<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03242
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: January 25, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03242

Full Text


PAGI

`6 t, PLUS ANVIcU I

QUOTIDIEN DEA.IT i

.... ......... ... (


e


QUOflDIEN FONDS Si M.
vr~ri nm O D m


2EB*7S~ U. uauvfre


:I.; -d 1 tiA^'ilfc"M O%--I_ t- -4.6M..


42ame. ANNEE


PORT-AUCPIURCfA. MAIT1


MARDI 25 JANV ElR 1938


No. 14.87r.


-- -; ( .. YV* -: 1F -.


A RECEPTION DES COGB SSISTIES


AilERICAIIS AU PIALIS NBITIONIL


Ainsi que nous 'avons dit dans
notre edition d'hier le, d6l6guis au
Congrs Panambirienin de Medeti-
no ont 4t6 reuts hier au Palais Na-
tional par Son Excellence le Pr&-
sadent de la R6publque. Et de trees
bees paroles ont marquis cette bre-
ve cirmonie de fraternit interr-
niricaine Aux disecurs si hten
tournds du Dr. InclAn Prisident di:
FAssociation Panamiricaine de M -
dcin.e t du Dr. Eller, Directeur
G~irral de In Pan-Amirican M-
dieal Assoiation, S. E. St6nio Vin-
cent en terms eleves cxprima Its
sentiments du people haitien, so:
attachment a lidtal de Paix dant
ee Continent se fait 'irr&iuctib~ k
champion .
En attendant que n:us pubilions
eeli du Dr. Eler, void les discourse
qui ont iti changes ontre Ie Dr,
nlbct, une de ces personalities ob-
coratives de notre Am&rique et Son
ExcelUnee le Prsildent de ia Re-
publique.

DISCOURSE DU DR INCLAN


8, EscelleneeQPrtsidentec
Qtnit Vinrpn\t '


Honorable S.Presiderte:

L-- Asoeiacion Medical Pan Ami:-
ricana que me honor en Presidir,
envia a Ud. por mi conduct. la
epresion de su agradecimiento p a
las atenciones de que es objeto y
au saludo cordial y rtspetuoso al
jefe de la nation quo nos recibe.
Have solamente dos dins, que
finalzaron en la Habana las labo-
res cientificas del VII Congreso Ml-
dico Pan Amoricano. De su impor-
tncia podreis d*ee-cuenta por los
programs quo os present. A aI~
discusiones de-los mas important
y trascendontales problema medi-
cos, han contribuido on contingen-
te numeresisimo de medicos repre-
sentando los paises de America.
-.Ztre ellos numerosos hombre;f
eumbres de la medicine del nuevo
cnttnento.
Haiti, turo en el S.'no de este
o1ngreso la valiosa y a~tiva reprc-
sentacion do n o de o vaestros mas
istinguidos profesioraies, el Dr.
L4risson. Su competencia cient.-
fca y sit cautivadora personalidua
dio especial realke a la digna defl-
galion de vuestro pais en nuestro
Congreo.
A traves de el, se han hecho mas
estrechos. y maas fires io, vinclu-
leo de afecto y companeetracion aet.
tre los medicos de Haiti y sus cole. I
9aade America y muy espeiialmen-
to lot de Cuba, mi patria, que tan.
to agrid0ce la gentileza de tan bri!-
ante delegation.
Lu Asociacion Medica Pan Ame-
rican, se honra con esta visit:: A
vuestro cautivador pais y saluctw
en v'M al cuerpo medico, a las au
toridades, y al pueblo die la Rep-
hlienf do Haiti.

TRADUOTION:
Ex~llence:
L'Aasociation iMkitccle Pan-Am6-
ricaine que j'ai 'honncrur de presi.
der, talent I votus expriner touted si
gratitude pour te. diiicates attfn-
tions dent elle a 6t6 I'objet de vv- i
t* Part, Ello predente ;.Oe plus ra;-
peetUux hommagea au Chef de la
Nation qul nous reCoit ai aimabl--
met, I] y a seulemen: doux jotur
Que.t s el6turaicnt A la Inavane let i


travaux scientifiques du 7emre. Cur,-
grs MEdical Pan-Amntrikain. So
importance s'est marAfest6a par
It programme qui fut suivi et par
la discussion des plus important.
et transcendentales questions m6-
dicales A laquelle a pria part un
group extremement int6ressant de
nmIdecins D66gu6s des diff6rents
pays de 1'Amirique. Parmi eux se
trouvalent de nombreuses person-
naiit6s 6minentes de notre coati-
ucntt.
Haiti a, au course des sessions au
ce congrrs grAce A la valour et a
activityt de ]'tin de sea plus dis-
tingusa professionnels, grAce A u
competence scientifique et A la syrm-
l:lahique personnalitt du Docteur
Camille Lh6risson,grav ement cor-
tribu6 A la dignity de sa reprtser-
tntion c congrYs. Pfa' son inter-
m6diaire, se asnt renforc6es lee re.
nations .troites et la coop6ratiun
entire ies m6decins Haitiern et leur.i
Collugues d'Am-rique et plus pa:-
ticaliUrement ceux de Cuba, ma
Patrie, qui de faon unianime, a
rendu homage A la correction de
ce brilliant D616gu6.
L'Association Pan-Axnricalte
;e MWdecine s'honore de sa visite
A votre charmant pays ot sahte on
vous, ie corps medical, le Gouve:-
-rement et le Peuple Haitiean


RESPONSE DUi PRESIDENT
DE LA REPUBLIQUE

Messieurs,


C'est un vrai plainsr pour e Pr&-
sident de la R4publique d'accuei-
lir dans cette mason les reprbsen-
tants de i'Association m6dicale Pa-
nambricaine et de leur souhait*r.
la bienvenue parmi nous.
Le Gouvernement haitien atta-
che un trds grand prix A votre al-
niable visit, parce qu'll en saiit.
parfaitement le veritable esprit
autant qu'il en appr6cie la haute
porte. II vous remeicie d'avo'r
pense, apres les fatigues de Fim-
portant congress que vous venez (c
tenir A la Havane, A vous arreter
pendant quelques heures dans 'a
Capital de ce pays.
Votre pr6senee parmi nous a U .t
rtconfortante signification qti n'e-
chappe pas A ceux qui suivent, anf
milieu de la panique uiniverselle, le
progr&s des idWes et P'volution qui
aopere, lentement mai asQrement,
dans les mcours internationales dt
ce Continent.
Si, dans lea grande Couf6rew -
ces p6riodiqus deas Etats die eot hd-
misph&rc, ltes D4igu6 offidcels dea
Gouverneinents travaillent A 6ti-
blir, sur une base de paix et de
justice, lea meilleurea relations
possibles entire les peoples du Nuu-
vau Monde, ce aont des inltiatlive
common la v6tro qui vl*etmat fourth
fier ces relations, les xendre duat
blCs et permanente, par une coo-
p6ration n6cessaire d"s cultures et
des activists nationals au bhndfiec
de 1'Humanit6 tout entire. A la
fraternity et l'Ut'wtA mediealMe
que vous pouraulvez aec tant
d'enthousiasme, ouvr'4.t ai l tde
pluh larger horizons A vfs effort
pour la conservation erL l'amblora-
tion' de la vie' humaine, vont pr6-
Lablement Waajouter d autros dti.
marches de meme nature et pour
lea' mimes tinsa evie. intbresaaarit
d'autrea groupements profession*
nels inotramnriealtns. Et e' t air,-
si que s'accomplira de plus en plus


LE DR C. LHERISSON
ELU A L'UNANIMITE Vi:
PRESIDENT DE LA SOCGEV;
PANAMERICAINSE XI
MEDICINE

Trsos motions votes A l'Unandanitt&.

La DOflation Haltierne a reiu 1
f6licltations publnques
du Congrk


Le sucees de notre dt6gu4 au
Congrks Panam6ricai, de M6de&r'-
ne a 6t6 complete. Nous nous ei r6-
jouissons d'autant que nous fdtme:-
les premiers, A la vePtie de soo d4,-
part, h tnumnrer, aux yeux du
grand public, sea titreos de nobles
Ssc devant lui assurer la consid-rna-
tion et .'estime de tous. C'eat A
just tietre qu'il eput ,ent re irt,
car il a portA son pays si l'on ouc:
dire au tableau d'honneur de laa I-
tinit. Lea appreciations flatie u-
ses du Docteur Trong.,, d6lgu do
'Argentine nous comblent Jinfr
meant. C'est lui qul qualifia d'e,.
client le substantive travail du d-'-
16gu6 haitien.
Le succs de notre collaborateur
Lhrisson ne s'et pas confint uni-
quement dans le domaine de la s.
decline. Avec tue aisance admire.
ble i s'est cxprimr indifftrem-
ment en francais, en anglais et en
espagnol. Et c'est en raisin de s~s
connaissancfs varies, de sA ct-.
ture peu commune et profonde
qu'il futt 9u A 'unarlnmite Vice-
-PI sekt do a. s eeik PBeanmt-
caine de Mtdedine. Tros nmtsions'
qu'il a pr&ent&es furent ausi ve-
tees par l'AssemnbIde A I'unanimi-
t-. A l'issue des travaux, il reut
les felicitations publiques du Con-
gres.
Nous felicitons a notre tour n- I
tre ami Lherisson d-a sa fructuecu-
se participation A cet important
Congrts de Mddecine Interamri-
cain.


TRAVAUX D'AMENAGEMENTI

Les travaux d'amtnagement des
Rues Macajou et des Pucelles se
eont poursuivis par la pose tl
iouveaux drains A la rue Rouitla


sur une longueur de 63 m., la cons.
traction de 9gueules de loupa et de
regards d'tgout.
Cees travaux ont connu, C e
jours derniers, un temps d'arret a-
fin de provider i4 quelques expro
priations.


'intorp6n6tratUon do nos peupi*s
dana un lovable besoin de mieux
se connaitre pour pouvoir mieux
s'estimor et pour pouvoir 'airmrr
davantage. Par consequent, aa
terme de vos Croisibrea et de v-s
Congris flottants, c'est une idWe de
paix et de fraterniti internationa-
les, c'est, on definitive, une gvrarde
ide d'Amour qui apparatt et qul
s'associe, de la mlniare la plub
hetrease, t toutes votes nobles pr-.-
occupations de d-veloppement
scientifique et profocsionnel.
Le Gouvernanmnt haition li,
I'eut doac qu'applaudir an aucct4
de votro brillants organrJm lio et
souhafter sincrement qu'e~te co.t
tinue A affirmer sa vitality pour of
plus grand blen de notmr humanJit
interam&ricaine et auasi du rste
du.monde, haturellkment appelb &
b n&ficier de vos travaux d6 ant
rei&a,
Cost.O dans 4C:s 8entimfentt e'
dans ces Id&es que je kve man ve-.
re A I'Aasociation mdicalse pa.-
am6rieaine.


PROPOS ET

FAIf DIVER:

AU PALAIS NATIONAL

La reception dhier au Palais
duri trent C mltiilteC.
.Ont arle mat Palait: le Dr Ine
lan, Pr6sident de la &Socr6t pan
am6ricain- de me r eciae, a parlk at
enoza des mldecitLs de a-ngue Cea
g .ole doe PAssociatiou, le Dr Eloer
Directeur G(nral de lI'Associatirtn
au .nom dede mdecins des Etat:s
Unij, le Dr Arce, au miom du Gou
vernement Argentin, et a invite l
Gouvernement au Congres de Bue-
nos-Ay-es en 1941, tle Dr. Vailliar.
tourt, professeur d'Universit
Laval du Canada, au nom de la S',-
ciitt royale de Chirurgie d'Angle-
terre et des medecins de son pays.
Ils ont par]d des mrtmoires et de;
resolutions du d6l6gu6 d'Haiti: qui
ont Wt6 adtpt(,, I1 ont lout le Dr
C. Lh6risson qui a it6 FMlu f l Una-
nimitt Vice-Prasident de la Socit-
tu parnamzricane e d medecine.
Le President Vincent a rtpondui
ct a remercif ces Messieurs de leur


visit.
Du champagne a 6t6
exception cordiale.


offer. R6-


AU CONGRESS DE LA HAVANE

Voici lka retoiutions prtsentmes
A la sance dc clotur-u du Congri
par le Dr C. Lh6tisso- :
1) La creation d'unc Acad4mie
rieaamr-icain& d mrneecifte,
2) La fusion des sctions de pa-
raisitologic ct de m&iecine tropica-
k*,
:-) La crd.6tion d'un Comit6 eu
liaison entire les diffsenifte facul-
t-is de m6dccine de 1'Amtrique.
Parmi ces docteurs ;ui out par-
16 au Palati-, ii y en a un qui qt
multi minlionnaire. 11 eut un grand
Homme de science.

C'st sbur la proposition du Dr
Trustee, des Etats-Unis, grand
chirurgion, que le Dr ". Lh4riscen
f et' nomm& Vice-Pr :iddent de la
Soci6t6 panamEricaine de m6dec-
ie, au millea des applaudiasemenrts
de ces centaines de docteurs.


A THORLANDE


Voici les docteurs qui out park!
a la reception de Thoriande: le Dl
Haggard, PrIsident de la SoeI~at
amrticaine de mrndcine, granm
Chirurgien, le Dr C. Jackson, .k
Philadelphie, le Dr Bereoviete, pro~
fesseur aux Etat-Unis, le TDr
Frank, dlircctetr du Service de n
publicity do 'Assortiton, le Dr
Lowsley, profLsseur aux Etat.1-
Unis,
La R4ccption de ThorlaMdo a dt,5
brillante. LeP h6tes cn ont, eux
memes, rendu honmmtgeo



VOU EU BILE
DE VOTRE FOIE-
$M w omMe-et wous sautemz do
Hit I matin "gonfl i bloc"
el strh t qt1 fle ri ",'etw c io er gn 11ile
dn bile drir rhlltttln Yi ret. hbile rrve ',r**
to% UJJwmnwEk RI r'k r < ..il nt I''U. Ua tin utrd-
WNt Yamus OrgaU i,.n' lfll's mImit*t Rnt
ti VotY,. B en r* iat''. a't "-m oi~oiirnc. Y ;
Ow- Slt. G bSu. VOIL vos.3fr b' i e li t;
IpsS Jtsf'onu 4wm pl.-iileir Un tro loo
t"J'Otkohy'JF- rav In1 'CT1A1*0c- Sf" he
'ScTKIU &ey Srlb r a
l tthp 9nl Toto irMdttre d'apvl"ri. Vf h
tatr lu'o, tinn.ltle ti ur falr "uwa. 1*
Wi6. .'Ir li, P[Mtr.a, Pflm,. C!krtqrn yW
l6 toiq, .uiiJhrfm j<


E. HAKIMI.
Distabutemn


Lire non tuformations en 2e,
So et 6'pjmes.


3eI.


f*


t-
l,


PrqlWPN dte, Mkdec? itc ocitae


LA CLINIQUE

MEDICAL
ET LA MENTALITE DE1
MASSES ERURtALES IHAITI (1)

Par le Dr. Morice a 41.

(voir Ie no, d'h-cr)


A lppareil Cardio-Vasculair'-
e o.es artZres sont soup' s. 11 n'e~'-
to pLa de battement sus-sternal ai,
a rose aortique. Lee pouls bien
SrythmP bat 86 puNaticns hA lIa mi
I nute, 11 est 6gal et ynchrone a
I droite et A gauche. On 'ocalis le
choc apexien au 5ame. space in-
tercostal ::r la 'ine mane onn,-
re. Le rythme cardiaque est no'-
rmal, de meme que Iint unit& des
bruits A tous les foyers. L'aire dfe
rmait6 a (c.n-'rv- ses limits ordi-
nair-s Pa.s de eo'ufle au foyer ao:-
tiquen ni a foyer pulnonaire. Ten-
; ;:rt;ritle- an eBaumnnomfter))
anmricain: Mx 11 X Mon 6.
1 n'y a pas de modification de !I
voiNix a apparel reqpiratoire.
La fnorit polnurnaire etd bon-
ne et le murmure vesietlaire est
normal a tous les niveaux.- Re3-
piration 18 t 20 & la minute:
Apr;: Urinairo: Les urine
sint de couleur et d'abondarlee no -
Stmles. L,'an'yvse n <'y dicile rie't
d'in t6re.sant.
Le systnme nerveux est inder.
ne. Le pupiies sont Egal~ s et rta-
gissent bien it la lumiere. Nous nc
trouvcns: aucun trouble mental et
SmalEgr t'intuidiude empreinte sur
S ton ias:tge, notre malade east as-
sez ca'mn,' et dort bien la nuit
Temperature normal.
Examneus de Laboratoire.
Kahn ........... ........ N gatif
Malaria ......... ...... N..Ngatif
R3atibras fea!es... N6gatives pour
aufs de vert et parasites.
Numratnion des globules blane
16.600.
Numeration des globules rottgs
3.010.000.
1 n, nouw nfanque pour tire
complete qu'un examen oesophages-
copique et radiologique. Cet exa-
men n'a pas et faith, parce qUe,
jusqu'a *a date ou un signed imp,;-
viu et r6velateur de lesions grave-s
a fait son apparition pour prova-
quer rapid ment la mort, la lint-
quo a sembl u nous suffire, come
on le verra tout bt rhtre, pour
nous fair une opinion.
Tel 6tait le tableau 'inique pr-
sent6 par notre paysan le jour dc
wan admission. L asymrptome do-
minant tait,, en some, cette va-
gue sensation de brfilure oeoph -
gienne et gastriqjtc sur enue bru,
quement apris un repa. bien as-
Adstonm6 d prlit.t paissons an squte
lette inoPl':t';: de- ptis ~t riz, sui-
vi d('h'i:c.:;;.n d'a;cl. et perqus
surto;it A rintgcstion des ailments
solides, suan douteur Ri vomisse-
taiWii chez an adulie rt 5i5 ana, al-
eollqw:, sa9s passt dtgtstif char-
b.. sans aucune anomalle cardio-
/sctulaire ni nervcu, sans aucun
troutleo neufa.!, n'rnyant pao de gan-
glions sre.s.rlar-icujair;.,i hypertro-
phtis (Ganglions de Toisler). ni
axillaires, avne un 6ital gXndral ro-
lat.ivnm nt ban, une temp6ratura
normal.
II taut cnrvenir qu'd y avail iJ
bien pen de rnatiere sur 'aqufl'a
6tayer on dIagnostic. Toutefo i
nous avonA esnaye d'en avoir un
et pour cela nous avons tIiscut,.


(voir suite m 2, page)


-- r 4 ~ ~*


Arkl# -i&. rAh:'-40


~1.~~~6aaa~,wes;?w~a~.**~tp~.l~~~~!.~


1





PA G(E : -... ...... ..-....t. -- ^ '' -- .. --...--- ... -- E NOUVELfISTt


L A C L IN I Q IU E M~ D IC A L E

(Suite),


DIabord s'agissait-i v'raiment
d'un empoisonnement, come It
croyait notre maladet On s;it ctue
ce sent les aides sulfurique, azo-
tique, chlorhydrique, phinique, ace.
tique, les solutions tie potasse, de
soude, d'anmoniaque, de sublimr
corrosif qui causent des brUlure-
dans les premieres voies dige di-
ves. Ils sent avalt~ soit votonta-
rement dans Ie but d'un suleit:.
soit aceidentellement, par minitr-
de, croyant ingrrer une boisson po-
table. Dans les deux cas on noti
des brutilres aux levres, It la boa-
che, ta oesophage et ih Pestomrnc,
suivies d'tuleirations causant un
etat pitoyable, de la dyispharie dou-
loureuse atroce, empchant toute
alimentation. de la sialorrh6e. de,
rejects incessants de sieretions san-
guinolentes ou nagent des lant-
beaux de muqueus-, tous signes tifu
a'existent pas dans notre observ.-
tron. t .. ,
Pouvions-nous en% isapyr unv e losti)
due a la penetration d.mn corpe,- ,-
tranger dans foesoph .e, cumnat
par example un corps a surface ir-
reguliere parsemle d'asp6rites c;i-
pables d'eroder les muquetuses. e:
de les dechirer, tels qut'une ar&e*
de poison, une esquille osse-s.:
une petite piece dentaire tOu en.
re une concassure de b(outeille pti;
verise., etc... ien que notre mala
de ait prctendu a oir senti 'nui 'tv-
dents pendani sun diner quelq *
chose de dur qu'il arail r-,al ~~ i;-
contrble, nous nt'avri pa. ttn 't
compete de ce- renceitnernent. p:ar-
ce que les trouble's caut- ipar ;
corps strangers i'un rtert;iln i-
me sont l'etuffcenrrtt. : ubui",:,
f'angoisse, en un mot ti-e m:tnif'-e-
tations plutot dramoaticque an.
course desquelles le suJet ese leIe.
porte la main son c't, s'enfontn e


le i'oigt dana le gosier.et se livre i
dee. efforts de vomissemeants. Or
natre paysans n'a ria .pr6tant4 de
Lout cela. Aprs avoir dgluti eet-
te matiere dure qu'il we rappele a.
voir broyd sous ses, agents et de&
glutiie dans une bouchee de pois-
sons, il a eontinu a manger pa'-
siblement at de bon ap'petit. D'ait-
Ittvrs si ce torpa .tait tellement'
dur et comprenait tne arete vi'.-,
nous ne voyons pas pourquoi ii tno
Ss serait past blessed les geneives crn
te broyant, et pourquoi surtout il nt
S'aurait pas rejeti. Quai qu'il cn
soil. il ne faut pas oublier qu'un
tcrps stranger de petites dimen-
siotns peut bien trav.-rser tl cn-
dult oesopharien, tetbesser mrnme
Sans causer de troubles imm6diat;.
Vais t de la a s'arrteer a une tnt :.t
the dei crime, il y a loin. Nous crm
yons qu'il est logique d'y renon-
cer. car la pretendue Nictime nous
a avoue n'avoir eu avec la femnme
accuse aucune relation de nature
Fpeciale. non plus de querelle, .
moins; de compliquer le eas et d'i-
nma-incr une histoire de Bocor ou
de Hougan, tetle qu'tn en raconti
.smuvent et qu'il en existed dans n-;
campagnes et meme darts nos vil-
les. --
Nous avons aussi renonc6 au\
affections mlndiastinales, tells q Ie
cancTr oe'--'.hanien, mEdiastMinite
ahets (es.sifluent, aortite, bien que
celle-ci provoqiue par irritation dtu
>y.nr vago-sympathique p#ri-
S;i't,:ritv des sensations rktro-ste.'-
.naf -es des plus vari6e depuis tel,
Ie de hbule jttsqu'a celle de gene itn
I ,h.fini--: ii:, et mmen e quelquefor.
Sti' :1 v,.ie'. come chez un de ntt-
rrma!ades droni la vision aortique ac
r'npaniee de purosk- par exit :
:icn du pnenumogastritue, nerf .ti..
cr!toire, a ete confirmed par la Ra-
i it."rapt h ie, ..
NournU'- nous s-;mm es pas attac-
dc& A ce>;r irladies, pace qcue nos.
navons pns/t rouv* chez notre tma
|lhde Ies'-tnes qui les earactt&h


sent, paub mme ceux de 'aortite ce-'
pendant si fr quente dcans notre
.miieu. De ceUe-ci, it ayvait:la g n
a a diglutition, mal, la dyspu,'e
d'effort. .ies .palpitations .inun-
qgaient, ainsi que le souffle systo-
lique aortique. II restait Ia'nnvrv-
me de Paorte. Cependant ce dis;-
gnostic ion plus jne d.e' ait Ctre pn "-
ti, faute de signed conmme Ia rS-
gurffitation. Paugn-'nlation tie
Eaire de matite awrtique, L'i-
hnigaliti o !'asynchrrnisme dtes
pouis radiaux et lcs moditi
nationss de la voix, a moins d'en-
vi.saer nm antvrisme latent corm-
me, il s'en troupe cqelquefois sans
manifestation clinique. mais oni in
radiographic seul'e onu 'autopsit,
permet le diagnostic. Malheureuae-
ment -ous n'aoins pas e u 'avan-
tagee de vraSlqucv un examen rat-
diologfque du m&diastin.,
D'apris noams, Ia sel4e hypoth -
se soutenable cliniquement, avec
celle d'an&vrisme latent que no u
n'avons pn carter et qui est reve-
nue sur Ie tapis que'ques jours
plus lard, e'tait eelle d'une oeso:-
phagite avec gastrite due a I'assft-
sonnement excessif du alat de P-.
quettes, assai.sonnement auquel ii
fatlait ajouter l'irritation des ,mu
queuses digestive oar le passa-g,
d'aTiments insuffisamment mast'
ques. (rappelons-nons la houch-.
tdentfe de notre malade) it au.,-
Si 'ah.cintihi intGr: en dernier tie.
('ette hypohese nous -rmnhl:ait d'au
tant plts vraisembr}abhe ue notri,
p.Iyn-.n, grand alcoolique, avail td,-
jh ses muqueuses digestives enr
flamnmees.
En conw&dquence. notre mnldi- I.
tion eonsista en une rarg'atin niu
sufate de ;:::'n- :.., en 'Padmin:.
tration d'une p&tion ,atcdline et un.
dikte tmini-iguide.


..i ......... ( -. -- i- )

LE.S PNE.LS ET BiTIlR..,
,' { t'~~~411a a I.'% I


1i SAVOY"

(2 1AFI-RESTAU RANT


Deirand1ez a v 1:. ali.M pt
its vous confircatront i','e ,
Snul part i't ort- tu-Prinlt T
on peut mient !. lingcr' et

r apprli6ier les iuaLnes C i;:n-
s:onl:lltion ll ji'.aitl A- I
VOY>, situ& .L Champ-

de-Mars

.. ---. .-: ----


Si vous dAinr: (h eOn v. vi-

sitez ie

BAZAU N VTLONAIn>


qui vient de rP. v',oilr jPut

dernier bateau fIr(ncti.- :

v'in^ t'tl'U-e 1' blia,:u

Sal~lordeu SuperiO4ur

\ n on; ttt uo' i '.a





AV\S MEIA' .\J.


C tH ;iti e di Dl Al N
-iHARLIER, cv ":^- case-n-.. :


Co~ru-rnitatsnsz:


'.1(0
9 IN .41tL.


MARVEL

Deiiandsd a votre cdnAowll.j
MARfVEI. A

Ca produit change la "oulf
vote chaussure selon ;i robs q
vous porteL ou selon itrea Cao
me: 'Touits los coiletrs y Coai
or el irgelnt.
II ne eraque e pas et laise u ~
magnifique, indidltile rnais eag
re, ii rend le soulier i1l:: n ue si
etait fuLigu6.
Demandez IAr.VELA At vw
vous habilUcre avcz eiCltagea
Iharmoni' sanE :,voir ) drpe a
pour 10 padres de chaasures,
Une seule bonne paire vous ~.
fit, grace a. MARVELA.
En vente partout.

HYPPOLITE JEUDY

Distributicr:



SMachine i rire Remingte
Machine a ealculer Dalton
Rubans, paper carbon

G GII4


MANAGEMENTT D' DRESS
Ci)LLEGE POLYMATIQUE

tFondr en Octobre 1934
D)irciieur: Marcel l;obin, ar,
Administrateur: Georges D tl,
Praefet: J. Francois (Geeaus
'1'ransft i I Ia Rue Cte hA-i4
Jii-rlon, No, I L aj, an, -r T Ig6Aw



Tsat2ihorl 2715.
'roni'. gratuits dP Daetyw.p
Il.;ipo, .; ,.- aix i ltve- en rigle,
I Distiphline Travail Emtitae


En corie 11 iNouivean Piieu


G(OO DIYE A


source n. .,:-- 's ba, a: i i r'rt
pri-x .C. z.i "ut F.ill r0t .' r ; ', A.
.. LOO EAR i :'" a





1}p:ls gvro-, pus epa pie ,ie,
K-|a t }e i 't;^, ri-^*.\ 25 ,-"t .. ..
de :t-critrLr he faite our 1- ;i':-
nieurs GOODYEAR >,'r tr,,vr
un pnea i portwe dtc to.rteu Vls


4hursea et ufrant tultts
garattite.


THE NEW

RLa


Seuls Distributeurs pour Hait: ....

MALLT RANCHIi GENTII. BOATT & 4'


Devenez votre propre Crnptable en ouavrrnt un
C.-' rte de Chque Oi 1a Banque Nationale de 1
R~publique d'Haiti


.... ....... ....r..... :q IR.I^^....>^ ^w SSS


M faW A

IV 1 -4 a ti,



5 Yj
^^lflhh^~l o t !^^ ^ P ~ f ..^-


(r~~, IC fe


et toteiAo dcuAar2
S3OLACPEMENT MT DIAiT 5.4NS ACTION
NL,'itBLS 5UR L'ES7TOM ~C PAR


ASCt II H B.
2 a 6 COMPFmt-ts PAR JoyR
S, LABORATOIR-S O.ROLLAND LYON. Fraece
iD iou it .pa "i CL eO '


'1ASC(ENI;N I t -:m-.lent infdiq u tians hI ;I LUDISMU .
Enregistri. Labo t ,r,t:,,ir Ii d. C:ntrie des Aledicametri'*..-
auso-t'le No. N 2o -r..
En rvete''trn toute0s hos brul harmaries. au prix i.
Gde; 0:10 I ~achet.


Port&n u-Prnce. ilaitl


..i!. .. ...... ... -, .. .. :, -- .." ........, .. .
Ill OW


I~~~~~ *~c~9S:


''


'will'
~I


11I diaTi ~-~sLn~lli ~m ~8uns~r~i~


0


L


ill .....


to




YI 4k Ia-wNA A f*


*l si. t tCfOm


:t~~zZ-r ~ -nfl' t4' '


. .

pp, -j


$ECURITE COMMODITt
lI est irprudzi d.; garder 6 Ia mason,
o leF feu et le , do* domrnm:qs rrepTirables os polices
d'otsurances, hypothteqAes, titre, con-
trats et outr o-; documemi precieux. Un
coffret de sore 6 E I.f Banque Royal.e
coOte pea i" 4'"a touu tie+ d'inquikude.
LA
BANQUET ROYALE
SDU CANADA

.*ar -; -~--T r a


. de Matteis


'Aaft
Ar--IM
AN
1w ldk
so
oz %ou


AmCwbe. t kk "tasabaa 4 et.^Sa
V t LAI1Ltt b iE CARET, VIlIS.t 0&14 k
ithWEbS PRECIEU &-VISILAs
\ ,,. 1 URMONNAIEDEW LBJ MS
A Db a b kill AJBSDLUMN ?TAYfl
iANDlB LIgUIDATIt LBt LVNETTBR IT VBF#F*
are t Verre de tousn a
Mntures a ien nike inoxaidsle .
erres uLaies a prtix de de $ LOO a POtr
A.t rwa 4 flof daurera Jusqta 16i Novemb4Ae hS#
A. DR MATTRIS& Co


COLLEGE tOL YMA THIQUE
-- A~-ONDE EN OCTOBRE 1934
INTERNA L-LXT LfH AT
Avenue residentt Trujil:, No. 209, Tilphone 7i1
irecteur : Marcel Robin.
ERueSgnzment Pri'aaire et econdaire
'Cette an6e;: de la classes entantina (12ame) la S m Thurs ve
meant. ours graduis de StinogiaiTe, Dactyiographie, etc, parU
k' la' 9me sans pavement suppd~ netMre.
'Pout toU renseignements, tadraaser au szig d e 1'6tabiah mlass
'tt t 8 H. et midi ou do 2 H. k 5 H, P. M


rmnrr~rrrurvr
-J


.d
J
m ------ -


i1S' DEUX "COPAIS
c DiS,-- mor,. .'eux, je ne
atis pas venu hitil
Je suis nardminable,, vo-
yonsi Te sourivts-tu du
June hoioristc Edouard v.
Ifnjanin? J'ai 4t6 cidz lui hiel
suir.
uiratlile helle sumir, fnon DtiMu
j'ai passe et quel charmant gar-
gon ce type-Ia! Ii von. Fert de 'a
t sut l rtine: c'est 'Ie la tuari
i t-T -.'F iiull'l'.L'
tl faut I'enieo!.rager, car ; a
.u de pareille dans de' graiid.p ti
fes de Pa,'is,
I'e pret ,isc,; a r.4 .'en parkzl
plus. Mais, e: ornmmn~ ii a tou:
sortes die IiquE'n.rs. II l' anisertti
Ie peppermint, 'a prunelle vanill-
It nec itar, etc, Vois-ie I plus to
possible si tu veus, prouver di h
belle prts.rntation, de Ia bone qua
i lit6, enfin toute uue gaiime de boi
Soft. 11 s'y conpait bion et se d-
goue pour ses aimables clients point
]a fin d'anrm,~u Elin, tour d'autri,-.
renseignements, vois SnmoR Vieux
Cepicerie du Centre, Mme. G. Rou
main et tant d'autres. Gela vaiu
bnie la nuine. Au revjih, Vieu 1


ATTE'aNTION! ATTENTION
L Alarnifacture Haitienne de ci
4arettes offre h sa nombreuse clien-
6ie, tan: de !a Promvice que de la
capital aux asatrurs de bone.
irv'--a @t de bon tabac une pi.
r de vingt cin dollars.
Elle tst constitute par des bu8ll
tins numnrct6s places dans lea po-
chettes de dgrattes cRoyal et Rex;
et portant Ia signature autogra
pphe des Directeurs.
i unears de Rx et Royal!


A LOUiR
La Vrandel:aw'n e M. aBle
S1on, situi e atre It Boi-Verna Pt
Turgea.
.Neuf Jpi:e. eCinq au re-de -
chaussabo t quatre i'i*ge'
Eau, ,Bassin piscin~, galerie cr-
culaire et double garage.
Shudre er a c6te, rt.uitrai.netlA
Jutin Duc:.llinr.

AUTOII0.YL E A VENDRE3
gVoiture Ford Cabriokt Mpd^lt:
SV-S. ern parfait itat (I fonctionne
' .ment, aWve 4 poeua nvufs et 2 d
rechange.
B'adresser ata E.r-t'u dn N~tu-
(veili:ate, chaque jour de 2 heuyrd
i 5 heures p. m. Phtnte No. 2h-32.


-Hygienique


Gazeuse-Godt


uperfin


rab iqu e wee solo


par


la


PG jiP


Trois qualitts


difftrentes


Gds 1. 5, 1,50 et 0.70 la douaaine


JUS DE RAISIN


COCA COLA

SODA


LLIHIiIS0 1 DOiICIIL ILL. 2CI2



Colgef" Sin On B v.r
esml~semaet Primralre et >-condai r
aelgeiane nt Classique et mnoeI:I tud c; ,- .
Pension, Demi-imnsion, Exlternal
Avenue aes Dailes (pr s du tit ,i, t, ,eln-,
TO. 3608
la'iceat de f'Alliaut Frriai#,tsit
Le College Simonm ihivar joiia d If iC ofian]ce te fat oiii's }in,
SS, rc vos enfants.
mens au Baccalaur.x:t de Juillet (rom: .'o 2 ;ii :i it Ex,
diso da Juin 19:;5 0 Join 193f) 914 f (f ,r-n r(if ti(tiron Pn.
Plus ae 50 sucecs aux Examens du BK',:Ea trent (Ie, t 2emt, pa


tica)


R1EVEL AT IONS E t-.EL
f~lL~St Mr VtAI sS rgfi uI:"~C :
rrrrn A L O .ririr ap. r rutf~:C: I
War- :f,4yr t
A 2RI
(AISEF,2S~
h',qurmn' -Lj,,ai.nna PAafl


SLe faith est incontestable


LE


S AR Ti


c'est ia quintessence -



meilleures varielts kde cannes

d'un vaste territoire


Sreunissant les meilers terroirs.

C'est ce qui faith son ar6me


SGOUTEZ ET CMPAREZ
.ufmhriU-rr~~BIU*~l~ ~ It .~jS,..4 'Elb~ 4 Hit~('' "- 4pHs~.gtb-F.m~: L a


"ud -- ..ser
En Veate Chez
DONN IOnHR
Rue du Centre.


i ivi r .. "



Ii* I BO 1S E
S,4 'f de CODVINE, TOLtU re EUCA LYPTOL
d ,OUT AORtiABtL -CONbsERVATION PARFAIT&
T#UX, RHUMES, BRONCHITIS, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DEs POUMONS i
PORrT..AU.tRINC. 14AII. r AE. PAtONC "P.


-3


i JA"
VAGM-6


7-


--- ---0- 1---- -- -- -- -



IKOLA OURONNE


1 eeonnue comme etant


..... fo w


OF -- ----------- ri I -b-


tc MMInwWO WV7*3 a r t fl#lYA -- I- g,--- at-14 1r.


Pure


1


~SL;t~e


am
ii Ym





!r~vt NO Y 314~h -


LE GRILLON T~ UPE

NUOS rapportions, dv iniiremtat.,
que le Dr. Georges N. W'olott, sp4.-
caiaiste en Entomologie Economi-
que, 4tait venu en notre pays dan.a
I'espoir d'6tudier tes conditions d.
vie du Grillon-Taupe. Ses recher-
ches, croyons-nous, out. 6t6 vaineki.
Les conditions 6cologiques d'H-ac.i
&trant absolument d favorables a
cet insecte ainsi qii'i ses para-si-
tea.
B1 eut, au course d'une confirenc
donxme & Damien, a opiner str s 'im-
portante question dit charangon an
Haiti. I1 pense que pour rtsoudr-
le problbme des travaax de sde.r-
tion doivent tre poursuivis sur :e
coton indigene. Cela dans le but
d'obtenir un type d'une maturation
precoce et qui produise ses gou.W-
ses en une seule 4poque, paree que,
ajoute-t-il e cotonnier indigene,
vivace, pr6sente sur les types an-
nuels la superioritit de paraitre im-
munisi centre lea attaques de ht
chenille rose et qu'il est impos i-
ble de combattre, a a fois, le eh.-
ran;on et la chenille rose. 11 L,
command~ toutefois, iextirper es,
de brfler tous lea cotonniers d ,-
r6gions infetests et d'y abandon '
ner cette.culture pendant un an au
moins,


RECTIFICATION

Contrairement i ce qui est ret-
t6 dana notre entretilot d'hier, M.
Edouard G, Nelson n'a pas Qt co.rn
missionn6 archivist au Srvice d-:
Statjitiques au Dtpartement .t'
'Agriculture Ii est rnutat nom":.
soai-Chef de Service.


-----.- ----

A LA RUE OSWALD DURAND

L'empierrement et ie cylincirag,
du carrefour de la Rue St-tlonor{
A la Rue de la Revolution sent -t-
chev6s h la rue Oswald Durani.
l,'asphtaltage sur la parties empier-
r6e couvre actuellement pres '.te
4000 m2. Le nivellement des trot-
toir.w a t5 e x6cutA sur 825 metre-s.


NOY A I)

On a trouvt,, -ur la Sa;vatinc, A.1u
Cayes, Ie ctaavr tftun iNcOnu.
On eroit qu'il s'Oet norw i la me .



LA ROUTE LOS P'OSOS-
CERCA-LA-SO RC E

Le sent.ier Lo,-Pvaos-Certca l
Source a 1t6 rendu vditurable ant
une longueur de S k. 600

^ I .-.- ^

AUX CAYES
M. Camille Boncy, Supervi...:ur
du S. N. E. R. a rempiac6, atix C-
yes, M. Toussaint transf6r6 aux
'Gonlaives.

Notre cunfrire tLa Gartde esti-
mnc qut- plus de 2000 Itsacs de ca"
ont ek6 expedieih. Notre confr&:,'
croit que c'ue;t un ftTot du derni.'
dkcret-loi r&Iuisant de 1- centim'
.-Ar taxes stur le cafI.



11N CONCERT ORIGINAL,
SE PREPARE
Encourage par le vlf ,ucees ne
son premier concert spirituel don-
ni A a chapelle du Pensionnat Ste.
SRose de Lima, le Professeur Ja+-
gerhuber en offre un second d'iun
nouveau genre, avec le concours ki
SMadame Fussmann, nee Mathon.
du Maestro Miot t tdes elbves de sa
liRute Ecole de Masque. Le pro-c
gramme coniporte une pratie tr'i
original: Chants allemtands, com
tea et chansons cr6ales barfl nsris
Ce grand concert aura lieu le 5
fvrier prochain. au profit de l'Oea-
v" da- _. colonies de vacan esi
4tm-pathiqw an public.
q iq upd'entrfe iicont miss
n ve S au prix de 1 et 2 goourdeo .


UNE MASSIVE INVASION

DE CHENILLES

Une invasion massiV.e de che!i,-
les a d6truit, presque otuo les co-
tonniers de la Fermw :'e Hinche.-
Ehce Hest ftendue sur un rayon d,.
3 km. et aux champs de partict.-
liers qui ont ete cotnpletement ra-
vages.


ALTORISATION DE BATIR

Les demanded d'autorisation vW
bitir se sont elevees au course .'-
i Dkeembre A 12 don't 10 ont tU ar
cords, avec une valeur estimadi-
ve de 43.500,00 gourdes.



DECES

Nous avons apprise ia mtiwrt ,-
Mme. Louis Fils-Almi, nee Yvonne
Mercier, :,urvenue ai heures d e
mratin. L'int,:rremrent .urat lieu ce:
apres-midi h 4 here: ,h tI Catl.'-
dralb. Maison mortuatre Bo ouruni
cheZ son pre Rodolpbh Mereere
Nor'+pres.enton- no condoli&u:-
ces a sa famille, particulierem;:nt
A son phre, Rodolph.: ierercr et e
son 6poux le lieutenant Louis Fils-
Aimr,


Nous avons appris ;--vc pine bi
mort de
N1. Louis Damoclts .L.cencin
survenue cc martin, a 7 heures.
Ses ftnrrailles aurant lieu d -
main, a 8 heures du martin, A I'Ec;
oe du Saer&-Cceur de Turgeau.
Nos sincire.s condoleance-s a -
famnille,.






raslisatonf de Marcel Pagnol
d'apres le roman de Jean Gion-r.
Ce film sera un de gross sueZ,
de 'anneP. Pagnol faith vivre, unv
histoire profond6ment imouvantv-.
:nombrc-s do .itnes ot une vrit-
bie grandeur: le tcon e-< toujouo,
:-!c'',:tmm.nt hunmain et d'une -
motion qui ne ce&se guere. Ces.
une truvre de premier ordre qui fa;t
honreur it Pt'agnti et au cinomt
Fr:ipa i"
,iJilchel Coissac.
Je tiens ANGELE pour une dC-
te dans 'FPvolution du Cinema.
.Ie Joaurntl.
Une rPusasite q$e to, B pent qun-
lifier d'Pclatante.

CGrAtct A Pagnol, Iu Provence ae
aussi son Arlesienn e.
Paris-Midi (P. Reboux).
Quant au dialogue de Pagnoi, iU
est iuncAelant d'un bout t i'autre.
Paris-Soir (P. Wolf.
Dans Ee film, il y a M. Pagnoi,
Scest A dire un homme de hde ihtr
superieurement dou, q^ui, torasqu
tient ne sncee. s.ait r- mener juo--


qu'au bout sans lAcher une sec ,:.
de l'auditeur.
Lie Jour.
La vie m.nem. avec ses joJieS~ e'
ses pines cdans un ,haicgue orn-
ginal, vivant. colors. qui faiL rire
ct qui Ameut.
Le Figaro.
M. Fernandel a atteint au grai.1
Art dans sa creation de Saturnin.
Tn eat humble, souriant, sincire.--
Que!le measure. Mile. Orane Dwma-
zis eat une Angele bouleversanm
en si path.tique simp':citL.
Le Petit Parisien.
Angrie eat un tre beau film, b
plus emouvant des pemes. cehlt.
qui 6mane des choses.et des etr..i
pria dans teur puret4 et dnns le!rt
simplicity 6.
Le Matn.
Quel dialogue! De Iesprit et d-,
P&motion a jet continue.
Gringoire.
Que dire de plus! II ne reste iu
Public de Port-au-Prince qu'kB '
nit eni foule applaudir Mercredi
8 h. 80 ce film que la critique fran-
ra ise a acueilli avec un tel enthau-
siRsme.
Entr6e 1.10.
&" -too,*


LE RAZAR NATIONAL

viept de receroir fls sermen-
cos suivantes poon la sUaisoi

LEGUMES
Aubwrgine
Melon Cantaloup
Carrot
Pimrent
Betterave
Chou
Laitue-
.Radis RonTd
Torntat
Oignon .
Courage Aubergin.
Conco mnb're

SFILEUR
Ageratumn du Mexique, Bleu
Reseda Odorante A glanae flewu
Oeillet d'Inde
Soleil double Tuyants
Reine Marguerite
SAmarante crte- de Coq
Chrysanthrme
elle de Jour
Nigelle de Damas
Kochia ou Cypnre
immortelie
Zinnia
(fillet de China
DrhJlia Siimp-



I

SPourqui doit-on user:
Uson mdickamenteux

tous les ours?









0 Dans rc- r$

xa. sura-re r -
a, .a r ".
ar d-cn otz

A
ar. m re qae, t ii-
iavi AFR1DOL ndobs .*

ti tr:2-1&~ SAO hI pe-sf nit :




ji > -
"'.t" a c r~t 'owe, sr;

x '-, d e '^ s a p; n a utg : *v.arW : AuI






Ar i ador f ir|
-
^ J-I. I 1 UI |
^ ~~ O AIMO
? ^ *-r**,**-* BA *E


I- ~ 4'~ h t~


B]ERLINERX;


9IIII~1PIXX~~~~ ~V~V~Z~d~~~""""'------ --.-- ----lr--------------^-- ------------------------ IIIII~IXIIIII~ ----^- -------1114~~~;_II~Ai~l~TW~lf~s~


(Le rendez-.wau de tout Port-anuPrince Elegant).
Les Gou lctii .3y4v't;nft
la cuisine Ia plus dtcicate
et les amateurs y dtlIustent Clurs boissons t'avorites.
Spctiallits: : HOTDOG MINUTE
BIERRE ALLEMANDE
COCKTAIL MASON
-1 -r-- ---- T----- """- d*---r-...;.u--- 0BiMWtMm mim


Librairie


Nouvelle


I
LIAISON N DE CONFIANCE)

LA LIBRAIRIE LA MIEUX ASSORTED

Papchrie eries Quotidien
15 A venue Trujillo Td. 2077.


ArVec a baisse du f ane on ne dolt plus se primer de livrc


C'nrk-s P.:.-:..: Fa:ix I'% tsep, n.'s (Prix G(oncourt) -.... .... G. 4,0
i X. .Vieit: C :m: pag:e (Prix F mina) .............. .... ....... 3.CG
J1 Itogis art" Mervalt tPrix R-naudot-) ...................... ....... SA0
' I:. --I: La Val ie sans prin:'-map.; (Pri I nteraMiA) ...... 380
A. T:.;- .- : I Le Souo rain cap i-f ................ ........ .. 2-.4
A. T' :IPi.,.: L a Prf c.ssion >atlemcntair e .......... .. ........ .
; urr; I, Les Vl r--I:. ur la mer ........... .......... .......
M::'.nra-4: 5Mes idtes poii que-,-..... ... .. .... ............. ... t(
Min -r s: Enqu-:'. sur a monarf hie .,......... ..... ..... 8.0
L-on Bl um !): 3Di ii ;..;i.. ......... ..............--- -- -...-- ....-..... .--t
Lkon Daudet: La tragl ue exiesti e do Victor Hugo ....... 8.- 0
C. FIarrere: Visite a'u E.P p.a '.I .,........... ... .... ... 11..
M B~E det: M~.siociur -e r .... ... ... .... ....... .. ......... 210
., TBu. .: -Provinfs; L ". Livre tr teol .. ........... .. 3.00
St -d i-:- i" A-- .-.. .. ..... 340
N. S gur: Fant6omo e Volupt ...-.............. ..... ,
S Le Szug d.: France.............. ... ...
l M yokore Ch;'t :el .... ... ..... ... ... ... .. .
L4 niear du M l ....... ......... ........ ,.,.,, .
L' Lit CLonju al. .. .. ......,,. ... ............. ,
L'.;.;- d u 0sir .. --- ... -,-- 00
Le R d au R ge- ............ ............ ... ..... .. 3,0O
L I ;'...r-- .. ,, ., : .00
Jian .. V \ga ..' U t .s; Deviens ut ctn f .,.....-- ,,,-......... .i0
Ph, Ma Co npartinon: l mmr on e: fra nqa .......... ..,... ,.t

P'lIX ONCOUiRT: FAUX PA'EPO-ff .. .... 4.
A. TAItRDLEU: A PROFESSlO" PARILEMENTAItF ...... 3.
tAMEIRLYNCK btIhode a *ag, des Setrangcers pow appreadro
le irantai- :
P r les p tits ... ........ .... .... .... .3
f: Anne do tranas .... .. .... 20
2-me Ann de franu ,is- .... ...... ... 1.03
A i A 1',-s de France .. ...... .. ... ... .. 4M)
Ift lons fr-!sn i (Thr essentials .,..,.
French c<: o r-.ati.-" ,)- -4
i.t.\MA INACH VERMOT ,.. -.. ................ c Z
S I.MANACI VERMOT ..r....j5...... ..... d .
I.MIANACI HACIIET ...... ..... ,, hA 1575
ALMANACli IJACHETE ................. ei 75

VENEZ VISITER
NOS BEAUX RA YONS DE LIVRES W'ETRa"NNES
POUR PGRAVDS ET PETITS


;I -LA ISON


E. ROBELI

ii t-fONDI)E EN 1


MLSCOTON
SCOTT "
o1olw". n


N & Co1

,899 :


Est la mieux a-oitie de la Place en papers a ertil
il:pr...sion, enibaliage, etc.. et een foiurnittues pour act
les et bureau.
Son sttok entibi-cent renouvele lui permet d'offrir
tots :es articles i (Is priv: dcfiant toute concurrence j

MERCERIE -

C(ROUTELLERIE j

LUNE 7TTER

ErPOT GENE(ALI DUI PCAFERLATI FRANCAIS

ioG. 0. 18 oc- ee .G-


It


I Au. I


"~.~""'~"~Y"'.~"''~(~~U ~-~--L--~l~----l~ -~l~t~J;f~


...:- ... ..... ......... ...............c.... ..........

'" .''*h

I ~::..
"ii
:..^'



jtcjyOF


,~


!


:- -...z4 I


aw


= --4


-" i -rc