<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03468
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: October 15, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03468

Full Text




I i PAGES

WpLS ANCIEN
Ipr D IZAST
?r.: rbCl


... ... .. j --- ---


ERRNEST G. C'fH AUYET
FitrEt r.- fPVrtiNta Ui .

PILED. DUVIGNEAUD
rflrntwr


QUOTIDIEN ONbE EN 189


i EFF T IT
]^ .:.. t ""





CONCL

i (V*r Is No


b" aut en bas de l'Achelle ad-
i va^ue eas choa ne s-e pas-
j': =e autrement.
e collaboration et quell
^imiS tiles, ceux qui sont
5iuS de donner une impulsilon
's pays, peuvent-ils attendre de
:'g qui ne sont presque jamais
^ r affaire, qui vivent constam-
t dans utae sorte d'angoisse de
,i; i tleur gagne-pain leur ehap-
et qui trainent, dana lea ser-
"i:, auxquels ils sont attaches,
.i terrea r perp6tuelle du lende-
ini incertain pour eux et leurs
!;Mgies? Ne pouvant se lib6rer du
i..witacl quotidien de cette arnme
i;.andidts aux functions pubti-
qui q rOde autour d'eux et don't
i: j leeor parait grossir cha-
-: lti, ils se livrent a des a-
ii s d'imaginations et de co;.-.
qui les aident d'aborJ
`i it tenir aen sell* dans I't
i et; ct A prendre ensuite, et
t.: : Oil, des assurances sur
:IW. Ils en arrivent ainsi un
i;:ltble dsarroi moral oh ils pr-
I at .tout contrble d'eux-rnmems,
talentt dans les faiblesses et les
nei n les plus regrettables et ou-
b Jt conmpltement qu'ils font
p: t de rouages organisms pour
S:ervtice de l'int6ret g6ndral.
i.? .l.aes moindres petites commu-
I:'~te la m me dseolation et- la
. clitearence administrative, Les
I lNtle.u cr0 sont toujours a cou
i tttirBs et s'6puisent en d6non-
catios et en demarches. Autour
A 4 places de Magistrat Com-
t~aal, de Juge de Paix, de Gref-
Sfi oU d'Officier de I'Etat Civil,.
Sc'.tti iinroyable hallali. Las
Stithges, voyant le danger, n'ont
- l .qu'une id&e: cell de tircr 1;.
plus Vrte possible leur 6pingle du
tG, et de fire rendre a Ia fonc-
tiot tee qu'elle peut donner -
a~x-itmes au grand pr6ju-
6d e de leurs administr6s, de 1'or-
6e et de la justice dans I'Etat
Psa de classes moyenne, ou, a
Se, un simple embryon. C'est
Wr Peontribuer a sa formation q-.e
..uS avons pousse, le plus possi-
:.la Pr6paration d'un artisanat,
tli dveloppement de l'enseigie--
ent Professionnel et que nous a-
-. eS vOilu augmenter le nombr?
.l tItits proprietaires ruraux Et:1
hi:tnremttant des titres detinitf.
kwprri6t6, conform6ment A la lei
tia hbien rural de famille, et a-
IPilir le cadre des petits corn
-= 2k3nts, en tenant ferme a l'ap-
-. action de la loi sur le commerce

.Do.e, d'un cbt. une edliteu qmui
Samai rescue comprise le rd-
8q'elle avait & remplir dans la


SRW; qUlli maintenait, en d6pit d.i
: es, une sorte de cloison 6tan-
t itre elle et une masse qui, en
. ; isat, 6tait seule appelbe iA
':.t" d. la richesse et A fortified
Ihu.e social. C'eat de cette dli-
:~ qui coprend un certain no-
ahor unes de haute culture,
.. .I U0s tirons g6n6ralement, e,
Sour, le personnel dirigeant.
.:I eOmrrne eite a constammesyt
: ai ellte-mfime, qu'elle a des
i: # que les conditions de la vie
od e r0e ndent de plus on plus
S que seS acativits, si on
.i 'aRu sont A sens unique (,t
: t utre dboueh6 quo I'Ad-
publique, et quit ser-
W .1 force des chooses l'ac-
& rster prisounilre


FUSION
d'hier)


du vase close qu'elle symbolize de-
puis plus d'un sibele, ele continue,
come par le psas6, A s'agiter dans
des rivalites d'individus A indivi.
dus ou de groups groups, pour
la satisfaction d'appktits ou d'am-
bitions qui lui sont propres. Et
quelles que soient la bonne foi et
la conception supkrieure dei buts
de la politique qgle peuvent app-jr-
ter, par hasard, lea individus aa
pouvoir, il faut qu'ils patent, d'a-
bord, le crime d'occuper des posi--
tions que tous le. autres rclament
en m&me temps, et avec quelle ar-
deur!
C'est une perpetuelle posture ir.
combat et aussi d'abdication de la
mission d'une veritable lCite. Ai
lieu d'entretenir en elle un certain
esprit de collaboration et de .oli-
darit4, elle s'acharne, au contrsi-
re, h mettre des batons dant l~-3
roues pour que la machine de !'E-
tat demeure embourb6e danas I
ornieres. 11 leur faut bien dcmon-
trer I'incapacite de ceux des leurs
qui sont au volant et 16gitimer ain-
si leur d6sir agressif de conduioLe
eux-memes. Le malheur, c'est qi,
tout le monde veut ;tre au volant,
et tout de suite...

D'autre part, il y a les deux md-
lions et plus d'analphabets d-,r
nous parlions plus haut, et qui cons-
tituent. un problAme tres comp'i-
qu6, puisque, par cette masse mn--
me et son 6tat actual. nous p,a-
vons etro entrainds vers de-s abi-
mes de dktresse 6conomique et sc..-
ciale. Qu'allons-nous faire de c-.;
analphabets? C'est presque tin
truisme que de dire notre inttrtc
le plus evident autant que la jun-
tice la plus 616mentaire nous com-
mandent de les fire entrer daut,
la Cit6, en lea affranchissant, p:ar
le travail et l'bducation, de leuro
conditions actuelles d'existence. 1:
faut en fire des l66ments de pro-
duction qui.eux aussi, viennent con-
tribuer au progris de ee pays.
Mais quelle education donner i
cc-tte masse amorphe? 11 ne sutfil
paS, come on pourrait le croi-c,
d'6tablir des 6coles a tort et A tria-
v'rs dans nos campagnes et de dis-
penser une certain instruction pri-
maire A nos petits paysans et A no<
petites paysannes. Si on ne faisa:r
que cela, on risquerait fort d'ai-
ler centre le but que l'on se p,-e-
pose.


Notre enseignement rural ne
dolt pas d6vier d'une ligne de sat
veritable reason d'Otre qui est d'en-
tretenir chez l'enfant des morne,
et des planes I'amour de la terre,
de l'attacher h son milieu, de for-
tifier, en I'eclairant, .4a mentalit,-
rurale, de I'arracher A ses routiines
agricoles et. A tout son compl-.s:
d'ignorance, aussi bien dlans i'i;-
t6ret d'une transformation de tn,)
methodes dcsultes de production
que d'une reforme n6cessaire dc;
mceurs de ces populations arrmit-
r6eg.
C'est la seule maniere, A notre a-
vis, de pr6venir et d'arrter i:n
exode rural, qui, A P'heure actuel-
le, est un des plus graves dangers
qui nous menacent, parce qu'il ist
encourage par le manque d'q&uipc-
ment d'une terre 6puisee par do
longues p6riodes annuelles de s6-
cheresse, et qui meurt, chaque j ur
davantage, par l'abus des cultures
annuelles sur lea pentes, par-le d-I
boisement et 1'6rosion.
S(voir suite 8an ae pa )


PROPOSE t1l FAs 1 18 I



17 OCTOBRE

Lundi 17 Octobre, le people ha;,
tien commEmorcra Ie grand anr.;-
ver.aire de la mort de limmortel.
Jean-Jacques Dessalines, Fonda
teur de la Nation,
L'Illustre Chef, mena In guerrcL
de I'Inddpendance avec. une euner.
gle, tune autorite militaire et une
intelligence qui condulsirent see
arm&cs A la victoire. Car, cette
guerre come on le sailt test pleine
de fait; d'armes dignes d'immor.
taliser les h ros qui on furent les
acteurs-.:.
En effet, une fois maitre du
Cap le Gen6ral en Chef des arme.-.
indigPne, talonna 1'arrnme franyai-
so- et le 28 rnovembre 1$04, le sui.-
Sces e.ir Leccerce dfi t caapitalcr.
UL lc- jai tinier 180-4, I'lndepck n-
danrce i- i:'le fut soleninellement
prioclam6t. Une nouvelle Nation a.
vait SI ur's .
Le G6n6-:-al De.salines, p 1I'Ilu,,-
tre htrcs. i..-i avait conduit ia la vic-
toir-e ic phalanges d';.ric:,.i- t~-
can r-cdi-e.s I :l-. dans an ges.re 9'-
tlrime. ne sera jiamais assez lou65
par I'hi.tc'ir ni assez v.en6re r pa,
la mnmrnire rlio Haitiens de tIous
les iges-..


SECRETAIRERIE D'ETAT
DE L'INTERIEUR

Bulletin de Sant dte Son Excel-
lence Monsieur le President de la
Repa bliqu e.
EtLt trs, excellent,
Pl;u de Bulc-tin.
(S) RuIx LEON
Dr. Ant. MIOT
Port-au-Prince, le 15 Octobre 1933

REFORM DES ECOLES
PRIMAIRES

Nos infilorniations relative A la
re'furne Rie nos ecoles primairts deI
garconsa on: tte confirmnes, hier,
par ia nomination de 2 nouveau
directtrizs et do 6 profeseurs dci
pl6omds de I'Ecole Normale d'lis-
tituteurs.-
SLes inouveiix instituteurs ourt
et intstailts, hier aprbs-midi, par
I'Inspectvur des Ecoles Samuel Dj-
vieux,, qi, diant chaque &cole, s.at
indicuer, ien tvrmea pr6cis, t'esprit
dans Ir.,que s'op'ore, it l'heure nc-.
pellc. la ri~furrne de 1'Enseigne-
menit PI'mmitnre. Elle ne conmsiste
point du tout dans te remplace-
ment ulr et simpleI de fonctionna;-
re.s par u'ntii.'-. functionnaire, el.-
le sl haos: pI,-qi'i la I valour d-
yrnb-ol.- ,rIja-nitiqtif d It lttur.-
qui, .vtyan! .t-ccompli couragou.-w-
ment l::tur Ltaclw, passent le filn-
bain ii (d(,- bri:ns inomvcilax, p1
ji unes' -ti plus fort-s.
l)ailai cheliutn t.itc-; :coltes, Gt,-
laiumi1e M.anigai it Smith Dupkl.s'' s,
la cc-r6monji .::' dltroula. avec unE,
solenniitt, tin cachet doe dignit
q(u'on nt: trouvi qtue dans le monde
de 1'Enseigneent.
(voir suite en S6me page)




'Vapp6tit vous iarque?
Achetez ce soir un flacon de
Quintonine. Vorsez-le dans un
litre de vin de table et vous
obtiendrer instaanta6ment le
meilleur fortifiont cqui rendra a
votre estomac fatigue son acti-
vit primitive.TouLes pharmacies
et 6 Port-ou-Prince i Docteur
V. Mathurin, Phore"' St-Francois.


Voicd le cablogrammes qul ont
6t 6 &hang& entire les Prl&Idents
Roosevelt, Benim, le Chancelier
Hitler et le Prtsident Vincent &
I'occasion de la reente crise eu-
rop nne:

Port-au-Prince, le 28-9-88.
A Son Excellence
Le President Roosevelt
Maison Blanche
Washington D, C.
Ai eu grande satisfaction enten-
dre hier .oir dernier appel Omou-
vant do Votre Excellence au Chan-
celier Pr&tident du Reich. Suis heu-
reux de vouti f6iiciter, tant en
mon num qu'en celui du Peuple hai-
tien, de la nouvelle contribution
personinelle de Votrei Excellence i
I't'euvri de ern vergard die la Paix
et de la Civiilsation.
Stiniu VINCENT,
President d'fHaiti.

R EPONSE DE RO,'lF:VEILT

29 SepTembre 198I
The White House Washington D.C.
80 USG 545 P.M S;a 28th
His Excellency Stenio Vincent
Presiulnt of the Rerpuhl.bi
Of Haiti Port-au-Prince Haiti
I have received Yoir Excelten-
eys Telegrirna of Sept. 28 and am
gratlfuli for it. contents there is
every ev'dlence that the Govern-
ments and peoples of the Ameri-
can Republics are united in n sin-
cere desire to see tihe triumph of
the Principle of pacific settlement
of international disputes over the
useless and tragic re:ssort to wnr.
Please accept the assurance of
my highest consideration and per-
sonal esteem.
Franklin D. ROOSEVELT.

TRADUCTION :
28 Septembre 1938.
La Maison EaInche -
Washington D. C.
Son Excellence Stenio Vincent,
President de la Republique d'HTaiti
Port-au-Prince, Haiti.
J'ai recu le tlt6gramme de Votre
Excellence du 28 septembre et Lui
:,uik reconnaissant. II est de toute
evidence que Ics gouvernements et
ks pr-eoples de-s R6publique. amd-
ricaines sont unis dans un d&sir
sirtcere die voir lei triomphe du Prin-
cipe de rbgli:mncent pacitrique des dif-
f6rends intcrnatironaux sur l'inuti-
Je et tragique recourse At l guplerre.
Veuillez agtrer les assurances de
ma plus haute co.nsid-tiration et del
mon betiJme p;'-r 'onnwille.
F'rankliin D. ROOSE\'ELT.

LE PRESIU>I'NT VINCENT
Al P'RES)ID)ENT BENES;

Part-un-PIrini lt: -,i, Sept. -19;88
A Son -xc',llHn'c,
Monsieur Edfluard "r,'ni(s
Prt'sitent de la Tchi;cos-lnvaquieI
Prague
La phase- extrrr ncmemnt critique
verse laquelle evolue la situation eu-
ropeenne et qgi parait mettre en
danger imminent la Paix du Mon-
de, et in lWgitime angoisse dance In-
Quelle cct etat de chose pionge


'Ulnivers enter. 'nspirent sculesA
la demarche que j'ai flhonneur de
fire aupres d( Votro Excelletnce.e
Qui.lle que jusi't que Soit tine
guerre qui constituerait d'nilleurs
IP


Si' here actuIf-le une catastrophe
pour le monde d&ja en butte a une
cruise economique sans precedent,
j'ose croire que doit lui ttre pr6f6-
rde toute iSsue qui peut contri-
buer au maintain de In Paix et au
rapprochement dfe hoummes de
l'onne voolnntt;.
L'humanit6 ,crait. reconnai.Rsan-
teo Vutre Exccllence .i, encore ttne
fois, elle voulait conRentir quel-
ques sacrifices A la Paix, en essa-
yant d'envisager i no luvea-lu les
problimes po~ss devant, son Gou-
vernement et. Ie Gouvernemcnt du
Reich Allemand, avec la ferme vo-
lonti de letr trouiver uOne secution
pratique qui acihmlner;itr~t la situa-
tifon vt. rs- itt ttat d'LaI ICfnrentc qu'
4 vwc le< pi-euile1- de I' Europe.. ri,, nuu',


i, esp r e r q'i c (' to (.I Ltmar-
chee .ri i'.I:t retlrends, tant cen man
r~t jr, 'n cr)l i dr, rnllI n Coutlvernt.-
n ,rt I ct d(ii 'allK. an' t pe-tit Peoiple
,['}lIa lue "i :honmIur d( diri-
i "f ~ ~Ti qi., Oitn pl rus. cr-, ni s.
A nIUrqui.i -:.rn g lute:r lai puix.
tr.-tilel-t ;.;,'i)ri-s dcI \'l [rir Excei-


igc)rC': .1 itC02 1 ran t cJLet .
]cncir ir dccue }ar'ich t ;ie
aggi m:i': rati cns d .. mi Td.|, ivl i-C.
Ealk- ttrion', (E t irEinP civ
} t~llt [ [.OL'mi, tli io:A ,.h -i'u.t:, Ii'rCi-
vi:, *.g r t (.. il.,. soi,.lu.iur, possble qti.
i tout en at LIvt'eardinft hi dignity et
i'hLiionLur du gran[i] pLciplc dont ii
a '.-n main !s clestitvees. constitue-
ra Line :nouvelle pr'euve do sa ferme
vi-donte d'tiiter de re-courir a un
gncorre qui mt-itrait en peril cette
civii.S ;u. i, till lic u -K.i-des ( i' i ele.s
!'hi toir- it d ie noJim'i." ]p-ut ttrc fitir.
Stdnio VINCEN'l'.
President d'Haiti.
6*9
REP(NSEF DE ,MR. HENES

2 Octobre 1938.
IIT122 Wazla Prnahai 15 9 0910
Via France Etat P 1 50
Son Excul-lelce.
.Mon.-ieur StCnto V'iLr c-nt
President de la R6publique d'Haiti
Port-au-Prince
Je remerci bien increment vo-
tre Excellence de son t6l6gramme
qui m'a vivement touched. Les sen-
timents pacifiquoe de la Nation
Tchtcusl-Ivaque- dlunt i-ele al dlonn.'
taint (de prcuves pI:endaiit une ]on-
grue pi'rio1e de e politique de paix, ot
Ide nrthc(ace doe Iconciliatioti se sont
manifc.t t6 deI la nlardire la plui
&vid ente it a solution dL contlit par
lequel It Gvt. Tchroslovaque a
acceptfi, dans la decision dc.s gran-
d
v.,ir suite -,n SMime page)


PilYTIN, C.liA
iPhosphorv. calciumm Magnesium
Tonique et rewonstituant
l(emuneralisant.
Excitateur pitiis(nt de la nu1ri.
tion cetllulaire, d'ol I'augmentation
die i'appftit ct de I'PEtat du sang
(icue I'on observe sapres soin admi-
nistration.


Convalescences. nieurasthbnie.
debilitt const)tutionnellc, Anmi.,
Tubhtrculone. Grn.ossesse et Lacta-
tion.
PAUL COUPAUD,
Distributeur pour Haiti
Port-au-Prineoo


SANTUBEN, EST UNE BONN E PREPARATIQX N DANS LA CU-..
RE DE LA TUBERCULOSE.


EXCHANGE DE CABLOGRAMMES


W-


-Pl- A


I .~.~_r--r- .--.- ------' ~-I~:~--~-~ -~~-~-- 111






fix n ''; i' it *
'*;r::~ z0 r*VYI*

1%rW#. 'i SaSRW* 1* uOUItL~fl' -L ~~ataa tfrI~1~.*~jlfltht*Jsas........~L


Lea success surprenants obtenus
par nos prceddents bulletins sur la
VIE FEMININE,nous encouraglnt
.A vous parlor cette semaine, Che-
res Amies, de I'AVORTEMENT.
L'AVORTEMENT, c'est 'expul-
sion de I'rurf it une pxqlque o le I
fuctus n'est pas viable. C'e.st done
avant iR 7e mnoiS qu'c(ri petit parlor
d'AVORTE:lMENT. earr i partir du
-7e. mois, ton a affaire A un ACCOU-
CHtFMENT PREMATURE ou A
un ACCOUCHEMENT prbs du
TERM ou n un ACCOUCHE-
SMENT A TERME. L'enfant pre-
matur6 est viable, mais c'est un o-
tre dilicat qui ncessite des soins
Sparticuliers don't n'a pas besoin un
enfant arrive pres du term ou A
terme. Disons tout de suite, que
I'AORTEMENT est souvent un
accident PROVOQUE, Et dana
certaines periods particulibrement
troublantes de la vie des peuples,
quand sous 'influence de certaines
forces dis4oivantes, lea grades
vertus qui sunt A la base des Na-
tions sont systtmatiquement ha-
fout&s. honnies et viiipend6es,
pour q[ue s'ixhibent sur des tre-
teaux cr'i-sS-,'t la place des autels
j ersh, ie deshonneur, la fflo-
nie et lP '.': K:,:.ie. c'est selon le
Dr AiCxi- CARRE; la riponse
immbdiatiit et der:csyve les femmes
aux n-ii: ..i.., ., pp rtceS alux
hrfl itt.'ii.' l ainKeQ tra-. par la Civi-
lisation nmUrn.: I.,e Ir- CARREL
ajouta: eLa st6rilit6 volontaire
des femmes rest pas une chose
nouvelle dans i'hsloire des peoples.
E!le s'est ddjA proildite a une ccr-
taino perixdo des civilisaiionfs pas-
sees. C'est un sympt6me classique,
Nous connaissons sa signification>.
Nous considtrons come un de-
voir d'avertir nos clients du p6ril
qUC cor;itstitUCent Ic maneuvres ta-
bortives. Sar>ns entrer dans le co-
t6 monca-l de la question nous ne
sauriors assez leur faire remar-
quer le danger auquel s'expose u-
ne femme en provoquant I'AYOR-
TEMENT. Outre les graves con-
sequences sur !'apparcil utcrin et
leur retentissement Sur I'organis-
me tout c.tier, nous leur st' ia-
Ions I :" ,, m. ,i -l. 1e qul
n a in ci"i ibe qot
n'eat pas excep5t,..::,ii.-. Quand
AYVORTEMENT tet ne"essitP par
une CAUSE SERIEUSE et GRA-
VE, c'est le MIi.,:;r soeu qui soUs
certaines conditions, est habilitid A
le provoquer. Tous Aes AVORTE-
MENTS n sent pas provoqus. 11


y a bien d'autres causes, hbeas, qui
ddclenchent cet 6venement chez
des femmes, desirant de tout leur
cur un rejeton. Et souvent c'est
une cause d'ordre interne, cormme
I'IMPURETE DU SANG, lisez la
SYPtIELIS, qui fait de certaines
femmes de vraies habituh-es 1'A-
VORTEMENTf.
C'eut pourquoi plus que jamnis,
nous vous procianmn. que 1'A-
VORTEMENT est une chose gra-
ve et EN LUT-MEME et dans ses
suites IMMEDIATE ET LOIN-
TAINES. Done, A la moindre aler-
te, Mdssieurs les maris, pr6venez
votre M&decin, ou adressez-vous A
'Institut Prophylactique d'Haiti,
qui a toujours un Medecin de ser-
vice. Le possible sera fait pour 6-
viter que FAVORTEMENT de me-
nace devienne rdalit&_ Dans tous
lea eas, le Spdcialiste cherchera la
CAUSE et empechera le retour des
phdnomines d'expulsions intem-
pestives. Nos constils consisteront
en ccci: Repo,complet au lit. Un
petit lavement pour vider les in-
testins, Compresses chaudes sur
le venture et surtout S'ABSTENIR
de douches vaginales. En atten-
dant larrivoe du M-decin, qui ne
tardera pas A venir, si vous avez
telephone a un professionnel hon-
nete et au No. 3...7..,...7, vous
n'avez rien d'autre A fire.
Pour la toilette intime, nous re-
commandons I'TIYDRALIN, don't
se fervent la rmajorit& des femmes
franc;aiic-s. Quand ii s'agit d'A-
CIDIFIER les milieux, ii faut re-
courir GYNO-LACTOSMOSE. 11
faut fortifier Ies F.MYIES qui
portent un enfant ou allaitent.
L'HEMOSTERINE IRRADIEE
sous une forme extremement a-
greable, continent tous les ELE-
MENTS INDISPENSABLES A
L'ENFANT EN CREATION: os,
muscles, norf,. factultd6, etc. Pour
le traitement de ce que vous appe-
lez IMPLURETE DU SANG, nous
avons un ARSENAL ... THERA-
PEUTIQUE,
Chores Amries, n'oubliez pas que
la Maternite est le plus grand de-
voir, la plus douce joie et la prin-
cipale saiuveafrd de d a Femme.
La France subit aujourd'hui les
consequences de ]a d6natalit&.-
Femmes, voulez-vous meriter le
renom de la vue court, en ne pen-
sant pas A HIER et A... DEMAIN.

LA DIRECTION.


eassfaflfllflelfltf*S-ffl~flfl~fllflfflflftfltlflflltflLf~ICLb~f


Devenez votre propre Comptable en ouvrant un
Compte de Cheque A la Banque Nationale de la
RVpublique d'Hiti.


PHILLIPS
LAIT DE.MAGNESIEE.
S(A It sOUl I'o I f lon as *LtW U) .
Aeast ; .xcBi. ERNST LUDPR
S, ).............. .... ... )- '.......................


i:
:.
ii.


Les families de Ia Capitale et de
la Province ne doivent pas oublier
que le pensionnat dirig par M.
Justin Marcelin et Me. Colbert
Bonhomme offre A leurs enfants de
7 A 18 anis les m8mes garanties de
discipline, de soins et de surveil-
lance.
Los petits trouveront les mrmes
soins maternels prodiguks par
Mme Justin Marcelin,
Le pen.-ionnat eat organism tou-
jours au mieme local.
Angle Lalue et Rue Lamarre



INSTITUTION DE
Mme JUSTIN MARCELIN
JARDIN DES ENFANTS
A PARTIR DE 3 ANS

Mme Justin Marcelin avise lea
families de la Capitale et de la
Province que son 4tablisseent de
Jeunes filles continue toujours A
fonctionner des le ler lundi d'oc-
tobre, avec les mimes conditions
d'ordre, de discipline. Preparation
au certificate d'Etudes primaires et
au Rrevet Simple, course de coutu-
re et de dessins.



S. N. P. A. ET E. R.
AVIS

On pout trouver, A la Ferme de
Damien, des plants de tabac au prLx
de 2 gourdes le mitlier. Phone
28]6 i


Cola ies Jeunts


Ulag IOUVMttU j*


I~J~C~Yk~r~h~s~~J~,C~ .7" ~h-l**l-' L~YYWrY*S~IIIWIIY


PHARMACIES CASTIPA

Angle rand'R wet Rue Dr. Destonches
Bulletin MIdical Hebdomadaire No. 47

L'AVOR TEMENT


LE 0O A THORLAND

Le programme copieux et varin
eia attractions qui animerott la
grande journ4e du dimanche 3r)
Octobre fait de cette journ6A une
fte d'obligation.
Dbs dix heures du matin, le jazz
Guignard sera present et les it-
tractions commenceront au ryth-
me des plus folles meringuea. En
plus d'une grande course h bicy-
clettes, de concours de tir et au-
tres je.ux, il sera dispute & la pis-
cine, par nos meilleurs amateurs, la
nagnIimque Coupe Pillot pour 'e
championnat de nage d'Hniti. Qui
en sera l'heuraux vainqueur? Per-
sonne ne sait. Mais il est certain
que la competition sera passion-
nante au plus haut point.
A midi, personnel n'aura besoin
de regagher son home. Au prLU
democratique d'une gourde, de %
plates garnish par nos meilleurs cor-
dons-bleusoseront offers. Bon ap.
petit, Messieurs et dames!
Puis dans I'aprbs-midi, les at-
tractions et les jeux se poursui-
vront avec le mdme entrain ainsi
que le bal animd par Ie jazz Gui-
guard. Voici done une journey tde
folle gaiet6 qu'offre Thorland. Re-
tenez en bien la date:
Dimanche 30 Octobre.
Entree Gdenrale: deux gourdes.
Enfants: une gourde.
Tous a Thorland!



CERCLE

PORT-AU-PRINCIEN

Les actionnaires du Syndicat du
Port-au-Princien sont prids de sa
r6uidr en Assembi6e G6ndrale le
Mardi 18 Octobre en course, A 6 hrs
p. m., A la terrasse suptrieure du
Cercle.
A defaut de quorum la r6uniur.
sera renvoy6e au Mercreii 19 Oc-
tobre a 6 h. p. m.
Si, A cette deuxibme reunion, la
majority r'West pas constatde, la
stance se tiendra le jeudi 20 octo-
bre A 6 hrs. p. m., quel que soit
le nombre des actionnaires pre-
sents,- ce, conformyment a IPar.
tide XXIII de Facte constitutif do
la Socidtd.
Objet de la seance: Recontitu.
tion du Conseil d'Administration.

FOMBRUN,

President du Cercle.



A ATTENTION
DES FAMILIES


- - - - - --.. .
1^ 'h '.;"" ","*" -* ** ** i : ;..... .*:: :: : *:5 ^" '^"'^^ M ^ ^
/tin,:: l. : .* *:!: : ..*: ; i'^^ ^^^ ^^^


r~-~*rn**~-*


... NCS

IAUcES + *


LA
LA BANQUE ROYALE
SDU CANA0AI
PLUS DE TO700UCCURSALES AU CANADA CT MANS 30 AUTeag. A
.' : .?:'
-: ".:S --- :'
'Z' *%l

-/ ""' Deux heures... trois
-yI^77 heures du 0maoin ...
ongoisse..insomnie.. .






r ._ .'.'i:


AULIMENT TONIQUE, FORTIFIANT.


Unetasse de MILO, prise
avant do so coucher,. A: j
assure un sommeiitran .
quille et r6parateur




L. PREEI2MANN-AGGERHOL : AGENT
Vos trouverez ce product cdans touts les ipiceCrie

:



SERNINER HOF. .I


I~E+E*rC~~F~ClhAt+rC*E))rCCCI**h*C


A moenAmi Max D :va ~,l |



Enfin il est part vers le Pays des R4ves,
Ton ulcer petit enfant, cet espotr de domain,
D6laissant pour jamais ce bien sombre chemin .
Qu'est la vie ici-bas trop ardue et trop brive!

IIblas! quel coup fatal et quel triste Destin!
Je senC, mon cher Duval, tout c- quo tu endures
A ce moment cruel oh le Sort incertain
'Voul cts bic dl!e soF maux olus grand que as blessuresi

J-e sais que ton grand c eur t!st gravement attcint,
Que cc coup imprbvu te cause bien de. lIarrnv .:m'
Et que rien dsormais, pour iaire ton chagrin,
Ne pourra mettre frein a tes justes alarmes:

Je compatis beaucoup A ta grande douleur,
Et j'ose en ce jour de deuil et de desesperance,'::
Te presenter, ami, en vrai home de reur, ...
Mes vctux de rtconfort et mcs condoleances.

Rene-JACQUES

13-10-1938.

.. ; ...:
---



-,,+ ,, .:s:,:"

wOTRE cogfl t.
A vote bn t cornune
de pers e n ,. EgRe;"
I omp un 4, ted'
po. -urat dLe vee. QueV U
[ ..e9 enimportan
tous a nren .e...
c,,ernaef ntPCuVCntf US
etre fourS a d.
po ur V! VOUTtV cc seCrvice
pour v tC ou, iQU cm-
ploiC unfnombre rs=nuel
prfartementr e ce
atiliCits ec sc"s.SSCC5 -
ndique leg plus modn
pouC vouS ren eigner de
fevcn side et prtcl


CONDOLI




-H---


SGhnrale des mem-t
Club Hiltin ; 8t
vendredi r 14 OWtobre
Sheir pb&Ises du soir,
leari Edouard Esper,
S l'effet de sta-
S." points de l'ordre dii

0"a de la correspondan-

j installation de nouveau

4I^ IIport Annuel;
^24.) ections;
i;i) Questions d'intfrlt gfnlral.
":..::^ .Prince, le 12 Oct. 1938.
'B MarcaNdeCnt
S nt" Marc BONCY.


Us fDlU COPlINS
Dis,- moni 'euX, ja ne
uis pae venu bh.rl
Je muis oard&fanable, vo.
S onl Te soaviens-tu di
.. cye liqaorslte Edonard J.
J'6t ~~ea lui Weie

Qt~l belle 8oirk6, mon Diewu
: J pase et quel clarr~ nt gar-
.pas type-1l 11 vous sort de 1'
ette superfine: c'est Ie la suavt
4 at rIstth8tr.
B.lfat 'encourager, car ('eo at
de pareille dns de-i grand ca

STV e preast; alors 'en parlons
M ai s, en somma. 1 a tpute;
Ststi de liqueurs. 11 a l'anisette,
:. pmniJ5t, la pruneale rvanUlw r,
iC etca, etc. Vois-le le plus t6t
piribe i ta veux &6rwuver dd la
d tpr6aentation, de ui bonne qua-
i. tfin route une g,'ime de boa
...i U as connaail ,- et se d6-
Sew pour Bsee almabIee
dia." Enfm, pour d'autre6
..iwgngments, vuis Sunon Vieus,
tWi ie du Centre, lime. G. Rou-
.al at tant d'aitres. Cela vault
w a oeine Au rev-ih. Vieux is


.:.AU NOUVELLISTE
S. ET A
:.A MASON ROBELIN
Otrouvera:
SBrevet simple de Capacite.
: i#Brvet Superieur de Capacitd.'
I : Certifleat de fin d'Etudes Se-
I kires classiques (26me parties)
Dip.i.mere de Licenci6 en Droit.


SPA TES ATTENTION

LB BAZAR NATIONAL

i nore UNE FOIS, s'enorgueil.
I: lte LE PREMIER A offrir h
i CHientle et au Public les avan-
.:aga de NOUVEAUX PRIX d6-
SulMt de l'Accord FRANCO-
, TIEN, pour sea rayons de:
Irfums les plus en vogue de
Voa NS

CHAMPAGNES
lWB8URS de la fameuse mar-
.t,4tEareirisart,.
S.r tle devez A vous-mmemee de
0son Rayons.




S"SAVOY"

: .CaERESTAURANT

l" fandez i vas amis et
S IOUs confirmeront que
Su part & Port-au-Prin
S DPeut mieux manger ei
P j r cter les bonnes con
,:4 atlons qu'au SA k





: .
altud Am ChR


Aii A i ..",-."- "
| ^ """" .^IJ^ r
:*


Voyez


"mu~r~*m~m-LI,,-, -"-._~ LU flg'OUV dT


.nihF I *------~r


S~enera


ile(


13,1657


Produi t


de


RADIO
la General Electric


Valerio


r~wa"wcirsn~~~wnrune* feenenne~dr~ #*&DrL*Ui~ittft~qgr~sses


Cc


CAIN


avant la CoulpaUnllic d'Erlairgep. i Eleltrique


T&al.


CONYMCATION


Les Actionnaires de la Soci6et
Haitienne de Spectacles sont con-
voques en Assemblee G nerale Ie
lundi 24 Octobre courant a -4 heu-
res de l'aprbs-midi. Cette Seazcec
se tiendra aux bureau de la So-
cibt. sis a l'6tage de la Socit6H Hai-
tienne d'Automobiles.
ORDRE DU JOLT :
1.- Rapport du Tr.sorier:
2.- Renouvellement du Conseil
d'Administration;
3.- Questions d'Int6zrt General.
Port-au-Prince. le 14 Oct. 1938.
ED. G. ME ,, Marcel GENTLE.
President. Tresorier.
Philippe CHARLIER,
Seer-Administrateur.


NOUVEAU GARAGE

Avenue du President Trujillo
I. En face de Pdoia
Personnel Competent
pour tous travatx mr6aniques
Prix mod6r&
Conscience
Promptitude
Ex6cute tous genres de sou-
dage
Reparation de Voitures
Over All
Duco
Travaux de Forge
SRparation de Batteries
Charge $ 0.50.
Aeeourer tons


I


3185


LA PilA R31:1CIE CA S TE
101 Y

------- -- --- ---
TO/TES IRS FEMMES

Sdevraient tonuairre ce remar.
I fIl r 'quable tonique faith spiciale-

i l ment pour elles.

La plopart des souffranees doat
la femnm hWrite: oes 6tranges ma*
taises, ee conditions de d6presion
aiervsesf, tes periodes de ftibles
so et, plus tard uine vieillesse
prmnaturue sont des ennuis ft4
adrinas qui nwuvent 6tre facilement
combat tu s A aide d'un tonique
fait snrialement pour les femmes.

SUne fem~ e, Lydia E. Pinkham
a recherche pendant des anntes la
formula d'un COMPOSE VEGE-
TALE faith sp6eialement pour les
femnues et don't la riputadion de-
puL, a envahi le monde enter.
GrAce A ce product, les femmnes ont
pu traverser facilement lea p$rio-
des critiques de lerut functions or-
ganiques. Le TAL~ de Lydia E. Pinkham done
aux fennes uine force nouvelle,
calne les nerfs at supprime les
douleurs periodiques dnt elles ont
si peur. On doit spcialement le
recommander pour eviter les com-
plications qui accompagnent sou-
vent ta grossesse, oil cells aux-
queles les femmes plus fig6es sont
sujetteo au moment du retour d'i-
ge.

Le < COMPOSE VEGETALt de
). U.S.A. Lydia E. Pinkham n'tst pias un re-
mbde qui tue ia douleur mais bien
plut6t un tonique qui fortified le
corps et redonne A cheque femme
te goit de vivre, Un grand nom-
E Z bre de ftnnices dan tou les pas
oant imnisit siur les nrnbrvux hb-
nefices quiIe les fenmes peuvent ti-
rer de cc merveilleux tonique. Es-
sayez-le et apprenez (qu'a vo"Is tls-
si it fera du l'ien, iontrairement
a i ceux des drogues et des narcoti-
Sques, ses efTels smnt durables. Ser.
1 vez-vous en, quel que soit votre
RA fage. et vous jouirez de nouveau
? TRnOUPT LES DU d'une vie agreable et comfortable.


1 '.1.< IVA.,-".' ;L t' I .7.t L Lt. _. l, l r H l-l --.- l.r- .. Jt-.l- ,.^ ..,"" ..-A'^,. *-1- <
METAlI(IL..lS.AE CALCIQUE, DES AkVITAMINOSES ET DES
l.. I.'ES E ,G.LOBLES RCOUGES PAR
L'IEMOSTERINE IRRADIEE
De:' FT-rmts 1) SIROIP D-'HEMOSTERINE IRRADIEE: Golt
suplrAn:emwrn. amgr1 blc. Arornatii au Cherry, ce sirop est r6,lam
avec ir.;'io.i.-Ar par !ea malades, qn'il faut urveiller pourqu'ils n'en
abSorh.nt pa~ t:op i la fois, tant c'et hon. Prix: G, 7.50.
21 A3Wf'o)Il.ES BEVABLES de 5 cc: Cette forme connait un
suc:L equivaE::.it ci celui d'u SIROP. 4I cause de son arome choisi de
LERISE. L.s ampoulea pour adultsP, contiennent un peu d'alcool,
done, uric armp..;ae buvable d'H6niost6rine irradi6e 'st un vrai COK-
TAIL SURPRISE. i Prix: G,9.--
COMPOSITION: L'K.emontbrine Irradiee contiont :
HEMOGLOBIN
VITAMIN D
FER ASSIMILABLE
PHOSPHORE
MANGAN ESE
hORMONES
qui li pipermettent de donrier le MAXIMUM de RESULTATS, daas
1: MINIMUM de TEMPS pour un RIEN DE DEFENSES. -
ACTION THERAPEUTIQUE: Les actions multiples de oc mor-
veileiux irh.iuit. peuvent v:tre schematis~es conmm suit:
ACTION RECALCIFLANTE
ACTION REGLOBL'LISANTE
ACTION ''ONI RECONSTITUANTE.
obttnire. dai:: ew DELAIS .ES PLUS BREFS.
CONl'cIUSL :N : L'FIEMOS'TERI KfE IRRADI)EE est uine SYMBIOSE0
dte Mcll' r tr p d[iiit.s Ipour It 'i'raitcm ncrt dt Choix de:
Fatigue. Ne'uriisthenie, Aln niis, I)iminution dei Fuorns. Faibles-
se, Si.rt'rne.n:'a .-., Die'ssinii, (onvale4Ic'nce, Porte et Instuffinance dea
R.gles., PritsCSIiion i la li TuhbereTilost.
Pour tIl.s Altt renl eiglnOmeIntrI s'adres.oer r la PHARMACTEI
CASTERA, (C'lncl-siorlnairc dcans 'Ile d'Hfiti de rItOmostdrine Ir-
raditt.--
En veute dans trutea les bones Pharmacies.
---f-l- P'ASfl4s* #Sl-flh#,UtflS'gfl'fll*f**S**fJslf *t


au Nouveau Garage
S B V. COLLINS
Mweauer -

Machine a icrtre Reminnton
Mfahtne a citedr Dalton
*Aban, ptafper erbon
Pakes pe scant.f eke
001W


ADMINISTRATION GENERAL
DES CONTRIBUTIONS

AVIS

II est rappelI aux contribuables
int&ress6s qu'ils ont ai acquitted t:
lo. le droit de licence des Etran-
gers, le 20 octobre 1938 au plus
tard, 20. 1'imp6t sur Ie revenue sur
la base locative, 1e 31 octobre 1938,
au plus tard, 3o. la taxes de carte
d'identit6, le 31 d cembre 1938, ant
ptus tard, pour 1'exercice 1938-
1939. Apre.s les dites dates, les p&
nalit6s prkvues par la 16gislation
en vigueur seront appliqufes.
Des bordereau xont 6t6 envoys
aux redevables, en ce qui a trait a
la licence et I''impost sur le revc-
nu. Ceux qui ne les auraient pAs
encore requs sont invites A en r6-
clamor des copies ai 1Administra-
tion G0nerale des Contributions.-
Aucune reclamation, present,
sous pr6texte que des bordereaux
ont td 6gar6s, ne scra acceptte.
11 est rappeN'l aux Etrangers
qu'ils divciit solieiter du D6par-
tement dte i'nlbrieur fe renouvel-
lement de ieutr permits de sajour
pour I'etrrcict 19:k.-19:9, et vei-
Aer au Bureau dr-i Contributiofs
le men tant de la taxes y relative
soit dix gourdes.
Port-au-PrIincc, le 12 Oct. 193)o.



A Profitable


is available
ci ba, 4it* t n i sh t Itrms.
o& T ,r*VT It, Mm'sI*-+ Jt> l
I.: .i.s li* ol f.' l
A 1 "t*rn- i r t Pt ir. ;0 "fV
-. A v rrf n0Md 4 as*rv. 'A
S OX ?j). ItURAi?*CftLO.UNJLANO


S'instrument Ie plus en vogae


odwooop'"Apoo-wowo


Mjrw;rw--r- T-rA .Niru:s -A,;Tw WRi-^V-0













re: e de'.. efrts tit A
fai.t vanity




RENAN.
U. p s ..Pix ahlt. qupe lee hau-









** *
.;La pense gratnit, nais elle pa-
quo Is IMtedeMainlthle
neoe quoi quc ron dse, ce qul a
> to plus de chance de n'4tre pta tout-

,... RENAN.


. .... L:.a penshe grandit, nmain elle p'-
L:L-- UL- 11....PI- ..6Z.. .l..n ,nsi. 0l'l


~Twye i Blir twn"" n""".-
rstrsint.

""""


GOETHE.

.,. c


EFFORTS ET RESULTATS

(Suite)


Nous constatons et c'est unr
devoir pour nous de le dire quu
dans plusicurs regions, la terre ne
nourrit plus ni l'homme ni me!(.?
son petit b6tail. Le b6tail disparait
et 1'homme s'en va, un pen au ha-
sard, pouRss. par In faim et par i:
soif. Le nomadisme que provoquLi
cette deplorable situation le con-
duit finalemrnt vers la ville oit il
croit pouvoir trouver plus facile.
ment a manger. L'eUccutio.i d.e
notre programme ar'tuel de travaiix
publics et de d&veloppement agr'-
cole apportera probablernent t1ne
attenuation a cotatt at de chosegs a-
larmanIt quLi no' favorisait que trop
I .? e l.""-mt'1 Ii fauLt esprerr. en
ettet, le 1j. l.roblime de f'am ,a-i-
wgement ide- cJ-aux 111r F'irriga-
ion i sC'f nt J aU-, fl momins part't'-
ilemor nt, oft iue l t :I!'re t 1 'it nlo:':
sol se fe rn bi. t dran .. de con i-
lions m1oA' i-Ltaire.-, -At qui r .r
rettra d:: r'cttrir ( l: terre b 1;
nombre do gtnzs qui, .sans ceel. 1i
C1'tse-rterCaitt t tot noi tard.

I.A st;ivre,).


EXCHANGE DE CABLOGRAIDIES
(Suite)

crificea. Ie.s j:lu, lourd'h qui aient te 6
jam;is im; i .t', i tine nation in-
d.pu'tii' r;te' dan.s s dFciinse arm-e.
La Nation Tfchc.csiovaque a aip-
port60 les sacrificee s dan. l'tespoir que
le. principles di' JListice seru' nt res-
pect .C par .,s it.s LrL:, .ir- qt u i --
rcidc'nt i'ii si! 'I ,'I i'F ir,1 ,e i"t du


Mou~~"TlX1kL. ..ltilo'r


-EDVAR I) IENES.
,i; C


CABI.OGRAMME A HITTER

Port-ia-Prince, le 28 sept. 1D8 8
A Son Exelt'nrce
Monsieur Adolphe Ititler
Chanculicr Pre.idetnt du Reich
All',mand
I1( riin.
La phase :extr^:mn.Iment critique
Srs latqul! ~le vonlue la situation it-
ror.erntL e et (lui parait mettre ni.
danger imminent la Paix du Mon-
CdE, '.t lit 1,gitimeL angoisse dnnas In-
quelle cot 6tat de choseC plongc
'Univtrs entiler, inspirernt seules ht
d6marche que .i'ai i'honneur deo fi-
re auiprfs dc Votre Exce)ltenc-:,
Quelle que juate que soit une gu'r-
re qui constituerait d'ailleurs, A
l'heure actuelle une catastrophe
pour le monde d6jA en butte ah !nfl
crise (conomique sanui pr6c6dant,
j'ose croire qje doit lui 6tre pr6-
ferae toute issue qui peut contrt .
buer au maintien de la Paix et uu
rapprochement des homes du
bonne volont6.
S L'humanit6 serait reconnais-
sante A Votre Excellence si, une
fois encore, elle voulait consentir
quelques sacrifices A la Paix, en
essayant d'envisager A nouveau
les problbmes ..pos&4 devant son
Gouvernement et le Gouver-
nement Tch6coslavaque, avec la
ferme volont6 de leur trou-
ver une solution pratique qui a-
cheminerait la situation vers cet
6tat d'apaisement qu'avec les peu-
plea de l'Europe, nous, des trois
Am4riques, nous souhaitons de
t. out notre ucor,
.:


**teBE** C dnrtc#$#n ,fl~,JflhS#4A*#JA~Y11'Y1~sWPLL tAL


J*e ea: 'rvee qqu eMtte d6mar-
che que j'ent,'. )ren4s, tant en mon
nom :qtu'n atlui de mon Gouver-
nement et du vaillant petit Peupla
d'Haiti que j'ai 'honneur de di-
.riger et qUi, en plusieuriuccasions,
a marqu6 son goft pour la paix,
trouvera aupr6s de Votre Exce?-
lence un aecueil favorable et que.
d'accord en cola avec toutes les
agglomerations du monde civilis6,
Elle tentera, une fois encore, d'en-
visager toute solution possible qui,
tout tn sauvegardant )a dignity et
I honneur du grand people don't il
a en main les destines, constitue-
I' nrn nouveoll preuve de sa fee-
me volontk d' viter de recourir A
tine guerre qul mettrait on p6ril
cette civilization etablie str dc-s siM-
cles d'histolre et don't, A just t:-
tre, le monde peut etre si fier,
Stenio VINCENT
President d'Haitt.
*.*


L6gation d'Allemagne
T. Nr. 1596-38
La Hatane, Ie 6 Octobre 1938.
Monsieur le Secretaire d'Etat,
J'ai lhonneur d'informer Vo-
tre Excellence que Il Ministre des
Affairs Etrangreos du Reich Al.
!l landl Monsieur Von Ribbentrup,
na nrrn rui Fuhrer et Chancelier,
a accuse& aujourdl'hai reception a
Son Excellence' Monsieur le Minis.
tre d'Haiti a Berlin dut tldgram-
mc que Son Ex:ccience M(-irieur
]e Prt'sident de il, R'publique
d'Hniti a adr-ss& au Fuhrer Co
Chandelier, on faisant appeal Ina
Paix. Le Miniktre des Affaires E.
Irangeres a indiqut6 a Mcnnsieur le'
Ministry d'Haiti le pace conicli
Munich" entire temps come utne
noiuvt.,ll prove de la 'olonte dIL
Fuhre'i eit Chancelher drt n-aintenir
ia paix.
Le Ministre des Affaires Etrar,-
gires Monsieur Vc.n Pibbentrcnr
m'a ch.trgtl' de prier Votre Exce'l
lence de bien voiloilr porter hL con-
tenu de cette lettre a Il- eonnais-
si'.ce dr' Son Excellei;ce MIonsieLr'
le President r d'ilaiti.
Veiillez agr_-cr, M'l,:iL:.ir ;- Sc-
cr6taire d'Ett, 1'n aurtanzAr d, ma
plus haute consideration.
Signr: Dr K. 1[. VOLCKERS
2.1iin t:rO d' Allr-ntgne.


MA GES TIC


PROPOSE ET

FAITS DIVERS

(suite)


Le.s nouveaux directeurs. Ancdr6
MUmLiplaiiir, Vianney DenervilXe.
les nncien-s Doctcur PLtion Coles iet
M. Surin Evoillard priront la pa.
role. en des terms 6mouvants qce
o(:(rl:riri'ent parfaitc'ment los 1kvW.A
as sembntl ecs.
Nons appiaudissons de tout
cwtur i 1'ccuvrt magnilique qui s,'ac-
conp!lit, cLes jours-ci, dans le do-
nuiine de l'In.struction Publique,
ot pr1-;entons nos fblicitations A
tous.

ERRATUM

Priirc de lire dan.s notre Edito-
rial d'hier, A Z2me colonne, 3e. li-
gne: c.,.la production et le com-
merce de la figue-banane ont ap-
porti depuis tant6t trois ans. etc.

VISITEUR DISTINGUE

Nous avons rGqu, avee plaisir en
notre r6daction l'aimable visit de
M. J. Louri6, Dr. en Droit, qu'ac-
compagnait notre ami, I'ingnieur
SMaurice Sylvain. M. Louri6 qui a
beaucoup voyage et a d6jA visited
toutes los grande Capitales dut
monde a bien voulu nous confer
Ses impressions zur le pays qu'il
trouve splendide. 11 se propose,.a-t-
il ajout6,d'6crire en collaboration a.
vec l'ingnieur Sylvain et AL Lu-


M NWPQUVWSThi


L'clitrte gnbrale cst fixee A a.n?
gourtde..., une misre...,, qui 9'r-
vira A difrayer en parties les fra'.
d'organii;tion toujours consid6ra.
bles.
Toutes precautions sent prises en
cas do pluie.

LES I'RETRES REDEMPTO-
RISTES ET LEURS CEUVRES

Grace h tdes dons successifa fait,4
A I'Egii.c par doux hommes chrd-
tiennoment inspires, Messieurs Jh-.
remie et Forest, on s'attendait A
voir .une transformation consid6-
rable dans cette r6gon du Morna
I'H6pital. Mais on ktait loin d'espe-
rer que cette mouvre se r6aliseratit
si vite.
Le coup d'oail p6n6trant d'un
grand Archeveque Mgr Conan,
n'a pas tard6 A voir ce qu'il y avait
A-faire des liberaliths de ces deux
ceurs g6ncreux; c'eat ainsi que
le, PNres Rkdemptoristea ont 416
appeles A bitir un monastare tur
ee monticule qu'on appelle vAu
Cadet dct qu'une coquote chape'"e
est sortie de terre ct6 de la r&
aidence des Pgres RIdemptoristAm.
Le digne successaur de Mgr Co-


dovic Rosemond un Guide (C.m-
meretal qui contiendrait touted.! ,-
tea de renseignements relatifs h !a
situation 4conomiqde, 16gislatiiv,
financit re du Pays,
Nous remerelons M. Louri6 de sa
visit et lui falcons nos meilleurs
vmux de fruetueuse besogne.

AU MONTH DES COMMISAIRES

Ce matin on a reCu un lot dc
1400 livros de potmmes de terre et
de choux, provenant de ]a Colonie
Agricole du Mont des Commissa:-
res. Le plaeement de ces produits
a 6tW fait dans diffirentes 6picc-
rics. On a rdeolt4 jusqu'A present
dans cette colonies 6.000 lives de
pommes de terre.

LA IRADE
DE PORT-AU-PRINCE

Continuant les travaux de dra-
guago de la ra d de la Capitale,
hier, la D. G, T. P. a fait sauter
a la dynamite quelques ferrailles
ijti iisaient sous la lmer.

LA COLONIES AGRICOLE
DE SEGUIN

L'organisation dei a colonie a-
gricole de Siguin se ooursuit acti-
vemnen dEpuis pres d'un mois.-
Conivn on le sait, cette colonies
comported une superficie de 2.000
car:reaux. plants en vivres alimun-
taires, Itgumes, etc. On y remar-
4qe1 an'i q(uelq olci bouItures i:.
plants de mombin. sucrin,r parlis-
teo, destines a protiger le sol con,--
tre l'6rosiun et a serjir t'abris aiux
prochaines plantatiori- d- caft. En
dehors de la maison ,u.s'i :e trouv'e I
Bureau du personnel, urn dipot et
quatre mnai.sonnete- .,nt te cons-
truits. Une citerne est a,:tuellement
enr construction et .sera d'une capa-
citcl de 2820 gallon,.

UNE NOUVELLE
SENSATIONNEL1LE

La fte- du 8 Octobre au Cluib
Prive de Paul Fils-Aim6 ayant eu
sen beau success malgre une plure
diluvienne, tous ceux et toutes cel-
les qui n'ont pu y participer pa,-
rapport A ce contretemps qui dans
.is temp; modernes ne devait ac-
reter personnel. unt demanded ps:
rtI6phfrne Paul Fils-Aim i
Club Militaire ayant renvoyc son
) bl de reprendre A leur inten-
'ion cette splendide fite de la se-
maine pass,;.., ou 'on .'amusa folIe-
ment jLiu.qu'Ja Lint heures du mi-
tin. Paul. Ft'i-Aim6 toujours em-
presse aupr's doe sia clientele fren i-
nine a dcidli d'organiser en vites-
se un grand hal qui aura lieu ce
soir dis huit hfures et demie.
CEtte 1f1te, malgr6 saon caracte-
re d'imprdvu n'aura rien A enviet
au triomphe des pr&c&dentes.
En foule done ce soir chez Po!n.
Le jazz Guignard cui s'est s'i;r-
pass6 In dorniere fois conduir' le
bal ave-c .son entrain endiabl6.


20 Octobre
27 Octobre
; Novembre
10 Novombre
17 Novembre
24 Novembre
ler D.icembre
8 D&eembre
15 Dicembre
22 Deemnbre
29 Decembre


PRIX DE PASSAGE:

Cap-llaitien-New-York,
U6re Classe:

Cabines ext6rieures,
minimum............ $ 135.00
Cabines inlerieures,
minimum............ 95.00

Pour tous autres renseignements,
s'adresser h:

H, CIANCIULLI & Co.
Agents,
Cap-Haitien Phone 291



nan, 1'infatigable Mgr Le Gonuze
a fait de cette auvre an des pr.i,
beaux fleurons de 'Eglise.
La reconnaissance invite tort
Port-au-Prince A se tourner vers un
saint prttre qui a quitt6 Haiti a-
pr&s avoir ex6cut de grands tra-
vaux., le Pire Manise.
En moins de dix ans il a jet6 'c.f
foundations demand6es A son aci.-
vit6. son successeur, le Pere De-
vos, don't le passage devait etre,
court en Haiti, n'n laisa6 sentir au-
cune interruption dans la savante
organisation de l'initiateur.
Mas, ce qui nous surprend le.plus,
c'e.t activityt fisvreuse du Dirtnc-
teur actuel du Monastbre, le P.
Cu,,elier. Parmi les nombreux tra-
vaux entrepris par lui se conrpte
1'6tablik.sement d'une route mon-
tante e(t douce come nouvelle voin
d'accA s I'Eflise et au Monastere
Saint 'Gerard.
Nous devons la nouvelle voie A
la ghentrosit6 de trois grands pro.
prietaires: ATM. Jeremie, Sam et
Th baud.
Dmanche prochain. 16 Octobre
eourant aura lieu inauguration so-
lennelle de la route. Le jour choigi
pour cette grandiose chrimonie ost
le jour anniversaire du patron de
la chapelle, le trus-miraculeux St.
Gerard M agella.


Grace Line

Agence du Cap4paitien


Service de luxe rapide entree Cap-
Haitien et New-York.
D6parts r6guliers du CAP-HA-;
TIEN tous lea Jeudis A 4 heures
P. M. et arriv4ee A New-York les
Lunclis mating.

PROCHAINS DEPARTS DU
CAP.HAITIEN


BERLINER HOF r PI.



I I-
Librairie Nouvelle

La Librairle la IuIleu saeortle '
(Matson do Confiance) :..i.'
POUR LA RENTREE DES CLASSES .
APPROVISIONNEZ-VOUS A
LA LIBRAIRIE NOUVELLE
PAPETERIE .RI..E
SMILLE LIVRES CLASSIQUES POUR TOUS
CLASSIQUES: Leg Meilleurs lives .......................- G
Classiques Pour Tous ....... .... ..........-
Larousse ... ........ ......... ........
Dictionnaire Larousse........ ....
Memento Larousse ............. ......
DiEtionnaire Analogique ......
Dictionnaire franais Azed........ .. ......
Dictionnaire de langue 6trangi.res. ..:
: .... -g


Ylr**s.nnafl~*CyI)I tZ 1L1-L n C~~l~IIIY~Id~CiC:Cir


NOUV.


Notre : confr.a :
pousse. un SOS canti
a scochons qui c .l
sang-grne impertul#
la petite battle re.:

La grande MaisO
et camions Ford qqui
Lacroix vient de rees
tocyclettes de la fa
s6e premiere da.n J
1938.
Un prix special eat...
Officers de la Garde

A Jaeml, M.
me trouve charge dE
mel'en quality d'cio
tulaire M. Albert bcci4
pas pu se rendre enogcr
te.

A la Pharmacie Camu .,ni
vera la creme dentifrice
fameux fortifiant Gly
toute une variedt des
Majestic.

M. Michel Jn. Baptiste a i
m6 Directeur de 1'Ecole de.
1'Eau en replacement de
la Valentia. Tous nos co
Samodi soir, la rivire&
yes-Jacemel a debord4. Oti.n
plore aucun digit srieux. i

Le nonmm Th6ddius
'est noy6 dans la rivilre
11 du courant, sur I'
Derouciliaire.



CLINIQUE
du
Dr. P. C. DESMANU~~lI!j|
aneienne maison F. DusIvi l
(Rue des Casernes)t"'i.i
Consultations: '
4 hres 5 hres.80 li



Aujourd'hui plus que f iIm4 i
LE TEMPS EST PRECIZIW
ne perdez pas le vt':il
a chercher dans les JouraE
lee Revues les articles citant i:
nom ou traitant des questionmi
vous intgressent puisque ..
aLIT TOUT' :
Bureau de Coupures iedo' u 1
Fond6 en 1880 ..,i\
PEUT LE FARE POURt VQI
uLIT TOUTs
renseiglne sur tout
ce qui est publI6 dans le. ...
REVUES
JOURNAUX, & L $
& PUBLIC I|
de toute nature f'::':l : |
Paraissant en France et 6
1'Etranger : i.
Ch. DEMOGEOT, DirW..'
21, Boulevard Monnirtl 6 jI
PARIS (2e) .,,


SANTA ROSA
SANTA PAULA
SANTA ELENA
SANTA ROSA
SANTA PAULA
SANTA ELENA
SANTA ROSA
SANTA PAULA
SANTA ELENA
SANTA ROSA
SANTA PAULA