Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06709
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: April 2, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06709
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text





Q-UOTIDIEN

LE PLUS AvCJEN D'HAITI
PONfiDo N 1996

octeur et FfAdocteur e tChef:
Lu/CIEN MON TA s

AdministraMeur : as MAX CHAUVET


UMBRE DE L'ASSOOIATION INTERAMEkIOAINE DE PREB8E


Adree: RUE DV CENTRE



POR T-AU- PRINCE (HA/ I /)



BITE POSTAL : 1316


No 248.050 E E JEUDI 2 AVI1L 1970


Salariat et Patronat



unis pour feter le ler Mai


Dans notre nalnido d'ovant-
hire, nous avons faith dtat d'un
document ddposr par le leader
ouvrier Jacques Sapint Lot au
SecrdtariaL Gnral nou Depaorte
ment des Afaires Sociales et
o5 ii est question pour lea ou-
vricrs de rivendiquer te privild
go d'organiser la Fte uu Tra-
vail le ler Mai prochain, en col
laboration avec le patronat.
Nous prenons plaiteir i pu-
blier cet important texets par le
quiel le reprdsentants ies plus
qualiifs de nos oifferootes or-
ganisations syndicates reaffir-
ientici leur .tachzn.ent a la Per
iorne du Preom.r Synditi.2iste
Haitien, Son Excellence le Doc-
teur Franc o is DUVALIER, Pr6
'ident a Vie de la Republique ct
it sa politique od'iiunanisation
prngi essiv esi s class( dnmu-

V- *0 E 7 X


leur vitalit6l IP faveur du nou
-eau concept deiiaoroc ihaLion im
prime par Son Excellencr le
Docteur Franuois l)u'aiicr, Pri
sident Vie de la ocpublique,
a Sa polilique ouvrisre, traCant
une nouvelle oric.itation qui ca.-
dre bcin avec les aspirations le
gitimsc !es travailleurs dvo-
luant dai.: u.pe classes ouvridre
socialensent prot6,:6e ft prdpa-
ree. ddcideiit d'inviter le Pre-


mier Syndicaliste Huaiten, Son
Excellence le Docteoir Fraitqo.s
DUVALIER, aux manifesta-
tions qui ceront crganiseos dans
les d'iverses Associations Syndi
scales souddes i Son Gouver-
mern, it i'occasion de la Fte
Natminaie du Travail et de l'A
agriculture le ler Ma-i prochain,
en cette iecennie dccnuiique,
en ue de Lui rendre un horn-
mage public et bien marite pour
les'grands travau:r '*infrtnitrnc
ture qui 'exdcutent, pour los
projects dconomiques gqu'l a con
es, pou ir le dIdCl t;)pcment de
nosique du pays qu'll --ntre-
prend.
Jacques SAINT LOT.
Force Ouvriere Paysannc.
Achilte LAROSE, i t.nfed'ra-
tion des iravailleurs du Trans-
port.
Rend JOLICOEUIl, vy.,'divet
des Ouvriers de la Compafite
d'Eclairag e Electriquc.
Joseph DOUGE, Syni(icat di
la ConfNddration.
Edmnnd SILVAIN Syilicat.
d'u Ciment d'Haiti.
Joseph Molierc COMPAS, Ft
aeration des Travailleurs Hai-
tiens.
Jean BERNARD, Association
des Chaulfeurs Guieas d'Haiti.
Jean BaptisL LECONTE.
Syndicat de la Reynold's Mining"
Morin C-(HERUBIN. Syndicate
dc la Iasco etI do la PCS.


Neo Yoil, (IPS)
Dans son dernier lire, i'agro
nomne francais Rene Duniont
examine di'un otil critique la si
tuation actuelle it Cuba.
Ce livre intitu6le Cuba est-il
un pays .ocialisle?. dJplore I e
foit que le pouvoir exerce par
le Premier Ministre Castro ne
suit pas cunitrebalinc pa-r des
6ldments moddrateurs, ainsi que
I'absence d'e dialogue dmisocra-
tique entire la population et le
oauverneeient cobains. L'agri-
oulture enlbaine, conmme ies a.u-
tres secteurs de 1'economie, est
en passe d'etre militarisne, dP-
clare-t-il.
ILa ruLrique litieraire du
sNew York Timess cite des pas
sage-, diiu livre tie M. Duniont
sclon lesquels, actuellement,
Castro n a conscintLe que d'une
parties deS difficulties du pays
pa.rce que ses subordonnes crai-
gnel.t de lui re,-Eier toute 1'6-
tendue du probieme. II faut, 6-
crit M. DuCiont, uL LastLro comn
prenne i nt&cessait6 de limiter
ses proprcs pouvoiro, avant
qu'ii ne soi trap taro.
M. Dumont observe que lon
ai coonie tLnt d'cireuri en agis
sant trop rapidement, que l'on
dev rait c viter d( retomiber dans
les mimels crreuis a I'avenir.
Mt-is, it semble qu'h Cuba or. r6
per les mrmes errcoir depuis
dix ans sans en avoer iir de le
con salutaire.
L'auteur cite diffdrents cNeon
pli, de detdrioration de 1'econo-


La recolte de Cafe
Selon i'un des derniers bulle
tins de 1'IHPCDE les expedi-
tions et les enregistrements de
la nouvelle recolte de caf6 at-
teignent d6jA deux cent trois
mille sept cent un (203.701)
sacs de soixante Kilos chacun:
ce tau 19 Mars.
Durant le premier trimestra
c'est-h-dire Octobre, Novem-
bre et D-cembre 1969 il a 4tl
expdiS A 1'tranger 64.832
Jusqu'au 10 Mars, le second
trimestre a vu partir pour I'd
tranger 1218R75 sacs d' n'.tra
denree.
Pour le 3e trimestre, il a
t, enregistre jusqu'A present
des contract pour dix sept nril
le sacs de caf6.
L'on s'attend h ce qua 'I
chiffre de nos exportations de
.passe de beaucoup celui de
203.701 not6 jusqu'h present
pour la pr6sente recolte.
En attendant, les course mon
dtaux du caaf montent en flb-
ches. De quarante dollars
(1. 40.00) le sac FOB au dO-
but de l'anne, les course sont
passes it cinquante dollars en
F6vrier, S cinquante deux dol
lars en Mars et atteindraient
cenquante quatre dollars depuis
hier pour le Santos 4 le 5 X.
Le 2 X serait A cinquante et
nn dollars ($. 51.00) h quel-
ques centimes pres.


mie et des services pabLes cu-
bains. En public, dcrit-il. tout
le monde senibi eLre pour Cas-
tro; en privd, ses partisans sont
beaucoup moins nombreux.
Ce livre ncxistoe atLueiement
qu'en frangais, (Editions du
Seuil) mais il sera sans doute
traduit en anglais come Pont
dtd la plu-art des autres ouvra
ges de M. Dumont, nota.mment
son livre sur ie ddveioppement
de' lAfeque intitul6 L'Afique
Noire est mal parties.

Le eTimes> rappelle quc M.
Dumnont dtait autrefois tout i
fait en faveur de la revolution
cubaine et qu'il a fait plusieurs
sdjours dans ce pays depuis que
Castro est au pouvoir. I1 s'y
trouvait notamment l'anned dsr
nitre.


SANTO DOMINGO.- Lc Prd-

sident de la RFpublique Domini
caine, le Dr Joaquin Balaguer,
a. retract hier apres midi sn
promessee d dEmission.icr le 16
Avril prochain : ce, en vue de
r6pondre S 'ultimatum des Par
tis Politiques de laisser la ba-
lance gale entire les different
groupemcncs qui vcnt aux urnes
le 16 Mai, pulsqu'I est lui-meo
me Candidat a la rdelection.
L'engagement Sde dmissionner
avait dti pris mardi a la suite
d'un appel lance 0au peuple do
minicain par le vice Prssident
Les milieux politiques s'e-
taient montrds d ailleurs peu en
clins a croire en la promesse de
Bala-guer. L'entourage du Chef
de l'Etat signaled de son c6Oe
qu'au moment ou le climate de
violence ct le Imaaise ne tont
qu'augmenter en R. D. ce
ne serait pas le moment de
career une vacance presidentiel-
le et o'appeler sou dicuoir un
Chef d'Etat intdrimairc, ayani
natutellement peu d'autoritd de
par sa position provisoire pour
diriger fermement les ev6ne-
ments et surmonter les nom-
breux 6cueils ,qui se presente-
ront certainement au course des
semaines prhcadant les comics
gdndrales.
De routes falcons, les Diploma
tes, accrdditds A Santo Domin.
go, trouvent la situation trbs
sombre, d'autant plus aue des
terrorists ddposent des aombes
nux portes des bureau ou des
hotels rhsidentiels. des reprAsen
stations diplomatiques dans la
Capital 'dominicaine, notam-
ment aux Amb.asaden d'Alle-


Disserter sur Qudbec com-
me l'ont fait ii Radio-Mtropo
Il: Un Duchesne. un Guy Dou
cet, un Jean Claude, un Jac-
ques Barros, c'cat aboider It!,
question beaucoup, plus aoes
lis yeux da coesr,qu'ii ceux
d'esprits tenant compete des rea
lits. Avant eux, le plus illus-
tre des francais vivants com-
mit lui nussi cette erreur de
vision, en s'ecriant dans un ac
cent sincere : Vive le QUEBi:
LIBRE I
A croire que cette Provincre
ava.r t dtd enchabiud, et qu'il
lui faille pour respirer: le SuP
paratisme, l'indapendance. Mi-
rage gue tout ceci, diese et en
tretenu par des generations
de roliticiens, flattant les pas
sins avec le thlmnie allfechant
de surviva.unce edo la culture et
de la ilangue frangaise, slais-
sant de co6t6 ou effleurant h
pine, les problaines de base
don't la solution apporterait
dii mnime coup une rfponse h
la question de langue et de
rculturce. Eh oi il nest un se
iret pour personnel, gqu'A ,T6-
gard des Canadiens frangais,
ceux de langue anglaise ont
le all couis de i'nastoire une
conduite blAitmaole Bien que It
Constitution recunnaisse aux
Canadiens frangais, les droits
de citoyens a parts egales, les
aonlats Is oult places sur Ie
niome pied que lee autres nilino
rits, c'est-h-dire, avcc dos pri
vilhges limits.
Dans cl Serice Civil Fede-
ral, soul l'anglais cst. accepted
come Insue T'do trouil. Tout
rcemmnent encore, le.u Affaires
Exterieures offraient l'image
d'un Canada pays anglais.
La Capital Feddrale est une
tapitale anglaise, 'Arcmee Ca-
nadienne une armes anglaise.
- Le. l Canadiens francais
dans lien autres provinces rie
jouissdpt gure des droits et
des privileges accords aux Ca
nadJens anglais A Qudbec. Nom
bre de companies 6tablies
dans I(. Qufbec .ie pruoeosent
aucun respect pour Ia langue
et la culture de leurs emplo-
yds. Nous savons tout selo et
continuons noa.nmoins f lpen-
ser avec Pierre ELLIOT I'RU-
DEAU qu'un movement saps
ratiste n'est point la solution,
tout Lcomtne les liangeoitnts
Constitutionnels rdclamds h cor
et h cri ne sauraient etre le
mot est de Trudeou : 0une
protection adequate IA 1'nor-
ite influence exerce par leI
grande masse des Ar.io-Saxon
qui occupant la plus grande
parties deo i'Aimrie, du Nord,
influence qui pnstrc du oreste


jusqu'au fin fond di p Quobec,
Et ceci n'st par s timplemest
se r6sultat de puissantB mo-
yens modernes de communion
toon, mais il provien t du faith
qu'A la porte de Quedbc se tropn
ve le pays le plus rice du
msonde, le plus industrielle-
ment avane et du point db
vue stratgique, o'un des poa-
ite militaires de la planete lea
'inneux 6quilibr6s.
Devant une tell siturttio,
tVesprit luxide de s'actucl pre-
itier Ministre reconnait qug
oLes garanties legales ielles
seules sent trop fragiles pour
assurer h, survivanie de la
langue et de la culture fraco-
aise. CLrux qui pensent qid
les garanties 1igales sent Auf-
fisantes, sont pcut-stre las
pins dangereux ennemis des
traditions quion veut sauvegar
der et perpdtuero. Ft alors,
que fair '.' Dans son livre Je
eFEDERALISME ET LED'S
CANADIENS IFRAIQAIS.,
Pierre Elliot Trudeau, actuall
Premier Minittre, entrevit d6s
1965, les clefs du piuhllme.
C'est d'abord pour lut une af-
faire dconomique.
Ia Constitution canadionne

(Voir suite page 3)


Le quirtier quo j'habitais a-
lors est i flanoc se colline, is
une certain distance de la ( a
pitale. Comment avais-je pu
echouer dans cot oiimroim 6oi-
gne, come spar6 uo niumnde,
oi les Cchos de la ville parvien
nent com ne une sourde rumeur,
mol qui ai toujours ct le pIi-
ton impnitent tie Port-asu-
Prince Le hobarcs d'une er-
rance horse nos pmurs at au-de-
lt de Bolosse, me conduisit
dans ce quarter que je edeou-
vris un apres-midi au cr6puscu
le.Du c'el descendant come un
voile de cendre; une tristesse
jdgdre impregnait une nature
verge dont Ics, orbres frdmis-
saient q jaine i-une rise nais
aante.
J'ai,toujours dti .-nsible au
site, et ut passage admirable
contemnipl par une splendid
fin de jour ne m'a jamais 6td
indifferent. Cet apres-midi-Ih-
est-ce parce quo la nature d6ait
trop belle, et qu'une lurnidre
affaiblie, 6clairait i pine, met
tail A toue chose une nuance
incertaine qui s'accorudait Ih
mon dtat#d'.me? Est-ce parcel
qu'il tait trop beon, le cou-
ihant quo je voyais come d'un
promontoire, avec la fartasma
goric de ses vives couleurs,
oi oiuanr d celles-ci St d-fal-


Lettre du savant professeur


Marco Todeschini

a Mesmin Gabriel


Bergamo 18 Marzo 1970
Mon cher et grand ami, -
J'af regu vote aimnable let
tre du 4 courant et aussi, led's
trois articles que vous avez e-
crits dans le journal LE NOU
VELLISTE de" f;aiti, ii 22,
23 et 24 Fdvrier 1970.
J'ai trouvd ces articles tres
Intdressants, clairs et perti
nents. Je suis tres content et e
mu parce que vous aves -ia oti
prisa fond ma th6orie et soa
vaste portee dans tous lea
champs du savoir; vous avez
compria qu'il faut li divulguer
avee touted lurgence qu'exigcnt
ceo temps, afln que tout ls
monde puisse recueillir les
fruits spirituels pour lesquels
ell fut inspire et 6crite. Je
vous remercie de tout mint
coeur pour ce que vous avez
fait et pour ce que vous ferez
dans le future pour introduire-
at rDandre mna pensde dans vo
tre beau pays.
Jo vous prie de m'envoyr
uone autra copie de chacun de
ces trois articles af'In que je
pulsea les mettre dans les al-
bums du NATIONAL DE PSYCHVOB10
"PHYSIQUEb don't ij'i l'hon-
neur d'itre le Pr6sident.
Je suis Iheureux que vous
ayez associ6 ma th6orie Ia cel-
Is de note cher aini, l Dr.
Maurice Vern-t.
Je vous cismvoie un compete
rendu du cCONGRES INTER
NATIONAL ANTICANCE-
REUX qui s'est rpcemnieno t
.--- orT-1:_ sn.- to- 1


magne, du Guatdmalan de )'Ar- tens en Italie
gentine, du P&rou, d'ltalie. quel lea savants q
x xx x cip6, ont reconnu
rie eat fondamen
REUNION DES PARTIES comprendre la ge
POLITIQUES dies (cancer con
SANTO DOMINGO.- obtenir de plus
Les dirigeants des sept Par- plus afires diagn
tis politiques de Poppo;ition se pies.
reunissent aujourd'hui a i'extra Etant donn q0
ordinaire on vue de s'entendre formations trees i
sur une politique commune diri de grande actual
gde centre ie President Bala- sent autant I'opi
guer.
Selon des inior.atior.s tiffu-
s6es ce martin par Is prese et La vie poUl
Isa radio, Balaguer, de son cote )
accuse Popposition d'attendre francaise
sa admission pour prop, rer un
coup d'Etat. PARIS (AFP)
Un porLe parole plus ou
moins autoria6 affirmed que Ba Le Gouverehement
leaguer a demand i l'oppositior suivie sa politiqi
de ne pas boycotter les elections et de concertatioe
6dnerales au premier degr du les organizations
16 Mai prochain, mais de for- veo, respectueusei
mer une coalition afin dc prh- td, mais tout act
senter un candidate unique ou A d'oit qu'il vienne
la rigueur deux. Ainsi, serait categories Eociaie
dvitee la trop grande dispersion sera reprim6 avec
des votes sur une dizaine de cessaire. tell e
candidates, de telle sore que ce- prise hier, a l'Ely
lui oui obtiendra la majority re vernement, it la
lative et sera proclamd Presi- bles de t'Universi
dent n'aura tdt blu qu'avec un de manifestations
faible pourcentage des voix e6- teurs routiers et
mises (15 ou 20 pour cent. Ba prolonged des co
laguer en avait obtenu environ A la veille de
30 pour cent, il y a 4 ans et lementaire, le bu
ce, grtce i une majority 6cra- du group UDI
ante obtenue uniquemert dans pour sa part, que
les communes frontalieres avec et affirmed b'aut
la REpublique voisine d'Haiti). Tandis que le
Dans ce cas, balaguer pour- dilibdrait, les cor
rait reconsider les possibilities testataires du CI
de, donner sa dramissior un an Congres pres de
avant la date des cornices. (Suite page 4


et p)endant le-
qui y cnt part
que ma thI o
tale pour b'en
sense des uiarla
prison et pour
rapoides et (Je
noses ct lthra

u'il s',g.t ('in
Importantes et
t6, qui intdres
inion du mon


tique




t entliu pour-
ue ,ot dialogue
n avec routes
reprdsentati-
s de li 16gali-
e de violence
et de quelque
qu'll mane,
c la fermete ne
est ia position
osde, par le gou
suite des trou
ti, des regains
is des transport
de l'agitation
ommergants.
la' rentr6e par
reau politique
R a souhait6,
e soif respected
orita de e'E.tat.
Gouverne.ment
nmeroants con-
]D, r6unis en
Bourgoin, d6ci
, col. I)


de medical que celle du public
international, je vous prie tres-
vivement d'avoir lamabilitM de
le publier dans oLE NOUVEL
LISTE come suite de vos ar
tiles et come demonstration
de la ftconditde ma thdorie.
Je voudrais introduire et fai
re eonnaltre vos ouvrages en Ita
lie et pour cela je vous orie de
m'envoyer le rdsumd do votre
beau livre, sLA CUITr-T'RE,
REFUS DE LA DIMENSION
HU'MAINEo. que je publier';ii
dans les journaux italiens.
VWuillez agr6er, cher ct
grand ami, avec mes voeux de
santd et de succds b'.ss-ic",'
de ma consideration dislinguie.
Marco TODESCHINI


sanle;t, avec. des lueurs qui de
ven.aent inearisest des roses
tires paleE, des a.lEus presque
6tientsi? Eat-ce parce qua_ lit-
bas, par idel les arrest don't
J0 dominais les rcimes, la mer
liotaine qui sciritiliatt de re-
flets d'or, et qui peu it peu se
nuanoait do touo blafards, cap-
tiait mon regard' par un spec'
tacit qui, pour TiLe quotidien,
nWen est pas moins eoouvant?
Je fus vite r conquis et je deci-
dai d'lire domicile, pour une
salson', dans un quarter que
le voyais pour la premiere fois,
mai aui, par d'heumeux acci-
dents de terrain, par ses Ill u
boyants A ,oia parure ecarlate,
par la profusion des bougainvil
les, lar seE lauriers bl ancs
ou rosc-s, nar ses palmicrsf oi
pprfienit de petits oiseanx, par
ce ruban de route fuyant verso
des loinitmins vaoreux, me don
nait un avant-goflt de i'cnqlian
remciit qui m'attendait.
Les premieres semaines could
rent pour moi dans un char-
mc eontinu, et si des fois une
melancolie se'melait h la dou-
ceur qui 'manait du paysage
d'ee, si un-soir le parfum qui
venarlt d'une fo ur inconnuc,
perlnue dans ei fpuille, cessait
de me rejouir 'odorat, je cou-
rais cliez un eamnrade qui n'e
toat pas bien loin. C'eI dire
que t eite, mis poa.t, ge quar
tier deI champagne ne miNnspi-
rait pas grand intrect. HabitS
de pauvres gens, emmurns
dans nci ciis-re ancicnne, "eT
qui vivcient dS petits nmtiers
d'oS ils tnaient une subsistan-
cc parcinmoniecuse, il languisss.it
dans une 16thardgic qui prenait
imoentaniaent fin i l'6popncu
des.raras.
Pour quelques jours le quar-
tier s'animnait d'un plaisir oui
res malheureux se sentaient re-
vivre.- Au son de tambours, do
Vaccines, de.toutes sorts d'ins
truments primitifs don't I'origi-
ne se perd d'ans le lointain des
tees, homnes, femsnes et en -
fants dtaient dtroitemiet miles
dans des dansesa perdues, avec
des dhanchenments qut scandnit
uno musiqueo barbare. Des voix
de feonos s 'dcvaient tlans lI
poussivre qui fardait les visa-
ges. dans 'air stature de fi vro,
ot n'dtaient parfris ild'etra.n'
ineantations qui vcnuicn" du
(Voir suite page 2 )


Pour la protection et le bon renom de

l'Art Haitien


Monsieur le Directeur,

Nous avons le plaisir de por
ter a votre connaissance qu'il
a et fonda h Port-au-Prince
une SociWt6 Civile sans but lu
cratif, denommue d H.oITI NA-
TIONAL ART INSTITUTEo
en relation avec une autre So
cidte du neme genre NATIONAL AlrT INSTITIU-
TE INCo, 6tablie dans 1Etat
de Floridc, S Oakland Park,
comtd du Dade, da.s it buth
de promoavoir i'Art Haitien ai
I'Ext6rieur.
Cette Socited, enregistrid tt
l'Administration Generale des
Contributions, au D0 partement
de 'Intfrieur et di .a Ddfensp
National et au Departement
du Commerce eo d- 'Industrie.
fonetionne par l'entremise d'un
Bureau d'Enregistrenient desti
na h tablir 1authernticit et
Foriginalite des oeuvres d'art
produites darns le pays et A 6-
,meltre les certificates :. appro-
prids.
Les raisons qui ont prlsii
h Ia creation de cetl Institut
sout multiples, mais itl on-
vient dea signaler tenr'aatres
la vogue quo connait actuelle
ment la Peinture Haitienne-
aux Etats-Unis et au Canada
Nous en prenons pour preuve
la multiplication des Galleries
i Port-au Prince et i'iitcnsifi-
cation de la demnnde des Gale
ries ArMnacai.ies.
D'un autre c8t6 les connais-
seurs h6sitent face au ;manque
d'irformations sur les artiates,
h l'absence de garantie quant
h I'authenticite des pieces et
craignant d'etre victim do la
production de masse ou de la
reproduction en sorie des oeu-
vres d'une ceroaine valeur au-
tant de facteurs ndgatifs A 6-
limiiner.
II nest point question d(i
porter un jugement de ialcur
sur ces oeuvres.
La Direction de cet InsLitut
pense que la Promotion envisa
tede sous cet angle inthresse
le' piys tout enter et croit op
portion de placer ce movement
national sous le patronage
d'un Comit6 d'Honneur qui
conmprendreit les personnasith
suivantes. -


Son Ex-cellence le Scivcilirc
d'Lat dc l'Interieuir e de la
Defense Nationale.
Son Excellence le Secrbtairte
d'Etat de I'Education Nationa
le.
Sun Excellence le Secretaire
d'Etat du Commerce et de 1'In
dustrie
Le Directeur de l'Offic'e Nat
tional du Tourisone et des Re-
Intions Pubhiquse.
Le Directeur de la Facultd
d'Ethonologie d'Haiti.
Le President de .i Chamlbre
de Commerce d'Haiti.
Le Direcceur de 1'Ecole des
Beaux Arts.
Ie Directeur de la Galleric
SL'ATELIER
LP Directeur (de LE MATIN
Le Directeur du NOUVEI-
LISTE
Le Directeur doi eRADIO
HAITIM
(suite page 4 colonne I


Prochain depart
de 1'Ambassadeur
Arnaud Merceron
Nous somnmes en measure d'in
former que notre ami l'Am-
bassadeur Arnaud Merceron
gagnera sainedi olon nouveau
posted de Directeur du Bureau
du Tourisme ii New York.
M. IMerceron cumullca ses
nouvciles functions avec cell
d'Ambassadeur atta 16gation clHaiti aux Notions -
Unies.
Ce choix est des plus heu-
reux, car M. Merceion a rempli
avec bonheur plusieurs posted
importanls dans note diplomat
tie, entire z-utres eLux ,i'ambassa
deur d'Haiti a Madrid elt a Rio
de Janeiro.
Dans ces diff6rents postes,
M. Merceron s'tst toujours si-
gnald par son dynamisme ct
son ardeur i ddlendra les int6
rets nationaux. Nul doute que
ces momea qualitis lui seront
prccieuses pour la promotion dte
notre tourism.
Et c'est on lui souhaitant beau
coup de sucets dans sa mission
que nous disons S l'Ambassa-
deur Merceron. Bon Voyageo.


tar r, P tx Uourtois


Le Quebec independent, NORE CONTE


uneutopie Histoire de Tenl insta'

par Laurore St. Juste '
~ ~ ~ a r-- fox>"_ U" unriaty_


Le comrnerautm Georges issa
s'est rendu i Miami. Son beu-
pire, sa femme, noe Gnislaine.
Moussa, et ses deux enfants
lont salud a l'adrsport. Comme-
nous demandions a Mauame Is
sa quel effet ga iui faisait de
"voir partir son Georges, elle
nous rpondit : oS'il liartait en
voyage d agreement, je ressenti-
rais on petit pincen'ent au
coeur. Mais je sais qg'il va A
Miami pour affairs, et j'en
prends mon parti.. Et puis, huit
fours. a p oee s n vile*..
X x x x
Le comptable Bob Laforet ha
bite Porto Rico. II eat rcntr6
au pays hier'matin, er ue de
regler certaines ffaired relati-
ves h son commerce. 11 posaLse
conjointeninot avec v'ousieur
Martinez un atelier' de confec-
tion. Bob Laforit, qui eat tou-
iours sur la breche, resternd tris
peu de temps ici.

Gun Mansa or Gaston Dau-
eousse, 'deux proieseur s fran-
gais, voient enfin leur project se
Smateriallaer. Durant einq jours,
ils se promAneront dans les rues
ensoleillres d'Haiti, et repai-
tront leurs yeux de mnorncs, ie
verdure, et de fleurs.

A xrds six jour rce vacances
en Haiti, Einar Madsen est re-
parti pour Miami hier martin.
II eat otudiant dans cette ville.
Einar s'est orient vers l'admi-
nistration comme eiaie. -

Hier martin, Me Gdrord- R.
Rouzier, representant de Bata
S. A. en Haiti, a accueilli Mon
sieur Roger Gandar,.l'un ocs ac
tionnaires de cette grande fabri
que de chaussures. Monsieur
oGandir, qui ne faiset clu'une
osaeole ici, eat repartl eujour-
d'hui.
Monsieu.s A'nrd Arpaid, ih-
recteur de T616 Haiti, et ses
deux fils Gdrard et Audi6 Jr
ost pris l'adion *ryr martin. La
destination de cies trims voya-
gecurs, c'est Miami. Monsieu'r
Andre Arpaid est ali inscrire
ses deux garhons i l'Universito.
Gdrard se dessine au ganie, tan
dis que Andr6 jr eubrassera les
affairs. Gdrard bt Andre jr
seront de retour dans trois ou
quatre jours, alors que leur pe-
re, en quittant Miami, mettra
le cap scu New York

Nous sommunes heureux de rece
vor lta. viite de doux persona
lites 6trangires : le sociologue
argentin Ernesto Cohen et l'a-
vocat peruvien Frncisco Go-
mez De La Torre. Maliheureuse-
mnnt, ces visiteurs ne passeront
qu'une journse dans nos inurs.
xo XX
Bossuet Bonhommie reside is
Nassau depuis quatre ans, ct
son cousin Propli,Le Bonuonnoii
y vit depuis environ deox ans.
Cets eux rudes trapaiileuro sont



xxX
Miasie l'r.Pierre Gilbert, dec
la police ide Montral, est repair
ti hier martin, auso term dun.
lone sejour en Huai. .Jc su's.
satisfy aite molt voyage.nous a-t-
il dclard. J'ai beaucoup vinitC,
j'ai Lontemnpld tles ti ruoite mer
Veilicux, tels Kto.coff et touti!

J'ai vu les marches d'Haiti l,
i i'FStel Hispaniula, j'ai dt
traits !r[nk.ierc ienc f, Pierre
Gilbert a pass vingt jouro dans
le pays. A i'Adroport, ce tourism
se bien d coupl i a ui hombatre
le coo.ur d'une jeune personnel
de nos anies. Le r e g a r d
extasi6 et c o n v o i t e u r,
elle a murmuri : cMon Dieu !
inoi qui pensaio que L.s beaux
garqons n cxistaient qu'Ii vinol-

Michle' Wicener c rentrdc
a.u nays hier matin, as,rds avoir
passd queliques jjoursh it Saiite-
Croix avec Henri Wiener, son
pre. Michele poiotait uLit exqui
se robe oleuc gqii ii syvit h
ravii. Elie restera aver nous
jusqu'au i.ois de mai. Eile a
6td accuVci'ie par Mailsic Alice
Wiecer,isa crand ilmci, 1ct T,
,boh A.sol, .0.1 OUS'iA.
xxx

Lit pi)] arl)l rt tIi Ivilils, 1( n lm 's
tifcolti.,s d 1.ii.1 A\,i, linl
sour.rec CUX squi Lin Sui0 A icti-
mnes, a i nUins qu'lls n'etedciiilnil
pas si tout l plaisaiii',eliV, ius
qup ia farce soil vrriiinLrl dI
mnauvaiis rodt. Hier, le ,)..is di-
recteur ('une iipop "i..;i tois;-
tution de chiez nouss' a a Le pre
oiler A rire de la blugue quc
lui ont fail e deux serertairps.
Cea denmoiselis a vaicint eu 1'-
dde de coudre i.u., vxlrdnitds
Ils manches du veston de lear
supdrieur. Celsi ci. Ut blosses
d'humcur joviale, se, content
de ddcoudre ie v1teniment. Et


Dimanche 5 Avril 1970 5 h, 7 h et 9 h


RC X THEATRE IREIENTS




A COEUR JOIE


Entree Gdes 2.50

Rtserve- Gdes 4.00


tans


sans malice, il diLt : Le ler a-
veril 1971, c'eA fou ce qu'on
va rigoler. J'ais touc ues site ne
poui preparer nea et anche.m
XXX
Monsieur Jeun-Claude Sabine
et sa feune- Josiaiue aont des
tourstcs' gouadcloupden5. Ile '
sont arrives danG le pays hier.
Jean Claude eat un agent corn
mercial. II represented i Poin-
te-a-Pitre le E. Itiono Fernarid
Nathan de France, aJe reviens -
de Porto tisco, et je passerai six
jours ici. J'eoaie d'etablir cer
tains contacts pour lea Editions
que ja reprn te,' et ma femoie
m'accompane dans mear dpla-
eementes.. Mosueur et Madam-
Jean-Claude Bu)abnf noms oat
conquis par leur gentillessB.-
XXX
L'industriel Georges Wiener
el sa femme, noe Andrce Clid-
riezs nous sent revefius i:rr mi
tin. Ils vienneur de p'lstser qucol
ques jours isa Gouadeloupe.
Sont arrives dgalement 'indus-
tUiel dominicain Louis Jose A-
era, sa femme et leur dernier-no.
Les Acra. passeront quinz e ours
en Haiti.
Elle cst bhien bone. celle-l.
Elle nouso a di racontde hier par
quelqu'un qui oroit 1'avoir lue
en 1930. Uln home furieux s9
praente dans un restaurant un
ler avril, et glapit : f Qui est
Durand icie Un gringalet
se ltve et ise dirige vers le mon
situr coutrouc C'-lu!-i liii ad
itinistre une diaiJt cice gines.
cVoil Don Jua.n, ca vous au-
prendra a .,urtisern ma femnme.
Le gringalet n'a pas chereh6 h
se defense. Au contriue, il se
tord de rire. Lc mari indignt
s'dtonne : oJc vicns de vous gi
fler et ca vous faith rigoler.-
Le petit hommen maigre repond.:
iC'est normal que je- sois hes-
reux, moinieur, pulsque c'est
nin plus beau poison d'avril
depuis ce matin'.. nise m'appel-
le pas Durand.o
x xx.x
C'Uet Itl trousisme voyn,- de
Marie Claire.Dormoy en Hai-
Fi. Elle eso institute i la Masr
tinique. So sour Gene-i,'ve l'ao
compagne ct a ddjl commence i
ddcotvriro v tile aossi lea care-
niments du pays l'u sole. Les
Dormoy, deux jolies franqaises,
resteront deux jis avec nous.

BUENOS AIRES, (AFP)
L'organisation clandestine
d'extrtme droite Mano imouve
meant argentin national orgaai
sA) renace de fair sauter l'Ami
bassade d'U R S S I Buenos Ai
res ou une des reprdsenti
tions en Rdpubllque Argentine
si le diplomat sovidtique You
ri 'Pivovarov, qui a dehappk de
peu dtmanche dernier Is une
tentative d'enlevement, n'a pas
quitt6 le pays dans les 48 hres.
O3rte menace est Conenuu
dans un communique laissd mer
eredi dans une Eglise de Bus
nos Aires.


Le dernier Livre de


Ren6 DUMONT

critique le regime de Castro


Le Malaise en



Republique Dominicaine

Balaguer se retracted


~~~-I-~----~-r--? -- --- ----~- .-~~nC`~-~~~-~- ----n-.--,--- L





- I


.Ionalham (;rell. ,18 ans, re-
cherch. par Is FBI elit retro
vie marice e Albuquerque, New
Meoxio. Elle est accuse d'dtre
l'autetr des explosions de botr
hao enregititrdes en. Octobre
drlic.r a New York. On I'a
retrouvr dans une coloni de
hyppies au nard de New Mexi
co prOs de Canpillon.






- NOUVLLIJST23


'JEUDL I At9-lI


H. A. T. A. -- AeC doe i Voyaes 191,lM Pave Tt.: MoM.fle.x-mu.i I .e sol. d v.e m.c.m.w et vousnpartireprjyeaix, heufl A. T. A.


A 1Iastitut Haitlano AmFricaln
)


Hidoiue de Tenn

(duit'- dea la IUra page) "


D6partemeNutd i r'Int4eler et td
la Defense Natonale
4, AVIS


L'INSTITUT HAITIANO A
MERICAIN PRESENT LE
PUISSANT TENOR PIERRE
BLAIN DANS UN RECITAL
DE CHANTS 1.E SAMEDI
4 AVRIL
Initi6 au Bo-l Canto* des
l'fgel de 10 ans par le cher fre
ro Albin. directeur de la cho
rule de institution St Louis
de Gonzazue, .Perre BLAIN
devait embrasser la carrier ar
tistique aprus de s6rieuses 6tu
des sous la direction des profes
seurs comuetenIs : Mine Pe at
Dunlesis (19391 Mine Oddtle
Cloakle (1941941942 Mme Eli
sahethb Mahv (1945-1950) et le
profeseur Werner JageUrhubar
(1950-1952).
Au course de 1'onnce 1952-53,
Pierre BLAIN inscrit asu coura
de aMusic Volce* Fisk universe
ty, 6tudia sous la direction du
profeseur Berthram Rriess. D's
aon retour en Halt-. il allait re
trouv6 sa grande amie Mm'
Mahy.
V'ierre BLAIN a entrepris plu
biirs tournres au course de sa
brillante carrlre arristique;


aux Etats-Unis A New York
Miami, Nashville, Puerto-Rico,
A Cuba, Isa Havane. Au Mexi
que : Mexico City, Morel.a,
D. F. Puebla et dans toutes les
grande villes 'Haiti.
En dehort du chant, la gran
de vedette de la chanson Pierre
BLAIN a abord6 d'autres d'sci
lines artistiques et littdrair s
avec sucebs. Dramaturge, r.
tour de theitre et de cinema,
chor6graphe, folkloriste, pro
fasseur de Lettres & l'enseigne
ment secondaire, Pierre Blain
a milite come professeur au
* conservatoire national d'art
dramatique, at directeur de la
division des Beaux Arts las di
reaction gunurale de l'tducation
national.
C'est avec fiert6 que nous
convions les aimables invites i
senir apprecier le puissant tM
nr :i Pierre BLAIN. dens un
recital de chants, le samedi 4
Avril h 7 h 30 P. M. dans no
tre aulitorium.
Cordiale Bienvenup
N. B-- Les cartes d'invitat'.on
soar exigibles A l'entr6o.


fond obacur des inme, ldes
chAnts algttl qui voulatent titre
gats, des m lopes plaintive
qui diastent les joies humbles,
l'infortune de ces dsBh6riltts.
Jo n'oublierai pas cette bande
ae rarna qui passa ains ai nuit
nore, alors que je in'enlisals
d6jA dans un demi sonmmeil. our
le roruit iiifuo que lalhiiiert les
p1u.s qiui foulaieot .I 1 A. sur
tI,: batteimencet chevelos des
iiinbLours, se ddtachtreit -ubi-
tement des voix d'hommes de
paybans. Ces voix aux resonnan
ces graves, montuien:L dalai l'a r
avec une liarmonie singulibre,
avec une measure qu'on n'etit
pas attendue de cea stres frus
tes, qui n -nt jinais counna quo
les brutalit6s do l'existence. Oi
avaient-ils appris ces cadences
qui n'6taient pae vulgaires, ce
rvthmo d'hallaicinatiun quL j'6-
coutais avee un fr6missement irn
thrieur? quand ces voix s'61e -
vaient, je me seutais comnime em
porie avec elles, comine s la erg
te d'une lame ou au plus haut
de I aLmosphere. Puis le ton
baissait et c'6tait pour moi la
reto'mb6e sur terre.
xxX
Dans ce quarter li je fis
amiti6 avcc un petit. II no de-
vait pas avoir plus dio aeuf ana.
II r6pondait au gentil petit nom
de Rico; n.ais dans le voisinage,
je ne sais pourquoi, on le bap-
tisa Tenn. 11 logeail. h deux
pas de moi, non chez ses pa -
rents, mais chez une femine qui
le maltraitait.Parce qu'en le lui
confiant, le phre de l'Enfant lui
avait dit qu'il lui en foisait ca-
deau elle se'tait arrog6e des
droits exhorbitants sur le petit,
come celui de lui infliger les
pires services, de le priver par -
fois d'aliment, sous pr6texte
qu'en faisant des commissions,
il avait perdu' 5 centimes, ou
parce qu'il s'ftait battu avec
un copain, ou encore parcel qu'il
Atait revenue de la fontaina aver
le seau a demi plein.
Mon int6rtt pour Tens com-
inmeMa le juur oul, ort-,nl de 'F
vicerie et voulant be garer d'u
no auLo qui arrivait en tronibe,
il laiss tomber 1'huile de cuisi-
ne t la. pilte de tomate qu'it ve
nait d'acheter. Sachant corn -
ment il serait resu au retour, il
se jeta par terre, se roula dans
la ,poussiire, avec: des cris qui
ameutaient les passants. Je lui
d snnai 1'rgent qu'il fallait
pour con pensTr la pert,.
Tenn (tait un bun p .tit, avec
des yeux, clairs iet un menu
front tttu et des pieds toujours
blancs de poussibre. qui n'a -
vaient pas encore fait connais-


sance avee les soldiers. 11 avait
Ina voix un pU enroUt6e Wffet
probable do sea hurlemonts,
sous leI coupe qua lui ass6nait
quotidionnement la m6g6re. Jo
n e d 1 r a i pas qu'il
ctait tout fait un innocent,
car il ne refusait pas la bagar
re quand d'autres petite l'atta-
quaient, et .1i rentrait p rfois
avec un aceroc & sa chemise de
grossiare toil-8 blue, seal vte
nient couvrant as nudity. Et it
taquinait 2arfois un fou du
quarter tt prenait. la fuiue, des
que celui-oe Is nienacait.
Ma.is Tenn souffralt, connais-
sait la faimn. Des sept heures du
martin, la femme partait pour
ion travail, le laltSiat sans un
morce.-u de cassave. Elle itait
emplceye i la blanchisserie d'un
etablissement tenu, non loin de-
notre quarter, par des reIigieu
sas, ot tou lui etnit assaur io re-
pas de nmidl. Quand elle reve -
nailt la fin de la journey elle
allumait le foyer de branches
mortes, faisait cure Ie males
moulu qui dtait I'ordinaire d.e
Tenn, Un midi, je le vis, trai-
nant dans le chemith, Fair mist-
rable dans l'6blouissement du
soleil. la mine dtfaite-d'un chien
perdu les joues haves, i'oeil
terne, retardant les passants,
comme avec une envie de tendre
la main. Je l'appelai ht lui don-
nai un plat. Comme la charity
ne vaut vraiment que si 1'on re-
commence, je lui fis s'gne une
nouvelle fMid, et peu- h pen il
prit l'hahitude de se glisser cha
que midi, h travers les lines
constellees de grandes flours
rouges, qui tapissaient ma clt
ture de fil de fer, et de penitrer
dans la cuisine on son plat l'ot-
tendait. Mais cela, i l'msu de
la mdgtre qui, par un sot or-
gueil, ne voulait pas que Tenn
reqft quci que ,-c soit des au-
tres. Peut-itre un o certain sadis-
me lui dictait-il aIn defense faite
au petit.
Un mating, pour liune p0-eca -
diUl e battit Tenn, avant de
se rendre A son travail. Etdit-
elle 'mal lunte ? Une rage-6tait
montdee eelle ,elle asaommait
l'cnfant avec uue violence inac-
coutureme, avec un dtchaine -
ment de fureur qui provoqua
intervention des vois!ne. Tenn
gisait sur le sol avec une bles-
sure au front.
Quand elle rentra l'aprts ni-
di elle ne trouva pau 'leun. II
s'tanit Avadi, fuyt.rt v2r.s la vil
le. II revint deux jours apr&s,
Naturellement il conntt i nou
veau la. cruauc ido cette fnime,
mais un peu lomins .qi'avant,


car elle avalt .bonoin deb servi-
c"s du petit, et craignait qu'il
inu asn allat pour tpujours.
MaiS a'im de pr6vntir uno noun-
vellt fugue d'e Tenn, elle lus 6tdt
sa chemns et l'enient resLa en-
ti6rement nu pres d'une.semai-
:,e, livrd A In ture Us nm.,rin.-
ouinms. Cumme II alli.ai t.ait le
m6me couvrir sa nuditL, clie
imagine d- taller daus une
vleille 6toffe qui pourrissait
dans un coin do sa t:ianirLttoe
une houppelande don't elle- affu
bla Tenn. Ainsi accoutre pen -
sait- elle, avec cette mise extra-
vagante, il, ne s'en irait plus.
Tenn ne pouvait gagnLr la rou-
te sans provoquer le scandale
parmi les enfants du voisinage
qui voyaient en .ui un objel de
derision, qui le tournament en ri
dicule, et qui l)i tiraiersi les
basques, i'obligiant ia envoyer
des coups de pied a droiLc et h
gauche.
Une a-utre nichancet tide la
femme 6tait de termer lrs ;per-
tes quand il pleuvait, et e laisis
ser Tenn sous l'6troitu galerie
donnant sur le- sentier.Des rafa
0s ld'eau lui gifflaient le visage,
.)lnveuolaient. II subissait sans
broncier l'incl4mence doe hi n;i-
Lure, autre marfitre. Debout ou
accroupi sous l'averse furiousse.
il me rappelait ces moutons qui
erraient en liberty dans ie Port.-
au-Prince de mon enfance, eto
qui, chassis par une pluie tom
bant en torrent, se refug.aient
sous les guleries extfrieurcs de-s
maisons.
Ui jour la fantalsie de la mai
ghre changes Tenn en mar-
chand de fruits. Sur le burd du
chemin, ontle vit, assist dans la
poussiere, avee deviant lui des
piles de ma.ngues francique
qu'il d6bitait aux mis6rables.
Au debut tout alla bien. Tenn
semblail prentisE au sri eux Ic
traffic qu'on Ii cLonfiait, rssa-
tant l'envie qui le demangeait
parfois do savoureo une de ces
mangues dont Ia senteur sucroe
lui titillait l'ouorat, raptoussant
par des jets de cailloux les ga
mins chapardeurs qui appro -
chaient doe son 6venLaie. Mais
Sil y a pour toute destined hu-
maine, mtme celle d'un enfiit,
un jour de malheur. Un apros-
midi, revenant ae son travail,
la femme drcouvrit un dfrMcit
dans lea compoes de Tenn qui
fut battu de verges, cunmme un
voleur qu'il n'ktait pis.
Tout au fond de Sa petite fame
logear l'orgueil, irarnd setiti -
nient de P'homme, que mIme un
enfant peut connaitre. II tait,
certes, un malheureux gosse, i-


gnoraunt lea douccurs du loyer
.uiniliul, l ivte A Ph.i,.unm nite
'iune nmauvaiee temmine, une
creature d6nature, I11 n'6tait
putsliour ceial ln voleur de man-
- got orancique. 60n ougeull oiu-
tragi ,s reoella tuni- -u. oe
aenirnsi t ton pCtit corL i, eL II
- prit la poudre d'esrotnpePtt:,
malgr6 la houppeilande, verita-
ble deguisemeno carnavalesque,
qui lul aturait les quolibets des
uns et des autrea.
Quinze jours apres il revint.
Cette'fois il ne fut pas fouett6.
La femme eraignait de le per
dre a jamais car il lui 6tait uti
le, ...'inic j1'l dit plus hautt.
11 gardait la mason, faisait
des courses dans le quarter.
Mais que fabriiquait Tenu, pen
dant ses fugues.' Comment vi-
vait-il?
C'est a i mo; qu'il se confia.
It besognait au march Vallie- .
re. 'Une acheteuse lui remet-
tait son panier a provisions.
II la suivait de marchande en
marchande et quand lIe panier
6thiti trempli, il le portait jus-
qu'a la voiture oia montait la
tem'me qui, pour ce petit tra-
vail, lui donnait des sous.,
.Oa coucha-t-il ? Dans up de
ces camions de transport que
les chauffeurs laissent la nuit
en station aux abords des mar
ch6s.Tout irait bien pour Tenn.
s'il n'y avait pas les voleurs,
mais les vreis. Des qu'il dor-
mast, on lui soulageait les po-
ches et il s'6veillait sans un
liard.
Come je le pressais de ques-
tion, un autre -jour, il m'avoua
qu'il ne se sauvait pas unique
meot pour .chapper aux aevi-
ces dont il 6tait l'objet, mais
parcel qu'll-aimait Port-au-Prin
ce avec ls spectacle divers
qui s'offraient a sa vue1 I1 'ai
mait aussi a cause de ses umit
res que de la route il voyai nai
tre chaque soir. Quand de sa
nasure haut perche, il contemn
plait la ville lointaine que i'-
lectricite embrasait et par de-
lh, leas clarts clignotances de
la Hasco et de Fond Monbin,
un fromissement Ie parcourait,
et il ressentait ie d6sir de s'en
aller vers un lieu oil tant de
grande et belles chose devaientt
se passer. Tenn n'ftait-il pas
un poate a sa fagon, quand il
me parlait ainsi avee un peu
d'6motion dans la voix et une
expression Pmerveillte au visa-/
ge?
Un matin trbs tot tandis que


La Seer6tairorle d'Etat do
1'Int6rleur.et de la D6fenst '
tionale (Service de l'Immigrl
tion et de l'Emigration) rap
pelle, h tous lIs Etir ngers retl
dants en Haiti lea disposuions
des Artecles 31 de la L.oi du
Deoembre 1950 Fur l'Lmmig:a
tion et-dae 'Emigration, et 33
'de celle du 19 Seprembre 1953.
Article 33.- Le Permis de
S6jour eat valuable pour un Ex
ercice Budgftaire du ler. Oc
tobre au 30 Selptembre de 1'An
nue suivante, il devra ttre re
nouvel6 'i chque novel exerci
Ce moyennant tL paiemeat de la
taxes pr6vue a paragraph 4
de 1'Article 31 de la Loi du 8
DWcembre 1959 a savor :
lo) 200 Gdes DEUX CENTS
GOURDES pour I'Etranger a-
yant mains de Cinq anss (5) de
Residence dans le Pays.
2o) 150 Gdes CENT CIN
QUANTE GOURDES pour I'E
stranger ayant plus de cinq ans
(5) de Rsidence dans le Paas.
3) 100 Gdes, CENT GOUR


REX THEATRE
Jeudi
Vendre
DEVINE QUI
VIENT DINER
Entree Gdes. 5.00 et 7.50

AU PARAMOUNT
Jeudi i 6 h. et 8 h., p. mn
LES 7 GLADIATEURS
REBELLES
Entree Gdes. 3.00 At 5..00
VendrEdi i 6 H. et 8 II.
QUAND L'HEURE DE-LA
VENGEANCE SONNERA
Entree Gdes. 1.60 et 2.60


AUDITORIUM
CENTRE CULTURAL
Jeudi A 7 h.
' MEDECIN POUR FEMMES
Entr6e Gde. 1.50
VENDREDI 7 Hres.
LA FILLE DES TARTARES
Entrre Gde. 1.50


DES pour l'Etranger ayant
plus do dix ans (10) de RIsi
dence dans lc Pays.
La demand de renouvella-
ment sera accompagnde du bor
dereaus attestant que l'Etran
ger a acquittal les droits d'Im
pots sur le Revenu pour r'Exer
c.cq Piscal ecoul6.
L'Etranger Eoumetir i. le cas
dchdant sa licence et sa.patente
pour le mntme Exercice.
En cousiquence tous lea E
rangers re.idant en Haiti qui
no sent pas encore on regle
avec la Loi suf l'Immigration
sent invites "& se presenter per
sonnellement au Service de l'Im
migration daons on 61lai de 8
jours P partir de la date de pu
blication du present Avis.
La Secr6tairetia d'Etat de
l'Intriettr prendra toutes me
sures que de droit centre lea
contrevenants.
Port-au-Prince. le 21 Mars
1970.
Lamartinitre ADE
Secrstatre Gt6nral


AU CAPITOL
Jeudi i 6 h. et 8 h 30
RINGO AU PISTOLET D'OR
Entree Gdes. 2.50 et 4.00



CINE ELDORADO
Jeudi i 6 h et 8 h. 15
OPERATOIN BIKINI
Entre GOdes. 1.50 et 3.00

Vendredi i 6 H. et 8 H. 15
LA LECON PARTICULIERE
Entree OGdes. 1.50 et 3.00


ETOILE CINE
PETION-VILLE
Jeudi a 6 h. 30 et 8 h. 30
CINQ FEMMES
SUR LES BRAS
Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50
Vendredi a 6 H. 30 et 8 H. 30
LES DERNIERS JOURS
D'HERCULANUM
Entree Gdes. 1.20 et 2.00


(Suite page 3)


PROBLEM N1


i m vlIivnvV x II


VERT
0 1-
Evite

noII
court
HORIZONTALEMENT IV
le all
1 Impetuuase V
Alors Sur la cote MarP
Sud de la Chine Vi
3- Epoque Proches pa- VI
renters ce -
4 Car-ure -- Pr6position V.
r Mathmalict.n PrTfi
C P Prtde usenopCfn:lisa- IX
-- Instrumenis ch-rurgli- des
trte
'' -- E.i ramni Pi-ces del X
v ande sard<

G. LUTION No. 340 F.

it, .i,',\ALLEMENT \I RB

1 I:.ii u..n 2 Unan;mir,. I R
S,.r,.r, 1- I 4 S.: ,oriet l E. I[,r,
ENIA in l..i R, 5P f5 InL.
S&6vr.t 7 Acr; r:r 8 \ I
Filon; Ri-leT 9. EB; Limerai r:i
10. Enite; Tant Oeils


o. 441 F.



8-- Marque le lieu S'a-
musers
9 Prisonniere Bout de
paper
10 Pronom Lac Posa
sessif


Ix x x
ICALEME NI
- Forment un archipel -
un hiatus
- Plus en-vie Pro-
S- A sa place daus la
- S'amuse
- D'un a'xiliaire Vil
gtrienne
- Changer de choir --
tre
I- Se poser aur 1'eau
I Qui comporte un vi-
- Petit cochon
III Rafraichit les Anglais
ixe
x- Lieu de prddilectibn
grenouilles Verte con-
Direction Province
e



Tl, AI.EMENT

usses.i? re c- I En,nme.
- Ill Carna,l IV.
- Eco'E V. Tim): Rent6
.\lnrrir VlI. r4: Ints-
- VIII IT; A a IX


MEXICO NON STOP





Concours de pronostics de football


cmmdentifrice au GARDOL






SPierpe



COLEb


Le Specialiste )

de l'habillement


Petronn6 par les firm et marques inscri-
tea ici. Suivez lea mission sportives de
Flash Publicit6. Achaete ces produita. A-
chetes danr cea maisons et conervez vos
fiches d'achat. Vous accumulerez ainai des
points aupplefientaires en vue de gagner
une des nombreusas prhnes et peut-8tre le
ler prix


3 semaines

a Mexico

Voyage, sOjour et places aux Stades pour
la Coupe du Monde ou blen un des prix
s *uivant :
& 2eme prix $ 20(
S3meprix $ 100(
4me mprix 0
56me et 66me prix 2
76me'sau 10bime prix $ 15
S116me au 20me prix $ 10


La Compagnic A6rienne

a plus exp6riment6e

du monde.












Les Moteurs Rwiis S.A
v Luciani Berhmann et Co. '
Les Ford 15M 17M -
5 Escort et Capri"
3 -* & "


CARLSTROEIVI


ipa9a a 8 MatreI Eter et e tRoamer
MaMhiniu A eoudre Elm

L. d6siandetant supreme Stylos Shaeffer
D6gralae Ovaltine. Fours foyers multiples
D6truit lea microbes e .*. **..-,- ,, R&chaud8 3 feux
Parfume et purifie. Lampes A gaz
Al Chauffe-eau






s Lelait n poudre




CAMPING -GAZ

Lamps at richada Laidslgo j


Programme du Lundi 30 atu Samedi 4 Avril
Consultez Votre Consetlltre :
LUNDI ....s...... i.. 9 h. h. i MASON YVES MORAILLE
MARDI............. 9 h. h 1 h. h 100.000 ARTICLES
MERCREDI........ 9 h. i 1h. a QUALITEX
VENDREDI........ 9 h. A I h. a FOOD STORE
SAMEDi............ 2h. hA6 h. p.m. h EXPRESS MARKET
DEMONSTRATION tous les jours sur rendez-vous
A CASA POMPADOUR

Apaisez la soif de votre Visage... Avec Skin Dew
I de HELENA RUBINSTEIN


AIRPORT CINE CINE OLYMPIA

Joudi a 6 1.. -30 et 8 h. 30 Jeudi (En Permanence)
SOUR ANGELICA SUGAR COLT
Entr6e Gdes. 1.50 et 2.50 Entree Gde. 1.00
Vendredi i 6 H. 30 et S H. 30 Vondredi Jour populaire
EL GALLO DE ORO GOLIATH ET LE CAVALIER
Entrge Gde. 1.00 et 1.50 MASQUE
Entr6e Gde. 0.60


DRIVE IN CINE De Luxe Auto Cine
Jcudi i 7 h. et 9 h. Je di ; 7 h et 9 h.
L'AMOUR LES TRICHEURS
Entree 1 dollai Par Voiture Entree 1 dollar Par Vo;ture
Vendredi h 7 H. et 9 H. Vendredi h 7 H. et 9 H.
SAM L'INTREPIDE DJANGO, PREPARE TON
Entree 1 dollar par Voiture CERCUEIL...
Entr6e, 1.00 dol. par voiturc


CIN'E STADIITU M CI VW SW'AL


Vendredi (En Permanence)
JOHNNY COLT
Entree Gde. 0.60


MONTPARNASSE
Jeud ai 6 h. 15 et 8 h.
DANIEL BOONE
LE TRAPPEUR
Entree Gde. 0.60
Vendredi 6 H. 15 et 8 H.
LE JIUSTICIER DE L'ARIZO
NA
Entree Gde. 0.60


A MAGIC CINE
Jeudi t C h. 15 et 8 h. 15
L'HISTO1RE
SD'UN CRAND AMOUR-
Entree "Ges. 2.50 et 4.00
Vendredi i 6 H. 15 et 8 H. 15
L'HISTOIRE D'UN GRAND
AMOUR
Entree Gdes 2.50 et 4 i A


A VENDRE
Vo ure Peugot 404 modlec Iduir
Prix exception.,!. S.adresser au
- No. 67 Blv. J. J Dessalines


Jeudi i t, h. 15 et S h. 15
BECKET
Entree Gdes. 1.00 at 2.00
Vendredi A 6 H. 15 et 8 H. 15
RASPOUTINE MOINE FOU
Entree Gde. 0.60 et 1.00


CINE PALACE
Jeudi a 6 h. et 8 15
LE JOURNAL D'UNE
FFM-ME EN BLANC
Entr&e Gde. 1.00
Vendredi i 6 H. et 8 H. 15
LE TEMPS DU
DU MASSACRE
Entree Gde. 1.50


CINE UNION
Jeudi a 6 h. 15 et 8 h.
GOLIATH ET LE
CAVALIER MASQUE
Entree Gde. 0.60

Vendredi' i 6 H. 15 et 8 H.
DANTEL BOONE LE
TRAPPELi R
Entrte Gde. i0.0


LISEZ
cLE NOUVELLISTE


PAG I


DANS NOS CINEMAS


-~~ ~7-~r~--''-~-- -r--, -1- ? . . i. .1 1 ~.. l w I --- .-.m . 1


-7


o.


Ls An A Fjiqi


i-_-o ON s t Iu-rp-n


5~"-P~L~a:85c~-ta3~4





X11 'E- 2 A V A L 1976 ~ . r, e, N ~LL. -r- -2 i- .1.*


RHUM BAIRANCOURT REPUTED DEPUTY 1862


rVOTRE ,IIOROSCOqfl
Par Frances, D rake-



de.ai ss 'J", o ~ i~ p.sa.Nv'ase a.vol.
igssis*al ( too a*o. p~ur domadin.
Droit do neproductiese tasto ou ca srt@o tulhrWsa.'
Propre.St( Ki*#pP'64fsu~ia 8pjciddtb REeeuivis#,s
cLE NOUVALSTS7ps.

VENDRIJDI S3 A VRIL 1970


21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Voyez, avant de com-
mencer votre- journey, csi vos
principles et vos methodes sont
les meilleurs. Si elles ount be -
spin de modifications, effectuez
les sans tarder; Une belle jour-
nee pour ;a qualite.
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): On aimerait bien con-
naitre vos ideas, sur des sujets
d'intIrkts general et vous devez
6couter avec ddfnrence- 1opi -
nion du voisin. Montrez votre-
nmabilit6 naturelle.
22 MAi AU 21 JUIN (GE -
MEAUX,: Quc:.cs que soient
vos obligations, vos projetA
pour cette journal, il fast attend
(ire que votre partennire soil
pret. Si vou? devez patienter,
ronsacrez re temps is la rkfle -
xion.
22 JUIN AU .23 JUILLET
(CANCER): Splendide phriodc
pour exploiter vcs 'ions au ma-
xinum et fire preuve d'ar -
deur. Votre jugenient stir et vo
ire sprmux ricivent htre pour
vous deI prdcieux eilents. Ne
nhgligez" pas toutefois les de-
tails.
24 JUILLET AU 23 AQUT
(LION): Evitez les extremes et
ne jugez pas mal les intentions
ou les actions d'a.utrui. Le tra -
vail peut 6tre phnible, vos inter
Ir-icteurs de ',ract-res difficile
mais votre volont voyes fera
domeiner des jeurnies comni eel
les ci.
24 ABOUT AU 23 SEPTEM
BRE (VIRRGE): Vous regret-



Aujourd'hui,

JEUDI 2 AVRIL 1970
ST. FRANCOIS DE PAULE

VENDREDI 3 MARS 1970
SAINT RICHARD


COIN DE L'HUMOUR
COURS DE SCIENCES
u- Dupont! interroge 'insti -
tuteur. Peux-lu me dire a corn
bien lde dagres i'eaa se inet is
houillir?
A 90o, n'sieur!
Aussit6t, toute la classes 6-
elate de rire. et le maitre se
bourne vers un autre 6leve.
Toi qui ris si fort, Marfin!
Explique-nous pourquoi Dupont
a dit une bWtise!
Ben, m'sieur! C'est parce
que c'est I'angle dreit oui bout
ai 90o !
CONFORT MODERNE

Un monsieur rencontre un
couple d'amis.
Tiensl Si vous voulez, je
vous invite i l'Op6ra, ce soir,
.'ai lou6 une baignoire.
Oh ... Mercil repond la
dame. Mais ga ie noos intfres-
se pas ... On a une salle de
Sbains h uI mason!
.xx X
PATIENCE ET LONGUEUR
DE TEMPS
Un promeneur s'est aisis au
pros d'un pgcheur, instalid au
horti d'une rivibre.
Deux heures s'ecoulent, qua -
tre heures ... Le promeneur
rested toujcurs li, sans bron -
elher...
Qa a Pair de vous inthres
ser! finit par dire le p6cheur.
Vous dvsrez acheter une ligne
et pre nre un permis...
Oh, nonl Moi, je n'aurais
jamais ba patience de pkcher!

SERVICE COMPRISE
Un client qui. vient de d6jeu-
ner, s'apprete a sortir d'un res-
taurant.
Pa-rdon, monsieur! Pinter-
pclle la cuisiniere. Vous avez
oublih le service!
Ah ... Je ne savais pas
qu'on pouvait l'emporter ... Fai
tes n'en in paquet, je passeral
le prendre ce soir!

UNE EXPLICATION
Chez le mhdecin.
Mon pauvre ami, le trai-
tement sera long ... Vous avez
Yestomac terriblement descent -
du...
C'est donor al Je me disais
aussi, depuis quelque temps: y
a quelque -chose qui sme ghne
dans mes chaussuresi



Pharmacies assuirnt
le Service cette Emit.
JEU'DI 2 AVRIL 1970
MONT CARMEL
B J J Deesalineos
MATHURIN
I Rue Fronts Forts


terez d'avoir agi ainsi?' Ne rer-
dez pas ae temps aux regrets.
Reconnaissez la situation et cor
rigez ls. II se peut que vous
receviez un don tout it tait niat
tendu.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC
TOBRE BALANCEE: Avan-
tages accrus possibles. Certain
seront difficils A d6couvrir et
il faudra vous en charger vous-
m4me. Ignorez ceux qui ne sont
pas d'accordt avec vos principles
essentials.
24 OCTOBRE AU 22 NO -
VEMBRE (SCORPION): Vous
ne pouvez mesirer routes cho -
ses par un Italon trop strict
mais il faut tout tie mime que
vnus ayez des regles si vous no
voulez pab de d6higtcabler sur
Prises. Igntorez ce qui s'oppuos
ii vos conceptions primordialcs.
23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CEMBRE (SAGITTAIRE):
Des complexit6s. Elles croitront
au lieu d6e dcroitre si vous Ites
negligent. Soyez prtt lo'action
et i trailer commae il aut les
problbmes instants avec I ma-
ximum d'efficacit6.
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): in -
ffuenpces fa.vorabhes. Amniforez
la situation, mea. cri seAs 16 -
tails secondaires. Ne vous lan -
cez pas dans dles risques exac re
r6s.
21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSILAU): Exploi-
tez vos idhes; hlargissez vote
horizon. Eii r.m3ie temps que I
vos connaissances, votre v!son
des choses deviendra moins 6 -
troits. Voye? grand mais n'en
manquez pas pour autant 'la
possibility qui se prsente.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Vous htes parmi
les favorisas de la conjunction
planitaire. La recherebr, I'in -
dustrie, la m6decine et la scien-
ce en gnhral sent sous un tr-s
lheureux influx.

SI VOUS ETES NE Al -
JOURD'HUI: Vous avez une
vive intelligence. Vous pouvez
itre un excellent camaradc, un
brilliant secretaire ou profes -
?eur, mais vous n'htes pas tou-
jourFs aussi patient tlae vous de-
vriez l'htre. Vous avez un es -
pr-it solid. Vous combattrez
pour les nobles causes et vous
ne vous tromperez jamais sur
leur caractere. Vous trez loin
avec votre intelligence, votre vi-
talitl et votre volonte de porter
avec honneur le fardeau de voes
responsabilites.


Avis aux Commergants

de ia Place
Il est port b la connaissance des Etabliss."
ments commerciaux, que la Fish Industry of
Haiti, S.A. met a leur disposition ses chawnbres
froides et freezer; tous les jours a partir de6
8 h. A.M. a 4 h. P.M.
Le Samedi de 8 h. a midi, les jours de fete
except.
Pour tous autres renseignetnents ; adressez--
vous A la Direction de cette Compagnie : Ave.
Truman, Cit6 de 1'Exposition prks du Th6ftre
de Verdure.






PARFUMS FRANCAIS

CHASSE GARDEE DE CARVEN
YVES DE ST. LAURENT


GUERLAIN
ROCHAS
DIOR
CALECHE
CORDAY
LE GALLON


JOY


EN EXCLUSIVITY

MISS DE RAUCH
VACARME
BELLE DE RAUCH
Mr. DE RAUCH


GIVENCHY
FIDGI
CARON
LANVIN
NINA RICCI
CABOCHARD


LUBIN
NUITS DE LONGCAiAMPS
IDOLE
GIN FIZZ de LUBIN


LES PRODUCTS DE BEAUTE DE FRANCE


STENDHAL


& ORLANE


" EN VENTE A LITTLE EUkOPE

& MAISON ORIENTAL





Banque Nationale

de ta R4publique d'Haiti


Banque de 1'Etat Hartien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compete de Cheques A la Banque Nationale


Une bonne mnovelle ofu rejoufra les

belles femmes


C'est la vented de la POMMA-
DE A LA- MOELLE DE
BOEUF ET L'HUILB DE QUI-
NINE de PINAUD qui suppri-
me les pellicules, faith pousser
les cheveux et stimule la vie de


la chevelure.
Cette merveillease de la Par-
fumerien PINAUDI e"t en ventfr
aux Pharmacies Geffrard, Mont
Cartnel et dans toutes bonnes
Pharmacime


Le Qelirec...
(Suite do Ia lire pate)


Sans mdconnaltre pour au-
tentn lea vualeur culturelle 11
Adult quolque part. cj'al bien
peur qus l'excessifvt pRoccUpj
tion de P'avenir dc la league,
finisee par faire oublier Pave
nir de ceux qui sont appoldse
In. narlers. Le triva.lieur mi
soucle peu de' son ingage en
des valeurs culturelles, cc qui
i'interesse, c'st d-avoir sur-
tout une Vie deaceite. et sans
risque. Ceci nous fBit penaer
A lo boutade de Molotov, a pro
pos de la Dnmocratie; Que ii-
gnifie la DEMOCRATIE pour
un ch6meur amiricain, se de-
mandait un jour, ancient n Mi-.
nistre Sovihtique ? Le problb-
me ainsi posh, Trudeau dhcla-
re aucune rhforme constitution
nelle, aucune declaration d'in-
dhpendance, ne peut faire du
francais, la langue principal
ties Affaires et dc l'Indus-
trie en Am6rique du Nord; ou
rendre le Qubec a" mt!ne de
dieter sa volontc h\u rest du
Continent.
L'Economie du Qu,!bee, on
le sait hien, est 6troitement
slide A cel c du Canada et lea
dox sont largement donfindes
I- l'Economie des Etat-UTnis.
'* Ce qui siggnifie, fait remar-
quer Trudeau, que les travail
leurs de oa Province ne peu-
vent fire aueune 'speculation
sans tenir compte du fait
ou'ils sont int6gras dans un
system d'6conomie continenta-
-le. Qudbec, pour lei mneilleur
ou poor l pire est enchainde
a la plus gigantesque Econo-
mic qafe le mGnde ail jamais
connue; l'Economie d'un gnant
dans les terAtoires sont conti-
gis aux siens. Capital, Emploi,
il suffit d'un rien, pous que
tout cela traverse ses frontis-
res, pour pen qu'une Ilgisla-
tion lea y encourage. Languis-
tiquement parlant, en Amdri-
que du Nord seuls 5 A .6 mil
lions de gens parlant frangais
pour 182 millions de langue
anglaise. Le Quebec oil so trou
ve Ia nlus forte concentration
de ceux qui parlcui, francais,
n'a qu e 5.260,000 babitants
sur 18.240,000 habitants, re-
presentant sla population de
tout le Canad'a. Ds lors il con
vient de prendre des measures
ayant une action directed sur
les hommes, touchant ia fois
le capital et la technologies.
Pour !'ouvrier, l'ho;iie bnaoyen,
re qui compete: Une meilleure
organisation de la justice, un
bon systisne d'assurance sant6,
mne meilleurc legislation sur
agriculture et le travail, une
politique de logements bon
march. [1 attache de l'impor-
tancc. Al oinne la ,riorit6 A
ces rhformee htant persuade
qu'elles er6eront ipso facto
les conditions plus fa-vorables
au dl' cloppement cultural. Et
ceci est au pouvoir du -Qubec.
Car si le Gouvernenment Fede-
ral exerce sa jurisdiction sur
las Affaires Etranghres, nla D
fense, en matiere phnale, sur
las Navigation, les CGhemins
de fer le Service Postal, le
*Service des T6lIgrapl.es et
d'autres domaiucs romme le
commerce international, les
Donanes, la Monnaie, etc. il


Les Bandes Dessines du ,Nouvelliste.

Blondie


41*ll BLONDIE, VEUX-TU REFAI. (NOUS TIONS DANS LE QUARTER ET
t.RE LE PLI DE ,ON' PANTA. J IOUS AVIUNS DE1CID DE E VOUS
LON EN VITESSE'? ENDRE UNE PETITE VISIT
SIRPlISt.






B I' .Id fE.
6 IUEStA.lIES
Ull R


5LONIIE -Oo ______ CYILNSRItU E littl
EST-SVON LU atttE Sol.(AMS
I U E~ffR-IE


eat de Ia competence daGou "
vtrnement Provinciali -e l c
cuper des affair r present
locales et priv6es: Education,
Resources Naturellps, 1 e a
-drolts civil et de propriWt8,
Affaires Municipales, les rbu-
tea, la Ldgislation Sociale, l'Ad
mOiisramon de la Justice et
tout ee oui concern le develop
pcment CUATUREL,
Dan. le cas du Quobe- ici,
Pierre Elliot Trudeau accuse:
Sil'Honor6 Mercier A I' lAminis-
tration, de Ma-urice Duplessi,
,lit-il. on a observe dans le
Quebec, une attitude passive
en ce qui concri.e l'investisse-
ment des capitaux. Des mines
aux forts. des Ressources hy-.
drauliques aux propri6tds urbai
-nes, rares ont 6te ces champs-
exploitefis par 'initiative pri-
ide sans difficulties. Durant
lea cent derni.res anne.s, orI
-a note as Quebec, une absence
de politique cohhrente en ma-
fihre )d'investiseement public
et prive. Concernant la techno
nologie, .1 Gouvernienent a*
.marqu6 trhs peu d'intlr6t an
point qu'il 6tait libre aix' en-
treprises d'adopter la techni-
que qui leur plaisait, sans que"
le Gouverhement ait taint sHit
peu tent6 de prendre les chg -
ses en mains, voire encourage
Ia recherche scientifique, fuvo-
riser l essor des Ecoles techni-
ques. supporterss par Ottawa).
Mhme la protection du langa-
ge dontu le vocabulaire technt-
que a 6t0 envahi par des-ex-.
pressions htrang6res, a-t-on es-
say6 d'y mettre un frein par
la prbnaration de dirigeants
industries de langue fran -
caise ?
En mati6re d'inmmigratipn,
Qudbec n'a-t-il pas refuse
d'exercer lea prerogatives accor
d6es par In, Constitution ?
N'est-il pos rcsi. pe assai de-
vant l'exorde de sos filspx
Etats-Unis ?
Loin d'aller tambour battant
crier au Shparatfsme, Trudeau
propose d'a.border la question
ie face eln fixant les objeetifs
6 atteindre. Economiqugment
parlant, dit-il i'essentiel est
qu e le Qu6bec devienne extrb-
mement efficient, technolizi-,
quement advance, tros spciall-
sa et capable d'offrir les meil
leurs products i de meilleurs
prix sur tous les marches du
monde que Sccialenment, tons
les members de. nla Coinmunau-
t6 politique obtiennent l'essen-
tiel, avant qu'il soit permits
A d'autres de jouir du super-
flu.
(Suite page 4)

DETTOL
Le tent et un antiseptique puis'
sant. n d6truit les bacthrises, mi
crobeEC et germes. II est trois
- fois plus efficient que l'acide
carbonique pur. De plus, il n'est
pas un poison, ni ne tache pas.
II est utilish dans les cas de
blessures, piqfires d'insectes,
hcorchures, affection de la
peau, des clous, des boutons,
pour dhsinfecter la maison,
chambre de malades, sales d'h8
pitaux, 6viers, toilettes, plan-
chers et murs; centre les pelli-
cules, dans les cas de maux de
gorge, comme gargarisme;
pour i'Hygiene feminine; com-
me deodorant.
Utilisez toujours DETTOL.
En vente dans toutes Phar-
maeles.


Histoire de Tenn

(Suite de la t ne page)


l'aurore rossaait" I*. fond loin-
lain du ci], Ile quarter fut en
alarme. De la chambre de la
femme partlatnt -d ctris af-
freux. Etat-ce Is petit Tenn
que l'on batt, que 1'on as-
asainait1 Cdlit lul. uMals an
voix ne -semblait plus celle d'un
enfant, male plutbt la voix ,.-
rallhe. nasale d'une paysanne
en-proie a uri mauvats eon. Com
me une chose. II fut projeari
sur le chemin-et y recta aci.l-
ques minutes, immobile, pres-
qUe san- vie. Alors, la femme
apparut & sa port le fouet
a la main, hirsute, hagarde,
goltant, triomphante la volup
tM atanique d'avoir" martyris6
un" enfant.
R6volt6 par le supplice de
Tenn le coeur me levant,'j'a-
dressai une oraison au Tris
Haut. 4Mon Dieu, dis-je Inen-
talement, bien que je e oiaun
chr6tien assez tidee, je m'adre.
so A Vous. Je vous prie bien
humblement de Vous manifes-
tar A moi en punissant aects
femmes. Ze ne demandal pas
sa mort, Non.
Je souhaitai, si elle devait
recommencer h maltratter le
-pauvre Tenn qu'au Itoment obf
elle l6verait la main sur lui,
Selle tomb&t de congestion, et
que la pain assassins demeu-
rAt par h4Yse, an moins un
moi.
Je fus exaqce au-delb. de mon
voeu. Come malgr d la mai-
greur squelettique de cette fern
me, bnal dou6e pour l'amour,
un june honmmq frhquentait
chez elle et que, par les pa-
potages des commeres, on ap-
prit qu'il lui 6tait arrive un
malheur-vous devinez lequel--
le bruit parvint a la connais-
saunce des religieuses qui '.em-
ployasent. Celles-ci lui deman-
dArent ca goriqluement, it elle
voulait garder sa place de rh-
gulariser vite la situation exis-
tant entire elle et le jeune hom-
me. Celui-ci tait un cbacoulou
de ces types qui n'apportent
rien et recoivent tout. Ds quoil
connut la demanded des bones
speurs, il diaparut et Y'on n'eut
jamais de ses nouvelles.
C'est une se'maine apres que
la malheureuse, elle I'tait
maintenant, A son tour eut
Sperdu son job que Tenn s'en
alla. Wiai dit parlan.des hluniu
res de la ville qui kxeroaient
sur lui une mystdrieuse atti-
rance, qu'il devait htre un peu
porte. II pouvait dtre aussi une
sort de mule du Pape, cette
mule qui gardait topuours en
reserve une ruade pour ceux
qui avec un baton lui astico-
taient l'arriare-train. La der-
niere fugue de Tenn en qui les
flagellatidna de la femme a-
vaient Iveill une petite cons-
cience etait sa faeon de tirer
vengeance d'elle, vengeance
dont il nourrissait depuis long-
temps le Irve. Cette fugue eut
lieu au moment oil, infortunae
sans .secours, elle avait le plus
besoin de ses services.
Du temps pass. Tenn ne re-
vint pas. Alors se produisit
dans le quarter un phenomene
que je ne sais comment expli-
quer. On commenca A le re-
gretter. On oublia sets menus
dhfauts et on l'aurhola de me-
rites que, peut-htre, il n'avait
pas. Une femme rappela qu'un
jour oi elle Utait alithe sans
personnel aupr6s d'elle, c'htait


:grAcm t Tetnn qu'elle n' talt
paa mortc de sbif. II prit son
seau et court le remplir a la
fontaine. Une autre dit que ja-
inais on ne vit Tenn se jeter
dans les bandes de raras dan-
sant Iperdument avec des con-
torsiohs obscdnes, commk fai-
saient tant d'hu'tres gamins.'
Une troisilme le vanta de n'a-
vcit jamaps rcp6t les ordures
corit eertaines harengreer de J
v daient le r6pertoare a longueur-
de journ6e.
Le quarter cristallisa autour
de Tenn qui devint comme un':
personage mythique don't lea
vertus et lea exploits t ne A'ou-
blient pas. On e mso t & 'in-
quieter de ce qu'il 6tait devwuen,
Quolqu'un affirm. l'avolr aper-
tu en compagnie d'me Ameri- .
caine, 4'une blanche, qui i'avait
reoueilli puis amend 6 Chica-
go. Un modtieur digne de foi
anrait vu, dans 3e porches d'une
hglise un -petit courert de
haillens, qui demandait 'Pau-
mnae. Pas d'autre. C'6tait Tenn.
II prit la faite, 0e croyant-re-
connu. Un dernier qui le con-
naissait & peine laurait ren-
contr6 danS une camionnette
se rendant & C6te Plage.
Tenn, stait devenu le protago
niste- d'un monde imaginaire.
Mais un jour on cease de par-
ler de lui, et peu A peu son
souvenir s'oblit6ra puis s'6va-
nouit dans u- -black-out total.
Le quarter 6tait rendu h sa
monotonie. On entendait tou-
jours lea trilles des oiseaux
palmiste, les ricanements des
piverts, le bruit menu et see
de, leur bec cherchant a trouer
le tropc des cocotiers. On re-
gardaite toujours avec ravisse-
ment les bougainvill6es avec
leurs tendres colorations et lea
buissons de lauriers s'6panouis- ,
sant en fleurs blanches ou ro-
ses, 'tandis que lb-bas la mer
Tale continuity son frtmisse-
ment A peine perceptible.
Tenn stait come tomb6 dana
un pass sans meSmoire, quand
un aprts-midi, entire chien et
loup on heurta A ma porte.
C'"tait lui en personne. I n'a-
vait pas beaucoup grand. Ses t
petits yeux claims brfblaient
comme nagubre. I n'6tait plus
envelopph de la houppelande
don't lea mauvais copains bui
tiraient les basques. VAtu d'une
culotte de kaki et d'une blouse
blanche il portait des souliers
noirs avec des 'talons caout-
chout6s, r6alisant pour lui-mIme
le rtve caress par bien des
infants du people.
-- Je viens vous remercier,
maitre, parce que vous avez
6.t1 bon pour moi...
11 m'apprit qu'il tait ai I'-
role des Salcsiens et que des
qu'il quitterait les classes, il
entrerait dans un garage pour
apprendre la mhcanique auto-
mobile. Il habitat a la rue du
Coq Chante avec son pnre qui
maintenant travaillait.
Je le renvoyai avec un via-
tique d'une gourde. De mon
promontoire, je le regardai s'en
aller, par le sentier 4troit et
tortueux sans jeter l'oeil a la
measure maudite ou il avait tant'
souffert, la ttae haute, mar-
chant d'un pas vif, avec Pallu-
re martial d'un petit C6sar
conquhrant.
Tenn reprenaft la route de
la vie...
FELIX COURTOIS


INWAMMENNEM~rROM wk 'I


COMPTES



COURANTS


Dais commerce come daep I'industrie
tout hoinmme d'affaires doit bin6ficier des
sevics modernes d'une baque qui vods
sont offer par LA BANQUET ROYAL
DU CANADA.

- Umcompfs oouat vou pernet do fair
tom o peemet per chiques t vous donned
aasMi uon trict contrOle de voe dpenses .
at vw, oMs slt to*om a nm curite, tou-
Jams vstre.


At7rmIUUW3Avo YOUDmPOSanOI:


i


00wo d, t aMs-C'q
*Lessde ,OA* BCkAsqjss de Vo~we


LAUANQUE ROYALE DU CANADA

tTASLIE EN HAITI DEPlIS PLUS DE 40 ANS
SmrieW Aaxsw- Capal es d Fad dr Resews
CAN S 328.528 000
Phs de 1200 suraoriles au Canmfr. dans les Anies c
I4-Am&liq du Sud. mbumsas Ni w Vml Lmeidr el Pius


- - - -- M---- do do q ~ .-- -------,,,


1077


, ,"


.'EUDI 2 AVML 1016


or


cL AUE Ii


J




, -


sLE NOUVELLIBTE,


Deux suspenses

dramatiques
PARIS (AFP)
Deux suspense dramatiques
continuent de tenir en haleine
lesa correspondents' de la presae
international : l'affaire de l'a
vion japonais immobilse sur
l'adrodrome de Sdoul a la suite
d'une tentative de d6tournement
sur sla Cure du Nord, d'une
part, et d'autre part 1'affaire
du Diplomate Ouest allema.nd
enlev6 par des guerilleros gua-
temaltiques.
Le sortde ce ernier reste
inconnu. Les ravisseurs ont fait
savoir qu'ils ne te relacheraient
que centre 1'61argissement de
tous les revolutionnaires dete-
nus dans les prisons du pays.
Le Nonce Apostolique, Mgr Pri
gione, semble jouer un rile im
portant dans les tractations en
tre le Gouvernement et les re-
belles.
Dans le domainme pioprement
diplomatiquc, c'est ia declara-
tion du Gouvernement francais
pr toni sant I'ovu-erture d'une
nAgociation 'eihseinble entire
toutes les parties int6ress6es
pour la recherche de la paix en
indochine, qui retient avant
tout l'attention. Los premieres
reactions venues uu Secr6tariat
de i'ONU et des Etats Unis,
sont prudentes mais non pas n'
gatives. KI. Thant a manifest5
son intErit mais ne prendra pas
position avant d'avoir reou une
communication officielie de Pn-


A Washington, l'Adm'nistra-
tion de M. Nixon va demander
au Quai d'Orsay des 6claircisse
ments notamment sur le point
de savoir si c'est la convoca-
tion d'une nouvclle conference
internaJConale qui elt suggirie.
Cette id6e resort en effect de
la declaration frsicgaise. Les
parties en conflict et Ics cinq
vgrapdes puissances. Son objec-
tif serait I'tabliss ntent d'une
zone neutre en Indochine A la
suite d'un accord ginral. Ce-
pendant sur le terrain on enre
lastre un regain d'activit6 du
Vietcong.

HAITI NATIONAL
ART INSTTUT
Directeur
Claude NATAC
N.D.L.R. Une excellent
initiative ; La Fondation de
cet Inatitut et qui peut co'mpter
sur I'appui du Nouvelliste.


Francis Filbey, P
la Fdddration des e
mnricains de poste
nent do terminer l


Pour la pro
(Suite)

En acceptant de
de ce Comit6 d'H
nous apporterez A
Institute et au pay
cette preuve qui
d6finitivenment que
nationals meriten
ment d'etre enacour
C'est pourquoi, n
hautement snr vo
ble presence a 1
qu'organisera la
DE CET INSTIT
de stance inauRgu
UDREDI 10 AVRII
7 heures P.M. a
ROND POINT, C
sition.
Nous vous prio
Monsieur le Dire
rance de notre
tres distinguee.


COMMUNI
Le Comit6 d'O
Tournoi HAITI
QUE met le publ
centre 'achat de
hours des guichets
Stade et des Ecol
lertaines impr
pourvues d'itique
nelle en ont emis
Des measures" de
to prices pour
tons ceux qui se
fla.


BON ANNIVERSAIRE
& L'anniversaire de notre a-
S mi le polyglotte bien connu
Walter Pi'ckering a Ut6 gran-
diosement c6l6br6 le mercredi
' j25 Mars dans lea salons des 6-
poux Charles B. Lewis SecrS-
taire de 'Ambassade du Libd-
rio en Haiti. Walter a 6t6 l'ob
jet de ol'attention aimable de
Mmine Lewis et des invites. Ma-

polite, le poute Carlos St Loui,
le journalist Maxi Duvivier
au Champagne l'Ambassa-
Ideur Charles Snetter ont eu
des propos circonstanci6s pour
marquer cet anniversaire. Des
cadeaux ont itS pr6sent6s au
sunom du personnel de l'A'mbas-
sade a Walter Pickering par
Mile Eidth Duanelfort et la f6
te s'est poursuivie dans une am
biance de cordiali: fratern',lie
,rsident de sans gale. Bonne, Fte 4Walter
employs a- Ad multos Annos.
qui vien-
eur gr ve. Tout 'h misphere
occidental
tectioft celebrera la
tection.. semaine
panampricaine
fairna partie WAoiHlNpTON titL'b)
aie artie v Aux Eats Unis aussi bien
oneur, ou qu'en Amerique Latine et dans
nous de cet lea Caraibes la Scmamne Pana-
s tout enter, mericaine sera cilibrin dL 12
confirmera nu 10 avri en course.
e les valeurs A Washington, 'on organise-
it vitbte i- n des ba..,:'uets, des danses, des
rageds. fiestas, des festivals artistiques
ous comons et musicaux et les t cola s et ccll
itre inestima- ges planifkint des programmes
la rcno inception t*omion
a receptions speciaux L cet5te occasion.
DIRECIION Au noimbre de fcstivitls qui
UT" en l ui'e aur't lien cu damts la capital a-
rale le VEN- Cm6nrin-e figurent uno recital de
c 1970, d'is mpiaul qoui sera il'ert le 14 aivs -,
ltage DU lI'Ur.nn Panamnerica.ine, par
it6 e I'E xpo 'artiste lbr6silienne Cristina Or
ninr tiz, c al.t' reception qu'organi-
nis da onser, seronte 15 aril Jour d
ecteur, lass- Cafe le Secretaire Giniral
consideration do 'Orgaiisamui ae Elate A-
m6erLuains (OE,) e.a le Presi-
dent dau Comit6 Ei:.'culif du Bu
re'na PFanii'tdrcain du Caf6.
QUE A I'Uni.om Pinar.miicamie, des
ganisatlon du concertAs folkloriques seront of
JAMA1- ferts par Ariel lUsamirez, pian's
lic en garden. te cc,.snp~ste;r, cl L. group
tickets en de de fo:kore venanO de O 'Argenti
officielea do ne gains, que par un trio zin
at. be Ci, miizete CardoIso du Brsil.
rimeries d6- Al'attention de
S profession-
i de faux. la CAMEP
police ont H Des abonnes nous t i 1gni(
appredhender que dcpuis quinze (ours, lI
livrirent si ce ruelle NAZON eat priv6e
d'eau. II en est de mame pour
LE COMIT.E le hbas Bourdon. Nous transit t
tons ces doldances pour les
suites nicessaires, aIs CA-
,s.snn .,an MEP.


OTT IREZ- VOUS


3 SAMEDI SOIR


DINER ET DANSER


Au Road Point Night Club
Admission $ 3.00











impasse Laoasd







SAMEDI 4 AVRIL 7 Hres P. M.
LES GAIS LURONS DES CAYES
Sous la direction du
REV. PERE ROLAND LUSSIER, O.M.I.
: CE SERA UNE SOIREE T)E CHANTS ET DANSES
HAITIENNES & INTERNATONALES
AVEC LA PARTICIPATION DES i.H.\NTb MIMES ET SPECTACLES COMIQUES
ENTREE : Gdes 5.00


Vicintico Valdes

DONNERA-T-IL UN SHOW A CABANE CHOUCOUNE LE SAMEDI 4 AVRIL 1970)




7
























NON! LE PUBLIC DANSERA ...AVEC VICINTICO VALDES ENTREE $. 4.00
Choc Publiciti
~e- -e- - -e-e-e-l-l-


d6venttelles divergonue qui,
I 'opposeraient & son Premier MI,
nistre. II.ne faut pas, a-t-il dit,
se laisser intoxiquer par les dif
S fients romans relatifs a de pr6
tendues guerres fratricides en-
tre les membres du Gouverne-
ment, voire mime entire le Pro-.
aid'ent de la R6puhlique et son
Premier Ministre.


Le Parlement ouvre, cet aprbs-
midi, sa ..-ession de printemps
qui se prolongera jusqu'au 30
juin. Au course de cette session
plusieurs grands debats seront
proposes aux parlcmcmitaires
sur des dSclarations ministiriel,
les. Parmi lea plus imsprtants
figuren t;: (l'Education Nations.
lc les 14 et 15 Avril et la poll-
tique 6trang6re les 26 et 29 A-
vril) les questions deonmiqucs
et financeres seront abord6es
dans le courant du moist de mai
Set leas options du Vemne plan ne
seront examines que dans la
aeconde quinzainiz du noi:s de,
juin.


DWces de Louis
Innocent
Pax Villa' announce le d6cis
survenu le 2 Avril en course, de
Mr. Louis Innocent.
Dana cetta douloureouse' 6-
preuve Pax Villa et le Nou-
velliste prisentert leurs sine&
re condoleances A sa Veuve
n6e Jeanne Bayard, at ses en-.
fants Dr. et Madame Jacques
Innocent, Dr. et Mada'mea Clau
dc InnocRnt, Miles Marie-Car-
mel et Adeline Innocent aet
tous les autres parents et allies
que oe deuil afflige.
Les fun6railles de Mr. Louis
Innocent, seront chant.es le
Vendredi 3 Avril en course en
YEglise du Sacri-coeur de Tur
geau, a 4 ih. p.m. Le convoi par
tira de la Salle Paroissialeo d
Sacre Coeur de Turgeau oL IA
d6pouille mortelle sera expo-
see dis 3 h. p.m.


Remerciements
Mme Vve Henri Sta-.o, Mile
Andrde Staco, M. et Mime Fa-
vard' Duperval ct enfants, M. et
Mme Antihony Larco ec enfants,
M. et Mme Girard L6lio Joseph
et enfants, M. et Mme Etienne
Chftelain et enfants, les famil-
les Staco, Cassdus, Neptune, D6
castro, Bonnefil, Duperval, Lar
co, L61io Joseph, Chatelain etc.
remercient bien sincrrement la
Banque Nationale de la R6pu-
blique d'Haiti, IDAI, SEN Di-
reaction. et personnel. ONA, tes
amis de la Glacidre, et tons les
autre parents et amis de Port-
au-Prince, des Cayes, des autres
provinces et de 1'Stranger, des
marqeus de sympathies qu'il.
ont bien voulu leur donner ah
l'oecasion de la mort du tr-s
Sregretti Henri Staca survenue
le 15 Ma.rs 1970 en la ville des
Cayes et les print tous de croi
re en leur vive gratitude.*
Port-au-Prince le 2 avril 1970.


Dan rcette perspe
question so 'pose : F
Canadiens francaJss c
leurs efforts a Quobe
vent-ils prendre 'ena
Canada oour base ? Ti
che pour los Ileux sa
A ce propos, dit-il, a
trouver de meilleur
-auo le FEDERAL
Cadiens franclis
-ffclamer leur 6g
droits avec les Csna
glais. si leur culture
d'un Occ6an a A 'au
lors. lidde tendarni
un Canada avec deu
est A d6conse1ler. T
ment anti f6d6raliste
damner. Supposons s
aue triomphe le Sipar
la entrainera come
ce que les Canadiens


Lotion Jergem
Adoucissez vos mai
tre peau par la Lo
GENS, unique en
Rappelez-vous aussi q
dorants, le shampoo
vons JERGENS sont
et incomparable.
Utilises toujours
et les savons JEl
WOODBURY pour voi
WOODBURY pour vi
beauty.
En vente partout.


LA lire COMMU:
S'ANNONCE

AU MONDE C
le magasin up to dal
sent jamais lesser po
procurer ces article
que: batiste, linon
organdi, popeline et
Suisse, cripe georget
de fil, dacron, tergal
Chaussettes, demi b
ronnes, tulle, gant
choirs et sous v6tem
Futures mamn
AU MONDE C
a bien penser A vou
6galement, en vous
tant les trousseaux
BEBES
Rue du Magasin de
89 -



Machines a c(

,LA MADONA
Parmi les toutes
sur place.
En stock avec tout
cos d6tach6es aussi
garantie.
En vente a la TI]
Geffrard.


ec i


nd6pendant,


SLe Quet
dalant do s'adresBer direete-
ment' au Pr6aldent de Isa Rpu-
bllque et uclamaloet lu ddmlB.
b.ion Pr ie Ministre. Mla i o m ,saccorde as
S'CID sont d6 volir aux Provinec.s,
1 1 ps an orsulvhe lour at- .r do Scurt 6 aoptale1
tlin our le plan national, ila 'atnt d'adopter
i'en ont pas molns onvited lal' hle soclale qul sied
reprise de la n6goclatlon a vec leuts populations.
les pouvolrs public. : Oulturellement 6
Le CID, d'autre part, dvoque' : Ofltquelemen Quibe
In possibility6. d'nne fusion ae tout aute le Qattitude.
d'autresi urgai)lsaLlons conltesta- wet anoe dtinillredi.
taires, mals, en revanche, l'a A s dlalr e cana nn
S rejet6 toutse alliance avec ICUD 'eat o do Caenade ns
CU de Pierre Poujade, lequel' I. e autres Proo
entend pratlquer la politique de' des aure Pro
la malentendue avec. le Gouver angue angisuee, -
nement. ,,.UlDtalE de C.n,,
,..lal; les Canadini
Chaban Delmas, qui a eu, 'auraient amsi nea n g
hier soir, le commie de liaion--I, contre. aeuraiet beaun
la majorild, a confirm quil! dre. 11 leur appartie
s'entretiindrait, dana la premi tficthe de stimmler 1.3w
re quinzaine du mois d'Avril, a; ,t lWr culture, de ln.
vee le qorgsnlsations repr6senta unevital it6 de mani
tives IeA somerqms,st et arti-I u 'llea ne soient rien
sans, & la is ule conditions que q ue de simples fosslt
celles-ci respectent sla l of.ii. a. La franais ne1o
D'autre part, le President de ; de la valeur que s'i
sla Ripublique a tenu i mettre ,e a nr PEIPLE P
personnelloment, un terme A SISTE.
certaines rumeurs jner.ant c x x
a eveoeueusos ut....... .. p


our vous
es tels
, opal, &
broderie
tte, tile
I etc.
as, cou-
:s, mou-
ients.
ans,
CHIC
is plaire
pr6sen-
de vos

S1'Etat




oudre


meilleures

tes les pie-
pour votre

PCO, Place


TRES PROCHAINEI4ENT 3 PISTOLETS CONTRE CESAR
AU CINE ?


SURVEILLEZ LES ANNOUNCES f'
AVEZ VOUS JAMAIS VU UN W*TERN
NOIRE EN JUDO ET KARATE.
AVEZ VOUS ZAMAIS VU UN WSVBTERN
AVEZ VOUS "AMAIS VU UN WESTERN


AVEC UN COWBOY JAPONAIS CEINTURE


AVEC UN COWBOY MAGICIEN ?
AVEC UN PISTOLET A 4 CANONS S


--a- p --===-------------=--=


Ligue centre
le Cancer


(Suite do la 36ge page)

e de pou an Ottawa, A Washington et
en ma1t ( tous ceux qui vivent daus l a
B. leur pti nutree Capitales du blonde re
la phUlos, pkentalt tun pays d 65 mill
l& mleux ions d'habitanits, pourraient tx
orcer une influence en propor-
S tioun Q ctto population. Alor
fin, it pit.- qu'un Qu6bec Me mbre d'une F6
a 'ait une dhratbzn groupant deux Cum-
3S'il persts munauls lln'alstlquqn edt a e
t'Elat Na' sur6 do I'appul de 18 millions
Francais, d'habltants an future promet.
i vrale, tu tear, 1 en juger par leur pr6
vines de sent standard de vid, qui est le
autant de -Second; des trois Standards de
'liens an- Vie lee plus 6levos du monde.
Frangais Masle il import que leas Cana
rgagu, par diens frangais le veullent vrai'
coup h per- ment en abandonnant l'atlitu
'nt comment do de Nation opprimoe set en d6
LLr langue idant da partieper physique
ur donner -,ment et intelligmment la 'ex
sre ai ce pirience canadienne. Qu'lls re
i de moins noncent A Icur concept d'Etat
es du pas- National et les Canad:ens an
peut avoir glais en leront. aunt a. II ne se
est parled ran plu question a Toronto, &
PROGRES 'Frederictoan, et mimne A Otta
.wa, d'exalter la. Nation Cana
dienne anglaise. Coest uns er
relar que de pr6tendre que la
active, une Conf6d6ration a itS une failli
'aut-il que e e toale pouit les Canadians
oncentrent Frangais, la v6rit6 affirmed Tru
cc, ou doi- deau, est qu'ila n'ont jamais
isemble du essay- d'en faire une rcussite.
rud(au n en A Qu6bec, on se complait dans
alutions At une attitude sterile, negative
n ne peut d'autonomie provirnieale' autant
instrument i d'abstent .os qui uncourugent.
SME. Les l'action paternaliste de central
pouiront sat-bns d'Ottawa.
ualit do En definitive, samples qnue
adiens an- tions r6egler en famille car
est itablie ce, 'Canadiens ne sauraient du
tre. Den blier, qu'ils descendent des
it montrer ,60 o(00 franeais rqui, apris la d(
x conepts faiteu de Monealnm, ne -egret
out mnouve taloct pas de voN'r la France me
cO a eun tourner che elle, ayant pr's
un instant.. Ia part nous dit Mgr. Francis
ratinte, ce C. Kelly, Ev6que d'Oklahoma,.
cans&quen de roster au Canada sous la do
F'rancais uinsation anglaise. Au Canada,
afferme le RaEvrend Kelly, les
anglais ne sont pas tout A
IS fait anglais et les franais ne
aont pas completement frangais.
ins et vo- Les uns et les autres sont d'a
ition JER- bord Canadiens. Et cette vi in.
son genre. cfibappe solvent a i'htann6g:r
tue lea d6o Ceux du vieux Quebec que
et les a- tourmente un reve imniossible
excellents d'iudduendance ou de Siparatis-
me. sauraient-ils oublier de si-
Is Lotion t0t1 los sages paroles de Sir Wil
oENS n frd Laurier? J'aineIa la Fran
m i do co qui nous a donned Ia vIe. 'ai
os s-in de e se I'Angleterre qui nous a don
os sons de nd la Libert6, mais dan'. imon
coeur, la premiere place est
pour Ic CANADA! Ainsa
S_ 'ailleurs le comprend I'auteuoc
---W0"3 de la formula nouvelle d'teten-

S tlon entire les deux RACES et
qui a pour nom : PIERRE
CHIC ELLIOT TRUDEAU, premier
Ministre du Canada.
te ne se Laurore St JUSTE


FOOT BALL.
U3RUGUAY BAT PEROU
MONTfVIDUEO, (AFP)
En mtaUh International de
foot ball disput6 i Mont%'J do.
l'Atwl re d'Uruguay a batit eel
Ie dut Prou par deux buts h o

COUPE D'EUROPE
DES CLUBS : LE CELTIC A
PRIS UNE OPTION POUR
LA FINALE
LEEDS (Yorkshire) AFF
Le Celti de Glasgow, d6ej
vainqueur de la compdtit.on en"
1967, semble avoir pris une sd
rieuse option pour figure en
Finale de la Coupe d'Europe
des Clubs Champions, grace it
unue vitoire d'un but Ia zro sur
Leeds United, en match alkrl
demi-finales de la coupe J'Euro
pe dtes clubs champions, vendv-e
di sair.
COUPE D'EUROPE
DES CLUBS LEGIA ET
FETENOORD 0/0
VARSOVIt, (APP)
Le match aller, comptant pour
les demi-finales de la Coupe Coupe d
Clpbs Champ4lons de foot ball
qui fut dispute mercredi soir h
Varsovie entire Legia de Varso
vie et Feyenoord Rotterdam
s'est sold par un sore nul z6
ro a zero.
LA COUPE DE FRANCE DE
FOOT BALL
SPORTS FOOTBALL
'PARIS, (AFP)
L'mquipe de St Etienne a res
portS mercredi soir a Paris son
match d'appui de 1/8 de finale
de coupe de France de football
en battant Nimes (2ime divi
sion) par 2 buts z6ron apr_-
avoir 6tk a galitd 0/0 a Ia mi
temps. \
Au cours de Ia. rencontre plu
sieurs apectateurs qui s'6taient
juchs sur le toi des tribunes
la foule Mait 6valute a press de
25.000 personnel alors oque l
stade en cotars de travaux n'v
content que 20.000 lurent
blesses. Deux d'entre' -ux qui
tombirent du toit souffrh'aient
de fractures du crafine.

LE CHAMPIONNAT
DE FRANCE DE FOOT BALL
SPORTS FOOT BALL
PARIS, (AFP)
'Voici les ra6sultats enregistreis
mercredi soir en championnat
de France de football' de pre
miere division (26me journe6e)
4 Lyon :Lyon bat Ajaccio 2-1.
A Bordeaux : Valenciennes bat
Bordeaux 2-0 Angers et
,/Metz 0-0. A Marseille : Marseil
le et Angoulmne '1-1. A Bastia:
Bastia bat Nantes 3-2.
CLASSEMENT
1) St Etienne 40 poAts.
2) Marseille 34 points.
3) RCP SEDAN 33 points.
4) Bordeaux 28 points.
5) Nantes 26 points.
Strasbdurg : 26 points.
6) Strasbourg 26 points.


Apprenez
l'anglais
ou Pespagnol


en utilisant le systieme audio
visuel.
Institute de langues vivan
tea 179, Lalue, en face de la
Ruelle Dufort, local du Coll)
ge Classique d'Haiti.
Inscriptions
Lundi et Mercredi
de 5 h. A 7 h. p.m.



Carnet Mondain
Nous prenons plaisi.r a an-


La Ligue Contre Le Cancer 5, ngout.me2m sq mporos. -'.. ule .- --e^ r .. -
ptie tout le monde, grandst LE x i vril du courant a eu lieu en
- pelLs, fortunes ou pauvres, de LE CHA PIONNAT DE stricte intimiti manage de
P'urL-n -]rrince et des Piovin- FRANCE 2tme DIVISION Monsieur Pierre Rigueur em-
ces, de pirticiper activement a PARIS,. (AFP) oloyn Cabane Choucoune. P6
la. Seea:nm Couare le Cancer Voci les risultats des mat- tion-ville, et de Aladenmoisele
i est ouverte Ie Dmnchean ches joues ce soir pour le comp Elisebonie Aistnd. jilie alopti-
2.9 Mars. Ies boites sntL places to de la 22eme journse du Cham vp de Mme Vve Winfen Wool-
partout et seront aussi passes pionnat de France de foot lev.
dans les icoles. ball de premiere division : La c6reinonie civil a 'u lieu
Des cheques et des d ms peu A Limoges : Reims bat L..mo- chez l'officier d'Etat Civil, see
vent etre envoys au. addresses ges 2-1. tion Sad esn presence seis t-
suivuntes : A Grenoble : Grenoble et Pa moins.
BNRIIH Compte SpLeial, Bonim is Neuilly 2-2. Nous preseuons ho; compli-
be au Cobalt, Ligue usn:.re le A Nice : Nice bat Moname 2-1. ments aux heureux i .onjoilts
Cancer ;
Liguecontre ie Ca...er, c/o 33 53
Hotel Sans Souci, Luiageau.
Lonnez g6nfreusemcnt pour
a t a.. aides pMachine AU CAPITOL
au Cjbdit. Donnez pour qLe cet .?
te S9eaine coinaissc ie saucres
,isirA et jue la Ligue puisse Jeudi, Vendredi et Samedi
a.-querir ,'apparcil au Cotait int tS S e
disoejsmsable eu trmihcment t a 6 hres. et .8lhres 30
na drs: is:i du Caoseer.
r.a Ligo centre ie Cancer
remerci. (si t ou coeur. Sn Ex- UN SUPER WESTERN
cellisce )'Iounorable Dorteur
Franquigs DUVAL1ER, Prsi- D IN G
dent a Vie de la In pubiiue, d'a R I
voir accetS le hautl patnnage
de cette saemaine. AU PISTOLET D'OR
Eilc ren-ercie egakmnit pt U J .O L S
trbs sincirement tous et chacur
importecs contributes aussi peAvec : Mark Damon et Vaceria Fabrizi.
quels nt. Ioe Canceri. ( Entreie Gdes 2.50 et 4.00


Concert d'e cl6ture r .'s .M. .i 5" -n
du Festival "",' ,,,
Beethoven
C'est aujourd:hui, jeudi LE GEANT DE INDUSTRIESE JAPONAISE
avril, que prend fin le Fiesti- N J O AS
sociation Pro-Mus'eca de Port-
Prince.
Ce Festival se-a cl6ture par
un concert de haute quality au f
quel tous les amants de la mu y
sioum sont convi6s. )
Vous aurez 1'oceasion t'enen as POMPES ELECTRIQUES
dre une dernm're fois dans un
de ses meilleurs programmes

auquel smei indreval ino te Type' centrifuge. De toutes puissances
tre grande artiste Mirhelino
Laudun Denis. M et de toutes capacities. Aussi bien
Ne manquez pas ae concert :
Le dernier! 2 avril A 8 hr!, A < l'Institut Frangais.
Voici le programme de ce Soupape de revenue et disjoncteur de pression
Concert de cloture :
W. A. Mozart : Quatuor e., Sol incorpor6s.
mineur pour piano et cordes. -
K. 478
L. V. Beethoven : Quartuo en I APPAREILS ELECTRO MANAGERS
B6mol majeur pour p ano ct
cordes, opus 16.
R. Schumann : Quintette en Mi Batteuses Aspirateurs S6choirs Cireuses
bimol majeur pour piano At cur
d... opus 44. Tous les deniers modules 1969 & la pointe
N. B.- Los billets d'entreo au
)rii de 2 dollar entiree g6nsoa
le) et 2 dollar (ene grev's de la perfection HITACHI
sum.irote)' seront en vents V
la Boite A Musique eudi etre AGENT POUR HAITI : HERARD C. L ROY)
8 hres A. M. et P. M. Af1n de u N
permac-tre A ceux oui n'auraient Distributeur : ENCHA
pu aeheter leur billet ]a BO) t
te i Mtsioue les ruichets se- Tous les products HITACHI sont garantis.
rnnt ouverts au hall d'enitre
;,Ic. 'n ti ena a 'mcA pir n 'r
,le 7 hres P. M.


- I


a


p 6-


. . ..... .a. %


b~'a~sh-;Uihn;ilL~1.~6-i~aY


I


* '^- ----- .


b


TEUDI 2 AV L I70 '





EI-Q

A Toulon : Dunkerque bat Tou
Ion 1-0.
A N y : Nangy 'bat Aix r -2.
A AJacko : Guaelc bat Cannes
8-1.
CLASSNFMENT
L) Nancy 33 points.
2) Nice 83 points.
3) 'Reim 13 poets.
4) Avignon 29 polnte.
5') Boulogie 26 points.


LE MATCH DU SIECLE
2Ame. RONDE
BELGRADE, (AFP)
L'U R S S men6 par '11, 5
points, centre 8, 5 au reste du
monde A lttssue de lsa 2me
ronde au match du sicle d'i-
chees dispute a. Belgrade -
L'U R S S menaitL d6jit Par 5,5
/ 4,5 ais fin de la premiere run '
de. Elle l'a emporti par 6/4
dans la deuxiame rjndo achevia
me-credi soir.
Voici lea ere'sultats complets
de cette 2me rofide (les sovid
tiques avaieat les blancs aux tl
bles padres):
1- Larsen (Dan) Spasskcy
0-1 overturee irreguliere, 18)
2- Petrossian-Fischer (E-U) :
0/1 (Partoe Anglaise, 66)
3--'Portisch (Hong) Kkot
chnoy : nulle defensee indien
ne Nimtsovich, 31)
4- Polougayevskh-Hort (Tche-
co) : nulle (Partie Anglaise,
29)
25- Gligor&i (Youg) Geller
nulle defense indienne du Roi.
32)
6- Smyslov-Reschevsky (E-U)
1/0 (Partie Anglaise en 63)
7- Uhlmann (RDA) -Taimai
nov : 0/1 (d6feiiase indinne oe
la Reine,.40)
8- Botvinnik-Matuloxic i aoug
nulle (Partie Anglaise, 26)
9- Najdoaf (-ArgentinE) Tahl
1/0 (Gambit de la Reino cfu
se. 50)
10- Kores Ivkov (Youg) :
-1/0 (Partie Espagnob, 76)
Les parties ajournmes mardi
soir et achevees menercredi diailnt
celles,des tables 2,6.9 et 10.
La troisidme rnd.,- vera
joule jeudi.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs