Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06728
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 24, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06728
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text
~!es-~--- --n--n--


QpOTIDIEN

LE PLUS ANCIEN D'IAITI
FONO'iN 1*95

icW~~ree t dmou-r ow Chef :
LUC/EN MONTHS

Administrafre : MA* MAX CHAUVEt'


rMEU= DU L'AWOOIU.0 OI Ialn'BRAXRN AINU U, E R


Adresse: RUE Du CENTRE
Nt 213


PORT-AU-PRINCE (HAITI)



BOITE POSTAL : 1316

4


No 28:066 I AN ''I VBNDREDI 24 SAMEDI 25DIMANCHE' 26 ET LUNDI27 AVRIL 197)




((Notre grande revolution social et les forces invincibles du 22 I Grande Manifestation de


Septembre 1957 triomphent comme elles triompheront toujours de MPatE n DE LA

toutes les conspirations et de tous leg obstacles, CHAMBRE LEGISLATIVE
La Cit6 Dumarsais Estim6 a se portaient dans 1'apres-nmii
-te ce matinle th6Atre d'une co devant le Palais National oh
La Nation continue, sous man leadership, sajmarche ascentionnelle et les grands travaux infrastructure de.la deuxiime loale mafestation popuaire ala le Priden D
,i en- P'honneur de Son Excellence lier..
dicennie tecshnolgique se poursuivront per fas et nefas. le Doeteur Francois Duvalier, 21 X'
Conclut le President 6 Vie de la Rgpubliqe, Dr. Francois DUVALIER, dans son vibrdnt message d'hier soir. quie. IMPORTANT DECRET DE
S* D I En ef'et. les organizations LA CHAMBRE


di
Is


Mrs Chers Concitoyens,
Dans tout Gouvernement Rd-
volutionnaire appeal A accom-
plir de grande choses, au course
de la monte i l'assaut de nou-
velles Citadelles a detrus-e, cer-
tauins militants peuvent itre es-
soufl6s, manquer de courage, de
foi et tomber en course de rou-
tc. C'est la un jugement 6ternel
de l'histotre et on en est d'au-
tan't plus convaincu apres avoir
lu les pages de Louis MADE-
LIN dans pereur et I'ouvrage de Marcel
DUPONT intitulde La Trahison,
des Marechaux). De mime
qu'on ne peut poitt reformer
la mentality des. traitres, ca'
c'est le Destin, de mime auss;
on ne peut rien centre la mar-
che de i'Histoire, ni le destiny'
des Hommes hars-serie.
Vouis cstes dji au courant,
Chers concitoyens, des acts dc
Banditisme perpptres centre le
Gouvernement Constitutionnel
de la RHpublique et lids a un
Ultimatum envoy6 pa' radio h
la date du 24 Avr d 1970 par ie
Colonel Octave Cayard en rebel-
lion au CHEF A VIE DE
L'ETAT d'Haiti lui demandant
de remettre le Pouvoir A d'au-
t'es citoyens sans eitre, ni qua-
litd, mais plains d'ambition pour
instaurer un odgime de Demo-
cratiec populaire A base de mar-
xisme 16ninisme, d'autant plus
que les pa--quistions pratiquies
ont permits de retrouver des do
cuments de nature communist
dans les papers du dit colonel.
Le Militaite est fait pour
obeir et non pour dieter des or-
dres aux Hommes d'Etat, puis-
que dans la Constitution Hai-
tienne actuellement- en vigueur
I'Armne eat Apolitique.
A partir des trois vaisseaux
GC 8. GC 9, GC 10, les mutins
des Garde-Cotes se sont livreds
a des tirs directs sur le Palais
National don't l'Aile Ouest a
dti seriousement endommagde,
le Palais des Ministeres. le Pd-
nitencter National. les Casernes
Jean-Jacaues Dessalines. ie
Fort Dimanche, des quarters
rdsidentiels et les marches pu-
blics. Les obus ont caused de
nombreuses pertes de vies hu-
maines et des ddgats imior-
tants.
Des les premiers moments
du Bombardement, le President
i Vie de la Rnpublkiue trans-
porta Ses Bureaux i un autre
6tage du Palais d'ob, I1 organi-
sa Son Poste de Commands-
ment pour fare face comma
d'habitude avec la mIme luci-
d.it6, le mime sang-froid, a la
trahison d'unr partie des meis-
bhre des Garde-Cotes. D'abord.
pour obliger les mutins A s'dloi
gner de la Capltale, des batte-
ries des Forces ArmIes Terres-
tres furent places ai des posi-
tions clefs et ouvrirent le feu
sur les traitres. L'Aviation. Ha;
tienne executa avec success el.
conformdmoent aux instructions
du CHEFDE L'ETAT. le bom-
bardement systdmatique des
Vaisseaux. En fait. d&s l'aurba-
midi, le Chef Constitutionnel etl
i Vie de la Nation contrelait
parfaitement la situation sau
point de vue militates tandis
que de partout et surtout deo
belles provinces Duvalieristea.
affluaient des Messages d'adhb-
sion, de support et de f6licia-
lions. Le Cabinet Minustiriel et
tle Fonctionnaires da l'Etat, le
Present de la Chambre Ldois-
lalivi. les Forces Armees d'Hai-
ti, le Corps des Volontaires d'
l., Sduritd Natlonale. le 'Peuple
- en gndrsal condamnaient avec
hnergie le comportement ignoble
de ceux qui a des ttres divers
=a trouvent impliqu6s Jans !9
complot visant i attenter *' la
Vie du C-HEF DE L'ETAT atrs
fins de constituer un rgim to-


L'INDUSTRIEL ANTOINE
KHAWLY A MIAMI

Nous avons lt6 heureux de
rencontrer l'A.tif industrial An
toine Khawly, de passage -Y Mi-
ami, en route pour New-York
ofh il va signer un important
contract pour la creation a Post-
au-Prince d'une usine qui utis,
lisera de nombreux bras. Au
moment o il es article de la pe-
tite industries connaissent, un
vogue sans ,r6'c6dent, il est at
south titer que notre ami Antoi-
ne raussisse dans ses d6marches
et que le project rentre bientlt
dans la phase de la rlalitl.
x xxX -
LE COMPTABLE TIMOTHEE.
DE PASSAGE
Nous avons aussi rencontre
notre arnt Georges Timothee, le
Comptable de CUSINE A GLA
CE NATION.ALE. qui Itait ve-
nu consulter usn apclahlste.


talitaire d'exploitation ct ainsi
arrvter la marche triomphale dp
la Revolution de Justice Social.
que J'incarne depuis le 22 Sep-
tembre 1957 1i la Premnere Ma-
gistrature do l'Etat
La Paix des rues, la protcr-
tion des families et des biens
ltaient assures par les patrouil-
les mixtes des Forces Armies
et de la M'lice, don't la fid6liti
,h Ma Personne s'est toujours
rev6l6e nMdbranlable sans omettre
la Haute Police Secrete d'Etat.
Des Bataillons de la Garde Pre-
sidentielle, des Casernes Jean-
Jacques. Dessalines, de la 'Poli-
ce de 'Port-au-Prince, de la Mi.
lice du Dlpartement de l'Ouest,
des Milices Artibonitiennes fu.
rent ddployts sur le rivage du
Fort Lamentin i Montrouts
pour s'opposer. pat les armes as
touted tentative de deobarquement
des rebelles.


Les tests doe 1'esculape n'ont r6
v616 rien d'anormal dans l'orga
nisme de Georges heureuse-
ment. Apres quelques jours
dans la Citd du Soleil, il est
parti i destination de New-
York et du Canada pour visit
ter des parents.
xxx
BIENTOT UNE TROUPE
FOIJKLORIQJE HAITIENNE
A MIAMI *
Les 4tudianis haitiens des
deux sexes ant jetl les bases
pour la formation d'une troupe
folklorique. Eldves de High-
Schools set de Colleges so sont
reunite pour discuter les plans
de cette ide intdressonte i plus
d'un titre. Des sp4cialistes du
folklorique, d4e professeurs de
chant et des chorlrographes ant

(Suite-page 6 col. 8)


i des puissances amies, s'empa-
Irant par la Iorie 'de provi-
sions alimentaires et do car-
burant.
Pris de ddsespoir et foulant
aux pieds la dignibt de cette
Nation cour laquelle. Je ne
reculerai devant aucun sacrifice
ils demandalent a certain pays
d'intervenir it d'occuper mili-
tairement la Premiere Repu-
blique Noire Ind6pendante du
Monde. Dbs 11 heures du ma-
tin, le Samedi 25 Avril, les
biteaux prenaient la fuite i
toute vitesse en direction Nord-*
Ouest vers 'e Mole Saint Ni-
colas et le prand large.
J'ai ddjh instruit les Agents
Diplomatiques et Consulaires
de Mon Gouvernement d'entre-
prendre les demarches ndces-
saires auprsa des Gouverne-
ments intdre-'cs pour lo) que,
come les pivAles de 'air, ces
pirates terrorists et oriminels


SDans le domaine internattw desu Gard.eC.tL
- nal J'informai les Gouverne diatement mis
mental responsables du Conti- nation, 2o) que
nent de cet Acte de Pirte aeri. oient conserve:
et de Banditisme susceptible d o r lre ren-a
nufre a la Paix hEmisph6riqu e s n
et J'envisageai les measures i en ti, 3o)S an R
limiter les mfaits. l ,ti, 3o) einn
'Pour rassurer Mes Amis de d'Extrditiol
la vieille Europe et particuloi- t'ain an quo
remeno de la France, le Samedi de droit cam'm
25 Avril i une here du martin las Justice h
J'accordai une interview en Di-
rect la chaine Europe No. 1
Je precisai alors pour l'opinion Les bAtea3
internationalO que seRulement 15
pour cent des member desi Gpr- rebelles s
de-Cotes se trouvaient compro
mis loans cette vaste operation arrives a
de Banditisme conire le Prdsi- .
dent tA Vie de la Rdpubliu e Guantana
dent la Persona e reprNsente,le u l- Guan l
vant la thser meme des Jurra-
tes, la NATION, L'ETAT, Is Selon urine cor
PEUPLE et le GOUVERNE- lAmbasade de
MENT. J'ajoutai que le popu- Port-au-Prince.
lations haitiennes restent sou- 1. Les hb
does A leur CHEF et tandis qua sont arrives A I
le bombardement 6ta:t dirigd tanamo.
sur le Palais National, les Du- 2.- Le Col
valiristes sous les armes Me s e o
rejoignalent, come aux jou sombres de 1963, pour entourtr 3. La Cs
lour OHEF deo oute lear affec-
tion, leur id4vouement eo leur git Ia base de
loyaut6A s I Cause Sacerde qu'i1 qui -dbt signub
dWfend o n as,veut dire 'INTF- eilient cubair
GRITE de notre Territo're Ft "e garden A fi
la DIGNITE de la Nation vaTsseaux tra
quosI..sI-+-'


Harcelas le Samedi 25 Avril
nAr I'Aviation et les Batterieo
cdtidres, les rebelles se cou-
vraient de h,sote en se livrant
en haute mer h des actes de
piraterie, arrnisonnant des ba-
teaux n-archpnds appartenant


yds par d'autr
amlricaines ve:
San Juan deC
4. L'Anil
tats-Unis se di
bateaux sereo,
gouvernement


s soient im'm-
6n 6tat d'arres-
e les bateaux
s en ban dtat
s au Gouverne-
tpublique d'Hai-
une procedure
sera raise en
e ces criminals
un soient remis
aitienne aui les


ux

ont


mo

immunization de
s Etats -. Unis a

ateaux rebelled
la base de Guan-

nel Cayard et
demanded l'asile

invention qui red-
e Guantanamo et
;e avec le gouver
ne permit pas
ruantana'mo des
ngers; c'est pour
ux seront convo-
res unites navales
rs Miami ou vers
Puerto Rico.
bassadeur des E-
it certain que les
t retourneds au
haitien.


CONNAISSANCE D'HAITI

LE TROU CAIMAN O01 EAUX GAILLEES
Par Girard JOLIBOIS


Le Trou Caiman, appel6
plus souvenc de non jours Eaux
Gailldes (ou Eaux Egailldes)
(1), est situ a 1qelques cen-
taines de mAtres au Sud-Ouest
de Thomazeau (ou du moins
sa rive oriental atteint ce
point), dans la Grande Plaine
du Cul de Sac, i quelques Ki-
lometres A l'Ouest de l'Etang
Saumiftre ou Lac d'Azudy.
Les dimensions de cette cu-
vette varient 6normdment en
function du regime des pluies.
II se confirm qu' aIn pdriode
coloniale, cette depression de
terrain, remplie d'eau de ruis-
sellement, se rdduisait A une
superficie tres reduite puisque
Moreau de St. MWry n'en faith
'mention qu'une soule fois (2)
Set, eso parlant de la Rivibre
Blanche oqu'4puisent, nous


dit-il, les arrosements et don'tt
le) lit ne sert plus, lorsqu'elle
est arrive an point le plus
Nord qu'elle atteint, qu'A rece
voir quelques 6eoulementsa que
grossissent des 6gouts, dans la
lieu appeld le Trou Cayman.s
D'apres mes renseignements,
les cEaux GaillBes n'ont com-
mence 6 s'6tendre davantage
qu'i partir de 1840, sous la
pr6sidence de Boyer, du fait de
,violentes inondations .consiscu-
tives i une semaine d'averses
diluviennes.

(Suite page 2)


attend.
11 est dans le destin des
Gpuvernements qui se sont don-
nes pour mission de changer
le sort de la eGrande Masse
des Ddmunis, de fair face
A la conspiration des insatia-
bles et des eternels assoiff4s
de jouissance et de pouvoir.
Notre Grande R6volution So-
ciale et las Forces Invincibles
du 22 Septembre 1957 triom-
phent oomme Elles triomphe-
ront toujotus do routes les


eCslpirations et. de tous les
obstacles. La Natiorn continue,
sous Mon LEADERSHIP, ea
march ascentionnelle et les
Gtands Travaux d'Infrastruc-
ture de la Deuxiime Ddcennie
Teehnologique se poursuiveront
PER FAS ET NEFAS.
People Haitsen, Soldats et Of-
ficiers des Forces Armies d'Hai-
ti,, Miliciens des neufs D6parte-
ments Gdographiques, Courageu
ses Phalanges Duvalidr&htes, re-
g6ardez toujours 1'ETOILE du


CHEF de la R6volutiou et ayez
pleine confiance en Son Destin
parce qu'il a dt6 CHOISI par
Ils dieux pour remplir une
GRANDE MISSION Son Bras
d'AIRAIN ne ,Fldchira, Jamais.
Dr. Francois DUVALIER,
'Pr6sident h Vie de la R4publi-
que.
Chef Supreme et Erfect.T
des Forces Armdes, des Forces
de Police et des Volontaires de
la Sdcurite Nationale,


LES JOURNEES DE DIMANCHE


ET



te li soiree. 11 rut rent'orce par
l'annonce tries tot dans la ma-
inde du dimanche du retrait
du Couvre-Feu. La Capitale et
sos abords reprirent leurs as-
pects de vie normal, les gens
vaquarent librement A leurs oc-
cupations et la nouvelle se rd-
pandait que les mutins en de-
sespoir de cause, en face- de la
determination habituelle du Pr6
sident i Vie de s la Rpublique
et de l'adhsion total des po-
pulations i la politioue du Pr6o
silent Duvalier. avaient garn6t
le large.
En effectt les posIes de radio
etrasgeres aignalaintIvt i. pr-
sence des unites rebelles dans
le voisinage de la presqu'lle du
Nord'Ouest, en haute mer.
Une fois de plus lordre rd-
rgnait en maitre, 1'moi du ven-
dredi 6tait dissipd et les respond
sables de la s6curit national
avaient accompli louras tevoirs
tans ddfailla.nc.
Vers deux heures, hier dimian
sche, la radio annonqait pour
plus tard un Message do Chef
ia Vie de la Nation, le Dr Fran
qois Duvalier.
Ce message lu vers six 'eu-
res 45 p.m., fut 6coutd par tat
te In Nation.
Le President Duvalier, d'une
voix ferme, annongait la victoi-
re de son Gouvernement sur
les rebelles des Garde Cites
t-omrnandes par le Colonel Oeta
ve Caya-d. II ddnonqait aver v,
hdmence l'action re6voltante des
traitres i tla revolution, idlici-
tait ceux qui lui talent tou-
jours ddvouds et fidilse et in
format la Nation des disposi-
tions. qu'avait prises son Gou-
vernement pour contrecarrer
'action des rebelles, pour les
mettre hours d'Ctat de nuire et


Chronique
judlciaire

Dans notre chronique des Tri
bunaux publide jeudi oi il fait
mention de l'affaire Esso Stan
dard' Oil Lucien Kelly, il
convient de lire come suit la
conclusion de lPentrefilet :
oMe Georges Beaufils a de-
mand6 acte au Tribunal tie cre
que la ESSO nest point d'ac-
cord avec la measure d'instruc-
tion sollicitde : la comparution
personnel--, -.u que la Compa-
gnie ayant fait la preuve litte-
rale de sa creance centre A-
)dams, seul un autre ecrit au ter
me de la loi pourrait combat-
tre les obligations don't paie-
ment est r6clamLi.


CINEMA


Comment peut-on tre flic?

par Jean Claude Charles


Splendeurs et iiisiresa d'un
detective, tel aurait pu itre le
sous-titre du film TIVE que le roman du mgme
nom de Roderick Thorp (l'avez
vous lu?) a inspire ai Abby
Mann et A Gordon Douglas. Le
premier en a 6crit le scenario o-
riginal, le 2eme en a assured las
mise en schne. Cette tranche de
la vie d'un homme investi d'u-
ne fonetion delicate et charge
d'impr6vus, celle de cl'dvacua-
tion des d6chets de la combus-
tion sociale, nous est presen-
t6e sous 1'aspect d'un policilr.
Au fond, il est bien permis de
supposed qne l'intrigue policil-
re n'y represent qu'un prltex-
te (Ndcessaire ? Peut-Itre).
Comment peut-on Itre flic, voi
* Ih la question.
Pour Joe Leland (u.i Franck
Sinatra tres male, au visage bu
rin6 par la vie), d'abord elle.ne
_ se pose pas. Pse question de
s'interroger sur sa situation
(asa vocation)? de detective, Ai
plus forte raison sur le blen-


fonds des jugements, hypothi-
seos et certitudess A partir des
quels il accomplit consciencieu
segment sa tAche d agent de l'or
dre. Assujettie a la raison d'E
Lat, cette profession ne lui a
enseign6 qu'une snotircl : celhl
de l'ob6saance revenue discipli
ne quotidienne, routine cnnforta
ble, telles que les lul ont trans
mises son pire, son grasid-p&-
re, etc. vieux renazu. au ml-
tier. Puis, petit a petit, la mo-
rale du bien. acquisj par une
certain Expriencc at .soi-me-
me et des autres homines, prend
le dessus. Le doute eummence a
s'installer dans, 'spsri du pro
tagoniste. Une criante fausse
note dans 1'exercice de sa fonc-
tion vien ra le justifier. Et
Joe LEeaind casser. Non sans
peine.
En faith, cette' critique de la
police moderne am6ircaine re-
pr6sente unt: critique de la so-
ci6t6 moderne am6ricaine et,

(Suite Page 6 col. 7)


DE LUNDI

sdses. pour assurer dven tulie-
sient leur extradition sciono It
procedure en matilre de crimes
d piraterie dont ils se sont ren
dus coupables et pour leur re-
nise h la Justice hsaitienne qui
oes attend.
Le Pr sident de la RepuMi-
que a remerci o les fiddles du-
validristes de l'Artibonite, les
corps de milices, lea autoritds
civilcs at mlitaires dc toutes
les regions du pays qui lui ont
manifestly des marquee puissan
tes d'appui. 11 a exhorte6 les mas
ses ha-itiennEs i rester tjojours
confiaitcs en l'Et(,ile de Spon
Destiny car son Gouvernementi
poursuivra les conquates des
Revolutions de 1946 et de 195i6,
achevera les travaux d'infras-
tructure en course pour lancer
le pays definitivement d'an, ia


Le Pasteur Marcel Abel est
rentre6 de voyage. I tait parti
en mission evangblique pour
l'Eglise Advenriste. I1 est Ins-
pecteur d'Ede.'ation pour Hai-
ti, les Antilles Frantaises, et
sla Guyanne Francaise. 11 a pas
s6 douze jours i l'6tranger. II
e st rentre dan's la compagnie
du Missionnarre amdricain
Charles Taylor. Celui-ci aura
un court sdjour en Haiti.

Monsieur Karl Gaetjens, pro
pridtaire de deux magasins de
souvenirs et curidosits, P1un k
Port-au-Prince et l'autre St.
Thomas, nous eft revenue au ter
me d'un E.ijonr de trente jours
A St. Thomas.
K X X
Elle est mn.ssce, vive, pleine
d'allant. Elle portrait une robe
havane, et ses yeux, savam-
ment maquills. lantaient des
eclairs a la sonde. Les nom-
breux parents ct asnis qui Pont
accompagnde a h 'adrogare, ont
certainement devin6. de qui je
veux parler. Madame Guylaine
Sommer, quii ient do passer
quelques jours au milieu des
isiens, est repirtie pour Was-
hington.

Messieurs K. Ishii et Kusu-
hara, de la Bridgestone Tire,
sent- repartis vendredi martin.
Ils n ont passe que deux jours
dans les pays. Les ont saluls i
Padroport Messieurs Henri Ar-
ty et G6rard Moscosso, reprd-
sentont en Haiti de la Bridges-
tone.
X XX
Monsieur Scott Toussaint,
me'mbres de 'Association des
Chauffeurs Guiides d'Haiti, est
rentr6e bord d'un Fiesta Jet
de la Carribair.Il a passe trois
jours A San Juan. II a pris con


voit du progrcs.
Le Gouvernement avait triom
phle et avec lui, 'ordre, la dis-
cipline, la paix, dldments cssen
tiels au d veloppement des cons
munautds nationals. ,

Aujourd'hui lundi le soleil se
leva sur une ville animdes par
le va et vient des citoyens, des
travnilleurs, syndicalistes, ou-
criers, coliers, 61eves, etudiants
qui, redpondant i I'appel dc lea
ders sociaux orgsnisaiient dans
la matin6e du lundi une colossal
le manifestation en tnmoign.-n
ge de leur flervente admiration
pour 1 hbdroique artisan des vie
tires et des conquotes sociales
que la Nation enregistre depuis
13 ans sous son leadership 6-
rlaire et intelligent.


tact avec plui.eurs agents de
voyages de Po'to Rico, en prd-
vision de la "prochaine saison
touristique -i ttd.
Est rentrl vendredi Mon-
sieur Joseph Lafontaine Domi-
nique, secrdeta-e gdndral de
I'A sociation des Chauffeurs
Guides d'Haiti. Son itin6raire
de voyage comprenait New
York, St Thomas, Sainte-
Croix, et Par;I Rico. Son sd-
jour hours du I ays a dur6 vingt
jours.

Sont rentris egalement Mon
sieur et Mada "ne Marc Pierre.
Ces voyageurs, qui s'6taient
rendus a Por., Rico, pour af-
faires, sont dans la Petite In-
dustrie.
xxx i
Madame Francine Martine
SImpprial 6tait visiblement heu
reuse de revoir son pays, ses
parents et ses amis. Elle est
rentree au bs cail apres avoir
pass trois ans et demi a New
York. Son fi, Roldan, qui
vient de sdjouiner une semaine
aux Etats-Unis, a dtd son come
pagnon de v'. age.
(Suite page 0. col. 3)


-, .. ..6" ............
syndicales reunissant les princi-
pales forces vives du pays a-
vaient invite leurs membres et
les representatits de routes les
autres branches de I'activit6 na
tionale a prendre 'part A cette
manifestation appelde a revltir
le caract&re d'un renouvelle-
ment d'appui et d'attachement
ind6fectible du pays a la politi-
que et A la. personnel de Son Ex
cellence le Prdsident i Vie de la
Rdpublique.
Cette manifestation, con-
nut le plus grand success.
Des 7 heures 30 du nmatin le
secteur compris entire la Place
d'Italieet l'Institut Francais 6-
tait littralement bond de mon
de au point qu la circulation
des autotnobilistes et des piCtons
y etait pratiquement impossi-
ble.
Les abords de l'Avenue Ma-
rie Jeanne situos just en face
du Palais Lgislatif se trou-
vaient tre le centre de la mani
festation. C'est pr6ios(Cment ih
que divers orateurs porterent
avec enthousiasme la parole
pour renouveler leur attache-
ment et leur fidslit6 au Presi-
dent Duvalier, en mime temps
qu'ils stigmatisaient les actes de
trahison des routine des Garde-
Cotes.
La manifestation parliculis-
ment impressionnante. se pour-
suivit nar un long, dd'il6 de voi
lfures de l'Association des Chauf
feurs Guides qui, parties de la
Cit6 Dumarsais 'Estime6 s'ena-
gorent dans l'Avenue Paul VI
pour paaser devant le- Palis
National en c ufse d'homnmaa'z
.,u Premsier Mandataire de laI
Nation.
Leis milliers do anifestants


Une depeche
de I'AFP ,
L'AMBASSADEUR'
D'HAITI A WASHINGTON
L'lNCIDENT EST CLOS
WASHINGTON, (AFP)
L'incident est close, a d4cla-
r6 dimanche l'ambassadeur
d'Haiti it-Wevhington, M. Ar-
thur Bonho:ume, se r4firant
A i'alerte prsvoqude par la
mutinerie de trois navies des
Garde-Cotes haitiens.
L'Ambassadear haitien a a-
joutd que son gouvernement I-
tait cependant dCcidAd i rocup6
rer les trois navires et i fair
juger leurs ,Squipages par lea
Tribunaux msiltaires du pays.


LEGISLATIVE
Au coutrs de sa stance d'au-
jourd'hui, la Chambre Lfgisla-
tlve sous la Prisidence du D6pu
t6 Ulrick St. Louis, assist du
D6pute Questeur Felix Bailler-
geau, des D6put6s Franek Dap-
hnis et Antoine V. Liautaud Se
crltaires du Bureau, a vot6 i
l'unanimnit6 n dderet dlelarant
ddchus de leur mandate, les Db-
putis Lessage Ch6ry, Volvick
Cayard, Max Pierre-Paul, Ger
son Zamor, Augustin et Fritz
Moise.
L'Assemnbl6e a Igaledhent vo-
t6 un ddcret ddclarant ddchu do
leur nationality et de leurs
droits civils et politiques le Co
lonel Octave Cayard et ses con
plices des Garde-Cites.
De nombreux D6put6s pri-
rent la parole.


AU CRESHS

Jeudi soir le professeur Jac
quelin Depeigne a tenu pen-
dant deux heures environ son
auditoire sous le charmen de e a
conference intitulle' aDe l'Intd
gration dans les Caralbees.
Dans I'assistance se dlta-
chaient les figures du Doyen
de la Faculti d'Ethologie Dr.
J. B. Remain, des profeseurs
Jacques Laioche, Dr. Rony Du
rand, Dr. Pradel Pompilus, Dr.
G6rard Loiseau, l'agr6g4 2ac-
ques Barros, des 4tudiants, desN
homes de lettres et des mem-
bres de la Presse. Le conf6ren-
cier a fait une reelle anatomie
du complex caraib-en i la lu
milre des connaissances et des
experiences qu'il a acquises au
course de ses s6jours dans les
ilea voisines et de ses recher-
ches personnelles.
Les caraibes cormnne concepts
6thnique, cultural, social, -Icono
que, financidre, politique ont
6td investigules; leo donnoes-
ont Wtd passes 'sous le crible
d'une critique dialectique rare
et le confcrencier a conclu a ibla
possibility et A la nlcessitd
d'une' Intgration rapide et ef-
ficace des pays du Complexe
caralb-en, en dspit des diffI-
tes linguistiques, ethniques poli
tiques qui ga et IA peuvent exis
ter A des degres divers mais
qui ne doivent pas avoir le eas
sur une vue realiate du probli-
me dans sla perspective du d-
veloppement du bloc.
II a lt6 chaudement felieitd
Slas fin de sa conference.


('HRONIQUE DE VOYAGE

Manifestations culturelles


peruviennes

Par : Edouard C. PAUL

(Suite, voir le No de Jeudi)


La ois il faut trruver une cons
jonctino avec notre culture,
c'est surtout dans lI musique
et les danses en provenance du
la cote. Rythme, melodiiles, ins-
truments musicaux, et i'homme
s'apparente a I'Afrique ct access
soirement ai nous. Dans une de


LE COIN DE CEC(ILE


A vez-
lmunder
opinions
Non ?
stre se0
jet des
mille li


FLEURS DE MA]

par Mme Andrie Momp


Sur les gloires du passe, les
conqu6tes du present et les es-
poirs de 1'avenir se d6tachent
avec aisance et volubilit4 les
fleurs de Mai, invariables Mes
saghres du Printemps d'Haiti.
Les voili, routes pr6sentes it
l'horizon, pour celdbrer avee
fate la venue du sympathique
Mai d'Haiti : Ciel de cbleu
d'eaun nuages nymphs, monta
gnes multicolores, sources par-
lantes et vivantes, nature hai-
tienne verdoyante et superb
exhibant avec ivresse les mille-
naire palmistes de liberty, les
6ventaillants cocotiers d'amour,
les gigAntesques pins de conqul
te, lea amandiers aux parasols
rajeunis et lea manguiers aux
douceurs exquises et tentantes...


Da.ns
l'on se
dez-vou
grandeur
les bien
culture,
contest
tuels d
avec le
sie, I'a
que rec
les fleu
Trav
manuel
mients
le Prem
du Cred
tites se
levies
(S


Cette fameuse .corde

-vous I'habitade de de- fort rentuee d'e ntendre quelqnoes
Ba.r adolescents leurs adolescentes me declare aveec
s swr am suy" donm, ? autavt de came que de convic-
Alors faites-le et peit- tio- qo'di leur avis, le mnariage
rez-vous iste'l ius de de itait la pire des institutions,
qu'ils avaient sur ce si- jptielque chose conmne la fin ab
tidies qua volos etiez a sole de touts hbertl et le ca-
ienes dc supposcr. talyseur de beaucoup de oitas.
at sLose de gros roots, bre/, /a
i, calte .seat i5', j'ai (t(; l dersire chose qu'une jeu.c per
ssose saioue d'eeprit de'ratet os
singe-per poss n aves ir.
~[ L H A 'T Doe wI sie abord. il faodrait
S D 'H A IT I ses so ce"s exgr ottio n ssrtout
qo'il rest e savoir si dlas
qaielqies ailtIes ces ip'ecoces fth'
daisir Pierre ecltes tiea d,'o t tWs miedes
proposes 16 d'ventucl tprtendants.
ce cadre pittoresque, I)'autrc pnrt noss simmes tofs
-donne annuellement ren passo;s par ret dge que I'en ot-
s, pour commemorer la ipelle irbitrairemnict i'ige bhte,
ur du Travail, cel6brer n.ous aVotls eOn ins petitcs crises
nfaits eminents de l'Agri d4;ndp4tidoeince 'It nc rrv'olte,
Smagnifier les 6dchos in- nous oUn s ots mes s 0 ste anls
sbles, bondfiques et spirit pour ae grandees ;c:l e0 le plus
u Printemps toute la po6d ds now oant laiss- faie on di-
rt, la richesse, I'amour re, sachas t quoe ltot rcn',erait
cdlent les Fleurs du pays, dans l'ordre au stomeent voulu.
urs d'Haiti... Pourtant la qutewon rte its-
ailleurs intellectuals et quidtante : pourquoi certaines
s des neufs D6parte- jeunes filled sont-ellee arrivees,
glographiques du Pays, actuellement, a juger Is maria-
sier Mai est bien le jour go avec cette advdritd.et oa m e
do national oif toutes les pris ? Ellms ont Poccasion do
e trbuvent sublimement constater que s'il exists de nowt
vers le tropical soleil breux cas do divorces, la majo-'

Suite page 6 col. 2) (Suite page 6 co 1)


nos chroniqces, nous avons >i-
gnale que le Perou est un pays
riverais du Pacifique et que sa
colonisation a ete faite de 1'A-
tlantique, tout come les esela
ves noirs qui son' aujouad'hui
des negres pdruviens. En par-
lant du n6gre mexicain qui vit
sur les rive. dou Pacifique Mexi
cain, l'explication nous a dit
fouruie par le marrunage. Pour
ce qui a trait au Pselou, elle
nous a otd fournie par Jean Hu
teau dans son livre L'Amedri-
. que Latine en Mutation* public
en 19I69 chez Laffonit 5). I1 a
parle de i axe Cadix Cuba-
Panama Lima qui a 6t6 une
route facile i Francisco Rizar-
ro dei onqu(rir le pays des In-
cas.
Ce qui nous a plu est la
part belle.qui a lte fate dans
!, iprogramme au folkoare nhgre
et qui en ocupe eelvlssd Cu
tiers. Cependant, une subtilit6
est is sgnaler, dans le livret
qui nsss a et6 renlis, sds eom-
nsenLar'es -olt apparus sur
hIuit danses provenant d Cuz-
,co 'et des forces. Rien d'expli-
catif n'est trait sur la cIte. A
vous de comprendre les nuan-
ces, pour selon Goethe, ocher-
cher la v6ritd. Le 'pectateur
doit se fier A son intuition. II
faut dire ici que les program-
mateurs du .Restau-aht lan ont 6td plus Lannites. lors
"quc dans leur representation its
parent de cConjunta Negrae
(Ensemble negre) qui montrent
une sincrite plus vivaate sur
les programmafess officielB du
Ministlre de l'Edue-tior. Natio-
nale qai nuancent leur pens6e
en disant : cgente morenas (en
francais les brus.s nar rapport
aux blonds ou en d'autres ter-
mes blancs bruns) appellation
que n'ous ne pouv',rs p 1 dig- .
rer, puisque ceux :ni 4trient
sur le podium sont t imageae de

(Suite page 6 col. 5 )


NOUVELLES DE MIAMI

Par Michelet Jn. Baptiste


Ins ta ntanni


.~. 1-- ~.... ~. ~.._.-e .r, ~. .-.1 --r..j---- ----i-- ~I------~--"~I- .L~---- .i;__-. .L-. -~-.--~;Y ~- ~. I~- . i--~i-rJL~;-^~;~-~+~il~U~L~Y~L~~L~I~~


I




PAE3uENUELBh ud5 Y W TBMD 5ARL17


AVIS
La Secr6tairerie d'Etat du
Commerce et do l'Industrie a-
vise Io l public en g6ndral et Is
Comnmerco on -particulier que
In Commission Consultative ins
titudo par le D6cret-loi du 1S
Mars 1963 sur les Industries
Nouvelles dane son Rapport
d(u lr Avril 1970 na agr.6 une
demande prisent6o le 21 f6-
vrier 1970 par Monsieur Hen-
ri Cl RULLI pour une entre-
irise do fabrication de vorres
do contact et do montures pour
lunet.tt s destin6s A l'exporta-
tion et a dicid6 d'accorder A
cotto entreprise les b6n6ficos
et nvantagea du D6cret-loi du
13 .Mars 1963 sur les Industries
Nouvelles.
En consequence, la franchi-
so dounnibro lui est accord6e
ur los maintires res premires sui-
vantes :
POUR LES VERRES
DE CONTRACT
Plastiique -- C'ompositions
pour I vernissage Niveau
Cire Lattes Radiosco
pes Calibre Machines A
polir
Autres 'mati res concernant
la production des verres de con
tact.
POUR LES MONTURES
POUR LUNETTES
Plastique Vis pour montures
- Machinerie concernant la
production des montures pour
lunettes.
Par ailleura, 1 enterprisee do
Monsieur HENRI GERULLI de
vra so conformer strictement
aux dispositions des articles 24,
25, 26. et 27 du DOcret-Ioi du 13
Mars 1963.
Port-au-Pce. le 15 Avril 1970.
1)r. Lebert JN. PIERRE
Secretaire d'Etat


RZWE COLES
LALUE No. 180


CONNAISSANCE D'HAITI
(Sfte de.la 16re patle)


Une autro inondation, molns
Impor.tante do la Plaine du Cul
, do Sac, marqua le rigne do
Flatatin Prenutr Lt .5it ahssi
sur tle' dn:onsionc di cilte cu-
voltt, pur les pluies toerentlel-
loIs q1 wi pr6dcaorcni Le terri-
ble cyclone uu 12 ovembre
1909 provoqu, l'6l1i,,iscment
do la superficie du Trou Cai-
mn, qui a tenmncend s agran-
dir tu ours d1 taycl des an-
ntes p)iuvicut'x s.
SUPERFICIE AtI'bELLE
Depuis 1909, Its deax sources
(lui jaillisuent ticforts des mouinc. de la Chai
nc du Troj d'Eio (Sources du
Trou Caiman et du Lagon) ont
consitrablemenlt augmncate de
volume.et apportect ainsi une


par lo b habitation. Blis d'Oemc
at Catitln auu.Nord (sl route
national Monte & Cahris ou
Barbs Espagndle LAtc-Erillt,-
re Thomai aU cutile In rive
septentionale du maratl) Cham
brun, Ah l'oebt, Boutin, Dufnul
ceau, Joualnneau, Janvier', au
bud, Cadet it D6bas h l'Est.
Les dent d'ordinaire sur tri-s kilo-
metres de long, de l'Ouest A
IEst et sur deux kms. ae large,
couvrant ainst six cents hecta-
res de tries cultliVatblc, cnle -
vees. aux dited' habitations peri
ph6riques pr6cit6es. La superfi
cie maxima peut atteindre en
cetairies aifides p:cs de mille
hectafes.
Le trop plein des eaux se
decharge parfots a PEst dans
1- Ahr__e


haussA depuls par lee alluvions:
C'ca ce canal qu'ont emprunt6
jadis duux ou troll calmans (at
rcemrnentl deux autrcat vate et
Iacilement captures dans cette
cuvette, de tres faible profon -
deir (uri mtre au centre), .
Le d6versoir normal du Trou
Caiman est la Rivibre du ,Bou-
can Brou, exutolit 61largi A
1'6poque frangcise et a maintes
reprises depuis notre Inst6pen
dance. Les eaux de tC grand
collecteur sont toujours de cou
leur obscure ou roiusgetre et
charges de csel bitumineux*
provenant principalenmeit de 1'6
gouttage des portions plus ou
moins gagndes par l'aleali sur
les habitations Chambrun, Bou-
tin, Dumulceau ou les fonds li-
mnitrophes: aussi s'explique-t-on


eI nitnation permannente a cet- l'Etang Sc.umnate, par un lar- le nom ue la Rtivitre du Bou-
to depression de tcrrain. ge drtin natural. approfondi il can Brou donn6 par les Bouca-
S('cite cuvette est cntouree y a. trente cmin ans, mais ex niers A la fin au.XVIl, sikcle.



Cp d Transfert du Maistere Bresilien

ent ano eux qu des Affaires Etrangeres a Brasilia


ou lI Canada, qu'il est revenue
du Canada et des Etats Unis
avec une technique moderns et
sufire,-qu'il est en outre le Soul
capable de confectioner un
manteau d'Hiver qui soit A las
mode dans les difftrentes Capi
tales du monde.
Ils trouvieront 6galement des
costumes et des pentalons et
un choix judicieux de tissues
pour les lndgants qui preftrent
la coupe sur measure.


DUBO


DUBON


DUBONNET




CETTE CAMERA DEVELOPPE ELLE -

MEME SES PHOTOS EN COULEURS


Si vous prenez une photo avec COLOR PACK
II a 10 heures du matin, vous verrez votre pho-
to a 10 h. 01. Une minute plus tard. S6chie et fi
nie. Une belle et grande photo (3 1/4 par 4 1/8)
-n "-ouleurs. Pas de bassin ou de bain pour d4-
relopper. Les photos instantanees POLAROID
se developpent elles-meme, dans vos mains m&-
mes.
Vous n'avez qu'a photographer. Tirer le pa-
quet de films. Attendez une demi minute. Gla-
cez votre photo. Cette camera a un oeil glectri-
que, une ampoule pour quatre photos et elle
est facile a charger, II vous serait possible de
remplir tout un album avant le diner.


POLAROID
(( Polaroid Corporation Cambridge Mass. U.S.A.
Agent : DON MOHR SALES CORP.


Pour votre BI
I es sp cialit6s
K cosmetiques

Gele Royale
stabilis6c

Crfrnes de jour et de nuit.;.
CUlme masque.
Crime hydratante.
Toniques et Lotions.
Creme demaquilante.
Lait de Beaut.
Savon. .
Dentagel.


EAUTE


Brillantines. '.
Crlme 37 pour la beauty des mains.
sous licence

I IProduIs rus su point
pai le bioleogiste B. de Belvefer


'rl' ,....h,,1 icene.. APlStlB M B. de Belvefer A base
,iV Wk Ch l y'dle stabihs6e o[re les garanlies de quality
ei l (d e.lrcle qui depuis dix ans cnt la reputation mondiale

Sci\,, i,,rO,,,, SANTA 2, avenue du 11 Novernbre, COURBEVOIE
c-, ,tp ,.,'t -c{,~. ,s-., e ii l ,, 6h-,A-6\ X_ < i n -


Jouseph C VainIT it CO
Distributeur8.


Le transfer du Ministbre
des Relations Exttrieures A
Brasilia qui s'est effectu6 r6-
cemment consolide de fagon
definitive cette ville come la
capital de faitht du Brtsil.
Le plan original Atabli en
1960 ne semblait pas facile A
realifser, cependant, l'exptrien
ce qui vient d'ctre conclue a
deimontry l'erreur des pessi-
mistes. En 1960, Van de 'inau
duration de Brasilia, les ex-


dix ans avant que la nouvt


Va t dla hiaens


elle


capital noe soit en condition
dA fonetionner effectivement.
Dans Pintervalle, de nombreu
ses discussions ont tW soule-
ves au sujet de la viability du
plan existant, suscitant des cri
tiques sur le transfert du Gou
vernement A une locality si
6loignoe. On objectait t'isole-,.
ment dana lequel se trouverait
administration publique, mais
les facilitis de communications
actuelles ont prouv6 quo ce
probl6me n'est pas A crain-
dre dans le nmonde contem-
pordin. La p5elive eat lA, puis
que le Ministbre des Affaires
Etrangeres se trbuve, conime
nr install aBrwuia


par la nmodernisation des ins-
tallations et des mTthodes de
travail. D'autres Minist6res
sont d6j it la phase finale de
leur installation a Brasilia et
on peut des maintenant dire
que la nouvelle capital fonc-
tionne effectivement. Les Mis
sions Diplomatiques Etrang6-"
res poursuivent A un rythme
accel4r6 la construction des
6dificee destints A longer leurs
,bureaux ei Ie- -personnel di-
ploma Ces constructions confides aux
meilleurs arkhitectes contribute
ront encore A l'embellisse-
rient de la ville.


PARADISE DE LA OCASSE
ET DE LA PECHEi
De 1916 A 1928, en reason
de cycles succeasif. do s cheres-
se, la supurficle des Eaux Gail
Nles se r6tr6cit consid6rable-
ment. Ainsi, environ trois cents
hectares de terres bien fraiches.
bien compactes, purent atre
consacr6as I la cuiL.re maral -
chbre et A des cannaies.
Mais lo cyclone do 1928, et
surtout celui du 12 octobre 1954
(HIAZEL), eneiice lo ulura -
gans 'FLORA, CLEOINES ont
6largi eit maintenu la superfi-
cie actuelle du Trou-Caiman.
Remplie d'eau duuce, cctte d6
pression de terrLint t.. r6put6e
Luomme le paradise des chaseurs
qui y tronvent une profusioh
d'oiseaux palmipedes, gailina -
c6s, colcmnbins, tout particuli&-
rement aux mois d'Aout et de
Septem.L.re pu:. en hiver, quand
certatiet t-p&e. d- pays tem-
perts fuilnt les neiges de I'Am6
rique du -Nord ou du Canada
pour gagner les latitudes plus
bienveillantes du chmat until-
lais.
Ce marais a Wtt alevint, il y
a 22 ais 6nviron (:;). Les pois-
sons y aont pcfhs au inoyen de
paniers de toile de sac, de bar
rages B ..-n d ,i- et ac nattes,
puIs In.lu en gros par tmar


mite de cinq lvres da conte -
nance ou par a ferblane de
vingt cinq 1 i v r e as .(la
livre a m 6 r i c a i n e
de 450 gremmes) dans tous
les marches de la Plaine du Cul
de Sac, fournissant ainsi les
protaines indispensable a cette
-int6oessante parties de notre po-
pulation.
'Commen esquils, i'on y aper-
q(ot de treat rares rezits .nioum-
biss s ou 4"bols fouilles>, 'rt sos
en Cvidant IL tLio.c '.ur, arbre
aorunpri6: proctd6 1 gu6 par


v- u ans apr. s fa. ,. g.rati. ff.. BrAsitia a maintenant 500.000 les aborigneos indiens.
de Mineure cielle de sla nouvelle capital. habitants, des eglises consa-
crtes A p]sieurs cultes, trois G rard JULIBOIS
On faith savoir a tous ceux Les diff4rentes operations umiversit6s, un vasts rdseau
auxquels il appartiendra qu'il pour le transfer du Ministt- scolaire, hospitalier et bancai
sera proced6 le Lundi que lon re des Relations Extnrieures a re, huit hotels de premiere ca NOTES-
comptera onze Mai Mil Neuf Brasilia ont eu lieu sans, pour tegorie, de nombreux clubs et
Ccnt Soixante Dix a dix heu- autant, en interrompre le fonce cinemas, un thfittre national, (1) GAILLES -Ce mot
res du martin en 1'6tude de Mat tionnement. Le nouveau bfti- trois chaines de t6l6vision, ae notre creolc omprunte son
tre Raoul Kenol et par son mi ment qui abrite le Ministere cinq stations de radio, deux sens a un vieux oerme (Xte au
nistere en la residence de des Relations Ext6rieures A quotiddens et plusieums lignes XV1e sicle) de l'ancien fran-
Port-au-Prince A la vented au Brasilia est r6put6 dtjh comn- de communications atriennes et gaisa; ]
plus offrant et dernier ench6- me une des plus belles express de chemins de fer la reliant eESGAILLIER, qui voulait
risseur des droits et prtten- sions du sens plastique de 1'ar aux principaux centres du pays dire: doployer, repandre eL est
tions de la demoiselle Claire chitecture contemporaine. Le ainsi que des connexions direct rest dans l'expresion r:oderne
Audain interd'ite par jugement transfer commenhnc en 1969 tes avec ls E'tats-Unis et les es'6gaillers; se disperser (selon
du T r i b u n r a Civil est termin et il n'y a pas pays de 'Ami6rique. Dictionnaire d'ancien frangais)
de P o r t P r i n c e un soul sBervice du Ministtre Grandsaignes d'Hauterive -
le vingt huit Janvier Mil Neuf des Relations Exterieures qui
Cent Quarante Sept, consis- ne soit A 1 heure actuelle -ta- (2) Description de la Par
tant en: bli a Brasilia. Ce transfer du A VENDRE tie Franqaise de St Domingue,
Une proprift6 fonds et bA- Ministrre rpr4sente ussi un r6edition 1958, tome 2, .page
tissues, sise A la Rue des Mira- Itrs important effort dans le 1 Bateau A voiles en cles, au No. 312, mesurant qua sens de la modeinisiation du glass de 25 pleds fabriqu6 en
rante pieds et neuf Pouces de service diplomatique brtailien, Angleterre Moteur auxiliai (3) L'alevin, utilis6 en
Iacadle sur la rue des Miracles car il ne s'agit pas d'un sim- re -- accessoires supplemental Haiti par des agronomes is -
et autant au cite oppose Sud; ple d6placement d'une Rtpar r s excellent condition. radliens, est le I tilapia moza'm
sur une profondeur de Cent tuition traditionnellement Ota- Peut-&tre vu au Wharf du Ca- bicas ou canela, robuste et re-
dix nt i pieds dix pouces aux blie h Rio de Janeiro pour une Eino. productif, qui West merveiltlu-
cosP Et et Ouest; borne au autre ville, mais aussi du per Contacter Dr. Hans 0. Lo- segment adapt t nos conditions
Nord par la dite rue, au sud fectionnement des difftrents bel, Via American Embasy ou climatiques et aquatiques.
par les..hdritiers Jean Chrysos- services de eette Rpartition 4 Snem phone : 22057 22058. G. J.
tome Frangois; A L'Est par
Despuseau Daumece et A
l'Ouest par Ics hritiers Ar- 33,, .. .
ch r, suivant plan et process
verbal de o'Arpenteur Justin
I). Bouzon en date du douze
Novembre Mil Huit Cent Qua-
Itr Vingt luit, enregistr6 et
transcrit, pour la sommoe de :o
TROIS tI.LLE DEUX CENT
CINQUANTE dollars ($ 3.250.
00).
Tel d'ailleurs que cet im-
mniuble se pursuit et compor-
te sans exception et reserve.
Aux requite, poursuite, et
diligence du sieur G6rard B.
Martineau, Curateur de la dite
Iniseure deonurant et domici-
lie h Port au-Prince, identifi6
au No: 364-C, en veru de la
deliberation du Conseil de fa-
mille de la dite mineure tenue
,ous la residence du Juge de
Paix de la Section Sud de
Port-au-Prince le onze Mars
Mil Neuf Cent Soixante Dix,
autorisant le sus dit Curateur
o vendre les droite t pr ten- ,
lions de a mineureu dont s'a-, a t
git Et d'un jugement du Tribu- -
nal Civil de Port-au-Prince en -
date du dix sept Avril Mil u
Neuf Cent Soixante Dix, homo
lguaont la d1lib6ration du con
seil de famille.
Sur la misee A prix de Trois U-e extraordinaire selection de caddaul pO6 r
mille deux cent cinquante dol-
lars ($ 3.250.00). outre los char hom es et pi r femmes a des prix qu prOvo ueront
ges de l'enchre. .p
Pour plus amples renseigne- efS a plus aqreable des surprises !
ments s'adresser au Notaire
Raoul K&nol de cette juridic-
tion, d6positaire du cahier des


charges.
Port-au-Prince le vingt trois
Avril 1970.
Me Bertholand Edouard, av.


AVIS
L'Administration Gentrale
des Contributions rappelle adx
Commergants, Industriels et Di
recteurs d'Etablissements Sco-
laires Priv6s, en general, et
aux Chefs d'Entreprises en par
ticulier, que le produit des va-
leurs revenues pour les Contri
butions de SOLIDARITE et de
LIBERATION ECONOMIQUE
doit etre versA le 10 do chaque
mois pour le mois precedent.
Etant donni que jusqu'au 31
Mars 1970, bon nombre do
Chefs d'Encreprises ne se sont
pas conforms la loi, il a Ot6
decide d'entreprendre le con-
trole du pavement de ces taxes
dans lurs Etablissements et le
double droit sera applique pa-
rallblement a mission des
bordereaux d'amends centre
tous lea contrevenants.
Port-au-Pce., ce 22 Avril 1970
Franck STEr LIN
Directeur Gdn6rnl


tlodA Vo SfQR V/R &I
S5A CIVEGAW&M QVOS


r/0 Er A IM&,eA f47EA /
o'?ESER VA 7~/0&0 ;WO 7R/
ASS5'RAt,'CtE VOYAOE
VISA Sn


VOYEZ


BUREAU

CLIMATISE



4qv AvEXP/T ./EAf^'EA95 TEL :

c/Tr o L'EXPOs/T/ON 3989-3591


DANS NOS CINEMAS


AU CAPITOL
Vendredi A 6 h. et 8 h. 80
Samedi A 6 h. et 8 h. 80
TEXAS JIM
Entr6e Gdes. 2.50 et 4.00

UEX THEATRE
Vendredi 6 h. et 8 h. 15
LES PERLES GRECQUES
Entr6e Gdeq. 2.50 et 4.00
Samedi A 6h. et 8 h. 16
En lre parties :
0LES AMBASSADEURS
En 26me parties :
LES RELIGIEUSES
Entr6e Gde. 1.50


A M iItC I' E
(SALLE CLIMATISEE) -
Vendredi a 6 i. 15 et 8 h. 15
L'INCONN U
DE LAS VEGAS
Entree Gdes. 1.20 et 2.50
Samedi A 6 h. et 8 h. 15
En lere parties :
LES LEGENDAIRES
DE DELMAS
En 2eme' parties :
RIO BRAVO
Entree Gdes. 1.20 et 2.50


AU PARAMOUNT
Veindredi A 6 h. et 8 h.
CINQ GACHETTES D'OR
Entr6e Gdes. 2.00 et 8.00
lamedi A 6- h., et 8 h.
En 16re parties. :
TABOU COMBO
En 2Ame parties :
CALIBRE 32
Entr6e Gdes. 2.CO et 2.50


TOIkElCINE
PETION-VILLE
Vendredi & 6 h. 30 et 8. h. 30
LES MONTRES ATTAQUENT
, Entree G~es. 1.20 et 2.00
Samedi A 6 h. 30 et 8 h. 30
LA FEMME REPTILE
Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50


De Luxe Auto Cine
Vendredi a 7 h. et 9 h.
L'EVADE DE YUMA
Entree 1 dollar Par Voiture

Sa'medi A 7 h. et 9 h.
5 GACHEFTTES D'OR
Entree 1 dollar par Voiture


Progranmme du Lundi 20 au Samedi 25 Avril
Consulted Votre Conseillre :
LUNDI.............. 9h.AIh. MAISON YVES MORAILLE
MARD ........... 9 lh.1. a MASON YVES MORAILLE
JEUDI.; ......... h.. bh. a FOOD STORE
VENDREDI........ 9 h. 1 h. A FOOD STORE
DEMONSTRATION tous los jours sur rendez-vous
A CASA POMPADOUR
Rappelez-voust Madame: cBelle ce soir 1 Rid6e Demain ??
L'Avenir de votre peau se joue a trente ans
HELENA RUBINSTEIN


DRIVEE IN ClIE
Vendredi a 7 h. et 9 h.
FURIEUSE
CHEVAUCHEE
Entree 1 dollar Par Voiture
Samedi a 7 h. et 9 h.
OPERATION CAPRICE
Entree 1 dollar Par Voiture


CINEE UNih .
Vendredi a 6 h. 15.et 8 h.
buu6 LA LO1 DE DJANGO
entree Gde. 0.60
Samedi a 6 h. 15 et- 8 h.
REQUIEM POUR GRINGO
Entree Gde. 1.00


CINE OLYMPIA
Vendredi (En Permanence)
BARAKA SUR X 13
Entr6e Gde. 0.60
Sa'medi (En Permanence)
LES TUEURS DE
L'OUEST
Entree Gde. 1.00


AUDITORIUM

CENTRE CULTUREI
Vendredi a 7 h
TERRE SANS PARDON
Entr6e Gde. 1.20
Samedi a 7 n.
WANTED
Entree Gde. 1.50

A VENDRE
OCCASION A
EXCEPTIONELLE
lo. Un mou'in a mais qu
fonctionne avee un moteur
gazoil, un business avec tout
la clintele, qui rapporte gro
PRIX : $ 1.500.00
2. Une Maison A Fontamara
avec une cour de 150 pieds d
profondeur.
PRIX : $ 2.800.00
S'adresser A la rue du QUA
No. 25


CINE PALACE


Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
DJANGO PREPARE
TON CERCUEIL
Entree Gde. 1.50
Samedi A 6 h. et 8 h. 15
LA BAIE DU GUET APENS
e. Entr4e Gde. 1.00

CINE SENEGAL
Vendredi a 6 h. 15 et 8 h.
UN MERCENAIRE
RESTE A TUER
Entree Gde. 0.60 et 1.00
Samedi a 6 h. 15 et 8 h. 15
En lere parties :
LES LOUPS NOIRS
En 2me parnie :
5.000 DOLLARS SUR L'AS
Entree Gdes. 1.20 et 2.00


AIRPORT CINE
Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30
BLUE DEMON CENTRE
LAS DIABOLICAS
Entrie Gdes. 1.00 et 2.00
Samedi a 6 h. 30 et 8 h. 30
LES MONSTRES
ATTAQUENT
Entree Gdes. 1.00 et 2.00

L '
MONTPARNASSE
Vendredi A 6 h. 15 et 8 h.
UN FUSIL POUR DEUX
COLTS
,Entrte Gde. G.60
Samedi A 6 h. 15 et 8 h.
MAMA DOLORES
Entree Gde. 1.00


CINE ELDORADO
A Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
te TETE BRULEE
s. Entree Gdes. 1.50 et 3.00
a, Samedi a 6 h. et 8 h. 15
le En 16re parties :
SHUPA SHUPA
En 26me partie :
kl ENTERRE VIVANT
Entree Gdes. 1.50 et 3.CO


AVEC

LA



Mort aux Rats



EN BOULETTES




GIBOBONS


OQEL QUE SOIT

LERAT


IL PERIRA


_


.....~~. .;.~-..;...t-. .;.-.. .. .. ...~.,_;.~... ,..*.,~..i-~L~~.l,,,, ,~aiil~UII*Ujh*li~.Y~ C j-
--~s ;-~ ~.eaL~sr a-L -ar;~;r~%;-L~*a*~C----i;Y--~l*LPb-


PAGE I


~~L;IE ~NDUTT~24tTBTS


f


r


VM1 IM'M Wd-i-SM'D 2'ARL17




QU/OTIDIEN A reSd : APJE D&I CEN7AT
LE PLUS ANCwEN D'iHAITI Alt "
__ ___ il.li t t it_ OPOR T-AU- PRINCE (MHATI)
Owiur et fMocweur e Chef .. ,. .
LUCIEN MON TAS 2
Adnris.trteu 44 .--MAX HALU/V T BOITE POSTALE 1316
NRNa PD E L'ABROOIATION INTER"xaoAI DE PRUIs
No 28.00.1 TYdia ANNE- VENDREDI 24 AVRIL 1970


POUR L'HISTOIRE: Notre editionn

du Vendredi 24 Avril 1970




Certaines unites des Gardes-Cotes s'itant mutinies, le President a Vie de la R. preud

touates les dispositions n6cessaires pour maintenir I'Ordre et la Paix publique:




A Partir de ce Jour, Le Couvre-feu est decret6 sur toute l'6teudue du

territoire de la Republique de 7 hres du soir a 4 hres du martin



La chambre legislative a vote ce midi la loi suivante: Article ler -L'Etat de siege est
decrite sur toute 1'etendue du territoire de Republique
Article 2o La present loi abroge toute loi ou disposition de loi tout decret-loi ou
disposition de decret-loi qui lui sont contraires.
donne a la chambre legislative le 24 Avril 1970.
Au nom de la Republique, le President a Vie de la Republique a promulgue la present.

Les Ev6nements de ce matin
La Population de la Capitale vaquait a ses activities ordinaires quand vers les 11 heures 30, comme un bruit de tonnerre dans un ciel serein, on entendit des fortes
detonations. II n'y eut pas dre panique, mais beaucoup de personnel, qui a pied qui en voiture, s'empresserent de laisser leur etablissement de travail, la plupart pour aller
chercher leurs enfants se trouvant encore a 6ecole, a cette heure-la. Chacun se demandait ce qui se passait.
Certains points de la ville de Port-au-Prince, don't le Palais National, les Casernes Dessalines etaient la cible du bombardment de biteaux qui avaient pris position dans
la baie.
Des projectiles *tomberent en differents ooits de la Capitale. Non loin de nes bureaux, un projectile explosa sur la facade d'un des batiments des Presses Nationales.
Dans l'apres-midion apprenait que certaines unites des Garde-Co6tes s'etaient mutiiees et que c'etait de la que venait le bombardment. Un Communique du Departement
de l'iattrieur et de la Defense Nationale confirmait la nouvele.
La population de la Capitale, blen qu'ayant manifesto une prudence comprehensible, car les projectiles auraient pu causer d'innombrables victims, a su harder son cal-
me. Febriement certes, ceux qui etaient dans la zone commercial, out laise les points danereux mais ils ne se sont a aucun moment laiss6 gagner par la paulque. Les
activities normales ont eth quelque peu per turbees, les membres du personnel de nom bres d'entreprises ayant regagnu leur domicile. On a compte que Iques victims de ce
bombardement. Ils ont 6te transports d'urgence a l'H6pital de rUniversite d'Etat ou les sons d'urgence leur ont bt& prodiues
Devant cette grave atteinte a la paix et a la tranquillte publique, a la security de l'Etat, le President a vie de la Republique come toujours, aux heures graves et aux
anmoments .iEfficiles, a pris avec sa Eermet6 et son esprit de decision habituels, le Commandement des operations.


La Population conflante eat derrdrer soe Che. Son Excellnce e Dr Francois Duvaer, Pr6~sent & Vie de la R4publique.






dA NOWVSmEMft.N


:-'~~~~~~~~~~~~-yl l~~~~~~VU D D 24 UTi 8AI.`~'1 25i- AV-iRIL 1-' -c;- rr ---i-~l~^7 0il :rlll~l~-~?l~


Ins tf 74 rt a Hs^S
Jt^ 's't'aatanls


A I'uinii, (il ~Pre Coinno 'un
courant d air, Ghistaino Clor-
mont1 h laqUolle seynit 6 ravir
un coiquet onsem.I' le pantalon etl
voste d'on bleu sIILve, a pris
l'ivioni mercredi aprias-midi. A-
iprs un inois i'New-York, elle
iiettra le cap sur Il CanadaI
Elle y 6tudi era Ie nursing. Nous


Motsicur t he- 'ig;,n v-site
notre pays d puis de 1 unmbreu-
ses ann6es. Mais sa dernior. 6-
clipse 6tait si longue, que nous
desesperions de ne plus le re-
voir parmi nous. 11 n'on C6ait
rien, fort heineusement. Mon
s.eur l"gan vst toujours trrs at
tach il Haiti, et il vient d'y
vivre quatre jours merveilleux.
A l'adroport, il a 6t6 saluh par
son fils Albert Figan, jr, eat par
l'industriel Serge Bazin. Dans


re domain de l'industrice, Serge
ct Albort jr sont lihs par des
Int(rits communes.
XX X
Madame Gladys Lauture nous
a dit on deux mote le but de
son voyage ia Porto Rico. Elle
vient d'y passer quinze jours,
et elle est rentr6e Jeudi matin,
j, '6ais part, nous a-t-elle de
clIr dana les but de visitor
quelques laboratoires, et de meo
i endre compete des nouvelles
methods employees dans cAtte
branohe. Je voulais 6galeanent
compliter mon materiel,, et fai
1r,' en sort qufl soil vraiment
modeaieis. La brillante laboran-
tine a Ut6 accueillie piar Mon-"
silur 'Yves Lauture, son maria
XX X
Monsieur Ernesto Martijn,
consul d'Haiti Curacao et co-
proprihtaire tie la chain sMar


(Suite de la 1re page)
Lijn, est arrive au pays jeudi
matin.II s'in Cresse beaucoup au
mouvoment touristique hait.lcn.
11 n a6t Lrs lheureux d'appren-
die quo les tourists conti-
nuaient d'affiuor ici. Toulefois,
concernant le Canada ,ii il re-
side, Monsieur Martijn, pense
que note publicist touristique
en franwais. nest pas assez in-
tense. Nous lui savons gr6 de
cetUa rernarque qui -noqus a 61t
faite 6galement par deux Cana
diens, Monsieur et Madame An
dre Labelle. Ernesto Martijn a
voyage pour. affaires, et il pas-
SgTa peut-&tre moins d'une se-
maine en lHaid. ,
L'ingenieur americain Oceta-
vta Almodovar M.randa a debar
qu6 jeudi martin, venant de San
Juan, son lieu de residence. 11
est l'ami de Bernd Loeke, et
ii a voyage pour affakres. Son
shjour ici durera probablement
une semaine.

Le sdjour it 1'etranger de
Monsieur Albert Roy a dure
trois semaines. II nous est reve
nu jeudi martin. Affaires et a-
grement Font conduit a San
Juan, h Miami et A New York.

Mmae Jeannr e Vaughes, fil-
le de Mr. et Mine. Juvigny
Vaughes, est 'entree de Was-
hington jeudi soir. Elle a voya
ge dans la compagnie de la
fenmme de l'Ambassadeur de la
REjublique Centrafricaine I
Washington.M ne. Vaughes est
secrertaire l l'Ambassade de ce
pays aux Etats-Unas. CEs deux
voyageusos p seront une semai


ne dan te pays. Nancy et Ro-
semonde M6nard, lee deux filles
de Mme leannine Vaughes ain-
si que Monsieur et Madame Ju
vigny Vaughes, sea pIre et mire,
6taient a l'naroport pour I'ac-
cuelllir et souhalter la bjefnve-
nue a sa compagne centrafricai-
nt.

Monsieur et Madame High-
field, et Madame Andr6 Le Cha-
bert, eont arrives an pays jeu
di matin.- Ces trois voyageurs
viennent do Sainte-Croix. Nonu
leur souhaitons an a6jour for-
midable chM noun.
X X X :-, -
Que la gentille Antonia Mine
necola veulle bien nous par-
donner notre quasi timpardon-
nable jndiscr6tion. Ecravant a
sa niece, cette tourists At ex-
prim6ae en cea termed .: aiati
est le plus bean pays-du Mon-
dea. Cette flatteuse appr6cia-
tion noun a 6t6 droit au coeur,
d'autant que Toni l'a 6crite
spontanhment.
Est arrivejeudi martinn Mon-
sieur Donald George Padgett,
il reside a St. Thomas, et est
son premier voyage en Haiti.
Durde de son jour : trois
joure. E16onore Ledreck, arri-
vee le mime jour et A bord du
mime avion, aura un bien plus
long sejour en Haiti. Elle sera
notre hltesse durant dix-sept
jours.
xx x
Kathy Kiniry, Mary Holt, et
Susan J. Apen, toutes trois du
Corps de La Paix, sont arrives
hier matin, venant de la Ja-


manque. Elles paueront
jours da s le pays.
ier martin, Mada.ene
Ambrolse a accueilli 1
port Stella Rogers. Stella
ginaire de Curacao, r
sept jours au pays du so
X X X'7'
C'eat un voyage d'aI
qu'eitreprnd Monleur R
Bernard Delfour. I eat. d
tionalit6 francgae, et .eat
pr6sentant -des Preus I
ln. II passera deux jou
Haiti.
(Suite page 6)



LACRE E
STILLMA '













end iape

Dien plus cla
en emil 4 sf e issnas
METrODB SUtUL ET lI A DAN
Plus do 75 nmilliowns de
ont ete vendua
dan8 s mnde entire
*LE SECRET DX BEAUTY .d mi
ds femmwss dans touted IM partial du
-ui deirent Ue peau plus lai rat
TlstIOs amid@ ass Is Cam UStill
aIsqu'ells t appisUpM dm 6aa
Cruam StieiUma's elairalt Is tint
dionn au M oomplesiosa llelta etdis
eMuleasnt 4 remains. Vosmes
s5ilUe daI tsranatormation opU. a
asemo quand lea partial lombr. d
Altront peu poi poar fair plaft
pasu tollemnt plus olair'et plu UM
L'excellent Savon Stidman
EmMyu aui n SavTon stiinaun'!l 0
doux at delscatemant pasfnmi aett
awuplUt IA peatu. 11 t ideal pour
Is Creme Stillman'l .. t eat au
Borons di Beaut6 raflrlchissant Lo
|aoiIse entier.l
En vente dans tous lei
tnsgalns e.t pharmacie


tDANS LES SPORTS
PRESS DE 5 MILLIONS
DE SPEOTATEURS POUR
dux LES ELIMINATOIRES DU
ux TOURNOI MQNDIAI0

ZURICH, (APP) .
Odette La coupe du monde 1970 de
'aero- football a pris financicre-
a, ori- "ment un bon d6pait : lee 174
resterK marches, de 61iminatoires 'ont
urire. products une r6cette total de
,226.760.00 francs suisees pour
HuseLs 4.B08.274 spectateura payanto..
Michel La Federation Internationa-
e na- le de football (FIFA) qui cite
Miche- ces chiffrea prcise que la plus
urs en DETTOL
,Le aDetoips est un d.-infec-
tant et un at s eplque puis-
sant. I d6trult 'lea bacterises, ml
crobes et germes. 11 eat trois
lois plus efficient que l'acide
c, earbonique pur. De plus, il n'est
*, pas un poison, ni ne tache pas.
S I est utilis dans les cap de
blessures, piqcilre d'insectes,
ecorchures, affection de la
peau, des clous, des boutons,
pour ddsinfecter la mason,
chambre de matade,, salle d'h6
pitaux, 0viera, toilettes, ilan-
chers et 'murs; centre les pelli-
cules, dans les cas de maux de
gorge, comme, gargarisme;
pour i'Hygilne feminine; com-
me deodorant.
Utibisez toujours DETTOL.
En vented dana toutes Phar-.
macies.


are





P0o1




..dav.



n I plea JT', s




Mi us

GEORGES SICARD
63, Rue des Fronts
Fo r'*ts


fort aislataiic. a 6t6 enregla.
tr6e pour la rencontre BEril-
-Paraguay (1 0), A Rio ie Ja
neiro, vac vel8L apeatatsur
Le match le moin. suvil a etW
Etat-Unia/Bermudee (6 2)
qui n'a attire quo 600 specta-
teurs a Kanasa City.
Pour I'Europe, le record a 6-
tO 6tabli:- Glasgow, 96.282 spec
tateurs pour Ecosse-Allema-
gne de l'OueBt (1 1), alors
quo le chiffra is plus bam a 66
enregisrr -our Ia rencontre
Luxembourg Bulgarie avce
4.929 spectateurs.
xxxX
LA POLOGNE BAT L'URSS
2-0
MOSCOU (AFP)
La Pologne a battu hier soir
au stade Lninoe de Moscou en
match amical la selection so-
vidtique qui doit se rendre &
Mexico par deu buts a z6ro.
(Mi-temps 0 Q.
Ce match atmical a rev6tu
toutefois un grand intdrct car
lea joueurs soviltiques ont t1W
choisis parmi lea 22 footbal-
leura qui se iendront au cham-
pionnat d u m o n d e. La
p r e m i &r e Mi temps


et la m o i t i 1 de la secon-
de n'ont 6t6 marquees par au-
cune action d'6clat de part et
dautre. Cette premiere phase
du jeu fut technique et un peu
lente.
XXX

DYNAMO ZAGREB BAT
BENFICA 2 0
ZAGREB, (AFP)
Ea match international ami-
rcal' do football, Dynamo de Za-
greb a battu mardi soir le
Benfica de Lisbonne par deux
buts &i zero, score acquis en
premiere mi temps.
x x,
STRASBOURG
L'iquipe polonaise de foot-
ball de Gornik Zagreb s'est
qualified par tirage au soft
pour la finale de las coupe d'Eu
rope des. vainqueurs de coupe
aux d ns dens d a formation 1-
talienne de l'A Roma.
Les deux 6quipes ayant ter-
mi6n a 6gali6 1 1 aprls le
temps r6glelnentaire et sur le
m6me score a2rs la prolonga-
tion il a fall avoir recourse au
tirage au sort pour designer
le qualified pour Ia finale.


Avez-vous rencontre Miss OVALTINE? A-t-elle frapp e a votre porte? Vous a-t-elle remis Gdes 15.00 ?

Ceci est arrive a des centaines de consommateurs d'OVALTNE et tout ce qu'ils ont enu faire a 4t6 de lui faire voir une boite d'OVALTINE en service



T/ A/N/LNofs Galants du 20, 21, 22, 23 et 24 Avril 1970 snt les- suivants :





''d O V A L T IN E OVALTINE* 3. Melle Lucienne J4rome 6. Mme Marcel Carrie 124, 9. Mme Jessi Je6sulien Rue
S20 Avril 1970 Ulre Avenue Bolosse No. 129 Rue Capois des Cesars No. 186
P4.4. Melle Solanges St Vil 7. Mine Luc Vincent 139. 10. Mr. Maurice Pierre Rue
I -a"dRuelle Alerte No. 28 Rue Capois des Csars No. 189
I. ,K 1. Mme C6leste Mond6sir 5. Mme Alina Tertullien 8. M me Anna Juste 165, Rue
6 Ruelle Marcelii .Ruelle Alerts No. 54 Capdois
2. Mme Lima Zamor 14, 6. Mmt Josama -oBeph 9. Mme Roger Fils-Aimrn
Ruelle Marcelin Ruelle Alerte No. 64 177. Rue Capois
3. Mine Mne Pierre-Pierre 7. Mme Nicolas Armand 10. Mme Lucien Toussaint GAGNANTS
M'-c' Ic 31,. Ruaee Mrcelin Ruelle Alerte No. 108 94, Rue Capob ((OVALTINA!) -
f" 4. Melle Erla Barthelemy 8. Mine Jos6 Batrony Rue
20, Ruelle Marcelin Edmond Paul No. 10 24 Avril 1970
5. Mme Victor Delerme 2, 9. Mine Edith MapolMon Rue
SRuelle Roy Edmond Paul No. 28
6. Mmp, Edwig Bruno 4. 1l. Mine Emile Faine Rue 1. Mile Jessie Derneville 8,
Ruelle Roy Edmond Paul No. 34 GAGNANTS aRue Clerveau Ption-Ville
7. Mme Camen Wainwright OVALTIN 2.- Mmine Gaston Jean-Marie



Md'inCVAl.TeINE n 31, Ruelle Roy
SLouis Giordani 38 Avril 1970 e No. 181 6. Mile osette BVandeau 23,e
M VISS 0 VNl VA lSIO ITf E R -Mee Vaoe ReRoy16, Rue Clerveae Ption-Ville
S V ieu ue de Miracles No104 7R Mile Marlisne Joseph 62,
moelntrez ui une oitera VALueINe MGAGNANThur Peter 29, 4. Mme Wilrid Bainchel Rue 22, Rue Chavannes Ption-



SL10. e A lexandre Domini-Rue Capois des Mirales No. 1 5.-Mie Franck Boncy 40,
S G Iue 58, Ruell Roy N Mme Mec2. Mme Jeanne Francois 8. Me rveaurd tion Villen
S- N VALTINE 22 Avril 1970 Rue d Pes Mirale No. 181 6te 10- Mile Villatte Barrea Ption3,
1visr votre mason et e l- Melle Marie-Rose Riche- Rue Chavannes Ption-Villle
S0 VaL N eeetlieu Rue des Miracles No. 104 7. Mine Denise Wainwright
le vous remettera Me Arthur Peters 29, 4.- Mine Franck Bain Rue 22, Rue Chavanne Ption-
e e1vou reme eraerALTNGAGNANTS Rue Capois des Miracles No. 106 1tVgll a Rh e an
G15 0e 2. -o Mme rLMercd Dosous 5. Mme Guetave Solages 8. u- Me Richard de la P i'uen-
5,((OVALTINe -o 1, Rue Capol Rue des Miracles No. 13. te 10 Rue Villatte Ption-
II, Beerage .l Supreme Food 1 21 Avril 1970 3. Mme Charles Chevallier 6 .- Melle Evelyne Grandi- Ville Me ,
Beverage 67, Rue Capois Pierre Rue Pdtion No. 17 9 M. Jacques Barreaui
-caMoentr,,c mdfome 4. Mlle Louis-Marie Dalmas 7. Mine Francois Noel Rue Rue Villatte Ption-Ville
MDlk, Ca.. rt ad r i r 1. Mr. Frantz PierreLouEis 70, Rue Capois Pteion No. 14 10. Mme Rose.Exantus. 31,
1',1 l6re Avenue Bolosse No. 98-bis 5. Mme Fritz Larco 109, 8. Mr. Goubert Molin Rue Rue Villatte Pftion-Ville
"16S.Z 2. -- Mmne Antimn Gaston lIre Rue Capois des Csears No. 171
Avenue Bolosse No. 103




Ces'heurrenx # fainas joulssent en ee moment de leur prix en argent ainsi que de la force, de la sante et de l'Anergie que leur procure I'OVALTINE.



Donc, soyez prets a recevoir Miss OVALTINE... Ce sera peut-tre votre tour demain.
I ,


.Z'A03


Avis aux Commercants

de la Place
II est porter A la connaissance des Etablisse-
ments -commerciaux, que la Fish Industry, of

Haiti, S.A. met A leur disposition ses chainbres
froides et freezer, tous les jours A partir de
8 h. A.M. a 4 h. P.M.
Le Samedi de 8 h. a midi, les jours de fate
except.
Pour tous autres renseignements : adressez-
vous A la Direction de cette Compagnie : Ave.
Truman, Cit6 de l'Exposition pros du Th6Atre
de Verdure.


MONTUES SUISSES













GIRARD PERREGAUX RALCO
TECHNO LANCO
BIJOUX
BIJOUX EN OR 18 ct
BUOUX EN OR FIXE
BIJOUX MURAT
BLTOUX U ARGENT
ARGEINmIIE CHRIBTOFLE
CRISTAT, DE BACCARAT
CRISTAL DE LALIQUE
CRYSTAL DE DAUM
EN EXCLUIVITE A LITTLE EUROPE
ET MASON ORIENTAL


__


SPORTS


25 AVIL 1670


VBNDRMI 24 ET SAMDI




VEDRD 24 ---- A-flIL 1970 ETg~ SAED 25 AVRIL 1970lk rar beI. NOUV3LaIST~ -I -. hI


RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


rYOTRE HOROSCOPtl
.Par Frances~ Drak#,'e


Cheroehe 16 eftion -osree"NUaifa411gfoudovIW d. obisistveresaire
do ,saissauoeetsas tvo rouer Is#leporsp~estiovesquo 1)061
-lgmsalent IA ved streapour demoin.
Droit dai reproucion totals 6% 'portieUs *Wts'd.
ProprbKint ~gFeatur~es Syndioste Kkoluetil~t
-.L.W, OUVEKLLSTS?
SAMEDI 25 AVR!L, 1970


21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER) : Adbplez un -ythme
venant au programme de cet-
te journ6e et gardez Is, sans
accel6rer ni ralentir. Coeur et
amiti6 sont favorisds dans l'a-
pr6s-midi.
21 AVI1L AU 21 MAl (TAU
REAU) : Meme le samedi, si
vous ne travaillez pas, a be-
soin de m6thode. La plus gran
de tentation sera d'6parpiller
vos forces. Reagissez. Un peu
d'aisance.
22 MIAI AU iL JUlIN. (GE -
MEAUX) : Avantages supe-
reurs ia la moyenne. L'essen
tiel d'abord et, en tout, re-
gardlz au-ddla de I'apparence.
No soyez pas victim de ce
qui ent superficial.
22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Opposez-vous a
une tndance ta linstabilitg et
ita irresponsabilht. Euoutez,
etudiez les idges d'autrui et les
votres se degageront plus ai-
aisment.
24 JUILLECI AU 23 ABOUT
(LION) : Lc moment est ve-
nu de revoir vos projects et
vos mnthodes afin de les met-
tre absolument au point. Me-
me des modifications mineures
peuvent etre tiles. Restez cal
ime, priet saasir vos chances.
24 AOUT AU 23 bEP'IEM
BRE (VIERGE) : Surveiller
et attendre sont parfoil re-
command6s. Mais ne vous en-
donsmez pas au course de votre
garden. Prenez vos precautions
centre de possibles deceptions.
Z4 SEDP'IEMD itE AU L'3O U
TOBRE (BALANCE) : Ques-
tions d'enseignement, voyages
et recherches sont particuli&-
rement favoris6s. Le success est
possible en des lieux et places
qui ne vous seront pas fami-


Aujourd'hui
VENDREDI 24 AVRIL 1970
SAINT GASTON

DECES DU JOUR
DECES DU JOUR
Leotide Rother .......... 58 ans
Oscar St Lot .........4 mois
Mme Raymond Vil min......AD
Patrick Camille ... ......4 ans
Denise Felix ............36 ans
Anna Venoet ........... 6 ans


liars.
A4 OCTOBRL AlU 22 NO -
VEMBRE (SCORPION) : In-
fluences hostile. La confusion
regnera si vous n'tes pas sour
vos gardens. Un mot deplace
peu declencher Ia tempete.
Servez-vous de votre intelli-
gence.
23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
De belles actions du pass par
teront plus de' fruit que vous
ne vou's y attendiez. Bonne
poriode pour des tfches qui n6
cesaitent de la patience et une
main slire.
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VRIER (CAPRICORNE) : E-
tudiez les raisons qui just(
fient vos limited. Concentrez-
vous sur des solutions raison
enables sans nagliger les cir-
cosnstances mineures. Bonne
journee pour original.
21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU) : La sa
gesse vous indique gdnerale-
mient quand il faut parlor ou
agir mais vous n'en tenez pas
compt. Neo soyez pas indif-
fdrent aux lecons de l'expcrien
ce. Evitet de vous 6nerver.
20 FEVRIER -AU 20 MARS
(POISSONS) : Considqrez m6
thodes et techniques nouvelles
mais ne depassez pas vos li-
'nrites. Ce sera une tentation.
Utilisez sagement vos avanta
ges. Tendez toujours vers vos
buts 6levns.
S! VOUS ETEf NE Ait.
JOURD'HUI : Vous avez une
belle intelligence, des qMalitcs
.remarquables d'intuittions et
un sens profound de la diplo-
matie. Vous Ftes inventif et
pouvez rcussir dans le secteur
de la technique. Vous excelle-
rez aussi dans industries ,
Architecture et la chimie.
Vous avez un profound amour
de la beauty, 6tes imaginatif
et idWaliste, presque i 1'excs.
De tres nombreux natifs du
Taurenau eommencent ai consi-
darer tel art comme un pas-
se-temps puis il devient pro
gressivement une vocation. Ils
isont d'ailleurs capable de 'me
ner de front deux carricres en
mome temps.
Naissance de Gulieimo Marco
ni, inventeur de la Tdlegra-
phie Sans Fil.


Tous les Disques

et Cartouches

Que vous aimez
L'Album complete des 9 symphonies de Beethoven.
Sonates pour clavecin et violon de Jn. Sebastien Bach,
pleine de tendresse.
Le Concerto pour hautbois, piano et orchestra, une m
d'Haydn


musique

merveille


La symphonic PASTORALE joude par KARAJAN, F'un des
interprets les plus 6minente de Beethoven.
Soeur Soprire dans ses plus jolies chansons: Dominique etc...
Par Amor de Raphael Solano
Les plus eclatantes r6ussites dd Dave Brubeck : Time in, Bra-
vo Brubeck etc...
Herbie Mann at the village gate : Summertime, Candle dance
Duke Ellington : La plus belle Africaine, Soul Call etc...
La collection complete des disques de DIPLOMATICOS : A-


mor Perdonane,


Le piano romantic d'Annibal Angel : Volume 1 et 2


Les nouveaux disques d'artistes Haitiens :
Tabou Combo, Shleu-Shleu etc...


CARTOUCHES
Los Panchos accompagnant Eddie Gorme : Quizas, Quizas etc.
Antonio Aguilar : Cuatro Vidas, No volvere etc...
Guantanamera, La Bdmba, La mer des SANDPIPERS
L'orchestre et le choeur de Percy Faith jouent pour jeunes a-
moureux Paul Mauriat interprdtant : Mercie chbrie, This is my
song, etc...

Luis Bonfa jou.e la imusique du Br sil : Zomba, Avocado, Sam-
balero etc...
Ces disques parmi nombre autreq albums de musique classique
et populaire, ainsi que les cartouches sont en vente i la CONTI-
NENTAL TRADING d'Emmanuel Ambroise.


Ce festival de chansons fol-
kloriques haitiennes, sera of-
fert par Mr. Raymond Regala
accompagn! du group cLes
Frcres Ddjean,> et la participa
tion .exclusivLe de Dansurs pro
fcssionnels.


AVIS


L'lnstitut Haitian de Statis
lque Secretariat Excutifd du
Conseil National de Coordina-
tion Statistique (CNCS) aviso
loi intdresads quo lea courn du
2e cycle d'6tudes Intenaives du
cCentre de Formation do Statis
ticiens (CEFORS) d6buteront
au local de cet Institut le lun-
di 11 Mai 1970 & 7 hres 30
.nm. et dureront environ dix"

Les mati-res suivantes, as-
orties de travaux pratiques, fe
ront l'objet de ces course :
Analyse math6matique (Calcul
integral et diffirentiel)
Calcul des probabilit6s Sta-
tistiques demographiques -
Analyse statistique Statiati
ques aociales Thsorie des
sondages Economic politi-
que Administration des en-
treprises Statistiques deco-
nomiques -- Planification q co-
nomique E16ments d'agrono
mie Techniques, d'enquites
Statistiques agricoles So
ciologie Sciences financi&-
res D6mographie Statisti
ques financisres Comptabi-
.lit6 national.
Un registre d'inscription est
ouvert au b6nefice des intdres
ses jusqu'au Jeudi 30 Avril
courant au Secretariat du CE-
FORS (local de IIHS).
Les candidates appartenant
aux cadres de administration


'publique n'auront qu'h pr6sen-
ter lea pi6ceo suivantes :
1 2 photos d'ldentitW
2 1 cortifleat do fin d'6-
Ludesa clasliques (Bapcalaureat
16re et 26me parties)
3 Une lettre de recoun-
mandation signee du responia-
ble du Ddpartoment Minist6riel
ou du Service Autonolne don'tt
-11i relvcent.
Le nuombre de places 6tant
limit, seulement dix particu-
liers ne travaillant pas encore
dans les services publics, ag's
do 25 an au plus seront ad-
mis, par voie de contours, A
ce cycle d'6tudes. Ils seront, en
outre, aour approbation'du Con
seil Nanicnal de Developpe-
ment et de Planification (CO-
NADEP) appoina6s come sta
giaires a 1'Institut Haitian de
Statistique.
Cas derniers candidates de-
vront presenter' au Secretariat
du CEFORS :
1 Un extrait de leur acte
de naissance
2 3 photos d'identit6
3 1 certificate de fin d'6tu
des classiques (Baccalaurdat
lere et 26me parties)
Port-au-Pce., ce 9 Avril 1970
(S) : Direction G6enrale de
I'institut Haftien de Statisti-
que
Secretariat Ex6cutif du Con-
seil National de Coordination
Statistiqut


L'institut Haitiano Arhdri-
cain, a le plaisir de convier
une fois de plus ses Invitas,
a un spectacle originally, sans pr6
crdent dans le cadre de ses
activists aristiques, le vendre
di 21 avril ia 7.30 P.m.


- . ; :

















L'ENTREE Cordial. Bienvenue.
,-.--- - .- .,









CAMERAS ACCESSORIES

, ,f .. .




















TOP CON., BINOCULAIRES
LENTILLES INTERCHANGIABLES ES
APPARELS A FILMED
SPROJECTEURS BUPER 8
FLASHS ELECTRONIQUES
ALBUMS DE PHOTOS
O'N EXCLUSIVITY A LITTLE EUROPEK


~c~-~`-~`~-' e- -- --- -LZk~~r-~-~i kr~~Y~ru I"J~L0


Les Band De Dessinees du aNouvelliste,


Blondie


, DANS NOS SAIIES DE SPECTACLES


De Luxe Auto-CInu
Dimnche 216 A-vril
I 7 heures et 9 heures
LE PETIT .BAIQNEUR
En scope couolhrs
avee ,l'inimitable L ouis DE
FUNES
La com6die la plus desopilan-
te, la plus divertissanile de Il
saison. I
Le comique grimacier Louis
DE FUNES vous invite is ve-
iir rire, rire .i gorge di.ploaye,
avec, lui et ... hum! En bonne
compagnie.
LE PETIT BAIGNEUR
Une comadie 6poustouflante
hilarante, et trss :fertile er
gags et inventions gestuelles du
ngrlad ctm4dien francals Louis
DEFUNES,.qui vous garnntil
deur heuires de relaxe, e d6 -
tente, de foile gaietC.
LE PETIT BAIGNEUR
Une com6die 'un rythmine 6
cheveld jamios d LcAnti-! Louib
DE FUNES! Un artiLe di. vei
lie: Un prestidigitateur du mot
Un ma'igicien de la rdplique! Ui
franc-tireur des apostrophe
cinglantes! Louis DEFTUNEi
dans


Culte vaudouesque Chants et danses


Ssie, denvie font de dPHistoire
d'un grand Amoura une oeuvre
a de lauts couture cnmaniatogra-
phique I Pittoresques ext6 -
rieurs, belles Images, grrdables
couleurs I
L'HISTOIRE
S.D'UN GRAND AMOUR
Notre, prochain grand spec-
tacle I Lefilm aux trois ricoln
penses! Un vrai chef d'oeu-
vre, le drame de l'ann6e! Vous
le verrez chez nous avec un plai
sir sans melange!
Entr6e Gdes. 2.50 et 4.00
x x ,x

; AU REX
Dimanche 26 A, tri
t A 5 bres, 7 hres, et 9 hres
LA SYMPHONIE


DF HEROS
(en cin6mascope 'couleursA
TICKET D'OR DU CINEMA
Apris la s6rie des transcen-
dantes euperproductiuons qui
ont soulev il'admiration dee
fouled, sla direction du REX
convie ses amis aasidus et les
f'events clients de ce thiltre
h venir assisted a la projection
de cette nouvelle pikde majeu-
re du 7ime Art, inspire du ro-
man qLE GENERALo.
LA SYMPHONIE
.\ DES'IIEROS
cTicket d'Or du cinfmau
Une oeuore prodigieuse nim-
bee du prestige de l'imposante
interpretation de deux tWtes d'af
fiche du cinema mondial, Charl
ton -HESTON et Maximilian
SCHELL.
LA SYMPHONIE


Restograi en Lotion ,et en Pommade


s ,


















Rajeunissez 4,vec RESTOGRAI
Plus Cre cheveux blancs.
Pour les Hommes la Lotion est excellent.
Pour les Femmes, r6sultat apris 15 30 et 60
jours. Succes garanti, plus de 3000 personnel ai Port
au Prince en out fait d6ja l'heureuse experience.
En vente dans toutes Pharmacies et Epiceries.
TIPCO, Distributeur.























POUR VOTRE S lCUIT

La e ourit a, pour alnel dire, 6t%
hMoopor6l au pnou G8 Goodyear.
,oral & *Aa 6paulements arrondle,
Ies vagM sent plus OQre. la I on-
dle pluk pr6olse. L'ntollage 3T,
plu rteosnta quo racer, so moque
de ohooat tdoe Ilohauffement pro-
voqu par une oondulit sportlv.-
Le prmu Go voue offre plus do kilo-
ms Mmsaw ootor plus oh r &
ftht. Voye vtr oonosilonnal-
SGoodyear dl vous avzo b eoli
iepow ur vo voltu ve .



wooDfiEA





- --o .- -


DES HEROS
Un dranme human des plus
vibrant, brossant un conflict do
personnalit6s, en marge des
grands remous qui ont secoif
'lhumanit6.
LA SYMEPHONIE
DfiS HEROS
(cinemascope (,uleurs)
Un path6tiquer lace i face de
deux tres inflexiblh.. deux vo
lonts ,de fer, entraines dans
une palpitantc coijoncture ou
I'abn6gation s' ,lo.scra centre
a f6.elonie, lid subhImit de 'h6-
reisisie- c'onfre h riht6 et la
perfidie.
Un dramatique tUe a'tote en
tre un chef d'orehestre cdl1bre
et un G6naral, 6maill6 d'un ilia
loguescornelien d'une puissante
agressjvitd.
Charlton HESTON j camp
aver unc grandeur inegalde le
role ecrasant d'un chef d'orches
tre, meryeilleax de sang frold,
de force morale .et de cranerie
dress en face de Maximilian
SCHELL, le gxniral blond, aux
yeax. blnus, inflexible, arrogant
et m6prisant.
LA SYMPHONIE
DES HEROS
(cinemascope couleurs)
ctkdat d'or du cinhmu
Un drama houeux 6volusnt
tragiquement dans un crescen-
do de passions et de sentiments
6levos at sublimes. o t'ilerois-
me mtnpavlde des protagonists
se trouve face a face A la tra-
hison, a la chet6, les compromise
siona iouches, le-s ba.3.csecs ,el
les faiblesses humiainc..
LA SYMPHON1E
DES HEROa
Ticket d'or du ccirn mai
Unie oeuvre traverse de sen-
timents patrjotique's, soulign6-
inerveilieuserneat 1arr Ia musi -
:xux de Shulert. TIXliikosky,
Brhams et se torminant dans
I'apothdose de la S nei sympho
nie de Beethoven.
I:' SYMPIIONi1,
DES HEROS
(cinemascope couleurs)
(ticket. d'or du cinrnam p
Une production capital que
le public des glands soirs ap-
plaudira sans reserves.
Un spectacle grandiose plebis
cit6 par tous les spectateurs
Entrc O Gdes 2.nO et 1.l
e s x X Xx

AU CAPITOL
CAPITOL prisente
Dimanche i5 h, 7 h, et 9 h.
P.M.
Tony Curtis dans
Un giuta dian-m p-hcier
L'ETRANGLliEUR
DE BOSTON
Tournae sur sles lieux memes
Sou s'est droulo ,ri dare poi -
gnant, cettl histoire v-'-,raisuc
nous offt, upportUlca1 i- vi-
vre au cinRna dci moanents d'u
ne bouleversante 6motion.Tony
Curtis, une ved-Ltie a une tirecs-
pe exeeptionnelle prouve ici que
sa maitrise rest aussi grande
dar. lc cmasiquo que dans e d ra
moe. L'action est fort haLile -
| menL menfe, donnant a-.x situa
tions dramuatiques touted leur
intensity.
L'ETRANGLE U R
DE BOSTON
belle feoure!
Isn peionnaiilitc Je chlaque
persc nnaae, sla qual de 1'ani-,
nation, Ia puissance2 -Je 4 aquen
i-eo d'sclon fint quL :co( coeu
vre lia.tresse de ]a Fox uccupLi
Ldne plaie de chaix d: is la gain
se ics grants fihin. pi.iiciers!
L'E FRANGLEiJR
DE BOnTON
Un -craaLioni toinanltc do
Tony Curtis qui couipe ave oun
rialisnio deroutanLi t.c -rinisnel
inquiowact, brutal, pi-;ai lout
I'ETRANcLEUlt
i>E 3OS'ON'
L in Iflni poalcrr unique, dur,
diune lc ,' aleui artistiluc ohl
Ia tension dramatique monte
progressivement pour aboutir
a des scenes trciqucs fort poi-
gnantes!
L'ETRANGLE R
DE BOSTON
Ulne aventuro comepliquoe, le
film policior qui vous passior-
nera, oti la brutolitf alterne a-
vee la. passion tandis que se res-
serre le filet autour do crimi-
nel qui sera arretd dans des cir
constances palpitantes!
Notre proehain superspertacle!
Interdit aux Mnins de 18 ans.
Entree Gdes 2.b6 et 4.00


LE PETIT BAIGNEUR
Vous e..chantera ... Vous da-
ridera ... Vous. catapultera de
votre voiture sur l'ecran-mais
attention! Vous le connaissez
ddjii! Inutile de vous ie decrjre
... Le voili quand niulic:
Ce nez aquilin de oorciere,
cotte liope mince qui fa;t pres-
que un demi-cercle plant il re-
Icve les commissures, ses yeux
,ris, sea sourcils charbonueux,
la petitesse n iArne ie la person-
ne, de tout cela, loe omn dien
franais .tire un part viainient
reniarquable. II use judicieuse-
mient de la giamace. sans la
pousser exactement jusqu'A la
pitrerie. I1 a port i son point
de perfection une expression
dlrritation dormant sur le
point d'exploser. Les petits
yeux qu'il plisse se chargent a-
lors d'une foudre qui ne denman
de qu' h later. II a appris a
mouvoir In tkte par secousses
prestes qui lui donnent je ne
sais quel air d'aigle dfplume.
Et la gesticulation agile, just,
nhotoginique, complete l'ensem
ble.
Entr6e $ 0.60 par personnel

xxxx
DRIVE IN CINE
LE POINI DE NON RETOUR
John BOORMAN a rdussi ai
donner A son film: LE POINT
DE NON RETOUR
Un suspense et une 'gueur
rarement atteints ia, ,st un film
tde ce genre.
Naturellement avec des ac -
teurs de la classes de Aigie DIC
KINSON, John VEiNON et
surtout Lee MAIVIN le ven
geur, il ne saurait manquer ce
but.
Ce fIllm nous montre ce qu'un
home bafou6 et dominu par
sc vengeance peut accunphir.
Lee MARVIN blesse i Alca-
traz r6ussit a .IgiiLri LJS AN
GELES i Ila nage ... pour
tuer un ami qui lui a vole
$ 92.000 et asa femme.
Par sa musique, sea couleurs,
sa mise en scIns tris soignse,
LE POINT DE NON RE -
TOUR tient le spectateur en he
line du d 0but h la fin.
ILE POINT DE NON RETOUR
Un film qui comblera de joie
lea amateurs de sensations for-
LE POINT DE NON RE-
TOUR, au DRIVE CINE
DE DELMAS l Dincanihe 26
Avril 1970 i 7 heures et' i 9
heures.
Entr6e: $ 1.00 par voiture


ELDORADO
Dimanche 26 Avril
a 5 hres, 7 hres et 9 iwa'res
ELDORADO present
L'HISTOIRE
D'UCN GRAND A'1IUUP
Ce film, qui eat un chef-d'oeu
vre da 7e Art, dcpeint d'une
favon surprenante' et en sa-
quence emouvantes, le drame -
d'ute jeune fills et d'an june
hirfme qui s'aiment et afron-
teit cnsembie u, deAi.i cruel.
S'adressers aurtout la clien-
tele feminine, ce drama passion
nel, fort bien interpretS, i tonus
leb elements pour tl-ire ct 6 -
nouvoir. La. conclusion pleine
d humanity ci6e Oai incLnsit6
dn'motion pen commune. 'Une
tris bone inLerpiftation el une
'action pcssddann toute In ri -
gueur nour entretenir uic at-
mosphere de passion, de jalou


AVIS
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE SAINT MARTIAL
Section des 616mentaires.
INSCRIPTIONS POUR
TOUTES LES CLASSES
Dates : du 27 Avril au 29 Mai
Jours : du Lundi au Vendredi
Heures : de 8 h. a 11 h. 80 et
de 2 h. 5 h.
Apporter :
Acte de naissance
Certificate de bapteme
'eht I dernier earned scolaire
pour les candidate aux classes
de la 10e A 7e.
La Direction


A VENDRE
Une maiaoi sise i. Turgeau
1 AvenuL dee Marguerites) six
'.:hambres A voucher, Salon,
salle & manger, grades gale-
rics, Office. etc...
S'adresser nu No 117 de la
Rue du Centrb


ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Chers clients,

Nous avons l'avantage de vous annoncer le novel itindraire de la ALM
ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI LM 978
Miami Dp : .5.55..pm
P-au-Pce Ar: 6.40 pm
P-au-Pce Dp : 7J5 pm
Aruba Ar : 930 pm
Aruba Dp : 10.00 pm
Curagao Ar : 10.25 pm -

JEUDI LM 977 5 ALMW
Curagao Dp : 9.05 pm _
Aruba Ar : 930 am
Aruba Dp : 10.00 am
P-au-Pce Ar : 10J15 am
P-au-Pce Dp : 10.50 am
Miami Ar : 12.35 am

Pour routes aulres informations voyez votre agence de voyage.
4p a a 0..g a O d--N- i- 4 --T 40 40-do > o w wish


~----------------- ----------------


----- ----.----- 1--- -- --


>
L^^^^r


~~.:~,1.-.;~,~-..-~.-~-i~a~i--L--Y.~x ---- .U~p_;_~~*,,~-----Y---L----^-YiLL-Y


VENDRD 4AVI170ESMEDI 95 AVRIL 1970


(


I


I'


I
I
I
I
>


t

>
>



uL OTLAT9





:i;. ~ ~ ~~~~~~~~~~~ cL37 NOUVHLLISI'F VEND-flI 24r BAMEJM- 25- DIMANCLEII 28 ET LUNDIT~r -a-~-r-~l-~...~ "~Ll AVRIL i -'~ -~--------R-----l -9--~-1--


LA MODE A VOS PIEDS LA MODE A VOS PRIX
ST RITJAN DIOR SACROMONTE
0 LE CHAT uuTTE parent en exclusivit6 les marques suivanteJ CHARAS J.URDAN MONACO
fOTR OTTIE Pt rpute dans toutes- f O .TORIN
( haNo do sal- HMlUt) lea Capitales d'Europe et d'Am6rique GIN.O ADRYANDI ORBI
t ._ _ __._ __A
MOM


ri'tt des gens qui s'e sent morids
viave nt s'ila voulaoent
itre francs, certains avoeeraie'it
qua malgro tous les tdtfofti tle
Iher conjoin't ins we rnoitocte-
raiosot jaae a tcmi.
l foaut done chercher ailluars
les causes d'iune prise de posi-
tion pour le uoins t oo17ta i elf
bhez plussurn adohat',otes.
Pas question d'ltt.it'icrer le/
legires disputes que des tpouto
pourraievt avoir an prisette tic
leers 'enfants. II faudrali que
caux-la soient boresns lat exagi
rntemtt improssaionableus pour
en tirer des conclusiones. La pe
tito dispute fait partial de le-
xistaice. No"s lea epouses, nots
somnmes soai ent plus dminives
qu'ang tiques face d des maris
souvent nerveux, souvent...
fitous tour lasons le droit de
trouver eaa-m'mes les qualifies
tifs exacts, apris un brej exu-
mtcn de consiearce).
Deux raisons pou ncgligea-
bles ne seraieit-elleo pas le ro-
71ae et le cinena qui miotent
costamient aen ipu4tgle Ieonte
la game des infiddlitis conjut-
gales possibles (de quoi donner
des iddes a ceux qwi en uain-
quoen) de quoi surtout obliger
les jeunes a neo plus avoir con-
fiance et a so demwnder pour-
quoi ils iraient .dilibricment
choisir un mode de vie q0i lea
obligerait A en venir lt; car
s'il fallait en crotre bon som-n
bre d'ecrivains, I'infiddliti est
une sequence inevitable de I'e-
xistfence du couple.
Une autre raison I envisa-
ger : la ldgiretd de nos pro-
pos er, presence des jemies. Les
plaisaiteries claosiques sur le
marriage qua nous ripitons en
ayant I'air de les approuver
font leur petit chemn. De plus,
pour le plaisir de parier ou d'a
tnuser i'auditoire, quo de pro-
poe franchemsnt desagroables
ou inoquaers certain epoux ne
tiennent-ils pas de leur femme
et lea feinmcs de leur ipoux en
presence d'adolescents / Com-
cenot ceux-la pourraient-ils de-
Viner que ces niimes corejoits
s'entendeot parf'aitemc t quand
its rentrent chez eux, t/le ucne
pdire de complices. Leos tchri -
ameours pleuvent, ts potites at
tenl.tuics aussi, h 'insct de cette
ctoerie qu leon voulait anttser
tavt6tn t
Quelle atres raisons strinu-
scs 'a.p rraierJ, digouter ccrtai-
joeunes filled du marriage ?
lke peu d'admiratioi. quo susci-
tent e elles leurs comnarcadeis
masculins. ces iventuels futurs
Scour ? Les trouvent-elles, ac-
ii,e.lr.m met a.iisoi//s i-e viaisir
lovrdn. d'coprit. or/orccunts de
ciRIcls troy niatfriels, or'ascnurs
aut se0s haitien diu mot ct ra-


Tous ies Disques

et Cartouches

Que vous aimez

Voir paee 3



A louer ou a vendre
LOCAUX INDUSTRIES
INDEPENDENTS
de 2.000 h 10.000 p. carris tou-
tes facilifts, eau, triphast.
Rens : M. L6on, it cote Usine
a Cacao, Bizoton ou P.O.
B. 331


sor ?/ Le idile qui a toujours
btntfi-ie. uat soit insigu.ifiant
ou non, de I'adulation Jaemiine,
serait-il en passe do oe faro
desebndre do son piddestal par
'adolescroente 1970 J'en date!
Ce serait dtruetre lu structure
itei tie do fe[a ntiti et )t iae pto
croire ce quae sno yeux votent.
Done il jaiet chercher ailltirs.
lDotsi ?etre ronstvienoe peut-t;-
tre.
Nous deorions eviter i out
prix quo les jeones se / assent
une fausse id e dui mriage ot
conservet leurs pretentions.
Its parent do liberty perdue,
par exeample. Oui, I'honu et
la fenume perdoent beaucoup de
leur liberty en se nwariant. Mais
la trouveo-ton ailleurs cette li-
bert ? Le religievsw le perd au
profit des roglements doe so con
grigation et le colibataire
(tthoecoe libre par excellence)
a bien quelqte patron ou quaol-
quet maeie qui lui tient la /i.c'
se. A bion riflechir, la libeort
ne serafolt-ells pad i un not super
flit du v ocabulatire ?
Bref, si elle a du mauvais;
ells a surtout dit boi, Ia corde
au cou du bon qui attire to ba
lance de son cdte. Puisque le
grand default de lat jetnesse est
de juger sons coitpreddre, ap-
prenons-ltui sans Metisonge,
sans vantardinse t comprendre
c/tte corde pour qu'au womoent
veaiu oell tende le cow sans ap-
prihension. Si ells y parvient,
ne serait-ce pas djd s une gaore
tie poor leo jes rrA & voir ?
CECILE.


Fleurs &e Mai
d'Haiti
(Suite)
dHa.iti pour jeter de nouveaux
Points, construire de nouvcl!es
bases, itendre les facilities et
ameliorer chaque jour ice ca-
naux d'aide du Sgcial lid 6 tece
ment 1'economique.
Le cNouvelliqtea, ce Bereau
de la Culture Haiotinne, ott
dans le cadre vivace, le chairp
productif, les racincs slides -tu
aMorne a Tuffe t'on a vu s'6-
manciper et se produire les plus
grand homes de lettres d'Hai
ti, gLe Nouvellistem dis-je, ren
tre en ce Premier Mai dans
sa soixante quinziume annie.
3/4 de siocle d'dtudes profon-
des, de travail severe, de luttes
journali6res, entremnlhs de joies
spirituelles, parfois secretes,
impalpables et sublimes... que
ce grand, tier et sympathique
Vieillard, dont l'estime natio-
nale, t'atpreciation inLtrnatio-
nale incontstanblement faite,
continue, t semer et- hr6cnitr-r
cc nui lui revient de droit...
Autour de tout travail .-e
greffent les flours du Souve-
nir c 'cst bien pourquoi, la
Sympoathique Fote des Fleurs
est c6ltbr6i I 2 Mai. Autour
du livre, de 'outil ou de la bi-
che, dons le cadre austere du
bureau, de 'atelier ou pittores
qu p des champs, l'offrande flo
rale, la nm6lode printanitre leur
est offprte pour continue A pro
duire dans la Joie, le Sourire
et la Beaut6 que seule peut pro
curer It Rose d'amour, la vio-
lette delicate, I'oeillet jaloux et
le Irlaisul vyintatiaue, irt'sors
incontestablement recherchbs et
;/mIn do Printemps iternel
d'Haiti.
24 Avril 1970.
Mme Andr6e Momplaisir
-PIERRE.


AU CAPITOL

DU LUNDI 57 AU MERCREDI 29 AVRIL
de 6 Hres. A 8 Hres. 30

.UN GRAND POLICIES

Une histoire vhridique qui se diroule sur les lieux
mime du drame


Pourquoi 13 femmes

lui avaient-elles ouvert

aussi facilement

leur

porte ?


ony Curtis M g
Henry Fonda
George Kennedy
Mike Kellin Murray Hwnmton

paMeats CauInhr* p sia k Khdsess ane

Interdit aux moins de 18 ans


Michel Do'noinique a pri l'a
vion h destination de Miami.
II y itudiera les Sciences Eco-
nomiques. Micieel itudiatt prn-
c6demment A Bruxelles. I n'a
pass que quiaze jours de va-
cances au niitou de sa famille
et de ses nanmbreux amris.
x xx x
Strait ici en crotsaire au moins
de mars dernier. El e m'a telle-
meon vante la beautde d'Hati,
que je m'eta.ts pros de i a'y
rendre d&s que possible. Eile
avaot rappores de. magnifiques
sculptures ean bois, e je me
propose d'en acqu6err, mi ausn-
si, quelques-unes. Ce voya-
geur qui nous a faith cette de-.
claraeion s'appelle Manuel Es-
pejo.' 11 est arriv au pays h.er
martin, at il repartira demnain
soir. Son itineraire de voyage
compreaiat Les Etats-Un's, Le
Vienezuela, San Juan, at Haiti.
Monsieur Edward Katious,
proprietary d'un magasin de
meubles et d'appareils mdnugera
i Homestead, Pennsylvania, ain
si quE sa femme viennent de
passer huit fabulous days en
HaIti. Ils aont t tri s heureux
de visited la huitieis merveille
du Monde, note titanesque Ci
tadelle. Les Katllius sont re-
partis hier martin.
Nicole Alvarez. une agru6able
standardiste du Tiltphone In-
ternational, est parties hier ma
tin. Voiid ca qu'elle nous a dit:
jours A New York, puis je mc
rendrai en Espagne en vue de
ternmnern mes tudes de secrrta-
riat. Et come les langues
r'mtn t 6re renti neor mental, ij'e s
jounetai durant trois ants i Mu
nich, afin de maitriser "alle-
mande. Nos voeux de success ac
compagient 'exquise Nicole!
Milagros Villaverde, original
re de Madrid, est tellement -sa
tSfaite de sonl snjour en Haiti
qu'ella nous reviendra o'ann6e
prochaine. Milagros est la soeur
de Madame Jacques Baussan.
Elle vent de passer trois mer-
veilleux mole dans notre beau
pays, et c'est hier martin qu'el-
le est retart./e. L'ont salute i
l'atroport Monsieur et Madame
Jacques Baussan, et Richard
Merceron.

Hier Matin, a pris 1'avion
l'Ingtnieur Pierre St C6me, v6
nerable. II est part en mission
pour le Grand Orient d'Haeti.
Son voyage a trait Ia econs-
truction prochaine du 'Palais
du Grand Orient d'Haiti. Mem-
phis, New York, Boston et Was
hington sont inserits dans son
itanraire. L'ing6nieur St CL-
me, qui profitera de son asjour
de quince jours tl-bas pour con
suoter un m6d'_cin, a 6t6 saluS
a l'airogare par Me Carnoet
Adrien, Grand Maitre du Grand
Orient d'Haiti. et Monsieur
Walter Hierard, Grand Tr6so-
nier de cette Loge.
x x x
Vingt-cinq tourists des sEx-
cursions Marenon de Porto Ri-
co sent arrives au pays hter
martin. i Us ont t6 accueillis pa.
Monsieur Hermann Rinchire
Leur sejour en Haitii durera
trois jours.
xx X
Apris douze ans d'absence,
Jocelyne Ambroise est rentree
au pays hier martin. Elle est. t
ffile de Monsieur Lys Amhroi-
se, consul d'Haiti au Havre. Je-
celyno a itudi6 le journalism
et le secretariat. Nous luo avons
demaeid6 si son s6jour iti serait
long, cit elle snous a rtpondu de
ta voix flftel : le plus longtemps possible .
La jlia voyageuae a t6 ac-
cueillie par plusieurs proches
et ants, au nombre desquels
nous avons remarqut la sculptu-
rale et fascinante Michile Woel.
Hier martin, a i 'a6roport, Ni-
cole Rtmy etait rayonnante de
joell. Elle titt 'entouroe de ses
eollgues de La Chambre Li-
gislative. de Madame Rimy, sai
mire. de Madame Marthe Ar-
mand, do ses frires les Docteurs
Henri et Raymond Rimy. et de
nombreux amis. Jolie croquer
dans sa ravissante robe tngo.


NicolA a pris L'avion pout 'se
reodre aux Etats-Unis et au
Canada. 'Nou ui souhaitons
d'agreables vcauaces. Elle sera
do retour danas ditelx mole.
Mademoiselle Fr Edrique Bre
tou "st parts hier martin, h
destination du Canada. Ele y
passera trois moiats deo vacances.
C'eost ma marraines, nonS *a n.
dit Djobbit Argand. A. ces "
mots, Madame ledine Lemoine,
qui ne permit pas qu'on lui
marche aur les plates-bandes, -
s'est r)crie,menacnmte : eQu'
lest-e qute j'entenda? Dis vite
queO'sst moi ta -marraine, au
gare & toi. Force fut Djob-
bit de st ratracter : cElle ,a
raoon. C'est elle ma marraine.
Mais d -la maison, tous, nous
appelons Madlemoiselle Bretou
TMarraine FredrMiques.
(Lore d'autras instantanos en
Page 4).

CHAMBRE DE COMMERCE
D'HAITI
Reconnue d'Utilit Publique

COMMUNIQUE
La Chambre de Commerce
d'Haiti connaissant l'esprit de
comprehension des commeryants
et industries, les invite i bien
vouloir payer i leurs employs
-et ouvriers la deuxinme quinzai
ne du mois en course le 27 Avril
alin de permettre aux membres
de la laasse ouvritre de clbrer
come il convent la F/te MN-
tionale do l'Agricultere et du
Travail, le ler Mai io d ain.
La Chambre de Con.merce
d'Haiti remercie a ,'i vrnce les
comneryantsa et nfcus:-it)L pour
la prcieuse collaburtenton solli-
cites aux admarches dJu Gouver
nement en faveur de la classes
ouvritre.
Pt-au-Prince, le 24 Avril 1970.
Chainbre de Commerce d'Haiti
Julien LAUTURE
Secretaire.

Apres le
debarquement
a Cuba
MIAMI, FLUORIDE ) (ARP)
Un porte-parole de 'aorgani
station d'exil6se cubains Alpha
66 qui revendique le debarque-
ment, la semaine dernibre, ih
Cuba a affirm jeudi que ples
de 500- nouveau combattants
s'ttaient port s volontaires au
course des dernitres 48 heurea
pour participer i une exp6di-
lion et que la'organisation dlspo
sail maintenant de forces suf-
fronts de gu6rillas i Cuba. II
fisantes pour ouvrir plusieua
a precis6i que des dizaines de
volontaires itaient d'anciens
v6tirana de la guerre du Viet
nam. La seule difficult poua
Alpha 66 selon lui, est d'ache-
ter des bateaux hours de Etats
Unis, Si cette difficult est
surmontee, d'autres dibarque-
ments A Cuba se produiront la
semaine prochaine, a-t-il affir
m '


LA lre' COMMUNION
S'ANNONCE
AU MONDE CHIC
le magasin up to date ne s.4
sent jamaia lasser pour voum
procurer cea article tels
que: batiste, linon, opal,
organdi, popeline et broderie
Suisse, rfipe georgette, toile
de fil, dacron, tergal etc.
Chauessettes, demi baa, cou'
ronnes, tulle, gant., mou-
choirs et sons vetementa.
Futures mamas,
AU MONDE CHIC,'
h bien penser a vous plaire
6galement, en vous praesl-
tant les trousseaux de vos
S BEBES
Rue du Magasin de 'Etat
-- 89 -


INSTANTANES
(suite)


notre Ti Cius et cejle qui di-
mentaient tou ite hypocrisie
quant.i leur atlophagie.
Je m'nxcuse de ces disgres-
sions. En f'in de compete elles ai
dent 4 comprendrc bepu' oup de
choses i n ce que inon einable
ami le -Dr Reno. Piquiton 6crit
dans ses chronq'jies oau "Nou-
veau-Monde.
Tout ce program 2 ne .com-
porte que nes dancess. dC;Ia tont
ne lidee d'une musiqae lof eoetun
nelle qui ne se concr-,Le pus a
exprimer une retrsin,: resigna-
tion. Et de plus, meme superni
ciellement, il taut caller au ond
d'une certaine cneat Lt negre
6tart 14 pour faire d6tenare.
Les colons espagniols ce plus
tard' les creoles et m6tis qui les
ant succ6d6s, avaient besoin d'u
ne exutoire par ot fur leur
nostalgic. Rien de plus expudi-
tif que l'algresse ngres te et de
tous les aspects clownesques qui
en dprivent. Malheureusement
nous sommes press ici, et dans
An uGri des R6flexions II,
nous pourrions ergoter i ioisir.
Disons tout de suite -que nous
nous soinftes retrouvst dans
Festejo uone bonne danse Pt-
tro. Dans uInga: une sorte de
contre danse. (style croisez le
huit). cAlcatraz c'est une rumn
ba, comme elle est stylisce par
nos mini-jazz et eomnm elle est
popularis6e i Cuba. iContra-
punto de Zapateol est une infi
ae variante,esi lI'n. veut bien
du Mascaron de l'Orthopho-
nicv. cMarinera y Resbalosa,
on a affaire h ins 'tair.tes con
go. La difference est tcologique
et subit la pression du milieu
dans sequel vit I'hommne. ci
faut-il parler de civilisationon u
de culture. Je dois ficmr par op
ter pour cetts dernotre, parce
qu'elle est une dimension beau.
coup plus petite et moins sou-
mise i 1 'impact des interf6ren
c's plus puissantes. J'oai eu 'oc
casion de voir ces donses se d6
rouler dans un th6etre sophis-
tiqu6, mais les cxfcuteurs. 6-
taient mal A 'aise sous ce di-
cor lectronique. L'exub6rance
qu'il faut retrouve er est 'air
libre, sous les tonnelles, os le
bruit des vagues s'a algame
au deuxi&nme plan, comme me
L'a bien soulign6 Juaoito,. 1'ex-
pert qui tenait I, vedette dans
la danse dc Zapateo, tanse ri-
tuelle en honneur t t'occasion
de la nuit du 24 dicembre Ih-
bai et qui nous rappelle fort
bien la critmonie dou ltain do
basilic, en cettc ol'e.'''i

(5) En apportant ici les rn-
fAerences de Jean Huteau sur
une explication qu e nous cher-
chions, cela ne viut pas dire
que nous prtageons les points
de vue de cet auteur qui, darts
son expos, cheque fits qu'il
parole d'Haiti, le faith ayec oeil-
lIres, sans prendre la peine de
jeter un regard plus profound
sur ce pays. Vue superficielle
d'un 6crivain journahbte intoxi
qui par la propaganda Lrches-
tr6e centre note pays. A la ve
rite, il y a une certain revan-
che de l'objectivit6 sur la sub
jectivit6, puisqu'en parlant des
structure politiqucs, il se miet
en contradiction sur le field
tt'il a jett. ahnt l'iterprdta-
iion des laits de nooire l}ots. oe
ne veux pas aher piis loin.
(N. D. L. A.)


Aux Ondes Sonores.

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpetuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)
Performances L.gendaires, ,
Reproductions phenom6nales,
Interpretations faisant 6poque,
Toutes Oeuvres,
Tous genres : Classique,
Populaire,
Religieux,
-Th6etre
Disques Educatifs,
Disques Scientifiques
Chez vous, sans d6penses exag6eres :
VOYEZ LA MASON AUX ONDES SONORES;
LE DISQUAIRE DES MELOMANES AVERTIS,
L.E ,DISQUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX


Comment. peut-on tre flier ?
(Suite)


Je conclus ici dana un espriL
general pour tous lea tirticles
uue nous avona donnes djit. Je
ne peux icrire davantage pc-ur
ne pas gner la atricte place
que loe quotidien de la Rue Ha-
merton Killiack reterve ia touns
cedx qui sont surprise la plume
a la a m. Je remercie toua lea
lecteura .qui m'ont contact
pour me dire quj lea chroniques
aLe Pdrou bonust Barriadas
et ePueblos jovene '" de Lima
tComo le tirate Li'ma., leur ant
plu et leur ant disilIt les yeux
sur 1'expdrience P6ruvienne en
.vs 'qui a trait A la voie revolu
tionnaire qu e. pays s'est tra
c6e. Je n'ai qu'i les assurer que
notre presence a. Lima a itd
double premireinent en notre
quality de hbaut ionctionnaire
du gouvernement hart 6 de fai
re connaitre l'exterlenoce' hai-
tienne dans un domain. otl
nous sommes pionniers : l'al'
phabdtisation des adults et
deuximement, eti notre.qualit'
dc journalist pris la plume it
la main it. la quete de tout ce
qui fait mouvoir les hommes..
Sur o, dernier aspect de la
question, I'hospitalite du vellistee nhops a 4te utile pour
le concretiser et nos lecteurs .
n'ont qu'a attendre la IIIe se-
rie de nAu Gr6 des Reflexionss
pour en avoir une idde plus de
taillte. Comme note finale nous
disons que le Perou a c cup6r6
-son r6le d'etaple historique et
que tout tend ih l'univcxsalit6.
C'est le cas de dire qu'il est un
carrefouc come t-,it'irs il ia
6td.
Edouara ( PALL.

Horaire d'Et6
La Pan Amnirican World Air-
ways prend plaisir adviser son
aimable clitentle ou'li lpartir du
Lundi 27 Avril, sea bureau s.s
i la Cit6 de l'Exposition, seront
ouverts au public.
Le mat de 7 : 30 A. M.
A 12 : 30 P. M.
L'apfes midi de 1 : 30 P. M.
A 3 : 00 P. M.

Le Programme des
Cinemas
Nous nous excusons aupres
des proprietaires de cinema dt
des cinephiles, les programmes
publiis dans nus pages intit
rieures portant la date du ven-
dredi et de samedi. Dis domain,
le programme du jour !
Machines a coudre
'LA MADONA,,
Parmi les routes meilleures
sur place.
En stock avec toutes les pit-'
ces d6taches aussi pour votre
garantie.
En vente a la TIPCO, Place
Geffrard.
WOODBURY pour vos soins de
beauty.
En vented partout.
Rajeunissez avec RESTOGRAI
Plus de cheveux blanks.
Pour les Hommes la Lotion
est excellent.
Pour les Femmes, r6sultat a-
pris 15 30 et 60 jours. Sucers
garanti, plus de 3000 personnel
A Port-au-Prince en ant fait d6-
jh I'heureuse experience.
En vente dans toutes Pharma
cies et Epiceries.
TIPCO, Distributeur.


dans la measure otI la precision
gitgraphique qu'apporte ce der
nier adjectif n'est qu'exemplai-
re, de la asociti moderne tout
couit ou, comme aux Etats-U-
nis, un corps d'hommea assume
la responsabilite de l'hygibne
(morale, politique, socilae ) of-
ffcielle de la Cit6.
Mais ici, arritons-nous. Car
loin. Le roman (que nous n'a-
vens pas lu) et certaines consi-
derations d'ordre commercial
ont dfi imposer des limits au
film. Et c'est dommage. Le thi
me-pourrait lournir la.matitre
d'une oeuvre i thbse riche et
puissante-- naturellement, sans
ce gue le mot brdinairement d'iloquence cocar
dire du. dialogue : il nous sem
ble que aIs. function ssentielle
do cinema est, non pas de- di-
montrer rmais de montrer.
Frank Sinatra parole de d6mo
cratie, croit devoir letter con-
tre les gros bonnets de La cphy
nance se faith passer pour le
d6fenseur de la grande fouldo
des bidonvilles, de ces gens qui -
out eu la mauvaise id6e d'etre
pauvres, dans cette socifti am6
ricaine d'abondance, et qui sont
vraisemblablement condamnes h
le rester longtemps encore, mei
me si I'on n'oublie jamais de
prevoir un budget A Teur inten
tion. Mais .ces idees, 6emises
sans grande conviction, demeu-
rent tres superficielles, tris va


Nouvelles de Miami
sitet)
promise leur concours a la real
saiton du project.

PLUS REDOUTABLES QIJE
LES REQU1NS
Des requmn d'un nduveau
genre infestent leo plages de
Miami. II a' a g i t des d6-
trouuseurs d' a u t o s qui
jouent de bimn vilains' tours
A ceux qui viannent prendre
une dItente A lombre des coco
tiers au bard de la mer. Deux
compatriotes bien connus, r sit
danit Miami, ont t6t les vic-
times de ces (henapans. Profi-
tant de leur absence momen-
tanie de leur voiture, celle-ci
a 6t saccagee. Argeo montres,
bagues et autres bijou- ont et6
rafl6s en plain jour, .a la bar-
be de la police qu, parfois, se
trouve parmi des victims. Par-
fois, un baigneur, d6sirant ren
trer chez lui, ne. retrouve pas
sa voiture. Ou bfen -'il a la
tre .pneus sont enlevCs. Pour re-
p6ter quelqu'un, les p'lages de
Miami sent les paradise des vo-
leurs.
DU TONNERRE EN
PERSPECTIVE
Quand le i anteur britanni-
que Tom Jones donnt une re-
presentation, c'est du d6lire.
Partout il passe c'est une fr6i6
sie indescriptible. Culottes, bras
s:eres, cl6s d'appartement, padres
ses et numtros de til6phones
jonchenemt la scene. Et cc tonner
re sera ici a Miamti vers le
mois de Juillet, poque oit lai
canicule est assez Oononete.
On sa demanded d6ja .cme que les
jeunes miamiennes ont en tite
pour battle le record de tout ce
qui a 6tt djit enregiqtrn dans
les villee du nord des Et.ilts-
Unis.


SUne formula formidable
E

r C'est le GRECIAN FORMULA 16. 11 rend
oyes cheveux ses couleurs naturelles eli 10 jours A
3 semaines au plus.
Le GRECIAN FORMULA 16 n'est pas une'
teinture. C'est une lotion qui reconditionne les
cheveux sans les graisser. II leur redonne leur
jeunesse.
Faites disparaitre les cheveux gris en peu de'
temps et sans le o in dre tracas avec le
GRECIAN FORMULA.

AGENT :

Don Mohr Sales Corp.




4 Tout pour VOTRE ENFANT
A 'occasion de sa lre. COMMUNION


Aux Belles Choses

Chemises blanches et CRAVATES BLAN-
CHES SPECIALEMENT POUR
COMMUNION

AUX BELLES CHOSES .
Sacs a main, Gants et Mouchoirs brod6s pour
Fillettes Cadeaux et Souvenirs divers

' en tout autre temps. Les plus BELLES
CHOSES, Au plus bas prix s'achftemn

AUX BELLES CHOSES

I 353 Avenue Jean Jacques Dessalines 353

am*nw _>> ,


Cette fameuse corde
(Suite)


gueq. A 4 faut d'etre assumiea
de maniie propreueout cinema
tograpaiqlue, eiles ie portent
pas tel qu'on l'auraiL espere.
pas- advantage quc ne potent
certain petins coups de pat-
tea la.nces en passant, timido
ment au theatre d'avant-garde,
au snobisme intellectual bour-
geois, etc. Sans doate trop de
themes sont-ils imb iquis dans
aveons m atri le principal.
Rested celui du sexe. II est eh
visag6ai deux niveaux.i Sur le
plan conjugal : a fet me de.
Joe trimbale le poids d'un ca-
cortire particulier; on nous la
mantre comm e tant de cette ra
ce d'amiricaines autour desquel .
les les mines voyageurs font
courier des blagues du genre :
tJe descendss lat 42ime, elle
'm'a abord6 en souriant et m'a
pri6 de monter dans sa Buick
bleuet... Sur le plan des liai-
sons antinaturelles ; la trame
du film est pass6e abondam-
ment t. la sodome-sauce. ('fres
du public). On rapporte de tout
ga, en definitive, impression
d'une esptce de salmigondis ou
entrent, i des doses diff/rentes,
businessmen, invertis, nynipio-
manes, drogu6s, psychiatrus,
courses de chevaux, matelh dr'
rugby, cars de police, journalis-
tes, chaise 6lectrique, etc. Qudl-
le est done cettd Am6rique, bon
Dieu!
Mais si cLE DETECTIVE,>
a it6 interdit ici aux moins de
18 a.ns (moins de 13 en France),
faut-il signaler que ce n'et cer-
tainement pa- i cause des ima-
ges qui jamais ne vont loin. Le
mode di punctuation privilege;
employ par le chef op6rateur
consist it difaire la. mise a.u
point en fin de sequence, les
images en deviennent floues et
un montage svere faith passer
immidiatement i autre chose.
Le monteur 'du film oL'amouro
(que nous n'avons pas aimS, soit
dit centre parentheses) itait au-
trement bavard. La crudite du
poticier qui nous int5resse nu-
jourd'hui demeure au seul ni-
veau du language. Car voici un
dialogue 8o tout detour de ?ty
le est olit, toute chose oappe-
Ieo par son nom. (Rires du pu-
blic). C'otst Iha robballemin". ta
ra0oii principal de la deii-
censure qui a 6ti applioqu6e a
film de Gordon Douglas. Mais
les oreills en ont" entendu /'ans
tres !
D, cute faqon, dans CLE
DETECTIVE, le cit6 basse-
ment strip-crime propre au gen
re esti vit. 11 rested alors le
drame de Joe Leland flic de la
deuxitme ioeti6 du XXeme siic
lto... Comment peut-on eti' ti'l',
voilsI question.
,tr'm-Claudi. CH-IAii.t>:

Messe de prise
de Deuil
A la mnmoire de Mme
Thgrese A. Pierre Paul
Les families Pierre-Paul el
Campfort front chanter le miar
di 28 Avril en course it 5 heurcs
30 du martin i la Cath6drale
une mIesse poir le repos ide i'i-
me de la regrcttt Mme Thirn-
se A. Pierre Paul.
Cet avis tient lieu d'invita-
tion aux par-nts et amis de Ia
d6funte.


Manifestations culturelles pdruvlemies
^ (Suit.)-


Agznt Exclusif

EMMANUEL AMBRDISE

ntlnentaFTrajin
40S. AVENUE -JEAN
JACQUES DESSALINES


~b;i~j~mu*~pc~~jI~ir~r~" ~r--r*ci ~;r*iyi(i~i~P~il~~Pci~j~;~L, I~L"P~6~U. jLlrS~Cilli~i~U;Y1Y-;~II~l~)IUY~I ~S~-;apy;i~i~~~)l~SP~l~y*La~LI*iT~O~*i ~LLj~:1Pl;~i~L~I~~:aiC~L~LidiL~Ltj~F --Ll~_e~j~r~Lw-~krcau~2~i~ar~-rs&1C


&MMAA
%/VVV\AA INAAA
'VVV\AAAAAAAA
VVV AAAA
YV\A A/\,AA
YVVV\ AA4
VVIV AAA
VVVy'i VVV'V V(V\AAAAA/n

V\V\A [A\AA A A/V\AA/\"
v


tcLELB N~tTVELLIISTFP


VENDREDI 24 BAAMEPI 26 DIMANCEB~ 28 ET LUNDI27 ANRIL' 1970 .~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs