Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06746
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 15, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06746
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





LE PAdUS ANCEN D'HAITI u
FONCD iN 212e** | -

^w-r et Abibur. a.. f 1.: PORT-AU-PRINCE (HAIT/)
LU/C/EN MONTHS 1

Admin/isfrtrr: "M! MAX CHAUV6/T B'OITE POSTAL 1316
.MMBRE DE L'ASSOOIATION INTERAMRIOAlMk DE PBBE


No 28.079 756me ANNEE VENDREDI 15 MAI 1970


Le President a Vie de la Republique



recoit la Delegation Bahamienne


Le jeudl 14 Mal courant, le
President a- Vie de la Repu-
blique recevait dans son bu-
reau de travail une Ddldga
tion bahamlenne venue pour
discuter, avec une commis-
'sion dasignte ak cet effet par
le Chef de l'Etat, des problI
mes d'immigration et, d'inte-
ret common.
Prdsld6e par le Vice-Pre
mier MJnistre, 1'Honorable
Arthur D. Hanna, reprdsen-
tant personnel du Premier
Ministre des Bahamas, Mr.
Pindling, elle comprenait les
Secretaires Gdneraux des Mi
nisttres de l'Intdrieur, de I'A
agriculture et des Pecheries,
idu Travail et du Bien Etre
Social, I'Assistant Principal
du Department de 1'Inte-
rieur. Madame Jacqueline
M. JOHNSON, l'une des fines
fleurs d'un pays, don't ia re-
presentante fut, ne l'ou-
blions pas, la deuxitme reine
panamdricaine du Tourisme,
lui pretait ses services a ti-
tre de Secretaire dactylogra
phe.
Le Chef de I'Etat portait
un elegant costume croise,
coupd danas un tissue marron
a rayures. Souriant et dtten
du, plus aimable que jamais,
it etait visiblement daras l'u-
ne de ses plus belles formes.
Apres les presentations d'u
sage faites par le President
de la Delegation visiteuse,
M. Hanna remit au Presi-
dent Duvalier une lettre per
sonnelle de son bon ami, le
Premier Pindling, par laquel
le ce dernier exprimait 1'es-
poir qu'une formule prati-
que et satisfaisante serait
trouvee aux probltmes con-
frontds et pr6sentait en me


AVIS
Je, soussignd, Weber A.
Kersaint, identified au No.
9908 A, demeurant actuel-
lement a Port-au-Prince et
domicilie aux Baraddres, Ar
,rondissement de Nippes, dd-
clare, sous toutes les reser-
ves de droit g6enralement
quelconques qu'il n'y a au-
cun lien de parents entire la
famille Kersaint et le sieur
Jean Romdla-Kersaint don't
la conduite porte atteinte a
la reputation et k 1'honneur
de la famille Kersaint, ce
qui peut 6tre prouv6 a la jus
twice au moment voulu.
Port-au-Pce., le 15 Mal 1970
Weber A. Kersaint.


me temps les meilkeurs voeux
du People et du Gouverne-
ment des Bahamas au peu-
ple, au Gouvernement d'Hai
ti et A son Chef.
Au course du cordial dialo-
gue qui s'engagea entire le
Chef de l'teat et M. Hana,
le President a Vie de la RE-
publique fit un rutpide tour
d'horizon de la situation ca-
raibeenn. et en quelques
phrases situa les debates a ce
haut ni eau ooi se meut avec
taut d'aisance sa logique car
tdsienne de scientifique aux
prises depuis tant d'annoes
consacrees au service de son
people avec ce tragique quo-
tidien don't est faite la Vie
du Tiers 1iunde.
aJe suis heureux, d6cla-
ra en substance le Presi-
dent a Vie de la R6pubhi -
que de souhalter la plus
cordiale des bienvenues :i
cette Delegation d'un peu-
ple don't la vie se deroule
en ce moment sous le lea-
derst4ip d'un des hommes
politiques les plus distin-
gues des Caraibes
I Vous dtes venus ici pour
discuter des problems d'in
St6rt common aux deux con
trees. J'ai charge Mon
Ministre des Affaires E -
trangires, assist d'un im-
posant group de techni-
ciens, d'engager le dialo -
gue avec vous. Je suis per -
suade que vous rencontre-
rez des solutions concre -
tes aux problems qui con-
cernent les deux Pays non
seulement dans le domai -


ne de l'immigration, mais
aussi dans celul des ecban-
ges commerclaux et de :a
coexistence pacifique et a-
micale des deux peuples.
Vous etes venus princi-
palement preoccupes par )e
probldme de l'lmmigration
des Haitidns aux Bahamas,
mais Je voudrats aussi que
nous envisagions des mesu-
res pour que les deux con -
trees cheminent cote A c6 -
te dans la dignlte et dans
'honneur.
Je voudrais souligner
pour le President de I Cornm
mission haltienne l'occa-
slon qui est offerte de con-
siderer avec vous ce que le
Gouvernement bahamien
peut faire pour assurer une
plus complete sacurit dec
nos rapports. Je suis heu-
reux, a ce sujet d'appren-
dre, pensant a Inagua et a
d'autres lieux, que le Gou-
vernement bahamien a fait
1'effort d'augmenter les ef-
fectifs de ses forces de poll
ce.
Pour le temps present,
nous avons a nous aider Tfin
I'autre. Tous les leaders du
monde suivent une situa
tion politique et miIitaire
qui ne convient ri a la ci-
vilisation don't nous nous re
clamons ni aux progrbs d'au
cun people. Des problOmes
et des problemes se pret-
sentent un peu partout.
Ainsi, on n'aurait jamais
pu penser dans le passe, que
cette region de nos miles efit
,(suite page 4 colonne 7)


te au chapitre dep~ uvrage
sur I'actualit-d--' s ile mon-
de.
Quoiqu'ayant djja lu vos
articles lors de leur parution
dans sLE MATIN, c'est a-
vec plaisir que je les relis
r6unis sous forme de bou-
quin. Votre sens "aigu de l'Ob
servation et le style alerte
avec lequel vous related vos
experiences impressionnent
une fois de plus le lecteur.
Vous avez port 16 a un
tires haut degrd l'objectivitt
et la portde constructive du
journalism.
J'esprre que votre livre se
ra lu par tous les haftiens
qui s'intdressent A l'actuali-
te dans le monde.
Recevez, Cher Monsieur
Charlier, avec mes compli-
ments renouvel6s, mes salu-
tations distingudes.
Harvey I. Leiffert
Attache cultural a.i
N.B. L'ami nous prie
d'annoncer que la signature
vente de son livre aura lieu
le dimanche 7 Juin dhs 11 h.
a.m. au local de l'Institut
Haitiano-Amdricain (Place
des Hdros de 1l'Ind6pendan-
ce).


S'ld et du Centre, exception
faite du Salvador et du Hon
duras. Un grand percentage
des visiteurs comprenait sur
tout des 6tudiants. Ce.nen-
dant, grace a la television,
cics million; d'autr,'s person.
(Su:te rage 4 col. 1I


PLUIES DE MAI D'HATTI

par Mme Andree Momplaisir Pierre


A 1'horizon cr6pusculaire,
heure oai le eBonhomme de
sables fabuleux, 6parpillle
ses grains de sable gris sur
]e minois enfantin de nos
poussins jaunes, bleus, ro-
ses, verts et rouges de nos
Jardins d'Enfants, une bri-
se particulidre, fraiche, cir-
cule dans 1'atmosphere. El-
le augmente brusquement
et se change en vent impe-
tueux qui enldve le linge
blanc sur les lignes, faith
rapper les portes et les fe
ndtres, dparpille les feuilles
mortes, faith battle les pau-
pieres, desordonne les plis
des coiffures et soulove avec
grace les jupes trop longues
de la vieille m6nagre ...
Brrrrh ... des coups praci
pits sur les toits indlquent
que la b6n6fique pluie de


Mai nous visit ...
On se precipite a qui
mieux mieux pour regagner
le toit familial si doux S
tous, afin de jouir a son ai
se de ces minutes comblen
precieuses apporties par les
douces et vivifiantes pluses
de Mai ...
L'atmosphdre se fait blan
che, ce qui laisserait suppo-
ser que le soleil quoique dis
paru de 1'horizon jette en-
core sur ce soir, ses rayons
lumineux...? Bien non, blan
cheur de nuage, clarte de
pluie, blancheur d'eau de
Mai qui, a loisir pand sa
clart6 immacul6e sur la ter
re assolffee et avide d'itre
balgnde... De temps A au-o
tre, un arret brusque se pro
(Voir suite page 2)


WASHINGTON (IPS)
Une r6che lunaire age de
trois millions cinq cent mille
ans et ramende sur terre par
les astronauts de la mission
Apollo-11, scra expose a Pt-
au-Prince du 23 au 2. jui!-
IcL proeh,.n.
Cette exposition qui aura
lieu a l'Institut taitlano A
mdrlcain, sera le point culmi
nant ae la rSemalie Apollo
en HaiLs dans le cadre des
festlvi.is cormmemorant le
premier anniversaire du de-
barquement de l'honme sur
la lune.
AsL ouis de cette meme st
maine sera projete en pre.-
mitre, a Purt-au-Prince, et
dans plusieurs Capitales du
monde, un film en coaleur
sur Apollo.
Plus de 1.115.000 personnel
de l'Amdrique du Centre et
Sud ont, au ccurs des sir
derniers maois, contemnpld er.
te roche lunaire. ,
En Bolivie selxitine ca
pitale latino americaine off
la roche a 6t6 expose depuis
qu'elle a inaugur6 sa tour-
neCe Ie. *lFelas del Pacifico,
de Lima, en novembre der-
nier 1'on s'attend A ce que
plus de 40.000 spectateurb
viennent visiter 1'exposition
qui durera quatre jours.
La roche lunpire a Wtd, en
effect, expose dans routes
es vilies de l'Amerique du


A la sympathie agissante
de notre ami et 'confrere D.
Charlier nous devons le tex
te de 1'importante lettre a
lui ecrite par M. H. Leifert
attach cultural a.ia l'Ambas
sade des USA. Charlier pen
se que cet hommage eloquent
rejaillit aussi sur l'ensemble
des journalists haitiens.
Port-au-Pce 13 Mai 1970.
Cher Monsieur Charlier,
Je prends plaisir a vous
complimenter pour la publi-
cation de votre llvre RES D'ANGOISSE ET D'ES-
POIRs. II constltue, sans nul
doute une addition important


Deux ji
ktudiai
au Miss
NEW YO
Onze j
de quatr
niversitte
les gard
Jeunes d'
sissipi, fr
t6 par de
la nuit d
gents de
de la pc
6tudiants
ment ble
plus legt
cier a dg
sd.
La fus
une diza
6te prove
liciers; p
d'un sni
16, seloi
1'envoi d
serve.
Les et
talent pl
ils, trop
yes au
tion de
sortie di
soir, ddjt
pus du
du Colld
Dans
automob


eunes
its toes
sissipi
RK (AFP)
ours apres la mort
-I I' T


NOTRE CHRONIQUE SCIENTIFIQtUE

<
prevoir pour agir>
e euoans ce U an un hrnVe nt


e euiants e Il- Dans une chronique anti-
de Kent, tnes par rieure (cfr Nouvelliste du 6.
les natonaux, deux 3.70),nous analyslons les dl-
SColquentl6 en majde Moris- menslons cognitive et affect
'quento en major ustives vis-k-vls du planning
es noirs, ont6 6t duLs familial. La question que
dernia poibre d'Etat et nous posons en ce moment
la police duEtat e. est celle de la relation exis-
ice municipale. 5 tant enitre les attitudes et le
os etct t grlive statute socio economique
Isss, et onze autrescs
s ,e o quand la vTriable : nombre
recent. Un polt dlenfants est maintenue cons
Yalement d6t bles nante s
tante 7
illade qui a dure C'est dans les families res-
line de seconds. a treintps de 1 a 3 enfants des
oqu6e, selon les po- couchts sucio economique&
par. le coup de feu superleures qa'io rencontre
per i les etudiants par gens informs sur les ques-
'une boite de con- tions de planifleation. La cor
relation est positive entire la
udiants manifes dimension cognitive des atti-
arce que, disalent- tudes et le sLatut socio eco-
de noirs sont envo- nomique dans cette catego-
Vietnam des l'obteu e. La mime tendance se
leur diplfme et leur maintient dans le group
u College. Mercredi de dimension moyenne de 4
&, des d6sordres s'd- a 6 entanls. Mais la situation.
College. chan e completement dans
ge. le eas des families -nombreu-
la soiree d'hier, des ses de 7 efauts et plus. Ces
ilistes s' 6 t a i e n t dernimres accusent une igno-"
lance quasi complete au su-
(Suite page 2) lel du planning. Ces consta-


Noces d'Or des epoux Albirt
L. Rowe Sr


Aujourd'lui 1i Mai .1970,
les epoux Albert L. Rowe Sr
6ont heureux de after Je cin-
quantibme anniversaire de
leur union.
Le 15 Mai 1920, les cloches
sonnaient a toute voice. Le
grand portail de la Basilique


Notre-Dame a Port-au-Prin-
ce dtatt ouvert. Le marid et
la marine sortaient de la Ca
th6drale, sulvi d'un grand
nombre de parents et d'amis.
Qui 6taient-ils ces nouveaux
marids a qui tout le monde
(Suite page 4 col. 4)


stations viennent confirmed
des hypotheses que nous a-
vons maintes fois reprises et,
d6veloppdes i savoir que *Ia
dimension des families de-
vait trouver une explication
non pas dans une forte r6sis
tance culturellec mais dans
P'absence d'education, d'lnfor
mations. .
Quant au degre.de contr6-
le 'motionhci il rested Ie pri-
vilege des families restrein-
Les, h haut niveau de vie. La
dimension des. families n'in-
(Voir suite page 2 )

L'Arrivee de la
D~l6ation
Bahaiu'enne _
Hifr aprtd-mldl, a 4h 4,
ont ddbarqu6 d'une Caravel
le d'Air France les membres
de la delegation Baham6en
ne. Ces d6elgu6s sont : Son
Excellence, M. Arthur Dion,
vice-Premier Ministre et Se
cr6taire d'Etat de l'Intd -
rieur.
Monsieur Baltron B. Be-
thel, Secr6taire g6ntral au
D6partement de I'Intrieur
Le Dr. Davidson L. Hep-
burn, employee suplrietr as
Department de l'Intdrieu
Monsieur Oris Stanle3
Russel, Secretaire G6nera]
au Ddpartement de i'Agricu
ture.
Monsieur Charles Al'ai
Smith, Secretaire Genera
au Departement Ou Travai
et du Bleh-Etre Social.
Madame Jacqueline Johi
son, Secr6taire extcutif fit
Cabinet Ministdriel, Mon
(Voir suite page 3)


Les dpoux Albert L. Rowe, SR commdmorent
aujourd'hui le 506me anniversaire de leur union.









RACING DON BOSCO 1-1


OUF ... DISENT LES

Le 'demi-dchec- subi par
le vieux lion devant le Stade
Don Bosco a souleve pas mal
de commentaires dans les mi
lieux sportife. Le vieux lion
durant ses dernieres sorties,
afflchait une santd tell
qu'on avait i'impression,
qu'au moindre faux pas de
l'Aigle, il reprendralt sa pla
ce de leader perdue apres -a
defaite devant le Violette.
L'dtoile haitienne (1-0), le
Victory (1-0) et la ligue du
Nord (5-0) firent les frais
de cette snof de revanche qui
animait cha'un des homines
de t'entraincur Vertus.
Ce match contre les gars
du Pere Djebbels, Guy et ses
camarades ne' le consid6-
raient pas come une mon-
tagne. Seion eux, cela pou-
vait dtre difficile, vu la va-
leur fonciere de ladversaire
mais dans les circonstances
actuelles, ils avaient 1'assu-
ranee, qu'aucun adversaire
ne pouvait leur tenir tdte.
Cette impression glsaudit a.
la suite des 25 minutes
joudes, mardi soir, avant que
le match'ne solt arrdidtpour
terrain impraticable. t3-Red
cing dominant jusqu'aiors et
avait meme-rati un penalty


RACING-MEN

par Guy qui.tira sur le po-
teau. Bien plus, le garcmen
Paul Jacques dut sortir le
grand jeu pour arreter ou de
turner des tirs dangereux
die Guy et de Theo.
Toujours est-il que les don
nmes changerent complete-
ment hier apres midi. Le
Don Bosco, retrouvant brus-
quement toute sa vivacite
d'antan, fournit un match
extraordinaire et mit tout
au long de la parties la defend
se du acing a genou A l'ex
prilence, au metier, aL la clas
se des ivieux briscardiersa
du Vieux Lion, ses joueurs
opposerent leur vivacit6, lqur
enthouslasme et une combat
tivitd digne d'eloge.u.
Le Racing, grace a un mi-
lieu de terrain ures tolide,
donnatt impression de pou-
voir l'emporter des le ddbut.
Le rythmc que ses joueurs
imprimait a la rencontre, de
vait s'av6rer payant. En ef-
fet apres un certain temps
d'hdsitation, de sondage, on
lisait au tableau d'affichage
Racing i Don Bosco 0.-
On pensait alors que les
choses htaient definitive-
(Vair suite page 2)


On ne fait pas un film
come on dcrit un article de
journal. Le chroniqueur cin6
matographique est un brave
homme qui va beaucoup au
cim6ma, il y va depuis 1'Age
de 6 ans et les images le fas-
cinent, qui lit, qui refldchit,
qui a un gofit et des,iddes, et
qui rend la vie impossible a
sa machine 6 dcrire. Dans le
meilleur des cas, tel n'est
h6las pas le cas de l'auteur
de ces lignes, il a fait I'I-
DHEC (I) en France et frap
pe a toutes les portes o 1l'on
a eu la mauvaise ides d'ins-
crire le mot tcooperations,
avec sous le bras un project
d e film rdvolutionnaire.
Mais le r6alisatenr, c'est-S-
dire celul qui detient le re-
cord en nults blanches sur
un g6ndrique, est un mon-
sieur sur lequel un capita-
liste a parid des millions et
auquel on exige d'dviter que
le vent les emporte. De l a
remplir les colonnes du sNou
velliste... Nous atlons voir
comment Peter Yates, grace


Gr:. Comm:. S:. C:. 33e

d'llaiti Martinistc S:. 1:.

Dans Le Nouvelliste du ven
dredi 6 Mai 1970 sous la ru
brique sAu Compte Gout-
tes, Raymond Philocttet
souleve une question d'His-
toire sur laquelle malheureu
segment les Histwoiens ne sont
pas d'accord.
Mr Raymond Philoct6te,
intellectual blen connu, que
je n'ali pas 1'honneur person-
nellement de connaitre phy-
siquement, attire attention
des Magons, des Rosicru-
ciens, des Martinistes, des


Demain, elections en



Republique Dominicaine


SANTO DOMINGO.-
La champagne electoral a
6te officiellement cibturee
lter. Aucun meeting -he
peut plus dtre organism et
aucuri candidate a n'lmpor-
te. quelle fonction elective
ne peut .prendre la paYOle,
m~me & la radio.
Les ecoles primalres et se
condalrps, publiques et pri-
ves, -1'Universite, lea debltt
de boissons sont fermes ]us
qu'au mardi 19 mai.
Les forces combines de
terre, de Fair et de mer en
cadrent les unites de la po
lice et occupent militaire -
merit toutes les places public
ques, les principaux carre-
fours de rues dans la plu-
part des villes de la R6publi
que Dominlealne afin d'evi
ter tous chocs arms en -
tre les partisans res candi-
dats. i'on a compte, en ef-
fst. fl morts durant les f5


semainesde car
lectorale.
xxxx
LES ELECTIONS
GENERALS
r SANTO DOMIN(
S L'on s'attend
I plus d'un million
aillent aux urnes
elections geuwrale
choix d'un Prdsi
1 vice-Presldent, d
1 teurs, de deputies
res. La R.D. n'est
n tuee S des electic
u En effet, c'est la
- 'fois au course de s
d'ind6pendance,E
pes durant 1,0 a


retour a. 1'Espagne comme
colonie, que la R.D. con -
naltra des comices libres
les deux premieres) en 1963
et en 1966.
C'est un petit pays extrd
moment tourment oua les
28 Chefs d'Etat Wont faith
k chaque lois que 2 ans au
pouvoir, (S exception d'U-
lysse lHereaux, 13. ans, de
Vasquez, 6 ans, de Rafael
Trujillo, 16 ans, d'Hector
Trujillo, 8 ans, de Balaguer,
7 ans) et y sont retournes
A plusieurs reprises (Gonsa
lez 2 fols, Baez 3 fois, Vas
quez 2 fois R. Trujillo 3 fois,
Balaguer, 2 fois). Les domi-
nicains sont done en train
de faire le douloureux ap -
prentissage de la democra-
tie: ce qui expliquerait peut-
etre les multiples assassi -
nats de cette dure campa-
gne dlectporle.
xxxx


mpagne 6- LA TREVE DE DIEU
SANTO DOMINGO.-
Le President interimaire,
le Dr. Ruiz Tejada, Presi -
dent, de. la Cour Supreme,
juriste et philatbliste re-
GO.- nommd, catholique fervent,
a ce que pree onze infants Idgitl-
ide votants mes, a sollicite de tous les
s dains cs parties une sorte de sTREVE
es pour le DE DIEU* pour qu'il n'y
dent, d'un alt aucun trouble les 15, 16,.
le '1na 17 et 18 Mai, avant, pen-
, de mai- dant et apras les elections
pas habi- Tous lea parts ont adhd-
ans libres. rd a cette demand et trans
troisibme mis des consignes dans ce
ses 126 aiis sens a leurs nombreux pat
entrecou tisans. Depuis hier, la Jun
mns par un te Electorale, a laquelle sont
adjoins des repr6sentarts
de chaque parti, assume sle
control effectif du Pays.
Durant la journde de de -
S main, toutes les stations de
radio de la R.D. synchroni
seront leurs emissions en ou-
ne seule, qui proviendra des
bureau de la Junte Electo-
rale et donnera a t*haque-
et quelques quart d'heure des renseigne
at quelques ments sur le derUx..n-nt
sauve les des operations electoralc.s
duction de duns tout le Pays.
en sauvant
!ier amnri- Sur la demand formelle
du President intdrimaire,
l'Organisation des Etats A-
age 2) (Suite page 3)


a Steve McQueen e
collaborateurs, a
millions de la pro
.BULLITTi, tout e
1'histoire du police
cain.
(Voir suite p


par Claude Dambreville


Hier martin, Madame Raoul
Alexis nsc parties pour les E-
tats Unis. Elle esLt la(e assis
ter a la de son-
fils Serge. Celui-ci terminera
sous peu ses etudes en Econo
mie S Philadelphie. Madame
Alexis est partie avec sa mi
gnonne et jolie petite fille
Marie-Estrella. Ce beau bdbd
de onze mois est la fille de
Monsieur et de Madame Mi-
chef Alexis. Les pere et mere


de Marie Ebtrella ne l'a-
vaient pas vue depuI.s neuf
mois.
-\ X x
Madame Armand Malle-
branche est rentr6e de voya-
ge hier mati iEile a dti ac-
cueillie par ses Lrois aima-
bles filles.' Madame Jean-
Claude De Vandegies. Mada
me Menos, et Maduame Jean-
Claude Apollon. Madame Mal
-lebranche vient de passer un
mois et demi a Poito Rico.
Elle s'y eLait rendue pour
prendre soin des infants de
sa fille et de son gendre, Moil
sieur et Madame Gerard
Fombrun. Ces d.,rniers habi-
tent Porto Rico, et viennent
d'effectuer un voyage en Eu
rope.
xxx
Ale Jean Claude Ldger a
piis 1'avlon hier martin. 1
passer n'uelaues jours A Mia
1ii et ia Nc YorK.

Huit Pasteurs de 1'Eglise
du Nazarden vienncnt de pre
cher l'Eva!gile a Port-au-
Princef. a Grand Bassin, S
Duvalierville, a Bdlanger, a
Pdtionville. et a la Cite Wa-
ney. Ces huit missionnaires
cfe Michigan, qui talent ar
rives ici jeudi de-nier. sont
repatis hier mathl. Les ont
conduits a l'adrogare Mon-
-Ieur.- et Madame Ilerry Pich,
de la mIme secte. L'un des
(voire suite page 4 col. 2)


mystiques en general sur l'e-
xistence de Martinez de Pas
equally qui est mort S Ldogi
ne ou a Port-au-Prince.
Quel dtaft ce personnage ?
A la vdritd, Martinez de
Pasqually ne nous a pas lais
s6 beaucoup de choses sur
son existence, et surtout sure
suon passage en Haiti.
Le' Dr Robert Ambelain, Ex
Grand Maitre de l'Ordre Mar
tiniste en France nous rap-
porte au sujet de Martinez
de Pasqually que des hypo-
theses les plus romatesques
ont course sur le nom et les
origins de cet illustre Per-
sonnage.
(Suite page 3)


Piperazine citrate U.S.P.

I -- COMPRIMES ET SIROP
SEIMINE COMPLETEMENT LES VERS INTESTINAUX

SAscais, Oxyures

S A R AT ITP Port-au-Prince, Haiti
-T LAY P.O. Box. 192. Tel 2-2020

|^a~a38aM~a8v


APPRECIANT L'OUVRAGE DE D. CHARLIER

L'Attache Culturel a 1'Ambassade des
USA le recommande au public


CINEMA

La poursuite auto d



Prochaine Exposition d'une
roche lunaire en Haiti


Martinez de Pasqually
Sa mort. Sa Doctrine.- Relation avec Claude de St Martin
Par Dr Marcel TAYLOR







"r

Savoir por por Prdvoir,
Prevoir pour agar
IlouiO ae JU lere page)
f'll" ell rFnli Siil h1. Ci irr la-
tion cnile les itltuitudrs cnzo-
Liohmim'llen i': le hsttah .ocio-
c('.lllIIIlhU I'US Iu.S 111011-
tons danl I celOIIce deC St,.-
tuts plus I noinbre Wen-
aunts dinimun et ctorr6lative-
mint augment le degro d'6-
liullibre emotlonnel. Dans les
laviuiles noinbroubes ai haut
standard social les. reactions
psycliologitiues sont nette-
nient ncgalives.,Meme quand
icui "niveau de vie dcmeure
clever les families nomblnbreu-
;,cs cijrouveut un serieux ma
laise psychologique vis-A-vis
dc I'(he tie la reduction on
du contr6le des naissances. D
semblerait done que le pro-
cessus est irreversible du faith
que le.s fcmnies als&ees sont
ipforlniips. emotionnellement
stables. C'est le group appa
recent iaredinctible. Du point
.de vue de la tendiance a l'ac-
tin, nuelle que soit la dimen
sion des fnuilles, lit prpen-
Fion la I- ntativitO est plus
jccentuee dans les statutes so
cio econimiqiues ini'erieurs.
"' *i,.retitMtI des attitudes
inslrumentiles nar rapport
,x status extremes est
"o-',.nn al>s Forte dans los
families icsl.reinttes. Lecoef-.
F;ri-nt de difference d'inter-
.rinn di ts lear efs-es( de
57, an, onuil est de 31%
et do 35% dans les families
im-'veuncs .t n. mbreuses.
Centre Haitien d'Investiga
i'on en Sciences Sociales
(CHISS)
(Cahier No 4, 1969, pp. 30-31)
N.&.- CaptLcz lus ecliuos scion
tifiuies du CbIS$ ehaque
mnercredi souir a pattir de 9 h
sur its andes dc Radio-Haiti,
au Magazine sonare de Radio
itAcuatue.

.Art Exhibit.
a linsaitut Haitiano -
Americain
L'Institut haitiano-anmri
cain, a le plaisir de rappeler
aux visiteurs : que 1'exposi-
tion de Tableaux (Chromo)
oui eat en couis dana son
Auditorium, restera ouverte
au Public: samedi 16 Mai de
9 hres A.M. a 8 hres. P.M. et
dimanche 17, de 10 hres. 30
a 7 hres. P.M.
Les Artistes et Amateurs
d'art sont cordialement invi
td a venir apprfcier les ma-
gnifiques reproductions de la
collection : Aux Etats-Unis.
Bienvenue a Tous.
L'entrde sera entitrement
libre.


du
au
tin
fr
ble
mI
qu
ce
ba
me
mil
rer
ce
tu:

av
ew
me
les
pe
ca
les
vec
ail
teu
ma
cili
sel
vie
vat
be
tom
leu
L'o
loir
c'ha
de
por
tie
ter
te
dali
se
des
lie,.
plu
pai
die
reu
cha
chia
tan
de
ros
Pa
et
ent
pre
far
nut
les
aut
de
ou
dot
dra
coa
gr6
I'I
ble


Poui votIVS1 SFQV/R &
SA CIVAGARAOERQ6403


ll. tout comnme le Jazz. 1-1
bal du soir. appule lcgO (Suite)
meant suir les note4)du re
rain berceur. pout redou- hlLt 1 L 10141C qt,..d Ae'- O .i
er de Vivaclte en enta- u.t oi ,u lo a1
ant les couplets O1lo .( I(C w0( ,.ie UC iUCnul
cents, avec plus de for ie. WWIiujL l UUO5U UU.11u
la plule recom m ence ... e U 0,oi 21. . ,, v ,ue
Les arbres soumis ta ce UeO I tUl Iua .t'e ujUOiAO
In du soir replient docile p(e oii iii, LuUi iii iLe tol .i- '
ent leurs feullles pour alas putr ULt uILI. PLAsUa juuLIO
leux les prot6ger et atti- ieute ioqculaGS. asmbe lcOl-
r vers les racines la dou- qlue lonciOinanL a mn rveil
liquid offerte par- la na le, a mena egaisation.
connureOl. aLors un verauaunau-
Les cocotlers balancent regu iiue ie uuucut ecoasdae.
ec fr6nuisie lurs gracleux ves Devaris, 'un aes meil
entails qul chatoient gale leurr ava nis uu inutcn, faus-
ent leurs pains de titar; sa souvent compagnie a ses
Smanguiers laissert deses garues ae corps pour inque-
rement tomber avec fra- cer le porter dou lacing, Du
s leurs douteurs tropica- chatener. u'est done une fin
s; Is pins de donquete a-. de parties assez dlttilce que
c voluptd distribuent Ieurs joua ie vieux lion. cn com-
gruilles; lea quen6piers, prend trts blen que c'est avec
ut come des giants ro- un venrcuoie soupir qe soua-
Lans, eparpllent leurs gra gement que ies nomoreux era
es fleurs sur le sol truis cmnnistess accuenlent ie coup
l6I; les tchastchas de de sifflet final.
toire brandissent en a Le stade Don-Bosco est
nt leurs machettes de 11- done passe a c6t6 d'un grand
r.t6 et offrent a 1'oeil- exploit. ette performance,
nd-des langues de feu de ill'avait r6ussie, aurait sut-
r flamboyant apjnour... fi pour racheter sa saison pas
)rage avec rage, du plus trop satislaisante. Malheu-
n, se fait entendre et r6- reusement ses avants ont ra-
auffe les coeurs... Lair te des occasions de but in-
la. nult ts'humldifie ap- croyables.
rtant a la temperature u- Apres le 10e-tour, le classes
douceur, exquise... La ment se lit ainsi: .
re haitienne se fait bean Aigle N 18points, 29
pour laisser pntrerbuts marquis, 2 encaisses, 8
ns son sein l'eau divres- ictoires 2 nuls, 2.defaise
sl abondamment espre; v 2 Racing, 16 points, 28 buts
s rigoles jaunatres emme ng 7 t
s de cailloux, dansat, de marques, encaisnse, victo
.me-poule naviguant, de e, 2 nus 1 dfaite
ille-cann titubant sous le 3 Violette 16 points, 22 buts
hm d la grands mlo- arqus, 7 encalss 6 svictol-
langoureuse, et. amou- ras, 4 suls, 0 dtfaits
ase de s'eau, cells de la 4 LEoiie i2 piacLs,
anson du soir, la lyrique 5 Excelsior 11 points
anson de Mai, la rtconfot Comme on le volt done, 11
ate symphonie de leau suffit d'un mate nul A I'Aigle
Mal qui descend et qoui ar Noir pour eore couionn6
ae la terre btri? .du beau champion d'Haiti. Mome en
ys d'Haiti... cas de ddfaite,'il aurait-fallu
L'averse continue encore, que le Victory l'emporte avec
les masons aux portes une marge de cinq buts d'e-
trebaillles laissent corm- cart.
endre que, dants le calmne Quand on pense, -que de-
ilial de ces douces ati- puis le d6but de la saison, les
tes tropicales, les famnil- proteges de Franc Civil,
haitiennes se trouvent ont mals trouv6 au course
tour de la table garnie d'un match en 3 occasions
riches plats nationaux, 1p chemin des buts adverse,
causant sur de lyriques "n voit difficilement com-
dines entire 1'oreiller et le menat ils s'y prendraient Dour
ap chauds, gofitant de demanteler en cinq occasions
eur les douceurs des a !a defense, de loin la plus so
tables pluses de Mai sur lide de celte Coupe Pradei.
mmortelle et incompara- En definitive. a moii6s d'un
Terre d'Haiti. miracle qu'on a peine d'ima-
ainer, I'Aigle Noir est cham-
12 Mai 1970 pion pour la saisan 69-70.
Mine Andrte Momplaisir Ce soir, 7hres, Aigle Noir-
Pierre Victory. *'


ASS4'1At/CE VOYAGE
VISA 5.


3989-3591


LOTERIE DE L'ETAT HAITIEN

Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets

A Gdes 20.00 le Billet


r G rus L ot .............................................................................. G 100.000.00
2e G ros L ot.................................... .............................................. 15.000.00
3e Gros Lot. ..........................................- 10.0.00.00
3 L ots de G 3.000.00 ................................................................... 9.000.00
20 Lots de G. 5.00.00- --.......................... .................................. 5.00000
200 Lots de G 100.00 ........................................................................** 20.000.00
350 Lots de G 80.00.......................................--- ............................... 28.000.00
2 Approximatifs du ler Lot A G. 500.00 ..................................... 1.000.00
4 2 Approximatifs du 2e Lot A G. 250.00 ................................. 500.00
2 Approximatifs du 3e Lot a G. 200.00 ...... ............ .......... 400.00
297 Centaines des 3 Gros Lots A 60.00...................................... 17.820;00
897 Terminaisons des 3 Gros Lots a 50.00 .................................. 44.850.00
4 2.100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules a 50.00 ............ 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALIER............................................ 1.000.00

3.867 T O T A ......... ......... ....... ............................ ........ G 357.570.00

N. -- .\ partir du tirage du 15 Novembre, vot-e chance augmented A la Late-
,i. avec cette nouvelle table de lots : 200 lots dIe G. !00 au lieu de G 60.
356 lots de G. 80 au lieu de G. 250,de G 50.
297 cenlaines A G- 60 au lieu de G. 297 i G.-40.
2100 termr.inaisons par tira.ge de 7 b .S i 50 ats lieu-de 110Q par tirag, dea.
b.,.ule-s a.G. 40.


SL. Pi suits ALuto de "Bullilt"


DUCO


a l'Age de l'Espace


Pour tre adapt e "


I' poque des satellites et


des fusees, votre voiture


doit etre resplendissante.


Ele t era quand vous


1 au VRAI


NDJO t e DUCO










upont de-Nemours


le seul VRAI DUCO


pour voitures eat en vente





SOCIETY HAITIENNE


D'AUTOMOBILES.


mm"""ta'"t"""'x""?


aterYatIes : Dans la1.plu dars les rares plans (Id
part des fllrda amtricaln.s Yates explique que ces
de ces dernatres annoeg, lea plans ayans ete tourois a -
poursultes automobiles ault vec un objectif quIl raleptit
gtnrralement rtalisees oen., les movements, 11 fallait
temps. Tout d'abord, une compenser cet eflet en in-
premi6re 6quipe drigdee par tesvenant sur la cadence de
un assistant du metteur en prise de vues) ... Hours de cec
scene top.AqtL en extrieur cas, aucune ace6le6ation."
les scenes les plus esaignan Steve.et mol 6tlons fatiguts
tes avec le ooneours de cas de voir toujo.urs au clt6ma
cadeurs (2). Ensuate, une au ces voltures pregnant des
tro eq;pp, asurit en stu tournants comme si elles 6-
di- le rest dU toutnage. Je talent montees sur tes
crols que la raison principal rails. Quand vous filmez ft
Ile 1di_,sta6s. de la poursul- faible vitesse et a cadence
te de'-Bullitt talent non seu rduilte une auto decrivant
element au fait que notre ve un virage, en effet, voua ne
dette, Steve McQueen., ta t pouvez esptrer voir a la
capable ted conduire trts projection le jeu de la car-
bien Jul-mfme, mais enco- rgsserie sur les amortis -
re afla m6thode de tourna- seurs, les oscillations des
ge. que nous -avons adop roues, l'inclinaison gsnera-
tCe, laquelle permettait de le du vdhicule, toutes cho-
faire des gros .plans de Ste- ses pourtant reelles A gran-
ve cenr dtirect3, condulsant de vitesse!
effectivement, sans recourir Q.- aComment avez-vous
au moindre trueage. Oe que propar6 cette sequence -
nous d6sirlons avant tout, choc?s
c'est que le spectateur se sen Peter Yates : Je savals
te littralement entrants que la tension dramatique
dansa action, plus encore naitrait d'une progression
qu'll ne l'est ordinairem.cnt discrete des effects, d'tine re
dans une scene de poiirsui- cherche des details. J'ai
te, inmme rmaliste avec foin. done construct la sequence
Q.- Vous n'avez jamais plan par plan et j ai consa-
accl6rdt le movement par cr6 les deux derniJres se -
une prise de vue d cadence maines de tournage ia sa
ralentie?, (3) realsation (4). Nous avions
alors largement .depassa le
Peter Yates : Non. Sauf budget alloue et la produCt -


(Suite de la lIre li e)
;tion nous a fait savoir qui'll
n'y auralt pas de crallon -
gesI Mais tout 6tait pr6t.
Nous avions quatre voitu-
res pour l'actior? (deux Mus
tang OT pour Steve, deux
Dodge- Charger pour les
homes de la Maffia), plus
une Corvette sptciale pour
filmer en march les pr6-
cddentes (5) ... C'est Carry
Laughton, un cascadeur
professionnel, qui blabora la

Deux jeunes-
(otte de ia iore page)
plaints a la police d'avoir ete
accue ilis t coup de plerres
dans les parages du Coh6-
ge. Les etudlants. de leur
c6te, ont assure n'avoir av
cune responsabllite daILs
ces incidents, auxquels. di -
sent-ils. lls n'ont pas parti-
clp6.
Les policiers se sont a-
lors rendus sur le campus
oft ils ont trouvt un attrou
pement d'6tudiants devant
le dlortoir des lilies. 'n offi
cier s'est approcht d'eux et
messieurs ...'. a-t-il, com-
mence. A ce moment la,.on
a entendu un bruit sembla-
vie a une detonation. Couan
de feu, p6tard, chute d'unae
boite de conserve? En. tout
cas, les policiers ont ouvert
le feu.
Seron certain temoins. il
n'y avait, qu'une seule per-
sonne armes devant le dor
toir: c'ltalt un. garden du
College, et il n'a pas tire.
Aucune Omeute n'a suivl
la tragtdie. Les gardes nation
naux ont Otk appelts pour
assurer l'ordre et aucun ma
nifestant n'a Ote vu sur li
campus.
A Athlnes, dans I'Ohio, le
recteur a fermd l'Universits
jusqu'au debut de la session
d'ft6, aprcs que le gouver -
neur eft envoy un miller
de gardes dans la ville pour
r6tablir l'ordre. Dans la jour
nde'de jeudi, la police nmuri
cipale avait df employer des
grenades lacrymogenes pour
disperser quelque 2.000 6tu-
diants qit leur jetaient des
pierres. La police de la rou-
te a pratiquement isold la
ville en barrant les routes
d'acces. Le Gouverneur de
I'Etat, qui avait envoy la
garde dans le campus de
Kent, .la semaine derniure,
a fait savoir qu'il n'avait
pas 1'intention d'en faire au
tant pour le campus univer
sitaire d'Athenes.
A l'Universite de Mary -
land, la police et la garde
national sont intervenues
de concert pour disperser
quelque 5.000 tudiants qui
bloquorent une route nasto-
nale.
A I'Universite Harvard, le
group dit d'eAction Direc-
te non-vlolente a announce
que sesa membres forme-
raient une barriere humai-
ne 1' entree de la base mi-
litaire de Boston pour em-
ptcher les camions trans-
portant des recrues d'entrer
dans la base, mals les dtu-
diants ne sont pas les seuls
centre la guerre en Indochi
ne.
xxxx
Plus de 1.000 avocats new
yorkais ont l'intention de
se rendre le mercredi 20
Mai a Washington pour plal
der pour le retrait immd -
diat des troupes amtricai -
nes d'Indochine.
L'Universit6 Columbia a
announce que 200 universi-
taires asiatiques venaat de
diverse regions des Etats-
Unis, iront ft Washington le
mardi 19 mal pour appuyer
une resolution du S6nat de
mandant le retrait des trou
pes. amtricaines du Cam -
bodge, dans le Sud du Laos,
d'ic la fin de. l'annte et du
Vietnam le 30 Juin 1971 au
plus tard.


AU CAPITOL
SAMEDI
BULLIT
Entree Gdes. 3.00 et 5.00

CINE PALACE
Samedi a 6 h. et 8 h. 15
LES TUEURS DE L'OUEST
Entr6e Gde. 1.00

CINE SENEGAL
Samedi A 6 h. 15 et 8 h. 15
En lOre Partile :
LES LOUPS NOIRS
En 26me Partie :
FURIEUSE CHEVAUCHEE
Entree Gdes. 1.20, 2.00 et 2.50


CINE UNION
Samedi a 6 h. 15 et 8 h.
LA BATAILLE DE LA.
VALLEY DU DIABLE
Entree Gde. 1.50


protege de la ca ri e


De Luxe Auto Cine
Samedi A 7 h. et 9 h.
COUPE DU MONDE 1958
Entree $ 1.50 par volture '

CINE OLYMPIA
Samedi (En Permanence)
LE FILS D'UN
HOR-LA-LOI
Entrde Gde. 1.00

CINE ELDORADO
Samedi A 6 h. et 8 h. 15
En lOre Partie :
SHUPA-SHUPA
En 2eme Partie :
TEXAS JIM
Entr6e Gde'. 1.50 et 3.00
REX THEATI'l
Semedl f 6 h. et 8 h. 15
En 1ere Partie : A
LES AMBASSADEURS
En 2eme Partie :
DETECTIVE PRIVE
Entree Ode. 1.50

MONTPARNASSE
MONTPARNASSE
Samedi a 6 h. 15 et 8 h.
REQUIEM POUR. GRINGO
Entr6e Gde. 1.00
AIRPORT CINF
Semedi at 6 h. 30 et 8 h. 30
EL PASTORCITO
Entr6e Gde. 0.60 et 1.00

ETOILE CINE
Samedi A, 6 h. 30 et 8 h. 30
MAMA DOLORES
Entree Odes. 1.50 et 2.50
PARAMOUNT
Samedi A 6 h. et 8 h.
Epn 1re Partle :
TABOU COMBO
En 26me Partie :
PLUS FEROCES
QUE LES MALES
Entree Odes. 1.50 et 2.00


A #AGIC CINE
MAGIC CINE
Semedi A 6 h. et 8 h. 15
En 1ere Partie :
LES LEGENDAIRES
DE DELMAS
En 26me Partfe :
CHUKE LE REDOUTABLE
Entree. Gds 1.20 et 2.50
DR1VM IN CINE
Samedi &.7 h. et 9 h.
OPERATION OAPRICK
kntrte 1 dollar par Votture


PAOE a


PLUIES DE MAI LE SPOUITS
SSalte de la lre .page) Ruli -. DO


low


VtyREDI 15 MAI 1970


VOYEZ


BUREAU

CLIMATISE


45. VENUE MfARIE JEANNE
C/TE DE L 'EXPOSr/T/ON


)DANS NOS CINEMAS


:f


~aaacscsac~acxxsf~ll~E~a~


do 4pOw ISO& 4POPIM4010104P a 40dp4p4p4p Is do w4pm4wo4w~

s*%

-a ite



b- eau CPJ


don


_________________________


~~.~l~--~i*jb*i&~~~.ikyC~j_*_*~-1ILC


mise en scene technique etI
les modalites de rtahsatlon
de touted les acrobatles au-
tomobiles. C'est dire I que,
pour tous les plans de la
poursulte, et notamment
pour ceux qui exigeaierit la
mise en oeuvre de cinq vot-
tures, 11 avalt d6termin6 a-
. vec une exactitude rigoureu
se la trajectoire de chaque
#6hicule, la vitesse quit de;
vait adopter et le chrono-
mnitrage de son action pro-
pre. La poursuite, tournde
dans ,Yordre chronologlque,
exactemerit selon le d6roule
ment qu'elle a conserve ab
l'6cran, lut divis6e en sept
sous-saquencep reli6eS en-
tre elles par des plans de
raccord (par example, le
gros plan d'une roue) (6).
Q. :,sAvez-vous eu recours
A un materiel special?>
PETER YATES : Oui... (Ici
le metteur en sctne signal
le type de cameras don't 11 a
df se server. Ces cameras de
vaiearm'tre legeres et ne pas
Otre po;t6es bout de bras.
II fallalt aussi des supports
spciaux.)...
Q .- : ntee filmer de 1'exterieur?,
Peter Yates: ... Grace af
sa vitesse, (qui peut d6pas-
ser 220 k/h) et a ses acc616
rations, elle nous a permits
de prendre alsement du re-
cul par rapport A 1'action ou
de nous en rapprocher. En
fait de voiture, c'est un chas
sis, un moteur, quatre roues
et deux plates-formes pour
cameras. Nous l'avons d'ail
leuras quipte d'une trolsit-
me plate-forme afin 'de
suivre de pros les virages
les plus spectaculalres. C'est
juch6 sur cette plate -
f o r me que Bill
Fraker (7), a arrime Bave
un soin tout particulier (ain
si que le materiel), a fllm6.
Q.- Pour un tournage
aussi p6rilleux, comment a-
vez-vous pu obtenir que -les
rues et les routes don't vous
aviez besoin soient d6ga -
g6es?'
Peter Yates: .Nous avons
beneficid d'une cooptra -
*tion extraordinaire de la po
lice de San Francisco ...
Q.- 1'heure de la recherche des
details. Lesquels?s
P,gter Yatps : Je voulais
notamment rend le spec-
tateur sensible a la v6ritt
de la conduit. Ayant beau
coup c9ndpit mnoi-nmme et
ayant t-souvent passage,
j'ai toujours '6t6 s6duit par
le jeu des mains bur un vo
lant, surtout lors des vira-
ges. Voilf justement un dO-
tail rarement mis en va -


leur, mals captb pr6cis6 -
ment dans iBpllUttl grace
aux cameras montees soit
sur le sifge avant, solt sur
le siege arriere ... (Ici 11 ex
plaque comment 11 (a cher -
ch6 f trouver un compro -
mis entire une stabllitt nd
cessalle des cameras et 1'ins
tabilite tdramatique) ...
eQ.- Vous n'avez eu au-
cun Incident grave, Ira de
cette scene? >
Peter Yates: Nous avons
eu cette chance. Pas une 6-
-gratlignure... (Mats Yates
et Steve McQueen ont fail-
II avoir un bel accident lors
qu'ils" tournaleat sur la rou
te de montagne. Ce dtier -
nier 6tait au volant et son
metteur en sc6ne assis a
1'arritre; en plenty descen-
te ils allaient crolser une
route prihcdipale quand Pe-
ter langa: cJe n'al plus de
film dans le carter>, et Ste
ve de repondre: eC'est dr6-
le, tu n'as plus de film et
mol je n'ai plus de frelns. -
Heureusement, tout finit
bien grace 1' habilet6 du
conducteur)
(Extraits d'une interview
parne dans la revug de
photographic et de cind -
ma, rPHOTO, No. 25)
Notes de J.C.C.
(1) Institut des hautes 0-
tudes cintmatographlques.
(2) Ces cascadeurs ljren-
nent tdus les risques ia la
place des acteurs.
(3) Ordlnalrement, un
reallsateur obtient 1'fetet
d'accel6ration en filmant A.
une vitesse inf6rieure a. cel
le de la projection. Par e-
xemple: prise de vues ta 18
images par second pour u-
ne projection ft 24 images
par second.
(4) Les sequences d'un
film ne sont pas tourn6es
dans lordre de leur dirou-
lement I' l'cran.
(5) Une des Dodge a 6ti
detrulte pour les besoins de
'action.
(6) Technique tres utili-
ste au cinema. Elle qui -
vaut selon le cas A une vir-
gule, a, un point-virgule, o
: un point. Elle permet d'
viter les heurts visuels
quand on passe d'un plan a
un autre, d'une sous-sdquen
ce A une autre, ou d'une sA
quence a une autr Un
plan est une suite d'ima -
ges filmtes 'sans arrLter
le moteur de la camera. Di
sons que c'est une phrase,
ou un membre de phrase
(7) Le Directeur de la
photographer qui a turn&
une bonne part de la pour-
suite.







VENDREDI. 16 MAX 19 70 IsLE
PAGE 3


RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


Votre Horoscope,
SAMEDI 16 MAI 1970


21 MARS AU 20 AVRIL
(BELIER) : Consacrez votre at-
entaon n 1 compl6ter les thches
en course plutSt quo de vous lan
car dans de nouvelles antreprl-
asn. Da l'oridre et doIe la mtho-
de. Soyez pr8t it demarrer.
21 AVRIL AU 21 MAI
(TAUREAU) Attardez-vous
dans lea secteurs qur desmandent
davantage do recherches mats
executed votre programme d&s
cus. vous aurez r6uni tous lea
renseignements afin de ne pa.
perdre votre tenmps.
22 MAI AU 21 JUIN
(GEMEAUX) : Meilleure a.
Ects que pour sertains, mats
il y a des piiges each6s. aes
conditions a respecter scrupu-
Icusement. No sautez pas aux
re mnais vous n'aurez jamais pour
conclusions. Ecoutez le prochain
sans l'interrompre.
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Ne gaspillez pas
votre temps ou v o 0 forces.
Vous mettrez cette journ6e
cdans votre pochea si vous avez
de la m6thode, de la precision,-
du flair. Etudiez it fond les pro-
positions qu'on vous fera.
24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION) : II faudra travailler
dur pour garder cette journ6e
au nivEau oil elle doit 6tre e
vous presenter de votre nieux.
Trouvez vos solutions, retouchez,
et achevez les travaux commen-
ces.
24 ABOUT AU 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE) : N'attendez ni,
ne demanded trop. VVous serez sur
pris des rdsultats obtenua. Evi-
tez, toutefois, la tendance i vous
esquiver, de prAferer I'accessoi-
re a l'essent !l.
24 SEPTEMBRE AU 23 OCTO
BRE (BALANCE) : Soyez ac-
tif et inclinez-vous quand les c'r



/kujourd'hui

COIN DE L'HUMOUR
SUBTILITE POSTAL
Cela se passe en Afrique. Un
explorateur visit un village in
digine n ecompagnie du chef
de la tribu.
Et ce petit tam-tam iA
cate du gros, demand l'explo
rateur, it quoi sert-il?
-- Oh! celui-l, c'est pour 'es
post-scriptuem.
HISTOIRE NATURELLE
Deux mamans kangourous se
rencontrent :
Qu'avez-vous a vous great
ter ? demand l'une.
C'est le petit qui manage
des biscottesl


DECES DU JOUR
Alphonse Jean ....... 30 ans
Emmanuel St. Louis2... ans
Frangols Enclsila......73 ans
Ronald Desirt.........3 ans 1/2
Simone Jn. Baptiste...6 mois
Suzarine Florestal.........Ent.
Jeanot Pierre............. Enf

Pharmacies assurant
ie Service cette nuit.
VENDREDI 15 MAI 1970
Meyer
B/JJ/ Dessalines
De La Sant6
Rue Pavee



Ephemerides

Haitiennes

15 Mai
1773 Naissance d Ldogdne
de Guy Joseph Bonnet
1847 Convention haitiano-
frangaise relative a un
nouveau mode de pate -
ment de l'indemnitd.
1897 Jean Baptiste Dor-
sinvil fonde a Port-au-
Prince la Revne Histori-
que et dconomique.


constancot vous sont contrairea.
Votre flair et votre esprit invent
tif vous permottront de dominer
toutes les situations.
24 OCTOBRE AU 22 NO,
VEMBRE (SCORPION) : Actu-
vit4 finanaeire et professionnel-
p ndeoessitera une attention su-
perieure A la moyenne. Donnes-
la lui et vous serez aurpris par
la quality des rdsultats.
23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SGITT'2IRE) : La
conjunction eat trbs favorable
mals la precision et le flair de-
vront inspirer toutes decisions
et demarehes. Excellents raul-
tats pour ouneffort sdrieux.
22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CXPRICORNE) : Tout
n'ira pas commq prevu mais, tres
Aouvent. vous constaterez que les
6v6nements ont dtA h votre avan
cage. Faites ce que vous devez,
le mieux possible. Gains accrus.
21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU) : Lisez les
conseils h ceux du Capricorne.
Votre ambiance est semblable.
Veillez A ne pas donner b au-
trui de mauvaises impressions
et 6vitez de prendre des decisions
hitives.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) : Vous n'aecom-
plirez peut-ltre pas tout ce que
vous voudrez snais faites de vo-
tre mieux et suivez vos imp6ra
tifs. Ne laissez pas votre pro-
chain se trouver das t 'obliga-
tion de vons supplier.
SI VOUS ETES NE AhU-
JOURD'HUI : Vous rflechissez
et agissez. Avec votre vive ima
gination et vorre esprit pratique
vous accomplirez des tAches de-
vant lesquelles d'autres h6site-
raient ou abordersient sans effi-
cacit6. Parfois, vos plus grands
succis sont remportes en solitai-
re mais vous n'aurez jamais pour
principle absolu de vivre A l'a-
cart du monde. De nombreux
artistes, professeurs, historians,
mddecins et horticulteurs ont Att
des natifs du Taureau.


,Vivez jeune, vivez
longtemps grace a
Miel-Gelte Royale.
La gelae Royale product un
bien Atre g-neral, elle permet
un travail intellectual prolon-
g. Elle stimule l'app6tit, elle
nortmalise la croiseance des en-
fants insuffisamment develop-
p6s. Elle apporte un soulage-
ment rapide et effectif aux souf
frances fdminines dans les mau
vais jours. EllUe rgularise les
functions digestives et intea-
tinales. Elle 61imine la fatique
chroninue_ rajeunit lea activit6s
d6faillantes ou epuisees cheap
les Atres humans en donnant
aux inttressds une sensation
de jeunesae. Des experiences
tentdes sur des animaux ont aug
mentd leur longevity de 20%
Elle est tout indiqu6e pour les
cures de personnel ages et
ses effects ne- sont pas seule-
ment immediate maisa se pro-
longent encore tr6s longtesmp
apre-. Gr& A cette cure de
Gel4e Reyale-Miel on a pu ob
tenir dea rdesltate inespdrds.
Employee mbame a falble dose,
il eat pemisui d'ea per que lea
g limites do la vieillesse peuvent
Atre recules grace aux facteurs
de croissance et de longfvItA
qua'ell content. L'usage rAgu-
lier du Miel-Gele Royale per
met de vivre vieux et de con-
server sa vigueur corporelle.
Ainsi pensait d4Aj Pythagore
qui recommandait A see disci-
ples de se nourrir de Miel et
de pain. Hippocrate, le pere de
la Mddeeine attribuait la lon-
gevitA de D6mocrite et d'Ama
chrton au fait qu'ils se nourri-
saient de Miel-Gelde Royale.
Quant A Pollion centenaire don't
la viguneur physique et mental
le Amerveillait sea contempo-
porains, il reta aussi long-
temps jeune grace au Miel-Ge-
lee Royale.
Hommes femmes et enfants
fatigues, prenes le Miel a la
Gel6e Royale pour avoir : vi-
talite, energie, dynamisme et
joie de vivre. Ce merveilleux
produit des Laboratoireas No-
tre-Dame de Rucher eat en
vente & la Pharmacie, SosthA-
me Geffrard.


MARTINEZ DE...

(Suite de. la l6re page)


Les tins le disent d'orlgine o
rientale, les autres les pr6-
tendent Juif (polonais).
Mais les deux documents
publids par Mme .Rend de,
Brimont affirment que Mar'
tinez de Pasqually se nom-
malt: Jacques De Livron Joa
chim de la Tour de la Case
Martinez de Pasqually. II 6-
talt flls de Messire De la
Tour de la Case nd A Alican


Walter P. Reuther, 62 ans, President du Syndicat des travailleurs de I'Auto-
mobile qui compete 1,6 mi lion de membres et sa femme olnt trouvd la mort lors
de la chute de leur avion Jet qui a pris feu dans les environs de l'adroport de
Pellston, (Michigan). Qu atre autres personnel ont dgalement dtd tudes. Seule
une section de l'aile de 1' ppareil est restde indemne.



Demain, l1ection-en...
(Suite)


mdricains (OEA) a envoy
une commission de trols ob-
servateurs de I'OEA dans le
but de controller la sinceri-
td des elections:.- Arrivee
hier apres-midi, en cette ca
pitale, cette commission est
presidee par 1'ex-chance -
lier vendzu&llen, de r6puta-
tion international, Dr. M.
Falcon Brlceno.
'xxxx
LES CANDIDATES EN
PRESENCE
SANTO DOMINGO.-.
Cinq candidates se preben-
tent pour la Presidence :
lo) Joachim Balaguer
2o) Elsas Wessin y Wes
s n, appel6 ici syrien), de pfre et de mere
syriens, qui sert d'excellent
repoussoir A Balaguer pour
la fagon don't il est detes-
td par une forte majority
du people dominicain, qui
lui reproche son apparte -
nance syrienne et sa tenta-
tive d'dvincer les autochto-
nes. Ici, des observateurs
vont jusqu'i rapprocher la
position de Wessin y Wes-
sin de la situation tragique
provoqu6e a Trinidad par
le soulevement de la popular
tion noire (54% du pays)
contre les syriens (1%).
200 boutiques de syriens
avaient Atd pill6es et incen-
dides a' Trinidad. En outre.
Wessin y Wessin est renom
me pour sa cruaut6, le noim
bre de gens qu'll a tubs int
1965: pres de 90% des for-
ces armies lui sont hosti-
les.
3o) Augusto Lora, qui a
6tA vice-President aux cO -
tes de Balaguer et est sus-
ceptible de retenir une frac
tion important des votes.
Si l'opposition avail fall
bloc sur son nom, la candi-
dature de Balaguer aurait
pu 6tre, problematique, en
function du rayonnement de
Lora.
4o) et 5o) NI le Dr. Alfon
so Moreno Martinez, ni Jai
me Fernandez n'ont de
chances rielles devant Ba-
laguer. Par leur presence
aux urnes, lls ne peuvent
qile diminuer les possibili -
tds de Lora face a Balaguer.
DEUX ABSENTS
Deux grands absent aux
comics : lo) Hector Gar -
cia Godoy, ancien Pr6sident
provisoire durant 8 mois ena
1965-66, ambassadeur A Wa
shington, mort subitement
d'un arr6t du coeur, tl y a
un mois, au moment cu l
bloc de 1'opposition avait
tendance A se faire au -
tour de ce prestigleux can-
didat du movement de
Conciliation Nationale.
20) Juan Bosch, ancient
President en 1963, qui a ef
fectu l'annde derni6re. une
grande tournee A Moscou, A
Pekin, en Cor6e du Nord.
au Vietnam du Nord. Son
parti r6volutionnaire dpmi
nicain n'a pas present tic


Les Bandes Dessinees du aNouv

Blondic


T0 ITAMIT D E COMPRENDS,
.A FATE. E HERVE.
E1CROISTQUEJE s
E ETC T
M. !


SI J'TAIS C01IE TOIi E


candidates A la presidence et
i la vice-presidence, mais a
tous les postes legislatifs et
communaux. Y a-t-il cu
des entrevues secretes entire
Juan Bosch et Balaguer,
(qui ont longtemps ilitu
ensemble dans les files du
trujillisme, jusqu'en 1943
pour le premier ?
C'est dans les rangs du
pardl rdvolutionnalre domi-
nicain de Bosch que l'on
rencontre les communists
les plus fanatiques, les
maoistes les plus. fer -
vents. Une dizaine d'entre
eux notamment Hector A-
risty, ancien minister O ae la
Presidence de 'Caamano, qui
a aussi visit la Chine Corn
muniste et la Russie Sovid-
tique, ont dti Atre barnnis
le mois dernler.
Feront-ils du desordre?
Est-ce pour les encourager
qu'une escadre sovi6tique
est venu manoeuvrer la se-
maine derpidre le long des
cotes imrlidtloales de la RH
publique Dominicaine ?
x xWx x
LE SUCCESS DE
BALAGUER
SANTO DOMINGO -
Tous les observyteurs et
correspondents de press,
r6unis en cette capital de
puis plusieurs jours, ne dou
tent pas du success de Bala
guer aux elections de. de -
main.
En 1966, celui-ci a obte-
nu 57% des votes. Depuls
lors, Balaguer a augment
son emprise sur ce que Ni-


xon appelle ala majority si
lencieusee. Il a pour liai les
paysans gqui representent
plus de 65% de la popula-
tion. aIs aarayanos, qui
constituent pres de 50% de
la population paysanne, le
plus grand nombre des in-
dustriels et commergants.
qui sont satisfaits des con-
ditions qu'll a faith r6gner
en R.D. sous son gouverne -
ment et la grande majority
des officers et soldats des
forces armies.
Les paysans savent gre a
Balaguer de l'augmentation
de la production et des prix
de vente de la canine a su-
cre, du cacao, du cafe, de la
figue-banane et des pro -
duits alimentaires. On ap-
pelle earayanos, les pay -
sans' dominicains, nes dans
la R6publique volsine de Hai
ti ou bien fils ou petits-fiis
d'originaires de Haiti.
Avec les oUvriers, cela ne
march pas trop bien, sauf
ave- le syndicate des chauf-
feurs. Mais des journa~t'ites
dominicains croient que czr
tains bureaux de brands
syndicate sont gangr'aids
par les infiltrations d',:)-
ments < veulent toujours cr6er du
desordre.
M ie si Balaguer obtient
moins de cinquante po'.r
cent des votes, son success
ne fait pas de doute face a
quatre candidates ddsunis,
susceptibles- d'emporter cha
cun respectivement quinze,
vingt-cinq, cinq et dix pour
cent des votes.


sieur Preston Albury, mem-.
bre de la Matson de I'As-
semhnibe.
A sa descente d'avion, *la -
delegation des Bahamas a
td6 accueillie par Son Excel
lence, M.kle Dr. Aurble Jo-
seph, Secr.etaire d'Etat dte
l'Interieur et de la Defen-
se Nattoriale.
Son Excellence M. Rend
Hyppolite, Chef du Proto -
cole.
M. Ramah Thdodore, Assis-
tapt-Directeur de 'Office
National du Tourisme. et
des Relations Publiques
Monsieur Edward Point-du-
Jour, Inspecteur en Chef A,
l'Immigration.
Monsieur Claude Najac,
Chef de la Division du Cont
merce Intarieur et Ext6 -
rieur
Monsieur Max Pou:ha.-d. Se
cretaire G neral ans Depar-
tement des Atfalres Soc'a-
les.
Monsieur l'Agronome Jau-
res Leveque, Directeur Ge-
neral de 1'Agriculture, des
Ressources Naturelles pet du
D6veloppement Rural.
M. Yves Masslllon, attache


te (Espagne) en 1671 et la
Demoiselle Suzanne Dumas
de Rainau.
Martinez de Pasqually est
nd a Grenoble en 1727-_et
mourut At Prot-au-Prince le
SMardi 20 Septembre 1774
solt A l'age de 47 ans.
Le Dr. Ambelain precise
que Martinez de Pasqually
s'embarqua pour St Domin-
gue sur le navire aLe Dude de


au Protocole.
Monsieur le lieutenant Jians
Collin de la Garde PreAiden
tielle
A part ces members du Co
mit6 d'accueil, d'autres per
sontianlts oht souhalt6e a
blenvenue aux d6legues ba-
hameens. Citons Monsieur
Gerard de Catalogne, Direc
teur de l'Office National du
Tourism et des Relations
Publiques, Monsieur Ron -
ny Chenet, fils, vice-Consul
Britannlque, et Monsieur
Carl Alcindor, du Protocole.
La delegation Baham6en-
ne a pris logement la VIIll
la Creole. Elle sejournera ici
jusqu'au vendredi vingt -
deux Mai prochain. Durant
'leur visit en Haiti, ces of-
ficiels auront avec leurs ho
mologues haitiens des s6an-
ces de travail d'ordre consu-
laire, agricole, touristique,,
et commercial. Et, entire ces
seances de travail, Us visl-
teront nos sites tourlsti -
ques.
Nous souhaitons -a plu-
cordiale bienvenue a ces
personnalltes des L'ahamas


Horaires de la Caravelle

AIR FRANCE

AF 243 DESTINATIONS AF 242
QUOTIDIEN QIUpTIDIEN
14.45y d MIa 13.20
C MIAMI 0 D
16.45 a d 11.15
17.15 d PORT-AU-PRINCE a 10.45
19.35 A SAN-JUAN d 10.30 A
1955 d SAN-JUAN a 10.10
D P
20,55 a ANTIGUA d 09.05 .
21.10 d a 08.50
21.35 a POINTEAPITRE d 08.25
22.10 d POINTE-A-PITRE a 07.50
22.45 a FORT-DE-FRANCE d 07.15
P Petit ddjeuner D Diner ou dejeOner C Collation
Pas de traffic local entire les deux triangles


DURAS, en vue d'y recuelllir
une succession. Il mourut a
Port-au-Prince le Mardi 20
Septembre 1774.
Avant de mourlr, Martinez
de Pasqually avalt. d6sign6
pour son suacesseur, son cotl
sin Armand Calgnet de l'Es
there Commlssaire Gendral
de la Marine a Port-au-Prin
ce. Mais celql-ci, ne put s'oc
cuper activement de l'Ordre.
Des scissions inivitables se
produlsirent. Lorsque son suc
cesseur mourut h son tour
en 1778 (4 ans tprds),il avail
transmis sea pouvoirs au Fr'
Sebastien de la Case.
Mais ce dernier ne jugea
pas opportun de renouer les
relations interrompues entire
les divers Orients Cohens et
de refaire 1'union et l'unlt6
du rite.
Petit & petit, les Temples
se mirent en sommsll, mais
les Elus Cohens continubrent
A propagner la doctrine soit
individuellement ou de bou-
che A orellle selon le fameux
adage, soil collectivement en
des groups secrets composes
de 9 membres appeles :Ardo
paaes Kabbalistlques.
Quel est le system Thdo-
gonique de Martinez de Pas
equally, appe6e aussi Systeme
de lr r6int6gration des etres
D'apres Martinez de Pas-
qually, le Monde, en tant que
domaine materiel soumis a
nos sens et region spirituelle
de FlAu de IA n'est pas 'oeu-
vre de Dieu lui-meme, con-
stdtre en tant qu'Absolu
II interprete ainsit 'Evan-
gile de St. Jean :
Au commencement (c-a-d
le debut des temps, lea perio
des ot se manifestent des E-
tres relatlfs) etait le Verbe
(Le Logos. la parole de Dieu)
Le Verbe 6tait pres de Dieu
(Expression litterale serrant
de pres le texte grec mieux
que le Iavec Dieu, des ver-
sions ordinaires.
Le Verbe 6tait Dieu (non
avec majuscule, le texte grec
n'a pas l'article).
Le Verbe est donc l'un des
AELOIMS ou Fils de Dieu.
mot significant en h6breu :
Lul-Les-Dieux. Ceci- a et6
signal et soulignd par l'Ab
be Lolsy, rapporte-t-on, en
son 4e evangile.
Toutes Choses ont et6 fai-
tes par Lul et rien n'a ete
faith sans Lul (Jean Chap. 1)
Le Logos est celui que la Kab
bale designe sous le nom de
(ADAM KADMONa, celui qui
cree les 6tres inferieurs par
le Verbe en les appelant a la
vie r6elle manifested.

(A suivrd)


Le Herald Tribune Nixon et France -

PARIS, (AFT) oft ion va chercher k abro- Les Pneus Mohawk roulent sur

Les rapports du Pr6sident Tonkin et A limiter le stock
avec le Congris face aux pro d'armes dit ten exces, qui t u JYE
blames de l'Asie du Sud-est, sert A approvlslonner diff6- 0 li eS leS routes du M a de
la situation en Espagne sont rents pays. Cependant, ajou
les sujets essentiels t" te 1'Editorialiste, 11 ne faut
en page quatre des 4dito- pas s'exagdrer la controver-
riaux. se actuelle.
Le Congres va chercher le Erifin, C. L. Sulzberger, ex
omyen de limiter. action a- pose es conditions de la mu
mr-icaine au Cambodge et ai tatipn politique qu'amorce
possible en Asie du SBud-and, le g6ndral Franco vers le cen
Acrit l'Editorialiste. oj va re : est-ce une aube on un
reparler de la definition des cr6puscule ?
pouvoris respectifs du Prdsi JIMN BREF
dent et du Congr6s en matit PARIS,
re de politique 6rangbre. -Les Etats-Unis avertissent
Le President est comman- Hanol' Apropos de la situa-
der en Chef des Armees et A tion jug6e intolerable qui re
de titre peut employer les gne aux pourparlers de Paris
troupes pratiquement corm- WASHINGTON -
me 1 1 l'entend, mats le Con- Le retrait des forces am6-
gres peut limiter les credits ricaines du Vietnam moment
ntcessaires SA la guerre, si tantment arret6
bien que toute action du Pr6 WASHINGTON -
sident dolt finalement avoir Des envoys du Prdsildent
l'approlabation du Congrts .Nixola au Congres informant.
poir u tre applicable, et s'lhiforment A propos des
Dans un autre editorial, limited de la guerre.
James Reston estime que le TEL AVIV,
Congrbs a la ferme inten- 2 Mlg-21 6gyptiens abat-
tion d'agir. L'action est par tus selon Jdrusalem, les Liba
ticulibrement vive au S6nat, nais 6tudient le probltme de
1'entr6e en action d'avions
Syriens pendant la dernifre-
crise
i Q k Les Roumalnas refusent
S fistev nouveau l'intggration mill-
taire.
WASHINGTON, --
Risque de chomage accru
et de hausse des imp6ts, se-
"Ion les sp6cialistes ameri-
VOIL.WEkNUi AVEII cains. "

Bl-ER L II'BA-.,
MacRREShLLA MADOnAeud A travail legal Mohawk donne


u Parsmi I-a touted's mellieurea m ieux et coite m oi s
En stock aveCL touta le pih-
ces dltaches aussi pour votre Arthur Angus et Co Distributeurs pour Halt 15. Rue Amdricalne Port-au-Prince
garantle
En vente a sla TIPCO, Place
Geffarod -


__ __h^ ^ ^^._-.^... ..... - .. . ..--. -- ... Bt f. -, 'I "


1 - I ~ ~ `


. 'I.LE NOUVIC-la., *


170


VENJDREDI 15MAI 19


PAGE 3


; -----


&'Arrivder~ de-la Dkldgaiioll..


I '' '


r






cLE NOUVEL4ISTE>


VENDREDI 15 MAI 1970


Prochaine exposition
lies onl pli, elles aussi, con-
IciicjLi ii iocliO lemnportce
p)ai lt.- A.stiiiinautes d'Apollo-
11.
L'expo.siton de la roche lu
i.aire ditns chacun de ces sol
le ptay; a et 0 1'occasion de
iinubreilses conferences et
discussicas sclentifiques au
court's dcsquelles de nouvelles
'oiillai sticilres acqiuises au
mioyci d'tludes sur les 6-
chantillons lunaires ont 6t6t
rendues publfques. Des dt-
b'al' )lit etc egaleinlent orga
hisi et ceux qul sont en fpa-
veur on centre l'exploratiorn
lunaire en outt proflt6 pour
exposer leui's points de vue.
Plhsiriurs pays on la televi-
sioi est utilis6e dans le do-
maine de education, ont a
cette occasion present des
6tudes approfondies sur la
lune & intention dcis profes
seurs et 6tudiants. Des expo
sitions en prive out ete orga
nisdes Dnour huit presidents
des sei-e Days vlsit6s. Cer-
tains chefs d'Etat ont invitM
leur cabinet ministiriel dans
son erntier aisi que le corps
diplomaLique a venir contem
pier la roclie lunaire.
En quittint la Bulivie la
roche retour'era "ux Etats-
Units ivant d'eitreprendre u
lit tournee de six semaines
en' Euiiron Orientale. Par la
suit. elle sera envoyce dens
la rpelio des Cara.bes -- H'ii
ti, 1I I'.ucbDnhiaue Dominicai-
."e. Ian .-lmatiur Port of
Sn-i.in Lpe exnositions en A-
minrinuo Lalonp S' ternlmine-
rmli nvpoc P He 'rlnicrTs Pt le
S-v-v rcd. i:cveinbre pro-
chlain


Deces de Benoit -
Jean Simon

Les Pompes funibres Pa-
ret Pierre-Louis vous annon
cent le dicts du commergant
de la iRue Traversitre Be-
noit JEAN SIMON survenu
mercredi matin.
A sa veuve noe Hlolse
Dasque, a tous les autres pa
rents & allies MM Pierre-
Louis et Le Nouvelliste pr6-
sentent leurs resoectueuses
condoltances.
Les obsiques du regrett6
disparu seront ctl6br6es de-
main matin (Samedi) a 8 h.
30 a la BaeiliQue Notre Da-
me.
Le convoi partira du Sa-
lon funtraire de 1'entrenrise
a la rue du Centre.
L'entrie au cimetitre se fe
ra par la rue Mar. Guilloux.


huit voyageurs, le Pasteur
Earl Burdick, a d6lard :
cHaltl nous plait enormi-
menrit. Les .gens sont trts al-
mables, lci, et les paysages
sont mervellleux.v

Monsieur C. Benedict Le-
wis, deuxirme secretaire de
I'Ambassade du Liberia en
Ralti, est rentr6 au pays a-
pris cinq jours ce vacancies
a porto Rico. II a et6 accueil-
11 par son spouse, par Soun
Excellence M.. Charles Snet-
ter, Ambassadeur du Liberia,
par Marie Yvane Hyppolite
et Walter Pickerine, secr6tai
res de la m me Ambassade.
Ix x
Monsieur Serge Petit, Di-
recteur de la Tropigas Co.
Inc. en H-itl, et sa femme
sont rentrts cri voyage hier
apres midi. Monsieur Petit
vient de prendre part au
meeting annual des Direc-
teurs de la prestigleuse coin
pagnie qu'il dirige. Oette r6i
union s'est tenue a Kingston
et a'durd trois jours.
xxx
Hier aprts midi, sont par
ties pour New York Madame
Diane Armanid et sa niece de
deux ans Maya Hyppolite.
Ces voyageuses ont ti sa-
lu6es a l'a6rogare par ieu s
soeurs, tante, et grand-mere
Madame Denise Deetjen et
Madame Mario Pierre-Louis.
Maya est Ia fille de Madame
Chantal Deetjen, et celle-ci
est la fille de la ieunc, :ccor
te, et belle grand m6re Deni
se Deetjen. Maya a plase un
an et neuf mois avec sa syn
pathique aieule.

Mereredi apres midi, sont
rentrps ui p ivs Mindamne 4n
.tonvy Drouin et sa filled Car-
le. Madame Drouil viel;! de
passer quelques joars a 'Now-
Ynrk C'oat 1L one Caro'e 1'n
reiointe. Cello-ri .vicc't de dd
crrnher son dipl6me de secret
tsir triliniaue. Rnres deux
anneps de brillantes tudies
en Esn'a ne Noou nr sPntons
nno nl1., sinr'rcs f-liritiqtjons
a Carole Drouiln.ci.t fornr'"S
Dolnr elip Pt son ficni.e d~s
vnecx do bcnlhur c sn"; mn-
-o' -)Pr.,ii;re ji'r I,"
qpn1 mni nrofh"i" e-"i, eb'P
"[irA Ip -Tl ri- ,, L 'y P AniIp 1T-
.llp aTrolp Il)rn'loii 't 'c
Monsieur Frit7 Prandt.

On. l et line aracnde .icp
comn atriotle Luciq er Lan'-
comastriote Lucienne Larm-


O11 IREZ VOTS

I SAMEDI SOTR


DINER ET DANSER
S AVEC LES LEGEIDAEIES

Au Rond Point lKiht Club

' Admission $ 3.00





AU CAPITOL
DU LUNDI nI AU SAMEDI 16 MAI 7970
A 6 Hres. A 8 Hres. 30

Le premier film de la Selection
GERBE DIOR STEVE Mc. QUEEN


Le Meilleur Policier Am&ricain
depuis Vingt ans
ROBERT CHAZAL-FRANCE-SOIR


Voils un Ecellent <(Policier> est passionnant. Un film i voir
PARIS MATCH


S. Entrie : G. 3.00 et G. 5.00
p Z Zr-T


que. II y a dix hulL ans qu'al
le n'dtait venue cn HaiLt. .au
clenne ne passer que quatre
jours stir le sol natal.

Monsieur Roa White, fils
du President de La Nicker
Broker Toy Manufacturing,
est reparti pour les Etats-U-
nis hlii matin. Son sajour
ici n'a dure que deux jours.
11 6tait venu dan, le but. de
nettre des alfaires au point
avec l'hiidustilel Albert Chaui
vet. reprisentant de la ,yNic-
kere en Halbi. Albert nous a
appris que, sous peu, ses ou-
vriires procederont au rem-
bourrage et au finlssage des
articles qu'auparavant, elles
ne falsalent que d6couper.
Des ours, des gingerbreadss,
et des eflatles en peluche se
ront done entierenient con-
fectionnes en Haiti et hn
prits pour 1'exportation


Le commerqant Jean Cas-
sis et sa femme Antonia sont
rentres de voyage. Ce couple
,ient de passer une huitaine
a Santo Domingo et a Porto-
Rico.
I x X
Madame Carmen Bryan,
oriainai're de Saint-Thomas.
visit une nouvelle fols son
pays favori. Elle est l'invitte
de Monsieur Joseph Lalontai
ne Domrnin.ue, secretaire ge-
nital de lAssociation des
Chauffeurs Guides d'Haiti.
Madame Bryan sejournera
trois ou quatre jours en Hai-
ti.
x xx x
Monsieur Lucic iin Nazo
nous est revenue. 11 vient dt
passer huit jours a Porto Ri-
co et a Sainc-ThuTaiab. II a-
vait voyage pour affairs. Lu
cien est dans la Petite Indus
trie.
X X
C'est le deuxiome voyage
elln HaclI e ce couple de tou
rites cadi.Lnadls. Jordon ct
Dcorothy Strasser sont arrives
au pays hier apres-midi, pour
un s6jour de ncuf jours. Ils
.soi,0 descendus a I'hbtel
Choucoane '.,Si nuus reve-
nons ici, m'a dit Madame
Strabsir. c'est que le pays
nous plait. Et puis. les gens
sont si gentils en Haiti hl

Madime Lucien Ilibbe,-t est,
rtitro e de c-v York hier a
nrs-midi. Ell( y a passe
vi,-t-et-.'a oulrls ,'oc M ada
me Wienei, aa fille.
Madame Ghislaine Barbier
vit 'a Itraue' de;'nis 'iuit
ans. Elie a. d'abord 6tudi6 e
nursing a Cnad i-uranta
i c t' e -,i m, tii elic ; 'cst fi-
xce a New York. Cctte vvya-
pcuse p-assera tine sernmuinc
fJlns soil nPVls, 'vec So01 pere. ,
MAonsieur Antoine Barbier.

Mesd r-tes Mionique Gau-
dier et Henriette Caitetnau
n't nt pa-oe qu'une journey
c -I Haiti. Eles ont vu le Mar
clii en fei, Kenscofti, et Bou
tilliers. I1eillette est profes-
seur de Math6matiques a
Pointe-a-Pitre. et suit en me
me temps d(s. tours de form
tion complementaire. Elle
nouts colnfesse avoir sech- 1'u
nc de sres eanc's de recycla-
cr pour venir" voil iaili. Et,
eile nle le regrettc '.ucline-
inent. Moniaue et Henriette
sont renmrties conoutises etc
ntios reviecadroont rertaine-
ment avant lonelLelps.
xxxZ

Mademoiselle Edithl Frn-
i.-in nasserai- deux sctinines
de va"nies dons sa famine.
Elle reside a Nc-1 Yonr de-
puis trois ans. C'e. icler a-
pris-midi rci'ele ,t. rpntre.
Est, tseement rentri des
Eitots-IThs, nores ouatorze
moris. Monsieur Domiinque
Rimpel.


Remerciements
Les farillles atortue, Gold
mann, Sibilia, Frederique,
David, Gay, Liautaud remer
cient tous ceux qui leur ont
donned des marques de ,ym-
pathie ,a occasion de la per
te cruelle de leur regrettte
Lily Latortue soeur, belle-
souer, tante., mnar clle, niece,
cousine enlevie S IelcI affec-
tion le 23 Avric 1970
Et les prient do croire a
leor plus profonde gratitude.
Port-au-Pce le 15 Mat 1070C.


Violette Gonaives
EsnwoVy
Le mttcli Vlolette Gonal
yea annonce pour dimsncne
cet renvoy i unne date ulte-
rieure. Nous renseignerons.


Messe de Reauiem
Les nombreux ami rs du r
grett6 Georges Milfort fe-
ront chanter en i'Eglise St.
Yves, CIt6 St. Martin. le Sa
media 160 M'- 19'O a h'iO amn.
une messe de Requietr nour
le repos de i'Ame de leur
ami Georges. -
Ce present avis tent lien
d'lnvltatlon aux parents et
amis.


-*r. .. ... ,


INSTANTANES
(suite)


cial et le movement des af-
faires y sont particulitre-
ment intense.
On aurait pu croire, cepen d
dant, que les Magasins une
fois fermds, ce movement y
deviendralt automatiquement o
moins dense, Dans une cer-.
taine measure, out. Mats 11
n'est pas molns vral qife le
secteur comprls entire la rue
Dantes Destouches et la ue
des Miracles a toujours Wt6
assez animO en ce sens que
dans la Cour situoe entire les
maisons de commerce tLa
Sanaritaine et c La Belle
Port au Prhincienneo, une
construction a tage logO oun
Etablissement de jeu fort a-
chaland6. On y trouve le edo
mino;, le uBingo, le ed d, le
Poker, le Bacara etc'.' Luco
Archer dirige personnelle-
mOnt son Etablissement de .


Noces d'Or des
epoux Albert.. i
(suite)
souhaitait d'etre heareux ?
'i s sappelalent Elena funes
et Albert L Rowe. ils ve-
naient de lier devant Dieu eou
devant les hominmes eurs des
iinees pour Louju3.
La veille, sqlon la costume
d'autrefois, ils avaient rem-
pli les fomalites civiles a la
MIainrie, par deviant notre Con
arnre, feu Clitrnsnt a vagloire.
las se sont mariet tot, ces 6-
poux qui, depuis cinquante
ans, vivenlt dans la pius par-
faite union. EIlle vait dix-
neuf ans -et lul en avait
vingt deux.

Aujourd'hui, leur Iamille
compete cinq enfants et huit
petits-enfants, tous a 1'etrar.
ger. Done, scuts au nid, les e-
poux Rowe son revenue pout
ainsi dire taleur point de o6-
part, et contemplent avec s6-
renite aet' atio&acti n 1'oeuvre
aceomplie.
Nous formons pour les 6-
poux Albert L. Rowe, des
voeux de Oonheur -cucntinu.
Que le grand eaoui pronon-
c6, il y a cinquante ans, con-
tinue a se renouveler a ia-
mals, toujours plus charge
d'amour. Qu'il soit pour eox
source de bonheur perma--
nent ct du graces.


e crime crapuleux
E CHARLES A EU LA TETE. TRANCHEE

jeu auquel est alhnex6 u m6 les portes a double tour,
Bar astez blen pourvu. nontait & t'6tage oUi 11 se cou
Dans la mem6 court lonce,':. che ordinalrement.
tionne a plein rendement u-
ne cBoiette appartenant a- Un lit de camp macule
AuguStln,.Mergiliecl' tandis- de san
qu'au orme endrolt est 6ta-


LE JEUNE JEAN-CLAUDI

Le Boulevard Jean Jac-
ques Dessalilnes est, certes,
i tin des quartilers de la zone
commercial les plus frhqueh
tes, pour ne pas dire les plus
bruyants de Port-au-Prince.
C'est dans ce quartler que
sont installs, en effet, quel-
ques uns de no& plus tmpor-
tants Etablissemnents commer
claux, ce qul revient a dire
que le movement commer-


Aussi, cette Cour situde au
beau milieu de la ville se
trouvait 6tre un Centre of le
eva et vienti de jeunes gens
des deux sexes 6tait pour ain
si dire continue et Continuel
a gaeque routes les heures
Sour et parfols jusque tries
Lard dans la soiree.
La victine 6talt originaire
du LimbW
En tout ktat de cause, la
malson de jeux de Luc Ar-
cher attirait, de son citU, un
grand nombre d'habiltues et
mame de passionnes qui ne
prenalent leur plaisir qu'en
allant se d6tendre chez Luc.
Aussi, de 8 heures du ma-
tin jusque parfois tres tard
dans la soir6e, ce fut une ani
mation de tous les instants,
tant il est vrai que la Mai-
son avait tout ce qu'il faut a
offrir A celui qui voulait
jouer, boire, fumer, manger
et se d6tendre.
Mais Luc Archer qui a sa.
malson de residence a Carre
four ne passe pus la nuit a
son Etablissement de jeu.
C'est ainsi quo chaque soir,
apres les derniers coups de
carte ou les derniers coups
de dts,il frna e et regagne sa
demeure. Le plus auuvent, ii
laisse les caisses bond6es dce
monnaies dans la mason,
parce que, depuis environ six
ans qu il se livre a ette Ueati
vit6 il n'a jamais ete inquiO
t6 au point de craindre I'ac-
tion de voleurs evenctutls.
Tout rtcemment cepen-
dant, il engages les services
d'un jeune home de quinze
ans que lui avait, 11 y a dce ce
la environ un mois, recom-
mand6 une voisine. Ii s'agis
salt de Jean Claude Charles.
Jean Claude originaire du
Limb6 ttait tout ce uu'il v a
de plus honnite et de plus
respectueux. Orphelin de mt
re il habitat depuis long-
temps avec sa mairaie Lui
le confia finalement a Luc
Archer
C'est ainsi que ce dernier
conqut l'idte de l'uilitec con,
me une sorte de gardien de
sa mason de jeu.
x x .x
Hier soir, il etait a peu
pris dix heures quand pri-
rent fin les operaLi)us. Le
proprio regigna sa residence
a Carrefour tandis que tci
Jean Claude, apres avoir fer


AU PARAMOUNT
DIMANCHE A 5 Hres. 7 Hres. et 9 Hres.

(Sur Demdnde G0ndrale)
Libre Apris 2 ans d'interdiction par la censure


bli un- jetit Hltoel don't la -m
diclte des prix, peut 6tre, at-
tire une nombreuse et int -'
ressante clientele.


Un avis des
Stations d"elevage
de Damien
Les Stations Zootechni-
ques de la Faculti d'Agrono
mie et de Mdecine VetAri-
naire a Damien avisent tous
ceux que la question peut in
tiresser et les Eleveurs de vo
lailles en particulier qu'ils
y trouveront comnwe sujets
d'elevage des poussins de
une a quatre semaines et des
poulets de six semaines des
races les mieux adapt6es a
nos conditions. Ces poussins
et poulets, vaccines centre
le New-Castle ou maladie du
< viaire ou Pian, seront vendus
a un prix tris avantageux a
vec un discompte sur la
quantitY. Les intoressts pour
ront produire leur demand
ou placer leur command A
la Station Expirimentale Na
tionale Avicole a Damien
tous les jours ouvrables de
8 h. A.M., a 2 h. P M., le sa-
medl de 7 heures 30 a 9 h.
A.M.


SPECIAL TROPIGAS
Vous pouvez avoir GRATIS votre formidable Rechaud
TROIS feux TROPIGAS. OCAQUE fin de semalne la
TROPIQAS otfrira un rechaud Trots leux de Vingt, trots
dollars,vingt trots dollars, vingt trois dollars
COMMENT .
I Vous verse ui d6pot Minimum d'UN dollars Vous
pouvez verser aussi Deux, Trols, Clnq dollars...
autant que vous voudrez.
2 Pour chaque dollar vers6 VOUS RECEVEZ UN
TICKET NUMEROTE avec la date du tirage de FIN
DE SEMAINE. Ceci veut dire que si vous verse
DEUX ou TROIS dollars vous recevrez DEUX ou
TROIS tickets, et ainsi de suite.
3 Le gagnant de la semaine recevra dn Rechaud
de $23.00 ainsi que son materiel de fonctionnement
(Rtgulateur et bonbonne remplie).
EN PLUS, tous les versements qu'll aura fait sur
son rechaud lul seront INTEGRALEMsINT REM-
BOURSES.
PROFITEZ-EN, cette offre n'est VALABLE que pour
SIX MOIS.
Le premier tirage aura lieu le 16 Mat 1970.
et le dernier tirage le 14 Novembre 1970.
Choc Publicite.


Le President A vie de la Republique
(Suite)


On ne salt a quel moment
s'est produite ce'tte scene hor
rible. Ce ne peut vraisembla
blement 6tre qu'au course de
latnult. Selon' les prenliers te
moins, 11 semble que la victi-
me ne s'est pas d6fendue ou,
plus pr6cis6ment, n'a pas eu
le temps de se defendre. Elle
aurait W6t tuoe dans son som
meil; le ou les meurtriers a-
yant eu probablement peur
que le jeune home nc se
riveilllt tandis qu'il se-
raient en rain de pratiquer
leur vol.
Car le mobile du crime n'est
autre que le vol. Le ou les vo
leurs ont emport6 deux calis
ses dont l'.une cdntenait envi
ron 300 dollars et I'autre *
peu prOs 80.
Jean Claude a elt abattu
a coups de machete. II en a
requ plusieurs. Mais le coup
mortel lui fut porter au coj.Ce
lui-ci a 6t6 trance net.
La victim froidement ina
nime, est restee etendue sur
le petit lit de camp obf .il
passe ordinairenment s e s
nuits.
Le'ou les chenapans ont -'
galement emporte des .bi-
joux en provenance d'une vi
trine appartenant a 1I'horlo-
ger Roe Gaston qui se trou-
vait entreposde dans la mai-
son.

L'appareil judiciaite y a
ete requis

II etait environ 5 heures
30 c nmatin quand le crime
a et& decouvert. Les premiers
arrives constat'rent d'abord
que les barriers avaient ite
ouvertes. En penttrant un
peu plus profondement dans
la cour ils se rendirent tout
de suite conipte quc' la por
te principal de la mason
de jeu avait t6 escalad6e,
il. etaient cependant loin de
. penser qu'un crime avait, Qu
mime coup, ete comlnais.
C'est Luc Archer lui-mnme
qui, sous le coup d'une certain
ne motion sans doute, ga-
gna ltage. C'6tait, hlas,
pour se trouver aevant un
spectaclet pouvaninip: Jean
Claude Chqrles son jeune et
combien docile gardieni se
tnrivc'r.ir cLelo dic dctias soI lit,
bcitane de sang, avee la tite
tr i'nchae.
TmInmdiatemenit alert6e. i'
Police se pr5seatq sur IP;,
lieix et equity I'nPpareii itd'
eina'e uoi aoroecda nux .op6ra
tio-s de const-it ltgal.
Unpe epnoite P-1 -Vli'oe
par It Srvipce des lehe--
rhlo. Crimainlptiles en VllP rde
nletfPI i cn n 'in c0 ic (,olltet d' l
do'll 0- c-Ir t ie re vi)i c
de reiNie vrnin'a h't crapll-
i eUx.


que ces conversations soient
en succts et nous croyons
qu'elles le seront. Nous pen-
sona que nous sommes capa
bles, bahamiens et haltiens
d'atteindre les buts vis6s par
nos deux gouvernements qui
ont cette chance de vivre g6o
graphiquement voisins dans
cette aire des Caraibes que
nous aimons tous.
Nos deux delegations, ('hai
tienne sous la direction de
votre Ministre des Affaires
Etrangtres, la Bahamienne
sous ma conduite aboutiront
a un accord aussi bien sur
les problnmes d'immigration
clandestine que sur ceux de
Commerce et d'industrie et
de s6curite interne ou exter
ne des deux pays. Notre back
ground commun en est le
plus stir garant. Je suis en-
fin heureux, Monsieur le Prt
sident a Vie, de r6iltrer les
voeux de prosperity pour vo
tre beau pays et de succts
personnel pour Votre Excel-
lence que m'a charge de
vous presenter le Premier
Ministre des Bahamas.s
C'est sur cette note 6mou
vante d'affirmation, de 1'ami
tit qui lie deux natiofas riel
element soeurs que prit fin
cette rencontre entire le Pr6
sident A Vie de la Republi-
que et la D616gation Baha-
mienne.
Assistaient a la reunion le
Secr6taire d'Etat des Affai-
res Etrangires; 1'Ambassa-
deur Rent HYPPOLITE et
Mr. Yves Massillon du Ser-
vice du Protocole, Mr. Julio
Bordes, Consul G6ntral d'Hai
ti a Nassau.


AU CAPITOL I
DIMANCHE 17 MAT 1970
A 4 }Irse. S0, 7 Hres., et 9 Hres. 15 P.M.
Le Second film de la S61lection

GERBE D'OR STEVE Mc. QUEEN
Ab


tous les coeurs apres soi, Voici NEVADA SMITH, le nou-
Cow-Boy S eures, t eur qu e il le a ma
veau Adros, don't les ventures tumultueuses vous coupe
ront le souffle. NEVADA SMITH le film que tous les ama
teurs de Westerns exceptionnels viendront voir avec
plafsir.

ENTREE GDES. 2.50 et 4.00

33X3&3^ &333&&39^


Les sportifs du monde entler
cholslssent Omega S.-amaster et IIs
savent pourquol

Une Omega Seamaster, qu'elle solt automatique
ou a remontage manuel, est si robust at si
parfaitement 6tanche qu'elle est capable de
vous accompagner aussi blen dans vos randon-
n6es en haute-montagoe, que lors de vos
* parties de ski nautique ou de vol-A-volle.
Nous nous ferons un plaslerde vous conselller
dans le cholx du module qu convylent le mi'eux
Avos actlvlt6s.




OMEGA

ruuu . ourra


FruuA A. Mourra
Av. J. J. Deua||nea


Le Continental
RuwBonne Fol


166036 5666010 166001
S'amaster Cosmic en or ISm o. Seaemater Cosmic pour damen, Seamastea, en .ier inoxydable.
AutomticqueM anche, anttmign-e emn ac ienox'ydabe.i Automatique, Automatique 6tancheS.ntimn6-
tlque et nti-chocs. Ca rldier .t tnche. antimagn6tique at di- mtique et antc-choc. CaledmHer.
Indication du jour. cheocs. Calendrie. Cadran o d6
heir.


PAGE 4


quelque chose a ddmtler a-
vec la Russie Soviltique.
J'ai Ot6 vraiment surprise
d'apprendre qu'une flottil-
le sovittique 6volue dans les
environs. Est-ce un defi?
L'aire des Caraibes appar-
tient a nous autres peuples
de couleur qui 1'habitons.
Elle n'appartient .pas a la
Russie.
Nous de I'aire des Ca-
raibes, notamment des miles
des Caraibes formons une
veritable civilisation, nous
ne pouvons accepter aucun
dictat d'aucune nation,
nous devons avoir notre
propre maniure de voir les
choses.
Pour le moment, le voeu
le plus chaleureux que je
puisse former pour le peu-
ple bahamien, c'est qu'il ob
tienne une complete inde-
pendance cqmme nous, qu'ill
puisse faire ce qu'il veut
come nous aussi sommes
iers de pouvoir le fire.
C'est mon fervent espoir.
A cette improvisation de
Son Excellence le President
A Vie de la Re6publique, le
-Vice Premier Ministre des
Balamas r6pondit avec le
plus grand bonK4ur.
s sieur le President A Vie, dit-
il profond6ment reconnais-
sant que vous ayez bien you
lu nous accorder ''opportuni
t6 de cette audience.Les pour
parlers s'ouvrent ainsi sous
le signed de 1'amitie, de la
comprehension mutuelle et
de cette sympathie qui. ont
toujours prvalu dans les ,re
lations de fait qui existent
depuis longtemps entire les
deux peoples. Nous disirons


1~_~X~~~I~____~_~_~ ~ ___ ~


~ I I I _I


~_C~L-~,~~;-j-a~u~~;~-~r*3;~;ai




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs