<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03525
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: December 21, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03525

Full Text








SQ'UAIITI
- ai


FIt )ED,)


Ir~tJvIO:~N kA~l)


QI'OTIDIEN FON) gEN '1890

LE PLUS tI ANA I T mi


.43e ANNEE.


:11


PORT-AU-PRINCE


I MERCREDI 21 DECEMBRE 1938


N.,. 20.14.5


-- II Ii


Leo LgfrsIsLayn6
'~E b ^ )


(Voir le No. d'hier)


ttonnt a Constitution de
n'avons pa, feint d'ou-
que noul descendions
Sligne d'une socie6t ru-
S.Wlihtaire, h,-bitu6e A uine
pli1ne et A une autorit
-blhit. pAC. ocit6 &t I e -
ilten ent issue lI'une
g glomeration d'c.clave;s.
uoi, ;I con.mme noucS,
h1Fire cauvr sol.ide vt tqi i
V.f l. f pou'ait lui trouver
l ijgtnme p11itiq, e impli-!
0.. Trgine autorit' L vo-
II le cadre de P'Etat di.-
Libre ausx ternels in-
de s'6puiscr en vaine3
Nous avons coupe un ha-
tainle de celul que nous
vitr, et je vous assure
t hli ra-A ravir, 11 se
qfil y ait, par ci par
petits d6fauts. Mais
tuifiables. Et pricis&-
des thches du Gouver-
'de proc6der ces rec-
bpDI qu'il y a lieu. C'est
qplle, d'ailleurs, la re-
;i ; r sstitut ions.

f..te,: P.our juste et bonne
4 J 0 ^ Constitution, ellc no
tb e tee couvre parfaite et
.Les faeteurs qui l' a-
6 apire peuvent changer;
i qu'ele avait envi-
Iplent Eavoir cess6 d'exis-
f9btalit6 du people (lu'el-
iildetr peut s'Etre amdlio-
I'.0!ouveaux facteurs peu-
'trouver' sabitement en
t'. facteuri ancifena p0u-
ipitaltre -olt chaque sai-
l...., ~A qui sait bien voir,
S4'oblservations nou-
en faisons jomurnel-
ltre profit, et puisque
en pro1ente aujour-
N'00lquoi ne vous on par-

tinent ou s'elaborait la
ion de 1935, j'avais pen-
serait jaute et loyal de
IM frustrer le people d'un
I e sremblait ,tre le
a1^a pens6 qu'il serait
Tassocier directement it l'6-
i Celui it qui ei t confdree
q u'il I at pour travail-
nt et entidriement h .ton
Nous avons aluors trou-
ittele 8, qui pr6voit unrc
plibiscitaire sur trols
& las PrEsidence de la
d6 signss par 1iAssem-
S 4Dale. Cette collabora-
lea nuindataires dui Peu-
j t-yPle up i-em me nous a-
i une innovation hou-
su course de ces trois
|tbe)s, note expbrien-
gI..fexeme.rnts significatifs,
t| P.a necessaire de rap-
Sf...as ont prouv6 que tou-
|ap:ort~e ? comabler une
siidentielle serait sus-
ie.tmipromnettre la Paix.
4'fltant plus que pa-
Aion, jamais ouverte


tr6 de quelques uns,
quI soultvent le plus
P:asions, et font for-
Sftbitions les plus a"


\euglg et eles plus insoupconnc., fa.it la r6forme de i'Etat; notre
Au,ssi, dans la pleine et claire- revolution, op)rea dans l'otdre et
conscience do nos responsabilit&s. :a paix, avec le concourse libre-
\oulan, h tout prix, que l'ordre- ment ;-avou de )a majoritR do pau-
Sulblicr r soii pas un soul instant pIe nou:. a ptermis de poser .*lfi-
troubl6 dans ce pays, sosL quelque r\itivemei.t Ie.A bases de notre dt-
prftexte quo ee suit, et nous voloppement 6conomique qui, vrai-
tant. rendu co:npte que I'oYuca- nent, ne pouvait plus .tre retardi
tion dl people n'a pa3 atteint 1 i s'in risques,, sans exposer e mal.
stade qui uli permeutrait de cii .- heturux pays it do nouvelles et dd-
sir lui-rnmmo le Chef d 'LE'taL, a- sastre.uses convulsions., Notre po.
ve le moins1 de chance po-itk, l. i pu lation vug, Lrmnente vertigineuse-
d'6tre induit en erreur par dc's p.-r menit. C'estL par dizaines de miI-
liticiensz sand_ scruples, n-.)4 ieirs. coinne vous le savez parti-
avon;, d&id6 de demander anux culikrerent. au Cayes, que, sous la
Chamnbres Legislatives, au course pousske utilitaire des nationalis-
de leur prochaine session ordinal- mes ,noa migrants, sur un ryth-
re, ct conformiment h la proce- me de plus en plus pr&cipitt, re-
dure constitutionnelle, de fa'rs re- gagnent. la Patrie qu'ils avaient a-
mettre i l'Assemblee Nationale bandonn6&, un jour, tenths par la
son privilege traditiomiel a'61ire Fortune et l'Aventure.
le Chef de la Nation, De deux xxx
maux nous croyons avoir choisi, Mais lai encore, on face de ca
come tqujours, le moindre, tout problems ineluctablement pose de.-
en nourrissant Pespoir que :'hcu- vant lui, le Gouvernement' se
ra sonnera bientot ob de-s lec- heurte ia une mentality tellement
tions directed par le pe'tple seront attardde qu'eie parait ne pas Ptre
possibles, et cesseront d'etre, corm- de ce si&cle, C'est cette mentali-
me pour des elections d'un autre t& centre lauel;. luttait deji kI-
ordre, ce qte j'ose appeler, Meada- g'i(ie de Brcida, Irsqinil 6dictiu
nmes et Messieurs, te -ornicreoe do son fliamux r'glem;nt de culture
d6LtAil dr. la conscience nattonale. du 12 Octobre 1800. Toussnint
Car je en desespire nmi de l'6ta- connaissait a fond son people. 11
bssement, par-mi nous, d'une vride en sortait, et n'en avait pas hon.-
d:mr'cra'tie. UTn jour vien.ka, te. Les mel.ures dictatoriales qui'l
et plus t6: peut-etre Q-. nfu3s n'o- eat a prendre a.'ors, plour obligerer
sons le penser, oft chaqtu' cito- a ne pas s'toigner de la terre, L
yen aura une claire notion de Fes la cultiver au contrAire, pourraient
droits et de seo dev,'or.: ofi notre o tre opportunkment appliquees do?
Sitc., plus conscience de sa mission, nos joars. nt pour les nimes, mo-
se rapprochera davantage l.- cette tif.t.
masse don't 1ie1 a honte el de rli, P1u? q_' pourtalit, elle tire l'apr:-,ence de flL tetuante ,t niuanceo, qui, se sfa'-
fortune qui lui permit do jrucr. sant complice de. circonstances,
dans sonl prolpre Pays, le to.riste des situations, Cde personnel,
qui a hate de regagner on e )sait des idees de son temps, des an-
quelle patric lointaine At paradi- tagonismes d(i i'poque, cheminait.
siaque. Lorsque cette hemTe avra avec Lant tTincomn-parable soupler
sonne, les homes do borne ,oi, se, a travers les int&r&ts ct les
ceux ia qui est d6partie la sonmme desseins anglais, espagnols ou a-
de sagesse et d'impnartiahit- ,u'il mricains, sans iioe pourta',t :on
faut pour crire lHistire, n'ou- loyalisme env blieront pas, je l'espere. q'e vouP. 6tre. un soul instant, srieusemenz
aurons contribu6 A en hfitc'r ILL le- soupconn-: plus que sa po!itique
nue, Pourquoi ne 'affinrmcn-r n- orgueilleuse, ten:ice et fine, qiii
nous pas hautement? Nousf avons s'acharna longt,:mops, parrimi des
beaucoup fait, nous contiitiunos t complications do touted sortes, it
continrerons A fair to-.t c( q,'ilI la Constitution d'une unit colo-
faut pour que c-e Pays vi*ve i nfin niae qui n'etatt dans son cf.r-
dans JL son. de .sa destiuc-; poti" eau charge, d'ave-nr, (quoe l' tru.-
qtie cc people swnte qu'il no sau- cthement prialable rt ndccssaire
rait evoluer verx plus de bonhear d'un plan do liberation nanionalef
et de digniite que si, en comjlAignWi mnremennt combine; plu- at mieux
de l'hygihne don't nous lui incu!- enfin que son glnie mi!ntaire qui,
quons, chaque jour, les principle nau milieu de bouleversemenr, t de
g6n6raux, ct de l'instruction rqus
rnous tentons de diffuser dan; nor (voir suite en Ge. page)
campagnes les plus reculees, ii
s'engage resolument, dans le chie- -
min que nous lui mnontrons, dcans
cette large route de la civilisation
modern e, of la chanson dey hom-
rues de bonne volont& rythwc Jo
movement des torses et des bras -
au travail, et ob les loisirs ne
commenefent qu'au cr6puseCute, a .
cette here apaisant ou la Natu-
re elle-m&me, come pour 8e re- 1
poser d'une journ6e de douze heu- "
res bien remplies, invite & laI pat -(
du cotr et au calme de la pen. Les meileurs pyjamas jusqu's
". twnrsent no sont fabriques qu'au
'S ',


'est pour atteindre A ce attule Bzar Moderne Salim E. Habdal.
de bonbher m ritt que -noUs TAVOn Rue du Magasin do I 'Etat


CABLOGRAMMES

CHANGES



Voici le-s cablogramines qui ont
6t6 echang6s entire Sa Saintetd Pie
XI et lc President Vincent l'oc.
casion de lann-versaire des s(si-
xante ans do sacerdoce de noire
Saint Pere.


Port-au-PrHncv. 15 D&embre 1938

Sa Saintt-6 Pie Onze

Vlatican
A l'occa.icri : ]' anriverisaire t:1
ses soiXcantf 'n do sacrdoce j:
rono'ivi'nlll ',hro Sa,titi.ntct nonrr
dri; Go'.iverntcmc.. et du Peu:p,-
haitin, le timoifrnrage de notre ii-
lial attiachem-nnt a,. nos v-nux fer-
ven-ts pouir sa S;a: e t lai gloire do
son Pontiicat.

St-ni,: VINCENT,


PrC-'ident de la Republirua
d'HIaiti.


RESPONSE
Citadel VaLicano ;41 16: 71IS55PM
ca vt.

Gouvernement Son Excellence
StEnio Vincent
President de l. (ltpublique

Port-au-Prince Haiti.

Nou.s rmrerciuln de cour Votr'r
Excelence i.OL.r '0 '>e vCLux qu'EllIe
nous. adreios .': n'.liitS formo'T i:- ;
note triur v mr i'll,-..l'- souhaii L
POLI'- s(u ro PL:rIt- ,t celle de soi
noble pays.,

PlUS PP XI.

PARFUMS MAJESTIC
A LA PHARMACIE
CAMILLE


PROPOS FT

FAIfS DIYERS

1EN L'iIONNP It, D1 (OIRP'U
DIPLO.M1ATIO E


11 nronu. i c .vic t c quc. 1c grand di-
Tner .anut. oftlt,rt par Son Excel-
l.nc- 1 Pridsirlint .I la RI.publi-
q ,n 'i',".-n.n Lii- de,> Aembres du
i Corp. I);iP', cmntiiin aura lieu de-
SminL a rnu: hctur:-, prir:c'.e da
soir.

AU RETOI'R DU PRESIDENT
VIN(CENi

A3h ;.,'; (, .,'z ait-. its a livo c de
lfIc:(.'i, "' T .'..i;: ( ilaum e Mla-
niL';..- ; i Il, q.I" atle.'daieln t
; ', .... i- g ,,.:.. (.rt ovation.
n 1.I' Pri. \, t Vincent a so:n r:-
tour i- Cats.

ORDIN ACTION
Srnrcdi 17 cdcemibre, ar,.s tan-
ciIenn C.aithdralc, a 6 h.ures do
martin. S. V. Atfn.-eigneur 1..e Goua-
ze. Archev6quie de P..rrt-an-Princ',
a confcrt It. suon -dijconat i4 M.
l'Abbi- ao.iI Left.re, Kleve it .'&-
cole? Apostcl ir'i'e Notre Dame.


D;:-.s la i credit t) I i- note
Grand' mnii.i i ':.- Itl premier
jrun'll'i hibr' .' mJLi' i .tt:-, lic paroisse
(t. li ('.,':i, lr,." q' i.ccOd" aux
ordlrc- rni.i .'- :. St. .Ji.sLph .t to.
h.' :i,'. n c'., -1 '.AI rb K .-i-reau. Ste
A\ ,r;t i -i i '. I -' :- -. :, cL s;t cre
..',.. n i (". s.-., :"' ..

St_ '.v .. i l,; : ,- ; t r ;.i. c ,tto
- ni."- t m.*'. ro. ;'."n ;ile ,, r i .,.pon Ie

lui' .!-i.l :i .a.'C'ce i,; ~- li'. dI'ar'ivtr


F-:TES S O.TIVES A LECOLEU
N ATIONA I. F
A(;tI.l.A'U.ME .MANIG(AT:
Vt'l' "v'['iit 'W" ( '. 't- 'nt "L n O
\ i' i .-nil ton 6. a he) l-

ovoir ..e tn 6e. Iage)


!.el-fBfllnrlflssn.fl**flrr~QflD~ ontJ~b JflO.O01f~ltt~fu-testl--


REVEILLEZ LA BILE
DE VOTE FOIE-
Sns caloml-et yevos sauterez dt
lit le mactin "gorf i a bilc"
31 Caa.t n I* :'.. 4- .- : i lh,$jiii ',.'.. un h!urt
- l ; ,1 ,t,, ti Y- '. i n,'. ,r
': L- tUnIII 'L t t ,i' I II tiI.. i tr t cI-a
i vliit. It ?. ,-. l. i ,i.,,, f.% -.,

dot p ,:,tr. r.-L i i .' nt., t -. i ,
fEt n ; I -. D L t ributeur.,t
110 1 nI, L 1 t0 1 iuiv "ir *,t ,,' r o Ir *c .'CII.,
do iic nut ,,'.i.. ,?(t. :.',,f t ,i .ra l V*(*5.-
Otl d."1, ft, .J. ,- ,.M I r i 4 r fnL1L r f 1r.n ], 3
a .M 1;s CrZ It"L h., t'"'ii h ii-.d CurltI 1,or
10 FC.lt., Toutc..) P ^rr.. -icra.

E. HAKIME. DLhtributear.


gr c..' a t -i-' ;I ."v: eC IC'-
quvl':t on -'.:a t i-- ~ c: Pcr riicmnt til ;r;o ch T ie ie ,'aI,-
rmit ,a pi':. r t::tij et re'monte
rcipi<-cn 0'; 1 'r'- ;'; r>,;o a~fcibli.
1ao d f:cu* i;; ; ine sc
,., : ct i::r,. o ., I ,," f .ro 'te ur
n h L'I .; 0 -.-:.' -=r -.-n o ,.


LA A.LLJE DE LECTURE
,AI /SO DU PEOPLE
OTTAWA, CANADA.


JOTUSS JOUETS JOUfIETS

ASSORTMENT COMPLETE DE JOUETS POUR ENFANTS.
PASSEZ A L'ANCIENNE MASON FRANCOIS FREDA, GRAND'
RUE ET VOUS AUREZ L'EMAPARRAS DIf CIHOIX


SANOGYL, EST LA MEILLEURE PATE ANTISPIRILAIRE CON-
NU1.


usniF~~~B* sn-P~8*


. STROP FAML, DONE LE CAtME ET L'ANTIS'EPTIE PUL-
MONA IRE,


, .E',.NE.ST (, CHAUVE'T
* !hrrete-t -f'roprtazre


L j. A I L I


ra~owo~s~~~~~aL*r*nan~*n~rmcvrrrc4wlrr


_


'-4 .A-


- ---


*ah~Js~c~r ~~9~hb~dRA~Wp~AB~*~~CrAI*IPL~P~EP~~a~,


r*'
i~-~---. --'~ IWCIIII


I





; ;:-

tYA.


UN NAVIRE DE GUERREE ALLEAN

NOUS VISirE BIIhTOT
N. 0


nitI braire du valsw e


line


L: .Mardi 8 Janvier sera en ra-
de de Port-au-Prince le navire de
line de la Marine de Guerre alle-
. made, cSchleswig Ho6tcin,, qui
.., y passera 6 jours. Voici quelques
details qui nous ont ete courtoise-
meal communiques par la Lig-a-,
tion allemande.

COMMANDANT CAPITIrAINE DE
VAISSEAU GUSTAV KIESE.
RITSKY: est entree en service le
ler avril 1912. Capitaine de vais-
seau depuis le ler juin 1937
Pendant la guerre Aspirant
de Marine sur le vaisseau
de ligne *Fri6dric le Grands,,
puis officer de la TSF sur le me-
me vaisseau et ensuite sur le vai--
seau de ligne guerre mondiale commandant .~utr
plusieur.s navires cherchbeurs de
mines. Plus tard officer snr le vai.-
seau de line eHannover.:.. pr'fef-
scur A I'&cole naval zFrisarcch-
nort-, puis officer d'admiv.istrni-
tion sur le vaisseau de 4gne aSch-
lewig-Holstein de 193-4 t 1935.,
Ensuite il fur Chef de Sectlen A 1.t
Division de Marine dans le 1Mini-
tbre de la Dffense Nationale Pen
apres, officer sur le cufra-s6 eAd-
miral Graf Speet et ens .iite Chef
de la Division au Commandement
Suprmec de la Guerre. 11 a pr];
par.T. a bataille du Skegerrek.
Capitaine de frigate Arnold Ben-
ilage: Est entree en service le 28
Aodt 1914. Cap:taine de frigate
depuis le ler Octobre 1913. Pen-
diant la guerre instruction sur des
navires de la gITomefleett, a pris
part a la bataille du Skegerrak. A-
pras la guerre officer sur les na-
vires chercheurs de mines, des lor-
pilleurs, des vaisseaux de ligne,
Chef de Section ta 1'Inspection des
torpilleurs. Depuis le 28 Juin 1937
il est I. officer sur le aSchleswig.-
Holsteins.


SAVOY


LES FABRIQUES DE


COULEURS ET VERNIS


sSchleswig-Holstein,
Le vaisseau da ligne eSch!eswig-
Holsteini a laiss6 Kiel le 29 Octo-
bre de cette annke pour se rmndre
A Vigo (Espagne, Funchal (Me-
deire), Porto Grande (Cap Vert),
Roseau (lie Dominica), Santiago
de Cuba (Cuba), Port-au-Prince
(Haiti), La Guaira (Venizu&la),
Scarboroukh ou bale Men of War
tile Tobago), Angra de Heroi.mo
(A.ores), Falmouth (Angleterrel, i
i Helgoland et 6tre de retour dans la
rade Schillig le 4 Mars.

NDtails sur le vaisseau de ligne
cSchleswig-Holstein>
Dimension: 13.200 t., longueur 128
m. (420 pieds), larger 23 m. (76
pieds), tirant d'eau 8,5 m. (23 i
Spieds.) .
SArmement: 4-28 cm dan, lcE tL,.-
relles doubles, 10-15 cm mont6 en
batteries, 4-8,8 cm sur Ie pont su-
Spricur, 4 mitrailleusc-s stur le port
up6rieur.
Machinerie: 3 machines, (c 'e
expansion de 3 cylindrcs. 12 chat-
diere.s a lttyt.teri i (io:n t *I .:m ,
installs pour de r:i.-- '
Sdinstraction pour le chaL. ,
au carbon et 8 reconstruite Cs (I ".
le chauffage 1'huile).
I Vitesse: 18 lieues marines.


COMiTE HAITI-CANADA
Le Conseil de Direction du Co-
mith Haiti-Canada, prie tous coux
qui ont 6te choigis comme mem-
bres de la Commission de rtcep-
tion de bien vouloir se r6unir chez
le vice-Pr6sident M. Edouard Es-
aujourd'hui 5 heures et. demie do
i'apres-midi.


GRA.,DE BAISSE S'IR 2,000 PADRES

DE CHAU SSURES

Occasion unique q.ui re :iurnra que le mois de Decembre... Profi-
fez en pour vous acheter desi chausurres soiides et bien pr6sentees &
trts bon march.

Voyez VICTOR JIl. CASSAGNAL a la Rue Pavie en face du Dr.
M. Armand.


rWeannn#acnnnneened-flfle.DflCPflllldfWlfull-tlffl 0ff


It
~.S '2
I
I


A Ilumez une Chesterfield
et vos souhaits seront realizes en ce qui
concern ta douccur rafratchissante, le
go~it meilleur et I'arome agreable.
Vous direz...
"La Chesterfield est joliment bonne."

1l faut du bon pour faire du bon. C'est
pourquoi nous employons les meileurs
ingredients que puisse avoir une ciga-
rette...des tabacs doux et bien' murs
avec du paper a cigarettes pur .
pourfaire dela Chesterfield la cigarette
don't les fumeurs disent qu'dlle est
plus douce et qu'elle. a meileur got


... aec PLUS DE PLAfTSR

pour des millions defummurs


Sebrafll's



les plus exquis,

lea plus fraise.



Les plus jolies

CARTES DE NOEL




Un Cadeau distingui
---n


se trouvent chit

DON N. MOMR


PDisb ur: fDon N. Moh


-- ..WV0VW1 -r-tSJqW~eW


~MD~CI~P~O~ "IhB~B~DIP~9~BB.B~B)F+rh+~O~PW P~ Chb ~P~AP~~~D~B~J~OPhPP~P~B~IB~P


~s~-----"~c


W't k.LE NOUVELLIS'rRI "* .. l..*. ". "


LES PLUS ANCIENNES ET LES PLUS
IMPORTANTES EN SCANDINAVIE,
VOUS OFFRENT LES SPECIALITES SUIVANTES :
..EMAUX xPIONEER* en 15 nuances attrayantes, pour la beauty

du honie'et du mobilier. S&ciage t,-(piau:.
VERNIS PIONEEJh doe grande rsistance Ait unsure s'emploie
pour tous usages.
Peinture prepare cIdala en 24 nuances varies, sp&clalement re-
commandce ipoLr kes Tropiques.
LAQUE SYNTIETIQUE aSADOLOID* en 24 jolies nuances. Ef-
ficacite incontestable .t ur la rmise a neuf des camions et autos usage
Laques nitrocLuk.siqaes i.SADOb. en 48 nuances, employes par
les fabricaAnts dautomubles series, Fabr:q. ; de Montage Willys Overland, La Compagnie d'Au-
:omcliics .Du ko-AdeCr, La General Motors a Copenhague.
EnLr,:sti,::'e iSADO..' t'ojr teinter les meubles.
CUI: e .en poLi drL -cr me r. u siers-.
Tein:irv.'s t boi.: .Sadoc.
Enc.res d'lmpnimeri, corsistane s-pecJi'e pour' lthographie et ty-
pographic.

SADOCLI.N & HOLCIMBLAD LTD
AIPHONSE IAGULET
Avent Gineral pour Hhaiti


6 I'otttt* ot t'hommer ff g i7uOQ-
crune vie ijeune et satne Le KAL s
wndenfsm 1e pharrtwck. A 0fla dg.Ar*
mAthe ms rEcnve LAcmnmAIO .t.
KALEFIDO, A9, Itmt, bImsu
04W A tl A m Piles : p".r



MARVELA
Ce produit change Ia eaule-a 4$
votre ehaussure selon la robe q
vous portez ou scion votri .e
tume. Toutes les couleurs y e |
t pris or et argent.
II ne craque pas et laisseg in
magnifique inddl6bile amais e
Ui rend le soulier plus neuf B'f I6t&
fatigue. : ..3
Demandez MARVELA et &voa "
vous habillerez avec ligance eth 1:
monie sans avoir A dipenser pony
10 paires de chaussures,
Une seule bonne paire vonsa
fit, grace a MARVELA.
En vente partout.
HYPOLITE JEDY, .
Distributeur. :

La CHESTERFIELD est
le Cigarette don't les fumnr pI
sent :
Pour avoir du Poids,.t
Puissance et de 'EnergI.
Pour r6aliser le DOUB ::J
de votre travail qotid1e 1 ;
tellectuel ou Phynique), n; .
la moindre fatigue
















PreNes
KELPAMALT :
Produit a base du KELP,
Olante marine contenan' te.
tes les vitamin e.
etn vente dsnri touted 1 -:




LES CIJOCOLATS


11/9







*'n~FIMPOSR~E


7r WANNER.


-a .---4 -. -u-- -


~aClY*)*CVSWEUW~s)~flYSf*ldfclf~lstsn


piarrie Mont-Cannre
us No. 139 en face
Sde la Poste
i.t de recevoir par le der-
rles articles suivanta:
rte5 Postales Vues du Pays
o-pour Hommns
Sour GarConnets


eaS pour Hommes
' pour Dames


du Martin
S.upbrieur
i SgBrieurs
~ Matelas


pour Hommes


genes
. eotliers

s Habit
Is d'Avocat
idrsde sfret6 ou Gilette

tMrs de Poche


itde Chambre
pour homrnmes
& dents
Sup4rieur-s
euilles poPur Il-nomes


i'rushes
Cravatez
de Bain
e,etc.
Tma trouverez un assortment
de chaussures au pr:x d",
ion; et n'oubliez pas les fa-
Spommnades Nu-Nile et La-
t. Assortiment complete
de Cordonnerie.

V
M~A VINCENT CREIDY

he de Fronts-Forts No. 18

Lmaison Vincent Creidy viert
meevoir par le dernier bateau
80ortiment tie tissues pour ro-
0d toute nouveaute.
fpitestez toujours les prit du
rabais. Une visit s'impo-
Oc la Maison Vincent Crei-



CHARLES FEQUIERE
& Cie
INGENIEURS
Co~ultations Projets Cal-
1onstructions Agence et
stations Gendrales -lon-

Rue Bonne-Foi No. 54,
S TfCl: 3270
P. O. BOX: 198


SITALIENS RECLAMENT
I OMALIE FRANL AISE

.le consommateur soucieux de
a tsot r6clamera partout les
d e pate dentifrices GIBBM
Sirne gourde le tube. Le den-
.. GIBBS est A base de savon
*tWon seul dissout les matie-
tefs des aliments .



| UPEGE JUSTINIEN
i par Justin Mareein

C!i. bet Bonhomme.

iretion du College Juastl-
..lnee aux families tant de
... aque de la Province qu'el-
Ssea activities sur una
iK t a faith nouvelle,
t les ieives & tonu lea
:I'of.fciels: Certifieat d'E-
,, ,


*4IcflTIC


Pour Vos JOUETS d'enfants

Pour Vos CADEAUX DE LUXE

Pour Vos Boites de CHOCOLAT

Pour Vos BISCUITS Fins

Pour Vos CONSERVES dre Chcix

Pour Vos LIQUEURS

Pour Vos FRUITS Glacis

Pour Votre CHAMPAGNE

Pour Vos VINS de Table

Pour La CHARCUTERIE


Bazar National.

Bazar National.

Bazar National

Bazar National

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National

Bazar National,


Pour Vos PARFUMS irrisistibles Bazar National.


Pour Vos ARTICL'ES cde Beaute


Bazar National.


Sans Oublier Notre Grand Assortiment de Confiserie

)


LE BAZAB NATIONAL

SE FAIT LE PLAISIR DE PRESENTER A SES

AIMABLES CLIENTS SES MEILLEURS SOU-

HAITS A L'OCCASION DU NOVEL AN.

^****<


.: Avant d'acheier quoi que ce

Isoit pour la fte de fin d'annee


Rendez-vous au
ti

if Bazar BationalI
V7


I4*PflSD~flfl~neIeb)e## PAC F'~


LA


F'r r'




FL


NEW-YORK


Avike le Commerce en
Gc6neral qu'elle recom-
mence rse. activitB4
pour les article. tela
que:
Barriques vides,
Bouteilles en tous gen-
res
Usages ou non
Sacs usages pour la
manutention des den,.
res a l'intarieur du
pays. Toutes dimen.
sions.
Capsules pour bouteil-
les, prix defiant tonte
concurrence, etc.
Pour tons renseigne-
ments s'adresser a

PAUL EUGENE
Agent exclusif pour HaTti
P.O. BOX A-199


S- --- - -


eidicamente
la Gorge
12 a 15 Minutes
Pref6r6e par des millions de
gens 6 la gorge de sirop
d'autrefois, avalie d'un trait
Uln snule Pastime Vicks, fondant
dans la bouche, eQcerce son action
nidiccamenteusedir.'ctcrrentr sur les
nuqueuses irri:e. :-! 'a gorge, pmn-
dant 12 15 minr:.


COLLEGE SIMON BOLIVAR


82, Avenue Jhn Brown

LE COLLEGE SIMON BOLIVAR onvre dans quelques jours sa
:eptieme annee scolaire. Au course de son existence et grace A i'im-
nense bon vouloir qui anime ses dirigeants, il a cueilli toute une
noisson de success. Maintenauti. plus que jarais, chez tous les Mai-
res qui ont consacr6 sa supriomre par ieLr science, leur d6voue.
nent et lear probity, 'estt lE. feril \'olont6 d'aller plus loin et do
prouver, par les faits, les possbilitis dte i'enseignement RationaJ.
Adaptation complete aux exige nces ce la vie moderne et du nou.
veau conditioni.ment de 1'Enseigienient en Haiti.

T7elphone: 2481


LA MAISON

I'a ul ANSON


Vous offre des:
Pieces et accessoires pour Automobiles de tous ModUles,


Attention! .Bonnes Conditions
clettes.


des Bicyclettes Anglaises de la fa-

meuse Marque &PHILLIP'S&

de Jolies Flash Light, des Piles et

Ampoules tie toutes dimensions,

des Pneumatiques et Chambres A

Air pour bicyclettes

et des Ballons pour football en vbi

ritable cuir anglais.


de Ventes A Credit pour les bicy.


N'haitez pas de fire vote proposition d'achat A la Maison oh I'ac-
cueil bienveiliant di patron vous attend.
A tout acheteur il eat r6serv6 un bel almanac de fin d'Ann6e.
PAUL ANSON

Rue DantA tDetouches,
A c6tdC g T416graphes Terrestres.


Madicament6es avoc des
ingr6dionts du VicK VAPORUB
__ w __ _


REIMERCIE31MENTS


Les families Dieudonn6, Doran.
Daniel, Domingae, Overt. remer-
cient bien sinc.rement tous coux
tant de la Capitale quoe ne a Pro-
vince qui leur ort tt-mugnen leur
rEelle sympathie ai occasion
de la perle douloureuise qu'ellt.i
viennent d'6prouver en la person-
ne de
Joseph Antoine Annibal Dieudonnr
leur regrett5 fils, epoux, frbre,
beau-frere, once, neveu, co'lsin,
parent et allied enlev iih leur affoc-
tion le mercredi 14 Decembre cu-
rant, it 6 hres du martin, muni dci;
Sacrements de I'Eglise.
Et les print cl'.tgr6er letrs plus
sinecres remercictients.
Port-au-Prince, le 20 Dc. 1938


IL EST INDISPENSABLE...

SQue vous visitiz les rayons de
la maison Panl E. Auxila Rue Tra-
versiere, avant de fair vos achats.
Si vous le faites aprks, vous au-
rez de cuisants regrets.

CLINIQUE
du
Dr LOUIS HIPPOLYTE
Mtdecine Gen6rale
Phone. 3373
CONSULTATION-:
2 1/2 A 5 p.m.
Chemin des Dalles 7 b 8 a.m.


&iONDAfTON ROCKEFEL-

LERi AU SIEVICE DE
L'HUMANITE


11 n'y aura bientft plus un setu
endroit sur terre out le noP de la
(Fondation Rockfeller oft inon-
nu. Cette renornm6e est facile 4
comprendre, car la magniffque itis-
titution, cr#6e par le bienfaiteur
millionaires John D. Rockefeller,
W'est donned come but d'apporter
son concourse dCans toua lea domai-
nes oit il s'agit du progress aien-
tifique, social, cultural ou relatif
t dces questions d'iygihne.
En ce qui concern cette fonda.
tion don't le but s.t ii noble, un
faith certairnement moina connu est:
qu'au course des di dlernieres an-
n6e.-, elle n'a pas consacrB moins
de 64 millions de dollars aux pro-
gris de la mh deci-,e tdans diff6rents
pays nu dehors des Etats-Unis. La
sommne indiquec comprend les dd-
penses engagees pour in construc-
tion et l'organisation de Union
Medical CollegeP de Peiping. An
cc'rs: des dernieres fnnn&es, un d--
partem&.nt special de la foundation a
cngragt' cls credits important pour
la lutte contre le paludisme.
On est parti du principle que, si
'Pon vent extirper le mal dans sa
racine, i! est necessaire d'avoir urin
connaissance tendune et approfoa-
die au sujet cd- l';agert transmet-
tear d,' l t.rrible maladie, Pano-

A'.: moyer d: c,.t rences, de
proju ctCti.,t 1 d films, etc., on attire
I'[ttt'ifn iu I d.angt 'reux rmonsr-
tiqlu,.. Tr second lieu, il faut cite:'
itk rie JQu5 par la foundation Rocke-
feilir au point de vue ie la g6nt-
radisation de l'emploi de Ia quini-
at-. remidl odont l'effic:citt centre
le :paludisme .est bien connue et
dc.it la Cormission (du Pnludisme
dc la Socijtte. dc- Natiun.. a fix& la
dose 3journalibrc conv-enable A 0
gramme 400 de quinine pour pre-
venir cette mnladie. Cette fonda-
Iionr a &galemernt fait un excellent
travail en ce qui concern ia fa.on
d'enipoyer cc remerce. En vertu de
l'axiomie : Prr-ecnir vaut mieux que
gnrir., elle a Pri:s t ue part impar-
tante iux travaux effectnks au sa-
jet de I'cmpl.!), der la -quinine dans
lai little c;ntr'1 laI miilaria, de me-
'r : qL' i, 'es.t i '.etr-:- e d'urI e
f.i .,n tli :,u.s; lut:. entrepri-
,.d .Lt:):ie ? : ;5 nut i. : maladic.s -
fligcanl !'t in:' anit' Pouir le trai-
tcment de li malaria. ii Co-rns-
S4 rIr. liii Palutiil.-rQme !;tl Socih t'
dt ,.Nations c.ns: '1, ine dose
jCoi rnaliLrot de 1 gIramme t un
gra.-imrne 2i0 cle qLiininl pendant 5
7 iii ',


CLINIQUE
du
Dr. P. C. DIWSMANGLES
ancienne maison F. Duvigneaud
(Rue des Casernes)
Consultations :
4 hres A 5 hres, 30


BRILLERONTI -4,`
tVcua fites cotinucl-DU NO EL
lcient soullrtr voAT
chevctnx : lavacs, LAT
colomnoins, p rDanen-
t-4, binr., solely iau vnt : il deviennent
ptscs. ternics t cassants, lour rdaistance so
trouve amoindrin, is sont antimni. II vous
aut tmuer ler let ousse. active i'action
cdes landedv sdbaceos, keur insufflcr unr
nouvtlle -intu. 1. Bndlantioc du Dr Roja.
extra fuide. est un melange d'hiiila de
riin pr-ft-iAlctmnnt Ira Lt6 (c,-%:..dori.e ct
d,.rasi, u',) ct d'huile dc Pensvlvani-, la
p:tl.tfluit- d'cs htir-fi exi.,tant anrr montde. Ta
I tiuLn T;Li -` I r,. ;-;.t--., : i$;, ch'lI -e.
lirit u:3: sepi c';, ',;:1v ct ntiirn'll, un
t ot ,,',','-,;. (*:' :,':,', ,.tit [I.. u s .I's r-'rti-u
vl ,,.l '.!. L; ><'-n,'t. }',"* "*' -*^ ] tIO,'.


ALPHONSE MAGUCT
Agent GErtral


1AO









L
r re

jt

3C

.ee.

al
Di


PyNSEfS


es occasions nous font connat-
aux autres et a nous-mimes.
LA OCHIbkiUCAAuLD.


;eii qui s'inquiee d.s propose
arrmu nosera rien fire qui ait
ens comrnun.
rIMAKUESPEARE.


, uSUUUI DLiS CAYES

uuite)


luttes sanglanes, se manifestta
pennant p4us ue aix alns aec tAnflt
ae pr-ecS!:n, tu cerwtlr, tc asu-
rance et a'(ciaL; pPus ei mnieux
que tout cela, i'economique de
S Toussaint Luuverture, ou, plus
exactement,sa morale economique,
cette rude morale qu'il ne pre-
cha pas sealement, mais qu'i impo-
sa a son peuple,et qui fut si Wben a-
aapLee aux exigences ioleitn'l et
| aux cnuonios Imperatives ae ie-
poque, et de la vie social, si on
S peut dire, des ancairs .c atcs --
la morale 6conomique d;c Toussd;int
;;: Louverture no paraitrait gl~r, ,n
anachronisme, si on ia gliaait dans
les instruct ions offidciol. d'a --
jourd'hui; tellement ie'S c,, 1i-
tions vitales haitienpes n oat pas
bough, tellement ]a vie s-'ciai dE s
: -nouveaux libres d'i y a ce-nt cLin-
quante ans pres, differe ai pelite,
au fOnd, (de ceile des cetoyens de
ta f iemocraiuque actueL. Le vo-
caouiamre a evolve, er a peinc. Les
cojtumes ne sonl peuit-ere pILus
tout a fait les mitmes. Mais 'ai-
; me est restee obstinement parel-
ie a c: qu'ele 6ta r a la Ncito et
au Ienrdnaun ae li rndependancc, a
S ceite eopoque ou ia liberty n etit
que ie uroit a la paresse, et Fin-
dependance, la possibility: de fair:
dJ sa vie un paisible et perpDtuel
q ca1l6 Ouest>.
Toussaint avait militarism la
culture, parce que, come il i'e-
crivait lui-mime, dia culture est
le soutien du Gouvernement; par-
ce qu'etle procure le commerce,
~Faisance et I'abondance; q..,e
faith naitre les arts et i'indu urio
et parce qu'elle occupc tous c.-
.* ..< > I1 avait admirabimon' c :n-
1,ris, ce bitisseur de Patrie, t
ce conducteur de pcupie, quLe -; r
assurer la liberty, sans ljiatF
I'hommne ne peut etre houru-:,x, il
failait que tous s'occupent uil':-
ment, de maniere a coopi-r. rau
bien public et a la tranquil, ge-
nerale.D
Et come les jeunes gen; dt
son temps ne voulaient gudrs s'a-
donner A la culture sous le fala-
cieux prdtexte qu'ils etaient libras,
--je vous dis que cela n'a pas beatu-
coiup change, et qu'ils passaiept
la journey itt courir et a va(.a-
bondern,, ne voyez-vous pas qjc.
cela n'a pas beaucoup chang67 --
Toussaint avait oporturniment l t
KY courageusement ddcid( quc stout
citoyen doit justifier d'une prc-fes-
sion utileit 'Etat. F Et il ,t6finis-
suit la profession ut ioe a l';tt
: rceie qui paie ou pourrnt payer
une contribution quelclonqtte :'t ia
RI dpubliques. Et it ajout ti ii, fe
cciceux qtui ne pouvaicnt justiifc'r
d'une telle profession devient C-
tre incorpores darns P-anne iul
renvoy-s A la culture Ct con trainta
de travailler. Et les pines etaient
rigoureuses centre ceux qui cn.-
trevenaient a ces prescriptions trl-
gides et salvatrices,
On parole beaucoup, ces jttirs-ci,
de la necessity d'etablir un service
obligatoire du travail. Pareille or-
ganisation fonctidnne d4j$ dans


q -.aques grands pays et les rd-
saklats que Yon en recucille, tout
en limitant heureusemen, les ra-
vages du ch6mage, contribuent
dans de notables proport-onz, si-
non A la prosperity, du muoins A ]a
vie de 1'Etat.
Comme on le volt, il n'est rien
de nouveau sous le soleil .Le sg-
nial pr6curseur hattien avai', un
siIcle avant, impos6 la discipline
militaire aux cultivateurs, vtx con-
ducteurs et aux grants des plan-


ttitons de la Colonie. Les r6gle-
ments de culture de Toussaijt et
lea slides pr4ceptes qu'il avait 4-
dictes pour contraindre ses frres
h travailler, c'est A eux qu'il fau-
drait tout simplement revenir, si
l'on se docidait 6tabli'raujour-
d'hui, ici, une organisation ration-
nelle du travail obligatoire et qui
pft rendre des services appr6cia-
bles A la Nation.
xxx -"
Cette masse de jeunes gens i-
noccuphs, a qui Ades hommes per.
vert. avaient dit qae la liberty est
le droit d'etre oisifs et de ne sui-
vre que leurs capricess, et qui fai-
sait le acauchemar;> du grand
Toussaint, .el'e est encore IA de nos
jours, plus compact, plus inerte
qu'en 1800, avec des besoins et
des appetits centuples; elle est IA
encore aujourd'hui, totalisant une
some plus grande de vanit6s et
d'orguell, mais posant le meme
probl&me devant un Gouverne-
ment de Pani de gricee 1938. Et
le cauchemar de Toussaint est aus-
si le cauchemar de mon Gouvene-
ment. Cette situation deplorable
contribue a asseoir notre reputa-
tion d'une nation de bras croises
t de bouches active, vehiculan;,


a lunguounr de journte, et sans tr&-
v-, ]a -lipi ricl mchante propa-
g.,'- t. poiitcie nc. Cair a passion
de la Politiq. encore une qui
Sn'a pas; change, a passion de
la pouitiqtu, -, ainsi qu'en 1901,
Sedans ,son Divre -DE LA REHABI-
LITATION DE LA RACE N01-
1RE PAR LA REPUBLIQUE
D'IHAITl, le remarquait I-anni-
bal Price, est de plale de Ia Societ6 Haitiennes.
6crivait-il, et la meme efficacit6
maifaisante sur i'esprit de tous,
Commer(cats ou Consuls, Profes.
-eitiis Ou di i;omates, anglais ou
franqais, americains ou allemands,
tous, come les natifs du pays,
,sont anim6s de la mime passion
de fair et de defaire des Pr6si-
dents ct des Ministres, de la m&-
me fureur maladive de gouverner
ceux qui government, de conseiller
d'ecIairer, de diriger President,
Ministres, Sdnateurs, D6putes,
Commandants d'arrondissement ou
de place, jusqu'aux simples com-
missaires de police. Blancs, noirs
ou j ilne,. chacun, en Haiti, a
nl mon~de, C5 amis politiques,
.;,n pF.iti. Tous s'agitont sirn: trU -
ve, ni rcpos, complotent, conspi-
rc'-I,l .u.-snt Ic- Pr6sidents A tuer,
a proscrire los citoyens et ceux-ci
a renverser et a tuer les Presi-
dents. -
C'est cette terrible passion de
la politiqueis, q-ti, en plus grande
rpartie, fait 1:i mallheur de notre pe-
tite Patrie. Le Gouvernement tra-
vaille quotidiennement la d6trui-
re, a l'extirper do note pens-e, Ai
I arracher de not re cour, la lchas-
ser de notre conscience, en y subs-
tituant, pair une 6ducationn appro-
-price. .e g-o'lt du travail honn&te
sa:li {. I'n a : ..*;: dte l'effort cons-
clncieux el rl.e:r.ci-teLur. Et c'est
p:our ccla, et c'est pour atteindre
ce tbut. que, de toutes ses forces,
dte tutes ses initiatives, il pousse
co I oelpkj. notre peuple, vet3 I'A-
gricuIlt ure que Tounsaint Lotvertu.
,r cons.h -,rt, avec s-a claTre et
i:pi tc-b.e vision, des necedsit'e
Siat.ionaies, come tde fondement
le plus sr et le plus solide de For.
dre public et de la prosp6rlti ma-
t6rielle.,.
xxx
Pour substituer A ce milieu de
passions mauvaises, un elinmat de
vie active et f6conde, pour que 1'6-
conomie I'emporte enfin sur la po
litique, et pour que le Pays puis.
1 se vivre, car nous ne vivons pais,
absorbant un peu plus chaque jour,
du vieux poison national, le
Couvernement envisage une plus
large utilisation du credit et de Ia
technique agricoles. 11 ne m 'agit
pas d'emprunt pour instant. 11
s'agit seulement de convainere
queiques hommes d'affaires des
possibilities de nos terres et de les
interesser a de vastes plantations
organis6es de cnf6 et de figues-ba-
nanes. Ce n'est certes pas Bsillu-
sionner que,,de vous announcer que
nos agents officials aux Etats-Unis


tLE N-OUVEELlSTE,


d'Ain4rique s'y sont cmiploy6s a-
vec quelque ascc&a et que bientOt,
peut-Stre, nous aurcns it discuter
les conditions d'dtablissmenm t par-
mi nous de cc:' nouvelles entrepri-
ses qui, dans pea d'annees, double-
ront la production actuelle de nos
deux principals denrdes.
Ma conviction profonde, MAsda-
rmes et Messieurs, est que la rIat-
lisation probable de ces grande.'
entreprises, I'exemple vivant de
nos colonies agricules dbjA si adnii-
rablement organis6es et c'aut'res
qui vont bient6t etre 6tabll-i. ,i;r
le mim.e plan, leo multiples tr'i-
vaux qui s'exeutent. actueilenient
un pcu purtout p t'our activv.e li.a mi-
se en valeur die tot:t:s leS ri-grnI
de la Republique, ne peuvent pas
@tre de vains efforts. Ils v').i., cln-
vaincront de plus en plus que, c':r-
me hier, dans la riche co.loie: 1--
Saint-Domingue, c'est de ;i ": ,''
maternelle et feconde, -- cd' .e
scule que monte aujour:t'fh.li et
que se levera remain 'auror.: d.--'
temps meil!eurs pour la vn.i.;: des-
quels nous avons travail>' at'. C
conscience et continueror.s a tr,..
vaiiler, chaque jour, davan!tag --
et jusqu'au bout...


NOUVELLES SPECAI.LES



A LIMA t. LIEON ALFRIED
APPI1EE LE PrUIJET N.tIOR
AMERI'CAIN )DI: DEFENSE
CONTINENT Al E
LIUMA.- A IAr:;. ;-.
re de samedi de a c'fI.t1:E Q_
Lima, le Tprsident de la Di).ga-
tion de Ia R6publiq:it de Haiti, r,
proonnc6 un grand di-cou!'- r t i
eu pour theme: -La poiitiil;e' dIn-
tente et de bon voisinage d:I pri-
dent Roosevelt>. L'orateucr -n ter-
mes chalcureux, a flicitde U Etats.
Unis, la politique du D61parternent
d'Etat americain qui a Ia pe:cn
approbation du grard homrme- d'E-
tat quest le president Ru) ;c-;e:t.
Le dUidgud d'Haiti a appuye I,'s.
points de vue de ses coillegur- deis.
Etats centre am6ricains qLi a p-
puyent le project de defense, co:nti-
nentale de la dtidgation nord-me- -
ricaine. I a faith le process ;' jirn-
pdrialisme europden et dc(s fau-
teurs de troubles du vieux conti-
nent. PIuioeurs projects ont at6 dct-
poses ia ette .s.ion on dot deux par
les delegations chilienne et peru-
vienne sur la defense continenta-
le.

L'EXERCICE DE DROIT POLI.
TIQUE POUR LES ETRAN;E: It S

LIMA.- En comitt ce martin il
a et' admits le plan de l'Ax-gentine
retirant aux residents 6trangfors
dans les Republiques ambricairnes
Sl'exercire des droits politiqueso g.-
Srantis par lecrs pays d'origine


UN PROJECT CUBAIN TROP
TEINTE DE PARTIALITE EST
REMPIILACE PAR UNE
RESOLUTION
LIMA,-- Apres maintes demar-
ches h -;;. ornite de cooperation
intellectuielc a mis en discussion
1a rbsviution de la d64egation cu-
baine attaquant et condamnant les
.persecutions raciales fascistes.
Mais il a t-e appris hier i midi que
les (idlieg;tio.u argentine, am6ri-
caine et bresilienne dans le but de
conserve A ces assises de Lima
leur caractere d'impartialite et
d'ind6pendance ont r1dig4 une r6-
solution qui sera presentde devant
le meme comite. Cette resolution
doit remplacer le project de la Ha-
vane qui est corisid&rx come em-
pruntant un caractbre trop nette-
ment politique car it attaque me-
me la forme de-gouvernement fas-
cite. '

LIMA.- La delegation argenti-
ne a propose un project pour la cr6-
ation d'un institute de Geographie
pan-americnin. Mais son project a
Wte combattu par plusieurs d61l-
gu s qui ont prouv6 que. cet Ins-
titut existed d6j....


,,,- assa f lafl PIiW derIDCES* C #~ltllJ- DfIIJ+~~YA)Cll) lsm*T I~:i~


* PROPOS ET
FAITS DIVERS

(Suite)



res p. m. auront lieu A l'Ecole Na-
tionale ,Guillaume Manigatb une
revue sportive para-militaire A
1'occasion de l lecture des Palma-
res du premier trimestre de Van-
nee scolaire et inauguration des
.ISalles Stenio Vincent. et ODu-I
mr-ais E.stimW>>.
Le pLu.lic y e-t cordialement in-
vite.

("NE PREMIEIEE MESSE

Le 20 novembre dernier, s'est
dcerouiee ii I tlgise cde aint-Luc
rie Lys-ez-Lani y, press de Rou-
SLaix, unt as--.z rare cerimonie. II
s'agissait. en ffet., de la C1elbra-
tion de It prremiere M-et.e dIu R. P.
P. Edmondi Cie:-n, iiag de soixan-
te anS, aSsiS tU l 'au -l doe sonr. ils
M.r. I'AbbI, EdnliiId ClAtor et de
son rc.',-te tM. l'Abi.4 Robetrt Le
pOut.rI. Le .LJoLrnai: dent nous
extr-a,' i. s cette information don-
]Itln:l S r.,nsTlgnernen-ts suivants:
.lI Edmund CiLtci-n., originaire
t. .i. : ait 'abZi.rd par-se par le
; i- pe.i-, X'- .iJt marm6, it
u., : c ,.;.q l i,.l.' s LU:t FF It ;. s' it pr --
S(l ie ,ete,

.a ..V 'fi.''t' .?I-c,- u e IFr p re.
SL. .- t- 5 .f, : i. C tGLon prit
S :. :-. c, 1:,. I,.::._U d -'AbS., $ye be-
t ji-.;-.: i i- '.. S' -It '.il 1A '-sgnes et
a..i nt.L J.- Juitlet dclerrier, il fuL
',-rdc rn;,- -:. rt arf SE. M. Mgr Hi-
r-1., ',ici-;r. A ,postcr.que dc Canal
.te Siez:.

L1 NO. BRE D'-LATIENS
A PARIS

D'un recensement fait derrnire-
ment a Paris, ii rLssort que parmi
F 391.125 trangers r6partis en 74
nationalists .CiffiLrentes., es hai-
tiens solnt au nombre de 137. En
t te de liste, viennent les Italiens,
avec 95.952 sujets, les Polonais, a-
vec 58.724, ks Belges, 26170, les
Espagnols, avec 24.325, etc.


Agence du CapB:i

' Service de luxe rapids
Saltien et New-York .-
D6parts r4guliers du CAPiAlI
TIEN tou ls l Jeudis
P. M. eat urriv8ea Na KW^ CT
Lundis mating N

PROCHAINS DEPATf j I
CAP.HAITIEN II

SANTA ROSA Das ii
SANTA PAULA 9 D

PRIX DE PASSAGE; .':

Cap-Haitien-New.-or b, :
l're Classe:
Cabines exterieure,
minimum.......... $
SCabines interieures, "
i minimum............ u&
............. ..
Pour tous autres renselgnjg~pii
a'adresser a:
B. CIANClULLI & CE,


Agents,

Cap-Haitiens Phon i .

RIEN DE PLUS DITFFITI :

Choisir un cadeau, surtoutvo. .
.Monsieur; eh bien! votre A,: -
s'accomplit avec plaisir ed);hi&,
aux vitrines resplendissant ol :.
Maison Paul E. AUXL':
Schoix merve-lleux vous at':SL;i":.

Voulez-vous de bons mlouMel
Ma's, toutes grandeur, tout l.a..:
re?


Voulez-vous de bons mouts-tl
Canne (A traction animal ou i
moteur)
Voulez-vous de bons moulins A
d6cortiquer le riz ou A preparer le
caf '?


Voulez-vous de bons motedr
Diesel ou autre?
S Voutlez-vous des instruments "'


PAOGE I


R~qr~pflL~r d~wPlrQ~)it~*rCfrfl *Yrf' wn e~naFEb %...-W~(~B~WYCI


ratoires ou autre d'excellent
Iualite ?
S'Adressez-vous A la sTippenh&at"
Set Co, 63, Ruet du Magasin de it
Stat. Repr6sendant de la C. S;. B9l,
Co., Montgomery Ward, Co., Witt.,.:.
Engine, et ...




SAMED131 DECEMBRE







SAVOYV
GRNNO BAL A1 ...1







Librairie Nouvelle
La Librairie la hmleuz assortle '
(Malson de Confiance) i
J. E. Hoover (Directeur de la Police Fed6riale) Crime Aux
E tats U nis ...................-...--* ........********
Dale Carnegie: Comment se fair des amis.................-- "
Pail Rebousx: Le Nouveau Savoir-Aimer ...........- .........
Robert Brasilach: Corneille .....................................-. ...
Nicolas Stgur: L,. Chair et le Coeur .............. ... ....-..::
Louis Pierrard: Terres des Indiens ............... .... ****** ,.
L. Daudet: Les lys sanglants ....................... .............-" o:: .O:: i
G. Lenotre: Les Massacres de Septembre ..................,***
H. Houssaye: 1814 .............................. ........44-'!
1815 (Les cent jours)..... .. ...........- .. ****
1815 (W aterloo) .........................-- --
Louis Madelin: Napolmon ............................--*...... ... 1
Saint-Aulaire: Richelieu .....,....................... ..............i2.
Saint-Aulaire: Talleyrand .................... ...........-- .
Batardon: Cours pratique de comptabilit6 (2 vol.) chaque vol.. 5 :
Capon: Nouveau secr4taire commercial ............................
Me. Laughlin: Nouveau correspondent commercial en anglais
et en francais ......................................
D. Bellegarde: La Nation Haitienne .........................b-l- ;;
1815 (La second abdication), La terreur bland ,.::
ehe .............--....---**
SLIVRES WETRENNES CARTES DE NOEL :;i
ALMANAC VERMOT ALMANAC HACHE:TE :


:mI