Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06727
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 23, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06727
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text




LE PLUS A bt D'HAITI
u&6 rmw me,,


atnftw et Aforfw at -fef .
LU/C/,/ MAON rAS

AdminstfratuWr: ,4B X ,CAOwVt


t~c fountllistc


fNfrBf DR L'A3OCIATION rfIaUwamylAnrM DR PSWa


Adrene: Rut aw CeNTPW
Nt 21


PORT-AU-PRINCE (HA/7I)



BITE POSTAL 1316
i II ....... I...


No 28.064 7L, ANNBM JEUDI 23 AVRIL 1970


Dans 1'61aboration thdorique
de notre etude sur LE CHAN-
GEMENT SOCIAL DANS LES
FAMILIES HAITIENNES,
nous avons hypothdtis6 une dif
f6rence notable entire le systd-
me de valeurs et d'attitudes
des families paysannes et celui
des families urbaines, d'une
part, entire celui des diverse
states socio-4conomiques de la
ville, d'autre part. Les nouveau
t6s introduites ou 6mises par
les categories sociales sup6rieu
res se diffusent rapidement
dans le milieu urbain mait n'at
teignent pas. le milieu rural
parce que ce dernier ne dispo-
se pas de mOmes moyens de
coinnm unications, des memes pos
sibilit6s techniques et materiel
les. Nous nous sommes appuy6s
sur un ensemble de proposi-
tions tacites selon lesquelles
les idees et les actions des fa-
milies sont conditionndes par
la position socio-6conomique
qu'elles occupent dans la soci&-
t6 haitienne, que les families
de statute socio-6conomique dgal
pensent et agissent de fagon
identique a travers des grou-
pes ou des organizations social
les au service de leurs intkrets.
L'existence de la stratifica-
tion dans la socidet haitienne
et de la relative impossibilit,6
pour les couches infdrieures de
s'6lever dans l'tchelle 6conomi
que est tries connue. Beaucoup
de facteurs de nature objective
come le manque d'instruction
la faiblesse des revenues, le ooan
que de preparation technique


sont souvent citds. Mais il y a
d'autres facteurs de nature
psychologique plus subtitles qu4
ne sont pas tres mtudids com-
me par example le systeme de
croyance, de valeours, d'orenta-
tion des diverse couches socia-
les.
Les families de statut socio-
6conomique tr6s bas ne recher-
chent pas tellement le success
parce qu'elles savent qu'elles
ne 'atteindraient pas mme isi
elles le voulaient. Une tell at
tifude adoucit pour elles l'im-
pact de leur infdriorite econo-
mique. On ne resolve pas dans
notre structure social de ten-
sions majeures, de d6s6quili-
bres psychologiques profonds,
de conduites d6viantes dans les
states sociales infdrieures A
cause justement de absence de
ce syndrome d'aspirations 41e-
vdes par rapport i la limita-
tion des oppcrtunitds. Bien que
66 % de Pensemble des family
les interviewers valorisent le
succds comme. fin culturelle, les
status infdrieurs se rendent
parfaitement compete de 'inas
sessibilit6 des moyens, de la
fermeture des possibilities et en
. visagent la fin h long term.
Centre Haitien d'Investiga-
tion en Sciences Sociales
(CHISS) Cahier no 4, 1969,pp.
26,27
N.B Captez les echos
scientifiques du CHISS chaque
mercredi soir 0 partir de 9 heu
res sur les ondes de Radio-
Haiti, au Magazine sonore de
Radio-Actualit6.


Chronique des Tribunaux


Ce 'matin a dt6 6voqu6 0 la
deuxieme Chambre Commmer-
ciale au Palais de Justice de
Port-au-Prince le procds pen-
dant entire la Esso Standard
Oil et le sieur Lucien Kelly.
L'audience 6tait pr6sid6e par
le juge Marc Narcisse assist
du Commis Greffier Ernest
Perdriel avec la presence de
Me Hippolyte Termitus Substi
tut du Com'missaire du Gouver
nement pres le Tribunal Civil
de ce resort

Obtenant la parole Me Ro-
ger Adam pour Lucien Kelly
donna lecture de ses conclu-
sions centre un jugement par
ddfaut rendu centre son client
par ce Tribunal en paietnent
d'une obligation souscrite par
Lucien Kelly en faveur de la
Esso. Ce mnme jugement con
damnait Lucien Kelly a six
inois d'emprisonnement en
cas de non pavement de la dite
obligation.
Selon Rog r Adam qui vient
en opposition h ce juge'ment
defaut, action. de la Esso est
irrecevable en ce sens qu'il y"
a litispendence et mnme conne
xit6 en ce qui a trait A cette
affaire qui, en principle et en
fail reecle, dit-il, les memes 6-
16ments qu'une action anterieu
recent introduite centre la Es
so par decant le Tribunal Ci-
vil de ce resort.
Me Georges Beaufils avocat
de la Esso porte a son tour la
parole pour, dans un long ex-
posn, fair remarquer qu'il ny
a p a s de lititpendence
et de connexito au sujet d'une
affaire ne ressemblant nulle-
ment it une autre affaire 4tant
done qu'une decision dmanant
de ]'instance reclamant le paie
mant des obligations aouscri-
tes par Lucien Kelly en faveur
de la Esso ne saurait en aucune
manidre nuire ou avoir une in
fluence quelconque en ce qui
a trait a instance 0 laquelle
fail allusion Lucien Kelly.
En r6plique Me Roger Adam
avocat de Lucien Kelly precise
que l'instance introduite par
son client centre la Esso de-
vant le Tribunal Civil de Port-
au-Prince est anterieure 0 eel


Conference

au CRESHS

Aujourd'hui jeudi, A 7 hres 30
p.m. come pr6vu, le Profeseur
Jacquelin DESPEIGNES, pro-
noncera au Centre de Recher-
ches en Sciences Humaines et
Sociales sa Conf6rence Intitu-
14e: cConsiderations ar la n6-
cessit6d dune politique int6gra
tioniste dans le Monde Carai-
bess.


le introduite par la Esso de-
vant le Tribunal Consulaire et
que son actioTrdevant le Tribu-
nal Civil a justement 4td intro
duite pour avoir restitution de
valeurs indument souchdes par
la Esso pour une soi-disant aug
mentation de loyers d'une sta
tion d'essence.
De t'avis de maitre Roger
Adam 'action de Lucien Kelly
devant le Tribunal Civil centre
la Esso doit avoir une influen-
ce decisive sur l'instance en
pavement d'obligations intro-
duite par cette compagnie pe-
trolidre centre Lucien Kelly
devant le Tribunal Consulaire.
Me Roger Adam demand a-
lors la comparution personnel-
le des parties de fagon, dit-il
it permettre au Tribunal d'a-
voir de nouveaux 41dments sur
lesquels appuyer sa decision
etant donn4 que la valeur re-
clamde par le manager de la
Esso est contestee par P'un des
auditeurs de cette mdme Com-
pagnie. : :
Me Georges Beaufils pour et
nom de la Esso donne acte a
Me Roger Adam de sa demand
de comparution personnelle et
declare etre d'accord en ce qui
a trait h la dite demand de
comparution personnelle pour
permettre au Tlibunal de se
faire une just idde de tous
les 6idments de la cause.


Le Premier Mai, monte de
tous les continents la voix puis
sante des masses innombrables,
des centaines de milliers d'hotn
mes et de femmes luttant pour
un mdme iddal de progres et
de fraternity humaine.
Tout le XIXe sitcle est em-
pli de 1'oclat des luttes arden-
tes et courageTmes men6es par
les ouvriers as course idu grand
ddveloppement industrial, enre-
gistr, lors, afin de fire recon
naltre leurs droits et respec-
ter leur dignity par le patro-
nat, toujours impitoyable dans
la conservation de ses privild-.
ges.
En Europe comme en Amsdri
que, chaque ann6e a marqu6,
de 1850 & noi Jours, une Otape
victorieuse dans cetta conquate
&pre et ardue des droits impress
criptibles de la personnel hu-
maine par la grande masse des


La Situation a Trinida


et en Colombie


L'e.r-Prdsidest Gustavo Rojas
- Pinila qui a perdu les
rcesles elections presidential
les et qui a iti miis en rcsi-
denuc surreillfe. (Special et
on c.crlsicit < -as No.uuelliste)

Le general Gustavo Rojas
Pinilla--o dclar mrcredi par
telephone aux journalists
qu'il se trouvait en residence
force A son domicile avec sa
file Maria Eugena, et son gen
dre.

PORT OF SPAIN (AFI'
Six personnel slit cLe tuees
au course des r6centes heures,
plus de 100 niagusins ont 6t6
pills et d6truits; et une cin-
quantaine e partisans du pou
voir oiir out dtie writes a dd-
clarn mqreredi suir 0 Port of
Spain un porte parole i(ds for-
ces de sdcurito.
De source gouvernementalc
on admet que l'armne est divi
s ie entree partisans C adversai
res du pouvoir noir. 800 mili-
taires seraient fiddles au Gou-
vernement de M. Williams, tan
dis qu'environ 150 autres au-
raient ddsertd et fui dans les
collins qui entourent sla Capi-
tale.
Alors que des navires am6ri
cains et britanniques croisent
au large de l'lJe le materiel mi
litaire que le Gouvernement de
la Trinidad vient d'acheter aux
Etats I nis est arrive nmercredi
soir Port of Spain.
De source officielle, on esti-
me que si la situation empire
d'ici h Ia fin de la semaine, le
pr.ys risque de connaitre une
meurtriore guerre civil.
X X X
La police de la Trinidad a
overt plusieurs lois le feu mer
credit apres midi pour disper-
ser des rassemblemiens des par
tisans du pouvoir noil et pour
empdcher le pillage de maga-
sins de la CapiLale uannotne la
Radio guyanaise. De nouveaux
incendies auraient dgalement
6t6 allumds.
Selon des informations non
confirm6es on affirmed que plus
de trente personnel auraient
"t6 arrdtses et --ingt blic;sd;es au
course des dernieres manifesta-
tions.
On apprend de source respon
sable que le Gouvernsment gu-
yaInG' acrait diapoe a -envo-
yer une aide militaire h la Fri
nidad, malgre la tension qui
existe actuellement sur la fron
tire guysno v6n6zublienne.

LONDRES (AFIa)
La Grande Bretagnie a pris


travailleurs
Le premier Mai symbolise ces
luttes ardentes et le t progre
realise par la celasse ouvrire.
Duostade de bete de' some
auquel il 6tait relegu6 au mi-
lieu du XIXe sitcle, I'ouvrier
a pu ainsi, 0 la favour des Con
gres tenus 0 Paris du 14 au
24 Juillet 1889 et i Bruxelles
en aoft 1891, conqudrir un mo
de de vie meilleure pour lui et
sa famille.
A nous, ouvriers du XXe si6
cle, siocle de la technique, il
revient de conserver au ler
Mai son caractdre social. Cette
commemoration est l'occasion
d'exalter le corveau et les mus
.cles de l'ouvrier. C'est par des
manifestations approprisee que
cet grand anniversaire est c6-
16br6 0 travers le monde.
(Voir suite page 8)


CHRONIQUE DE VOYAGE (1)- LES SPORTS LES ETUDIANTS- FOOTBALIEURS :
Manifestations culturelles Ils joueront le football avec


NOTRE CHRONIQUE SCIENTIFIQUE



Savoir pour prevoir,



Prevoir pour agir


Les elites!... Leur formation,
leur floraison, leur action, leur
disparition, autant de ques-
tions qui se posent et auxquel-
les il sera certainement r6pon-
du danis la.,confdience intitu-
16e:cA la recherche des 61itess
(Oh! Proust...) que prononce-
ra Monsieur Eric RAU, vendre
di prochain a 6 heures a PIns-
titut Francais.
Familiar des dlites, Monsieur
Eric RAU, Docteur en Droit,
Premier Presiden' Honoraire
de la, Cour Supreme de Mauri-
tanie, Pest certainement puis-
qu'aprds avoir longtemps exer-
e6 la magistrature dans les
pays africains, il contribua a
leur formation come profes-
seur dans diverse facultds de
droit de ces pays. IlLn'est d'au
tant plus qu il prepare cetuelle
ment un ouvrage sur e thmtne.
Pour toutoe ces raisons, nul
ne doit manquer cette conf6ren
ce qui aura lieu, rappelons le,
vendredi 24 avril h 6 heures
p. .m
Entr4e LIBRE


la tte et les jambes

dans un championnat explosif
Par DADOU


des dispositions pour 1 envoi ini
meidiat d'armes lgereas a Trini
dad Tobbgo, h la demanded du
Premier Ministie Williams.
DERNIERE HEURE: Geddes
Grander, leader du spouvoir
noir:o a Wt6 arint6.
quc son action devant le Tribu

A Bogota
BOGOTA (AFP)
La second nuil de cuuvre-
feu, instaur mniardi soir A Bo-
gota, a et6 came, jeudi matin,
les measures de securited avaient
6t6 ensiblemens, alleo6es dans
le centre de la Capitale.
ilersreAi soir, cependant, neuf,
cocktails Mololov out 6te lan-
ces Lontr. une sous station elec
trique. Un soul a explos6. A Ca
li 6galement un petit engin ex.
plosif a 616 lane6 centre un 6di
fice.
A la suite de la proclama-
tion de 1'6tat de siege, certain
journaux ont 6t6. soumnis la
censure : dans le Departement
du Valle, le Gouverneur a d6-
cid6 que Loutes les informations
dev,:ient ctre approuvees par
le Cunimandenient dc ia Briga-
de ct a Cah ui. .louialisLe a
61e lctenu peundalnt" iusicurs
heurcs ala su, c siac *-puoiica
tion d'un article uge offensant
pour le President de la Repu-
blique.
Sous le signe de
I'An 2000
Jeudc .-ir face a un public
select le' Professeur Jacques
Barros de la Mission Universi-
taire 'rangaise a present une
brillante confdren(e sur ela eMu
station dlu Mondes. A sn arri-
vde au Centre de lii'i"i'' es en
Sciences Hlumaimesc et S;ociales,
il fut accueilli pa.r les Profes-
seurs J. B. Rionain, Rony Du-
rand, Jacques Laroche et Jac
quelin 1espeiigne., hIefs se dif-
fdrentes sections de recherches.
En guise d'introduc-iun h ces
agapes cuIurelles le Dr J. B.
Remain en sa quaiat .ae Direc-
teur G6n6ral du CResIIS pro
nonqs un remarquable speech
de bienvenue au course dquel il
brossa en traits viC.s le talents
universitaires dus coi.fencier.
Monsieur Barros, ouiitic on le
sait, est licencie eb l.'trc-s, Agrc
g6 d'Hstoire et de -G(ugraphie,
diplosr6 ,1'Etudes Polltiques et
candidate Docteur en Sciences
listoriques. L'orateur ulblta sa
conferene, par auic co sQ urrison
judicieuse des 6poqc.s antiques.
mayen-flgeuses uvec e smonde
actual en utaltion censtante.
II fit notammeni r" .i' lu,r quo
I'humianite avail mis 300.000
ans pour atteindre le poids d6-
mographique de .; inilioards d'A
uies, ltandis , culec ,ns Idans

(Voir suite page 3)
A L'INST'I'TUT FRANCA'IS

A la Recherche
des Elites


une tendance profond4tem utin-
tuitive qlue des soeidtds alc mar
ginaisation, eniploien subtile-
ment 'pour atteindre leurs fins.
Mais, reteurnons a i,, culture.
qui iait idater' routes lts bar-
rieres, don't 0 l'insu des ans et
des autres, etablit le circuit de
communications qui viennent
des profondeurs.. La, les prdju-
ges des individus ont treds peu
de prises. Et se r6alise malgre
eux, cette grande confraternit6
humane faite de points com-
muns, de rencontres qui, au-des
sus d'une certain mlede, les
identifient, mais ne colmate pas
pour autant leurs prejuges per
sonuels. Ces derniers nous le sa
vons proviennent plus de la
bdte qu'une mutation de celle-ci
en I'homme, avec au depart des
chances 6gales. La culture, si
elle est un facteur d'int6gration
et d'interp6netration de certai-
nes humanitds, se revdle, la plu
part du temps d'une grapdc fai
blesse aoprer te raeccord el-
tre les diverse races. Et on le
prend pour une valour bonee
i amuser, i informer, et 'on
ne fait pas 'effort n6cessaire
A tirer des deductions que tous
les hontn.,s sont solidaites, par-
ce que soumis aux ilsInIcs tel-
prices de la nature et au smme
pouvoir de destruction du gen-
re human. Ces rdflexions ne
nous sont pas communiqudes A
l'occasion de quelques dehan-
chements d'acteurs bien styles
qui recueillent les applaudisse-
ment 'auxquels ils ont droit,
puisque leurs talents doivent,0-
tre encourages; pare, que dans
le Pdrou actual, tout cst Iis
en oeuvre pour rspproeiicr tous
les homes le I'homme, et c'est
en exploitast tou es Ics possihi
litds de leur fagon de penser et
d'agir que ccia estI l ssible.
Bel effort que Cduans une chro-
nique de voyage nous nl ron-

(Suite page 4, col. 2)


Exposition familliale et retrospective au
local de la Facult6 des Sciences


Le Doyen de la Facultd des
Science, l'Ingdnieur Maurice
Larortue, a ouvert sans bruit
au local de la Facult6, Rue
Monseigneur Guilloux, la deu-
xidme Exposition en 8 ans,
d'une parties de, ses collections
d'oeuvres rArt, peintures,
sculptures, sur bois et sur m6-
tal. c6ramiques, etc...
Le Doyen a lui-mdme expli-'
quO le caractdre et le but de


cette manifestation artistique.
SC'est une exposition a la fois
retrospective et familial, le
Doyen a voulu d'abord mettre
en lumiere sa contribution et
celle de sa femme sa 'essort de
I'Art en Haiti en arrangeant
dans la salle d'entree de la Fa
cult6 quelques oeuyres d'artis-
tes don't ils ont ddcouvert ou
encourage le talent naissant.
(Voir suite page 2 )


C'est it traverp .a culture,
que ies minorit6s, negreb ildsper
sees A tracers le continent his-
pano anioricain maisifestent
leur double appareebance : eth
nique et natiiuiale. .Ct r .e lon
identilu. )our t.i. il;:e's e lace,
s'amalgame tellement cans le
notional qu'il 'arrive pas i
i:'nservateur le pl,:: l e1spicace
de d4celer le plus important
quant au comportement (du group
pe ou de l'inditldu -12 nose a-
vancer de conclusions sur ce
faith, mais je rO.t.ens pres la
manifestation cub!:wtile it la-
quelle j'ai assist e A auditoriumm
du Ministere de iEduc.ation Ni.
tionale de Lima in iaris der-
nier et a.ux deux oshowsa au
restaurant eEl Chalan, que ce
que j'ai ecrit Jdans HL.i-Jour-
nal, dans les editions du 2i9 et
30 avril 1960 en parlant du N6
gre Mexice.in demeure constant
lorsque je conclus par cette
phrase : .Quelqu'un qui arrive
h Cuijinim.iilpa sc i tout de
msme dans un vililsga ,u gui-
noenr ou haitien ou br.s-ilsen ou-
cubain, mais quad il sora bai-
gni6 dans sen existence, il d6-
couvrira que le contena.nt ne
possode pas toujours le conte-
nun. (2).
EL pour nms.. ta ttlatCtiUn per
sonnelle, ces tross spectacles ont
mis en evidence une remarque
fate, il y a dix ans. Mais je
constate que je rest sur le
plan ungre de ces manifesta-
tions culLurelles qu'il nous a
6t6 donn de voei, alors que le
Perou est aux 45 pour cent d'in
diens, dc 37 pour cent de m6-
tis et des blancs et que le cin-
quidme, le constituent les noirs
et mulitres (3). On lperqoit ici
une certain mosaiquc etont cha
que composant s'etforce de prd
senter son relief. F.ait human
auquel, nul ne peut s'6chapper,
si J'on considered icl que l'his-
toire du pa.nier dc erabes, nest"
pas un epiphenosr.,ne, miais 'iicn


peruviennes


en conjonction-avec notre culture
Par : Edouard C. PAUL


!nst laud Da ill


Par : Claude Dambreville


Jo Valne ii en croynit pas
ses yeux. sC'est fou ce que tu
as grand, Claude,. Peut-on se
permettre de croitre, lursqu.'on
measure d6jh deux metres. et
quelque chose ? Non, moen stir.
Mais voili,, Jo lc nous avait
pas vu aepuis tn uiecle, et il
avait compldtemeot ouolie is
quel point nous somnies gigan-
tesque. 10o Vahli est reparti
pour les Etats Uiis hier ma-
tin. s6jour ici. C'est toujours bon
de venir se retremper dans son
pays,- nous a-t-il Idclaid. Jo,
.qu'aecompagna- i a l'airoport
son free Gustave, portait avec
i nfinies precautions le petit
ac die voyage contenant sa pro
\iion deo configure de ,sl.adc-
ques et de agrenadines.

Hier mnatin, est rentre de vo
yage le Rdvdrend Pcre Lafond
Lapointe, oe I'Egi se Episcopa
le Anglicane. II vienL de passer
vingt-deux jours aux Etats U-
nis et au Canada. 1 6toait par-
ti en mission. Conime nous di-
rigions notre curieuse attention
sur le bouquet que le voyageur
tenait 0 la main, il crut bon
d'6claircir notre lantern. rCes
fleurs, je les ai rapportaes pour
ma moren. Et le ton du reli-
gieux ddcelait une affection me
16e de tendiespe.
S' xxx x

Madame Carlo oulaos eLAit a
I'adroport hier martin. Lorsque
nous l'avons aburdee, elie rem-
pliseait les derniretos formali-
tds de voyage de ses petits a-
mis, les Bisson Ces enfints .
sont parts rejoindre leours pa-
rents 0 Hartford,- capital du
Connecticut.
Sxx x
Capri, -e n'ebt pas fii,. Ilier
inatin, nous avooil rencuntri la
l.ioprniai-e de lh Fird Capri
,POrtarl plaque 4288. Contraire
inadt A ce que ncus avona '"an-
'nonc6 tout rtuenim;.nt, ettc I.1
IPe uto e6ladon n'etOL, que 1 0',-
rement i-s..-elke Et nialntenfoi.i.
elle ne porte aucune trace de cet
becident qu'une source-bien in
tentionn6e, mais .mal Informse,
nous avait fait gross. .


tensifier la pubLlcie i. la veur
de votre pays, aul Camian. Nousa
shmmes venus iici tout a ta.it
par hazard, car les agencies de
voyages que nou avuis consul--
tees ne nous out pas parlc
d'Haitia. felles sont les ddecla
rations de Monsieur Anuor Ln-
belle. Ce Canadien et sa fenime
viennent de passer hOU notre
ciel quatre jours qu'iis ne re-
grettent pas. Au contraire, ils
se serass:.t arrahgigvs poa res-
ter plus longtcsmps, s'is sa-
vaient 0 l'avanet qu'ile sc ren-
daient dais Un piys a u.i cnar
niant. Monsieur ci i.lauamnc
Andsre Libelle eltvient de (us aim C:ust. ';.ti.
C'est hier matin qu'est rci-
tred aa pays P.TIonsieur 'i.,ido-
re Achille jr. Ii vient de pas-
ser quinze jouis it 'Porto mico.
Fhdodore e.t Ia rtepr'.'chtanii
cu Haiti de In Foiia.tion -Uni
versitase ,,u Camuunaa. taLte Fun
nation aide les jeunes gens de
curtains pays h fire le cy
cle universitaire professional,
quand les moyens des parents
ne le permettent pns.

Messieurs Henri Arty et Gd-
rard Moscosso. rep.Lenitailts eno
Haiti de ia Biidgesto.,e Tire,
ont accueilli hier martin h l'asro
gare Monsieur Ishii, directeur
du service des exportations. Cc
voyageur. qui est le gendre de
Monsieur TIhii Bash', perprip-
taire de !a compamgie, a voya-
ae en ccn.pagnic i e Mdo sienurs
Kulsuhara ct Talkahishi.
X X
Monsieur Wallasonl Heather,
nuanaier i la SIdrClns, as pris
lavuon iser martin. I1 passera
environ deux secsiines a Toron
to. Au cours de ce voyage, il
joindra Irs affaires i l'agr6-
ment.

Monsieur Robert Valville ei
sa femine Teresa, rune portori-
caine, samsi que leur lis Ber-
trand, tgd de troin3 usi, snt re
parties pour New York bier ma
tin. Ils viennent de passer vingt
et un jours n HItaiti
(suite page 4 colonne 7)


Dimanche 26 Avril 1970 & 5 h 7 h et


9h


RX A PRFINTI t


LA SYMPHONIE DES HEROS


.-.. .- ....... ..


Euntre Gdes 3.00

RI6serve Gdes 5.00


On n'a jamais parl do ces
petits contentieux entire les etu-
diants de nos facultts; guerre
-d'lntellectuls quoi! On se dis-
pute, on avence des arguments,
on veut prouver 'la supdrioritl
.de tell discipline sur tell au-
tre! Pour le polytechnicien, il
est Phomme de P'avenir, celui
qui dtudie la lune, lea plan&tes,
en some la precision :-la scien
ce, c'est pas faith pour les tlc-
tes vides,s les cpar coeur-men,
les m6moustes, mais bien pour
les super-h.ommes, les esprits
sup6rieurs! Selon lui le roede-
cin est un petit bonhomme, ca-
chi derriere urse blouse blanche,
avec une sonde (le sth6tos (co-
pe) sur le cou, la thte bourred
de petits details, de emycine,
de acyclineO il ne peut se d6-
tadher... Ohl
Deson cote, le disciple d'Es
culape,'ouNjours avec son air de
grand homnme, se consid6re coin
me un appoeld du destin, car la
m6decine nest pas faite pour
n'Anporte qui... C'est une cate-
gorie d'hommes tris sur le v -
let, g6ntiqusment savants, des
esprits hors-pairs, qui benefi-
cihent de la faveur des donneurs
de vocation m6dicale!
Quand aux legistes, n'en par
IonA pas! Mon Dieu! Avec leur
od'apr6s l'article, personnel ne
saa t en; b la professtnus, ctest
fait pour les cartdsiens, lei es-
prits a varit6t6 pouvant suivre
la consoJssance dans toutes ses
pirouettes: ils vous tournament
en round dans un cercle vicieux
et souvent vous 6tes pris?
C'est bien bdte..: Et pour-
tant le champ de Mars est as-
sez souvent lia thdftres de ces
petites scenes, au course desquel
les, n'6tait la sagesse intelectuel
le, on en v i e n d r a i t
auxl mains. On parlait beaucoup
t ensuite qon abandonnait par-
'c qu'on ne tr9 vait pas de
thdorime, la physld pathologic
ou le cde qui auraient permits
suxB unas e aux autres d'avoir
raison. Et puls on en restait
lie attendant l'occaspn 'de se
d(ifouler.
Et puis, on a pimise au sport;
n'etait ce pas l6 un moyen de
se connaitre, de se nesurer...
Brusquedlent, on a rechauss6
lis souliers a crampons; .on a
engage des entraineurs. Les
m6decins disposent des ser'bces
du coach de t'Excelsior; Maza-
rio le J. B. Damien a f;.il ap-
pel a Theo eto... etc on s'est
mis a couriT imaih et ,i;- et
on veut itre en f oj r il e,
a.ncennes vedettes jalouses den
succes de leurs petits frdres
scolaires se fbchent; on naim'e
pas Otre oubli6 et on vealt F,
rappeler au bos souvenir il's
sportl*fs toujours friamndside bon
spectacle, toujours / nostalgiques
dlns gloires d'antan. Et le f'ot
iall universitaire est n6. Pour-
quoi p as? A heree ohi i-tir
football venail d'Stre Isobjet de
comisentaireo 61ogieux dtu la
cnsios du 9e Mundid, pour.loi
neo rebondiorait-l pasyiihezno s
en s'infiltrant dans des fefs
oi il s'itait pratiqus que jour
ela santis? Pourquoi, a 'lehu-
re oh le public elonille cCrder
sa pr6ference aux spectaRli's :Ie
jeunes. Voyez les afflueinces.
Nos 6tudiants ne rentreraient-
ils pas daus la danse?
Et bMen, c'en est fait. I.,
commission d'organisation rdu-
nie dans l'amphithfiltre de h
faculie de m6decine avec les
d(ldguds des diverse facultds et
institute supvrieurs a decid6
que le ler championnat univei-
sitaire s'ouvrira le Vendredi 241
Avril au State Sylvio Cator.
La faculty d'Etho.ologie et
1' 1 M E C E ouvrent le f'u
d fs 3 Hres. Ce match sera sui-
vi iimmiddiatoeniln de celui_ op-
sant la faculit6 de droit I 1' TS
T M (Leconte). Le Same'li 25,
Medecine. J. B. Damier s-
ra try's suivi en lever dli rids,-s
tandis u-'en 2dme parties, I. fi
cult de G6nie se mesurers :'1
cell d'Agronomnie.


LES EQUIPES
Elles sont au ndonbre de 8
dont, M6decine, Gdnie, Le- '
conte, Hautes 6tudes conmmw-
merc.pales, Ethnologie, Droit, A-
gronomie, J. -B. Damier.
MEDICINE.
Elle jouit de la faveur des pro-
nostics; e;le sera "advieraire
a abattre; son champ de recru-
tement trs large lui permettra
de presenter uone quipe confee
tionnant un foot ball de Ioms
quality; certain 6dlme ls ;ope-
rent rdgulihrement eu coup"
Pradel. Les Mhdecins out subi
une tres bone pr6paraiion
puisqu'a part leur eonatpion-
natnat interne qui a durn deux
mois, ils s'entraiment depuis
trois semaines; 'entraiue-ar
Mazarin achevera de mettre au
point la condition physique tan
disque le technician Philipe
Hirtch resoudra les probl6mes
tactiqu'es. Les meilleurs joueurs
sont : Frantz "Pierre, l'ancienne dole du Victory; Ni
colas Toussaitnt, le otanki, 1'en
fant chdri de la Ville de PAr-
cahaie; Jn-Baptiste, leader d'attaque de o1'quipe de
Petit-Gofive, Guy Larosilidre,
l'aillier droit actuel de t'Etoile
Haitienne; Camille Clement,
sTi Camys i'ancien pillier
de la defense du Racing
Erick Mdtayer, la coqueluche
des foules gonaiviennes. On
pourrait citer tout un 6ventauil
de joueurs de grand talent;
L'entraineur aura done a se ti-
rer les cheveux pour bAtir-la meil
leur 6quipe. Le flair elinique
des m6decins devra leur permni
tre de diagnostiquer toute path
logie dans 1'6quipe adverse: ral
heureusement, cette fois, ils ne
gueriront pas, mais aggraveront
la maladies.
GENIE
Le foot ball eait ni its duns
cette faculty; 1il a fallu ce coup
de chapeau de la commission
des .ports pour lv l6veiller; on
s'est vise repris et 'oentrain-
neur Souriac, en taste, 1'equipe
est complement sur pied. Les
grads joueurs uni. parties
mals la tradition est forte : On
n'a jamais perdu un match de
foot-ball! La defense est trds
au point avec Jean Claude Sou
riac au centre; c'est du bdton
armdl Dans les buts, le gardion
r6serviste du Violette constituc-
ra un rempart difficile; i''a-
cant, le petit Marth ly. On a
des problemes. Mais aver des in-
g6nieurs math6ima-sieien., on trou
vera toutes les solutions.. (pure
comprise!
LECONTE
On redoute beaucoup la
lutte centre les freres Je nla
faculty des sciences, mais I'dqui
pe effiche aiiit sats, telle
que l' o p tim iism e est
de rigueur, les joueurs sont des
inconnus, mais ms6fiez-vous,
d'eux! D'ailleurs, ils n'ont ja-
ma's perdu aussi un match; il
est vrai que leurs adversaires
peuvent se computer sur le bout
des doigts.
HAUTES ETUDES
COMMERCIALS
Ce sera 1'6quipe 0 redater
car en plus d'el6ments valuables.
elle posode deux grands aisears
qui savente out fite. Jean-
Claude Sanon, I'icieni mnire t
jouer 'du Jupiter -, derniire-
ment inamovVile aillier de
l'Etoile haitienne il bonne).
Jn-Claude est dansa o i '-ade
forme. A cot6 de lui Toto Pier
re, le torpilleur in Jazouas, 1l':
dera dans l 'tude des statistic.
ques sur les attaques men's.
Ceos dux poseront bien des chif
fres. Adversaires. surveIlpez
vous! on pourrait vous brouiller

FTHNOLOGIE
une dquipe '-c,.nuec L'eu.trai
nement devrait commencer cette
Ssenmaine; la participation West
pis em-'ore certaine,risque de vu
bir les m6faits de a non prd-

(Soite Ipa',4 s 1. 4)


Le Travail, facteur


e&onomique et Social de


ler. ordre

Par Moliere Joseph Compas


I


I






PAGI I aJZ NOD mLIETL 3~EUD! 23 AYRXL 110


H. A. T. A. -Aec de Voyages 19,1, R- Pav6e Ti: 47tmfiez-,nos le sl-m de vos dmwches et voues partirm joyeu, ha H. A. T. A.


GUERLAIN
ROCHAS
DIOR
CALECHE
CORDAY
LE GALLON


JOY
KAN P


EN EXCLUSIVITY

MISS DE RAUCH
VACARME
BELLE DE RAUCH
Mr. DE RAUCH


GIVENCHY
FIDGI
CARON
LANVIN
NINA RIOGI
CABOCHARD


LUBIN
NUITS DE LONGCHAMPS
IDOLE
GIN FIZZ de LUBIN


LES PRODUCTS DE BEAUTE DE FRANCE


STENDHAL


& ORLANE


EN VENTE A LITTLE EUROPE
& MASON ORIENTAL
-- -- ---------- ------Z ----- -- -------- --



Exposition familiale et...

(Suite de la 16re )age)


C'est ainsi qu'on verra, en-
richie de nouvelles additions,
une collection de crucifixions &
la constitution de laquelle des
artistes, don't la plupart 6taient
dans leur prime jeunesse, ont
contribu6 en fixant sur la toi-
le, le bois, lbs cuivre, le fer ou
dans la glaise un moment de
I'Art Haitien : les cChristo
exposes portent la marque de
talent d'un Villard Denis, d'un
Andr6 Dimanche, d'un Jean
Baptiste PEIPICLES, d'un Da-
dy Rigaud, d'un Vilaire. Des
6chantillons d'oeuvres de Lois
et de Vergniaud Pierre Noel qui
brillent dans le firmament de
l'Art Haitien et don't les noms
sont depuis toujours associis
a ceux du Doyen et de sa fem
me figurent i cot, des premie-
res productions artistiques dans
le domains de la peinture et
de la sculpture de jeunes ar-
tistes qui ont Wte lea fils spi
rituels des 6poux Latortue : ils
ont noms Lazarre et Dorcelli,
Nicolas Mexile et Ren6 Diman-
che et encore Dady Rigaud qui
a 6troitement collabor6 avec le
Doyen a a r6alisation d'oeU-
vres exposes.
Pour servir de cadre i. la
Section familial de I'Exposi-
tion, le Doyen a choisi son bu-
reau qui du jour au lendemain,
a 6t6 transform en une gale-
rie de portraits, photographers
artistiques, dessins, peintures,
ceramiques, instruments de mu
siques, qui mettent evidence la
contribution et cell de nom-
breux membres d e s a fa-
'mille, de sa f e m m e, de
sa tante, de sa soeur, de son
frere, de ses nieces et neveux
S1I'enrichissement du patrimoi
ne artistique national.
Bernard Wah que i'on peut
appeler, a just titre, le pein-
tre de la famille Latortue, est
repr6sent6 dans ce coin d'inti-
mit6 par des portraits et deux
de ses plus puissanwes r6alisa-
tions, encore inconnues du pu-
blic et le Doyen lui-mnme a
voulu participer it cette f6te de
famille 'en r6pandant dans Vat
'mosphere sereine cr66e par des
oeuvres de beauty, la lumiire

AVIS
L'Administration G4n6rale
des Contributions rappelle aux
Commergants, Industriels et Di
recteurs d'Etablissements Sco-
laires Prives, en general, et
aux Chefs d'Entreprises en par
ticulier, que le produit des va-
leurs revenues pour lea Contri
butions de SOLIDARITE et de
LIBERATION ECONOMIQUE
doit 6tre versi le 10 de chaque
mois pour le mois precedent.
Etant donn6 que jusqu'au 31
Marsi 1970, bon nombre de
Chefs d'Encreprises ne se sont
pas conforms a la loi, il a 6t6
Sdcidd d'entreprendre le con-
trble du paiement de ces taxes
dans leurs Etablissements et le
double droit sera applique pa-
rallilement A. l'6mission des
bordereaux d'amende centre
tous les contrevenants.
Port-au-Pce., ce 22 Avril 1970
Franck STERLING
Directeur G6neral

A VENDRE
1 Bateau h voiles en afiber-
glass de 25 pieds fabriqu6 en
Angleterre Moteur auxiliai
re accessoires supplemental
res excellent condition.
Peut-4tre vu au Wharf du Ca-
sino.
Contacter Dr. Hans 0. Lo-
bel, Via American Embasy ou
Snem phone : 22057 22058.


tamisee des lampes artistiques
qu'il a r6alisees dans sa retrai
te de Fontamara.
Cette exposition s'adresse a
la jeunesse universitaire du
pays et plus directement aux
6tudiants de la Facult6 des
Sciences que le Doyen a exhor
tes a exercer, i A examplee de
leurs ain6s, les dons qui som-
meillent en eux, on moins i
pratmiquer un violon d'Ingres;
plus tard, come il le leur a
dit, en retragant le fil des sou-
venirs qui jalonneront le s 6ta
pes de leur vie, ils se menage
ront, com'me lui des minutes
d'6motion esth6tique et de Ie
gitime satisfaction. Ils pour-
ront au moins, tant que du-
rera l'exposition, venir un ins
tant, entire deux lemons sur un
sujet technique ou scientifique,
se reposer dans une ambiance
artistique. L'exposition restera
ouverte au public, pendant un
temps inditermin6, les jours
de la semaine, le matin de 8
heures a midi, le soir de 4 heu
res 30 a 6 hres. 30, le Samedi
et le Dimanche de 8 hres. a
midi.


Activities du
IIAtDR
Derniere'ment Mercredi 8 A-
vril, le Dr. Archille SALVANT,
Sous-Secr6toire d'Etat de l'A-
griculture des Ressources Na-
turelles et du Developpement,
Rural, accompagne de 1 Agro-
nome Lucien CANTAVE Diree
teur du Service d'Organisation
de la Vie Rurale (SOVIr), de
l'Agronome Marcel DEPES-
TRE, Agronome du District
de Port-au-Prince, du techini-
cien en Agriculture Paul Saint
A1ME, s'est rendu dans les hau
tours de Bellevue. La Monta-
gne, pour inspector les travaux
r6alises par les Conseils Com-
unautairs de la Region, gra-
ce a l'action conjointe du De-
partement de 1'Agriculture, du
Service Chr6tien et du SOVIR
A FORT JACQUES; sur plu-
sieurs carreaux de terre d'im-
portants travaux de protection
du sol ont et6 realis6s et avee
la saison pluvieuse va d6buter
Le programme de reboisement
de toute la zone; une pepinie-
re de plusieurs centaines de
PINS est deja pr6paree a cet-
te fin. Au Centre Comknupau-
taire de FORT-JACQUES inau
gurn le 22 Septembre 1969 se
poursuivent diverse activities
intdressants l'Art Minager, la
Nutrition infantile et les loi-
A CALLEBASSE, sur un ter-
rain offert par une paysan de
la Region, une maison est en
construction pour longer un Cen
tre communautaire. L'Agente
d'Economie domestique y a di-
jh install une distribution
.quotldtienne de lait Rur les
enfanta.
A GRANDE SAVANE, le
Conseil Communautaire est 6-
galement en pleine activity.
Avec ses propres fonds il a pu
construire une citerne de 40.COO
gallons d'eau et se propose d'
riger igalement un centre dornm
munautaire.
Dans lee endroits visits le
Sous-Secr6taire d'Etat a notes
l'enthousiadme des paysans et
leurs leaders ont tous declares
que avant l'avi-nement du Pr6-
sident DUVALIER, ils se sen
talent abandonnis et isolds et
c'est la Bevolution DUVALIE-
RISTE qui leur a ouvert la
,voie du progrbs social et 4co-
nomique.


LES MOTS CRISES
SOLUTION No. 1095 F.


HORIZQNALfMENT
1. Sanderling 2. Tailleu-
ses 3. Aar 4. Grogs; Q-
ves 5. Net; Tana 6. At;
Cid; Rho 7. TA; Icarien -
8. Intriguer 9. Ou; EtR;
ROt 10. N6mde; Nu


VERTICALEMENT
I. Stagnation IT. Aa; Re-
tenue III. Nicot IV. D.L;
Cir6e V. ElasticitO VI.
Ria; Adage VII. Luron;
Ru VIII. Is; Varier IX.
NZ-pe: H-ron X. G.S; SIon
Tu.. ..


PARFUMS FRANCAIS-'

CHASSE GARDEN DE CARVEN
YVES DE ST. LAURENT


%are entifrice aai CGAARDDOLL






Piterre.


mmtion da Dr....

(Suite voi rle No. d'hier) -


,_._________ --------- -----


Important


D'ou la n6oessiot de soumet -
tre a un examen psychologique
prdlinunaire tous ceux la qui
so croient avoir la vocation
pour lan profession de cosm6to-
logiste; qui ddstrent suivre un
einrainement special dans le do
maino de la cosm6tologio ou qui
d6sirent se fair ongager com-
me assistants dans une maison
de beault.
Les r'sultats de cette ivalua-
it i i naile des tests mentaux
Let 'autrcs teLhliquU psycholo
g'iqUS appropriees, aiaeraienL
i scsectliuhier leo nicux asptes
Ss'audaptei h cette nouvelle ac-
tivit6 professionnelle et a ser-
vir, danj I:o c,.s celitcat conmme
collaborateurs aux cliniques de
psychological ,et de psychiatric.
La formation du cosmitologiste
pourrait A la rigu.ur impL';uer
un entrainement psychologique
special daas les Ic dolmines ue la


S.oA.*F.I. C. .
Un nom dams IEconomie dfu Pays


S. A. F. I. C. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitlens aidant a la

revalorisation de la vie paysamne


S. A. F. I. C. 0. "

Des millers de bras haltleas gagnent chaque jour
la batallle de la production


S. A. F. I. C. 0.

Un million de sacs de Sisal a service de la Nation Haitlenn


S. A. F. I. C. 0.

Une Industrie Nationale au service de Ia Nation Raitienne


S. A. F. I. C. 0.


peisonnallie et dus m6thodes de
psychothdrapie individuelle.
L'application d'un traiteinent
opl)roprris du visage ou ic li,,
clievelure par example peut etre
motive par une connaissance
approfondie de ia personnalitC
du client, grace ii L'mntervew
pr61Hminaire qu'on lui fait su-
hir I propose de sa vie, de ses
besoins reals, de ses problems
paricaliers et susai aux bons
rapports qu'on pourrait arriver
4 maintenir avec lui durant
Linterrogatoire et le traitement
Comme on peut s'en rendre
pompte, le monde, come La dit
Montaigne, est le grand miroir
dans lequLt il faudra se regar-
der pour se bien connaitre,
mais /la technologies moderne a
mis I notre disposition lea mo-
yens de nous recr6er une image
it la measure du monde; de tell


ww40 -0 .0a- W- W q


La Compagnic A6rienne
la plus exp6rimente
du monde.











Les Moteurs RMunis S.A.
Luciani Berhmnan et Co.
Les Ford 15M 17M -
Escort et Capri


Jeudi (Ln Permanence)
SANS FOI NI LOI
Entr6e Gde. 1.00
Vendredi (En Permanence)
BARAKA SUR X 13
Entrde Gde. 0.60


AUDITORIUM
CENTRE CULTURELI
Jeudi h 7 h.
SFACE D.ANGE
Entr6e Gde. 1.20
Vendredi a 7 h
TERRE SANS PARDON
Entr6e Gde. 1.20


A VENDRE
OCCASION
EXCEPTIONELLE
lo. Un moulin ia mais qul
fonetionne avec inl moteut a
gazoil, un business avec touted
la clintele, qui rapport gros.
S PRIX : $ 1.500.00
2.- Une Maison ia Fontamara,
avec une court de 1506 pieds de
4 profondeur.
PRIX : $ 2.800.00
S'adresser a la rue du QUAl
No. 25


chetez dane ces maisons et conervez evs,
fiches d'achat. Vousa ccumulerez ainri des
points suppl6mentaires en vue de gagner
une des nombreusne prtime et peab4tre
ler prix : 1


3 semaines


a Mexico

Voyage, adjour et places a u Stade poumr,
la Coupe du Monde ou bien un d6s prix


uivant :
2el e PSrix 200
"me prix $ 100
4eme prix $ 60
5eme et 66me prix $ 25
L. Sp6cialiste ) 7me au 10eme prix $ 15
de Ihabillement 116me au 20Mme prix $ 10

----- CARLSTROEM




S Msttre Eterna et Roamer
Machines A coud. E]mna
Le d6ainfectant supreme Stylo Shaeffer
D6graisse Ovalttne.
D6truit lea microbes
Parfume et purifie. \. -f
---------------^- *


SLe ait on poudre




L CAMPING GAZ 'i

3 agp| et LumageJ giI,


UEX. TIBATU
reu~-f. *t h4.8 b
OPERATION TONNERRE
Entr6e Gdes. -2:50 et 4.00
Vendredi I 6 h. et 8 h. 15
LES PERLES GRECQUES
Entrde Gdes. 2.50 et 4.00


AU PARAMOUNT
Jeudi i 6 h. et 8 h.
28 MINUTES D'ANGOISSE
Entr6e Gdes. 2.50 et 4.00
Vendredi i 6 h. et 8 h.
CINQ GACHETTES D'OR
Entree Gdes. 2.00 et 3.00


sort que la cOneiiliation 6tant
faite entire .notre nature reelle
et la civilisationn ,loute source
de fraction, do tension et de
conflits soit tarie et ieso difti-
cultis d'ajustement de I'homme
deviennent amoindries. La cos-
m6tologie se. pr6sente i ce ni -
veau d'interaction de 'Phomme
et de ses semblables comme leI
grand miracle du siciic. Mais
qu'on se souvienne qu'aucune
modification de la conauite de
l'Individu, ne peyt se taire sans
une connaissance approfondie de'
oelui ci et sous tes uaiere.nts
aspects dc sa pernnnanitL. ne command a lu nature dit
Bacon, qu'en uii occissajta. A
ce stade, la psychologie demeu-
re encore la base de la forma-
tion de 1'homme de science corn
me du technician et de 1'artis-
te.
Apprendre aux gens a prtler


AU CAPITOL
Jaudi h 6 h. et 8 h. 80
Vendredi i 6 h. et 8 h. 80
TEXAS 2IM
Entree Gdes. 2.50 et 4.00


ETOILE CINE
PETION-VILLE
Jeudi is 6 h. 190 et 8 h. 30
3 PISTOLETS
CONTRE CESAR
Entree Gdee. 2.50 et 4.00
Vendiredi-h 6 ht 30'et 8 h. 30
LES MONTRES ATTAQUENT
Entr6e Gdes. 1.20 et 2.00


plus d'attention s..leur corps,
aux soina de la beauty physi -
que, a leur facon de paraitre
dain le monde; i i.iiiser en
d auLres terms i~ cobnctologie
moderne, pourrait ire un mo -
yen excellent de les adapter a
ieuo siiele et de pvi6cnir ehez.
eux des problems assez gra-
ves d'ajustement sur Ie plan
psychologique et social.
Qu'un peu partout dans le
monde et aussi dan6 notre penL
pays, on comiiinelca a prenaur
conscience de ceLLe reai ce eL
se faise a Lettli- exigence et i
ceoe .ne,.lie ,ns taempsi nou-
veau, cel. denoae que l'huma-
ne esc parLie a la reenerene
de son equilDre e one b a stabi-
litO psychologique.
-Mais qu'on se Ie rapeplie en-
core une' fois, la coSlnetulogie
moderne est une science aucant
qu'un art et une technique, une
science vTaiment humane et
par conequeri a cheval sur la
biologle tV o 1 a sycsologce et
que pour 'aidor a mteux attein
dre sa vocation, les pouyoirs
publics dans tous lea pays du
monde, dolvent s'y interesser
davansage en:

lo) recunnaissant d'aLiliti pu
blique et en les integrant a un
department ninisteriel quelcon
que toutes les ecoles, tous les
organisms de cosn6tologie;
2o) en suscita.n pai des mo-
ycns gouvernlementaux et edu
catifs appropri6s le goufit des
jeunes pour cette nouvelle pro-
fession; ... ,
3o) en octroyant des dipl6mes
d'6taL ou des brevets profession
nelos ceux-li qui auront tW
reconnus aptes a exercer Ie min
tier de cosm6tologue sur la base
des r6sultats d'un examen d'i-
tat et deb tests psychologiques
de sElection et a orientation;
4o) .en cr.int enfin des ddbou
ch6s sirs pour les cosm6tolo-
gues p r ofes a i o n nels
c e r t i f i e s a u sein
de certain services publics of
ils pourraient avoir leur utili
t6, particulirenient dans les
services hospitaliers et psychia-
triques, les centres de readap-
tation juvenile et de guidance;
li ofI la r6adapta.tion, la rdhabi
litation et orientation pour -
raient n6cessiter les conseils ou
intervention active d'un spi-
cialiste des soins de beauty.
Dr. Chavanne Douyon.


Programme du Lundi 20 au Samedi 25 Avril
Conaultez Votre Consellalre :
LUNK .............. 9h.alh. A MAISON YVES MORAILLE
MAURDI............ h.lh a MAISON YVES MORAILLE
SJEUDI............... 9h.a&lh. A FOOD STORE
VENDREDI....... 9 h. a Ih. a FOOD STORE
DEMONSTRATION tous les jours sur rendez-vous
A CASA POMPADOUR

Rappelez-vous Madame: cBelle ce soir I Rid6e Demain 77
L'Avenir de votre peau se j oue a trentS ans
HELENA RUBINSTEIN


DRIVE IN CINE
Jeudi a 7 h. (seance unique)
LE CID
Entr6e $ 1.50 par voiture
, Vendredi A 7 1. et 9 h.
FURIEUSE
CHEVAUCHEE
Entr6e 1 dollar Par Voiture

CINE SENIGAL
Jeudi Ei 6 h. 15 At 8 h. 15
ENTERRE VIVANT
Entr6e Gdes. 1.00 et 2.00
Vendredi a 6 h. 15 et 8 h.
UN MERCENAIRE
REST A TUER
Entree Gde. 0.60 et 1.00


CINE PALACE
Jeudi A 6 h. et 8 h. 15
CALYPSO
Entree Gde. 1.00
Vendredi A 6 h. et 8 h. 15 t
D.'ANGO PREPARE
TON CERCUEIL
Entree Gde. 1.50


CINE UNION
Jeudi A 6 h. '15 et 8 h.
LES DETROUSSEURS
Entr6e Gde. 0.60
Vendredi a h. 15 et 8 h.
SOUS LA LOI DE DJANGO
Entr6e Gde. 0.60


Jeudi ai 6 h. 30 et 8 h. 30
LE BRIGAND BIEN-AIME
Entree Gde. 0.60 et 1.00
Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30
BLUE DEMON CONTRE
LAS DIABOLICAS
Entree Gdes. 1.00 et 2.00 ,


CINE STADIUM
Jeudi (En Permanence)
CINQ CARTES A ABATTRE
Entree Gde. 0.60


MONTPARNASSE
Jeudi a G h. 15 et 8 h.
FUREUR SUR LE BOSFORE
Entr6e Gde. 0.60
Vendredi is46 h. 15 et 8 h.
UN FUSIL POUR DRUX
COLTS.
Entree Gde. 0.60


CINE ELDORADO
Jeudi A 6 h. et 8 h. 15
MAMA DOLORES
Entr6e Gdes. 1.50 et 3.CO
Vendredi a 6 h. et 8 h. 15
TETE BRULEE
Entr6e Gdes. 1.50 et 3.00


LA



Mort aux Rats



EN BOULETTES




GIBBONS


QUEL QUE SOIT

LE RAT


IL PERIRA


Jeudi is 6 h. et 8 h. 15
LES MONTRES ATTAQUENT
Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50
Vendredi i 6 h. 15 et 8 h. 15
L'INCONN U
DE LAS VEGAS
Entree Gdes. 1.20 et 2.50


DANS NOS CINEMAS


A US A- M-e Arn.


A MIAUIC CILb
- (SALLE CUMATISEE) D Luxe Aut6 Cint


MEXICO NON STOP




Concours de pronostics de football


Patronn6 par leI firmes et marques incri-
te lei. Sulivez lee 6mis a ons sportives de ,
Flash Publiclt6. Achetezs ces produits. A-


CINE OLYMPIA AIRPORT CINE


- i- ` ----- -- --~I


-


Jeudi i 7 h. et 9 h.
DEVINE QUI VIENT DINER
Entr6e $ 1.00 par personnel.
Vendredi.h 7 h. et 9 h.
L'EVADI, DE YUMA
Entr6e 1 dollar Par Voiture


-- -'--- -- --'----- ------


_ a q,, ,,, - - - - ,,,-- a 40 wo


. .. -.. ~...- ,. 1~_L.--Llr 1: ;-~-_;-;---.~TjL_&-Y_+II~~_?L-UIV~-I -II----


3ZTJDI 28 AVRIL IM7


l- J NOVVTJUTIb -


PAOB I





JUTDI PS AVJRL 1W7


r I *j uorq -


RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


VOTRE HOROSCOP
Par Fran&es Drake


kiroks is asotis earrmsoldsal ae jfew do .r.etnirasirer
de waisanci vo tr vouv*res I perspeetives quie out
gEalNt Iin autrs pour domain.
Droit dai reproduction totals oa partiell riforw.
'ropridi a King rFaturi Syndiosti EHlwab it4

VENDREODI 24 A VRIL 1970


21 MARS AU 80 AVRIL (BE
IAER): Attlntion d'tviter des
el'rots qui pout0raita, vous
Ites lpargnoes par aie pr6vo-
yonce plus graina a.t des plans
ieux ias riso. l ctd,.-irv .i-tueole
i 1limpulsivite.
21 AVI(L AU 21 MAI (TAU
REAL); Vous prgresoc-rez en
certain sectcirm, moiis ell d'au
trees, mali les fcslitots ne vien
dronit pab facilement. Greusez,
neanmoins, et restez optimist.
Cette journ6e sc satisfai -
sante.
22 MAL AU 21. JUIN (GE -
ME'TAU X): Particulierement 'lt
N'lcst: lFaccdlatiostn do i',a -
tioi, la revisclcl des projects; lT
soil ia apport r aux 'aLrcpir;ses
en tours. ,
22 JUIN AU 28 JUILLET
(CANCE10: Voub avcz davan-
tage d'61anents favorabies que
vous le pensez. Amis et parte-
"naires travaillent pour vous enu
coulisse et vous profiterez d'ef
forts qui sont dejo sorcis de vo-
tre mniuoire.
24 JUILLET AU 23 ABOUT
(LION): Journiae dans laquelle
votrc eonmprtehce et votrc diver
tilt fercint merveiiic. Bc.ln p6e-
riode pour des n,:6thodes Iou-i
velles, poul des idecs tliginales.
24 AOUT AU 2:i bEPTEM
BRL (ViERGE,: Bonne jour-
n1c pour des plans qui Lien -
dront conuptli dea neccssitis fu-
tures, si vous vous ilonLrez avi
se A leur egard. Des points de
tue opposes ne dilivent pas vous
trouble.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC
TOBRE (BALANCE): Des
hauts et des bas indiques mais
vous garderez votre Uquilibre
avec de la pr6voyance, un bon
jugement et de Ia logique. Moa
trez l'6galite d'Ame naturelle "
votre Signe.
24 OCTOBRE AU 22 NO -
VEMBRE (SCORPION): Vous
aurez des responsabili6s sup -
pltmentaires mnaic si les rdsul-
tats finaux semblent raisonna-
bles, acceptez-les sans rien re-
nier de vos ambitious. Le natif
du Scorpion ioe renacle jamais
devant un travail penible.
23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE):
Veillez A ristinguer la rumenr
du faith et h ne pas acceptor la
nouvelle qui circle sans exa -
men. Deception possible. Ell-
nor doit en aucun cas ralentir
vos efforts.
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (C'APRICORNE). La
i-onjoictiii stinule lea travail
intellectual. los contacts avec au
trni. 'ent.ousias' e et les ambi
Lions ien orienteos Soyez cr6a
tour dans votro pensce et 6vi-
fez les irreurs.
21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU). Pruden
re dana vos accords, dans votre
Participation aux affairs d'au
trui. Si vous subissez des re -



Aujourd'hui
JEUDI 23 AVRIL 1970
SAINT GEORGES
VE:NDREDI 24 AVRIL 1970
SAINT GASTON

Pharmacies assurant
le Service cette nuilt.
PEROU
Rues des Cesars
ST. GEORGES
Champ de Mars


A VENDRE
1. Une automobile Ford
Galaxie, module 1963, 8 cylin-
dres, air conditions vitres
teintaes, transmission manuel-
le, power steerlnfg.
2. Deux station wagons
Land Rover, mnodele 1l)5, dou-
ble dIfTrentiel.
Ces vdhicales pcuvenL Utre vus
.au ddpot de ]a Easso 'i Thor,
nux heures uuv,'ebles.
Adressez vos ofl'rc-i sous pli
cachet a :
Esso Standard Oil S.A.
Limited
Rue du Ma;,"as; de I'Etat
P.0. Lox C
Port-au-Prince, Haitl
au plus tard le 30 Avril 1970.
La Esso se reserve le droit d'ac
cepter on do refuser n'?mpor-
te quelle offre.


tards dnas la rcalinaLun de vos
plans, ne vous affolez pos, mais
cherchez les raisons.
20 FEVRIER AU 20 MARS
tT'01tSS)NSu: Aprsi l'activitl
.Jes deux derneis journeys. il
se peut nue vous eprouviea un
temps iort a n.oins qu e vous
ne montriez de l'enthousiasme
et la volont6 d'atteindre comply
tiement vos buts.
SI VOUS ETES NE AI -
JOURJ'HUI:' "out, ave unc
grande toyaute, un sens precis
deo 1quilibre, de ituLes ambi -
liins- t un esprit riatisaleur.
L'art. la htt6rature, !i n:usiqut
pourront Atre puur vous des pas
se telim et ivenI:ellemeinLt.
Tun 'auore, constituer pour
vnus unt second carriere- uom
me premier ncicLier, toutefois,
vous pouvez rocusir coansmn m]o
decin; chimiste, cherclieur scien
tifique uu ediucateur. Votrc
mncilleure activiLt s'elabor Uansis
Ina solitude miais, si c'est n6ces-
saire, vous pouvez agir brillam
ment en 6tant en 6quipe.
Naissance de William Shn -
kespeare, po lte et auteur dr-
matique.


Sous le signe de
I'An 2000
(Suite de la 1Lre page)
30 ans ce chitire pouira 6tre
double, s'il ne survient Avidem-
mnent 'hecatombe thernonucluai
re Vont la menace est perwanen
te. Ceci gricer a la revolution
technologique iqux osurera le
bien-etre, la santoe i la eing/vi
tI. A la minauiee a"Heidegger
consider.nt le dynaia;sie effr/
n6 de la technique, l'ra.teur
porta P'acentu su i' l'ipoi Lance
des Sciences Humaines t Socia
les traites en parents pauvres
dans lcs budgets unversitlaircs
et aussi de la 'uturoiogie dans
I'anienagenient ou crid- moder
ne. La science futurologique.
discipline nouvelle sumi.it po'r:
but de prtvoir les u'veloppe-
menits possibles de ia t -hnique
et leurs incidences s-r la vic
l re l'homme pou qae ce dcrnier
puisse se preparer En ti.- rquen
ce. A tous les u.grbs der t'en-
seignement, dit Monste ir Bar-
ros, il faut infoi;mar le ,isnes
cur le sens de Icurs respoisabi-
lit6es at venir, les in'uitmnint pro
babies de Icur epoque.
Conference d'un genre nou-
veau aussi, puisque de ten-ns elu
temps I'auditoire put vir a 1'6-
cran des illustrations appmiyant
les donn6es cLhoriques. Apprc-
ciant les consequences 4conomi-
ques et historiques de la rsvolu
tion technique, 'oratl-ur brossa
on taolean *valuat.ur ` 'ordra
hiraichiquc des tOr,,is qul se-
ront intgerdes e !', ..t faqon
dans ce vertigineux processes
historique.
11 termlna, par une docte dis-
smrtation sur 1- vocation de
I'Humanisme dans cc' e (ivilisa
tlon do vertigo, nar .icnLUt les
valeurs authentiques auront rln
son de l'anpAt du gain effrano.
I.e vieil idea.1 d rraternito hu-
-naine sera le code ae la vie
-nuvelle.
Nos ccimplime.-Ls ;I l'minent
Prol'esseur Barros sour nous n-
*oir ranni Te r.,o't.-.t nf;,n no'
mn p dI Parnm/is'- ..d le dov,-
sir husnin.
(S) BIBLIOGRAPHE.

La Revolution dans
Saint Dominav
Le nouvel ouvrage d'Edner
Brutus est en vented dans routes
les libraries et notamment
Roux ou eBonne Foia au prix
de SIX DOLLARS $ 6.00 les
deux Volumes


Remerciements
Le tailleur Emmanuel Le-
grand re'mercie trAs chaleureu-
sement ses aimables amis et
clients qui ont manifesto leur
sympathie par leurs visits r6-
pUtees durant son hospitalisa-
tion et tout particulirement
ses dtvouds m6decins, le person
nel de hospitall francais pour
leurs services empress6s, et lea
prient de croire A sa plus vive
reconnaissance.


ACHETEZ AJJOURD'HUI

LA MONTRE DE DEMAIN













II









SLa premiere montre' automatique

fabriquie dans le monde est en

vente-tdhorlogerie bijouterie


E. BERTHOLD

33, Rue des Miracles,



AVIS


La Secretairie d'Etat du Comn
merce .et de l'Industrie avise
le public en general et le Co'm
merce en particulier que la
Commission Consultative insti-
tuee par le decret-loi du 11
Mars 1963 sur les Industries
Nouvelles dans son rapport du
3or Avril 1970 a agr66 une de
made prasentee le 12 Fdvrier
1970 par Monsieur Frantz Ga-
briel pour une entreprise de
travaux de broderie en tous
genres et a decid4 d'accorder
a cette entreprise les benefi-
ces et avantages du decret-loi
du 13' Mars 1963 sur les Indus
tries Nouvelles.
En consequence la franchise
louqniare lui est accord6e sur
les natieres premieres, machine
rie et 6quipemnent suivants :
MATIERES PREMIERES :
Tissus d6jA coupe en coton,
en soie artificielle et en satin
Dentelle pour decoration de
jupons
Fil blanc A coudre et A broder
Fil cordonnet en blanc et en
couleur
MACHINERIE ET
EQUIPMENT :
100 Machines a broder Sin-
uer avec pieces de rechange
et accessoires No. 133 et 103
2 clickers
10 Machines 'A broder Sin-
ger No. 107 et 102 avec pieces
de rechanges et accessoires.
12 ciseafix pour decouper
12 ciseaux pour couper
8 ciseaux 6lectriques et piP-
ces de rechange


120( laumpes avec tubes ultra-
violets
12 hoites en metal sur pieds
12 perforateurs sp4ciaux
pour dessiner avec pad special
12 tables I- repaes.er avec ac
opssoires
12 f'ers a repasser Ulectriques
5 presses automatiques avec
accessoires et pieces de rechan
ge
30.00Q( aiguilles pour les ma
chines par an, poudre magic
pour dessiner
Papier Glacine
Epingles et 6tiquettes
Carton pour d'mballage
Machines pour cercler
Clamps pour former les cais
Pes
Tapei pour emballage
10) climatiseurs industries
iiur le soin du travail
Papier fin, paper gris, carton
1 apparel a former les boi-
tes et ses accessories
20 Clipseurs et clips pour
les clipseurs.
Papier gomme
Par ailleurs 1'entreprise de
Monsieur Frantz Gabriel devra
se conformer aux dispositions
ldes articles 24, 25, 26 et 27 du
d6cret loi du 13 Mars 1963.
Port-au-Prince, le 15 Avril
1970
Dr. Lebert Jean-Pierre
Secr6taire d'Etat


Bois pour coffrage
Unro alnr,6 denande a ache-
ter in's piniches ;,our coffrages
S' Cl ,r s nu Journal.


Le travail facteur economique...

(Suite de la 16re page) 4


n;.-,. ,Oa.ro rett .annue, Haiti
donnera un e'cat sans prec6 -
(lent A cette c6l6brption eii
juger par "effort d'organisa-
Lion en course elt le thme.
cDan Ie IContxte Actual de d6
veloppement d' u n e Soci6td
E q u i b r e, le Social est
liH a l'Economniique, qui a AtL
choisi your marquer comma I
se doit la mission Idu Lras tilleur
et de 1'ouvrier de ocoopdrer A
l'effort de renovation eRXiale.
Certes, c'est i ha Revolution
D)uvalidriste, qu'il revieit d'as-
Hwer Tla liberation Uconomiqu
S d'Haiti commne en 1804, guides
S par le G6nral en Chef de I'Ar-
, m6e indigene Jean Jacques
DESSALINES Ll GRAND
nos aieux r6aliscrent a l'4tonne-
ment du inonde enler i',nd6pen
dance Nationale.
Notre Presiden, a Vie a lan-
6 le pays A sa pournuit des
eonqutes Uconomiques cl. socia
les pour le tier de la lthargie
Ser. de la vie vegLthtive. bans
les conquotes 6cononiiquoi, les
conquetes sueiales uisparai -p
traient rapidemeni ct i.e p-t'i-
raient subsister; et sans les conl
S quotes economiques il ne peut
S. janais exister oC social 6'qUili-
br6e comnrae le d6montre I'.ustoi
re de toas les temps.
L'Ind6pendance 6conomique,


FOOTBALL.- LE
VAINQUEUR DU
DOR
LIMA, (AFP)


PEROU
SALVA


Dans le Aidre de leur prc-pa
ration pour le championnat du
monde de football. les iquipes
- de P6rou et du S ilvador se ren
contraient aujourd'hui is lima,
la victoire est revenue aux p6ru
viens qui o;'t trioirph/ par 3
buts (Gillardo a 'la 48Umc io
tiO a 5ene et Del Castillo a
]a 80me A z6ro.


rempart do la justice social
permettra do matre Y 'conomiq
au service de la npuvelle socid-
t4 en. la dirigeant vers son vl-
Sritable objectif qui cAt d'amliso
i'er la situation de '0ou.i.
La d6vtui)peaciilt ,-,' tiiiU, sas-
lon 'noture P1'resident t Vie,; s ex-
primera par l'industrialisation
lL pays. De deux lorces econo
lniques dependra I e 3uccs ans
ce domain: l'nIziiatiVse des in-
dustriels haitiens et le salariat.
S encouragementn, a 'litilative ei
a Pelffort industr.el national
est et sera toujours une inipor-
tante tAche ifoTr,.i,,.r du gou-
vernement quat ..... l.. 1 indus
trio haitienne CornUIi Une asso-
cide dans une oeuvre commune.

Aussi, r6pdterois-nous evec
Son Excelience I iPresident a
Vie de oa, Rpubli(,ue le Dr.
Frangois Duvalier: zLa 'morali-
te d'aspiration de la Rdvolution
Duvalieriste, c'est la morality
d'un monus en devenir, do'u
inonde qui cherche. A surpassed
les limitations et les contrain-
Ies du present., C'cat i, force o e


Messe de Requiem
Une messe sera chantee leT
Mardi'28 Avril ii 6 h. du ma-
tin en U'Eglise St Ainne o la
memoire de Mme Cajuste Bo-,
vil d4c6edele 3 avril 1970, cette
announce tient lieu d'invitation
aux parents et a'mia.


A VENDRE
Une maion sise a Turgeau
(Avenue des Marguerites) six
chambres A coucher, Salon,
salle manger, grandes gale-
rics, Office. etc...
S'adresser au No 117 de la
Rue du Centre


POUR VOTRE StCUpIT

ahmia pour alnel dire, 6t6
harporte au pneu 08 Goodyear.
Mm & a m dpaulements arrondle,
bIe vegns mnt pk On, la oon-
duis pklu pr6olM.L'Mntollage 3T,
p- r6feiat quo I'pler, moque
do lhowat do I'oMhauffmont pro-
voqu6 p. unI oondult sportive.
L PmU 01 vou offtme- do kilo-
Ae M ora mootOf plue odoe &o
fthl-. Voyen votre oonoeolonnal-
n Goouo e vouw evw ibosa
i pouepowurvon volam



'IOODIfEAR




CauROMa
JE AVC


npG m ng 4


a>-?


Les Bandes Dessinees du ANouvelliste,


-Blondie


-44


l""(VOUS N'AVEZ PAS BESOIN '
, E CRIER TOUS E l -l

/r


Colgate au


la sant


nos aspirations qui nous permit
tra de realiser les objcctifs de-
la deuxidme decennie dtie la e-
volution, la D6cennic Econonii-
.queo.
La nature morale de o homee
tA, sa nature social sont soli-
ilair-s. On ne peuL es]isager
Ilhomnie duons ies relottins us-
ciales sans lui opposer l'idee du
droit, ccre Id .t.suir et pur con
sequent (,c II justice autiat'. 11
n'y aura p)s ide paix au nsondi ,
tan; qu'il 1'y curia pl.s de jus
tice social <(pour les lavanl -
leurs.
La classes uvii-re etl in pay-
saunnerie premieres productrices
de richesje et de prugres, doi-
vent se ranger rdsolumient aux
cotos de leur Leader et r4pon-
dre comnme toujours, prsacntes,
pour le grand comnibitea qui de-



AVIS
La Secretairerie d'Etat du
Commerce et doe 'Industrie a-
vise le Public en General et le
Commerce en particulier qua
la Commission Consultative ins
titude par le Decret-loi du 13
Mars 1963 sur les Industries
Nouvelles dans son Rapport
lu ler Avril 1970 a agr 6 one
demand pr6sent6e Te 16 Mars
1970 par oConfections d'Haiti
pour unj entreprise de fabric
tion et dssamblage de product
destin a 1'exportation et a
d6cid6 d'accorder A cette entire
prise leas bdnfices et avanta-
ges du Decret-loi du 13 Mars
1963 sur lea Industries Nouvel
les.
En consequence, 14 franchi-
se douaniere lui eat accordde
sur les matiires premieres sui
vantes :
Ddcoupured et rejects de cuir
devant .tre cousus et retour-
nus aux Etatg-Unis.
Anneaux en metal et rivets
devant Utre months sur ces mor
ceaux de cuir.
S Port-au-Pce., le 15 Avril 1970.

S Dr. Lebert JN. PIERRE
S Secrutaire d'Etat


vra condure ii la promotion 6-
conomique, car c'est l'economni -
que qui enfante le social. Alors
nous aurons tvrilntin, une iat- soro;atei eot dqsiiiree.
Cettlc libelle ouvre que nous
auroiua cuolmpiu., sCIa comee
L iiiQyei 'l I o.isOliie;r la palx
et I'gilour entru les hlo'loiles,
en opposant I'abondance .au be
.,t ii Onte tv- l comprehen
io au. eco'uirages..i, ia di-
iuteo et lu justice a la ine-
re>.
Le travail est la vie; il est
aussi la base de 1'oquilibre so-
cial.. La richesse pourra citr
puissante mais, en fate du de-
sdquilibre social, dIc cot d'une
extraordinaire fzagilitc et con-
duit a des situations chaotic -
quea,
Avec 1946 et 1956, qui en eat
l'esprit ei la rlsultante, t'aube
soe lvepour leas masses tra -
vailleuses refoulaes jusque-la
dans la penombre de la tgub-
histoire, qui emergent mainte
nant at 'aepanouisant au soleil
de lai R6volution Davalieriste
pour qu'il y ait une socif6tr nou
velle sans eceloture ni barrio -
rest.
Les iddes que. nous venons
d'exposer ici, se rattacheront
moins a i'eononie soiuique
tpropreniEnt dite i'i l'6&o -
nomie social.
Que le Premier Mat 1li70 it-
luminc in route des forccL du
travail dans leur lIAtc pour de
meilleures conditions de vie.
Qu'cIles cor.preniint aussi la
nicessit6 de former un cercle
ilairain autour du Leader du
People Ilaitien. Docteur Fran-
"uis DUVALIER.
De cotte unite fraiiche dt -
pend .eI Lriomph, de noire ave-
nir ceonomique et -social, car
Ic travail constitute le frcteur
economiqueA et social de pro -
mier ordnre dans Ta lutte de la
Revolution Duvali6riste pour
nous sortir des tenebres et nous
hausser vers la pure olumi're
de la mnodernitfd.
Moliere Joseph COMPAS
President de la rConf6ddration
des Travailleurs (C.T.H.)


POUR TRAITEMENT5 MEDICAUX ET ESTHITIQUES :
CELLULITE, RHUMATISME, OBeSITE, LUMBAGO, ARTHRITISME
DQ ULEURS GASTRfTQUES ET HEPATIOUES CONSTIPATION
TROUT LES CIRCULAT IRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, tc

MAS$OCHO 4tcc~ie

EST SUPtRIEUR PARCE OU'A TRIPLE EFFET

0 ACTION de MESSAGE '

OirGAGEMENT de tiltU- R


S' UT NT SUR TOLITES LES RTIES
DOU CORPS, MASSO 0"
FA-IT AIA 1' r[i litiion7 dei graciicses

DI c)LWS A E t A'eF i 'vlT par /
iln / la draio,/i I fi i iaal ac s i/iiideisiqch iqei 'lu/ri/i/S.
SOl',~ DEcIt /- ONVTA', T abai's.ant la /eouo ,
i'11/ / /

M assocho iti/., .u 1b.-1 3 moyens thdr peutiques

LE MASSkGE
S/ LA CH/LEUR /
r./ /L'IRRAAIATIOJN
MASSOCHO FAIT MAIGRIR El ACTIVE L CA IRCULAIION DU SANG
-.,,. ,I.i fo b t, .
AMA GRISSEM NT RAPID
F i DES#MJTOXICA ION TOTAL
p D9TENTE IN/MMDIATE
lAPPAREI i COM2pT T 01"130 Voiii o ) 3.60 F
s *. f '- GARANTI UN AN 220 230 oi s o i
/' ,A.'socHo e' "Ir I'OnUc 71rio0,
MtlICAL INSTRUMENT, I?, Chaussie d'Anfin. PARIS
Documentation sue demand contre 2 hmbrea

Joseph C. Valm6 et Co
Distributeurs.


i gardol protege efficacement


et la beauty de vos Dents.


CI -mr4ro~asWap;rlcL#s


Euyc;~-cr;~yp;~?r~o~~


----- --- --- --- - -- --- ----


-------~-----------


--





-L


JACE A1


JmDl I 2AVRM 1070


25e anniversaire
de I'Ecole St.
Vincent pour
enfants handicaps
)li, 21 Avril au 2 Mai on c6-
lihtiern LA SEMAINE D'AIDE
AUX PERSONNEL HANDI-
CA PEES
t'ette semialne colncidera a-
vw le 25moe ANNIVERSAI-
RE DE L'ECOLE ST. VIN-
CENT fondle en 1945 par SIS
TER JOAN MARGARET.
Voici le programme des f6-
tes et 6vinements qui bnarque-
ront cette semaine: SOUS LE
HAUT PATRONAGE DE LA
PREMIERE DAME DE LA
REPUBLIQUE, MADAME SI
MONEY OVIDE DUVALIER
don't la sollicitude visa i via de
l'enfancc diminuee est bien con
hlue.
10) CONCERT Le Diman
,lie 26 Avril h l'Auditorium
de la Croix Rouge Haltienlile
i 10:00am
2o) VISITE DE L'ETABLIS
SEME NT Lundi et Marii
lde 9 hi. 00 a 11 h. a.m
3o) BAL A CABANE CHOM
COUNE Gala de Printimps
'avec l'Orchestre Nemoura JIN
Baptista i Cabane Choucoune
le Jeudi 30 Avril i 9 h. 30
Une Exposition Vente d'Ob-
jets Antiques au profit du Fo
yer des Handicapes le 17 -Mai
it partir de 9 h. 00 am au local
de 1'Ecole.
Une participation active de
tour's les amis de St. Vincent
et dle tous ceux qui s'int6res-
sent au sort des personnel Han
dicapees sera appriciee.

Messe de Prise
de Decil
Une Mes'se sera chantke pour
le reps de l'ame de Mr. Ca-
*mille VERLY d6ced6 le 13
Avril kcoul6. en la Chapelle
du Petit Seminaire Collige St.
Martial le Samedi 25 Avril A
6 heures 30 AM. Cet avis tient
lieu d'invitation -aux Parents
et Amis.


Manifestations culturelles


vonsi pas passer souu silence.
D'qutant plus que chcz inous en
HlAit, ce qui se fait dais cc do
maine esat colossal. Cc que nous
avons vu ih bas estl u, motif
de reflexions. Nous prenons
pour leur cadre, ,e spectacle
lMlusique et danses du Pdrou.
rcini l'intitulle l programme
du Mlinmsirc an l'CEdacatioi Na
tionale qui, d'ai:leurs n'a pas
intiret i ttriheL a Iun moment
oil toutes les vulcurs nationals
sont ramendes sur le Lapis aans
une copibite do mutivniion pour
ramener le paupie au biin d'u-
ne certain revolution qui. se
fait pour sa r4cup6ration.
Les pays, surtout ceux qui
veulent franchir leur sous-d6ve
loppemnent impose. quand ils
ont accept de patronner des
rencontres internationales, s'ar
rangent poor monirer aux part


S(1) Cette chrosiqioe ost I1
derni)re que nous eons apromi-
se au Nouvelliste .our natre va
yage au Pirou. Nous remier-
cions bien sincerement le Direc
teur M. Lucien MONTAS qui
nous a donnI l'occasion d'expri
mer nos opinions pour ses nou
breux lecteurs qui ont accueilli
cette chronique avec la fiddlitc-
qu'ils portent au quotidien de
la Rue du Centre. Naturelle-
ment dans le 3e tome de oAu
Gre desn Rflexions* que nous
sommes en train de preparer,
.is trouveront une amplifica-
tion' de ces points de vues sur
lesquels, ils sont rests sur leur
faim. Ils comprendront ou'e je
n'aurais pu abuser des colonnes
d'un journal si aimable envers
nous et lequel a ses obligations.
(2) Rif : Edouard C. Paul,
XIONS. I, Imprimcrie des An
tiles, 1968 PP. 40.
(3) Ces chiffres sont des ap
nroximations, n'ayanL de ova-
lour quo comme indicaLions.


Culte vaudouesque Chants et danses
Ce festival' de chansons fol- L'institut Haitiano Amiri-
kloricues haitiennes, sera of- cain, a le plaisir de convier
fert par Mr. Raymond Regala une fois de plus sea Invites,
accompagn.6 du group cLes h un spectacle original, sans pr6
Frrres Dfjean, et la participa crdent dana le chdre de ses
tion exclusive de Danseurs pro activists artistiques, le vendre
fc sionnels. di 24 avril A 7.30 P.m.


LES CARTES D'INVITA TION SONT EXIGIBLES A
L'ENTREE. Cordial Bienvenue.




AU CAPITOL

DU JEUDI 23 AU SAMEDI25 AVRIL
A 6 Hres. et 8 Hre8. 30

UN WESTERN EXPLOSIF


T TEXAS JIM


Avec : Fernando SANCHO --
Edmund PURDOM


(suite)

cipants, tout ce qui lea touche
de pros. 11 n'est pas rare en ce
sens .que lea programmes fas-
sent appel i une touche folklo
rique Nbus savons que ce der-
nier vocable subit une certain
galvaudage, une certain har-
gne, mais il faut le prendre ici
sous notre plume en dehors de
cette' connotation d6sobligeante.
Nous Tlvons dit une fois il y
Pa dix als que les petits peuples
- a cause de leur attardement
materiel ne peuvent se ma-
nifester que a l'ord e cultu-
rcl. A ce compete, Le ernier re-
pr6sente un filon d'oi ils peu
vent tirer beaucoup pour se
comprendre et saisir leur qui-
to. C'est dana cot esprit li, que
notre ponetualit6 effective s'est
rialisae an Thfitre Felipe Pa.r
do y Aliaga, parce que nous ex
citait 'envie de voir ce tshow
qui nous donnerait un panora-
inma gnral sur le pays des In-
ca.c Au vu du programme, nous
avons comprise qu'une aorte de
coexistence de cultures se voi-
sinant, s'endhevitrant, mais ne
se disputant aucune palme, ai-
non un effort pour se fondre
et depasser leurs insuffisances.
La Giographie dMterminante
dans tout ce qui meut I'homme,
a model son cbehaviours. Et
diversity de celle-ci, diversity
de comportment, de sentiments,
envers le vecu. Dans ce pro-
'ramme uue nous avons bien haf
te d'en fire les annotations,
revicnt le Perou profoud, le
vieux Perou de l'airiere pays a-
vec tout Le que-les siecles d'his
tires ont pu carrier. L'hom-
me des hauteurs, de ces cones
neigfs des Andes avec toute sa
contemplation des Cimes. L'hom
me de la fort avec toute son
angoisse devanut Is oinbrcs an
delay desquelles, it ne volt que
mystire. L'homme de la cite,
don't la mer infl.ic lui comnu-
nique un certain dlgagcment.
Tout cela se transpose aans les
sons. sous lea masques, el dans
un fesaiv:.l dc mouveint-rts, comn
me, quoi, lnhomre noe pout s'ter
niser ou't trovers" l1'ph6mire.
Bref, le programme intitulo
de : -Musisiue et Danses du P6
rouo que j'lfi suivi comporte dix
sept numiros. Cinq sont consa
cres A Cuzco (Andin), cinq h


LA l re COMMUNION
S'ANNONCE
AU MONDE CHIC
le magasin up to date ne sBe
sent jamais lasser pour v6us
procurer ces articles tels
qu atiste, linon, opal,
organdi, pipeline et broderie
Suisse, cripe georgette, toile
de fil, dacron, tergal etc.
Chaussettes, demi ban, con-
ronnes, tulle, gants, mou-
choirs et sous vetement.
Futures mamama,
AU MONDE CHIC
ia bien peneer & voun plairs
fgalement, en vous prisen-
tant les trousseaux de vos
BEBES
Rue du Magasin de P'Etat
89 -
-&^^ .PON- i~i


Its joeront le feettaH avec
(uait.)


DROIT
Lima (cites pnripinhriques), Ahl Messieurs les arbitres,
cinq autres r6giors de Junin, I fates attention, ces 16gistest Ile
Aya-.uchb (chevuuchant entire d.scutent de tout; d'anciens
ctes et iiontagnesl) d ux re- { (tites chauvesL peut constituer
pregnant un thtme giniral a un handicap. L'6quipe na eu au
tout le P6rou. La difference de j cune preparation, mais 1'erlthou
. rythmes et de chorcgruphie en ; slasme fait loi, on ne salt rien
tre ceas tiii r6.ons eol bsolu- d~s oueurs sion que Rene Ru
ment notoire. (pendmti, une rand. tP6per sqra le second
reoparque personielle, si ceux ~iant-entre.. Attenton A
qui nous viennent de ]a fort, fatigul
garden cet aspect gcographi- AGRONOMIE
que, des sdquenees sont introdui [
tea qui rappellent dlihb6r6ment On no sait rien aussi des ban
la c8te ou la mnontagne, parce ____
que celes-ci qui exeroant leur
pouvoir centrifuge sur cette decr AV 1
nire, en function d'unes certai- AVIS
ne frontnre authropologique. I L'Institut Haitien de Statis
Poiisque nous sommes a i ce point tique. Seccrtariat Exteutif du
lt, oCharangos qui se joue sur Conseil National de Coordina-
une mini guitar s'r.prente'' tion Sfatistique (CNCS) avise
en quelque sorte au cQuena':, lea intireestis quo lea course du
(pronenccz Huena, toLise Que-, 2elecycle d'tudes intensive do
choua)' de Cuzc6 of iz.A lea not 'Centre de Formation de Statis
tea sont plus aigucs come une ticiens (CEFORS) d6buteront
imploratios au ciel ties proche.' "-au local de cet Institut le lun-
La frontisreo xiste en rial.t;' di 11 Mai 1970 t 7 hreas 30
centre lee douses ot musique do#' am. m et dureront environ dix
littoral et des hauteurs Andi- momn.
nes, en 'ertu mhme d4 cette Leao matisres suivantes, as-
grande superficie de forts et sorties de travaux pratiques, fe
de vallues qui les aiparent. ront Pobjet de ces course :
Dans le premier, le rythme est Analyse math6matique (Calcul
roi et c'est uwic dDauehe de integral et diff6rentiel)
sons, de ddhanchements qui sol Calcul des probabilit6s Sta-
licitent Is spectatcur. Pl.isir tistiques idfmographiques -
des yeux tout come des sens. Analyse statistique Statisti
Dans le second, c'ft la milo- ques sociales Thiorie des
die froide, come il sied i ces sondages -- Economie politi-
hauteurs de glace. C'eot en plus que Administration des en-
une fierie de couleurs don't leai treprises Statistiques co-
pompes attenuent It fond nos- nomiques Planification 4co-
talgiulue qu'6gosillent 1s ouita- nomique E16ments d'agrono
res. C'est aussi une vari6t6 de mie Techniques d'enquqtes
v6tements et de sous-vetcments, Statistiques agricoles So
qui perrmcttcnt seulcment a ciologie Sciences financiO-
l'heoinne de la montage de reo Dimographie Statisti
prendre son envol, puisque ac quesue financiers Comptabi-
coutume i leas porter. litE national.


Toutefoisa ces apprciatines.
n'ont pas la valour' d'arriver it
des sous-estimations de tel group,
pe donn&. Nous ne ferns pas
cette injure des honmmes qui
ont trouve une rpor.nse i leur
habitat. Cette consideration ..le
Linton, a 6t6 toujours present
pour nous oat au course du spe.
taila. il'Ee moment m mem je
me rappcile une sentence pro-
noneue par le Philosophe Liba-
nais Stepbano, au Congris de
Philosophic tenu au Rex Thefitre
sous le Gouyernement du Pr si
dent Vincent, equud en lace d'u
ne assistance attentive i sea le
vreb, pour avoir refuse le mi-
cro qu'on collait a si bouche,
il declara en substance : oils
parent de race pure, mais il
n'y a pas de race pure, saul
lea chevaux arabes qui vivent
dank le dasert.0 Autant pour
nous, de ditacher que dana ces
trois composantes qui peuplent
I'habitat pnruvien (4), leur cul
ture eat faite d'enpruonts i droi
to, it gauche et que par ailleurs,
elle 6volue.
(A Suivrc)


(4) II y a un quasio.sie habi-
tat non mentions.0 : le desert,
parce que non peupl6.


A louer ou a vendre
LOCAUX INtDUSTRIELS
INDEPENDENTS
de 2.000 a 10.000 p. carrns tou-
tea facilitis, eau, triphass.
Rens : M. Lon, i coti Usine
A Cacao, Bizoton ou P.O.
B'. 881 \, ".


HITACHI

LE GEANT DE 'INW.V TW _!tONAS- K

Le Super Mixer
Hitachi VA-10

REPOND AUX REVES


DE LA MAITRESE DE ,MAISON

LA PLUS EXIGEANTE 1ll

POSSEDE LES RAFFINEMENTS

LES PLUS PERFECTIONNES

DE LA FAMEUSE TECHNIQUE HITACHI
AUX PRIX HITACHI.

AGENT POUR HAITI : HEARD C. L. ROY
.Distributeur : ENCHA

Tous les products HITACHI sont garantis.





g O1 IREZ VOUS


SAMEDI SOIR

DINER ET DANSER

AVEC LBSSCUHLUXSCHLEUX

Au Rond Ponlt Night Club

Admulsm3 $ 3.
i legg 4g~g


Un registre d'nscription est
ouvert aus bntfice des int res
ass jusqu'au Jeudi 30 Avril
courant au Secretariat du CE-
FORS (local de 1IHS).
Lea candidates appartenant
aux cadres Be administration
publique n'auront qu'A presen-
ter lee pieces suivantes :
1 2 photos d'identite
2 1 certificate de fin d'6-
tude f claasiques (Bacisalauriat
l1re et 2lme parties)
3 Une lettre de recom-
mandation aignc e du responsa-
ble du Dipartement Ministiriel
ou du Service Autononie don't
ils relevent.
Le nombre e d places otant
limits, seulement dix particu-
liers ne travaillant pas encore
dars les services publics, ages
de 25 ans an plus seront ad-
mis, par voie de concourse, ai
ce cycle d'2tudes. Ils seront, .en
outre, sur approbation du Con
sell National de Drveloppe-
ment et de Planification (CO-
NADEP) appoints conmme sta
giaire ts 'Institut Haitien de
Statistique.
Ces derniers candidates de-
vront presenter au Seerctariat
da CEFORS :
1 Un extrait de leur acte
de naissance
2 3 photos d'identite
3 1 certificate de fin d'itu
des classiques (Baccalaur6at
lire et 2ime parties)
Port-au-Pce., ce 9 Avril 1970
(S) : Direction Gin6rale de
lInstitut Haitien de Statisti-
que
Secretariat Exicutif du Con-
seil National de Coordination
Statistique


Ieusarda; cepe&ndnt, sle foot
ball fAlsant parties mnamo de
leours lolsirs, il est possible qua
ctte faculty6 pr6sente une bon-
ns iquipe; lle posstdo les ins
tallation ad6quates pour la pra
tiAue de oa sport. Avec les sg-
vs" brutes et 6labor6es absor-
b6es fralchenment, la condition
physique sera bonneo
J. B. DAWMIBR.
Le grand hie. jusqu'au der-
nier moment, elle a reCu le feu
vert pour sa participations. Se-
Ion touts evidence I'quipe est
bien entrain&e puis qu'elle tait
d6ji prfte lors du dernier chamn
pionnat interscolalre. On ne con
nait rien des joueurs. On narle
de ERNST ,JEAN, l'ancien
gval du Venu mqais ae qui eat
surprenant, cest quo' eat bruit
l'aligmnement de Th6oo (Racing)
Leandre (Selection), Delyl ('Vi
lette) Plantin (Aigle Noir I (t
des deux arri&res centraux ae-
tuels du victory. C. serait
alors ure super-dquipe!
TOUT SUR LE
OCHAMPIONNAT

Les matches se joueront le
Vendredi, exceptionnellement re
Samedi. Lea rencontres dureront
80 minutes dont 2 piriodes de
40 minutes espactes d'un ripos
qui n'excidera pas 15 miiutces,
Chaque 6quipe aura droiti A 5
reservistes dont 3 pourront 0-
tre utilisis a n'importequel mo-
milent de la parties. Toute
i ns c r i p t j on frauduleuse
sera suivie d'ure radiation
pure et simple de l'quipe du
joueur mercenaIre. Les 8 6qui-
peas ont tW r6parti-s on 2 grou-
pes de 4 chacun.
Group 1 : M6decine, ETIi
NOLOGIE. IMECE. J. B. Da-
mnier
Group 2: G4nie. Leconte
Agronomie, Droft.
Les semi finales seront joudei
entire les 4 6quioes deo tte I
de chaque group, le ler di
group I centre le second dAf
group 2, le second du group 1
contre le er du group II
CALENDRIER COMPLETE
DES MATCHES
Vendredi 24 Avr : 3 hres :
Ethnologie DAhBBAS
4 hres 30 Droit Iseconte
Samedi 25 Avril : 3 hres
Medecine J. B. Damier
4 hres. 30 Genie Agronomni
Samedi 2 Mai : Ethnologic -
Midecfne
Agronomic Leconte
Vendredi 8 Mai : Dabbas -
J. B. Damier
Leconte Sciences
Droit -- Ginie
Vendredi 22 Mai : Semi fiunle
Vendredi 29 Mai FINALE
DADOU.

AVIS
PETIT SEMINAIREI
COLLEGE SAINT MARTIAl
Section des 616mentaires.
INSCRIPTIONS POUR
TOUTES LES CLASSES
Dates : du 27 Avril au 29 Ma
Jours : du Lundi an Vendred
Heures : de 8 h. i 11 h. 30 e
de 2 h. it 5 h.
Apporter :
Acte de naissance
Certificate de baptame
et le dernier carnet scolair
pour les candidates aux classes
de la 10e i 7e.
La Direction


AU CAPITOL
A PARTIR DU DIMANCHE 26 AVRIL
A 5 Hres. 7 Hres. et 9 Hres.
UN GRAND POLICIES

Une histoire viridique qui se droule sur les lieux
meme du drame


Pourquoi 13 femmes

lui avaient-elles ouvert

aussi facilement

fleur
porte?AU


I .

I TonyCurtis LT
Henry Fonda
t leorge Kennedy
Ik lKea S Wo myHrnMn on
k m owd hw =!3Anot Fw *


RAmGI.EI


Interdit aux moins de 18 an


Les Reverends Pires Martel
et 'Bail sent repartis hier ma-
tin, plus fourbus que repos6s.
Au course dq ces quiaze jours
de vacances qu'ils viennent de
passer ea Haiti, ls ount visit
le D6partement du Sud de fond
en comble. Rudes marcheurs,
bonds nageurs -a l'occasion, ces
touristes se sont nmoqu6s des
obstacles rencontres, ont nette-
ment refuse dc ae mletrs mar-
tel en tete, et out mime affron
t -la baille en furie pour explo
rer l'Ile-A-Vache, Dame-Marie,
I'Anse-d'Hainiult, et J6r6mie.
SA.l'a6rogare, ils ont Ott salu6s
par les Phres Duplessis et BO-
dard.

Monsieur Albert De Rougemont
est rentre de San Juan hier ma
tin. Attach6 au Dpt de vente
de Luciani Behrmann et Co.
il vient d'aasister au saminaire
tenu par la Ford Motor durant
quatre jours. Lea travaux de
cette reunion porteront certain
ment des fruits, nous a dit
Monsieur De Rougemont. Son
sejour i Porto Rico a dur6 dix
jours.
XX X

Ce qui m'a plu dans votre
pays, c'est le sourire et la gen-
tilesse des Haitiens. C'est ce
que nous a d6clare hier motin
Madame Nicole- Purdon, une
Belge. Cette vo;yageuse, qui
vient de passer huit Jours dans
le Paradis Tropical, habite
Kingston. Elle a 6te salute ai
I'asroport par Madame Gilbert,
I'cpouse du Chargi d'Affaires
du Canada en Haiti.
XXX

Madame .Karl Gaetjens eat
rentrie de St Thomas hier ma-
s tin. Elle fait la navette. Son
2 maria possie deux i n'un i Port-au-Prince, r'autre i
, Saint Thomas.
1 X 1 XX

Lo sejour de dMonsieur Steve
Edwards bera des plus courts.
il est arrive ici hies martin, et
il rkpartira domain soir. Steve
possede un hotel a4a Babarde,
Le Sugar Cae Sugar Cane Club, et il a
merit le dicorer avec des pein
tures haitiennes. Le dicorateui
e de Monsienr Edwtrss l'a.prici
di de trois ou quatre jours, et
l htelier i'a rejuint it I'Htel
Sans-Souci.
x x x
Madenie Francois, infir'mire,
s reside su Caada depLis 'dix
ans. Elle est repartie hier ma
tin. aprjOs quelqusI 'jours dans
son pj.ys. Elle avait voyage4 i
l'occasion, des couznes dc sa
sour Marie Rolanid," fe ime
du Dr Joan-Louis. :Tout s'est
bien passes, nous a dit ce Mi-
decin.. Nou.s lui pr6sentons, ain
si ou'A sa femme nos adin6res
felici ations.
x xX,

Charles Robert, auclhrman
t sa fcmme Elizabeth, et leurs en
fants Mai in Elizablth, Judith


Le championnat
de France de
Football
lire DIVISION
PARIS, (AFP)
En championnat de France
de football de premiere divi-
sion, les rsultats suivants ont
6t6 enregistrs aujourd'hui
(28&me journ6e).
- A Bastia, St. Etienne bat
Bastia 1 0
- -A Marseille, Marseille bat
Nantes 4 2
- A Sedan, Sedan bat Rennes
- A Bordeaux, Boraux, Bordeax bat
Metz 1- 0
- A Paris Red Star bat Stra-
bourg 2 1
- A Lyon Angoulime bat
Lyon 2 1
- A Angers, Angers et Rouen
1 -1
- A Sochaux, Ajaccio bat So
chaux 2 0
- A Nimea, Nimes bat Valen-
ciennes 2 1


LA MODE A VOS PIEDS LA MODE A VOS PRIX
BT-M BT EA DIOR SACROMONTE
LE CHAT BOTTE .4 u 0 marquess lsuivanteg QMjoUYAN MONACO
VOTRE BOTTIKE PR1'31V r6put4lu toUt- DABAIft. B AwA
(ea hba w Oadle- Hald) lw Capitaln d6Burope et d'Amarique GINO AL),A DX ... ORBI
amas ism s ass. a 111 gl tllalil A im iillm"1


INSTANTANES


Tout pour VOTRE ENFANT
A l'occasion de sa l4re. COMMUNION


Aux Belles Choses

Chemises blanches et CRAVATES BLAN-
CHES SPECIALEMENT POUR
COMMUNION

AUX BELLES CHOSE
Sacs A main, Gants et Mouchoirs brod6s pour
Fillettes Cadeaux et Souvenirs divers
4Au temps des Premieres Communions comme
en tout autre temps. *les plus BELLES
CHOSES, Au plus bas prix s'achItens

AUX BELLES CHOSES

353 Avenue Jean Jacques Dessalines 353


----- --71----~------rs~-~--~C~~I~-percm __;~___


. . .


-


Ann, Charles, ct Stephtr. sent
aXtives sci hier martin. 1.1 sont-
de. Isew York. Ils pa.seront
cinq jours en laiti.
'XX X
,bious prfsenton1. AJ5s condo-
icances a Madame Arnold Tay-
lor. Elle crt arrcvee de New-
York hier matin, eo vie d'as
sister aux fundrailles de s, m6
re. Nos condoaeances vont iga-
lcmei ait Madan;e Saiim Han
dal don't la sour, Madam's Aani
ta Saieh, vient de mourir i
Montego- Bay. Madnee Salim
Handal Ust parties pour la Ja-
majque hier main.
SxxX
Ces jeunes et ravissantes a.'
miricaines nous ont communi-
que leur bonne humeur. Elles
s'appellent Judy Lynn et Anto-
ia Minnicole. Elles sont arri-
vees hier martin ,de Saint-Tho
mas, o0 elles viennent de passer
douze Jours. Judy, une beauty
aux yeux glauques, ouvrira u-
ne Boutique-Couture 'lti pro-
chain A New-York Tont, une sia
ne au visage sournant, est ensct
gnaute, et a b6nftici6 d'un con
g6' social. Judy est la bomnu
amle de David Smith, un ad-
mirateur de notre pays. C'est
David qui a vant6 les charges
de la 'Perle des Antilles s Ju-
dy. II l'a recommande:e s n.:tre
ami Aubelin.
Hier aprns-nmidi, Judy, Toni,
Aubelin et l'auteur de cInstan
tan6s" ont dijeuni an Ronl
Point Restaurant. Nos deux vi-
siteuses trouvent la cuisine hai
tienne excellent. Mais au course
du repas, un mot revenait tou-
tes les minutes sur les lovres
de l'exquise Judy : Saut
D'auo C'est sa marotte. Elle
Veut quand mnime y aller. Son
ami David lui a faith un film
qu'i r6alise A Ville-Bonheur,
et depuis elle a jur6 de voir
eette fraiohe cascade. Comme
dit souvent la dilicieuse Toni,
cette excursion seraijt ufabu-
lous Aubelin Johlcoeur que
nos d e u x tourists trou -,
vent happy and energetic, a
promise d'aider Judy ai material
liser son rnve : voir Saut D'eau
Judy Lynn et Antonio Miri
cole sent descendues au Grand
Hqtel Oloffson. Leour sjour mci
Haiti durera cinq ou s.x "jours.

Voici une declaration de tou
riste i laquelle nous tons ltin
doe nou attenidre : 0j'tais tran
quillement assis derriere nmon
petit bureau de NewYork,
(uand je reous un cablogram-
me de ma petite amte Pame-
la. UGette -communication disait:
DARLING, saute premier A-
VION POUR HAITI. PAYS
VERY NICE. AURONS A
DEUX SEJOUR EXCITING.
Et voilA, J'ai effectivement sau
t6 dans un avion, mais je n'ai
pas trouv6I l'ombre de Pameii'la.
Je suis arrive ici le ler Avril.
Je peux dire quo ca a 6td le
Poisson D'avril le plus ,ii,pen-
dieux de ma vie. De rage, J'i
eassi vingt-et-un jours em I1al
ti que je trouve vraimen very
beautiful et very nice.
Comment comptez-vous r6ag r
a l'endroit dePamela?
Je compte passer lFionige
sur sa comiteuse farce. Pamsela
est une grande enfant, et les .
enfasrts sent irresponsables. I'
puis, je adore, Pamela.


MPris la main

dans le sac
Hier onatir., a it Boani'u Ro-
yale du Caimua, ua iclckpocklt
d'environ dix a-ns a a.- lii i l
main dans le sac, ou pluItot la
main dans la poche. Ne so sa-
chant pas 6pii, lc petit voleur
donna tite baissee dans le pih-
ge tendu par la. police ; des
sein, un client de la banquc a-
sait ..ise'.- paraitre deu.x centi
meties de son piltcfeuiu, gr-
vant de s'introduire dans u0ne
file just devant le jcI.-'ti dlin
quant. Celui-ci neo tarda., pas h
subtiliser le portefcuillc. Pris
en flagrant dclit, il fat appr-
hendi.
Son'cas eat d'autant plus gra
ve que, 55 veille, il avalt 6t oar
'r&t pour iun d6lit similairc
dans une autre institution ban-
caire, mais relax. tou, de suite
aprnis.


o7


-I- in ---




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs