Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06742
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 11, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06742
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





LE PLUS ANClEN D'iAITI
fONba IN in.*

twctwj t Reocftur eon Chef:
LUCIEN MONTHS

'Administrateur Me- MAX CHAUtVET


MNMBRE DE L'ASSOCIA'TIN INTERAMERICAINE DE PRESS


Adfresa: Ruf Du CEJTAX



PORT-AU-PRINCE (HAITI)



BOITE'POSTALE 1316


No 28.076


'Thte AINEELUNI 11MAI197


Depuis 1951, se r6alise en
la grande ville industrielle
du Bresil, SAO PAULO une
exposition universelle d'Art
qui se tient tous les deux
ans. C'est la Biennale.
La derni6re Biennale eat
lieu 1'ann6e derniere avc. tla
participation de 53 pays du
globe. II est inutile de ciuer
les pays qui se distinguertnt
A cette manifestation d'Art.
Y furent presents comme fai
sant parole de la Commission
d'Honneur tous les Aii.basa
deurs accredites an Bresil,
ainsi que les Consuls qui suot
f demeure dans la Capitale
de 1'4tat de Sao Paulo. Notre
Con.ul, Dr Cesar Giorgi fut
d'un devouement admirable
pour une prestigieuse partici
patron de la Rtpublique
d'Haiti a cette nouvelle Bien
nale.
La Biennale portait sur les
do.tinai,,e, suivants : Les Arts
Plastiques, Theatre, Architec
ture, Livre, Science et Harma
nisme.
Notrc pays, l'instigation
du Foyer des Arts Plastiques
fut represent a cclte dixie-
me Biennale. Et le President,
M. Wilson Jolicoeur, envoy
l'adresse sulvante que nous
publions :


Arts Plastiques participe a la
Xe Bienunale de Sao Paulo a-
vec en majority de nouveaux
et jeunes artistes forms A
son cole. Certain s'inspi-
rent du folklore d'Haiti, spe-
cifiquement dc la mystique
du Vaudou; d'autres sont
Geometriques Abstraits.
Mais presque tous suivent la
meme ligne, celle qui part de
cogitation personnelle sans
influence de maitres itran-
gers. Nest-ce pas d'ailleurs
une caracteristique de la
peinture haitienne, c'est-a-
dire aucune formation acad6
mique f la base. Toute paral
lele avec des artistes connus
ttrangcrs n est que coinci-
dence. Tousles jeunes artis-
tes qui participant a cette
Xe Biennale oeuvrent sur-
tout par amour de lart sui-
vant une inspiration peison-
nellc.
Le Foyer des Arts Plasti-
ques signal tout particulie-
reinent le jeune artiste Har-
ry Benjamin, sous le pseudo-
nyme de Rlcoben qui consti-
tue i.n cas particulier et 6-
tonnanlt. 11participc A la
Biennale avec deux tableaux
executes a-vec les nouveaux
suitee page colonine 7)


Les Rdsultats des Elections au Qu6bec


OTTAWA (AFP)
Les resultats d6finitifs
des elections legislative
dansa la province du Quebec
montrent clairement que
meme l'electorat franco-
phone, avec prudence, a pre
tere ne pas orienter la po-
lltique de sa province dans
une adventure separatist.
La victoire 6crasante, en
- function du nombre dea cit
ges obtenus. du parti libe-
ral et de son chef, M. Bou-
rassa, soulligne le desire de
la population quebecoise de
voir r6tablir, avant toute


chose, une situation dcono-
mique saine et stable, ce qui
ne peut se faire sans une
cooperation ttroite avec Ot-
tawa.
Cette victoire liberal ne
doit pas cependant laire ou
blUer que le part qutebfois,
favorable au- separatisme,
arrive, au nombre des voix
obtenues, A la deuxiome pla
ce de 'ces elections.
Cette iminorlit minuscu-
lei, selon 1'expression de M.
Trudeau, peut aujourd'hui se
(Suite page 4, col. 6)


Fonctions incompatible CONNAISSANCE D'HAITI

S avec l'exercice de la profession d'avocat Les mangues Madame Francisque
TPar e (.rarld JT IJRkICr


Des documents 'saisis sont examines par des agents d'in
fWtgefte He la Division de la Cavalerie Armee des Etats
OWAn prat fattaque d'une (cachte, ou se tenait une rdu
nton ae commumstes, d environ trois miles du Cambodi
(Special et en exclusivityd au Nouvelliste).



Les Temoignages


d'Attachement


au President Duvalier


Son Excellence le Docteur
Francois Duvalier,
President a Vie du la
Republique,
Palais National.
Excellence,
La Faculte d'Ethnologip
condamne 1linfamie du 24 A-
vril 1970, par laquelle les on-
nemis du people ont tent a de
lui arracher les positions cht
rament acquises. Issue on
droite ligne d'un courant de
pens6e revolutionnaire don't
la base rest 1'identite cultu-
relle et la democratle social.
cette institution court le ris
que de la destruction, si les
conquetes. rtalistes doivent C
trc premises en qaer,tioin.
Votre Gouvernemenl qui
bientot ls dotera d'un local


fonctionnel digne de cette
Faculty d'Ethnologie garden
ne du patrimoine cultural
haitien et centre academi-
que de nos cadres ensei-
gnants et sociaux, a besoin
ie Paix pour poursuivre sa
tAche d'infrastructuration t-
conomique don't Peligre est
une des fleches de direction.
A 1'occasion de Votre nou-
velle victoire sur les factieux,
les membres du personnel,
ainsi que les ttudiants do
l'etablissement, Vous print
d'agr6er, Excellence,, avec
leurs felicitations, 1'expres-
sion de leur patriotique e(-
vouement.
Dr J. B. REMAIN
Doyen de la Facult6
D'Ethnologie
Directeur du CRESHIL.
Suiveni les signatures.


SDcret


Article ler. Outre les
incompatibilites prevues it
l'Article 8 de la Loi du 24
Juin 1932 sur l'Ordre des A-
vocats, le President 6t les
Membres de la Chambre Ld
gislative, les Agents Diplo-
matiques et Consulaires ac
credits d l'exterieur, les Se
cretaires Generaux des DO-
partements Ministeriels, le
Secretaire du Con.seil des Se
crdtaires d'Etat, Les Direc-
teurs Generaux des Servi-
ces Autonomes, les Conscil-
lers a la Cour Superieure
des' Comptes, les Asembres
du Grand Conseil Terhani-
que, ddej inscrits es, quali-
te d'Avocat militant a I'un
des Barreaux de la Repu -
blique, ne pourront excep -
tion faite des cvas privus d
l'artscle 320 C.I.C. plaider
devant les Tribunaux Ci-
vils et CoSrs de la Repitbli
que.
Article 2. Nonobstant
l'interdiction qui leur est lai
te d'occuper dans des ajfai-
res centre l'Etat et ses eta-
blissements publics, ces
hauts fonctionnaires et par
lementaires, pourront fai-
re tous actes de procteduc


dcrite en collaboration avec
des confreres Sxclusivement
engagds dans l'exercice de
la profession d'Avocat.
A cet effet, il sera loisi-
ble aux agents sus-visds fie
diriger ou d'appartenir .a
un Cabinet d'Avocat, te
donner des consultations *e
crites, de rddiger des conqju
siohs sur les affaires eon-
fides, et d'dtre des Avocath-
Conseils au service de la
Collectivite.
Article 3. A l'exceptlin
du President de la Chamba
Legislative, du Premier Con
seller de la Cour Supdrie)-
re des Comptes, les intertic
tions prevues en l'ArtiOle
ler. peuvent, d t'dgard des
autres categories de font-
tionnaires, etre exceptidt
nellement dcartees pour U-
ne affaire ddterminee, lots
qu'une Commise est fate
d'office par le Batonnier en
matitre d'asslstance judiciali
re devant le Tribunal Crisi
nel si6geant avec ou sans its
distance du Jury.
Article 4. Le Conseil 4e
Discipline de l'Ordre des .I-
vocats statuera sur les vib-
lations apportdes aux dispo
sitions du present Decret.


La Situation en Republique Dominicaine


60 PERSONNEL
ASSASSINEES EN R. D.
Saint Dominguc (AFF)

Trois personnel ont etd
tudes samedi A Saint Domin
gue. L'une d'elles, un Offi-
cier de Marine, a et6 atta-
que par trois inconnus tan-
dis que les deux autres -
dont 1'une, serait membre du
Parti de l'ancien General E
lias Wessin y Wessin ont
etI tutes par une patrouil-
le militaire qui les soupgon-
nait d'avoir attaqu6 un poli-
cier .
Une soixantaine de person
nes au total ont tt6 assassi-


nees en R6publique Domini-
caine depuis l'ouverture de
la Campagne pour les elec-
tions presidentielles .et lgis
latives, le 16 Fevrier dernier.
Des membres de l'opposi-
tion, des militaires, des poll-
ciers ainsi que de simple
passants ont ttW victims
de cette vague de violence,
qui a fait de Saint Domingue
une ville d6serte aprts dix
heures du soir.
Le President de la R6pu-
blique par interim, M. Ma-
nuel Ramon Ruiz Tejada, a
vainement lance plusieurn
appeals au came pour tenter
d'y mettre fin. Les elections
doivent se tenir le 13 mal.


Aigle Noir Violette 0- 0

II ne manquait que des buts
Par DADOU


Trois ans apres avoir ete
sacred champion de P.au.P.,
I'Aigle Noir est en tr6s ban -
ne position pour ajouter mo
nouveau titre A son palma-
res:
Celui. de champion
d'Haiti. La nouvele formula
adoptte, cette annee pour
la Coupe Pradel, avec la
participation des ligues de
Province, ayant donn6 plus
de validity au titre de scham
plon de la division nationa-
le,.
Cette victoire de 1'Aiglte-
Noir ne surprend personnel.
Avant meme le debut du
championnat, sa formation,
blen que privee de sas in-
ternationaux, avait reussi
un petit exploit en term-
nant lere. d'un quadrangu
laire auquel avalent partici
pt les selections nationals
A et B. Ce success, d'ailleurs,
largement merlte, donnait
une idee des grande possi-
bilites du Club du Bel-Air.
Pour cette saison,, la for-
mation dirigee par 1'entral-
neur Michel Nerette, s'est sl
gnalae surtout. par sa gran
de regularity, la solf de vie
Loire qul anime chacun des
joueurs aligns, un certain
esprit de club si indispensa-
ble pour atteindre les som-
mets. Centre le Racing, pri
ve de son maitre A jouer,
Tom Pouce, il tint le choc
pendant 90 minutes et s'en
tira avrc un nul apris un
match assez equilibre
Le propre d'une grande
equipe, c'est de savoir profit
ter des circonstances. L'At-
gle profit du faux pas du
Racing devant le Violette
pour deimarrer et prendre le
large. Les resultats en dents
de scie du Violette, devenu
alors, son poursuivant imn-
mediat ne firent qu'ar-
ranger ses affaires. Aussi,
c'est avec une advance con-
fortable de deux points et
un goal difference im-
pressionnant (27) 'qu'll a-
borda le tigre, un tigre ca-
pable de se faire malmener
tout comme d'abattre son
adversaire en deux coups de
cuiller.
LES EQUIPES
Dans les deux camps, 11 y
availt un d6butant. A l'Aigle


Noir, le desormais celtbre
garden de I'All. scolaire
*Wilner Piquant, remplagalt
international Edner Char-
les.* Du cOte du Violette,
Pierre Marie, un jeune de la
2tme categorie, avail la
lourde tache d'assurer la sur
veillance de l'aile drolte de
la defense. Tous deux nous
ont beaucoup impressionnt,
par le sang-froid, la maitti
se qu'lls ont failt montre
tout au long de la rencon-
tre.
La defense du Violette
etait completement rema-
niee. Jn. Joseph passait au
centre A la place e de 'inter
national Hebert Baptiste, in
disponible pour des ralsons
familliales. Le june grimaud
s'acquit ires bien de sa mis
silon; desormais Tassy de-
vra computer avec lui. Le
faith que Tom Pouce fut pA-
te West pas sans rapport a-
ec sa magnifique presta-
tion.
En 'defense, l'Aigle Noir a-
lignait ses joueufs habi-
Suels. Au tilieu du terrain,
Nrette fit confiance A A-
lexis et Argelus. Pas de chan
cement aussi en attaque.
Au Violette, Emmanuel
Georges rentrt de New -
York, tenant le poste de ve-
con d avant-centre; il se bat
tit comme un diable et li-
Suite page 4 ceolonne 8


La recolte- des mangues a
commence depuis la fin du
mois d'Avrll. Les camions
cominencent a d6verser
dans les marches de la Ca-
pitale des caisses et des
calsses de la variety juteuse
et renommee, dite Madartie
Francisque.
REMERCIONS LE ROI
CHRISTOPHE
Cette variety a ett intro-
duite dans le pays par les
sons du Grand Roi Batis-
seur Henry Christophe et


plantbe lors surtout dans
les communes de Gros Mor
ne. de Plaisance et s u r


les declivltes des n
Puylboreau, du t
Laporte, Mapou,
Vastey, Margot, de
le Flandre, de Ca
du Bols de Chtne
Morne Macaque et
Morneg. Ces plant
manguiers entrep:
ce Chef d'Etat gt6
un triple but :
(Suite en 3e,


MIEUX QU'UNE BROCHURE
Un ouvrage passionnant
Le journalist est, sans A la verite,
nul doute, l'un de ceux qui, Charhier demeure
dans ce monde tourmente ou rare journalists
il y a tant A dire et, evidem- a avoir, jusqu'ici v
ment, A ecrire est apple a pon et surtout lI
remplir 'une des teaches les et le Liban,
plus nobles et les impor C'est sanss nu
tantes qui puisse etre devo- tenant compete td'e
lue A un professionnel. lites que Charlier
son ouvrage le ti
Dallleurs sa mission essen bien suggestif t
tielle drenseigner1 opinion d'Angoisse et d']
suffirait, A elle seule, A incul movement violent
quer A son activist un carac les Eric Sylla a
there particulier. Cependant, faith allusion dans
son devoir est aussi et sur- trale preface.
tout d'orienter opinionn ou, It est done super
pour etre plus precis e plu la prisre jusqu'A quel i
former dans le sens du Bien, avons ete heureut
naturellement. voir cet excellent
Cest a cette tthique que don't la page de g
s'est conform notre excel- porte une aimab
lent confrere et ami Dumay ce de l'auteur a
ric Charlier en preparant et bent des sentimE
en ecrlvant son vaste et com fois amnicaux et
bien int6ressant reportage nels.
sur les Etats-Unis d'Ameri- sTerres d'Angois
que du Nord et sur les princi poir qui comporl
paux pays d'Asie et de Pro- plus une illustrate
che Orient qu'll eut, recem- prite, posstde ce
ment, le bonheur de visiter. pour obtenir le pl
D'ailleurs, dbs son retour success de 1 i b
de son periple autour du nous prenons
monde, Dumay, enthousias- renouveler, 'avec n
te, au possible, commenga yes felicitations
dana les colonnes du journal les melleurs de si
cLeMatlin don't il est le Di- sympath.ique aute
teeteur aussi sympathique
que competent la longue se-
rie de ses reportages. Aussi, MANIFESTATIONS
les lers. articles furent si ANTI-US A BERL
bien pris6s que nous ffimes BERLIN (AFP)
vraisemblablement, les pre- De trees violentes
miers A conseiller au Secre- stations, les plus in
taire general -de l'Associa- enregistrees jusqta'
tion des jburnalistes de les en RFA centre la
mettre ent brochure. Dumay mericaine en Indo
des labord, ne semblait pas ont deroulees san
avoir retenu .tout A faith cet
te idee qui revetait pourtant
assez clairement le caractere
d'une suggestion. Cependant
la parution des nombreux ar 77
ties subsequent ayant sus
cite le plus grand intare. f L
l'interet auquel on tait d'aii I
leurs en droit de s'attendre no
tre charmant confrere prit la
ferme decision de mettre no
tre suggestion en applica-
tion. Monsieur Grego.
UN OUVRAGE FORT do, President de 1
VOLUMINEUX
C'est ainsi que vient de pa
raitre sur les Presses de 1'im Remarquable
primerie Theodore non pas -arqal
une Brochure mats un ouvra SUCCoS de
ge A la fois fort volumineux Marie-Denise
et fort passionnant conte- A la derniere B
nant de nombreux chapitres Sao Paulo, oft ont
otl, avec la.plus rare object tees les oeuvres le
vite.et dans un style simple quantes dcs pcintr
et image, sont mis en eviden tinent eta laquelli
ce les principaux aspects de inpe do nombtcel
la vie aux Etats-Unis, au Ja e nore
pon, au Vietnam, au Liban a connu, un remar
et alleurs, a taOsis u1u camai
Cest que tout cela est faith css. Elle y avait ea
et report& avec cette objec- toiles ,Viola et -I
tivitA et cette impartiality premiere qui a re
qui caracterisent Ie journal tcntion des rneille
lisle et le visiteur soucieux ques a u lihonnei
de renseigner ec de se re- Produite dans le :
ferer A la veritd. album de la Bienn
L'ouvrage est d'autant nit les reproduction
plus passionnant et digne les les plus rtuss
d'interet qu'il content des plus rcpresentativ
elements tout' A faith nou- liam D6cilien et R
veaux sur la mentality et le ont eu igalement
mode de vie des intterssyn- neur.
tes et laborieuses popita Marie Deni.e
tlons des pays visitt6s par une excellent Sot
Charlier et oft il a et6 l'objet base qu'elle a
d'un accuell chaleureti.r ai tdans' des acad6nti
point d'avoir pu A certain. les n'a ddjlA expo
moments, porter la parole eule fois, a leItso
pour exprimer ses opinions se.le fos, ta c Ins
et ses sentiments-. cai. Cette Axposid


Hommage a Georges Milfort

Par Ferdinand VITAL
Medical Technologist
New York Hospltal-Cornell Medical Center


Je n'ai pu empecher leslar
mes de couler de mes yeut,
en apprenant la triste nou-
velle, de la mort de meon
tres cher ami et frbre Geor
ges Milfort, Plhomme qui o-
rienta ma vie.
Je retrace dans mes pen-
sees, ma premiere rencontre
avec Georges. Mes etudes a-
chevees au College Horatius
Laventure,. e m 'orientals
vers r'Agronomle et j' tais
dtjA en premiere Ann6 ek
Damien quand survint la


greve centre Freeman.
A cette 6poque, la jeunes
se s'adonnait passlonn6ment
au Football, et A l'occasion
d'un match entire le Violet-
te et.Ie Racing, don't j'etais
un membre actif, je m'etais
arrete au Laboratoire de
I'Hopital G&neral, un same-
di martin, pour discuter avec
. Ludovic Pasquet (Dodo) sur
la strategic de la rencontre
tde remain.
S (Voir te page 3) .


qu'A la biennale di
lo, elle vient d'aff
honneur le grand
ternational. Au d
carritre de peintn
nonce brillante; c
un important jal
un blen beau fleu


Notre chronique de langage.-


Le Franais, tel qu'on le parole


par le Dr. Pradel Pompilus


orio Escage
'usine su-




Day
3iennale de
ett present
s plus mar
es du conn-
e onl p rti
x artilte-
Denise Day
rout-se suti
nvoyt deux
SNedges. La
tenu 'at -
euts criti
u dU'trc rr
magnifique
.ale qui rn
sns des toi-
ies cL les
aes. Wil -
ene Exum6
cet hlion-

Day, iq; a
'nnation d '
complete
es eapagno
sI qu'une
ti(ut F-an-
ic-i: ')innui l
;cas. Voici
e .io Pini-
rioler avec
public in-
tiut ditme
e qui s'an-
'est A fols
on ;7ost et
ronl. .


Accident grave au
reseau lectrique
Notre reporter relate up
grave accident survenu hier
soir vers minuit quand une
volture heurta un poteau
de distribution de la Compa
gnie Electrique A Bourdon.
Cet accident occasionna de
graves dommages au rdseau
de Pltionvillle qul fut pri-
v6 de courant jusqu'A llh
ce martin.


critre de Welch, au Cap-Hai
tien, ainsi que les techni-
ciens Rodollo Mendoza et Mi
queas Perez sent repartis
pour Miami samedi martin.
Leur sdjour en Haiti a dure
vingt jours. Monsieur Char-
les Duverglas, repr6sentant
de Monsieur Escagedo en Ha,:
ti. nous a dit que celui-ci d-
tait satisfalt de la march
des travaux. Si toutt fonre lon
ne bien, 1'usine pourra pro-
duire du sucre A titre d'ea-
sai, a partir dn mois pro-
chain.
x X X
Monsieur Norman Duprc.
President de la Teltco, a pris
'avlon samedi martin, A cdtLi
nation du Canada. II sera de
retour parmi nous anll cou-
rant de la semaine.
XXX
X x x
Me Roger Ravix passer
quelques jours de vacances
C uis sa familhe. 1' v'-: dvI
passer deux ans hours du pays"
Roger, employs de la <,Ea--
tern Airlinesi aux it ws-U-
nis, est rentre samedi martin.
(Suite page 4 col. 8)

Steve Mc Queen
triomphe au Capitol
Hier soir au CAPITOL le
grand acteur americain Ste-
ve MAC QUEEN nous a faith,
vivre des minutes d'un sus-
pens sans precedent dans
son film :
BULLIT
En effect, la course automo
bile qui est le clou du film
n'a pas ktt double. Steve
MAC QUEEN a lui-meme rea
lise ces dangereuses seuieun
ces.
Nous croyons aussi sitvoir
que Steve MAC QUEEN, pour
satisfaire sa soif de vitesse
participera les 13 et 14 Juin
de cette annte aux 24 heu-
res du Mans. 11 pilotera une
Porche 917.
Nous recommandons vive-
ment BULLIT A. tous nos lec
teurs, car c'est un film A
-voir. .
Bravo CAPITr *.


nornes du Meisdames, Messieurs, bon-
Bedorette, jour
Haleine, Nous allons poursulvre 1'6
la Nouvel tude des phrases comman-
amp Coq dees par la locution c'est.
a 1Or, du Aujourd'hui nous nous int6-
des, Gros ressons aux cas ou la locu-
ations de -. tion cest reprend ou annon
rises par ce un terme ou une phrase.
nlal visit Encore un bout de, dialogue
de Marcel Pagnol.
C6sar. Qa r'a fait quelque
page) chose de lire les comman-
dements de Dieu. Qa m'a
fail peur. Et vous, monsieur
Brun, qu'est-ce quiet vous en
dites?
M. Brun. Ma loi, je ne
Durnayric suis pas partliculi6rement
Yun des croyant.. Cependant, j'ai vu
haitiaens dans cette ceremonie fami-
isit le a liere quelque chose de ras-
e Vietnam surant... Du rtconlortant.
l doute, Le Jour Mondial
ces rta-e des Infirmif res
donne a Le 12 Mai sera le Jour
tre cornm- Mondial des Infirmieres.
de eTerres A cette occasion, I'Associa
Espoirr au tion Natlonale des InfirmiA
.t desquel- res Licencides d'Haiti, affi-
d'ailleurs lite au Conseil' Internatio-
s sa magis nal des Infirmitres execute
tera un programme commit
erflu de di moratif sous le theme:
point nous CENT CINQUANTIEME AN-
x de race- NIVERSAIRE DE FLOREN-
uuvrage CE NIGHTINGALE.
arde conm- Le programme delbutera
ile didica- detain martin par une mes
qui nous se d'Action de Graces a la
cents f la Chapelle de 'Hopital de l'U-
confrater- niversit6 d'Etat d'Haiti, qui
sera suivie de Causerie ra-
sse et ,d'E.s diophonique et de visit des
te au sur' Salles des HOpitaux.
tion appro
qu'il faut La deux46me partic du
lus -grand programme se deroulera
.r a 1 r 1 e dans l 'aprts-midi ak partir
plaisir a 4$ 5h au*local de l'Associa-
ios plus vi tion (Avenueh u Travail,
nos voeux Terrain Odeide) on il sera
uccs a son donnt lecture tdu message
pr. de la Presidente d'iH-onneur
de I'Association, Madame Si
more 0. Duvalier. Uue ailo
cution sera prdhoncee par
IN-OUEST Mme Yvette Rtmy Douyon.
la pr6sidente en exercice...
s iaidife- II y aura attractions dl-
iportantes verses avec la participation
'a present des 6tudianites des Ecoles.
pulitique a d'Infirmieres du Cap, de:
ochine, so Cayes, de Port-au-Prince.
nedi a Ber Reception.





tan tanis


par Claude Dambreville


Haiti et la Xe biennale


de Sao Paulo


~i~___~,~~~,~,l;,- --;--;l-m(i-li~LIU Li~Y~F-I_ ~~L~LI~ ;..- ~~~UIIILlk*IIII~~I~i---l~l~s~li~~l~ U~II~)YI~PI~S~-I-IL~U~ii~LLbi9-i*i~


75eme ANNEE


LUNDI 11 MAI 1970


Escart6fique. Dites, qa
vous reconforte quand vous
voyez venir le pure avec ce
lui la (il montre l'enfant de
choeur) ?
Claudine. Et on ne lul a
pas encore passe les hulles.
Qa, cC'est le plus terrible,,
Honorine. OUI, O ST
TERRIBLE. Mais au moins,
on peut se dire qu'apres ga,
il sera tout pret pour com-
paraltre devant Dieu.
Claudine. Qa, CEST VRAI
Aprts, on eat bien--tranqull-
le, on a fait la paix avec le
Bon Dieu.
Cesar. Out, peut-etre. Mais
moi, il y a une idee qui me
tracasse: Le Boan Dieu d'El-
zear, le notre, enfin si
sa n'etait pas le vral2
Escartafique (epouvante).
Oh! couquin de Diou.
Honorine. Mais qu'est-ce
que vous dites?
Cesar. Je veux dire que Je
connais des musulmans, des
Hindous, des Chinois, des
Negres. LEUR BON DIEU,
CE N'EST PAS LE MEME,
et. ils ne font pas comma
nous!.., Nous avons des pe-
ches que c'est chez eux.une
bonne action, et vice ver-
sa. Peut-etre qu'ils ont tore,
remarquez bleu, mats ils
sont des millions de millias
sea... S'ils avalent raison.
monsieur Brun.
M. Brun. I1 est certain
que la ojuestion peut se po-
ser ,
(Suite page 4, coL. 2)
NOUVELLE MEDICAL
La Dengue
confirmed
Tout le monde ou'presque
en a souffert.La dengue, puis
qu'il faut l'appelef par son
nom, etait malgre tout une
maladie...mysttrieuse. Qu'est
ce qui la provoquait. La den
gue est maintenant confir-
mee et cal. nous l'apprend. II tcrit
en effet dans son numero 2 :


1. La Dengue Confirmte
Nous annoncions dans no-
tre premiere livraison de ct
te revue qu'une equipe oe vi
rologues se trouvalt en Jsniti
dana le but d'investiguer line
maladie virale assez repan-
due qu'on croyait etre la, den
gue. Nous sommes en measure
actuellement de prtciser que
ces virologues qui ont ete d6
legues par le department
d'epidemiologie at d'hit;ltne
publique de 1'Universlt6 de
Miami sont : le.s docteurs
Ivel Ehrenkranz, Raul Cua-
drado et Arnoldo Ventura. A
ces specialists americains
ont te adjoinLs tI (its mede-
cins et technicians haitiens
qui pendant environ huit
mois ont men6 une enqutte
elendue dans plusieurs re-
gions du pays dont Port-au-
Prince, Ltfboule, Fermathe,
Gonaives, examinant des ma
lades tt prelevant des spe-
cimens de sang pour etudes
strologiques. Le CIA (Qomite
d'lnvestigation" des Abovi-
rus) preside par le Dr Carlo
Boulos, _cSuinprend en outre
les docteurs : Paul Boncy,
Charles Dambreville. Elmer
Loughlin, Rent C h a r 1 e s.
SFrantz Mtdard. Panesteker
Laroche et Mr Joseuh Tur-
got, technician d( laboratoi-
re.
Les tests serologiques pra-
tiquts jusqu'en Janvier 1970
sur 271 patients Agts de 1 a
plus de 50 aus out die posi-
tifs- dans 71% des cas pour
les virus Cie ia Dengue 2. II y
a eu egalement des tests po-
sitifs pour le virus de la Den
gue 3 et celui de l'Enctpha-
lite de St Louis.
Dans trois cas on a pu iso-
icr .ie virus de la Dengue.2
'par hemocultuic au course de
la period de viremiie. Les in-
vestigations se poursuivent
encore actuellement et le Co
mitt invite tous les mede-
cins haitiens interesses a pra
tiquer des. etudes -virologi-
ques pour leurs patients a en
trer en contact avec le Dr
Carlo Boulos, ou b'adresser
au Dr Bertholet Dpesir, r6si-
dent au Service de Mtdecine
de I'HUEH.
LA BOXE
Le Mexicai Vicente Saldi
var est devenu samedi soir
ChamDion du Monde de bo-
xe, categories' poids plume
(version W.B.C.) en battant
A Rome, le tenant du titre
l'australien Johnny Fame-
choh .aux points en quinze
Eawuda. ^ ..


r-rLeaa uw fi





"LES U LKOUVELLISTED LvmrIT 11mm! is"


H. A. T. A.. Momedois Vsages 191, An Pavie Tel 2'21#4iCemfleZ-Psu I S le 08dai 4112es I iSfh~ t .etvos paritir JoYeux, ienm. Ho A. T, As


Le Francais tel q.u'ona e ale
(Suite de la 16re page)


Escartefigue (6pouvanth)
oh! coquin de Diou
Honorine Mais qu'est-ce
que vous dites?
Cesar. Je veux dire que je
connais des .musulmans, des
Hiudous, des Chinois, des. n,
gres. LEUR BON DIEU, CE
NEST PAS LE MEME, et ils
ne font pas come naust...
Nous, nous avons des pech*s
que c'est chez eux uhe bonne
action, et verse versa. Peut-
Otre qu'ils ont tort, remar -
quez blen, mais ils sont des
millions de milliasses...
S'lls avaient raison, mon -
sieur Brun.
M. Brun II est certain que
la question peut se poser


Honorine (en coltre) -
Talsez-vous, grand meereant,
ET LA SAINTE BIBIE, a -
lors, C'BBT DES MENSON -
GES? Et les Evangiles'? Vaus
n'avez pas hante de dire des
choses pareflles- dvant l'en -
fant de choenr.
C audine -- S vous allifs un
peu plus souvetit a 1'dglie,
au lieu de boire tant de pas-
tis, vous saurier qu'll n'y. a
qu'un Dieu! ET CE DIEU,
. C'EST LE NOTRE.
C&sar Oul, dvidemment,
LE BON, C'EST LE NOTRE...
(M. Pagnol, Cdsar, Le livre
de poche, p. 41 44)
Ce texte compete des phra-
ses ou des membres de phra-
se dans lesquels C'EST, ou
mieux, sc', reprend un pro-
nom ou un group nominal:
ga, c'est vrai...
Leur Bon Dieu, ce n'est
pas le mdme ... Et ce Dieu,
c'est le notre ... Oui, Svidem-
ment, le bon, c'est le notre...
Le membre de phrase repris
par :c' est souvent un ver
be a 1'inflnitif.
Vouloir, c'est pouvoir... Join
dre les mains, c'est bien,
mats les ouvrir, c'est mineux.
2) Une proposition com -
mengant par ce qui, ce que
Ce qui est certain, c'est
que Francois n'otait pas A
Toulon le jour ou elle se tua
(A. Maurois, Climats, p. 127)
Ce qui console, c'esat de
voir qu'on est si nombreux
(ib. p. 113)
Ce qu'll tait, c'6tait- corn
meant dire?- possessif (Du-
ham, Pasq. x, p. 190)
Ce que je ne me pardonne
guere, c'est de me complaire
dans cette tristesse (Climate
p. 228).
Ce qti m'a le plus 6tonn6,
c'est qu'il alt vingt ans (M.
Pagnol, Cesar, p. 234)
3) Une proposition com
mencant par st
Si tout le monde vous le
dit, c'est que c'est vrai (Du-
ham. Pasq. p. 225) Si
I'homme religieux aime sa
patrie, c'est que son esprit
est simple et que les senti-
ments naturels qui nous atta
chent aux champs de nos
aleux sont comme le fond et
l'habitude de nos coeurs
(Chateaubriand, cite par
Chassang Senninger, Tex
tes litt. g6n. p. 190) Si j'ai
lev6 votre valise, c'etait sur-
tout pour entrer en rapport
(Gide, Faux Monnayeurs,
p. 174)
Dans ce dernier cas, la pro
position introduite par si
n'est pas une conditlonnelle;
on peut la considerer comme
une dnonciative soulign6e
par si, alors que la formula
cest introdult une explica -
tion.
Le membre de phrase
repris par ic', peut Stre aus-
si' un adjectif substanttf:
Lea gnant, C'EST que cette
histoire va servir 6galement
pour Edouard (Gide, Faux
Monnayeurs, XIV, p. 165)-
L'important, C'EST de ne
pas s'pnteter (ld. ib. p. 274)
Mais il existe aussi de
nombreux cas oau tc', annon
ce un terme, une proposition,
un membre de phrase:
C'EST drole de voyager
come cela. (Labiche, Voy.
Perr I. 1)
C'EST original ce que vous
me demanded (id. ib. II, 4)
C'ETATT un naaisir de l'en
tendre (id. ib. II, 5)
C'EST un blen grand mql-
heur au'l ait eu cette infir-
mite (id. ib.)
Mais C'EST done r6el, ce
deoirt?
Ce lui FUT une joie d'y
nlon"r- tiit son corns (Mau
rice Genevoix Rabollot, p.
51) Ce que C'EST de ne
pas manger (Duham. Pasq.
II, 1.7Y
C'EST extraordinaire com-
blen Is, noreaaine d re '.u
dans cette mason (Labiche,
111
C EST dr6'e ccmme on volt
lPs pays m)r 'eur idetir '(M.
Pagnol( M'.rius, I. 5)
C'EST ine situsVtion blen
difficile que la mienne.
Qu'll y ait reprise ou anti-
cipation par nures traduisent toujours un
besoin d'insistance, elles gent
un moyen d'attirer. Patten -
lon, parfoils de forcer T1at -
tention d'un interlotlteur
distrait ou retors. .


Mais le moyen le plus con-
nu de mettre en relief un ob
jet ou une idle par C'EST
consist a encadrer le nom
de l'objet ou la proposition
entire c'est ... qui ou c'est...
qtuew s imme nous le savons,
c'est ... qui encadre un sujet,
c'est ... que, un complement
CE NEST pas mtoi q s ai
faltVCe bRmut, c'est quelqt'tin
d'autre
Vous m'avez m6me dit que
C'ETAIT cela qui vous ge -
nait (Gide, Faux Monna -
yeurs, p. 265)
C'EST chez tante Plantier
qu'eut lieu notre premiere
rencontre (Gide, La porte e-
troite, p. 108)
C'EST a Fongueusemare
que j'aurals desire de te re -
voir (ld. lb. p. 106)
C'ETAIT d'elle que j'avals
appris a admirer Philippe
(Maurlrs, Climats, p. 143)
On trouve m6me toute une
proposition circonstancielle
encadr6e entire C'EST ...
QUE: bien, out, je crois que
je vaux mieux que Robert et
.c'est prclftsuent quand je
semi le plus. humilike devant
Robert gqm je me sentirai le
plus orgueflleuse (Glde, Ec.
des femmeSi p. 148)
Je suis ivre, mats c'est
quand je sus I v r e que
j'ai toute ma tete (Anouilh,
La Repttition ou l'hinour pu
ni, IV). C'est justement par-
ce qu'ils se violent librement
hours de mes yeux et n'ont
plus grand-choae a se dire
le soir que maintenant ils s'6
.vitent et affeetent de se' par-
lsi A peine (Maurois, Cli -
mats, p. 82)
Mais le frangals est moins
libre que notre creole pour
encadrer des groups de


mots entire c'est ... que. Ainsi
les tournures sulvantes que
i'on peut lire dans Gouver -
neurs de la Ros6e. ou Bon
Dieu Rit sont des transposi-
tions consclentes du crdole
'haltien: C'est un grant Jar
din que vous 6tes, c'est mou
rir que vous vous mourrez
lentement.
Les nouveaux emplois de
C'EST que nous venons de
vo I r, p os ent de
nomoreux proomemes q ue
nous commencerons a exa -
miner a notre prochaine
mission.
A PROPOS DU PLUR1EL
DES NOMS PROPRES
DE PEsulsNNEaS
Sur cette question, les
grammairiens du XVIIIe et
du XIXe sidcle ont 6tabli
des distinctions bizarre qui
ont mialheureusement pass
dans les grammaires en usa
ge:
Les noms de peuples et de
dynasties prennent toujours
Is du pluriel:
les Grecs, les Roemains, les
douze Cesars, les Bourbons,
les Tudors de meme que
les noms de families illus -
tres: Les Condes, les Segurs.
Les noms propres servant de
modules ou de types ou dosi-
gnant des oeuvres artist -
ques prennent 6galement la
marque du pluriel: les Hu -
gos, les Pasteurs, des Re -
noirs, des Watteaux, deux
Cdzannes.
Mais les noms de families
non illustres restent au sin-
gulier: les Rougon Mac -
quart (roman de Zola), les
Roquevillard (roman de Hen
ri Bordeaux), Les Thibault
(roman de Roger Martin du
Gard) Chronique des Pas -


quier (roman de G. Duha -
mel), Les Thazar (roman de
Fernand Hibbert).
Les noms propres de per-
sonnes- restent aussi inva-
riables quand ils sont pris
dans un sens emphatique et
grandiloquent: Les MollAre,
Les Racine, les Boileau on 11
lustrd le rdgne de Louis XIV.
Ces complications n'exis-
tent que dans la langue 6cri
te. La langue parl6e les igno
re et au marplus fait ressor-
tir leur absurditA. L's final
du pluriel n'etant plus pro-
noncd aujourd'hul, la mar-
que du nombre a ete ehtit-
rement reported sur 'article
ou sgr le prddeterminant:
quand je dis les Grecs, les
Iomains, les Bourbons, les
Condds, deux Cdzannes. le
sIgne du pluriel, ce n'est pas
Is final, que mon Interlocia
teur n'entend pas, mais les
et deux, qui s'oppose t : le,
la, un.
Le frangais n'a plus qu'un
pluriel suffinal, c'est le plu
riel en aux/al ou all dans
1'animal, les animaux, le
travail / les travaux. Dans
ce dernier cas la marque du
pluriel est redondante, c'est
a-dire que le hombre est
marque deux fois au lieu
d'une seile, elesv, opposed
cauxa oppose 6 langue parlde, dans le cas
des. iioms de families en al
ou all, se content de la mar
que unique de article ou
du pred6terminant pour si-
gnifier le pluriel. Si je veux
parler des membres des fa-
milles Marechal ou Vital, il
me faut bien dire: Les Ma-
rechal sont venus nous voir
ou les Vital sont nos amis,


blen que .les former emard-
chaux et tvitauxk existent
comme nom common et ad-
jectif. Le Pl1urile, dans ce
cas, est comlque ou humorls
tique. Stendhal 1'a blen sen
ti lorsqul't 4crit dans la Vie
de Henri 'Btulard : Une
charmante fenime versera
a dix pas de mol, je la reli-
verai et nous -nous adore-
rons... elle connaltra mon A
me et verra combien je suis
different des Monvaux (en
parlant de s deux frbres
Montval, ses condisciples)
La langue-parl6e tend plu
tot vers I'invariabilite abso
lue des noms de families,
Des grammairiens penchant
au contraire pour la genera
llsation de I's final: l's gra-
phique 6tant quand- meme
un moyen de souligner pour
les yeux du lecteur l'idee de
plurality. Entre ces deux ex
tremes, beaucoup d'dcri-
vains ont pris la plus gran-
de liberty, encourages d'ail
leurs par l'arret6 du 26 f5-
vner 1901, oubl16e tort: 1)
11 n'a jamais ete rapport;
2) 11 s'inspire souvent de l'u
sage des auteurs et de la
plus saine doctrine linguis-
tique. Suivant cet arrete mi
nisteriel, on peut derire en
tout etat de cause, les Cor-
nemlles ou les Corneille, des
Titiens ou des Titten, les
Virgiles ou des Virgile, les
Vitals, les Mardchals ou les
Mardchal.
La md~ie liberty est pra-r.i
qu6e a I'dgard des noms geo
graphiques: les deux Allema
gnes ou les deux Alleemagne,
les deux Chines ou les deux
Chine. Quant aux noms de
peoples, ils doivent prendre
I's du pluriel ou le suffixe
aux: des Grecs, des Alle-
mands, des Orientaux.


SAV


Dans les Carnets du ma- LA
j o r Thompso Daninos
nous a prouv6 cependant
que la liberty dans la faeon
de marquer le pluriel des
noms ne signifle pas Tan- $ PMoS wU I- IU
talW. Cliez lul la prtscnce
ou 1'absence de l's me paraa .
touiours siflgnicative Quant
, 11 6crlt : cLe& Danois, 1 e s Plantagenet E N B.. ....
Franhais les Tudor Gallois,
les Stuart Ecossais' (p. 199)
comme 11 6crlt ailleurs 3 les .
Turpin (M.et Madame), les I l D U _
Pochet ( M. et Madame ), V LG
c'est pour souligner 1'absur
dit de la Aistinction fate
par certain grammairiens et
mettre sur lea m6me pied fa QUEL QUE SOIT
miles dynastiques et famil-
les bourgeoises d'aujour -
d'hui. Alleurs il ecrit: Char IE RAT
nelets et. Turpins, Turlots et
Pochets... (p. 180), souli-
gnant que ce soht la les re- mpE --
presentants de plusleurs mil P M A
11ers de gens.
Pradel POMPILUS



L'ACTUALITE PAR L'IMAGE


RADIO-METROPOLE

Le Secrdtaire d'Etat de la Defense Me
AT defense dans sa voiture arrdtde par
LA aine qui distribuait des feuillets d
Sla Maison Blanche pour dejeuner e


sant. Tous les jeudi : Jazz, -Musique classique et Musti-
que tzigane par Frangois Coeurchamps.
8.40 Programme de l'Institut frahiais : Tous les Lun- *
di-Mardi
SiI8.25 Programme de l'Institut Frangais : Vendredi
8.55- INFORMATIONS : Avec Rene Toussaint
9.00 DEMONS ET MERVEILLES (Haiti secret) avec
Domnique & Maud
9.55 INFORMATIONS : Avec Rend Toussaint
10.00 MUSIC FROM TEN TO ELEVEN : avec Herby *
Widmaler
5.40 Hymne National Musique INFORMATIONS : Rend Toussaint
6.00 T TAC MATIN : anim6 par Guy & Jacqueline 11.00 ROUTE DE NUIT : Anim6 par Bob Lemoine
Andrd & Bob Lemoine 11.30 FERMETURE DE.LA STATION.
6.55 EVENEMENTS DU MONDE par nominique Le-
vanti EMSSION DU DIMANCHE
7.00) QUAND-P-AU-P BOUGE anim6 par Bob, Rene
B iaryse & Totoche 7.55 HYMNE NAXTONAL
Revue de la presSe halticnne-Reportages-Situation rou- 8.00 BONJOUR DIMANCHE :
tiere- Horoscope- Sport- Cinema- Service de la metio- 8.55 INFORMATIONS
et Musique 9.00 ANSON MUSIC CENTER present par BOB Le-
7.55 INFORMATIONS : Avec Lucien Dejean moine
8.00 LE CLUB DES CORDONS BLEUS : Anim6 par 9.55 INFORMATIONS
Suzanne & Pill-Pill 10.00 STUDIO Discotheque GoGo avec Bob et Une vue de la base gigantesque d'app
, 8.55 INPORMATIONS : Avec Lucien Dejean Daphne d'entrainement de la region de Bath
9.00 BONJOUR EVE : Anim6 par Michellne Succar 10.00 INFORMATIONS : mend par 1.500 soldats nord-amdricai
Tout pour la femme 11.00 NOUS AVONS LU POUR VOUS : Avec Rend & xas -axv v
9.55 INFORMATIONS : avec Lucien Dejean Micheline
0lo.00 MONSIEUR X MENE LA DANSE : anim6 par 11.30 EN VEDETTE CETTE-SEMAINE : Avec Ren6 -
Rene Toussaint 12.00 MUSIQUE EN DOUCE :
10.55 INFORMATIONS : par Lucien Dejean 1) h. 00 INTERVIEW DE LA SEMAINE:
1L30 Rendez-vous AMERICA LATINA, anim6 par 1.30 PARIS PARADE : anim6 par Aline Lacombe Les Produits I A 1'~
Daphnee 1.55 INFORMATIONS : A
11.55 INFOMATIONS : avec Lucien Dejean 2.30 1 Cohtre 1 anim6 par Ernest Toussaint
12.00 LA GAZETTE DU MIDI : anim6 par Max K6nol 3.00-HAITTI EN CHANSONS (Pr6sent; par Max Kenol) aux adresq
et Aline Lacombe 4.00 SOUVENIR DE...
12.30 INFORMATIONS : Esso Reporter 4.30 L7IEURE DU JAZZ : anime par Herby Widmaler
1.00 PARIS PARADE : anim6 par Aline Lacombe 5.00 MUSIQUR CLASSIQUE, Musique tzigane par A PORT.AU-PRINCE M me,
1.55 INFORMATIONS : Par Max K6nol Francois Coeurchamp
2.00 HAITI, EN MUSIQUE : anim6 par Max K6nol 6.00 PSSEPORT POUR... anim6 par Aline Lacombe
2.55 INFORMATIONS : par Max K6nol 6.30 Programme de l'Institut Frangais
3.00 KALEIDOSCOPE 70 : par Aline Lacombe 7.00 MUSIQUE DES GRANDS MAITRES o
3.55 INFORMATIONS : par Aline Lacombe 8.00 LES PLUS BEAUX THEMES SUR F M
4.00 L'APRES DIDI CHEZ VOUS : Anim6 par Ernst 9.00 FIN DE. P RIIm 4:
SToussaint l I
5.30 JEUNE ACTUALITE : anim lpar Eliane & Maud OU14
5.55 INFORMATIONS : Par Max K6nol La Direction de Radio Mdtropole s'excuse bien sir Ave
6.00 STUDIO 129 avec B L Bob Lemoine (Disk Jockey) auprds de ses aud trioes et de ses adtditeurs des emissions
5.55 INFORMATIONS : Avec Bob Lemoine improvisdes de l'Usine Electrique et aussi se fdlicite, son A PETION VILLE MliS
6.15 EVENEMENTS DU MONDE : Avec Dominique originalitd n'.tant pas brevetd, qu'une radio traditionnel- A P TION VILL
Levanti le s'insptre rdpitrzaement de ses programmes, putsque la Rue Pai
6.55 INFORMATIONS : Avec Bob Lemoine modernisation et les progrds de la Radiodiffusion en Hai- T m
7.55 INFORMATIONS : Avec Bob Lemoine Fin de ti, sans esprit concurrentiel negatitf, tant, comme I'a sou D l
Studio 129 lignd dans son adresse inaugural, Mr. Herby Widmater, AutW
*8.00,- MUSIQUE ET POTINS : anim6 par Rene Tous- Prdsident directeur-GOndral, le but de notre Station. Luce
S- Luce
A JRue To
c~ g x ^ c w ~ ^ 3 8 4 K ~ a g y ~ s w ^ L ^ ^^ ^ ^.


elvin Laird est quelsue peu paralysd et sans
des dtfzdiants d'une Universitd nord amnri
ae propaganda centre la guerre. Laird allait
et s'entrenir. avec le Prdsident Nixon.


rovisionnement cmmuniste et du centre
u au Cambodge. Elle a dtt lors d'un assault
n et sud vietnamients.




VIS

IP C 0 peuvent Wtre achetts


ses suivantes



Robert Gaetjens
Lalue

SMarket
Lalue

angerie St Marc
Jn Jacques Dessalines


on Rigaud
namericaine

as Market
route Delmas

Chatelain
ussaint Louverture


~.J I


pm


- - -- -- --- -; -- - --- --~;- -~-- 1---~---;-------- -c----- ---;- ---~-----I --~*Wu~jr+r~arJ;L~ayplWn~t~tiil~D~iL~~s -'1`Wlcbiz~..~lp;u~ar. ~brl~i~.;- m~ c.j-lru~;r;asnr;YLa~--i_~~jj_-a.-L











RHUM BARBANCOURT EPUTE DEPUIS 1862


IVOTRE HOROSCOPE
Par Fraivres Lirakfe3


Choww" W sLa "*oru,.a.rris.uliias jour de vwdssew. aaiirsir
c6 aasissso-si& wow*trouser. es Wporoptetives quo 5vow
ignt Isuaeut e ras pour dimain.
Droit do reproductions totasld es partielte neredrw.
ProprilatingI rsgture. Symddioot. Xaetu~eitd
eLLS NOUVVNZLSTX3s
MARDI 12 MAI 1970


21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Prenez part aux entre-
prises constructive&. Evitez un
effort mal orient. Ceux qui aau
ront choisir auront de multiples
advantages. Science et technolo-
gie particulibrement favorisees.
12 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) : Votre touche person-
nelle, le moment qu'il faut au
moment opportun front la diff6
rence entire une journ6e m6dio-
cre et une r6ussie. Possibilit6s
diverse de succ2s.
22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX) : Ne discntez pas des
details car grace ai eux vous pou-
vez souvent obtenir le meilleur
de votre succhs. Etudiez solu-
.t ions et suggestions nouvelles
Soyez pratique et Svitez les ex-
tremes.
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Attendez assez
longtebps pour v6rifier les da-
tes pr6cises, les methodes lea
plus souhaitables. Quand vous
aurez tous les faits en main,
n'h6sitez plus et allez droit tde-
vant vous jusqu'au bout.
24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION) : Adaptez une politique
de r6alisations imm6diates si
vous voulez d'int6ressants resul
tats. Bonne journ6e pour des
idWes et des m6thodes nouvelles.
N'allez pas toutefois aux extr&-
mesn.
24 ABOUT AU 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE) : Influences con
trast6es. Vous ne saurez pas par
fois comment agir. Prenez le
temps de r6flfchir. HAte ou im-
pulsivit6 compliqueraient la si-
tuation.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE) : Si les
chose vont mal, ne vous inquie
tez pas. Votre intelligence et vo
tre enthousiasme peuvent trans-
formner des heures mediocres en
p6riodes de succs. Attention
aux questions de m6tier!
24 OCTOBRE AU 22 NO-
VEMBRE (SCORPION): Bril-
lante perspective.D6marrez tot et
avec efficacit. Maintenez un ry-
thme convenant a vos dons et
aux exigences de la situation.
Dans les discussions, restez cal-
me.
28 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
Bonnes influences astrales. Pro-
greqsez avec le maximum d'en-
train et de bonne volontA (et
ce ne sera pas n6gligeable si
vous le voulez vraiment. Cher-
chez la forme, la m6thode, la
precision qui conviennent le
mieux.


Aujourd'hui

COIN DE L'HUMOUi
PRESENCE D'ESPRIT
Un paquebot va toucher
quai; lee passagers s'appretel
i descendre. Un matelot s'app:
che d'un home portant une c
ge, avec 1 l'int6rieur, un magi
fique perroquet.
Je ne vous conseille pas
vous presenter au d6barqueme
avec votre oiseau, pr6vient-
S'il lI voit, le service sanitai
va le saisir...
Le passage n'avait pas prO6
cela. Le matelot le voit telleme
navr6 qu'il lui prate un sac dw
lequel le perroquet, extract de
cage, eat rapidenient enfoui.
lors, le passage franchi drci
tract 6 la passerelle et se prs
te devant le douanier...
Qu'est-ce qu'il y a IA-,
dans questionne ce dernier
montrant le sac.
Hen I... trois fois ri
fait le passager.
De... de la feraille.
Le douanier lance un coup
pied dans le sac, pour voir.
Alors, le perroquet, simpleme
Bing I...



HamaCeis.auwa
ie evti ctte -m
BLEUE
Bvd. J.J. Dessalines
J. BROS
Archives Nationales

DECKS DUJOUm
Nelson Cheardlnette 8 n
Elisabeth Joseph 9
Antoine Elle 83
Marie Pr vert 1
Claudette Fleurant 16 r
Arianne Leaperance 53
Frantz Bernard 0 r
Mrie. Sony Pierre 1


22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE) : Bonne
journey. Votre intelligence sera
vivement stimulee mats il faudra
agir dans le came. D6tail8, tO-
ches fatigantes, bien menkes, don
neront de bons r6sultats. Scien-
ce et voyages favorisBs.
21 :ANV;ER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU) : Certai-
nes propositions seront a carter,
d'autres i 6tudier. itflexion at-
tentive avant de vous engager.
Ne milez pas iqconBid6r6ment le
travail et le plaisir.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) : Tout n'ira pas
come vous P'aviez pr6vu mais
rested impassible. Votre vive in-
telligence et votre solid bon
sens vous aideront puissamment.
SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI : Vous Otes un m6lange
d'esprit pratique (avec un don
certain pour les affaires) et de
tendances artistiques, se concre-
tisant souvent sur un plan cnm-
mercial dana le chant, la potsie
ou la danse. Leas litterateurs ne
sont pas rares, non plus, dans ce
secteur zodiacal. Dans lVensem-
ble, vous etes traditionnaliste,
tenace. Une puissante 6nergie et
un charme incontestable sont vos
caract6ristiques. Essayez de ri-
frener une tendance a 1'entete-
ment qui pourrait paralyser le
grand succs que vous m6ritez
de connaltre.


A VENDRE
Une Voiture VW Station
Wagon en bon Otat, Modele
1969 5600 miles seulement
Peut 6tre" vue sur rendez-
vous.
S'adresser par 6crit a Dr.
Harold May
P. 0. Box 2213 B
Port-au-Pce, Haiti.


College Saint Louis,
Bourdon
La Direction de ce college
announce l'ouverture dese inscrip
tions pour la semaine du 10
Mai. Garcons et filles sont ad-
mis depuis les Jardin d'enfants
(3ans) jusqu'o Ia a6 inclusive-
ment. Les filles sont adnmises
Sla pension lge de 6 ane.
T1l : 2-0138


MONTRES SUIS S' "













GIRARD PERREGAUX RALCO
TECHNOS LANCO
BIJOUX
BIJOUX EN OR 18 et.
BIJOUX EN OR FIXE
BIJOUX MVRAT
BIJOUX EN-ARGENT
ARGENfTERIE CHRISTOFLE
CRISTAI, DE BACCARAT
CRYSTAL DE LALIQUE
CRYSTAL DE DAUM
EN EXCLUSIVITE A LITTLE EUROPE
ET MAISON ORIENTALE




IPour votre BEAUTE
C^^ cls spdcialitds
[[l cosmdetiques:::


Gelee Royale J::
stabilisc ::

CrWmes de jour et de nui
Crme masque.
Cferme hydratante.
Toniques et Lotions.
Creme demaquillante. '
Lait de Beaut, ,,
Savon. .
Dentagel. '
Bfillantines. . \ '\.
Cr~ie 3 pour la beauty dii main,. --"


is licence


Produits sos ioi peis
p&, to biaologsea B. do Belvefar


Un produit licence APlSfIn U B. de Belvefer a base
de Gelee Royale stabilisee ofre les garanties do quality
et d'efficacite qui depuis dix ans font la reputation mondiale
de la narque.
Laboratoirei SANTA 2, avenue du 11 Novembre. COURBEVOIE |

ll-- a U


Joseph C. Valm6 et Co
Distributeurs.


Colgate au gardol protgeg


la sante et la beauty de


SCONNAISSANCE D'HAITI
(Suite de la l1re page)


loJ protdger loes terres
montagneuses centre 1'6ro -
sion,
20) procurer des couverts
aux caftiers, qui ne peuvent"
supporterTOclat du solell,
3o) am6liorer la dite de
nos populations.
Christophe fit venir les
plants du Jardin Royal de
Botanique de Kingston (Ja -
maique) en meme temps que
ceux d'une vingtaine de va-
ri6ets, qu'll accllmata dans
son Royaume, et qui sont
connues notamment sous les
appellations de divines, poi -
riers, B a p t ist e, abricots,
blanc ou Mme Blanc.
MANGOS OU MANGUES
D'aprts une tradition ora-
le, que j'ai trouvde dans la
Grand'Anse et que m'a trans
mise entire autres mon aieul
paternel (Joseph Jolibols pe
re 1858 1938), des botanis-
tes frangais auraient recueil
li soixante ou quatre vingt
vartites de mangues dans les
regions tropicales de o'Inde
Orientale (cOtes du Malabar)
pour les transplanter a St.
Do mi n g u e. Ma is
le n a v i r e, qui l e s
transportait avec ies precau
tions d'usage (provisions
d'eau pour arroser les plants
pendant la tries longue tra-
vers6e) aurait te capture par
les anglais durant i'une des
guerres anglo-frangaises du
XVIIIe sitcle et tous ces
manguiers, destines au Jar-
din des Plantes de Port-au-
Prince ou du Cap-Frangais,
furent acclimates au Jardin
Royal de Botanique de Kings
ton, puis au milieu des habi-
tations,. a la Jamaique.
C'est de lb que sont ve-
nues de ce faith nos variet&s
de mangues, introduites er
Haiti pour les sept-dixiCme,
par Christophe. D'ou aussi 1(
nom anglais de MANGO qu
s'est fixe dans notre patoi:
creole, des 1'6poque frangai
se, pour designer les fruit.
delicieux de ces anacardia
c6es, qu'ont chants tant dE
nos pottes, particuliblemen
Duracin6 Vaval.
La variete dite sMango-Ji
remle aurait td acclimate
'dans la Grand'Anse par le
Anglais durant leur occupa
tion de cette parties de la co
lonie, de Septembre 1793 !
Aofit 1798. Notons qu'a Jbr
mie, ces dites mangues n
sont utilis6es qu'a la nourri
ture des pores et sont dbdai
gn6es de tous.
MADAME FRANCISQUE
Madame Francisque don
na son nom a la varitet 1
plus colnmerciale, objet d'u
ne intense exportation *ce
jours ci.


Cette dame fut la premie-
re a fire connaitre a Port-
au-Prince cette mangue jh-
teuse et parfum~e, qui fit tel
element sensation sur le pa-
lais de nos, gourrmets que
ceux ci spontandment lui
donntrent le nom de Mme
Ijrancisque.
Mme Francisque v6cut a
la capital sous le rgnre de
l'Empereur Faustin Premier.
Elle etait originaire des Go-
nalves.
Son marl 6tait Ministre de
1'Empereur Second (1):


Mais en mordant a belles
dents dans une mangue
Mme Francisque (1'on a ten
dance a dire ces jours ci
seulement Mangues Francis-
que) pensez au g6nie de l'Im
mortel Batisseur de la Cita-
delle, Henry Christophe le
Civiliasteur par excellence
aprts la molt duqtlcl aucu-
ne usine sucridre ne fut cown
truite, aucune plantation
rationnelle (2) et mithodlqui


de cafr ne fut entreprise.
Gerard JOLIBOIS
NOTES
(1) Origlualr.e du Nord, J.
B. Francisque eut une lon -
gue carrlire dans la judica-
ture. II fut.notamment juge
supplant au Tribunal Civil
du Cap, puls Juge, titulaire
'au Tribunal Civii des Gonai-
ves durant. plus tc 10 ans jus
*qu'a sa promotion come
Conseiller d'Etat pour le D6pt.
de 1'Artibonite, en Dec. 1B44
(le Conseil d'Etat falsait of-
fice d'Assembl6e legislative).
Le 17 Oct. 1845, en la chair
de 1'Eglise paroissiale des Go
naives, J. B. F. prononga un
magistral 6loge de I'Empe -
i reur Dessalines, au course de
i la ce6rmonie funhbre, .orga-
- 1 0nlse avec pompe en cette
ville come dans les princi-
* pales cites de notre pays a
e la memoire de l'llustre Fon-
dateur de notre Ind6pendan-
ce: ce, sur initiative du Pr6
; sident Pierrot.
* 4e Ministre de la Justice,
e de l'Instruction Publique et


des Cultes du President Faus
tin Soulouque (9 Avrill 1848).
Anobli, Due de Limbe, il de-
vint 1e ler Ministre de la
Justice de l'Empereur Faus-
tin ler jusqu'a son arresta-
tion le 14 F6vrier 1851. Fut
jug9 par un Conseil special
Militaire quelques jours a -
prts, puis fusill&.
Mme Francisque aurait as
sist6 coorageusement a lex6
cution de son mari afin de
recueillir son cadayre dans
un drap brode utilise come
suaire .
(2) Du moins, jusqu'a la
Pr sidence de Salomon et de
Florvil Hyppollite chi Fop vit.
s'6riger les petites centrales
sucrilre d'O'Gorman (G0n6
ral Brdnor Prophite) et de
Chateaublond (Gal. Tancre-
de Auguste) en Plaine du Cul
de Sac, de Mon repos & Carre -
four (Flovil Hyppolite) de la
Gossette (G a 1. Turenne
Jean-Gilles) dans le Nord
tous quatre d'ailleurs, Issus
de l'ancien royaume de Chris
tophe.
G. J.


Homage a...
(Suite de la lbre pcge)


En causant avec Dodo, j'6-
tais assis a c6t6 de Georges,
qui, pench6 sur son micros-
cope, 6tudiait une lame de
sang. Enthousiasm= d'aperce
voir des parasites de la ma-
laria sur lea globules, il me
demand de jeter un coup
d'oeil sur l'appareil. Malgr6
mes efforts, je n'arrivais
pas a distinguer ce qu'il vou
lait me faire voir. Contrarie
de ne pas pouvoir partager
son contentement, il me lan
ca de sa voix de baryton
pas ou6 gros bete la yo,. Je
lui avouais que je ne voyais
rien. Alors, 11 alla me cher-
cher des gravures et un livre
de laboratoire et m'expliqua
ce quil voulait me fair voir
Le r6sultat de 1'analyse u-
ne fois inscrite sur la feuille
Georges brusquement me je
ta sais pas, quand prendra fin
cette greve, pourquoi, au
lieu de flaner dans les rues,


ne viens tu pas ici, occuper
tes loisirs a quelque chose
d'utiles,. Je le lui promise.
DMs la semalne suivante,
je commenaii a *frequenter
le laboratoire, et de plus en
plus, je pris gout a la pro-
fession. Il m'attacha a lui
lul comme son premier se-
cretaire,. II m'envoyatt ache
ter des cigarettes dans la
boutique d'en face. II m'en-
seigna, consciencieusement,
les methods de laboratoire.
II m'exigea, en premier lieu,
le nettoyage et la sterilisa-
tion des appareils, condi-
'tions essentielles a 1'execu-
tion correct d'un test. Pour
m'encourager, 1il se penchait
fraternellement vers mol en
meodisant 1'oreille sTu ne
sais jamais, Ti-*ital c'est
peut-6tre cette profession
qui te permettra de gagner
ta vies. C'6tait une proph46-
tie.
Deux ans plus tard, Geor-
ges, pour des raisons person


nells sollicita sa mise en dis
ponibilit&, au Service d'Hy-
gibne. Il me d6signa pour le
remplacer, 6tant son elIve
pr6fbr6. Ce qui fut fait.
Quelques mois aprus, il sol
licita sa r6int6gration, elle
fut accepted, sans difficult.
Cependant, le poste vacant
disponible, se trouvait au la
boratoire de 1'Hopital de Pe-
tit Goave. It accept ce pos-
te. Mais cinq mois plus tard,
je regois sa lettre, qui m'an-
nonce combien il souffrait
de vivre 61oign6 de ses amis
et me proposait une muta-
tion. Je ne pouvais la lui re-
fuser_
C'est pendant mon stjour
a Petit-Goave, que j'ai eu la
chance de ma vie, de rencon
trer Celui qui .devait diriger,
les destinies jde mon pays.
Je veux citer 1'Honorable
Docteur Francois Duvaller.
(Voir suite page 4)


DANS NOS CINEMAS


CINE PALACE .
Lundi a 6 H. et 8 -res. 15
LA CHARGE DE LA 8me
BRIGADE
Entrde Gde. 1.00
Mardi A 6 H. et 8 H. 15
SUGAR COLT
Entr6e Gde. L00

CINE OLYMPIA
Lundi (En Permanence)
LA VALSE DES COLTS
Entree Gde. 1.00
Mardi (En Permanence)
PASSPORT DIPLOMATIQUE
Entr6e Gde. 0.60

CINE ELDORADO
Lundi it 6 h. t 8 h. 15


AU CAPITOL
Lundi a 6h et 8h 30
Mardi a 6h et 8h 30
BULLIT
Entree Gdes. 2.50 et 4.00

AU PARAMOUNT
Lundi a 6 H. et 8 H. P. M.
OPERATION TONNERRE
Entree Gdes. 1.60 et 2.60
Mardi a 6 H. et 8 H. L. M.
L'HOMME QUI VENAIT DE
CANYON CITY
Entr6e Gdes. 2.50 et 4.00

CINE STADIUM
Lundi (En Permanence)
LA 76me AUBE
Entree Gde. 0.60


REX THEAI LR
Lund! is 6 H. et 8 H. 15
LE CHAT CROQUE LES
DIAMANTS
Entree Gdes. 1.50 et 2.50
Mardi h 6 H. et 8 H. 15
LE DERNIER FACE A FACE
Entr6e Gdes. 2.00 et 3.00



CINE SENEGAL

Luxidi is 6 H. 15 et 8 H. 15
STA FILLE DES TARTARES
Entree Og60, lgde. et lg50
Mardi i 6 H. 15 et 8 H. 15
REQUIEM POUR RINGO
Entr6e Igde, 2 Gdes. et 2g50


u u --. e o a ) et6 It
RINGO
Etr6e Gdes. 1.20 et 200

CINE UNION
LoUndi 6 hE 1c et 8 h. Programme du Lundi 11 au Samedi 16 MAI
RESTE'A TUER Conaultes Votre onseflllae :
En de 0.0 LUNI. ............ h. lh. 'a MAISON YVES MORAILLE
MONTPARNASSE MARDI ............. h. k 1h. a MASON YVES MORAILLE
Lundi t 6 h. 15 et 8 h. JEUDI .............l2 h. 6 h. p.m. a EXPRESS MARKET
LES TUEURS ,
DE L'OUEST VENDREDI........ 2 h. 6 h. p.m. a EXPRESS MARKET .
eficacement + Entr6e Gde. 0.60 DEMONSTRATION Ctous'le ours r rendcz-vous
et. maei eiit~ 2A CASA POMPADOUR
De Luxe Auto Cin Apaisez la soif de votre Visage...Avec Skin Dew
vos Dents. Lundi a 7 H. et 9 H. de HELENA RUJINSTEIN

Entr3e $ 1.00 par voiture


t U: Les Bandes Dessinees du ,Nouveliste



S-Blondie


NE RACCROCHE PAS Sl TU ES EN CONVERSATION,.
OAGOBEIT. JE SUtIS l POU'- QUOI NE PARLES
EN CONVERSATION ',t E ^, Til PS AUO TELE-
AVEC UNF A lE PHOlNE
SDU CLUB. --





A 77..... .......... -


OU OUS0SU) ES ARRETtES
UN INSTANT FOUR BOIRE
UNE TASSE DE CAFt.


Mardi A 7 H. et 9 H.
LA SYMPHONIES DES HEROS
Entree $0.60 par personnel


Ligue Feminine
d'Action Sociale

LA LIGUE FEMININE
ACTION SOCIAL demand
de a toutes les arrifres
grand'mires (quatre g6n6-
rations) de s'inscrire au 14,
Rue Camille Leon ou ia Ra-
dio Haiti pour etre hono-
rees le 31 Mai 1970 au ours
de la grande fete organbl-
see le Jour de la Fete des
Meres.
Priere de donner son A-
ge et le nombre rie ses en-
fants et petts entants.
D IOUE FEMININE
D'ACTION SOIALE -


AMlMTruaulUid
CENTRE CULTURE
Lutndi s 7 Heures
CALYPSO
Entrie Gde. 1.20
Mardi A 7 Heures
ADAM ET EVE
Entr&e Gde. 1.50.



ETOILE CINE
PETION-VILLE.
Lundi a. 6 H. 30 et 8 H. 30
HOMBRE
Entree Odes. 1.20 et 2.00
Mardi A 6 H 30 et 8 H. 30
PEYROL LE BOUCANIER
Entr6o Gdes. 1.20 et 2.00
.- W..,


AIRPORT CINE
'Lundi fa 6 H. 30 et 8 H. 30
ROCAMBOLE CONTRE LA
SECTE DE L'ESCORPION
Entree Gde. 0.60 et 1.00
Mardi it 6 H. 30 et 8 H. 30
Le plus grand Jazz des Cayes
MERIDIONAL
En deuxi6me parties :
En premiere parties :
OPERATION 67
Entree Gde. 1.00 et 1.50

DRIVE IN CINE
Lundi A 7 h et 9 h
MEDECIN POUR FEMMES
Zntree $ 1 00 par volture
Mardi a 7 HI-euj .- Hear,-
LE DETECTIVE
Entree $ 1.50 par voiture


. .. , _..-. -. ,. ... . .... . .. ... ....


---~ P-~ LR- D11 ___~ ~,, EI"J1 Ra\.


APISIRM


~.~i~ai~,~~*a~2rri~~olM


Lt DrT 1-MAI 1970t





PA E- O LUNDI 11 MA 10
PAtE 6

CONFIEZ VOS PIEDS


A






VOUS LES AUREZ fTUJOURS SUR.TERRE


Les guerillas

au Cambodge
HONG KONG (AFP)
L'armie de liberation na -
Lionale cambogienne former
par le Fung (Front uni de
liberation du Cambodge), .1
lance un appel en quatre
points a ses membres, les
exhorLant a appliqueL iJa ac
tique de guerilla maoiste a-
sin dc renversci e go-'ver.e
ment Lon Nol, indique i A-
gence "de press nord viet-
namienne, captde aujour -
d'hui a Hong Kong.
L'arm6e demand a ses
membres:
1) De multiplier la for-
mation d'unites de gueiille -
2) de harceler les trou-
pies alnricainL; cet sud-viet-
namiennes et de pous.rh l?
peumlpe au soulevement.
3) de mnener une pro-
pagande active aupres do:;
f o r c e s gouvernementales
-pour gagner 'e maximum
d'entre elles a la cause du
Funk.
4) De s'unir aux masses,
Iarm i JeCquelles les vietna-
miens et Ics chinois r6sidant
au Camsbodu,c et dc suivie u-
Ir strict dizciplne.
MEX1QUE BATTU PAR
BORUSSIAs DE
En niauch amical de foot-
ball .le Club allemand de Bo
ru.ssia de Doitnmund a battu
i'cquipe du Mexique par deux
buts a un (mi-temps 1-0 en
favour des mexicains.)


-..1


Dans le football
francais
PARIS (AFP)
Saint Etienne et Nantes
unt pris samedi soir une op-
tion pour leur qualification
pour la finale de la Coupe
de France de football. En
match aller Saint Etienne
a, en effet, battu le Stade
Rennais par un but a zero
tandis que Nantes battait Va
lenciennes par deux buts A
zero.
D'autre part, en un match
comptant pour le champion-
nat de France, premiere Di-
vision, Strasbourg a ba tit
Metz par deux & zero.


,,Art Exhibit
a l'Institut Haitiano.
Americain.
L'Institut Haitiano Ameri
cain, invite le public, a une
Exposition de reproduction
de Tableaux (Chrouno) de
1'Art Moderne aux Etats-
Unis. Ces tableaux font par
tie de la collection des
grands Musees d'Amirique.
Le public aura le plaisir
de voir : 30 magnifiques si-
lections de cette performan
ce de l'Art Moderne aux E-
tats-Unis.
Cette Exposition aura lieu
dans I'Auditorium de l'Insti
tut Haitiano-Americain, du
Lundi 11 Mai au Samedi 16
Mai de 8h a 12h et de 2h .
8h p.m.
Cordiale Bienvenue
L'Entr6e sera entierement
libre.


SPECIAL TROPIGAS
Vous pouvez avoir GRATIS votre 'formidable Rechaud
TROIS feux TROPIGAS. CHAQUE fin de semaine la
TRUPIGAS offrira un rechaud Trois feux de Vingt trols
I dollars, vingt trois dollars, vingt trols dollars
) COMMENT ?
I I Vous versez un d6pot Minimum d'UN dollar. Vous
pouvez verser aussi Deux, Trois. Cinq dollars...
autant que vous voudrez.
2 Pour chaque dollar vers6 VOUS RECEVEZ UN
TICKET NUMEROTE avec la date du tirage de FIN
DE SEMAINE. Cecl veut dire que si vous verse
DEUX ou TROIS dollars vous recevrez DEUX ou
TROIS tickets, et ainsi de suite.
3 Le gagnant de la semaine recevra un Rechaud
de $23.00 ainsi que son materiel de fonctionnement
(Rtgulateur et bonbonne remplie).
EN PLUS, tous les versements qu'il aura fait sur
son rechaud lui seront INTEGRALEMENT REM-
BOURSES.
I PROFITEZ-EN, cette offre n'est VALABLE que pour
SIX MOIS.
Le premier tirage aura lieu le 16 Mal 1970.
et le dernier tirage le 14 Novembre 1970.
Choc Publicite.


Hommage a ...
(Suite de la 3Lme page)
La champagne national
contre le Plan, battait son
plein le Docteur Duvaller a-
vait la responsabilite des cli
niques rurales de Gressler a
Vialet. Cet homme d'un cou-
rage indomptable, traversait
mornes apres mornes, rivie-
res apres rivieres pour caller
prodiguer les soins medicaux
aux campagnards logs jus-
qu'aux confins des monta-
gnes et que le Plan ravageait
Rien ne l'arretait : plule,
vent, soleil; il allait toujours
plus au fond dans les regions
dangereuses de Delate, de
Ravine-Stche, de Fond-Ara
bis, etc. pour retrouver les
cas de plan et les solgner.
Quant il voulait s'aventurer
dans les zones dangereuses,
les paysans le deconseillaient
Mais, calmement, il repon-
dalt Et ces enfants, 1a haut,
qui sont maladies, ils out be-
soin du secourse, et 11 par-
tait, se mefiant des dangers,
11 partait come pouss6 par
une force mysterieuse, vers
ces desherites du sort, ronges
de miseres et de plan par
surcrolt. A part des solons me
dicaux, le Docteur Duvalier
trouvait le temps de s'attar-
der, patiemement, pour e-
couter ces malheureux lui ex
poser leurs misares, leurs
souffrances. II leur trouvait
toujours des mots de recon-
forts et de plus, genereuse-
ment d6llais sa bourse, sans
se soucier de ses propres be-
soins.
La semaine passee, le Doc
teur Frangois Duvaller reve-
nait a la Capitale, pour le
week end. Le plus souvent
il s'arretait au laboratoire
de 1'Hopital General, pour
causer avec son ami Ti-Geor
ges. II s'informalt surtout
des r6sultats d'analyses de
sang : de la malaria, de la
syphilis, qui rongeait le pays
Si je ne me trompe, le dimi-
nutif de Doc, a ete done au
Docteur Francois Duvaller,
par Georges Milfort, car il a
vait pour chaque ami un di-
minutif familiar, don't il pos
sedalt seul le secret. Alors
que tout le monde appelait
respectueusement Docteur
Duvalier pour lui c'etait Doc
et ce diminutif comme une
prophetic, est maintenant u
niversellement connu. La
sensibility de L'homme se ma
nifestait quotidiennement,
pour s'informer des nouvel-
les de votre spouse ou de vo
tre famille, le baryton se fai
salt tendre pour demander
uBam nouvel ti madam nan>
ou Barn nouvel ti populace
you.
La vie de Georges a 6te
une vie simple, sans proble-
me. Son coeur, il ne 1'a ja-
mais donn6 a personnel en
particulier, 11 le gardait ja-
lousement pour sa ChOre Ma
man d'abord, et le regardait
entire amis.
Qui ne se rappelle du 31
decembre, date a laquelle,
Georges r6unissait, chaque
annee, a son petit bureau, au
laboratoire de 1'Hopital Ge-
neral, tous les employes, pour
vider un verre avant de se
separer. L'homme ne conce-
vait pas que les collabora-
teurs se separent, apres une
annee de durs labeurs, en se
distant sochement: Bonne An
nee Non! cela devrait s'arro
ser. Et toute la journee defi
latent : Medecins, Infirmii-
res, Techniciens, Religieux,
Employs de Bureau, Chauf-
feurs, Bonnes, Gargons, etc.
etc. I n'avait dans son coeur
et dans son esprit, aucune i-
d6e de clan, les membres de
l'Institutlon, pour lui, ne
constitualent qu'une tamil-
le. Quant a cette occasion les
intimes osaient lui question
ner e A quand le marriage
Ti-Georges le baryton se fai
salt grave pour repondre
sAssez betis6 non, mon cher,
Georges Milfort a consacr6
sa vie, au service de son
pays, au service du labora-
toire de la Sante Publique,
come Technicien.
PAIX A SON AME.
Au nom des confrres Tech
niciens et en mon nom per-
sonnel, j'ose sollrciter du
Chef Blen Aim6 de la Nation,
'Honorable Docteur Fran-
qols Duvalier, President a
I Vie de la Republique, qu'll
veuille bien denonmmer une
salle du laboratoire de l'Ho-
pital General Haitien : SAL
SLE GEORGES MILFORT
pour perpetuer le souvenir
de ce grand Technicien.
New York ler Mat 1970
Ferdinand VITAL
Medical Technologist


Centre Medical, 27
CiChemin des Dalles
Mercredi 13 Mat, Seanc
annuelle du Chapltre hattler
du Collage International de:
Chlrurglens. a 8 h u m
S L'Omphluocile asnect me
dlcal et chlrurel:;,L di LineR
7 ment. par le Docteur Sergi
13.hmnwt,


Samedi martin, noas est re (
venu Monsieur bamy Marcel, i
Vice Consul a i'Ambassade
de France en Haiti. Le dis- I
tongue diplomate s'etait ren- (
du a New York en mission. 1
X X
Monsieur Gaetan Pressoir,
fils de Madame Nelly Pres- (
soir, est part samedi matin.
Sa destination, c'est kings- s
ton. Durant un an, il y 6tu- r
diera 1'anglais .A l'aercgare, 1
Gaetan a ate salute par sa b
mire, par sa gentille soeur
LrieLe, piE sfr tfrucc 1'inge- I
nieur Jean Marie Pressoir,
et par d'autres parents. Nous
souhaitons du success a notre d
ami Gaetan.
Monsieur Gustave Francois, s
President de l'Amicale Club i
de Martissant, et impressario I
des Fantalsistes de Carre-
four, est rentl6 samedi m.- ]
tin avec ceL intiressant group r
pe. Ces jeunes gens viicr.ent
de moissonner des lauriers ,a
la Guadeloupe. Ils se sont
products a Pointe-a-Pitre et
a Basse-Terre. Par ailleurs, "
Us ont enregistr6 deux micro
sillons pour la coinpagle
Cellini. Le formidable tenor
Arntz Desrose avait voyag6E
avec les Fantaisistes de Car-
refour.
xXI
Madame Eleanor Tur.ibu I
et son fils David, de la Mis-
sion Baptiste de Fermnathe,
se sont rendus aux Etats-U-
nis. Ils y passeront environ
deux semaines. A l'aer.po;rt,
ces voyageurs ont pris con-
g6 de Mademoiselle Joyce
Ganer et de Monsieur Simon
Dumornicr s .tm itireos de lo
Mission, et de Monsieur IL -
salt Gaillard, bras droit du
Pasteur Wallace Turnbull.
Madame Helene Veille e-
tait au nombre des parents
et amis qui entouraien Mon
sieur Benjamin Aboudi a 1'ra-
rogare. Ce voyageur s'est ren
du a New York samedi matin
I y est alle pour affaires.
Monsieur James Rader, un
barbu sympathique, et sa
femme June viennent de se-
.Journer quatr e jours aons la
Perle des Antilles. Cet aima-
ble couple. d'Amricains c<
reparti ravi de sa visit ,en
Haiti.
Monsieur Edward Finch,
un autre tourist d'un cin -
merce agreable, et sa fenurme
ERelyn aiment bien le pays.
nous a dit Edward. Notre se-
jour idi a ete formidable. La
seule chose qui nous a vrat-
ment deplu ,c'est 1'insistancec
des vendeurs, dans les ruea.
et au march&6.

Monsieur Robert Daniel,
fils de Monsieur eC Madame
Leandre Daniel, de Magic -
Cine, s'est rendu a Montreal.
Il est alley visiter des parent;.:
ct ii profitera de son se:.ur
la-bas pour r6gler cers-in
affairs. Nous reverrons
Robert dans vingt et un
jours.
Samedi matin, Monsieur
Joseph Lifontaine Domini -
aue, Secrdtaire general dle
'Association des Chautleu'
Guides d'Haiti. a aicuel'l
deux voyageuses a L'aeroport.


Deces de me .
Fhiteas Toussaint
Les Pompes Funibres Pa
net Pierre-Louis vous an.
noncent le deces de Mine
Phiteas Toussaint n'e Ma-
mionne Labonte survenu
mercredi pres-mlcLi a la
lire Cite.
A son epoux M. Phiteas
Toussaint,t son fils M. Lil
nel Toussaint, a sas flle Con
ceptia Toussaint, A sea pe-
tits-enfants : M. et Mine
Henry Claude Toussaint, M.
Louis Champagne et Mine
n6e Jocelyne Toussaint, Mes
demoselles Josette et Gla-
dys Toussaint Clement, Mile
Chantal Toussaint, M. Pa-
trick Toussaint, a ses soeurs
et beaux-freres M. Bellony
Charles et Mmne nee Chaxle
Labonte, M. D6sir Sasmin et
Mme nee Solange Labonte,
M. le Capitaine Arcel Tous-
saint, M. Marcel Clement,
aux families Toussaint, La-
bonte, Charles, Jasmin, C'.6
ment, Champagne, Gerbler,
Mauricetta, Eugene, f tous
Les autres parents et a!i6s
MM. Pierre-Louis et 'LE
NOUVELLISTE presentcnt
leurs respectueuses condo-
leances.
e Lee obseques de Ia regret-
; tee d6funte seront eetibr, es
G demgiri mardi aprus- ifldl 'a
4h a la Basillque NotrpI l.*>-
me
= Le convol partlra ds .I.a-
e Ion Fun~raire de IEntreprl
se & la Rue du Centre.


INSTANTANES
(suite)


Ces deux fourlsres south ses
nvit6es, et sont orginalres
de Saint-Thomas. Elles s'ap-
pellent Clara grown et Patri
cia Waltchari. Leur sejour
ci sera de court duree.
xxx
Mademoiselle Yvonne Nar
cisse, protegee de Madamen
Alta Charpentier, est partic
se fixer au Canada. Accom -
pagnalent cette voyageuse a
'aerogare Monsieur St-Loaiis
Narcisse, son pare, Madame
Charpentier et ses deux 11l-
les Marie-Flore et Judith.

Le bel ensemble ruuilant
de Mademoiselle Edith Che-
ry lui convenait parfalte -
nent. Cette captlvante per -
sonne a repris l'avion pour
Miami samedi matin. C'est
lA qu'elle reside depuis quiTl-
que temps. Edith vient dc
passer vfngt et un jours par-
mi les siens.
Madame Joseph Ocean est
parties a destination de New-
ork. A 1'drogare, elle a 6td sa-
luee par plusteurs prochc et
amis. -

Soeur Rashel, de la Conoer
gation des Soeurs de Sainle
Croix dans le Nord, s'est ren
due au Canada. Elle est ali e
assister sa famille out vient
d'etre terriblement eprouvee.
II n'y a pas longtemps, en ef -
fet, quest mort le frere de
Soeur Rachel.


Au Jour

le Jour

Symphonie du
nouveau MondI
Vient Oe paraitre par les
sons de 'imprimerie Serge
Gaston, un nouveau recueil
de vers uSympnome du Nou
veau Monae,. C'est l'oeuvre
de deux jeunes poetes, Eddy
A. Jean et Reynold A. Jean.
IUs sont originaires de Saint
Marc, et se trouvent enco-
re sur les bancs. Ils ont de-
ja publide Bohio au Soleil,
tomes 1 et 2, dans la eCol-
lection Les Ecrivains-Etu-
diantss.
Le present recueil qui con
tient 14 longs poemes don't
Symphonic Ou Nouveau Mon
de, posside 3 chants. Le ta
lent de ces deux jeunes est
incontest6 car ils font mon
tre de beaucoup de qualitis
qui ne peuvent que retenir
attention des connoisseurs.
C'est M. Jean Claude Duva
lier qui, pour encourager
ses camarades de classes, a
pris a charge les frais d'im--
pression.
Nous presentons nos plus
sincires felicitations a ces
0eux jeunes po6tes, Eddy et
ieynold Jean a qui nious
,ouhaitons du succis.
Nous presentons avoc plain
sir la preface qui est signee
de M. Francis Blanc, dipl6-
me de l'Ecole Normale Su-
perieure.

Powi feterx
Wilsn Jolicoeur
Le foyer des Arts Plasti-
ques a pris l'initiative d'or-
ganiser chaque samedi soir
des reunions amicales of
les artistes et leurs parents
'vienne ut se recreer. Occa-
sion pour eux de liscauter
pelnture, d'entendre de la
musique ou de danser.
Nous savons que M. Wil-
son Jolicoeur est le Direc-
teur de ce Centre artist -
que. Mercredi 6 Mill rame-
nait son heureux anniver-
saire. Samedi 9, le Foyer te
nait a celebrer l'anniversai
re de son president. A cette
occasion, furent nomUreux
les parents et les amnis de
Wilson Jolicoeur et du Fo-
yer. Un orchestra d'ama-
teurs egaya l'assistance du-
rant une bonne partie Ce ]a
nuit et des couples ne fi-
rent faute de prol6ter de
cette musique pour danger
plusieurs meringues et loi
aeros.
Un buffet garni et le ca-
bri savoureux accompagne
du classique rlz ct pois fi-
rent les delices de tous.
Nous faisons nos voeux
de bonheur et de success b
M. Wilson Jolicoeur pour ce
nouveau printemps.

Messe de Requiem
Les nombreux amis du re
gretta Georges Milfort fe-
ront chanter en l'Eglise St.
Yves, Cite St. Martin, le Sa
Medl 16 Mal 1970 a 6h a.m.
une messe de Requiem pour
L1- repos de l'ame de 1eur
amd Georges.
Ce present avls tlent iieu
d'iovliatlon aux parents et
amis.


Le Qu6bec vote
(suite)
banter d'une magnifique n
victoire morale. ainsi que (
I'a declare son chef, M. Le-
vesque, apprenant les result
tats.
II faut 6galement souli- 1
gner la d6faite important v
du parti de 1'Union natio- q
nale, le part de M. Jean-
Jacques Bertrand. l'ancien 1I
premier nitnlstre de la pro 1
vince francophone. Celut- c
ci a accepted udemocratique- t
ment*Nsa defaite. I a dGcla 1
re, et c'est peut-atre la le- 1
gon A tirer de oes elections: P
< ple d'611re un gouverie-nent q
majoritaire. II l'a fait. Je
crois que c'est boo pour le r
Quebec.
LES RELATIONS
AVEC LA FRANCE
La question de l'evolution
des relations entire le Que-
bec et la France, a6 la suite
de ces r6sultats, est evidenm
ment' une question qui se
pose. A ce sujet, M: Trudeau
le premier ministry cana -
dien, a declare :
uJe pense que le gouver-
nement frangais aura peut-
etre tirer certaines conclu
sions du r6sultat de l'elec-
tion legislative provincial
du Quebec du 29 Avril. -
uJe ne penle pas, a dit M.
Trudeau, que le people du
Quebec ait vote pour un
parti qui alt montre la moin
dre velleit6 de chercher solt
un statut particuller, soit
une situation privilegiee
pour la province de Quebec
dans les relations interna-
tionalesa.
Quant M. Bourassa, in-
terroge sur ce mame probio
me, if a declare: eJe ne vols
pas pourquoi il n'y arait
pas d'excellents rapports on
tre la France et nous. J'ai
toujours ete personnelle-
ment tries attache a lt'exis-
tence de tels rapports avec
la France et je ne vois pas
pourquoi on ne pourralt pas
les maintenir tout en respee
tant les exigences d'un fede
ralisme souple*.
LES RESULTATS
DEFINITIFS
Liberaux: Sieges, 72; Sibges
obtenus en 1968, 51
Union national: Sieges, 16
Sieges obtenus en 1968, 55.
Ralliemerit crditiste (1) :
Sieges, 12; Sieges obteius
en 1968 -
Parti quebecois (2) : Sieges
7; Sieges obtenus en 1968, 0.
1) C'est la premier fois
que les crdditistes z, praseni
tent a une election non fe-
ddrale.
(2) Parti fonde en 1968.



Ephemerides


Haitiennes

11 MAI
1796.-' Antoine Chanlat
te est faith generall de briga
de par la-Commission Civi-
le compose de Giraud, Le-7
blanc, Raymond, Sontho-
nax et Roume.
Antoine Chanlatte, once
de Juste Chanlatte, a ete e-
levd en France. Il est arrived
a St. Domingue en 1792 a-
vec Ldveaux. Fait colonel
de la tegion de I'Ouest le
10 Fdvrier 1794 et general
de brigade le 11 Mai 1796.
Au course de la mdme annee,
il fut commandant de Jac-
mel et de St. Louis.
1796.- Cesar TFlemaque
arrive a St. Domidngue avec
Sonthonax, i'un des rmem-
bres de l'Agence.
Cdsar Teldmaque est nde
St. Pierre de la Iartinique,
en 1740. Fut affranchi en
1753, du fait de se trouver
Paris, sur le solde ta mdtro
pole. Peu aprde mion arivee
a St. Domingue, il ast r.om-
me Trdsorier a Port-de-
Paix. Deviert Juqe de Paix
du Cap en 1798.
Maire du Cap cn 'u801,
prend part pour Leclctc 0
l'arriveie de I'Expeddition.
Contrdleur 'de la Marine du
Dnedpartement d Nord en
1804. Meurt d Poit-.iu-Prir.
ce en Juillet 1808.
1853.- Arrive id Port-au-
Prince de Mgr. Scapau ietra,
ddlegud du Pape 1ou gouver
neent h 'aittien.
1980- Arrivae 0 la Capi-
tale de M. Munzentaler, noT
veaua charge d'Affatires d'Al-
lemagne qui vtent rempla-
cer provlsoirement M. Tim-
merer.
1888.- Mort 0 Port-au-
Prince de Michel Moleard
Monton, 0 I'age de 34 ans.
Come poete et come mu
stlden, il a excelled dans la
romance (I'Absence, Souve-
nir d'une vaseuase). Os-
wald Durand Ili dotl la mu
stque de Choucoune et Ald
blade Fleury Baurber celle
d'Anacaona,


-"~_i ~C -" -


llati et la Xe A
(suite)
nateriaux (Baneco) ou ecor
ee de feuille de bananier
Les Tamnboar-i de Sonetch-
;a et F.ruvlie). Geb deux oeu-
'res exprinment le lyrisme de
a mentality 6 haitienne tra
rers un poete. D'une techni-
que personnelle et. avancee
dans l'usage du material
'attiste degage une vibra-
tion par 1'emplol de tons
Lhoisis pour obtenir une vi-
iraticn de la surface. 11 est
e symbol, le prototype de
'artiste : spontanu, sincere,
pojrtart applique et inquiet.
Le Foyer des Arts Plasti-
ques espere qu'Harry Benja-
min obtiendra beaucoup d'ap
pr6ciations et mime du suc-
:cs a cette Xe Biennale.
Voici les artistes haitiens
at leurs oeuvres qui prirent
part a cette rencontre inter-
nationale de 1'Art :
1) Henry Benjamin (Rico-
ben), 1935 avec fibre v6getal
ou baneco
a) Les Tambours de So-
netchka, 1969, 38 x 57.
b) Erzulie, 1969, 38 x 40
2) Marie Denise Day 1944.
a 1'huile.
a) Viol, 1969, 43 x 63
b) Nedje, 1969, 43 x 63
A l'huile
3) William D6cilien 1948
Amour, amour quand tu
nous tiens, 1969, 52 x 62
4) Arntz Derose, 1934, a
1'huile
a) Amour, 1968, 32 x 52
b) Symphonie, 1969, 44 x 60
5) Rent Exume, 1926 a 1'hui-
le.
a) Musiciens, 1969 53 x 63
b) Joueurs de foot-ball,
1969, 53 x 63
6) Gerard Georges, 1929 a
l'huile
Le Maitre, 1969, 43 x 53
7) Wilson J.ollcoeur 1932
a) Valet, 1968, 35 x 76
b) Composition, 1969, 43 x
58 t. l1'huile.
8) Raymond i. Joseph 1931
69, 1969 53x63
9) Ion Laplerre
Combat de Coqs, I469, 50x60
10) Christiane Matiurin 1918
l'huile
a) Presence, 1969 54x79
b) Ecole sur le monde' 1969,
54x79
c) Fleurs de Sedudtion, 1969
42x52
11) Camille Saint Aude 1946
l 'huile
a). Vision, 1969 23x32
12) Phoenix St Hilaire
a l'huile
a) Danse macabre. 1969,
51x76
b) Maitresse Erzulie, 1969
42x63
Plusieurs peintures ont et6
reproduites en photos. Eu--
rent I'honneur de la repro-
duction les tableaux de Marie
Denise Day, Viol, de William
Decillen, A m o u r Amour
Quand Tu nous Tltes, de Re-
ne Exum6, Joueurs de Foot-
ball, et de Phoenix St Hilai-
re, Maitresse Erzulle.
Le tableau de G6rard Geor
ges a ete achet6.
A ce rendez-vous de l'Art
ofi seul ne joue que le talent
nos artistes ont 6te assez ap-
precits. Nous en avons eu l'6-
cho par une lettre qui nous
est venue de Sao Paulo.
Nous sommes heureux de
presenter nos plus vives et
sincires felicitations a nos
compatriotes qui ont porter
bien haut le prestige de la
pelnture haitienne.
"M. L.


Informations
Economiques
L'huile de Ricin source de
revenues
Nous portions a attention
des promoteurs et indus-
triels haitiens ainsi que I'I
DAI et du Ministre Andre
Theard l'lnformation suivan
te tree du World Reporte du 20 Avril
1970.
eQuand l'intOnet d'exporna
tion se porte vers des pro-
duits qui connaissent une ex
pension ne sous-estimez puas
l'huile de ricin.
Le Bresil le plus grand pro
ducteur mondial a export
en 1969 cent soixante douze
mille tonnes metriques. Chief
fre qui est bien au-dessus leu
plus grand chiffre atteint en
1965 soit 140.000 tonnes.
Les plus grands achetcura
de l'huile de ricin de prove-
nance bresilienne : Les Etats
UntIs, la France et la Hollan-
de.
L'usage principal de l'hui-
le de ricin de nos jours uest
plus en inmdecine mama bmce
dans l'industrie. L'huile a
son usage dans les lubri-
fiants synthetiques:la peintu
re, les matilres plastiques, le
cuir artificial, le savon, les
cosmetlques et l'encre a 1m-
primer.
Le prix payer pas molns
de $ 236 la tonne metrlque
nour -'huile de ricin Bedsl.
-lien.


AIGLE NOI --
(Suite)
vra upe lutte terrible i Cok
mar. .
Entin international. Phi
llippe Vorbe, r6cemment vie
time 4'une dechirare muscu
laire ne tenantt pas si pla-
ce dans !a formiLtion dim Ti
gre.
LA TACTIQUE DES
DEUX EQUIPES
L'entraineur Michel e-
rette n'apporta pasIde gran
des modifications a s"-n sys
theme de jeu habituel. L'Al-
gle Noir joua done le 4-2-4
avec une permutation con-
tinuelle entire les 4 atta-
quants. Tom Pouce joua as- -
sez souvenft en retralt pour
dejouer son garde de corps.
Enfin, l'alier gauche Inter-
national Guy Frangois 6tant
toujours tras ,dangereux,
Plantin le sulvit done-com-
me son ombre et ne fit pas
come d'habitude ses mon-
tees offensives..
L'entralneur Delpeche, ru
sO, a toujours quelque chose
de special apporter. Alix
Paul Rock etalt charge,
quand 1'6quipe defEndait
de neutraliser Tom Pouce;
il le suivit done partout. Ce-
la diminualt le potential of
fensit de 1'equipe. Aussi a-
pres la pause, cette tacti-
que fut abandonnee au pri-
fit d'un 4-2-4 assez elasti-
que. .
LE MATCH
II fut joue sous le signed
de l'engagement physique
total, d'une debauche d'O-
nergie a tous les instants.
De longues passes en pro-
fondeur, des rorps a corps
a vous clouer sur votre fau-.
teuil, tout ceci ne manqua
pas au couirs de cette par-
tie plaisante i bien des 6-
gards. La ltre mi-temps
tout come le match en gk
neral fut parfaitement equi
libra. Toutefois, on nota une
legere domination de 'Ai-
gle en lere periode at un
renversement de situation
en faveur du Tigre en.secon
de.
Chacune des deux equi-
pes s e cre66rent de' multi-
ples occasions, les plus net-
tes A 'actif -du Violette: A
la lOe. minute, Guy Fran-
cois, A la suite d'un exploit
personnel, servit lumineuse
ment Georges qui au term
d'une course-poursulte tira
dans les nuages alors qu'll
n'y a eu que Piquant en fa
ce de lui.
L'Aigle rendit le coup par
Tom Pouce qui mystifia Ger
-main mals echoua sur un
Jn. Joseph des grands jours.
Aux environs de la 22e.
minute, le Violette reprit
son ascendant; a la suite
d'un joli movement ala
base de passes longues et
precises auquel prirent
part Daly, Antoine, Fran-
gois, Joel, Georges rata une
occasion en or en tirant net
tement au dessus.
En some, ce fut un-
match A replique: 69e. mni.
Tom-Pouce des 18 m itres,
tire puissamment; le por-
'tier Philogene repuiusse sur
Germain son arriere-gait -
che qui le fusille. La tite de
Jn. Joseph sauve le tigre de
cette situation perilleus-.
AVant cette action, les 2
equipes avaient realise deux
buts, justement annulds par
l'arbitre Paul Joseph pour
hors-jeu.
La fin de la parties fut
completement a l'avatbage
du. Violette.
Guy Frangois, a deux doiges
du coup de sifflet final, ra-
ta le but du match.-
LE CORPS ARBITRAL
Arbitre: Paul Joseph assis-
'te d'Albert Pierre-Louis, et
de Fritz Saintellus.
LES 2 FORMATIONS
AIGLE NOIR : Piquant, An
dre, Cockmar, Ducoste F.
Andre, Alexis puis Belony,
Argelus, S. St. Vil, Guillau-
me, Desir, Jn. Louis.
Entralneur : Nerette
VIOLETTE : Philogene, Pier
re Marie, Lahens, Jn. Jo-
seph, Germain, Paul-Rock,
Bayonne, Dely, Antoine,
Georges, Francois.
Entraineur: Delpeche.

Messe de Prise
ua famille du regrettu Al-
beric Berthoumnieux fera
chanter une Messe de prise
de deuil pour le repos de son
ame le Mercredi 13 Mai en
course 0 6 h. a.m. en 1'Eglise
St. Pierre de Pdflon-Ville.
Cette annonee tent lieu din
vitatilon aux parents et amis

Messe de Requiem
II sera chante en l'Eglise
du Sacre-Coeur de Turgeau
le mercredi 20 Mal 1970 0 6
heures 45 A.M. une messe de
requiem d'annlversaire pour
le repos de l'frme de Jean E.
Etheard "
Le present avis tient lieu
d'invltatlon aol parents et
amis du regretted defunt,


AU CAPITOL
DU LUNDI 11 AU MERCREDI 13 MAI
A 6 Hres. A 8 Hres, 30

Le premier film de la Selection
GERBE IVOR STEVE Mc. QUEEN








( I


S Le Meilleur Policier Amgricain
I depuis Vingt ans
ROBERT CHAZAL-FRANCE-SOIR


Voili un Ecellent aPoliciers eBULLITT)
est passionnant. Un film 6 voir
PA RIS MA TCH

SEntree : G. 3.00 et G. 5.00


- iZI ~-~Y I~C*rI~ iY~I -I -gli~


___ _ ____ __ ___ ___ __ _______


- -- --------------- ------ ---- -T -- --'- - - - -- -- CL


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs