<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 3 etait absente
du microfilm de cette date

Page 3 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 4 etait absente
du microfilm de cette date

Page 4 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03230
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: January 11, 1938
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03230

Full Text



PAGNB


i FLUB ANCEN

quoT'DIEN IHAMI


*1:



t


QNt




QUOTIDIEN FONDE IN 1896


j ANSilT e. CAa VVIT

I tren trJrawprtear.


'I.,


42bme /ANNEB PORTaAUaPRINCE, RAIT I MARDI 11 JANVIER 1938 No. 14.34
'.r '4 .: ., *


egon Senetifique.


ETUDE


10 SOCIOLOGFUE
SMETAMERISME SERAIT-IL
AUSSI UN PRENOMENE
SOCIAL?


fe me demanded palfois si cec-
s faits biologiques ne constitue-
at pas, transporte& aileurs.
i trouvames de haute importan-
Cette idee it argumentations
stentelles propres. je ia livre
ourd'hui en 6tudt aux lectur'
Nouvellistet. .
Yabord que serait le Mtame-
ae? Un ph1&omane Zoologique
re cent et mille crMstats de la-
laoires qui expliiuent les de-
s oitre les R&gnes et lesPhila-
prs lequel le corps animal pour
I dVeoppement, se 4iviserait
segments ou mttamires. La
session constant de 'indivi-
sartout chez les Annetidae, s'ef-
trit par la imtltiplicaticn
u~laieuse des 6ments mta-
riques. La eroissance se pour-
ant, determine dans le corps
misi la sp6ciahisation segmen-
e. Comment comprendre alors
bifarcations sociaks? Exise-
1-i, ti processes phbnomenal
lastrique social?
Scomplex-humain, quele que
tsa place dans le rang des etre'i
aieAe, M peait Sams& troabs-
loiues s'cearter des lois na
6s propres k son systkCte. O"
mis que ia Cytologie a 6tabi
r6et du noyau dans la transmi;-
a es caractAres herditaires, ie
at si je puis ainsi parler -
mtaam&riquement h son pOre et
on descendant le plus inmmediat
ane le plus 6loigftn II se trouve
e un segment progresif de son
0, comme son enfant le sera de

iatl nous savons itus que Pin-
fai identity social et ut itre
r ielulaire, a substance vivai-
par definition ne owuffre pas de
toutinuit&. On radmet et tle
ps$ ingd&ieuses eavrent un
tmp anx savants penchis sur
rs mioseopr.
epCodant n' tes vous pas for-
I admettre aussi que cet Indi-
IE na peut fair sa dominance
rental? Oti, et quand bien m-
Sa proehaine fuliai se caractt-
e: R6tesive. La vie sociase suit
grande parties les lois de PAm'
We. La m6tamn rlsation sacite
Itlt ees loia &logiqueS indi-
asabcs A sa march lenoe mats
r. II et proverbialement con-
l que la sympathie, conne rantii-
Ihie ne se comxande pas. J'ar-
Sarei qrte la p6netration, A-
&Sirr flt UCI K r h- l .


tia sult ne lol gen6rzque de Pro*
~Ml. L'Vquillbre ita, peut tre
iWt par leg attitudes, par L.'s
lituee soas ou 6ducatives.--
,taiarisme social est indii!-
Wlet compr6hensible, quand
tR estions la ressembiance 4
itli des upsychosee,. t11 ne
trIle pas aux siensV dites

t P9e8nsote prentf nhaissnee an
lI du process natural et ge'
kie Cnoid6r6 come individU.
UdSRnut rindividualit6 se pro-
sfte t s'affaiblit suivant les cor:
4d1o amiieu. Quand dies sont
awaiaaes, on constate une-
i plus ou mows compifte
da a cenB solt du ecorpuw'
~l^dicit racial (tamille) pri-
,i sadte en 6r f. page)


Nouveles

Etrangeres


LES FORCES JAPONAISES CON-
TROLENT LE PORT MARITIME
DE LA RICHE PROVINCE
DE SHANTLNG 3
TSINGTAO.- Uno proclama.
tion announce A la population qua
les forces japonaises cnt pris tout
le contrble de ce port maritime de
la riche province de Shantung. Cinq
destroyers japonaia y sent ent:-s
tandis qu'un escadron d'avions de
bombardment survolait la ville ,n
lancant des bulletins pour demar-
der A la population de se soumet-
tre. Lse avions bombard-rent leA
villages chinois d'alentour. Une for-.
ce navale a debarque sans rencon-
trer de resistance. Les Consuls C-
trangers ont d'urgence tenu une
reunion pour consider les moy~ns,
de protUger les droits internati.i-
naux. Les nord-amirizains et d',!.-
tres strangers ont temporairem'n; ;
organism une administration pour
proteger les choses publiques et
cerer une police d'urgence. L:U;
troupes chinoises ont quitt6 la v;:;
le 31 dkcembre sans detense et sans
protection. L'&vacuation a eu lii-
aprbs la menace que les Japona's
ont faite de ditruire !a ville en ie-
presailles de la destruction d:-1
propri6tis japonaises. Les bulleuini
lancOs par les avions 6taient adrs-
s f tant aux chinois qu'aux etran-
gers en leur disant que tous leo
centres important doivent hisser
Ie drapeau blanc. Tous les groupko_
militaires doivent se presenter an
rtort princirai, eIire des delkgu6;
pour conferer avec Is Ja onais.--
Les citoyens qui d6sirent cooperor
doivent anssi nommer des d4elgutVs
pour negrscier. Ceux qui se rendrrno
ne seront pas persecut6s. Ceux q ui
ne se rendront pas seront tues. La
parties de la proclamation conccr-
nant los strangers dit en substan-
ce: zAvis est donnu aux sujets des
pays neutres et amis de considerer
que les forces de Sa Majestk Impt-
riale Japonaise font de leur mieau
pour proteger les droits et intkrta
des tierces Puissances dans la zo-
ne des operations. Cependant nous
craignons que pour 6viter la con-
fusion dans les lutte es lecitoyern.
des Puissances neutres et amis no
s'approchent des zones dangereu-
ses ou se refugient dans lea sdi.
ftes de la zone maritime-.
HH2S..


EDUCATION FAMILIAL


L'Aliiance franeaise de Port-au-
Prince s'occupe activement de
constituer parmi nous un Groups-
ment pour rEducation faHiliale,
ii aura pour but de ripandre chez


lea parents et leg fut.urs parent
les notions de pidagogie nceessa.-
rea A la bonne education des en-
fants dans la famille.
La Commission InternAtionaiu
do l'Education familiale de Belg(-
que don't M. Lb6risson et M. F. So-
ray sont'membres correspondantf ,
promet tout son concours.
C'est une belle emuvre necessaire
parmi nous, et nous lui souhaitonis,
apres sa promote r4alisation, Its
plus grands succs.
Oui, il faut, travailler, aujolur.
d'hui plus que hier, A la bonne 4-
ducation des enfants et aussi a la
Paix Sociale et i la prosp4ritR na-
tionale.
C'est la realisation dIs vceux du
derier CongrBs du Comit4 hi-
tien de I'Alliance frangaise, d'ao3i
dernier.


MME DE LA RUE


ET NOS RESCAPES



Nous enregistrons aved plats.r
les valeurs recueilies rnor Madam:,
De La Rue dans le Mordd de se
amis aux Etats--Unis. Edes se chif-
frent & 910 dollars.
Mme. de la Rue employ ceti
some A l'achat de 300 osto mes dtc
travail, de 600 nmachttes, et hoe:c,
au prix do fabrique.
Elle a egalement recu de la Croix
Rouge Americaine 1 Philadelphie,
al Pensylvanie du SEud A Brookibn,
i New-York, A Baltimie et A Wa s.
hington 1000 vfteemcn trxtr hem
mes, femmes et enfants atttndus
aujourd'hui.
En vue de Yeur distributin Mine.
De La Rue se rendit i Otinamiin-
the et les environs le 4 Janvier -
Un Comit, compose des Officier
de la Garde a Ouanaminthe, d('
rnrebres du Clerg6 local et M. Ru-
bert Pcttigrew de Li plantation
Dauphin designera les iescap&s qui U
ies recevront.
Une rrention spiciale A M Cha;-
les Pearsall. president de Ia Coloni
bian Line qui a bien voulu assurer
le transport de ces objets sans le
paiement du frkt en signed de pr --
funde syrmpa thie pour notre pay,.
Nous rv:me-fecions Mmne. De La
Rue dce son beau ges:t ainsi q:n!
touNs leE autres donateurs.


EN Ei -- -ION D EN PANTS.


Au Cap-Iiaition, e
Janvier. il y a eu fune
crdmonie. Apres les


dimanche 9
in tre ssan tok
VWpres, bt-


n6diction des infant. Toutes !eS
meres de famille du Cap 6taienr,
invit-es A y conduire We"rs enfants~
Elles ont en it ccur d'y apporxeo-
meme les tout petits. Belle cet':-
monie,



COMMENCEMENT D'INCENDITE

Le Juge Mentor a i( requis ce
matin aux fins de se transporter
aux environs du ForT-National -t
d'y dresser proces-vertal d'un com-
mencement d'incend;e qui eut lieu,
cette nuit dans une maisonnette.


'".

PAS DE DEN TS SAl-

NES, SANS DE BON-

NES BROSSES A

DENtIS-



\ ccs brossc .1

dents chez Mui-
dame. Gormat',

Alphonse C. tl
sir & Co., Hip-

polyt. JeJ id.'.'
Eunnmnuel La-
joi-, Fran ,i,

Lnrrieux.


Rielame la marque
,Garatie i
*, -, I 1


PROPOS ET

FAITS DIVERS


A LA GONAVE

Noire belle lie de a Gonave, Ion-
gue de 69 kil. sur 15 de large so:
transform grace a la religion et a
I'Ecole.
Elie ne compete pas moins de
25,000 habitants avec quelques t-
coles qui n'ont pas encore 350 en-
fants des deux sexes sur une pj,-
pulation d'age scola -*e d'environ
G.000 (six mille) infants.
Un des directeurs d'tcole, tries
soucieux de sa noble tiche, a do-
nand6 ces jours-ci au Pr6sident du
Comit H-aitien de l'Ailiance franr
gaise de Y'aider.
M. Lhdrisson lai dit: fondez uine
section de 'Alliance franqaiae a ;a
Gonave. Il lui remet les statu.i.
Intcressez les bones ames it cL't
-uvre. Prchez 'Ecole et le Trn-
vail qui transforment tout. Vous
aurez notre appui.
L'lnstituteur diligent promet.
Nos vceux de succs.

LE R. P. CARBON

Le R. P.re Cabon, I'ancien t rcl
devou6 et int6ressant Supdrieur du
Petit SSminaire Saint Martial cCn-
inucl dans le Bulletin de la Quin-
zaine la publication do sa betle &-
tude sur les Debuts de la Seconde
Mission dea Capcin- a SainPt-
mingue.
E1il renfermee d ur&cieux ret,
seignements.


LES NOWUEAUX LIVES


Le minister des Affaires Etrat:-
gCtres de Paris a bien voulu coin-
muniquer au President du Comi5
haitien de o'Alliance franeaise .s
tables mensuaties des nouveaux
ouvrages publi6s dant la bibliogra-
phie de la France.
Pour le mois d'octobre 1937, i.
a paru 431 (quatre cent trente vt
un) volumes et pour le mois de no-
vembre 579 (cinq cent soixante dt
neuf) volumes. C'est prodigieux.
Ces volumes parent de Philoeo-
phie, de religions, de droit, de tola-
tes le sciences, de I'arm6e, de ua
Marine, de P'Aronautique, de it'
t6rature, d'histoire, de Beaux-
Arts, de sports, etc.
On constate dans aa nombreuat
listed beaucoup d'ouvragcs d'hia-
toire qui, note-t-on, constitute u't-
mine incomparable de renseiga -
ments. De nos jour,. il faut 'n:
reproduction du document ver.i,
authentique, qui permet de revi-
vre I'histoire, de p6ndtrer dans son
intimithi,

ACCIDENT
- -- -----------.. ... ------ ----, . .:. . --.-- --- .. . .

Dimanche vcra le\ 11 heuresa :'
a, m. la voiture 5019 Iteurta, on r
sait comment, la dcvanture de-
nainons de Madame F6licia Jest
et du Dr. M. Gilles aux num&ros 8"
et 97, sises A la rue Cesar. Asai.-i.
d ce son greffier Luc Michel, le judge
SMentor en dressa procLs-verba..


MAGAZINES AMEVRICAJNR
AMERICAN MAGAZINES
A
LA LIBRAIRIE NOUVELLE

Ln f to f- e


Lire nos informations en 2*, B9 4te,
o, et 6~so pge.


Regards uar la vie.


POUR UNF REUNE

MARINE


Mon imre vibre encore corn mc
un crystal qui chant,. Ah! je con-
prenda Ie chagrin d'Ii peire et dtu-
ne mere qui voient partir keur fi2r
pour un toit stranger. Nous son-
mes amis d'enfance, zu t'en sou-
viens. Je t'ai vue poutscr avct ;a
simplicitk de heree des champs ,t
la beauty du lys de la valie. Ja-
mais un nuage n'a obscurci ton
front. Ton visage toUjours sor-
riant upanouisaait come une flnu:
sous le soleil de printemps. Lorn-
que apres la ceremonie religdeiune
je suis atll te saluer, to m'as dit:
cRene, j'esptre que tu me suivras
avant longtemips,> Ces paroles font
encore bouillonner mon cceur. El-
lies me jettent dans :'qu;iCti;d.
Hi5as! Elles sont tron iombreus-.s
nos jeunes fi!!es qui considerent ;~
marriage come unre lib&ratie:j.
Que de choses j'aurats pu dir A
cet regard! Et, pour me fare rn-
tendre, j'emprunterais la voice :-
clatante de vingt clirons acc'e-n
plbs ensemble. Mais je no veux pan
giter la douce e noti)n qui m'em-
plit te cCur. Eh bior! Oui. Je su-
vrai ton exemple, trb- gentille a-
mie. C'est bien, c'est beau: i} fauc
imiter c qui est bien, ce qui :-st
beau. Le manage eat un bienfait
dw.ciel, d'abord pour les 6poux, on-
suite pour la.societd.
On P'a dit: nous sommes ici-baS
des voyageurs. Nous marehont
toujours, vers un but inconnu. U-
nc force invisible nous pousse f i
avant. Parfois nous sommes enga-
g&. dans des vallons ombreux, par-
mi les flours et les fruits; parfo;s
ii nous est permits die nous repoitr
un peu et de contempler i'dtoile du
soir, lumrire fugitive. Mais le pi !1
souvent la vie est pour nous un dte
sert de sable. On y trouve la faim
et la soif: on cat jout par les ni-
rages inconsistants. Sous le brti-
lant soleil de midi, une oasis so
present avec tout c" qui peat sot-
lager vos souffrances Hlilas! C't
tail un songe trompe,7r, un rvc,
sans chair. Aussi les voyageurs
qui traversent tout Sahara se
groupent : is souffriront moins en
souffrant ensemble. Ne serait-ce
pas de mime I'un des buts fonda-
mentaux du manage, l'union des
cleurs en vue de supoi ter plus f't-
cilement rea intemperics de Ia vie"
Le mariage neanmoins procure
certaines joies d'une essence vrai-
ment superieur. Pair Iui, l'honi-
me devient crdateur i son tour; iI
prolonge sa personnel dins le t emp
et dans l'espace. Le marn dit avec
orguei! en se penchant suir le ber-
ceau tde son premier-ne: CTu es
mon arne; Tu grandimas pour ps'v
Sptucr le nom. Par ti,, le tombe.v'i
Ipour moi no scrr pa.s itPfin. Croi-i,
mon enfant. Tu portes sur Ye front
tout I'espoir do la famr Ie. La mni-


Sr parlera un langAgc plus doux.
plus tenure. Elle presecra son on-
fant sur son sein, nrtrdillera la
petite main qui s'agite. Elle vtr:e
des larmes, rpense i'l:.anouir d,-
vant le sourire du petrpon., n re-
tit enfant, n'est-ce pas, donne A sea
parents des joies bien douces: ja:i
orgucilleure du pnre, jioib attendrit
de la m6re.
Le marriage eat encore un bini-
falt pour la soci6t6. Les famillk
fortement organisdes sent le pa.p
slide fondement d'un Ftat. UM ar-
tildo de nos anciennes Constita-

, (vIAr amit en a e. page)


- ~
"~


-r


~





" 1~ NOCv*trwri AjflL''. -I


PA GE( H ....- ..... "

PHARMACIES C(ASTERA

Angle Rues Rpttbilcaine et
Dr. Destoueces

Bulletin M3dical Hebdomadaire
No. 11

LES MALADIES SECRETES.


Chers amis; 1 n'y a pas de Ma.-
ladle Secretes, A propiement par-
ler; car queluee dexttnt6 que vous
mettiez A les cacher, it amble qu'ur,
G6nie malicieux prenne i tache de
rendre vans cea efforts. en exhi-
bant t6t ou tard, soit en vous, so:
autour de vous et juqtue dans vo-
tre descendance leur signature ir-
r6cusable oui leurs empteintes dcfti
nitives. Certain pr6jutEs vous por-
tent encore A voir le s.'eau de 'in-
famie sur les porteurs de quel-
ques infections, mais au contrairf;
il n'y a pas de maladie. honteuses,
ni pour vous, ni pour vos frores.--
La honte r6siderait ptutat dans k-
fait de vouloir garder pour soi e
mal, de ne pas se resigner B dftrui-
re ses germes si dangereux et de-
prendre ainsi la responsabilit6, .a
lourde et innommable responsabili-
t6 de les propager autour de soi c:
de transmettrse sa progeniturx,'
come une Traie mal4diction, ce
que des precautions 6l6mentai.rc-
dictdes par le Bon Sens ou PHygi-
ne Privee auraient pIu enrayer ta-
cilement et entierement. 11 y a birwi
des maladies classifies ainsi par c--
reur de secretes ou oi:..L'-:es IN-
ce numbrte sot oe.s IMaladies Vnm-
riennes, ct:lnes qui Lo.it dues aox,
1
petits coups de pi.cs de Venu.,
n'est-ce pas; ,-.lii;mh .. aux bi-
sures si terrible du uci( ; Ero-., Ci-
les peuvent durer toute une v-
aiec de. traces inddl5biies e-t ir.;-
fragables, quand la m' diation adO-
quate nest pats appiiqune en tempoh,
en quality et en quantite.- Com-
bien vous devez craindre une de cec
terribles4infections, qui empoison-
nent la vie par sa tenacity et son
indiscretion. C'est comme dit It
poete: La Source impure pt qu'v::
no peut tarir.
Mais le pire malheur n'est paus d,
I'attrapper, d'etre attrapp6, ma.s
do n6gliger de la combattre dc~-
son apparition jusqu'A son extirpa-
tion. Toute secretion suspecte dot2
aller au Laboratoire illico, e'est ir.
dogme de sant6 et de bonheur. C.
fleau est la principal cause de c^
interventions chirurgicales sur tes
organes genito urinaires de la ferm-
me, qui prevent i'estropiPe du p-:',-
cieux privilege de la maternitAe t: ,
lui enlevent l'euphorie de l'6quli-
bre nerveux; ce fl&au est la base d:
beaucoup de Sterilitd& et Impuiv-
K ances masculines; ce fl6au eat la
-sehle d6terminante de ces fame -
.as suppurations oculaires deno'm-
m-- es: Ophtalmie purnlente.
Aussi, Chers amis, soyez prCt-
dents dans Oys 6panchements ct
entourez-vous de totes sorts de
precautions. Mais pour peu qu'ua
incident survienne, ne dites pau :
ce n'est rien, 9a passera tout seJi.
Un arsenal th6rapeutique sans
pr4cedent vous attend pour vous4
liberer. Oyez quelques noms: An.u
ral Tablets, Bougies Yptor, Cuta-
lues, Fertilinets, Hepti, Kaviase;:
Neo-Solmuth, Neo-Trcpol, Pentar-
yl, Spirochtan, Trepoquinol, Ur>-
Vaccin, Virilinets,sZimnbyl-Bismutht,
Un choix judicieux de ces produitU
et d'autres encore quo nous ne poiu-


"SAVOY"

CAFE-RESTAURANT


Demandez a vos amis et
ils vous confirmeront"que
nul part i Port-au-Prince
on peut mieux manger et
apprecier les bones ecn-
sommations qu'au xSA-
VOY>, situe au Champ-
de-Mars.





O OP SIANI



Le T. F. L. Jamatca de retour
des ports Colombien ,. ue Cristoaba
C. Z., de Kingston Ja,, est attends,
le 12 Janvier 1938, en route le me-
me jour A 4 heures de i'apr&s-midi
pour New-York. via .Cap-Haitien,
pregnant fret, passages et male.

Le vapeur HAITI S. B. Voy. SS
partira de New-York le 13 Janvier
1938, directement pour Port-au-
Prince ou ii est atten-1i le 17 Jan-
vier 1938 en route le meme jour
a 4 heures de i'aprcs-midi pour
Kingston Ja., Puerto Colombia,
Cartagena et Cristoba' C. Z., pre-
nant fret, passagers et malle.


WM. E. BLEO,

Agent GintraL


CHANGEMENT D'ADRESSE

COLLEGE POLYMATIQUE


Fond& en Octobre 1934


Directeur: Marcel Robin, av.

Administrateur: Georges Dupont

Pr6fet: J. Frangois Georges

Transfer 6 la Ru e ie la R6vw-
lution. No. 19, grande maison pre.s-
que en face des Chambres EAgisla-
tives ancientn local de Ia Pensioa
Madiou).
T4l6phone, 3T715.

Cours gratuits de Dactylogra-
phie, etc., aux 61ives en regle.
Discipline Travail Emulation



Machine d ecrire Remington
Machine fi calculer Dalton
Rubits, paper carbon
Faites8 Ps aehats chez
G GILG.


C .----,.... ...Tsr" *


"v 'k


AV IS


Le soussign,. ;i:
I'Administratior L, ,.
au-Prince, r .ap!; ;. .
reglement d Ik
nales ne so fit :i\I
l'H-Ite de Vii!.- .
quittances.

Ce 4 Janvi-er 1:us.


3)
.1 .
- 3


Devenez votre propre Comptable en ouvrant ian
Compte de Chbque g la Banque Nationale de la
Rkpublique d'Haiti.


I ~EL I N~3ls.


CLINIQUE
du
Dr. LOUIS 111 liin'li
Ancieine Maison F. ;-
tRue des Ca<"r ;,
Consultati-n :
ZA 4 hs. p


A


E


CrOODYE % It


Nhuve;e u


1 114"11


Un prin u incnou qyu ste vend A bar
prix, ne veut rien dire Mais un
pneu GOODYEAR qui se vend a
bas prix est pour vous une nouvelle
source a economie, et un placement
avantageux.

Plus gros, pius epali, plus slidft,
piml beau, Ite uui~ta ulUU i) IAR
a t-in- esa ei rtiU baJLo t e 2 m-) Z ieIC
de retenercte Ltaul par ie ti age
nieurs GOODYEhA rnour trouver
un pneu a portee de loulte lea
bourses, et ottrant routes sortes de
garantie.


TE NEW
R MWfS ^%^*Lr


A LOUER


SLa grande mason d& M. Camile
Leon,,situ4e entire le Bois-Verna et
Turgeau.
Neaf pies: einq au ez-de-
chauss6e et quatre 4 I'4tage.
Eau, Bassin piscine, galerie cir-
culaire et double. garage.
S'adresser A co6t, rraisonnette
Justin Duchatellier. ,.


vons pas citer ici pour ne pas frois-
ser vos profanes oreilles, permet
de vous d6barrasser de toutes ces
maladies r6put6es honteuses ou .se.
creates. Et maintenant, Chers amis,
puisqu'il y a des rmlades timides,
timides jusqu'A la mort, nous a-
vons des products pour eux GoCno-
thek et Syphilis-Cure rdalisent' le
traitement A domicile. Ce n'eat 'ipa
Piddal; mais si on le faith, ii vaut
beaucoup mieux employer les boas
remMes. -
Le diepensaire-.abiatoire Cas*.
tera a entrepris la lutte d4sinthre-
s6e centre le fl6aux doe 'humani-
t: Syphilis, Blenorrhagle et to'i-
tea maliadies v6trt ennea. Dltea-'e
_ v us rPo a ns et protfgt4 po'lr


construire une Haiti saine. D&4i-
rez le voile de la pudeur stupid,
qui est la base de bien de vos to>
tures, de beaucoup de vos retardf
et pour etre vraiement des eivili-
ass, faites soigner par lea hommes
de 'art, svo ci-devant maladies s3--
crItea et honteuses, faites aoigner
vos victims grades et petites.-
Vou&s -arez alors raiment de .
homes pr4pos6s A bAtir un Ave-
nir de gloire et e e bonheur.

LA DIRECTION.

7 Janver 1098. I


rteuk i~Aistributeurs our HAfti


MALLEBIRANCHE. fG I 'NT;. ROGAT & aL


Port-au-Prinee. HaltU


32 .-3 -'r?-'-Trrw 9


Loterie Nationa*-

d'Haiti

116, Rue Boae Foe,
Phone 3358

GROS LOT:
DIX MILLE GOURDES
LV COUPON :
DEUX- MILLE
LE BILLET A:
DIX Gdes. SEULEMENT

N'tuattez pa fi risquer, cha
e tmois, cette modique va-
Ler, C'est un genre d'epar-
gne. Et puis .n'Woubiiez pas
qu'll faut soutenir Notre Lo-
terie Nationale, car elie vient
en aide, de son cold a beau-
coup d'Oeuvre d'Utitihi et d
Bienfaisance Publiques a itr
veras oute lu RepiH bliqur
Pour routes ces raison
Haitiens ou Etrangers, ache
fez done ratrE r ,Vpr,: ,, ,. -
tre billet


".-I. Iei.., ...*rwn m "ww"db..tst. s


0
'.31-if-


- -l~ l


Budweiser

En Veate Chez

DONN MOFR

Rue du Centre.


..^.^ fe)s^^m^-
^?KSsa.


,, *-~re ~


-i


m


I A -


...........L


neoCQre un9


1
,..
,
-
_
.: -- *-


-


i .B ...


.i


~"'I';~"~~~'~'.'~F:)II. ......l.~~~~:b&~s~a/gk~8Bll~g~k


..........




1 1* 1. PL~flrtA~h ... r. 44fkt~.a akJ,~ ~bk;~ flU


"OLDt U No~uvgx VA4t0*A ta-4SsufrOxqtrr ~ ---PA E


t
f ii ,
..^*.-t~~~~ '-f~ n'^f'ff *y sf^ -a^^ mig ^ ^M ,> ^w


StCURITt, COMMODITY
11 oet imprudent do garder 6 !a moisofn,
oO lI feu et te vol peuvent vous cause
des dommage irr6parables, vos polices
d'assurances, hypoth6q#es, titres, con-
trats at autres documems pr6cieux. Un
coffret do sOret 6 It Blanqus Royole
coOta peu et 6vite tout sujet d'inqui6tude.


LA
BAN


QUE ROYALE


DU CANADA


s ~ lbl2*


LGde taotteis

AtM s af-l#R*9W. tuMagojds doCB
*ATT D'eBcAILTIER DE CARET, VEIL OR, DIAa
.c t U,, eT .PIERKRE PRFIIEUtES, yVIEIL
-.,6S ARGENT ET OR,IMONNAIE DE-TOUTF
'ALa UTS$, A DES MiX AB*QLUMEMA _


LES IElIX COPIINS


r


eDis,- mors ;ieux, je no
suis pas venu thi.r!
Je stuis vardiumable, vo-
yons! 're soujens-tu du
jeune liquoriotat tidouard 2.


Benjamin? J'ai it6 ctez lui hier
soir.
Quelle belle soirc-&.9, mon Dieu,
j'ai )pasi.-e et quel chtirutnt gatr-
con ce type-lA II you-'.. sert. de F'a.
ni.tlhe sII.t Irfiri. : c't-est l in t tstui vi-
1 u I II l "'II> ; r. ela r eI I II
vu C pit. f-vtlit, daws dlvi g1 Cairtl^ q -
t cru ntimir.

ti r c r.,c,'.s ; silor.,r. )'lon parlurs
phlu. lus. en sct onrin it a toutes
ni u- s i :t r 11 I' anisaltU,
le peppermint, 'l pruielle vanilhaW,
le nearr. etc. VoisAe le plus tWt
possible si tu veux dpr'uver dt: l
beile prosen station, de i borne qua-
lite, enfii toute une gad2me e bom
gufit. 1 s'y cconnait bicn et se d'-
'oue pour sOes aimabls clients pori
la fin d'ani:e, LEntin, r.our d'autna
rei.-eignemernts, vois Simon1 Vicus,
'epicerie du Centre, M!rne.. G. Rou-
main et tant d'aitres. Cela vaut
bnie la peiine Au re'oir, Vieux !'

ATTENTION: ATTEN'nON
La Marnifacture Haitierme d- ci-
garettes offre A sa nombreuse elien-
tle, tant de la Provi-ice que de ia
Capitals, aux amateurs de bones
cigarettes et de bon tabac une pri-
me de vingt cinq dollars.
Elle tst constitute par des bulle
tins numerotes places dans les po.
chettes 6e cigrattes rRoyal et Rez:
et portant la signature autogra-
phe des Directeurs.
cBonce chance Meesieurs les fu-
meurs de Rex et Royal!
< ***^i ---^T--H ta--c


1NMI'C--- W hininm mn.


K .. OLA


COURON N


Reeonunoe comma etint


.A
'W19S
2 RW,.A A-j
IN m V7
Lff ILAdr
r


nIII H giniq
|5 ygtnivituv


Gazeuse- Goit Supe rinti


Fabr iqee ae soiLD


par la






ouronne, LA
*wV~ F v t e^~ LA






w? < ?


Trois qrulitfts dif6rentes


a:


GCs, 1.95, 1, 5 ot 0,70 la douaine


COCA COLA


uBE RAISINSODA

'IIo A ISO 0ICIL TEL 2Gf92


4VA4iaQ LIQIJM 14ATIAN DA LUNCTWE X
kawwtn.e eVerrea s itos numroaw
aentoures esn ai"cke. ui Ldaable 4
V erres oQvle. A prix dte de 1.00 Ia pairs.
tUa Uindati&n dtrsers iuhq'asW 15 Novembre
iem ~&za,~a~~~~t~~~Pkl8~~ Bg


L. -,


A. DE MATTBIS & Co.


COLLEGE POLYMATHIQUE
FONDE EN OCTOBRE 1934
INTERNA-IEXTERNAT
t enue 'resident TrujintiNo. 209, Tdliphone 3715
Director : Marcel Robin.
Enseignement Primaire et Seeondaire
innde: de Ia claMsa entanin (12me) a a 3anme inelusive-
i"' rs gradues de Stknogra,,iie, Dactylographie, etc., A partir
ae i. veme sans pavement suppeImentaire,
Pom tous renseignements, & dresser an si4ge de 'tabli4semert
tntre 8 H, et midi ou de 2 H. 5 H P. M.


i Le faith est inconteable


L44


RH UR,


c est la quntesse
iL~ ~ ~~ ....&xii- lu *IM O


DEMANDED
LA POMMADE
La-Em-Strai
a la Cordomnrie
Mont-Carmnel
HYPPOLITE JEUJDY
celebre prnpara~ton r
Ho-Ro-Co.
139, Av. TrUjigle.
Phone 218














nfee


mejeures varieties de cannes

d'n vas territoire

rttax nt les meilleurs terroirs.

C'est ce qu fait son arome

GOUTEZ ET COMPARE
,Af ... ww n f V 't "' it' "a vr ,


iompa g e

d Eclairage

Eleclr-que
. TOUT LE MONDE ACFHETE LES NOUVELLES
AMPOULES ELECTRIQUES


Eiles donnent plus de lumivr. dureant davantage.

Ne garden pas les .neienn. e Ampoules chez vous,
Enes consornment davantage Pt no vous donnent pas
suffisan.
Done: -Perte de Lurnibre.
cConsommation Ex-'-.sive>.
C'est un product de 'a General EBectric Co. U. S. A.


ui, dlairage


CIE D'ECLAIRAG: ELECTRIQUE.
TEL'. 22G6.


CoalLge Simon Bolivar
Enseignement Prin'dre et Secondaire
Inseignement Classigue et -todernt (sections A, B, C)
Pension, Demi-P asion, Externat
Avenue des Dales (pri du Pont St. Giraud)
T&1. 3608
Laureat de I'Alliane Fran6itase
Le College Simon Bolivar jouit de la ccnfiance ces families. Faites
y inscrire vos enfants.
mesa du Bacealaurbat de Juillet 3 Comp sition franqaise aux Ex,-
gaise de Juin 1985 et Juin 1986). '84 et Concours de Diction Fran.
Plus de. 50 suaccs aux Examens
ties). fru Bac.alaureat (Ie'e et 24me par,

-"
FAIDLESSE


VIM atS SROP
l W" Desochiens
I 6g4~eartetour du Sang, pre art p t'&r1te mondicale,
Uup4irl6e s la i aao one at anx $seruggul A- is dtals In RHpitant do Paris.


~gp~~


r t


MUMMEMMMMUMME&I


cin"ONNADEf


SblaE





PAGE GC


PENSEESU


L'envieux maigrit Ide rmbom-
point des autres.
Horace,
: 1 '
: *
Le plaisir que Yon pred viOett
surtout 4de elut que Ion donna
Sauvawe.
fmwwww -- --- -- ----


REGARDS SUR LA VIE

(SQ1ug8)


tions disait trsi sagement: Nui
n'est bon citoyen, s'il rIest en me-
me tempas bon ils, bon plre et bun
Opoux. C'est dana la famille qu'o;.
fait t'apprelntissage des vertus ci;
toyennes. La vie de famille sup-
pose le sacrifice, Fabnegation. Le'
plre, chaque martin, s'attelle a la
besogne. Elle est parfois bien ru-
de. Neanmoins la pensee des en-r
fants 1'adoueit quelque peu. Et il
soci&t6 tout entire ben6ficie de
ces efforts prives. Le bonheur g*4-
n6ral n'est, en effet, que la some
des bonheurs particuliers.
Le marriage est done une insti-
tution bienfaisante. Une socl&t6
gagne toujours A augmenter dans
son sein le nombre des families
fortement constitutes.

Rend CARE.


DECES


Par d&p6che recu c, rmatin, nz.;
avons appris la triste nouvelle dtc
la mort de
Mme Vve Millevoye Mercier
survenue au Cap-Haitien ohi 1-s
funerailles seront chantees cette a-
pres-midi.
Nous envoyons I'exression de
nos vives condol6ances aux pa-
rents de la d6funte, particulif-i-
ment A son fils, M. Louis Mercier,
le distingu6 collaborateur A la re-
vue (Le Tempsw.


CONTRE AVIS


En r6ponee A favis public par les
aVOCats den consorts Roy et Chf-
net, Mrs. Weber Franis fis., Ma.-
Francia et Ajax Francis font sa-
voir que I'Usine Caf6iere de P tion-
Ville laissee par Octave Francis es.
leur propri6t6 exclusive.
Port-au-Prince, le 10 Janvier 1933.



REX

Mercredi A 8 heures 15 Le Roman
d'Un Jeune Honmme Fauvre avec
Marie Bell et Pierre Frcsnay. Non:
les sentiments ne vieillissent pas et
lea modernistes A outranee se nt
comme leurs meres 6mus au ricit
de la vie toute de droiture du mar-
quis Maxime de Champcey. EntrL(e
Une Gourde.
Vendredi A 8 heure- 15.- Tout
ceux, et ils sont nombroux, qui tu-
ment les films d'action viendront
voir Un Hemme de Trop i Bo:rd,
jou6 par Thory Bourdelle, Annt.:
Dkucaux, Jacques Dumesnil. U.t
-anemie -psaant-bien- nou -e et-q &
vous prend et vous tient en halet-
ne jusqu'A la fin. Entr6e Une Gou:-
de.




Rv ILEZ LA BILE
DE VOTRE FOIE-
Sam eValw-l t voMs suaten do
go "t *e gg 14 1&4 ITM
I t fse wo 1I 's to w wm a "n ta
4 hfu. O A a g.Bi. et. t avetr.
V=. W M tw4" m C1OOM.. 11B O V. r e1 a
GG &-*L D a" wtllrl V*aav V4-"-
p Wten Va. ent. ote mA
aeat e a a 2 5 o ... .

canes Doo

3 BHARAKIM9le.
i e I:


+ '~c rR'sc- r~l~~TT--
*6~' ~ Z ;t;.~~~~. .~EiihI)E~-.


ETUDE
BIO-SOCIOLOGIQUE

(Sn11te)


aide pendant toute la vie avee des
ftx et reflux continued C'eAt pomw--
quot, le Doeteur Carrel d dar que:
L'idiotIe et la fole out sOrement'
uine originet acestralt ,
Le centre individual eat tme hy-
pothe, conunue, mais que salt-on
de ses limits extrioeures? Chaqin
Ihomime, West-ft pas iti a ceux qui
le suivent? Uhumanit fait figi-
re d'un chapelet, occupant le tempsi
et Pespace, dent les graines, c'est-
A-dire les gin6nations sueessives
so portent et participant les uns
et les autres A une existence corm-
rtTune.
L'individu ttre biologique se rda-
lise dans la vie sociate et naturel-
le mais il peut le fair settlement
paree qu'il comporte un 1&mernt
d4pendant de la societe. Tout 6tardt
an tout il fait et est parties. l'n-
mour et la Haine sent deux el-
ments a manifestations psycholo-
giqutes, qui ne peuvent se suffice
A eux-memes, ils doivent sortir de
leur cadre pour atteindre d'autres
personnel. L'6gocentrisme ditruit
et I'individu et la nersonne. Les
deux entities biologique et sociolo
gique meurent dans le mime rtre
de leur common repliement sur
eUes-mimes.
Le mystere ae la n irsonne n es:
done pas distinct ni individuclle-
ment ni socialement ae sa prolon.
nation organique. ,

Andri DNUMESLE


RUCHE STE. THELESE DF
L'ENFANT JESUS

Les Abeilles de la Ruche Sainte-
The6rbse organisent u'.t exposition
des ornaments sacerdotaux et des
objets dut culte qui seront remis A
S. E. Mgr. Le Couaze pour les E-
glises pauvres de o'Archidiocese, du
15 Janvier A 2 heures p. m. au 16
Janvier a & heures p. m. L'Exposi-
tion aura lieu & 1'Externat (rue du
Peuple),


LA FEMME CHINOISE
SUR LE FRONT
HANKOW.- 850 s idats fern.
-es .;ont arrives bie. entrair.nvs
de Kweiling, capital de ia Province
de Kwangsi,.pour pren-dre service
sur le front du Nord, Ce bataillvn
est connu sous le nomr de oBatnil-
Ion des Femmes.. Choisies poue
teur physique splendid, leur bra
voure, leur intelligence et la jus-.
tetse de leur tir, cea entreprenantes
solcats-femmes sont les plus jeu-
nes de I'armbe. Elles out A peine 16
ans. Leur vie contrast avec cells
de leurs scurs plus orthodoxes qui
se conttenent de vivre au foyer. Ell-
les ont personnellemeont demand h
porter leur part de fardeau d2 ht
defense de la R6puthique cont.' x
lea empietements japonaia. tin d
leurs principaux devoirs sera d'en-
vahir les campagntes pour fail r
com'Trendre aux pay.asns qu'ils doI..
vent etre conscients dve teurs obli-
gations envers le pays et qu'ils d >i-


vent apprendre s se prot6ger con-
tre le gaz et tous autres mbyer'-
tde destruction emptoyes par I'sn-
nemi. Le Bataillon est cquipd de :u-
ails, de mitrailleuses et porte I'u-
niforme masculin kaki. Ce Batail-
lon-femmes constitute l'orgueil it
grand movement fdministe orga-
nis6 it y a d6jA quelque temps pc~'
Madame Chang Kai Shek.


BELLE AUBAINE

Collection de Moniteurs ven.
dre de 1875 b 1936.
Prime do s'adresser au No. 2
(rue Ciarrm).
As /


LES P S XC PADTAITR


COLOMBIAN LINE


SDans 6Js pays chauds, les
eruptions et les impurneies de la
pcau isrviennnt particuliirc
meant de~ microbes dce air et de
la poussicre.
@ Le avon ordinaire de tailette
dSmcUrc indfcacC) candib quc !c
savca AFRXDOL netoie, gu&rit
lcs maladies de a peau, la rend
propre et Ienjfjive.
SLe savon APRIDOL a aussi
utne action desinfecante, son
ecume est surtout leghre et abon-
&,,tc, iI posde en outre un
parfum trrs @flicar.
Protdgez-vous centre lcs con-
tagions par le savon AFRIDOL,
qui et de la plus haute valeaur
miticale.


tons Its jomr!s


Afr do
LE SAVON BIEN-FAISANTI
w e-----


SEULE PEPSa


Le T. E. L. JAMAICA N. B. Vc;y
1 de retour des port is olomblenr ,
do Cristobal C. Z., de K;r gston JA.,
de Kinrgaton Ja,, est aLtendu Ie 12
Janvier 1938; en route le mrntm
jour 3S heures de lapres-midi p,.ur
New-York, via Port-de-Paix et Cap.
Haitien,i renant fret, rassager. et!
mdle."
Le vapeur MARTINIQUE S. P
Voy. 172 venant de New-York via'
les ports d# Nord est attend It:
15 Janvior 1938, en rute Ie mrm,
jour pour Petit-Go(tve et les au
trees ports du Sud, pregnant frit,
passages et male.
Le Vapeur HAITI S. B. Voy. 88
partira de New-York lS 13 Janvier
1938, directement r'our Port-au-
Prince, oO iI est attend le 17 Jar-
vier 1938 en route Ie mnme jour A
4 heures de l'apre.s-midi pour Kings
ton Ja., Puerto Colominis, Cartage-
na et Cristobal C. Z. inant fret
passages et nalle.
Le Vapeur Tourist, .i'orth Stiu>,
venant de Miami FKI est atte tOti
le i7 Janvier 1938, en moute e tr -
me jour A 4 houre,, ? 1'apreg-m ,
di pour Kingston J,. IHavana P .
ba, Miami Fla., pregnant passage
Port-au-Prince 11 Jant. 19;2L.
WM E. B I 0 ,
Agent Gens'ral-





iPaorqU i doit-on user
uni svn m edicasr enteux
loUi les jonUS


MASONN DE rONFIAXCE)

LA LIBRARIES LA ILitA 45U ?o '

Papeterie RCIewe u twaliden
156 Avenue Trujilo Iet. /


Avec la baisse du f anc on ne dotU plus se prire de li'rt,


Charles Pli.nier: FauxPassepors. (Prix Goncourt) .......... G.
t, Vincent: Campagc:e (Prix F:mina) ........... ......
J. Rogissart: Merva (Prix Renaudot:
R, Roussel: La Vailte sans prin:emps (Prix InteraliS) ......
.A Tardieu: I Le Soumerain capif...... .............
A. Tardiu: I La Profession parlementaire ........ .......
Maurras.: Les Verger sur ia mtr ............. ..............
Maurras: Mes idees po~iiques ........................ ............
Maurras: Enquete sur la monarchies ........ ..........
LIon Blum: Du Mariage ...................,,,..............
L4on Daudet: La tragique existence de Victor Hugo ... ........
C. Farrere: Visite aux Espagneis ............. .........
M. Bedel: Monsieur HEtler ..................... .........
M. Burnat-Provins: Le Livre pour toi .......... ........
Stendhal: De i'Amour ......,............... ...........


4.00

3.03
2.40
S.S0

3.00
300




3.00
2.40


N. Sigur: iFantome de Volupte .................. ..... ....,. 3,00
S Le Sang de France................... ....... ........... 3.00
Mystbre dha nel ... .................... ...... ....... .00
La fleur du NM aI ........ ......... .......... .... .... ....... 00
e Lit Conjugal...................... ......... ..... 3.00
L'appel du D&sir ........ .... .. .. .... ...... .. 00
Le Rideau Rouge ............ ..... ..................... 3.00
L'Impure etc.. etc.......................... .. ..... 00
Jean Des Vignes Roues: Deviens un chef ........,...,,, 3,
Ph. Martinon: Commti.: on parle en francais ................. 4 g3
Privat; Previsions pour 1938.................. ......... .. .. 2.40
PRIX GONCOUIRT : FAUX PAJSEPORTS .... G, t4,;6
A. TARDIEU: LA PROFESSION PARLEMENTAIRE .......3.60
CAMERLYNCK Metbode a Psage ddes rangers powu apprendre
le iraniais :
SP ur les p tits ...,.......... ... .. ...... 20
Slie Ainoe ie franais .......... .. ...... 20
S2tnme Annb: de frangais ........... ...... 44.4
Aa pays de France .................. .......... 4.0
Prlons frangais (The essentials of. .......


French conversations) .... .........
ALMANACH VERMOT ..........................
ALMANAC VERMOT.......... ...
ALMANACH HACHEP'E I.................
ALMANACH UACHET TrE ................


Brrch6
-elib
br'chl
relip


2.45
3,00
5.C
Ia
27.


VENEZ VISITER
NOS BEAUX RAYONS DE LIVRES D'ETRENNES
POUR GRANDS ET PETITS


)DENT


CONTENT DE L'IIRR

-- ~-onteaiti de r'IRIUM, Pepodent..Con-
fere un lustre 6clatant aux dents ra-
fraichit la bnuche-stimule :es gencives
et favorite in production de &alive et
elle fait toutes ces chases avec la plus
grande soret6 janals connue dans unv
pRte & dents.
Parce que 'IRIUM le novel ingr6-
dient dentaire 4patant enlAve le fim
sans frottage dur ni grattage. II lasse
les surfaces d'6mail sans. tAthes puis
il les polit pour leur donner e-tr4ti fe
plus briilant que Yous ayes jamais val
Achetez un tube de Pepsodent eontenant
de lnrium. Commencez ds maintenant
A suivre eette nouVelle mithode Qei don.,
ne A vas dents un lustre brilant, en tou.*
te scurite.


C


AMI AbWWgeang --.mpag-
ON NWsems


Adoptz .la
.. :A DENTS PEPSODENS
lsealt eil creation de MURU ',.
... ... .- .. .1 ,m 4 .
"' .. . .1 1 -


IF'








I.,
,1




i.


-~98B~t~: l~l*llij::l :j~:il ::ileIiub~i~P~i~t


uu '~P~*R~nt~P~R~s~~'"6~"~WZ1~j*aa~WB;ld~


-~

q twtW r .yw & at'. 1t.95
I BERLINER HOF
(Le rendez-vous de lout Port-au-Prince EYgaunt).
SLes Gourmrcit y savourant
la cuisine la plus deicate
j et lea amateurs y dwIstent leors boissons favorites
i Sjpcialites .: OTDOG MINUTE
BIERRE ALLEMANDE
COCKTAIL MASON
3 |.....
^!i!iil!!Iii~i~fi~i^^BfvK^^^ mf^

4^>mMMSrf~Pa ~b flt- ^9SySnB~s~arB^SBoa9WS9SMMMlfMl~^ v ajft


i bra, iri
jr


- -~ar~8


j
i


Nouve