<%BANNER%>
Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03213
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: December 1937
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03213

Downloads

This item has the following downloads:

19371222 ( PDF )


Full Text
I
,:,::
.:r
'''
~llli~i'~
.... .;,~.,
" '
:I.
:
:'

'*


.
* .. *** .*.


QUOTIDITN FONDE EN 1896
rr~ba*F~"' =


I


p


N


";3i
N.


rI
=


~r I
'Ct

ir-~c 'a4-


''
,
~ I;:
~

~ 1
i'
.al f


L


i ~"t ^\ '^y
* n .A
- Q7 -;

| ^ <<


LJ'L
r : *,-
*;/-fal


2-


/


I I


: ^ /.l >l ^^
q-2 (1,


I


,
b
i


ouvdtI LisC0 tt




DE LAJ'NLS3 E : :


DE IA J'BNfSE


En comparant ertre elles lea
tois phases du temps: le Pa&ss.
le Present et. 'Avenir 11 me sem-
b que le present i'*-aporte sur
It. deux autres et qu-i ia jeunesee-
ct rnespondrait au pt63ent avec
t(us les avantages que celui-i
p:ut offrir. Et en pouisaivant !a
comparaison entire les deux autre-t
parties du Temps et les deux au.
tres phases de la vie, ie pass cA.r-
re.pondrait & 'enfance et 1'avenir.
A !a vieillesse.
Le Pass6! Que rappelle-t-il?
Quelques souvenirs... Et voilA tout.
Le pass n'est plus: il a v6cu. Tel-
le est l'enfance en regard doe a
jeunesse.
L'Avenir! Penser h 'avenir e-
vill!e en soi, il est vrar, des idies
d gsp6rances; mais fair fonds sur-
u., avenir sans base cei;.aine, n'eor-
ci pas courir apres une ombre?
N est-ce pas rever? (Et les reves,
si beaux qu'ils soient nc sont quoi
d s rIves). Non. Le lPoblkme dit
P'avenir soulnve des idees plus po.
s'tives et plus grave ., C'est (que
c.. que effort accompri par 'EirC
fi,;i, le diminue et que chaque mi,-
n: e du jour le rapproche de o
n .it, c'est-A-dire de sa fin. De sor-
to que P'avenir, ce remain mays:6a
ricux, correspond a cette phase U'
If vie o l'Ehomme, dkvenu vieux.
e:ot aux prises avec 'inertie. A r
cmrrpte, I'avenir est une sort do
v eillesse a rebours. La jeune.ss
q ii personnifle Ie present eCt don'


4:: i .i .

1'k&aiuct socialle ilus .inportatt.
Out, laItJounesse es, 14 forw vive
de lhumaan.it! .EIe et come l?
centre'.de gravity dans le :mouVi-
ment des chooses de ce rahode.
Aussi, par moment, est-on teni'6
de croire que c'est e :e qui en main-
tient 1'quilibre. V..atioir rappelor
ainsi les qualitAs c'. la jeunessu,
est-ce entendre nia' ses d6fautq?
Certes, non. Elle eo a, C'est le re-
vers de la mdaille. Ah! le rmalt...
Onbre et lumiere! 'nme et I'aufre
dans Je meme tablV '.1. C'est bien
ainsi. Oui, toujot.us quelque re-
gret! toujours que..ue fausse r -
to qui vienne trouble :.r i douce har-
monie des choses .'st la vie. -
Quoi qu'il en so:, tout comp L'
fait, de rim e qu'i, a tfagots ec
fag6ts, il y a jeunes.. e et jeunesse.
11 y a une jeunes d'eliite. Cette
jeunesse d'dlite, bi<. '-;.pire, de-
bout au milieu de occupatior:3
multiples, fait l'eff'. ,;' 'astre du
jour splendidement -,' aun cent-'2


de notre sphere so': .i.-e lt ui ver'-
sant sa lumijre et .> chaleur. -
C'est elle qui, par mcine meini
du mot jeune, du 1i '" juvare, ai-
der, porte Je beau '- d'aideuse.
Ce nom est en effe *n appel. T.e
jeune homnme blase 'eune hori-
me qui 'traverse ia te, en amateur, n'e:- .' digne du
nom qu'il porte. Se' .: iene hnm-t
me qui aide, qui ; de sa p,:-
sonne, qui est une f;.../ pour ies
autres dans la pa '.- it dans la
society, en est dign:,
En grec, le mo jeune (VEOS), vie '.ine racine
qui, en passant pa latin (n '-


LI NtOUVELLISTE

VW), a don 16 le mot rnuveau. i:i
"jeiesse, c'est le no vau, le r,-
t noi.U. Encore un beau nom. La
jeun s pour etre d: ne de asor
3n0m, do "Aepr ih pr t'.cmps Ne, -
p6t I dana t'humanite, un remn-eu
eau incessant de prgra. Elle doil
entretenir 'enthousi;:ate pour hI
Lien. commer lai V \'-stlie entrctenaiL
I e feu .acre qui n c .-.at jaimniar
s'dt nadrc. June e.it at-ssi sxvn 'iV-
me de: choii, i-liCe, C2 nlrm est 1it :-
i tifit par les ldeti:-: art.-, ceux qy.
aident, cox ou re.on.uvelie:I, n'.:,
sont-i, pas c.r:.s I: Jcite?
En .l t.t : i .~s i ,-rmn s qui
se son acc'on.:lies .ans le modIj-
ont -2 cont'.ie p'. d(:- jeiur,
gens c' l dens m:.r:~ jlrnes. II
a des 'h :c-.~ :r. ir :'.et, q'.u1 n
i-e fer: rm- si ... eoness" i:
les fai- t p:,s. Qua: .n est v.rai-
m ent :. a; ..''; .' I r '"f
le res- :- ;. ;.r-.
Vie: r II .g. :. i: -pre.A s'". n,
ecrie: i'
A la je ti S:-. i. -., n :L .
La .1iL n s:..-' : ,,, -,- :trt .ieC:i
celle (i fr,, .: ": e .t --Vi .

C PARAISON


OPt(lQt'

t ;:1I-.\r'I;N 'ILNNL

Grand strtiment i v.,rres ei df,
Inontuoita p" u luire. de la mm 11-
leure iualite.
:; and' R,. en f a :. de
A.hhn HI. Wo^:,l!, .


NOUVELLES DES
SOURCES tHAUDEt


Des malades arrivrnt...

Depuis la deuxiemi.. quinzainie
du nmtis de Novembr2r jusqu'A c
jour, Ie village, ne cea~s de ru c--
voir des visits. Nous notions per-
ticulierement l'arrivee de der.x
rhum'atisants de J6errmi qui, ayart
enterndu parler de }'erficacit6 det-
Eaiux m,.dicamentecuses des Sour-
cos.-Chaucis. out risqu6 leur vie er.
traiversant en cannot, Ic Golfe fd.-
la Goritvet pour dese ndre au dt.-
bairc.ad'ore Corydon cFd'ull i ont Irui('
des b.ltes de somme qui les .3t
transportXs avec leure. effects .
S..iLrces-Ch.jdlcl-a. ii-irLe'rant, C'...
malades qui prennent ;.isqu't 3 uo
4 chains par jour dans ies picil:1;
de l'ancien, hospital nmaitaire, in-
gE par les colons franru's- vers 176,
ornt sur le point de co:.,plete guI~
ri.,~n Is rregagnert bient&t h;bi-
reLi.x et satisfy; it, let :' ville na t'-
!c nru iurs parents ..t .,mis sero:"
rnchantds de les r',vov rtabl,,-s

Le. excursionnn:tes

()rn rc qu'a i'ocen:a ,on dce l' -.
cane; c.' fin. d'ann.', plusiour
i,.xctIrsi nitf A viSi' cr-.. !es E ^,,
'r1-r .,, Jd< Source-,-Chaudes.- -
On sait que les Gonaiviens, orn:-
que la route est m'ovaiBse, ont
toouJoiurt our coutumn de voy'-.
ger en cannot jusqu'a Corydon, n-
tA it 6 km. ou 7 km. ics Source m
Chaudes. D)u debaredre e, ils gia-


"'""':ri:i:' "~~;" "'~
~'~' ''
~, r,


BERLINER BOF


4 Ad


----- -


lo4,
It8'


NOW"1~ (C~4 Yl L~


Am '1938






on-M
Present ses meille rsvoeuxdesaote, de prosprit, de bon-



hear i sa bienveillante clienteC.





Elle n IroIlet liSS Pl our Iii anllcer u Iqn L mlisrallo lsio iellel l Mi ti1


leuS e soI ouveaux811 "C LIPPERS" u o1iftleN as is gaanflr au COoPs ii


laes toy Ies ill I'alr, Ool lI morg ni t OieSl iPossrll. lll
leli iio ii tl dart I' i i Kll l,1 i:llll' ,f lilC!tlt Ill]St JHIll=I-


Anne A tous


I
At~


4


. m-. --- S- -
RWMP 1 R 4


,~- la~ist~vr~.~LrJYI~-~n~OhYl~i Crui991PPP~BBAIP~~


8~a


le. ....... ~ a or-a


4 1 xommxw -- --


:i. i:?I


c *'.


: :: 5. i : ;: ,
grn.rOnt lea Eaux ch Valt ..
donn6 1'6tat actuel do me no
nous attendona les vileaui s p
vole de Corydon. D6j, nro
diront que les cCorydonts, .
hospitaliers et si serviable,, ot
mis leurs chevaux, mtoes, ine ,
leur disposition, pour monte i
Souces-Chaudea.

Le riseau routier Gonakv'l
Port-A-Pimnt-Sources-Chaade.

On sait que depuis 1926, no.
village, grlcc it a val:ur, au point
de vue inldustrie1 t touriatiqu,
est reliR a la ville des Gonalves ar
une route voiturable,
Cette .route cst d'un., grande irm.
portance, car non seuiement elk
conduit a la i:!-.:, g-raede statice
thermale d'llnit:, mais elle travetr
se une riche laine: la Plaine d
Port-A-Pimrent ofi l'on cultive sur
Line grande 6chelUe, }e cotton, le'.
tit. mil, et maintenant, la pite, .
Figue-banahn,, ct le manioc.,
Des tri.vaux de rAparation qui
s'imposaicnt p pratiqie' t actuelle.
mnent sur celtt route par la G. d'1,
aidee ptr 'e-, T. P.
La p;:pu'. ion dcs Sourea-
Chaudes et dr la plane de Por.
ti-riment .e rdjouissent de l'ara
litra:ion de cette voice qui va f,
cil:t<,r Ic rc!levrment '.onmique d
cE:- nmtlre. -santes rgsio:s.


.4S7


S




Ie e 4 ..". l. "" ".:'"
: ": .. "..'..' .. :: .. . .. . .
m ': : "''':' .... .":: ...ij ,l ''i 'i' : : : ..


PA6Di

. :: tE.. Aum,


. .."." ,


QUOTIDIEN FONDE EN 1896


B WI CHAUV tVr

~Op~nte81g~Psc-tra-prtPDt


42me. ANNEE PT.A INs H-AITA
MOW :.-P R. -.SA/I|


MERCREDI, JEUDI 22 & 23 DEC. 1987


. .........- ..--wn


os Soobaits







ous n'akvot pas pu, malgr route notre bonne vo-
i |nt# se-rrir a noa abonns et tlecteurs le Numers'
de NOEL que nous evions eu en rue. Cependant ils
tiendront cmnpte de notre disir de ne ras nous dL-
partir d'uE idCe (ufe nous avons kete pt premier
*. ryalrer.
Esptrant qu'ils front d la present edition un ac-
tudil gympathique, noubs leur entoyons a Lot casion de
- nfouvelle e anTe 'e expression de tous nos uveux, et re-
merions tous ceux qui nous ont aidke fire paracilr
a nwuro.-


.


-.. n- ?-- -~-I
_______________ --r -. i.


ha Noel dE


eV-id le soir du 24 Decembrt,
aarthres de la vastc NecroccKi
wire et vides eL tristes -
ges se remplissent ('une fi--
ibariolee.
:t cette houe hrumaine, Vyou
pse d&tache le farebre corteg-
jiul de-jattes, vrais moudjis c
i Sibhrie... Et qi continue-'-
rtre, en lettres de sng,. les asc-
~tmouvantes du dr:n.c des et ..'
~ mutciis ...... C'est aujourd'hul.
i~fl cux... vaiw:'s sur i-.-
a,. las d'aller ia cionque.c
4rs asansa .pa.in .. t r
i 'autrefois.......
Ia auton;,biles seuls font bI'.-
Ienrs clarksons. Des buggy
.S par des chevau'x squele"'t i
.trottent et fort retomb.r'
i~tmnt leurs sabots sur le ma-
i L'on ne volt p!U les rpen.
,ts, lia-bas, sur les pelouses, st
PNtp pour s'amuser a gontier
I alons, ni i tirer ies petard;..
N tombre... Nuit d ombres. Ou
t~le trottoirs, devant soi, dan
ir, partout passent des fant--
hmrnmains... Ombres des m :-
Xe I'autre fois,..
k~ les galleries, des abac->
pie vides de jouioux, de boui-
k. s'offrent aux passants q-.
t.tent pas, Regardent et sei

:;.Morts, morts, les arbres t
t dans les campagnes, auprws
is6qu s'attardaient fort tarl
. la nuit les braves chr6tiens-
?Ws du pays haitien... Le pw<-
U nus ne viendra plus...!
A travers toute ia ville: rir'.
ts Plutot le son caverneux .l
*forc, es... Ceiuie des dcourn-
SCe n'est plus la Nod d'autr-
J e suis dans la rue, parmi !a
S je cherche mes amis. Je ne
VYOib Pus, Je ne sais oit me :;-
*iJe ne les vois plus, mres amis,
autour du gros bouillhn
du r~veillon familial... A-
: senchantSes, elles pronie-
d.e l'autre c6t6 de la Vie, leur
Htie, dans les cimetierc&s

t neuf heures. Et dans !e3
,plus de bal. Je n'entendi
80on du vieux pleyel ni irs
s retoulds du violon. Seules,
A ephoniques qui grondant
a magasins et dans qu,-

les quarters des gueux 1 "
Plus de musique; Plus do
ds bambouia. Et daris
ets pourtant blen 4clairC%
itts1 se present autour S,'S


e'


peite-s tables ou carries ou ronari.
Onze heures. Tout es clocn
du grand village sonnent. Sl, ,
nent... Sonnent. Les uns vont
morfondre sur es dalles des TIn- I
ples, d'autres restent dans les r'.,
pour revivre les ever.ements ac.
compis depuis de.i mile un-
quelque part, darns les confines de e
Judie lointaine...
Plus joie dans 1 1 e.urs., I.*.
n'entend qu e le brui sourd da-'
tambour acco:::p: .gr: tun fifr ... '
l i i de ds loin. .
c. rntr v nr:a t de I' in .-nnu... u
Inutiuls sans ci.u qui ILIent ka .c; '

.Minuit. I.eS c'..' -; n pr..:::m. .
itur monotone cariulon Des co.;.
ie canons d&chirent I space. 1).
losses en gudniles, passed
bande, dansent. Uis ne crient pop'.,
Detors, il faith froid. Ravlag
de midlancoi.e, je regaune ma charm '
br-e... Les ,J..r:1'.:..:,q.i. s dormetr t a
poin. f'ermes comme des sabo'.
El: ide !a table au u g'os bouilo.'
chaud du reveillon familial.
ILe grincement de la porte d r-
nriur moi jeta un cri dans ]a nuit..
eCmm s portoes lourdes d'vn
Sombeau...
Ce ler Ddcembre 1937.

Jean-Baptiste VIAl' .



L-OTERIE NATIONAL D'HAITI

Conmmunique

RIpondant au vcu te certain;
lect-ours du journal 1,| Matin,, !H
Loterie Nationale d'1aiti donner:
pleine et entire sati6fbction A se
clients le dimanche 26 de 7 h. A, M.
A 12 hs. P. M., A conMrtion que
reiproque lui soit precaabtemre:
assure: c'est-h-dire que tous su
acheteurs auront pay leur bitle:
avant le 24 deembre.

LA DIRECTION N.
-

La halte fraiche et joyouse do
ces nuits adorables le D4eembrc
tropical e'est:
BERLINER HOF1
qui offre a ses clients toute la gan--
me do sa cuisine incomparable t-i
de son Bar merveilleux.
Un Joyeux Noel tour conmme at
na'ssance de la Nouvelte Ann6e se
pr ssont ; *a %
p ent RL ER HOF. 1
n.i~tRHF


LA FUNCTION

CULTURELLE

fU ROMAN



I1 n'y a pas longtr-1.ps, une cB-
qukte de LA RELEVE souligmn:i
!a c:.rcnce du roman haitien, C'et-
qii cc g;'nre, le pins complete :.
.-sLi- c nt i.i\it Con note epoioqutt' Ui;,
gu on romun., Qu'iI s'agi- '
du r.-anu po cioh (hi roman | .-
;; -:; qu'ii s'agisse de trar:nhc
i: contempornair,, le pu;.
: n-mer s'en m or'i dd re -
i- o, ris et reser:.e A cCux ,1-'-
S&.rcnt un siucc., don't la.
, ^.in... i cn est rvilatrice d'un :ta.
'e-pi et d'un role, encore impr,-
cir:, irea dieni, qui wrait d avolu a
c g )nr. 3sais po.rquAl C priv;-
..:. est-[i ali au roman? C'est C-
q ion neo s;aurait faciement exr ;-
ro -:-. -'.+ lc.- toute'fois, quie .
IO s '. ., inttcf.lcTu i 1 rom !ane .. '


dir,_ :.ch:- t d i'. sprit it qui iui c.-'-
..-t, a': la function d'. dir -

"'l" '.ti: s.-e tctc -' on art, ti;:.

1 % f
r.;: r'-, to :. T rt'-nm ir' plj an.
,.. f 1 nous disons dans ,
.L .Fr'-E : ()J .o .t not ro,:> --.
c' r ns
a 'ion c-tait -muter no '
vos tas ,-s *t r snt ;'nI.

S ,; F]' r: tires a '.-i ai -
- d"n.tr F ." pre ; n. *nt. 'i -. .
.. I- pron u:o o...
:- 1a :. ': .-.-. ..'<* -. c:a r.a.c.t I -












el-l I e ap C n'l re lik In d '
]c mp l-'.t r. co' n q i }_1r! .e, u .li
T- L F :': -- -i F li e i 1 F, .
Sr








i'ene R EVE ret a .
d'l c ui u lont ide t-sum, a r.
,, L t :, 1es .,,:ssib ites cu l
C .t. rli :v qui furent fate.
Ienqu de L.,A RELEVE et qu. .

d'une bonne -oIont F.vident-e, stF 3
dempures trF- s loin tu. la re a", -
5k-ti >t 0- probiebmui Mats pcc 1
r- i.es t- I -.lr tart. On salet n-


demande a etre examinee,
L'un des reproches les plus fon-
d2s3;ct sur loquel tour les critiq;'s c
soft i'accor-i, c'est iabence ti,
caractere local dos cuvres de vn-i
critvains. Parmi les rares -cri,-
oh pierce le sel du terror, ii n'y '
,,nas ceite preoccupation de bros.,-i
I'haitien idea!, cet honnete hommre
liticon, figturation des vertus pro-
ores a notre civilisantiton.
Nos romans surtaut, puisquL 'l
s'agit rdt ce genre, prmcent facii n -
mient !e ton fatirique sans 0tre pour'


cela d'une xva':u' culturelle man.i-
feste. Car s'ils critiquent et raif-
lent certair-. tramvers du milieu, s'
cempruntent leurs 61idments au st:-
le de vie cxistant et n'offrent point;
unA configuration ideale du coit-
portement haitien -nn rapport a;-'c
nos besoin.. 11s consomment hli
vaieurs actuelleS -;as ent career ;ir*
nouvelles. C'est ce que revele d,;
rest Ia lecture d'un Fernand IHib-
bert, d'un Justin Lhtrisson, eic.,
pour ne citer que les morts. De li
double function de critique et do
creation des ouvres yui doivent

(voir suite en 21mte., pEge)


COPY TELEGRAM


of President Trujilio to Presid;- t
Inoosevedt
"-1 havo the Ihuor to state : ,
YourC ExcieI:ny that as the IL'h
tian Government has had recour:se
to the; Pcrmanent Commission in--
tituted by the Gondra Pact in its
duties of conciliation for the setti.:-
ment of questions in connecting)
with which it asked Your Excell,-n
cy's and their Excellencies Pre s-
dtnt Cardenas of the United St -
St-s of MIxi': and .Laredo Bru Io
te Republic of Cuba to exerci-
your good offices before my 6 ,-
, rntmnt, there is now no a-bso i;.-
.'.f grounds skin; the form :nea
IIr' r't-.Ly FovoperatiOP rtquiiL' /
by his Excellency thi President oi
Haiti. M-v G(ov:rnmcnt will co -I'
cur in t h( Jcor. ii.. :. procediPt--
Siiti ed byor lit iti vwihh the sal.,.
jde-ire s it ha iwt\v;',ys cherish
of giving the Co\v;-n-ent and l) '-
i..- of -:iti th, most co eti e .-
tisaction with regard to any ein '
timate cbiim th:t they may pr.-
sent aon the ground of the regret a-
e an regretted incidents tha'
u .r i iin Doninican t1,rritaorl
r<'iy i O Ir ii. I can Lhus a- sn'
,:r { xciy:ncy *that my (overn--
S-.v u 'i i slight-s








a P, (I o r G ,Tdi U)n e s, tr-
-z" .r in .. i' i nto a i r" t .
m:*' :.'-' i .a ,n :.if r 2 -








Se':( :i'cu~e n t aoi lthoe -
i .. ic( .......y li t- at e e n ,
en...Fc. i. ::i: : I + a.G cos-on .
[, -n' :* of ,;*; ,'. ,. t,:, rn ;
; .' t o c.t r ;' ; ". bciie ncy to < x-
h fr"- on- r '-. '. o t.:- action a.'-"





-Ia (i u-niint and thoepae f

froim bcing conva-rt.d, because ofi

;i-pabl" of tis .urbi:'g the puce e'f
America.
rAil',,PlO



TELEGRAMME DU PRESIDENTs
TRUJILLO AU PRESIDENT
ROOSEVELUT

J'ai -'honnour do fair favoir a
Votre Excellence qIu'attendu que c
Gouvernmennt haition a eu rt-cours-
a ia Commis:sion Petrmanente in-
tit ude par I- Pacte Gendra dan s .;
I attributions de conciliation nl v -
du reglement des questions potor
Uqe 'fr ti ar drntaid A Viit a
.Exctllnc .t A LL. E. I-s I r $ -
{dInts Cardenas des Etats-Uzus .U
Mc aexi'ue c Laredo Bru dte la R -
pubquo d Cuba, d'exercer v- .
boni offices aupres de man Go
vernement, il n'y a naihitenant ait-
cun motif qui s'oppos i la reche-
.ch d'unch formule pair la cooper:.-
tion amicale demanded par S -i
Etcellence n Pr6esident d'Hai-u'.


Mon Gouv c rtnment contribuera A;
Ia Iproedure de conciliation into--
duite par Haiti avec ie mime d&.r
qu'il a toujours entrsienu de don,.
ner au Gouvernemen-t et au peti-
ph- d'Itaiti ia satisfaction la ipit'
Scm:plte en ce qui concern tour.
r zif::t:'.n 1gitim- q 'ils pow--


raiint presentcr en raitson deot r;-
grettables et regre*tt. incitic'.~r;
qui survinreut en tt-nioir. do -
Snicin dans le.s premir. jours. dt-.-
~tr-,. Je poiis done assn.s r h V '. i
'xcCet'inct- qut' mon G -crnn'
no (ionnera }, plurs i er pritcx
de trouble A la paix de I'Am{riq.s-
A la preservation de laquelie to;,
los peuples du nouveau monde on
un si ,grand et si 1eritime int6r't
et qui constitute le haut et legitine-
souci de Votre Excell-nce.
Permettez-moi done Excellcr o
de vous exprimer la satisfaction !..
la gratitude de mon pIeple, eelEs
dot mon GouvernT rmoent et les nmit':-
nes por !.s nolies -tb r:is fails ?;t-
notro Exco'ileI'.c et r voirt O';' l ,
r ;i ..' cn vu, R/!^,ite:, q ': i- --

do.ninicain v. i;nli..un in e ,ii-; -
t Fs';' 5 ca; f f-u- iic.i-'.h .t:. -h. "

v .t' ;.t v ; (. An u e .
AVrtw( ..F


Rei, Iy!


of Pi.r
Pr u.i:;


.- 1 .'-- '. "T


s P1


0 h t h, : k niii,,
e !. r -ip .f Youi" Exiilv't









Gov e ,iF In
or Fi F P.- i .i,,, i' ii t i i p --



If "l. t : ,. t t-0\ >+ *t
Tfx "' .: '<' '" i h i r -



G '-n 's- r o~iitic--i s U-
m'"n .' I;;'i i








V r. I -







most c:!ere wi-:.tos that." tht cI;t-.
troay i:.y xvhnich i- grnotablv e.\is.;
bol't-':- :-- two sis' F. r. pt. l ic-," o n:.-y
tiPtai ;It Frapid, :t, and p xacifr- .

the int-r-Amorlc n p-'z'c- intr.i-
my ctr to which hty hfavo "tv
Ennx(onced their etermiihain t,
Goven iican










bty; d"tis r ,e rp vics mX,




olnct flE RESIDENT ROOSEVELTco-


J'ai whonncthr d'aect.er racv- .
tion d. twtsitriamme oe Votre ns-

qut- I Gouvernement H-aitien a .
recourst a la procedure pacific .
rthe vue dans r -Traitc e Gondra i
192 ti dans ta Convetermintion to
ci ti! ( ti r e e 1929 aux Ve fin d e tr'-
i. ul insceoluon isant ciqu' iant do -
',or une solution 1)acirqu a h la co::=


No. 14.,35


L'AfFIE IlIITIIANO-DOUINCIIAINE

EXCHANGE DE CABLOGRAMMES ENTRK LE
PRESIDENT TRUJILLO ET LE
PRESIDENT ROOSEVELT


r~L~YCI. z --r


"wc~c~w~


I


~~l~x~s*l*sl~..i~f~;~ ~myrrrrr.i~-rrr -\Y~I I~ t r. P *r
-rr r rlsr ---r--- r*u~u~u~u~u~u~u~u~u~u~u~u~u~u~


~~~'~"~~*~~~~~~~~~~I~-n------rl


o


Jl


i





*.:" .J "- i .,u" :. : ."s ,:'' ," ... ., .
.i ".A_"' .. AF. J VIA-,, "
S : ... a--,w1"-T a-- 9- -- *. t a :

1C'8i4 .... ___ ______ V_ .. 41 4. ^I IS MW |e l a


SR ENiVEI ES D MON



Revues ce mating par Cable, Radio et Corresponda

., (STATIONS HH2S. HH, etc:) *


LE REgUT tI A NORVEGE
yACCEgPF ILA sOUVERAT-
NETE DE L'ITALIW
El ETHIOPiE
OSLO.- 1e Minstle des Atf
taires Etrangres M. Koht a an-
non4 aujourd'hui que ia Norvdge
, refuse d'accepter la suggestion
C(e la Hollande que les Etats do
S'oe d'Oslo se joignent a la d&mar-
c.e consistent A solliciter des puiV-
s tnces oceidentales europ6ennes .'
r r.connaisfance de la souverainc-
t, italienne eltEthiopie.

(OMBATS DE RUE A TERUEIL
ENTIRE LOYALISTS ET
NATIONALISTS
MADRID.- Les d6peches Ioy7-
I stes etablisaent qie lea colonns-
i-ouvernementales nt occup' le1
c. artiers du center de Terai',
Sails que la cit6 entire n'est pa
t core occupy, car les insurg&E
ntinuent A resister dans al
t mbats de maisons en maisonai .

GRANDE OFFENSIVE REPU-
BLICAINE SUR LE FRONT
DE TERUEL
HENDAYE--Le gouvernemet:
Spublicain espagnol a precipt,
i d000 de plus sur le fiont de Tr-
t'iel avec des oicdres formeis dO'
emparer a tout prix de eotte ca-
S tale provincial.
Les informations de radio, dc-(
{!arent que 50,000 soldats loyal:-
tes participent i la iourde offn--
-ive entreprise pour occuper T,-
1 :el o des vioiletes batailIet
c rps- a corps se liwrent dans I.'

Les insurges informent que ]a
g trnison rebeile continue, it ia '-
nir & Teruel aprits 7 jours de s1i
. et en d6pit des terrifiantes a,-
.tjquC mentes par les loyalist.
1b4- irnform:rtteur 'r',yi'- l '.- :"
,oncent que Ics radi .s d Ter:. i
iat silencieux ot qu, l Ic r : 1 U'' -
Sications de la cit6 Crntt complVr o'-
1aenpt coupt's. Ders mii-iers dci ;,-


r alistes t d'insurgt6 sont dt'i
to1mbs victims d'ne bataille d0
sespir6e.

UN BEL t IF IMAGE A
ROOSEVELT DANS LA
I-'ESSE L6 iALISTE
MADRID- Le iuiotidien tica. organic des rcpablicains dto
gauche dans son c,5torial a reme--
ei le President iocsevelt pour
zavoir joue un tou, dIsagreabl a l
i'Internationale fa -iste Se re#,-
rant a la protest. ;tc des Eta .-
Unis contrt le bo ;' ewteraent c.-
,Panays ii a parl .i. .camarade
Roosevelt& et a d:'. -te camarade
Roosevelt a lane' a.e vigoureuse
note sans pour ce ,. a.nrployer dc-
parades organise.- $li des choeuri
d'applaudisseurs. I. axe Tokio-Be.-
lin-Rome apparel n. zIn est inc,-
pable de porter A a, profound res-
pect en Europe. Piz que routes loI
ddmocratieg n'ont 'i: que lancer
des paruoles, mais oiia qu'un joukr
il nous a semtbI er ,itre une voiu
d'outro-memr, mais ,.. ix qui ri--
sonnait avec viriiht ,i qui nous ni'e-
tait pas familiere, Q :outumes q3
nous etions a ent, .ct. Yes m ,-
voix depuis une i :Evti. Et c:c :
voix parlajt de de catie et d
fascitme. Cette vi -: avait mo-
nace personnel, ma t-le ne vac-i-
unit pas, encore rr .,i. ne por.iat
pas de signs de b cementent Au
-conTraire la voix s ", claire, s-
reine, dent ique. I : : semb,
Li.rs qu on riomn lait,.. I.o
japon avaii lance t i..iJsn d'e-st
poTur tester Roose ,i: qui ne se-t t
Ip:as rvle creux coi t les cons::--
va'e ,r:, de i'Euro Lt mmet a
nous ne pouvons p. -oir ce qu L
Ai;3;osvlt fera a '-.'.rrt, nous du-
Itlns on depit etre tentsdt de no.n
n-. me, parce que 'rojsevelt a c
,;^i.,- ;i:ternationau t I ciste h Arr
sc :ntir queques b e.,,AC excuse;.
i pttiSiii ue nouls ., >',mmes pa)
Saiuucit-r a un regau i ai rart noi'
can. idrons aujo. '"h'Ai Roos,'-


velt ne sachant pas ce qui pent
advenir remain come un xc-i
camaradet.

ACCORD AERIEN
FRANCO-BRITANNIQIrE
PARIS-- Les milieux inmTormr-'i
ont reveti que la France et I'Au-
gleterre ont conde! un ,accord a':-
rien qui prvsaift une i troitc ct,'-
boration entire les 2 armies de 1'a.:'
Cet accord a et& conclu i::. c-) I,.'
de Ia visit a Londres de M. Pier.-.
Cot, Ministre franqais d 1' A r :
semaine derniere. I1 a et. J;.;-,-
remment dans ia Cite pour- 1 c'.'-
gres Universe! de Paix dont i: a re,
side les travaux, mai; ii a i r a,'i':
pour confrctr avcc son cci -
Sbnitannique, Swinton. Laccorl:i .]i-.-
pt a d'abord qu'aun dela'ai-
d't .iperts de Iaviation fran'n i".
i Londres ei plus tat pour ecr.r:-
rer avec les ttchnicie'i s an :.a :'
i'as Etats-injuors dIc 2 arrnm',-s -.;
!'Air maitondront rir i-s _, : g.-
con tanis d'inI.f-rn ; :M.a,-
ques. Cet accri a.ien st .
plbment a ia c-oor i i.n :: .-
vaat: c .a. t .12', -
blites dans ac d' .
m L}U i^'II :ri^vu ._.<- {a .< h in.- "r .i",
L. I fn Nov :.
Lac rr. D it .- t .. _.m -...


Accord 'ur.4 n .: :.

re CUI- a a:;"i. :* Ura'.;. -j '

-"I rr .


REUNION A ALYEf.' :F
LA h ;l)LNt:E I)1 I
M. ALBERT LEBIRt'N


i--t
Ler -i




rof :rct'i -. l : l ';'' .: ,












iL',c cuei l go t ", Ct K' :.
cenp ra} r' d'-rn^- I ; s 'na:t i





miniqu c a a-IC jt i o- '. 'i Ia -





-mitilt. re-u.sant tCnt Gur I int'-.



ettcha s-qu e itt: irs" aloo :an '
cesrmi8 p : d'.d ,Al.r7.rl i r ;nat."':.
pda lurii teormietante S do ncr. a-
L accuse chaloure A par 1.d go -A
ven-c,> iyt t rou' .ain> y.u a plasm
et tch] co^. ov>,- u a u-e t le i<^ L'-, *i.
Euo 3 petyi a dmiontre o r.l : *cne-
e la va.lear p-i}rmanrnte d? c i}:. -


nme ntd profound Les cordiaux Le-
changes dt vues entr: e a Delb.os -
oes hommae: d'Etat responstabie aen t.
permits d'inten.sifier les relati o, i
tconomiques, les changes corn-
nmercia:-: et intealioctels, ils pe"--
nmttrrant aussi d'examinor e.; pI c
beames actuels dans un mmnie s-ou-
ci de s&curit3 et de paix genera,.
as montrent lattachemnent de 3:
France pour as: amis qui gardect;
Spour leurs accords et la SDN. utin
Svolontd d'aboutir a uno detente on
Europe et A une coll'hbomation en-
tre tous lea peuples dans lea libres
et pacifiqu;t negociations'-t.
Interpritant le -n.tlment ut:,-
nime du Conseil, :L Loelrun a f.-
lieitP ehaleurougson;n: M. Deia?,
r des r6sultats de sa mission.


. v Mjmw


Chaussettes fil et soie
Pyjamas de toutes ntr:ncea
Chemisettes de plusieurs qualit.,a
Un grand assortment de chemise:
pour homes et enfants do tou
tea nuaTnes,
Venez vite visitor le BAZAR, oi
le meilleur ac wil vou es t rBservs5

---,-..... ..... .---wc..m.q. c-


AUTOMOBILE A VENDRE


Voiture Ford Cabrickt, Modble
LE KAISER ET LA Vve. tDU V-8, en parfait itat de fonctionne
GAL. ILUDENDORFF ment, avec 4 pneus neufs et 2 da
DOORN.- Le Kaiaei frilhern a rechan.E.
envoy un message de eondola':- a S'adresser au Burc:au du Nou-
ces Ila veuve du general Lude-i- velliste, ehaque jour de 2 heure
dorff, et comee il a 4iti rappon l 5 hours p. bPhione No 2No .
S.1


ivant d'acheter quoi que ce soit


pour la fete de fin d'anitee


Rendez-vous d'abord au





Bazar ation al


Pour Voa JOUETS d'enfants

Pour Vos CADEAUX DE LUXLI

Pour Voa Boites de 'CIXOCOLAT

Pour Vos BISCUITS F:na

Pour Vos CONSERVES de Choix

Pour Vos LIQUEURS

Pour Voa FRUITS Glac6ts

Pour Votre CHAMPAGNE

Pcur Vos VINS de Table
Pour La CHARCUTERIE

Pour Vos PARFUMS iirisistibl.
Pour Vos ARTICLES de BeautO


Bazar National.

Bazar Nationrwr

Bazar National

Bazar National.
Bazar National.

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National,

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National.

Bazar National.


San Oublier Notre Grand Assortiment De C ,fiscri

aJACQ U INV


Bazar National

'Tous Le GOUTS trouvent leurs Comptea


PRnX HOURS FAIRS-


LES ELECTIONS

EN ROUMIe


i


rcekdemment il a charge le lfe d
rarfchal Von Mackensen de Ie rn-
r6senter aux fun6railleu.

LE MINISTRY DES FINANCES
EGYPTIEN BLESSED
GRIEVEMENT
LE CAIRE.- Lea 6:,diants ont
:taqu eLt bnt blessed gri-vemenl
u ntiinitre des Finances, Makramn
tiasha qui allait en sitee au vpt-
:is royal ce main. Seuitmer.t
Intervention de la garden duc pa-
sis a pu fteal.vcr Pasha de sea r.g.
IT s-ir.s. Sa voiture. a ete compie-
-.mcnt cieternoree.

RECEPTION A' PALAIS DEF
VENISE. MESURES DE PRO-
TECTION DES OLVRIEHS
ITALIENS
It.'ME --L Le Duct- a regu au pA-
I.a die 'ienzie 95 menragea parti-
r'it r'n nt rpro;liiqui -s et Icaur .li--.
'..; .:'s "..n.4 tn : .grr t ('et .

U:. li 24 rc i"t; n i:c r :o r tt t !'h
.;: "u r di mLrts t tha

.. r..r.'1t c.'rp,'rnti: etfntral d
.., r. .nr c.onrat cAlectif nat:!.-
ra.' .:i a;:-.:acatlb f a itou'
*. .::. ..r.. qui garantit a..
,..' r.,r- a.i ae:re :-t a h ai
....: :r a\ i tt : ',c it un t -


l. IFi'RATION [)LE COLDI:
PN:.\LES SL'.ISES
S....:i. -. L L,:: i'...Ul, u C0ode ,..-
.. :..;.:.. ?u.-e a t' ac adop; -
S* i\r.:... r": a.uri:e pr ie con

I un .i c r sc
*- .',a *n .ic (A.in :wi .8





.u .
S.. .. .... i.- p; L r a!. r' t L '
- .':'. -iai, r fure jt- iuf r ;";


n v i. :ia .rL -'. .. I' ,e. r
, -. *, .... :. (. c ; rt .vj .r ti .; ,. -


u e I < c. c'. .










i er'. nde a cute per-onne n.
;ca-s-c'da nt pai ISt i SainteR A
critu yes.
3'adresser a M.J. ALFRED
A H .\RCE. a Port-,ie-Paix
Four Port-au-Frince, s'a
dresser au Pasteur Mfitho
-lite.( 'esleyenne) ou au Pac
tour Baptiste.



LE RAZAR MODIERNC,
ancienne Maison de
Amador Mounra,
Rue du Magasin de 1'Fnat, No. 91
A Ie piaisir d'infrnrr sa bhi n.
'willtante' clientele qu'il ,ient d. rei
cevoir un assortiment Sp marchan'
rdiscs de toute fraichetrr,
Cravate:s. de routes nuafnces,


placid sous le contrNPe du conseil si-
prLme mJlitaire ]'r:traUi.ment de
6tudiants au mrtiaer de IR gue
afin qu'ila pui.ssent txpliquer io
Speuple la science de la guerre t de
la defense centre le Japon. cIte
corpa de gerviee de la guerre* t'"
ront aussi forms don't le but ~w
d'entrainer la population civil,
la guerro de front at de guOert
Lea milieux informss pensent~ ll,
ces measures sont seilement eftUW
parties du plan g6n6ral de l'orw ..
nisation de la resistance qUi Cim 0
tera l'unit national destin& &
t fire check' I' agVession japon ...


De Aerenne

since A~ienne .


AWAV4~ ft


TUCAf; EST,- I] :, tof .L
ement (taibli c(qu 1. prti libAr
-- qui r.at, al. 0i le :,arti du ,go
vernerrerit --. a obtenl un ,
centage dc 41 o. al des votes dar.
:out jo pa.:-i-: "<. .irn. dcs electir,
gInor'.:is;. C ,hn) m6Tment t la i
romaine. a:. ,uruti rmdnit la a
joitt b.,!'u, ~i .Ii ries darn 4
notuveau r.:rmlncnt L-e part a
t io n if pI -' vi 'Ztl .. i.p rr s a v ec .
o c( dc v, --., Iivi par Ie part
od icar:u.-, t ; na.- lilriaU.t
"Inid i tie.' 7 c ) a vanr pot. leia
CIza. Iia: part d pc;;np dii"4
Par A r,. ; o. agrariens pr6~
:ec r..r Arr.: ....n s :t les radije .x
pay.-n;-" ,rif at- :. par Yunian Tie
rlnt pr:ut r._ r ont6s rians le n-
',t u it- tlC' it p'isque au

2 o j r qi' i. .ar na loi.
L- FprL ;iati:nal rv-an est .
S... .u.;'," -.. L n r; d-i -laders k,
I >,.1. I) -lia r:' jmanie, Ce I
., it-a etv.'.r1mi s-s partial
n r!-'n,. I. XN :,.:ias L tIu esco:, an.
Ltr m. i:n .r dtr-.4 AfTir,. Etran.
g r'res c '.: t t'I-. t ri iat li'n |
.;: d.. Ia ['r.' ln-c : t U :a PI tite En. r
tr .t;'t a;''. c ,;; :. i'o ..1 s ;, idtique,-C
La s. tr ., ;;: i d : .r. appuy6 la
n.'L c ..;;: r-, "O pr .",e tr's fa.
-ra le. i 'ai: u:. entree r.'-
i _i'.:["c a i.,- ,j t .'i ol RoO m iii.,ie qu'il a.
,...:t .i .- 'le -' c i d 'rni re rm -
.:Lii- S:;t rtn,]. paril i ur ia 3 ,e-
1nt. p'. t i quei p~ .i mu l ie
m ,i! : ,:...:i- ;::ei :tal lens et ai
: ," 'c:," '. :i i ? ',|

L(C4G ,S-A. 'N DE LA RE.
-.-TAM HI..NOISE

HIA-'. a1. '' iq les dpccie -
'. .t '.!. i ..n ;nf .:i 4 tat .D'hi-
S. rru j concern
1, 1'. .'.. .. r siatar.-
', U }i. ;'., ,. 1. ,, "* : i.i +.nc orD ar-
i .> :. a: .'5 .L .1t. m ilieux
Ijb t, [ I :',, !* .. ** ,,.ciar a all-
T...- t, q[.1,., ; .t in.ticatiorn s
t'r [<., t;i.,] .", 1'- pr liahelanblemet
,a':lt 'i,- .. nombreuxi
tr t-, .. i; a.'.Jll n 5 diatricts

:harcun L. u ;+ TT hJmrr.e qui s"
*r ',! Q id.hLa i. a n1tnistrationi
.,iia;; ..s ut p ',, iq,.,.-..:..- C c objectif
S(.id.y'.ir Ut ant, elm:'.'l district et
i.t..,... l s gr : misure pOa i,





tir. iPu kow L. 2'meo district
.nJlqprnLratil 1:, province de H-i
nan et le Hoaci .'u Sud, le 38nme di#
trict comprendra 1's provinces de
Shani t rioe Shan-i, le 4~me ditB
trict la .art.ie s'u: de ia province
de Ar-hci, d c Kli.::g'aP et de Che-
k-'ig;, !- 56me di riot les provi-
::_ dce llpeh <-t .,. Kiungsai, Da rs
1: but di. pouvoir ,fn mome' temple
mnmiui:-r In r[l :.ntion des pr'
VicI.Ls 'uintaine. ,t SpirituaUB
rnent et materiehi :-.nt en vue Jn
la resistance at *. i de tenir lI
peupte chinois da:..a uine bomOgit
neit: pius effective, le Depart' I
ment cie l'Educat..mn national .W


I


:
i
t
I
i
i
i

r
i'


I






...S^ ...-, A ,W U <~-m -" --


PC..S
- :--- -


4


I


U


I


PRESENTE A TOUS1


ses ei eurs Vcux


I
Plot


Nourix


An


i
i:
r.


Des bIurg(Eis, C bonhomnune;
qui oiut dlt rK-rv< i'n'-i( e les df-
fin it not t-cn'fret n, eai- SIica -
'ried, de- bdour'tt.oi narc.haient Ipin
derriire des Ittiravaili'iirs sit'r i'-
tetes tdesqtiues (taitMnt posees de on--
yennes aescaisses contti t chaen :
des potvs d cons(rve4's, uner coutlCs
de galloRs do viEi b lJi' tt rout,
qiiand C ce n'( it po lt une damn)-
jeanne do charun d(o i'-s jus d1 IAa
vigmnT. ds bIonttili.s wd liqueur: a-
bricotine,. ci'acn -t St. Vinwvcnt do
Paul, des flacons de m:iJaga, (d
porto ou de mnad;lre. Wle paire d;
Venve Clicquot, un sl ---cisson '.i
perbe scus le tissue d'argent de sa
Shouppelande, un eitormen jambian
i sous sa casaque de tile grise, oo.l
re ou jaunr la moitij d'un fromna-
ge de pate grass et prifois Ie dis-
quc du fromage, une profusion Joi
boites ce bonbo~rts ondants, -d,
pralines, de dr(,'-.L do nIougaits,
dit rtaisintls r:.-.., de Iprunes, die fi'r-i.
tri:;tll-i'ds., s riiciddl ,nt -di mdon -


S olll cw so r .-.it *tnt1,ici s,'.ls ir-.
v nim (1 1 1.\ f. (' i it k\.,t ptiit' iU
coite t v 'Lt ioi rt';1 l jc*i ( f; i. m 'in -
i' ire) p s plus dl r-egri- t d'ia'.'uo-
vieilli':


S- -... .. ...ty p


ImON -"-1 m p" 1 -P ..i .ay p


'ACG. .


NIO L D'lTRIFiOIS
/'.*.wo f nf t filled
CGir-s,3 :'r,nti/tslp, .

C'6tait un spectacle merveilleux
que celui qu'offrait A P trn enfane
Sla voix d'Wor la veille .hi Ia fete tFe
NoWt
Et d'abord, ians teoas les quar-
tiers de lI vill'r, notamment dars
ceux of !ia circulation etaiit susets)-
tible d'etre intense, c%'tait unt- et-
nimation: et c'tait un entrain, et
e'Atait une activity incomparable.
Soius tmllfs esos galeri*s des f 1ni-
Sonls, |1 0prito iil;tidnwir t s'ous Ct
de la pharmacki Albertini, irmmn'n-
se building ayant la former d';oie
4Querre don't les cftes donnaint
sur la rue Pavye et sur la Graind
Rue, sans interruption Oclataienti
en rafales et f ta file des millitrs
de petards, tomnnient des bombe.
et de loi n in loin que-ques forni-
dables coupsi de piic.s.
Cs pes e talent des spkIces .c
petite canons fabriques. par not:.,
au moyen dte vicilles .-l,'.iil-, ou do
trongons de tuyaux fix.c centre I'u-
ne des surfaces d'nnm psant car-
rd de bois par un double ou trin
teur doe iis de fer, dt ragon U lai,;-
scr en dehofrs ou n Ol diedans hl' [bo.-
chcs s des dites do itll,- ou tnuya'x.
Et tout cO tinlam:nl-; piont~:tE
les Iamentatinls pe- TaulnOei (EA
,blades,. des exclanua r t ols dsin-
voklS t (\jqt1qil')oi.L irIimond's.' dat
voyous. tde soudain-s ..'g;'i:.,
s'ttievant dtis quart.ets ue in,,-
.venons do signaler. Ct-o uor-l.a, -rf
quarti,,rs nOe idsenfimpil . d'une vti ritatbie clcohui.
Au n'd-'ie did ct tc muidtude
cftA i t' i'o s. i ti ln a "- -tg i'E tI';lait' '
des

donits niitomsedon- tiE ''nn i



Carni' co inr,,,; d in s.t:' dg' d ''
mrulaion )u f ti 4ue hi ev:
profluf t a:ussth poV fi r com("tEf'
de's traits 4 ,' bro i :nt
AU ord I dl' TT'I" tA'S grut[i."-'
'fmljs ct- jo.! iostu 1 i flEti s'r-srrn ",
de[ col.it... "" 1 pt- i i]OF iii (in
CIS M [pcl ict l (jit i JirI I U.r ,irum i
tiv jk c~md'lP s d10e clitt,, I'. A.prbc s -.''
ct-u app-- rovisioon-. 4> t iV--


D[os [imnie.s du* p d"iio avaiE,"
ets maip n i0 b'f (.LE It.bUarra.sses
d'article divtvrs. PI'arnii ces ari-n.'
fignuraient di.:s pides ,r-Esitte s te Is
fslenceo t.t di' d p- i 'i '.t, t" .
(io",:s.(n.-n n;iso
port, a iut r(-i '. N l E I- s i.t? "
di / caln{1itit' ', n in ",,. d s ,oii
rIi:.'T.rl4 a t4 o j .t (dt." E Ui E taillrt'it -|'.
bien tuparavant, (' rit vu: die (I:
solennitd, iles prrmeunaientL de
scaye eni cave' quoiqut'<.lles lnno i;--
sent gubre d,: revOwk,',1ses.





.':;:: .' ;:i :::: .: '.. .: ". ;' .: .";.
a..;: r .i."......~ .u .

desI a lmAnch qw eue Tear Av~it O- .-
:- i; conw" aisaUce machiavliqVe ..
de patMnS-n.lais ce mahiav6I- s;
me se reconnaisait A ce signe qu-,
tls calendriers 6taient dissimul&.
sous un gros paper d'ermbalsage c'
minutieusmemet fltcel s, pr6cautioi-
propre A #carter de leur distribu-
tion restreinte lea itniscrftes et
importunes demands.
LA des plres et des meres de fa-
mille disparaissaient ous dea p.:
quets enormes de joaets; famei-r
polichinelles peinturlhirs it ravi-,
chemins de fer anx wagons ban ,-
les, ballons lastiques bleus. a '-
r.,' blarcs, noirs, verts, lilas, ro't-
g 6j, s6duisantes poupcesr mecani.
quest aux visages ro.e-s. piques ik1.
deux yeux pareils & des blues,
tambours, clairons, sabres, fusila,
kepis, appeals a fair la direction
des gamins et formant un mat&-
riel comllet de guerre. Et c'etto
ce maEriel que ie vieil et touojori
jeunet phre Noei, sur h coup de -mi-
nuit, so disposait a vEnir place.
s;,us les lits des gosse. et que ; :
d mrniers y dcouvrali:' 1 a: ceU'.
]t' ure unilq e entire t iut:it. Impat-
tients de l'arriv&e de celle-ci. !Vs
essayaiSont, mais l v8ii:, tv .-:.;-
to folie du logis, biattait ia came~ r -
gne- Et vous comprenp'rdrt -ans -.
ne, ayant ett infant, li vivaciti 'v
plaisir qpUe povait ,ir cancer SeL.-
blable dtcouverte,
Cetpenant, tons ie.; resta.Lran:.
de la vile 1regorgeaimnc do monds,
d6cor&e pour les plus achalande.'
et les plus co(sss d'um abondanc
< ianta tern v'ni8 't pe. U ,.


Au bar pin td :-:'.* -. quo udin-
geait i e poet Paul Aurdrluli, plug
codnnu4 sous le nim .) Nilaup c'-
taient de& groups di-s ,nmin-s au-
tour de petites tabiv r'e for., S:r
ia plupuIrt cYdi 'l ib:. .- ctm-
piquaienr vnuloe-,rs i rit ,
i'uine partie t cart:, ; d. donit -
1s ( .nt 10 pa.r-f i chR m ,-.
etait suitexcit- par la .utiplicati.'
progressive des grog. bso-rb-s ,t
.i's icgi^-.. -s furo't-. Iv- '^ .-

trw it s. 'ttti I 11 i 1(1:e


(it! du' nti r -i K or. aiit rid.
IJodLLe, dU t :q i'tot -, t ;, (;U ili n3.,-
2 t.SLtuCeu^ caur'd lu 1uiC forLjn iPt
i t' ha. .d t.iint lafIO C]i, p-:l ;
Stb' ct-1 Hotin ltepioV
f-', renoiciait dans a dining-rocrin
Ett n'taiti point, par exempj ,
iusqu'c a U lc Maison :lorcvi~ cot &-t
bli'ssementn dutn si vitant curt n-
.-i~r qu'offran t la Graidi'Rutl qui ri
fut rnmplie d'un monde biagiant 0t
riant.
V is a is e cet': attractions
tl.mboya-nte, de 'autre t, de ce' C
te rue assimiite par Firderic Ma.r-
cseii'n 1,1, lunsitKe rUPl, pierce qT't
cell-cei traverse Il cops de la Cit
d'une extr6mit( h i aut e. le bazar
Lagojanis, do bon Lago, ailumair.
Badmiration ou l'enthousiasme p ,r
un etalage rnagnifique ,' savant t
meubles amerieains L par un ,-
moncerlement de bibelots A bo$
march.
Quelque furtif que ftit e rega d
que 'on jetait sur la capital, on
s'apercevait que depuis quelqnus
jours, elle avait fait peau neuve.-
En effect, tous ses aspects etaien:
d'up e entire proprete Quand !e
Slhneur se transportait dans les
hauteurs du Champ de Mars, dans
cette region comprise centre la pro-
pri4t Drcoste don't le percemenn
devait dnner un jouw'''haissanice a
Avenue qui porte depuis ce nom,
et i'entrie du Bois de Chrnes, .;
aucune tro.ude ne s'4tait enc';re
pratiquee dans ces parages, il 4tat
a nmem de constater que la mu-
.eipaWlit ne s'Wtait point fait fau.
te d'en extirper sous les rapides
coups de faux. et de 'aalais d'unu
toilette radical toutri les fo'e1s
.. -- u '' <


tar


0'4'


Er
.&


T


I '


Port; a mrr-Cri


%nj


NOUVEL


PRESENT A


AUX LIGNES DE NAVIGATION


ET AUX


DE


COMMERCANTS

LA PLACE


SES VOEUX DE PhEI.S SUGCES.
,"


. .


'4


TO[S PARTICLIT


GM------ kl II- lr-~-~' -----
: f HM


1


--i~


.;


le,


I


DU


AN






e.. r a ui-ttn knta
: w oat plaEt t qut i.y tueitnt hta b'.e'
l combine A demeure.
!11Le caft du Falais. cc petit bar
Lto 1qui ad4jk, etait IA oui it ait vu de nos
IHASCO jours, fonenonant ausi hettrewse-
naent sous la direction du ils, no-
r ......,.. e chaurma nt Pt. djist.inue co nt.-
:: '..ar`::. ,i .ttran I uin:mn nfe Deni qu'l nur.
chtitt lriI(''s a Ati rit ii pbrc, noe an tckin et hoi-
norable cornpatriotl, ce jcvli ctfe
avait reqiiu pour la circon.itance unfO
fralche couche de printure rouge
Set vertie, et il mblait que kls bong
qoin m do, toit pr pritiI ra vou de n-i
: .:sent le fire contribute ainsi cnit'al-
.6 gres:rw quv rlpanducit un Ip'u 'lr:r-
tout cotIt vigile (ii d Nixl.
Eln va, rl t oti (.(i! ,po'- -ti 'r(

*r.tyti WilTIP titi ii : hi -.4: 1 Yl* .M:r.. ti
qUiLK I( .r't i ,f lla tin 'it millr ;!i.-
b Ti't itx i X L ITI' Ftr ta .t dIi c I't' -
I 'o tir' li'rri,%I .iii v :1t :, : ,1(lo.- *'I*T
I 'cdrant ct- him i ''cli t.'c t rtr1 ji
Palais National, mw-ivrr int:Pil&t. 1L.
SLutforcstfrie .'t rigt ait on touted ;:


,.^ ,OC AS^ -^ j ligence i'estrade sur ainqueile H tr-*
Snair deb out oL 0 n1. 'ait il coni-
min-ion 'hargte d' :a 'side.r au

*i.A t .t pn ^ivi r !1' .ti.i S,
i 'nt' g l'tl : .. l I ti :pi'-l 'a: i;t l

S tVfit avoifr lit:ti t vett p)oqut..
Pour pjx qu'on '.orientat ensui-
Ste vers !a partid1 du C1imp dn (h1 5I
qui fut occupfl piar tImmensT e c.,-
Sgo de for doe Tribunes, nmommiintm
taits5 par It; gouvericenu,-nti dp Nori
.dow- Ale-xis, on rencontrtl dani s crit e i

S ou ait une onn drot tion du maot dc or -n o wIl
aniit i0 t de 1:i'0 A& if n i-,
t! titi it e (CI perIisollnag ft f l, ')-
niu .ttte hauteur pr esqtu int:-
cessible,, il s'dtait effMrndre i qu '-1

S, i' l ,1 d- .iit- ,. :- : (' ,
TA;I-,.e t 1I
'^ m kir;<" ;, ;k'ir.it ,r- ; -. a l',' :'].. .. .-

AMl : M u t ;M ; r Al JNe i P
it'. S u ti t. l t ]'. L It' ,. ." ti n '.


: 'O r -ts pri-c i : ii alt i 1
:,, t, r '. i : C.f.l. l } l, i l', ,', !.' r "*



S. i I 1 I
H e e s.,nf e 9 V ,. 8, 1:vi-




'TOUS, I'OCCA. WONl
SI E I t I v

i t '. : i i .'
delah'-. '.,an t I n l '. -

li~~te. ^ jiB| ^*ri^ *^ (~~ifL-H'U ,<' >- : ;t': i i


dt v itk i 'it: l:a;i -~ .rt h... ir.L .:
e di' ,L I-

(Iltl '. ;'l':.2 '";! ,i i -: I f tlit'tlr ,'i '1!



Sl'ti t'' ;i u t.n it '

i i t,, 'i t"' ;. t'i ,', t .. t. hl',


Principalement a ses d6voues t t" r 'r
i'rin ii .' ;c i n rh i .!e be-:. -s i>^ ',
Collaborateurs des deux Praines \ ,w.s..
t1.' rit, i'"', tl nl [ ('(. "'." y tr1pii ,,i-
'" l' Clit, V t';i, Icl i'r~ i(.t b, i l -
Elle formula des vemux les plus sincere.s pour ,.-ni .n m- ,,,, .
la Prosperite du people haitien. n,,
aUraitnt el n(!iit, ait : ( 11droitis ;,(,-
proprit.., iLt quoei' c .-r it di.: cc-t':
main-i'r.! jmu c(.,wv*-ni'-l.1 qu'& tO:,
'Vliuicc:-ien (it (c u. H''e frtcas.sJi-,
to> .signal (h i ( vdi cl.nt i enmellt,
A ca.n'o du jour q.ti : isg-e .i ra.
pidt-ment t.1n cc-ttte sni" i tlnrm:.-'


1 MEIY CHRISTMAS HAPPY MERRY eSlc ,l
SAvt-c la nusit ad ryi-L i daCli

(voir suite en 10cm~ra. page)


r ---

fLZ2Z




%,.. .... .,. ..... J .<'
1*. -A S-f L A :I Wh
%.. .. .



DEVANT LA CRECHE
.... .: w r r
/ ,


Inpaes et t sotnehn dans re
crwcke, parer q'il nt' avo w
pas de plOacS ier cuo d.n ,.
Photrtleriet s,
ST. LUC.


~~2


Les Zgenrations en s sue iccdan*
offrent A I'admiration c& tous cir-
tains homes qui j lr'nt ti n de-
grb maximum les possbilitCs hu-'
maines dans les diveru domaines
oi se diploient leurs activists,
Los uns savent trouver au set;-
timent l-xpression unique, la soe- '
le capable d'en revtler -'ute la pro-
fondeur ou toutes I-i, nuances les
plus fuyantes et les plus d6lica-
tis, en un mot cette forme at laqutl-
le it doit de pouvoir produire darn;
touis les ceurs les plus iortes et ies
plus subtitles vibrations. D'autres
ont le secret des sons et des ton:
propres A toucher agr6h:,.bement m
milancoliquement les cordes ieL
plus intnimes de 1'ime,. D'autres i:
core ptluvent s'eiever i des hau-
tours spiculatives qui embrasser.t
et expliquent I'ordre et le mouv-.-
ment du monde et d- i'Ame. D'.t:-
tres enfin travaillert avec -uc c.
a arracher A la nature cap~iciion-
ses plu: grands -sec(ts et Pn-
fait servir docilem.ent aux )besoois
le-s plhs FimpV< e It i-,. n u r, Iff;;i
td l'homme,
Devant ces homnr-. don't
cteurn out captt peour .,en fire 1'W-
cho les accents les p'us fort-, o'i
les plus cxquis, don't I esprt cIla-
re l'humanit6 dans sa march vfr,
la veritb et Ic hien ttre, (dvant c.'-
types oi nouts noIT plisos a ai-
mirer tout ce que nOas pourria~sa
&tre, nou.s sentn-,,s ,) be tin de n
Sncliner, ei. t : pri" aT ti r '
mot a et cr(ee u tr marqu-r 1'a
bime qut; I* sparee de nous et po'r
nerferrrir notre vn'n'%tirn: t t
!e mot gtnie.
11 y :i 19 7 an:. ', ire pian't'
a requ un home iqui 'tait att--
du depuis plus de quatrc mille :'.:
et aupr-s duque, thus '- ginCls
r( dwis saonkit tmo rains a
.Ka-nlti .tvue ph 1osoph a Ut rI? i-

Vi*.rtl s ri i Idin h ,n
(ib r i ph ';: ":nit ; t f'ere '
.', ti 1 .t-ai t i t O ifn :!9- m" ^. .
)rait{ ?m :i ntrh) dor-tC bIa r'.i.: 'i ^;t. -



----- D ..------.'} t '
(tr'ppn d-, c". :uxiX d'f^n ^'- t. ( :[ '.-


(Comment done vienrait aui m.
.................... .- .- ... t e D ieu tutt a
tondu, espoir t :-aut d'lsrael? So.
arve strait marqust de .-,!:;.-
trt, s imp'essionnants, quelqiue cho.
.t comm1 ies eclair_ t t ie tonnerr's
au milieu den'cuels Dteu donna ;a
Moise sa loi sur Ie Mont Sina-, m.ti -
queiquo- chost maliife. stant non ai
colbre, t:aisti la j.ioe:
Otn p;tevait-on troutvor de X l lais
asesz splendid pour u"hbrtger. d.'
t rccau assoz mnagnifique poutr c+u
porter? ules homes out don sa'e :
tendre. fcimer une va.Ste assemhhi'e
aiman et iet receilir pot.r recevir
leur Die;s: car its np'nt pah s b t'
surprise, les prophtvcs u our availent
tout annonch depuis plus' de oIluIt''.


mille atns!.
Mais non! certes, non! la v&rit6
ici n'est mime pas vr tisemblab!, '
Ce maitre du monde, Lc p-re, ce
crEateur des homes a et4 rcu n
par eux, avec la pluw grande ir-
difference; ce Dieu do lumi-re e it
venu au milieu des tWAibres et iles
tUntbres ne Pont pa& comprise. Ii
est venu dans son pmroe h6ritge,
et les aicns ne 'ont pas requ. II n'a
ktA requ dans aucun ppa.is, loin de-
la, come il n'y avait as de place
pour lui meme dans ine h6tellerit,,
it vint au monde:dans one creche,
sur.de la paille, lui qiuon voudr&it
chercher sous de sompiueuses con-
vertures dans quelque XFertig e ja-
lais. .
.4*


j


h
w "


r


6m "a


h
Ik


Il


seconnaissee-





a rf b J S~.


Go JS af,


t-ea iil,04


DE:POSITAI I




EDMOND CELCIS




Port-c Piree, Haiti


Gtandes Distilleries delay Hslco


A


Sarthe,


Plaine


du Cul- de S


N
j*


)ac.


...r.~ r --- .-_~~p~--~


I I r -- Lrll I ~~~-~lrLY


-201me


IAonnt


'SOL.) ho'* tE




Offl :4r.,~,. ~-r r
% %I
I: ':,:"d '~LL9: ~ L~1."' OVA"*, .
11 pp o o:q. A 1101
.::... j:.~ ~ii'_6w ------ XIV~ iIL:add~~*~~* L~~.*~
i*:r~c';~~n~ ~E~~E~~E~~EE~EE~~E~~E~~EE~EE~ ifire 77 .1. It CAP It F IT, Awrl;~C~ c 1.ulruw~~


PAGE 7


LA


h
600


LA


I,





1'-.


4


. .. .. I ,


.. -- A AM low
W43 90%w m
K-Ba a
S
VUIE se ElhhEULVS VUEUX
-"' 0"'


Quelques Pensees


LUW 1' I poI


SOURAITS a ses
,


ABONNES et CLIENTS


pat ;nn-.eras
a .! .:' (; t I 'l i : .!' (},L i
tcniii <. !t( .:5
des in(Li'.,di .istt
station ir.tllc't tu



l' it' 'uii rtadir it
traits s.c ripatnd,


d'un ," tlo


n'rtc at. phys;-
ot ire en mnt'ei
MiUt.' ip tli .'
9 fine or;.^ ",i-

A. JIRMIN,


: toux reflect u i
et tour sur no,.:


1r":re FArlFERT.


Le diro-l dets Natione nt'et autft
cho.s qum, I'nsembil de. obliga-
tion.i ; mutnel les des Etat-s,, tit-,
principa rw i- i.nit q'il.: .rvcorlai,-
sent et iqu'il:: .s,'ptlect^nrt tt qui (ir-
rivetnt de' :. : '. ssitr (.es raplxirts
tommuna.
Abel L.EGFR.


L'ordro ratinnnl voult que lo
ri frmes suociales prrtbdenti lie. ri'
former politiques.
Rln6 VlCTOrr..


ly*
.''.YL'.L.II I-I ?I i.

i .;
.:r: ti:: ;r ~i, .t
~~: 81 c
tr::.


"4


7 7-


*~ ~lo


9


i


A I'occastcn de I.....a N
ids il E


et


ziw
E

up A


et


oir


Ses companions aora des antl-
maux qul Ie rechauffcw de leur ha-
leine et de pauvra: brerers qui .ui
donnent en I'adorant leur cwur
simple et naif.
.Nos Chutifs cmur d'homme sort
trouble devant ce mrystbre, c'es.t
devant ce misdrab!e r6duit que
viennent so prostertner notre ;
tentent somptueuse.-. nom; pr6vii P3;I
Sgraridio:es, no.r pro'jjet royaux. It
tout ici .r-t tr~s bien, cuonforme at
dessein de la Providenct.
Ce corntla.te etntre la jnajeste de
l'enfant at sa situation. !ait 4clter
davantage aa divinity' i revdle adr
mirablmennt Ie curacti(ef do sc r-,i,--
sion. C'est d'6iA son ,.ntier Sr-
mno et aujourd'hui 1, pauvre hu-
Srrnit,' souffrante et re nplipe di',-.
poir fr4mit genoux, in chan!arnt'
devant son bearceau, le Noel de hi
Sd'livrane,
I1 eat vena, il a bri),' nos fers, ii
a ouvert Ie ciel, II a ,.'mblb noWre
esprance. Sa mission (-ra rempyli
grandiosement, car il A uira le-
coeurs de tous cmux qui : entendront
parlor. I] nourrira I'Arn et e6lairr-
ra I'espri' de tous ceux> qui le chvr-
chient dars la sincA-itk de !icu
cmur; il ira it eux avan' qu'ils vn-
nent ft lui 't cc sent tes milli .1
d'ihmc.s qtti lui tdeivrt ]s drtS ic ;
dotnt clios jouiront au Iiel. auf..
de son perc qu'il recorciiirn a":-
l'humanit& en fai.San ie sacrt'i!r
de sa vie et en ver.s;t son sa.
A grand flot.
Cette strange nais.,ance u(;'t
Dieu dans PEtable est la plus bet-.:
et la plus frappante con de nm-
nale at de religion: ce'st I'apolog:e
de la pauvret. da ns uo monde (t
Ics plaisirs, la richesse et ia for:.:
sont los idols aux pr ,rond&ranc -;
les plus rutiecthee au oeint oh iJo-
seph ct Marie, pureo qu'ils 6taie:i
pauvres, ne pouvaieni trouper an.,
cune place dans les h:. tellrie., 11
ne faut done pas qiu cc tte ftte pit--
se sans arreter notre esprit sur sa
profonde signification, snsa nou,
inviter i entretenir dars nos coau: :
ce coin oti nous nous retironi plr
m6priser les vines apparences, c.,
fausses divinitis, iu our chi-;s .
sons et ', t: ''rn.in. la pit ', ret5 paC & .:
qu'elC e t.t ]a parur- f hoi;sie par
SI)ieu poIr noiis visitor co coin !,iI
nous s ta,. ro nf tiea cpt-
gementt et les trn-.: ments de.r'
honrrme oui front incplpables dP in-
connaitre les vra vr .it : cur.s It- lf
trsftors tiew rvcetdnt a; iinmplu,.
du ceur;, (ldetachemnn t I'amnour 'h,
Ia pauvrret tet l'entiet" abandon 'i':
nous mntes la vroiODt de D)ies,
de ee Dieu qui a daigr'r: v t'aire -
fant pour nious 'a.v"r "t .no si
conduire dans la daen, ire (It l
Phre )h Itis ch.anl iTn''s heoutr ix
ct rani-; ;ix\'co t,,r ;i t i (dii? I aftit

S Colibert .i GN iU MME,
|C l-. irecteur ..............................................
S rdu 'oltiuze St-Ji-; nien.


16


~5~ ~? :~B
Iclr i





X':.0 "A .. M IF.....,

..'" X'.fttb l .d ,t t '. '**** ^ * ". :. .._,, ;, ^ wp

SE M. SAVAIN .
Une COm~ i, qi 'd to meh*
bian, a'Wt palX tre rm IaV 's
mitl oun de synspathie, I' ie
raiaonne, maztiear. pFies du
rt l qu'a ze. f al Joy7()g Noel l"" Alunt



Parler de peinture, en ee temp.
ot lea questions d'art enc,.r-.
moins que lea questions litterair ,
- prboccupent peu lea esprits; r*
saycr de dire ce que oI'n penBs do
Pa. Are d'un artiste, a catte 6porTie
des.-obisme, c'est, dira-t.on, je Fr
de:s props au vent et avoir la pr,'-
tention de vouloir r6agir centre '
tat de choses...
Comme si la perfection Etait pa.-
sible dans les manifstations de li r.
teligence, comme si les gota
4taient tous les nf Mwe, il est de i;
logique, semble-t-il, d'admirer sans
ju.rcment personnel ce qu d'as-
tr.s ont trouvB raison d'admirer. .i
Mais, quel eat elui qui peut p&i-*
tendre A Is perfection?
Dans le. domaine qui nous pre-
occupe, quell est 'artiste a.sez "W
pus3sant pour ne jamaia douter &- -
sda et capable de dire qu'il a ai: S li
d'apprendre? S 4E
Apprendre, mot qui n'a aucI ,I~\
sens defini 4Brit un maitre i
la palette frantaise et qu'on n f
sau;rit dblimiter dan, le temps, ap-
prendre c'est acculer le savoir, m ;
ot s'arrete le savoir'
Question embarras5ante, s'iTi ,
fu qui s'explique pourtant aux iI-
teiligens toujprs avidePORTA U-PR NC HAI
raigsances nouvelles et que pour Z tI A
cette raison mme doit bien cone
prendre le jeune peintre haitien,
M. Savain, lancd h la recherche d .
be:.u, et don't rmuvre aujourdvlii
s'qffre A notre attention.


Le paysage, genre dans~iequel -
so~t distingues un Millet, un Diu- t N
birny, un Salvator-Rosa, et qui
prte si bien & I'expression poe;'-
quu, est celui qui sert aussi au pi- -
ceau de notre jeune esthete pour .
faire vibrer sa sensibility et lc i pc -

int ,rgintion ft{ondc.. .
C'est lt I'une de ti iions rP
lesquelles Ion tt00roV-v un r&e ;.A pi
air A revoir toujours s,;: toilet.
te plaisir, on le zetrouve sc-


Reprdentant le "Ucr p .'u i'S, v B
l'hlure vesperale c:ombien che r
au peintre de 'Angelus. ce tableau.
d'in charge pregnant grace a la
magic des ombreas, faith &voquor d,.s
piDayage, que soul dtpaint avec .- ,
art tout particulier at uhi certain
impressionnisme, i'"tet vr Iu -
man d'un Spahi.
Aussi, encore qu'elle soit br;- I -
so de achicb, cette r4alisation t-
moigne avec d'autrec compoiitit;- 8
noet. moinas interesantes, de la po:-


sion chaz Partiste pour ke genre.


Copendant, la technique de Mr.
Sayvin, 6tudi& de pros, n'Wt Ipan
tou.ijurs heureuse pour ce qui df
trait au colors.
En effect, si pour sa sns.ibilit6 et
pour -e souci qu'il a de recherche, -
la perspective, cette sciencee si be'e.
et nuaui delicate, it noua laiase s-A.-
p6rer qu'i parviendra A des cuvreai3
qui le placeront d'embl6e au rang

mand," combien par centre ii d
voit parfois dana sea amoiations
de coulara!
Plusieurs do ses creations son:
peintes avec une violence tlle td
ton, qu'edles percent de leur vu.
leur artittique, offrant un carat:.
tre, purement publi'citaire...


son tempran 'nt oU rei'6V-t-ellc S0nn f Aln n
d'une, influence queleonque? JEy fulU
Bion que Ie qFauvirnme? ec -. ,
antl'impressionniste, ait la manse i i .ii i
d'exagrer sea accents, nous dou-.
tons malgr6 tout, qu'll puisue. fa r. '
le'charme de la palette de 'artUieo: .
SVotr s uitt en ll1im pag~e) I__ _.




B ^ ; ".'": .: ?.. ; v r. ^ .:.`..v.;.!.` .. :< ::' : :.% < : :.". '::,? '.'. .'. .. : : :.. ". .
.... . .. ... .......;......; .: ,,z;':,v..% 2: *.Y.Y ''..: .. ,..: . .. '
..... ,
;ij;: a 1 W =


t 14i
~-'
rew* b- a


1937

1937


T -- 4.. --- -- ----- -


La aison


Ltonc


=-1938


4. 0t.V. i" i S ,.. *4


oualo


LA STATION HH2S RECONNUE D'UNE GRANDE
UTILITE POUR LE PAYS S'EFFORCE DE METTRE


PRESENT A SA BIENVEILLANTE CLIENTELE


SES MEILLEURS


SOUHA ITS DE BONNE ANNEE.


LE PUBLIC AU
PLUS RECENT
D'OUTRE MER.


COURANT DES N
:S ET LES PLUS


OUVELLES


LES


IMPORTANTES


SON FOND AYANT ETE RECEMIENT RENOUVE-


LE, ELLE SE FAITH LE PLAISIR


D'ANNONCER


SES CLIENTS QU'ELLE TIENT COME TOUJOUR-


EN DEMANDANT A SE- FIDELES


CONTINUE A LUI FIRE


ABONNES


DE


LE MEME CREDIT,


A LEUR DISPOSITION TO)UTES


SORTS D'ARTI-


CLES DE PREMIERE NFCESSITE POUR


MEN AGES


ELLE PROFIT C"E LA NOUVELLE


ANNEE POTl }


D'OUTILS POUR


OUVRIERS


ET UN STOCK COM-


LEUR PRESENTER SES M IEILLEURS VWEL


PLET DE MATERIAIX !)E CONSTRICTION, P)LO-
BERIE, TUYAUTERIE, ETC. ET AUX MEIltLEURES
CONDITIONS DE LA PLACE.


C "'*" ^ ^ ^ ^ te -


1*a innunutwtwupnXza~au~nnon~aa~nfLaagataausI~otLiflUD o~nfluO nflOXIODOOOUO' tuu Xlg~iIr(5O 4OOOODt~flVOUOVuo O11fti Of)0UU&O 3OXIODOOIOO QOUUODUOOuDOUI OIDU UI1 If


La


mason


Antoine M, la mas


SERGILE


Angil des Rues des Fronts Forts & du Magasin de 'Etat


Envoi-e ss rneilleurs
voeux a Sos normbreux
clients tant de la Pro-
Vince que de la Capi-
tale qui pendant cet-
te anne ant bien you-


lu s'adresser


a elle.


4-
Elle leur renouvel-
le I'assurance qu'elle


fera
pour
jours


leurb
tentio


A *7


I'impossible


toi-


plus digne de
jienveillante at-
tn.

EUSE NCEL
SL 1
'-"Z, .-


_ 1 dr e -v r nAr


Une des maisonsla mieux

pourvue dela Place en tis-

Ss de routes nuances.




SQUHAITE A SES NONIBREX CLIENTS
ti IN IIEIATI'RIUF AlNNU


PAGC kf


1938


- k--y- -


I- ~""


,,


.I-- -


-P- I


,~ ,,


~c4~4~rZ11llVI~ ,,~r~,bbai ~u~nnrmu~ r w Ln ru~uruaur~uiQ-~an~


i
3


Alt I I if I III u


0 s EA


I


luillu "Villu W, 111jultilu








S .. .. .. :


?SwI WIuJL toute peuM* 4,Mt
vives, led der.ner point Cdiipo.-
: gratmme de la fete asex-cutaient a.
vec une ponetuthalit6 altrable: i-
lumination fderique d chaque irai-
son depuis le bas du pte*nier de s- r
poteaux jusqu'au fake du derni*",
au moyen de bougies df cire, systU'-
me d'&lairage qui produisait deW
loin I'illusion d'une -sr-dente cou-
ronne de feux place to.r la tite dtc
la capital, fanaux de routes for-
unes et do toutes dim,,nsions. sem-
blables A des braises qu s sseraient
I*tach6es du magnifique foyer m-
candescent, et qui selon les papiewi
de couleur don't its 6taient couveriT',
portaient chaeun sur leur quaQrt
c6t6a, en lettres majuscules ed.-
tantes contrastant avoc la nuance
de ees Fapiers la mention so -
vante Vive NoW! Vive Noec
ec oud i a I I e s 4toarcissante. r -
jouissances folies,, oartout re-'
veillons et bals, et dans l'intei-
valle de ces manifezations exz'f-
tantes, entire une h'-ure et det x
heures du martin, :nkverment fu-
rieux des ponts et ponceaux pa:
le. ivressog tumultueu.ses des rnoe
tambules et clameurs votentisitr-
tes de group. parcou',nt au cL :
de leurs flambeaux grtsillants
rues froides de la ville, en y jetoltJ
de moment en moment et a pI!Q1
gueule: Nol! No03! d eieusea ex-
clamations qui, A mes.re qu'e!,
passaient en fanfare de victoire It
d'apoth6ose, etaient de suite rem-!
placees par d'autres qm semblaicint-
jaillir de I'ombre en urc terrible :
joyeuse explosion!
Maurice C. BR.N.


PENSEEM


L'hc'mm r firrr doi -voir getr sa d,'t- t
A des muscles d'aeier -t do slides rein;
11 nui aut joindrv une Ame anu combat en-
[tratmri-"
Tinm-hbe PAREr,



L'HOMME EN FACE
DU DESTIN


Les conditions, de ia vi4 de i'h>r-
me ont te et sent encore l'objet t .
la meditation profonde du sage.---
Dans tous les tem. 4t touts .
pays, le prob1~me de Ia 'in de I'how -
me en ce monde i'a tonj,-urs preoc
cupk. L' tre human, aux pri;.-i
avec des difficulties sans nombr3,
pour gagner son existence, a pZu:
du lende:main; aussi, avc quelle an-
xiedt, interroge-t-il l'rvenir? Mai-
en d6pit de ses effort;., i1 no par.
vient pas souvent a d(cd irer Ie vo;
le qui lui cache la r4aild Elle de-
nwpure pour lui le grar.d inconf:
Ainsi, d6esp-r6 d- 1&couvrir ie
mysthre qui Venvlronne, il se ro -
signe & satisfaire traquillement
aux obligations de la vie quotidcen-
ne. 1 se rend bien cowpte que:
.Gdmir, pleurer, prier est 6gale-
ment lache>
Remplir energiquement leur tachv
quotidienne, est le parti que preni-
nent -ceux qui ae r6fug'- nt dans !es
principle de ia sagez-e en face ',
probl&me compliqu6 dOc ia vie; d'an
tres moins energiquet. se lame-i-
tent, ae r6criminent en ,r6sence de"
difflcult6s qui les empechent d'm.
river sans encombre au but de .our
dksir. lls accusent toujoura le D,.--
tin; ila voient en lui, une force .
veugle, cheville ouvribre du nal-
heur de l'homme, qui brise celui-c!,
pour le malin plaisir de nuir:.
contre les Acueils de la vie. Le Bi-
homme, terminant, une do ses fi.-
Mlea par oette sage pens&e. a min
pette tendance de homee eni ro-
lief: con a toujoura raison, le Ds,.
tin toujours tort,.


IanC nvrst ste Sort iar 4.i.
Sidus fstams aouvent reposer la
cause de notre infortune. DouO d
reason et de volonht, I'bonme s,t
ainal pourvu d'une.,htncMexlui i'e-
dtaire dauu4wvoies t@idbroSses de
la vie et tuatpermet:fYt6r' les dif-
ficulths. Toua se a tes :ui nmt ;* -
putables; it est done I'artisan do
son ma!heur ou de ..-n bonheur.
C'est en lui qu'il doit trouver Ir.
resources lui permiettant de va rn-
cre les obstacles qui se ,4reasent dc
vant ui et V'empkehent de parve-
nir A faction f&cond-:,
Parfois, or soe reprend sur 1"
but qui est assign ia vie humii-
ne. Oubliant qu'elle doit dtre ui .
effort permanent dans le sens de L,
perfection de soi et de I'amei.-
ration de notre ambiance, plus d'uV-
eroit qu'elle est plut6t une (urv:'
de plaisir continue. outes lenrt-
ddmarches n'ont que ,--:a pour fit,
Ainsi, nous ne demons pas noui,; -
tonner s'ils sint sonve :n I'objet cdu
la plus cruelle d.illa.-an et. se r--
criminent centre une implacable
destinee qui s'acharne ? les pour-
suivre. Mais par centre, ceut q ,'
s'astreignent A une discip:ne -
vue de sculptor Ie r&l, trouvent
eux-memes la force dc rsister ,
cette vague de pessimism qui me-
nace de briser la scictc contemm -
rainoe. L'inucc., Join ,e los decou-
rager, est un stimulan: qui les fail
redouble d'activitt. poor.ies luptte
do domain.
Si Ion veut remonter Le cou'.s
des Ages et jeter un coup d'ceil so:
notre mende d'aujntnd hui, on so
rend facilement con\mp;e que I'hon-
me, force invincible pu sa vol.n-
t-e et sa raison, est t-n :.gent pui'-
sant des transformation qui z'opr-
rent autour de lui, P .tA oraig:n
au monde dans une nature br::v-
ii a travaill& tout Ie lo:: des siCe!e-
avee une ardeur qui no est jar.,ai
ralentie pour changer son mil&:,
Ainsi vainqueur dies -ements. .1
est parvnu!it a faire di-, d couv'.r-
tes qui lui assuret:i un maxin.
de confort. 11 est done grand OL
vrier de sa destin(i.
La vis ,,st un pcrpnttuel devoen.
Ceux-Ia qul, satifairs de leur
tuation pesente oAn aincus i
1Ire difficuIte, n'ont pa; le coura


No :


Phabmaeie


t. BUikh


PhLTGE GEFF8IRD

PORT RU PRI NCE, MlT!


a.we


Specialites Ailemandes,


Franraises,


AmrnriCaincs


Produits chimiques
et pharmaceutiques


La plus ancienne tabrique

de BOissons gazouses


Soda, Kola Charmpagne,
Litmonade Citron.



La Pharmaeie BUG0 Pesente I tous
ses meillears vYux de


An


____ I


g' de poursuivre- une entrepr;' ,
malgre les obstacle. en vue d';
mbeiorer leur situation et celle ,'v
meurs semblables, sont loin de corn-
prendre leur reelle mission en &
has mnondC. L'aceroiset nen:t d;u p-
trimoine social est en fonction a i


d6v6loppement de la persomnnait&S C'est la meilleure faqon d'apporer
des individus qui fonuent la-ftan- s contribution A Ia solution duPo)-
de famiile humaine, Ainsi, travail- bitme de la DestUne des NatiM s
ler, par une (nergique volonti, A qui prroccupe tous ceux qui nti
dkcupler sa capacity de rendement, souci du devenir de 'Humanit6.
c'st se constituer un agent puis-
sant de progris pour la Wocitt4-...- Laler C. PHAREAUX.


Dan 00 0 a 0"0000D 00DOOO -v ovtut ounqopSU"Gwc, o


~A5~.3.C-XN2'.I.WL. rttt ttyLrttr -'jr '~~'.At. 4J .X .t. ~~YZC.'L~. ~ .'L LILt. LIt. QL t. LtS~X. ~ ~I~Lnuruuaa*Nt#~ww a
~1k1k~ F4~r~ ~~7 ~Y' ~ ~ narsw aJ'u -'--- ~ ,.-


prr

'InN


RELIBROL 00k &


--- EXPORTATI O N
^.JBA. Sik.' J %. sL T.3^JL.JL \ 'a


a, Port-au-Prince, Saint*Marc, .,Qona ves,
'Petit-GoOlve, Miragoane, etc.


Etablie


A 8 9 M al WAB & E 6 HI
Wygymab\11 FF 11 MSMFM-H+FNo111%\ik .9111s*NW E SE "


S. .-a. n.
t


Ii


Nouvel


IMPORTATION


GRIND DE POT fE TOILEIIIE. ASSOT IIT TS- P T
Mat1eriaux de Construction, BOIS, TOLES, CLOTS, PEINTUIES


A SAINT-MARC


I'Usine St-Andre fabrigue

les Huiles & Mant&ques rd6put6es,


Mf^lr ii&idr A t iTler
*llJB **&J il *- *J *^ *-C-


w% qllIll m


Krim -Js mg*ggjaA


AIN IR


9


jwkl"llflQQ





.r-~-rrr ~ ~ -- -------YI


4.r~~- '% -1II )~il ~ I--'-- I--~r ~ an n


- ...............A... .... ,A


- --.


SPAIETT'E DE It. SSAVAIN


*(1uite)


fcflWBGlI


Generare
Ak Jlq
AI ]


SOUHAI TE






sa fidele uliente da aiti


2 1-: "111


RENE 0T.


AUGUSTE


Cow


Rue du Quai


Telephone


:2307


DEPOSFAIRES EXCLUSIFS DE LA HAYTIAN AMERICAN SUCAR CO.



BMucre Flfini









lAumola etifi


Sot


Soahoitent a lIur aimobble Clientele une







BONNE ET HEU REUSE A RNNE


-Urrr


C(lui-McVi arn le r.eiit .:i t la fir-
In t :. m ,t. ,lt hf prol ;nt; r lrf :. t tl:,,, i 'i, :e-
Htr i o f u H 'v 1 k t'It(. ( I. l l t'
its Ind iitendt ntd a tl illi .:.j fto.i'IL .!i:
" l11"ha A pif l 1, I la ':['' 'l i t 'i .
I, eiit ig iiovr Irt's [t ei 'i Ititv, : t-'.
1 +t plu:.., p Li nit.-l. t1 l ih'o0 i 31M .
Sav'tin loi 'a, qu;ai +.li'i! ,'1 .-<,sit, t ^t-
pitt (1 ITIin sai(u .((011 i .-( It a i '.'-
t-ril;tiliit': deI iu lu['.U)i V L L'CL'...
EL bsuomiUe, w ;twrail. xi1 Pu;b IUV-
cer les choses que d, v'uloir cwtt-
hoguor ce jennoe talent qua'nd pour
fixer entiLremnnt Je t r pers onna-

tendent Ia Iratutrit ( fi es.l 1et:V"tc
(d'ue imngtue pratipit
El c st cette prat.}, -. JIoinflo 4u
bon gout et aux mC .i-a nceu's cer-
tainies ides princijpt< p ]s pa'r I thi rie des couleurs, .oi peri''i


Iharmonisation


dte c's dlerni:.ve,


t esqleilps, dans !femL' lla'fgt"Crt, 9( ti5
lent h notre iOre ink Pleat>
En' *Kfc't, sues JotitnItion rile Idt-
pinus ifllpvtfl'ttilit.M itiii p~tt)! do '
psychologique, it> c leurs.
Elirs agirssent l tatl, e'
Go~ethe. cite1~s en ventiy xcitr 1 ;

UIIIr't~ It P1'N'!:KV.PVt'r init~~r~~










C~tl :~N ,l A-
on in gaite














f I f I -t~
Ia ma 1in r cLS 'J' t












.1;i, Son eeleln>- 1YSI -'t 4 1 >
r..s i t u 1t 1, dt '' :
i~i 2
Po.Iii
ii' SW' N ii ri2 N









~'-: :







Nir
ii.'z 'iiiri a Hir ltt~~'!~


ceptibl-.s dOe control -ur au Irayor ili'-
ment (' F'Art Nat e o. dont t I '-
ginalit, est almtr .I ; i l ille t i
N'grt_ ptopr'opmtmntt lit
Qu!il Ea Itl't'asse e Sil ircald. lii ji'
p Oiu t e i e', n f I PL t p l, it
'preii dioii danils le. tit dis pirs-n-
nult.ge1'; (ii animew. se. 5 scenes de
genre front reflftt r If vral cuari- -.
t6re d(e rno dosiral ies pay.es, 10.-5-
qt'.i li, A ie tentent nE scuvn:rt.
Et qu:til it par ientira idC (-':
'v CO C trCetfro. i E'ttO r ie tu' i;n -
tl:ui.. li'eq ei l it votee a Ila itautiAii.
des g'r;i, .:l':, inspirations, il cr t.rt.
'1:.A }1t t", dos muVT're quj, a'ltui-:illrW
it:r txiu.--rantces di tableau, du coup,
fixc(nllt p3tur 1 ,'; t.gt'rmps- les bell *
qvulit d pointre q,;i so0nt' C
lui...
11 sera un OSWALD en son gen-
e.t--- cot aoureux, p's de la bt..'-
<.(Chr chant- I'omb t.li r :otoliet'
A t'amant jatoux/
vii, I'angelus, pour relcmontrer sa
brune,


j j ilF 4(Ltd td r





rr- ,.l~a~F~nal~~~%-~-~F~ap~g~g~at:


~g~q~~


I
--
~I-~----- f ~klll~ l.~~r


A99GG


bonn 4$ l. EOO)IS


~i~nc




9cc.: ,? :;, ,.:. :(,,.' ..... .: D t?? .. .. : :: : .
:,^,IN|S d .. .. kN.mpl. halt! nipe ,; wil da or w'- .*...... .. -
tpurfr vadwlab. br.
::r et b-f pote .e module dc cadre qu'i f(- I
ue nmseapv de r6sfiewrn rai& boa dl'6voquct i
(Ci k tw reriefoat bra te .e oserat-il pas ). autsi une for ]
Do lhur fre me de patrlotisme, wi patotiem h R
l.Wetil des latanieri. ayant un aobjectif mut: que ieu celu:
Val asve WIAL.A, cette ai- import e par le Raci -;ra d'Hitler
ol D t anx pointr de la grane aUema-
tre CHOUGOUNE qi nous faith: ntr e
pener A Is femme DANS LE R E-
tE de Normil Charles, des trait., MENELICK ST. FLEUlR.
--' n'rn


'W5 SON E
.1 mo trC r chrr a'; L, t;.:* a Wiaem.
...--....M 7W J45frvl7? .Acc*D K4Di MilgNil#lEll
As-tu jamais seniti, en v LJ: 4ine d artiste.
Vibrer des son0 exquis, de.i sons qu'aucun piani.:te
Na su encor tirc jusqu'i i du piano?
E bien! j'ai 6eeont I'opira d'Othello.
En songe cettc nuit, et dans cette musique,
J'ai entndu des sons, des onsa au rythme unique,
Qui m'enveloppaient dan-s ine vague torpeur,
Et me comblaient soudain J'un infni bonheur,
Qai n'eut etk gris6 par ce t-rrent 'ivrTesse,
Que heaque chant, chaque air, laissait jaillir sans resea,
On eut dit, par moment, q o I'Porehestre et lea ei eura,
Se fius&ast co"certe pour branler les cceurs.
Verdi lui-mimne, oh oui2~ ; i'ecut point reconnu,
Si, come moi etn songe, > :'cut bien entendu.
Mais toi qui sais sentir vibrer aussi ton Ame,
Lorsque Sur ton piano to j :jues mme... une gaInme,
Dis! difftere-t-il tant., e u;ge du rei,
Qu'un air, pouitant conr.i, senmble vonir du etel,
Et qu'il faille dormir et surtout fare un song,
Pour connaltre l'ivresse ui cc mrtre air vous pionge?
0 doux songe enchant.ur! ; iois de felicit6!
Ah! que je te pr fere la s aliteait
Tu imprimes aux aw;:,r.a:: :a divine harmonies,
Qui trouble l'esptit et :la6 !'mne ravie...
Lilis FO UCHARD
18 Juiinet 1936


LcAt vISIsLS SVENUs EBLS


U ELLAt


At r ..'..;::i:: :2r cuf ff c:::.9:: "11(':.
7*3 : hu:m unac 0a Uc. :1 ':..'. ~'..:r ....~__ ..I-~L-I II-_~__~
-. *M4 c


LGOMPRAGIE


IRAGE ELECTRIQUE


des




VilleS de Port-au-Prince

& dcu Cap-Haiten





Soauhaite unebonnef&heurse Annee


a


ses


Clients el
1I ?r


t leur


announce


Sarrnvee en ses magasins
dut plus jolig cadeaux do in d'Ann6e


iv r t< .t lo-att" tm, ,
._r-i ii; a.- i'onit mautifc.
Frim..-; FOUCii'.

Dans la :uit lasse eti trt.,e
0i vont les harmonies d'uji: bnrse It gKrt
Erre uine vitill5 .',mbre .< tair:.
Semblable a in spectre t' ri:-;i' qui r;de,
EUe change une romance pawnoke
OG patse le t' venir loirtar. d'une crullo d4tre-e.
Son corsage do brabant d43graf6
Dtvoile impudemment la nciiit6 d6fleurit
De sa poitrine sur laque.;-
Balancent deux longs seinc
Helas! au foyer paternel
Elle a brish saun.> motif r- iioles des lares
Qui, pour la punir, Font readue fole,
SamLs amours et sans a ,
Elle a erre longtkmps
Par les chemir.;i pniblesa
EtL acute avec en d6tres4oe
Elle s'en va dans la nuit Ia,~ et triste
O pleurent It harmuorn;
De la brise le4gre.
Le mttin calne et clair a'annonce
DaiTs la campagre emeli'e
Par les flours printani6res.
Vera te clel que 1'approche J!u jour
D4colore avec sa lenteur,
Monte un vol rapide de ni-rs papillonrm
Pr6sage d'infortune, signal de grand mnlheurs,
Sous I'humble toit de chaume
Git aur une nnttr de jone it cadavre d*sole de la vieille.
-Elle a connu tristement dns la nuit trite et lass
Tout Iart de 9ouffrir et db mourir.
Sur tie peneh5es, ses fill s Mireille
Olive pleurent amEremen;,
Mais pourquoti Uant do cri
Autour d'une poussibre!
Puisqu'elle n'est plus, la vicilie
Quand le martin ealme et cliir s'annonee
Dans la Icampffgne embu ie
Par les fleurs printamn cis.
0 Legba! maitre caille!
*Sauve, loas hoantor, loa.s sobo,
Sauves, 6 p natts chfrias
Saves P'&me d' la vieillt
Quai profM ni6 artout dans la nuit mystfrieus
Sa d4trease zrofonde. et qui
Revient tk jair tgarir a pied de vos auteia!


Antoine ALEXANMPI.


eflriBirateurs Electriques
S((aGeneral Electric
Cuisinieres Eloctriquee
fGCneral Electric))
Lampaa irea:
Lustre:
Lamps d e Table

Applique: pour Salle
de Bain & Solon
Users Repasser Electriques
Fero a Priser Electriques
Grille-Pains Electrfiques

Sandwich Toasters

I Caitire Eleciriques
SBattesesl Electriques
Lamps do Table

Machines a Coudro Electriques
Ampoules Electriques pour DOecration des ARBRES fE NEL.
Etc ete., etc.



Des Facilites de poiment mensuel serontaccordees 0 I'oecasiln


de -o suison,
Il I I l ,M l


..'.Clll dUSI~~r flU .cl~ct.UUIIII


aj


fideles abonnes




b"sA r


US- )* wia r *dSSUaih"l"tilhlfl4 .i. w/^l'. *v r # ;i


.. .. ...











appl sa n brus clientele

Rapp lc a sa nu.mbreuse clientele


SUN LIFE OF C

LA SUN LIFE OF CANADA PRESENT
LES ASSURES SES MEILLEURS VCE


..... ....- ...* l -. *


ANADA

:TE A SS FIDE-
IUX Di BONN- E


ET HEUREUSE ANNEE.


de ne rien acheter durant ces


! f si (-- .
QUE LE TEMPS SOIT POUR YOUS UN AMI

L uaoe CS.,. .... caQe -e
Smi]ion d' onntes et de femmes qui, par 'inter-
M6dtaiire de la S.un Lif of Ccucda, cnt assure
existence des Q.res qu'ils ch6r::Cen t leur pro-
pre vCOiilesse centre les incert!--le de I'avernr.
C'es- pourquci lbagent de ]a Sun .0o e;ct concid(-
dans Ie monde .
enter comme un
"bon voisin", c'es-
-d7ire un conse;-
lcr prrudent, un
C I s---


wrsp ELM Pp.r,.raw::~ 4.es
WtrIM 90, %& ~ E4Mta


Roney Chenet
Al ent pour Haiti


gaw0aDaaE aia eaTaaa t. tillOiQoIa!) I ua '.'aO O ooaaor n Iia oaiOiuD annon fnC 1.on onyaooooo o


LA PHARMAGIE JOSEPH G. VAhME





S LA PHm i A1 l.x L )MSL' H I'll \V.1111.. In-'s i, uririte des
nomibrte ics i lalisatio s obtenties dans It c, uitrant (i' t'annee
qui vicint e io iinar, tl c n I ecsuic de don ,rr jili'ititi''l tn tit're
4 s ih i I :i n ."! ;, fIi't ii He (.l( i,'\ ti '.,. f nQi tP1 ;i 1ii 'I i, k fi ltrxnmidIA-
bte d, de s; 'if ii 's i tI ra ,'aistlv 't Ain ,'s iiiue. 'i ..il''illndeS, |
Ia SI r illi ao i i itil }i r p iltllrri duift' it l's is m anrques,
---------- 4
d'eute ; L .. l, '' io|m I il wi irs l p siroi,. rI 'rl 1 m tOfll S

SES SOUHAITS LES MEILLEURS

A OCCASION DU NOVEL AN.
Elle pjiromet n tilre ati public {\ilI.' I l i trictins prix de
ous les articles serout inaintenus malUrf la nAurl\t' it'' 20/00.
t
Le : : Mo

I: L Bazr o re

Le Bazar Moderiie


Aneienne Iaison de Amador lourra,

Rue du Magasin de 'Etat No 91

A le plaisir d'informer sa bienveil-
lante clientele qu'il vient de recevoir
un assortment de merchandise de
toutefraicheur :
Cravates de touted nuances, Chaus-
settes til & soi, Pyjan Tas de toutes
nuances, Chenaisettes dt p iusieurs
qualitbs.
Un grand asisortiment de chemises
pour homes et entintis de toutes
nuances.
Voenez vite visiter lCe BAZAR ot le
meilleur accueil vous cst reserve.


'.
- '


,A 'OilnP~t~~'ff~~S~L;r ~~ erb


-I--


_--__--_ ~~ ~~


" -212 -~*ar ~nnrarrs




A fPM A
PACE ~ now J4t?%M~>


SAVOY


OAFE-RESTAURANT
{


Organise a 'intention de

fideles Clients eux


ses


IRA&,N': DE RE~li OLONS

i l'occasion de la NOEL et du Jour

de I'AN.

II croit superflu de leur Recom-

mander sa cuisine unique & Port


au-Prince


le rapport


lw on$


Se


fait un plaisir de re"


mercer sa clientele pour


la sympathie dont


fut I'Objet durant 'annee


souhaite

an


tw


della preparation des mets que sous ceui
^s.96


du gout


.A sa nombreuse clientelet i present


f-


ses meilleurs


$&qbLO s V <<;nuly UUUOOOi jt tr t !UOOOO(rOIu!U1JfLJ~sJIUorJ4UjUouI Pb UflQ6flIODCDIU#


t ]:albri ue itai iet


r i0etaires : HARhIER, I


PORT-AU-PRINCE, HAITI


Souhaite


a


sa nornbreuse et


fiddle Clientele


un JOYEUX NCEL


&


une HEUREUSE ANN EE


i.~;~WnPdl~B$ws~~ 'Mrrr4aL~~t$ *~


Elle profit


aussi


announcer qu'elle
Carreaux Mosaique:


ciment,


de la circonstance pour lui


a tou] ourse n stock
s 64 modules, Blocs


Balustres Colonnes


Bas
-VtMWtek&
F


de


de


colonne


TOUS LES MATtRIAUX DE CONSTRUCTION POUR L'EMBELLISSEMEKT


DE MAfISOIU.
itR A As ALA& a&
El. ''fcat^"


40--* v Mo9l t h 4 --rI: m; m40Y i----P


---------'--~ I


.4


S& oales


hhEBRACGo.


* 1
U.


.---;


a M, 1 % .% ". -. PAM -. Y-Ir n, -7 T, I p n 1; :;: -, ., -f --


1.XIWI-- o PM


.. .. .. ,.
/ ,..,.,-,-.>* f.lv.flN*ISK..^yi ym


La Maison

VVE EL SAIEH

& NOUSTA


*t
i:
i.
.:
.'.


--~-~---r- ----'--~x~~~~ m~PPPD~w~a~Z ~" rr~-a~8~ra
(yXlgpppPPi~P~t~4~tt~~
~XIXMUlrs~g)~.~


Ai II .
MAS 6*-Wm mo


r- p~~i~*l~
"ULls
~.----- rrr 'PP


~ ~ :i::~ II~ ~~~I; nIl~1sl' :-.: muff .
:I.: .::~:NATO, in'': :~:::
:.ii- - - -


-- --------


* UIr" ~uA ~*C~I~mCi~~~Q IlrYI~lgbQi:lm. bll 'r"
\ L.


'.:/* **


elle


a


et lui


`1937


v


pour le nouvel 14


S'.4ANT

13ONHEUR~TI


ROReSPERITEi


nee 1938


vceux pour I~an




:i"i -.- .. -:...l :- ,-
-I tirry::;:~ .s a ? mnrt ., :w.w 1 tF : 4~ ~ t t l~ l b ~


..,mr-..,..,nmauaI..... .I.Y C1'6t m m.~.~.~. ~


. ..- --- ...---- -,


La


PharmacdM


3TEl


Ii!


vous adresse A I'occasiOn du novel An, ses plus ardents souhaitis et
en guise de cadeau, vous livre la liste expliquee des Cent:Meilleurs Iewides
qui vous vaudront plus que de l'argent, la Sant6, au course de 1938.


A* B D. Norwic, met dans une preparation !es 4 Vitanmines cardinales-
uILL'U -L tablets, pr6vient 1s $incctions, etc, ce., etc.
iY T IPHf QUE, guerit Ics plu zmrnauvais I tumes prestement -
ARAPAL, est une pommade-vaccin aux Antivirus Strepto-Staphylo.
ARHMAPECTITNE, arrete les h6morragies do routes natures.
ARKHEBIOS, est un produit polyphosphat- pc:.r inte!ictuels. -
ASTHMALYTE, est une ncuvelle idie dans Ie t aitemer.m de I'Asthme-
AURICULO-VACCIN, est un produit merveillnux pour !oreiflo.
BASEDOWINE, 'gularise les regles et cesse lez douleurs.
BOUGIES YPTOR, tarissent et guerissent la Blcnorrhavie, etc-
BRING-ON, fait revenir leir rgles des le premier jour de traitement.
CALCIPOT, est ta plus utile preparation dans Sjn genrt- (Vit.D)
CALCIUM PLE, rcmineralise completement pal son G!uceon. de Cale.
CARBOLACTYL est la fpr,'sentation vivante des Ferments Lactiques.
CARENA, est 1'Amfinophyline franchise de Cardio-R&naux.
CEREBRINE, entineurath6nique, convient t :tous le deprim6s du Cervi-au.
CHOLINE INVAR, (Chl- de Choline) n'a pas d'6gale dans la Tuberculos.E
CRYSIODAL, est un complex, d'OR-IODE-CAM.lItlM pG.ur iB Tubereulosc.
CURALUES, agit bien dans la Syphilis i to: les e degr4 .
CUROGENE-ELIXIR, est I'Antidouleur liquid le plus 4r.
DERMACIDE, est un substitute r6ellement acide du Savi-o
DINITRA, r6alise sans risque, la cure de i'Ob6"ite.
DIUMNAL, dfmocratise les effects surprenants du Bro'n. de Radium.
DRAG-BIL, est le meilleur oroduit centre la <.onstipation. (Artichaut).
DRAINOBYL, est la terreu -des Coliques Hup to-N6phrnriques.
ECZEDA, est une pommade polyr'ductric e econtre les Der-::at-.
ECZOSEC, est une pate adhesive qui les s-hci riideWlment.
EKA SALT, est le rLel de regime qui n'aura ipnais dt rorochesI-
EMULSION Me-KESSON, es- la meilleure pu- s.a rlocw en Vitamines-
ERWESAL, c'est un complete avec Ail, contr'I i'hnypete-sion.
EXPECTAL, est un sirop pectoral allemand nc'r 'u-a-ce tropical-
FERRIPAN, est un Aliment compose, qui contient. I'Hemog-lobine.
FERTILINETS, resident r la femme i'equilib. de(. Fonitions Hormonales.
FLOR-PEYOTL, came les troubles du Nerf >i:,pathit.qe toujours,
GOLDSAN, came et gE&rit les Dermatose:s, sihes et chroniques-
GONOTHEK. perrret de fire son petit traiten::nt. a domicile-
HALICOD, c'est I'huile d'Halibut, tries rice oh t Norvit:n.
HEPATROL ROLLAND, realise Ie mieux la rucchode fde Vhipple.
HEXYLRESORCINOL CRYSTOIDES, e:t ie iraitemoen moderne de- Ver&.
HYPOSLLFENE CComp. et Amp.), .discnibi'ise les humeurs (Soufre)
IODTROPON, pIerTne de prondre l'lode pure 1, agreatrement-
JABOSCULENE (tLomr.p et Amp.) moditfe 1c to:Zrain e; rtgle le Vague.
JECOL iJt.co, .f oi*- est le regulateur Hepatiqwu idcal-
JO1UVENCE DlES NONNAINS D'HYERES, cE-st Ia me :leure des Jouvencs-,
KAVIASE (4 for-eM ) e est le meilleur adjuvant dans la BIennorrhagie
KIDOLINE. present agr6ablement l'huile adr-nalinie.
KIDOPHEDRINE, allie i'Adr6naline !'Ephddrine dan: !'huiile
LACTOR, e'eC Ie ferment lactique a meilleur iarch6 qiu"
LEANOGINE, vou's fera maigrir sans troubleo, suremeni.
LEUCAGINE, Cr.yon, d6terge et decrasse laI M rice M.lade-
LEVL'RE RANJAC, agit dans les Dermatoseo parceque Vitaminek.
,ITHOS, est ie p-iduit effervescent qui replace Lithirs.-
MIAGNECITINE, cjntient 5 Sels Magnesiens: c'-st unianue-
MALT-TRO'PON, fit venir le lait et remote les Menrv."
MICELLIODE, (fotle et iodt) est tr's bon poui la circulation.
MORUBIASE. elt 'a plus efficace pr6paratior :!'Huile de Foie de Morue.
NEO-SOLMUTH, e.,t du Campholate de Bismur-h inaittrable.
NEO-TREPOL, et lu Bismuth m6talloitique chimiquement pur.,
':-RVOCITHINE, ust la reilleure association FOIE-HEMOGLOBINE.
,:;VOTROPON. r uise la medication par les Sels Aminir.
i'CLEOCARDYl cs.t I'anion de Chlorophyll,, Nuclosides, Coeur, etc.
OC ETENS-ANOL, et I'alcool octylique primt-ir- dans Il'Hypertension-
OPHTALMO-VACLIN Salantale est tres actif s'il est indique
OPTRAEX, bain cc-.laire, pievient at guerit e1 Maaux d'Yeux.
S:ULES HYSTAN. est Ie traitement precis dr ? exsudc-t:: microbiens.
UXYLEINE, est unr tape victorieuse doe la CliLaciflloit' rapie.
PABUTOLE, conti-Lt seuti 'es Vitamines de t.o-s les aI'n:ents
:ANCRESALETS, so montrent curicusement actifs da-,s Ie Diablte-
L"ANVITA, est I'expression de la Vitaminothtrapie Tinttgrale-
I'ANXYLON, done l'auto defense contre Ies Infections diverse.
PENTARSY L, reimplace avantageusement les Acetylassinates-

GrdccE &et arsenal flhrapeutique qui est fenu & votre dispor tion, la Ph:armaie CASTERA veus f ll te mesw
lewr Cadecu de L'anne.- Ce w.int des fabrications de la Pharmachimie de Franee, de la Deutsche Pharmache mpisne
et de 1'American Drugs Line t


Bonne Ann1e


-We-
Ce. prodt sont en -ftl? e P

rti Prtnce: Pcte- Castera, Pcie. IV, Bleh, Pie, P. S ournte, P ie -:trmcr e Conception P ie. r. Edr R.at,
P.ei,SDr..P. T ~p que.
. i pIa:na clc Catter Peic Anrdrn Laarniw .-
CapHa(en: Pcie Menuu.. Pcee. Jh. Perrier ...
Port-ePaix: Pcie. Elie Tiphtuai-e ... -----
La~ihobas: et Hiche: PC.;eP Castera. ...... .
St. Marc: Henri Desehamp, iistr. Rdgional-.. .
Cages: Pee. Sicard, Mie Sicard, Lteogane: Pcie ite. Rose, Jlr6mie Pcle. E. Jdrme.


IN -v -D -I


cdln tt i n:. p:trt t- l, r Ul
coneD Otr V : t n I 'hr tltnP p,
lui air ,; (t '.uvrI ,
M ao., t. tn ..... ,., i'.c d lt ;pa .
s'tetr;i: er avrea l s temp.. Ie ~i:!
est !e sauveur d& la jeunesse q;ti
en raffole. Celle-c: s'Cprend do se'.
charms come Ae Ia plus iI:o


beauty Le bal t,
d'amour par exc.,
dans le froid glare;
6poques de fetes (c
lea dclious et car


1t rmndea-vou.s
*itnc. Le bal, qui
. de P'hiver ttx
Sfin d'annce, fa;.t
;t. 'c .Spaonete-


ments des jeuneus .- unr. Ic bal qti,
dans I- fort det i'dt, u'o'- -
villgiateurt s en plein air d ls ctm-
pagnes.s dans de.s mnuusons biti:
au s in des mang~iirs ftturis -t:
d pl.n- pitut(e- aromatiqutes (ul, p;:
I,< baits largest ouvertu'., respire C
I s. dannsurs ext6nus; oit qu'A -t
h'p, franqittte., engage' i piqu.--
nIiqau -::nsatiiinnel -et -grivois; 1,'
bal qui. hier, n'6tait gyu e minti-
que xplresMive qtu la muiquCe S.1-:-
te tol6rait, offre aujourd'hui, gritac
att chant., plus d'enjouem-ent, y,'.;-:
d'adwniraton. Car la dan.cu.s ne veri.
plus s, ctnntenter de ses punri, i
frivruit.s, de ses mnvuvemetnts cha,-
mer-A ut do sts gostest h -umrori.-'i-
ques. File convoite Un air .-'riet
cat6gorique. Elle a congu ..i idi...s


-L I_ -me- -Y-~1ri '""-


~3~i~S8~i~B~-


__


_a p--L.


-moA,,IMIFII Pfko F ,'- PAGI It



ha Danse


floderne


14a 1 :I,-,-' It-It ,". .. r.I I';tn It ,
cit(' (iLI I !- c. !lu' t ; nprt't'-s-iP *
tions .rci.LiU -t ar' i -; .qu :.. I- .
c'est ayve, tiTl.t, tj 'u S. I,- i -
naissance que jy p'Sw.- :ior.-qu -:
me rappelle les ivresses savouesu-
ses de ses frivolit6s.
La danse cn'cat-elce pas comm:-
le sport, utile au t ..l:.v-i.'!-pe.emnt de
tl jeunessc: .L'hom:ne en'srt ;.:
crE6 pour se perpfitur dans lc. .i-
beu rI. En tenps et lieu, ii doit pron
dre un peu de recrdatio:. Le cut'p,
comrrm I'esprit, a besoin quelquw-
lois, &de se remcttre do se.; la -." '
tes. II faui que les organs rcsp:'
rcnt, que I'organisnie se dlac.
pouf)r se Li..t.'nuulir centre lintoxi '--
tion. t1 iui faut queltlue relfachK.
Lai datls, 'Ians lIs salons, n a:, .
pas moins int6rcssante quoe le at.-
tres regals qui as-:emblent les fo,'-
les a curtains instafnt4 Pfar sa mon-
danit6, son affinity pour la musi-
que, son entrain nsin;te, ele '
rijoauit aussi gaiemenot, aussi amo'.-
reusement. aussi plz.sionnwment
que P'eut fait le pt .v maignIliqti-
coup de th64tre,
las n U LI(' c' .., on i;n '1
compto!,r (i. n-r:tt .. 't rtr ;ittr -
tlon. C'( .t c' saivi, : po "SI qu\"1!"
reason ell o '*tli t s on tm C
6eoign m't i. chant ? Q.l Ktioin tr its
cii it( r s;o'i<, i !e, c ,, i tr' nv:v 'r .i
thI n'c1 exa\ t 2 n n0 4irfEii f;.-




ir nt' (r, a'!-c'; is'

d ........ .. ....... rt t
acqui- Ia Ci n Utr
travat s K-' ' do p:e- lo tiiuie-tc; reoell' tI!n
e bal dl'ii v a 'in i ;.tis lt.' i C
d'aujut'..r 'huit n .-lnt MtttcrinRn a
enl esqtl'..ii"r ji(U ItiIb.es.
malgrt. l'at'Ki;t '': i- -; i- B n 'n ..-.
'trad '.iK ,iatmil. t' i ;; t ita gi,' ,I
mieux ltny.--e r Ic i Ci' nO,; K v,\oH 'I:

fjrt.
St U; Eini'- it;tt l (S i- U t HI;!iin 2
temps Crayn:e ns eh a nt, c'
peut 't' d'abhorid, ia'ro qti't.; ':c -
vait ipus .ir IoiU-'r :2-." t ,
qu'en,-LIito, olie (tait (KpourvU ,
d'att it.o u on rifl rtn C puos1tI) it
reg'hc. :!J l vK- i i. -imoiu ui..
just idciX dh's }hi 's.- ? iitc.. 't ,i.,
usagnts ( Et out c oi ob.rI'i'-; i iur pr1 -
eipe, ile sefhorra it (h vivro drt s'
souls moyens.
Ju Csqut'h p'iJ ,t- ,-i, .T.' rep', '
sur ren en so. ; s tvrie-nt c.as-
que, Mvanq'a nm t -4ttbiiitb-, npri v'
d'inaginati ne, lea o peunse pam
cO S Pt >-f ;f : r- ., '{* .


v


i


I









w ee:htei&* qllp 4 ...:'..a":e da.~. e.tae. Ee .d ';
:.. avoir e ,plus de maIltise, plus de
.citert plus B8g et plus d'en-
4Ce plu fieu t; plus d parfurr,
phs d'anaour. Elle 'out une nsb:
d',.nemble, de fa r & pouvoir
mWeux r.6rder. Lile veut tre ehan-
t k., d6clam6e. Eile v:nt itre utile
et cl66bre, critique et apologist-.
Elle entend badiner et censure,
lo er et blAmer, encenser et mc-
pliser. Elle entend railler, movqur,
ethansonner. Eile veut une gloire.
E'le veut de tout et ne veut ri.,i
prdre....
La danse, pour I'actualite, sent
la n6cessit4 d'un 616n.ent bien pltr,
ex-plicite, bien plus digestif, bitn
plans encourageant. bidn plus anim I
A,~asi, pense-t-elle a se ramific.-,
e e6talant davantage ses luxue .!
at craits. Elle aime le bruit, le fr.
c3 s, le murmure. Elkh: s'harmon:r.:
A :a podsie, A la pros!. Elle devin:'.
quelque peu litteraire. Repudian:
le ballet simple, elle s'est faite rco-
r'anesque. Ripudiant Ja mimique,
elie fait appel A I'impiudence. Ell'
veat du madrigal et du marivetu-
d:.ge. Elle veut, en anusant, 'tre
v :e et entendue 4 la foal. La m .i-
siiue et Ie chant, agissant avec u-
si bel ensemble, r6ponuent a ce b-
fsein mixte.
Comment va-t-elle s'y prendre?
Elle s'est redress6e. Conjuran-
s~: m6thode ordinaira, 6prouvapn
un ressentiment profound d& san
insuffisance, elle s'est amende.--
Et, avec le goat du modernism,,
el!e $'est assure un front bieua
p is serein.
Desherit6e de sa supreme intoe
ligence, n'ayant de 'imrrar.ant:
qu'une vague notion pour r5aiV :
des movements similaires
jeux, elle a supplies la poesie ert -
k quence de lui venir en aide. El'
a fait appel aux chans:nniers di-
t-Uates les pieces, lesmpriant i:.
tzmment d'adoucir s5? manies,
exposant les faits par des conjon:.-
t -res affectueuses on caprncieus ;
ep par des idces fantastiques5 -u
reelles -Eleles a pri&s de vouin.:r
ce concert avec la nmusique a r- -
Cre plus belle, plus jolie, plus vi;,
::sI spiritue!!e, plus atmuuante, .
h, modulant t en la chantant ut,
ie ir mieux.


ei' eiak-ci, out fai t .~roi s r-
qukte. Et voilA ,I& anaae ajour-
d'hvi ttearnare moderne, intelli.
gentle, inteeetuelLe _munme tos lt'a
arts libraux, pensat .s et glorieue
comuw eux.
D6sormais, on pet -ppr6eier i-
lgrement I'exceut:.,n joviale doe
ses movements qt sc desunent
fantastiquement et. 2 rcprodbiistent
avec cette harmaoi:l symktriqu-i
qui fait la joie des ..-.nseurs. Car,
c'est au bal que legs .ars as'pren-
nent. C'est IA que i -imour nait Ic
plus spuvent. Le ce:ir et I'amour, i
prometturs puiss5nts des rt,-
nions nombreust,, e-. vue de leur
6panchernents, s'ap.,rc-ant a to f-
tes lea gaieti.., s'ace ni-nodent bna I
plus lentement du bz. centre pri-
tique de leur -olu'1 ..
L-. ba], c'e:t e- n .:'.~ propice :
i: nmanifestation dc ..:..: le6 gen. i
tlickases ;c'eat' la cac. wrie de tcu-
':es kls mani;,s: c'est 'pli de tius
!e. srcrvts de ca':t, l.re que !c
:emps Atul rivele d.,--.i 'e menage.
C'est i que se de-'IEscnt tou W
ie. obsessions de r: Trmut; que les
ames assoiff6es de &cnheur con-
voitent leurs deits:us. r6elament
la realisation de leri rives. C'ctz
I1 que prennent ni ,mance des a-
mours vraies qui et <,dre]ront dfo
unions slides. De la srtira la souf-
france de certainew ,&alits d& :e-
vantes qui chagrin nt plus d'u':
eceur sparce que c -tr 1. que i
ruesies et les rom.t -- Emergent
des ceurs tendrs, c.m' e curs im-
maculd& qu'un ins r- d'entretki.
imT.-r5 ll e et trout* ,.
La danse a vuul eire en hon-
n:;ur, afin d'&tre p. ;.s rise, plus
iautte, louee, desir pius animinc,


plus


indis

me ,
bray
M





j E It
Ie, cl
tisfa
mun:
liber

par
U, f
rod


enviee. Elle a ;, etre chan-
Eile a voulu hi hntonn4.
'oest faite c' -ik, bavard-,
crte; :.age et .,r par rn-
;, cr:itque que oisi et mn-
-t -*,,,;. Tot Lrs bizarre ,
ante, tlujours -it.te, jovi'-
ie cingie vers i ::i. Elle a ss-
ir ses d6sirs. E est en corn-
ion d'id&es avr tous les acts
aux. Elle form V trio avoc. "a
i_-;;. et le cha' accaparan,
asini, toute 1'a rite pimpa:-


r~crtiqrlu et+
;. rp~j,6


:: *. :de.. : N o' I .

de Noel


Par G rard Thdua


*.


Avec une barbarie inouie et une
audace sans gale, pendant plus dec
deux longs moijs les soldste et ;e
people dominicains out exdcut6 dres
tueries massive d'Laitiens sau.t
defense-
Ni I'aga, ni le sexe ne fureut
considtres. Des vijilr-ls impotent.s
aussi bien que des enfants ih lu ms-
mello ont et6 la proic de ces br--
gands d'un autre age, dechainea
par la haine et la .xure.
Des rrilliers de i-es humaincs:
ont disnaru ai.si, o'::ites en ho!o-
causte a uni; divinit f6roce qu'u-
ne megalomanie ::ade affiche
dana uvn .mtso!garn ridalue a cot idu
Di?-l de bonlt. du DUjOI de paix, cdu
Diieu de misricord.
La terre dominicains a bu, apr"s
leur :sueur, !e sang do nos comnpa-
triotes, tes doux pay"s-:nS- qui, sji U
la protection des leis et la foi des
trh tis vivaient s-ur c-ae terre dl-
-'oi :ais a jmai.,- mitanute.
L.-s fleuves et les rivires o:t
tra:;.-,port&t jusqu', ia mer les rev*
tes sanglant. de ces nouveaux ma--
tyrs et le soleil d:n;.:icain a v'i
sans fremir, monter vers le ciel !fe
flamimes et a fumeC des buchers -i-
lumei par tonis ce. cr4uemadas.
Qudlie.e : .;,-.:r ". opposer a cc
si grande~ atroreit-s F;ut-il appi!-
quer la pine du talion? Oeil pour'
cil, dent rour ri:nt? At tendons:
come ure omnbre ie chatimerT
poursuit e :-ri^,_ Ce ui-ci ne pe.it
iui onha:";-., Lao- .cbeth aura
beau laver a; ea-. : n' en r f-
facera pzts i'::.:. de sang. L,1
people Cdomini atn pi.;t.ra etern o-
lement lIa fit:rifiure -r'- hnnte et 7a
malrdic:ion {i:ie. Caon. qu'as

Judas, que signifle c-1 b: .r A i o-


routs enc-inccr da.n nuit r]-i
nean..


G;;r. r HEARD


: ;cl024e d,' a


Fr "' is EMILI.


DOdib t ma femmt.


C'etait un soircMe Mai, p'- ch i mon !i.. ;'n,
Je contemnplaiI longtempis pennantt h toi peut- ro)
Un tout petit rosier lai-.N I'abandon,
Qui semblait -e soir la r& eTr sous mia fenetre.

Mais tout a coup du ciel, ians nuages pourtant.
Une goutte de pluie, etrai.;E et douce chose!
Egar6e dans sa chute, ha itant par moment,
Vint tomber droit au cceu d!'une petite rose:

Et la rose surprise eut un f.isson de peur,
Une fiAche divine avait Fr::c6 son ame.
Car bient6t s'exhala 4'e son tre de fleur,
Un parfum doux, grisant tWl un parfurm de femnme,

Qui, en se r6pandant coinne un encons divin,
Embauma Iatmosph6te et mon corps et mon Arn.,
Et les passants alors, attard6s en chemin,
-Eurent des volupts qW'o't seuls ceux qui pir:i.,t......

Ah! qui sait a!i J'amour ex4uis, troublant et tan.r.e,
Qui gagnas no deux cours ce meme aoir de Mai,
N'Oet pas, lui-mime aussi, comme pour nous surj;-edre,
Venu soudain d'un ciel... sans nuages, qui sait?

Lilis FOUCHARD.
6 DKctembre 192I.


FAIBLE SSE ilr
8 ctwul~~e ft9


S- VIN etof SIROP

SDeschienis
.isl *, u B ars sr dou Ste, reuerOritp r:'f llite mAdloals.
'Supiderir e I2 do re at sax terrugtlneux. i. danolse ;sLits uxo Pris.


PIU TIQ U 1

UIIRT-.AI-IPRINCIENNE


Grand ,sorttment dA wrres
montures tour lunitttes de la
leure .!aWjite.
,id.nd'tue, er faze de
.thn H-. Wooit-


et dt
mnti-


r(L


Bu&.Neij*Lser

En Ve-tte Chez

DONN MOHlt

Rue du Centre.


Budweisei
KIN Of BOTTLED 9EER




SIOTLEIS-KEC
150-TLES- tv C4)VS


A .de I tteis & Co




A.' ,A .... il -- .. S AA
S ERLES ET PERtti tv i t; .-, VtEIL
ES ARGENT ET OR,MONNAIE DE TOUTES
SbIITES, A D2 IERIX ABSOLUMiNT AVAN


-EMULSION

SCOT T

......f.lT.b...n.. --- b-
mom"


umes de Pitrine
Frictionne? bixn la poifrinp
avec idu

r ^^^ c qs


.AV Lit, zJ ^UIAi &iA D1. ;.. .
wwteie et Verrae s tol s au.-s
$Montures en nickel mnoxydauhp r
Verrne ovales an pr it f t- IJ o pairn.
a lquidation dA4w-'e i F '-t oivenb>
swbat


A. DB MATTEIS & C&


MATTERS, LUCIANI & CO

c GENEA BATUR ELECTRIQUE ONAV V

Courant alternatif 710 Voli, 60 cycles, variar de 350
watt, 14 ampoules lie 2.5 watt, a JO.10f0 wftt, O) qmpol~Ua
de 25 watt.
Outre des avanoages de ( lummire, cee Gnerceteurs, g
t vou fournissent evactement le mdme courant ISe
rous averz Portra-Prince, front fonctionner votre Ra-
dio, Ventilateur, Rfrigtrameur, Fer f repasser, Cet... ete...
Prix hors concurrence I'ondmbi ... ,'runtagenses...
'". : .1 r:.-m r" *"s/
TT,-[,218 LUI/C/A' ,
Porl. -:u-Princ, TeI 2226
OU
J AN LUCIANI & Co
SCapHaitien.


ow-Y40"p-wo


*


1~


...".. .. :' :.... ... ... .." .. "... :,


m::onr.": : ::


Cr6ol atu front serai, anx yeux aairs et IPoprd", :
Rave de verts palmers, d'ternelles chansons,
Je t'aime, je t'adore; et mona me 6blouie
De3 6tinceliements de tes yeux affolds
S'attriste pAuvre oLseau qui ne sait pas voler,-
De ne pouvoir se perdre n olur ombre ravie!

Je t'aime! et depuis lors3, non coeur n'a plus de paix!
Ton amour me tourmente, amie aux yeux de jaia
Toi qui doute encor que je t'aime, ma vie!
Mais n'estz-c pas odieux que de t'ouvrir mon curi
Et gravir avec toi, le chemin des douleurs?.,,
Enfant, PAmour est trite et plein de railleries...

Oh! qu'importe! aimons-rious, aimons-nous sLg ; record,
Par delI l'ocean, lea monde3 et la mort!
Qu'importe! Qiel qu'il soir,, cet amour qui s'dveiIle,
Lorsqu'en son vaste flanc il nous verse I'oubli;
Que, sous I'eunootement de son doigt alangui,
II faith bruire en nos coeuro comnie un essaim d'abeeiles,
Les sources vc;:pt6s du tour et d aII nuit.

Alexandrc VERREr ,
Noventbre 1937,


i Ni-




y'2. .. s.( *. .. -......L... ..........- -';. .. '........... / ...... "-


II


La maisQn delivre m,[ "ain a Bdom;ile, A Port-u-Prince et a P6tict -
'ille.
ESTOMACS DELt ATS, MANGEZ DU PAIN ET DES
GATEAUX PETERS.


A ASE 6# D jy 70 Tay xraytLylTD
tOUT AGREABItt. -CONSSjLVAION PfARFArITF
TOUX, IRHUMES, BRONCHITIS, EIROUEMENTS
INPLUEN2A. APFECTONS Dt5 POUMONS
SPORT-AU.PRINCR, HAlTI, Tr L tovians


UMMIN llM INMllmillul iV w /^Al ^ up <* eraBiam^Si


~i~ri~i~ii


PAIOc 17


-Im- ------ / -IP-----P Dl dfr ~ fffm fPW


CHE IIN DES DALLES, TBL. 5195.
ge met h la disposition dc son aimable clientele, et du public fin gour-
met en gen6ral pour iti produit. k ins et pleins de vitmines de sa
Boulunigcrie:
PAINS BLANCS (1utes, pIiifs sandwiches, rolls, etc.)
PAINS NOIRS, TlAIN AUX RAISINS? BRIOCHES, CROI01
SAINTS? COFFEE CARES, ete.
Elle se reeommande 6galement par as pati arie fine et exquiso:
TARTES DE VICNNE (Confiture au Choix), GATEAUX AUK
FRUITS, AUX AMA DES, ANGEL CAKE, GATEAU AU CHOCO-
LAT, AU CAFE, et, .
TOURTES AU POULET ETCIHAMPIGNON? VOL AU VENT.
Pour vos marriage et bapt&mee., commander une variceu de graerdi
gAteaux pour tous 1e' 4outts, gar ii de fruits et de friamtl s e: ;..
oa de menues patisseriws plus croquantes les unes que 'es aut:.
Pour les commaiuidr ie fin d'arnee, veuitiez, vous insr.e re a i' .. -
ce pour Eviter P'encon ,rement dq, derniers momentt- .


de Bonne


ANNEE


Manufa re B

S.A" a Baudry


hIdir~


Pr


nI'Mwinlin


Nous prenons plaisir i'pr6senter a
notreraiimable client le no meilleurs
vo eusx pour un. Joyeux Merry Christ-
mas et une bonne et heureuse Ann6e.
Notre MANUFACTURE n'a pas eoononmis4 ses efforts
pendant les dernieres annkes et pendant 1937 uouts avons
ajout6 deux D partements d'importanee primordiale en eom-
mencant la fabrication des Tuiles Romaines & Tuiles Plates
pour la couverture des maisons, villas etc. yDautre part,
nous avons ajoute a notre MANUFACTURE un DBpartement
moderne de Poterie o cebaeun pourra trouver ce qui lui
plait suivant sa bourse et ses goOts.
Nous gallons nous attaquer au courant de 1938 A la fabri-
eation d'nn produit de premiere importance pour la construe-
tion et nous prendroas un trai plaisir r'oftrir aux construeteurs.


Rue

IGENGES,


du Qua

IMPORT


EXPORT


Sr-c~~~d~IsdL


Pr&sente

a ses amis de toute la Republique


Sante Prosperite &


Felicite pour


Bonne ANNIE


Bonne ANS


Manufaetate de Briqoes S.A.


Bonnea Nd"E


c ha Baudby "


1938


tinmn a uw m n 1lvWt Ifl n


1iru3fFiVi NIAi11


E1 T. 1 ES 1@L M ib&la na
PrIsident Administrater

-.... a .... -_.111^ 11" ..r. -- ^ ... .I .


Porf-au-Prince, te 31
\ ,


D6cembre


1937l


________ 4 0c-~~


Pas


Boune


~


____ ___ ____ ___ ____ ___ ___ Pt -2


.. ... ... ...~~------ I


~ uq)fasvpa~ss~r~na ~nr~


tl SmPs6 i rf ." r 1 r-rrrrrrmo pmw


atwnut hrn ttt astiuraur1t



Pas de bonne assurance



Sans la Home Insurance


ET LA



Manufacturers

Life Ins. Co.



Ap \ i AIeNf:tQ\


~my^b~


--~---


IF-4tqes


PORT,,AU _ORINGE




?M I. .. .. *.. .t : t ax A
~flqjl 9~P~~-~~~ f: .-b ;F,~": ')~l~ .;cn ,,S~r-~cb~~;.~~SP~6;Ar ~ d


-,. -w ....... .... .- .":':. "'."",,,, .....- ...... .'^."y.^]-3M.^?nl" 6off LEtS AMATRERS DE RADIO
CHO ISISSeNT LA


Product de la General Electric Co. U.S.A


el FE-62




I: oe, i
s> d.. inrac es-" ; .- re :


Pourqoi dot-onuser
mn samvo" ,diwmenteux
tom les |ours?




,p I

'; D Dans e5 pavys chand&s lt
erupnwcs eri es piuerrtcs Ir la b
peaLI suzr-zcfnenC pirailtslre-
m. rvn des iacrob Js ; i' : a c i
i prouert.
SLe savon or.lAire jdere i
desneure ecacc, ax:. c : j
sa' A3vonFRJLXOL r.er:. *n
i: e natladis de l F c, ^ :p" .1n
propre et I'enjolve.
U Le savon AFRIDOLa a ausis
Suae actiCn desinftecclfce, son
| ecue est urtout lergere et abonn-
dante, possedc en ourr un
parfumn trs decar.
S Protrgez-vou cmtrc Ime a c -
t& l ipar y iaAFRIDO,
qui :a & Ia plus haut vaicu-

servz.v-ys en, Q
Stous Its jours! A E


d Afridol
I SAVON BIEN-FAISANTI


Machine a cerir ReCmington
SMachine a calculcr Dalton
Rubans, paper ca ,on
Faites Vos achats hhez
I GILG.


Les


NI


. XWVT


La Maison L. PREETZMANN AGGERHOLM p.t
senate ses meilleers souhails de Bonne Annme 0 ses clients
de la Province el de la Ctpitale.
DES LAI)EA[' .. (.AD\EAUX!
Nostle .v)usLi otTre ai nouveaL 1 .: ::, s .. (,; -font ke
I gobelw t ..................
1 louche .. ..... .... ... ..... .. .. .. .
1 frappe-cocktail .....
I pot a glace alir r:...m ." .. ... ..
1 p:e-! e 5, frire .. ...
I ca. ..s... 12
Vahij:r des e q I.es d tq's p ..... ... .... iou
S boite de Lait Co.d-rs........ duits Nestl:
1 boite de Lait Ct ndens6 mi........2......... .. Coupons
I boie de Lait K apor6 .-...niature ............ 1/2 Coupon
2 Env.e,.;.pc.s d. tiablettes : ...................... Coupon
bienvenus dans chr,1ue famrri'e- Chocolat No. 601 ou 652 1 Coupon


IP11fIP
CREAM

'*. t^ / |


, + t raI nl ? *. ,

L., PREETZMANN- GGERHOLM & Co.
Porl- -' Prince (Haiti ).


atWOnOrCOTlrrrOaOCIo0 rQfDIO Ofoff0nolofElaraCultlaOalocfOOCo D O to anaor on r


La Mason


1-- >3 ] OU.-3


fP ftibrlpr Tlitttaf


fin mpfiU V ta vuOulaia tt


et leur rappelled q'elle a toujours en stock un

assortment varied et incessamment reneoveli

des meilleurs tissus


] mritraint, etiglais, e apu sai


+ a la portie de toutes les tarsPes


ii


'.**-"^ ^" *"*- ^^^t m C ~immt~niiiiiiii iiiiii~ ~iii'i^\i lti~~--l -*'A*'"


,


11 ,1w I I --


zwuue'" li""" '" nr w rM .



Primes,


ESILE


*I ,




i


SILV RA~


He-


frigmtrt


JOYE UX


~L9~EH,











Spec ocle


de


la


PAGE 19


SSemine


a,


Vetidredi a8 h. 15
Un film po tique et sentimental
LE3 UROMAN UN JMNE
HOMME PATJVRE
d'aprss ]'cuvre de O. Feuillet
avec Marie Bell, Pirre FresMny,
Fernand Fabre et A. Baug6&
Les sentiments ne datent pa ~,
ese modernistes iA utrance, quoi
qui'ls en dissent pensent et agissenz
orpme leur grand parent.
'Ie Roman d'un Jeune Ilomme
Puavre! C'est le film qui plait .
r.tr 1, Ruse 2.20
Enr.tre 110, Rbseryve 2.20,


Samedi 25 Decembre jour de Nodt
SS heures 30.
PASTEUR
Con *. rialiRs par s ha Gui'rv.
'n beau film, trs pi'anani d'.
sa siTrrpicite,,, une grande ce-ow-
a ita ploire du grand .naant fra;-
psis
Sanetl:: ii 8 heures 30
Er.rc-: 1 gourde.
CABARET DE NUIT
R;li.sation de Robels Hinle:.
Int-erpretU par:
LDew Ayres, Mae Clarke et Bnir
KarlofT. tie monstre de Frenkerl-
teirn.
La ie de New-York, avec sa.,
darn;cg.s, ses amusements et an"-
si as dangers...
En:rt-e 1 gourde.


Dimanche 26 Doeembre A 5 h. 30
LE VOILE DES ILLUSIONS
ave Gfreta Garbo et Herbert Mar--
chall.
Un cdes is 1tbeaux fiims de la ,-
ifbr4 vone.tt,
an-r6de 1 gourde.

A 8 heures 30.
En Gra.nc GALA
STRA.DIVAldUS
Alise en scene de Geza de Bolvarn
avec Piv're Richarcd Wilm, Jeon
Galland et Edwige Fe'il!lre.
De la musique enchanteres.sc..
des Acceurs beaux et sympari-i
ques... Ln scenario des plus emo-'-


tEntr~e a K .-or.
vati.. Ut v;ioon qui plnure d::,. .
ia nui... U, grand PiinTL...
I'- r e r+ 2 -.' .i,,. -

Mardi a heures 15.
I ij c i:-d -:g i re de J Fr, '
PENSION MIMOSAS
a .c Franeoi's e Ro;ay, Li.te Det .-
Fn ;:r-, Alerme cEt Paul iTernard.

Mrcredi a N heures 15
rL:RNIlZER.. i ,N.. 'TR

iPAST lR
conc at ria.,is par Sacha G ,
.e ., do"I retouni ,-
te bat:a. Franci. 'ar;nt -
courait, c'e t done la derr ei-
quil -ra joue, que ( n A nf
pas i'occ.:-, .. d- eritte dvernir<',
Entr i gourde


Vendredi a 4 h. 15
L. fim ou-t I'on redemande cu,
jours
LA !...E iAUX CAMELIAS
',c nne., P-rin ; -.. et Pier

..:,! : )ur .u port"e t u
.2 8 -o. c /tices..
Entirtl, I gourde.


Dimanche 2 Janvier A 5 h. 30.
STRADIVAIiC;S
a:tec Pierre Richard Wiim, Jh'an
Gailand et Edwige Fcuiliere.
A 8 heures 30
Un e belle product ion d- ia U. F. A.
UN HOME IN E 1 TRO1 A ItW011)

Anniei Diiraux, Thor-1.' ourtit :.
Jacquc-s Dunvme'-ni4, l'asquail :t
Joan Toulou l
L'n tfilml qu tient e'n. oi,i ine ,iun
bout 'a 'aliro
I 'n :-K;siis:i1CioT p -'- < i do t ,,
vaeis .... .'nh e irn rilgut' iuissa ,;t
F neiue G. I.


SamPedi icr.Jnvier hCiSS
ar, t heures 84)
('A I 3~ARE:T DL; NUIt

I., xx' K. .~.i` *.. 121414 1 K';


N 4)11; li'-' 'Iyt;i

1 4''-*,f~~

'. V I4. [
K .4
V,
4 .4,
-1 '; 4 '


,PA


JELUDI 23 DECEMBRE 1931
en woiree populaire a 8 haures 1,
(:CLUB DE FEMMES
avc IDanielle Darricux, Else Ar-
gat, Valentine Tessier, Jfiette IDav
Junny Aator et Raym-rid Gal-
...ncontestablement rn dees pu-
beaux film de l'anne ,, une wc-
vre d une originality indeniablet..
la vi., la mort, t'amour, la pas!si<,
Fespoir s'affrontent dens une cite
de Je-nes Filles...
..un film tout en nuances, en ,-
lesse, or; audace aussi... des {C'-
cora d'une somptuositt de grand
sEyle rehaussrnt par leur 6etat une
nterprftation et un dialogue hor;-
de pair



SAMEDI 25 DECEMBRE 1937
En Matin6e i 3 heures 30 P. M.
Grvta Garbo et John Gilbert
dans
LA REINE CHRISTINE
.amais, avant celui-ci, Garboi
n'avait trouv& un r6le lui permrtt-
tant de nous dorner toute la meniu-
re de son intmense talent... sau'
ses tvres fines et dans sea y3.':
tendres, on lit tout le drame qui
la torture&,..


'd

A
no:~ ~ ~ 4 i-f


DIMANCIIE 26 DECEMBER E 13;7'
,..n :iaein a 3 Heures 30 P. 51.
Wiliiarnm P'o"e;i (t Myrna Loy dCa:-
L'INTROtVVABLE 3METIRTRiFI?
...du nmystere... e f'imprbvl
dos Itroy;l1 merver;?illku-. .
...de ;a musique... de I'esprr-..
un dialogue slirituel-. une inter-
prdiation inegalai !.. -


RECLAMEZ VOTE
CAF_ ASPIRINE



LUNDI 27 DECEMERE 1937
en soiree popu'aire i k heure s 1
Henri Carat, Meg Lemonier dan4
SIMONE EST COMMIT E A
Un Film Pazramount
avec Jean Perrier-Davia et Pier:;'
Etch&parre.
..un film amuanrt hige, r. d
gaite et de fraicheur, que souligne
i r.:v.~ .


BAYEDI 25 DECEMBRE 9l7s une mnilws ue ate, t-4,,-,
i 6 et 9 Houes P. M- moterne...
Victor Mae-Lagion et Edmund ,,l'aventure d'une jeune femme
Lowe dans frivole, lidgre, insouciante, ald .
AU POND DE VOCEAY rable, et ,i jolie qu'n ..lui pardr-
un Fflm Paaisuiat ne tout pui;que... Simone t&5 com-
r6alis4 par Albert Ronrd me a...
4V1c Sally Blane, Mimis Goimbi.-
-.deux joyeux con.apres qu'un
Perpetuel conflict s4partptur mieU 30 DE
tg rapprocher un jour Au Fond de, JEfUI 30 DECE-MBRE 1937
I'..Oapo...o en saiore populaire a 8 heures 15
...des circonrtanese dramatiqucl Pierre Magny et Xania De1 Rio da:.;
e~ permettent d'appr6gier corn. iL PETiT' DE MONPARNASSE
ilat leur eat ch6re une oamti sc.l- ..ti" fim dune foll gait '1t
Ic h travers les rdangera les Dlu d'un entrain endiabli&.. une exqoii-


L-. A ..


r-.
.' :- '.


4 1, ;


S \ME,;I r JANVItEFl
on ,iatne a Heures 30
.n A;..'. .s
R ',. i?].,t i. 1 i .,.s


19'
i. 3l.
An:'.:


1I4 00 IAN'III1
F Ma t 'a' .': ) hour-es 8~) P.

.51
4-.i


- '


0


. A P ;AE
Ii'i
A::.
S UL J,0 V Ai ~

10HI SOLE



1L*
A'


-r,/

/r


V


I XIIVIT)4f' sc
an r a sn gl, 4<4
>44' y o L'R S ( Ki:-.-

Ma,~4bo:d -s yiurt:...

eat:;: 4-..ritnt411> et cU~f o r
-... ~'.c Inn;~!l 11ucte U irtiii


A'')1 eI lvr JANVIER 1924

.. a d r : !.' R e n a i'< i,.- .;a t.' .'1.
die Fr- c 9 -ear;i 1'. 1.


a ,-,L,. ,t %
av' A.L1. ; .' V .'.--.aiccelli d :-j
rnam.. J -'.1 UDi:rn'y, Roger (to"-
tan., (;, ~. ~ Dupray.
,,.ul; r,,aat d'.nrm.ur simple t
6m uvan. mpr .. : coura ct
de hoya;i- ., d'a ." tion et dl'"-
ro'isme.
...-. l i .r .a trid. LuL 1chic, bo'-
lovetrst der'ant ce film magnifiQe
oi in slent battr e le ceur d'hoT-
mres hconnteo ept braves dnms viO
;act; .4.a sai.s at-antlc 4rawg^di, mats
rcm'flic dt ciagrins 4mnouvants ,
vecuf..,
...un film robust et tre Iu-


A u i


(Le rendei-roas de ictu rrt-au-Prince Efegant).
Vous trouvvt-ez
les metg !es plus delic.its,
les Boisson- }!' plus igreables.
Sptcialites: H OTDOG MINUTE
BIERRE ALLEMANDE
-CO T 'O TL MAISW'
.L.--- -. -.-- ."-


GAMON T FF4NC0 f li M-4\' T '4E-i'-



W4''


i Lt NOUVWX 8 ~ ~ Bt Y'""j v W.W'.r"I ,~9~a


~~~llrsl-~-m


.J IY r 1l


nn s,


*.B^a4i~aasiBag~i^*s>i


i :


amo111~


in 01





A A "'" ne r a radu le -onnu 4A d
. Lrandron.
AMiA--WN-A 8 oU`s -visi. Aloiaat : .UU.11r I.ddeat-
^ Rxo.one orrchitiue s; 3h-
(eil,) meant sprt, le mat Skhal Von Blor- Hormne orchitique s;,nth4
,berg, ministry de la guerre prit i. chimiquement pure.
Sr (Propionate de Tc. s ~it.dr
parole. -elon le proc6d idei Ruzicka
iroverse qui existed malheureusi- isent entire le Gouvernement &d3 nistre, pleure I pert du genial dration phyeniolgique -l.te i I
fotre Excellence et le Gouvern- soldat qui fut r4el -ment un grand dietione suivantre.
ment d'Haiti, le Gouv-rrement D4- allemand. La vie 'o ce hiros qui doi eC T o suivane da
rTinicain prendra part t la proc.-- sest d6vaou enti.remr.nczt A. VAI- ien Le troubles d
nure invoqu6e par le Gouverne- temagne eat ache'ie. Sa vie ti: vment sexuel.ti
rent d'Haitl. faite de labeur. L:1 trag6di~ e n ln-
Permettez-moi en outre d'exprE- tresses pas lui se .ement. L'Altc- aveC ses rpercussiin: phy
mer ma satisfaction en raison dot- nagne perd en 1u an home dr- ques et psychiques.
ia declaration de V. E quo le Gou- ne extraordinaire (-.crte de pr- o e prosai.
vernement de la Republique Dora- voir, un combattanr paasionn6pouz etrophie avee for rmatiirn
nicai ne e donnera I plus iger la grandeur de la -ation allema- me. On peut es;rer ,aire r
Sretexte de trouble A ta paix d de A e. Autant que -a personnalit ser compiatement s h ;.rr
rvrique, A la preservation de la- le course de sa vie 6air extraordi- trs a tvaneso. cr
ele tous les peupes d nou naire ui Von Lerg pa afe n,, r
quelle tous les peuples du nouveau naire-,. Puis Von io-nberg pasa a r ..'. .


nonde ont an int6rst si grand et
I I6gitime.
/J'exprime i V. E, mes vceux ,ra
;ltus sincires que la controvern qu:
,.iste regrettablement entire 'e.,
eux Republiques sceirs puisse ob-
ienir une rapid, juste et pacifi-
Sae solution par I'uistilisation ie
Sistruments de paix interamitri-
':ins auxquels elles unt mainte-
Sant annoncd leur determinaation
:e recourir.
Je suis,......



4ouv tles
r* ^

EtPangt res


LA MORT DE
M. FRANK B. KELLOG
ST. PAUL.- M. Frank B. K.
)g, ancient Secre:aihr du IDXr;
cement d'Etat Ambrica. ,a do-t --
r 6. 11 attach son nornm a cL-xiw A
rstide Briand dans !t: ;..
1 centre l5 j g 'tr re 2:'--: -ra .t...
aIs Etats cia !r.c.nde t;it, {-.,- 1#T.h
st crnnu sous IO :';'I: dt P:'ct-
nrand-Keliog. ii ;:ra ai'.:'
l'rc.side: t ilfrber: i ,. -r.

LA CITE DE 7EREl'E L
HEINDAYE.- i. -t::r.. ...
radios de PEspagne ":ylistp s
< ns I la joie depuis hi-r ;! rom.:''
Snt Lair dcs rapper ar- 4Cl73:; ..
.feruei est toin mY, Tt-rT:;- a-
aintenant notr':.
L2 gindral rnbe!ite u.ip- :-
Ilvno comrmtandart d; arms '
ud a par6 hier s Sinforme qu'i no e : pa- -: I
.ouvelle de la prise de Tcr-u t
:,. loyalists .'st exact. ajout-ai .
c. c'on eat ainsi c-.c it:t .
" -.risode de ia giuel: s:s :
; i-ance come Br&::,. ot i';-


IRUN.- Un port->r~ole insur-
a- ; refuse do &..;.fry r et dc-e !-
n.,.ntir officiclement la praise do
It ruel par lea arm (P de Madnr!,

LES FUN ERAILLLS DU
GENERAL LU)ENDORFF
MUNICH.- La parAde funiter-
d.i general Ludendorff t st parties c ,
r atin de tres t6t de i Arc de h:
Victoire pour se rend!o au Fic'd
Marshal Hall. Le chancelier Hit-
klr marchait derriern Je cercuel,!
4 ginMraux entouraient l'affut de
canon sur lequel a dt4 dposed V
bibre. La cSwastika> nazie et ">-
vicilles couieurs de guerre impe-
riales flottaient au vent. 10.000 mu
nichois et citoyens allemands deo
toutes les provinces au Reich ac-
compagnaient le cadavre au miliet
de Ia bourrasque de neige de ce
matin de decemnbre. Tandis que !o
cartkge funebre passait silencieux,
la foul epaisse et recueillie qui
faisait la haic dars ies rues k
brandissait Ie bras dans eI specit-
culaire salt nazi percevait semue-
ment les pas fiers des soldats de ta


en revue la carri
Ludendorff qui se:
home qui n'a ja
compromise, qui
pour les demies r
vembre 1923 de v
rdchal Hall, Luder.
fois, sans crainte
sa vie pour la regf'
lemagnes. En cone'
berg dit: separe de nous ave.
a saisi la roue de
rmande. Profond
santa nous voyons
gures les plus belkl
to -jdat prussien
Le ministry de la
rt,.,nant 12 minut-
Inmm6diatemrcnt
dU, V\n Biombx-rg. -
cr s'avana veros
sa-ut razi et S'ex-.
Ludendorff au nor
mand uni et dans
clrn r;issance je cd
ronne devant vou-
tre c'ntoTn a a ch
inu i n camtarn d
Hi -- '. --G -erin'-
nic:.! nazis dr3 ,:


m ir, d* -ri:
:<> n-e,. .q Tutzing,-


-. militaire d-
in iui t6tait Ut
i;n accept& dp
a ;.mais p:.
-- .; en No-
- :- o eid Ma
ncore u-,,
" '.. risquan
.-^.:2on dEe I'A
S.;.,,. Von B!,. -
Itr.ie qui
_I -rtes mIn i:i
S.; inP-e aLi4-
.r E ont'cO nt i--
S e d- r ^
:.'* orguesI-.;- :
-u fntur. 1 -


dis
-.,. r p .r "

lier H "%)
.* t "




i s 'f. : r i.
-: e C,
7-)lrch f-
:- : -. -i -"'




S* -, 0, .r-

.. :., ". 0j ;-+


SLOTERIE NATIO ,I DrHAIT)


D~?..ixt Mii'lt-
a ne:)I -
a :aVGQ? C~l~ lt 771~c
t :rt-- .77 --7~~4..-777 -


r :
1-2012
* --aL-:


L. .LRECTPTON


I.'ADMINISTRAI
DE 'PORT-Al


Psychastenek a- c ....:ibA.
de la m6nmoire. (; *(-, i,-t<
traduit !a c:ar:-::c : --.
La P6randror-: ;-.
ampoules de Ic -e. .
mnes d'Ormone, co. !r''-.:r::
Sunitte internatio .: -- ;t i':
St hormonal do "- -'.C: ,.:; '
61evde.
Enregistre au t .. -
ccntrie des mdr:iiTn-:'r. (a
5Lrue 61).

PAI UL COti.A UD

Dislributeur px-,zr lai



BELLE A l. \i\ .

dre de 1.s75 a l :.;.i
Priere de s'ariU-.--tr -. N
(rue Char4ron).


- Je'' .. -" -. ". ..7 ;... l.:4i i



u ," Libra rie Nouvel e
6u,

ront. .

P-ra" (MAISON DE CONFIANCE)
i i,,.- LA LIBRARIES LA MIEUX ASSORTHI

lopP. Papeterie fRenues Quolidiens
156 Avenue Trujillo Tl. 2077,

ioAg Avec la baisse du ihane on ne doit plus se priver do iiUvre


ade.- Commandant Ladoux -- Mes Souvenirs (Contre-Espionn ge) G. s
ge Maurice Privat 19i,. (Pridictinsa) ................ ...... 2
api"d Due de Levis-Mirepo: cti Comte 1F. de Vogue La PolitAs e.. -5
S Maeterlinck Devank Dieu ........ ............... a
e'; pa-' Aiadar Kuncz Le Monaster noir ...-, ,10
,' -Dr. Alexis Carrel L Hiomme, cet inconnu 4,0.-
em laurice Dlkobra FusiIl6 a 1'aube ........... ..
u uam : -- Les MaIbl. (Chromque des Pasquier).........
'.'. E. I'. STANSON' La jiffrance e- nous ---
T 7 W I 1-.
e au alery Morcea:t x Choisi.; (Prose et Poeie) ....
,SI Vetd-ryv Variit 1, HI, i--t
.. ............. .............. 3,60 et 3,00
< Kr i ~L. ...- Ne dites ta ... mais dites --
Ecrivez, n'ccrivez pa.,
S- .e con ................ .........,.
--.....No o ., cz gas-....................---- 4.00
--- c(ie que tout jt-une honr.:-, devr idt savoir ... .........
S-- (C- que toi' homnme mari6 devrait savoir ..... Q.
u Nof -- -Ce .qu to t hommo He 45 ans devrait sav-ir.... 3,0
------ Ce que tor'c jeune iil devrait savoir .......... 3
S ., r rd -Ix ( V 7 e...t mort s H ros
RAJTE DIE CHINE. JAPON. MANCHUiUO .......
ill ALMANACH VERMOT ..................... Brch S00
ALMANACI VERMOT -........ ............ e
ALMANACH HLACHE rFE .........broce6 1,75
zALMANACH- IIACHEtET 'E .-.. .i 2,7

VEANEZ VISITER
) US .EAlUX RA YONS DE LIVES DETREkNNES


POUR GRADS ET PETITS


:o v 411 i 14

1 1 -
UD r Ir. A ,' i'o. mx eUd

S: -t -e r ti~ us unt nouvelle
":, 7c( 0n m ert un p.:ace eno t


/ v / u 17 -us 4pai., pu-s: solide,
-p-s be-- 70- nouve GOODYEAR
t- '-.t- r .ta : d Y a" a.r:-.es
de r-cnh -rche fai.e par lis i-g6
ieurO.- A .;OOI)YEAR ,1our trouver
p.; .rte, >. t' le7

,fr na r II di


tilINCE


. Avi qu ii cau se :: grande af-
flunmce des coniribv\ J-,,, elle a de-
cide d'ouvrir ses .: :,-acts, des ,
heures a. m. jusqu& I pouvel ordre.
a partir du Lundi Dljcembrc
1937.
e18 Dtembre 1937.

BOULANGERIE VN;,'AISE
GRAND'; 'E

Passez Ia BoL..:;t-ere Fran-
gaise, vous y troui' .-e; lt. meiillur
pain du pays, fab':q ave b:
meilleure farine et I ::'is hygidni-
quement pr6par6.
On y trouve eg, .' -i. touti'-
-ortes de bonbons, provisions
,.imentaires: lique ,- boissons,
vins, etc., etc.


U-?.Izr


Seuts Distributeurs pour Haiti :


MALLEBRANCHE, GENTIL, BOGAT & Cc

Port-au-Prince. Haiti


Reichswer et les bruits de sabota
des chevaux. Une compagnie d'hw-


ousariv!eour sresse desi e apes


Rol


- ,-- ,~(PP cr~BD~~ '


9 -3~e
r r


m


i


1




J j i i^'" '' ;i:i' ":' :':;i "l ;'..'."" "" "' : : :,.''.:'i..i...... .. ..... .. "' "
so ter ;s ...

S : :. na.a. eU3 .rt toujours en mo7i A uoccaiion de libM i uin 0-a

^ rrH' ..!0
S.Laurent PIQUANT. Lean (de 19 heures A 20 heure.
t manquie pr6csent l" concert sera dirig F art le Mai-
Stie is plu dyc ique, e- : Directeur de la Chapelle Sl:Li-
.:lut eat deatinte tre u NOX. e eL sa transmission assurBte ni
:*ie por pe esp i e t u G' Haiti par lee Stations H S;
:.3 puup e se faonne suivant un A rdPierr tivement sur 6070 kilocycles o ai
P n nouveau et s'adapte A '6a- ourtes ou 49 mitores. 9645 kiir,.
votltion universeile. On n'y tor- Pcycle.S ondes courts ; 1230 ki' .
Spai, aegag6s de maquis dtes Onie he res Longtemnpa d&ih a cycles onde-, 1ngue s,
EIQIad sp ae firitucia CVII ~not jgi' j
mbosa l s pirituela qui folt a t n Mit a ur lra terre jete sorn v' e L Gouv'rnement haitien, c'c-
,oatmiU nalienl, can ressortq p:y- d'ombre; et le ideal muntenant, yVon-nous savoir, on a StW anv%'
eoiogique puissants et crtateuri pingI d~itoiles, eAst un champ ai par la Nonciature upostoliqui
M arquent. la veritable physau- cUoton..
li ird'un PleuPle en mme temps La voix tour A tour joyeuse ut ..
o it en assurent l'unite d'action plaintive des derniVcr rudiophon:-;e
,,.ant les grande circonstanor- east tue. Lass d'un 1penible jour-tS D-X P I S
e la vie. Chaque haiticn est donm nie Port-au-Prince s'assoupit. Liri
reduit, en l'absence de ee code t d parfoia le vrombissement dc'uLI
gtlears, k se fire une notion 1 cligue l' nerve; maiNe tel s .;.-:.2- me... ux, >je ,
choses. selon son temperament. -- b te repue. lourdement elle lb i;, so .. pa venue di.r!
C'est 1 un fait grave. Que I' on s'etir,,, et sc rendort, Jc .-ui- p .armn ablee, vei-
p ,t ttrituer a une crmscience en. Minuit. Li-haut Ie- tojiles s Vo To syouVien.-tu uin
ore imprutse de la ffonction :- voilent du melange lasteux de learf jeune liquoriste Edouard 3.
ae de l'ritain. Romance: a lurnire, Le d6me cikate device : 1 ..rain? J'ai 6tt chez lui hPitY
done chez nous un travail coniide- tblancM tre. Dans l'air suinte ur.
isbte h fournir is'l vent etre ut;-!, douce froidure. .: I belle soirft, mon Diu,
et sortir de cette trahison env.I Lt. mille et une !arrpes donncr ;.P e et quell ehtrmant gar-
l public. ohV l'a triunenu t ir au-dessus deq rum.; en..lrtBes lii- co :ype-!_ 11 vou Cosert de V'a-
l~ngtemps une thrio de i'a: luion de longs colliers de feu. ii.MLte superfine: C'eit dr ia muavi-
pour. P'rt vraiment-diAuete. Par Perfoij aussi, ce sont dea bougies t eon rnatire.
asi ii de-iendra cc qu'il doit htr-; qui so dressent ga eat IA sur des 11 faut Pencourager, car j'e, ai
n producteur de valeura culture- tombes, car rien ne bouge. Et !a 'vu de pareillo dans de'i grand ca-
le. Wtinte grise et ailencieuse qui c1.- f&s de Pa-is.
Jore atmospheree achbve aspectt Tu es press; alors n'en parlors
Yvan JEANNOT. tumutaire des bits. plus. Me, en "on. i a touted
Rien ne remue. Pas nn souffl e r{. sorts de liqueurs. 11 a ianisette,
-'* Ila brise & travers lea rumures da I peppermint, 'a prunelle vanilex4,
quelques arbres de la vifle. Enlr? le nectar, etc. Vois-!e le plus tist
.2 l,'. 1ib .le...- 2As... .t'.. nngz,},J .2 i tonv u.Sn- A .ror ,i l


A S. L. dcd.


Notre amour fut grand et p:--
fMd Loin du platonisme se tln h
ait notre Idylle. Plin jamais, "c
te vois sous la galerie de ta mai-
son, oi tu attendais ma sortie idu
M~iist&re pour m*offriu dies p-,- j
setst. Les apr&s-midir do Septem-
bre ont tristes et froider. CarrneT
Sylva, Valso d'lvresi.. Rapsoci:'-
iongroise ne se font plus enter-
dre dana Ic vieil appareil temoin
denotre amour. Pourquoi ?.. Pour-
o|i ce sombre linceul %ur tant d<1
$e... de jeuneD se?..
Ta ei parties, et tout n'est uci
siuvenir...... Sur Ie tapi vart Au
Champ.de-Mars, as~i te a cat et,
I parfum de ton earsage d&colle.t'
'eanveloppait, m'enivrait, .. atin-,
temnnt je n'entends mrime plus ~ r
eho des reproche.s d'amour resun-
Der en ron ame, je n'-. tends u.l
tes lvres rougies, ah m Be cessaient de se pier, rediCre
Et IF'epouse r6v6e par lea votreI..
tAors je te serrais dans me br,-,
et tu me disais: gM'aimes-tu 11-
tement, ? Tu n'en loutai. pas ti:-
faut, quand, en r6pons.e, je la'l-
esa courier sur .Out Ln C-tre V "
lonag et frisaonnant;s 'igrs2..
Maintenant je an.s toute la p~i-
fandeur do notre amour. Pourqu.i
la Dame it Paux n'ioargin-t-L'. '
Pas ta jeunesse, tA cndeur. trn
inocence, Enfant... Quand elce t.
faucha. ED tries cit enfiamnm 3'
oQtl6rent de chaudes larmes. Et
ce fut ~ moi qu'i re vient I'inc aolable pine de te dflx tier dania !on
ale cereueil. 0 ironiic du ort.
Vision ineffable. Tu partais. eI
front ceint d'n diadinie dc fleu.-
4banche, symbol de t,0n innocen-
ce pour 4tre reque en eine dan-i
Iraudelk. aux sons .des trompet'e4
iliques et des hars:s srsaphi-
ques, ear tu fils !.etw sour aur
terre .........
Je auivis ta bire. cut plinuran
JURau'au cimeti&re. UL a*:eoud6 sur
ton s9pulere do m arbrp jonchih t-i
tOaronnes et de rosTs. je regar-
daRi la disparition de tow eereuei!,
d toi-m.ime.., AuaJin, daina la sa-
.. ett de la nature, veiaaitit i vol
RPlp4, lis glar6oles qui oti la-i
S::6 Ib ortid de la mar pour travucr-
Ir la ncropole, tel pour te Xem.','
".t t-diwkr adieu.
i n morn Lme rngqissc, taurte 7:;,-
. i de mon amour Insxtirngt blk I.
" fl^ urais toutes les pr *re -:'-
i::; appris~e au Dia n des Paibi':
~ :::"


l e-ci GT la vUULite opnWneT Atin
lourd sommeil dorment les bour-
dons de Notre-Dame; et sous leura
pieds, Ie vieux sonneur charge 0 t
r6veil matinal cadence des ronf.--
ments aax tic-tac de liHorlog2.. -
tinique et lointain bruit que i'on
croit saisir; a is...
Cette nuit est belle... trop tri,-
te pour I'Ame solitaire qui sent
grossir, avec la fuite ltgere de
l'heure, Ie poids des souvenirs pour
jamais en-all6s!...
R. IMACAJOL: .
*:[,INOUb
du
DOCTEUR DUCHEINE
Rue du Dr. Aubry ou du Rservoui
No. 14.,


beile presentation, de la bonne qum-
IitO, enfin toute une gamJme de bon
gofit. 11 s'y connait bien et se d&5-
voue pour see aimablhs clients pour
la fin d'ann-e, Enfin, rour d'autres
renseilgernents, vois Simon Vieux,
1'&picerie du Centre, Mine. G, Rou-
main et tant d'autres. Cela vaut
bnie la peine. Au revoir, Vieux h

4M-MHL --Hnitfuiii^^^'*'^-^'*^'^-^**^^


CLINIQUK:


Dr. LOUIS HIPPOLYTE
Aned-i.e Maison F. D.:-vignead
iRue des Ca:Eer .-s)
C i 4.ltatis. n :
2 ;a 4 hs. 1,( p m.


S,- ~ n~r 4


r



A.


416


Rue


PHONI


/ r->-- *A~r/A/ArStr A~VI//


'3sfl ~fff!CA *aaafK2- -S- mfl.kn'wu


.'..W... A9 21
MGM. 2Y.'
; :.. :---------


Connaissez-vous



deja a Citronnade



COURONNE?



Voita une nuuvelle boismon qui vient d':tre lantee p;ar
LA. BRASSEI$SRIKE I LA COUrOrA'AE, S. A,
Essuyez une bouteille et uCjllb ;;dupterez cetit ii,;issor
avec son arome tin et le1.. pux. !;n v.i :t.e a la {ras.-ieri
de la Couronne en grant pt petites boutetilles a p~r
cir de einq douzaines.
tes autres boissons COURONNE d&jA trs connues et
tppre(:ees h Port-au-Prince et en province sont I


KOLA COURONNE en


grades et petite


teilles
COCA COLA
JUS DE RAISIN
SODA
ROOT BEER
IBtEe lsr eBoissons Couronne et vous avez l'as~urs 0
tie boire une boisson extrniem ent, hygienique vn lI
method efficace qu'emploie la Brasserie avec aide
de ses machines pour le lavage de ses ioJtei nle.




. .... ... .. f f ....
SJIEUNESE
7>; ,Force, Sntb vous seront rendues par KALEFLUID, extract
2.. de glandes vtahs, KALEFLUID rajeunit t fortifie. ram6ne
S.. .....r....e.. peu activeJa cizculationadissout Alimina
acide urique, toxins. Aprfs la cure KALEFLUID, vous
'/ retrouverez Oie, gait KALEFLUIDO, a o 5 d n 5 46dait -s d'Or,
7Vac OfoaNz I Ura TUore furftoi vEc D 0twol du csrt imflIs' do de i- ient'er aux
L aboratolros du KALEFLUID, 66. foulev. Exelmans
PARIS.XVI"
mgnpo uuprmac uqqw % it ,.n -4 4.n.,,, ..l ..--- -''m
o Pot rmacma W. 800ti Portau-P;t;en


sqr


LL


A. 1..

Boiuie-Foi


E 3358


JOUER A LA LOTERIE NATIONAL, C'EST S 'PAYE': 1PEUT-ETRE UNE M A I S N U. E AUTU.
LE COMFORT CHEZ SOI, OU ETRE A MEME DE 'P.ENDPRE UNE ASSURANCE, ETC.
TOUTES CHOSES DELICIEUSES ET TILES. PENSEZ-Y.
.MAIS JOUER A CETTE LOTERIE, C'EST AUSSI DONNER LIN REPAS A D.E NOMLIREUSES :ETITES
BOUCHES DES ECOLES, SOULAGER UN TAS DE MISEREUX QU'UNE MAIN DISChETE ATTEINT IE.
GULIEREMENT, INTERVENIR 1.1'IIRECTEMENT DANS LES BUDGETS DE BEAUCOUP D:ADMINIS-
TRATIONS, C'EST-A-DIREDE PA .l, LES.


Pour ces raisons


tout le pcuple en leli




LOTERIE N

A- __-_____._______-__.___......


(


,(jr doses,

tr doit jouer


a la


CTIONALE


................................ ... .....


...4 AP


e



































/


' P :o'*!~l ,
'*' "'* '.: '
.J 1' *. t


illll, ~Y^. ^-'4
^a^ I ^ ..


~",


i0


0p


:: ::


~,
e ~
"~ : '


":'' p~ "


I


."Wrt


(a


52 I~