<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03303
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: April 6, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03303

Full Text


I .. ,*, r ,RNST Cj. 'A bV


.. Q'U T EN a. DVIGCIEAU EP




QUOTIDIEN FONDE EN 18S16
", ,,I&-


42. ANN,

:: 42nme. ANNEE


II


TOS'ISINT LtrOIlTURE

L'Eomme Sa Grandeur


Sest certainly hnmn"es qui, par
tur gnie, leur talent, contribuent
Srhausser I'e-spce humaine. eonm-
ne splendid fleur donnant rd
.lt aun parterre. LOS granides
djtis qui ont marique leur v':
eat que chaqiue gni'ration, vient
Sconafondre d'adnmirution devant
:tir majestueuse figure. A ceL 4-
o, on peut dire qui 1'humble e--
gve de Breda est un privilegi dc'.
SFbrtune: Philosophes. otareur-s
#s, historiens de tous les temps
it de tous les pays se sont plus it
a rendte homage. Pour que ce
odeste noir attire 'insi I'atten-
tn de tous; il lui a fatiu etre un
ortel bien prodigieux. Qu'il nous
it done permits de jeter un rapid
Vap d'eil ,iur la vie de l'homme
our esayer de nous rendre comp.
to des sentiments qui agitaient son
-riet, partant, voir ce qui justi-
t l'admiration universelle.
Iuionqute envisage Toussaint
overture dans les diff6rents r&-
s gq'il a remplis A& Saint-Domin-
Sne saurait .s'empicher, eu regard
i son drigine, de le consider com-
me un puissant genie. Eselave, ii
t arrivO par son tact allied A ine
&eMse.de maniire !a plus haute
itwation A Saint-Domingue. II
ait domine par une id6e constan-
te; a grandeur de sa race. Dis
is nvbnemets dte mars 1795, ii
nit deja une vue large stir la
tmrture que devaient prendre les
&oses i Saint-Domingue. Ainsi, ii
afetait une ligne de conduit pou-
Tat lui permettre d'exercer unI
artine prepond6rance, selon les
drconstances et les diff6rents gron-
pemnts en presence, Aussi, fut-i
ebetreh tour a tour par francais,
0i4s, espagnols qui voulaient
rfadettre dans letirs rang en vue
e pmfiter de son experience. -
is toujours 6gal A lui-mrme, nc
pedant pas un seul instant la vi-
ion du reel, il sut, en definitive,
ecramponner au parti qui lui pa-
raastit, A la longue, devoir fire
drmti aux justes renvendications
te Sea congeneres qui luttaient dd-
asperfment pour renverser la ci-
Welle de i'injustice: l'eselavage.
Fir fair naitre de la confiance
Atour de lui et avoir en main le
~uvernail de. affairs die la Colo-
i il s'efforga de collaborer avec
i ts les agents de la M6tropolk.
A l'arririe du g4ndral Leclerc,
dqutlt les intentions belliquenses
tlanifesties par cc dernier, Tour-
Int organisa discritdment la r6-
tafnee. I] se portrait en different
sInts de la R4publique passant d.es
Rtictions. plavant des officers
EAble de fair une bonne dft'en-
6 s daa divers posted.
Toussaint etait d'une finese, d'u-
IOuplesase inonie. Envoy oen 179G
paSanthonax a Port-de-Paix pour
.er unr insurrection, ii par-
at Par avoir raison des mutins .
Pla ssule force de la persuasion
ilpacifia ct les portaA r repundre
U occupations ordinaires. Sa
AOle contituait pour les rWvoltCs


g arantie. Ausi, se snumet-
4t ilS sans peine A son autorito.
lfarquant que son influence so
atlidait sur leg esclaves et 'ar-
t dsi de ceux-ci de conquirir
SlibertY., it aohgua i we d6tachur
il tropole. Mti.q obtenir des.
^t1 heutreux, danq tne entre-
Ra si osie, n'ltait pas chose fa-
t' l t'ennemi disposait de mo-
SPu~lsants pour fire avorter
.o9" 414 t d'Ind6,endance.


L Le part colonial, sur le point
d('tIre tUrrtassse S 't-Domingu-*,
ien:sa fair de Iti t'instrument do
.'sC desseins. Mais tonjours maitre
d&e uii-mimrne, l general noir enten-
dait etre I'amp des operations clo-
aant aboutir A l'emanc pation de sa
race.
San th,'nax 1t1 ni Ltai tin honu.ni
t'es uiti.~c. r'cccnnakli.v nt sa p ers-
picalnUt., -a finesse politiquti, en fit
son auxitlaire immediate. ]I no n*-
gligea l;ien pouLr .e I'attacher for-
tement et fuit mtme Partisan do son
ascensoun au post les plus tmi-
nents.
Le Directoire Ex6cutif, mis par
ses agents au courart des exploits
de Toussaint, vit en lui tune des plus
fortes individualit6s Ie soan pays et
de sa race, le confirm dans le gra-
de de general de division donn6 par
Santhonax en 1796, en recompense
de ses services.
Le chef noir Utait d'une grande
y s-nfrosite, ce qui est la marque
d'une nature d'e1ite, s'levant au-
idessc~is de s. petitesses dct ee monde.
poour obe.)ir aux sublinmes inspira-
tions de son cceur. Pls d'une fois,
i! fit preuve d'une grande sollicitu-
de i I'6gaird de css anciens maitres,
iiotamment du baron de Liberlat
qu'il garantit centre les erskcu-
tions de Santhonax on qui ce d, r-
nier voyait nn suspect.
STeile a etE la eondurte du tdhros
t ans la vie ordinary; mainr; i n i t-
tait pas moins admirable en temps I
de trouble. Guerrier emErite, sang
Sfroid, rapiditC, tenacit-, enduran-
ce. c talentt les qualitsO don't ii fdai-
suit montre sur le champ de batail-
le. On se rappletc quelle tactique,
quel acharnemm nt, iI mit a com-
battre les royalistes en 1797. Et
lors de I'arrive de I'expedition de
Bonaparte e d1802, i1 s'6leva par
les measures prises pour la sauve-
garde de la Colonie, a ta hauteur des
plus grands capitaines.
e'il nous faut deplorer la guer-
re du Sud qui mit aux pries
deux homes remarquables, disons
tout de suite qu'elle a fourni
Toussaint 'occasion de so rvvler
un tactician 6merite, un gntiral
conscient de son gAnie, ne perdant
pas un s.ul i:ntant scon calmel do-
vant, les plus grands dangers. Ce
sont cts quality jointe A uine dis-
cipline duns les combats qui lui as-
suraa lvictuire sur son prestigiCux :
adversaire.
Un home s avantageus'ement
dou6 ne pouvait manquer d'etre
I'objct d'une minutieuse observa-
tion de la part deC' en:v'oyds dlu piro-
Smier consul. Par son .ieu couple, il


(Voir suite en 64me. page)


Unae xcel8lnte nrcette
Pour fire soi-mime un bon vin
fortifint, rien n'est plus facile;
Achetez chez votre pharmaocin un
flacon de Onintonine, que vous
versered dans un litre do vin de
table, Instanton6 ment, vous obtien
drez le meillqur fort;fiant pour toni-
fier le sang, les nerfs, et gu6rir la
faiblesse, la fatigue, le gurmenage,.
I'an6mie et la nourasth6nie. La
Quintonine est un extrait concentric
6 base de qvinquina, kola, coca,
gentiane et glyc6rophosphate do
chaux. Elle est cinq fois plusatvi te
que I'Etrait de quinquina, d un
gout plus agriable at d'un prix
trosR modique Toutes Pharnomaes.
A Pofrt-a!-'' ', -, Docteur V.
Motuhrin, .harmaciO $int-Fraonois,


PORT--AU-PRINCE. HAITI


MERCREDI 6 AVIIL 19:18


PROPOS ET

FAITS DIVERS

LE NOUrVEAU MINISTER
DOMINICAIN PHETEN.PElRA
REMAIN SES LETTfRES
DE CHANCE

C't.st dc.'tain mnatin 1 10 heulrnW
qun M. Despradel, le nouvnl E. E.
;et Ministre 'nl6mpotentiaire domi-
nic'in aeerddit' prbs dti CouveruiC.
me:n h. Tien pri.f'ntera sr.. ,lettres
dt crcarc..,

PAS DE CII)O.1AGE DEMAIN
C("i ln i'ir.-ani: At c ;'. D s (isiait.
] n'y aura pas chomage domain.

UN FAUX INSPECTVUR
DES CONTRIBUTIONS
ARRETE

Ce matin Th&odmor Belmont, qui
se faisnit passer prks de ctirtains
commercants de la Place pour un
Ins p'cteur du Bureau des Contri-
butions prt-pos l'application dc
la Ili stir le Commerce ie d D6til,
et qui Etait arrive. ainsi, parait-il,
a soutire-r de I'argent a qutlques-
un.s d'entre (ns, a dItoI arret6 pr A
de i1 Ia.nqn-- Na;iona!e.
Ce son fM-. Edonar:d Paul et Le-
contoe (aston. dcrx Inspecteurs ....
vrais, coux-ia, qtui out procde a
I'arrosi ation; d, li-nq;;ant.

CHIAMBRE DES i)EPUTES
(Seance du Mercredi 6 AvrIl)

10 hre S'l. -- I/. m jortie co01-
tat'e, la sda' .cL I .- ,auvr.rte. 11 e-t
in ett anio orn: Ie pr(ocet-verbaI
d e .: !a s tLSP'n 22 Marts.
On d6pouil'e l; correspondancee
Elle compn prt, n message du Sc-
nat accucanrt reccplnion de celui de
la Chambre ii transnmettant la ioi
sur les kcoles communales.
Au 3e point dio i'ordre du jour,
la Commission din buiidget par I'or-
ganc du 1) '.L. Lamothe, roend
compete do so.;s trv a'i:x:. ,Ls conclu-
sions du rapptort front t discut6es
Iundi,
Aux question d'intret general ,
lIc Itpute P. P6lissitr depose un
project de loi rendant priviligies, au
rmem rang que les trais de justice.
les honoraires des avucats. Ce pri-
v ileg ne Sne s'tcnia qu'aux bins
que 1'avocat aura contribu ii re-
runq[.erii o' u i a c'un:--rver.
('Ob L.kiitnant it pt'-!,', ic DAptt ILa-
l'tp'iit pri" hs ]:uirt i d'ecrire au Se-
ritair:r d'Etat dc. Rehitions Ex-
tei'iei'& ts aux 1: dC<. renseigno-
men'.... suir ledip:nart dno notre Minis-
tre a Ci udad Trt-ihlo pour Was-
hington etant :doiin, que M. Abel
Ldger est accriditi a Santo Dombi-
go et rne non.' awv'- deja un Mi-
nistre accerdit' ia W:.V:hington.

FAU. E AITRTE

Hier A midi sinr 3 Un coup de ttel-
phone, les pompier.i avertis d'un
commencement d'incen:lie h I'angle


des rues du Centre et Pav6 ,se
rendiient u" lo'. lioeus. MUaio ce M n'i
tait qu'un coutrt-circ'it.


Parmi lk' denrniur "rrivages che~
Paul E, AUXIIA; nn remarque
Chaponux ganrnist femmes. Ganti
genre filets purc danimut, Gaines et'
Ctlottes de sioie ponu' fmermes; Tis
sus de cotton imprim pour robes
d'Et cet de 'ille, artilel nouveaut:
Broderie anglaioe pour robao; tou-
tes les marques cilebre- de- Par-
fums, Lotions, Cr&nmes, Poudresl
Casimirs pure laino: Chapeaux de
feutte Panizaw, etc.l


LA QUESTION ESPAGNOLE
PROVOQUE DE VI'S IDEHATS
AT.A (HAAMIRE DES
(COMM1I'N ES
LON'1'ES A !: ur.mhre. di'
Communrs v(s ditt;ln da.iourd'h.:
ont etii marqu;' par ilt itid.ii
n, alih ureux. .'ne vii',:e Co''mt,.,l.tri y
a 6te ls, ouIee p'ar m'sit le de- qum -
StionjuM die pilus;ieur.s d. putits dI 'Op
posititin co r-fCrnl t ,., -t;t:.; t l
cdu due ,i'Ail e, c',)n'.*cl'it .Tun itn i'it "*
'e.', i par lFraiLc.- ,. u GLAnd'
C o l.try :Counci!' d"in' let-tti'r itn-
diqua;n t q :'Aklbt ..itai ,. r,.,prt.-;-r:-
Ltin.t it espagnol,, et Ia remise au gouver-
Rnement britannique 'urne note Ii
caractere poiitique comprenant la
cliste des pretendus e"vois 4 d trou-
pes et de matriedl de : uvrre par i3
frontiere franqaist. Dns lIa mi
au point qu' t a pr.esentte -A l'As-
semblee M. Butler sous-secrbtaire
(dEat au Foreign OtticL a prcjisi
que la publication d ceti, ie.t tre In
fat pas autorine., L' m'rr i du tt.r,-
me tcgouvernv-mcnt asr:ii;.! an^
cette :etlre qiui :a ';; :' ; x,'
saPmi-officiel n'implb min -
i ification dti I'ttit I:
p!\r 'vos- n l l,' ;'Y ? ;;'i- -i (.';-', < H"
I \Ct 1alt I S
Vcc Franco. EL- ,t:-; ; .-i' ,. d-~;
quc n'est pas r -n g -..- :
a !ts. II fut ct:t:.n' Ia iCu' T--
ibil- d to i' p,<.' .''. vIss tn-
doi anglais re (o1n n ',ioneRK cer-
tain pri'ilg,1 IE fB. .uge n'-ces-





Jtiqi:. II doil eit e ;t;i I;fsant pour Ie
prouver de ire die que t.i loneCtsioIs
raccordtes par dt e te ls status ason
milrditPes in Due di'ooe et a sonu
lt:rsonnel et quie os ]urivigest onur
un caractkre iimit.i,
a Puis ie deputei t ravujitis-
to IRidley accuse 1 gouvr,
un.
nement d'avoir l'aiii h ses pr
i mosses, concernant i'rchangel d'a-
gents. Un certain tumunlte sn.ivit s'es
paroles et un incident violent, mnti-
grd sa briivetd so prIoiuisit tpour
Ia premiere fois arn w-in du Parie-
menrt brijtanniquc. Le tommrandant
Ihow.'er, ddputU c.onsre'rvi'teur cria
tUi deput6 travaiillist Shindell quii
s'obstinait a poser ides questions :
,,Poorqiua;l ne r. Tr''.lt'l('7-\'r",rTs ]R..
e:n Iologni...'7 A ,.r n ,,T. hinKel
S:., pr'C Jplt"; a ct glit i;.',w Afprt
avc ir ritaibli ie .t!b,: ,. s~.-.peakit-r
di.s (c,.mm nrt.'s d,-ciV r:: n'ai pn,
distinctemrnc t Cntonlo ce' iui.' riis. it
Bower. I11 s'agis it pan".:rn, -
Ide ui,']itilq chosei p t 'ticti"l irvem,.nt
"ontrirairl uLx I'ai'gl.i t.l!-. i lLI nI-
I .fls!fie ;as l'action !. Shinr.'id-.i ..-
,'(attAitulde d:iS 2 dpn itt.-.t: etit Cai~-
T.raire i la triadlition ,t r n .. prop..-
so dI('c ne pa.9 :n1 tpnir' compt l. <:i I.
2 dieplttti s' et fin\o'vr S. Snt oxcu .4 imrlmi'-
diateimntut. Shindell remlarqua ytte
S-ofln an li:on ftait cepi.endlint jtistitfie
,dans une certuine mesurc et Gower
Cobserva qie ]a gifle qu'il a requr fit
pin~ do mal en definitive A Shin-
dell qu'A lul. Puii.s on 1tlcl-arin l'inci-
dent doi,


LA LETTRE DE HILL. I'tl
I.'EXPANSION NAVMIJ;
, IjVQUIETEr LE .1J PON
TOKlOr.-- Les 'jfri'rn.,.ix .i:rn-
'iais -'nt utatimemtil intcrprd-.'.
)a ittrorC adrn3gg t ierl au e:'iiit,'
naval nat.orili pa r I ic.rtt.airt
'rEtat-Hull qui a ps;.': s 't oic-
Stions aux activity's liifiti' s t' la
marine de guerrt dtca Etat.-tUnii.--
Ils pr4tendent que eela &ignifie cqv


Nb. 14.935


s' I, ta Etat.s-.nis ont I'iittention cle
crins .itruire l:i plus gruaide flotte diu
rn rrinde poulr attatiuer !e Japcon. La
I ortve' d-' m ano.L uvrtr. nuvtals de
Sii lMott- s Etats-Unij.s, v;'ttv an-
I .I fv v'it pip r h- ct:ri4-:s lidu bill
1''oxpa.ll .ion i ttlIu ? 't lat lnotifica-
lioll (il' It-; t: tat s-Unijs excederont
.. 35.0o0C tonin's prtvtCIs par Ie
tr.iit' naval l.ni i '.dres o .i t coll-
Slnn-irlti r Japon que (ilt i" atlt i-e 1Is
-'.c pri'p;a'irc tt i'.ur .it'i guit'rr t. en
1 O'rinrt.
1 i r jourtn.l*l ..A.-hi. ;.crP: :-l If:
t;' Cl ('(rdlel Hi l ,l x ,prir in te r-
TiLt po;,'itlfi qlue l s t( a ; ts- at nic-' :i't
Sdes ambitions danns ie Pacitique Oc-
cidenita! 1 an montrt', a d'termina-
t ion dit parltr A haute voix des af-
*f'ir's flrrinta.lesA. Un porte-parole
: la Marine juponaise souligne:
U;tu'apqpari m iment on ne peut douter
in s hto1.gtemps de-s intentions des
: tat's-rnis, i s mble qu'iis cons-
.r.;i',n lai plus puiissante marine
-,;; mopld'e dans le but de dominfeo
P iacifique, I! est difficile de f::i
assert 1t'actutl prograrmme navt
f. rnc M:oy'r; vC self-deftnses.

I.E DRAPEAUH ROIGE EST
IIISSE PAR LES GREVISTES
PARJS. .- Tandis qe Ie premier '
.illum 4wntrait ce main a lIa Cham.
'r hO,- :;1 0 oruvriers grrevistes
ni ont iappui de 5 Millions d'a-
herecnt;; d1e la CGT hissaient les
r'apeaux rouges aux fen'tres des
s.int's qun'is occupaient.

ES D)EBATS PARLEMENTAI-
":ES SONT OUVERTS SLUR LE
HI I., DE M. L. BLUM
SPARIS.--- JL Chainmbre.: d]t-s dti-
'lutes t.'st t:entt- tri n eait'on ce ma-
iin. Apres la discussion des mesu-
ros de p.'u d'importance, ele a a-
3 ourn ses debats sur le bill de r'-
forme financitre dtpose par le gou.
uerMnmonm t de Monsieur Blum. La
Es ti' (-s discussion p portent les
ilms d 1(0 i-putt&-. Les d(bats r<,-
rCftidrtont ct c apr's-,itidi e-t dure-
o ,.> r b o ,'n it jusqu'a minuit.
s:Ils f'annnncent tumrnitueux
I)an;is PexposP des motifs, Mon-
ietur liium explique qu e le gruvcir-
cnem'tlt a dtL fire fac,. l ors de tio
arrive, h uine situation internati-
nale d'une gritvit6 exceptionnt'll
post.ant lourdement sur l',coQnornmi
A:' I- aisr. Les tent at;Vt's a ti -ri-e'-
i.- fluent courage s~st-, mn.ais n,'
.' >! n it'rent quo le s P't.'*-; itilt precti-i
tr:- parrce qutjte dles fiirtnt immnn ita.
t'mvint transformed. par' i'accroi.s-
....ri'l; t odis d upernses rniitalIes, tt )n
LI ,'I'i1t;Ces moi.r, I'evolution interna.-
hoir;ale trsasfo'rma 'ir IC plan ti-
ndtiK-t1!r, c,.immc su'r d'autres, les
Iii ri--. d{tt problnme francais. It
t:,nmiatluI t'e ln.Sitt que Cd ]Cli comiprt'i-
'it,.'i ds d.penses p t les iaugirmin.
I; titi.'; it' ctcrtLaiLns tauX. t't tHarifs
'trnitnt imp]uit.-.LaLnte; c(l ompflln.cs
i'- m,,inJi valutc. liScuales come kIs
m.ft'-prcrsts extraordinaires ptoitr les
armimenrits. Ii estime que meme
l' quilibre du budget actual i'fc.st
,:-: attcint Lt qu'tactuellemtrnt ii
pent ('ttinmer que le deficit se chif-
tre par mnillhrd.,. Mais le deficit du


) i,;,.pL n-.'rmnal .st in fail? did-
n'irt dci;r le problime id la tr.
s.OrVerio, car il faut encore computer
It!. 616mointIs suivant.: 1) 'amor-
ti.siment pour la defense national
lo e.t d'onviron 16 milliards, 2) les
travaux civil de la casse des pen-
si.,nrs det, PTT., etc., pris de 7 mil-
liardts, 3) los chemins do fer et a-
Stvances diers-es, 10 milliards, 4) ai-
Sde.- iA c(crtatir colleetivit6,. come


(vMir Mite to 4!mst pwc)


NOUVELLES ETRANGERES


*a....-%tsBr.*fAflflt ,,,l- AMUAl-fl5


*'~ -r 't* -rr A4~sunsruuwnsp~ar J r.


1










Le.s joursaux pariaiens explh-
quent A leurs leteurs quoe euth.:t
naMesi signifie belle morti.
Or, U n'y a pas de moirt qui soit
belle & envisager par l'in~iress6 di-
rect, ni par le tdmoin d6sintfress&.
.Euthanasies veut simplement di-
re: smort sans doulcuro.
Ce qui est-d6j hbien joli...


xaxx
11 eat des souffrances utiles
(beaucoup moinh que ne le dient
tes bourreaux, main tout de mimeP
plus que no croient les victimss.
Mais ii est cdes stiffiaiices qui ne,
m* nncnt ; rien.
Los soptifrances lsIc plus iniqute-
shnt cells qui prt'odentt la mort
et tuIe souls 6evitellt l.Is criminteli
condamnes par la justice iehunutiln .
Pour cetx-lit, le tropa, est doux; bL
core est prompted, la guillotine plu-
exp6ditive encore.
Mais l re.-pauvres. innocents qui
.wut seulement cI.!idamnes par t It
mbdecin implorent en vain l' ifin do
lours tourments. La sciencet. [: ol)
uix. est impuissiant.- memn ;i leur
donncr le coup de grirce.
La quesLion ; n:nrti:s. tot-
c'tux qui doivent mourir, e'tet---
dire Ctcelu. qui snt provi.oireometit
vivants1.
Comme l'a tre.i justement tait re--
marquer Montaigne., co qui tst d'-
su:grOable, co n'est nats t.la mo-t .
'i'.'it ole mourir .
La mort n est rirn. danr- 'h.ypn)-
14-tv. Ia plus i>csimifl.t..
Pour it- croyant. la vie et uint
.pre ouve, At la mort tst Paccs it twint
vi,. teirnellement biinhteur(eu.,t ...
Pour le mati.rialiste, aI mort v-t
;o fin do tolus slet' til'ti.m nt-.t.--
(" I t tim wnor.m ,i' d'flni'it'f. tr, d. n
..inmmtil paisible cst Il'etat 1.'
I uli -i I i 't tblC du& iit., p i'.-tt .it:.-i:
vi .-i re- ivant...... ( ",.t *:.
i'id y a d(- meilleur tldInsLT l et
t.!.',n" toti (.stl bun dtiat;' l moti .
11 n'v ai uralit lin Ud'lffray int
, iia s .u': t|qli Lsuit IT iurt i nlous l. n i '
la transforniions pai, 1i ln lma.I' -
Irue ciuuvantail, en une horriblI-
idolle qui vtiit des fteuLir. d,:;-
Pl'ti r.s, de.- chants, et le spectacle
i'une douleur photoginique que les
itrvinvant prmnnt prmnent r les ri:'"
.It.tla villt.


Mai. .de rnourirm, t-t lone tlni.-
-itiron p&nible jqui revolt les spitc-
t:ttlf'4. par sun illog sme- appl)arent
Ii faut qntit n'lt.q soyon.i d'imp>r--
- '-ctibIles barbares. cair notu avonrs
tnut fait pour compliqutr ihA vie et
rien }pour simplifier IL mort...
Nusu vouilon, dire 'ag-onie... 11
:I I'aoniiO physique et lIagunic- mu-
thle.,
Lt mi-teciIi, patrn It xi.eX dl cuoni
J.iertic pIrofe sioinele', st ,croit obli-
g dti prolonger one agonie pht5y. qult- don't i'isue est inevitable.. .
l.a vio, qiui West plus qu'une- capa-
cite de souffrance intoi.rablte, ini
vain hurlcmeni'it dIo -supplici., pour.
riitr ptr1 extraite ,sans douili'tu; Ut:
devoir tl'huiTmxnitt1 conmm'undurtxI
d'6teindrte I'agon'iant, dont tles tor-
turs n otie nt pas unu- r&iction saln-
itaire de It vit- qui s'aftirnm,mai. I uI,
iiffinemenit frocot ( In mort as.u.
,de. do sa proie.
L


L'agonic morale ,Mst plus aTfl'ti-
mc encore: elle glace jusque dans
ses moelles le mourant uverti; cl]e
Verredricamur et f la gorge co x
tui l'entourent. Le mensaonge dei
sourires rassurants se dftorme tni
rictus douloureux ou ge fond en lar-
nws amires. L'angois.e grandit
dans le silence, jusMqu'A e que quel-
(il'un disc A voix hImae: eC'es ft-
nim .. I,
:u ,finirait moins rmal si qa tinm-
sait plus tot.
-xxx
Vouw pouvez. avec une boulette
dc- strychnie, ettr fin it lago-
ie e vot rtfien. que le vet6ri-
ftirae Re dclare imptuidiant ii g4u-
rir... Mais land le mdocin, ayant
examine yJ'tre que vous aimez le
plus au monde, a d6~lar6: nl n'y
a rien A faireb, il n'yh rien A fai.
re, pasl mme ce qu'on failtpour un
chien. Et .au chrvet du mourant
torture, quin'eit fnit pas. la pro.
Schaine douleur quo vous causera ,a


-. .-:. -.


I






r
i


I


..lrcredi i 8 heuras 15
Ix chef-d'ccuvre de M. Pasnol
: ANGEL
tir'i doI roman de Jean Gloro
DISTRIBUTION:
Oratne Lemazis (Angtie)
IFern ndil (Suaturain)
iienri lloupon (CCtrlusl
Ilhl-mrlti (Amderrte)
SAndre (Loui.>

JeI- an Ser'Vai. (Alb ih)
I(li- (uvre It2mhaihie... 'TItia It.
Pfivyr Fraticaise 2 admirmi ci fOi
:-t ja >l:liftLide c hepf-d'cpuvre.
,ntriv, ;fdi 1.10

S e'ir,.ilrt i h 8 htoures 15
LES IDE:X GOSSER
S de Pierre ec- sure-te
mi.-i e! ci-ne cle F. Rivers.
Une rnidtion intense soe dra'erc
'eo- co f lm...
LES DEL'X GOSSES V'.u ivan)-
t i hiStni dt i c. tt-1, ):ifants mar"
yrs.. I
L- L- DZL'\ GONSSK... Une cu-
.iT d'.lne pIlin ',oullvei tante. I'ni action qui tofU*
'icnlra en haleint constamment...
Ave- le.s deux Govsses vous vi-
vreZ de(s moment-s d'Ltne etQUion
roubliable.-.
Venez cit Ir LS IWUX GOS.
E SES.
""-. |,tt -e (lde 1.10
1
.'" "-- -
RERIERCIEMENTS

: .. et MmIrrt. Estilru Estim 6.
I leurs enfants, M. le Ministre D. Es-
i im6, M. et Mime. H, Estimie t tleur
c-nfants, M. D. Estimi,, J. 0e toT.
:.d. Xaxier, M,. et Mine. GC. 1k0w
Sand et trut leurs paTpeots rmw r-
, -inL bien sincvremenet:
s. E. lc Pr&ident tde. la Relfpubi
u r, w1 lem Seerktaires 1'StE Ia
.PrEsidonts du Snat et de fa Clam-
bre des D6putes uinsi que It Corps
igidlsatif tout enter, Lo Chef du
Cabinet PartlcuHer du PrNedent dr
SI RKpublicue, ]es member de 1A
S.\ltgistrature, duC Clerg6 et tdei
.trgations. la Presse de Port-nau
t'rince, les autorit't militairea le
Sl'eriwmnel adminitratif et 1le per
,.unnel pklagogiquet des DBparter
me nti de k'Instructin Publique, de
I'Agriculture et (lt Travail, ta.u
Sles fonctionnaires et emnpiyst de
I'Administration Publique et to0il
les amis taut deg Verrettes que de?
Sautres villes d'Haiti qui lear ent
iapporti otn offer le temoiftlage de
leur sympathie, a I'oecasion de la
mort, survenue le 24 mars deriter,.
i.e leur regrettte mire, belfr-tre,
.t grand'meire
Sara Dorval


epotus Eqtimi
deciedie I'fige de 102 a~u.
. t le prient de croire 4 tiute leer
rofonde gratitude.
VerrPttle., le 2 Avril 1938.


80 DOLLARS S. T LU. ENT

Occasion unique Tralo-phono 11
iubes, changementl atomatiqtfm
de disquea. A 'Atai neut. .Utaeh
centaine do disques. S'tdreme fetu
b ueu du JooutL'

--- ---

porto e.at d6ji gat&e par I'impatioen
ce que vous avez de Ie voir finIr.
Qucl exemple nous est donn6 par
le geste du soldat remain, quL, d'an
coup de lance au fiance, mit fin an
martyre du Sauvetur! 11 est iertal.
nement iarmi les ulus...

G. de LA FOUCICARDIRRE.


PArFC~P;~


? @ 0 % .. ...h. _.AM.. .. ................I
..,= .d.--- -- ---, ----- --- -"---


..eAMR ATARIE




tW.. W *t" i a
'' .. .Nit



.-w rr

ViCiS VAmTOwai

^ i n s -.* e -tv r* 'tI --


BONNE CHANCE
AUX FUMEUIS

Aux amateurs de btnu s ciga-
rtltes ou de bon t.Li;: c.it riier-
v& la surprise Ilt plus i,;riable par
d~a Manufacture Hlaitienne de Ci-
glittes Une prIime de vingt cinqg
doaBrs par eas temps-ci, doit vous
aidor Qargement .4 boucler votre
budget de famille.
Dans les pochettes de cigarettes
BRoyal et tRox, se irouvent des-
bulleuti nummrotws, portant hI sui-
gnature autograph des directeurs
de Ia Manufacture.
Plus on fume .Royal et Rex* pluM
on a de chance de timber sur le
aurniro qui apporte au foyer 1"'i-
sauoe et la gaietI.

Mathine d icrire firminglon
MatineA a calcelCr Ialton
Rfnba i paper eatbon
Patces vos achat crhes
1 tx CILG


REX


Buy it from
your favorite deaLe. r

h IASMERIE DE LA COURONNE. S.A.
Port-au-Prince Haiti .






BERLINER IIOP


l..IOUV44N Ax. d.". .7 .W-I '....W. ,..
V'M
ARAMOUNlT 77t! 1

fitI M t38I A.t ipk
xOGrabcdFilms
, r 1re pai;tie .
rd Staase vT D .urr-
rand Fautalsiste
hDl A M'AI


. Le .Gi


dans
4A .- QUEILLE OARE
S'n Film Paramount
En 2l me Partie
,Anny Ondra
dans
S L'AMOUR EN CA;E

Andr' Berly fanle Ltgan
...e scenario de t. Kotsterlitz est
iprtticiHr3ement bien cmpn)os4. pour
donner uoe histoire i'ritablement
attachante. pleine de poripeties qui
amu.set t etqui plai-ent, tout en
mettant pleine'ntiit en valour AN-
NY ONDRA dia.ns lutll ce qu'cllu
pent tirer d (n: dotubL r6le..
Entree Adultedi Gdel 1.i0
Enfants: 0.60

SS.amedi 9 Avril 19.s8 8:15 P. .1.
Prederie Mlarc-h -- t'atheritn Hep-
burn

M.\RIE STU'ART
utr film R K.O'. UADIO
.,.ulne" magniJi i' : til:atiol,.
ulne vvrit-l-b.- teuvI-r- I'Art )quii me
rite tou Is ls .(uft'rag-- cit dans la-
quelle ii est imn;osi'i;i" de trouver
tme fautCe d( goit..
Entrie Adiutis: Gde 1.10
Enfants .0,

Dimanche 10 Avril 193S i 32.30 P.M.
Greta Garbo -- Frederic March

ANNA KARENINE
l'apris le clbre r ..manrr de Tolito.
..Greta Garbo Fr.-dexic March...
S'o.- deax artists t pe;.imci.is sous L un
Sfounr zo0tiveaiu dun, Ui gNIAnf drame
taruour
EntrAe E ifants de 0.60
A ultt .: 1.10


MESSE DE KI:Q'UIEM1

Mile, 'T'16c d Ti1maque. MM.
Antoine, Donation t Andre TeIS-
msque Vou> print i ; bien 'Avuloir
-as stler it on ser'-'co, sc le nl, qlu'ilf
front ceihbrer i la Cathedrale :-c
;ette vilie, le IMecr-,ti 13 AvrlI
prochaiin, t C "hr'- pr' j,'k.ises cld'
aUtin, 'a I nl6muniore :i- IcUlr per.,
Jean-Baptiste Tfirniaque
et de son ,pouse
m Amanda Mond6sir Jew-Linard,

I leur belle-.mre et mere,
SI'eccasion doI Centeralire dIe leur

I Its vous remercient. h i'vance.
de vote preclieuse pre.flnce, (-n it-
jour de pieux luvOni.' t de tiliaHl
vbn6rurtion.
, *Tes pere et mere honcorert;.,s
Afin de vivre longi.tement...
Les Caye.. 31 Mars. 1938

N. .-. Les paret't.. a, miA. 't
ciormaissances de la famiile soni:
priE& dC consider hj pr-sente cornm-
Sme invitation.-

I 4*B, "-T 4- .UlyZ wj <>


Pure


Refreshment





11:1:.S


J%:er Dy'i OP~il L9Mwher beim


&c- --


avois r promien6 ma solitude
. iens de trs loin,
ti dple de mes dieux.
d ta femmes langcureuses,,
Sl face voil .
fai v I le cierges 6teints
t anis aux coulears irrlles.
aetr ta tcnmbe de mau sur,
a jarmes amure m'embufrent 1
regard.
4%


e


ie votli revenue.
el voili mes pieds noirs,
oiere saupoudres de la poussiere
dA alles aux myst6rieux contours.
et voii meon %isage
.... rAjli le Soleil... et voila
rueS yeux ternes au regard ano-
Dyme.

rai promene ma lourde solitude
t m'en retourne, hilas
!i femmes nostalgiques.
4Ia-mer est bien grise.
les ornes gigantesques,
-e de leur austerity,
disndst encore pour moi
rm'fffirence des Regards.
--It -
-HI-

ji promend ma lourde solitude.
tpar trois fois,
loin des montagnes gigantesques,
?ho des d&serts repercuta mon
nom.
t les trois fois,
vrs le tointain nu come une au-
rore
f'cvolerent mes regards.
jvis une femme, belle et brune
tf urarole de son h4redite,
metendre un camait pourpre
et m'appeler son fis ..

-Iit--

Un jour, me dit-elle,
ti naquis sur des rives lointaines,
SpayIs ineonnu.
ites premiers soupirs se mlaa,
en an bercement melancolique,
4lkente agonie des vague.
t grandis solitaire:
ar tu connus l'indifference ct le
m4pris.
et comme un jour de ta naissance
tur vais de grades choses,
tapensas a tes splendeurs antiques
et tu vins en ces lieux.
tunes Mines de iMenphis,
dfant des plus grande souffran-
ces.
tt moi suis ta mere.
sl le bien-venu.
o, le soleil etait pourpre et or.
el i me dit: agenouille-toi et prie.

-IV,T
--W--

4 ce moment la, le soir tombait-
immenadment fluide.
Ot ddji, depuis trois jours et troig
nuits,
e T'abimuis en pribre aux portes
de Menphis,
ottmme les pleurs avaient crevas-
as mes joues teries,
sapparut une femme brwme et bel-
le,
PlUs brune que les filles de mon iHe
Pus belie que les plus beaux cr&-
puscules.

Wesner S. APOILLON.


CORONNERIE
MON'tCARMEL
YPPtOLITE R. .tELUt
GRAND'RUE X%


Anoonce ii sea ftd 'r client~.
.te lacapitale que des autres
9 qu'I vient de recevoir les ar-
pOuivants: Comb Brushe, cos-
Pour infant, _rlnvtljfS, lti-
M d'4 ac lier, pyjtmas.
Sde vous parier des fa -
qm roarques do pom4aades.La-
t.et NuClte, qui vous
itt des resultat sans parefl.
SVit'ip .et ou
",..titk-t'


LA PIARMACIE CASTERA
: Voz Recommande
VACCINE A WrI-PYOGENE
Prepare Pea Les Laboratoires a Virultraw
Pour Lu .dAl#atiw e Idale du Traieenent
des Affections Pyrogines par la Vaccinotrhd~ le


0 r 1 -- 4 R -.r fitR Mitaw m- "'
-Vaf-,-,F -71


SDeuaadez A '>tre? tat doeaaIt
MARVKiE' A
Cc pr.duis chankmie s. .ouleur do
votre chauasure. selonu a robe que
vous perle ou selon -otre cost'a-
me: Touten lesi coulau'rs y enmprls
or at arrest.
11 ne craque pas et laisse un fin:
magnifique, indulbbitb mati enco-
re, il rend lc Souiivr plu. neuf s'i:
4tait fatigue.
Demandez MARVIELA et vulj
vous habillerez atye: .i.gance et
harlnunia. sans avoi.r i d-penstr
pour 10 paires dle chauit.sures.
UL'ne .sctle btiue jp-i e vou sutil
tit, gi Lee t MARVluA.
En vente partout.

HYPPOLITE JEUDY
Distributeur:


Le fait est incontestable


1E 111
.. a


fl~~~ &T IW 1
SAULTHE
NA,4i~m9 I


L' cyqw fzr, -lwrW -flr-t-^ ^ r J 4#i&pWS


4-i)B


A SAINTIE ROSe E) LIMA


--


Gknralits.- Nul n'ignore quel danger pr6sente une plaie et la~
risque-s de contamination qui peuvcnt venir s'y ajouter.
Qu'il 'angitse aussi bien d'unre -imptl' corrhur' ti e !a pesa tout
come d'une plaie imntressant lea muquieuses;u :nUm.s'-iIcentes'. ii eat tou.
.Jours A craindre que de. ger'me..s micibivn's ntI vienntn' mficter ;11
Splaic.
Le Vaccin ANTI-PYOGENE aVIRULTRA.., sons .sa former injecta-
ble, renforcte le pouvoir de resista!ct idet I'f'rganisnme rn le mettant a
mime de combattre victorieusement los manifestations morbidet
Sdues non seuement aux microbes initiaux, maii encore aux germes
secondaires ou aesocies.
Sous sa forme pansvment, ii agit directement, par contact, n'entrai-
nant ni choes, ni reactions, et mettant en action intensive le prince.
pe physico-biologiqne de P'adA.rptionr trgumentadire.
.......n p... ut avef profit associer ecs deux methods on employant la
Vaccination mixte par pansementl, <,t inject ioLs sous-cutanees.
Caractiristique.-
S o.- Absence de choc (quelle que soit la voice d'intrKoduction).
Zo.- Du fait de Pltbsence de cori)-p microbiens -isib:ee, assuranrw-
d'une parfaite inocnite.
3o,- Leur pH parfaitement accord&' leuir assure usec diffuLSior,,
Sine adsorption et une absorption rapidets et c(nstantes dans l'orgE-
Snisme inoculP.
4o.-- Un pouvoir anti-toxique ,xalte, pui.tnsue miliei est n eiqu>
libre parfait avec I'616ment malade ]ui le (ioit (sang 'W u cllules),
bo.- L'action vaceinale est pouss$e i son maximum d'intensite ezt
d'activite puisque les germes qai out contribu6 t la production du
Vaccin ont ft. .slectitonnes i~ eur xtuse optima.
o6.- Leurs milieux d'obtention, exempts de peptone, n'occasion-
nent .pas de chocs hdmocliasiques.--
,7o.- Leir iemrloi ~n'jamne janiais P'apparition id l: phase ngi.-
live de Wright.
Composition.- Le .'accin ANTI-PIOGENE E 'IRUILTIA> est can-
Slitu6 par des I'iltrats de :
Staphylotoques. Bac iyocyari, StK a ,anil- ti ieh, T1tra.
'ne..-. A parties Pgales.
Indeations ThBrapeutiques.-
Forme injectable,-- Furonmculo Ecz'-,m-. nr --. ae Septi
cemies, (Rougeole, Scariatine, V'i'. )]s.. ZL :J. tlout.
S6quelies de maladies in'fectiu.nsr-,), Ae'hs 1)e -t;irs. ce ...
Forme buvable: Pour ies min-n t; .. -.' t'erncc.
Former pansement.- Toutcs a;i:ctiou:s i i ~-tn I' ', giiWe miemP-
bienne (Furonculose. Bruilures, th'gmons, Anltira '; auris, Ecz
mas, Impetigo, AbcAs. etc.). iPr he- A el, Sr .is (dntair 'U
post-operatoires.
Aucune contre-indication.
Posologie.-
Forme injectable.- Une inrjecjcon d 2 cc, inihaq:i' r (toii t)u0 1i~
2 jours) selon 'importance du eas trait, sans tenir r eompte die ig0
tdu sujet et suivant les indications du Medecin trail 8??t.
Forme Buvable: Une a deux Amapoules par ,ouir,
Forme pansement
Apres lavage dc ia plaie, ou de la region attcinte- faith 6 [tn'
bouillie, et apres un ilettoyage pa fait, appliquer une compresae is
gaze sterile imbibe et Vaccin PUR VIRULTRA.
Renouveler les pansements de Vaccin PUR t5 A 6 fois pWr our, et'
toujours apr&e nettoyage de la ision a l'Pau bouinie.
Pour compl4te.r Ie traitement et obtenir une citc:t ris: ion rapid dte
places uppurees, il est recomman:t d'employer Ia pormiade V1cdt
DERMLLTRA, qui a dijit faith merveille en Haiti.
S NOTA : Les Vaccins qVirultras sent de BEAUl.TC P la0 M3EL
t LEURS.-
II y a un Vaccin Virultra, pot-r chaque usaget. Ttan. les Mideteiu
recommandent la marque VIRULTh A dans tous Its :."


Aidez vos Reins
A dlimviner les acides nocifs
-A. r .r t! r. 9.- ..tW.00 C de conducts ou ell.
tr .*,ti!au.-iilr3 S ui aont mncttsm par is
r IB',. AI'r Ar iungof do dre iP taLXb)I
I, i-l .-.t Ii ri itm.. A votro tin u. I e rm a
r:..ea i -.,; tro tL I cr A la rdtlea do IMmc-
i ,,, ).. a ''- rr.-', nervulxIt. OtofdlaiitalIat. a,
.-i; .- -nri.t-nB. troubles d4 1& vvulak,-
ii, ,;, t,. ,,, ina atK i reine, rhu tt *ca ..
ar1 &...ll u K jaljheas yOWX tBr IMtA u
t'"t. c 't W'clice, KcrdlL'. CUlmsoo, dInaUn. I-'
(.a' o i 'p Ir ltr- e IauO r. 'e ncouretS auuu i
r-. 1tir, t-ir.l io'r e I1 rsnm a Ml o odlrID l >pp*1'
C('.T- t i t- l garantl qUro CISTiX v4A*@
pr..-,llra l nti .iuv'tlla Alnt a l IWItUlIt a 45
helr'-s. vnttylv t.-slt'ienI-fllr(,t di! 10 om o* t OU ggBrlrs
r.-s rntatx ic-.i.la.t.A t't n Jour. Ia~ntla X e rit
,, f'h Ic lour.c 81 "Oft le 1
Sfit v vt 0e. 100 Fr' ancota *e J ttLs46 a
Sulia6 &h v (trA ptwrf lftI.I
S .. -..


a..*/ 5j4 Lwt s a aBNOUYE JR


'14.4 UA ^^w~L.:. .^.:t ;.^,.^^^c--- ^ '-^^ PAtG


c'est la quintessence

DES



meilleures varieties de cannes


d'un vaste territoire


rteunissant les meilleurs terror


C'est ce qui faith son arome



GOUTEZ ET COMPARE


Lfs m 6trnbread4e t'AAsciation de
AuWelurseA SEMvm soat couvfi &a Ju
mrn re dC Reqauieom i seri e6 1.
br6e o la Cb ipeUe ldu. Peqionalt
l h samedi 9 Avril courant, i 6 heu-
e' 30, en. Mn moire dt la v6n4br4.
eit regriett6e R. L Mechtilde du
s. C. Lea amis de l'Oeovre y tont
.Aussi cordialemcnt inviti.
Lu Secretaire G*6nrale,

Mrme. Eug&ne DECATREL.


bLE BAZAR NATIONAL

.4 fait le plaisir d'tviser ht clih
tele ainsti (ue le public qu'W Iocc:.-
Sion de la Semaine Sainte ies art.
es suivants out 6te revus.
Hluile Duret
\ Huile tDante
SSardines Aneux
Thlion PFrangas
aunmon -- Pickles
{ Mlarquoreaux A\ i'huile
Olives -- Petit Pois -- Asperges
Vin Rouge et Blanc par Gal. et en
Bouteiues.
Aphritifs: Cap Coer, Dubonet, St.
Raphael
Fruits et L~gume frae et .
fme s~rie d'autres Hrticleks i. ,
'f~trne.



CONDITION

EXCELLLA \

A VfINDitE

27 collectionss du Moniteur
91)0 ra 193;7, reli es it liait de
ieuf-
S'adresser au Bureau du
Journal.


AVIS MEDICAL

Ciinique du Doctu,.r AIMON
( HARLIER, rue der a(,srner, a
cit6 de la 16gation dominicaine
Consuultttions: 9 A anidi, 3i
Leures p. m.




[ES IiuX COPAIS


CLUINQUE
du
Dr. LOUIS IIPPOLYTE
SAnei rd;e Maison F. D ;vigneani
tRue des Caser:.ea)
Consultation :
2 A 4 bh. VY p m

W' r?~Mta r a -,, wr ,* ny --man ,*

A VENDRE

Pour cause de de dart: mobliti
l. salon, de sale i manger, t.
:namLre; divers ob.ies'; ustensil-
de menage; Ie tout "tat de neuw
FT'6phoRer No. 5175



CLIN1L0K
Iut
DOCTEUR itCHEINE
Rue du Or. Aubrvy i : 'u Rp-ervo,
No,. 154

'tf ..... ;^: ................ .. "

A PETIONVIL.EV
viest de s'o!lrvr une
BIBLIOTHEQUEE IE LOCATION
chez Mme. Lo;is Mevs
(en faeE de i'E:;ie)
Revues, Journaux, Papeterif



LEMONS PARTICItLIERFS
Aux 61hves en rt-';ardi; leonr
JEspagnol, condition; advantage.
>es.
S'adresser A M. AW'mtier Thrasy
bule, Avenue Bouzon No. 15.


S DiS, moa "teux, je ne
suis pas venu h r!
Jo suis nardinnable.
yons! Te souviens-tu 'i
leune lquorisfc Edouard d.
Benjamin? J'ai etk chwz lui hier
soir.
Quelle belle soirP-, mon Dieu.
;'ai passee et quel charmant gar-
;on ce type-lA! 1i voui ert de t'a.
misette superfine: et-st de ia auuvi-
6t en matibre.
11 faut Pencourager, ear 'en ia
vu de pareille dans der grand ca-
fds de Paris.
Tu es press; alors n'en parlons
pius. Mais, en SonmJm il a touted
owtes de liqueurs. II a I'anisette,
&, peppermint, la prtmelle vanili&,
ic nectar, etc. Veis-fe le plus t6t
possible si tu veux oprnuver d aI
eilie presentation, dt ta bonne qua-
it6, entin toute une gautme de bon
*Qt. It s'y connait bi.~ et se dB-
1one pourr ses s im a b e s
itak. Enfin, pour d'utires
1 i.g'rirnLnl:t.s, vvis Saunon Vieux,
iecarie du Centre, M.ce. G. Roa-
main et tant d'antreu. Cela vaut
MUie la pine. Au revcir, Vieux !*
.'z. AW -J, -h k *g






; .:: .TOUSSAI:I.T ..UVUR IR MOUV EMENT MARITI ME

S. y a btup pl d i'viva nitiL LiOMME SA IGRANODEUR Par le Crlt bal -
o"twb... Ag t alr s .. .
n:;": i .. iet ir i~ti rSoArii t arrive s. ee matin par ie Cris-
".- .I," i .iss


"tdat reprfl set amttai

que udIe a n I


.A
On ptet tailer e roe, faire mol
Ur Ie for, fomdre le dirta Lt. dfn-
dre 'or Iax flamine; mais on ru
pent lmate Pr l granite Ams.
Louise COLET.




GAL IARTISTIQUE
DonnC dans les Jardins du
Muse National Fondation
St6nio Vincent.
En 'honneur de
Toussaint-Louverture.
7 Avril 1I03-7 Avril 1938



Voici le magniflque programpte
du Gala Artistique du 7 A-ril dout
nous avons parl6 hier :

lIre Partit-

1.- Salut Prdsidentil., texcut- I
par la Musique de la Garde.
2.-- IIymne National IHaitinji.
chantO par Ic cho~ur des Elevtes rt-
Mme. Perret-Duple.ssis, accompn-
Mle par nla Musique d, la Garde.
X.- Discours de Mr. DLhimars.d
Estimb, Secretaire d'Etat de .lri--
I ruction Publiquc.
-I.-- l'orm en i'hon:t-i r te. Tou. -
sanitlt Luuvcrture, par M. Dupi-.-,is-
Loitverture, dit par I'Aut'ur.
5o.- L'Hl'-ure Profonde de Da- r
moces Vicux, dit. par Mile Jte -
niln Roy, 6lvre dfe l'Erult. Nirma:l.
i.-- Po;sie tn I'llo neTCi dI,, TouI-I
saint Louverture, dit,- par M. Kri(en-
int Bourand.
7.- Au Cabaret, Massenet. piar
Ailies.. Lucienne Muthon et Luck i
Paiiiltrt. Eji'vs Edt' Mntm'. ttlrouarLd.


ENTR'ACT,:

LA MUSIQUE E E LA GAR:DE
SE FERA ENTENDREF
PENDANT L'ENTR'ACTI:

I)euxiq6me Partie.

1.-- Les Goelands. paro&.:s ct niu-
sique de Lucicn ty'., ditl pa:-
Mile. Jeanine Roy, accinmpagn4& piar
AIle. Denise Roy.
2o.- Extrait do fIrame de La-
martine: 4Coussaint-Louverttiret'
dit par MAle Odette Paret, telve de
l'Ecole Normal-.
3.- Stlection de sAMireillet: Pob-
sie de Mistral, Musique de Gou-
nod, chant6e par Mmne. Perret-Du-
plessis et sea Elves.
-1.- Nocturne dl- Chopin, Car-
naval de Schulmarrn, exiecute s par
Minme. Br'ouard.
5o.-Ode A Tous.-iaint-Louvert urI
de Charles Moravia dite par M. Lur
Grimard
Go.- HIIynine NLtiunal haitieC
chant6 par le choeur des ilyives de
MMme Peret Duplessis acconplr gnt
par la musique de la Garde
7o.- Salut Prtsidentiel, exi.cnto
par dI M-usique de in Garde.


M. PIT
PART


ILIPP IGLEHART
r AUJOURD'HUI


Par le ~xJamaicaw, Monsieur Phi-
lipp iglehart, le repr6sentant de la
Grace Line, part aujourd'hui it des-
tination de New-York aux fins do
fair son rapport au President de
la Cie.
IL .sera.-7re.6ur d'ici quelque.s
jours. \J

MONSIEUR C. MARTIN

Depuis. hier martin, Monsieur
Christophe Martin, note sympa-
thique Consul A la Jama'que, est
Portau.-Prite. Nous lui souhai-
tons ~ tn, s ur parmi nous.,


,

t Ctait un obstacle ahrieux au projett
Sc:donisteur du franas.
t .luste au moment ov, a pouvant
donner aux 6v6nements le coura
i ue lui indiqualt son g6nie, Ii dci-
da de prendre aa retraite et de vi-
.c loin des affaires. 11 ae refugla
-ur sa propriit6 A Ennery. On
traignait, cependant, I'observateur
j. 'n6trnnt qui pouvait surgir d'un
moment A l'autre sur le th&itre dea
SrVt6nements et leur imprimer une
direction intelligence. II fut I'objet
,i.e plus P:nervantes tracasseries et
I n m-ditla sa perte. Victim de ia
Ilus houteuse fourberie, it fut trai-
Ireusement arr.t6 par un ginral.
':anquis it envoy en France. Hf&
tus coranlicn. frappe pa r le mai-
h:ea.r, il ne s'abattit pa.. 11 consi-
itria ses ennemis avec pitie qui,
pour le vaincre, talentt obliges de'
recourir h de si viis strat-asmes.
Conduit anx Gonaive4, pour .tre
.'xpi6dli come captif en France,
,.n s'embarquant ii jette un regant
d(l tristesse sur le Ibtu paysage d
',on Pay. srt contemple les dernit.-
:. i; lifc.s de la tPatrie qui s'estom-
I.,ait daLnsle maintain. IN entityt mon-
Sler A son crmur un flot dE. ipoie. Et
S!'aigie noir, mettant sa belle ifme
,ien trempie I la hauteur des ci:'- i
Sonstlncrs, predit nl cl'nte prochni-
noi die s.s ndversarires 't I'4clatantc-
victoiri doe sos fri'tre., d'arme.s.
On at1aintt au Croir-.- pour les nom-
r.cux set vices qt'il a rvndust h lu
.4tr.pol' .', qu'arriv,- en France,
Touss.tait ;Ltarait r 1'objet d'ln
mn :;r4 .sun insi .tan ce it ',i-,mander d*'s
.hi'ge-s, rl "csiLt mn .ul: s.ourd a s *
.ppelst dt.t'.pt'- .-.. IU !!.ii: crit dans
0 ivirt.- : I .stin q jIU'i l de:,it offrir
trn martyr un module :accompli afin
c.. .cirt itc tou,-, I.s temps I t doi toLs les
!a;ts. (":C-t ainsi qu'il flt conduit
au fort td J'o!.u. L.,, captif, ii dt-
rneurait seul dans sa cellule, d6vo-
i' nit .-,A (oulekr. jusqti' ce que lah
m wrt. plus humaine que Ics horn
ns.%, vint le di dirr ic s- < souf-

Touisaint Lounertutv- a illumlne
not.rv pty.-, de ilu 1nime de son g&-


nip.
GU Lrrier, admir.ismr-ati.ur, diplo-
mniate, par Its sculcs tess.ource de
on esprit, ij .s'cst &lvtl vorsD los
plus hauts summets. 11 est un exsm-
pe. irrefragable attestant que la su-
periorite n'est pas le privilege d'u-
we race e exclusive. Le gtnic, son-
vett, est un prxoduit du terror
illu'e Lifantent le, evt&ne-neuts et, par
Lun celrta.inl rzflexe 1 t.xerce une
grande influence non seulement
sur sa generation, mais encore sur
la plus jointaine post6rit,. Cette
Trns& se verifle dans la vie de
Tou~iaint Louverture qui, avec une
tines.w touted latine, posa, avec aes
biras vigoureux, les fondements de
I'Ind6plt 'ndance national. Toussaint
est un joyau de la race don't le
zemps ne ternit pas le brilliant. La
.ltoration de la plante n'influe pas
'oujours sur l'excellence de ses
iroproit&s., -
L'esprit des enclaves de Saint-Do-
.ningue etait tn travail pour con-
lu6rir la liberty. Toussaint Lou-
verture, par ses hautes qualit-s,
;:n prestige, .se maniArep cour-
oises, sut s'attirer la tympathie,
,'amitid do beaucoup de blanc,. Son
intelligence le faisait resplendir
Some une etoile de premiere gran-
'cur. Grand, par son g6nie createur,
il est done une des pures gioires na-
tionales et un des hommes les plus
;'minents qui aient rayonnr sur
I'H umanitb.

Lallier C. PHAREAUX.

AVIS
La Commission d'Examen pour
l'obtcntion de la Licence d'Electri-
etn avise les intiressfs que les exa-
mens se tiendront au local de I'E-
cole des Sciences Appliqu6es, le ven-
dredi 8 Avril A 2 heures et demie de
P'aprs-midi.
LA COMMISSION,


tobal, venant de New-York: Henri.
GromOb et Madamne, Casino Jodice,
Ontonie de 3fatteis, (uiseppe de
Matteis, Joeph M. Michkall, An-
t6nor Miot, Jq~n Mfarlet et Mada-
me, Amadon Motirra, Charles Pe-
drocette. Pierre Battiste, Jacques
Bigg, James J. Walker.
t I


S Un superbe Yacht n rade

Le Yacht amcricaini Rer 6- ve.-
nant dte Nassau Bah.nam.s est a1rri-
v0 ce martin. II a A o;it In'd le pro-
priLtaire John Thon;:s Smith it
quelques Fpay.ager.-s.
Bernard A. Sharley, Benoni
Lock wood, Maureoc.r': Shanlev.
Gernrd C. Smith. SrerLrnt Shriteo,'
Clerg Petroff.


-' I


PROPOSE ET

FAITS DIVERS

(suite)


130 FAMILIES IN.STALLEE'S
DEJA .AL
MONTH DES (COMMISS.IRES

I.et grades .act':t't-.s Se (ic-.peI1-
sent ces juur.,-ci au ('ommns.,a;.riit:
Gtn6ral, en vue ide I'tablissemnt-i
dIts Colonies Agricrl ., enI faveur
des. rescap'. ev. sdi i'fami;ii lle des vic-
timt-es. DI)j liiul .-n'i.s pu savoir
tue.' pr(,s lf. (u0ii ". 'C O T.l.s r".pri f-it-l-
Siitt :,lpr irnao iumL.crn::,it 150 famit-
Ie.s se .-.s t tabli.- .a -.nt des Cri.r
missairt.s. I, n t,! ,.n train d'or-
.:aniser Lint gl'.w-r;(ii' si'-n" ; agrin>:-
W. Ius y oni C.*t; in t des abr;-
].r:'is; :iri s t. di''.:- ; r nt .(mnt ir
des terre ;s a-rout mn-'t: 2 let-r dc.:.-
IM"ition par .It. ( e Go'a! itment, con-
formemt-t a:'.r r;l'. !'t..s' et 't2
fin.
T tult.-: nn fs 'liitit: .ti(or : au Pr -
-.ide:',t Vincent i aq t t t'crnirc-
mcrnt ii ..t. rcndrc sur !I.-; lieix pooir
biei jucr ar luii.rmme. des mc'-
;ure.s i.ad'-ql!iat( .. pr~I din '.

,A la Directikn de la Cononie
Agricote e Saltadcres,

M. Pail Ls. Casagnffol. A.ri'on,'mc,
du SNPA it ER., a It.I nommrtr di-
rvcteur Itda t; Coloni- Agricule d-2
Saltacdkr',-. Cassagnoi a dija pr_'.
-1'n6 .o i11 apport soti' I'itude d(
possibilities agnricoles e.t des ci.ndi-
tion.s doe ]a r-rion. C'est un hcurt-u,:
choix.
N'os crnplimnents au june ug:'tu-
nornIc.

DEPART UD'
COMLtUSSAlRE GENERAL.
AUX COLONIES AGRICOLES


Ce midi, esit parti I' Conmi.-;ai-
rc G'nr'al aux Colonies Agr'icoles,
NM. Andre Linutaijd, qui v;a tabtlii-
!s colonii-, de Sa:ltadtire et de Oua-
tarminthe. II e-st accomipagnu de I'A-
' gronome en Chef dhi SNPA tc ER.
It est interessant de noter lo corn-
cours donn i par les services com-
lptents, nu Commissaria.t Geit-ral
dxs Colonies Agricoles. poutr I'ins.
tallation des Colonies Agricols,
principalement, le SNPA et ER., la
Garde d'Haiti, la D. G. T. P.. le
Service dtes Contributions ,lt 1 Srer-
vice d'Hygifne lqui a exptdi6 avant-
hier, au Mont des Cormmissaires uni
lot de mndicaments pour les re.sca-
p6s etablis en cet endroit.
No.- f1licitatins a ces divers
chefs de Service qtui- contribuent
.aiiLSi a la rfussite it cc .age pro-
jet du Chef de P'Etat.
.
EN LA CHAPEtLLE I)U1
PETIT-(EMINAIRE

Ainsi que nous i'anooanonst de-
puis quequues jo.i.s, c'est remain
jeudi, a 6 heures 0 du soir. que
comroencera la Retraite Pa.scale
Sprparte par I'Arnieale du-Ptrit-S.-
minaire pour tios les ancient 61y-


rf!


m


I5LIaOTHKEQUEW SCIWTMFIQUS ET PHILOSOPOUICf .
.''' -^ il,
i 'n
flHomticq: Inii..i o ;.ti.Utiiue................ ... .. .,.
D. Mats6: Initi:i*o io, lorm iq'. .......................... .
D. Mass6; Initimtoin Jurique............................. ;I
Tit: Initiation A Ia biologie............... ...............
Flammarion: Initiation astronomique .............. .... i :
Widor: Initiation mustae ..........................
Bouquet: Initiation Aila m&decine...... ..............
Faguet: Initiation littizaire ...................................... .
Levip: Initiation financire ...... ...........
Moreux; Pour comprendre la philotophie ................ .
Deriac: Discours mtod lcs ."............. ..........
Doriac: Comment on ;levient orateur ............. ...
Martinon: Comment on parole fran;ais ..................
lum : Dui M aria ge .............. ................... .... ... .
A. Gidc: Retouches........... ....................
F. Carco: L'Homme *le minuit......................
L. Daudet: Fievres de Camarguc-...............................

i'Lagul t Seizie me sj ..leur..................... ...
Fuguet t Dix septi m: sioclo ...... .. .........
Fuut Dix huitim ;:icl.. ..... .. .............. ...........
Fogu it : Dix itvuvibmc sikcl:e .. ... ........ ....
Sertiiangi : Loes miy-stires di la fo ................ ..........
'aul Chack: La route des rndes ;nauv6 par la France..... ...
P'aul Chack: Combat.- de mer au grand soleid ...........
Paul Chack : Pat)roulles tragiquL-s dans Ia, nuit. ...........
Paul Chack: Des Dardoneles nux brunlms diu nord ............
Duc L. Mirepoix er Comre F. de Vogue: La Politess ...... .
Aron: L'art cdl bridge ........ .. ... ........... ... "
Marchal: La liberty de la conception .. ......
Buffic:r; Soy.ons forts .......... ........... ........
F('oot-Balliour Entraine-Toi.,..............
L" LE N6r,,E. "' "* '" "
(Maison de conflance)
La Librairie la t'ieux assortle
Port-an-Prince -- T16phone 2077.


Sl DECOLETEI... CELA NE'FAIT RIENf t PREMNiiA
;, TV VAS DE LA CAFIASPIRIME
STE REFROIDIR. f L ET tRAM GURIIE.

V \,IL. 4 -
S 1, "m m"


f La Cafiaspirine n'est pas seulenu t bonnie pow
t, supprimer les dOuleurs et eset ts rm es mais ele oet
s;i aussi trbs eificace pour supprimhnr les
.. refroidiasements et les rhumes. Elle soul-
c. age, lle decongestionne et fit bcrisser
cla fivre. Elle contribute a eliminer les
': germes infectueux. Pour touted les even-
.,tualites C yez toujoura de la Cafiaspirine sous la mai


ViS t t le t amis riu College Saint-
M3.rtiil. L:s conferences qut pro-
nonc-ra !V R. P'. Gore, Superieur
1,: c't EtII:tbi sce m.nt s. feronct d(ans
i i;r. .t I lro'.~rnm e, slivants :
Jutdhi.-- Etat rlu I)Mondc actual :
!!:it i,. s8L{ ]t-tt. individu.
V'endri.di.-- Hosoin d'Lni Snauveur,
qiii ins: trtiit. gtu rit, et donic 'e-
xt n: i ; l to !'l ..lnaS igno.
Sam-edi.- Beoiii di'un Sauveur:
thlmme-Di-u qui nous aime jusqu'l
1'Eucharistic et sc dtonne it nouw eii
rncompensc 6terncile par delay la
souffrance et la Mort.
Niu.s rarppelons que 1'heure des
Confrrcnces est 6.31i du soir et eel.
w de lat Mt:.se de Communion est
Six letrres Precises lI D)imanche
(des- RamTea x.


Vcndredi it 8 i. 15.- I uccs s
du jour Ies Deux Gosses, d'apr.s
I- roman de iP. Decourcelle, avec
latirice Escande, Ge.'maine Rouer,
Annie Ducgtx et Serge Grave......
U;'n film qui vous bouleverse, et rem
plira votre cur d'une indicible
(motion.
Entree 1.10.

Dimanche i 5 h. .10.-Le film mo-
numental cLes Croisades* misae en
scene de C. B. de-Mille avee Loret-
ta Qoung, IHenry Wilcoxon et des
milliers !do igurantl.
Immense fresque mouyante, aux
dicurs fantastiques, raybnnant de
bravoure chevaderesque.
1intire 1.10.

A 8 b. 80.--- Marie Bell et ien-


i.'


PoFtr avoir du Poide, i4:
FPtaranme et (ti l'Energi'.
Pour r6alise. le DOTJ
de votre travail, qjotideit (1-
tellectuel ou Physique), sit.
la moirtire fatIgue





: : ,"






I-





Prenez
rELPAMALT
Produit a base du KICii:*
Splantr marine cotianl. *t
tes les vitamines, ":
En -vente dand dll
Ron6nei Phahrmaciesi ".;":
": 1 .'' ?,.
1 -- i I<

ri Rolant, dana le gt .
SOUS XA. TERRITI i
riee :de. Forsano" drleli 4
Un film trs.. 6mouvanAt,'-'
man d'aRrour enmarge,'
volutio n.;i, Deuxi-tres fo
s'aimer qu'un affreUx 'b .
sapaire. Un film lpoglM'-.
Ent : ::x ,:
Riserver 2..75, t..f I.'
.:o :... iiii
.. I


4*


''
;i;,




ii

;. .
,~
~,, .




""
'
"'

L"
;
'I
ai:


Li prairie


I
<


REX


ou : ::::

Plouve