<%BANNER%>

te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 7 etait absente
du microfilm de cette date

Page 7 missing
from source microfilm of this date






te ,s neliste
QUOTIDIEN FONDE EN 1896


Page 8 etait absente
du microfilm de cette date

Page 8 missing
from source microfilm of this date




Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/03055
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: June 21, 1937
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:03055

Downloads

This item has the following downloads:

19370621 ( PDF )


Full Text

| 1| .j ^ M.ii :



I tl6i- PiUS A lCt3N


c..an. /'


i t i .. . ,', .- i. s li t < ,


IWSO afW r~~~~4r't'*fll~~~Oi~ l~~ A.~1(~


ESJYCSG R. AUVKT
fl~BWErnes-P ertBfl$P


QUOTIDIEN FONDE EN 1896


!:,.'s


a.-~ ~ ~ --r- '~~


- t~Yat nl H


42me. AIrNNiN


P


ORT-AU-PRINCFE. HAITI


l. 21. I JUIN 19:17


SNo. 14.195
," ... ."': : .r5. '.' '': :. '.". '.. L"::." : 2 .7 ... ." .. t .... ii


Exposition Internationale
A4 4% 4 1 "1


0e Paris


19 (1


g 1936 la France invite le tMonde & partleiper & 'Expositon Inhternatio
ale qu'ele preparat.
tpondant ovec enthousiasmf A son appel, totes les Nations, A 1'exception de
la Tarquie et de la Chine dbeid&rent d concourir A cette sorte de competition
tdfquee entire les Peuples; le r6sultat da eette emulation mondiale que jnmals
tanm Exposition n'vait suseit s'est t:aduit par un d4ploiement merveilleux
de pavilions don't 'architecture reproduit Ie caracetre national de chaque pays.
Ces palais sont gores d'objets d'art, tatleaux, marbre, brnze et aussi de ma
dins, d'onvrages manufactures, instruments de pr&ision qui m arqunt le.i
tendances artistiques et scientificueos don't s'inapire cheque nation qui, pour impo-
er son g6nie propre, a r'uni ce qu'elle a;ait de phls r6usi, de plus rare et de
milteur.
Chaque Etat a ainsi consacre des aotl-ions A sa participation; maia su-delh
ae argent, cest son intelligence national qu'il a apporti et, come ii est na-
turel, les grandes puissances ont fait preuve dB'n Ple particulier et d'une rivali-
t courtoise dont tous cls visiteurs pr,'ficent.
En r(sunm, par la grace de l'Elcpoeiti.n Internationale de Paris 1937, 'Uni-
, er se trouve condencd h Paris et, san passeport, sans ennui ct -arns risque.
thaun n ela visitant accomplit un verisable ;voyage autour du Mondet, infi
niment 4ducateur et agrable.
L'Allemagne a 6rigi un grandiose pa.illon don't Is fa ade principal est cons-
titue par une tour rectangulaire de 54 matres de haut surmontee de Paigle de
bronze; cette tour fornme de 18 coloane .en acier A revrtenment de dekIec dc
perres eannel 10s p se 7.000 teonns. 11 a fall 1000 wagons pour transpor-tr hle
mat&riaux provenant du Reich.
1/U. R. S. S., come sur la earte, et Ia volsine de 'Allemagne.- bSn pa-
lon relativement bas dans t a grande tlendue a une hauteur eroiossante vera
la faade principal nchev'c par une tour en marbre de Gazgan de :31 mntres
sur laquelle est pose une state en acier inoxydable de 24 metres de hauteur
reprentant un jeune ouvrier et ure jeune kolklozienne portant js facile et
le marteau.
Pari les objets qui gari ssent es six sales du Pavilion, 11 faut nmenionner
na carte de IU. R. S. S. de 18 mtres 2 de superficie construite par des lapi-
dires expirimerntks en pierre de diffirentes couleurs: Jaspe, Rhodrnite ros.e,
splth vert clair; des 6toies en rubis d6sigent ls grande villas.
Ultalic a voulu prouver par le style o ses pavilions (ar ellc en a con-truit
dea relies par des galleries) que oa grande tradition architectural romaine
paut pouswr harmonieusement les grametriea du modernismc. Unt tour sur.
giant de quatre ordres de portiques dent Is piliers sont surmontite de ostaueu
de 3 ;mtres chacune, sB'Slve 5 42 mr~tres~ de hautecur et domine le pavill ( cen-
tral, Cette tour est prec6db d'une cour d'honn.ur daltle en marbre d'Italic. 9~:
Ia grand sole un p s.n.isant nonumirnt t!ure!tre figure Ic <.( nile d.i Ia'.Gi-, ne1.
Une grande mosaique en verre d'talie cst place iu fand dri in cour d'hw~nIur
Devant elle une victoire aile do bronze compRte ce deor d'ane puissan.- evo-
ction mrmiterrans'enne. Parmi let curi)itks offertes i I'intkrieur des pavillonc
italiens, signalons une %Flaschettcria?, auberge o' I'on peut apprscicr la ganm-
te des vins italiens at un salon 'honieur ouvert au 3nme etage de la to,'r,


Ce salon, couvert de riches mo-
tiques, a P'une de seo parois cons-, "
trites avec lea typiquesa erres :
thermolux en couleurs, iS nte ori-
linalit6 de 'in.-iustrie iteiiflnne.
SPendant I'Exposit;on, d.- nor .
breuses manIfe-.:tn.!,n.: arriit.;u -,
aue-queIh parJlYt-:srI Tit i' m.i -llur .
A...fttistes. dcs. grand. "thuta sT rr -
mlins et, notan-.ment, de- li ScnVl.
de Milan, so d6roulent dans' le c;4
dre des pavilion, italiens.
La GrwttM -Beretn-ncf a 6ev4 un I
palais d'une majestueuse simplici- .:
ti. Sur un emplacement dc 20n 0 ..
mrtres earras, un vestibule., Un im '
nense hall, une cuisine taillante, ..
diux terrasses ont 6t- disposs.-- ;'
C'est avec la Taverne. touted 'Ex. '
'Paition du R yaume-Uni, expodA- .
tiMo en qudquc orte de l' ganc, l.;,
ettd la quality. L'an des murs qui .: :.
10tig la Seine eat recouvert d'une i
earte inontrant la r6partltlon de
centre industrirlh et un plan en
retMr oi 'entrecroLsent lea tutes
au neon prbilse comment la voies
fUsk-s assurent les 6chmange c U
1milques du Paya. Lea armoiries
royalge, raliak-s par l'eola Con-
tale des Arts et Mtl4tioras di Lon
dre sont zrioes au somn et da
Portique.


LES PAVILLONS
DES GRAND PAYS D'EUIOPE.


!t fresques sur les murs, des noaafques au sol repr nftentent les jeo et I
WOrts e~ honneur en Angeterre. Pour accentuer iimnression sr poaret de
uilpemeLnts, crs, des on cir d.es l soires de f sport s nt expo si. Une cu
s'ie ob toul les mets anglais sent priparjs vous pern t d'approcier leo sp
Ctlit64 cullnairea do la vielle Angltetrre. Partout J'attention et soilicitire p
1-produltts manufaetur6c de is verte Idlade, de I'Ecosse aux grands lacs, d
Pay 4o Gall, minier.

(voir Wsfte en .M.. page)


hroMnique

CAUSONS UN PEU



.I s'agit aujourd'hui de '1.-
tat do notre culture-
Une question de eetLte im-
portance demand qu'on 'en-
visage avec beaucoup de tact
,t de ciirconspectionr. Malis
i nous voulons suulenient ap-
oler attention de nos intel-
lectuels sur un &tat de fait de-
plorable.
II est un fait avred qu'au
poinf de vue de ia production
S.tiitique,- litt'aire, setienti-
:que notre pays est tres on re-
Lard- Pourtant, n1ouSD comi-
tons un sietle et adeni pros de
liberty, et nous avons aussi
des homes de talent-
11 y a longtemps qu'en ter-
chaunde d'Haiti nou.; s e-
iionS de bons grains, et 11 y
longtemps aussi que nous at
tendons I'6poque de la mois-
son.
Pour no pas etr injuste,, i
u iuS ifaut pelnset t q ;t lU0i
i productions haitiennci, et de.
reelles valeurs. En definitive,
c'est pegt relativement au
g rtand 1Touvement intellectul
r Iu'on onlegistre dans les p]'a I
uUtre-nler. Ou sonl no.s ;1ar-
tistes, nos technicians, nos ju-
ri tes, (Cerivains docirinai-
tes), les representants de la
medecine scientitique en lai-

q(iA iiVz (i. Intenr pon, I* ':x-
t]! tiri: t i YOn u (i:.; e. I'Or-

Sdo t. ut ce que les dieux
iont 11 ( I lilne eln v -
It e ame d'elltF(,
On peut les computer Ies ec i
vaini; haitietn.- oui ont laiss
des ouvra.'res recommandables
j- p ur ju i p (itW (iu et 1uni'
originality. La )plu s grande
I ia ic te o ntti'e pIroduction d(1-
ja iniuflisanLe 1 'est qu'un
t frangaise du sicele dernier
(voir les auteurs de olLes Ten-
dances d'Une Generation>>)
Un de nos amis nous di-
sairt 'auttre jour que I'haitien
a ti:.ndart'i.' L reprendre le
<>, ii a peur de
s'aifimer, ('avancer quoi (L ",
ce sit W q iu n lt ps. ratifl i
no malitre .cs fl'anais. Nos
ieilleur'S crivains manquent
Sd'originalitd, ils dissertent en
i function du canon green. Leurs
Suvres sont aussi (pour la
Splupart) d'une rudition d6-
i conleetante- 1ls y refletent
Lien les autres, alors qu'eux-
minies, il; ne se trouvent nut
part, Trop d'eruditions fati-
i guent Ie lecteur ai la reeher-
che d'ttno vurite nouvelle dans
?un Inondc(C ou des p)roblemes
autrefois I'apanage d'une mi-
noritt sont i la portee du der-
nier des bAcheliers,


Nous comprenons nous au-
Stros oI'ngouomont de certain
Shaiti-ns d'autrefois pour ler
cceuvres d'(rudition IWs en e"
talent tellement incrustes
qu'ils se perdaient pafois
dans de veritable compilation.
Voyez-vous, ii y a erudition
et erudit ion,et jainms nous ne
Siousestinerons celle dC Fir-
: main, bien que leo d6marches
" scientiflques de l'actuelle ge&
i- n6ration soient I'oppose des
'- d6marches scientifiques de !a
ir generation du mait.re v ie re.,
e exCQptionnel enlin. Cela tient
a la difference des coneep

(Voir suite en fite pae)


GRANDIOSE FETE

RELIGIEUSE



Ce iilatin, a t'-t gLrandiose- i
meant c.lLAree, on la (hnapolt (
de l'Institution, la fte de
Saint-Louis-de-Gonzaguet, pa-
trin de la jounsse et par
de l'etablissement principle
des Fr&re de 1'1nstruction
Chr6tienne on LHaiti.
Dans la Chtapelle qui sem-
ble s'6vertuer a se parer, sans
cesse, d'autant de belle frai-
chteur que celle qui orne I1
front det naissanites g6nIra-
tionsi qui y deitilent, lhaque
jour, depuis lpres d'un I, sie-
ele, sous 1'ceil de maitres in-
quiets de leur devenir; dans e
coquet sanetuaire edifie par le
'rere Odile, aid(6 de la g6n-.
'viLe locale, I'aumle de mar-
biue diLpairt is' ait stnis Ltne
profusion d fleurs qui me-
langeaient leur agr6eable pai'-
uiri t ctluLt -tuiavet dtlt SOU e-
ir .., et qui, liLV lin et.1 l ti
y v aniide $ti1'iVi 3 q lMj I :t
i, statue du glorieux. patron,
envelope de e lumiere.
La mess e fut ci iel'br sous
la prL idence de S- I:. MR.
Silt van' N nci' A )o.'t(Aliqut
alire I j Sueet, n Cur <6u
a.co'-C't ur, nasist6 comime
I laco etl s t(is-( diactre, des ib
'P- Boston, ,icaires i la
'atl ie ale it'i t t luIcti <, S .
..; iph. Le chat f ren t xe-


c'tolr suite en hre page)


BONNE M.ESt RE

S fin de o ,i lit. : Ib, t i ,
.' deir s di.-n 'i rt'f pOu' l'-
| \K ; P tt: 'e (h'uibntini de
|i ... i ent a YE
dif ltt ,' .. : H \'v letca l i-:
| pice ... e i \ux.
SM. Fran,-> i >,-fatouriere a
e e- charge .- li vente :imbu-
lante dan :,. 'te tents Quart-
tiers de In vilet.
Rappel'ons ([qu le prix d'en-
tree < c 'une fuourde.
EnteIt : cinquante centi-

Ren -'iw -vZ ,.l h 2 h, de 1'a-
pris- idli dimanehe au grand
Gala du sport baitien.


POURQUO!?..

Ce soir, Leia, je voudrais
to parlor dets monsonges d'a-
m10ur, te dire tout Flexq(is de.
faux sorneintS i d'amour. Oh0
ies amours !... amtours de vier-
ge, de pechrcesse, amours d'a-
mants passionnEs, brutal, et
ttlssi les doux I enWSonIs de
tnotre ttlamour, ect (1tlltmouvanit
tpoc'me cueilli aux regards
profonds et nysterieux de-;
etoiles.,. Mais ti chants, UI-
lia, < ...Alors, je ne dirai rien des
purjures, rion doe.c imnm)on-
ges... et je ne te means poin:
ce soir si je te dis: Je t'airnr
depui.-s Iou, beaueoup plus,
Lelia, sans trop savoir Ipour-
quoi..,
Tu sal', poutn ant, I b'n[
Ecoute inoi oitn- La cigarette
Luky, tu (loiA aI fumer uni-
quement si tu vetr:x te .ad-r
Se t14 T liu ei quo iutre -
mour cueille toutes los ten-
d(reS-e.- des ainants ideals..-.


UNE EXCELLENT

MATINEE ITTERAIRE



f. ,ItinCtUrlt lt dict.ii n ifan1
'a3 ,. (- r C aL ni. i attue ilann-,,
pt'c Ie C(omitn Hauit'n di
IAlliance fran;ai:se a eton lie
s:amdti imat in, 19 Juin, :nu ini-
li(it d('un grand sueceS, a Hal-
tiana-
11 s'st eftectud sus la di-
rection de M. L. C. Ltherisson,
president Ide la Sociti et ten
prt.'-.nc. des huit rnembreV-
di's d(oux sexes du Jury com-
(pos de proI-ufeurs comIpe-
tentrs de t'enisignement pri-
niair il' et de 'E nseignemen
Secondaire-
'Pros de 80 candid(ats dt-s
deux ,sexes ont dit, chiaculti, un
lo::tctan et 111 un aute mor-
,c tti (ver> 1 oui prIosti.
(.'I c uii a ait It elarniuc "'
c .-t belle matinee litteraire,
c''-t: it idiQ'ersite des morceaux
i'i^, ;. rt i l fte('ant ai s-



f roir suite en leme. page)


.1AVIS

La Secretai'reie d'Etat d
1I' teri teur rtappelle aux tran
f rs. s1ou iMs aux forriwl~ei
du parmiis de sWjour, y c onm-
I E :. c .ix ri'idant d'puis plux
Sile 'iq i/ (U >nsr ii;t. .- I tai im::,arti dans i'a-
i, ili I( e c1 r Av i derni
4,1r


PI r L-a u-P rincoe,
S937.

SSecrcI a i P,
i'l] n ,r11 r,


Ie 17 -IuEi


d'Ktat o


IF D VIUN EAUr).


A1 L'ATTE.TOXAI DES

A ITEi'RS H.I1TIENS

i.es auteur> Iaitiens (qu
vt.iI t s, a. :i' t*.lnmaui-i r "
P-'egiUj > pt-Ent:&iit I u .'s-se:"
I.-urs t-- UVnagi' d I itd .Itu 0 co.,1la-
biratUtlr i\tax iuos. .:15, onli-
Itvard Emiloe ockstad, 24Aa
I;r-uxelles I qui en fera i?
corinmpti -ren!du na:. des 'reves
Irblges.


La Jrelitsv


DES TOLES A


On demand des tole's er b1,
etat.
Priibre dt i 'adnres- er a:i bu-
reau du journal-




REVEILLEZ LA BILE
DE O VOT1E FOIE-
Sans caltmel-et Vons sartere do
lit Io martin 'gonfli a bloc"
.l :it li' "th .. 2 'i2A f -t T1 fi:.., 4 C' i,' 2i-f ,
sia V ir r i .- r 't J -ilre i el VoI ju
;'o*-t Mwwr., its.i a -, W 't~i too tl s nir i
t -A8t i t,'inL t ir "t ft' .t alk it .i',r. U s' ,ft* t .
f'ic'i :' i 'Uit Int ? it (;itie. Suik io t
gie W "'i t 5 i f M-iu r o -ti. n i4lt i. X -
Fill,.y, d ois4ft)., # rS ns-li,;i -. ',:-r fl <..: > J-,; IF
it 'lv -04- T <1 att S s.fn'i i-f-i


E. HANKIE,


IB'N. Seu J)isRtribuIhur pour fa&it


R ----- -I J I -


4C
~ruyr


-~IUc


rr -~rrur*~,,..,.,u.m**y~ *
YI, -*rrrr-rrr~r lucrr~-*yl.~.. 51r~ rr -r..r~-~l ~-rr rrl rlr -- rC. 1~1





o.G". a


EXPwITION INTERNATIONAL DE PARIS 1937

(Suite et Fin)


La Poleone dana son pavilion de pi ., blanheht. en forme dti tour, prbe6rk
d'un portiquo woutanu par dos aigles d i rfnaze pr&.ente sept statues la gloire
de so e~61brlts:; une magniticque tapi. i-rie. des peintiuris, plus dir o artistes
polonais ont contri4bu cette' prrbsen i,,n d'enwiledd.
4W Tch Tchoostoaquiei a utiliae lfrgen,.r. pour la construction de son pavillon
le verre et I'acieroat6riau nationaux .;ont~ s ur pliers au bord de la Seint, e
pavilion done l'impression de potter r n les airsi un haut et grle pylure qui
le domlne en forme de mrit d navire -rmptfie ce sentiment.
La Yougoslaviv posdM e un pavillo o nit )'Atruiumn, dall6 de pierres jaunts et
roses, Jvoque le style particulier de la odte adriatique. Broderies, c&ramlques
bois iouvrt, tous les travaux pay, ant i r.uiamztitutent fidustrie du pays sam
represent's dans cc pavilion,
La Rou:-anic a construit un pavilion qui, tians une umouvante syntLht.c rap-
polio son pass proche et lointain; p--i ase sen ambitions dcavenir,
La Bulgaric, nous offre utn racetou.ri do son activity# agricole qui en fait it
pays le plus prospire des Balkans,
La GrIce, mnre des arts, a rlatis t'. pavillon d'oune grande puret i de lignes
dent itenseble et une recherche, ob I- mderne se pIarie harmonieusemont i
l'antique. Des tapis ,ux riches couleurs-- d i mTeuhle de PI'le de Skyros, des brode-
ries grecques habillent magnifiquomern cC palais,
La Hongrie se distingue par une to r de 38 metres sur laquelle deux angeF
tiennent les nrmoiriea hongroises, Un' i tle est consacrte aux arts religieux et
aux vitraux; de mnagnifiquos peinture'l 'voquont mileo ann6es d'histoire at, com-
me nous aommes en pays du Danube. d tizianes so font entendre danr: leurs
r6p1rtoires.
L'Autriche a construct un pavti!on on rifs ct On nmalonnrrie ol e-ll nous con-
vie a une commemoration de Mozart ct d.,: Shu':ert et nous invite i admirer son
industries lourde et sa micanique de hot.ut pr cision ainsi qu e l travail de sei
artisans. De magnifiques concert. rutr .hiens sont frdquernmmnt organisms.
Le Lu.embourp a voulu lui aussi figure dignement parmi les autres nations
et il expose, dans son pavilion, une b,-li gammio de faiences et- de fontaines.
LuC DelgIqtc a riuni dans son prv:lci' .tatro grandes tapisseries d'art d'un
dessin et d'une oouleur admirables, doni la fameuse procession tdes pinitnts do-
Furnes qui date de 1445, Pays d.s dc:'. 'i;, prciouses. I11e nous pr&conte
tgalemcnt des dinandories dnnt on pcut :;'E:niv r anor ptece unique dO 6 mrtres sn:u
6 qui, batttue dars iv cuivre, est ua vivan' h:mit;age au travail.
Lee Pays-Bas nous accuoillent dians un j.ardin oj smnt exposb's los plus beaux
produits de horticulture hollandaise.
La Suisse abrite son explosion dun- .:: .i';xlVn qui rnisemble assez i un
uimense vitrine sous laquIlle sont grn roo:,,:.- 4 .s>t.i.n. d'horogerie, dindustrie
ttxtikl, d'arts appliques at de tourism
I,'Espagne a construit un pavolrn J. 'lr:::e rectang'laier d'cpoque modern,,
avec un patio detstine r servir dct stlle '->e::. aco et un syst4rne de circulation
a sens unique offrira originalh nii:r Ut r m mi ;:- tencer la visited des sales par
le second Iutgec
Le LDancmark, la Nor'vIige, a S';td. ;;rn-s .e l-is pays (du Nord de l'Europe,
Ji F'!"ldrhde ct lis trois Eats. bates .ni', t ii.'n5f fit tai n gros effort piur Crtriy dir -ni-n" pre;entes h P'Exposition de Parki
1 ,LT.
A i'opptosie de o'Europe I'Egypt' dr istr s.on pa, !on di ti;nte rose; da~ns
salon d'honneur, on admire la vittine ti"e O'(rigine des Art!s et Techniques, deiu
plaqu(es de diorite aju.sU, une p;ieo d; .,i-' tIsil', d u. rUt li antatnt de 5 a
SOOO ans.
Nous citons encore pour- mmoeire It .-'ion4 d1i( ',!i s .ite tUa.Cln Sud-
Aficanc, de l'Au-tra-ih. du JaTa ,4 d. .':,n. d: ilroi, du Po~'tgal, de .Vonace
qui rcnfoerr nt tous dp v.Triliab'.-. t-e'..; anrtli.iuc:r .-- Dans un prochain ar-
Ticle, noul- parleron,- plt, piti ..!i- to -: er t n rpr-r tution dcs Etates-nU a
f- df-n diverueSi grnndPe nrattonr i- 1 ie *- ; r n :''!r poarmi lie.queikls leo Br-
I, \'A-rpI.cw>tt'(, l'[* rm,; .y le r.: ;i. / J l''r; / :, E>.I Prtolf la tRipu&a qtb e
dt'Ha.ti occupent une place pri:pnd"'-n.a .

.DE MA A NOVENMBRE 1037
.o', bre'uZc mirt lcf:ar .o:a t:''i'" -, .s'i:,t, als, ft'-traec8 s ct ape'ivrcs,
n.E'SEI(N.VEEXTS C Acrer, ( at, Burros, : ;:
7"; >i: ^?T-<'.
I j--ru~B--B -


REVELAT UOSS ENSATIOLIELLES
he ThU $t'S5. rJ4; So,1CBf Q&CaTS
A 8.yy i. 4 91a
ac wwni py one *rc Lit.
1SOCTna PFRANoMAlP *
5i5. RBa da Fanb.4xat'bi PfAWl


INSTITUTE TIPPENHAUER


Roconnu d'Utilit6 Publique par Arrete Presidentlel
Est ia plus grande Ecole iaique de Pprt-au-Prince.
C'est a imieux organisee, oi I'on trouve: la hieilleure pen-
sion scolaire avec a sa base ; la discipline, I'hygiene le
sport, I'ordre et le travail; MaternellB pour tout petits de-
4 ta 7 ans; Pension pour enfants de 5 h 12 ans Mlithde ex-
cellente pour les Cours Classiques de la 12e0 la Philom
phie.
Mithode rapid et s fre pour I'Etude desjangues vivan-
tes et des ours Commerciaux de Dactylo, St-no, Correspon-
dance Commerciale, Comptabilite.
Les Bacheliers dipl6mes de l'Ecole 1i.lnl bonne figure
dans routes les professions liberales ti dana touts le1
branches d'activite.
Les 10 annres d'existence et dc succcsa e.nt la grasile des
families. Cette annee encore 85 pour cent deq 4ves r ua-
sissaient avec brio aux examens offictels du Baccalauriat
et 99 pour cent de St6no-Dactylo et de Comptabilite.
S'adresser 1537, Rue Lamarre. Phone 2891 -
Annexe Rue Capois. Tl- phone 3209.


Compagnie dEclair ge Eiectrique

La ComApgnie d'Eclairage Electrique vient de recevoir un stock de Refrigerateurs 6lectriques qu'elle met en -vn.
te A des eondcitions reellement avantageuses.
L'1loge des appareils de la aGENERAL ELECTRICW nest plus a fire. Chaque annee le confort augmented pur
la nouveaut6 et la meilleure quality des appareils. Pendant le nois d'Avril seulement la Compagnie offre A tou4t.-
cheteur d'un


REFRIGERATEUR DE LA ((GENERAL ELECTRIC

une prime consistent: soit en un petit Ventilateur de 8 pouces, en provision des grande chaleurs de I'4t
soit en une petite lampe de bureau, au choix de I'acheteur.
Ne laissez pas passer Ie mois d'Avril.

N'oubliez pas non plus les quatre annies de garantie que vous offre ia


- S-


p .ocha-
prochaidn,


Edouard J. Benjamin, qua
i son assortment de CoaQ
Anisette, Kummel, Neetar
Cherry-Brand(y, PI hes Bra
dy et surtout son famea
cocktail X-33 laisse toujour
un .golt agr4able et mes u.

Reclames done, chers aa'
' teura, a nmarque: Edouara -
Benjamin chez sea d UoitOI.
rea: Simon Vieux, Epireer
du Centre, L61io Bally et
vous Berets ettemeat Iati
faitas .



.ORT.Au -PtlINCISGN

arand assrtfiment 'de 0
et de montures pour Iunett
de Is meflelure quality
qrandu,'Rue flate do .
S John IL WoollsI


Et faites un tour imm6diatement A la


COMPANIES D'ECLAIRAGE ELECTRIQUE


PORT-AU-PRINCES


CAP-AMITII'


- *- % '3


CABINET
-.,. de,
MN. MAURICE IL UE
et
M4R. E t4U DESINOR
iRue du tCetr No. S


GENERAL ELECTRIC


NOUVEi:;:;ard ~~I~~~ilOP~O.~~ll(li ~ ~ tr


~YGII~r6li~.~lPgWYB~hliL~S111P~rll~itSI


%, d
Connaissez-vous

ddjag i d
djg I tu '4ron nade
dea



COURON" E.



Voilt une nouvelle boisson qui vient d'etre lance par
LA BRASSERIE DE LA COURONNE, S. A.
Essayez une bouteille et vous adopterez cette boisson
avec son arome fin et deHlciux. En vente iL la Brasserie
de Ia Couronne en grandes et petites bouteilles a pat'-
tir de cinq douzaines.

Les autres boisson.s COURONNE d'jh tr s connues et
appry cies Port-au-Prince et en province sont "
KOLA COURONNE en grades et petites bou-!
teilles

COCA COLA
JUS DE RAISIN
SODA
ROOT BEER

Buvez les Boissons Couronne et vous avez I'assurance

de hoire une boisson extrrmement biyginique vu tla
mPthode efficace qu'erploie la Brasserie avec Iaide
de ses machines pour Ie lavage de ses boufieilles.


~*I.~A~*CL&Li~~~


': I~l m.*8-




Vient 40 meot 6e
son GRAND L/A





I) Analyi elinlq% :
3-"Wf, r i if4 I f







V ) AnalyAo loclit ';"A i
3 Analyses Ifndlfls .

) IWntetut de rtchu,.
Co laiborattirc v't d'emb1t, --.
relution par sa directKin avSiit,
Son materiel eouipiet, 8it. l *,,
tl ld6ale ,et pr Pio' pni
qu'il implanted en Haiti.
Direeteur-Profes"O ;
Antonio Chevallier.
Ex.Privat oct Deent da Bw"n
Conreiliers Techniques .
Dr. Georges Castera, i
Ex-EMve lastitut Pro.
phylactique de Paris,
Dr. Clement LatUir,
Ex-EI1ve Institut Pasteu
de Paris



OLO IANs

Le Vapeur HAITI N- B.
Voy, 78 de retour des ports
Co ombiens, de Cristobal C.
Z., de Kingston Ja., est attend.
du le 23 Juin 1937, en routole
meme jour h 2 heures de 'Pa
pr-s.midi pour New-York via
Saint-Marc et Cap-Haitien,
pregnant frt, passages et
malle.

Le Vapeur MARTINIQUE
S. B. Voy. 165 partira de New
York le 23 Juin 1937, pour
tous les ports haitiens, atten-
du h Port-au-Prince le ler
Juillet en route pour les ports
du Sud. De Jacmel ce navire
continuera pour Puerto Co-
lombia et retournera i New.
York via les ports haitiOns,
offrant du fret suffisant,
Port-au-Prince, le 18 Juhi
1937.
Wmn E- BLEO,

Agent Gfitr&t


IL Y A LIQUECRS
ET LIQUEURw

Lea amateurs de bonft
boissons qui desirent fire un
choix de vtritables liieur
aurfines n'int qu2. rciaI
la marque d'lIite: Edouard J.
Benjariin.


t




P





J~~g^ ^ ^ 7 ""i>MW-------------------------- -t N U ~ 8O g, ^ ^ W
i 7:M!:m':.L Ni::.:: .OUVL.. I




DERNIERES LNOES DU MONDE ENTER
a .. a.#


Repues ce martin par Cable, Radio et Correspondance Aerlenne

(STATIONS HH2S. RHHH, etc.)


LA GRANDE.BRETAGNE
SACCUSEE
PARIS.- La dtlgartion
du gouvernement loyalist
basque press F'Ambassade es.
nagnole it Paris a accuse In
Grande Bretagne de retire
la protection de ses navires
de guerre aux bateaux assu-
rant I'&vacuation de Bilbao de
la population civil. Les bas.
ques d6clarent que tous les
moyens d'6vacuer de Bilbao
70,000 non combatants sont
coups. Ils sont dans un be-
soin urgent de secours. Seu-
lement 30,000 ont 6tk vacu6s.
La declaration declare que la
preuve de la decision de la
Grande Bretagne est venue
d'un avis du commandant dt.
navire de guerre britannique
ui a fait savoir au capitaMne
u navire espagnol aHabana>
qu'il ne peut plus I'escorter.
Aucune raison a cette decision
n'a 6te donnee au gouverne-
ment basque. La d6elgation
fait savoir que les avions in-
surges mitraillent continuel-
lement Ia route de Santander
pour prevenir I'6vacuatiorn
des non-combattants A l'ouest
de Bilbao. < crifi6e, a dit un porte-parole
official, nous n'avons pas de
d6fenseurs A travers Ie mon-
de civilis6. Personne A Lon-
dres. Personnel a Rome. L'An-
gleterx nous fruit parce qu'el-
le croit que la chute de Bilbao


haterait les negotiations in-
ternationales sur le retrait
des volontaires 6tranlgers
d'Espagne et apaiserait I'Al-
lemagne et l'Itlies. La d(1l-
gation souligne que les insur-
. gs assiegeant Bilbao croient
que si les refugi6s ne peuvent
pas laisser Bilbao, la ville fc-
ra sa reddition. Cette action
de la Grande Bretagne est une
concession a I'Allemagne pour
faciliter les n6gociations in-
ternationalesS. Elle announce
toutefois qu'elle renouvelle sa
requkte pour avoir la protec-
tion de la mission d'bumani-
sation de Paris et de Londre.-
Elle ajoute qu',il n'y a pas
d'autre solution au probl6emc
de la congestion de la Bie-
caye- L accusation du govu
vernement basque disant que
Ie gouvernement britannique
a retire la protection de tse
navires aux bateaux usswu-
rant evacuation de Bilbao a
cause une grande surprise A
Londres oui les milieux infor-
mins d4clarent: ne rien savoir
a ce sujet>. On croit que cet-
te accusation gratuite est con
secutive A la capture de na-
vires par les insurges sur la
route de Santander.

EN VUE DE RESISTAN-
CE A L'INVASION
HENDAYE-- Pour rvsis-
ter a I'invasion de Bilbau par
les rebelles les basques fri-


Svotr t prdtpr. Comptsbi es aiwnt a %
de Cheque lsa Banqute t sna d &
publibaue d'Hak

a -





\ix AJEURS HAITE S, S. A.

Lte FORD SEDANS de luxc jusqu' ce jour vejades k...... $ 15300

Sft rMdutes A $ 1165,00, Peanrszy; use ruet on de..... 70,00

Et vous avez absolument le tmne 6qui~met q i cotalt $ las5.00
Int6rieur vrul cuir
Pnus h parol bla nc
Pendus le tctrique
2 attida gCes
2 Pare .solat
Rideau rawre
Comparativement our gc I~ett*w 4
Compartment pour giants -, fermetore it c

carGttuve dte s.ns e ik'!e.

Cost la plus belle occasion qtu'Itl ait robiU depa' de a' O .

Vtene voir ces voltures; lee plus vendath e As s J $

MOTEURS HIAITWNS, S- A.

La Mason de Confioml

SAvenue du Prisident Traflk

Phone;:W.


gent fijvreusement des bar-
ricadres de pierres.

fN DEC(RET D'AUTORI.
STATION DIU PRESIDENT
IOOSEVELT
WASHINGTON -- Le pr.-
Pident Roosevelt a signed aau-
jotird'li- i 'n "dut. rc, u i toli-
sIant le ministry de la gulerre,
'1 permettre au citoyen 01-
inedo Alfar) de nationality
6quatorienne de suivre les
course tde 1'Academie Militai-
Sre ainmrieaine de New-York,
West Point.


hILBAO S'OPPOSERA A
L'ENTREE DES TROUPES
ITALIENNES ET
ALLEMANDES
PARIS.-- Le representant
du gouvernement basque pris
I'anihassade i spagnole a Lon-
dres a pullid utn communiquc-
dan lequel il declare que ja-
mais au course de cette guerre
les pays basques ont connu
des supplies aussi atroces que
cells endurees au course des
dernieres 24 heures. Les fenm.
mes et les enfants refugi6s
.ont lobjet d'un bombardc-
ment direct de la part des a-
vions rebelles. Cette action
.t d'autank plus blamable
u'aucun mnouvtint nt de tlrou-
)es n'a et enregistre sur la
routee de Santan der. Ie gou-
eiineleinIt basque na pas in-
ention de rendre la ville de
.-r-6 Bilbao resistera jusqu'ai,
lernier home, jusqu'h la
lernibfere eartouche et s'oppo-
.sCra jU(i 'au caianti a 1entrPe
d(es tronpres allemandes et ita
li nneris dans ila (Capitale Aul
couPrs fo:1 ia seule journecl
d'hie 1 ;iN.O( K t(Innes de bombs
S1 sonll ai:lttueS slr la ville a |
si6eg6e < monde poui alleger tant de
souffrances, Bilbao a bosoin
d'urgenceo ie medicaments, dc y
secours et de campement;
pour les ir6fugids qui nt )ron.
conduit-. :auti li- quO poSSi-
ble des chhamps le Ia gne-rr d
Le gouvetrn enift de Valenice
a envoy ses felicitations aux
loyalistes^ basques pour l!e
preuves d'h6roi -me qui'ils u
cessent dor dine r dpil uis den
jours.--- Lc :ie'8t1 coIinufni
dant la d6efJs' dt, H IIIo ba a
public un ordre du jour Ibe-
licitant ses soldats pour leur
bravoure


CE Q( PEN.'SENT LEs,
MILIEUX OFFICIALS
LONDJI) ES. -On d6ment do
plus on ptt- d(tans les milieux
office its de Londres l'accusa-
tion que te Iouvernmenwt bri-
tannlique vytut reconnaitre ant
ge6hral Franco des droits de
et)lii -: 8 1 71n. I1Jn lport-I parole
du t otit l 'i- ncilt- (1( ,Londzces
a dicK : < cunll infllt I'titlon $t ce lsuj t-,
Les paroles de la delegation
basque de Paris ont caus6 dc
la surprise A Londres- Quel-
ques officiela eroient qu'elles
rosultent de Ia capture par les
insurg4s de navires transpor-
tant de Bilbao A Santand"r



Le Nouvmiu Testament so
ra envoy6 gratuitement, sum
demand, a toute personnel nm
poes6dant pas les Sainteor F
critures.
S'adresser "a MJ. ALFRED
PEARCE. i Port-de-Paix,
Poir Port-au-P since, s'a-
dresgsr au Pasteur Mi ho-
Sdite,(WesLeCenMn) oUaw Pa
tear BeHaptte.


d lvant i'avance des ltoalistes.
a .)ni: le ~eetouir 1de. (tilfadla-
jarai, Ic. i r-piublicains conti.
hneLi t i. pi(ogr "l $tL-'r. En Es-
Si.'tiiaduxi', le.s Iuvalistea ont
cnlev6 plutieur.-s tranch#es et
.',nt:. reou .usSt ( vi',- .mment une
altaqLt (Ie dhi .- rc ltit : r ,s. lls avan-
* .t'I rapid 'i Iccutit verc Sa'ntt
* u rinuia ;.


POINT D'HISTOIRE!


duties rfutgirs, I,s expert. d4'
la Lol Intern: ationrtle .:ouli-
inent. qui si, ; V epltln t.l-tIiK. t
10 rai0co an i 'iv tzi :t ('i conqi L-
ri. tout 11t It ii ( rtfn-
(de- B .ti:;l1 Vel,. -.i.tP l r.Ianir utn
position orna ssante

m oi s Ic f n ( ;'i.. (I* l l -
;aiSt '.it .C. ltu; a -K.-.tlo L 1ti -
Is af;l'm en'." lf'ii t n a a au-
teurCl ilndit a n tl'lri cu han -..
nm-ent datt i n I L' I nrI t ,
1'4eiKtd le frunco- RcCemnment
encore e git, tenement an-
glais s' a;idrw: aitx lcon-
battantg (sI W^'oo 8veC la rvu-
brique dlc- 2 parties n Espja-
gne> au lieu de ment et rebelltesr.

DES BANDITS TUES
A U MANDCHOUKOO
TOKIO.- ne agence ja-
ponaisv rapport que les trou-
pes japfonaiseLs oit attaque 200
>ubanits prIcS (Ie Harbin en
Man(dchoIukloo( tant 90) et
'emiparant di-e beaucoup de
fusils A la -uite dCe he esur
de combat i

NOGL' V't.LES DE
SOURCES VIA )RILE:NES
MADRID. Le goiterie-
ment de MQi;! n'f afnl'e t|iuo
les r 4pu ;l ic; i s- i.: in ;i'4 uii .,
die font oi c-
ji L'sf A ^

ci o 3kj I I' 'Ati t, s)aS t.
b : eec .- i


PN Et) IE ) A1

VOUS DtO.\'ET iU.\ BOX\ REL.\DE NT ET DU-
RENT LONGTEMP8 PARCE QU'ILS SONT FAB17.L
QUES A CET EFFET.

S- ....













SDElRAL sign iFeI P\-
..ij mile. s pl u4 oing u-k dit-
si t't maoin do tl|ie it'
ii ini" e. l li a it COIt ti-
1i n d+es Iiu( i.'E!. )i
iAL> <





inettent de ri oe vo-4 '
-tl ; 9 101, Irt i; i;tntt i.t"-

nl. 1111t- quelle route ,-






Se lr fi;m rbctrise les
S 1atttctnlt do i-outer a'ec 1



o JIpnite~o modernes










VICTORY. HRAR Y,
,a- $ in Rouge, 82 Rute Pac
ACHrITF' LFS P'VElt
.< FEDERALn
CF SON)
-ES ,UEILLEI'US


VICTOR J. HARARY, -'
La Station Rouge, 82,Rue PaUcV


^tfi^~b '''^to^^^^M^^^'^^


~&llB~BO~pls~ls~i0~L1 -


11


En 1927, u (cne tltgation de
ferinmieS purrt-au-prineiennei
alia -e piaindre ht Dieu, dan-
le ciel. lles soutiraicnt trop
en aecouchant1 Prisi de pitie.
h- mait 'r absolu ducida q(1,
trtte douleur de fenfante-
mwnt strait desormais I'apa-
pa nage du pt'ire.
l)Done, (iiulu t is ainn0lc's ;
) i-s. lint- i Ji l;es I iari i lt 5 het
dlents, {deux ii intute+ avant
s 0ii 1t'cO I tl t'Eti 1nt, tandiT L (11
iio lltari retinbiait ciomme unf
Sre- n -'c),t
4 1t1, d111 ,ni 'aint vint- 1 e
'",*n i, 4$ hi: Stl)p IfaCtion tl,
to n e liarut pas soufrir';
l ,... ina courn, le gar.on
l,, 8.! ,,iion s mnit ausaitMt
r at insueneant -n
; ti; c 1,' `1n e1 Ilfe si tlne l int
; ,'i( n 't'.ta I. '(;i i1 a . n > t-ns i;i{m que ttt-+ J. ,tilv,-
14t pris i. c!'1ne tele ilndispo-
S Atin q'i'i pour q( 'i St' erermit,
ln t81n LInIC
an <'1t Io n -o
Ii .5


B




-- -- -- -


*A G aWsfl AMBROIS
3: lE8ST-IL SUICIDE

SOU1 AT'IL TE TUiLt?
(Voir le No. de amedi)


L'historien Gkneral Bonne:
semablait n'ecrire que pou i
etre lu par les fourrier d4.,
son anrmee! Nous trouvon.-
encore dans Bonnet tine der-
niere parties purement l4gon-
daire.
Permettez-mani, chers audi-
teurs, de ne pas vous infliger
une reelle punition en vou;
donnant tous les details de
cette fable. C'est le hattier de
Magloire, plac4 sans doute
Pasquet par Bonnet, come
Borno DBl6are pros de Ma-
gloire, c'est ce hattier qui
vient prevenir Bonnet de 'ar-
rivee de Magloire sur son ha-
bitation- Bonnet "-tait en pe-
tit uniform, il se met en
grand uniform, if fait ren-
trer les chevaux et se rend A
pied sur la place d'arme-. 11
fait 1'inspection des troupes,
ordonne le defile. II s'lIance
dans la rue, sans chapeau corn
me Ie Marechal Ney. Les so'
dats se ruent sur le fort Bel-
liot a l'arsenal, il les suit,--.
Magloire arrive sur la place
A la tfte dot son esecrte. De; i
coups de fetn parent, (Bon-
net ne (dit de qui ni sur qui)
I1s ctaient tirts et e'&tc it
bout. portent. t ai pas ti
soldat mort ni blessed: et bien
qu'il eft fait remiser les che-
vaux, son cheval va donner
une accolade ceclu de Ma-
gloire, et Magoire est rr-
tP. 0 G4n4ral Magloire, 1'Hi-
toire t'avait connu Aigle, e
devant Bonnet, tu t'es mut
subitement en colombe pure et
inoffensive!
Enf.rme au Bureau de I'av-
rondissement, sans doute au
milieu de Borno Deleare et de
Jean-Claude Michel, ii ingur-
gite de I'arsenic II1 meurt..--
Funerailles nationaleg.
Commre vous le voyez, cher.
auditeurs, j'ai det rapid dan
la narration de cette lgendol,
de Bonnet pour ne pas vous
f.itiguer, mais, j'ai ete preci.
Nou-s autres, nous diuonr
(qu s'i y availt parade a J -
mel, ce dimanche *6 Decembre
1807, cela ne pouvait etro qu'a-
vec ces petits soldats en boi.
peinturlures, que nous savion(s
fire defiler sur la table i
manger les jours de 'AIn.
quand nous etions gosse.-s
Cabaret et n'ont done pas
leurs sepultures a Jacmel.
(voir suite en 5e. page)


AVIS IMtPORTAXI
Comme suite a I'Avis paru
dans les Journaux concernant
les travaux de dynamitagoe
qui s'effectuont sur la route
P4tionville-Kenscoff, la Di-
rection G6n6rale des Travaux
Publics s'empresse de porter
a la connaissance du public


qu'en vue de prevenir tout ac-
cident, l'aeces de cette route
est entierement ferm0 aux
v6hicules de 9 heures A. M. i I
3 heures P. M jusqu'b nou-
vel ordre*
En dehors d(s heoures ci,
dessus mentionnees, la circu-
lation est libre.


A !LOUER
p.. Ue, Halle de 12 m- environ
situee hit 'Dantbe Pestouches,
Anciens ateiers du listen>.
Cette *Halle situ6e dans ]a
eour conviendrait A tout usa-
ge.
S'adressr iMadame Ch&.
raquit meme adresse ou de 13
a 15 h. sonnez le no. 273L


A -.Nt A mVuwrns


PARAMOUNT
le Awilleur spectacle de
Pot-au-Prince
LUNDI 21 JUIN 1937
en soiree populaire a 8 h. 15
Lupe Velez et John Boles
dans
RESURRECTION
une superproduction
Universal
d'apr.s 1'immortel chef-d'ceu--
vre tie dTOLSTOI.
...un drame douloureux qui
souleve toutes les profton-
delurts de la passion, qui 6W1ve
'amnour au sublime-,.
,,,une oeuvre immortelle
danst un film immortel...
MARDI 22 JUIN 1937
En soirte ~i 8 heures 15
Edmund Lowe et Shirley
Grey dans
LA MALLE DE BOMBAY
une production Universal
avec Onslow Stevens, Ralph,
Forbes, Georges Davidson, !
Georges Renavent, Dedda
Hopper
...une merveilleuse realisa-
tion... un drame policies qui.
par son intrigue, sa rapidit6
d'action, son earactere mys-
terieux n'a jamais 4te egale..


aw..AW~llr .*14-A W AVP -JoW 0 r-
ra-1- C 14'


REX -
LIUNDI)2I JUIN A ,8;.
CARMEN LAHENS
dans son repertoire
et
CHOURINETT[
avec Mireille et Duvallu.
MERCREDI
En Version Allemifnde
Jeunes Filles en Uniformns
avec Herta Thiele et -
thea Wick-
Un tilm absolument vei i-
que, qu'il faut voir...
Ce film est parl.k Alle-
mand own1'I titre'; fran.l ...
Vendredi 25 Juin ia 8 I. 15
Le film le plu6i c6louIIv
MA YEARLING
(La Irage'die des labiboury )
avec Charles Boyer, Danell"
Darrieux, Gabrielle Dorzi't,
Suzy Prim, Debucourt..
Un veritable enchanteerL:
sentimental... Une c
brillante. La coulr ic 'itl-r
ne, ses Palais, son Prateir
La tr-:igique idvylle Ac I',-C '-
ling,..

Achetez ies
Pneus et bhe!'.w'"
tFederai


-r-r01nsr t t t rIA 5q -.r v..4 -w AN 'W


I1


("est un
nit toutes
dettiables,
rettes.


K


V


faith incontestable, la Cigar-ette L,,'V rlr.i-e
les quality s d'hygiinU et (d prienl.ituor
Ce qui fait de la LUKYi la reine dco< 'i,.-


aC77


Ii~






I


4


Un ir


: : .. .. .... .. .

!' ":.




i-trepide


Brtsilien gagne

jtune course de


vitesse


Ford
Amm AR.Af


dans une


VS


Noberto Jung de Sao Paulo, Brisil,

a gagni la palpitante course Montevideo-


Rio-de-Janeiro, apris


jours sur dot


routes appeI S ((Passages Difficiles,. Sur 37


v ures au d part, 1 solement ont ter-

ri ie trajet, a1 d'entre alleas talent' des


Fords


V8


UDIE LUa S IlI IT SS. .
,oa .taiLon de Confiance,
A vinue Trujill o.- Phone 2370


-- wr,..


La quality superioure de la LUKtY est hautement
appreei6e des connaisseurs.
Sa vogue st due au souci apporte dans sa compoi-
tion qui est un bon melange des tabaes de la Virginie
et de la Turluie,
Fumez la LUKY, elle est merveillouse.
On trouvera des poehes de :
20 Cigarettes G(le. ,CO
3 Cigarettes --- Gde. 0,10
5 Cigarettes Gde. 0.15
HAYTIAN AM1ERICAN TO.r.CO. CIGARETTES Mfg.
P.ORT-AU-PRINCE, ILAITI
P. O. Box A-160
Phone 2649
Fanbrique, 3445


- ~~i1P~r~


!L'HALEINE FETIDE ESI
UVAE FATE SOCIAL
IMPARDONNABLE.
Ccpcndant, lea Pi o/o des pvri c;,'s "iai
souffrent de ce grave symptfmre Viti'.--ir;,
Vausu mnme ipuvez en souffrir, ut comtl n il
sg'tit do chote a ov duic at. vous pou"
vez etre aQr que votir mtiltior ami i .'..
n'aura pas Ic courage de vou eI rv Y4Vk,
Pour conserver la purct de vol-ere ha-
Micile, Tien no vaut Fu'age quotidltn (l
bt? dc pt-ado v~eoz.
L Sl d e Fc rait Pheot. min tap -
ment les poisons formi par I ,a -
teptnum on dOeomposition emmacaasina
dans l'rstomac et ut quint tk vuaio cauao de lhialine
S- Thtide.
SPourquti continiuer dtn snuffrir quand le Sr-t dh
F ritr s dPiot st h I1 i-rf de touted" les bous:'ts?
Tce 1er \t Lt'd k P.htviFbl,,QW if tbiht.;t Nn fi.
^^tc., I^Si .d~c d

-e -

big teita !Pisco

F. HATVU
Diatribuleur pour Haitli


r.. J.,dr.. lioB a Irwr
SPOUDRE DKNTIFJlrl PEPSODEET prrown;srEnea pour
,( iijr n Qunaridien la In I -unOa
)


E. HAKIMl
Seul distribureur pour Hair,


. .- "' _]L ._ r.l 9' ...... '

.EN VOYAGE?
;6- N'oubIWeble' -pas o

^^ (SFIfASPIRINE


Ell combat fle doultku innttnducs et port$ltant
IN 1""111 IIII M I I I M M M M ll ')l.lll' 'liJll II" .'* -- : i


damE~


W~i~rg~rrrynxar~


I


j

r


p

I


G~afettes






'm" .L NOUVELLISBTE


_ _ _A uu W.


cr


SICURITt, COMMODITY
U eat imprudent de gartde Be 6 Ia molf s
o0 le fau e is vol peuvent vous caouner
des dommagest rr6parobles, v polices
Id'ant.rannest. hyvrth.nta thrtan mrn*


trots et outres documeF
coffret de soret6 6 to
coOte peu et vite t ut st
LA
BANQUET
DU C A

' ^^ ^ -*" _^^rtkp 4rlta /rrV -


6 ,u peFffu, t l
nts prkcieux. Un
Banque Royoal
jeit d'aqftltude.


ROYALE
4ADA


1 t *. > w. -~*s*


COLLEGE MODERNS
Directeur: ~rifv Alcindor
Avenue John Brown
Externat-Internat : conditionss dq
Iascrivez voas nr ats a :
COLLEGE M ODERNE.


colee qui met I'enseignement a port6e de toutes les bourns
ieole qui ne professe pas le 4bourrage de crfinev,
I'fole qui pre4fre h une tete uniquement ppleine une ct
to bien faite*,
rI'ole qui s'atache A sollieitr at a developer toujourn I#
jugement ie 1'l41ve


car,
Clest lA que se trouvP rpeC m A'g orpes rti
homogene,
le plus z616,
le plus competent,
et le plus capable, surtout, d'entrainer
action honndtye et eonstruetrieo,


professeurt le pluk


par Pexemple, 6


A. de Matteis &Co

Place de la PaL

Rue CGourbe et lSu du Mfagasm "e l'ta
ACHAT D'ECAILLEJS DE; CARLT, VEIL OR, VIA-
I PERLES ET PIERRES PRECIEUSES, VIEIL.
ZCGEk ARGENT ET OR MONNAIE DE TOTES
.iuNALITE$, A D.9 URIX ABSOLUMENT AVAN
Sa~fEUX.


GRANDE LIQUIDATION bE LUNETTES BT
Lunettes et Verres do tous numtro
Montures en nickel inoxydable i
Verres ovates au prix d ded $ L00 la pair
La liquWation durera janpg 1a A~atmr
ment .


VERRES


onw"v&


A. DB MATTEI8 & Cb.


A- AIM I
Ar ..**,+~.P`* -~


a~h~g-fsurlra~mrw~ b~a~aau- -- --- -- -- --- --~~~~


N'hsaitez pas ia risquer, cha
que maie cette modique va-
teur. Ceat un genre d'tpar-
gne. Et puts .n'oubiez pas
qu'il faut soui dr Notre Lo-
tere Nationale, ear elle vieut
en aidede son cOt be6au-
coup d'Oeuvre d'UtilIit et de
Bienfisance Publiques a tra.
vers toute la R publique.
Pour toutes ces raisonx
HaYilens ou Etrangers, ache-
tes done votre coupon on rvo
ire billet.


- --- -- --- -


Laurit dt f'ALlanet Fraogalse (Composi ion frapgaise
wkU Examens du Baccalaur t de Juillet 1934 titT'oncotur
do Diction frangaise de Juin 1935 et de Juin 1196),.
41 succ& aux Examens du Baccalaureat (1Iire ot 2ire
parties .
Le College Siron B oliv aravise les Dres re m6re de. fa-
mille que ies inscriptions pour I'Exercioe 1l93:-37"se reaqo
vent tous leo jour? ouvrables a partir de 8 HrTes A. M.
L3 lDiroation.


t Le fait est -inconteitable
Lefait esti


LE RHUIJ


MACLOIRE AMBROISE
'EST-IL, SUICIuE
OP A-T-IH ETE TUE'?
(saie)h


AVIS
La LYKES BROS, SS. CO.
INC. avise le public en g6n-
rale et le commerce en parti-
culier, qu'en raison des heu-
rea d'6t6 adoptees par la
Douane et les deux Banques,
ses heures de bureau, A par-
tir do cette date, o~ront (de F
heures du martin A I heure )
de l'aprei-nidl, sautt les jotr,.
d'arrmvc des bateaux.
Port-au-Prince, Haiti, 1e IV
Juin 19117.
L YKES HROS. S. CO.INtC'.
S. NUNEZ Jr.
Manager.



Loterie Nationale

d'Ha tt

416, Rue Bonnme Fot,
Phone 3358
GROS LOT :
DIX MILLE GOURDA'S
LE COUPON :
DEUX MILLE

LE BILLET A:
DIX Gde. SEULEMENT


( Lu firs it dea~rnin-)i
r~ 8~cur~~:;s ~-. WY -f --.-.,A


DEMA N D~
LA POMI MADE
La-Em-Strait
6a Cordonnerie
Mont-Carmel
HYPPOLITE JEUDY
relibre priparution de
H-Ito-Co.
139, Ar. Trujillo.
Phone 2182




HE I


SAR


.- -- *:. ,T e uinw,'nr T gr n, -wi' ui-q" f .1-4^


v ---
IZQLUrt AO AFlECr T OnfS D'APO.V tAfRPAS ,
OIni, t RHMiMEs.'BRONCHITES ENROpEMIffSl
INFLUENZA. AFFECTIONS D S POUMONS
FORT.AU LPRICtt A'il r. UT fl..OIT Sitffi


DES


meilleures varietes de cannes


d'un vaste territoire


reunissant les meilleurs terroirs.


C'est ce qui fait son arome


GOUTEZ ET COMPARE


College Simon Bolivar

fnseignemen Primalre et fSecondaire
Eseiunemeru Cslaiue t Mooderne (Seetions AA,C)
nternoA aet Externta
8, Rue Mony, 8


a8 MBeDICAL
CLINIQUE
du
r. LOUIS IPPOLYTh
Ancienne maison
F, Duvigneaud
(Rte dea Casernes)
Conaultatlon :
Q A 4 ht p, m.


A UVIS MEDICAL
CLUNIQUE
llu
ODr FRANC(.0IS DUVATAIER
Rtue du Dr. Aubry
No. 151
ConAuLtations tous les jours
de 3 hres. A 6 hres. p. Im.



oE ANGEAISON5
aitiIlt
- - - -


A LA
MEILLEURE5
EPOQUE
pour prtnrr li rachbtismre r t
avant lI naIsaPnc, Touce *
ftemLme' enceinmc ddv:ait prendre
1'EMULSION SCOTT d'H4 -1
de Foie de 'Moru: avant Ia nais-
san^ce du b-kit les vitamins
qU'eUe contient sont n&cessairrc
potur des o droits, des dents
saints, une croissance r6guliTre
ainsi quc Ioui donner de Ia
Sr4sisrance pour combattre les
irhumes, Exig cz la gitimnc
E MULS|ON
SSCOTT
REFUSE Tl'TFE IMITATION
Toute l'huic A it dSc rno nfus tfplstC -o:- ,iSn S'EMULSKiON
SSCO T rCr pTi'p::!t dTn nos ilBs-"
S Kto:!'C',, .C..: '.. nr i::.c 0a ev c pO '-I -
tifr.A s-itent .-A : an iar. Eire, et c t:e
huone conurc! u g*tu Jruii nuonibre
lnarurcl dc t < w 'iAic et pc'Tibic
i brbternr i -. ,.it p flC At;,


~yii~i~.~ ____~~_ __~~_~___ ~__ ~~~~ __~b)W~ri~~tb~YfZ)*"B)~


rifll qu. jt ino & jtoi). pas iiabu
(dei riglementf mnilit-aire., It
Sbon sons mie dit que ai Bonnet.
! pr6v'nu par y o)n fipion, de-
tl: i:i c cr'puIcult1c, que I'enne-
nl f:tLait diux port~ de li ville
et qu'il ';I ei~t laiti.,j pour al-
Irt la paratdei ve:t.I ou 10
heure,:I aI lieu d'aller lui cmc -
I'" lIt ta C (',l iIlf t1 II;tiLLit'rt i
Sn (iit ltail it M t'-i h.IIRI ,J'il itt
lai Z 5 M lIgIoire airrivAtl jut-
qut Aur la IPlUc l d'Aimes de
Jacmel rw'io ce derntier hui-
fniCtle tl fit cherh(er ;1 I':rPari
nal o 1) i .fai.ait. dei li.t- c
coinn1e il I'avouc, le moins iau.
eut pu ]ui advenir, ce serait
d'vtre pass devant un etn-
seil de guerre. II n'y eut pour
Ma;loire ni entree i .Jacm:l,
ni parade, ni bagages, ni in.
cavreration au Bureau rd
P'Arron dis;ement ot~ noumt aR
vons vu (lijq comment I'Ws-
piciin lio n tl(61 :en y ,tai
Sin tiit t 6 A (.-1t' b Jte:L .
'Claude M ichhvl- I n'y navaL
point t d'arsenic. U'n soldat 1ij
por'te pa- daund sa poche un
- a:.r}tt (d'arsenic, mais pluts:
t V:: ,: .dag ohi te Anibtu'
t SAuP important Is-
a i n1 t

jJoiiifl gairoite s j)ar I. i
deuix eseladronsi de GtdSon et
S(Ide La At'vlure cjue I 'tion a-
Ivail expIdi S de Purt-au-Prin-
1 -i :.\ i--' l clt tn u n -


;


--F&wo&


c elst la qupinteswssenee


~;~9*1"~





FAGY, 6 .e.. -- LJF*4il64t* ; '%F *JZj NOUVhaAA$TIDi i


LdBE NOVV*ILLISTEu
Rue. Fmrou No. f
Dota onstued No. 236. T66phorte Z242
QUOTIDIAN FONDE EN 1Bu0
Par.
HENRI CHAUVET & CHERAQUIT
DLfratur-Proy ruita re
ERNEST G. CHAUVET

Ma adIAL1

KLEBXR GEORGES-JAOoB


CAUSONS UN PEU


(Suite)



tions. Alors que la conception
ancienne dtait horizontal, la
conception moderne est ver-
ticale. Firmin dissertait avec
aisance sur toutes les bran-
ches de la connaissance hu-
maine, vous citait des auteurs
ignores du plus curieux des
mortels, J. C, Dorsainvil, no-
tre contemporain, tend, au-
contraire a l'approfoncisse-
ment du r6el.
Outnous aimons trop a vul-
gariser. Je reconnais qu'ii
faut du talent dans une entre-
prise de vulgarisation, Trs
souvent meme le vulgarisa-
teur fait preuve d'une origi-
nalite telle qu'on est desolt
de ne pouvoir le classes dan.
la categorie des chercheurs.
de grande clause. Prenons en!
example, M, Jean Rostand,
auteur de gie>, qui, c:ans Marianne dii
mois dernier, a (crit un subs-
tantiel article en response ha
these du savant professeu:i
Tissot sur le caractere auto-
gene de la tubereulose. Bien
que la question actuellemient
en debate ne soit vpas lnouvelle.
I n'elle ait tk abord6ee dans les
colunnes dul aourelliste ]pr 1l
Dr. Constant Andre, protago-
ni-te de la th6orie( e la non
conta/iosite dela i tut u-
lose, par M- JoutuF( ),Fi:
dans les colonnes de la revue1
< Pas mal faire en invitant nuo
ommnes de science a preI '1r.t
part au debat. ArrItons-no::
la pour ne pas do"nnr tri F
d'amU!pletur i cette chronic i:.
tar nous avons a cause :tr'^
)prochainaement

C. Q.


U.NE EXCELLENT
MATINEE LITTERAIRE

(suite)

Des jeunes gens des deux
sexes ont brill6.
Les tries jeune' :gej de 1.,
8, 7, 6 ans ont c ien(tindus :a-
vec un r6el plaisir- Ils ont et,<
bien prVp)ares.
Le concourse a duir' plus d:
trois heures.
Le jury a eu une court di
liberation. Apris les remer
elements de M. Lherisson, or
s'est spare,
La salle d'Haitiana 6tait
presque remplie de specta-
teurs, amis de la Soci6t6 et pa
rents des candidates.
Le r6sultat du concourse se-
ra prochainement public. Le4
prix scront remis A la distri-
bution solennelle des recomn-
penses de la Soci6t6.
Vives felicitations,


cr- #


DECES

Hier apres-midi, furent
-ehantee- .a, Ia CathIdrale de
la Ste. Trinite, les funerailles
de
Mmine. Alexandtre Batiate
dec6dte dans la matinee (du
samedi-
Nos eondoleances ai sa fa-
mille.


QUIPROQUOS

Une marchando d'eau de co-
c uO doit prendre bien des pro-
caitions quand die transipor-
te sa imavchandise. Si fun des
fruits tombait dans la rue il
se trouverait toujours a point
nomme un voyou pour lui en
fire la remarque de fagon
;.-,cz sale-. Ordinairement
-:s marchandes trouvent de
i: rituelles amenities pour
po 'i-ndre a ce3 quiproquos.
Mais voyez le cas d'une de-
:noiselle qui laisse trainer un
td seo fruits sous sa chaise.-
ln rnufle trouvera certaine-
m::ent spiritual d'attirer i'at-
lenoti(.n de tout Ie monde sur
ce fait insigniliant en abusant
c-o-nlne le Lnm:in des rues de la '
iiblrte du calemnbour. Par con-
tre un galant homme qui ren-
cointre une jolie fille lui dit
-AI ademoiselle vous ites,
conme ma cigarette < dttLi. *


A LOVER A KENSCOFF
A partir de Juillet une bon-
ne maison ncuve, en nmaon-
nerie.
Pour tous renseignements,
telclph1oner au No. 5216.


Achetez ies
Pneus et batteries
a 1'edarai>


GRANDIOSE FETE

RELIGIlESE

(suile)
-,

rale de 1'6tablissement, et 1:
sermon de circonstance fiut
prononci par Ie R. I. Le Bor-
gne, Cure de la Croix-de;-
Bouquets.
S- E. Monsieur ie Pi'.idei
de la R,6publique ainsi qu1"
Mile. iResia Vincent reh:iu.;-
saicnt de leur pri;3t.cn- la cc-
relnonie of0 se prlessali1 tlIne
assistance nombreu-e et CLi
1on di htin gua4, :ni 1
per:'ot:naiIitO reliXsO ..-.- C
iL ique.,Mi .le Chan in F:J i,
M. Jes Secreltaire ('i.t
Turnicr, Odilon C' Iars ,t
i'ovar, Z6phirin, Ir:.dt.l c i
(ldu enat, Ernest I,.1 o ', i
President de ]a (Coir < '.
action I B.] r; i;;:-S '
'elix Cuvilly, Ma i.-t'La: (':'
nunal et member ,.: 1'.,;":t:
nis '~t. a ion Locale. :e- ;:-
ne-is Cie'rmont eetIt Ktn-o.:. ,.
de :'Fra: queville, C(i :- i.
de ia 1 egation d. -r ..
,I. iLarge, S>Iray. Fabi.
i-'iix Viard, Iconce Mai-
gnC:n, et des niembres de ton-
o- ies CongrOgatiVns reli-
gioues.
A issue d1 e a h:ce, un
chaia't n te reea tion f t i. F
I -r : 0t Fa F(Ff -n p' F 1

i',rclh.,re de E a i. ssem, n ,
Fa1



,e "t
x i'. es, ar I U rlcmen 'i
i I '.'re. Ib ii t Ives,


REX
S h
L .CREDI > h":- 1'
le giaud film par F ailo:inand
-Jeunoe Files en L. forru:er>>
avee D)orothea i .Vk ret i-irt'
Thic :. Un film ui dan- 1.
l. oncii fn ier a Or ace lmn:6.
(/I iit;t ^'*rr I4) Fl ji U iiC;FiF C.
V Fr t?1 r if f9ra FIn

DI-' a 8 heur-i;- 1 -
]e chef o-. uvre d(. Co ar'.
cr" et Dan m eo I ,ur ,i X
.'] e ;







P. RAMO 'NT

p:iar -e -(e ceji'' e0 quo-
i aru.-uuntt passe s"ur on e-I
cr,'t Re surrection tirO du
cuiF.--(, '..lV ICre de Tolstoi, uim-
pe: C mI.'aIent interpretc par
jo:n o i,., et Lupe Velez ..


tillun itnue I ;ui-:urtit x qtui Sou-i,
ievLe LFF cL" Il-, priof:Indeuis do
a on utne 're i
inS t.- ... dasnis un fl]m itninor-
-;;F- I, en F soiree'( a tieu-
c:s l., i<,pris.e Re La Maiie de
oil ..-i u:ef mlagnifique pro-
duct ion , avec Ed-
un'; .,x ,- t Shirley Grey..
un .: action et de mottv -:
nn.t.. u"n drame policiesr ou
s I .-'F ls z suI c edent (raP L

i'iiit'ct va croissant ,juso 'an
c .ioue.ecnt t,.

~~I- ---- -

Machine a ecrire Remington
Machine a calculer Dallton
Ilubatn, paper carbon
Faites vos achata chez
G. GILG.


BONNIE OCCASION

A vendre une guitar en
'trfs bon ltat-
S ar4'It'I'r n Monsieur Mar-
eel Basquiat -au Bureau dt-
Journal. ,


La Librairie Nouve.

TELEPHONE RJ07

QUOTIDIENS PAWP'TERIE.- RVV "

CABINET DE LECTURE

COLLECTIONS A BON MARCH

A. 'Thibaudet Histoire de la litt&rature franvaise L 7Ai
H. Montherlant Les Jeunes files ........
A 'iollis Indochine S.O.S..... .... .......... ...
S'Coi:t Sforza -- Synthgse de l'Europe ........ "
a .................. 4116
* Saluai'^. Une revolution duns a paix ..........
K. S- t;landan Conflits europenw .................
,. i. iuauira -- Le Chemin du paradi:,.. ....... *
Sl. 31aurras L'avenir de 1'Intelligence ........ ,
L i. MaIurras Les amants oe Venise......... 3
Sti. M auras Napoleon avec ou centre ia Prance? 2,g
,aiinviie ---- H istoire de France ..................
.inrville N apol6on ... .. .................. .
.......................... ........ ....... 4 ,j s
!,:i;. -. Histoire de 2 peuples continuee jus-
Silqu'i Hitler) ...... ....... ....... .. ........... .30..
Fi l' i'. --. Les dcictateurs.. .. .... ......
i. Les dicth te.. .......... ... .. ... .. ... 4,j
', -- Mane Antoinette.................. 7.Z0
Lras e ....................... ... .. .... ......
/,r (IlLmo2at avec le d mon.............. ...... 5
a i.-. n .--- it che (2 volumes) ....... .. ... ........ .. jg.
i -- N apc uon ................... .... ... .. 3, 75
a aati -- La Contre Revolution sous la r evolution 7,50
: adeii ---- La France du Dietiretire ....... ....... 3
S d'c in -- La France de 1'Empire ............ 3,7
:.uiIil- Ste. Hiel ne (2 volumes) ........ ,................ 7
uu ir .... LRe Roi de Rome... ............... ........... 4,15
axC H( listoire de Louis XV ............ ....... 4,a
a e La Revolution franaise ................. .... 4,15
(;. t Monarchie Frangaise (2 volumes ...... 6,5
:e. A ui n; R ichelieu... .... ............. ............ 375
i Tonnaiers e a... og.que .... ..................... .,g0
I :ionnaire anvlogique ..........
veiii es di e I'exposition 1937 .............. .. 2.75
,e it ,t- au sour: Carrel ......L'homme Cet neonnu... 5,00


LUgTHE


SA.EANTI1
E V DIX MINUTES



'Prenca EPHAZONE et vous
.re: du:ivre des crises noc-
on.tos, olppressions, cata'rrhe,
F ory.:a, ..tou~t~-ements, Toull
cnoqnues, lssoutiements, et
argoui emlents, Coqueluche,

)oaluais dIns 'histoire de
l- iedeeine, n'v avait eu do
SrFiiFe:,.e pI us reconfortante
p.ur: ce.. cqui soutrent de
t Asthnme et Lies affections des
F .in s .,i.;- piratoires. Soulage-
I,, nFt en I { ques secondes. S d
Attaqu.- -. aules en 5 ou 10)
:, nuF c. is malades certi-
'F. aitement regu-
1,!r 4, ".ne guerison du-
Iabl.
Le i t merveilleux qui
"ait Ia s miracles, c'est
El P I A E don't la decou-
x 1 v ..- ,ormet de revivre-
iLes c .- .-us rebelles n'ont
iIpu rI,.F;. L EPHAZONE--
& -e. m FIi4. d* JeI personnel qui
.outiarai -n depuis longtemps;
i(us ;" O c. t pour nous dire
le o"elies dUivent a Ephazo-
ne.
i ;csc quelques-unes de ce8
attestations, choisies parmi
Ic; plus -icente;, et vous en
|oompre-'drIFc toute la signi-
Iat ion-. Rappelez-vous que
A.1i; hme mine votre vitality,
d- i4artassez-vous de l'asthme
F (t vouts rceouvrerez vigueur
: [ sa::nt.
S< ,:y control I'asthme. Epha-
zone est rwellement un product
nerzveilleux, car 5 minutes a-
pr's le premier comprime, j.
Lais heauILc up miOux.
S i'ai pris ltphazone, je sout-
frais en p's de mon asthme,
d'un gros :' ume et je toussais
Sbeaueoup. To'ut cela a dispa-
ru instant ai nement.
fraias bea c'ou) d'an eatarlhc
bronchiqi., uti Je navais que
peu de repose la nuit.
( d. prend e deas omprim&s
d'EKphutow mais j'avoue que .


F* :


j'etais tres sceptique, ear j'a.
vais deja defense beaucoup
d'argent pour acheter des me
dicaments, mais aucunnen'a-
vait soulage". J'ai pris un seul
comprime d'Ephazone, et a
ma grande stupefaction, j'ai
passe une excellent nuit.k
Cet excellent product des
Laboratoires Ephazone, 14, A-
venue Mozart, Paris, est en
vente dans toutes les phar-
macies.
S. GEFFRARD,
Pharmacten, 183, Rue Firno,
Port-au-Prince,
DiStributeur pour HOiti4
(Phone: 2296)


DECES


ti
tin


s'.t mort subitment ce ma-


M. Seastus Rencaud.
Les funnrallies auront lieu.
remain ma tin en l'Eglise Ca-
thedrale.
No; condolt'ance's P ta fa
mille du dcfunt, particuliere-
ment M. et Mine, Adrien Ca-
simir.


AVENDRE

Grande maison base, 81e
Avenue du Pr6sident Trujil-
lo, No. 411.
- r T-^ i~t


AM AONifl
iT POU I (.OO~ t 0CONti^ t<
I rrlllla li 1 1 ilt l li"NE


~~~~_~___ .


Pour Yous


;m~~*~kr~ 9 p~*a~ ~ ;~I~r-lrL-~---.. ..


..'nn#nR4m -'giw~'m r !Pan Mt~~e~i- .I~'~-.
r-- u~~,,l0wr,~.~u w_ ..


- ..-.


I


~ucl-c