Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06741
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 9, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06741
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




LE PLS AVNCiEN D'HATTI,
S. Nmbi e N 1I90

Okcwet ,ewmteu- a* Chef :
LUC/EN MON TA S

Administraeur : M'-- MAX CHAU&ET


S- i
MEMBRE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE


Adresem: Rps u CENTRE



PORT-AU-PRINCE (HATI/)


B'OITE POSTAL : 1316
"'u


No 2807 75m A2


SAMEDI 9 ET DIMANCHE 10 MAI 1970


Paris, le 27 Avril 1370
Son Excellence
Dr. Frangois DUVALIER
President a Vie
de la Republique.
PALAIS NATIONAL
Port-au-Prince
HAITI.
Monsieur le Prdsident a Vie,
Aprds mon tdlegramme
d'hier, je tiens 4 coeur & ex
primer a Votre Excellence
le sentiment de patriotique
reprobation soulevde dans le
coeur des vrais Haitiens d'i
ci par l'acte ddmentiel du
petit group de mutins, qui
une fois de plus visait d
mettre en pdril la sdcurite
de l'Etat, et d compromet-
tre l'oeuvre de Renovation
National si patiemment, si
apostoliquement poursuivi.
Devant les nombreuses et
graves difficultds de aous
ordres que confrontent ac-
tuelement les gouverne-
ments dtmocratiques du
monde enter, personnel d6-
sormais n'ignore que, flat-
tant les ambitions perfides
de tous ceux que tracasse
la hantise du Pouvoir, les
doctrinaires et les hommes
d'oeuvre du marxisme-ldni
nisme, aussi bien que ceux
d'uin maoisme non moins vi
rulent, font tout pour trans
former les pays des quatrf=
continents en autant de
Tchtcoslovaquies don't ils
confieraient les rdnes illu-
soires a des pantins don't ilt
tirerdient les ficelles, pour
les dcraser ensuite, a la
moindre vellditd d'une even
tuelle reprise de conscience.
La honte est sur eux, Mon
sieur le President a Vie, qui
aves compris, et qui pre-
chez depuis toujours, que Za
terre d'Haiti, encore rouge
du sang de ses hMros -t de
ses martyrs, ne saurait sup
porter d'etre livre par I'in-
qualitfabje dtgenearescen -
ce de certain deases fus a
la rouge vassalittd d'un cole
nialisme iddologique plus
dangereux encore parce
que pernicieux que celut
auque nos corps furent as-
servis, mats que jamais n'ac
cepterent nos esprits et
nos coeurs.
Le Dieu des Nations et
nos dieux d'Afrique sont
avec Vous, Excellenc'. A-


C'est pour les parjures des
Garde-Cstes d'Haiti, ces tenants
du crime et de la honte, une vs-
ritable course l1'6rentement,
car ne disposant ni de reliance ni
de politiqua de rechange, Ia ont
eeay6 du terrorism, de I'anar-
chie qui veut le chaos. Toutes
lea formulas de violence ont tW
uttlistes. Le Gouvernement ne
s'alarme' ni ne s'inquikte de ces
col&res qui se retournent centre
leurs auteurs ni de ce retours
au disordre qui est la dernire
chance des causes perdues. De-
cid6ment, certain haitiens refu-
sent de changer; tis refusent de
naltre ila clart6 et quand ils
l'lnvoquent, c'est malgr6 eux,
c'est par d6sespoir, parce que
leur tmyopie politique leur suffit
et ils saluent l'obscuritd avec en
thousiasme. Depuis tantft trei-
ze aans, des assauts ont tW livr6,.
Chaque annie apporte une re-
crudescence d'hostilit6, d'irrtduc
tibilit6 comme si sle Gouverne-
munt lgislatif de la Nation n'a-
vait pas le droit d'exister et
d'exercer le pouvoir que lui a
confr6 1'acrasante majority des
voix 6lectorales du 22 Septem-
bre 1951. Non, il nest pas
vrai que, pour itre acceptable,
il faille trafiquer et transiger.
Non, il n'est pas vrai qu'il nest
de dignity que cell qui eat men
dine ou qui est jetie par piti.
Non, il n'est pas vrai qu'il nest
de pensfie ou de justice que celle
qui consacre lea privileges.
Or, si depuis trejze ans, la
seule riponse la reconcilia-
tion, l'unit6 national, c'est le
geste de provocation, la violence
L main armne. la .multiplication
dee complots, les menaces ouver-
tea, le d&fi, absolu & tout, de IS
part des assoifis du pouvoir
n'est ce pas que, pour eux, il
n'y a de place que pour le, ca-
tastrophes ? Le fanatisme de l'ei
rear a difoarm,, les homes; i
en a fait une monstrueuse 'machi
no de guerre, une serie de pro


vec nous aussi, soudds au-
tour de Vous en un indes-
tructible faisceau d'Amour,
de Patriotisme et de ddvoue
ment.
Trns respectueusement V6
tre:
Pierre MAYARD
FACULTY DE DROIT
ET DES SCIENCES
ECONOMIQUES
Port-au-Prince, le 30 Avril
1970
Son Excellence
Dr. Francois DUVALIER
President a Vie
de la Rdpublique
PALAIS NATIONAL.-
L'acte innommable per-
pdtrd centre le pays par
ceux qui, par vocation, sont
appelds, en touted circons-
tances, a le defendre, a sou
levt l'indignation gdndrate.
Aux heures douloureuses et
tragiques qu'a connues la Na
tion pendant les tristes
journdes des 24 et 25 Avril
en course, Vous avez sent
vibrer tous les resorts de
Votre Coeur de Patriote ir-
rtductible et, pleinement
imbu de Vos responsabilitts
de Chef constitutionnel,
Vous aves compris que I'ob
jectif de ces mercenaires
d'un nouveau genre visit d
saper l'oeuvre de rdgdndrar
tion social et dconomique
si laborieusement entrepri
se et poursuivie par Votre
Gouvernement et a laquel-
le Vous ne cesses de consa-
crer le meilleur de Vous-md
me. Aussi d letr folle aven-
ture, Vou's avez su oppose
cette lucidity d'esprit, ee
sang-froWa et ce courage in-
domptable qui sont les ca-
ractedristiques d'un v r a i
Chef. Et c'est grdce a ces
qualitds que Vous Vous ties
assure une iapide victoire
sur les ennemis le la Pa-
trie. Hommage Vous soit
_rena ,,. excellence.
Veuilte agrder, Monsieur
le President i Vie, avec les
respectueux sentiments du
Doyen et de la Facultd, Lex
pression de notre enter de-
vouement d Votre Personne
et d Votre Politique.
Dr. Herve BOYER
Doyen de [a Faculte
de Droit et des
Sciences Econoimiques


jectiles aveugles, don't la fone-
tion essentielle est de d6truire,
d6truire le Gouvernement qui a
change une sociftt anachronique
en un mot, qui a arrebI la deca-
dence dans laquelle eertain s s'-
taient installs et a arrach6 les
pourritures pour que la vie re-
fleurisse plus belle, detruire lea
homes courageux et fiddles A
leurs origins l'exemple de
leur Leader; d6truire lea inatitu
tions qui symbolisent le progris
et sur lesquels repose touted mar
che en avant; d6truire les id eos,
les faits, tous lesa aignes sensi-
bles d'une renaissance irr6sisti-
ble, en d'autres terms, arriver
a la nouvelle table rase et subs-
tituer a 1'histoire igalisatrice
qui s'acrit les dogmes et les ta-
(Suite page 6 colonne 8)


(Spdcial et en exclusivitt au Nouvelliste)


Biographies de

personnlites Francaises

M. FRANCOIS LHERMITTE


M. Frangois Lhermiitte, pro
fesseur de neurologic et neu
ropychologie & la Faculti de
MWdecine de Paris, est n6 9.
Paris le 4 Mars 1921. Fils du
Mgdecin Jean Lhermitte,
minembre de l'Academie de
Modecine, Ai fit ses etudes se
condaires au Lycee Condor-
cet et ses etudes de medecine
a Paris. Apr9s avoir pris une
part active t la Resistance,
il s'engage en 1944 dans !a
1~re Armn6e frangaica comme
Mdet.ln d'un bataillon de
Tirailleurs algtriens. I1 rece-
vra la Croix de guerre (4 ci-
tations), la mddaille de la Re
sistancc et la Lfgion d'Hon-
neur a titre militaire.
(Voir suite page 2 )



JlYS t -a nes


L'Art et la Vie Politique
PASSIVITE ET CREATION
Les vtritables consomma-
teurs d'une Litterature Na-
tionale talent si peu enatio
naux qu'lls entendaient
trts peu la voix des ,6cri -
vains. Cette miinoritl ne pou
vait vraiment inspire que le
dccouragement a deux qui a
valent entrepris d'enrichir
la Literature. Peut-6tre n'a
valent-ils que cette tchappa
toire de la quality pulsqu'a
c6te de la faible consomma-
tion locale, l'Etranger impo-
salt ses Classiques. C'est
done A la lumitre de ces mal
tres que 'on jugealt nos fat
bles efforts. Ceux qui au-
raient 1'avantage de servir,
n'en avalent pas les moyens.
De plus ceux qui pouvalent
volontiers quelques ouvra -
ges, talent pour la plupart
presses par d'autres besoins


Le luxe et lactivite f6brile,
la course vers l'argent, ne
laissaient pour information
intellectuelle qu'un temps
restraint ou n'en laissaient
point du tout. Savoir lire et
ecrire pourtant, n'est pas sa
voir comprendre. C'est pour-
quoi, en grande partie, le pu
blic letter a contribute plus
que tout autre a la persistan
ce du eRomantilsme. Nos
auteurs se surpassaient pour
arriver la perfection d'un
Lamartine et d'un Hugo,
pour se voir cites avec or-
gueil dans certain Salons au
course des receptions de qua-
litd. On pouvait alors se de-
mander ou s'interroger sur
1'a c t i o n don't le Reo
mantilsme Haittens pou -
vait se vanter. Les ouvrages
ont beau 6tre reduits a des
brochures, les poemes, pu-


Depuis le, Premier Mai, LE
NOUVELLISTE affirmed da-
vantage son prestigieux D6-
canat sur la Presse Haltien-
ne, en entrant dans sa Soi-
xante Quinzieme Annte.

Sur les Fonts Baptismaux.-
C'est que les codnpatriotes
les plus illustres de l'6poque
Pont tenu sur les fonts bap-
tismaux tels : Oswald Du-
rand le barde national, don't
l'esprit fusait plus que ja-
mais dans le plein eclat de
sa verse cinquantaine; touted
une pleiade de jeunes, Louis
Boutin originaire de St Marc,
petit-fils de Thomas Ma-
diou, qui s'en revenait de
France le front ceint d,'s lau
riers du Parnasse; Henri
Chauvet, que ses posies, ses
vivants rtcits des tournoes
du president Hyppolite et sur
tout son 6mouvant drame


blics dans les revues et les
journaux, pouvait on ctre
str de leur success?
Ces mimes journaux rela-
tent parfois des desenchan-
tements d'un public devant
une oeuvre annonc6e et at-
tendue avec inqui6tude.Mais
ces echos pouvalent encore
restreindre le petit nombre
de lecteurs pulsque le culte
de 1'indivlduel devenait de
plus en plus pousst. xAujour
d'hui en Haiti... ce prejug6
consist en ceci, un mul&-
tre, absolument ignorant et
ne poss6dant que ses deufx
mains pour tout capital, de
par la couleur de sa peau, se
figure, quelquefois tre un
individu sup6rieur ou mieux
qu'un noir pur qui serait doc
teur en M6decine a la Facul
td de Paris. (L. J. Janvier;
Les Affalres d'Halti (1884).
(Voir suite page 4)


ala fille du Kacik, avaient
mis au premeir rang de F'in-
tellectualit6 haitienne et qui
disposait de l'imRrimerie 16-
guee par son. ptrT; Guillau-
me Ch1raquit, entr6 tri jeu,
ne & l'Imprimerie Nationale,
6tait devenu un sptcialiste
dansa 1'laboration, la pr6pa-
ration, 'organisation d'un
journal; Fleury F6qulire jeu
he economiste, home de
lettres, originaire du Petit
Trou de Nippes, 'un des plus
brillants 616ves de la mission
universitaire frangalse de
1880-1887e appelt 4 briller
de 1905 a 1910 dans cette vi
ve pol6mique qui opposa les
generations -d'hier &. cells
du present sur la formation
des haitiens de demain;Paul
(Voir suite page 4)


Le Sommaire du No 2


Un manifestant barbu lance une grenade a gaz la
crimogdne centre la police lors des chocs entire des
centaines d'dtudiants surle campus de l'Universitd
de Bekerley. Californie et des agents de police


La Cie. des Tabacs <
II Faut) nous renseigne


Monsieur Lucien Montas
Directeur et Rddacteur
en Chef du Quotidien
a:LE NOVVELLISTEs
, Port-au-Prince
Monsieur le Directeur,
Nous nous referons 4 l'ar
ticld intituld aRARETE DE
CIGARETTES>, paru dans
votre intdressant Quotidien
des Jeudi 7 et Vendredz 8
Mai 1970.
En rdponse, et dans le
but de renseigner vos lec-
teurs et notre aimable clien
tele, nous tenons a prdci-
ser ce qui suit:


1) Par suite de circons-
tances inddpendantes de no
tre vdolntt, l'exptdition des
dernitres importations de
tabac destined d la fabrica-
tion de nos cigarettes a su-
bi un contre-temps.
Elles devaient ttre initia-
lement embarqudes a board
du M'V JOHNNY EYX-
PRESS> qui a quittd Miatni
le 25 Avril sans toutefois a-
voir charge de marchandi-
ses d, destination de Port-
au-Prince. En fait, elles ont
ftd exptdides par le M/V
aRIBERHUS*, qui est arrtiv
(Suite page 5. col. 3)


L'Ing6nieur Jean Vorbe est
part pour les Etats-Unis
hier irin. 11 sejournerafa
Miami oti, pendant a peu
prbs une huitaine. il s'ocCu-
pera d'affaires.


Son ensemble feaille mor-

te lul allait a iavir. ,-ur sa ja
quette, tranchait le rose sou
tenu de son avantagenx ja-
bot. Seule une artiste pein-
tre pouvait obtenir une tell
harmonies dans sa toilette.
L'aimable et fort jolie Gerda
Delalen a pris l'avion hie"
martin, a destination du Ca-
niada. Gerda, qui fait de la
peinture moderne, a suivi
pendant quatre ans dos
course l'Acadnmic des Benux
Arts de Port-au-Frince. 1.'-
iAgante voyageuse se propo-
se de visiter des mus4es et
des galleries d'art. sile profi-
tera de son sejour 11-has
pour apprendre a nicux conn
naitre les Canadiens.


Hier matin, est arrivee au
pays Madame Digna Delga-
do. A I'aerogare, elle a et6
accueillie par Ramon Delga-
do, son mari, et par i'Indus-
triel Serge Bazin. Rmnon Del
gado, inspecteur du DE6iarte
ment de 1'Agriculture de., E-
tats-Unis, est dans no,: enurs
depuis une quinzair-e de
jours environ, et sojourners
parmi nous pendant deux
mois. Il control la fumiga-
tion dcs fruits que nous ex-
portons.
XX X
Monsieur Robert Nadal est
arrive a 1'aeroport en coup
de vent. D6tendu et aima-
ble en idepit de la course con
tre la montre qu'il semble
inenen continuellement, i1 se
hAta avec lenteur, et eut le
temps de remplir ses dernis
res fo'malit ts,de voyage. II
s'est rendu, A Paris. 11 y pas-
sera quelques jours dans la
compagnie de sa femme et
(Suite page 6 col. 1)


Offensive Vietcong au Vietnam Tactique

Nord-Vietnamienne au Cambodge


OFFENSIVE
NORD-VIETNAMIENNE
SAIGON (AFP).
Une offensive de grande
envergure nord-vietnamien-
ne et vietcong sous forme
d'attentats terrorists ur-
bains et de harcelement des
positions americaines et
sud-vietnamiennes a et6 d6
clenchee depuis trois jours
sur le front Nord du Sud-
Vietnam.
LA TACTIQUE DES
NORD-VIETNAMIENS
ET VIETCONG AU
CAMBODGE
SAIGON (AFP).
II est evident que les viet
cong et les nord-vietna -
miens avaient prevu les of
fensives americano-sud-viet
narniennes centre leurs
sanctuaires du Cambodge
et ont commence a se re-
plier & l'int6rleur du terri-


toire khmer afin de dispa-
raitre dans la, nature, ad-
met-on a present dans les
milieux mflitaires de Sal-
gon. La tactique de 1'enne-
ml est claire: il ne veut pas
se battle. Il ne veut pas--er
dre ses hommes alors qu'ii
salt qu'il est en train de
perdre ses depots de muni-
tions, d'armes et de ravitall
element. I1 mene done une
action d'arrilre-garde, mais
le gros de ses troupes a rtus
si 6 s'tchapper, dtclare-t-
on de mime source.
C'est l'interrogatoire de
prisonniers et I'analyse de
documents saisis depuls le
debut de I'offensive qui orn
permits aux officers des ser
vices de renseignements a-
m6ricains de determiner a-
vec certitude que, plusieurs
jours avant la penetration
amtricaine dans le secteur
de l'Hamecon, notamment,


La Conference de Presse de Nixon


WASHINGTON (AFP)
Le President Nixon a d6-
ciart vendredi soir au to.ini
d'une Conference de press
A la Maison Blanche que
bien qu'il fut prcoccnp. ,:ar
la vagae de protestation na-
tionale au sujet de3 develop
pements de la situation en
Indochine, *il 6tait persuade
que son initiative allait re-
duire la dure du lia guerre,
diminuer les pertes et cervir
la cause d'une palx just. Le
President Nixon a galement
declarn vendreim i, sr (1u'il
n'6tait pas surprise de 'linten
slt6 des protestations centre
l'intervention amtricaine au
Cambodge. J'ai pris ma d6ci
sion, a-t-il ajoute, pour la
raison mime qui suscite ces
protestations. Je connais le
sentiment que les protesta-


taires ressentent, a-t-il pour
suivi. Le r6sultat de ba dcii
sion, selon M. Nixon, sura de
raccourcir la duree dr. la
guerre et de ramener 150.000
homes aux Etats Unis, d'a
pris les plans prtvus. Le Pr6
sident a rappele quilo avtit
annonc6 a 1'avance qu'il
prendrait les himcurc'. appro
prices s'll estimaii que les ac
tivites de 1'ennemi risqualei't
de placer les quelque 240.000
GIS dans une position into-
lerable. C'est seulement a-
pros avoir examine en d9Iail
tousles aspects de la situa-
tion en Indochli. qu'll a f.
nalement d6cid6 une inter-
vention au Cambodge, a-t.-il
dit. Le President a dclart
cue les Etats Unis n'allalent
pas & la revolution. I1 -a re-
connu pour les opposants le


droit d'ayoir une opinion dif-
ferente. II a ajout6 qu'll a-
vait permits aux manifes-
tants qui se rtuniront Wa
shington samedi de se ras-
sembler su r 1'ellipse de la
Maison Blanche, et, a-t-il
dit, je pourral entendtre t)it
ce qui se passe. R6pondant A
une question, le President Ni
on a d6clar6 que la dMlega-
tion americaine & la confe-
rence de la paix A Paris, par
ticiperait A la stance pr6eue
pour la semaine prochaine.
Le President a indiquei que
si les nord vietnamiens ca,
yalent une force massive de
250.000 a. 300.000 hommines 9
travers la zone dmlUlitarisae,
11 ne laisserait certainement
pas les soldats atmericaIns se
faire massacrer. II a cepen-
(suite page 6 colonne 6)


les vietcong avaient d6jai
commence a disparaitre
pour tviter 1'enregistre
lent.
Selon les milieux diploma
tiques allies, les forces du
Front National de Libera-
tion auralent regu comme
instruction de s'cnfoncer A9
l'inttrieur du Cambodge,
non pas uniquement pour 6-
chapper a la destruction.
mais aussi pour entrainer

COIN DE LA PENSEE HAITIEK


d e r r i e r e eux les a-
m 6 r i c a i n s ce qu'
est la doctrine de Mao
Ts6-toung qui est mise en
application, a d6clar6 un di
plomate. Cette p6nttrationi
des amiricains a la suite de
l'adversaire devait favoriser
le d6veloppement de la guer
re rnvolutionnaire.
On estime cependant dans
(Suite page 6 col. 8)


Editorial
MEMOIRES ORIGINAUX
C',nsCde t aionlia sLr 'le pro-
t'eme de 1'ad6nome postati-
que dans le service d'Urolo-
gie : Dr Roger Valme.
Le Problime de 1'Ictere
Neo 'Natal en" Ilaiti : Dr
Clermont Laroche.
A propos de la Papillo -
Sphinct6rotomie : Dr Anto-
ny Let0qre.
L'Allergie, et Quelques-Uns
de ses problems : Dr Ge-
rard Boyer.
v Contribution a l'Etude et
au traitement ides luxations
traumatiques r6centes de la
rotule : Dr Roland Guillau-
me.
Le Traitement'Chirtirgical


Haiti Volleyball et
I'anniversaire du
.Nouvelliste.
De Henry Chauvet et Guil
laume Cheraquit a Lucier
Montas en passant par une
lignde d'hommes prestigieux
probes et perspicaces, le Not
velliste' acquis la notorid-
td d'etre un journal ouveri
a toutes les nobles iddes ei
un ddfenseur de la colledtiv
te. Franchi le cap de ses 7f
ans d'existence, il demeur
un phare avantd et ldelair
de ses mille feux le people
qu'il forme et informed dt
son mieux.
Nous en prenons occasion
de son anniversaire pour sot
halter a toute la brillante t-
quipe du Nouvelliste, nos
meilleurs souhatts.


de la Tuberculose pulmonai-
re : Dr Franck L6preau jr.
Les Centres de R6cup6ra-
tion .Nutritionnelle en Haiti:
Dr Htnec Titus.
L'Infarctus du Myocarde
est-il frequent en Haiti ? :
Dr Gerard Pierre.
R6flexions autour d'une E-
pid6mie de Malaria a la Cite
Simone 0. Duvalier 1ire Var
reux : Drs V. R. Joseph -
F. Milord G. Nelkon. t
La Prevention du TUt6nos
des Nouveu-Nes : Dr Warren
Bergren.
La Tuberculose de 1'En-
fant au Sanatorium de Port-
au-Prince : Dr Gerard Dsil
Presentation d'un cas di
Prostatectomie transv6sicalc
compliqute d'un syndrome
hsmorragique : Dr' DcatrE
Mirville.
Un copieux numero qi
vient enrichir la bibliothi
que scientifique haitienne.


457 Universites
en greve aux USA
L'Association Nationale a
, Etudiants a annonc6 vyr
' dredi A Washington, qi
437 des 1.500 Universites
etablissements d'enseigne
t ment Superieur 6taiei
i maintenant en grtve ou fb
i ms en signed de protpsta
e tion centre l'interventic
e militaire amtricaine E
0 Cambodge et la mort di
e quatre tudiants de 1'Univ,
sit6 de Kent (Ohio).


Nominations dans
le Nord'Ouest
De nouvelles nomination
ont et fates dans le Nor(
Ouest par S.E. l'Honorab
Dr. Franqois Duvaller:
Me. Alexis GARCON, Pref
de l'Arrondissement de Po
de-Pail, Me. Ferdinand A
TOINE, Commissaire (
Gouvernement prns le Ti
bunal -Civil de Port-de-Pa
M. Htribert Leand;,. Dire
teur du Bureau de la Li
gie du Tabac a Port-c
Paix.
L'installation de ces grar
fonctionnaires, represer
tants de 1'Ex6cutif dans
Nord'Ouest, a eu lieu sol(
nellement le mardi 5 r
dernier, a Port-de-Paix,
presence d'une nombrei
assistance.

FOOTBALL
L'Allemagne Fcdtrale
battu l'Irlande du Nord 1
2-1.

Enlevement de
I'Attache N-val
au Cap
"LE CAP (AFP).
Un porte-parole du Co
sulat General des Etats
nis au Cap a declarn ce ni
tin que le lieutenant-col
nel Limbach a disparu 1d
soir apres avoir quitt6 si
bureau 'du Consulat. L'ala
me, a ajouto le porte-par
le, a 6te donn6e immmdtat
ment.
(Suite page 6 col. 3)


- Dimanche 10 Ma 1970 5 h 7 h et 9 h


X SYTHPHATRNE REgPR I




LA SYMPHONIC DES HEROS


Entree Gdes 2.50

Rtservee Gdes 4.00


. .. ..~ .-..1~ ;. .~.~-_,, L~~r.~ ... .'r ,=ku .*,:-lr .Li~r~~~ar~t~-


Les TTmoignages


d'Attachement

au President Duvalier


La 75eme Annee du


a Nouvelliste >>

La maunifique syntheSe du Jour.


d


MYOPIE POLITIQUE

Par Georges J. FIGARO


Le Romantisme en Haiti
La Vie Intellectuelle: 1804 1915
Par : G6rald Dorval
Jacquelin Dol6
Jean Miotel Casthkly


~ i~ / ~~ :~~~- -- '-~~ST~ ` ~~7 T'-` -~ -"~-T-I~~;-~~~~ I-- ~-- --~ -- ~~L~. ~----i~-7T--~?~~~~~3~_C~-- ~~--~*-l-----FI-;~--~.-i~-r--~--- _~__LI__ ~~- I~~CT7-I~-PI----~C-4;lll--I.. ~-I~-.. .~;-I_~--r-__~_n._s~_r_~7 -*7~. i -l~~y__r.. --





No 28.074


756me ANNEE


r
e





PAoG I

AVIS


La Secret-lrerle d'Etat du
Commerce et de l'Industrie
avlse le Public en gdn6ral
et le Commerce en partiou-
lier quo la Commission Con-
sultative institute par le dd-
cret-lol du 13 Mars 19863 sur
Its Industries Nouvelles dans
son Rapport du ler Avrll
1970 a agr66 une demand
pr6scnt6e le 19 Janvler 1969
patr Monsieur Patrick Blan-
chet pour une entreprise de
fabrication de Jouets de tou
tes sortes, robes 'de poupeas
pour 1'exportation et a dL-
cid6 d'accorder a cette en-
treprise les b6n6fices- et a-
vantages du d6cret-loi du
13 Mars 1963 sur les Indus-
tries Nouvelles.
En consequence la fran-
chise douanlire lul est ac-
cordde sur les matleres pre-
mieres suivantes :
MATIERES
PREMIERES.
Tissus coupes sur measure de
toutes sortes, toutes les cou-
leurs imprimes ou unis. .
Plastique en couleur dfja
coup suivant patron
Matires 8. rembourrer;: re-
jet de coton, styrofoam,
foam rubber, rejets d'ac6ta
te et de polyfoam.
Boltes pliantes imprimoes
Oeillets et boites -.a muslque
Yeux en plastique transpa-
rents et colors
Tiges en fer recouvertes de
plastique ou de paper cou-
pies sur measure
Figures ou tetes en vinyl ou
en plastique durcl.
Etiquettes non fabriqu6es en
Haiti
Attaches pour fixer les yeux
en metal ou en plastique
Dentelle, ric-rac, rubans de
coton ou de sole de diff6-
rentes dimensions et cou-
leurs en rouleaux servant a
la confection des robes de
poupees
Fleurs artificielles, franges,
cordelets, biais en coton ou
en soie, boutons, l1astiques
entrant dans la confection
des robes pour les jouets.
Patrons pour la confection
des jouets
Fil a coudre de quality sp6
ciale en nylon et autres
MACHINES &
EQUIPMENT.
100 machines a coudre &.
point iLock* avec tables et


moteurs
5 machines A rembourrer
5 machines A monster les
oelUets
5 machines a monter les bou
tons
5 machines 8 taller
1 compressepr d'alr
5 presses a taller
25 blocks couper ou dies,
100 lampes pour machines
, coudre spdclales
Aiguilles pour machines A.
FI1 coudre'de quallt6 spd-
clale en nylon et autres
Agrafet
Candtte- pous machines
Courroles pour machines en
rouleaux
Places de rechange pour ma
chines 8 coudre
Oeillets pour yeux des
jouets
Rivets pour fixer les yeux
Paper gomm6 renforcd pour
emballage
Boltes en carton avec fend-
tres en plastique pour em-
balllage des jouets
Ventilateurs sur pleds pour
industries.
Par .ailleurs 1'entreprise
de Monsieur Patrick Blan-
chet devra se conformer
aux dispositions des arti-
cles 24, 25, 26 et 27 du d6-
cret-lol du 13 Mars 1963.
Port-au-Prince, le 15 Avril
1970.
Dr. Lebert JEAN-PIERRE
Secretaire d'Etat


Remerciements
Les frires et-soeurs, les
neveux et nieces de la re-
grettie Rhea Cadet enlevie
8 leur, affectloni- remer-
cient les parents de- Jacmel,
de la Capitale et d'autres vil
les de province de la sympa
thie qu'ils leur ont t6moi-
ghee en cette douloureuse
circonstances et les print
de recevoir leur profonde
gratitude.
Jacmel, le 5 Mai 1970.

A VENDRE

Une Voiture VW Station
Wagon en bon itat, ModIle
1969 5600 miles seulement
Peut 6tre vue sur rendez-
vous.
S'adresser par 6crit a Dr.
Harold May
P. 0. Box 2213 B
Port-au-Pce, Haiti.
xxx


EdJDULIBN 9A1a=TT DZKAUUHR----- illa~ MAt 1970


Bio (rapSuite de e
lSuit ole la lire page)


Interne des hOpitaux de
Paris en 1944. M6daille
d'or des hopItaux en 1949,
11 devlent chci do clinique
et assistant des hopitaux,
puis midecin des hopitaux
de Paris (1954) et profes-
seur agr6g6 de neuropschi-
atrle (1955). Depuls 1960,
11 est chef de service de
neurologic 8 1'hopltal de la
Salpetriure et depuis 1962
professeur de neurologle et
neuropsychologle a la Fa-
cult6 de midecine de Paris.
Il est officer de la Lagion
et commander de 1'Ordre
d'or du Ptrou.
. Ses recherches portent
sur trols domaines princi-,
paux: la sclirose en pla-
ques et les leuco-enc6pha-
lites, les accidents vascu-
laires du cerveau et la neu
ropsychologle. II s'efforce
de divelopper cette dernii-
re discipline qui, a travers
les d6sorganisations des ac-
tivit6s supirieures du sys-
t6me nerveux language per
ceptions, m6moire, intelli-
gence), a pour but d'appro
fondir la connaissance des
micanlsmes du cerveau.
Il est l'auteur de plus de
200 publications scientifi-
ques et a prdsent6 des rap-
ports A de nombreux con-


Jeune a 40 ans








eLa vie commence A 40 ans"
dit un vieil adage.
C'et vrai ui vous ecartez tou-
te possibilitO de constipation ou
tout commencement de Rhumatis
me en pregnant les petits compri-
mis de G. S. Tablettes ou les
W. L. tablettes, ou encore le fa-
meux Brooklax laxatif.
Ne 'oubliez pas : G.S. Tablet
tes ou W. L. Tablettes ou Brook
lax, l'incomparable et agr6able
laxatif en tablettes de chocolate.
En vente dans toutes Pharma-
cies.


grbs mondlaux el, reunions
Internationales do neurolo-
gle. II a collaborE divers
tralt6s de mddecine et eat
l'auteur d'un ouvrage sur
les leuco-enc6phalltes (Flam
marion, 1950),
II est membre de nom-
breuses socid.ts savantes
parmi, .llesquelles la Socltt
frangaise de-. neurologic, la
Soclfti midicale des hOpi-
taux de Paris, 'American
Neurological Associatiorl, la
Socit6A de neuropsychiatrie
et de medecine 16gale du
Pdrou.
Tres attachI au d6velop-
pement de la profession m6
dicale, il fait parties deg or-
ganismes de recherche
(CNRS, INSERM) et siege
au Haut-comltt de la Sdecu
rit6 sociile.
II est marid et son pouse,
Frangoise Gargon, fille de
Maitre Maurice Garcon de
1'Acaddmie Frangalse, lui a
donnA 4 enfants.


I


A MAG
,(BALdXB C
Satnll 1 6 h
a tlee "Fartl
DE'l DBaBl

REQUIEM P
Enl oe Gdes.
DI ianche 10
Dimanche 6. 3
RINGO AU 'PI
-Entree 3 h. -
5'h. 7 h. et
Odes. 2.00 et

CENTRE
AUDI']
Samedi 7 h
LES TETES
Entrie Gde,
Dimanche b.
TEXAS JIM
Entree Gdes.

DRIVE
Samedi A 7
LE CID
Entrie 1 dol
Dimanche A!
LE DETECT
Entree : $
Lundi a 7 h.
MEDECIN P
Entree : $ 1


DANS N# CINEMtAS


IC CINE
L.IMATISBE) -
. 15 et 8 h. 15
* 1
DAIRES
I ..
tie :
OUR GRINGO
1.20 et 2.50
Mat
I 5 -'7 et 9h.
?ISTOLET D'OR
- des. 1.50-2150
9 h.


S Dmanche a 4 6 et 8 Hres
LA BATAILLE DE LA
CULTUCREL VALLEET DU DISABLE
OKlIUM Entree Ode. 1.00
.' Lundi a 6 H. et 8 Hres. 15
BRULEES LA CHARGE DE LA 8Mme
1.50 BRIGADE
5 H. et 7 H. Entr6e Ode. 1.00

2.00 -CIO LY A
Samedi (En P&maaence)
INLE JUDOKA AGENT
IN CINm SECRET
h. et 9 h. Entree Gde. 1.00 "
lar Par Voiture Dimanche En permanence
OPERATION TONNERRE
5 h. 7 h. et 9 h Entrde Gded. .Q,
IVE
1.50 1ar volt CHE


et 9 h.
POUR FEMMES
1.00 par voiture


AVEC

LA



Mort aux Rats



EN BOULETTES



GIBBONS


OUEL QUE $o1 1

LE RAT


IL PERIRA


AU CAPITAL.
Samedi & 6 h. et 8 h. 80
LE RENARD
Entr6o Gdes. 2.50 at 4.00
Dlleanche & 6 h. et 8 h.
BULLIT
Entrie Gdes, 2.50 et 4.00 -4


D -muohe en permanence
L'MOUR
Entr6e Gde. 1.00

CINE PALACE
Samedi 6 h. et 8 h. 15
WANTED -
Entree Gde. 1.00


Samedi & 6 h..-St'b8 h. .
En l4re Partie:
TABOU COMBO
En 26me Parte:
JOE CALIGULA
Entr6e Gdes. 2.00 et 2.50
Dimanche A ,3, H. P. ,M.
PLUS FEROtSE QUJE LEB
MALES
Entree Gde. 1.00
A 5 H. 7 H. et 9 H.
L'HOMME QUI VENAIT
DE CANYON CITY,
Entree Odes. 2.50 et 4.00


Entbree Uloes. i.5u u e .u


CIWC SE MGAL
Dimanche.. hres. ,
UN MKRCENAPiE RESTE
A TRACER '
Entree Gde. 0.60, 1.00 et 1.50
A 5 H, 7 H. et.9 H.
LE CARNAVAL DES
TRUANDS I
Entree lg50, 2gdes. et 2g50


Lundi & 6 H. et 8 H. P.M. Lundli 6 H. 16 et 8 H. 15
OPERATION TONNERRE TA .FLLP DES TARTARES
Entr6e Gdes. 1.60 et 2.60 Entr6e 0g60, lgde. et lg50


Sainedi j b h. et 8 h. 15 A a
En 21re Partie :
SHUPA-$HUPA
OPERATION 67
Entr4e Gdes 1.50 et 3.00
Dimanche h 5 hres. 7 hres. -
et 9 hres. Programme du Lundi 11 au Samedi 16 MAI
3 PISTOLETS z V Cne
CONTRE CESAR C -9OljtSZ votre Conseirn :
Entr6e Gdesa -A2-et 4.00 LUNDI.............. 8h. a 1h. ia MAISON YVES MORAILLE
CIAE IB MARDI............ h.1h. MASON YVES MORAILLE'
SamediA6IL. 15 eL 8Ah JEUDI............. 2 h. a 6 h. p.m. i EXPRESS MARRET
GRINGO "OUE ET GAGNE
Entr6e Gde. 1.00 VENDREDI.......2 h. 6 h. p.m.A EXPRESS MARKET
Dimanche A 5 hi, 7, h. et.9, h 2 DEMONSTRATION tous les jourA s.! rendez-vous
GRI13 ,3 JOUE ET GAGNE A CASA POMPADOUR
Entr6e Gde. 1.00 Apaisez la soif de Votre Visae...Avc ,S Dew
NTP MNASS { de HELENA RUBINSTEIN
Sam 86h.16et8h. -.^ 3^%^ W h


LES LONGS'-JOUVS
DE. LA VENGEANCE
Entree Gde. 1.00
Dimninche 5h, 7 h et 9 h.
LES LONGS JOURS DE LA
VENGEANCE
Entree Gde, 1,,0

De Luxe Auto Cint
Samedi A 7 h. et 9 h.,
7 SECONDS EN ENFER
Entree 1 dollar Par Voiture
Dimanche A, 7 h. et 9.h,
LES PERLES GREUQUES
Entree Gdes. 3.00 par personnel


AIRPORT CIN
Samedi A 6 h. 80 et 8 h. 30 -
BAJO EL CIELO DE MEXICO
Entree Gde. 0.60 et 1.00
Dimanche & 6 h. 30 et 8 h. 30
HISTOIRE D'UN GRAND
AMOUR
Efitr6e Gdes. 1.50 et 2.50
Lundi & 6 H. 30 *et 8,H. 30
ROCAMBOLE CONTRiE LA
SEET_ DE L'ESCORPION
Entr6e Gde. 0.60 e4t 1.00-


EiliLE CN -
PETION-VILLE
Samedi i 6 h. et 8 h. 30
PELIGRO
Entree Gdes. 1.50 et 2.50
Dilnnche. & 6 h 30 et 8 h 30
FR4N1ENTEIN CREA LA
FEMME
Entree Gdes, 2.00 et 3.00
Lundi A 6 H. 30 et 8 H. 30
H 0 M BR E
Entr6e Gdes. 1.20 et 2.00


Avez-vous rencontre Miss OVALTINE? A-t-elle frappe a votre porte? VouS a-telle remis Gdes 15.00?

Ceci est arrive d des centaines de consommateurs d'OVALTNE et tout ce qu'ils ont eu & faire a Wti de lui faire voir une bette d'OVALTINE en service



.. Les GIailtk diu 2, 3, 4 et t 6 Mal 1970 sent les suivants :





IN E 2. Mme Guillaume Vaval 5. Melle. Claudette Antoi /
GAGNANTS 14, Babiole ne 242, Lalue 8.-Mme. Rochener Damour
ttOVALTINE)) 3. Mr. Aboud Daccarret 6. Melle. Jessie Magloire 20, Ruelle Vilmenay
6, Babiole 2, Ave, N 9. Mile. Odette Camille 3
2 Mai 1970 4. Melle Bernadette Ulys 7. Mme. Prdvoyant Fran bis, Bois-Verna
1. Mme Raoul Bastien 3 se 23, Babiole Cots 21, Abe. N 10. Ve. Antoine Wain -
bis, Canapd-Vert 5. Mme Ernest Desrou 8. Mme Jacques Honorat wright 42, Bois-Verna
2. Mlle Danielle Nicolas leaux Babiole 84, Ave. N
/5 7, Canapd-Vert 6. Mr. Claude Cyrille Ba- 9.-M'me Lucia Dubourg 14,
3. Mile Ninotte Ganthier biole Ave. N
..*e ,22, Canapd-Vert 7. -- Mme Victor Michel 546, 10. Mme. Ldon Beaulieu
4. Mme Lucienne Cajoux Arcachon 12, Ave. N GAGNANTS 43
26, Canapd-Vert 8. Melle Marie Carmel lOVALTINE; -
5. Mme Franck Thimo Molidre 33, Arcachon
thde 36, Canapd-Vert 9. Mr. Georges Blanc 3, 6 Mai 1970
6. Mme. Edith Lambert Arcachon
Canapd-Vert 10. Mr. Jean Michel Arca GAGNANTS
.. .. 7. Mme. Ferdinand Edou chon 1.' Mme Gaston Morand
rd 25 Canapd-VertI 2, Ave. Ducoste

MISS OVIITIN9 1I ItSIIER VO1 00U"aRII +._ ,+o+ .- oIl 5
-W,,, -' Louis Canapd-Vert Ave. Christophe
monnrez Imon a brte. 9.- Mme Metellus Charles 3.- Me~le Claudine Marcel
m Z n lt0- .j->i e 0 C Canaptd-Vet StA i b GAGNANTS 1. Mme Anastar Belin 97, 17, Ave. Chrintophe
10. Bois-Verna 4.- Mlle. Luce Stoddard 39,
M. i0 l Me ee Roger St-Alin OVALTN e eMarie Florence Ave. ,

visite Votire piT "I t 4 Mai 1970 PailVtre 5. Mme .lean Dallemand
S75, Bos-Verna 40, Ave. Christophe
elle vous reme ttera NEm 3. mme D_ Te. ..6.. -.a. ._ Mile +g.ute L. e t o.
1 O .,1.-Melle Lucie Lalanne 83, 65, Bois-Verna 67, Ave. Christophe
h G .. Te GAGNANTS Lalue 4.-Mme. Anna O'Callaghan 7. Mme. Ldon Molse 72,
Surm Foo ,,,E -, ,,2. Mlle Marie-Josd Jn-Mi 9, Ave. du Travail Ave. Christophe
Supreme Foo l q< ... I. A i;Beverage 3 Mai 1970 3. Melle Simone Alexis son 4, Ave. du Travail Rue 5
comdir.twFC 21 ,. 2 Lalve 6. Mine Max Thomas 23, 9. Mine. Gilbert Lautrent
M il,,i Eg4 Mr. Paul Oracla 225, Rueile Vilmenay 3, Ave. du Chili
1. Mme Jean Bartoli Lalit.e 7.-M. Marc Brutus 30, Ruel 10. Mme Lionel Lajote 8,






Ces heur'euxt jaghants jouissen lt Ce monehtnt de leir prix en argent abinst que de la force, de la santi et de l'Mnergie que leur procure l'OVALTINE.
8 Donc, soyez a recevoir MilA OVALT -E... Ce sera peut4re vole tour demain.

.... .. ... .. .. ., ++.+= ... ,:, ..... "_ +._)+ ::,, ..+ '.'.- : LT A. .


_ I


" LJiU LLISTBa


a~n~0"kFu't~unrtilE :'Z(1~MAT 1970


I


D


a S h. e5 8 h. 15
inA lire Patit :

SL i PT N HORS-LA-LOI
Entrim Gdo. 1.50
Dimabbe. b.7. t 9h
LA BYMPHONIM DEB
Entree Gdes. 2.50 et 4.00


-- Lundi & 6 H. et 8 H. 15
AU LE CHAT ROQUE LES
ed 8.O6 8. ,D0 25.0. .




SAMEDI 9 ~r DIMANCHE 10 MAX 1970 4L3 NOUVELIABTUa FAa. 'I


DU MOIS DE MAI, C'EST


Steve Mac Queen

qui vous l'offrira.

A partir du 10 Mai et jusqu'a la- fin du mois


presentera


quelques-uns des


plus grands sucees de


ou vous verrez une poursuite en auto compa-
rable, icrit la Critique & la claCbre course de
chars de BEN HUR.
LES SEPT MERCENAIRES


un film ant-raciste' qu retrace l'acharnement
d'un fils a venger les tortures subies par sa mi-
re, une Indienne, don't des bandits se vantent d'a-
voir tanner la peau.


Steve Mac


i4A CANNONIERE DU YANG TS9


QUEEN


Dans une Chine en pleine revolte, Steve Mac
QUEEN, sur le < gloire.


C'est grdce d ce film que' Steve Mac QUEEN
entoure de Yul BRYNNER-Eli WALLACH,
Charles BRONSON, notamment est deve"u
du jour au lendemain la vedette prefiree de
touted l'Amirique.


a


BULLIT


NEVADA SMITH


--~-- sm.7~qA ss~ ~ e~---aa ~g-(sab~a;n- RI9B -- a*- -i-~aa a~ ra. Ir^-


PAOG


SAMIKDI 9 ET DIMANOBHE 10 MAI 1970










PAG 4 eU OUNUT-


SAlMEDI 9 ET DMANCHE 10 MM I


Le Romantisme en Haiti
(Suit* do I lAre page)


L'Intollectuel so tourne a-
lors vers l'Etranger, recher-
che des consdcrations extd-
ricures lin d'un public qu
11 Juge peu enthouslaste. A-
lurs, lorsqul l'Acadtd.nil
Francalse ou une revue de
Cuba ou de la Guadeloupe
parlaient en terms 1lo-
gioux de nos- ecrivains, Us
avatent drolt de cLte dans
les coeurs mals on ne les
connaissalt que peu par
leurs oeuvre e Cest ce qui
prove que notre romantis
me,, meme quand 11 multi
pile ses appeals patriotiques.
n'a exerc6 aucune action
que n'ait rev6 pour son
profit elitee dirigeante. Ses
Valeurs etaient plus econo-
miques que spirituelles. Par
lera-r-on d'un prejug2 7
SL2s diplrmes donnent le
drolt de parler, d'crire, de
gouverner sans avoir le soin
d'aller confer tous les se-
crets du gouvernement i
des strangers qui ridiculi-
sent et difnament le pays
en France, en Angleterre
ou dans les Colonies de ces
deux controls. (L. J. Jan-
Vier, cLes Constitutions
d'Haitl.i P. 514)
Ce prbjuge ne fait qu'aug
center la filvre de la cru-
ture et du savor. C'est la
personnamit q de I'crirvain
.meme qui eat discutle et la
plupart du temps, donnera-
t-i l'impression d'entrer
dans le jeu pour ne pas per
cre ae son prestige? i vegL
ta le plus souvent amere -
ment et. ne serait le secours
de l'Etat qui, m ame dans
les disgraces politiques. a
encore la main large, il ter
minerait ses ours dans la
plus noire misdre. Le people
passait a cbtr, les lettres
faisaient de me et ecrc n'6
talent que des soupirs qui
duniaient toute fonctiqo a
un barde qui avait peut-
mtre faith I'honneur du pays.
Par ailleurs, l'ecrivain ou
le poute, s'il n'atteint pas la
cdlnbrite en publiant dans
les journaux, arrive a college
tionner des suffrages par
un autre biais. Nos compost
teurs en musique, deman-
dent souvent a certain d'en
tre eux d'ecrire certaines
pieces.
C'est ainsi que dans les
reunions mondaines, on en
tend malgr6 soi les rimes
des nromancess de tel ou tel
de nos compatriots. Corn-
me la niusique a ce .carac-
tire qu'elle fixe dans l'es -
prit surtout lorsqu'elle est
rlpltle plusieurs fois one
meme soiree, par les mot
qui sous-tendent, son filtre
magique en a la chance de
s'entendre sur bien des LL-
vres. Mais on aura vite fait
d'oublier et le compositeur
et l1'crivain.
Voilu une ame re reallte
de nos lettres! Voila la con
dition qui tue l'oeuvre d'art
au lieu de participer ou de
cooplrer a sa creation. Et
meme dans certaines pro -
vinces nagutre florissantes
en dilettantes, on se volt en
vahi par les nlcessit6s pra-
tiques, on oubli le temps
des meditations et des heu
res h e u r e us e s que
pr o c u re une oeuvre
onationalea. Pour remedier
cet itat de choses. 'lcri-
vain ne pouvait gutre s'I-
lever plus haut qu'a certain
badinages et l linit par re
garder ses moeurs pour en
faire des tcroquis, Jittral-
res. Et come les blagues
dlrident, on est bien obligl
d'emporter quelques feuil-
lets avec sol, meme pour ri
re a ses propres d6nens.
xxx
LA VIE POLITIQUE
EXTERIEURE ET
NOS ECRIVAINS
a) Les Campagnes anti-
racistes.
Les idles en vogue at une
6poque donnee entrent en
llgne de compete dans la for
mation de la pensee d'un
people. Les esclaves de St.
Domingue ont glanl dans
les champs d'idles lilbra-
les frangaises de 1789. 1]
semble que chaque tentati-
ve des pays strangers pour
occuper militairement no-
tre pays engendre des mou-
vements littlraires oh l'ac'-
cent pathltique de nos Icri
vains atteint son point cul-
minant. Onze ans aprls Foc
t r o i de l'Indlpendance



Les Bai


Blondie


e

s
s


ij


d'Haiti par le Rol dharles
X, dclOt sous notre clel la
pliade depotes, tells Corlo
(an Ard Uln, Ignace Nau
etc... Les Interventions di-
plimatliques injustes, les
campagnes de d6nirtement
auxquels dtalt en butte Hai-
ti aux environs des annees
1860-1903 ont slnon crie, du
mions formed ce que nos lit
torateurs appellenti L'Eco-
le Patriotique avec Colcoui.
Del plus l'occupation amrl-
caine' de 1915 n'a-t-elle pas
dit l'un des ferments do
l'Indlgenisme. Les proDa-
gandes antlracistes, antina-
tionales orchesress et lan
cdes par les pays 6trangers
dans le but davillr la race
Noire et recoloniser notre
pays, ont alerted l'opinlon
National et arrachs e la
plupart de nos ecrivains des
eris imouvants. Us sont 1-
gion ces intellectuals hal-
liens qul ont IlevI la voix
centre l'action dlgradante
menle par 1'Etranger. JVous
dites qu'il n'est plus. le
pays de nos pnres.
Et que notre Race, une au-
tre l'absorbera?
L'influx d'un sang nouveau
rohez nous vous dlsespnre
Vous pensez que le feuo n-
gre ici s'iteindra?
Vous croyez en danger V'd-
me chantante noire
L'Illgance mtisse et l'ar-
deur sacatia?
(Constantin Mayard)
Certains intellectuals corn
me Louis Joseph Janvier,


An6mies sunpmers,
dprimms,
convalescents !
La gelke royale d'abefilles, source
de jeunesse et de santl vous re-
donnera la joie de vivre...
Faites une cure de miel royal,
superaliment A la base de g16el
royale fralche, cientifIpIDlMin
dosa6 et prepare danm lea labors-
toires du plus grand Rauchr de
la Region Parisiene : Notre -
Dame de Grac-.
Montfort Sur Argon.
(Var) FRANCE
Ce merv"eilleox super alimeni
est en ven0e dans lea Pharmacies
sosthine Gelfrard at Mont-Car-
me, et toutes, lea Pharmacia


Banque Nationale

de la Republique d'Haiti


Banque de 1'Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compete de Cheques a la Banque Nationale


Demeavar Delorme et Ante
nor Firmin ont lance des
campagnes qui ddbordent
le simple nationallasme. Con
tre les denigreurs de touted
sortes, les contempteurs du
pays et de la Race, ces
thdorlclens ont levld la voix.
Dans des oeuvres msatres-
ses comme De 1' lEgalltd des
Races Humalnes*, Firmin
s'attacha A rdfuter les pre-
tendues doctrines qui attrl
bualent a la Race Noire.
l'inferlorit. Et ce n'est pas
la moindre de leurs actions
pour restituer A l'Humanis-
me son sens profound et con
tribuer 6a la Paix Universel
le.
b) Les menles Impnrialistes
D'une maniure genlrale,
Haiti a v6cu au course du
monde tiraill6e de toutes
parts, sans aide et sans sou
tien dans un cl!mat de trac-
tations internationales avilis
santes. Drs le d6but, les in-
formations nous venaient a-
vec un retard d sesperant et
mime a la foundation de
l'Abeille Haytlenne,, en de-
hors de ce qui nous touchait
directement nous ignorions
a peu pris les dItails de !a
Dolitislue mondlale. Sans dou
te, pendant toute la pdriode
d'aprls l'indspendance, line
nous Itait possible de commu
quer qu'avee certaines An-
tilles et 1 l'Amrique ou, la
Grand Bretagne. La Ruptu-
re des Relations avec l'an-
cienne mtrople ne nous ap-
portait plus dans les cables
des cargo francais certain
journ'ux de I'Europe. Que
savions-nous des coalitions,
d'un Blocus continental, des
determinations des Grandes
Puissances ? Notre disette
d'informations etalt si pro-
bante que nous nous don-.
nions routes les points du
monde a tenir ur pled de
guerre l'armee la plus puis-
s'-nto id'Am4elnue (ures de
40.000 hommes)i. alors cue
nous Itions exempts de tout
dinner immIdlat Blivar e-
tait-il rentre ei Haiti ? C'6-
tait blen' rocc'sion nour
nosns dte savoir meo d'autres
frl'eg mensa.ent le dur com-
bOt s-e ,,i.R'I avions mnen6
pour la Libert6.
Nos Icrivains, alors ne pou
talent trouver mieux qu'a se


AVIS

Les A M P C 0 peuvent tre achets


aux addresses suivantes


A PORT-AU-PRINCE Mie. Robert Gaetjens

Lalue

Coles' Market

Lalue

Boulangerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalines


A PETION VILE Maison Rigaud
Rue Panam6ricaine

Delmas Market
Autoroute Delmas

Luce Chatelain
Rue Toussaint Louverture






ades Dessinees du Nouvelliste




E, LACOLPAGNIEODESTELE. I"' ET SITU ME DONNES 34 NOU-. A 8 If Ut d TE L
ROE PHONES HOUSE REBOUMRS A VEAUX FRANCS, JE POUR PHONE $'OCCUPE OE SES tO
EV SIX NOUVEAUk RAl ACHETER UN PRE AF
PEAU CHE LA-.

SVOILETTE.
X-


representer I'ardexhr de iou
velles 4popdes. Peut-6tre a-
vions nous resseAtil un peu
d'amour propre bless quandh
nous ne IhAmes pas invites 6&
la premiere reunion des E-
tats Libres d'Amdrlque' a Pa
nama ? Le sentiment de no
tre grandeur. ne se trouvait
pas pour le molns antanti.
C'est Ianxild de touted cette
pnriode ou les Nations les
plus proches de nous pour
nous tendre une main fra-
ternelle s'alliaient pour nous
andantir, qui a faith turner
sl vivement nos Lettres'vers
le movement lyrique fran-
qats. Car des Smes que han
talent encore blei d'aptres
iniul tudes, les,--crivains de
notre premiere vague roman
tique, avaien t 'ouvl un apal
segment illusoire quand la
France reconnut notre Indl-
pendanbe au prix d'une lour
de Indemnity. La frlquenta-
tion de nos ports par des ba-
bteux de l'ancienne Mdtropo
le et de la Royale Malle, sus
cita l'intensification de no-
tre vie litternire. Ainst, nous
savions, du moins la minori
tU lettree, ce qui se passalt
ailleurs et meme plus prOs
de nous. Nos journaux et pd-
riodinues amlnagecient des
colonnes d'informations 6-
trangbres et nous nous sen-
tions mains isolfs. C'est ata-
si aue l'Intellectuel en con-
tact avec los iddes- et los me
nles des uns et-des autres
se sentit one mission sacrle,
- rele d'litoerOrter pour les
autres et de prendre position
b Vl'on.rlon. Plus tard done,
pendant la guerre de Sces
sion aux Etats Unis, nous a-
vions poussi nos recrimina-
tions centre la discrimina-
tion 'raciale, a I'dgal des na
tlons euroolennes dans un
esprit pourtant qu'elles I-
taient loin de soupgonner.
Nous. pactioluiS pour la con
edition de la Race. Et depuis
que les bruits de ces violen-
ces nous arivaient, nos Icri
vans ne manquaient jamais
demotion pour les traduire.
Mais la gangue oh etait four
ree la nation s'affirmait
trop. Nous avions toujours
combattu pour un ideal hu-
manitaire au risque de deve
nir une cible pour )es nations
Impnrialistes. C'est ainsique
la doctrine de Monroe avait
suscitl un rare enthousias-
me pannis certain de nos
penseurs. eL'Amtrique aux
Amfricains., c'ltat le cas
de nous ddfaire a Jamais des
vislcs dee j'ImpUenalisme eu-
rooDen. L'intervention de la
France pendant la cruise Es-
oagnole en Amlrioue du Sud
ne pouviIt 'trt' otue repous-
see es. nous Itions du c6te
de l'Amtriaue a n'en pas dou
ter. Mais ouand nous avions
cormnris lea inconvlnipnts de
cette doctrine discut6e par
nos plus 6minents juristes.


Glrard DORVAL
J. DOLCE
J. M. CASTHELY.


LA CREME

STILLMAN'S
POUR LES TACGIH


N- do / rutoiw)

end la peau

bien plus claire
*n tsemeIse 4 maine d
M 0ETHODN BURIB ET ANS DANGER
Plus de 75 millions de Pots
ont ete vendus
dans le monde enter
La SECRET DE BEAUTY d millions
de frnmse dsno toutaa slm parties du monde
auis deaient un, peau plui claim at plus
aeloutre sridea n la Cre n StIilman's.
Loraqu'ole B 5t appliqu chasque soir, Ia
Crame. Stillman'a eol.ret i taint t voua
don. unse compleion belle a t radiuemse dna
joulement 4 sajaine.. Vou m asr. me
Teills de Is transformation op6rsa n vous.
onemes qkiod A.m parties as ombr dSlpae
&itront peau pe u P po fail plao unna
pesu tellement plus olaires at plius lHmpdld
L'excellent Savon StilIman's
Zsa.yesa s.i le Savon Stillman'sl Ce savo
loux et delicatement parfums nettoia e.
auplit 5. pemt. II eat ideal pour enlet-r
Ia Creme Stillman. . tset At aul ua
Baron de Beaut6 ratraichissant pour IS

En vcete dans tous les
lIngnsiss et pharmacies


NIKON
CANON
MAMIY!
ASAHI I
OLYMPU
TOP COD
LENT
APPA
PROJ
FLAS
ALBI
EN EXC


SLa 75eme Annee du

<< Nouvelliste >>
(Suite deola lore page)


nouj nuus summer trouvls 6- Andreoll un i
tels entire la Race.et la Andmeur frntiq
Nation. Alots note r6proba- mait tout en
tion s'lelsd.. O routes art s. mad Jour cems
Et nous n'etions pas seuls a plus banals.
veiller, du raoths' cux que le lu" ls
sort avail jets a-s 1es mL- qine Ascension
mes destines que. notre pays
faisalent-ils urnpie garde Continum'lle.-
pour que i pha re .vance de
l'Amtrlque ne puot somber Ave de tels
dans les tcinibies. Et mime success ne pou
au Sonat Amvricaln, nous d(o cun doute. Le
vons encore une dinre chan- tenatl bientst
delle a Charles Sumner d'a- des nouvelles
voir repousse pour notre sa- la Compagnie
lut un project d'Annexion de Cables, des I'll
la R apublique Dominicaine. celle-cl dans I
dEchapple de la lutte des ar prsidence de
mes, Haiti entire dans la cri- Sam, polarisar
tique de l'opinion pullque, rtni par seos in
et cen'a oas etl la moindre pides rnot.amn
de ses luttes. Avec elle y en Guerres des Bo
Lra la race noire. Ses moln- amlricaine, ru
dre falts et geste Iurent sou se, italo tu
mis h5 une inspection minu- kans, la press
tieuse, ese moindres actes Guerre, metta
grossis montrueusement. Ahl! union pubLique
Ce n'est pas qu'aux moindres contact perrima
de ses incartadesles nations tualit internal
euroniennes rogues et farou un moment bi
ches ,. 1'gard de ce petit neu gissait encore.
ple plac6 sur la sellette Jronlme Salo
n'alent pas brutalement me- au journal tou
nace souvent de Vi'craser siasme et en d
sous leurs bottles. le rldoeteur c
Pensez done, Itre la seule
A porter le fardeau de toute ,q P ,BOr/
une race! Sans conseils, sans i CA]
soutien, avec los seuls princli
pes d'un esclavage abrutis-
sant, la nation hsilenne, en -I
face d'autres nations a' os '
sldaient des slecles d'ltudes
et de civilisation, s'est crsc e,
s'est imuosde et a v6cu
ouand meme. La race noire
doit etre Areconnaissante .
Haiti rien que seulement d'a
voir vIr.u-, (Orulo Lara dep
la Gu-deloupe. fcit. in -ti
Litt6raire et Sociale P. 1331)
I ire la suite la semaine pro
chaine).


rangais, un ri-
tue qui exprl-
vers, les falts
lea sujet. sL.




s parrains,, lI
vait fair au-
Nouvelliste. ob
le monoj:o:e
diffusees ar
Frangaisc des
istallation de
e pays sous la
Tirdsias Simon
it ainsi 1'lnt6-
i[ormnations ra-
ienit ;tLr les
oirs, hispano -
Sso japonai-
rque, des Bal-
niere Grande
nt ainsi l'opi-
haitienne en
snent avec 1'ac
rationale c-, S.
t la radic va-

mn'on apperta
st son enthou-
devint'bien vite
;n chne tandis


MERAS 8 ACCESSORIES


..", 4P' i











KONICA
MINOX
A BAUER .
'ENTHAX RICOH
uS POLAROID
N BINOCULAIRES
rILLES INTERCHANGEABLES
LREILS A FILMER
ECTEURS SUPER 8
EHS ELECTRONIQUE? /)
UMS DE PHOTOS
LUSIVITE A LITTLE EUROPE I


que Semexant Rouzier, us-
qiu' sas isurt, y tdonnalt des
chronique1 hlistoriques,c des
biographies blen fouillees.
Quand notre pays iequt Ia.
gifle de I'Occspation Am6ri-
caine, une nouveile g6nfra-
lion vint prendre Ia relive a-
vec Ernest G. Chauvet, FrI-
doric Duvlgneaud et Leon La
leau et une 6quipe de jeunes
rldacteurs "ou brillaient Fe-
lix Courtois, Leopold Pinchi-
nat et les regretlds C. Coi-
cou, Ed. Chenet.
Par la suite, Marceau Dd-
sinor succedait "a ces der-
niers tandis qu'a 1'adminis-
tration et a la direction des
ateliers Chrysostoma Beau-
brun remplaqait Virgile Val-
cin.
Des InnovatiOns.-
-Le Numero de Noel consti-
tua l'un des plus heureuses
innovations de ce quotidierf,
ou firent leurs debuts de
journalists, tant de jcunes
appeals domain a percer
dans les lettres, les arts, la
politique* notamment le plus
illustre dc tous, devenu S. E.


ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Chers clients,

Nous avons l'avantage de vous announcer le nouvel itineraire de la ALM
ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI LM 978


Miami
P-au-Pce
P-au-Pce
Arubar
Aruba
Curacao


Dp :
Ar :
Dp.:
Ar:
Dp:
Ar:


..5.55..pm
6.40 pm
7.15 pm
9.30 pm
10.00 pm
10.25 pm


JEUDI LM 977


Curacao
Aruba
Aruba
P-au-Pce
P-au-Pce
Miami


9.05 pm
9.30 am
10.00 am
10.15 am
10.50 am
12.35 am


- A* ALM
^ ALME


Pour toutes autres informations voyez votre agence de voyage.


40 db 460 do 460 d1b4p
-- - - - - - - - - - - - do dp 4010 40 me - - -- op dp do dp 4p 40


lk-- -- ---- ~-~ - '- -- -- -- -i


- - - - . . . .j~Li~s


PAGB 4


Am NOUVNKlbur -


-- 1. ..


le President a Vie de la R6-
publique, le br 'Francois Du-
valler.
Et au fil de la m6moire,
comment ne pas se rappeler
Yvan Jeannot, Max Duval,
qul ne sont plus.
Une .nouvelle generation
se prlsentalt pour la relive
aver Piesre Chauvet, Ma-
Chauivet patti, lilas trop
tIt pour l'au-del. Ce der-
nier, assists d'un rddacteur
en chef .Ac.tif et dlvoul,-Lu-
cien Montas, abonnait le
journal aux services de 1'A-
gence France Presse, de FlIn
beronatirnar News Press Servi
ce, des mots crols6s, des ban
des de dessins (serial), ren-
dant ainsi le journal plus at-
trayant et maintenant Plint
ret des lecteurs et des annon
ceurs.
Depuis la mort du regret-
t6 Max Chauvtt, le nouveau.
Directeurt M. Lucien Mon-
tas, n'a pas delndrit6 de ses
devanciers et continue dans
]a ligne tracee par les fonda-
teurs.
Mine Janine Max Clfauvet
assume de sun cM6t 1'admlnis
traction avec la collaboration
dlvouee de M. Ularence Pier-
re-Pierre.
Ce sont tous ces souvenirs
qui nous reviennent en foul
a la mlmoire au moment ots
le Doyen de la Presse TTai-
tienne LE NOUVELLISTE at
teint cet age si v6nlrable,
tout en gardant sa verdeur,
la jeunesse de sa presenta-
lion, de .son stlIe, son carac
tire original, son pfstige
sur les lecteurs, son audien-
ce a travers le pays, son al-
lant remarkable, sa ---sure.
cette aureole que les ..e con
firment certes, mais quoe cosI
tribuent encore a assurer
son P cif Directeur, M. Li;-
tipn Montas, s,.n sauinc de
redacteurs, de coliabora-.
teurs, le personnel conspe-
tent de ses ateliers.
C'st dins ces sentinerit,
(ue nous doinuons une aclo"
lade fraternelle a n,,i cli-
gues du Nouvelliste et leur
nriressons nos 'souhaitb d'Arl
Multos et Feiicissinos An-
nos. car ces noces de dia-
m a nt d'un auotidic,s 1:liit ie)
ennstituent un-motif de fier-
tIi pour toute la Preise Na-
tinnale.









RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862
-


VOTRE KORO$CQPE
P6 r Fr'anvue6 D rake


~~4g~IJ~4oq u~v Ujour do votre anxtiversifra
of wow .rm~irooye'. I" porepsetives quo v~u
flftrder~ocsisl4l~parrwiou riaerv4.
%LJ? IJOVVELI.STEi
LUNDi 11 MA! i970


A2, MARS AU 20 AVRIL
EjLIER): Vous pouvez etre
ussi discret qu'un murmu-
: un antidote centre la me
nvolle. Ddveloppez c e s
mx caractfristiques. RUdut
a au minimumm la iarge
erredir et sdivez vote Ins-
ration.
21 AVAIL AU 21 MAI:
lAURIEA): Vehans, faVora-
e, stinu'le vos qualitds et
es dons. Vous siussiiez bril
nent. Laissez toujoijrs
tverte la porte aux possibi-
As.
22 MAI Al, 21 JUIN :
.EMEAUX). Vous pouvez
,ire de cettle journee un
cces. Bien entendu, veillez
ne pas employer des m6 -
[odes dangereuses ou deoS
ocdes irritants. Flair et
n sens.
22 JUIN AU 23 JUILLET:
iANCER): Chassez le mA -
ntentemenl el le doute.
!s inmperfections? Coriigkz-
; d'urgence. Pas de bavar-
ges, de temps perdu, d'ac-
in deotdofonee. Regardez
oil devant vous.
Z4 JUILET AU 23 ABOUT:
ION): Influences agrea -
s nais votre coopiration
I indispensable. Resolvez
s pr-oblemes chacun a leur
r, avi-c efficacitd et con -
,ice: c'est un mdlange ga-
ant.
U4 ABOUT AU 23 SEPTEM-
AE: VERGEGE: Bonne
trnue pour agir. Pour rivi-
vos projects, vos m6tho -
Attention auxan dpenses
temps, d'argent et de for-

14 SEPTEMBRE AU 23 OC
IBRE (BALANCE): La con



Luiourd'hui

)IN DE L'HUMOUR
EU
Un nouveau client va voir
Smdecin. Le m6decin
usculte.
- Qu'est-ce que vous pra-
uiez come sport? demand
! le m6decin, apres avoir
gard6 les chevilles de son
ent, couvertes de bleus.
uotball? Rugby?
- Non, bridge. Seulement,
aque fois que je fais une
usse announce, ma femme
le signal sous la table.


jonction vous met ens-arde
centre 1'instabilltC, centre
des associations faibles ou dA
cevantes, centre l'lndiffdren
ce qui vous minerait A la con
fusion.
24 OCTOBRE AU 22 NO p
VEMBRE (SCORPION): Mars
stimule vdtre personnalit. *
Servez vous en poir mon-
ter et pour aider. De nouvel-
les iddes peuvent se prdsen-
ter. Acceptez ce qui parait o
gique, pas seulement ce qui
siduit.
23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE; (SAGITTAIRE):
Tout ne tournera pas couime
prevu mais il ne faut pas
pour'autant faiblir dans vo-
tre &e'-tcrminnation d'attein -
dre vos objectifs. Rythme A -
gal, bonnm volonte,, routine
sans complication..
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE)): Los
buts et les mithodes ont be-
soin d'etre studies de pros
pour d'eventuelles erreurs de
pens6e ou de conception.
Continuez a itre aussi came
que possible. Aiguisez votre
Iinesse.
21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Journie
occup6e mais vous avez l'in-
telligence necessaire pour
vous frayer une bonne rou-
te .Ne vous suiinenz pas et
ne brulez pas la proverbiale
chandelle par les deux bouts.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Taches inache
vees? Completez les avant 1
de vous lancer dans une acti
vit6 nouvelle. Diverses situa-
tions exigeront de l'atten -
tion. Cholissez le rythme
qui convient et soyez ordon- s
n.
SI VOUS ETES NE AU -
$OURD'HU.: Vous avez beau
coup de diversity, de brioa et
un grand esprit de resource. n
Dans l'emploi de vos dons
nombreux, vous montrez ton
ours une puissaate origina-
lit6. Vous tes tres inergique
et pret A vous d6placer ou
entreprendre une r6alisation
nouvelle A tout moment.
C'est pourquoi ceux de votre
Signe obtiennent des r6sul -
tats tandis que les autres r-
vent encore. Vous affrontez
les obstacles avec tenacit; et
concentration. Essayez, tou-
tefois, de refriner une ten -
dance k- l'entetement sur le
plan de vos relations person-
nelles.


x xx College Saint LoUis,
harmacles assurant Bourdon
k I .-.a4Co "Af-l


CHEVALIER
Lalue
NOTRE DAME
R/Bonne Foi
DIMANCHE 10 MAI 1970
ST. GEORGES
Champ de Mars
EMMANUEL DAY
R/Bonne Foi


La Direction de ce college
announce l'ouverture de inacrip
tions pour la semaine du 10
Mai. Garcona et filles sont ad-
mis depuis le Jardin d'enfants
(3ans) jusqu'S la 5 inclusive-
ment. Les files sont adtnises
a la pension ah l'Age de 6 ane.
T6l : 2-0138


LISEZ
tLE NOUVELLISTE,


M/V AWILLIAM EXPRESS.
M/V IlUBERHUS -
M/V M/V WlfLlIAM EXPRESS
M/V A<^lUbftA es

M/V ALAYLA EXPRESS,,
MIV Jo011ml EXPRESS


BIJOUTERIE ET OPTIOUK


RUSSO & CO.


Bulova




Accutron


Bulova Internationale


Caravelle --


La plus grande fabrique

de montres du monde.


VENDU PAR


RUSSO & CO.
Rue Bonne Foi No 17
P. O. Box 38

Tel: 2-1336


ACHETEZ AUJOUIRD'IIU
LA MOWTRE DE DMAIN


La premiere montre automatique
fabriquie dans le monde est en
vente 6 lVhorlogerie bijouterie


E. BERTHOLD

33, Rue des Miracles,

sooo~eas.eoma. mmaesi


Voy. 80


Voy. 50
Voy 81
Vey 11
Voy 51

Voy 89


May 7, 1970
May 11, 1970
May 13,,1970
May r9, 1970
May 24 197o
May 26, 1970
May 26, 1970


Clwmbre Frioorinf ae disuip& e Euc-i0tie voyuqge


ROdRR SASSINE
Place Geffrard No :117
Etage Building Franck MARTIN
Tel : $132


DANS NOS SALES DE SPECTACLES


FAAMMOUNT


c


PARAMOUNT -presente c
DDinanche 10 Mai e
a-5 h, 7 h, et 9 h.P I
Un film 6ruptLI! U h Wes- a
tern Itallen A la saveur de M
solell, de pousslire et de E
sangl
L'HOMME QUI VENAIT
IDE CANYON CITY s
(en couleurs)
avec Robert o. d. Frenando
SANCHO et Luis DAVILA
Une action embrasde de
brutality, scandte de coups
de polngs et de mitraille!
Un western Italien aussi, cy-
rnque, ausali lroce, aussi in-
candescent, rumsi violent que
seis faneux devanciers qu'il
surclasse par une action
bitl flcelle et un suspense
vrilantf
Un super-film trou6 de fu
reur et de sauvagerie, perces
de coups durs, administres
parlles rdcents durs de 1' -
cran:
iUne interpretation de class
se: Fernando SANCHO, aussi
feroce, aussi cruel et plus
savage que dans tous les
westerns foudroyants qui ont
enthouslasmd ses admira -
tours ... Luis DAVILA qui a
si magistralement interprFti
tant de rbles Acrasants dans
less uper esnionnages mouve
ome'tes, incarne aujourd'hui
Sun pistolero intractable ...
Et Robert WOOD dans le r6-
le &'un magnat de la finan-
ce, proprimtaire de mines de-
venues un enfer pour les tra
valleurs... A
Ces Trois bolides terrifiants
voijt cous fire vivre des mi-
nuoes bouleversantes un wes
tern foudroyant:
L'HOMME QUI VENAIT
DE CANYON CITY
xxxx

AIRPORT CINE
AIRPORT CINE present
Le Dimanche 10 Mai
a 6 h 30 et 8 h 30 en per-
manence: le plus beau film
d'amour de la- saison
L'HISTOIRE
D'UN GRAND AMOUR
Un film parlant frangais
avec la participation du
Grand acteur Julio BRACHO
Ce film est 1lun des rares
Schefs-d'oeuvre present a ce
j joor en Haiti cont6 avec une
I franchise et une clart6 sans
pareille.
L'histoire se passe il y a
un sidcle. Un riche seigneur
est ruind et meurt. Son
cr6ancier pere d'une fillette
de 12 ans s'approprie le cha-
teau. Le riche seigneur qui
Itait veuf laisse un orphelin
de 12 ans. Une amniti6 unit
, les deux enfants ,puis l'a -
mour. Huit ans se sont 6cou
16s, le nouveau riche ne tole-
rera jamais que le fils du sei
gneur retrouve la fortune
par un manage- qu'il ju -
gerait vraiment trop intd -
ress6 avec son enfant. Par
correction le fils du seigneur
quite le pays pour essayer
de reconqudrir 1'aisance et
se trouver en measure de de-
mander la main de cell qu'il
Same. Mais au course de la
cinqui6me annde d'absence
la june ille se lasse et fi -
nit par se laisser imposer par
son pere un marl qu'elle at-
Sme peu. Le fils du seigneur
arrive donc trop tard et mal
grd ses bonnes resolutions se
livre a un esclandre.
S Vous saurez la suite de ce
a chef d'oeuvre du 76me Art
en venant voir le dimanche
S10 mai 1970.
L'HISTOIRE D'UN GRAND
AMOUR A AIRPORT CINE
Tous ceux qui ont aimi
LE REBELLE adoreront ce
film. Les 2 films ne se dif-
ferent que par I'histoire.
Vous retrouverez dans ce
film plusteurs scenes identi-
ques.
Un film que vous devez
voir et que vous n'oublierez
pas.
Entr6e Gdes 1.50 et 2.50
xxxx

De Luxe Auto-Cine
Dimsanche 10 Mai A 7 h. et
9 h.
ACROPOLE SIDE STORY
(LES PERLES GRECQUES)
Une ddlicieuse histoire d'a
mour Avoluant dans une at-
mosphere de folle galet6 od
deferlent un flot ininterrom
pu de chansons langoureu-
ase, de mAlodies entrainan-
tea et si attachantes, une va
gue de danses prenantes et
voluptueuans, insplrees de la
plus pure tradition du Fol-
klore HeUlnique...
LES PERLES GRECQUES
Cette somptueuse super-
production musical du cen
ma grec browse avec one ex
quTise finesse tout le naturel
fasclnant et routes les nuan
ces les plus delicats du fol-
klqre de la patrle d'Euripide,
de Praxitile et de Platon.
AOROPOLE HIDE STORY
A l'embre de l'Acropole et
du Temple d'Ephase, los pha


.1 -~~f


rg avMano de la culture oc et m6prlaant..
identale, cette fresque musi LA SYMPHONIE 9
al merveilleuse, partout oh DES HEROS'
Ule a 1t6 projetde avee- le hcineniawcpe couleursi
Ilus eclatant sucebs, porte a rickel dor du cmema>,
.a civilation moderne un La ratu lmotLueux evo -
message chapter de la jeunes -luant trugiqucmenL aanb un
e nouve ureue om e crescendo al paiSsions et ae
Une savoureuse .comedle eimeitis eleves-e1 suoli -
musicale, embute de tendres res, ou llieroisme impaviae
e et de naivete, de poeale d(s protagonists se Lrouvr
et de lyrisme, traverse par face a lace a Ia lirahlon, la
des flots Irises, d'harmonie lachete, ies comptomlssions
de chordgraphle merveflleu- louches, les bassesses et les
se,de chansons rendues .plus laiblesses-liumanies..
incantatoires- par des voix LA blMHiUJNiE
chaudes et velout6es. DES HEROS
LES ERLES Ticket d'Or du Cinsma
S e d Une oeuvre traversee de
Un ru oellement d'art et sentiments patrlotiques, sou
de beauty, une fMerie de cou ligne inerveilleusement par
leurs, une d6bauche d'ac- la musique de SHUBERT,
cords de guitar rendront TCHAIKOSKY, BRHAMS et
plus suggestive -cette 6ternel se terminant dans l'apotheo
le histoire d'amour d'un ver se de la d5me symohonie de
de terre amoureux dine e- BEEThOVEN..
toile ou de la princess 6pri- LA SYMPHONIE
arerDES E 6tonnantS
se do Berger, en n .tonnant (Cin~mascope cooleurs)
lEs parents srpris. (Ticket d'Or du Cinema)
LES PERLES GRECQUES U, ne production capital
Comine los tourists qui qu le public des grands soirs
courent chaque annee se d& applaudira sans reserves.
lecter de lumiere; de soleil, Un spectacle grandiose pli.
de beauty et d'ambiance at- biscit6 par tous les specta-
tique. La jeunesse, les a- teurs.
mants de l'art, la foule des Entree Gdes 2.50 et 4.00
grands soirs, viendront vi-
brer aux accords entralnants xx
de la gultare grecque, et s'ex
tasieront devant cette fe- AU CAPITOL
rie de suavit6.


Entree : $ 0.60 par personnel


AU REX
Dimanche 10 Mai
a 5 hres, 7 hres et 9 hres
LA SYMPHONIE
DES HEROS
((Ticket d'Or du Cinemas
Apr6s la s6rie des trans -
cendantes superproductions
qui ont soulev l'admiration
des foules, la direction du
REX convie sos amis assidus
et les fervents clients de ce
thdAtre A venir .assiter a la
projection de cette nouvelle
pice majeure du 7eme Art,
inspire du roman NERALv.
LA SYMPHONIE
DES HEROS
((Ticket d'Or du Cin6ma,
Une oeuvre nimble du
prestige de l'imposante inter
pr6tatlon de deux tites d'af-
fiche du cinaifi-iiimndial,
Charlton HESTON et Maxi -
milian SCHELL.
LA SYMPHONIE
DES HEROS
Un drame human des plus
vibrants, brossant un con -
flit de personnalitds, en mar
ge des grands remous qui
ont secou6 l'humanitE.
LA SYMPHONIE
DES HEROSi
(cinemascope couleurs)
Un path6tique face a face
de deux tres inflexibles,
deux volontis de fer, entrai-
nds dans une palpitante con
Joncture ou l'abndgatlon se
dressera contre la filonie, la
sublimit de 1'heroisme con-
tre la lachet6 et la perfidle.
Un dramatique Ltte A tWte
entire un chef d'orchestre c6
libre et un G61nral, Amailld
d'un dialogue cornrlten d'u-
ne uuissante agressivitd.
Charlton HESTON campe
avec uie grandeur in6gl 6e
le role &crasant d'un chef
d'orchestre, merveilleux de
sane froid, de force morale
et de craneric dress en fa-
ce de Maximilian SCHELL
le general blond aux yeux


Ephemerides

Haitiennes

8 MAI
1583.- Francisco de Bar-
rio Nuevo, choisi par Char-
les-Quint pour apporter des
propositions de paix au Ca-
cique Henri, debarque avec
35 hommes a Jaquimo
(Aquin), A la recherche du
Cacique, retir dans le Ba-
'horuco.

1778.- Naissance de Ma-
rie-Louise Malgrain, dite
Coldavid, future spouse du
Rol Christophe.
1798.- Les Anglais capi-
tulent devant Toussaint. Ils
6vapuent Port-au-Prince et
les autres localitds de
I'Ouest.
1845.- Le Prdsident Pier
rot se decide A enter A la
Capital, siege du Gouverne
ment, pour remplir ses fonc
tons.

1858.- Naissance au Cap-
Haitien d'Edmond H6reaux,
poate, avocat, mdecin, horn
me Juridlque. II a publiA :
Fleurs des morries, Pr6lu-
des, Melanges Politiques et
litteraires (1897).
1867.- Les citoyens Mdne
las Clement, Andre Ger-
main, Ovide Cameau. Lins-
tant Pradlnes et M. Lafon-
tant sont cholsis par Salua
ve pour i'assister.


present e Dimanche,
A 5 h, 7 hres, et 9 hres p. m.
Le premier Film de la Sd-
lection GERBE D'OR, STE-
VE MAC QUEEN:
BULLET.
La Presse Frangaise, aL l'u-
nanimitd, l'a consacr6 le
meilleur policler de ces der-
niers temps, en voici quel -
ques extraits;
Le meilleur policies Amiri
cain depuis vingt ans.
Robert CHAZAL
France Soir
-BEN HUR est cd.ibre
pour avoir donned au cinema
s#t plus bellq course de chats.
eBULLIT, restera dans l'his
toire du cinema pour lui a-
voir done sa plus belle pour
suite en automobile .
Pierre BILLARD
N L'Expres ,
... .. .. ... .. ... ... .. ... ...
Pour Steve MAC QUEEN,
c'est incontestablement son
.-meilleur r6le. Un excellent-
film, un ton nouveau LIT.' est Atonuant, fracas -
sant.
Samuel LACHIZE
L"Humanitd
Vous conduisez? Alors, jeo
vous defie de garder votre
sang-froid pendant que le
lieutenant cBULLIT au vo-
lant de sa tire, pursuit, tra-
que, coince, force les affreux
au volant de la leur: LITo vous donne a voir- A
vivre le premier hallali de
I'histoire du cinema.
Jean Louis BORY
Le Nouvel Observateur
Un exceptionnel film poll-
cier qu'empoite uue turbine
A suspense. 1Bref, c'est un
iilm A ne pas manquer. Car
m6me s'il vous donne la
chair de poule, tout est bon
dans ce poulet tBULLT.
Jen MARA
Minute
Jamais, je crois un tel de-
gr6 de perfection n'avait 6t6
atteint dans ce domaine de-
puis qu'il existe des films po
liciers.
Janine MERLIN
Paris Soir

Voi;A un excellent tpoli -
clers. 3BULLIT est passion-
nant: Un film A voir.
Paris Match
Steve MA CQUEEN, plus fas
cinant, plus natural et plus
brilliant que jamais. BUL -
LIT apporte une des pierres
les plub solides A l'ddifice ci-
nematographique du cinema
d'action.
Eric LEGUEBE
Parisien Libdr6
Pour lea amateurs die ilms
policier I.,.uir ceux qui ap-.
prdcient le travail bien failt,
pour les adnurateuts de Ste-
ve MAC QUEEN, -BULLIT>r
est le film a voir.
Claude* GARSON
L'Aurore

'II y a une ou deux scenes
absolument ipouLtouftlntes
D'abord, une poursuite en
volture dans les rues de San
Francisco, come vous n'en
avez encore jamais vue.
A vous cooper le souffle, A
vous crampoiner A vote fau
teunn.
Michel DURAN
Le Canard. Enchaind
Donc, LE CAPITOL? La
Salle d'Avant garde d'Hal-
ti, vous attend Dimanche a.
I.Tnauguratlon? En super
gala de sa SELECTION
OERBE D'OR? Steve MAC
QUEEN un v6nement ciCn-
matographique sans prdce -
dent dans l'bitsolre du 7sme
Art en Haiti.
eBILLIT, le mellletir des


n

n
5





3


nellleurs films pollclers] Un
pectacle horse senile dans
'ambiance de fruichtui de
(otre salle!
-Admission Odes 3 00 et
.00


A MAGIC CINE
Dlmanelie i MAGIC CINE
3 h, 5 hres, 7 hres, t 9 hres.
lINGO.AU PISTOLET D'OR
Eastmancolor
avec: Mark Damon, Vale -
ria Fabriel, Franco de Rosa,
Giulla Rubini.
Western cinemascope
Ce western Itallen au ryth
me acceMrdr se montre a la
hauteur des Westerns Amnri,
calns.
Vu le sujet traitA os il ezal
te la- conscience professlon-
nelle, le sens dii devoir 11
peut 6tre vu par un large
public d'adolescents et-d'a -
dultes.
Au Texas Ringo au colt en
or massif est la terreur des
bandits don't la tete est mise
a prix .Trois des freres Perez
qui ont fait alliance avec les
indiens Apaches ont 6tl vic-
times de Ringo. Le plus jeu-
ne, seul survlvant a jure de
venger ses freres.
La v$ile est cernde par los
indiens encourages par le
dernier des Perez. Le Sheriff
qui avait arr6t6 Ringo pour
dIsordre est plac6 devant un
cruel dilemnne: DOIT-IL LI-
BERE RINGO don't la valeur
et la ruse feraient dcheec aux
Apaches-ou doit-il le conser-
ver sous les verrous jusqu'a .
ce qu'l soit l galement jug6?
Ce film tris mouvementi
et A la trhame slide se mon
tre A la hauteft des bons
(westerns Amdricains. Il doit
plaire a un .tris large public.
3 heures. Gdes 1.50 et 2.50
5 hres, 7 hres, et 9 hres
Odes 2.00 et 3.00


Drive in Cine
LE DETECTIVE
Un crime a ete commis et la
victim n'est autre que le fails
du (ba.nqqier LEIKMAN. 11
iaut trouver un assassin.
La police confie 1'enqute a
un jeune detective voue tout en-
tier a son metier Jop JLELAND.
Cette Etude de moeurs camou
fide en drame policier est une
des plus cQlibres realisations de
Gordon DOUGLAS.
II taut dire que Franck SI -
NATRA a pour oLE DETEC-
TIVE) obtenu l'oscar de la
nieilleure interpretation. A ses
c6tis Lee REMICK, I'adorable
Jacqueline BISSET sans ou -
blier G. KLUGMAN tiennent
leur rile A la perfection.
C'est ce chef d'oeuvre que le
DRIVE IN CINE DE DEL -
MAS pr6sente a ses clients le
Dimanche 10 Mai 1970 a 7 h
et 9 heures.
Entree: e 1.00 par voiutre.
N. B.- En raison du sujet
trait dans cLE DETECTI -
VE, ce film serait plutbt inter
dit aux moins de 18 ans.
xxxx

ELDORADO
Dimanche 10 Mai
A 6 hres, 7 hres at 9 heures
ELDO.tADO et Dino Delau-
rentis se joignent pour presen-
ter avec fiertd le plus beau et
surtout le plus original des wes
ternas italiens jamais prdsen-
tis a ce jour.
& PISTOLETS
CONTRE CESAh
Un film parlant Frangais en
scope de luxe couleurs avec la
participation lcs bolides de I'-
cran tels:
Thomas HUNTER, Amnri -2
ca.in spca;lste nci Ur pistolets
a n'importe quelle angle, pisto-
lero possodant un colt A 4 ca -
nons.
James SHIGETA, Japonais,
ceinture noir en juldo et en ka-
ratd.
Niadir MORETTI, Frangais
Magcien extraordinaire double
d'un punch qui ne pardonne

3 PISTOLETS
CONTRE CESAR
Le western italien qui difit
tous les autics dija prisento s
en Haiti tant par sa puissance,
son cot6 technique, ses couleurs,
son grand luxe ct enfin par son
originalitL.
ULn Iv,,5tl; i unique qui ne
peut Etre comnpari a aucun au-
tre.
Avez vous jamais vu un
western avec un pistolet A 4 ca
nons?
Avoez vous jamais vu un
western avec un cow-boy Inagi
cian?
Avez vous jamais vus. un
western avec un cow-boy Japo-
nais ceinture noir en judo et -
Karatu ? "
3 PISTOLETS
CENTRE CESAR
Un western qui crache le feu,
la furie, le sang, I'hiroisme, la
bravoure et i'humour; un wes -
tern qui ne done point de ripit
aux spectateuss; un western ex
ceptionnel.
3 PISTOLETS
CONTRE CESAR
Quo vous applaudirez a EL-
DORADO. le Dimanche 10 Mai
1970.
Entree Gdeg 9.50 et 4.00 ,
_.=.- .* .. .. '. .^ ,A& ': *"1 .


"ANTILLEAN LINE"



Depart de MIAMI Pour PORT-AU-PRINCE


SANTO DOMINGO


----l---rr-ic-"r7-~n.------~-F-r~- -T------rl~--rrr


~~~Yi~*a; ~i;aWa~PrPltr~sF~UI~;i~LI~I~-4Ypr


3E=1


SAMEDI 9 LUT DDQ.901& 10'WXi 10"t


I" cLB MOUTW Ohla-


. -PKOB


ib


-- -




* r -


LE NOUVELLIfTEs


SAMEDI 9 ET DIMANCHE 10 MAI 1970


dc ses tenfnts.
Monsieur ci. Madame Bob
Kamble, de Chicago, sont re
parts poir les Etats Unis
hier matin. Leur sejour de
clgtq jours en Haiti les a corn
blues de bonheur. Je suis sa-
tisfalte de cc voyage, a decla
clare Madame Kamble, par-
ce que c'est la premiere fois
qu'il m'a 6et_ donnd l'occa-
lion de visiter un pays noir.
Bob ent vendeur d'uniformes,
tandis que sa femme est en-
seignante.
Monsieur Arnaud Nord-Char
les est part pour l'etranger
hier martin. Arnaud, employ
du Casino International
d'Ialti, est en qu6te d'agre-
ment. Souhaltons qu il en
trouve tant t. plus & Mon-
trial, sa destination.

Tioilu beautes singulibres,
trois fleurs iclatantes ont
debarqud hier a l'adroport :
Wency, Linda, et Gloria. Le
nom patronymique de ces
trols spi-ndide.i jeunes filles,
c'est El Saieh. Linda et Glo-
iia sont des soeurs jumelles,
et se ressemblent comme
deux moities d'orange. De
surcroit, elies se mettent pa
reillcme .t. Ai.si, on a l'in-
pression de voir la m6me per
sonne enl deux exemplaires.
-Linda et urloria solit encore
a l'ecole, tandis que Wency
occupe un interessant post
ft la Eastern Airlines. Etait
present A l'at-rouport pour ac-
cueillir ses trois nices, Mon
sieur Issa El Saieh.
XX X
Le s6jour a Miami de Mon
sieur Sebastiani Alien sera
des plus brefs. L'ont salui &A
1'aerogare Monsieur Antonio
Murat, son asbocit, et Made-
moiselle Nicole Rosiclair.
Monsieur Allen es' co-direc-
toeur du ,Cosmopolitan Tra-
vel Serviceo.
Munsieur David Nichols,
lecteur a 1'Universite de Tri-
nidad, ne restere que deux
jours en Haiti. 11aime beau-
coup notre pays, et c'est son


Remerciements
Les families Pierre Paul
et Campfort et tous les pa-
rents et allies remercient
bien sincirement le Depar-
tement de 1'Education Natio
nal, le directeurs et les ol-
yes de la philo du Collige
Catts Pressoir, le personnel
et les lives de 1'icole Ripu-
blique du Panama, le difec-
t e u r et les il6ves de
1'Institution Mix-
, te Jules Andr6 Marc, la
direction et les lives de 1'
cole Ripublique du Pirou,
les grands quotidiens c Le
Nouvelliste e et Haiti-Jour-
nal et tous les amis de 1'E -
tranger, de la capital et des
provinces qui leur ont mani
fest6 de la sympathie A l 'oc-
casion du d6cns de leur tries
regrettde.

Mme. Th&rese A.
Pierre-Paul


sixleme voyage icl. David est
de natlionaliti anglalse.
xxx -/
Mesdemoiselles Jacqueline
Montilus et Marie Lourdes
Jacques sont parties hier ma
tin pour Montreal. Elles y
passeront dix sept jours de
vacances.

Claude Binette, qul por-
talt de grandes lunettes
bleues et qui semble Irlleuse,
cst parties A bord du m6me
avoin, et a la mme destina-
tion, Lucie Chevry et Marie-
Renee Gaston se Jont gale
ment rendues au Canada
hler matin.
xxx
Monsieur Robert Scott, de
natlonallte americalne, a ete
revu avec plaisir par ses pa-
rents et amis. Il est rentr6
au pays hier martin. Rooert,
reprisentant de commerce,
passera deix semalnes de
vacances en Haiti.
xx x
Judith Lamothe n'a passe
que trois jours A San Juan.
Elie s'y italt rendue pour
affairs. Elle nous est reve-
nu hiei matin.
xxx
M. Yvan Huc et sa fian-
cee Mary Dee ont accueilli
hier martin & l'aiogare Ma-
demoiselle Marlene Blain.
Marine, qui reside a New -
York, est rentroe en Haiti,
en vue d'assieter aux fune-
railles de Monsieur Albiric
Berthoumieux, son grand-pe
re.


Dfces de Madeame
Clara Ewald
Nous annongons aves infi
niment de peMne la i iste
nouvelle de la mort de Mine
Clara Ewald survens c le sa
media 9 Mai a 5h50 a.mn.
En cette doulourense cfr-
constance, l'Entreprise Cel-
cis et sLe Nouvelliste pri
sentent leurs sincere con-
doleances A Mme Vve. Fritz
Dupuy, M. et Mine Valirlo
Canez, M. et Mine Leslie Ca
nez et ilers enfants, M. et
Mme Franck Laraque et
leurs enfants, M. et Mune
Louis Auguste et leurs en-
fants, MM. Charles, Herve

Gautier, Mlhe Yanick Gad-
tier, M. et Mme Gerard E-
wald et leurs enfants, M. et
Mme Max Ewald et louers
enfants, Mile Simone Ewald
M. et Mme James Ewald,
ainsi qu'a toUs les aitres
parents et dliiis aftects
par ce deuil.
Les funiraills dc Mime
Clara Ewald seront cian-
tie domain diman(he 10
mai a. 4h precises de l'apnrs
midi, en 1'Eglise St. Pierre
de Pitlon-Ville.
La dipouille mortelle se-
ra exposee domain diman-
che des 2h au Presbytire
de Pition-Ville. L'inhuma-
tion se fera au cimetlere de
Port-au-Prince, en passant
par la barritre Principale.


OU IREZ VOUS

SAMEDI SOIR

@ DINER ET DANSER @
AVEC LES LEGENDAIRES @

@ Au Rond Point Night Club 0
@ Admission $ 3.00

v. ,>@@@@@@@@@ @o@



I' AU CAPITOL

DU JEUDI 7 AU SAMEDI MAI
I A 6 Hres. et 8 Hres. 30

Un spectacle qui vaut le diplacement


I u. us.wO^a. ..n-e- -. r i i "a -- -


Special aS NoSvelUste
(I'OU1.R SUIVRE LES OPERATIONS MILIAIIES)


Ra hGia-IVa r' '


Tr..






La carte montre les cinq sanctuaires communists 6ta1
bodien et que les forces nord-amdricainesespdrent ddtro


L'enlevement du ... La ,Comme II Faut.


(Suite)
M. Burrows, consul amen
cain au Cap, s'est refuse A
tout commentaire sur la dis
partition de l'attach6 naval,
mais a indiqu6 que des rap-
ports lui 6taient parvenus
selon lesquels le Lt. colonel
Limbaclh avait iti enlevi.
Mine Limbach a indiqui
ce martin, dans sa residen-
ce du Cap qu'elle avait vu
son marl pour la dernimre
fois dans la journee d'hier,
et a ajouti qu'elle ignorait
sil avait e t enlev6 ou non.
Le lieutenant colonel Lim
bach qui est pire de qua-
tre enfants, est un veteran
de la guerre du Vietnam et
est titulaire de dix medail-
les de 1air.
11 est arrive au Cap en
Aott iapris avoir servi corn
me pilot dans le Corps des
Marines au Vietnam. II a es
corti plus de 150 visions de
bombardiers et a failli itre
bless plusieurs fois.


A Inattention de
la CAMEP
A la Ruelle Alix Roy, pas
une goutte d'eau depuis 3
jours. Les habitants dui
quarter nous ont demanded
ae lancer un S.O.S. A la CA
MEP qui certainement fera
le n6cessaire pour remedier
a cette tragique situation.


IHECE BAT iAUTES
ETUDES
INTERNATIONALES 4-1
Devant quelque centaines
de spectateuis, s'est poursui-
vi, hier, le championnat uni-
versitaire de football.
Jean Claude Sanon et ses
camarades triompherent en
lre parties des Hautes Etu-
des Internationale. Le match
no fut pas facile pour !es t-
conomistes. Appuyant, sur
un milieu de terrain solid
(Sanon. Pierre, Georges), I'I
HECE peina longtemps avant
d'ouvrir le score par Fritz
Pierre sur excellent ouvertu
re de Georges. A la reprise,
les d6bats changerent de
ton Sur line passe de Sa-
niun, Maximiicn accomplit
un petit exploit personnel a-
vant de fusilier le purtier ad
verse. Quelques minutes a-
pris, Cllivnts Georgcs, par-
tant de tris loin. dribble ton
te I'dquipe ad'vcsC (gardlen
compris) avant de marouer
le 3e but; il devait riediter
par la suite et de la mnme
fagon pour obtenir son 2e
succis personnel et le 4e but
de I'IHECE. Entre tomnow a-
lors que le score etait de 3-0,
Ti tonton, rtalisa un tries jo
Ii but pour ie coyote des
Hautes Ftudes. Les tudiantda
des Hautes Etudes. admir.-
bles de courage. A l'imag" ',
Sdnbque. se bottlrent -'i-
lamment ct con testeI'"t hIs
qu'au dernier moment I viVi
toire adverse. Jn-l'.'orie Sn-
non qui a du se fat'- ine in
filtration de novocaine pour
blefure la IOhevl ie 'a JMa-
. _.-Ih_


(suit
a Port-au-Prince le 7, jour
firie.
Dds le lendemain nous
procddions au didouane-
ment de ces marchanaises
et reprenions sans harder
la fabrication de nos nmar-
ques. Cos faits ont itc i.,ortis
d la connaissance de ai R6
gie du Tabac par letter que
nous lui avons adre,,see en
date du 4 mai.
2) Ayant livrd los 4, 5 et
6 mai a Port-au-Prince seu
element 3.777.000 cigarettes
SPLENDID et FAUT, et 355.000 cigaret-
tes oCOMME IL FAUT AU
MENTHOLe, nous avons es-
timd que ces quantitis de-
vaient pouvoir satisfaire
pendant plusieurs jours los
besoins de la clientele.
La hausse du prix de nos
cigarettes nest done pas
justified.
Quant aux rumeurs don't
votre ridacteur s'est jait
I'dcho, nous les refutons en
bloc.
En effect, il ne saurait t-
tre question pour nous, a0
grand jamais, de esuspcn-
dre ddlibdrdment I'dlabora
tion des deux marques plus
haut cities (SPLENDID et
COMME IL FAUT) afin de
faciliter I'dcoulement d',un
fort stock de cigarettes men
tholdes et filtrdes.
D'ailleurs, nos stocks de


mais pu nous fair admirer
son tir pourltat e6 traordlnai
re. II travailla beaucoup,
niais manqua de lucidity &f
l'approche des buts. Georges
etonnant de fa.cilite fut le
meilleur home du match.
) x x x
AGRONOMIE SCIENCE
2-0
Des les minutes initials,
les Agronomts laisserent I'im
pression qu'une ictoire i-
tait a leur portie puisqu'un
tir de Dadou fut repouss6
par la transversale. La facul
te d'Agronomie imprima, un
rythrne alert durant toute
la rencontre, grace 11 und for
me physique impeccable.
Pourtant les ingeileurs ne
s'inclinerent au'en second
parties : Yves Polvearpe, d'un
maitre sihoout, bttit la I62e
minute, l'excellent portier de
la facul!& des Sciences. En
fin de parties. une erteur grog
siire de 'arriere central des
Inginieurs permit a Lesly
Marthely d'aggraver la mar-
aue. En r aumi ce fut une
parties plalsante. Dans les
deux can's."" A fit rmntre
d 'u n e e , i-, e d e v a in -
ore. Lts Agronomes, plus, col
leitlfs et sans doute mieux
entraines dominirent plus
souvent. C'est une bone 6-
oulpe qui fera parlor d'elle.
Chez les Inginleurs, on sen-
tait absence d'un meneur
de leu. d'un patron. Une boh
ne uenuiD pusui A ui ul man
np le emit r,1 risnue et .er
tacos automatlsmes colIec-
tits.


La Conference de Presse de'
(Suite)


dant ajout6 qu'll ne pensait
S pas que los lord vietna-
miens traverseraient la zone
dcemilitarisoe parcel qu'lls a-
valent et averts des ris-
quego quoils curalent.
Le .Prdsident de6sEtats U-
Snis a a ffirmd que les opdra-
tions au Cambodge se ditbu
lament plus rapidement quest
pr6vu. 11 a ajout6 qu'on s'at-.
"tendalt A' ceque la grande ma
jorit6 des forces americaines
auraient quite le Cambodge
d'ici ala tin de Juin. Le Pr(
sident Nixon a repeat a plu-
sieurs reprises que l'interven
tioil au Camnoodge serait un
succrD s en ce sens qu'elle per
mettrait de gagner du temps
et de preparer Ja vole pour
le reLour des namericalrn plus
rapidement ",us privu. 11a
egalemnint dicidare It'acune
protestation nb se ferait de-
vier de son actuelle politique
Indochinoise quell que puls-
se itre la sympathie qu'ill
pouvait nourrir a l I guard de
ceux qui s'opposalent a cette
".0 politique. Le Prisident. a son
lign6 que le but primordial
de son Gouvernement dtait
f g. de racqourcir la guerre au
-', Vietnam, de r6duire los per-
tes amiricaines et de permit
tre au Haut Commande-
. meant de r6aliser les plans de
retrait des troupes ambrical-
Snes A un rythme acc6leri
Dans un moment de detente
O au curs de cette conference
de press, le Chef de l'Execu
S tif, faisant allusion a la let-
tre de son propre Ministre
de lIuntirieur, M. Walter Hic
SO U U rt- Aokel, la qualifiee de franche
et courageuse. Cette lettre
l" ,t demandait A. la Maison Blan
che d'accorder une pins gran.
attention au movement de
protestation des 6tudlants et
d'essayer de comprendre leo
.. ........ motifs qui faisatent agir a
jeunesse amiricaine d'au-
blis sur le territoire cam jourd'hui. Le President a a-
uire. jout qu'il appreciait la let-
tre de son Ministre en ce
sens qu'elle prouvait au
nous renseigne moins que la post am6ricai-
ne semblait fonctionner rapi
Le) dement. Le President Nixon
innrette aen,,u, ne, 0,11 a soulign6 que les Etats U-


nous avons manqui de ta-
bac, indiquaient existence
ME
de 3. 777. 000 cigarettes
SPLENDID et COMME IL
FAUT, et de 355.000 cigaret-.
tes COMME IL FAUT AU
MENTHOL seulement.
Pretendre, d'autre part,
que machines en pannes, 'cWst
pas conform a d a vdritf.
Tout au contraire, et jgrdc,
a une politique d'invcstis-
sements nous ayant permis
P'acquisition d'un materiel
perfectionne et I'aminage-
ment d'installations moder-
nes, nous nous efforgons
'sans cesse d'amliorer la
quality et la presentation
de nos products, ce, dans le
but de toujours donner en-
tiere satisfaction a notre fi
ddle et nombreuse cliente-
le.
Enfin, pour l'information
de tous, nous tenons a sou-
ligner que la Firme amdri-
caine elle ne nous est pas tout a
fait inconnue, n'a cepen-
dant aucun rapport avec no
tre Entreprise.
Nous espdrons que cette
mise au point viendra tran
quiliser les uns et les au-
tres.
Certain que vous publie-
rez ces lignes dans votre
plus prochaine edition, et
en bonne place, nous vous
prions d'agrder, Monsieur le
Directeur, nos salutations
distingudes.
Armand Klang
Directeur General


MISE EN GARDE D'ISRAEL
AU LIBAN
TEL AVIV (AFP).
Nous ne perdrons plus no
tre temps en mettant les li
banals en garde, dor6na-
vant, nous agirons, a d6cla
r6 vehdredi soir, au course
d'une assemble publique a
Tel Aviv, M. Yigal Allon, vi
ce-Premier ministry isra4-
lien.
Los autorites libanalses
devront decider de ce qui
est preferable pour elles:
stopper les operations de'sa
botage partant de leur ter-
rltoire vers Israel, ou su-
bir les measures difensives is
raeliennes, a ajout6 M. Yi-
gal Allon qui commentalt


A la Memoire de
Rent Maran
MIercredi soir, eut lieu a
Paris une pieuse manifesta-
tion orgaunisee a la memoire
de 1'ericain nolr, Rent Ma-
ran, a l'occasion du dixieme
anniversai e de sa mort.
N a la Guyane, M. Rene
Maran pass une bonne par-
tie de sa vie en France. II fit
de I'Administrat.ion dans les
territoires africains. De ses
experiences sur le Continent
noir, il a rapport un to-
men iBatoualao qui obtint
en 1921 le Prix Goncourt. II
a public plusieurs autres ou-
vrages consacres a 1'Afrique
on aux grerid'i adindnistrf-
teurs frangais nax colonies.
Plusieurs associations an-
tillaises, A 1'initiative de
Mme Moune de Rivel ont or-
ganise cette manifestation A
la memoire du e6ieure ecri-
vain Rcn6 Maran do qui se
reclament les Aim6 Cisair,
les Leopold Sedar Senghor,
les Leon Damas et tous ces
icrivains noirs qui font i'bon
neur de l'intellectualite de
notre race.

Ligue Feminine
d'Action Sociale
LA LIGUE FEMININE
D'ACTION SOCIAL deman
de A toutes les arritres
grand'mires (quatre gen6-
rations) de s'inscrire au 14
Rue Camille Leon ou A Ra-
dio Haiti pour itre hono-
rees le 31 Mai 1970 au course
de la grande fete organi-
see le Jour de la Fite des
Mires.
Priere de donner son A-
ge et le nombre de ses en-
fants et petits enfants.
LIGUE FEMININE
D'ACTION SOCIAL


Messe de Prise
Les parents et amis de feu
Felix PHILIPPE-AUGUSTE
sont invites la messe de
prise de deuil qui sera ce6li-
br6e a la m6moire du d6funt
le Mercredi 13 Mai A 6 heu-
res 45 du martin au Sacrn-
Coeur.


nis ne peuvent pas prendre
la responsabillt6 d'envoyer
des troupes danis des pays
neutres tels que le Cambodge
et led Lao dans le but de lea
defendre. C'est, pourqdoi, a-
t-il ajoute, les Etats Unis s'ef
forcent par les voles diploma
tiques notamment avec 1'U-
nion Sovietique, et jusqu'A
present sans succis, de trou
ver les moyens d'un regle-
Anent satisfalsant.
Interrog6 au sujet des pers
pectives qu'offrent les con-
versations de Vienne. sur Ja
limitation des armes strati-
giques, le'President Nixon a
r6pondu qu'll esp6rait qu'el-
les pourraient aboutir a un
accord avec )'UniqL Sovitli-
que. L'URSS, a-t-il ajout6 a
les m~mes inttrits que nous
a aboutir A un accord.. D'au-
tre part le President a expri
me opinion que sl les infor-
mations relatives aux active
t6s des pilots sovietiques en
Egypte sont exactes, les E-
tats Unis devront re-exami-
ner la situation. L'equilibre
des forces au Moyen-Orient
dolt itre maintenu, a; affir-
me le President. Le Presi-
dent Nixon a conclu en souli
gnant qu'en tant que Com-
mandant en chef des Forces
Arnees, lui seul etait respon
sable de la vie de plus de
400.000 GIS en Indochine. 11
a ajout6 A ce propose que l'o-
peration declenchee au Cam
bodge epargnerait des vies
mais que si les choses se pas
saient autrement il serait
seul responsible de cette er
reu ret en supporterait tou-
tes les consequences. Le Pre-
sident a declare qu'il ne s'ar
riterait pas sur la voic d's3
negotiations de paix bien
qu'elles ne soient .pas tres
prometteuses en ce moment.
II a declare par ailleurs qu'il
serait hrereux de s'entrete-
nir avec deux manifestants
samedi si cela etalt possible.


Au Jour

le Jour

Guy Durosier a
Carnegie Hall
Le premier Mal notre cornm
patriot Guy Durosier, artist
te musirien, compositeur,
chaltiur a connA un nou-
veau triomphe A 1k reprisen
station qu'il a dornee au Car
negie Hall de New York.
Pendant cinq minutes, le
public, debout. a applaud
Guy Durosier qut bneificie
d'un nouveau contract de ;a
Universal Production pour la
prochaine saison.

,L'An 2000,,
a la rayuo
On salt le vib succ s obte-
nu par Monsieur BARROS
pour sa conference: eMUTA
TION DU MONDE: Le Mon
de en l'An .2.000 orgams6e
mardi dernier par 1'lnstitut
Frangais d'Haitl.
A la demanded de nombreu
ses personnel, Monsieur
BARROS presentera & nou-
veau sa vision de /'An 2.000,
remain dimanche 10 mai at
4h p.m. a RADIO METRO-
POLE.
xxx

Curage des Egouts
Les monticules de boue,
laiss6s dans les rues du sec
teur commercial par les der
nieres averses, obligent les
services responsables a y
affected de nombreux can-
tonniers et un escadron de
camions pour leur enleve-
ment; journaliers et vihi-
cules qui auraient pu etre
employs plus utilement ail
leurs dans los travaux cons
tructifs en train.
Aussi, sommes-nous d'ac-
cord avec les medecins hy-
glenistes pour que soient in
tenslfides les operations de
courage des 6gouts d4 bas des
Rues Paul VI ou des Caser-
nes, Dantis Destouches ou
Pav6e, F6rou ou des Mira-
cles, Roux ou Bonne Foi,
Thomas Madiou ou des
Fronts Forts, Macajoux ou
Bel-Air. Ainsi, los avalas-
ses trouveralent libre course
vers la mer sans d6poser
sur la chaussce tout cet a-
mas de boue, qui se dessi-
che en soulevant une pous-
slire malencontreuse.


ltbano-israilienne.


Messe de Requiem MEME EN ETE
II sera chants en 1'Eguise On peut toujours sentir frais. Il y a des pro-j
le mercredi 20 Mal 1970 A 6 (duits speciaux pour sentir bon et sentir frais
heures 45 A.M. une messe de ( mme pendant les periods de forte chaeur.
requiem d'anniversaire pour les fameux products anglais
le repos de l'Fme de Jean E. f(PORTER & MOORE. I
Ethard. avi tient lie Savon et Set pour le bain, Savon pour la toi-'
dLe prnvtasenton auxvis parents lieu tte Crme pour fire disparaitre les acnes .
amis du regret defunt. Creme pour les mains etc.
xx x Ces articles sont vendus dans de trs jolits cof-
MESSE DE PRISE DE frets
DEUIL frets. %
Une messe de prise de -
deuil sera chantie pour Ed- Sentez bon, Sentez frais
mond P0llcard en lEgllse t ,e f rais,, ,
du Sacnr-Coeur de Turgeau, r( Avec : PORTER & MOORE
le mardi 12 Mai A 7hb5 du AGENT : Don Mohr Sales Corp,.
natin.Paents et amlP sont ....
prm d'y aslster. -7--77


/ INSTANTANES
(Suite)


P4GE 6


Myopic politique
suitt)
bons des superstitieux do l'ordre
ancien. Ditruire pour mieux as-
sister A I'affondrement d'une ex
pdrience dont on souhaite qu'elle
iera une banqueroute, pour 6tre
sir que l'hlitoire eat un perpi-
tuel recommencement et pour T
avourr, pour gofitr le dist -
tre. Comme leour myopi a'eset r
.'16le lotal et conmme elle rend
leur vue plus proche des diffor-
nito I Myopeas ont ceux-lk qui
noe voelent pas dant le d6roule-
ment de I'activit la unpeiit6 do
la Revolution. Plus dyopea enco-
re ceunla qui n'y veient qu'une
simple demonstration, ou un be-
soin passage.
Aprbs lea tentative .d'incen-
die, il y e.ut lesbombes, les inva
sions du qol Bacr6 de la- Patrie
le .bombardement du Palais Na-
tional. Incendie, bombers inva-
sions, bombardment du Palais
National devinrent des m6tho-
des d'action. Et leas victims -
talent toujours les petite, Ie
humbles; l'Amoi quo ces actes
c.riinels pouvaient jr66er dans
lea fanilles, lea' 4colb n'arrg-
tait pas lein brain; il semblait que
le dessein dtait inscrit sur les
murs et que pour 8tre soi-mime,
l'on devrait y' souscrire. Quells
trag6die pour la pens6e gnd6reu
so du Gouvernement de I'huma-
niste Dr DUVALIER que cette
mystification a laquelle se don-
nent ainsi tant de comidiens
tant de crapules du type Octave
Cayard qui prdtendent aimer le
pays mais a la condition qu'il fit
d'abord d6truit. Le pays noe e-
ra pas d 6 t r u i t 11 n'Wn--
terrrompera pas la march en a-
vent au deli de laquelle est las
patrie refaite a -'image de Itha
tien de n'importe quell condi-
tion. Tant pis pour lea 'myopes
qui refusent de voir. Car ia cons
traction de la Nouvelle Haiti se
pursuit avec -opiniftret6 sans de
faillance, avec lea cinq millions
dHaitiens qui croient en Duva-
hier le Rnovateur, malgre les
deserteurs, les laches, leos peu-
reux, malgr6 lee traitres comme
Cayard et sea complices qui
tels le Connetable de Bourbon,
mangeront leurs salissures. Non,
1e pays ne sere pas detruit eo
lea mystificateurs seront pris A
leur propre pibge. Non. le cataes
trophe ne sera pa le faith accom
Pli. Aprts l'Adroport Interna-
tional Frangois Duvalier, PUsi-
ne Hydr-Electrique de Pligre
se fera. La route du Sud Be fera
Le nouveau Wharf de Portjau-
Prince e fera. La Patrie conti-
nuera d'etre le symbol, et il eirt
sera ainsi, car le President a Vie
dble la R6publique, 1'Incomparak
ble et Incorruptible Leader Dr.
FRANQOIS DUVALIER a fait
le serment qu'il en sera ainsl, en
d6pit de tous les Octaves Cayard
Georges J. FIGARO


Offensive Vietcong
(snitei
les milieu raulltaires que
Si lennremi s'attendalt a
des attaques, il n'en avait
pas prevu l'ampleur. II n'a
pas eu le temps de retire
de ses sanctuaires 1'impor-
tant materiel qu'il y ca-
chait. Il n'a pas eu le temps
non plus d'etablir dans Far
riere-pays (au Cambodge)
de nouvelles bases. II s-est
disperse et ses unites ont
4t6 fragment6es.
CAMBODGE:
M. SPIRO AGNEW
FIETRIT L'OPPOSITIOI
A INTERVENTION
AMERICAINE
BOISE (IDAHO), AFP.
Le vice-President Spiro
Agnew a prononce vendre-
di soir A Boise, dans I'ITLaho,
un discours qui fl6trit le-
mouvement d'oppositlon a
Intervention am6ricaine au
Cambodge, mais d'ot les
.epith6tes blessantes don't 1
est coutumler ont 6te sol-
gneusement iliminees.
Le vice-President a dd-
nonce la tradltionnelle cli-
que .des cassandres: une coa
lition lugunre entire jeunes
intellectuels colereux et
vielllards aigris et fatigues.
Dane ce qui apparalt corn
me une tentative consclen-
te de rallumer les dmputes
et l'agitation que le Prdsl-
dent Nixon avalt fait diml-
nuer grace a son engage-
ment constant At mnetre fin
a la guerre, a d6clari M.
Agnew, ces cassandres ont
.au ccdrs de ces dernibres sc
marines, redoubld d'efforts
et d'attaques criardes con-
tre la vietnamisation, con
tre notre politique au Laos
et, maintenant, contre le
Cambodge.


LA lSre COMMUNION
S'ANNONCE
AU MONDE CHIC
le magtain up to date ne so
sent jamais lasuer pour vou.
procurer coa articles tel.
que: batiste, linon, opal,
organdi, popoline et broderle-o
Suifo, crepe georgette, toil.
de 5i, dacron, tergal etc.
Chaunsettes,. demi bas, cou-
ronnes, tulle, gant., mou-'
choirs et sous vitements. ,
Futures mamas,
AU MONDE CHIC
A bien pener & vou, plaire
dgalement, en. vos prsen-
tent las troueaunx de vees

Rue du Magain de i'tat


LES SPORTS--,l


rajjk. . . . - - - -~L




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs