<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03459
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: October 5, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03459

Full Text
III I I
-- -- -- --. .
F a M A 0 .


lstle


Ii I


ww .W .w w rt s n~ ri 4
EZRNZS G. CtHAUVET
ni{rer. v t u r prrfrilfrt a

PFtlED. DiUYVIGONA UD
OEo"tn*


QUOTIDIEN FONDE EN 1896


_; r6 A -** -4 -
48jme. ANNE PO.. T-AU-PRINCE, HAITMI MERCREDI r OCTOBRE 193 No. 20.082
-. ... ....... ,L ... . .......-,, ... .. ... ..'. .. ......... .... ..... ...... ... .


It: stavec un reel plaisir que nous
io cri-d1easous le discourse pro-
Me. Luc G. Prophte, Se.
rea -(Etat de la Justice, I'oc-
i de rouverture solennelle des

SCoarme on le constatera, le ti-
[. Aire Ip6partement de la Jus-
f tie a envisage aver une rare fran-
:kA les abus, les d6nis de justice
I: t se retdent coupables la plu.
:t1 des Juges de paix dans Iexer.
ti tde lrs fonctions.
i ro1:: phete en sail long pour
S::.ti th Commissaire du Gouver-
; ilbtt prBs le Tribunal Civil du
.*lHaitien et nous croyons que ce
.' eelm est avant tout un avertis-
I: n*t i ceux qui s'oublient au
- lat de fair de la justice une
. igt de partisanerie et qui ont
g aeeiuruales sur leur thte, des
danieset des dizaines de plaintea

Mosiettr le Pr6sident,
Monsieur le Commissaire,

Monsieur le Batonnier,
Messieurs.

Sest bon que certaines manifes-
.tuibu de la vie national s'accom-
"$Mt dans un cadre particulier,
andmleu de solennit6s exception-
mies, pour marquer & I'attention
t~que leur haute portee mora-
et ta force de l'ideal qu'elles ma-
Spi$fet. Et c'est peut-ftre tout fA
:'lgoire des Pouvoirs publics d'en-
Ittnir soigneusement ces tradi-
t~OnT qui tout e-n maintenant 'es-
Prit de corps des collectiviteis re-
li t le pr6aent au pass pour as-
auer les grandos realisations de
fatenir.
SFest-e pas un spectacle recon-
terant que celui de cette assem-
WedeMagistrats et d'avocats rru-
asa ici dans un mTme sentiment de
cafraternit6 professionnelle pour
eprendre une tAche commune, une
besone ardue h laquelle des g6ne-
Mations d'hommes se sont attel6s et
t fouMi le supreme effort de leur
ielligence et de leur peTnse.
Sans doute jamais occasion n'est
pis favorable que celle des audien-
ce de rentr6e des tribunaux pour
formuler des veux et traduire des
4*rances, Pour ma part, repr4-
Dtant officiellement ici le Gou-
ernelemnt, auquel j'ai 1'honneur
d'appartenir, il me revient de dire
tL Mot de v&ritV, de decouvrir, sous
lptparento ral!ite des choses, le
fritaoble aspect des mceurs de nos
triaux de paix.
Quoique I'on puise penser, ii
~ ient de rendre un hommage
R hticuer au Legislateur qui a en-
ftur de toutes les precautions et
SCtaites les garanties le function.
0ent ds cette formidable ma-
.w qui occupy une place si tm-
te dans I'Etat. Je veux par-
t tide notre justice de cotta juti-, de
htI baitienne si d4cri'e autrefois.
S&isriageant nos justices de pais
tParticulier, on constate, A la ve-
4i qoe des abus rhvoltants si-


. .tI a et 14 jutifient parfois
Spet de credit accord6 A cot orga-
Zme. Quand c ne sent pas des
Uionftaires indiscipline qui ea-
tent de mettre & leur service les


lois don't l'application leur est con-
fibe, ce sont des gens inscrupuleux
qui, au mepris du Droit et de 1'E-
quit6, s'efforcent par des proc&edd
inqualifiables, h faire pencher I:-
balance de la justice en leur faveur,
De tell sorte que ceux-ci ont par-
tie ii6e avec ceux-lh et que, par con-
sequent, la responsabilite du mr:u
n'incombe pas seulement au Ma-
gistrat nais A celui qui trompe sa
bonne-foi ou sollicite sea tendan-
ces. En presence de faits aussi gra-
ves nous r'agirons; car c'est dans
la nornm dee la politique gouvern,'-
mentaiet de n laimser perpetrer it-
cune infraction auxt loiS sans in-
tervenir par 1kone action energiqu~,
et pIrumpte.
Mai; qu'on se le dise, I'cetivo de1
redressement fi renliser s'adrcesse
aussi bien it la Conscience desi Ci-
toyens qcu'.an devolement dres for.-
Lionnarre:s. Car si coinrne on se phla
Slec soutienlr,. certain.< desordrel
dan.s administration de c'.tto j-
tice pourraient Ntre imputts a Ii
modicite des salaires et a la iri-
&conomique qui s pv't partout, I
n'en est pas moins vrai qu'il y ;.
aussi une crise de morality qui rent
touted les dech6ances possible's,
toutes les compromissions accep-
tables.
L'exiguit.& d'un salaire ne ptiut nt
aucute facon justifier le.s icar.s
d'un fonctionnaire, si ce fonctio.i-
naire surtout est de ceux que hli
loi investit de prerogatives essen-
tielles auxquelles e.t liie une cer-
taine grantie social. Elle est 1,
situation du juge de paix. Et c'est
parce que nous con.tatons trop soil-
vent les flechissements de ces ma-
gistrats que nous exigeronq des
Parquet.s, proposes a cette tAch-',
un contrble sav-re oii ne dolt en-
trer en ligne aucun sentiment de
sympathies et de partisannerie. -
C'est un malheur qu'il n'en fut pas
toujours ainsi. Notre misbre est
encore plus grande quand arrivenit
jusqu'a nous les plaintes de ce,;
pauvres paysans livr6s au capri-
ce de ceA fonctionnaires sans foi,
ni loi.
Vous save tous Messieurs, corn-
me moi, ce que repr6sente le Ji-
ge de paix dans ces sections loin-
taines et ,loignkes de tout center:
d'activitks important. S'iI n'est
pas toujours un exploiteur, il est
en majeure parties un home d'af-
faires plus habile A sp6ctler des in- ,
t6r&ts des justiciables qu'a diri
droit. Ici le m;rl est d'autant plu&
evident que c'est le Fonetionnaire.
charge dle ia protection do lat Ma.3-
.i-t paysainne. en a q(ualit(i d'au-
xiliaire du Commissaire du Gon-
vernement pti compromnet is ilnt>-
rC'ts mcme de cette masse par Sonr
avidit6 et son goft du lucre. En pa-
reillo circonstance nous demande-
rons comme l'ont constamment
faith, du rest, nos predecesscurs,
que le. Chefs des Parquets usent
de toute leur 6nergic pour fair le:
redressements qui s'imposent, II e;n:
non seulement nhcessaire que i'au-
torit6 supnrieure intervienne ma:s


encore que le lois soient mises nm
application quelle que soit leur ri-
gueur. Les lois produisent, toujourl'

(Voir suite ent lul page)


.. '.'. .- .. .
Da A OCULAIrE, PREVIENT ET GUERIT LES
i,: .


EN PASSANT...


~~~L'OUJERTUIK SOLENNELLE


.Aussi, lundi martin. ilU emplis-
saient nos rues. apris avoir encom-
bre nos glises, mElant la plupart
Its nuances gaies de leurs costu-
mes flambant neuf-, x ianust6rilt
des habits de nos magistrates.
Dorknavant, at finstar de.s eeo.
fliers A leurs elase.s re&peetives, la
rentlri ramfrnera au sein des pre-
toires. ainsi qu'A t;l barre ties me-
mes Iribunaux tons ceux qui font
profession de jiuger ou defendre
leurt semblables. -
Les vacancies s-.-nt ternineeAs,
Avec vle.. Magistrat--. lcs Avo-
Catlt etl le i 6liers qui ont regag-n,
coux-ci leurs lives et leurs cahiors,
ceux-liu. Icurs dossiers et leurs pan-
dectes et leurs vieux grimoires,
nous reprenous nos impliess note;,


en passant.


JUNSTUS.
r JL b


I '4-% r'


LA SIT'U.TiON EN ESPAGNE

L.- rebe'tl po.:rtent maintenant
leurs atltiil' aeni direction de la
route dCe o11 d0 Ebro. 11s ont em-
ploytd hL min'n tiacti(le 1 que prec'6-
ldtrnmn jt Pro.titatnt tdu temps clair,
le;s hismnbardit-rs ,nt pilonnrt Ies Npo
,sitioni- repotiicainecs avec intensi-
to en mcan it'icmpts qule artilleric
entrait ,'.i ;i':ocl'. La porsistance
des Attnque.i c--'I pI'ermit d'occup"-r
bh ; eS ;Lts ;i h gro r nid .
La liiit 'i t:' l'Ebrh Iontilninl .
Mtai its U. t-W'-'o:e. ii$ornquis par les
re'e .llts sent ',in d' mfttre on da -
gm lit de.l'ol s d rt;tlub licains; .sou
Ia ,ivE, o t' c,:td:rrtl,' flt[lnv'.
t.-n ncv;,s; a (lil t an t'. ,'
l. > K ti l .-Ie ant lInne- di'
no-'mbrcu ;'.-s bonrrhe; dan.t li zone
dtn pPort d(. I::r'.tncln. On signal
2 ble.ssds.



I.,HllJE GOLDENN SHELLI
EST LA .IFEILLEURE


Faites vous-mmie -
un litre de bon vin fortifiant
pour un prix tr6s modique, err
versont un flacon de Quintonine
dans un titre de vin de table. Le
ffacon de Quiinonine se vend dans
routes les pharmacies. A Port-au.
Prince : Docteur V. Mothurin.
Phormacit cPjlntlnfilQ


Voici Jes. vacancies termin&es...
Apris la cure de reps pendant la-
quelle its ont ess6 y de se remettre
du surmenage qa'impose la vie fi&
vreuse et agit6d de notre 6pxjue
inquite; apris des jours d'absanee
v&eus dansns auciance de la tii-
che quotidienne, les Magistrals, le
Avocats et not, 6colier ont reprig
le travail que cvlles-ci avaient in-
Sterrompu.
SPendant cette periode, ces der-
niers se sont efforc6s de ranimer
en eux touted feurs valeurs poten-
tielles, en se d6pouillant tolale-
ment du harnais de 'existence, pour
rtcuphrer leo forces n6es. aires it
)a sante du corps et de l'esprit; et,
voil. le travail est i, imaintenant,
(qui es solicit avidement.
uNo- j oyeux coliers apres avoir
r6uni leursi li-res et leurs cahiers
qui 'namalntinaient en un indes-
criptible p'le-mile, ont dit adieu A
leur-, dis-ipations haitudlles; de
nieme mtt\ ongueQsi heures passece.;
it chevu'cher par months et par
Naux; et. Ie.'ornmais, on n'entendra
plus, par nos matins ensoleilles,
letrI's rires clairs r;esnner it no..
oreilles comme des bills an fond
cl'une coupe d'ivoire.


G EO CRAPHIE


CHA


IVET


LaU 6k Edition de la G('igrr,-
phic d:l la R Ipubliiu' d'traiti par
I[. (hiuvet, adoptic.' par; le I)I ar-
tetntnt. r.e 'I'nsh'ruetion iPubliqu,..
("otte nitnouvlt Edition revue ci
conmpliti eft o!n v',ntV deptim. ic.
Icr Octoi:ret chtez Rohelin. t I'A-
beille, la Librairie Nouvclle, etc.
-0---. N -*- = a


ASCEINE

Le : m ill.iurl de.- an .rlgni iquos
,MI (I GRAI NE
RITUMrATISME
C G I P P E
SFIEtVRE
soi(ulage.mnti
immntdiat
COMPRIMF,
PAUL COUPA tUD,
Distributeur pour Haiti
Port~au-Prince.


pf.' it",,;:'n." ('"-nrhmbe.'rilin.i Eden
prtcsKit'.a 0olntr,': cOtt' politiqle an-
gciji, qui'il dlfinit tini suite de ca.
phiatl'n.s. La Presse a'abs.
t iEn dI twot commenitaire sur
s.', dlhat touchant t'actiott de Cham-
erlain i MunirIb jt-4qctu' plus am-
pit ini'frmi.

(voIr suitnrn 0a. pape)


UNE EXCELLENT
INITIATIVE

Au CinE Eden du Cap, le S. N.
P. A. et E. t. faisait passer sur
PI'cran une int6reassante bande re-
latant les diverse activit&a de rnos
congeneres ambricains. En mani&-
re de prelude, M. Victor Basticon,
dipl6m6 de l'Universit6 de Colum-
bia prnonona unec conference qui
fut particulibrement gout-e, C'est
41i une excelleiite initiative et qui
tend A mieux faire connaitre nos
cong6neres de. E. U. auxquels, on
nc sait trop pourquoi. beaucoup
d'entrc nous se croient aupe'rieurs..
Nos complintents a tous.

PRESTATION DE SERMENT

En noticnci--, cxtraordinajre dti
Tribunal Civnl ild Cap, mnt prhte 6e.r-
ment, Ic 19 iui courant, Me. Joseph
. Pierrc'-Louis t .M1t. Guy Duigu.,
respectivemurn nr-,nmmns Doyen ri i
Cornmmisair- du Gouverncment I
pr..- c 'e Tr;bnn-i,! Civi cldu Cap.

NAlUPRA(E

La s:-ratine d' Ornt i:,re. la G(;.] :]t-
't "Sto Arnnir ft rlaufrage pir dtie
]'Arcahaie a'.-cr on chargorrcnt dk-
'ai-:-.. '.i -. Tuij pas a.-;v.- v
pcrdirnr-t a v'.i, d;nt une fnmmn r
dfu Inom de Lamercil et .son enfarn'.

L'ORDRE DES AVOCATS
DES GONAIVES
AprWs de mifltipifles incidents qui
avaient trouv utn echo dans la
PrcO-,e. il a vit6 proceed v'cndreid
flornier Ait '6)etfon du Consc-il dte
l'Ordre des Avocats des GonaTves.
En voici In composition: M,. Odilon
Dornoval, Bitonnivr-; Me,. Clin-tnt
Jn-Baptiste, Secretaire. Conseillers:
Mes. Ren5 Latortu.e, Irende Thb-
baud ct Lue Franrc,)is.

ASSA.SSINAT

Dans Ie. rt6gions des Gona'ives,
non loin d c Poteaux,>, le nomm6n
Thermo a (ti. assassin par un in-
dividu qu'on n'a pu jusqu'ici iden-
tifier. La Police est san poursuite.

A IA ILH2S
Le Rev. Pt're Foisset reprenant la
serie dc se.es coiyf&rencs t; chaque
jeudi A 7 heures 30 p. r. ii. l Sta-
tion de radiodiffusion IIH2S.
Demain .soir J1 Pr., par!hrai duO
%Christ et Nousi,.


PROPOSE ET FAITS DIVERS


LES CONTEST DU
JNOUVELLISTE

(c:rtce A notre devour et disti;-
gue collaUoratcur d'outre mer. M.n-
sieur Jean Fran, Memrbre adh;renr
de la Societ cides Gens de Lettr.s,
nous offrirons, au moins chaque- .s?-
muine, a nos rnonbreux lccte'urs.
un conte inedit dult asa plume aler-
Le et cisel6e.
Monsieur Jean Fran est un- des
plus brillantes parlres deI lIn j-.uTie
generation franqai.e ner rai.iwc di
ses bciles qualit6s d'homrno d.: It-t-
tres et dle romancier.
D6ja clans notre derti'itf. di nlar.-
di 27 S .ptert'' ,.','i ,:.. .--
VOA
no" ; I (.-.). i fl', ..' (. I T (' : i tr I '.'.
'nous nA l.rr0 ,r dg l.t:irtnl !.:U'1".
fetuiiei ton, iL r'..> i.1! i:gia ld0ni ln t'-
dlit du lO let tii lab ',at--ir.

0',1 "1- r i 21n'c n.s5L'r pr..' !r l "


v" Is'T l I1)STINC i'E






l ;i;t ( ke a l.2 ir. a:' ; ,. a l.*i'.' 1il. \ \ :-
COMiutai O n ItAldlreCTIM i I',Ni'.'t i1T
dA. l Ri re 'iubqucr tcitU Irn ganai-.
sotrti i ltf, r. i-nmprin s Gros Miorn-




















Lej-j1l)Mjjtj 1)11Ln v()ppc.2i r im Tr m avail-
larts la li-t: dei travfiux t e:xecu
trr par in White EIgineering Cor-
pa;i'iltLni +"is .'pr ,,",'ott!? ;un, sonimm .
Cie dix ml k cull.io, o i, r. l' 1 t ira1in?1 -
g dOn munr:is iutt" i't t.'r&i dte
rill, ft qu ti onnstiiut .t in !':Tr do
p:l udisme pour 'Et hati.i:..=lntts.
Nous rnmercion.4 I, Magistrat. d.
a, ctirtoisie 01 lui pro.senton.s n es
ncilieurs voaux de fruct'aeu-c b_-


l'OPINION ANGLAISE ET

CIIAMBE1R.LAIN

DEVANT T.E I'PAItLEMENT

At course do son discourse, Chain-
berlain fub ; maaintes reprise's in-
terroTmlpu par i'Opposition Travail-
liste qui lui lancia i la figure: ellon-
tec?-, L'Opposition In l final u d i-
cotrs s',n Trit r Lti4avatgemnvt i 'tc-
cord dte Mniiiih, cLnsid('rt c(.,omme
utne capitulaiti'.i de la d(rmocratic.
Le Major Alike declara: (C'cst
lne terrible; dfaite pour In Gran-
dce-itr(ut''ige. AUi'nord'hui, la lui
d'un dictat ir r,'1 '*-st la oi -o-

i n rfgu. it h.j ,: ir, d'a nm b 'r-en
pi i at'I nai'li 'r, fi to L i. ,s
('.ni-ti't de.i S t ainr,." :tnS'pi 'Its
tprint ia t I, lo i ('ii.;ni rte dv. i-"
mentH '..i : sH ,tu l it'iu l ', .'-r c.ontbr
la ,l' ii ;d lt. ..ui', i,' r Cht a tm bte r-
lain h ]'g.1,rd s.< [it a' t eitr!.< L .it
d:m ora'.'s ti1.. s'-cri.i -il. .o di-nivent
d'ftre oul i' -di '',rm oitr" s ,tic Itu
'.lictatur<-.;. No. aff.la r,:,. (' t't.''np ir'
contintai-t-il, nc I.pt'' n i. hidit, ni-
m cm.n. ('lr,' sbl tiio,nn|'s s.r J] bai-

Quoique d(;u ..^n ,attlaiuc ii n'nit


I


i


t


.I


,-





1.i ::. : i "' ^

: DANS LES SPO


o: Oonseil de PlI.S.S.. s'6tant ehe% w
S'ntendu avec rex-manager de o a ges ont
fameuse dquipe viennoise Hakoa, tesse qu
pour I'emplyver en vue de la for- entente,
nation technique de noA equipiers, Et le
ier. s'est dtrou6tl e .er match de la pa
sou IS direction de M. Rudolfer. finaleme
autrichion. Dison,
It est -I heurers. un public dle vl16 un
choix s'est donnt rendez-vous au f'Pntrain
Pare Lccontte et plus. les resquil- tr.;q util
leurs an dehors, sont sur les toits, fin de la
dans les tribunes occasionnelles et soils salt
IA-bus, dans l]s arbres, tels dest
grappes humaines. Par a':
4 he ures 30. Respecti-vement enI avec pla
bleuu et rouge les deux coalitions ball so d
font leur apparition dans le vaste 1 otre mi
quadrilatire et c'est le ler coup de relle va
sifflet qui met les bleus dans ]e Audant,
camp des rouges, attaquant dare- ours
ment, mnuthodiquement pour Ie nase P
plaisir des dilletantes. De part et du qu t
d'autre, e'est un jeu fin, subtl, on concour.,
sent que .es haitiens ont un ail sympathy
blanc qui les observe, les dirige et maison I
qui siffic i la moindre faute, pour Nos eI
routes leurs frutes. Le ju est sc-r- I'U. S. s
r ler s hlcs mbl nent mieux, il y a


RTS


x plus do .faetique,..les rou*
plus de vitesse,mnsis une vi-
i nest pas eontrflBe, sans
sans cohesion.
score balance tout. au course
irtie: 2-1, 3-2, 3-3, 4-3 et
nt 6-4 en faveur des bleus.
s quo Ml. Rudolfer, We'.t r6-
bon arbitre qui, avc de
moment pyoura nous ctro
e. II n'a pa.f manque a In
parties de donner des con-
utniros n nos joueurs.
xxx
ill,':.iur nonis avons apprise
isir que IL jieo de basket-
eveloppe avec int6rft dcans
lieu avec ldes 6lIments de
drtr ayant a leur ttte M.
et q'1e dai' quelcIes
nons, :iLur,:n un gym-
oir ] d Vr' loppenment
1 .i. :.. t ra Srrn &
M. Aklxaidre -Hecht, ie
ique repi:-'se-n:t a!t ide -i
.i ta.
'n:plimrnts au Co.nsii*i] de
. YH.
(T..\ ENL


0C 3M ofltClS MmnnnatBL tI~i~~1 [ft.. W $K 27 ;~I1PLYL.I~~ L1tt.


.~ii~g~~~rgo~ 4~c~YPY""~P ~pdl* ~Cr~r uy ----- ----


Part of the

rhythm of action

the pause

that refreshes


~ CCCClhCh)~ ~CCI4C)WgJa~g l~- fls~onW~* nhnsnnts.,,nn...


J'Al VU ANNE-MARIE
AU REX'


Le nl;lie qui a applaud diman-
ch -r -An: Marie: 6tait celui
ties graii.> g,: ai;s ( i commenent
tvujotur, t .-onna ani (Cni-Rex,.
Public nlmbru, enttlousiiaste et
pourquaoi iie a Ile dire aussi de
jour en jour ius habituet anx sub-
tilit-s et aux novelO'es tournures
de la technique cinLr:atograpbhique
ct du scenario.
Un 1Eclair journals arie et de
toute actualit, et leos notes gaies
de la Fanfare de la Centrale ont
rempli In prremiere parties de cette
soiree d'ouverture. Les specta-
teurs etaient invites A assister A un
film don't 'action emprunte son
charme a s sa implimit6 et son ori-
ginalit&. Ainnr-Marie ctait une jo-
lie jeune riile du cadre des ingP-
nicur- dE'une- maison d'avion. Mais
es plans mniranuaient de precision.
Un aviateur a failli se tuer en
plein vol. Pour que son repentir
ait plus de retentissement .elle
s'inscrit joycusement dans 1'equi--
pe des el~ves- pilote-s.. Et nous as-':
si.5 t,0 :, J..''iL.T1 c ti \ C ,s o L .rp-t'-rrel-
-;;.i. ;. ;; }'(:,liaut C do ctte vie
d',.- '; ;p d'txp-rimifentation
;i Ut' i'aDi;tl!ilt ('.C.ottec ;cne a donn"
cl' ca.-'s.i..,n i& Annabclla d- mottre
en rfiief lea. resources d( son art
extrcmmenct lniduiaer. C"(;st a.i.L.i
dai:s le tour il''ii d-. cottct vio ro-
manes.i qute qui le pensaeurr du grou-
p de:- 4, s'.p-ritotfolnienm t d'Annc-
Mari- qu.i- al ;it dbjii sentii au pr ar-
fuin; u n ',.'Wc'V' ". ,C .iuiuc-ls d'ltn beau;
(t neitul-,ux amouretux (.P. Richard
\Wilm). Mai~ Anl r Mariie Ctait dt-
jh gpagnei' par hts tendresses et les
.nolte- .rnt im.ntrtales des missives'
tiu pconst'ur (J.ian Murat). Soudain
LIn nuge a-;-,.nimbrit l'horizon doe
ccttv- vi; promrlett W'toU d'avoCItur'E.
Le prc-noeur .i, tun au course dt'un
vol d'esisai.
Pour dis-rieirr c-ottle doulour, An-
ne Mario s'engagca commc parti-
zipantc it une pL6rilleuse corp6t.i-
ion adrienne, C'est alors la schne
a plus passionnante de ce film, Les
irises de vue sent splendides, los
ieripeties rassent en 6clair. C'est
a course des avions. L'4poPe des
Ailel...
Anne Marie n'a pas gagne la
:ourse. Son audace lui a gagn6
.'admiration de ses camarades et
lavantage le c reur de .'ing6nieur
-,ui aimait-it d6poser ildan sa car
ingue des bouquets de roses.

: LA GRANDE JOURNEY
: "23 OCTOBRE
. Pour after joyeusemenlt I'anni-
: rsaire de son inauguration. Thor-
:. ...nd offrira, cette annoe encore,
I:...e grande journey d'attractions-
: ... le aura lieut le dilnnche 23 Oc-
)b 2.. 9 jby prochain, anlmn du matimt jus


qu'a la ni. pj;.or ze iaz- Guiniard
qui atjou.i.t iera on pr(r..!,g 1; ha- *
bitue dl ',: ijut',-tel!c. mi r:ngur o- .:.n-
sationnelk-l:.
DEs dix ho;un I, ..i. t m n;ii!. c.1m-
mencerorn Ils gr;i.ds ej;out'e
sportivesx0: cours a hi.cylette,
tours d'acrob;trj, tir, ;rCa(r's -in
oublier le oc-nc ..r-s d. e ntIatai:;or qui
reunira nios m.eiIle.ir? aimatecur-
pour ]e chrampionnrr di'Haiti ,q na-
ge. Le 'a,;; :'.;:r a:rz, dr,'it S la
magniqfiQ:: 'r.!u.- Tfoftf-rL par les e-
tablissc:r.t r.rs P'iik-..
Pour kes autres i:ttra:tcti.rs t d..s .i.,ux dce
toutes -cortc;s car le pi.a-d L .cc:s
de cette fi:e .eera davc-ir pu in-
t6resser tous. lt.-s ige.. <-t satisfai-
re a tous leo gnMt.-,.
U ne s.era pa, n6cessaire do quit-
ter Thc.r.iand ia mid., Des plats gar-
nis prepared par d1.r c.urd!i .,s blet-.
eprouvi'.s -.(-ront s:,rvi-v t d-es prix
A la porti-iE do toute. los b hArLises,
come d'aille(urs tout ce qui senr
offert durant eette journIT.c.
Et done la fite t o c pour.si'ivra
sans interruption. n Li la pite (d
danse, a la picinm, an baIin de mer,
sous la fraichcur des grand ar-
bres, et to-uijour. an -rthnme.. des
- eriig ,e ( : ,',ignatrd. '
I.'n,.- i..t.si ag-r-6a.):c jOU t 'tl'v poor
l; hlran ..t ,. h- .d.x ',, rh,:'. a-
Vou.c fl; ;e t ;'" .'-.: ,.I< O.n r,r- ,
L.- :t:fant;- .. r-n t., ,at 1 ', .
:, irt at li.~i "v)rv uric gourde
.ve-'rn mc-t.
A noter quo k, ticket d'entr6e
doiinnera droit h toutre. eIs att.rac-
tiun.s, -a ,v idc- nmrnt aux con-
-n-marticr< t u.x pix hfl. tirjiLs qui
.er'nt .S,'vris d,. midi ii ane gour-
de, Io plat,.


MA GESTIC'


Port-au-Prince Haiti
BgASSERIE DE LA COURONNE, SA
^i^^^^^^^^^H^3 ~ f^&^^|^^WB m^(llf


SE es l douleurs qui en r&sul-
tent sont souvent la cause de
trop d'acides dans lIestomac.
Faci~tcz la digestion en Climi-.. ._ s
Unant cs acids. sPorter vo&us ~ o
mice~ en pregnant: _low!


iA4:
? 3a,


PNILLIPS
LAIT DE MAGNESIE
tlAUCi S SOUSt' RMt D TABLfETTIS)


Agent E dulif.: ERNST LUDERS.


Le fait est incontestable


LI


E RHUM SARTI

c'est la quintessence


JE


DEE

meilleures variety s de cannes


d'un vaste territoire

reunissant les meilleurs terroirs.

C'est ce qui fait son arome


GOUTEZ ET COMPARE


how I istL SOVULUM


POUR VOTRE S30 IIRj*

Si vous souftret de 'a
gestif,-ou si vous sentez '."
bilit6 quelconque dans1 ..
%e rate pas I occasionn daeys j
tre F, 'usagee e. la a Faria
queyas (quintessence de' a
Troglodytiqu3) ou banana' rj
Vincent.
Madame, n'oubliez pas q. '
ine QUISQUEYA est un agm .
tif qui excite la croissaneea.I'
chez les BEbis. .


CORDONNERIE

MONT CARMEgL:

HYPPOLITE R. JEUDY

Grand'Rue No.- 139 "

Annonce a sa bienvei'anfte clie
tele qu'a l'occasion de la renthz
des classes en Octobro proaig,:.
ele trouvera des chautsaurel pou.:
gargonnets et fillettes.
Avant d'aller ailleurs, Lt ij :
a'impose A la Cordonnerie,*cl :
Carmel oi vous sortirez sati ,:i
Demandez toujours les poisi
des Nu-Nile et La-Em.Stralt.


CLINIQUE
du
Dr LOUIS HIPPOLYTE:
Mhdecine Giutrale .
CONSULTATIONS:
Chemin des Dalles 7 & 8 ai:
2 1/2 A 5 p.m,
Phone. 3373 i
Port-au-Prince (Haii). .


QUARTER GENERAL T DU OX
TRICT DE LA POLICE
GARDEN D'HATTI

AVIS IMPORTANT ":.::i

Le D6partement de la Police .:
vise que conformnment aux no&..;
velles ddispositions qui ont 4t ri
ses, les d6tenteurs de licences poIt
port d'armes A feu doivent, diro.
mani, sounettre trois (3) ph tO.
d'identit6 qui seront apposles % :
original, Ic duplicate et Ie tpripi .
ta d( lIn licence. .:.:,
La mime formalilt6 ct'Eigi:.:
pour le renouvellement deiies' :l
ecs de chauffeurs .publicff 4t:ii
vs ** .. ".:*' ;:
Port.au.Prince. Rpuabliq a* 4:
le 3 Otobre 18 '.93
R.'.LA. LOOI .
Major, Garde d'Haiti :, : ::
Chef de Ia PolicE





,Son


is availabOe 0 N
to Wfe Wl e I04XW 1
9t ~~t tmill '* : ,


A SWA I W I $ Q
w No. wtl .SNAD0 f t* ...I .:. i.
^*^ ^*^l SELQ**... ;: ^
.. .... .. .......... .... ......n> .:. :.,; ,,;_: "


I

A B.4SE de COOyINE. TOLU et EUCALYPTOL
r- -
GOUT AGREABLf -COD3ERVAfTION .APfPARITE
TOUX, RHUMES, BRONCHITIS, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
PORT-AU-PRINCE. HAJTI, F. LFS PROVINCe.

l *"^7 i -I .,-- ... .


1- ,,,


-


Par sttite des ,:am v,

gement qui se pours a
veau local de I'Ecole N,
t)htrices et de son a i
tre de cls lassee
ment est renvoye lit
tubrt prochaln.
i Le joudi 6 Octob.t:
lea examena pour les1
Juillet.., .:
. Lundf: 16 Oetob "
segment des Aves, o'm
1'eamen dea Candidate* "
element Jnserites, les la wi
vaht etre rEparties dan:i
rented classes sur la base; h
bre de places disponibles,
~ ....




:t' '*.:**'. *-- .-- *-. .--.-


atOl

LWA_ M0A,:ItWM J* so
Je a .d! pa.rdnf ble, ao
K eane! 7w .TonViOentoW 41
pne Iruorittet Edonurd I.
:i ? J'i td demtl jIal es
'ir p
Qlln, bell& oirte, mon Dim,
j a.e ett quell ebarta t mt

lt Clet: ante s ula


Sreii pen dams del grand Me
* P a.ris
":g pres; alor A'en parlonse
r:. Mi en ommit, il a tptute
Sde liqueur. 11 ranisette,
l:^.iBgt t, I prunelle vantlldt
t ou Ot, etc. VoIsa le e plus tt
si tu veux 6rutver dt la
iS prDentation, de t bone qua-
p Iib;: toute une g swie de bon
t. 'y coDnnasit btn et sa d6
geo pour seas a mables
dt. Enfin, pour d'autres
gnei~ments vois Simon Vieun,
,t::~rB du Centre, Mme. G. Rout
: o et tant d'antree. Cela vaut
: ti peine. Au revtia, Vieuxl,


S AU.. NOLWELLISTE
ET A
LA MASON RODELIN
On troovera:
is Brevet simple de Capacit6.
L. Brevet Superieur de Capacite.
ItkCertificat de fin d'Etudes Se-
.sdares classiques (26me parties)
DipM6me de Licenci6 en Droit.


ECOLE SPECIAL DE
ITENO.PD. t Y LOGRAPH IE
Rtconnae d'UtilitC Publique
Aeie Rues d.u Centre et Miracles
T!epr.one 2620
Port.au-Prince
f8NO DACTYLO
COMI'TABILITE
) e ill 4tabl;U-ement jusqu'ic i
,t i-Prince otiles prescriptions
flWnique o soel rigoureusement
plqgnoaes.
tin reduction a et~ faite au ta-
If hindra' das course pour tenir
*tflpte de la ra-c.t6 du numdraire.
ItMaa.;dr Pio-i ectus.


FAITES ATTENTION
Lt- BAZAI ARIATflNAL

SEnore UNE FOIS, s'enorgueil- .
ItI'treLE PREMIER a oflErir & I
.tCIeUntle et au Public les avan-
tp de& NOUVEAUX PRIX d6-
tUiAt de l'Accord FRANCO-
AITIN, pour ses rayons de:
SPrfums les plus en vogue de

.VIN FINS
SVINS MOUSSEUX
CAMPAGNES
LQUlBURS dle ia fameuse mar-


e rie Ma ri.enrt,.
S~so J1 devez i vou.s-meme de
IS1R nos Rayons.


|.


PARFUMS MAJESTIC
A LA PHARMACIE
CAMILLE
. t
: ~


S AVOUY

SAFESRESTAURANT


andesz vot amis et
vous confirmeront que
A: PrtPort-au-Prineo

'p P t mieux manger et
I.t2lerlies bones con-,
...tioa qu'au ,SAA

Y sitttui o Charmp

e............


.~r u'..r::,z.:::1 .:' k4: .. ...


Zr :r:~-flStfz tt'#Iftv"~flS4Sb$fl$*Mt


KOTEX


POl UNE


Ser:'ez-vou,
nu dans le me
offrant la meil


MEILLEURE HYGIENE
PLUS DE .SUlRETE
PLUS DE









-.0
r. ",






du KOTEX re:om-
onjde entier corrni.
leure protect in. .




I'R
-Di. \,..4


:... ''.
,








DON N. MItRE
Rue Roux

f)istribuleur pouir lialli


E CONk'ORT


rw Ow--- wi4


U-































a


LA BANQUET ROYALE

DU CANADA

PLUs DC 700 UCCURSALES AU CANADA ET DANKS 30 AUTRES_PAYS


..... umme****** **


i Il 1~LI1~I~~~YI.~~..~~.. c.-9 I~*--~,,.~~I-~~ IIYUI~L~~'Y"'Y~~~~


A L'ATTENTION

DES FAMILIES

Los famille. de la Capitale ot de
la Province no doivent pan oubhler
que le pensionnat ldirige parT M.
Justin Marcelin et Me. Colbert
Bonhomme ofTre Ai leurs enfants deo
7 A 18 ana les mnmes garanties de
discipline, de soins et de surveil-
lance.
Les petits trouveront les memes
soins maternels. prodigu6e par
Mrrn Justin Marcelin.
Le. pensionnat est organi.s tou-
jours au meime local.
Angle LTalue m t RK I,namrnorrv
": ra Jf"w"cu. hws -....1....

INSTITUTITON 1DE
Mme JUSTIN MARCELIN
JARDIN DES ENFANTS
A PARTIR 1DE ;i ANS

Mme Justin MKarcelin avise le-
families do la Capitale et. de la
Province ine soln etablis.st~nt ide
.Jmon .s fitles coWntitnue t.otu.iurs ait
fonet ioinCr' dvl e P ler lWId i d'oc-
tabrV, aw les mimel's -4condition.i
rl'ordrc, do di.ciplin. Pr(-paration
a ccurtifical. d'Etudels primair-esi et
au Brevet Simple. course de coutu-
re et cde d.dessin.



Machine d &crire Reminglen
Machine 4 calculer Dalton
Rubans, paper carbon
Faie a viO Ghats chew
G GILt ,


A AA l.JtAA ikkkitt .


. ... ....... :rr.i7 I N i "i-Im iiii i


RlON CONS'EIL

AUX

FEMMES NERVEUSES


Mesdames, vous qui etes die

princes et irritables, lisez

ceer soignezuement

Le nombre des femmes qui pas-
sent de longues ann&es dans la
souffrance et dans 'angoisse A
cause de complications organiques,
est incalculable.

Chacune de mes lectrices con-
nait sirenient une ou plusieurs de
ces femmes qui ont gAch6 lea plus
belles annies de leur existence dans
cet 6tat de mauvaise santt ruinant
ainsi leur bonheur present et future.

1I n'est pas nature qu'une ferm-
me soit nerveuse, d6prim6e ou
qu'elle passe des nutits sans som-
meil. Tous ces malaises sont dis,
la plupart du temps h des irrigula-
rites dans les functions fiminines,
telles que de. epoques difficiles, u-
ne grossesse laborieuse ou nm re-
tour d'Age douloureux. Votre corps
est come une delicate machine.
Si cette machine ne fonctionne pas
normalement. c'est parce (queC vou.
negligez des sympt6mes et des fai-
blesses qui, petit a ptit, diminunent
votre resistance et c oitre 6ncrgie.

Prenez. dtes aujimurd'hui la r6so-
lution tde coimmencer ni micux ous
s.iner. Ermplot.yez fIamICux
COMPOSE VEGETAL de Lydia E.
Pinkham fait lpr-cialement pour tes
femmes a I'aide de honnes herhes
et de rncines. Suirement cc mnr-
vcilleux produi calmer et adou-
cira 1(us nerfs malades. amoindrira
,,s malaises de femmec. vous don-
nant aini plus de force pour vrai-
ment profiter de la vie. Depuis
plus soixante ans. leo femmnnii sc
.ont mutuellement enseign6 n se
liherer de leur esclavage phy-ique,
it regagner Ia joic de vivre ainsi
qu'a devenir de meilloures spouses
et des meres plus attentive, cela
grace au COMPOSE VEGETAL,
de Lydia E. Pinkham. Imitez-lt.e.


v, .:. ii.r a:,, T ',,'i" r C i-.:,
LDc:< ) .A R" (-m '." d r Cmi M !,,t it .'.
DOLLARS, 1eTI' ( i'r, c)mime 1.
J:t"Vii(lf'I'ift -' t rgi.. l.' ,ti, di' t t .LI'
lotit rie. I" l Z, a;.n;!Il. n.' W''te it pa.
pi r_-.- t ati. i t5i g ,. (h', :o'm anchor 2
octobrt.
Le tirpag'e de dinii: ll i:.. -.!"' ;,A-
-C' -.- ,i it .ch '-. d tar' .- d.c'-
Cette Cml;liiiO que !...- .- peciatl.'-it'
aui;int I'amrnbilitt' dtr dLposor Idan,
-i hadl t tI foyer do b1hcoiiT.
La direction rapil]lce i scs amis
et aux: action t. inir ts :lf1 lA Socitt&
Ilaiticotie do' Spectaclt.s qu'e les
cares de fat ur qu'tl.- dunne scnt
;alabIles ptur ai s ii g. au b.lcU ,i.
Le cuntrCk' s, ratr .;f'vPre. l',ar
!'ji faciit11r IL travail la DI)irect;nn
dematne a ce.- lrns amis dl'alcr
de Jour propre movement au bal-
con.
La direction announce qu' lan fin
do cct to nnn6e lle organisera un
Grand Concours d'El6gance qui se-
ra cloture par l'attribution do
beaux prix. II sera tiri un film de
ce concoul rs. En conselqulncee C011
ptrie le's damnes rkI ,.r prcparer ribs
maiilcntfnnt A (i as".'SLiirtr Ie suCCs..

r

AVIS, MFII',CAl

Dr W. I.EMEI:
(ci r(.tmdr re. son voage0 n turo-o
pc., ;anrnc) it i,.:ttrv'illaititi
('!iiunte'.1(' i l 'i! .lri. I I.4 o v t Ia',':11 li
r'inin : Rut, S
(Csultat i(n;.< S-'10 a m..

exccpt.i saml;li .prlls$-mil r e.t di-
m;inch'.
'l'raitrem.n
Exani.et).'< le Ray.uts X
Exaiins Idu Ltabratoirt .
(:onsiitltutioil l's .sur tmllideZ-VOUS.
.---.-


CLINIQUE


Dr. P. C. DESMANGLES
ancienne mason F. Duvigneaud
(Rue des Casernes)
Consultation- :
4 hres 6 hreon. 30


,DAOEM, nA$M H*DPAOR I

CLUI PRIVE rD

PAUL FILS-AIME
:'a;,FI~~~


~1I


- -j L &


Communique
.. ::n


lo. Le anamedi 8 Octobre prochain
Ie Club ouvrira .ses salons a sCa in-
vit6A habituels d.s 9 heures du
yoir.
2o. En dehors des habitus, s'il
so troupe des amis et des person-
ins qui, par une omission involotn
taire de ma part, so sont, faute
d'invitation, abstenus de partici-
per aux fPtes de mon Club, qu'ils
m'nippellent noa telephone, et l'omis-
sion 6tant aisement r6parable, leur
nom sera ajout6 ma listed et une
invitation rsgulire et dt4finitive
leur scra d6livree.
o., A A 'entrt&, tout invited di
sexe masculine se munira au guichbt
d'un carnet de tickets dCe consom-
rmation centre remise: i detux dol-
lars. Aprei 6puisement dfes tickets.
ache-t6i A 'entriTe, la vente des
consommations -so poursuivra con-
tre- ie'spt-ces.
4o. Comme cl'habitude, pas dc
credit, et i cetto rligle, pas d'ex-
ception.
50. L'option ve Stir er ta r.:. L
laissee i chatn '.i" p.' rtfan !: ,to-
nue dc .s irre ferait chic ..
60. Ceux quc dc:.ircr t tquittter
momerttal'.i-ment lF's lieux apros ac-
,quisitin ], !.' 'enr r 'i.t e ticket-
auront srnin ,-',r '.is:- ,r lel o,,r.n ail
h, I I 1 f. h-i Yn l Vct Vil So I:-
t I T .1,. ,' ,:v
1. 1 .0 pi.: if f. A : n -.tn .t




Z.- k'k .


]KJ


F.::.
"'


SmMd^ I L mOvvgLuSfit 4 fm




...


I I,.i M a '

#^ n 'ae nut 'ehrcherr; A nutre &
Srsonne, i al at ei~ avoir la pen-

Louis de MANON.


II faut que celui qui regoit sente
. que c'est un emur fraternel qui lul
h" done.
P. J. STAHL.



L'OUVERTURE SOLENNELILE

DES TRIBI'NAIX

(Suite)


leur cflet; ii suffit de les appliquer.
Cc n'est pas un souhait que je fais;
j'entends rappeler qu'l y a des dis-
po,;itionl tie lois QuiJ cernsurent la
conduitc- de< manvi.L- ser-s itears d ct
'Etat.
Ii la or qir d, it I domain des
justice;S it. < .ix ccufmme l(tdans I es
.aut res branrh'e d administration
le desoridre t I'indiiiciiine cno-
sent. C'--t tun '(rihblec mal;se
qu s not'. (pr.rrivons ii v\)ir oLncti..t !-
ner Inos tliblunaux dc pI.ix a C', '
des tribunaux tl'rrdri' < ip6ric(.Ltr
La marge est 6norme.' -Vriim,-i,'..
quel abime entire cs dc-nx orga,-
ni.lmco. En haut de i'&c.elle judi-
cia;re. iune Magistrature dclaircc.,
c''mr!it d'hoimmrc; remarquablet-
par le I c- gc ti l. Science, par
le cai n Li' i t i.a evn .c:' i : .'a-
voir; i I- .1 ;', 1. t. '.' tr '.

;Lnmoiidr'i.-riti't IA na.j j c-.ii--
cl l 1t TI :.ICt tIn rci ,ii rto lt-r'
(t i'. a c vliin Vt,. ,t 1i: r i C, pai. i
hits ai rcb n'U-. -.[ c e':Srfi![ ,


pest i gicmnt ot'.b c : e! *.' C!.
Dan, !', ti. L aictu il de no- mr i'atir-
*iLdici -irt il nest p,.s i.-tli:o ,i l !
questi-on ([t'l r ir t'Ul. i ,'emrorte.; sr"
cullte dun iralAi.--cm..Int dci Ivalel,. u.
morales. A ( lioi q.:;i ve servir it
fautL qcj'u: . d'int, CritL. li [tLiut. qii'i! appo' rte
cornim r .lri I': n, .'i In Socii 6t Lu
G(;,;oi.rnenlc:rt ,:'t an Pays !e pr-cs-
1 .; ,,..' ,-, lrobitra, de p a dr" itureI
.'t de )e~O.in dans no.i tri'unilux ( pa. t,
de judges tint gr,..--, c i. .. fi.
soucieux ie '.tit,1: rt.- L'Utt r l'at i to .
rite de la 1,ii Puv.ir.
-........


PROPOSE [I FiIS DIUVE

(Suite)


7NE DECLARATION D)E
DI.FF ClOOPER
A\.i ,ll ,ti;c -, ('oCnne-il Ide Cabinet
lttiia .i- .i';.-rir i-t :It.v ndr' .i, q ai'-nd
Clihitnl.'erhatn i: (t'-litalt 'rnt, ce fut
Ci,.ur Trl" L n mom'nii, i rtcu fritP-
menl d, i.lourcux. C(-ir j'ai s-,nti
pour nir part qu,. tlout C-a quq j i'
p>ttvaiti ,tf'rir ai Ch. m l -riainr c'"-,-
iait ma admission. Avant de s'ar-
rt.er it inf.' tlcil d cision, toucihai t
-unte quc-tIKn do ipolitique interna-
ionale, un Mi nilstre le poser bicn des q(Cnt.ionp. DIoux
dik celles qulo.sois pLNoies, et non
les mains importantes. furent:l ma
.t6miasion en un pareil moment est-
,Ile do nature A causer un domma-
:e materiel au Gouvernement d6-
.:a Majest6?
Cette dlmnission n'affaiblira-t-
Ile pas note position en laissarn
ux eritiques impressionn qu'il n'd-
iste d6sormais pas en Angleterre
n front uni.

ISCOURS DU PRESIDENT DU.
TRIBUNAL DE CASSATION
Errata :
re colonne: 'Europe touffant
..ns I'angoisse.
...et la paix Nous remarquons,
e depuis etc.
'me colonne: actions en divorce
Slieu de :actes an divorce.
: .. ,


flflIJidf~~bc~lflr LI~ ~L#*FfLfI~lWUP~~~flf~f


CABINET DE
Me. EUGENE KERBY, AVOCAT
PORT-AU-PRINCE

AVIS DE DIVORCE.'


D'un jugement rendu contradic-
toirement par 1I Tribunal Civil do
Port-au-Prince entire le iseur Ro-
bert Mardy et son ,pouae, n6e Ma-
rie Louise Daphnis, il e.t estrait
ce qui suit:
Par ces causes et motifs, le Tri-
bunal adnmet le divorce dcc 'ieur Ro-
bert Mardy centre son spouse, n~e
Marie Louise Dlphnis, renvoie en
cons',iqulenlc lei's sus-dits 6poux par
devant l'Officier te l'Etat Civil de
Port-au-Prince; Setction Est, pour
1V fire pronon:icer, lee forrnalit6s
16gales aecomplies rt le delais 16-
Vtrux observets etc.
De I'acte do dissolution dress& en
vertu du jugement sus-mentionnj,il
e-:t extrait c i' qui utli
L'an mil neuf cent trente huit et
tl Samedi ler OctorM'e i S heures
cidr matin.. etc.
Sur quoli, N U.-ii.. Edou.iard Eaus.-
san. Ofticir de l'Etazt Civil de la
C( il'itarile. Sect ion Est, sous.igni e,

I, x I'ux c'. ;i rin l j L' meinr, ln .i-

ai \t d;mnt t.. ', "- i M mar lv, n .o M a-
.'i" LU.,'ici.- [H p. cd.' .. ii oC, ldant a

l t'.i i.t '..: t.' '2 4 i C( .l'-t C'i-
vil 'l :ci VI -a,,V'- I I:'.' C -n c:, Ittr I tI le
m ariage srL'.,,I;c ,-nr r I c -i etir


Robert M;ardai ct :i nri;-n
Lou'iise Dtaphni .- -t I i. its
div'orcc. Dont ;ct'.', faill it
i- n lotr'f ti h i t lat Rue
Nun-'ror 1-10, etc.

Puiifr -"-:*-r2 r I.',.)'tTOmc.


'Marc i'
par le

FeroiU


E ,, t KERBY. av.


INTERRUPTION DL'
(OURANT ELE('TRIQU'E

Ln 'onCom'prgniC d' C:l-airage Elec-
trique avi'se .- ht.' rn'::nTins p que, pour
lui perm ttre diiff'ctu,.tr 'e. mo-
difications nr'ce.su ireT sur scs. Ii.
CnIg L de trcnsmi.sin, k.. courant
l 'ra uppll in ''i.i G Octobre
19^88 ( 7.;0 A M~. i .11:.0M A.M.
SUPr !es cirCL it.- :31,i....t'i-
Avue, L' I. t;., PI'.i; Fou.r A Laluo
Av'eru,: Jh- I .v n w c. ,. ruell.?
JInr tniir, a im ya-.-;, lavnaud, Pns-
-.e- l MAl;rha ni. .-A- -A -, otr.. i Ia rt e
Vernet.
P,'rr-,.-P;u riLlc,.. 50 Oc. 19'8.

Ciompatnie d'Eel'ciE''rv lectrique
des Villes de Pnr:..tu-l'rinre
et du ('ap-llailien

LA DIRK,, 'TION.



Pour avoir diu Poids, de la
Puisaurice ct de l'Energie.
Pour r6alisecr i., DOUBLE
de votre travail q.iotidien (in-
tellectuel ou Physique), sans
]a moindre fatigue


KELPAMALT
Produit A base du KELP,
plante marine contenant tou.
tea les vitamines.
En vented dant toutes les
onaua Phartmacl


4 tlJ1 NeuvMSP raES 'ztE~C~ )t WSF~lfnl*4SV'CCII


PETITES

NOU VELLES


On signal que la Lagion britan-
nique commence a recruter 1.000
homes qui doivent se rendre en
Tch6coslovaquie pour le maintien
de l'ordre dans les regions o0 doit
se d6rouler le plebiscite.
ls eeront convoques domain et
recevront'le k'6pi et le manteau de
police. Puis lls partiront pour la
Teh6cosl-vaquie.

Lord Perth ambassadeur britan-
nique en Italie a et6 reicu hier ma-
tin par le Comte Ciano Ministre des
Affairs Etrangbres. Dans les mi-
lieux informs, on declare que Pen-
tTetien avait pour but d'4tudier
les possibilities de r6aliser une d6-
tente plus profonde entire les deux
pay-.
4*0
La bicyclette < ARMSTRONG '
don't le representant est Mr. Frank
W. WI L S 0 N, Administratear
de la Exide Storage Battery S. S.
est bien cnnue dans le monde en-
tier pour sa solidity et son moder-
ni'sme.
Nous avons en stock tous les mo-
deles : de course, A home, A fenm-
me, et pour enfants. Le prix est
essentiellement bas.
Fit
La iuulte d e Gros Morne-Gonai-
ve-s e[t presqu'irnmraticable par
suite des fort naverY'S-e die in LIe
Septm: rei,' re

Samedi soir un point s'est effon-
drd du cote de Dub6tdou- (route
Gonaives-Gros Morne). Aucun ac-
cidernt de pcrsonne n'a tf enregis-
tre.
9,,
Les &16Vgants en general ceux qui
veulent plaire, ne portent par ces
temps de grades chaleurs que le
drill fin. Passez zAu Monde Chicz
ancienne Maison Jean Talamas e4
vous serez satisfait.

De Prague on nnionce la dermis
.-ion dui Ministre slovaque sans
porte-fouilo, Mr. Cernak.
Toutet'fis la nouvelle n'est paw
encore confirmde par le Gouverne-


meet.


0*,


La nctth }ado -:mploybe par ;:.
Elarnchi;.sche ;New China) Rue
Rigniud a Peiti-ulille. pour la Ipr'-
paration du-linge, des robes et .os.,
tunllls, ldono.r tntiere satisfaction
aux aim:tia s clients.
0*$


Dc Fi'.-si. -u. (Amsterdam) on
annone- i:'.i. course d'une violen-
te tem pt..', :; navires ont coulc darns
'E-Iaut. 1.s i-quipages ont 6t.h


On informnt que 1'Association
des y,.,-Scout. Nationaux d'Haiti
a &et di-rI.ute. On on ignore encore
les mr't.:fs,

Le .fail est incontestable, its
chauFsri-c.s DATA sont irr6pro-
chahhls .oris le rapport de la so-
liditi it (iu fini. Ce sont !er chaus-
surcs priLfrires des 616gants...
***
Nr'tre -oncitoyen, Me. Dantc.s
.Bellegardi, ecst rentr6 hier de son
vuoy;iag au C'anada oi il a eu A pro-
nntc'r uiu~it 'jr ie tconftrences no.
t;ammrnent sur l'liatoire d'Hatii et
qui lui ont valu des notes ologieu-
ss duii grand q(lotidien qu6b6cois
,Ie ,Journal,. Nous lui faisons no.
cnmpuiimnnts..

Bonne Nouvelle.- De nouveau
La Brillantine Ricin6e Roja est ar-
riv6e et s'enhcve chex Paul E. AU-
XILA, Rue Traversire.
Le Bakerfix fixe et lisse ]es che-
veux suns les graisser.

1I est bruit qu'une rforme d'en-
vergurt-' va dtre entreprise dahs
1'Enseignromnt, Le cadre des pro-
fessaeur dit.fon, va tre romani6 do
fond, on comble ainsi qu'un meil-
Jeur traitement leur ser accord.

,Em IR Ho
,BERLINM.R HQF.


-. ~-- ..- -r~rr..a)*~PPL~**N esh lflhIf S E W fl


SECRETAMRERIE IETAT
DU COMMERCE


Le D4partenWent du Commerce
rappelle aux Contribuables tran-
gers les dispositions de i' ticle 65
de la loi du 13 Aoft 191J sur le
droit de ticence ainsi conque.s:
Art. 65.- La demanded de licen-
ce doit .tre faite du ler au 20 oa-
tobre de chaque anne., sous peine,
par le contribuable d'encourir une
amende 6quivalente au quintuple
du montant du droit die licence au-
quel il est assujetti. En cas de r&-
cidive, l'amende eera double, ianfn
prejudice des pines portecs par
Particle 27 de la loi sur la Rggie
des Impositions directed centre Ie
tcontribuable qui se livre A I'exer-
cice du commerce, d'une industries
ou d'une profession qui lui est in-
terdite.x
Seront. egalemcnt sous le coup ds
l'amende prPvue par l'article 65,
tous les contribuables qui auraient
verse a la Banque l1 montant de
leur droit de licence sans cepen-
dant produire au Departement dti
Commerce, dans le d6iai legal, leur
demand de licence.
Ie Department saiIit l'oceandon
pour rapp 1ler aucx contrbuables e-
tranger.s cu'enr conformity des dii-
position.; do I'art. ler dlU Dcret-
loi du 27 Novembre 1936, les tim-
bre. mobiles n >r.nt pl'us emplo'yes
* I piour io- demar:de; (d ILcence:. En
SleI;rs lieu ct place, i[ ;ic ani ner '
a crl denmindre 1,: bordeietaux dci-
'me-nt nc iqiitt.-- .tu lest r c6piss*(
definitifs de !'Administration Ge-


nr6rake de- Contriblulltions.
Port-au-Prince, le 4 Octobre 1938.


SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA
SANTA


CAP-HAITIEN :

PAULA ig
ELENA
ROSA
PAULA 27


ELENA
ROSA
PAULA
ELENA
ROSA
PAULA
ELENA
ROSA
PAULA


17

ler

la
D6 A....................


PRIX DE PASSAGE: .

Cap-Haitien-New-.Y4:!j,
lire Classe: .

Cabinets extirieures,
minimum-......... $ |i::
Cabines interieures, ..b .
minimumr............ i

Pour tons autres renseig :
s'adresser: "

H, CIA NCIULLI & C '.
Agents, .
CapHai'tien Pho I:
,,, :, :L .:


gr










rLA MABRAIRI USTVELLE
La Librairie la les a orte":..."


(Maison de Conflarnc) ::: ;:,:::

POUR LA RENTREE DES CLASSES

A PPROVISIONNEZ-VOUS A

LA LIBRAIRIE NOUVELLE


PAPETERIE


eMILLE LIVES CLASSIQUES POUR TOUS,


CLASSIQUES : Les Meilleurs livres .............
Classiques Pour Tous ......................--......
L arouse ................. .................... ........
Dictionnrirn Larous e ........-.......... ..... ........... ........
M em ento Larousse ................ ................ ......... .........
Dietionnaire Analogique .....,... .... ,,... ,............... .. ....
Dictionnaire franqais Azed. ............. ..............................
Dictionnaire de langues 6trangires
I --- ------ --- -- .... ..--*


T ::.;

p$;i ':


La Maison


I Me Guffie


ANGLE DES RUES

COURBES ET DES FRONTS-FORTS

PHONE 3732



.Offre i sa nombreuse clientele de Port-au-Prince ata:
ia Province pour les 6coles des gargons: Drill tiR .'
chien et drilex, Drill blanc coton et pur fil.- APOr.
ecoles des filles: TAte d'Indien bleu et creCne :
ture garantie.
Simili a fleurs, dimity, indienne percale, Toile j C1
mise. Toile a drap, slam t drap Toile a mate?
toile i tente Crepon gauffr6 Soisette Sup64ri i
routes les couleurs etc. etc. .


rr~c~aa~r- rrr~a44~~rrr~m
WSW~c 6irs- ar ~ 6-----'- ~l~111~ 1


lr4W1 F4FF#FW rWPF w 7 ---


"', 1.4,."


Agfewadu Ca li


service de luxe rapid.
Haitlen et New-York..': ""|
,D6parts regulars
TIEN tons les Jeudi& .kt
P. M. et arriv4&e & Sew
Lundis martin.

PROCHAINS DEPAPEt


i
l
-

i





.


]