DE COORDINATION
PROJECT DE
CONSTRUCTION
D 'ETABLISSEMENTS
DE SANTE DANS LES
REGIONS NORD ET SUD
DE LA REPUBLIQUE
D'HAITI

Il est port a la connais-
sance des firmes specialoiees
en equipment medical que
invitation qui lenr a etn lan
cee a soumettre leurs quali-
f cations est maintenuc.
Cependant une publication
viendra fixer la date a la-
quelle elles pourront enlever
les documents de pr6qualifi
cation au bureau de I'Unit6
et de Coordination et confir
mera les modalitls d'inter-
vention. I
Dr. Francisque MILORD
Directeur de 1'Unit6
d'Execution et de Coordina
tion
Departement de la Sant6
Publique et dee la Population
Port.au-Prince, Haiti
810


Hier, a &t6 plaid par de
ifant le Juge C6lemenceau,
Thomas le proces des 16 jeu
nes gens incarctrcs depuis
le mois d'Aofit sous 1'accusa
tion d'usage de marijuana.
11 a fallu attendre aussi le
seunil des debats g6ndraux
pour avoir, (an moins la
Presse) un tableau vErita-
bLi des charges qui p6ient
sur la tfte des prevenus -
Ce tableau se present corn
me suit :
usage de marijuana :
Jean Max Duvivier Frantz
Bennett -- Ralph Auguste
- Henri Philippe Domini -
que Louidy Roy Da-
niel Roy Wintrop Atier -
Ralph Bennett Robert Do



Du fait de la
longue
interruption
du courant

Une panne de courant af-
fectant tout le secteur de la
Rue du Centre elt ui a dure
toute la matinEe et une boa
ne parties de !'apres midi,
hier, a paralyD' nos atelier .
De ce faith, notre journal. n'a
pas pu paraitre her.
D'autre Iart selon avis
ldieuse pat E'loctricite d'Hai
ti, on doit s'aitendre a d au
trcs interruptions du cou-
rant. cette semaine.
Nous ne savons pas h quoi
sont dues ces perturbations
qui, gnennt considtrablement
quzand elies ne paralysent
pas le fonctionnement de
maintes entreprises de la vil
le.


LE PONT DE
TURGEAU


le de Jacmel perd en lui II y aura tantot deux ans
1'un de ses fils les plus no- depuis que le pont de tur-
bles. geau s'cst tffondrd. La jonc
Nonagenaire, Me. Teniers tion "de 1'Avenue Charles
etait l'un des derniero e- Sumner et de !'Avenue Jean
chantillons d'une elite in Claude Duval:er (Turg(au)l
tellectuelle don't le souve s'eat trouvee done cadcuque
nir mIme a depuis long Et la circulation autonobi
temps gagne ies archives. le vers Turgeau Bablol?, Pa
11 avait survecu h ses deux cot a ete device dans 'Ave-
aines Frantz et Rene et a nue du Travail
son benjamin, Emmanuel. 11 II y aura egalement d-nux
fut Pun des plus grands a ans depus. qu'ont commen-
vocAts de la (Vail at et ce les travaux de r6fection
fire Cite. Pendant ute de ce pont. D'enormes piles
ma jeunesse je 1'ai co n de roches ont et6 amaa,-des
Bitonnier de 1'Ordre des A des deux cotes du vide. coni
vocals d.e Jacmel. Sa mai- me pour masquer, selo.n le
son etait pour moi un refu ot de certain usagers de
suitee page 6) 1 route, un ptche ou u nse
cret.
Mais entrctenips. qae d'ac
AVIS tivites sont tonfedes a 1'eau,
sinon perturbees dans la xe-
A partir du 10 Octobre les gion.
Pensionnaires de l'Etat sont Dans le quarter de Tur-
pries de se presenter "avec geau, de nouvelles dcoles ort
leur carte d'Identification ouvert leurs vprtes, ce qui
et deux (2) photos aux fins va encore aggraver les pro-
de leur inscription dans le blames de circulation ",ans
registre de la Caisse Autono la zone, deja observes dans
me des Pensions pour 1'Exer les pas d'enterrements, de
cice 1977-1978 manages, aux heures de
Le delai est fix6 au 30 No pointe de la journey (a 8 h
vembre 1977 du matin et a 4 h de l'apres
11 demeure entendu que midi).
les pensionnaires resident II ne fait point de doute
en Province, voudront bien que si le pont 6tait restitu6,
remplir les formalities par ces problems de circula-
l'intermediaire des Direc tion seraient de beaucoup
teurs de Douane et des Corn moins .cuisants. Le quarter
mandants de District de retrouverait ron identity
leurs localities respective. d'autan, I'Avenue Charles
Port-au-Prince, le 5 Octo Sumner, sa continuity et le
bre 1977. quarter de Turgeau n'auralt
Ing. Wilson CLEMENT plus A louffrir de ceteo la-
Directeur de la Caisse Auto cune. comme d'un mal in-
nome des Pensions curable.


Par Pierre Robert AUGUSTE
minique.
Trafic 'et usage de mari-
juana, culture et traffic de
marijuana : Lionel Garde-
re, Pierre Lapointe;' Karen
Bogat Denize.


Trafic et usag
rijuana : Charles
Jacques Gabriel' ,
Possession illeg
me i feu, culture;
(Voir suite pag


Communique

Dans le cadre general de
la Promotion de la Culture
Natlonale et dans celui par-
ticuller de la Conservation
des Monuments Histonriques,
le President a Vie de la Re-
publique, Son Excellence Jn
Claude% DUVALIER. poursui-
vant Sa politique de preser
vat on des Richesse- du Pa
trimoine National et de Re
valorisation de nos Sites Tou
ristiques, a ordonne l'ouver
ture Solennelle des Travaux
de Restauration de la Clta-
delle, du Palai., Sans Souci,
et des Ramiers, le Samedi 8
Oc\ bre 1977.
0euvrei magniliques et Im
posantes du Rol Baitiseur
S Henri ler, ttmoins de no-
el tre deal de grandeur, ces
monuments clament les r-
ves d'une society libre et 6-
clairee, nourris par les Fon
e de ma datours de la Pattie. Aussi
Rouzier, la communaut6 natibnale,
engage dans un proces.us
gale',dar de Paix, d'Un'tt et de Pro-
trafic et gres, reconnait-elle une filla
ge 6) (Voir suite page 8 )


LES "ZINS DU PRE MONDIAL


D) Le President de la
FIFA, M. Joe Avaelange a
annonc6 officiellement que
deux equipes de la zone de
la CONCACAF pourrai.nt
participer Oa la coupe du,
Monde en 1982. La qualrfi-
cation de la CONCACAF d6
pendra de la decision du
Congress de la FIFA qui
aura lien en ArgMntine en
Juin 1978. M. Avelange a
fait cette declaration a son
arr'vfe a Mexico pour assis
ter au Premondial (1977).
oooOooo

B) La Presse Mexicaine
et lea technicians en post-
aun Metique annoncent que
routes les 'quipes jo0eroint
sur la defensive lorsqu'il
faudra affronter la selec-
tion national Azteque dans
l.e cadre des, match: du
Premondial. Selon les me-
xicaina, le jeu d6fensif four
nii par les equipes visiteu-
ses nre devrait pas cause
un problime pour la 61ec
t'on Locale.
ooo9ooo,-

B) Le journal Esato, le
grand ceoti en d Sport
et du Cinli- a Mexico a an
nonce qu'Emmanuel Sanon
a reclame una. some im-
portante pour accorder une
interview; L'imformatlion
fournie sous forme de ru-
meurE, par Esto correspond
an re.fus des joueurs hal-
tiens d'accorder des inter-
views sur demand de leurs
re-ponsables techniques. On
comprend la fureur des jour
nalistes mexicains.

oooOooo

C) Le New York Daily
New announce qu.e. si Pelao
joue bien au Mexique au
course du Pr6mondial, le
New York Cosmos serait
pret di pay.r 100.000 $ pour
son transfer apres le Pre-
mondial. L'engagement du
New York Cosmos vien-
drait d'une recommanda-
tion de M. Edy Domany, qui
Itait 1'enfraineur du Tam-
pa Bay, l'iquipe de Pelao,
et qui, en cours de saison.
est pass au New York Cos
mose
0000000ooo

A) Le Chef d'Etat du Gua
tlmala a regu Les joueurs
de la Selection Nationale
du Guatemala avant leur
depart. 11 leur a promise u-
ne prime substantielle au
cas oa 1.e, Guat6mala se qua
lifierait pour la Coupe du
Monde. C'es't une valeur de
25.000 $ qui serait attribute
non pas a chaque joueur
mais a toute 1'6quipe pour
cette qualification. A 1'6-
ebelle des gfn6rositts hai-
tiennes, eatte some pa-
rait dlrisolre.
oooOooo

A) L'6quipe haitienne a
fort mauvaise press it Me-
xico. Let journaqx de la Ca
pitale Mexicaine se plal-
gnent du manque d'entre-


1'expectative en cequi con
cerne la formation, j -ie
ra alignee dimandhe.

000ooOooc

A)etChaties Vorbe sera
probablement indisponible.
le Dr. qui 1'a soigne a de-
clart qu'il ne donnera sa
repones definitive que ven-
dredi. Pelao se remet de
son accident musculaire. 11
est probable qu'il sera de
la parties pour le prochain
match.

0000oo00ooo

B) MEPRISE
DES JOURNAIISTES ,
MEXICAINS

Selon ce qu'ils ont rap-
porte, un de leurs repor-
trs aurait ett frappe au
course de 1'avant oernier
entrainement de la S61ec-
tion Nationale dans un Se-
minaire d.e la Capitale du
M-xique. Le reporter a con
fondu, semble-t-il, deux
membres de la Commission
technique. 11 a confondu
RenA Vertus et Bernadin
Moqcoeur. Et, ne \pouvait
pas savoir celui qui l'a frap
p6, il a declare que c'e r
Vertus cQmme masseur qui
s'est faith passer pour, en-
traineur. C'est une belle
m6prise du Reporter mexi-
cain, mais cette informa-
tion a fait la toun de la Ca
pitale Mexicaine.
Xxx

CODE POUR NOS <

DE MEXICO

Comme on Le vait, nous
faisons grader chacun de
nos eZincs d'une lettre :
A-B-C-D, etc. C'est un
code que nos lecteurs dC'-
chiffriroirt comme suit :
A Pour les nouvelles
sfires: et vtrifiles.
B Pour les Ichos, sfira
certes, mais pas verifies.'
C Pour les, nouvelfes,
possiblement fondles.
D Pour les rumeurs.


Rue du Pwiirea.No.U33.3
Bodst Pomlai: 1316 ..TlIphonb.: a -311


L'affaire de Marijuana

devant le Tribunal Correctionn


MetS.



Construisez bien










Malta Heineken



Buvez votre Sante


I


I.


I


.gent de crtains responsa-
bles de la Commission Tech
nique haitienne, notamment
de l'.vntraineur Joseph .Pion
tek. Ils declarenit qu'is out
ete mal accueillis, raboues
loraqu'ils voulialent- pren-
dre des photos on assister
aux entrainaments de 1'E-
quipe Haitienne. De plus
la S6ledtion Nationale est
entoure d'unit douzaine' d'A
gents de S curiti qui n'iront
pas avec le dos de la cuil-
lere, lorSqu'il s'agit de fat
re respecter les consignes.
Ils se disent que tout en
6tant mexicains, ils n'ont
rien a voir avec des emmer
deurs, qu'ils ont recu des
consignes, et qu'ils ne font
qu- les appliquer. C'esit ain
si que des grands camera-
men de la Television Mexi
caine se sont vus pris ta la
gorge et plaques au 01o lit
teralemnent par un de ses
compatr'otes, Agent de Se-
curitYe. L'autre lui a dit ,
(nous sommes mexicains),
il a r6pondu : evous tes
mexicains ceci, avec secu-
rit6.

oooOooo

A) Les autorites haitien-
nes en poste an Mexique
ont offert aux 6rudiants
des cartes d'entree pour as
sister au match du Diman-
che. Ces 6tudiants haitiens
qui sont d Mexico City vou-
la'ent supporter eventuel-
Ltmerit 1'Equipe. National
d'Haiti. Compte teiui des
difficultls financieres qu'ils
ont, ils se sont adressas a
1'Ambassadeur d'Haiti qui a
fait transmettre leur d.e-
mande au President i Vie
de la Ripublique, le Presi-
dent, dans sa generosity6 ha
bituelle, a immidiatement
r6pondu a la demand de
1'Ambassade d'Haiti. Eit, tous
les 6tudiants haitiens au
Mexique, a. Mexico City, ont
requ des cartes d'invitation'
du Prisidunt ai Vie de la RM
publique.
oooOooo 0000000

La Selection est dans











(Suite de la lere page)

sq qut jouissent :nrcor. d imi:
notorlet6 de bon all O clOu't
les r6publiquesL indt -.|, t d '
tcs coto des nomnbleux unt
vers talrcs prdpards co Fran
cc.
DANIS L'ADMINISTRATION
DiplOim de William Pon
ty. Bernard B. Dadid a mi-
litd tour d tour dans 1'ensei
Cnenment, dans les arch'.es
ct dan- l's bibliotheques, be
nefic ant des appreciations
6logieuses de ses 61eves, de
sOs corifrores et de Es pa -
trons. Dann les services tech
n'qucs du Ministbre de 1'E


Flatulence ?

Maux d'estoimac,


Laissez fondre
2 surettes
,,Ti Madam,
a ebase de ritces
de Menthe
dans une, 1/2
verre. d'eau


PAGE 2


diictu ni nal loiurile 11 A lals
o r '.'inr d'un tonet.on
nir t. ,lnpet-i-it, consclen-
C ,ii. d:.''on ,' i l. close pu
A-oilt, 0 ihuni liat on:,
a cAplolaLiOui, dOpple& -
s on, do sdgr6gation, la co
lonisation avait oulev 1'in
d.gnation de scs vlctmes,
f.auf celles don't la consc',en
ce avait entlerement d-spa-
ru sous son po.ds.
En souvenir de ces temps
maudits. les tours d'ivo re
n'6taient guere conceva -
bles. Une ,eule forme '"ex-
pression avait un sens d'gne
d'intert : la literature en
gagee dans toute l'accrptior
du tctrme. AOWsi, les oeu-
vres des ecrivains africains
porta:ent-elles spontane -
ment tdmoignag2 de leur lu
cidit&.
Dar.s 1'espace de ces tren
te dernidres anndes, pour sa
part, Bernard B Dadi6 s'est
s gnale comme un ecrivain
second et doui d'un falent
sol!de qui s'est exerc6 avec
un egal bonheur a la poe -
sie, au theatre, aux contest
et aux recits et y a obt(nu
un success m6rite et confir-
me par la critique.
LE POETE
AFRIQUE DEBUT, r1flte
la douleur et l'angoise des
colonies en meme temps
que le desir du poete de les
affranchir d'une condition.
deprimante. C'est done uine
poe6lie militante qui. sans
contenir la charge de vihe
mence de COUPS DE PI -
LON, de Davyd Diop, trop tot
erase par la fatalite. de -
mcure neanmoin; assez for
tc pour provoquer 'inquie-
tude chcz les i;s et l'"s -
po r chez les autres Frus -
tr& dan-; 'cette' genereuse as-
piration. Dad'e a poursuivi
quand meme ra mission avoc
LA RONDE DES JOURS en
emipruntant, cette fo's. un
masque plus serein.
Dans ces reecueils piiblf6s
entire .1950 t 1956 le hard
a chpnte avec un accent
chaleureux sos sentiments
int'mes. cette fratern'ie g6-
neralo, var ante de cette ci-
vwlisation de 1'un:versel, r&
vc qun poursijvfnt. inalgre
le, dfbovres. les homes de
bone le'ldont,.


E BISTROT

RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRANCE


SAMEDI SOIR
Ambiance dansante
avec <

VENDREDI SOIR
h Bistrot Show))
Cesar Csera et les Girls du Bistrot

MERCREDI SOIM
Soiree Dansante Accordeoa et
Musette

CHAQUE SOIR
Piano Bar -- Ambiance Musicale


LE CONTEUR
Sauf eir.our d'appreciallon,
I paralt que Bernard B Da
die sse complhit davantage
dans ta vocation de contour,
appoarmnment plus proial-
que.
C .st en effet, avcc une visi,
blq volupt6 qu'll pd6nbtre
dans eec of le lecisur subit C'em
pr'se du merveilleux.
Aprds l.ui avair decrit les
vicis.itudes du present, le
conteur le promdne dans le
passed aU m'lieu de ces pay-
sages enchanteurs oil les es
pritz, les btte3, et les nom -
mes vivent d'une vie tres
active gifice a des proc6 -
des habiles, a une morale
pratque. et a une expdrien-
ce quotidienne. Autant dtre
a cette Eagesse africaine qui
correspond a la' phCtoso -
phes occidentale et rivalise
ave.c elle sur' son terrain d'6
section.
Sici que 'ces rdcits avi -
dement dcoutes. pieusement
recueillis cous l'arbre a pa
labre, dans les veilldes noc
turns ou jalousement con-
serv6s par les griots, voici
que ces joyaux de la litt6-
rature orale, par le sortild
g2 du talent, renaissent
pour enrichnr et embellir
une litterature dcrte sous
la forme de vdritables chefs
d'oeuvre.
ForRt de la Cbte d'Ivoire,
savane du Sdengal fourni -
rent done ca Bernard Dadie
'abondante matidre de ces
contest qui dmerveillerent
E-es lectures par leur fond
human. Mais. des qu'il eut
quittd. en 1955, ces cadres ,
families, tanrrot terrinants,
tantot apaisants, 11 en ren -
contra d'autres tout a fa't
d'ffdrents par la rigucur du
climate, et 1'5ipretd des hom
me'. Ceux des villes fran-
qaises ou americaines, par
teegnple.
En lui livrant leurs se -
crets et leurs charmNs. elles
1'in talent en meme temps a
la vie .moderne avec ses
grandeurs et scs miscres.
II accept l'experience.
Son esprit d'observat on sa
per-pcac';t lu montierent
i nu les de cendants des an
ciens conqudrpnts. voquant
au jour 1 jour sa leurs pe-
tites affaires, courant apres
ia fortune. les yeux ha -
gards, le visage tend. rou-
ceux d'un lendema n qei
peut te pres'nter tantot
sous la forme de la guerre
tant6t sous cello de 1'infla
t'on ou du chomage.
LE ROMANCIER
Avec CLIMBIE, le lect-ur
retourne aux problems de
1'enfance, aux deceptions de
I homme au moment ou ce
lui-ci 'apprete a affronter
un monde autre que celui de
ses origins. Ce recit, plutot
melancolique, apparait com
me une manere d'exorcas -
me d'un etat anter.eur dans
la perspective d'une noiu -
velle Ceape.
Quant i UN NEGRE A
PARIS et PATRON DE NEW
YORK, comme les titres l'in
diquont, ils jalohnent un iti
neraire reparti sur deux con
tinents, alors que Chinbid.
quo'que plus limited dans son
project, annonqait die's aven-
tures oft se rdevla un maitre
dants 'art du rdcit dmailld
de profits, de tableaux. Ici
l'ron'e s'exerce b bon es -
crent et les reflexions orl-
ginales dessinent un Occi -
dc'nt avec sa face cachde.


Lion Electronic Mosquito Destroyer 110 volt. tue tous les
moustiques instantan6ment.

SANS ODEUR NI FUMEE.

Consomniation electrique nulle, La mpe t6moin.

Construction solid -- Presentation originate, dimension
standard adaptable a toutes les marques.

j MHiE_ AB 8ft C( g istribute ura. Phone 20021


Le the6tre, encore un gil
re oiu 'auteur excelle a,
mettre en scne des person
nages du terror r dans leur
verlit a 'lintent'on d? (pec
tapturs paEsonnde de dialo
guess amu.ants
DIRECTEUR DES ARTS
Vers 1960, ntla proclamnia-
tion de l'inddpendance dt
la C6te d'Ivoire, le Dr. Fd-
lix Houphouet Boigny, an -
cen d6put6 au Palais Bout
bon, anc'en m*nistre d'Etat
frangais, fondateur du Ras-
semblement ddmocratique
est port6 a la prdsidence de
la nouvelle rdpublique par
la population en reconnnis-
nrince des Eerv Ces s gnali
qu'il lui avait rendus
Br-rnard -B D-td6 .qui,
I '.nnre preccdente avrt'l


die arretd. jughtet cmndam
ne avec cursis, fht des'grn
par le obef 0E'Mat come
directcur des Beaux Arts et
de la Recherche Etant don
n6 sao activists dans len-
seignement, les archive" et
cl bibl!ot.hequfn. cc cho.x
rut blen accuelill,
C'est a ces titres et i ces
succ6s d'ecriva'n qu'il epr6
senta son pays comme d616
gui permanent it 1'Unesco
et qu'll preside la Commis -
Eton national de CMte d'ivot
re de l'Institut africain de
recherches historiques et po
'tiques.
UN MESSAGE
*J vous re-mer'e mon
Dieu. de m'avo r cree Noir


II ne faut po nt voir dans
cet humble hommage laltir
mat'on dun recisme A re -
hours. C'est plutbt une ver
rion p.ttoresque et rythmee
dte i'ntstoire du No r rejol-
gnanL des poamns de la me
me veine de L. S. Senghor
et de L Hugh[c SemolabiI
a une1'itantl, rile rappelle
Lla, presence du Noir dt.-puis
1'aube des temps,, -a condi
;ion 'en, ,ant que 'la uomr- -
me de touted Ils doulturs-
et ses, 'qualttes d'endurance
et de, courag: On Sait que
Dad'6 plane be'n au-dec'us
de ce complete ans pour
autant tomber acn? utie be3
tO alienation.
Tout ern gardant 'a d grni
le naturelle,. le poc,- met
(vo;r suie Ir'ge 3)


JEUDI 6 OCTOBRE 1977
*i,


Une gloire Ivoirienne et Africaine


AQUAFRESH


a4


FLUOR


La pate dentifrice au goiut agreable qui assure


la protection total de la bouche.


Graice a sa triple action



AQUAFRESH AU FLUOR


aLE NOUVELLISTEs



HAITI METAL S.A

Une industries '-


I national a la pointe


du progress technique,


et au service


de la communautk i


toute entire
.K : .-a-


_~_-'I'-!''-


- rafraichit votre haleine


- ren rce l'mail de vos dents et les rend plus solides

et plus r'sistantes a la care


donne a vos dents une blancheur eclatante





Participez au tirage AQUAFRESH


en apportant vos boites vides 'a


MOURRA FRERES

7, Rue Bonne Foi





Autant de boites vides


Autant de chances pour vous de


GAGNER TOUS LES MOIS





$100 CASH


i


~""""~"---"-~""-"~"-"----~--- ---- :1-


_ r~


XXX~CaecWWE-- --www


'


I ',


I


i






YEUDIssg~R~~gi C OCTBE 1077.- aLE- NODVELLISTE,- I_ P&GES~~~__~ ~___~_~___


I Jnrccraorzcr~cccrararsrac*ccccr.ccria


Une gloire Ivoirienne et Africaine


(suite 4e la 26. pag)

on lumtlres avec sarcasm
lhs position respectlves 6ta
,lles par lzI force et les cir-
constances t
de circonstance
Le noir, la couleur de tous
it's jourse


LECRIVAIN
tn resume, ce qu tfrappe
chlez cet crlvain, c'est, 'ad
mnlrable oquilibre entire le
polte, le contour et le dra
maturge. C'est aussi son Inal
terable simpliclt6.
Dans ses contest, ses 16gen
des, ses poemes, ses sket -
ches et ses rdeits, sa pensse,


.. developpe avec clUre,
pteciaion t elegance. Vers
et prote empruntent les m6
mes moyens pour lul permet
tre de communier als6ment
avec ses lecteurs et acceder
a la gloire.
On auralt pu croire que
la nature puissante qui 1'a
vail entourd et les drames
poignants don't il avait diW


Ie temomn ecocure central -
nerait, dans c..Z deborde
months de passion et ces Oil
trances de language propres
.A ces m6diocres incapable
de maitriser leur imagine -
tVon, leur propos et leur
verbe. -Un control de sof'
constant atteste d'une matu
ritd intellectuelle prrcoce
que le temps n'a pas alttr..
PRODUIT DE L'EFFORT


avaient accompli de v6rica bolres, rencontre des diift- LES AFFAIRES


blies prouesse5 Intellect
les sAns lamentations, I
que sans argent. Mals
la tiert6.
Ceux qui se plaignen
la duretd des temps ac
ignorent combien de j
nes avaient Oprouvd de


Paul Goyette


Bernard B. Dadie est e DELEGUE DE
prototype de ce. intellec -, DELEGUE DRY
tuels africains qui, bien que A PORT-AU-PRN C
does par une nature gene- A PORT-AU-PRIoE
reuse, ont deployed un effort Lundi est arrive A
surhumain pour accumuler au-Prince, M. Paul Gc
les connaissapces, les enri- Administrative Assista
chir au fur et a measure que Gallo Winery, de Mc
leur dtoile montait et gran Californie. II a lo1
dissait. La fortune leur a ra Grand Hotel Olffas
rement souri des le berceau. Vin Gallo de Modes
Nombreux furent ceux qui, lifornie, dOjA c6lbre
aspirant A fair des etudes, le, monde par son ex
a beneficier de bourses a- te quality, est entr6i
vaient vu leur rave s'6va deja quelque temps
nouir. Nombreux furent march haitien o ili
ceux que la maladie ou la pr6sentd par Ronald
mort avaient fauch6 en plei ham, fils de Dick Fc
ne foulee. Nombreux aussi fu Manager Gdnoral de L
rent psux que la repression series La Ceoronne.
et le bannissement avaient
bris6 les resorts physiques Paul Goyette est
et moraux. il tres satisfait de 1


C'est grace a leur abnega
tion,A leur endurance a leur
sacrifice qu'ils avaient pu
s'ocouper una place enviable
dans les domaines des let -
tres et des sciences. Certain,


connu


tuel- cultes et lalsse sur le ter CULTURELLES B. Da,
pres- rain leur peau verge, a une tique
dans epoque ou le charntage et la Que le President Houphouet l'Afri
surenchere r'etaient gu-re Boigny don't la inssse poll-
nt de pa.arints et ou, pour percer tque eit. geenralement re-
etuels ou attire vre attention
jeu benveillante' et active, il ..
es dd fallait se fare valor d'ue, '
fagon exceptionnelle. On v rtbf
n'a qu'A Interroger, ne se 1 Si o b r
rait-ce que les vieux jour 6
naux, les viellles me'moi -
res pour savoir que, ici corn
me 1l-bas, les rotes 6taient
encombrdes d'intellectuels
brillants, ayant accept le I V
ddfi de la vie et mend la lut
Port- te avec les dangers qu'elle U
'yette, comportait au risque de I
nts de heurter un system 'et d'at-
desto, foler ses suppdts.
6g au .9le
)r. Le Empruntant la belle trou A /-I $ ru. .1s


to, Ca
, dans
cellen
depuis
sur le
est re
Forg-
gha,
a as

par it-
a v n.-


te du Gallo en HuaitiOn
rencontre en effet, ce bon
vin californien dans press ,
que tous les Supermarches,
plus specialement dans les
6tablissements de Lalue
Market.


a n oe r~er a .W =fi m


t


vailfe de Jean Fouchard, u-
ne pieuse pensbe pour cette
g6ndration h6roique de < rons du syllabaire>. Et la ba1
taille continue. I
SILHOUETTE
A 1'heure ofi, dans certain I
nes parties du monde, les I
hommes, affects de. ten-
seon nerveuse et morale,
s'empressent de vieillir pre 1'
matur6ment, aucun signed ne
trahit le veritable Ags de
Bernard B. Dadid dans la
plenitude de la c6ldbrit6. I
De taille moyenne, son |
corps correspond fiddlement
a la description &bauches a-
vec tant de ferveur pour
exalter I'histoire du Noir. I
En effect, ela former de sa
tIte, de son nez, de ses jam
bes, longs>, el'6paisseur de ses
levres>, son crlre sur le mon
dee le destinaient a jouer
son role

X I c-coA-Oze-'eC ca" 4errec


e ait appele Brnrard
die, une gloire auLinen
de la Cole di'vour:, de
que et du Monde rnol
(voir suite page 4)


temps)>.
Bien que ses yeux dispa- '
raissent derriere des verres
legtrement fumis, son front '% eel Ut h
et son mention expriment aeft I C
la volont6 et lei came et
1'ensemble de ses traits por I
te les traces profondes d's- L
tudces et de rdflexions re-
hausfees par Ie talent.
La moindre observation
d6note une modestie et une
discretion qu i completent
son image de marque. Quant
A la sincerity de ce chantre dfg
de la fraternity. elle q'epa- fl W-
1-touit sur son visage en un W 1
large sourire, Oclate dans le s
mot frere>>. L'accolade qui an o
accompagne cet accueil cha C "it '
leureux ach6ve de s6duire r es .
Sfrfre lointain retrouve a-
prcs quelque temps d'absen PAoMoV A r
ce.


raraar ~rr~rrr~CC~


pour

n'importe


qui!


CHEQUIER PERSONNEL


BANQUE ROYALE DU CANADA

ou nous avons la solution


.u.. ccut.a.l.. d.a: g. a l ce a a.. ...atd /ou


THE ONE STOP STOREFOR ART NEEL


- Materiel et 6quipement


pour ingenieurs


- Encadrement de diplomes


et de tableaux


Studio Photo


Tout ce qu'un artiste


pourrait desirer

I Lalue (Place Dantes Destouches) Tel.-2-3193


ovanara a oac M oz -0MC o0 en00F oo20an orr-onn na#Zc


Is
tD5 K MAIS


PAGE 3


D NOUJVELLISTED


J'TEUDI 6 OCTOBRE 1977


1 on"Mm"Mm" rme 200009x=~


.- -vcu-c~


I --------~----1Ur*


- ~ ~~_ i_ ~ Ii


o
o
g
3


I

I


)S


_____


4 L'"AIDE






~~AGE4~~T aL OVLITJUi )'OR 9I~


S- AVIS AUX AMATEURS

UN NOUVEAU SERVICE


Tous fes fromages
de France
EN VENTE DIRECTED


ARRIVE CHAQUE SEMAINE DE PARIS
GRACE AU CONCOURS DE
AIR FRANCE CARGO REFRIGERE



Cosumandes Tel: 2-1809 i
LE BISTROT.

LE MANOIR, 146 LALUE
Venez nou voir
P~~~gg ggecea^yssnf gse^^aa/iws wa >K


Une gloire Ivoirienne et Africaine


(Suite de la 3emne Page)

t, coilaborer a\ec lul dans
un cabinet compoad d admit
ilSLratc-urs compfetents et
d'hommas politlques avi-es,
ind:que quil vq n VtLt a don-.
ni-r Iloccasion de se distin-
gueil' dusi uin otmaine oiit I
a c'omm-n'C-e une brilllanlt
carri-re i y a dix sept ans
et olu l a apporte une loua
bil- c.ontrbution.
Ei .Ofet dans ce cabinet.
Bernaid B. Dadi- derient le
pr.ritieteuile des Ail.tire. cut
tirelie ,. La creation ae ce
mti sttre est de date rdeente
dans Ie monde. En France,
par example, come le nom
1'indique, il s(mbrasse tout
ce qui a trait a 1lorganisa
tion, au diveloppement du
theatre, de- muses, 'ie la
musique et la protection
des monuments, des cha-
teaux, des -jardins, en un
mot, tout ce qui timolgne


des activitis superieures de
'e.ptlt dans ,', quite con-.-
tante du sublime. La force
de ['Occident reside en gran
de parties oans Ja protulson
de ses chefs d'olusre e1l le
nombrc de ceax qui It.s0 out
c-ngendre en y apposar, I lem
preInLe du g6nie.
Lorsque les peuples oppri
mel de )'Afrique auxquels
on atait denied Ih litoire et
I'ecriture, a plu: fort r.-j-
son, route aptitude i 1.1 rla a
tion artistique tte-rkire et
scientifique _mergerent a,
lear tour a't ,c le; loiuides
:equelles de lear dramati-
que venture, 1i leur income
bait la relponsabiliti de re
lever plusieurs defis : res-
-susciter leur passe, r6v6ler
leur art, rihabiliter, difendre
illustrer les valeurs de l'afri
canitd, rdcupdrer et sauve-
garder le patrimoine cultu-
rel et, A partir de cette ba-
se, formuler une politique
d'action et 1'appliquer.


i g
uper7ffa~let4S_


Angle Chemin des Dalles a Delmas et Diquini

Jeudi 6 Oct., Vendredi 7 Oct., Samedi 8 Oct.
ANCIEN PRIX PRIX


POULETS (Quantite Limitee) .....................
O E U F S .............................................. ............
BACON IM PORTE .............................................
JAMBON EN FERBLANC DE 10 Livres ....................
HOT DOG IMPORTE (Chicken) ....................
HOT DOG IMPORTE (Beef) .................
TOW ELS (essuie-m ains) ......................................
CAFE ........ ........ ........ ..................
VIN R OSE ................ ............... .. ....... .........
VIN BLANC (Bordeaux) .................... .........
VIN ROUGE (Supdrieur) ......................................................
WHITE LABEL WHISKY ... ............................
B LACK LAB EL "................ ......... ..................
CH IVAS R EG AL ".......................................
RHUM BARBANCOURT 3 .......................... ...
PETITS POIS (Bte. de 16 ozs.)......,'......... ......
MAIS EN GRAIN 16 ozs ........................................


$ 1.30


77
CHOC


85 c 79 c la livre
Sae la douz.
2.29 $ 1.69 la Livre
24.00 18.99
1.49 1.29
99 a
$ 1.39 Rlx. -99 c


2.99
2.99
2.99
8.99
12.99
15.00'


59 i- 3
59 !- 3


GIN ET VODKA ..................................................... 6.00
BRANDY (Grand Empereur Napoldon) ..................... 6.00 $
CHAMPAGNE BRUT V Sec ]
Et a i'Occasion de FOuverture du LALUE SUPER MARKET
No. 2 a Delmas le 8 Octobre 77
Grande Vente Speciale sur les OEUFS SHAMPOO 329zs.
Poudre Roger et Gallet Spray pour Cheveux Avon


3.!
10.


Par example : Si vous achetez uni douzaine vous aurez 1 douz. Gratis
Par example : Si vous achetez une Bouteille de SHAMPOO vous aurez I boutlle Gratis
Par umXMle : SI vous aohetez une Bolte do, Pon dre ROGER ET GALLET 1. boutlle. Gratis
^ -.^ fcj ^ .^ ^,-.-.^.,.... ,,, .. ^ ..^ ^ ...,.... ... ^ ..-. ^. ^..*--. *. ^ _.


1.99
1.99

1.99


7.99
0.99
12.99
1.99
pr. $ 1.70
pr. $ 1.70
4.99


99 Special
00 6.99










Mimi


I


La culture n'Wet plus, au]
ouIrd'hal. Vapanage d'une
classes, d'an pays ou d'une
ruce Pour les paple.- airi
c.arns surtout, ellP englooc
les obifts, les ertini-ius,
lts IdWes, les cr:oy.ice i,,ti
torment I'h rltaje d'.r.%-
soe'ere donnie Ce legs,
constnmment enr:chl, e't
traninmis aiix geniratlons
uaccessvens qui lris rciuetil
lint pour former unic iali
line longue, continue et so-
lid., dan; 1le temps et t'E.s-
p.,ce
S. les cultures ine -e res
sembleint pas, el le; ne ,onr,
pas pour autant assiuaetties
k une hierarchie telle q ue
1'avait maghAed les ethno
logues dominds par cer-
tains principles. Lesr cultu-
res africaines, quoique se-
parnes dans une vaste aire,
comportent des points com
muns qui d6terminent cette
identity proprA dont on ne
psut pas se ddbarrasser
sans. somber dans l'abur-
de. -
Depuis les ind6 endan-
ces, on a, obsorv6 ans les
capitals et dati' a plu-
part dais villes de 1'Afri-
que 1'drection de m.sdes oil
sont rdunis, identifids et
classes les ustensiles, les
armes, les costumes, les bi-
joux, les statudattis, les mnas
ques, la poterie, les tissus,
la vanrinerie, les outils, leS
instruments de musique qui
attestent de 1'habilete d'ar
ti.ans inconnus et du ta-
1mit d'artistes anonyme'.
Partout, a 1'initiative mE-
me des gouvernements, des
troupes nationals sont or
ganisees avic soins pour
offrir en spectacles avec
succ&s aux foules africai-
nes et aux publics raffinds
des autres continents, la
beauty physique des jeunes
des deux sIxexa et les mer-
veilles dins danses prola-
nes et Facr6ee *traditionnel
1ls de l'Afrique Mere.
L'EXEMPLE DU
Vu sous cet angle, les
min.'stire des Aifaires cul-
turelles de l'Afrique noire
pr, nnent une dimension qni
depa-e celle de la plu-
part des trtnnistires cla'si
ques, puisqu'il est le gar-
dien de 1'art traditionnel.
a pour devoir de luii resti-
tuer son eclat et de le fai
re apprecier danps les VuLri-
nes des expositions et Sur
f1s scenes des theatres a
I'etrangTr.
Voici done Bernard B.
Dadii pris entire sa mission
clairante de pote eti ses
obligations quotidiennes
d'homme politique. C e 1-
les-ci vont-elle 1'empor-
ter sur celle-li,? A vrai
dire., Dadie ne serait pas le
premier ecrivain a faire fa
ce a cette alternative, puis
que la colonmiation n'ayant
pas laisi& de cadres, les
jeunes etats se resq,;nere.nt.
en attendant k puiser par
fois pleinea mains dan..
laurs reserves d'iplellec-
tuois, quItte a ces reer.ues
de la politique de r-tour-
ner, a la prochaine rels.ve,
h leur mutier plus glorieux.

Une liste de ces avatars
e-t assez edifiante. Celle
des poites, des penseurs, des
professionnels, des techni-
ciens qui ont accept de bon
gre d'etre l'objet de ces mu
stations est relativement
longue. A commencer par
Leopold Sddar Senghor qui,
ripondant, ricemment i la
question indiscrite d'un re-'
porter de Jeune Afrique, an
nonca avec malice que, en
core un pegu le temps, asant
sa mort, il s'empressera de
'se consacrer a la rdvi-ion
de ses manuscrits. Nian-
moins, les nombreux de-
voirs de sa charge ne 1'a-
vaient pas empichi de rd-
diger de magnifiqueoi dis-
cours acaddmiques, de pro-
duire NOCTURNES, LIBER-
TE I ET II.
Bernard B. Dadid n'a qu'a
suivre lexemple de celui
qu'il appelle avec recon-
naissance son ce qu'il 1'avait tenu sur les
fonts baptismaux dp la lit
tirature, c'est-a-dire l'avait
encourage de son prestige'
dans cette voie;
BONNE CHANCE
Encore une fois, la form
ton acadimique, les activl
ts intellectuelles, les sue
ceis littraires, d'une part,
1'expirience des diverse cul
tures acquises a 1'Unesco,
dans ses voyages et dans ses
contacts avec les represen-
tants de nombreuses na -
blons, d'autre parT,, avaienh


dent de
Cet en
les yeux,
fance. av
1'mmen
iromager
champs,
d'ananas
coctoters.
bac. de
Place mn
de la lo
le nreieau
un pt')
einqunintAi
dars. le
d'Ab'd Isn
it ra, jus
fiance pl
lui que
nommeni
tion d6f
ration r
le, Vie
de Yam:
dans leu
ration
du Chef


N.B. B
connu ic
ses po6m
ef d'in


la C6le d'Ivore.
fint d'Assinle ,lont
depuis sa prime en
Laela nmi hr ri


A I A


PARLEZ SANS CRAINTE ET S0UR(EZ SAS PROBLEM
GOUTEZ PLEINEMENT

LA JOIE DE VIVRE I


sitc des forirg 0 : Mae 'AN4C
rs geant, d ? ''
de cacao. de cateo '- V I
Sde maneutere, de
de colon. de ta -
e riz, de banana. -
aintenai nt on face a
urde (che d' lever
de ]a culture dali v. .
qji compt plu- de
c grnnie-s trbus
ca r msnoubhiabtle
'IinoniTmne Ia
te dti latu e .
sr,tier ]a haute con
lacde nlui par'ce- VOTRE DENTIER lNE SERA PLUS UN HANDICAP
t avec une afee Employez le novel adhdsif CO-RE-GA,
6rtente on une adm une composition des plus lines gommes
A,'pectueuse tant naturelles, qut forme un veritable cousin
tix>B, tant6t le sage adh6sil entire la gencive et le dentier.
aussoukro, oubliant Parlez.... riez... mangez
ur 6mouvants v6nt- ... sans appr6bension!
la dlgniti supreme CO-RE-GA assure la fixation et la
d'Etat. stability de la proth4se dentaire
RENE PIQUION Chaque main appliquez CO-RE-GA A votre
RENE PIQION proth6se ... et vous ,connailrez toule
ernard B. Dadi t a journ6e la sfciarit6 elt le blen-6tre
e pour ses cones a et "'fVl IXE SOIDEMET
ies d'une inspiration *4bA'
facture remarua-C" LA PROTUFSE


bless et aussi pour la belle
prdface qu'il a consacrds au
MANUEL DE NEGRITUDE
de Rend Piquion.


mI liii T


I II


1-- LA I -tyLtSt,


Jl-aBoBBOB-gQ1.


BENEDICKS



Le Magasin le plus


assorti et le moinms cher!

VOUS TROUVEREZ TOUT CE DON'T VOS ENFANTS.
ONT BESOIN ET VOUS ACHETEREZ
DANS UN CLIMATE AGREABLE !....


POUR LA RENTREE

DES CLASSES:


Souliers : Garcons et Filles $ 15.00


Pantalons : 3 pour $ 10.75
Chemises : 3 pour $ &3.50
Calecons : 3 pour $ 4.80


Sac d'Ecole :
Boite a Lunch:
Maillots garcons et files


$ 4.00
$ 6.65
$ 3.80


Culottes, chaussettes a des Prix imbattabi


VENEZ VISITER BENEDIC


I


Vous sortirez satisfait!


NATIONAL SHOPPING CENTER DELMAS


r
K),














IL


les...


KS -




6-1153


lixige






de labe uat




de IaquaHit6


s


II


"MI


a i- ..


V///CI/EYEr/JC~E~;*~r~/l)//~/~rid~t~ V~NIT~r~e~


J


olCCIClsrh~F~UIIB14srrsrrc~sL--L"Y"L~"~ _


I ---- -..~UBI---Lahr,,,..._(


_ ~ ~


~L-2~---~-~P*JICj*1115~a~


97 ,-....,.,,-,


PAGE 4


aLE NOUVELLISTEP


3EUDI1 6 OCTOBRE 19


I____


71


1
1


MONOL O&MMA


MI


- ,* -__


I




* -..,, ..-..- -. ..' '."-. .' S -


J. JEUD G OCTOBRE 1977


ALE NOUVELLISTE,


Mise au point de deux nouvelles "S


(uilte do la it re page)

puio et d '.xpSttiCe perm. ni'ntt
Ct un oilbdtuLi d. deciithili,
satlon d-s ell irc:s, ling-
temps, troJp lOurlieso du Al.-
ln'i're d.. I'.AgrL'ul'iire, di--
vlWa, d'uii,' p rtn, as.urer laI
coordir.aior, d:. ct'a~ ri-on ln


PROJECT EDUCATION
o 1. a
0OUVETRNEM NT
IMAITIEN -- BANQUE
MONDIALE
APPEL D'OFtfES POUR
LA FOURNITJRE
:) QUIPEMENT
SiOLAIRE
AVIS


Ire la Secrctaierle d'El it et
J.-L DK':ction Genrirale, entire
In Stcreta reric. d Etat tI l.
Apce-ies Etrang.-rts de Cc.-)-
p.-:ration Technqiui ou de
Ilnancemeni., eri',? Secietarl-
rIurle Etatt le Conai.d-p
11 est a'njl fome :
1.- M Alex Tanis. Agr.i-
inon-ie, Co.cracor,rimteur (it
Projets'de cooperations avec
le Gro'tpe des Nations U'ntes,
et celui de 1'OA.
2.- M. Ernst Pedro Cas-
seus, Agronome Coordon,
nat.ur des Projets de coop6
ration finances par la BID
et / ou la Banque Mondfa'e
3.-- M. Robert "CaSagnol,.
Agronome. Coordonnateur
des Projets de Cooperation
avwIc l'USAID.


4 M. Paul Saint Clar,
La Direction lu Pro]t d'E Agronome, Cootdonnateui
education No 1 Gouverne- des Projets de Cooperation
ment Haitien- Banque Mon avec 1'ACDI.
d ale arise les Fournisseurs
intder'saes qu'ils peuvent pas 5 M. Jean Br:sson, Eco
ser en ses Bureaux, Ministe nomiste, Coordonnatour dss
re dc i oaucavon Nationale, actions adm'nistrativcs, Bud
Cite de lExpositioh, Port-- get et ComptablitS, des pro
au-Prnnc Haiti. pour reti- jets de coopdraton ext-rne.
rnr, a part r du 14 Octobre 6 M. MontaiguLCantave,
1977. contre pavement d'une Agronome, Coordonnateur
valeur de Gd"s 50.00, oit des activities do contr6le et
I .S $ 10 00 les dos iers d'Ap d'&valuat'on des projects de
psl d'Offres pour la Fourni cooperation externe et c-or
ture d Equipemmnt. Scolaire donnateur des projets sur f.
dans le cadre de l'Accord de nancement national.
Cred t 618-HA intervene en
tre le Gouvernement Hai- -0Oa OFoweX ocoaonomF#
tien et l'Assoc'ation Inter
national de Developpement 1 A v Proeridt 0
Ses Bureaux lIur s(ront 1 Proprieto-, 50(l x 100
ouverts, a cet effect, tous les Carrefour- (Mon Repos)
our. d 9:00 a.m.. 54:00 pm. 2) Propr6esm 50 100
Samedit a D'manche except et s Delmas
t6, jusqu'au ler D6cembre to Pro pre indpour Fac
1977. tory zone industrielle
.Port-au-Prince, le Ier Octo Pour renseignements
bre 1977 sonne lie 6-0663 -
Ing. N'colss ST LAURENT 3110
Directeur


JOETIENNE : Voug offre pour la fin des vacances
reduction de

20 o/o

sur tout achat cash A partir de $ 20.(


?friode exceptionnelle 30 Septembre au 8 Octobro

20 0/0 m*me sur les articles de SPOI

JOETIENNE LEADER DE LA QUALITY .

JOETIENNE LEADER DANS LE SPORT.


P'AGEE


7- M Luclen Du.ivi'ir,
Ingenieur, Coordonnote.ur
dci projects de coopt-rat'rn a
vec la France, I'Allet,a.ri'?,
I I[rael, la Republlque do
Ch ne er Officler Exeaut.i
du Consell
LP Com(lr, Sectorlel .di. 'Po
liqrue Agr cole. COSEPAI
aiura adopter, rev'ser oti
evaluer les plans, progrUm-
mes et projects Olabores par
les difftrsnts orga ninr s pit
blcs, Agences et Entrc.prl-
ses priv6es qui op-4tnt dan.
le Sccteur.
II a notammcnt polir tA-'
che de :
5. Proposer le di.tfsrentes
alternatives de politoue, re
latines au Secteur Agrlcultu
re en general et a chaque
Institution en particulier. -
b. Etudier et approuver les
plans, programmes et pro-
jets ainsi que les proposi-
tions de budget et plans d&in
veatissements soumis a sa
cons'derat'on par l'Officier
Executi'f et le Secrfe-ariat
Technique de 1'Uniti de Pro
grammat'on du DARNDR.
en provenance du Miristsre
et de toutes les Insticutions
du Secteur.
c. Coordonner toutes les
actions concernant la formu
laton, l'ex'aCution et I'dva-
luation de a",'ans, program
r,.as et projects.
d. Analyser les probl6mes
qui influent sur la produc-
tion, la commerciailsation,
l'approvisonnement et la con
-ommation des biens agrico
les et sugg6rer les soh.'; ois'
possibles.
e. Harmonisar toutes le.
actions du Gouvernemervn t
travers les Organismes de-
centralises du Scteur aveu
cells du DARNDR. De cettc
fagon, l'on obtiendra une


Sde la Curacao Trading se pursuit i

iv 9B 1% CO X


y/~//C/C/C(///IJNr~/p~~~~~~dYM ~Xld~~~I~O~I~L~rrM~r*r~-~~IM-R~.~


um


I ---~"~~~~"mar~rr~-*kn~i~s~u


Mm-L~aY~~L~ii


Structures *

rnmelleure coord nation et u
ne meftleure h.tegratloi d 's
dliferen. progrnmme' Os au
Sect ur.
I. Apprecer la conv-'m ,n-
c, IlntC le caPREMIERr RANG
d'appilieta onetelee aktres ca
racter'st'qu(s quallitattv.s el t
quaniltatlhe's de tous [les II
trument.s de polltique iar-
cole a ciployzr dan1; e .c
teur, ayant des relat'ons.a- .
vec la Ptrpcture Inst.tution
nelle, les procedures die pla- E,, I
n'ficat'on, 1'organ'sation ds
producteurs,' dg6gistlation,
le' crtdt, la commercitalsa-
t'on et les prix. le comm r-
ce exterieur, la recherche et
l'experiomentation, les S 9r.l-
ces (Vulgarisation. Approv:-
sionnement en intrantF, As
distance technique)i, 1rdvca- c -
frastructure ruiale ets la coo
ton et lau formation, in-
p6rat on cxterne.
g. Etablir ses propres re- AVEC UN TELEVISEUR DES MARQUES DE REPUTATION MONDIALE
Les principaux objecti'fs
poursu'vus par le COSEPA PHILIPS ADMIRAL SHARP

a. Fournir au Secteur A- DISTRIBUES EN HAI I PAR LA
agriculture, des 'instruments
d'actoon susceptibles de lu
permettre de rempl r '1
fonction qui est de formul"r.
adopter, exdcuter et d'eva-
lucr la politUque agr'cole
du pays en suivant les direct
ties de ta p ue nral ~i vous invite A participer a son gran concours de pronostics a
dLfinie par le Prdsident aI S
Vedent du CONa.Rdplqueet Pr ['occasion du tournoi de la ConcacaS. 11 vous suSffit de renmplir le
b. Intgrer totes les Ins- questionnaire ci-dessous, de le dec super et de' Papporter la
titutions decentralis6es du
Secttur dans une politque
enncertde visant la recher- Curacao Tradine avant la date du 9 Oct bre. Une m6me personnel peut
che des, object'f3 clairement
identifies et l'utilisato des soumettre plusieurs questionnaires vec des r6ponses differentes.
mnoyens eff-cients de grandeq td
Cettenvenanetration impSlique Les deux premieres questions sont eli inatoires : Tous ceux qui n'y
one particrpat'on conjoint' c-
dans la pr'se des grande auront pas correctement repondu seront automatiquement liminks. Les
nomea dopcrat on at ganants du Concours seront ceux qui yant repondu correctement aux
risque de chacue IT-titu- flalnats u Concours s~ront ceux i ant re
tion, qui lui p'rmette d c' or
tinuer a ddvelopper sa capa I deux questions eliminatoires, totaliseront le plus grand nombre de
cit6 d'act-on.
c. Faciter la coopratin points en predisant le no-bre exact de buts '
cutcnt les activity~ prevues
dans l-s plans, programmers marques par 1'Equipe Haitienne au course de chacun de ses
et projects. A cet effect, dans
c rnhaque zone ds Servic cinq matches. Chaque response correct vaut 20 points pour un total
ervision dun recte maximum possible de 100 points. Au cas ou il y aurait plusieurs personnel
g'onal charge de coordon- |
nr. contrbder c 6vaer tou "78'W'ralise-4.wTit nombre de points, un tiraae au sort lsknerai.t.....
tes les act'vitfs du Secteur. a
d. Incorporer le Sectcur pri g les trois gagnants.
ve agricole dans I eproces-
sus de planification et de La premise des primes aura lieu huit jours apres la fin da tournoi.
definition des alternativesT
d eo"ler PRIX: UN TELEVISEUR PHILIPS '
ques sectorille concernant 1- Iii1 .E V SEUR PIS
c pation' a la vie national.
La formation du COSEPA 20 POU GES ($ 465 00)
se present ansi : OUCES ( 465.00)
Le Min'stre de 1'Agri-
culture, President
tat Agricute, Prdent 2eme PRIX: UNE MACHINE A LAVERI
Supplant A
Le Directeur G6ndral
de lIDAI Membre 95.00)
Le Directeur General ;)
de I'IHPCADE, Membre.
Le Directeur du BCA, '
Le Doyen de la Facult m PRIX: UN REFRIGERATOR
d'Agronomie ea de Medecin8 N 1
v te ,naire
es Dircteurs DE BUREAU (25000)
raux des organismes e DeD- D III ($250 )
veloppement Regional Int6- ,
grd (ODVA, ODPG, ODN.
etc) Membres
De u x M e res ........................ ................................. ......................................................................... S
Deux Reprfsentar.ts dui
Srcteur Privd. grands et pe *
tits Producteurs inndrpen- 0U Su lIsons Illm inatoires:
d a n ts 8,
Le Direct^nr G6d-ral
du DARNDR, Officier Exicu I) Quel sera le qganant du tourno:
t f.
reo-cl ,-oe6 o/. 2) Quel sera le nombre total de buts donnes par Haiti ? .....................................
N |ombrde e buts donnes ar P'Equipe Haitienne no

Nombeap unseqa ap sdmoi ses cinq match.




Chaaue reponse correct vaut 20 points.

I omibE HAITI.. MEXQUE:.... HAITI .. GUATEMALA : .........
me formidable
HAITI -- SALVADOR: .................................... HAITI -- CANADA : ...............................

S H A IT I -- S U R IN A M : ... ..... ... .. ......... .................................. ................... ....

SNom et prenom du participant : ..... .. ...... ... .................................:...........

0> ,*~ s A dresse : .. .--- -.. ... .--.....- ...- ....- ..........- .............. r ... ..... ...



IT j Et n'oubliez pas que la vente Special d'Etd






ADE NOIJVIIBLISTE


(suite de la 16. page)
usage de marijuana : YvTn
Houx
Detention d'arme l faeu et
de trafic.stup e-
f 1 a n t, usage de M a -
rijuana : Richard Beaulieu.
Tous ces prevenus, don't le
profile psychologique a etc
etabli par une commission
socio-medicale, se portent
physiquement bien. Seul
Jacques Gabriel a une ten
sion arterielle evaluce & 63
par 190. I1 a aussi une tA-
che cardi-sinusale a eva -
luer, selon cette mdme corn
mission, du point de vue car
aio-vasculaire.
sejournA qui en Europe qui,
Plusieurs d'entre eux ont
aux USA oil quelques-uns a
vaient dtudia dans des Cen
tres Uiliversitaires. Ils occu
paint ici en Haiti des fonc-
tions aussi varies que cel-
les de professeur, dinge -
nieur; de Directeur, de Ma-
nager; mais dans des entre-
prises privies.


Au counrs de leur interro
gatoire, ils ont tous a4oue a
voir fumar, mais d'aprts eux,
occasionnellement, de la
marijuana don't certain ant
let amends a donner cer -
Stains caracteristiques dis -
tinctives de la cigarette. Uls
se sont presque tous retran
chts, derriere le chiffre de
2-3 fois, et de circonstances
aeuphoriquesi comme le car
naval, le match Haiti-Cu -
ba Jacques Gabriel lui,
a c a t e g o r i q u e ment
p l a i d e co u p ab 1 a,
Cet interrogatoire a 6tt cen
trt sur 1'usage de la mari-
juana Tout cela a suivi
une strie de discussions, ou
incidents de procedure sou-
leves par-ci, par-la sur la
base de instruction de l'af
faire.

De prime abord, la Defen
se, par rorgane de Me. Gary
Lissade, fait valoir l'irrece-
vabilite de la cause L'Ac
cusation tient tite Le con
seil des Accusts a 6voqui


1'art 42 de la lot spciale au
11 Decembre 75, apple Loi
Anti-Drogue Le Ministere
Public a oppose 1'art 160 du
(C o d e d'Instruqtion Cri-
minal) sur la march a sui-
vre dans un process correct -
tionnel. Des arguments fu-
saient de toutes parts, d'or-
dre sociologique, psychology
que, moral. La defense a
voulu faire baser 1'instruc-
tion sur le rapport de la
commission socio-medicale.
Finalement un compromise
est intervenu entire les deux
parties qui se sont donned la
main pour une premiere
fois. On a accepted d'interver
tir l'ordre de l'Instruction,
en passant d'abord at 1 'inter
rogatoire des accuses; et en
ecoutant la lecture de cer
taines pieces jugees avilis-
santes rtant done le ca-
ractire moral do ce process
dit MeA D latour. II faut
prdcise-t-il; la reinsertion
sociale de ces jeunes gens.
Mais la discussion devait
rebondir, p 1 u s vive lors
qu'on entreprenait la lectu
re du rapport de la commis
sion socio-medicale A ce
sujet, Me. Calixte Delatour;
foer de lance de la Dfense,
a elevt une protestation a
nergique; en declarant :
ALe rapport medical ne
peut-Utre communique que
secretement... On ne peut ti
rer du rapport medical que
ce qui est necessaire. Ici, les
parents de Yvon Roux ne
sont pas en cause : Va-
gue nourre nourrie d'applaudisse -
ments dans le pretoire plem
d craquer, suirtout d'inttres
ses et de passionnes.
(A suivr2)


Avis

La Secretairerie d'Etat du
Commerce et de l'Industrie
a le plaisir d'niviter le, Dea
lers de Pieces et Accessoi-
res pour Vehicule a une ta
ble ronde qui se tiendra au
local de ce Dcpartemfnt le
Vendredi 7 Octobre a 5 heu
res P.M.

Cctte Secretairerie d'Etat
compete sur leur pre&;nce
pour assurer le success de
cette reunion
Srcretairerie d'Etat du Corn
merce et de l'Industrie.


L'affaire de la Marijuana


V


Retour du Dr
Chavannes Douyon
(suite de la 16. page)
a une recherche sur les ficultas d'apprentissages>
(learning deficits) pr6sen-
tees par les Enfants Haitlens
emigrds dans cette region
des Etats Unls.
Une' cinEuantain,., de nos
pqtits compatriots de 5, a
19' ans ont ett examines du-
rant cette period par une
dquipe de spdcialis.tes hate
meant qualifies et composedi
de deux Neurologuss, cielx
Educatrices, deux Psyeholo-
gues clin'ciens, deux dia-
tres, deux assirtantes S)cia-
les. Les Examens cliques
et les Tests ant ett pratiquos
en Creole et en Franeais.,Les
rasultats prdsentes dans des
rapports individuals dcrits
ont et& ensuite discutes en
reunions de -ynthtse.
A ces runrions particip6-
rent non seullment les pa-
rents dcs enfants concerns
mais encore des dtltguos du
Department de l'Education
Natioriale de l'Etat du Mas-
,sachussetts. Les objectifs ge
neraux du nouveau program
me d'6ducation .a applique,
a ces cas speciaux ont etI
fixes d'un common accord
avec ces dtlegues et des re-
commandation specifiques
ont ete faites en vue d'une
aide pedagogique appropride
a ces enfants affects de
difficulties d'apprentissage.
Cette procedure, conforme
ab la loi Feddrale amtrcaine
en matiere d'Ed.ucation a
ete utilisae pour la premi-
re fois au sujet des Etran-
gers immigres aux Etats U-
nis. En l'occurence, c'est le
group haitien qui a benefi
cit de cstte attention des
Autorites Americaines L'ex
perience sera poursuivie et
s'ttendra aux Enfants par-
lant francais de la Nouvelle
Angleterre iNew England)
La participation Hait'on-
ne a cette recherche qu, a
ete bien accuellie et enc.iu-
rageec par le public de Boa-
ton fera l'objet d'un rapport
au Secretare d Etat des Af
fairest Sociales, M. le Dr A-
chille Salvant qui n'a pas
hesite une minute, a investor
dans cette experience a ca-
ractare tducatif et social les
principales resources hu-
ma nes et technnologiques di
C-ntre d'Orientation Profes
s'onnelle et dc Recherchees.


Ton Tenlers "appartenait a
une race d'hommes qui, .d
pris d'humanisme, se fai -
saint culniveS, polls. Ils s6
lectionnalent leura vertus
chez les grees et les latmns
et modelaient leur vie sur
celia de Zenon de Cittium,
le fondateur du Stoicisme


et sur celle d'Epicteie qui
paracheva cett e philosophic.
I1 mena une vie.d sano hijtoi
rm. Enire la soif de, connais
sances et cello des riches -
ses. il choisit celle-la qui
conduisit en meme temps
vers la vertu.
A.'3


(suite de la 2e. pag)

ge quand il m'arrivait une
ou deux fois d'avoir assez de
la tyrannic de mon pere, 0
rest qui m'6levant sans le
concours d'une mere, sem-
blait vouloir me donner le
complex du iid, dans la
crainte de me perdre, car il
avait deja perdu sa fille ai
nee,, Mon pere n'avait cer-
taihement. pas Iu Freud et
n'avait aucune notion de la
Psychanalyse.
(Toun Teniers, aussi bien
que sa femme m'accueil -
laient avec amour. Je n'ai
jamais pu me rappeler le
nom de' sa femme, car je
l'appelais Mamans camme
si j'dprouvais cc besoin freu
dien de me d6fouler de cet-
te tendresse filiale qui at-
tendait de se libtr-r.

Je ne pense pas qu'il ait
pu exister une femme plus
bonne que cettc cajoleuse de



Le Championnat
de Tennis
POUR LE
MAHOGANY BOWL
14 21 NOVEMBRE

Le Mahogany Bowl qu'or
ganise chaque annee le Ca
silo Intarnational I'Haiti
avec le concours de Miss Jo
nes se deroulera cet'_ an-
nee du 14 anu 21 Novembra.
Le President du Coimte d'Or
ganisation esa M. Le 'ly Bo
gat qui reqoit les inscrip-
tions jusqu'au 15 Octobre.

M.ickey Mc Lanay, mcm-
bre du Comite d'Organisa-
tion, aussi bien ique concur-
rent, est come tomijours
tres int&res-t au success de
ce Championnat qui a ru-
ni dans un passe recent
tous les grands -noms du
Tennis Americain des an-
nees 50 et 60 don't Briggs et
bk-ie'n d'autres.

Le Mahogany Bowl Cet or
ganise par Mikt Mc TLna'y,
tennisman valuable. Prsti-
dent Directeur General de
Royal Haitian Club & Ca-
sino, d a n s le ca -
dre de s o n beau pro-
gramme de promotion tou-
ri tiau.p Dour Haiti.


lous les instants, qui egre -
nait son affection comme
une devote son chapelet.
Elle etait aussi pelite que
stons Teniers 6tait grand.
Gracil,, mignonie .avec un
gentle minois toujQurs ou -
yvert par le sourire ou par
une plaisanterie et deux
bras toujours prats pour une
caresse.
C'est dans une telle msai-.
son qu'avaient ett levvs
Frantz, Rena, Gaston et Em
manuel.

Frantz se tfit ebniste et
le meilleur de toute la ,vil
le. Rene qui avait fait une
bonne parties de 'ses etudes
classiques a Port-au-Prince
y avait etudie le droit. 11
mtait devenu avocat come
son plre; hellsniste et lati
niste de belle eau, il ensei-
gna au Lycee Pinrchinat tout
en faisant carrifre dans la
politique et dans la Judica-
ture. Gaston qui a aussi fait
ses etudes universitaires a
Port-au-Prince est avocat et
fa;t carrier dans l'ensei-
gnement et dans la Judica
ture. Emmanuel oManno)a
mon frere, parce que de ma
promotion pouvait 6tre ap -
precid plus justement par
moi comme l'un des ele -
ments d'tlite que j'ai con -
nus. I1 admira pout etre un
pmu trap l'auteur des Fleurv
du Mal; il brsla la chan-
delle par les deux bouts.


QOvert oute la iourne4

a partir de A.M.
\ AM~^


in j







e


Un nouveau Jambon HAMPCO.





dans tous les Super Marchis





Demanded, exigez, reclamez




le Jambon HAMPCO

///&// //////iD////J/d mace nu ere


LE DOMAINE DE L'ANCIEN


JUVENAT


Un prestigieux complex residential a Petion-ville


AVANT D'ACQUERIR TERRAIN !! VISITEZ NOTRE COMPLEX RESIDENTIAL








Le site admirable et l'ensemble


des services proposes, tout cela


ne pourra que vous laisser reveur


QU'IL PLEUVE. QU'IL TONNE, QU IL GRELE,
LE DOMAINE RESTE IMMUABLE ...
PAS DE CHEMINS BOUEUX ET AVENTUREUX.

MAIS DE LARGE AVENUES
QUI SAVENT INCURGITER LES PLUIES TORRENTIELLES...
IL RESTERA DONC TOUJOURS BEAU... VOTRE DOMAINE
h '. _.. .. ., z... .


. System d'egoaits complete. Caniveaux. Trottoirs

. Avenue et voles asphaltees. Eclairage des rues

. Prise d'electricite souterraine pour chaque terrain

. Branchements Telephoniques et Hydrauliques egi attente etc... etc...







La preuve est faite


Les prix sont imbatables


Si vous voulez vous convaincre davantage consulted donc
n'importe des 51 proprietaires (de plusieurs terrains,


en titre a ce jour. Ils vous prouveront qu'il n'y a pas mieux

et que cette acquisition ne peut etre qu'excellente

Nous nous tenons a votre disposition pour guider votre choix et
investissement.
A Bient6t. Tel. : 25984 -- 2-0827 2-360


2


?AGpl: I"


Coiffure asculine s


Mort de Maitre Teniers Jolicoeurs


JEUDI 6 OCTOBRE 1977


Salon Climatise

Dans fes 'Jardins dq Bistrot
LE MANOIR, 146 LALUE

informations. Tel. 2-1809

WELCOME


X


~` ~c*C ----;------


~"""~'~y'~"~;~"~'C~/J/"-r~C/C~// V)/I~"/5V/~/~C6~~/~*~//~C/CrCCZ C ~ ~rtCICCCr4 ?c .0-5 V-10/-/IC1/00,-*-cozze.


I


Coune au Rasoir Brushi
Maeucuc -, PSdicui



Babette Studi4








JEUDI.6 OCTOBRE 1977




CINE TRIZMPHE
Dimanche 2 Octobre 1977
s6 7h 9h
SALLE I
CRASH
Entrde $ 1.50 et 200

SALLE II

RFIDAY FOSTER
Entree $ 1.50 et 200
SALLE III '
CADAVRES EXQUIS
Entree $ 2.00
x x x x x


PARAMOUNT
DRACULA ET SES
FEMMES
Entree G 1 et 3.00

x x x x

ETOILE CINE
Vendredi a 6h30 et 8h30
KUNG FU AUX
PHILIPINES
EntreeG 1.00 et 1.50



CINE LIDO
Jeudi a 12h 2h 4h
LA LOI DU TAI
KUWANDO
Entree G. 1.00
a 6h 8h 10h
Entree G 2.00 et 3.00

xx x x

AUDITORIUM

Vendredi a -h '
CESAR ET ROSALIE
Entree G 2.00


d


-. -~,-.- -J


uLE NOUVELLISTE, PAGED7


DANS NOS CINEMAS


AU CAPITOL
CAPITOL I
JEUDI 16 OCTOBRE 1977
AU DELA DE L'AMOURl
Le film qui rend Amoureu'
C'est un film de la
SELECTION :
VACANCES DE IIEVES
12hI S2h15 4h153 Ch15 8h15
10h15
Avant 3h30 G. 5.001
Apres 3h30 G 8.00

CAPITOL II
CE N'EST QU'UN JEU
MAMAN 4
12h15 2h15 4hl5F 6hl5 8h15
10h15
Avant 3h30 G 3.00
Apres 3h30 G 5.90
CAPITOL III
LES REPRESAILLES
SS REPRESAILLES
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G 5.00
CAPITOL IV
LE DURS-
11h45 lh45 3h45 5h45
Avant 3130Q G 3.00
EMMANUELLE II
Apres 3h30 G. 5.00
7h45 9h45
xxxx

REX THEATRE
Vendredi a 12h 2h 4h
PAUL FT MICHELE
Entree G 1 00
a 6h 8h 10h
Entree G. 3,00 'et 5.00
x x x

SENEGAL

Vcndredi a 4h 6n 3 h 10h
IL FAUW BATTRE LE
CHINOIS PENDANT QU'IL
EST CHAUD
Entree G 1.00 et 1.50


PARTICIPEZ AU CONCOURSE



<< Vacances de Rve >>




DU CAPITOL


RECLAMF,Z LE REGLEMENT LT LE BULLETIN DE


PRESENCE A LA CAISSE



PATRONNE PAR LES


HOTELS MERID!EN


ET


AIR FRANCE


CONCORDE CINE
AMOUR TROMPE
V'idredi it 4h:10 G 1.50
a 6h30 et Sh'10
EVASION DUI
CAPITAINE
SIILEETTER
Entree G 3.00

AIRPORT CINE
POING DC FOUDRE
Entree G 1.00 eL 2.00
x x x x x

DRIVE IN CINE
MINES DU ROI SALOMON
MNES DU ROI SALOMON
Entree $ 1.50
Vendredi
JE VAIS JE TIRE ET JE
REVIENS
Entr6e G. 1,00 1.50
Entree $ 1.50


Avis de formation
de la Societt
Anonyme
denommee :
Constructions
Generales d'Haiti
S. A. (COGENHA)
Formation : Societe ano -
nyme sous le regime de la
Legislation Haitienne.
Les Statuts ont et6 depo-
ses au Departement du Corn
merce et de l'Industrie et 6
galement pour minute en
1'Etude du Notaire Gerard
D. Charles.

Siege Social : Port-au-Prin
ce
Duree : Illimitee
Objet : La soci6t6 a pour ob
jet 1'etude, la construction
de points et chauss6es ou tou
tes autres constructions a ca
ractere public ou prtve; 'a
chat, la vente de materiaux
de construction de tons gen
res; 1'achat, la vente, le
louage de tounies sortes d'e
quipements: en general, s'a
donner & routes operations
financieres, mobilieres et im
mobilieres, commercials et
industrielles, antorisees par
les lois haitiennes.

Capital Social : Vingt Ml
le dollars (S 20.000.00) divi
se en quatre cents actions
(400) de Cinquante dollars
(S 50.00) chacun.?, indiv sible
a 1'gard de la society. Les
actions seront souscrites en
n u m 6 r a i r e --'- .
Le quart 5(Ij du Capital
social est ver ak la Banque
Nationale.de la R6publi -
que d'Haiti.
L'annee Sociale commen-
ce le ler. octobre et finit le
30 septembre.
Les fondateurs de la socie
te sont : Pierre Lassonde, Ro
bert Hamel, Jean Jacob, Ge
rard Bergeron, Louis M. La
marre
L.a pr6sente publication
est faite conform6ment a la
Loi du 28 octolre 1960 sur
les soci6tes anonymes.
Louis M. LAMARRE, Av.


l


Jean-Alexis
Pougatch
PDG DE AIR
ALLIANCE PARIS
ENVERRA CHAQUE
SEMAINE UN GR- UPE
PAR SATA

Jean-Alexis Pougatch, Fr6
sident D:rcite,'.r Genera-
de l'Agence de Voyag-.s Air-
Alliance de Paris (16 Ave-
nue Seguier) arrive a Port-
au-Pr.nce il y a deux se .
maines avec sa captivante
fiancee Diand Scotto, Man-
nequin parisien, a eu le
temps de faire un saut en
Republique Domin'caine. I is
sont revenues i. la Capitale
dimanche.
Jean Alexis Pougatch
don't le dynamismc n'eot e-
gale que par on amb!ion
a d6couvert Haiti, il y a d
jI quatre ou cinq an. Cec
fut le coup de foudre Je:tn-
Alexis qui commencqat t d
veloppEr avec un success e-
tonnant des dest nations tel
Sales qe l'Afghanistan et la
Thailande, a tout dc suit.,
vu dans la Perle des Antil
les une mine touir'.t ique a
exploiter dans la region.
II y a mis tout le paquet
a v c la collaboration
d'Aubleln Jolicoeur PL de
la Southerland Tours cni
la perm.onne de Ingenieur
Jacque, Me Guffit. Mais les
fdifficult&o de transport d-
valent vte 1'arrter dans
son &lan. L'Avianca don't i:1
Se servait comme tranpor-
teur jusqu'h San Juan no
lui donnait pas elntiere sa-
tisfaction. Ses clients con-
t'nuent d'arriver maic pas
avec le d6bit rtgulier u'il '
aurait souhaitr.
II viEnt de r6soudre rcn1
problem en signant un
contract avec la SATA de
Suisse. Par ce contrat, qui
deviendra effectif le 27 Dr
cembrek 1977, il envprria A
Port-au-Prince, un group
de, vingt h vingt cinq person
nes par le vols de la SATA
arrivant chaque mercredi de
Gendve. Et pendant toute,
la durke de 1'annte 1978.
Jean-Alexis est icl pour
coordonner son programme,
avec son prestataire en Hal
ti, la Southerland Tours, en
la personnel de la ravisman
te, Mademoiselle Frangoise
Me Guffie, fille de 1'Ing&-
n'eur eit Mmie Jacques Mc
Guffie, co-propri6taires de
cette Agence de voyages.
Jean-Alexis Pougatch et
Diane qui logent au Grand
H6tel sont revenues ravis
de leur visited dans les cen
tres touristiques domini-
cains. Ce pays faith, disent-
1Us, aun effort prodigieutx
dans le domaine touristi-
quei. Tout y est beau et blen,
seule leur manque cette mer
Imeilleoue nature haitienne
Jean-Alexis Pougatch et
Diane cAotto ont quilt6 le
jfffk lie Qflonet


L L._5_


COMMUNIQUE SES




S PROGRAMMES




POUR L'ANNEE ACADEMIQUE 77-78.

Qui debute le 18 Octobre

b> SECRETARIAT DE DIRECTION

S}i, BILIIGUE 9 MOIS FRANCAIS -- ANGLAIS

SECRETARIAT DE DIRECTION
TRILINGUE 15 MOIS
avec stages pratiques de

o- 2 mois en Am6rique Latine

MANAGEMENT AND BUSINESS
ADMINISTRATION 9 MOIS

avec stages pratiques en HAITI
S et aux Etats Unis.

L'Etudiant peut choisir-entre 2 options :

Comptabilite, Gestion Financiere
Marketing -- Technique de vente



ANGLAIS INTENSIVS AVEC METHODS

SAUDIOVISUELS ET VIDEO-TAPE
12 MOIS. LE SOIR

5 bourses seront offertes aux meillers lieves

Sonnez ie 2 4755 le 2 3508 ; le 2-4901.

ou visitez la FIRST SCHOOL et demanded le cataloeue des critres du
Secretariat ou celui du MANAGEMENT


Cloture prochaine des inscriptions


LE SECRETARIAT DE LA FIRST SCHOOL EST OUVERT DE
8 H A.M. A 8


Le dipl6me de la FIRST SCHOOL


H P.M.
f i


a la ilm vaaloup anaU..d&12 UM FflD'Pu avw10A


numan uerray a=qa mba


Nous demenageons bient6t


Nouvelle adresse



J. M. Maxime CELESTIN


10 Opticien -- Optometriste

98, Chemin des Dalles

Tel.: 2-5015

^^QUE~iTREL J{OYEMBREI 77


.- I...m


~-,/,,,,,,,,,,,,,,,~,,,,,,,,,,,~,,,,,,~, --_


MAGIC CINE
V'endredi a 6h15 et 8hl5
DANS LES BAS FONDS DE
CHICAGO
Entree G 2 50 et 3.50
.

CINE gARC
%'endiedi
LIN FLIC HORS LA LOI
Entree 4, 1.50

, X X X X

Deluxe Auto Cin6
LE SEPTIEME VOYAGE
DE SIMBAD
Entr6e $ 1.50


Phat macles
issurant le service
cerc2 nuit
JEUDI 6 OCTOBRE 1977
METROPOLE
Rue Dr Audain
ST JOSEPH
Rue Rampart
ADONYAI
RT ST MARTIN
PETION VILLE
NOUVELLE
Avenue Estime



VENDREDI 7 OCT. 1977
LAVOISIER
Lalue
PROVIDENCE
Rue de la Reun on
TURQUOISE
Rue St Honor&
PETION VILLE

STE THERESE
RUE' VILLATE


I




------AGE 8
~-~~~ ..~.. ^ -~ ~ --;- ; rr


CINE THEATRE TRIOMPHE PRESENT


SCE SOIR


Crhash

A LI i $ 1.50 et 2.-


Friday Foster

SALLE 11 1.50 et 2.-


Cadavres exquis

SALLE IM Prix Unique $ 2.00.


LE PLAN ANNUEL
ET BUDGET DE
DEVELOPIPE5IENT
(77-78) AU DARNDR
Le plan annuel et le Bud
get de Developpenment au
S. clt.?ur (Agriculttirel cou-
vre, pour 1'ann6e 77-'N. un
total de 197.482960 G. et
58 projects
Ce budget de 197.482960
G. r pr6'ente une contrib;l
tion externe d, 139 861.480
G. et un apport local de


chos et Informationks
l7. 621.500 G.
x x x x
Dans le plan. annual, fi
gurent les grades ,igneis
'uivantes :
Production de dienre-'s
aliimn'ntaires de base
Production de Matieres
Premier s Industri.elles et
de denrees d'Exportation
Le- Recherches Agrono
miques
La Vulgarisation
L'Elevage


Preparez P'avenir


de vos enfants.




INSCRIVEZ-LES AUJOUND'HUI AU

COURSE D'ANGLAIS

A



'Insln titut


Haitiano Americain





Les cours ot lieu e samedi, du

8 Octobre au Io decemtre



Sc-aF i e : $ 16


^^fW~~yyWXWVWV7,7 rx= ^^w~!t -^''


JOCKEYe


Le specialiste des sous-vetements


.de quality tans le monde entier.

Jockey a su par sa quality, son

a.meux contort et sa durability

.devenir, le leader inceatest6


La Cooperation rurale
Le Credit Agricole et
I Epargne
La Comm.trcialisation
agr cole
L Utilisation des terres
Plche et Pisciculture
La regtnlration des Fo
rets
L'amenagement rural
Le, enforcement ins-
titutaonnel
xxxx
SECOND COURSE DU PEPA
B'ent6t, se tiendra dans
la Capital le second course
du PEPA (Preparation et
Evaluation des Projets A-
ricoles) sous le., auspices
de 1'IICA et de la BID. Ce
second course se dlroulera
entre fin janvier mt suin 78.
iUne trentaine de techni-
e'cns y participera, ap-
pr-nd-on de source proche
du DARNDR.
x x x x
LES RENCONTRES
D'HAITI
Dans le cadre du chanm-
pionnat de la CONCACAF,
la Selec-ion Nationale dis-
putera les renconttre, sui-
vantes :
L. 9 Octobre. ai 12 h. con
tre 1 Mexique a Mexico.
Lie 12 Octobr a 20 h ?31)
contre le Guatemala a Mon
terry,
Le 16 Oc'tobre d 10 h,. con
Ire Salvador. It M-xico.
Le 19 Octobr'. a 21) h 30
contre Canada a .onferr:ay.
Le 20 Octobr", a 10 h.. con
tre Surin.am a Mexico.


AVIS '

L. Deparimenlit d,, iIit.
r il itt dc la Defcn r N.i-
t Oilie potr e a la conMli -
:.'i:ce' d in tcrepsses ql ien
reason de la raip'd.tc de lone
t onn mient du bureau tie
1 Imm great on et d, lEm'.
grat on, le S rvice d ure' gr-
c" fonct'onne a 1 Aeroponr
Int national Francoi DU-
VAL1ER 1; s Siamed'. D man
l'he et jours fer es de 8 i(t i
re a mn-d.
Auiieli 0 C JEANTY
R cretaire d Etat de
i intertitr ,' de la Def) n.se
National
Port-a4-Pce le 5 Oct. 1077

Marriage
Monsieur Samir Mourra et
Madame Samir Mourra nee
Chantale Bennett ont 1'hon
meur de vous fire part ae
leur marriage qui a 6td cel6
bre a Miami, dans la plus
strict intimate.

Deces de Mr
Reielus Saintilus
Les Pompes Funebres Pa-
ret-Pierre-Louis vous annon
cent le deces de Monsieur
Regilus Saintilus
A ses enfan's :Monsieur
et Madame Roger Saintilus
Odette, Ghislaine, Anne-Ma
rie et Marie L o u r-
d e s Santilus; i s e s'
petits-enfants; a ses soeur et
frires neveux et nieces; aux
'families Saintilus, Duver-
ger, Richemond; Belizaire,
Juste; Salomon; it tous les
autres parents et allies, MM
Pserre-Louis et Le Nouvel-
liste adressent leurs vives
sympathies.
Les obseques du regrett6
defunt seront celebr6es de-
main vendredi a 4 heures p.
m en l'Eglise St. Charles
de Carrefour oft la dlpouil-
le mortelle sera expose
des 2 heures. L'inhuination
se fera a Merger.-

Au Florville Room
de Kenscoff
Au Florville Room de
Kenscoff, vous danserez de
2 heures t 10 hures le
Dimanche 9 Octobre avec
LES AMBASSADEURS
Entree : 2 Dollars par per-
sonne
Votre carte d'entree vous
donne droit ait une consom -
mation.

Wanted
Electronic Engineer or
technician for leading Elec
tronic Industry. Manufactu-
ring Background preferred ?
but not es ential Understan
ding of Englh required. Ne
gotiable Salary plus compa
ny benefits.
for information call : 61183
from 8 h h A. M to I h 30
P M
.. .. ... .l


(sulte de la 16.

crit, au Regime de D
il n'y a lit rien de
nant.
II y a egalement,
monde, et notamme
Haiti, des partisans
cus de ce meme reg
IUs sont des milli
ont choisi Jean-Cla
valier : votre jour
pas le droit d'atta
confiance et 1'espoir
ont places dans la
union et le travail.
II n'y a pas de pa
un monde ot laI
veut imposer sa loi
jorite.
Monsieur Jacques FA
Directeur du Journal
LE MONDE
5, Rue des Italiens
75427 PARIS CEDEX
0 -
La guerre prend sa
dans le coeur des hon
Quand elle a'insta
tre lee fils d'une me
trie, que tout appelle
fort et au d6passeme
faut souvent en chlerc
origins loin des fro
nationals, parmi les
teurs de la violence.
Les semences de hI
de violence n'ont jam
mis que des moissol
deuils et de pleurs.
Le LIBAN en sail q
chose.
HAITI n'en veut p
Si son gouverneini
mauvals. les six in
d'haitieus qui (n/ f
leur pays tin IIAV
PAIX que le onnde I
vii, ,.onl a scz grand
s'en rendre compile
trnire on est encore
vrai.
C'est d'ailleirs unc


A 'endre"
U n ca.inn l D.c-el
let avec Trailer
p eds de long pouwa
ger 30 tonne'.
S adr, s er a Rayyni
re-Loui.i
Fonder'e NaLionali
223b2



AVIS

II est porte a la
sancl de d;rtl' turns
tr c s Jr jard is d
ct x i o pr I a ires
Nolvenux tahlt !.x i
re pour la m. Ih'de
ce ainsi que 1-" cah
criture Ti Malcr- 1 I
en vented dan le- 1
Le j u de 30 Tabl'.'au
X 17 1/2 imprme c
leurs : $ 6.50

Avis aux mei
de l'Associati
pour le Devel
meant de I'Arti
L'A.D A: rappell
ses membres qu0 sa
mensuelle aura lieu
di 6 Octobre 1977 it
30 P. M. en son loca
miro 19 de la ruell
L'ADA. invite tous se
bres a y participer.
Le Ci



AU MONDE
CHIC
Dans le but de p
R toujours i sat
clientele i garnir
rayons des plus 1
tissus imprimhss
les robes d'Wte,
trouverez 6galemer
tapis suplrieurs pt
ble, cretonne etc.
mas pour enfants
Smois j 14 ans, di
moustiquaires, ser
tes etc.

SPour les Bel
robes, brassieres,
ses et draps brod<
Schettes, moustiqua

Pour la Pe
Le savon e !'ean '
logne au citron,
von Duvex pour p
grasses et peaux s

SAu Monde C
Vous reserve tou
Sle meme accueil.

RUE DU MAGASI
L ETAT 89.


nage) tial de semantique que de
parler de bon 'on de mau-
)uvalier,, vais, s'agissant d'un choix
surpre qui dure depuis vingt ans.
Un pouvoir ne pent pas re,
dans le poser ind6finiment sur les
nt, en baionnettes : c'est done qu'il
convain y a autre chose dans la per
mne. tmanence de la Pensee Duva
ions qui l riste.
da nDu 11 y a la volonte dte tout
quer la un people, qui a fait la tris

r qu'ils te experience de la guerre
paix, lu civil, et tire enseignements
des ameres lecons du passe,
ix, dans de s'engager definitivement,
minoril a icote de son Chef, dans les
i la ma chemins de 1'effort et du tra
vail.
AUVET Le changement que con -
S nait, aujourd'hui, la Re-
publique d'HAITI ol, -
vous l'avez 6crit vous me-
09 me -, il n'y a plus un seul
prisonnier politique, a en -
source courage les uns, et irrite les
nmes. autres.
lle en-
;me Pa- Irrites sont cenx qui, ita 1'ex
eit 1'ef tdrieur du pays nourris de
ent, il chimeres et d'illusions, pro
her les menent leur rlve de cham-
Entieres bardement national, dans
s servi- les colonnes d'une certain
Presse.
aine et Mais ravis, les patriots
ais pro haitiens, et les observa -
is de teurs dc bonne foi, qui sa-
vent qu'Unies les forces du
quclque capital et du trava;l creent
les conditions du developpo
ias. m11,11t economique d'Haiti.
ent est lier, pendant la campa-
ait des gne presidentielle de 1956-
'Et de 57, que les nostalgiques
leur en I passeI menent encore sur
ls pour la terre etrangere -, les in
le con terminables greves du com-
plu mere. ainsi que le desordre
organise dans les marches
e ques- publics et les ecoles, n'a
vaient servi quit ruiner le
pays.
Ie mirche noir s'instal -
lait dans cette anarchic, et
Chevro la hausse des prix rendait
de 40 la vie chaque jetur plus im-
ni cli.i possible.
L'insecurite regnait dans
ld P er les rues, tandis que l'inquil
tude gagnait ies families,
e Tel qui ne saiaient s'il fallait
envoyer les gosses a 1'ecole,
610 ou les harder a. la mason.
Mais tout cela, au nom de
quoi ?

Au nom de 1'ambition et
coPns- de l' rresponsabilite, qui se
e' d r'e cachent., aujourd'hui, sous
Sdret le manteau des Droits de
q ein 1'Homme et du Citoycn.
d" hictu Tout cela : simplement
T. I aIl pierce qu'un candidate it la
ii', te Presidence de la Republi -
2 on nt que, qui avait depasse la
bra ri s fraude, et recouru aux ar -
Ix 11 1/2 mes, reclamait le Pouvoir,
n 2 ou avec la mIme passion que
celie qui aveugle ceux qui
se servent des colonnes de
votre journal pour salir un
nbres pays, qui leur appartient
0of aussi bien qu'a nous, et don't
loppe- les portes leur sont grande
:; meant ouvertes, i la seule
[sat condition dne pas mettre
e A tous le feu it la mison.
Sreun;in Un pays, qui s'honore de
u le Jeu parler, avec la France de
5 heures 89, et la plus franqaise de
1 au nu toute. la France de Charles
e Berne. De Gaulle, la meme lan -
es mem- gue, et le m6me language.
Les haitiens, dans leur im
omitr miense majority, seC sont ren
'J- du compete, it a 'longue, que
r toute cette agitation sterile
I ne profitait ni aux forces du
travail. ni i celles de la
production.
plaire pDs lors, le bon sens avait
fiddle repris sur la bitise le ter -
r ses rain qu'il avait perdu.
beaux Une epoque etait close,
pour tandis que s'ouvrait celle de
vous la promotion social et du
nt des developpement 6conomique
our ta du pays que nous avons inau
Pyja gure, en 1971, avec Jean -
de 9 Claude 'Duvalier.
raps, J'aime a croire, Monsieur le
viet Directeur, qu'a ce stade de
% la vie isationale qui repre --
bes senate un moment de la cons
b6s science social du Peuple
chemi Haitien, vous nous aiderez ia
ts cou approfondir le climate de
aires, paix, de reconciliation, et
t d'amour, que nous devons au
au President Jean-Claude Du-
de Co valier, .plutlt qu'i semer la
le sa haine et la violence dont la
peaux germination prodigieuse n'ar
;ches N rIte pas d'ensanglanter le
lmonde.
hic C'est dans cette pensee,
confraternelle, .ue je vous
ijours prie d'accepter, avec mes re
mercienment'. I'hommage de
mon re-pect et de ma haute
IN DE cansidMration
6Uelnois Martin CELESTIN


I I1W~iEi~elbiinirr~~xlCXaL~ IL8i


Communique


tion legit me entire le con-
cipL de 'tenovat on du Chef
b, Vie de la Nation t '-ia pen
se. continue dans la ce'v..e
chr stophi.nne mJe renais
a mes cendres. '

Cett inauguration co nier
dant av-c i ann vsrsa re tde
ia morni du C(JiVtLLiAiEusi
que fut Henry CH1Ikta'O-
PHE, ia Secreta r.ri dcEtat
de la Coord nauofi et de 1 In
format on se faith lmp6-
rieux devo r de convitr les
Trava'lleurs Intellectuel:,
les Pro.-ssiurs et les' Jeunes
sas des Ecole des Un.versi
tes et tous ceux Profit ssion
nels. Arti. ans Commergants,



Cours de Langues
Vivantes et
Traductions
Cours de Conversation E's
pagnole a toUs les degrees,
de Composit on et de Tra-
duct on E-pagnol'e., de Civi
lisat on et de Litterature
Espagnoles et H spanoamd-
ricanes, offers par le pro
fesscur Ernest Danache, 20
anneej experience it l'Uni
ver.itL d'Haiti et aux Uni-
versites des Etats Unis.
Techn que moderne, metho-
de audio-visuelle, travail
en petits groups, clinique
de langues, laboratoire, im
mer.lon complete.

Cour- de Franqa s pour
strangers. Traductions an-
glaise, espagnole, et portu-
gaise.

Inscr'pf on du 3 au 7 Oc
tobre, 167 Avenue jules
Pouplara. Telephone 23382.
Les coura. commencent le
10 Octobre.



Adduction d'eau
potable
a St Michel de
I'Attalaye
Les demarches de M. i'.'rc
Macellu', President de la Fe
deration des Conseils d Ac-
tIon Communauta re d-- St-
M chel de I'Attalaye ont, a-
bouti. St Michel de l.,1Iuia
ye cet important clitre de
l'Artibon te, chef lieu de
l'Arrond ssement d" )a Mar
m lade, sera bientot pourvu
d'eau potable.

Les Ambassades de Fran-
ce.. des Etats Unis d'Ameri-
que et du Canada ont tra-
vaille act'vsment a engager
liurs organismes d'entra'de
respectifs, la Mssion d'aide
et de cooperation .frangaise,
la Fondation Care, l'Agence
pour le Developpement In-
ternat'onal, a amdliorer le
n'veau et la quality de la vie
ii St Michel de l'Attalaye.
C'est une forme concrete
et d6einteressle do la soda
rite international. Noil en
pr nons occasion pour felici
ter chaleurcusement promo
teurs et an, amateurs.


Deces de Mme
Maria Brouardf

Les Pompes Funebres Pa -
ret-Pierre-Louis vous annon
cent le deces de Madame Ma
rta Brouard.
A ses neveux et nieces :
Monsieur Constant Poite -
vien et Madame nee Andree
Rigaud et enfants, Monsieur
et Madame LudQvic Rigaud
et enfants. Monsieur et Ma-
dame Rene Saurel et en -
fants. Monsieur Andre Sau-
rel et enfants, Mademoisel
le Franuoise Saurel, Made-
moiselle Simone d'Haiti,
Veuve Edeze Thlbaud et en-
fants, aux families Brouard
Poitevien; Rigaud; The -
baud; Laurent, Dimanche;
d'Haiti; ainsi qu'it tous les
atttrs parents .et allies,
MM. Pierre Louis et Le Non
velliste adressent leurs res-
pectueuses condolences.

Les obstques de la regret-
tie difunte seront chanties
demain vendredi h 4 heures
p. m. en I'EgliRe du Sacre -
Coeur de Turgeau. Le con-
vei partira du salon funeral


(suite de la le. page)
Indu. trels, Hommes d'Affal
res, Fonctionnaires et Em-
'pioyes d l'EMat, qut s lhono.
rent de cultiver Is respect de
nos gloires nat onale, -a con
sacrer une p euse pins6e ia
]a mlmo re du genial BAtis
seur du Royaume du Nord,
ce farouche def-nseur de I'min
t6gr't6 territoriale et qui sut
opposer une heroiqiae resis-
tance aux forces colonisatri
c's de 1'6poque.
Cette Secretairerie d'Etat


ite au si les Populatons
dt( Neufs DepartE ments Gep
graphiques du Pays t sulvre
le Programme Officel des
Manifestations qui ss derou
Lront ce Samedi 8 Octobre
1977 a Milot puis au Cap-
Halt en c t qui Leront rtctrane
miss en direct par les dif
ferentes Stations de Radio-
d fusion de Port-au-Prince
et des Villes de Province.
Pkirre E GOUSSE
Secr6taire d'Etat'


A"ID



FAfTES DES TRANSACTIONS

IMMOBILIERES INCROYABLES -I


A Iouer
A PETION-VILLE MAISON DE 4 CIAMB 3 BAINS
A DEPREZ MAISON DE 4 CHAMB.
A LIMPASSE LAVAUD APPT. DE 2 CHAMB.
AGINT LOCAL : 2-4443
\__________


Professionnels, amateurs ou melomanes avertis
Pour taut materiel electro-acoustique
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour tout appareil de haute fidelity
SVoyez Aux Ondes Sonores,
Pour tout materiel electronique
Voyez Aux Undes Sonores
I .,j- outu ,,.-.,uel eleciritue courant
voyea aAux unues onoret s
*, .i, ..n utautere de Television
R ..,..soic ..u recepteur
Voyez Aux Ondes Sonores
I'our iu cinit votre culture musical,
voire ditsaoilteque et assurer Fen-
9 < Voyez Aux Ondes Sonores
Sku, eioloiir votre guitar classiqtue
ou electrique
Vuyez Aux Ondes Sonores
Violonistes, Altistes, Violoncellistes
pour vos cordes professionnelles
Voyez Aux Ondes Sonores
Pour vos radios et cassettes pour-voiture
Voyez Aux Ondes Sonores
trctien de vos disques
rour vus enregistrements : tape ou
ruban magnitique, cassettes, car-


tridges sont n6cessaires
Voyez Aux Ondes Sonorps
Vous avez besoin de cables electro-
niques on llectriques
Voyez Aux' On es Sonores



Tout .. dans tons les domaineg
An Service du message sonore


Aux Ondes Sonore'3
41 Rue Macajoux Telephoul N J-38245


L'Ambassadeur Delinois Celestin


PAGd~E 9


I


_ I ~


~-----II-^YUC-i.l--PiY-~


"K--


I



J ji. CORE11


LE NOUVELLISTE&




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs