<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03520
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: December 15, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03520

Full Text



PAGES


QOIOTID)IEN FONDtf EN '18196

LE PLUS BEPANDU D'HAITI


-f


-A bE


43e ANNEE


PORT-AU-PRINCE


JELUDI 15 DECEMBRE 1938


No. 20.140


/ II I,


StU TIIU ERiPEUTIQLIE DU PALUDISII
CAsiw e prononcee a la Station H H2S par Mr. Cl6ment Jean-Louis,
sous les auspices de la Fondation Castera

f------ C


.gappuyant sur les donnkes irrt-
dboes fournies par Ic Comirti im-
grtal de la Socite des Natiosr.,
.gstitut Prophylactique d'Haiti,
gre'ls campagin la plus signi-
,stive dans noS annales contre
tM.:moyens dangereux de thera-
pitjue. La grande sympathy iqu :
k Population e.iti re a r3-c'2:-
mat manifestly iA la FPndation
fstear est uZl reconfort pour nous.
Atme indication nette et sure qui,
8s sommes .ecoutc6s et. que notre
wale salutir'e, porter d'heureux
hAit, Commrn nolus avons s-ouve:t
:itet comlme on nous a vu agic, c.C
5'et pas 'int'.-ret particular cqu.
It seu! -;t dirigeant mcbile d.!
M.aetivites. Place- pour fire !e
t'de la population qui s'aldrcs-
kinous dans les moments de dJ;-
tie, nous xroierlon.- dtrog:. :.,
t.es instants suipr'ni- s d'cabarn-
Met de confiance absolue, n'-ius
i nms pour 1'exploiter. Nu
oa, au contraire, que ceast A
ikheure qu'i! faut user de l' u-
$n morale acquise pour cons.-iP-
i tl"ien.t, salutairement. Tou&
i bunes de bonne volontt ap.
trofletra ans doute, cette c.;n-
|-pttlOA 0~i e.t notre et 6paleF-
tMt notre action centre les Lt;iia-
;tItes intempestivec. Ne l-'i i)l-s
il. us as samedi dans .Le No.:-
i.,er que durant la campagi-:
tIUdople, seulement 516 homm":,
64-toute la massive arm6e italien-
4.6lt 6te atteints par le paludis-
lC&a grAce a l'emploi prevci,-
flt euratif de la quinine et des
Bivd du quinquina. Quel triom-
*e'pour l'idke scientifique qi'e
te eWyrimentations concluantes
:.t es agglomerations entire ?!
&itfIlan par centre, penckint que'-
Sftemps, on n'employait que 'es
.Thfats, sur la foi de la publi-
At On ne tarda pas A constater
augmentation du nombre d es
Wddents et des mortalites par le
iau&sme et parallelement, unei
g~vtion dans le modus de viC
SprBecaire. Le jour quo le lgoi-
.ftment ent cdecrit6 1'usage o-
ltoire de la quinine, prophy-
TAufement et curativement. le
B a comp!etement change en
.~I. La Quinine a rendu son mr-
.te! mais bien reel bonheur h lan
OUIatibn de Ceylan.


D'accord avec ie Doyen dce notrr
Corps MeTdical], qui n'a jamais ac-
c&td aus \prenantc' publications in-
tdrecsses sur ie trailement du Pa-
ludi.me, par les Colorant.-, iT, ntous
avons t,:'ujours, proni la qui:ine,.
comrmee t t.it I moyc-n eJ pjs 1, '
et le piL dirtctu dtc oign:er ia i.;.
laria. ("est aii-i qu,, 1U c.utCs Jo
I'ann- 1 9:S', In Ligue de Dbfenr;
contre los. F;,irilrmies. qtie na:-r.v.
no I'1Inetitut Prophylactiqu-. d'Haii-
ti, a (ditriobue gratuitmen: i trra-
vrr:.. k j..ays 1-1.(00 tube-. di-e 2.
cd'ntirnimC de quirnimax. i;,1; .;m-
;1ex,. le.1>. alabh de-a zto a. Ax da ,1.l.ii.-
q:i;r.a. No,:s. c'ontir-u-rons, d1-' qut lt
' ].i.:;disn:e laiss.cra sai fom, enn-
,diLrniqule actui'tle pour sivir .ni--.
mn-qu,:rr.e t. -a ciistribution de pro-
dui t.s CjLinictues.-
Cou-.me vo.us le voyez, chers ru-
dlitelur, ,i!- sI;ont nombreux lCs dis-
po;itf.s du problem de la Iala-
ria. hais a.ee la nouvelle et pruisl-
sante arme quo le Comite dlc Pa-
ludime de la Societ6 des Nations
vieit. de liver aux organizations
de cbonne voelnt., dans la lutte
centre los flciaux et particoulirf-
ment celui qui nous interesm1 C.
soir, nous scmime--; prsad'ds d':r-
ri.s. r it des reitultats certain dlan:
notre ctmpai4noe, faite avoc t.'.t-
mi:- oibjuctif i' bier public
En terminanIt, nou, vous pri-.ins
dE r-etcnir .Ue. II la base de a pro-
phvl!xi;e **.t die la th -rapeutique i'r'.-
dividuelle c-t social du Paludis'r
il faut Ia Quinine, que les conpo-
tence.s m&dicales les plus ha-t:s-
considi-rent come l'unique trait-
menrt sirieux du mal. Et ce a:;c -
une coupable aIgirert, A I'heure
actLeile de d&laisecr la Quinine,
pour retomber dans les aleatoire.
compo6 de synthese, dc6rivis de
l'acridine on dic l'optochine et me-
m,: dans le.e d6rivts arsinicaux. 1i
n'y a pn-i de cure du paludisfn'-
sans la quinine, souis lne fcrme ou
ineZ autre, Retenez le bien, Cher.
auditLur., non sCcullemcn t pour ;o,
tre bien individual, pour le bien
coikcetif, tqui est le supri c me gUie
dce no. d.marches scientitiques.


Cl4nlent JEA -L(O.I!

de la Fondation Caster


'a-


GRANDE SENSlI'IlON


Reveillon


"The


iAltwVpt


chez


gelodies


wnrvrTC


IflUTS


S JUUEI O JUULnoI JVUa.J *
i RTIMENT COMPLETE D E JOUETS POUR ENFANTS.

A L'ANCIENNE MASON FRANQ01S FWEDA. GRAND'
i!:VOUS AUREZ VIEMBARRAS' DU CIX
'iI.


NOUVELL~ S SPECIALS



,A JOURNEY' D'AUJOURD'HUI
A LIMA
UN DELEGUE CUBAIN EVO-
UE AVEC ENTHOUSIASME LA
DOCTRINE DE MONROE...


LLMA (15 D&cembre).-- Pre-
nant de nouveau la parole ce rmu-
'in it la conference de Lina ;e mi-
nistre cubain des affairs it. i- L-
res Juan J. Remos a depus:' un a-
mendement 1 son project d'hicr con-
tre l'nvasion fascist do.s paiv a--
mrricains. II a c 6clar, en ouLtrei qu.
les Amiriques ne doivent is
craindre une invasion armee car
la doctrine de MonTroe vicille de
11Sans est encore li1. Et rmme si
quelque d&l-.(g1 i croient qge cettE-
doctrine est .in subterfuge pour ,2.-
Etats-U'Tisi de maintenir I-ur pre-
domimiinc em-n Animrique di: Sud ils
doiv'ent admettreie qoe son "xsttr-
cc suffit pour 61oigner Its agres-
seur. europk&ns. La plupart des t-
14gu~s i Lima ont rutlisj qu'il est
impossible h' une poissance fasciate
d'effectuer une excursion militaire
dans lee Am6riques...

UN PROJECT QUI INTERESSE
AU PLUS HAUT POINT
LES ETATS-UNIS
LIMA (15 D)cembre).- Ce ma-
tin l]j plus grand intiret s'est con.
cenitr6 sur le point le plus impor-
Iant du travail du comiti tle 'or-
ganisation deo in tpix. On croit qu'a-
re nouvolle d-cla'ration vera formui-
!te centre !n reconnaissance id ter-
ritoire conquis. Le plan consist i
anifier plus.-;turs accords dans iun


(voir suite en 6e. page)


NOS EVEQUES A LA
NONCIATURE


Dimanch, dernii.or, 11 d6cembre,
Son Excellence Mgr Silvani, nonce
apostolique en Haiti, offrait A nos
Ev.t'ques ,n (liner a ..S residence
dle Ih noiciatrire die Port-au-Prin-
Sc-. On sait que le Congres synodal
an:rnuel avait appelf les Evkques
d'Haiti ia 'Archeviche. Aupf.-s de
leur ilet.rolitain Mgr. Le Goua-
ze, il y avait LL. EE. Mgr Pichon,
Evique des Cayes et Mgr Person
.son conidutdteurn, Mgr Jan, EvCquc-
du Cap-Haiiien, Mgr. Guiot, tiv&-
que di' Purt-do-Paix, Mgr Robert,
6vK-que dces Gonraves et i la droi-
to de Mgl r V1 Nonce, Mgr Conan. le
.uhthr v&-tetira don't le '35eme anni-
vcrsare de concskcration 6piscopa-
tlea it6 ra rpp'iO hbier.
C'. f.it lune belle reunion ii lI-
q(elle Mgr. le Nonce avait aussi
con'i i M. Cl Chanoine Corno, se.-
critairi gtni-rai de I'Archev&che et
lee Srnptrieurs des Congrigations
religieuses en Haiti.
Ce fut une occasion heureusea
pour Mlgr le Nonce, devant les ev.e-
ques de sa juridiction apoatolique
d'IIniti au grand complete, de lever
son xerrc a la sante si chore do(
Sa Saintet6 Notre Saint Pere le Pa-
pe Pie XI. Mgr 1'Archevc&que doe
Port-auL-Prince, r'.pondit et, par tne
attention ,idicntate ai t'endroit do.
.tIgr le Nonce don't la Psanitt dte-mn-
de ctle-mni-e -i.s mrn5ngements,
in v 1L,:- con vix .-:. ,' partan er leurs
'Lcux eiItrc le Souverainr Pontife
et so.n Rcprrsentarnt.
I 'ulec :;O(n ntin:- dar tl ''trnL- r
L,- des sentimrn-nt .il Mgr It, Non-


I t

I AUMPOND CIBC s


: i" ,U-
::

4I ., ,


4 '1 3-24 4 'C
S/ ,'' /
," /,- '^ ^ :


.. _


.. ..





LA MAIJSON EL SAIE! ET NOUSTAS
no pence pas sentiment au gi-ra ndes personmits
elle a un choix de Costumes po ur enfants
I -


7I font qu. IRc 'uoe v.rts chaglei jour n lUtre
de ,Ile dan I'intetrin. SI cat bile arrtive lat.
vcw atlmentt roe ao digrent faB. le Ia put-i.
lleht. et a vou i onlentnvou teta con-
rtip-. WFtre ctrgarnma n'empulstnnt e t tva
etamerr, tiarnatt. Vn" i n rlep tsut etn noir
I la ItERa Aiiit f tdo ip.-Ti r.r lnt fl
Ic'rrcN n-attci 't -' c ac It C)arat. S inu ltI
PTI'PNtS Plt!It.S t- C.ER t our l
FOI olt lI viutilnr d',a"iur-r re Ilhy n Mi
der tilr qu64 ""us rremetra d'apkins. Vg&*.
Calci, tIuc.-.w, .'trrna n!ttiun t ITLft a= l a Ia
A.% Mi ExiInpea rIUte Pliilsl Caner. womr
l eVolt. 'lit e PL'Kntfmuta.

E. HAKIME, Distributur.


PROPOS ET FAlS DIVERS


___


ERINEST 0. CHAtfVET
Itre,. our-Propri tEAir

!FRED. DUVIGNEAUD
/irec(teur

niW's ..ej -'.ParnStn I W


L ~,. -----------I--Iy~--~YPR~D~B~a~~
4ra**s~F8pEaaa~t~w~AI-n~


__ ,--,8~Y~Ua~b~euls~8J~~ p
A~g~l~CO~~'lll~,rrr~b~)r*~* t~'OBP~QBk~d~tlPPP~Cr


-1
I


cc- prend occasion de montret sa
sympathief affectueuse au clerg6
d'Hlaiti represent' par sea RFv-
qucs, orl EvL-ques et Religieux
se serlent autour de lui avec
plus d'empressnment que jamais
vu ]a gravite des ev6nements en
course qui initressent I'Eglise et les
peuplesI, ou tout fut A la hauteur
des invit@S de marque, y compris
en bonnie' place e e fin menu que leur
ont servi les chores Sceurs de St-
Jr.seph dr Cluny.

DEU'X CRANDES VEDETTES
SERONT A PORT-AU-PRINCE
REMAIN
La v-edette Anabelli, surnonm-
nLt' I'Eoile Franauise A Hollywood,
lan.s L : lujI'urd'hui Rio pour Port
(,f S!..in (Trinidad) en passant par
S;:n Ju:in, San Pedro de Macoris.
Ell .sera a Port-au-Prince remain
16 DIcemnbre et repartira le meme
jour pour Miami, poursuivra son
voyage d'ngrment A New-York et
de li retournera A Hollywood.
La vredette Tyron Power qui de-
vait nous visitor depuis le 13 du
courant, a;iai differ son voyage
sur la demantle d'Anabella qui a-
vait manifest. le d6sir d'etre en sa
ccmpagisnie. Les deux vedettes vo-
yLagen t t btrd d'un apparel de aI
I'ran-Arner!c:n Airways.
P'rt-a.u-Prince aura done Ie plai.
.ir d'utccuiiir. maiheureuser.ent
p'ur t(.itI tc.-, IlIeurCes, remain, deux
s-tar's det rt'i Vp.ttion mondiale, aux-
quelle ni ,u. l.-.*.,.ihaitons une curdia-
!, h ie' i 1 ','fl .( : :.

I.E I'RESIIDENT EXECUTIF DE
L. GRACE LINE VISIT
.A N'ITADELLE
Monsic-er Dotalman, Pr6sident
-,.;>; utift d la; Grace Line, accord.
:Iagni.: de -fCli spousee, a visited jeudi
d. rni ,- lit (Cit.,dllke Christophe--
I:, nmj!.t ci n.me Cicerone 1'tcri-
\.Jri liLn ctil.;, Mr Louis Mercier.
Mr ct .Mrnem Dotalman ont empor-
t.i ri meiwlee'ir- impression de eette
visit. et on ,ot fait part a leurs
amy' di;t C:ip

Mec. ). HIPPOLYTE
NOUS VISITED

.(Nou avins recu en notre r&dac-
tion l'airnzl4Ic visit de notre ami
M. Domirniiue Hippolyte, Com-
mis;:ire! dut Gouvernement pres le
'i. ; .,:,.i rCivil, de retour d'un eo-
,;;,f ;i C(.azida pour raison de


(voir suite en fbme page)

LA SALLE DE LECTURE
MASON DU PEUPLB
OTTA WA, CANADA.


RVEILLEZ LIA BILE'
BE VOTE FOIE-
Sans ealomel-et vns $seatere dm
lit te matin "gonfld i btloc"


i








MUSTAPHA KEMAL ET LA ThIQUIE DE DEAAINI

i;(Votr a No. d*bhr)


.La Turquie aux Turts
SwLa-Turquie aux Turess, tel fut
le mot d'ordre lanc6 par Krmal des
sa prise du pouvoir.
Deux facteurs principaux g6-
Snaient la r6alisation de ce dessein
'national: 'Islam d'une part, avec
son caract6re de religion arabe et
qui domine la ide morale, politique
et mat6riellt de 1'individu; la main-
rqise des grandes puissances sur le
territoire ture, d'autre part. C'est
A ces deux obstacles que RKmat
s'est attaqu6.
Peut-on parler de Panticl6riealis-
me de K6mal? II ne le semble pas.
Le dictateur n'ordonna pas la fer-
meture des mosques, ne chasse.
pas hours du pays les derviches; ii
combattit 'influence...dala religion
musulmane sur la vie des indivi-
dus. 11 fit la separation de I'Egli-
se et de 1'Etat. D'un cbt, le do-
maine spiritual de Mahomet, de
1'autre, 'Etat ture avec son code
civil suisse, son code p6nal italia.n.
son code commercial allemand. On
a beau'eoup parkl aussi daro4 ILL
press europeenne, de la siupr4rc-.-
sion du fez et de la polygamic. i',
l'obligation faite aux femmes ,I.
sortir non voil6es; ces mesurtc-.
toutes ext&*eures, ont' certaint'--
ment plus fait pour la lifcisation
du pays que tous lea dterets dti
fermeture des mosquees quct IV
Ghazi rait pu prendre. En ,'-
donnant anx femmes do sortir, c' -
tait tout un pan cld la vie soci..t-
de i'Islam qui s'dcroutaii, .,n.-
compter toutes les cons-qu'rc.,'
entrain6es par Ieur admission dIans
la vie du pays.
En contraignant les hommins a
porter la coiffure europeenne. i!
leur faisait adopter en bloc toute
une sdrie d'innovations, il faisait
de ce changement vestirmentaire It
symbdole de 1'europe'anisation qu'il


voulait voir remplacer
traditions orientales.
Successivement les
religieux furent abolish,
res et ordres religi-eux
la monogamie institute
temps que le nouveau
(17 f6vrier 1926): on


les vieilles

tribunaux
les confr&-
supprimes,
en mime
code civil
vit ensuite


se manifester le nationalism turc
et Ja lutte centre I'influence arabe
dans la substitution des caractres
latins aux caraci,'res arabes, puis
la suppression de l'enseignement
de .'azabe, I'appel a La pri&re en
turc, et enfin la traduction du C',-
ran en langue turque (1932).
Toutes csmesures visaient
a refaire iune Turquie not-
velle, int1ep-nia; r de la tra-
dition islamiquc. Y ont-eies r-us-
si?..
.........La -Turquie aux Ture s eela ..-


gifiat Aussi le retor' des pppula-
tions ottomanea dans la patrie tur-
que, consacrd par les changes en
1923-1924 de pres de 800.000 Tures
habitant jusque-la la Grece, contre
des Grecs, Armrniens et Bulgares.
Constantinople redevint une cite
pitrement ottomane.
La Turquie aux Turcs, cola si-
gnifiait aussi la liberation de la
mainmise &cunomique de l'Europc.
Au temps de l'Empire, chemins de
fer, mines, entreprises de toute es-
phee 6taient aux mains des An-
glais, des Franqais, des Allemands.
Kc6mal r ussit se lib6rer dans u-
iCe- tres large rn<,'urce de cette tu-
telle: la Turquic est pauvre, mni.;
ele vt'vut elle-m&mre parenir pen
i; peLu e(xpoiter ses richesses na-
ttirellep. Tout"' en s'adiatant nv
ryt.hme de 1'Europe-, elje entendC
demeurer degag6e de tout lien a-
vcc. eclo.
La politique exterieure de la
Turrcuic

M rf-i;, !c..- 1 .7I..LUrl L, ,I d.i rl r gi-
L e bato pci 'cs iix'i lt ap
m-' riiin pu.I .jn d .~ j'k-n e' reports
a' [.. ;.'.;;; : zang're,, fat
doe ri it.' '.i l n.. rirp:o rls ave,
I,. LL'.'. :t.: i -.;.fl ,;-5. :;I!l. jamn :iai
iiei i rC i'iltiu : ,. I 'L ,-*. I i iber-
t& d'action d ,O a f'u' :e.
A\'ec MoLe't, lc: rappiirts d'AT-
;tara qui a vaie-t r t: ia un certain
;.m:nt ase: alt:..-s atu mt-
,'.i: oin l1. lr t ir ocnu &tait rrm:-
:r '., A- ';ia:'.-' ,tr i n _,;geres --
'(,1.1 ;. .miC 'hiu.i L .imrlo .me-:t :'..l'-
rr[ii:.! IN : r.n-rl ifl i C IN :.\iL-C i. .drries.
l\,r; f o R-r'r,. /
L 'i1u.6 .endaia c c:- de la rp li:i.o1 e
turqusL doit ctre so ilin.ic au nio-
mt-nt oU Londires aussi bien que
Berlin viennent de c:oncur. T2'im-
portant., accords e&nomn,,ir:es a-
vec We gouvernement d'Annara,
qui a accept de collaborer avee Ie?
homes d'affaires allemands a.s-
si bien qu'anglais, sans pour cela
s'inf6oder. la puissance 6conomi-
que de Fun ou de I'autre pays.
Avec lItalie, les rapports sont
simplement bons: ta Turquie en el-
fet ne pe'ut s'empecher d'eprouver
une certain mifiance devnnt ex-
.pansion italienne; certaines dcecia-
rations faiths ia Rome sur d'Anato-
lie et les fortificaions dse )ik de
Loros 'n'ont pas tk6 faits. pour
rapprocher 6troitement es rlteu
pays.
L'accord de juillet dernier a re-
tabli avec la France la cordalidiL
de r; ':i qui avalent 6t uin nmo-
ment troubles loru' de l'atfaire
d'Alexandrette sans qu'on -:esl,
pour ce'a di 1a Turquic notre ai''e.
.. -.univrc)


LlflE NOUVEL~ZLI$~'~~'R CJ~ npnwwC~ur *


A



LA BOULANGERIE & PATISSERIE

PETE S


Chemiia des lalles T6e. 5 195

Qui se met laI disposition de son aimable clicntble, et du
public fin gourmet en gbnerai pour ls products sains et pleins
de vitaiines qu'eie l ur offre sous les variutes suivantes :

Pains Blanca (Fiutes, pails Sandwiches, rolls, etc.) Pains
Noirs, Pains aux raisin-, Brioches, croissanit, coffee cakes, etc.

E!le se recommande egal.en:n't a.'r s patisserie fine et ex-
quisa:

Tartcs de Vienne (ctnfltur a. cle, x:. Gateaus x aux fruits,

a ux amandes, Axir.rl ('ake. t...tai ;ut ch*colat, au cafe, etc.


'ftiOUTE' A l' PO l 1 'T .I.AMPIG-NON

V01 '\ F'.N'


--: "


n r, :-.-. ,': '.'ari'i^t tide
:.., -:. h :ts -t de
:. ':;t"- :-- .: '- .:" r.q .u ntes


Pour les crmn:nin:ind(,c ;' fin f.'nii, v.aillezU vouu inscrire a
I'avance pour ti.iter i'enevmbrem:rnt .1 ':--rner-. moments.

I. MIaison dl.;: i device a toujojr.,- e. Variety QualitY
- Promptitude. dilivr- egalemcLnt iu painr i domicile, a Port-
. au-Prince et a P&t:onvile-. L

Estomac-- dlicars, manfgez d.u pain et des gateaux Peters.
d ,,c ts, a .du p in e .


v OTRE PROPRE


., IrL-~I~I~~YW CUII*IIIUY1III(C1


AVIS

La Banque Nationale de I* Ra..
publique d'Haiti avise les employs
publics qui d6sirent escompter.'
leurs chbques d'appointement pour '
le mois de Janvier 1939 que lea gi ..
chets de la Banque seronc ouverts
A ces fins les 22 et 23 De.,.ejnte::'
1938 A 7:30 A. M. jusqu'i 1'f;
P.M.
A partir du Lundi 26 Dcembre
1938 1'escompte des appointementa
de Janvier sera repris et continue.
ra come par le pass. les samedia
excepts, jusqu'au 15 Janvier 19l.:
pour ceux qui le ddsirent.
En vue de nous aider Li ftlir a*4
vant le 22 DBcembre 193? avec f
r.glements des escomptes du :'"
de DIcembre, les interessais
invites A se prtsentcr 'e p lutfa.
piclement possible A nos guie tl "
les 19, 20 et 21 DMcembre 1938,'
L'escompte des appointments de
Janvier 1939 ne sera eonsenti
qu'aux emp!oyes qui aurant para*
chewv le reglement de l'ePcoWmp
leurs appointments de Doetibie
1938.
LA DIRECTION.


AVIS MATRIMONIAL


Je, soussigne, Mare D. Gaston,
declare au public et au commerese
en general, n'Utre plus respbnrsabe'
des actes et actions g6ndralement
quelconques, encore moins ds oW'
gations qu'elle aura contract it
de mon spouse Madame Mare D..
Gaston, nde Carmen Nailan, poor
abandon du toit conjugal, A Mit#.
balais depuis I'annee 1931. -
Une action en divorce devra Iai
6tre intentee dans le plus aref -


lai.


t "-@


AVIS MATRIMONIAL


*' ~U T 11*f^*^^f^^ *f*^**^^l^*^ff' N^f*f^f**^^flI^f^.f^f~4^f^^



6"3!l 6FT l ip 9" D fi


chez BATA


LABANQUE ROYALE
DU CANADA







og)Ur ACMAtl.A-c fSCRVATWf TP AOfIrr
'IOUX, RHUMES, BRONCHmE ltINROUEMENIi W
S INFLUENZA. AFFECTIONS oes POUwMONS
POf'-lAUA'RIW' HAjI.L gte tLie PBovlYclBn


Je soussign6, Adinor Pierre, d-'
clare au public et au commerce en
particulier. que je ne suis plus r .
ponsable des actes et action. de
mon spouse n6e Argentine Piesn.
et ce, pour cause d'incompatibilit'
de caractere et abandon du toit mwk
rital, en attendant qu'une action dei
divorce lui soit intentee.
Hinche, ce 5 Decembre 1938.
Adinor PIERRE.

CHARLES FEQUIRRE
& Cie
INGENIEtUS
Consultations Projets -- C-
culs Constructions Agtftes t
Representations Gkn6rales Com'
missions.-
Rue Bonne-Foi No. 54,
TOl: 8270
P. 0. BOX: 198

,,c^ ---- t ..a----- *


SI un Rhume
Vous Menace.
Ic'tipW .s ..'.

1) n n M Oste aB #ps f

bw.I4.A;'.k
yg..ux* :Y:AinW fl"


"wqp"w ww-4w WW W


CONSEIL. otk bio

LOrdre des avtcatct du a:
de Port-au-Prince fait cht ntr
Messe de Requiemrn a Ma rdl pro i
20 D6cembre 191 8, 4 6 ttt. :
demie du miatin, n l E(p Is
sale du Sacr&-Cour de Turgu ':
A la m6moire des ancienj bbon.
Piers et des avocets dEcdk s :.
Les parents des d6funts, les
membres et les armia i l' Orire -
sont invites A cette pieni, c4h f .i:
nie. .-
Priere d'acceptr le pr gsent a :
come tenant lic- de fare part."
Le Batonnier,
J. I iio JOSEPH, av.
.. L Secrttaire,
A. DOMINIQtJU,& -:


*~;"~B~''Y"~IP~'~


1


!


Ial


.ANMW. p


I




------ -------- -------. ------ ----

|;SPECIALE
SPACTYOGRAPIE

I cr td ti P Pblique
.,Angle Rues
I'j Ctre A et Miraced
S' fthone 2620
p.au-Pee
i O DACTYLO
(;OMTABILITE
,wtiablissement jusqu'ld &
rince o les prescriptions
sont rigoureusement ap-
rduCion a 6L' faite an ta.
Il des course pour tenir
de ta raret du numrai-
der Prospectus.


VHOMME CHIC
.siet Malherbe Labiasibre
arFroprirtaire de l'atelier
aret de 1'Homme Chitc sis a
.prince, Grand'Rue, No.165,
a la connaissance des aima-
cdienta du eSecret de l'Homme
q 'il se tient A leur disposi-
our les coupes A la mode :
ede Ville, Habit, Jaquette,
g, etc., Conditions avanta-

Promptitude Elegnce.
xALHERBE LABISSIERE,
Tailleur.

P















k nt a r "
.









te bainra solei .ui ;t: ils dCe-ienncrt
Its, teftraet rf cu- ': ,ur t'-'-.t1nLc e
uEuvasa adrme, U lr t :nimiCi1s *.(4i
t ul ctimatetr ur .:-,. ; Lt.vc aj-t:.r
it sbada stbac;t :, i, r tiPi cr urn
lm"edleSnth. La ir:: ,.ntne du Dr :c:i;
M' hide, est tin r ange 'd'hnt '.
-gtiait traitee Idesodorisfe -
'utiaieJ eat dTu:;.. de Pensylvarme, a;
I|1 t desh; ile- e..atant au n-.onde. I.a
a le Roia redc anera A votre cieve-
hs a ~iplesse saine et natureile, un
soy. s soytux. en a;i:isant sur les parties
i'bduchveyu. Ln vcnto, partout.
ALPHONSE MAGUET
Agent Gen6ral

I,---,_.

'IAG


SCOPANY

NEW-YORK


Avise Ie Commerce en
General qu'elle recom-
mlence se. activists
SPour lea articles tels
u, e:
Barriques videos.
Bouteilles en touR gen-
r es
IJ ag6i ou non
acs usag6s pour la
i anutention des den-
res & 'intkrieur du
S Pays. Toutes dimen.

OBeulea pour bouteil-
S rix defiant toute
Sonfctlrrence, etc.
'Pour tous renseigne-
:Mi s 'at aadreaser :

PAUL EUGENE
t'4 ltexchlusif pour Haiti
?P. BOX A-199

1
.-:i,, i .-- .
I:Y --,"...
tit.' an;.-.. .


--------- -" - """--':" -,- -- -. S s L l N Q IL--I-


&aeassart 'sane e*a*h na aa mannsnrn*n#' PF P550. W~fl0*A


LE NOU UVELLIST .
f. Rue du Centre NaI. J1*
Botte Postale No. 136. T4tflhoe m %W
qu IC'liSN FONDE MN IM
Par
I ENRI CHAU V T & CH ERIAQUIT
Direot~ur-Propriltoar :
e:R-NEST G. CH UVET
Oireetbur:
w'RED. DUVIGNEAUD
Rddacteur en Chfa:
MAX DUVAL
cirotasire de la Rddactio:
YVAN JEANNOT
&Admini-tratbR .
c BaE.lBRUN


Aamnt Exclasif ERNST LUDERS.


BERLINER HOF


rTx _i 4"- l .r TT 1


F-n Tr1


1938


ENOEL





a Cratbitiuntellt te (etiitn


"QUE POURRAI-JE BIEN OFFRIR ?"


IlE Vio. b'OErainrue

Eltnrtiqur

Otlts rus In la rbl ;ine s rile

ELLE VOUS OFFIl'E:


VENTILLATEUR


2) UNE LAMPE DE TABLE

3 UN FER A RE'PASSER

4) UN LUSTRE


4 Qhriiranx

'3~itirB


POUR


[AY BLE


S 3A0N CASH


64 2)002par6m6

EIL. 2266


l RHIJ. SARTHE

c'est la quintessence
DIM

meilleures varieties de cannes

d'un vaste territoire


reunissant les meilleurs terroirs.

C' st ce qui fait son arome

GOUTEZ ET COMPARE


Le fait est incontestable


)e-^^-~'~c~cly:~r~r,^ .LE NOWUV 1LL18TE*


PAG'E 6


COMPARISONS


CHANGEMENT I)ADPRESSET
LOi.SS VILMENAY JUNIOR
Maitre-Tailiour Mrderne
Rue dut Centre
En face doe in Pharmacie Sejirurn'.
ze5Ps is-s f eanflevesa-jefeflmflmfl
CARTES DE NOEL

Les plus; jolies vues du pays
. Vrux en fran:ais, anglaisespagnol
Mine. COUIHA
Rue du Centre 117-Td1. 5136

Dr AU RELE JOSEPH
Angle des Rues du Centre et des
Casernes 63.
Consultations: 7 h, 11 h. a. m.
3 h. 5 h. p. m.



Pourquoi doit-on user
un stveon m dicamenteux
toUs les ours?









Dansm es pays chaudts, l
eruptions et les impurets de la
peau sauriennent particuliire-
ment des microbes de Pair et de
la pousibre.
SXLe avon ordinaire de toilette
demeure inefficace, tandis que le
avon AFRIDOL nettoir, gu-nt *
les maladies de la peau, la rend
propre et 'enjolivr.
Le savon AFRIDOL aaussi
une action desinfectante, son
ecume esr surtout legire et abon-
dante,- il possede en outre un
parfum tres delicate.
Protegez-vous contre Ies con.
tagions par Ie savon AFRIDOL,
qui est de la plus haute valeur
mndicale.

Serve -vous en,
t~s lUs j !ours!



Afridol
LE SAVON BIEN-FAISANTI
i -- _--r


11 e -,r .a ra nConrde" ,n : 1 tme id-
*ai, .! -qL';t-i 15 .J rvi, : 19f'.*., ipour
i' n* 1 ( JflUn init. Pa-se cO dI-
hii, t1r.t action n11 portant 't pas la
1plai t-, e regieiImentaire s'e a capture
ct livr.- ii tl f(ourir- re.
Xxx
Coinormrnei.nt au paragraphe
2 de 'article 300 du Code P6nal en
vigueur relatif au tir des pieces
d'artifice, la Police advise le public
en g6ntral que 'explosion +jies p6-
tards, chlorate de potasse, etc, est
formellement interdite danrs !a Ca-
pitale.
En consequence, tout coutreve-
nant A ce paragraph seoa arr-te
et d6fdr6 a qui tde droit.
En outre, il est particulinrement
demand aux pharmacies et aux
autres vendeurs de products phar-
maceutiques de' ne pas d6bter du
chlorate do potanwie aux infants.
B. LAROCHR,
j Major, Garded'Haiti
Chef de lta Police


:r.*4*- -nWR'


Blanc come neige... Fort com-
me un Ture... Riche come Cr4-
aum1t... Ce sont IA des comparai-
sons que nous entendons emplo-
yer journellement par les jeunec
et par les vieux. par des gena de
toutes categories. Que seratt le
language sans les comparaisuns?
Comment pourrions-nous frm u
ler nos id6es, si Ie mot Kcommen,
n'existait pIra-
Lor-tqure ncus voulons d6cr!r:: itt
beautie o In la ideur d'une chose,
nontms maillons notre r6eit do com-
par'aisons et le mot teomme;r re-
vienit i tnut bout de champ.
Sir Henry Gidnc-y n eu recoui.
Itl; atutii i uone coimparaion, quanJ
i a voulu fair comrnprendre i scs
auditeur, Ia gravity du fleau que
constilte i1 pIall)diJsm c(:
Ri toui It's t- ad '.'res d(: '. icti -
mes Ifuites par le pa:lildis.rne aux
Inides anglais.s ftauient place-: I-
a ts h c-t&, des autres, il.; couvri-
raient lir di;,-:tance- alant lu I ):n rd
.i -.Alud de 1fndte.
C'-.-t l Line comparison fr,'j-
pairl t et pu't rtant :xacte. Sur
0o:;O O0006.000C, a'hatant!. t i n
m.uCrt cj-rquei annLe 2.000.000 C.
In mnlari-a .ct 90.00.000f) on' :.-
teints. Cc chiffre ne done pour-
tant qu'une id&e insuffisante du
fl6au que repr6esente le paludi .me
pour le mr.nd enter. (C'."e-t
i flia qui fait plus de victims que
los guctrrs lt' plus sanglantes et
les epid mnies les plus serieuies.
Et qu~ind on sait cela, on comproen
(galenm~nt I'importance tqute pr.-
sen:t pour l'humanite la de-ouvir-
te di'uim rnmde preventif et <:' ra-
tif do ht malaria.
La Commiision institute p ir ia
Society des Nations pour ietude
des questions concernant le pa!u-
disme, est arrive A la conclusion
qu'it suffit de 0 gramme 400 de
quinine par jour, pris pendant tou-
te la saison des fitvres, pour se
garantir centre cette maiadit.
Pour ce qui est du traitcment
du palndisme, cetre mtmne Com-
mission r'-commande de prenrt:e u-
no dose journaliere do I gramme
1 gramme 300 de quinine pen-
dant 5 i 7 jours. 'I n'1st pas n&-
cessaire de fire de traitement sup-
rme<.ntl.ii : : An ns (i. recidive,. Ln
.. ... . .
opere de it ia mnOit fa-corn


QUARTER GENERAL U1; DIS-
TRI(CT DE tLA POLICE,
GARDEN I'HAITI
Port-au-Prince, Republique d'IHaiti,
Te 14 Dtcembre 1938
AVIS

En vcrtu des dispositins de far-
tide premier de ia Li du 1I Aoot
I1 28, a,'. ,r ,,ri staia -, (^ chie .-ns
-oi} t J. ',;t,- 't fa ir e: I CL t iciaratio
11 i lu 'eaI a'- l: l"' '.' I-'. ur" 'ob-
t.c-ititon di- ii; pl'-t1e IinmnZttrici-
latilon, iL,(t-'ll- cra dsi- vrI'(O st ur 1s
V', do ardler-'au comnr :Iral; dcl.,-
mfnt acquiittv aIttestiant e lnaement
de i;t tiax pr'ivIt, ]lar t'.'ot'L 5 Jd
!a Ic.-t ;-it Lii.


------


I t




PA:GE -2 ...** *... .. ..*......... ...*--


PENSEES

Sans Ja digue des lois, la ljb-rti6
ne serait qU'un torrent divastateur.
SB. SAY.

La veritable science pour nous
rendre heureux, eLest d'aimer son
devoir et d'y chereher son plaisir.
Mme. de HOTTEVILLE.



NOUVELLES SPECIALS
(Suite)


seul document. Cot accord proba-
blement 1refusera non seulement la
reconnaissance de territoire pris
par la force mais aussi de territoi-
re obtenu par la menace ou la force.
La did6gation americaine est
principalement interessee a ii ac-
accord car Washington est actue s
element en face de plusieurs pro-
blemes de reconnaissance ou de noru
reconnaissance. LDs Etats-Unis
n'ont pas reconiuu 'Ethiopie bien
que i'Angleterre, i'A!lcmagne et i
France et ie Japon i'aiLnt fain.-
Les Etat,-Unis n'ont pas re'connu
"le "_ T .hol kacio ^'" n que I'A ie-
magne ct 'lhal i'aiti't retonnr
Lce problEme dc itavenir ua t n.sii
soulevei. I1 s'agit e a rI e i'-
sance que nouvlt t; at p'up:i ,
nois forge par le Japon,

LA DELEGATION DE WAS-
HINGTON RECLAME L'ABAIS-
SEM31NT )DES BAIARtIERES
/" DOI)ANILEItES
LIMA --- (1"> D) cni'r-).- --
comii des ptub ericS ccn1..m
a ctalnm enc<; Mi'ti ct nmri! d i'-
ne resolution .. -L,- <-
mandant ]';h,; ri nt il.- bann:-
res douanicres. Lets dtf-^"i no..
amnricains ont lu obtcnjr ,a sig-r-a-
ture de nombreux pays pour la re-
solution qui ne s'tcend pas aux cd-
clarations dija existantes re a ce suiet, mais Ipare d; jIa ii -
cessitL, d'abd istr les barritres
douani ros.

TOUS LES DELEGUES DON'T
CELX DIHAITI ONT ATTAQUE
ET REPROUVE LE FASCIS-ME
ET LE NAZfItM-.
LI .A (D1,: c Scialc).-- M.
Elcmri,,i (_ Kc .t.r u cLin t1I In:ma
sa d ir'c ilfort itiont-., sui'ani -
UtsuiCr i;a mxirc ties iravaux a
la conf u..*tie p;an-am:ric-n.i Lan
coInfl,:.e;; c profo din. n iv- l
depL"-. i( di:.ourti- o M1M. Corc.el
llun, Cuti;h rt C -onci;. Ls pays
anol it 1n '(- I 1 MIIM; U

ciLrit ai: s t.- ntuQ t ri:nc tn nl bi
cot fltqu c-n-10 I'- xtc!tsi An dan

ropi:''fl t -, .e>t ; -.; mij i e Fas-
cist>me av N > z1 .n1 ,t ct-i sal'tu -
par I(; I .ots pII iii:tt :iE .
IDepui-s q-' 1 S> .t i>; v'rl i- tra-
vaux, ile- .gu(,.' ai or!'t :r unt fsjr-
mol emtn t ilxe ia pi.titL4: ie i'' -


pays qun sopptety t u u0 Itum




Chili, (de EtI." u .:li o:it E4 dc -


que leti se-ntimc nt- anti-facinte
aient glermet danl toutiv (le. I nt-
riques. Des Etats-Unis la plus gran-
de R6pr..i' :!(u.t Haiti et PanamBa
parmi les plus petites rdpublique,.
la route est large ou ce sentiment
s'exteriorise cohtre les prejuges
raciaux les exc&e du nationalism
fascisme.
On peut juger de la reprobation-
A laquelle leurs peuples vouent le
Fascisme et le Nazisme par les d&-
clarations publiques faites a la con-
f6rence par les dcleguws des Etats-
Unis, de 1'Argentine, de la R6pu-
blique de haiti, de la R6publique
Dominicaine, de Cuba, du Briail,
et des autres pays. I1 niy a pas long
temps Mr Cordel Hull devant iAs-
semblee pi6ni'fe mettait les dt6-
gues en garden eontre des forces
destructives -et paralysanes d'un
nationalism 6troit et declarait :
strbumanit6 ur* e toi d plus est ti.


- *aaaeaoS,*,Stdt.tflt&,ttsatBlddptn


raill6e par deux alternatives la li- I
bert6 ou l'esclavage, I'ordre ou a I
narchie, le progr&t ou la regresI
sion, la civilization ou la barbarioe.
Et e chancellier de PArgentine
Cautillo n'a pas 6te moins catigo-
rique quand r6pondant au mniis-
tre" phruvien Mr. Concha ii disait
I'autre jour ltes Am6riques- sont
pr'tes h rtsister A tout ce qui irm-
plique une menace pour 1'ordre a-
Smricain, a toute intrusion d'id6o-
logies qui sont contraires A nos
idiees, a nos propres theories, qui
menaceront de d6truire la paix mo-
instaurant la fanatisme politique.*

.. .. .. .. ... ........- .

PROPOSE ET
FAITS DIVERS
(Suite)


Nous avans ete heureux d'ap-
prendre que son ttat, qui, avant
son depart etait assez inquietant,
s'est sensiblmnent amtlior6 et qu'il
pourra reprendre, sous peu, ses im-
portantes et tiles activities.
S Nous ie remercions de son aima-
be visie et en prenons occasion
npor tu souhailter un prompt et
coimplct rtablissement.,

A BIOLOSSE

Ntus si.na)iAn- 1in fdbut de la
sernaait fi'i tt OIchfn revenue a ses
insincts, (ic sanglier, aivait atta-
qu6 ei griivemmnit blessed un horn-
m a la Qitiatrin-me Avenue de Bo-

Le fait pourrait fort hi e se re-
n v-!:r, tuisqu'ii n'est pas. rare
S; i v.sis, dans ce quarttir et par
re.s .i intteressant, des -zuidvs
:ircuiant on toute'liberte. Nous si-
a ie faith a ,qui de droit

XA LA CITE VINCENT
A la Cite Vincent, hier aprt-s-
midi, Mir Brea Vincent, le frere du
IPrsident dc la Republique, ayant.
fail grnup~er e;: enflants diu quar-
t;Ir, remit A chacun d'eux un pe-
tit cadeau en especes. Naturelle-I
Innt I-s parents s'inviterent la
di[sribuLti.on, qui s'acheva ai milieu
C'Ln L.nthousiasme facile A dc'.irnr.
I JI- rP-a GL.'t deLpuiis lI..ingemps
az.rti, (quie pouvaienti encore s'enten-
.c. s '.~- Vi'c Vincent) pousses
p;.. ma T-narmaill'.- reconlnaissante.
-: stin m6criait d'ttre signaled.

UNE DECLARATION

SENSATIONNELLE

o: r.;' Waruen tierson, presi-
denit des lxporatiions d'une Ban-
qte impr'?t.:iante a 'Washington, a
ie-ar(lii qiue ia i-anque est en train
(I'agernce-r (dt's em(rn ints aux pays
latinur-ambricains dans le but de
s rnx'.:.. le comnmere,. 11 a ajoute
qu' it 1:,niqiti .i dl;ja aitde finan-
uilritev::t It' It:'rsil qui avait be-
s:-oi:n ti macl hin<: t .,t 4 'outiis pour


-Itt tP fiM Ii UIO\ta (i-0it.


AVIS

II est port t i la connaissance des
lMembres actifs, adherents et vi-
siteurs du Cercle Port-au-Princien
qu'un Arbre de Note sera organi-
st It 28 Ddckmbre A 4 heures de
i'aprZPs-midi dans lea salons du Cer-
ci.
Leg membres, qui desirent par.
ticiper au tirage des lots, sont pries
de s'inscrire au plus tot.
Le Secretaire:

D. HEURTELOU.



LES ITALIENS RECLAMENT
LA SOMZALE FtRANCAISB
mais le consommateur soucieux de
ses interets r6clamera partout les
tubes de pate dentifrices GIBBS
A 75 et une gourde le tube. Le den--
tifrice GIBBS est A base de savon
et le savon seul dissout lea matie.
res grasses des aliments .


W- d ----



Grale ine Librairie Nouvelle
La Libralrde la meuxt asorti
1aisMon de Confianee)

Agency du Capnflaiien .1. E. Hoover (Directeur de la Police FEdrale) : Crime
Etats Unis .................. ..... ...............
Service de luxe rapid en tre Cap" Dale Carnegie: Comment e fire des amis........... ..
9aitien et New-York. Paul Reboux: Le Nouveau Savoir-Aimer ..............
DNparts rguiiers du CAP-HAI- Robert Brasilach: Corneille .................................
'TIEN tou. les Jtea.is a 4 heures Nicolas S6gur: La Chair et I Cur .............. ........
P, M. et arrives i New-York les Louis Pierrard: Terres des Indiens .....................2.. ,
Lundis martin. L. DauJut: Le. lys sanglants ..................
G. L.enotre: Le roi Louis XVII .........
PROCHAINS DII'PARTS lDU G. Lenotre: La Captivite ot la mort de Marie-Anrtoinette 4. "
CAP-HAl[ITIN G. L-enotre: r;icu, ilancs et Rougs...........
G. Lenotr-. Lt Dram e de Varennes .................
SANTA ELENA 1.. D,:embre G. Lenotre: Les Massacres de Septembre ..'........' ""
SANTA ROSA :.- I emb.nbre H. Houssaype- 1814 .......... ....... ............ ."
-'-'--''-- ....... "-- ''.... ... 3'''..t, ,
SANTA PAULA -' I.icrnSbrc 1315 lses cent jours)..... .
1P15 (W aterlou) ..... .....:......*t.. 3, o3
Lc M : Napoi ................. ... ..... ....
Saint:-A ulaire: Richelic-u ............... ...
Cap-Haitien-N t,; ork, Saint- Au:aire: Tail'T yrand ..............r......... ...... .
lre C. : Baardon: C.r prtique de comptabilite (2 vol.) chaque vol., i
Batardon: La Comptabilij h la port dee tous ......
Desichartp:s- 'iour.-. iemnentaire de commerce cit de comntabilit .,-
Cabbies extri -,,r,. C. Lejeune: L. C,: orr: ecrc et !a Comptabilit ".......
Cab niitenn 3I Cn: Nount .ai c r 'e commercial .. ...............

minimum M. Ih N..ca c,,rrepondant comnmer-cia en anglais
in nif tUf .S 95.00 ett 1e 1 fuanc .s .......
Pour tuus i: -.-. it cents. egrde: La Natin H-aitiene ........ 2
'adresr 15 1La second abdication,, La terreur blan
che .
H. .(' A,(C '.; J/ U 0 '. FI I '- I E! :ENNES CARES DE NOEL
... I& AIANAI \ L;.-..i, ALMANAC'H HACHE'TTE

A. qu;!. ~ ~ Ctp BC* ~ ~~.IB~P*p'c~~~~s*ss~ ~ ~ p hiCQ)~~ C


Cap-Ha' i/i


ihutn ')


Albe CliENt 'r~I> i U'~-N !W~


M .I tC. ...

meust r- t I
d'outrt -m:-r ds
beaute et de pc .
public haiti.n d .
mante ct iort -r
tChants du Sourenir
churte c s pr cffcze
M. Gas non I .urd, .
deo G n.-n. l L:c I ..-
Nt{_ s at :0 t ,' i "


Sr c



-. ,< .- br.- -



:-ati emment
In ectt


nul


OUce rIeral i.1;:%:. q r' sansr
do1lt- un sucG-:. pc" ur oA"i 'L; 'r.


NOUVELLLS

Mile, Andir: Francois organize
le 17 du c"r;-:, au Collge No. 1,
angle I;t Lan.~ ar e et Lalue, une
reprsse-nt>a n u'it-,trale qui pro-
met d'ir t: .-: irn;:rcssante. L'en-
tree est do o...5
xxx
On n it: .: v uis ulndi les tra-
vaux dt rot ;c:n de ]la Ruelle Ro-
main dni::, .'-. s iignalions tout r6-
cemmntr. I' :-L pU2ius que lamenta-
ble. No-: :.'alt-ndions pas mto;se
des Setrvnit- inittresses et les en
complaints viv ement,
"a y


C'e-st ttirnm:.lcht ant
te, qul .O-:- d(r-: tliera
plus sens-:ttionnel de
let te-Raclin., g.


Pare Lecon-
Ie mat,:h 'e
P'annte. Vio-


Pour fire de bones emplettes,
on ne manque jamais de passer A
l'Epicerie Bailly, situee h la Rue
Bonne-Foi, ou se trouvent les meil-
leurs proddits alimentaires.

Le Sous-Secretaire d'Etat au
Foreign Office Britannique Mr.
Butler a d6clar6 hier a la Chambre
des Communes que la Grande Bre-
tagne a blAm6 les homes de Fran-
i co pour les 120 incidents de navi-
res battant pavilion anglais depui.l
PIouverture des hostilities en Es-
pagne.

Le Gouvernement de Barcelo.
ne, informe-t-on a pardonne its
crimes des etrangers et des natu-
ralis6s espagnols depuis la guerre
civil. Gettte amnnistie s'applique i
tous les crimes & I'exception de la
trahison, de l'espionnage et de la
rebellion.


.rt r te., -... L ;c --..o ( .'t rard it,



F.. ;" ; C .1 l r- ,r



i- :n n .r ..:-- ;it a- r. o ,
mean art: ,e c-ott n mad -t. ce r. '-
t .. r. .:^ lIa I.n t Ihu anr. Arthanna.
smeot:na ii e-a u.it par c;.-- ilitn :
. N'.,s pays fLabik, i10Lua de,',,;. tl'o
S rudenoct.. -r r c a tiIe, pr, irlnurTe-i-
-on Cne Cdna'. Sn'at t'na f:e ie-
mander a Hitler de lui dire s'il con-
venait qbe Memel soil rattacht ca-
tge orquement A i'Alemagne ou il
soft de faith sans IiPetre diapparen-
ce. A Oquoi e Purher de Memel
Newmann a repondu: le sort de-
Memel ne pent pas se decider ife.

Le Docteur Schadt, prtkidenit d-
la Banque d'Etat aicemande et M "
G. W. Beyen, president de Ia Ban -
que pour les rgemenvt in ssterna-
- tionaux sont actuellement I Lon-
dres. On crot qu'ils oper-c: .
avee M. Montajo Norman, Gouvnr-
neur de a Banque d'Angleterre sui-
e probfitme des refuge s juifs.

Le Docteur Franck, Ministre de
la Justice du Reich est arrive au.
jourcdhui a Varsovie ot i! assiste-
ra a la reunion annuelle de 'enten-
te juridique polono-allemande.
xxx
On announce la mort de Mr. Pier-
re Lafitte, Directeur de revues f-
minines et musicals et de la re-
vue encyclopedique Je sais tout,
survenue f Pari.,


D r Kaii: s la rapitale de.J .IJ. .
Sthuanie .;,n n.marle iue le GoI .
-rtenent acm r:cain a lanc6 Ut..
te-tation cut.utrr !e mauvais .
|mnt don: a ie vitct ime le ..
iiste amorrican;, Robert Se.t..:i
;c part de la IPlicie d1k Me.'
F .
L.. C-onniaisseurs, C n geatl:
Se]egaints ne portent que les eheai.
ses eLAFAYETTEsa, le plus hd-
l-s r.t les piusr durables de laPlae,
SFaites ut visite li la Chetiserie
Lafayette ou vous trouverea. ga.
element des iy'jamas, des ealeon,.
etc., et iC.e. sere satisfats.
Une visit done s'impose.

A Burg-o, le journaux nation*
listed sonn cn train de mener ut,
violent, c..tm itpagi.e intention des
puissanct',s do ia Conf6rence de IA
r ma. 11. depmnadent A l'Argentine..EL
au I-irusil : s-.u ver Ia quesdbion0
de l'octtri uti-. droit de belligita-
ce au Gi-e-ral Franco.

Si vais vouole3 ktre bien lo'It
bien nourrt alizz a lat PensitonL
Fayetteo Champ de Mars, m0'i
P Prezeau, no. 5, ci vous trOu .L
chambers fraiches avec eofnMt
mets choisik, service irr4proch&bi*
Pour les conditions qui sntfrl]
element avartageauSecs address
vous i Minm. Christian Diets pro-
priet-ire.

De Washington, on infolme
Eden a 6t6 recu A la Mai5tiWi
che par le Pr6sident Roose tL


SAVOY


-Pi
46


The


I N V ITE LA HAUTE SOCIETY PORT-AU

PRINCIENANE A SA GRANDE SOIREE DA-

SANTE LE SAMEDI 17 DECEMBRE A PARTIR


DE 8 HuEURES 30.

A VEC LE CONCOURS DU JAZZ ROUZIER

CHARLES ROTHBERGER- AU PIANO ET F.


SALZMAN (TENOR).


ENTREE LIBRE.


*tnCnsLnflflsflnnBfQnQnrrttJ##fl#*#~~f


VYV- urrr~~B~aPb DBB BB


E
I


P
d


-


PET TES


1810,103