<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03524
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: December 20, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03524

Full Text





SANCIEN


.n W tf ,V-. ........... V ..t.. "

R!EJUNKT .:. (:HAUVETr
ld i r e t Vtf r ro pridtair

PRFED. DULVIONEAUD
DIr ector


D'EAITI


QIcOTIDIEN FONDki EN 891 B

LE PLUS BEPANDU I'HAITl


.43e ANNEE


Ii


PORT-AU-PRINC 'E


MARDf 20 )DCEMBRE t98 18


- -----------*- H-----
__ __ ----..r... a- .,,,,.-- ..-,


'ir Piscerds do bs


Prr0o Ef FAI(S DIVERS


j arte e Ie plus grand plaisir
w qpublions le substantial et
Sprononc4, le diman.
1i.tDkembre, par Son Excel-
Prisident de la R6publique,
l rife des Cayes.
ce discourse le Chef de la
av, pec son tltquence coutu-
~4~I ta sincerity qui le caract-
Ow:.ss tous ses acts, a passe
ti{.. Pour v trouver la meil-
i.soltion p-s-ible, I-s probli-
d'ordre ctintonique, politi(uiet
W ffronte le Pays.
Aiscours (l'i doit Otre lu et
par tous, a diejt product la
IP e impre.-smon sur ceux qui
.:'mtendu it la radio.


et Me. ieurs,


te qui s'achivera dans
jours aura I t& pour nous
Sd'a6ic rtume ct lourde
riences. C6te A cite avec les
et les deceptions qui signa-
,son passage, il y a, fort heu-
It, de rdalisations oppor-
,a'i4 tdmoignent que nos ef-
$as sont pas toujours heur-
I ,circrnstances hostile ou
te. Les travaux sont
reux qui ont ete accom-
u~ pantout, dans to Pays.
sex s utei t actuellemcnt, .
l aiti d'un assez va.rte plan
|i. Ar le., .:'rvices tomtptenta
mNeornniit. Nos perspecti-
0SLjeueK- t.i des sericuses d.-
61- du touvernement de la
e, noius permettent d'en-
I'allegreinent les temps pro-
. Ie chrOmage. tot.alement r1-
Co-mmIe nous 1'espirons, ne
i$us qu'uin mauvais souvenir.
:d4boih'ti et les mjisres aux-
ie viens eo firee allusion et
1 t, hola. le lot de tous le
~teur; di1 peoples, je n'aurais
euIu le ievoquer devant vous,
.be4au et lumineux matin de
e qli sembie un appel h Ia
:t une dclatante invitation A
i.Eoer de -iujet4 que a'ils sont
*onfort ct d'iespirances. Peut-
Uet-il 6t4 ptl s sageti d e ( refn-
.4et nappel, do r.pondre it cet-
0toise invitation de la nattu-
;i'oublier. ic fuut-ce que poor
, '.hui, cE. d'boires et ces mi.
.Pitoyables r6sultats d'ambi-
S.,artees, cte vanit(qs chauf-
blanc eL I'fmanation ]a plus
i*de I' goigsme, de l'envie et,
t de cet instinct d'indisci-
Sd'anarchiic qui a i souvent
mia nl.- pius sinc6res of-

je perAiste a croire, malgr&
rable Iccon dies faits, qu'il
i exer.ic e d6irodes, et que
Es' que nous vivons h
p 4n.ne des difficulties inextri-
'.qui en sont le caractire do-
i ne s;ont guere propices
Ftatives d'exploitation de 'i-
ee ct de la misare publique.
i..never3ements abhorr4s, qui
ul! les' pages de notre flis-
R:.Wont jamais engendr6 que
iJasres plus grandes et plus
tntes que cells que l'on di-.
wIW itattlnuer, et j I& faveur
queiques pauvres c me-
ne voyaent que d'hypoltb6-
!ofits & tirer at d trimW nt


de ce Peuple m eme, qui, eternelle
victim, continuait li s'enliser dans
la boue qui croupit au fond des
eaux que l'on tented encore de troiu-
bier a plaisir.
SCes meneLur., matheureLnement,
n'ont pas encore e eu intelligence
de se rendre compete que si le peu-
ple n'a pas attOint, jusqu'a pre-
sent. les ]umieres apaisante -. verse
lesquelles nous le conduisons, iI ni,
r-out de m6me, aid6 de son gross bon
sens et de son sfir instinct, esquis-
se queiques pa.s d6cisifs vers plus
ie sagesse et de contiance. Le paini
qu'on lui tend, il souhaite le ga-
gnier, de preference, en l'arrosant
ce la .sueur saine du travail.
Pour ameres qu'elles scient, de
teiles observations constituent urne
bonne part de i'experience qoe nous
faisons chaque jour, et, au lieu de
nous decourager, elles nous corn-
mandent de nous pencher. avee
plus de ferveur, sur les sujets de
haute utility publique, ceux qui,
constituant I'armature meme de la
vie nationaie, expliquent nos ef-
forts continues, patients et tenaces,
en vue du developpmnent ration-
nel de notre production et de no-
tre commerce. Car notre program-
ne n'a pas varin. Son axe est tou-
jours I'tPlevation d vu niveau de vie
dce a grande masse du people et s'a
d'1finitive initiation a une certain
vie intelci-tuelle ct morale, afin
qu'e!le puisse, par se< aeuls mo-
.en., realiser enfin ses aspirations
humaines et nationals.
Un Gouvernement, comme le n6-
tre, issue de la libre volont6 popu-
laire librement manifested, 'il
veut etr dligne de la confiance
dojtI it a i6ti invest, ne saurait a-
voir d'autres objectifs. Et quel-
qu'etiquette que l'on veuille appli-
quer a sa maniere de concevoir
I'autorite et le Pouvoir, ii reste in-
t&gralement dans la logique de sa
ImisSioln et de ses responsabilitas,
s'il travaille h les atteindire honne-
teme.nt et .sincerement.
Mais Ies que ques milliers- dt
per-onnes, sur une population Wdn-
viron trois millions, pour lesquel-
les nlous crivons ou nous parlons,
on.t tellement intoxiquses de ce
clue, dans notre language tte chaque
jnur, ntunMs appelonS Ia politique,
quj'i leur serait peut-tre plus a-
greable qu'mn Adiucute, devant leur
galerie inquite ou agit6e, de faits
ou dl'6Ivemlnts qui no sont, en
sone. que de vulgaiires, que de
mndprisabit c- accidents de notre v.te
collective, d'autant plus que la Pn-
lice, it la hauteur de sa mission,
veille, et qu'avee toute la fermet&
indispensable, elle repond de 1'or-
dre public, de cet ordre public s Ins
leque il n'est gubre de vie nationa-
le possible.
L'ordre public, pour touted sor-
tes de raisons don't chacune suE-
firait seule a justifier lea sacrifi-
ces que ron pourralt fair son
maintain, l'ordre public demeure
rl'ide central autour Ie laquelle
granite Ie systLne politique &ldifit
par la Constitution de 1935.


. Cette Constitution n'est pas
produit du hazard, encore moinM
P'un des multiples visage iron-
ques de ifantalie, Il eat Ie n


Scessaire et fatal aboutisscment dcl
Ia longue et douloureuse exprienn-
ce di notre Histoire don't. presque
toute:t Ile dates t6molgnent nmai-
heureuisement de nos agitatio::ns
de nos errors. L'on peut. affitn:er
qu'ellc est venue, just A temps.
lore l'ire. des d6sordres et metlru
n termnne aux bouleversements ai
marquurent notre vie tourmnentee
de jadit et de nagubre.
Csy desordres et ces bouleverie-
ments chroniques etaient, on 8'en
souvient, entretenus par une ar-
mTe pourrie de politique, avec cde
chefs ind&pendants les uns des a'-
tres, et qui, presque tous, devaient
leurs grades et leur advancement
moins au merite qu'aux intrigues,
moins au courage et la discipt-
ne qu'u la faveur. Commandants
d'arrondissement, Commandants
de place, officers de police, chefs
de sections rurales, ils n'f4aient en
general, que des satrapes, smai-
tres des vies et des biens,, selon la
just expression d'un de mes pre-
d6cesseurs. D'autre part, l'incom-
p6tence et. la gabegie r6gnaient
totes puissantes" dans l'Adminis-
tration. Quant h I'iction des Cham.
bres, elle se cantonnait, soit dans
une opposition exag6rte, injuste et
ll'i3fsionnte, oi presque toujours et
trbs habilement, croyait-on, ',on
fraTppnit a la Lttt de-. Ministre-s
pour attenuire le Pr6sidentz, soit
dans !e. pir~-ei. combinaisons d'int+-
rets priv-it, ces Chambre in&-
narrab'les don't Fred6ric Marcelin,
Squi ie. avait Iongtemps pratiquees
er obtis'vO.e avec sa finesse habi-
tuello, et atuisi quelgue peu cruel-
le, di-ait, danl son ouvrage intitu-
l 'TIVES D'IAITIs: iqu'il ne s'a-
git plus ,Ie laisser faire les Cham-
bres; qu'on do'it s'opposer A ce
qu'elles fss.ent','.
Et c'eYst sur ces lamentables rta-
litds, c'est sur ce s6pulcre blanchi,
que planaient dle magniftquies et
parfaites Constitutions, amoureu-
sement ciselc:s par des visionnai-
tre pleins dC- fantaisie ou d'ironie,
a l'usage deo cc que Simon Bolival'
appelait dis IReapubliques a6rien-
nes.,. moiis faites, assortment,
pour heberger des citoyens labo-
rieux et sensis que pour acc.ueillir
ce revculr. llointains et dctachts ^
de tout, qie Platon chiassait de l
sienne apre, les avoir soigneusc-
ment courtonnl s de fleurs. Et tout
cela pr6tait tl'autant plus a rire,
que ces prceptcs titrd des plus r6-
cent.e Consitiitutions d'Euroipe ou
d'Amvrique, pr6partes pour deas
Pays en pleine evolution, devaient-
conditionner la vie d'un pauvre pe-
tit, people, encore cloitr dclans sa
primitivit6, ne sachant ni lire, ni
6crire, n'ayant aucune clart6 de ses
droits, encore moins de ses devoirs,
a qui la Libertd vaillamment con-
quise, mais totalement incomprise,
ne signifinit que accessionn aux
loisirs perpktuels, et' la faculty 16-
gale de vivre en niant Ic gof t, pour
ne pas dire la notion mcme dt tnri-


vail.
Le d6aordre, loraqu'il avait quit-
tt les rues des villas et desert lesI

(Wtoir sI tonn peg)


LL9~s~a~*~arpt~~,,~,,


RETOUR DEU PRESIDENT

Hier i mid;, est vrc r i e i r ,'r
tident Vincen'lt, dc ret.oIr d'lan '.:->
yage trionmphal riu'il vitnt d'cf-
fectuer dlans: 1 Sud.

UNE EXCELLENT INITIAL I-
YE DE NCOTRE EDILITE
Conformnmen t i'ad vis pubh
dans la Press-' cr.-. jours-ci, ce ma--
tin a pris tin fau Cimetiere Ie con-
tr6le par P'Administration Locial:,
de Port-au-Prince, des SeetionL: A
et B.
Les operation: se Sot erfitrctlii'.
Oe prtsencicc id .- f;i'miilkt.- iii; '.:.-
s es,. i En atten '.iT t i .' i '.. 1 I '-
venions y',plus mn'ipln',pn:, ric',n>.
pouvons affir,'n:r qclue i'Cotte ifniti:.-
tive de notre E'lilit6 ,-:t id'L'ui rid-
cssite indiscuIt:blo.
Nous en flfnictucms .iVemn'f t [,.
Magistrat R. PIroIuard (qui n'e.t .la-
rmais i court de travaux utiles.

LA SECRETAIRE GENERAL
DE LA SOCIETY D'IMPORTA-
TION ET D'EXPORTATION
CANADA-JAITI NOLUS VTSIITE.

Nous avons I'cf2 : xvo p lais;'- en
notre R6dac.tia. I;L visited de la
distingu0e Ta: inoiselle Ev(: Co-
t', qui est. ici dEpusi., mrcrer di 'i, r-
niier en vec de rte.'. e'ver dattk'.n-
go, on isa qnalit:. de Secr,.tair-' U..
nbrale de- lta S ciK- 't l m'trn .ort :' !
et d'Exp .orl a-i : ( i,: .ai-tI i-i ''- i
relation.- common ci t-alL'. exit l t (n*i-
tre cfe denu: I, 'iiy ili.feinLSf'iSC .f:
Coto qgui etait cO I I: .mpag'it I ci.' .
Robert Fai1t.; nr .. ; c..'t'irn -
qu6 tine c' rq.ieu-".t .ri .l t :..
par rla ut elet1 i '"m .''e i'." c. ni:-
torit. es, les c.'omn '. ign ii.,s d, ::.% .
lion ct A le gr:nid:- firmes- *.;.:-
diennes Isont bi n dispioss L ;'.. I
liter la irentr c' eLt 1. I 'c .!,,' .
des products haltifen. sur mar':.'
canadien, nrotaL'mment l0 c1afIf .,in.,:'
lequel la Socidtd a idfjh eta;ilbi t,.
salle de d6gtnstation i Qu ii:;:
Mademnoiselk- Cot' i rou a ti:' li
plus grand bien do rnuitr ..
concitoyen IPhilippl' Cnti.av: ;'i
par se. conferince.- hC.: rnl,4mVt .t:L.1 i .,
est arrive h ih mieux faire coi .i;,
tre notre piys an point dI vu.U-
social et commercial-


SAEDI 31 DEEEMBRE


GRN1A VRU A U



SAVOY~


JOUETS JOUETS JOUETS

ASSORTMENT COMPLETE DE JOlr ETS POUR ENTANTS.

PASSEZ A L'ANCIENNE MASON FRANQOIS FREDA. GRAND'
RUE ET VOUS AULIEZ L'EMDLARUItAS DLU CHI1X


SANOGYL, EST LA MEILLEUrE PATE ANTISPIRILAIME CON-
NUE.


* a


.\':.- rmn Milel % Eve
iC't(; I ,. tture'ral; le' visit:, e t sot,-
h:airion.; ileu't lk n rcu ille Ie pliu' die
.i r'ia f po f :,,le, dan ,r s f- lowu
s acu.t ix It

|'IE .UiE ROSE
hEntirc un jour qui neurt et que
Sje n'ai ps %cu st lian'.erte Cleopa-
C ire bn:; iini bcl altxaindrin de no-
tr, :I l iciux Her-i! Duranid.
i 5 ,, q i" h L : L e t per-
S i. c t 'i r fi- cn(rl tr"r; r0Ve
',: i, i .tr lo' : Ii>ure.
[ '::. i. .' : i .Itil ('t,-I t j >l i
{I !" ,i L, i v ,'( r ,:! t! '.; i (1 2 i
,.: r, rri.. I : u- ti i t
'. I ;. .-- '.; 1". ll:, b I. IJ l f l ;sol e s Ils -
-., f i. i 'i fleu rs t 'd
itt m,, t.., c'e it, iY, ric que Paulo
E'.i-- l ,i it LI.' i'ar, pt, ri c le rnuedi
2 :,. v..,*; rt iiin h t'ii.
F i L ;., :i tLb pi r & .luii -eme-ent a-
VL Lic mnyriade di',4tik Ls roses,
.-.i-r. it jes anx arbr,. du pare, et
ict. l.uirie.< grappy's dic ]umiere, qui
[er,.. d( ai ,.,. f line. ion petit
tli).V. t(iic LIP. Iii ct aIux Gri-

i t. 'i,,!r'mimy.' ,.' AnLoiN, mais u-
"In CIi .m .i ;'.'m: h'an'i .'i_'r .
Orn. i.I.SeraI .s-;an ar'rie ., jusqu'A
S ::., i ',qu'a lIa faim ,
(c."i Ct: :L.' ('rrUC co'.nmr c. tonr-

oir l -wilte 'n ie. page)



LA SA;LLJ. DE W,E(TURE
.MAlISU.V 1): PE1.'PL
07'-.' -1, 'A..ADA.




REVEILLEZ LA BILE
DE V OTE FO1IE-
Sans calomel-et vous sauterez do
lit ie martin "gonfle a bloc"
i : i '' rrivr epr !,
*' L :, ,..,; ". rl,,-i, ;,... y '* it. V HP.'
I. : r i 'po "u ,?
... ... ,. .t', t '. ir it.- !. Cii
''. L r r .el

'r 1. E. I, c. '-uir.t
vt'u .. t I'l i, o rt'ir.. .it.

E. IA.KIME. Distr;buteur.


.N 20. ,14





|-"5 PAGPAGE 2S
:.
I. ...
.:N
i1 ,1


PREFACE

(Voir le No. d*ner)

(suite et fin)


EXAMPLE D'APPLICATION

21e le on 4eme tableau

Le maitre: Que represented cat-
te image? Les eleves: Cette
image repr6sente une balance.
Le maitre: Avez-vous djditi vu
une balance? Lies 6lEves: 0-'.i.
Mr.
Le maitre: Ou avez-vous vu
une balance'' Les tivkes: Dans
lea bOLti LiqulS.
Le maitre: QuIMct-ce qui vous
a particaliil'nrmeInt fraippq')e daUs
une balance? Ici les repon-,-s
peuvent grandiemeut diffdrer,
mais ce quii tduit retenir F'atten-
tion des enfants,. ce sont les T)Pa-
zTeax et Iear mobility autour d.
I'axe de suspension Le maitre:
dunnera done routes les explic:f.-
tioni-i n6ce.,aires pour bien pr,:i-
*r-r cos p.mins.
Le maitre: Cornment se serft-
on -Pun- Lh:...- Ici 'interv-rn-
tion 1LI nim iT -p -.tc-'; la1,penT .
ble, s' h i d J. v Onner out. -
_'.s .:-,lcation. susccptibleC d';'.-
ter:le--or cs ernfanlt,
Observation: Lr maitre ., g -
.!: ".': au r: .jo i .: dt-mander a.ix e-
', :a ,:i1 i t.: ri c obj 'ts i:
epr ':;,'.' t;i;.:- L'nit;u '
, "'ijrt '.\, n r i''T'- .tx cho:r ese 't
:c) : 7,a-. a .-" R ',. i ,V n De .-
it .Srto i .i '.: : ujolurs i
obj.Lt. par lcur it '::n air. I ;
question: Qu'X--t-'c- .ju':ine bala,-
ce ? entrainer;.: 1, rLponse: IT,:
balance, c'est i,our pestr co'ommn%
une fourchctte. c'est pour mangeI.:
et UI couteaU, poutr Ci.upler
(B) Portrait phonique du son.-
Le maitre: Cette image reprp-
sente une balance. (Prononeez;
ualwiis, on sifflant leegrement
les deux ss). Regardez bien cut-
te lettre maintenant (Le maitre
mrontre ia lettre S). Cette letttc
se iprunrnce as (sifflez 16gere-
mcrt L r.omme dans Io* mot balanss.
t'-: ; O-.rbsente eett images? L,-
.'..: .ne halanss. Commr-r't .-
;.r cnonce ccttc Je:tr :. Les. vs-
s.s. Le nLtitrt ".:- -1 I r- li-li
Slaintenayl: t je vai-, ire q ll.'c .
q le ctcho .-. ( ha uI.;i f. c v ,)':'
en 'te dr. : s n dii c-. e i
n!ai'lr r:,.' ril : :i V.
L .it'ir ln' Ci. C 4, .:,ri :n -.; fl'rapp rt
;. couap sLir la tai, e (Le maitre
lit al, -,,s qur.ll l it.-. phr;-t..t
fuI L i. A ; : ;-;ili ,. p '" ai,..': ,
par ex.mple: Tot) a bk-n Si kl-s


61eves frappent un coup) le mai.
tre s'arrete, puis continue. Sa (me-
me jeu) leqon. (mme jeu) Que
faut-i] lui donner? un bonbon, urrn
image? Non, dit Toto, une careS-
Se (meme jeu) de maman Se
(m6me jeu) sera ma riocomper.-
Sc (rnme jeu).
Le son photographic ainsi au
passage par les 61&ves eux-mmnies
se fixe rapidement et trs solide-
ment dans leur m6moire.
(C) Etude de la lettre au tableau
noir.- Le maitre ecrit au ta-
hblan noir la syllabe SO qu'il fali
lire: SS-O sans aucun epellatior,
puis ii efface an lettre 0 et ]a
replace succes.sT.vement par a, e,
i, u et fait lire: So, Sa, Se, Si, Su.
1)) Du tableau noir, il passe au
tableau collectif de lecture et dd
tableau collectif au livret pour la
lecture individuelle. II est reconm-
mand nau maitre de toujours pi--
rarer quelques petite phrases
supplementaircs qu'il crira. au
tableau n.-ir -t qn'il fera lire.
E) La ki-cttire et I'ecriture doi-
vi..n' marcher de pair.
F) Le mai-e, re;:rod'ira au ta-
bkau n...ir "e'. imag es da livret et
ie. fernt d-e.sintr par ie enfants.
Qu'il ne s'atte;nd pas c des chef.;-
d'reuvre, la perfection du deszin
depend 6 la fois des aptitudes ;n-
r'ividuelles tit du s.tude dI'e.'t:iu t
nc., ufants. L'es-entiel, c'est que
Is- infants dessinent.

AUG. FADBUS

Directeur do I'Ecole Normale d'lns-
tituteurs ,



BUREAU TECHNIQUE

de

PLANS DE CONSTRUCTIONS

cirige par 1'Ingenieur H, R. Tip-
J:pen i ha Lier

PlanJ C de tous gelnres
P'a:i'i s. con .Ftri-ctionis a partii de
> SuOG,0.
l';re;paraltin de Projets.
i L'vis. Calcul, Ver'ification de R6-
i star I LC.
STr-aai, i sjignt2 et garanti, Exp&-
rience, Hrnnetet6.-
Bureau, 6.. Rue-du Magasin de
l'hctat, 29 361.
Phone 2891 on 3671.


LA LIAISON

AnnIl AXNASON


VouI olev tci :
'..-i e-. t a S-ti-s
Pn-t--.ct iL-c .-i'if ; 0hp Ur


Attention! Bonnes Cond
clettes.


A t:t'n,.. i,:i de ti.,.l M odUles,


i- .-.I..iccleottoe Anglaises de la fa-

mt-Lense Marquoe :PirILLIP'Sb

de Jolics Flash Light, des Piles et

Ampoules de toutes dimensions,

des Pneumatiquc~ ct Chambres A

Air pour bicyclettes

et des Ballons pour football en v-

ritable cuir anglais.


itions de Ventes i Credit pour les bicy-


'N'h6sitez pas de fire votre proposition d'achat a la Maison ot I'ac-
cueil bienveillant du patron vous attend.
A tout acheteur il eat rkserv6 un bel almanac de fin d'Annee.
PAUL ANSON
Rue Danths Destouches,
a c &t ddes T614graphes Terrestres,


,LE NOUVELLISTE.'


Bazar onderne



Salim I. Hanal

























mi-Se du Pa-' f..briq e C: ve ile.

:i-- s les pkus rI le. .tf s VShde

: x i pi rI lu'' i .
^^ i .. '


4a1, B4SE de CODEINE, TOLU et RUCALPP OL 6
GOUT AGRABLE .-CONSECRVATION PAr~Arr e
TOUX, RHUMES, BRONCHITIS, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS.
P PORT.AU-PRINCE, HAIT), ET LES PROVINCE&iS


.........
--a-


^^^^^^p ^.|^ameje- 9--wo|)j(>u^^iii^ ~


Avis


Sensationnel


La Pharmacie Joseph C. Valme, I'une des plus assorties de
la place. vient de recovoir a l'occasion des fetes de fin d'an-
n6e, des Extraits pour liqueurs et boissons les plus varni
particulirement: des extraits de Chartreuse, Cherry-Brandy,
Eummel, Cacao blanc et noir, Guignolet, Marasquin de piOhe,
Prunelle, Anisette. Curacao, Banana, Pipermint, Cerises, Gre-
nadine. Pecheo, Framboise, 1'huila de menthe et de citron
pour la Confiserie.
Le dynamique Pharmacien poursuivant la rkorganisation
mithodique de sa Pharrr.i'd :.1 .nt 6galement d'enrichir ses
ayons de Specialit&s Pharmact.ntiqu'ies les plus rares, lea plus
reputes et les plus (fficaces. dc France et d'Allemagne.
On y trouvera specialement lea Pilules Oriental-.s, le Dra-
g&eS S-8 cure Nos. 1, 2 et 3 -our Ie D6veloppement des seins
et centre leur affaissemer'L prnmatur6, l'Hlmo-Radium, trai-
tement radical des hemurrhagies internes et externes, le Qui-
noforme Lacroix, souverain dans le Paludisme, l'Acc6coline
et la Chlory-choline, la Tricalcineirradie. et Opoth6rapique,
la Bactyoxine, infaillible dans la Tuberculose, 1'H6mostyl du
Dr. Roussel, la Septicremine Cortial centre tous 4tats infec-
tieux, le Satycerum centre le rhumatisme aigu et subaigu,
I'H6matoethyroidine centre le rachitisme infantile, le Som-
niftne Roche, s6datif nervin par excellence, la Kymosine Ro-
gier, I'heliosthenyl, recqnstituant de la cellule Nerveuse et sti-
mulant de l'app6tit. la Jouvence de l'Abbe Sourry et diveraes
attres spccialit& nouvelles impossible d'6numirer,
La Pharmacie a 6galement en stock les apOcialit6W Alle-
mandes les plus courantes et lea plus efficaces, r Hparnovi-
na, I'Aktivanat, le Promonta, la Fructamine, le Phospitanone,
l'htpatrat, et tous les products Shering-Kalbum....
Des marques de parfum lea plus diverse et particuliare-
ment ia vieille Eau de Cologne Russe de Lesquendieu, I'Ex-
trait de Henn6 pour teindre les cheveux en noir et chatain,
la marque la plus en vogue et donnant lea meilleura rsultats,
le lait de beauty Lesquendieu, la Creme Ambroisienne at le
masque de beauty Lesquendieu, products incomparable...

La armnacie recommande A la clientele de Ia province
un fort stock de Lunettes assorties & des prix vraiment d-.
risoires.
Toua lea articles qui sortent de la Pharmacie Joseph C.
Varlm6 sont toujours de touted fraicheur en raison du stock
qui se renouvelle tr3s souvent par le fait d'un 6couleient ra,
pide et A des prix incomparablement r6dulta.-


n -flSr~flflflflflSfl#*,daflNeann.. -


MAGESTIC


HCrK~hc#.n~:*tflatiatst*"rp*&eftfiwc ##t Cd#*tat~at*UtfII~ CL*YI 4Pfl~fl n.I


Cordonnerle Mont.Carml
Grand'Rue No. 139 en ifa.:
de la Poste::
Elil vient de recevoir par le .
nier Steamer les articles suivtint
Jolies Cartes Postalss Vues duPa1
Pardessus pour Hommes
Costumes pour Garvonnets
Bretellea
Ceinturons pour Hommea
Ceinturons pour Dames
Chemises
Calegons
Lunettes :
RIveil du Matin
Crash Sup6rieur pour Hoam.n:
Drills Superleurs
Toiles & Matelas
Chaussettes
Casques
Chemisettes
Sacs d'Ecoliers
Jarretelles
Brosses a Habit
.Valises d'Avocat
Rasoirs de sfrete ou Gilktt
Cravates
Mouchoirs de Pvche
SPyjamas
Robes de Chambre
Casquettes pour hommes.
btrosse h dents
. Peignes Sup6rieurs
Porte-Feuilles pour Hfomme
Houppes .
Plumeaux |
Comb Crushes
Arretes Cravates
Serviettes de Bain
Parfumerie, etc.
Vous trouverez un assortimnai
complete de chaussures au pris d*
liquidation; et n'oubliea pasles(fa
meuses pommades Na.Nile et La.
Em-Strait. Assortment eomplet
1 d'articles de Cordonnerie.



LE TEMPS EST PRECIEWU
ne perdez pas le vOtre
A chercher dans les Jourmaluett
es Revues les articles citaint trV:
rom ou traitant des questiomuril
rous intrresient puisque
aLIT TOUT.
Bureau de Coupures de Jourasus
FondO en 1889
PEUT LE FATRE POUR V OU
LIT TOUT
renseigne sur tout
ce qul est public dans ,
REVUES
JOURNAUX,
& PUBLCATINi
de toute nature
Paraissant en France et .
l'Etranger
21, Boulevard Montmartrf"
Ch. DEMOGEOT, DireoWT


Vos faites contibnltd- vUUlA
Ipmcat souffrir voa sCLA
chWOnX : aV'agstC16C- L LX
colorations. pertnanct-
to, b-ains, acItl t v er It :. d
lct.S, trrncs et cAsantt. Ier' :
t aouo arnFliWar' r '
jaut otirmuor t.-
nouvcHO ,tnth-. La .suillranll"i
9x1 fluHdt id", d m)1o .-c:
CaiTR, t,,rldmet'i; M. aitU 61 di' .
ctgftrs i t detWi'tulo doi
tiilantLie Uopa raonnrs.A -rrit
lure U ti.~pi.:.?C'.0 "air L |'
britlaint .t i. .. Ci L IT fr
&i t

ALPHONSa MAG"

Agent ..:. :..
.. .


L'ENTERODWL ea
:type tdu kPatortahrih
2enilr dlCrdes & cafE d
1 matin drainent la v
conreatloanent le tote g
la cellule hIpathique, :

7 ....
UNE VISITi S'lMPC:::g ;
A L'OCCASION DS s
DE FIN D'ANNg ..
MASON
HYPPOLITE R. JEUDY


C~ *


: I~I
"' :II


~~
Ir
.r.
r


: :. .




. u --.wWf

mas e" -.n,;.,,-'", o.:- LE NOUVELLISTE.


v^oir d:s Poids, de Ml
at de l'EnI Ie, .
.4is r le IDOUrBL
rvail qaotldien .:(l,
ou Pbyallqu), onI.1
id fatigue




















HKELPAMALT

pr.dult t base du KELP,
ito marine contenant tou-
:. s itamines.
3 vente dmars toutes les
r : ;j ,:
.,,:, .








"+. ,iente dulru terries le


LES CHOCOLATE


Schraff i's


les plus exquis,

les plus frlas.


Les plus jolies


CARTES DE NOEL


Un Cadeau distingue.


PILOT

GRANDE BAISSE SUR 2,0060 PAIRES

SiDE CHIAUSSUHES

Occasion unique qui ne durera .que le moist. de D&cembre.. Profi-
tez en pour vous acheter des chanssures slides et Wen prbsent-es; a
tras bon march.,

Voyez VICTOR JH. CASSAGNAL, a la Rue Pav6e en fnce du Dr.
M. Armand.


,1


LES FAISBIIQU S DE



COULEURS ET VERPNIS

LES PLUS ANCIENNES 1T LES P',LLS
IMPORTANTES IEN SCANDINAVIE,

VOUS OFFRENT LES SPECIALIT'ES SUIVANTES:

..EMAUX aPIONEER> en 15 Inuan:ces atLrayinaltis,, pour 1a beauty

tdu home et du mrobiiitr. Sechage ':rielz..x.

VERNIS aPIONEERW de grade r ,!tar.ce li'usure, 'ermploie
pour tous usiages.

SPeinture prrparee Ideakl e2n 2'-. nliu::., art e, spe ialement rP-
cammrandTe pour It.. Trotiqjues.,

LAQUE SYNTHETIQUEE NSADI.OID,, cT 2- joliie nuances. Ef-
ficacitd incontestablk por la mni' i r, f.,cf ds ,c.mioCni et altos usag9

Laues nitrocefiLlosiques c.SADOt n iL .i ncs, employees par
les fabricarns d'automotbiles tCitroein, Fa':riiei Danoie de Carros-
series, Fabriqijes de Montage Willys Overland. Ia Cunipagnie d'Au~
tomobiles cDanakoz-Afdler, La G.:.er:il I...'n;:s Co)ershague.
Encaust.;quci sSADO.: pour- tein ar le mrI ,dics.
Colle en poudr( pour menuii-er..
Tcirnturei. < boi- s sSadon.

Encres d'Inrmriere, cornistance ,speiai pc.rr lithographie et ty-
pographie.

SADOLIN & HOLMBLAD LTD
A.PHONSE MAGL'ET
Agent Gineral pour Hni'ti




Vecl le Moyell Moderne pour Aider b

AMR ER, un IUEp lusviOe


se trouvent chez

DON N. MOHR


-


-


4-


MARtVELA


Co produit change la couleur de
to chaussure soon la robe que
OU10 portez on sclon votre cos-
Itnli. Toutes les couleurs y corn-
wl or et argent.
Ii l e craque pas et laisse un fini
8linifique inddelbile mais encore,
lrad le soulier plus neuf s'il Mtait

|i.Demiandez MARVELA et voua
ila habillerez avec l ganee et har
M:I..lje Sans avoir A d6penser pour
1Paires de chaussures.
S."ne seule bonne paire vou s iuf-
::: race A MARVELA.
II: vente partout.

SHYPOLITE JEUDY.

Distributeur.
'.;,--S;-- ....-- .

S CLINIQUE
du.
r: LOUIS HIPPOLYTE
d M ecine G6ndrale
Phone. 8378
CONSULTATIONS ,
; 2I 1/2 A 5 pm.n
;; Dalles-- 7 & 8 aw

3 iBI6 P -. .... ,' "
K; h* RBLlSU 8ATISFONT*.'
CURST'LFMIxtD t is se"W
AII( te dent lea ftuemU *


0 ma664w,&37 3 7"&.uaa.: :, am


Mias.ez vigoureusilsrmVt avec du
VapoRub. la gorge, la puttne et le
dos entiree les 4paules et au-dessousw).
Puis, applique-en ne couche pass
Eur la poitme et remuvrez d'un linge
chaud.
Avant mirtme que vous ayr' fini de
fricionner, le VapoRub commence A
vou, soulager d ddeux fa os 3 Is fob
-daux falcons directs: I
1. A Trovors la Peou. Le VapoRub
agit dirccrement l travers la peau
cmmrxt un cataplasmi ou un cimplttre.
2. Vapeurs M6dIcament6es. En
m mrA e remps, es 'vap m.'ic-"
menthes, d9ag'g&s la chalcur du
corps, sont inhaler rpnddant dcs
heuret-etnvLron 18 fols par minute-
di rctcnent darns le Vties rcspima-
toires i ritLes.
Cette action combine "cata ps-
rne-et-vapcurs," dtrache Ies muco i-
ts--soulage irritaaoni--alie dis-
viper la conglEs ,,t,.
g i 1"1- _.- -jaPtt I


Durnt Ia o.;:, le VapoRub conflitnt
& .gir. Su'..ent, .u reveil, le pire dL
rhunme Lst pass.
Evile Risque
de Ddernger l'Estomac
CQ' trv.ntmen,: arrmne sir, ne peur
pas dirirnc'.Cr I -:;.rn.)ac, come a ten-
daiz c ;'i 1'- tir' a-3;rption con-
sta.nt'i t Jli."! .I'S inltCern- On pcnm
I'einpl,'.'er lh!.rt':;ic Uissi solvent
c' r --..r.'.*ere, mirn e pour I' en
fc. t c bs ;: 'ie.
BILunc-No tache Plus
GrAc,' t,: rni'.c tt prcr&edh. le
VanptI'.ls e :. 5 r-i ,. maintenant &
.o a ,:1 r m,. ltrm Ict iaichcrf(Gac'hle
px.^. S.-.tlI' ai cI;.-l'LLL a tL edJev&k
,'cst tIL i,;;n;ie V:pciTub---la .na'm
formuil- ct a1 mimc double active
cf&iaicc.

APORUG
1" *I*" e1w .a0.al


COIPAYB
S!

NEW-YORK


A;-ise cl Commerce en
G( ,raIl qu'll!e recom-
ieric-e so(., activitfm
)iciiui Ic- articles tah'
h![ i f.- :'.it


lititerl.' le's F.n t.u gen-

UISa"ei s Cf U r-o0 n
Sac: uRtag'. pour Ia
manut:lntion dede en-
rfes ii l'interieur du
[p:'ay. Toutes dimen-

CapsTul-s pour bouteil-
les, prix defiant toute
Conci'urrCence, etc.
Pour ttous renseigne-
nl)tlnt.s s'adresser ft :

PA.UL EUGENE
Agent extlu'if pour Haia'ti
1' 0. PBOX A-19


. .-.---. ^---- .
-$.-


(OLLE;CE JUSTINIENN

Dirig,6 par Justin Marcelin

&

C'ulbert Donhon.me.

La Directin du College Justi-
nien announce a;1 x families tant do
la Capital qu;t- de a Province qu'el-
Ie reprend s.- activities sur une
bai-- tort I:..' ni o ,velie.
Prey-arant K <.'vC'- A touis let
exramens !f,:i.-: Certificat d'E-
tLc.: Primini Pro'v'et Simple.
Brevet C ,. L.r. If riq ie.
D e:. c _rcij is n r 4 '-,'cm -.i a langtlaE.. i t
l ,,g' 1: I,,..- plro(.fCss.t_' urs
c' ljmpiLt- r"t);. i'rll.i';CE'C,-e rnr '.O t I ;t
-',.' l I ', i;- [,* ;i.} .... I.'i," T .


MAIS(O' VINI.CENT C(REIDY

Rue des Fronts-Forts No. IS

L.: mr i:.n ii oinue t Cr(idy J ier-
de. rie'fcu in'ir pa;r It'- i- irni- r b1lt1 0 I .
un aZ.istortimicit d.c' tissul pour r',
be Cie 1.oUlt nouvCauite.'
Consu.ltz trijou!r tt L.r s le ,.**'i :id
dernier rabai, Ent v.site .),'.
se done I Ita Maisn Vince' t Crei-
dly.


CHARLES' FEQUIERE
& Cie
ING ENIEIURS
Cons.ult:titmons Projets C7!-
cuts Construction. -- AgPnce; :t
Reprs.cntatic Geni riless 2'rm-
missions.--
Rue Bo0 n.-Foi No. 5-I.
.' :11: 270
P. O( rOX: i.9s


LA MAGNESIE DANSPHILLIPS
SDONNE UNE COMPLETE

PROTECTION DE LA BOUCHEE
^-----r---------- II i

42.000 dentites covieflnent qu a I Mognesis est el plui
LfftCace mayln de cnbattrt les dangsreux ocides doe l
bouchs, qui clau Is cuart dentaire. PHILLtPS MAGNE-
SiE PATE DENTIFRICE cmtient plus de 75% du vroi
PHILLPS LAIT DE MAGNESIE.


COMMUNICATION DE PIECES


Quartilr Grn6ral du District du
Pfnitlencitr National,
Garden di'latli

Port-aui-Prince., Itpubliquc d'Hftiti,
8 DNcembre 1938

Bureau de I'Officier de Sant4

De-: l'Officler die S ltt di-i dDistrict
Au: (.'rirmmondanrlt nr i In Garde
d'Haiti.
Via.: Voies Off iiiAlt-,s.
Olbjc.t: Cn. de BEAUCICAUT,
Mo ,e


1. Le souslsigni .\ sourrnet au Com-
Imarnirtii de hi Gfitdti: ('Haiti l'&at
de s:ni ti f l( i dtI-tk-l-ii prilitique BReau-
cicaut Moise e t les circonstances
quli ont. ;lacornpagti-ctr mtiv6 'tl on
trntii'fr,'e mer nt ii i iffiptal G uin6raI
Htu it i(nI
2.- Etrrrip-risonr aix l ordr(l< .ld
la. P lofIcf k i ", l e V iotE3i e I'138, lti%,u-
ciliut. Mljse a o:1:.1 nl'' .itui tidu-
rani t *iso a 'toi. tion l'li n excellent. e-
ta-it deI santd. Hlommn bien consti-
tui. vigoLt :-cLux, lIau muscles forts,
ii na prtc'nto aL en'rs ti l'exa-
TnEn mt dical cJu'un annfl au ingui-
r al gauchi'aE tlrement r,'Iutep'at par
o(i pris -ut librement 1j- cl oigt Ex-

Imen. 11, I .l'irt .urlr m nt en ii i c
r.i .Cla u C-t '..'de ir ti :'i r r uni.t .i ,
chic "" "r- m es-


i't Q *cL re.tir bru. q r met,
(<; q 'l, mf~.n: d c':tintr- 1l0 frait' e.
:;r l iti: r-'. or.n P ryait n' itr., a'; ;i-
e ui (. In.r loge te .tL ou--
S gar. utlne tmu't. r n tliL-se. .n're,







d ,fi riair ( t m lrt Mrlt- TlUtl(. J!al' r tin
s' ccntlftiniit par en pyi'. u.t li e q(ui
p 'ongeait iUIans l'Ib;ti .: ';n., t c''ae-
t lr frr biht -nihl't r,; D'i' .!ii t", p'li.--
SqC '.: lit 'prr ..; tirc. ,i irL-para i,'.-
5'Lit bruIi- lu.-sm-Le t ) e. cc ,n ibru-it
de gargouillement. La tumour est
oriditnairem .nt rra ,inte u. pui-.r un
bat:nd^age' ,Tarprirri( e.t n<.tre mala-
tde. la porte dtp i,- lr.t' ,' k 'l i ants,
.sanrs 'qi u'n uit ,in:.i tt'.t se.ie-
m't-n^-nt it comm''e'i
n;. t1.,i: :;i ii n ;i r:< ]i prR s-m idi
r.i 7 ( mrn f. 1r.I tver-r' Ps 6:00
Imv. 1 !' .j-. tI. o ui -'nlt (tOYrS

t3 Lm LU! -2* -, ~ r^'*^iUt'Sl:li mt'Rlt t


e u .-p 1 'I L :t
i i- t i ill ".j !, 'I 'i k'.il1



n1" 1 i.. 4-.. fl .t l ,




r i s. iI. .. r it n de

].W ..!. N I. i m a. i. ;,h ;. uicN
r'. i', r .. n : fL 111n-L

Sili *'. Lt ',, n t to l' s. itl;o i
S- !' i. i 0iI ; 'S i t'. a t ,t t $ -l-
1 j^l_:. i -\'lt I' t ''l'- i-iiu'C-.or. -

rn'err m e.dli.t', de'ucDprtmet edtc-
tibLo oTn i".'- dn t t.'ifA t i; s lo ao idu
te.thU.']' .i'tr.n he .': qu] br' sql tei
iotr ait Venrue dl utErins t

DIA ".NOSTIC' CL.. IN (.'l: tEll -
\1':, "INGlI' Vr:-SCROTAt.E-GA.-
(. 1SI [,:[TIA.Nv ,ltL.
7. l.L 's ,st tour a t.ut" son-
in;.- [," rap'pl rt ver'<'l'hlb l ttu Com-
.n,:i"hIi.,nt flu Di.stric't ot l'Ins-
It'iel"r Mrdical du Depatrtetment.
Les recommandationt ndceessaires
sot faites en vue d'un transf4-
rement dlans tin Service de Chirur-
gie. Elles sont approuv6es verba-


lmeniet par message tdl6phonique
et le mime jour verse les 7:00 p.
m., notre malade so faisait admet-
tre au service de Chirurgic do
)'Hjpital Gen6ral Ihlitien.
6. Oprd par le Dr. Bourand.
asS.istl du Dr. Bonhomme, lea sui-
tos oporatoires immn diates qont
satisfaisantes.
,Uon COLON
Lieuterunant (SS) Garde d'Hhati
Approuv6 pitr:
L. .MA-IMILIEN
Major Garde d'IHati, Insp. Dept.
Mil, de l'O&uet,


Altit Sxeulisi: ERNST LUDERS.


kpfleanesndaeHeaea 8 *k~nnn a .tWenaseen-tr-r AG


PA(G E 5


------ r




~~
fii
?:':'
FA6Be d"h
Ir


4W#,*5* -JW s w&W rmFw wrWt.Jwsa.et-ff-*-v* ,t4 -4tj


***"*S xLt ONO UVELLI rE '


: ....:.I


msaeiaBaee*flS"*CWLt IMWS -W" -A* rw v4W"


:.: : PiPENSEES

Le capital tst le fleave of6 e se
S atire se poise; le travail est la sour
ce oft ce fleuve s'allmente.
GOBDEN.

a *
..La foule ne volt pas les difficult
ts de la politique; ele ne peu
coimprendre A quel point, dans eer
taies situations, i1 faut etre habi
e pour ne pas commetitre de faut
mortelle.
RENAN.



LE'DISCOURS DES CA YES

(suite)


grades routes publiques, i'ta,!
rffugic dans les esprits. Sur ccett
ancienne mentality, don't les asnp-
rites se font encore malheureusc.
ment sentir de itcmps en temp-
P'Occupation Am6ricaine avail rn-
dix-neuf ans A glisser. Elle s'6ta
heurtee (ia y.ft, i'.-.is a Tfos mceur-
Mais o! ne es IC vait pa? modifi -
Celui qJui vous par LnLWourd1 h .
avait eu de< prcuvi eclamt:.-'
M1 Tomen t ie ii c, i";. 3 ic tU m
Ie de 19 ;t0, eh ii a t ail ,::.- ;
Cs propres oreiliCs, Qi:( candidc:'
et des ep auies en, l-a{ :'.ii '
mouse d'espirance e it: .i,, .-
promeltre A d'unciens chefs
sectin rurai~c que I-Clur-s 6pauii.
tes leur seraierit rendnes...
xxx
Lorsque no. tiution fr .'-'
rgra ties et q;'i su du libre choix
d'une Assemib.l; Nationa q. i -'-
tait, eite, ut, t ut i' fan par h.-
sard, j'en convicts --. pr
emanation pos -:,,,c Jiz ,n --
populairc, un ouv rn ''-' h"
legalement constitu6, l'uniqu: prn.-
occupation (I n1os id&woogues impt-
nitents, pour qui les faits ne son'.
que de nuageuses vues de l'espriT.
fut de revenir A !'hypoth6tique pa-
nacee do nc s a:' ci.'ii Constitu-
tions vers lesiquelos ne s talentn
nullement rapprochies ces deiLuN
fulgurantes r6alites, que ces clere-
s'obstinaient A rayer de eturs ca!-
cuis: Le Pcuple HaitiOe te IiI qu
i--t, et son Gcuvernomtnt, tel qCui'
pent-it re. i- avaient-, r tc,
bO-n..Ft raions de 1ne p .- se d6par-
tir deI cte tmalci: .u-: r:;cii 6 pI'
t i .ernne. C. Co l-< ;

effet, p!',<. ; t .i r-c, ; *i. i.
de priod:cqr '< d -c:at ar-
nm es qu'ln (dcLrait d,.i i ;.: :ithl -
tLAit de( r v ; lhlns, t : 2 s q -ii U 't -
talent i!ue i rtevl hrni
d'aml..io.ns jam-ais .' sammnn::,
asasrv;r t sc an (.Us qui gren-
diS;MiUit ai; fir" et l nKlsurcl quO
]s htIoutitf i's i:i i.s haute:s :unc-
lions n.. -ibltAt i -c a.,\ir d"- ni -
v mrent combles,
La vraie rv 'utI e
(Ui Puvt ns fait. Et .L IA Ii'; i p-,,.
ctL.e-2ik, le' f nt, d. n .
jadis, main. Ie rI suiltaIt (r !')L ( -,
nation rMl!&hic et pa-'ito s l.-u vn-


- d(, a Cignecments dot ntrec ti"-cv;, 111i
de i COim uiSsaicet L'P ItlCied t Ih
n-I-.. mentalait et des be.soi s pi'"-t ,.
dui Peuple Btaitien. Noi avouns d&
liber(mont ar'achd re Pars mx
mensonges fastueux et aux hypo-
crisies simptueLtses 1 te (IContis t,-
tionls d'( mpurut, v rtaiiT ori-
petaux de earnaval donut n ssa-
yait, rmais on vain, doe wiler Ia pli-
toyable nudity dui pauvre p.-; pi'-.
en vue de lui fire jouer, a'Vec plus
d'apparente ddcence, les '..-l'Or tt:s
sangiantees au course desquelles ii
&tait psrp6tuellement tromp6 et
traii. Nous avons victorieusement
mis fin a cela; et c'est pourquoi
nous avons la fierte d'etre un Gou-
vernement vraiment revolutionnai-
re.
La Constitution de 1935 est bien
Ia seule Constitution rbellement.
iait'ienne, en ce sens que, pour la
premi^ye fois, peut-tre, dans tou-
te notre Histoire, ceux qui 'ont fai-
te ont su tenir-compte du Peuple &
qui elle etait destinee. On ne sau-
rait trop insisted sur ce point ca-
pital. Nous avons voulu que cette'
SConstitution fat conforme au ca-
ractre, A la riature, aux besoqns et


A l'tat social actuel de note c-'
lectivitb. Nouis ravonu f.ii4ae pour
i- assurer la stnbilit6 pohtique et
- pour giarantl' la srcuritd social,
sans lesquelcls aucun progress n'e8st
possible, aussi bien dans I'ordre 6-
conomique que dans I'ordre intellec-
tuel et moral. Et come toIutcs lea
- evreurs et toutes les Lantes du
It Pass& n'avaicnt pu se perprtrcr
-qu'h la favrur ides brigandages,
-nous nout- somrnes aIrrmangts i loe:
e juguler, en confiant ]a sufpr*me
Autorite LI 1'ExItutif, en eartant
do notre voi, mojntantc ,c-s e ternels
cunflit 1s de po tioirs qui retardaient
inutilement noLtre volution tt nous
c,:ndamr.n'nicit it'i h :., 1.i-U rdes piet-i-
S I mniz nt- iqui siig"lulnt I(- bruit so-
iwrc de la mearche, mai. no nous
funt guere avancer. Puisque le-s
tr/-i= Pouvutrs na-: nune'ionnent
qu l'cn v e d'li -c ,'..- :i.r 6-
. ItrO & Ce t e -'r, cctt)lL.: p'::-.:t'.jl re
-. era -Ce i :- s .j.s us i t ..:ite d;ireC-
i,'n di i'L d'Il : l't: ,x if, c -l..-
i mr Im e ;. ; ;. .. :. I ; i ci
r- -' v 1 ; "r -


, .' ,--.' whr-' r-. -.. .' I: i ,-."ii


-~t, .' .

0 n veil 1i0

i n i


E. .










la
r. ,- "in' -- -. ,

















1" 0 L:'I
lt2-. Edo a K iAu dlW'! ii
f li'" '.. ', ..- .t .







Ic I' 'I ..t .



















t I tI: Y `, A
pci r ; P. ':.i :-. ii, .',,1 ,nr ui.' -t-oe -
.' 7 :'." 1 :'"- t '- ,;. .,P ;.' .l. i Ca
n .., d- ',,, a ,:1 ," I i...ns-

er redi mei t, t 2_ c t ,.;,: -1 ra






h "t i:, ., : ". c u, m. fl .,c. une



















of r! d e .a 1" .u e m t. i -
quo e -.ls but.s d L': Idri't '.'- .




.- fn c : : -.p d ,p s






-' : ,T_
.- v -- ; -". ".
'- .'. :i i.- .-- i r i ,


i .- *i... t 1 r, iii. 4.;. .t :u ,ii
'.: "." t- u'i '. -. ''.- l ,, .- i -
i '. "', : -
:
,,_ o- ,y i l -I.
-









,'.t ; it ',-h t At


on f-, dt pcrire
a d b ha nde ... I, h mar 1'_ .


I.-. 51 Lubrr iS *: nort- t I ie la

.oc he ni :, eiii u.'..nquis,, f,
etc. a-n efdet, in pinsde fcndamon-
tate do i s refor to do l'Etat quo.
nous e nos a is., nous avo.ns iner-
giumnt- t entroprije da rolises
et laquelle, maint na t. tus,

oi feigna.ent do io p.s y croire







p".it, ":ans c, principle de Montes-
quieu, cit i tort et A tra" er.' : '-


faut que, par la disposition des
chose, le Pouvoir arrete le Pou-
voir.*


1 Si Its Pouvoir.s pouvaient, t leur
guise. .i'arretr I ult l oe autros,
il est l..r':-iqte .'icdenet qu'il en ar-
SriverCiiod-t, Mn jnii : A s neutra!i-
Ss-er. Et ce sr-m., A Ui- momeneat-li,
Ja panne gdidrale, Ne merchant
pas eux-rmemes, comment pour-
raient-ils assurer, dii m&me coup,
it march en avant du Pays? Dans
notre Constitution dJc 1935, l'Ex6-
cutif et le Ldgislatif ne sont pas
sipar&. EntrL et'...,, c'est le contact
pernmamen t, 'interp I6n.tration par-
f.ii te s r'soil-vai 1t en un1e assistan-
ce. can ne cooperationn dce- ph::i u.ti-
cls ct tdI.es "Ili fri-uctcus s. Ie Chdf
de la N'atio-n non-..mn ilu-niveme -n
certain nim-bre do: Si tlelurti. Le
Legislatif prend part dirtectcment
au GOLlVeiCt'lielrc en diriveant, a
l'ocJc.-_ion, des DLr.ar:r'cnunts Mi-
nisteiies, oIu Ln r-Tmpl:i.sant, Ic
ca C: h Ant, d': n.cr:antes misl-
si-:i a l'':-xtr':c:u : ... .: orm ple
e l'L.x .catif. Di a-. a t, !e C.o-
- it'.. er-: !ci-t,,9 .I!-: A.,sernblO e
N tt i't~ ~ ur;:. .,ng intrva.-
i .-:' irc ,< r s 'ir.s .tnig-Jti-
e n.-ent c* t.r-: unitre-


- .' .i .i : '-.r ; : ,


' it- i : t .''.' 1 : -" '


Itt. 1. --'r'



tL. I~ .tU-4t -'
I*- c --


:.:. - '-I


i.,: arr- ".-r .:' .. -

t .-i(4 c i: lc i i .
IL. it ; t ; i
tire, '. i Lprit




tag, .. .; '* :., idrr
iP ). ; ..... '._. U_'; A 'air;

' r. :;. ; r es
c gi' b,.- -, -i t--,It -:2
t.* :..: :: ."~ ne l r
gr -'- n ,. ,ti le

i. L r I
l; -. .' a, : -u
P." .. i fair



i' '.,- .. .. : 1 ...:- Ut a d h
I ^', '' ; 1- [ ,1
",. !.: ..: c: [ 1 doe sa
- i- .. :.. ... ii


, i.' i ', : "' i', ll1crc
-s-





-.. '- ,' *, J;rt.,ru

-'' "- :,.Ui ti S
"d .:.::. ... j.- l:ur ,


PROPOSE ET
FAITS DIVERS
S(Suite)

ner en cadence. EtEce sea l'heare
du crteveilon. Un r6gal d'amou-
reux que tIon servira pair petitea
tables, A a belle etoitle et qui des
' maintenant je le devine bien -
vous faith venir, n'est-ce pas Made-
moiselle,. l'eau A la bouche.
Paul. 6 fils aim6 des dieux, qui
done t'enseigna l'art deiicat du
hien-vivre'?'

LES PHOTOS D'ANABELLA

Notre ami Doret., le talentuo'x
photograph bien conni>, nous a
faith le plaisir de noes m'.ntrer
jquelques photos de la grande ve-
ditte Anabella prices an course de
son court passage A Port-au-Prin-
cL Liles :eont de toute beauty et d&-
montrent. une fois de plus, la sfire
.-techniq.ie dec Diorct. Compliments.

L'ASILE DES' CAYES'


SL' -0atf et dimanche ai.r's-midi. ain-
,.-: n;. l- i CiL'i- avait eti fi>:, qu'eut lieu.
,:.,., -1t? U- a L.aX Cayes. 'ouis i pr{,sidence
Sr d honeii.Ir- du Prsident Vincent,
., 'r I 'I
.I. ,r. i .; ..r.'. lt;n dfe l'A -ile de -.:-,' 'h.t.rit s'i i 'vots plait-. quno dirige
i;t c t;:-;. t (tL ihri1 et d'intelligen-
S. c rn:- L. LPirmrii.gham En
. : t.- : I < ch : 's t hc.rc'.
..- i Pi.i-o:, K- S,1 Senat.ur FeoJiI -
',,', r-;.-l, ,a ',;i r '-:? lour t Lour, ta
: i.r ar .k n. it'... '- Prlsident de la
.: ..-. t: n aipport consid6-
., r.-lt ; !editf i...,n de cet asile-
;: sy- te- L 'ci.tb : .-.r1 C-t cmpte 200 pen-
::. tc,-:.y nourris et ;s
., ,.- au x r: i. r la La 'Charit: s'il
,-. f t .ul: T- i Et ce fu vrainer.t
i; .re u..-:: rL 't ,endre les paroles die
rrircher. '-i'"nna ,'ne don't ils ne n ti'is-
-n m;-me du saien: gui'rc a l'endroit de leur
-r ;'ie];s- BIenfa.tiur,, e Prisident Vincent
de-s lois. CrrEmctnie simple et impression-
,: .rtair c:antie t don't on a gard4, aux Ca-
.: .' ;. !r e y.s, le meilleur souvenir.

.,,l e ri- C.OMITE HAITI-CANADA
. P'oui-oirs Le Cn.c-eil de Direction du Co-
Liurs a'ar- miti HIaiti-Canada, prie tous ceux
i n. pas. non qui ont et- choisis comnme mem-
r l'ot;ilier bres de la Commission de recep-
ay,'. e rgi- ion de bien vouluir se r6unir chez
v-.cl,:mment 1 vice-President M. Edouard Es-
.prit s a-an- tev;., remain capr-.n-midi A 5 heu-
s. pn ,.i,- ri ..1 et dem ie.


es inccrir.n,-
erreurs.
ns de ceux
e la revolu-
le Pays a
;ja les heu-
aissaient y
.re, ne se
comp:e de
hau.it por-
s fortes a-
oyait extir-
de manl-
parrni eu.
le Progres-
sur la rou-


i i..t uite a remain)


I:.A E'... iNT DE LA POLICE
Pcr.-au- 'rinc. R6publique d'Haiti
1 ,' li'cembre -1938

AL., -i'- v'.i lout uncombrement
axd: c, ,i,., .uIr.; le.i propridtai-
s rt- '.i,'i_-.:u'irs de v6hicules A
mu:,i. r h :i ". tiract.t n animal sont
invid ih t i.- I-,isentur an Bureau de
la Polici -.e'r.i'ce de la Circulation,
do 8:00 a rcn, Ai midi pour le renou-
vellementr tdeo uns patentes et per-
mis de ccnduire pour 1'exercice
1938-1939.
Ils scint .n outre avisds qu'A par-
tir (lit 15 Janivier 1939 aucun vkhi-
cule ne pourra circuler sans 6tre
muni de la nouvelle plaque 1989.

Les propri6taires de chiefs sont
avisAs que tous les mercredis de
8:00 a.m. a 11:00 a.m., A partir du
21 Dceembre 1938, ils peuvent a-
menor leurs chiens i la Fourri6re
de la Cormmuihe pour etre vaccines.
R. B, LAROCHE,
Major, Garde d'Haiti,
Chef de ".011 ice.


Gract


Agence du Capigff "g j

Service de luxe rapid mtrea
fatien et New-York. Si
Departs r6guliers du
TIEN tout; les Jeudis A
P. M. et arrivees & Ne Uf1
Lundis matin. ..yoa!'

PROCHAINS DEPARM It lu
CAP-HAITIEN


SANTA ROSA
SANTA PAULA


29 ee


PRIX DE PASSAGEg


Cap-Haitien-New.Yosk,

lire Classe:
Cabinet ext6riuree,
minimum..........
Cabinets interieure,, '
Minimum-.... ..$ a
Pour tous autres renseigzn .,
s'adresaer a: :-
H. CIAA'CIULLI & C

Agents,

Cp-Mailien PIho

e" a^ ms...!La. -.. ..j-


...


II.












LeA Pyjamas dde la ""
Maison Vve Elsaieh et .



:." ?; .
Noustas ont tcrujOurs
iet6 r6put6a les meil-
leurs. Faites une peti -
to visit.

Rlue du Magasin










deu s a sortle :


j


UN FILM HALLUCINANT JOUE
PAR 7 VEDETTES
LES IMYSTERES DE PARIS...
adaptle de l'uvre immortelle d'Eu-
gene Suie s.era repr6sent6 diman-
che ani REX. L'interpretation a 6tE
confi&i a 7 vedettes du cinema fran
Cai. cdont Constant R6my, Henri
Il lil:cd, Madeleine Ozeray, Mar-
c- :- (.-iint... etc... Le metteur en
s.cine a t;l': de-s adventures du ro-
rman tun idr'ame sobre d'une tech-
n iqiue s-up.prieure. qui d6passe I'i-
Sniaginatior.., On croit rever en vo-
cant difiier les rnugistrales scenes
,.Id (e film extraordinaire.

rnaiMJws~femAwofkle n, *w m


ibrairie
RJ~tI I~l 'c;


I


La Libralrle ia i


(Malsaon do Conflant.e)
J. E. Hoover (Directeur do nla Police Fbd6rale) : Crime ats .
Etats Unis .................... .. ........ G. 4*
Dale Carnegie: Comment se faire des amis.......... ...---
Paul Reboux: Le Nouveau Savoir-Aimer .............- :.
Robert Brasilach: Corneille ........................-----...... ... ...
Nicolas S egur: La Chair et le Cceur ................... .. .. .....*.
Louis Pierrard: T-rrea des Indiens ................. .*.... 0 '
L. Daudet: Les lys sanglants .......................-.. ...- 8 Q.:^
G. Lenotre: Les Massacres de Septembre ............... ..... -:
H. Houssaye: 1814 .........................................s-*.. W ;:
1815 (Les cent jours)............ .. **.............
1815 (Waterloo) ..................-- ....-.::
Louis Madelin: Napoleon ............................. ............**
Saint-Aulaire: Richelieu .......................... ..... ...... .. .
Saint-Aulaire: Talleyrand ............................ .......-.-**...
Batardon: Cours pratique de comptabilit6 (2 vol.) chaque vol... 0,
Capon: Nouveau secr6taire commercial ......................-****.*
Mc. Laughlin: Nouveau correspondent commercial en anglais i!
et en frana is ......... ................ ............. ....-*.... ii
D. Bellegarde: La Nation Haitienne .................... ....****".
1815 (La second abdication), La terreur blan-
c h e ... ......... .. . .: :
LIVRES D'ETRENNES CARTES DE NOEL
ALMANACH VERMOT ALMANAC HACHETT' .


: --:


-, .--:. j: