Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06750
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 20, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06750
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





Le PLUS Airatjw D'HArTI
FONDE IN 1696

Nwftw et 'Wotwftur s- Chef:
LUCfEN MONTHS ,
Adm/nthistnrawr: MS- MAX CHAUVE T


NUBRE DB L'ABBOOIATION IXNTUiRIAM ,Wrqu DB PRWB


- Adrew.ase: I -,/s CENTr .



dO* r.A&MtINCE (HA/r/)


BOITE POSTAL : 1316


No 28.082


m AI M 2 M 1970


Les Relations Haitiano-Bahameennes
LE DISCOURS DU.CHANCELIER RENE OHALMERS A LA
RECEPTION OFFERTE A L'HOTEL CHOUCOUNE


Excellence,
Monsieur le Vice Premier
Ministre
Excellence, Monsieur le
Secretaire Permanent aux
Affaires Etrangeres,
Messieurs les D61egues,
Mesdames, Messieurs,
A in moment ou les cau-
ses de dissensions entire les
peuples se multiplient, il est
r6confortant que plems de
fol dans l'efficacit6 des nd-


PEKIN (AFP)
LePr6sident Mao Tse Toung
a faith aujourd'hui ane decla-
ration solennelle dans laquel
lei 11 mit en garde centre les
possibilities d'une nouvelle
guerre mondiale et apporte
officiellement son soutien au
Prince Slhanouk.
Dans cette declar:-tion, dif.
fuste par I'Agence Chine
Nouvelle et la ladio ace Pkin,
le President Mao exhorte les
peuples du monde a se psz-pa
rer des a present a une tell
guerre et a s'unir pour com-
battre 1'impnrialisme amnri-
cain. Le leader chinois souli
gne que la tendance getn -
rale etait a la revolution
mondiale qui germait dejaI
dans les luttes touchant di -
vers continents.
La politique imperialiste et
d'agression du President Ni-
xon rencontre d'ores et dtji
une opposition dans le mon-
de entier y compris dans son
propre pays. Les Etats Unis,
affirme-t-il, sont absolu -
ment soles.
Le coup d'Etat au Cambod
ge uurdi par le president a-
mericain. escaladee det bom
bardements au Nord Viet -
nam et l'extension de la guer
re a toute 1'Indochine a sus-
cit6 la coAre des peoples in
dochinois, affirmed le leader
chinois.
Je soutiens avee chaeur la
voiontt de combat du Prince
Slhaoiuak. Chef de LEt ridu
Cambodge, dans son opposi-
tion a f'lmptrialisme ameri-
ca0i1, la d6clarat.on piibl'ee
par la conference au sommet
tisdochinoise Pt la asrn:ation
d'un gouvernement royal d'u
union national du Cambodge,
pursuit le President Mao.
Si .es trols peoples indoclil


Nous avons appris avec
plasirr que notre ami Antoi
ne Coicou, President du Co-
mite Olympique Haltien et
President de la Commission
de discipline de la F.H.F. ac
compagnera les membres de
la Federation Haitienne de
Football, 1'entraineur et les
vaillants joueurs de l'equl-
pe national qui se rendent
au Mexique pour assister i
la phase finale de la Cou-
pe du Monde de Football
1970. grace : la generositt
de S.E. le President a Vie
de la Republique, de son fils
Jn. Claude, de M. Pierre
Biamby et de certaines mai
sons de commerce de la pla
ce.
Notre ami Antoine eta
present aux 4 dernieres
competitions :


gociaLions et de la bonne yo
-4onte, nous puissions nous
consacrer & la recherche at-
tentive de solutions aux pro
blames qui nous prtoccupenc
Aussi est-ce non seulement
un patriotique devoir, mais
un tres grand plaisir pour
nous de vous accueillir sur la
terre hattienne.
Ce plaisir est d'autant plus
grand, Monsieur le Ministre,
que grace aux affiniLes qui
rapprochent, le people hai-
tien et le people bahamien,


nois renforcent leur unite et
assistance mutuelle et per-
se6vrent dans la guerre d'u-
sure, ils remporteront cSrai-
nement la victoire finale.
Le leader chinois condam-
ne ensuite la nouvelle perfi-
die des americains, qui, a -
pres leurs interventions au
Vietnam et au Laos, ont sou-
tenu le coup d'etat r6action-
naire de la clique Lon Nol -
Sirik Matak et envoy leurs
tioupes pour envahir le Cam
bodge. Mais, souligne-t-il, les
luttes armies rdvolutionnees
se developpent victoricrse -
ment en Asie du Sud. Elles
se renforcent en Coree, au Ja
pon et dans d'autres pays a-
siatiques contre la tcnaitian
ce de miltarisme japonals ra
vivee par les r6actionnaires
americains et japonais, en
Palestine et dans d'autrea
pays arabes contre les agrees
seurs americaino isratliens.
en Asie, en Afrique, er Ame
rique Latine ainsi qu'er Amt
rique du Nord, en Europe et
en Oc6anie.
Depuis ]a deuxieme guerre
mondiale. l'imperialismne a -
meirlcain et ses valets n'ont
pas arrett de mener des guer
res d'agression, suscitant des
guerres r6volutionnaiies vi -
sant a ddfaire les agresseurs.
Le danger d'une nouvelle
guerre mondiale persist et
les peoples de tous les pays
doivent etre prepares a dit
encore le President Mao.
Apres avoir affirmed que
li'mperialisme americain en
fait est un tigre en Dapier
en train d'agresser, le leader
chinois conclut: peuples du
monde, unissez vous pout
la defaite finale des agres -
seurs americair.s t de leur
suite aboyante.


1954- en Suisse, champion
Allemagne.

1958 en Suede, champion
Bresil.

1962 au Chill, champion
Breslil.
1966 en Angleterre, chain
pion Angleterre.

Nous souhaltons born vo-
yage, bon sejour et beau-
coup d'enseignemeint a la
prestigieuse delegation de
notre sport national, ainsi
qu'aux nombreux sportifs
qui jouissent dejbt dai on-
heur d'assister a ce cham-
pionnat du monde sur ia
terre azttque.


Simples appreciations


sur (>
L'OUVRAGE DE MME YOLANDE B. PLUMMER
par Lallier Phareaux


En fevrier dernier, a paru
un coquet ouvrage, fort inte-
ressant, sorti ies presses de
I'Imprimerie des Antilles.
Cet outrage de sociologle,
appelt sSemailless, oeuvre
de- Mine Yolande B. Plum-
mer, est un Mtmoignage d'af-
fection fillale que i'auteur de
die d'abord A ses ptre et me-
re qui lui ont inculque,
des sa prime jeunesse, des
principles salutaires pour lui
iJermettre de mener une vie
feconde et ensuite A son
v'ner6 epoux et 5 ses entants
qui lui apportent un rtcon-
fort quotidien clans ses tra-
vaux pour EStre utile 5, ses
compatriotes.


Mmne
borieus
classiqi
i'habili
soutffra
mains
remedy
ger. Tr
ploy e
tat des
putls p
tuellen
de la f
ce Dti
entrair
et pro
sant u
des di
etuidie


Plummer, femme la-
e, t la preparation
ue et professionnelle
tant & detecter les


nous pouvons valablement-es
pdrer que dans la defense
des interests des deux peu-
ples, nous ne nous ddparti-
rons jamais de cette attitu-
de Lt dc cette comprehension
fraternelles qui doivent pre-
sider, comme de fait elles pre
sident, i nos relate ons.
Et pourtant les sujets de -
frictions ne manquent pas.
Soit que malgrd votre vigi-
lance, votre territcire serve
de base d'acatvitts anti-pa-
,triotiques contre le sol hai-
tien, soit que 11s nationaux
franchissent; vos frontitres
sans y 6tre autortiss, i,'ins-
tallent chez vous conmme en
pays conquis et vont jusqu'o
enfreinaoe vos lois.
(Voir suite page 2)

La Troupe
Jean Leon Destine
a New York


18 MAI JOUR DU DRAPEAU


Le Ministre Fred6ric KLbreau porte


l'accent sur la nouvelle &chelle des valeurs


Jeunesse Scolaire et
Universitaire,
Chers Auditeurs, .-
J'ai pour mission, en ce
jour exceptionnel du 18 MIt,
flte du Drapeau et de I'U-
niversit6 d'exalter notre Bl'
color Noir et RoUge et de
magnifier le Temple du sa-
voir. Les esprits honn't s-
'conviendront que pour ce61'.
brer dignement i'rnlversite
ce Venerable ssanctuaire de
1'etude, il est Indlquo de por
ter.la r6flexion sur le ter-
rain academique. Vous me
permettez done d'offtir a la
meditation quelques propos
concernant la creation de
notre Drapeau National
dans ses rapports avec la.
nouvelle echelle des valears,
Mais auparavant, souffrto
que j'esqulsse un petit tout
d'horizon sur le problem
des valeurs avant de le met
tre sous les feux du project


lise aux yeux des peuples du
monde enter .qui o- petit
group de noirs, a peine un
demi minion, a pu valncre
I'arm6e la plus aguerrie de
I'Europe, celle de Napoleon
BONAPARTE. Ce Drapeau
represent ce que nous a-
vons de plus pr6eceux dans
notre vie de people libre et
inbependant. Et c'est P'oc-
casion pour moi, responsa-
ble de lEducation Nationa-
le, de demander k la jeunes
se de stigmatiser tous ceux
qui par traltrise, forfaiture,
ambition demesuree, es -
-ealent d'6clabousser ce bico
lore qui lorte dans ses plis
les souvenirs de tant de ba--
tallies gagntes et d'actions
herolques. Depius .cent sol-
xante sept ans .aue nous
jouissons de l'autonomie po
litique, que notre embleme
regut la consecration de Jn.
Jacques DESSALINES Le


Jean Leon DESTINE et teur dans notre actuelle d6 ( rand, aepus ce laps ac
sa compagnie de danses a- mocratie, place sous 1'6gi temps, la civilisation a fait
fro-haitiennes se produira de du prominent penseur des beds prodigieux. La
samedi prochain 23 Mai dans et homme d'action quest construction du Drapeau,
une grande representation Son Excellence, l'Honorabl6 dans l'esprit des H16ros de
dans la spacieuse salle de Dr. Fraisgois DUVALIER, notre grande 6pop6e, ne-sa-
spectacles des Concerts Kauf President 5. Vie de la Repu- gniflait nullement une fin
mann, a la 926me rue. blique. en soi, mats visalt, par de-
La troupe de Destine corn- L'evocation de la gense i1 l'espace, ladeure, uon or
prend une vingtaine de dan de notre Drapeau National saudre de grandeur quDaon ne
seurs, six tainbourineura, on dans le' decor grandiose de saurait definir. Dans l'es-
seurs, six tambourineurs, un dArcahale demure un the- prit des fondateurs de la Pa
flatiste, haltiens en gande me inepuisable. Cette crea- trie, cette creation, consti-
majorit6 et notre compatrio ton marque une cesure net tualt le point de depart vers
te, Gerard Dupervil. Cette te entire le pass et ler pr- 1'edification d'une nouvelle
compagnie vient d'etfectuer sent. Notre Drapeau syntbo society et d'un avenir bril-
le tour des Etats-Unis d'A-
merique, recoltant des sic-
ces 6clatants dans chaque a
grande Ville. L
Jean Lton Destind et sa gq e regrettable
compagnie interpr6teront de
nouveaux arrangements et
queques anclennes dances a cinit "B 0ret
folkloriques haltiennes tant
prisees du public new-yor- acciden du "" w
kais.
Une second representa- A 1'endroit denomme hMor, ment decide qu'on se ren-
tion -sera -offerte dans cete ne Rbuger precisement au drait aux Gonaira dana la
meme salle de concerts le 13 Carrefour conduisant a la Cite mee oft fut solennel-
Juin au profit de l'H6pital Plaine du Nord, a environ element proclamee I'Tndepen
'Albert Schweitzer, de Des- dix kilometres de la ville dance Nationale, ce fut le
chapelles (Haiti). du Cap Haitien, fonctionne delire.
Tous nos compliments n depuis pres de quinze ans, En effect, lautobus d6nom
Jean Lton Destine et b ,sa une Institution Scolairs con me 6 Sacre Coeur de Jesus
troupe qu? ne cessent de fai sideree 5. juste tltre come assurant ordinairement le
re une prolgantde s excel- 'une deI meilleures de ce traffic Port-au-Prince Cap
re ne propagande si exce village of les enfants, la plu fut specialement affrite
lente aux Etats-Unis dAme part du temps, avides de sa pour la circonstanoe.
rique, en aveur de note voir manifestent un verita C'est ainsi que le 18 Mai,
pays, de notre culture, de ble engouement pour les 6 au petit jour, l'autobus de-
l'originalite du folklore de tudes classiques. cor6 aux couleurs nationa-
notre montaguense patrie, Aussi, la Directrice de cet les et portant au surplus, A
oft se melangent si bien les te Ecole, Mademoiselle Mar- l'avant de la carosserleT'unf
origins ethniques africaines guerite Ztphirin qui, de- grand fanion qui flottait
a la civilisation frangaise. puts d6ja plusieurs annees au vent, laissa le cMorne
se trouve a la tete de 1'Eta- Rouge' a destination des
S- blissement, encourage par Gonaives avec, a son bord
hem erilesR l'assidulte et le success des environ Une cinquantaine
L 5l1ves aussi bien que par la d'enfants des deux sexes de
aifie* es comprehension et l'interet 10 a 15 ans. Its talent 0o-
M t nnes manifestes des parents vis- yeux et, en guise d'homma
20 AI a-vis de l'Institution, d6ploie ge a notre Bicolore chan -
1566- C ahritophe Co t-elle un d6vouement de talent de leurs voix douces
lomb m1566.-eu Christopheladoid. tous les instants eu regard h et innocentes ces airs pa-
1740-lomb meurt Nai Valladoned.e Tos- tout ce qu concern le tone triotiques capable de tou-
saint Louversane er TiHa- tionnement le ddveloppe- cher et d'emouvoir se cito-
bitatton Bresr. ment et le progress de son yen le plus indifferent.
1805 Constitution Imperia Ecole. C'est ainsi qu'elle 6-
le vote a Marchand et corn talt revenue l'urie des per Gonaives centre
pregnant 81 articles. connaliths les plus respec-
1824- Abel Elie, potte ly tees et les plus ven6r es de de pelerinate
rique, voit le jour i Port-au- la localit.
Prince. Les posies, eparses POUR MAGNIFIER Trs ta L dans la nmatin6
dans les journaux, devaient LE DRAPEAU NATIONAL .Iur vAhicule atLeignit Go. -
tire sonmiaca anus le titirenaives. Aussi eurent ils am -
de iPremiers Accords' Depuls deja plusieurs plement le temps de partici-
1851.-- Naissance au Cap- mois 1'ldde fut nettement per a toutes les manifest -
Haitien d'Ant6nor Firmin, arr6tee. L'Ecole devait, cet- tions prevues dans un pro-
homme politique, diplomats te annee, avoir une partici- gramme copieux au possi-
et crlyain de premier plan, patron brillante aux mahi- bie.
a public : De l'egalit des) festations commemoratives ces manifestations reve -
Races, M. Roosevelt, Pr6 de l'anniversaire de la cr6a talent pour ces elves un ca-
sident des Etats-Unis et la tion de notre Bicolore. Des ractere d'autant plus impor-
Republique d'Haiti Let- les premiers moments, l'en t a n t qu'll accomplis -
tres de Saint-Thomas. thousiasme etait debordant saient un pelerinage pa -
1910.- Modus vivendi en chez lea? nombreux 6leves triotiqur dar. :e iei sacred
tre la Republique d'Haiti et des deux sexes constituent v6nere a just titre come
la Republique Dominicaine 1'effectif cle 1Etablisse ]e berceau de notre Indopen-
relatit aux voyages par la meant. dance.
frontitre. Et quand il a O finsl- nretour tra e


Pttionville Dimanche Dans la soiree dua mme
t jour c afut avecla ar mem gai
et notre 75&rae anliveLrsaire t t, le mtne enthousiasme et
-- lpeut gtre meme avec la satis


Le vivant magazine aPd-
tionvftle-Dimanche* nous q
consacrs Ventrefilet isutvdt
dans son dernter et interest
sant numdnro :


ri
co
fa
ni
jtO


,nces, les maux hu- Le ler Mal, notre excellent m
,afin de preconiser -les confrtre Le Nouvellistei qui bi
es pouvant les soula- a la fiert6 d'etre le Doyen de
ravailleuse social, em- la Presse Haitlenne est entree lo
5 la Secretairerie d'E dans sa soixante-quinzieme de
s Affalres Sociales de- annee. Fond6 en 1896 par ct
res de quinze ans, ac- Chauvet et Cheraquit. ce .
nent Chef du Service Quotidien devait, des les pre
femme et de 1'enfant I miers temps de son ex.isten-
jartement, elle a un. ce, se jeter dans la bataille
cement administration des il.s qui, a la fin du sit- ti
fesslonnel lui fourris- cle dernier et au debut du co
ine grande experience siecle present agita la vie po 0:
verses esptces qu'elle litique haltlenne. Mais le rt
dans notre milieu tact de ses Directeurs par d
AInt a9 surmnonter cetLe p nrio
(Sqite page 9- ) do oaangereuse et trouble.
"-"' ,. , t -. -'


Puts vin 'Occupation am6
caine. cLe ou'velliste pril
rurageusement position en
,veur de lintegrgitt nation -
ale et ses efforts de tous les
urs contribuaient puissam
1ent a maintenir Intacte 1'6
ncellc patriotique qul em -
rasa les coeurs et les vo -
otes lors des evenements
e Decembre 1929 et tout au
ours des luttes visant la li--
6ration du territoire d'Hai-
Cette attitude pass6e et le
ens du devoir envers la na-
on ont faith du Nouvelliste
SDoyen respect par lea
onfrtres et l'organe que'nos
oncitoyens affectionnent'.set
echerchent. Cette fidellte
es abunnes et dEs lecteurs

. (Slte Pag 6 col. 7)


Au Comnpte- Gouttes

par Raymond PhiloBetUt
COMPERE DE RASSOUL LABUCH1N.


Commentaires -d note c ollaorateur Maurice A. Lubin
sur ,Terres d'angoisse et d'spoir.
Saclio nun evoir lelo cher oia gazines, ti Cdvi ,ur 4 flanads nanasot s


,action un evoi a CL puui ,mains ds infants sont ac
que ces enfants prirentle Mon cher Dumay, gazines, n p m ds ean nt
chemnin du retour, premiere l.-i, q,'un compS- t uellement des mitraillette
McheM ha arrive a l'en- deVOYAGER c'est ddcouvrir triote a,yu,pour nous.ce pays qui prominent la mort et 1:
droMals, eomiheaS! Bedoret i'eun de nouveaux horizons. Pour curleuii'de FORMOSE don't destruction.
des carrefors pet-on dire un Sol et pour es autres quand, lea aiLnt-UuiiS come le Journaliste fureteur, Du
dle plus dcar geros peu -a oe- ton cas, tu fais de jolie fa- LAG DU O5LETL ET DE LA may a recueilli une multitu
les plus dangereux de nlarrou- l recit de rema u se r ^tlon
juque 1a norm ctemt versa tu as u. SHIHMIEN excitent'" l itein t qlui-nous renseigncnt sur le
jusqon ne salt trop rmaolment ve II nest pas donn 6 Ai beau- touirl&tlJce et Cea autres ,ter- Imoeurs, les habitudes de ce
dans une profonde falalseen coup de personnes de visitor res r)l nt non l'ndS;:la pddples qui nous semblent
Lde hor u violent, qs des pays qui restent mystt- Perse,.,p ramcodgeP a,, Thal trsnjes pour n'avoir eu nI
La carrossere se dltaca du leux a note curloslt6. Sa- lnude; '" o tohacts avec eux.
la aoteuret dese roues cheque a Culture tfen tien Dans le monde de la Presse, TERRES D'ANGOISSS El
La faaltse ot est tomb ian dra compete pour avoir mis a. il a..des reporters de, guers D'ESPOIR est un reportagi
toals o es ptoondiur notre 'ortee des details oeur r,,j spa qtilii-S 'vivant,actuel et passionnant
Gert es 200 peds. des peuples don't nous con- tien ait eu deja le perileix II sera apprecl6 tant Idc qu'i
La Dircirice de lEcole nalssons 5 peine la physilono honneur de prendre sur le l'Ftranger.
adermoiaelle Ma msle et les caractrlstiques. vlf ce qui se passe sur un
guerAd mihyrin,le chauf- ie nlivre quli est sorti de ce front milltaire. Avec moins Nous sommes particuliere
feur Maxi Joicmoeur aInsI que -long .p ripl est Terres d'An de dangers, Dumay cut 'a- ment heureux de presence
deux autres u pasagers ont et goisse et d'Espoir- vantage de voir de pres a Da n0os meilleurs remereiemesrt
Itau surges champ. Nous avons lIhabitude de nang le dechalnement de la et lexpresslon de no- nius\
ilre des reclts de voyage danrm violence ts ce seclcui. de- ves lcltatilons . --
- P. ,$..(U "k P t P PH o dana d'SAUtih tLOft lnts t


La Delaration Solennelle

de Mao Tse Tung


5e Coupe du monde

Pour- notre excellent ami Antoine Coicou


gR1. -I~ aarr ~ ._ IC i~-- sP-~


j I I


I~.r~y~-;Yl~.;;rrdLjuSdujli~k.~'~L*t~OZ ~-- -


___


r________LI__IU__PYY_____~IUCIIIL~Q Illll~-(s~C~--- --


__


756me ANBkE


- MERCREDI 20 MAI 1970


r---i


-Je ferme eCompere, avec Saison la pfuies, xLa Va -
lant. Quoiqu'on en pulsse un petit trembiement: je lassei, (Saison Secheresse.
pefiser, c'ust cette primaute chains ue le moyen d'expres Tout lui est occasion pour po
de l'homme haitlen et de alon employed par 1'auteur ne ser les problems de i'Hom -
'son role dans le deventr eco vaille a son recuell trop de me. La Valassei qui dit le
nomique de la Nation qui bouderies, mats je me rassu-, drame des eiiux n furie, eat
forment Ie cote esoterique -re aussitOt, sachant que l'oeu un potrhe apparemmeni; fan'
de notre embl6me. Le _Dra- vre, pour n'etre pas sans taisiste, restituant le climate
peau glorieux 6tant plan- beaue6, 1'emportera sur les de Preverm. Saison Secheres
t6 sur notre scene polltique, -prejugg6s. sea revile ie gout de Labu -
11 s'agit de creer mainte- Maurice -A. Lubin, en chin pour aGouverneurs d.e
nant-les valeurs morales et queue de preface, ecrlt. la Rose>s et retrace ces trois
spirituellei capable de I'ho lituit poemes de qualites. tapes du celebre roman: la
norer suivant le baut Ideal Le recueil s'ouvre sur un s6cherejse, la priere, 1'unior
des grands Ancftres. L'hom poneme dedicace; puts, le des paysani.
me haitien d'aujourd'hui, pe feuillet tourney, on d6bouche it si samples, ces trois pit
n6tr6 des sentiments de re- sur tFlora,, piece d'une excel ces de Rassoul, qu'on les ima
connaissance et d'orguell fi lente limure, au rythmne pre ginerait des plus fr.elfs, sans
lial envers les PAres -de la nant, accentue par la r6p6ti- comprendre que lt otf Labu-
Patrid, dolt se preparer a par tion de cerla.ns vers. chin a rtuasi, a'autres eus-
ticiper au movement d'evo Le poete pastiche Francois sent pu choir dans la bana-
lution qui caracterise notre Villon. Assurement, ce n'est lite; que la reusslte, dans ce
epoque. Au demeurant,. les Dos de la trcs- chere qu'il s'a genre de poesie crejie of s'ex
sublime heros de notre In git dan.s Compere,, mais prime, entire autres, une to
dependance, meme sans le d'un cyclone, don't le nom tale vision du mondie, suppo-
dire, pensaient dans leur rest atache a toute une ky- se ie labetr, une certain-
for Interieur a l'evolution sicle de miseres. Labuchin, oniorre cicxrerten. e et de
continue de notre democra pour traduire l'lnlquitt du connalssances.
tie, t cette change inlhter- .f6au, sut trouver des ac Chamfore, dans son rompue oft, chaque g6n6ra- cents qui nous foulllent dra- de la Fontaine, declare que
tion apporte sa contribu- matiqaement le coeur. le triomphe de I'art, c'est d'i
tion en vue de rendre plus Le mauvals temps, la stche tre sm6connu,. Ce fut peut-
belle la Patrie Commune. resse ... fournissent i l'au ette le true du fabuliste de
(Voir suite en page 4) teur la matilre d'autres poe- di.sumulet son travail. Ce'se
ines: ra probablement celui de La
buchin de cacher aix lec -
teurs ses transpirations.
Le poeme .Slmbi maitres-
set n'a rien d'empese. C'est
fn la, en some, que percent le
plus les dons poetiques de
In s t 7 7 t a n Ilauteur. Fraicheur, harm -
!n t an t n nie, couleur, tout concourt a
la rtussite du potme, ou trois
sens entrent en jeu: 1'oule, la
par Clade Dambreville vu et e go tre.se ... est
de ce norm mythologique que
Lundi soir, est arrived en compagn6 4 1'aeroport son le potte design l'aim6e. La
notre pays M. Barry W. fils Jacques, -son cousin LE- pitce se veut ainsi un potme
Watts, -manager general lihas Baboun, d'autres pa- d'amour. Mais Rassoul n'ai-
pout les Caralbes et les An wnts et amis. me pas a la Musset ni A la
tilles Anglaises des labora- Llesel Made'ih est rentrte Geraldy. n va plus- -loin: il
toires ceuticals Internationalb, de Elle s'y etait rendue. Just belle. Dans ce potme, la dis
New Jersey. M. Adolphe A- pour le conge de fin de se- tance, serpent audit, se re-
Ib.rm e, rgejflh_ ant. en.. maine. tMon sejour a'te. trdctt: lea peoples s'entr'ar
aft1 de ces prestigisux la- formidable, m'g dit la voya pellent ecomperes, et le pol
boratolres, 1IA. Lloyd Gas geuse. J'ai ete fortement im me devient 1'echo des cris tra
pard, Directeur de la Fonda pressionnee par San Juan, glques de l'enorme terre qu:
tion are chez'nous, et sa que je ne connaissais pas s'eveille.
femme Gina ont acduehlii encore,. L'humour nest pas exclu
*ce voyageur a l'aerogare. xxx du morceau. Cela fuse, at
M. Watts, don't le sljour ici Hier martin, ont pris I'a- contraire, cela met come i
sera des plus brets, Ctudle vion a destination du Cana un pointe d'ail au vers:
ra avec MX Abraham les pos da Mine. Pierre Claude, et Depis qui l'h6 cabriti
sibiltes d'effectuer de nou- ses files Rachel et Anne- pon'n z'oeufs>
velux- investissements, d'ac Valerie. Ces voyageuses, quirk Simbl maitresser est 1ind
croltre ainsi sle budget de habitent Quebec, viennent cation que le creole peut fac
propaganda, et de donner de passer deux mols en" Hal element epouser les contour
-un nouvel essor aux pro- ti. A l'aerogare, elles ont et G de la sensibility du poete, le:
adults Wallace .en Haiti. salutes par deux parents: moindres nuances de la pen
SX-x x Mme Anne Claude, et Mme ase.. Ne I'a-t-on pas du, rest
Une gentille petite fille, Georges Claude. mnontr quelque part en ci
toute delicate, toute mi- xxxx tant une phrase que Fernan
gnonne, toute belle est ve Monsieur le Deput6 An- nibberti dans rtSna, me
nue au monde le lundi dix- dre Simon et da femme Lu- sur je ne sar s quelle l vre
huit mal. Cet 6venement final ont conduit 'aero- damro mbroisie: Ge rard, m'raii
est survenu A l'hopltal du Ca port hier martin Altagra- min ou net'tr,
nap6 Vert. Les plre et me- cia De Julia. Cette voyageu- raiment ne vois pa
re de cette jolie demoiselle se, parerite de Mme Simon, Vr de asseraien
sont Michel Cauvin, de la est originaire de la R6publi- trop en quoi a dDeassersien
Banque Royale du Canada, que Dominlcaine. Elle n'a en frsicalns ou le vo lov
et Josiane, nee Gullbaud. passe que deux ours en tnea franlqais. ol I t
Josiane et Michel atten- Haiti. C'etait son troisieme vout anglais...
dalent Olivier, mals la joie voyage ici. Le creole, au demeurani
d'etre mere et plre le leur xxxx peut servir et a deja servi ,
a fait outlier. et Valerie est Mademoiselle Volvita Tel diverse tendances: roman
venue combler de bonheur fort est parties reprendre le qtie avec Oswald Durand, di
ses jeunes parents. collier a Freeport. Elle r6si dactlqueavec Charles Fer
xxx de aux Bahamas deputs nand Pressoir, patriotlque a
Betty JerOme qui, avant trois ans, et elle vient de vec Emile Clestin Megi(
son depart, etait deja une prendre quatorze bons jours italiste, poursuite avec Mori
attrayante jeune fille, a en de repos au bercail. seau Leroy, surrtaliste ..
core embell. L'exquise se- xxxx encore pas; mais je Ise de
cr6taire bilingue est rentr6e L'Ethnologue et Chimiste made si n'en viendrait ui
au pays hier apres-midi, a- Freddy Russo, qui est actuel jogr a deferler sur notre po
prts trois ann6es d'absen- element en vacances an Hai- sle une vague de surrealism
ce. Elle prete ses services a ti, etait A. l'aroport hier d'expression creole
une compagnie d'importa matin. Conttalrr ment a ce Ce serait lv, toul de mrem(
tion et d'exportatlon de New., que je .oroyais; ce -,netait -pas -'ne vole nouvelle, ou I'o:
York. Oul, j'aime New~ luti qui prenait l'avioln; smals- nnehgagerait pour rien- a
York, m'a dit Betty, mals ses amis les Khawly. Moh- monde Rassoul qui ne vou
7 j'aime blen mleux Haiti.. steur .Geord*t K4WiY'!-'a. drait, pour rien au mond
x. xxxx lepune Rae, lIurs en. s engager. soucieux qu'
SMOnseur Nassim Babotun: Jenanttep-et Ronal so8e re est de clarte, de logique .. e
est reparti hier matin pour parties pour Miami, leur liet de r6el.
Mexico. Il y reside. II vient de residence. Leur sejour C'est en effect, un collie
de passer un mols avec ses .
parents d'Halti. L'ontac- (suite pAge 4 colonne I e 'iSite j0age'Q colonne 8)







PAEU2aE wJ ZE


DISCOe de la lre..
(Suite de la lore page) ,'


Mulgrd lout, une conipr% -
henslon toute fraternelle ne
cease jamals dO templrertco
qul pourralt etre entire d'au -
tres peuples des rdcrimllna -
tions venimeuses ou de v6ri
tables bu]ets de discordes.
C'est que v6ritablement en
inatlire de rapports Interna-
tioaaux, 11 nest jamats con-
tre indiquAe mame dans les
pfres moments, de gaxder
son came et sa lucldit6 pour
qu puissent etre prises les
measures qui conviennent,
non seuleihent ea vue du re-
dressement Indispensable,
mals aussi en vue d'une am6
location touji ars n cesairt.
des reiattbns.
Cette necessit6 d'amblio -
ration vient du fait que les
conditions d'existence et de
survive des Communautds se
modifient de nos jours A un
rythme tnufinment plus rapt
de qu'autrefois. 11 se confir-
me de plus en plus que, pour
s'6panauir, satisfaire aux
multiples besoins que leur
cree la ,. iltat on les Com-
munaut~es ne peawvent plus
se conntentr des .*vantages
de l'6conoir iedteroea, car les
inconv4nkents qIwl les accom-
pagnent aetnellement aboutu
tissent au plkthowe, A la sta-.
gnation et a plusieurs for -
mes de solrose kosiomique.
D'instinct, les populations
en question, face a de telles
situations rdaglasen d'elle
YnAmes -- er c~est precis6 -
ment le ca', pour les popula-
tlons haItiennes et bahamien
nes- elles eherehent de nou
veaux comptoirs d'aehat s et
de vente et acceptant volon
tiers les offre? qu'elles se
font de s!alder rtciprooue -
ment, a rendre plus forte
leur economic en voie i-de d-
veloppement.
De tells initiatives, pour
ftre coJiormLs h la loglque
des besoins nouveaux, n'ecs
constituent pas moins la
source de nombreuses per -
turbations les iunres plus re -
grettabIls qu.s q antres et
susceutibles de d6tAriorer A
la longue, les rapports au ni
veau gouerrnmiental.
Son Exes!lence le Docteur
Francois Duvalier, Prsident
a Vie de la Rdpublique, sou-
cieux et du bien-ttre des po-
pulations de I'arriere pays at
ttrees par le vent du large
comme tous les insulatres, et
de la quality des relations ft
maintenir avec les pays voi-
sins a toujours acedd6 aves
grand plalsir au desir du
Gouvernement Bahamnen de
normaliser cette situation a-
narchique. A en jiger par
la seance inaugural .des
pourparlers, le voeu de Son
Excellence le Prgsident a Vie
de la R6publicue se rfalise-
ra : les discussions qui se
poirsuivront la semaine pro-
chaine danrs la mime atmos-
phere de cordialit, conduit -
ront certainement A une r6-
glementetio' prvre a respect
ter ler intrtils ade deux peu-
ples frtres, dcstreux de mar
cher la main dans la miin,
suns 1i dir-Atie vigilante de
leurs governments, vers un
meme Idal.
Volla darns quels senti -
ments r )us fraternisons ce
solr..Nous nous surprenons A
regretter que Son Excellen-
ce M. Pindling, Premier Mi -
nistre des Bahamas ne soil
pas, Lui aussi, present avec
nous. Au nomr de Son Excel-
lence le President A Vie de la
Rlpublique et en mon norm
personnel, je vous prierais,
M. le Minsatre, de bien vou-
loir Lut transmetre les meil-
ieurs vooux du Chef de la Na
tion Haitienne et les miens
propres, ainsi que le frater-
nel et cordial salt du Peu-
pie Haitien au Peuple Baha-
mien.


Dais cos sentimp6ts que
nous partageotut, Messieurs
je vous Invite A lever Vos ver
res A la',santt et en 1'hon -
sneur de Son Excellence Morn
sieux le Vice Premier Minis-
ire et des Membres de la D6-
legation Bahamlenne.
16 MAI 1970


Le Vice-Premier Ministre
bahamnen repondit en ces
terms:
Monsieur le Ministre
des Affaires Etrangbres,
Distingues .Rep6sentants du
Gouvernement -dela Repu -
que d'Haiti,
Mesdames, Messieurs,
-Je voudrais vous remercier
du tr&s cordial et chaleureux
accuel que votre Gouverne-
mens a raseve aux-jaemores
de la D t4gatzon et A moi de-
puts notre arrinve-sur la ter-
re hactenne, jeudi apr"s mi-
dit. ..
Cette splandide reception
que vous aves ifterse, ce soir,
ea notre ho aineur restera tou
jours grave .-aans notre es -
prit. En-tant que jeune Na -
Lion .du Nerd du Bassin des
Carailes, le Gouvernement
et le peauple-de la Cnmmunau
te des Bahamas son" de plus
en plus. conscalents- de la Int-
cessit6 de .rwerrer les liens
dej& A&Ur-ts qui nIous unis -
sent .ayveaos -voislns du res-
te des Castibes. Si, en mmem
temps nous nous preoccu -
pons sans .esae -du, d6velop-
pement Aconoque, social
et poittique. ainsi que de Ila
prospdritu et du bien-Utre di
la communaut6 des Iles Ba-
hamas, nous soms es -autss
soucleux et conscients di
faith que de routes les nations
des Caraibes devraient pro-
mouvoir entire elles des rela-
tions- qut fortiftent et fas-
sent avanuer notre Blen conr
mun A nous tous de cette ra
gion.
Ddja les paysid- la rpglor
caralbeenne ont ltabli aes rc
latlons commerciales et re
gioales, institud des organic
stations culturelles et & caram
tOre Oducattionnel qui annon-
cent use ere nouvelle de cot
peratlon mutuelle clans RI
propessus de developpemen
general de cette zone. Nous
des ies. Bahamas, anticipons
le jour ou leete participation
regionale englobera touted
les nations de toute cette par
tie du glooe.
Les lle -Bahamas et la Ri
pablique d'HaitIU ont de tris
ettrots liens giographiques
6tisuiques et -eultr-els. Ce;:
facteurs aeux seuls ont cor
trtbue; -point de vue histc
rique, A resserrer les rap -
ports entire nos deux pays
Au course ide ces quelques
jours a venir, nous aurons
l'occasion de discuter des
questions dflnttrft mutual
nous es"itront principale-
mert d'acrrver A des d6cli
slons qui pisasent ouvrir dei
nouvelles voles de communi-
-cations, lesquelles certain -
-ment servlrant avec avanta
go les-lnterets nationaux des
deux peoples. L'atmosphare
de cordtAHtt qui a prevalu
lors de *la stance inaugural
de nos entrettens restera la
mnme, j'en suis sar, et ainsi
nous pourrons arriver A une
solution heureuae des probit
mes qui notes solicitent.
Notre premier Ministre,
1Honorable Linden Pindling,
souhattalt beaucoup Atre par
mi nous en personnel, pour
pr6sider cette d6lgation ba-
hamiernne. 7Matheureisement
les affarees d'Etat 1'en empt-
chent. Nfanmoins 11 a faith


e Iavos ir a *sorsaMcallence '. l" AlJ-nspwt itt lJeu -
;, i Honorable Presideit Vie reux etinspirts par les paro-
r de la Republique d'Halti upe les de profonde asgesse et de
_ lettre personnelle dans la emprhenslon -pronone@es
quelle 11 exprime sa chaude par Son Excellence le Prdsl-
* affection pour le people hai- dent & Vie de la Republique,
- tien et son fervent desir de l'Honorable Dr. Francois Du
voir aboutir les conversa valler, au course de I'audlen-
Mons. ce qu'Elle a bien voulu nous
L'importance que le Gou- accorder et cela toute de sui-
vernement bahamlen accor- te apres notre arrlvde jeudi,
de & ces n6gociatlons s'expll- soir. Nous partageons de tout
que non ,.seulement. par ma coeut Ses sentiments-A. sa ,
pr6senceene tAint quteVlde- sir uque des -Antilles tdolvent
Premier Ministre, Ministre appartenir aux Antillals.
de l'Intkrleur et leader edu ,'-Puissent ces paroles servir
,.Oouvenrement, sIftls5 eaobre i 4e eepstgne A t.ious ldes. Atil-
la presence de ModsteurPres iaLs au course de cette decade
ton Albury, Reprssentant a et pour.toujours.
la Chambre Ldgislative de rlI Monsieur le Chanceller, E-
le historique d'Eleuthera, de mineuts Meinbre, duu (ou -
l'Archipel des Bahamas, ain- vernement haltien, j'6prouve.
si que par la presence de un tres grand plaisir A vous
hauts fonctionnalres tdes Mil- inviter A lever vos verres et'
nistkres de mon Gouverne A bore avec molt a a sant6
ment qui s'interessent vive de Son Excellence le Prdsi -
ment A toutes les..questions dent & Vie de la Rdpublioue,
devant fire 1'objet de nos a celle du Secrdtaire d'Etat
discussions. des Affaires Etrangeres edHai
Monsieur le Chancelier, 6 ,ti, en symbol de 1'amiti6 eta
minents Repr6sentants, je de 1Estime du peuale baha -
voudrais, ik cette phase vous mien pour ses freres et
dire combien les membres de soeurs d'Halti. Ia plus.ancien
ne et f(tre Republique noire
du monde.
Avisde Divrce
nI est port'a& la connais-
sance du Pilblic et de tous
ceux Int reess que le ma- t a
rige-"des 6poux Weber La-
mour' lemme nae UAna Feon
tamne-est disaus'-sur lade- JLEUNES EGYPF
S made dei l'pOux par 'juge
ment en 'date du 25 Juillet RPS. Avant d'etre appeals
1969, rondu par le Tribunal it faire lour service mlttak~e,
i1 cia sa-Prn et a faire lear service mulltairie,
S Civil de Port-au-Pnce et les.jeunesEgyptiaens vont su-
r6guhllrement signifi. birup entramement parami-
Le dpoltif u s dit ju litaire .Los Sovmtlques, ces
1 gement admettant et pro- derni6res annees, ont vu la
e nonant e divorce des Rpublique arabe unie per -
conscrits s 13us nomms a 1970 dre une grande parties au ma
Stransrit le 13 M a'i 1970 triel milit- cotteux qu'ils
i sur les registres A ce desti- luial aaieit ourni; ils espe -
u n6s, confo rmmen at itl loi rent que cette instruction
vs par1'Off cier de rEtat pr6alabje renforcera la. disci
Port-au-dePrince, ctionle 1 Mat line clans l'arme gyptien-
970 neet y contribuera A une aug
Hritbert ST. SURIN, av. mentation de Ia conscience


RUNE COLES
LALUE No. 180


Le Champion du beau v-
tement antionce i ceux qui
patent pour l'Europe, les
USA ou le Cansada, quil est,
revenue du Canada et des
Etats Unis avec une techno
que moderne eta sfre, qu'il
est en outre le Seul capa-
ble de confectioner un
manteau d'Hver coui soit A
la mode dans les differen-
tes Capltales du monde.
Ils troweront Agaiement
des costumes, etides panta-
lons et un choix judictleux
de tissues pour les Alegants
qui prs-trent la coupe sur
measure.


milimiire ~politlque.
Une socictL de l'Allemagrn
de 1'Est, la aGesellschaft fur
Sport m id Techniks (GST),
a zdt- charuae de cette tache
Elie' comprendtb500.MlU, mein -
bres (Ages de plus de 14 ans)
et son commandement est
assure par des 'oit-isers haut
grades de i'armne, de ila Repu
blique d6mocratique alleman
de. Dans le cadre d'un tralt6
de cooperation plus ancle t,.
un accord aset.6 sigit air Gal
re par le colonel Gunthlt
Munch, vice president de
la- OST, et le- minlstre gyp-
aien de la Jeunesse, le Dr. A-
bou Al-Izz.
Les jeunes' Egyptiens ap -
prendront le vol a voile, le
parachutisme, le tir au fusil,
la conduit de 1'entretien de
vehieules A moteur, de nmme
que l'utlisation et l'entre -
tien d'apparells de radio. C&r
tains d'entre eux seront plus
spocialement prepares a de-
venir instructeurs dans la
oFutuwa>, l'organisation de
Jeunesse paramilitaire de la
RKpublique aTabe unie. L'ei-
doctrinement p.Aitique occi-
pe une place important(
dans le progrannmme de la
GST: les futurs soldats de la
RAU recevront done une Iis
truction approfondle en mar
xisme ldninlsme.
Le ministre de\ la D1fense
de 'Allemagne de l'Est, le gd
neral Hoffman, a prcis6 leA
but des course de la GST ,A
occasion du quatri-me con-
gres de la societA, en septem
bre 1968., Vous devez 6ta -
blir, a dit le g6ndral, nun
programme d'entrainement
au course duquel vos jeunes 6-
16ves prendront 'habituide
de 1'ordre et de la discipline,
stricte et continue, pour
au'lis acceptent les directives
de leeurs instructeurs et tde -


.L


"A~NLLEAN JNWE" |


Depart de MIAMI Pour PORT-AU-PRINCE


SANTO DOMINGO


M/T -WII.LIAM IPRISL.
MVT RI3EMUS.
IM/T LAYLA7 uwS
N/V WIMUAMKZPRussD
INIT MRUZ3KUS.
K/T LAYLAK XPfUM.
W/T J.IfllW IX1'115


Voy. 80
Voy 10
Voy. 50
Voy 81
Voy 11


Voy 89


May 7, 1970
May 11, o70o
May 13, 1970
May l-, 1970
May 24, 1970
Mays26, 1970
- May26, 1970


lr 2 MA T


DANS NOS CINEMAS


)/ fl' /


Je Samedi 23 Mai a 8 hres P.-M.
--ANSY, DEROSE
Entree $ 1.00 et 1.50

Les billets sont en veaste A la Direction du CENTRE CULTUT
REL


Banque Nationale

de la RWpublique d'Haiti

SBanque de 1'Etat Haltien

I Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compete de Cheques a la Banque Nationale





ent paramilitaire des
FIENS PAR LS ALLEMANDS DE L'EST


leurs sup6rieurs et les ex6cu
tent sans discussion.s
De nouveaux status, don
nant a la OST un caractere
completement militaire, fu-
rent introduits A cette date.
Lorsqu'elle fut fond6e en
1952, la GST 6tait avant
tout une organisation spor-
tive. Depuis, elle est progress
sivement revenue de plus en
plus militaire. Le quatrieme
congros vit adoption de nou
veaux unlformes, d'insignes
de garden et un enforcement
de la discipline.
La function de la SGT an
R publlque arabe unie a e&t
recemment dsnmitee par son
president, le major-g6nfral
Gunther Teller. Son role
principal est de preparer )es
jeunes Egyptleis A server
Plans l'armee. une tell pr6 -
paration premilitaire est c-
sentielle pour que les recrues
solent a mIne d'apprendre
h fond les techniques mill -
taires modernes durant la pa
riode, relativement course,
de leur service militaire. Sc-


lon 1'officier allemand, GST doit Atre une ecole effi
cace pour le soldat de de -
main.
Les Allemands de I'EsL sen,
blent aussi vouloir impress -
sionner les Egyptiens en leut
montrant ies techniques
qu'ils utilisent pour le con -
Lrose du comportement et de
l'opinion publiques. Durant
ces derniers mois, plusieurs
imembres de la judicature
iegptienne se sont rendus en
Allemagne dei l'Est pour se fa
midiariser avec les metnodes
de leuits homologues alle -
mands. De meme, une dielega
tion de conseillers mmnici-
paux de la Ropubllque arabe
unie ont stjourn6 A Berlin-
Est pour y 6tudier les proc6-
des administratifs utilises
par les autoribts de cette vil
le. Par ailleurs, une cooptra
tions Atroite est envisage en
tre la RAU d'une part, et 1'U
RSS et l'Allemagne de I'Est
d'autre part. Ce dernier pays
doit liver du materiel mo -
derne a la police Agyptienne.


Restograi en Lotion et en Pommade




,














Rajeunissez avec RESTOGRAI
Plus de cheveux blancs.
Pour les Hommes la Lotion est excellent.
Pour les Femmes, rdsultat apres 15 30 et 60
jours. Succ6s garanti, plus de 3000 personnel A Port
au Prince en ont fait d6jA l'heureuse experience.
En vente dans touts Pharmacies et Epiceries.
TIPCO, Distributeur.


AU CAPITOL
Mercre & 6 h. et 8 h. 30
NEVADA SMITH
Entree Odes. 2.50 et 4.00
Jeudi 6 h. et 8 h. S0
LES ARNAUDfS I
Entree Gdes, 2.50 et 4.00

CINE PALACE
Mercredi & h-. et 8 h. 15
j UNE MINUTE POUR
PRIER UNE MINUTE POUR
MOURIR
Entree Gde. 1.50
Jeudi A 6 h. et 8 h. 15
QUAND.LA CHAIR
SUCCOMBE
Entree Ode. 1.00


rEX TrEATRE
Mercredi A 6 h. et 8 h. 15
DEVINE. QUI VIENT DINER
Entrde Odes. 3.00 et 5.00
Jeudi A 6 h5.e t 8.h. 15
LE TONNERRE DE DIEU
Entr6e Odes. 1.50 et'2.50


PARAMOUNT
Mercredil & .6 h. et 8 h.
UN HOME
ET UNE FEMME
]ntr6e Odes. 1.50 et 2.00
Jeudi A 6 h: et 8 h.
CASSE, TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Entree Odes., 1.20 et 2.00


Programme du Lundi 18 Mai au Samedi 25 Mai
Consultez votre conseillere :


MARDI ......-;... 9h. tlh.
MERCREDI .... 9h.itl1h.
JEUDI ............ 9h.a lh.
VENDREDI .... 9 h. a h.


ia 00.000 ARTICLES
A 100.000 ARTICLES
A FOOD STORE
hA FOOD STORE


Demonstration tous les jouresur rendez-vous
Sa CASA POMPADOUR

SRappelez-vous Madame, Bele ce soir I Rid6e De'main,
L'Avenir de votre peau se joue a trente ans......
HELENA RUBINSTEIN


DRIVE IN CINE


CINE SENEGAL


Mercredl A 7 h. et 9 h. Mercredi A 6 h. 15 et 8 h. 15
OPERATION CAPRICE RINGO AU PISTOLET D'OR
Entree 1 dollar par voiture Entree Gdes 1.50, 2.00 et 2.50


Jeudi a 7 h. et 9 h.
LE CARNAVAL
DES TRUANDS
Entree 1 dollar par volture


Jeudi A 6 h. 15. et 8 h. 15
UN MERCENAIRE RESTE
A TUER
Entree Gdes. 0.60, 1.00 et 1.50


A MAGIC CINE AIRPORT CINE


Mercredi A 6 h. 15 et 8 h. 15
TROIS PISTOLETS
CENTRE CESAR
Entree Gdes. 2.50 et 4.00

Jeudi A 6 h. 15 et 8 h. 15
FRAENCKENSTEIN
,CREA LA FEMME
Entree daes.').50 et 2.50


MONTPARNASSE
Mrecredi a 6 h. 15 et 8 h.
REQUIEM POUR GRINGO
Entree Gde. 1.00
Jeudi a 6 h. 15 et 8 h.
LE PONT DES SOUPIRS
Entree Gde. 0.60

CINE ELDORADAO
Mercredi a 6 h. et 8 h. 15
PARTISANS CENTRE S S
Entree Gdes. 2.50 et- 4.00
Jeudi a 6 h. et 8 h. 15
LA REINE DES VIKINGS
Entree Gdes. 1.50 et 3.00

CENTRE CULTURAL
AUAlWilOUM
Jeudi a 7- h. -
SOEUR ANGELICA
Entree Ode. 1.50


Mercredl A 6 h. 30 et 8 h. 30
LA DIABLESSE
Entree Gdes. 1.00 et 2.00
Jeudi A 6 h. 30 et 8 h. 30
JUSTICIER DE L'OUEST
Entree Gde. 1.00 et 1.50


De Luxe Auto Cine
Mercrediu 7 Ih. et 9 h.
L'HOMME QUI VENAIT
DE CANYON CITY
Entree $ 0 60 par personnel
Jeudi A 7 h. et 9 h.
LES PERLES GRECQUES
Entr6e 1 dollar par voiture


CINE OLYMPIA
Mercredi (En Permanence)
LES 7 GLADIATEURS .,
REBELLES
Entree Ode. 1.50
Jeudi (En Permanence,)
PLUS FEROCES QUE
LES MALES
Entree Ode. 1.00


CINE UNION
Mercredi A 6 h. 15 et 8 h.
L'A BATAILLE DE LA
VALLEE DU DIABLE
tt-.A. (St. 1.n0


Avis de Divorce n ..
II est port it la connais- Jeudi At 6 h. 15 et 8 h.
sance du public qu'A la date SEPT VOLEURS
du 17 Avril 1970, l'Officier DE CHICAGO
de 1'Etat civil de Port-au- Entree Ode. 1.00
Prince de la section Nord, a
transcrit sur ses registres le ,
dispositif du jugement du
tribunal civil de P-au-lince ETOILE CINE
en date du 23 Janvier 1970 Mercredi A 6 h. 30 et 8 n. 3
prononcant la dissolution du LE POINT
marriage qui a existO entire DE NON RETOUR
les 6poux EGE JEAN-Pierre, Entr6e Odes. 2.00 et 3.00
1'1pouse, nee Yola COlestin.
Port-au-Pce., le 19 Mat 1970 Jeudi A 6 h. 30 et 8 h. 30
Ernest et Rossiny L. Male- LA LE(ON PARTICULIERE
branch, Avocats. Entr6e Odes. 1.50 et 2.50



AI VEC






Mort an Rats


EN BOULETTES



GIBUSBONS


QUEL QUE SOIT
LE RAT

IL PERIRA


I2~


MONTRES SUISSES












GIRARD PERREGAUX RALCO
TECHNOS 'ANCO
BIJOUX
BIJOUX EN OR 18 ct.
BIJOUX EN OR FIXE
BIJOUX MURAT
BIJOUX EN ARGENT
ARGENTERIE CHRISTOFLE
UnilSTAI. DE BACCAR.AT
CRISTAL DE LALIQUE
CRISTAL DE DAUM
EN EXCLUSIVITE A LITTLE EUROPE
ET MAISON ORIENTALE


ROGE1ABASSINE
Estaga-m nrrakPA -I
Pkwe 'Geffrard No :117
Td : 3132


~i~l~


--'---- -~


-----,-,- -,---,- -- -- --- --~


m


~u-- -- ----- ---- -- -- -- -- -- -- ---- -- ---


I~-'~xlUIII -;"~II ~l"~u----------------------- -YWY3-YI~CY-S~~-~PULIIUI~Y *~tl-~~YYI*II~Wj~lI~l~s~~-~LL~


PAGE 2


cLE NOUBELJLSTE>


u 9 U" 170







OR1D 20 MA 90IeENUELI


La F6teo-. patronale d gme, Baides .esines du Nouvelliste

11 Mal de cette ann6e, Cur I' .li-IniL, I0e I. P Si niii;a i,. eti rotabl-n a I- ,le coitintereni et reilorce- .
nel a celebr6 la fete de Hubert, 6merveilla l'assistan gner Ic Livre d'Or que la vlt rent la liesse de ce jour. Ker
Saints Patrons, St Jac- ce. C'est une r6unktoi de vrals le de JIt.itci coinmpe offrir b nesse et balls repandalent la
et St Philippe, avec un artistes. a. E. le President A vie de la Jole chez les grands et petits. IjlE IRJ'AI ( MAFILLEETMA C'EST UN I0NDE DE NE PAS IOEZMON DuO GTIj'AiE BEA'COUP DAUCO
qui rappelle les beaux Repubilque, pour lul renouve GSt ice une mention speclale ESAY .OEVOlNS FE WMEONTTt- POUVOIB VOUS JBINDRE 7 F : E1 USE BERT. ILGJOB TOUT
s quidranppell se ma- A l'issue de la c6ermonic icr Iassurance dc son pro- dolt t'e fIlte a la belle'pa TELUPHONER PEN. LPHONESANS POUR UNE CHOSE I CE 0 TOURNE I E iO
*a daantan. Diveraea ma-
tations soclo religieu- religiue, a laquell avalent fond attachement au lende- ticipation de l'IDAI n tre DANTDEU HEU CES PORTANTE LE DSQUE.
mt secoue 'me proon- atsis6 les Autorites civiles t main des actes de barbarie fete patronale, en offraintt Cr AG
e nos jacnulieis, ct eot militaires de a ville, ces 1er des apatrides du 24 avril der la population une seance
motion qu'lls ont ma- nitres furent saluoes par un nier. cinema sur la Place Louver-
e DsDeu et Patrie. batamon des Forces Armecs an Cloef daepropagn M '\\
x Meqoees de ce josr, l'as d'Haltl, et un autre de VSN. L*Ingenieur Scherer Fide- son Chef de propaganda, M. -
rice ALat conrbtr. m- Ce fut alors le defile, au lia mii beaucoup d'espoir au G 0rard Malsonneuve qul, au i __ .
eetrangr it e lbeBjacme :,on des clairons, d'un group coeurdes Jacmeliecns enpro coura do cette seance, mit en -
habitant 'uaiuis ashia compacC fornm6 d b incibres inettant d'&tre un bon ou- relief la politique progressis- -
Cude la Cooperative Municipa vrier dc la politique progress to du President Duvalier par
Uinagye quse ameI sLt l e, des Syndicats, du Fais- slate et constructive du Pre- liitermdiaire de 1'DAT.
t'na c l~l e Dln lllL ... w...... ,,, .. ,n ..., o.,_ liltem diir d ID I.,-... ,.. *


vers nos Saints Patrons. Une
messe concelebree par dix
pretres d6erouiaai a iltes
grandloses. Elie etait presi-
uAe par le R. P. Jean-Noel,
Cure de la Cathedrale de Pt
au-Prince, assisted des RR.
PP. Dor6lten, vicaire general
cie l'Archidioctse et Cure de
Carrefour, Jean Parisot, Cu-
ie de iaineL. Les Lauaic con
c6lfbrants 6taient les RR.
PP. Jean Le Du, Cure des Ca
yes Jacmel, Tombeau, Cure
de Marigot, Pestiaux, Curet
de la Vallee, Guegen, Cure
de Marbial, Frangois, Cure
de Baudin, Leon Jeannot, vi
care A Jacmel, Roger Baptis
tc, Vicaire a Carrefour, qui
fut le predicateur du jour.
La chorale dirigfe par Ic


ceau F. nin, aes ;yeves ae
Ecoles, de paysans, de com-
merQants, des amis du Gou-
vernement avec pancartes,
bannieres et de lI l ule de,;
curieux. Ce cortege immense
en',ahit la Ptlae Louverture
devant l'ancien HOtel commu
nal ot eut lieu un grand
meeting de masse anime par
le Matre de Jacmel, Minme Ma
deleine Perez. Prenant la pa
role, elle' fit ressortir les rea
lisations bientfaisantes de la
Poiitique constructive du Pro
sident Duvalier et flagella
oertement i, conce.ite infta-
me des mutins des Gardes -
COtes, a la date des 24 et 25
Avril 1970. Pour finir, elle ii,
vite fonctionnaires, membres
des F.A.d'H et des VSN, corn


DAVID BROWN

TRACTEUR DIESEL






















POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES :
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE ECONOMIQUE
-r T.ANSIISION MONOBLOQUE

DISPOSITIF EXCLUSIF BLOCAGE DE DIFFERENTIAL
CHASSIS UNIFIE
DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE.,

Charles FequT re & .Cie.
DISTRIBUiaUmS


de r6parer la face de misere Pour teacher de n'oublier
qu'oftre notre malheureuse personnel, nous notons les ef
Cite. ors ae lia jeune Troupe fol-
Le clou de ces festivlbes a t municipal qui a
et6 le beau discourse que fit cr'artes des difehrents meen
le Prefet Louis Lafontant, en rcgs.
tant que Representant a Jac I est a ouhaiter que tant
mel du Chef du Pouvoir Exe- d'ardeur mis par Jacmel &k
cutif. II magnifia les hautes magnifier ses aitsts Patrons
realisations du President le port a rcnouer avec sa tra
Docteur Francois Duvalier, edition d'6tre toujours a 1'a-
son souci inlassable de la jus vant garden du Pays par son
tile social et cloua au pilo sprt d'initiaive et sa volon
ri la conduite infame des Ca t6 de progress.
yard et consorts.
Diverses receptions en vil- Louis P. BAPTISTE


Simples appreciations sur...
(Suite de la 16re page)


Au surplus, obtenant une
bourse des Natiois Unies,
sur la recommendation de
ses chefs hierarchiques qui
ont toujours appreci6 ses ef
forts, elle 6tendit ses con-
naissances, se famlllarlsa,
sur- une plus large 6echelle,
avec de nouveaux cas qui
lul ont fourni des themes
de comparison, des crite-
res, pour resoudre les pro-
blemes complexes de notre
collectivit6 avec nos fables
resources. Attirant 'atten-
ressources. Attirant latten-
don de ses maltres 6tran-
gers, elle contrlbua a don-
ier a l'exttrieur ane id6e
de la supftlorit6 et de 1'effi
cacte de notre enseigne-
ment en certain domal-
nes.
La discipline -'en laquelle
6'exercent les activities de
Mme Plummer, constitute la
pierre fondamentale sur la
quell reposent nos socie-
tes modernes. :Les deux
guerres mondiales ont fait
naltre tant de d6sastres que
d'iniportantes 'ommunau-
tes, ddsorlentkea, avalent
perdu la force" necessaire
pour accomplir la mltsion.
Et la vie se presentalt a elles
sous .un esprit fort triste.
En outre, le progres de 'in
dustrie et de la technique
out cree, par ce tals cotes,
tant de des6quillbres dans
nos soclet6s que ceu- -A qui
se penchent sur les maux
universels, ont 6difi6 une
nouvelle science pour la r6cu
operation humane par le re
levement moral de mil-
Uers-dind!tidus en detres-
se. On volt done que cette
oeuvre reclame de la psy-


chologie, du tact pour 6tre
efficient.
Cette science qui est A
ses debuts dans notre mi-"
lieu y a trouv6 des apitres,
notamment Mme. Plummer.
Par ses d6marches au pro-
fit de 1'enfant en service et
de l'adolescent, lequel, n'6-
coutant que ses instincts,
chemine en dehors des voles
prescrites par. la morale,
ainsi que de 1'ouvrler de cer
talnes entreprises qui souf
frjnt des mauvaises condi-
tions de travail, elle s'effor
ce d'etre utile a la soilete.
Elle est de ceux qui appor
tent une contribution g6n6
reuse pour aider son Depar
tement A, agir dans le cadre
des critfres r6glementant
1'Alliance pour le Progres
qui pr6conise une action in
tensive pour 1'amelloration
du sort des demunis et la
rehabilitation des inadap-
tes.
Certes, les Gouvernements
de notre sous Continent
font une oeuvre b6n6fique
en elaborant des program-
mes A ces fins. Mais un plan
quelque soit amenage qu'il
puisse etre, reclame une A-
quipe blen style par son
execution. Sans quol, on che
mine toujours dans les me-
mes vielles ornieres. 'C'est
pour cette raison dans les
pays d'Europe tout comme
dans certalnes collectivitys
amercaines, on s'efforce de
preparer des assistants so-
claux qui ont pour mission
de decouvrir les causes de
la souffrance humane, les
motifs de son peu de ren-
dement dans le travail tant
dans les entreprises publi-


ques que privies. A cet 6-
gard, meme 1'enseignement
est 1'objet d'une attention
miAutieuse. Dans les Cen-
tres sus-dits, on rencontre
dans les etablissements sco
laires des assistants so-
ciales A tendances- norma-
liennes pour detector les
raisons des deficiences des
61eves. Les rapports de ces
sp6cialistes permettent de
prendre des measures pour
eviter bien des echecs.
Ainsi, dans les milieux ofu
opere un 6tat-major d'as-
sistants soclaux, on a 6va-
lue que les progress qui y
sont realists sont notables.
Sous le ben6fice de ses
considerations, l'ouvrage de
Mme. Plummer, 6cit d'un
style simple, par les preoc-
cupations quill susclte et les
implications qu'll est appe-


16 A. produire dans notre mL
lieu, a de l'importance.
Nous devons lui savoir
gre de cette oeuvre qui est
remplie de pens6es f6con-
des et de directives saines.
Les diff6rents chapitres du
Uvre constituent des se-
mailles qui, repandues dans
les divers secteurs de notre
collectivit6, leur permet -
tront de r6colter dCabondan
tea moissons.
Les chefs d'entreprises,
les homes d'affaires et
tous ceux qui s'interes-
sent au sort de ette catego
rie social que sont les ou-
vriers, ont intre6t a lire cet
ouvrage inspire par la piti6
et pour ce qu'il content d'a
nalyses minutleuses et de sa
ges recommendations pour
promouvoir le Blen.
L. C. PH.


ga m Pour votre BEAUTE
a. Ales sp6cialit6s
cbsmdtiqu es
A la e.o..,e
Gelee Royale
stabilisde

Crimes de jour et de nuit
Crime masque.
Creme hydratante.
S Toniques,et Loions.
qrue, eihautat. jtl


Creme daquillante. '
Lait de leautt. ..m
Savon. ,, ,
Dentage"
Brillantines. *' .. -
Creme 37 pour I beuti des main,.


sous licence


PORT-AU-PRINCE

La Compagnie ayant 24 aamies de Service dams les Carames


NOUVEL HORAIRE


A PARTIR DU 28 AVRIL 1970



MARDI JEUDI SAMEDI


Depart New-York 13.15


Vol 602 ) Depart Port-au-Pce 17.00


Arrive Port-au-Pce 15.15


Arrivee New-York 21.20


Pour toutes informations cowernant ces Vols Supplementaires adrese-vous a notre agent tde
voyage ou aux bureaux de la Trans CaribHedn, Clt de exposition.


Tel : 2-3974 2r3975 2-3976
Airport et Service Cargo : -21089 -,2-3087 .








N.B. Soulignons qu'en raison de 'intensifleotion du traffic. La Trans-Caribbean Airways orga

nise des vols supplnentaires. '


Produits mi mu point
,,, 1. biologist. B. de Beimefer


Un produil licence AlSf11J M B. de Bevefer base
de Gelee Royale slabilis6e offre los garanties de quality
et d'elfficacit6 qui depuis dix ans font la reputation mondiale
de la 1narque."
SLborotoirefSANTA 2. eoena du 11 Nov ,nbr. COURBEVOIE I
i,. .a.. -.-- ,- < -

Joseph C. Valm6 et Co,
Distributeurs.





voici une chose ,
que la femme
qui a tout,
n nossde O 1 3 pas


Enfin une plume de quality fagonnee pour k
main d'une femme.

Fine et jolie, du capuchon brilliant comme di
diamant, jusqu'au contrast de la couleur di
porte-plume. II y a 5 coulears votre choix :
Olive, Orange, Bleu, Marron, Noir.
Un article produit par la Compagnie. PARKEA
Agent : DON MOHR SALES CORP


Le
Jacn
ses E
ques
Oclat
joi t
nifes
ses o
de dc
avec
gnlfi
Aut
slsta.
ore
liens
ts d
peler


POIURVOTRE SECURITY

La Mut6oM a, pour sains dire, 6t
Inorpor wI pnou 08 Goodyeanr
Ol*. & m 6paulemento arrondlo,
Ise vgos ont plus s*O, la con-
dults plu prlole.L'Intollago ST.
pk- r~oltnt quo reoler, a moque
dms hoo at de I'6ohauffement pro-
wvqu6 pw sme oondult eportv,
Le pneo G voua ofsiro plu do kilo-
mwi oM o-oOtMr pluk ohwr &
rMsh. Voye votrv oonolesonnal-
n Gooady 4r -l vous aye beM




4OOD6)EAR



AjoMO A)
doIll -


A


Vol 601


--- --- ---- ------


bk~~Wo~CiiL~;-F~-~i~.~J~-~*C~ilT;ICilt*


w"


4LE NOUELLMM3


SMBROREDI 20 MAI 1970


< FAIg 8


L
1


I




?ABO4N ltVIITSE


Le CbbaMldiUij
SCIENCgS-DR
Sur le plan sportif, la sD-
maine semble heureuse
pour la F.D.S. Apres avoir
battu au Volley-ball, dimahn
che soir, la victor. etalt ean
core avec elle, lier aprttmi.
dt, au Stade Sylvio Cator.
UNE VOLONTE DE
VAINCRE CHEZ LA I.D.S.
1.- Parce qu'i ne fallalt.
pas perdre devant cet adver
saire, qui apres son match
avec Leconte 6tait consid6-
rd plutt comme falble,
2.- Parce qu'll fallait r6
parer I'6chec essuy devant
la Faculty d Agronomie
3.- Parce qu'll fall'it sa
tisfaire sa petite clienritle
de fanatiques exigeants. as
soifee de victolre.
La F.D.S. abordia aunc le
jeu trts franchement par
W. CARRENARD qut rettiou
va son ancienne performan
ce. Ti Youce inqultta tries
souvent la defense adverse
qui pratiqua d'alleurs l'antl
jeu (Certaines fois.)- pour ar
reter sa dureta et-,sa' tnaol
t6 don't seul 'aoler a 16 se
cret.
' Dltos tout' de suite qua
cette- pboue0f-e de-'Tf Youe
est due au bft travaHl deb
homes de milieu : Joel
RAYMOND impeccable et
Lesly PIERRE toujours en
plene fore forme dbordant W'
nergle et de combatlvit6.
Signalons de plus que
Joel RAYMOND r6ussit un
tries beaq marquage de DO
MINGUE, ce future l1giste
qui inquilta tras souvent no
tre defense voire nos buts
quoique bien gartdCi par
cl'6pervierv Carlo DELE-S -
ME.
Les buts on tetd assezu
magnifiques.
Le ler but fut marque par
L. DUMOND cui a ben6fi -
cie d'un cafouillage credL



ASurez -


NorwicI

La Meilleure Compa
Elabtie e
JOSEPH NADAL &




HAYTIAN AMEI
COMPANY
USINE I
SOCIETY ANONYI

PLANTEURS ET
Sucre Mi-Raffin6 -
Port-au-Prin
.-. -- .- 33. _o :


aOIT

par
MA


run tir de Jean-Jean (J.
IRTELLY). Le second. dlu


ne exc
l'oeuvret


"x. L econa ,u
rellente beauty, est
totute entlbre de TI


Youce.- Depuis la fin de la Seconi
de Guerre Mondiale, notreo
Pour la Faculth de Droit, planete est radicalement
DOMINGUE botta presqu'i transformee. Les cofldltilons
ras de sol un penalty quo de vie, les besoins nouveaux,'
sl'6perviers dut tolfrer dans 1'explosion d6nmogtphique,
ses filets. ont engendr6 des' pogres
Immense et m6me $a" nmu
En gros, la partle fut tr6s stations, dans tous les dd-
animee. I1 y eut de bones malnes du savor. De nou-
actions de part et d'autres. veaux outils scientlfiques
A propos la F.D.S. dolt un sont mis la disposition des
grand' hommage a M. BLAI hommes tauit l'Unlversi-
SE (entraineur) l'ex stop- te que dans l'Industrle. L'en
peur de l'Algle Noir qtul a selgnement, reserve nague
r6ussi un bon tour de force re A des groups privileglas,
dans notre attaque, est deyenu populire, est
Les, bonnes atetflns d .la' be ci dSa'qul'ne'ose
F.D.S. furent ovaLUonaues renden tpak compete de ce
par la tameuse 6quipe 1mon fault probant que notre sal-
the par E et F METELLUS, cle a construct, a moul6 une
Alice, E. BIJOU, A. KERNI nouvelle race d'hommes.
ZAN, H.- CADET, C. ELIS- L'6tre illlettrd ou & pelrie
MA, Roro RICHARD etc. frott6 de rudiments de con
naissances nest nullement
La presence de 4DOY a dcarto par principle de I ap-
donnd encore plus d'6clat a pareil economique d'une Na
cette victoire. Trts d6tendu, tion., I y figure, pourtant,
le Doyen a suivi le match comme ifne pikce accessol-
avec attention la plus sou re. LEtat moderne, pour L'ai
tenue. re slier correctemnnt la ma
Notre reportage pecheiait chine, a un besoln pressant
abomlngblement s'll ne re- de cadres scientiftql'us et
latait la presence tris re- techniques oi les ing6 -
marquee du trio former par nieurs, les spiclalistes, les
les Perles de l'annoe pr6oa- admlnlstrateursa ties q ia.l-
ratoire: La ravissante sM. fils jouent un r6le pr,61pn-
Ph. AUG1UTE fiddle b son derant, encore que la fibre
uniform rouge et blanc, la ddmocratique ou dgalltire
divine M. MONOZIET qui des masses s'en troUve" sou-
n'a pas eu pour non plus de vent frolss6e. DIns e1 mun-
revttir l'unlforme et entin de d'aujourd'hul, 'les mots
la graeteuse et combien sym clds sont l'Informatique, la
pathique- V. JOLICOEtUR Programmation, 1'Elbetrorsi-
qul, encore consciente, sem- que, la Cybern6tique, la Phty
ble-t-il, de la lecon de la sique et la Chimie nucl al-
Faculte d'Agronomie pr6tf- res. Les deux dernitres gran
ra porter un-ensemble blanc des guerres sonn6rent le
l6ggrement tiss4 au rouge glas de toutes les valeurs
vers les coutures lathrale;. qui des antiquit6s igyptien
nes et chald6ennes a l'Eu-
Pour la F.D.S. rope- et L I'Am~rique du dix-
GOUPIL huitidme siecle, en passant
par Athbnes, Rome, Cons-
mu e.,-- ..__ '* .-.-. -, tantinople, etc., ont servl aL
ddifier notre Civillsation
SOccidentale. Du temps d'A-
VOUS 1a 8 ristote et de Platon, outre
la meusre p ripatetlcien-
ne, l'6chelle de toute va-
leur se rdsumait dans un
i, marlage parfait du beau et
Sdu bien. Tous les esprits cu
rieux connaissent la perfec-
tion et la splendour attein-
wgnie dAsurances tes 'dans tous les ordres de
connaissances par la Gr,-
?n 901 ce antique. Quand on a un
coeur, une Lme et de l'es-
Cie: Repr-sentants prit, on a du mali parler
d'Athtnes sans exag6rer,
~- ^ -n J v disalt ESCHYLIE. L'AeOpo-
le restara 6ternellement un
3"_- haul lieu d'ldvation de 11'
Ime. L'6chelle des valeurs
RICANSU ZA que nous proposaient les
RICAN SUIAR Hellenes en leur instant de
gloire, marque un tour -
IY, S. A. nant decisif dans la civlli-
sation. Rome donnera enco
AIW l i re plus d'eclat au verbe, L
ME HA1TENNE l'ilbqiefice; pa des mtuaf-
les acheves' coftat OI0E-
FABRICANTS LIEN, etc. Cette Rome des
ePOPULAIRDE' Cesars, n'a-t-elle pas lais-
-ee Haitis s aussi un type presque
ice. .Haiti parfait d'humanlte qui for-
S _- _.. _, ce 'adm ration et le res-
? C -.3C.3&3 Ppect? Son Lchelle des va-


Les Pneus Mohawk roulent sur


toutes le routes dud monde


I A trail

mieu
Arthur Angus et ,CoaDlatislbu


egai Mohawk donne



teune pour "laiti 15, Rue Americalne Port-au-Prince.


(8 1-eal0optePge)


leur quoiqu'en' talent' pn-
s@"led's!meilleur: liBtbtIatbs
du, paseo : Un HtAW,, Un
TIhe-Llve, Visalt UiW
ideal, etn.qul devriV' ire
r6unles- toutes les vertas.
Plus t4rd, 'est PItalle -de
la Rdnalssance -qWi i pibe-
ra at monde, aV bc .' -
coup dicelat et de n -
ceOTee, un genre humdo 'ex
ceptlonnel, lequel atteMIa
son 5 apogee avec MIOHK-
ANGE, 'un des esprits les
plus hardis qu'alt entantes
1'Occident. La Renaissance
Itallenne, quoDih'o en alt
de fouet
ce,,'ft 1a'hunoiisme, a contri
bu6L 6norm6ment au renou-
vellement des valeurs .dans
la culture- occidental, De
son c6t4, le dik-septif'm- sil
c 1 e frans-al aligncera
pour le b6n6tice; de la o ivill
station, 1''age diOr, d elas-
sletsme, un, module d'hom-
me caract6Alse une
grande suriorit iftelt
tueUe. Ren4 EISObARmTE
pose par le CogIto' dul
Diseours de Ia ME6thode, les
fondemeniA memes d'une
nouvelle behelle des valcurs.
PUxls c;est le.graid, chmln-
bardeWient, O'est- 1'homme
notrvflu' b&Md de torte- picee


ap de' trgvaux des En
cyolo~sr partir des
cpsnrot -7a en ndies par
"qu ire-vgftnesu, eltdins
a par 6 C tapo-
leori. IVa sans dir'quo'les
d cobifertlFsltrtlirfre et
lea p dl6lentdc dtdtrthea' c"6
no.iUeal et flfotalstiques
b ifiefltlJet' s sur led's
mac bbs d6 l'espt y ont
loift bleehntqcofeiitb6ee.
1 convent de reconnal-
tre que l'esprft scientflque
donine depuls',les deux der
nieral sllesa; Leas Tthi6ma-
tlqi% eet les' setenees inatu-
relies y ont 6t% les prftei -
paux meteurs1 Assuftnent,
la prodsctln en, masse des
lives scientiflques et tech-
niques, qui s'est fate & une
cadence vertlgineuse j'en
Parle avec enthouslasme,
parce que l llvre scienttlique
eat un outll commode de dif
fusion des connalssanes -
durant le dernier quart de
slicle, n'a pas peu contribute
au d6veloppement des va-
leurs' et des caefts techni-
ques. L'homme d'aujour-
d'hui, pour'etre valuable, ne
dolt rien ignorer des pro -
gres de la science du ving-
'ti6me slicle et consequem-
Inent de sa flle la techno -
que.


ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Chers clients,

Nqu9av,&*4 waanaige-de vous annoncer le nouvel itiniraire de la ALM


MERCREDI LM 978
Miami Dp : 5.55..pm
P-awPce Ar: 6.40 pmin
PawPc iDW: 7.- l-W
Aruba Ar: 9.30 pm
AtMz IfK 19 Mf .
Curasao Ar : 1025 pm


Curasao Dp : 9.5 pm A-A_
Aruba Ar: 9 JO am
Aruba' Dp l. aDp :-1&0 aw
IwPIe Ar : 10 1a Ufr
P-au-Pce Dp : 10.50 am
Mid"t A#: ne
Pbttr touteruMrwbf iriiWMataom vaDf-fth-fiwence de voyage.


LOTERIE DE L'ETAT HAIflEN

Nouvelle Tahlte d Lots de 30.000 Billets

A Gdes 20.00 le Billet
t


ler Gros Lot .........................................................G 100.000.00
26 Gros Lot ................ .................. ...15.000.00
32 Gros Lot---- ............... 1.000.00
3e Gros Lot--*-**--n------------------------------------------- 10.000.00
3 Lots de G 3.000.00 ................................................................... 9.000.00
20 Lots de-G -5.0 .................... .........................................- 5.000.00
200 Lots de G. 1 0.00 ................................ .................... 20'000.00
ol ............ ....--*...... - .. '.... ... .... .......- 28.000.00
2 Approximatifs du ler Lot a G. 500.00...................... ................. 1.000
2 Approximatifs du 2i Lot a G. 250.00 .................................... 500.00
2 Approximatifs du 34-Let-. G.- 200.00 ........................... 400.00
297 Centaines.des 3 Grog L tg 6000 ...................................... 17.820.00
897 Termiit b e s 5 ........ ............................ 44.850.00
2.100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules A 50.00 ..................... 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALIER -.................................................. 1.000.00
3.867 TOTA L ..... ............. ..... ......................................G. 357.570.00


N. R.- A partir du tirage du 15 Novenilbe, votre chance dugmente A la Lote
ric avec cette nouvelle table de lots : 200 lots de G. 100 au lieu de G 60.
350 lots de G. 80 au lieu de G. 250 de G 50.
297 centaines A G. 60 au leu de G. 297 \ G. 40.
2100 tet te lMfP ,'tiTiW d*'7' b&i!cs ?i G. 50 au lieu de 1100 par tirage de
5 boules a G, 40. '


A


SL'conomlste de notre
temps par exeitple, ne peOiut
plI t re- comiir6 a celdfl
d'uiftefb1; qul se garga -
risfit d'ideologi s etV de for i
nriules ck6nomlthqus toUtes
faltes. Les math6niati"qe t
occupent une place capita-
le dans sa preparation, de
* m6me que la sociologie.

Le Midecin -de naguere,
devralt tre surtout un g-re
co-latin, apte decrypter
les! racines des terms don't
est encombree la science
medicalea depuls HIPPO -
CRATE. Nul n'ignore qu'i
notre epoque, le medecil,
pour border avec quelque
succes la req#erche, dolt 6-
tre imbu d'ulfe forte cultu-
re' math6matique. 1i diSl
pouvoir manner avec aisan-
ce le calcul difffrentlel et
integral, lire -vue d'oel les
courbes de cor6lation entire
une maladie et les mille fac
teurs contingents qui y in-
tervlennent. D'o0 la neces-
sit6 pour lul de contaffire la
Blom6trie ou l'appllcation
des mathdmatiques a' la bio
logie. De meme, sans vne ba
se solid en gnotilque, cette
science fondamentale pour
tous ceux qut pr6tendent L -
tu'dler l'etre vivant, it dolt
pletlner sur place, sans rien
compaendre dans. sa propre
specialith.
L'ethnologue de notre
temps, est oblige de mamipu
ler aussi avec une certain
dexterity les formulas mIa-
thematiques de fagors 6 cer
ner a 1'aide de variables des
falter sociaux, sl contin-
gents soient-ils. II dolt pou-
voir meme soumettre a l'a-
nalyse algebrique ou 60o-
m6trique des impond6ra-
bles ressorttsiant plut6t aL
1'esprit de finesse comme les
jeux politiques.
Nul ne peut prevoir quel se
ra l'objet de la science vers
l'an deux mille soixante-
dix (2.070) soit dans anm ti
cle tant les decouvertes
vont L une vitesse etourdis-
sante apportant dans \e
champ des connalssances
des theories aussi surpre -
nantes que les applications
pratitques auxquelles elles a
boutlsaent. Beaucoup d'ing6
imr1 a form es ol'ancienne
cole.; 6tant tjop -vf-jIeu'p~our


entreprendre de se rehnou- ce
veler quand ils n'e se jet r(
tent pas carr6ment ,dan las al
critique faoIle oun le dAigre xe
ment syst6matique-- re- ti
garden avec une, certain qi
tristesse souvent emprein-
te de nostalgle; les nouvel-
les structures de la recher-
che op6rationnelle oh la M
technique de programma c
tibn plonge ses raeines dans d
lea calculs les plus.-compli- b
ques. Le dialogue homme- u
machine occupy la vedette 0
d'actualit6. Les ordinateurs 1l
sont charges de toules les f
functions devolues autre- PI
lois 6LI la substance grise du s
cerveau,. Au. pint qu'on se o
demand st la machine n'i
mite pas la nature, c'est-a- 1
dire les millers de filets v
nerveux emerges- des cellu- r
les pyramidales g6antes de
l'6corce cerebrale formant
un rdsqau tres complex de
neutrons. Certes, l'on peut
tout demander a ce robot.
La rAsolution, de quelques -
quations diffdrentielles qui
auralt reclame jadls des
mols et des mols de calcul,
se falt presqu'tfistantane-
ment. Mals, cotlme une- bel
le femme, la ,nichin.. ne
peut donner que cii qu'elle
a. Le processes d'elabora-
tion de la penase !mpli-
quant l'analyse. la sylithe -
se, la cristallisatlon, la pio-
jection des Idles, est hors
de toute strUctuIe m e asI-
sie. Penser 0ou crer resteW-
toujours le prlvitge de 14Ho
mo Sapiens.
II est extrtmement diffi-
cile d'essayer de faire- le
point sur les plus rbfentes
acquisitions de l'esprit, tant
elles sont multiples. En pla
cant la m6ecnique quanti-
que, nee l'aurore de noire
sil6le LI la pointe de -l re-
cherche en physique-, un au
tre fait bouleversant se )ur&
senate immdilatement sur le
terrain de la bublegie molA-
culaire. II h'est que de con-
sidtrer, par example, Vepis
temologie genetique en tant
qua connalssance valuable
des faults de la Nature et
,peut-6tre de 1'Evotution or-
ganique. A en croire les
trois Nobels. 1965 de l'Instl-
tut Pasteur de Pris : MO-
NOD, WOOF et, JACOB et
les trois Nobels. americains
1969 : LURiA& WiELBiUC I
et HERSHE Y, la Blorogle ae
tuelle pourriit niMh- esquls--
ser le sch6mfi d.ud'wmodli-
cation de l'haonun. Elle-s'at
taque, en effet, A la struc-
ture des stlietTlres q1u'est
1'A.D.N. (1'acide dEsdtyF'll
se nucl6ique), 'linforma-
teur hereditaire consider
a just titre par tous le- sa
vants come la pie~iie philo
sophale de la biologie. Des


ai 'FAge de I'Espace


Pour etre adapted a


|6pequ des satellites et


deg fuese, vofre voiture.





Ele le semr quand vous


u pae au VRA


DUO le IUCO


S par la si ture



SDupont de N urs


Sle semi VRAM DUCO

| pour voitures est en vente





SOCIETY IIAMENNF

soi ff-________________


~~-riii;pry I ~i;airr.,-41~FI-i--*.ci


i


kt* 0. ;~*~u~~,~,nr~c~


4P 4Pdo 4P 40 dP -0 dW dP dP 40 dW-dW40-dW


_ _,,,, ,,- -- --op 4p ap 4p O"A- ---


~L?~z~a~ra~F~ac~ar ~ s~ -~-U-"-----~"-~~-~~I- '- ---- - - - - -- -- ---- ------ ---- -- ------ --- -~~~"Cl~ar;rrs~r*uu~l~ur~~*~rJIr*~*l*


r-


etveatux eufs remplace-
mlt-ceox qui sont uses ou
RfAlbls;' La cratloh dui se-
mnitle ou' fefhelle Li olof
A est pour demain o0l press
at.

M6me la' psychiAtrie 'West
Use a i'heure de notre sle
le. 11 nest plus nicessaire
Wavoir peur Wfun de tqultl-
.rd ou de celul rui habite
in juilvers deratsonuiable.
)n n'utilse gunre Ia camlso
e- de force ou la cage en
er pour sle calmer. I'ne sim
le- plqire de tranqufllsant-
ufflt Li rendre le- bonhom-
me doux- comm eun mouton.
Au point que de nos ours,
'on ge d6place en avion a-
vec n'importe quel fou fu-
rieux. .

Les organizations corn -
merclales ont besblin aussi,
pour se mettre au diapa-
son du progris, des horm-
mes i 1'esprit vlf, suscepti-
bles de roller en un clin
d'oell les causes et les effeLs
Depuls qu'il exlste un nom-
bre loev6 de dobouches dus
a u x grandes mutations
creees par 'tre technologi-
que, la formation aux disci
pUnes des affaires connait
une vive impulsion. I'Unl-
versite elle-meme prend en
charge de former des spe-
cialistes hautement quali-
fies qui mblent i leur sa-
voir- un certain dynaninsme.
C r, le CorMlterce, les Ban
qup, les -Co Wagnies d' As-
sursneme,- les Firmes Indus-
trielles ont besoin, pour pro
gresser, pour reussir, des
hommes aussi capaoles in-
tellectuellement que ceux
qut sont recrutes dans les'
centiff -de recherches des
grandes Universitks du
mo-nde. L'enseignement
commercial de niveau uni-
versitaire faith done parties
de la nouvelle dchelle des
valeurs. La pUblicite mime
est axte sur des techniques
trts structures, en particu
liar sur la psychologies des
foules. En gros, il faut one
technique de la normalisa-
tiona dans n'importe quelled
entreprise hors de laquolle,
cette entreprise sombre
dans la fWillite.
Dan& cette noavell" c(te
des valeurs, on voit monihbre
de nos jeunes. Lille.; nhnties
poarltant dei leurs b5chots
se" dtifger vers les nouvelles
branches triB remuiun-atri-
ces de notre civilisation :
sectarirues polyvalentes, in
terpretitSats, hotesses de
Fair ou de grands inaga-
sins, esth6ticiennes, etc.
I (Suit efn derniere page)


k"


-. I--I


I i


rf


I 3


)







MERCREDI 20MA1 1070 aLt NOUVZW6fl PACE.


RIHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


'U


BIJOUTERIE ET OPTIQUE


RUSSO & CO.



Bulova


Accutron


Bulova Internationale


Caravelle -


La plus grande fabrique'

de montres du monde.


VENDU PAR


RUSSO & CO.
Rue Bonie Fol No 17
P. 0. Box 38

Tel: 2-1336


-Etra ( r (ifMk A


I' tea r P LI C


I Yu I ft no Ju)t r
I Par F'rartnr', Drki'


Chercetez la section correspondent au jour de votre anniver
saire de naissance et vous trouverez les perspectives que
vous signalent leas autres pour remain.
Droit de reproduction total ou partielle rdservd.
Propridtd King Features Syndicate ExclusivitO
JEUDI 21 MAL 1970


21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER) : Ce que vous accomplirez
d'aujourd'hui aura de grande r6
percu'sions dans 1'avenir. Si
vous toes s6rieux et perslv6-
ran%, vous hafterez l'accomplis-
sement de vos travaux quoti-
diens que vous jugerez plus sim
ples.
22 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) : Vous ajouterez un 4-
lan nouveau h cette journ6e en
employant votre don exception-
nol i coiantuniquer. vos connais
sanees a autrui. Vous atteindrez
rtsultats prrvus et avantages
insoupconn6s.
22 MAI AU 21 'UIN (GE-
MEAUX) : Un effort concentrd
vous aidera h franchir tous les
obstacles. Etudiez les proposi-
tions et ceux qui vous lee fe-
ront. Pas d'accords pracipit s
mais ne lea laissez pas trainer:
les possibilities s'dvanouiraient.
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Bonnes influbncee
de la Lune. Que chaque here
soit un trisorl Employez votre
.agrahl-ae ppersonnaliti A rendire
autrui heureux. Votre intuition
sera puissante.
24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION) : Affaires, finances,


Aujourd'hui

COIN DE L'HUMOUR
CURIOSITE"
Dans un bar de mpuvai-
se reputation, deux masl-
vals gargons bavardent. Le
rot de l'attaque Amain ar-
trhe dit au roi. des pick-
pockets:
TU lis une revue de mo
de masculine?- Tu eux B(e-:
venir 616gant?
Non, je veux savoir oa
til vont mettre les poches
I'hlver prochaln.


Pharmacies asneWnt

le- Service cette nuit.

MERCREDI 20- MAI 1970
l/des Cesars
iMarie Claire,
R/Front Fort
x x x

DECES DU JOUR
Joseph Francoeur......4 mois
Marie Elmne Pierre...... 12 mols
Jonas Joseph............11 mols
Michel Vlerge............5 moas
ClaudeLtte Ceus. .... 3, moats


industries vous promettent une
rlussite rapide. Dans l'avenir,
avantages 6galement. Mais ne
prenez pais de risque, restez sa
gement dans lea sentiers battus.
24 AOUT AU 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE) : N'allez pas
vers des conclusions trop rapi-
des et n'h6sitez pas accepted
la cooperation offerte si elle
vient de sources aorieuses. Ne
vous ecartez pas ]a voie raison-
nable.
24 SEPTEMERE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE) : Si tout
ne va pas comme vous l'esp6-
rez soufflnz un peu. Mettez les
pieces en place et retrouvez tou-
tes vos forces. Gardez la strtnit6
et ]a quietude de l'ame. Les arts
sont favoris6s.
24 OCTOBRE AU 22 NO-
VEMBRE (SCORPION) : Votre
don de raisonner froidement se-
ra un rempart contre les
problkmes peue-btre complexes
de cettes journal. Fortifiez lea
projects qui vous mtnent sur la
voie du suce6s.
23 NOVEMBRE AU 21 .DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
Belle Journ4e pour ceux qui
joueront selon lea reglns et con-
naissent bien leurs obligations.
Ceux quit ont engage dans la
politique ou lea affairs, seront


incit6s k dvelopper effort maxi
mUm.


R PS. L. Depuls la guerre
de six jours, en Juin 1967, la
balance du rapport des for-
ces au Moyen-Orient n'a gu6
re change, Ni les tentative
des grandes puissances, dans
le sens d'un reglement poll-
I tique nl les menaces egyp-
S tlennes ny oant change grand,
chose. Israel est parvenu a6
tenir en echec les forces re-
gulilres des armies arabes
qui 1'entourent et qui sur
un certain plan ont ete
remplacnes dans les coeurs
des Arabes par les forces ir-
regulleres des eFadyin,.
Ils sont aujourd'hui quel-

que 50.000, professant des i-
deologies souvent fort diff6
rentes, groups en onze orga
nisations. La plus important
te est le group cAl Fatah,
dirig6 par Yasser Arafat, de
confession islamique tradi-
tionnelle et prechant I'611mi
nation du- slonisme. Un grou
pe plus petit, mais assez in-
fluent, est le a Front popu-
laire pour la liberation de la
Palestines, dirig6 par Geor-
ges Habash, marxisme con-
vaincu considerant la lutte
comme une lutte de classes
centre les pays arabes non-
progressistes aussi bien
qu'en tant que lutte centre
Israel qu'll consider comme
pays capitaliste et imperia-
r I liste.


Jusqu'A present, les feda-
yin ont plus souvent caus6
des ennuis a Israel qu'ils
n'ont constitu une menace
Les Syriens torment une or-


operations lances par des
feddayin, par-dessus le Jour
dain, ont diminue, tandis
que les partisans sis au Li--
ban sont.pris dans des diver
gences politiques. Le gouver
nement de Belrout tolere
leurs activities, tant qu'ils ne
mettent pas en danger la se
curit6 du Liban*, ce qui arri
ve pratiquement chaque fois
qu'ils lancent une attaque a
partir du territoire libanais.
Blen qusayant a certain mo
ment pu exploiter la situa-
tion politique a leur avanta-
ge, .les feddayin ant demon-
tre ne pas encore etre com-
petents en matilre militaire
En Jordanie et au Liban,
un nombre de plus en plus
grand de feddayin commen-
ce a reliser le fait que les
partisans ne luttent point
avec autant de succes qu'ils
ne le pr6tendent souvent. II
semble que les movements
partisans aient atteint et
meme deja d6pass6, auprbs
des populations, le niveau
maximum de crddilblite. Si
toutes les victoires annon-
cees et decrites correspon-
dalent A la verite, 11 est clair
que l'Etat d'Isranl n'existe-
rail plus depuis longtemps.
Le scepticisme populaire


envers les fedayin n'indi-
que pas qu'elles leur aierit re
tired leur conflance ou qu'elles
tendent a confer leurs es-
poirs dans les armIes regu-
libres des pays arabes, pas
plus qu'elles ne considtrent
qu'lil soft possible de faire la
paix avec Israel. Nlanmoins
il semble qu'ill y alt, parmi
les jeunes principalement,
un movement favorable aux
petites formations extr6mis-
tes qui oant severement criti
qud le group d'Arafat. Dans
lea milieux etudlants, le press
tige de Yasser Arafat est en
baisse.
Avec la benediction de
Moscou, les communists ont
cr66 leur propre arganisation
parmi les autres mouve-
ments, un group qui se nom
me '-Forces nationalss. Il
s'oppose vigoureusement au
movement communist d'ins
piration chinoise de Havat-
meh.
Les nombres des organisa
tions de fedayin devenant
de plus en plus grand, et les
dissensions internes plus con
sequentes, 41 semble que
pour le moment, le mouve-
ment alt perdu de son effica
cite.


POUR TRAITEMENTS MtDICAUX ET ESTHITIQUES ,
CELLULITE, RHUMATISME, OBESITY, LUMBAGO, ARTHPITISME,
DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES, CONSTIPATION, '
TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, etc.

'MASSOCHO detz


ganisation nommne cSalqa,. EST SUPERIEUR PARCE OU'A TRIPLE EFFET l. --
Elle est sous contr6le gouver
son assentiment. Leur active MSA
td atd r6dulte A nant par DGAGEMENT deJtiUH S
repr6sailles isra6liennes. Les W O EiT AOUG'

Cu .rU... S ANT SUR TOUTES LESRTIES lo
Course intensifs d'Ete Dou CORPS, "MASSO "
a PEcole d'Arts F,/r,1..,A p./I,,, ,,, 9 />,/ s
Managers de ..I./peru//'" ~I ,uni. -, / "
Pitio'n.Vnle /)FCO(N6-'X/ ,- cI IF RAIIT par /
aivati r ,irculatin,. A1 ha.ti q ,utriti
Dai.s le ibut de permettre 50i71 CN TR- E ty anhi lest
aux dames et demoisells quDi ONTRA-1TE e" uuin on
ne peuvent suivre les course tr u .e. 7 / /
de Cuisine Patisserie Bar M assocho ut ilit.e ens ble 3 moyers th6r peutiques
ct Coupe pendant ar.nce sc LE MASAGE /
:a:re. la Direction cde 1'cole A / -LMASSAGE /
a oecidd dC'rgaiiser des / LA CH LEUR
coirs d'Ete, cette annee. / L'IRRA IATIO
mnos sera'vu en trois mol, r/ MASSOCHO FATll MAIGRIR ET ACTIV A OCIRCULAHION DU SANG
et les eleves obtlendrcn! u.n 11 / Av, k IS CO s / o C. n obfi"ri
onis de Sep fn bre. AMA GRISSEM' NT RAPID
Les inscriptions sont ouv11 er D9S TOXICAION TOTALE
tes tous los jours de 7 h'Nures r TE I MDIATE
A.M. a 5 hres p.m. au noi.- DEI)ENTE IMEDIATE
veau local de l'Ecole, .-ir'i i APPAREIL COMPLEY / 120-130 Vos oV F
la Rue Getfrard No 70, ce c GARANTI UN AN 220 230 vo j.oW
Le du College Max 'Penette. /*/t s / ,1,,,,. PI'rODiUt io.v
et tous les renseignm nt n L'- MtBICAL INSTRUMENTI, 12, Chouss. e dAnfin, PARIS
compldnientaires seront don Documentation ,u d.emnde conre. 2 Iimbres
es. Diectice.Joseph C. Valmb ,,
La Ditectrice.
Mme Gilberte PAILLERE. Distributeurs.



SIROP PECTORAL SEJOURNE

Gofil agrdable Conservation
A base de CODEINE TOLU et ELCrA f$iWOL.
Toux, Rhumes, Bronchites, EnrouementsainM a
Affections des Poumons


22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE) : Allez k 11. 1V-1 OWATSVNVW Y^
de Favant vous aurez tous les
faits en mains, lei connaissances
et le temps pour vous r aliser. A
Parfois, i faudra vousn hAter .
main vous r4uassirez ai vous ites
bien prepare. U nonm dans i'Eeonomie du pays
21 JANVIER AU 19 FE-
WER (ERSEAU) : Certain S A F I C 0
problmea.s seront rapidement rd S. A F. C. *
solue, td'autre sernot moine fa-
iles. La- pifence d'Uraus uoon Plus de $ 350.000 essentiellement haitihras aie ,nt a, la
setlle le elme, le repon et PopS4
timelasme. n r lop evalorisation de la vie paysanne

20 'FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) : Influences sup6 F | *C. .
rieures a la moyenne. 11Vnen -
faudra pan moIn. tsenr Is. r&- Des milliers de bras haitiens gagnent chaque r ir
nea serrnes. Servez-vous de vs-
tre perplciaelt. Expressilon net- Ia batalle la i rp dacmtlO
te et aisance s'tmposent.
SI VOUS ETES NE AU- T
sUanHUI : Voun s etes n6A U S. A. F. i. C. .
sla lisiere du Twnreau et des G6-
meaux, trbcamp6ltent, extreme- million de sacs-de Sisal au service de la- Nation Haitlenne
meant, divers, et dou6 d' ne ntl
ligence algui., Voua te., en gene Cl A. r -
ral, ardent et enthousiaste, g6- l 1
nareux, deireux de plaire et d'enS. A C. O
lever .n.. russite id premier -"I...s....N0_-a t i -a
or rdre.-Vus etes ided c Use Industrie Nationale an service de la
naisusaces et tonjouts A la re-
cherche de 'extraordinaire. De
nombreux savants, archltecte, % ; 1'. 1. '
Inventeurs, crnivains, musgeeiilisl
de ce (ou cea) Signe ape. %'% tf%%A V' n % % % 1%f


Martinez de Pasqually
Sa mort. Sa Doctrine.- IRelation av.I Clatude de t Martin
Par Dr Marcel TAt&OR
(Sufte- u ir e n oi.l lae*


Les Dirergences


am sein d mo mat


"des Fedayin"


" Nous gallons eassayer de re-
pondre en fouillant un peun
dans ses tendances naturel-
les vers la Theurgle.
.11 est ne a Ambolse en
Tourralne le 18 Janvler 1743.
Sa mtre more peu de temps
apr s sa naissance, le con-
fla A sa belle-mere et a son
ptre. II fit ses 6tudes au Col
lfge de Pont-Levoy. Destin6
h la robe, li fit des 6tudes de
droit et devint rapidement
avocat. Cette profession le
dequt trbs t6t et 11 embrassa
la carrier mllitaire sur une
recommandatlon du Due de
Choiseul et fut envoy com-
me officer au regiment de
Foix. En garnison a Bor-
deaux, 11 fit la connaissance
d'un ofticier du regiment,
Mr. de Granville, affilll a
I'Ordre des Elus Cohens de
Martinez de Pasqually. Mr.
de Granville initial Ls. Clau-
de de St Martin A la doctri-
ne de l'Ordre et son mysti-
cisme natural, une predispo-
sition certain pour les etu-
des biologiques et les hautes'
speculations -herm6tiques Pen
thousiasmerent et au mois
d'Oetoire 1768, 11 fut initl6.
ritueliquement.
Claude de St Martin, de-
puis lors, a sulvi scrupuleuse
ment les usages occultes et
les ceremonies secretes de
'Ordre jusqu'au grade de
Reau-Croix.
Cependant tous les Mal-


UN ATOUT DE PLUS
KODAK INSTAMATIC
52 AVEC L'OEIL ELECTRIQUE
















POUR MAMAN
don't c'est la ftte
le Dimanche 31 Mai
Inutile d'etre un professionnel
Kodak instamatic fait tout tout seul
S Un merveilleux passe-temps
POUR MAMAN
Avec
KODAK INSTAMATIC











Agent : DON MOHR SALES CORP.
gg gg Arr^!S^^


tres en Occultisme pensent
que la doctrine de Martinez"
a laiss6 une emprelinte spirl-
tuelle partieulere sur St
Martin, Inals en realitd, ce
dernier n'eprouve que peu
d'interet pour leap mnifesta
tions de l'Aurde-lA.et encore
une certain metiance quant
A leur bdndfecit6 morale. Il
faut dire que l'orientation
mystique de St Martin a va-
rie. Ce qui justifle cette bou
tade du Dr. Philippe Eucaus
se : St Martin fut membre
des Elus Cohens durant tou-
te sa vie, 11 1'6talt d'esprit,
de coeur, d'intelligence et de
foi; mais non de mi6thode.
La m6thode de St Martin
fut theaLrgique c'est ia dire
.la -magic formde sur le com
merce avec les Esprits Ce-
lestes. Claude de St Martin,
a l'encontre de Martinez de
Pasqually, declare que ce
travail' peut s'accomplir
sans intermediatre, par la
vole cardiaque, vole inte-
rieur sans cet apanage de
paroles et de gestes etc. -
Pour St Martin, la voie in
terrieure content un triple
sens :
La connaissance (operation
du coeur) ; le travail d'a-
mour et le travail des for-
ces vitales interieures flees
au sang. .
La methode de St Martin
vise surtout a initier l'hom
Sme C'est a dire l'unlr au
principle. Son desire est d'an


n
ei
ei
p
p
ti
d





d
t



f
sI

d
t
t


AVIS

I Les Produits A M P vet re achets
H AMP CO

aux addresses ,suiaates

A PORTAUPRINCE Mie. Robert Gaetjens

Lalue


| Coles' Market



Boulangerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalltes

A PETION VILE Maion Rigaud

Rue Panamtricale

Delmas Market
Autoroute Delmas

Luce Chatelain
Rue Toussaint Louverture

I~a U3^^^iC^eXS


lepr la d'stalice qul exis*e
ntre Inomme et la lumi-re
n :.*approctilint i'omml ti
lus press' possible ae son
rmncipe c'est a dire en le re
ablissant dans la splen-
eur premiere.
Quelle fut la philosophies
.e ltnitiatioh de bt-isivr-
in?
La philosopher reside' dans
e f af 1 t que l'homme
oeut entrer aans le coeur
le Dieu et qu'io peut aussi
aire entrer le coeur de
)ieu en lui pour y faire un
marriage indissoluoie.
C'est pourquoi Sar Pela-
an nous dit : Pour comple-
er la vue claire du Pmlo-
sophe, 11 faut la vision in-
t-rieure du mystique.
L'Homme dit St-Martin
talt tellement impregne de
cette id6e qu'il etait persua
de qu'une haute mission
d'enseignement lui avait e-
t6 confine par la Providence
et qu'aucun evenement de
sa vie, aucune de ses illu-
minations n'6taient-'pas
ans rapport avec cette tA-
che.
II souffrait pour Dieu et
sacriflait son bonheur con-
jugal pour defendre la cau
e de sa r6int6gration.
Ainsi St-Martin, impr6gne
lu ddsir de sa reint6gra-
tion va tenter de rtaliser
son reve en cr6ant un mou
vement spiritualiste nrpo-
sant sur I'esoterisme chre-
tien. II constitute son Ecole
sous la forme esoterique et
secrete.
Au course de ses voyages,
11 fit la connaissance de Ro
dolphe Salzmann, traduc-
teur et bcommentateur du
philosophy mystique Alle-
mand Jacob Boehme.
Par l'intermediaire de Sal
mann, 11 ilrequenta une Fra
temrnite mystique secrete
groupant des Adeptes de
toute une Ecole Rosicrucien
ne du type evang61ique et
protestant. C'6tait I'Ordrea
de Philosophes Inconnus.
Cet Ordre, denonce par la
confrtrie du St Sacr6ment
fut recherche par les pou-
voirs Publics qul voyaient
en lul les travaux de -mine
de la reform, repris et ag-
graves. Cependant St-Mar-
tin s'affilia malgr6 tout a
cet Ordre pour son mysti-
cisme et son occultisme.
Le 4 Juillet, il ecrivit une -
lettre a Lyon se d6clarant
demissionnaire dans tous les
Chapitres esoterlques. I1 a
mome prefer renoncer a l'i
nitiation qu'il avait reque de
Martinez de Pasqually.
Mais St. Martin, a la vyri-
te, n'a jamals abondonnd la
methode de Martinez de Pas
equally. Une seule difference
Important est que l'Ordre
de St Martin ouvre ses tra-
vaux a la gloire d u Verbe
incree alors que les Elus Co-
hens ouvrent les leurs a la
gloire du Grand Architecte
de I'Univers.
Enfin, St Martin exprime
son idWe sur le moyen de l'U
union avec Dieu :
Je vous dirai, dit-il, que
cette union est une oeuvre
qui fie peut se faire que par
l'usage perseverant d'une vo
lontA pure, nourrie par les
oeuvres et la pratique de tou
tea lea vertus engroissies par
la priere, pour que la grace
de Di)u vieane aider notre
falblesse et nous amener an
term de notre regeneration.


ft


k L "


(I __-- ft l-,Y .. .. . .


~Zl~aQ~PIYrr~P~PQ1~P~q~l~rr~


.Llli~liTi-L~L~-Tagpj~--yi~ilL*


aLE NOUVELLIKOES


-ACIAREDI 20. NWL 1970


PAGE .


vull- ju nu, ULAIUL)









aai a E .... ..iL OVM CuOM-RE2.0.-M"" -1-70im..r


F'Pour lad





et.e des Meres


S CHOCOLATE AU LAIT SUISSE AVEC AMANDES ET MIEL
-. ...... Chocolate obler 1i i


v: C olt oabler De renommeemondiale


INSTANTANES
(Suite)


ici a dur6 douze jours.
xxxx
Hier martin, Monsieur 'Da-
nael Sendral, de l'Industre
Haitienne de Computers
S.A., socilto en formation, a
souhalte la bienvenue a Les
Ricketts. Ce voyageur, qul
appartlent n la Pan Am Li
mite de San Juan, est ve-
nu etabllr le system comp
table de l'Industrle Haltien
ne de Computers. II passe-
ra trois ou quatre jours
dans nos murs.
xxxx
Monsieur Robert Carls-
troem et sa femme ont ac-
cueilli hier matin leurn 1lle
Sonia et son marl Francis-
co Carias Dominlcil. Celui-
'ci a le titre cd'Ambassa-
deur de la Rtpubllque Do-
minicaines. Les Carmas pas-
seront quelques jours de va
chances ci.
xxxx
Alan Riding, un Anglais
et Lynn Carrit, une Amori-
caine sont venus voir des
amis en Haiti. Is sont arri
vts ici bier matin. Leur sa-
jour ne durera que deux
jours.
xxxx
Madame -Guy Martin, nte
Margot Villejoint, stjourne
ra quatre jours dans sa fa
mille. Nous n'avions pas vu
cette voyageuse depuis le
ntois de dtcembre de l'an-
nte derniere. Madame Mar-
tin reside k New York.
xxxx
Madame Marc Dorsinvil-
le est rentrte de Porto Ri-
co hier apras-midi. Elle s'y
6tait rendue pour as' M-
a la graduation de son
fils Marc-Evans. Celui-ci
fait ses etudes S l'Antillean
College de Mayaguez. Mada
me Dorsinville a pass six
ours a Porto Rico.
xxxx
Itier apres-midi, sont ren
troes au pays, apres un long
jourr aux Etats-Unis, Mes
dimes Marcel Vaval et
Franck Dambreville. A I'as
report, ii y avait pour les
accueillir un beau cortege
deo pn rents et d'amis.
xxxx
Monsieur Paul Amanti jr.,
de la Manufacture de San-
dales de Martissant, est ren
trt de voyage hier aprts-

xemerciements
A tous ceux qui les nont as
sistt. et ttmoignu leur sympa
thie a l'occasion du dtcts de
Mine Edouard Borrdes, les pa
rents et allies .de la regret-
toe dtfunte expriment leurs
sinctres remerciements.


midi. II vient de passer 5
ours S Porto Rico. Ii s'y
tait rendu pour affairs.
C'est bier apres midi
quest rentre de New aoric
Madame Paulette Ptrou.
Elle vient d'y avoir un a-
grtable stjour de vingt
Sjours. Elle tait allUte visi-
ter sa m rre.
xxxx
Deux Inflrmltres Cana-
dienhes Jeannine Glinas
et Marcelle St. Armand,
nous font le plaisir de nous
visitor. Le sojour deuces deux
Otrangtres durera neuf
jours,
xxxx
Jeannine Blain est repar-
tie pour New York hier a-
prs-midi. Elle s'est blen re
pose durant les deux teois
d'excellentes vacancies qu'
elle vient de passer dans sa
famnille. A l'atrogare, de
nombreux parents out souu-
hailt bon voyage S Jeanni-
ne.
xxxx
sIi fait assez frais a New
York actuellement. A mon
depart, il faisait du cinquan
te. Mais on espmre que la
temperature remontera a
quatre-vlngt avant long-
temps. Vous save, il a beau
coup plu ces jours derniers,
ce qui a occasionnt des
ciasngements atmosphri -
ques brusques. Et il en rL-
suite que de nombreuses
tpersonnes sont gripptesr.
C'est ce que m'a dit Mada-
mne Rhea Maximilien qui
est rentrte des Etats-Unis
hger aprts-midi. Elle y a as
jouirna durant quinze jours.
xxxx
Madame Marcel A. Fene-
!on rie Gladys Auguste, est
ren.tre p de San Juan bier
aprs-rmidi. Elle s'y E tait
rendue sdur business. Elle
a pass c!nqu ours l i-bas.
chez les Salesiennes
sur la route
de Freres
Les FiLLES DE MARIE
AUXILIATRICE (Soeurs Sa-
lesiennes de PETIONVILLE
(Zone des Freres) vous in-
vitent a leur fete patronale
qui aura lieu '.e DimancLt'e
24 Mal 10h. 30.
La Messe serae ctlbree par
S Exc. Mgr Jn. B. Decoste et
sera rehaussOe par n o
grands artistes:
Mine Micheline Denis Lau-
dun et M. Fritz Benjamin,
et la Chorale tde l'Eta'ollsse-
ment.
Cette note sert d'invita-
tion.


AU CAPITOL
DIMANCHE 24 MAI 1970
A 4 Hres. 45, 7 Hres. et 9 Hres. 15


Les Sept Mercenaires


,Avec STEVE Mc QUEEN, YUL BRYNNER
Entree : G. 2.50 et G. 4.00

( f2 itm tant inut exclusivity du Capitol ne pas-
, era da-ns aucune autre Salle ou Drive Ini de la Ca-
tale.


i


Visiteurs francais
Monsieur Serge tiraudo, At
tach6 Culturel de l'Ambassa
de de France en Haiti, et
Monsieur Michel Satll, Secrt
taire Ganlral. Administratif
de' lInstitut Franalis ont ac
cuellli ce martin tk l'adroport
le brlllant planlste Alain Mo-
tard. Ce virtuoso donnera un
recital ce soir a 20 heures a
l'Auditoriuni du Centre Cul-
Lurel de l'Impasse Lavaud.
Messieurs Braudo et SaIll
out egalement, souhaite la
bienvenute ra l'diteur, fran -
1ais Madame Hdbert Stevens,
neeClaude Arthaud, desm di
tons Arthaud de France. Cet
te visiteuse, de marque, qui
est en tournde dans les An-
tilles ne passer qe quel -
oues heures en Haiti.

Un Gala! Un Succes:
Un Plaisir!
Comme cnaque annute 'As
sociatlon Haml)enne pour la
Rehabilitation des Handica
pes a te fiddle a ses tradi-
tions. Mals cette lois-el, elie
s'est surpassxe. Elle a su
trouver les gtnereux bien-
faiteurs qu'ils en soient
vivement remercils qui
avec leur humanisme ont
permits que le Gala du prin
temps ut un melange de
plaisir et de joie.
Plalsir parce qu'en ce Di-
manche 17 Mai a Cabane
Choucoune, chaque particle
pant a ce bal faisait ren-
dre a schaque minute touted
la some de plaisir don't
elle est capable: plaMir t -e
la detente sous les accoriR
harmonieux d'un eniseom-
ble de choix. Plaisir de I'es-
prit...
J6ie Une joie intense,
pace qu'en vivant ces heu
res heureuses. lls en procu
raient aux petits infants
handicaps, car ce bal Ota-t
S leur profit.
Et que dire du doux choc
6motionnel caust a M Fe-
lix Baptiste, l'heureux ga-
gnant du ler prix de la Ra
fle: 2 tickets aller-retour
Port-au-Prince New York
dotenieur du No. 995. II est
veinard celui-la.
Bon voyage a I'heureux
couple. Les envieux .e mor
dront le pouce. Votre servi-
teur le tout premier.
Mme. Pierre Mercier, ga-
gnante du 2e. prix, une mo
locyclette Yamaha module
V-5. donnera certainemeint,
ce rapid vthicule .a son
fils, si elle en a un. Et a-
lors... Vive les vacances.

Conference
au CRESHS
Demain jeudi a 7 neuies 30
p. m. comme prtvu, le Doc -
leur Lamarque DOUYON,
prononcera au Centre de Re
churches en Sciences Humal
nes et Sociales (CRESHS) ,a
conference intitulte; < clune psvehidtrique populaire
on 11altl,;.
Les Diplomates. les Offi -
clels, les Professeurs, la Pres
st. 3es Etudiants, le Public
sont cordialement iii'V.3


Le Ministre Fixtric Ktbreau Porte...
Ilaulte)


La prt~ratlon Intellec-
tuelle de nis jours exige u-
ne grande capacity d'adap-
tation aux normes de la ci
vilisatlon du XXe. sitele en
constant evolution. Les ti-
tulaires des dipl6mes les
plus leaves ont plus de bcan
ces d'etre cases S haut salai
re sur le march de travail.
DmjS, en moLt temps, il y a
plUs d'un quart de siecle,
quani j'al obtenu ma mal-
trise dde 1Universite, vu le
nombre sans cesse grandls-
sant de docteurs diplsmes,
dans les diffsrentes bran-
ches mdi savor, tous les d-
partements; les docanots.
les chaires n' talent conOs
qus'i des titulaires nant. de
aoctorats. C'etait dej4 la
hausse des diplomest, ron
pas que le titre de-odoetIur,
le plus elev6 acadtmique-
ment titre que 'on finit
toujours par obtenir en -sui-
vant les regles du jeu soit
un brevet de suptrlorit6. Au
cune 6tude universltaireIne
peut confirer le talent, les
qualitsa intrinseques ou h6-
reditares. Est-il besoin; de
prtciser qu'on rencontre pou
vent dans la vie des person
nes munies du grade de doc
teur qui ne font pourtant
pas honneur a leur tire.
Leurs actes ou leurs paro-
les portent au contrairq le
sceau de )a Imdiocritd. En
glnaral, le monde vous at-
tend au-deldu de vos tiress
academiques.
En presence d'une deTo-
graphie scolaire galoparte,
il est indiqut d'orlenter trts
tOt les jeunes non-doums
pour les tudes vers un ,des
metlers remuindrateurs de
notre civilisation. De amos
ours. la maitrise des Oan-
gues vivantes come 1'an-
glals, l'allemand, respaghol,
etc., ne constitue gutre, -un
luxe, un art dtcoratif. Cet-
te acquisition rest une ar-
me de combat, un mcyen
de gagner sa vie, d'tcntp-
per au chfnmage. Car, le ehO
mage intellectual est le plus
dangereux des chomages:' II
est d'autant plus dange-
reux quand les chbmeurs
sont des ratts, des aigrls.
II y aurait oubli de ttotre
part a ne point marquer la
place de lhomme noir i'au
jourd'hui dans sa quite pa-
thttique du savor. La umon-
tee des peuples de couleur
vers 1'ln' pendance sur i'lm
mense Continent Africain,
apporte aussi du neuf dans
la nouvelle table des va-
leurs. Avant, l'on felgnalt
d'ignorer, a la suite de GO-
BINEAU et de ses pairs, les
qualltes natives de l'inm-
nie noir, quolque un siecle
et;-demi avant, en 1804,. Hal
ti alt donna, au Monde,; l'e-
xemple de la potentl4allt,
de la race S forger elle-mt
me son propre destiny J'al
note, lors de lo premiere
conference de Nianey au Ni
ger, l'annte passe, oI.J'al
eu l'honneur insigne da..re-


presenter notre Rdpublique
un fait significatif qui ap-
pelle la rtflexlon. Un tel
rassemblement des payss'ex
pnmant dans la langue de
VOLTAIRE, impllquerait-il
sans qu'on le proclame, l'uti
lisation aussi d'un art de vi
vre, d'un contend cultural?
Certes, non! Chaque pays
participant doit necessaire-
ment conserve son faces
original, resultat de ses
structures genetiques har-
monieusement rallies a ses
constantes historiques, cul-
turelles et 6conomiques.
Nous avons, drja optl, et ce
la A ,'aube mo me de notre
Snatiornalit.,' dLs la Genase
de notre Bicolore, pour la
langue frangalse, a vocation
universefle. Toutes les pen-
sues d'un homnme cultive de
chez nous se torment en
frangais, mlme quand s'in-
terpose defaoon tyranni-
que le patois creole, utilise
Stout instant instant dns la vie
quotidlenne. Le savoureux
idlome g nternel n'a pas
encore 6te codifit malheu-
reusement. II attend enco-
re, le linguiste competent,
qui lui donnera les formes
syntaxiques ntcessaires. Un
grand poOte d'Haiti. Emile
ROUMER, travaille deplis
quelque temps dans ccttte
vole. En fault, l'adulte anal-
phabtte apprend a lire
dans la langue vemrnaculai-
re, puls, insensiblement, l
passe au franfais. Des gram
mairiens vraiment rapa-
bles non pas de ces criti-
ques (genre tatillon) don't
les remarques tendent plu-
tot A Intimider oi 5 parimy
ser nombre d'crivalns en
here des grammairiens
vraiment capable, dis-je,
menent dans notre sphere
le bon combat en faveur de
l'usage correct du franrais.
Ils barrent tant soit peu la
route aux nzeologismes a ra-
cines anglo-saxonnes, et sur
tout au charabia resultant
de 'hybridisme franqais-
creole ou francais-amerl-
cain. Notrue pays est place -i
un carrefour ol domine i'an
glais par 'omnipresence du
puissant voisin Oncle Sam
et 1'espagnol utilise par la
majority des peoples latino
amtricains. Nonobstant cet
i m p r a t i f gtographique
nous avons par un Instinct
str et mtme centre nos prn0
pres inttrtts Oconomiques,
djAS falt notre choix llnguis
tique. Actuellement, c'est
presqu't chaque coin de rue
de Port-au-Prince qu'on
trouve une librairie ven-
dant les llvres, journaux et
pmriodlques de France. Pour
termer done la page sur le
devenir de nos frtres du
Continent Africain, disons
que ce qu'il convent d'at-
tendre des reunions des
pays francophones, c'est une
premise en cause, des mttho
des qui doivent abotitr A la
construction d'un nouvel hu
manisme o0 i'homme noir
aura sa part e.. tant que va
leur de clvillsation.
(S suivre)


Le Bocage
Nous-avons recu avec plai-
sir ,Le Bocage, te premier
numiro du journal tries -
triel de lI'Ecole Ste Trinitk.
Le sommaire, irns varS, ren
seigne sur les dlfftrentes ac-
tivits de l'Ecole. I.e Comit-
de redactlon est ..l;,i corn -
post.
Gilbert Bouclhereau ie A
Michelle CarrO 9e C; Yves
Marie Claude 7e B, Edwidge
Fritzberg 8e3, Pabcalc Ga -
route 8e B; Nornma Gucrrier
le B: Marie George Jean 8e
A; Sindy Lafontant 7e A;
Paulette Laraque 7e A; Chan
tal Laturenceau 8e A, Fersen
Lomlny 7e B; Yolaine Ma -
thieu 9e A: Y vrose S3L. .ouis
<;e A; Yamiieh St. Rmnv 9e
B: Suzette Tlheodo'e 9e C.


+Zoia


mmml .,~.. ..,


EN BREF
LES GRANDS FAITS DE
L'ACTUALITE
INTERNATIONAL
LONDRES (AFP)
M. Wilson se lance dans la
lutte electoral Plusleurs
jouurnaux he sotL poses la
question de savoir st les son
dacs c'opinion r6guliers n'ai
s'attlrer les sympathies des
electeurs avant le renouvelle
ment de la- Chambre base.
MOSCOU.-
Annulation deola rencon-
tre Bahr A(romyko. Cette
rencontre qul aurait d(i avoir
oeu mardi a dle, annulee,
Cmais, M. Bahr a' pu 'citre-
tenir avec M. Falin, m hdaut
fonctionnaire du Ministere
des Affaires Etrang res.
BERLIN.-
Visite d'une delegation de
la RFA 'L MscOuu. Des ertue-
tiensonr.a cu lieu a Moscou
entire de hauts representants
de I-artis Communistes So-
vitlique et Est Aliemand.
xxxx
Tentative de coordination
de M. Abdel Nasser. Apre s
son discours du ler Mai, le
Colonel Nasser a depech des
envoys spcilaux portant le
titre de vice Ministre des
Affairs Etrangures, dans
tons les pays Arabes. Ces en-
voyes speciaux ont pour mis
sion de remettie une lettre
personneile aux Ciefs d'Etat
et deo 'en:retenir avec eux
de la situation du Proche -
Orient vue par le Caire.

M. Edgar Faure
refuse d'etre Doven
de Nanterre
PARIS (AFP)
La Faculte de NanLerre,
point chaud du ieonde estu-
diantin, d'oi partit Ia revol-
te de Mai 196,, i'a. tuujn'irs
pas de doyen. "
M .Edgar Faure, anies. Mi
nistre de l'Education Nalio'-
nale et pre e la roforme u-
niversitaire que certain ju-
gent trop liberal, E refuse,
ce martin ce post que lui a
valt offer hier, par 16 voix
sur 24,le Consell de gestion de
la Facult6 compose e d repr
sentants du personnel, des
professeurs et des ntudiants.
M. Edgar Faure qul s'est
declare etrts sensible, tres
touneh de la confiance te -
molgnr e par les profoeseurs
et surtout par les u tudiants
a fait savoir qu'il nc pouvait
accepter cette coffre flatteu-
sie pour des ralsons de droit
parlementaire, il ne peut as-
sumer une function adminis-
trative et dc fait .- per -
sonnalite politique sur le
plan national, il ne peut s'oc.
cuper d'une seule university.
Cependant, l'ancien Minis-
tre a indique qu'il acceptalt
come consultant d'effec -
tuer une mission d'informa -
tion, et de consultation pour
tenter de degager une vole
susceptible d'aider a un re -
telment du problem. I1 fera
connaltre danrs quelues
jours les resultats de/cette
mission au Conseil de 1 Fa-
culte de gestion.
M. Edgar Faure a dofen u
a cette occasion sa Iri dc rt-
forme, qui n'est p:is respon-
sable. a-t-il dit, de la ,itua-
tion difficile actuelle puis -
qu'cile nest pas encore ap -
p iquoe si ce n'ert a titre pro
visoire.
Nous sommes, a-t-il ajoute
emprlsonnts dans l'ancienne
reglementation. Ce n'est, en
effet qu'a la rentrte prochai
ne que se constitueront les
nouvelle:. universities.
La Facult6 de Droit et des
Sciences Economiques de
Nanterre se trouve pratique-
ment sans Doyen depuis la
admission, au debut de 1 an -
ace, du tituiaire Paul RI -
.coeur. Ce dernier qul avail
tet coiffd d'une poubelle par
Un groupe de contestataires
avalt declard a cetete fnon"'
qu'l ne pouvalt exercer ses
lonctlons devant aIs volontt
d"i 'hrte de gcupuscute ue
tCsser ; 'univel'sild.


AU CAPITOL !
DU JEUDI 21 AU SAMEDI 23 MAI

A 6 Hres. A 8 Hres, 30


LES ARNAUD

Avec : BOURVIL et ADAMO

I Entr6e : Gdes. 2.50 et 4.00


le traglrgque atideit
(suits)
DES CRI AIGUS -
ET DESESPERES
II dtalt 19 heures du joir
et les ens aigus eo desesper-s
de. ces jeunes enfants qul,
quelquesi instants aupara -
vant, smuriaient a la vie,;aler
Lurent dans le silence de la
'nais, les hebitants du voisi-
nage qui s'empresserent d'ac
corir 6leur asecours. Mats il
fallait organizer es secours,
ce qut eu 6gard aux circons
dances n'etait pas du tout
facile.
Aussi, c'est de la ville dr.
Cap que sont sorts les meil-
leurs secouristes ou les meil-
leurs moyens de secours, taln
dcs que deux camlons, de
passage sur les lieux,'avaient
pu, tant bien que meale'sayer
de sauvet ceux qunipouvatent
ltre sauces en trarisportant
quelques uns des blesses res-
tts. accrochts a des troncs
d'arbres.
UN SPECTACLE POIGNANT
En tout Otat de cause,
hier. vers 1- here du martin,
les cadavres et les blesses 0-
talent djsA transports S
i'Hopltal Justinien du -Cap-
Hailtien. 1 n'y avalt rien de
plus poignant que le specta
cle de ces jeunes enfants la
plupart gritvement blesses
poussant des plaintes a vous
fendre le coeur.
Aussi, la Ville du Cap 0-
talt pour, ainsi dire debut
pour accueilllr et assister les
victims avec la plus profon
de sympathie. ,
C'est ainsi que presque
tousoles modecinsde la re-
gion ont eth alerts et sont
accourus au chevet des bles
sss en vue deo leur apporter
tons les sins indispensable
On ne saurait trop deplo-
rer cet accident tragique et
S tous les points de vue re-
grettable.
Aussi; ( Le Nouvelliste a
s'associe A la douleur de tons
ceux qui, de pros ou de loin,
sont frappes par ce malheur
et les prie d'agrter, en cette
cruelle circonstance, 1'expreo
sion 6mue de ses plus vives
et plus sinetres sympathies.


Centre Medical 27
Chemin des Dalles
Conference du Mercredi 20
Mai 1970 6 hres p.m. .
uApplications (liniques de
I'Electrophorise sur paperr,.
par le Dr Renu Claries.


Au Compte Gouttes
S. (suite)
de clartd que ,Compere,
poame.qui clot le recueil; la
plWce ee resistance.' On son-
ge, par endrolts, a La Fon-
Laine. Rassoul comprend,
tomme le Maurice Cassdus
tie oMambol,. e 111 pair on
peut tirer .des betes. Des 'lois,
il accompagne tel animal de
sa femelle, peut otre pour
m oontrer 1'dgalite des sexes,
l'identitd de leurs problems'
idee exprintee ddai dans
qTrois colliers ma-loioc.
iCompere, somile toute,
fait almer ... la terre natale.
Certain vers ruissellent des
beauties de notre, folklore, p6-
tlllent de joyeusetDs. -
c PoussiM z'etole lan babc
Saint Pit
.tCe devineLLe lan pays
Sblanc..
Remarquer- ia syncppe de
l'r'dan 1 le mot cBarbe. D'o
dinaire, auteur utilise une
orthographe francisee.
Labuchin semble, a cer -
tains egards; marque du
sceau de l'auteur de Dia -
couteis .Mmle tencance a la
francisation de l'orthogra -
phe: un gal faible penr lep,
repetitions, oui les rapproche
tous deux de Peguy ou dc.
Gertrude- Sein, et qui les ap
parenterait encore plus a Pe
guy- s'ils posstdaient come
lui le rythme de la cianson
de march. .On retrouve, en
outre, dans (Compere, lar -
deur revoluitionnaire du Clan
de de cLa" vie vid nvgrer. A-
vec cette difference, Loute -
fols. Si le language de Claude
(il faudrait dire aussi: de
Morissean Leroy) accuse de
la slcheresse, celui de Labu-
chin, au contraire, est pbo -
tist, sauf, malheureusement,
l'avant. dernitre page, ou
la part trout belle est faite a
ronron oratoire, oft se trahiL
uin maiinup de creation ar-
tistique :ou l'ftmoti n. la sen-
sibilite reiatreit eurs aile.
pour les rouvrir darts la ro -
s6t ieas derniers vers.
Raymonid PHILOTETE
Petionville -
Dimanche...
(suite)
tire son origin et sa force
dins le serleux qui, de sa foi
dation a nos jOUtS Luujours
guide 1'equipe diri-eante duii
Quotidien.
Elle explique. de plus la
longviLe a'un orgniic qui t'o
janrais rien perdu de sa pio-
pularite dans notre milieu
durant les trois quarts de sic
cle qu'i s'esat install dans
la vie haitienne.
Que Madame Max Chau-
vet, Monsieur Lucien Montqs
et toute la phalange de collar
borateurs eclairts veuillent
blen accepter les voeux since
res que le Benjamin de la
Presse forme pour le siccts
toujours croissant du Doyen
v6ndr6!


PIONEER

RECEIVER MODEL AM / FM

SX-1500TD -


Music Power
Output
180 watts
WGm


qqw w Stereophonic Belt-Drive Turntable


MODEL CS-63 DX


En Vente au Mazasti
d'e Fouad A. Mourra
et au ,(Continental.


4 Way 6-Speaker System


--'- .


I


~nnnnnnanLUurr(R~lplLlllq~llllUaarmPllm~ raa-


Ilep~~qp~~l~l


+Zddiac
GoI orr atic


PAGE 6


cLE NOUVELLISTEs


MERCREDI 20 MAT 1970


b '




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs