Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06739
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: May 7, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06739
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text



'QYOI TrDXEN, ... I CN
LE PLVS ANCZEN D'HAITI I Adree U" DV CENT R12
PONDI IN 1*94




A4intrwoeur: M MAX CHAU/VE T B'OITE POSTAL : 1316
MMEBRE DE L'ASSOIAIONK NERAMXERICAIN E DE PP I8SE

No 28.073 716m. ANEE JEUDI 7 ET VENDREDI 8 MAI 1970



Clemard J. Charles, Cl6menceau Prosper, Les manifestations centre la politique de Nixon continent:


Alphonse Lahens, Kesner Blain .

d6chus de leur quality de citoyens haitiens Troubles croissants dan les versites americaines


DECRET
Dr. Frangois DUVALIER
President & Vie
de la Republique
Vu les articles 49, 68, 69,
83 et 93 de la Constitution;
Vu Particle 17 de la lo du
22 Aoft 1907 sur la national
lite;
Vu la Lol du 24 Avril 1970
proclamant 1'Etat de Siege:
Vu le Decret du 27 Avrii
1970 de la Chambre Leglsla
tive;
Considerant que action
criminelle des complices,
des apatrides de la jo,
du 24 Avril 1970 exi l'ap-
plication de san.. s idon(
tiques A celle do t sontlra
pes les auteurs eux-mOmes;
Decret
Article ler.- Le princi-
paux complices do t les
noms suivent:
Clemard Joseph Ch es
Clemenceau Prosper
Alphonse Lahens
Kesner Blain
sont d6clar6s dech s de
leur quality de citoye s hat


L'Histoire de demain, fai-
sant le bilan des r6alisa-
tions humaines de cette fin
de siecle qui aura ete la pe-
riode la plus illuminee de
1'Histoire Universelle, retien
dra blen des dates, bien des
6vonements au -pamar&s de
certaines d6mocraties.
PrOs de nous quarante an
n es de turpitudes sociales,
politiques et 6conomiques se
sont ecoulees a l'echelle de
la planted et deux grande
conflagrations, celles d e
1914 et de 1939, ont project
sur la scene de certain peu
ples, relev6s meurtris et de-
membres, d'epineux probla-
mes qui reclamaient des so-
lutions urgentes et adequa-
tes.
En raison de leur acuit6 et
de leur exceptionnelle gravi
tO, ces questions se sont sur
tout revelees prioritalres
dans le domain de la justi-
ce et de la s6curite soclale
o 1il s'agissait de combattre
les dernieres sequelles de
certaines inegalites qui trau
matisalent des collectivites
entlres et assurer le plein
6panouissement de la per-
sonne humane par le jeu de
nouvelles institutions.
Dans une perspective hai-
tienne, le destin veut qu'au-


Mercredi apres-midi, Mon-
sieur Hosner Apollon, pro-
moteur d'un Important pro-
jet touristique canadi"., :t
accueilli l 'aerogare le fi-
nancier Jean M't.hor,, atnlsi
que les deux arcllitect.s Jiu-
les Tanguay e, Simon Ca-
youette. Ces o i. ; voyage .r
sont de nalnaLoai:, c iatip.diu::
ne. Immediatenctit pres ]a
formation d'une Soclete et
la signature d'un contract a-
vec le gouvernement haitien,
Monsieur Mathlio donnera le
feu vert C Messieurs Tan-
guay et Cayouette. Ces der-
niers commenceront sans
harder la construction d'iin
village touristliquc canadien,
en face de Ibo Beach.


tiens et leurs biens, meu-
bles et immeubles g6nerale
ment quelconques sont con
fisqu&s au profit de l'Etat.
Article 2.- Sont nulles
de plein droit touts con-
ventions don't ces biens aa
ront 6te 1'objet et qui n'aa-
ront pas 'acquls date certai
ne anterleurement a la pe-
riode des douze mois prec6
dant la date du Pr6sent De'
cret.
Article 3.- L'Administra
tion Generale des Contriba
tions prendra possession au
nom de l'Etat de tous leos
immeubles et effects mobi-
lers qui appartiennent a
ces ci-devant citoyens hai-
tiens.
Article 4.- Dans les tren
te jours de la publication
du present Decret, tout eta
blissement bancaire, tout
notaire, toute mason de
commerce, tout particulier
detenteur ou debiteur do
sommes d'argent ou autres
choses mobilieres p o u r
compete ou envers Fun quel
conque de ces ci-devant ci


jourd'hui notre generation
soit le temoin de ce pheno-
mene prodigieux : 1'appari-
tion sur la scOne national
d'une nouvelle mystique so-
ciale qui, sortie de la matri-
ce de nos commotions popu-
laires de 1946 et de 1956, a
pu dtflnitivement placer,
sous le leadership du Presi-
Duvalier, tous les Fils de la
Patrie sur le plan de l'Abso-
lu Humain et instaurer un
regime democratique ot, de-
jA les lois et indispensable
discipline social sont respect
tees, ot, la justice, gale
pour tous, rayonne dans les
moindres sections rurales du
pays.
Gloire et Honneur au Chef
de la revolution de 1956 qui,
inspire des derniers cou-
rants de la philosophies con-
temporaire, a sfi doter Haiti
d'une legislation interne qui
demeure le reflet de toutes
ses affinit6s Othniques et de
tous les besoins de sa com-
munaute. Cette rupture d'a-
vec la vieille metaphysique
juridique tradult, aux yeux
de l'observateur sagace, la
liquidation definitive d'un
Passe of notre Droit Public
s'adressait a une petite elite
et laissait de c6te la classes
majoritaire.
(Suite page 2)


Leur sejour a Miami a dur6
un mois. Claude, qui 6tait
parti pour raison de santA,
nous a dit qu'il se portait
beaucoup mieux maintenant.
xxX
Mademoiselle Ruby Unribh,
membre de la secle des Men
nonites de Ptiolnvll'e. a prls
I'avion mercredn mation, m des
tination des Etats-Uri' La
ecte anabaiptiste dts Men-
nonltes a Wt1 fondue en 1506
par Menno Simonis. Melle,
Unruh s'est rendue au che-
vet de sa mere. Celle-cl vient
de sublr une delicate Inter-
vention chirurgicale au cer-
veau.
- Monsieur Daniel Sendral


xxx V. est rentr6 de Porto Mico. 11
Monsieur Caude Baboun vient- d'y passer sept. jours.
et sa femme, nee Myrna Mar
tino, sont rentrds de voyage. (Su:te page 4 col. 1I


toyens haltiens,. devront en
fire la declaration sincere
A I'Administration Genera
le des Contributions, et exd
cuter au profit de l'Etat re
pr6sente par le Directeur
General de cette Adminis-'
tration, les engagements
qul les llalent envers les
aits indivildus.
Sont nulles de plein
droit toute reconnaissance
de paiement, toute quittan-
ce n'ayant pas requis date
certain ant.rieurement b&
la period des douze mois
prsedtant la date du pre-
sent Decret.
Toute contravention aux
presentes dispositions sera
punie d'une amende repre-
sentant cinquante pour
cent des sommes ou autres
choses mobililres non decla
rees et d'un emprisonne-
ment de trois A doUze mois
a prononcer par Ie Tribu-
nal Correctionnel a la -e-
quete du Ministere Public.
Article 5.- Le Departe-
ment de l'Intirleur et de ]a
Defense Nationale etabli-
ra, par Comnunique, a.u fur
et a measure des rdsultats
de 1'enquete actueilement
en course, la listed de tous au
tries complices rie 'action
criminelle perpetree contre
la Nation et la Revolution.
Article 6.- Le present De
cret sera publiJ e(t exscate
Sa diligence des Slec'etai-
res d'Etat de l'Intfrleur et
de la Dtfense Nationale; des
Finances et des Affaires
Economiques, de la Justice,
chacun en ce qui le concern
ne.
Donne au Palais National,
a Port-au-Prince. le 5 Mal
1970, An 167eme de l'Indd-
pendance.
Dr. Francois DUVALIER"
Par le President :


ECOLESE NEW YORKAISES
FERMEES VENDREDI
NEW YORK, (AFP)
Toutes les ecoles municl-
pales new-yorkalses sonSt
ferm6es aujourd'hui en m6
moire des quatre etudiants
tuds a I'Universite de Kent,
en Ohio lundl dernier par.
'la garde national do l'E-
tat.
Le president du Conseail
de 'Inistruction Publlque de
New York, M. Joseph Mon
serrat, soulignant que la
violence engendre la violent
ce a declare que 1i fermetu
re des ecoles etalt desrlnee
a illustrer le sentiment
d'honneur grandissant ins-
pire par attitude de la
Garde Nationale qui a ou-
vert le feu sur les etu-
diants.
xxx
M. NIXON TENTE
D'APAISER LES ESPRITS
WASHINGTON, (AFP).
Ayant mesure 1'ampleur
de la vague d'indignation,
provoquee aux Etats-Unis
par 1'intervention militaire
americaine au Cambodge,
le President Richard Nixon
a des maintenant pris tou-
te une series de measures,
pour tenter d'apaiser les es
prits.
Des mercredi, il recevait
une delegation d'etudiants
de l'Universlte de Kent,
dans 'Ohio, ott la Garde Na
tionale, ouvrant le feu sur
les manifestants a lintl-
rieur du campus, avait tue
quatre d'entre eux lundi
dernier. Les Otudiants qui
n'avaient pas demandA
d'audience, requrent des a-
palsements mais parent au
President qu'lls talent re-
solument centre la guerre
en Indochine.


BIBLIOTHEQUE SCIENTIFIQUF HAITIENNP

>

REVUE SEMESTRIELLE


Le numero 2 de la revue
semestrielle : aLe Mercredi
Medicalz (Avril 1970) vient
de paraitre. C'est un volumi-
neux cahier de plus de 280
pages,di a l'inltiative des Me
decins du Centre Med'-i1. et
qui prolong celle tout :.ussi
heureuse des conference'
hebdomadaires (du mercr-
di) tres courues du Centre
du Chemin des Dalles.
Double gageure que tien-
nent avec onheur lea dyna-
miques animateurs du Cen-
tre Medical qui unt su croer
in veritable climalt intellec-
tuel, propice aux changes
entire Medecins de discipli-
nes diverse benefique pour
nos praticiens, revelateur
d'une medecine haltienne
pleine cle vitality es e. plein
developpement.


L'effort est remarquable et
doublement m6ri oire : assu
mer depuis des annees a-
vec regularity une reunion
scientifique hebdoincia be, y
maintenir l'interet. El ensui
te assurer ]a publication d'u-
ne revue de cette importan-
ce, alors que les frais d'tdi-
tion sont assez eleves et otue
le public auquel elle est des-
tine 0est forcement limlt6,
ce n'est pas chez: nious chosp
Sisde.
Un veritable esprit d r.po-
tre anime done les responsa-
bles du Centre Medical 27
Chemin des Dalles, dsi~ireux
uniquement de voir note Me
decline s'aftirner Loijours
davantage.
La couverture et la page
de garden de ce 2eme numero
(suite page 4 colonne 7)


Declaration de M,

Maurice Schuman
MINISTRY DES AFFAIRES ETRANGERES
DEVANT L'ASSEMBLEE NATIONAL LE 28 AVRIL 1970
eMoins on est puissant ternationaux, il faut qu'une
dans le monde, plus on peut voix s'elve, .tantOt en sugge-
commettre de fautes impunO ) rant le moyen d'eviter qu'u-
ment. Notre siecle, mesda- ne c r 1 s e regional ne
mes et messieurs, s'applique ne une nouvelle phase d'evi-
a dtmentir cette pensee d'un ter qu'une crise regional ne
de nos moralistes. L'autre devienne nue nouvelle phase
part, ceux qu'on est convenu de ]a guerre froide, tanttt en
d'appeler les xsuper-grands clherchant a substituer 1'at-
semblent etre Dieu merci trait de la concertat4on a 1'es
- proteges par 1'immensitO calade et a 1'extension de la
meme des moyens de destruc violence, tantOt en corri-
tion qu'ils d6tiennent centre geant l'antagonisme d e s
la tentation de glisser jus- blocs par la consolidation et
qu'au dechainement du cata le developpement d'une corn
clysme. D'autre part, 1M of munaute authentique. Tel
seuls les moyens dits classi- est precisement,- en Orient.,
ques ou conventionnels pa- en Asie, en Europe -- le sens
raissent devoir Otre mis en des iniatlatives de la diploma
jeu, la vicille fatalitO prend tie frangaise don't le Gouver-
sa revanche. L'absurdite nement repond aujourd'hul
meurtriere se refuge dans devant la representation na-
les econflits marginaux, tlonale.
comme on dit, qui se multi-
plient et s'eternisent soit par Qu'elles supposent une
ce que les esuper-grands s'y France independante, c'qst-
affrontent indirectement a-dire maitresse de ses choix
soit pace qu'ils y laissent ct de ses d6marches, cela va
meler leur prestige. Des lors, de sol.
pour tenter de ramener la
raison dans les rapports in- (Voir suite page 2)


Jeudi matin, M. Nixon a
tequ hult des plus eminents
pr sidents d'Unlversites a-
F6aricalnes don't les presi-
Ients de Harvard et de Ber
Keley. On croit savoir que
tes maltres ont fait part de
Ileur profonde motion de-
yant l'usage d'armes a feu
; l'lnterieur de l'UniversitLe
Me Kent et devant les pro-
pos desobllgeants tenus par
certain hauts represen-
tants de l'Administration.
.Alusion non voilee a M. Spi
oro Agnew, vice-president
.des Etats-Unis, qui a differ
rentes reprises ,a qualified
les etudiants de paranoia-
)ques et de degeneres.
Tout recemment, M. Ag-
new avait vivement pris a


A proximitle des iocaux dui
Penitencier National qui s'e-
tendent pratiquement sur
trois arteres, precisament la
rue du Centre, la rue du
Champ de Mars et la rue de
1'enterrement ou de la R6vo-
lution se trouveit plusieurs
course populaires et populeu-
scs oft sont situees de nom-
breuses petites maisons abri
tant des families de condi-
tion modest.
C'est dans une de ces
course, pr6cisement a celle di
te Court ,Laroche situee a la
Rue de l'Enterrement derrie
re la prison que les d6gAts
provoques par les bombarded
ments des 24 et 25 Avril ont
ate asses important.
Un Septuag6naire y a eu
les 2 jambes coupes
Le premier obus a avoir
atteint la Cour Laroche y a,
en un rien de temps, jete la
desolation. Il est tombe jus-
tement sur une maison hau-
te construite en bois apparte
nant & Monsieur Rene Ban-
ce et habitee par Madame
Louis Erol, par Monsieur et
Mme Prosper Brossard et
par Monsieur et Madame
Dieudonne Jean.
L'obus a, au prime aboard,
coupe les deux jambes de
Dieudonno Jean qui se trou-
vait couche dans son lit.
Dieudonne, a ce qui nous a
a6te dit sur les lieux, ne s'en


Nous avons ete le premier,
il y a de cela quelques an-
nOes, a proclamer que ,Le
Nouvelistes avail le caract6
re d'une institution n:ttimona-
le en raison de sa necessity
dans la cite. Depuis ce mot a
ete repris par d'autres et
nous nous en rejouissons, car
cette assertion est absolu-
ment vraie.
Oul, c'est une fierte pour
nous autres journalists de
parler de 1'existence du vclliste>.
Aussi, chaque ler Mat on
se, plait a associer son anni-
versaire la fete du Travail
et de I'Agriculture qui est
commemoree f cette meme
date. Le travail qui fait pen
ser A un effort continue et i'a
agriculture qui evo-quc 'id'e
de semences etl d recolte.
N'est-ce pas le symbol de
a mer en vue d'une recolte de
plus en plus abondante dans
le present et l'avenir.
A l'occasion de ses 74 ans
accomplish, cLe Nouvellistee
a lvre au public un numero
particulilrement interessant.
On a retrace sa vie depuls sa
fondatilon Jusqu'A nos Jours,
et les jeunes generations ont
pu se rendre comple,- ce


parties le President de 1'U-
niversite de Yale, Monsieur
Brewster, decla',ran t
,froldement : qu'il devrait
quitter son poste en raison
de ses opinions liberals. La
plupart des autres presi-
ldents d'Universitas avaient
publiquement marqu6 leur
. indignation devant les sor-
ties de MM. Agnew.
La reflexion touted recen-
te du President Nixon quail
fiant de cvauriense les etu
diants contestataires qui
endommageaient le mate-
riel universitaire n'avait
pas ameliore los rapports
entire la Maison Blanche et
le monde universltaire, qu'
11 'Sagisse des etudiants ou
des professeurs.-.


apergut meme pas C'est
quand sa femme s'etait mis
a l'appeler a tue tOte pour ve
nir au secours d'une autre
victim qu'il avait fini par
se rendre compete qu'il n'a-
vait plus ses deux jambes,
II dut, au milieu de la pani-
que, faire part de la nouvelle
i sa femme qui, sous le coup
de la plus forte des emotions
accourut vers son maria. Ce
n'etait heias, quI pour cons-
later de visI, cc grand rmal-
heur.
Dieudonne a immediate-
msnt It0 transported a 1'HOpi
tal pour recevoir les soins
que reclumait 3on elat.
Quant a Prosper Brossard,
11 a eu beaucoup de mal a
apaiser la profonde emotionI
de sa femme aveugle. Celle-
ci sc trouvait, en effet, assi-
se sur une chaise quand le
bombardment commenga ce
vendredi 24 mai et atteignit
la maison oft elle se trouvait.
C'est que la mason elle-mO-
mre avait tendance a5 s'crou-
ler tandis que les meubles et
autres objets etaient littera-
lemenL dtruits sous le coup
des aclats d'obus.
La petite Darlinc Florus
peut perdre sa jambe droite
Mais l'un des cas les plus
tragiques demeure celui de
la petite Darlene Florus agee
de 8 ans. Darlene qul habite
suite page 4 colonne 8


que nous autres sav;ont de-
ja,- que eLe Nouvellistci,-
particulierement durant 1'oc
cupatioai de notre pays, s'est
inontre a la hauteur de sa
tache palriotique, tache dif-
ficile et dangereuse.
D'ailleurs, les different ar
tiles parus dans ce numero
d'annivernaire, pnt eu pour
but essenteii de fairrc 'reasor-
tir les principals quatitts deo
cet organe devenu indispen-
sable pour le public haitien
et ce travail a 1et fait avec
autant de verite que de ta-
lent.
Nou.; prenons plaisir a corn
plimenter notre confrere et
ami Lucien Monias pour la
maitrise avec laquelle il din-
ge ce journal, auquel il a d6-
ja consecre plus de vingt ans
de sa vie, entoure d'une equi
pe de collaborateurs dcit la
conscience professionnelle
fait l'admiraLion de tous.
Nous avons pris bonne no-
te de son intention de modern
nisere cLe Nouvellistei' pour
le mettre 'en orbit.et du cen-
tenaire.
Nos meilleurs voeux a Mme
Max Chauvet, Luclen. Mon-
tas et la belle equipe du.
son 756me anniversaire.


Des mercredi soir, le Pre-
sident Nixon a demand a
M. -Spiro Agnew de moderer
son language lorsqu'll parole
des jeunes. Fait sans pre-
cedent, il avait regu l'a-
vant-veille une lettre de
son secr6taire t l'Interieur,
M. Walter Hickel, qui dO-
plorait le manque de rap-
ports entire l'administra-
tion et les Jeunes et qui cri
tlqualt personnellement le
conportement du Vice-PrO
sident Agnew. Des attaques
repetees centre les jeunest
ecrit 'M. Hickel, ne peuvent
que les renforcer dans des
attitudes qu'il devlent im-
possible de combattre d'u-
ne manire ralsonnable.
Le Secretaire dEtat a 1'In
terieur de l'adlmnistration
M. Hickel coneluait: Per-
mettez-moi, monsieur le
President, de suggerer que
vous erivisagiez de rencon-
trer individuellement, et
sur le ton de la conversa-
tion, les membres de votre
cabinet. Cette lettre etait
a peine rendue publique que
I'on apprenalt la demisslon
de: Anthony Moffett, ditrc
teur du Bureau des Etu-
diants et des jeunes, pose
cree par administration
Republicalne, en s g n e
de protestation centre l'atti
tude de la Maison Blanche
a l'6gard des etudiants.
Pour enrayer la vague de
protestations, M. Richard
Nixon a mobilise tout son
etat major qui travaille
jour et nult et 11 compete sur
l'effet qu'aura sur le grand
public, sa, conference de
press t6levisee vendredi
soir. II compete egalement




LE COIN DE CECILE



HACHER MENU
Oui, coupd, come le cob
rant dlectrique, tel senr
mon article aujourd'hui
Pour une raison bien sim-
ple: au course de cette se-
maine, j'ai eu just ic
temps d'dcrire quatre li-
gnes chaque soir, entree
deux coupures de courant
Le petit va-et-vient tradi-
tionnel de I'energie dlectri-
que se revele ndfast-e z la
continuity des iddes. Aussi
j'ai piteusement perdu It
fil de toutes les miennes e
j'en avats d'excellentes, je
vous jure. Il faudra quc
tous ceuxa qui cltivent li
manie id'crtre envsagent
d'adopter un tstiye black
out).
Tres amusant 'ntentendre
les gens dire:
C'est un principle che:z
mid: je n'aime pas avoir
des ennuis.
C'est curieux, tiens!
Nous. on adore qa, n'est-cc
pas, les ennuis7
x1i
Nous passons not i e
temps a nous moquer ae
ceux qui, d'aprds nous, sont
.affligds de manies.
C'est un maniaque.
Quel diagnostic plus fne-
prisant? Or, les frots quarts
des gens qui se moqpuent
des maniaques se baisserit
chaque soir pour regarder
sons leur lit afin de s'assu-
rer qu'un dventuel voleur
n'y a pas Olu domicile.
II y a ausssi les abonnds
des grands placards. Tou-
Jours d la recherche de ce
mome voleur qui, entire
nous, avrait dicidd d'avois
terriblement chaud. Sain
parler de sa prledilcction7
ur pourIpossire.
Parmi ceux oui ridicule.
sent les maniaques, il y en
a qui ne mnangeront pas si
on change leur covert d6
place ou qui ne s'asseoie-
ront pas dans une salle de
spectacle s'ils ne trouvCeni
pas la derniere chaise de la
rangee.
Comment faut-il appe-
ler ces... ces habititdes?
Pas de manies, bien sir:..
0 paillel 0 poutre!
(Suite page 4, col. 6)


sur la Garde Nationale, mi
se en 6tat d'alerte, pour li
miter la portee des manlfes
titions d'etldia ts qui s'e-
tendent h tout le pays.
A Washington, le comity
de protestation centre la
guerre d'Indochine et le
massacre de Kent pr6voit
pour samedi prochain une
.manifestation de 40.000 per
sonnes devant ou tout au
moins aussi pres quo possi
ble de la Malson Blanche.
Dans un esprit de concilia-
tion, le D6partement de la
Justice a offert auk organic
sateurs de manifester sar
les pelouses qui entourent
le monument a George Wa
shington. Cette offre a Ate
rejet6e et le week-end pro
met d'etre assez mouvemen
te.
WASHINGTON (AFP)
Venant de routes los re-
gions des Etats-Unis par au
tocars et trains sp6claux,
de nombreux ecoliers, etu-
diants et universitaires corn
mencent a affluer vers Wa-
slington, ou iUs vont partti
ciper domain a la manifes-
(Suite page 4, col. 6)


DECLARATION

de Son Excellence
le President a vie
de la Republique

Son Excellence- le Presi-
dent DUVALIER nous a fait
parvenir le texte de son im
portante declaration:
Le President a Vie de la
Republique d6clare- que la
Patrie a rejete ses fils dana
tures coupables des actes
criminals, de banditisme et
de piraterie des 24 et 25 A-
vril 1970: bombardment -de
la Ville de Port-au-Prince,
du Palals National, attentat
contre la vie du Chef de I'E-
tat et de sa famille, meur-
u tre de membres de la popu-
a lation, arralsonnement de
navires apartenant a det,
- puissances amles.
e Pour la sauvegarde mora-
- le des nouvelles generations
il n'est point indique de pout
* suivre la procedure d'extra-
- edition. La place de cesapa-
trides n'est plus en Haiti. La
Justice haltienne est apt(
at proceder au jugement de
t ces traltres en leur absence.

Docteur Frangois DUVA-
t LIER, President a Vie de la
Republique d'HaIti.

Rarete de
Cigarettes
.Depuis une semaine, le,
cigarettes de fabrication k
cale sonf revenues rares sui
Sle march, a tel point qu
elles'" sont 1'objet d'un mar-
che noir assez intense: lemu
prix y monte du qtart ot
de la moitie et tend meme
ea doubler.
Les cigarettes amsi in-
trouvables sont cells que
prepare la manufacture d(
Tabacs oComme It Faut:
la .Splendidt et la tCom-
t me II Faut, cette denii-
re A bout filtrant.
II imported que cette fa-
r brique renseigne ,tu plus v:
te les consommateurs afir
de mettre un terme aux 6-
xigences du march paral
l1le et tordre le cou aux rt
meurs. .
En effet, le tele6dioli fail
6tat de deux informations
contradictoires.
La premiere, que la Fabri
que aurait dtliberament suE
pendut 1'laboration des 2
Smarques plus haut circes
afin de faciliter 1'ecoule-
ment d'un fort stock de ci-
garettes mentholees et fil-
trees qu'elle avait produl -
tes.
La second, c'est que la
Fabr lque auraltt des machi
nes eh panne ou n'auralt
pas requ a temps le tabac
elabore specialement pour
elle par 1'une des grandes
(Suite page 4 col. 8)


Dimanche 10 Mai 1970 A 5 h 7 h et 9 h


REX THEATRE PREISNT H




LA SYMPHONIES DES HEROS


Entree Gdes 2.50

R6servee Gdes 4.00


.aaaaMnd ..,.~~ia~~~;*j~L4h~IE ~ -. -~I.~I*~~~:I*LBYLIEdeL~.


Installa eon n la Cour


de cassation

Les fortes paroles du Juge Ulrick Noel
VICE PRESIDENT DE CETTE COUR.


Un secteur vraiment



Saffecte par les


bombardments


parsClaude abreville


par Claude Dambreville


La 75eme Annie du

<< Nouvelliste >
LE NOUVELLISTE: UNE INSTITUTION
NATIONAL, ECRIT, OEDIPE







PAGUE ~ ~ L.NIVLIT,."M~ED M17


Installation ala Cour... D6darati de M.I luamn...

(Suite de la lTre age) (Buite de la 46n .'page)


Mn ca coin des Caralbes, je-
t6oes par on ne salt qil dextin
A la crols6e de la civilization
occidentale et oriental 11 est
clair quo l'unique sauvgrarde
do notre cachet d'originalit6,
ausoi bien que la melleoure ga
rantle do notre evolution rEal
de dana 'accomplis ement par
le citoyen de certain grands
devoira et surtout. dansI la s-
talit6e sans cease accrue at re-
nouvel6ae imVrhmee per 'Etat
aux cadres instltutionnels. Or,
ces notions sont sl eosentielles
A t'Iddal dnmocratique qu'un au
teur contemporain. reprenant
le mot de I'illustre Montesquieu,
les a conerdti"s dans ce
'mot magique : Servirl
Oui I Servir aujourd'hui la
revolution duvaliLriste en ac-
aceptant virilement les devoirs
et lee sacrifices don't Is tche
est faite sachant ce qu'il y a
de noblesse, de beauty et de
bonheur v E r i ta b l e
A participer A cette croiasade
de justice social appelEe aassu
rer 'unit de FAME Nationa-
le et fair rayonner la premie-
re "R6publique noire, second
guidon de liberty dans Nle ou-
veau Monde, apres tes Etats-U-
nis d'Amrique -du Nord.
Servir aujourd'hai la revolu
tion duvallriate -on -e ea perfec-
tionnant davantele, on sBe re-
pliant sur soi-mime comrme
pour entendre A chaque miinu-
te la voix convaieuaute -du
Chef de la Nation distant A cha
cun de ses collaborateuri ce
qu'elle attend de lui.
Comment done, Mesdames,


AVIS
MAISON MEUBIEE
A LOUER
(Place Boyer Pdtion-Ville)
4 Chambres 3 Salles de
bain Salon Salle A man-
ger 2 Galleries Reservoir
Machine A laver Piscine
Grand Jardin
Pour renseignementl cdnplE-
mentair e cs re & Max E. Vii-
lard. P.O. Box 883
Port-au-Prince


,Vivez iealue, viez
longfemps grace a
ita-It-eaee *noyaies
La gelde Royale product un
bien Atre -general, elle permet
,un travail intelectoel proton-
ge. Elle stimule t'appdtit, elle
normalise la croissence des -en-
fants insuffinamment develop-
pes. Elie apporte un soulage-
ment rapid et effectif aux-souf
frances femmines dons lee mau
vais jours. Elle rdgularite les
functions digestives et intes-
tinales. Elle einmine la fatique
chronique rajeunit lea activists
defaillantes ou 6puis6es chez
lea Atres humans en donnant
aux intdressEs une sensation
de jeunesse. Des experiences
tentees sur des animaux-ott aug
ment6 leur longfvit6 de :207o
Ella est tout indiquke pow lea s
cures de personnel agnes et,
ses effete ne' sont pae seule-
ment imm6diats mais se pro-
longent encore tres longttops
apres: Grace A cette cure de
Gelie Royale-Miel on a pu ob
tenir des rdsultats inespdrds.
Employee 'meme a faible dose,
il est pernus d'esperer que les
limits de la vieillesse peuvent
etre reculoes grace aux factears
de croissance et de longkvit',
qu'elle content. L'usage regu-
lier du Miel-Gel6e Royale per
met de vivre vieux et do con-
server so vigueur corporelle.
Ainsi pensait dejA Pythagore
qui recommandait A ies disci-
ples de se nourrir de Miel et
de pain. Hippocrate, le pire de
la Medecine attribuait la Ionr
gHvit6 de Democrite et d'Amn
chrton au faith qu'ilso e nourri-
saient de Miel-Gel6e Royale.
Quant A Pollion centenaire don't
la vigueur physique et manta
le Amerveillait see contempo-
porains, il rest aumi long-
tenps jeune grace au Miel-Ge-
lee Boyale.
Hommes femmes et etafanta
fatigues, prenez le Miel lat
Gelde BRoyale pour avoir : vi-
talite, Anergie, dynanama et
joie de vivre. Ce merveiteoux
product des Laboratoiree No-
tre-Dame de Ruclher eat en
vente a la Pharmacie, Sosthi-
me Geffrard.


pothq vous 9E~qvR &
.5A (IV 440&Q VWD


Mesieurs no seralis-jo palicohop
table onvers I'Honorable Dr,
Franuoim Duvaller, de ce man-
dat de conflope qu'll vient de
nm'octroyer, inu retour d'un vo-
yage de perfectonnement en
France. Ausl, cette -marque
d'attentton .pour laquelle je ro
mercie 'Son Excellence du moil
leur de m o i m 8 m e
d 6E p a a s e-t- e l l e ma
modest personnel pour rejail-
lir ur lea dignitakea de oa Sec
tion do ifese Sociale a des
NatloWm Onio, Mint de oa Coo
pratilon Technique du Gouver-
nement Frantais, ceux du mi-
nistere de la Justice de Paris,
ceux sde la Cour de OGavation,
ceux 'de la section -doe tctorat
de l'universitt de Paris, qui, au
course de trois piriples d'Etudes
et de stage ont blen voulu
m'initler aux nouve1les techni-
cits j u r d i q uc s et
aux nouveaux aspects de ior-
ganisation judiciaire et ad-
ministrative dans le domains
de t'Etude, de ]s lutte et du trai
tement de l'inadlption juvtni-
le et do la criminalitt adult.
A a.notre Epoque, l'acce61ra-
tiondu piogras dana les diff6-
rents demaies de la connais-
amece, favorite ,par les moyens
de perfectioanement que la coo
piation international met A
la ,port6e des grands comme
dee petits Etats, a vite fait de
culbuter lea barribres juridi-
ques et Economiques dresses,
jadis A 1'effet .d'arriter I'lan
des jeunes communautbs.
Ce qui ammrgit -dee e ouvel
ordre de chooses demeure le re-
flet d'une ciVeiliation zparvenue
aujourd'hui .Ason apogke, la le
gon d'une commune experience
se precisant par une praise de
conscience plus nette du fait
quo, dais la vie des collectivi-
tes, l'action sociale constitute
une preuve irrefragable en fa
veur du caractire utilitaire de
certain organismes internatio-
naux qui ont pour noms: Soci
tE International de Defense So
ciale Institut Inter-Ambricain de
I'Enfant, SociE6t Internationa-
ls de Criminologie. Institut In
ter-AmEricain de Scurite So-
ciale, Socit Internationale des
Spdcialistes et .Magistrats de
la jennesse, institutions du der
nier apres-guerre qui visent
dans lours d6marches respecti-
vyes A susciter, centre autres, le
relevement du aiveau de la LA
Violation Interne des Etats-
Menbores.
(Voir suite page 4)


C'eli6e -Saint Louis,
Bourdon
La Direction de ce college
announce 1'ouverture des inscrip
tions pour la semaine du 10
Mai. Garcons et filles sont ad-
mis depuis le Jardin d'enfants
(3ans) jusqu' la 56 inclusive-
ment. Les filles sont admisese
A la pension A I'Age de 6 ans.
Tel : 2-0138


oleb celttu independuniice uaIL
l, contraire d'une ambition di.
inuBsure, coinnic ello eat le con-
traire d'une d6mission injustil
file. En 1'exercant, nous pfus
hourtons A une puissancea'd'un
type nouveau qui, d'illeurs, n6
s6vit pas seulement au-delh de
noas frontilrcs: lo pouvoir blo-.
quant do Ila conjonction des ex-
tr6minmes. Mais, malgr6 touted
lea contrariftns, pourquot n'ap-
pliquerions nous pas au service
do la paix la. reflexion quo Vou-
venargues avait tire de son ex-
perience des combats: La pa -
tience est 'art d'espdrer?7
bans doute etain-i bon d'6vo-
quer cetae maxime a la vedle
ou trensueme anniversaare ae
'appol do dix-inui juin, qui
nous ramene at la source meme
te Inocre politique, .ile que,
'ai tents de la definir. an ef-)
let, c eat neuTe uu paesasre
que la volonte est revenue sur-
plomber la poiquer exterieure
de la France. La poursuite de
la lutte aux cotes des allies fut,
par excellence, un cho.x: d'a -
par excellence, un choix: d'a-
ui de la snesiLsance, c'es a dire
de la nation. Mais le propre de
cette volont, c'est que bien
loin de defer la realit (comme
une certain myopie historique
pouvait porter h le croire) -
elle en appelait des realities ap
parents aux x6alites profon-
des. En pregnant un rendez-vous
avec 'avenir, elle a permisa a
la France, selon la cievise de
Pdguy, de tse porter sur de-
mains. Oui c'est le choix volon-
tariste du dix-huit juin qui a
fait de aIn France Pun des mem
bres permanents du Consel de
ScuritU, o'une des puissances
responsables de 1'Allemagne
dans son ensemble (rien de
Lout esia, ne l'oublions jamais,
n'allait de sol) A tell enseigne
que vingt cinq ans plus tard,
one nsgociation sur Berlin, par
exemple, La concern au meme
titre que 'Union Sovietique, lea
Etats Unis et l'Angleterre.
Ce rappel nous permit d indi
quer plus clairement ce quie
doit dtre, aujourd'hui encore, le


UN JOLI CADEAU


Utilisez les jolis Miroirs et Fa-
ces A Main, m6tallis6s. Ce sont
d'utiles cadeaux et a des prix a-
bordables.
En vente A la Boulangerie La
Poste, Grand'Rue.


MONTSRES SUISSES













GIRARD PERREGAUX RALCO
TECHNO LANCO
BIJOUX
BIJOUX EN OR 18 ct.
BIJOUX EN OR FIXE
BIJOUIX -URAT
BIJOUX EN ARGENT
ARGENTERIE CHRISTOFLE
ORISTAL, DE BACCARAT
GRISTAL DE LALIQUE
-CRISTAL DE DAUM
EN'EXCLUSIVIPE A LITTLE EUROPE
ET MAISON ORIENTALE


NCTIrfAWV/O~Y/80 TEA 4V
R&'SER VA 7t/*C& 0 ;'.o 7It
ASSV,9A,1CE VOYAGEZ


BUREAU

CLIMATISE



TEL :

99-359/


rythme A Imprimor A notre po-
]ltique extrieure. J'emplole A
dessein le mot da rythme plutot
que celul de mdthode ou de doc-
trine. Une mtthode -porte la
marque d'un caractbre et n'est
jamain absolument transmissi-
ble, une0 doctrine ne suffit pas
h fournir la clef d'une decision
a prendre devant une situation
impr visible. Une politique ne
se ddchiffre pas our le testa-
ment d'un pred6cesseur, si ills
tre soit- il, come une recette
dans -un manuel: elle eat, par
essence 'invention d'une repon.
.so A l'interrogation des faits.
Qu'en est-il aujourd'hui' Y
a-t-,l un champ pour la volonte,
non pas -ans eombecution (ou
celea va de eoi) mais dans le
choix d'une politique extereu -
re? La r6ponse tient A lanalyse
meme que nous i, sons des rea-
litAs: dans la nmeure oi, non
seuiemenT la cassUre de l'nuro-
-pe, mais iune cegaine assure
du monde est definitive et irr6
me diable, la g6ographie pour
ne parler que a eue dicte sa
politque cxteieure a la Fran-
ce,'au contraire, dons la mesu-
re oi le cGrand Schismeo don't
parlait Raymond Aron il y a
tingt ans apparait non certes
comme dpiphciiomene mais corn


AVIS
La Seecrtairerie diEtat du
Commerce et de 1'Industrie a-
vise le Public en gdn6ral et le
Commerce en particulier que
la Commission Consultative ins
tituCe *par le d6cret-loi du 13
Mars 1963 sur lea Industries
Nouvelles dans son Rapport du
ler Avril 1970 a agree une de
made pr6sent6e le 18 Ddcem-
bre 1969 par Nellie K. Abra-
ham & Felix D. Khoury pour
une entreprise de confection de
vdtements pour homnmes, femn-
'mes et enfants destins a l'ex-
portation et a decide d'aeccor-
der A cette entreprise les b6-
n6fices et avantages du d6cret-
loi du 13 mars 1963 sur les In-
dustries Nouvelles.
En consequence tI franchise
douaniire lui est accordde sur
les matidres premieres, machi-
nes et equipment suivants :
MATIERES PREMIERES.
TIBsus de cotton, soie artificial
le.
Boutons (en toutes matidres)
Zips et accessoires
Fils A coudre
Papier A dessiner, Patrons et
paper pour patrons
Sachets en plastique et acces-
soires ndcessaires A 'emballa-
ge des articles confectionnes.
Cerceaux en plastique et en
bois.
Etiquettes non fabriquoes en
Haiti.


I


MACHINERIE ET EQUIPE-
MENTS :
80 Machines a coudre et access
soires
4 Singer Blind stitch machine
avec table et accessories
2 Singer Button machine avec
accessoires.
10 Singer double needle machi
ne avec table et accessoires
2 Reeze button hole machine
avec table et accessoires Aiguil
les et attaches
Pitches de rechange pour les
machines
3 machines pour couper les tis
sus
2 Equipements A vapeur pour
alimenter lea fero a presser
8 fer s A presser h la vapeur
2 machines pour augmenter
ou dimimnuer les sises des pa-
trons
1 machine pour etaler et ar-
ranger leas tissues our la table
de travaill,
Par ailleurs l'entrepriee de
-MonIeur Felix D. Koury et
de Mme Nellie K. Abraham de
vra se conformer aux disposi-
tions des articles 24 25, 26 et
27 du decret-loi du 13 Mars
1963.
Port-au-Prince, le 15 Avril
1970.
Lebert JEAN-PIERRE
Secretaire d'Etat.


DANS MRt NCE 2M


meajne phaqelou un dpiasodo, Is
pom0billth did choix reparalt: Ic
volontarline cs t- done, subjec-
tivement bien sur mats aussi'
abuctievement ,li@6 A' l notion_
d'ind6pendunce de la. politique
extrieure .
Cette volont6 d'ind6pendance
rdpond, d'aiileurs, 4. une 6volu-
tion historique donp nous avoneF
et6 Cle t6moins et 'don 'j'ei es-
saye, pour ma part, de retrou-
ver ler gralides i1,-3. Voicl
coumnent. 'ai quitte' leQuai
d'Ursay spres y avoir et6'secr6
taire d'Etat pendant trois ans
en juin 1964r J'y suis revenue
Scootle -Mmnistre de6 Affaires
Etrangores ep juin 1969. Le
jour de mon arrie, je me suis
demand :Comment r6sumer
en trois phases les m.tomorpho-
ses du monde au course de ces
quinze annes?? Je vous propo-
se les rdponses que je me suis
donndes a moi-mime:
La fin dte Finvulndrabilit6i
du territoire am6ricain.
La fin du monolithisme
du mnonde communists.
La fin des empires colo -
niaux et la naissance du Tiers-


d'une volonte f!aCiso avo:
cetts triple rfrlmon ?
Tout d'abord, la fin Jde lin.
vuln6rabilit6 du territolre am6-
ricain, qui date du moment pri
cis oih le vecteur de I'arme ato
mique cesa d'etre I'avion pour
'devenir la fus6o d
S Quelle eat la consequence de
cet immense bouleversement, la
fin de t'insularit6e du nouveau
monden premier--lieu du nait
que toute menace la conoeerne
dtrectement t non plus A ehtan
de plus 0ou moino hypothEtique
t'Amerique est encore plus so-
lidalre qu'aupaavant de ses al-
lies d'Outre Atlantique. Mais,
en second lieu, du faith qu'un
engagement pout l'exposer A
des repr6sailles massive Compp
te tenu de son degTe de concern
tration urbaine), elle eat as -
treinte a onLerver une certat-
ne libertA d'actio%. La polittique
amoree par la France d's 1958
et applique en 41966 A savoir
le maintien dans alliance qui
laisse chaque iembre libre de
sa dEcision et le depart de Por
ganisation int6grde qui prive en
failt lea membres europens de
cette liberte --est done calquie
sar une reality& nouvelle.


Monde. .-.- -
Que donne la confrontation (A suivre) Consultzg Votr* Conse-
LUNDI.............. 9h.a1
SMARDI............ B L.&1
I "S ; JEUDI? ..........9 h.,Ili

HAYTIAN AMERICA] SU *R VENDREDI ....... 9 h.il
COMPANY, S. A. DEMONSTRATION to

UINE H CO Apaisez la soif de votr
SOCIETY ANONYME HAITIENNE de HEL

PIANTEURS ET FABRICANTS
Sucre Mi-Raffine POPULAIRE gTOIgE NI
Port-au-Prince, Haiti PETION-VILILE

Vendredi T 6 h. 30 et
LES MONTRES ATTeAQ1


S. A. F. I. C. 0.
Um som dans I'Economle du Pays


S.A. F. I, C. O.
Plus Ade $ 350.o00 essentiellement haitlens aidant a la
reva1orisation de la vie paysanne


S. A. F. I. C. 0.

Des millers de bras haitlems gampent chaque ieur
la bataille de la production


S. A. F. I. C. 0.

Un mlilleo de saende Sisal au service de la Nation Heatleo.m


B. A.F.I. C. O.

Une Industrle Nationale a. service de la Nation Haltliese


S0 A. : o C. 0.
,. l," C 0 .


AU CAPJIOL
Vendredi A 6 h. at 8 h. 80
Samedi A 6 h. at 8 h. SO
LE RENARD
Entr6e Gdep. 2.50 et4.00


-CENTR CULItIAfL
AUDITORIUM
Vendredi A .7 h.
-CHUKA LE REDOUTABLE
9Etree Gde. 1.50,
Samedi A 7 h.
LES TETES BRULEES
Entree Gde. 1.50


CUS SENEGAL
Vendredi A 6 h, 15 et 8 h. 15
LES DERNERS JOURS
D'HERCULANUM
Entree Gde. 0.60, 1.00 et 1.60


ndi 4 au Samedi 9 Mai 1970
lre :
h. a QUALITEX
h. a QUALITEX
h. a FOOD STORE -

h. a FOOD STORE
ous les jours sur randez-vouj
ASA POMPADOUR
e Visage...Avec Skin Dew
LENA RUBINSTEIN

CINE^^x3^S PAM


h. 30
UENT


Entr6e Gdes. 1.20 et 2.00
Samedi a 6 h. et 8 h. 830
PELIGRO
Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50


De Lue -Auto C1I"
Vendredi h 7 et 9 h.
QUI A TUER FANNY
HAND
(ADIOS KILLER)
Entree 1 dollar Par Voiture
Samedi A 7 h. et 9 h.
7 SECONDES, EN ENFER
Entree I dollar Par Voiture


IONTPAtNASSE

Vendredi 1 6 h. 15 st 8 h.
SOUS LA LOI DE DJANGO
EntrEe Gde. 0.60
Samtdi A 6 h. 15 et 8 h.
LES LONG$ JOURS
DE LA VENGEANCE
Entree Gde. 1.00


A MAGIC CINE
(SALLE CLIMATISEE) -
Vendredi 6 h. 15 et 8 h. 15
SAIPAN
Entree Gdes. 1.60 et 2.50

Samedi A 6 h. 15 et 8 h. 15
En 16re Partie : /
UES LEGENDAIRES
DE DELMAS
En 2eme Partie :
REQUIEM POUR GRINGO
Entree Gdes. 120 et 2.50

Reaerciemmts

Mr et Mme Roger Denis et
famille, Mr et Mme Fritz De-
nis et famille, Les families De-
nis, Bazelais ainsi que tous les
autres parents et allies, remer
cient bien sincerement tous ceux,
tant de la Capitale que de i'-
tranger qui leur ont donnA des
temoignages de sympathie a
Occasion du dAces de leur trEs
regrettde mere, grand'mdre,
tante et gand'tante :
Mme EMILE DENIS noe JUS
TINE BAZELAIS, enlev6e A'
leur affection le Mardi 7 A-
vril dernier et les prient de
croire en leurs senttnents de
profonde gratitude.
Port-au-Prince le 6 Mai 1970


CINE PALACE
Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
LE J UDOKA AGENT
SECRET '
Entree Gde. 1.00
Sammedi A 6 h. et 8 h. 15
WANTED
EntrEe Gde. 1.00

AmPOnTCINE
Vendredi a 6 h. 30
(Seance Unique)
En lore Partie :
REcital de chansonnettes fran-
gaises les plus 3opulaires avec,r
la belle Pierrette, chanteuse
eanadienne.
En 2eme Partie :
Exhibition de danses, un grou-
pe de danseurs et de danseuses
jamaicains qui exdcutera la dan
so de feu, la danse de oMuteil-
les. Banda... des numnros de
danses exyraordinaires.
En Seme Partie :
Festival musical par le plus po
pulaire des Mini-Jaz LES VI-
KINGS
En 4eme Partie:
S A I P AN
EntrEe Gdes. 1.50 et 2.50
Samedi A 6 h. 80 et 8 h. 30
BAJO EL CIELO DE MEXICO
EntrEe Gde. 0.60 -et 1.00

Vendredi A 7 h .et 9 h.
TEXAS JIM
Entree 1 dollar Par Voiture
Samedi A 7 h. et 9 h.
LE CID
Entree 1 dollar Par Vbiture


Vendredi (En Pemaanence)
BARAKA SUR X 18
Entree Gde. 0.60
Samedi (En Permanence)
LE JUDOKA AGENT
-SECRET
Entr~e Gde, 1.00

Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
JOHNNY BANCO
EntrEe Gdes. 1.50 et 3:00 /
Samedi a 6 h. et 8 h. 15
En 16re *Partie :
SHUPA-SHUPA
En 2Ame Partie
OPERATION 67
Entre Gdes. 1.650 et 3.00

CINE UNION
Vendredi a 6 h. 15 et 8 h.
MON NOM EST PECOS
Entree Gde. 1.00
Samedi a 6 h. 15 et 8 h.
GRINGO .OUE ET GAGNE
Entree Gde. 1.00


AVEC


LA


Mirtauxiats




EN BOULETTES




GIBBONS


QU.L QUE SOIT

LE RAT


ILPERIKA


UN ATOUT DE PLUS
KODAK INSTAMA"1C

AVEC L'OEIL ELECTRIQUE


















POUR MAMAN
don't c'est la fete
le Dimanche 31 Mai

Inutile d'etre un professional
Kodak instamatic fait tout tout seul
Un merveilleux passe-temps
POUR MAMAN
Avec
KODAK INSTAMATIC












Agent : DON MOHR SALES CORP.
.0 -- i--*w * * * -


VOYEZ


45 A VENUE aAf4/W J/ANA

C/TE ODE L."EXP05TmW


xw- Meow,


--


-- ~ ---


e lU.NODUVELIJBTIB


MI TUKATU"
VeanAredil & 6 b. et 8 h. IS
LE DERNrER PACE A FACE
Entree Odes. 2.50 et 4.00

Samedi a 6 h. et 8 h. 15
En. lre Partle :
LES AMBASSADEURS
Eni Zme Partie:
LE FILS D'UN HORSIA.-LOI
Entr6e Gde. 1.50.



Vendredi a 6 h. et 8 h.
CINQ GACBETTES DOR
Entrie 2.0- et 3 00

Samedi A 6 h. et 8 h.
En 16re Partie :
TABOU COMBO
En 20me PaOtie:
JOE CALIGULA
Entr6e Gdes. 2.00 et 2.50


(
I


.. r1 -7 -T'-."mWAtI 8 MAT 1070


DA"G I


7 Programme




r- S iWrDOWnI M s.


JEUDI 7 ET V3NHDy3 U MX1970


RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


(VOTI. H OROS CO0I1EI
a Pa-F -V~ r4k




Pswit do repre'duation totdb. em partd.Us ris.,,d
Preptletol King lI.slsiree Syvtiosd4.t- HXshisaudt
aLLS NOUVgfLI.9TB*
SAMEDI 9 *MAI 1970


21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Dlveloppez votre sens
critique et votre flair. Orien -
tez votre diversity en des voles
f6condes. Bonne journ6e dans
1'ensemble.
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): 11 sera peut-Atre plus
long que d'habitude pour se d,
cider au sujet d'une proposi-
tion ou d'une solution mais la
rdussite peut toujours ltre en-
visagle. Essayez done.
22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX): Votre ardeur natu-
relle, votre goit de l'entreprise
pourront ltre vos aotouts si
vols n'6coutez pas lea pessimis-
trs et les Eecourag6s.
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Si vous sortez de
votre ligne pour faire des chan
gements qu'ils soient raisonna-
bles ou vous vous heurterez
des difficultYe. En gsnsral, il
sera preferable de maintenir le
status quo.
24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION): DIemandez de ,'aide
li oii vous en avez besoin. N'es-



Aujourd'hui

Pharmacies assurant
ie Service cette anit.
LAVOISIER
Lalue

NOTE DAME
R/Bonne Foil
x x x

DECES DU JOUR
Marie Carmelle Germain
1 anr
Inmunacula Pierre 4 mois
Lucia Jean 75 ans
Gerard Lolseau 24 ans
Mrie. Marthe Dumas 1 an
Jeanty Kernisan 75 arts


RENE COLES
LALUE No. 180


Le Champion du beau SIte-
ment -inonce A ceux qui par-
tent pour 'Europe, leos USA
ou le Canda, qn'il eat ,wnO
du Canada et des Et&as The *
avec une technique modern et
sore, qu'il est en outre le Seal
capable de confectiCnier un
manteau d'Hiver qui, soit la
mode dams lea difffrfientes Cpl
tales du monde.
Ils trousaront gsalement des
costumes et dee pentadem et
on ehoix judicleux de tisue
pour .les d1faats qui prdf6rent
ais cope ear measure.


ULBE
cLE NOUVELLISTE


sayez pas d'en faire trop la I
fois. Appui venant de sources
inattendues. Soyez prlt pour
des accords nouveaux, peut etre
pour un detour.
24 AOUT AU 23 SEPTEM-
BRE (VIERGE): Regardez vos
plans en detail et 61iminez ce
qui peut vous emplcher d'aller
jusqu'au bout. Ecartez aussi ce
qui vous encombrerait inutile-
ment. Stim'ulez bone volonti ct
camaraderie.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC
TOBtRE (BALANCE): Vous
raussirez meiux si vous chassez
instabilit et agitation et de -
meurez sagement dans les limi-
tes de la diplomatic .Des details
emineurso pourront itre impor
ants.
24 OCT'OBRE AU 22 NO -
VEMBRE (SCORPION): Re -
gardez ce que vous connaissez
et qui peut vous apporterle sue
crs. Visez ila rlussite en des --
secteurs nouveaux. Prenez gar-


23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE): Vo
tre activity sera ficonde si
vous savez biens la diriger. Si
vous vous contentez d'observer
que ce soit avec intelligence et
came. Guettez o les possibility
qui s'offrent.
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Pro -
gressez avec legeret; pour n'l-
craser leg pieds de personnel.
Ne provoquez pas des difficult -
tUs. Si vous en roneontrez, af -
frontez les intelligemment et
sans inquiltude.
21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Exami-
nez de pres votre chance. Si
elle semle nlie pas exister en
certain secteurs oi vous vou-
driez la voir, ltudiez la ques -
tion de pres. La journee doit
exclure toute timidite.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)- Journde sup6 -
rieure h 1'ordinaire. Prenez les
rcnes en main, conduisez droit,
ferniement et sans crainte. Ser
vez vous de m6thodes .prou-
vees.
SI VOUS ETES N,, AU -
JOUD'HUIl: Vous avez des
dons divers et des qualitls de
vendeur. Servez vous en habi-
lement et vous rccolterez des
advantages certain. Vousa russi
rez comme peintre, ecrivain, in-
venteur, musicien, chirurgien,
ou si vous avez 6th dou6 de l'a
mour de la nature, vous excel-
lerez come horticulteur, bota-
niste ou agriculteur. Votre per
sonnalit et la r apidit de vctre
intuition sont remarquables
mais vous serez parfois entit6.
R6agissez.


ACIETJZ AUJOPIMRWU
LA MONTR- DEDEMMMN


T~~ ~~ 04T 31TC


r u

La premiere
fabriquee da
vente a l'hor


E. BE
33, Rue


montre autFoatiUe
ms le monde et en
'logerie bil oerie


RTHOLD
des Mirles.


DANS NOS SALIAS DE SPECTACLES


!-^ LE DETECTIVE
Un crime a St6 commit et la
victime n'ept autre que le 1ila
da ba&nq;ier LEIKkt4N. iI-
laut trouvcr un assassin.
La police cortie l'enqut~ ai
un jeune detective vou6 tout en-
tier I son iotlier Joe LELAND.
Cette etude de moeurs camou
fl6e en drame policiesr est une
de 'plus cel6bres rcalisations de
Goruon DUUGLA6.
11 nut dire que Franck SI -
NATRA a pour tLE DETEC-
TIVE) obtenu l'oscar de la'
meilleure interpretation. A ses
c0t6s Lee REMICK, l'adorable
Jacqueline. BISSET sans ou -
bler G. KLUGMAN tiennent
leur role la perfection.
C'est ce chef d'oeuvre que le
DRIVE IN CINE DE DEL *
MAS pr6sente a ses clients le
Dimanche 10 Mai 1'70 i 7 h
et 9-heures.
Entre; $ 1.L00 par voiutre.
S N B.- En raison du aujet
traits dans LE DETECTI -
VE, ce film serait plutit inter
dit aux moins de 18 ans.


-1


EST SUPfRIEUR-PARCE QU'A TRIPLE EFFET
0 ACTION e MASSAGE
4D 0GAtEME TGdgC LiUR ,i -


S UT NT SUR TOUTES LES RTIES
DU CORPS, "-MASSO 0
FAIT MA/ IGRIR par i nination de. graasesa

D4CON(I-.'ST NNNE e N AF RMIT p" /
activatisie la c irsb ties, changes utritif/..
SOL L et LC ONTRi TE 'abai.ssantn a te stao
,aer- e zue'1. ,
OChoioit/lise enstirrbia i oiyei their euttiqaes
L t,-MASSOE


MA550CHO FAlf MAIGRIR ET A(TIIYE GIRCULAION DU SANG
/ Avec "e"ASSOC / a'son obientI
MA/GRISSE RAPID
rl LSI'A TOXIM I 2 ON- OTAs E
D 14Ti &rIDIATIE
GARANTI UN AN 220230 Vo-t 3,
P / MA.SOCH o ", 1ePROOUCnON
MpICAL INSTRUMENTAL, 12, Chauss6e d'Ansn, PARIS
Documentation s.o demanded contre 2 limbs


Joseph C. Valm ..I ('iC
Distributeurs.


ANTI LEAN DUTCH AIRLINES


-*hers clients,

Nous avons l'avantage de vous annoncer le nouvel itinhraire de la AIM
ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI LAM 978
Miami Dp: .5.56..pm
P-amrPce A: 6A4 pmr
P-aPce Dp: 7615 pm
Aruba Ar: 9.30 pm
Aruba Dp 10.00 pm
Curzvo A : 10.25 pm

JBUDI MM7


COwasao Dp :
Aruba Ar :9
Aruba Dp : 1
P-u-Pee Ar : 16
SPaU'Pee Bp : 1
Miami Ar: 1


Pour tV*tAdres informations voyez votre agenee de voyage.


.05 pm
104 am
aom
15 amn
050 am
125 am


x x x x
De Luxe Aute-Cin
Dimanche 10 Mai i 7 h. et 9 h.
' ACROPOLE SIDE STORY
(LE&. PERLES GRECQUES) ,
Une dllicieuse histoire d'a -
mour 6voluant dans une atmos *
,phlre de folle gaiet6 o0( d6fer- (1
lent un flot ininterrompu de
chansons langoureuses, de me-
lodies entrainantes et si atta -
chantes, une vague de danses
:prenantes et voluptueuses, ins-
pinres deola plus pure tradition
du Folklre Hellenique...
LES PERLES GRECQUES
Cette sormptueuse superpro-
duction muicale du cinema
green, brosse avec une exquise
finesse tout le natural fasci -
nant et toutes lea nuances les
plus delicats du folklore de la t
patrie d'Euripide, de Praxitlle
et de Platon.
ACROPOLE SIDE STORY
A ombree de 'Acropole et du
Temple d'Ephlse, les phares a-
vanmes de la culture occidenta-
le, cette fresque musical mer-
veilleuse, partout oui elle a 4t6 0
projet6e avec le plus eclatant
success, porte a la civilisation
moderne un message cliant6 de
la jeunesse nouvelle.
Une savoureuse comldie mu-
Ssicale, embule de tcndresse et
de naivete, de po4sie et de lyri-
me, traversee par des flots iri-
ses, d'harmonie. deo chorlgra-


AVIS
La Secr6tairerie d'Etat du
Commerce et de l'Industrie a-
vise ae Public an General et le
Commerce en particulier que la
Commission Consultative insti-
tune par le Dkcret-Loi du 18
Mars 1968 sou les Industries
Nowvelles a agrce une deman-
de prdsente sle ler Aoft 1969
par Monsieur Stephen AM-
BROISE pour la fabrication de
vDtements et sous-vtementS
destines A l'exportation, et
dans son rapport du 3 Septem-
bre 1969 a accord i cette en-
treprise lea brn6fices et avan-
tagee du Decret-Loi du 13 Mars
1963 sur les Industries Nouvel-
les.
En consequence, la franchise
dounniure lui est done accorded
sur les matire premitres les
machines et quipenent sui-
vants:
MATIRES PREMIERES
D acoupures de tiodus
Fil A coudre
Etiquettes de tous genres
Boltes en carton epur embal
lage unitaire et en vrac (non
fabriqules en Haiti)
Boutons, agrafes et porter a-
grafes
Guipures, Dentelles Ric-Rae,
Paillettes, Rubans
Cordelettes pour ceintures aet
decorations et d'autres du mIn-
me genre utilils dana la con-
fection des dits articles.
Bandes nlastiques non fabri-
qu1es an Haiti
Gum tape
Epingles i teacher
MACHINES ET EQUIPE-
MENT I
76 Machines a coudre indus-
trielles
2 Blind stitch machine
2 Button Hole machine (Ma
chinse fire lea boutonnierea)
2 Button Hole machine (Ma
chine h fair recouvrir lea bou-
tons)
2 Morrow type A class Ma-
chine
PiSces de rechange pour
lea machines
2 Reimner Boilers with 4
irons
2 Pinking machines
2 Ventilateurs pour extrac-
tion d'afr chaud (exhaust fan)
24 Lampes fluorescentes in-
dustrisllea
72 Tubes pour. lasmpes fluo-
reseqntes industrielles (i t'an-
1 Watchmann Clock
1 Payroll time keeper clock
1 Appareil. pour cerclags et
accesoiree
1 P'.lk Up Truck
Par ailleurs l'entreprise do
Mr.;8S hen -AMBROISE dsvra
ase conformer strictement aux
dispositions des articles 24,
26, 0 e 27 du DIcret-Lol du
18 -Mars 1968.
Port-au-Prineo le 6 Octobre
1969.
Dr. .Lsbe-t JN.LERiE
aewlhise dmtat


phie merveilleuse, de chansons foule des grands sC
rendues plus incanitatoires par dront vib'rer aux ace
des voix chaudes et veloutkes.- nants de la guitar
LES PERLES GREOQUMSB 'extasieront de'ant
de suavit6.
Un ruissellement d'art et, de
beauty, une f6erle de coulears, Entr6e: $ 0.60 par
une d6bauche d'accords de gui-
tare, 'rendront plus suggestive x x x x
cette eternelle histoire d'amour
d'un' ver de terre amoureux d'u EiLDORADO
ne Wtoile ou de la princess 6pri
so du Berger, en 6tonhant leg Dimanche 10 Mai
parents surprise.


LES PERLES GRECQUES
Comme les tourists qui cou-
rent, chaque annie se dllecter
de lumisre, de soleil, de beauty
et d'ambiance attique. La jeu-
n e, le les ants de 'art, la


>irs, vien -
ord entrai
gr qne, -et
cettp ferle

personnel


it 5 hres, 7 hres et 9 heures
ELDORADO et Dino Deluu-
rentis se joignent pour pr6sen-
ter avec fierte le plus beau et
surtout le plus original des wes
terns italiens jamsis pr6sen-
t6s a ce jour.


Banque Nationale

de la Rkpublique d'Haiti


Banquede I'Etat Haitien
Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compete de Cheques A la Banque Nationale


8 PISTOLETS
CONTRE CESAR
Un film parlant Frangais en
scope de luxe coulcurs avec la
participation def bulides de 1'd-
cran tels:
Thomas HUNTER, Amkri -
ca-in specialLste en Lir pistolets
h n'importe quelle angle, pisto-
lero possedant un colt A 4 ca -
nons.
James SHIGETA, Japonaas,
cetnture noir en judo ec en ka-
rati.
Nadin MORETTI, TFrangais
1Magicien extraordinaire double'
d'un punch qui ne pardonne
pa..
3 PISTOLETS
CENTRE CESAR
Le western italien qui dl it
tous lea autres djak pr6esids
en Haiti tant par ha puisasnee,
son cth' technique, sea coulers,
son grand luxe et enfin par son
originality.
Un western unique qui ne
peut tre compare kaucun .u-
tre.
SAvez'- vous jamais vu un
western ave un pistolet A 4 ca
none
Ave. vO jamais vu un
wedn ave va cow-boy Inagi
Avez vous jamais vu un
western avec un cow-boy Japo-
nais ceinture noir en judo et -
Karatfi ?
3 PISTOLETS
CENTRE CESAR
Un western qui crache le leu,
sla furie, le sang, l'hroisme, aIs
bravoure et l'humour; un wes .
tern qui ne done point de rlpit
aux spectaleurs; un western ex
ceptionnel.
3 PISTOLETS
CONTRE CESAR
Que vous applaudirez i EL-
DORADO le Dimanche 10 Mai
1970. -
Entree Gdes 2.50 et 4.00


AVIS

Lea Prduit H A M PC 0 pevlt Ife achet"a


aux addresses suivantes


A POTU-APRINE Mme. Robert Gaetjens

Lalue

Coles' Market
Lalae

Boulangerie St-Marc
Ave Ju Jacques Dessalmnes


A PETION VILLE Maison Rigaud
p, Rue Paaam Ieciae

Delmas Market
Autoroute Delmas

SLuce Chatelamin
BRue Toussaint Louverture

.9~~^^xxxxw~xe^v^


C"OMP,*TES'



COURANTS

Dm WIoonmerco comm. dwsFamslidi
Wi~t ham=m d'affaifes doit bnfiioweegdes
114010 modems 'ims beaqus qulvl
soot albn.par fLA BANQUE. K6YALS
DU CANADA.


tow," ptisaimmp-' .

at vuhdiae &anar dcrti, too.
jems -otz isoais




Lema nt*Oaf a is pea* VerNe







LA BANQUE ROYALE DU-CAI*ADA,
iT*A3LIF IN HAITI OSPUWSPLUS DE 40 AeX..

CAN S3952-0
I'Askiqj dSud.,bs i w ye .jb L e s a t'


-Les Bandes Desdues di.(Nouveliistes


~~~.~~-x~`."~.~~-~---~~- ~.~ i ~TI--~I----.~ ---~---s~--.P-~~~~__.- --__~ ____7_._~_r_~_~FT . _~C_7r__7F_~I_~_;-~~ --IT 7-----i-~- __~---__ ~_.__._ 1._1~---~~_17_~~r 111~-


6~-~wow


- - - - - - - - -


'~L'~-' ----~ -----'---~-- --


hi


I - -- -W -- I 71, -,, --- - - I-qm-xf- -11 I - --',7-1.L j3~ ~jLl~~g ~ ill Y _IY~ T~ iP~I~I~---


--


POUR TRAITEMENTS MIDICAUX ET ESTHIIIQUIS :
CELLULITE, RHUMATISME, OBSSITE, LUMBAGO, ARTHRITISME,
DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQOUES, CONSTIPATION,
TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, -etc..

'MAS$OC41O atLue


aI p


I






sci NOVLLBE JED 7 ET Vf~E1BMT17


Sots pcu, Daniel fora fnic-
tlonner S Poit-au-P ctlne tou
te une une s6rie de key-
punche machines*. Tout sys
time de.IBM comprend qra-
tre nmacliihies de base qut
sont : le key punch, le vbri-
fier, le sorter, et le tabula-
tor. Les voyageurs qui sont
arrives on m me temps que
Monsieur Sendral, sont: Mon
sicur Georgilio- Mayo ing(-
nieur dlectroniclen, et Ml-
guel Vasquez, president de
4M. A.I. del Caribe,. Cette
compagnie loue et vend 1,s
machines I.B.M.
Les bras, les jambes, e0 le
visage de la belle Evelyne
sont parsem6s de piqtfre d,
moustiques. La pauvre : La
sympathique htesse dc 1'Of-
fice National du Tourlsme
nous prie d'etre son interprt
te et celui de tous les habi-
tants de la Vallde du Silen-
ce, h Martissant, qui sont
vraiment tatigues de souf-
frir en silence. Depuls quel-
que temps, les maringouins
ont d6clart la guerre a cette
region. Cette ansonce neo rm
tera pas lettre morte, nous
en sommes certain.

Judy Martin, une stduisan
te amencaine, est arrive
ici mercredi apras-midi. Eile
a 6t6 accueillie par son flan-
ca Reimar Stephen. Reimar,
un Aliemand, prcte ses ser-
vices 1l'HOtel El Rancho de
puis le mois de d6cembre de
iannr e dernitre..Aprts son
marriage qui aura lieu trts
bientit, 1'exquise Judy s6-
journera dans le pays du-
rant trois mois. Nous for-
mons d'ores et dejS des
voeux de bonheur pour aes
futurs conjoints.
Le commergant Jean Cas-
sis a pris L'avion mercredi a-
pres-mici. Pendant une di-
zaine de jours, 11 s6Journera
a Santo Domingo et a San
Juan. II joindra les affaires
a l'agrement. Parmi les amis
qui s'Ltalent rendus Sa 'atro-
gare pour souhaiter bon vo-
yage a Ti Jean, 1'on remar-
quailt Babe Lavache.

Mesdemoiselles Evelyne Fon-
taine et Christine Lambert
sont rentr6es de voyage mer
credit aprts midi. Elles ont
pass vingt-et-un jours de
vacancies au Canada. LToxur s
jour 1t-bas leur a StS des
plus profitables, & en juger
par leur mine radieuse.
x _,x
Monsieur Gustave Fran-
cois, proprietaire de cale Club, de Martissant, et
impressario dcs Fantaisis-
tes de Carrefour,, nous est
revenue mercredi main. I]
vienL de passer une semalne
A la Guadeloupe. It nous a
fail la detl.ratloiuh sulvante:
XCes jeuics geni du group
Les FantaisiAlcs ni'oi, inm-
m6 leur impressario et je lIs
ai accompagnles juscU't Poin
te-a-Pitre. Ils ont commcnn6
a se produiie avwc sacc6s auU
Cint Rex, au Cocotral, nne
boite dc nuit, ct dats an a.,:-
tre ftablissOment de Basse -
Terre. En outre, iis enregis-


trent actuellement de\ux dis-
ques de troeite-trols tours
pour la compagnie Cellini.,
XXX
Monsieur Jacques Durand,
la moustachle roussc au vent,
contemplait d'un oell cxtasli
I e s mornes pittoresques
d'Haiti. II est co-pillote S
bord d'une caravelle d'Air
France, et il n'appartlent Ix
cette compagnie que depuis
un mois. Mais i exerce I'aS-
ronautique depuls v i n g t
abs. Monsieur D u r a n d
nous a donn6 assurance
qu'il stjournera sous peu
clans notre pays, au moins
pour un cong6 de fin de se-
maine.
XXX
Madame Kreutzer 'uro-
scau, aeie Marle-Lourdej Lau
ture, a et6 accueillie mercre-
di matin- a 1'aeroport phr des
membres de sa famille. Cet-
te voyageuse vient de passer
quelques jours A Saint-Mar-
tin.
Est Sgalement rentree de
Saint Martin Mademoiselle
Mdlanie Georges.
XXX
Deux bons amis, dicux bons
vivants, Lee Newtor et Wil-
liam Martminez viennent de
savourer les dtlices du Para
dis Tropical. Lee est techni-
cipn en Slectronique et W;il-
liam s'occupe d'electricit&
micanique. Ces deux jeunosn
tourists apparciennent la
Pan Am. Ils onl pass quatre
jours en Haiti, uatre jours
inoubliables. Lee ne nous a
pas cache qu'il raffolait de
inos charming et pretty girls,
ainsi que de notre b.on vieux
Barbancourt. Et l,-. Neux ,.ifs
de William indiquaient 41l'll
abondait dans le sens de son
copain. Messieurs Newtor et
Martinez nionss ont pne do r
mercer Vital Frepedit en
leur nom. Ce guide avert
leur a 6t6 d'un precieux con-
cours.
De loin, Monsieur John IL.
Gray donne l'impression d'i-
tie un home grave e tU'.cl-
turne. Mais, une fois qu'gno
1'aborde, on revicnt vite sur
son compete. John est I'hom-
me le plus enjou 6 qui soit,
et I'on sympathize rapide-
ment avec lui. Monsieur et
Madame John H. Gray, qui
viennent de Coring. New -
York, sont arrives au pays
mercredi apres-lmidi. C'est
leur premier voyage en Hai-
ti. Ils resteront avew noifs jus
Ou'A lundi. Ils sont deqcen-
dus au Sans Soiuci.
xxxxx
Monsieur et Madame Wil-
liam Sagel south reparti pour
les Etats Unis aujourd'hui.
Monsieur Sagel, qui en ast a
son troisitme voyage er: .ai-
ti, se propose d'ouvrir bien-
tot une industries icl.


Remerciements
A tous ceux quO les ont as-
sistl occasion du 6cts de
Mme Pierre Nazon nee Ma-
ria Booz, survenu le 15 Avril
dernier, la famille Nazon les
parents ct allies de la d6funte
exprh ient leurs sinceres re-
merciemEnts.


OFJ IREZ VOUS

SAMEDI SOIR


@ DINER ET DANSER @
@ AVEC LES FANTAISISTES

Au Rond Point Night Club
Admission $ 3.00





I AUCAPITOL

S DU JEUDI 7 AU SAMEDI 9 MAI
A 6 Hres. et 8 Hros. 30
Un spectacle qui vaut le deplacement


C'est a la luml6re de ce
novel aiguillage spirituel
et materiel que toute com-
munaut6 est S mnme d'at-
telndre que le Chef de I'E-
tat, dOs son avtnementau
pouvoir, organisa le lertCon
gres Juridique de Port-au-
Prince et institua, par la sul
te, une Commission Perma-
nente de Refonte de nos Co-
des, charge d'lnt6grer dans
le reel les voeux et recom-
mandations formul6es par
les diff6rentes repr6senta-
tions professionnelles du
pays. IL sortit de ses impor-
tantes ddlibdrations: le Code
Rural A leur tour, des sous-com-
missions de spacialistes fide
les interprttes de la philoso-
phie social du Chef de la
Nation, dlabor6rent tour S
tour : la loi organique de
l'Institut du Blen-Etre Socida
le et de Recherche, la lol sur
le certificate prenuptial, la
lo1 sur 1'Enfance d6linquan-
te et en danger moral, le d(
cret instutant les Tribunaux
pour Mineurs, le dtcret sur
I'Adoption, le d6cret pre-
voyant la creation d'une Po
lice Sociale, la loi organique
du D6partement des Affalres
Sociales et le Code de Proce-
dure Civile. A cette liste, il
convent d'ajouter les d6crets
de I'Exdcutif, contresign6s
par le Ministre Desvarieux,
et relatifs a la rtglementa-
tion du tarif judiclaire, S la
reorganisation de la profes-
sion de Notaire et d'Arpen-
teur A travers le pays.
S'il est vrai que le propre
de l'homme, ce qui constitute
le caracture spctifique de la
sociologie humane, c'est la
creation, la nouveaut6, la ge
ntse de nouvelles structures
sociales et de nouvelles men
talitbs, il est evident que la
doctrine social du Dr. Fran
gois Duvalier, point de mire
de 1'admiratlon internatio-
nal, demeure un phare, une
mine d'enseignements oft les
g6ntrations prtsentes et A
venir, pourront trouver de
nouveaux motifs de croire et
d'esp6rer en la r6habilita-
tion de la race noire. C'est
en function de cette sociolo-
gie dynamique qui pose les
omaltres probltmese des
sciences sociales que la nou-
velle Haiti, celle de Duvalier,
est 6diflie et structure par
des lois qui, depuis 1957, as-
surent le bien-6tre collectif,
protegent le faible contre le
fort, activent la libre circu-
lation des richesses, garan-
tissent le droit de propri6tt
Dans cette optique, le ju-
riste et le Juge devront-
ils interroger la philosophic
du Drolt Naturel qui d6ebou
che dans un pluralism de
rtgles positives : facteurs
d'unit6, de certitude et do
pr6visibilitL. GrAce A cette
m6thodologie prtconiste par
Kelsen, notre Ltgislation
Interne s'est-elle lentement
tpurte de la m6taphysique
de la codification napolto-
nienne pour s'adapter aux
exigences nouvelles pose;


INSTANTANES:

(Sultel


(Suite de la page 4)
par nos commotions popular
res de 1946 'et de 1960. Cette
rn thodologle explique avec
bonheur la genbse du Droit
coutumier qui faith ,,Prt-
sident de la Rpubhliaue la
plus haute 6manation de
la Nation, de 1'Etat et du
people. Cette formulation,
suivant l'expresslon de Kel-
sen,convlent a tous les r6gl-
mes juridiques et y projet-
te l'harmonie, l'ordre, l'intel
ligibilit6 et l'unlt;, condi-
tions essentlelles de la
science juridique. En ter-
mes pr6cis, l1 y a lieu. de
reconnaltre que notre 16gis
lation Interne, traverse
par ces nouveaux courants
d'humanisme, demeure sou-
p 1 e diversement obliga-,
toire, ouvert, pulsque 1ordre
social auquel nous aspirons
nous oblige, parfois I cher-
cher a d6couvrir et a Slabo-
rer des constructions juridi-
ques SA lumitre de toutes les
disciplines qui se donnent
pour t a c h e d'6tudier
1' Ho mm e. A u s s i, le
M a g i s t r a t, regarded
ra-t-il, dans certain cas,
au-dessus de la loi tcrite a-
fin de restituer au Droit
son adherence d la vie so-
ciale, c'est-a-dire lui procu
rer cette autorit6 qui sau-
ra le dtgager des Impassa.
du positivlsme Jurldiquo.
Mille fois mercl, Monsieur
le President de la Cour de
Cassation, MessieurS les Re-
prtsentants du Parquet et du
Barreau. Vos consolantes pa
roles, reflet d'une culture g6
ntrale mise au service de
I'Art judiciaire, nous exhor-
teront SA mieux faire. Nous
tacherons de perpttuer en
ces hauts lieux de la Justice
haltienne le souvenir du Vi-
ce-Pr6sident inttgre et corn
patent que fut notre prtdt-
cesseur, Me. Joseph Mar-
thyl St. Julien. Sur la fol du
serment que' nous venons de
prCter, nous prenons 1'enga-
gement formel d'etre au
sein de la cit6 un Agent de
Morality si tant est que la
Morality d'une collectivit6 se
measure S la morality de ses
Juges de tous les degrts.
Nous renouvelons aujour-
d'hui notre acte de foi dans
le duvalibrisme et sonnons
le rappel de tous les fils de
la Patrie autour de la per-
sonne du Chef de la Nation,
afin que les crimes de gtno-
cide d'un nouveau genre, di-
rigts les 24 et 25 Avril der-
niers contre la population-ci
vile de Port-au-Prince soient
condamnts par la juridic-
tion comp6tente. Fiddle aS
ses traditions d'honneur et
de discipline, le Pouvoir ju-
dictaire sera, a 1'instar du
Pouvoir Ltgislatif, le dernier
carrf out la doctrine social
du Chef de la Nation sera
farouchement dtfendue jus-
qu'au dernier Magistrat.
Puisse, Mr. le Secr6taire
d'Etat de la Justice, Son Ex
cellence Me. Simon Desva-
rieux, revenue parmi nous
pour continue la tache qu'il
a si brillamment inaugurte
dans lea pass, transmettre
Sau President a Vie de la Rt-


RESULTATS DU TIRAGE ,



Pine-Sol*

DU 3 MAI 1970

NOM PRENOM NOM PRENOM

Chtry Serge $ 50.00 L(on Alty $ 5.00

Clerphon Joseph F~de 25.co0 t. Ville Jacques 5.00

Mehu Estonion 25.00 Brice Delande 5.00

oachi'm Guy 5.00 Mme Hyppolite Ren6 5.00

Berrette Pierre Albert 5.00 St. Louis Carmita 5.00

Charlotin Monique 5.00 Destin Fito 5.10 FECTs DE

Daquin Gabriel 5.00 Clermont Pierre 5.00

Leconte Jn-Louis 5.00 Mme Aubourg Michel 5.00

Agnant Willy 5.00 Dtrosier Lucas 5.00

Martely Roger 5.00 Mme Samson Princivil 5.00 -

Sulfat Simeon 5.00 Anglade Marline 5.00 '

Francois Ghi)laine 5.00 Yvanne Kensky 5.0C

Handal Beroy 5.00 Sebian Germain 6.00 A produced f "''

Prochain Tirage: Dimanche 16 Aorit 1970 6 Teld-Haiti au course do
programme PINE SOL (Les incorruptible8D
Pour parliciper relournez vos bouleilles vides de Pine Sol i la
'oulangerie St. .larc
SPINE SOL Nelloie Mieux, Dosinfecte a 100%,' D sodorise en meme
temps.
1i 3C! a^tf^C^^


publique, nos respectueux,
hotnmages et nos remercle-
mebits renouvelts pour la
nouvelle marque de conflan
ce don't nous vepions d'etrea
rlatireux bnfllatre.. -


Ephemerides

ltaitiennes
7 Mai 1842.-
Jules Muscent naquit ei
1778 a la Granoe RLvibre au
Nord, d'ur. pere Franqals et
d'une negresse libre. II fit.
ses etudes en France. De re
oour en Haiti, a la fin du rt
gne de Dessalines, il se ft-
xa a Port-au-Prince, oal U
fdhda, en 1817, notre pre-
miere revue littiraire: cL'A
belle Haitlenne, il fut Slu
President de la Chambre
des Dtputes en 1838. II dis-
parut dans le tremblement
de' terre de 1842, qui detrui-
sit le Cap Haitien.
Jules Milscent a public
dans sa revue, des tables,
des chansonnettes, des 6pi-
tres, des Bergeries et des
vaudeville. -
Dices de M. Alberic
BernMoumieux
Nous annoons avec in-
.finiment de peine la trlsre
n6uvelle du d6cts survehou
en sa residence a Petion-
ville de M. Albtric Bertllou
mieux.
.En cette douloureuse air-
constance, Pax Villa t <,Le,
Nouvelliste prtsentenu leurs
sincares condoltances ik Ma
dame Alice Lepite, a :.es en
fants, Mme Jeanne Berthou
mieux, frig6nieur Pierre
Berthoumieux, Mme et fa-
mille, M. Gfronino de U--
guarte et Madame nte Ali
ce Berthoumieux et famille,
M. Antonio Nuniez et Mmine.
n6e Anne-Marie Berthou-
mieux, M. et Mme Louis Ba
cha Mme n6e Lily Haig, sa
fille adoptive, a ses petits
enfants M. et Mme Jean
Hue et famille, .M. et Mme
Yvan Hue Fils et famille,
M. et Mme Arnaud Blain,
Mme nte Marlene Huc et
famille, M. et Mme Gabriel
Marra, Mme n.e Ginette
Huc et famille MM. IRobert
et Rudolph Hue, a Fe, nie-
veux et nieces, Mme Mar-
tha Boisson, i'Ingnieur Au
guste Boisson Mine et fa-
mille, M. et Mme Alfred
Boisson et famille, M. et
Mme Jean Boisson et family
le, l'Ing6nieur Luc Boisson
Mme et famille, M. et Mnme
Jules Boisson et famille, M.
et Mme Marcel' Ducasse et
famille, M. et Mme Rent
Martin et famille, M. et
Mme Max Fouchard et fa-
mille, aux families Berthou
mieux, Huc, De Uguarte, Nu
nez, Blain, Boisson, Ducas-
se, Martin, Fouchard, Ba-
cha, Haig, Marra, Camille,
Trltmaque et S tous les au-
tres parents et allies (prou-
vts par ce deuil.
Les fun6railles de M. Al-
b6ric Berthoumieux seront
chanties le samedi 9 mai
remainn) a 4h p.m. t'n 1'E-
glise du Sacr6 Coeur de
Turgeau. Le convoi part -
ra de la Salle Paroissiale o(i
la depouille mortelic sera
expose dts 2 heures. I'en-
troe au cimetitre se fera
par la Rue Mgr. C uillouix.


Les Manifestations
(Suite)
station de protestation con-
tre la guerre du Vietnam et
au Cambodge.
Cette manifestation t-
tant organlste par un
,grand nombre de comitts
difftrents, il est difficile
d'estimer a l'avance le nom
bre de personnel qui pren-
dront part au dtfile.
Deux mille gardes natio-
naux sont prtts a mainte-
nir l'ordre, mais ne quitte-
ront leur caserne qu'a la
demand de la pol.'e mnmi
cipale. D'autre part, le Pen-
tagone dispose A Washing-
ton et dans les environs im
m6diats, de troupes en nom
bre suffisant pour n'avoir
pas en principle A fair ap-
pel aux piaruchistes et aux
marines stationnees dans
des bases plus lointailns.
L'agitation ne s'est pas
calmie Jeudi soir dans 1'en
semble du pays. On iagna-
le de nombreux incidents
dans des Universit6s et des
Colleges.
A Buffalo, des inconnus
ont tirt des obus, blessant
quatre 6tudiants.
A Carbondale, dans 1'll1-
nois, quelque 300 6tudiants
de l'Universitl du Sud de
l'IIlinois ont bloqu6 sur la
vote, pendant quelques mi-
nutes, le rapide .Nouvelle
Orl6ans-Chicago. Des gar-
des nationaux les ont dis-
perses i co'ms dc grenades
lacrymogtnes. Les mantiles-
tants se sont ensuite renou
pts dans le centre de la vil
le, ofu ils ont brist des vitrlI
nes de magasins.
A l'Universitd du Viscon-
sin, A Madison, les 6tu-
diants opt allumS plus de
40 incendies sur le campus,
avant d'Itre disperses par
la police qui les a bombar-
dts de grenades lacrymogt-
nes.
Sepl personnel ont Sit
blesses A l'Unlversltt de
Seattle. dans l'Etat de
Seattle, au course d'une ba-
garre entire des tudiants et
un group de personnel qui
avalt p6netr6 sur le campus.


Installation a la Cour.


LE COIN DR CECILE ,
suitss)
NoUs nous croons bten
dlevds. Et puts, .un beau
Jour, nous avons envie de
dire quelque chose & AIorefl-
le de quelrqu'un, en prdsen-
ce d'autres personnes. A- t
lors nous la sons, cette c
chose. L'tntermdde achevd, r
nous revenons d la conder- E
station gdenrale. Et nous
continuous de croqre que
nous sommes ben levds.
Tant pis pour ceux qui
n'en ot. pas, mats icd en
Haiti, nous en avons. QuoLt ,
Des peincipes parbleul .
-Par example le fond de
notre pofte-monnaie (je
n'at pas ait de notre porte-
feuttle) est r'servd a la qud
te du dimanche. Nous le ra
clons au moment voulu et
nous. versions gendreuse-
ment notre obole dans le
panier :' 10 cobs. Jamats
plus.
La plus belle fille du mon
de ne donne que ce qu'elle
a. Ele a bien quelques bil-
lets, mats Uls sont rdservts
pour les hamburgers et les
places du dimanche aprds-
midi. C'est encore un prin-
cipe.
xxx
Its etaient deux, cette se
maine, assis sur le gazon
d'une place publique et en
train d'ttudier quelque le-
Qon pour le lendemoain.
Tout a coup on entendit :
aRoye* et L'un des 6tu-
diants prit la fuite. Il ve-
nait d'apercevoir un dnor-
me crapaud d deux vas dce
son eoude.
Ca li yd?
Crapaud.
Crapaud? Oh!
L'affaire s'annongait diver
tissante. Trois autres jeu-
nes gens qui dtaient plus
loin fermdrent leurs livres
et s'approcherent. Des im-
pressions d'ordre dimen-
sionnel s'dchangerent. Cer-
tains trouvdrent le crapaud
aussi gros qu'un boeuf, ce
qui faillit mettre en peril
les dires de La Fontuinc.
Agacde, la bdte fit trois
bonds. De nouveaux (hoye)
dclattrent. Un passant in-
,tervint, armed de plusieurs
pierres.
Pas tuyd li Monche
Deux marchands de pa-
tes profitdrent du sursis
pour demander ce qui se
passait. Ils furent mis au
courant de la situation et
la trouvdrent intdressan-
te. Nouvelles considerations
d'ordre stratdgique cetta
fois-ci. On dchangea les
paniers centre des pierres.
Et pendant que les patds re
froidissaient, les marchands
jouerent aux tordadors a-
vec le crapaud, encoura -
ges par des :Bali!, en lieu
et place des cOlld!,.
Comment I'affaire s'est -
elle terminde? Je ne sais
pas. Je sats seulement que
lorsque je me suits dloignde
du trottoir oft j'assistais au
spectacle en premiere loge,
il y avait ddjd 29 personnel
autour du malheureux cra-
paud Et les derniers arri-
vants m'ont laiss e l'impres-
sion de ne pas savor pour-
quoi ils regardaient le ga-
zon avec tant d'inttrdt.
Loisirs et rumeurs...
Cdcile


OIR


Le Mercredi

4dical c:
(Suite) 1l
ont relevtes d'un motif re- a
presentant un :palmier plan- U
t sur un livre, confondant q
les racines avec la matitre- P
m6me du yivre-comme pour e
firmer que 1'6tude eat la C
source de toute connaissan- it
le. Le palmier, nourri de la I
seve pulse S la base, gran- "
lit en s'enrichissant de 1'ex- J
ptrience quotidienne que fi- u
gure un stfthoscope enroul6 t
dI haul en has dc sun Lrone. I
[I s'6panouit au sommet i
dans lc geste tale de sa Ia- d
mure come pour affirmer I
encore que toute connaissan c
ce acquise est promise a la
diffusion. I
d
d
Chalne de Dollars r
Le nom est de nous. Ii s'a e
git d'un jeu nouvellement
introdult chez nous. Il se o
peut qu'il fasse sensation.
C'est une parodie, si1 l'on
peut dire de la tradition
des iChames de Prinre,.
Essayoes de 'expliquer.
Un ami ou une connais-
sance vous fait, parvenir
un paper portant les noms
et addresses de quatre per-
sonnes avec les instructions
suivantes:
a) Envoyez un dollar sans
identification aucune
de votre part a la pre-
mitre personnel porr,6e
sur la listed.
b) Copiez le texte en six
copies, les donner a six
personnel serieuses
dans un dilii de iinc-
tre jours.
c) Eliminez la premiere
personnel et porter vos
noms et addresses sur
les copies en 4rnme lieu
en respectant lordre
des noms sur la feuille
reque.
d) Recevez 1.000 dollars
au moins dans un d--
lai de 20 jours.
Le jeu se dtroule comme
suit: les six personnel qui
vous envoyez les six copies
ont votre nom en 4tme lieu.
A leur tour, elles envoient
les six copies a 36 person-
nes qui ort alors votre rom
en 3ime. lieu. Les 36 en-
voient leurs dopies a 276
personnel et votre .aom se
troupe en deuxitmc place.
Les "276 communisene l'es
copies a 12960 autie cc .o-
tre noin est en premiere
place. C'V. t alor: .ii la
chain ile dollars :;. fernie
sur vous le dernier maillon.
Vous etes possesseurs de
1.000 dollars au moinS,
compete de certain impon-
derables.
Depuis quelques jours, les
copies courent les rues de
la Capital. On ne coni-
prend pas trts bien le true.
Mais on se dit qu'en fin ce
compete, L'on n'a rien n lper
dre, que de toute fagon, on
finira par recueillir infini-
ment mieux qu'un dollar.
Sans commentaires
G.A


Un sectear
(suite)
hez son once Louis'Milfo t
uit ses cours scolaires &
Institution Thomas Madiou
la Rue des Casernes. Aler-
e.et gale, il y a pelaine quel
ues heures qu'elle avait d6-
os6 ses livres et ses cashiers
t gambadalt un peu sur la
our quand dlle a i6t atteln-
ae la cuisse droite par un
clat d'obus qul lul coupa
i'un coup l'arttre princlpale.
etae par terre, elle poussa
e crl aigu et ut transpor-
te A fH6pital. Mais a la sal-
Sd'orthopedie of les soins
ndispensables lui sont pro-
ligues avec tout le d6voue-
ment'et l'empresscment n6-
cessaires, elle souffre terri-
ilement. Une greffe a td6
pratiqute sur elle a 1'aide
oun morceau de chair d'une
ae ses fesses; ,epenidant le
rsoltat, & ce qu'il nous a dtt
donnrt d'apprendr nest pas
encore tout a fait concluant
en ce sens qu'll y a semble-t
11 un probsime de cltculatlon
qui so pose. Si celle-ci ne se
iormalise pas, on sera bien
oblige de couper la cheville
droite de la petite Darltne,
11 faut bien esp6rer que ce -
la ne se produira pas et que
la science aidant. Darlene
conservera intact et entire
sa jambe droite.
C'est d'ailieurs le souhalt
que nous lui faisons deotout
notre coeur.

Fiaucois Ricot Ia echappe
bel
Frranqois Ricot est oun v6ln
role sexagInaire de la rue
de la Rtvolution ou depuls
quelque temps, il habit u-
ne petite mason entire Cour
et basse-cou immatriculte
eu No 87. Pere de nombreux
enfants et de petirs enfants
le Ptrrn Ricot esL pluL6t se-
dentaire.
Ainsi, nous a-t-il confine a-
vec stupeur je venuis s pel-
ne de nme lever ue cetLe chain
se quand elie a et litterale
ment S cras6e par un eclat
d'obu s. .
L'obus a effectivement en-
dommag6 en parties la mai-
son de Frangois Ricot et cau
se d'assez graves dommages
dans la cour de .sa maison
C'est ainsi que ce sont les
pompiers qui, appeals d'ur-
gence, parent recuperer un
obus qui n'avait, pour sat
part heureusement pas explo
so, semble-t-il.
En definitive il parait que
le secteur de la rue de la Re-
volution compris entire la rue
des Casernes et la rue du
Champ de Mars a tte parti-
culierement atteini, par les
bombardments des 24 et 25
Avril ecoules et pout Stre con
sider6 come 'unl des quar-
tiers de la Capitale les plus
Oprouv6s.

RARETE DE CIGARETTES
sitet)
firms amtricaines, la xLa
rus Brothers, dit-on.
Un avis, un tout petit a-
vis, si breft solt-il, de ia
Compagnie eComme ma I
Faut, renseigneralt a bon
escient distributeurs, gros -
sistes, vendeurs, fumeurs et
aussi les fumistes.


AU CAPITOL
Dimanche 10 Mai d 5 Hres. 7 Hres. et 9 Hres.
Le premier film de la Se6lection
GERBE DnOR STEVE Mc. QUEEN


Le Meilleur Policier Amiricain
depuis Vingt ans
ROBERT CHAZAL--FRANCE-Sj


I'oila un Ecellent e.Policier cSBULLITTs
est passionnant. Un film a voir
PARIS MATCH
Entree : G. 3J00 et G. 5.00


- - -- --


404 -_dmd


----- ------i


tcLE NOUVLLLISTEj-


JEUDT 7 ET VLEWDRBDI j MAI 1970


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs