Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/09885
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: September 29, 1977
Copyright Date: 1979
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID09885
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





".'Avcnir dc nos ichanqes, avec la

Rtpubliquc Dominicaine





Ir reprisentant du CEDOPEX en

Haiti nous parole des relations com-

crnrciaics Haitiano Dominicaines


JEUDI 29 SEPTEMBRE 1977
-ME ANN=
No 30 633










We=], X 1316 : L Z]nUS ANCIENT QUOTIDIAN DEMAI lT 1 DR3 1)3 L'ASSOCIATION IOBRNATIONALE DIRFRESSI


DIRECTEUR : LUCIEN MONTAI
ADMINISTRATEUB : Mmine. MAX CHAUVET


Rue du Centre No. t 3
Boite Postale : 1316 T616hone s -14


Fin doIfIltge

delaicirculation

al Pitiomville




Refour iau

statuquo ante


Les Tribunaux se pencheront sur le cas



des detenus politiques"portes disparus"


declare a I'AFP le Secretaire d'Etat a l'Interieur


Les chauffeurs de


Petion-Ville obtiennent


entire satisfaction

Grace au President a vie de la Republique


II )EIL CASTRO DEFICIT LES


LIMITS DE LA DETENTE


1 i', rept-emblrei leur XVlleme an
niver.aire ct c6lebraient
cc,. i. l~-ur premier congress, a pa
iccmicicn- rc u voutloir precise avec une
r It I t.t ice-rtcaine insihsance les te -
crt.l e i trrc nints et ;i boulIssalnts du pro
n i r I tcl ('.is C'SSUiS d'an nlioration qui
S r--d, -cr I-, *f-tsti (hsiiie depuis le debut
rc rl Iliilu cl I-'iiliee dans les rela -
r nrr .A tits entire lcs Etats-Unis et
S Ilrr r cl-, a Cuballi.
i .I -, lrs S i Setlon lui, il serait vain
d iI atteindre pour Cuba
nr,.re ctre tut t.pe dei cihangement
[- I -I, .1 (I( dmais cles domaines ideologi-
tr l. rc lu- que, politique et economic -
cn,"rmI-I pcr que. .f-
I nmmernt (irm, (Ce- rappels prennent une
',' AIle, h1' certain importance par la


11 c-cIi-c n
r- mercre blcIIa -


-1 1trc i I ct
I r r Ifl'n atr onr p .r
.=T. .+ r l ++lcer np r


volonte qu'a mis Fidel Cas
tro a les inclure dans un
discours de deux heures con
sacred A une nette reprise en
main iddologique de la popu
lation, grace a une mobili-
sation pour ale devevloppe-
ment de la conscience socia
le).
Le chef de la revolution
cubahie est part en guerre
centre toutes les formes de
la d6linquance qui subsis -
tent a Cuba, meme a faible
dose (prostitution, jeux, dro
gue et vols), et qui consti -
tuent selon lui autant de
trahisons a la society socia
liste.


Le cas des Detenus -portes
disparus.


PORT-AU-PRINCE, (AFP)
Les Tribunaux haitiens se
pencheront sur les cas des
detenus politiques (portes
disparusa>, et regleront les
problems que posent leur
disparition, a declare mer-
credi le Ministre de 1'Inte-
rieur d'Haiti, Monsieur Au-
relien C. Jeanty.

Dan-s une communication
a 1'AFP. Monsieur Jeanty a
promise qu'sen dehors des en
vahisseurs et de tous ceux
tombs les armes a la
main, les cas de ceux que
1on pretend disparus seront
examine! par les tribunaux,"
a ajoute le Ministre, qui cse


prononceront apri-s enquE -
tea regleront les problems
d'assurances, d'h6ritages,
etc..., poses par ces dispari-
tions.

a Les tribunaux haitiens
pourront ordonner la redac-
tion d'un acte de eces a
prds cette enquete)), a indi-
que le Ministre Haitien. Se-
lon lui cependant, un ((nom
bre important de d6tenus po
litiques ont etW liberes par
trenches successives au
course des six derni res an -
neesa et l(des vingt prefets
de la Republique ont confir
me (u'll ne restait plus au
cun detenu politique>,.


INTERVIEW AVEC M. LEON REPRESENTANT DU GEODOPEX EN HAITI SUR


Les relations commercials Haitiano Dominicaines
par Pierre Robert AUGUSTE


S i nc cr-r.nis Tlle est l'une des de-
1-10 r(, t, 1i c- nc uann- clarations que nous a fai-
unIc i-es 7M. Ervin de Leon, Re-
presentant du CEDOPEX en
SC r .c c lhiti. au course d'une inter
vic w. En voici le texte inte
p --, tr cr-i : c l ( U gra- l :
F-c l cI r... rrt Q. M-. de Leon, vous e-
cat. ,, I, Representa7tc du CE
F i -tn ,-sc i IoPI.X en Haiti. A ce ti-
tr,. vous avez pu organiser
p<.,ir ar i. la 'eime. lExposition Indus-
S r- l I)cuminicaine d Port-
tc c l li-Pricl'e. Dans cette bro-
chuire qulr' vous noua avez
-c-cc i- c 'ci c on rimlis- InIc-c voyaO1ns crit :
ir "bi iccl- t i-wvnementn c-it-d, l'ex
ccc i cc Icc-c- posiiccc a; pour but d'infen
Ic- -c-c- I 1 c--lcic-, r el I'a -croitre le Com
c cr -r ni -rr entri les deux Pays
c c( I cc Ii i el la R. D.) Sur-
que ll- ies repo ce coin
Silt ?


Ic-Ic-c-


c. -c c-rc-c c -cdec
-(ccc cc-c+ i -pic lv




< de df, no 1 fI r lvr!
cc c c-,, +, i cc-cc-c-,c-cc-l [ c--cc-- -I-

-c ii c -li- IIc- c--ic- "- i],1 ic--
cc-c-I cc-cc, '.c-c- ic-t|All'-c-l c--c li


It 11 a c'ce Loujours un
dc-s princip- s du CEDOPEX.
c (1d le Cj'ntre Dominli-
In;til pour la promotion des
i'.\sp rtatlions d, faire le
c'mini-rrce avec Hlaili dans
Il leux se-ns. ((Autr"im:nt
d/Ic-- si nous voiilons bi viiedre cn Haiti, nous c- -
ri-n., aussi intericss6s a ache
t"r i'llailii. E.I nous le fe-
r incs -,,c" ac-chata communs)
dI fcon Ai ddvelopper les
ic(--Illclgt- s entire les d-ux


pays. Pour nous, c'est la
facon id6ale de fair du
commerce : acheter et vein-
droe. Ils vendent entire eux,
ils achetent entire eux.
Q.- Quels sont les pro-
duits sur lesquels portent
les echangest commerciaux
entire Haiti et la Republi-
quac Dominicaine ?

R.- Ld, il faudrait con-
sid6rer d'abord les products
dominicains vendus etn Hai-
ti et les products haitiens
vendus en R. D. Pour nous,
ce qui nous interesse et
ce qui aurait des probabi-
lit&eI parce qua le Commer
ce est une question d'oppor
tunit6, de rentabilit6 et de
bons prix nous pensions
que nous avons d-, produits
manufactures que nous pour
rions vendre, en Haiti sans
pour autant concurrencir
les products similaires qui
sont deja produits en Hai-
ti ou bien qui le s-- ront de-
main, parce qu'il est nor-
mal qu'Haiti (de menme
que notre Pays) protege
son Indus;trie, et c(particu-
lierement)) les industries e-
tabliPs sour le territoire hai
fien. A ci- moment-1A, j-
trouve qu'on doil offrir sur
tout en Haiti les products


l,(1 nUccs d'or de M. Claude Eltienne


(t dle Madame, nee Anna Thiesfield

Par Lallier C. PHAREAUX


II c .i plwc rc-c cr-i rl-eo ies,

i- l ccr -c i c Is. ( illc -i.sisc n irric'
lr |< ltii- -.ient re-spec -
Ic c r-i- c tc io-I- -t I.es au Iori-
c,-c- l- i r cl-i-hcse-, Al-ia
Il-i i t ;d. origi- iire de Go
nAI i tr Icut li- i/, nne, di u
AI fc Ilci-wc-, ei lI giise mc,
trolm litaine la i date ci-des


2 Scptem-Ire 19127 : Les
c-Icc-ie ce la (Cathedrale se
c'litent a sonn c --er ,cit c -lise vo
l e Svi d' un cortege impo
ant., Ile couple Iharmonieux,


visiblement heureux fran -
chit la nef central de 1'E-
glise tendue d'un tapis rou
ge, et, s'asseye devant le
maitre-autel eblouissant de
fleurs, resplendissant de lu
micre. Le coup d'oeil est ra
vissant. Devant le pretre,
Claude et Anna s'engagent
solennellement a se pren -
dre pour mari et femme et
ont la volont6 de s'unir tou
te leur vie pour le meilleur
et le pire. L'instant est
plein d'emotion. A 1'issue de
la brillante ccerimonie, les
conjoints rayonnant de feli


cite et le magnifique corte-
ge sortent du temple saint
dani le mtme ordre que pre
cedemminent. On s'empresse A
1'envi de donner aux nou -
veaux mari6s des marques
de sympathie. Une foule
compact de curieux les en
tour.

La famille est done cons-
tituee. Apres cinquante ans
(50), elle vit dans I'admira
tion et la consideration de
tous, vu qu'clle constitute

(Voir suite page 2)


qui ne fassnt une concur-
rence aux products similai-
res haitiens. Nous avona,
par example, lies pates ali-
mentairts qui sont produi
tes en Haiti. Je ne vois pas
la raison pour laquelle on
devrait faire une promotion
d.es pates alimentaires du
m6me genre que cells qui
sont produites en Haiti. II
y a 'encore une autre bats-
de principle. Celui qui vend
gagne necessairement (?).
Mais olui qui achete, quand
il achete a un pays en par
ticulier et non pas a un au
tre c'est parce qu'il trouve
un advantage. Alors acheter
par example, moins cher
e'it une facon de gagner.
Done on v,.nd, on gagne; on
achete moins, on gagne aus
si.
D'autre part, il y a aussi-
le fait qu'une tries grande
parties des products quo nou?
offrons en Haiti, sont des
products intermediairts, c-a-
d, deo products dostines a
1'Industrie et a l'Agricullu
re. C:s products serviront ai
l'Industrie Haitien-t-', a 1'A
agriculture Haitienne, tells
des emballagos en plastic,
en carton past, des engrais.
des aliments pour animaux,
etc. Done, c.- sont des, arti-
clcs interm6diaires qui sonll
destin6s finalement a aider
la production haitirnne.
que ce soit agricole ou in-
dustrielle.
Q.- Pour qu'il en soit,
M. de Leon, il faut qu'il y
ait unia politique de prix.
Et, dan' quelle measure vo-
tre politique de prix put-
eille tre harmonieuse par
rapport a celle de notre
Pays, c-a-d, Haiti ?
R.- Quand vous parlez
d'une politique de prix, jP
comprends j'espere que ije
n- me trompe pas vous
parlez de prix qui soient ac
ce-sible d'abord au march
hailien, enSuite d- prix qui
puiss nt concurrencer les
autros products similar's
qu'Haiti imported de i'Etran
ger Quand un Commcrcant,
un Indu'triel, un Importa-
teur cn Haiti achit-, de la
Rtpublique Dominicaine


c'est parce que finalem'ent
un advantage, presque tou-
jours un advantage de prix,
parfois meme si le prix de
base, c-a-d, le prix FOB, le
prix du produit en R6publi
que, Dominicaine est disons,
le m6me que celui des Etats
Unis on m6me un petit peu
plus el-ve que celui des E-
tats Unis; ou du Sud' Est A-
siatique, ou de 1'Amerique
du Sud, il arrive que le cofit
reduit du transport fait que
le prix final d'achat, 1i
prix (CAF) soit moins ele-
ve. Done on achete moins
cher, on fait davantage de
benefices. II y a moins de
devises a sortir du Pays.
Q- S'agissant des echan
ges commerciaux entire Hai
ti et la R6publique Domini-
caine, c-st-ce que vous pon
vez nous donner des preci-
',ions plus ou moins chif-
frtes d ce sujet. Et, com-
ment s? present la balan
c- commercial entire ces
deux Pays ?

N. B.- Pour o- qui a trait
au premier membre d, la
question. M. Ervin de Leon
s'It retranch6 derriere l'im
possibility mat6rielle de ci-
ter des chiffres mnme ap-
proximatifs. Ii a prefer for
muler ainsi sa repon-'. :
R.- Le but du CEDOPEX
en Haiti est pr6cisement
de developp-r 1s -6chan-
g-s commerciaux entire les
drux Pays (Haiti et la R.D.),
d'o Ie-. amen-r d'un point
qu'on pourrait qualifier de
m.odeste a un point opti-
mum ol les d-ux pays tire
raient les avantages natu-
reil dc la proximity, c-A-d.
des advantages comparatif..
Quant a la balanc- com
m reiale entire les deux
Pays, elle a 616, disons, du
rant la pi.-niirer dectnnie
des annees 60, en trei, gran
de parties, pour la plupart,
favorable a Haiti Ce nest
qu,- dans lrs annees 70,
qu'op commence a avoir
vorable a la R6publique Do
minicain-, (R. D ). Ca. si
vous voulez bien, ce so ,nt

(Voir suite page 2)


I t usI c- I


Une solution applaudie

par les chauffeurs et la population de

Petionville


Ce martin, 1es chauffeurs
des camionnettes de Pition
ville avaient adopIe une at-
titude qui indiquait claire-
ment qu'lls rejetaient une
nouvelle fois les meSures
annonc&es encore hier soir
a+ la reunion d 1'Edilit6 de
Petionville.

Grace a la haute interven-
tion de Son Ex. le P-es dent
a Vie de, la Rdpuhliique et
compete tenu des r6alit6s et
des sentiments de la gran-
de parties de la population
petionvilloise, le retour au
Statuquo ante a ete decide.

Les chauffeurs ont repris
le, traffic et a leur arrive
it Ptionville ont ete ap-
plaudis par la grande-fou
Ie des Pdtionvillois mas-
ses des deux c6tes des prin
cipales voices de la ville.
Ce martin encore, les au-
toritds de Petionville ont


voulu teunir main forte i
leur measure dccrfrce hlter
soir. Deux chauffeurc ostf
meme 6et sancutonnei- 1)'ciu
la reaction immediate de
1'ensemble du group r--
son intervention par de--
vant le Prdsldcnt a Vin de
la Republique.

Comm- nous 1'avion. ou
ligne dans notre edition
d'hier, ce n'itait nirm
pas un afaux probl rnes. 11
n'y avait pas du tout d,
problem de circulation a
Petionville oi le traffic se
'ait normalement De plu,.
nous avons souligne quo
le point de vue de la gran
de masse d-; usagers etact
ce qui important au premier
Chef. La manifestation de
la population applaudia-
sant a la mscure de sages-
se du President a Vie de la
Republique, justifie notre
opinion.


Intervention
heureuse du
President
Jn Claude
Duvalier

Nous, avons, dans nos pre
cedente& editions, fait 6tat
uu problbme de la circula-
tion A P6tion Ville, problA-
me cree en raison de di', cr-
gences intervenes emire,
d'un c6te, les autoritts mill
talre et civil de Petionville
et de 1' a u tre les s
chauffeurs des camionnet-
tes publiques de P6tion Vil-
le.

Ces derniers, comme nous
l'avons dejA souligne n'd-
taient pas d'accord avec les
recentes measures selon les-
quelles ils ne devaient pas
pouvoir aller deposer leurs
passagers a domicile, de-
vant suivre un itineraire
qui, selon eux n'ctait et
ne pouvait Atre ni dans
leurs interests ni dans les in
terts des usagers.
Samedi dr-nier. au course
d'une premiere reunion A
1'Edilit6 la question avait
ete debattue. Elle I'a ete une
second fois a la reunion
d'her soir au local de 1'Edi
lite de Petion Ville. Du
moins, elle ne fut pas de-
battre, ma's exposee par les
Membres de l'Edilit&
S'estimant insavtsfaits les
chauffeurs en grand nom-
bre se sont regroupe- ce ma.
t'n d'abord devant le Palais
National etnuite au local du
Department de l'Interieur
oil ils ont Ate rqcus par le
t'tulaire de ce Departunment
Me Aur6lien Jeanty.

S'adressant, quelques plus
tard a es ouvriers du volant
le Secretaire d Etat de l'Inte
r eur en tant que porte pa
role du Presidect a vie de la
Republ que leur dit que t"
Pre'dent Duvalier a5prccie
iordre et la discipline don't
ils ont fait precive en la c'r-
constance et que son devoir
en tant que Chef d'Eiat est
d'assurer la protection de
ceux qui travaillent en har-
monie avec les loi- et les re
elements en vigueur.
Le President Jean Claude
Duvalier, poursuit le Minis-
tre Jeanty vous autorise a
regagner votre centre de tra
va. 1 a Petion Ville oi vous
pourrcz circular librement
en empruntant' les voies oil
vou: -tes c-usceptibles de
trouver des passagers et des
facilities a uvs activities,
Vou- pouvez desormais et
come par le passe suivre
ios itineraires hab'tuels lans
'ordre et la d'sc"plini

Ces paroles du Secretaire
dEtal; de l'Interieur furent
alutes par de vifs applau-
dissements. Ce fut alors une
manifestation de joie unani
me de la part de chauffeurs
qui regagnerent P6tion Ville
au cris de vive Jean Claude
Duvalier.

Jusqu'au debut de I'aprds
midi le manifestations s'o
poursu'va;ent encore a Pd-
tion Ville.


vers 1'image d e marque de.
notrp pays. Et c'est aver un
talent d'une quality rare
que vous offrez a la dilec-
tation def, uns et dcs au-
tres les histoires les plus
droles qui out vike ramson
des humeurs leI plu-i audie
res et porte voa lect-urn a
se debarr.isser de lIurn ta-
xines cn ejquisant un oan
rire libirateur.
Pourtant, 1I ton enjou-
de I'enseimnle n'rnitlve pa
ad iReflets d'Illlil so-n ca-
pect serileux. C'st une corn
tribiuton apprrciablic t 1

(Voir suit page 8)


Oraison funebre

prononcee par lirigemnieur

Harry Tippenhauer

SUR LA TOMBE DE L' ING. MAURICE SALOMtON


Hier out ete celebrees les
obseques de 1'ingenieur Mau
rcee Salomon, Professeur
pendant plus de 25 ans a la
Faculte des Sciences et a
l'Institut Technique Richard
Leconte
L'Ingenieur Maur:ce Salo
mon a fourni un travail gi-
gantesque tant en sa quali
te de Professeur que com-
me Pres.dent de lA socia-
tion des Ingeneurs et Ar-
chitectes Hattdens.
Nous avons le privilege de
publier le dascours funebre
prononce par 1'Ingenicar-
Architecte Harry Tippen-
hauer au nom du dernier
Com'tA de l'As-ociaticn des
Ingdnieurs et Architectes
Ha tens don't l'Ingdnieur
Salomon faisait parties.

Mesdames, Mesdemoiselles,
Me-sieurs,
II m'e-t trts p6ntble de
prendre la parole sur la tom


be d'un canilarade dv -
bclt tel que M:urce Salu-
mon.
Ne en Novembre 1903, Mau
rice Salonmon ftl Je btrlilai
tes etudes prnimaircs elt :C-
condaires a 1 Insttult on Sit
Louis de Gonzague, de -er!c-u
se. etudes untveritairei a
'Ecole Speciale des Travaux
Publ:cs de Parts. Revenu au
pays, il a dirlge le Bureau
dEtudes def Travaux Pu-
blics et fut membre dc la
Commi.sscon d'Enquete 195c3-
1957. Nomme Profe sCur a
la Faculte des Sciences 19i-l
- Professeur a l'Institut Su
pereur Trechnique d'Haiti 11
a ete elu President de I As
sociation des Ingenteurs et
Architects Haitiens.
C'est prccisement en csa
quality de President de l'As
soccation des Ingdnieurs et
Architectes Haitlens et en

(Voir suiite page 7)


SCL


atJ L


UB SODA


TONIC WATER


Schweppes le meilleur Soda et Mixer du monde.


BITTER LEMON


GINGER ALE

- D.M. f4-Pftf~ffffuhMIW--lf* MWFVf


A IPauteur de ,Reflets D'Haiti.


.. _...~...-~p-1.~ '*L


Ir


Monsieur Bervin,
Je suis encore sous le
charine de la liepture si en
richissante de maints cha-
pitres de votre livre ((Re-
flets d'Haitic. Tout d'abord,
1'ecrivain etincelant que
vous 6tes, trouve, des tour-
nures les plus elegantes,
le plus fines pour presen-
ter e-s delicieuses anecdo-
tes don't est truffle 1'ouvra-
,ge qui se lit de bout en bout
avec Ir plus grand plaisir.
c(Reflhts d'Haitih m'a per
mis de faire connaisaancee
avec le diplomat qu! a
beaucoup voyage et prcsen
te a des publics les plus di








AVIS AUX AMATEURS


UN NOUVEAUl SERVICE


Tous les frbmages .
de France
YEN VEN'TE D'IRCTI'E,


SARRIVI E C(IAqU S.MAIN. I )E PARIS
|(KAC, At' CONCOURS D1 1
i 1H N<1 f.AUC(A t) EltFRIGERE



Commander Tel : 2-1809
LE BISTROT.

LEF MANOIR, 146 LALUE
Venez nous voltr
-- ^- ^..ec ,- r '.f..."^, '.. ^-


(suite do la lre Pagb)

uine Int6roenmatte entit pour
notre milieu.

De cette nitin sent nos
huit enfants, don't six soent
actuellemient vivants, trois
filles et aitant do garqons :

lo) L'ain6e Marc Etienne,
etoionilste de l'Univetslt6
de ilaward, mari6 a Made-
imoiselle Magiy; deux en -
fants;
2o) Luckner, comptable,
a 6pousi Mademoiselle Fou
chard; deux enfants
30) Madame Girard Dau-
phin (Adeline) : una enfant;
4o) Madame Claude Fi -
quiere (Ghislatie), Business
Administration; cinq en -
fants;
5o) Madame Lambunier,
(Claudy, professeur) deux
enfants;


Go) Pierre-Claude, In
nieur-4rchitecle, a 6p
uno mnexienihe. Mademn
le Herrera, cinq eniant
En tout dix-,.pt petit
fans.

En oulre Monaieur et
dame Claude Etienne o
diifi la. Boulaigerie So
Marc avec les Organis
qui en dependent. Elle
tittlue le substractum su
quel repose la famille.
occasion de son cinqur
time anniversaire, en a
1979, nous en reparle
plus amplement.

Le couple qui a ob
tant de success, apris c
quante ans de marriage,
ritait qu'on fetat leurs
cds d'Or. En effet, une I
se d'action de grivces co
16bree avec trois pritres
furent les Riv6rends I
Isidore, Superieur de Sa


Les noces d'or de M.


Claude Etienne et de Madame, nee Anna Thiesfield

g6 Jean Bouco, LRgalle, LeUpl tea. inombrubles solent-elles. i % qiual ldirnn,
pousq nasse qul a granite avec Ma- On renmarqun;i dans I'ns- Semblant le. ddfl-r. pielinne rnnde, lt. rl qur e
aisel dame Clanue. sislance, Irois anciens minis doe srenitc qui eat le lind tahiliei r Stt tutit
ts Ce dernier, dans Une ho ties, MM. Clovis Desiinr, doe as nLlure olvinplenrle. nrnf de I'rtsi
s en melic, pleine de hautes pent SI. Fitfmin, Thcalud; L'Ilng elle lie ,. de>.ourag.e ji J.11. Mdiiianit,
sees. filicita les cpoux d'ia nieur Emmanuel Mkliaud minal. Soul~nu par unie /Ielile ilnrirr'e t -,.i
voir reoalil- leut program el Madame, Mesdame,, Luir tmpagne C'laude nt, perd Joulr.. prr.renilr. r
Ma- me dec vie el ouuhaite que Born,o Olg.t C. Larrieux; j.mamis sit podiilratlion. et[ nlntini tllrntif
unt 6 leur prog6niture- suive 1'ex Mademoiselle Le.a Bonuy, tri'ellel4 q re silent les rin-i r set 'I, Ini 1 11
alint- emple idifiant qu'ils consti Madame Manfrid ltomm. litgences, tenant c'omige 1n relt'il lr \rs%.
smes tuent. les dcrleur.s 'ergn:uid Peint doi reel. 11 met -un eprrit enii% UN i'.liI. I t 1I
cons La cereimonic s'est derou Claude Na7on11. les Reve :tlinpague pour les, tlouiiner MAN((II. V 1 itt
r le lee devant unle assistance tends Perre \ltits. Curd tie ("Cst pouri.oi le '!. Septelim Di 'I'TI'h.i,
A distingude commVos6e de pa- i'Eglise Saint-Ives, le Cur b hc marqtuant la dale u'an- ( es)t pour reNr
an rents, d'amis intimes, deux de Sainte Bernadette, plu niversaire du marriage du lesc nIt.iir If-
avril douzaines de soeurs, de Saint sieurs religieuses et d'au couple, esA un jour de trion) feter le couple t
rons Joseph; de Lalue; de la Ma tres remarquables person phe. On dIiit.i que cette da- tembre, le cinqui
deleine et de Elie Dubois. nalitis. Au champagne, te, portarit bonheur ik' tous niversatre de Ic
De beaux chants plongerent dans Un discours elegant, ceux qui lament leur ae La charity la
tenu 1'ame des fid6les dans 1'ex- plein d'humour, 6maill6 de tion en e jour, les dirige sont I'apanaged
in tase. cons durations judiciu-es, vers les auts sommets. field. Aussi les
me, voquant les tapes parcou- Anna, i)aria (MG
no- Apris la messe, on se diri rues le long duI temps, Clau En con emplant les sue nand Magloirce
mes- gea 1'6tage de la Boulan de Etienne rendit hommage des qui jilonnent la route son -elles tou-11
nc6- gerie Saint-Marc, vers la a sa femme pour le can parcourue depuis ciquante dee<. Elles se
s qui belle residence des Etien course attentif, plein de di- ans, les epoux Etienne ont gees 1cur peinel
'eres ne, a. la grand'Rue; dans sinteressement, qu'elle lui le droit d'etre tiers ainsi que leur d'in nemli
lint- leur joli salon, ornce de a toujours accord dans 1'e- les leurs Ils ont donned une mille a tou0jnou
fleurs naturelles, artificial education des enfants et dans preuve concrete que c'est cussion dans 1.
les; de photos de famille, toutes ses demarches. sur la ftamille quest batie 1'autre. Madam
oin une magnifique reception les amisiont 6 heureux de clever non setul
fut offerte aux invites. Le la socilee, cette society qui fans iPec un
cadre est enchanteur et 1'am En effect, Anna demeure est la base des Institutions. matcrnelle mIa
bianece fort sympathique. le g6nie du foyer. Toujours Donc lal famille a droit iI nieces. cnusins,
De bonbons fins, des ga present, elle a toujours la plus large protection de 11 en c cel i m
teaux; des pats et d'exqui- cree le climate favorable I 1'Etat dans tous les pays. me Ferhanild
ses boissons firent leurs d6 son epoux afin d'assurer un Et c'est le souci de tous les lne nialiqle j;ar
slices. Madame Etienne, son brilliant destin a la famil- dirigeants qui entendent as ver lIa )nlirme I
maria, leurs filles et Mada- le et 6tre utile au public: surer 1'6volution de leurs lia mim:'lc tendr
me Paulette Salgado, nie Certes, elle est la femme communautes. lduiation tdes 'i
Thiesfeld, comblirent de de forte qui ne so laisse pas a Travailler et avoir une c Celle gnlrr
licates attentions leurs hi- battre par les difficultis si pouse qui suit vos demar vert les roneu
conquis beauro
I. this.


'-. .----<----



vouIs offre toutes ces destinations


au dbeart de Port-au-Prince


) ..A .


















KINGSTON SAN JUAN

DIM MER JEUDI LUNDI VENDREDI


-ANTILLEAN AIRLINES


Madsen Exp. Imp. S. A. Agents Gn'eraux


Phones 2-3476 2 0317 et 2 0028
aa a aa a 3 aa a


Les relations commercials


Haitiano Dominicaines


(anite de la lire page)

des cycles qui pourront ve-
nir periodiqutment. A une
epoque determinee, il y a
line baIana'-,'. comnlnerciu.l'
favorable a un Pays. A un3
autre epoque determined',
elle est favorable ia un au-
tre Pays. Mais, comillp je
voeus d is tout a l'heure,
oi ne gage que quant on
vend. On gagne aussi quand
on achietr, inoins cher. Ca
nous permel de jouir des a-
vantagLs comparatifs.

Q- Si je vous comprends.
M. de L .in, il y a en sui.S-
penls dans votre response
line question d'alternativie
d'avantag-, comparatifs. Est
ce que. d'apr'i' vous, i! n'ea-
pas nicessairement d'appor-
tr un correctif pour que
les avantages comparatifs
se fii-'ent d'une manlere si
multan7es. ,

R.- Je pense qu'Haiti
jouit aussi seulement dejit
des advantages comparatif-',
non pas Pn achetant moins
cher C' qui est un avail
tage mais aussi il faut
dire que noun.' achetons
d'Haiti une tres grande par
tie de la pite (ou) au si'al
haitiun. Or, la pite est une
culture qui demand beau-
coup de bras. Done, le comn
merce de la pile periet d,
vivre a beaucoup d'agricul-
teurs, de payanml haniutns.


Mais, il n'y a pas que la
pii., qui pourrait interesser
nos acheteurs en Republi-
que Dominicaine. L'artisa-
nat haitien e';t pxtr6mement
riche, a tel point que nous
apprenons d's artisans hai-
tiens. Et, si vous all's dan.,
des Magasin7s de (Gift Shopi
en R. D., vous trouverez pas
mal d'articleF, haitiens do
l'artisanat. C'est dans ce
sens-li, et tenant toujours
compete dpi notre interest a
developper le commerce
dans les deux fans que
le CEDOPEX a invile, a pro
pose aux Autorit6s Haitien-
nes concerns de tO'lnir une
exposition artisanale e San
to Domingo. Et. pour ce fai
re, lh CEDOPEX mettrait
i la di'lposition des organic
sateurs d'une tell exposi-
tion la collaboration de no
trc personnel en R. D. et h
P-au-P. L'exposition pour-
rait se tenir dans nos lo-
caux mime au ,ige du CE
DOPEX, a Santo Domingo
oil nous d;sposons d'une
salle d'exposition qui pour
rait convnir aux products
d- 1'Art;sanat Haitien ou
auitre. C'e'lt-a-dire, a 7i'im
porte quel autre product
ouni pourrait pre-inter un in
tnr&t pour lPs importateurs,
les industries dominicains.
Q.- Comment,i lelon vous,
pourront volu," les rela-
tions entre Haiti et la Ri-
/publique Dominiscaine ?

R.- J'estime ln'un jour.
on pourrait arriver i une
sorte d'entenlte de fagon a
organi-.r- notre commerce
reciproquu iur ia base des
productions re'pocti;ve de;
deux pa.s. (a 'oudrail
dire qu'on pourrait s'entn


dre sur certain products
dominicains et haitiens pour
lesquels il pourrait y avoir
un traitement prifirentiel
quand ces products se r1i-
dent dans le territoire de
l'aure Pays.


Q.- Est-ou? que vouch pou
vez nous parler de 1'organi
station de c'tte exposition
qui est actu?,llement ell
cour-, et qui prendra fin
jusqu'au 30 Septembre.

R.- Je dois d'abord vous
dire qu.o cette exposition a
ele possible grace a la col-
laboration que nous avons
rescue des Autoritls Haitien


m?-. Et je repete ici 1
roles du Directeur E
tif du CEDOPEX, M.
to Martinez, qui a d
soir m6me de l'ouvertu
1'exposition que c t &
men) n'aurait pu sr,
ser s'il n'avait pas co
sur les plus grandes
lites de la part d-s a
l6s haitiennes. p-rm
ainisi que le comp
naturslles d'une ",xpo
comme celle a la
nous. assi-tons. soi.'nt
tes iL icur plus faib
pression.

Nous avon- te71u ,i
1'exposition soit une
tion la plus domino


SUPER SPECT

HYPNOTISEUR MONDIALE


Artiste ivrenoiiiPe

aui mode.

du thealri"


et b la ttle'isioii


051


Apr(,s 'del.x liiheuri 0)rn )
ices n "0110. 0)1 at *'i "'Ii 1
et sa.ltisf;.it lde ia rs-cpfin )
La I I: nifesIt i.)n 1I lnifr ia -
1 le IN 22 Sept-mnlbre derIlcr
xRobecu- marqua't le renouvelle -
Robrment iu seriment de fldlaitB
tr prete il v a rinq d'ennie'-,
S une reaffirma'tinn de IVena
el'll -
nrali- gement d'etre continullel -
ompte ment l'un a c5'' de l'au're.
faci- afin de conlinuer la 1utte
autori- pour l'existener par unle (col
-ttant elaboration pffiace FFilI
1,..it suligne kalement un mn,-
uslioi dle u les e nfant doi'
tuelle vent in'iter iour' pnurui0-r0
rduri 1'ceuvrae aiter'le et la f-ai
1- ex- re frcctifier C'e.t au'.i Ie
prolde ded fe-tivit,. qui
marqueront le rinquant(.rm1
ann'ver<,'ire o 1a Boulm- -
ce que ger:e Saint-Mare le 251 A
expoai vril 1979.
nicain. 1, (; I'll




ACLF

;MENT CONNU


N




II


p..r^ ... '---


SJ r\ r'
a- i -ii'.:f


I REINCARNATION -



A 4 compl du. .i ndu



Dimanche.

S10 h A.M. Matin6e special poutr enfant : 2 Gdes 50
8 h P.M. : entree $ 2.00 et 3.00

RESERVATION DES MAINTENANT AU CINE COLISE
1 -


. I --- -.:: -1 -I .-.. 4.- 1. -


nit lr t 1

ri lr t rtl .
Otlaumr Far
) lIrinla 1t
lie irl i( r



\Itt Pa
1 lat l

l re ti.,la qle
parenttv rt
ln c0 2 Sep
ln atttne an
ur tnsarloi.
I sollaritRe.o
des Tllies -
irnin scilur',
adame For -
Sergalna re
urs norral -
,ont part -
etL la 1da -
re de la fa-
rs sa rperar
t coclir do
e Etiennel a



irnt'.l OurA
e sdo iituden
me de M ,la

lais d air a
lcrveilllanl.


ict Inr a 011
's et olur a
uip i10 'yimpA


Le grand GEORGES


AU CINE COLISE





HYPNOTie -J'


___ I~L9_ --aa6rs~-~1114bb -~i~IID~B~sllll( pl~-II/IP----9--a~ ~~~__ -


11M81 hlA6W










CEDOPEX



I 'indlustrie dominicaine connait un formidable


essor grace a une technologies


qui suit de pres celle


des grands pays industrialists.



C'est un march tout


proche qui s'ouvre aux


industries et commercants haitiens.


Le Centre Dominicain pour la promotion


des exportations (CEDOPEX)


present sa deuxieme exposition industrielle a


Port au Prince.



Voici la liste des products exposes:


-- Adhesiks industries

-- Articles en Fibro-ciment

-- Articles en plastic moule

-- Cables electriques, tuyaux PVC

-- Conserves alimentaires

-- Chaux hydratee et chaux agricole


-- Climatiseurs

-- Cuisinieres a gaz ,BOMPANIB

-- Chaussures, formes et parties

de chaussures

-- Imitation de cuir et vinyl

-- Fil de cotton


-- Aliments equilibres et concentres pour -- Emballage en paper, carton


animaux

-- Produits chimiques industries

-- Levures



-- Mufflers et profils chromes



-- Transformateurs de distribution

et de puissance

-- Refrigerateurs et congelateurs

domestiques et commerciaux

-- Meubles


et plastic

-- Engrais chimiques

.. Produits cosmetiques et

pharmaceutiques

-- Formes continues et cartes

perforees pour ordinateur

-- Machines a Eabriquer des blocs


-- Charcuterie


-- Produits de nettoyage industries


Laboratoire d'analyses industrielles.




IIeme EXPOSITION


INDUSTRIELLE DOMINICAINE


a Port-au-Prince


ROYAL HAITIAN HOTEL


23-- 30 Septembre 1977


de 9 h 30 a 18 h 30


- -------------


Les Relations Commerciales
Haitiano Dominicai,,s
t-(S iltfe ire I t l .h ll,.'r i


VOTRE HOROSCOPE
V Par Frances Drake


VENDREDI 30 SEPT. 1977


21 MARS AU 20 AVRIU
(BELIER)
De la moddralon. Ne cher
chez pas le- dtraisonnable
et ne permettez pas a vo-
tre Intelligence de fair un
effort physique qui d6passe
de sages limits.
21 AVRIL AU 21 MA5I
(TAUREAU)
Sur le plan de vos ambi-
tions personnelles, belles
perspectives. Accepted l'aide
et le conseil d'amis qui s'in
teressent oh vbus.


Il
p
Vi
bc
e|



fl
VI
gE
a
S
A


(22 MAI AU z JUJIN) 'q
(GEMEAUX) tt
Une intuition nouvelle U
peut vous mener au grand d
success ou a de plus vastes v
avantages. Une belle influen d
ce de Mercure stimule votre
sensibility et votre intuition. P
22 JUIN AU 23 JUILLET P
(CANCER) m
i:
Si vous essayez de tracer v
votre route par des m6tho- C
des non conventionnelles, r
vous irez vers la mesenten
te. Vous avez des tendan- l
ces gentralement conserva-
trices mais il y a actuelle-
ment une inclination vers
l'indiscretion.
t
24 JUILLET AU 23 AOUT'
(LION)
Activity de group favori-
see. La conjoncL:on indique
que le moment est venu
d'avoir de nouveaux et sti
mulants contacts.

24 AOUT AU ZS SEPTEMBRIF
(VIERGE)
Saisissez la chance qui
passe pour de meilleures
conditions de travail ou
pour un advantage marginal.
Prendre en main une Ltche
supplementaire qui np vous
a pas Otk demanded hbte-
raiL les bons r6cultatl.
23 SEPT. AU 24 OCT.
(BALANCES)

Les questions mineures se
ront au premier plan et
leur solution sera un grand
succes ulterieur. Quoi que
vous tentiez, done, faites de
votre mieux. Et seyez pret
devant toutes circonstances.
24 OCT. AU 22 fOV.
(SCORPIOn')
Des s tuatiuns tvolvent,
des solutions normales cian
gent. Ag'ssez. Faites vote
effort mais discretement.
23 NOV. AU 21 DEC.
(SAGITTAIRE)
Voyage favorite. En fait,
tout replacement entrepris
vendredi repreoentera une
experience exceptionnelle e-
hautement stimulante.

22 DEC. AU 20 JANVIER
(CAPRICG-NE)
La controversy Fera ennu
yeuse mais ici votre inteili
gene vive. logique vous ai
dera. Jouez vos meillsnurs
at6uts et laissez b, leur pla
ce les obligations mineures.
21 JAN. AU 19 FEV.
'VERSESAU)
Journey notable pour p:6
senter des idees nouvelles,


es plus anchlnnes au-sl
our tirer ce quelles peii
ent encore contenir de
on. Vos dons seront nis
n lumiore.
20 FEV. AV so MABe
(POISSONS)-
Conjonction favorable
sais la precision et le
Lair devront marquer tous
os actes et decisions Voya
e et activity social tries
vantag6s.
I VOUS rTM 1q
UJOURD'HUI :
Les Balances sonL votre
ymbole, Venus votre plane
e, representant la beauty
t 1'amour. Toute absence
'harmonie autour de vous
ous dlsole. Vous manquez
e combativit6 et vous vous
esolvez difficilement a
prendre des decisions car
ous pesez et balance le
pour et le centre calme-
ment. Dans ces conditions,
1 vous est impossible de
ous decider sur le champ.
Cette hesitation est consldW
ee par beaucoup come
in signe de faiblesse mais,
Ine fois la decision prise,
aucune puissance au monde
ne vous fera changer d'a-
vis. Cette disposition exas--
perera parfois autrui, sur-
tout si votre decision se rd
vele inopportune. Rdfldchis
sez. I1 y a beaucoup de sec
teurs oil vous excelleriez
mais notamment la litttra
ture, le droit, la jurispru--
dence. 'la peinture et le
theatre.


pourible, c-it-d, quoe Irs nr
ohlte Ie qul I'ont im erikis
hon doe In HI pihli, l Do-
mniinlc -ln 1. II n 11 11-4'r I 'l
module adople d ni,, pr -
dulsH et i ul o iu 'npliivi .1it
totality du mnut'ie-l imldltm
nicaln. Le pliitc. nA iur
nous appelon, I ierl-in
pla-T, tout (Ci vi eilnt la
H. D. Lem desi -, et 1.i I .
stage sons nussli donihlni iin
Q- Comment, t %-trPl
avis. a ele I cil ciIU l (iI
public 'llaitin ?
R.- Nous somnves tris sa
tisfaits de 1'lnteret port
par le Public Haitien, les
Commervantit, les Importa-
teurs, les Industriels a cct
te exposition. J'estime quei
nous aurons des resultats
non pas seiulement du point
de vue commercial mais
aussi du point de vue de la
.comprehension muluclle en
tre nos; deux peuples. Nous
avons voulu que l'ouvertu-
rej de cette exposition soil
coffee par la presence d'iim
pprs4antis persounnalit s
liees a 1'Economie et 1,"
Commerce de la R. D. Et.
c'est justemtPit pour c-la
que nous avons eu, cc soir-
la, la presence de- noter Se
cretaire- d'Etat du Commirr
ce et de l'Industrir. d, no-
tre Directeur Executif ldu
CEDOPEX, de la Soiis-Sr-
cr6tairpe d'Etat des Affaires
Etrangeres, du Pr&el-hnit dec
l'Association des Exporta-
tours dominicains, et de per
sonnalites du Mondr offi-
ciel et du Secteur Privw do
minicain.
C'est parce que nou-- soni
mes tres satisfaits qu" nous
tenons a remercier le0 per
sonnalites et Autorites haii-
tiennes, le Public haitien


Il r I I, N \ I, I 1. .. I i
i r ll l" i Il 1 i II 1, i

I .r I r l li i ,', s i.

Iter i 1st I nc l. ,
h .ei e l' i I .l> l hl I' ,.I

,r, 11. r i t 1.h I t t n ,

eIt, Ig, le s li ni| e it l I
.Ilia I ,ur -

.liltr r, l in'4(l i t,
Q- eau rt)-lirioait
ajouter i i lqrsus a .5 s
tres A ii' Ie L in
Ri.- IEhs hi-- 5 i
rem erier la tDire o ii

$. Augwnll qul, nin H on
nie trt"L gentimenh | A p -r
tuniii 5 sm iair- ., 1 i
bice haimt pjiur xpo-r
quelque s ider iur c-1, ',
poshi iindu t ri cA t ,I 'ni
ili aiam' .la x n a usq
Prince l- thtac dns tV im
pirtanorss i I iri ano sc
nn ,t ite i nl s a, on ( arri
ver ai yu v tre irand no. hr,
'|haitirn% r et r, l c r r4 ,
f'r -queltrqu ir -, r I
) -sollu rI-ndr i v tv it si h-
Rloyal lov:ian o11-1 "ii
si- s -ronqsi ju atit i m vi
(it 30 Sptrmibre jpe -f
t, (-a- le 5ur5i du d o Is- n
PEX (i t laiti im cr, d-
p is Avril 197 i, at l
Prmnc sr fi-m- iLt slo
sition d0 Sll I -,
cants, Indutriel. t Iump, r
tI atIeurs lasstio I tAlls




























ET l
g- --






























ET -...


AVIS
La Secretairerie d'E'tat
du Commerce et del 'Indus L'Ecole de Commer
tri porte an la connalssance UL IjUIilId-C c
du public en general et des
universitaires en particu- Julien CR AA
lier qu'un concours sera orJu i C A-A L
ganis6 le lundi 10 Octobre
en vue du recrutementde OFFRE LES COURS SUIVANTS 1977 1978
fonctionnaires stagiaires a ) St-iographie Franqaise urs rt
pour Ie enforcement des b) Se'nographi r AnglaSe Gre g
cadres de son Administra- b) Dactylographie Angllse Tra
tion. c) Dactylographie Bilingue --Trav,y : d .-
A celt effect, un registre d) Secr6tariat Commercial
d'inscription est ouvert au cation et de Correspondance C(immcrcia-e
local du Centre National e) Secr6tarial Office Practice
d'Entratnement en De6elop % f) IBM Key-Punch
pTniint Economique (CO g) Comptabilite Americaine Twenty Fir t Ceitr:.y
NADEP) Lalue, No. 277 du Bookkeeping and Account:ng)
mercredi 28 Septembre au cs 1) Accounting Principles (Comptabillite rat on-
mercr -di 5Octobrs exclus- nelle
vement. f i) terediate Accounting nelle
Les inttresses sont pri6,I)Intermediate Accounting
de se presenter munis des j ) Cost- Accounting (Co^nptabilitd des pr!x d-
pieccB suivantes : revient industrial)
Acte de Naissance k) Auditing
Certificat de bonnes -- 1) Applied Business Mathematics (Arithmetique Corn
vie et moeurs-
Dipl6me do fin d'dtudes merciale (Systtme USA)
secondaires (Baccalau m) Business Management (Gestion d'EntreprTse)
r6ut 26me parties n) Business Law (Droit Commercial)
Dipl6me ou Certificat o) Anglais
d'Ctudes supdrineures RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIU NS tous les jours, sauf le Samedi et
Les candidates devront les jours fnrits h L'ECOLE DE COM1MERCE JULIEN CRAAN, Avenu. ChrL-
tre ets de moins de trelte tophe et Rue 6, ou & ses Annexes du Cap-Haitien, dp Port-de-Paix, des Go-
(30) ans. nalves, de Saint-Marc, des Cayes et de Jacnmel.-
Secr6tairerie d'Etat du
Commerce et de l'industrie. O e.S.ODDD.oaa J'


~a~4~L~ ----~------~-~ r.an, --


0309~n~-----*~mm~Ku~aba~s~~:


%Bllnap--~ dasuaui~~; ~ uC~rs-aw~~mhb~Mme ~ I


Lad








I


I


~10501 Cr


---'


Kp^--

I ___ ^



'h


X%%W6~YO~V~1 00~/~O~C~-~C~LWLC5'


LA MAISONV





CLA UD EDbLIVAL


DUVAL TIRE DIVISION VOUS INFORMED


(BANDAG M'A ETE RECOMMANDE PAR UN AMI LORSQUE JE LUI

Al DI37 QUE LES PNEUS DE LA VOITURE QUE JE POSSEDE DEPUIS

SEULEMENT UNE ANNEE CREVAIENT CONTINUELLEMENTn, NOUS

AltIRME LANDRY CHASSAGNE, EXPERT COMPTABLE A LA

U.S.A.IDo J Al ETE SATISFAIT DE MES PNEUS BANDAG DEPUIS

LEUR ACQUISITION, MAIS C'EST SURTOUT MAINTENANT PEN-

DANT LA SAISON PLUVIEUSE QCE JE REALISE LEUR REELLE VA-

LEUR.


GRACE A UNE MEILLEURE TRACTION, ILS M EVITENT LES PATIO NAGES D'AUTREFOIS. DE PLUS, LES PNEUS BANDAG M ONT COUTE

MOINS CHER QUE DES PNEUS NEUFS.





SL'JHISTOIRE DE BANDAG



L'HISTOIRE DE BANDAG COMMENCE AVEC LES MEILLEURS BLOCS DE CAOUTCHOUC ET LES MEILLEURS PRODUCTS CHIMI-

QUES. SOUMIS A UN STRICT CONTROL DE QUALITY, CES MATE RIAUX SONT SOIGNEUSEMENT ET UNIFORMEMENT MELANGES

DANS UN BANBURY.


LE CAOUTCHOUC EN SORT EN FEUILLES ET EST SGTUMIS A DES EPREUVES DE LABORATOIRE AVANT DE POURSUIVRE

SON CYCLE. LES FEUILLES SONT RETRAVAILLEES ET LES BANDESSONT LIVREES A LA PRESS DE REFOULAGE QUI LE?
;- ', s-niso -' s. .t a .
TAILLE SELON LES LARGEURS ET EPAISSEURS DESIREES. CES PIECES REFOULEES SONT RECONTROLEES AVANT DE PASSER

AU STADE DU MOULAGE ET VULCANISATION.


INTRODUITES DANS LA PRESS HYDRAULIQUE BANDAG, LES BANDES Y SONT VULCANISEES A LA PRESSION DE 45 Kg.

cmZ POUR OBTENIR UN CAOUTCHOUC D'UNE TRES HAUTE DENSITE. CE NEST QU APRES UNE VINGTAINE DE CONTROLS

DE QUALITY QUE LE CAOUTCHOUC BANDAG SERA EMBALL, ET EXPEDIE AUX ATELIERS DE RECHAPAGE BANDAG






GARANTIE

1) Un pneu Bandag vous garantit autant de kilomitres qu'un pneu neuE.

V 2) La Duval Tire Division vous garantit le pneu Bandag centre touted, malfacon

cNewy Worlds Publlcit6


oaab'3~TLct a:U ~ iun-mtf


AVIS AUX FIRMS SPECIALISEES EN Commentaires du

EQUIPMENT MEDICAL -Washington Post.
D sur la cruise de la
Departement ie la Santd Publique et Gauche en France
de la Population
......................'


Unitt d'execution et de coordination
PROJECT DE CONSTRUCTION D'ETABLISSEMENITS
DE SITE DANS LES REGIONS NORD ET SUD
DE LA REPUBLIQUE D'HAITI


part / h 50 a.m. vers M AM


6. Accorder douze (12)
mois dej service et d'entre-
tien i 1'6quipement.
L'appel d'offres pour la
selection de la fire spe-
ciolisee en equipemrn.nt me-
dical sera lance vers 1977
et les plis ouverts dans un

FMI-Banque :
La reliance repose
sur ,trois pays
forts,, selon
Blumenthal
WASHINGTON, (AFP)
Le Secretaire americain
au tresor, Monsieur Michael
Blumenthal, a declare mar
di que la responsabilitt de
la reliance de 1'economie
mondiale continuait de repo
forts : les Etats-Unis, la
ser sur les etrois pays
RFA et le Japon. Les autres
pays, a-t-il dit, doivent en
general eviter une reflation
massive.
La strategic actuelle du
redressement economique
consisle a demander aux
pays i economic forte de fai
re le maximum pour stimu-
ler la demand tandis que
les pays en difficulty pour-
suivent leurs programmes
d'ajustement, a ajout6 Mon
sieur Blumenthal devant
1'Assemolee annuelle du
FMI. (Fonds Monetaire In-
ternational) et de la Ban-
que Mondiale et, par la sui
te, lors d'une conference de
press.
Le Secretaire au tresor a
souligne dans son discourse
que 1'economie americaine
connaissait cette ann6e un
taux d'expansion superieur a
celui de la plupart des au
tres pays et que ce taux res
tera bon lan prochain. I1
a egalement insisted sur 1'im
portance du deficit de la ba
lance des comptes courants
americaine don't il a note
1'estimation, chiffrte entire
16 et 20 milliards de dollars
La preeddente provision
etait de 12 milliards de dol
lars.
le Secretaire au tresor a
soulignue la responsabilite
des pays aux balances exce
dentaires allusion sur ,.
tout a la RFA et au Ja -
pon dans 1'ajustement
des balances des paiements.
par les measures prises re -
II s'est delar ((e ncourage)
comment par ces deux pays,
mais a refuse de dire
qu'elles 6taient suffisantes.
Si 1'on veut que la strategic
t-il dit, (les pays exporta-
de l'ajustement aboutisse, a
teurs de petrole devront fai
re preuve de moderation
dans leurs prix)).
Le Secretaire au tresor a
galiement mentioned les
points suivants :
Une meilleure coopdra
tion est souhaitable entire
le FMI et les Banques pri-
v6es.
Les Etats-Unis sont
prets t accroitre leur aide
au dlveloppement, mais ils
souhaitent que les pays en
voie de developpement fas-
sent plus d'efforts pour s'as
surer que leurs pauvres pro
fitent Igalement de la croiS
sance. Js continueront a te
nir compete des droits de
1'homme dans l'octroi de
,i'aide bilatorale ou multila
terale.
I faut reviser entire -
ment les salaires des fone-
tionnaires des institutions in
ternationales, don't le FMI
et la Banque Mondiale, qui
sont en general trop Ole -
ves.


Dans le cadorod du program
me du DSPP pour la coois-
truction d'e/abliisement. de
sante dans les regions Neord
et Sud du pays, les firms
specialis6ees en 6quip Tment
medical et ligalement en-
registries en Haiti depuis
au moins cinq ans, sont in
vitkes A souroattre leurs qua
lifications et propositions
pour assurer les services
suivants :
1. Recevoir 1'6quipement
et t16 dipartager pour les
differences localittp.
2. Transporter 1'6quipe-
ment dans chacune des lo
calitts.
3. Installer 1'6quipement
dans lies locaux.
4. Etablir un programminge
d'entrainement port le per
sonnel qui utilisera 1'dqui
poment.
5. Elablir un programme
d'education aux hnures de
service sur 1'utilisatiun et
1'entretien de 1'6quipement
medical.


VI


lelai de 60 jour.., I
Le project s2ra finance
i'une part par le pret No.
447 SF/HA de la Banque
Interamericaine de' Deve-
loppemo'nt- an Gouverne-
ment Haitien signed le 13 6
vrier i976 et d autre part
le Budget de Dkvelopp'-
ment de la Republique
d'Haiti.
La listed des etablisse-
ments comprend : '
1 Centre de Sant6 et d'En
trainement au Cap-Haitien
1 Centre de Sa7tt6 de 50
lits a Jtrdmie
1 Centre de Sante de 20
lits A Miragotne
12 Centres do Sante de 12
lits
9 Centres de Sante sans
lit
36 Dispenslaires
Une liste detaillee des
localitts est soumise avec
les documents d'appel d'of
fresh.
PROGRAMME
DES SERVICES
Une duroe de 13 mois con
sEcutifs a partir de la date
de 1'ordre de dtmarrage est
privue pour les services
(non compris le service d'en
tretien).
GARANTIE
Une garantie (esp&ces, chd
que on caution) represon-
tant 10% du montant to-
tal de la proposition sera
require des soumissionnai-
res.
BILAN
Les documents d'appel
d'offres pourront itre ob-
tenus a partir du 16 Octo-
bre 1977 moyennant un pay
ment de $ 25.00 i I'adresse
suivant :
LUnit6 d'Execution et ide
Coordination.
D4partement de la S n-
tU Publique e! de la Popu
nation Port-au-Prince.
Haiti.
Les soumisions s-ront re
cues jusqu'a 11 h. A.M. 1'eu
n- d'Haiti, le 15 Decem-
bre 1977 dans les hbureaux
de l'Unit6 d'Execution et
de Coordination, DSPP.
Dr. Francisque MILORD.
Directeur de 1'Unite d'Exe-
cution et d,. Coordination -
Ddiparterrient de la Sante
Publique et de la Popula-
tion Port-au-Prince. Hai
ti.

Chambre de Commerce
d'Haiti
Reconnue d Utilte Publ'que
Communique
Le Bureau Directeur de la
Cha.mbre de Commerce d li'u
Li prend plaisir ia informe-c
les homes d'affa'res 0e* l
public en general que I'Expo
sition Indu trielle et Aortisa
nale inauguree le 22 Soin'-n
bre en court au Centre PCi-
lote de Formation Profets-
sionnelle 6tabli a Varreux.
sur la Route de Damien 'es
tera ouvertc juosqual u T0 Oc
tobre 1977.
Les hcure. de visited .'ont
de 10 heures d n matin a 7
heures du sonr.
Le Bureau Dorecteur comp
te sur une freouentation i1
portante de 1 Exposition as
cours des prochains jours

Port-au-Prince, le 27 Sep-
tembre 1977.
Chambre de Commerce
d'Haiti
Julien LAUTURE
Secretaire


ILMJ -A


LE BISTROT


RESTAURANT -- BAR -- PIZZERIA
FROMAGES ET CHARCUTERIES DE FRATCB


SAMEDI SOIR

Ambiance dansante

avec (Bistrot Combo


VENDREDI SOIR
|Bistrot Shown

Cesar Cobra et les Girls du Bistrot


MERCREDI SOIR5

Soiree Dansante Accordeoa et
Musette d

CHAQUE SOIR

Piano Bar .-Ambiapce Musicale i


Fl77 7


Ilba~ll 1. I I r


--- ~,,---h"-"gL-"~"~--""-",,""---"--La~lR~C


.... . .


Irmr*rr~ )I~ -~l~)~n~L~,-~~'~~ -~~------`--`---~` Mlp3~53~33U~~5~L~~


-- --rrru-aprrrrPllssy3IPII*l; '.l~~sl21saui;ll~-.~~


8 an wa Ton ou.v.


,I;


L cl'l' a d la n-.it i 'll
uiii tie .11 dtli't' il it '1.IL


dI lL' Wo' hlrighin gli r I i
l.sti tll l. qIli ; .-. l

La qucrelle opposant les
difflrents parties tmet sa&6
rement en question leur-
chancesv de gagner les pro
chains elections, ajoute le
quotidien qui .ouniithi par
ailleurs que les raisons de
cette cruise irestent en g6ne
ral un mystereo.
I Selon le quotidien amnri-
ain, la main de Molicowu
qui ne sonhaite pa. voir dei
cotnmunistes ar,wecr 'au poi
voir dans un pays d'Europe
de l'Ouest constitue mo e x-
pIcation possible dc i rup
ture de la gauche, de mi,'m(e
qua la peur des comminil-
tes d'etre "avales, par Ic'
Socialistes.
An tout 6tat d(, cauwi.
pursuit Ic -i' I I.. In
dcux principaux Part (Ii dr
I'Alliance 'ont d(it aaZ d ,
choses I'un sur ialtti pouiir
lappelrr aux eiclectri qunc
les ditffircnce.s h titoriqure
protondes qu les i parent
n'ont pas change. I un i
un Part Democratttque, lii
tre ne 1'est pai
'1i1 rst encore poss'bi, qiut
la gauche gagne I'lIann'e, pro
chani on Frrhi i .i is ie
tin IC Washtton O"
,mais- Ics Part s do Ii (!: it
che t-ux-nni e ol' iion!t itL,'
nant d"tru't i r pr:it :I' l
atout, Iatmo phere de vlc-
toire rertaine et la force
dimpun lson pchtique elior-
me qu'elle fournissait >


Avis
La Direction du I'OYER
D'ART CULINAIRE arise les
interesses que les inscrip -
tions pour les Cours de Cui
sine latisserie Decora-
tion commenceront le Same
di 24 Septemhre prochain
ainsi que les inscriptions
pour le'- course de Decoration
qui auront lieu le" mardi ct
Jeudi de 5 hre-. a 6i lres p
m ou le samedi de 10 hre'.
a Midi. Pour ous renseigne
ments complimecntaire, -on
nez le 6-00841 Drilma%" '


GAGNEZ AVEC












D2+1 lj
a~TO-


I











Livres et lectures


,, ,c i v lant aitten

S I I I Port-llU -

,,; .. -; ir 4 ,-i> itr I L II rt
: 0 It l 'Ed -
IAct ion SoC le '

SA (E.ORXIIAPHItE
N ,:SIhA'ONEM&NTI.
a .* A le inol pro-
"**;>* rTI r o ltobie 1977
1,1A II Ii i' ('0 -

I F tIArTlI pour Iv
S l< e cycle.
a i t, i : i voir pai< tcinu
i- ll oil1, res' r
-lrp t l, IFn e[ret.
S : I Ipedagoi
t e ,- plus ur-
i i; dotor nos'
S, ; pt de lar
S, anul vl
hl i it le etl

; ;, -, ', MON p'AYS
t I rI(d




i ;n l ivr q111
S- d l cpren
*m- ,: it frironi ni elt

.1 nll t -



S: '.' i d )le
p i a 'Itlollrs coils

r i:p ei ill

L ESPA -
S I t ucie de
; ,:, :, r ,ir ai oc e
*" 51'al t l j 0U
!i (;' Angla


S :d I a

i l til l


S! I. i

r It It I Islr Ii's, 'II
I5 ''1 [ I'' -on o rin 1
S r I ', 3 1




ill]'," + ,' i i.,,, I 'li t l
.1L' i, I | ii I ( ii I. ran


5 rr lar ii i afl


i +if l- ,ro1 *- r l ii tl l r.
I+ i. 5l I. (; 11;( It 1 rlita
i 111 rli l, + (l I 1 l ai l olls
'Iitl I ,t]l t 'l nv s (' l Iran


n (


1;1 nI 11 1 i
iLir (|tiii.,i {: 1 I I oile
i l, tlt p o ln (t ollc 5 l


i ii cli ,rli,.. ao lu h e
'lii- I t *H d i 5V. de ni cdau ra
i ] '-ii L I cr a dle Iltte
I li pa ( Ihllt mei'can lis 6,







M' W" rf"JJ -':ip t ole tracasi



(5 iivs'o Angside ne Crallnt
ls. d.'empslyo iv e creole






hil ts les 10ilo qu'rl le juge

ins, p1 is chereF nov plover-
I'Ps 1'(ssl daorls m's henu a -
liur d faior. remaqia dle.
A i o qui trolveravaient
Slii popul trop pon pypouranne
( es fanlts de Georgne Angla
des da remloyea surpri e crdes
It atustis les. Les statistlques
deeantre nt os effect, qu sioce
e ont plus dheres no ponfants qui
descendent alor u certn vicat,
maurs ben dfaones adolescents
quA cux uapprtent a ntrer aienur
le rche tr pdu ousspouravail.
Les a r ves qu se urpre desn
tent au CEP talent de 20.
000 en 1974. Deux ans aprcs,
en 1976, ils talent de 30 000
leur 6ge moyen, (...), est de
15-16 ans. 0
volr dgalemont eLa gdo-
graph'e et son enoeigne-
menta page 12 9.

Le livre prepare d'une fa
gon mithodique et ryst6ma
t'que aU Certiflcat d'Etude
Primaire. A la page 42, neu
vi-me legon, on retrouve
quarante questions poses
au certifleat le' vngti d rnuI
res annes.
Georges Anrvlade a jugd
bon d'Illustrer le llvre avec


les plans- des principals vil
i iti soe ddroulent les exa
mnas du certificat d'ntu-
dit primaire, 1il ne nsgllge
r tn pour stuinuler 1'eleve a
lotuide. En effect, dans. cha-
que plan oni l1.1ut voir l'em
placement du terrain de
football dt ia vlllc. Quand on
sa t la place que tVent le
football dans la vie des Jeu
nes Haitieis, 11 ne fait au-
runs diutie qu'ls a.mcront
Ce llvre.
Enf n. le livre est a jour.
Du point de vue gdo-pclti-
qtL.. nou s soniles A I'heur,
cldie unions rg onales, et les
photos de3 different pays
do la Caraibe sont la pour
nous le montrer.
Du point de vue temps.
dos probldmes de 1977 y
sont relov6s 10.
Enf'n la carte du milieu,
on dx coiloletu-; et en relief.
veritable oeuvre d'art, a dtk




Mon pays d Haiti evt un
manuel pour les classes
Elementa re 1 et 2, Moyen
1 et 2. I1 propose une mise
a jour de l ense.gnement
di.' la geography e au primai
re -en favorisant 1'acquisi-
t on de connaissances per
t ncnteo et le aeveloppe-
inent social et cultural des
eleves.
: ,, i .. et la pre-
sentat.on de chacun des
(hapitre< sont agencies
pour repondre aux exigen-
cos de l'enseignement pri-
maire dynamique souhaite
par les nouveaux program-
mes off'ciels.

Les legons sont de cinq
pages Files debutent par
lne course shithese, imme-
d atiment suive d'exemples
de qut-stions d'examens du
C.E.P. Cette prem ere page
de chacun des chapitres
Le:, commentaires, plus
dt aille~. s'adressent aux
prolesseurs qui sauront pui
ser dans cc cho x d'elements
varne d'expl'cations et d'il-
lust)rations, ceux qui con-
v ennent le m'eux ah leurs
classes pour des exerc'ces;
(de Ircture expliqude.
Li's exere c" oraux font
appel a la participation ac
t ve de 1'61eve ce qui sou
ven t suppose l1'mploi du
errklo dans la recherche
d'ine plus grande compre-
hension et d'une meileure
assimilation des themes a-
borde".
En etud ant ses 18 lemons
en quatre ans, I eleve ac-
ciu ert non seulement un
niisemble de connaissances
et de methods repro en-
tant le contenu des exa-
mens de geographer du C E.
P., mais encore les ouvertu
res suffisantes pour etablir
les liai:ons indispensables
entire les programmes de
geographic, c'histoire et
d'instructlon c vquc.

La premiere partle, Mon
pays d'Haiti, introduit, en
9 lemons, a 'analyse rdgio-
nale des diffdrentes unites
.patiales du pays. Le cadre
adopted nest plus le r g de
decoupage adm nistratif en
communes, arrondissements.
ddpartements, mais celui
des en 'embles territor:aux
ayant une rdalite concrete
et vivante. Les 616ments re
tenus pour chacune des re
gions different dgalement
des traditionn"lles nomen-
clatures de route-, de course
d'eau de montagnes, etc. Il
s'agit d'aller & l'e'sentiel de
ce qui caracterise une dy-
namique rdg'onale dans ses
dimensions 6conom-'ques et

lYe G6n6ral
Alexandre Dumas
Snidat de la
Libert6
Le livre de Roberto Wil-
son est maintenant en von
toa la Librair'e L'Action So
ciale.

C'est une fresque h'stori-
cue qui lve le voile sur
les ancttres et le plre
dun des plus grands roman
ciers de tous les temps.
La v'e du general Dumas
iFo.US fa t prendre aussi cons
c; nce de cetts franeophonie
americane a laquelle nous
aDDartenons.


r6alisde d'aprs. le d6cret du
7 Octobre 1976 qui fixe les
1 mitcs des neuf Ddparte-
inents g6ograpliques et des
tiente c nq arrondtlsements
sMON PAYS D HAITI*>
/pcut etre aunsi un livre de
chevet, non seulement pour
les enfants qui prdparent
leur cartificat, ma's dgale-
ment pour tous les adults
qui d6sirent se rafraichir
la mdmoire pour mieux con
naitre leur pays et la D'as
pora naitenhe en 1977. Tous
y ddcouvriront des chooses
nouvelles et surprenantes.
Un livre d'un grand intd
ret auosi pour les tourists
et tous les strangers d6s'-
reux de decouvrir les chai-
nes de la Perle des Antilles.

Patrick Tardieu DEHOUX

(1) Georges Anglade : Geographle et son Enreigne


sociales don't le milieu na
turel et l'util.sation du sol,
les migrations et les luttes
paysannes, etc.

La 2lme, parties. Nos ali-
ments, des; jardSns aux mar
ches, est la poursu:te d'un
theme unique par 1'analyse
des modalites de la produce
tion de la circulation et de
la distribution des vives de
consommation locale. Nous
abordons lorganusat;on la
plus achevee et la plus si-
gnifcative du pays, celle
quoi relief les piu:; lointains
jard;ns de nos mornes ft
chaque menage des villes.


mentu Moritr6al Canada, les
Presses de 1'Univers te du
Quebic, sept. 1976, 62 p.
(2) Geoeges Anglade :
Canada, les Pre-s'es de 1'U-
nivers't6 du Quebec, dec.
1975, 221 p.
(3) La population haitien
ne est de 6 millions de per
sonnes don't 5 millions au
pays et 1 .mlllon d'6migrds
et dv descendants d'6mlgrds
la d aspora hait'enne) Lei
grandes communautds de no
tre diaspora sont at Cuba
1400.000), en Rdpublique Do
minicalne (200.000 ) 300.000)
aux Etats UnIs d'Amdrique
du Nord (200 000), aux Ba-
hamas C40.000), dans la pro
vince de Quebec (20.000)
dans les Antilles de langue
crdole et francaise, en Gu0-
yanne etc.-
(4) ,
pages 16, 19, 20. 31, 53, etc.


Cette deuxOeme parties consa
cre, 9 legons au problem con
temporain le plus d:fficile
et le plus quotidien: nour-
rir plu: de c'nq mn'lions
d'habitants don't une cap'ta
le de pros de 700000 person
nes en 1977.

11 etait urgent de proce-
der aux renouveliements
conformes aux acquisitions
recentes de la geograph'e
dHaiti et de la d'dactique
des geographic,- nationals .
D'abord rompre avec le par
-coeur tradit'onnel, avec les
append ces encyclopediques
nefastes, avec la virtuosity


Les classiques hai


Chaque annee, les pr:x
des 1:vres .colaires augmen
tent dans l'ordre de 10 fa
15 pour cent C'est une des
consequences de l'inflation
galopante.

Les lives prima res, etant
as ujcttis a une taxe doua
n ere, cofitent beaucoup
plus chers en Haiti que dans
leur pays d'or gne, puis-
qu'il faut considered enco-
re dans le calcul de leur
pr.x de vente les cuts du
tran port. Pour permettre
aux families haitiennes,
don't les salaries sont gene
ralement bas, malgre le
taux toujours trs edleve de
l'inflaton, d'avoir de., li
vres a un prix rai:onnable.
la LIBRAIRIE L'ACTION SO
CIAlE a adapted et a fait
imprmer i Port-au-Prince,
depuis septembre 1976 :


Manuels d'Histoire
pour les etudiants
Iaitiens
Un group d'Etudes nion des Professeurss, dans
son souci de mettre a la
di.pos tion de tense gne-
ment haitien des course con
formes aux exigences du
nouveau programme de
sciences humaines prepare
par le Ddpartement de 1'E
ducat'on Nationale annon-
ce la parution de son pre
m;er manuel imprme a 1l'u
sage des classes de 66me
du cycle secondaire. Fruit
de la collaboration des pro
fesseurs du group, cet ou
vrage est d'une conception
pedagogique qui tent comp
te des nouvelles exigences
de la discipline historique
et de 1'Age mental de 1'616
ve ha'tien a qui il est desti
ne.

La presentation du fa:cicu
le certes ne rivalise pas en
tous points avec les ma-
nuels strangers faute d'il-
lustratlon: appropr;ees ce
qui sera envsag6 dans les
prochaines editions mans
elle represented un effort
appreciable pour rendre no
tre ense;gnement vraiment
national.
MANUEL D'HISTOIRE,
classes de 66me, pr6sente les
civilisations du passe.
Dans la mime collection
les auteurs prdsentent en-
core : la MANUEL D'HIS-
TOIRE DE SECOND tra)-
tant de la colonisat'on
franqa'se de St Domingue.
de 1625 & 1789.
Pour vos commnandis, a-
dresse-vous it la Librairle
I'Actlon Soclale


1) en accord avec les E-
d tons St Paul, de France:

LE FRANCAIS AU COURSE
PREPARATOIRE 2
LE FRANCAIS AU COURSE
ELEMENTAIRE 1
L'ARITHMETIQUE AU
COURSE PREPARATOIRE 1
21 en accord avec les E-
ditions Fernand Nathan :
EN RIANT ler et 2e livrets
RENE ET RITA, un livret
moderne d'apprentissage de
la lecture
3) en co-6dition avec les
Presses de 1'Univers't6 du
Qu6bec :
MON PAYS D'HAITI
4) un course abr6ge d'HIS


Voici une nouvelle method
de de lecture qui veut re-
pondre aux besomls actuels
de 1'ecole haitienne.

La pedagogic, on le sait,
a fa't des progress prodi-
gieux depu s quelques an-
nees. Il nest done plus per
mis de s'attacher a des
methods desuetes qui ne
faisaient appel qu' la me
moire de 1'enfant et fati-
guaidnt son jeung cerveau.

Ce nouveau livret d'ap-
prentissage de la lecture
veut mettre 1'attention et
l'intell'gence des 61ives eq)
eveil, career une atmosphere
vivante dans la classes. Aun
si, tous ensemble, profes-
scurs et 6elves collabore-
ront t la decomposition de
petites phrases en mots,
d e s mots en s y 1-
l a b es, d e s syllabes
en voyelles et en conson-
nes Les parties ainsti dta-
ch6es sent imprim6es en
rouge pour mieux reten'r
attention. La m6thode em
ployve est done une metho
de m'xte d'utilfsation als6e
et permettant une lecture
intelligence. Elle tent
compete des recherches r6a-
li'ses en Haiti sur l'ense-
gnement du francalis, lan-
gue second.

Le plan-type de 1'6tude
d'un Icon est le sulvant:
1. Efntreten rao;de sur u
nP grnvwire "'rnDle abot.'.-
Pnnt ?fi ID"n-- serawnt
'- no'rint de dnar f Tians
l,,se.
2. Cette phrase esi ana-
lysbe : on Isolc mots, sylla


(5) Ibid. pages 5, 30, 68,
81, 85, 104, etc.
(6) Ib d. pages 27, 28, 29,
30, 31, etc.
(7) Ib'd. pages 4, 5, 10, 12,
15, 17 etc.
(8) Ibid. page 43
(9) Age m6d'an en 6e an
nee i. e. CEP 1966-67 Ensei
gnement Rural
garcon 17,11 fillle 16.04
Age median en 6e annie
1965-66 Enseignements Pls-
blcs Urbains.
garcon et fille 14 ans 4 mols


bes et enfin 1'61ement nou
vcau (lettres).
3. Cet element est 6tud.e
en trois tapes : on -e pro
nonce, on 1'observe, on 1'e-
cl"t.

4. Synthdse: etude de syl
labes, de mots, facilitant
la lecture d'un texte.

5. Consol'dat'on des ac-
quisitions anterieurbs : les
sons nouvellement appras
rdappara'ssent dans des e-
xerc.ces de lecture et dans
les textes supplimentaires
Igurant A la fin de chaque
lecon. ExercicEs et tcxteS
suppl6mentaires sont inten-
tionnellement copieux.

En tenant compete de l'i-
n6galitM des trimestres sco-
la'res, il a dtd 6tabli, a ti
tre ind'cat'f, une progres-
sion qui apparait dans la
table des matures. Cette
progression sera respected
dans toute la measure du
possible. 1'enfant ayant be
so'n d'un 61an continue.
Nous esp6rons que cette
nouvelle niethode a'dera
nos instlteurs L enseigner
le frannals. Nous souhatons
aussi qu'elle solt pleine-
mtnt profitable auxo leves
qui dolvent apprendre a li-
re et a construire des phra
ses. Elle est done, en me-
me temps, uns apprentissa-
ge do l'elocution.
Cette mdthode moderne
et active assurera une ani-
mation efficace dans les
classes du CPI. et le success 1
aux maitrei qul utillseronl a i
ce premier lhvrel de lectu-
re. ._ I


MON PAYS D'HAITI

Du nouveau dans I'Enselgnement de la Geographile


Le chapitre I de aLA GEO de
GRAPHIE ET SON ENSEI- Pa
GNE'MENT> analyse tres ur
bien -la pyram'de des aIges
dans l'6cole haitienne, on
ne peut comprendre' 'opti- trI
que dans lequel Georges An m
glade dcrivit son dernier li- ur
vre rans s'y rdfdrer.
(10) Op. cit. pages 5, 20, S
31, 44, 59, 63, 82, etc.




gratuite des localisations de.
detail. En. uite immerger
1'eleve dans son env.ronne-
meoit en le conviant a la
decouverte de son pays.
Le renouveau de la g6o-
graphie au prima're est u-
ne taiche necessairement
commune a tous les prati-
ciens oeuvrant dans les
quaLre annees menant au
Certf'ieat d'etudes prima.-
res Nous les invitons tous
ai la komb t de la critique
pour que la prdsente Odi-
tion de ce monuel solt, en
core plu-. parole et geste
collectifs.
Georges ANGLADE



tiens

TOIRE UNIVERSELLE.
Tous ces lives sont de-
ji en vinte dans toutes
le- -librair es scola'res a
des prix tres bas comparati


vement aux pr x franqais.
SERA PRET POUR LA REN
TREE D'OCTOBRE :
LE COLIBRI D'OR, livre
de lecture pour le CP2 qui
compldtera avantagcuse -
mont le FRANCAIS AU
CP2.
LIVES A PARAITRE :
GRAMMAIRE CREOLE par
Rodolphe Schm'dl'n
LA PENSION VACHER par
Mona Guerin
BON DIETU RIT par Edris
St Amand.
If


En coliaboruL'on r ivec les
MOTIONS ST PAUL. di:
ance, WESMAEL CHAR-
ER, de Belg'que, et LES
DRESSES DE L'UNIVERSI-
'E DU QUEBEC, la .LBRAI
AE L'ACTION SOCIAL
6sente cette ann6e, a 1'oc
sion de 1'ouverture ro--
haine des classes, c nq t.-
es de livres classique, De
eme, en collaboration a-
c la LIBRAIRIE FER-
AND NATAN, la LIBRAI-
IE L'ACTION SOCIAL, a
c le concours de quel-
ues librairtis du scolaire
de professeurs, auteurs
Slivres classiques, a fait
iraitre cinq titres, don't
n livre religieux.

Sont en preparation qua-
e autres titres efont un to
an, une p'ce de theatre,
ne grammaire crdole et en


UN


core ui\ ilvit- ioillg (.i t
\'ull .' po l ,.. rir io P :11
leurei' li lLI t'i* qUs utvi.i nt
ni -s.vi'LIt a qul -,'.di s r
1o01. cO1 m 1 I iL i 11 i ll.-
Ci i.-. une notivelh- nii-aloI
l0 dillulf O'.iii ls Ou.liiiC
,-,rt S de: pres-es e LE NA
TAL ont dell ia t vo r. par
Ilur r.recvntaiion. iQue l-,
ira.au:. d.? ctiie lni)r:niv-
r'e hait'enne peuvent r.va-
l'ser ayec advantage avec
cEux venus de 1'6tranger.

MON PAYS D'HAITI, RE
NE ET RITA ont fait dd-
ja sensation tant par les
photos en quadr chrome ou
en noir et blanc qui les
illustrent que par leurs
fonds pidagoglques.
O'est peut-6tre pour la
premiere fois que les au-
teurs hait'en; auront a Ifiur
d'spos'tion une veritable


.ill l It ( V i i, 1
C l I l i l l I i I .I

'sl 1o, stir l pr,,,. ,e ..
d1 t v trblton u t s i s -'.,
i u Oc Ieur a 1 ., I i ,
b,-,,, d 1 .... I *
VAINS pI, Tin i '.. i ... C
ri ne rill a ', m rt 1 i ..
m'srIon sur lc prix de wnQ
te des ouvrages vendu.L


aont-douc hiureuce< dI'efr r
s .s serv.:-,> 5 i ,,i le i.:('R
VAINS I1\ rli '. + p or;.u-


ront de lour in iux >Ir
les fair connaitre cni ii
Kp. dan.s Irs An' lle dns
le' doux Amr'qs
rop(,. tUi Afrque fran, cphi
lie


L'Action Sociale


Librairie Papeterie

A l'occasion de la rentree des classes vous ofire
E TRES GRANDE VARIETE D'ARTICLES DE PAPETERIE ET DE BURIEAlt

TOUT PARTICULIEREMENT ET A TRES BON MARCH :

Calculatrices electroniques a partir de $ 20.00
POUR COMAERCANTS, INGENIEURS, TECHNICIANS, ETUDIA.NTS

IEGISTRES POUR LA COMPTABILITE

Blocs, Porte-blocs, Papiers a lettres, cahiers

de la marque francaise de haute distinction


... Sap agrafe


lip0

VV


Lion Electronic Mosquito Destroyer 110 volt. tue tous les

moustiques instantandment.

SANS ODEUR NI FUMEE.

Consommation electrique nulle, Lampe temoin.

Construction solide -- Pr6sentation original, dimension

standard adaptable a toutes les marques.

Dominique B ally et Co Distribute urs.- Phone 20021






Apprenez I'anglais chez vous


- Ima


'U Sanglaises, il permet l1'6tudiant de communi-
quer a un niveau simple dans un milieu en-
tierement anglais.
ENGLISH 2 Cours Intermddiaire Deuxieme
niveau (750 mots)
ENGLISH 3 Cours Avance Troisiime niveau
(800 mots)
INFORMATION VT VENTE : lh a.m-6h p m
| AVENUE DUCOSTE No 8
M. Bernard Thabuteau Agent ExclusifPOSSIBILITE D'OBTENIR UN DIPLO-

ME DE LA INTEXT KNOWLEDGE INDUSTRIES LIMITED en passant an
examen en Haiti meme an local de 1'Agence. /

p w


EL

Fr
LI
PR
TI
RI
pr
ca
ch
tr
mi
ve
NP
R]
ve

etq


Une date dans 1'edition en Haiti


xxAvertissement de auteur
Avertissement de l'auteur


Kl U 0D I AA-
DISQUES DE THEATRE CLASSIQUE

Valises, Attache cases, serviettes, porte documents
ET

UNE NOUVEAUTE EN HAITI

Agrafeuses de bureau


- Fixant papitrs ou cheques


Rene et Rita

Nouvelle Methode d'apprentissage

de le lecture


a votre propre rythme, aux heures qui vous con-
viennent. NOUVELLE METHOD AMERICAI-
SNE AUDIO VISUELLL par lives illustrds et
cassettes, de la INTEXT KNOWLEDGE INDUS-
TRIES LIMITED (USA)
ENGLISH 1 course de Base Premier Niveau
(750 mots) course le6mentaire de conversations


- I ~--- -r


,,,,,,,,,~,,,,,~,,,,,,,,,,,,,_,_________


ml-l-l


V~5r;Y~C~/~ZP~CC~/~C/I~'~CC~I~C~INZ~IEI~ Y~l~lrr~J"s/r~ CJC/~V~/V/ZI/,SS="//J.


^aoooogopssooOB'ooagg/paaoMf-A







MAGIC CINE

41111 .a0? i th It






CRISTAL CINE




I l o t1 5 i

: : ,s h ( 1 IX0) st 1 ti


CINE TRICMPHE
HAILI I
COMMANDO T ERREUIl
I ,lre $ 1 50 (it l.-

l tl lre $ 1 50 (L 2.-
tt.Al q IllI
Vlii, AU IIDESSIS D'lUN
NIl) DE COIICOU
I iltec $ 2.00

ETOIL.E CINE
.titi l it lh30 ct 8h30
ISSI 1MPERATRICE
Entitee G 1.00 1.50
Velndredil a 61h30 et 8h30
MASTER SAMOURAI
Entree G 1 00 et 150


j BENED


Le Magasin


assorti et le m

VOUS TROUVEREZ TOUT CE
ONT BESOIN ET V01
DANS UN CLIMATE


POUR LA R

DES CLA

Souliers : Garcons et
Pantalons : 3 po
Chemises : 3 p0
Calecons : 3 p
Sac d'Ecole :
Boite a Lunch :
Maillots garcons et killes
Culottes, chaussettes a des

VENEZ VISITER


AU CAPITOL
VENDREDI- 30 SEPT. 1977
CAPITOL I
AU DELA DE L'AMOUR
Lo F,llm qul reond amoureux
C'est un 'llin do la S6100,
tion
VACANCES DE REVES
12hl5 2hl5 4h15 0hl5 8h1l9
101115
Avant 3h30 0. 5.00
Aprds 3h30 0. 8.00
CAPITOL II
C'EST TOUJOURS OUI
QUAND ELLES DISENT NON
12hl5 2hl5 411h15 6hl5 8hl5
10h05
Avant 3h30 G. 3.00
Apres 3h30 G. 5.00
CAPITOL III
L'INSPECTEUR NE
RENONCE JAMAIS.
Avec Clint Eastwood.
C'est un film de la
SELECTION :
VACANCES DE REVES.
12h 2h 4h 6h 8h 10h
Avant 3h30 G 5.00
Apres 3h30 G 8.-0
CAPITOL IV
a 11h45 1h45 3h45
5h45 7h45 9h45
BRUCE LEE CONTRE
SUPERMAN
Avant 3 h.30 G. 3.00
Apres 3 h.30 G. 5.00


AVIS
Le D6partement de la San
te Publique et de la Popu-
lation porte a la connaissan
ce des Mddecins de la Pro-
motion <,Dr Jean BARTHO-
LI> des Dentistes et des In
firmieres de la derniere Pro
motion des Ecoles d'Infir-
mitres du Cap, des Cayes et
de Port-au-Prince qu'un So
minaire ojra tenu a leur in
tention t la Salle des Con
fdrences de la Facultt de Me
decline de 'UEH du 3 au 7
0ctobre 1977 a partir de 9
heures du matin.
Dr Gaston DESI.OUCHES
Directeur General


ICKS


le plus


oins cher!

DON'T VOS ENFANTS
US ACHETEREZ
AGREABLE !....


ENTREE

SSES:

Filles $ 15.00
ur $ 10.75
our $ 13.50
our $ 4.80
$ 4.00
$ 6.65
$ 3.80
s Prix imbattables...

BE-'TLqMd T


NAEJl C rluwnl<


Vous sortirez satisfait!

NATIONAL SHOPPING CENTER DELMAS 6-1153













complex de beoutel

L'Ecole Technique de Cosmetologie :
la premiere Ecole de Beaut6 fondue en Haiti reconnue d'utilite publique
et par la BSOT des USA Vous propose pour 1'annie acad6mique 1977-78,
DES COURSE COMPLETE THEORIQUES ET PRATIQUES
DES COURSE SPECIAUX PRATIQUES
DES COURSE COMPLEMENTAIRES DE SPECIALISATION POUR LES DIPLOMES,
Informez-vous Inscrivez-vous Immeuble Esth6tica Complexe de Beaut6

4 91, Rue Pavyee TeL : 2-3284
*'' y' aav w a a a yy s cas% ,~eifatsa as~ a ia 9


LE COLIVE
Jeudi t Oh Entrde G. 3.00
5.00
CETTE FEMME
EST UN FL1C
a 8h30
COUMBITE
QUISQUEYENNE
PRESENT :
MIMI MINOUCHE DE MAX
VALLES ET DE CHARLES
ABELLARD
Entree $ 1.00 et 2.00
Vendredi o 6h30 et 8h30
Entree G. 3.00 et 5.00
COURONNE DE L'ARMES

REX THEATRE
Jeudi a 12h 2h 4h
MERVEILLEUSE
ANGELIQUE
Entree G. 1.00
a 6h
Entree G. 3.00 et 5.00
Jeudi 8h30 GALA
LA TROUPE
LANGUICHATTE
PRESENT :
LA VENGEANCE DU PASSE
DECOMPOSE
Entre : Parterre $ 2.00
Balcon $ 1.00
Vendredi t 12h 2h 4h
L'EXORCISTE
Entree G. 1.00
a 6h 8h 10h
Entrde G. 3.00 et 5.00

CINE LIDO
JEUDI 29 SEPTEMBRE 1977
LA REVANCHE
DE MISS KARATE
a 12h 2h 4h G. 1.00
a 6h 8h lOh G. 1.50
VENDREDI 30 SEPT. 1977
a 12h 2h 4h 6h 8h 10h
L'INSOLENT
Entree : G. 1.00

SENEGAL
Jeudi i, 4h
GARRINGO
Entree G. 1.00 et 1.50
a 6h 8h
TOUTES LES COULEURS
DU VICE
Entree G. 1.50 2 00
Vendredi a 4h 6h 8h
MERVEILLEUSE FABLE


DE CENDRILLON
Entree G. 1.00 1.50


ADMINISTRATION
GENERAL DES
CONTRIBUTIONS

AVIS
L Adnii aLtrab cn Genturale
C(.S k UILIWutLbL'L o llb SCIItJL-
se Q A YLtJipcIti eU Ll-ux Uii-
uuaDols ni ereasea que u-
rais le mnuio Q 0 .oubnre
iU I iLea taXes et 1iiputs sLi
vaU.n sonI paiayOtlLs cins:
le. aeia.s C-aOcsSous mi-ns-
tionnes :
a) uaicrs Po-taux: DU
1ER AU 10 OLIUbniA ;
b) Drolls du licence des
ELrangers, droits de licen
ce d expo.tation et de Bois
uons Gazeuses : DU 1ER
AU 20 OCTOBRE ;
ci Taxe sur Actions (ler.
Trnmestret DU 15 AU 24
OCTOBRE
d) Permis de sejour des
Etrangers, Impot sur le Re
venu base locative, Chiflres
d'Affaires, base forfaitaire
et proltesionnel (ler. Se-
mestre 1977-19781 :
DU 1ER AU 30 OCTOBRE
et Carte d'Identite, Radio
et Television : Du ler au
31 Octobre.
II est done demanded a
tous 1 e s redevables de
se mettre en regle avant
1'expiration des dates d'e-
chdance susdites. d'autant
plus, cette annee, qu'il ne
sera pris en consideration,
aucune demand d exonera
t'on de surtaxes.
Port-au-Prince, le 27 Sep
tembre 1977
Odonel FENESTOR, Av.
Directeur Gendral.


DANS NOS CINEMAS


Le 'resident Jimmy Cur-
l(er ,ignerai mnrcredi pir-
chalint u s11'g di I'ONU au
nom dcn Etats-UnIs deux
pactes internationaux relu-
tifs aux Droits de i'llomine,
a annoni07 6t New York le
Secretaipe de I'ONU.
Ces deux pactes le pac
te des Droits Economitutes,
Sociaux et Ciulturels' et ILI
pacte des Droits Civiln et
Politiques qui ont eti a-
doptls par I'ONU le 16 D&-
cembre 1966 et qui repr6-
sentent des traits pour
application de la declara
tion universelle des Droits
de 1'Homme de 1948, sont en
tres en vigueur respective-
ment en Janvier 1976 et en
Mars 76.
Les Etats-Unlis ne les ont
ni signs ni ratifies jusqu'a
pr&;ent, en raison principal
lement de difficulties par-
lementaires qui touchent
aux attributions resp-ctves
ds Etats et du Gouverne-
ment F6edral dans la cons
titutioi am6rica'ne.
M. Carter fera ce gste
official dans une ceremo-
nie publque 1'ONU. et
prononcera un discourse a.
cette occasion. Ce sera sa
deuxieme allocation de la


PARTICIPEZ AU CONCOURSE


<< Vacances de Reve >>



DU CAPITOL


lia LAim IEV REGLEMENT El LE BULLETIN DE


PRESENCE A lA CAISSE


PATRONNE PAR LES


HOTELS MERIDIEN
4
ET


AIR FRANCE



semaino aln %ilge de l'Orga
nI ioi'n liilt rnitonilfat, Oil
il exposern mardi maiin les
grades lines de ]a rollil
que etrang6ro animrlealne ii d
la tribune de l'Asemble
Gindral'e|.


Bresil : La visit
du President
Carter gait
annuler celle
de M. Vance
BRASILIA, (AFP)
Le Secretaire d'Etat amerl
cain, Monsieur Cyrus 'Pan-
cc, ne se rendra pan le': 28
et 29 octobre prochains en
visit officielle au Brdsil
comme cela availt pr6vu, a
annonc6 mercredl un porte
parole de I'Ambassade des
Etats Unis a Brailla.
Cette visit a el,6 annulee
en ralson de la visite qu'ef-
fcetuera at Brasilia, les 23 et
24 Novembre, le Pre6ident
Jimmy Carter, a indicoue6 I
porte parole mij n'a oepin
dant pas pr(ecis si M. Var-
ce. qui devait se rendre en
Argentine a la suite o(, son
sejour au Brisil. o decide
d'annuler coir.nlrtement son
voyage en Amerique Latine.


Vous oare pour la fin des vacances une formidable
reduction de


20o/o

sur tout achat cash a partir de $ 20.00

Pwriode exceptionnelle 30 Septembre au 8 Octobre profitez-en
2o 0/0 mime sur les articles de SPORT

JOETIENNE LEADER DE LA QUALITY ...

JOETIENNE LEADER DANS LE SPORT.

S1377 7 CAULSTROEM... 29 DELMAS. P-AU-PCE, HAITI
^'s'co~o


Carter sianera deux Pactes
relatifs aux Droits de I'Homme


JOETIENNE :


THE ONE STOP STORE FOR ART NEEDS

Materiel et quipement


pour ingenieurs


s Encadrement de diplomes


et de tableaux


Sttidio Photo


Tout ce qu'un artiste


pourrait desire

1 Lalue (Place Dantes Destouches) Tel. 2-3193


:~z/~/rEPsPJ~sPP~'~s,~T~CJ~:~:e%'~C~;r~C






Oraisod funebre prononcee par l'irigenieur Harry Tippenhauer


0101 1


(Mitltr de la I1re suge)

nil)i qluo Profc'our iiA lit Fit
iillt.i idott' l enc c nis qii'll a
dloni)6 lo mno'l ltir do liti 10


Poullr inosl doi n 1 g6id61li-
i'on, nous voulonm!v rappelor
Ic l.ravn'l foiliiIn par Mauirl
ci linilomion pour r6allscr ot
pubiler ipris des mols d'ef
fort,. In Charte de l'Assocla
lion des Ing6n'eurs et Ar-
ch'tects Halt'ens parue en
1955. A co. suijt Maurice Sa
lomon bcft'va't une page in
tltul6e xtJt'lt6f de l'As-ocla-


ECML


L Fcole de Commerce Maurice Laroche I'Alsurance -

Avenir des jeunes, vous offre la poribilite

d acquerir une position, stable dans let carriers

Ci CTmmcrce. Elie vous propose les court suivants :

,t'T tnil I II

twtlTr I'T l ul I ( 1mil' II-RCIAIL,




kisi i ii( i S
T'. l %TiIS I IN 1\ i tl
S> X', I In i ni l 1{( A1 I(IAl


7 Il T IT I f
-i > p. Pi li I

t X *T *i >(,R t l Rlll 1
< i." i 1 PHIX In fiE.N"T '
S'R Li %IT 1 (01IMR('IXL BILINGUE


Pour de plus amples informations, passez a la

Direction de I'Ecole de Commerce Maurice Laroche

ou appelez le 2-3798

In-crivez-vous sans tarder ia I'Ecole de Commerce

Maurice Laroche, 26 Chemin des Dalles,

la rncilleure et la vraie depuis 1939.-

^.sll***>flaBw>s^e>e>:^-<>^>0cy; -ceo<:r/////..x


Iun. I1 d 'butlilt o0n cbs tf u

rTux ct vr ii nentl Ilei tipt
pr6-Tnter In prceln'n r Chutlto
d Organ'Hat'on Profewc'onhnl
It, deH Ing6nieurs et. Arch'ite
t:: Hilaitiens*.
lOcIl, li1ne impio propo-
s ,on, 6cr.va't-ll, lourd de i
prolms- es, fate par los
Constructeurs Haltiens, qul
out di. cut,6 et adms par vo
te de l'Assemblde Pldn'dre,'
cette r6glementation ofi se
trouve l'6thlque de la proves
slon, les sp6c'.alites de l'Art
de construire, des honoral-
res honnltes, les sections et
les sanctions, 1'am6lloratinn
de I'Artiranat, des sugges-
t'ons et recommandatlons>>.

E't 1'Ing6n'eur Maurice S:u
lomon achevait' sa page en
ces terms :

sC'e-t le premier pas. dans
une vo'e tongue et fructueu
se, au s'cle oft I'Industrip
et, la technique occupent,
dans le monde un'pioc' d5
choixi. I
Et pour donner une idWe


ONU : Entretiens

plusieurs Minis


NEW YORK, IAFP)
Le Secreta.re d Etat ame
ricain Cyrus Vance s'e-t en
tretenu mardi a New-York
avec plusieurs Ministres des
Affaires Etrang&res, venus
assi-ter i 1'Assembee gndira
le des Nat'ons Unies.
II a notamment rencon -
tre, pendant le dejeuner.
Monsieur David Owen, Se -
cr6taire au Fore gn Office.
On ind'que de source ameri
cane que la conversat on a
portS sur la situation en A
frque Australe, sur le Pro
che-Orient, et la reduction
neo forces en Europe. Mon-
s eur Andrew Young, repre-
sentant des Eiats-Unis aux
Nations Unies, a-s'stait ab
cet entret'en.
La question de la Rhode-
sie dolt etre exam;nee mer-
credi par le cnnseil de secu
rite, ofi la Grande-Brela-
gne demand qu'un repra -
sentant du Secretaire g6ne-
ral de I1'O.N.U. solt des'gno
dans le cadre du plan An-
glo-americain de rSglement
dans l'ancienne colonie Bri
tannique.
Mons;eur Vance s'est Sga
Irment entretenu avec Mon
sorur Ihsan Sabri Caglayan


de l"ilnpott rice tde ce tra-
vail accoinpll. jo c'.t ctttIo
Pllihliu. de I liinl1ciieUr Miiliri
cc Laloiline .

LIL nbillcil'on dc In Chlir
Io d_. Igih nll ur elV Ar'Clil-
l' cite d Hailltl, .crlvn'li-i. ou
vrii ni L-ih nonuvi.llc dans
Ilii N ,lile d line dei p)lis bel
Ies et des plus ut'lec profe3
sWons du pays.s

Et sou la signature do vo
tre ,erv tcur paralssalt cette
pensee sur l'importance dui
travail :


grout
nell
IIId.v
Ii qi
Mil
qunli

Aicdi
Ic c
[t C,

vail
d'aut
travi
co S
ne d
n qu
Je
nlo


eEn pr6sontant notre Chat pe*
te, ce trava'l contribuera a L deva
clalrer Ie Public sur hos ac Us I
tlvlteS au course de l'annee cole
'1954 1955. Notre Charte est le c'
I'oeuvre important de l'an-
nee. Elle a cofit6 des heu.
res des jours, des mo!s d'd-
tudes, de discussions, d'ef-
forts, de courage et de volon
t6 aux membres de notre As
location et tout part'culih-
rement aux membre? du Co
mite D!recteur et ceux de
la Commission charge de
eon elaborate on II importe
ou'on le sache car c'est u-
ne date dans 1'h'stoire dii


de M. Vance avec
stores strangers
g I, M'n.stre aes Affaires h
trangeres de Turquie. La
conversation a en particu -
lier porte sur l'affaire de
Chypre et les relations b!la
terales amer.cano-Turques
que les deux parties souhai
tent voir s'ameliorer.
Le Mncstre Beige des Ai
faircs Etrangeres, Monsieui
Henri Simonet, a ensuite vu
Mons'eur Vance et l'entre
t en a port notamment Eur
la communaute Europ6ennQ
et la situation au Proche -
Orient. o
Monsieur Vance repren -
dra mercredi ses conversa-
t'ons sur le Proche-Or ent.
11 verra Mons'eur Abdel Ha
lim Khaddam, Vice-pre -
m'er Min'stre et M nstre i
des Affaires Etrangere- de i
Syr'e. i Wash ngton. II ver
ia enf'n jeudi, a New York.
le Ministre I-,' i.- t ,'ii des Af
fa'res Etrangeres, Monsieur
Ismael Fahm'.



A vendre
Voiture Fiat Statign Wa-
gon modele 1972 tres bon
it t. TIi hon 2-2415.


pettilht dis prot'el'on-i
lila bens Totatl. ol'vr,'
/iduelle tic p uvrint P-
I Inconpl' el llnfluiic-.
1111 SC niiii liiou l ii HII
ite dc Pi c 'denti dr I As
I ton dt's IIIK nilt i '
i'i eles l.i ltchllr i t ii
u rlllfl rIn, i 1 vollll1C. Il
L'ir C A. ( I( i ilO tL.I I I' Il I 1
d'quilpe. Jo la's"e i
ires le so'n do parlor du
ail accoknpll par Maurl
alomon dan leo rlma'-
Ic l'Ense'gnement Techi
e.
tieni sculement a rap
r qu'au moment oil jc
Is ridu'lte mes activl-
comme Profe-seur t F'E
de n'e outfl J'al creE
ours de B6ton Arm6, a


pirfin invu'r fioiurn vini:' nv
liri. cillir i vllll i Vilin t I Fni
ii' i, inl6ui ti l lvii ilr I Fit

S3 i 'lrOIn Il it i i' 1 1 (inil
pir h I pr l iall iir Ern l I 1 npl,
Ihlllullde l ( I l I I l111 ll d 1i .
tllih'm s hl Ihllis l ,enm t dI rn
Ti" lvitlux Plll, pil r iIv' -
niI Prtf( il l ur (it l. ,i
,l" "l'c-i Apphilln s. ijl. llni
m6e par la sutile Ecolo Poly
technique ot. ncitulhllment.
Faculty des Sc'ence:.
Maiirioc Salnmon a necolm
plh pendaint phius de 25 ans
ulne bcsogne crtisinr ia-
vec un d6nouviment .F'n
bornes, ine rdgulartIt cons-
tante ct une competence I-
ncgalable.


mi.


lii -it r:,...

Is'ii. I i,
agterer i'exprci iid 5pi-
fonties cQ- iiiiviii
iue'tnisrves iii deriu C t
Cie 1 .1 ,)' W ti.- i
WOW'u.; 'I Arc:''
Veni.; 1u1111- 1 4 1e It-, ,ie- ,
proprel.

Mog.Harry 1WT py 4A


Voulez-vous voir 1


avancer vos enfants ?

POURQUOI NE PAS LES FAIRE ASSISTER AU SEMINAIRE PrUR L.E PE TFC-
TIONNEMENT DE LA MEMOIRE AU COURSE DUQItEIL ILS APPRENDRONT PAR r

UNE METHOD TRES SIMPLE, COMMENT MEMORISER D'UNE MANItr t

PERMANENT LES FORMULES MATHEMATIQUES ET SCIENTIFIQUieS, IY


VOCABULAIRES DE LANGUES ETRANGERES, LES TERMS TECHNIQUrE
ET TOUT AUTRE SUJET ACADEMIQUE.



LES PLACES SONT LIMITEES, INSCRIVEZ-LES DES MAINITENANT

CAR LE PROCHAIN SEMINAIRE COMMENCE LE VFNDREDI 30 SEt

TEMBRE PROCHAIN a 6 HEURES P.M



FRAIS DE PARTICIPATION: $ 35.00
(Trente-cinq dollars)


POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, ADRESSFZ-VOUS AU:




NEW WORLD CENTER


21, Avenue MARIE-JEANNN- -


Teilphone : 2-0537


9


~lrC/~;rZ/~i~e ~ ZOOOOWZ,/Vi4GI)O' -~~~is l~-N~~u-~


P3~ oO~~Y2 ~XJm ~ OOO@O@'eo ~ r~3i~L/r/A~~r~/ i ~ ~ -YOr Yrs~ *


?'-; 7w -
f t .. aL 7 '


BANQUE ROYALEDU CANADA


ou nous avons la solution

UrffceWa.le-: e/tma sY/ace e/iatad' -at* 'or


\ op" o pour


Sn'importe


^ -qui.I




















CHrEQUIggR PERSON EL


L~.00


_~__s~ag~M~Nrrrrrrrrr~rrrrurrrrrr~r~NI


AUr~~LMA~33MHn-~A~A~L~LII~Clk--TmRM~OMe I


~rr~a~_u~'rrmrr~YI~CAC~)AUI~~K~r~O~YG~Y


- - - ro R -1wow--4" iff-40,90006


I


a p ne
-
.












Conmando Terre

SALI V1 $ 1.50 et 2.-


CINE THEATRE TRIOMPHE PI


CE SOIR


ur ROSEBUD


SALLE II 1.50 et 2.- DERNIERE St


)




















~


Oj Hre d'Emploi
All FRANCE RECHERCHIIE AGENT COMMERCIAL
t\VIC EXPI;IENCE FRET POUR POST RESPONSE
BIIt ITE.

AI)HELSSR CANDIDATURE : AU CHEF D'ESCALE
AIt IFIANC'
ALIOPORT INTERNATIONAL F DUVALIER

mocry^^^r// ,C::.^c ^ ^e


Coupe BULOVA


-7S


$ 2.40
.60


Total Dep6t $ 3.00

Evidemment si vous avez des emballages vides ils se-

ront repris le vous a ces prix a la Brasserie Nationale

d'Haiti, S.A. ou par les camions de la Brasserie. Uls

vous serviront aussi a acheter des caisses pleines et

la Biere vous sera toujours vendue au meme prix de

$ 5.50 la Caisse dans les camions ou les depots de la
Brasserie Nationale d'Haiti S.A.

II est important de noter que le Prix de la Biere

.PRESTIGE. demeure toujours inchange et que la Bou

teille revient a un peu moins de Gde. 1.15 quand vous
achetez la c isse. Le depot sur cha que bouteille video est


toujours de Gde .50.

SI VOUS AVEZ DES QUESTIONS A POSER SUIR LA BIERE
EN GENERAL ECRIVEZ A ((MONSIEUR PRESTIGIL, P. 0. BOX
1334, PORT-AU-PRINCE, QUI VOUS REPONDRA DANS CETTE
RUBRIQUE.


Deces de Mme
Damoliere St Cyr
PaIx lilia announce le de-
ces snur'enu Ie 25 Sepltlemi -
lre dfe Maidaine lDanoliere
St. Cyr
En cette pcnible circons -
tanie Pax Villa et Le Not-
vellisc lprestiitent leutri
s.u1pat. lines a son epoux M.
Dant.liere St ( )r, a i;Cs ibll
lunts., Brunel Diderot St.
Cyr. a Mtonsicur l iri in St
(ar; a Monsieur Jean Ma -
rie St Cyr, a ,Monsieur
Bernst St. (Cur. a Monsieur
Jacques Emmanuel St. Cyr.
a Veronique St. Cyr, a ses
freres Paul l.lbon Jn. Gil-
les, M3odeste in. Gilles. a
Monsieur Christian In. Gil-
le a Monsieur Alisthene
Jn Gilles. Sansarick Jn. Gil
les. it ses cousins et couti-
nes : 11assillon et Clement
Beauplan. a Monsieur E
douard Michel. a Agathe
Beaupian a Madame Frede
rique Frace. ia Madame Sul
fide Beauplan.
l.es funerailies de Mada-
me Damoliere St. C r nee
Vesta Jn Gilles seront chan
tees le samedi ler. Octo -
bre ia Pax Villa Champ de
Mars ou le cadavre sera ex
posee des 2 heures par les
Tenioins de Jehova.

Cours de Dessin
I,e rourrs dls ,-n poll

ront ii Octobre

d it, aipl' i orn., ia n
Tea epoonez a HGIBOLU C-Rd
RIE 6-2616
210


Avis aux parents
A partir ilt Ier O tore
11 17 i((Lt Poutlpi tit erea titu lP
tit PouittcI. shie it la IRue
Wiise eal lnwiti'rot 25,. Pa-
tioe Ville, ouviira hes por-
tes a;ux enl'alnts de I it 3
211n.4.
Pour les inisriptioIns et
(toul. les antres rienseignLe-
ments telcpholer an 7-18K
hI a .Josette A. Salgado
it(tls I| jittrs it ouvraltf Is de .i
iheures at II n1 haeures p iU

DON MOHRlI SALES
CORPORATION. S A

AVIS

Le( Ac'liuntiitirt di lai
Don Mohr Sail, Corpora-
ti11o S A iinlormi nt qi i'
Ma.ne, Sigr d o Aquin lie Ial
s'inti plus paIrti d( 1 Adcll-
itst-rIiition d la Socie' .
n'a depul- 1, 10 Aoui 1977
aliCunlc iuior, t pour \v'la-
bli'iml t1 it at 1 :1r l:. Soci :e
D'ordre dI-i Actionnair<>
Wentdy BORJESSON Prp-
sid, n1 W E. LEMKE, Vi
ce Prasid' nt.

Maison a Iouer I
IMaison meublee situee it
Mus.seau Dclinas a 200
metre de 1 entree" de Fra-
gneau-Ville. avec piscinm.
terrasse, vast,, court avetc
jardins. arbres Iruitliers d
tout/s 'ortes parterres 8
chanibrt,, a coucher et to,-
IlfeIs Ivate alon salle de
',isirs re ervoir el pompe
electrique. anu chaude et
eau frode.i Vaste office-cui-
sine It Bureaui
Pour plus d- ranaeigneai
MP"n1l ,iAehoW7 I',1


Un ebenis
de talent
i.c t'ui ill I
CIII)V i, 't)>, ii

d ii alone lld




t I ( ar ',1





in V 11cno Mt
' ill i r11 e I



I ,t' It I t'1 1


liltv 11 a le

Ml till vl ric

J 11 ()III C11 I' tl
h(di' t la'l i I
) l t 'l AL c l

(, i(!ii )r N1i 11, r
1 iM Morn


A "- -)..m-

te A vendre


( .itU, blu
ac 11hl, 1t al1.r 11 Deux (2) lnternatio
t, I ui, a .', .'1, ,nal Travelall. 1973, 8 cy
nlith'uhIh it hItls (ires. Ol'fre n minimum
v 'l li'i rI-' iil il)i00:00 chaque
,10ti th' it' tilt p
dil t I''itl 2) luei voiture l'iymol
II Aux MtU- flury.v Sedan, 1973, 8 eylil
tires. Olffre minimum
S ll .it 1200.00. C's voitures peuv
1, re til"etlees au garage
SIn li a l lt AIl le face del M &
SCon 'islruction, Rue Amner
S I 11 t lie. Le l'ffres sous pli ca
m 11i r- (c Iit rl' t la mention :
ull, du N, ui l I. frec Iour' vaiture, seront r
iitii d to,,. cues jusqu'au mnereredi
Octobre it midi, a l'Amb
able Irtl ., d lsade Amerircaie. Cie6
Do st dicl iut I'Exposition. Les droits
I mod it ii doulane et autres frais
deux anl, s il runt a la charge de l a
stadp. u u I 1 ra- teur.

la .,v (-,t \l\i vir-


I itt c It h t ; Lt ,)wti I) ''. it'

it I i di b() s I ou' t
]( ,) ] 1,] ]) l r u'c
t c (i', (i I I d t r ,id t11 W ,
(l) i' C t l qul' I 1 l('I d'
Vn r ns l,,ure ln c'i ntnI d'c-
] ittn( dalns o,' bs is rn ar
I 1 r

Ililt;lt oils.


Soutenance
de Memoire

Le Vendredi :30 :Septem-
bre a 17 hi urcs au local d?
1'Iistiiut National d Admi-
nistrat onil de Geltlon "t des
Ilaule, E. ud"s Int' rna/iOn.a
1,.- (INA(;iIEI). I'eltuliant
Claude EV'xime souinletndra
s,)n li emoit intilule : (l'I-
tolatioixs'me Anirica iti au
tour de 1 : pr'micr r n eiil,
dii t19 t sii'cle)' it vi de
I Obt, nim oidu grade d- li-
etn i 'a en silence' pol ti-
(|i 1 1ive(, la ln)"ltioll : re-
l(/Ihi u, il rnafionale,.
Let' Jry tr'vd'exaitleiiera pre
dide par l" profls ur E-
dr!-s S, a in-A n >nl a';,it6
f.e Al mn Sylv e Thrh/rd. pro
fvsseiir el d,, M. P~err- Pin
gitfore A/llacie C l,'ur-
pri-, I1 AinbasIde Aminri-
'ain,, enl Haiti.
I,, pulblie cs e cordiale-


A v
A vendiire iI VW 2i atnnee
1976 iitmarron itin/ai1lique. ex
(- 1ill,- cipond Hlion P(11r r~ll


campilonss pourra venir choisir a la

Maison RUSSO S.A. une montre BULOVA d'une
valeur de $ 100.00
Une couple RUSSO S.A. sera aussi
offerte au meilleur pilote qui aura fait

preuve d'adresse et surtout de fair play

L'AUTO SPORT D'HAITI remercie

vivcment la maison RUSSO S.A. ainsi que la

BULOVA pour leur concours a occasion

de cette course qui promet d'etre un success.

Que le mellleur gagne !


NOUVELLES DE L'AMERIQUE LATINE


A partir du Lundi 26 Septembre le dep6t sur l'embal-

lage de la Biere ,,PRESTIGE. es t modified comme suit:


Depot sur 24 Bouteilles
Depot sur Carton vide


AU CAPITOL

















I,,.


,,l, 1 1,.n..in ,1' Si vous ,tes amoureux, ce film vous comblera.,Si vous
tt,, 110, o 1, 0 d i,',at a l'avez ijamais ate amoureux :o Attention vous
veer IIu Jr 30 ScIi. ili'"
t)i77 (,:I ,envny, au t. niR le deviendrez aprPs avoir vu
du11 23 Oitobr 1977 bnse
ur l ri d St Domn Au de l de l'amour


Le IL77c Proprltairt. t.alita e K"oesi Aa 7w "' *


oleoI_


U U LXUt A X LE; Ju rU I' LV
iila 3j i.Plt IVI Ei L il..J
.1St.,Imm LJLAS. i.s l.. u


a it vlDfcO t A.
Le (0ouverllmenit H nl1Lgi.A
yen a prive mercredc aor_ adc
louI ls Droitl attaches a la
prusse du journal accuse d'avoir insult diman
che dernmer dans seos colon-
I'es les forces armce., et
d'avoir menace slrieuse-
'dent les institutions de la
Republique, sur lesquelles re
posent la paix et la securi
tIe de l'Etat.>
Sous les men:is accusa-
t.ons, hier mardi. <,El Dia.,
organ de l'opposition . rada ,'"a 6te interdit pour
dix numero.: Ct M. Leonardo
Guzman, d'or g ne argenti-
ne, Directur eMt responsale
du journal, a ei. expule du
pa's.
La phnua-e inultanto repro
chle au journal avait ale in
serea dai.,, I's pct ts annon
ces et les resi)onr'ables doe ,El
Dia, ont affrm,, avo-r ael
v times d'un coup monLt
preiisant par ailleurs que les
snnret;ons pr:s"s contre le
jolournl cnmpromettent e-
riclseirn.ft son existence.
xxx x


LiE PAticAi'E
L.isA A-ii'P
iuuoL, a Its re\te; indepn

ir-, a annotlce tier'rcdi a
L.ma lc D.re'ce'ir de I intor
0- itnt.oiL Nat.unalh. le Gene-
lin i'; Ca sar VnaLta, lors d u
$ ln reunion tenue en vue de
U-eparer ,la jouinec du jour
al te peruvien., cit aur;'
I. u siamedi prochan a Li

1 La in' sure touche l ix p)1
$ bl:catiunt. rin lava ent cesse
'enti de para;it depu.s le ler
de iu ihet '1a7. C.s revues a-
S av ailt ele aca:see,- c d'entra;
icai ver la realitat on de :nesu
che res (( i airtctiation econoni.
Of ai t cl d Isay-r de idetru
re r 'I un.te de.- forces armrc:;,
12 x x x x
bas-
de CoLOrvi iT :l
de 13 ; 1NDULTI;L:T,
'e- E', -EVE
che r'nI',- A (iAF! I
M I ',;fa, i ;' trl pc Eche-
110 ,ri ;'. DG dc' la p'us
1m:i' tat:;; fr"i'que de cliho
roloIs d:' la (C'olomb'e, a etr


AUTO SPORT D'HAITI: l

L'ASH prend plaisir a annoncer qu'a la course

d : ces champions du 2 Octobre prochain
sera mis en jeu une magnifique coupe
Sofferte par [a BULOVA represented

S exclusivement en Haiti par la

Mason RUSSO S.A.

S. En plus le gagnant de la course des


RESENTE





Vol au dessus d'un Nid de Coucou
EMAINE EN HAITI SALLE& Il Prix Unique $ 2.00


uniiven t nii.ird ut aui .1
L. par quate idt in i

Lt E. rt v atLUic' nli 1 1 .1
\u.r p-Iu a"pr.,. 1,ir ii.' 1... -
nrc qu i] a'Xilg ,hii lit t1 1- l .,:,
ouln ae 60Uu.UU loilait. our
la nberation de M. Echevar
ria.
L'indutricl, 75 ans. a a6t
Snlevi" a board d une iautonmo
ii- alors qulli/ q 'itail .t n
Itilie. situee danji la ban-
lie e de Bogota, pour se rn
dre a :on domicile.

x x x x
MONTEVIDEO 'AFP,
La police uriuaiitiycine a
announce mlercrdi l ia d alsri
lion de M. Juio Ca;istro
cien D recteur adjoint dt"
I'llheldomada.rc de giiilauc.,
fernie deputy Marchlia.
Elle a cgal'ni t n itl inat ,
do, dans lln contniitiniqutti
qui a ete public par to lu I
quoildiens de M(vltovi'(o a
vc line i)hotogriaphlc 'r IM
Ca.stro, que l i1publicr a .i
dans sas 'rehlt'rih- :; itilr
trouver lanciciin jti rii&:n it:,
M. Castro, c]'ic p! "t dj
68 anls et (iIn a e Conii ni, i
sa' travaux stir I1 aliphiabe-
'ation accoinplip '1.1i 1,, 1 a.
drc de I'UNE'-SCO av:it dii.
paru le ler Aofit derr-'r a-
lors qu'll rciiraii A .; ii t i:it
e'le en voltur. Sa ihi iiiv
avait iminled'atlin'it. .txt -
ti la police de 1l'hb cene int.
tendue de son niar. eL .e
hicule de M C.stro a ('at"ie
nlll'nt eta iiitrnuxvabip

A l'auteur de
.Reflets D'Haiti,,
connaissanci Je lii.stoire
morale at 'ociale rlu peu-
ple Haitien. A ce titre. c'e-t
une publication qu'h:sto-
riens, sociologus. etlmo-
graphes conaulteront av-c
interet pour une approch-
en profondeur d line llai
I i"nnie.
Pour tous cs, nmoifs. j-
fien, it you'. fclic:ter. M
B 'rvin et a vouis prt'certer
mis chal- uriux hintimiagc'.
Max A ANTOINE
28 Septenilre 1977

ON DEMAND
M cli nitici eit I il i iI'ripe
rielnce i Ala lhiner ; ('I11
tdre pour Industrie
T'l'pltphane 6i-1711
/in


'~-~kC/~C/~r-Y~ItCd~C~ddOl~bd~~ DQ~JOD~IP~Y~------- ------ -----------~;sul,~a-r~~-- Y




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs