Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06717
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 11, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06717
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text

Amf


LE PLUS A'CiEN D'HAITYI


&wcftwr fe Radocfew an Chef :
L/UC/EN "MONTA 1,, .

Administroraeur : M'- MAX CHAULVE Tr


No 28.057


7um AlNEb


:" 0 :, iTE"POSTAL 13516
1J511t I


-


SA4MEDL 11 ET DIMANCIHE 12 AVRLL 1970


Le Premier Ministre de la Guyane recu



par le President a Vie de la Republique


S. E. le President vie de la R(ppublique, )Dr Frangois Duvalier
dMdiracc ses oOuvres Ese'ntielles > qu'eloe offre a S. E. le Premier
lMimstre sde la Giyane, M. L. F. S. Burnham.
(ClIlcSi Le ''ouellinte Photo Dietr).


Hier soir, a six heures tren
teo, par le vol 444 de la Pan Am,
es m arrive au pays, pour une
court visite d'amiti6, iune inm
portante ddl6gation de la Guya
ue Britannique. Les membires
de cette d6lgation int : Son
Excellence Monsieur Linden
Forbes- Sampson BURNHAM,
premier, ministry de la Guyane
Britannique, Son Excellence
Monsieur Sridath RAMPHAL,
ministre d'Stat et procureur go
neral. Monsieur Oscar leonard
Henry, secrtaire permanent du
premier ministry, M ,alrooiseile
Ruby HE&Ine Harry, ecrdtat'e
-prinve du premier miniistre, ct
Monsieur Oswald Lemuniet San
che, Inspecteur de police du
premier mnistre.
* Ces officials guyanals ort t-
te regus a leur descante d'avion
Par Son Exc. Dr Aurnle Jo-
coph, secretaire d'etat de l'int
rcur et c'e la D6fense Nationa
le, Son Excellynce Me. Simon
Desvarieux, secretaire d'6tat
sans portefeuille.
par Monsieur Pierre Chavenet,
Introducteur des Ambassadeurs
et des Ministres, Monsieur Carl
Alcindor. du service du protocol
le, le lieutenant Frantz Adam,
de la Garde Prdsidentielle.
A huit heu-es, citte enissiun
guyanaise de bonne volonte fut
reque par Son Ecellenre le PrS
sident S Vie de la Rt6publique
Dr. Francgois DUVALIER. Pen


dant une demi-heurs, le Chef
de I'Etat s'entretint cordiale-
ment avec ces officials. Le Pie
mier Miinstre de la Guyane Bri
tannique, Son Excellence Mon
sieur Linder Forbes Sampsecn
Burnham, prit plaisir a dedica
cq- A l'intention du Pr6siaent
DUVALIER, son ouvrage iA
DESTINY TO MOULD, Le
Chef de la Nation le rem,-rcia
et, a son tour, offrit quelques
anes do ses oeuvres au Premier
"Mirnistre Burham.
- Le Programme de la ibreve
visit en Haiti des d6ldgods guy;
nais devait s'achever j.ar un
diner qu'offrait lt 1'H6tel Chou
cone, en leur honneur, le Secrm
taire d'Etat des Affaires Etran
gires, M. Ren6 Chalmers.
cone.
x x x x
Assistaiet ce banquet :
Sbn Excellence, Monsieur Re
nu Chalmers Secretaire d'Etat
des Affaires Etrangires Son
Eoxcellence, Monsieur Forbes
Burnham Premier Ministre de
la Guyane Son Excellence.
Rlvdrendinsime, Mgr. Luigi Bar
barite Nonce Apostolique -
Son Excellence, le Dr. Aurble
Joseph Secr6taire d'Etat de
l'Interieur Son Excellence,
Monsieur Shridath Ministre d'E
tat de la Guyane
- Soe Excdllence Mons'eur Si
mon Desvarieux Secrdtaire d'E
tat Sans Portefeuille S-,n Ex
ceilence Monsieur Carlos Artu-


ro Torres Poveda Ambassadeur
de Colombie Son Excellence
Monsieur 'Oscar Henry Secretai
re Permanent aux Affairea E-
trang'res .do la Guyano -- Son
Excellence Monsieur Dav:d Ter
cero Castro Ambassadeur du
Guatemala Son Excellence
Monsieur Armindo Branco Men
des Cadaxa -- Son Excellence
M. Adrian Raymond Sous-
SecrCtaire d'Etat des Affaires
Etrang res Son Excellence
Monsieur Clinton Knox Ambas
sadeur des Etats-Unts d'Amerl
que Son Excellence Monsicur
Kuyung NOK Choi Ambassa
deur de Cor6e Son Excellen
ce Monsieur Guillermo Rosas
Vdlez Ambassadeur du Mexi
que -- Monsieur l'Amebassadeur
Rene llyppolite Chef du Pro
tocole Monsieur Luis Solari
Tudela Charge d'Affaires du 'P6
rou Monsieur Alejandro
Cuellar Arosemena Charge d'Af
faires du Panama Monsieur
"Pedro Casals Pastoriza Charg6
d'Affaires de la R6publique Do
mminicaine Monsieur Pierre
Chavenet Intcoductecir des Amn
bassadeurs et des Ministres -
Miss Ruby Harry-Secr6taire de
la Dl66gation Guyanaise Os
wald Sancho Director of Police
Aide de camp du Ministre
Le Lieutenant Frantz Adam,
Aide de Camp attache au Pre-
mier Ministre.
- M. Lucien Montas Dlh-icteur
du Journal Le Nouvelliste -
M. Yves Massillon Membre du
Protocole M. Carlo Noel At
tach6 du Protocole.
LE DISCOURS DU
MINISTRE CHALMERS
Au champagne, ale Secrdtaire
d'Etat aux Affaires Etrangeres,
M. Rend Chalmers prononaa une
important allocution dent nous
,publierons le texte dans notre
prochaine 6dithon. Le Chancelier
ddgagia avec bonheur la vocal;
tion 'caraibienne et la vocation
amer(caine de la Guyane. 1 a1
dclar qui si jamaia la Guya
no posait sa candidature a
I'OEA, elle pourrait Stre assu
rde dc i'aide du gouveremeent
haitien.
La discours du Ministre Chal
mers a &td au fur et it nesure
tradult en anglais par 1'introduc
teur des Ambassadeurs et des
Ministres, M Pierra Chaienet
qui traduisit 6galement en fran
cais i'allocutiou du Premier MJi
nistre Burnhamu
L'ALLOCUTION DU PRE-
MIER MINISTRY BURNHAM
Repondant au Chancelier
Chalmers, le Premier MInistle
de la Guyane a dit sa joie de
(suite pages 6 colonne 6)


DNpart d'Apollo 13: le troisieme


voyage vers la lune a commence


PARIS, (AFP)
Lea d6s sont jets. Apollo
XIII s'est lanc6 de Cap Kenne
dy Ters la lune ce soir A 19 h 13
Gmt. Swigert a remplacd aux
commander de la Cabine-MHre,
Mattingly non immunis6 con-
tre lla tos6ole. Grice a un en-
trainement intensij de derniere
here il s'est parfaitement int6
gre A 1'6quipe que composenL




TI iChali


avec lut Haise et Lovell le comc
mandant de o'expedition.
Aprds une mise sur orbit
terrestre, le train constitu6 par
le 36me 6tage de ia fusee, le
cLem3 verseau et la cabinet odys
s6e s'arrachera h 'attraction
torrestre A 21 h 48 Gmt.
Cette troisid'me expedition
lunaire doit marquer un uou
veau pas en avant. Elle se dis
tingue des pr6c6dentes par la


complexity des tirches dAvolue
aux astronauts et par une plu
grande precision dans la techn
de 'alunissage et de 1'iomnomie
du carburant, precision rendue
nucessaire par le caractbre ac
cident6 du site choisi, le cratre
F R A Mauro.
(Lire en pages int6rieures de
nombreux documentaires sir la
Mission ei'Apollo 13).


L'astronauto James A. Lovell Jr doe la U. S. Navy qui va prospector un cratbre lunaire au
cours'de la Mission Apollo IS. Il eat un champion de l'espace i missions, 31 ours, 8 hres de
vol spatial. II a 4td edleatioanm par la NASA en 1962 et se propose de rendre sa retraite 5d'
la fin de la Mission Apollo IS. (Spicial et en exclusivity du Nouvelliate).


LE FILM DUN APRE AUD ST D Wo SOIREE::


LE FILA D'UNE APRES MIDI ET D'UNE' SOIREE
CHARGES ALU PALAIS

C&remonie de remise de

Lettresde Creance
DES AMBASSADEURS DE LA COREE DU SUD
ET DES TAT'S-UNIS DU MEXIQUE
Le Vendredi 10 Avril out lib6rale moxicaitie, conque et
lieu dans les bureaux de Son r6alis6e par le Grand Maddiro.
Excellence Dr. Frangois fDxlva- Elle est l'une des plus impor-
lier, Pr6sident ia Vie de la R- tantes dans le monde : Elle a
publique la c6r6monie de remi, opdrd des rcformes radicals
se des Lettres de Cr4ance de' dans le domain intellectual et
M. ring Nok ei aet de. MW politique aur lequel pesait lour
Guillerm o Rosas Velez respec- dement ihdritage colonial. Elile
tivement Ambassadeurs Extra,- a 61eyv l'indien & la dignit6 de
ordinaires et Plnipotentiairae l'honmae et il est aujourd'hui
de la Coree du Sud et des E- un citoyen-4 part entire. Elle
tats-Unis du Mexique. Qnel" esat poursuivie avec clairvoyan
ques instants auparavant, l1i ce et lueidit par len President
Chef de l'Etat avait accord actuel du Mexique et elle prt-
une audience sp6ciale h 1'Am- senate un bilan poaitif en d6pit
bassadeur des Etats'-Uisa d'A- des esprits chagrins qui no sa-
mdrique du Nord. II tait char- vent pas se conholer doe Iurs
gd par le President Nixon de d6sillusions et qui voudraient
lui offrir une miniature oh la r-duire A une simple r6volte
sont conserves soigneusement sanglaute.
Ile drapeau haitien plantS par L. Praliderint uvalier termi
les astronautea sur le sol lunai. na set rdflexionu en souhaitant
re et quelques grains de terre au novel Amibassadeur, Son
lunaire. Dans un texte en fran Excellence Guillermo Rosae Ve
1ais lu pos6ment lAmbassadeur lez une fructueuse mission. Coe
des Etats-Unis fit ressortir -la paroles me comblent de fibrti
valeur de cet exploit qui selon repondit ]'Ambassadeur, c-lles
S'astronaute Neil A. Armstrong confirment l'opinion exprimnie
cest un bond de g6ant pour avant mon depart pour Haiti,
l'humanit63, et crde l'espoir par le Chef d'Etat du Mexique
d'une ire nouvelle pour les qua vouuILAc6snpliez votre de-
honmaes de bonne volont6. Le voir de Cheit daune nation avec
President Duvalier, avec sim- un patriotism et une ferlneti
plicit et le6gance, r6pondit qui ont une valour d'exemple.
qu'il acceptait avec satisfac- Ma mission j'en ai la convic-
tion ce cadeau souvenir d'un tion sera aisge car les relations
Chef d'Etat d'un pays uni & la entire Haiti At le Mexique sont
Republique d'Haiti par une slides et inalt6rables.e L'Am
tradition faite d'attachement bassadeuy du Mexique eut une
et de fiddlic6 A l'iddal de liber- delicate attention pour le Prdsi
tO pour lequel A Savannah, les dent Duvalier. 11 lui remit' un
nhgres de Saint Domingue yer- album de photographies oil fi-
shrent leur sang. gurent des Sdifice datant de
Puis, il exprima le voeu quea l'poque colonial et charges
les paroles profondes tombaes de souvenirs historiques: ce
des lTvres deestronutes sant geste exprime une fois de plus
une resonance Stendue sur la In vleur d'une amitid qul no
pennSe politique qui domino s'est jamais ddmentie.
le monde. Apes quelques minutes de
conversation avec Fun des re-
Apres avoir remis ses Let- porters de la revue Paris -
tres de Cr6ance l'Ambassadeur Match, le President Duvalier
de la Coree exprima sa jole ad orda une audience spkeiale
d'etre accrdditd pros du gouver au premier Yninistre de la Guya
nement d'Haiti dont les desti- no Britannique Son Excellen-
n6es sont confides A un Homme ce Forbes Dunham. Calui-ci
en qui so r6sument les tradi- pense a tablir une mission di-
tion et I's aspirations d'une plomatique en Haiti" et remit
nation h6roique et fire. 1 re- un exemplaire de son live cA
'mit 1l'intention de la Premie- destiny to Mould au Chef de
re Dame de la REpublique une l'Etat.
collection de dessins des pein- Le President Duvalier fit
tres c616bres de son pays. Le une incursion dans I'histoire
President le remercia et forma rappelant quo la Republique
des voeux de bonheur et de d'Haiti, eut a d4fendre seule
prosperity pour le Chef d'Etat la cause des Noirs dans le mon
corden et son digne people. de et que c'est un privilege
e'Chaque fois que je reaois- dont l'Haitien peut se pr4va-
un Ambassadeur du Mexique, loir.
j'Sprouve une grande joie, Je Le President Duvalier A son
n'ai jamais cacha mon admira- tour, lui fit don de plusieurs
tion, pour la grande revolution (Suite page 6 col. B)


L'Ambassadeur Knox remet au-

President Frangois DUVALIER

Un echantillon de sol lunaire et un petit drpeau haitien
qul a Fait le voyage de la lune
Hier apres' mid, S. E. I Pir- ton Knox qui, at non do PreSi- villon transpqrtes 'a board d'A-"
sidmsnt Vie do la Republique dent Nixon, remit au President polo 11.
recevait daS son cabinet de tra Duvalier an echantillon du soti eoici les discourse qui ont 't&
vail IPAmbisadeur des Etats U- lunaire et un petit drapeau hai- Schang6s au cotira de cette signl
nis d'Amdrique, S. E. Mr Clin- -tieff-qui avait StS parmi les pa- ficalive c6rdmonie:
LE DISCOURS DE LE DISCOURS DE & E LE PRESIDENT
L'AMBASSADEUR A VIE DE LA REPUBLIQUE
KNOX


Monsieur le President -de li
MI,uLblique, .
C'c3t pour imot un honneur
de vous presenter ainsi qu'au
Peuple Haitien, 'adu om du Pr6
sident Nixon et du reuple AmS
ricain, deux objets .nistoriques. -
Le prenuer est un Sc-.r-,tillon
(tu sol" prdlev6 sur la- surface de
la lune par Ies astrona-ites de
la Mission APOLLO XAl; lc deu
xieme, un p;Cit -drapcau de. Ia
Rt4ublique d'Haiti qui a faith le
voyage i i tune avec les astro
nautes, et en est revwnu avec
eux.
Le President Nixon *a Wffert
un souvenir similaire S d'autres.
Chefs d'itat du monde. Un pa-
reil geste revet une significa -
tion i la fois profonde et sim-
ple: Simple, car apres tout, de
quoi s'agit-il, sinon que de quel
ques grains de poussidre de sol
e tl'uiin io.rea.. do tisasu? Mais
profonde, si i'on considered tout
ce que cette pouassere de sol et
ce maoreau dce toile represent -
tent.
Le voyage a la lune a ete sun-
vi a la tIlevision cat a la radio
par des centaines de millions
d'honmes, ti travers le monde.
C'6tait ie -oint culminant d'u-
ne epoque caractCrisde par la
recherche scientifique et techno
logique et le d6but d'une novel
le i-re d'exploration. La poussit-
(Suite page 6 col. 5 >


M ontieur 'Amnbassadeur,
C'st avec plaisir, que Je re-
cois du Reprmsentant des Etats
Unis, l'echantillon du sol iunai-
re pr6levd par ses Cosmonautes
au cou' de la Mission d'Apollo
XI, ainsi que le Bicolore Noil et
Rouge de la "'emiere e4publi-
que Noire Ind6pendante du mon
at d6pos sur la .surface de la
Lune avec les enbidm.s des Na
lions 3Soeus do i'Htmisphlire et
de tonus les pays du monde pour
marquer ( I dimension p1lagftal-
tc de la gigaitesque entreprlse
de eciuqute du Cosmue.
Le Peuule Haitien et Son
Chef se sentent profond6ment
toucbas de ces marquee d'atten-
tion et vous print, Monsieur
I'Ambassadeur, d'en remercler
le people des Etats Unis d'AmS
rique et le President Nixon.
Quoi de plus dmouvant, en ef
fet, que le texte inscrit sur la
plaque que vos compatriotes, lesn
Astronautes placrrent sur notre
Satellite, en un site situ6 non
loin de la Mer de la TranquilitS.
Ici, y lisait-qp, des homes,
venus de la planete Terre, ont
pose pour la premiere fois le
pied sur la Lune en juillet 1969
Nous sommes venus, anim6s de
'esprit de paix, coinme Messa-
gers de tout le genre human.


Ins ta ntanWs
jf


L'a.rch6ologue Kurt Fisher,
directeur de notre bureau tou-
ristique Porto Rico, consul
d'Autriche en Haiti et charge
des affairs de 1'Autriche a Poe
to Rico, est arrive au pays hier
matin. Avec son entregent habi
tuel, Monsieur Fisher s'edt en-
tretenu avec nous quelques mni-
nutes II a voyage pour affairs,
et son sajour ici duresa une di-
zaine de jours-
x x x
Notre ami Clervil Hdraux a


COIN DE LA PENSEE HAITIENNE

LE ROMANTISME EN HAITI

La vie intellectuelle 1804 1915
Par : Gerald Dorval
Jacquelin Dold
Jean Miotel Casthily


e LES INTERMEDIAIRES

S En emprutnant souvent les
voices scabreuses de la politi-
que la vie litt6raire peut pri-
nenter pourtant un certain pa-
rallelisme qui brise aun moment
de I'analyse le caxactre unitai
re du diptyque fundamental.
La conception d'une action quel
cofique de la part du Pouvoir
ou de intellectualel s'ouvre sur
une matiere iddologique ou
pragmatique a transformer A
i'avantage ou au demvgntage
d'une troisieme catdgorie que
Sreprseentent leas Slments ca-
gis momentanlment ou en per
mauence. Le- ecteur qualitatif
des interm6diaires oriented le
comportehnent litteraire dans
un sens 6u dans 1'autre si l'on
soutient que malgrT le degrd
de culture at d'instruction de
cette cat6gorie il n'y a gudre
de non-participation. Elle rsali
se le climate et l'ambiance S in
tbgrer dans les essais condition
nels d'explication. C'est pour-
quoi la recherche des roles sou
vent abscur g attributes meme A
la passivity livre des aspects
tion son movement interne en
la pr6servant des d6marches
sans destination apparent.
a) DES ILLETTIES. -
De 1804 A 1915 les masses
ont demour6 dans 1'ignorance
la plus parfaite malgrd lea ef-
forts de certain dirigeants
pour palliet- par des measures
progressiites cet tat de cho-
ses d6primanc pour 1'avenir.
Mais d'atcuns avaient int6ret


L'ART ET LA VIE POLITIQUE

S maintenir ce statute du peo-
ple is viva de v instructionn.
Et mgme P'on affirmait qu'ten
un moment de misire publique,
oe pour tous, existence est si
prmcaire et oa la vie se reduit
A la poursuite des moyens de
subsister, on n'avait pa le
temps de penser S s'instruire.
acneuillis-chez un people drein
t6 par lea rudes tbesognes quo-
tidiennes tout en Stant insatis-
fait. Mais ce ne fut pas seule-
ment dans la nimasse qua les il-
lettris se recrutirent. L'acces-
sion k la Bourgeoisie '616-
ments sans preparation de par
lea conquotes politiques engen-
dra un esductif comportement
d'aisance cheek certain. Geux-
ci penscrent parfois viter a
leurs enfants la misere de 'a-
nalphab6tisme. Mais la va-
gue de pragmatinme u atrm 6 6-
talt telle que le decouragement
venait parfois des lettr4s. Il1
n'exiete' done pas c h e z
no u, un penseur, un artiste
qui ale soit ou qui puisse l'tre
complltement:; touted vocation
intellectuelle est impraticable
ici quant & prdeent: en ce mo-
ment... un philosophy un pu-
bliciate, un apote ne seraient
pas le bienvenu parmi nous>.
(Emile Nau; cit in conjon. No.
104 p. 67)
Ainsa, le travail littoraire
ecnnid'6r comme une value oc-
6upation, une aorte de jeou pu
ril, explique en parties i'abon-
dance des illettres. D'oi l'insuf
fisance do lives pour donner
aux dlnves cette instruction d6


sir~e. Aussi, faisait-on appel S
la France pour fournir ce ma-
teriel quand la ncessaltS s'af-
firmait. Le/peuploe on ontre,
qui parlait le creole etait plus
pros du frangais 'que de antreas
langues. I1 y avait done pour
nous untrie ple necessit poll-
tique, oommerciale, intellec-
tuel S adopter une langue a-
yant un caractAre universal
pour que sa connalsiance pflt
nous mettre en contact avec
le mnonde enter, assnez riche
par elle-mmen pour que son 5-
tude et la connaissance de see
oeuvres fussent pour nous un
'moyen- d'ase6der & la haute
culture,, dira Dantis Bellegar
de. Cette fagcon de penser et les
raisons qui y sent soue-jacen-
tes ont portS nos intellectuals
a la connaissance de la culture
frangaise. De ce fait ils acqud-
raient le goflt romantique en
voulant ressembler aux 5cri-
vains frangais d'alors. Ainsi,
dan une certain measure i'igno
rance qu'il fallrat combattre
a faith profiter le rayonnement
du Romantisme en Haiti.
Le paysan retire au fond des
mornes 6tait occupy & retour-
nor son champ. Les livres ne
lhlntiressaient pas et ses fils
talent appold. a prendre sa
succession dans le travail de la
terre comme dans 1'analphab6-
tisme. D'un autre point de vue
oes masses illetftrea ont servi
de matiere A l'Art RoHnantique
Lea 6crivains attires par la na-
ture ou 6duits par la culture
de ce th4me n'ont ph manqu6
(Voir suite page 2 )


pri lFavion hier matin. I1 passe
ra envirOn up mois avec cinq de
ses enfants qui resident ax, E-
tats Unis. II prgfitera de son
osjour lI-bas pour consulter son
m6decin. A l'a6roport, il a 6t6
salu6 par Harry Oriol. son gen d
drSa.

Les vacancies de Claire Bou-
cher ont 6t6 merveilleuses. Clai
re est une geniiile Canadienne
qui vient de sojourner durant
quatorze jours sous notre ciel.
cAvez-vous choisi Haiti, sur la
recommendation d'un ou d'upe a
mie qui nous a djAu visited 7
lhi avons-nous demand. .Non,
a-t-e I I e repondn. Plusieurs
pays s'offraient a moi, et j'ai
choisi la Perle des Antilles tout
a fault par hasard... Je ne re-
sreftPe pan ma' decision. J'dtaia
descenduc au Castel oe la vue
est aplendide*. Claire Boucher.
employee de l'une des succursa
les de la Banque Royaie du Ca
nada A Montrdal, nous a promise
de revenir dana notre beau
payd, ds, qu'ehe le. pourra. Ella
act repartie hier iiaLlu

Chaque annee, Monsieur Eu-
dore Anglade vient passer l'hi
ver au bercail. II est reparti
pour lea Etate Unis hier matin.
(Suite page 6 col: 1)


Ainsi les astronauts ameri-
ains, grain de cable pertdus
ans l'immensit rsiderale, 8*6'
ilent proclam6a lea reprsen-
ants de l'hinanit6 entire, ils
talentt lea envoys nal d'une ra
a, ni d'une nation, ni dune id6o
ogie. La Lune n'appartient A
personne. -
Une nouvelle phase s'annon-
ait danis lea emiales de l'aven-
ure humaine. 1I serait ddsor-
nais h eapdrre que l'esnrit de do
aination east tjamaiis reldgu6
ans le pass LouoL conime la ex
es de la volonte de puissance
a course aux matidres stratigi
ues, ia division du mondie en
zones d'influence avec leurs fu
aests corolaires.
cPaix sur la Terre aux hlom-
nes de bonne voloniS. Tel eat
e Message qu'un autre de voa
astronauts, en orbit author
[e la lune, avait ianc a P'Uni-
vers le 26 Ddcembre 1968, lai
nuit de la NativitS. Et par le
miracle de la t4ilvision, cet ap-
pel A. la FraternitS fut entendu.
Puisse-t-il avoir fte .retenu
par tous les Conaucteurs de pen
ple ct plus particuhierement par -
ceux-la h qui appartient le privi
dge redontable de guider le des
tin de leurs concetoycns.
Que la conquete du cosmos
cuvre 1'ie de la fraternisation
des Peuples, d'une coop'ratjn
interna-tionale valobic qui ret-
ve le niveau des peuples d4mu-
nis du Ticrs-Monde. C'est IA le
voeu que j'ai constainment emis
dans la plupart de- messages de
f4licitations adrcsses au Leader
du Monde Libre a l'occasion des
success des programmes spatiaux
Car a quo! serviraient une
connaissance- approfondie de la
nature de la Lane et du systi
me solaire, d'auLrea ddeouvertes
et des theories nouvelles, a quol
serviraient les cenquites de la
civilization des ordinateurs et
de Pbre ctechfietronique,Bsi elles
ne devaient tre anu service, com
me vous I'avez si bien soulign-,
Monsieur I'Ambassadeur, de
I'humanit4 entire, si elles de-
valent concourir A dlargil le
fossE qui epare les nations.tech
nologlquement avancues de cel-
leo en vole de ddveloppenoent.
Telles apnt lts rdflexions qu'ont
Inspire es o un Leader du Tiers-
Monde la Iplus merveilleuse des
realisations humaines : Is con-
qut'e du Cosmos eiar lea efforts
conj'agsa de vos hon.mes de
science, de ves technicians et de
.vos astronauts. Elles rejoi-
gnent ces paroles du President
Nixon aux coanionautes Aldrin
et Armstrong alors qu'ils avan-
gaient par bonds sur le sol ere
vasse de ia Lune apres avoir at
frontS victorieusement ce effrayant des espaces infi-
nius : niable de I'hlstoire de humani
t6. tous les peuples de cette tar
re se sentent sinctrement unis>.
La presentation en grande
premiere d'un nouveau filn sur
( Suite page 6 col. 4 )


I. DEVINE QUI VIENT DI
NER?
Qu'il no aoit pas encore arri
vS au bout de ses cindmagrdes,
voilA ce qua n'aura pas man
qu6 de rmarquer le oinephile
ijaloux, de la gloire de fa tetr
lec mieux rdmun6rS du monde
(mieux que Richard Burton, fi
gurez-voual), Sidney Poitier,
the man who is always smiling,
histoire de paratre d6oontrac-
td dans cePedtit monae' de
P D G qui 1n paie pour dire i',
hoses -coaime : Je me refuse
S. me considerer comme No.r
t(llDevfne qui vient dioer?e), a--
lors que personnel me semble l'ote
blier... Voyez.vous, on ne peut
pas parlor d'un film de o idnea
Poitler en ne faisant que deo
considerations, d'ordre esthdti
que. Mie qugand 1'iuteur s'ap
pelle Stanley Kramer. CUn film
d0 Sidney Poitier concern trop
d'hommes pour qu'il ne soit in
conasolent, voire criminal, de per
tar edr lui le mgme type de re
guard critique que sur d'autrea
popjrp-i. p6matqgraphiques. VoF
ci certainenment un des rares
cas ob, A mon sens, l'important


n'est pas le Ibleu parme, ou if
deyient scandaleux de demanded
&on ao isin de saige : Et Lo u as
vno-ces gros plans?i L'un des
rares cas on personne.llement ni
le bleu parme ni les gros plans
ne me.disent rien que vaille. Par
ce que je'tiens avant tout ce
qu'lls charrient pour irreceva
ble.
Cette mise au point exdicuile,
libre a Iusine Poitier de con
tinuer 5 -nous fabriquer sa came
lote en srie. Et libre a nous de
continue A la spnsommer co-
pieusement. Nous semblons d'all
leurs y trouver du plaisir. Et
ga, on ne peut rien centre.

- H. LE POINT DE NON-
RETOUR
Du scenario d'un banal film
de gangster, le dotgtf de John
Boorman rausait A tirer une oeu
vre honorable, o Lee Marvin
inearnei le personnage tina-
breux d'in grand fauve couple,
flegmatique, dingereux et pro
fondtment interiorils. Lei, sou-
(Suite' page 6 col. 4)


X THEATRE PRE PRESENT


OPERATION TNNERRE


. . . . ., .- .,. I~ t44 -


CINEMA

MON BLOC NOTES

par Jean Claude Charles


SDimanche 12 Avril 1970 A 5 h 7 h et 9 h


Entree Gdes2.50

Ritservte Gdes 4.00


I :


e tttu


XMUM a s LABASOOInATON INTURAN mnAoAj pD MRa


r


s
s
i-
e
e


-- e ... . . .




AAA


H. A. T. A. Agence de Voyagespag,' e Mi: m agIees Iae dlc vr, d6rellcast vMuAarumJyeaux, hereax H. A.T. A.


LE ROMANTISME EN ,[ANTI
(Suite de la 16re page)


do Miles observer. Ils oant crit
aur os campalgnns at loura
habitaUts, en mnagnifiant leo
blioelfait de In terror et des
lhamnps. Am6deo Brun a chantci
la patrie, la campagne, car la
leaout6 des champs P'a attire
et il voulut y, voir une source
d"inspiration. Et combien d'au-
trcs! L'homme du labour a
lui aussi serv at l'inspiratlon
des poites qui s'en allirent par
les champs entendre l'appel de
la Muse. verts de perles par la rosee,
s'agitaient lentement et dans
la transparence claire,(sic)tous
les details saillaient avec une
nettet6 franche de contours.
Lh-bas, apparaiasaient so de -
gageapit par degr6s de la bru-
me e-rante, le ruban metalli-
que de l'eau cache par *lese
ajoncs. (Amidie Brun. 4IDeux
Amoursa P. 20).
A partir .du moment od il y
Sut un nombre assez imposant
d'icrivains haitiens, Ia quanti-
t6 do lives augmenta mais..le
nombre des illetti6s- no dimau-
nuait quae. trop sensiblenent.
Avec le tdmps on prit, gouit aux
chose intellectuelles. Bien sou-
vent, le d61aissement de lins-
truction 6itait dIt A une mau-
vaise situation finaneire. Lea
centres d' & t u d e s s'-fl
y en avait, i t a i e n t
destines A oacevoir une 'client-
le r6serv6e, comme ce fut le
cas eous Pition. Outre le pro-
gramme scolaire qui 6tait net-
tement au-dessas de nos poesi-
bilitis, l'enseignement eoftait
trop char. Aussi, seul un grou-
pe de privil6giis de la fortune
p o u v a i t effectivement
a vo i r a c e cis A 1'co-
le. Cependant, le systime,
si funeste fut-il I l'esaor de
la vie intellecuelle, a servis
provoquer chez ceux qui se.
trouvaient dans lea rangs pri-.
vil6giis, une certain noatalgie
des possibilities d'autres pays.
Touches par cette misire in-
terlectuelle certain gouvarne-
ments, tel celui de Salomon, fe-
ront appel & 1'Etranger, & la
France surtout qui nous envoys
des instituseurs atteints d6ji
par 'engoueoment romantique.
Et cela a facility dans nos let-
tres la persistence de ce cou-
rant.
ROLE D'OBJET DES
ILLETTRES
Que vaut la peine pour l'4-
crivain d'exister si A 1'autre
bout de son uactea il n'y a pas
de fier 1'autre parties de


Ia creationn lltttraire? -Pastout,
los lecteurs ont toujoura con-
tribu6 au rayonnemlent des
Lettres. En Haiti, c'6tait tout
different, car les 6crivains dA-
laissaient la. litt6rature au pro-
fit de la .*litique. -Lan.-arwt6
de lqiansrtlon .,tbliq ue.-V6-
tait tonujours fait sentir nu
pojnt quo' leso dirtgeants ont,)pris
deos nesures pounr acrer -des 6-
coles come nous lavons si-
gnal6. Cependant pour lei mas
ses, instruction n'6tait pas le
plus imp6rieux. Dane lear op-
tique, seul la richesse pouvait
, leur. permettre de rivaliker
d'influence avec la classes aisoe.
La mort d'Acaau:0 Nagre riche
ce mulatre, mulatre pauvre c6
Nig, esat Ace- sujet signifi-
cat-f. Ce trait de la lutte des
classes a persist longtemps
dans les families, paysannes oiL
les jeunes 6taient plus ports
vers le travail des champs que
vers 1'icole, ne r6ussissant pas
A concilier les deux. Ajoutez
i cela, 'anxi6tt dans laquelle
itaient plonges les Haitiens de
1804 I 1826. -Pour eux le re-
tour des Francsis otait plus
que probable. L'inotrnction si
n6cessaire h la forination d'un
jeune people Atait rel6gu6e au
second plan. Les dirigeants
availent lea yeux tourn6s vers
la France et le people devait
s'adonner A un travail ext6-
nuant pour survivee. Les lut-
tes de Vexistence quotidlenne,
de 1'iconomie domesti4ue en
piril, comme nous l'avons sou-
ligni, ne pouvaient laisser de
place I la lecture. cObservez
nos families, voyez nos femmes,
nos jeunes gens. Aprs loe la-
bour du jour, personnel ne fe-
ra la lecture common cela se
pratique ailleurs. On se perdra
en papillotages, en bavaodages.
On ira se codaher lo-dessuas.
Ni jourmaux, ni livres ne trou-
bleront cette aimable indifft-
rence. La m6re objeatera *que
les soins du manage ne lui lais
sent pas le temps de lire, 1'hom
me, que la vie est trop rude
et la jenne fille, si elle s'y met,
occupera six mois pour sau-
tiller A travers un vague ro-
man A sentiments pernicieux.s
(Haiti Littsraire et Sociale.
20 Janv. P. 2)
'En effet, pour des families
pauvres qui travaillaient du
martin au soir les lectures ne
pouvaient Stre nullement une
source de loisirs. Certains jour
nalistee se plaignaient de ce
que les bibliothiques faisaient
i peu de fortune dans le pays.
i1 n'y a pour cette ville (Port-


anuPrince) -de 60:000 esos
qu'un soul cabinet de lecture.
la bibllothlque Amica. Falt-elle.
fortune? Jo le demanderal A
'mon excellent ami Massillon
Colcou qui est-une sorts d'A-
u6treo des, Lettres haitiemines.*
'(Op. cit.)
*La 'primaut6 du gagne-pain
er6tit -nn elimat asphyxiant.
LeOs ournaux connaissaient u-
ne' breve existence, les bibliothsi
ques fermraient leurs portes a-
pr6s quelques mois, les aeri-
vains dialoguaient avec une
61ite qui pouvait seule les com-
prendre. Les contactss so fai-
saient avec les masses a 1'qeca-
sion des meetings oi la, foule
6tait h'aranguie. Les salle de'
theatre 6taient clairsemes car
les families 6taient en mino-
rit6, recrut6s dans l'l1ite qui
voulait se mettre au diapason
avec cell de la France. Le
role des illettris se'bornait ex-
clusivement h celui d'objet. ls
ne comprenaient rien aux rie-
veries ronantiques, mais favo-
risaient inconsciemment le suc-
c-is de 1'6crivain. A l'insu de
celui-ci, la plupart du temps,
les masses d6filalent dans Par-
riere-plan de P'oeuvre. Parfoias
aussi la misere et leae pid&-
mies arrachent It certain poa-
tes des cris pathitiques.
oPauvres petits cereueils,
comma vous m'attristezi
Toujours vous passez a la fi-
le dans ma ruel
Tous les enfants vout-ils done
mourir? Oh restez!
'Doux anges radieux, la mort
sur vouas rue...
Sa fureur centre vous sem-
ble sans cesse accrue...
Pauvres petits cercueils, coln-
me vous m'attristeali
Toujours vous passed a, la fi-
le dans ma ruel
Le rich, en acajou, dans le
grand, landau gris...
Vous autres, blanca coquets,
couverts de pleurs surprise
Et ports sous le bras comnme
un coffret de prix...
(Oswald Durand. cPantoum
Triste, in Rires et Pleurs reid.
Panorama P. 157)
Ont-ils propose certaines so-
lutions? Oswald Durand et
ceux qui ont accord 6 *une pla-
ce a ce people dans leurs oeu-
vres l'ont fait d'une manitre
descriptive. D'ailleurs, qui
d'autre P'a fait autant que lui,
qui d'autre a parIl avec tant
de gofit des ochanteurs de rues,
odes paysesa, des habitants
du terroirn? La Vie du people
rythmait avec les fluctuations


DANS 3NOS CINEMAS


NIC OBIDORAlla


politiques. O'talt la srichehse
d'abord, le travail ensulte lo Samedi 6 h. et 8 h.;15-
fond d'une morale touted d'lmi- SAM; L'INTREPIDE
station. Ainsi, dane la balance Entr6e Gdei. L560 et.3,0)
politique I'ascaonion du pTuple
aignifiatt I'arrft de mort de la A. MAGIC CINE
of6odalit6 dej Anciens Libres. (SALLE CLIMATISEE) -
En outre le people ballotait Samedi A 0 h. 15 at 8 h. 15-
entre ces deux puissances sym En l6re Partie :
bolie6es par le pouvoir politi- LES LEGENDAIRP.S
que et le "Prestige des Intel- DE DELMIAS
lectuels. Souvent d'un comnaun En 2ime 'Partie :
accord elles se ont effosc6es LE RANCH -MAUDIT
le plus possible de tenir 61oi- Entr6e Gdes. 1.20 et 2,50
gn6 des affaires ce flot human. Dimanche 83 H, 5 H,.7 H et 9 H
A l'exclusion de quelques gou- LES VENGEURS
oernements les dirigeants n'- Entree Gdes. 2,50 et 4.00
talent-ils .J as. les repr6sentants Lundi A 6 h. 15 S6ance Unique
de -la olasse des Anciens Li- SAM L'INTREPIDE
bres? Ausai. ont-ils aceordi Entree Gdes. 1.20 et 2.50
peu d'attention A 'instruction ETOILE LINE
publique. E OIlLE INE
cPartageant les pr6jug6s PETION-VILLE
do spn ,6poque,aun sujet de lo'-
ducation populaire, J. P. Boyer Samedi I 6 H. 30 et 8 H. 30
ne donna A instruction popu- SANTO CONTRE BLUE DE-
.laire qu'une -m&diocre atten- MON
tion, 4Dantsa Bellegarde. His- Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50 '
tairaLdu Peuple. haitien. P. 127) Dimanche Ia 6 H. 30 et 8 H. 30
(Lire. a suite la semaine Pro- RING NE PARDONNE PAS
hains). Hitrde Gdes. 2.00 et 3.00
G6rard. Dorval Lundi A 8 h. 30
J. Dole6 BECKET
J. M. Casth6ly Entr6e Gdes. 1.(0 et 2.50


Mort aux Rats
EN ~ OlETTE


:EiN SOULETTES







ggUELpQUE: SOIT


LE RAT


-ILPERIRA


De Luxe Auto Cloi
Semedl h 7 H. ot 9 H.
QUI A TUE FANNY HAND.
OU ADIOS KILLER
*Entr6e 1.00 pa, volturde
Dimanche 7 'h. et 9 h.
DEVINE QUI VIENT,-DINER
Entree 1 dollar Psr PersoatM


AIRPORT CINE
SamedL ., 6- H 30- et H. 3C
AL SON 1DEL MAMBO
Entr6o Gde. 0.60 et 1.00
Dimanche 6i CH. 30 at 8 H. 30
BLUE DEMON CONTRE
SANTOS
Enfi6e Gded 0.'0 et 1.00
Lundi a 8 h. 30 et 8 h;30
DES PA'S SUR LA NEIGE
Entr6e Gde. 1.00 et 1.50


CINE STADIUM
Dimanche (En Permanence)
MAMA DOLORES
Entr6e Gdeo 1.00

CINE PALACE
Samedi a 6 bh et 8 h. 15
DETECTIVE PRIVE
Entree Gde. 1.00
Di anche a 4 H. 6 H. et 8'H.
PLUS FERQCES QUE LES
MALES
Entree Gde. 1.50
Lundi i 6 h. et 8 h. 15
UN CERCUEIL
POUR LE SHERIFF
Entree Gde. 1.00


MONTPARNASSE
Samedi' A 6 h. 16 et 8 h.
LE TEMPS DU
MASSACRE
Entr6e Gde. 1.50
Dimanche a 5 h. 7 h. et 9 h.
LE TEMPS
DU MASSACRE
Entr6e Gde. 1.50

CINE UNION
Samedi a 6 n. pt 8 h. 15
iLE DERNIER JOUR
DE LA COLERE
Entree Gde. 1.00
Dimanche a 5 H. 7 H. et 9H.
LE DERNIER JOUR DE LA
COLERE
Entr6e. Gde. 1.00


REX THEATRE
4
Samedi 6 h;, et 8 h. 16
En lire Partie :
LES AMBASSADEURS
En 26me Partie :
SANS FOI NI LOI
Entr6e Gde. 1.50
Dimanche a 5 H, 7 H: et 9 H.
OPERATION TONNERRE
Entre Gdes. 2.50 et 4.C0
Lundi 6 h. et 8 h. 15
LE FILS D'UN
HOURS LA L 01I
D Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50


AU PARAMOUNT
Samedi A- 6 h. et 8 h.
SEn lire Parie :
-TABOU COMBO'
En 2it0e: Partie :
LA BATAILLE DE LA
VALLEE DU DIABBE
Entr6e Odes. 200 et 2.50
Dimanche It S -Heures P. M.
LE JO*UR DE LA HAINE
Entrie Gde. 1.0L
A 5 M. 7 H. 30SP. M.
CAMELOT
Entree Gdes. 3.00 et 5.00
Lundi A 6 h. et 8 h.
CALIBRE 32
Entree Gdes. 1.60 et 2.60


AU CAPITOL
Salnedi A 6 h.eot 8 h. 80
Un grand western
CHUKA LE REDQUTABLE
Dimanche I 5 h. 7 h. at 9 h.
Lundl I 6 h.*et 8 h. 30
BOEING BOEILG
Entr6e Gdes 2.50 at 4.00
a

CINE SENEGAL
Samed*'h 6 h. 15 et 8 h. 15
En l6re Partie :
LES LOUPS NOIRS
En 2me, parole '
HOMBRE
Entree Gdes. 1.20 et 2.00
Dimanche A 5 h. 7 h. et 9h-h.
PEYROLL LE BOUCANIER
Entree Gdes. 1.50 et 2.50 '
Lundi 6 h. 15. et 8 h. 15
L (Sur demand)
LA PETITE VEETU
Entree Gde. 0.60 et 1.00



Samedi I 7 h.
LES DERNIERS JOURS
D'EERCULANUM
Entree Gde. 1.50


Programme du Lundi 6 au Samedi 11 Avril 1970
Consultez Votre Conselllre :
LUNDI.............. 9h.Alh. h 100.000 ARTICLES
MARDI ............. 9h.lh. & 10C.000 ARTICLES
MERCREDI........9h.Alh. 1C0.000 ARTICLES
JSUDI...............2h.A6ph.np.m. EXPRESS MARKET
VENDREDI........ 2 h. h 6 h. p.m. b EXPRESS MARKET
DEMONSTRATION tous les jours sur rendez-vous
A CASA POMPADOUR

Rappelez-vou% Madame: L'Avenir de votre peau se j ue a trente ans... >
HELENA RUBINSTEIN


DRIVE IN CINE
Samedi 7 h. et 9h.
LA FLEUR DE L'AGE
Entree 1 dollar Par Voitur.r
Dimanche A 7 H. et 9 H.
NRNGO AU PISTOLET D'OR
Entr6e $ 1.00 pr voiture


CINE OLYMPIA
Samedi (En Permanence) t
LES LONGS JOURS
DE LA VENGEANCE
Enrt6e Gde. 1.00
Dimanche a 6 H. 30 et 8 H. 30
LA BRIGADE DU DOABLE
Entr6e Gde. 1.50


Avez-vous rencontre Miss OVALTINE? A-t-elle frappe a votre porte? Vous a-t-elle remis Gdes 15.00 ?

Ceci est arrive & des centaines de consommateurs d'OVALTNE et tout ee qu'ils ont eu & faire a 4tt de lui fire voir une botte d'OVALTINE en service


4 9 Les Gagnants du 30, 31 Mars, du 4, 5, 6 et 7 Avril 1970 soUn les suivants :




GAGNANTS GAGNANTS GAGNANTS
UEUSO AEUE m ^=((OVALTJNEP) -
'u w A a au OVALTINE GAGNANTS (OVALTINE)) A 10
S((OVALTINE)) 7 Avril 1970
d4 Avril1970 6 Avril 1970
5 Avril 1970
1. M. Alphonse Jean-
1, fllu /1. Mme Josg Marti- Louis 15 A, CiGr Mili-



S2. M. Daniel Marius cier Canapt-Vert 2. Mmie Germaine
-15,"Rue-e 1. 2. Mile Marie Plwvio Juste 14 2, Cio Mili-
2. M. Claude Lebre- se 81, Citi No. 1 taire
3. Mine Pierre Lau- ton Canap7-Vert
rent 39, Ave. Boyer 3. Mlle Evelyne St. 3. Mme Girard Jus-
3. Mme. Franck Le- Joseph 128, Citi No. 1 te 24 B Citi Militaire
d. -- MileAdeline, Lli mine Canapd-Vert
rise so27, Ave. Royer -- Mme Carobert De 4. Mlle Claire Ri
d4. Mme Henri Livi- latour 163, Citi No. 1 chard 45, Citi Beau-
5. Mile Yvonne Cler que 1,, Canapb Vert boeuf
S12, RueI -DET. Audain 5. Mme Edouard
GIIU2UITIeF Dr.iAtdan 5. Mme Jacques Le- Franois 195, Citi No.1 5. Mme Georges Min
uui'iqu 6. -i Mme. Renan Fon- corps 17, Canapi-Vert gual 55, Cit Beauboe

montrez lujun hAloiteo t Rue Capois 6. Mme Hurie Etien gual 55, Beauboeuf
6. Mme Wenlock Gra ne 190, Citi No. 1 6. Mme Solon Hilai-

d' O LT Ei -Ee 7. Mile Claire Antoi ham .35, Bois-Patate re 39, Citi Beauboeuf
9neV6,,LRuNle ehavannes 7. M. Jean Clermont
visited Votre maison et 7. M me Raphael 139, Citi No. 1 7. MIie Lisson Dieu
8. M., Edwig Edou- Jaar 41, Bois-Patate donni 6, .Citi Beau-
elle vous "ren terat Iard 124, Ave. Magloire 8. M. Arthur Augus- boeuf
Ambolse 8. Mme Pierre Moise te 180, Citi No. 1
G 10.00 45, Bois-Patate 8. Mme Jacques Ca-
_ O The 9. M. Clermont Cons 9. Mme Max Vietz det Cii Beauboeuf
Supreme Food tnt ,76, Ave. MaugLoire 9. Mile Gladys Pier- 118, Citd No. I
'MIS Iii IAiIL if VOSBeverage Ambrose .... re 61, Bois-Patate 9. M. Eddy Bastion
oomade..f....... fo .10. Mme Claudette Cii Beauboeuf
....dHf.. U I' Ii II Mon, ...o H10. M. Irvaihn Jfhu 10. Mme Fritz Eug& Pierre-Louis 89,. Ciit
.61, Ave. Magloire Am- ne 61, Bois-Patatef No. 1 10. Mile Edith Solon
A grA-e osPtbraise s18, Citi Beauboeuf






Ces heureux gagnants jouiseent en ce moment de leUr prix en argent ainsi quede la force, de la santl et de uInergie que leur procure 'OVALTINE.



Donc, soyez prbts iacevoir MissOVALNE.., Ce sera peuttre votre tour remain.





SA-MEDI11 ET IMAN RE12 kvi Iwo


PAGE I


. f a NomVLUIEs






SAMEDI 11 ET DIMANWCfE 12 AVtl 19WO -IA N'VLLtF




Avec ApllU-13 .-1 m


HOUSTON (IPS)
L'astronauto James Lovellt a
d6clar qu'il a l'iintention de r6a
lioer le premier atterrissage pi-
lotes urs 16 controfortae diffici-
lea t dangereux do la tlune par
co quo snous esp6ronil d6cou-
vrir, ranbasoer et rapporteri
des cihantillons lunaires datant
de la formation do la lune.
Nous uonines prcts a courir
lea risaues tque comsporte un at
terrissage dans los s ollies -et
lea moonttagnes ti Fra Mauro,
o-t-il exph;qut, I-arcc que lea
cailloux que 0 nous rectiellerons
dans cette region datcnt pout-6-
tre de la formation da lt, lune,
il y a cinq milliards ou
m6me cinq milliards ,'inq cent
millions d'ann es.
On sail qu'au course des vols
spatiaux pr6cedents, les astro-
nautes anerica-ins avaient de-
barqu6 sur la lune dans des r6
gions plates it dc iTimation
plus ricente : la Mer se la Tran
qiillitd et l'Ocdan des Temputes
L'astronaute Lovell, oe pilot
Ie plus experiments a qui com-
mandera. la missian Apollo-13-
la troiscone expedition lunaire
avec Tquipage des Etats Unis--
a d6clar6e que la formation g6o
logique dite Fra Mauro crepre
sent au 0o,,oins trois res de la
formation de la lunes.
On croit que Ie sol qui recou
vre la region deo lra taru fut
projetde, il y a des nitlions d'an
n6es, lors dOc la collision d'une
enorme mnteorit e avec la lune.
Lovell a declard qu'ii s'attend
it ramasser des pierres aussi
grosses qu'un ba.llo:, de football,
dans la rcgiou de Fra. Mauro.
Apollo-13, ayant hi son bord
leas trois astronatutLj J.,mes Lo-
vell, Thomas tKeno Mattingly
et Fraid Raise, doit etre lance
4 partir du Cap Kennedy, en
Floride, tIt 11 aviri t 14 h 13.
Les astronauts Lovell et Haise


doivont descendre doe orbitq lu
nairo sur la lune, a border do,
module lnaire, le 15 avrll et do
icurer, trente-trois heures et
domie sur cette planIte tnndis
quo leur co-6quipler Mattingly
graviteia seti. sur urbite lunau
ro, dans l' module do comman-
de.
Los trois astroionaut doivent
regagner la terrc Ie 21 avrll en
amerrissant dans lE'Ucan Paci-
fique, cinviron d'eux-cents ki-
lomitres au suid tide 'IIe Christ-

ll. Loyell a aonnonce que cette
expedition spaetiale sera sa der-
nisre. I1 participera ensuite au
programme de gestipn de p'Ad
ministration National'e de 'A&-
ronautique et de l'Espace (NA
SA). It a expliqu6 qu'il voulait
donner aux nombreux astronau-
tes qualifies, dbsir-ux d'effec-
tuer une expedition lunaire, la
chance de rdaliser leors aspira-
tions.

DEUX NUUVEAUX
INSI RUIIMENTS
SCIENTIFQUES SERONT
INSTALLES SUR LA LUNE
Par Walter FROELICH
Redacteir Sciendifique i tips
Deux des cinq 'instruments
scientifiques que tea astrunau-
tes d'Apollo-13 devront installer
et laisser sur la lune da.ns
a region de Fra Mauro au
course de leur mission du 11 a-
vril en course, sont d'une espice
qui, auparavant, n'avait jama.is
eted utilise sur an corps c eleste.
Les trois autres sont identiques
h ceux laissds sur la Mer des
Tempktes par les astronauts
d'Apollo-12 au course de leur vol
de novembre dernier.
L'un de ces deux nouvea.ux
instruments est le HFE qui sort
i mesurer la temperature au-
dessous de la surface lunaire et
permit de d6tecter si aucune


(Note dki R6dacteur-: M. Lee,
a 6galement ite Directeur de la
Mission Apollo-12, en novembre
1969, et Directeur Adjoint
d'Apollo-Hulo, Neiut, L;x el On
ze).
Tandis que, majestueux et
imposaat, Apollo.11 esat istalle
sur sa rampe de lancement 39A
au Cap Kennedy it .minme
rampe d'oui ot dt6 lances vers
la, lune lea vols Apollo Onze et
Douze quelques unes des d6
cisionsles plus importantes con
cernant ce vol ont Wtd d6jh pri-
ses.


Un appareil Maurer 16 mm realisd pour des operations ex
tra vhiaulaires dan leas vols Aollo 18, 14 et 15. Son nom
official est : ;Apollo Eva Ca meram ou encore cPetite Evet.


chaleur nest d6gagee de l'inte-
rieur de la lune vers sa surface.
A linterieur de la terre, Pal
tdra-tion radioactive des roches
cause un dibit presque perma-
nent de chaleur. Des expdrien-
ces similaires sur la lune per-
mettraient d'6tablir la preuve
que la composition du sol lunai
re est identique a celle de la ter
re.
Avec une perceuse portative
sp6cialement congue a cette fin,
les astronauts pourront percer
deux trous, ayant chacun envi-
ron 2.5 centimitres do diamo-
tre et trois mttres de profon-
deur. A l'intdrieur de chaque
trou, les astronauts installe-
rount une triangle de m6tal, con
nue sous le nomn de sonde a cha
leur et ayant environ 114 centi
mntres de long. Cdtte tringli
content des apparei.s capable
de mesurer la temperature A
diffirentes profondeurs. De pe-
tits radiateurs 6lectriques ins-
tall6s a l'int6rieur de la tnngle
sont alors mis en march afin
que ces appareils puissent con-
troler la conductibilit dt ,c. cha
leur.


nLe second instrument est con
nu des scientists comme le
ICPLEE qui sert it measure leso
particules arrcvant du soleil it
la lune. A mesureo que l'envelop
pe gazeuse dp solely e'tLend des
composants tomiques sont djec
tis daons 'ep ace. Ce event so-
laires arrive Mintact sur to sur-
face de la lune qui n'a aucune
atmosphere pour 6ioer ces part
ticules.

Loes trois autres a nstru |ents
Pomprennent un colleotect de
poussi bre lunaire qui nesure
oaccumnulation et 1 effet des
part icules de poussire tombant
sur la lune, un d6tecteur d'at
mosphire lunaire qus analyse
les minuscule quantit6s de gaz
s'6chappant peut 6tre des ro-
Scone d 'une rIcplition des 3 astronauts qui forntent l' eqwi ches lunaires oun de l'int6rieur
page d'Apollo S13 ltoncd aujourd' hui vero s la lu;c. C nt: de o surface lunaire et un s6is
Fred W. Haisc, Jamas Lovell, Cosamd1sratnt de. la Missiov r mombtre clui, ddtecte et enregis
et Thomao K. Mattingly (de gauche & .droit). Cc dernier tre les movement de Ia surfa
son tuns tis d I rosdole, a t; remplaco par Jacques ce lunaire tels que les tremble
Swiogert.





AVIS

Les Produits H A M P C 0 """ tre achet6


aux addresses suivantes


A PORT-AU-PRINCE Mine. Robert Gaetjens


Lalue

Coles' Market
Lalue

Boulangerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalines


A PETION VILLE Maison Rigaud
Rue Panamfricaine

Delmas Market
Autoroute It Dmas

Luce Chatelain
Rue Toussaint Louverture


nients de lune,.
Tous ces instruments seront
relies par les astronauts i une
station centralei a energies nu-
clhaire que ceux-ci devront 6ga
element installer. L a station cen
trale fournira la chaleur n6ces
saire pour maintenir les instru-
ments en condition ti operation-
dura.nt la froide nuit lunaire;
elle donnera 6galement 'Ilectri
cite pour fire marcher ces ins
truments ct elle recucillcra au-
tomatiquement toutes informa-
tions reques par ces derniers et
les retransmettra par radio a
la terre, pendantt une pitiode
d'un an ou plus.
Los instruments qui sont iden
tiques A ceux dijhliasses sur
la lune au cours d'un vol ante
rieur constituent le debut d'un
system d'appareils scicntifiques
que les scientists esperent pou
voir compl4ter au course des vols
a venir.


Avis Matrimonial
Je, soussign6e, Mme Eddy
Floury, n6e Imine Pruneau de
meurant et domicili6e a Canot
lere Section rurale de la com-
mune de Saut-D'Eau, avise le
public en gdniral et le commer
ce en particulier que je ne suis
plus responsible des actes et
actions de mon maria Mr. Eddy
Fleury ce pour 'mauvais traite
ments et injures graves.
En attendant qu'une action
2n divorce lui soit intentie.
Saut-D'Eaum le 8 Avril 1970.
M'me Eddy Fleury, noe
Imene Pruneau


Avis Matrimonial
Le soussign6, Dstebant Le-
brun porte h la cononaissance
des int6ress6s qu'il nest plus
responsible des actes et action
de son 6pouse noe Tertule Pura
me. Une action en divorce de-
vant luio tre intent6e pour cau
se d'adultire.
Port-au-Pce, le 15 Avril 1970
Estebant LEPRUN


Offre d'emploi
On demand Secrtaire Bi-
lingue, avec experiences, in-
clure une Photo.
S'adresser Boite Poqtale
P. 0. Box 275.


LES SPORTS
COLOGNE, (AFP)
Multin Soskie, 33 ans, qui
fut garden de buts de l'iquipe
national Yougoslave, souhaite
regagner son pays; dant s quel
ques semaines it'issue du con
trat le liant a 1'4quipe do divi
sion Fidirale Ouest-Allemande
du FC Cologne, Sosldic, qui a 6
td bless en0 jeu it diverse re
prises, nest en effet plus enga
g6 par son club actual. I1 a- dga
element refus la diminution do
ses) emoluments propose p ar
les drigeants colonais.


WATE-ON
Vous ites maigre ?
Voici un 'nouveau moyen fa-
cile pouvant contribute a met-,
tre rapidiment des LIVRES et
des POUCES de chair ferine:
Le tnerveilleux nouveau
WATE-ON.


S- Place Geffrard.




Les Bandes Dessinees d&i Nouvelliste

-Biondie






A ..


La fusee Saturne-V, qui doit
propulser le-vaisseau ost dijA
psg*e ainsi que l'engin spatial
extre-meoment complex i board
duquel trois astronauts pren-
dront place pour effectlur le vo
yage. Le plan de vol est pr6vu
dans des moindres details.
L'heure du lancement est fixoe
au 11 avril, A 14:13. Cette heu
re a Wte choisie on function de
la position de la lune par rap-
port au Cap Kennedy et par rap
port au soleil.
Maintenant, en' na quality do
Directeur de cette mission, je
dois rendle diverse petites dd-
cisions don't pout d6pendre le
succas du vol. Bon nombre d'en
tre elles devront etre prices au
moment mime o- surviendront
certain dvdnements qui les ren
dront n6cessaires parce qu'elles
scront fonction des circonstan-
ces.
Ce qui me surprend et me
bouleverse preilue, c'est lors-
que les gens me demandent -
comme ils le font souvent ces
jours-ci s'il y a des diffiren
cos entire Apollo-13 et les deux
prdcddentes missions de ddbar-
quement d'astronautes sur la lu
ne.


Les differences sont bien trop 6td installs. Une balayette en mitre mission durasit laquielle
nombreuses pous qu'op puisse fibres de nylon permettra. aux des homnies dibarqiieriont dass
les 6numorer ici. 4ous appre- astronauts de d6barrawer leurs une region montagOneuse de
nons beaucoup de chacune de coibinaisons de la,.ppussiire lu hine. Les techniques d'atterris-
ces missions. Nous agons mis. h naire qui avait d6couvert celles sage devront etre pirecises. Lew
profit tou leas fruits ue ces ex de l'equipage d'Apollo-12. De astronauts neo paurrcrtt-pas d6
periences en vue u success d'A mnme, cheque astronaut empor barque s.ilieurs. '1 '. I
pollo-13. Doe niiiet que le vol tra au pilotoede passer .du con Au cas 06 1 lAnceiment-aut -
spatial fait appel a toutes lea de poils de charmeau, pour essu rait ted ,ifft6ro, our aiti riiso
connaissanecs. et techniques ac yer le u lentilles disa cameras a- quelconque, 'apr!s ie 11 avril' t
cUmuldes au course des aicles, vant de prendre des photos. 17:36, celui-ci serait retard
de m6me Apollo-13 repr'sente Parmi lea nombreuses innova d'un mois, c'est AI jre jusqu'aa
l'apogee tie toutes lea connais- tions techniques figure un -chan 9 Mai, lorEque les-eonditious S.
sances acquises ,lar ihomine gement dans te programme de ront une fois ie plus favoia-
sur 1'explorationi spatiale du- d6barquement i' l'aide d'ordina bles h un alunibsage dans cette
rant les ann6oes oixante. teurs. CGetI-innovatjon permet- region.
tra au pilot de passer au con
Le problrne que pose la pous tr6le automatique au contrtle Si Je aevais reaudxnir en un<
0i6re.au moment du d6barque- mariuel, et xqcn versa, s'il le phrase, les dbjeetifsa de eett
ment rev6t un caractire tris desire, durant Is dernieres ma mission, je choisirats 'iW stip.
- important. Lors de la descente noeuvres de descent. Dans les tion qui figure suor l'dVMae
d'Apollo-12, iun tourbillonu de ols-.prc.ddents, uu-i fois que'le que lea astronauts dAApolo-18
poussibre llnairc provoqu" par pilote avait ,pris lecontrile ma ont d6cid6 de porter S O lear
le system d'dclappement de- nuei, l n,. pouvait gu're retour combination spatiale, ilt 'agit
l'engin de dbaorqement couvrit ner au control autumatique. de s'inscriptibn l etina tla
lea hublots et adiminua s6reuse En outre, Apolio-13 cEI la pre- cEs Luna Sciensia (La -BB-
ment la visibility du. coirnnan- naissanee vient do lat lnne).
dant. Une analyse, iultrierlre a
nontr6 que t'angle des rayons
solaires influence sensiblement
la visibility du pilot a tra.vers Association des Anciennes d
ces nuages de poussibre.


Lors de l'aluIissage d'Apollo-
12, le soeil se trouvait .t cinq
degr6s a peine au-dessus de lho
rizon lunaire. Par centre, ce mi
me problnie s'6tait pose, avec
beaucoup moins d'acuit6, pour
Apollo-11, en juillet 1969, lors
que P'inclinaison des yayons so-
laires dtait d'environ dix degris
Nous estimons que ce probleme
va s'att6nuer pour Apollo-13
parce qa'h. l'b.urc e( uLli eu du
ddbarqueient l'mgle o es ,ayons
du soleil sera de neuf degrds
neuf.
A propos de la poussi6re lunai-
re, de nouveaux dispositifs ont


Les fameux tBeatles>. Le groupe, uprds des annecs de
succ-s, vient de se disloqser.




DUCO J


a 1'Age de I'Espace



Pour 6tre adaptee A


I'epoque des satellites et


des fusees, votre voiture


doit etre resplendissante.


Elle le sera quand vous


rlaurez passed au VRAI


DUCO, le DUCO


authentiqoe garanti


par la signature



Dupont de Nemours


Sseul VRAI DUCO

pour voitures est en vente

a la



SQO2IETUE HAITIENNE


AUTOMOBILES.


Notre Dame du Sacre-Coeur PeUsiIat
PAROISSE DE ST JOSEPH


L'Association des Anciennes
Sdu Pensiot at Notre Dame du
Sacrd Codr, lheureuse du re-
sultat obtenu 4 i'o:casion de la
SKermesse organise se 19 Mars
1970, Fite de St Joseph, remer
cie tous ceux qui, tout en s'amu
sant avec joie, ont contribu6 i
aider lea oeuvres te charite que
patronne cette Association.
Ses remerciements vont part
culierement aux chores Sceurs
du Pensionuat, aux habiles es -
theticiennes: Mesdames Bijou-
San-Millan Co.limon Mel)e
Evenia. Daniel qui itc su fair
admirer "nos jeuies fj'lts du
e&Pensionnat: dans unt dfiie de
coiffure a nos fillettes des Eco-
h-s eRdpublique Argentine: diri
-'"e par Mmie Dt.nata Ramntau
et Ihnmoaculde Conceitioit) diri
fbe iar Mellc Fcriiattie Lauien
o ceau, qui ont sou aired voir dans
1'etdcution de leurs ballets tant
tde grice et de soutlscse h lat
glranule s..isfactuo;n Cs assis -
tants rcunis dans la grande sal
le de notre cher Pensionnat.
La ftte sc spoursuit ave en-
train, race au t.iche pogram-
me du Jazz eBABIiLARDS'.-
Elle remcrcie egalement les jeu-
nes (t ct t orchestre a tui elle
souhaite du succLs dans sa car-
ricre.
ls ?'dtendenl, ces remercie -
ment, aux Cordens i iCuss qui
ont pripard les plats qui ont


k-
It<
S-



it
>*


fait les delices des plou grands
gourmets. Elle a'en voudrait de
passer sous silence, lea, g6n6reux
donateurs de nos-boissons gazeu
sos si appricides.
Ils vont enfin a tous ceux qui
se sont mis si aimablement A
sa disposition pour le'placement
des carnets de Rafle&, tout en
saisissant cette occasion pour
les prier de bien yculo'r remet
tre les tits earnets au Penson-
nat pour permettre ast tirage
d'avoir lieu a a dao- fixe.
Le Cur6 de la Paroisse le
Revdrend Pore Halaby, est heu
reux d'offrir une intention de
Messe at -ous qui, en cette occu-
rence ont prit leur concourse
aux oeuvres de ca Paroisse, pla-
c6e sous le haut patronage du
Grand St. Joseph it qui il de-
mande de repanaie sur chacun
ses paternelles bdnddictions.
C'cst aves plaisir que nous
inscrivons los noms de ceux que
la chance a sour, aux diverse
loteries de ce jour:
No. 10: Une garniture de coif
feuse gagn6e par Yolaine T'ri-
bier.
No. 167: Une nappe Athi,
gagnee par' Soemx Claire Cisar
No. 40: Une pouptc gagnee
par Hansie Wolff
No. 46: Un gateau, gagned
par lIme Antoine Alfred
Marguerite, Ed. Etienne
Secritaire.


Une montre ? Un battement de seconds qui

correspond au battement du cerur de la

personnel aim&e h qui on Poffre...


VERSAI


BIGI1 FL


kj __ ,


[







PAMU I


- SAsIDI1 1 MT DIANCOHM 12 AVMIL 1970


Etape ar tape avec Apollo13.

",2^ ,o -Par W altr FIltOELICH Rl6dacli'r Scienliiqu P a I'IPS


Ce moias-ci, pendant huit A
nouf heouresa premises, deux as
tronauLes americinusna muarcne-
rount Sur Ia lune, en dehors du
module lunaire.
Durant eo temps rolativement
court, presque toua lea princl-
paux objects asamignes A lii
mission Apollo-13 dneroan ltre
atteinta.
Comma prevu au plan de vol,
Apollo-13 arrivera dans Ie voi
sinage de la Isune et enti-rera en
orbite lunaire, le 14 avril A 19:
37, exactement 77 heules 24
minutes apres son lancement du
Cap Kenneuy. Aprds environ
un jour en orbite lunaire, pen-
dant sla douzime revolution du
vaisseau spatial autour de sla
June, las astroriutes Lovel et
Haise d6tacheront le module lu
naire de la capsule mere le 16
avril A 17:29. ls accompliront
deux autres orbites autour de
Sla lune et proceaeront alorse
la descente sur lh surface lunai
re, descente qui dureoa envirpn
11 minutes. 'louours selon le
plan de vol, I'alunissage eat sup
posa avoir lieu le 15 avril A 21:
66.
Enaore A 'int6rieur du vais-
seau, aprAs qu'll sa saot posa
sur la lune, les astronauts con
troleront leurs instruments d'en
registrement afin de s'aasurer
que le module n'a subi aucun
dommage an coura des manoeu-
vres d'atterrissage et se trouve
.en bonne condition de lancement
quel qua soit Ie moment oil les
astronauts auront decide de
quitter la lune.
uatre neiires et dix-huit mi
nates aprAs leur d6barquement
sur la lune, A 2:13 le 16 avril,
Loveil et Haise cueriiront I'ecou
tille de la cabinet, s'exp.sait ain
si aux effects de l'environnement
lunaire.
A partir de ce moment, les as
tronautes vont s'engager dans
ce qui eat appele, selon le jar-
gon scientifique, les activities
extravehlculaires ou Voici, ci-aprls, un r4sume des
activities qui seront r6alis6es
par les astronautes d'Apoilo-13:
1. Contrble de 1'6quipe-
ment : Pendant les diix premier
res minuLes qui suivront overr
ture de 1'Icoutille de la cabine,
le Commandant d'Apillo-13, Ja.
mes A. Lonell jr. et Ie pilote du
module lunaire, Fred W. Haise
jr contrsleront leur trousse. por
tative de secours.
2.- Le Commandanui foule le
sol lunaire : l'astronautL Lovell,
aceroupi, nes pieds d'abord, sort
lentement du module a travers
l'ecoutille. II se tient debout,
bien droit, sur la plateforme, A
1'extlrieur de l'siuuti'le, ec, par
dos, descend les neuf marches
de 1'6chelle attache i l'une des


points du module lunaire. En
descendant cette 6cheue, Lovell
ouvriran I bale lde a cabins ot
ne trouve place "I'quipoment et
inettra en marche usn camera
de television situ6 A I'lntnireur
du module laquelle retranamet-
tra g la terre, sur Ie vif, as dha
center saur le sol lunare. L'astro
naute Lovell posera Is pied gau
che sur la surface de la lune,
et deeiandra asina Ie cinquilme
homrie de l'hiatoire t marcher
sur un corps celoste.
J.- r'aire counalissfance avec
la lune : JL'asonauusne eoveil
engage siorsa anea le qui, se-
Ion le plan de vol, est appe-
inu alRniiiras mL s1ll reliarut
au mo.ns iroa mninues, aucune
activity special n'eAt prevue
pour nil uai quill puissa ULAU-
ser ce amps a : aCuuliunerr a
'environnoment er -ngo ae la
June qu n-a qu'un sixiame ae la
gravite nomale ae la I erre.
4k.- rreuiiir eniasisiuibun lu-
nalre : uv pou u V nu qsare nil
nueso a rnastuneabi, a i sue ueo
p.uirc, aun euomiisiuon ue roene
iuae4tlu aiqu i psce uanos un s a-
cosuume spauau.ue premier Bpe

iDueant qumm. e minsuss nuil
cimen etla aoprile cevnaneil.on
onLcaniniLii.it A i sar4a pieieve
aIs une, pour qu en cas u urgan
ce loranis as bronarut s U ue
couer premssurnmLut, les sten-
tistes ae la terre puissCen a-
voir au mmnis un peun ue niiaite-
riel lunaire qu'lls pourront ana
lyser.
k.- Seanens de jnhouogtaphies:
Duranu ies quinze minutes qui
sUlvront la sortiec re Love l de
la canine, taise sera occupn a
photographer le Commanaeant
de Is mission a partir de 1'cou
ille. Puis, les rules oeront ren
verses; liaise prendra sept mi-
nutes pour s a glisser hors de 1
coutille e descendre 1 echelle et
Lovell, A son tour, photographic
.ra ces imoinents. aio3s, tandis
que Haire passer trois minutes
A se familiariser avec i'envi-
ronnement, et prendra dix mni-
nutes pour deplacer la camera
de television de 'interieur du
module sur un autre emplace-
ment sur Ie sol miunain. Lovell
installera une untenne asysiL ia
forme d'une ombrelle et desti-
nee A amhliormer la quainte des
retra.nsmissiuns. Le nouvel em-
placement oi sara pose la ca-
mera permettra te aoir les as-
tronautes au travail- duranit les
premieres phases da l'xplora-
tion lmaire.
6.- Phutograplhies du Mcdu-
le Lunaire : Lovell passe cinq
minutes a photographer n'u,
des celis du module hfin d'enre
gistrer les ii.srques issn.z par


le vaisseau our la surface lunii
ro durant liiLterrisbuge. Cen
photos viauenI 6gulsiieen in mon-
trer la profoiaeur do penetra-
tion par ls picas ua module
dans I bol lun.aire.
uurant cns cinq minutes, Hal
se renLreru diiLb loe monuui pour
lourner lio o -or ac J'rail.nelne.
Lea deux homimid paJiiuseoli a-
lor s ix ninunes i cui ruier ae
A jusuler 5'antnn.a Lontil a
l'xeLenriair, sur !4 lune, et l al
se a t'interieur du vaisbcad. Laes
astronauts auront terminal A
ce molieni-la, leur preni.ere neu
re t'acuivies extraveniculaires.
7-Autres eances de fhoto-
graphics : Duruno les cinq mi
nutes qu'il fauora a li.ase pour
sortir de la cauine et regagner
la surface lunaire, Lovell pren-.
dra des pnoLos t l I'auiie cot
du module. Puis, il u.u'uuiera un
drapeau amnericalni qu'll plante-
ra bu las lune operation de-
van, durer cinq minutes -- et,
pendant ce temps, iaise donne
ra une nouvelle direction,A i la
camera de sorte qu'eile puisse
fire a la region ou vont mar
cher les astronauts.
8.- Inspection Cu Module :
Pendant cinq minutes lis deux
homes inspecteront le module


Dp: .5.55..pm
Ar : 6.40 pm
Dp : 715 pm
Ar : 9,30 pm
Dp : 10.00 pm
Ar : 10.25 pm


lui.ire, ruchuri.I, i'il a subi
deso doinmuatcs u I'extoricuro et
Lovell prenidra c nouvelles pho
tos, ranui sbur un autre anglo.
Alorb, s'atianIt I'n l'autro, les
deux astronauts dichardcront
1'equipement scintitfique resat6
dans les vaisseau, en tout clnq
instruments scientitiques connus
sous le nom de ALSEik.
U.- Charge du gendrateur
Ces inalrunieiaL, qai lfunctionne
runt autominatiquement one tois
qu'ils seront installs sur la lu
ne, regoivent lear lnergie Mlee
trique d'un g6nerateur a puis-
sance nucleaire. iHai.e, assist
de Lovell, charge le generateur
ddnonfis6 Rf'G A l'aide d'elec-
meiit nuclear. La chaleur pro
duite par l'alt6ration du carbu-
ranc atomUque est convertie en
alectricit6.
10. preparation de la boite de
roches ninaires .: 'ladis que
Lovell place la camera de to
lhvision en divers points auteur
du lieu d'alunissage, laise sort
de l'mterieur uu .aisscau une
bolte specialement destiioe a la
collection de roches ramassdes
s sur le sol lunaiie, boite connue
sous le nom de SEtC.
11.- installation du labora-
toire lnaire : Les astronauts


transportent esa cinq. 'instru-' -
ments scientifiquos, d i'AIJSnlu-,
A environ u00 mtres, du vatsi
snau d'aluniassag Ie modUle
lunaire de sort que pius
tard, iorsaqe'ila sleoiaeront di
la lune, la pouaseit de lancement
et la cnaleur ne p rssent cause
aucun uouniiage a :esB lustru-
mentsa. Aim tOUI1 ds G ilinau-
tes qui suivront cette-Opmration,
Lovell s'occupera de ollnstalla-
tion des inst lljiLitae qui consti
tuent _virtuellement un laboratoi
re scienitique.
12,- eForage du sol lunaire
Peruians lea vingi premieres mi
nuteas consacrees a Iniista lation
des instrument, Lovell sara ai-
d den e aise. hA raae d'une per
ceuse. laise creusera un trou
de trois metres de prorondeur
dans le sol lunairenet Lovell l'ai
dera A y inserer Iun des deux
dltecteurs de" chaleur. Puis, Hlii
- creusera un second trou,
exactement identique, pour le
second dOtecteur et en vue d'ob
temr des Achantillons de matl
riaux lunaires A partir de cet
te protonuour. Lovell photogra-
phiera son compagnoi peuaant
ces operations. Puis, i!s passe-
ront tous deux qurize minutes
A recueillir des icniantinous. A-


ANTILLEAN DUTCH AIRLINES


Chers clients,

Nous avons l'avantage de vous annoncer le nouvel itineraire de la ALM
(ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI LM 978 A


Miami
P-au-Pce
P-au-Pee
Aruba
Aruba
Curafao


JEUDI LM 977


Curagao Dp : 9.05 pm n--"
Aruba Ar : 9.30 am
Aruba Dp : 10.00 am
SP-au-Pce Ar : 10.15 am
P-au-Pce Dp :10.50 am
Miami Ar : 12.35 am

Pour toutes autres informations voyez votre agence de voyage.


en Ia o pr6lvlo uenc' des pnc-
snone lulanArea, ui aurott conipie
te le prenuer cysle ae jeur mar
Cne ur l is nM, alequI aura uu
rO [I le neures et cinq' minudeq.
_lI.- iti Lr au0 iiiuLilid Lu-
nrure : I.uVeil pl ,oi0apnir I.
irbiuuii ounuanm iatLI._I- iC.- in1-
truauabls 8aseCie tquil, I ALzi:X,
Stanius .que bahuir e':npl-e*.c3s
ciriq miauio a p enienr la tPouL
aiere luinIL resatee bur son cos
sume spatil et A aa rEposer A-
lors, leS Leux BstLronuuiIsa z di
rigent vers le moaulo lunaire,
emportaist avee eux Ja tosite
remplie des echantillons de ro
ches lunaires qu'i ont "recneil-
lis durant-leur sejour sur la sur
face de la lune.
i4.- Liiatiiui-akir de la boi
te uneclalsiLuI : o.enUVI arraULL
U ge is uuvioe coannin it, Selalil
Islunus ue ru Uona iniaLres sur
une taole siabnee nans ia regions
consacree a l esibrepouage one 5 equal
penumes seCietiiLuque, pjuis 11 la
Scenle Lautis que riasse I'aiue
cauns ceae upe'aiLoun eC enleve la
ecoUlnue onoLe qui bera Uiisisee
pius 0aru au course e tour iieu-
xiene excursion sur' i ,tunle.
D0.- lin ue la maircue sur
I ulane : lialse gravity i tifeiise
neo re Lre Oalls la caDusie par' e
coULUne. 1J regoil; rs l ue Lo-
veil ia butte u ecnaiiniioiis et
ou alures equipeiinlis; leI Loni-
llinuilant a son lour gruvll i'e-
cnensi eL renLre cans.ia ca.Dine.
bi les conailiuns le renuent de-
birable, la auree ue o a march
sur la line pourra elre prolop
gee de 3il minutes. Les asLrorrau
Les ierient recoutillOe de la ca
bne, terminant uats leurs pre
mieres achtvites extravehculai-
res.
16.- A lintlrieur du module
lunaire : Pendant environ quin
ze heures, les astronauts rest
ront i 1'inteireur de la cabinet
du mobule lunaire. Pendant ce
temps, ils nieiverLnlt .Icur cas-
que spatial et leur trousse de
secours, its mangeront, dormi-
ront ou se reposeront. tUs fe-
ront un compLe-rendu de leur
excursion i la Mission de Con-
trole tandis que leurs souvenirs
sont encore frais. Les scientis-
tes sur terre leur poseront de
nomnireuses questions sur ce
qu'ils auront vu et ressenti du-
rant leur promenade lunaire..
17. Preparatifs pour la se-
conde exploration lunaire : Les
astronauts entalienlt les prepa
ratifs liur seconude excursion
ii 1'extsrieur du vaisseau d'alu-
nissage. Ils replaceront les bat-
teries de leur trousse qu'ils re-
chargeront d'oxygdne et y met
tIont dgalement des cartouches
d hydroxide de lithimn qui sert


ii purifiers l'atmosphLre artifl-
cielle ans leurs costumes et cas
ques spatiaux. Una foss encore,
ils revitent. lear costume, d' -
presBurikent la-cabine et ou--
vre-t l'ecoutille.
10o.- vuuvvua cuntruoe de L'e
- qLuipenen1 : ocusiCe u 1 a.s ,ciure,
isa sux p'rennecsbuns nuLues u_
uvuwa ex.rrauveiiicuaresa sauL.

apres s quuo isoven uescena i u-
Cuelle -- louie le soi iunasire.
-enuant lus'. einq premieres mi
nuies ie. somma.,usn. arrange
eis cameras, oatrauLon qui esc
piotogr..pmtue par lulisc.
d1. Prdparatifs la. gran
de excursion liaise, a sou tour
sort au module et descend sur
la lune. Luveli pread is seconode
boite desistee aux echianunions
lunaires .et les aeux nolumnes ss
preparenn a "reassser la plus
granue traverse jamals entre-
* prise Jusqu'ic ur Islane.
20.- Experience sur la gOolo
gle du sol lunaire : Penudant
les- Oeux heures ef b2 nirnutes
qui suivront, las astronautes
traverseront Ie piaysagi lusoire.
-11s feront un commentaire con-
tinu sur ce quiis ouserveront
durant ceLte traverse. Ils re-
cueilleront des echantillons de
roches et de sol lunaires qu'ils
penseront avoir une valeur
scientifique, sur la base de 'en
trainemerit regu. Ils consulte-
ront les scientists Id hL Mission
de Conaruie au sujet Lie ces spe
cimens \t ils suvront les ins-
tructions que ceux-ei leur done
front. Les astronauts pourront
rester jusqu'a un km de distant
ce du module iuinaire.
21.- Fermeturc de In oecon
de boite d'echantillous: Lorsque
les astronauts regagieront le
module lunaire, Lovell fermera
la boite d'echantillos. Haise
prendra d'autres photos et ren
trera pour la dernibic ouis da.ns
le vaisseau d'alunissage. It
prendra des mains de Lovel: la


boaie d'chantilluna et lo Com-
mandant de la mlasion reint&-
gre lul aussi, pour Is dermnere
toa, IW valseau spatial. (11 eat
a noter que cette second excur
sion lunaire pourra. itre prulon
gfe de 30 minutes, ai lew astro
nautes le d6airent). Envi-on
lcnq heures plui tard solt
187 heures etSt RnuuteHs apres
le lancement A parur de Ja etar
re les aetronautes decqlleront
de la Iune dansla parties sup6
rieure, 1'etalage d'ascension, de
leur vaisseau d'alunissage pour
rejoindre '" module de command
de rest; en orbite autour -de sla
lune avee leur corlegue Thomas
Mattingly.

22.- Fin du voyage a la lu-
ne : Les asaronauiea rcsceront
en oruite autour de la tAlne,
plans le vaisseau-mere, penuant
un peu plus a'un jour, sOIL ZO
A 2Ib neures auranu lesquelles
tous trois se reposeront, range-
ront Its buites conienant tea e-
cliantions de roches, nettole-
rofit leura veaemenon .. equipe-
mpent sur lesquels un peu Oe
poussiere lunaire a aaner6, et
is pnotograpmeront des sites
ue la lune qui peavent etre con
sideres comme de futura.heux
d'atterrissage pour les missions
ulterieures. Ils d6tacheront a-
lors ie module lundirta la
parties superieur du vaisseau
qui leur avait permns d'alunir
eat maintenant restee vide du
vaisaeau-mere.

A 13:41, le 18 avril 90
heures et 4 ninuiues a paritr ide
ieur insertion en orbite luiaire
ea lbi' heures et 2b minutes a-
pres leur depart du Cap Kenne
dy les astronauts mettront
a feu le moteur uu o savice de
propulsion du vaisseau princi-
pal en vue de leur rentrie dans'
atmosphere terrestre. C'est cet
te manoeuvre qui leur permet-
tra d'amerrir dans l'Oc&n Paci
fiqUe le 21 avril A 15:16, 73
heures 35 minutes plus tard.


Une BONNE raison de plus pour icodure


B.m-5 u TOYOTA

I I-il "ra oo

Pana- 6 Ve. gzula V G w, ,-


Finis les maux de tite! c" -
Quel soulagement de savoir que votre Toyota peut computer en routes circonstances sur
1 des services d'entretien rapides et sIrs ....tout en sachant bien qu'elle n'exige normolement
que des frais d'entretien minimes. *
Pour assurer 5 tous nos vehicules long6vit et' copltance, nous avonss construct sur 'ile
ensoleillle de Curacao un entrep6t glant pour nos pieces de rechange. De cette location
central nous pourrons desservir toute I'Amlrique Latiore... en quelques jours selon nscessit6.
Ceci abrege considlrablement la duree des r6pdrations etoassure un emploi judicieux
de pieces de rechange Toyota de provenance gararitie. Q 1
Appartenant au group des dix grands de I'industrie automobile du monde, nous noe A
croyons pas quil suffise de construire des. vhicules qui soient uniquement slides et s0rs,
faciles 6 conduire et accessible .6 tous a des prix raisonrables, ou encore de crqer ds
points de vented et de servicetdans plus de cent pays. Nonl Nous voulons en fair des .
S vhicules qui vous libArent de routes tracasseries. J
Avec I'installation du nouvel entrep6t "Toyota Parts Depot of Curacao," en mars 1969,
nous vous servirons encore mieux qu'auparavant. Non seulement parce que nous sommes I'un
des meilleurs constructeurs d'automobiles du mende, mais parce que nous mettons 6 la
disposition de nos concessionaires et a la v6tre, houreux proprietaires de n s Toyota,
des ressoUirces sores et in6puisables pour I'entretien de nos vehicles. .












A $T1


TOYOA MOTO




IPT


Banque Nationale

de la Republique d'Haiti


Banque de 1'Etat Haitien

Yevenez *votr propre Comptable en ouvrant
un compete de Cheques A la Banque Nationale
*'.-------


---- - .---------- ~--.-...


ip d ow-- 40 0 0 p 4 4 40al -- - - -- -- - '--' -




A






A LRANY


1'






SAMEDI 11 ET DIMANCHE 12 AVRIL 1970


S

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862


d~r ( P? C.^ PA &#


VOTRE HOROC OPE
Par Fr ft,,,e,' l)rtld,'


heeheAs Is sution worrsapxax~el an jour do. wesri apiptiversasrw
do. naisaaaoso.t wjave trouc.,ere lee perapsativaa qua vosu.
iguaslent Is auntria pour decscsus.
Droit'd: reproduction totals ou partisiU# rdaerad.
k'roprivitJ King Feautures Sycudieoti SmalmsUaet
cLK MOU-VELILSTE3-
DIMANCHE 12 A VRIL 19;10


"I MARS AU 20 AVRIL (BE-
LIER): Leso petits ennuis ne
doivent pas bouieverer votre
programenn: quotidien. Essayez
tie resoudre vos dilfficul6a par
d'intclligentes lihs aussions puis
d'alier vers von buts, en con -
fiance.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU-
REAVU: Decidez attentivement
de votr, orienlaticn puis atta -
quez vigareousemnent vos objec
tifs. Accun:odez vous aux cha.n
cements necessaires mais sur-
tout montrez de la persiveran -

22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX): Mercure, favorable,
stimnule votre affahilitd et voe-
tre esprit d'dquipe. II faut ache
ver les entreprises en course plu
tSt que de rever h des projects
nouveaux.
22 JUIN AU 23 JUILLET
- (CANCER): Avancez d'un pas
assured, avee flair et decision.
Commencez ltt et energiuue
ment et vous gagnerez plus de
terrain q"e vous i'auriez cru
possible.



Aujiourd'hui

SAMEDI 11 AVRIL 1970
SAINT LEON

DIMANCHE 12 AVRIL -.570
SAINT JULES


COIN DE L'HUMOUR
Tu te rends compete! On
announce le marriage de ton ami
Martin ... lui qui est veuf, de-
puis six mois!- Ah, oui ... le
bonheur ne dure jamnis hien
longtemps!
LE BON REMEDE
Deux ivrognims ivalent uns
dernier verre
J ne prendral plus rHen...
Ca me gneo, lorsque j'ai trop
h .. -Je vois tjoujotr double...
Ben ... hoc! C'est facile,
tu n'as qu'ai former un ocil!

BONNE I'REC.Ull's N
Lc.i Dupont, s(,,m .u ausic -
hall.
Tu crois que tu te rappel-
leras l'air de cettc chalisonan de-
man le madamnie a soin noux.
Oui... Sois tranquille, bo
bonnei Je vais fair: un noeud
a mun mouchoir!

A TROMPEUR ..
Un automobiliste fac6tieux
stopped pres d'un cultivateur.
Pardon,' lami!! La route
de Lucon.
Tout droit et i gaUote.
Merci du renseigndment...
Ma.is je n'y vais pas!
Ca tombe bien! Ce n'est
pas par lb!


Pharmacies assurant
le Service cette nuit.

SAMEDI 11 AVRIL 1970


Bleue
B J. J. Desalines
J. Bros
Archive National
DIMANGHE 12 AVRIL 1970
Fatima
Turgeau
pmmanuel Day
RVe Bonne Foi


24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION):Exi:;inicz tu.t bjecti-
vement. Consid6rez toutes les
possibilities avant de vous em -
barquer dans uinle nouveaute o
de poursuivre li realisation
o'uin project qul demnindera dee
nimutieuscs etudes.
24 AOUT AU 23 SEPTEM-
BRE (V(ERGEL): (C'inonct;on
genCreise. Serve. vcus bien
de vos dons ct les r6sultats ne
vous d6cevront pas. Quclquec
pi6ges, mais c'est la fagon don't
vous les reconnaitrez et les 6vi-
terez qui comptera.
24 SEPTEMBRE AU 2 S OC-
TOBRE (AjALANGE): Les
buos essentielu deviont rtre le
control des resources et le bon
emploi de vos qualit6s. Le Latil-
lon et le negligent ni'arriveront
it rien. Rschauffez votre enthou
siasme.
24 OCTOBRE AU 22. NOVEM-
BRE (SCORPION): Mars,t
bien orient, stimule -otre ini -
tiative. Period pendant laquel-
le vous donnerez le meilieur de
vous- m eic dons la rechlrclhe
de vos buts. Vous- pouvez bril -
lamment r6ussir.
23 NOVEMPRE AU 22 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE):
Vous mettez le point final i un
contract ezphri dcpuis long -
temps oa achevez une belle af-
faire. Ndgocier d'une position
de force appuy6e sur une ferime
resolution.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE): Quel-
ques affrsces seuleii.ent pour -
ront etre trait&es avec success
dans une bonne atmosphere.
D'aatres jar:guiront. Souvenez -
vous de e qui ,'u pas narrch6
dans le passe et eviLtz en le
renouvelle,nent.
21 JANVIER AU 19 FEVRIER
(VERSEAUl : Avantages di -
vers iniliqu6s. Nine idimpez
pas les n6gociateurs relatives aii
dtes affairs oui souffrrio:inti
d'un retard. Quoi quo vous fas
sncz, vous allez g(nraslement aIu
bout: c'et excellent.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS)t Vous renecire-l
rez dens situations d6concertan -
tes mais les atouts de cette jour
n6e vous perniim.triontl Je f-.ire
davantage encore que ''en ,e-
nir i hbout. t'riusez vire 'rou
et vous triompherez eifin.
SI VOUS ETES NE AUJOUR-
D'HUI: Vous dtes un r6alisa -
teur ne. Vos idees sont non
seulement brillantes mais par-
fois extraordinaires. Un- fois
que le natif du Capricorne re-
connait ses possibilities et ap-
I rend a carter les inquietudes
et les douLes, ii p ut rempoitler
la victoire a peu pis quel ,que
nn,it I chai p de b ataille qui
choisi. Vous psUVez icvenir un
journalist e de piemir ordrr, unm
docteur, Ln pole, 'un peintre,
sin directeuar ('flfaires. Vous
ruiderezr ou sc'Crz Un hliULenant
d6vou6 mais il faut croire i vo-
tre route.


Offre d'emploi
Demande un jeune-homme
Ag9 de 18 A 25 ans au plus, par
lant couramment l'anglais d6-
sireux de faire une carrier
comme Reprdsentant Mddical,
sachant conduire. Certificate de
fin d'6tudes secondaires obliga-
toire.
Priire d'dcrire A : SERVI-
CE, P.O. Box :. 1236 en don-
nant tous les renseignements
n4 cessafres avant le 15 Avril;
envoyez une photo si possible.
Ne pas se presenter.


SMU SSSE S


Y.


LES MOTS CRISES

PROBLEM No. 43fF. P


I Ml AlA IAUA AI a M1 I

HORIZCNTALEMENT -
I Son intervention ne doit
pas cLre disn-mte Possdd6
2 Agglom6rat artificial
3 Pr6nom femnion En
nage Roemains
4 C'est le r6sultat att,, dii
par tous les 6ombattantl:
5 Intensit6
6 Absorbh M n miar-
seillais Note
7 Pas vu


8 Sommet des Alpes hei-
noises Voyelle doubldc
9 Tombe chaque jour -
Passe tort
10 La plus helle fete -
En Suisse


VERTICALEMENT

I Qui peuvent vivre dans
I'a:r combine dans 'eau
II Souverain Liaison
III Affronta ('.alCul,'
par ]a banque
IV Au bout du toit TEn
epelant : soulever Proch,-
parent
V Symbole Fermenter
dans une cuve
VI Ne vit pas toujours li:ns
le largesse
VII Gros ongle Cols
VIII Queue de pic e T-
mains
IX Dignit6 musulmane -
Prdf,]re
X Se d6place souvent sur
l'eau


SOLUTION No. 448 F.


HORIZONALEMENT

1. Balle ; Ers 2. Etdules
3. Treillage 4. Mao;
MEN 5. Equivalent 6. Aux;
T6 7. Ta ; Alarmer 8.
Ring 9. Tessin 10. Usk;
Esau


VERTICALEMENT

I. B ; Mat II. Atta-
quants III. Leroux ; EE -
IV. Lue ; Ars V. Eli ; Valise
- VI. Elsa; Anis VIL SL;
Lorgna VII. Ame IX.
Regente X. Enterrds


generation actuelle.
DEVINE QUI VJENT DINER
Un a.ffrantement hiie d'idees
nouvells.a et de temperaments
acdrs, au niveau des ignobles
pr6jugs soceiaux, n l'occasion
d'un marriage project par une
blanche convaincue et un notr
prestigieux.
Une superproducLion prcdi -


Une bonne nouvelle
qui repouira
les hommes,
femmes et enfants
fatigues :
Une bonne nouvelle qui r6-
jouira les homes, femmes et
infants fatiguis la rentr6e
dana le march medical haitien
Isa gelde Royale et le Pollen
d'abeilles du laboratoire Paul
Henri, Apiculteur le plus grand
de la region Parisienne.
Qu'est-ce que Miel-Gelde Ro
yale ? Un aliment exceptionnel
vivant, stable riche en diastase
vitamin, sels mindraux, fac-
teur de croissance aliment excel
lent pour les enfants en p6rio-
de difficile de formation, pour
lea adults en perte de poids A
la suite des maladies graves,
surmenage, perte de m6moire
et de fatigue extreme. Facteur
de longdvit6 et de toutes les
functions de l'organisme, vita-
litO 6nergie e1 joie de vivre.
Ce merveilleux Miel-Gelde Ro
yal de l'Apiculteur Paul Henri
est en vente dans les Pharma-
cies Mont-Chrmel, Sosthines
Geffrard et dans toutse les bon
ne0 Pharmacies au prix trds a-
bordable.


SIROP PECTORAL SEJOURNE

Gouit agrable Conservalion

A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL.

Toux, Rhumes. Broachltes, Enrouements, Influenza

Affections des Ponmons -,


I&


end lap



bienplus cla
en euosmnia 4 snaum


IAETUOTIE SUREK ET SAM5DAI
.Utus de 75 mtillions de,
ont ete vendus
dans le monde entire
LE SECRETi DEBEAIITA do a
:.u 1,d, ulesat as.sipluseaire4ab
relsids e an Is Creme. 555
Laemqu'elle eat upplits~i c haue o
cesaa Stillbau'wsln~aleslt in tint.1s
Aoneuo,. o. plo~ismbelle at rdlaQ
alest4 winuls.1.m.Vous. "e
velI.dift o Istrawfoaswitlams pfrd.w
0 qo.xd,.q.s" "pweius ambeu
sAI I-Lpenan ibispeas fairs pin.
"N.ei.,lliornot p.. lus .5 apla U
.L'exoollent Savon Stillmai
"ye.Sunn suilarotnasSti,5atest CM
dos. at dutlcsatnenit paoluralsslt
Asiasplit Is peons. In mt Ideal poutr
Is Comoss Sitillsousi ...met"ta
Baron do flesntd rafeslehimisalt
joalhb. istieosi
rou.ge de la cLa nte. ~ p


PAGE 5


NOS SALLFS lDE SPECTACLES


f- ORft O


I 1jW > WWinti11



1, a- dnti AXI


GIRARD PERREGAUX RALCO
TECHNO LANCO
BIJOtJX
BUOUX EN OR 18 ct.
BLIZOUX EN OR FIXE
BIJOUX MURAT
BIJOUX EN ARGENT
ARGENIrERIE OBRISTOFLE
CRISTAL DE BACCARAT
CRYSTAL DE LAL1QUE ,
CRISTAL DE DAUM

EN EXCLUSIVITY A.LITTLE EUROPE
ET MASON ORIENTAL LE
I -- -- amj a~lsa@ '' ^-e ^*^seMM ^nn 'ma --^--


- -- --- ------ ---- ....._-;--;--.---- -.--


(=


^


3g DANS


BIJOUTERIE ET OPTIQUE DelwuAxeAtoliaiU
S i L Lo DE LTJXE AUIo CINE
R S O & co presentr-a en Grand Gala, le
U & Cdlmanche 12 OVrl1870. A 7. et
Shebresi le drame d'amour, le
plus path4tique de ces' dix der-
nblres annaes, la ouperproduc-
Stion la plus a.cclam6e dans le
S u ova onde enier.
B l v -DEVINE QUI VIENT DINER
-B o v En Technicolor
avec Sydney POITIER, Oscar
dIu meilleur acteur.
Accutrl KaltHriere IHUPBURN, Oscar
.AL UtrUdel la. meilleure actrice .
Accutr Spencer TRACY, Oscar du ineil
leur acteur
Et, pour ses ddbutsh Id'tran
Bulova Internationale Katiine HOU dts DON
DEVINE QUI VIENT DINER
Path'tiquement tiiste, esthe-
Carav lle tiquement merveilleuse, cette d6
1=l V l H ~' chirante histoire d'ainour, en-,
l' velazpl e d'une aura fascinante,
cette oeuvre sublime, it triple
vocation culturelle, artistique et
ILa plus grande fabrique social, marque d'une facon poi
La plus grade br e gnante une 6poque broy6e sous
les soubresauts de plus en plis
de mOfntres du mnonde. oppressants de la discrimina -
de m re du m de. tion racial et des complexes so
cinaux.
DEVINE QUI VIENT DINER
VENDU PAR Le drame de ce grand amour
d'aujourd'hui, qui s'inmncit dans
le cadre die la pas cuisante ac-
SLua lit, relale avec une Louche
(I sans bavures, un conflict "amer
& entire deux agen6rations qui
ue Bo e Fo No 17 voient aver tristesse s argir
Rue Bonne centre elles un d'incompr6
ox 38 hension-rcndunt plus ,jnible -
P. Bo X o 8 ment impossible tout dialogue
entire parents et enfants..
Tel: 2-1336 DEVINE QUI VIENT DINER
Une oeuvre courageuse et sin
cere sur les 4berrationsa de I
discrimination racial qui mar-
tdlera .ca jeunes temic s de ,I


.gleuse, sign6e do Jun des plus
grands nums du cinema ambri -
-cain, Stanley- KRAMDIt, debor
d6e par immense talent d'ac
teurs de 1'epvergure de -sydney
PUiTIER, Spencer TRACY, et
Katherine HEPBURN.
L'opoth6ose que les lites pen
santos des gran'c6 Gapitales
ont rdservde A cette oeuvre ria-
JLure qu1 a entnousinsnme tous
lesa spectateurs du monde. rati-
fie lea appreciations dlogieuses
de la Preiie inLernationaie.
Ce film mierveilleux trouvera
un echo vibrant las Capitale
ou il plongera la rdsonnance hu
maine daln le coeur de ctaque
cindphile.
DEVINE QUI VIENT DINER
La plus bells hiatolre u a -
mour jamais contr.el
Deux coeurs et une Tragedie!
Trois puissants acteurs et un
chef-d'oeuvre I
Trois stances et on Grand
Theatreh!
Entr6e $ 1.- pur personnel


A MAGIC CINSE
Dimanene A MAGIC CINE
a hres, 5 hres, 7 hres et 9 hres.
LES VENGEURS
Technicolor
avec : Patrick Maegnee, Dia
na Riggs,
Un film de Philip Levine.
Product on Associated British
Raffine comme ie champagne
Dur comme le diamant.
Froid comme le canon d'un
pistolet.
Ce film d'un genre a part
nous racontt les peripdties de
deux attachrds du Service Secret
Anglais, un homme eL une fem-
me charges d'eclaircir deux mys
t6res. Le ler est angoissant; Di
vers savants Anglais disparais-
sent sans laisser de trace. John
Steed (Patrick MAGNEE) et
Emma Peel (Diana RIGGS)
sont charges de l1enquete de ces
disparitions.

Un CIBERNAUT, (Un RO.
BOT) teibcomniand6 fabhiqu6
par des savants est auteur de
tout oes enlbvements, que per
sonne ne peut empfcher. Ur
coordinateur et un fichier suff
sent a faire ac.ionner ce cibel
naut qui ob6it dlectriquemen
aux ordres du fichier. C'est ail
si que les vols de dossiers. des
meurtres, des enloveCLeots s
multinlient sans pourtant en d
couvrir le mobile et l'auteur.
Do nombreuses sdquences don
;nant la vedette laI violence
sent trait6es avee force, et bon
rons. C'est avec raison aue 'on
pense que cette proauc ion est
Raffin6e comme le Champagne
Dur comme le Diamant et Froit
eomme le Canon d'un Pistolet
L'entrain et le dynamisme dans
mlonuels se d6roule cette double
venture accaparent le specta
teur.
Ce sont tour tour des meur
trees, des kidnapping d'experts
en 61lectronnique, des vols de
dossiers, des rapts; Les deux at
tach4s du service secret parvien
dront ils A d6courrir les pro-
e6d6s employs pour arriver ,
ces fins?
C'est A MAGIC CINE que
vous verrez ce film passionnant,
cette oeuvre typique et ottachan
te.
Dimanche 3 hs. Gdes 2.00 et 3.00
N hres, 7 bres et 9 hres
'cle. 2.50 et 4.00


AU REX
Dimanche 12: a 5 h, 7 h, et 9 h.
OPERATION TONNERRE
(Scope touleur)
Le plus explosif des Jamesr
Bondl...
Double 07, le sdducteur No. I
du cinema, PAgent secret in
domptable, Sean CONNERY(
revient avec plus de fracas as.
Rex dans le suoer espionnage
lo plus foudroyant de la sa.'son.
OPERATION TONNERRE
Un Sean CONNERY, plus
fort, plus bagarreur, plus aogre
asif, plus fougueux, aussi tnO


branlable deviant le danger
jours amoureux, dans une
-wre' incandeseente, ue pr
tion d'une dtonnante force
frappe qul explosera ave
brit .de tonnerre, dams un
raote de violence, un tour
de feu et une effervescentE
-ts BxceptDonnelli ch
cr ant he z lee spectateure
braiAs une flambee d dlil
OPERATION TONNER
Un super espionage
verad d'clairs de mjtraill
e oeuvre qunl tonne come
Urge. Une situation tou
puis inextricable qui e
-ames BOND A liver co
sur erre. sous la mer et
le del.
OPERATION TO2 NEI
Un film fabaleux qui
l'imagination l
Une action imnpensabie
passe l'indicible!
Une production mouves
qul enthouaiasnles les fe
amateurs lie films d G'cti
naut voltage!
Un suspense suffocant
chelle de cette ueuvre, gig
que qu a pour d6cor u
Bier de lagarres inedite
Un James BOND se
raint au surhunmain dans
frontements de gamnts
OPERATION TONE
Le titan de l'espionnag
CONNERY, jouant avec
&Tu tonnerre. dans une op
orageuse, abordant tous
ques, tons leas erils, dli
tons lea dangers.
Entrie Gdet 2.50 et 4.00


AU CAPITOL

CAPITOL prdsente av
sir
Dimancie 12 Avril h 5
hres et 9 hres.
t Terry CURTIS et Jerry
WIS dana
S Une com6die hors si
BOEING BOEIN(
Une eirconstance ndi
S te de notre vulonve nous
e ne p retirer momentanr
S 'affiche le film: cLE
S NARDs.
i En lieu et place, noui
r proposons l'oeuvre m
t ie lal WALLIc, sla co.,i
n a, faith le tour du moand
s BOEING BOEING
6 C'est une superp'roduct
touted premiere quality
n avec toute la vivacity e
S ve soShaitable par legi
" rabies Jerry LEWIS 4e
" CURTIS qyii vous feror
: chir allgrem ent le inur
S BOEING BOEING.,
d tackle pdtillant idedbes ci
tographiques, da bon, c
s du grand cinema. L'a6ti
e de, pleine d'impr6vus, n
se, dramatique est men
une 4blouissante address
que interpreted est merve
ment dans la. peau de s
s Bonnage ajoutant au pla
e croyable de ce film de
classes. Et si vous ne vou
dcrouler de rre sur vos
teuils, nous vouss co:-i.;lo
element d'attacher vos
res.
S BOEING BOEING.
comd'ie divertissante au
ble, fort bien joune par
lents acteurs et conque
meilleur style de la com
mnricaine!
Lc rendez vous du r
Entrde Gdes 2.50 et 4.00


DRIVE IN CIN
Mark DAMON, le s6
s pistoldro aux colts d'or
poings d'aier, tient sous
reaction de Sergio COI



- LA CREM

: STILLMAN
s pOUR LES TACHKI


r, tou role de Ringo dans aje film.
Sou- RINGO AU PISTOLET D'OR E
roauc- Chasseur de. primes, Ringo
e de est la terreur des bandits. En
ec un un cldin d'oeil, il abat lea trois
ne ap frcres PEREZ, assassins redone
billon tables qui onhfait alliance aveo
e d'u- les Indiens Apaches. II a 1 par-
aleur, gno le benjamin de Ia bande qui
s em- jure de venger sea frbres.
re. Ringo s'arenuant en ville, a -
.RE prOs avoir touched sea primes,
tra provoque une rixe. 11 est erous
le. U- par un sheriff qui'place le de-
me u5 oir aus dess.s de tout. Celui-ci
iuours attend son semplaeant imps, -
n0age hemment, car il se rend h Chica
)mbats gu. 1 veut dtre journalist:.
t dans Mais le dernier des PEREZ
avee sea Apaches cerne la ville.
tRE Cet excellent western, nous
ia nnrrc comment un nomme
nscient de ses responiabilites
qui d& rdagit en face d'un pril qii.
menace non seulement son pro-
mentee pre fils ma.is aussi une ville en-
ervents tirre.
on h Une ville h voli.
Dimannrhe 12 Avril 1970 au
DRIVE IN CINE DE DEL-
h l- MAS 7 heures et 1 9 heures
gantes- Entrede: $ 1.00 par voiture.
n bra-
as.
mesu xxx
des af PARAMOUNT
RRE PARAMOUNT presents
e Sean Dimanche 12 : a 5 h. et 7 30
le feu P. M.
ration Une monumental superpro -
les ris 'luctlon d'un retentissement
minant mondiall
CAMELOT
en cinemascope couleurs
Magistralement interpreted par
des vedettes prestigieuses:
Richard HARRIS dans le role
du Roi Arthur,.
Vancssa REDGRAVE incar-
ec plai nant la Reine Guenievre fole-
ment 4prise du Chevalier Lan-
hres, 7 celot
Franco NERO dans. celul
LE d'un am'ant -dperdu.
Un spectacle grandiose, based
rle sur Poeuvre immortelle de Sha-
G kespeare et inspired d'une adap-
tation A 1'opdra de cette sublime
apendan trag6die.!
a ame-
ment de- CAMELOT Une oeuvre d'u
RE ne indeniabld splendeur artisti-
que! Un roman d'amour baign6
vous de tendresse et de romantisme
aitresse devenu A I'6cran un film somp-
edie qui tueux, traverse par des lots
e d'harmonie, de musique, de
beauty!
G. CAMELOT! Une oeuvre exal
tion de tante tamis6e de sentiments 6le
animee v6s, nobles et sublime!
xpressi- CAMELOT! Une expression
incorpa vibrante d'une synthese entire
at" Tony 'art et la via, le Thdfitre e. le
nt franr cinda, I'op6ra et la po4sie,
du r.re. dansk une path6dique Avocation
un spec d'un immense amour plus fort
inema que Ia mort!
un vrai, CAMELOT! L'authentique va
on rapt leur litt6raire de cette piece
malicieu monumental, aur6ole d'un press
6e avec tlge plus imposant cette vibran
e. Cha- te page l'histoire, tAchfe de
eilleuse- sang et d'amourl
on per-. CAMELOT!- Un rdcit merveil
aisir in- leux qui relate da.ns un jaillis
grande segment d'art et de sublimity les
lez pas amours tragiques de la Reine
s fan Guenievre et du valeureux Che
oi;s ami valier frnacais Lancelot!
,ceintu- N. B.-- Ce flm sera prdsen-
S' en DEUX ea@nces seulement
, une th 5 heures pr6cises et 7 heures
possi- 30.
d'excel Admission Gdes 3.00 et 5.00
dans le
d ie a-
i,-e AIRPORT CINE
Continaunt sa seril de films
forts et ae films chocs AIR -
PORT CINE prcsenLe encore u-
*E ne fois le Dimanche 12 Avril
E 1970 h 6 hres b0 et 8 hlres 30
duisant un film d'espionnage extraordi
naire, un film qui :jeut tre clas
et oux a6' d'exceptionnel, car eoas assist
I dl terez a une lutte murt de ju-
RtBU le do, de Elzate et Lie lutLe libre
entire les deux pius grnds cat-
chers du monde:
SANTO ET BLUE DEMON
R6unis pour da premiere fois
is h 1'ecran
SANTOO CENTRE
1 3LUE DEMON
l Un film en de iuxe couleur
Amateurs de judio ne man--
quez pas ce ftilni!
Amateur de karate ce film
vous est destined!
Amateur de lutte libre soyez
present ia 'appel!
Si vous, aimez la boxe, le tir
aux -pistolets, les spwts vio -
lents, et enfin les lilms forts,
vous passerez la nsoiree n AIR-
PORT CINE Ic Dinsucshe 12
S Avril 1970 oil vous assisterez A
Sune 'lutte suicide centre deux
MU plus grants giants du ring.
SANTO agent special du FBI
eaU surno.mm. a just titre le roi
S desa justicners CONTRE BLUE
j., DEMON agent secret d6fer.e.u
air$ des faibles et des opprinios.
SANTO CONTRE
BLUE DEMON
sNGoI Pourouoi alors cette lutte i
nnrt '-i ies deux rotag'onistes
sont du m8me c8t6?
Qui sera le vainqucur de ce
dluil que seule la force des mus
I7 cles, la puissance des prises sa-
illn s vantes, la rapiditd des frappes
osomda peucnwt designer?
,tsla. SANTO MONTRE
Imoo'. BLUE DEMON
moir. ha Devant dtre rdexpddid le Lundi
st ouas 13 Avril 1970 ine scra prdsent6
ea qu'une seule foin en Haiti, done
'vo 4' ine manrqucz pas-la chance d'as-
S sister a ce film du tonnerre qui
S nu, Te snanquera pas de satisfaire
is .di. les plus difficiles, car, vous as-
n sisterez a des combats sauva-
B SATO CENTRE
uta ,t BLUE DEMON
eaeiYO Vous attend pour vous Idvoi
ou> la lez le nora du vainqueu .
Entree Gdes. 1.50 et 2.50
S N. B.- Ce film apres Ia pro
Je tlon da Dimanche 12 Avril
8 c sera reexpddi4, 11 ne sora prI-
sentc qu'une seule fois en Haiti.


y
<
<
i




i







Ld XWQUL.mT& j-


SA1MEDI 11 MT DIRUNCHE 12 AVPLL 1970


j CONSULTEZ VOTRE CONSrIuR -

i votre Service Chaque Semaine' D ,ONETWATION
Le Lundi A 9 H. 1 H. A OALITEX
.- "" ,' ,-. tons les Jours ar reimdez-vous
Le Mardi A 9 H. A 1 H. & QUA{LITEX A CASA -PONADOUR
SLa BHmet4 # tismprovie pas HELENA kfUBINSTEBN la crie
^tmanwan.*wnwoonm.


11 y reside depuis quelques an-
nres. A I'a6rogare, ii a Ot6 sa-
lub par sa mire, Madame Car-
men Bernier, une nonaginaire
vigoureuse, et ppr deux de sea
amis, Messieurs Roger Fareau
et Pierre Delva, tous deux du
Dipartement des affairea sooia
XXX
L'industriel Serge Lazin, bon
vivant et un peu dandy sur les
bords, est parti hier matin. Des
tmination : Miami et New York.
Voyage iclair. II nous revien-
ara peut ltre del -ain. Son but -
les affairem.
Accoudos sur le comptoir do
la Air France,'aeax suurLereaux
roucoulaient. Le, yeu,. dans les
yeux, us ce n.urrnuurieiiL sans
douie dr tendres i aientit3,
d'affecEueux icris-mol vtte, et
de doux et'as pas idec come
Je t'aimne. Troulle-tite-A-tkte,
nous avons brise le ,,alant en,
tretien, pour fair noLre empoi-
sonnant tiavail de fu inard. El
le, rest Michele Mevs. Lui,
c'est Pierre Richard Lebrun.
Michile s'est rendue i Londres
hier main, en vue d'achever
.es 6tudes des commerce. Elle a
pass les vacances de Pfiques
dans sa famille. Pour tuer le
temps, Youri, la petite soeur de
Michele, s'amusait i prendre et
i reprendre son poids sur 'une
des balances,de la Air France.
Monsieur RbcrL N dal, Oa
t'emme, et leurs deux fils Oli-
vier ot Robert jr, su;.t parts
hier martin. Madame Nadal
s'est rendue s Paris, tandis


NSTANTANE

S. (Suite)
qu'Olivier. el itobett jr Iront
poursuivxe leurs emLde. en -Nor
mandie. Quant A Monjeur Ro-
bert Nadal, sa destination, c'est
Miami. lI reviendra i bord du
SSkyward. C'est le plus recent
et le plus luxueux des navires
de la Norwegian Caribean Li
ne. La premiere escale de ce
beau navire aura lieu lundi
dans le port du Cap-Haitien.
Ce qui a le plus frapp6 Mon-
sieur et Madame Francois Limo
ges, c'est la gentillesse des Hai
tiens, letr simplicity aussi. leurs, nous ont dit ces sympa-
thiques visiteurs canadiens, les
gens n'ont pas 6t6 aussi aims-
bles envers nous. lei, le se diga
ge de tuus les entretiens que
nous avons eus, une sorte de
chaleur communicaLive Les Li
moges nous -ont dit combien ils
out ito choy6s, duranl les dix
jours passes en Haiti, par leurs
amis Albert Ghauvet et Max
Fombrun. La femnie de Max est
une Canadienne et a fait ses
6tudes de droit en m6me temps
que Franqois Limogce. Francois
est avocat et procureur h Mon
tr6al.
Une nouvelle hitesse de I'Of
fice National du T-.urisme et
des Relations Publiques est en-
tr6e en fopction hier martin, i
l'aroport Franrgois Duvalier.
Elle s'appelle Lloydie Timmer.
Elle a Oti prisentde a tous les
employs de l'airogaoe ar Ma
demoiselle Ghislai.s Thomas,
hStesse, elle aussi du tourism.
Lloydie sait sourire, et son vi-
sage est dis plus avenants. II


AU CAPITOL
A partir du Dimanche 12 Avril
A 5 Hres. 7 Hres, 9Hres
La plus grande Comidie de la Saison


BOEING-BOEING
























Abec : Tony CURTIS

- .^3^3333&X^


ne fait pas de douate qu'elle s'ac
quitters de sa tfiche admirable-
ment.
C'est i Ditroit que se sont
rendns hier martin Monaieur et
Madame Marcel Villedrouin. Ils
y passeront un mois dans la
compagnie de leurs enfants. A-
doss6e centre Fun des piliers de
l'a6roport, Madame Paul S6jour
ne pliait scus le.poids des lo',-ds
manteaux de sa sour jumelle
et de son brau-frire. Placide et
souriante en d6pit do son far-
deau, elle nous a parl6 de no-
tre p ore qu'elle comiait r6s
bien, et nous lui avons parld de
son mar qui esat oujoure csur
les dentsl Monsieur io t Mada-
me Marcel Villedrocin, Ii qui
nous soulistons un agr6able s6
:our aux Etats Unis, tnt 6tO sn
lu6s 6galementI l airportt par
Madame Guy Cleri6,
XX X
Notre ami l'iNdustriel Mirns
Woeliy a pris l avon hier ma-
tin. M6ris, proplritaire du beau
magasin '.ouristique qui jouxte
la Pharnacie Castera, est part
en vue de preparer la saison d'6
t6. Son itinraire comprend
Kingston, Montr6al, New lork,
Boston, Miami. Nous Eormons
le voeu que la tocrnse dcsN i6rbs
Woolly it te une areas inci-
dence sur ses affairs.

Monsieur En, .-anuel Bazile
esi part pour Montr6al hier
martin. DEurint six mois, il 6tu-
diera le n. canique Diesel pa lins
titut technique Aviron. Emma-
nuel, i qui nous souhaitons du
succ6s, a 6et accompagn6 i il'a6
rogare par ses am s Edgard et
Angel Mary luplan, Joseph
Bata-lien el. FredEric J. Pierre.
Madame Ma iane itidral est
rentiie au pays hier niatii,. Elle
reside i Porto Rico; Elle reste-
rs peut itre une semaine ici.
Rlle a n accuaeilie par Daniel
SSendral, son mars. Celui-ci s-
tait nct encore report bier
sosr pour recevoir l'amiricain
Jerro Cuthreli, qreprcsentant de
la se ascos., Monsieur Cuthroli
passer truis jours en Haiti.
xxxx X
Comme il les fait fort souvent
Tssa El Saieh sest rendu it Mia
mi hier martin, en vue d'y pas-
ser le week end. cCroyez-vous
qu'il soit n6cessaire d announcer
la dans votre chronique? Je
passe si souvent mNes week end
a Miami que l'on pourrait com-
poser unic chliansorn l -uessuso.
Excellent id6e. Mais c'est dom
mage qu'il n'y ait plus le for-
midable orchestra Saieh pour in
ter'preter une telle composition!
Calitxto Torres Butler, un
honine d'affaires au caractire
extrierenientI liant, ost reparti
hier soir pour les Etals Unis.
II nous rcvienara iunui.
Madaiie Edith Holl.nt vient
de passer uine semaine it San
Juan. Ell,! est EnLrfc bier ma-
tin. Elle a esiayi e i lircr un
bon part de son sijour la-bas,
en mettant certaines affairs
au point.
rElle est arrive hier martin,
cetta superbe toauiste asuiricai-
ne qui porte des lunettes gogo,
don't les verres sont large corn
me des soucoupes. Elle portait
une ample et i'lottante robe d'hi
te rose bonbon, qui seyait f sa
belle prestance.
Cette pin up du tonnerre est
de Chicago, c'est son premier
voyage en Haiti, et son sijour
ici durera. trois jours. Elle trou
ve rales qui d6corent l'aroport,
et qui ont 6t6 r6alis6es par Ni-
h6my et Cidor.
Hier martin, est reparti pour
les Etats Unis, Monsieur Mike
Rodriguez. D'aprns ce que nous
croyons savoir, un contract frai
chement conclu lie Dada Jaca-
man, impresario du group lea
Schleu Schieu, it Monsieur Ro-
driguez. Un fan des Schleu-Sch
leu nous a affirm que cot en-
semble se rendrait h New York
vers la fin de ce mois, et s'y
produirait pendaiut trois semnai-
nes.
Monsieur Jr6iie .Morros, procu
reur gin6ral de Chicago, est ve
nu passer le week end en Hai-
ti. Ceist la premiere fois qu'il
nous rend visite. Souhaitons que
la Perle des Antilles conqui -
re son cocur!


Le Dlscers u



lo voyage dnApollo XI permet-
tea is a0s Olites intellectuelles
et a notre jeunesse otudieuss
de vlvre lea perip6ties de ice vo
yoge interplnrtaire et l'exposi
tion d'un echantillon de roche
lunaire ne poumra qUe stimuler
I'esprit de recherche scientifi-
que, exalter l'id6al de d6passe-
ment de sol-meme propose aux
generations montantes.
Je suis fiber d'etre ici 'Inter-
prkte qualify du Peuple Hai
ten et do vous demander, Mo-i
seur I'Ambassadeur, d'assurer
le President Nixon ct la Nation
Amnricaine de l'amitits indiec-
tible de cette R npublique d'Hai
ti don't lee fils verserent jeur
sane A Savannah pour la cause
de IldIipendaaca Nationale con
tre la MMlropole anglaise. '


MON BLOC NOTES
(Suite) 1 -
venirs, r&ves, hallucinations et
risaljt procedent par sub-
tils 6 c h a i/g e s. Une so-
norisation las oa 1 i t e (deca-
lags, jumelage, etc.)' un usage
efficace du ralenti, un sens tris
pousse du fantastique muderne
tout cela contribue I 1'orsginali
t6 de la mise en scane deBoor
man. Quant h la violence, elle
s trouve concentric en des
plans tellement rapids qu'elle
oublie d'en -tre atroce. eLe
point de non-retour, on le di
passe natureilement. Et Sn n'a
boutit nulls part. Le film ne fi
nit pas. II s'arrite. Comme par
spanne de pdllicule.
Z X x
IIL A COEUR JOIE
Variations sur le theme de
l'amour. Mais quand on a vu et
revu Un hominme et une femme
de Claude Lelouch, ce roman-
photos banal de Serge Boiirgui
dnon. come naguire, pour
d'autres raisons" cL'6trangere
de Serglo Gobbi, ne nous touche
guere. D'autant plus que S. B.
est d'une coquetterie souivent
fort inutile et inefficace. La
fugue icossaise de B. B., et Lau
rent Terzieff constitue le meil
leur morceau de c film sorti
en 1966. Avee ce vieux chateau
abandonn6, les olseaux, le so
leil, la mer et le vent.

IV. LE CID
Dans ce film (tourn6 en Espa
gne et sort en 1961) sur la i6
gendq de Rodrigue, tueur 'do
Maures, puis ami et chef de
Maures, Anthony Mann nous
montre que, rompu a la fabric
tion des grands westerns, il
sait manier avec habdlet& les
grand spaces, les dicors encom
brants, le XIeme siecle, les guer
res de religion et les monstres
nacres (Sophia Loren et Chnil
ton Heston).
x x x x
V. QUI A TUE FANNY
HAND?
Un poiicler-western atta-
chant. Peter Lee Lawrence re
vient au pays,y met bon ordre
et s'en va vers d'autres aventu
res. Sous les vivats des bon
nes ens. Et naturellement avec
la fille du sh&-if.
Sean-Claude CHARLES

NAISSANCE
Hier matin, nous avons ren-
du visit h une heureuse et jeu
ne maman, Madame Constant
Bouchereau, n6e Jeanine Scott.
Vendredi martin, i sept heures
vingt cinq, A 'Hpital du Cana
p6 Vert, elle a mis au monde
un beau b6b6 de sept lives.
C'est son deuxiime gargon. Ce
nouveau-n6 est si gentil qu'il a
fait oublier a Jeanine qu'elle at
tendait une fille. Nous formu-
lons pour le poupon des voeux
de bonheur, et prnsentons nos
compliments h Molisitur et ,Ma
dame Constant Bouchereau.

Dleudonna Pomero
) Le courageux et brilliant chro
liqueur de la Voix de la sR6pu
blique d'Hati, notre collabora-
tour Dieudonn6 POMERO fCte
ra domain 12 Avril un nouvel
anniversaise. En compagnie de
Pom I'on prend gofit ia la -v:
tant il est toujours d'humeur 6
gale. '
Aussx prenons-nous occasion
de cd bel anniversary pour nous
associer h sa famille, sea uom
breux amis et lui presenter nos
sinceres, voeux de sant6 et doe
longisvit6.
Bonne f&te, vieux frere.


SUne formule formidable -

C'est le GRECIAN FORMULA 16. 11 rend A
vos cheveux ses couleurs naturelles en 10 jours
S3 spmaines au plus.
Le GRECIAN FORMULA 16 n'eat pas une|
teinture. C'est une lotion qui retonditiomne les
Scheveux sans les graisser. 11 leur redonne leur
jeunesse.
Faites disparaitre les cheveux grij Yn peu deo
temps et sans le m o i n d re traas avie le
,GRECIAN FORMULA.

AGENT:

Don Mohr Sales Corp. |


LE DISCOURSE DE Le Premier
(Suite) ,


re de sol dana cet icrin de o lu-
cite est le premier rdsultat tan
gible de cette nouvelle phase de
l'histoire de l'hsumanite. Dea 6-
chantillons similaires ont et6.
soumia & des 6tudes approfon-
dies par scientists qui sont
-arrivs ai d'importantep conclu-
sions quant & las nature de la
- lune et du system solaire. D'au
trees dicouvertes suivront et des
theories nouvelles seront certain
nement lormulees au fur et ai
Smesure que Ics futures missions
Apollo front de nouvelles explo
rations. 1 out le enre human
est appeal ib eneficier des con-
naissances nouvelles qui seront
acquises.
* Je voudrais aussi vous infor
mer, Monsieur le Pr6sident que
deux lvinements important au
runt licu en Haiti, sous les aus-
pices de l'Ambassade Amdricai-
no. daus la sunaime qui marque
ra, en juillet prochin, 1'anni-
versaire de aIs Mission Apollo
XI. Le premier aurac a pr6sen-
tation en grand Premi6re
Port-au. -rince. en mime terqps
quie'dans IL plupari des capital
les'du monde, d'un nouveau filin
sur ie vwyage Apollo l'histo
rique dea oechercbes et autres
devwlopper',ents qui y ont con-
duit; le second consistera en u-
ne exposition d'un ichantillon
de roche lunaire, coinme i en
est a travers is nmonde. Cette ex
positiosaera ouv-erte au public.
Au moment de pose le pied
sur las Lune, Neil Aiaistroig a
dit : C'eit un prtit pas pour
un hoinie, 'niis un saut gigan
tesque pour I'liun.anit6a. L'hu-
n.-niti itait, en effect, symboli-
queiient rcpresentee sur la lu-
ne par les drapeaux d, tous les
pays du monde. Le drapeau hai
tien a fuit It voyage en compa
giae des eiblenies des autres
Nationrsseurs de cet henisphe
re et de ceux des pays a'Afri-
quc, d'Europe et d'Asie.
L'Homme est un, vilis le v6
ritableesprit d'Apollo. t corn
me l'a dri le President Nixon
dans sa conversation til6phoni-
que avec les prcrmiers ihonmes
sur sla lune : Alors que vous
parlezc de la Mer te ia Tran-
quillit6, cela nPus incite a redou
bler d'effurts pour instaurer la
pa.ix et la tranquillite sur la
Terre. Pendant un nmment ines
timable de I'Histoire de i'Hom-
me, tons les peoples Ate cette
terre n'e fournicilt qu'un scul.
Ce principle a guid6 le pro-
gramme spatial am6ricain des
sa conception is savor que tout
le genre human partage les b6
scfices de 1l'espacL extra terres
tre. Reprisentr par son dra-
peau, Haisi, un ieii! ict estimi
antsi d- Etats i ,i., a partici-
Sd a. ce moment listorique. C'est
ldans cet esprit de l'raltcrnit6 uni
oerselle que ie vous present,
Monsieur le Prisident de la R6
publique, e.; suuver.ira du pre-
mier voyage A la Lune
Port-a.i-Pee, Haiti
SLe 10 vril 1970.

Carnet Social
Aujourd'hui 11 Avril ramnine
l'anniversaire de naissance de
G6rard Verna, chef des Ateliers
de l'Imprimerie (Presses Port-
au-Princiennes).
Heureux Anniversaire Girard
et longue vie.


Ministre de la -Guanae .. C4lrmoule de
.- quite) (sui. u te)
dode. M ouvrages entire autxs.


foueroulr ur la preanltre fols le.
ol o la ILL'renmere Itepublique
Independance du Nouveau-Mon
. de'. Joe me rappoile dit-il
quo tout june, je lisais le r6
cit des exploits de Toussaint
Louvertureo et do Dessal.ne.
Noas lea considerons aussi con
me aes heros ae la Guyane.
Poutr -des raisons de survive,
tout .es pays de cette region
doivent s'enendre, au morns
maur le plan economique. 11
Sn'est pas possible qua de peta-'
tea unises politiques contmuent
d'exister longwemps et je crois
que le' G6neral de Gaulle. avait
la son quand il -definissait les
caraibes. Je suis persuade que
lga p.'s dcs Caraibes out un
r61e onporian a jouer. Je vou
arals que ma. trop. breve visit.
molt une contribution au rappro
choment des pays des Carasies.
J-'ai 6t6 bien impressionnid par
la chaleur de al'ciueil qui nous
a et6 fa t et je d6siro viveneimt
pouvoir retourner en Haiti pour
un sejour plus long. Je ne crois
pas qu'il y ait eu dans ma vie
ies moments plus agriables
que coux que je'vis on co meo
ment et j'eapires quo l)e rela
tions entire nos deux pays so
ront tr p cordialea.
Le monde change et exige do
nouvelles solutions "a do nou-
veaux problhmes. Nous autres
de la Guyane, nous essayons de
trouver une solution au probl
me de la pauvret6e ct de 1'exploi
station. Nous avons essayS de
donner A la nation -lo sens
de la cooperation. Noug cne prc
tendons pasa tra riches ma's
nous croyons avoir appris
A no re people c o m m e n t
exploiter sa richesse, au
lieu de 'a 1 i v r e r h d'au-
tres. Nous apprecions qu'
Haiti a:t apport6 une important
teo contribution & la vie des Ca
raibes. J'ai 'honniur de vous
affirmer que nous voulons maf
cher la main dans la ma:h avec
le people et le gouvernpment
haitien. Nous voulons que re-
gne dans cette region le respect
mutuel...e
S R xX
LE DEPART
A l'aroport, ce mat-n, Son
Excellence Monsieur RAM-
PHAL SHRIDATH, ministry


Avis de Divorce
Par jugementc rendu le 15
Juillet 1969, le Tribunal Civil
de Port-au-Prince a admis le
divorce des 6poux Joseph Ma-
gloire Dautruche la femlne
n6e Marie Andrie Ghislaine E-
veillard et a prononc6 la disso-
lution des liens conjugaux.
En execution de la dite d6ci
aion, l'Officier de l'Etat Civil
de la Section Est de Port-au-
Prince a transcrit, conform6-
ment i la loi, le disposif du
mus dit jugement dana le regis-
tre a ce destiny, le mercredi
neuf avril 1970, apris que tou
tes les formalitis de la loi ont
6td remplies.
En foi de quoi le present est
donned pour servir et valoir ce
aue de drolt.
Port-au-Pce, le 10 Avril 1970
Aurilien C. JEANTY
Avocat


Avis aux Commercants

de la Place
II est porter a la connaissance des Etablisse-
ments commerciaux, que la Fish Industry of
Haiti, S.A. met A leur disposition ses chambres
froides et freezer, tous les jours A partir de
8 h. A.M. a 4 h. P.M.
Le Samedi de 8 h. a midi, les jours de fete
except6h.
Pour tous autres renseignements : adressez-
vous A la Direction de cette Compagnie : Ave.
Truman, Cit6 de 1'Exposition pros du Th6atre
de Verdure.





SOIJ IREZ VOUS

@ SAMEDI SOIR


DINER ET DANSER @
AVEC LES SCHLEUX-SCHLEUX

@ Au Rodd Point Night Club

@ Admission $ 3.00


CARIBAIR


EXCELLENTES CORRESPONDANCES
POUR LE CANADA, L'EUROPE ET L'INTERIEUR DES ZTATS-UNIS

Vendredi, Samedi, Dimanche : Depart a 10 h 15 A.M.
Port-au-Prince Kingston Montego Bay Miami
De retour le meme jour par la meme voie pour San JuanAL 6 h. 55 PM
Toujours avec nos. ,FIESTA JETS,

Qui sont plus rapides, la cabinet eat plus spacieusq, les sieges plus confortables.
Vous auresz 'impression d'ftre en premiere classes au prix tourist.

De la place pour ftendre vos jambes, et ce sentiment ad'appartenance) qui

vous rend l'atmosphire conipltement amicale.


CONSULTED VOTRE AGENT DE VOYAGE OU NOTRE AGENT GENERAL DES VENTES

LA PANAMERICAN Cite de 'Exposition -- Tl : 2-304


FAGS 0r -


AU PARAMOUNT

Dimanche 12 Avril a 5 Hres. et 7 Hres. 30

Une monumental superproduction
d'un retentissement mondial




TRESGRAND/

SPECTACLE.

















WANER BROS SEVEN ARTS





LE CHEVALIER DE LA REINE

HARISIREDGIAVE/NE'iO/HEMWINGS
FKiJEO' LOIWE ALAN'AJi LEINB JACK7 WARNER JOSHU5ALV5VRA
ECHNICOLOR PANAVISION 70"/ W"


Basge sur l'Oeuvre immortelle de Shakespeare,
une oeuvre d'une indiniable splendoeur
artistique

Admission 7 3 Gdes et 5 Gdes.


~.-"---~-r`~-`-.-~..~ --..~ .---^111~_1_1~ ~11_1__~_ C______ I__ __ ~--~--~I-~--r-~-- ___ --~-~-r*---I- ~ ~--1. ~. ~I _ _C~_r___T___~_ P


I


il (Oyewl CO)


____I


IYYYYY 1 -111


A


~;aa~;z~~;~.~roi~iiaki~<1LBLC~Y. .Wlbbrjl~~rji~LI--YI3~~*iLC-Y j_;_hlliilU~d~Zr~L~~~i~l~k~Li_~i;


de la, justice, .a delari A t'un
de nos reporters : cNotre se-
jour a t& agriaIeA -mais trop
brief. Nous espbrons revenir a
nouveau, mals pour plus do
temps).
La delegation do la Guyane
Britannrquo est repartie ce ma
tin par un Fiesta Jet de la Ca
ribair.. Los- officials guyanais
- ont 6ti salus A l'aeroport par
les Ministres Adrien Raymond,
Aurile Joseph et Simon Desva
rieux, par lea Ambassadeurs de
Chinfe et d& Corie,, par I'Ambas
sadeur Ren6 Hyppolite, par M.
Carl Alcindor, par 'le lieute
nant-Frantz Adam de la Ga-de
"Prsident:elle. '
Avant le. depart de lavion,
le commandant de bord, Capital
no Hilton Montes' fut prcsen
t6 au President et aux Membres
d las Dfilgation Guyanaise.
Nous nous rijouissons de
'aimable, mais trop court visi
to. que viennent de nous rendre
ces officials de la Guyane. Sur
le chemin du retour, le Premier
Ministre Burhman s'arrgtera ih
la Jamaique ofu se tiendra pen
dant 5 jours une rumnion des
Prmiers Ministres du Cmmon
welth Caraib6en.

La Philosophie
Francaise
contemporaine
Jeudi soir, i 6 hrea., a l'Ins
titut Francais ept lieu une ex
cellente conf6renceco. me. Amie
Daudet, avee l'autor6t du pro
fesseur, a pass en revue la phi
losophie francaise durant les
30 dernieres annkes..
Elle a consid6ri d'abord I'EX
ISTENTIALISME qui a domino
les ann6ee 40; son success fut
assure par Tapr6s-guerre qui
trouvait les individus disespi-
ris scandalise par Phorrible
spectacle de ce qui venait de se
passer. Les interrogations de
Sartre se rapprochent doe la qug
to du spiritlel chez Pascal. De
vant son public attentif,Mme Dau
dot a dissqui6 lea principles de
base de la philosophic de Sac
tre conomme la contingency, 'on
soi, le pour-soi et les compo
%ants de I'6motinnel : angoisse,
ennui, nauspe. E dq toutes ces
considerations, I'homme sort va
loris6, il possede une valeur par
rapport aux choses.-
L'autre aspect Philosophi
.e de cette parties du siscle,
c'est le STRUCTURALISME.
L'homme est function du moiido
et les disciplines actuelles com-
me la sociologie, la psychanalyse
l'ethnologie mettent en valeur
les rapport humans engagiss
dans la structure. La psycholo
gie qui Otudiait ies itats
de conscience perd tout carao
tOre pour se confondre dans
las situations.
Ce sont les exp6ripnces de Saus
sure dans le domain do la lin
gulstique et les travaux scenti
fiques do Levy Strauss sur
les soci6tis primitives qu'ont su
digager lea schemes gin6raux
et immuables des communautos.
Cette conference fqu nous a
gratified Mme Dr udet incite a
Sapprofondir davantage ces ques
tons si passionnantes. Lea itu
diants des classes terminales qui
furent nombreux ont chaleureu
segment applaud la conferenci6
rei
Nous pr4sentons nos vives fM
Ilcitationsa Mme Anne Dau-
det pour ce bilan de la philoso-
phie frangaise.


La Revolutio-n an Pouvoir oil
Se trouvent fix~ea lqs grande
lignra de sad philosophie politi-
qne.

Les travaux du
Premier Conares
International de
CosmetolOeGie
C'est avec un 6el plaisi que
nousa sulvondA lea differentas ac
tiItis faisant l'objet du Pre-'
oiter Congrbs' International de
Costetologle organism en Hai
ti par Mme Germaine Pierre-
Louis, directrice de It'Ecole
,Technique de Cownitologie ia-
Svec lam participation de l'Alpha
Chi Pi Omega Sorority and
Fraternity.
Inaugur6 solennellement en
presence de deux Reprisentanta
du PRESIDENT A VIE DE
LA REPUBLIQUIE, de son Ex
cellence Mgr. Ligond6, Arche-
veque de Port-au-Prince, des
repr6sentants des diff6rents d6
partements minist6riels, des of
ficiels du Gouvernement et
d'un grand nombre de cosm6tolo
gues et d'amis, le congrbs a'est
d6roul6 a la satisfaction de
tons tout au long de la semai-
ne.
Noua convions nos lecteurs
& lire, & partir de lundi pro-
chain, le reportage complete que
nous ovons pripar6o leur in-
tention.

'LE CORPS DU COMTE KARL
VON SPRETI
GUATEMALA, (AFP)
Le Corps du Comte Karl
Voel Spreti a quitter vendredi
le Guat6mala pour l'Allemagne
F6dlrale i bord d'un avion mili
taire Allemand upres avoir le
Cu les honneurs militaries.
Le Gouvernement Guatimal
donner pour servir et valoir ce
Corps Diplomatiqua ont assis-
te a la cermonie, qui s'est d6
roulde as 'a6roport militaire La
SAurora, oil en presence de M.
Walter Scholl Ministre des Af-
faires Etrangeres de R F A, les
hymnes nationaux dAllema
gne et du Guat6mala ont ito
executis par une musique mil
taire.


LA lere COMMUNION
S'ANNONCE
AU MONDE CHIC
le magasin up to date ne se
sent jamais lesser pour vous
procurer ces articles tels
que: batimte, linon, opal,
organdi, popeline et broderie
Suisse, crepe georgette, toile
de fil, dacron, tergal etc.
Chaussettes, demi bas, cou-
ronnes, tulle, gants, mou-
choirs et sous vitembnts.,
Futures mamano,
AU MONDE CHIC
A bien perser A vous plaire
6galement, en vous prsaen-
tant lea tronsseaux de vos
BEBES
Rue du Magasin de l'Etat
--89- ,


I
t
>

I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs