<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03245
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: January 28, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03245

Full Text


I; PAGK8


6


'*,5 r al ,s asm.vx -

QUOTIVMi D'EAITX


tUmre, ANNE


L'ASSEI ILEE

GENERAL
PU COMITE HAITIEN DE
L'ALLIANCE FRANUAISE


Conformtment it ses status, les
membres actifs de cette belle So-
Ceit soet r&unis samedi, en As-
semblje G&n6rale pour entendr-w
lecure du rapport g6ndral, suir
fannie 1937.
be tr6sorier, M- F. Fathon lit tes
comptes. Tous les membres n'moat
ps paye les cotisations. Observn-
tlonm&e M. Lheri.sson.
De rapport ginkral sur la sit. -
tion de I'uvre eat ensuite ento.'-
da, 11 a douze pages et est tr-s
intressant
Notons quelques fits. Le Prtc
donn6 en janvier 1937 par la do,:-
toresse Laraqu- A '6tudiant in
M&cineo qui, dan.t Ie cours de ses-
e ann6es d'atude, ;'est distir,.
gu par aes quality s morales et in-
tell tuelles, a t6 remis it Paris au
jeono Docteur Louis Roy. C'>: ;
Ie laurtat du Prix dovut au C. i.
A. F. par la doctoresse. Le jeune
imdecn est en France depu s qua-
tre mois...
Les concurs de diction et d&
compotttoW franf ise oat eu lieu
au milieu dyn grand succs. --
Cette ann^6,, diction des concur-
rents desNdux sexes est meilleur !.
SLe St-miruaire Collge St-Marti-tI
en a la paime (diction et comp>-
iion frangaie)
Le rapport remercie chaironr>.
segment les confkrenciers des jour-
ies de l'Education et tous c,,ts
qpui ot sid6 & couvrir le frala d-i
concourse pour rkompenser ki fI
miles paysannes blen orga0i..4
at doet les membres savent- lire c
icrire. Quatre du d6puartennrt do
'0. at out cu la pairrW. et ont rc.
Vu des SouuVir.s-prr6ents A Pe-
tion-ville, Bainet. La Vallt de
Jamel ot- L4ogane.
Cest, incontst.ablemn.nt, un-
belle oeuvre.
Lea relations, du Comit6 avee L
ligation do France et I'Allianc":
frana io de Paris sont toujours
c:r:liales.
Le rapport loue les bones dis-
positions de M. de Lens pour la So--
ei&t& II promet tout son concourse
an vue de l'achvoement de I'howi
Prance-Haiti, de Ia %ue Dr D,-)-
touches. L'Alliance de Paris a re-.
commando 1'hbtel au ministre des
Affairs Etrangbres.
MM. le Dr Coles, Jn B. Dor's-
mond et Louis S. Marius des Ca-
ye, professeurs, ont ktk nomrn.'-s
offieters d'Aeadtmie,
Le rapport enregistre avec r"-
grtt la mort de Mme Florez, mem-
bre du Conseil d'Adminirstration ,
de M. L. Dalbis, Secr4taire-Gen:-
ral de rAlliance Fran &ie do Pa
ris.





I


GuvteIz's


QUOTIDIEN FONDl EN 18S
L^. M- .*r\ r fl fi^ -- -r- -"-_ ,


PORT-AU-PRCINCE B AITI


VENDREDI 28 JANVIER 1938


-gSCCCr


CHAMBRES


DES DEPUTES

(S6anee de Vendred 25 Janvier)


10 hres. Le quorum constath, la
seance est ouverte. Aprts l'doip-
tion par i'Asserble du ptoces-ve:s'-
bal de la stance du 21 janvier or
passe au 2e. point dt 'ordre du
jour: lecture de la correspondance..
Elle comporte les pieces suivantes:
ler. Message du Prkbident de !a
Ripublique accusant reception dI
colui de la Chambre informant d-
I'Y!ection du S nateur Lanoue, 2j
un Message du S4nat relatif A i
decision rise par le Grand Corps
de reduire a '10 o/o lea appointe-
ments constirutionnels de sea menm-
bres. 3o. unc d&pcbhe du Dfeput
Paultre.
Aprxs las lecture du 31essage du
Sinat, 'I Pr&sident de tAssA mbia
ki Dtput& Pioun fait ::'e alocutios
et demand qu'on pa-se, aprs }la
smnce pubuique, A huis cAsi aux tdli
dc pr-.ndre quelques measures pour
pVher U L .A :.ai-r situation da

Pui i, le D put6 Grand-Pierre,
rapportcur des Comitb des ATnaa-
ces, de FInthrieur et de ia Ju atic,
fait un rapport sur" ;cs modifi&a
lions apport&s par le S&nat au Di-
cret-Los sur la Carte d'ldentitt-
Les conclusions du rapport so
root diacutes A la a5nrce de lndi.
Aux qtestimns trI'ter&t gentraJ.
ie DOpurt Plisser prie ic Bureau
de la Chambre d'rire a Secr4-
taire d'Etat de nratructlmn Pa.
1.bliie pour qu'il vienne dire A la
(C'h.:.br le sort qui a &t fait, av.te
a no vle organisation de son D0-
,:7-:'>:.-, a on ies primaien S
qai orn et drnirArnment rurali
-sis La seance est le6ev.


SEAT

(Shance du jeudl 27 Aarter)


L'appel nominal ayaOt accuse&
une presence de 19 santateurs la
stance est ouverte. II st.prockdi a
la lecture des pikes de. j corr--
londance don't anf Mesajge du Mi-
aistre du Commerce et& des T.T.
vaux Publics fixant s. p.6sentatiu:,,
A huitaine aux fins ,e donner d'n
renseignsments relatifs i la hau-
se exager6e du prix de I gazolim-;
et lia fermeture de I'Elole dL
Sciences Appliqutes.
Le S6nateur Fanfan pfo ltant c-
la prr."-:'cce du Secrtafre d'Etat
interzsse, invoque Ie coatrat da 7
doe. 1931 passe entree 14 DIpart.:
mernt des Tr,..;-'.:: Pulies et .
Conscil d .nistraio dr e IS-
cole des S; n.'s Appliqu&- i
don't la fondation tmnonte a
1906. Le Minstre o- sllicito ;.
fournir des r n.3eignemefnt y re!A-
tifa, L'assesembe apprerd avec st,-
ti._facti!n que 'Ecole libre de
Sciences Appliqu4es :.retionne sur
de nouveiles bases depuls lundi dei-
nier. Putis Ie t-;i-ti.r Fombrun ev:-
prnme ie vceu dn Senat dc voir
maintenir la subvention en faveur
de cette faculty, prtvue danm a
contract don't vient de fire Mtat son
cd-ligmi: F nf. a.
Lea renseignements relatifs a I
hausse do prix de la gasoline s -
rent donn'r.As i anAe dc mardi
Arcs qima s. A .t |
Aux al.k' Ir hbrit us
ral qu.atrc oins so-at fonm .l-..I
par le S6mi,-'.r fr';fn re-atifs A
l'ir ic tdet d.minicano-banitien.
A la h s procnhairt ,;anre |
S vcrfai rc rEtat s rIi;ati.r EB- |
ttrieurc5 aura a se T.rte-ntcr au
S -"t pour !-n r:', satisfaction a
%natr de l'< 3Itn
7 ztenttndu la stan-
te est icvte,


en se, le, I.,


a


II1 demand A ses membres d'en-
ttvtenir entire eux un lion rel de
yrmpathie et des relations de boa-
?e amiti&
Le rapport, conform6ment au:
vOax du dernier Congr&s sur I'E-
ducation familiate et rAnalphab&e
time des Adultes, demand du
valgariser les melleures methodt3
d'Education familiale.
M. Lh&risson a #harg* Madar-e
R. Lerehours, directrice de 'EcoI
Nonnale et membre du Conaw4-
d'administration de croer des course
ou mkrme une Ecole come 'e-
la existed dans lea Centres lea pli;
civilis& pour la bonnie pr6para.-
tioh des futures parents A leur min-

(voir suite ea nd page)


BERLINER iOF


LE LITIGE
HAITIANO-DOMINICAIN

L'un do nos correspondents de"
Washington nous a derit pour nou *
dire quoe certain milieux diploma.
tiques de la Capitale F4dirale aout
de plus en plus optimistes pour uo
prompt rsglement da iitige hait!a-
no-dominicain.
Selon notre informateur la Com.
mission Interam6ricaine serait en
voie d'aboutir et il ne aersit paz
surprenant que dans ces conditions
Ion arrive A une solution formetle
fd'id la semfaine prochaine.


QUI EST BOKEN?


Nous avons eu a sigtaler que Du-
rnier, utilise lts services d'un I1.
Poken, se distant de nationality al-
k'mande, qui est soul rmaitre et sei-
gneur au Mont des Commissalri.
Qui est Boken? A-t-il &tk engsg4
par contract? Est-il inscri & sa buS
gation? Combien touche-tAl? Dis-
pose-t-il vraiment de argent de
Damien sur simple payrof lebdr..
madaire ?
....... )" """'"-


REINTEGRATION


Nous avons appris que de=ut ou
trols ingknieurs, mis ces joura der.
niers en disponibilitk, ont et r&a-
tAgrs.
Tant mikux.


UiNE ESICAt)RILLe


AMERICAINE NOUS VISITED

111ier, vers 9 hres., ,nc eneadriie
dc& 51 avions de la flotte arienne
des E. U. ert arrive ci, venant de
Jackson. Elle inaugurt la premirn,
phase des grandes mannceouvres at,-
-s:n ti d 1938. Ede a regarA
iair vers 2 h. p. m.


No, 14.879


Sent de falls observation elini
que qu'il ne m'a pas s mbl fasi-
dieux de signaler et doet it con-
vlent do pouraulvre ltnde afin
i d'arriver i des, eonelusions pla
pridses et dMinitives.
On pourrait peut-6tre croire que
I absence des troubles nevropathi-
ques daus !es diffbrentg ean prdei-
t6s coastitue pour le paysan. atu-
tien us privilege. Coina W'et pas tout
& fait dinua de v riti6 Nd6s pout
ons mimn ajouter que son igno-
iance et absence chez lIi du don
de s'analyser le mettent h I'abri
des souffrances morals ql, chc ,


. votir uite n S e. pago)


~E. ~~ '


11 f t


Problme do M&6dcine Sodele

LA CLINIQUE
MEDICAL
ET LA MENTALiTE DES
MASSES RURALEt D'HAITI
Par le D'. Alorice Hal!
S(oir le no. d'h-cr)

11 ne nous appartient pas do :.
eUter, encore moins de contester ue
parells fairs. Mais dans le dcmaine
de la clinique midicale a la nce.
nous avons deja eonsacre 6 annee'
de notre existence, nous avons ra-
rement vu des campagnards hat
tiens devenus nevrovathiques soiL
par suite d'une affection cardia-
que ou pu'monaire, s.,it par suit,
d'une affection digeslii e. oNus n a-
vons guere r ncon ire n.n plus de
ces psychopnAhes, malades imagi-
naires, chez qui j usan
it est ia no:e ,oi;.e.Ii I
et qui passent lear ie A as-
sid, er los cabinets doe m dccins.-
(uant aux troubles psychiques re-
levant d'unc .moningite ou d une
syphilis nerveius d'un ri-
moliisement cu d'une h6ncmrragie
cilrbrale, du pa!udisme ou d'une
tiyphoide oui nous truuvons parfois
du dklire sans caractir s price ,
ils s'expliquent par le substratum
anat.miquc qui :eur a ^ asi.
sance, ce ne sont pas esux que
envisageons. Les observations on i
niques abondent ou nous poutrioas
presenter his et tels uk'reux on
canckreux de restomac ou du du*-
dtnima tells tuberculeux pulmonat-
res qui n'ont jamals eu de trcubkle
du psychisme, n'ont -jamais eu ie
syst~me nerveux rviciral et ses dit.
% era Clments 'ym ntab;(iue ct para.
sympathique d~sordonnds outre me,
sure.
Dans "ordre des cardiopathies.
Ies aortites, les coronarites obulit0.
rantsa on non, spciliques on athie.
rcmateuses qu'il est 'si seduisant
de placer A la chase dtc Fangine dci
poitrine sont extrkmement frt.
quentes et se retrouvent dans a
plupart des autopsies pratiques .a
P116pital G nrral HtaiiiAe. (e en-
dant pourquoi ceite angotr )P.ci0'1
vraie, cette angIie d'ellcrt ne 'est-
ele JamaiK dlclench6c chez nos
paymans, nos portefaix qui, tout en
etant atteints de's lesions vascu-
lIireq favorables itA on apparition,
travallent durement, 2t ehez qui -e
r: ncontre par consequent l'41ment
consider 6 juste titre come la
cause oecasionnelle de la crise :
I'effort. 1: ne faut pas chercher trts
Sloin. C'est que chez 'ee sortes det
cardiopathes, l'tat du terrain aa.
quell Vital Lassagne fait jouer tin
si grand r61e, ce terrain nerve,
qui cr&, nous rayons d rjh dft, 1A
predisposition A 'angoisse, la tin-
dance aux spasms, de mrme qus
1'hyperrtflectiviti n: uro- vasculal-
re ou neuro-mnyoeardiquE ne i e
prdte pan A i'elosion de 'angino
de poltrine,
i| s'agit IA de tout un groupe






PA t 2


tippiininrrrPrI~ i~ -. Ar' h1z%4t. t~tezF


LA CLINIQUE M D ICALE I





le eivilis4, chez rhomme apte a
eomrendre, viennent assombrir ie
pronostic de sa maladie.
Malt par centre que de m6failk
n cause pas cette mentality frus
te! Imune facon generale te pay-
man Ihaitien, Vhomme du reuple ni
se hate janais de eonsultAr le m&
deei. 1 s'attarde chez le Houngan
qnil salt gagner sa confianee en ex-
ploltant ses eroyance superstitieu-
see, et quaind enfin ii je decide A .s-
faire hospitaliser, sa maladie e t
trop avanee pour qu'on puisse Icf
gunrir, voire meme Iui fire ben,-
fider d'une survive, ear ou bien Ce-st
un eaanereux don't l'organisme eat
dAjM envahi par les metastases, un
ulcreux de restomac on du duo-
d6num qui souffre depuis 10 a4 15y
ans et chez qui l'intervention eti-
rurgicale est quasi impossible tu:
ineffleace a cause des multiples a-
dhtrences ou de la cancerisat ion
un tuberculeux a la piriode cavi-
taire et cachectique ou bien enfi i
11 s'agit d'un sujet porteur d'ao
tite avec dilatation, d'an6vrisme t u
de toute autre 1esion cardio-artc-
rielle ou rinale en pleine aeysto.,
don't il ne sortira que pour y rv-
tomber sous peu 'a cause de son in-
digence qui ne lui permet Wis diL
se repo.ser et de son indocilite a si'-
vre toute medication et toute diet.
Quand par hazard le malade nous
est amenh a ternmps. it y a pre-,qu:
toujours des parents e croyar/t
sans nul doute avi.es, pour venir
nous l'eniever, parce que. preten-
dent-ils, la maladie en question ect
une maladie oisurnaturelieF qui ,i'
passe h coup stir notre c.petenc"
et la science mkdicale. maifs qui eSo
certainement de celle de no-, con-
currents, les Bocors i'affut, Que
de m#ningitiques, d'enciphalitiques I(
ou de paralytiques generaux, que I
de paludiens en sub-coma ou en co- -
ma n'avons nous pas die oblig&s de
laisser partir ainsi ma'gre nous,
car les maladies itsurnaturelesx>, 4
ce sent pour ces pLu'res d'espri l
cells qui s'accompargnent de trou-
blet psychiques, psycho-nmoiour
ou rnWtaux. A moins quet' (e0 ne H'Oi
toute autre affection A it olutliin
chronique qui demand un traute
mont tries tong, trop long au sen.s
des paysans, et mnime a.mse' o-u-
vent de ceux qui so targuent de
tout comprendre et qui croienr
potrtant de bonne fet que tout:'
let maladies doivent iire gutries
du jour an lendemain.
Si les differents facteurs nuim,- -
rs au d~but de ce travail sunt re.-
ponsables de tant de d'mmnageLs., it-
constituent encore, nous I'avons d &
JA dit, de v6ritables obstacles eon-
tre lesquels peuvent se heurter leos
etudiants ou les jeunes medecirs
appeals A faire leurs premiere F
arms dans la cinaique mrdicalek.
Nous avons expose longuemu-n


et on detail Ie cas d'un de nos una-
lades chez qui la croyance aux em
poisoanements allait .voir des con-
sdquences d'ordre judiciaire. On a
di pensee, en iisant notre observa-
tol, aus complications m4dieo-I&-
.gals que cet esprit de perscutiun
natural au paysan haitien, ou a
fromme dut people et leurs cro-
yanes superstltieues peuvent en-
trainer.
Sama pJus nous y attarder, reve-
nonal' notre point de depart. c'est-
-di4re rinterrogatoire detnique et
voycs quell c aract;nes partioe-,
tuers lu imprime Ia mentality Ou
ptilple hairier.
Poo 1r hoimenetr. ee question
naire, al-je bsoin de le dire, doit
No fire dans le patoio populaire ,
d'Haiti: le crole. Or qu'il Wag L. ,
se de m6decins haitkieis ou de nm-
deoas trangers habitant le .pay9
de.)buue date; Ie language de Phom'
a- d'u. peuple et uirtout dli rurm
est quelquefois diffelle & campren.
dr e, t .pelt prier 4. des erre.usr: ,
flutrpttaition. CergahN e expli-
ealUts iu est Vra pittoresques, ne
ssmimiit trdtailn dbi Vabo4 *u


e- ir1t quft'lue rftqion et 'v-


xa -at complete qu'on aomrra d0oei-
ier h..pensie du malady.
YVNoi, par example un pays*i
qui nous consulte. parce qu'il pr6-
tend avoir avale une eblte qui a
tiu domicile dans son estomac. y
a uundu des tcufs et (ont ii sent 'es
retits circular dans .on corps, dans
sts veines. Disons-le une fois pour
routes on peut se tromper facld->
ment, si Von se content de classer
,armifles psychopathes les paysans
-tui depeignent ainsi leurs malaises.
p1e ptms souvent ils portent une tk-
jon organique qu'ils cruient et,.'
in animal I'ur devorant les en-
"railles, le cerveau ou les reins.
I ne femme se plaint d'avoir une
oeuvree dans sa poitrine. En rei-
'ite elle veut designer des douleurs
retrosternales relevant d'une aor-
i-te s'yphilitique qu'on n'aurait jat
mais diagnostiqute si, ta prenan:
tuiiquement pour unrc hallucin&c.
une hystirique, on ne l'avait pa'.
ausculttte attentivement' et' radio-
graphibe. Un jeune homme accuse
un inseete qui s journc dans rson
coeur, et don't it sent its move
ments; a defaut d'une pericardite,
ii fait plutAt des palpitations d'o-
rigine aortique.
T", is que voulait dire notre pav
sarn chez qui Iob.serv;t ion joucrni
libre ne nous a pourtant rv'ele au
cun trouble mental? Letter tbte We-
geant dans son estomac etait-e&lc
un ascaris? Nous avons rejete etel-
It premniere hypothse, ecar le ma
lade n'en avait jamai. expulse ni
Var Ianps, ni par la bouche, et de
plus 1examen (de malieres f'chale.'
0tait n iatif pour parasites inte.-
tinahx. Voulait-it d4signer une dotu
leur, une cramped, une senu.ation d1k
pesanteur et le> -octits qui circ, A
aient dar.s ses membres, etaien'-
il' des fourmillements' Toutes Ih-
questions qu'(tn lui posait pour ;i-
xoir des explications plus claires a
Sbcut il+unt a repetition de 1F
m*me phrase ou d'atitres Jui r --
svmblant-'peud de cho-se priS.


CLNIQNI


IMH)T{:'fUR o1
'Re 'hi) Or. Aun 1 o
No. 15'


it"].'
- '54 F'' F


.4


;E


Dana tous les pays du monde-
des milliet do dentiRtes re- '
conimandant Kolynos it leurl
clienta, i. eauae do fies propri4.
tia d6ttrsiveis t antiseptiques
indiseu:ables.
Chaque fois qu'on s'en sert.
Kolynwi ditruit des millions
daobactArim cause da caries.
S monsc active et viifi-
btt nsa rtett de vftre
Sturke .vw klymn


'* 1Li. NL& rlYmArLIT.


UN PAIT SANS ['P IECEDENT
A PORT-AU-PIINCE

La GCie dEclairage Eec.trique ,.f-
fre au Public 1faitkin, du 24 Ja,'.-
vier 19S8 au 3 Marni hi.S. des -
f'rigrateur. G-GENI';AL ELE -L
T'RICj remis a neuf :-ax EtaLs-U-
nis, avec moteur garanti 4 Ann6t:, ,
au prix de $ 150.00.- I'autres m, -
,ies. says garantie. seront offerts
: partiur 'e 60.00.
A tout acheteur d'uK r6frighrn-
teur de.cette cat6gorie, la Cie. d', -
rhiairag Eletrique .f]rirs nn B'd.
let Entir de ha Loterie Nationaie
di'Haiti, p:ur ie t iru' du f; M6ii
1938.
Penscx (ic6- a 'ux w a.s e3 quo>f-
fre Ia ('ompagt.ie:

LA CHANCE uE GAGNER:

a)S 2 1,00O0 ou des lots d"
uirage du 6 Mars 1938.
b) L'a;vantagr, w'f vonF servir n
RP,-rig6e,'a urv
c) De vsers' Minimunm T
; 5.00 conr::n.;- prcmrni versnemet.
Lcctuar.-a., visitez .' Salie d'E.x-
;.asiltion de !a Cie. 'i'Eclairage F.
-ctrique et faite1 ,lal choix,


t K 5 H' j v. A


Dimarnche 3 v .::1) JK 38 a 'r
m. r- P: P r; Lc--Leat ', match -U'
.:no.rm.n r (A -.(', F Ctub Ha -
'n et 'A,, to iw V i.,, F ,.
Girde d'Haiti.
E tr n 5 centimes








a thnmer irs at.dea aocids t
VFA rc s e~t 5 ^ '-'n 4e< cantaAUA ao
mat" r t a
: et t, &.E .:-,- t? i, l ias raiu t A
; a &F tffarl OryF.&e a wa &rtlIF $.4'4 An
hv. ;'FF.te tg A r tmafm .
"AFitd~i i?& ydY'ACF'CSg, )VtinJ. (rF'&t po4F&

F' %4Ffla L %w < '' U F *,* w-f. vt at
',^., ou4 .YQVreS it 'ic ra, ton tOi
F-t"a ^ T-.r S .nt it rot goi ens
^^ ~ FsFF'f {ni,'wsv^:^.T;y S 4f ~ 1.yi
*.,,ua ~ kTi&L IQISCr.t.:.^: ttrFp~ a &.'


1 iF"
4-


Sntet pei&tre dwts los intemr-
tices, dA-s tauts I eavitM.
Ite r.Tiapprimr !A tie&es eat
t.,aaiC, liit i'-i t'..'.mnt, lea d6-
ihbct? aslin'tntac'a sn f'rimen-
tltiotn. Bientot le dents ac-
quierent un nuovwl e at-Ilat
auhe so sent fraiche,propre.
Commrennz aujourd'hui ma4.
me a voa servir de Kolyos:
vouseon terez.' rayis.
Ecasomiieo-
uchet t n ran-d htb.


WLYNOS
LAc5S ACSWWENTIFRICE
Aisbctdi uc
c_ *_I
^^^IHMHMHMNMMM


4-4


'ASii-'c- 'tfta Li


CAI


'I
I


IT


"SAYOY"

FE-RESTAURAN


Demanded t vo4- amis et
its vous confirInMront que
nul part t Port-tu-Prinee

on peut mieu' r. tnger et
4pprecier les ,.,nnes c 1-
sr-nmmnations qu'ala S A-
VOYI, situ&e to Champ-


Si youis wimirrn. fi. i'n 1 A-

sitez It


iHAZAR N \TIONAL)


quii vient d:t r.t'#a o : par F

derr-ieri .b wtn ai G' r:;ain i f1

*Iiis ; 1 '>. .-;;f of i'^ ne-


tlkrdeau Supirieur

ru; t ^ tn c in ^ 'F ^ ?;
F' .in t


X1 IN AIE.r \I.

CHARIER; d Rrut I,- "a errIe'
C.!i AE-. .L ':H:, ru^-' .i,-. i-a., nes ;i


cute do LA
"'ct~statipny: 9
hetiNa p'. an.


t I h l. PSF


LE IHAZAR NATIONAL

,ient de recevoir kI"eaR ,
ees suuvantes poue la-.4p
LEGUTMUE


Melon Cantaloup
Carrot
Pimeat
Betterave
Chou

Radis Rend

S tOignon
' Courge Aubergjs
Co' crnomnlr.

FLEURS

Ageratum du Miexique, Bleu
i Reseda Odorante h grande flear
Oelet d'lnde
Snleil double.Tuyante
Ri.ine Marguerite
AAmiarant, cret die Coq
Chvrysantheme
Beile de Jour
J-Nigelie dt Damas
Kochia ooi Cypres


-e1 ei t de Chinej
f ai-':tB^ U~fiff iM MB!ittfef,- ft^ ^^


SO D)LlLAIS SEULS
Occasion unique raditpihe5
ubes. chan~rements autoMaO
de L8.'-ques. A. Vetua .neu, p
centa la dhe (1qrr'.s. S' adreo3s
bhceau di, Journal. "
.


Machine u crire a
Malnchine 6 cakruler 2Zv

Faites on acaa seltem
C GILf


o w0


tDevent v:ot e prore Gomptable n b Mant a
Compte de Ch&que la Banque Nafg Miae de Is
Rpabique d'laiti.


t..- tOute6. d.u t .w..
SOULAGEMENT- IMM MATD&AN SAi TON
NtII6BLE SR L i. eSTOMAC PAR



aiZC hcoM PIIMSAn .sOtPj wF

SLABORATOIRES OROLLAND LYON- Fratnce
,,*g .&. p : "
O. .t. tte P t .SynE. ,


lneuagi^e ac.t Lahev.'tr artdu tin e^r:tr6he tv ndwsts
nous le phr t285. .-
(me. oti#as tontes ls bnnes. Phanu.- na w s to'
Ode. 0a't sweht


7r)-i c; -F tF-


A Proteger Vos Dents!


Iars.


I




ailx -mowaLuwm.


~~P'" -L*~il~h-I


SECURITY COMMODITY
11U st imprudent de order 6 !o m aison,
o Ite fou e t e vol peuvent vous couser
desdommoges irreporobles, vo polices
d'ossurances, hypotlh&q'ns, tires, con-
trots et outres documems pr6cieux. Un
coffret de sGret, 6 to Banque Royals
co0te peu et evite tout sujet d'inqui6tude,


LA
B ANQUE


ROYALE


Rpftr44QS


~-u 4


(./J


SDia,-- in eux, j oe e
auis ps 4eaW hit.rl
J s uiLs narriuanable, vo-
yonsI Te seuv~ as-tu do
june lquoraste Edourd ,.
Benjamin? J'asi t chsz ~4 lier
soir.
Quelle belle esairk-, men Dieu,
j'ai passee et quel charmnat gar-
gon ce type-l&! 11 vous sort de 'a-
nisette superfine: e'est de la ouavi-
t6 en matiere.
II faut I'encourager, car i' al
vu de pareille dans de gr ca-
f6s de Paris.
Tu es press4; aloras a'e parlous
plus. Ma-is, en somme il a touted
sortes de liqueurs. 11 a lPanisette,
le peppermint, a prunelle rtvaii&,
le nectar, etc. Vois-le le plus tbi
possible si tu veux 'pr-tuver di la
beile presentation dre ls boe qua-
lit6, enfin toute une gatume de bon
gofit. II s'y connait bicn et se d6-
,'oue pour ses aimables clients pout
la fin d'anniet Enfin, our d'autr s
renseignements, vois SimonVieux
l'epicerie du Centre, Muae. G. Rou
main et tant d'autres. Cela ~au'
bnite a ueine Au r ci ir Vietux


rtoduit dre aGenermu t, r c Co. .U44


3 WATTS D1
PUISSNCE

TONALITE
MERVEILLEUSE

3 BANDS
13 A 2000 METRES


CU CANADA

'Ak.'P-e~ L~ Ti r :rzz -. 'litSLLI=;"


A. de Mattei


& Co0


Pln de la Pi&
Rue Courbe et Rue sMagain dE 'Etat
ACHAT D'LCAILLiS DE CA11I T, VIEfL OR, DIAMANTS, PE-
LES Li ~ -LS PRECIEUSES, 71EILLES PIECES .-.RGENT ET
OZ; MON.N iJL O0UTLa NA. ONALITES, A DES PRIX A -
SOLVMEN-i AV^ -GECEUX.
GRANDE LiQ4IAPAION DE L E;TTFS ET V LRRLSi
Lunettes et Varres de mous numirps
Montures en nickel inou..dable A
Verres ova'es au prix dc ? l.t0 ta pair,
-La liquidation durera j ." N. tm're incdiive-
mentL
A. DE MA' TEIS & (o.



COLLEGE ru ... -.


LNTEuv.
Avenue Pr6sidcnt Truji ,. i
Directeur .., l ;,A
Enseirgnement Pr;taire et :"econdairs


CGtte ann4e: de i classe entanrtm: .:vUM i' 3Jerrnv 3 ntlusivl ,
ment. ('ours gradues de Sttnograp-E lne, Dactyi.grai"hie, etc.. A partly
de I & me sans pavement supplimunilai-r
PO tOtas r inseign ents, aoresse a eg f 'r ahisA~ -e n -
etrSeH.etmidijfoujde2HB, A5fR P. )X
1.>^f~ liir; A.^y, ra e ti'' i -is


ATTENT ION


A MENTION


La Ianifacture tdatienne de ci
garettes offre a sa nombreuse ellen-
teie, tan: de la Provinie qo de la
Capitta. aux amnateurs de xnesb
eigaret.ts et de bon tabae aem pri-
me de vingt cinq dollars.
Elle cat constitute pa~ ds b,~le.
tina nutmrctta places dans ls po-
chettae 6e eigrattes coaPl e sx
et portatt la signatiF3re 3%-
phe doe Dmctear.
Bonoe chance Meaerm heto-
ieursA de Re et Royall


A W148


ua j:ir;,.f mnavion di M.,gia i
Lw." .. a.itle entire le Bols-V et
TIurgeai.
Neu.f pike; CiDcq q ua ,r-de-
&. e-^ t quatre k V0tage-.
1 .. Ja piscine, g4 e ir-
curiiue er doiible garage.
dresser r ct6, naiplap tt
a uL~ii DuchaleLer.
w-wwwssm .


AUTOMOBILE A VEN RE


Voiture Ford Cabrilct, ,Oe
V-8, en parfi.t. tat .a fUpcenne
enu, avec 4 pneus n-efs. &t 2 4
rechange.
S'adresser au Barouu do N$M-
veliiste, chaque jour de 2 bemr.i
A 5 heurwe p. m. PhmFjTrs No..-3.


Le fait est incontestable


IE:amok,


SAR T E


'est la quintessence




meilleures variety de cannes

d'un vaste territoire


Sijuiissant ls melleurs oir

Cest ce q fat -son arben


GOUTEZ ET CMB 4


SELECTIVITE
.NCROYABLE


$ 175oo
LE MEILLE"U l RADIO -


. iiONO A UN SI BAS PRIX


TEtL. 3186
VOYEZ VALEHIO CANE' OU PIEJ?J$ EWRISSE.
Le Meilleur Accutil Vous Esi Rserv..

. .. .. .. . ..-~ i


LA MASON

. ROBELIN


CoJ


FONDEE EN 1899
Est !a mieux; a:ortie de la Place ep papiers a 6crre,
1nprc1-sion, r, i.liage, etc.- e e ell fournitures pour co-:
es et bureaux-
Son stock entie-rcment rpuouveJ6 lui permit d'offtir
Lous ses articles 4 des prix defiant touted concurrence
MERCERIE
COUTELLERIE
fI
LUNTTERIEi

DEPOT GENERAL DU ECAFERLATI FRANIN AIS
Kilo. G. 18 Poche G. 1
.I


S;ompagnie







GA GNEZ A : R~
en .acfu tc
UN BREFRIGi. RAT
(aGENNRAL IB IC
4aeCe D'Elairagoe Eettriqc met enivento A partir4du:
24 Janvier 1938 au 3 Mcba rW
DES MODELS DE REiFRI(C. ea i IGE. ERAL.
ELECTRIC^ .MOTEU-R UNIT )-L :lIE '
LA FA3RIQUE DEi SCRENREC iL~tXX :S
V-ANi :" TS.' ...
$ I3O.a.s.motQeur n.auf --.A-Annte~erg s -a m T04
$ XIa&00Yoa~o~tteur n .1 -A^.Anni'^es dn*ra^ -Mdabt?4
$ 90.00 avec moteo b sag -.n garantit
$ 60.00 ae AvPowur Csa4.-,.ta gratn
Etj.e .... W. mUn t,.-EB 5,1 1flhJA. ji,
iXarf --.Thae.ddu,'I) !ars 19. ,: t
Dtautred,; avantsgei^. vou&ma, ^mt rt.ysatley^XuL"
634, ota gagtzants.
Pour tous rens-ignmente et ptus amples infowjam.jUm 6Ibipb-
nez au ,No. 2266. '
CIs D ECLAR'AGE ,CLECR1QI>.U-.


$


Tre-s Peu...
COM!LM PRtEMIhR VERSBMENT
et
ALERI CANEZ
tastallera het y Ws
ce
RADIOY- IHONO
GENEZRALj)EL T


WIN w f S~5' RI~~~tpa


-- --~ --------------------- ~----~ -----


5;


=n,


i

1










-1


.. ...IX 94" t' ,,, ,, =: ,;2: ,11





A 1 JIf= .E.*#.- %r. ,-

AMITlE AMERICAKO-


HAMITENNE


Nous publions avec .ntirt la let-
tre adress6e par la S Cisct6 des A-
mis Amnricains d'Haili' la Soci-
t6 des Haitiens des E. BU. fond&i. ,
Port-au-Prince le 15 Aofit 1937 e'
dirigBe par un Comite don't le pr,-
sident est notre confrdre Ludov:e
J Rosemond, Directeur de la Re-.
vue Goodwill,
Ces deux organisation travatl-
lent au d6veloppement des rela-
dtons dordre cultural et commer-
tal entire Haiti et leo Etats-Uwis.
La teneur de Ia lettre permettrt-
d'apprkier lea admirable effort,
6 spens6s dans c sens par les amih
'de notre Pays aux Etata-Unis. EB-
le est signie du pr6sidint de la So-
ei6t le e4lebre Docteur Binga DDi-
mond.


-Society of the Axnerirn
Friends of Haiti,
2247 Sevent Avenue, New-Yort
City

sOn doit se rappeler la Citadel e
.Christopher.

Aux Membres de la
Socimtk des Amis des Etats-Unis
7 Rue Am6ricaine, Pwrt-au-Prinrc
Haiti.

TRADUCTION:

Messietur,

Nous voum faisons part de a for::
nation & New-York a ia date du d I
Dlcembre dernier de la Socit
des Amis Ambricains d'Haiti.---
Cette organisation qui nest pa.
politique et qui n'a- ,ucun car.---
tIe de sectarisme a itI crIee pa;
lea cong4neres du people haitien.
Elle a pour but d'accueillir tous t1
amis d'Haiti sans distinction d "
couleur. 11 me revient I'honne ,'
d'atre son premier president.
Notre premier proiet est de -'
nir en aide aux rescapts dcs rCpeentAS
massacres perpktr6s nar Ile domri-
nicaing sur les haitiens. N; ou.:-
vons d$j6 expcdiA tro:es Ceiss a '
marchandises au comitr doe secom
par I'interm&diaire bienv(illant dt
Sla distingute Mile. R&sia Vineent.
Un touvel envoi partira de New.
York an courant de c.tte semani-.
D'autres encore suivr'ont.
Quand l'actuelle cr,.e s.ri! ..
nou&e, notre unique bu .ira m .' ti.-
velopper de meilleures relation-.; cn
te le people haitien et les gro:)-
pements afro-am6ricains, d), re'.i-t
gner le people americain 'urt Ia irti-
rieue histoire d'Haiti et de crdt-t
une 4trolte liaison culturelle ent e
les deux pecples,
Nous avons la confiance quc- ":


tre organisation s'est iasign' I,
programme identiqno; car, on 'ai.
wous sommes des Socretcs Sceur>.
C'est pourquoi las SocitU des A
m6ricains d'Haiti onvoie A la eioth des Amis des Etraa-Unism ,s ,
rmelleura souhaits et I as.s-urtanc d-
notre profonde sympathie. No is
vous dematdons de nous rensat- '
-igner str les besoin.~ immirdiats dI
resoap6e et la favon don't notre or-
ganigation peut venir en aide i't
people haitien. Dor6navant. nous
vou-s enverrons des coupures d.-
Journaux concernant nos activttt-.
et en retour nous attendons di-
cous touted matiires suscept.ibles
de nous int6resser et d'Atres .pu-
blil6ea.
Nous vous demandons de rv6enr
aussi au people haitien par le trn-
chement do la presse noa .ralid -
tions et notre id6l.
Croyerz-mol, votre tris dbvooe

H. Binrg DISMOND,

President 'de la' Socit dates
Ami Amicalns d'Hlaiti


LNbS PnSfXS T BAITE'RIS


.,j ;z;S~~u~--r.. # Li~,,;


A
f* .~J


(s' dFATS DIVERS


s.ion. L'un des meilieurs moyei's


5


ERRATUM


SDans V'article d'Ahcr: Renion n:
I A. ii. C. E.,t 1iE .n t .,x souvji
an tien, do an prix souvenir .


I REX

SDimanche. S h, 30


d'assurer le bonheur .'un pays, di:
on grand moraliste, eat de travai'l-
ltr t I'4ducaion tnorame de la fent-
me, puiaque te monde est format :
par ell...
Le rapport dit que la Coimmi'-
sion Internationale de 'Education i
familiale de Bruxellen active ia
propagation de ces saines id&-i
dans Ie monde, pour it relvetema: '
do YhumanitO, par le commenc_- c
ment, c'est-A-dire la famille, Cellt-
le Scale.
Cette Commission 7 une Revmi,
une ligue, un Congrts chaquc aAn-
nbe. Elle seat i:ntress~i au nn6ta-,
d'Aoit dernier et a ervoye des do-
cuments sur ItEducation M, Itba
risson qui est membrc corre-son-
& nt,.- i
Le' rapport remercie tous ceu:
qui seintkressent i Ifauvre et nr-
tamment les grand personnaqe
de France et de Belgique qui oan;
envoy la Socit i des volume:
pour si prochaine distribution de,
Prix. On a requ plus de 45 vohu-
mes. Le ministfEre dcs Affaires E-
trangrires en a faith remrttre avw
des m6dailles...
SAu milieu de notr'e .ittation "c-
t tuele, dit Ia fin du-rapport, nous
apparait la neessit de Plassistan-
ce rceiproque et dte la parfaite so-
lidarit& -Selon le mot du grar,
Antenor Pirmin, membre fosda-
teur de PAlliance frangaise de Pa-
ri., atravailUons ensemble, gravis.
sons ensemble les chemins qui
moentt. ..,
Ce rapport aprt.s change de
vues, es. vot& avec applaudiss2-
ments.
On a- psie ensemble une heurte
trbs agr ab\ls. Nous iornaons
vcUu que le Crmite Haitien de IFA
lance 'Ftaaise se developpe Jr,
plus en plus.,


I-E CENTIEME ANNl'ERSAIRI
1) E LA SOCIE-IE DES S
GENS DE L.EITRES

La Sociitt- des Gr .. do Lstw -"
comptera, en Avri -. :'-chain.- I
cent aens -'-:: :i'.:. 1'0 brllant^ I
mani-festa tonr. s apparent pon
oranememorer la naiss-rr ce de tce'e
dctee As-ciat~ion-. ,

LA COTE Di.' SUCRE A N..

Voiei u pri du Suetr r -e n .' :
h6 de New-York:
MaM 2.2 .? n

Mat 92,-0 i


LA COTE .D COTTON


Mar

. 2I


I


DLUXIEME fl'RU At
"' "r- -' I .,re f.)t-n .":,
Vr r (. :- i -vfm ..
Cn. Robert Du-mat.
Sc.tn ri, e: diuIal:u.e d3 ;
Ilernard Zirrnori-
.o- -ian ;Murat. Var:. KorrIve :lt
C:, Comudne Franga:::-, Jeain'.;K |
(:rispin, J ii Mlux, Ai;o er, Pier- I
i' Magnier et Pitrre Larquecy "
,an Gailand.
LAa perfection de .a .t'roiisation |r
la quality dte i'interprdtation son-.
tcUles qu'elles susciteront Ienthou-
sia.me do tout le monde. Lc s-kn.L
rio ingenieux bourre de rensci-
gnemcnts pa:.sionnantL, Ie mouiv--
ment du film, la fievre qui impr&-
gne chaque scene, font de 2e. br.-
reau -un film n tout point parfait.
t?ra Korcne dans le r6le de l'e.i-
pionne revilc son talent drama,.i-
qil et affirme sa beauty, la trou-
pe est merveilleusemert homogen-',
chacun 6tant A sa place, depuis 'i:.
ciTable Larquey en seigent de mi-
nistare rvaiteux et stupide,. t I'"-
i1gant Jean Max dans le role d:
trouble Brassilow, espion double,
iunqu'A Jean Galland espion aut-.-
ritaire et guind6, et Jean Murst
Anergique ct charmant, Jeanintt
Crispin dessine une'sensible figuo'
d'amoureuse. Georges Prieur :o::
gtnmral d'une grande distintiron.--
Comme on le voit De~ntIAm Bu
reau eat le film des Vedettes.
Deusiime Btreau
tT suel but: Servir
Un seul devoir: Servir
Une ceute passion: Servir.
En prewmiire parties Un Pathv-
Journal ett i Sympholie de ou2-d
pet .
Entr : 0.2.00. R6serv6e G. 2.09
Tase on plus.
a -- -


I.46


8.5


A L'HOSPICF9 ST. VRAN OIf
DE SAL E,z



R

-t .f .UI,, ,. .1 .-. ,



M.. FERNAND ST. Sl'ILIN

Le r:ct.r.ri.,-.c li, 3 t t -
nand St. uri- :,-ci.. Ciree .:r .c
Seorv;ce iiyd'jrau.:que "; P:"io:n-V;!-
It, appri;ni t;r: ;;'c- i p.aiir qu'il .







Ei aura lieu dinuiT','C melting,
10 heuresc. anR h'atre Rext. reptu-
coup dc Pri; et de magnitqiLe-is .-
.tme1x sc-ront deon:.in. C : .era in
trilante matinel.
Le Secretariat dh in Soci6th nown
prie de dmander :. x membrt.
d'honnaur et aux membres ac. is
de la Sci6t6 d(ce -vouloi- bien a--
Si.ter a cette solknmit5.
Lea po teurs di carein s pour ;;
matinee du 5 dEcembre dtea re*st-
p4 tU'iOnt prendre rart i la fr-te.




DEAKGMISOM$
5l .


Librairie
Li'ldl1


'" ~1'~" '"''


<1" ~ ~ 1 MIN _I "'^" m T i-t'-^ 3


SENATE

(Seance du V'endrrdi 2 janvier)

10 i.- LIa maj'rite outstatet ia
:.enalc(c est di -ciril'.r-' at..erte.
Apres Ia lecture du proces-ve,'-
bal de la Atance du 21 .janvier o01
passe hI discussion des mrodti-
cationrs : ipporter it !'rticci 110 di
C_ P. C. et a la o du 24 Mars 192Z
reglementant 'orgitr.s.tion du TIO.
bunar do C..ssition.
Le S&nateur Fombrun soumet h
'Assemblxe an project de loi frap-
pant d'un- taxes de 10 oo l e lo- ~
gagnants des Loterie,.
Puis, rien n'tant .A Fordre td
jour, la stance est lae e.

A CASTILLl'UR

Mercredi, M.L Cleme-it Magloir',
President de la Croix-Rouge Hi.n-
tienne, M. Rulx Leon Directeur dii
S. N, d'H. et le Dr. Sam, Dir-cter
de I'Hpitai de HIinche se oent rtn-
dusA Cat!iieur ou i.ts di.rit;'ibueTre'.:
:rux retscaps oane coine -idrabl quai:
titj de vivres alimenotnires. En i.-
tre, ii leur fut donned, remis par
;!l k R&sia Vincent, 500 robes pourI
ficrnmcs. 200 robes :,our filett's,
des vYtsements divers etc.


YfVENZ SISTER
,)S' rlEAUX RA YON.S DE LIVRE 'S IT)'iRTI:N.'ES
POUR GR.-AI.'S ET 1i' I TS



College Simon Bolivar
nseignement Primtire et Seondaire
ftnscirnerent C 0la1que et modetnc (Sa f e A, MB C)
iPe~ian, Demi-Pension. Externat
.A eauE dti DalWs (pr& <1u I'Poit St. GOraud)
T"g,:G.. 8


l.at~u'eit du IAlliante Franqai.e
LE C'oli e Simon Bolivar jruit die Ia c.:.fdanc: .s ramiilas. 4fartl
y it.^are v;/ entints.
mt,,1, 'A. T ::, i:4vt',, .t ti. Jutilet i'(Compsitf.n tfrarn.se &a iE
sai.e dP .JIir- 1935 et Jin 1936). ,14I ett Coa':ouur. d,' Diction Frma
P lua .' 50 uck au ciia Exfar ia3 du Rart'!aurat (lCIre et 2~me iar-

iftonw. t- w' A


Au | ,--,--



BEKRLIJNR OF
(e rendezvous de tot Port-au-Prit e w Eut).
Lea Gourmaa y fiayaurat
la euisim aa plus diniatt
S et lP amatieurs y d4.uatent lours boiagonqs f,,vrites.


Slcialitie: HOTDOG MINUTE
B ER OALLJMADE
.L. 'a4 COCKTAIL


MASON


-- --- ---------- -- ------ -------


-


t/
........... i
r5 n^^ B^8
^H~fSK4'SHIEL (TO


rI*r


:Ad WWlMIRM .. "IN" I


MASONN DE CONFIANCE)

LA LIIBAiRIE LA MIEUX ASSORTIR

Papeitcie fetues Quwotdlens
156 A venue Trujillo- TI 2077.


A tec lan baise du ft an on ne dolt plus ae priver de Uivre


Charles Pli.ninr: FaiMa Passepors (Prix G.utcourt) ....... .... G. ti
R. Vincent: Campaufre (Pris Finmin) ...-......-........... -'1.0
J. Rogissart: Mervzar (Prix Renandot) ................. ....... 3.
R. RoussoeI Lat Vail, san pri. Tmnps (Prix Intertllfi) ...... 3.00
A. Tardieu: I Le Sou erain captif ........ .. .............. .. 2 .4
A. Ta-dieu: II La- "ic.siaun uticmentailre ............... ... 3,40
Manrras: L. s Varg-er sur la m ........,...................... 3.
.Maurras: Mes id'es rpoiftiques.......-. ............... ....... 3.00
Malira s: En-qumte Ar 'a mom -chie ..--.....-..--.. -.... .-- ...... -
Idon Blum: Du Mariage ......................... ............. ... 3Mt
LIon Daidet: La tragi'ue existence de Victor Hugo ........ 8.WO
C. Farr-re: Visite aux Espagnc's ........................... ...... 10
M. Bedel: Monsieur U'dr r.......... .......... ... ........- 2.0
, BTur.at-P:rovins: Ic Livre pour tol ................. .......
Stendhal: Doe Amnor .......... .... ....... .......... 2.40
N. SNv"tr: Fantimte, de V iupt..............-......***. .*.. 8.00
.. ".n e F n c *. .. ..... 8.00
I tringr te C fl- ane. ... .............. ....... .. ... ....
Myslrre Cl :ulel ...... ..,.. ..- .*
L Ftleur du Mal ............ ........-... 3.
E Lit Conju r ga .......................................... 3.i
L'appel du Da ir ......... ............... ... s00
Lu Ideau 0u ... .... ......... ... ......................
L'm p ure A- -.i etc... ............. .. .. ... ... 3,00
Dean e's Vixnes Ros: Dlevieks on ch't .................. 0
Ph. nartinon: Commw : o ont par:i en frait-;ai ............. ....... 4.i
i'rivar: Prtvisions pour 19S8............. ................. .....
'RIX GONCOI.RT I AUiX PASSPORTS ....... ........ Q. .ti
;A TARDtIEU: IA P'OFESSION PARLEME;i NTAIRH ........ 33A
CAMERLYSN'IK Ah thode a irtage de-s trnana ert. Iul apprlfdt!
I irmatsC :
msPour le peti; s ...... ... ... .. .
iit'i Anne ,e franseai. .............. ........ 4.2)
'' 2-ntre Ann&-' te franlgis .................... 4A*
A- pays de PF asce .................. ....... 4
Ptriaans fr'a is (The es.sentials of. .......
i'rnch cozvcrsa:tilon .................. 2t.4
ALMt ANACH 'VEl.,O.......... ........ irr.ih6 3.00
AL~ LNACH! V iR O' .......... ................ rlU6 5,tI
ALMANACH ITACHEi r' ....................... ehll6 21S
ALMAINNAM IL ITAC"H E ,,,....,I we,.. W '29173 ~B


r
r


i














i


''


t


}


Nouvelle


I