Title: Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/06649
 Material Information
Title: Nouvelliste
Physical Description: Newspaper
Creator: Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date: January 22, 1970
Copyright Date: 1963
 Record Information
Bibliographic ID: UF00000081
Volume ID: VID06649
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: acn6482 - LTUF
0012544054 - OCLC
000471641 - AlephBibNum

Full Text






L.E IP.VS 4r~vD-~



4U/w MON tAS 0CO


Ada"Arz AoAX HAVE


aMI MBRID A uINTRAMERICAINE D PR
MIMBRE Dl L'A88fO4IAT!~lb INTSIRAMERJ0AINK DI PRX8BE


Aee:A& 's XW CaNWA'ii



ROiqT-AV4PiWiNes.(NA in)



19POT LEO.TA i 316,


7d1 A'ln *JID 22 JAVII 131


A lEcole Moyenne



d'Agriculture

Ssre belle aantji sltion Atnrdt dsrtnierd Domtst, cn leocl ide it
A'r let l d'Agronomie i ds Mt/detlne V'etsriaire, a 'octneuen di
I reishe des dipltmes ,i /. Itroisiti n pron utiun d oI'trols ollniyei
. Agricutlure
Au noesa de cete tatoestfolatio '-ehnauslea do ta oprennce dit Se-
cretaire a'F t ,Ifnlri Thoard, rdut Sous Socretaire d'Etat, Dr A-
ehill Stui dA i'rmsoier C enseillcran u la Cor Sdiorios te 11b CoiMP
ts, .31,. J.de, Isnichelt, sdu hrecrtcr Gc neral de 'Apgriculture, M.
Jaurso l.rt cqui, diu Dolls nder ln Faciiltt i'Aritini/e, M. Louis
B Mlancher, de Adsrouro on, ,'t pro-ornces par AM Pio re Monlna, Vire
VUIems de In Facitlia dFAproolte si Dirocteur de I'e fole Movtnee,
ninri que mp r3. Joean Jocely/n li/oqui e0 laMre ane tno desquaraneo e
Ututtieall. a tr cliihrieixioa nAi riculturit .
Or nombroteu prtx ont dict efforts sttua.aitueael 5tr Sun Exrcellent-
c le Priaident a V4 doe Io Rdpubltiquit, per Madnn.o FrnPicel Du-
si/thr, le Scrvirr nuc lturesl r do 1'Anbiva de d Frtre, ac t;s reoponaa-
blei (I It),tarltnieirtl le rAprimil ture ft par lr Ser'toaire d'Etat ds
I'l[densoi,m ntionalo.
Au ri i/'Honr.ictr qt tiln r u In i c +it titnl, le SerOtitlrcei d'Etant
dc l Agrirulutrr, .. IAndire Thoiaro, prooiiaf /e speech do ctircoits-
anira. 11 rnap;oin que I'Kcole MoAytnoi eat tteo dune ide gdn tirttse
dltl Prtsident Diurulie, et perls dee gere esnd e.5poirs qtet fetds le
/'htf de I'Ko mt r len noneutiiiwa" pldm/is.
Nonxu ;ttbli ih ,n r t, 0dihton(lite tondi tr n Itde 11 ier-


FORIMATION DES CADRES

Le Discours de


Mr. Pierre Montas

lVice Doyen de la F-cult d'Apgrvnotmia et de Mddecitne
V\tiUrinaire et Directaeur dc I'tcole Moyenne d'Agriculture
A la Rnemise des Dip/Mzis auxi Eludiants de i'Ecole MIoyewi,e,
le 20 3anvir, 6 Damien.


Monsieur le Secretaire d'Etat,
Monsieur le Sous-Secr6taire
d'Etat,
Monsieur le Premier Conseiller
i la Cour Sup6rieure des Comptes
Monsieur le Depute,
Monsieur ie Directeui Geniral,
Monseur it Doyen,
Monsieur IP Chef du Service
dc Production et de Vulgarisation
.\ iricoles,
MM. ies Professeurs et
Sprcialistes,
Chers Etudiants,
Mesdames, N essiours,
11 eat dans la vie des peuples
comme dani [latNie des homes
.1. moments dbc sifs.
itn it baucoup pare des me-
n.,cae tie. I rofiiet letar ombre
-sur I destiln de la nation haitien
nI. Quill o'agitseA d la frugiliti
I,- liacondition p tymnne, de Ai
.,ussre d,-nogrnpliqu( acc'rl<-
r ', qu' pgirselde.archi-
te, /i'explortaion agricohr, du
S,.l rtt ., d 'st sut piti et de l'6-
io)ain, journialihts et orateurs,
I, ro raslters t ttilrateur, ient
-.inays/6 iles causes et les -tor6-
uencel tidece que len uns et lec,
;i tra app-ll(nt, anon iansa rai-
I en,le hdraine du iay id'Ulliti.
Faire It 'inalys des Cmuses est
e,; donce- hi.lumal ent. uni prour
d -m courage ; donner A 'alrarme
,xprime li volonttb de cr6er une
primn de ronsien ce collecticl. Ft
i,-it -ieH t hit-in n. A condition
dIe n'ttre qu'un prelude.
L. tiemps vat venue td'un choix
d/Ins ]')ti ,i I- temps eet venut
tui exige dana I'urgence I'action
:-ffietace, l'action di-trde.
Ai ctnmtlrvr n i is tlroblmevs
pi-, -fiqul (it- lit production agri
,itt, t0 du d6tveloppement rural,
;,,iot ion -laIre ps tule d'abordi
lit pr(parnation d 1i'6i6ment hut-
main.
;ette p aration de '(,Ilment
1inain uett raision d'tre de
totre Facuitt d'AAronomie et de
M6deciae Vtorinaire et de no-
tre Ecole Moyenne d'Agriculturi.
Coet pour avoir comprise oc rb
It. de premier plan que dolvent
jouer ree ls-oles ldsan un program
moe d erg6ndration national oue
t, Gouvernement de Son Excelehn
ce. l'-lonorable Dr FrancoitS Du-
yilier. Prdident a Vie de ta R6
publique, leur a accord une soa
Icitude partiauibire.
Je t6moigne ici des efforts ad
mirablehs rclu ont tc faits pour


6tendre les cadres, pour assurer
une preparation technique ade-
quate & la fois A trois promo-
tions d'6tudiants, bhentbt 6 qua-
tre.
Notre Facult6 d'Agronomie et
de Mtdecine Vdtdrinaire, avec
sos laboratories quip6 s d'un ma
tdriel ultra moderne, est une
illustration 6loquente de ces ef-
forts.
Les Sptcialistes ne seront ja-
mais assez nombreux pour af-
fronter la lutte iL mener, la lutte
a gagner, ni jamais trop dqui-
Notre 6conomie, malgr6 les ef-
forts merttoires ent6s pour d6-
velopper certaines fornies d'indus
trie, rest une dconomie base sur
agriculture. II nous faut pro-
duire pour vivre. La sous ali-
mentation et la malnutrition, pro
i)lemes cruellement actuels. de
par le monde, e6vissent Aga.le-
ineit dons notre pays. II faut
produire davanta.e.
D'autre part, les statistiques
anccuent un rythme aiccl6r6 de
li natalit.' En face d'une pro-
duction stagnarile, st drcsse l'aug
mentation rapid de la popula-
Lion. II faudra done, domain, proi
duire dix fois plu, .pour fire
r,,uler le spectre- ideux de Ian
hfim. Selon l'expreseion imagt6e
iu journalist allemand Claus
iJacobi, on ne peut plus dire que
I'humanitd crol- et se multiple.
Ell, explore puisqu'h chaque he-
conde, it1 population du monde
a'ecroit tde deux personnel. No-
tre pays,se simblenii til, suit aIn 11)
int -endence.
Les demanded du march cxt('
rieur ont crUa un movement coin
mercial inthreashant et 'exporti-
tinn do nos fruits, tie nos ldgu-
Ires, dc nol vivresa uiimentairCes
fvorieent lentrde deb veisesn.
Mia citc te exporttioni se auit
spar prel/vemrcnt seu idea quainti-
Le i ntceseairea aux besoltns all-
nentaires delay i population. I
faudralt dorin produire vingt fois
pluti pour satisfaire ces besoins
et fair de nos surplus des sour
ens de profit ru/l.
Or, le problmme de lu produc-
tion eat li6 A des facteure divers
que vous connaissez tous- : la mi
se en vcleur de toute la terre
cultivable. t'dtablissement de plan
stations scientifiquement organi-
ses, In l luttle rationnelle centre
lea enremis des plates et des
animaux. 'enrichissement des
resoources de la terre. t'nrichie
(mienSt des resources de i'616-
(Suite page 4 Col. 7)


CINEMA-

La Lamborghini Jaune...

par Jean-Claude CHARLES


TII y a de ces films qui 6chap-
pent h touted attaque. On 0 peut
pae le crTitlquer valablemnent, aun
risque de paraitre idiot. Bacon-
tant une histoire tnras convention
nelle, nmals .ben, et celo sans ao-
eune prouesse technique ni Inno-
vation esthbtique, avec sedlement
une certaline but6 de 1'image
qui fait pansdr qiMauJord'hul,
davantage que jadls, le chlat op
rateur 'pror4Iente un aultdatr
tres important pour Ie mettesr
en scene, It fas se border a tea
recevoir clPmme 11s sont, 6 le
limer ou pee. AinAl de LLA LE.
CON PARTICUTLrERE.

Pour me part ce film m'a
beon divert. Car It fait bon quel
quefoie se retrouver on c0ompa-
gnle d'un Jaune cheia fou (RTto
naud Verley), affnbl6 d'une guen
le super-extra-ctfrgdnique la
Jacques Srnas, petit phlosophe
Sane phfliphi, late d es


poliasonneries ancillaires, lyesd
qul monte & moto et s'extasle
devant tel coureur-auto viril (Ro
bert Hoesein), avant de prendre,
petit chauffeur-bon-sbmaritain,
le volant de ta Sperbe Lanmbor-
ghini june de celul-et et, plus
tard, effrontmaent, Ie corps
(plus e cleur) d ea tries arden-
te maltremn (Nathalle Delonl.
Tout cela agr6ment6 de vartn-
tls musicalee a gogo.
Bernard Clavel pea e sdereuse
meant que le roman-photos pour-
ralt ua lour trourer son Balzas.
T1 semble, aujonrd'hul, qu'll fail-
le nourrlr an sdmblable espolr
pour le cinema bleu: ga Fran-
Colse Sagan n'et pay loin, ei
elle nefst peg d6ja trouv'e. LECON PARTICULTEREe, I
moan ena, aura blen troui6 a
place au Festival qu'on nous pr&
sente actaellement, 8ans la me-

(Bite pge 4 col. )


La Soc*i6t
,Air" Haiti
est autorls6e
Art i l lItr.- Hilt auturi6o
Socildte Anonyntine dcnuam6eo
Allt HAITI ,. A.; au Capital So
utal do Cinq Cents mille gourdes
eu Cent Mille Dolluar, form6e I
Port-au-Prince le 16 D cembre
1969.
Article 3.- La Socidt6 a pour
objet l'6tablissement de aerv-cee
arietns de transport public, rdgu
Hers ou non rguliere Internatio
taux. Elle assurera le transport
ae paesagers et frets.
Elle pourra poss6der, louer, ou
affrdter, hypoth6quer des a6ro-
niefs, et d'une fagun ngdnrale fat
re touted opdrnstios comnmercla-
lea ou finaneiereS en rapport a-
vec son objet.
Elle pourra aussi avoir des ate
iers de reparation d'aViTi, et 6-
tablir, touted autres tntreprisee
ayant trait A i'avlatin et non
prohibits par la lot.
Article rransitoire.- JuSqu'it
la preni6reA reunion de l'Asnem-
aide Gndrale des Actionnaires Ie
Conselil d'Administratiun est corn
pus6 coinnae suit :
James 0. BYERS, Pr6sident
Saul D. URRUTIA, Vicc-Presi
dent,
Hermann WAKER, Trdsorier
Rend Jean Jacques, Secretaire.
Ernst CINEAS, Conaeiller.


Le clinat a ,Nigeria apres


la redition du Biafra


NIGERIA .(A FP)
Lea Ibos, ja principal ethnic
de lancten tat Socessioniste, ea
vent blen qu'll ne sent point at
m4t, an particuller par ltp Haous,
sas musulmosns du aerd, parce
qu'ilBe sont intelligentsa et travail'
leura et contr6lilent aou0ent en
coneqa6ence "6conomle et l'adml
nibtration du Nig6ria.
Les Haouneas nous appellent
lea Ju'fs de I'Afrique, 'a dit an ,
Ibo, tnous uommes huiH come
Il jufe. Allez n'importe oi au,
NtgMria, A Lagos, A lbadan, et
prteout ob vous verrez une mal-
son cosBue, voud trouverez un
Tbohe.
Cependant, A un certain nivesau
social, en d6pit de e clinmat hoe i
tile aux Ibos, la r6concillation
aelfectue tirldement entre nit-
ciens camarades que In guerre a-
valt s6 pars.
AinFlea sjournalietet qui par-
couraient lundi dernier la proven
ct a6cesslonniste curent la surpri
m de voir leur camion 'arriter
brusquement sur la route d'Ower
ri A Orlu et le chef des aervicLte.
d'informntion qui lea accompa-


Cas d'abus de substances narcotiques


Division d'Hygidne Publiaue .
Le Service de contr6le desa M6
dicaniments, des Pharmacies et des
Narcotiques de la Division d'Hy-
giene Publique se fait le devoir
d'aviser les Agents importateurs
de Stup6fianta, le corps M6dical,
les Directeurs des Centres Hospi
taliers, des Maternitds et princi
palement les pharmacies de la
Itpublique, qu'l a 6et en main-
tes fols enregistre au Service de
la SantA Publique des cas d'abus
de substances narcotiques, relev6s
dana certainan- pharmacies de la
Capital provenant d'une part
du nombre exc6asif de prescrip-
tions m6dicales des dits products
delivrees en faveur de certain
malades; et d'autre part de fal-
ifications o'ordonnances 6ma-
aees vraieemblablement de Per-
aonnes douteuxesvictiinesv de ?a
D6pendaice dt,'de la tioxcoinsanie.
Sans omettre en outre, cer-
tains cas de tragic illicit d6nona
i6 au Service co patent.
Pour empscher Ia repftition de


ubus et J leour rapl, eir 'obliga-
tiun qui leur est faite u'Mider le
Service de contrile, en agiesant
avec circion.pcction dans la vente
de ces droguees au public et en
observant strxctement, en l'occu-
rence, lea conventions internatio-
nales de Geneve sur les Stup6-
fisnts, ce. afin d'emp cher tons
ces abuse et de combattre en me
me temps la toxicomanie et le
traffic illicit sur toutes ces for-
liles.--
Approuve :

Dr Charles DAMBREVILLE
Chef de Division
Raymond A. ALPHONSE
Chef de Servite


gnalt auuter du v6hicute pour enm
brosser le romancler Cypriap
Ekwensi, anclen Directeur de
information du Biafra, un vieil
am! q 'il.'avalt pas vu deputy
Ie d6bt de ola guerrn civil.
Mae. ca quo l'ofi' m'b dit pu
cours de ma tournde dans Ia pro
vines orlentrle et lea conversa-
tions que j'i pu avoir antarieure
ment avec des personnlitdse d'au
tree regions t6molgnent de p'ani-
moslte profonde qui eubdiste en-
tre lea diffdrentes ethnieb.
Lee Haouseas craigniient Los -
lours la domination t.onomique
des Ibos. et les autres tribus con
tinuent s'irriger do ce qu'ellea
consldbrent conmne I ecumnplexe
'.e auptriorit6 -Ibo, Le s fonction-
naires et lee commerCante qui se
sent empress6d do combler les vi-
des laiseas par i'exode des ILo.
ne sont sans doute gudro dispo-
es a renoncer de gaitd de cocur
k leurs nouveaux emploit au nom
de la reconciliation.
Mais c'est surtout du cdl Ibo
qua lee suspicions sont les plus
vives. lie sont soulages de voir
la guerre terminke, mats neo ca-
chent pas leura cratntnes. J'ai ba-
varsd hier avec lea domesttiqucs
Ibo de Is ialson occupde par un
Officler des troupes f6ddrales.
Nos \ouffrances sunt termi-
ndes, m'a dit lun d'eux, inais
11ous savons qua lea haoussas con
tinueront A nous diteeter. Ils
sent jaloux de nous pare qu'ils
5avengt que nous travaillons dur
C'est pourquoi nous cralgnons
d'autres troubles. Et nos jeunea,
crux qui ont dtd entrainds 6 la
guerila, ils ont bien jetd leur uni
former pour se d6guiter en civil.
Matis ils asent toujours lA...
Je lui ai demand alors cone-
blen de temps il faudrait pour In
reconciliationt centre nigdrians. It
se born A rdpondre :
Avant la guerre, j'avais dix-
sept frbres et Aueura. Aujour-
"d'hui, neuf sont morts et cinq
sent mutilds. Ce ne sont pas des
[hoses que 'on oublie.


Durant ce voyage dans I'an-
ceen .radut blafrals, et & nouveau
ce matin, Je suis allI t'un group
pe de 0 oldate a 'autre, cher-
client en parArculir ceux qui 6-
talent haoultgs, cr, Ics interro
geant sur lea future relations
enrre tribus &i lintrieur d'un
Nig6ria uni.
Bien plus que les civil, ilt
aunt optimietes. lis peneent que
tous leo Iboes pourront tre r6in-
ldger6 dane la communautd na-
t onale, et que tons lea problimea
lpourront etre rdsolus & la mane6
re africaine. u

LES USA EXPERIMENT
LEUR PREOCCUPATION
WASHINGTON (AFP)
Le Secr6taire d'Etat amsricain,
W. William Rogers, a exprimna
mercredi sotir la profonde pr6oc
cupataon du Gouvernement amda
rcaiti devant lea effeta que lee
ventea d'avlons francais b la, Li-
bye pourront avoir sur I'tquill-
bee mnililtatre au Moyen-Orieni.
11 a relev6 que lae Elate Unit
n'svalent pana td consults par
la Frances.
xxX
NouE n'avons H ucune obliga-
tions information 1'A6gard de
qul que ce soit. Mais, A l'occasion
d'Achanges de vues, noud avone
effectivement inform les Etats
Unti du contract conclu avec la
Libye conceernant les avions a de
clarA le porte pa-role du Minis
thre des Affaires Etrangdres.
Cette mise au point vise lea
declarations faites hier par le
port parole du Ddpartement d'E
tat quil indiquait que leo Etats
Unis dtaient dtonnds de n'avoir
pae Ah informs de la vente de
cent Mirage h la Libye.

Jean Cotrell .
DE LA COMPAGNIE
JEAN GOSSELIN


RUBRIQUE DU THEATRE.-

Le Malade inmaginaire

par Jacques LARGE


pareils Caits qui sont prdjudicia II n'y a pas de malade imagi-
bles i la SantA des individus, et nare. Puisqu'il suffit de s'ima-
copeiptenu des repercussions s o giner malade pour 'etre vrai-
diales de I, toxicomanie, le Servi nmant. eat regrettable que la
cc croit nbeessaire d'attircr it- proposition contraire ne soit pas
tcntion de toutes ces institutions vrai, et qu'l ne suffice pas de
precitees sur le danger d un tel sinaginer bien portent pour 1'-s
tre en effet...
Pourtant en bien d'autres cir-
CARNAVAL 1970 constances, quand il nous arrive
Communique de d6battre le pour et le centre
L'Edilit6 de Port-au-Prince des chose., combien de fois som
prend plaisir A fdliciter lea group mes nous certain d'opiner sons
pos carnavalesques qui Be pr6pit risques d'errem 7n
rent it donner iau Carnavul 1970 Sur cette 6troite ligne de d6-e
un ecaict excepGonnel et lea prie marcation qui sdpare la reality
de di)dguer leurs repr6sentants de la fiction, nous cheminons A
qualifies it une reunion qui au- pas h6sitants, essayant de noit.
ra lieu. a I'Hbtel de Ville de Port raccrocher 6. un signe qui nous
au-Princc le vendredi 23 Janvler donneralt la certitude, cette cer-
1970 A It heures P. M. titude, h1as, tounours remilse en
HStel de Ville de Port-au-Prince question, toujours assujettie a
le 21-1-70 cos impnrvus qui bouleversent
Frederic G. DESVARIEUX lee donndas et ne nous laissent
President de lta Commission en definitive e la plenitude du
Communale de Port-au-Pr.:n ou a plnid
Breton NAAIRE Pae d doute pourtant pour
Mem TIre N Argan. II so crolt malade, done
Mure AUGUTIN l'est. I 'est confortablement
Membra installM dane sa maladle. II vit
pour elle et par ellt. Et le nom-
bre des lanements recus lui per
Le 34e ant lVerSaire met de measure avec une exae-
de la m rt titude refns6e au cotmun des
mortels, 1'6coulament du temps.
d'Occide Je lty Pas de te nou nn plus pour
Moliure. II est gravement mala-
Le mercredi 28 Janvier pro- de at il hle Ia. It eat encore
chain la Soci4t6 du Souvenir ramps pour lui de fire son acte
OCCIDE JEANTY c6ldbrera de contrition,, de ne pas attier
grandiosement he 84eme anniver davantage la ecl/re de ces mnde-
saire de la mort du Grand et rms dent il s'est taut moqu6 et
F6cond compomiteur haitie.n d'esp6rer par leurs ultimes soi s
A 4 h. p.m., lea parents, amia une possible survie.
et admirateur s e o tMuniront ce
jour au Chalet du CimetiAre et II choialt le contraire; it choi-
se rendront ensuite en corps sur sit de fails de sa opopre mrt
la tombe du regretted artiste. un prdtexte pour -leas narguer da-
Une minute de recuetltement vantage. 11 dolait de me faire le
sera observe h la m6moire de chantre de lburs ltanmours 4e
'Illustre Diaparu. e jle loraqu'lls apprendront sa fn.
Des gerbes de fleure seront C'est le cis t poignant de la
d6posaes sur sa tombe. pikce. Car nous savons que Mo-
De courtesy allocutionB seron Iutre yva mourir apr6as soa troitsiA-
prononceee par ds sorateurs & ne reprdsantatlon.
ce drigndB. hEn guse do critique, come il
La Fanfare du Lycee P6tion nous parait plus lndiqu6 et plum
ex6cutera quelques extracts des slgniflcatif de reproduire lei quel
compositions d'Occide Jeanty ques extracts doe La Mort da
puts la Sonnerie aux Mortle. Mollre, tires du programme
A 7 h. moina le quart Enis- de I Ca torMqeie Jean Goseil.
sion sur lea ondea de la Voix de oLe our quae 'on dealt don--
la REvolution Duvalf6riste. Cau ner o trolBime representation
aerie du Dr. Auguatin Math in. "malade icmaginalre, Moerot
Muieque d'Occide Jeanty. on rouvae too rentede o sa flu-,
Le lundi 16 Mars prochaln xi n beaucoup plus qu aordi-
sera le cent dixitme anniversai- nare; ce qut rIengagea de faIre
re de la naiasance de l'Auteur appeler sm femmes, & qui i1 dit,
de 1804 et des Impr6cations de en presence do Baron: eTant que
oDessellnes, date que la Soci/ti masavi a atU dgalement, m6a6e
du Souvenir se prepare h ceom- de douleur et de pla ls., yjome
m6morer par des manifewtations suls cru heuruen; maai auJour-
approprides. Abut quoe je uls au tltM e d Pei-
ne, sans pouvoir oompter Bur
aucuns moments doe stifaction
La FV te de NM tre et de doucear, Je vola blen qu'f
S tme faut quitter ]a parde; Je ne
Da me rM lta r e puts plut tenir re le, don.
Ln locallte de Marlaman, qi- leaur et lee ddplafcmr qul no me
tu6e a une deml-heure do P6rion- donned pasu n Instant de r*lM-
'tile, serr. ii leasse, dirnanche 25 che. Mais ajouta-tll en retfleehi s
.lanvier. a 'occuslon de la fete sant, qu'un haomma Bouffra avant
ld Notre Dame d'AllagrAce. que de momrr. O(tpnd~slst Je
A cette occasion une mease se- sens blen qua je flnai. La Mo-
ra clhebr6e k 9 heures du martin l/re et Baron fute t vivmeint


touches du discourse de M. de Me
libre, auquel ils ne s'attendaient
pas, quelque inommnod6 qu'il
fut. tIe le conjurerent, leas lar-
'mes aux yeux, de ne point jouer
ce jour-lb et do prendre du re-
pos pour se remettre. voulez-vous que je fasse ? leur
dit-il; 11 y a cinquante pauvres
ouvriers qui n'ont qua leur jour
n6e pour vivre; que feront-fi si
I'on no joue pas ? je me repro
cherais d'avoir n6glig6 de leur
donner du pain un soul jour, ln
pouvant fare absolument...-
Aprbs la representation, com-
me il parlait A Baron, celui ci
lul dit: eVens me paraissez plus
mal que tant6t. Cela stl vrai,
lui repondit Moli6re; j'ai un
froid qui me te. Baron, apr/s
lul avoir touch leas mains qu'il
trouva glacfie, lea lui mit dans
son manchon pour lea rdchauf-
fer; il envoya chercher sea per
teurs pour le porter prompte-
ment chez lui, et il ne quitta
point sa chaise, de peur qu' l ne
lui arrivfat quelque accident du
Palias-Royal dane la rue de Ri-

(Suite page 4. Col. 1)


A regu 2 Premiers Prix A l'In-
ter Conservatoire avec LOREN
ZACIO.
2 Prix pour com6die moderne
uComment va le Monde Movsieu
Cours Florent.
ler prix Coupe du Technicien
(mame aPice)
A jou6 LA FLEUR A LA
BOUCHE de Pirandelle rSle
I'Homme A Ia flour cect en
Suisse -
Au Petit Palais a Paris -
Spectacle Baudelaire Le chat
noir deo Poe et e Rquisitoire
centre sea flours du mal -
L'Op6ra du gueux de John
Gay Th6etre de Gennevilliers
TELE : Le Page de Illusion
comique de Corneille
Matamor -


Ionesco elu


a l'Academie Francaise


PARIS (AFP)
L'61ection d'Eugne lonesco a
l'Acadknie Frangaise repr/aente
au tnme titre que l'attribution
du Prix Nobel A Samuel Beckett,
une cons6cration du Th/atre
Francais d'avant-garde des an-
noes 50.
NA le 6 Novembre 1912 it Sla-
tina d'un p/re Roumain et d'une
msre Frangaime, Eugene lonsco
par age aon existence "enre la
Roumanie et la France, oe il se
fixe d6finitivement en 1988.
Tour o tour professeur 'de
franeais, poate, employ dune
maison d'dition, il drit 88
ano a premiere pibee (lah Canta-
trice Chauve) en sinapirant' des
dialogues de nla mthode Asstlmile.
cSon oeuvre thdatrale( 285 ti6-
"ces entire 1949 et 1965) constitute
par ees prodd6s d'64criture et
son imbination debridde une
use reaction centre le th6Atre
tradltionnel et une critique" It-
pitoyable de 'absumdit6 du mon
de moderne, ce qai explique & la
foisle ecarsetbre tadif de oon
Bucci et son importance meon-
dials.
La Caotatrice Chanee at la Le
con ont e6t en effect fralchement
accueillies avant de devmur le
plus grand suceai da thbAtre pm-
riseen (elles sont Joodes sans in-
terruption depuia 1957.
terruption depuln 1957).
Lea Chalms et Am6didae n'ont
emport6' toot d'abord qu'un de-
mi-sucec Mail Rhinooerom lul


ouvre les portes du th6btre de
France et la Solf et la Faim cel-
les de la comedie franalfse.
lonesco, qui a regd en 1969 le
grand prix national du TheAtre,
a public Agalement dena livresa de
souvenirs et on oUoraeg sor la
creation artistique : Lee D6cou-
vertes.


U-lFIT, tU

PC12* A.UUL 1N 'OLICVEU


L'USINE SUCIUREK
DE WELSH
commencerna fonctiunncr un

Cuarsi A.t h e tes d
otorade la premise
saiddoMars,
..Le irand tndatrtk. Gf.c Dri.
Escagodo, "Jr. V-6ident do pLo
HIDA RANOH ENTRIPHISES
INC, de North Miami et -Prsi-
dent doe lde Uetna sucis de
WtWE, oCp-Hattien eat arrie
hier martin en compagnie de a"
charmante 6pouse Beatriz et do
technicien en sucre, M. Rafet
Maria Artze, Directeur de pro-
duction de l'Usine de Welsh.
M. Eacagedo noua dit qua d&
ja quatorzeo technicina travail-
lent d'arraehe-pied a Welsh pour
la mise en marohe do l'Umine au
ur de la premiere semulne de
Mars.
Un troupe plus important de
technician drivers au course do
mole d fAtrier pour dnna le
-up de monin final lqjdalm. I
iutaimnt i soiro e load Point
Et c, matinee M. et Mane Gre-
gorso Ereagedo Jr. ont 6t con
dust 1 vlMnroport Francote DU
VALuER par Duverglas M. Ee
cagedo ars de retour ici lao se
maine prochaine.


LE BUT DU VOYAGE
EN HAITI
su Projleusr Antioiesy Afaigot
is Yale Utni.ersity
...Mardi apre midiest arrive a
Purt-au-Prince ,M. Anthony Main
got, jeune ociologue trinida-
diens orti de Yale University.
11 esLt Assitstant Professoro.
Nous .on vons rencontr6 .au
trand Htel Oluit'fson uu it eat
descendu. II dtait alors en comn
iagnie du Professeur Hubert
le Ronceray, Directeur du Coe
tre Haitien investigation en
sciences socialesU (CHISS).
Anthony qui eato charge de
prejets de recherches sociologi-
ques ur les Caraibes pour Yale
Unjversnty, New Haven Connec
tiLu, est venu Atattlir des con-
tacts dvec le CHISS en ue de
pronouvo1r qt paogrminie dtA
temcnt de Recherches sociompogi
quest de Yale et le CHISS.
M. Anthony Maingot a. pro-
ione6 inerredi asoir a 7 h. 3C
ue conference au local du CHISS
-our tlea problmes de lEducatior
(;Q I'Universit6 et de 1'6volutior
su.iale aux Etats-Unis.
Anthony passe quatre jours ei
Haiti.
xxx

,,E (CLUlB VOLANT
i VOYAGER 1000
arrived awec 90 de den inesibrei
...Hier le Club volant VOYA
GER 1000 a d6barqu let 90 di
os membres. Le Club qui acomp
tc au moinsA 7.000 mombres eat de
Indianapolis, Indiana. II vient
eni Iiiti depuis pren doe quatre
ans, effectuant deux ou trais vi
teas il par an.
Le smembt'ee do VOYAGER
1000 qui ont vcsttd Haiti sont do
vetus dio veals amin do notre
pays. 11 faut computer irMti eux,
Laee Clifford. fondateur du
Club et son ancien Pr6eaent ,1.
David. David, grand eonlrac-
tour on construction, arrive avec
a. pdtillante compagne Virginta,
Larry Smith qui a plutieuro foie
conduit Id Club ici.
VOYAGER 1000 a actuelie-
ment pour PrAeident, M. Robert
duit cette font-cl par Leae Boda
Clifford III scooiasgni do M
jolie temme Mary. Bud Clifford
jeune et sympalthique est dane
aI'clectrical Business). II en est
it sa premiere viesite m Haiti.
Un .autre conducteur du grou
pe ast Bob Butler, acconmagni
de a femm e Violet.
Dans cet important group da
visiteurs amdericains s e trouveni
des personnolitds telles qua
M. Paul W. Swisher, S6nateur do
.I'Etat d'Indiana et sa listir
guoe spouse Louise Duncan
Swisher, Administratrice d'Hi
pital Mooresville, Indiana, M
Richard Penci, eSpecial 'Alent,
de Greenfield, Indiana et sa fern
iate Glma.


, Dr:. Uarold Griffith, medeceli
d'Indlana et sa femin'e Rebecca.
Dave David, roprietaire d'une
grndte co pagni de enmtsru.
t0 at am a fmine Virginia.
.L. Raymond Eugina M-aquet
to, Jnaliste et son spouse Jae
M. Ben Bolemain, eBuilder> et

i John Philip Connr, Iong-
ieur Civil et sa femme Martha
AnL
M. Philip Goldmith, Gittware
Imposter Wholesale, et sa fem
me Ele1e. a
Dr. John David Reed, mddecin
et sa famme Nancy Susan.
Dr. Richard Logan, mTdrietn
et aa femme Doris Mart o
M. John H. Robinson, V, ,.
Prdeadent d'une socli et souti
pouse Eldanore Deonne, t pxprei
live Secretary.e
M. Roger H. Ma Donnniat,
eveleoperl el son apoune Bea,.
no, Managei I'ui Magas,.n dr iem
1venire.r
MM. Jerry Leon Dake, dona In
monte dcia bateaux et l.yndon
Grounder, Contractuor.
POUR ENTRAINER
s personet technique i Cards ait,
ben Cmotractorsi...
... NouS aeons revu avec plastir
Lucy Lomibardi. techniciennea dt
la Caribbean Contractors Co de
Delmas. Elle italt aU Rend
Point Reatanrant bier apr/* midi
en compagnile de notre excellent
nani, I'deonomiste lain Turnier.
qui a fond6 la Caribbean Contrac
tors Co avec lea industrtalt amse
ricains Simon Grishman et Fred
Janas qui' supervise la partia me
t antique de l'Usine. Cets m omip
S"gnl confectionne des soutiene-
t gorges etes et de gine pour l'epor
S tattoo.
I Lucy Lombardi qui entraa e le
personnel de l'Usine a effectiM
Sde nombruses visited en Haiti.
Elle et revenue ici depuist dj
0 plusieurs smainea

_VISITEURS DE MARQCEE
...Arri es l menrcaedi 14 Jan-
3 loa V jfnrie Eamu.
Corson et Eleanor Alice Roberts
ont price logemrnt Ai l'HStel Chou
cousn. Ce sont deux vraies amies
d'Heit et de M. et Mine Albert
Celcia
SMriel re rtie mardi en tait
A a son clnquieme voyage en Haiti
Et Eleanor, encore ici, en et
n son trolsiueoe.
Le maria de Muriel M. Bradley
Corson est'un CSenior Vlie-Prid-
sident retraitd de The Rochester
Banks, Rochester, Now Hampst
re, il eat actuAtUement LPreident
de Friable Hospital ;i1 Rochrster
SMuriel, do son cotk, est Prdsidein
e de Thi Busineas s uid Professio
nal Women Club it Rochcotbor. E
leaner eat la veuvo de lainint
t htirurgicn quo fut le Dr. Wal
ter James RobertH. Muritl q i t
toi t ardi U tir Evrc M. ilit Mn
Albert Cei:ia au ll.rbecu. dan
t sant du Saint Souci quirut t a
Sgr6ment6 du fostviail d e Trou
pe Jean Go-aselhn, rejiumit e nit
tin Eleanor A lin im i il-ines
pasacront qUelques jours jvtc'i
des amis avant de ientrtr hi Ri
cOmster.
Ellcs ont d/ji fail d-a projott.
retour en Haiti.

.Mercredi matin, M. Reuben Jo
nesa et charniant femnic Ronai
no ont reprise l'avion IMuc lee K
Stats-UL ils. lus vinnent de passer
quatre qeinates ici coanau invi
tda sd leuro exoellents amit, I'Alit
baessadeur Clinton Everett Knox
t et sa distingude 6poutsu C1lmentLi

S ...M. Georges Davis, le Dr. des
machines aousa (Jackpots) eloe
troniquaes du Casino lntcrnatio
o ltl. a pri l'avion hier matin pouit
t le s Etats-Unis. Ii comptie revenir
e dana uelques seniaines
...Hier. mating, Minme Elizabeth
Wissmar, charmante spouse di
cGeneral Managers de la Minote
rie tiHati, M. Conrad Wissmnar
a accompagn6 a l'ae6roport Fran-
i ois DUVALIER. M. Alan Duck
S (Suite page 4 col. 4


Rapport sur FEtat de la Nation

lpresenfd par 31. Willy Brandt, Chancelier Fddrald, dant le lidnlestig allemand /c 1, Janvier 1970.


Bonn, le 14 junv.'er 1970
mubli par I'Office de Presse et
I'lnuformationi du Gouveinemie it
0A'd6ral.
Cette declaration du Gouverne
ient federal est la premiere du
dtbut des anotes 70. Elle trait
de la situation de la nation. de
la situation de notre patrie, divi-
ade. La v6rit6 nous oblige 6 re-
conunaitre qu'il n'est snalheureu-
asement pas pensable qu'un chan-
Rensent fundamental de cet 6tat
de divia on intrr.ienne Droathhinm
rcnt.
Ceoa:nJaint -- ou prdclment A
chums de cela le Couverne.-
ment f6d6ral Ct tenu de pr6sen-
ter. bhaque annde. un rapport
aur la ituaLion de la nation Cl
rapport doit traiter, in premier
lieu, du problem de la division.
11 apparait done que nous no
perdrons jamais de vue ce pro-


binmo qui, sous nla nomination
de e lIa politique international de-
puie la fin de las guerre.
A cet 6gard, Je n'oublie pas
..u'll x.iti dana lec Joux par-
Itis de 1'Allenaunse 0t. cLk ce fait,
-,iBl dans Id R6pul.hiuc f6edra-
.- bien d'aulres probl -..e at dif
fiedtis gui retlennest Patten-
tion et aui sant tani6t des problb
naes & court e term. tantot A meo
yen terine Une Frlia de res
questions neis proccuipe conti-
nuelUement et Ie Cour,%,ri.,en'
ainsi que le Parlenielr l.]ient
rontinUellelienlt p,.-n u.r :ur
Ce Gouvernement federal a d&
clar6 el l reste fidAle A eat-
tb declaration qu'il veut itre nm
('ouvernement des r6formes Into
rieures. Nous continuerown a
nous orcuper par prloritt des tA
chis de politique Intlrieure, male


(utl 'seront dominoes, ou qui sem
bieront l'tre, -par ies themes de
politique ftrangbre. Le progthm-
me de travail de cette Haute As
semblee pour les prochaines e-
iaines suffit A montrer combien
nous devons et voulons velller
ensemble au bien 4tre int-rleur
de 'totre pays et, par lA-munie,
de notre population.
Ici, la politique economlqdc et
financiere se trouve dvM'emment
au premier plan. Ind6pendam-
-nent du fan qu- les quesHtions
de prix et de salaires., insi que
IVvolutlon conjoncturelle, Inte-
reseont directement tous loea' io
yens, Ie Gouvernement federal
nignore pas que s p litiq* de
Wrformes ne peut Atre..ex6eiute
que si elle repo.c sut une lbae
dconomique et finea.i.re slide.
(VoM r salte poag 3


5, "55' ~di'ia'q1~;Ea-y e'dS.aaA.j.a5gao


-P-1 -T l"MLT" 7 ` -, -


. JEUDI22JN ER 117


7arm. AN ka






0! 61


., 'a S..0.'Y-eOOfOOO'.a


4U~ZM


A M 4 I l M bL W CO 2J'


Dan machines A coudre Gompaatee ?vque



-urn


Voye la, essayezla. Rensgnez vous tout de suite sur es



Voy ez 4a, essayez Ia. Renseignez vous tout de suite sir'les


conditions. Service assure.
I .


-.3


~Pc~#C3Q~~,O~%4~~lt~p~ln (~ EW~ I~tL~ ~~t9 w


PRORLM. No, A, 61


I m IV v VIVVVs O( K


1- Employee par lea sasiers
d'autrefois.
2- Vilil du Portugal Pro
nor maculin.
3 Particule Pr6position
- Enleve la peau
4-- Inaccessibles i pled.
5-- Adulateur.
6- Pr6fixe A craindre
quand il pleut beaucoup.
7- Dans Carpentras Artl


cl -arabe.I
8--. Prsomn masculln.
9- T'0vadaia de la eIallto -
',M6tal.
10- Sur I* boueole -- Orifi
a s-antoniqu.
xxx

VERTICALEMENT
1e- Sawe djiano osaso", blend
auvent, lasstaiastea
II- Descente. ptAciplteo.
Ill-. LAo -,Pasaoda Adep
te du nudlsme.
IV- Na&aol6on y,vainqu( les
Allik i Deux. voyJlLO.
V- Petit .rotAntat t)la U
acandinave.
VI- Evito-une 6numo6ation
Tenta.
VII- -Rounalncibre francalsa
Mesurer.
VIII- Ornement oarchitectu-
ral Vit dans la pourriture.
IX- Prendre --connaimance
une second foin -. Pronom.
X- Aire du vint Attend
avee confance..


SOLUTION No. 360 A.


HORIZONTALEMENT -
L Match; Kant 2. An;" Ion,
Loi 3. Mer; Revoir 4. A-
termoiera -- 5. Oints 6. Or-
pin; Ls 7. Urus-.Molas 8.
Lemures 9, Hellanicos 10.
SL


HORIZOONTA.LMMENT
I. Mamamouchi II. Anet;
R.R. III. R. Pully IV. Ci;
Roitl V. Hormin; .Mas VI.
NWon; Mun VII. Vittoria -
VIII. Aloea; I.E.C. IX. Noir;
liasos X. Tirasse; Si,


Rapport sur P6tat de...
(Suite do ia lire page)


La discussion publique de ce
th6me a Utk assez violent au
course den dernieres semaines.
Nouc. ci, devoUs noun en tenir
aux. faits. Eto 1969, le product
national en R6publique F6ddrale a
augment de plus 1de 60 milliards
de DM, co qti represente une
croissance rello de plus de 8%.
Ln clair, cela. constitute une per-
Lormance econoinitue impresbion-
to qui a 6galement entraine un
accroiseement appropri6 dee reve
nts do ous lea groups de la po-
julation qul pouvent participer a
la via s.onoiique du pays. Mal-
gr6 ce rbsultat record enuregistr6
on mature de croissanca Aconomi
que, 'eaugmentation doe prix est
erstde supportable as on la comn
nare avec celle des autrea pays:
pour moyenne de P'annee 1969,
elle eat encore reatke inforieure
a 3%.
Toutefois, nous vivons dans
un monde don't la conception au
rapport quAlbro entire croiBsan-
ce et stability eat difference de
ia n6tre. Nous luttons opindAtre-
ment centre les tendances qui per
mettent que les prix ddpassent
des normes bien d6terminees, no-
tumment parcel que nous ne you-
Ions pas r6duire lea revenue des
renters et la proprite des 6par-
gnantB. Mais je tens a souligner
ce t: utne croissaince conomique
impdtueuse et le maintien du
pleinremploi ne cesaeront de nous
placer deviant une situation de
Pension ntre lawstabilit des prix
ct la sacuritd del'emnploi.


Pour eqdiguer, malgr6 tout,
-ls umgmnBtattons de piix, on a
d fituir par-precder a aIasWvo
ilation.. Ainsi &&it accompli le
premier pas n6aeoaaire poour-oa
.imettre & l'abrs d'une inflation Im
t4Llise et reiner notra. haute con
oeture. -Gomme deux.eme pan.
|le Gouvernement d'edc-ral-prei-
ters us. budget tenant compete de
Ia situation conjoneturelle. Celui-
ci sera.-examnlnO et adopt6 par le
Conseil des Ministres les 221et 23
Janvier et traduira Ognalenpnt la
volont6 d'u- ?ouvernementa de pro-
6oder des .rformes. t let 31
janvier, doans lea dnlais-prgvue.
tl-rapport 6anomique-anuel s:.
rs-op4ioent6 sa Bundcetag. II fc-
.r-apparaitre coi.mient I oGouve r
moment fi6dral tonco.tv4'aeurer
lastahilht7 et In c melsance. Cot
te Haute Assembl6e a-ura done.
ians les prochaines senained, suf
finamment l'occasion de discutl-r
tous ces problhmcs ide faon oup -
.profondice. A celte occasion I,.
Gouvernement f6dlral et prit It
rAndr prison do aes faits el tes

Pour cc qul eat du sujet otil
1 nous. oocupe ,aujourd'hu", it 1.ut


Avis de Divorce
En exOcution d'un jugement
du Tribunal Civil de Port-au-
Prince en date du 27 Novembro
1969 admettant et prononcant le
divorce,des poux Louis MORA-
VIA, 1'pouse n0e Lyliand WIE-
NER, l'Officier de l'Etat Civil
de Pktionville a transcrlt le 14
Janvier 1970 sur les registres h
ce destiny le Dispositif du dit
jugement.
Le present avis est publiS poir
obtemper aux dispositions de
l'art. 10 de la I Lot da 6,Juin
1968 -sur le -divorce.
Port-au-Prince le 20 Janvier 1970
S) 'G-rald PERRY


BRASSERIE -BE LA COUROINEffSA


UNE




BOISSON


SAINE


ET


[AGR


FRUIT CHAMPAGNE

PAMPLEMOUSSE

ORANGE

CITRON

LIMETTE

RAISIN

BANANA

CERE

CREMEDE CACAO


constater ce qui suit; 25 ans a-
pres la capitulation incondition-
nelle 'du Reich hitlerien, I 1dee de
la nation conatitue le lien qui em
,brasse L'Alicmagne diviee. u idol
de la nation exprime a ia ltos u-
ne reality historique et une volon
t6 politique. La nation, re n'eat
pas seuiement une langue et une
culture commune, un Wtat et un
ordre social. La nation repose sur
le sentiment constant qu'ont lea
nommes a'un maine people de for
Liner une entity lihomogene.
Nul ne saura, cuncester qu'iI
existe et qu'il existera toujours
nails ce sens, tant que noun pou-
vons prevoir, une seule nation a)-
lemande. Li RDA, eile ausel, po
d6finit dane sa constitution corn
me 6tant une parties de cette na-
Lion allemande.
Noun devons 'nous placer dans
une perspective historique et po
litique sat nous parsons de o'etat
de la nation, si nous r6affirmons
ue le people aliemand a droil h
Iautod6termnination L'histoire
qui a voulu que lAllemagne soft
divisee par sa propre faute, d6ci
tera I quel moment et comment
il pourra 6tre fait druit 8 cette
revendication.
Mais aussi longtemps que lea
Allemands auront la volontk po-
litiquede ne pas renoncel a cet-
tO revendication on peut. esp-
rer que les generations 8 venir
vivront dans une Allemagne don't
l'ordre politique pourra etre 6ta
bli avec la participation de toUs
ies Allemands.

Les composantes nationales neo
seront coertes pas absentee dons
un riglement de paix europeen.
Mais il nous faudra parcoprir un
chemin long et difficile avant de
)arvenir 8 l'autodltermination
des Allemands 'daos le cadrerd-un
Lei reglement de paix. Et ,-pour-
tant, si le chemin est lQi et dif
iicile, cela ne doit pas nous fire
renoncer a nos efforts an vue de
parvenir, dans cetteo phase do
L'histoire, t une co-,existenceo r-
donn6e entire les deux Etats en
Allemagne, sa cela est possible.
Telle est la contribution 8 fouir
nir par l'Allleniagne dans une
situation international of, pour
reprendre les paroles du Pr6si -
dent Nixon, doit s'dpdrcr le pao-
suge de la confrontation a la c6o-
pdratlon.
Lo Gouverncment f6dral n
coimmuniqu6 a cette Haute As
sembife une documentation sur
i'dvolution de la question nllemhn
de eot sur, lFtat des relations in-
tra allemandes. II prpa.reo nn
rapport qui Otablira use vat.e
comparatson dea conditions pr6va
lant, dans lea duomainos lea luia
-diver. en Ru6publique AdSrale Pt
en RDA. Lee travaux prdnarnta'-
Ste i rn rnnport anBez inIortnnt
ont d6jk permis de constater ou
ont, confirmn.que la thise connue


sons le nom de theorle ie la cpn-
,vergence eat a la fois just et er-
,ron6e. Erron6e, parce que lea
,oeui Etata allemands n'6voluent
pas automatiquement, dans un
,sns qui lea rapproche Iun de
.'autre; elle eat just parec que
les exigences de la soci6t, indus-
trielle ,moderns appelle des r6for
men a PEst ot b I'Ouest, quelles
quo solent lee conditions polit. -
ques et sociales donn6es. C'est ce
qui explique aussd qui, certanns
projects techniques et -cientifi-
ques et la mansere de tiaiter cer-
tana probl4mes etructurels dons
divers domaines accusent une mg
me orientation dans les deux par
ties de 'Allemagne. Ce sont Ik
des faits encourageants.
Cependant, les deux ordres 6ta
tiques et sociaux qui subsistent
deputs plus de vingt ans deja sur
le asl-llermaud experiment des con.
ceptions Atotaletnent divergeo-
tes et 'ncompatibles sur la iorme
que devraient prendre l'unit6 al-
lemande, un avdnir common, et
sur la maniAre de les rfaliser. 11
ne faut pas se leurrer et esp6rer
pouvoir esquiver lea confronta-
tions qui sont in6luctables, non
seulement pace que 1'Allemagne
est divia6e en tant qu'Etat, ma:e
aussi parce que deux systAmes so
ciaux totalement opposes s'af -
Irontent sor son tcrritoire. Sur
ce point, nous sommes d'accord a-
vec M. Ulbricht: il ne sanrait y
avoir de melange, de compromise
6quivoque entire notre systlme et
ce qui est -venu 'ordre 6tabli
dans 1'autre parole de l'Allema-
gne.
III -
Dans ma declaration gouverne-
mentale du 28 octobre -1969, j'ai
constant ce qui suit, et je tiens
it le sotligner aujr.ur'hui
Ij Nul ne auroaiL .ouo don -
vaincre que les Allemands n'ont
pas droit 4 1'autodotermination
t.u mome titre que tous les au -
tres opeuples.
21 Lea problems qui ont rasul
t6 de la second guerre mondiale
et d9 la trahison national corn
mise par Ile regime hitlerien pour
ront seulement trouver une solu
tion definitive danse un regle -
went de paix.europden.
3) La tAiche de notre politique
pratique dans lea prochaine4 an -
naes se'a de sauvegarder -l'unite
de Ia nation en les rapport entire les deux par-
ties de l'Allemagne.
4) Que nous parvenions A par-
tir d'une coexistence ordonn6e A
den voies communes, ne rApond
pas soulement a l'int6r6t allemand
cela imported aussi pour la paix
cn Europe et pour lea rapports
entire I'Est et 'Ouest.
51 C'est pourQooi lh Gouverne
meont f6d6ral .propose au Conscil
des. Ministree do la RDA d'enta
mer au niveau des Gouverne -
Sments eL sans discrimination des


negotiations devant aboutir A
une collaboration contractuelle.
6) Notre disposition A conclude
des conventions sur la renoncia -
tion mutuelle de recourir Ia me
nace ou A l'emplo, de la force
vaut aussi 8A ,'6gard de la RDA.
Nous nous en tenons a ce prin-
ripe:.la tRpubique federale et
la RDA ne sont pas un pays e. -
tranger l'une pour 1'autre.
Et cedi galement demeure va
able: il n'eat pas question pour
nous de reconnaitre la RDA en
droft international.
11 eat abaurde de pr6tendre
come le fait dans ce Contexte la
pol6mique de Berlin Est, que
noun veuill.ons fire de la RDA
cune parties du territoire natio -
nal de Bonne ou lul iN oser un
statut colonial.
D'ailleurs cela n'avance 8 rlen
d'invlter les soi-disant cconci -
1'antse. 'les ailments cpaclflstes>
en Rdpublique F6d6rale A consoli
der leur influence. Et cela ne
nous avancerait pas non plus d'in
viter les ledments conciliants qui
se trouvent Berlin East et en
RDA, h s'imposer davantage con
tre lea dogmatiques et lea r6ac-
tionnalres de gauche qui t.ennent
nlus h leurs positions de force
qu'a la paix des peuples euro -
peens.
Le Gouvernement federal ne
fera pas a ces gens le plaisir de
tomber daons une simple contre-
pollmique. II s'emploiera A pro -
mouvoir activement leo dcveloppe,
ments historiques object:veonent
possibles en vue d'amdliorer les
relations centre les deux parties
de l'Europe et les deux parties
de l'Allemagne. II y a des profi-
teurs de la division aussi bien a
l'Est qu'a 'Ouest. .Les popular -
tions en souffrent & l'Est comma
SJ'Ouest.
Danas I but de fare preuve
chez soa d'une activitO suffisante,
on a r6clame notamment de fai-
re dn project de traitl que M. Ul-
bright, President du Conseil, n
envoy au Prlsident Heinemann,
i'objet d'un referendum en R6pu
bliaue fudurale. Ce du'il y a de
plus just dans cc document, c'cst

(Voir suite page 3)


Convocation
Les frbres de cet Orient et,
sont ceux de la fraternity sont
cordialement invite aux c0-
ramonies qui marqueront le Jour
de la cFAte de l'Ondre le diman
Chs 25 courant.
Elles auront lieu & partir de
nouf heuren du martin au aisre
de la Respectable Loge La V6ri-
t6 No. 47 do la. Rue du Mnerain
do lEtat
Comptant bur I'aunnble presen
ce de. uns et des autras.
Le Grand, Seer6tariat.


S. A.F. I. C. O,

-Un-nom -dans 'Ecomomie du Pays


S. A. F. I. C. O.

S Plus.de $ I350.000t sentIe t. OBtAatien. a aint a la
revaloratiesoa ea isvie oaysaune


S.A.F. I. C. 0.,

"'zoes0aitliers deluas~kaMimeS Ragnent elIque joar
1Ibafldlledel psuducUon


S. ArJFI. C. 0.
UBadomliiodeaacsade Ssale aservic de lpIsNation Haitiene


S. A.F. I. C. O.
U4iJeoIdustrie&Natlonale an seevcde l aatouniHaitienne


-I -- -------


I IROP' PECTORAL -.SEJOUJRNE

GW a igri" 4.~Qonawritiom
Ibain. d~cOD9?fVTNE2LU wtrSJCAL YPTOL.
SA~estisms dos.*Je


'- Inflow=


R. nH CARtESROEM


Rue Boue Foi. 21




DANS NOS CINEMAS

A=X;MTHEATE CAPITOL


Jeudi A 6 h. at 8 h. 15
UNE MINUTE POUR PRIER,
UNE SECOND POUR MOURIR
Entr6e Gde. 2.50 et 4.00
Vendredi'8 8 h. P.M.
La Cie. Jean Gosselin prdsente
LA FACTURE
de Fran.oise DORIN.


CINE PALACE
Jeudi A 6 h. et 8 h. 16
LE JOURNAL D'UNE
FEMME EN BLANC
Entr6e Gde 1.00
Vend edi A 6 h. at 8 h. 15
SOU LE SIGNED
DE MONTE CHRISTO
Entr6e Gde 1.50


AUDITORIUM
CENTRE CULTURAL
Jeudi A 7 h. P.M.
QUE VIENNE LA NUIT
Entr6e Gde 1.20
Vendredi A 7 h. P.M- -
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entree Gde L50


De Luxe Auto CM6e

Jeudi t 7 h. at 9 h.
L'HOMME, L'ORGUEIL
ET LA VENGEANCE
Avec Franco NERO.
Entree 1 dollar par voiture
Vendredi A 7 h./e 9 s.
SANS FOI, NI LOI
Entree 1 dollar par volture


Jeudi h 6 h. et 8 h. 30
Vendredi a 6 h. et 8 h. 30
LA LECON PARTICULIERE
Entree Gdes 2.50 et 4.00


PARAMOUNT
Jeudi A 6 h. et 8 h.
L'EVADE DE YUMA
Avec Steve Reevee.
Entr6e Gdes 3.00 ot 5.00
Vendredi A 6 h. et 8 h.
PLUS FEROCES
QUE LES MALES
Entree Gdes 1.60 et 2.60

Drive in Clan
.Jeudi & 7 I. at 9 h.
LE PUITS AUX TROIS
VERITES
*Entree 1 dollar par voiture
Vendredi a 7 h. at 9 h.
CINQ CARTES A ABATTRE
Entroe 1 dollar par voitura

ETOILE CINE
OUTAUN V I.LLA
Jeudi h 6 h. 30 et 8 h. 30
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entr6e Gdes 1.20 et 2.00
Vendredi A 6 h. 30 et 8 h. 30
LE MASQUE DU DEMON
Entree Gdea 1.20 et 2.00

CINE SENEGAL
Jeudi i 6 h. 15 et 8 h. 15
(Sur demand)
LA RUMEUR
Entrie Gdes 1.00 et 2.00


Vendredi a 6 h. 15 et 8 h. 15
(Seance populaire)
SOLYMPIA L'OR DU SHERI1'
CINE OLYMPIA Entr e Gde 0.60 et 1.00


Jeudi (En permanence)
BONNY ET CLYDE
Entree Gde 1.00
Vendredi (En permanence)
(Jour populaire)
FEU SANS SOMMATION
Entr6e Gde 0.60


MONTPARNASSE
Jeudi 06 h. et 15 8 h.
A TOUT CASSER
Entr6e Gde 0.60
Vendredi A 6 h. 15 et 8 ih.
QUATRE HOMES
A ABATTRE
Entre GOde 0.60


ELDORADO
.eudi h 6 h. ei 8 h. 15
IRMA LA DOUCE
Entree Gdes 1.50 et 3.00
Vendredi A 6 h. ot 8 h. 15
(Sur demands)
ANGELIQUE ET LE SULTAN
Entree Gdea 1.50 et 3.00


CINE STADIUM
Jeudi (En permanence)
CLINT, L'HOMME
DE LA VALLEE SAUVAGE
Avoc Fernando Sancho.
Entr6e Gde 0.60

CINU UNION
Jeudi A 6 h. 15 et 8 h.
F COMME FLINT
Entr6e Gde 0.60
Vendredi 6 h. 15 ct 8 h.
A TOUT CASSER
Entroa Gde 0.60

A MAGIC CINE
Jeudi A 6 h. 15 et 8 h. 15
QUATRE DOLLARS
DE VENGEANCE
Entr6e Gdes 1.20 et 2.50
Vendredi A 6 h. 15 et 8 h. 15
QUANDO TU NO ESTAS
(Version espagnole)
Avec le lhanteur bien connu:
RAFAEL.
Entr6q Gdes 2.C0 et 3.00


VISITEZ LA GRANDE EXPOSITION


CALIXTE HENRI
Onverte jusqu'au 28 Janvier
Gallery Monnin
382 Blvd. J. J; Dessalines
a c6te de TelM-Haiti.


PAQPo


Les 3 Gallery's

Recommandes

Nader's Art Gallery
Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Box 902
Port-au-Prince, Haiti
Phone 200338
Art-,Lover's Studio
Antd Gallery
Rue dek Miracles No. 76
P.O. Box 962
Port-au-Prinoe, Haiti
Phone 20040
Gallery Gnlltl Side
DeUprez No. 4
P.O. Box. 85"
Port-anuBtPinew, Haiti
Phone ,5l711
Bitu6 dane lea Parages du R4er
voir de Despres-aetgne tndi-
quant la route complnteOnent a-
monag6e.
Vue panoramlque unique on
Haiti dominant le tat' Port-au-
Prince Bar A la edispositionI
des admirateura de FArt.
Sont et dmeurett les,8 Centre et les:3 deno-
minations oi l'art haitien est mis en relief
dans toute sa beauty, dans toute son originality
et dans toute son objectivity dans des peintu-
ree d'artistes de chez nous.
Tout visiteur qu'il soit stranger ou haitien
ne peut que gagner A y passer quelques instants.


II


....A


-YY-


_-------------1-------


m


-------------d-p dip --dp'---40f4--ow -


I^--,,,I---------~--MAN"',,~


.


Avocat


- -- -mI- -~





J~~~UD1~ U AVIR190*.:


aLm Poo,.


urrkE mU 4M

- -------oak.---


N~ff V O4 A I^ O 4I
r VOTRE HOROSCOPE

I Pazr Frangcea),4-Iakei

s,~aaiL evactom. ..evm1on mIadaa'jeu er 40 watt. saoeea".er
do wda~a tsavtaanm i ew ft a to.Ismpsep"O" q"am u e.
tgiatoei La. awtva. pour 4.aoe.
I)rssds do speedativ. totals @ou partisalsrdosers.
t'rePr~i gnst'4461r es ~raSys~dioats Xaotusivii


VRNDREDI 23 JANVIIER 1970


21 MARS AU 20 AVIIL (lE
1.1 ): Voune accomplilre beau-
counp en montrant do la dAlgeni ce
e>l en accordant un soln attentif
A vot responNablilt6. Soyoe pru -
dent po'r Ovriter hkb erreurn car
vois aurlex A rhtrograder.
21 AVRIL AU 21 MAI (TAUl
IREAI')- S Is fanCon don't vous
Aovez at n as pan donn6 let rsaul
tUts souhalt6s, prenez le temps
d'6tudier une procedure nouvelle,
de changer do piste. Ayez la pa -
tience de metLre nu point des m6
thodes oricinnles.
22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX): 11 vous faudra ftrn
1crs attentif. Modelez vus efforts
our reux qu oant Lotujurs l'air
do r6ussir et voyez co qu'il y a
doe age danse le m6thodes quo
vous avez employes jusququ'ici.
22 JUIN AU 3 JU1ILLET
"'ANCER): Ln discillie. des
d6Blrs, des bonnes habitude, les
assanociations seront importanteos.
I.e manouo de volont6 so fern enon
tir lourdpment. Pns d'expiansion
d.'rn;aonnnble na de risoucs iuu-
tiles.
24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): De bonnes influences
s:u Solcil encourngent lea pirn -
jets mfri. et bian executes. Une
idWe nouvelle, avancee tineme, au-
ra sa chance si elle est opportu-
ne.
24 ABOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Ecarlezs- vous
du rcanventionnel. II vuus faudra
du temps pour remectre tout en
omdre. Personnalite brillante et
srcroissement de prestige possi-
bles.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
10BRE (BALANCE): Des ha-
bitudes passes devront 6tre mo-
d fiees si vous voulez progressed
come vous le d6sirez. Dominez
votre faiblesse et vous trnomphe
rez. Prudence dans les contacts
avec l'employeur.
24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
lRE (SCORPION): Unie de ces


pt(riodes contraatiics qul appor -
tent A la folks le quotidien et l'ex
ceptlonnel. Rectcuellez des avis et
des opinions autoriss. Monltrz
votro charnme natural et votre al-
sance.
23 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
Structure des pensdes, dlaborn
tion des plans et effort 'ensem
ble quo vous d6ploie0ez vous vnu-
dront des avanLages t.nsald6ra -
bles sl vous restez avec fcrnmet6O
sur las bonne route.
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Mon -
trez votroe rciprocitd, salucz 1'ef
fort du prochain et rendez servi-
co INh o0t vous le pourrez. Bonne
journ6o pour vous rapprocher dA
vqo buts at utiliser au m.eux von
dons.
21 JANVIER ATl 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Donnez h
cette journey cc qut lui appar -
tient, n'tinterrompasnt pas votre
progression pour de storiles acti
vit6s ou des id6cs en 'air. Art,
agriculture act:vlt6 social n -
vanntag6s.
20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Curtaines situa -
tions seront difficiles h donminer
vralment d61icates. Vous devez
conserver votre calm, votre sens
de Ihonneur et de la justice au
tours des combats a liver.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI- Vous ates doud d'une vi-
ve intelligence et de la volontlS
d'atteindre vos buts Tndme les
plus Mlevds. Vous avez une remar
quable endurance main vous per-
dez fr6quemment vos qualit6s sta
bilisitrices si vous n'avez plus de
plaisir a poursuivre la realisa
tion du project que vous avez corn
menc6e. Essayez de maintenrT
l'enthousiasme avec lequel vous
entreprenez generalement vos
nouvelles tAches et un tres grand
success peut itre v6tre. Les na
tifs du Verseau font d'excellents
directeurs architects, organisa-
teurs, journalists et artistes.


DAVID BROWN

TRACTEUR DIESEL























-POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE

LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE

SARCLAGE
EXCLUSIVITES :
MTIWRUR DIBSEL BROWN
RO.USTE ECONOMIQUE

TRANSMISSION MONOBLOQUE
IJSPOSITIF EXCLUSIF SELECTAMATIC

BLOCAGE DE DIFIFERENTIEL

CHASSIS UNIFIE
DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELI.R,

Charles F quiire & Cie.

DISTRIBUTEURS







La Banque Populaire

Colombo Haitienne


AVIS
La Banque Populaire Colombo Haitienne, heureium d'ofirir
comme do coutume, la Prime Annuelle tant attaendue, A sea d6- ,
posants .en Compte d'Epargne, invite ses clients at le public an
g6ndral, A, venir admirer la Magnifque cVOITURE DATSUN
GRAND- LUXE MODELE 1970s expose danm eI hall de son
Etablissement.
Sur' dmande de nombreux clients, lea conditions do participa-
Lion sont reporters come suit:
1.- Maintenir en Compte d'Epargne un Solde Minimum do
CENT DOLLARS ($100.00) du 15 BSptembre 1969 an 81 .'an-
vier 1070.
2.- Ou bien un Solde Minimum de DEUX CENTS DOLLARS
($200.C-0) du lor Octobre 1969 au 81 Janvier 1970.
8.- Ou un Solde Minimum de TROIS CENTS DOLLARS
($300.00) du 15 D6cembre 1969 an 81 Janvier 1970.
Pr6parnr das auJourd'hui votre Avenir en devenant, vous
aussi possaeseur de ce Superbe Cadeau, 1.e 81 JANVIER 1970,
sans bourse drller.
Continuez done Chers Clients et Amis, & fair fretiier vos
economies & Votre Banque Pepulalre, tout en ayant la chance
de gagner cette Magnifique Voiture( DATSUN) qui vous eat
offerte gracieusetment an prime.
BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE
LA BANQUE DU PEOPLE HAITIEN.

,--_ ~ ~ ~ ~ a ^ --^- .__ _


le terme de cprojet. Mais pour
ma part je ne voudrais pas uti-
liser ce rapport a des fins de pro
pagande. I'enjeu, en effect, est
trop serleux.
Je tiens a dire en toute clar-
t1: il ne faut pas qu'un traits
entire la R. D. A. et nous deVien
ne un rideau de fum6e derriere
lequel tout ce qui pss sour lea
populations demeure inchang6.
-Et d'autre part: lorsque l'on
joue come a tent6 de le fai-
re la propaganda de Berlin -
Eat avec 1'idde d'un rff6ren
dum, je peux bien imaginer en-
core d'autres questions que cel-
let continues dans ce project d'UI
bricht I
La situation i. jaquelle nous
avons afaire es) hnt6ressante.
Les Etats du Pacte de Varsovie
i l'exception de la R. D. A.
ont nompris, malgre certaines
restrictions, sla bonne volont6 du
Gouvernement federal.
li aont fail remarquer que les
paroles doivent fitrc Bauivies d'ac
ten Nous sommes convaincus que
ceci devrait ctre resDect6 par-
tout.
En R. D. A., il y a des 616-
ments dirigeantls qui font conti-
nuellement assanut de nouvelles
exigencos. II faut hien leur re-
connaitre un cdegrci eminentt
d'obstinatlon. En voici trois exem
ples:
a) Le Gouvernement de la R.
D. A. r6clame de. nous la recon
naisa-nce en droit international.
Lea autres Etata du Pacte de
Varsovfe attendant do noua des
traitds avcc la R. D A., traits
qui bien entendu doivent
avoir Ia meone FORCE OBLIGA
TOIRE que ceux qui sont con-
clus avec eux,. :
b) La R. ,D. A. ex du Gou
vernement ftdral qul 'reconsi-
dere les Accqro de Paris et qu'il
reduise ou m9e"liquideL sea en-
gagements dans le cadre de I'Al
fiance Atlantique. L'Union Sovi6
tique et d'autres Etats du Pacte
de Varsovie soulignent qu'une
conference sur la security euro-
p6enne eat bloqu6e par quiconque


Convocation
Les Membres du Conseil Pa-
roissial de St. G6rard aont ron-
voqu6s en Assembl6e G6n6rale
le dimanche 25 Janvier en course
S8 hreas 46 du matin.
Pour le ConsMl
Melle KERNIZAN
Secrdtaire ad hoc.


entend inscrtre O l'ordre du jour
la reduction ou la dissolution
des alliances existantes; memoo
la question d'une reduction 6qui
valente des effectifs ne partit
pas y Wtre considdrde partout
comme actuelle ou opportune.
Je n'ai gubre besoin de souli-
gner que pour le Gouvernement
federal ni lea Accords de Paris,
ni nos engagements au -eima. de
tAlliance Atlantique no peuvent
fair l'objet d'une -disoussion.
c) Le Gouvernement de la R.
D.A. declare avoir reconnu d6fi-
nitivement, il y a 20-ans dbjih,
la ligne Oder-Neisse connme fron
tire de pafx, et ce come il
est dit textuellement 4au
nom de tous lea Allemands, et
done aussi au nom de la popula
tion Ouest Allemandep.


Je ne. nias pas si cette decla
ration a plu an Gouvernement
de la Pologne. En bonne logique,
cela signifieralt que la frontier
occidental polonaise ne consti-
'tue plus un thome de n6gocia-
tions pour nous. Pour autant
que Je sache, la Rdpublique Po-
pulaire de Pologne ri'est pas de
cet avis.
qu me densandeAraiment jus-
qu'ot encore iront les prdten-
tion. des dlrigeante de la R. D.
A. A l'6gard de la R6publique F6
d6rale et d'autres Etats euro-
poens, qui ne sont d'ailleurs pas
tons A l'Ouest. En. tout cas, ce
n'est ni leur infatuation ni leur
S l'Europe. Quiconque dispose
ne ffit-ce que d'un minimum de
respect de sol et de sens de r6a


POUR TRAITEMENTS MIDICAUX ET ESTHITIQUES .
CELLULITE, RHUMATISME OBESfT LUMBAGO ARTHRITISME
DOO rEURS G-ASTRIQJES ET HEIFATIQUES C6NSTIPATION '
TROUBLES CIRCIIATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, etc..



EST SUPIRIEUR PARCE OU'A TRIPLE EFFECT

o ACTION do MASSAGE

GOLGACEMENT deCftLtU R


SU NT SUR TOUTES LES, RTIES'
DUCORPS,"MASSO 0
F-I T MAf1GVRIar Ie oiiossl oilde. graisiesir
DECOAGEST 'NE RAF 1RMT par /
,s/diVua/io e la /0a iriulatiot des chao, g. nu/rifi/s.
SOUL/L Et /DeCONTRA E en abaissxant la te siot
fie usse. 7 /1/
5socho utilise ens nble/3 may. s th6r eutiques
LE'MASS E
LA CH SUR
/L0IRRAR JATIO
MASSOHO FAI MAIGRIR ET ACTIYE CIRKULATION DU SANG
Avset- ASSOCHO 'aon oblient:
-A RISSE NT RAPID
D TOXIC ION TOTAL
,D ANTEi IMWDIATE

,.IVAsocV o e" o n-,e PRODUCTrlo.v
0 CAI. o tRUX I, 1 ,havssa6e d'Anlln, PARIS


Joseph C. Valm6 et Co.
Dintiributeurs.


lit4 doit refuser que Berlin-Est
tente d'imposer a tous lea autres
des conditions dans lesquelles il
n'y a justement pas moyen d'a-
m6liorer la situation en Europe.
Permettez moi d'ajouter tout
de suite :
Dana certaines circohstances,
il convient d'entreprendre des
efforts politiques meme si lea
chances de success sont fable.
L'attitude purement negative
qui chez nous aussi est prati-
qune et r6clame gCa et la, serait
le contraire d'une politique et,
en faith, ce serait mme. la re-
nonciation par le people alle-
mand a rdgler ses progres af-
faire.
Le patriotifsme exige que l'on
se rende compete de cc qui EST
et que 1i'on tents sans cease de
d4couvrir ce qul cat EOSSIBLE.
11 exigo le courage de se rpndre
compete $de la rbalito. le n'est
pas la meme chose que do con-
sidirer cette reality comme sou-
haitable ou do renoncer A l'ea-
poir qu'ell* change au coura
d'une pcriode ansez 6tendue.
Mais thonntose4., 'mans laquelle
I] no pout y avoir de poliiqun
durable, nous oblige A no pas
fortulcr de revendications sdnt
la r6aliiation relive du domain.
des illusion Et ello nous imipoie
de voiller h cc quo notre popular
tion no solt pas conduit i an
verte par des enj6leuri.
'e suis pour l'hcure de la
v6ritd don't if a 6t6 question du
nouveau ii n'y a pas longltomps.
Cela suppose suasi qUe t 'on no
parle pas autrcemnt dana ca
Parlcment que dana le pays. at
que P'on ne berce paa ses compa
triotes d'espoirs qui ne peuvent
ctre r6alisas. C'eat jeter de la
poudre aux eux que do donner
l'impresaion que la politique
dolt toujourc avoir des succea
tangibles A court terme. Le res
poct du cltoyen adult exige
qu'on ne lui cache pas l i dif-
ficultys.
.On dollt, on peut et on finira
bien par nogocier 'ntre Bonn et
Berlin-Est. II ne suffit pas, m6
me dabs lea rapports avec Ber-
lin-Est, de se lancer des areu-
ment lat tetA. Mais noes avons
pour notre part des points do
replre imprescriptiblea:
Prermirement,
le droit A l'antod4termination,
deuxilmement,
la recherche de l'unit6 natio-
nale et de la libort6 dane le ca-
dre d'un raglement de palk eu-
rop(en,
(A suivr9) ,


Les Bandes Desin es du Nouvelliste()

6.londie


Colgate au gardol protege effiacement

la sante et la beauty de vos Dents.


hA IAI~*PONIXTETO

FIDELITE

~OrtanZ av/nom


)! PIO EETS


.~



Rapport ,trsu tat .de...

(Suite de la 2dme page)


---1--------1-7- ---PPLI~1


OQQC~rODrr~33~n A~rr~r-r~--- I r~- r r ul


L.


J7UDI as JANVia 190O


P, al M


t








uW MOUUmLtm"


IWUDI M JANlrM 10


promouvoir l'6pargne on Haiti
ot d'int6resser les gagno petits
ai 6conomiser mur leurs alaires.
La B.C.H. offre A ues clients
de multiples avantages,. ]-Ie leur
consent des prkti, implement
sur la garantie de leur compete
d'6pargne. Ella percoit une tr6s
faible commission sur 'achat et
la vented de changes. Plus encore,
elle offrira des primes en easp-
cos en Juillet prochain, qui con-
sisatront t doubler la valeur ins-
crite au compete du gagnant.
S Afinm daider les parents et
diabituer le' enfants A; la pra-
tique de, 1'6pargne, la B..H, en-


Le Malade Imaginalre
(3uite)
chelieu, ou il logeait. Quand il moment de Bu vie, tout le 5ecotrs
rut dans sa cha'mbre, Baron vou edifiant- que. i'on pouvait atndre
ut lui faire prendre du bouil- de leur charitY, et il leur fit paral
Ion, dent la Moliere avait tou- tre tous les sentiments d'un
jours provision chez elle, car on bon Chretien, et touted la rsi-
ne pouvait avoir plus de soin de nation qu'il devait A la volontd
sa pOrsonne qu'elle en avait. du Seigneur. Enfin, il rendit les-
sEh non, dit-il, les bouillons de prit entire les bras de ces deux
ma femme sont de vrais eaux- bones Soeurs; le sang qui sor-
fortes pour moi; vous save tous tait par sa bouche en abundance
les ingredients qu'elle y fait met 1'ltouffa. Enfin, quand sa fem-
tre: donnez-moi plut6t un petit me et Baron remonthrent, ils 1'
morceau de fromage de Parme- trouverent mort.,
san...
Quand il 'eut mang6, il ajou Les acteurs qui nous ont don-
ta: Tout ce qui n'entre point n4 hier soir une trbs bonne re-
dans le corps, je 1'6prouve vo- presentation du Malade Imagi-
lonti'rs; matis les remedes qu'il naire nous pardonnerons si nous
faut prendre me font peur; il ne nous tendons pas pour Fins-
ne faut rien pour me fire per- tant sur leurs mdrites respectifs,
(ire ce qui 'me rest de vie.e tout en devant quand meme fai-
Un instant npreb il lui prit uine re une exception pour Jacques-
foux eoxtr&mement forte et, a Francois Zeller qui a 6t6 impee-
preen avoir cravchi, il demand cable dans le r6le d'Argan, et
deoli lumitre:. Voici, dit-il, du don't la mise on scene e.st une
,'hani['Tint,. Rnron, nyant vu merveille de 1sgi-ret6, de pr&ci-
ta g 1u'j| v ntil lei rendre, sion e de dr6lerie.
s'cri, Ive fIrayeur. 4 Ne vounes C'est avec beaucoup d'optimis-
pouwvnic. pmnt, lui dit Molire; ine que nous donnons rendez-

.ll.- .i,, i j ,it feinino qu'oll- enois.
snnl. 11I rri',tn mssist6 do deux L.
t wnrw-tl, ordinairetnta Parint
'-.-r pendtianL tle CarLme, et e- o -t-- '- "2

...,lies iild ,,nn it I', piedernier. Le Carnaval
s'annonce
IN SAVANT AMrfWICAIN rapidement
!i);NONC:E L,'EMliO nDE
IfACTlIIK S I'[111t AU MONDE CHIC
IIMINER LES INDIENS
LMA O(AVI'l Vous trouverez un
t.i r.,, ,,i ,t, i.i.rie is stock de tissue de
,iir ,i Is, ,prpri.(i..s i.. ,rd Couleurs tries vives,
i s.i.t.. b-.r,, v ,.rirld ei...nt. 'l UX nuances variees

,iit,,.r rl. i.- Iur terren, i if- 8(ans oublier le lame,
,.rns. ,,r.ii, I,. IDr Rnfi,.i Penal- velours coton et
v r.I WiOci tll-t 1 ndu i ation m bd i ,
cl:, ( 'vinlv'rs.. sn.d.c Miami an velours chiffon de
s ,urn au srondl ronerbs peruvien toultes les couleurs,
i- ,] : il. a tnnoi nt It jour-pour
inix t,. I:t%.apitale p6ruv.enne. tissuS pour
I., Dr [enmlver 11 diclarm" que pantalons d femmes
('lhllt I ripremilv' oii n'l a- F e u v .
vnlt. lwn'.irlcR pour 6fliminer des Sitre i
inumins ei It a pr'cit r quo Le AU MONDE CHIC
'yvoyme util's6 au Br esil cansrin-
,itt. t ditrlhuer aux indiens des pour vos
t h.inn... :,onmieleds. diguisements.
1 pi nfln oulln les dangers M in
,- l,,u.-mnoi -les insecticides dane Rue du Magasin
I'A'riulturi. arffrmant qu'll re- de l'Etat 89.
ti.li ,nit u' r un petite echello t
'effet ili ne guerre chimiue.


visage de cetmr une v6ritab
section d'6pargne de o'onfa
qul accordera aux tout petits
aux mineurs en general des av
tagns particuliers : fonds d'a
rance d'6tudes, de maladies, c
tes de credit pour achat de
vres classiques etc.

Les profesionnels, lea sa
ris, leas ouvrers, lea parents o
intirdt A diposer leur argent
la B.C.H. ls en tiraront bi
dea, avantages de cette aasura
ce ,Un I'avenir que constitue 1
gent 6conomis u



Nouvelle op6ratlo
Isratlienne
DIX-SEPT MILITAIRES
EGYPTIENS TUES,
ANNOUNCE TEL-AVIV
TEL-AVIV (AFP) -
Dix-Sept Officiers et sold
6gyptiens ont t6 tuos et d'a
trees faits prisonniers au cou
des operations entreprise s
les forces a6roport6esa israslie
nes dans l'ile 6gyptienne de C1
douan, a annonc6 jeudi aprds
midi un port parole militia
isra6lien.
Le porte-parole n'a pas pr6
se si ces operations dtaient t
mines ou si 'action de netto
ge sur l'ile, 'maintenant ten
par les forces isra6liennes,
poursuivait.


AU FIL Di
(Ru


do I A MAPIE LIAF MILLN do
otll, lUonoral BSupelntendoait
Tornt u at an grUertole f emnun
Patildla.

nooMt doe passer 4 d n w l on
UaltL
...M. UGorge P. FrImber, lExe-
cuUvna do Ia Plasti r Salm fA Ma
nufamcturtn Com aney, do Karnsa
City ,lwoui oat srriv6 Ild ru
course do Ia aomalns avec M gen
lla f emme Floreonc. Noam lse a-
vone rrcoolo s au Reastiraareni
La hand Point.
...Noun avo 1 rencontre bier a-
prig Midi u mRoad Point R ptau
rant IM. rman Sentiberg, sa
Feamne Jeanette -t fille Mada
e Il raont do Now York. lis pas-
tsont cinq ou i El Rancho. Her
nam, ynpathlqu au possible
t dans llnduatrse du culr. 11 a
ti nous ant-il, contract par eIs
jeauns idustrial Gerald Manuel
pour fare l'aoqnnulltion de la tan
ne-le haltlenne, 11 y a doux ans,
mais' malheurmnmmant il 6talt a-
lor engagedn dd'autres affal-
res. Sa femme Jeanette, chairman
Gte, eat advocate. Sa fill Muda, ra
viagante at gociologue, dipl1
mnde doBoston -Univerity. Ell
est Fashion Aissltant3 h VO-
GUE Magiaine. La famlile Stein
ble berg don't le membre' parent
nt, frangais ost tombbe lltthralement
et aou lea chanrms d'Haiti.
an XXX
a8u ...X. Max Kostick, Professeur
ar do Pm)chologie & Ioston eat arri
ii- v6 i lmardi avee Ba distingua6e
Spout Selma t sa jolle fille
Joa. 14 pasment une smailne en
SHaiti. Joan itudle lek arts au Mu
ot sout of Fine Arta de Boston.
& x x
en ...M. Milton Gottlieb et sao t.m-
n- me Rende arrive hier soir ont
Far prix logemnTint au Grand. Htel
SOloffton. Ils aont de New York.
UMilton eat sle 'Prksldent de la
fh=r de Public Relations Milton
GottUleb Associates. Sa fqnnme
enme at un dame admirable.
xxx


ats
au-
urs
par
en-
he-

ire

cei-
er-
'ya
nue
se


Messe
d'anniversaire
1i serr. chnnt6, samnoi 25 jan-
vier 1970 i (i h 30 a.m. en lI'E-
glise du Sacrv Coeur de Tur-
geanu, une mease i requiem pour
v repos di 1'Amt de Th6ophile
Liiluavu, d6eed6 Ie 23 janvier de
I ainni derniire.
Ii nrtisente tient lieu d'invita
tionts i,,ux parents e- amiB.
I't-au-Prince. le 21 janvier 1970.


Mort de Mme
Francine
Mecklembourg
Des letires request de New-
York nous ont apport6 la trite
iouvlle dtie In mort de a regret
-.e Mine Francin- Mrecklembourg
d(Idt'6 le aejt innvier 1970.
LeO Iun6raiilles, haiunt6es le an
,.di it i ja viveri'v ivunt, es I'hi-
elinie Ste' Mane Madeleine de
tiueens, ii New York, ont 6t0 sui
icls par s nolembertux parents r6
sidaint dans I'ELat de New York
of par et membres de la icolon.e
haitienne.
L'iliuhmantion a tu lieu nu C-i-
netiere de Queens.
n.e NouvellisLe adresse sea sin-
rires 'tundi anvt;ce ta fitst de Ia
,'liparue M. Roier Lamnothe et
Mime n6e Matsa Bernard, i sa
petite fille, Mile Margareth La.
inoths, I see nombreux neveux,
nieces. cousins et cous'nes. aux
families Mecklembourg. Gares-
cher. Dehoux, Pierre Noel, Moi
Be, DWcatrel, Goldman, Jeannot,
Desmangles. Bernard, Desrou-
leaux. Dambreville, Leroy.


AU CAPITOL
Devant le succs remporti par
le 2eme film du FESTIVAL
la Direction du CAPITOL s'est trouve
amenee a prolonger jusqu'i SAMEDI
(a 6 heures et & 8 heures 30) la projection de


el Elle a 25 ans. 11 prepare son bac.
i Elle a un homme fans sa vie. -- II court les files. ;4
Elle ne sait pa qu'elle east vulnerable.
S II n'a jamais cohnu aine vrdie fdeimme.

Entree Gdea 2.50 et 4.00


La Plr. imeide[a queI'Cem'rciple.. of 'Haiti
LTfewX RallnUza.at doa Voliurs c~o.tiku


.empares, rend scs verdicts sans
appel qui sont immndiatement
cnfirm6s par le Chef de l'Etat,
;e Gnedral Ahmed Hassan Al-
Lakr, ex6cutds er annoncs par
la radio officielle Irakienne.
Le rn4Ane Baassiste de Bag-
daid veut se maintenir au pou-
voir et il le fait bien compren-
dre. Tout ennethi sira liquid
aucune tentative, ous qnelque
furme oue ce soit. d'affaiblir


...Nona avons rencontre hlier sotr 'autorit6 du regime ne sera to
an Castel-Haiti, M. Fred&riek S. lhrie. II faudra se soumettre
de Beer et sa fenmne Anna B. de aveuglement ou s'exposer i la
Beer, arrives ici pour un sfijoar pine capital.
de quatra memaines. Ils 6taient en Ce princepe primordial, une
n mpagnie do notre jeune compa fois 4tabli, et les risques bien
troite, Pierrot Germana. Fred et pLs8s, quel a pu dtre le mobile
Anna sont des amln de longue da uci a pouss6 lea conspirateurs a
te d'Haitl. Nona lea avons revus tenter I'aventurn? Lea militeires
on septembre 1967 au Pavillon impliqu6s 6taient-ils simplement
d'Haiti A i'Expo de Montreal. Ins les ex6cutants d'un plan pr4pa-
sont d'Albany, New York. re par l'4tranger oi se pr6parent
Les de Beer ont souvent asso ils b passer A l action pour mani
ci6 leous nosms A celul d'Haiti fester un m6pontentement long-
pour aider notre pays ou pour temps contenu? Sur lea quarante
fire later seas beautas et ses personnel ex6cutdes en moins de
grande valeurs. trcnte heures, 32 sont des miljtai
C'aat d'ailleurs Fred de Beer, rcs.
President de PLAYB.LL CO x x x
qui le premier a InstallU une usi Quatre g6ndraux et plusieurs
ne de base-balls en Haiti, usine colonels don'tt certain en retrai-
dont notre compatriot Lucien Le) opposes au bas ont 6t6 somn,
Manuel eat le Manager GnAdral- mairement iquid6s pour n'avoir
Fred de Beer et sa distingu6e pas voulu se soumettre. Ils a -
lunose Anna avaient collaborE aient de ceux oul, depuis le pre
4troftement A A 'organisation de mier passage du parti baas au
l'expoition de peintures haitien- pouvoir de F6viicr h Novembre
nes ui availt eu lieu ho Albany, 1963, ont Ad pourchaskBsa pour
i y a ut peu plus d'un an. Cetta leur hostility au rCgime.
exposition A laquelle avaient prigCs Cots hostilitA se basalt ar
part tonuslose promteum de o i art fcon don't les Banssistes au pou
haitien aux Eats-Unis dont les yvo: cherchaient h r6soudrc les
chase, Larry Peabody, connut problmesa de l'Irak dans he do
un suceba extraordinaire. maine intrlieur et uttr le plnn
De nombreux offiiels haitiens ( xtkrieur.
don't des membres deo nos missions
dlplomatiques aux Nations Unlets
M. Jean E. Saurel. Directeur du a e alh ll 2
Haiti Governent Tourist Bureu La LambOrg ial
a NewYork, Mile Francine Murat jaufe...
Directrlce. du Centre d'Art, el
les raviasantes Mile. Francoise (Suitez
at Fabienne Manuel y avalent as, sure oi ce film sert A montrer
4istW. un aspect du cinema franccals
Fred et Anna aont parmvi les nlu. qu'il nest pas permit d'ignorer.
enthousiastes promoteurs de I'art II serait peu hygidnique pour
haltien au, Etate-Unis. Anna a! les cinphiles d'avoir tout Is
6drit une s6rie d'articles aur art temps tA se balgner dans leas
hattlen. eaux saumlitres mome revlvi-
Albany eat la Capitale de I'L:r fiantes du cinema de fond,
tat de New York. Elle a 6crit des avec routes le- ambigult6s ques
chises admirable aur note pays oela conmporte. I 'fat bien, do
dana Capital Land in Haiti our. temps en temps, voire souvent,
porter Has lectures a ventr dScou qu'on nous fabrique de bones
vr-r cette Tie onchanterease ueuvres sons grande prdtentlon,
Sx xx mme si, avec elles, on ne va
S uVERs a Dr pas tris trid loin. sLA LECON
M. Sre Gnilard ire ur, PARTICULIERE esat une de ces
de In CARIBAIR i Port-au-P'ln veve. S6rieuse sans vraiment
ce ,st rentr6 hier martin veannt atteindre le drame avec ce
que ce dernier terms i mplique
F-dx.Ami t< "de gravity. Intellectuellement peu
Fdddrafla n profonde, mais pas psychologi-
Ha|itlen sic quement vide. Sans prolonge-
= *a id me 111 ment moral ou imlanoral : un
Volley.Dall pseudo denouement dquivoquea
V J BI manage habhiement, chez le spec
Rencontree de la Semaine :' tateur, quelque inquietude vague
Vendredi 23 Janv. oer i.a Collge quaint I '6pilogue possible -
St Pierre it 4 heures Coupe 0- aini se oue c
VALTINE. du happy end.
VALTM.- BIRD Nous rangeons Coupe Clovis Bonhomme PARTICULIERE, au nombre de
SEMINAIRE -- ECLAIR cs trks i honorable films de pro
Samedi 24'Janvier i 4 h tou- duction courante don't la vision
jour i St Pierre procure un plaisir simple, sans
Coupe OVALTINE complication. C'est quelque cho-
St Francois Sacr6 Coeur se, non 0
Coupe Clovis Bonhomme
Canada Cobra
Au Seminaire 4 raes Messe de prise de
St Louis Anglade as
Date limited pour 'inscription ieUi
tas Minimes (Section masculine, Une Messe sera chant6e le sa
et feminine). medi 24 Janvier 1970 a 7 h 0
Vcndredi apred, midi h St Louis AM eti lEglise du Sacrd Coeur
Acte de nalssance obligatoire de Turgeau pour le repos de 1'A
Tirage au sort: me de Minme Marcelin Jocelyn d-
Samedi 5 h au Colldge St- ced6e le 12 Janvier dcoul6.
Pierre. Cet avis tient lieu d'invitation


F. H. V. B:


aux parents et a mts.


O OU IREZ-VOUS


SAMEDI SOIR


DINER ET DANGER

SAVEC LES SCHLBUXmWIIUX

S A Roead Piaut Night Club

;AINAul $ 3d W
;6a) eme B) .@Aft


li tmancho 28 D6cembre, A T&-
16 Haiti et en presence du per-
sonnel de la B.C.H., de deux no-
tairon, d'un reprontant des 6-
pargnants, a eu lieu le tirage do
In primnt offorte par la B.C.R. A
s0s clients en Compte d'Epangne:
. une joli, volture Contessa.
Le sort fu1 favorable i Mr.
.'osoph Jncob, un pointre de re-
nonmie inriternationale et don't
lht t.tlier's me trouvent it ha
Grand-Rue, dans le voisinage do
Ia Continental Trading. Ce tira-
go souligne, une fois de plus, lea
efforts do la B.C.H. en vue de


Le Diseours de

(Salto)


J OUR .. LE DI.MOUsa
BUR L'ETAT DE L'UNION
l D B NDIXON
WASHINOTON (AP) -
de SpiW Juan oh IIa 64 en crun(6 Le Pr6stldnt Riohard Nixon,
rance. aveo le dirlgentm do ct lInns son message sur I'Etat do
tm coumpanle. l'Union, a d6olar6 Joutd que lea
x I X ptrpecLiven de la paix au Vist-
..Mhae Thirtw Hdiaounrt Plr n m sent Infilndment plus grandes
aOUIS jtL rantr6a hsDr par 1g. vol ujouord'huf qni'll'y a un an at n
de l Puon Am venmat do San r6p0t6 quo I but ossentlel de la
JuA politiqu 6trangbre da EBtt -
x X x -.... Unto Italt do mettr fin & c econ
...Milkatol JI alebranoah qul mWt flit, dans la cadre 'fune peix
Ides tudem commercialee en Fran 6quitable.
co etit Rodolpha Malebranche qu-i e6affirmant a' doctrine do dfi
fait am mimna ean ) do m6idewl enagamnt americaim qu'il a
ne eW no lnt eau Oamtre o-I valt fdnmulee A Ille do Guam,.
pilalwr do Mulbou Sont rnteis M. Nixon a d cari: Noum serons
hlor matin. Ils aont du Cap-Hal fldbles A nos engagements, mali
UML. nous r6duirono notre pr6senc eta
so K X note engagement dan m'105 a aI-
QUESN AM 'REPOSE fare, d'autre pays.'
EN PAIX I -La Pr lden t a 'fh6 'uo lea
L" meaSK 4 'manvtw, 8 a. 'relations ontre lea Etats-fnis et
do aIn 'a- ahma' e lon tI T elaur, mion eutopinTe talent a
me du a S "r' d Tu nouveau sainea t vigourp"rer,
nne Meas doa* du fondaef our Ia principe do 1 con-
sourhnla tetg m i e r ntons mmnte do mm
pourc Bsnrert e ,' i dLse l ulation ,iproqum et- de la
Lndoyie ores-d, nee L~ylt Joan sresponmbilltfA mutuelle.
enlevie l'affed tin dee mat, vIs Le Pra ldent Nixon a affirW
24a 'Uv t lieu d'ioW quo le princlill soud do mon
ct fa p 'utpart Ia od'bt t ouvernemt tait d'viter une
a toot@ n to-parents, e usq at =I& 3,0 AN E 1970
c collision cataltrophique avec
l'Unlon Sovlotique on bien Is
S*OhioM Populaire, et de preparer
La W1255 M ]a o terrain en -vne ddu 4 lomewn
In- pacifique du diffdrend centre les
MEYROUTH (AtL'P) Etate-Unis t lea dsux grande
La sanglante et massive repres nations communiltei..
ston' tqul b vy;t en Irak depulF Pan
nunce mercredl, matin de la de-
couvefte dPun coup d'Etat avor- Pha sales sSUranI t
t0, frappd par sa soudainetO et I service ceae nuat-
son caracthre impitoynble. Qua- le service c e u
ante tntes sent tonmb6es jusqu' 22 JANVIER 1970
present et tout indiqu6 que le CENTRALE
ribunal special cr6e pour punir B J J Dessalinen
lea coupables allongera la listed LAROSE
des executions. 1I lsto ns de- Ruc Mgi-. Guilhoux


LE GEANT DE L'INDUSTRIE JAPONAISE



|HITACHI


S POMPES ELECTRIOUES


Type centrifuge. De toutes puissances
et de toutes capacit*s. Aussi bien

f shallow well que Soupape de retenue et disjoncteur de pression

incorpor6s.

APPAR9ILS ELECTRO MANAGERS


Batteuses Aspirateurs Sechoirs Cireuses

Tous les derniers modules 1969 & la pointe

de la perfection HITACHI '

AGENT POUR HAITI : HEARD C. L.- -ROY

Distributeur : ENCHA

Tous les products HITACHI sont garanis.

i~ M 02..l


I


PAG i
OS -


nment humnin;
Nous aVOns uincort, A unqudr.r
la terra cultivabla, profigr
le arbri., h mottr. on to" par
mslllloars duos easeea pbtetrle"s
du sol, A ra anir Immidla Mentm
'humuns qui, A chaque plula, ms
perd Irr6mbdlablament dans lea
fossea marines. Nous avona sL ro
tiger notre flora den maladies
qui la ddclment, a protiger no-
Lre cheptel par dens campagnes
do vaccination preventlve. 11 nouse
ft',ut soigner ,In. terre qui b'san-
miie. II nous faut liborer le'pay-
san producteur de 'esclavagre des
routines ancestrales.
Le travail eattn immense et dif-
ficile.
QuI peut contrlbuer A le riali-
ser ?
L'Agronome, certes, malo au-
hant et peut-Atre plus directe-
ment que lu), I'agent agricole qua
Ilfi6. D'oi o'iinportance de notre
Ecole Moyenne d'Agriculture jus
tement charges de former des
agents de vulgaiis tion agricole
compktents,
C'et agant agricole qui tc
-.trouve en contact quotidien avec
;cs problomes qugi e posent. C'est
l'agent agricole qui pcut exacte-
ient, &u a momen; opportun, don-
ner le conseil salutaire, entrepren
are .'action nicessaire. C'est I'a-
gent agricoie qui peut effective
ment vulgariser lea pratiques do
valorisation, qu'il s'agisse de pr6
li.ration de compost de mura
sees pour la protection du sol,
i'emploi d'ansecticldes ou de cam
pagne de diratisation.
C'est aussi ragont agricole qui
etablit une cooperative, qui or-
ganise une association de plan-
teurs ou un groups de jeunesse
rural, n I1 vit de la vie mime do
ia comnmuniut6, come un fils
uu un npre plus onform6, qui di-
Srige lea ans, qui encadre lea au-
tres, qui donne 1'exemple et par
tage avec tous, le enthousias-
mes, lea inqui6tudes, len soucis
ot lea satisfactions qui naissent
du travail de la terre.
S'il consent i jouer ce rile,
o0.1 role, en sachant la valour
de ce qu'il fait, s'll est decid6 it
donner, a transmettre lea con-
na-issanse qu'il a rescues, s'il a
de 1'ambition mains pour soi que
pour une communaut6 dout il a
la charge, alors peut-dtre. des
coins les plus rules du pays
dHaiti, -naitra .i grand souffle
d'esprance, de foi dans l'avenir.
C'est dans I'elude et isj mtdi
tation quonu'n se prepare a une
mission. Les 6tudiat-s de i'Ecole
Moyenne ont Wtd forms, pendant
deux ans, pour remplir la mis-
sion de rehabilitation de la clas-
se paysanne.
Des professeurs devouks et com-
pktents ont travaill6 a leur trans
mettre les tonna4i/ances scienti-
fiques n6cessaires.' Les profes-
sturs ons fait mieux. 1Us ont en-
courag6 ces jeunes gens A culti-
ver la combativite, le goOt de
;'action, la recherche du travail
bien fait, la foi dans 1'avenir.
Je suls heureux de renouveler
au corps professorial mes f61ici-
tations et expressionn de la vive
rcconnaissance do ntes etudiants.
xxx
La creation de I'Ecole Moyen-
i.e d'Agriculture reointe i 1961.
II m'6chet I'honneur de rappeler
le rile quo joua I ce propose he
Mltnistre de I'A2riculture d'a-
Iors, le Secrtiairo d'Eta t Andr4
Tlih6ard. C'est un grand plnisir
pour moi de le rttrouv'er apiour
d'hui purmi nouso t d'ap rNcler
I. aens tout particulier que revnt
Aa prisencc. J" e remercle blen
sinclrement pour tout ce quil a


Cirdmonle
d'Ordihation
Le dimanche 25 Janvier & la
Cbthddrale aA8 h. SO A.M., aura
lIeu una cdrdmonie d'ordlnatlon.
POUR LE SOUS-DIACONAT
Messleur leiA Abbea
Gaston Pierre-Louis de Bainet
(Archidiocise Port-au-Prince)
Glovia Pinchinat de Gros-Mor-
ne (Diocese Gonalves)
PREMIERS ORDRES
MINEURS.-
Abb6 Hypolyte Thertand (Dio-
cese Gonaives)
ORDRES MINEUBS)
Abbe Pollux rJean (DERNIERS
TONSURE :
Messieuri Occide Jean An-
toieo Alphonse Joachin Anan
tua (Diocese du Cap).


Principaux
Participants a
I'Exposition
Commercial
flottante
Le D6partement de Commer-
ce de la 'Floride a communique
les noms des principaux hommnes
d'affaires qui exposent leurs pro
duits bord du S. S. Sunward
dent arrivee & Port-au-Prince
eat prevue pour le samedi 24
Janvier en course.
Les bateaux de plaisance se-
ront expos6s par MM. Norman
Sewell de la ICorrect-Craff Inc.,
et Carl Deeter de Cobia Boats*.
Les mat6riaux de construc-,
tion (aen g6n6ral) seront fohurnis
par MM. Arthur Kimmnnel et MX
Garson de tEndure-a-Lifetime
Products Inc.,; lea products en
ciment et b6ton par M. Richard
Eckerle de panyc; les products en bois par
M. T. R. Lanigan Jr., deiRe
nuart-Bailey-Cheeley Co.2; les
vis et boulons par MM. Louis Ro
driguez de la- sAtlas Bolt and
Screw Co., Inc.a et A. A. Loyer
de la sTampa Bolt and Screw
Company2-.
L'6quipement pour maisons
mobiles sera p-dsentd par MM.
L. Roberts de nMobile Home ln-
dustriesa et William H. Walter
.de la eWalter Caribbean Corp.,
Un certain nombre d'honm-
mes d'affaires don't M. Murray
Lipinsky de la rAtlantic Equip-
ment Co.i oxnposeront du matiriel
pour hitel et restaurant; Mine.
Evelyn Greene e d stPresto ooml
Products, des alimente s psclali-
s6s; MM. Rolbert Korelitz et G.
Dutball de aSouthern Nilt Kit-
chenss et MM. Russel C. Walters
et R. Nelson cSnilth, Richard
son & Cbnroym des la viande o
autres products alimentaires. Les
apparels de l rafrig6ration et
d'air conditlonn seront pr6sentis
par MM. Glenn ,Friedly de ISnow
bird Refrigerations et M. Bier-
horest do cClinrte Master Pro-
ducts. Inc.a
Le mnianque d'aspaco nous em-
pLche de mentionner les noms de
quinze autreu flrmes don't les pro
duits seront 6galemeait oexwos
board du S. S. Sunward.
Au nombre des officials qui ac
compagneront ce groups d'hnomn
mes d'affairo', on relive sle nom
de M. Scott Christopher de aGrea
ter Tampa Chamber of Comsnerr
coo et calui do M. Richard F. Lan
knau, du Dipartement du Com-
merce don la Floride. M. Lankenau
a fait leb arrangenments n6cessai
res pour que des invitations A cet
to exposition fleottante aolent en-
voytes A des roprdsentants de laI
comunautd commercial et indut
trielle d'Haiti.


I


a*ru~glu~ui~L~PILr~PLrd~P


,dbjk fall t it tout % qu'll vout
cnaora fire pour proniuvoir ret
ti Ecole Moyenes d'Agriculture
II le m6rit d avoir, elon leI
Inlstrutions nriaca du Prisi
dent Duvaller, Idtgment rontrl
aiu A I'dlfiction io I'Erole tt,
j ar do a cettle r6ation, h 1',au.
vr co mblen gan6reuse (i ln, ri
gendratlon de nature agriculture.
Jo priaentoe galement men rne
narceiementr Ah M. le Souos Seeri
ac nd'Etat e 'rlcriculture poue
le grand intirt qu'll a tou-
joura port A & I'Ecole Moyeanne.
Ci'ent dour mol un agrable dao
voir de rvdre i lnhommage pu-
blicu au Drecteur Gn6iral du D6
parteienteh, l'Agronome Jaureo Li
:ique, ,te rendre homage I son
soucl constant, di progribs, sou-
vent manifest, spiccialement a
props de stages et de travaux
pratiueS souos la forme d'unt si-
ne personnelle directs.
Je reds aussi un hotamage mi
rite Monsieur les Doyen de la
Faculty d'Agronom:e et de 'MMe-
cine Vdtdrinaire qui nous a cons
amment aides trouver une 00so-
lution heueuusC a bItn iees pro-
blemes.
Deux promotions ant duji late
6 l'enceinte de cette Ecole pour
militer darna tas ctonnunhut6s
rurales. Ils sont 8 diplonma. Par
essence, leur travail eat ubscur,
niscret. II peat d.ifficilencrnt s'-
valuer fate d'ui. rerul itrcemi-
re.
Cependant, qeulqics unA d'en-
tre eux sont 6trulteincit -e6. rl
A la rdaiisation den projects dc la
Plaine des Cayes et diiu Diparte-
ment du Noind Ouest et Is mi-
ritent une mention splciale pour
leur participation aux rosultatq
tres appr6clables d6ji uabtlnu,.
La troasidme promotion de I'E
ole Moyenve rejoin .ujourd'hui
3es ainse. Dana ce troupe se ri-
trouvent pour aIn premiere foi
dans l'histoire de l'6Ioie, huit (8
agents agricolea, ddaireux d'ap-
profondir leurs connaissances. II-
rejoindront lea ranges en mnem
temps que leurs nouveaux cama-
radeo et parce que plus riches i
la fois d'iformationre thoorlque
ailides A une longue pratiqne, il.
seront, je Vespere, pNrrmi les pluo
gendreux.
Cters diplitm6, -
Vous voili arrives, avec suc.in.S,
as terme de von dtudes techni-
ques. A vous vpir routis aujour-
d'hui pour recevoir la just re
campenfse de vos efforts, j'pprou-
ve une grande satisfaction.
Vous deve ce jour qui vouaiean
porte de la joue et one fierte le-
gitime A Son Excellence le Pre-
sident a Vie de la R6publique,
qui le grand merite d'avuir ren
isd cette Acole, d'une portes in-
calculable pour le d6veloppement
sconomique de notre paye. Sm
vous Lni devet une profonde gra
titude vouns avez aussi dovant
Lui et devant sla Nationo un lur
It responnabilitl.

Sur vous se fonde beaicoup
d'ipoir. Vous aur e a oue r un
tible tonomique t an rile serial.
Vous. avez ppris pour I'avoir c.
toy6, pour 'avoir vcu, le drn-
ms dt nolre agriculture, drini.
de I'.gnorance, drams de la nnis,
rc. Le lopin de terre morceli, an
roch6 auo fintnc du monse, ei' ,ti
core livrli l'roasion, lea litnoin-
imm6dlats en combustible nct,
vent le dobolsemeht at litteit .s
drlaia de la, mort de la terrs. I.e
.'antationa deo tai, plus mut
gies i chaque nouvelle eiton, r
retrouvent uIn pace dam eisen- '
cea qitl pourraeit" encore sauvn r
un peu de terre arable. Lia eni-
Arals, leA inscctl.lden sont en,,r,
trap rremoeint utillns, Les fil-
.reditent au noni d'habitudrits t
ctstralen la crimes contrea In l
re qui furent erommis par Icuri,
penes.
L'hommo ltrte comndied il Vtut
scion si" pauvres inoyens t sue
maigres reasourtes. 11 i Itesom
d'aide technique, il a besoin d'ai
de morale. 1 voubt appell. ItPi
de.
Quand eIca cnauxs t des arer
voir de Plligre, dans I'Artiborii
te, et le forage den puita ii: In
Plaine dou Co de Sac apporterunit
up leau en abondance A sea ter-
rea desecbhes, quand dea prui.ets
uigahis&i es t rdusai conimeclu,
de Bas-Boeo, seront multiplies,
quand lea phturasea verdoyants
de la Plaine dea Cayes auront
)ria de Pextension, quand (a rivals
risation des terres du Nord'Ouest
sera complete, il aura besoin tie
vous, besoin dc voLre aide pour
profiter au mleux de ces change
ents quae nouas devons i 'act"Oni
6claELirde du L-vuCeinernert do li
dkpublique.
Certes, vous ites qualifies, par
eotre preparation technique pour
tipporter cette aide a qul en a be
soin. Mais, n'oubliez jamais que
-en dang le duniaiine de la con-
,taisasance, n est difintif et 6pui-
8s. VOUs aurez encore beaucoup
A apprendie, soit des agronomes
qui seront von collaborateurs et
vts chefs, soft dc vote propre ex
pirience si vous savez Pinterro-
ger.
Cependant, la preparation tech
unique, sa else n'eat c-xie sur un
-senn moral trees slevd, ne peut
pas server a grand'chose. Voan
nie serez pour nos freres paysans
des modules sigourcux Lt cnvanili
cants, vouB ne seaez des porteurs
de flambeau, qu'a Ia condition
d avo.r une conduits irrdprochao
bio. qu'i la condition d'tre pints
Irds du seas de votre mission, im
bus de la valour insigne d'un tra
vail obacur peut-Atre, mais niche
de profondeur et de portne.
Inspired confiance par vatre
comportement, par vytre correc-
tion, par votre ddv'uement, par
ie soudi constant du travail bien
faith. Ce sont lI les facteura deter
minants de la reussite de vyern
earridre, de touts carrinre.
La aussi sora la meilleure fa-
can de manifeater votre -oiu'n d's
tre, intenadment, de vnritablch et
farvents onuriars de Is regirai
lion haltlienne.
S" Pierre MONTAS.
...... ... .. -r .!. ... -. i ...... A i





PAfl Ag .d .0 -.


li UDVUV JWu


- w agr summvram -


promouvoir l'6pargna en Haiti
et d'int6resser les gagne petits
A 6conomiser sur leurs salaires.
La B.C.H. offre A nes clfents
dc multiples avantages. Ella leur
consent des prets, implement
sur la garantie de leur compete
d'6pargne. Elle percolt u0e tris
faible commission sur lachat et
la vented do changes. Plus encore,
ello offrfra des primes en espal-
cos en Juillet prochain, qui con-
sisteront h doubler la valeur ina-
crite au compete do gagnant.
Afin daider les parents eat
d'habituer lee enfanta A, Ia pra-
tique del 1'4pargne, la B.O.H. en-


Le Malade Imaginalre
(3Suite)

chelieu, ols it logeait. Quand il moment de su vie, tout le secours
fut dans sa chambre, Baron vou 6difiant, que, i'on pouivait attendre
lut lui fair prendre du bouil- de leur charity, et il leur fit paral
lon, don't la Moliere avait tou- tre tous les sentiments d'un
jour provision chez elle, car on bon Chretien, et toute la risi-
ne pouvait avoir plus de soin de nation qu'il devait A la volont6
sa T1*rsonne qu'elle en avait. du Seigneur. Enfin, il rendit l'es-
tEh non, dit-il, leos bouillons de prit entire les bras de ces deux
ma femme sont de vrais eaux- bones Soeurs; le sang qui sor-
fortes pour moi; vous savez tous tait par sa bouche en abundance
les ingredients qu'elle y faith met 1'itouffa. Enfin, quand sa fem-
tre: donnez-moi plutot un petit me et Baron remonterent, ils 1"
morceau de fromage de Parme- trouverent mort.,
san...
Quand il l'eut mange, il ajou Les acteurs qui nous ont don-
ta: Tout ce qui n'entre- point n6 hier soir une tris bonne re-
dans le corps, je l'prouve vo- presentation du Malade Imagi-
lontinrs; mais los remsdes qu'i naire nous pardonnerons si nous
faut prendre me font peur; il ne nous tendons pas pour 'ins-
ne faut rien pour me faire per- tant sur leurs m6rites respectifs,
dre ce qui 'me rest de vie.a tout en deviant quand mame fai-
Un instant aprs il lui prit une re une exception pour Jacques-
louxi extr&nement forte et, a- Francois Zeller qui a 0t1 impec-
prlos avoir crache, il demands cable dans le role d'Argan, et
le In lumiere: eVoici, dit-il, du don't la mise en scene est une
'hainig'mente. Baron, nyant vu merveille de l6gieret6, de preci-
'. sang iu'il v,-enni de rendre, sion et de drSlerie.
'ocria aIves firayeur. Ne vous C'est avec beaucoup d'optinis-
cpouvanlcez point, lui dit Moli6re; me que nous donnons rendez
vous m'en ovez vu rendre bien vous a la Compagnie Jean Gosse
davantag. (epioenda, ajoula-t-il lin pour le, autroes reprisentai
allez d sro a .Lia felnmo quell, ltons.
inntOon II rI-l .toa sist de deux .1. L.
Soeurs Religio'umoe, do cells qui
viennent ordina.rcment A Paris
, oir pendants I Csareme, et r a t 4 4 -
ixlslis io il dolnnait IhospitoalitC. Le Carnaval
N'vi. lui ilonneront, ie (ee dernier
8 announce
I N ".'VANT AMEI AIN rapidement
!)':NONF; : I'EMI'.111 DE
A il:UES 1101 olt AU MONDE CHIC
1|IOMINER L.E. INIiENS


LMA (AF'Pl
U'r d1,r r nhl ,h b.lIb ri. qu
I T o'ol"I l'l II'-! propr it Uire l ,
i nt 0 00' pout rait (rinr des rental
o,0 Ii 0I 'O' II 'AoiaT.onoo q ue Lr
it rIn |'-I, l ,r 1 l ii' lerres, ai t O-

a l'Io''e I nlveri iu tlad Mion isau
ourn i 1t meron ruonnra s ip'ruvion
it ou llnoi-on t l as jour-
x 0I- i 'la apilta0 p~ruv.enne.
0,, Dr 'eaolver is olare que
'Ar0 ul0tl pre lffrmantfo qu'll re-
vats. conn'0 nn(f'0 i,'o do l'em plo l de
0h0at.nli pour un petite d helltres
lomffts el 11 auerre chisi que Le
,-ysteme utilfs( nu faBrlsil coneis-
0000 ft dostribuer aux indiens des
hl000nto' ,,onLilml,ifms.
III a eoofl noullt,'n lea dangers
1',n' oli de.1(, insectlcides duns
I'Alero'ulturo afformant qu'tl re-
,'rcooloooil ooor uno petite Ochell1
l',,flot lassne guerre chomoque.


Vous trouverez un
stock de tissue de
couleurs tr8s vives,
aux nuances variees
sans oublier le lame,
velours cotton et
velours chiffon de
routes lea couleurs,
tissus pour
pantalons a femmes
Faites une visit

AU MONDE CHIC
pour vos
deguisements.
Rue du Magasint
de l'Etat 89.
A! A .l so to.o.


visage de crr une v6ritatb
section d'6pargne do 1'oafs
qui accordera aux tout petits
aux miners en gan6ral des av
tages particuliers : fonds d'a
rance d'6tudes, de maladies,
tes de credit pour achat de
vres classiques etc.

Les profesmlonnals, lea sa
ri6s, lea ouvriera, lea parents o
intOrat i d6poser leur argent
la B.C.H. Ila en tireron bi
de, avantagea de celtt assure
ce Isr l'avenir que constitue I1
gent economics



Nouvelle operation
Isra6Uienne
DIX-SEPT MILITAIRES
EGYPTIENS TUES,
ANNOUNCE TEL-AVIV
TEL-AVIV (AFP) -
Dix-Sept Officiers et sold!
Ogyptiens ont 061 tuos et d'a
trees faits prisonniers au cou
des operations entreprises p
les forces a6roport6es isra6liE
nes dans I'ile, 6gyptienne de C:
douan, a annonc6 jeudi apr00
midi un porte parole militia
israflien.
Le porte-parole n'a pas prO
sA si ces operations Otaient t
mines ou si 1'action de netto
ge sur 'ile, Imaintenant ten
par lea forces isra6liennes,
poursuivait.


- La Prime de la m '.

LWM~ctux namnaukt Es la Vofihog Cinjoga


ats
au-
urs
par
,en-
he-
s -
ire
6ci-
0er-
,ya
nue
se


Messe
d'anniversaire
11 secr. chnntO, samedi 25 jan-
vier 1970 it 6 h 30 a.m. en l'E-
glise du Sacrd Coeur de Tur-
geau, une mesase de requiem pour
,. repos ide l'Nme de Thsophile
.aluavo, d6cdd le 23 Janvier de
I anno, dernisre.
Iaa nor(sente tient lieu d'invita
tion itux' parents et amis.
Pt-au-Prince. le 21 Janvier 1970.


Mort de Mme
Francine
Mecklembourp.


Des leltres rescues de New-
York nous onL apport6 la trite
nouvelle dle la mort de la regret
,'.e Mnii Francini Mecklembourg
dl(e6d(- le ejt jinvier 1970.
Lea i'unirsaills chnties le sa
inI di 10 j,nvier .t uivant, en I't-
OLlise Sie Marie Madeleine de
Queens, it Now York, ont tU sui
sirs por Icy oonooihrvux parents rn
Hidant dans P'Etat de New York
si, par lea memhres de la colon'n
haitienne.
L'iliunialtion it u lieu au C i-
metlire de Queens.
Le Nouvelliste padres se a si I-
evres cuiondoainies au fils de las
,iosparue M. Roger Lamothe et
Msne ane Matsu Bernard, it sa
petite fille, Mile Margareth La-
inolthe, i ses nombreux neveux,
nieces,. ousinsk et cous.nea. aux
families Mecklembourg, Garesa-
cher. Dehoux, Pierre Noel, Moi
se, Decatrel, Goldman, Jeannot,
Desmangles, Bernard, Dearou-
leaux, Dambreville, Leroy.


AU CAPITOL
Devant le success reported par
le 2nme film du FESTIVAL
la Direction du CAPITOL s'est trouve
amendse prolonger jusqu'i SAMEDI
(i 6 heures et & 8 heures 30) la projection de


r "*


Elle a 25 ans. II prepare son bac.
Elle a un home dans sa vie. II court lea flles.
Elle ne sait pas qu'elle est vulnerable.
II n'a jamdis connu une vraie femme.

Entr&e Gdes 2.50 et 4.00
MatswastmsxSTASM^iaa3(s itWAS>SA% ii---k-------


smo quo e esit, d'affaiblir
...Nous avons rencontr hier sotr l'autorit6 du regime ne sera to
au Cantel-Haiti, M. Frdd6rick S. 1rdea. II faudra se soumettre
de Beer et ma femme Anna B. de aveuglement ou s'exposer 'a la
Beer, arrives ici your un sdjour peine capital.
de quatre semaines. Ils 6taient en Ce princfpe primordial, une
aompalnie do notre jeune compa fois 6tabli, et les risque bien
Lroite, Pietrot Germana. Fred et pLs8s, quel a pu Atre le mobile
Anna sent des amis de longue da cui a pousso lea conspirateurs it
te d'Haiti. Nous lea avons revus tenter l'aventure? Les militeires
sn septembre 1967 au Pasvillon impliqu6s Otaient-ils simplement
d'Haitit l'Expo de Montr&al. 11 lea ex6cutants d'un plan prepa-
sont d'Abany, New York. rc par l'ttranger oh oe pr6parent
Les de Beer ont souvent asso ils h passer h action pour mani
cai laura noma as celui d'Haiti fester un m6contentement long-
pour aider notre pays ou pour temps contenu? Sur lea quarante
fire 6clater sea beautss et ses personnel executdes en moinsa de
grande valeurs. trente heures, 32 sont des militai
C'ast d'ailleurs Fred de Beer, rcs.
President de PLAYBALL CGO x x '
qut le premier a install une usi Quatre geenraux et plusieurs
ne de basa-balls en Hao,-unine colonels don'tt certains en retrai-
dont notre compatriot LOcien Le) opposes au has ont 0tU som-
Manuel eat le Manager General. mairement !:quid6s pour n'avoir
Fred de, Beer et sa distinguee pas voulu se soumnettre. uIls -
eoouse Anna avaient collabors- Laient de ceux oui, depuis le pre.
6troitement A l'organisation dL- mier passage du part baas au
1'expositlon de peintures haitien- pouvoir deo Fve or A Novembre
nes gul avait eu lieu i Albany, 1963, ont da pourchassas pour
il y a ot peu plus d'un an. Cette leur hostility au regime.
exposition h laquelle avaient Pris cette hostilit se basalt -ur
part tous les promoteour de I art fca don't lea Barssistes au pou
baltien aux Eata-Unis don't les vo:r cherchaient A rBsoudre lea
chase, Larry Peabody, connut problems de l'Irak dnns le do
un succ4s extraordinaire. maine int6rleur et our Ie plan
De nombreux offilels haitiens (xt6rieur.
don't des membres de non missions
diplomatlques aux Nations Unies,
Ml. Jean E. Saurel, Directeur du La Lamb hi
Haiti Governent Tourist Bureoaus La LamborR ini
A NewYork, Mile Francine Murat Jauie...
Directrice. du Centre d'Art. et
les ravissantes Miles Pranoiseo (Suitel
at Fabienne Manuel y avalent as: sure ot ce film aert A montrer
list6. un aspect du cinema franogais
Fred et Anna sont parm'. lea plus, qu'il n'est pas permit d'ignorer.
enthousiastes promoteurs de P'art, II serait peu hygidnique pour
hattien aun Etata-Unis. Anna a lea clnbphiles d'avoir tout le
6crit une asrie d'articles sur l'nrt temps a se baigner dans lea
haltlen. aux saumlitres mgme revivi-
Albany eat la Capitale de l'E: fiantea du cinema de fond,
lat de New York. Elle a 6crit des avec routes lea ambiguities quo
chose admirable vur notre pays eelas coaporte. II 'faut bien, do
dana Capltol Land in Haiti nour emps en temps, voire souvent,
porter sea ectata ir venr dcou qu'on nous fabrique de bonnes
vrlr cettee e anchanteresse oeuvres sans grande pr6tention,
27ER y x mime si, avec elleas, on ne va
DIVERS pas trAs tries loin. ...M. Sere r Galiard Directeur, PARTICULIERtEs eat une de ceo
de la CARIBAIR A Port-su-P-iln euvres. Srleuse sans vraiment
ce at rentr6 hier matin venant attendre le drame avec ce
que ce dernier ternse Implique
duration de gravity. Intellectuellement peu
ration profonde, mais pas psychologi-
Haitlenne quemnent vide. Sans (prolonge-
naitene Ie ment moral ou imi'moral : un
Volley-Ral peudo denouement quivoque
Volley-Sal manage habilement, chez le spec
Rencontres de la Sentaine : .tateur, quelque inqui6tude vague
Vendredi 23 JaIn.lrve .O Colege qua t h 6pilogue possible -h
3St Pierre i 4 oheures Coupe troue e elh
VALTINE. du happy end.
C.I.M. BIRD Noue rangeons zLA LECON
Coupe Clovis Bonhomme PARTICULIERE, au nombre de
SEMINAIRE -- ECLAIR cas tres honorables films de pro
Samedi 24 Janvier a 4 h tou- duction courante don't la vision
joare i St Pierre procure un plaisir simple, sans
Coupe OV4LTINE complication. C'est quelque cho-
St Francois Sacr6 Coeur se, non S
Coupe Clovis Bonhomme
Canado Cobra
Au Sminaire 4 hres Messe de praise de
St Louis Anglade fat dI
Date limited pour Finscription Deill
ues Minimes (Section masculine Une Meses seera chante le sa
et femiinine), media 24 Janvier 1970 A 7 h 80
Vendredi aprie midi l St Louis. AM eh l'Eglise du Sacrd Coeur
Acte de naissance obligatoire de Turgeau pour le repos de 'PA
Tirage au sort: me de Mme Marcelin Jocelyn d6-
Samedi A 5 h au College St-. 'ed6e le 12 Janvier 'coul6.
Pierre. Cet avis tient lieu d'invitation


F. H. V. B.


aux parents et anmia.


I O IREZ VOUS


SAMEDI SOIR


DINER ET DANSER

'AVEC LE8 SCRL3UX.SCllLRUX

Au Relad Point Might Club ,

'Admioluie $ 3.


AU FIL DES J6UOtRS...
(Baltu)
de la MAPII LEAF MILLr tie do S l Juan ob 11 a atA on conf6
auitt, asUoneral Superintendenls ranew pco lew diN geaita do cot
"orjnto at en gri aelsa finarun 'to conagnie.
Patricia. z a a
M. ,t Mine a-kw*-th vien- ,,, Mda* T ohrtr HBudianrt Planrr
t'nht do passer ddux Mnlnes on i Louis eo, rantr6o hisr par Is vol
Ialtl. de 1i Poun Am Yna ut do Flan
x x x JutA '
,,.M. Gore IL Frrih r, ex.- xIx LI
euUvw de& Platia' Bales A Me ...Mlikal .alalbranwsho 4l tfait
nufacburing Company, do d ars ilea 6tusilo comniorclales an Fran
City M ourl Mat rrivi ld aus c t Ilodolpha Malebranche qui
oonur do Ila omatna averc a ocn faith m uIsonlhe *aae 4do mtdoal
tlla famnane Floream. Nous lam a- na oqao iasattneo op eaitre Ha.
vons ronconlrds u s Rastauuasit pital lid inia os loni t r mntA
La Kond Polnt. har mstin. nl mont du Cap-Hal
a ai UBn
...Nous avoim rancontr hiera a- ,* z X 2
pres midl Sa Roe d Point iRwau UE SON AdNS REPOSE
ramt', ML Himoun Steinberg, sa EN PA I I -
femme Jeanette t a fille Mada Le samon s 'Jwnvsar, a B h.
Il o sont do Now York. Ils pas- du mUtin sr itode on lolUg
sent olnq Jourw & El Rancho. Her ao do Saci.4Ooaur do T r-an
ann uynpathique au possible one M a m" & otot du o
oat dlans ludmotrile du culr. I a pour I repe e Ia l'iae do Mm
6it nous oit-il, contactt pa r le LudovTic Boocerd, nres Lyle Jeoan
jeune hiduatril Garald Manuel onlev6e & l'affeUond des dlens, Is
pour falre l'aoqlnJsition de la tan z4 Janvier lI .
noerie halftime, 11 y a deux ans, Cot CI 'Utit 11n d'lnta#ton
maim malheureosanent il 6tiSt a-, teoos I parents, I at ind.
lora evng'ag6 dans d'autres affal-
ea., Sa lemme Jeanette, chairman
te, eat advocate. Sm fille Moda, ra L ia 6_ doni A
vlaaante, eat woctolocue, dipi 0 ',.a
mea do Boston Unlversity. Ello n
eat cFaahtion Assistant* VO- hEYROUTH (At:P)
GUE Magazine. La famille Stein Isa anglante et massive r6pres
ble berg don't loe membres parlient son' qul s6v.a en Irak depulas an
ant, frangala eat tomb6e litt6ralement .,-.ace mercredi martin de la di -
et souo lee charms d'Haiti. couverte d'un coup d'Etat avor-
an xxx t6, frapp6 par sa soudainet6 et
asu ...M. Max Kotick, Professour son caractare impitoyable. Qua-
oar de Psyohologie A Boston est arri rante tates sont tomb6es jusqu's
li- l6 Id imardi avec sa distinsuee present et tout indiqu6 que Ie
"poae Selma eat a jolle fillo 'robunal special cr6e pour punir
JoaIn. Ils passest une ernaine en lea coupables llongern la listle
a- Haiti. Joan 6tudle ls arts au Mu des executions. II sifge sans d6-
out saum of Fine Arta de Boston. ..unipares, rend sLS verdicts sans
SA XXX ppel qui sont imm6diatement
n ...M. Milton Gottliwb et aa rem- confirms par le Chef de l'Etat,
me Renae arrivSe hier soir oat e General Ahmed Hassan Al-
an- pri logensomat au Grand Hbtel idckr, executas er. annoncs par
r Oloffson. Ils seont da New York. is radio officielle Irakienne.
ilton eat le 'Prident de la Le regime Baassisto de Bag-
fJinm de Public Relation Miltono lad veut se maintenir au pou-
GotlUab Assoclates. Sa fnmme voir et il le fait blen compren-
Reae at uns dame admirable. dre. Touthennemi sera liquid
x x x aucunn tentative, GOUnn sn slsv


Le Dificours de

(alit,"


LE DIBCOGUR
BUR L'ITAT DE L'UNION
DB NIXON
WASHINGTON (AFT) -
Lo Pr(aldent Richard Nixon,
plans son message ur I'ltat de
I'Unlon, a d6olar6 jeUdl qu I le
'pirspetives de Ia paix au Viet-
nam sont Inflaimnnt plzs grande
aujourd'hul qu'll y a un an at a
r6p6t6 qua I. but essential do la
polltiquo 6trangero dan Etato .
Unlt talt d mastro fin A ce con
flit, dana I cadre 'unao paix
6quitablI. n ,
R6afflirmant la doctrine d d6
"lipagenant amerialin qil'll a
valt formulae I 1lWl do Guam
M. Nixon a d6clard: Nos aerone
fidbles A nos engagem nt, maln
nous r6dulir notre presence e
notre engagement dman' le af-
faire d'autrae pays.
Le Pr6iudent a afflrbn6 a e le
relations nantr lea Eta- l nl e
leaur allies europeon s talent &
nouveau salnesa et ylgoureuses,
fondoes sur le principe do la con
sultatlon r6ciproque t- de lI
reasponsabilitd mfitelle.
Le Pr6uldot Nixon a affirm
qua le priclpal toutd de s6
gonvernement Etalt d'vlter un
0oll18lon catastrophlque ave
l'Unlon Sovitique on bien l
Ohine Populaire, et de prepare
le terrain en vae du rAglemen
pacifique 'do diff6rend entire le
Etats-Uuia at lea deux grande
nations eommunlates.


Pharras acoesauran
le service coee null
JEUDI 22 JANVIER 1970
CENTRAL
B J J Desalines
LAROSE
IRue Mgr. Guilioux


Principaux
p articipants n

commercial
flottante
Le Department de Conunia
ce de la 'Floride a comnunilq
lea noms des principaux homim
daffaires qui exponent leura pr
dults i bord du S. S. Sunwal
deat l'arriv6e i 'Portoau-Prin<
eat pr6vue pour le samnedi 2
Janvier en cours.
Les bateaux de plaisance a
rout exposes par MM. Nornma
Sewell de lI et Carl Deeter de aCobia Boats
Lea matdriaux de constru
tion (en g6ntral) seront four
par MM. Arthur Kimmel et M
Garson de cEndure-a-LdfetiM
Products Ine.; lea produit Ei
ciment et hdton iar M. Richar
Eckerle de -W. d. Bonsai Coo
pany; leas products en bois pa
M. T. R. Lanigan Jr., de nuart-Bailey-Cheeley Co.N ;
via et boulons par MM. Louis I
drig lez de la eAtlas Bolt aR
Screw Co., Inc.s- et A. A. Loyi
de la sTampa Bolt and Sere
Company,.'
L'6quipement pour maisno
mobiles dera piesente par MMIt
L. Roberts doe Mobile Home I
dustries t et Wlliam H. Walt
.de la Walter Caribbean Corp
Un certain nombre d'hon
mes d'affaires dent M. Murr
Lipinsky de la Atlantic nDqui
ment Co.: eaeposeront du matori
pour h6tel et restaurant; .Mm
Evelyn Greene de o'Presto Foo
Products, des ailments special
s6a; MM. Robert Korelitz et
Duball de cSoutheorn Nilt Ki
chensa et MM. Russel C. Watte
et R. Nelson de ncSmith, Richae
son & Conroys, de sla viande
autree produits alimentaires. L
'appareos de refrigeration
d'air condition seront presented
par MM. Glenn Friedly de cSno
bird Refrigeration e et M. Bie
host doe tClinmate Master Pro
ducts, Inc.io
Le manque d'espaco nous e
pLche de mnentlonner lea noms
quinzce autres firms don't leas pr
duits seront 6galemoot expook
bord du S. S. Sunward.
Au nombre des officials qui
compagneront ce group e d'ho
ines d'affaircm, on relive le no
de M. Scott Christopher de Gre
ter Tampa Chamber of Comne
ce et calui do M. Richard F. La
knau, du D6partement du Cor
merce de la Floride. M. Lankenai
a faith lea arrangements necessa
res pour que des invitations A ce
te exposition flottante sosent e1
voyes i das roprisentants de
comunauth commercial et indu
trielle d'Haiti.


L'Agronome, carter, mais au-
' tant et peut-ltre plus direete-
ment que luI:, l'agent agricole qua
lifi6. D'oa )'imnportance de notre
SEcole Moyenne d'Agriculture jus
taesent charge de former des
agents de vulgaiisation agricole
Scomp6tents.
S C'est Lagstlt agricole qui soe
a trouve en contact qhotidien avec
sr ;ics problemes qui se posent. C'et
V l'agent agricole qui pout exacts-
a sent, su momen. oppurtun, don-
s ner le conseil salutaire, entrepren
are faction necessaire. C'est I'a-
gent agricole qui peut effective
ment vulgarlser lea pratiques de
I valorisation, qu'il s'agisse de pr6
Separation de compost, do murn
sees pour la protection du sol,
il'emploi d'insecticldes bu de camn
page de dare.tisation.
C'est aussi rageont agricole qui
etablit une cooperative, qui or-
ganise une association de plan-
tours ou un group de jeunesse
rurale. II vit de la vie mIme de
la communaute, come un f ls
0u un pare plus .nform6, qui di-
rige le uns, qui encadre leas au-
tres, q I donne 1'exemple at par
taoe avec tous, lea cnthousias-
im lea inquiatudes, les soucis
L I S s tisfactions qui naissent
du tanvalde la terre.
r- S'fl "coisent h jouer ce role,
eu 6o.1 rale, en sachast la valour
s de ce qu'il fait, s'fl, est decidal ii
do sonner, A transmettre leas con-
ad naoissances qu'il a reques, s'il a
ce de 1'ambition moins pour sol que
24 pour une communauta dont it a
Is charge, alors peut-4tre. des
Be- coins les plus reaules du pays
an d'Haiti, -naitra un grand souffle
:. d'esparance, de fai dans l'avenTr.
5. C'est dans l'etude et 'is m6dil
e- station qu'on se prepare & une
is mission. Les Otudiants de I'Ecole
M. Moyenne ont 16t forms, pendant
me deux ans, pour remplir la mis-
en sion de rehabilitation de la clas-
rc &e paysanne.
m- Des professeiirs devou6s et com-
ar patents oant travail l leour trans
e mettre lea connaissances scient?-
es fiques nacessaires. Les profes-
Ro sors ohin fast mieux. lls ont en-
d courage ces 'jeun4agens A culti-
er vern la combativita, le gofit de
w i:action, la recherche du travail
bien fail, la foi dans 1'avenir.
ns Je suls heureux de renouveler
M. au corps professorial mes falici-
n- stations et i'expreaaion de la vive
oer reconnaissance do nos etudiants.
P.5 x xx
m- La creation de I'Ecole Myen-
'y ,.e d'Agriculture reiontse 1961.
p- II m'lchet i'honneur de rappeler
el le role que joun is ce propos le
Ie. Ministre de I'Agriculture d'a-
Ia lorn, IP SecrStuire d'Etat Andr6
II- Th6ard. C'est un grand plaisir
G. pour moi de le rLtrouver .amour
it- d'hui parmi nous et d'apprcler
ra lo sens tout particuller que revit
rdl sa presenec. Je le remercle blen
et sinccrement pour tout ce quil t
es
..


Os

m7-
de
r-

M-


ea
ro





atn
m-


mi
iet
n-
la
urs


CUrtmonle
d'Ordinationl
Le dimanche 25 :anvier A la
Cathedral e 8 h. 30 A.M., aura
lieu une c6r6monie d'ordanation.
POUR LE SQUS-DIACONAT :
Moasieur lea "Abbes
Gaston Pierre-Louis de Balnet
(Archidlocte Port-au-Prince)
Glovia Pinchinat de Gros-Mor-
ne (Diocese Gonaives)
PREMIERS ORDRES
MINEURS.-
Abb6 Hypolyte Therland (Dio-
e6se Gonaives)
ORDRES MINEURS)
Abbe Pollux Jean (DERNIERS
TONSURE :
Messieurn Occile Jean An-
tofie Alphonse Joachin Anan
tua (Dioese du Cap).


LE GEANT DE L'INDUSTRIE JAPONAISE'






POMPES SLECTMQES

Type centrifuge. De toutes puissances
et de toutes capacitbs. Aussi bien 4

<
Soupape de retenue et disjoncteur de pression
incorpor6s.

APPAREILS ELECTRO MENAGE I|


Batteuses Aspirateurs S6choirs CireusesB

Tous les derniers modeles 1969 a la pointe

de la perfection HITACHI

AGENT POUR HAITI : HEARD C. L.- ROY"Y

Distributeur : ENCHA

Tous les products HITACHI sont gara#tis.


B. u~lWmr WWim asAIM'uhyl5y(~ l~M u T'' Ii ~irU-YY


Dlmancho 28 Decembre, A TO-
16 Haiti 0t en presence du per-
sonnel de In B.C.H., de daux no-
nairoe, d'un reprisentnt des 6-
parrnants, a ou lieu le tirage de
In prime offerte par la B.C.H. A
ses clients cn Compte d'Epargne:
une jobi volture Contessa.
Le sort fut favorable i Mr.
.'oseph Jacob, un pointre doe re-
nommie international et don't
los atliers, no trouvent h la
Gerand-iuc, damn le voisinage do
Is Continental Trading. Ce tira-
roe soulign, une foai de plus, lea
effort, de la B.C.H. en vue de


meant huniln.
Noun avona uncorii A conquir.r
Ia torro cultivablo, A proAtir
la arbres., h nsttre on tern par
milliasa das uesailete pro asce
du aol, A rotenir imm6dlaalMent
I'humus .qui, A chaque plate, so
pord irrAm6dlablement dans les
fonesO marlnoq. Noua avons A pro
t6laer notre flora des maladies
qui la d6clment, i prottger no-
tre cheptal par des campagnoc
do vaccination proventlvp. 11 noun
t'out asolgner s. Itrr e qul 'an-
oinle. II noun faut libirer lo pay-
van producteur de l'esclsvage dea.
" routine ancestrales.
Le travail eat immense et dif-
ficile.
Qui peut contribuer A. le real-
ner ?


I


. .


rAA**M 0


sijk ftlt at do tout eo qu'l aoult
s.nora fairs pour prouiouvoir rut
Lb Ecols Moyeane d'A'rlrulture
II a le m6rita d avoir, salon lei
Instruetlons praises du Prlsi
dent I)uvaller, Irgrmoent contri
oui6 A i'diflatlaon de I'role et.
i.ar ddo I cott cl6atlan, & 'wu.
vre oomblen rn6reusu u Ia, rT
g6ndrstlon de notra agrlculhur
J prDewte atalemeit ems re
..isrclemontt A M. le Souas SBaeri
,ai4 d'Etat 4. I'Agrlculiure pour
ie grand Int-At qu'll a lou-
joura portA & 'PEcole Moyanne.
C'eo Dour mol un agrbable do
roir de rendre u., hommage pu-
lic au frecte-ur Geniral du Do
paste enr, l'Agronome JaurLs 1A
"qaUe, do rendre hommage A son
souct constant de progrbs, sou-
vent mnifesle, paslalement A
propb* de stage. et de travaux
pratique sous 4 orme d'un, ai-
0e personnelle directs.
Je renids anai un hoimagre mni
rita h Monsieur le Doyen de la
FacultA d'Agronom'e et dde Moe
tine Vlterinaire qui nou a cons
iamment aides 'a trouver uone so-
lution heureuse a bites i pro-.
blemes.
Deux promotions oat djA laini
b6 l'enceintse 4e cette Ecole pour
infliter dana sns c ouoininsaut6a
rurales. Ils sont 08 dipl6mi.s. Pa.
essence, leur travail eat ubseur,
aiscret. 11 peut d.Ifficilemicnt a'-
valuer laute a'uo, recu! nicesis-
re.
Cependant, qeulqae uns d'en-
tre eux sont etrultemcnt i ocies
la I realisation des projosl dc In
Plane des Cayes et (hi D'partl-
ment du Nord Ouent et lis mr.-
ritent une mention splciale pour
leur participation aux r6sultnta
tras apprcilables dljit ubtenus.
La troWsime promotion dr I'E
cole Moyenue rejoin ..ujourd'hul
jes aines. Dana re group He re
trouvent popr sla premiere foin
dans l'histoire de lo'coe, huot (8i
agents agricoles, disireux d'ap-
profondir leurs connaissances. I1
rejoindront lea ranges en ntme
temps que leurs nouveaux came
grades et parce quo plus riches
la lois d'lnformationi theorlqu"e
aiiiwes A une longue pratique, (I,
seront, je l'espkre, parmi les plus
genoreux.
Chers dipidm x,
Vous voilA arrivals, avec suc.s,
La term de vona tudes techni-
ques. A vous voir ruiisis aujour-
d'hui poor recevoir la just rc-
compersse de vos efforts, j'6prou-
ve une grande satisfaction.
Vous devez ce jour quc vous an
port de la jole et une fierta 1 -
gitime A Son Excellence le Pr6-
sident a Vie de la R6publicqe,
qui a le grand mrrite d'avuir rcn
lisa cette Ocole, d'une portie in-
calculable pour le developpement
kconomique de notre pay'. Si
vous Lui devez une prolonde era
ttude. vous ave ve aussi devant
Lui et devant is Nation une four
oA responsabilitk.
z X I
Sur vous se fonde beaocoupi
ld'esp6ir. Vous aurez h joutr un
z6le koonamique a.t un r6le svcial.
Voua' avez *ppris pour l'avoir co,
toy6, pour l'avoir .vcu, le dra-
inode e nore agriculture, ldrni,
de I',gnorance, drama de la nmisr
ic. Le lopin de terre morcelb, at
c.och6 au flanc du moine, est (On
core livr i a 1'rosiot, lea be,,oin-
imm6diats en combustible acti
vent le d6boisement et hitent les
dilais de la mork de la terre. Ie.
i.:antationa de mals, plus rnma
gies -s chaque nouvelle ealion, so
retrouvent l Ia pace de wi oaen
ces qil pourraient encore auv,,r
un peu de terre arable. Leos en
strais, les insectkldes sont crie wr,
crop rarement utillebs. Les fil-
,re6ditent au noma d'habitudeln n
costralesa Its crime contre in tei
ra qui furent commins |Ir o Iurs
porae.
L'homme luttte come II o 1 ut
scion se spauvres nioyeons el .e
nmaigres reasour es. I] a be4o-.i
l'aide technique, il a besoin iral
de morale. 11 vousi appelle it ['.io
de.
Quand leo cunaux (lea rciser
voirs de Phlgre, dana l'Artibiont
le, et le forage des pu;ta lh it i
Plaine du Cul do Sac apporlcront
uo l'eau en abonduance A seoa ter-
Iso dessgch 1a, quand aes projeto
Lganisas of rdusaji conimmecelu,
de Bas-Boet, seront multiplies,
quand les psturaesa verdoyantcs
de la Plaine des Cayes auront
pria de Pextension, quand ka revalo,
rsation des terres du Nord'Ouest
sera complete, il aura. besoin die
vous, besolm dc votre aide pour
profiter au mieux de ces change
.tents que nous devons hI actionn
eclairde du tGouveinermet do la
t6publique.
Certes, vous tes qualifies, par
votre preparation technique pour
Lpporter cette aid a qui en a be
soin. Mais, n'oubliez janmais que
rian dans le domainue de la con-
oissance, n est defin'icif et 6pui-
as. Vous aurez encore beaucoup
A apprendre, soil des agronomei
qui seront vos collaborateura et
vos chefl's, soit dc votsa ppropre ex
perience sr voua savez l'interro-
gCer.
Cependant, la preparation tech
nique, si elle neat ,xle sur un
sens moral tres elevO, ne pent
pas servir a grand'ehose. Voni
ne serez pour nos frbres paysans
"des moduless igogorcux tt cnvassin
cants, vous ne selez des porteurs ,'
de flambeau, qu'a la condition
d'avor une conduit irreprrochan-
lie. qu'a la condition d'etre pcnd
lris du seas de votre mission, im
bus de la valeur insigne d'un tra
vail obocur peut-etre, mals riehe
de profondeur et de portee.
Inspirez confiance pas votre
comportement, par vctre correc-
tion, par votre davouement, par
le aouci constant du travail bien
fait. Ce sent lA les facteurs ddoter
minantsi de la reussote de votre
cnrriere, de touts carriere.
La aussi sera la meilleure fs-
can de manifester votre oud d'fa
tre, intensalment, de icritabhi et
fervents ouvriers de la reglfsra
lion haittienne,
Pierre MONTHS.


I









JE PwVS ANIW!b4DIIATIF


Aoftt on ch'A' Qef.
LUC/EN MUNrAS

Admlhach-v#g1,. M~qAX CHA U VE T


~ _


IN


74*o ANNII


VENDREDI 28 JANVIEFI 1970


CIIRONIQU-F SCIENTIFIQUK.-


Savoir pour prevoir,



prevoir poar agir

Nos lnforniicur, (cIrfr Le Nouvelliate de la somaine derniere) de-
noncent svoc vigneur Is caducit6 du systOie actuel d'enselgnement
ct rlnament une r6forme systamatique do 1l'ducation dans sa concep-
tion et see mthodes (64%).
Une Infime ninorilt6 de 5% estime qua le maintion du statu quo
est n 6cessaire.
Mails dans quel sens daevrait o'effectuer cette rdformc ? Lea re-
pinses sont nettes et catogoriques sur ce point.
On prrconise un syst6me d'enseiginemsat" qui rend* obligatoires
n tous les examens les matldros techniques at professionnelles. On
ounismic a I'Mducation de r6duire consid6rablement la place accord6e
mi.x niintrea littrnireo, acad6niquts pour former des profession-
iisi. ide tochniciens spacialis sau service de ddveloppement.
'res de 822% des interviews soulignont l'importance de l'ensei-
inoment technique comnun la mailleure vole veri le d6veloppement.
I.intdrCit ent contr6 de prftrernce our l'orientation professionnelle
im lieu de it formation littbraire dans plus de 80% des r6ponses.
Lo changeniment est done total et d6cisif. La jeunesse a opt6 pour
un syBteime d'enseignement plus soucieux de la sp6cialisation techni-
que et profesaionnelle, moins sensibilBiae A la litt6rature et a la po6-
Msa.
Eille 'at consciente du retard 6conomique, social et cultural qu'elle
iittribue aux ambitions des grande nations (18%). Elle est ration-
nolle dans le choix des moyens.
Un reseau routier ad6quat, l'industrialiaation, I'organisation du
credit competent parmi lea preoccupations majetires de 75% de 1'e-
hantillon. Unvenir n'6tant pas A nous, nous devons nous sacrifier
pour le preparer:
Telle est la conviction do 77% de nos jeunes.

Centre Haitien d'Investigation en Sciences Sociales (CHISS)
(Cahier No. 3, 1968, page 9)



Ojukwu regoit asile


en C6te d'lvoire


ABIDJAN tAFI)
i Gieral tOduniegwu Ojuk-
wu, don't on 6tai seans nouvelles
depuis son depart de I'ancien ter
ritoire s6cissioniste le 10 jan-
vir dernier, se trouva it Abidjan
,u il i-on-ficie du droilt d'asile,
Nnnonce un oommuniqudi dr la
iprrsidcn(e dp la Rdpublique de
ste dilIvoire puhivd ret apr6s mi
'11.
i'e eoiimuniqus pr6c 'se : Le
I rFniidenis d la Itpublique a af-
lirnm6 1, 12 janvier is Yaounde
Squfi t li i r( l 'voire na donners
illnmaois iie i un GouvernOement
i-i, exil. La s-ste d'lwvire na aer
itra jmii (](- d ooa- de nubver-
n i quiconqlue centre quicon
,iii. C tte psi lion cxtrimemnnt
nlt-e permet ia note pays d'ai
u illr tout rf t ,- psitilqu- qui
,siiscnage it reispcter i-tie ri-tr.
,e lt ,i wvrtu d' u le pr:ncfp("
I droi s-t'ass le1ia i6nral Ojuk

-'voire (is tn n vertu r c.,
pIrmmipi' siolInncl quo le Gn6ral
Ojukwu, i'll rate i-ntiilrement Ii
Ir,(. (fi a m ouvements, n'aura
aucine ieLtivitl politique en Cete
,'lwvire, affirmi encore Iv com-
muniqui'
it ans at (-LUtL d'-,asprt,
i-ursuit. I (ommuniqu6 de lai
bsidence, nous di-mandon
ls irnalistmi,' de r(sa l ortde Ia


ietraite. Le G n6ral Ojukwu a
fait r6cemment une declaration
qui a ct6 largement diffuse par
toutes les Agences de Presse.
D6sormaisa ,il s'abstiendra de
toute prise de position en CSte
d'Ivoire.
Notre souhait le plus cher eas
de voir un jour se r aliser la r6
,onciliation g6n6lale qui rendra
possible le retour de tous ceux
qu? ont du quitter le pays. Nous
ensons surtout a ties pauvres en
fants qus unovs ans rdicueillisa
vec amour mais auxquels il man
querait (oujours lea fondements
iidispensahlcs quo soul Is fansil
It- cll ti-err- natale, conclut lI
i,-imoiunique.
aii Priseaidenc de il l Republi-
ea Is jprrcisa ims Ia date d'ar-


Ix 14 Junvler idernler, rappel
I nL] Is osHnerVateUrsio, Is Ministre
I'lnforma.tion avau t officielle-
I.nt d6claru qum le Gn6ral Oju
iowu n se, trouvimlt pusson Clte
I'lvolre.
Aucune prkision nos-t donn6e
ion 1)Ius quant A la residence dI-
l'ancien leader Ceessionnistc it
Albidjan. On ajouti, dans lesa mi-
lieux proches de Is prlsidence,
-lUC lea journaliste sin, sont pos
,)our l'in.itant autoris/i h voir Il
(lins0'nl Ojukwu.


La Vie Internationale


I'Aill S (AFP)
Ayont d6barqui sur Chedouan,
sl i hl. in kim li e long aitu&- h
I'entri-c1 (lu Golfe de Suez, cle
(im iimiandos iaraliena sH'y irou-
V-ni.t enore ce main.
Depuim hier a quinze hcures Io
.-ule, touted r6sistancc 6gyptienne
i tf6 brisoe a Chedouan, et IP
,alm a rige dans ,Iles qui est en
LtiLremEnt aux mains des para-
hultisltcs srafllenB, a d6clard ce
nili le piorte parole de l'arm6e
iirailienne. 1II a dmenti cat6go
riquement lesa information s du
Care selon lesquelles des com-
hiats acharnds auraient encore
hIeu dans I'lle.
D'autre part, I'aviation inrad
lenne h bombard ce martin des
campB militaires 6gyptiens si-
fu6s i quelques kilometres du
lirer. Tous lea appareile ont re
gagn6 leurs bases, indlque un

22 Janvier. 1970.
TARIF DE
LA CAMP
La CAMEP avise lea inttres-
a6s que conform6ment aux dispo-
aitions (le 'ArrIt Pr6sidentlel
du 3 Novembre 1969 (Mpniteur
No 106) I'abonnenment d'eau sera
rigld menisuellement pour lea rO
cidpnces privies sans pi.cine non
pourvues de compteur, aelon le
tIarif de base ci-api.t citabli Be-
lriii la valeur esiarchinde de Ia
a son et de l'utilisation qui esat
'aite de l'eau potable.
Construction de lire classes G. 25
Construction de 2e clasBe G. 15.
Construction de 3e classes G. 10.
Conatructlon de 4e claasse G. 6,


piirLe parole isra6lien.
L'ensemble du ounflit du Pro-
the Orient et lea moyens d'y met
lre fin ceront une fois de plus
examine s aujourd'hui it New-
York par lee representants des

Le monde Arabe connait de-
puia 48 heures un autre sujet
d'inquidtude : lea convulsions po
litiques qui affectent lIrak. Le
regime Baast e ae Bagdad mo-
ne contr toutes opposition une r
prcas'on Jnsiptoyuble. Quarante
<;xcutions ont d6jis eu lieu au
,,ours des deux dernierc jours et
la listse les condamnations aa mort
nO parait pas Itre luose.
C'est ne iautre atratigie qua
c nlie don't l'ancien Biafra est le
th6Itre. Presse et Officiels con-
tinuent i diverged fortement
idan I'appruciation de la Istua-
tion.


Uruguay : Holdup
a board de 18 volture
de rambassadeur
de Pologe
Monteviddo (A, P.)
Les guerilleros tupamuros
ont attiqul un fourgon bancaire
A hbord deI la svoiture de l'ambas-
aadeur de Pologne a Montevideo.
Ils ase sont empara de l'auto
mobile qui se trouvait devant
I ambasoade de Libye, oi le di-
iliomate assistalt h une reception,
en enlevant la chauffeur. Mais
le fourgon de la Banque commer
ciale ne contenait que des docu-
ments sans valour.
is -


Croisade en faveur de Jacmel Aprs l'&chec du complot

ir Aubel IiJOLICOEl I de Bagda
deBadad


Dimanche A 8 h. presque tous
las nembri de las d616glation se
trouvalent r4unis devant le Casi-
no International. portant des te
iicU die sport. Leurs esprita 6-
tant A l'aventure, Us etaient en-
thouilaamen per les attrali4 de
l'aventure.
Le Bus Dlvlnl6 do touted son
imposnte oaroorle Jaunne rote
nait I'attention et recevalt lea bb
gages des passagers.
Watson, propriltaire du Bue
mettait la dernuire main A ce v6
hicule qu'il salt confler A Mau
rice Plerre come chauffeur sur
une rouwe qu'lls connaissaent par
faitement tous les deux. Tous les
deux 6tant de Jaomeol. Deux de
mres anciens condisciples, deux
des ancient 6&voas du Profeseur
Maurice A. Lubin qui les taqui-
tiait en lea questionnat suor 1'6
tat Is la route at Ur lea chan-
cc, du v6hicule de bion tenir cet-
to route en partle liquid da Jac
mel.
.Serge Gaillard, I'un des priaci
paux promoters de cette oarisa-
de en faveur de oJacnel patronnds
par Le Nouvelliate, veilhalt l ce
que tout fut parfait. Il n'allalt
pas pouvoir accompagno la d616
nation vu qu'il devat partir lun
di aprds midi pour San Juan an
vue d'assister a u e reunion des
Managers de las Caribair. Coni-
ime on attendait encore umi ou


deux auLres m eambrh de la dalk
gaggn do4 t le e aire d'Etat
du. commerce at de 'Indaustrie.
Is Dr. Lebert JAn-Plerre, le
Dr. Enrique Arw&ag Directeur
du Casino, dbleguL A Jacanl par
M. Mike McLanejy invite lee mem
bres de la d6s1gation a prendre
une taese de caf.
L'altente dura une hoeure,
maia elle tait l g6re devant une
taese de caf6 blen chaud pour
ceux qui prenalent ce ddlikldux
brouvage ou gr&ce a la chaude
conversation qul a'engageas.
On apprenait alors que M. Dig
by Solomon, Reprasentiant BAsi-
dent de la Banque Interamsricaine
de developpement n'allait pas
pouvoir preidre part A la randon
ode.
Serge Gaillardne cachalt pat
ha deception, car il eipralt voir
M. Solomon se rendre dans la
Vaillante et flare cit6 ety rece
voir une invitation polir M. Fell
lie Herera, Presideai de la BID
car c'est le voeu de nous tons de
voir M. Herrera venir en Haiti
pour se rendre des gvandea poul
billt6s de Jacmel. M. Hereram est
connu on As rique Latine pour
sew dispositiona lheureus i l'en-
droit de crtaines conunmautfis.
Ces communautsB reoonnaisantes
l'appellent affectuusmment Don
Felipe.
(Suite page 4 coL


Michel Bozoa se tue dans la desceate

de Meegve

MEGEVE (AFP) ia 'H6pital de Sallanches oi il
arrival dana le coma. Outre un
L'un des plus grands espoirs grave traumatiame crnien,il souf
du ski alpine frangais, le jeune frait d'une perforation des pou-
champion Michel Bozon s'est tu mona et d'une fracture du femur
vendredi dansa a descent de Ia Une operation de la derni6re
cCoupe Emile Allais* du grand chance, trepanation, tfut tentde.
Prix de Megove. Michel mourut a 14 h. 30 "des
Le souriant et sympathique Mi suite du traumatisme crAnien.
chel, 'qui aurait eu 20 ans le 6 Tris jenne Michel Bozon s'6-
.uillet prochain, 6tait le cousin tait impose par des qualitds ex-
d, Charles Bozon, cnanpion du ceptionnelles de skieur. Miheu
monde de Slalom en 1962 W Cha reusement, sas progression fTt in
monix et qui trouva la mort en terrompue par plusaieurs acci-
montagne, emportd avec treize dents don't Pun, plus grave que
de ses camarades par le glisse- ies autres fracture i une jambe)
ment d'une plaque de glace au lui interotic pratiquemeht'-~e'
sommet de la everte )i Chamonix skier pendant une saison. En
en juillet 1963. 1968, il fit une briliante rentr6e
Michel est sort de la piste au en se classant 66me du combine
bas du qu6 de la tfte. Relev6 grieve- Va.rs et 1Oime du Slalom g6ant
meant bless, il fut immediate- de Meribel comptant pour la
ment transport par hdlicopt-re coupe du monde.



Communique


de la Transcaribbean


La Trans Caribbean Airways
;'ort-iu-Princc announce avec plai
sIa le communique suivant citant
George, A. Spater Charman dei
hi AmAcr.an Airlines et 0. Roy
Chialk Chairman (le li Tran Ca.
ribbean Airways.
Ils anaoncent uoi accord um-
tuel sur Isa ternies d'une fusion
centre la Trans Carihbbean et lai
American Airlines.
La Trans Caribbean opire un
service r6gulier entire lea U.S.
(N.Y. Newark, Washington et
San Juan Puerto Rico, St Croix
St Thomas, les Iles Vierge, Port-
au-Prince, Aruba, Curacao et les
Antilles NCerlandaises).
Les terms proposes comprrn-
nent un change de 17.5 actions
de la American centre 100.00 aii
tons de la Trans Caribbean. La

VIN L'HONNEUR DU
VICE CONSUL
MARIE HELENE WvEILCl

Reception chez

le Consul C.nminpas
C'est dimanche que par le nSan
ta Rosa, Grace Line, que part
dlfinitivement Marie H6ilne
Welch Vice Consul des Etas-ItT-
isi. Transferee i Rome, Mile
Welch qui est nae a Cleveland,
dlans 'Ohio, a 6tudi6 i Notre Da
me dans l'Inld.na. Entrle assez
tot dans le service cxLtrieur ellp
a d'6jt touted une carriere. Le.nom
bre de pays oai elle a 6tl en pos
tc ne se compile plus. Indondsie.
Turquie, Allemagne et d'autres
encore.
Arrive en Haiti il y a pria
de trois ans, elle s'est taille uno
place enviable tant dans le coeur
de sea collOgues que dans celui
de sea nombreux amis hait'ens.
La Reception offerte.hier oair en
son honneur, par le Consul Gene
ral des Etats Unia et Madame
Thomas E. Cumnmings,constituait
un eIgant t6errignage de l'esti-
me don't toult la Vice Consul,
Marie He61ne Welch. Durant
plus de deux heures d'horloge.
collAg-uen am6ricains membres de
la colonte, nombreux amis hai-
tiens, entouraient Marie Helene
de leur chaude aynmpathie, la fO-
te se pourauivit jusqu'aux heu-
rea avanc6ea de la nuit et ce fut,
non sans regrets, que lea convi-
ves quitthrent le cadre enchan-
tour de Bourdon Park.
Avec nos fMlicitationa aux e-
poux Cummings, noue renouvw-
li ii nos voeux de suacea continue
& la Vice Consul Marie Helene
Welch.


Americani sera la compagnie sur
vivante. Les deux compagnies
,nt tenu chatune un meeting le
tiercredi 21 janvior, meeting du
rant lestuel lea deux boards des
deux -omlppaugies ont approuvd
ls termes de la fusion. Ces ma-
!esa ternies ceront proposes aux
'iffirents actiousairea des diff6
rentes companies eneuite sou-
mii atu Civil Aeronautics board*
AL au President Nixon pour ap-
probation.
Un des terms de cette fusion
spdcifiv que tous lesa employs de
la Trans Caribbean deviendront
ics employs de la American Air
ines.
La American Airlines est re
qu'on appelle une domestic Air
line c'est h dire qu'elle projettE
ces services c travers tous les E
tats ainis, le Sud Paecfique el
imaintenant tri, bisen;ot it travwrs
iw. Caraibhes.


Nixon declare la guerre


la criminality et la t


Nixon a promise de soumet-
Lie dans deux senaines un pro-


Dans bon premier discours sur jt de budget Squillbr pour s an
l'Eta't de I 'Union, lI Prisident nse fiscales 1970-71.
Richard Nixon a nxpliqud jeudi Le Prlsident n'a pas fait anu
au people amn6ricain aue laI riches ,:,on i une accroissement des im
zo et le bonlheur nc sont pas la pots directs ou indirect pour 6-
mnme chose et qu'il Lst urgent quilibrer le budget. Mais il a, au
d'amdllorer la quanitde la n vie contraire, promise d'y parvenir
aux Etuts Unis. par une compression des d6pen-
Dane un discourse programme ses de i'Etat.
de 35 minutes qui a 6td interrom Le seul domaine dans lequel
pu plus de 30 fois par lcs applau M. Nixon a annoncd qu'il demian
dissements des deux Chambres derait une augmentation impor-
r6unies, M. Nixon n'a consaer6 tante de credits eat la lutte con-
qu'une dizainee de minutes i lan tre la criminality qui eat en pas
situation international. L'infla- se de devenir un des grands ar-
tion, la criminality et 'la poll guments de la champagne qui a a
tion sont lea ennemis qu'il s'est mnorce pour les elections lg-sloa-
propos cde comnbattre pour pro- tives particles de Novembre pro
server 1'amiricain, way of life; chain.,
et sla place des Etats Unis au
premier rang des pouples du mon
Si. nous n'arrAtone pas la m aon 2Ev cuarsn e llen
tke des prix, a-t-il dit, Ile cofit WV I[ a
de la vie deviendra insupporta- TEL AVIV (AFP)
ble pour des millions de families Lea forces israellenens ont Ova
americainear et il deviendra im- cu l'le de Chedouan cet apres-
possible pour le Gouvernement midi aprsre lavoir occupy e pen-
de souteniT lea programmes pour dant 32 heures, a annonc le per
le Program future. te parole de l'armse israelienne.
Soulignant que la vague ac- II a preclas que lea derniers
tuelle d'inflation avait .td prd- elements leraeliens avaient quit-.
voquse par lea dcficita budg-tai- te 'le Lgyptienne k 17 heures
res accumnles pendant lea an- (locales) iet avaient regagn6I le
n L e a 1968 1969 Monalevr territoire israelien.


AIJ FILDESJOURSI
prAtEIN OI aER


UiEYROUTH (DE ANDRE
OLOT)
Ieas informations qui parvien-
aent de Bagdad des sources lea
.lus diveTses indiquent qu'il y
o bien eu complot centre le rl-
ime Baasalate. et que celul-ci
I'a paa dlclenche la violent r6
presslon a laquelle on assaiste de
1suis dijh deux jours dans le
abul but d'6liminer sans motif
a ennemis.
SLes conjur6a, semble-t-il, ve-
.ialent des horizons politiques les
uls divers, puiaq'on comptait
t8me parmi eux d'anciens, hom-
4es de Noury Said depuis long-
i-mpa el/mines :e la vie public
Ze. La plupart d'entra eux d'al
lUurs 6taient des officers en re-
qaite qui, aprcs lea purges des
ouze dcrmt-res aillm&, avaiens
l4rdu presaiuc ltout contact avec
its nouveaux d66ments, de 'ar-
i6ce, ce qui explique en parties
ldchec du complot. Abuses piar
I1 m6contement quilt consta-
tataient dans une parties de la
population ils avaient cru que
dis le ddbut de leur % con-
tre le regime une rdvoltnra
II dclaterait et surtout qu'ils
touveraient des allies surs dans
prmde et la police. La rdalit6
fpt tros diffdrente puisque depuis
trois moia, dit-on, le Gouverne-
ilaent avait f6 mis au courant
par certain officiera avec quai
lea conjures etaient entr6s en
contact.
De toutes manieres, pensent
les observateurs, un complot fi-
ient6 par des homes qui a.u-
raient certainement donn6 a la
H litique irakienne une orienta-
tion vers la droite el plus ou
dioina occidental, avaient peu de
.itances de r6ussir. Le Baas Ira
Tlen, tout en affectant de ne pas
ilus gauchisant a l'intdrieur, et
st 6galement de p 1 u s en
plus lid aux pays de l'Europe de
IfEst. Sea relations dconomiques
avec I'URSS (P6trole), sla Polo-
d'Europe Orientale n'ont fait que
se developer au course d der-
nieres annoes. II aerait extreme
meat surprenant qu'un change-
ment de cap puisse mabintenant
intelventir quelle quea puisse etre
la raiaon' de certaitt 'WlaLenrste-
se drtourncr ie leure ditigeanta
actuels.
Parml les motifs de lmtconten-
Liment d'une parties de l'opinion

LIVRE

( Le rAle de


dans la soncit

est I

Note uni, et vieux collabora-
tneur, de plus de quatorze ans
niui5i apporl I un exomplaire de
,on ,wwe aiiniblement dddicaci'.
Noua lul lfaisBns ici menme. nos
bien sincres remeorciements.
San nul doute, un livre d'une
importance peu ordinatre.
Pour le moment une deacrip-
tion biean sBommaire, trna prochai-
nement nous en reparlerons abon
damnment,
Impristk cl'Onaac* (100 pages
environ). Un dessin hubile et ori
ginal laisB la couverture entrou
verte pour laser lire It messa-
ge aulvant :
Lje Livre qui montre la face
ecacse de la Monnaie*.
sUn livre bien curieux. II don
ne tout i fait un 6clairage diffc
rent de la science mon6taire
dans une demarcation entire
vros sous et monnaie. II propose
en lieu et place de 'or du syst-
ime monktaire mondial de fair


Nous devons declarer et gagner
Ia guerre centre lea 616ments cri
minels qui menacent de plus en
plus nos cit s, nos foyers et nos
vies, a dit M. Nixon. II a souli-
gno que la criminality 6tait tell
dans la Capitale Federale des E-
tats Unis qu'il n'y avait proba-
blement aucun membre du Con-
grbs assez t mAraire pour ren-
trer chez lui pied le soir, me-
me s'il habit a proximity du Ca
pitole.
Des marines nGuvelles et plus
puissantes sont n6cessaires dans
cc combat, a-s-il dit en annon-
ant qu'il allait demander le dou
Element des credits fdrdeaux I
la disposition des Etats et des
villes pour la lutte centre la cri
minalit-.
MaiIs la grande nouveaut6 de
ce discoura sur l'etat dei 'Union
a 6t6 l'importance que M. Nixon
a attache e aux probmet de la
pollution croissants de l'atmos-
phlire et de l'eau entrainde par
le profres industrial et la con-
centration urbaine.
Le President a insiatU pour'que
le Congress agasse maintenant
pour que son auccesseur, en 1980,
ne puisse pas parler des annles
1970 comme d'une d6cennie dans
laquelle 70 pour cent de notre po
(Suite page 4, Col. 1)


POUR LA TELEVISION
en bloac st ioir at en couleirs
par Cable
L'indus'.riel Andr6 Saliba Apaid
est rentia hbier esproa midi ve-
nant de New York via Miami.
Andr. a c-t6 travalller la mise
en execution du project deo tl6vi
sion en noiar et blanc t en cou-
leur par cable en Haiti.
On se rappelle que le nouveau.
contract envisageant a -repr-is
des ac'.ivitls de la Tele-Haiti sui
des bases modernes a Wt& sign'
en D-ceabre entire le gouverne-
ment haitien et le Pr6sidertc du
Conseil d'Adminoistration de a.-
te companies, M. Morrits Mil"
Rosenbherg.


Distinction pour
Auguste Viatte
CULTURE FRANCAISE "
nous a appria dens la dernire
edition que le Prsident de cette
revue, le profeaseur Auguste
Viattea ati promu GRAND OF-
FICIER de I'ORDRE NATIO-
NAL TE.
i ne decoration aui vs biM
sur une poitrine amse qui l -
"fesse une profonde sympathlb
pour Haiti.
F61icitations au Profes-ur A.
Viatt.


de GeneVe. Et Ln 64, il y fut re
ii Dr. es sciences Iconoaniques.
II occiupa plusiurs functions im
purtantes dans le cadre des nom
breuses entreprises de mon plre,
l'ingdnieur Harry Tiippenhauer.
President Iei SHEICA et ide
(Suite page 4 col 3)

La Revue
Culture Francaise
Le dernier numdro de 1'excel-
lente revue cCULTURE FRAN-
QAISE No 3, automne 1969 a
paru. 11 co'miporte plusieuro. 6tu-
daQ dei trs grand intirit : LI-
VRE DORt DE LA CULTURE
FRANVAISE par Guy Weelen.
UNE COMMUNAU E D'UNI-
VERSITES : L'AUPELF par
Mauree Etienne Peutler. aLA
SITUATION DU FRANQAIS
EN SUISSE ROMANDE par
Henni Peryrochon cLA MESURE
DE LA FRANCOPHONIE par
Jean Georges Prosper, LE RE-
PROUVE d- Massyla Diop, par
Robert Cornevin et enfin uri Con
to d'Ama'dou Doucoure. Une Bi-
bliographic et une chronique in-
ternationale de la culture fran-
woise.
Nous prdsentons nos vives fe-
Ifeitationa tous ceux qui ont la
responsabilitd de cette revue qui
aurse lea enE entire les ecri-
vains de langue frangaise.


-


w


m E N11


MIUBM E D L'AIIf04AT'I( INTERAMEIgAINE DB PRMBB


Ad*.M: jR ot; CrNTrW
OT t SILE


POAr-AU-PRINeC (~AIt)


POITE POSTAL : 13516


I 1._..1


?'


~I


IPIYII1I~YYYYYIIIPsYL~iCls~Y[I~'"~~''J~^ .~ UII~-~iT ~-- L ~r__~LI~jll~CO~~C~;~~-;ULL~;kl





l


publique figure on bonn, place,
'orientation qu'a prai ces der-
:isers mois le Gouvernement du LE PRINCE ET 'IA7luIl RS,'.IDE- .iMARQ-ItE
Gen6ral Ahmad Hassa;, Al Bakr LA PRINCESSE DEU .. Co natm sent arrives ik Porn.
dans l'affaire Kurde. Ses con- LOBKOWICZ au-Prince, M. Andr aMaillet, ,a
tacts avec le leader kurde Bar- a Port-au-Prinwo charmante femme Vcra et sa gra
zani et la perspse,tve d'un accord ...Hier aprsl midi board de la cieaue fille Denise.
avec celul-ci sourla base d'une Caravelle d'Air France venant M. Andre Mailloe originaire
certanie autonouaie de Ia commu de Miami sont arrives it Port-au de France cat banquier a San
iiaut6 kurde, ne pouvaient qu'ir Prince. Le Prince Edouard de Juan. 11 est de First NUtio-
riter des officers pour qui le pro Lobkowicz at sa tres graciluse nal City Bank, un e randhe de
bolme peut tre seulement rdgld spouse la Princoese Frampoise de cdtte fameuse 'balu. neworkal:
par la force. On observe qua Bourdon de Lobkowicz. sme San Juan. I1 a ajourn6 hi
dans les declarations ou lea corn ls sont revenue d'un voyage travers les pays doe l'H nisphdre
muniquda publics ces jours der- aux Etate-Unis et sent en route eom lep entant do cett
niers occasion du complot, 1'af Vers Paris. n s -intution bancair.
fair kurde n'a jamai itd a men- Le Prince Edouard de Lobko Sa fanmme Vera charmante est
tionn6e, ce qui indique bien que wicz no s Now York le 12 Join una a lrtiste pa
le Gouvernement irakien n'a pas 1926 oat un banquier francgais. 11 Sa flUe, la be leL aswcort. Di
intention -pour le moment du a seas bureaux i Paris. nis tadi la linguiqu.e .t
moins de modifier as position Sa feinme eat doe i famause I'Anthropoloig a Yale Univetii
dans ce domain. famille de Bourdon. ty, New Haven CoalUas t.
En dehors du fait que le corn- Ce. di$lngu(o visiteurs fran- LU fsihmla Maillot a pria lo-
pilot qu i vient d'etre ddCjou6 dion-. ais out 46 mueillis i'a&oport geentl i& l1tel Ibo-L41.- -
ne/,aux baaEsistes l'occasion de Frangois DUVALIER par l'Am- Nous lui souhaltonis I bicnv
I1'qutideri tous leure adversaires- baseadeur de France ML Philippe nue en lHai.l
sauf lea communlstes avec lea- Koenig eat .a clata. ae femme X X x
quels a conrar lscontrair contacts Oddt tat rM. CarlAlindor .M. Richard H. Sangeir eut an
se d6veloppent cette derniere du Proo e.- riv6 it Port-au-Prince ce matin
affaire va encore ag-'raver le L0 Prince t la Fl-Prices gent avec sa femme Marion et as fit
relations, deji mauivaiseas de I'- descendus la Villa Croole. Ie Cary Anne. I l a snt ie \Vs-
rak avec l'Iran. On ignore si, Ils r a-uteat dsnain ;pr-8 hington, D. C.
comme a annoncI Radio Bagdad, midi par Iarswelle dAr Fran M. Richard H. Sangar diplo
depuis deux jottra, Tdheran a ef ce pour ma rendre A Poin'ta-LPi sate amsoSaln en trait pa
fectivement aid6 lea conjugerdt, tre. e actel a meant son traitmp a
mais nul n'ignore que I'Iran et Nous lar soulhaitons la bien- prononcer des conferencesaet a
l'Irak se livrent actuellement r, venue et nm i6jour des plus agra 6crirae.
ciproquement une intense guerre bless prali nous. In a occupy d'importaints pos-
de propaganda et que les aervi- XU x XLtes dans la diplonatie armrica,
ces de renseigneatent des deux LE MIS SUNWARD no a t Charg dAffairs
pays ddploient iun centre l'autre do sla Naorvegian Caribbean Linei des Etats-Unis g dAmman, Jorda
une grande activity. Le G6nCdraI visfra 1t Cap-Haitien ni, ,Meiiibre de as Del6gation a-
Teymour Bakhtiari, 'ancien chef crhaqu lundi mericaine a i ONU. 1 aso:
de s6curit6 iranten, trava:lle s ...4lar martin, eat arrive a Port- serviicaine dresONU. occu a apu'si
Lagdad centre ie Gouvernemenat au-Priee, M. Kielsen, Direc- td6ressants postes au D6parte
au Chah, tandis qu'on affirmc teur de la KLOSTERS REDE nimeant d'Etat..
uue le Gen6ral Abdel Ghuni RI A/S de Olso eat Vice-er6si Gary Anne es gentile et pa,illan
Raoui selon les autoritns ira dent charge des operationa de ta. Ella e 0 0 ie Washington U
iennes un de pncipaux Chefsiiax Chefs la Noegian Caribbean lines ivrsiy de StLouis Missou
du complot se troupe i Tdh a qui. dispose des coquets naviresEl prepare -on eMinor aen Phi
r sn. Les accusatusii labnces par de croisiDre tols que : M/S.SUN losaephie aet on Majora en Histot
Bagdad que les iraniens ont WARD, M/S STARWA.D, re europ6onne et en histoire rus-
rejet6ea en bloc portent main M/S SKYWARD, M/S SOU- e e
tenant les relations entire lea IHWARD, M/S SEAWARD et La famlle S anger passe une
deux pays i leur point de ruptu dout le siAge se trove A Miamib. semaine El Rancho.
re. Beaucoup d'observateurs pen- M. Nielsen LCat arrive ii il Nous lui souhaitons la bien-
sent que la deterioration de sla si y a quelques asatines pour ptIa- venue.
station dane cette region peut a- parer la visate' de la M/S
voir de dangereuses repercua- SUNWARD qui en effect a effec .... Edwardx Boorajian, e-
sions dans le golf ArabueAabiq (Peri tud s premiere ,e Port catives do B ol seo e Co-
aique) que lea forces britanniques au-Prnce,I- la einternia &- pany &New Jersey s^t arrive a
doivent dvacuer l'ann6e prohai- tait rest dana ns eaf mercre- P. -riNce u u
--e4t ajnt.Ieadsera. Eriranta.T_. di et. jeudi, avec troisoaLuta si- &oW -5 l;=nr ^ V
ches en ptole, deerent n pr sagoe-p "b- -' s -,i h eltitr: lDsNU -. ,
tables dc s'unir en facei des cl aINous avions alors mentionne Louis Anna Fi'zisu inons. a Pnd
voitises ic leurs puissanta vne- li visited ici de M. Wittner, Raisers New York-
sins et de i 'Union Sovidtique. run des cinq Vic- Prasidents de Noua leur souhaitonss la iin-
cLtte compagnie qui nivat invite venue'
it dljefiner is bod du M/S SUN xX x
SWARD, sl Ministre du Commer Ce aatin, Minme Cline Bernac
|1 m onna 131e ,a et de l'InduBtrie, Dr. Lebert chi Cornet-Epinat e.c.arrivet de
dla Io du lle Jean-Pierre en compagnie do M. Fribourg Suisse via Paris-Pointy
o a nm o n t Pie rre Chauvet, Jean-Claude Na i-Pitre-San Juan. Mite C6lins
l(taa et Roland D6catr'el. Coinet-Epinit une grande dame
Tna ( LH aN e lle o M. Wittnert non s avai A ct e ie aristocratic europenne pas-
moment-lit parIl du project de la chaque sann plunieurs mii,
ar Norvegian Caribbean Lines d'6ta on Haiti. Elle a iL6 iu-cuoillii
Su e uo lir un service r6glier avec Hai par i'Anibassadeutr a'Italih I-
ti par le Cap-Haitien. Comte Gastonne Alorin, Bruaca ,,
(irculer le travail, dans l nliin-i Ce project a M tL discut6 avec Ambassadeur d'ltaliem ..a nr r,ir
naie. De ce fait sla justice eat ifn 'I Ministro Jean-Pierre. Le M/d cd'autres ami.
troduite dans lea relations hu- SITNiVWARD inaugurera se8 vi- Nou lui souhailon 1 1;,sn
nmiinea evee une possihiliite It sites hebdomiadaires au Cap-Hal venue parmi noui.
honheur dans las vie des peoples. tien, lu lundi 2 Fivrier. Le Minis x X X
Le champ illimlt* de J'effort *e 1 .ian-Piwrre, Pr6addent de la
eat ouvert i la voIlntt uio pro- DdlDgoion qui 6tailt rendue LE DR CARL H.
duire de tons et assure i chc l diancch en a d'allleura FIPPENHAUER
dans sla lberte et d6mocratiqui i-rl' rd-is le. discours fault en re 'Cepraseica tt itnlasC, 5 ,,,, l'i..11
ment les droilt de tparticiperi.. oiOs a-elui du Prlfet de retteo Colonibi-t ii t-,,t,i, i li
En some, la smonnaie vu vllc.ie Me. Louis Lafontanit. ,',- rt-ur',P,,s
s4ns le pouvoir imp6rialiste, sa- Lo sUNWARD jettera l'ancire .Lundoi sot a I' I-cimon ,t son
-.lavagiate at mysthiflcateur qu'on cliaqiiue lundi dhna la bale du diner hebdomadair e nu Suias
lut crolt. Ca,) ivecs aea trols ou quatre Souci, Ile Rotary Club de Port-l.
vents touristes. au-Prince pr6aled par notre ex
Nous publions 6galement la iM. Nielsen .1 6O accusilli hier cellciit asii, II. Georges Duplea
eTable des Matiiresa qui eat li mtatin .I l'adropot Francoisa DU sis, availt uin confi-rencier. C'--
premlere page do livre : VALIERt par M. Joseph Nadal, taiit le Di. Call HIlarry Tippoen-
Introduction (esaai d'explicI- Co-'Propritaire de lIa Malion lhauer, Repreasuntaric Rdsident sic
Lion du comportement humiain Nadial & Co, par M. Jean-Claude PAM en Colonibii.
Tentative La Nouvelle Voic Nadal. ageni de cotta ligine Charg6 die le prseniter. I'agnro
Le -feimpes, htvention hu- el pai M. Ploiere Chauvet. Dirac- nome Berthony Vieux birossa. un
maine L'or. etalon ou couver- teur dui 'Agence Citadelle, pro- tableau du Dr. Carl Tip"rlnhur
ture deI la smonnaie ? Parall' moteui da cc project qui a about a partir de sirn c. r iului i iI.
Ic. it*ri le cTeimps t et s Mon- A cette visalte r6gullre du SUN tae, un lbeanu ]paiimurs
VWARD au Cap. Licencl6 en Droit lde la ,acul
(Suite page 4 col. 8) M. Nielsen est patti hier lima- t6 die Droit ide Puitt-au-Princt.
tin pour le Cap-Haitien en corn- en 1958, il fut aidni, 'ann6e sui
pagnie de M. Pierre Chanvet et vaiste comme avocat idu B.iarreau
1e Jean-Claude Nadal. Us ant pris de Port-au-Prince. II devint e,!
6) l l M place ai board de iavilon de Doa i 1369 Licenci6 ea sciin;-ea polite
I I IIlU lI [lUyIl Lungwitz. Ilas sont revenue ce mIIi que (mention conomie) de laI
di pr les courier r6gulier de la Facult6 des Sciences Economi-
11 4-. -- COCATA. que, et Social-.s ,I il'Universitl


WASIINGTON, (.\AP)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs